Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Première partie. La genèse de la frontière d’Afrique proconsulaire

Chapitre premier

Une « frontière virtuelle » ?

Texte intégral

  • 1 L’expression « frontière virtuelle » est empruntée à Cadiou, Moret, 2012, p. 22, à propos de la co (...)

1Les incertitudes ne manquent pas sur les débuts de l’organisation de la province d’Afrique proconsulaire1. Le constat empreint de réalisme dressé par R. Cagnat, à la fin du xixe siècle, n’était guère engageant sur les chances d’y remédier un jour :

  • 2 Cagnat, 1913, p. xix.

on connaît fort mal encore la façon dont la province d’Afrique était occupée sous la République. Arrivera-t-on jamais à s’en faire une idée plus nette ? On ne peut guère l’espérer ; car il n’est pas probable qu’on trouve beaucoup d’inscriptions de cette époque, ni que le sol, tant de fois remanié depuis vingt siècles, permette jamais aux chercheurs de saisir des traces certaines des camps ou des forteresses qui s’y élevaient alors2.

Certes, le temps lui a donné raison par la faiblesse des résultats archéologiques acquis. Si l’argument a silentio reste toujours d’interprétation délicate, il n’en demeure pas moins que l’absence de preuves matérielles relatives à l’occupation militaire est en soi riche de sens pour peu qu’on la considère comme une information.

  • 3 Hurlet, 2006, pp. 148-151.
  • 4 Fishwick, Shaw, 1977 ; Fishwick, 1993, 1994. Voir également Roddaz, 2003, pp. 189-193 ; Allély, 20 (...)
  • 5 CIL, VIII, 26274 (= AE, 1908, no 269 ; ILT, 1370). Voir Fishwick, 1994.
  • 6 AE, 2006, no 1691 ; Khanoussi, Mastino, 2006, pp. 185-187, no 62.
  • 7 Selon Thomasson, 1996, p. 20, le premier proconsul d’Afrique attesté est L. Autronius Paetus : il (...)

2Au moment du partage de 27 av. J.-C., l’Afrique proconsulaire revient au Sénat, le proconsul en charge de la province conservant toutefois son imperium militiae et la possibilité de mener à ce titre des campagnes militaires3. La date de l’unification administrative de l’Africa reste néanmoins discutée. Lépide, dont le rôle joué en Afrique semble avoir été plus important qu’on ne l’a longtemps supposé, en a peut-être été l’instigateur lors de son administration, de 40 à 36 av. J.-C.4. Cette hypothèse s’appuie en particulier sur une inscription d’Uchi Maius, mentionnant l’action de l’affranchi Phileros et datée de cette période par D. Fishwick qui attribue à son intervention la création de la pertica de Carthage5. Une lecture révisée du texte a toutefois suggéré une datation postérieure au mois de janvier 27 av. J.-C. comme l’impliquerait la restitution par A. Beschaouch du surnom Augustus, qualifiant le prince6. La leçon, qui reste incertaine, laisse ouverte la discussion sur l’unification des deux provinces africaines, effective en 27 av. J.-C.7.

  • 8 Hurlet, 2006, pp. 148-149, n. 84.
  • 9 Le Bohec, 1989a, pp. 335-337.
  • 10 Hinard, 1991, p. 34.
  • 11 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 23, 2.

3Les circonstances de l’installation de l’armée d’Afrique, la IIIe légion Auguste, dont la date n’est pas connue avec certitude8, sont encore également source d’interrogations. Y. Le Bohec a suggéré qu’elle faisait partie de l’armée de Lépide ; le ralliement à Octavien lors des événements de 36 av. J.-C. en Sicile lui aurait valu le surnom d’Augusta9. Si cette légion a rejoint Octavien en 36 av. J.-C., elle ne fut toutefois appelée Augusta qu’après 27 av. J.-C.10. Le récit de Cassius Dion confirme seulement l’existence de cette unité sous le Principat d’Auguste, aux alentours de 5 apr. J.-C.11. Si les témoignages liés à une occupation militaire de la frontière font alors défaut pour tenter d’en restituer le tracé approximatif, les indices géographiques fournis par les sources écrites restent d’un apport précieux pour comprendre la nature des limites méridionales de la province, au moment de sa création.

I. — L’Ampsaga

  • 12 Desanges, 1964 ; Hinard, 1991.
  • 13 Mise au point de Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 29-33, à propos du royaume de Maurétanie.
  • 14 Cassius Dion, Histoire romaine, 51, 15, 6 ; 53, 26, 2.
  • 15 En Espagne, la guerre dura dix ans, de 28 à 19 av. J.-C., et Auguste lui-même s’y impliqua personn (...)
  • 16 Hinard, 1991, p. 35. Concernant l’étendue des territoires de Juba II dans cette direction, voir De (...)
  • 17 C’est l’interprétation que propose Desanges, 1997a, à partir du récit par Solin (Collectanae rerum (...)
  • 18 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 3-4.
  • 19 « Cependant les déserteurs gétules que César avait envoyés avec des lettres et des instructions co (...)
  • 20 Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 31, 48-49, 72-75 ; Desanges, 1998.

4La Numidie, devenue l’Africa noua, limitée à l’ouest par l’Ampsaga (oued el-Kébir) depuis le règlement des questions africaines par César à partir de 46 av. J.-C., et liée à l’Africa uetus12, fait partie de la province africaine. À l’ouest s’étendait le territoire des Maurétanies : le sort que lui réservait Auguste fut au cœur de l’évolution juridique du régime des protectorats, dont la souveraineté dépendait désormais de l’empereur et lui permettait de restaurer et de favoriser certaines dynasties soutenant le pouvoir romain13. La position de souplesse adoptée par Auguste sur cette question s’inspirait de ce qui avait été déjà mis en œuvre en Orient par ses prédécesseurs. C’est ainsi qu’en 25 av. J.-C., Auguste institua le royaume protégé de Maurétanie, avec à sa tête le prince numide Juba II14. Le choix du protectorat pouvait répondre à la volonté d’une économie de moyens : il avait l’avantage, pour Rome, au moment où elle devait porter ses efforts sur d’autres fronts qui exigeaient une implication plus urgente15, d’éviter dans l’immédiat des frais d’organisation du territoire. La situation jusqu’aux confins de l’Afrique et de la Maurétanie paraît alors, en 25 av. J.-C., suffisamment calme pour qu’Auguste délègue ce territoire à Juba II16. Les opérations de pacification qu’il semble avoir entreprises en direction des Gétules, que des troubles internes paraissaient déchirer, contribuèrent probablement à justifier, pour Auguste, le choix d’un royaume protégé17. Ces troubles s’inscrivaient peut-être dans le climat récurrent d’hostilité des Gétules à l’égard du royaume de Maurétanie, que durent affronter Juba II18 et avant lui son père : César avait d’ailleurs su en tirer profit en convainquant les Gétules de prendre à revers le roi lors de sa campagne d’Afrique19. Désireux de circonscrire les pouvoirs des rois massyles depuis l’époque de Marius qui leur avait attribué des terres en échange de leur aide, les Gétules apportèrent le soutien au parti populaire du Sénat romain. Ils devaient désormais se soumettre à l’autorité conjuguée du pouvoir romain et du roi vassal Juba II20.

  • 21 Question discutée par id., 1964, 1969, 1980a, pp. 342-346. Voir également Coltelloni-Trannoy, 1997 (...)
  • 22 Aussi « peut-être que la frontière ne fut-elle pas fixée avec précision » concluait Gsell, 1930, p (...)
  • 23 Voir la carte en guise de bilan proposée par Christol, 2012a, p. 654.

5La question demeure de savoir jusqu’où s’étendait le territoire de Juba II non seulement vers l’ouest en amont de l’Ampsaga, mais également en direction du sud et particulièrement au voisinage des Gétules21. L’étendue de la province d’Africa noua vers le sud22, et plus largement les limites territoriales de la grande province d’Afrique unifiée, nous échappent encore en grande partie23.

  • 24 Pline, Histoire naturelle, 5, 22 ; 5, 29 ; Pomponius Mela, Chorographie, 1, 6, 30 ; Ptolémée, Géog (...)
  • 25 Desanges, 1962, pp. 60-61, 68, 70, à propos des Marchubi et des Salassii.
  • 26 CIL, VIII, 7418 ; ILAlg, II (1), 474 (à propos de cette inscription, Bertrandy, 2012, pp. 40-41) ; (...)
  • 27 CIL, VIII, 5884, et ILAlg, II (2), 6865, Bordj el-Ksar. Sur cette inscription, voir Bertrandy, 201 (...)
  • 28 ILAlg, II (3), 7583, Aziz ben Tellis. Voir Bertrandy, 2012, p. 42.
  • 29 Desanges, 1980a, p. 175. Voir Février, 1987, pp. 606-607 ; Bertrandy, 1993.
  • 30 Desanges, 1980a, p. 175, n. 5 et 1980b, p. 88 ; Février, 1987.
  • 31 Camps, 1973a, p. 60 et 1999, p. 53.
  • 32 On peut le déduire de la lecture de Ptolémée, Géographie, 4, 3, 7, qui situe Cuicul en Afrique pro (...)
  • 33 Voir les inscriptions suivantes, datées de l’ère provinciale : CIL, VIII, 20278 (= ILCV, 4038), Sa (...)
  • 34 AE, 1910, no 7, datée suivant l’ère maurétanienne. Sur sa localisation, voir Lancel, 1991, p. 1420

6À l’ouest, l’Ampsaga sépare traditionnellement chez les auteurs latins la Numidie et la Maurétanie. Après avoir borné le royaume de Bocchus le Jeune puis de Juba II à l’est, le fleuve marqua la limite orientale de la province de Maurétanie24. Son cours inférieur correspond à l’oued el-Kébir, et son cours moyen à l’actuel oued Rummel ; en revanche, il est plus difficile de déterminer quel fut le cours supérieur de l’Ampsaga dans l’Antiquité, ce qui explique que certaines tribus sont tantôt localisées en Maurétanie, tantôt en Afrique25. Dans les sources écrites, le nom Ampsaga est effectivement donné au fleuve à l’endroit de son débouché sur la mer. À l’intérieur des terres, les textes localisent Cirta sur l’Ampsaga26, tandis qu’en amont, l’épigraphie associe le nom Ampsaga à deux sources différentes, séparées l’une de l’autre de quelque 65 km à vol d’oiseau : une inscription découverte à environ 30 km de Sila27, au sud-est de Cirta, semble faire des sources du Bou Merzoug le caput Ampsagae, tandis qu’une inscription d’Aïn Aziz ben Tellis28, à 55 km au sud-ouest de Cirta, paraît identifier la source du fleuve à celle de l’oued Dekri29. Sans doute l’imprécision était-elle de mise lorsqu’il s’agissait, pour les Anciens, de suivre dans son prolongement le segment central d’un système hydrographique, ce qui explique que plusieurs lieux pouvaient revendiquer leur localisation à la source de l’Ampsaga30. Les sources écrites fournissent toutefois quelques indices sur le passage de la limite entre la Maurétanie et la Numidie31 : la situation en Numidie de Cuicul32, de Satafis, Nouar et Mopth à l’ouest de l’oued Déhemcha, en Maurétanie33, conduit à faire de l’oued Endja et de l’oued Déhemcha, sa branche méridionale, la limite entre les deux régions. Plus au sud, la r(es) p(ublica) Med(ianorum ?), à une vingtaine de kilomètres à l’est de Sétif, était également semble-t-il située en Maurétanie34.

