Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Troisième partie. Les mystères d'une réconciliation

Chapitre XI. Luttes contre l’hérésie

Texte intégral

1Dès la signature du traité du Cateau-Cambrésis s’est forgée une conviction tenace : les souverains espagnols et français auraient mis un terme à un conflit d’une décennie pour se faire les bourreaux de leurs sujets protestants. Aussi cette paix est-elle fréquemment considérée comme une inflexion capitale dans l’histoire européenne. Tout en mettant fin aux guerres d’Italie, elle marquerait symboliquement l’entrée dans des temps de guerres de Religion.

  • 1 L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 287-293.

2D’ennemis irréconciliables, les deux rois seraient devenus aussi subitement que mystérieusement des alliés unis contre un monstre menaçant de ravager leurs États et même l’ensemble de la chrétienté. C’est la conviction profonde de Lucien Romier, qui a inspiré nombre de travaux historiques. Il est le seul à avoir abordé la question en profondeur, en se fondant principalement sur des sources italiennes. Mais ces correspondances diplomatiques demeurent muettes sur l’énigme qu’il a tenté de résoudre : pourquoi la France renonce-t-elle en 1559 à ses conquêtes au-delà des Alpes ? Son hypothèse est qu’Henri II a proposé une forme d’alliance catholique à Philippe II, qui l’a acceptée1.

  • 2 Lettre à Henri II du 9 juillet 1559, Correspondance du cardinal de Tournon, pp. 399-401.
  • 3 Voir entre autres L. Cabrera de Córdoba, Historia de Felipe II, t. I, pp. 179, 184 et 187 ; J. A. (...)

3Un tel projet a été évoqué par les contemporains avec espoir ou avec crainte. Alors qu’il apprend la conclusion de l’accord, le cardinal de Tournon l’interprète comme le signe que Dieu souhaite permettre aux deux grands souverains de la chrétienté de restaurer son unité2. Pour ce prélat proche des milieux du pouvoir, il ne s’agit encore que d’émettre un présage des plus heureux. Avec un certain recul par rapport à l’événement, historiens et mémorialistes affirment sans hésitation aucune que l’arrêt des hostilités devait surtout permettre aux rois de s’occuper de la situation intérieure de leurs États3. Agrippa d’Aubigné est sans doute celui qui exprime le plus clairement et le plus crûment cette vision qui s’est imposée avec le déclenchement de conflits intestins en France puis aux Pays-Bas :

  • 4 A. d’Aubigné, Histoire universelle [rédigée à partir de 1577], t. I, pp. 126-127.

… toutes les difficultés qui se presenterent au traicté estoyent estouffées par le desir de repurger l’Eglise ; ainsi, après la paix establie, les princes, qui par elle avoyent la paix du dehors, travaillerent par aemulation à qui traicteroit plus rudement ceux que l’on appeloit heretiques4.

4L’interprétation du traité comme une entente bien comprise contre les réformés est rapidement devenue monnaie courante. L’écrivain protestant n’affirme cependant pas, on le notera, qu’une alliance en bonne et due forme ait été nouée : les faits ne permettaient pas de le démontrer.

  • 5 Granvelle à Philippe II, Bruxelles, 14 juin 1562, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, p (...)

5Ce sont sans doute les accusations portées par Guillaume d’Orange qui ont eu la plus grande fortune. Il faut dire que celui-ci a été l’un des négociateurs du traité. Selon lui, l’« aemulation » est le fait des dirigeants espagnols. Il en acquit la conviction lors du séjour de quelques semaines passé à la cour de France en 1559 avec le duc d’Albe, en qualité d’otage de Philippe II. À cette occasion, Henri II l’aurait informé des démarches faites par Albe pour instaurer une Inquisition sur le mode espagnol en France et aux Pays-Bas. Il en rend compte vingt ans plus tard, à un moment où la rupture avec son souverain était devenue irrémédiable. Il avait pourtant évoqué dès les années 1560 la confidence qu’il aurait reçue « de la propre bouche » d’Henri II qu’Albe « traictoit des moiens pour exterminer touts les suspects de la religion en France, en ce païs (les Pays-Bas) et par toute la chrestienté »5

6Cette affirmation, dont on ne peut déterminer l’authenticité, n’est pas éloignée de l’esprit des démarches alors effectuées par le duc pour remédier à l’affirmation de la Réforme en France. Henri II ne semble pourtant pas particulièrement adhérer au projet. L’attaque du chef de file de l’opposition à Philippe II en terre flamande vise avant tout à noircir l’image d’Albe, et plus généralement à dénoncer les velléités intransigeantes et tyranniques du gouvernement espagnol. Ce témoignage a cependant eu un poids considérable sur l’historiographie. Il aurait donc existé un projet de croisade contre les protestants dont l’initiative revenait au camp espagnol.

  • 6 Voir à ce sujet J. Berchtold et M.-M. Fragonnard (éd.), La mémoire des guerres de Religion.

7L’époque des guerres de Religion a soumis le traité du Cateau-Cambrésis à des relectures influencées par le cours postérieur de l’histoire, et souvent par un engagement partisan6. Il reste que tout comme les hommes du XVIe siècle, nous sommes confrontés à des interrogations sur le sens de l’événement. Y a-t-il un lien entre l’abandon de possessions françaises en Italie et les troubles religieux en France ? Le traité s’accompagne-t-il d’une forme d’entente entre monarchies catholiques dans la lutte contre l’hérésie ? Si tel est le cas, qui en est le promoteur ? C’est avant tout dans le contexte spécifique de la signature de la paix qu’il faut tenter de le déterminer, afin d’en proposer une interprétation, proprement historique, sur le temps long. Nos ancêtres, catholiques comme protestants auraient sans doute jugé les hypothèses mesurées qui seront avancées totalement dénuées d’intérêt et même erronées.

I. — LES FAUX-SEMBLANTS D’UNE ALLIANCE CATHOLIQUE

8Des divisions religieuses se sont soudainement révélées en divers lieux de la chrétienté dans les années 1557-1558. Si elles ont eu des répercutions dans le domaine diplomatique, elles sont avant tout envisagées comme des troubles internes. Il est par conséquent nécessaire de comprendre comment chaque souverain, dans ses États, a répondu à ce défi.

LES PROGRÈS FRAPPANTS ET SIMULTANÉS DE LA DISSIDENCE RELIGIEUSE

  • 7 A. Goosens, Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux, t. I, pp. 45-85 ; J. I. Israe (...)

9Pendant la première partie du XVIe siècle, le protestantisme avait été considéré comme l’apanage de l’Allemagne. Charles Quint, en favorisant l’accession de son frère Ferdinand à la dignité impériale, lui avait aussi légué les problèmes liés à une difficile coexistence confessionnelle. À son avènement, Philippe II ne devait pas assumer un tel héritage. Il lui fallait seulement veiller à ce que les maux endémiques des Pays-Bas conservassent une ampleur limitée. De nombreux courants spirituels dissidents y avaient proliféré dès la naissance de la Réforme dans les années 1520. Le calvinisme ne commença à s’imposer qu’à la fin des années 1550, principalement dans les provinces wallonnes. La situation ne laissait pas de préoccuper les gouvernants, qui avaient mis en place une législation répressive, encore qu’imparfaitement respectée7. Elle leur parut plus alarmante encore lorsqu’on découvrit que la Réforme était parvenue à s’enraciner dans des terres qui se considéraient libres d’hérésie.

  • 8 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, pp. 743-759 (la thèse selon laquelle les cercles incriminés ser (...)

