Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Première partie. Un duel entre la paix et l'hégémonie

Chapitre III. L’accord de Vaucelles : une « trefve sans trefve » (1556)

Texte intégral

1En aucun cas la poursuite du conflit n’a apporté de remède à la situation militaire et financière qui avait poussé une première fois les souverains à réunir des députés. Elle n’a pas non plus modifié leur rapport de force. Alors que le passage de témoin entre Charles Quint et Philippe II est engagé en octobre 1555, les divisions au sein du gouvernement des Habsbourg et l’affaiblissement de leurs États sont apparus avec plus d’évidence que jamais à leurs adversaires. Le camp français semble partagé entre la nécessité de déposer les armes — les victoires coûtaient autant que les défaites — et l’opportunité de prendre la tête de ceux qui étaient décidés à abattre la puissance des Habsbourg.

  • 1 Les dépêches des représentants des Habsbourg permettent de considérer cet épisode à nouveaux frais (...)

2Épisode mal connu des relations entre monarchies, la trêve conclue à Vaucelles est donc le fruit d’un contexte peu propice à apaiser leur rivalité. Elle n’est parvenue, de fait, qu’à ralentir la marche de l’engrenage guerrier durant quelques mois. Cela ne dispense en rien de tenter d’expliquer l’échec de cet accord, tout en soulignant les germes d’apaisement dont il était porteur1.

I. — L’ARDENTE NÉCESSITÉ D’UN ARRÊT DES HOSTILITÉS

  • 2 Charles Quint à Juana, Bruxelles, 14 juin 1555, AGS, Est. 809, n° 162, minute ; mémoire envoyé par (...)

3Plus encore qu’auparavant, les armes ont montré leur impuissance à l’occasion de la campagne de l’année 1555. L’issue décevante de la conférence de Marck a provoqué dans un premier temps un désir mutuel de revanche. Chacun a souhaité faire une démonstration de force2. Les deux souverains, pourtant, n’ont mené aucune opération d’ampleur et se sont tenus sur la défensive.

  • 3 Sur cette campagne, voir F. de Rabutin, Commentaires, éd. C. Gailly de Taurines, t. I, pp. 189-249 (...)

4Les troupes impériales, réunies aux Pays-Bas, ont eu pour principal souci de poursuivre ou d’achever la construction de nouvelles places fortes : à Charlemont, près de Givet, et à Philippeville. L’une comme l’autre faisaient face à Mariembourg, principal point de pénétration pour une invasion française. Souhaitant empêcher ce renforcement de la première ligne de défense flamande, les troupes d’Henri II attaquèrent Hesdin — où une nouvelle forteresse avait remplacé celle détruite en 1553 — et Givet durant l’été, puis assurèrent à l’automne le ravitaillement de Mariembourg. Outre ces tentatives de siège vite abandonnées, les escarmouches entre les deux armées ont tourné au désavantage des Français. C’est en fait le front italien qui a été le champ de bataille décisif. Après les revers subis face à Brissac aux marges du Piémont, Charles Quint comme Philippe souhaitaient rétablir la situation. Ils confièrent au plus prestigieux de leurs généraux, le duc d’Albe, la double charge de gouverneur du duché de Milan et de vice-roi de Naples. Si les troupes impériales et florentines, dirigées par Francesco de Mendoza, s’emparèrent en juin des places côtières siennoises (Porto Ercole), Albe dut quant à lui reculer. Après avoir fait échouer une entreprise sur Santhia, entre Ivrea et Vercelli, Brissac s’empara en septembre de Volpiano, au nord de Turin, puis en octobre de Moncalvo, une des principales places du marquisat de Montferrat, qui tomba de la sorte presque entièrement sous domination française. La balance continuait de pencher nettement du côté d’Henri II3.

  • 4 Mémoires de Marillac et de Morvillier sur la conférence de Marck, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, ffos(...)
  • 5 Mémoire d’Antoine de Noailles à Henri II, 10 juillet 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles(...)
  • 6 Philippe à Charles Quint, Hampton Court, 10 juillet 1555, AGS, Est. 8340, n° 73, minute ; Antoine (...)

5En marge des opérations militaires, les deux adversaires ont continué à évaluer les chances d’un accord. La cour d’Angleterre demeurait le lieu le plus commode pour des manœuvres d’approche. Les diplomates français ont à nouveau fait le premier pas. Ils ménagèrent les anciens médiateurs, vantant les efforts par eux déployés pour rétablir la paix. Ils avaient pourtant peu à s’en louer. Durant l’assemblée de Marck, en effet, le plus influent avait été Stephen Gardiner, qui s’était distingué par ses réparties cinglantes à propos de l’occupation, totalement illégitime selon lui, du duché de Savoie4. Sous le motif d’adresser des remerciements officiels aux souverains anglais, François de Noailles traversa une nouvelle fois la Manche en juin 1555 pour épauler son frère l’ambassadeur. Ceux-ci ont obtenu sans mal de Marie Tudor qu’elle confirme sa volonté de jouer le rôle d’intermédiaire entre les souverains. Chacun se tint cependant dans une attitude d’expectative. Côté anglais, on eut le sentiment que les Noailles devaient remplir une mission précise. Philippe voulait profiter de l’occasion pour percer à jour les intentions françaises. Il les pressa de déclarer s’ils étaient munis de pouvoirs suffisants pour entamer des négociations ou si Henri II envisageait d’envoyer en Angleterre de nouveaux plénipotentiaires. En attendant d’être fixés, les membres du gouvernement anglais, entre autres Reginald Pole, refusèrent de faire des propositions autres que celles déjà formulées de leur part à Marck, insistant sur la nécessité d’une restitution du duché de Savoie, condition indispensable à la paix5. Les dirigeants français ne leur prêtèrent guère d’attention et se satisfirent, dans l’immédiat, de constater que Marie Tudor n’entrerait pas en guerre. Après son départ au milieu du mois d’août, François de Noailles estimait avoir montré la détermination d’Henri II de maintenir les exigences formulées à Marck ; ces contacts ont aussi donné naissance au sentiment partagé d’une volonté de paix dans le camp adverse6.

  • 7 Carafa à Pole, Rome, 16 juillet 1555, Friedenslegation des Reginald Pole, pp. 272-274.
  • 8 G. Baguenault de Puchesse, « Négociations de Henri II avec le duc de Ferrare » ; G. Duruy, Le card (...)

6Plus que l’évolution du conflit, la donne diplomatique européenne a largement favorisé la France du fait de l’avènement en mai 1555 d’un pape farouchement hostile aux Habsbourg. Paul IV et son neveu Carlo Carafa, condottière fait secrétaire d’État, ont d’emblée décidé de mettre fin à la mission de Reginald Pole7. Les diplomates français en Italie et, à la cour de France, les Guise et Diane de Poitiers, ont soufflé sur les braises autant qu’ils l’ont pu. Ils appelaient de leurs vœux la constitution d’une Sainte Ligue contre Charles Quint dirigée par le souverain pontife. Avec le soutien inconditionnel que leur promettait Paul IV, il était possible d’envisager une domination française sur la Péninsule. À l’automne 1555, le cardinal de Lorraine accompagné du cardinal de Tournon, un des meilleurs connaisseurs des affaires italiennes, ont franchi les Alpes. Ils conclurent des accords avec le duc de Ferrare le 15 novembre, puis avec le pape le 15 décembre. Par ces deux traités, le roi de France contractait plus d’obligations militaires et surtout financières que les autres signataires. S’il le reconnaissait sans peine, le cardinal de Lorraine a défendu son œuvre avec une ardeur sans pareille, arguant qu’une telle occasion ne pouvait être perdue. Il avait scellé des alliances offensives et défensives en Italie propres à réaliser la conquête du duché de Milan et surtout du royaume de Naples, pour lequel le pape avait promis de donner l’investiture à un fils cadet du Roi Très Chrétien. Henri II et Montmorency n’ont pas manqué de signifier leur mécontentement, sans renier l’avantage considérable que constituait cette ligue ; ils décidèrent de ne pas la rendre publique dans l’immédiat8.

  • 9 Correspondenz des Kaisers Karl V, t. III, p. 666. Sur la situation de l’empire de Charles Quint et (...)

7Alors qu’avec l’automne revenait le temps des négociations, les deux cours étaient traversées d’aspirations contraires. Dans le camp impérial, en moins bonne posture qu’une année auparavant, une accalmie s’imposait plus encore. Il apparaissait à tous que les conflits affaiblissaient les États de Charles Quint. La situation semblait surtout critique en Italie, au point que le duc d’Albe appelait la paix de ses vœux. En outre, la passation du pouvoir venait de débuter. Philippe s’était rendu à Bruxelles en septembre 1555 et son père renonça en sa faveur aux Pays-Bas le 25 octobre puis aux royaumes espagnols le 16 janvier 1556. Pour autant, la lutte d’influence entre le père et le fils se poursuivait. Charles Quint exerçait toujours un rôle prédominant dans les relations avec la monarchie voisine. À l’heure de se retirer, il veillait avant tout à préserver son honneur. Comme un traité avec Henri II ne pouvait, vu le contexte, qu’être défavorable, il entendait sans doute en faire endosser la responsabilité à Philippe. Le roi des Romains, son frère Ferdinand, lui en fit le reproche en apprenant le résultat de la conférence de Marck : on ne pouvait certes avoir aucune confiance en le roi de France, mais Charles Quint se devait de signer un accord avant de laisser son fils gouverner seul, au risque de le faire hériter d’une situation très confuse9.

  • 10 Montmorency à Antoine de Noailles, 12 décembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V (...)
  • 11 Noailles à Claude de L’Aubespine, 22 octobre 1555, ibid., t. V, pp. 174-176 ; Guise au cardinal de (...)
  • 12 Montmorency à Antoine de Noailles, 11 novembre, 3 et 12 décembre 1555, Les ambassades de Messieurs (...)

8À la cour de France s’opposaient deux politiques plus nettement antagonistes. La « prospérité des affaires » d’Henri II apparaissait à tous ses conseillers10 ; l’adversaire semblait au plus bas, d’autant que Philippe était jugé inexpérimenté et pusillanime. Son avènement comportait tout de même certaines menaces. Le risque d’une union de ses États avec le royaume d’Angleterre était bien réel, et le nouveau souverain devait, au début de son règne, s’illustrer sur le champ de bataille. Néanmoins, les Français appelaient de leurs vœux une disparition complète de Charles Quint de la scène politique, convaincus que Philippe accepterait une paix moins avantageuse, peut-être même à des conditions proches de celles exposées à Marck11. La conviction de sa supériorité n’empêcha pas Henri II, sur les conseils de Montmorency, de provoquer une nouvelle fois l’ouverture de négociations. Le connétable souhaitait une cessation des hostilités, qui consoliderait l’assainissement financier engagé par la signature de plusieurs accords avec les créanciers regroupés dans ce que l’on a appelé le Grand Parti ; il souhaitait aussi mettre en échec l’influence des Guise et de Diane de Poitiers, fervents partisans d’une poursuite de la guerre aux côtés du pape. Au milieu du mois de novembre, alors que des nouvelles toujours plus encourageantes parvenaient de Rome, il prit contact avec la cour de Bruxelles, dissimulant l’existence de la Sainte Ligue, qui pouvait faire échouer ses démarches12.

