Version classiqueVersion mobile

La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire

 | 
Stéphanie Guédon

Introduction

« Imperium sine fine… » ?

Texte intégral

À LMA, V. et A.
SGB

  • 1 Pour un aperçu global, voir les synthèses proposées par Mattingly et alii, 2013 ; Reddé, 2014. La (...)
  • 2 Voir les cartes 1 à 4 de cet ouvrage.
  • 3 Voir les remarques de Trousset, 1986c, p. 93 ; M’Rabet, Trousset, 2003, pp. 65-67.
  • 4 Dans l’ensemble de cet ouvrage, les toponymes et ethnonymes antiques mentionnés en langue latine s (...)

1Étendues sur près de 3 000 km, les frontières africaines de l’Empire restent encore très mal connues, et d’interprétation discutée1. Les incertitudes sont particulièrement nombreuses sur la frontière de l’Afrique proconsulaire, qui constitue la plus longue des limites provinciales au sud de l’Empire. Elle s’étire sur les marges prédésertiques et désertiques de Libye et de Tunisie pour sa partie tripolitaine. En Algérie, son parcours suit le piémont saharien des massifs de l’Aurès et des Némencha, situés en Numidie2. La zone présaharienne, espace de transition bioclimatique entre la steppe et le désert, n’est elle-même pas uniforme et recouvre des entités spatiales diverses intégrant des paysages de plaines et des massifs montagneux, ainsi que des régions oasiennes continentales comme dans le Sud tunisien3. Bien des questions continuent alors à peser sur les régions que traverse la frontière de l’Africa4, qui tiennent aussi à l’état des connaissances sur ces vastes territoires méridionaux du monde romain.

  • 5 Idée synthétisée par Trousset, 2004, p. 63. Sur la relation plus généralement invoquée dans les ét (...)
  • 6 Trousset, 1984a, p. 47.

2Face au milieu aride conçu généralement comme un environnement hostile, la frontière romaine fut régulièrement perçue comme une construction géopolitique répondant à un principe de précaution adapté aux contraintes spécifiques du prédésert5. Elle est ainsi considérée comme « la première application à des régions de la bordure saharienne de limites institutionnalisées et militairement organisées6 ». Leur phase de morphogenèse correspond à la période comprise entre l’unification de la province africaine, devenue proconsulaire sous le Principat, et l’étape ultime d’expansion de l’occupation militaire dans le Sud de l’Africa sous les Sévères, qui aurait notamment abouti à la constitution du limes Tripolitanus préfigurant l’organisation de la frontière africaine à la fin de l’Antiquité. La nature des limites esquissées reste toutefois l’objet de nombreux débats.

  • 7 Appien, Prooemium, 1 : sur ce passage, voir les commentaires de Talbert, 2004, pp. 24-25. Égalemen (...)
  • 8 Ferrary, 2008a, pp. 7-8.
  • 9 Richardson, 2008 ; Hurlet, 2011, p. 114.

3La principale difficulté d’approche des frontières romaines tient au fait que la domination exercée par Rome au titre de l’imperium concerne d’abord des peuples, et non des territoires : Appien en rend parfaitement compte lorsqu’il évoque, dans le prologue de son Histoire romaine, « les frontières des peuples soumis aux Romains7 ». Il n’est pas dans la nature de l’empire, quant à lui, d’avoir de frontières. D’un point de vue géographique, le continuum dessiné par les provinces ceinturant la Méditerranée n’est constitué que très progressivement. Il achève de prendre forme au ier siècle apr. J.-C. dans le contexte déterminant du Principat d’Auguste8, qui participe largement à l’affermissement d’un empire pleinement territorial9.

  • 10 Sur cet aspect, voir les réflexions de Mattingly, 2011a, pp. 13-22.
  • 11 Virgile, Énéide, 1, 275-279. Sur ce passage, voir le commentaire de Roddaz, 2004a, pp. 262-263.
  • 12 « Gentibus est aliis tellus data limite certo ; Romanae spatium est Vrbis et orbis idem ». (« Les (...)
  • 13 Il n’existe pas de bornes marquant les limites de l’Empire : voir Isaac, 1990, pp. 396-398 ; Talbe (...)
  • 14 RGDA, 26, 1.
  • 15 « Legio in Africa auxiliaque tutandis imperii finibus sub diuo Augusto Tiberioque principibus proc (...)
  • 16 Trousset, 1984a, pp. 47-48 et 1993d, p. 27. P. Trousset considère le limes comme une organisation (...)

4La dimension idéologique revêtue par la notion d’imperium, à travers laquelle s’affirme la vocation romaine à un empire méditerranéen déjà en germe à la fin de la République, est clairement rendue par la littérature d’époque augustéenne10. Les mots de Virgile qui fait les louanges de l’Imperium sine fine11, ou d’Ovide à propos du destin historique de la ville de Rome12, conduisent, dans des intentions différentes, au même constat d’un empire illimité, appelé par essence à étendre la domination romaine au-delà des frontières provinciales existantes13. Cette ambition s’inscrit également au cœur de la propagande augustéenne dans son entreprise de légitimation des nouveaux pouvoirs concentrés entre les mains du Princeps : ce dernier rappelle ainsi comment il a accompli la mission qui lui avait été confiée en étendant les frontières des provinces (« fines omnium prou[inciarum populi romani]14 »). Il n’y a plus le même enjeu idéologique un siècle plus tard lorsque Tacite affecte la valeur d’imperii fines à la frontière de l’Africa, dans une allusion à la mission d’ordre général assurée par la légion et les troupes auxiliaires dans le sud de la province15. Pour P. Trousset, la notion d’imperii fines doit alors être comprise comme un concept juridique : il s’agit de « la ligne politique de démarcation jusqu’à laquelle le territoire était réputé romain », prenant appui sur un support spatial identifié au limes, c’est-à-dire la « ligne de contrôle militaire16 ».

  • 17 Voir Tite-Live, Histoire romaine, 1, 32 ; Florus, 1, 31, 4, à propos des frontières du territoire (...)
  • 18 Voir Richardson, 2008, pp. 26-30, à propos des fines prouinciae qu’évoque le témoignage de Tive-Li (...)
  • 19 Son témoignage fut analysé par Richardson, 2008, pp. 97-100.

5À la fin de la République et encore durant la période du Haut-Empire, le substantif fines revêt très clairement une dimension géographique lorsqu’il est employé pour désigner les frontières d’entités territoriales étrangères17. Il sert également, dans le contexte politique romain, à qualifier la prouincia : les fines correspondent alors aux limites du champ de compétences du promagistrat — c’est le sens premier du substantif prouincia —, plutôt qu’aux frontières administratives d’un territoire18. Dans le cadre de l’Afrique romaine, l’usage du substantif prouincia par Salluste ne déroge pas au sens technique d’espace soumis au contrôle d’un magistrat ou d’un promagistrat ; il est également employé pour désigner spécifiquement, et dans une acception davantage géographique, la province africaine19.

