Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Troisième partie. Les mystères d'une réconciliation

Chapitre X. Le triomphe de l’amitié

Texte intégral

  • 1 B. Haan, L’amitié entre princes ; K. Oschema, Freundschaft und Nähe im spätmittelalterlichen Burgu (...)
  • 2 « … de aquí en adelante los franceses han de ser tratados como amigos nuestros ay y en todas parte (...)

1La majorité des traités de paix des XVIe et XVIIe siècles établissent un lien d’amitié entre les signataires. À une époque où la neutralité est difficilement concevable, il désigne le mode de relation devant exister entre princes et entre États lorsqu’ils ne sont pas en guerre. L’amitié se traduit principalement par des discours et des pratiques propres, mais aussi par des actes concrets. L’ensemble de ces « démonstrations » indiquent à tout moment l’état des rapports diplomatiques. Elles permettent donc de vérifier si la volonté de réconciliation relevée au moment de la signature de la paix du Cateau-Cambrésis traduit un réel choix personnel et politique1. Dès le mois d’avril 1559, Philippe II semble annoncer un changement d’époque : « à partir de maintenant les Français doivent être traités comme nos amis là-bas (dans le duché de Milan en l’occurrence) et partout »2. On en cherchera la confirmation au cours de la période d’un an durant laquelle le traité est appliqué.

I. — L’ÉTABLISSEMENT DE RELATIONS D’AMITIÉ

UNE HOSTILITÉ PERMANENTE ?

  • 3 N. M. Sutherland, The massacres of St. Bartholomew and the European conflict, pp. 4 sq., et V. Váz (...)

2Pour la période postérieure à la signature de la paix, il n’est pas de coutume de souligner le caractère apaisé des rapports entre monarchies. L’attention se focalise plutôt sur l’actualité : la poursuite d’une vive lutte d’influence dans les îles britanniques et l’affaiblissement du pouvoir royal en France, du fait du décès brutal d’Henri II et de l’avènement d’un souverain encore jeune. Cette situation a motivé deux constats. Le premier est que la rivalité prédomine dans les rapports entre les deux anciennes ennemies ; le second, que les difficultés rencontrées par le gouvernement français se traduisent par une véritable mise sous tutelle3.

3Il faut tout d’abord faire justice de l’idée qu’Henri II a signé la paix pour s’attaquer à l’Angleterre. Lorsqu’il décide de céder ses conquêtes italiennes, Marie Tudor est encore vivante et Philippe roi consort. Le gouvernement français ne donne pas l’impression d’avoir une vision définie de ce que sera sa stratégie après la signature de la paix. Il est vrai qu’au cours des années 1550, il s’ingère dans les affaires écossaises et anglaises. Cette ligne politique interventionniste préexiste à la signature du traité ; cela ne signifie pas que l’on entendait compenser la perte des terres italiennes par des conquêtes dans le nord de l’Europe. Au printemps 1559, des rumeurs ont circulé à propos d’un partage des aires d’influence entre monarchies : l’Italie aurait été cédée à Philippe II à la condition d’aider Henri II à s’emparer de l’Angleterre. À la cour de France, à Venise, les discours concernant une entente des deux Grands vont bon train. Selon García Hernández, ambassadeur auprès de la République, voici le bruit qui courait :

  • 4 « … dezían que quando se concluyó la paz, V. M. y el Rey Christianísimo havían partido el mundo, y (...)

… on disait que lorsque la paix a été conclue, V. M. et le roi Très Chrétien se sont partagés le monde, et que V. M., qui a eu le choix, a pris l’Italie, et le Très Chrétien l’Angleterre4.

  • 5 M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 488 sq. ; É. Durot, « Le crépuscule de l’Au (...)

4Les rumeurs à ce sujet semblent avant tout correspondre à la nécessité de donner un sens à une paix déséquilibrée. Et durant la période 1559-1560, pris dans le bourbier écossais, les dirigeants français ont avant tout cherché à rétablir l’autorité souveraine contestée par les lords convertis au protestantisme5.

L’AMITIÉ ENTRE PRINCES

5Même si l’Angleterre demeure un motif de discorde, dès le printemps 1559, l’esprit des rapports entre les deux monarchies et leurs rois a notablement changé. Un ensemble d’actes et de signes accompagnent le rétablissement de la paix. Même s’ils présentent un aspect formel, on est tenté de les interpréter comme autant de témoignages d’une volonté de rapprochement.

  • 6 Charles Quint à Henri II, Yuste, 17 septembre 1557, Abbé Marchand, « Documents pour l’histoire du (...)
  • 7 J. Du Bellay, « Les tragiques regrets de Charles V. empereur » (la citation est à la p. 336).

6Les changements survenus dans les relations entre les souverains espagnols et français méritent en premier lieu d’être soulignés. L’inimité personnelle est pleinement affichée à la fin du règne de Charles Quint. Son retrait des affaires s’est en effet accompagné d’une passe d’armes avec le fils de François Ier qui témoigne d’une vive animosité. L’empereur a alors restitué l’habit et les attributs de l’ordre de Saint-Michel. Il les a accompagnés d’une lettre rédigée de Yuste dans laquelle il suggérait ne pas s’être démis de ses charges du fait d’une incapacité physique quelconque ou par crainte d’être vaincu par Henri II ; en revanche, il considérait celui-ci responsable de la rupture de la trêve de Vaucelles. La réponse de son adversaire a été tout aussi froide. Par ses attaques, l’empereur montrait clairement que, malgré sa retraite dans un monastère d’Estrémadure, il ne s’était pas dépouillé de ses « passions »6. Charles Quint, jusqu’à son dernier souffle, a continué à apparaître en France comme un souverain irrémédiablement incliné à la guerre, dominé par sa soif de vengeance. En guise d’oraison funèbre, Du Bellay écrit en 1558 que le seul souhait de l’empereur, même par-delà la mort, est que jamais ne s’éteigne l’hostilité entre monarchies espagnole et française, afin que « Tousjours l’une Province / Soit contre l’autre, & Prince contre Prince, / Flots contre flotz […]. / Et tousjours soient les deux peuples en armes »7. Son ambition démesurée est considérée comme un obstacle à tout rapprochement.

7Les attaques portées contre Philippe II, identifié à son père lors de la rupture de la trêve de Vaucelles, ne semblent pas en revanche avoir eu des effets durables. Sitôt la paix signée, son image de prince pacifique s’impose à nouveau. Il donne de chaleureuses assurances à l’ambassadeur envoyé auprès de lui, l’expérimenté Sébastien de L’Aubespine, concernant les bonnes relations proposées par le roi de France :

  • 8 L’Aubespine à Henri II, Bruxelles, 13 mai 1559, BNF, Fr. 6614, f° 8v°, orig.

… sa responce feut encores plus particuliere et si affectionnée en ce qui touche le respect, l’honneur et l’amitié qu’il vous veult portez que plus grande ne plus privée demonstration ne peult estre8.

  • 9 L’Aubespine à Montmorency, Bruxelles, 13 mai 1559, ibid., f° 10r°, orig.

8Le caractère personnel et affectif du lien existant entre les souverains est d’emblée affirmé. Philippe II le renforce par un vœu solennel émis par l’empereur, engageant leur dynastie, au sujet d’Henri II. Il assura en effet à L’Aubespine « que l’empereur son pere luy avoit laissé par testament de [l’] aimer et estimer pour [l’] avoir cogneu veritable et amateur du repos de la chrestienté »9.

  • 10 Mémoire remis à Philippe II en septembre ou en octobre 1558, Papiers d’État du Cardinal de Granvel (...)
  • 11 L’Aubespine à Henri II, Bruxelles, 19 mai 1559, BNF, Fr. 6614, f° 36r°, orig.