10Les royaumes espagnols s’étaient pourtant montrés ouverts à l’influence du luthéranisme et de l’humanisme chrétien d’Érasme. À partir des années 1540, des cas de protestantisme apparurent, sans constituer un véritable sujet d’inquiétude. Il n’en alla pas de même de la découverte de cercles puisant aux sources luthériennes, illuministes et érasmiennes à Séville en octobre 1557 puis à Valladolid en avril 1558. L’événement provoqua, pour diverses raisons, une profonde crise. Tout d’abord, ces courants dissidents s’étaient développés au cœur des royaumes espagnols, et non plus, comme cela avait été le cas auparavant, dans les espaces limitrophes de la France ; ils étaient numériquement assez importants, réunissant cinquante personnes dans la capitale castillane et près d’une centaine à Séville, et entretenaient des contacts avec des exilés ; ils menaient une activité prosélyte ; ces réseaux, enfin, étaient composés presque pour moitié de clercs et, à Valladolid, plusieurs membres étaient issus de l’aristocratie et de la haute finance. Le plus notable de ces hétérodoxes espagnols, Agustín de Cazalla, chanoine de la cathédrale de Salamanque, avait été chapelain de l’empereur entre 1542 et 15528.

  • 9 D. Crouzet, La genèse de la réforme française, pp. 438-469 ; A. Jouanna et alii, La France de la R (...)

11De manière à peu près simultanée se révéla, en France, l’existence d’une minorité dissidente bien plus puissante et structurée. Le credo de Luther puis celui de Calvin y avaient rapidement trouvé des adeptes. À partir de 1555, les protestants s’organisèrent même en communautés structurées. Cette « pénétration silencieuse » prit fin en septembre 1557 : de grandes manifestations publiques à Paris firent dès lors apparaître le phénomène au grand jour. À ces réunions, où l’affluence fut importante, on ne put que remarquer combien les élites de la capitale, issues de la bourgeoisie commerçante, des édiles municipaux ou de la magistrature, avaient été séduites par la Réforme. La haute noblesse n’était pas en reste : François d’Andelot, colonel général de l’infanterie et neveu de Montmorency, afficha ouvertement sa foi ; Antoine de Bourbon, roi de Navarre, se rendit en mai 1558 aux réunions du Pré-aux-Clercs, un terrain vague où plusieurs soirs d’affilée quatre à six mille personnes se réunirent pour chanter des psaumes9.

  • 10 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux, principalement pp. 46-53 ; A. Milhou, « De (...)
  • 11 C. Haton, Mémoires, t. I, p. 83.

12Si les faits constatés à Paris paraissent nettement plus préoccupants, la France et l’Espagne ont eu le sentiment d’être frappées par un fléau d’une égale gravité. Elles se sont trouvées confrontées à une véritable crise de conscience. Le sentiment d’élection des deux nations se fondait sur une mystique de l’unité religieuse, de la vigueur de la foi et des victoires remportées sur l’hérésie. La première avait vécu jusqu’alors dans la certitude de son excellence chrétienne. Quant à l’identité des royaumes espagnols, elle s’était forgée dans un long combat contre l’Islam et dans des efforts constants pour éliminer ou convertir les minorités non-chrétiennes présentes dans la Péninsule. De ce fait, ses habitants n’étaient pas disposés à tolérer le moindre germe de dissidence. L’histoire triomphale des deux nations était une histoire sainte10. Le chapitre ouvert à la fin des années 1550 était particulièrement inquiétant, d’autant que les divisions religieuses semblaient devoir s’étendre à l’ensemble de la chrétienté. En 1557, le pape décida d’organiser un jubilé, motivé selon Claude Haton par « l’heresie qui prenoit pied et fondement par la chrestienté », publiquement « ès pays d’Allemagne, de Saxe, de lansquenetz et Suisses », et secrètement en d’autres lieux, comme c’était le cas en « Italie, Hispagne, France et Navarre »11.

13La contamination ne semblait pas devoir connaître de limites. C’est sur cette toile de fond aux tonalités apocalyptiques que se sont déroulées les opérations militaires de l’année 1558 puis les négociations de paix.

RÉPRESSION VIGOUREUSE ET RÉPRESSION TEMPÉRÉE

  • 12 S. Daubresse, Le parlement de Paris, pp. 71-76 ; W. Monter, Judging the French Reformation, pp. 15 (...)

14L’attitude des autorités politiques et religieuses dans les deux monarchies n’a nullement été en relation avec l’ampleur du danger. Le caractère brutal et immédiat de la réaction espagnole a été souligné de longue date ; en revanche, on a redécouvert récemment combien l’attitude du pouvoir royal en France a été hésitante12.

  • 13 T. Werner, La represión del protestantismo en España, pp. 229-235 ; J. Alonso Burgos, El luteranis (...)

15Dans la monarchie espagnole, la lutte contre l’hérésie s’est organisée rapidement. La résolution dont a fait preuve l’Inquisition s’est avérée déterminante. Elle a immédiatement fait de l’éradication du protestantisme sa priorité. Si les gouvernements de Bruxelles et de Valladolid, de même que Charles Quint retiré à Yuste, lui ont apporté tout leur soutien, le Saint-Office a agi en grande partie de son propre mouvement. Il a renforcé ses réseaux de surveillance et en a appelé à la collaboration du pape, du clergé, de l’administration et des Grands pour se lancer dans une véritable chasse aux protestants. À l’inverse de ce qui s’est passé en France, les élites n’ont pas été épargnées, bien au contraire : l’institution a cherché à frapper les esprits et à prononcer des jugements exemplaires ; les milieux de cour ont même été, chose inouïe, au cœur des attaques. Bartolomé Carranza, archevêque de Tolède et primat d’Espagne, a été la plus prestigieuse victime de cette campagne. Le prélat avait le tort d’être le rival de l’inquisiteur général Fernando de Valdés non seulement auprès de Charles Quint et de Philippe II, mais aussi au plan spirituel. Il était porté à privilégier le dialogue avec les protestants et à rechercher leur conversion plus que leur extermination. Dans son Catéchisme publié en 1558, il défendait en outre, comme d’autres tenants d’une Réforme de l’Église, une foi intériorisée, avec des arguments sur la faiblesse de la raison humaine qui pouvait, selon José Ignacio Tellechea Idígoras, présenter une certaine parenté avec le calvinisme. Avec Carranza, c’est l’érasmisme, encore très en faveur parmi les courtisans, qui a été condamné sans appel13.

16La réaction n’a pas été, loin de là, aussi vigoureuse et rapide dans la monarchie voisine. Le pouvoir royal français n’a certes pas hésité à prendre des mesures de répression. En juillet 1557, la législation s’est durcie. L’édit de Compiègne renforça les compétences des tribunaux civils, plus sévères que ceux de l’Église ; il prévoyait aussi, entre autres, la peine de mort pour ceux qui participeraient à un conventicule secret. Ces décisions n’ont pourtant pas eu l’effet escompté. À trois reprises, à la fin de l’année 1557 et au début de l’année 1558, les protestants se sont manifestés au grand jour. À chacune de ces occasions, le pouvoir a autant démontré sa volonté de sévir que sa capacité à leur accorder le pardon.

17En septembre 1557, tout d’abord, une assemblée se tint rue Saint-Jacques, à laquelle participèrent une trentaine de dames de la noblesse. Un long procès devant le Parlement s’ensuivit. La cour fit preuve de peu de zèle et les exécutions furent finalement peu nombreuses — il y en eut trois ; certaines accusées furent même libérées à la demande de la reine Catherine de Médicis. Ainsi, les réunions continuèrent sans que ceux qui s’y rendaient fussent particulièrement inquiétés. L’épisode du Pré-aux-Clercs, en mai 1558, eut un plus grand retentissement, car les personnes impliquées étaient plus nombreuses et de plus haut rang. On chercha surtout à éviter une révolte, et aucune poursuite ne fut engagée. Le dernier incident concerne Andelot. Il avait été emprisonné en mai 1558 pour avoir fait prêcher publiquement des ministres protestants. Après une vague rétractation, il fut rapidement élargi, puis rétabli dans toutes ses charges quelques mois plus tard. Henri II apparaît donc sensible aux pressions et disposé à la clémence, au moins pour les membres éminents du second ordre.

