Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Première partie. La genèse de la frontière d’Afrique proconsulaire

Chapitre II

Un horizon à conquérir et à dépasser

La frontière africaine sous le Principat augustéen

Texte intégral

  • 1 Fasti triumphales Capitolini et Fasti triumphales Barberiniani. Voir Le Glay, 1985, à propos des t (...)
  • 2 CIL, I2, pp. 50 et 76-77 (Thomasson, 1996, p. 21, no 3).
  • 3 CIL, I2, p. 50 (Thomasson, 1996, p. 21, no 4) ; Pline, Histoire naturelle, 5, 36-37. Sur ce triomp (...)
  • 4 Hurlet, 2006, p. 148.

1Entre 34 et 28 av. J.-C., trois victoires militaires remportées successivement par des généraux en tant que proconsuls leur valurent de triompher ex Africa1 : c’est ce qui fut permis à T. Statilius Taurus en juin 34 av. J.-C., à L. Cornificius en décembre 33 av. J.-C., ainsi qu’à L. Autronius Paetus en août 28 av. J.-C. Dans la province d’Afrique passée dans le domaine d’Octavien à partir de 36 av. J.-C., la charge du gouverneur impliquait également le commandement de l’armée stationnée sur le territoire provincial. Lorsqu’en 27 av. J.-C. l’Afrique est rendue au Sénat et au peuple romain, le proconsul conserve son imperium militiae et la possibilité de mener des campagnes militaires : en témoignent les opérations conduites par L. Sempronius Atratinus qui lui valent de pouvoir célébrer un triomphe en octobre 21 av. J.-C.2, et L. Cornelius Balbus qui triomphe à Rome le 27 mars de l’année 19 av. J.-C.3. Le vote de ces honneurs militaires par le Sénat, sans doute avec l’accord d’Auguste, signifie que les proconsuls nommés à l’issue de la réforme de 27 av. J.-C. continuent à bénéficier des mêmes pouvoirs dont avaient été investis les gouverneurs précédents4.

  • 5 Le Bohec, 1989a, p. 338. Voir également id., 2014, p. 26.
  • 6 Roller, 2003, p. 108 ; Christol, 2012b, p. 121.
  • 7 Hinard, 1991, p. 38.
  • 8 Le témoignage de Cassius Dion (Histoire romaine, 53, 16, 1) relatif au contrôle d’Auguste sur les (...)

2Ces triomphes furent invoqués pour justifier la présence de l’armée romaine dans la province, et son rôle défensif. Y. Le Bohec y voit ainsi l’indice de deux flambées de violence qui auraient touché les confins méridionaux de l’Africa5. Rome, se substituant à l’autorité du roi de Numidie, aurait désormais affronté les difficultés récurrentes auxquelles celui-ci avait par le passé été confronté6. D’autres arguments permettant de justifier la présence et le maintien d’une armée romaine en Afrique au début du Principat augustéen peuvent toutefois être avancés. L’une des raisons majeures à la permanence d’effectifs militaires pourrait tenir au rôle joué par l’Afrique dans l’approvisionnement en céréales de Rome7. Des motifs politiques sont aussi à prendre en compte : le maintien d’une garnison permettait de conserver un certain prestige à la charge de gouverneur de la province pour des hommes qui avaient en théorie déjà exercé le consulat, notamment par l’opportunité d’y obtenir un triomphe. C’était une récompense dont Auguste sut faire bon usage, afin de distinguer certains de ses partisans. Au-delà de son statut de province publique, l’Afrique était dans les faits sous le contrôle du prince8.

3À l’exception du triomphe célébré par L. Cornelius Balbus sur lequel Pline l’Ancien revient en détail, la sécheresse des informations délivrées dans les Fastes laisse dans l’incertitude quant aux circonstances précises dans lesquelles les opérations, que cette suite rapprochée de triomphes est censée avoir couronnées, se sont déroulées. Ces triomphes s’inscrivent dans des contextes politiques particuliers, celui du triumvirat jusqu’en 31 av. J.-C., puis de la mise en place du Principat et de la nouvelle répartition des provinces à partir de 27 av. J.-C. Aussi convient-il de les aborder à travers des analyses distinctes, prenant en compte le contexte politique à Rome auquel l’octroi de ces triomphes est étroitement lié.

I. — Les triomphes ex Africa avant 27 av. J.-C.

  • 9 Cassius Dion, Histoire romaine, 53, 12, 2.
  • 10 Hinard, 1991, pp. 34-35.
  • 11 Sur cette période d’interrègne, voir la mise au point de Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 22-27.

4Les opérations couronnées du triomphe, menées successivement par T. Statilius Taurus puis L. Cornificius en 34 et 33 av. J.-C., posent la question d’un réel risque militaire. L’hypothèse d’« opérations de nettoyage consécutives aux guerres civiles9 » est avancée par Fr. Hinard pour justifier ces deux triomphes10. Le témoignage de Cassius Dion, selon qui Auguste remit en 27 av. J.-C. au Sénat et au peuple romain les provinces les plus pacifiées et exemptes de guerre, incite à penser que la situation dans la province d’Afrique, au début du Principat, était désormais relativement calme. Les incertitudes entourant le statut des Maurétanies entre la mort de Bocchus en 33 et l’avènement de Juba II en 25 av. J.-C. vont dans le même sens : les confins numides et maurétaniens ne paraissent pas avoir connu de troubles susceptibles d’avoir préoccupé Rome, qui laissait alors temporairement le double royaume dans une solution d’interrègne originale et ambiguë, en dehors du cadre provincial11.

  • 12 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 80, 1-2 ; Appien, Guerres civiles, 5, 406 ; 5, 430-432. (...)
  • 13 Ibid
  • 14 Hurlet, 2015a, p. 177.
  • 15 Bertrandy, 1980, pp. 104-105 et 1994b, pp. 200-202, dont les travaux recensent la présence d’Aemil (...)
  • 16 L’inscription de Thabraca honore Lépide comme patron de la cité : AE, 1959, no 77. Voir Guey, Pern (...)
  • 17 Cassius Dion, Histoire romaine, 49, 34, 1 ; Suétone, Vie d’Auguste, 47.
  • 18 Appien, Guerres civiles, 5, 537.
  • 19 Cassius Dion, Histoire romaine, 49, 16, 1. Voir Desanges, 1980a, pp. 214-215 ; Roddaz, 2003, p. 19 (...)
  • 20 Gascou, 1969, pp. 557-568 ; Lassère, 1994b, p. 249.

5Comment expliquer alors les triomphes ex Africa célébrés au cours de cette période ? La réponse à cette question peut être fournie par le contexte politique à Rome. Lorsque Lépide, demeuré quatre années en charge du gouvernement de l’Afrique, part pour la Sicile en 36 av. J.-C., il est à la tête d’une armée d’environ 30 000 à 35 000 hommes, semble-t-il en grande majorité d’origine africaine12. Le règlement des affrontements consécutifs à l’assassinat de César, entre césariens et républicains, puis entre antoniens et partisans d’Octavien, lui avait permis d’affermir sa position sur les deux provinces d’Africa uetus et d’Africa noua placées sous sa responsabilité13. La durée du gouvernement de Lépide en Afrique favorisa sans doute également le renforcement de ses clientèles dans la région : si la question de l’ampleur prise par celles-ci demeure discutée14, quelques indices attestent l’entretien de tels liens en Numidie, à Thibilis15 et Thabraca16. À la suite du départ de Lépide, Octavien, qui aurait songé un temps s’y rendre lui-même17, envoya T. Statilius Taurus accompagné d’une armée en Afrique18, afin de reprendre la province en main. Il n’est pas impossible que la célébration de son triomphe à l’été 34 av. J.-C. ait fait suite à des mouvements de protestation à l’encontre d’Octavien, que le proconsul aurait alors eu à réprimer : les privilèges accordés à Utique à la même date pour sa fidélité pourraient le suggérer19. À l’exemple de la cohorte des Gétules créée à la faveur des guerres civiles, l’Afrique avait fourni de nouveaux contingents à l’armée romaine, dont les hommes pouvaient être désorientés à la suite de la lutte entamée entre les triumvirs20. Les opérations conduites par T. Statilius Taurus, et qui lui valurent le triomphe, furent aussi peut-être liées à l’hostilité de populations locales restées fidèles à Lépide, ou bien profitant du départ du triumvir pour se soulever contre l’autorité romaine.

  • 21 Appien, Guerres civiles, 5, 528-530.
  • 22 « Le divin Auguste, de même, après avoir assigné la paix à l’univers tout entier, traita sur un pi (...)
  • 23 « Ils en étaient là de leurs préparatifs, tandis que les navires de transport ramenaient d’Afrique (...)
  • 24 Appien évoque des « Numides d’Afrique », présentés comme des « soldats dépourvus d’armes lourdes e (...)
  • 25 « Arabion s’enfuit alors en Espagne auprès des fils de Pompée. Après le meurtre de César, il revin (...)
  • 26 Appien, Guerres civiles, 5, 537.

