Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Première partie. Un duel entre la paix et l'hégémonie

Chapitre II. La conférence de Marck ou la paix avortée (1555)

Texte intégral

1Au terme de trois années de guerre, les gouvernements des deux monarchies ont commencé à envisager une cessation des hostilités. La possibilité de parvenir à un accord demeure conditionnée à une lutte encore indécise pour la prééminence en Europe. Henri II et ses conseillers, forts de l’ampleur des conquêtes réalisées, entendent imposer un accord qui rendrait manifeste la supériorité du Très Chrétien. Dans le camp adverse, on prépare l’entrée en scène de Philippe II. La perspective du retrait de son père, les incertitudes pesant sur le devenir de son empire et le comportement du futur roi ont joué un rôle capital dans les relations entre monarchies. Alors que la paix d’Augsbourg semblait montrer les limites de la puissance de Charles Quint en terre allemande, beaucoup appelaient de leurs vœux la dissolution de l’ensemble politique par lui constitué. Ne subirait-il pas le sort de l’empire d’Alexandre le Grand après le retrait du souverain ? C’est ce que postule l’historien François de Rabutin :

  • 1 F. de Rabutin, Commentaires, éd. J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, p. 525.

… selon le rapport des nouvelles seditions et diverses menées qui se pratiquoient par toute l’Europe sur le partement et retraite de cest empereur, l’on pouvoit pronostiquer advenir le pareil temps du decez d’Alexandre le Grand, à la mort duquel son royaume, lequel auparavant avoit esté regy et gouverné d’un seul, fut parti (réparti) et divisé1.

2Face à des enjeux qui semblent la dépasser, l’assemblée tenue à proximité de Calais en mai 1555, tant son issue paraissait attendue, est demeurée dans l’ombre. Elle constitue néanmoins le premier volet, favorable à la France, des négociations de paix qui se sont conclues quatre années plus tard. Elles forment un tout unitaire avec des discussions qui les prolongent et les corrigent sans pour autant les répéter. Les paroles, en des occasions si solennelles, sont de grand poids : de manière ouverte mais aussi implicite, des points essentiels ont d’ores et déjà été tranchés ou évalués — ne serait-ce que la volonté des belligérants de déposer les armes ainsi que les compromis auxquels ils sont prêts à consentir.

I. — AVANCES FRANÇAISES, RÉSISTANCES IMPÉRIALES

DES PRÉLIMINAIRES SINUEUX

3Loin d’être immédiate, l’ouverture de négociations a donné lieu à une lutte entre souverains, qui a occupé tout l’hiver 1554-1555. Le jeu ouvert de la France s’est opposé, de manière frontale cette fois, à l’attitude intransigeante et toute de fermeture du camp impérial.

  • 2 Renard à Charles Quint, Londres, 14 novembre 1554, Calendar of Letters related to the Negociations (...)
  • 3 Renard à Charles Quint, Londres, 14 novembre 1554, Calendar of Letters related to the Negociations (...)

4Henri II n’a pas hésité, en effet, à afficher son souhait d’entamer des discussions. À la mi-novembre, il a fait connaître sa volonté à Bruxelles et à Londres. Cette double démarche, attribuée dans le premier cas au cardinal de Lorraine — car effectuée par son parent Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont —, et menée au nom de Montmorency à la cour de Marie Tudor, a été prise au sérieux par les Impériaux. Vaudémont transmit, sans charge officielle, des « moyens généraux » qui correspondent aux propositions faites, quelques mois plus tard, lors des négociations de paix : grâce à plusieurs mariages et à des restitutions mutuelles de territoires, on espérait régler l’ensemble des différends avec Charles Quint et le duc de Savoie. L’empereur et ses conseillers, tout en maintenant des exigences élevées, dont on ne connaît pas le détail, ont pris la peine de remettre des articles écrits, avec lesquels repartit Vaudémont ; Henri II y répondit avant la fin du mois de janvier 15552. À Londres, l’ambassadeur Antoine de Noailles agit avec le renfort de son frère François, envoyé extraordinaire. Il proposa à Marie Tudor et à Philippe, roi consort, qui résidait auprès d’elle depuis le mois de juillet 1554, de faire office de médiateurs. Les souverains répondirent froidement à ces avances, sans toutefois les repousser. D’emblée, ils indiquèrent clairement qu’il ne fallait pas rechercher le concours de Philippe, mais uniquement celui de la reine3.

  • 4 Antoine de Noailles à Montmorency, 30 novembre 1554, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. I (...)

5Le choix de s’appuyer sur l’Angleterre mérite d’être commenté, car il n’était pas sans risque. Marie Tudor appartient clairement au camp impérial. Bien plus, depuis son avènement, les représentants d’Henri II ont soutenu tous les complots dirigés contre sa personne. Une des principales missions des Noailles était d’ailleurs de s’enquérir des intentions anglaises quant à un engagement armé aux côtés de Charles Quint4. En enveloppant l’Angleterre dans le processus de paix, on chercha sans doute à prévenir tout risque d’entrée en guerre. Au reste, par son rôle déterminant dans l’équilibre entre les deux Grands, elle s’imposait comme le médiateur le plus indiqué. Marie Tudor avait de longue date fait savoir qu’elle y était disposée, et le fait que le légat pontifical Reginald Pole compte parmi ses principaux conseillers était jugé favorablement.

  • 5 M. Van Durme, El Cardenal Granvela, pp. 146-149 ; A. Segre, « La questione Sabauda », p. 418 ; sur (...)

6Parallèlement à ces démarches, la diplomatie française travaillait à diviser le camp impérial. Elle n’avait jamais cessé de négocier avec le duc de Savoie depuis l’annexion de ses terres. Charles II était mort le 16 septembre 1553 et elle se trouvait alors face à son fils Emmanuel-Philibert. Jouissant de la faveur de Charles Quint, il était devenu le général de ses troupes en juin 1553 et avait été investi du duché de Savoie le 15 juillet 1554. Plus décidé que son père, il briguait la charge de gouverneur du duché de Milan, pour reconquérir lui-même ses États, ce qui lui fut refusé ; afin d’amener l’empereur à embrasser sa cause, il fit une unique fois, en 1554, bon accueil aux propositions d’Henri II. Les Impériaux surveillèrent de près ces tractations. Pour garantir sa fidélité, il fallut tout le talent de persuasion de Granvelle et la promesse d’obtenir le gouvernement des Pays-Bas5.