II. — LA NÉGOCIATION HEURTÉE D’UN COMPROMIS FAVORABLE À LA FRANCE

  • 13 Montmorency à Antoine de Noailles, 26 novembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. I (...)

9Comme les deux parties attendaient des résultats concrets de la nouvelle assemblée, elles sont allées vite en besogne. La proposition envoyée par Montmorency était visiblement assez précise : le roi de France offrait d’envoyer Coligny sur la frontière afin de discuter, avec des représentants impériaux, des conditions pour libérer ou échanger des prisonniers de guerre. Au bout d’une dizaine de jours, Granvelle y répondit positivement, précisant que les pourparlers seraient engagés au nom de Charles Quint et de Philippe13.

  • 14 Sur ce personnage, voir la notice de F. Brassart, Le blason de Lalaing, t. I, pp. 116-118.
  • 15 Sur Renard, voir la notice d’E. Gossart (BN, t. XIX, col. 67-75), A. Repetto Álvarez, « El siglo X (...)
  • 16 Renard à Philippe, Cambrai, 7 décembre 1555, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 5 (...)

10La rencontre ne comportant aucune solennité particulière, les démarches préliminaires ont été brèves. Les négociateurs n’ont pas la dignité de plénipotentiaires, mais sont qualifiés de « députés », voire de « procureurs ». Pour traiter d’un échange de prisonniers, on s’en remit en effet à des hommes de guerre, gouverneurs des provinces frontalières : Charles de Lalaing, gouverneur et grand bailli de Hainaut, membre éminent du gouvernement des Pays-Bas, et Gaspard de Châtillon, sr de Coligny, amiral de France et neveu du connétable, gouverneur de Picardie. Leur expérience diplomatique était loin d’être négligeable : le premier venait de participer à la conférence de Marck, le second avait déjà joué le rôle de chef militaire placé à la tête de la délégation française lors de négociations de paix avec l’Angleterre en 155014. Ils ont été flanqués d’anciens diplomates, spécialistes des relations avec la monarchie rivale, et de juristes. Résident auprès de Marie de Hongrie au début des années 1550, Sébastien de L’Aubespine, abbé de Basse-Fontaine, client des Guise et frère de l’influent Claude de L’Aubespine, représentait le roi de France. Deux personnages ont accompagné Lalaing : Simon Renard, ancien ambassadeur dans les cours de France puis d’Angleterre — poste qu’il venait d’abandonner —, qui avait été mêlé à toutes les négociations de paix pendant son séjour à la cour de Marie Tudor, et Philibert de Bruxelles, conseiller au Grand Conseil de Malines (la principale cour de justice flamande), brillant jurisconsulte et bon orateur, qui commençait à jouer un rôle politique15. À la fin du mois de novembre, les instructions et les pouvoirs étaient déjà prêts. Le 7 décembre, Renard convint avec un gentilhomme de Coligny des modalités de la rencontre. Ils fixèrent pour lieu de réunion l’abbaye de Vaucelles, dans l’évêché théoriquement neutre de Cambrai — qui était en fait sous le protectorat de Charles Quint16.

  • 17 Instruction remise aux députés impériaux, Bruxelles, 29 novembre 1555, BNF, NAF 6168, pp. 607-611  (...)

11Si la question des prisonniers a été le motif de la réunion, de part et d’autre on envisageait dès l’origine d’élargir le cadre de la discussion, c’est-à-dire d’amener l’adversaire à évoquer le premier la conclusion d’une paix ou d’une trêve17. Les députés se sont réunis, semble-t-il, à neuf reprises : les 13 ou 14, 16 et 19 décembre 1555, les 1er, 10, 11, 21 ou 22 janvier et les 3 et 5 février 1556. Selon un ballet diplomatique dont le motif se répétait, les représentants français, plus assurés que jamais de leur supériorité, ont hâté les négociations autant que possible, multipliant les ouvertures comme les menaces de rupture ; l’autre camp, très divisé, a tenté de conclure le compromis le moins mauvais possible en posant des difficultés de tous ordres et en cherchant à gagner du temps. Ainsi s’expliquent les intervalles entre les réunions, souvent assez longs ; en revanche, lorsque les députés impériaux ont adopté une attitude plus conciliante que ne l’auraient souhaité leurs souverains, c’est-à-dire au début puis à la toute fin de l’assemblée, les progrès ont été très rapides.

ACCÉLÉRATIONS ET TEMPS MORTS DES NÉGOCIATIONS

  • 18 Les députés impériaux à Philippe, Cambrai, 11 janvier 1556, BNF, NAF 6168, p. 656 ; Montmorency à (...)
  • 19 P. Contamine, « Rançons et butins ».
  • 20 Lettre du 4 janvier 1556, BNF, NAF 6168, p. 666.

12C’est en premier lieu au sort des prisonniers que les négociateurs ont dédié leurs efforts. En ce domaine, les envoyés de Charles Quint et Philippe II disposaient de l’avantage, tant pour ce qui était de leur nombre que de leur qualité. Ils entendaient bien en tirer profit. Plus qu’une libération générale, les représentants d’Henri II souhaitaient manifestement la délivrance des grands seigneurs capturés lors des combats depuis 1551. Côté impérial, les prisonniers de marque n’étaient que deux : Philippe III de Croy, duc d’Arschot, issu d’un des plus prestigieux lignages flamands, et Pierre-Ernest, comte de Mansfeld, noble allemand engagé au service de Charles Quint, qui lui avait confié le gouvernement du duché du Luxembourg. Anne de Montmorency et Diane de Poitiers étaient, en revanche, directement intéressés par cette négociation, car les principaux captifs français leur étaient apparentés. Le connétable avait à cœur la libération de son fils aîné François de Montmorency, de son neveu François de Châtillon, sr d’Andelot, colonel général de l’infanterie, de son beau-frère le comte de Villars, de son gendre le vicomte de Turenne, et du mari d’une de ses cousines, Louis de Silly, comte de La Rocheguyon. Robert IV de La Marck, duc de Bouillon et prince de Sedan, était quant à lui maréchal de France et gendre de la maîtresse du roi18. Cette négociation était d’importance et engageait l’honneur des souverains et de leurs proches. Pour les uns comme pour les autres, il mettait en jeu les liens de famille, de clientèle et d’amitié ; les princes considéraient aussi devoir aider à la libération et à l’acquittement des rançons de leurs sujets les plus pauvres19. Renard et Lalaing étaient pleinement conscients de l’avantage dont ils disposaient. Ayant considéré « quel gage c’est d’avoir tels personnages en main » et constaté l’ardeur de l’autre partie à demander « la liberté des principaux qui attouchent les connétable et duchesse de Valentinois », ils n’étaient pas d’avis « qu’il soit utile de les relacher pour le présent ny conclure les rançons sans autre effet »20.

  • 21 Sur ces négociations et leur résultat, voir les députés impériaux à Philippe, [Cambrai], 17 et 18 (...)
  • 22 L. Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne, pp. 15-16 et 19-24 ; É. Poncelet, « Les dro (...)
  • 23 Lettres à Coligny des 10 et 20 décembre 1555, BNF, Fr. 2846, ffos 174r°-175r° et 180r°-182v°.

13Dès la troisième réunion, le 19 décembre, un premier accord général sur les prisonniers a pourtant été signé. Sans régler l’ensemble des problèmes, il fixait les conditions d’établissement des rançons (une année de revenus) et de garantie de leur versement (les princes devaient veiller à l’exécution). Il fut convenu, de plus, qu’on irait recueillir auprès de tous les prisonniers la déclaration de leurs revenus, et ce avant le 1er janvier 155621. Les cas de François de Montmorency, du duc d’Arschot et de Robert de La Marck ont été laissés en suspens, car les Impériaux refusèrent qu’ils soient soumis au régime commun. Le premier était le principal héritier de l’immense fortune accumulée par le connétable, qui captait en outre à son profit une part considérable de la faveur royale : sa libération promettait d’être onéreuse. Les députés français proposèrent sans succès de l’échanger contre Arschot. Pour relâcher La Marck, une compensation territoriale était exigée. On éprouvait un fort ressentiment envers lui et son lignage dans le camp impérial. Son grand-père, Robert II, vassal de l’empereur, s’était rangé aux côtés de François Ier lorsque celui-ci était entré en guerre contre Charles Quint en 1521. Accusé de félonie, il fut privé de la plupart de ses domaines. Couverts de faveurs par les rois de France, ses descendants n’eurent pas à regretter ce choix. En marge de la campagne de 1552, Robert IV de La Marck obtint même une revanche : le roi de France lui permit de s’emparer de Bouillon, possession de l’évêque de Liège22. Aussi les représentants des Habsbourg à Vaucelles en réclamèrent-ils la restitution comme préalable à la libération du prisonnier. Henri II hésita à leur donner satisfaction, avant de se ranger aux arguments de L’Aubespine. Faute de pouvoir prétendre à un quelconque droit de suzeraineté, le diplomate a allégué le jus belli : la place était une conquête de guerre du roi, et La Marck, qui n’était en aucun cas feudataire de l’Empire, ne faisait que la gouverner en son nom23. Plusieurs différends importants sont donc demeurés irrésolus ; le sort de la plupart des prisonniers a néanmoins été décidé avec empressement.

14Le second objet de la rencontre a obtenu tout aussi rapidement des résultats encourageants. Évoquant à plusieurs reprises le déroulement de la conférence de Marck, les députés réaffirmèrent les intentions pacifiques de leurs souverains. De part et d’autre, ils eurent d’emblée la certitude que leur interlocuteur souhaitait déposer les armes, lui attribuant l’initiative d’avoir abordé la question.

  • 24 Les députés impériaux à Philippe, [Cambrai], 17 décembre 1555, BNF, NAF 6168, pp. 619-624 ; Montmo (...)
  • 25 Henri II à Coligny, Blois, 20 décembre 1555, BNF, Fr. 2846, ffos 180r°-182v°. On ne conserve qu’un (...)
  • 26 Concernant les débats entre les députés et le gouvernement de la monarchie mais aussi au sein de l (...)

15De telles avancées, obtenues en un temps si bref, ont suscité des réactions opposées dans les deux cours24. Henri II a eu le sentiment que l’accord était à portée de main, puisque la question des prisonniers était presque réglée et que les Impériaux ne cherchaient qu’un moyen d’engager des négociations. Il envoya sans attendre instructions et pouvoirs à Coligny et à L’Aubespine. Tout en maintenant les exigences défendues à Marck, ceux-ci devaient attendre que l’adversaire proposât une paix ou une trêve25. Un tel enthousiasme ne fut pas de mise à Bruxelles. Les députés de Charles Quint et de Philippe qui, estimait-on, étaient allés trop vite en besogne, ont reçu un véritable désaveu26. Mettre tous les prisonniers à rançon, c’était perdre l’avantage d’avoir des captifs en plus grand nombre ; céder aussi vite, se priver de leur meilleur moyen de pression, faute de conquêtes à opposer à celles d’Henri II. La cour de Bruxelles était pleinement consciente que le résultat des pourparlers avait toutes les chances d’apparaître déshonorant. Il faudrait cependant en assumer la responsabilité ; aussi ne devait-on pas donner l’impression de céder par faiblesse, mais obtenir des satisfactions, au moins symboliques. La stratégie qu’il fallait employer a été clairement précisée aux négociateurs. Ceux-ci devaient commencer par revenir sur des propos formulés trop hâtivement :

… ils se retireront du tout de ce qu’ils ont si libéralement parlé conjoinctement de paix et de tresve, pensans (les Français) avoir jà découvers notre désir pour l [a] vendre plus chère et nous faire achetter ce qu’ils désirent.