  • 14 I. Cloulas, Henri II, pp. 549-566 ; W. Monter, Judging the French Reformation, pp. 151-167 ; N. L.(...)

18La faiblesse de la réponse opposée par le roi à des réformés qui bravaient ouvertement son autorité a une autre explication. Elle est liée au système judiciaire. Il n’existait pas, en terre gallicane, de système inquisitorial. La nomination par le pape de trois grands inquisiteurs le 25 avril 1557, à la demande d’Henri II, n’a eu aucune incidence dans la pratique. Ce sont par conséquent les parlements qui sont demeurés les principaux gardiens de l’orthodoxie. Ils n’étaient pas moins efficaces que les tribunaux ecclésiastiques, mais leurs membres étaient en désaccord quant à la conduite à suivre : nombre de magistrats étaient réticents à condamner les protestants. Le résultat de ces divisions a été l’inexécution des édits royaux et un assouplissement de la répression, à rebours de l’affirmation d’un puissant mouvement réformé14.

19Face à leurs déchirements intérieurs, les deux monarchies ont apporté les réponses permises par leurs systèmes répressifs. Il a été très clairement mis en échec dans le royaume du Très Chrétien.

II. — ÉRADIQUER L’HÉRÉSIE EN FRANCE

20À la fin des années 1550, les dirigeants des deux monarchies ont clairement perçu les périls menaçant leurs États, les surévaluant même largement dans le cas des royaumes espagnols. Même si la dissidence religieuse était considérée comme un mal capable de franchir aisément les frontières, il n’allait pas de soi d’utiliser les armes de la diplomatie pour lui faire obstacle. Dans ce domaine, deux voies en tout contraires ont été suivies.

  • 15 L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II.

21L’influence des progrès du protestantisme sur la diplomatie française apparaît plutôt limitée et difficile à cerner. Henri II semble prendre peu à peu conscience que la poursuite de la guerre réduit considérablement sa marge de manœuvre pour lutter contre l’hérésie. La crainte d’une révolte, la nécessité de ménager ses sujets pour obtenir de nouvelles levées d’impôts et des subventions extraordinaires, l’ont certainement rendu plus conciliant. Il a aussi pu mesurer de lui-même l’impact direct des conflits : les princes allemands et certains cantons suisses ont fait pression sur lui pour qu’il use de clémence à l’égard des réformés15.

  • 16 Ibid., pp. 272-273 notamment (la confidence rapportée par Alvarotti est à la p. 287) ; D. Crouzet,(...)

22Peut-on affirmer pour autant que la haine du roi est devenue implacable après l’épisode du Pré-aux-Clercs ? Il aurait alors déclaré : « Je jure que si je peux régler mes affaires extérieures, je ferai courir par les rues le sang et les têtes de cette infâme canaille luthérienne ». Blaise de Monluc a rapporté ces propos à Giulio Alvarotti, ambassadeur du duc de Ferrare. La condition posée au début de ces propos plein d’emportement est capitale : si aucun doute ne plane sur sa colère et sur son impatience, le roi ne prend durant une année aucune mesure particulière pour remédier à la situation. Rien ne permet d’affirmer qu’il a décidé dès le printemps 1558 de renoncer à ses conquêtes pour se vouer corps et âme à restaurer l’unité religieuse dans ses États. Parce qu’il ne voit en Henri II qu’un persécuteur, Lucien Romier a, pour sa part, sauté le pas. On ne peut cependant lier aussi étroitement qu’il le fait la conjoncture internationale, les manifestations publiques des réformés et les réactions du roi. Henri II apparaît surtout absorbé par la guerre, comme le note Denis Crouzet. La lutte pour la prééminence en Europe demeure sa préoccupation première16.

  • 17 Le cardinal de Lorraine à [Tournon], [10] décembre 1558, Lettres du cardinal Charles de Lorraine, (...)

23Les troubles internes auxquels était confrontée la France ont certes poussé le gouvernement à signer la paix. Sans doute ont-ils fortement pesé sur l’esprit du souverain et contribué à entamer sa confiance17. Le problème protestant est cependant renvoyé après la conclusion de la paix. Durant les négociations de Cercamp et du Cateau-Cambrésis, les diplomates français se sont d’ailleurs évertués à tenir hors du champ de la négociation cette question en la maintenant strictement dans la sphère de la politique intérieure.

24C’est une posture diamétralement opposée qu’ont adoptée les représentants du Roi Catholique. Avant même le déclenchement des guerres de Religion, ils ont engagé les gouvernants de la monarchie voisine à combattre activement l’hérésie sur leur sol. Ces interventions ne présentent pas le caractère d’une ligne politique, comme ce sera le cas dans les années suivantes ; elles ont néanmoins contribué à donner à la réconciliation hispano-française les apparences d’une alliance catholique.

25La première initiative a été le fait de Granvelle et de Ruy Gómez de Silva lors de l’assemblée de Marcoing, au milieu du mois de mai 1558. On ne connaît d’ailleurs pas précisément les propos qu’ils ont tenus au cardinal de Lorraine à cette occasion — ce qui n’a pas empêché plusieurs historiens de les reformuler à leur guise. Henri II rendit aussitôt public, dans un discours au parlement de Paris, une partie de l’avertissement reçu : une prédiction que, du fait de la désobéissance de ses sujets protestants, il « y auroit sedition en son royaume, par quoy il luy seroit expedient d’entrer en la paix plus tost que tard ». Si le roi a fait cette déclaration par l’intermédiaire de son garde des sceaux, c’est avant tout pour tancer la cour, pour lui montrer les mises en garde déshonorantes qu’il reçoit du fait de son inaction dans la répression des troubles parisiens.

  • 18 Sur les propos tenus par Granvelle et Egmont, voir la remontrance faite au Parlement par le garde (...)
  • 19 C’est ce que rapporte Giovanni Dalmatio au cardinal Farnèse (L. Romier, « Lettres de Giovanni Dalm (...)

26À Marcoing, de plus, les ministres de Philippe II auraient nommément impliqué Andelot et Coligny18. Or, peu après, le premier d’entre eux a été arrêté. Il faut cependant attribuer cette décision avant tout à la conduite ouvertement provocatrice du colonel général de l’infanterie. Lors d’une tournée en Bretagne, il s’était fait accompagner de deux pasteurs, qui prêchèrent publiquement. En outre, il participa aux réunions du Pré-aux-Clercs. Parmi tous les membres de la haute noblesse impliqués dans cette bravade, il a été la seule victime du courroux royal19.

  • 20 J.-A. de Thou, Histoire universelle, t. III, pp. 222-227 ; C.-F. Lambert, Histoire et règne de Hen (...)
  • 21 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique, t. I, p. 188 (dont est extraite la citation) ; La légende de (...)

27Cette première intervention des diplomates espagnols a sans doute eu pour principal objectif de convaincre le roi de France de son affaiblissement, tout en exprimant une véritable inquiétude face aux progrès de la Réforme. Elle a cependant eu des conséquences inattendues. On a soupçonné qu’un accord secret contre l’hérésie avait été conclu en mai 1558, à Marcoing, entre Granvelle et le cardinal de Lorraine. Plusieurs auteurs, sans doute avec un peu trop d’empressement, y ont même vu une machination d’un Guise trop heureux de se débarrasser d’un membre du clan Montmorency20. Lors des négociations de Cercamp et du Cateau-Cambrésis, l’œuvre du printemps précédent aurait été confirmée, constituant une sorte d’article non-écrit du traité, décidé non par les souverains, mais leurs deux ministres voués corps et âme à l’extermination des réformés. Dans les milieux calvinistes, les deux prélats sont considérés comme les principaux artisans d’une paix fondée sur l’« expresse deliberation d’exterminer toutes les Eglises reformées ». Il faut dire que l’un et l’autre sont devenus dès le début des années 1560 les boucs émissaires par excellence de la propagande protestante aux Pays-Bas et en France. L’association de leurs légendes noires a fréquemment permis d’exprimer nombre de fantasmes, principalement celui d’une alliance catholique des deux grandes monarchies européennes21.

