Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Troisième partie. Le pouvoir en diplomatie

Chapitre XI. Une affaire de famille

Texte intégral

  • 1 B. Guenée, L’Occident aux XIVeet XVesiècles, en particulier p. 77. Sur les convergences dans le dé (...)
  • 2 Pour une lecture du système français des apanages en termes de pratique lignagère plutôt que comme (...)

1Vers 1300, même si de nombreux États se consolident en Occident grâce à l’établissement progressif d’une fiscalité ordinaire, grâce aussi au développement d’administrations hiérarchisées et à la spécialisation des officiers et autres serviteurs, les différents régimes politiques du moment présentent un panorama particulièrement hétérogène, avec des cités-États, des principautés territoriales, des monarchies nouvelles ou bien encore de vieux royaumes indépendants1. Pour la plupart de ces ensembles politiques que l’on hésite parfois à qualifier d’États, les stratégies lignagères et patrimoniales des familles ou des dynasties au pouvoir jouent un rôle déterminant dans la structuration territoriale interne et dans l’évolution générale des relations avec des puissances étrangères2.

  • 3 T. N. Bisson, Història de la Corona d’Aragó ; J. M. Monsalvo Antón, La Baja Edad Media en los sigl (...)
  • 4 Sur le débat ouvert à ce sujet, voir introduction, pp. 15-16.
  • 5 Souligné par J. Á. Sesma Muñoz, La Corona de Aragón, pp. 116-120.
  • 6 Voir introduction, pp. 15-17 ; P. Corrao, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d’ (...)
  • 7 Voir pp. 453-454.

2La couronne d’Aragon, dont l’origine remonte à l’union personnelle du royaume d’Aragon avec le comté de Catalogne sous Ramon Berenguer IV en 1137, offre dans ce cadre un bel exemple de système politique complexe largement fondé sur le maintien au pouvoir d’une même dynastie reconnue comme légitime. Avec les conquêtes des Baléares, de Valence, de la Sicile et de la Sardaigne, qui sont autant d’entreprises dynastiques, de nouveaux territoires intégrés à la Couronne conservent ou développent en son sein un droit et des institutions propres3. L’histoire de cette Couronne est alors largement celle de tensions, diversement interprétées, entre l’unité de la dynastie et la pluralité des territoires et des sujets politiques4. Dans cette perspective, la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle constituent une période cruciale. L’on tente alors, avec un succès dont les historiens débattent, de consolider un pouvoir royal miné de l’intérieur par des révoltes nobiliaires en Aragon et limité dans son exercice par la concurrence des compétences juridictionnelles baroniales et urbaines. La Couronne du royaume d’Aragon (Corona regni Aragonum) devient ainsi à partir du règne de Pierre III (1276-1285) Couronne royale d’Aragon (Corona regia Aragonum) ; durant le règne de Jacques II, l’unité, puis l’indivisibilité (1319) de la Couronne sont proclamées avec la désignation et l’association comme successeur au trône de l’infant Alphonse dès 1325. Même si quelques évolutions institutionnelles, favorisées par la monarchie, vont dans le sens d’une plus grande homogénéité entre les différents territoires5, l’unité de la Couronne repose alors surtout sur la dynastie qui en a la charge depuis l’origine, et tout particulièrement sur la personne même du roi, sur ses rapports avec les sujets et les états6. Dans un tel contexte, la diplomatie, plus qu’un simple « outil politique » au sens moderne du terme, constitue pour la dynastie un instrument précieux de cohésion de la Couronne derrière le roi, qui lui-même en use pour revendiquer ses prérogatives7.

3Or, descendant d’une lignée vieille de plusieurs siècles, membre d’une dynastie puissante, époux successif de filles des rois de Castille, de Naples et de Chypre, père de dix enfants qui font l’objet de tractations matrimoniales multiples, frère du roi de Sicile Frédéric III et de la reine du Portugal Isabelle, neveu de Jacques II de Majorque, cousin de son successeur Sanche, le roi d’Aragon est aussi le chef d’une famille qui possède des liens très forts avec de nombreuses autres dynasties. Autrement dit, si la diplomatie résulte bien des rapports de pouvoir internes à la couronne d’Aragon, si elle offre à l’occasion une scène non négligeable pour les relations du roi avec ses sujets, elle est également une affaire de familles royales. Les correspondances des souverains, les négociations, les ambassades et les rencontres au sommet constituent en effet autant d’espaces où est rendu manifeste en même temps que mis à l’épreuve un mode familial et dynastique d’exercice du pouvoir. De 1291 à 1327, les membres de la famille royale aragonaise suscitent de très nombreuses négociations matrimoniales avec les grandes maisons étrangères et la présence de la famille royale dans l’action diplomatique paraît traduire, voire renforcer une vision pragmatique de l’unité de la Casa d’Aragó. La diplomatie du roi sert-elle alors seulement à défendre des « projets » du souverain, ses intérêts au coup par coup, son profit, ou bien doit-elle être hissée au rang d’instrument d’identité familiale et dynastique ?

I. — LES MARIAGES, ENJEU DYNASTIQUE, OBJET DE NÉGOCIATION

4La diplomatie de Jacques II se fonde sur l’utilisation d’une documentation spécialisée, sur la récolte d’informations nombreuses et le recours fréquent à des experts disposant d’une importante marge de manœuvre, mais elle utilise aussi un autre instrument, une autre arme pourrait-on dire, afin de parvenir à ses fins dans les tractations avec les puissances étrangères : les mariages des membres de la famille royale. Éléments de stratégies dynastiques, les projets matrimoniaux constituent aussi le fruit d’une recherche sur le marché des cours, avant de devenir une belle et riche matière pour négocier avec les autres maisons princières et royales.