  • 27 Renard à Lalaing, Bruxelles, 24 décembre 1555, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. (...)

16Afin de faire durer les négociations, ils étaient invités à élever une foule de difficultés concernant l’accord sur les prisonniers et à proposer de faire appel à une nouvelle médiation anglaise — sans d’ailleurs la souhaiter. Enfin, parler de paix était préférable puisque l’autre partie semblait désirer une trêve. Sans tenir compte des bravades et des menaces françaises, Lalaing et Renard devaient faire traîner les choses, en se découvrant le moins possible, pour contraindre les Français à dévoiler leurs intentions27.

  • 28 À l’appui de cette hypothèse, voir A. Louant, « Charles de Lalaing ».

17Qui a décidé de cette ligne de conduite ? Il est alors difficile de savoir qui, à Bruxelles, prend les décisions. Le pouvoir suprême était détenu par Charles Quint, Marie de Hongrie et Philippe II. L’inspirateur de la politique impériale semble être l’incontournable Granvelle, qui collabore avec chacun et joue le rôle d’intermédiaire entre eux. Si les députés ne lui adressent presque aucune lettre, l’empereur, consulté sur toutes les questions importantes, a toujours une voix prédominante. Vaucelles est la dernière grande négociation de Charles Quint, alors que, pour la première fois, Philippe II exerce une véritable influence en matière diplomatique. On est porté à croire qu’à ce moment, celui-ci n’est plus aussi disposé à la conciliation qu’auparavant. Il demeure assez difficile, d’interpréter l’attitude de Lalaing et de Renard, souvent plus tempérée que leurs instructions le leur commandent : agissent-ils sur l’ordre du jeune roi, par une volonté de lui complaire ou de se faire les défenseurs des intérêts des Pays-Bas28 ? En tous les cas, c’est la résistance imposée par la cour qui a bloqué les négociations pendant les premières semaines de janvier 1556, sans que les cérémonies organisées pour le transfert des couronnes espagnoles à Philippe II ne soient véritablement en cause.

  • 29 Sur cette nouvelle phase des négociations, voir les lettres des députés impériaux à Philippe, Camb (...)
  • 30 Antoine de Noailles à Montmorency, 26 novembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V (...)

18Cette tactique d’attente et de lenteur calculée a plutôt eu pour effet d’affaiblir la position impériale29. Coligny et L’Aubespine ont été excédés en apprenant le 1er janvier 1556 que leurs interlocuteurs étaient revenus à Vaucelles sans pouvoirs et sans avoir mis à exécution les mesures décidées en faveur des prisonniers de guerre. Ils virent clairement dans leur jeu et repoussèrent catégoriquement, chaque fois qu’il en fut question, l’offre d’une médiation anglaise30. Au sein de la délégation française, on commença à faire allusion à l’alliance avec le pape et le duc de Ferrare. L’indignation fut plus grande encore à la cour. Henri II et Montmorency, rendus plus impatients par la conclusion de la Sainte Ligue, ordonnèrent de mettre fin à l’assemblée si à la séance suivante une résolution n’était pas prise concernant les prisonniers :

  • 31 Henri II à Coligny, Blois, 4 janvier 1556, BNF, Fr. 2846, f° 187r°.

(vous) procederez de façon que à ce jour là les choses soient en une sorte ou autre resolues et leur en coupperez la broche tout court, prenant congé d’eulx et remectant les choses à une autre foys qu’il plaira à Dieu les mieux disposer31.

  • 32 Lettre du 4 janvier 1556, BNF, NAF 6168, p. 669.

19Les députés impériaux, pour leur part, donnaient l’impression d’être totalement désemparés. Blâmés par leurs souverains, ils ont tenté de gagner du temps pour respecter leur volonté, tout en ne cessant de répéter qu’une telle attitude mènerait droit à la rupture. Aussi repoussèrent-ils avec peine les assauts français, qui répondaient à leurs objections et propositions sans même se retirer pour se concerter. Au bout d’une réunion, ils se disaient déjà à court d’arguments et conseillaient franchement de ne pas manquer l’occasion qui se présentait de parvenir à un accord32.

20En proposant solennellement une trêve, le 10 janvier 1556, Coligny et L’Aubespine ont offert une porte de sortie. Cette concession avait néanmoins une contrepartie : elle se présentait comme un ultimatum. Elle leur permit aussi de prendre un net ascendant sur des négociateurs impériaux convaincus que la réunion pouvait s’achever à tout moment.

21Le dénouement a ensuite été très rapide, malgré la volonté de Charles Quint et Philippe II de ne pas hâter la résolution finale. Les deux souverains espéraient toujours obtenir quelques avantages en continuant à temporiser. Une dizaine de jours a été nécessaire pour que des pouvoirs et des instructions précises parviennent de Bruxelles. De nouveaux députés les apportèrent le 21 janvier 1556 : Charles de Tisnacq, conseiller au Conseil d’État et au Conseil privé des Pays-Bas, et le régent Giovanni Battista Schizzi, membre du Sénat de Milan et véritable représentant du duché à la cour. Ces renforts n’ont été d’aucune utilité, car les diplomates français n’avaient pas non plus renoncé à leur empressement et à leur fermeté. Ces derniers repoussèrent en bloc les exigences qui leur furent présentées. Et s’ils permirent une nouvelle consultation de la cour de Bruxelles, l’accord fut finalement discuté et signé en trois jours, du 3 au 5 février, par des députés impériaux plus portés à aplanir les problèmes qu’à soulever des difficultés.

L’ACCORD JUGÉ AU MOMENT DE SA SIGNATURE

  • 33 Pour la discussion des articles de l’accord, voir les instructions remises les 20 et 31 janvier au (...)

22Puisqu’il s’agissait de conclure une trêve, les souverains ne devaient s’engager que temporairement et sur des enjeux bien moins cruciaux que pour une négociation de paix. Il convient néanmoins de mesurer l’engagement consenti à cette occasion33.

  • 34 Article séparé de la trêve sur les prisonniers de guerre, Vaucelles, 5 février 1556, BNF, Fr. 2846 (...)

23Dans ses dispositions générales, l’accord est favorable à Henri II. Selon le modèle de la trêve de Nice (1538), les deux parties ont accepté qu’il concerne l’ensemble des États des souverains mais aussi les espaces maritimes. Il rétablissait la liberté de circulation et, en excluant les relations avec l’Amérique, la liberté du commerce. Sa durée, en revanche, a donné lieu à un vif marchandage. Les expectatives concernant l’avenir étaient moins en cause que le prestige de chaque monarchie. Plus la trêve serait longue, plus elle apparaîtrait déshonorante pour Philippe II et plus la puissance française semblerait manifeste. Coligny et L’Aubespine devaient obtenir une cessation des hostilités pour six ans et en demandèrent dix, se fondant sur le précédent de Nice. Les délégués impériaux avaient reçu pour consigne de la limiter à trois ou quatre ans. Ils disposaient d’une moins grande marge de manœuvre, et, croyant s’en tirer à bon compte, ont accepté une trêve de cinq ans. Comme les Français ne parvenaient pas à faire plier leurs adversaires quant aux prisonniers de guerre, on n’en fit pas mention dans l’accord. Henri II conditionna néanmoins sa ratification à leur libération et à la fixation d’une rançon d’un montant raisonnable — excluant donc des exigences territoriales34. Sans priver l’autre partie de ces moyens de pression, de telles dispositions rendaient la position impériale plus difficile à tenir.

  • 35 Henri II à ses députés, Chambord, 25 janvier 1555, BNF, Fr. 2846, f° 193v°.
  • 36 A. Segre, « La questione Sabauda », pp. 426 sq. ; V.-E. Bourrilly, « Les rapports de François Ier (...)

24Au roi de France, il suffisait visiblement d’avoir obtenu satisfaction sur l’essentiel : un traité ne l’obligeant à aucune restitution et dans lequel ses alliés étaient inclus. Charles Quint et Philippe II ont présenté, quant à eux, une longue liste de revendications. Leur objectif était de montrer à leurs alliés qu’ils avaient défendu leurs intérêts pendant les négociations, se contentant parfois de démarches de pure forme. Les demandes de restitution des Trois-Évêchés à l’Empire, de la Corse à la république de Gênes et du Montferrat au duc de Mantoue, n’ont pas eu d’autre fonction ; elles se sont heurtées, comme il était prévisible, à une fin de non-recevoir. La cause d’Emmanuel-Philibert, duc de Savoie, n’a pas été oubliée, sans être soutenue avec une réelle vigueur. Celui-ci avait montré des signes de son mécontentement dès avant les négociations de Marck, mais il était devenu lieutenant général du roi aux Pays-Bas en octobre 1555, succédant à Marie de Hongrie ; ne craignant plus véritablement une défection de sa part, on prit peut-être moins garde à le ménager. Les Habsbourg auraient tout de même voulu obtenir la restitution d’Ivrea, dans le Val d’Aoste, et de son plat pays. En guise de parade, Henri II a proposé de verser comme pension au duc le revenu, assez dérisoire, du plat pays d’Ivrea : ainsi Emmanuel-Philibert n’aurait « riens meslé parmy ses terres ». Par cette concession, il semblait en outre vouloir illustrer le discours qu’il avait toujours tenu au fils de Charles III : tout espoir de retrouver ses États ne pouvaient reposer que sur la libéralité du roi de France, et en aucun cas sur la faveur de Charles Quint35. Le duc, mécontent, a adressé de vifs reproches à l’empereur et à Philippe II ; on lui promit de défendre ses intérêts une fois la paix négociée36. Les débats sur la Lorraine, menace directe pour les Pays-Bas, provoquèrent en revanche une « demye rupture » : Lalaing et Renard protestèrent solennellement, mais en vain, contre la tutelle imposée par la France.

