Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Troisième partie. Le pouvoir en diplomatie

Conclusion générale

Texte intégral

1Sept siècles plus tard, nous sommes maintenant sûrs — de l’éphémère, fragile et présomptueuse certitude des vivants — que Johani Miguel, dont la lettre ouvrait cette étude, a cessé d’être inquiet. Le chanoine portugais, les rois, les reines et les infants, les ambassadeurs et les messagers, les scribes et les huissiers de l’époque de Jacques II ont depuis longtemps quitté la scène. La dynastie et la couronne d’Aragon elles aussi ont disparu. Mais les archives du roi, presque intactes, exceptionnellement riches, ont heureusement résisté à l’épreuve du temps. Dans ce livre, nous avons voulu exhumer ou revisiter une partie de l’immense archipel documentaire légué par ces hommes, afin d’observer la diplomatie d’une monarchie occidentale autour de 1300. Un véritable « moment Jacques II » est apparu, dont il faut à présent tenter d’évaluer la portée. À cette fin, on rappellera brièvement ses principales caractéristiques, ainsi que le rôle des correspondances avec l’étranger, des ambassades et des rencontres au sommet dans l’exercice royal du pouvoir, avant de formuler quelques remarques de portée plus générale sur la périodisation et l’écriture de l’histoire de la diplomatie.

2Ouvert sur un conflit avec la France, les Angevins et la papauté, le long règne de Jacques II s’acheva par la conquête de la Sardaigne. Entre-temps, une guerre avait été menée contre la Castille pour s’emparer du royaume de Murcie et les forces de la couronne d’Aragon avaient participé à l’expédition d’Almería contre l’émirat de Grenade. Mais ce règne de guerres fut aussi celui de la diplomatie. Les multiples conflits dans lesquels fut impliquée la Couronne ont même, à l’évidence, favorisé l’utilisation intensive de l’outil diplomatique. Il était préférable pour la dynastie aragonaise d’user de la voie de paix, de la voie de droit, pour mettre un terme à des luttes que ses ressources financières et ses capacités militaires limitées ne permettaient guère de résoudre à long terme par la voie de guerre. Il fallut ainsi trouver de nouveaux alliés, se rapprocher de la papauté sans pour autant perdre tout espoir sur la Sicile. Après le traité d’Anagni, il s’avéra nécessaire de régler avec les Castillans le sort du royaume de Murcie et celui des infants de la Cerda. Jacques II et ses hommes durent encore obtenir du Capétien au prix d’une haute lutte négociée le retour du Val d’Aran dans la couronne d’Aragon, tenter, en vain, de créer une paix durable entre les rois angevins et Frédéric III de Sicile afin de conquérir plus sûrement la Sardaigne. L’existence de projets dynastiques de grande ampleur, la multiplication des conflagrations irrésolues, la capacité militaire restreinte d’une monarchie fragilisée par des contestations internes et les vastes opportunités d’alliances offertes par la nombreuse progéniture royale rendirent possible et entraînèrent l’investissement considérable du pouvoir royal dans l’action diplomatique.

