Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Première partie. Un duel entre la paix et l'hégémonie

Chapitre IV. Un nouvel équilibre imposé par les armes (1557-1558)

Texte intégral

1Sans avoir offert à leurs États aucun répit véritable, les gouvernants espagnols et français se sont, engagés au début de l’année 1557, dans un nouveau conflit européen d’une extrême dureté. La nécessité de signer un traité de paix dans un terme assez court était criante et demeurait un point de mire, tout comme celle de surpasser l’adversaire. L’aspect le plus décisif de cette nouvelle phase du conflit a été l’affirmation de la puissance du roi d’Espagne, qui a fait perdre à son rival l’avantage gagné lors des années précédentes. Une juste appréciation de ce nouveau rapport de force permet de rendre compte des conditions dans lesquelles se sont engagés des pourparlers de paix.

I. — UNE NOUVELLE « GUERRE UNIVERSELLE »

2Dès le déclenchement du conflit, les bases d’un renversement de l’équilibre entre les monarchies — l’historien peut se permettre de l’affirmer — sont posées. La mise en regard des intentions et des attentes de chaque camp, riche d’enseignements comme de surprises, en donne nombre de témoignages.

  • 1 R. Romano, « La pace di Cateau-Cambrésis », pp. 529-530. On ne peut résumer cette décision à une v (...)
  • 2 Renard à Philippe II, 7 octobre 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 740-743. (...)
  • 3 Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p. 255.

3Appuyé par la majorité de son entourage, Henri II s’est à nouveau impliqué avec enthousiasme dans les affaires italiennes. Il souhaitait néanmoins restreindre son intervention à la défense du pape et à la préservation de ses intérêts dans la Péninsule1. Le duc de Guise a certes été créé lieutenant général le 14 novembre 1556 et envoyé avec les meilleures troupes françaises vers Paul IV, mais il faut sans doute croire Montmorency quand il affirme que son souverain n’entendait pas a priori mener d’opérations d’envergure2. On pensait pouvoir concilier les contraires, soit limiter le conflit à l’Italie, en agissant sous le couvert du pape, tout en préservant la trêve et, ajoutons-le, sans avoir véritablement d’objectif prédéfini. Cette ligne de conduite a encore été défendue lorsque la rupture semblait consommée. Malgré le rappel des ambassadeurs, le cardinal de Lorraine envisageait encore, le 2 février 1557, la possibilité de conclure une suspension d’armes aux Pays-Bas, permettant au roi de se rendre en Piémont pour renforcer la province3. En un mot, malgré les mises en garde insistantes de L’Aubespine, les dirigeants français ont sous-estimé Philippe II, pensant qu’il n’oserait pas se mesurer directement à Henri II en menant la guerre des Pays-Bas.

  • 4 L’Aubespine à Henri II, 17 octobre, 16 novembre et 10 décembre 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 163v°-16 (...)
  • 5 Mémoire de L’Aubespine à Henri II, 3 novembre 1556, BNF, Fr. 20991, f° 172r°.
  • 6 M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 255-265.

4Alors que l’Italie menaçait de se muer à nouveau en théâtre d’affrontement, le roi d’Espagne, pour sa part, a choisi de répondre avec fermeté au défi qui lui était lancé. L’Aubespine témoigne sans doute assez justement de l’atmosphère qui règne à Bruxelles à la fin de l’année 1556. À l’hésitation et même parfois au plus profond découragement succède brutalement, au début du mois de décembre, une préparation décidée au combat4. Philippe II et ses conseillers ont fait le choix d’un engagement sur tous les fronts : une « guerre universelle »5. L’enjeu est de défendre l’honneur du souverain, mais aussi de gagner sur le champ de bataille la réputation qui lui vaudrait le respect de ses pairs. Il a donc pris la décision, malgré l’épreuve que devraient supporter ses États, de mener une campagne spectaculaire6.

  • 7 Montmorency à Renard, L’Île-Adam, 27 janvier 1557, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, (...)
  • 8 Renard à Montmorency, Poissy, 13 janvier 1557, AGS, Est. K 1490, n° 14a ; L. Brésin, Chroniques de (...)
  • 9 Voir notamment le Sommaire discours sur la rupture et infraction de la paix et foy publique, & sur (...)
  • 10 Mémoire de L’Aubespine à Henri II, 28 janvier 1557, BNF, Fr. 20991, ffos 247r°-248v° ; lettres pat (...)