  • 35 « Ab eo Numidia ad ripas exposita fluminis Ampsaci spatio… » (« La Numidie, qui s’étend d’ici aux (...)
  • 36 « Regio quae sequitur, a promunturio Metagonio ad Aras Philaenorum, proprie nomen Africae usurpat  (...)
  • 37 Pline, Histoire naturelle, 5, 22.
  • 38 « Ad hunc finem Africa a fluuio Ampsaga populos DXVI habet qui Romano pareant imperio » (ibid., 5, (...)
  • 39 Voir Desanges, 1980a, pp. 276-281.
  • 40 Pline, Histoire naturelle, 5, 30, et le commentaire de Desanges, 1980a, p. 346.
  • 41 Pline, Histoire naturelle, 3, 37. Voir Christol, 1994a, en particulier p. 58.
  • 42 À propos de la formula de la province de Narbonnaise, voir ibid., et les remarques émises par Arna (...)
  • 43 Desanges, 1980a, pp. 25-26, qui la décrit ainsi : « Rédigée dans le cadre de l’Afrique proconsulai (...)
  • 44 Cuntz, 1888 ; Detlefsen, 1908. Voir également la mise au point de Shaw, 1981a.
  • 45 Définition empruntée à Arnaud, 2007-2008, p. 77. Sur cette documentation, voir également Christol, (...)

7Dans son tableau des côtes de l’Afrique du Nord qui emprunte à des sources datant de la guerre contre Jugurtha et de l’époque d’Octave, Pomponius Mela est le premier, au ier siècle apr. J.-C., à faire, de manière quelque peu confuse, des rives de l’Ampsaga une limite de la Numidie35 : circonscrite par le fleuve Mulucha à l’ouest et par l’Ampsaga à l’est, la Numidie décrite par Mela est celle de l’époque de Jugurtha, amputée de la partie du territoire étendu vers l’est jusqu’au fleuve Tusca, à l’est de Tabarka, intégré à la nouvelle province d’Afrique. Au-delà de l’Ampsaga commence alors l’Afrique36. Pline l’Ancien évoque également l’Ampsaga comme une borne aux limites occidentales de la Numidie37, mais également de l’Afrique : « L’Afrique, écrit-il, du fleuve Ampsaga jusqu’à cette limite (finis) [c’est-à-dire la province de Cyrénaïque], contient cinq cent seize communautés obéissant au pouvoir de Rome38 ». La question demeure de savoir si cette limite était d’ordre politique — c’est-à-dire de manière plus concrète une frontière —, ou bien seulement d’ordre géographique : cette même interrogation porte plus généralement sur ce que Pline appelle l’Africa. S’agit-il de la grande province d’Afrique unifiée39 ? Pour J. Desanges, l’allusion de Pline à l’Africa doit être comprise dans un sens administratif : il en donne pour preuve « le cadre provincial des DXVI populi enregistrés par l’autorité romaine40 », que Pline mentionne sans les énumérer. On retrouve le même usage de la donnée statistique dans sa description de la Narbonnaise, qui lui permet d’éviter un exposé trop fastidieux41. À l’instar de son développement sur la province gauloise42, c’est dans la forma (ou formula) prouinciae Africae que Pline semble avoir puisé ses informations43. Ce type de document, qui a été clairement identifié depuis la fin du xixe siècle grâce aux travaux d’O. Cuntz et de D. Detlefsen44, prenait la forme de « listes alphabétiques de cités, classées au sein de chaque convent juridique — lorsque cette institution existait —, en fonction de leur appartenance aux catégories de la hiérarchie juridique des cités45 ».

  • 46 Desanges, 1980a, p. 276, répond à cette question par l’affirmative.
  • 47 Voir les remarques de Lintott, 1981, p. 61.
  • 48 Desanges, 1964, p. 42 et 1980a, p. 349, à propos du rôle joué par l’oued Djedi comme limite de l’A (...)
  • 49 Voir les remarques de Christol, 2012b.
  • 50 Trousset, 1993b, pp. 141-142.

8La mention du fleuve Ampsaga figurait-elle dans l’éventuelle formula prouinciae Africae dont le naturaliste a pu s’inspirer46 ? On peut l’envisager, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il représentait la limite — pour ne pas dire la frontière — d’un territoire passé pleinement sous le contrôle de l’autorité romaine47. D’une part, l’Ampsaga figure d’abord comme la limite géographique de l’Africa. En outre, il n’est pas exclu que la Numidia annexée à l’Africa apparaissait à ce moment-là, selon l’expression employée par J. Desanges, davantage comme un « horizon administratif » fixé de manière théorique par l’autorité romaine48. Certes, la Numidia évoquée par Pline fait clairement partie du territoire provincial. Elle donne par conséquent sa limite méridionale à la grande province d’Afrique49. Cela n’implique pas toutefois que cette limite dont hérite Rome soit parfaitement connue et maîtrisée par celle-ci. En ce sens, les imprécisions concernant le tracé de l’Ampsaga tendraient à en faire, à tout le moins aux premiers temps du règne d’Auguste, une limite essentiellement théorique et symbolique. Dans le vocabulaire de Pomponius Mela et de Pline l’Ancien, ripa et limes n’ont pas encore évolué vers des notions administratives, militaires ou territoriales équivalentes : ripa renvoie encore à la « frontière naturelle » dessinée par un cours d’eau, et c’est à ce titre que le substantif est employé pour évoquer l’Ampsaga50. Aussi la mention de ce fleuve ne paraît-elle avoir qu’une valeur d’indication géographique, confirmée par l’imprécision entourant son tracé. Il peut alors sembler vain de chercher dans les textes de Pomponius Mela et de Pline l’Ancien la construction et le tracé d’une frontière artificielle présupposée, qui pour eux n’avait pas de réalité militaire ou administrative concrète.

  • 51 Mots empruntés ibid., p. 141.
  • 52 J. Desanges envisage cette idée à propos de l’oued Djedi (Desanges, 1980a, p. 349). Voir également (...)
  • 53 Lamboley, 1993 ; Trousset, 1993b, p. 143. Pour l’Afrique, voir les remarques de Desanges, 1999.
  • 54 Id., 1980b ; Briand-Ponsart, 2011 ; Christol, 2012a.

9Le choix de faire porter sur le cours de l’Ampsaga, au moins de manière théorique, la limite de la province d’Afrique, offre ici un « cadre conceptuel confortable » permettant de définir ou donnant l’illusion d’un horizon pacifié51, tout à fait caractéristique du rôle affecté aux fleuves dans l’expansion territoriale de l’Empire telle qu’elle est envisagée sous le règne d’Auguste52. On y retrouve l’intérêt, très prégnant de manière générale dans les descriptions géographiques de l’Antiquité, accordé aux configurations linéaires données par les cours d’eau ou encore par l’orientation des montagnes53. L’Ampsaga pouvait ainsi apparaître, particulièrement dans son cours supérieur mal défini, comme le terme d’une extension territoriale souhaitée, mais non encore pleinement réalisée. L’entreprise prit près de deux siècles, jusqu’à la création au début du iiie siècle de la province de Numidie : elle englobait les régions situées à l’ouest de la dorsale tunisienne, qui ne furent complètement contrôlées qu’à partir de la dynastie flavienne54.

  • 55 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 70.
  • 56 Camps, 1979, p. 47.
  • 57 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 72.

10Cette situation doit également beaucoup à l’héritage politique et culturel de l’ancien royaume indigène sur le territoire duquel Rome a étendu son autorité. La difficulté, toujours de mise lorsqu’il s’agit de restituer les limites du royaume de Maurétanie de Juba II, ne tient pas seulement au faible intérêt accordé à la description de son étendue dans les sources écrites. En effet, l’idée d’une ligne frontalière clairement déterminée semble avoir été largement étrangère à la conception du pouvoir dans les royaumes africains55, aussi pour en prendre la mesure faut-il « se débarrasser de conceptions trop rigides liées à notre notion d’états [sic], de frontières, de territoires, de royaumes », ainsi que le conseillait G. Camps56. Considérer que « la souveraineté numide et maure reposait moins sur la propriété territoriale que sur la sujétion personnelle57 », excluant une domination directe du territoire par ces royaumes, est sans doute l’une des meilleures clés d’explication des rapports fluctuants entre les tribus et les souverains successifs avec qui elles eurent à traiter.

  • 58 Février, 1987, pp. 607-608.
  • 59 Camps, 1960, pp. 168-169 et 1999, p. 54.
  • 60 Id., 1973a, 1999, pp. 52-56.
  • 61 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 5. Voir Desanges, 1962, pp. 57, 71 ; Camps, 1991 ; Laporte, 2005.
  • 62 CIL, VIII, 2615, Lambèse. Voir Camps, 1991.
  • 63 Modéran, 2003, pp. 247, 468-469.
  • 64 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 5.
  • 65 CIL, VIII, 8270. Voir Desanges, 1962, pp. 69-70 et 1980a, p. 177.

11Il n’en reste pas moins que la région de l’Ampsaga pouvait être perçue comme une limite qui n’était pas réduite à de simples facteurs topographiques. L’absence d’un quelconque motif d’ordre géographique est particulièrement frappante dans le choix qui a été fait du cours supérieur de la rivière pour déterminer le partage entre Numidie et Maurétanie58. Pour G. Camps, la ligne de partage dessinée par la région de l’Ampsaga aurait été, dès le iiie siècle av. J.-C., au cœur de la rivalité entre Massyles et Masaesyles59. Il considérait plus particulièrement que le tracé de la frontière occidentale de la Numidie devait beaucoup à la permanence de tribus montagnardes puissantes60. La zone située dans la boucle de l’Ampsaga (oued el-Kébir) semble effectivement avoir constitué le territoire des Koidamousii mentionnés sur la rive gauche du fleuve par Ptolémée, qui paraît en faire la gens la plus importante de la région61. Au cours du iiie siècle, elle aurait été momentanément supplantée par la gens des Bavares, placés à la tête d’une confédération de peuples (gentes) soulevée contre l’autorité romaine62. Eux-mêmes semblent avoir bien plus tard cédé la place aux Ucutamani-Kotama évoqués par Ibn Khaldoun, et dont le nom rappelle celui des Koidamousii du Haut-Empire63. Les Koidamousii étaient établis, selon Ptolémée, au voisinage des Todoukai qu’il localisait aux sources mêmes de l’Ampsaga64. Les Todoukai sont eux-mêmes peut-être à rapprocher des Tutcenses que mentionne une inscription d’Aïn Aziz ben Tellis, non loin des sources du Rummel65.

  • 66 Cassius Dion, Histoire romaine, 53, 26, 2.
  • 67 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 7. Voir Desanges, 1964, pp. 38-47.
  • 68 Id., 1999, pp. 31-34. P. Salama mentionne « la découverte d’une cruche contenant un assez grand no (...)