3Arme brillante d’un pouvoir faible aux ambitions parfois démesurées, la diplomatie du roi a principalement été analysée dans cet ouvrage pour ses méthodes et pour les significations dont elle était investie, car le récit des grandes phases de l’histoire des relations de la couronne d’Aragon avec les puissances étrangères était d’ores et déjà en grande partie connu. Avec l’approche choisie, la diplomatie est d’abord apparue comme une affaire technique. Des lettres de créance, des pouvoirs, des sauf-conduits et des instructions écrites précisaient ordinairement le cadre dans lequel les ambassadeurs devaient effectuer leur mission. Certains de ces documents suivaient un formulaire, d’autres pas, mais leur teneur était à chaque fois adaptée en fonction des destinataires, la variété des langues dans lesquelles ils pouvaient être rédigés leur conférant une souplesse supplémentaire. Les représentants du roi étaient, grâce à ces papiers et à ces parchemins, en mesure de s’exprimer au nom du monarque, d’engager sa parole, de défendre son droit et de mettre en jeu son honneur. La diplomatie suscitait de manière générale une grande activité scripturaire : projets de paix, correspondances multiples entre les différents protagonistes, brouillons de toutes sortes, etc. L’intensification générale de la production d’écrits par l’administration royale, la conscience aiguë de leur portée et le grand nombre d’ambassades dépêchées à l’étranger suscitèrent au cours du règne de Jacques II d’importantes innovations dans la confection et l’utilisation des registres de la chancellerie. Les documents diplomatiques relatifs aux affaires les plus importantes furent dorénavant retranscrits dans des volumes spécialisés, au premier rang desquels figuraient les Registra secreta (« registres secrets »). Grâce à cette nouvelle série de registres et aux lettres originales reçues avec lesquelles ils pouvaient être corrélés, à l’aide, également, d’instruments perfectionnés de localisation des documents, l’ensemble des archives du roi (archivium nostrum), fonctionnèrent de façon plus efficace comme une mémoire de référence, un instrument de contrôle des ambassadeurs sans cesse revisité et actualisé par le travail des scribes, une réserve d’authenticité susceptible de fournir des arguments utiles pour les tractations avec les pouvoirs étrangers. De surcroît, un véritable « système informatif » fut mis au service de la monarchie et de son action diplomatique. Des renseignements de natures multiples (nouvelles publiques, rumeurs, informations secrètes) étaient collectés à la fois par des sujets et des représentants de Jacques II envoyés hors des territoires de la Couronne, par des espions, ainsi que par un réseau d’étrangers attachés au roi par des liens de fidélité personnelle. La transmission de ces informations était ordinairement assurée par les courriers de la cour du roi, mais l’emploi de courriers privés, de marchands ou d’autres individus n’était pas exclu, loin de là. Les finances constituaient pour leur part le talon d’Achille de la diplomatie du roi. L’exigence ponctuelle de fonds rapidement disponibles mettait fréquemment en difficulté le trésor royal, et il était nécessaire de recourir à d’autres formes de financement, plus acrobatiques, mais immédiatement efficaces.

4Affaire technique, pratique politique non institutionnalisée qui modifiait de l’intérieur certaines méthodes de travail des institutions royales, la diplomatie se fondait aussi sur l’établissement et le développement de liens spécifiques entre un monarque attentif — on lui lisait les lettres, il corrigeait parfois les instructions aux ambassadeurs — et les hommes chargés de le représenter temporairement à l’étranger, toujours pour des missions ad hoc. Les chroniques, les miroirs des princes et les documents de la pratique diplomatique s’accordaient alors tous à le souligner : il fallait trouver des ambassadeurs loyaux, qui fissent preuve de prudentia et de discretio (« discernement ») tout en possédant un statut jugé suffisamment honorable. Ces exigences générales autorisaient une certaine souplesse et la composition des ambassades ne répondit pas à un modèle figé de représentation. Elle fut plutôt adaptée en fonction de la destination, de la nature et de l’importance de l’affaire, des hommes disponibles… et de l’état du trésor. De nombreuses missions furent ainsi conduites par un seul homme. Souvent Catalans, fréquemment Aragonais et plus rarement Valenciens, les ambassadeurs étaient d’un rang social assez élevé et possédaient de bonnes compétences dans le domaine de l’écrit. Officiers des institutions de la Couronne, membres de la famille royale, familiares ou bien encore conseillers du roi, ils étaient choisis parmi divers cercles non exclusifs d’individus bénéficiant de la faveur royale. Une trentaine d’hommes, pour la plupart conseillers ou familiares du monarque, souvent liés à plusieurs cours, se distinguèrent nettement au sein de cet ensemble hétérogène. Sans être des professionnels, ils étaient en effet de véritables spécialistes de la pratique diplomatique. Sans qu’ils aient jamais accaparé complètement l’ensemble des missions, leur présence conférait à la diplomatie de Jacques II une continuité réelle.