  • 22 Selon Juan Ginés de Sepúlveda (Historia de Felipe II [1564], p. [34]), l’article concernant le con (...)

28Un second mythe est né des engagements formulés dans le traité de paix. Le deuxième article émet le souhait de réunir un concile œcuménique. On en a conclu, et les contemporains les premiers, que l’accord scellait la constitution d’un front uni de Philippe II et d’Henri II contre le protestantisme dans leurs États comme en Europe22. L’analyse du déroulement des pourparlers démontre qu’il n’en a rien été.

  • 23 Voir l’avis du Conseil d’État sur les points contenus dans la lettre des plénipotentiaires du 28 m (...)

29C’est pourtant avec une grande application que les plénipotentiaires espagnols, et en premier lieu Granvelle et le duc d’Albe, ont tenté d’obtenir l’engagement écrit que les souverains lutteraient contre l’hérésie. Les deux ministres ont joué un rôle prépondérant : on leur a même laissé carte blanche. Voici l’opinion du Conseil d’État : « Quant au poinct des hereticques, que l’on en pourroit user selon l’advis des deputez » ; le président de l’institution, Viglius, au contraire « seroit d’advis de n’en dire riens et laisser les choses comme elles ont esté du passé » ; Philippe II ne tranche pas et laisse toute latitude à ses plénipotentiaires : « S. M. se remect aux deputez de faire comme leur semblera myeulx »23.

30Ainsi, au moment de la rédaction du traité, soit au milieu du mois de mars 1559, les représentants espagnols ont proposé de consigner dans le préambule de l’accord que lors des discussions de Marcoing, de Lille, de Cercamp et du Cateau-Cambrésis ont été tenues « longues communications » dont les objectifs ont été les suivants :

  • 24 « Contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, p. 31.

… pour faire cesser les maux et inconvénients provenants de la guerre pour la propagation de notre sainte foy et religion, répulsion des ennemis de la république chrétienne, pour le bien commun et parvenir à la générale pacification d’icelle24.

31Depuis près d’un an, les deux monarchies auraient entretenu un dialogue suivi à ce sujet. La délégation française a opposé à cette démarche une fin de non-recevoir ; cette justification donnée au traité, qui aurait pu donner lieu à de nombreuses spéculations, a été purement et simplement abandonnée.

  • 25 Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 14 mars 1559, BNF, NAF 6168, p. 82.

32Quant à la réunion du concile, elle figurait parmi d’autres revendications des représentants de Philippe II visant à satisfaire l’empereur, c’est-à-dire la renonciation par le roi de France à son alliance avec le Turc et à toute intervention dommageable à Ferdinand Ier dans l’Empire. Une nouvelle fois, les députés d’Henri II ont tout rejeté en bloc : « Ils ne veullent que l’on fasse mention du Turcq ny de concile, ny de pratiques en Allemagne contre l’empereur, disant qu’ils ne traittent avec l’empereur », résume Granvelle25. L’unique reliquat de la proposition espagnole est un vœu pieux de la tenue d’une assemblée œcuménique. Encore a-t-il été nécessaire de beaucoup insister pour le faire accepter. Les ministres français ont formulé de nombreuses objections et dénaturé la formulation originelle, qui était particulièrement contraignante : lorsque l’empereur souhaiterait la convocation d’un concile, les rois d’Espagne et de France devraient se joindre à lui pour en faire la sollicitation au pape puis y enverraient leurs prélats. Ces tractations se déduisent d’une comparaison entre le texte du traité et celui proposé par la délégation espagnole. Voici ce que porte l’acte final :

  • 26 Infra, p. 199.

Pour le singulier desir que lesd. deux princes ont tousjours eu au bien de la chrestienté et y veoir les choses de la religion s’y maintenir à l’honneur de Dieu et union de Son Eglise, meuz de mesme zele et sincere volunté, ont accordé qu’ilz procureront et s’employeront de tout leur povoir à la convocation et celebration d’un sainct concile universel26

33Et voici ce que les représentants de Philippe II auraient souhaité ajouter :

  • 27 C’est manifestement le mot que le copiste du XVIIIe siècle a mal compris.
  • 28 « Contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, pp. 33-34. Sur les débats autour de (...)

… et davantage que toutes les fois que par l’empereur ils seront requis en tems que selon la disposition et d’autres affaires publiques il verra être convenable et à propos, ils se joindront pour de commune main procurer sincèrement devers le pape moderne ou ses successeurs la célébration du saint concile universel pour réformer tant en la doctrine comme des mœurs ce que pourra être de besoin tant en Écosse27 que au surplus de la chrétienneté, et pour repurger les opinions erronées et réduire lad. chrétienneté en une vraye union et concorde, afin que Dieu soit servi et les églises vénérées comme il convient, tenant ce but pour principal, et d’y envoyer à cet effet les prélats de leurs provinces qui n’auront légitime excuse, le tout de bonne foy et à la fin avant dit [e] sans que cecy s’empêche par autres respects particuliers quelconques28.

  • 29 A. Tallon, La France et le concile de Trente, pp. 261-281 ; I. Fernández Terricabras, Philippe II (...)

34L’article inclus dans le traité, d’une portée plutôt limitée, est donc une concession française, minimale par rapport aux propositions du camp adverse. Philippe II ne s’en montra d’ailleurs guère satisfait. La question n’était cependant pas encore d’actualité. Comme cela a été démontré récemment, le ralliement des souverains espagnol comme français à la solution conciliaire est postérieur aux négociations de paix29.

  • 30 B. Haan, « L’expérience d’une diplomatie confessionnelle ».

35À partir de l’année 1558, les représentants de Philippe II ont donc commencé à mettre en avant des arguments confessionnels dans la négociation. Cette nouvelle stratégie vise, à n’en pas douter, à affaiblir la position française. Elle constitue, en outre, une réponse à la découverte des foyers protestants en Espagne et aux inquiétudes causées par la situation des Pays-Bas. Ce sont les prémisses d’une politique qui s’épanouit avec le déclenchement des guerres de Religion, dont l’un des principaux objectifs est d’inciter la monarchie voisine à lutter activement contre le protestantisme30. Les diplomates espagnols ne parviennent en aucun cas à amener leurs interlocuteurs à épouser leurs vues. Il n’y a pas eu, au Cateau-Cambrésis, d’entente mutuelle entre les souverains pour lutter ni conjointement ni individuellement, chacun dans leurs États, contre la dissidence religieuse.

  • 31 Ordonnances des rois de France : règne de François Ier, t. IV, p. 179 ; C. Paillard, L’invasion al (...)

36Pourquoi, dans ces conditions, les Français acceptent-ils que l’accord comporte une invocation du concile ? Sans doute parce qu’elle les engageait peu. D’autres clauses semblables, et même bien plus contraignantes, figurent dans les traités de paix précédents. Dès le préambule du traité de Madrid, en 1526, il est fait référence à la volonté de Charles Quint et de François Ier de s’employer « à la repulsion et ryune desd. mescreans et Infideles et extirpation des erreurs de la secte leutheriane et des autres sectes repouvées ». Bien plus, un accord secret accompagnant le traité de Crépy, en 1544, stipule que le roi de France doit aider l’empereur lorsque celui-ci voudra remédier aux problèmes religieux de l’Empire31.

  • 32 La Bourdaisière, ambassadeur auprès du pape, à Montmorency, Rome, 25 février [1559], BNF, Fr. 3122 (...)
  • 33 A. Tallon, La France et le concile de Trente, pp. 255-256 et 309.