9Comment les Habsbourg sont-ils amenés à placer une telle confiance en un « prince de peu de conscience, ambitieux et saturnien, du tout incliné aux armes », du jugement de Simon Renard10 ? La réputation des rois de France, au milieu du XVIe siècle, est irrémédiablement perdue pour la plupart des conseillers de Philippe II. Sans écouter son entourage, comme le signale L’Aubespine, le Roi Catholique choisit pourtant de donner des gages de toute sorte de son amitié, qu’il affirme être « non faincte, mais telle qu’ung filz doit à son pere »11. L’attitude d’Henri II au cours des pourparlers de paix, ainsi qu’une estime mutuelle née de la capacité montrée par chacun à faire face à l’adversité en temps de guerre, ont sans doute beaucoup contribué à cette conversion.

10Dès le printemps 1559, les deux rois affichent donc leurs liens d’amitié avec une chaleur particulière. On peut tout autant l’observer quand l’accord est solennellement entériné.

LE RAPPROCHEMENT ENTRE LES COURS D’ESPAGNE ET DE FRANCE

11La trêve de Vaucelles, on l’a vu, a été un échec complet. Même lors de ce moment d’état de grâce que constituent les cérémonies de prestation de serment, elle a été marquée par des incidents. Il n’en a pas été de même pour le Cateau-Cambrésis. La validation du traité a impliqué autant les souverains que leurs proches, donnant lieu à nombre de visites et de réceptions. En ces occasions privilégiées, les deux cours ont donné à voir leur volonté de nouer des relations cordiales.

  • 12 J. de Vandenesse, Journal des voyages du roi Philippe II, t. IV, pp. 66-68.

12Beaucoup de ministres et de nobles français se sont rendus à Bruxelles en avril et en mai 1559. Saint-André, pour régler le détail de sa libération, y est demeuré quelque temps. Avec le cardinal de Lorraine et Jean de Morvillier, il était chargé d’entendre le serment prêté par Philippe II de respecter le traité. Leur compagnie est particulièrement prestigieuse puisqu’elle compte dans ses rangs rien moins que le duc de Lorraine, le cardinal de Guise et le duc de Nemours. Des membres les plus éminents du gouvernement français, seul Montmorency n’a pas fait le déplacement, mais sa famille n’est pas en reste puisque le comte de Damville, fils cadet du connétable, prend cette peine et assiste au serment. Tous ont alors reçu de magnifiques cadeaux12.

  • 13 Voir Saint-André à Henri II, Bruxelles, 3 mai 1559, BNF, NAF 7715, ffos 62-65 ; programme des fête (...)

13À la cour d’Henri II, parce que la célébration de la paix est associée à celle des mariages de deux filles de France, les fêtes ont été somptueuses. On y reçoit en juin, et pour plusieurs semaines, le duc d’Albe, accompagné de membres de la maison de Toledo et de près de trois cents chevaux, le prince d’Orange et le comte d’Egmont, venu avec une suite d’une trentaine de gentilshommes. Tous trois sont chargés de tâches se rapportant à l’exécution du traité : assister à leur tour à la cérémonie de prestation de serment d’Henri II, se constituer comme otages tant que toutes les restitutions territoriales ne sont pas effectuées, et, dans le cas du duc d’Albe, épouser par procuration Élisabeth de Valois. La question des otages a d’ailleurs été traitée avec grande délicatesse par le roi de France. Sur une liste de dix personnages nommés par lui, Philippe II en a choisi quatre. Encore le comte de Feria, revenu d’une longue mission en Angleterre, a-t-il finalement été dispensé d’effectuer le voyage, sans pourtant être remplacé, afin de ne pas le froisser. La venue des représentants du Roi Catholique a été minutieusement préparée et a donné lieu à des manifestations d’amitié. À leur arrivée au Louvre, ils ont été reçus avec des marques d’attention, « s’estant S. M. Très Chrestienne avancée quasi au bout de lad. montée » — soit autant que sa condition de souverain le permet, puisqu’il demeure dans une position légèrement supérieure —, et sont accueillis « bien humainement et courtoysement », et même avec des manifestations de joie. Quant aux cérémonies du mariage, entachées par l’accident mortel dont le roi est victime, elles ont été organisées, du vœu de celui-ci, avec les mêmes solennités que si son nouveau gendre était présent en personne13.

  • 14 L’Aubespine à Montmorency, Bruxelles, 19 et 23 mai 1559, BNF, Fr. 6614, ffos 34-35 et 39r° (d’où e (...)

14Ainsi, les prestigieuses délégations envoyées de part et d’autre sont reçues avec beaucoup d’égards. Les deux cours se visitent, ministres et souverains ont l’occasion de se rencontrer. Même si cette idylle est vouée à ne durer qu’un instant, on cherche à nouer des contacts. La cour d’Espagne se montre particulièrement soucieuse de ménager Montmorency, qui apparaît à la fois comme l’artisan de la paix et l’homme fort du gouvernement d’Henri II. Philippe II déclare le tenir pour « ministre commung entre le roy son pere et luy ». Ruy Gómez de Silva, favori du roi d’Espagne, est quant à lui convié à assister à la célébration du mariage à Paris, où il s’est d’ailleurs rendu14.

L’AVÈNEMENT DE FRANÇOIS II : DÉMONSTRATIONS DE FAIBLESSE OU D’AMITIÉ ?

15La mort subite d’Henri II au milieu de la célébration de la paix et des mariages a-t-elle rompu le charme de cet état de grâce ? Si elle n’a pas été sans conséquence, il apparaît que la volonté mutuelle de rapprochement des deux monarchies est sortie renforcée de cette épreuve imposée par les circonstances.

16L’accession de François II au trône s’est tout d’abord accompagnée d’une certaine tension. Elle menaçait de faire s’écrouler tel un château de cartes l’édifice bâti au Cateau-Cambrésis. Sans particulièrement chercher à tirer profit de la situation, la monarchie espagnole a été traversée de doutes et d’inquiétudes. Le nouveau souverain français était jeune et inexpérimenté, et son gouvernement, dominé par les Guise, qui avaient été les fers de lance de la lutte contre les Habsbourg. De plus, ceux-ci étaient les oncles de la nouvelle reine, Marie Stuart, fille de Marie de Lorraine. Cette parenté a fait craindre que l’implication française dans les affaires britanniques ne devienne plus active. Les Guise, tout comme François II, ont cependant affiché une volonté sans équivoque de poursuivre sans modification et sans retard l’exécution du traité.

  • 15 Albe et Ruy Gómez de Silva à Philippe II, Paris, 11 juillet 1559, Epistolario del III duque de Alb (...)

17Les représentants espagnols présents à la cour de France se sont portés garants de ces bonnes intentions. Ils n’ont pourtant pas caché leur préoccupation au sujet de l’Angleterre : le duc d’Albe et Ruy Gómez de Silva ont envoyé un mémoire circonstancié à leur souverain pour l’avertir du risque qu’elle courrait de tomber sous la domination de François II15. Les partisans d’une attitude intransigeante envers la France et de la poursuite du séjour du souverain aux Pays-Bas — sans doute Granvelle et les seigneurs flamands —, l’ont incité à ne pas partir pour la Castille, sous le motif qu’il ne pourrait contenir les velléités offensives de François II et des Guise que de Bruxelles. L’Aubespine a rapporté au cardinal de Lorraine les débats qui se sont alors déroulés à la cour du roi d’Espagne :

  • 16 Lettre du 19 juillet 1559, Négociations relatives au règne de François II, p. 31.

… discourant chacun des mutations et aigreurs à venir, selon passion et l’affection qu’il porte à l’un ou à l’autre, dont ceste cour a été fort travaillée, et le maître mesmes ; et il n’y a pas eu faulte d’hommes mauvais qui ont voulu obstinement rompre le voiage du roy en Espaigne, en lui remonstrant le danger auquel il delaissoit ces Païs-Bas. Mais, Dieu mercy, la confiance est dejà telle entre Leurs deux Majestés et l’opinion si bonne des ministres, que S. M. et vous, monseigneur, le croirez, s’il vous plaist16.

  • 17 Andrea Doria à Juana, Gênes, 28 juillet 1559, AGS, Est. 1388, n° 187, orig. ; Medinaceli, viceroi (...)
  • 18 Philippe II à Albe et Ruy Gómez de Silva, [Gand], 15 juillet 1559, AGS, Est. K 1492, n° 57, minute (...)