25Les souverains Habsbourg ont aussi cherché, par leurs exigences et par une formulation habile des articles de l’accord, à affermir leurs prétentions territoriales en vue de futures négociations, mais aussi à éloigner la France de ses alliés et à réduire sa capacité de nuisance, principalement en Italie et en Allemagne. Leurs députés ont arraché quelques concessions, lesquelles ne sont pas toutes uniquement symboliques. Ils se sont fondés pour cela sur les implications d’une trêve, qui supposait une totale « abstinence de guerre » : aucune offense ne pouvait être commise à l’encontre des puissances mentionnées dans le texte, directement ni indirectement. Tout devait demeurer en l’état : nulle attaque, nulle atteinte à un territoire ou contestation d’un droit n’étaient permises. En vertu de ces principes, Henri II a accepté d’abandonner, au moins sur le papier, certains de ses alliés : tous les fuorusciti de Naples et de Milan. Il faut aussi noter que les intérêts français en Toscane et le sort des Siennois sont presque passés sous silence. La république de Sienne n’est pas nommée explicitement ; l’accord précise simplement qu’Henri II s’engage à ne pas permettre aux bannis florentins et siennois d’enfreindre la trêve tant qu’ils résideront sous son obéissance — autrement dit tant qu’ils se trouveront dans la république de Montalcino. Surtout, deux revendications répétées pendant tout le XVIe siècle ont reçu un accueil étonnamment favorable. François Ier avait dû promettre à plusieurs reprises de participer à la lutte contre le Turc ; Henri II a peut-être pris à Vaucelles un engagement aussi contraignant. Le sultan de Constantinople n’est pas explicitement cité dans l’accord, mais les souverains ne doivent fournir d’assistance d’aucune sorte à une flotte ayant des intentions hostiles, pas même la ravitailler ou l’accueillir dans un port. Voici ce que la trêve interdit aux souverains :

  • 37 AGS, Est. K 1643, n° 3b, copie coll.

… bailler ayde, port, assistance ou faveur de gens, de argent, artillerie, munitions, victuailles quelz qu’ilz soient, ne chose quelzconque à ceulx qui le voudront faire, procurer ou attempter, ny passaiges par leurs royaulmes, pays, terres et seigneuries, ny les recevoir ou donner entrée ès portz de mer qu’ilz tiennent, ou leur donner refreschissement, y venans pour faire acte d’hostillité contre Leurs Majesté, pays et subjects et autres comprins en la presente tresve37.

  • 38 Voir ibid., ainsi que la lettre de Juana à Philippe II, [Valladolid, mars 1556], AGS, Est. 109, n° (...)

26À la première venue des navires turcs en Méditerranée occidentale, Philippe II disposait d’un casus belli tout trouvé. Bien plus, on ne peut qu’être surpris de voir Coligny, pourtant amiral de France et principal promoteur des entreprises de colonisation dans les zones d’influence portugaises et espagnoles en Amérique, accepter que les sujets de son prince ne pourront y « naviguer, traffiquer ou negocier » sans une licence de Philippe II. Sans doute ne fallait-il y voir que des assurances formelles38. Le gouvernement de régence espagnol estima d’ailleurs que les termes de l’article étaient trop généraux pour que son application pût être véritablement efficace : aucune sanction n’était prévue pour les contrevenants. Voici la condition que Philippe II aurait voulu faire accepter :

  • 39 Philippe II aux députés impériaux, [vers le 20 janvier 1556], BNF, NAF 6168, p. 652.

… se tiendront pour ennemis tous ceux desd. François qui navigueront celle part et […] contre iceux sera permis et licite, demeurant la trêve en sa force et vigueur, d’user en leur endroit de toute aigreur et hostilité39.

27Les engagements couchés sur le papier n’étaient pourtant pas sans conséquence.

28Pour l’ensemble des contemporains, l’accord est apparu extrêmement favorable à Henri II. Son principal artisan côté français, Anne de Montmorency, exultait :

  • 40 Montmorency à Coligny, Pontlevoy, 6 février 1556, BNF, Fr. 2846, f° 197r°.

C’est une œuvre de Dieu qui, aymant nostre maistre, luy a voulu donner tout le prouffict et l’honneur de ceste negociation et rabattre par ce traicté la plus grande partie de la grandeur de son ennemy40.

  • 41 BNF, NAF 8054, f° 43r°-v°.
  • 42 Voir le modèle de lettre destiné « aux ministres » de Philippe II, février 1556, AGS, Est. 511, n° (...)
  • 43 Mémoire remis à Renard, [vers le 27] décembre 1555, BNF, NAF 6168, p. 632 ; Philippe aux députés i (...)

29Son enthousiasme a d’ailleurs été largement partagé. Les lettres adressées par le roi au Parlement le 8 février 1556 en vue de la publication de l’acte évoquent un accord « qui ne luy est de peu d’honneur et reputation »41. On se montra beaucoup plus sobre à la cour de Bruxelles, se contentant des annonces officielles accoutumées, non sans souligner que l’adversaire avait pris l’initiative des négociations et aurait souhaité une trêve plus longue42. En tant que tel, néanmoins, le traité n’instaurait pas un modus vivendi totalement déséquilibré et impossible à mettre en œuvre. Henri II s’est résolu à des concessions d’importance. En effet, il a accepté de mettre ses ambitions italiennes en sommeil, défendant avec mollesse la cause siennoise et renonçant à mener une offensive aux côtés du pape ; l’allié turc était une nouvelle fois abandonné sans ménagement particulier. Pour les Habsbourg, une cessation des hostilités sans restitution des conquêtes était la solution la moins déshonorante ; elle présentait l’avantage considérable de ne pas hypothéquer l’avenir. Philippe II l’a affirmé sans hésitation : mieux valait une trêve qu’une paix par laquelle il ne récupérerait rien ou dont le prix serait le duché de Milan43. On pourrait résumer la trêve par une formule lapidaire : aux Français les conquêtes, au roi d’Espagne la préservation de l’unité de son empire. La lutte pour la suprématie en Europe demeurait ouverte, mais était, d’un commun accord, mise en veille.

III. — UNE TRÈVE SABORDÉE

  • 44 Instruction de Philippe II aux plénipotentiaires impériaux, [31 janvier 1556], BNF, NAF 6168, pp. (...)
  • 45 Article séparé de la trêve sur les prisonniers de guerre, 5 février 1556, BNF, Fr. 2846, f° 167v°.
  • 46 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 240. Les sources diplomatiques concernant directement cet ép (...)

30Signer une trêve n’est en rien satisfaisant au XVIe siècle : limitée dans le temps et n’étant scellée par aucun mariage, elle comporte un caractère imparfait et peut laisser supposer que les belligérants ne cherchent pas véritablement à se réconcilier. Idéalement, les princes sont, au contraire, censés le souhaiter : une trêve, espère Philippe II, « donnera chemin à la paix »44. Dans les deux camps, on a donc présenté le compromis de Vaucelles comme un prélude à la signature d’un accord plus ferme, « étant la tresve faicte et le chemin d’amityé ouvert »45. Dans les faits, l’accalmie a été brève et émaillée d’incidents. Les conditions de la trêve, qui devaient régir les relations entre princes, n’ont jamais été entièrement respectées, et le rétablissement de relations diplomatiques n’a pas contribué à les rendre pacifiques. Résistant à la tentation de vouloir faire le récit d’un échec annoncé — au demeurant tout à fait réel —, il apparaît nécessaire de mesurer les potentialités comme le caractère éphémère de cette « trefve sans trefve » pour reprendre une formule du fin analyste de la politique de son temps qu’est Boyvin du Villars46.

ESPRIT DE CONCILIATION ; ESPRIT DE REVANCHE

31À peine signé, l’accord a donné lieu à de vifs débats dans chaque camp. Leur résultat a conditionné l’attitude des deux monarchies jusqu’au milieu de l’année 1556.

  • 47 L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, t. II, pp. 44-74.
  • 48 Mémoires de François de Lorraine, p. 242.

32Même si une victoire diplomatique venait d’être remportée, les partisans d’une poursuite de la guerre demeuraient très puissants à la cour de France47. Leur chef de file, le cardinal de Lorraine, avait été absent lors des négociations de Vaucelles. D’Italie, il avait livré bataille pour que soient ratifiés les accords scellant la Sainte Ligue, proprement aveuglé par les perspectives qu’elle offrait. Si le roi ne ratifiait pas l’accord signé avec le pape, écrivait-il au duc de Guise vers la fin décembre 1555, « nous venons à manquer au pape, le roy pert la Toscane, pert le pape, pert sa foy, sa reputation, stabilit la grandeur du roy d’Angleterre en Italie, faict piller Rome et subjuguer toute l’Eglise »48.

  • 49 Voir ses lettres patentes données à Blois, BNF, Dupuy 176, f° 159r°-v°.
  • 50 Henri II à Hercule II, Blois, 19 avril 1556, BNF, Fr. 3147, ffos 26-27, duplicata.
  • 51 Lettre à Ruy Gómez de Silva, Paris, 8 juin 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, p (...)

33Revenu quelques jours après la signature de l’accord, le 12 février 1556, le cardinal demanda à nouveau au roi de France de tenir ses engagements envers le pape et le duc de Ferrare, au risque de perdre son honneur et son crédit en Italie. Henri II a sans doute été indisposé par cette opposition frontale. Il a néanmoins parfaitement assumé la conclusion du traité de Vaucelles. Montmorency a eu toute latitude pour mettre en œuvre sa politique d’apaisement, qui s’est traduite par une volonté d’appliquer l’accord rapidement — dès le 13 février49. Les objectifs de la Sainte Ligue ont par conséquent dû être réinterprétés. On décida de ne pas appliquer son volet offensif dans l’immédiat, puisque la trêve avait été signée ; en revanche, le roi s’engagea solennellement à accorder sa protection à ses alliés50. La position du connétable n’est cependant pas exempte de contradictions. Il a convaincu son souverain d’adopter une attitude pacifique, sans pour autant sacrifier les ambitions françaises. Les alliances italiennes ont été mises en repos, mais il n’a jamais été question d’y renoncer. Chez Montmorency, l’ardeur guerrière n’est pas l’unique recours pour affirmer la supériorité française ; il caressait, semble-t-il, l’espoir d’obtenir de Philippe II, à l’amiable, des concessions susceptibles de ramener la paix — en monnayant le Piémont contre le duché de Milan, selon l’ambassadeur Simon Renard, renvoyé en ambassade auprès d’Henri II51.

  • 52 J. M. Boyden, The Courtier and the King ; S. Fernández Conti, Los Consejos de Estado y Guerra, pp. (...)
  • 53 Henri II à L’Aubespine, Amboise, 30 mars 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 67r°-68v°.

34Pour la monarchie espagnole, les relations avec la France revêtaient une importance capitale. Philippe II se devait d’affirmer son rang au sein de la « société des princes ». Ses prises de position en faveur de la paix au cours des années précédentes l’avaient fait apparaître comme un souverain faible. On observait avec attention ses premières décisions : elles étaient censées augurer de son comportement pour la suite du règne. La composition de la nouvelle équipe dirigeante s’avérait donc déterminante. En matière de politique extérieure, Philippe II se reposa sur un nouveau Conseil d’État, où siégeait notamment Emmanuel-Philibert, mais qui était sans conteste dominé par Ruy Gómez de Silva. Grâce à son crédit, le favori parvint à imposer ses proches au gouvernement, alors que le duc d’Albe était en Italie. Sans doute plus intéressé aux affaires intérieures de la monarchie espagnole qu’à une politique tournée vers l’affirmation de la supériorité du Roi Catholique en Europe, il inclinait à conclure une paix avec la France. Par sa connaissance inégalée en matière diplomatique, Granvelle sut pourtant contrebalancer son influence en ce domaine52. Charles Quint n’avait pas encore quitté totalement la scène. Ce n’est qu’à la fin du mois de mars 1556 que la cour de France note qu’il n’exerce plus un rôle prédominant. L’ensemble des actes de la trêve ont été couverts de son autorité et il a continué ensuite à être consulté53. Le nouveau gouvernement a opté pour le respect de la tradition : la politique de Philippe II s’est calquée sur celle de son père, car son inspirateur semble une nouvelle fois avoir été Granvelle, qui a fait triompher la rudesse sur l’esprit de conciliation.