5Soucieux de se justifier sur la scène européenne mais aussi d’obtenir la mobilisation des sujets, le gouvernement espagnol a cherché à légitimer son entrée en guerre. Un incident de frontière lui permit de rejeter la responsabilité du déclenchement des hostilités sur l’autre partie. Le 6 janvier 1557 au petit matin, Coligny, gouverneur de Picardie, tenta de surprendre Douai. Il se jeta ensuite sur Lens, qu’il pilla avant de la livrer aux flammes. Cette violente attaque reflète la tension qui régnait sur la frontière franco-flamande. Il est le résultat, selon Montmorency de « maintes entreprises journalieres » commises de part et d’autre. De fait, l’espace frontalier, surtout dans sa partie orientale sans doute, était totalement ravagé, au point d’être devenu par endroits un no men’s land. Les opérations militaires en étaient la cause, mais aussi les raids destructeurs devenus monnaie courante à partir de 15527. En tous les cas, les contemporains, Renard le premier, désignent sans hésiter Coligny comme seul coupable. Selon François de Rabutin, le gouverneur, ayant eu connaissance que les garnisons d’Artois et de Hainaut préparaient une entreprise, « les voulut prevenir et jouer au plus fin, asseuré que l’ennemy faisoit le semblable »8. Les auteurs protestants du temps des guerres de Religion ont par la suite nié sa culpabilité — et l’historiographie les a presque toujours suivis. Soucieux de laver l’honneur d’un de leurs principaux chefs de file, ils ont rejeté toute la responsabilité de la rupture de la trêve sur le cardinal de Lorraine. Agrippa d’Aubigné se distingue néanmoins de ses coreligionnaires sur ce point : Coligny a agi de la sorte, selon lui, pour regagner la faveur du roi, dont Diane de Poitiers l’avait privé9. Ce fait d’armes a été désavoué par Henri II, qui ordonna de s’abstenir de toute nouvelle attaque, réprimanda Coligny et demanda la restitution immédiate des prisonniers et du butin. Cette « course » malheureuse a été considérée par Philippe II comme un casus belli démontrant que les Français avaient rompu la trêve. Aussitôt, on se saisit des ressortissants du royaume voisin et de leurs biens ; L’Aubespine fut placé en résidence surveillée puis renvoyé à la mi-février. La trêve fut finalement dénoncée à la fin du mois de mars 155710.

6Parce qu’elle était en position de faiblesse, la monarchie espagnole a contribué plus encore que la France à donner à ce nouveau conflit une dimension européenne. L’attitude d’Henri II était certes agressive, mais il n’avait pas alors la détermination guerrière qu’on lui a prêtée. Son adversaire s’est résolument engagé dans un conflit et a adopté une tactique bien meilleure, comme le démontre le déroulement des combats.

II. — LA MONARCHIE ESPAGNOLE AFFIRME SA PUISSANCE

LA VICTOIRE RETENTISSANTE DE PHILIPPE II

  • 11 L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 149-178.
  • 12 La Vigne, ambassadeur auprès du sultan, à Guise, Andrinople, 20 avril 1557, Mémoires de François d (...)

7En instaurant un nouvel équilibre entre souverains, les opérations militaires de l’année 1557 ont sans doute beaucoup servi la cause de la paix. Des difficultés inattendues se sont immédiatement présentées aux dirigeants français. Comment auraient-ils pu prévoir qu’ils devraient lutter contre leurs alliés autant que contre leurs ennemis ? La Sainte Ligue s’est en effet surtout distinguée par la désunion de ses membres. Le duc de Guise, dont les troupes quittèrent le Piémont dans les premiers jours du mois de janvier 1557, ne reçut véritablement d’assistance ni en argent, ni en artillerie, ni en hommes. Sans parler du duc de Parme, qui avait fait défection dès l’année précédente, Hercule II, duc de Ferrare, et le pape ont mal tenu leurs engagements. Ils n’ont eu de cesse de mettre en avant des intérêts propres. Paul IV est d’ailleurs parvenu à imposer l’option d’une attaque contre Naples, mais Albe a mis en échec les troupes franco-pontificales ; à partir de la fin du mois de mai, celles-ci n’ont été employées qu’à la défense des frontières méridionales des États de l’Église11. Henri II ne put pas non plus compter cette année-là sur le soutien de la flotte turque, que Soliman le Magnifique lui refusa12. Les alliés abandonnés lors de la trêve de Vaucelles n’ont mis aucun enthousiasme à aider la France, d’autant que sa puissance commençait à apparaître menaçante.

  • 13 C. S. L. Davies, « England and the French war », pp. 161 sq.
  • 14 Sur la bataille de Saint-Quentin et ses conséquences, voir E. Lemaire, « Essai historique sur la g (...)

8Tout à l’inverse, la stratégie offensive des dirigeants espagnols a été couronnée de succès. La déclaration de guerre de la reine d’Angleterre au roi de France le 7 juin a constitué un gain symbolique notable. Sa contribution à l’effort de guerre, même sur mer, a néanmoins été assez décevante13. La principale attaque, menée par Emmanuel-Philibert, placé à la tête de l’armée espagnole, a cependant dépassé toutes les espérances. Le gouverneur des Pays-Bas débuta le siège de la place de Saint-Quentin le 2 août, après avoir déjoué les prévisions de l’adversaire. Les tentatives françaises de secourir la place furent hasardeuses et les pertes humaines nombreuses. Ces manœuvres, coordonnées par Montmorency, ont finalement abouti au pire des résultats. En voulant protéger avec l’ensemble de ses troupes l’entrée de renforts dans la place, le connétable fut contraint à la bataille le 10 août pour connaître une complète débandade. Le siège prit fin dès le 27 août ; les places du Catelet et de Ham, au sud de Saint-Quentin, tombèrent sans résister ou presque. L’armée française, pour conclure, a été décimée, nombre de ses chefs ont été capturés — entre autres Montmorency, Saint-André et Coligny — et la perte de Saint-Quentin a laissé la France ouverte aux invasions et Paris mal protégée14.