6Certes, l’armée de Lépide nouvellement ralliée à Octavien ne prit pas part à la mutinerie que le triumvir dut affronter lors de la campagne de Sicile, mais ses craintes étaient réelles que celle-ci ne se propage dans les troupes venues d’Afrique21. Son inquiétude pouvait être motivée par le fait que des vétérans de l’armée de Lépide étaient déjà possiblement établis en Afrique lorsque T. Statilius Taurus y fut envoyé par Octavien22. À cela il faut ajouter que, selon le témoignage d’Appien, quelques navires appartenant à l’armée de Lépide et transportant les quatre légions restées en Afrique après son départ à l’été 36 av. J.-C. auraient réussi à regagner l’Afrique après avoir subi les attaques de la flotte de Sextus Pompée alors qu’elles tentaient de rejoindre Lépide23. Aussi Octavien fut-il sans doute sensible à la situation dans la province africaine, et particulièrement soucieux de la question d’éventuels appuis, notamment chez les populations locales, que Lépide pouvait y avoir conservés. Sextus Pompée avait en outre pu compter sur des appuis en Afrique, puisque selon le témoignage d’Appien il bénéficiait du soutien de troupes numides que dut affronter L. Cornificius lors de la guerre de Sicile24. On ne sait de quelle manière il avait engagé ces recrues africaines, mais sans doute la chose fut-elle possible grâce à des liens de clientèle actifs du clan pompéien en Afrique, qu’évoque par ailleurs Appien25. Les premières mesures d’Octavien à la suite de la guerre contre Sextus Pompée furent alors de nommer des gouverneurs pour la Sicile et l’Afrique et de répartir des troupes dans chacune des deux provinces26.

  • 27 Bénabou, 1976, p. 59 ; Le Glay, 1985, p. 246 ; Roddaz, 2003, p. 196, n. 109.

7Ce fut ensuite au tour de L. Cornificius, qui avait succédé à T. Statilius Taurus, de célébrer un triomphe ex Africa l’année suivante. Ce triomphe pourrait-il être mis en relation avec l’annexion du royaume de Bocchus ? Bien que rien ne permette de la confirmer, l’hypothèse n’est pas exclue27. En effet, le passage du royaume de Maurétanie sous propriété romaine a pu fournir l’occasion d’une démonstration de force et d’autorité de la part de l’armée romaine, ce qui permettait alors de justifier à ce moment-là à Rome l’octroi d’un triomphe dont l’intérêt politique servait les calculs d’Octavien.

  • 28 Le Glay, 1985, pp. 245-246. T. Statilius Taurus fut consul suffect en 37 av. J.-C. ; L. Cornificiu (...)
  • 29 Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 12, 1.
  • 30 Tacite, Annales, 4, 23. Voir les remarques de Bastien, 2007, pp. 243-247, à propos de la recherche (...)

8Le choix de T. Statilius Taurus et de L. Cornificius pour gouverner l’Afrique, et leurs triomphes ex Africa accordés successivement dans un temps très rapproché, ne sont en effet sans doute pas dus aux simples circonstances africaines locales, dont on peine à mesurer le degré de danger potentiel qu’elles pouvaient représenter pour Rome. Le profil des deux hommes est très similaire : proches d’Octave et dotés d’importantes richesses, ils brillent par les talents militaires dont ils ont fait preuve lors de la guerre de Sicile, ce qui permet de les compter à Rome parmi les personnages les plus en vue du moment28. La reconnaissance de leurs mérites par l’octroi du triomphe ex Africa n’impliquait pas qu’ils aient conduit en Afrique de grandes campagnes militaires. Cassius Dion loue ainsi la modération d’Agrippa pour avoir refusé le triomphe alors qu’au même moment, d’autres, convoitant à tout prix cet honneur, pouvaient le célébrer en ayant simplement arrêté des brigands ou restauré la paix dans certaines cités déchirées par des querelles intestines29. Ses propos, même s’ils paraissent excessifs, ou encore le témoignage de Tacite relatif aux honneurs militaires accordés plus tard aux généraux lors de la guerre contre Tacfarinas, alors même qu’ils n’avaient pas remporté d’importantes victoires, suggèrent que le triomphe connut au cours du règne d’Auguste une dépréciation progressive, et fut détourné à des fins politiques30.

  • 31 D’autres triomphateurs ont agi de même sous Auguste : voir ibid., pp. 342-343.
  • 32  Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 127 ; Suétone, Vie d’Auguste, 29 ; Tacite, Annales, 3, 7 (...)
  • 33 Suétone, Vie d’Auguste, 29.
  • 34 « Alors encore se pratiquait la munificence au profit de l’État, et Auguste n’avait pas encore dét (...)
  • 35 Roddaz, 1996, pp. 86-87.
  • 36 Bleicken, 1990, p. 35.

9Outre leurs triomphes, T. Statilius Taurus et L. Cornificius ont en commun d’avoir mis leur fortune au service de l’embellissement de la ville de Rome, à la suite des honneurs militaires qui leur furent accordés31. L’année même de son triomphe africain, en 34 av. J.-C., T. Statilius Taurus entreprit la construction de l’amphithéâtre situé à proximité du portique d’Octavie, sur le Champ de Mars32. En même temps qu’il triomphait en 33 av. J.-C., L. Cornificius fit pour sa part restaurer le temple de Diane sur l’Aventin33. Le triomphe africain apparaissait alors comme un vecteur de renommée, dont la contrepartie sembla avoir été l’incitation, par Octavien, à contribuer à l’embellissement de la ville qui, in fine, profitait aussi en termes d’image au clan du triumvir à Rome34. Une telle récompense n’avait rien de superflu : le risque était toujours envisageable qu’un membre d’une grande famille, et plus encore un chef estimé par son armée, aspire à un pouvoir politique plus grand35. Il est aussi incontestable que les triumvirs ne pouvaient négliger les ambitions des hommes sur lesquels ils avaient fait reposer leurs victoires et dont le soutien leur était essentiel. Peut-être furent-ils alors forcés de céder aux représentants des grandes familles un certain nombre d’honneurs36.

  • 37 Le Glay, 1985, pp. 244-247 ; Virlouvet, 1985, p. 89 ; Hinard, 1991, p. 38.
  • 38 Sur ce personnage, voir la notice prosopographique proposée par Ferriès, 2007, pp. 472-474.

10Dans le contexte de tension croissante entre Octavien et Antoine au cours des années 35-32 av. J.-C., l’Afrique pouvait être l’objet d’un double enjeu pour le premier. Si aucune situation de trouble général ne justifiait le choix d’envoyer des personnages aux parcours remarquables et des hommes de confiance du triumvir en Afrique, la perspective d’un certain prestige pouvait en revanche expliquer leur nomination au gouvernement de la province qui passait alors comme une forme de récompense, du fait de son importance stratégique pour Rome. Depuis la guerre de Sicile, Octavien avait pris la mesure du rôle essentiel de l’Afrique dans le ravitaillement de Rome, qui justifiait aussi la présence régulière d’une armée dans la province37. Le travail de réorganisation provinciale n’avait d’ailleurs peut-être pas été achevé quand Lépide quitta l’Afrique. Aussi importait-il pour Octavien d’y placer un homme de confiance, à la promotion duquel il pouvait par la même occasion procéder. Ses raisons pourraient expliquer le choix porté sur T. Statilius Taurus, homo nouus nommé consul suffect en 37 av. J.-C., qui après avoir soutenu Antoine entra au service d’Octavien au cours de la guerre de Sicile. Son affectation en Afrique participait sans doute de la volonté d’Octavien de mieux l’attacher à son parti38.

  • 39 Cette impression d’unité était renforcée par le triomphe espagnol célébré en 32 av. J.-C. par Ap. (...)
  • 40 « Il est rare que les personnages de premier plan n’aient pas recouru à l’assistance de grands com (...)
  • 41 CIL, I2, pp. 50, 77. Voir Syme, 1967, p. 288.
  • 42 Thomasson, 1996, p. 20, no 1.
  • 43 CIL, I2, pp. 50, 77. Voir Lacey, 1974, p. 179.

11Son triomphe, de même que celui de L. Cornificius, contribuaient à renforcer l’impression d’une unité de l’Occident pacifié autour d’Octavien, et par conséquent à accroître la puissance et la gloire du triumvir et de son parti, alors que se profilait la guerre contre Antoine39. En même temps, l’armée africaine était sous le contrôle de soutiens sûrs. L’octroi du triomphe renvoyait à Rome une image glorieuse des partisans d’Octavien, et permettait de créditer leur autorité d’une nouvelle efficacité, comme le formule Velleius Paterculus40. Si ces mots relèvent de la propagande traditionnelle des homines noui à la fin de la République, le processus qu’ils décrivent connut une application directe avec les décisions prises par Octavien. Son avenir personnel passait par l’Afrique, mais rien n’indique que les triomphes qu’il accorda furent liés à la gestion des frontières de la province. Les triomphes célébrés immédiatement après Actium par les chefs de file du parti d’Octavien, placés comme proconsuls des provinces occidentales, semblent avoir relevé du même calcul politique. Il s’agissait de célébrer la gloire militaire de l’État qui renaissait sous la direction d’Octavien41 : L. Autronius Paetus, consul suffect en 33 av. J.-C., semble-t-il gouverneur en 29-28 av. J.-C.42, célèbre ainsi en août 28 av. J.-C. un triomphe ex Africa, tandis que la même année, C. Calvisius Sabinus triomphe sur l’Espagne, et C. Carrinas sur la Gaule43.

  • 44 Expression empruntée à Hinard, 1991, p. 35.
  • 45 Voir Syme, 1967, pp. 321-322, qui évoque de manière suggestive les triomphes célébrés par L. Sempr (...)
  • 46 Hurlet, 2000.
  • 47 Roddaz, 1996, p. 85 ; Hurlet, 2000, p. 1527.

12La « recherche nécessaire d’équilibres politiques à Rome44 » à l’issue des guerres civiles, que sous-tendait le statut de l’Afrique, semble également fournir des éléments d’explication aux triomphes africains célébrés après Actium. Ces derniers pouvaient justifier en apparence l’indépendance, par rapport à Auguste, des opérations menées dans les provinces publiques45. Dans les faits, l’immixtion du pouvoir impérial dans la procédure de désignation des gouverneurs de provinces publiques, attestée dès le Principat augustéen46, conférait au procédé une valeur hautement symbolique dans les gages de bonne conduite que devait donner le prince au Sénat dans le cadre de son programme officiel de la restauration de la res publica, qui légitimait son propre pouvoir. L’octroi du triomphe accordé à L. Sempronius Atratinus en 21 av. J.-C., et à L. Cornelius Balbus en 19 av. J.-C., signifiait qu’ils avaient mené des opérations militaires en tant que proconsuls d’Afrique, celles-ci étant conduites sous leurs propres auspices47.

