Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Deuxième partie. Négocier la paix

Chapitre VII. Stratégies de négociation

Texte intégral

1Un événement de l’ampleur du traité de paix signé au printemps 1559 a des causes et des incidences multiples, que l’on tentera de mesurer dans la troisième partie. Il faut néanmoins insister sur le caractère décisif de l’épreuve diplomatique engagée depuis la fin de l’année 1554. L’accord final sanctionne en grande partie l’effort produit par les hommes des deux monarchies lors des congrès de paix. C’est ce que tend à prouver l’étude de leur tactique, de leur mode de négociation et de leurs argumentaires juridiques.

I. — L’UNITÉ DES DEUX GOUVERNEMENTS MISE À L’ÉPREUVE

2Les pourparlers de paix ne se résument pas à un affrontement entre deux délégations. Ils dépendent aussi des luttes et des débats internes à chaque monarchie, qui opposent les plénipotentiaires aux conseillers demeurés auprès du prince, mais aussi les différentes factions des cours. La conjoncture semble particulièrement défavorable à la France en cette matière. Acceptant de payer le tribut de la défaite de Saint-Quentin, Henri II s’est fait représenter par deux de ses principaux ministres qui ont aussi le défaut d’être des prisonniers de guerre. Il reste que des oppositions ont traversé chacun des gouvernements.

LES INTRANSIGEANTS EN PREMIÈRE LIGNE

3Le camp espagnol a, en apparence, traversé sans grande fracture l’épreuve dans laquelle s’est joué l’équilibre entre monarchies. Les partisans de la fermeté et ceux qui conseillent une attitude conciliante ne s’affrontent pas moins de manière constante. Pour diverses raisons, pourtant, les premiers l’ont constamment emporté.

  • 1 M. Rivero Rodríguez, « De la conservación a la razón de Estado ».
  • 2 Granvelle à Viglius, 6, 20 et 23 septembre 1558, BNF, NAF 6168, respectivement pp. 454, 397-399 et (...)
  • 3 BNF, NAF 6168, pp. 381-387.
  • 4 J. M. Boyden, The Courtier and the King, p. 79.

4C’est en effet à ses conseillers favorables à une politique extérieure ambitieuse, dite « patrimonialiste », que Philippe II a généralement accordé sa confiance1. Leurs chefs de file sont le duc d’Albe et Granvelle, évêque d’Arras. Anciens proches de l’empereur, ils ont la conviction que les Valois sont animés d’intentions belliqueuses et qu’il ne faut rien leur céder. Ils ont été préférés, en 1559, à des négociateurs plus portés à la transaction. Granvelle a craint durant plusieurs semaines que Lalaing, qu’il considérait comme son rival, ne participât à l’assemblée. Il a aussi veillé à ce que soit écarté un autre de ses rivaux politiques, Simon Renard. L’ancien ambassadeur est demeuré à Bruxelles tout en continuant à conseiller Philippe II2. Parmi les seigneurs flamands, un personnage sans doute plus effacé que ce dernier a été retenu : le prince d’Orange — le fait d’être le geôlier de Saint-André et donc de pouvoir déstabiliser celui-ci l’y a peut-être aidé ? Le grand d’Espagne et le prélat ont sans conteste relégué au second plan les autres plénipotentiaires. Orange et Ruy Gómez de Silva ont néanmoins une fonction précise, qu’ils acceptent volontiers : jouer les raccommodeurs. Lorsque les deux autres députés rudoient l’adversaire excessivement ou quand pointe la menace d’une rupture, ils interviennent pour apaiser le climat. Lors des conférences de Lille, ils ont fait office de consolateurs avec Saint-André et Montmorency de manière presque caricaturale3. Ruy Gómez de Silva a aussi été envoyé à plusieurs reprises auprès de Philippe II ; on a cependant du mal à apprécier le rôle qu’il a alors pu jouer4. Pour conclure, les deux seigneurs semblent avoir largement laissé le champ libre aux chefs de la délégation.

  • 5 Granvelle à Viglius, Lille, 20 et 23 septembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 398 (dont est extraite la (...)
  • 6 Granvelle au comte de Meghem, lieutenant et capitaine du Hainaut, Le Cateau-Cambrésis, 23 février (...)
  • 7 Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 29 mars et 1er avril 1559, Papiers d’État du Cardinal de (...)

5Profitant de leur présence au congrès, Albe et Granvelle semblent avoir la plupart du temps imposé une attitude intransigeante. La correspondance de l’évêque d’Arras en témoigne constamment. Lors des conférences de Lille, il condamne la hâte de Philippe II et des conseillers qui sont auprès de lui et leurs velléités d’évoquer, dès la première la réunion, la tenue d’une assemblée : « Le désir que l’on a, au camp, de paix, est tel que l’on n’a pu avoir la patience pour si peu de tems »5. Les exigences françaises à propos de Calais, surtout, ont provoqué les plus vifs débats. Lorsque les négociations reprennent au Cateau-Cambrésis en janvier 1559, le roi est en proie au doute et prend le parti de ne pas déclarer la guerre quelle que soit l’issue des négociations franco-anglaises ; puis, à la mi-février, Emmanuel-Philibert engage les plénipotentiaires à se presser. Granvelle s’emporte aussitôt contre les « résolutions de la cour », qui ne permettent pas aux députés d’être suffisamment « secs » avec leurs interlocuteurs6. Au cours de la dernière phase des négociations, son mécontentement s’exprime sans retenue dans ses lettres à Viglius. Alors que les représentants de Philippe II arrachent les concessions les plus inespérées, ils ne manquent pas de souligner que tout le mérite leur en revient : « et de la force et de la court, nous n’avons reçeu l’ayde que fust esté de besoing, pour non dire pis », regrette Granvelle, concluant qu’ils ont eu raison de s’opposer au roi et au Conseil d’État7.

6S’il est divisé, le camp espagnol ne présente pas à l’adversaire l’image de la désunion et ne donne pas l’impression de suivre une politique hésitante. À n’en pas douter, les choix effectués par les diplomates triomphent souvent. Ils négocient d’une manière qui n’est pas toujours appréciée et imposent le maintien de la ligne de conduite agressive en vigueur depuis le début du règne de Philippe II. Comme l’affirme Granvelle, ils ont sans doute beaucoup contribué à faire pencher la balance de leur côté.

LA DISGRÂCE DES INTRANSIGEANTS

7Contrairement au roi d’Espagne, Henri II a fait des choix plutôt malheureux. Non seulement il a pris le parti d’être représenté par deux prisonniers de guerre, mais il n’arbitre pas les différends entre ses principaux ministres. Ainsi s’oblige-t-il à négocier avec deux handicaps qui ont pesé sur le déroulement des négociations.

  • 8 « Histoire des choses advenues en France » [octobre 1558], BNF, Fr. 4742, f° 67r°.

8L’emprisonnement d’Anne de Montmorency a provoqué un fort déséquilibre dans le gouvernement français. Il a laissé le champ libre à l’influence des Guise. Le roi est le premier à le déplorer, mais n’envisage pas d’autre remède à la situation que le retour du connétable à ses côtés. Cette « extreme envye » est l’une des raisons pour lesquelles il souhaite parvenir à un accord avec Philippe II, selon l’histoire officielle attribuée au secrétaire d’État Robertet de Fresnes8.

  • 9 Instructions d’Henri II au cardinal de Lorraine, 10 mai 1558, BNF, Fr. 6604, ffos 16-17, orig.
  • 10 Philippe II à Emmanuel-Philibert, 24 janvier 1558, AGS, Est. K 1491, n° 44, minute.

9Les représentants du Roi Catholique ont rapidement compris le profit qu’il était possible de tirer de cet état de fait. Ils vont à la rencontre des intentions d’Henri II en choisissant Saint-André et surtout Montmorency comme intermédiaires durant l’été 15589. Lors des conférences de Lille, en septembre, ils cherchent à exploiter leur avantage presque outrageusement, exerçant une forte pression sur les deux captifs après les avoir maintenus pendant plusieurs mois dans le plus grand isolement. En janvier 1558, le nombre des serviteurs de Montmorency a été subitement réduit et les prisonniers se voient interdire de parler entre eux ou de recevoir des lettres10. Si les porte-parole d’Henri II ont fait, à Lille, une piètre prestation, les propos qu’ils ont prononcés ne sont pourtant pas exempts de dissimulation. Les effets psychologiques d’un tel régime sont difficiles à déterminer ; la crainte d’un retour en captivité n’a sans doute pas été sans influencer leur comportement postérieur.