  • 20 Ibid., pp. 182-194.
  • 21 Lintott, 1981, p. 55.
  • 22 Hinard, 1991, p. 38.
  • 23 Voir le chap. i de cet ouvrage.
  • 24 Lintott, 1981 ; Crawford, 1996, vol. 1, no 12, Cnide, col. III, l. 3-15 ; pour la datation de la l (...)
  • 25 Drogula, 2011.
  • 26 Sur la réglementation entourant le franchissement de la frontière provinciale par le gouverneur à (...)
  • 27 En soi, le processus de délimitation territoriale des provinces avait déjà connu régionalement des (...)
  • 28 Peyras, 2005a, p. 72 et 2005b, p. 225.

6La délimitation du ressort territorial dont relevait chaque prouincia fut progressive20. Le glissement sémantique du terme de prouincia vers une définition territoriale affirmée au cours du iie siècle av. J.-C. a pris une dimension exceptionnelle en Afrique avec l’institution de la Fossa Regia creusée en 146 av. J.-C. sur l’ordre de Scipion Émilien, qui établissait une limite matérielle entre le territoire de la province et l’étendue septentrionale du royaume de Numidie21. Le fait, sans précédent, reste le seul exemple attesté d’un tel dispositif institué aux frontières des provinces romaines22, sur la portée duquel on continue d’ailleurs de s’interroger23. Il précède la lex Porcia de 101 av. J.-C., qui reconnaît pour la première fois, de façon générale, une existence juridique aux frontières des provinces24. Furent concernées de façon immédiate les provinces prétoriennes. En effet, cette décision inédite de la part du Sénat romain fut vraisemblablement motivée par les conséquences de la concurrence croissante pour le consulat, qui conduisit des gouverneurs de rang prétorien en quête de triomphes et d’honneurs à entreprendre des expéditions très agressives à l’exemple de M. Antonius en Asie et T. Didius en Macédoine25. La réalité de limites précises, afférentes à la définition du territoire provincial, est alors affirmée dans le texte de loi : ces limites revêtaient désormais en théorie, si ce n’était déjà pas le cas avant, une existence légale dans la mesure où un magistrat ne pouvait quitter le territoire de sa province d’affectation sans permission du Sénat ou du peuple, étant fait exception des voyages réalisés rei publicae causa26. L’étendue géographique et politique des pouvoirs du gouverneur était donc contenue dans des limites strictement définies par la loi, la province étant elle-même considérée comme un territoire géographiquement circonscrit27. Dans le cadre du gouvernement provincial, la frontière renvoyait alors aux limites officielles de l’espace contrôlé directement par Rome28.

  • 29 Cicéron, Contre Pison, 50.
  • 30 Lintott, 1981, pp. 55-58.

7La question demeure de savoir quelle application eurent dans les faits la valeur théorique affectée aux frontières provinciales, et le respect des restrictions relatives à leur franchissement par les gouverneurs en poste. Sans doute l’interprétation de la lex Porcia, à laquelle font suite la lex Cornelia de maiestate et la lex Iulia de repetundis rappelant l’interdiction formulée à l’encontre d’un gouverneur de quitter sa province sans l’autorisation préalable du Sénat et du peuple romains29, fut-elle variable30. Les exemples successifs d’intervention au nord de la Macédoine à la fin de la République montrent bien que le gouverneur de la province, dont le dernier en date fut L. Piso, pouvait agir au-delà de la limite provinciale et du territoire soumis directement à Rome, en arguant que cet espace faisait partie, sinon de la prouincia au sens territorial, du moins de son champ de compétences au titre de la rei publicae causa. Le Principat augustéen entraîne par la suite des changements importants dans l’activité menée par les gouverneurs aux frontières provinciales. Celle-ci prend une dimension déterminante et spécifique dans le cadre de la province d’Afrique proconsulaire où elle est placée au cœur du processus de construction alors en cours de la frontière.

  • 31 Voir les remarques suggestives de Trousset, 1993a.
  • 32 Moatti, 2004, p. 9. Voir les modèles interprétatifs proposés par Mattingly, 2005, p. 47 (fig. 2, 4 (...)
  • 33 Voir la perspective originale envisagée par Dyson (1985) dont l’étude porte sur la phase de constr (...)
  • 34 Bowman, 2006, p. 76, évoque « the crude antithesis between regional and general studies of the emp (...)
  • 35 Leveau, 1995, pp. 60-63 et 2007, pp. 669-670.
  • 36 Hurlet, 2011, p. 127.
  • 37 Voir, par exemple, les réflexions de Soja (1996) sur la notion de thirdspace.
  • 38 Un tel travail de synthèse n’a pas encore été réalisé sur l’ensemble de la frontière d’Afrique pro (...)

8La réalité à laquelle renvoient les frontières provinciales est donc loin d’être unitaire et n’est pas réductible à un concept : celui-ci implique effectivement une représentation mentale abstraite et générale, qui par une vue rétrospective empruntant à des notions contemporaines parfois anachroniques, impose un point de vue global sur une construction politique aux facettes multiples31. La notion de frontière peut être jugée de façon plus pertinente comme une catégorie de la connaissance qui tient compte de réalités différentes32, et justifie la nécessité d’études conduites au cas par cas33. Chaque province a une histoire particulière, qui confère à ses frontières un faciès spécifique et permet de prendre la mesure de ce qu’était l’Empire d’un point de vue géographique et institutionnel34. Comme le souligne Ph. Leveau, l’apport des études régionales dans la conception du modèle « centre-périphérie » appliqué à l’Empire romain et plus particulièrement à ses frontières est ici tout à fait significatif : ainsi insiste-t-il sur les aspects de la diversification régionale opérée au cours de la période impériale produite par l’interaction de facteurs internes, dont le résultat fut l’émergence de pôles régionaux35. La conséquence en fut un processus de hiérarchisation des espaces36, au sein duquel les frontières de l’Empire, sans pouvoir être considérées de manière équivalente, ont pleinement pris leur part. L’étude des frontières provinciales ne s’attache ainsi plus seulement aujourd’hui à y voir des constructions politiques et militaires, mais cherche également à en comprendre l’ensemble des interactions spatiales au sein du territoire provincial. Il s’agit en somme de montrer, ainsi qu’invitent à le faire les réflexions théoriques récentes présentant l’espace comme une construction humaine, comment se fait le passage entre la maîtrise d’un espace physique et sa normalisation en tant qu’espace vécu37. Tel est l’objectif de ce travail qui envisage la frontière de l’Africa dans sa phase déterminante, et encore discutée, de structuration entre le Principat augustéen et la dynastie sévérienne38.

  • 39 Le Bohec, 1979, p. 13.
  • 40 Benseddik, 1999, pp. 103-104.
  • 41 Bénabou, 1978, p. 141.

