Version classiqueVersion mobile

Une paix pour l'éternité

 | 
Bertrand Haan

Première partie. Un duel entre la paix et l'hégémonie

La paix envisagée comme un processus

Texte intégral

  • 1 Fernand Braudel parle de « guerre mondiale » (Id., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’é (...)

1Le dernier épisode des guerres d’Italie a sans nul doute été le plus éprouvant tant par sa longueur que par l’ampleur de l’engagement des belligérants. Depuis l’élection de Charles Quint à l’Empire en 1519, jamais la lutte pour l’hégémonie n’a été aussi indécise. Elle a fait de l’Europe occidentale un vaste champ de bataille militaire et diplomatique1. Au terme de huit années de guerre (1551-1558), le conflit s’est pourtant conclu par l’accord le plus durable du XVIe siècle et, ce qui frappe les contemporains eux-mêmes, par une alliance entre les rois d’Espagne et de France. Cette évolution de l’hostilité affichée à l’ouverture de négociations de paix couronnées de succès mérite d’être expliquée.

2L’accord final est tout autant le résultat d’une lutte militaire et financière que l’œuvre de longue haleine de la diplomatie. Ce sont d’ailleurs les mêmes hommes qui, dans l’entourage des princes, sont associés à l’une comme à l’autre. Au lendemain de la première campagne de ce conflit débuté en 1551 se sont engagées d’incessantes démarches exploratoires. Elles ont abouti à l’organisation de plusieurs assemblées avant le congrès final : à Marck, près de Calais, en mai-juin 1555, et à Vaucelles durant l’hiver 1555-1556. Or, ces tentatives avortées ont généralement été jugées de peu d’importance, parfois dès l’époque moderne. Alors que les opérations militaires sont décrites en détail par Prudencio de Sandoval, son histoire, écrite au début du XVIIe siècle, mentionne à peine la réunion de plénipotentiaires à Marck :

  • 2 « Detuvieronse en esta junta hartos días, sin conclusión alguna, y así quedaron las cosas en el ru (...)

Ils restèrent à cette assemblée pas mal de jours, sans rien conclure, de sorte que les choses demeurèrent dans l’état déplorable où elles étaient auparavant2.

3Marquées du sceau de l’échec, ces rencontres diplomatiques sont généralement exécutées en quelques phrases lapidaires. Les ministres qui les décident puis généralement y participent ne sont pourtant pas nécessairement mal intentionnés — les Guise et Granvelle ont été particulièrement attaqués ; ils souhaitent au contraire le succès des démarches si solennelles qu’ils entreprennent. Ainsi apparaît-il nécessaire de comprendre l’ensemble du processus, initié au milieu des années 1550, qui a conduit de la rupture à la perspective d’une paix et d’une réconciliation.

Notes

1 Fernand Braudel parle de « guerre mondiale » (Id., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. III, p. 11).

2 « Detuvieronse en esta junta hartos días, sin conclusión alguna, y así quedaron las cosas en el ruin estado que antes estaban… » (P. de Sandoval, Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V, t. III, p. 443).

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search