  • 54 Philippe II à Lalaing, Bruxelles, 6 mars 1556, BNF, NAF 6168, pp. 601 et 605.
  • 55 Voir la dépêche des députés impériaux du 5 février 1556, et la réponse de Philippe II (BNF, NAF 61 (...)
  • 56 A. Segre, « La questione Sabauda », pp. 393-399, et R. Cantagalli, La guerra di Siena, pp. 455-456

35À Bruxelles, on considérait en effet que le camp français avait fait montre de beaucoup d’arrogance à Vaucelles. Il fallait donc montrer que les relations entre monarchies ne pouvaient reposer sur de tels fondements et rabattre l’orgueil de la partie adverse54. Selon un plan prévu à l’avance, la trêve n’a pas été publiée immédiatement, comme on l’a fait en France, afin de gagner in extremis un maximum de territoires — puisqu’en vertu de l’accord chacun demeurait maître des terres dont il était en possession le jour où il prendrait effet. Or, les négociateurs avaient, sans consulter la cour, décidé que la trêve entrerait en vigueur le jour de sa signature afin d’éviter tout litige et tout incident. Philippe II décida néanmoins de ne modifier en rien la stratégie prévue, sous le prétexte qu’Henri II n’avait donné aucune assurance de vouloir ratifier le traité55. Cette décision a eu pour conséquence nombre d’incidents aux frontières des Pays-Bas et des royaumes espagnols. La publication ayant été faite côté français, des particuliers et des marchands les ont traversées et ont été arrêtés. Un des principaux objectifs de cette temporisation était de mener une dernière offensive contre le Piémont et la république de Montalcino. Les autorités espagnoles n’ont accepté de publier la trêve dans le duché de Milan qu’à la mi-mars et le 28 mars en Toscane. Le résultat des opérations militaires menées durant ces deux mois ou presque a été décevant : seule la conquête de la place de Gattinara, en Piémont, mérite d’être signalée56.

  • 57 Philippe II aux députés impériaux, [vers le 6] février 1556, BNF, NAF 6168, pp. 682-683 ; mémoire (...)
  • 58 Lalaing à Coligny, [vers le 20 février 1556], BNF, NAF 6168, p. 686 ; Henri II à Coligny, Blois, 2 (...)
  • 59 B. Haan, « Faveur et changement de règne ».

36Avec plus de discrétion, Lalaing et Renard ont été invités dès la fin des pourparlers à se justifier. Non seulement ils ont été blâmés pour avoir signé un traité sans avoir pris la peine de consulter leurs souverains, mais la trêve, telle qu’elle avait été négociée, a été âprement critiquée. Dans un mémoire, dont l’auteur est sans nul doute Granvelle, chaque article était discuté et tout écart avec les instructions remises aux négociateurs condamné. Le document pointe, entre autres, la durée de la trêve, plus longue qu’on ne le souhaitait, le fait que les Français avaient pu inclure tous les alliés qu’ils souhaitaient, avec des titres jugés souvent contestables, et enfin leur décision de publier la trêve sur la frontière flamande de leur propre chef, qui avait fait échouer plusieurs entreprises militaires. Lalaing, sans dissimuler le moins du monde qu’il était favorable à des relations apaisées avec la France, a été invité à y répondre. Il voyait beaucoup d’arguties dans les reproches qui lui étaient faits. La conduite des négociations, alléguait-il, avait été conforme à la volonté de Charles Quint et de Philippe II, mais aussi à la nécessité du moment, car, étant donnée la situation, une trêve s’imposait. Elle s’était, de plus, révélée profitable : ils avaient mis de côté les « motifs d’aigreur » et négocié un accord à des conditions convenables, en cédant certes parfois du fait de la résistance française57. Le seul résultat tangible de ces débats a été de demander à Henri II, qui l’a accepté sans hésiter, de mentionner dans la ratification que les titres donnés aux alliés du roi de France ne portaient nullement préjudice aux prétentions des Habsbourg58. Lalaing et Renard perdirent tout crédit auprès de Charles Quint et de Granvelle. Ils n’ont pourtant pas été désavoués par Philippe II, qui a continué à les associer aux relations avec la France. Il reste que la volonté de conciliation démontrée par les députés impériaux à Vaucelles correspondait mal à l’image de fermeté que l’on souhaitait afficher à Bruxelles59.

UNE TRÊVE SANS ÉTAT DE GRÂCE

  • 60 Henri II à Coligny, 28 février et 9 mars 1556, BNF, Fr. 2846, ffos 199r°-200r° et 206r°-207r° ; Ph (...)
  • 61 Lalaing et Renard à Philippe II, Cambrai, 9 et 10 mars 1556, BNF, NAF 6168, respectivement pp. 589 (...)

37Durant les premiers mois de la trêve, la question des prisonniers de guerre s’est trouvée au cœur des débats. Elle a provoqué des tensions toujours plus vives. Comme ce point n’avait pas été définitivement réglé, il fallait tout d’abord signer un nouvel accord. Il a été discuté à Vaucelles, le 9 mars 1556, par Lalaing, Renard et Tisnacq d’une part, et par Coligny accompagné d’un simple secrétaire de l’autre. Une fois encore, les députés impériaux, craignant une reprise des hostilités, ont cédé aux exigences françaises. La volonté de Philippe II était de relâcher l’ensemble des prisonniers s’ils payaient leur rançon — sa position avait notablement évolué puisqu’il abandonnait toute revendication territoriale — à condition que Robert de La Marck et François de Montmorency servissent de caution à l’accomplissement de l’accord et ne fussent libérés qu’après tous les autres captifs60. Il n’obtint pas gain de cause : on décida que les rançons du duc de Bouillon et du fils du connétable seraient fixées sous trois mois, pourvu qu’au préalable on eût fixé celle d’Arschot et que les sommes exigées fussent raisonnables. Il n’était pas explicitement fait référence aux autres prisonniers et, surtout, le terme fixé quelques mois auparavant était très court61. Le déroulement comme le résultat de cette nouvelle négociation n’a pas modifié l’attitude des deux camps portés l’un à résister, l’autre à exiger toujours plus.

  • 62 Voir les deux lettres d’Henri II à L’Aubespine, Amboise, 11 avril 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 70v° (...)
  • 63 Voir principalement Henri II à L’Aubespine, Blois, 2 mai 1556, BNF, Fr. 20991, f° 85r°-v° ; l’inst (...)

38Granvelle a donné le ton, pour la monarchie espagnole, dès les cérémonies de prestation de serment de Philippe II et de Charles Quint, à la fin du mois de mars. Parlant avec Coligny, envoyé à Bruxelles pour la circonstance, il élève de nombreuses difficultés sur la libération des prisonniers, donnant l’impression de vouloir mettre en cause les dispositions signées. Cette intervention a paru déplacée au moment où la trêve était officiellement célébrée et où l’on devait mettre de côté « toutes les petites subtilités et cavilations (perfidies) »62. Le gouvernement espagnol est pourtant demeuré par la suite fidèle à cette ligne de conduite, comme put le constater le nouvel ambassadeur français, Sébastien de L’Aubespine : les discussions ont été lentes et âpres. Les débats achoppèrent sur des points tels que le traitement des prisonniers détenus par des particuliers (devaient-ils suivre les accords signés par les souverains ?) et le montant des rançons, du simple soldat aux « enfants de famille », tous soumis à des régimes différents63. Au bout de quelques mois, le diplomate déplora ces contretemps :

  • 64 L’Aubespine à Henri II, Gand, 4 septembre 1556, BNF, Fr. 6614, ffos 2-6, orig.

… ils reculent sur le fait des prisonniers ; ça esté tousjours ce qu’ilz ont observé […] quant ilz ont voulu alterer les choses, estimans par là avoir quelque moien de revanche64.

  • 65 Montmorency à Coligny, Blois, 28 février 1556, BNF, Fr. 2846, ffos 200r°-201v°.
  • 66 Montmorency à L’Aubespine, Fontainebleau, 31 mai 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 119v°-121v°.
  • 67 Henri II à L’Aubespine, Blois, 2 mai 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 85v°-86r° ; Renard à Philippe II, (...)

39Ces « petites subtilités » ont été de grande conséquence en France. Au lendemain de la trêve, Henri II, inspiré par Montmorency, montrait vouloir ignorer les obstacles qui se présentaient. De fait, il prit le parti de ne pas s’indigner des incidents survenus en Italie. L’attitude de la cour de Bruxelles sur la question des prisonniers lui a néanmoins fait considérer progressivement qu’il n’était pas payé en retour. Aussi eut-il de plus en plus de difficulté à contenir son exaspération. Vers la fin du mois de mai, soit au terme des trois mois de délai fixés pour relâcher les prisonniers, Philippe II annonça une série de mesures favorables aux proches du connétable. Cependant, les rançons proposées étaient loin d’être jugées raisonnables. Montmorency ne lui en fut donc nullement reconnaissant65. En outre, ses plans ont été contrariés par l’évasion du duc d’Arschot le 10 mai 1556. Le connétable comptait bien retrouver son fils sans rien débourser, en imposant au seigneur flamand une rançon semblable, puisque la partie adverse refusait un échange. En somme, il ne voyait que dissimulation dans l’attitude du jeune souverain66. L’exécution des accords ne se poursuivait pas moins. Entre juin et octobre 1556, tous les prisonniers de marque français ont été libérés. Le duc de Bouillon, déjà âgé et fragilisé par une longue et rigoureuse captivité, retrouva la liberté le dernier, en octobre 1556, mais mourut aussitôt. La réaction de Montmorency a été d’autant plus vive qu’il était exposé à de constantes attaques de la part des Guise. L’attitude espagnole mettait en échec sa politique de conciliation. Considérant que le camp adverse ne respectait pas la trêve, il a progressivement durci ses positions. En accord avec Henri II, il a refusé d’engager des négociations de paix avant le règlement définitif de la question des prisonniers. Les choses en restèrent donc là. À la mi-juin, le principal partisan de l’apaisement côté français avait déposé les armes67. Les relations entre monarchies n’ont donc été marquées par aucune cordialité : la trêve de Vaucelles, sans être mise en cause, n’a pas même connu d’état de grâce.

LA TRÊVE VICTIME DES MENÉES PONTIFICALES

  • 68 Sur cette lutte et ses enjeux, voir L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, t. (...)

40Les chicanes étaient à l’ordre du jour, pas la guerre. Du fait de l’attitude agressive de la papauté et du risque qu’une des deux monarchies domine Rome, le climat a rapidement changé. La réouverture des hostilités est revenue à l’ordre du jour dès le mois de juin 155668.

  • 69 N. Bazzano, Marco Antonio Colonna, pp. 67 sq ; M. J. Rivero Rodríguez, « Marco Antonio Colonna » ; (...)
  • 70 Renard à Philippe II, 30 juin, 9 juillet et 11 août 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, (...)
  • 71 Mémoires de François de Lorraine, p. 287.