5À l’étranger, les représentants du roi devaient tenir compte des usages, des marques d’hospitalité et de révérence, ainsi que des échanges de cadeaux alors considérés comme autant d’obligations tacites nécessaires à l’entretien des bonnes relations entre cours. Ces pratiques n’étaient toutefois pas suivies de façon mécanique, elles offraient plutôt aux rois et aux ambassadeurs des instruments de démonstration et de conviction, une matière susceptible d’enrichir une argumentation ou de donner lieu à des interprétations plurielles. Dans ce cadre, mais aussi sur ses marges, l’une des tâches essentielles des ambassadeurs consistait à négocier avec les autorités étrangères. Quand ils s’exprimaient officiellement, c’était toujours au nom du roi, jamais en tant que représentants de l’État, de la Couronne ou même de la Maison d’Aragon. Porteurs de la parole du monarque, défenseurs de son honneur et de son droit, les ambassadeurs étaient investis d’une mission jugée particulièrement délicate. Pour cette raison, des instructions écrites établissaient très précisément au préalable les propos qu’ils devaient tenir, notamment lors de leurs conversations avec les souverains étrangers ; le déroulement de leur mission était ensuite supervisé à distance grâce aux correspondances régulières qu’ils échangeaient avec leur mandataire. Pour ce dernier, il restait de surcroît toujours la possibilité de désavouer l’homme qui en avait trop dit ou qui s’était exprimé hors de propos. Dans l’espace politique temporaire et corseté des négociations, certains ambassadeurs de Jacques II disposèrent toutefois d’une marge de manœuvre importante. Interprètes de la volonté de leur roi, ils recouraient à des intermédiaires bien en cour et favorables au monarque aragonais afin de s’informer et d’influer sur les prises de décision, ils usaient dans les audiences de leurs procurations avec mesure et calcul, jouaient de l’ambiguïté de leur statut — voix du roi, ils s’exprimaient également en leur propre nom pour mieux négocier la cause de leur prince. Surtout, les spécialistes, les happy few, formulaient dans leurs lettres des conseils à l’intention de leur mandataire. Dans certaines missions, ils infléchissaient même directement l’orientation des négociations sans lui en référer préalablement, parce qu’ils étaient trop loin et qu’il fallait agir vite, parce qu’ils en avaient reçu la capacité en vertu d’un pacte original, ou bien encore parce que l’approbation de leur mandataire leur paraissait d’avance acquise.

6Affaire technique, lieu d’expérimentation pour les modalités de représentation du monarque et les liens de Jacques II avec ses hommes, domaine privilégié des rois et de petits cénacles de proches serviteurs qui partageaient un espace travaillé par la conscience et la circulation des secrets, la diplomatie constituait aussi une pratique politique qui impliquait les forces de la Couronne, où le pouvoir se montrait face aux étrangers et vis-à-vis des sujets pour renforcer sa légitimité. Les sujets et les villes en appelaient fréquemment au roi pour qu’il intervînt personnellement auprès d’autorités étrangères qui bafouaient leurs droits. Ils reconnaissaient ainsi la capacité du monarque à rendre ou à faire rendre justice. L’assentiment apparaissait de façon plus manifeste encore lors des rencontres royales, les vistae ou vistas. Très nombreuses durant la première partie du règne de Jacques II, considérées par les contemporains comme les plus importantes des rencontres avec les étrangers, rassemblant des cours autour des rois et des princes, elles formaient un théâtre de compétition pour le prestige et l’honneur des monarques, un espace — théoriquement — contrôlé pour l’exercice de leurs prérogatives. Les représentants des villes, les nobles et les religieux de la Couronne qui y avaient été convoqués devaient consentir publiquement aux décisions prises par le roi, reconnaître sa capacité à exercer la justice et à faire preuve de grâce et de munificence. Leur présence rendait ainsi visible derrière la personne du monarque une Couronne unie, alors même que cette unité avait récemment été mise à mal.