  • 6 Sur les ouvertures françaises, voir le mémoire envoyé par Antoine de Noailles à Henri II le 16 déc (...)
  • 7 Henri II à Antoine de Noailles, 7 janvier 1555, ibid., t. IV, pp. 114-115 ; Antoine de Noailles à (...)

7Le principal objectif français demeurait un accord avec l’empereur. En aucun cas la réaction de la cour anglaise n’incita Henri II à plus de prudence. Ses diplomates s’adressèrent prioritairement au plus ardent défenseur de la paix, le cardinal Pole, revenu en Angleterre à la fin du mois de novembre 1554. Ils lui indiquèrent le moyen de mettre fin à la guerre : une réunion de députés dans un lieu neutre. Le roi de France précisait même les personnages qu’il y enverrait : le cardinal de Lorraine et Montmorency6. Antoine de Noailles finit par engager son souverain à plus de réserve, car plus il s’avançait, plus son rival se cantonnait dans une attitude d’expectative7.

  • 8 L’ambassadeur Renard, conseiller intime de la reine, rédigea la réponse à l’ouverture faite par le (...)
  • 9 Noailles à Henri II, 20 janvier 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 150-152  (...)
  • 10 Charles Quint à Philippe, Bruxelles, 12 mars 1555, Corpus documental de Carlos V, t. IV, pp. 190-1 (...)
  • 11 [Eraso] à Philippe, Bruxelles, 6 avril 1555, AGS, Est. 809, n° 106, minute ; Charles Quint à Phili (...)

8Indéniablement, ce constant empressement du roi de France l’a desservi. Charles Quint s’est contenté d’observer son adversaire à distance. Se sachant en position de faiblesse, il a usé de tous les moyens qui se présentaient pour arriver à la table des négociations dans la meilleure situation possible. Il ne repoussa pas les avances faites par Vaudémont. Dans les premiers jours de janvier 1555, sans doute avec son aval, la reine d’Angleterre et le cardinal Pole, au nom du pape, proposèrent officiellement leurs médiations, avec l’accord entier de Charles Quint8. La conduite des négociations avait été confiée, pour les médiateurs, au chancelier Gardiner, membre le plus influent du gouvernement anglais, et à Vincenzo Parpaglia, abbé de San Solutore — monastère situé à Turin — et secrétaire du légat. Dans un premier temps, l’empereur a fait mine d’être fâché de cette initiative, tout en cherchant, par ce biais, à amener le camp français à formuler des propositions de paix9. C’est surtout le déroulement des combats en Italie qui a alors conditionné sa conduite. Après la conquête par Brissac d’Ivrea, dans le Val d’Aoste, en décembre 1554, puis de Casal, capitale du Montferrat, en mars 1555, se présentait l’opportunité d’effacer ces revers10. La ville de Sienne semblait prête à tomber aux mains des troupes impériales et florentines. Lorsqu’il en eut la certitude, l’empereur accepta enfin la médiation et le principe d’une conférence. On était alors au début du mois de mars. Il fallut encore un bon mois et demi pour la désignation des députés. La décision de Charles Quint a été retardée par des querelles d’influence au sein de son empire. Il lui fallait nommer des députés du même rang que ceux d’Henri II, tout en donnant voix au chapitre à son fils Philippe, qui entendait être associé aux négociations. Ferrante Gonzaga, gouverneur du duché de Milan, et le duc d’Albe apparaissaient comme des alter ego de Montmorency, mais aucun ne participa aux négociations. Le premier, victime de la lutte que se livraient l’empereur et son fils en Italie, a subi une disgrâce. Alors que la situation militaire était préoccupante, le gouvernement du duché de Milan est devenu vacant ; les deux souverains s’accordèrent pour le confier au duc d’Albe. Charles Quint laissa alors à Philippe le soin de nommer un grand d’Espagne : il choisit le duc de Medinaceli. L’empereur demanda aussi, sans succès, à Henri II de renoncer à être représenté par Charles de Lorraine, qui était cardinal alors que Granvelle, tout désigné pour lui faire face, n’était qu’évêque11.

  • 12 Le 12 avril 1555, Charles Quint avertit Juana, régente des royaumes espagnols, de sa décision d’ou (...)
  • 13 Antoine de Noailles à Montmorency, 7 mai 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. (...)

9À la mi-avril, les négociations préliminaires à la tenue de l’assemblée s’achevaient seulement12. Plus d’un mois fut encore nécessaire pour préparer la rencontre. Les médiateurs, chargés de fixer le lieu où elle devait s’effectuer, optèrent pour Marck, près de Calais, en terre anglaise, au point de rencontre des frontières des trois monarchies13.

10L’empereur estimait manifestement s’être renforcé autant qu’il était possible. Selon les pratiques diplomatiques du temps, il considérait avoir remporté un avantage sur la partie adverse en l’obligeant constamment à faire des avances sans jamais s’engager. Les stratégies adoptées par les deux souverains apparaissaient plus que jamais aux antipodes ; il reste à tenter de découvrir à quels objectifs elles correspondaient.

PAIX OU TRÊVE ? LES EXPECTATIVES IMPÉRIALES ET FRANÇAISES

11Pendant les mois durant lesquels se prépare la joute diplomatique, les intentions de chaque camp se dévoilent, permettant de mesurer les chances de parvenir à un modus vivendi. Deux choix s’offraient à eux : la signature d’une paix, supposant un engagement solennel et durable, ou la conclusion d’une trêve, impliquant seulement la fin des hostilités.