  • 11 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 26 novembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 194-1 (...)
  • 12 Emmanuel-Philibert, Diari, p. 114 (à la date du 18 novembre 1558) ; Philippe II à ses plénipotenti (...)
  • 13 C. Haton, Mémoires, t. I, p. 116. Sur ces négociations, voir F. Decrue, Anne de Montmorency, pp. 2 (...)
  • 14 Gonzalo Pérez à Antonio de Toledo, Bruxelles, 23 décembre 1558, AGS, Est. 517, n° 207, orig. ; les (...)

10À partir du mois d’octobre 1558, la stratégie espagnole a totalement changé. Montmorency et Saint-André ont fait l’objet d’un traitement plus souple et différencié. Si l’épée de Damoclès d’un retour dans leurs geôles est brandie durant les négociations de Cercamp, on préfère ensuite les laisser revenir à la cour de France. Le cardinal de Lorraine a manifestement été chargé d’aborder le sujet, mais comme les Espagnols ne lui ont donné qu’une vague assurance, Montmorency a pris en charge sa propre défense, arguant que sa libération servirait la cause de la paix11. Un premier séjour auprès d’Henri II, peu après la fin de l’épisode lillois, avait déjà montré que son crédit demeurait intact. Philippe II a donc volontiers accédé à la requête du connétable, mais a aussi décidé que le montant de sa rançon devait être fixé12. Le 14 décembre, Montmorency est parvenu à un accord avec le duc de Savoie — il s’était rendu à lui lors de la bataille de Saint-Quentin. C’est une « demy-ransson de roy » qui lui est imposée du fait de la place qu’il occupe au gouvernement et de sa fortune13. Dès lors, il est un prisonnier en liberté conditionnelle tant qu’il n’a pas payé cette somme. Saint-André, peu apprécié, n’est pas traité avec la même générosité. Il est maintenu en captivité et souvent maltraité, mais afin d’éviter d’indisposer les Guise, dont il était un fidèle, il a été dispensé de regagner sa prison à l’issue des pourparlers de Cercamp14. Dans le camp espagnol, on veille surtout à ce que le connétable retrouve son autorité et conteste l’influence acquise par le cardinal de Lorraine, espérant ainsi provoquer des divisions au sein du gouvernement français. Ces calculs subtils ont obtenu des résultats inespérés.

  • 15 Sur ces luttes au sommet de l’État, voir L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religio (...)

11La libération tant souhaitée par Henri II a en effet été suivie par une révolution de palais. Le 15 octobre 1558, le roi avait infligé un premier camouflet au duc de Guise en s’opposant, malgré ses conseils, à une poursuite du conflit. Après le retour du connétable à la cour, à la mi-décembre, la perte de crédit de la branche cadette de la maison de Lorraine est consommée. Dès lors, le connétable dirige à nouveau la politique extérieure française. À l’assemblée de Cercamp, les négociations sont menées par un Montmorency animé par un esprit de revanche associé à un cardinal de Lorraine en demi-disgrâce15.

  • 16 Ibid., pp. 305-307.
  • 17 Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 226.

12Quelles ont été les conséquences de cette lutte d’influence ? À partir du milieu du mois d’octobre 1558, Henri II décide de la conduite des pourparlers avec Montmorency et Diane de Poitiers ; le véritable tournant semble néanmoins s’être produit au lendemain de la défaite de Saint-Quentin. Dès ce moment, le souverain impose plus nettement qu’auparavant sa marque personnelle et, en matière diplomatique, il a eu tendance à se rallier aux positions du connétable et des éléments les plus modérés de son entourage. Les objectifs principaux, c’est-à-dire la cession de la Savoie et la défense ferme de Calais, ont néanmoins été définis dès le début de l’année 1558, en vue de l’assemblée qui s’est tenue à Marcoing. Les Guise apparaissent alors tout-puissants ; le connétable est, quant à lui, en prison. Ainsi ne peut-on opposer systématiquement un duc de Montmorency conciliant et un cardinal de Lorraine figé dans une attitude offensive. Tous les coups d’éclat de la délégation française durant les négociations du Cateau-Cambrésis sont systématiquement imputés au cardinal de Lorraine. Selon les diplomates qui observaient les pourparlers, ils sont tout autant le fait du connétable16. Sur les grands objectifs, ils défendent manifestement une politique qui semble faire l’objet d’un consensus. Simon Renard s’oppose d’ailleurs à la libération de celui-ci sous le motif que, selon lui, les deux rivaux s’entendent beaucoup mieux qu’on ne le dit17. À n’en pas douter, en revanche, Montmorency et Charles de Lorraine semblent souvent en désaccord sur la manière de négocier. Les représentants espagnols, qui notent avec précision les moindres changements d’humeur et les attitudes de leurs interlocuteurs, ne signalent cependant que très rarement leurs mésententes. Leurs altercations ont eu pour effet de brouiller les cartes et d’inquiéter la partie adverse. C’est surtout pour les questions les moins cruciales que les dissensions au sein de la délégation française ont été nuisibles. Le manque de résistance opposé à l’abandon de la république de Montalcino et de la Corse paraît s’expliquer par ces divisions. La rivalité, bien réelle, entre deux clans, est loin de justifier à elle seule les conditions du traité du Cateau-Cambrésis, même si elle y a contribué. Les arbitrages d’Henri II, la plupart du temps orientés vers la conciliation, ont sans doute été plus déterminants encore.

  • 18 Mémoires de Gaspard de Saulx-Tavannes, p. 241 ; L. Romier, Les origines politiques des guerres de (...)

13Le roi a choisi de mettre en déroute les intransigeants de son entourage puis d’accorder sa confiance à son ancien mentor, qui a toutes les raisons de désirer la paix : pour être libéré, pour affermir sa position au sommet de l’État et même pour entretenir son capital d’honneur, lié à son image de partisan de la paix. Montmorency a d’ailleurs été vivement attaqué après la signature de la paix. On a affirmé qu’il avait noué des liens suspects avec Emmanuel-Philibert. Le duc était son geôlier mais aussi le parent de son épouse Madeleine de Savoie ; les deux personnages se sont rapprochés au cours des négociations, mais y a-t-il eu véritablement des « intelligences » entre eux18 ? Cette situation ambiguë ne semble pas avoir fondamentalement affecté les principales revendications d’Henri II. Elle contribue tout de même à expliquer l’attitude souvent conciliante de la délégation française durant les pourparlers. Ce n’est cependant qu’une des pièces du puzzle.

II. — DEUX « STILLES » DE DIPLOMATIE

14Considérées dans leur ensemble, les assemblées des années 1550 donnent l’impression que s’affrontent constamment deux usages des armes de la négociation. Non seulement, ils n’apparaissent pas uniquement liés de l’évolution du rapport de force, mais ils ont eu un poids déterminant.

DÉFENDRE SES OBJECTIFS AVEC CONSTANCE

  • 19 Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, pp. 1-6.

15La victoire remportée par Philippe II à Saint-Quentin a indéniablement provoqué un fort recul des prétentions françaises. Sa principale conséquence est l’abandon presque immédiat d’une solution à l’amiable pour le duché de Milan. Ce renoncement doit sans doute aussi beaucoup à une résistance farouche exprimée dès l’assemblée de Marck en 1555. Les députés des Habsbourg ne cessent, en effet, de répéter que la paix ne pourra être obtenue qu’à trois conditions, toujours présentées de manière catégorique : le refus de tout compromis concernant Milan, la satisfaction des revendications de leurs alliés et la restitution des États savoyards. La répétition de ces leitmotive a sans doute contribué à convaincre le roi de France que, sans céder sur ces points, aucun accord ne serait envisageable ; avant même l’ouverture du dernier congrès de paix, il accepte d’ailleurs, dans les grandes lignes, de faire droit aux exigences espagnoles. Dans une instruction remise à Montmorency et Saint-André à la mi-septembre 1558, il accepte, dans le principe, nombre de concessions19. Le cas du duché de Savoie est le plus éloquent. Il avait purement et simplement été intégré au royaume de France pendant plus de vingt ans ; son abandon peut être considéré comme le résultat d’une vigoureuse pression diplomatique.

  • 20 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 2 avril 1559, Papiers d’État d (...)