18Il y a aussi eu des remous en Italie : au motif qu’il craignait que le Piémont ne soit pas restitué du fait de la mort d’Henri II, le gouverneur du duché de Milan, le duc de Sessa, a interrompu l’exécution du traité et refusé d’effectuer les licenciements de troupes prévus ainsi que le transfert de certains régiments en Sicile en vue d’opérations en Méditerranée17. Les arguments et les mises en garde qui lui ont été adressés ont fait hésiter Philippe II, mais il n’a rien changé ni à son attitude à l’égard de la France ni à son projet de quitter les Pays-Bas. La Castille, avec ses capacités de crédit, avait elle aussi de puissants arguments à faire valoir. Même si le roi a jugé la possibilité d’une attaque contre l’Angleterre digne d’être considérée, il n’a rien dévoilé de ses intentions, se contentant de répondre à Albe et à Ruy Gómez de Silva qu’il fallait prendre garde aux dangers qui lui étaient signalés (« se debe tener mucho miramento sobrello »)18.

  • 19 J. G. de Sepúlveda, Historia de Felipe II, t. IV, p. [36].
  • 20 Le discours tenu par L’Aubespine a été rapporté par Philippe II : « le avía mandado y encargado co (...)
  • 21 L’Aubespine à Montmorency, Gand, 11 juillet 1559, Négociations relatives au règne de François II, (...)

19L’instabilité qui a accompagné le décès brutal d’Henri II s’est rapidement dissipée. Loin de se montrer une quelconque froideur, les souverains ont échangé des gages d’amitié. Le roi, sur son lit de mort, donna tout d’abord un témoignage fervent de son attachement à la paix, demandant solennellement à son fils aîné de s’y montrer fidèle et au Roi Catholique de remplir à l’avenir le rôle de père pour ses enfants19. Deux jours avant sa disparition, survenue le 11 juillet 1559, le Dauphin a fait savoir que, pour obéir à un commandement paternel, mais aussi du fait de son propre « amour » pour le Roi Catholique, il le tiendrait pour « pere et frere » et le traiterait en ami20. Philippe II y a répondu par des témoignages d’affection tout aussi chaleureux. Sébastien de L’Aubespine écrit n’avoir « oncques veu prince plus desolé ni qui ait par effect aussi bien que sa response testifié l’amytié qu’il portoit au roy », ajoutant que le roi d’Espagne l’a aussi prié de faire savoir « au Roy Daulphin et à messieurs du Conseil qu’on le trouveroit le mesmes frere et singulier amy qu’il avoit deliberé d’estre bon et obeissant fils (d’Henri II) »21.

  • 22 A. d’Aubigné, Histoire universelle, t. I, p. 257.
  • 23 Voir par exemple les lettres, toutes semblables, qu’il adressa au duc d’Alcalá, vice-roi de Naples (...)

20Ainsi, François II sollicite de son beau-frère qu’il soit son « tuteur » comme l’écrit Agrippa d’Aubigné22. Encore faut-il comprendre la nature de cette tutelle, qui n’implique pas un droit de regard sur les affaires françaises. C’est une offre qui relève des relations personnelles entre princes. Ce lien revendiqué par le souverain français comporte en fait pour l’un et l’autre des obligations, telles l’assistance militaire ou le conseil pour celui qui tient lieu de père. Philippe II accepte une proposition qui lui est faite. Il fait connaître le vœu formulé par François II dès le milieu du mois de juillet 1559 à l’ensemble de ses représentants dans ses États et dans les cours étrangères23. Il rend public dans toute l’Europe sa volonté de se montrer fidèle à l’amitié qui le lie à François II, renforcée par un engagement personnel contracté par les deux souverains.

  • 24 Lettres de L’Aubespine à François II, 19 mai et 19 juillet 1559, BNF, Fr. 6614, ffos 8-9, orig., e (...)

21Il faut enfin souligner toute l’importance de l’union dynastique conclue par les Habsbourg et les Valois. Symbole par excellence de leur alliance, elle a largement contribué à rendre leurs relations plus cordiales. Sébastien de L’Aubespine, en mai 1559, se réjouit de voir que grâce à ce mariage « les deux excellentes maisons forment un corps » ; et Philippe II, quelques mois plus tard, le qualifie de « digne et propre instrument pour nourrir l’amitié entre les deux rois »24.

22La logique des relations politiques et personnelles entre souverains apparaît comme le ciment de la mise en œuvre de la paix. Leur volonté mutuelle d’apaisement, des liens dynastiques et des témoignages toujours renouvelés d’un attachement des rois à leur amitié constituent les piliers d’un nouveau mode de relation diplomatique.

II. — LES LEÇONS DE L’EXÉCUTION DU TRAITÉ

MÉFIANCE, ESPRIT DE REVANCHE ET COUPS FOURRÉS

23L’esprit de conciliation relevé dans le discours et dans des actes symboliques a-t-il trouvé une traduction pratique ? L’application des clauses territoriales du traité du Cateau-Cambrésis peut permettre de le vérifier. À la fin des pourparlers, la question avait seulement été réglée dans les grandes lignes. Philippe II disposait d’un mois pour fournir des otages et Henri II devait évacuer le premier les territoires cédés, dans un délai semblable ; le roi d’Espagne avait ensuite un mois pour faire de même et permettre la libération des otages. Ainsi l’application devait-elle, précisait l’article 43 du traité, avoir lieu en juin et juillet 1559 et durer quelques semaines seulement. La mise en œuvre de ces mesures, dont les conditions ont été fixées de manière plutôt générale et imprécise, a fait l’objet de vives résistances.

  • 25 Lettre au duc de Sessa, 27 juin 1559, AGS, Est. 1210, n° 87. Sur les dispositions du traité, voir (...)
  • 26 Voir les actes de remise entre les mains de représentants du roi d’Espagne de Damvilliers le 14 ju (...)

24Dès l’origine, le processus a pris du retard. Henri II mit trop de temps à envoyer des députés à Bruxelles pour assister à la prestation de serment et à proposer une liste d’otages, estima Philippe II25. Lorsque le duc d’Albe, Orange et Egmont sont parvenus aux confins de son royaume, vers le milieu du mois de juin 1559, le gouvernement français a enclenché le processus de restitution. Il ordonna aux troupes de se retirer des terres cédées à la frontière avec les Pays-Bas. La mesure prit effet immédiatement : presque toutes les places ont été officiellement abandonnées entre les 14 et 17 juin 1559. Pourtant, son application s’est effectuée dans un contexte qui n’avait rien de serein. Les autorités du Luxembourg firent preuve de nervosité et d’empressement. Les troupes françaises n’avaient pas été payées et leur meilleure garantie de l’être était de faire pression sur le gouvernement avant leur licenciement ; leurs capitaines, dont la vocation était de protéger la frontière, n’ont montré aucun enthousiasme à obéir aux ordres. Il n’y a néanmoins eu de conflit ouvert qu’à Thionville. La ville refusa d’ouvrir ses portes, prétextant de n’avoir reçu aucune instruction officielle. Le gouverneur du Luxembourg, le comte de Mansfeld, menaça d’employer la force. Il ne fallut cependant qu’une dizaine de jours pour faire céder la garnison26.

  • 27 Sur leur restitution, voir F. de Boyvin du Villars, Mémoires, pp. 323-353 ; R. Cantagalli, La guer (...)
  • 28 AGS, Est. 1210, n° 87. Pour les lettres patentes d’Henri II ordonnant la restitution des États sav (...)

25En Italie, les réactions à l’abandon des conquêtes françaises ont été autrement plus passionnelles27. Henri II ordonna manifestement de restituer ses possessions toscanes vers le milieu du mois de juin, et la Savoie et le Piémont le 2 juillet 1559. On attendit sans doute, dans le second cas, la signature du contrat de mariage entre Emmanuel-Philibert et Marguerite de France, le 28 juin — le traité permettait même d’attendre la consommation. Philippe II pensait qu’Henri II suivrait cette disposition, comme il l’écrivit au duc de Sessa le 27 juin 155928. Dans le cas de la Corse, la ratification génoise n’a pas donné toute satisfaction. Elle ne mentionnait pas l’amnistie accordée à ceux qui avaient défendu la cause du Roi Très Chrétien, était signée par simple notaire, et le sceau de la République ne semblait pas authentique. Il fallut dresser un nouvel acte, qui parvint à Paris le 4 juin.