37Peut-être les représentants français voulaient-ils permettre à leur souverain de se prévaloir de son souci de réformer l’Église auprès du pape ? Paul IV, revenu de son dessein de bouleverser l’équilibre politique de l’Italie, travaille à partir de l’année 1558 à faire triompher l’orthodoxie. Il ne se montre d’ailleurs pas tendre avec le roi de France, fustigeant entre autres son attitude à l’égard d’Andelot ou la non-application du système inquisitorial. Si tel a été le dessein de la diplomatie française, le calcul s’est avéré mauvais. Le souverain pontife était hostile à la réunion d’un nouveau concile, susceptible de mettre en cause son autorité à l’instar des assemblées œcuméniques du XVe siècle32. En tous les cas, Henri II ne tient pas particulièrement à apparaître comme le fauteur de l’hérésie en Europe et prend la peine de l’expliquer aux princes protestants rendus inquiets par le premier article du traité33.

38Même très édulcoré, cet appel à une réunion du concile a pourtant rempli en partie l’objectif recherché par ses promoteurs. Il a été à l’origine de nombre de malentendus. Dans un contexte où les catholiques appelaient de leurs vœux cette union des deux grands monarques catholiques et où les protestants la redoutaient, chacun cherchait un signe venant confirmer ses espérances ou ses craintes. Les déclarations des gouvernants français, immédiatement après la signature du traité, ont d’ailleurs grandement contribué à brouiller les cartes.

III. — LA LUTTE CONTRE L’HÉRÉSIE EN FRANCE, JUSTIFICATION HONORABLE D’UNE PAIX HONTEUSE ?

LE NOUVEAU COMBAT D’HENRI II

  • 34 BNF, Mél. Colbert 372, n° 390, orig., et AN, P 2310, pp. 1042-1044, orig.

39Dès le mois d’avril 1559, le roi de France ratifie le traité puis en demande l’enregistrement aux cours souveraines. Dans l’ensemble des actes élaborés au cours de ce processus, l’exécution de l’accord est justifiée par les trois motivations suivantes : « le bien de la chrestienté, propagation de nostre foy catholicque et extirpation de l’heresie »34. Toute la prudence manifestée au cours des négociations de paix s’est évanouie d’un trait de plume.

40On ne peut qu’être surpris de cet engagement fervent contre l’hérésie proclamé par Henri II. Ses principaux conseillers, Anne de Montmorency comme les Guise, se mettent immédiatement au diapason du nouveau message officiel. Étienne Pasquier, avocat au parlement de Paris, a été le témoin de ce revirement brutal :

  • 35 É. Pasquier, Lettres historiques pour les années 1556-1594, p. 33.

… soudain que la paix fust faite, monsieur le cardinal de Lorraine, qui avoit esté l’un des premiers entremetteurs, declara en plein Parlement que l’opinion du roy avoit esté de la faire à quelque prix et condition que ce fust, pour de là en avant vacquer plus à son aise à l’extermination de l’heresie de Calvin35.

  • 36 Édouard Maugis (Histoire du parlement de Paris, t. II, p. 9, n. 1) et Nancy Roelker (The Parlement (...)

41Ces propos, abondamment commentés depuis, sont tout à fait vraisemblables. Il est impossible de corroborer les dires d’Étienne Pasquier au moyen des registres du parlement de Paris, car ceux qui concernent le début de l’année 1559 ont disparu au XVIe siècle36. Par cette déclaration destinée à marquer les esprits, le ministre semble annoncer que les guerres de Religion ont commencé. Il se comporte en parfait porte-parole de son souverain.

  • 37 Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p. 52.
  • 38 [Robertet de Fresne ?], « Histoire des choses advenues en France », BNF, Fr. 4742, f° 55r°.
  • 39 Voir L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, passim (l’auteur a analysé (...)

42C’est une inflexion notable dans le discours royal. À la lecture des correspondances politiques françaises précédant la signature de la paix du Cateau-Cambrésis, on est frappé par l’absence de références aux progrès de la Réforme. Le cardinal de Lorraine ne fait référence aux protestants dans ses lettres qu’à douze reprises pour tout le règne d’Henri II. Et c’est la plupart du temps pour évoquer des événements concernant Verdun ou l’Écosse37. Le récit considéré comme officiel de l’histoire du royaume entre la défaite de Saint-Quentin et le début des pourparlers de paix ne fournit pas une récolte plus considérable. Très disert sur les faits politiques et militaires, l’auteur formule la précision suivante après avoir évoqué l’épisode du Pré-aux-Clercs puis l’arrestation d’Andelot : « J’ay dict cela en passant, pour ce que c’est ung faict notable »38. Les provocations des protestants sont dignes d’être consignées, sans plus, alors que la portion congrue revient à la conduite de la guerre. Si l’on se tourne vers les observateurs étrangers, le constat est le même. Ni l’ambassadeur du duc de Ferrare, ni celui de la république de Venise, ni non plus les représentants romains n’ont le sentiment que le roi de France manifeste au cours des négociations un empressement particulier à châtier les protestants39.

43Henri II se pose à partir d’avril 1559 en souverain ayant déposé les armes pour se vouer corps et âme au rétablissement de l’unité religieuse de son royaume. Cette ardeur nouvelle succède néanmoins à un relatif mutisme de plusieurs années. La manipulation apparaît donc patente. On peut d’ailleurs en relever d’autres indices.

LE VOILE D’OMBRE MASQUANT LES CONDITIONS DE LA PAIX

  • 40 Bourdillon et Marillac, 16 mars 1559, Mémoires de François de Lorraine, p. 417 ; M.-T. Martel, « L (...)
  • 41 La Bourdaisière à Henri II, Rome, 10 mai 1559, BNF, Fr. 3102, f° 62v°.

44Alors que la lutte contre l’hérésie devient le nouveau combat d’Henri II, un secret presque absolu a entouré les négociations de paix. Il n’est certes pas de coutume de révéler de manière précise l’évolution et le contenu des pourparlers pendant leur déroulement. Les ambassadeurs français n’ont pas fait exception. Une fois la paix signée, ils n’ont cependant reçu ni d’instructions, ni même d’informations particulières. Ils se sont rapidement trouvés dans des situations inconfortables. Bourdillon et Marillac, envoyés à la diète impériale au printemps 1559, mais aussi l’ambassadeur auprès de la république de Venise, font part de leur embarras à la cour : assaillis de questions, ils sont incapables d’y répondre. Bien plus, ils apparaissent eux-mêmes en proie au doute40. Lorsque Côme de Médicis prend possession de l’ensemble de la république de Sienne, l’ambassadeur de France à Rome est lui aussi interrogé de toutes parts. Pris au dépourvu, il ne peut qu’inviter les protestataires à attendre « ce que apportera la reelle execution du traicté »41. Son alter ego espagnol, le cardinal de Sigüenza, est bien mieux informé.

  • 42 R. Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse, pp. 42-46 ; L. Romier, Les origines pol (...)

45Les diplomates résidant à la cour d’Henri II ne sont pas mieux traités. Jamais les dispositions concernant la Corse et la république de Sienne ne sont assumées. Le roi se réfugie derrière des faux-fuyants sans jamais reconnaître la réalité de l’abandon de ses conquêtes et de ses alliés, continuant au contraire à les assurer d’un soutien sans faille42.

  • 43 Voir le pouvoir remis à Gilles Bourdin, procureur général au Parlement, pour requérir l’enregistre (...)

46D’autres indices tendent à montrer que, de manière parfaitement délibérée, on a évité toute publicité aux articles du traité. Contrairement à la procédure suivie pour les rencontres diplomatiques précédentes, le pouvoir royal ne semble pas s’être préoccupé de faire publier une version officielle du déroulement des négociations ou du texte de l’accord. On a plutôt cherché à en occulter le contenu : tous les documents concernant l’enregistrement du traité par le parlement de Paris portent en marge la même mention : « Ne soit levé (publié) ne communicqué »43.