12Les combats avaient placé l’empereur en mauvaise posture et, pour la première fois, il se trouvait en position de faiblesse. Dans ses États, on avait une conscience aiguë de cette situation ; le souhait de mettre fin aux épreuves imposées par la guerre était général. Le gouvernement de régence des royaumes espagnols, dirigé par sa fille Juana, estimait qu’il n’y avait d’autre solution que de signer la paix. Les conseillers les plus proches de Charles Quint n’étaient pas d’un avis différent. Granvelle, au milieu des pourparlers, a fait part de ses inquiétudes : « si nous laissons passer cette conjoncture, je crains que nous nous en pourrions repentir, selon ce que je puis connoitre de l’état de nos affaires ».

  • 14 Juana à Charles Quint, Valladolid, 1er et 17 mai 1555, AGS, Est. 109, n° 97, minute, et Corpus doc (...)

13On admettait sans peine que la partie adverse abordait les négociations avec un avantage certain et que l’accord lui serait favorable. Si les finances de la monarchie française étaient en aussi mauvais point, les conflits n’avaient guère offert de contreparties aux gains territoriaux qu’elle avait réalisés14.

  • 15 On ne dispose pas des instructions qu’il a remises à ses plénipotentiaires, mais on peut en déduir (...)

14C’est néanmoins à l’empereur qu’il revenait avant tout de décider de la conduite à suivre. Refusant de reconnaître sa propre faiblesse, il n’était prêt à aucune concession d’ampleur. Il posait en effet comme condition préalable à toute trêve la restitution de ce qui était occupé, parti inacceptable pour le roi de France. Afin de sceller une paix éventuelle, solution qui avait sa préférence, il acceptait un mariage du fils de Philippe, Don Carlos, avec la fille aînée d’Henri II, Élisabeth de Valois, mais souhaitait le retour au statu quo ante bellum, et même la restitution du duché de Savoie. L’empereur semblait surtout envisager un échec, rejetant d’avance la faute sur un adversaire dont l’« insolence » ne permettait pas de croire à la fin de la guerre ; il conseillait donc de veiller à ce que le fil des pourparlers ne soit pas rompu, pour qu’à l’avenir il soit possible de les poursuivre. Dans son esprit, mieux valait ne rien conclure plutôt que négocier un accord dommageable à sa réputation15.

  • 16 Instruction d’Antoine de Noailles à François de Noailles, 15 mars 1555, Les ambassades de Messieur (...)
  • 17 Parmi les documents qu’il a élaborés, les plus importants sont une instruction (MAE, CP, Autriche (...)
  • 18 Mémoires de Morvillier et de Marillac sur la conférence de Marck, [juin 1555], respectivement BNF, (...)

15Face à lui, Henri II et ses ministres se considéraient comme les maîtres du jeu. Depuis le début de l’année 1555, l’Angleterre semble moins menaçante et la perspective de son entrée en guerre plus lointaine. On a la certitude que Charles Quint souhaite la fin des hostilités, et que, malgré les apparences, c’est le but vers lequel il tend16. Les dirigeants français entendaient donc bien dicter leurs conditions. Si s’ouvrait le chemin d’une paix, le chancelier Olivier, qui dressa l’ensemble des instructions destinées aux plénipotentiaires, conseillait d’opter pour une ligne intransigeante17. Il s’agissait, sans aborder d’autre question, de défendre énergiquement les prétentions du roi de France au duché de Milan. On prévoyait que Charles Quint n’y consentirait pas, car cela aurait signifié pour lui, à terme, la perte complète de l’Italie. Ainsi, une solution provisoire semblait préférable : une trêve, moins déshonorante pour l’adversaire, ou une paix dont l’exécution serait différée. Sans l’exprimer franchement, les Français souhaitaient manifestement attendre le retrait de l’empereur. L’obstination de celui-ci, estimaient-ils, rendait impossible tout rapprochement ; Philippe, en revanche, s’opposait à l’attitude de son père et l’encourageait à négocier avec Henri II. Mieux valait donc attendre l’accession au trône d’un prince avec lequel il semblait possible d’établir une véritable relation d’amitié et qui, de plus, apparaissait plus faible que son père18.

16Selon toute apparence, à l’ouverture des négociations de Marck, les deux souverains n’estimaient pas pouvoir régler dans l’immédiat leurs différends.

L’AFFRONTEMENT DIPLOMATIQUE

17Après une période d’observation de plusieurs mois, les diverses délégations se sont réunies le 23 mai 1555. Leur composition était particulièrement prestigieuse. Aux députés déjà nommés par les souverains ont été adjoints des membres influents de leurs gouvernements, souvent bons praticiens du droit. Outre Medinaceli et Granvelle, l’empereur a porté son choix sur deux grands seigneurs des Pays-Bas : Charles, comte de Lalaing, grand bailli de Hainaut et gouverneur de Cambrai et du Cambrésis, et Ponce de Lalaing, sr de Bugnicourt, gouverneur d’Artois et général de l’armée impériale. Plusieurs grands commis de l’État aux Pays-Bas les ont accompagnés : Viglius, président du Conseil privé, Lambert de Briaerde, président du Grand Conseil de Malines, et Josse Bave, secrétaire ordinaire et contrôleur des sceaux de l’empereur. Le roi de France s’est fait représenter par le cardinal de Lorraine, Montmorency et trois conseillers proches d’Henri II, hommes de robe longue : Marillac, ancien ambassadeur auprès de Charles Quint, Jean de Morvillier et le secrétaire des commandements et finances Claude de L’Aubespine. Outre le légat Reginald Pole, les médiateurs anglais étaient trois membres éminents du gouvernement de Marie Tudor : le chancelier Gardiner, le comte d’Arundel et William Paget. Le résultat des discussions a pourtant été décevant : l’assemblée s’est séparée au bout de deux semaines, le 7 juin. Sans entrer dans le détail des débats, il faut tenter d’en comprendre les enjeux, car ils font partie intégrante d’un long dialogue diplomatique entre les deux monarchies. Ces négociations avortées constituent, de plus, un contrepoint intéressant à celles du Cateau-Cambrésis, où le rapport de force est inversé.