  • 29 Voir les instructions envoyées à Brissac (BNF, Fr. 3150, f° 58).

26Les mêmes problèmes se sont manifestés partout dans les trois espaces qui viennent d’être invoqués, et tout d’abord des difficultés d’ordre logistique. En Piémont, Brissac devait veiller au démantèlement des forteresses29 : il revenait au gouverneur d’apprécier comment mener cette tâche à bien, en s’attaquant d’abord aux fortifications les plus récentes, réalisées depuis le règne de François Ier. Or, il n’a disposé d’aucune aide locale — les habitants ne voulaient pas collaborer à la destruction des défenses de leurs propres cités. On dut avoir recours à quatre cents paysans du Dauphiné. En Toscane et en Corse, la France n’avait pas à sa disposition suffisamment de galères pour le transport de l’artillerie, des munitions et des soldats. L’assistance des Génois a été nécessaire.

27En second lieu, le comportement des troupes n’a pas été exemplaire, loin s’en faut. Parce qu’elles exigeaient d’être payées avant leur démobilisation ou leur transfert, mais aussi parce que la guerre était leur gagne-pain et qu’elles vivaient la fin de l’aventure italienne comme une tragédie, elles ont freiné le processus de restitution. Outre les habituelles exactions des garnisons sans solde, des mutineries ont éclaté ou ont été sur le point d’éclater en de nombreux endroits. À Grossetto, dans la république de Sienne, le soutien de troupes espagnoles a même été nécessaire pour évacuer la place.

  • 30 Michel de Seure et Jean Hurault, sr de Boistaillé — envoyés du roi chargés de la remise de la Cors (...)

28Enfin, les représentants de l’autorité royale ainsi que les anciens alliés d’Henri II ont manifesté leur mécontentement. Si les seconds se sont contentés de manœuvres diplomatiques, les premiers se sont parfois ouvertement opposés à la cour. Corneglio Bentivoglio, lieutenant du roi dans les terres siennoises, a gagné du temps, surtout pour obtenir des avantages pour lui-même. Le lieutenant d’Henri II en Corse, Giordano Orsini, a voulu exposer en personne sa vision des choses. Il souhaitait manifestement prouver qu’il était toujours possible de compter sur l’appui des Corses, regroupés derrière Sampiero Corso, qui s’opposaient à la domination génoise. Le renoncement à toute présence dans l’île lui paraissait déshonorant et peu justifié. On l’arrêta à quelques kilomètres de Paris : le roi refusa catégoriquement de l’écouter30.

  • 31 « Dixóme que entendiesse que lo havían diferido por falta de dinero. El condestable dizeme siempre (...)

29Alors qu’il luttait pied à pied contre les troupes milanaises depuis 1550, où s’étaient aguerris à ses côtés nombre de nobles français, le comte de Brissac était chargé de mener à bien l’évacuation du Piémont. Autant dire qu’il est animé d’un puissant esprit de revanche. Il s’est employé avec ardeur au démantèlement des fortifications. Certaines villes, telle Moncalieri, ont même entièrement été rasées. Ce zèle destructeur n’a pas manqué d’exaspérer le duc de Savoie et de susciter les plaintes du camp espagnol. Même s’il n’était pas concerné directement par les restitutions en Italie, celui-ci entendait veiller de près à leur exécution. Dès son arrivée à Paris au milieu du mois de juin, le duc d’Albe a relayé avec ardeur le mécontentement de son souverain, provoqué par les exactions des troupes françaises et par le retard de l’exécution du traité dans la Péninsule. Le duc de Sessa, dans le duché de Milan, s’impatientait lui aussi et s’étonnait à la mi-juin qu’aucun territoire n’ait encore été restitué. Montmorency alléguait le manque d’argent et il n’a guère lieu de mettre ses paroles en doute31.

  • 32 Sessa à Philippe II, Milan, 6 et 13 août 1559, AGS, Est. 1210, nos 210 et 216, orig.
  • 33 Voir Figueroa à Philippe II, 29 août 1559, AGS, Est. 1388, n° 22, orig. ; Arbizu à Figueroa, Bonif (...)

30Malgré toutes les difficultés et les résistances évoquées, l’application du traité s’est déroulée dans un laps de temps relativement bref — le délai d’un mois fixé au Cateau-Cambrésis était irréaliste. Un envoyé du roi, Jean Ébrard de Saint-Sulpice, arriva dans la république de Sienne le 9 juillet 1559. Il lui fallut un mois pour mener à bien la rude tâche d’évacuer les troupes malgré l’opposition de la population et des soldats eux-mêmes. Finalement, le gouverneur de Sienne put entrer dans Montalcino le 4 août. Après avoir reçu un ordre formel de la cour le 22 juillet, Brissac rendit Valenza au gouverneur de Milan le 31 juillet, les terres du Montferrat au duc de Mantoue le 2 août et les places piémontaises au duc de Savoie au milieu du mois d’août32. En Corse, comme on l’a vu, les manœuvres génoises puis le baroud d’honneur de Giordano Orsini ont différé la restitution jusqu’en septembre. Elle se déroula sans accroc, selon Diego de Arbizu, secrétaire de l’ambassadeur de Philippe II auprès de la république génoise, qui a veillé au bon déroulement des opérations33.

  • 34 « … questi signori Francesi ne hanno trattenuto a Frassineto tre giorni con tante cavilationi et c (...)

31Ainsi, le gouvernement français a effectué assez rapidement ce à quoi il s’était engagé, malgré le décès d’Henri II. Assurément, le roi aurait souhaité éviter nombre de manifestations de mécontentement et de mauvaise volonté. Celles-ci ont suscité une certaine rancœur chez ceux qui auraient dû se réjouir : lorsque Brissac commence à exécuter le traité, Philippe II continue à se plaindre de lui. De même, Alessandro Gonzaga, qui devait prendre possession du Montferrat au nom du duc de Mantoue, fait part de son aigreur à propos d’un fort situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’Ivrea : « ces seigneurs français ont retenu trois jours Frassinetto par autant d’ergoteries et d’inventions qu’il est possible »34.

32L’autorité royale était cependant encore assez forte pour imposer des décisions très impopulaires au sein de la noblesse et de l’armée. Elle a préféré hâter l’exécution du traité, au besoin en précipitant les choses. La place d’Ivoix a été à peine démolie, faute de temps ; Brissac n’a pu achever son œuvre de destruction en Piémont. Surtout, les troupes, lorsqu’elles ont été payées, n’ont reçu qu’une partie de ce qui leur était dû. Aussi de violentes mutineries ont-elles éclaté dans les cinq places demeurées françaises en Piémont, où avaient été regroupés les régiments qui n’avaient pas été licenciés.

33Si elle avait nettement moins de terres à restituer, la monarchie espagnole a connu des problèmes exactement semblables. Philippe II les a cependant arbitrés différemment, en retardant l’échéance. Ainsi l’abandon des places du Vermandois a-t-il donné lieu à une épreuve de force de plusieurs mois.

  • 35 « V. M. crea que debaxo de tierra querríamos buscar todos el dinero necessario para despedir la ge (...)
  • 36 Marguerite de Parme à Philippe II, Bruxelles, 8 décembre 1559, Correspondance de Marguerite d’Autr (...)