  • 48 Hinard, 1991, p. 34, le suggère brièvement.

13L’opportunité de ces triomphes servait aussi la politique du prince. Le droit de triompher que leur accordait Auguste permit sans doute là encore de remercier avant toute chose des hommes de confiance, pour leur fidélité48. Dans le cadre du triomphe de Balbus, les témoignages littéraires permettent néanmoins de faire le lien avec des campagnes militaires tangibles, plaçant les confins de la province au premier plan des préoccupations du prince dans la région.

II. — La campagne de L. Cornelius Balbus

  • 49 « S’interpose la Phazanie tournée vers les solitudes de l’Afrique déjà mentionnées au-dessus de la (...)
  • 50 Id., 1957, pp. 5-43, 1978, pp. 189-195 et 1980a, pp. 394-410 ; Gutsfeld, 1989, pp. 26-30.
  • 51 Voir la carte 6 de cet ouvrage.
  • 52 Pline, Histoire naturelle, 5, 36. Voir Desanges, 1957, 1978, pp. 189-190. Le témoignage de Pline e (...)

14Les Fastes Capitolins et l’allusion au triomphe par Pline l’Ancien apportent peu d’indices sur le déroulement des opérations et les motifs de l’intervention romaine menée sous la conduite de L. Cornelius Balbus. Si le naturaliste laisse supposer une démonstration de force des armées romaines dans les confins africains, en revanche il ne dit rien de précis sur des faits d’armes que l’on peut uniquement conjecturer49. L’énumération des peuples et des cités dont les noms figuraient lors du triomphe de L. Cornelius Balbus a conduit à envisager que les opérations menées en son nom furent lancées dans deux directions, aux frontières méridionales de la Numidie jusqu’au Hodna, contre les Gétules, et de la Tripolitaine, contre les Garamantes50. Seule cette dernière campagne semble toutefois avoir rencontré un écho retentissant chez les contemporains de L. Cornelius Balbus51, si l’on en juge l’étonnement de Pline l’Ancien devant l’énumération de toponymes et d’ethniques transmise par les Acta triumphorum, évoquant des opérations en Numidie52.

  • 53 Desanges, 1957, pp. 41-43.
  • 54 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 3-4 ; Florus, Epitomè, 2, 31 ; Orose, Histoires contre les (...)
  • 55 Tacite, Annales, 4, 23.
  • 56 « Il [Tacfarinas] avait comme recéleur de son butin et compagnon de ses pillages le roi des Garama (...)
  • 57 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36.
  • 58 Tacite, Annales, 4, 23 et 26, à propos de l’implication du roi des Garamantes aux côtés de Tacfari (...)

15Selon J. Desanges, les campagnes militaires entreprises sous la direction de L. Cornelius Balbus furent la conséquence d’une révolte des tribus gétules aidées des Garamantes, à la suite de la nouvelle formation par Auguste du royaume de Maurétanie, à la tête duquel il plaça Juba II53. Si les sources écrites évoquent l’hostilité des Gétules à propos de la campagne menée contre eux en 6 apr. J.-C. par Cn. Cornelius Lentulus Cossus54, il n’est pas exclu qu’elle se soit manifestée précocement contre le roi et l’autorité romaine, dès la nomination par Rome de Juba II. La mention d’une coalition associant des Gétules et des Garamantes est en revanche plus tardive : il en est fait état pour la première fois à l’occasion de la guerre contre Tacfarinas, survenue une quarantaine d’années plus tard55. L’implication des Garamantes est alors évoquée par Tacite comme un fait remarquable56. Rien ne vient confirmer l’existence d’une telle alliance au moment des opérations conduites par L. Cornelius Balbus : l’étonnement de Pline, qui ne connaissait semble-t-il que la mission contre les Garamantes à laquelle il attribue en premier lieu le triomphe célébré par le proconsul57, pourrait s’expliquer par l’indépendance de fait entre les deux campagnes menées sous la conduite de L. Cornelius Balbus. Aucun indice ne permet d’affirmer l’existence d’un comportement hostile, voire dangereux, des Garamantes, lorsque L. Cornelius Balbus entreprit de pénétrer jusqu’au cœur de leur territoire. Cette expédition, qui faisait peut-être suite à une opération de pacification aux confins de la province d’Afrique, fait davantage figure de mission d’exploration que de campagne défensive. L. Cornelius Balbus a atteint la capitale Garama, mais ne semble pas s’être aventuré plus loin dans le territoire des Garamantes. À l’issue de l’expédition romaine, l’indépendance de leur royaume demeurait semble-t-il intacte58.

  • 59 On peut faire ici le parallèle avec l’expédition d’Aelius Gallus en Arabie, en 26-25 av. J.-C. : à (...)
  • 60 « Démêler l’itinéraire conduisant chez les Garamantes fut impossible jusqu’à nos jours, les brigan (...)
  • 61 Cartographie de l’expédition : voir la carte 6 de cet ouvrage.
  • 62 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36. Voir Trousset, 1994.
  • 63 Desanges, 1978, pp. 189-195.
  • 64 Hurlet, 2006, pp. 147-149, 161-177.

16L’étendue des territoires parcourus lors des opérations militaires entreprises par L. Cornelius Balbus impliquait en amont une préparation minutieuse et la mobilisation de financements qui laissaient peu de place à l’improvisation. La durée de cette campagne n’était d’ailleurs pas sans incidences sur les autres missions que L. Cornelius Balbus avait officiellement en charge dans la province, au cours de son proconsulat. L’expédition en pays garamante l’obligea effectivement à quitter un certain temps le territoire provincial. La difficulté du terrain sur lequel l’armée de L. Cornelius Balbus s’aventura suggère que la durée de l’absence du proconsul ne fut sans doute pas facile à prévoir, et impliqua un soutien particulier d’Auguste qui voyait probablement un intérêt majeur à tenter l’aventure59. La prise de risques était effectivement importante : ce n’est qu’en 70, à l’occasion de la campagne de Valerius Festus, que fut découvert l’itinéraire le plus court conduisant en territoire garamante60. Il fallut environ un mois et demi à L. Cornelius Balbus et à son armée pour rallier Garama, depuis Sabratha, en passant par Cidamus61 ; cette dernière place, grande oasis du Sahara septentrional située au cœur du territoire des Phazaniens, semble alors avoir été conquise par les armées romaines62. On peut penser, comme le suggère J. Desanges, que trois à quatre mois furent nécessaires pour parvenir à destination, et en revenir. À cela s’ajoutait la campagne contre les Gétules, qui put être menée en deux mois environ63. On ignore si L. Cornelius Balbus prit personnellement part aux deux campagnes ; le statut auspicial lié à la charge de proconsul lui permettait quoi qu’il en soit de célébrer un triomphe sur l’ensemble des opérations conduites en son nom64.

  • 65 Roddaz, 2004b, pp. 36-37.
  • 66 Virgile, Bucoliques, 8, 44, évoque ainsi les extremi Garamantes.

17Le territoire des Garamantes, qui était alors perçu comme l’une des bornes de l’œkoumène, semble bien avoir fait partie des projets de conquête d’Auguste. Le choix symbolique des Garamantes pour évoquer les confins de l’œkoumène se justifiait d’autant mieux qu’aucun trophée romain n’était venu marquer ses limites en Afrique65. Alors que ces monuments célébratifs se multiplient sous le Principat d’Auguste aux frontières de l’empire et aux limites des zones conquises ou pacifiées par l’autorité romaine, on voit au même moment les Garamantes endosser ce rôle dans les sources écrites66.

18Les vers du livre VI de l’Énéide, à travers lesquels Virgile énumère les peuples et les pays lointains sur lesquels Auguste est appelé à étendre la domination romaine, apportent à ce titre un éclairage précieux, quoique par certains aspects d’une interprétation parfois difficile :

  • 67 « Huc geminas nunc flecte acies, hanc aspice gentem Romanosque tuos. Hic Caesar et omnis Iuli prog (...)

Ici maintenant, tourne tes yeux, regarde cette nation, tes Romains. Ici César et toute la descendance d’Iule, telle qu’elle viendra sous la grande voûte du ciel. Cet homme, c’est celui dont tu entends si souvent redire qu’il t’est promis, Auguste César, fils d’un dieu : il rouvrira ce siècle d’or qu’au Latium jadis Saturne conduisit par les champs ; plus loin que les Garamantes et les Indiens il [Auguste César] dilatera notre empire ; par-delà les constellations, par-delà les chemins du soleil et de l’année, une terre s’étend où Atlas, le soutien du ciel, fait tourner sur son épaule la voûte émaillée d’étoiles ardentes. À la pensée qu’il approche, déjà maintenant les royaumes caspiens frissonnent aux oracles des dieux, frissonne aussi la terre Méotide et du septuple Nil les bouches s’effraient et se troublent67.

  • 68 Termes du débat résumés par Schneider, 2004, pp. 327-329.
  • 69 Norden, 1899, p. 472 et 1903, p. 324.
  • 70 André, Filliozat, 1986, p. 340 ; Roddaz, 2004a, p. 263. Afin d’ajouter à la valeur exceptionnelle (...)
  • 71 Ribbeck, 1866, p. 60, en défendit le premier l’hypothèse. Voir également Dion, 1966.