  • 19 Il n’y a guère qu’un ouvrage portant sur ces pourparlers : P. de Vaissière, Charles de Marillac, p (...)

18La ligne de conduite préconisée par le chancelier Olivier a été suivie à la lettre par les plénipotentiaires français et a conditionné l’ensemble du déroulement de la conférence. Les Impériaux, refusant d’émettre la moindre proposition, se sont contentés de repousser leurs offres, au reste excessives. Les discussions se sont par conséquent rapidement enlisées19.

19À l’initiative des représentants d’Henri II, la responsabilité de la guerre a été une des premières questions abordées. Prenant les devants, ils ont cherché à neutraliser les attaques probables de l’autre partie. Il s’agissait d’un point important : s’il était prouvé qu’un belligérant avait déclenché un conflit pour une juste cause, il devait en endosser tout le poids matériel et moral. Les prises de guerre étaient considérées comme illégitimes et les dégâts et préjudices causés devaient faire l’objet d’un dédommagement.

  • 20 Sur ces débats, voir les lettres des plénipotentiaires impériaux des 25 et 29 mai 1555, BNF, NAF 6 (...)

20Chacun déclina de nombreux arguments préparés à l’avance. Ainsi les députés de Charles Quint demandèrent-ils réparation pour les violences et les actes de guerre commis par leurs adversaires. Outre l’emploi injustifié de la force, ils leur reprochaient de n’avoir pas respecté les principes régissant les relations entre princes. À aucun moment le roi de France n’avait fait connaître ses griefs, ce qui aurait permis un règlement à l’amiable des différends ; au contraire, il avait eu recours aux armes sans déclaration préalable. Dans l’autre camp, les justifications n’avaient pas évolué depuis 1551. Henri II estimait être l’offensé : Charles Quint avait repoussé ses offres d’amitié et s’était ostensiblement employé à lui nuire. Dans toutes ses actions, il n’avait cherché qu’à rétablir la justice ; ses conquêtes se fondaient par conséquent sur le « droit des armes » (jus belli). Il est évident que les Français avaient été les principaux agresseurs mais, comme l’avait prévu Olivier, les médiateurs conclurent que ce point ne pouvait être tranché20.

21Les négociations achoppèrent sur le duché de Milan, principale revendication des plénipotentiaires français. Ceux-ci exigèrent de manière toute aussi impérieuse la reconnaissance de leurs prétentions sur le comté d’Asti, sur la seigneurie de Gênes et sur la souveraineté de la Flandre, de l’Artois et de plusieurs places des Pays-Bas. En revanche, ils refusaient catégoriquement, tant que ces points n’étaient pas réglés, de donner satisfaction aux alliés de l’empereur, et principalement au duc de Savoie. Le sort du duché qui avait provoqué plusieurs confrontations européennes constitua néanmoins l’essentiel des débats.

22À l’appui de leurs exigences, les représentants d’Henri II invoquaient le principe d’inaliénabilité des terres et des droits de la Couronne. Lorsque ceux-ci appartenaient sans contestation possible au roi, arguait-on, il n’était pas en son pouvoir d’y renoncer. Seulement, François Ier s’y était engagé à plusieurs reprises par des accords écrits. On s’attacha donc à prouver que les engagements antérieurs étaient de nulle valeur et qu’ils empêchaient même l’établissement de relations pacifiques. Le traité de Madrid, signé en 1526, pouvait être considéré comme le fondement des deux suivants, signés à Cambrai en 1529 et à Crépy en 1544. Or, il s’agissait d’un accord inique, imposé à un souverain prisonnier. Le paiement de sa rançon, au reste très élevée, aurait dû suffire à sa libération, mais on le dépouilla aussi de « quantité de droits ». Pour ce seul revers de fortune — la capture de François Ier lors de la bataille de Pavie —, les rois de France devaient-ils accepter ces renoncements aux conditions léonines ? N’était-il pas légitime de refuser de s’y résigner ? Le cardinal de Lorraine s’est chargé de prononcer ce plaidoyer avec un art particulier de la dramatisation :

  • 21 Mémoire de Morvillier, [juin 1555], BNF, Fr. 17910, f° 42v° (pour cette citation) ; discours du ch (...)

Debvoit suffire à l’empereur de ce qu’il a tiré de ce royaume quand pour une seulle prise du feu roy advenue par hazard de mauvaise fortune en une guerre que led. seigneur avoit entreprise sy justement que jamais n’y en eust de plus juste, de laquelle toutesfois, ainsy qu’il pleust à Dieu, l’issue ne correspondit pas à la justice de la cause21

  • 22 Mémoire de Marillac, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, ffos 41v°-42r°, 44v°, 46v°-49r° et 52r°-54v° ; mé (...)
  • 23 [Viglius] à Marie de Hongrie, Gravelines, 27 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 800. Sur Crépy, voir le t (...)

23Si les membres de la délégation française n’avaient guère d’espoir de voir l’empereur abandonner un de ses États en Italie, ils ont fait des propositions sur lesquelles pouvait s’engager une négociation. Ils ont mis en avant un mariage entre Don Carlos et Élisabeth de Valois, qui devait sceller la réconciliation entre les souverains. Quant à Milan, ils acceptaient que le duché ne fût pas remis au roi mais à son fils cadet, le duc d’Orléans — le futur Charles IX —, qui épouserait une nièce de l’empereur, de la branche cadette des Habsbourg, puisque celui-ci n’avait plus aucune fille à marier. La contrepartie aurait été une restitution des conquêtes réalisées au détriment de Charles Quint mais aussi de ses alliés. Tout engagement quant à ceux-ci, particulièrement une solution à l’amiable avec le duc de Savoie, était cependant conditionné à des assurances à propos de Milan22. À la suite du traité de Crépy, on avait envisagé une solution du même ordre : le duché serait devenu une principauté indépendante, entre les mains du duc d’Orléans, dernier fils de François Ier, marié avec Marie, fille de Charles Quint, tout en demeurant soumis à la souveraineté de l’empereur ; le roi de France, pour sa part, aurait abandonné le duché de Savoie. C’était manifestement l’objectif vers lequel tendaient les ministres d’Henri II à Marck, même s’ils se montraient plus gourmands. Ils semblent en effet décidés à conserver les Trois-Évêchés ainsi qu’une partie du Piémont23. Lors des négociations, ils n’ont pas manqué d’invoquer le précédent de Crépy, déclarant que l’empereur ne pouvait faire moins.