16Henri II et ses conseillers n’ont pas fait montre d’une telle constance. Dès le début du règne, ils ont pour objectif de s’emparer du duché de Milan, qu’ils revendiquent avec la plus grande fermeté. À partir de la réunion de Marcoing, ils acceptent de passer ces prétentions sous silence, alors que s’affiche une volonté inflexible de conserver Calais ; ce changement subit de stratégie n’a été pris en compte par la partie adverse qu’à Cercamp. Toutes les démarches diplomatiques effectuées auparavant ont par conséquent été réduites à néant. Comme les plénipotentiaires français se sont contentés, lors des ultimes pourparlers, de défendre sans conviction les droits de leur souverain sur Milan, ils n’ont rien obtenu. Montmorency évoque quelques jours avant la signature du traité la possibilité qu’un enfant de Don Carlos et d’Élisabeth de Valois soit investi du duché — ce qui constitue déjà un recul important, car on accepte pour une fille de France ce qui n’a jamais été consenti que pour un fils de France. Sans insister, il propose aussitôt après d’unir Philippe II à la princesse20. La force des prétentions sur Milan est tombée au plus bas.

FAIRE PREUVE DE TÉNACITÉ DANS LES NÉGOCIATIONS

  • 21 Lettre à Emmanuel-Philibert, 17 novembre 1558, BNF, NAF 6168, p. 211.

17En aucun cas il ne faudrait croire que les négociateurs français se montrent inexpérimentés et se laissent manier avec commodité. Confrontés à leur rudesse dans les discussions et convaincus de leurs intentions belliqueuses, leurs adversaires sont déterminés à résister par tous les moyens. Ils craignent toujours de faire preuve de faiblesse — surtout Granvelle et le duc d’Albe. Ainsi, voyant les représentants d’Henri II revendiquer Calais avec une vigueur inattendue, maltraitant les députés anglais, Granvelle a le sentiment qu’il n’aurait pas fallu accepter de leur part « trop d’insolence, dont ils usèrent avec si grande déraison »21. La détermination de l’évêque d’Arras et de ceux qui l’accompagnent apparaît néanmoins supérieure. Elle se révèle tout particulièrement dans le rapport aux concessions.

  • 22 Le prince d’Orange, Ruy Gómez de Silva et Granvelle à Philippe II, Lille, 27 septembre 1558, BNF, (...)
  • 23 B. Haan, « Faveur et changement de règne ».

18Dans l’adversité comme dans une situation favorable, tous les atouts dont il dispose sont préservés coûte que coûte par le camp impérial puis espagnol. Ils ne sont pas utilisés comme une monnaie d’échange mais pour exercer une pression sur l’autre partie. Les places picardes, le soutien apporté aux alliés — principalement la monarchie anglaise, le duc de Savoie et la république de Gênes —, ainsi que les prisonniers de guerre ont rempli cette fonction. Grâce à une exploitation constante de ces avantages, les mêmes points ont été renégociés à plusieurs reprises. La restitution de Thérouanne, par exemple, qui semblait chose acquise à Cercamp, est encore longuement discutée au Cateau-Cambrésis. Elle est finalement assortie de clauses empêchant la réédification d’une place forte. En toute circonstance, les représentants de Charles Quint et de Philippe II expérimentent la possibilité d’améliorer leur position. L’épreuve pénible qu’ils ont fait subir aux représentants d’Henri II lors des réunions de Lille en témoigne. À cette occasion, tous les moyens ont été mis en œuvre pour contraindre Montmorency et Saint-André à dévoiler les intentions de leur souverain. On leur parle séparément, les menaçant de mettre un terme aux discussions et de les renvoyer sine die dans leurs prisons, jusqu’à parvenir à les pousser à bout22. Jamais les négociateurs des Habsbourg ne cèdent ni n’acceptent quoi que ce soit sans avoir laissé passer une ou plusieurs séances — seuls Lalaing et Renard à Vaucelles ne parviennent pas à faire preuve d’une pugnacité suffisante pour cela, ou ont opté pour une ligne de conduite différente23. En un mot, leurs adversaires ont été contraints de donner beaucoup, et souvent plusieurs fois, pour obtenir satisfaction.

19Alors qu’ils disposent toujours de solides arguments — des conquêtes — pour peser dans les négociations, les ministres français n’ont pas su en tirer profit autant qu’ils auraient pu. Ils suivent plus nettement une logique de concessions de chacune des parties, perçue comme nécessaire à l’établissement d’un accord. Non seulement Henri II fixe dès l’automne 1558 des prétentions finalement assez peu ambitieuses, mais accepte de céder lorsqu’il estime que la résistance est vaine ou inutile, voire simplement pour permettre aux pourparlers de se poursuivre. Confrontés à des interlocuteurs plus combatifs, ses plénipotentiaires sont parvenus à leurs fins, même si ce n’a pas été nécessairement aux conditions souhaitées, chaque fois qu’ils ont fait preuve de résolution : le rejet d’une restitution de Calais en est la meilleure illustration. Ils ont aussi conservé à leur souverain le marquisat de Saluces et les Trois-Évêchés, en refusant catégoriquement d’en traiter.

  • 24 F. de Boyvin du Villars Mémoires, p. 326.

20La ligne de conduite adoptée par les représentants de Charles Quint et de Philippe II, en partie imposée par les maigres gains territoriaux qu’ils avaient à mettre dans la balance, leur a permis d’arracher à des adversaires plus portés à la conciliation des avantages substantiels. On ne peut donc que louer, à la suite du fin analyste qu’est Boyvin du Villars, « la prevoyance, l’astuce et la patience de l’Espagnol »24. Les deux camps semblent avoir une culture différente de la transaction, l’un considérant qu’elle s’arrache à l’épreuve de la négociation, l’autre recherchant des contreparties mutuelles.

DISSIMULER SES INTENTIONS ET PERCER À JOUR CELLES DE L’ADVERSAIRE

  • 25 Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, p. 83.

21Rapprocher les négociations d’une représentation théâtrale — et plus justement de la farce, puisqu’il s’agit de tromper l’autre et de toujours conserver son masque — est un lieu commun chez les hommes politiques du XVIe siècle. Relégués au bout de la table aux négociations du Cateau-Cambrésis, les députés anglais semblent n’être présents que comme « spectateurs de la farce qui se devoit jouer », relèvent leurs opposants français25. Une des premières qualités du négociateur est en effet de ne rien dévoiler de ses intentions. Il faut pouvoir supporter des séances de discussions de plusieurs heures d’affilées en tentant d’amener l’adversaire à se découvrir sans le faire soi-même, sachant que toute parole engage celui qui l’a prononcée. Ces règles ont été appliquées de manière très différente.

  • 26 Les plénipotentiaires français à Henri II, [Le Cateau-Cambrésis], 22 mars 1559, BNF, Fr. 5139, f° (...)
  • 27 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 25 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 774.
  • 28 Voir leur avis joint à une dépêche du 13 février 1559, Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, (...)

22La tactique des députés impériaux puis espagnols est, en toute circonstance, de ne jamais prendre aucune initiative, soit, dans l’idéal, de n’aborder aucun sujet et de ne faire aucune offre : « Les gens à qui nous avons à faire sont si retenuz et balançeant tous les motz avecques tant de deffiance qu’il fault avoir une patience incroiable », s’agacent leurs interlocuteurs lors de la rédaction du traité26. Ainsi, pour ne jamais avoir à parler les premiers, ils s’ingénient, lors de toutes les réunions du congrès de Marck, à se présenter systématiquement après les représentants d’Henri II27. À Cercamp et au Cateau-Cambrésis, ils réalisent le tour de force de ne jamais avoir à émettre de propositions ou presque. Ils se placent donc en position de débattre des offres de l’adversaire, situation évidemment la plus commode. Albe a commis un seul écart à cette règle. Pour faire céder les députés français au sujet de Calais, il leur a offert de ne garder que le duché de Savoie et d’abandonner toutes leurs autres conquêtes quelles qu’elles soient. Les Français n’y ont pas répondu, se contentant de conclure, en s’adressant à Henri II : « Par là pouvez-vous juger combien ils estiment Calais et de quelle importance ils le treuvent »28. Émettre des propositions était assurément un exercice difficile.

  • 29 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 15 et 27 octobre 1558, Papiers d’État du C (...)
  • 30 Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 542.