19Ce passage évoquant la puissance conquérante de Rome fut diversement compris68. Certains ne concédèrent aux vers de Virgile qu’une valeur géographique69. Les Indiens et les Garamantes symbolisaient effectivement tout à la fois les confins du monde habité et la vocation de l’État romain à étendre son influence jusqu’à ces extrémités, afin de dominer l’ensemble de l’œkoumène70. D’autres commentateurs y ont vu une allusion concrète à des ambassades ou des expéditions qui faisaient alors l’actualité politique du moment à Rome71.

  • 72 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-38. Sur cette hypothèse, voir Guédon, 2012. Dans les vers de Virg (...)
  • 73 Rowell, 1941, p. 261 ; Grimal, 1953, 1954.
  • 74 Desanges, 1980a, p. 250, n. 2, qui suggère que les v. 794-795 du livre VI de l’Énéide furent l’obj (...)
  • 75 Voir les remarques de Nicolet, 1988a, p. 132.
  • 76 « Omnium pro[inciarum populi Romani,] quibus finitimae fuerunt gentes, quae non parerent imperio n (...)

20En ce sens, il est très possible que les mots de Virgile évoquant la future extension de l’empire, au-delà des Garamantes, se fassent l’écho de l’expédition conduite par L. Cornelius Balbus en direction des Garamantes en 20 av. J.-C.72, et qui lui vaut de célébrer son triomphe le 27 mars 19 av. J.-C. La mort du poète survient quelques mois plus tard, en septembre de la même année. Si la composition d’ensemble de l’Énéide semble avoir été achevée en 22 av. J.-C.73, Auguste songeait peut-être déjà à cette expédition, et en discutait avec ses conseillers. Serait-ce alors au projet lui-même, ou au résultat de l’expédition à la suite d’un ultime remaniement74, auxquels les vers de Virgile renverraient ? Si Auguste, qui ne pouvait s’attribuer la gloire d’une campagne militaire menée dans une province publique, n’en fait pas état dans ses Res Gestae75, l’expédition de L. Cornelius Balbus qui figure comme la première campagne militaire connue conduite aux confins de la province d’Afrique proconsulaire participe néanmoins pleinement à la prétention affichée d’Auguste d’avoir « agrandi les frontières de toutes les provinces du Peuple romain, dont étaient voisines des nations qui n’obéissaient pas à notre pouvoir76 ».

  • 77 Roddaz, 2004a, 2004b, 2012.
  • 78 À propos de cette expédition sur laquelle la bibliographie est nombreuse, voir la synthèse proposé (...)
  • 79 « Sous mon commandement et mes auspices, deux armées ont été conduites à peu près en même temps en (...)
  • 80 Simon, 2002.
  • 81 « Pour ces raisons cette expédition ne fut pas d’un profit important pour la connaissance des lieu (...)

21L’avancée en territoire garamante, sur des terres réputées inaccessibles où l’armée romaine ne s’était jamais aventurée, représentait donc un véritable défi. Cette mission de découverte était sans aucun doute animée du même esprit de conquête que traduit bien la notion de propagatio imperii portée par la propagande du nouveau pouvoir politique à Rome77, et qui semble avoir inspiré d’autres expéditions conduites sous le Principat, telles que celle d’Aelius Gallus en Arabie, en 26-25 av. J.-C.78. L’objectif de la campagne d’Aelius Gallus ressort très clairement des témoignages conjugués d’Auguste lui-même ou encore de Strabon, et plus tard de Pline l’Ancien qui n’évoque que l’aspect militaire de l’expédition : l’emploi des armes romaines visait à découvrir et soumettre de nouveaux territoires afin d’étendre la domination romaine, et à promouvoir le commerce79. L’expédition se solda par un échec sur le plan militaire, et ne permit pas le profit commercial escompté80. Le seul bénéfice fut une meilleure connaissance des Romains sur l’Arabie81.

  • 82 « clarissimumque Garama, caput Garamantum » (Pline, Histoire naturelle, 5, 36).
  • 83 Voir les mots de Tacite (Annales, 4, 23), à propos des Garamantes au moment de la guerre de Tacfar (...)
  • 84 « mons Giri in quo gemmas nasci titulus praecessit » (Pline, Histoire naturelle, 5, 37-38).
  • 85 Desanges, 1980a, pp. 409-410 ; Camps, 1998.
  • 86 Lefranc, 1986, pp. 309-310.
  • 87 Mattingly et alii, 2003, p. 358.
  • 88 « Au premier rang se placent les escarboucles, qui doivent leur nom à leur ressemblance avec le fe (...)
  • 89 Ibid., pp. 383-384.
  • 90 Pline, Histoire naturelle, 37, 92.
  • 91 « De ce peuple [les Garamantes] jusqu’aux Trogodytes, il y a, par les régions du couchant d’hiver, (...)

22La perspective d’un profit économique n’est pas à exclure des motivations qui ont pesé dans la réalisation de la campagne menée par L. Cornelius Balbus en pays garamante. Garama est mentionnée par Pline, qui reprend peut-être ici ce qui était dit dans les sources qu’il utilisa, comme une ville très célèbre82. Sans doute l’éloignement et le caractère inaccessible du territoire des Garamantes ajoutaient-ils à leur renommée83 et au prestige accordé à leurs richesses que le triomphe de L. Cornelius Balbus ne manque pas de rappeler : tel est le cas des pierres précieuses réputées être produites au mont Giri, comme le précisait alors un écriteau accompagnant le nom du lieu84. La position terminale de son simulacre, qui clôturait la longue liste des villes, fleuves et nationes dont les images défilèrent lors du triomphe de L. Cornelius Balbus, doit probablement au caractère prestigieux que pouvait revêtir la conquête de cet endroit, que rien ne permet toutefois de localiser avec certitude85. J.-Ph. Lefranc proposa d’identifier le mont Giri au massif montagneux du Jabal al-Hassâwana86. Cette région volcanique au nord du Fezzan présente effectivement des potentialités géologiques pour l’extraction de gemmes87. Sa localisation, à l’extrémité septentrionale du territoire garamante et en bordure du pays des Nasamons, s’accorde particulièrement avec le témoignage de Pline l’Ancien. Celui-ci attribuait le nom de carchédonienne à une certaine catégorie de gemmes dites également garamantes, du fait qu’elles avaient autrefois été l’objet d’un commerce avec Carthage. Elles provenaient alors de monts situés chez les Nasamons, affirme-t-il88. Il laisse donc supposer que les Garamantes jouaient le rôle d’intermédiaires dans ce commerce qui suggère l’existence de relations anciennes entre Carthage et les deux peuples — Garamantes et Nasamons —, à travers les pistes du désert libyque89. Pline fait aussi des pierres « garamantiques », avec les « indiennes », les deux principaux types d’escarboucles répandus dans le monde romain, auxquels il adjoint d’autres catégories secondaires90. Les Garamantes seraient également intervenus dans le commerce des escarboucles éthiopiennes, au sein duquel ils auraient agi en tant qu’intermédiaires selon le témoignage de Pline qui donne pour provenance des pierres le pays des Trogodytes91.

  • 92 Roddaz, 2004a, p. 273.
  • 93 « Pour l’Afrique (si l’on adopte une moyenne dans toute la gamme des évaluations qui nous sont par (...)
  • 94 Pline, Histoire naturelle, 5, 38 ; 6, 209.
  • 95 Sur cette hypothèse, voir Ritschl, 1842 ; Nicolet, 1988a, pp. 182-183 ; Guédon, 2012.
  • 96 Cosmographia Iulii Caesaris : GLM, pp. 21-55 ; Cosmographia du pseudo-Aethicus : GLM, pp. 71-103. (...)
  • 97 Voir les données présentées dans Nicolet, Gautier Dalché, 1986, p. 167. 

23L’expédition de L. Cornelius Balbus en territoire garamante, comme celle d’Aelius Gallus en Arabie, eurent pour conséquence majeure une meilleure connaissance des confins de l’empire et des territoires avoisinants. L’apport était loin d’être négligeable. Les enseignements tirés de ces expéditions permettaient d’estimer avec plus de justesse les difficultés matérielles que soulevait la prétention à dominer l’œkoumène92. Le témoignage de Pline rend compte des conséquences pratiques et immédiates qui découlèrent des renseignements fournis par L. Cornelius Balbus. En effet, c’est très certainement l’itinéraire conduisant en pays garamante, découvert par L. Cornelius Balbus, qui permit à Agrippa de proposer une nouvelle évaluation de la distance nord-sud, déterminant la profondeur de l’Afrique connue93. Cette estimation suggérait aussi une distance plus importante que ce qui avait pu être envisagé jusqu’alors94. Cette nouvelle mesure venait peut-être parachever le projet de « mesure du monde » attribué à César d’après une tradition d’époque tardive, dont on pourrait retrouver la trace dans la réalisation de l’œuvre géographique d’Agrippa95 : la Cosmographia dite de Iulius Honorius, connue de Cassiodore, et suivie par la Cosmographia du pseudo-Aethicus, antérieure au viiie siècle, fait effectivement état d’une entreprise initiée par César en 44 av. J.-C., qui avait pour objectif de mesurer le monde alors découpé en quatre parties selon les points cardinaux. Quatre savants auraient été en charge chacun de l’étude d’une région. La réalisation de ce projet se serait prolongée jusque vers le milieu du règne d’Auguste96. Le projet césarien paraît alors très proche, dans sa finalité, de celui d’Agrippa. Or, l’année 19 av. J.-C., qui voit L. Cornelius Balbus célébrer son triomphe africain, semble marquer le premier état d’achèvement de ce travail initié sous César pour le Midi, dont la dernière entreprise de mesure paraît avoir pris fin en 12 av. J.-C., qui correspond aussi à l’année au cours de laquelle décède Agrippa97. Les circonstances qui ont conduit L. Cornelius Balbus en territoire garamante pourraient alors être étroitement liées à ce projet, dont la poursuite relève aussi de calculs faits par Auguste depuis Rome.