41Les coups d’éclat répétés de Paul IV ont peu à peu instauré une forte instabilité, permettant la réactivation de la Sainte Ligue. Il s’est attaqué de front aux intérêts espagnols en Italie, notamment en privant les Colonna de leurs États dans les terres de l’Église ; ceux-ci étaient à la fois vassaux et alliés des Habsbourg. En outre, le pape envoya Carlo Carafa en légation de paix à la cour de France. La manœuvre ne trompa personne : l’objectif du cardinal neveu était d’obtenir ni plus ni moins la rupture de la trêve69. Il résida auprès du roi de France du 16 juin au 13 août. L’ambassadeur de Philippe II, Simon Renard, avouait ses difficultés à déterminer la volonté d’Henri II et de ses ministres. Il assura néanmoins dès l’origine que Carafa était parvenu à ses fins ; son souverain partagea bientôt cette conviction70. Les apparences étaient pourtant trompeuses : le légat avait convaincu les Espagnols, pas les Français. En effet, Henri II s’est contenté de payer Carafa de bonnes paroles. Même le cardinal de Lorraine, informé par L’Aubespine des intentions pacifiques de Philippe II, ne croyait nullement au retour de la guerre : « nous jouirons de la tresve pour le temps qu’elle a esté accordée », écrit-il au duc de Guise le 21 juillet 155671.

  • 72 Sur l’attitude pontificale au cours de cette crise, voir D. Santarelli, Il papato di Paolo IV nell (...)
  • 73 L’Aubespine à Henri II, Gand, 4 septembre 1556, BNF, Fr. 6614, ffos 2-6, orig ; Renard à Philippe (...)
  • 74 Renard à Philippe II, 1er octobre 1556, AGS, Guerra Antigua 62, n° 73, déch.

42Le pape franchit un nouveau cap à la fin du mois de juillet, donnant lieu cette fois à des prises de position fermes de la part de chaque gouvernement, puis finalement au déclenchement des hostilités. Il déclara qu’en assistant les Colonna, qui avaient été excommuniés, l’empereur et son fils tombaient, en vertu du droit canon, sous le coup de la même condamnation, puis renvoya leur ambassadeur. Philippe II estima ne pouvoir admettre de tels affronts. Non sans s’être assuré de la justesse de sa cause auprès d’une commission de théologiens, il décida d’engager une épreuve de force contre le chef de la chrétienté. Le duc d’Albe, en tant que vice-roi de Naples, fut chargé de la mission délicate de le faire céder, au besoin par un recours prudent aux armes72. Renard, chargé de justifier la décision de son souverain, allégua le comportement de Paul IV, qui était clairement l’agresseur ; à la cour de France, on ne voulut retenir que l’agression subie par Paul IV. Henri II se déclara d’emblée déterminé à offrir sa protection au pape, en vertu de leur alliance diplomatique comme de la mission du Très Chrétien de défendre le Saint-Siège. Son honneur était doublement en jeu, et si le général de Philippe II tentait de négocier par la force, il tiendrait un tel acte pour une atteinte personnelle73. Les négociations du duc avec la papauté échouèrent et, sans les rompre, ses troupes pénétrèrent au début du mois de septembre 1556 dans les États de l’Église. Il s’empara d’Agnani, s’ouvrant la voie vers Rome. À l’annonce de cette nouvelle, le roi de France et son Conseil décidèrent le 5 octobre d’envoyer des troupes au secours du pape. Ils considéraient que la trêve avait été enfreinte74. À partir de ce moment, chacun leva activement des troupes et chercha à sonder les intentions belliqueuses de l’adversaire. Les ambassadeurs demeurèrent en poste, mais la rupture était consommée.

43Comme l’enjeu était capital pour l’équilibre entre princes, ceux-ci n’étaient pas disposés à perdre la face. Rome risquait de tomber sous la domination de l’un d’entre eux. Durant une altercation avec Renard, Montmorency l’exprima en des termes crus :

  • 75 Renard à Philippe II, 27 septembre 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, p. 717.

Eh bien ! que veult faire le roy vostre maitre ? veut-il deschasser ce povre viez homme ? le veult-il prandre prisonnier comme l’on fist le pape Clement ? veult-il prandre Rome ?75

  • 76 Lanssac à Guillaume d’Avançon de Saint-Marcel, 11 août 1556, C. Sauzé, « Correspondance politique (...)
  • 77 L’Aubespine à Henri II, 4 septembre et 17 octobre 1556, respectivement BNF, Fr. 6614, ffos 2-6, or (...)

44Le précédent du sac de 1527 et de la captivité de Clément VII, maintenu en résidence surveillée au château Saint-Ange, lui venaient naturellement à l’esprit. Personne ne voulut prendre la responsabilité d’une solution pacifique, qui aurait été interprétée comme un aveu de faiblesse. Le connétable fit allusion, une seule fois, à une possible médiation, mais le gouvernement français préféra encourager la signature d’un accord par l’intermédiaire des agents présents à Rome, sans trop engager l’autorité royale76. Tout aussi prudent, Philippe II ne sollicita aucune intervention diplomatique d’Henri II, se contentant de suggérer qu’il devait tenter d’adoucir le souverain pontife77. La situation relevait du cercle vicieux, comme on s’en rendit rapidement compte dans les rangs espagnols : la plupart des agents d’Henri II à Rome, ne s’estimant plus tenus de favoriser l’apaisement depuis le début de la guerre, ne cessaient de jeter de l’huile sur le feu, et tant que le pape se sentirait soutenu, il ne céderait pas. Jusqu’à la fin de l’année 1556, les dirigeants français ont sans doute espéré que Philippe II reculerait ; à Bruxelles, on attendit avec anxiété la nouvelle de la signature d’un accord avec le pape. Comme les conditions imposées par Paul IV furent jugées excessives, la guerre entre monarchies reprit.

L’IMAGE DE L’AUTRE

45Avant même la signature de la trêve, les deux gouvernements ont spéculé sur les conséquences de l’avènement de Philippe II. Son entrée en scène, comme cela avait été le cas pour Henri II en 1547, constituait autant une opportunité pour l’apaisement qu’un facteur d’instabilité. Antoine de Noailles avait adressé dès 1555 une mise en garde solennelle à ce sujet :

  • 78 Noailles à Claude de L’Aubespine, 26 novembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, (...)

… je diray que d’ung Philippe doulx et gracieulx, qu’il nous promet par là le contraire de sa nature (celle de son père) et perpetuelle bonne voysinance, nous en pourrions bien faire un aultre Charles, fin, cault et malicieux, et le plus dangereulx voysin que jamais eust nostre province78.

46Les tensions accompagnant l’application de l’accord ont forgé ou renforcé, dans chaque camp, la perception de l’adversaire et de l’équilibre des forces entre princes. Cette donnée capitale explique leur intransigeance tout au long de l’année 1556.

  • 79 « Discours de l’embarquement et departye de l’empereur Charles d’Austrice cinquiesme de ces Païs B (...)
  • 80 C. de Marillac, « Discours sur la roupture de la trefve en l’an M. D. LVI. », p. 173. Sur l’image (...)

47Aucun acte du règne de Charles Quint n’a été autant célébré en France que son départ pour la Castille et son retrait au monastère de Yuste. À cette occasion se révèle sans fard un fort complexe de supériorité. Le souverain s’est vu dresser, en guise d’oraison funèbre, son portrait en empereur déchu. Sa soif de domination universelle, d’imposer une autorité tyrannique à ses États et sa supériorité à ses adversaires ont été les thèmes unanimement déclinés dans les rangs français. Le « discours » de Jean de La Roche en est sans doute la meilleure illustration ; il a en tout cas porté l’attaque la plus mordante. Ce serviteur de Sébastien de L’Aubespine a assisté à l’embarquement du souverain pour la Castille en août 1556 et en a livré un compte rendu écrit à son maître puis un rapport oral à Henri II. Il enterre littéralement Charles Quint, dont la litière évoque, selon lui, un cercueil, et raille son orgueil démesuré : quittant le pouvoir sans gloire, abandonné de ses sujets et de ses alliés, l’empereur organise son voyage avec une pompe digne de la préparation d’une nouvelle conquête79. L’événement a pris un goût de victoire parmi les sujets du roi de France et a même été célébré comme la défaite finale de son rival le plus implacable. On préférait désormais « adorer plustost le soleil du Levant que celuy de Ponent »80.

  • 81 Renard à Philippe II, [Paris], 30 novembre 1556, AGS, Guerra Antigua 62, n° 76, trad. du déchiffré
  • 82 BNF, Fr. 20991, f° 169v°.

48Philippe II était loin d’apparaître aussi menaçant. Malgré ses efforts pour imposer le respect, il continuait à être considéré comme un souverain faible, entouré de ministres inexpérimentés81. L’Aubespine y a sans doute beaucoup contribué en se faisant systématiquement le garant des intentions pacifiques du Roi Catholique. Par son appréciation, il n’a sans doute pas servi la cause de la trêve. Il renvoie l’image d’un gouvernement indécis, dépassé par la situation, rejetant la perspective d’une réouverture des hostilités. Le 28 octobre 1556, par exemple, l’ambassadeur rapporte que Philippe II passe son temps continuellement enfermé dans une chambre avec quelques Espagnols, en proie à la mélancolie82. En un mot, on a volontiers continué à sous-estimer, sur la base de son témoignage, la puissance de la monarchie espagnole.

  • 83 C. de Marillac, « Discours sur la roupture de la trefve en l’an M. D. LVI. », p. 180.
  • 84 Lettre à Montmorency, Rome, 13 juillet 1556, BNF, Fr. 20448, p. 345. Le « Discours sur la roupture (...)

49Dans le contexte de son intervention militaire contre la papauté, la vision de Philippe II en France s’est précisée et a pris des contours plus sombres, dont l’illustration la plus accomplie est le brûlot rédigé par Charles de Marillac au moment où la trêve est rompue. Le souverain, « prince débonnaire », s’était certes présenté, écrit-il, comme un amateur de paix avant son arrivée au pouvoir ; mais l’expérience a montré qu’il n’avait sollicité une cessation des hostilités que pour mieux imiter Charles Quint. Qu’avait-il fait sinon « proposer de belles parolles en evidence et, en effect, executer tous actes pleins de cueur mal edifié et plein de vindication et qui ne cherchoit que les moyens d’offenser secretement le roy (Henri II) et ses amys »83 ? Tout comme son père, on le dépeignait donc belliqueux et dominé par une volonté de revanche. La guerre contre le pape, surtout, permettait d’en faire la démonstration. Philippe II était dans une situation d’autant plus délicate que son règne s’ouvrait par un épisode qui rappelait fort le sac de Rome par les troupes impériales, lui qui était né à ce moment et que des prophéties avaient alors désigné comme un fléau pour l’Église. Les Français n’ont pas manqué de mettre en exergue ce lourd héritage. Au demeurant, leur indignation était sans doute bien réelle. Le cardinal du Bellay, avant que les troupes d’Albe n’entrent en action, s’est violemment emporté contre « ce bon devot roy Phelippes » et même contre « l’hypocrisie de ce saint Philippe »84. En dépit de sa faiblesse, le roi d’Espagne a alors volontiers été présenté comme un « aultre Charles », gonflé d’ambition et nullement disposé à l’établissement de relations pacifiques. Il s’agissait d’un portrait-charge officiel qu’on souhaitait mettre en avant en France et sur la scène européenne. Ces attaques correspondent peut-être aussi, ce n’est pas à exclure, à l’expression d’espoirs déçus : on avait jugé Philippe II plus porté à la conciliation que son père.

