Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Deuxième partie. Négocier la paix

Paix et justice

Texte intégral

  • 1 P. Contamine, « Notes sur la paix en France pendant la guerre de Cent Ans » ; H. Dubois, « La paix (...)

1Les principes fondamentaux qui, au XVIe siècle encore, président au règlement des conflits entre souverains s’inscrivent dans la continuité de l’héritage médiéval. Le rétablissement de la paix ne peut se concevoir que dans le respect de la justice. L’une et l’autre sont intimement liées dans la pensée du temps. Selon une conception chrétienne héritée de saint Augustin, la paix n’exclut pas le recours aux armes. Elle est avant tout le rétablissement de l’ordre et de la concorde dans un État et plus largement dans la chrétienté, et en second lieu la fixation par écrit de conditions qui les garantissent1. Un congrès de diplomates est le cadre dans lequel, en théorie, cette union de la paix et de la justice doit trouver sa pleine affirmation. Il s’agit alors d’obtenir réparation des torts ainsi que des injures reçues d’un autre prince, selon les règles du droit et de l’équité, mais aussi d’effacer les causes d’« inimitié » ayant provoqué un conflit, et de prononcer une amnistie pour tous les actes commis au cours des conflits afin de rétablir des relations harmonieuses entre les belligérants. On est tenté d’affirmer que, dans ces idéaux, réside la clef de la compréhension du traité signé en 1559 par les rois d’Espagne et de France.

2La tâche qui s’offrait aux négociateurs s’annonçait pourtant délicate. Outre des litiges territoriaux nombreux, concernant surtout l’Italie et la frontière franco-flamande, la défense par les deux rivaux de leurs alliés, et plus généralement de leur influence, impliquait l’Europe entière. Enfin, l’enjeu que constituait leur lutte pour l’hégémonie attendait toujours un dénouement, au moins temporaire. Un affrontement diplomatique de plus de quatre mois a été nécessaire pour élaborer un traité. Il s’est déroulé en deux lieux, tout d’abord à l’abbaye de Cercamp, du 12 octobre au 26 novembre 1558, puis au Cateau-Cambrésis, entre le 10 février et le 3 avril 1559. L’accord final a eu des résultats tout à fait inattendus : il s’est fait au prix d’importantes concessions de la part du roi de France et a ouvert la voie à une réconciliation entre princes.

3Pour proposer une explication globale du traité, une simple lecture en termes de rapports de force ne suffit pas ; il faut aussi prendre en compte les mécanismes de la négociation et les principes auxquels elle obéit, pétris de justifications, de concepts juridiques et d’idéaux de paix et de justice. C’est dans cet esprit que l’on étudiera successivement les conditions générales du déroulement des pourparlers, la confrontation entre les plénipotentiaires des deux rois et la stratégie adoptée par chaque camp, pour finalement proposer une interprétation du compromis signé au Cateau-Cambrésis.

Notes

1 P. Contamine, « Notes sur la paix en France pendant la guerre de Cent Ans » ; H. Dubois, « La paix au Moyen Âge » ; J.-M. Moeglin, « Heurts et malheurs de la négociation », pp. 14-15 ; N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge ; et D. Wolfthal, « Introduction ».

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search