III. — Le triomphe de L. Cornelius Balbus et l’enjeu symbolique des confins africains

  • 98 Le personnage est ainsi décrit par Cassius Dion : « Lucius Cornelius Balbus, de Gadès, qui surpass (...)
  • 99 Alföldi, 1976, pp. 31-54 ; Roddaz, 1984, pp. 38 et 40, n. 47 ; Rodríguez Neila, 1992 ; Des Boscs-P (...)
  • 100 Cassius Dion, Histoire romaine, 48, 32, 1.
  • 101 Le mariage de sa fille avec C. Norbanus Flaccus, consul en 25 av. J.-C. avec Auguste, confirme son (...)
  • 102 Velleius Paterculus, à propos des combats de l’année 48 av. J.-C. en Adriatique entre César et Pom (...)
  • 103 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 51, 3 ; César, Guerre civile, 3, 19.
  • 104 « Le questeur Balbus a rassemblé une forte somme en espèces, une importante quantité d’or, une qua (...)
  • 105 Cette hypothèse, débattue, s’appuie sur quelques monnaies de provenance gauloise, datées de l’anné (...)
  • 106 Di Vita-Évrard, 1978-1979, p. 34, n. 174 ; Hurlet, 2006, pp. 38-39, n. 77.
  • 107 « et a Cornelio Balbo triumphata, uno omnium externo curru et Quiritium iure donato » (Pline, Hist (...)
  • 108 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 51, 3.

24La personnalité du proconsul donne la mesure de la portée de cette expédition. Sa famille assura son soutien à César puis à Octavien. L’oncle de Cornelius, qui était originaire de Gadès et passait pour l’un des hommes les plus riches de son temps98, comptait parmi l’entourage proche de César dont il fut l’un des amis les plus influents ; après la mort de ce dernier, il accorda brièvement son soutien à Antoine, avant de mettre sa fortune au service d’Octavien dont il fut le conseiller au début de sa carrière99. Il devint consul en 40 av. J.-C.100. La position sociale de la famille de Balbus et son rôle politique privilégié au sein de l’élite dirigeante d’époque augustéenne ne faiblirent pas, grâce à la brillante ascension de Cornelius Balbus le Jeune, neveu du précédent101. Certaines étapes de sa carrière restent malheureusement obscures102. Il fut légat de César en Macédoine en 49-48 av. J.-C.103. Questeur puis proquesteur auprès d’Asinius Pollion en Hispanie ultérieure en 44-43 av. J.-C., il utilisa l’argent des impôts et la solde des armées pour soutenir le roi Bogud de Maurétanie qui avait rallié le camp d’Antoine104. Peut-être fut-il propréteur en Gaule en 41-40 av. J.-C., après avoir rejoint le parti d’Octavien105. Il aurait été admis par Auguste parmi les consulares, sans avoir exercé antérieurement le consulat, peut-être lors de la lectio senatus de 28 av. J.-C. ou bien peu avant son départ pour l’Afrique, ce qui peut s’expliquer par le fait qu’il fallait des gouverneurs de rang consulaire à la tête des provinces publiques et impériales alors même que les candidats remplissant cette condition faisaient défaut106. Nommé proconsul en Afrique en 21-20 av. J.-C., il est au faîte de la gloire avec son triomphe africain, « seul étranger entre tous qui se soit vu octroyer le char triomphal et le droit des Quirites » selon les mots de Pline l’Ancien107. Il accède ensuite au pontificat108.

  • 109 Hurlet, 2006, pp. 161, 165-167.
  • 110 Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 11, 6 ; 54, 12, 1. Voir Roddaz, 1984, p. 409 ; Hurlet, 2006, p (...)
  • 111 Pline, Histoire naturelle, 36, 60.
  • 112 Tarpin, 2001, pp. 207-232.
  • 113 Pline, Histoire naturelle, 36, 60 ; Suétone, Vie d’Auguste, 29 ; Cassius Dion, Histoire romaine, 5 (...)
  • 114 Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 25.

25Son triomphe est le dernier qui fut accordé à un sénateur qui n’était pas membre de la famille impériale109. Le triomphe de L. Cornelius Balbus fit probablement d’autant plus impression qu’au même moment, Agrippa, de retour de sa campagne victorieuse de pacification dans le Nord-Ouest de la péninsule Ibérique, refusait les honneurs du triomphe que le Sénat venait de voter. La célébration de la gloire de Balbus faisait donc un fort contraste avec la modération d’Agrippa110. La construction du théâtre que Balbus fit ensuite édifier à ses frais, bâtiment somptueux111, ajouta à sa gloire et à sa renommée. Seul L. Cornelius Balbus, parmi les huit individus qui n’appartenaient pas à la domus impériale et qui obtinrent un triomphe entre les années 29 et 7 av. J.-C., fut en effet autorisé à construire un monument public dans le secteur du Champ de Mars, le lieu d’expression par excellence de l’urbanisme augustéen112. L’inauguration du théâtre eut lieu en 13 av. J.-C., et les spectacles qui l’accompagnèrent firent un peu d’ombre au retour d’Auguste dans la capitale, après sa tournée dans les Gaules et les Espagnes113. Balbus aurait d’ailleurs été convié à prendre le premier la parole au Sénat qui était présidé par Tibère, afin de discuter des honneurs qui devaient être accordés au prince à son retour ; ils furent toutefois refusés dans leur ensemble par Auguste114.

  • 115 Voir les remarques de Cadiou, Moret, 2012, pp. 34-35.
  • 116 Voir l’écho rencontré par l’expédition de César jusqu’à Brigantium (La Corogne) en 61 av. J.-C. (C (...)
  • 117 Appien, L’Ibérique, 51. Voir Cadiou, Moret, 2012, p. 35, n. 53.

26La campagne menée par L. Cornelius Balbus contre les Garamantes, et le triomphe qu’il put célébrer, semblent alors avoir constitué un tournant majeur dans son ascension politique et sociale. La dimension exploratoire de son expédition ajoutait au mérite militaire qui revenait à Balbus d’avoir affronté un peuple renommé mais dont le territoire demeurait mal connu, aux marges de l’empire. On retrouve ici de façon traditionnelle les motivations qui furent celles des généraux aux deux derniers siècles de la République115. Le retentissement des campagnes menées sur des territoires au-delà de la limite provinciale ajoutait au caractère personnel de ces expéditions, et à la gloire attachée étroitement à celui qui avait dirigé les opérations et à qui était attribué l’exploit à titre individuel116. Le triomphe accordé à L. Cornelius Balbus s’inscrit alors dans cette tradition qui justifiait les honneurs desquels on voit mal comment il aurait pu être privé. L’Afrique proconsulaire était une province publique et disposait d’une armée. Elle offrait encore un terrain propice, à qui cherchait le triomphe, pour pouvoir en obtenir les honneurs. Toutefois, au contraire des campagnes menées au-delà des provinces sous la République, dont l’initiative paraît très souvent avoir été prise par les généraux eux-mêmes et parfois, à l’exemple de Lucullus en 151 av. J.-C., contre l’avis du Sénat117, il est peu probable que L. Cornelius Balbus ait entrepris de sa propre initiative une telle expédition.

 

  • 118 Hurlet, 2006, p. 49.
  • 119 Des statues des proconsuls (M. Furius Camillus, L. Apronius et Q. Iunius Blaesus) ayant combattu T (...)
  • 120 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 10, 3.
  • 121 Hurlet, 2006, p. 174.
  • 122 Virgile, Énéide, 6, 789-800.

27En définitive, la nomination de L. Cornelius Balbus à la tête de la province d’Afrique proconsulaire semble avoir été directement liée à l’intervention d’Auguste : ainsi pourrait s’expliquer l’adlectio inter consulares de L. Cornelius Balbus118, qui lui permit de se voir attribuer la province africaine. Plusieurs raisons permettent d’expliquer ce choix. Les contingences matérielles de l’expédition en pays garamante, et le climat politique à Rome, incitent à penser que la campagne conduite par Balbus jusqu’au Fezzan résultait d’un plan soigneusement établi, peut-être dans le prolongement du projet de « mesure du monde » attribué à César. Pour le mener à bien, il fallait un homme audacieux et ambitieux, éventuellement prêt à risquer sa fortune dans cette entreprise. Ces qualités semblent bien ressortir de la personnalité de L. Cornelius Balbus, ainsi qu’en témoigne son parcours personnel. L’expédition menée aux confins africains non seulement assurait le triomphe à Balbus, mais profitait plus largement à l’autorité d’Auguste qui s’en trouvait couronné de gloire. La représentation des proconsuls d’Afrique au sein de l’enceinte du Forum d’Auguste119, conformément à la dernière disposition de la loi sacrée du temple de Mars Ultor prévoyant des statues de bronze des triomphateurs et de ceux récompensés par les ornements triomphaux120, montre bien par la suite qu’il n’existait aucune distinction entre proconsuls et légats impériaux : les premiers étaient également perçus comme des « auxiliaires dont les succès militaires servaient les intérêts du nouveau régime121 ». C’est aussi le sens des mots de Virgile qui attribue au prince le pouvoir de faire reculer les limites de l’empire au-delà des Garamantes, et semble donc évoquer le résultat, sinon le projet, d’une expédition envisagée au sud de l’Afrique romaine, inscrite dans la même quête des confins poursuivie à l’époque de la République122.