  • 44 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 318 ; Mémoires de Gaspard de Saulx-Tavannes, p. 224.

47Il semble régner un profond malaise au sein du gouvernement français au printemps 1559. Montmorency se montre satisfait d’être l’artisan d’une paix qu’il porte aux nues. Pourtant, les critiques fusent, particulièrement au sein du clan rival. Le cardinal de Lorraine et le duc de Guise rejettent toute la faute de la défaite de Saint-Quentin et d’une « paix honteuse » sur le connétable44. Quoi qu’il en soit, personne n’endossait les conditions du compromis conclu avec Philippe II.

L’ABANDON DU PIÉMONT : UNE BLESSURE À L’HONNEUR FRANÇAIS

48L’accueil réservé au traité en France révèle des traumatismes susceptibles d’expliquer l’attitude du souverain et de ses ministres. Comment, en effet, admettre de renoncer sans gloire au rêve italien et à tant de conquêtes ?

  • 45 J. A. de Thou, Histoire universelle, t. III, pp. 367-369. Pour une étude des jugements portés sur (...)

49Si l’on en croit l’historien Jacques-Auguste De Thou, les réactions ont été très contrastées. Pour certains, le roi « a conclu une paix peu avantageuse et honorable, mais utile au moins à ses peuples », alors que d’autres considèrent « que le nom françois avoit été comme éteint en Italie »45. Parmi ceux qui se réjouissent de la fin des hostilités, on serait tenté de compter une grande majorité de la population française ; ses opposants sont principalement issus du second ordre.

50Pour les gentilshommes, le retrait des troupes françaises de la Péninsule semble non seulement incompréhensible, mais parfaitement contraire à l’honneur. On cite traditionnellement les prises de positions de Monluc et du duc de Guise, qui soulignent le poids stratégique mais surtout symbolique des concessions d’Henri II. La paix, regrette Monluc, a provoqué l’abandon de toutes les acquisitions territoriales réalisées depuis le règne de François Ier, qui représentaient près du tiers du royaume. François de Guise, quant à lui, se serait fait le porte-parole de l’ensemble de la noblesse française. Il aurait tenu au roi, rapporte Boyvin du Villars, un discours aux accents héroïques :

  • 46 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 316.

… quand vous ne feriez que perdre durant trente ans, si ne sçauriez vous perdre ce que vous voulez donner en un seul coup. Mettez moy dans la pire ville de celles que vous voulez rendre, je la conserveray plus glorieusement sur la bresche que je ne ferois jamais parmy une paix si desadvantageuse qu’est celle que vous voulez faire. Vous avez, Sire, assez d’autres serviteurs qui en feront autant que moy et deçà et delà les monts46.

  • 47 D. Crouzet, La genèse de la réforme française, p. 545 ; A. Jouanna, « La noblesse française et les (...)
  • 48 Remontrance adressée à Henri III par le duc de Nevers, lieutenant du roi dans les places du Piémon (...)

51Les deux hommes de guerre ne peuvent se résoudre à la cession du Piémont, parfaitement intégré au royaume. Conquise par François Ier, cette province faisait partie du patrimoine dont Henri II avait hérité à son avènement. Autrement dit, on considère qu’elle lui appartient en propre. Peut-être a-t-il, par conséquent, cherché à empêcher toute opposition des cours souveraines à la cession des terres savoyardes ? Bien plus, la décision royale atteint directement le second ordre, qui s’indigne du coup d’arrêt donné aux aventures italiennes débutées sous Charles VIII. Le roi de France semble brutalement rompre le cours d’une histoire de plus d’un demi-siècle durant lequel la noblesse combattante s’est illustrée sur les champs de bataille italiens. Les faits d’armes des gentilshommes et de leurs ancêtres semblent comme dénaturés et dévalués. C’est à la fois leur capital d’honneur et leur identité qui est mise en cause par le traité du Cateau-Cambrésis. Seule une minorité de nobles participe aux opérations militaires ; la vocation guerrière de l’ordre n’en est pas moins revendiquée avec ferveur47. Les abandons successifs des terres que le roi de France possédait encore sur le versant oriental des Alpes — Pignerol, Perosa Argentina et Savigliano en 1574, puis Saluces en 1601 — ont provoqué des réactions tout aussi passionnelles, même si elles ont été de moindre ampleur48.

52Premier d’entre les gentilshommes, Henri II n’a sans doute pas été insensible au mécontentement nobiliaire. Il refuse néanmoins d’admettre publiquement avoir renoncé au dessein de dominer l’Italie. Son souhait de s’opposer aux progrès du protestantisme ne peut être mis en doute. On peut néanmoins émettre l’hypothèse qu’ils ont aussi été invoqués à d’autres fins. N’ont-ils pas servi en effet à masquer et à panser, autant que possible, le déshonneur subi par la monarchie française ?

UN « COUP DE MAÎTRE »

53Si le secret est respecté concernant la négociation et les dispositions du traité, il ne faut pas pour autant considérer qu’elles n’ont reçu aucune justification. En théorie, le roi n’a tout simplement pas à rendre compte de ses actes. Signer la paix est une décision qui relève exclusivement du souverain : elle engage sa relation intime et particulière avec Dieu.

54Dans ce processus, le rôle des sujets est tout à fait nul. Boyvin du Villars l’exprime avec clarté au sujet de la trêve de Vaucelles :

  • 49 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 234.

… fort peu sont ceux qui ayent sçeu en quelle disposition estoient les affaires au temps de ce traicté, ny mesmes les causes qui avoient invité ces princes à y entrer, ny le but où les uns et les autres tendoient, car, comme telles choses demeurent cachées au cœur des hommes, Dieu seul en estant le scrutateur, il est malaisé qu’on en puisse cognoistre ny juger, si ce n’est autant que les propres effects qui s’en ensuivent descouvrent à quelle fin tendoient leurs intentions49

55L’interprétation de la paix échappe au commun des mortels, qui n’a aucune connaissance des affaires. Bien plus, son entendement est imparfait. Il en est réduit à accepter la sanction royale et, pour la comprendre, à observer les conséquences de l’accord. Un traité n’est finalement qu’un acte de papier, un reflet partiel de desseins plus hauts, qui ne lui sont pas dévoilés.

  • 50 P. Contamine, « Notes sur la paix en France pendant la guerre de Cent Ans » ; N. Offenstadt, Faire (...)

56Un tel jugement accorde une grande part d’initiative aux princes. La majorité des auteurs insistent sur la grâce divine, qui inspire les souverains : comme au Moyen Âge, on continue à considérer la paix comme un don du Ciel. Manifestation de la bonté et de la miséricorde de Dieu, qui touche le cœur des gouvernants, pour reprendre un lieu commun du temps, elle relève du miraculeux50.

  • 51 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 16 novembre 1558, BNF, NAF 6168, p. 225.

57Sous l’inspiration divine, il revient donc aux princes de déterminer quand un accord peut être signé et quelles doivent en être les conditions. Ainsi est-il systématiquement vécu comme un événement qui déjoue les prévisions. La paix est désignée par les plénipotentiaires espagnols comme un « coup de maître ». Par cette expression, ils entendent souligner à l’ouverture des négociations de Cercamp que Philippe II est, selon eux, seul juge des décisions à prendre51.

  • 52 D. Crouzet, « La nuit de la Saint-Barthélemy », et Id., La genèse de la réforme française, pp. 469 (...)