  • 85 Renard à Philippe II, 27 mai, 12 juin, 18 juin et 27 août 1556, respectivement Papiers d’État du c (...)
  • 86 « Mémoire des propos passez entre Montmorency et Renard durant l’audience du 29 mai 1556 », BNF, F (...)
  • 87 Lettre du 21 mai 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 561-562. Si les avis de (...)

50L’image renvoyée par Henri II et ses ministres dans le camp adverse n’a, en revanche, guère évolué au cours de l’année 1556. Un de ses principaux artisans a été l’ambassadeur Simon Renard. Négociateur de la trêve de Vaucelles, il est pourtant arrivé en France avec la ferme conviction que celle-ci ne voulait pas respecter l’accord. Il a grandement aidé à défaire sa propre œuvre. L’agitation entretenue au Conseil par le cardinal de Lorraine, relayée par les efforts de Diane de Poitiers, de Catherine de Médicis et des fuorusciti, a donné au diplomate l’impression que les hostilités pouvaient reprendre à tout moment. Le roi lui-même avait intrinsèquement, selon lui, un naturel porté à la guerre85. Les bonnes assurances de Montmorency n’ont pas contrebalancé le poids de ces certitudes. Renard se fait systématiquement l’écho des rumeurs les plus alarmistes. Il voit se dessiner derrières toutes les relations diplomatiques entretenues par la cour de France autant de futurs complots. À ses griefs, Montmorency a répondu qu’on ne pouvait s’étonner que le roi de France, en signant une simple trêve, n’ait pas rompu ses relations diplomatiques avec ses alliés, au nombre desquels comptaient le pape et Soliman le Magnifique86. L’accord, selon l’ambassadeur, n’avait pas changé les Français, plus présomptueux que jamais et ambitionnant toujours de dominer seuls la chrétienté. Que pouvaiton attendre d’eux, écrivait l’ambassadeur à Philippe II, « veant la cupidité qu’ilz ont à monarchie (la monarchie universelle), la braveté exterieure de la guerre derniere, dont ilz en dressent et elevent triumphes, congnoissant la continuation de leurs practiques en Italie, Alemaigne, avec le Turcq, en Angleterre, avec les rebelles de V. M. »87 ?

51Sans avoir tort sur tous les points, il a une lecture univoque de l’attitude française, fruit d’un long héritage d’hostilité.

52La trêve de Vaucelles n’était pas promise dès le jour de sa signature à un échec certain ; des entraves ont néanmoins immédiatement empêché l’établissement de relations cordiales. Le souhait mutuel d’une accalmie perceptible depuis la fin de l’année 1554 n’est pas parvenu à trouver une traduction concrète. Paul IV et le parti belliciste en France ont une responsabilité importante dans la réouverture des hostilités ; celle-ci apparaît tout autant comme une conséquence de l’arrivée au pouvoir de Philippe II et du déséquilibre existant dans les rapports de force entre monarchies. Le roi de France, certain de la supériorité qu’il avait acquise, a peu ménagé son adversaire et, face à une crise diplomatique grave, n’a pas cherché à lui offrir une issue honorable ; le Roi Catholique, régnant sur un ensemble politique fragile, mais décidé à démontrer sa puissance, a fini par s’engager avec réticence dans un nouveau conflit. Les ingrédients pour une reprise de la lutte pour la suprématie en Europe étaient réunis.

Notes

1 Les dépêches des représentants des Habsbourg permettent de considérer cet épisode à nouveaux frais (BNF, NAF 6168, pp. 526-696, copies).

2 Charles Quint à Juana, Bruxelles, 14 juin 1555, AGS, Est. 809, n° 162, minute ; mémoire envoyé par Henri II à Antoine de Noailles, [8 juillet 1555], Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, pp. 20-21.

3 Sur cette campagne, voir F. de Rabutin, Commentaires, éd. C. Gailly de Taurines, t. I, pp. 189-249, et M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 213-221.

4 Mémoires de Marillac et de Morvillier sur la conférence de Marck, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, ffos 41v° et 53v°, et Fr. 17910, f° 60r°.

5 Mémoire d’Antoine de Noailles à Henri II, 10 juillet 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, pp. 25-34.

6 Philippe à Charles Quint, Hampton Court, 10 juillet 1555, AGS, Est. 8340, n° 73, minute ; Antoine de Noailles à Montmorency, 29 juillet, 25 septembre et 22 octobre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, pp. 46-47, 139-140 et 162-165 ; François de Noailles à Antoine de Noailles, septembre 1555, ibid., t. V, pp. 134-135.

7 Carafa à Pole, Rome, 16 juillet 1555, Friedenslegation des Reginald Pole, pp. 272-274.

8 G. Baguenault de Puchesse, « Négociations de Henri II avec le duc de Ferrare » ; G. Duruy, Le cardinal Carlo Carafa, pp. 84-96 ; C. Magoni, I gigli d’oro e l’aquila bianca, pp. 68-71 ; L. Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, pp. 20-43 ; D. Santarelli, Il papato di Paolo IV nella crisi politico-religiosa del Cinquecento, pp. 49 sq. Sur la conclusion des accords et les débats qu’ils suscitèrent, voir l’instruction remise aux cardinaux de Lorraine et de Tournon, BNF, Fr. 3126, ffos 85-88, copie ou minute ; l’accord avec Hercule II, Ferrare, 15 novembre 1555, BNF, Fr. 3126, ffos 48-51, orig. ; l’avis du cardinal de Lorraine à Montmorency sur le traité passé avec le duc de Ferrare, BNF, Fr. 3126, ffos 43-51, orig. ; le mémoire de Du Gabre, ambassadeur auprès de la république de Venise, justifiant cet accord, 3 décembre 1555, BNF, Fr. 3125, ffos 58-62 ; la déclaration d’Henri II à ce sujet, Anet, 5 décembre 1555, BNF, Fr. 3141, ffos 1-7, orig. ; et les remontrances de la cour de France sur l’accord fait avec le pape, [janvier 1556 ?], BNF, Fr. 3126, ffos 111-112.

9 Correspondenz des Kaisers Karl V, t. III, p. 666. Sur la situation de l’empire de Charles Quint et ses relations avec Philippe, voir M. J. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 183-204 et 221.

10 Montmorency à Antoine de Noailles, 12 décembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, p. 245.

11 Noailles à Claude de L’Aubespine, 22 octobre 1555, ibid., t. V, pp. 174-176 ; Guise au cardinal de Lorraine, [fin de l’année 1555], Mémoires de François de Lorraine, pp. 251-252.

12 Montmorency à Antoine de Noailles, 11 novembre, 3 et 12 décembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, pp. 196-199, 233 et 243 ; Guise au cardinal de Lorraine, [novembre 1555], Mémoires de François de Lorraine, p. 252.

13 Montmorency à Antoine de Noailles, 26 novembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, p. 230.

14 Sur ce personnage, voir la notice de F. Brassart, Le blason de Lalaing, t. I, pp. 116-118.

15 Sur Renard, voir la notice d’E. Gossart (BN, t. XIX, col. 67-75), A. Repetto Álvarez, « El siglo XVI en Flandes a través del embajador Simon Renard », et M. Tridon, Simon Renard ; on dispose de moins d’informations sur Philibert de Bruxelles (voir BN, t. III, pp. 117-121).

16 Renard à Philippe, Cambrai, 7 décembre 1555, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 513-515 ; accord du 7 décembre 1555, BNF, NAF 6168, pp. 629-630.

17 Instruction remise aux députés impériaux, Bruxelles, 29 novembre 1555, BNF, NAF 6168, pp. 607-611 ; pouvoir remis par Henri II, Dangu, 26 novembre 1555, BNF, Dupuy 176, f° 139.

18 Les députés impériaux à Philippe, Cambrai, 11 janvier 1556, BNF, NAF 6168, p. 656 ; Montmorency à Coligny, Blois, 14 décembre 1555, J. Delaborde, Gaspard de Coligny, t. I, p. 162 ; Diane de Poitiers à L’Aubespine, Châtillon, 16 mai 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 101v°-102r°.

19 P. Contamine, « Rançons et butins ».

20 Lettre du 4 janvier 1556, BNF, NAF 6168, p. 666.

21 Sur ces négociations et leur résultat, voir les députés impériaux à Philippe, [Cambrai], 17 et 18 décembre 1555, BNF, NAF 6168, respectivement pp. 515-518 et 616-627 ; et l’accord concernant les prisonniers de guerre, [Vaucelles], 19 décembre 1555, BNF, Fr. 2846, ffos 165r°-166r°.

22 L. Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne, pp. 15-16 et 19-24 ; É. Poncelet, « Les droits de souveraineté de Liège sur le duché de Bouillon ».

23 Lettres à Coligny des 10 et 20 décembre 1555, BNF, Fr. 2846, ffos 174r°-175r° et 180r°-182v°.

24 Les députés impériaux à Philippe, [Cambrai], 17 décembre 1555, BNF, NAF 6168, pp. 619-624 ; Montmorency à Coligny, Blois, 26 décembre 1555, BNF, Fr. 2846, ffos 184v°-185r°.

25 Henri II à Coligny, Blois, 20 décembre 1555, BNF, Fr. 2846, ffos 180r°-182v°. On ne conserve qu’une partie des documents expédiés par le roi le 26 décembre 1555 : le pouvoir remis à ses députés (AGS, Est. K 1643, n° 3b, copie coll.) et ses lettres concernant les alliés qu’il souhaite inclure dans le traité (AN, 159 AP 1, dossier 2, n° 8, orig.).

26 Concernant les débats entre les députés et le gouvernement de la monarchie mais aussi au sein de la cour de Bruxelles, voir B. Haan, « Faveur et changement de règne ».

27 Renard à Lalaing, Bruxelles, 24 décembre 1555, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 518-519 ; mémoire remis à Renard, [vers le 27] décembre 1555, BNF, NAF 6168, pp. 630-634 (la citation est à la p. 632) ; Philippe aux députés impériaux, [8] janvier 1556, BNF, NAF 6168, pp. 678-679.

28 À l’appui de cette hypothèse, voir A. Louant, « Charles de Lalaing ».

29 Sur cette nouvelle phase des négociations, voir les lettres des députés impériaux à Philippe, Cambrai, 1er, 9 et 11 janvier 1556, respectivement Papiers d’État du Cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 522-531, et BNF, NAF 6168, pp. 663-665 et 656-663.

30 Antoine de Noailles à Montmorency, 26 novembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, p. 225 ; avis, sans doute de Granvelle, sur la négociation d’une trêve, [mi-janvier 1556], AGS, Est. 678, n° 83, minute.