Notes

1 Fasti triumphales Capitolini et Fasti triumphales Barberiniani. Voir Le Glay, 1985, à propos des triomphes de T. Statilius Taurus et L. Cornificius ; Le Bohec, 1989a, p. 338 ; Hurlet, 2006, pp. 147-149.

2 CIL, I2, pp. 50 et 76-77 (Thomasson, 1996, p. 21, no 3).

3 CIL, I2, p. 50 (Thomasson, 1996, p. 21, no 4) ; Pline, Histoire naturelle, 5, 36-37. Sur ce triomphe, voir Desanges, 1957.

4 Hurlet, 2006, p. 148.

5 Le Bohec, 1989a, p. 338. Voir également id., 2014, p. 26.

6 Roller, 2003, p. 108 ; Christol, 2012b, p. 121.

7 Hinard, 1991, p. 38.

8 Le témoignage de Cassius Dion (Histoire romaine, 53, 16, 1) relatif au contrôle d’Auguste sur les provinces publiques en donne de façon générale la mesure. Voir les remarques de Bénabou, 1972 ; Ramage, 2000.

9 Cassius Dion, Histoire romaine, 53, 12, 2.

10 Hinard, 1991, pp. 34-35.

11 Sur cette période d’interrègne, voir la mise au point de Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 22-27.

12 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 80, 1-2 ; Appien, Guerres civiles, 5, 406 ; 5, 430-432. Voir Brunt, 1971, p. 499 ; Roddaz, 2003.

13 Ibid

14 Hurlet, 2015a, p. 177.

15 Bertrandy, 1980, pp. 104-105 et 1994b, pp. 200-202, dont les travaux recensent la présence d’Aemilii en Numidie.

16 L’inscription de Thabraca honore Lépide comme patron de la cité : AE, 1959, no 77. Voir Guey, Pernette, 1958 ; Lassère, 1977, p. 200 ; Weigel, 1992, p. 84 ; Roddaz, 2003, pp. 190-193 ; Allély, 2004, pp. 205-209.

17 Cassius Dion, Histoire romaine, 49, 34, 1 ; Suétone, Vie d’Auguste, 47.

18 Appien, Guerres civiles, 5, 537.

19 Cassius Dion, Histoire romaine, 49, 16, 1. Voir Desanges, 1980a, pp. 214-215 ; Roddaz, 2003, p. 196.

20 Gascou, 1969, pp. 557-568 ; Lassère, 1994b, p. 249.

21 Appien, Guerres civiles, 5, 528-530.

22 « Le divin Auguste, de même, après avoir assigné la paix à l’univers tout entier, traita sur un pied d’égalité les armées qui avaient servi sous Antoine ou Lépide et les soldats de ses propres légions, et les établit comme colons les uns en Italie, d’autres dans les provinces » (Hygin le Gromatique, 5, 6 ; éd. et trad. de Jean-Yves Guillaumin, Paris, CUF, 2005). Voir Roddaz, 2003, p. 196.

23 « Ils en étaient là de leurs préparatifs, tandis que les navires de transport ramenaient d’Afrique le reste de son armée à Lépide, à savoir quatre légions. Papias, envoyé par Pompée, alla à leur rencontre, en pleine mer, et les détruisit, alors qu’ils l’accueillaient en ami : ils croyaient, en effet, que c’étaient les navires de Lépide qui venaient à leur rencontre. Ceux-ci n’avaient été mis à flot que lentement par Lépide et, lorsque plus tard ils s’approchèrent, les navires de transport les évitèrent, pensant que c’étaient là d’autres navires ennemis, jusqu’au moment où certains furent brûlés, d’autres capturés, d’autres encore chavirés, et le reste regagna l’Afrique » (Appien, Guerres civiles, 5, 430-432 ; éd. et trad. de Maud Étienne-Duplessis, Paris, CUF, 2013).

24 Appien évoque des « Numides d’Afrique », présentés comme des « soldats dépourvus d’armes lourdes et légers à la course » (Appien, Guerres civiles, 5, 474 ; éd. et trad. de Maud Étienne-Duplessis, Paris, CUF, 2013).

25 « Arabion s’enfuit alors en Espagne auprès des fils de Pompée. Après le meurtre de César, il revint en Afrique, ne cessa d’envoyer des recrues africaines en Espagne au jeune Pompée, et prenant avec lui des soldats expérimentés, il priva Bocchus de son royaume, puis fit périr Sittius en employant la ruse » (Appien, Guerres civiles, 4, 54, 234 ; trad. de Philippe Torrens, Paris, Les Belles Lettres, 2008). Même si Arabion se rallie par la suite au clan césarien (Appien, Guerres civiles, 4, 54, 235), Sextus Pompée semble encore avoir pu compter sur des appuis solides en Afrique. Voir Hamdoune, 1999, pp. 59-60 ; Appien, Histoire romaine, livre XVII : Guerres civiles, livre V ; éd. et trad. de Maud Étienne-Duplessis, Paris, CUF, 2013, commentaires pp. 181-182.

26 Appien, Guerres civiles, 5, 537.

27 Bénabou, 1976, p. 59 ; Le Glay, 1985, p. 246 ; Roddaz, 2003, p. 196, n. 109.

28 Le Glay, 1985, pp. 245-246. T. Statilius Taurus fut consul suffect en 37 av. J.-C. ; L. Cornificius reçut, quant à lui, le consulat ordinaire en 35 av. J.-C.

29 Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 12, 1.

30 Tacite, Annales, 4, 23. Voir les remarques de Bastien, 2007, pp. 243-247, à propos de la recherche exacerbée du triomphe au début du ier siècle av. J.-C.

31 D’autres triomphateurs ont agi de même sous Auguste : voir ibid., pp. 342-343.

32  Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 127 ; Suétone, Vie d’Auguste, 29 ; Tacite, Annales, 3, 72, 1 ; Cassius Dion, Histoire romaine, 51, 23, 1.

33 Suétone, Vie d’Auguste, 29.

34 « Alors encore se pratiquait la munificence au profit de l’État, et Auguste n’avait pas encore détourné Taurus, Philippus, Balbus de consacrer les dépouilles ennemies ou le superflu de leur fortune à l’embellissement de Rome et à l’illustration de leur fortune » (Tacite, Annales, 3, 72, 1 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 3e éd. revue et corrigée par Joseph Hellegouarc’h).

35 Roddaz, 1996, pp. 86-87.

36 Bleicken, 1990, p. 35.

37 Le Glay, 1985, pp. 244-247 ; Virlouvet, 1985, p. 89 ; Hinard, 1991, p. 38.

38 Sur ce personnage, voir la notice prosopographique proposée par Ferriès, 2007, pp. 472-474.

39 Cette impression d’unité était renforcée par le triomphe espagnol célébré en 32 av. J.-C. par Ap. Claudius Pulcher : voir Syme, 1967, pp. 278-279.

40 « Il est rare que les personnages de premier plan n’aient pas recouru à l’assistance de grands commis pour gouverner leur fortune, comme ce fut le cas des deux Scipions avec les deux Lélius dont ils firent en tout leurs égaux, comme le divin Auguste avec M. Agrippa et, immédiatement après, Statilius Taurus, que leur noblesse récente n’empêcha pas d’obtenir de multiples consulats et triomphes ainsi que plusieurs sacerdoces. En effet, les grandes affaires ont besoin de grands commis — et pour les emplois modestes, la pénurie n’est pas rare — et il importe que tiennent le premier rang dans l’État ceux qui accomplissent les tâches indispensables et que l’efficacité soit renforcée par l’autorité » (Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 127 ; éd. et trad. de Joseph Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982).

41 CIL, I2, pp. 50, 77. Voir Syme, 1967, p. 288.

42 Thomasson, 1996, p. 20, no 1.

43 CIL, I2, pp. 50, 77. Voir Lacey, 1974, p. 179.

44 Expression empruntée à Hinard, 1991, p. 35.

45 Voir Syme, 1967, pp. 321-322, qui évoque de manière suggestive les triomphes célébrés par L. Sempronius Atratinus en 21 et L. Cornelius Balbus en 19 : « Mais maintenant, comme s’il fallait faire la preuve de leur indépendance, les proconsuls d’Afrique recevaient le droit de conduire des guerres et de se couvrir de gloire ».

46 Hurlet, 2000.

47 Roddaz, 1996, p. 85 ; Hurlet, 2000, p. 1527.

48 Hinard, 1991, p. 34, le suggère brièvement.

49 « S’interpose la Phazanie tournée vers les solitudes de l’Afrique déjà mentionnées au-dessus de la Petite Syrte ; c’est là que nous avons soumis [subegimus] le peuple des Phazanii et les villes d’Alele et de Cilliba, et aussi Cidamus en venant de Sabrata. À partir de ces villes, une montagne s’étend […]. Au-delà de ce mont, des déserts, puis Thelge, ville des Garamantes et aussi Dedris […], et Garama, la très célèbre capitale des Garamantes, toutes villes subjuguées par les armes romaines et sur lesquelles Cornelius Balbus a remporté un triomphe [omnia armis Romanis superata et a Cornelio Balbo triumphata] » (Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980).

50 Id., 1957, pp. 5-43, 1978, pp. 189-195 et 1980a, pp. 394-410 ; Gutsfeld, 1989, pp. 26-30.

51 Voir la carte 6 de cet ouvrage.

52 Pline, Histoire naturelle, 5, 36. Voir Desanges, 1957, 1978, pp. 189-190. Le témoignage de Pline est tout à fait révélateur du fait qu’au ier siècle av. J.-C. « l’importance des confins […] se mesure plus à la représentation qui en fut organisée que dans la réalité de ces expéditions » : Sablayrolles, 2006, p. 345, à propos des missions conduites par César et Pompée. Au sujet des expéditions de Pompée, voir également Goukowsky, 2011.