34Le premier obstacle à lever était, comme dans le camp français, d’ordre pratique et financier. Les troupes cantonnées à Saint-Quentin, Le Catelet et Ham n’avaient pratiquement pas été payées depuis qu’elles s’y étaient installées en 1557. Même s’il ne l’avoua pas officiellement, le gouvernement espagnol craignait de devoir faire face à des mutineries au moment de leur évacuation. Il se montrait très soucieux d’éviter des troubles et de ménager l’honneur de Philippe II. Les princes allemands, entre autres, qui fournissaient une part importante des effectifs de ses armées, ne devaient pas avoir de motif de se plaindre. Aussi n’y eut-il aucune précipitation. Le 25 juin 1559, les soldats de Saint-Quentin n’avaient toujours pas été mis en courant de leur prochain licenciement. Granvelle écrivit que l’on était prêt à chercher de l’argent jusque « sous terre » pour l’effectuer35. Faute d’y parvenir, la situation a continué à empirer au fil des mois. Les exactions des troupes sur la population, flamande comme française, se sont poursuivies. Parmi leurs faits d’armes, le plus retentissant a été une sortie de la garnison de Damvilliers pour aller piller Verdun36.

  • 37 Philippe II à Sessa, Groenendael, [fin] juin 1559, AGS, Est. 1210, n° 87. L’Aubespine rapporte cet (...)
  • 38 R. Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse, pp. 48-53 ; Sessa à Philippe II, 27 oct (...)

35Au-delà de ces problèmes réels, la mauvaise volonté à rendre des conquêtes de guerre a été aussi manifeste que du côté français. Elle a pris dans la monarchie espagnole et chez ses alliés un caractère plus procédurier. En juin 1559, Philippe II avait ordonné qu’une fois effectuée la restitution des conquêtes françaises en Italie, Sessa enverrait immédiatement au gouvernement des Pays-Bas une certification officielle ; les troupes stationnées dans les places du Vermandois mais aussi en Piémont et en Montferrat seraient alors évacuées37. Cette décision avait pour but d’accélérer les choses, mais a eu un effet inverse. Les Génois, estimant que le roi d’Espagne s’impliquait excessivement dans la restitution de la Corse, ont refusé pendant plusieurs semaines de fournir un acte selon un modèle fourni par Figueroa, ambassadeur auprès de la République ; Sessa le reçut néanmoins avant la fin du mois d’octobre. Quant au duc de Savoie, comme il revendiquait la possession de places mineures, il refusa de reconnaître que le roi de France avait accompli le traité tant qu’il n’aurait pas obtenu satisfaction. Le gouverneur du duché de Milan en rendit compte le 27 octobre. Il reconnaissait que les Français avaient achevé toutes les restitutions territoriales auxquelles ils étaient tenus en Italie. Mais il n’avait toujours pas d’attestation officielle pour les terres savoyardes et dut attendre encore plusieurs semaines pour l’obtenir38. Peut-être Emmanuel-Philibert attendit-il l’évacuation des troupes espagnoles de ses États pour la fournir, usant des moyens qui étaient à sa disposition pour reprendre le contrôle du duché de ses ancêtres ?

  • 39 Saulny, Ennery, Malroy, Trémery, Ay-sur-Moselle, Flévy, Argancy, Servigny-lès-Sainte-Barbe, au nor (...)
  • 40 C’est le sentiment de Chantonnay (voir sa lettre à Philippe II du 2 janvier 1560, Negociaciones co (...)
  • 41 Lettres de Granvelle à Marguerite de Parme et à Philippe II des 2 et 5 septembre 1559, AGR, Aud. 4 (...)

36Le gouvernement des Pays-Bas a lui aussi opposé des résistances fondées sur des prétentions territoriales. L’évacuation de Saint-Quentin, du Catelet et de Ham était, après le départ de Philippe II pour la Castille en août 1559, de sa responsabilité. Il a affiché une ferme résolution de ne pas s’exécuter tant que le roi de France n’aurait pas cédé un certain nombre de petites places. Le traité établissait que toutes les conquêtes réalisées depuis 1551 devaient être abandonnées, mais il ne permettait pas un tel marchandage. Même si les prétentions flamandes étaient fondées en droit, ce genre de litiges de frontières — de « limites » —, donnait généralement lieu à des conférences particulières. Le traité de paix fait allusion aux « differendz qui ont esté cy devant mis en avant entre lesd. sr princes tant sur les limittes que autres », précisant qu’ils « n’ont esté vuydez » et que leur « esclaircissement ne sera pris par ce present traicté » (art. 11 et 17). Les lieux en question étaient tout d’abord un ensemble de villages aux confins du duché du Luxembourg et de l’évêché de Metz39. Les contestations, plutôt fondées, portaient aussi sur la place de Lumes. Un des premiers faits d’armes des troupes d’Henri II en 1551 avait été de la détruire, car elle constituait un repaire de nobles en rupture de ban qui se livraient au brigandage : « un vray magazin et boutique de bannis et essoreillez (marauds) », selon François de Rabutin. Il s’agissait donc, pour les gouvernants français, d’empêcher que ce nid de malfaiteurs pût renaître de ses cendres. Sa proximité de la citadelle de Mézières expliquait aussi pourquoi, côté français, on ne souhaitait pas la remettre à ses anciens possesseurs40. Ces revendications sur Lumes et quelques villages ont été défendues avec ardeur par les nouveaux dirigeants des Pays-Bas : Marguerite de Parme, sœur illégitime de Philippe II, qui avait obtenu la charge de gouvernante générale après le départ d’Emmanuel-Philibert et était arrivée à Bruxelles le 28 juillet 1559, assistée principalement de Granvelle. Qui plus est, l’un et l’autre ont refusé de prendre la moindre initiative tant que Sessa n’aurait pas envoyé de certification41.

  • 42 Lettre à Marguerite de Parme du 2 septembre 1559, AGR, Aud. 420, ffos 202-204, orig.
  • 43 Lettre à Brissac du 18 novembre 1559, BNF, NAF 1234, f° 46r°-v°.

37Dans de telles conditions, le gouvernement de François II a affiché de plus en plus clairement son mécontentement. Le jeune roi était malmené alors qu’à son avènement il devait, comme ses pairs, démontrer sa puissance et ses qualités de souverain. Il disposait d’un moyen de pression : rappeler les otages, qui, à titre gracieux, avaient rapidement été renvoyés à la cour de Bruxelles. Au mois de septembre, le roi de France demanda au prince d’Orange et à Egmont de venir assister à son sacre. Les seigneurs flamands ont été obligés de s’exécuter. Granvelle ne voyait pas d’objection pour s’opposer à la requête du roi de France42. À la fin du mois de septembre, les Français avaient, dans les faits, accompli les principales conditions du traité ; ils se sont impatientés de plus en plus des lenteurs de l’autre camp. Sessa et Marguerite de Parme étaient pointés du doigt. François II, estimant être bien mal payé de son attitude conciliante, jugeait leur conduite « malseante »43.

  • 44 François II à Orange, Blois, 2 décembre 1559, AGR, Aud. 427/1, f° 174 ; le cardinal de Lorraine à (...)
  • 45 Voir Chantonnay à Philippe II, 2 janvier 1560, Negociaciones con Francia, t. I, pp. 145-146, et le (...)
  • 46 Marguerite de Parme à Philippe II, Bruxelles, 6 et 18 janvier 1560, Correspondance de Marguerite d (...)

38Au début du mois de décembre, comme les plaintes n’avaient porté aucun effet, le roi usa de la menace. Il parla de faire revenir les otages, Albe à Bayonne, puisqu’il avait suivi Philippe II, et Orange et Egmont à Péronne44. Au même moment, les gouvernants flamands reçurent la certification de Sessa. Ils décidèrent néanmoins de conserver Le Catelet comme gage de la restitution des villages frontaliers. François II accepta la remise de Lumes à ses anciens seigneurs et reconnut que Saulny appartenait au Luxembourg ; il ne donna cependant pas suite aux autres demandes, d’autant que Mansfeld, trop empressé, avait inclus dans la liste expédiée à la cour de Bruxelles des lieux qui ne pouvaient faire l’objet d’aucun litige45. Cette épreuve de force s’est achevée au milieu du mois de janvier, quand Marguerite de Parme reçut un ordre formel de Philippe II et renonça à camper sur ses positions. La gouvernante générale affirma qu’elle s’était comportée de telle sorte que la réputation de Philippe II fût sauve, car, avec le rappel des otages, « l’on eust peu dire qu’ilz se faisoient faire lad. restitution (du Catelet) quasi par force et sans satisfaire de leur coustel » ; la cession de Saulny permettait cependant de lever cet obstacle : « comme en cecy lesd. François avoient fleschy […], il semble que l’on leur povoit complaire de lad. restitution du Chastellet »46.