9Dans cette déroute, le prestige d’Henri II et de son royaume s’est brutalement effondré. L’armée française était, certes, près de deux fois inférieure en nombre ; elle avait cependant été incapable de mettre en œuvre la tactique défensive décidée pour le front du Nord. Répétant une erreur commise par Charles Quint, Henri II et ses conseillers ont sous-estimé le roi d’Espagne. Cette erreur d’appréciation a été, une nouvelle fois, lourde de conséquence. Elle a provoqué, selon Rabutin, la défaite de Saint-Quentin. Le mémorialiste n’a pas de mots assez durs pour condamner l’orgueil français, qui a conduit à sous-estimer l’adversaire jusqu’à l’été 1557, alors même qu’en juin, il est avéré que Philippe II réunit de fortes troupes aux Pays-Bas :

  • 15 F. de Rabutin, Commentaires, éd. C. Gailly de Taurines, t. II, pp. 96-97.

(il) sembloit […] que nous fussions desjà tous asseurés de la puissance et deliberation de nostre ennemy et comme s’il ne fust question que de se garder et defendre, tant est outrecuidée nostre nation et coustumiere de mespriser son ennemy15.

  • 16 Voir la correspondance entre Emmanuel-Philibert et Philippe II conservée aux archives de Simancas (...)

10Par le coup de maître qu’il a réalisé, Philippe II a obtenu son onction de chef militaire. Soucieux de son image, il a hâté autant que possible sa venue pour participer aux opérations. S’il ne put arriver à temps pour la bataille, il assista à la prise de Saint-Quentin puis à celle de Ham. Cela suffit à faire apparaître aux yeux de tous qu’il avait remporté la victoire en personne. Il a gagné, dans le camp des vaincus, une réputation de prince puissant et digne de respect. Et le roi d’Espagne choisit de s’en satisfaire. Il a évidemment été question de pénétrer plus avant en territoire français. Les difficultés financières, en premier lieu, ont fait renoncer à ce projet. On a jugé plus prudent de préserver l’avantage acquis. Emmanuel-Philibert fortifia les places prises et dévasta toute la région les environnant pour éviter tout retour offensif français et contenter des troupes qu’il n’avait pas les moyens de payer16. L’onde de choc de la bataille de Saint-Quentin a été profonde, et pas seulement au plan symbolique. Elle a contraint la France à abandonner les entreprises dans lesquelles elle était engagée et à dissoudre la Sainte Ligue. Henri II est allé jusqu’à suggérer au pape et au duc de Ferrare de se réconcilier avec Philippe II, ce qu’au reste ils souhaitaient. Dès le 12 septembre 1557, le duc d’Albe a signé avec Paul IV un accord dont les conditions étaient plutôt déshonorantes — il ne put entre autres obtenir de garantie au sujet du pardon des alliés de Philippe II. Néanmoins, le pape s’engagea à rompre son alliance avec la France. Hercule II a d’abord dû affronter le duc de Parme au début de l’année 1558 avant qu’à Bruxelles on accepte avec froideur son retour à une forme de neutralité. À la fin de l’année 1557, Philippe II semblait régner en maître sur l’Italie.

UNE REVANCHE IMPARFAITE D’HENRI II

  • 17 Henri II à Michel de Seure, ambassadeur auprès du roi de Portugal, 4 octobre 1557, AGS, Est. K 149 (...)
  • 18 C. S. L. Davies, « England and the French war », pp. 169-179 ; D. Grummitt, The Calais garrison, p (...)
  • 19 Instruction au comte de Feria, envoyé en Angleterre, Bruxelles, 21 janvier 1558, AGS, Est. 8340, n (...)

11Même s’il a sans doute été fortement déstabilisé par le revers qu’il avait subi, Henri II a rapidement affirmé sa volonté de venger son honneur : « essayer de regaigner sur mes ennemys l’advantage qu’ilz ont eu sur moy, qui n’est pas si grand que je n’aye une bonne esperance avecques l’ayde de Dieu d’en avoir de brief ma revanche », tel était son dessein17. Comme les troupes espagnoles étaient aux portes de son royaume, il a été dans un premier temps contraint de veiller à ce qu’elles n’y pénètrent pas. Il réunit une forte armée grâce à des levées de Suisses, d’Allemands et au retour du duc de Guise, rappelé immédiatement après la perte de Saint-Quentin. Lorsqu’en novembre, on apprit que Philippe II licenciait ses soldats, une partie des troupes françaises demeurèrent mobilisées. On débattit alors d’une entreprise susceptible d’effacer la récente déroute. Le roi imposa à un Conseil d’État sceptique et même en grande partie hostile, une campagne extrêmement risquée, puisqu’elle devait avoir lieu en hiver. Ce fut pourtant un succès total : en janvier 1558, l’ensemble du territoire anglais dépendant de Calais fut conquis18. Ce coup éclat était si inattendu qu’il surprit totalement l’adversaire. Le gouverneur de la place refusa jusqu’au dernier moment d’admettre que l’attaque était dirigée contre sa forteresse. Le manque de détermination du gouvernement anglais, malgré la ferme assurance de Philippe II de lui apporter tout son soutien, a empêché toute riposte immédiate19.