  • 24 Sur la défense espagnole concernant Milan, voir infra, pp. 120-123.

24L’initiative prise par Charles Quint en 1544-1545 est apparue comme une mesure de libéralité ; elle aurait immanquablement été interprétée dix ans plus tard comme un aveu de faiblesse. Par conséquent, les plénipotentiaires impériaux se sont contentés de rejeter en bloc la démonstration qui leur était présentée. Comme Henri II avait, estimaient-ils, entamé une guerre sans motif, celui-ci devait trouver les moyens de parvenir à une réconciliation. Ils opposèrent un refus net concernant Milan, invoquant entre autres deux arguments de poids : le respect des traités de paix antérieurs et le fait que Charles Quint avait déjà disposé du duché, dont l’investiture avait été accordée à son fils Philippe. L’unique point de convergence était le rétablissement de l’amitié entre souverains grâce à un mariage de Don Carlos avec Élisabeth de Valois, sans exiger de dot et en assignant son douaire sur le duché, soit une maigre concession aux droits prétendus par Henri II24.

  • 25 Mémoire de Morvillier, [juin 1555], BNF, Fr. 17910, ffos 5r° et 46v°-47r° ; les plénipotentiaires (...)

25Au bout de quelques jours de discussion, la situation paraissait totalement bloquée. De part et d’autre, dès l’origine, on avait décidé d’être le plus « couvert » possible25. Les diplomates français, de plus, faisaient à nouveau preuve d’un grand empressement. Souhaitant connaître rapidement le chemin que prendraient les pourparlers, ils ont multiplié les menaces de rupture, affichant un mécontentement toujours croissant. Soumis à cette pression, les médiateurs, mais aussi, avec plus de discrétion, les Impériaux, ont tenté de sortir les discussions de l’impasse.

  • 26 Mémoire de Marillac, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, f° 36r°-v° ; les plénipotentiaires impériaux à Ma (...)
  • 27 Voir leurs lettres à Charles Quint des 29 mai et 2 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 757-763 et 719-72 (...)

26Les premiers ont déployé d’importants efforts pour rapprocher les positions des belligérants. Ils avaient tout d’abord imposé un mode de négociation censé assurer un déroulement pacifique à l’assemblée : les deux délégations ne devaient jamais se rencontrer. Pole et les envoyés de Marie Tudor allaient alternativement de l’une à l’autre et, agissant théoriquement en tant qu’arbitres, discutaient et transmettaient les différentes propositions, selon une procédure déjà expérimentée lors des pourparlers de la trêve de Nice. Les représentants français s’y sont mal accommodés du fait de sa lenteur et de la partialité démontrée par les députés anglais ; ceux de l’empereur y étaient favorables pour ces mêmes raisons26. Il a rapidement fallu y renoncer et opter pour une confrontation directe. Les médiateurs ont alors proposé de remettre les litiges à des arbitres — sans doute l’idée est-elle de Reginald Pole —, suggérant même qu’un concile pourrait remplir cet office. Aucune des parties ne crut véritablement à cette solution. Les Impériaux l’ont sciemment conduite à l’échec : elle leur semblait avantager le roi de France, qui serait demeuré en possession de ses conquêtes pendant la durée du jugement et aurait eu l’opportunité de se renforcer. Ainsi ont-ils demandé une liste précise des cas à trancher, y incluant la Bourgogne, et arguèrent que, durant le jugement, les terres litigieuses devaient être rendues à ceux qui les possédaient avant d’avoir été spoliés : des conditions inacceptables27.

27L’échec des négociations n’était pourtant pas une fatalité. Voyant que la rupture était proche, les représentants de Charles Quint ont obtenu un délai pour consulter leur souverain. Ils lui demandèrent de faire des concessions, l’incitant, chose incroyable, à aller plus loin encore que le compromis de 1544-1545. Se fondant sur les propos de Montmorency, ils ont suggéré une union entre Don Carlos et l’aînée d’Henri II, mais aussi entre le duc d’Orléans et la fille encore à naître de Marie Tudor et de Philippe. Cette hypothétique princesse d’Angleterre aurait renoncé à son héritage et aurait gouverné avec son mari non seulement le duché de Milan, mais aussi les Pays-Bas. Un duc d’Orléans puissant, dépendant par les liens familiaux et pour la conservation de ses États de l’héritier de la branche aînée des Habsbourg, Don Carlos, aurait été un frein incomparable aux ambitions des rois de France. En outre, cette solution aurait retardé le règlement du problème de plus d’une décennie. Même si le délai rendait son exécution improbable, jamais un parti si avantageux pour le roi de France n’avait été envisagé. Les débats entre les plénipotentiaires impériaux ont été rapportés par Granvelle :

  • 28 [Granvelle] à Marie de Hongrie, 31 mai 1555, ibid., pp. 732-733.

… nous fondant sur ce que le connétable incidamment a dit que non seullement trouvoit-il bon le mariage dud. sr infant et de leur fille (Élisabeth de Valois), mais que encore, pour établir la paix, il se condescendroit à autre mariage du fruit que la reine d’Angleterre porte, […] nous avions par entre nous se [ne] seroit hors de propos de condescendre au mariage du duc d’Orléans et de la première fille que la reine d’Angleterre pourroit avoir du roy monsr notre prince, que ne fut toutesfois héritière, et que moyennant ce mariage l’État de Milan se donna lorsque la consommation du mariage se feroit […], tenant toutesfois regard […] qu’un duc d’Orléans puissant, apportionné outre ce au royaume (se voyant assigner une part d’héritage en France) et lié de si près par alliance avec led. sr infant, et duquel il auroit besoin pour se soutenir contre la puissance du roy, pourroit être un grand frain pour de ce costé là brider les François, et que toutes les considérations qui meurent S. M. (Charles Quint) à condescendre au mariage du feu duc d’Orléans (fils cadet de François Ier) militent en celuy-cy28

  • 29 Charles Quint à ses plénipotentiaires, Bruxelles, 3 juin 1555, ibid., p. 713 (d’où est extraite la (...)