12À l’est de l’Ampsaga, la partie orientale du royaume de Juba connut un destin particulier. Le territoire confié par César à P. Sittius et à ses compagnons vit d’abord l’installation d’une principauté autour de Cirta, intégrée à l’Africa noua entre 44 et 36 av. J.-C., puis la mise en place de la Confédération cirtéenne au ier siècle apr. J.-C. Son territoire était borné à l’ouest par l’Ampsaga. Au sud, son tracé demeure incertain. Le témoignage de Cassius Dion suggère que le territoire contrôlé par Juba II s’étendait sur une partie de la Gétulie66, sans plus de précisions géographiques. Suivant la démonstration faite par J. Desanges, le croisement avec les données fournies par Pline l’Ancien et Ptolémée permet d’en déterminer un peu plus exactement l’étendue. Le géographe alexandrin, dont la documentation remonte au règne de Trajan, énumérant les villes de l’intérieur en Maurétanie, clôt cette liste en citant une série de villes que l’administration romaine a ensuite localisées en Numidie selon des sources postérieures : tel semble être le cas de Tobna, ou encore de Zarai et Thabudeos67. Aussi fut-il suggéré que l’espace compris au sud de la Numidie entre Zarai et Thabudeos, en incluant le massif de l’Aurès68, s’identifiait à la Gétulie placée sous le contrôle de Juba II.

  • 69 « et tota Gaetulia ad flumen Nigrim, qui Africam ab Aethiopia dirimit » (Pline, Histoire naturelle(...)
  • 70 Id., 1964, pp. 44-47 et 1980a, pp. 346-349. Voir également Camps, 1995a.
  • 71 Expression empruntée à Desanges, 1964, p. 45, qui s’inspire de l’« horizon administratif » évoqué (...)
  • 72 Gsell, 1930, p. 163 ; Desanges, 1964, pp. 35-36.
  • 73 Ibid., p. 45 et id., 1980a, p. 349 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 75.

13Au sud-est, une limite au territoire gétule administré par Juba II pourrait être fournie par Pline l’Ancien dans sa description de l’Afrique, délimitée à l’ouest par le fleuve Ampsaga, et à l’est par la province de Cyrénaïque : il évoque, parmi les 516 populi d’Africa, les tribus les plus importantes dont certaines sont identifiées comme gétules, et plus largement « l’ensemble de la Gétulie jusqu’au fleuve Nigris, qui sépare l’Afrique de l’Éthiopie69 ». Toutes ces tribus semblent établies en dehors de l’espace aurasien et des territoires situés à l’ouest et au sud que Ptolémée met en lien avec la Maurétanie. Comprise dans l’Africa qui désigne ici selon J. Desanges le cadre administratif de la province, la Gétulie décrite par le naturaliste pourrait renvoyer aux territoires gétules de Juba II qui s’étendaient alors au sud de la province romaine jusqu’au fleuve Nigris, en direction duquel le pouvoir romain étendit son contrôle sous la dynastie antonine70. Le Nigris apparaîtrait dans cette idée comme « l’horizon administratif de la colonisation romaine vers le Sud71 », à une date qu’il faudrait placer soit avant la constitution du royaume de Maurétanie en 25 av. J.-C., soit après l’expédition de L. Cornelius Balbus en 20 av. J.-C. : à la suite de la campagne militaire de Balbus, Rome aurait envisagé de scinder la Gétulie, jusque-là propriété du royaume de Juba I qui était alors supposé s’étendre jusqu’au Sud tunisien72, et dont hérita Juba II, entre une Gétulie maurétanienne laissée sous surveillance du roi, et une Gétulie numide dans le giron romain73.

II. — Le Nigris et les Gétules

  • 74 Desanges, 1957, pp. 34-40, 1980a, pp. 346-349, 454-461, et 2012a.
  • 75 Id., 1980a, pp. 346-349. J. Desanges s’appuie ici sur une tradition ancienne qui remonte à Vivien (...)
  • 76 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.
  • 77 Hachid, 2003, pp. 119-120.
  • 78 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.
  • 79 Ibid., 5, 44.
  • 80 Ibid., 5, 44 ; 8, 77.
  • 81 Ibid., 5, 51 (fons Nigris).
  • 82 Trousset, 1993b, p. 146. Voir également Bianchetti, 2008 ; Callegarin, 2012, p. 131.
  • 83 Hérodote, Histoires, 2, 32-34 ; Vitruve, De l’architecture, 8, 2, 6-7 ; Pomponius Mela, Chorograph (...)
  • 84 Ibid., 1, 23 ; 1, 48 ; Pline, Histoire naturelle, 5, 44-46. Voir Desanges, 1980a, pp. 475-478 ; (...)
  • 85 La place accordée aux fleuves dans la définition des contours de la domination territoriale romain (...)
  • 86 Quet, 1981, pp. 35-42, 63-64.
  • 87 Panégyriques latins, 3, 6, 6, à Maximien. Voir Lassandro, 1987, à propos du « limes » rhénan.

14Les incertitudes concernant l’étendue de la province d’Afrique vers le sud tiennent aux questions de géographie historique posées par la localisation des Gétules ou encore du fleuve Nigris. La localisation du fleuve Nigris demeure effectivement encore énigmatique74. J. Desanges suggère de l’identifier à l’oued Djedi, ce qui permet d’aboutir à la configuration quadrangulaire présumée de l’Afrique connue alors des Romains75. Cette identification pourrait s’accorder avec le rôle présumé du fleuve, par Pline l’Ancien, de limite entre l’Éthiopie et la Gétulie76 ; les dernières découvertes sur la géographie du peuplement éthiopien qui paraît avoir atteint l’Atlas saharien au tournant du pléistocène et de l’holocène semblent confirmer son témoignage77. Le naturaliste situe le Nigris tantôt au sud de la province d’Africa78, tantôt dans une région proche de l’Atlantique79. Il suppose alors à ce fleuve, dont il souligne la ressemblance avec le Nil par sa flore, sa faune et le régime de ses eaux80, et sur lequel il établit la limite entre l’Afrique et l’Éthiopie, une source très occidentale81. Ses différentes allusions au Nigris fluuius et au fons Nigris s’inscrivent dans la théorie traditionnelle développée par les Anciens faisant du Nil un fleuve issu de l’Occident libyen, considéré comme la limite entre l’Afrique et l’Asie dans les représentations du monde issues de la tradition ionienne dont l’époque augustéenne se fait l’héritière82. L’ensemble de la Libye aurait été parcourue par le Nil selon les dires d’Hérodote, suivi par Vitruve et Pomponius Mela83. Sans aller jusque-là, Pline, néanmoins influencé par la théorie de l’origine occidentale du Nil et ayant en tête la forme trapézoïdale attribuée au continent africain, prend le même parti que Pomponius Mela lorsqu’il mentionne le peuple nilotique des Blemmyes en direction de la Libye occidentale84. Dans l’Empire naissant, le territoire romain est ainsi défini de façon privilégiée par les limites naturelles offertes par les grands fleuves, à qui la géographie grecque a conféré une fonction idéologique85. L’idée que l’empire romain doit être borné par de grands fleuves perdure après le Principat d’Auguste. À l’époque d’Hadrien, c’est aussi le Nil qui, avec l’Euphrate, représente respectivement la frontière méridionale et orientale du monde romain sur la mosaïque cosmologique de Mérida86. Le Nil, le Rhin, le Danube, le Tigre et l’Euphrate servent encore de limites à l’empire dans les Panégyriques latins du iiie siècle87.

  • 88 Pline, Histoire naturelle, 5, 51 ; Ammien Marcellin, Histoires, 22, 15, 8. Voir Matthews, 1972, pp (...)
  • 89 Fragments de son œuvre : FHG, vol. 3, 465-484 ; FGrHist, 275. Pline (Histoire naturelle, 5, 16) et (...)
  • 90 Pline, Histoire naturelle, 5, 51-53.
  • 91 Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 185-186. Voir la série de cartes réalisées par Santana Santana, Arco (...)
  • 92 Santana Santana, Arcos Pereira, 2008.
  • 93 Pline, Histoire naturelle, 5, 43. Voir Desanges, 1962, pp. 226-227, 1980a, pp. 452-454 et 2012.

15La théorie des origines occidentales du Nil se retrouve chez Juba II qui situe alors la source du fleuve égyptien dans ses terres88 : l’intérêt particulier du roi, dont l’érudition concerna des domaines très variés89, pour la quête des sources du Nil, motiva l’envoi d’une mission exploratoire qui permit de ramener un crocodile, preuve pour Juba que le Nil prenait sa source en Maurétanie90. Peut-être trouva-t-il là également un autre moyen d’exprimer les liens étroits que son pays entretenait avec l’Égypte : elle était ainsi reliée géographiquement à son royaume, qui pouvait passer pour le conservatoire prestigieux d’une culture commune à l’ensemble des terres africaines, des Maurétanies à l’Orient91. Pline, semble-t-il très influencé par les écrits de Juba92, fait alors couler le Nigris en direction de l’ouest jusqu’au contact des Nigritae qui paraissent avoir été établis aux confins de l’Oranie et du Maroc actuels93.

  • 94 Id., 1980a, p. 461.
  • 95 Nicolet, 1988a, p. 232 ; Trousset, 1993a, p. 146.
  • 96 Brunt, 1978 ; Millar, 1982, p. 19 ; Trousset, 1993b, p. 146.
  • 97 Ibid., p. 150.

16Pour J. Desanges, le Nigris mentionné par Pline entre l’Afrique et l’Éthiopie renvoie en somme à « tout un ensemble hydrographique discontinu que les Anciens avaient arbitrairement conçu à la lisière saharienne de l’Afrique Mineure pour mettre en rapport l’océan Atlantique, l’Atlas et le Nil94 ». En ce sens, le Nigris apparaît avant tout comme une borne symbolique entre deux mondes, qui correspond pleinement au choix privilégié des fleuves pour marquer plus généralement les limites de l’empire romain95. Borne symbolique pour le royaume de Juba, le Nigris le devenait naturellement pour Rome. Il permettait de concilier l’idée que l’empire était borné par de grands fleuves, avec l’idéologie de la conquête illimitée96. On retrouve ici toute la complexité du substantif ripa, frontière naturelle mais aussi parfois « base d’expansion pour la conquête romaine97 ». La théorie des origines occidentales du Nil, reprise par Pline dans son évocation du Nigris, permettait en quelque sorte de limiter l’Afrique par une ripa mythique, figurant alors comme un horizon de conquête à atteindre pour l’autorité romaine.

  • 98 Desanges, 1980a, p. 349. Trousset, 1993b, p. 146, semble également sous-entendre que ce fut là peu (...)
  • 99 Desanges, 1957, p. 40, n. 138.

17Le fleuve aurait-il pu constituer nonobstant pour la province d’Afrique une limite désormais atteinte et bien contrôlée ? J. Desanges suggère en ce sens que cette limite évoquée par Pline pourrait être liée aux expéditions du proconsul L. Cornelius Balbus en 21 ou 20 av. J.-C.98, ce qui est tout à fait envisageable. Le fait qu’il n’y a aucune mention du Nigris dans la liste triomphale de L. Cornelius Balbus tend néanmoins à suggérer que celui-ci n’a pas traversé le fleuve et n’est pas allé au-delà dans sa campagne militaire99. Aussi l’allusion de Pline au Nigris semble-t-elle d’abord évoquer une limite géographique de l’Africa, à valeur théorique pour la prouincia.