9Une telle étude implique inévitablement d’examiner le rôle joué par l’armée, régulièrement jugé primordial dans la construction et la caractérisation de la région frontalière. En effet, dans le cadre de l’Afrique romaine, la notion de frontière fut fortement influencée par la fonction militaire attribuée à un grand nombre de vestiges découverts dans le sud du territoire provincial. Les motifs justifiant la présence de l’armée romaine dans la région demeurent toutefois débattus. À la densité des constructions militaires repérées dans le Sud de l’Afrique proconsulaire et de la Maurétanie césarienne furent régulièrement opposés la faiblesse des effectifs affectés dans les garnisons frontalières et le défaut d’efficacité défensive des dispositifs en place. Cette économie de moyens fut alors interprétée tantôt comme le signe d’une soumission largement acquise39, tantôt comme la preuve d’une sécurité somme toute précaire40. Au « paradoxe des ruines » fait en outre écho « l’ambiguïté des textes41 ». Leur interprétation s’inscrit au cœur des grands débats historiographiques polarisés sur la place de la présence romaine aux confins du territoire africain, jugée à l’aune du concept d’une romanisation qui aurait été limitée par la permanence d’une « identité » indigène, voire d’une « résistance africaine à la romanisation ».

  • 42 Cagnat, 1903, p. 99, fait largement reposer son étude de l’armée romaine en Afrique sur leurs trav (...)
  • 43 Trousset, 1990, p. 150.
  • 44 Voir Morizot, 1948, p. 122 ; Dupuis, Morizot, 1992, p. 365, à propos de la région de l’Aurès ; Lev (...)

10L’importance accordée régulièrement à la dimension militaire de la frontière africaine tient à la fois à la nature des vestiges repérés et à l’identité de leurs découvreurs, officiers des brigades topographiques et militaires en garnison à la fin du xixe siècle42. Les enquêtes qu’ils menèrent dans le Sud de l’Africa furent guidées par une même intention : la recherche systématique de points fortifiés occupés par la IIIe légion, établis sur un réseau de voies stratégiques et constituant des traces tangibles de l’organisation militaire à la frontière de l’Afrique romaine43. De l’objectif assigné de manière commune à l’ensemble de leurs travaux de prospection dans le Sud de l’Algérie et de la Tunisie dépendit aussi la nature, confirmée ou supposée, des vestiges répertoriés, sur lesquels s’appuient encore très largement les efforts de réflexion portant sur ces régions à l’époque romaine44.

  • 45 À la rareté des contrôles au sol s’ajoute un manque de rigueur dans les observations : voir Rebuff (...)
  • 46 Baradez, 1949a, p. 134, 138-139, 141.
  • 47 Ibid., p. 134.
  • 48 Voir la bibliographie générale de cet ouvrage.

11En termes de documentation archéologique, l’étude de la frontière romaine en Numidie reste ainsi encore en grande partie tributaire des résultats des prospections aériennes menées par J. Baradez et publiés en 1949, qui posent toutefois d’importants problèmes de méthode et d’interprétation, sans doute imputables à sa formation militaire45. Il concevait effectivement la frontière romaine comme une zone destinée à assurer la sécurité de l’Empire, intégrant notamment un « glacis avancé46 ». S’inspirant des réflexions développées par P. Poidebard à propos de la Syrie romaine, J. Baradez identifia alors la frontière africaine à la limite d’habitat imposée par le milieu aride aux confins sahariens, entre les sédentaires et les nomades47. Cette vision est tout à fait conforme aux réflexions qui furent conduites plus généralement depuis le xixe siècle sur la notion de frontière, très fortement influencées par le courant de la Limesforschung fondée sur l’idée d’une barrière hermétique dressée aux limites de l’empire romain. Cette idée culmina en 1976 avec la parution du livre d’E. Luttwak, cherchant à démontrer que l’Empire avait conçu le tracé de ses frontières comme la ligne optimale de ses moyens de défense militaires48.

  • 49 Voir l’étude de Fentress, 1979. La question de la délimitation de la frontière d’un point de vue m (...)
  • 50 Trousset, 1974 : l’ouvrage, qui est constitué d’un inventaire de l’ensemble des vestiges militaire (...)

12La prééminence de la fonction militaire assignée à la frontière romaine reste tout à fait prégnante dans les études relatives aux provinces africaines49. Elle est confortée par la notion de limes dont les modernes ont largement fait usage pour désigner les frontières de l’empire, matérialisées par la présence de l’armée et dès lors conçues comme des limites fortifiées. Le contexte de l’Afrique romaine a constitué un terrain de référence à l’appui des travaux sur le limes dans la mesure où la documentation archéologique a conditionné régulièrement l’étude de la frontière à un point de vue militaire. Les travaux de P. Trousset et M. Euzennat, par ailleurs fort utiles, sur la frontière provinciale en Tripolitaine et en Maurétanie désignée par le substantif limes50, l’envisagent ainsi à travers le prisme d’un inventaire des vestiges archéologiques attestant en grande partie l’occupation militaire par Rome de ses confins africains.

  • 51 Voir les remarques de Rebuffat, 1980, p. 117, à propos de la synthèse proposée par Trousset, 1974, (...)
  • 52 Lenoir, 2011 : sont clairement identifiés et datés, d’époques diverses, 11 camps répartis sur l’en (...)

13Cette approche des frontières africaines soulève néanmoins deux difficultés. La première incertitude qui pèse sur la somme des constructions attribuées à l’armée romaine concerne leur datation, souvent mal assurée : les efforts de catalogage n’ont pas toujours pris la mesure du problème, en établissant des connexions entre des ouvrages militaires qui ne furent pas construits en même temps, et n’ayant pas forcément connu des périodes d’activité synchroniques51. Le faible nombre de structures retenues par M. Lenoir dans son étude sur les camps d’Afrique du Nord donne la mesure des carences obérant l’interprétation des nombreux vestiges à caractère militaire découverts au sud de la région52.

  • 53 Ses positions sont synthétisées dans Forni, 1974, 1987.
  • 54 Isaac, 1988 ; Reddé, 2015b. Plus spécifiquement pour l’Afrique : Trousset, 1984a ; Le Bohec, 1991  (...)
  • 55 Isaac, 1988.

14Le second problème tient à l’usage même du substantif limes et à la signification que lui ont prêtée les historiens. Nombreuses sont les études parues depuis les travaux précurseurs de G. Forni53, qui en soulignent le caractère polysémique54. Son acception dans l’idée d’une frontière ou limite militaire fortifiée fut plus particulièrement récusée pour la période du Haut-Empire55. C’est seulement à l’époque tardive que l’emploi du terme limes avec le sens de district militaire, placé sous la défense de l’armée, est attesté dans les sources littéraires. Le silence des témoignages écrits n’a toutefois pas fait renoncer à l’utilisation du mot, encore fréquente dans les études historiques, pour qualifier les frontières romaines aux premiers siècles de l’Empire, reconnues à partir des vestiges militaires.

  • 56 Comme le souligne P. Toubert dans sa réflexion générale sur le traitement par l’historien de la no (...)
  • 57 Th. Mommsen et à sa suite R. Cagnat avaient déjà avancé l’idée que le limes, alors entendu comme l (...)
  • 58 Whittaker, 1989a, pp. 42-43, 71-73.
  • 59 Lattimore, 1940, 1962.