7Menée au nom de Jacques II, héritier d’une dynastie liée aux principales dynasties régnant en Occident et père de nombreux enfants à marier, la diplomatie était aussi l’affaire d’une famille qui cherchait à consolider son pouvoir dans la Couronne et à affermir son appartenance à une autre famille, plus vaste, celle des rois et des princes d’Occident. La négociation puis la célébration d’alliances matrimoniales avec des maisons étrangères constituaient dans ce but des occasions particulièrement favorables. Les mariages rappelaient en effet l’accord fondateur qui devait unir le roi, sa famille et les sujets qui vivaient sur les territoires de la Couronne ; ils rendaient en même temps manifeste l’importance de la Maison d’Aragon parmi les grandes dynasties chrétiennes de l’époque. La participation de plusieurs membres de la famille royale aux activités diplomatiques, notamment des reines et de l’infant héritier, suggérait de surcroît que la dynastie parlait d’une même voix, que les liens qui la rattachaient aux sujets et à la Couronne étaient indissolubles, et que leurs engagements à l’étranger s’inscrivaient dans la durée. L’existence d’une identité et d’une légitimité dynastiques propres à la Casa d’Aragó était tout particulièrement revendiquée dans des ambassades mixtes où les représentants de Jacques II étaient associés à ceux du roi de Majorque. La dynastie de Barcelone affirmait ainsi par la diplomatie — ce n’était pas son seul moyen — sa prééminence sur les membra disjecta issus de la Maison d’Aragon originelle.

  • 1 S. F. Cawsey, Kingship and Propaganda.

8Instrument essentiel de la politique dynastique, la diplomatie demeurait toutefois, en dernier lieu, l’affaire du roi, une part essentielle de sa fonction. Jacques II la rendait possible et lui donnait sens, sa personne en était la clef de voûte. On écrivait, on parlait, on agissait en son nom ; on recherchait son intérêt ; on défendait son droit et son honneur, et on voulait éviter son opprobre. Les ambassadeurs et les médiateurs qui œuvraient à son service s’efforçaient d’en faire un roi de paix sur la scène internationale, parce que cela répondait au modèle de prince chrétien, parce que c’était utile pour ses entreprises. La parole même du roi était attendue dans les rencontres royales où, comme à l’ouverture des Cortes1, elle devait contribuer à une pacification des relations entre le pouvoir et les différents états de la Couronne. La diplomatie était l’espace politique par excellence où l’on espérait du roi qu’il agît en roi. Jacques II en tint compte, joua de son nom et de sa personne abondamment, non seulement pour défendre son droit et des projets, mais aussi pour maintenir ses prérogatives de monarque, reconquérir une légitimité mise à mal par la guerre contre la papauté, réaffirmer sans cesse son statut de chef dynastique chrétien et sa légitimité à gouverner des sujets et une Couronne qui lui avaient été conférés par la Providence.

  • 2 Voir par exemple, pour le cas anglais, P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages(...)

9Tout ceci était-il original ? Des documents de nature similaire — lettres de créance, sauf-conduits, pouvoirs notamment — étaient employés par les diverses puissances d’Occident ; un vocabulaire commun à base latine permettait de les reconnaître et une égale valeur de référence était attribuée aux écrits authentiques conservés dans les archives2. Les rois et les princes contemporains de Jacques II recevaient également en audience, adressaient des lettres et envoyaient des ambassades en leur nom ; beaucoup d’entre eux participaient également à des rencontres au sommet. C’était une part essentielle de leur métier de roi. Les obligations tacites d’hospitalité et de réciprocité valaient non seulement pour les courriers, les messagers et les ambassadeurs de Jacques II, mais aussi pour ceux qui étaient dépêchés par d’autres autorités.

  • 3 Lettre de Vidal de Vilanova à Jacques II du 23 mars 1309, Avignon : « se diu clarament en la cort, (...)
  • 4 H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, p. 595.