31 Henri II à Coligny, Blois, 4 janvier 1556, BNF, Fr. 2846, f° 187r°.

32 Lettre du 4 janvier 1556, BNF, NAF 6168, p. 669.

33 Pour la discussion des articles de l’accord, voir les instructions remises les 20 et 31 janvier aux députés impériaux (BNF, NAF 6168, pp. 646-653 et 565-572), les dépêches des députés impériaux à Philippe II des 22 janvier et 5 février 1556 (respectivement BNF, NAF 6168, pp. 636-646 et Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 535-543), l’instruction d’Henri II à Coligny du 25 janvier 1555 (BNF, Fr. 2846, ffos 192v°-194v°), la réponse des députés français au projet de trêve établi par les députés impériaux, présentée le 4 février 1556 (BNF, NAF 6168, pp. 695-696), et enfin la trêve de Vaucelles. L’accord se compose principalement de la trêve elle-même et d’« articles particuliers », signés tous deux le 5 février 1556 (AGS, Est. K 1643, nos 3b et 2b, copies coll. de Courtewille) et des actes mentionnant les alliés que les deux rois souhaitaient inclure dans la trêve (BNF, Fr. 6604, f° 4, minute signée, et Dupuy 176, f° 156). Il faut y ajouter l’ensemble des articles séparés concernant les prisonniers de guerre (BNF, Fr. 2846, ffos 165r°-168v°).

34 Article séparé de la trêve sur les prisonniers de guerre, Vaucelles, 5 février 1556, BNF, Fr. 2846, ffos 167v°-168r°.

35 Henri II à ses députés, Chambord, 25 janvier 1555, BNF, Fr. 2846, f° 193v°.

36 A. Segre, « La questione Sabauda », pp. 426 sq. ; V.-E. Bourrilly, « Les rapports de François Ier et Henri II avec les ducs de Savoie ». Sur la réaction du duc, voir Granvelle à Emmanuel-Philibert, [février 1556], AGR, Manuscrits divers 1172, f° 297.

37 AGS, Est. K 1643, n° 3b, copie coll.

38 Voir ibid., ainsi que la lettre de Juana à Philippe II, [Valladolid, mars 1556], AGS, Est. 109, n° 83, minute, et la réponse du roi du 11 mai 1556, AGS, Est. 511, n° 147, f° 2.

39 Philippe II aux députés impériaux, [vers le 20 janvier 1556], BNF, NAF 6168, p. 652.

40 Montmorency à Coligny, Pontlevoy, 6 février 1556, BNF, Fr. 2846, f° 197r°.

41 BNF, NAF 8054, f° 43r°-v°.

42 Voir le modèle de lettre destiné « aux ministres » de Philippe II, février 1556, AGS, Est. 511, n° 87.

43 Mémoire remis à Renard, [vers le 27] décembre 1555, BNF, NAF 6168, p. 632 ; Philippe aux députés impériaux, Bruxelles, 14 janvier 1556, ibid., pp. 653-654.

44 Instruction de Philippe II aux plénipotentiaires impériaux, [31 janvier 1556], BNF, NAF 6168, pp. 570-571.

45 Article séparé de la trêve sur les prisonniers de guerre, 5 février 1556, BNF, Fr. 2846, f° 167v°.

46 F. de Boyvin du Villars, Mémoires, p. 240. Les sources diplomatiques concernant directement cet épisode n’ont été que très partiellement exploitées : la correspondance de Sébastien de L’Aubespine avec la cour de France (BNF, Fr. 20991) ne l’a jamais été, les lettres de Simon Renard (AGS, Guerra Antigua 62, nos 1-76) ont été partiellement publiées par Louis-Prosper Gachard (Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, entre les pp. 547 et 761).

47 L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, t. II, pp. 44-74.

48 Mémoires de François de Lorraine, p. 242.

49 Voir ses lettres patentes données à Blois, BNF, Dupuy 176, f° 159r°-v°.

50 Henri II à Hercule II, Blois, 19 avril 1556, BNF, Fr. 3147, ffos 26-27, duplicata.

51 Lettre à Ruy Gómez de Silva, Paris, 8 juin 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 595-596.

52 J. M. Boyden, The Courtier and the King ; S. Fernández Conti, Los Consejos de Estado y Guerra, pp. 56-60 et 69 ; J. Martínez Millán, « La facción ebolista », surtout aux pp. 166-172 ; M. J. Rodríguez Salgado, « Philipp II and Granvelle in the 1550s and 1560s », pp. 109-110, et Id., « El duque de Alba en Italia ».

53 Henri II à L’Aubespine, Amboise, 30 mars 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 67r°-68v°.

54 Philippe II à Lalaing, Bruxelles, 6 mars 1556, BNF, NAF 6168, pp. 601 et 605.

55 Voir la dépêche des députés impériaux du 5 février 1556, et la réponse de Philippe II (BNF, NAF 6168, respectivement pp. 694 et 680-681).

56 A. Segre, « La questione Sabauda », pp. 393-399, et R. Cantagalli, La guerra di Siena, pp. 455-456.

57 Philippe II aux députés impériaux, [vers le 6] février 1556, BNF, NAF 6168, pp. 682-683 ; mémoire [sans doute de Granvelle] sur la trêve de Vaucelles, [mi-février 1556], ibid., pp. 526-530 ; réponse de Lalaing, [fin février 1556], MAE, MD, Espagne 306, ffos 249-251, minute.

58 Lalaing à Coligny, [vers le 20 février 1556], BNF, NAF 6168, p. 686 ; Henri II à Coligny, Blois, 24 février 1556, J. Delaborde, Gaspard de Coligny, t. I, pp. 183-184.

59 B. Haan, « Faveur et changement de règne ».

60 Henri II à Coligny, 28 février et 9 mars 1556, BNF, Fr. 2846, ffos 199r°-200r° et 206r°-207r° ; Philippe II à Lalaing, Bruxelles, 6 mars 1556, BNF, NAF 6168, pp. 600-607.

61 Lalaing et Renard à Philippe II, Cambrai, 9 et 10 mars 1556, BNF, NAF 6168, respectivement pp. 589-597 et 586-589 ; accord sur les prisonniers, Vaucelles, 9 mars 1556, BNF, Fr. 2846, f° 168r°-v°.

62 Voir les deux lettres d’Henri II à L’Aubespine, Amboise, 11 avril 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 70v° (d’où est extraite la citation) et 73v°-74r°.

63 Voir principalement Henri II à L’Aubespine, Blois, 2 mai 1556, BNF, Fr. 20991, f° 85r°-v° ; l’instruction remise à L’Aubespine sur le fait des prisonniers, Châtillon, 16 mai 1556, BMB, Coll. Granvelle 74, ffos 94-97 ; et Emmanuel-Philibert à Renard, Gand, 22 septembre 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 702-703.

64 L’Aubespine à Henri II, Gand, 4 septembre 1556, BNF, Fr. 6614, ffos 2-6, orig.

65 Montmorency à Coligny, Blois, 28 février 1556, BNF, Fr. 2846, ffos 200r°-201v°.

66 Montmorency à L’Aubespine, Fontainebleau, 31 mai 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 119v°-121v°.

67 Henri II à L’Aubespine, Blois, 2 mai 1556, BNF, Fr. 20991, ffos 85v°-86r° ; Renard à Philippe II, 12 juin et 13 juillet 1556, respectivement AGS, Guerra Antigua 62, n° 39, déch., et AGS, Est. K 1489, n° 97, déch.

68 Sur cette lutte et ses enjeux, voir L. Romier, Les origines politiques des guerres de Religion, t. II, pp. 95-99 ; M. Rodríguez Salgado, Un imperio en transición, pp. 230-232 ; et M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, t. VI. pp. 20-24.

69 N. Bazzano, Marco Antonio Colonna, pp. 67 sq ; M. J. Rivero Rodríguez, « Marco Antonio Colonna » ; D. Santarelli, Il papato di Paolo IV nella crisi politico-religiosa del Cinquecento, pp. 57-63.

70 Renard à Philippe II, 30 juin, 9 juillet et 11 août 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 618-619, 631-634 et 660-661 ; Philippe II à Albuquerque, Louvain, 15 juillet 1556, AGS, Est. 511, n° 171.

71 Mémoires de François de Lorraine, p. 287.

72 Sur l’attitude pontificale au cours de cette crise, voir D. Santarelli, Il papato di Paolo IV nella crisi politico-religiosa del Cinquecento ; et sur celle d’Albe, voir M. J. Rodríguez Salgado, « El duque de Alba en Italia », pp. 452-458.

73 L’Aubespine à Henri II, Gand, 4 septembre 1556, BNF, Fr. 6614, ffos 2-6, orig ; Renard à Philippe II, 24 et 27 septembre 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 703-712 et 717-723.

74 Renard à Philippe II, 1er octobre 1556, AGS, Guerra Antigua 62, n° 73, déch.

75 Renard à Philippe II, 27 septembre 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, p. 717.

76 Lanssac à Guillaume d’Avançon de Saint-Marcel, 11 août 1556, C. Sauzé, « Correspondance politique de M. de Lanssac », pp. 488-489 ; Charles Quint à Ferdinand, Bruxelles, 12 septembre 1556, Correspondenz des Kaisers Karl V, t. III, p. 711, et Renard à Philippe II, 15 septembre 1556, AGS, Guerra Antigua 62, n° 17, déch.

77 L’Aubespine à Henri II, 4 septembre et 17 octobre 1556, respectivement BNF, Fr. 6614, ffos 2-6, orig., et Fr. 20991, f° 163v°.

78 Noailles à Claude de L’Aubespine, 26 novembre 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. V, pp. 221-222.

79 « Discours de l’embarquement et departye de l’empereur Charles d’Austrice cinquiesme de ces Païs Bas pour aller en Espaigne », par Jean de La Roche, 30 octobre 1556 (IF, Godefroy 489, ffos 39-46, orig.).

80 C. de Marillac, « Discours sur la roupture de la trefve en l’an M. D. LVI. », p. 173. Sur l’image de Charles Quint en France, voir A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux, pp. 215-217.

81 Renard à Philippe II, [Paris], 30 novembre 1556, AGS, Guerra Antigua 62, n° 76, trad. du déchiffré.

82 BNF, Fr. 20991, f° 169v°.

83 C. de Marillac, « Discours sur la roupture de la trefve en l’an M. D. LVI. », p. 180.

84 Lettre à Montmorency, Rome, 13 juillet 1556, BNF, Fr. 20448, p. 345. Le « Discours sur la roupture de la trefve en l’an M. D. LVI. » de Charles de Marillac développe abondamment ce thème (aux pp. 193-200).

85 Renard à Philippe II, 27 mai, 12 juin, 18 juin et 27 août 1556, respectivement Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, p. 570, et AGS, Guerra Antigua 62, nos 39, 43 et 61, déch.

86 « Mémoire des propos passez entre Montmorency et Renard durant l’audience du 29 mai 1556 », BNF, Fr. 20991, ffos 122r°-127r°.

87 Lettre du 21 mai 1556, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, pp. 561-562. Si les avis de Renard ont souvent paru imprécis et insatisfaisants, ils ont finalement emporté la conviction du gouvernement de Bruxelles. Des critiques ont néanmoins été émises par Emmanuel-Philibert (ibid., t. IV, pp. 634-637) et par Granvelle (AGR, Manuscrits divers 1172, f° 311r°).

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search