15Afin de prendre le contre-pied d’une conception linéaire de la frontière romaine sous-tendue par l’usage qui avait été fait jusque-là du mot limes par les modernes56, la solution adoptée à la suite de G. Forni fut de reconnaître une certaine épaisseur à la bande de terrain désignée par ce terme57. Ce parti pris, qui ne permet pas toutefois de lever toutes les ambiguïtés quant à l’existence et à la délimitation d’un espace de la frontière défini par la présence militaire, fut développé par Ch. R. Whittaker. Il reconnaît ainsi une zone militaire fortifiée, le limes proprement dit, et un Vorlimes, c’est-à-dire un espace soumis à l’influence économique romaine et sous contrôle politique et militaire indirect de Rome, en deçà du limes58. Sa notion de Vorlimes dérive des vues modernes développées au milieu du xxe siècle par H. Lattimore, qui établissait une différenciation entre des frontières intérieures et des frontières extérieures à propos de la situation sino-mongole59.

  • 60 Le Bohec, 1995, p. 120. Voir également Trousset, 1993d.
  • 61 Trousset, 1984a ; Euzennat, 1990 ; Le Bohec, 1995.
  • 62 Trousset, 1993d, p. 27.
  • 63 Voir les remarques de Hanson, 1997, p. 373.

16Une acception semblable du limes a conduit parallèlement à distinguer entre la frontière provinciale à proprement parler, considérée comme « une ligne imaginaire qui entoure un État », et l’organisation militaire qui lui était liée, c’est-à-dire le limes60. La correspondance reste néanmoins tout à fait prégnante dans l’usage des deux termes — frontière et limes —, employés avec un sens équivalent dans les études sur les frontières africaines qui traitent in fine des évolutions du limes61, dès lors envisagé comme la seule et véritable frontière définie aux confins de l’Empire62. Cette ambivalence, loin d’être spécifique au contexte africain, explique plus généralement l’orientation prédominante de la série des Limeskongressen, à travers lesquels la frontière fut périodiquement envisagée comme une « frontière linéaire », à caractère militaire63.

  • 64 Le Bohec, 1979, p. 13, 1987, 1989 et 1999, p. 113.
  • 65 Dobson, 1986, pp. 2-3.
  • 66 Voir Lapierre, 1992, sur la notion de système appliquée aux domaines des sciences sociales.
  • 67 Voir les remarques générales de Shaw, 1983, pp. 137-138 ; de façon plus spécifique, les critiques (...)
  • 68 Van Berchem, 1952, p. 117.

17La fonction militaire présumée de la frontière romaine, organisée en limes, a pris une dimension significative avec les travaux de Y. Le Bohec sur l’armée romaine d’Afrique. Il réserve ainsi au substantif limes le sens de « système défensif », constitué de forts, routes et éléments linéaires, dont le Sud de l’Afrique romaine aurait été pourvu sur toute sa longueur selon différents découpages régionaux autonomes et adaptés aux circonstances locales, afin de répondre à un impératif commun de défense dès la période du Haut-Empire64. Un usage similaire de la notion de système fut proposé dans le contexte du mur d’Hadrien en Bretagne par Br. Dobson, qui lui confère pour signification la mise en défense de la frontière avec une importante concentration de forces, à laquelle s’ajoutaient parfois des postes d’observation et des fortins65. L’analyse d’un système implique toutefois d’en connaître, et donc d’en construire au besoin les modèles66. Le procédé présente alors le risque majeur de présupposer l’existence d’une menace récurrente, indispensable pour justifier la nécessité et le déploiement théorique de tels systèmes aux confins de la province67. C’est aussi prêter à Rome un « esprit de système », que certains ont déjà mis en doute à propos des affaires militaires68.

  • 69 Millar, 1993, p. 4.
  • 70 Salama, 1977, pp. 579-580.
  • 71 Gsell, 1926, qui développa l’hypothèse, un temps suivie, d’un refoulement des tribus semi-nomades (...)
  • 72 Fentress, 1979, p. 117 ; Rebuffat, 1980, p. 121 ; Shaw, 1982a ; Trousset, 1984a ; Modéran, 2008, q (...)
  • 73 Graf, 1989, p. 400, qui évoque le « nomadic mirage » ; Isaac, 1990, pp. 68-77 et 1993, pp. 109-111 (...)
  • 74 Whittaker, 1989a ; Isaac, 1990. À propos de leurs travaux, voir Wheeler, 1993, qui revient dans un (...)

18La notion de danger invoquée pour étayer une vision défensive de la frontière en Afrique s’est construite sur le postulat de la menace nomade, également alléguée dans le cadre de l’Arabie et de la Syrie romaines où la frontière romaine touchait au milieu désertique69. Le désert aurait alors conditionné « les genres de vie et les mentalités des populations70 ». La nature conflictuelle des relations entre le pouvoir romain et les peuples indigènes, découlant de la concurrence supposée entre des modes de vie nomade et sédentaire, aurait en conséquence justifié une organisation militaire et défensive de la frontière afin d’opposer une barrière à la circulation des tribus réputées hostiles à la romanité71. L’hypothèse d’une menace constante fut toutefois soumise à la critique, tant dans le cadre de l’Afrique romaine72 que du Proche-Orient romain où elle est désormais perçue comme un phénomène marginal73, dans la lignée plus générale des travaux de Ch. R. Whittaker sur l’Occident et de B. Isaac sur l’Orient mettant en cause l’idée de frontières romaines construites pour faire face à des dangers extérieurs permanents74.

  • 75 Le Bohec, 1979, p. 13.
  • 76 Trousset, 1974, p. 162 et 1980b, p. 147 ; Shaw, 1984 ; Euzennat, 1985 ; Trousset, 1986b, 1986c.
  • 77 Voir Rebuffat, 1977, à propos de la Tripolitaine, et les critiques formulées par Euzennat, 1985.
  • 78 C’est la vision défendue par P. Trousset dans ses nombreux travaux : voir en particulier Trousset, (...)

19Les présupposés liés au milieu désertique n’en ont pas moins continué à jouer un rôle fondamental dans l’interprétation du processus de construction des frontières africaines. Celles-ci ont régulièrement été envisagées comme la limite entre les espaces agricoles et les possibilités d’un mode de vie sédentaire d’une part, appartenant à une Afrique romaine jugée « économiquement utile75 », et les terres dévolues au nomadisme d’autre part76. La progression de l’oléiculture aux confins de la Proconsulaire a ainsi été liée à la présence de l’armée à la frontière provinciale77. Dans une conception plus ouverte des frontières de l’Empire développée notamment par les travaux de Ch. R. Whittaker, le rôle des garnisons romaines a dès lors été perçu en termes de contrôle de la circulation liée aux pratiques nomades ou semi-nomades, auquel auraient notamment contribué les ouvrages linéaires découverts dans le sud de la province78.

  • 79 Shaw, 1984, p. 136, et fig. 10 et 11, 173-173A ; Trousset, 1986c, p. 93 ; Mattingly, 2011c. Voir l (...)
  • 80 Wilson, 2013, p. 263.
  • 81 Shaw, 1981c ; Leveau, 2009b, 2013, p. 126.
  • 82 Marrou, 1933, pp. 70-71.