10Plusieurs éléments, toutefois, contribuent à attribuer une place à part à la diplomatie de Jacques II. Tout d’abord, ce règne fut celui de nombreuses innovations dans la gestion des affaires diplomatiques. On le perçoit à travers l’émergence des Registra secreta, dans l’usage plus systématique qu’auparavant de réseaux d’informateurs, mais aussi, de façon plus générale, dans les tâtonnements de l’administration royale face à l’emballement de la pratique diplomatique lancée par le pouvoir. En deuxième lieu, les contemporains eux-mêmes soulignèrent la singularité de la diplomatie de Jacques II. On considérait fréquemment à la curie que le roi d’Aragon en faisait trop, abreuvait de lettres et d’ambassades des papes qui n’en pouvaient mais. « On dit clairement à la curie que vous y écrivez plus, seigneur, que tous les autres princes du monde réunis »3, écrivit ainsi l’ambassadeur Vidal de Vilanova à Jacques II. Le regard que nous pouvons à présent porter sur cette diplomatie n’est donc pas seulement dû à un effet d’archives déformant. Le recours intensif à la diplomatie, qui permit au roi et à la dynastie d’Aragon de remporter de beaux succès — Val d’Aran, aide pontificale pour la Sardaigne, etc. — fut aussi considéré comme une diplomatie de l’excès. Ainsi que le notait déjà Heinrich Finke il y a un siècle, sous Alphonse IV (1327-1336), plusieurs curialistes critiquèrent le trop grand nombre d’ambassades envoyées par Jacques II au pape4. Devenu trop évident, le travail de sape de la diplomatie royale s’effectuait parfois au risque de provoquer l’exaspération des interlocuteurs.

  • 5 Voir annexe I (CD-ROM), notice 202.
  • 6 S. Péquignot, « Un chemin de roi ».

11La mesure du « moment Jacques II » doit aussi être prise au regard de son inscription et de ses effets dans une durée plus longue. De ce point de vue, qui pourra ici seulement être esquissé à grands traits, la diplomatie de Jacques II paraît avoir exercé une influence certaine sur la pratique de ses successeurs. En dépit des critiques formulées à l’encontre de Jacques II, plusieurs de ses ambassadeurs, à l’instar de Ramon de Melany, furent envoyés à l’étranger au nom d’Alphonse IV d’Aragon5 ; les archives et l’organisation de la documentation diplomatique dans des registres secrets continuèrent largement à être utilisées ; le rôle central de la diplomatie pour l’exercice du pouvoir royal fut tout autant valorisé par les chefs de la dynastie aragonaise. Dans son Llibre, véritable « autobiographie souveraine », Pierre IV d’Aragon (1336-1383) accorda ainsi une place essentielle aux entretiens avec les ambassadeurs étrangers. Selon une conception qui faisait largement écho à celle qui avait été en vigueur durant le règne de Jacques II, l’audience fut alors conçue comme un moment de manifestation des prérogatives royales devant les sujets et les étrangers, une confirmation du soutien de Dieu à son action6. La diplomatie de Jacques II remporta enfin une dernière victoire, celle de la mémoire historiographique : il passa ainsi largement à la postérité comme un roi de paix — sans l’avoir été complètement. Dans son opusculum composé sous Pierre IV d’Aragon, Canals évoquait ainsi le souverain aragonais :

  • 7 « Sicut Salomon rex pacificus vocatur in scriptura sacra, eo quia in pace regnavit, ita iste rex p (...)

De même que Salomon est appelé roi pacifique dans l’Écriture sacrée, parce qu’il régna en paix, de même ce roi pacifique [Jacques II] peut être dit juste, parce qu’il chercha en son temps la paix pour lui et pour ses royaumes et pour ses sujets, et il la trouva7.

  • 8 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit.

12À la fin, peut-on assigner au « moment Jacques II » une place précise dans l’histoire plus générale de la diplomatie au Moyen Âge en Occident ? Les points de comparaison, ainsi qu’il a été souligné à de multiples reprises, sont encore trop peu nombreux, notamment en péninsule Ibérique, pour pouvoir tirer des conclusions définitives. Néanmoins, une dernière comparaison avec les diplomaties italiennes du XVe siècle, mieux connues, peut s’avérer utile. À première vue, les différences sont particulièrement frappantes. La diplomatie du roi tranche tout d’abord nettement sur celles du XVe siècle par le recours intense à des rencontres au sommet instrumentalisées à des fins de légitimation interne. Elle se distingue aussi de manière décisive des diplomaties communales ou même ducales, parce que le système de valeurs mis en jeu dans l’action diplomatique différait. D’un côté, il s’agissait d’utiliser une pratique politique non institutionnalisée pour défendre son droit, revendiquer des prérogatives royales, soutenir une identité dynastique fragile, de l’autre, il fallait, à Venise par exemple8, défendre une communauté et des institutions qui ne reposaient pas sur les mêmes principes.