  • 100 Eustathe, Commentaires, 215 (GGM, II, p. 254). Sur ce peuple, voir Desanges, 1980a, p. 113 et 1998
  • 101 Salluste, La guerre de Jugurtha, 80, 1.
  • 102 Sur ce périple et les questions que soulève son récit par Pline : Desanges, 1978, pp. 121-147.
  • 103 Sur le peuple des Autoteles : id., 1990 ; Rebuffat, 1999, pp. 278-281.
  • 104 Pline, Histoire naturelle, 5, 9. Voir Desanges, 1980a, pp. 113-114.
  • 105 « Gaetulae nunc tenent gentes, Baniurae multoque ualidissimi Autoteles et horum pars quondam Nesim (...)
  • 106 Id., 1980a, pp. 97-98, 113 et 1990.
  • 107 « Ab eo totidem milibus oppidum Sala, eiusdem nominis fluuio inpositum, iam solitudinis uicinum el (...)
  • 108 Pline, Histoire naturelle, 6, 36, 201.
  • 109 FGrHist, 275 F43. Commentaire de Desanges, 2008, p. 230.
  • 110 Pomponius Mela, Chorographie, 3, 10, 105.
  • 111 Pline, Histoire naturelle, 5, 5. Voir Desanges, 2008, pp. 229-230. Juba II, dans un passage (FGrHi (...)
  • 112 Pline, Histoire naturelle, 5, 17. Voir le commentaire de Desanges, 1980a, p. 147.
  • 113 Rebuffat, 1971 ; Hamdoune, 1995, pp. 238-246.
  • 114 Pline, Histoire naturelle, 5, 16.
  • 115 Ibid., 5, 16 ; 22, 7. Sur cette plante : Quézel, Gast, 1997.
  • 116 Pline, Histoire naturelle, 5, 16. L’emprunt de Pline à Juba est important : voir Detlefsen, 1909, (...)
  • 117 Plutarque, Vie de César, 55. À propos de la culture grecque de Juba, voir Gsell, 1927a ; Coltellon (...)

18Qui sont les Gétules établis au voisinage du fleuve Nigris, aux confins de l’Africa ? Leur nom apparaît dans les sources classiques à partir d’Artémidore d’Éphèse dont les écrits remontent aux alentours de 100 av. J.-C.100. Le témoignage de Salluste placerait les premiers contacts entre Romains et Gétules vers 108 av. J.-C.101, cependant que Pline les compte au nombre des peuples rencontrés par Polybe lors de son périple en 146 av. J.-C.102. Le naturaliste évoque les Gétules Autoteles103, qu’il situe entre le port de Rhysaddir — à rechercher peut-être en direction du cap Ghir — et le fleuve Quosenum qu’il convient peut-être d’identifier au fleuve Sous104. Il compte les Autoteles parmi les puissants peuples gétules qui tiennent le territoire de la province de Tingitane105. Le jeu de mots à la base de l’ethnique Autoteles, dont la transcription les désigne comme « les indépendants », pourrait suggérer, sans toutefois la garantir, une origine polybienne de l’information106. C’est sous la forme Autololes que Pline mentionne à deux autres reprises ce même peuple qu’il positionne entre les abords de Sala et l’Atlas d’une part107, d’autre part sur la terre ferme faisant face aux îles que Juba II aurait découvertes — les îles Purpuraires —, et où il a établi des teintureries de pourpre108. Le naturaliste semble tenir ici son information du témoignage de Juba lui-même qui, s’il n’a pas véritablement découvert ces îles fréquentées anciennement par les Phéniciens, contribua à les faire connaître109. En rattachant celles-ci à la Maurétanie de Juba, sous l’influence de ce dernier, Pline donne alors une limite plus méridionale à la Maurétanie que ne le fait Pomponius Mela qui place le rivage atlantique de la Maurétanie au nord des Pharusiens, des Nigrites et des Gétules110 : ainsi Pline inclut-il dans son territoire les Gétules Autololes111, bien qu’il suggère ailleurs qu’une grande partie des Autoteles vivait en dehors de la province maurétanienne112. L’embarras du naturaliste apparaît clairement lorsqu’il s’agit d’établir l’étendue méridionale du territoire contrôlé par Rome, qui est supposée se confondre avec la frontière du royaume annexé113. Pline fait plus directement mention de son emprunt à l’œuvre de Juba dans son long développement sur l’Atlas114. C’est aussi à Juba qu’il doit de mentionner l’euphorbe, plante découverte selon ses dires par le médecin du roi — Euphorbus — dans la région de l’Atlas et qui lui aurait donné son nom, et à laquelle Juba consacra un traité spécial115. L’autorité scientifique accordée à Juba II et la réputation de son érudition sont clairement signifiées par Pline dont il fut l’une des sources principales116, ou encore par Plutarque qui le présente comme un très grand historien grec117. Aussi n’est-il pas exclu que Pline ait directement emprunté au roi pour évoquer les Autololes qu’il place dans des contextes liés au nom de Juba, qu’il s’agisse de l’allusion aux îles Purpuraires ou à celle de l’Atlas.

  • 118 « Postea flumen Salsum, ultra quod Aethiopas Perorsos, quorum a tergo Pharusios. His iungi <in> medite</in> (...)
  • 119 Arnaud, 2007-2008, p. 101.
  • 120 Pédech, 1955 ; Desanges, 1978, pp. 123-127 et 1980a, pp. 113, 117.
  • 121 Ibid., pp. 23-25, 113.
  • 122 Le rappel de sa qualité de roi et co-régent de l’empire, ainsi que la réputation de son œuvre, évo (...)
  • 123 Pline, Histoire naturelle, 1 (« Contenu du livre V », « Contenu du livre VI »). Voir Gsell, 1927a, (...)

19Un autre emprunt de Pline à Juba est peut-être à chercher dans sa relation du voyage de Polybe, lorsqu’il évoque les Gétules Darae dont le nom rappelle celui du Darat ou oued Draa, sur le cours moyen duquel ils sont localisés118. La dette du naturaliste au récit de Polybe, qu’il semble avoir largement consulté par l’intermédiaire d’Agrippa119, demeure très discutée. On songerait en particulier à la lecture de sources intermédiaires dans son évocation des peuples de l’intérieur, particulièrement en ce qui concerne sa mention des Gétules Darae120. Celle-ci pourrait être mise au compte d’informations délivrées par Juba II, auxquelles on supposa que Pline avait eu accès par l’intermédiaire d’Agrippa dont la documentation s’appuyait notamment sur des données transmises par le roi121. Il n’est toutefois pas exclu que le naturaliste en ait eu une connaissance directe. La considération non seulement scientifique mais également politique dont bénéficiaient les écrits de Juba, cautionniés par l’empereur122, justifie la place de ce dernier en tête des auteurs consultés par Pline pour la rédaction du livre V et du livre VI, à l’instar d’Agrippa qui figure au premier rang de ses sources latines123.

  • 124 « Tunc etiam in Africa Musolanos et Gaetulos latius uagantes Cossus dux Caesaris artatis finibus c (...)
  • 125 Desanges, 1964 ; Whittaker, 1978 ; Fentress, 1982, pp. 330-331 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 70- (...)
  • 126 Shaw, 1981a, p. 454, n. 86.
  • 127 Desanges, 1980a, p. 346.

20De la Maurétanie à l’Afrique, on se heurte en définitive à la même la difficulté lorsqu’il s’agit de cerner les limites du territoire sous contrôle de l’autorité romaine, qui tient à l’embarras à définir les populations, au premier rang desquelles les Gétules, vivant aux marges et en marge de l’empire romain124. Le nom ethnique Gétule renvoie effectivement à un ensemble hétérogène de peuples épars, dont les auteurs antiques signalent la présence depuis les Syrtes jusqu’à l’océan Atlantique125. Aussi est-il difficile d’établir avec précision les bornes, sans doute très fluctuantes, de la Gétulie. Faut-il penser que l’État romain, en proclamant de façon très vague, selon les mots de Pline, son autorité sur toutes les tribus aussi loin que la Gétulie s’étendait jusqu’au fleuve Nigris, n’avait pas une conception plus claire des confins méridionaux de la province126 ? À moins que Pline n’ait simplement désiré écourter une énumération jugée trop fastidieuse de peuples et d’en épargner la longueur au lecteur, ainsi qu’il l’a fait à d’autres reprises127.

  • 128 Orose, Histoires contre les païens, 6, 21, 18.
  • 129 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 72 ; Guédon, 2010, p. 143.
  • 130 Gsell, 1927b, p. 110 ; Camps, 1960, pp. 156-157 ; Desanges, 1998, p. 3065.
  • 131 Gsell, 1927b, p. 110.
  • 132 Desanges, 1998, p. 3065. Voir également Trousset, 2001, p. 60.
  • 133 Camps, 1960, p. 156-157 et 1980, p. 112.
  • 134 Pseudo-César, Guerre d’Afrique, 25, 2.
  • 135 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-38, qui évoque les bourgades gétules.
  • 136 Voir les remarques de Shaw, 1982a, p. 32.
  • 137 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 72.

21Orose affirme, à l’occasion de son récit de la campagne de Cn. Cornelius Lentulus Cossus en 5-6 apr. J.-C.128, que le « nomadisme » pratiqué par certains Gétules constituait une des limites au contrôle effectif des territoires gétules par le pouvoir royal, puis par l’autorité romaine129. Plusieurs critères furent suggérés pour rendre compte de l’identité gétule, à l’exception du critère ethnique jugé de manière commune inadéquat ou insuffisant130. St. Gsell regardait ainsi comme gétules les populations demeurées en dehors des royaumes maure, masaesyle et massyle, lors de la constitution de ces États131. Cette position, qui représente une « attitude commune à l’égard de la notion d’État », fut suivie par J. Desanges ; celui-ci suggéra en outre de prendre en compte un autre facteur commun aux populations gétules, qui tient à la marginalité de leur implantation géographique, en milieu prédésertique, sur de hauts plateaux peu arrosés, éloignés des rivages montagneux132. Le critère géographique fut également retenu par G. Camps, qui écartait toutefois le critère politique, arguant du fait de l’étendue en territoire gétule du royaume de Juba II ; en revanche, il mettait en avant le mode de vie nomade que les Gétules étaient supposés avoir eu en commun133. Le témoignage du pseudo-César qui fait allusion à deux oppida gétules134, ou encore celui de Pline l’Ancien sur l’expédition de L. Cornelius Balbus menée en pays gétule largement dévolu à la vie sédentaire135, invitent toutefois à nuancer ce point de vue136. En outre, force est de constater qu’une grande partie des territoires gétules resta en dehors du contrôle des rois ; la défense de leur indépendance explique alors les relations conflictuelles entre les Gétules et les rois numides, et par la suite avec l’autorité romaine137.