39Au cours des dix mois nécessaires pour exécuter l’essentiel du traité, de fortes rancœurs se sont exprimées au grand jour. L’abandon de la plupart des conquêtes réalisées par François Ier et Henri II a été particulièrement mal ressenti dans les rangs français. La mauvaise volonté manifestée par les représentants du roi d’Espagne dans le duché de Milan et aux Pays-Bas montre qu’ils continuent à voir la monarchie voisine plus comme une rivale que comme une alliée. Faut-il considérer de ce fait que les relations entre les deux cours ont rapidement perdu de leur cordialité ?

UN CLIMAT D’APAISEMENT MALGRÉ LES TENSIONS

40À aucun moment, entre le printemps 1559 et le mois de janvier 1560, la ferme volonté de chaque souverain d’appliquer le traité semble n’avoir faibli. Au contraire, l’un et l’autre ont constamment veillé à sa bonne exécution, tentant de lever les obstacles qu’elle a rencontrés.

  • 47 Article 27 du traité du Cateau-Cambrésis (infra, pp. 207-208) ; Diane de Poitiers à Montmorency, [ (...)

41La cour de France s’y est employée tout particulièrement. Non seulement elle désavoue l’attitude de Brissac, mais accorde à plusieurs reprises de nouvelles concessions à Emmanuel-Philibert, avec le souci manifeste de se concilier un duc de Savoie à nouveau maître de ses États. Que la conduite des affaires dépende de Montmorency ou, après la mort d’Henri II, du cardinal de Lorraine et du duc de Guise, l’orientation politique ne change pas. S’ils attaquent Marguerite de Parme et le duc de Sessa, les dirigeants français cherchent à satisfaire Philippe II autant que possible. Ainsi, le voyage d’Élisabeth de Valois vers son époux, s’il s’est effectué avec lenteur — la reine n’atteint la frontière que le 31 décembre —, ne semble pas avoir été sciemment retardé. On ne l’a pas utilisé comme moyen de pression pour accélérer les restitutions territoriales. De même, le montant de la dot a été versé dans des délais très brefs. Les difficultés financières étaient pourtant considérables à l’heure de licencier les troupes. Suivant le traité, le premier versement des 400 000 écus ne devait être effectué qu’après la consommation du mariage. Diane de Poitiers note d’ailleurs que les Français étaient « les plus empeschez du monde à trouver argent pour le mariage de la royne d’Espaigne ». On a pourtant accédé au vœu de Philippe II, souhaitant recevoir la somme avant son départ pour la Castille47.

  • 48 Voir respectivement les lettres de Philippe II à Egmont et au duc de Sessa des 7 octobre et 27 jui (...)
  • 49 Philippe II à Figueroa et à Sessa, [Bruxelles], 24 avril 1559, AGS, Est. 1388, n° 121, et Est. 518 (...)
  • 50 Voir les lettres qu’il envoie à Albe et à Ruy Gómez le 7 août 1559, et à Chantonnay le 16 avril 15 (...)

42En aucun cas le Roi Catholique n’a voulu donner l’impression d’être moins disposé à appliquer l’accord de paix. Il ne manque aucune occasion d’affirmer son souhait que l’acte « s’observe de poinct en poinct », afin que chacun voit qu’il se comporte en cela avec sincérité : « porque se vea y entienda por todos la verdad y synceridad con que tratamos »48. Deux semaines à peine après la signature du traité, il écrit à Sessa et à Figueroa pour les informer de sa teneur. Il fait savoir au gouverneur du duché de Milan que, sans attendre que les Français aient débuté le retrait de leurs troupes, il doit préparer l’évacuation des garnisons soumises à son autorité49. Il ne manque pas non plus d’appeler ses représentants à hâter les choses. Ainsi, il s’attache à respecter à la lettre un engagement pris en marge de l’accord : obtenir un soutien génois pour l’évacuation de l’artillerie se trouvant en Corse si la flotte française ne peut s’acquitter de cette tâche. Il se sent donc offensé lorsqu’en mars 1560 il apprend que Catherine de Médicis a fait allusion à la mauvaise volonté qu’il aurait témoignée lors de l’exécution du traité50.

  • 51 Le cardinal de Lorraine à L’Aubespine, 25 juillet 1559, Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p (...)
  • 52 Granvelle à Marguerite de Parme, Anvers, 2 septembre 1559, AGR, Aud. 420, ffos 202-204, orig. (d’o (...)

43L’issue des conflits précédemment évoqués corrobore ces constats. S’il y a, par exemple, quelques fausses notes à propos des otages désignés par Philippe II, les incidents sont étouffés dans l’œuf. Les rois de France font preuve de générosité à leur égard en ne les contraignant pas à résider en permanence auprès d’eux. Toutes leurs décisions démontrant plus de fermeté ont cependant systématiquement donné lieu à des manifestations de mécontentement. Un premier incident a été provoqué par le duc d’Albe au mois de juillet 1559. Sous le motif que l’avènement de François II créait une certaine instabilité, on tranche qu’il doit demeurer auprès de lui alors que le prince d’Orange et Egmont peuvent revenir aux Pays-Bas. Le grand d’Espagne affiche sa mauvaise humeur et demande à être lui aussi libéré de ses obligations. Il n’est cependant pas soutenu à la cour. Deux membres éminents du Conseil, Antonio de Toledo et Granvelle, et même Philippe II, désapprouvent sa conduite, tout en tentant d’excuser le duc51. De même, lorsqu’au mois de septembre, le prince d’Orange et Egmont sont rappelés par François II, le second cherche à se défiler. Ni Marguerite de Parme ni Granvelle ne jugent la requête du seigneur flamand légitime, car « les François sont passés si outre en l’accomplissement du traicté et franchement », note le ministre, et parce qu’Henri II « a usé de courtoisie » à l’égard d’Egmont52.

44Ainsi, la bonne volonté manifestée en toute occasion par la cour de France est reconnue et, côté espagnol, on se sent obligé d’y correspondre. Même s’il approuve la défense de ses droits sur les villages situés aux confins du duché de Luxembourg, Philippe II commande finalement à Marguerite de Parme de restituer Le Catelet sous le motif que François II lui a largement donné des gages de bonne volonté et mérite sa confiance. Ainsi déclare-t-il vouloir donner satisfaction au roi de France pour plusieurs raisons :

  • 53 Philippe II à Marguerite de Parme, Tolède, 28 décembre 1559, Correspondance de Marguerite d’Autric (...)

(parce qu’) il m’avoit donné occasion de me confyer en choses trop plus grandes ; que je recognoissoye bien la courtoisie dont avoit usé envers mes hostaiges ; que les choses estoient venues (graces à Dieu) entre nous deux en amitié et allyance si estroicte que nous n’aurons jamais faulte de bon compte ne de recognoistre chascun de sa part la raison telle qu’il debvra53.

  • 54 « … le dixe riendo que sería justo pedir las costas que se avían hecho en la guarda de aquellas tr (...)

45Ce sont donc des assauts de courtoisie qui constituent l’épilogue des tensions qui se sont manifestées lors de l’application du traité. L’ambassadeur Thomas Perrenot de Chantonnay parvient même à amuser Catherine de Médicis en se demandant s’il ne revenait pas au roi de France de payer les garnisons qui étaient demeurées, par sa faute, dans les places du Vermandois54

  • 55 Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, p. 669.

46On perçoit de manière nette un fort scepticisme quant au rapprochement entre les deux monarchies. Nombre des conseillers du roi d’Espagne, surtout, se montrent réservés dans les démonstrations d’amitié. Ainsi Granvelle regrette-t-il en décembre 1559 de devoir restituer Saint-Quentin et Ham sans avoir d’assurance à propos des villages revendiqués par le gouvernement des Pays-Bas. Selon lui, sans ce frein, les Français élèveront le ton55. Les tensions qui se manifestent au cours de l’exécution de l’accord n’ont cependant donné lieu à aucune crise ; leur issue prouve plutôt la volonté des deux gouvernements de les régler à l’amiable. Ils sont capables de trouver un terrain d’entente pour ne porter aucune atteinte à la paix nouvellement signée.