28Si en donnant Milan aux Français, répondit Charles Quint, il pouvait « acheter » la paix, il l’aurait fait volontiers, mais cela aurait été leur permettre de s’emparer de toute l’Italie et d’abattre sa puissance : « leur ouvrir l’huys pour s’ils pouvoient ruiner de plutôt (au plus tôt) et moy et les miens ». Quant à céder les Pays-Bas, il n’en était pas question29. Rien ne pouvait plus empêcher le congrès de se dissoudre.

II. — UNE SÉPARATION SANS RUPTURE

  • 30 Le cardinal de Lorraine et Montmorency à Antoine de Noailles, 31 mai 1555, Les ambassades de Messi (...)
  • 31 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 8 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 698 e (...)
  • 32 Ibid., p. 623.

29La responsabilité de l’échec de la conférence de Marck est partagée. Il faut signaler en premier lieu que l’empereur a considérablement retardé la tenue de la réunion. En automne et en hiver, les conditions climatiques rendaient les opérations militaires difficiles et étaient propices aux négociations. Les députés ont été réunis au plus fort de la préparation de la campagne militaire de l’année 1555, au moment où il fallait commencer à définir ses objectifs et à lever des troupes. Aussi l’assemblée, ponctuée par des rumeurs d’attaques surprises, a-t-elle duré peu de temps. Chacun soupçonnait son rival de mener des pourparlers pour dissimuler ses véritables desseins. Côté français, on était persuadé d’une entreprise prochaine sur Mariembourg qui, de fait, était envisagée30. Cette conviction a porté Henri II à écourter la rencontre autant que possible. De l’aveu des autres participants, elle a surtout eu à pâtir de l’intransigeance française. Comme l’a affirmé Reginald Pole, dont l’impartialité a été reconnue par tous, les représentants du Roi Très Chrétien se sont montrés si durs que « quoi qu’ils sçussent dire, toute la chretienneté leur imputeroit la rupture »31. Qui plus est, lorsque l’assemblée s’est achevée, les représentants français ont été accusés d’avoir déjà fait leurs bagages et prévu la date de leur départ ; les Anglais leur ont vivement reproché ce comportement jugé scandaleux. Il s’agit peut-être d’un faux bruit. Dans le contexte des négociations, on affirme qu’il tire son origine de rapports d’espions flamands envoyés de l’autre côté de la frontière, puis, à la fin de l’année 1555, de discours venus de Rome32.

  • 33 Lettre à Emmanuel-Philibert, Gravelines, 10 juin 1555, AGR, Manuscrits divers 1172, f° 291v°.

30On aurait cependant tort de croire que la conférence de Marck a renforcé l’hostilité entre monarchies. Au contraire, la courtoisie a présidé à la tenue des débats, au point que chacun s’en est félicité ; il n’y a eu aucune provocation verbale ni aucune atteinte à l’honneur des princes : « tout le demené de la negociation ha esté gracieux », reconnaît Granvelle33. La séparation des députés n’a été provoquée par aucun incident. À cette occasion, les médiateurs anglais comme les délégations impériales et françaises ont unanimement regretté que la réunion n’ait porté aucun fruit et ont conclu que « la chose n’étoit encore meure ». Faute d’avoir trouvé un modus vivendi, la négociation s’interrompt, mais tous les participants affirment qu’elle reprendra dès que des conditions plus favorables seront réunies. Le cardinal de Lorraine exprime une vision partagée de la situation, dans son ultime discours, lorsqu’il formule le vœu suivant :

  • 34 Mémoire de Marillac, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, ffos 69r°-70r°. Sur le jugement, concordant, des (...)

ne (pas) interpreter ceste sepparation à rupture, ains plustost à discontinuation en actendant que Dieu eut plus avant etendu sa misericorde sur son peuple et disposé les cueurs des princes et se contanter des partiz equitables34

  • 35 Voir la lettre de Pole à Paul IV du 9 juin 1555 (The correspondence of Reginald Pole, t. III, p. 1 (...)

31Le plus grand acquis de la conférence, selon Reginald Pole, réside dans ces témoignages d’estime mutuels : une des causes de la guerre — le sentiment d’Henri II d’être méprisé par Charles Quint — a disparu ; les souverains ont même envisagé de restaurer leur amitié grâce à un mariage entre Don Carlos et Élisabeth de Valois35.

  • 36 Sur ce souci de se justifier, voir Charles Quint à ses plénipotentiaires, Bruxelles, 5 juin 1555, (...)

32Toutes les déclarations de bonnes intentions échangées à la table des négociations ont mal résisté à la poursuite des opérations militaires. Les deux souverains ont dû se justifier aux yeux de leurs sujets et de « la république chrétienne ». Les négociations ont suscité un vif espoir et chacun a affirmé avoir défendu la cause de la paix. On s’est accusé de part et d’autre d’être resté fermé à toute offre et d’avoir cherché, sous couleur de vouloir la paix, à se préparer au mieux pour la nouvelle campagne36. Henri II a visiblement perdu cette bataille. Pendant les dernières séances de négociation, les représentants impériaux ont eu pour principal souci, selon la volonté de Charles Quint, de soigner leur sortie. Plus prudents que leurs interlocuteurs, ils n’ont pas pris l’initiative de la rupture. C’est à cette seule fin qu’ils ont accepté de discuter d’un arbitrage des différends par un concile, ménageant leur image auprès des médiateurs. Ayant laissé la délégation française partir la première, leur porte-parole, Granvelle, tient les propos suivants à Reginald Pole :

(le roi de France) n’avoit pensé qu’à [les] amuser afin que l’on ne pourvoit pas aux affaires d’Italie, où ils (les Français) espèrent faire merveille avec l’alliance si abominable qu’ils ont avec le Turc.