  • 138 Strabon (Géographie, 17, 3, 9 ; 2, 5, 33) évoque cette occupation sporadique. Voir Coltelloni-Tran (...)
  • 139 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 7. Voir Desanges, 1964, p. 46 et 1980a, p. 87.
  • 140 Cossus Cornelius Lentulus dut ainsi affronter, selon Florus, « les Musulames et les Gétules, habit (...)
  • 141 Desanges, 1964, p. 45.
  • 142 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.
  • 143 La mention du Castellum Dimmidi suit la pratique adoptée par G. Picard qui fait précéder le nom du (...)
  • 144 Desanges, 1980b, pp. 87-88.

22Il n’en demeure pas moins difficile de définir avec précision l’ampleur et les limites des territoires gétules. Le vaste espace indéfini attribué à leur aire de peuplement se caractérise effectivement par une occupation humaine discontinue138. J. Desanges proposa plus particulièrement d’étendre les territoires gétules administrés par Juba II dans le Sud de la Numidie, entre Zarai et Thabudeos : il s’agit de la région que Ptolémée rattachait de manière anachronique à la Maurétanie139. Rome se serait alors réservée à ce moment-là la surveillance des Musulames et des Gétules établis au nord et au nord-est de l’Aurès, ainsi que les territoires de la Petite Syrte, compris également semble-t-il dans l’aire de peuplement des Gétules140. À la fin du règne d’Auguste, la Gétulie sous contrôle de Rome s’étendait ainsi au sud et à l’ouest d’une ligne Sétif-Madaure-Théveste-Capsa141. Le seul repère précis donné par les sources antiques revient à Pline qui place la Gétulie jusqu’au fleuve Nigris, considéré comme sa limite méridionale au-delà de laquelle commençait l’Éthiopie142. Le territoire confié à la surveillance du légat de Numidie, situé au sud et au sud-ouest du chott el-Hodna, au-delà du Castellum Dimmidi143, et vers l’est jusqu’aux confins de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque, semble s’inscrire également dans l’aire de peuplement de l’antique Gétulie : la continuité présentée par cet espace expliquerait alors l’ampleur des responsabilités confiées au légat de Numidie144.

III. — La signification de la frontière

  • 145 Pline, Histoire naturelle, 5, 25. Voir Desanges, 1980a, pp. 80-83. L’épigraphie confirme que le tr (...)
  • 146 Di Vita-Évrard, 1986 ; Napoli, 1997, pp. 495-501 ; Ferchiou, 1998 ; M’Charek, 1999 ; Abid, 2014.
  • 147 C’est la définition suggérée par Desanges, 1980a, pp. 284-288.
  • 148 Pline, Histoire naturelle, 5, 29-30, mentionne « 15 villes de citoyens romains » (« oppida ciuium (...)
  • 149 Ibid., p. 304.
  • 150 Voir la mise au point de Lepelley, 2006.
  • 151 La colonisation effective qui toucha l’Afrique aux temps de César puis d’Octavien-Auguste après Ac (...)

23Pour toutes les raisons qui viennent d’être évoquées, la recherche de bornes précises à l’étendue de l’Afrique proconsulaire au début du Principat augustéen demeure problématique. La politique municipale que le prince mit en œuvre dans la province ne permet pas d’y voir plus clair dans la mesure où elle semble avoir pris appui sur une autre frontière désormais inopérante d’un point de vue administratif, la Fossa Regia, qui servit initialement de limite entre la première province d’Afrique et le royaume de Numidie, puis entre l’Africa uetus et l’Africa noua145. Son tracé reste discuté146. Il paraît avoir constitué néanmoins, sous le règne d’Auguste, la ligne de partage entre les deux politiques menées par le prince dans la province. Selon le témoignage de Pline l’Ancien, Auguste multiplia les « villes libres » (oppida libera) à l’intérieur de la Fossa Regia, de tradition essentiellement punique, alors qu’il institua des oppida ciuium Romanorum, c’est-à-dire des communautés civiques comprenant un nombre important de citoyens147, principalement au-delà du fossé148. Il y a là une continuité évidente entre la politique municipale menée par Auguste et l’action que conduisit César dans la région. L’augmentation du nombre de villes libres149, mais également l’intense activité de colonisation sur l’ancien territoire de Carthage150, en témoignent. La fondation de colonies par César puis Auguste répondait aux mêmes préoccupations politiques et économiques151.

  • 152 Expression empruntée à Camps, 1979, p. 47, qui en fait usage pour qualifier les liens entre les tr (...)
  • 153 « Bellum ego populo Romano neque feci, neque factum umquam uolui : at finis meos aduorsum armatos (...)
  • 154 « Primo conuentu quem ab regulis factum supra memoraui, propter dissensionem placuerat diuidi thes (...)

24L’ensemble de ces éléments s’accorde à montrer que la pression et le contrôle opérés par Rome sur le territoire s’exerçaient de manière plus lâche à mesure que l’on s’approchait des limites théoriques de la province. Rome héritait ici des mêmes difficultés qui avaient pu être celles rencontrées par Juba dans son rapport avec les peuples gétules établis aux confins de son royaume. Au demeurant, la mise place d’une frontière n’entrait pas dans la politique de gestion du territoire telle que l’entendait semble-t-il le roi numide. La situation ne paraît pas avoir été très différente pour l’État romain au moment de la création de l’Afrique proconsulaire. En effet, l’incertitude entourant le tracé des limites administratives au sud de la province conduit à penser que Rome partageait dans une certaine mesure la même perception que celle de Juba II des limites méridionales du territoire qu’elle contrôlait théoriquement. Aux premiers temps de la Proconsulaire, c’est un « tissu très lâche de relations152 » qui semble avoir caractérisé son approche et sa gestion des confins. La perspective qu’ils offraient pour l’autorité romaine était d’abord celle d’un horizon à défendre et à étendre. Les mots prêtés par Salluste à Bocchus, s’exprimant devant Sylla, évoquent concrètement ce que représentaient, du point de vue romain, les fines des royaumes numide et maurétanien à la fin de la période républicaine153, et par extension ceux de la province romaine. Salluste évoque à deux autres reprises les fines imperii dans le sens de limite territoriale, d’une part dans sa description de la Numidie après la mort du roi Micipsa — il s’agirait alors des terres ayant appartenu au roi défunt —, d’autre part à propos des Autels des Philènes qu’il qualifie de fines imperii de l’empire carthaginois en direction de l’Égypte154.

  • 155 « Ea pars quam Africam appellauimus diuiditur in duas prouincias, ueterem ac nouam, discretas foss (...)
  • 156 Keppie, 1998, p. 44.
  • 157 Ce n’est d’ailleurs que bien plus tard que le substantif fossatum intégra le vocabulaire militaire (...)

25Il n’entrait pas encore dans les plans de Rome pour la Proconsulaire de définir de façon plus approfondie les limites territoriales au sud de la province, pour des raisons qui relèvent sans doute à la fois d’une certaine vision politique et culturelle du territoire passé théoriquement sous contrôle de Rome, mais également des réalités géographiques en termes d’occupation humaine de ces régions méridionales. Comment l’expliquer autrement, alors que Rome avait déjà fait le choix, par le passé, de fines matérialisés par la Fossa Regia, pour sa première province d’Afrique155 ? Ce pourrait être là le plus ancien ouvrage de frontière attribué à l’armée romaine156, si l’État romain est bien à l’initiative du tracé du fossé. Les sources écrites ne permettent malheureusement pas de trancher entre la part prise par Rome et le royaume de Numidie dans sa conception, même si on pourrait y voir là une habitude a priori davantage attribuable à Rome. Le qualificatif « royal » affecté à la structure pourrait aussi suggérer une origine numide du projet. Quoi qu’il en soit, le rôle défensif de l’ouvrage décrit comme un simple fossé n’est pas évident157. Ainsi continue-t-on à s’interroger sur sa fonction et sur la notion même de frontière qu’il sous-tend.

  • 158 Crawford, 1996, vol. 1, no 12, Cnide, col. III, l. 3-15. Voir l’introduction de cet ouvrage.
  • 159 Christol, 2012b, pp. 111-112.

26De façon concrète, la Fossa Regia constituait pour l’État romain la reconnaissance matérielle de l’étendue limitée de la province et du champ d’intervention du gouverneur, évoquée d’un point de vue juridique dans la lex Porcia à la fin du iie siècle av. J.-C.158. Le tracé de la Fossa Regia affirmait aussi le caractère non extensible de la prise de possession territoriale romaine en Afrique. Il permettait de rassurer les Numides sur les intentions de Rome, qui en retour établissait une limite aux ambitions territoriales des rois159.

  • 160 Cagnat, 1913, p. xii.
  • 161 Rebuffat, 1999, p. 265. Voir également les remarques de Lintott, 1981, p. 60.
  • 162 Ibid., pp. 55-58.
  • 163 Ibid., p. 61.

27Les circonstances ne sont plus les mêmes après la victoire de César à Thapsus en 46 av. J.-C., qui mit directement Rome en contact avec les tribus insoumises établies au sud160, en ouvrant un nouvel horizon de conquêtes pour l’autorité romaine. La prise en compte de celui-ci permet de mieux saisir l’ambiguïté du témoignage de Pline sur la province d’Afrique. L’équivoque tombe si l’on considère la prouincia comme « l’ensemble du territoire officiellement romain, revendiqué comme tel par Rome, quelle que soit la situation de fait161 », mais qui contraint à définir des limites162. C’est ce qui semble ressortir très concrètement de la formula prouinciae : elle faisait de la prouincia un territoire géographiquement délimité, sans qu’il ait été nécessairement pleinement investi par l’administration romaine163. En 27 av. J.-C., les bornes méridionales de la province africaine ne constituaient pas pour autant une frontière au sens de limite négociée et de zone de contacts entre deux entités politiques souveraines. L’étude de la documentation ne conduit pas à le postuler et confère davantage à la frontière une fonction de borne théorique contribuant à la définition de la nouvelle prouincia, confirmant la nature du pouvoir déjà exercé par Rome dans la région. Au moment de la fondation de la province d’Afrique proconsulaire, Rome semble alors avoir une idée relativement imprécise du tracé de sa limite méridionale, que l’armée romaine n’a pas encore atteinte. C’est l’héritage de découpages territoriaux particuliers aux royaumes africains, et la spécificité des relations qu’ils entretenaient avec les populations vivant aux confins de leurs territoires, qui expliquent le caractère théorique revêtu par la frontière méridionale de l’Afrique proconsulaire.

 

  • 164 Expression empruntée à Trousset, 1984a, p. 53.
  • 165 « Les armées romaines combattirent pour la première fois en Maurétanie sous le principat de Claude (...)
  • 166 Expression empruntée à Cadiou, Moret, 2012, p. 22.