23À partir de l’automne 1558, ce sont surtout les défauts du comportement des ministres français lors des rencontres diplomatiques qui ressortent, car ils se considèrent plus affaiblis que l’autre partie. Ils respectent généralement moins les canons de la négociation, se montrant plus disposés à risquer des « ouvertures ». Leur dissimulation ne réside pas dans le mutisme mais dans le bavardage, ainsi que dans le foisonnement et la multiplicité des discours. Aussi, même s’ils avancent plusieurs concessions de poids au début des négociations, leur ferme résistance sur d’autres questions suffit à convaincre leurs adversaires qu’ils ont des desseins cachés. Montmorency, Charles de Lorraine et même d’autres membres de la délégation française avouent volontiers qu’Henri II est dans une situation financière catastrophique et surtout qu’il désire la paix, rendant méfiante l’autre partie29. Malgré leurs reculs successifs et leurs maladresses, ils apparaissent déconcertants — « variables » affirme Granvelle30. Il reste qu’en acceptant fréquemment de découvrir leurs intentions, ils sont constamment sur la défensive.

LA DISSUASION ARMÉE

24Jusqu’à ce que le traité soit signé, aucun des deux souverains ne s’est risqué à faire de pronostic. Il faut dire que, pour maintenir l’adversaire dans une incertitude permanente, chacun des adversaires a cherché à apparaître militairement menaçant. En cette matière, il est difficile de les départager.

  • 31 Voir la première suspension d’armes, signée le 17 octobre 1558, Traicté de paix fait à Chasteau-Ca (...)
  • 32 Bourdillon et Marillac, envoyés à la Diète d’Augsbourg, à Henri II, Cologne, 24 février 1559, Mémo (...)

25Aucun incident grave n’a perturbé le déroulement des négociations, alors que les trêves signées pour permettre leur déroulement n’ont concerné que la frontière franco-flamande. Elles sont globalement respectées, même si les « courses » ne cessent pas : en novembre 1558, Emmanuel-Philibert, gouverneur de Pays-Bas, se plaint que les expéditions françaises en Luxembourg ont déjà coûté plus de 18 000 florins de dommages31. Sur les autres fronts, aucune attaque notable n’a été entreprise. Les troupes de Philippe II ont néanmoins renforcé leur avantage en s’emparant d’un nouveau port siennois, Talamone, ainsi que de Moncalieri, immédiatement au sud de Turin. Au printemps 1559, chacun a fait des préparatifs de guerre, pour renforcer son armée à la frontière franco-flamande et en Italie du nord. En Allemagne et en Suisse, l’effort consenti a été si important que les chances de paix semblaient bien maigres32.

  • 33 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 312. Sur la menace turque, voir Tournon à La Vigne, Coneglia (...)

26Il est difficile de mesurer les effets de ces manœuvres. L’inquiétude semble plus grande en Piémont que dans le duché de Milan. Cependant, la rumeur d’une venue de la flotte turque pour l’été 1559, à la sollicitation du roi de France, a eu un fort pouvoir de dissuasion. Si Brissac, gouverneur du Piémont, exprime ses inquiétudes avec une certaine emphase, il semble qu’il traduit la morosité régnant en Italie durant les négociations, dont la longueur a, selon lui, pour premières conséquences « que l’ennemy […] alloit plus que jamais preparant la force pour s’en faire croire », tandis que la France, « faisoit de tous costés demonstration de courage abattu, de foiblesse et de necessité »33.

  • 34 Henri II à Bourdillon et Marillac, Villers-Cotterêts, 21 mars 1559, Mémoires de François de Lorrai (...)

27Jusqu’à la fin des pourparlers, les deux camps envisagent toujours la possibilité d’une rupture ; l’un comme l’autre craignent aussi que la poursuite de la guerre leur soit défavorable. Prudent, Henri II livre cette réflexion à la fin du mois de mars 1559 concernant Philippe II et les troupes qu’il a réunies : « … je ne me debvois rien promettre que bien à poinct de son amytié »34. Ces préparatifs ont donc joué le rôle dissuasif qu’on en attendait sans qu’aucun des adversaires n’apparaisse plus menaçant que l’autre.

TEMPORISATION ET PRÉCIPITATION

28Tout au long des années 1550, la principale différence entre les représentants des deux monarchies réside dans leur rapport au rythme et à la durée d’une négociation. Le souci constant des diplomates français d’abréger au maximum le déroulement des assemblées est patent ; à l’inverse, les représentants impériaux puis espagnols répugnent non seulement à se hâter, mais usent du temps comme d’une arme. Beaucoup d’éléments mentionnés précédemment relèvent d’ailleurs de ces logiques divergentes, dont la confrontation s’est révélée favorable aux seconds.

  • 35 « … a cada paso y por qualquier cosa dan siempre mil ocasiones de romperlo todo » (Granvelle à Gon (...)
  • 36 Les plénipotentiaires français à Henri II, [Le Cateau-Cambrésis], 13 mars 1559, BNF, Fr. 5139, ffo (...)

29La stratégie française n’est pas fondamentalement mauvaise. Elle a d’ailleurs porté ses fruits à Vaucelles. Lalaing et Renard ont été systématiquement mis en difficulté. Quatre ans plus tard, les représentants d’Henri II cherchent encore à accélérer les discussions. La volonté de Montmorency d’être libéré et de diriger à nouveau les affaires n’est donc pas seule en cause. Par leur rudesse et leur empressement, les diplomates français exercent une pression constante sur l’adversaire. Ainsi, à l’issue des tractations concernant l’enclave de Calais, Granvelle, irrité, se plaint qu’« à chaque pas et en toute chose, ils donnent toujours mille occasions de tout rompre »35. Pourtant, ils s’appliquent aussi ces règles à eux-mêmes. À plusieurs reprises, ils prennent le parti de faire des concessions pour que les discussions ne s’arrêtent pas trop longuement sur des points ne constituant pas l’essentiel de la négociation. Ainsi, lorsqu’il s’agit de décider du sort de la Corse, après être parvenus à un accord sur Calais, ils exigent tout d’abord des contreparties. Après quelques heures de débats seulement, ils préfèrent y renoncer36.

  • 37 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 19 mars 1559, BNF, NAF 6168, p (...)

30Loin de cet emportement en toute chose, le camp Habsbourg prend toujours le temps de considérer chaque proposition, qu’il en soit l’auteur ou y réponde. C’est là un reflet du mode de fonctionnement de la monarchie. Sur les questions importantes, même lorsque qu’une infime modification intervient, les plénipotentiaires prennent l’avis de leur souverain, qui réunit le Conseil d’État. Pour des décisions telles que la poursuite de la guerre, Philippe II a même lancé une consultation plus vaste. De telles procédures ralentissent la négociation, d’autant que, côté espagnol, on profite toujours de ces occasions pour gagner quelques jours — à plusieurs reprises, par exemple, les plénipotentiaires ne font connaître que le lendemain une nouvelle reçue le jour précédent. Les diplomates français n’usent jamais d’un tel procédé. Dans des situations similaires, Henri II veille à donner sa réponse rapidement. Ses représentants le consultent souvent, sans qu’il soit nécessaire d’interrompre les pourparlers. Le traitement des questions de second ordre est tout aussi significatif. Pour les ministres du Roi Catholique, il n’est jamais question de considérer avec légèreté le moindre problème. Ils le démontrent lors de la rédaction du traité. Ils s’attachent, en effet, à des détails qui semblent insignifiants à des ministres français disposés à en finir. Comme ils l’ont déjà fait à Vaucelles, ils discutent jusqu’à la formulation de l’article portant sur les « compréhensions », désignant les princes, États, prélats et seigneurs que les deux signataires veulent inclure dans l’accord. Ainsi, les plénipotentiaires espagnols s’étonnent de voir figurer au nombre des alliés du roi de France la comtesse calviniste de Frise orientale (Ostfriesland). Ils inclinaient surtout à empêcher un rapprochement éventuel, redoutant « … les nouvelletés que tous les jours se forgent à eux deux ». Aussi demandèrent-ils au Conseil d’État de leur indiquer comment faire en sorte que la princesse, qui n’était pourtant pas marquée dans le camp français, ne fût pas mentionnée dans le traité ; on se contenta manifestement de l’associer à la paix au nom de Philippe II37. Le roi de France, pour sa part, considère que la désignation des alliés a un caractère formel et, plus encore, qu’elle ne relève que de la responsabilité de chaque souverain.

31Dans les deux monarchies, on pratique différemment la diplomatie. À Cercamp et au Cateau-Cambrésis, les négociateurs espagnols ont une stratégie mieux adaptée à la situation et savent tirer profit de leurs efforts passés. Le traité scelle la victoire de la ténacité sur la précipitation. Il faut ajouter que, bien plus que son adversaire, le camp français ressent de manière aiguë le fait de ne plus être en position de force. En 1555-1556, il a cru pouvoir faire plier pour la première fois les Habsbourg lors d’un congrès de paix. Le cardinal de Tournon l’a parfaitement exprimé dans une lettre au connétable :

  • 38 Lettre du 5 juin 1555, Correspondance du cardinal de Tournon, p. 296.