  • 56 Lettre du 9 avril 1559, BNF, NAF 25118, f° 34, orig.
  • 57 A. Álvarez-Ossorio Alvariño, « El duque de Sessa », pp. 507-508.

47L’alliance entre la monarchie espagnole et la France, telle qu’elle est négociée puis expérimentée au cours de l’application du traité, repose avant tout sur un choix politique, celui d’éviter tout nouveau conflit et de régler les différends par un recours à la diplomatie. De part et d’autre, les gouvernants tentent de mettre en place une relation fondée sur la stabilité. Bien plus, le retour de la paix est conçu, au XVIe siècle, comme une réconciliation et une restauration de l’amitié entre les princes et leurs sujets. « Notre Seigneur, dans sa bonté, nous a donné une sainte paix et sincere reconciliation », écrit Montmorency au baron de Fourquevaux, gouverneur de Narbonne56. C’est ainsi que les gouvernants espagnols et français souhaitent le faire apparaître, même si beaucoup demeurent incrédules. Pour le gouverneur du duché de Milan, le traité de paix ne peut être que temporaire et ne constitue qu’un intermède avant le déclenchement d’un nouveau conflit, ce qui était l’hypothèse la plus probable57. La concorde retrouvée s’affiche néanmoins au grand jour. Son expression la plus convaincante réside dans le renforcement des liens personnels entre les souverains. Les engagements qu’ils prennent les uns envers les autres conditionnent en premier lieu la tonalité des relations entre monarchies, alors caractérisées par leur courtoisie.

Notes

1 B. Haan, L’amitié entre princes ; K. Oschema, Freundschaft und Nähe im spätmittelalterlichen Burgund, notamment pp. 270-280 ; K. Oschema (éd.), Freundschaft oder « amitié » ? Sur les rites et les pratiques de paix et leur efficacité, voir C. Gantet, La paix de Westphalie (1648), et N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge.

2 « … de aquí en adelante los franceses han de ser tratados como amigos nuestros ay y en todas partes » ([Philippe II] à don Alfonso de la Cueva, Bruxelles, 4 avril 1559, AGS, Est. 1210, n° 122, minute).

3 N. M. Sutherland, The massacres of St. Bartholomew and the European conflict, pp. 4 sq., et V. Vázquez de Prada, Felipe II y Francia, pp. 107-116.

4 « … dezían que quando se concluyó la paz, V. M. y el Rey Christianísimo havían partido el mundo, y que V. M., que tuvo la elección, tomó lo de Italia, y el Christianísimo lo de Inglaterra ». Voir les dépêches d’Albe de la mi-juin 1559 (Negociaciones con Francia, t. I, p. 16) et de García Hernández du 22 juillet (AGS, Est. 1323, n° 264, orig.).

5 M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 488 sq. ; É. Durot, « Le crépuscule de l’Auld Alliance ».

6 Charles Quint à Henri II, Yuste, 17 septembre 1557, Abbé Marchand, « Documents pour l’histoire du règne de Henri II », pp. 568-569 ; C. de Linas, « Renvoy de l’ordre de France de Mgr. Saint-Michel par S. M. l’empereur Charles cinquième » ; Henri II à Charles Quint, Villers-Cotterêts, 15 juillet 1558, BNF, Fr. 6604, f° 18, minute.

7 J. Du Bellay, « Les tragiques regrets de Charles V. empereur » (la citation est à la p. 336).

8 L’Aubespine à Henri II, Bruxelles, 13 mai 1559, BNF, Fr. 6614, f° 8v°, orig.

9 L’Aubespine à Montmorency, Bruxelles, 13 mai 1559, ibid., f° 10r°, orig.

10 Mémoire remis à Philippe II en septembre ou en octobre 1558, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 226.

11 L’Aubespine à Henri II, Bruxelles, 19 mai 1559, BNF, Fr. 6614, f° 36r°, orig.

12 J. de Vandenesse, Journal des voyages du roi Philippe II, t. IV, pp. 66-68.

13 Voir Saint-André à Henri II, Bruxelles, 3 mai 1559, BNF, NAF 7715, ffos 62-65 ; programme des fêtes pour le mariage d’Élisabeth de Valois, [début juin 1559], BNF, Fr. 15872, ffos 86-87 et 88, minutes ; Albe, Orange et Egmont à Philippe II, Paris, 16 juin 1559, AGS, Est. K 1643, n° 24 (d’où sont tirées les citations) ; et deux documents donnant des précisions quant aux suites du duc d’Albe et du comte d’Egmont, BNF, Fr. 15872, f° 85, et Fr. 6619, f° 272.

14 L’Aubespine à Montmorency, Bruxelles, 19 et 23 mai 1559, BNF, Fr. 6614, ffos 34-35 et 39r° (d’où est extraite la citation), orig.

15 Albe et Ruy Gómez de Silva à Philippe II, Paris, 11 juillet 1559, Epistolario del III duque de Alba, t. I, pp. 509-512 ; avis du duc d’Albe, Paris, 11 juillet 1559, Negociaciones con Francia, t. I, pp. 20-24.

16 Lettre du 19 juillet 1559, Négociations relatives au règne de François II, p. 31.

17 Andrea Doria à Juana, Gênes, 28 juillet 1559, AGS, Est. 1388, n° 187, orig. ; Medinaceli, viceroi de Sicile, à Sessa, 27 juillet 1559, AGS, Est. 1210, n° 236 ; Sessa à Philippe II, Milan, 6 août 1559, AGS, Est. 1210, n° 210, orig.

18 Philippe II à Albe et Ruy Gómez de Silva, [Gand], 15 juillet 1559, AGS, Est. K 1492, n° 57, minute ; M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 502-503 ; A. González de Amezúa y Mayo, Isabel de Valois, reina de España, t. I, p. 69.

19 J. G. de Sepúlveda, Historia de Felipe II, t. IV, p. [36].

20 Le discours tenu par L’Aubespine a été rapporté par Philippe II : « le avía mandado y encargado con mucho encarescimiento que me tuviesse por padre y guardasse comigo el respecto y amistad que con él tenía… » ; il en va de même de l’engagement pris par François II : « él queriendo cumplir lo que su padre le avía encargado y también movido del amor que me tenía, me certificasse de su parte que me ternía en lugar de padre y hermano y conservaría el amistad que comigo su padre avía tenido… » (Philippe II à Álvaro de la Quadra, ambassadeur auprès de la reine d’Angleterre, Gand, 12 juillet 1559, AGS, Est. K 1492, n° 53, minute).

21 L’Aubespine à Montmorency, Gand, 11 juillet 1559, Négociations relatives au règne de François II, p. 2.

22 A. d’Aubigné, Histoire universelle, t. I, p. 257.

23 Voir par exemple les lettres, toutes semblables, qu’il adressa au duc d’Alcalá, vice-roi de Naples, à Figueroa, ambassadeur auprès de la république de Gênes, et au duc de Sessa, les 13 et 14 juillet 1559 (AGS, Est. 1049, n° 89, Est. 1388, n° 115, et Est. 1210, n° 69, minutes).

24 Lettres de L’Aubespine à François II, 19 mai et 19 juillet 1559, BNF, Fr. 6614, ffos 8-9, orig., et Négociations relatives au règne de François II, p. 23.

25 Lettre au duc de Sessa, 27 juin 1559, AGS, Est. 1210, n° 87. Sur les dispositions du traité, voir infra, p. 213.

26 Voir les actes de remise entre les mains de représentants du roi d’Espagne de Damvilliers le 14 juin 1559, de Mariembourg et d’Ivoix le 15 juin, et de Montmédy le 17 juin (AN, J 674, respectivement nos 10, 8bis, 9bis et 11), ainsi qu’A. de Ruble, Le traité du Cateau-Cambrésis, pp. 215-219.