28En conclusion, la frontière exprime une intention, qu’elle soit sous-tendue par des relations diplomatiques bilatérales, ou par un choix d’arrêter à un point précis l’étendue du contrôle exercé sur le territoire ainsi délimité. Là où les échanges diplomatiques sont inexistants et les connaissances du terrain très approximatives, peut-on véritablement parler de frontière ? Sans existence matérielle connue, elle constitue davantage une limite symbolique à la province. L’expression fines imperii, entendue dans le sens de « frontières introuvables et dissymétriques164 », semble alors plus appropriée. Sur le terrain, la mise en place de la frontière succéderait en quelque sorte à cette première approche du territoire par l’autorité romaine. Le témoignage de Pline l’Ancien sur la frontière méridionale de Tingitane, qui ne paraît pas constituer à ce titre un exemple régional isolé, en fournit une illustration très concrète. Une fois le territoire annexé, sont lancées des expéditions en direction de l’Atlas qui figure alors comme une limite encore mal connue, et par conséquent théorique, de l’espace soumis en principe à Rome165. Le même processus de construction progressive de la frontière semble avoir présidé d’une certaine manière à l’affermissement du contrôle de Rome sur le territoire de l’Afrique proconsulaire. Les expéditions militaires conduites sous le règne d’Auguste suggèrent que ses extrémités n’avaient pas encore été atteintes dans les premiers temps d’existence de la Proconsulaire, dont les confins paraissent alors mal maîtrisés. La frontière méridionale paraît alors n’avoir qu’une « existence virtuelle166 », dont la fonction première fut de donner une consistance théorique tangible, indispensable à la définition de la province et des pouvoirs du proconsul. Celle-ci constitua le préalable fondamental à l’organisation des entreprises de conquête du territoire lancées par la suite aux confins de l’Afrique, qui présentaient à plus d’un titre pour Rome un horizon convoité.

Notes

1 L’expression « frontière virtuelle » est empruntée à Cadiou, Moret, 2012, p. 22, à propos de la conception romaine de la frontière hispanique en 218 av. J.-C., jusqu’à l’expulsion des armées puniques d’Hispanie par Scipion en 206 av. J.-C.

2 Cagnat, 1913, p. xix.

3 Hurlet, 2006, pp. 148-151.

4 Fishwick, Shaw, 1977 ; Fishwick, 1993, 1994. Voir également Roddaz, 2003, pp. 189-193 ; Allély, 2004, pp. 194-195.

5 CIL, VIII, 26274 (= AE, 1908, no 269 ; ILT, 1370). Voir Fishwick, 1994.

6 AE, 2006, no 1691 ; Khanoussi, Mastino, 2006, pp. 185-187, no 62.

7 Selon Thomasson, 1996, p. 20, le premier proconsul d’Afrique attesté est L. Autronius Paetus : il célébra en août 28 un triomphe ex Africa, ce qui a conduit à placer son proconsulat en Afrique en 29-28 av. J.-C.

8 Hurlet, 2006, pp. 148-149, n. 84.

9 Le Bohec, 1989a, pp. 335-337.

10 Hinard, 1991, p. 34.

11 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 23, 2.

12 Desanges, 1964 ; Hinard, 1991.

13 Mise au point de Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 29-33, à propos du royaume de Maurétanie.

14 Cassius Dion, Histoire romaine, 51, 15, 6 ; 53, 26, 2.

15 En Espagne, la guerre dura dix ans, de 28 à 19 av. J.-C., et Auguste lui-même s’y impliqua personnellement, entre 26 et 24 av. J.-C. : sur les guerres asturo-cantabres d’Auguste, voir Le Roux, 1982, pp. 52-69.

16 Hinard, 1991, p. 35. Concernant l’étendue des territoires de Juba II dans cette direction, voir Desanges, 1964.

17 C’est l’interprétation que propose Desanges, 1997a, à partir du récit par Solin (Collectanae rerum memorabilium, 27, 15-16 ; éd. de Theodor Mommsen, Berlin, Weidmann, 1895, p. 119), s’inspirant de l’anecdote suivante rapportée par Pline l’Ancien : « Nec a misericordia separantur : assiduis denique exemplis patet eos pepercisse, cum multi captiuorum aliquot leonibus obuii intacti repatriauerint ; Gaetulae etiam mulieris nomen Iubae libris comprehensum est, quae obtestata occursantes feras immunis rediit » (« Et ils [les lions] ne sont pas exempts de compassion : des exemples sans cesse renouvelés montrent à l’évidence qu’ils se sont abstenus de tuer, puisque nombre de captifs qui en ont rencontrés sur leur chemin sont revenus chez eux intacts ; dans les livres de Juba, on trouve même mention d’une femme gétule qui, pour avoir supplié les fauves dont elle croisait la course, rentra sans dommage » [Histoire naturelle, 8, 48 ; éd. et trad. Desanges, 1997a, p. 111]). Selon J. Desanges, la victime, gétule, aurait été capturée par d’autres Gétules appartenant à une communauté opposée à la sienne. Son entretien avec le roi, à la suite de sa libération, serait l’indice d’une intervention royale pour mettre un terme à ces conflits entre communautés gétules.

18 Cassius Dion, Histoire romaine, 55, 28, 3-4.

19 « Cependant les déserteurs gétules que César avait envoyés avec des lettres et des instructions comme nous l’avons dit plus haut, arrivent chez leurs compatriotes, que leur crédit et le pouvoir de persuasion inhérent au nom de César décident aisément à se séparer du roi Juba ; ils prennent tous les armes sans retard et n’hésitent pas à se retourner contre le roi. À cette nouvelle, Juba, partagé entre trois fronts, se voit contraint de retirer six cohortes des troupes qu’il avait amenées contre César et de les envoyer sur le territoire de son royaume pour le défendre contre les Gétules » (pseudo-César, Guerre d’Afrique, 55, 1-2 ; éd. et trad. Alphonse Bouvet, texte revu et corrigé par Jean-Claude Richard, Paris, CUF, 1997). Ce témoignage est peut-être à rapprocher de la mention par Élien (La personnalité des animaux, 7, 23) d’une expédition entreprise par Juba contre des tribus révoltées dans une région située « au-delà du désert » : voir Desanges, 1980b, p. 88.

20 Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 31, 48-49, 72-75 ; Desanges, 1998.

21 Question discutée par id., 1964, 1969, 1980a, pp. 342-346. Voir également Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 69-75.

22 Aussi « peut-être que la frontière ne fut-elle pas fixée avec précision » concluait Gsell, 1930, p. 163.

23 Voir la carte en guise de bilan proposée par Christol, 2012a, p. 654.

24 Pline, Histoire naturelle, 5, 22 ; 5, 29 ; Pomponius Mela, Chorographie, 1, 6, 30 ; Ptolémée, Géographie, 4, 2, 1 ; 4, 2, 3 ; 4, 3, 1. Les opuscules tardifs, dont le lien avec l’œuvre d’Agrippa et le renvoi à l’époque augustéenne, sont toutefois discutés (voir Arnaud, 2007-2008, pp. 94-97), placent dans un même ensemble la Mauretania et la Gaetulia, séparé de la Numidia et de l’Africa par l’Ampsaga : Dimensuratio prouinciarum, 25-26 (éd. Riese, 1878, p. 13) et Diuisio orbis terrarum, 25-26 (éd. Riese, 1878, p. 19). Strabon (Géographie, 17, 3, 12) prétend par erreur que Saldae, située sur le flumen Saua, est sise sur la limite entre le royaume de Maurétanie et la province romaine : voir les remarques de Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 69-70 ; Desanges, 2014, pp. 130-131. Une inscription d’Igilgili (CIL, VIII, 8369), à l’est de Saldae, stipule que son intégration dans l’organisation provinciale de Rome débuta en 40 apr. J.-C. à l’instar de ce qui se produisit dans le reste de la Maurétanie (CIL, VIII, 8458 et 8630, Sitifis) : voir Gsell, 1930, pp. 212-213. L’ensemble des mentions littéraires et épigraphiques relatives à l’Ampsaga fut compilé par id., 1911, fo 8, no 5. Voir également la mise au point de Février, 1987 ; Bertrandy, 1993.

25 Desanges, 1962, pp. 60-61, 68, 70, à propos des Marchubi et des Salassii.

26 CIL, VIII, 7418 ; ILAlg, II (1), 474 (à propos de cette inscription, Bertrandy, 2012, pp. 40-41) ; ILAlg, II (1), 831 ; Victor de Vita, Histoire de la persécution vandale en Afrique, 2, 14.

27 CIL, VIII, 5884, et ILAlg, II (2), 6865, Bordj el-Ksar. Sur cette inscription, voir Bertrandy, 2012, pp. 40-41.

28 ILAlg, II (3), 7583, Aziz ben Tellis. Voir Bertrandy, 2012, p. 42.

29 Desanges, 1980a, p. 175. Voir Février, 1987, pp. 606-607 ; Bertrandy, 1993.

30 Desanges, 1980a, p. 175, n. 5 et 1980b, p. 88 ; Février, 1987.

31 Camps, 1973a, p. 60 et 1999, p. 53.

32 On peut le déduire de la lecture de Ptolémée, Géographie, 4, 3, 7, qui situe Cuicul en Afrique proconsulaire.

33 Voir les inscriptions suivantes, datées de l’ère provinciale : CIL, VIII, 20278 (= ILCV, 4038), Satafis ; CIL, VIII, 20430, Nouar ; CIL, VIII, 8667, Mopth.

34 AE, 1910, no 7, datée suivant l’ère maurétanienne. Sur sa localisation, voir Lancel, 1991, p. 1420.

35 « Ab eo Numidia ad ripas exposita fluminis Ampsaci spatio… » (« La Numidie, qui s’étend d’ici aux rives du fleuve Ampsacus… » [Pomponius Mela, Chorographie, 1, 6, 30 ; éd. et trad. d’Alain Silberman, Paris, CUF, 1988]). Voir le commentaire de Desanges, 1980a, p. 18 ; également celui d’Alain Silberman, éd. et trad. Pomponius Mela. Chorographie, Paris, CUF, 1988, p. 120.

36 « Regio quae sequitur, a promunturio Metagonio ad Aras Philaenorum, proprie nomen Africae usurpat » (« La contrée suivante, du cap Metagonium aux Autels des Philènes, porte proprement le nom d’Afrique » [Pomponius Mela, Chorographie, 1, 7, 33 ; éd. et trad. d’Alain Silberman, Paris, CUF, 1988]). Le cap Metagonium correspond probablement au cap Bourgaroun, voir Desanges, 1980a, pp. 188-189.

37 Pline, Histoire naturelle, 5, 22.

38 « Ad hunc finem Africa a fluuio Ampsaga populos DXVI habet qui Romano pareant imperio » (ibid., 5, 29).

39 Voir Desanges, 1980a, pp. 276-281.

40 Pline, Histoire naturelle, 5, 30, et le commentaire de Desanges, 1980a, p. 346.

41 Pline, Histoire naturelle, 3, 37. Voir Christol, 1994a, en particulier p. 58.

42 À propos de la formula de la province de Narbonnaise, voir ibid., et les remarques émises par Arnaud, 2007-2008, p. 77, n. 2.