  • 20 Lettre à Granvelle, Valladolid, 23 avril 1558, BPR, ms. II/2289, f° 134, orig.
  • 21 Sur le mariage écossais, voir I. Cloulas, Henri II, pp. 485-489, et É. Durot, « Le crépuscule de l (...)

12De même que le roi d’Espagne un an plus tôt, Henri II a misé le tout pour le tout, remettant à proprement parler son sort entre les mains de Dieu. Ce succès personnel a permis de regagner sa réputation perdue. La prise de Calais a eu, en Europe, un retentissement presque égal à celui de la bataille de Saint-Quentin. Juan de Vega, président du Conseil de Castille, jugeait que Philippe II était dans la pire situation et que les ennemis avaient relevé la tête20. De grandes réjouissances ont été organisées au retour du roi à Paris pour manifester que la France était à nouveau en pleine possession de sa puissance. Après avoir chassé les Anglais du continent, comme pour mieux parachever sa conquête, il négocia le mariage du Dauphin François avec Marie Stuart, reine d’Écosse. La clause selon laquelle l’Écosse serait rattachée à la France au cas où la reine mourrait sans descendance n’a pas été rendue publique. Il apparaissait clairement, cependant, que cette alliance faisait de l’Écosse un satellite français et ouvrait la voie à une union des royaumes, voire à la constitution d’une monarchie franco-britannique, car Marie Stuart avait de solides prétentions à la couronne anglaise. En agitant cette menace, il s’agissait d’abord d’affirmer qu’il fallait encore compter avec Henri II pour la course à la suprématie — car les gouvernants français ne semblaient pas souhaiter se rendre l’Angleterre tout à fait hostile21.

  • 22 Voir infra, pp. 147-152.

13Malgré l’impression laissée par l’événement, la victoire de Calais n’est en rien comparable à celle remportée par Philippe II, on aura l’occasion d’y revenir22. Elle a permis au roi de France de sauver la face de manière éclatante, mais masque une forte réduction des ambitions françaises, qui s’est traduite par la recherche d’un compromis diplomatique.

III. — L’ENTREVUE DE MARCOING, SYMBOLE D’UN NOUVEAU RAPPORT DE FORCE

  • 23 Lettre à Emmanuel-Philibert, Valenciennes, 2 mai 1558, BNF, NAF 6168, p. 514. On doit à René de Bo (...)

14Au lendemain de la victoire de Calais, Henri II et ses ministres semblaient être les plus disposés à un arrêt des combats. Ils ont d’ailleurs provoqué une entrevue entre des représentants des deux rois à la fin du printemps 1558. Comme on a vu dans cette décision la main des Guise, elle a été considérée comme une manœuvre de leur part pour donner l’illusion de la recherche d’un accord. Charles de Lorraine et son frère ont certes une position prédominante au Conseil et font figure de va-en-guerre ; pourtant, qu’ils y aient consenti ou non, c’est la cause de la paix qu’ils ont servi. Même Granvelle, leur éternel rival dans les assemblées diplomatiques, n’y a pas vu un obstacle particulier23. Si la réunion n’a pas été couronnée de succès ; elle n’en constitue pas moins une étape dans l’élaboration heurtée d’un accord.

  • 24 Voir à ce sujet la correspondance entre Philippe II et Emmanuel-Philibert à partir d’octobre 1557 (...)
  • 25 Philippe II à Juana, 10 février 1558, AGS, Est. 517, n° 4, minute.
  • 26 Le cardinal de Lorraine à Humières, gouverneur de Péronne, Paris, 19 avril 1558, BNF, Fr. 3123, pp (...)

15Tout en préparant activement la nouvelle campagne, les deux cours n’ont cessé d’évaluer leurs intentions mutuelles quant à la signature d’une paix. Dès le retour de Guise et jusqu’en août 1558 au moins, des contacts ont été maintenus entre les généraux des deux armées au sujet d’échanges de prisonniers, sans doute à l’initiative de la France. On se ménageait ainsi la possibilité d’ouvrir des négociations24. Au début de l’année 1558, en outre, les ministres de Philippe II ont tenté de profiter de la captivité de Montmorency et Saint-André pour les obliger à faire des « ouvertures de paix », sans parvenir à aucun résultat25. On saisit ensuite une opportunité permettant de sauver les apparences. Chrétienne de Lorraine, retirée aux Pays-Bas, avait souvent émis le souhait de revoir son fils, élevé auprès d’Henri II. À peine était-il revenu à Paris, après s’être rendu à Calais, que le roi accepta cette proposition. À la mi-avril, les deux parties étaient d’accord pour que la rencontre eût lieu26. L’initiative en revenait clairement à la France.

16Il aurait pu s’agir d’une amorce de négociations d’ampleur, comme le démontre la qualité des personnes envoyées de part et d’autre. Même si la maison de Lorraine était fortement représentée, les participants étaient bien plus indiqués qu’à Vaucelles pour engager des pourparlers de paix. On convia une nouvelle fois Chrétienne de Lorraine à y participer, puisque le motif officiel de la réunion était de lui permettre de revoir son fils. Même si elle était le chef de la délégation espagnole et le comte Vaudémont, accompagnant son neveu, marqué dans le camp français, tous deux pouvaient prétendre faire office de médiateurs. Granvelle et le cardinal de Lorraine étaient accompagnés de grands seigneurs et surtout de secrétaires de premier plan déjà mêlés aux négociations antérieures, Josse Bave et Claude de L’Aubespine.