  • 37 Charles Quint à ses plénipotentiaires, Bruxelles, 5 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 711-712 ; les pl (...)

33Cette interprétation s’est imposée généralement et spontanément parmi les conseillers de Charles Quint et dans les cours européennes37. Il reste que les espoirs formulés à la clôture de la conférence de Marck comportent une part de vérité : au sein des deux monarchies épuisées, la volonté de paix — mais pas encore de réconciliation — est forte.

Notes

1 F. de Rabutin, Commentaires, éd. J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, p. 525.

2 Renard à Charles Quint, Londres, 14 novembre 1554, Calendar of Letters related to the Negociations between England and Spain, pp. 83-84 ; Renard à Ferdinand, 30 novembre 1554, ibid., p. 109 ; Granvelle à Renard, Bruxelles, 5 janvier 1555, Papiers d’État du cardinal de Granvelle, t. IV, p. 370 ; instruction d’Henri II à François de Noailles, 30 décembre 1554, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 89-90 (d’où est tirée la citation) ; Henri II à Antoine de Noailles, 27 janvier 1555, ibid., t. IV, pp. 167-171.

3 Renard à Charles Quint, Londres, 14 novembre 1554, Calendar of Letters related to the Negociations between England and Spain, pp. 83-84 ; Philippe à Charles Quint, Londres, 16 novembre 1554, Corpus documental de Carlos V, t. IV, pp. 129-130.

4 Antoine de Noailles à Montmorency, 30 novembre 1554, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 31-34 ; Henri II à Antoine de Noailles, 12 décembre 1554, ibid., t. IV, pp. 48-51.

5 M. Van Durme, El Cardenal Granvela, pp. 146-149 ; A. Segre, « La questione Sabauda », p. 418 ; sur les inquiétudes de Charles Quint, voir sa lettre à Philippe, Bruxelles, 12 mars 1555, Corpus documental de Carlos V, t. IV, pp. 190-191.

6 Sur les ouvertures françaises, voir le mémoire envoyé par Antoine de Noailles à Henri II le 16 décembre 1554 et l’instruction d’Henri II à François de Noailles du 30 décembre 1554 (Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, respectivement pp. 54-60 et 86-92).

7 Henri II à Antoine de Noailles, 7 janvier 1555, ibid., t. IV, pp. 114-115 ; Antoine de Noailles à Henri II, 9 avril 1555, ibid., t. IV, pp. 269-270.

8 L’ambassadeur Renard, conseiller intime de la reine, rédigea la réponse à l’ouverture faite par les Français à la mi-novembre (Calendar of Letters related to the Negociations between England and Spain, p. 85).

9 Noailles à Henri II, 20 janvier 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 150-152 ; Henri II à Noailles, 27 janvier 1555, ibid., t. IV, pp. 167-171.

10 Charles Quint à Philippe, Bruxelles, 12 mars 1555, Corpus documental de Carlos V, t. IV, pp. 190-191 ; Philippe à Charles Quint, Londres, 13 mars 1555, ibid., t. IV, p. 195 ; A. Tallone, « Ivrea e il Piemonte al tempo della dominazione francese », pp. 187-194.

11 [Eraso] à Philippe, Bruxelles, 6 avril 1555, AGS, Est. 809, n° 106, minute ; Charles Quint à Philippe II, Bruxelles, 15 avril 1555, MAE, MD, Espagne 232, ffos 129-130, copie coll. ; instruction remise à Florimond Robertet, sr de Fresnes (envoyé pour annoncer officiellement l’identité des députés français), 23 mars 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 254-259. Sur les conditions de la nomination du duc d’Albe, voir M. J. Rodríguez Salgado, « El duque de Alba en Italia », pp. 432-441.

12 Le 12 avril 1555, Charles Quint avertit Juana, régente des royaumes espagnols, de sa décision d’ouvrir des négociations de paix (AGS, Est. 809, n° 108, minute).

13 Antoine de Noailles à Montmorency, 7 mai 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 294-298.

14 Juana à Charles Quint, Valladolid, 1er et 17 mai 1555, AGS, Est. 109, n° 97, minute, et Corpus documental de Carlos V, t. IV, p. 213 ; [Vázquez de Molina], membre éminent du gouvernement de régence castillan, au secrétaire Pedro de Hoyo, 1er mai 1555, AGS, Est. 108, n° 92, minute ; [Granvelle] à Marie de Hongrie, Gravelines, 31 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 732 (d’où est extraite la citation) ; [Viglius] à Marie de Hongrie, Gravelines, 2 juin 1555, BNF, NAF 6168, p. 798.

15 On ne dispose pas des instructions qu’il a remises à ses plénipotentiaires, mais on peut en déduire la teneur générale grâce à la correspondance qu’il échange avec ses plénipotentiaires et les membres de son gouvernement. Voir Charles Quint à Francisco de Toledo, Bruxelles, 12 mai 1555, AGS, Est. 809, n° 143 ; les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 29 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 747-748 et 758 ; et [Granvelle] à Marie de Hongrie, Gravelines, 31 mai 1555, ibid., p. 729.

16 Instruction d’Antoine de Noailles à François de Noailles, 15 mars 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 235-241 ; instruction remise par le chancelier Olivier aux plénipotentiaires français à la conférence de Marck, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, ffos 296v°-300v°.

17 Parmi les documents qu’il a élaborés, les plus importants sont une instruction (MAE, CP, Autriche 2, ffos 296v°-300v°) et un discours sur les traités de paix de Madrid, de Cambrai et de Crépy (ibid., ffos 290r°-296v°, et F. Léonard, Recueil des traitez de paix, t. II, pp. 491-502). Ils ont été complétés par un document intitulé « Autres mémoires sur ce qui est à traiter » (BNF, Dupuy 176, ffos 126v°-129v°). Enfin, il semble qu’il faut aussi attribuer à Olivier un « Mémoire sur l’ouverture de la guerre de Parme et de Plaisance » (BNF, Fr. 3125, ffos 28-33, minute).