20Ce schéma explicatif appelle deux remarques. D’une part, le repère constitué par l’isohyète des 150 mm de pluie pour déterminer la bordure du désert tendrait à suggérer que près de la moitié de la zone frontalière était dans les faits située en milieu désertique79. La répartition des précipitations qu’il suppose laisse cependant la question des relations entre le climat et les sociétés de l’Afrique romaine encore largement ouverte80. L’évaluation de la contrainte climatique implique la prise en compte non seulement des facteurs démographiques et sociaux, mais également des techniques antiques de maîtrise de l’eau. Si l’Afrique du Nord semble avoir profité d’un climat plus humide au cours de la période comprise entre le iie siècle av. J.-C. et le iie siècle apr. J.-C., la gestion des ressources hydrauliques permit également, localement, une mise en valeur agricole des régions prédésertiques81. De nouvelles études archéologiques permettraient aussi sans doute de nuancer l’idée, encore sous-jacente et fondée uniquement sur les quelques renseignements fournis par les sources écrites, que les oasis de palmiers et leur économie auraient concerné sous l’Empire uniquement le Sud de la Tunisie et le désert libyque, puis seulement à la période médiévale la bordure septentrionale du Sahara central82.

  • 83 Voir récemment Vanacker, 2014.
  • 84 Shaw, 1982a, p. 32 ; Trousset, 2012a.
  • 85 Février, 1983.
  • 86 Gsell, 1926.
  • 87 Sur cette position, voir Bénabou, 1976, pp. 429 sq.

21D’autre part, si le lien organique supposé entre la présence militaire et l’existence de mouvements de population réguliers ne remet pas en question la réalité du nomadisme présumé des tribus vivant aux frontières africaines de l’empire83, celle-ci demeure bien difficile à estimer pour la période considérée. Les auteurs anciens en ont effectivement transmis un souvenir souvent imprécis et parfois subjectif84. Bien plus, aucun document antique n’apporte la preuve formelle d’une pratique nomade85. À la suite des hypothèses développées par St. Gsell dans son étude sur « La Tripolitaine et le Sahara au iiie siècle de notre ère »86, qui a largement contribué à orienter l’interprétation par L. Leschi et surtout J. Baradez des découvertes aériennes réalisées au milieu du xxe siècle dans le Sud de l’Africa, le paradigme du nomadisme ou du semi-nomadisme à l’époque romaine a connu toutefois un grand succès. L’hostilité de tribus jugées mobiles reste ainsi un motif avancé pour expliquer les délimitations de territoires, régulièrement comprises comme des cantonnements autoritaires visant à réduire leur terrain de parcours87.

  • 88 Lawless, 1972a, 1972b, 1972c ; Shaw, 1982a ; Février, 1983 ; Rushworth, 1996, pp. 307-308 ; Morizo (...)
  • 89 Peyras, 2005b, p. 240.
  • 90 Trousset, 1986c, pp. 90-91 ; Leveau, 1988 ; Mattingly, Hitchner, 1995, p. 172.
  • 91 Voir les observations de Reddé, 1988, p. 79. Cette situation n’est pas spécifique aux marges déser (...)
  • 92 Les travaux de J. Despois constituent à ce titre une référence régulièrement invoquée : Janon, 197 (...)

22La tendance à une surévaluation du phénomène du nomadisme en Afrique du Nord à l’époque romaine a néanmoins été ponctuellement dénoncée88. Elle est imputable à une vision du nomadisme issue des mutations de l’époque médiévale89, et à l’influence exercée par les travaux géographiques menés dans le prédésert maghrébin dans la première moitié du xxe siècle, qui n’étaient pas exempts d’un certain déterminisme géographique postulant la permanence de modes de vie et de gestion de l’environnement naturel90. Les présupposés de la circulation nomade aux marges de l’Afrique romaine qui s’appuient sur la rareté de la documentation archéologique apportant les preuves d’une occupation humaine sédentaire91, au demeurant ancienne et requérant d’indispensables nouvelles investigations de terrain, empruntent ainsi directement aux observations faites des itinéraires parcourus à l’époque contemporaine92.

  • 93 Sur cette question générale, voir Mattingly, 1996b.
  • 94 Février, 1983.
  • 95 Ce parallèle est clairement évoqué par Leschi, 1957, p. 65 ; Salama, 1973, p. 339 ; Trousset, 2002 (...)
  • 96 Voir les observations de Rabâa, 2003, p. 209.

23Le poids de l’histoire contemporaine du Maghreb dans l’interprétation de la documentation antique93 — participant à ce que P.-A. Février désignait comme une méthode régressive94 — est tout à fait sensible dans l’histoire du nomadisme, à travers le parallèle établi avec le mouvement de l’’achaba95. Il ne s’agit pas ici de nier la pratique d’une certaine mobilité géographique dans le sud de la province à l’époque impériale, mais d’en questionner les formes et l’ampleur en lien avec la frontière romaine. Sans doute faut-il songer en particulier à des pratiques liées au pastoralisme ou encore envisager un « nomadisme de proximité » dans le cadre de l’économie oasienne attestée aux confins de la Tripolitaine occidentale, et qui présente des similitudes tangibles avec des situations plus récentes, impliquant des voyages sur des distances variant peut-être entre 30 et 50 km96. La question demeure de savoir si de tels déplacements ont pu motiver la construction des ouvrages linéaires découverts dans le Sud de l’Africa et régulièrement inclus parmi les dispositifs militaires mis en place à la frontière provinciale, dont on suppose qu’ils étaient destinés à contrôler la circulation générée par les besoins du pastoralisme.

  • 97 Hanson, 2014.
  • 98 Trousset, 1984a, p. 50.

24Ce travail vise plus généralement à comprendre les missions affectées à la présence militaire attestée aux confins méridionaux du territoire provincial, afin d’en mesurer la portée et les limites. Si la nature militaire présumée des frontières romaines97, déduite dans le contexte africain de la documentation archéologique et rendue par l’emploi du mot limes, a conduit à faire coïncider le tracé de la frontière de Proconsulaire avec la limite de l’occupation militaire dans le sud de la province, qu’en est-il lorsqu’aucune trace attestant la présence de l’armée n’est connue ? L’étude des réalités régionales invite non seulement à réexaminer la dimension militaire de la frontière d’Afrique romaine, mais également à réviser l’idée que l’État romain concevait une politique uniforme des limites de son vaste territoire. L’enjeu de la frontière africaine fut-il aussi, plus qu’ailleurs, « lié à la maîtrise d’un certain espace voué par nature aux déplacements à longue et moyenne distance98 », impliquant une organisation délibérément plus souple, plus perméable, plus extensive que sur d’autres frontières de l’Empire romain ?

  • 99 La région de Tripolitaine a particulièrement bénéficié de l’intérêt des chercheurs. En témoignent (...)
  • 100 Tel est l’apport de la communication inédite, présentée par D. Mattingly et M. Sterry (« The Front (...)