  • 27 Ibid.

17La rencontre n’a duré que trois jours, du 15 au 17 mai 1558, et n’a eu aucun résultat concret ; la posture de chaque camp avait cependant évolué sensiblement depuis l’assemblée de Vaucelles. Henri II n’envisageait plus de conclure une trêve, mais bien une paix, précisant qu’elle devait être fermement établie, « perpetuelle entre le roy d’Espaigne et moy » et « hereditaire à noz enffans et successeurs » — même si cela ne signifiait pas qu’il renonçait à l’essentiel de ses prétentions27.

  • 28 Granvelle à Emmanuel-Philibert, Cambrai, 13 mai 1558, E. Ricotti, « Lettere di Antonio Perrenot di (...)

18Tout en envisageant une cessation des hostilités à court terme, le gouvernement espagnol a choisi de demeurer dans une attitude d’expectative. Du fait des succès militaires de l’année précédente, il se montrait moins que jamais disposé à découvrir ses intentions. Il était à présent en position d’exiger et avait renoué avec sa traditionnelle attitude de rudesse, à laquelle le comte de Lalaing et Simon Renard avaient dérogé à Vaucelles. Selon sa « vieille opinion », Granvelle estimait qu’avec les Français, il fallait « procurer dois (dès) le commencement de gagner sur eulx tout ce que sera possible »28.

  • 29 Granvelle à Emmanuel-Philibert, Cambrai, 9, 11, 12 et 13 mai 1558, respectivement AGR, Manuscrits (...)

19Cette ligne de conduite s’est révélée dès qu’il a été question de discuter du lieu et des conditions de sécurité de la réunion. La délégation espagnole a obtenu en cette matière une petite satisfaction : la rencontre s’est déroulée dans le village de Marcoing, à proximité de Cambrai, où était cantonnée une forte garnison espagnole. Granvelle argua qu’il n’était pas nécessaire de l’organiser sur la frontière, selon l’usage, car il ne s’agissait que de la visite d’une mère à son fils. En outre, il fallait assurer la protection de la duchesse douairière, afin de parer au risque d’un enlèvement, sort que le duc avait subi en 1552. Henri II accepta la validité du premier argument et céda sur le second pour éviter une rupture29.

  • 30 Lettres à Viglius des 7 et 15 mai 1558, BNF, NAF 6168, pp. 504-505 et 483.

20L’échec rapide de l’entrevue de Marcoing doit beaucoup au fait que les opérations militaires avaient débuté. Les troupes françaises étaient déjà à l’ouvrage — elles assiégeaient Thionville. Philipe II, pour sa part, n’avait pas encore achevé de former son armée principale aux Pays-Bas. Conscient de cette situation, Granvelle n’a cessé de souligner l’intérêt de gagner du temps en engageant des négociations30. De plus, il a été impossible de trouver un terrain d’entente sur le plan diplomatique. Le cardinal de Lorraine a exposé les propositions de son souverain, demandant une nouvelle fois la restitution de Milan en échange du duché de Savoie ou, à défaut, que les deux souverains donnent une compensation à Emmanuel-Philibert. Pour prix du renoncement des prétentions françaises sur Milan et sur une partie de l’héritage savoyard, Henri II aurait cédé uniquement la Savoie — de moindre importance stratégique et militaire que le Piémont — et Philippe II aurait abandonné une partie du duché de Milan. Cette solution permettait à la France de faire reconnaître ses droits sur Milan et de ne pas céder sur l’essentiel, puisqu’elle aurait conservé un ferme ancrage en Italie du nord. Pour le reste, ses exigences avaient peu changé. Chrétienne de Lorraine et Granvelle se sont bornés, de même, à rappeler les conditions posées dès la conférence de Marck : la possession du duché de Milan avait été tranchée, l’ensemble des conquêtes de guerre et les États d’Emmanuel-Philibert devaient être restitués. Ils ont refusé catégoriquement de mettre en débat ce qui était une base de discussion, ou même d’engager des négociations. Granvelle, après avoir entendu la proposition du cardinal de Lorraine, s’est indigné :

  • 31 Voir les comptes rendus sur ces négociations rédigés par Granvelle (AGS, Est. K 1643, n° 9a), par (...)

… il n’y a raison que ce qu’ilz n’ont peu gaigner par les armes, ilz (les Français) le puissent acquerir par ung traict de plume, ny y avoit cause pour quoy il nous deut demander que de ce qu’est nostre nous recompensissions monsr de Savoye de ce qu’ilz luy detenoient à tort31

  • 32 Compte rendu de Granvelle sur l’entrevue de Marcoing, [Cambrai], AGS, K 1643, n° 9a ; Philippe II (...)
  • 33 Ruy Gómez de Silva, Orange et Granvelle à Philippe II, Lille, 9 septembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. (...)