  • 9 F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca ; R. Fubini, Quattrocento fiorentino.

13Néanmoins, l’utilisation intense des écrits par les ambassadeurs, la production d’une documentation para-diplomatique extrêmement variée, l’accroissement considérable des archives conservées et le recours à un système informatif très efficace rendent la diplomatie de Jacques II proche de celles du XVe siècle italien. Une diplomatie fondée sur l’usage d’écrits spécialisés et techniques très variés existait déjà hors d’Italie à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle. Même s’il demeure difficile à mettre en perspective, faute d’études et souvent d’archives comparables, ce constat conduit en tout cas à relativiser la singularité et le caractère novateur traditionnellement assignés en ce domaine aux diplomaties italiennes du XVe siècle9.

  • 10 Cette rupture est remise en cause aussi par les modernistes, qui montrent la longue persistance de (...)

14Un dernier élément peut contribuer à mettre en perspective la rupture par excellence du XVe siècle italien, l’émergence des représentations permanentes, traditionnellement jugée comme la seule césure réellement importante dans l’histoire de la diplomatie avant le XVIIe siècle10. C’est l’irruption d’une parole instruite par écrit dans la pratique diplomatique. Au XIIIe siècle, la conjonction d’une intensification des usages pragmatiques de l’écrit administratif et d’une conscience accrue des enjeux, ainsi que des dangers de la parole des rois et de ses représentants favorisa dans la couronne d’Aragon l’émergence d’une diplomatie tempérée. Les interventions épistolaires étaient soigneusement graduées, les propos à tenir préalablement mesurés et soupesés, les escalades méticuleusement consignées devant notaire, étape par étape, les négociations faisaient l’objet d’avis mesurés, de calculs et étaient mises en concurrences. L’éclat, la rupture, le geste ou le propos qui rompait les règles et la maîtrise escomptée possédaient alors dans ce contexte feutré par l’usage incessant de la plume une portée difficilement réparable.

15Les diplomaties médiévales ne constituaient donc pas un bloc homogène ou un agrégat informe de pratiques disparates orienté tout entier vers l’émergence des représentations permanentes au XVe siècle. L’usage peut-être excessif d’une diplomatie tempérée par Jacques II a fait ressortir avec force les modifications des échanges diplomatiques engendrées par les transformations du rapport à l’écrit. Mais ce ne fut certainement pas le seul bouleversement d’importance connu par les diplomaties médiévales avant le XVe siècle. Modes de représentation, rituels de rencontres, pratiques de négociations, usages de la documentation et épreuves de parole, mise en jeu de systèmes de valeurs différents par les pouvoirs et les hommes qui les incarnent : l’histoire des diplomaties médiévales est à l’évidence plurielle, et demeure ouverte.

Notes

1 S. F. Cawsey, Kingship and Propaganda.

2 Voir par exemple, pour le cas anglais, P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages.

3 Lettre de Vidal de Vilanova à Jacques II du 23 mars 1309, Avignon : « se diu clarament en la cort, que més hic escrivitz vós, senyor, tot sol, que entre tots los altres princeps del món » (H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 354, p. 537).

4 H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, p. 595.

5 Voir annexe I (CD-ROM), notice 202.

6 S. Péquignot, « Un chemin de roi ».

7 « Sicut Salomon rex pacificus vocatur in scriptura sacra, eo quia in pace regnavit, ita iste rex pacificus recte dici potest, eo quia tempore suo pacem quesivit sibi et regnis suis atque subiectis, et eam invenit » (cité par S. M. Cingolani, La memòria dels reis, p. 202).

8 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit.

9 F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca ; R. Fubini, Quattrocento fiorentino.

10 Cette rupture est remise en cause aussi par les modernistes, qui montrent la longue persistance de la pratique d’ambassades ad hoc. Voir par exemple D. Frigo (dir.), Ambasciatori e nunzi ; Ead. (dir.), Politics and Diplomacy in Early modern Italy, pp. 1-24.

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search