18 Mémoires de Morvillier et de Marillac sur la conférence de Marck, [juin 1555], respectivement BNF, Fr. 17910, ffos 12v°-14v°, et Fr. 5210, f° 37r°-v°.

19 Il n’y a guère qu’un ouvrage portant sur ces pourparlers : P. de Vaissière, Charles de Marillac, pp. 250-276.

20 Sur ces débats, voir les lettres des plénipotentiaires impériaux des 25 et 29 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 775-780 et 754-755 ; les mémoires de Morvillier et de Marillac sur la conférence de Marck, [juin 1555], BNF, Fr. 17910, ffos 34r°-36v°, et Fr. 5210, ffos 43v°-44v° (l’expression citée dans le texte est au f° 44v°) ; l’instruction remise aux plénipotentiaires français, [avril 1555], MAE, CP, Autriche 2, ffos 296v°-300v° ; et le « Mémoire sur l’ouverture de la guerre de Parme et de Plaisance », BNF, Fr. 3125, ffos 28-33, minute.

21 Mémoire de Morvillier, [juin 1555], BNF, Fr. 17910, f° 42v° (pour cette citation) ; discours du chancelier Olivier, F. Léonard, Recueil des traitez de paix, t. II, pp. 497-499.

22 Mémoire de Marillac, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, ffos 41v°-42r°, 44v°, 46v°-49r° et 52r°-54v° ; mémoire de Morvillier, [juin 1555], BNF, Fr. 17910, ffos 29v°-32v°, 37r°-v°, 41v°-42v°, 46v°-47r°, 49v°-52v°, 59r°-60r° et 61v°-66v°.

23 [Viglius] à Marie de Hongrie, Gravelines, 27 mai 1555, BNF, NAF 6168, p. 800. Sur Crépy, voir le texte du traité (ratification du prince Philippe, BNF, Mél. Colbert 367, n° 330, ffos 4v°-5v°, orig.), et F. Chabod, « ¿Milán o los Países Bajos? ».

24 Sur la défense espagnole concernant Milan, voir infra, pp. 120-123.

25 Mémoire de Morvillier, [juin 1555], BNF, Fr. 17910, ffos 5r° et 46v°-47r° ; les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 25 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 780-781.

26 Mémoire de Marillac, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, f° 36r°-v° ; les plénipotentiaires impériaux à Marie de Hongrie, Gravelines, 20 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 806-807 ; les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 23 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 785-786.

27 Voir leurs lettres à Charles Quint des 29 mai et 2 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 757-763 et 719-723.

28 [Granvelle] à Marie de Hongrie, 31 mai 1555, ibid., pp. 732-733.

29 Charles Quint à ses plénipotentiaires, Bruxelles, 3 juin 1555, ibid., p. 713 (d’où est extraite la citation) et p. 716.

30 Le cardinal de Lorraine et Montmorency à Antoine de Noailles, 31 mai 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 343-346 ; Guise à Hercule II, duc de Ferrare, Guise, 2 juin 1555, Mémoires de François de Lorraine, p. 235 ; les plénipotentiaires impériaux à Marie de Hongrie, Gravelines, 20 mai 1555, BNF, NAF 6168, pp. 805-811.

31 Les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 8 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 698 et 709 (d’où est extraite la citation) ; [Viglius] à Marie de Hongrie, Gravelines, 5 et 10 juin 1555, ibid., pp. 796-797.

32 Ibid., p. 623.

33 Lettre à Emmanuel-Philibert, Gravelines, 10 juin 1555, AGR, Manuscrits divers 1172, f° 291v°.

34 Mémoire de Marillac, [juin 1555], BNF, Fr. 5210, ffos 69r°-70r°. Sur le jugement, concordant, des Impériaux, voir leur lettre à Charles Quint, Gravelines, 8 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 707-708 (où est rapporté le discours des médiateurs), et celle de Granvelle à Emmanuel-Philibert, Gravelines, 10 juin 1555, AGR, Manuscrits divers 1172, f° 291v°.

35 Voir la lettre de Pole à Paul IV du 9 juin 1555 (The correspondence of Reginald Pole, t. III, p. 109) et le compte rendu des négociations de Marck qu’il lui envoya le 24 juin 1555 (Friedenslegation des Reginald Pole, pp. 362-363).

36 Sur ce souci de se justifier, voir Charles Quint à ses plénipotentiaires, Bruxelles, 5 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 711-712 (d’où est extraite la citation) ; Gonzalo Pérez à Granvelle, Hampton Court, 20 juin 1555, BPR, ms. II/2287, f° 42, orig. ; et Montmorency à Antoine de Noailles, 4 juin 1555, Les ambassades de Messieurs de Noailles, t. IV, pp. 347-348. Les deux souverains envoyèrent des mémoires à leurs représentants dans toute l’Europe qui sont, semble-t-il, les suivants : « El sumario de la paz y lo que en esta platica ha passado », AGS, Est. 510, n° 51, et, pour Henri II, une relation de la conférence de Marck, BNF, Fr. 5045, ffos 27-31, orig. Les Français, qui éprouvaient sans doute un besoin plus grand de démontrer qu’ils n’étaient pas responsables de l’échec des pourparlers, ont même publié un récit orienté des négociations : Discours de ce qui a esté proposé et débatu par Meisseigneurs les deleguez du Roy et de l’Empereur pour le traicté de la Paix ès moys de may et juing 1555.

37 Charles Quint à ses plénipotentiaires, Bruxelles, 5 juin 1555, BNF, NAF 6168, pp. 711-712 ; les plénipotentiaires impériaux à Charles Quint, Gravelines, 29 mai et 8 juin 1555, ibid., pp. 757-758 et 708-709. Sur la collusion entre Français et Turcs, voir les lettres adressées à Granvelle par Figueroa, ambassadeur auprès de la république de Gênes, par Vázquez de Molina, par Vargas, ambassadeur auprès du pape, et par Albe, en juillet et août 1555 (BPR, ms. II/2287, ffos 44, 61, 63 et 122, orig.).

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search