21Dans le camp espagnol, on a estimé qu’Henri II avait, en définitive, voulu donner publiquement l’impression qu’il recherchait la paix ; le cardinal de Lorraine jugea s’être trouvé face des gens « peu traitables », qui lui avaient fait des propositions « hors de raison »32. Il a été accusé, quant à lui, d’avoir fait sciemment échouer la réunion car la poursuite de la guerre et la captivité de Montmorency lui permettaient d’être le maître du gouvernement. Rien ne prouve cependant qu’il ne se soit pas comporté en ministre fidèle de son souverain. Les propositions formulées en septembre 1558 par le camp français, représenté par le connétable et Saint-André, sont assez semblables à celles qu’il a exposées33.

22Lors de l’entrevue de Marcoing, chacun s’accroche encore à l’ensemble de ses prétentions, mais dans l’esprit comme dans le déroulement des négociations, de profonds changements sont intervenus. Il n’est plus question pour les diplomates français de poser, avec arrogance, leurs conditions. Leur affaiblissement se lit dans les concessions qu’ils acceptent et dans leurs « ouvertures de paix ». Pour la première fois, les négociateurs espagnols ont nettement pris l’ascendant. Le début des hostilités ne leur a pas permis, dans l’immédiat, d’exploiter leur avantage.

IV. — L’ATTENTE D’UN JUGEMENT DIVIN

  • 34 « … teniendo […] abierta la puerta para qualquier vía que quiséremos tomar hazer muchos effectos »(...)
  • 35 Lettres patentes d’Henri II, 16 janvier 1558, AN, P 2310, p. 593, copie coll. ; L. Romier, « Lettr (...)
  • 36 « … por esta vez en que consiste la sustançia de todo lo passado y porvenir es menester hazer lo ú (...)

23Au lieu de l’habituel affichage de force caractérisant chaque début de campagne, le discours des souverains prend en 1558 une tonalité plus grave, eschatologique même. Le contexte s’y prête : chacune des monarchies, confrontée à des troubles internes inquiétants, se trouvait dans une situation toujours plus critique. La France, en particulier, privée de la protection des forteresses de Saint-Quentin, du Catelet et de Ham, apparaît très vulnérable. Philippe II écrit à sa sœur Juana détenir des places fichées au cœur (« metidas en el riñon ») du royaume d’Henri II, ayant ainsi « quelle que soit la voie que nous prendrons, la porte ouverte pour faire beaucoup d’effets »34. En raison de cette menace d’invasion, et aussi du résultat étonnant des dernières batailles, les deux Grands ont eu le sentiment que la lutte qui s’annonçait serait décisive. De part et d’autre, on était décidé à produire un dernier effort, mais il devait être considérable. Les sujets ont été appelés à se mobiliser derrière leur prince pour cette ultime épreuve : « c’est à ceste heure qu’il nous faut tirer jusques à notre propre sang », proclame Henri II juste après avoir appris la chute de Calais. « Les provisions de guerre se font plus grandes et gaillardes qu’on ne le fit de mémoire d’homme », note le 13 mars 1558 Giovanni Dalmatio, agent du cardinal Farnèse à Paris35. On se préparait à livrer une bataille qui devait engager le sort des monarchies et leur destinée, puisque, selon Philippe II, il s’agissait d’une « occasion en laquelle consiste la substance de tout le passé et l’avenir ». Les deux souverains semblaient appeler de leurs vœux ce jugement divin, auxquels ils s’en remettaient : dans cette guerre, « nul sçait sur qui Dieu mettra sa main », clame le garde des sceaux Jean Bertrand en plein parlement de Paris ; « il est nécessaire de jeter toutes ses forces dans la bataille » estime quant à lui le Roi Catholique. Ce face-à-face direct, que l’on prévoyait décisif, devait décider des relations entre les rois d’Espagne et de France : ou la paix en sortirait, ou l’un d’entre eux demeurerait « supérieur à l’autre »36.

  • 37 J. Bérenger, « La collaboration militaire franco-ottomane à l’époque de la Renaissance ».

24Dans ce climat de vive tension, Philippe II est parvenu à accentuer son avantage militaire. Sous la menace d’une invasion, le gouvernement français ne pouvait se contenter de demeurer sur la défensive. Il décida d’attaquer le premier et obtint tout d’abord des résultats encourageants. Dès la mi-avril a été entrepris le siège de Thionville. La place, réputée imprenable, se rendit le 23 juin. Néanmoins, à l’autre extrémité de la frontière, le maréchal de Terme était chargé d’effectuer des courses le long de la mer afin d’empêcher un débarquement anglais. Il se fit surprendre par les troupes stationnées dans Gravelines, commandées par Egmont. Une nouvelle fois inférieures en nombre et attaquées par surprise, les troupes françaises ont subi une déroute cuisante, à la bataille dite des Dunes. Les opérations engagées en Luxembourg après la chute de Thionville ont été stoppées net. Sur les autres fronts, le sort des armes a également été favorable à la monarchie espagnole : en Piémont et en Toscane, les armées françaises ont perdu des places. Henri II n’avait plus guère pour allié que le sultan de Constantinople, mais il fut de peu de soutien. Le commandant de la flotte turque, peut-être soudoyé par les Génois, refusa de mener une campagne conjointement avec les galères françaises37.