25Les interrogations centrales sous-tendues par ce questionnement portent de façon plus fondamentale sur l’identité des sociétés africaines concernées, et la raison d’être de l’organisation militaire mise en place dans le sud de la province. S’agissait-il alors de surveiller les peuples vivant dans la région frontalière ou bien les populations établies au sud de la province, et d’exercer notamment une forme de contrôle sur leur circulation ? Il reste encore difficile de répondre à cette question au vu de l’état de la documentation disponible sur l’organisation sociale des communautés installées aux confins méridionaux de la Proconsulaire. Du fait de son étendue et de l’histoire politique récente des pays qu’elle traverse, la frontière d’Afrique proconsulaire en tant que construction politique mais également d’espace de vie échappe effectivement encore en grande partie à la connaissance. Les missions archéologiques menées en Tripolitaine orientale et au sud de celle-ci, dans le Fezzan, ont néanmoins permis de renouveler la perception des sociétés vivant au contact de cette région de la frontière provinciale, et ouvert la voie à de nouvelles interprétations99. En outre, l’imagerie produite par satellite constitue aujourd’hui un appui précieux aux études de terrain, et son apport laisse présumer la présence, d’une densité semble-t-il plus conséquente que cela ne fut jusqu’alors envisagé, d’établissements humains à la frontière de l’Afrique romaine100 ; son utilisation ne suffit pas toutefois à fonder une interprétation historique des vestiges ainsi repérés, qui appellent d’indispensables investigations archéologiques.

26Nombre d’incertitudes qui pèsent encore sur l’histoire de l’Afrique proconsulaire tiennent aux circonstances de la genèse de sa frontière à la fin de la République et au début du Principat, dont l’étude est alors envisagée dans la première partie de ce travail. L’enquête vise à comprendre la nature des relations entre l’État romain et les populations locales dans le processus d’appropriation du territoire africain progressivement soumis à Rome. Comment fut déterminée la frontière extérieure de l’Africa ? Quelle part prirent, de façon concrète, les campagnes militaires attestées au début du Principat au sud de la Proconsulaire, dans la définition de la frontière ? Dans quelles intentions furent-elles menées ? Bien qu’il s’agisse d’une province sénatoriale, la politique du Princeps s’y exprime à la fois dans le choix des gouverneurs et la dimension exploratoire conférée aux expéditions conduites dans le Sud de la Proconsulaire, qui mettent pour la première fois Rome au contact des confins de la province. La série de triomphes remportés sous le Principat augustéen, et régulièrement mis en rapport avec des mouvements de révolte qui auraient touché particulièrement la frontière provinciale, impose à ce titre un nouvel examen car leur interprétation reste discutée.

27Cette étape initiale de la réflexion constitue le préalable indispensable à l’analyse des mesures politiques et des structures militaires organisant progressivement la frontière de la province sous le Haut-Empire, dont il convient, dans un deuxième temps, d’examiner le rôle en tant que limites. Quelles formes prit l’occupation militaire de la vaste zone frontalière, et comment interpréter la présence de garnisons établies progressivement dans le sud de la province ? Induit-elle de la part de l’État romain un mode de gestion administratif spécifique des populations établies au contact de la frontière ? Constitue-t-elle l’indice d’un contrôle affirmé à la frontière de la province ?

  • 101 Cette conception de la frontière s’inspire des réflexions engagées par les géographes et les juris (...)
  • 102 Boissellier, 2010 et 2015, p. 10.
  • 103 Ibid., p. 7.

28L’étude des dynamiques territoriales, auxquelles la dimension spatiale reconnue aux frontières romaines confère une place essentielle101, conduit enfin à envisager les incidences de la frontière pour les populations établies à son contact, à la fois en termes d’échanges économiques et d’évolutions internes à l’organisation de ces sociétés. Ce sont elles qui, par le jeu de relations privilégiées et structurantes avec l’espace qui les environnent, participent à la définition du territoire102. Si l’épaisseur attribuée à la frontière reste ardue à préciser d’un point de vue spatial dans la mesure où il est difficile de dire jusqu’où s’étendait l’influence de la frontière en termes de gestion politique et d’occupation militaire, la notion de territorialisation des frontières s’avère très utile. Elle permet effectivement de résoudre « la contradiction entre les interprétations des limites politiques comme lignes ou comme zones “en profondeur”, qui est en fait un effet d’échelle103 », et conduit à envisager la frontière du point de vue des communautés locales. L’ensemble des dynamiques territoriales à l’œuvre dans le sud de la province d’Afrique proconsulaire sous le Haut-Empire a-t-il alors contribué à l’émergence d’un territoire de la frontière ?

Notes

1 Pour un aperçu global, voir les synthèses proposées par Mattingly et alii, 2013 ; Reddé, 2014. La bibliographie utilisée dans le cadre de cette étude prend en compte les titres parus jusqu’à la fin de l’année 2016. Elle correspond à l’état final du manuscrit, au moment où il fut proposé en vue de sa publication.

2 Voir les cartes 1 à 4 de cet ouvrage.

3 Voir les remarques de Trousset, 1986c, p. 93 ; M’Rabet, Trousset, 2003, pp. 65-67.

4 Dans l’ensemble de cet ouvrage, les toponymes et ethnonymes antiques mentionnés en langue latine sont écrits en italique.

5 Idée synthétisée par Trousset, 2004, p. 63. Sur la relation plus généralement invoquée dans les études historiques entre la frontière et la notion de risque dans le monde méditerranéen, voir les éléments de réflexion fournis par Velud, 2012.

6 Trousset, 1984a, p. 47.

7 Appien, Prooemium, 1 : sur ce passage, voir les commentaires de Talbert, 2004, pp. 24-25. Également Isaac, 1990, p. 395.

8 Ferrary, 2008a, pp. 7-8.

9 Richardson, 2008 ; Hurlet, 2011, p. 114.

10 Sur cet aspect, voir les réflexions de Mattingly, 2011a, pp. 13-22.

11 Virgile, Énéide, 1, 275-279. Sur ce passage, voir le commentaire de Roddaz, 2004a, pp. 262-263.

12 « Gentibus est aliis tellus data limite certo ; Romanae spatium est Vrbis et orbis idem ». (« Les autres peuples ont reçu une terre aux frontières définies. Pour Rome, Ville et univers ont la même étendue » [Ovide, Fastes, 2, 683-684 ; éd. et trad. de Robert Schilling, Paris, CUF, 1992]). N’ont pas été répertoriées en sources les références aux textes littéraires classiques qui ont été édités aux Belles Lettres, et plus particulièrement dans la Collection des universités de France (CUF), ou bien dans la collection des Sources chrétiennes pour les éditions françaises, et lorsque celles-ci n’existent pas, dans les collections Loeb ou Teubner.

13 Il n’existe pas de bornes marquant les limites de l’Empire : voir Isaac, 1990, pp. 396-398 ; Talbert, 2004, pp. 24-25. L’usage d’origine pompéienne du trophée des frontières, adopté par Auguste, revêt une dimension différente : ces monuments placés in finibus célèbrent, aux limites de l’œkoumène, les victoires remportées au nom du prince ; voir Roddaz, 2004a. Également Arnaud, 1993b, à propos des Arae fines Romanorum et des fines exercitus syriaticae et conmertium barbarorum mentionnés par la Table de Peutinger.