… je voy ce que vous ne moy ne sçeusmes jamais veoir du temps du feu roy (François Ier), qui est de parler franchement et à cheval comme vous autres, messieurs, faictes, et ne m’esbahis pas s’ilz tiennent estrange ce changement de stille38.

32À l’assurance dont les ministres d’Henri II ont fait preuve à Marck puis à Vaucelles et au sentiment de pouvoir prendre une revanche historique, a succédé un découragement qui les a conduits à engager et à mener des négociations sur des bases plutôt modestes.

III. — LA DÉFAITE DU JUS BELLI

33Considérer les négociations principalement dans leurs aspects politiques et diplomatiques, comme on l’a fait jusqu’à présent, ne suffit pas ; pour en comprendre la logique, il faut également prendre en compte leur dimension éminemment juridique. Elles reposent en effet sur des règles et des principes de droit. La paix suppose, en théorie, que soient réparés les torts faits à chaque souverain, ainsi que le pardon des actes de guerre ; il ne s’agit pas là d’idéaux relevant simplement de l’ordre du discours — ce présupposé explique le peu d’attention qui leur est prêté —, mais de principes agissants. Le droit est présent à tout moment dans les débats et ne sert pas uniquement à couvrir les desseins des souverains de belles intentions. Il a modelé la stratégie adoptée par les deux monarchies de même que l’accord qu’elles ont signé.

PAIX ET RESTITUTION DES CONQUÊTES

34Un des principaux tours de force de la diplomatie de Charles Quint et de Philippe II a été de faire rendre au roi de France la majorité de ses conquêtes de guerre. Elle en a fait une condition sine qua non du rétablissement de la paix, lui attribuant de la sorte toute la responsabilité de la guerre et mettant en doute le fondement juridique de ses acquisitions territoriales. Cet argument, semble-t-il, n’a pas été sans influence.

  • 39 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 25 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 784-7 (...)
  • 40 « Contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, p. 30 ; compte rendu du cardinal de (...)
  • 41 Lettre à Philippe II, 11 février 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 451.

35À Marck, les plénipotentiaires français n’ont pas hésité à affirmer « qu’ils n’étoient obligés à aucunes restitutions de ce qu’ils ont occupé, prétendant qu’il soit à eux de bonne guerre »39. Quatre ans plus tard, lors des négociations de Cercamp et du Cateau-Cambrésis, ils ne rappellent pas, comme on pouvait s’y attendre, qu’un conflit a été déclenché en 1551 et poursuivi en 1557 pour répondre à l’attitude agressive des Habsbourg. C’est pourtant une des justifications de leur refus de céder le moindre territoire : leur acquisition est justifiée en bloc par le jus belli. Au contraire, ils s’opposent à toute référence à la rupture de la trêve de Vaucelles dans le « préambule » du traité. À Marcoing, le cardinal de Lorraine tente bien d’affirmer que Philippe II a provoqué la réouverture des hostilités en attaquant le pape ; il suffit que Granvelle fasse allusion à la « course » de Coligny contre Douai pour que la question ne soit plus abordée explicitement ensuite40. Il semble que les négociateurs français estiment que la responsabilité de leur camp est trop manifeste. On les sent peu à leur aise sur le sujet. Ils n’hésitent pas à dénoncer, pour justifier leurs entreprises, les exactions anglaises sur mer, l’hostilité de Gênes à leur égard. En clair, ils invoquent le droit de se défendre contre des agresseurs. Les représentants français ne se risquent cependant pas à porter de telles attaques contre le Roi Catholique. Ainsi, quand les ministres espagnols affirment que lorsqu’on conclut la paix, le jus belli n’a plus lieu d’être invoqué et les conquêtes doivent être abandonnées, ils ne savent guère comment répliquer, ou ne souhaitent pas le faire car ils veulent parvenir à un accord. En outre, ils ne peuvent imposer comme une règle générale le droit de s’emparer du territoire de l’ennemi, afin qu’il ne s’applique pas à l’enclave calaisienne. Au cours d’un débat à propos de Calais, les députés d’Henri II ont dévoilé le fond de leur pensée : ils « sont passez si avant que jusque à confesser que les François le possedoient licitement et à bon droit, estant gaigné de guerre ». Aussitôt, les diplomates espagnols notent une contradiction dans l’argumentaire de leurs adversaires : alors que ceux-ci revendiquent la possession de la place comme leur appartenant en droit, ils allèguent, du moins cette fois, le droit de conquête, ce qui équivaut à reconnaître la monarchie anglaise comme le légitime propriétaire de Calais41.

36Il est donc devenu impossible côté français d’utiliser sans réserve le jus belli après la reprise du conflit en 1557 ; il entre, de plus, en concurrence avec la réconciliation accompagnant la signature de la paix, qui contraint à oublier les différends passés. L’inefficacité ou la vigueur de ces principes n’est manifestement pas étrangère à la modestie des ambitions françaises et aux concessions d’Henri II.

L’ALLIANCE DU DROIT ET DE LA FORCE

37L’efficacité des constructions juridiques élaborées à l’occasion des négociations de paix, à laquelle on est extrêmement attentif, demeure évidemment soumise à la situation militaire, mais aussi aux choix politiques. La plupart des gains territoriaux réalisés par les armées françaises en Italie et dans l’Empire semblaient difficiles à justifier autrement que par le jus belli. Il n’apparaît pas suffisant et ne s’est avéré efficace qu’au sein d’un argumentaire plus étayé.

  • 42 Avant d’être annexée à sa Couronne en mai 1558 à la demande des Siennois, sans que cela soit pris (...)
  • 43 « Mémoire des choses à quoy l’on se pourroit accommoder pour le bien de la paix », [septembre ou o (...)
  • 44 Sur la volonté d’utiliser la république de Sienne comme une monnaie d’échange, voir l’instruction (...)

38À l’origine, il n’était pas véritablement question pour Henri II de conserver la république de Sienne. Il l’avait placée sous sa protection au motif de la libérer de la tyrannie exercée par Charles Quint42. En 1555, le chancelier Olivier a élaboré la défense juridique des droits du roi de France, suivie fidèlement jusqu’à la fin des années 1550. Il ne voit aucun motif permettant de rendre légitime une présence militaire. Il conseille donc d’exiger de l’empereur qu’il laisse sa liberté à la République ou qu’il retire les garnisons qu’il y a installées. Pour le reste, « l’on se pourra servir et aider de ce que nous tenons au Senoys », estime-t-on dans les milieux dirigeants français43. Plusieurs projets d’échange ou tout simplement de vente ont été émis ou envisagés en 1558 et au début de l’année 1559, impliquant le pape et les ducs de Ferrare et de Florence. Afin de ne renforcer aucun des candidats, on y a renoncé. Les terres siennoises ont donc été abandonnées sans beaucoup de résistance44.

  • 45 Instruction d’Olivier aux plénipotentiaires français, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, ffos 299v (...)
  • 46 « Mémoire des choses à quoy l’on se pourroit accommoder pour le bien de la paix », [septembre ou o (...)

39Un traitement semblable a été réservé à la Corse. Le chancelier Olivier a une nouvelle fois défini l’argumentaire français. D’une part, il invoque à nouveau le droit de guerre : Gênes use de la Corse pour offenser Henri II, raison pour laquelle il a « deliberé conserver lad. Corsegue tant qu’il y voye plus de seureté », et d’autre part, il exige avant toute chose que les Génois reconnaissent la suzeraineté des rois de France, exercée à plusieurs reprises sur leur État45. Pourtant, ces prétentions sont défendues sans grande conviction à Cercamp et au Cateau-Cambrésis. La question se pose plutôt, au moment des négociations, en termes financiers : on cherche alors à évaluer « la grande despence qu’il convient y faire par chaicun an »46.

40Dans les deux cas qui ont été évoqués, le statut juridique de la domination française demeure mal défini et mal fondé, et sa conservation pas expressément revendiquée. La vocation première de Sienne comme de la Corse est de servir de marchepieds pour une future conquête du royaume de Naples. Faute de disposer de solides arguments de droit, une fois la guerre finie, les représentants d’Henri II n’ont pas négocié leur conservation mais les conditions de leur restitution.

41À l’inverse, lorsqu’ils peuvent et souhaitent opposer à leurs interlocuteurs un arsenal juridique efficace pour les contrer, ils sont parvenus à l’emporter dans des situations tout aussi complexes que les précédentes, comme le montrent les négociations qui ont porté sur les Trois-Évêchés et sur le marquisat de Saluces.