  • 38 Viglius à Marie de Hongrie, Arras, 21 août 1558, BNF, Fr. 6617, ffos 29-31, orig.
  • 39 La Vieilleville, Mémoires, p. 271.

25Quant à la grande bataille du temps, elle n’a pas eu lieu. Les deux souverains ont achevé en août de réunir la plus forte armée qu’ils ont pu constituer. L’un et l’autre étaient présents en personne et disposaient visiblement de cinquante à soixante mille hommes chacun. Les contemporains ont jugé que leurs troupes étaient égales en nombre38. Comme les précédentes fois où une telle occasion se présenta — en 1552, 1553 et 1554 —, cet extraordinaire déploiement de forces ne s’est résumé qu’à une démonstration de puissance. Semblant vouloir établir un campement stable, les deux armées « se trancherent et ramparerent, se flancquant d’artillerie » ; puis, au lieu de combattre, elles ont passé presque trois mois « sans rien faire ny entreprendre, pas seulement que s’escarmoucher que bien peu »39.

26Ni les armes, ni aucun signe divin n’avaient véritablement départagé les deux rois. Ils étaient cependant parvenus au bout de leurs ressources — déjà engagées pour plusieurs années —, de leur capacité à mobiliser des troupes et peut-être aussi de leur ardeur au combat. Alors qu’ils étaient toujours au milieu de leurs armées, ils ont accepté de laisser agir leurs diplomates. La cessation des hostilités était cependant loin d’être acquise.

27En infligeant une profonde blessure à l’honneur français et en permettant à Philippe II d’affirmer sa puissance, la bataille de Saint-Quentin a eu raison des ambitions d’Henri II. Les deux monarchies sont sorties de l’épreuve considérablement éprouvées et sans qu’aucune ne se voit reconnaître la suprématie en Europe. Un certain équilibre s’est imposé, propice à l’ouverture de négociations de paix.

Notes

1 R. Romano, « La pace di Cateau-Cambrésis », pp. 529-530. On ne peut résumer cette décision à une victoire de l’influence des Guise, comme le fait Lucien Romier, même s’il est vrai qu’en la circonstance leur politique triomphait. Voir Id., Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 115-116.

2 Renard à Philippe II, 7 octobre 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 740-743. En revanche, les discours qu’auraient prononcés, selon Cabrera de Córdoba, le connétable et le duc de Guise au moment de la rupture de la trêve, sont apocryphes. Ils ont sans doute été forgés pour opposer le bon au mauvais ministre, l’homme vertueux et pacifique au conseiller ambitieux et belliqueux, conformément aux visées morales des écrits historiques du temps. Voir L. Cabrera de Córdoba, Historia de Felipe II, t. I, pp. 65-68.

3 Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p. 255.

4 L’Aubespine à Henri II, 17 octobre, 16 novembre et 10 décembre 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 163v°-165r°, 177v°-179v° et 210v°-212v° ; L’Aubespine à Montmorency, 21 décembre 1556, ibid., f° 220r°-v°.

5 Mémoire de L’Aubespine à Henri II, 3 novembre 1556, BNF, Fr. 20991, f° 172r°.

6 M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 255-265.

7 Montmorency à Renard, L’Île-Adam, 27 janvier 1557, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, p. 764. Sur l’espace frontalier, voir D. Potter, Picardy, pp. 217-219.

8 Renard à Montmorency, Poissy, 13 janvier 1557, AGS, Est. K 1490, n° 14a ; L. Brésin, Chroniques de Flandres et d’Artois, pp. 244-245 ; Sommaire mémorial (souvenirs) de Jules Gassot, p. 3 ; F. de Rabutin, Commentaires, éd. C. Gailly de Taurines, t. II, p. 87.

9 Voir notamment le Sommaire discours sur la rupture et infraction de la paix et foy publique, & sur les moyens que tient le Cardinal de Lorraine, pour subvertir l’estat de la France & en investir l’Espagnol, p. 20 ; F. Hotman, La vie de Messire Gaspar de Colligny, pp. 10-11 (fac-similé) ; et A. d’Aubigné, Histoire universelle, t. I, p. 62.

10 Mémoire de L’Aubespine à Henri II, 28 janvier 1557, BNF, Fr. 20991, ffos 247r°-248v° ; lettres patentes de Philippe II sur la rupture de la trêve de Vaucelles, Bruxelles, 27 mars 1557, Recueil des ordonnances des Pays-Bas, 2e série, t. VII (1), pp. 168-169.

11 L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 149-178.

12 La Vigne, ambassadeur auprès du sultan, à Guise, Andrinople, 20 avril 1557, Mémoires de François de Lorraine, pp. 344-345.

13 C. S. L. Davies, « England and the French war », pp. 161 sq.

14 Sur la bataille de Saint-Quentin et ses conséquences, voir E. Lemaire, « Essai historique sur la guerre de 1557 en Picardie » ; F. Lot, Recherches sur les effectifs des armées françaises des guerres d’Italie, pp. 161-171 ; F. de Rabutin, Commentaires, éd. C. Gailly de Taurines, t. II, pp. 96-183 ; et M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 268-269.