14 RGDA, 26, 1.

15 « Legio in Africa auxiliaque tutandis imperii finibus sub diuo Augusto Tiberioque principibus proconsuli parebant » (« La légion cantonnée en Afrique et les troupes auxiliaires chargées de garder les frontières de l’Empire étaient, durant le principat du divin Auguste et de Tibère, sous les ordres d’un proconsul » [Tacite, Histoires, 4, 48, 1 ; éd. et trad. d’Henri Le Bonniec, Paris, CUF, 1992]).

16 Trousset, 1984a, pp. 47-48 et 1993d, p. 27. P. Trousset considère le limes comme une organisation militaire et administrative de plus en plus statique à l’époque impériale, ce que Hamdoune (1995, p. 237), tout en se ralliant à sa définition des fines, conteste en suivant l’étude conduite par Isaac (1988) sur l’emploi du mot limes sous le Haut-Empire, qui désigne alors simplement une frontière. De façon plus générale, fines sert à désigner le « territoire » (territoire municipal, territoire des villes, etc.) : voir Leveau, 1993, p. 463.

17 Voir Tite-Live, Histoire romaine, 1, 32 ; Florus, 1, 31, 4, à propos des frontières du territoire de Carthage menacées par Massinissa au moment de la troisième guerre punique. Florus (Epitomè, 1, 40, 3) fait usage, avec une signification similaire, du substantif terminus pour évoquer les frontières du royaume du Pont.

18 Voir Richardson, 2008, pp. 26-30, à propos des fines prouinciae qu’évoque le témoignage de Tive-Live. Sur le sens originel de la prouincia, voir également Lintott, 1981, p. 54 ; Isaac, 1990, p. 397 ; Arnaud, 1993a ; Hesberg, Eck, 1995 ; Eck, 1995.

19 Son témoignage fut analysé par Richardson, 2008, pp. 97-100.

20 Ibid., pp. 182-194.

21 Lintott, 1981, p. 55.

22 Hinard, 1991, p. 38.

23 Voir le chap. i de cet ouvrage.

24 Lintott, 1981 ; Crawford, 1996, vol. 1, no 12, Cnide, col. III, l. 3-15 ; pour la datation de la lex Porcia, voir Ferrary, 1998, pp. 154-157. Plus généralement à propos de la loi sur les provinces prétoriennes mentionnant la lex Porcia : Ferrary, 1977 ; Giovannini, Grzybek, 1978, pp. 33-37 ; Lintott, 1981, pp. 54-55 et 1993, pp. 23, 44, 103 ; Ferrary, 2008b ; Sánchez, 2011, pp. 205-208.

25 Drogula, 2011.

26 Sur la réglementation entourant le franchissement de la frontière provinciale par le gouverneur à l’époque impériale, voir Marcien, Digeste, 1, 18, 15.

27 En soi, le processus de délimitation territoriale des provinces avait déjà connu régionalement des précédents : voir Lintott, 1981, pp. 54-55, à propos de la péninsule Ibérique.

28 Peyras, 2005a, p. 72 et 2005b, p. 225.

29 Cicéron, Contre Pison, 50.

30 Lintott, 1981, pp. 55-58.

31 Voir les remarques suggestives de Trousset, 1993a.

32 Moatti, 2004, p. 9. Voir les modèles interprétatifs proposés par Mattingly, 2005, p. 47 (fig. 2, 4) et p. 48 (fig. 2, 5).

33 Voir la perspective originale envisagée par Dyson (1985) dont l’étude porte sur la phase de construction des frontières provinciales au nord-ouest de la Méditerranée.

34 Bowman, 2006, p. 76, évoque « the crude antithesis between regional and general studies of the empire » (« l’antithèse élémentaire entre les études régionales et les études générales sur l’empire »). Sur l’apport de l’étude des frontières à l’histoire de l’Empire romain, voir les remarques de Trousset, 1984a, p. 50.

35 Leveau, 1995, pp. 60-63 et 2007, pp. 669-670.

36 Hurlet, 2011, p. 127.

37 Voir, par exemple, les réflexions de Soja (1996) sur la notion de thirdspace.

38 Un tel travail de synthèse n’a pas encore été réalisé sur l’ensemble de la frontière d’Afrique proconsulaire : contrairement à ce que son titre pourrait suggérer, l’ouvrage de Cherry, 1998, centre son propos sur le territoire de l’Algérie actuelle, c’est-à-dire une partie seulement de la province d’Afrique proconsulaire.

39 Le Bohec, 1979, p. 13.

40 Benseddik, 1999, pp. 103-104.

41 Bénabou, 1978, p. 141.

42 Cagnat, 1903, p. 99, fait largement reposer son étude de l’armée romaine en Afrique sur leurs travaux. Sur la place de leurs missions dans l’exploration scientifique du Maghreb, voir l’étude synthétique proposée par Dondin-Payre, 2000.

43 Trousset, 1990, p. 150.

44 Voir Morizot, 1948, p. 122 ; Dupuis, Morizot, 1992, p. 365, à propos de la région de l’Aurès ; Leveau, 1978, p. 103, au sujet des Némencha, dont l’occupation humaine à l’époque romaine reste encore mal connue.

45 À la rareté des contrôles au sol s’ajoute un manque de rigueur dans les observations : voir Rebuffat, 1980, pp. 105-106 ; Napoli, 1989, pp. 823-824 et 2000.

46 Baradez, 1949a, p. 134, 138-139, 141.

47 Ibid., p. 134.

48 Voir la bibliographie générale de cet ouvrage.

49 Voir l’étude de Fentress, 1979. La question de la délimitation de la frontière d’un point de vue militaire et administratif constitue la problématique majeure envisagée dans les textes rassemblés par Lepelley, Dupuis, 1999.

50 Trousset, 1974 : l’ouvrage, qui est constitué d’un inventaire de l’ensemble des vestiges militaires et civils, prend pour titre le limes Tripolitanus évoqué par l’Itinéraire d’Antonin, interprété dans un sens militaire. Le limes Tripolitanus pose toutefois de nombreux problèmes en termes de chronologie et de localisation. Aucune source écrite ne l’évoque avant sa mention par le routier (voir les remarques de Bénabou, 1976, p. 169). Sur la nature du limes Tripolitanus, voir les chap. iv et v de cet ouvrage. Concernant la Maurétanie, voir Euzennat, 1989.

51 Voir les remarques de Rebuffat, 1980, p. 117, à propos de la synthèse proposée par Trousset, 1974, sur le limes Tripolitanus.

52 Lenoir, 2011 : sont clairement identifiés et datés, d’époques diverses, 11 camps répartis sur l’ensemble du territoire de la Tripolitaine, et 19 en Numidie.

53 Ses positions sont synthétisées dans Forni, 1974, 1987.

54 Isaac, 1988 ; Reddé, 2015b. Plus spécifiquement pour l’Afrique : Trousset, 1984a ; Le Bohec, 1991 ; Hamdoune, 1995 ; Leveau, 1995.

55 Isaac, 1988.

56 Comme le souligne P. Toubert dans sa réflexion générale sur le traitement par l’historien de la notion de frontière, la ligne frontalière est une abstraction de la zone frontière : Toubert, 1992, p. 12.

57 Th. Mommsen et à sa suite R. Cagnat avaient déjà avancé l’idée que le limes, alors entendu comme la frontière militaire de l’Empire romain, devait être conçu comme une bande de terrain et non une ligne : voir Cagnat, 1913, p. 680, n. 1.