43 Desanges, 1980a, pp. 25-26, qui la décrit ainsi : « Rédigée dans le cadre de l’Afrique proconsulaire de 27 avant notre ère, qui unifiait officiellement la Prouincia Noua et la Prouincia Vetus, elle comportait des données statistiques et classait les collectivités locales par statut, désignant les quelques colonies au moyen du toponyme, sans adopter l’ordre alphabétique (Vthinam, Thuburbi), les municipes et les villes libres dans l’ordre alphabétique par l’adjectif ethnique […], les communautés tribales enfin sans l’ordre alphabétique. Dans cette dernière catégorie, Pline a fait un choix très restrictif, car il en mentionne dix, sans doute les plus importantes, sur plusieurs centaines. La liste est antérieure à la mort d’Auguste, car Simitthus mentionné comme oppidum ciuium Romanorum est devenu certainement colonie sous son principat. Nous estimons donc que ce document est augustéen ». Voir également ibid., p. 276. Au-delà du cas de l’Afrique, Detlefsen, 1908, a montré que les listes utilisées par Pline pour l’ensemble de l’empire étaient d’époque augustéenne. Selon Velleius Paterculus (Histoire romaine, 2, 38, 2), il revient à Scipion Émilien le premier d’avoir réduit l’Afrique « au statut de province » (in formulam prouinciae) : sur ce point, voir Richardson, 2008, p. 150.

44 Cuntz, 1888 ; Detlefsen, 1908. Voir également la mise au point de Shaw, 1981a.

45 Définition empruntée à Arnaud, 2007-2008, p. 77. Sur cette documentation, voir également Christol, 1994a. La question demeure de savoir si ces listes de communautés sujettes étaient incluses, ou non, dans les leges prouinciae : sur la notion de lex prouinciae, voir la mise au point proposée par Coudry, Kirbihler, 2010, pp. 133-138.

46 Desanges, 1980a, p. 276, répond à cette question par l’affirmative.

47 Voir les remarques de Lintott, 1981, p. 61.

48 Desanges, 1964, p. 42 et 1980a, p. 349, à propos du rôle joué par l’oued Djedi comme limite de l’Africa ; également id., 1999, pp. 39-40.

49 Voir les remarques de Christol, 2012b.

50 Trousset, 1993b, pp. 141-142.

51 Mots empruntés ibid., p. 141.

52 J. Desanges envisage cette idée à propos de l’oued Djedi (Desanges, 1980a, p. 349). Voir également Trousset, 1993b ; Purcell, 2012.

53 Lamboley, 1993 ; Trousset, 1993b, p. 143. Pour l’Afrique, voir les remarques de Desanges, 1999.

54 Id., 1980b ; Briand-Ponsart, 2011 ; Christol, 2012a.

55 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 70.

56 Camps, 1979, p. 47.

57 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 72.

58 Février, 1987, pp. 607-608.

59 Camps, 1960, pp. 168-169 et 1999, p. 54.

60 Id., 1973a, 1999, pp. 52-56.

61 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 5. Voir Desanges, 1962, pp. 57, 71 ; Camps, 1991 ; Laporte, 2005.

62 CIL, VIII, 2615, Lambèse. Voir Camps, 1991.

63 Modéran, 2003, pp. 247, 468-469.

64 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 5.

65 CIL, VIII, 8270. Voir Desanges, 1962, pp. 69-70 et 1980a, p. 177.

66 Cassius Dion, Histoire romaine, 53, 26, 2.

67 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 7. Voir Desanges, 1964, pp. 38-47.

68 Id., 1999, pp. 31-34. P. Salama mentionne « la découverte d’une cruche contenant un assez grand nombre de deniers des souverains de Maurétanie : Juba II, Cléopâtre Sélénè, Ptolémée et des empereurs Auguste et Tibère », dans la vallée de l’oued el-Abiod, au cœur de l’Aurès : serait-il possible de lier ce trésor à l’attribution par Rome des territoires gétules de Numidie passant sous la responsabilité de Juba II ? Voir Salama, 2002, p. 1985 ; Desanges, 2006a, p. 56, n. 10.

69 « et tota Gaetulia ad flumen Nigrim, qui Africam ab Aethiopia dirimit » (Pline, Histoire naturelle, 5, 30). Voir le commentaire de Desanges, 1980a, pp. 342-346.

70 Id., 1964, pp. 44-47 et 1980a, pp. 346-349. Voir également Camps, 1995a.

71 Expression empruntée à Desanges, 1964, p. 45, qui s’inspire de l’« horizon administratif » évoqué par Carcopino, 1925, pp. 37-38, à propos de la limite formée par l’oued Djedi.

72 Gsell, 1930, p. 163 ; Desanges, 1964, pp. 35-36.

73 Ibid., p. 45 et id., 1980a, p. 349 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 75.

74 Desanges, 1957, pp. 34-40, 1980a, pp. 346-349, 454-461, et 2012a.

75 Id., 1980a, pp. 346-349. J. Desanges s’appuie ici sur une tradition ancienne qui remonte à Vivien de Saint-Martin, et qui fut contestée notamment par Picard, 1947, pp. 22-31. Les arguments avancés par J. Desanges semblent toutefois convaincants.

76 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.

77 Hachid, 2003, pp. 119-120.

78 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.

79 Ibid., 5, 44.

80 Ibid., 5, 44 ; 8, 77.

81 Ibid., 5, 51 (fons Nigris).

82 Trousset, 1993b, p. 146. Voir également Bianchetti, 2008 ; Callegarin, 2012, p. 131.

83 Hérodote, Histoires, 2, 32-34 ; Vitruve, De l’architecture, 8, 2, 6-7 ; Pomponius Mela, Chorographie, 3, 9, 96-97.

84 Ibid., 1, 23 ; 1, 48 ; Pline, Histoire naturelle, 5, 44-46. Voir Desanges, 1980a, pp. 475-478 ; Ségalas, inédit, p. 84 ; Callegarin, 2012, p. 131.

85 La place accordée aux fleuves dans la définition des contours de la domination territoriale romaine n’est pas propre au règne d’Auguste. Elle est déjà présente sous le gouvernement de César comme en témoigne l’intérêt qu’il porte au Rhin : César, Guerre des Gaules, 4, 16. Voir Braund, 1996 ; Richardson, 2008, pp. 92-97, à propos des notions d’imperium et de prouincia chez César ; Christol, 2012b, p. 119.

86 Quet, 1981, pp. 35-42, 63-64.

87 Panégyriques latins, 3, 6, 6, à Maximien. Voir Lassandro, 1987, à propos du « limes » rhénan.

88 Pline, Histoire naturelle, 5, 51 ; Ammien Marcellin, Histoires, 22, 15, 8. Voir Matthews, 1972, pp. 331-332 ; Roller, 2003, pp. 190-196.

89 Fragments de son œuvre : FHG, vol. 3, 465-484 ; FGrHist, 275. Pline (Histoire naturelle, 5, 16) et Plutarque (Vie de César, 55) se font l’écho de ses grandes qualités de savant.

90 Pline, Histoire naturelle, 5, 51-53.

91 Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 185-186. Voir la série de cartes réalisées par Santana Santana, Arcos Pereira, 2008, pp. 357-360, fig. 1-4.

92 Santana Santana, Arcos Pereira, 2008.

93 Pline, Histoire naturelle, 5, 43. Voir Desanges, 1962, pp. 226-227, 1980a, pp. 452-454 et 2012.

94 Id., 1980a, p. 461.

95 Nicolet, 1988a, p. 232 ; Trousset, 1993a, p. 146.

96 Brunt, 1978 ; Millar, 1982, p. 19 ; Trousset, 1993b, p. 146.

97 Ibid., p. 150.

98 Desanges, 1980a, p. 349. Trousset, 1993b, p. 146, semble également sous-entendre que ce fut là peut-être l’objectif de la campagne entreprise par L. Cornelius Balbus.

99 Desanges, 1957, p. 40, n. 138.

100 Eustathe, Commentaires, 215 (GGM, II, p. 254). Sur ce peuple, voir Desanges, 1980a, p. 113 et 1998.

101 Salluste, La guerre de Jugurtha, 80, 1.

102 Sur ce périple et les questions que soulève son récit par Pline : Desanges, 1978, pp. 121-147.

103 Sur le peuple des Autoteles : id., 1990 ; Rebuffat, 1999, pp. 278-281.

104 Pline, Histoire naturelle, 5, 9. Voir Desanges, 1980a, pp. 113-114.

105 « Gaetulae nunc tenent gentes, Baniurae multoque ualidissimi Autoteles et horum pars quondam Nesimi, qui auulsi his proriam fecere gentem uersi ad Aethiopas » (« Ce sont à présent des peuples gétules qui tiennent le pays, les Baniurae, les Autoteles de beaucoup les plus puissants et une ancienne fraction de ceux-ci, les Nesimi, qui s’en sont séparés et ont formé un peuple indépendant en direction des Éthiopiens » [Pline, Histoire naturelle, 5, 17 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980]).

106 Id., 1980a, pp. 97-98, 113 et 1990.

107 « Ab eo totidem milibus oppidum Sala, eiusdem nominis fluuio inpositum, iam solitudinis uicinum elephantorumque gregibus infestum, multo tamen magis Autololum gente, per quam iter est ad montem Africae uel fabulosissimum Atlantem » (« À autant de milles du Sububus, la ville de Sala, située sur le fleuve homonyme, est déjà au voisinage d’espaces désolés. Des troupeaux d’éléphants l’infestent, mais bien plus encore la tribu des Autololes placée sur le chemin qui mène à la montagne d’Afrique fabuleuse entre toutes, l’Atlas » [Pline, Histoire naturelle, 5, 5 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980]).

108 Pline, Histoire naturelle, 6, 36, 201.

109 FGrHist, 275 F43. Commentaire de Desanges, 2008, p. 230.

110 Pomponius Mela, Chorographie, 3, 10, 105.

111 Pline, Histoire naturelle, 5, 5. Voir Desanges, 2008, pp. 229-230. Juba II, dans un passage (FGrHist, 275 F8b) repris par Dioscoride (Sur la matière médicale, 3, 82, 1) qui écrit à la même époque que Pline l’Ancien, évoque le territoire des Autololes, c’est-à-dire l’Autololia, à proximité du pays des Maures, ce qui pourrait suggérer que les Autololes sont établis à l’extérieur de la province romaine : voir Desanges, 1990 ; Roller, 2003, pp. 178-179.

112 Pline, Histoire naturelle, 5, 17. Voir le commentaire de Desanges, 1980a, p. 147.

113 Rebuffat, 1971 ; Hamdoune, 1995, pp. 238-246.

114 Pline, Histoire naturelle, 5, 16.

115 Ibid., 5, 16 ; 22, 7. Sur cette plante : Quézel, Gast, 1997.

116 Pline, Histoire naturelle, 5, 16. L’emprunt de Pline à Juba est important : voir Detlefsen, 1909, pp. 77-79 ; Gsell, 1927a, p. 194 ; Pédech, 1955, p. 325 ; Arnaud, 2007, pp. 21-22.

117 Plutarque, Vie de César, 55. À propos de la culture grecque de Juba, voir Gsell, 1927a ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 137-139.