15 F. de Rabutin, Commentaires, éd. C. Gailly de Taurines, t. II, pp. 96-97.

16 Voir la correspondance entre Emmanuel-Philibert et Philippe II conservée aux archives de Simancas (Est. K 1490), qui a été presque intégralement publiée (E. Lemaire et alii, La guerre de 1557 en Picardie).

17 Henri II à Michel de Seure, ambassadeur auprès du roi de Portugal, 4 octobre 1557, AGS, Est. K 1490, n° 86, orig. Voir aussi H. Furgeot, « L’attitude de Henri II après la journée de Saint-Quentin ».

18 C. S. L. Davies, « England and the French war », pp. 169-179 ; D. Grummitt, The Calais garrison, pp. 165-186 ; D. Le Fur, Henri II, pp. 437-461 ; D. Potter, « The Duc de Guise and the fall of Calais », pp. 481-512.

19 Instruction au comte de Feria, envoyé en Angleterre, Bruxelles, 21 janvier 1558, AGS, Est. 8340, n° 88, orig.

20 Lettre à Granvelle, Valladolid, 23 avril 1558, BPR, ms. II/2289, f° 134, orig.

21 Sur le mariage écossais, voir I. Cloulas, Henri II, pp. 485-489, et É. Durot, « Le crépuscule de l’Auld Alliance ». Lucien Romier attribue une nouvelle fois cette décision à l’influence des Guise, tout en soulignant que le roi est moins soumis à son entourage à ce moment. Voir Id., Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 218-223.

22 Voir infra, pp. 147-152.

23 Lettre à Emmanuel-Philibert, Valenciennes, 2 mai 1558, BNF, NAF 6168, p. 514. On doit à René de Bouillé le récit de référence de cette entrevue, dont il faut gommer les préjugés anti-guisards. Voir son Histoire des ducs de Guise, t. I, pp. 457-461.

24 Voir à ce sujet la correspondance entre Philippe II et Emmanuel-Philibert à partir d’octobre 1557 (AGS, Est. K 1490, nos 98, 120 et 122, et Est. K 1491, nos 44 et 50) et les lettres de Guise à Emmanuel-Philibert (AGS, Est. K 1490, n° 107, et Est. K 1491, nos 14 et 104, orig., et AGR, Aud. 1743/2, dossier C).

25 Philippe II à Juana, 10 février 1558, AGS, Est. 517, n° 4, minute.

26 Le cardinal de Lorraine à Humières, gouverneur de Péronne, Paris, 19 avril 1558, BNF, Fr. 3123, pp. 91-92, orig.

27 Ibid.

28 Granvelle à Emmanuel-Philibert, Cambrai, 13 mai 1558, E. Ricotti, « Lettere di Antonio Perrenot di Granvela », p. 498.

29 Granvelle à Emmanuel-Philibert, Cambrai, 9, 11, 12 et 13 mai 1558, respectivement AGR, Manuscrits divers 1172, f° 344r°, et E. Ricotti, « Lettere di Antonio Perrenot di Granvela », pp. 490-492, 492-496 et 496-498. Sur le choix de Marcoing comme lieu de négociation, voir B. Haan, « La frontière du Nord, rendez-vous des grandes négociations européennes ».

30 Lettres à Viglius des 7 et 15 mai 1558, BNF, NAF 6168, pp. 504-505 et 483.

31 Voir les comptes rendus sur ces négociations rédigés par Granvelle (AGS, Est. K 1643, n° 9a), par le cardinal de Lorraine (BNF, Fr. 3129, ffos 63-67, minute) et par Chrétienne de Lorraine (AGS, Est. K 1643, n° 8).

32 Compte rendu de Granvelle sur l’entrevue de Marcoing, [Cambrai], AGS, K 1643, n° 9a ; Philippe II à Juana, Anvers, 5 juin 1558, AGS, Est. 517, n° 35, minute ; le cardinal de Lorraine à Hercule II, Monceaux, 20 mai 1558, Lettres du cardinal Charles de Lorraine, p. 318.

33 Ruy Gómez de Silva, Orange et Granvelle à Philippe II, Lille, 9 septembre 1558, BNF, NAF 6168, pp. 450-453.

34 « … teniendo […] abierta la puerta para qualquier vía que quiséremos tomar hazer muchos effectos » (AGS, Est. 516, n° 35, déch.).

35 Lettres patentes d’Henri II, 16 janvier 1558, AN, P 2310, p. 593, copie coll. ; L. Romier, « Lettres de Giovanni Dalmatio au cardinal Farnèse », p. 317.

36 « … por esta vez en que consiste la sustançia de todo lo passado y porvenir es menester hazer lo último de potençia que, según el término en que estamos el rey de Françia y yo, no se puede dexar de venir en termino de paz o quedar superior el uno del otro… », écrit Philippe II à Juana dans une lettre des 29 avril et 1er mai 1558 (AGS, Est. 516, n° 35, déch.). Voir aussi la remontrance faite au Parlement par Jean Bertrand au nom d’Henri II le 23 mai 1558 (IF, Godefroy 180, f° 18r°).

37 J. Bérenger, « La collaboration militaire franco-ottomane à l’époque de la Renaissance ».

38 Viglius à Marie de Hongrie, Arras, 21 août 1558, BNF, Fr. 6617, ffos 29-31, orig.

39 La Vieilleville, Mémoires, p. 271.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search