  • 47 Instruction d’Olivier aux plénipotentiaires français, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, f° 300v°  (...)

42Le traité ratifié à Chambord en janvier 1552, sur lequel se fondait l’occupation des terres lorraines, pouvait facilement être attaqué : en vertu de cet acte, un groupe de princes allemands, en révolte contre Charles Quint, avait permis de sa propre autorité — nulle en la matière — au Roi Très Chrétien d’occuper des terres impériales de langue française. Officiellement, il ne s’agissait pas d’une annexion : les Trois-Évêchés étaient seulement placés sous sa protection tout en demeurant membres de l’Empire. Aussi le chancelier Olivier conseille-t-il aux représentants français « de s’entretenir couvert en cet endroit le plus que l’on pourra, sans se laisser entendre quant au fait de la restitution. » Cette tactique, respectée par ceux-ci, a porté ses fruits. Dès que le sujet est abordé — à peine une fois à chaque rencontre diplomatique —, ils mettent dans la balance les atteintes de Charles Quint contre des terres impériales. Pour renforcer les Pays-Bas, en effet, il leur avait incorporé Utrecht et avait installé une garnison à Cambrai. L’empereur et Philippe II ont tous deux préféré le maintien du statu quo47.

  • 48 Voir les dépêches des plénipotentiaires espagnols du 18 octobre 1558 et du 16 mars 1559, Papiers d (...)

43Probablement leurs plénipotentiaires auraient-ils aussi empêché de bon gré Henri II de demeurer maître du marquisat de Saluces, tête de pont sur le versant oriental des Alpes. Les rois de France s’en étaient emparés en plusieurs étapes : ils profitèrent des luttes entre les fils du dernier marquis ayant régné sans être contesté, Ludovico II, en 1525, pour imposer leur domination, avant d’incorporer purement et simplement le marquisat à leur royaume comme fief du Dauphiné en 1548. Pourtant, « estant la raison apparemment, quant à ce poinct, de leur coustel », les représentants de Philippe II ne peuvent que reconnaître le bon droit d’Henri II. Ses prétentions apparaissent meilleures que celles de ses deux rivaux : le dernier fils vivant de Ludovico II, Giovanni Ludovico, qui s’était engagé dans l’armée de Philippe II, et le duc de Savoie, affirmant avoir été investi d’un vicariat impérial pour Saluces. Les ministres espagnols ont néanmoins tenté de glisser dans la version préparatoire du traité, en mars 1559, un article stipulant que ces litiges devaient être mis en délibéré. Les négociateurs français ripostèrent dans le même document par des exigences territoriales : ils mirent dans la balance la restitution de la place milanaise de Valenza et menacèrent d’élever, entre autres, des prétentions sur des places du duché de Milan qui pouvaient être revendiquées comme appartenant au marquisat48. Ainsi ont-ils obtenu ce qu’ils souhaitaient : Saluces n’est pas même mentionné dans le traité et la légitimité de l’annexion opérée par Henri II aucunement mise en doute.

  • 49 Les plénipotentiaires français à Henri II, [Le Cateau-Cambrésis], 11 février 1559, Traicté de paix (...)
  • 50 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 13 février 1559, Papiers d’Éta (...)

44Dans tous ces cas de figure, l’accord final a sanctionné un argumentaire efficace à l’appui des prétentions des souverains, qui, si elle ne repose pas uniquement sur une défense juridique, n’en est pas moins nécessaire. La force l’a aussi emporté dans certains cas sur le droit au Cateau-Cambrésis. Le sort réservé à Calais en est le meilleur exemple. Face à la fermeté avec laquelle les Français en revendiquent la possession, Nicholas Wotton, député d’Élisabeth Ire, leur demande s’ils veulent traiter « de raison ou de volonté »49. En d’autres termes, ils ont choisi de faire montre de leur puissance plutôt que de se conformer aux règles de la justice, car Calais était la possession légitime de la couronne d’Angleterre. La place avait été librement cédée au roi d’Angleterre par Jean II, en vertu du traité de Brétigny (8 mars 1360) ; le fait que les rois de France l’aient possédée pendant une durée de six cents ans auparavant importait peu, car ces droits étaient éteints du fait de leur ancienneté. Elle appartenait donc à l’Angleterre, selon le jugement des représentants espagnols ; mais les pressions exercées par les représentants d’Henri II, assorties de menaces d’invasion, leur ont permis de l’emporter50. Ce mépris pour des revendications légitimes n’a pas été sans conséquence. Il a été exploité par leurs adversaires au plan juridique comme diplomatique.

L’ÉCHEC D’UN COUP DE FORCE JURIDIQUE

45C’est peut-être sur la question la plus fondamentale que la confrontation entre les prétentions territoriales des deux camps a été la plus décisive. On peut en effet avancer que la défaite d’Henri II à Saint-Quentin s’est doublée d’un revers équivalent, et ignoré, dans les combats juridiques. Ses plénipotentiaires ont en effet tenté en 1555 un coup de force qui devait lui assurer un compromis favorable pour le duché de Milan ; son échec a fait voler en éclat toute sa défense juridique et a eu des répercussions sur toutes les rencontres diplomatiques suivantes.

  • 51 Sur Olivier, voir C. Grange, L’élaboration des lois sous Henri II, pp. 281-284. Jean du Tillet est (...)

46Le grand dessein du roi, au milieu des années 1550, est d’enraciner une souche de la maison de France à Milan, en imposant un de ses fils sur le trône ducal. Ce projet s’inspire directement du précédent envisagé par le traité de Crépy : s’il n’était pas mort prématurément, son frère cadet, le duc d’Orléans, aurait dû régner sur la Lombardie. La stratégie juridique française a été une nouvelle fois soigneusement préparée par le chancelier Olivier, sans doute assisté d’autres spécialistes du droit, tel Jean du Tillet51. Elle s’organise en trois temps.

  • 52 Voir les dispositions des traités de Madrid, de Cambrai et de Crépy, respectivement Ordonnances de (...)

47Il fallait en premier lieu prouver que les renonciations au duché de Milan, consignées dans tous les traités de paix antérieurs, étaient nulles, car elles engageaient François Ier comme ses héritiers. Dans le cas du traité de Crépy, Henri II, alors Dauphin, avait lui aussi ratifié l’accord. Tout comme son père l’avait fait avant de signer les traités de Madrid (1526) et de Cambrai (1529), il avait cependant pris soin de protester solennellement devant notaire de la nullité de l’acte. Il disait avoir agi en la circonstance sous la contrainte, « par crainte et reverence paternelle »52. Son objectif était de préserver intactes toutes ses prétentions territoriales, entre autres celles concernant Milan. À Marck, pour la première fois, on produisit le document pour justifier qu’Henri II pouvait toujours légitimement revendiquer le duché.

  • 53 J.-P. Mayer, Pavie, pp. 22-24.
  • 54 Investiture du duché de Milan donné à Louis XII, à ses descendants mâles, et à défaut à ses filles (...)
  • 55 La demande fut clairement formulée par Henri II dans les articles qu’il remit au cardinal Pole en (...)

48Une fois cette question préliminaire réglée, il n’en fallait pas moins justifier les revendications des rois de France, fondées depuis Louis XII sur le fait qu’ils étaient les descendants de Valentine Visconti, dont la famille avait été évincée du duché par les Sforza en 1450. Le chancelier note que le droit héréditaire, issu des ancêtres, est, chez ses adversaires, incompatible avec une investiture impériale53. Il fallait donc opter pour l’un d’entre eux. On choisit de fonder l’argumentation française sur le second point. Il faut dire que les anciens traités de paix avaient considérablement affaibli le premier. Il a par conséquent fallu mettre en avant un raisonnement complexe pour prouver que l’investiture accordée par l’empereur Maximilien en 1509 à la reine Claude, épouse de François Ier, n’avait en rien perdu de sa vigueur et fondait les droits d’Henri II54. La reine était la véritable souveraine de Milan, affirmait le chancelier ; son mari avait pu être duc uniquement parce que sa femme l’avait elle-même investi du duché ; son fils, en revanche, avait hérité en ligne directe de ses droits sur Milan. Ainsi, selon Olivier, François Ier ne pouvait-il prétendre à aucun droit sur le duché de Milan ; le premier élément de son argumentaire y trouvait une confirmation : le souverain avait passé sa vie à renoncer à une terre qu’il ne pouvait nullement revendiquer… Au terme de cette démonstration, Olivier concluait qu’il fallait demander un compromis semblable à celui envisagé par le traité de Crépy, en s’appuyant sur ces prétentions mais aussi en réclamant l’exécution de l’accord lui-même, car il ne contestait que certaines de ses dispositions55.