118 « Postea flumen Salsum, ultra quod Aethiopas Perorsos, quorum a tergo Pharusios. His iungi <in> mediterraneo Gaetulos Daras » (« Puis le fleuve Salsum, au-delà duquel on trouve les Éthiopiens Perorsi et, derrière eux, les Pharusii. Font suite à ces derniers, dans l’itinéraire des terres, les Gétules Darae » [Pline, Histoire naturelle, 5, 10 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980]). Sur les Gétules Darae, voir id., 1995. Est-ce à ce peuple qu’il faut attribuer de très anciennes gravures pariétales découvertes dans le Sud du Maroc ? Les guerriers en armes et à cheval, figurés dans des scènes de combat ou de chasse, pourraient faire écho à l’image du cavalier gétule telle qu’elle est véhiculée par la littérature antique : voir Reine, 1969 ; Callegarin, Moreau, 2009, p. 215.

119 Arnaud, 2007-2008, p. 101.

120 Pédech, 1955 ; Desanges, 1978, pp. 123-127 et 1980a, pp. 113, 117.

121 Ibid., pp. 23-25, 113.

122 Le rappel de sa qualité de roi et co-régent de l’empire, ainsi que la réputation de son œuvre, évoquent de manière implicite le soutien accordé par Auguste à Juba : « Iuba Ptolomaei pater, qui primus utrique Mauretaniae imperauit, studiorum claritate memorabilior etiam quam regno » (« Juba, père de Ptolémée, qui le premier exerça le pouvoir sur l’une et l’autre Maurétanie et que sa réputation de savant a rendu encore plus mémorable que son règne » [Pline, Histoire naturelle, 5, 16 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980]). Voir Arnaud, 2007, pp. 18, 22 et 2007-2008, pp. 80-81.

123 Pline, Histoire naturelle, 1 (« Contenu du livre V », « Contenu du livre VI »). Voir Gsell, 1927a, p. 194 ; Santana Santana, Arcos Pereira, 2008, p. 349.

124 « Tunc etiam in Africa Musolanos et Gaetulos latius uagantes Cossus dux Caesaris artatis finibus cohercuit atque a Romanis limitibus abstinere metu conpulit » (« À la même époque en Afrique, Cossus, un général de César, contint dans des limites territoriales étroites les Musolanes et les Gétules qui nomadisaient sur une grande étendue, et il les obligea par la crainte à se tenir éloignés des frontières romaines » [Orose, Histoires contre les païens, 6, 21, 18 ; éd. et trad. de Marie-Pierre Arnaud-Lindet, Paris, CUF, 1991]).

125 Desanges, 1964 ; Whittaker, 1978 ; Fentress, 1982, pp. 330-331 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 70-75 ; Desanges, 1998, 1999 ; Rebuffat, 2001 ; Modéran, 2003, pp. 269, 450-453 et 460-463.

126 Shaw, 1981a, p. 454, n. 86.

127 Desanges, 1980a, p. 346.

128 Orose, Histoires contre les païens, 6, 21, 18.

129 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 72 ; Guédon, 2010, p. 143.

130 Gsell, 1927b, p. 110 ; Camps, 1960, pp. 156-157 ; Desanges, 1998, p. 3065.

131 Gsell, 1927b, p. 110.

132 Desanges, 1998, p. 3065. Voir également Trousset, 2001, p. 60.

133 Camps, 1960, p. 156-157 et 1980, p. 112.

134 Pseudo-César, Guerre d’Afrique, 25, 2.

135 Pline, Histoire naturelle, 5, 35-38, qui évoque les bourgades gétules.

136 Voir les remarques de Shaw, 1982a, p. 32.

137 Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 72.

138 Strabon (Géographie, 17, 3, 9 ; 2, 5, 33) évoque cette occupation sporadique. Voir Coltelloni-Trannoy, 1997, p. 73 ; Christol, 2012b, pp. 118-119.

139 Ptolémée, Géographie, 4, 2, 7. Voir Desanges, 1964, p. 46 et 1980a, p. 87.

140 Cossus Cornelius Lentulus dut ainsi affronter, selon Florus, « les Musulames et les Gétules, habitants des Syrtes » (« Musulamos atque Gaetulos, accolas Syrtium » [Florus, Epitomè, 2, 31]).

141 Desanges, 1964, p. 45.

142 Pline, Histoire naturelle, 5, 30.

143 La mention du Castellum Dimmidi suit la pratique adoptée par G. Picard qui fait précéder le nom du site d’un article (Picard, 1947).

144 Desanges, 1980b, pp. 87-88.

145 Pline, Histoire naturelle, 5, 25. Voir Desanges, 1980a, pp. 80-83. L’épigraphie confirme que le tracé des limites entre la nouvelle et l’ancienne province d’Afrique fut établi là où passait auparavant la Fossa Regia : CIL, VIII, 25967 ; ILS, 5955 : « fines prouinciae Nouae et Veter(is) derecti qua Fossa Regia fuit ».

146 Di Vita-Évrard, 1986 ; Napoli, 1997, pp. 495-501 ; Ferchiou, 1998 ; M’Charek, 1999 ; Abid, 2014.

147 C’est la définition suggérée par Desanges, 1980a, pp. 284-288.

148 Pline, Histoire naturelle, 5, 29-30, mentionne « 15 villes de citoyens romains » (« oppida ciuium Romanorum XV ») ainsi que « trente villes libres » (« oppida libera XXX »). À l’exception de Zama, aucune des villes libres qui ont été identifiées ne semble se situer dans la partie de la province qui avait appartenu à l’ancien royaume numide : voir Desanges, 1980a, p. 311.

149 Ibid., p. 304.

150 Voir la mise au point de Lepelley, 2006.

151 La colonisation effective qui toucha l’Afrique aux temps de César puis d’Octavien-Auguste après Actium permit de distribuer des terres non seulement aux vétérans qui avaient servi lors de leurs campagnes successives, mais également aux Italiens qui s’étaient vus dépouillés de leurs terres en Italie, au profit des vétérans : voir Gascou, 1982a, pp. 140-141 ; Roddaz, 2003, pp. 193-195. D’autres considérations économiques paraissent également avoir été prises en compte de manière commune par les deux hommes politiques : voir Gascou, 1972, pp. 22-27 ; Le Glay, 1985.

152 Expression empruntée à Camps, 1979, p. 47, qui en fait usage pour qualifier les liens entre les trois pôles suivants : comptoir carthaginois, métropole punique et royaumes indigènes. Sur les relations entre les rois africains et les tribus peuplant leurs territoires, voir également les remarques de Lassère, 2001.

153 « Bellum ego populo Romano neque feci, neque factum umquam uolui : at finis meos aduorsum armatos armis tutatus sum. Id omitto, quando uobis ita placet. Gerite, quod uoltis, cum Iugurtha bellum. Ego flumen Muluccham, quod inter me et Micipsam fuit, non egrediar, neque id intrare Iugurtham sinam » (« Je n’ai fait ni n’ai jamais voulu faire la guerre au peuple romain : j’ai seulement défendu par les armes mes frontières qu’on attaquait par les armes. J’y renonce, puisqu’il vous plaît ainsi. Faites, comme vous le voulez, la guerre à Jugurtha. Je ne franchirai pas le fleuve Muluccha, qui servait de frontière entre Micipsa et moi, et je ne permettrai pas à Jugurtha de le passer » [Salluste, La guerre de Jugurtha, 110, 6-8 ; éd. et trad. d’Alfred Ernout, Paris, CUF, 2003, 16e tirage]). Voir également pseudo-César, Guerre d’Alexandrie, 51, évoquant les fines Numidiae, à propos du royaume de Juba.

154 « Primo conuentu quem ab regulis factum supra memoraui, propter dissensionem placuerat diuidi thesauros finisque imperi singulis constitui » (« Dans la première conférence, dont j’ai parlé plus haut, tenue par les jeunes rois, ils avaient décidé, en raison du désaccord qui régnait entre eux, de se partager les trésors de Micipsa et de délimiter le pouvoir de chacun d’entre eux » [Salluste, La guerre de Jugurtha, 12, 1 ; éd. et trad. d’Alfred Ernout, Paris, CUF, 2003, 16e tirage]) ; « Igitur ad Catabathmon, qui locus Aegyptum ab Africa diuidit, secundo mari prima Cyrene est, colonia Theraeon, ac deinceps duae Syrtes interque eas Leptis, deinde Philaenon Arae, quem locum Aegyptum uorsus finem imperi habuere Carthaginienses, post aliae Punicae urbes » (« Donc, attenant au Catabathmos, qui sépare l’Égypte de l’Afrique, en suivant la mer se trouvent d’abord Cyrène, colonie de Théra, ensuite les deux Syrtes, avec Leptis entre eux, puis les autels des Philènes, jadis limite de l’empire carthaginois dans la direction de l’Égypte, puis d’autres villes puniques » [Salluste, La guerre de Jugurtha, 19, 3 ; éd. et trad. d’Alfred Ernout, Paris, CUF, 2003, 16e tirage]). Voir les commentaires et les interprétations proposés par Richardson, 2008, p. 98.

155 « Ea pars quam Africam appellauimus diuiditur in duas prouincias, ueterem ac nouam, discretas fossa inter Africanum sequentem et reges Thenas usque perducta » (« La partie du continent que nous avons appelée Afrique est divisée en deux provinces, l’Ancienne et la Nouvelle, séparées par un fossé qui fut tracé, à la suite d’un accord entre le second Africain et les rois, jusqu’à Thenae » [Pline, Histoire naturelle, 5, 25 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980]).

156 Keppie, 1998, p. 44.

157 Ce n’est d’ailleurs que bien plus tard que le substantif fossatum intégra le vocabulaire militaire romain : Trousset, 1997c.

158 Crawford, 1996, vol. 1, no 12, Cnide, col. III, l. 3-15. Voir l’introduction de cet ouvrage.

159 Christol, 2012b, pp. 111-112.

160 Cagnat, 1913, p. xii.

161 Rebuffat, 1999, p. 265. Voir également les remarques de Lintott, 1981, p. 60.

162 Ibid., pp. 55-58.

163 Ibid., p. 61.

164 Expression empruntée à Trousset, 1984a, p. 53.

165 « Les armées romaines combattirent pour la première fois en Maurétanie sous le principat de Claude. Le roi Ptolémée avait été mis à mort par Gaius César ; l’affranchi Aedemon entreprit de le venger ; et, en poursuivant les barbares, il est établi qu’on parvint au mont Atlas. Non seulement les personnages consulaires et les généraux pris dans le sénat conduisirent alors des expéditions, mais encore des chevaliers romains qui, par la suite, gouvernèrent ce pays, ont tiré gloire d’avoir pénétré dans l’Atlas. Il y a, comme nous l’avons dit, cinq colonies romaines dans cette province et, à en croire ce qu’on raconte, on tiendrait l’Atlas pour aisément accessible ; mais cette impression est dénoncée en général par l’expérience comme tout à fait trompeuse » (Pline, Histoire naturelle, 5, 11-12 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980) ; « Suétonius Paulinus, que nous avons vu consul, est le premier chef romain qui ait traversé tout l’Atlas, le dépassant même de quelques milles » (Pline, Histoire naturelle, 5, 14 ; éd. et trad. de Jehan Desanges, Paris, CUF, 1980). Voir Hamdoune, 1995, pp. 242-246 ; Callegarin, 2012, pp. 136-137.

166 Expression empruntée à Cadiou, Moret, 2012, p. 22.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search