58Même si le roi a seul le pouvoir de décider de la paix, Henri II a usé de procédés détournés. On peut se demander si le « coup de maître » de 1559 ne présente pas quelque similitude avec le « coup d’estat » de 1572. C’est en effet en ces termes qu’en 1586 Louis Dorléans évoque l’attitude du pouvoir royal à l’occasion de la Saint-Barthélemy. L’autorité du roi n’est pas encore vacillante treize ans avant le massacre et celui-ci n’a pas à user de violence pour imposer l’application de l’acte. Pourtant, elle est ouvertement contestée et bafouée. Un incident a d’ailleurs révélé tout le potentiel subversif du courant réformé. En août ou en septembre 1558, un écolier de Meaux s’est précipité, une épée à la main, sur le roi qui sortait de la Sainte-Chapelle. Cette tentative d’assassinat a fait l’objet d’un soigneux camouflage. Il faut surtout noter, dans les actes d’Henri II, que la maîtrise de l’information et du discours officiel est parfaitement réalisée. Le roi utilise pleinement les pratiques du secret et le mystère propre à l’exercice de la souveraineté pour imposer une interprétation univoque de la paix52.

  • 53 Le traité de la Paix generale, ffos 102-108. Sur les réjouissances de la paix à Paris et à Lyon, v (...)

59Rien ne semble lui tenir plus à cœur que de passer sous silence la plus importante condition du traité : l’abandon de ses ambitions italiennes. Au contraire, il veut démontrer que sa puissance est intacte. Aussi célèbre-t-il magnifiquement la paix. Des processions et des feux de joie se tiennent sur ordre du pouvoir royal dans toutes les « bonnes villes » du royaume. On a cherché à leur donner un caractère solennel et à frapper les esprits. À Rouen, par exemple, la publication de la paix s’est manifestement accompagnée de festivités d’un relief particulier — la revanche prise sur les Anglais y avait peut-être une part. La municipalité fit sortir « nombre de canons, couleuvrines, fauconneaux de bronze » et les plaça sur le quai, tandis que les navires qui étaient sur la Seine leurs répondirent, produisant un tel tonnerre qu’il semblait « que la machine du monde (se) deust abismer » ; on fit sonner la grosse cloche du Beffroi, pour la première fois depuis Charles VI ; puis, « en signe de largesse », il y eut des distributions de vin et d’argent53. L’organisation de ces réjouissances dans l’ensemble du royaume, et principalement à Paris, semble concentrer toute l’attention de la cour au printemps 1559. N’ont-elles pas été d’autant plus soignées qu’il s’agissait d’occulter un désastre ?

  • 54 J. M. Clelland, « Le tournoi de juin 1559 » ; D. J. Hartley, « La célébration poétique du traité d (...)

60Lors des fêtes commanditées par le roi, ce sont les mariages des filles de France ainsi que la réconciliation avec Philippe II qui ont été mises en avant. Les cérémonies sont tout à la gloire de la monarchie et de la dynastie régnante ; les hécrits de circonstance célèbrent le retour à la paix, qui doit marquer l’entrée dans un nouvel âge d’or, ainsi que la perspective prochaine d’une nouvelle croisade contre l’Infidèle. Il n’y a pas lieu de s’en étonner, mais il faut noter qu’il n’est jamais fait allusion à la lutte contre le protestantisme54. Quant au roi, il présente aux participants à ces festivités un visage jovial, qui les surprend et les trouble. Cette attitude a été jugée diversement : on est tenté d’y voir une capacité à dissimuler ses émotions — une qualité qu’on ne lui reconnaît guère, manifestement à tort. Sans laisser transparaître le moindre signe de doute ou d’affaiblissement, le pouvoir royal montre qu’il n’y a aucune rupture dans la chaîne des temps. La monarchie française poursuit son destin glorieux.

61En marge de ces célébrations, Henri II est même allé plus loin, en indiquant comment il fallait interpréter la signature de la paix. Il met en exergue la nécessité de combattre l’hérésie dans son royaume et la réconciliation avec le Roi Catholique sur la scène européenne, sans lier l’une et l’autre. La question religieuse semble avoir eu une influence limitée sur la signature du traité ; elle n’est invoquée qu’au moment où il s’agit assumer le traumatisme d’une défaite militaire et diplomatique. Sans doute les démonstrations de force des protestants sont-elles apparues comme autant d’avertissements divins. Elles appelaient une réaction ferme ; la riposte est cependant intervenue tardivement.

62Ce n’est qu’après avoir démêlé un enchevêtrement de discours qu’il est possible de formuler des hypothèses concernant les liens entre la paix et le déclenchement des guerres de Religion. Malgré les apparences, le rapprochement intervenu au printemps 1559 n’a absolument pas le caractère d’une alliance catholique. Les deux monarchies sont confrontées à de graves crises religieuses ; elles ne semblent pourtant pas sacrifier leur réputation sur la scène européenne à la lutte contre la dissidence religieuse. Leurs réactions sont cependant très différentes. Dans la monarchie espagnole, on opte pour une répression immédiate, tout en incitant le royaume voisin à faire de même. En France, le pouvoir royal remet le règlement du problème protestant au lendemain de la signature de la paix et rejette toute intromission dans ses affaires domestiques.

63L’une des promesses du traité du Cateau-Cambrésis est pourtant d’éliminer tout germe de division religieuse, parce qu’elle allège l’immense poids militaire, financier et symbolique de la rivalité entre les deux monarchies. C’est cependant de manière individuelle que chaque souverain s’engage dans ce combat. Il s’agit assurément d’un élément capital dans la radicalisation des oppositions confessionnelles. Les acteurs des affrontements religieux postérieurs ne se sont donc pas trompés lorsqu’ils identifient la paix à une déclaration de guerre contre les protestants.

Notes

1 L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 287-293.

2 Lettre à Henri II du 9 juillet 1559, Correspondance du cardinal de Tournon, pp. 399-401.

3 Voir entre autres L. Cabrera de Córdoba, Historia de Felipe II, t. I, pp. 179, 184 et 187 ; J. A. de Thou, Histoire universelle, t. III, p. 357 ; Mémoires de Vigilius et d’Hopperus, pp. 11-13.

4 A. d’Aubigné, Histoire universelle [rédigée à partir de 1577], t. I, pp. 126-127.

5 Granvelle à Philippe II, Bruxelles, 14 juin 1562, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, pp. 569-570 ; Apologie ou Défense de tres illustre prince Guillaume par la grace de Dieu prince d’Orange, pp. 50-51.

6 Voir à ce sujet J. Berchtold et M.-M. Fragonnard (éd.), La mémoire des guerres de Religion.

7 A. Goosens, Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux, t. I, pp. 45-85 ; J. I. Israel, The Dutch Republic, pp. 74-105.

8 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, pp. 743-759 (la thèse selon laquelle les cercles incriminés seraient plus érasmisants que luthériens a cependant été révisée) ; T. Werner, La represión del protestantismo en España, pp. 211-235 ; S. Pastore, Un’eresia spagnola, pp. 254-258 ; A. Redondo, « Luther et l’Espagne » ; J. I. Tellechea Idígoras, « 1559 ¿Crisis religiosa española o europea? ».

9 D. Crouzet, La genèse de la réforme française, pp. 438-469 ; A. Jouanna et alii, La France de la Renaissance, pp. 343-349 ; D. Richet, « Aspects socio-culturels des conflits religieux à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle » (la citation est à la p. 17).

10 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux, principalement pp. 46-53 ; A. Milhou, « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur » ; T. Werner, La represión del protestantismo en España, pp. 253-271.

11 C. Haton, Mémoires, t. I, p. 83.

12 S. Daubresse, Le parlement de Paris, pp. 71-76 ; W. Monter, Judging the French Reformation, pp. 151-167 ; N. L. Roelker, The Parlement of Paris and the religious reformations, pp. 207-234.