  • 56 A. Álvarez Ossorio Alvariño, Milán y el legado de Felipe II, p. 27, et M. J. Rodríguez Salgado, Un (...)

49Les plénipotentiaires d’Henri II ont exposé point par point l’ensemble de ce raisonnement à Marck, mais se sont vus aussitôt rétorquer plusieurs arguments contradictoires, principalement par Granvelle. L’existence d’un autre document longtemps demeuré secret a aussi été révélée à cette occasion : l’investiture de Philippe au duché de Milan par l’empereur en 1540. Charles Quint l’avait en outre véritablement cédé à son fils en juillet 1554, mais cette décision n’avait pas été notifiée officiellement avant de longs mois et on l’ignorait — feignait de l’ignorer ? — à la cour de France56. Qui plus est, les représentants impériaux rappelèrent l’entente tacite entre François Ier et Charles Quint à l’issue du traité de Cambrai : le premier acceptait de taire ses prétentions sur Milan et le second sur le duché de Bourgogne. Ils menacèrent, si leurs opposants persistaient dans leurs demandes, de réveiller cette querelle assoupie. Ainsi alléguèrent-ils :

  • 57 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 29 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 753.

… qu’il n’y avoit pour quoy ils (les Français) dussent tant persister à avoir Milan qu’il n’y avoit plus de cause que deussions demander la duché de Bourgogne, auquel il ne se trouveroit que Votred. Majesté eut revidée (renoncé), aures (quoique) demeuroit par le dernier traitté réservé expressément, et eux persistèrent au contraire, et qu’en étions outre ce débouté par l’appanage et ne sçaurions démontrer que n’y eussions droits quelconque, en quoy nous vinmes à dire que c’étoit la succession de feue madame Marie de bonne mémoire et qu’ils sçavoient très bien que injustement elle en avoit été (déboutée)57.

  • 58 Sur les débats antérieurs à propos de la Bourgogne, voir A. de Ridder, Les droits de Charles-Quint (...)

50La conquête réalisée par Louis XI avait, en effet, été justifiée en droit par le fait que le duché avait à l’origine été confié en apanage par le roi de France ; les juristes français, se fondant sur la loi salique, alléguaient que la transmission ne pouvait s’effectuer qu’en ligne masculine58. Le résultat avait été de priver Marie de Bourgogne d’une partie de son héritage ; Charles Quint, son petit-fils, continuait à considérer que le duché lui appartenait en propre.

  • 59 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, 27 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 766-768.

51En outre, les Impériaux précisèrent que les dispositions de Crépy concernant Milan étaient conditionnées au mariage du duc d’Orléans et qu’il s’était agi d’une « libéralité » consentie par Charles Quint, qui ne l’engageait pas puisque le prince devant épouser sa fille était mort. Quant à François Ier et à Claude de France, ils les estimaient égaux en degré de succession. Or, en vertu des « lois féodales », le « mâle » l’emportait59.

  • 60 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, 7 novembre 1558 et 2 avril 1559, Papiers d’État du (...)

52Cette bataille s’est donc achevée par une victoire écrasante des Habsbourg. Après la conférence de Marck, la question de Milan n’a plus été abordée qu’épisodiquement. Les plénipotentiaires d’Henri II y font référence à deux reprises, plutôt timidement, lors des négociations de Cercamp et du Cateau-Cambrésis. On leur a opposé les mêmes arguments qu’en 155560. Leurs adversaires s’aperçurent même qu’il était possible de pousser l’avantage plus loin. Après avoir consulté les traités du temps de François Ier, ils constatèrent que Charles Quint n’avait nullement renoncé par écrit au duché de Bourgogne. Ils consignèrent donc dans l’acte préparatoire un article inspiré du traité de Cambrai, préservant les droits de Philippe II :

Et quant au duché de Bourgogne, aud. Roy Catholique demeureront les droits et actions que lui appartiennent pour les poursuivre quand bon luy semblera par voye amiable et de justice…

  • 61 Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 14 mars 1559, BNF, NAF 6168, pp. 83-84 ; « contexte » co (...)

53Les négociateurs français ont catégoriquement rejeté cette proposition, « jusqu’à vouloir rompre » et, à leur tour, en ont été réduits à menacer d’inscrire leurs prétentions sur le duché de Milan, dans l’accord. On s’en est finalement tenu au compromis non-écrit de Cambrai61.

54Hors de leur cadre juridique, on ne peut comprendre les pourparlers de paix des années 1550. Les stratégies adoptées de part et d’autre sont globalement déjà fixées dès les négociations de Marck. C’est d’ailleurs à ce moment que se joue la lutte décisive. Les conquêtes effectuées par Henri II en vue d’un échange contre le duché de Milan et d’expéditions futures n’ont pas suffi ; elles n’étaient pas, de surcroît, toujours faciles à justifier en droit. Invoquer le jus belli, une fois la paix revenue, s’est rarement avéré suffisant face à un adversaire d’égale puissance. Si elle ne disposait pas de beaucoup de territoires à échanger, la monarchie espagnole s’est engagée dans ce combat avec de sérieux atouts. Charles Quint, empereur puissant, a usé de son pouvoir d’intervention dans les terres placées sous sa juridiction et couvert du manteau de la légalité nombre d’entreprises, privilège dont n’ont pas disposé les Rois Très Chrétiens. De plus, les traités signés par François Ier ont continué à peser fortement : les plénipotentiaires impériaux ont abondamment puisé dans ces gisements de renonciations. En 1559, ces obstacles se sont révélés insurmontables pour leurs adversaires.

55D’une manière générale, on peut considérer que, s’il a été aidé par les circonstances, le camp impérial a mieux fait usage des armes de la diplomatie. On se gardera cependant de trop forcer le trait, car l’accord final est certes déséquilibré, mais il n’a pas les apparences d’une capitulation française.

Notes

1 M. Rivero Rodríguez, « De la conservación a la razón de Estado ».

2 Granvelle à Viglius, 6, 20 et 23 septembre 1558, BNF, NAF 6168, respectivement pp. 454, 397-399 et 391-395 ; avis de Renard à Philippe II, septembre ou octobre 1558, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 225-227.

3 BNF, NAF 6168, pp. 381-387.

4 J. M. Boyden, The Courtier and the King, p. 79.

5 Granvelle à Viglius, Lille, 20 et 23 septembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 398 (dont est extraite la citation) et 391-392.

6 Granvelle au comte de Meghem, lieutenant et capitaine du Hainaut, Le Cateau-Cambrésis, 23 février 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 500-501 ; M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, p. 471.

7 Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 29 mars et 1er avril 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 563 (d’où est tirée la citation), et BNF, NAF 6168, pp. 3-5.

8 « Histoire des choses advenues en France » [octobre 1558], BNF, Fr. 4742, f° 67r°.

9 Instructions d’Henri II au cardinal de Lorraine, 10 mai 1558, BNF, Fr. 6604, ffos 16-17, orig.

10 Philippe II à Emmanuel-Philibert, 24 janvier 1558, AGS, Est. K 1491, n° 44, minute.

11 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 26 novembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 194-195.

12 Emmanuel-Philibert, Diari, p. 114 (à la date du 18 novembre 1558) ; Philippe II à ses plénipotentiaires, Groenendael, [30 novembre 1558], Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 369-370.

13 C. Haton, Mémoires, t. I, p. 116. Sur ces négociations, voir F. Decrue, Anne de Montmorency, pp. 220 et 236-237.

14 Gonzalo Pérez à Antonio de Toledo, Bruxelles, 23 décembre 1558, AGS, Est. 517, n° 207, orig. ; les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 26 novembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 194-195 ; L. Romier, La carrière d’un favori, Jacques d’Albon de Saint-André, pp. 152-154 et 158-159.

15 Sur ces luttes au sommet de l’État, voir L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, t. II, pp. 315-331.

16 Ibid., pp. 305-307.

17 Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 226.

18 Mémoires de Gaspard de Saulx-Tavannes, p. 241 ; L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 305-307 et 346-347.

19 Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, pp. 1-6.

20 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 2 avril 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 576.

21 Lettre à Emmanuel-Philibert, 17 novembre 1558, BNF, NAF 6168, p. 211.

22 Le prince d’Orange, Ruy Gómez de Silva et Granvelle à Philippe II, Lille, 27 septembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 381-387.