58 Whittaker, 1989a, pp. 42-43, 71-73.

59 Lattimore, 1940, 1962.

60 Le Bohec, 1995, p. 120. Voir également Trousset, 1993d.

61 Trousset, 1984a ; Euzennat, 1990 ; Le Bohec, 1995.

62 Trousset, 1993d, p. 27.

63 Voir les remarques de Hanson, 1997, p. 373.

64 Le Bohec, 1979, p. 13, 1987, 1989 et 1999, p. 113.

65 Dobson, 1986, pp. 2-3.

66 Voir Lapierre, 1992, sur la notion de système appliquée aux domaines des sciences sociales.

67 Voir les remarques générales de Shaw, 1983, pp. 137-138 ; de façon plus spécifique, les critiques de Khanoussi, 1992, à propos du « système défensif » de la Dorsale tunisienne postulé par Y. Le Bohec.

68 Van Berchem, 1952, p. 117.

69 Millar, 1993, p. 4.

70 Salama, 1977, pp. 579-580.

71 Gsell, 1926, qui développa l’hypothèse, un temps suivie, d’un refoulement des tribus semi-nomades vers le Sahara à partir de l’époque antonine ; Guey, 1939, pp. 179-180 ; Leschi, 1942 ; Picard, 1947, pp. 45-66 ; Baradez, 1949, pp. 22-25 ; Courtois, 1955, pp. 65-68 ; Rachet, 1970.

72 Fentress, 1979, p. 117 ; Rebuffat, 1980, p. 121 ; Shaw, 1982a ; Trousset, 1984a ; Modéran, 2008, qui dresse un bilan historiographique de la question.

73 Graf, 1989, p. 400, qui évoque le « nomadic mirage » ; Isaac, 1990, pp. 68-77 et 1993, pp. 109-111 ; MacDonald, 1993. Les plus fortes concentrations de postes militaires repérées à la frontière romaine en Mésopotamie ne sont ainsi plus identifiées à une ligne militaire fortifiée : Dillemann, 1962, pp. 198-203 ; Isaac, 1990, p. 257.

74 Whittaker, 1989a ; Isaac, 1990. À propos de leurs travaux, voir Wheeler, 1993, qui revient dans une vision critique sur les différents arguments avancés contre E. Luttwak, ainsi que la réponse fournie par Whittaker, 1996.

75 Le Bohec, 1979, p. 13.

76 Trousset, 1974, p. 162 et 1980b, p. 147 ; Shaw, 1984 ; Euzennat, 1985 ; Trousset, 1986b, 1986c.

77 Voir Rebuffat, 1977, à propos de la Tripolitaine, et les critiques formulées par Euzennat, 1985.

78 C’est la vision défendue par P. Trousset dans ses nombreux travaux : voir en particulier Trousset, 1984b.

79 Shaw, 1984, p. 136, et fig. 10 et 11, 173-173A ; Trousset, 1986c, p. 93 ; Mattingly, 2011c. Voir la carte 5 de cet ouvrage.

80 Wilson, 2013, p. 263.

81 Shaw, 1981c ; Leveau, 2009b, 2013, p. 126.

82 Marrou, 1933, pp. 70-71.

83 Voir récemment Vanacker, 2014.

84 Shaw, 1982a, p. 32 ; Trousset, 2012a.

85 Février, 1983.

86 Gsell, 1926.

87 Sur cette position, voir Bénabou, 1976, pp. 429 sq.

88 Lawless, 1972a, 1972b, 1972c ; Shaw, 1982a ; Février, 1983 ; Rushworth, 1996, pp. 307-308 ; Morizot, 2002, p. 361.

89 Peyras, 2005b, p. 240.

90 Trousset, 1986c, pp. 90-91 ; Leveau, 1988 ; Mattingly, Hitchner, 1995, p. 172.

91 Voir les observations de Reddé, 1988, p. 79. Cette situation n’est pas spécifique aux marges désertiques du Maghreb. La question du nomadisme et du pastoralisme se pose dans les mêmes termes, et se heurte aux mêmes difficultés interprétatives, dans la région pontique et danubienne à l’époque romaine : voir les remarques de Batty, 2007, pp. 30-34. Voir plus généralement l’étude de Cribb, 1991, sur le problème posé par le nomadisme du point de vue de la recherche archéologique. D’autres contextes régionaux mieux étudiés témoignent néanmoins des traces archéologiques spécifiques laissées par les pratiques pastorales, à l’exemple des campements hivernaux découverts dans les Landes ou dans la zone béarnaise : Réchin, 2000 ; Fabre, 2006 ; en milieu pyrénéen, voir l’étude proposée par Le Couédic, 2012. D’un point de vue méthodologique, le travail mené par Merlet, 2007, sur l’économie des populations du Sud de l’Aquitaine aux âges du bronze et du fer, montre bien les erreurs d’interprétation auxquelles conduisent les présupposés sur le pastoralisme transhumant, lorsque le raisonnement s’appuie sur un défaut ou une mauvaise compréhension des données archéologiques.

92 Les travaux de J. Despois constituent à ce titre une référence régulièrement invoquée : Janon, 1973, pp. 198-199 ; Salama, 1973, p. 339 ; Whittaker, 1978, p. 350 et carte correspondante ; Vanacker, Broekaert, 2014, pp. 105 sq. Également Broekaert, Vanacker, 2016, sur l’importance accordée encore aujourd’hui au nomadisme présumé, dans la compréhension des frontières africaines de l’Empire.

93 Sur cette question générale, voir Mattingly, 1996b.

94 Février, 1983.

95 Ce parallèle est clairement évoqué par Leschi, 1957, p. 65 ; Salama, 1973, p. 339 ; Trousset, 2002-2003, p. 370. Voir également les réflexions de Dyson, 1974, sur l’étude des frontières romaines.

96 Voir les observations de Rabâa, 2003, p. 209.

97 Hanson, 2014.

98 Trousset, 1984a, p. 50.

99 La région de Tripolitaine a particulièrement bénéficié de l’intérêt des chercheurs. En témoignent l’ensemble des études respectives de R. Rebuffat et P. Trousset sur le limes Tripolitanus, le programme de prospection des vallées libyennes (subventionné par l’Unesco) dans le prédésert de Tripolitaine auquel contribuèrent les missions dirigées par R. Rebuffat avec la participation notamment de M. Reddé, aux côtés de l’équipe anglaise du Libyan Valleys Survey, ainsi que les travaux conduits par D. Mattingly dans le cadre du Fezzan Project et du Desert Migrations Project.

100 Tel est l’apport de la communication inédite, présentée par D. Mattingly et M. Sterry (« The Frontiers of Roman North Africa in the Satellite Age ») lors du 23rd International Limescongress tenu à Ingolstadt en 2015.

101 Cette conception de la frontière s’inspire des réflexions engagées par les géographes et les juristes sur le même thème : voir Leveau, 1984b, pp. 97-100.

102 Boissellier, 2010 et 2015, p. 10.

103 Ibid., p. 7.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search