Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Première partie. La genèse de la frontière d’Afrique proconsulaire

Préambule de la première partie

La genèse de la frontière d’Afrique proconsulaire

Texte intégral

  • 1 Sur cet aspect, voir l’aperçu donné par Lassère, 2015, pp. 114-115.
  • 2 Pour les Maurétanies, voir les remarques de Hamdoune, 1995 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 69-78 ; (...)
  • 3 Voir la carte 1 de cet ouvrage.

1Les circonstances exactes de l’extension de la domination romaine en Afrique, après l’institutionnalisation de la province de Proconsulaire entérinée par le « partage des provinces » en 27 av. J.-C.1, demeurent obscures par bien des aspects. En Proconsulaire comme pour les autres provinces de Rome en Afrique du Nord2, la difficulté tient d’abord aux incertitudes qui pèsent encore sur le tracé des limites méridionales du territoire romain dans la région. Elles sont liées au flottement portant aussi sur la connaissance des limites du royaume numide de Juba I, puis du territoire sur lequel s’étendait, jusqu’en pays gétule, la domination du roi de Maurétanie Juba II, avant qu’il ne passe sous contrôle de l’autorité romaine3.

  • 4 Voir, de façon non exhaustive, Bénabou, 1976, pp. 57-61 ; Le Bohec, 1989a, pp. 337-339 ; Trousset, (...)
  • 5 Gutsfeld, 1989, pp. 25-80 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 47-48.

2Il est traditionnellement accepté que la pénétration romaine dans les marges présahariennes de l’Afrique du Nord s’est faite, au début du Principat, à la faveur de révoltes conduites par les tribus peuplant la région, dans laquelle l’autorité romaine se serait alors aventurée au motif de campagnes militaires destinées à réprimer ces soulèvements4. La nature précise des opérations militaires romaines dans la région reste néanmoins source d’interrogations5. À défaut d’autres explications, le contexte d’insécurité résultant du comportement hostile des tribus locales réputées turbulentes fut souvent invoqué pour justifier l’intervention de Rome dans les confins méridionaux de l’Afrique proconsulaire et expliquer le mode de contrôle établi par l’État romain, et par conséquent la forme prise par la frontière dans la région. Cet aspect appelle un nouvel examen car la relecture des sources, alliée à l’étude des signes tangibles de l’étendue de la présence romaine dans le Sud de l’Africa, suggère qu’il n’en fut peut-être pas exactement ainsi.

  • 6 Voir en ce sens les critiques de Trousset, 1980b, p. 146, à propos de la traduction du substantif (...)
  • 7 Voir les observations de Dondin-Payre, 1981, p. 100, à propos de l’extension de la citoyenneté rom (...)

3On considère généralement « l’endroit de la frontière » à travers les traces matérielles relatives à la présence militaire. Dans la province de Proconsulaire, ces indices sont toutefois inexistants jusqu’aux Flaviens. Les différentes manifestations de la présence officielle de Rome, non seulement de nature militaire mais également d’ordre civique et administratif, à défaut de fournir un tracé linéaire des limites d’occupation de la province qui n’avait d’ailleurs peut-être aucune existence matérielle dans certaines zones de la frontière6, constituent autant d’indices sur l’extension progressive du champ d’intervention de l’autorité romaine, dans le Sud de l’Afrique proconsulaire7.

Notes

1 Sur cet aspect, voir l’aperçu donné par Lassère, 2015, pp. 114-115.

2 Pour les Maurétanies, voir les remarques de Hamdoune, 1995 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 69-78 ; Rebuffat, 1999, pp. 280-283.

3 Voir la carte 1 de cet ouvrage.

4 Voir, de façon non exhaustive, Bénabou, 1976, pp. 57-61 ; Le Bohec, 1989a, pp. 337-339 ; Trousset, 2004.

5 Gutsfeld, 1989, pp. 25-80 ; Coltelloni-Trannoy, 1997, pp. 47-48.

6 Voir en ce sens les critiques de Trousset, 1980b, p. 146, à propos de la traduction du substantif limes par l’expression, qu’il juge trop schématique et réductrice, de « route frontière ».

7 Voir les observations de Dondin-Payre, 1981, p. 100, à propos de l’extension de la citoyenneté romaine.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search