13 T. Werner, La represión del protestantismo en España, pp. 229-235 ; J. Alonso Burgos, El luteranismo en Castilla durante el siglo XVI ; J. M. de Bujanda, Index de l’Inquisition espagnole, pp. 31 sq. Sur les attaques contre la cour et contre Carranza, voir J. L. Gonzalo Sánchez-Molero, « La biblioteca de María de Hungría », pp. 750-762, J. I. Tellechea Idígoras, El arzobispo Carranza, t. IV (1), pp. 15-261, et B. Carranza, Comentarios sobre el catechismo christiano, introduction.

14 I. Cloulas, Henri II, pp. 549-566 ; W. Monter, Judging the French Reformation, pp. 151-167 ; N. L. Roelker, The Parlement of Paris and the religious reformations, pp. 229-234 ; A. Tallon, « Inquisition romaine et monarchie française au XVIe siècle ».

15 L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II.

16 Ibid., pp. 272-273 notamment (la confidence rapportée par Alvarotti est à la p. 287) ; D. Crouzet, La genèse de la réforme française, pp. 421-422 et 463.

17 Le cardinal de Lorraine à [Tournon], [10] décembre 1558, Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p. 340.

18 Sur les propos tenus par Granvelle et Egmont, voir la remontrance faite au Parlement par le garde des sceaux Jean Bertrand au nom d’Henri II, 23 mai 1558, IF, Godefroy 180, ffos 15r°-16r° (la citation est au f° 15v°), et L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 270-271.

19 C’est ce que rapporte Giovanni Dalmatio au cardinal Farnèse (L. Romier, « Lettres de Giovanni Dalmatio au cardinal Farnèse », pp. 325-327).

20 J.-A. de Thou, Histoire universelle, t. III, pp. 222-227 ; C.-F. Lambert, Histoire et règne de Henri II, pp. 344-346 ; R. de Bouillé, Histoire des ducs de Guise, t. I, pp. 456 sq.

21 T. de Bèze, Histoire ecclésiastique, t. I, p. 188 (dont est extraite la citation) ; La légende de Charles, cardinal de Lorraine, et de ses frères, de la maison de Guise [vers 1573], publ. dans les Mémoires de Condé, t. VI, 1re partie, p. 29 ; T. Debaggi Baranova, « Le rôle des écrits diffamatoires dans la formation de l’identité des partis politiques ». Henri Forneron a repris cette théorie du complot à la fin du XIXe siècle. Voir Id., Les ducs de Guise et leur époque, t. I, p. 234.

22 Selon Juan Ginés de Sepúlveda (Historia de Felipe II [1564], p. [34]), l’article concernant le concile résume purement et simplement l’esprit global du traité.

23 Voir l’avis du Conseil d’État sur les points contenus dans la lettre des plénipotentiaires du 28 mars 1559, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, p. 568.

24 « Contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, p. 31.

25 Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 14 mars 1559, BNF, NAF 6168, p. 82.

26 Infra, p. 199.

27 C’est manifestement le mot que le copiste du XVIIIe siècle a mal compris.

28 « Contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, pp. 33-34. Sur les débats autour de la formulation de cet article, voir Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 14 mars 1559, ibid., p. 82, et les dépêches des plénipotentiaires espagnols à Philippe II des 16 et 20 mars 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 548-550, et BNF, NAF 6168, pp. 15-16.

29 A. Tallon, La France et le concile de Trente, pp. 261-281 ; I. Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme, pp. 61-64.

30 B. Haan, « L’expérience d’une diplomatie confessionnelle ».

31 Ordonnances des rois de France : règne de François Ier, t. IV, p. 179 ; C. Paillard, L’invasion allemande en 1544, p. 414.

32 La Bourdaisière, ambassadeur auprès du pape, à Montmorency, Rome, 25 février [1559], BNF, Fr. 3122, ffos 44-46, orig. ; L’Aubespine à Henri II, Bruxelles, 1er juin 1559, BNF, Fr. 6614, ffos 23-26, orig.

33 A. Tallon, La France et le concile de Trente, pp. 255-256 et 309.

34 BNF, Mél. Colbert 372, n° 390, orig., et AN, P 2310, pp. 1042-1044, orig.

35 É. Pasquier, Lettres historiques pour les années 1556-1594, p. 33.

36 Édouard Maugis (Histoire du parlement de Paris, t. II, p. 9, n. 1) et Nancy Roelker (The Parlement of Paris and the religious reformations, p. 236) n’en ont pas trouvé trace. Cette anomalie est sans doute liée à une volonté d’effacer tout témoignage écrit de l’épisode de la mercuriale du 10 juin 1559, séance mémorable du Parlement au cours de laquelle le roi vint en personne tancer la cour pour n’avoir pas lutté assez vigoureusement contre l’hérésie. La présence du registre est toujours mentionnée vers le second tiers du XVIe siècle : la disparition est manifestement intervenue ensuite (BNF, Fr. 4373, f° 86v°).

37 Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p. 52.

38 [Robertet de Fresne ?], « Histoire des choses advenues en France », BNF, Fr. 4742, f° 55r°.

39 Voir L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, passim (l’auteur a analysé et publié de larges extraits des dépêches de l’ambassadeur ferrarrais) ; la Correspondance des nonces en France Lenzi et Gualterio, légation du cardinal Trivultio, pp. 41-43 et passim ; et, pour la correspondance de l’ambassadeur vénitien, BNF, fonds italien, ms. 1720, passim.

40 Bourdillon et Marillac, 16 mars 1559, Mémoires de François de Lorraine, p. 417 ; M.-T. Martel, « La mission de Jean Yversen à la Porte du Grand Seigneur », p. 13.

41 La Bourdaisière à Henri II, Rome, 10 mai 1559, BNF, Fr. 3102, f° 62v°.

42 R. Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse, pp. 42-46 ; L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 370-371 et 424-428.

43 Voir le pouvoir remis à Gilles Bourdin, procureur général au Parlement, pour requérir l’enregistrement du traité, les lettres missives du roi à ses avocats et à son procureur général au Parlement des 24 et 28 avril 1559 (AN, X1A 8622, f° 209v°), et l’enregistrement lui-même, du 8 mai 1559 (ibid., f° 193r°).

44 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 318 ; Mémoires de Gaspard de Saulx-Tavannes, p. 224.

45 J. A. de Thou, Histoire universelle, t. III, pp. 367-369. Pour une étude des jugements portés sur le traité, voir L. Gentile, Les traités de Cateau-Cambrésis.

46 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 316.

47 D. Crouzet, La genèse de la réforme française, p. 545 ; A. Jouanna, « La noblesse française et les valeurs guerrières au XVIe siècle », pp. 205-217 ; J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, pp. 16 sq.

48 Remontrance adressée à Henri III par le duc de Nevers, lieutenant du roi dans les places du Piémont et dans le marquisat de Saluces, 25 septembre 1574 (L. de Gonzague, duc de Nevers, Mémoires, t. I, pp. 1-20) ; P. Chevallier, Henri III, pp. 247-251 ; S. Gal, Lesdiguières, pp. 172-177 ; B. Haan, « La mise en application du traité de Lyon », pp. 73-74.

49 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 234.

50 P. Contamine, « Notes sur la paix en France pendant la guerre de Cent Ans » ; N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, pp. 31-37.

51 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 16 novembre 1558, BNF, NAF 6168, p. 225.

52 D. Crouzet, « La nuit de la Saint-Barthélemy », et Id., La genèse de la réforme française, pp. 469-473 ; M.-M. Fragonard, « L’établissement de la raison d’état et la Saint-Barthélemy ».

53 Le traité de la Paix generale, ffos 102-108. Sur les réjouissances de la paix à Paris et à Lyon, voir D. Le Fur, Henri II, pp. 489-493 et G. Sabatier, « Figurer la paix ».

54 J. M. Clelland, « Le tournoi de juin 1559 » ; D. J. Hartley, « La célébration poétique du traité du Cateau-Cambrésis » ; H. Fernandez, « La célébration littéraire de la paix du Cateau-Cambrésis ».

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search