53 Desanges, 1957, pp. 41-43.

54 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 3-4 ; Florus, Epitomè, 2, 31 ; Orose, Histoires contre les païens, 6, 21, 18.

55 Tacite, Annales, 4, 23.

56 « Il [Tacfarinas] avait comme recéleur de son butin et compagnon de ses pillages le roi des Garamantes, qui, sans marcher avec une armée, lançait des troupes légères, que la renommée grossissait à cause de l’éloignement » (ibid., 4, 23, 2 ; éd. et trad. de Pierre Wuilleumier, Paris, CUF, 1990, 2e éd. revue et corrigée par Henri Le Bonniec).

57 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36.

58 Tacite, Annales, 4, 23 et 26, à propos de l’implication du roi des Garamantes aux côtés de Tacfarinas.

59 On peut faire ici le parallèle avec l’expédition d’Aelius Gallus en Arabie, en 26-25 av. J.-C. : à propos de celle-ci, voir Debidour, 2012.

60 « Démêler l’itinéraire conduisant chez les Garamantes fut impossible jusqu’à nos jours, les brigands de cette nation recouvrant de sable leurs puits qui n’ont pas à être creusés profondément, si l’on est servi par la connaissance des lieux. Au cours de la toute récente guerre menée contre les habitants d’Oea, dans les débuts du règne de Vespasien, on a découvert un raccourci de quatre journées ; c’est le chemin qu’on nomme “Par la crête du roc” [Praeter Caput Saxi] » (Pline, Histoire naturelle, 5, 38 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980).

61 Cartographie de l’expédition : voir la carte 6 de cet ouvrage.

62 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-36. Voir Trousset, 1994.

63 Desanges, 1978, pp. 189-195.

64 Hurlet, 2006, pp. 147-149, 161-177.

65 Roddaz, 2004b, pp. 36-37.

66 Virgile, Bucoliques, 8, 44, évoque ainsi les extremi Garamantes.

67 « Huc geminas nunc flecte acies, hanc aspice gentem Romanosque tuos. Hic Caesar et omnis Iuli progenies magnum caeli uentura sub axem. Hic uir, hic est, tibi quem promitti saepius audis, Augustus Caesar, diui genus, aurea condet saecula qui rursus Latio regnata per arua Saturno quondam, super et Garamantas et Indos proferet imperium ; iacet extra sidera tellus, extra anni solisque uias, ubi caelifer Atlas axem umero torquet stellis ardentibus aptum. Huius in aduentum iam nunc et Caspia regna responsis horrent diuom et Maeotia tellus, et septemgemini turbant trepida ostia Nili » (id., Énéide, 6, 789-800 ; éd. et trad. de Jacques Perret, Paris, CUF, 1989).

68 Termes du débat résumés par Schneider, 2004, pp. 327-329.

69 Norden, 1899, p. 472 et 1903, p. 324.

70 André, Filliozat, 1986, p. 340 ; Roddaz, 2004a, p. 263. Afin d’ajouter à la valeur exceptionnelle de son règne, Aurelius Victor attribue ainsi à Auguste, de façon très symbolique, d’avoir soumis au contrôle de l’autorité romaine les peuples situés aux quatre points cardinaux du monde habité dont ils représentent les confins, parmi lesquels les Indiens et les Garamantes : « Felix adeo (absque liberis tamen simulque coniugio), ut Indi, Scythae, Garamantes ac Bactri legatos mitterent orando foederi » (« Il fut à ce point favorisé de la fortune [en dehors toutefois de ses enfants et de son mariage] que les Indiens, les Scythes, les Garamantes et les Bactriens lui envoyèrent des ambassadeurs pour solliciter un traité d’alliance » [Aurelius Victor, Livre des Césars, 1, 7 ; éd. et trad. de Pierre Dufraigne, Paris, CUF, 1975]). La présence d’une ambassade de Garamantes à Rome est mentionnée par Tacite (Annales, 4, 26) sous le règne de Tibère, événement qui, selon l’annaliste, s’était rarement vu dans la ville (« raro in Vrbe uisi »).

71 Ribbeck, 1866, p. 60, en défendit le premier l’hypothèse. Voir également Dion, 1966.

72 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-38. Sur cette hypothèse, voir Guédon, 2012. Dans les vers de Virgile, la mention d’Atlas dans une terre située au-delà du pays des Garamantes et des Éthiopiens demeure bien obscure d’un point de vue géographique. Atlas désigne ici le héros du mythe : voir Boyancé, 1974. Il était déjà question de lui au chant IV de l’Énéide (4, 480-486), tandis que d’autres vers du même chant évoquent plus clairement la montagne, décrite de façon croisée avec une évocation du corps du héros, alors identifié à l’élément du relief (Virgile, Énéide, 4, 246 sq.). Aussi il ne semble pas qu’il faille y voir une information géographique en complément de la mention précédente des Garamantes et des Éthiopiens en direction desquels Auguste s’apprête à dilater le territoire de l’empire.

73 Rowell, 1941, p. 261 ; Grimal, 1953, 1954.

74 Desanges, 1980a, p. 250, n. 2, qui suggère que les v. 794-795 du livre VI de l’Énéide furent l’objet d’un ultime remaniement afin d’y introduire une allusion au triomphe de L. Cornelius Balbus.

75 Voir les remarques de Nicolet, 1988a, p. 132.

76 « Omnium pro[inciarum populi Romani,] quibus finitimae fuerunt gentes, quae non parerent imperio nos]tro fines auxi » (RGDA, 26, 1 ; éd. et trad. de John Scheid, Paris, CUF, 2007).

77 Roddaz, 2004a, 2004b, 2012.

78 À propos de cette expédition sur laquelle la bibliographie est nombreuse, voir la synthèse proposée par Debidour, 2012.

79 « Sous mon commandement et mes auspices, deux armées ont été conduites à peu près en même temps en Éthiopie et dans l’Arabie qu’on appelle Heureuse ; dans les deux nations, de grandes masses d’ennemis ont été détruites en bataille et plusieurs places-fortes ont été prises. En Éthiopie, on est parvenu jusqu’à la ville de Nabata, dont Meroë est proche. En Arabie, l’armée avança jusqu’à la ville de Mariba, au pays des Sabéens » (RGDA, 26, 5 ; éd. et trad. de John Scheid, Paris, CUF, 2007) ; « Bien des caractères de ce pays nous sont connus par l’expédition récente des Romains contre les Arabes, expédition qui fut menée à notre époque sous le commandement d’Aelius Gallus. César Auguste l’avait envoyé explorer les tribus et les lieux chez les Arabes et les Éthiopiens, car il voyait que le pays des Troglodytes qui touche à l’Égypte est voisin de ces régions et que le golfe Arabique qui sépare les Arabes des Troglodytes est extrêmement étroit. Il avait conçu le projet de se concilier ces peuples, ou bien de les soumettre. S’ajoutait aussi la réputation que, de tout temps, on leur faisait d’être richissimes : ils vendaient des aromates et des pierres précieuses contre de l’argent et de l’or, mais ne dépensaient avec l’étranger rien de ce qu’ils percevaient en échange. Enfin il était encouragé par les espoirs que lui donnaient les Nabatéens : ils étaient des amis et lui avaient promis leur pleine collaboration » (Strabon, Géographie, 16, 4, 22 ; trad. Debidour, 2012, p. 780) ; « Jusqu’à ce jour seul Aelius Gallus, de l’ordre équestre, a porté les armes romaines dans cette terre [l’Arabie] ; car C. César, fils d’Auguste, ne fit que voir l’Arabie de loin. Gallus détruisit des villes qui n’avaient pas été nommées par les auteurs qui ont écrit auparavant : Negrana, Nestum, Nesca, Magusum, Caminacum, Labaetia, et Mariba, nommée plus haut, de 6 000 pas de tour ; [il détruisit] aussi Caripeta, ce fut la limite extrême de son expédition » (Pline, Histoire naturelle, 6, 157-159 ; trad. Debidour, 2012, p. 783).

80 Simon, 2002.

81 « Pour ces raisons cette expédition ne fut pas d’un profit important pour la connaissance des lieux, mais elle y contribua pourtant un peu » (Strabon, Géographie, 16, 4, 24 ; trad. Debidour, 2012, p. 782) ; « J’ai déjà raconté comment Aelius Gallus, quand il envahit l’Arabie avec un corps de la garnison de l’Égypte, découvrit que la population était peu portée à faire la guerre ; et si Syllaios ne l’avait pas trahi, il aurait même occupé la totalité de l’Arabie Heureuse » (Strabon, Géographie, 17, 1, 53 ; trad. Debidour, 2012, p. 784).

82 « clarissimumque Garama, caput Garamantum » (Pline, Histoire naturelle, 5, 36).

83 Voir les mots de Tacite (Annales, 4, 23), à propos des Garamantes au moment de la guerre de Tacfarinas.

84 « mons Giri in quo gemmas nasci titulus praecessit » (Pline, Histoire naturelle, 5, 37-38).