23 B. Haan, « Faveur et changement de règne ».

24 F. de Boyvin du Villars Mémoires, p. 326.

25 Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, p. 83.

26 Les plénipotentiaires français à Henri II, [Le Cateau-Cambrésis], 22 mars 1559, BNF, Fr. 5139, f° 40r°.

27 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 25 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 774.

28 Voir leur avis joint à une dépêche du 13 février 1559, Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, pp. 99-101.

29 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Cercamp, 15 et 27 octobre 1558, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 235 et 323 ; Granvelle à Viglius, Cercamp, 20 octobre 1558, ibid., p. 282. Lorsque qu’il s’agit du cardinal, on n’a pas manqué d’y voir une véritable trahison ayant ruiné la défense française. Voir par exemple F. Decrue, Anne de Montmorency, p. 217, et F. Lot, Recherches sur les effectifs des armées françaises des guerres d’Italie, p. 187.

30 Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 542.

31 Voir la première suspension d’armes, signée le 17 octobre 1558, Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, p. 23, et Emmanuel-Philibert à Granvelle, Bruxelles, 26 novembre 1558, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 367.

32 Bourdillon et Marillac, envoyés à la Diète d’Augsbourg, à Henri II, Cologne, 24 février 1559, Mémoires de François de Lorraine, pp. 413-414 ; Guise à Bourdillon et Marillac, Villers-Cotterêts, 29 mars 1559, ibid., p. 439.

33 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 312. Sur la menace turque, voir Tournon à La Vigne, Conegliano, 24 décembre 1558, Correspondance du cardinal de Tournon, pp. 381-382 ; [Philippe II] au cardinal Bartolomé de la Cueva, Bruxelles, 26 février 1559, AGS, Est. 1049, n° 91, minute ; et Granvelle à Gonzalo Pérez, Le Cateau-Cambrésis, 3 mars 1559, AGS, Est. 518, n° 96, orig.

34 Henri II à Bourdillon et Marillac, Villers-Cotterêts, 21 mars 1559, Mémoires de François de Lorraine, p. 436. Sur les craintes de Philippe II à ce sujet, voir M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, p. 471.

35 « … a cada paso y por qualquier cosa dan siempre mil ocasiones de romperlo todo » (Granvelle à Gonzalo Pérez, Le Cateau-Cambrésis, 13 mars 1559, AGS, Est. 518, n° 98, orig.).

36 Les plénipotentiaires français à Henri II, [Le Cateau-Cambrésis], 13 mars 1559, BNF, Fr. 5139, ffos 37r°-38r°.

37 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 19 mars 1559, BNF, NAF 6168, p. 24.

38 Lettre du 5 juin 1555, Correspondance du cardinal de Tournon, p. 296.

39 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 25 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 784-785. Sur les débats concernant l’ouverture des hostilités, voir supra, pp. 29-30.

40 « Contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, p. 30 ; compte rendu du cardinal de Lorraine sur l’assemblée de Marcoing, [mai 1558], BNF, Fr. 3129, f° 65r°, minute.

41 Lettre à Philippe II, 11 février 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, p. 451.

42 Avant d’être annexée à sa Couronne en mai 1558 à la demande des Siennois, sans que cela soit pris en compte lors des négociations. Voir R. Cantagalli, La guerra di Siena, pp. 510-511.

43 « Mémoire des choses à quoy l’on se pourroit accommoder pour le bien de la paix », [septembre ou octobre 1558], BNF, Fr. 3125, f° 80.

44 Sur la volonté d’utiliser la république de Sienne comme une monnaie d’échange, voir l’instruction d’Olivier aux plénipotentiaires français, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, f° 300r°, et Tournon à Henri II, 8 décembre 1557 et 9 avril 1558, Correspondance du cardinal de Tournon, pp. 344-345 et 355-357.

45 Instruction d’Olivier aux plénipotentiaires français, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, ffos 299v°-300r°.

46 « Mémoire des choses à quoy l’on se pourroit accommoder pour le bien de la paix », [septembre ou octobre 1558], BNF, Fr. 3125, f° 80.

47 Instruction d’Olivier aux plénipotentiaires français, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, f° 300v° ; H. Weber, « Le traité de Chambord (1552) » ; G. Zeller, La réunion de Metz à la France, t. II, pp. 16 sq., 34 et 45. Sur les courts débats auxquels la question donne lieu, voir les dépêches des plénipotentiaires de Charles Quint et de Philippe II des 5 février 1556 et 23 octobre 1558, respectivement Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. IV, p. 537, et t. V, pp. 295-296, ainsi que le discours de Granvelle sur l’entrevue de Marcoing (AGS, K 1643, n° 9a).

48 Voir les dépêches des plénipotentiaires espagnols du 18 octobre 1558 et du 16 mars 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 270 (d’où est tirée la citation) et 559-560, et le « contexte » commun du traité, [16 mars 1559], BNF, NAF 6168, pp. 45-46. Sur l’annexion progressive du marquisat par les rois de France, voir A. Pascal, Il marchesato di Saluzzo, pp. 1-9.

49 Les plénipotentiaires français à Henri II, [Le Cateau-Cambrésis], 11 février 1559, Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, p. 86.

50 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 13 février 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 467-468. Sur les relations entre l’Angleterre et Calais, voir D. Grummitt, « “One of the mooste pryncipall treasours belongyng to his Realme of Englande” ».

51 Sur Olivier, voir C. Grange, L’élaboration des lois sous Henri II, pp. 281-284. Jean du Tillet est l’auteur d’un mémoire intitulé : « Du droict de Henry second, roy de France, aux royaumes de Castille, Arragon, Sicile et Naples, aux comtez de Roussillon et de Cerdaigne, aux duchez de Milan et de Savoye, sur le Piemont et Nice, au marquisat de Saluces et aux seigneuries de Gennes et de Pise », [début 1555], MAE, CP, Autriche 8, ffos 126r°-135v°. Le document contient en substance les idées-forces développées par le chancelier.

52 Voir les dispositions des traités de Madrid, de Cambrai et de Crépy, respectivement Ordonnances des rois de France : règne de François Ier, t. IV, pp. 187-188, et t. V, p. 239, et BNF, Mél. Colbert 367, n° 330, f° 2v°, orig. ; les renonciations de François Ier aux engagements pris dans les deux premiers actes, Ordonnances des rois de France : règne de François Ier, t. IV, pp. 89-92 et 165-178, et t. V, pp. 276-278 ; et la protestation d’Henri II contre le traité de Crépy, Fontainebleau, 2 décembre 1544, BNF, Dupuy 176, f° 97, orig.

53 J.-P. Mayer, Pavie, pp. 22-24.

54 Investiture du duché de Milan donné à Louis XII, à ses descendants mâles, et à défaut à ses filles, le 14 juin 1509, J. Dumont, Corps universel diplomatique du droit des gens, t. IV (1), pp. 118-119.

55 La demande fut clairement formulée par Henri II dans les articles qu’il remit au cardinal Pole en avril 1554 (Friedenslegation des Reginald Pole, pp. 349-350). Sur l’ensemble de cet argumentaire, voir le discours du chancelier Olivier sur les traités de paix de Madrid, Cambrai et Crépy (F. Léonard, Recueil des traitez de paix, t. II, pp. 497-499).

56 A. Álvarez Ossorio Alvariño, Milán y el legado de Felipe II, p. 27, et M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 161-170.

57 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 29 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 753.

58 Sur les débats antérieurs à propos de la Bourgogne, voir A. de Ridder, Les droits de Charles-Quint au duché de Bourgogne ; P. Saenger, « Burgundy and the inalienability of Appanages in the Reign of Louis XI » ; et H. Hauser, Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles Quint.

59 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, 27 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 766-768.

60 Les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, 7 novembre 1558 et 2 avril 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 360-361 et 576 ; les plénipotentiaires français à Henri II, Cercamp, 7 novembre 1558, Traicté de paix fait à Chasteau-Cambresis, pp. 53-54.

61 Granvelle à Viglius, Le Cateau-Cambrésis, 14 mars 1559, BNF, NAF 6168, pp. 83-84 ; « contexte » commun du traité, [16 mars 1559], ibid., p. 43 (pour la première citation) ; les plénipotentiaires espagnols à Philippe II, Le Cateau-Cambrésis, 16 mars 1559, Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. V, pp. 556-557 (la seconde citation est à la p. 556) ; article 2 du traité de Cambrai, Ordonnances des rois de France : règne de François Ier, t. V, p. 223.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search