27 Sur leur restitution, voir F. de Boyvin du Villars, Mémoires, pp. 323-353 ; R. Cantagalli, La guerra di Siena, pp. 524-525 ; R. Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse, pp. 25-52 ; L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, t. II, pp. 373-375, 424-430 et 434-438 ; et A. de Ruble, Le traité du Cateau-Cambrésis, pp. 34-50 et 57-70.

28 AGS, Est. 1210, n° 87. Pour les lettres patentes d’Henri II ordonnant la restitution des États savoyards, voir J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. V (1), p. 52.

29 Voir les instructions envoyées à Brissac (BNF, Fr. 3150, f° 58).

30 Michel de Seure et Jean Hurault, sr de Boistaillé — envoyés du roi chargés de la remise de la Corse aux Génois — au duc de Guise, Marseille, 8 août [1559], BNF, Fr. 15872, ffos 141-142, orig. ; Chantonnay à Philippe II, Paris, 16 août 1559, Negociaciones con Francia, t. I, p. 49.

31 « Dixóme que entendiesse que lo havían diferido por falta de dinero. El condestable dizeme siempre gran pobreza que tienen… » note le duc d’Albe avec un dédain teinté de scepticisme. Voir L’Aubespine à Henri II, Bruxelles, 1er juin 1559, BNF, Fr. 6614, ffos 23-26, orig. ; Sessa à Philippe II, Milan, 14 juin 1559, AGS, Est. 1210, n° 249, orig. ; Albe à Philippe II, Paris, 26 juin 1559, AGS, Est. K 1492, n° 43, orig. (pour la citation) ; et Albe et Ruy Gómez de Silva à Philippe II, Paris, 22 juillet, Negociaciones con Francia, t. I, pp. 37-38.

32 Sessa à Philippe II, Milan, 6 et 13 août 1559, AGS, Est. 1210, nos 210 et 216, orig.

33 Voir Figueroa à Philippe II, 29 août 1559, AGS, Est. 1388, n° 22, orig. ; Arbizu à Figueroa, Bonifacio, 19 septembre 1559, MAE, MD, Espagne 290, ffos 125r°-127r°, copie coll. ; le doge de Gênes à Philippe II, Gênes, 27 septembre 1559, AGS, Est. 1388, n° 91, orig. ; et la lettre expédiée par Giordano Orsini de Marseille le 27 septembre 1559, BNF, Fr. 20453, f° 307, orig.

34 « … questi signori Francesi ne hanno trattenuto a Frassineto tre giorni con tante cavilationi et cianze che non si potria dir de più » (Alessandro Gonzaga — fils illégitime de Federico, de la branche des Gonzaga di Bozzolo — à Sessa, Casal, 2 août 1559, AGS, Est. 1210, n° 226).

35 « V. M. crea que debaxo de tierra querríamos buscar todos el dinero necessario para despedir la gente y entretener estos Estados » (lettre à Philippe II du 25 juin 1559, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, p. 607). Sur les difficultés rencontrées par Sessa pour payer les troupes de Milan, voir A. Álvarez-Ossorio Alvariño, « El duque de Sessa », pp. 490-491 et 507.

36 Marguerite de Parme à Philippe II, Bruxelles, 8 décembre 1559, Correspondance de Marguerite d’Autriche, t. I, pp. 58 et 63.

37 Philippe II à Sessa, Groenendael, [fin] juin 1559, AGS, Est. 1210, n° 87. L’Aubespine rapporte cette promesse faite par le Roi Catholique dans une dépêche du 4 août 1559 (Négociations relatives au règne de François II, p. 62).

38 R. Emmanuelli, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse, pp. 48-53 ; Sessa à Philippe II, 27 octobre 1559, AGS, Est. 1211, n° 2, orig.

39 Saulny, Ennery, Malroy, Trémery, Ay-sur-Moselle, Flévy, Argancy, Servigny-lès-Sainte-Barbe, au nord et à l’est de Metz (AGS, Est. K 1492, n° 27). Sur les dispositions du traité, voir infra, pp. 201-202 et 204.

40 C’est le sentiment de Chantonnay (voir sa lettre à Philippe II du 2 janvier 1560, Negociaciones con Francia, t. I, pp. 146-147). Sur la prise de Lumes en 1551, voir F. de Rabutin, Commentaires, éd. J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, p. 426 (dont est extraite la citation), et C. Marchand, Le maréchal François de Scépeaux de Vieilleville, pp. 96-97.

41 Lettres de Granvelle à Marguerite de Parme et à Philippe II des 2 et 5 septembre 1559, AGR, Aud. 420, ffos 202-204, orig, et Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, pp. 649-650.

42 Lettre à Marguerite de Parme du 2 septembre 1559, AGR, Aud. 420, ffos 202-204, orig.

43 Lettre à Brissac du 18 novembre 1559, BNF, NAF 1234, f° 46r°-v°.

44 François II à Orange, Blois, 2 décembre 1559, AGR, Aud. 427/1, f° 174 ; le cardinal de Lorraine à L’Aubespine, Blois, 8 décembre 1559, Négociations relatives au règne de François II, p. 141.

45 Voir Chantonnay à Philippe II, 2 janvier 1560, Negociaciones con Francia, t. I, pp. 145-146, et le document qui y était joint (AGR, Aud. 1736/2, dossier C), dans lequel sont consignées les concessions de François II.

46 Marguerite de Parme à Philippe II, Bruxelles, 6 et 18 janvier 1560, Correspondance de Marguerite d’Autriche, t. I, pp. 90-91 et 94-95 (d’où sont tirées les citations).

47 Article 27 du traité du Cateau-Cambrésis (infra, pp. 207-208) ; Diane de Poitiers à Montmorency, [entre avril et juillet 1559], BL, Harleian 7016, f° 22, orig. ; L’Aubespine au cardinal de Lorraine et au duc de Guise, Gand, 27 juillet 1559 (Négociations relatives au règne de François II, p. 40) ; quittance pour le versement du premier tiers de la dot d’Élisabeth de Valois, Gand, 6 août 1559 (ibid., p. 79).

48 Voir respectivement les lettres de Philippe II à Egmont et au duc de Sessa des 7 octobre et 27 juin 1559 (Negociaciones con Francia, t. I, p. 71, et AGS, Est. 1210, n° 88).

49 Philippe II à Figueroa et à Sessa, [Bruxelles], 24 avril 1559, AGS, Est. 1388, n° 121, et Est. 518, n° 48, orig.

50 Voir les lettres qu’il envoie à Albe et à Ruy Gómez le 7 août 1559, et à Chantonnay le 16 avril 1560 (Negociaciones con Francia, t. I, pp. 44-45 et 257).

51 Le cardinal de Lorraine à L’Aubespine, 25 juillet 1559, Lettres du cardinal Charles de Lorraine, pp. 355-356 ; L’Aubespine au cardinal de Lorraine, Gand, 31 juillet 1559, Négociations relatives au règne de François II, pp. 56-57.

52 Granvelle à Marguerite de Parme, Anvers, 2 septembre 1559, AGR, Aud. 420, ffos 202-204, orig. (d’où sont extraites les citations) ; François II à Orange, Villers-Cotterêts, 3 septembre 1559, Correspondance de Guillaume le Taciturne, prince d’Orange, t. I, pp. 422-423 ; Marguerite de Parme à Philippe II, Bruxelles, 4 octobre 1559, Correspondance de Marguerite d’Autriche, t. I, pp. 31-32.

53 Philippe II à Marguerite de Parme, Tolède, 28 décembre 1559, Correspondance de Marguerite d’Autriche, t. I, pp. 86-87.

54 « … le dixe riendo que sería justo pedir las costas que se avían hecho en la guarda de aquellas tres plaças los cinco o seis meses que se avía dilatado la restitución por su causa, mas que esto quedaría al arbitrio de la reyna nuestra señora (Élisabeth de Valois)… » (Chantonnay à Philippe II, Blois, 17 janvier 1560, AGS, Est. K 1493, n° 32, orig.).

55 Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. V, p. 669.

56 Lettre du 9 avril 1559, BNF, NAF 25118, f° 34, orig.

57 A. Álvarez-Ossorio Alvariño, « El duque de Sessa », pp. 507-508.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search