85 Desanges, 1980a, pp. 409-410 ; Camps, 1998.

86 Lefranc, 1986, pp. 309-310.

87 Mattingly et alii, 2003, p. 358.

88 « Au premier rang se placent les escarboucles, qui doivent leur nom à leur ressemblance avec le feu ; néanmoins elles sont insensibles à l’action du feu ; d’où le nom d’incombustibles que certains leur ont donné. Elles comprennent comme espèces les indiennes et les garamantiques, qui ont été appelées aussi carchédoniennes à cause de l’opulence de Carthage la Grande » (Pline, Histoire naturelle, 37, 92 ; éd. et trad. d’Eugène de Saint-Denis, Paris, CUF, 1972) ; « La pierre carchédonienne a, dit-on, le même pouvoir, cependant elle est beaucoup moins estimée que les précédentes. Elle vient chez les Nasamons, dans les montagnes ; les habitants croient qu’elle est un produit d’une pluie divine. On en trouve dans la réverbération du clair de lune, surtout quand celle-ci est pleine ; jadis on l’apportait à Carthage » (Pline, Histoire naturelle, 37, 104 ; éd. et trad. d’Eugène de Saint-Denis, Paris, CUF, 1972). Selon Strabon, les Carthaginois faisaient venir des pierres du pays des Garamantes, mais son témoignage est confus quant à la localisation de leur territoire, puisqu’il tend à les placer au sud d’une bande montagneuse, a priori en Masaesylie, occupée par les Gétules, mais qui, en fait, borde tout le littoral africain : « Au-dessus du littoral qui va de Carthage jusqu’aux Képhalai d’un côté et à la terre des Masaesyles de l’autre, s’étend le pays des Libyphéniciens jusqu’au pays montagneux des Gétules qui est déjà libyque. Au-dessus du pays des Gétules s’étend, parallèlement, le pays des Garamantes d’où proviennent les pierres de Carthage » (Strabon, Géographie, 17, 3, 19 ; éd. et trad. de Benoît Laudenbach, commenté par Jehan Desanges, Paris, CUF, 2014) ; voir id., 1980a, p. 409.

89 Ibid., pp. 383-384.

90 Pline, Histoire naturelle, 37, 92.

91 « De ce peuple [les Garamantes] jusqu’aux Trogodytes, il y a, par les régions du couchant d’hiver, sept jours de marche. Il n’est d’autre commerce avec les Trogodytes que celui de la pierre précieuse importée d’Éthiopie, que nous appelons escarboucle » (ibid., 5, 34 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980). Les cornalines découvertes à Sâniat Jibrîl, non loin de Garama, et datant de la période classique (ier – fin du ive siècle), semblent provenir du Nord du Tibesti : voir Mattingly et alii, 2003, p. 358, et id., Wilson, 2010, p. 527, à propos du commerce de pierres entre les Garamantes et les régions sub-sahariennes.

92 Roddaz, 2004a, p. 273.

93 « Pour l’Afrique (si l’on adopte une moyenne dans toute la gamme des évaluations qui nous sont parvenues), sa longueur atteint 3 698 milles, sa largeur dans la zone habitée n’excède nulle part 250 milles. Mais puisque dans sa partie cyrénaïque Agrippa lui a attribué 910 milles, en incluant le parcours qui faisait connaître ses déserts jusqu’aux Garamantes, la mesure totale à mettre en comparaison atteint 4 608 milles » (Pline, Histoire naturelle, 6, 208-209 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 2008). Sur les débats entourant la nature de l’œuvre géographique d’Agrippa, et notamment la matérialité de la carte qui lui est traditionnellement attribuée : Trousset, 1993c ; Arnaud, 2007, 2007-2008.

94 Pline, Histoire naturelle, 5, 38 ; 6, 209.

95 Sur cette hypothèse, voir Ritschl, 1842 ; Nicolet, 1988a, pp. 182-183 ; Guédon, 2012.

96 Cosmographia Iulii Caesaris : GLM, pp. 21-55 ; Cosmographia du pseudo-Aethicus : GLM, pp. 71-103. Voir l’étude du dossier proposée par Nicolet, Gautier Dalché, 1986 ; Nicolet, 1988a, pp. 140-143.

97 Voir les données présentées dans Nicolet, Gautier Dalché, 1986, p. 167. 

98 Le personnage est ainsi décrit par Cassius Dion : « Lucius Cornelius Balbus, de Gadès, qui surpassait tellement ses contemporains par sa richesse et sa magnificence qu’il légua à sa mort aux Romains 25 drachmes chacun » (Cassius Dion, Histoire romaine, 48, 32, 1 ; éd. et trad. de Marie-Laure Freyburger et Jean-Michel Roddaz, Paris, CUF, 1994).

99 Alföldi, 1976, pp. 31-54 ; Roddaz, 1984, pp. 38 et 40, n. 47 ; Rodríguez Neila, 1992 ; Des Boscs-Plateaux, 1994 ; Ferriès, 2007, p. 378 ; Roddaz, 2010. Octave, débarqué à Naples le 18 avril 44 av. J.-C., rencontre Balbus dès le lendemain : Cicéron, Lettres à Atticus, 14, 10, 3.

100 Cassius Dion, Histoire romaine, 48, 32, 1.

101 Le mariage de sa fille avec C. Norbanus Flaccus, consul en 25 av. J.-C. avec Auguste, confirme son importance sociale à Rome : Syme, 1967, pp. 309 et 599, n. 34. Suétone (Vie d’Auguste, 29, 7) le mentionne parmi les principes uirii de Rome, dont Auguste a encouragé les manifestations d’évergétisme au sein de la ville. Le souvenir laissé par les Balbii reste vivace encore sous Claude, qui les prend pour exemple dans son fameux discours devant le Sénat rapporté par Tacite (« Regrettons-nous que les Balbus nous soient venus d’Espagne, que d’autres hommes non moins distingués aient passé de la Gaule Narbonnaise chez nous ? » [Tacite, Annales, 11, 24, 5 ; éd. et trad. d’Henri Goelzer, Paris, CUF, 1959]) et connu grâce aux Tables claudiennes.

102 Velleius Paterculus, à propos des combats de l’année 48 av. J.-C. en Adriatique entre César et Pompée, y fait brièvement allusion : « C’est alors que Cornelius Balbus, avec une témérité qui dépasse toute imagination, pénétra dans le camp ennemi et eut plusieurs entretiens avec le consul Lentulus qui hésitait sur le prix de la trahison ; ce fut la première étape de cette extraordinaire ascension qui vit cet homme, qui n’était pas seulement né en Espagne, mais était authentiquement espagnol, s’élever jusqu’au triomphe et au pontificat et devenir de simple particulier un personnage consulaire » (Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 51, 3 ; éd. et trad. de Joseph Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982). Voir Groag, 1900 ; PIR2, pp. 310-312, no 1331 ; Wiseman, 1971, pp. 226-227, no 138 ; Rodríguez Neila, 1992, pp. 253-287 ; Des Boscs-Plateaux, 1994, pp. 34-35 ; Thomasson, 1996, p. 21, no 4 ; Schäfer, 2000, pp. 89-90 ; Ferriès, 2007, pp. 379-380.

103 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 51, 3 ; César, Guerre civile, 3, 19.

104 « Le questeur Balbus a rassemblé une forte somme en espèces, une importante quantité d’or, une quantité plus importante d’argent, le tout provenant de revenus publics, et, sans même acquitter la solde de la troupe, il s’est retiré de Gadès ; retenu durant trois jours par le mauvais temps près de Calpé, il est passé le 1er juin dans le royaume de Bogud, ses coffres bien lestés ; les bruits qui courent ici ne permettent pas encore de savoir s’il va retourner à Gadès ou à Rome, car à chaque message il change ses plans, de façon parfaitement méprisable » (Cicéron, Lettres aux Familiares, 10, 32, 1 [lettre d’Asinius Pollion] ; éd. et trad. de Jean Beaujeu, Paris, CUF, 1996). Le reste de la lettre d’Asinius Pollion dénonce plus largement les agissements de L. Cornelius Balbus.

105 Cette hypothèse, débattue, s’appuie sur quelques monnaies de provenance gauloise, datées de l’année 41 av. J.-C., et mentionnant un Balbus pro pr. (Crawford, 1974, p. 526, no 518) : s’agissait-il de L. Cornelius Balbus (Des Boscs-Plateaux, 1994, p. 32 ; Granino Cecere, 2007) ou bien de son neveu (Ferriès, 2007, p. 380) ?

106 Di Vita-Évrard, 1978-1979, p. 34, n. 174 ; Hurlet, 2006, pp. 38-39, n. 77.

107 « et a Cornelio Balbo triumphata, uno omnium externo curru et Quiritium iure donato » (Pline, Histoire naturelle, 5, 36 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980).

108 Velleius Paterculus, Histoire romaine, 2, 51, 3.

109 Hurlet, 2006, pp. 161, 165-167.

110 Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 11, 6 ; 54, 12, 1. Voir Roddaz, 1984, p. 409 ; Hurlet, 2006, pp. 171-173.

111 Pline, Histoire naturelle, 36, 60.

112 Tarpin, 2001, pp. 207-232.

113 Pline, Histoire naturelle, 36, 60 ; Suétone, Vie d’Auguste, 29 ; Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 25. Voir Gatti, 1979 ; Manacorda, 1993 ; Gros, 1996, p. 116 ; Cosme, 2005, pp. 200-201.

114 Cassius Dion, Histoire romaine, 54, 25.

115 Voir les remarques de Cadiou, Moret, 2012, pp. 34-35.

116 Voir l’écho rencontré par l’expédition de César jusqu’à Brigantium (La Corogne) en 61 av. J.-C. (Cassius Dion, Histoire romaine, 37, 52-53 ; Plutarque, Vie de César, 12).

117 Appien, L’Ibérique, 51. Voir Cadiou, Moret, 2012, p. 35, n. 53.

118 Hurlet, 2006, p. 49.

119 Des statues des proconsuls (M. Furius Camillus, L. Apronius et Q. Iunius Blaesus) ayant combattu Tacfarinas y figuraient comme on peut le déduire du témoignage de Tacite (Annales, 4, 23, 1), voir Hurlet, 2006, pp. 173-174.

120 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 10, 3.

121 Hurlet, 2006, p. 174.

122 Virgile, Énéide, 6, 789-800.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search