LES ALLIANCES MATRIMONIALES AU SERVICE DE STRATÉGIES DYNASTIQUES

  • 8 L. Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, p. 195.
  • 9 M. Aurell, Les noces du comte, pp. 360-361, 422-425 et 541-553.

5Entre le XIe siècle et le XVe siècle, le mariage, même considéré par l’Église comme une union sacramentelle entre deux personnes, constitue aussi pour les lignages un moyen de signifier et de consolider l’alliance de deux groupes de pouvoir, un « instrument fondamental de la politique dynastique » (Laurent Macé)8. Comme l’a montré Martin Aurell, mariage dynastique et politique sont en Catalogne indissolublement liés, les relations matrimoniales sont instrumentalisées de manière particulièrement efficace par les comtes-rois au XIIe siècle pour intégrer les comtés catalans et soutenir leur politique d’expansion vers les régions occitanes. Dans la première moitié du XIIIe siècle, les mariages des membres de la famille royale et comtale et leur dissolution sont encore principalement déterminés par des intérêts politiques. Les alliances sont multiples et des stratégies matrimoniales sont déployées à différentes échelles pour contrôler à la fois les unions des membres de la famille royale et celles des hommes proches du pouvoir. Fruits de stratégies collectives, les mariages sont également des instruments qui permettent d’élargir l’horizon politique d’une dynastie9. Qu’en est-il durant le règne de Jacques II ?

a) Les mariages du roi

  • 10 Sur l’auxilia maritandi fournie par le roi aux membres de son entourage, J. E. Martínez Ferrando, (...)
  • 11 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón ; Id., Els fills de Jaume II ; Id., Jaume II o el seny (...)
  • 12 J. E. Martínez Ferrando, Jaume II o el seny català, pp. 85-97, 104-115 ; M. Gaibrois de Ballestero (...)
  • 13 J. E. Martínez Ferrando, Jaume II o el seny català, pp. 115-130 ; V. Salavert y Roca, « El tratado (...)
  • 14 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 197-283 ; Id., Jaume II o el seny català, p (...)

6Les mariages favorisés par la dynastie royale concernent fondamentalement trois groupes de personnes durant le règne : le roi lui-même, les autres membres de la famille royale et les serviteurs du souverain10. L’attention portera ici principalement sur le roi et sa famille, car ce sont surtout leurs mariages qui constituent des enjeux diplomatiques de premier ordre. Même si toutes les alliances ne sont pas connues dans le détail et s’il manque pour la couronne d’Aragon des XIIIe-XVe siècles une étude d’ensemble de la politique matrimoniale de la dynastie, les stratégies ou du moins les tactiques de la famille royale en ce domaine peuvent néanmoins être suivies assez aisément pour le règne de Jacques II11. Après qu’on eut envisagé à plusieurs reprises et sans succès de marier Jacques, alors roi de Sicile, avec une fille de Charles de Salerne, puis avec Guillelma de Montcada en 1290, le roi d’Aragon, fraîchement arrivé dans la Péninsule, s’engage aux rencontres de Monteagudo en novembre 1291 à épouser Isabel, une fille du roi de Castille Sanche IV12. L’alliance doit sceller la réconciliation entre les deux voisins, mais elle n’est pas consommée, car les tractations menées par le roi d’Aragon en 1293-1295 afin de rétablir la paix avec le pape, les Français et les Angevins, conduisent à préférer un mariage avec Blanche, une fille du roi de Naples Charles II. Isabel, qui n’est pas encore nubile, est donc renvoyée à la cour de Castille, et Jacques II épouse Blanche d’Anjou lors des rencontres royales de Vilabertrán en novembre 129513. Après la mort de la reine, Jacques II se remarie au terme de quatre années de tractations en 1315 avec Marie de Lusignan, la fille aînée du roi de Chypre Henri II. Du point de vue de la dynastie catalane, ce mariage s’explique principalement par la nécessité de trouver des soutiens à l’expansion en Méditerranée orientale et au commerce avec Chypre, peut-être par l’espoir de conquérir la Romanie, mais aussi par la recherche d’une dot brillante. Après de nombreuses déceptions, la deuxième épouse de Jacques II meurt sans descendance en 1322. Le roi prend alors pour femme la fille d’un grand noble catalan, Elisenda de Montcada ; il renoue ainsi avec la tradition des mariages qui renforcent le contrôle des territoires de la Couronne14. Alliances exogamiques brillantes utilisées pour sceller l’alliance avec des voisins puissants ou d’anciens ennemis, ou bien encore afin de favoriser des projets ambitieux, les quatre mariages royaux envisagés ou réalisés avec des femmes étrangères confortent donc certaines des grandes orientations de la dynastie : la paix durant la première partie du règne, l’influence commerciale, politique et religieuse en Méditerranée orientale par la suite.

b) Les mariages des enfants du roi

  • 15 Id., Jaime II de Aragón, t. I, pp. 133-141 ; A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 29-50 ; A. Lóp (...)
  • 16 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 107-126 ; J. Baucells i Reig, « L’expansió (...)
  • 17 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 83-106, 178-189, 158-169.

7La grande majorité — huit sur dix — des enfants de Jacques II se marient eux aussi, ou font l’objet de tractations matrimoniales qui doivent servir la Couronne. Les unions effectivement consommées fournissent un premier panorama éloquent des intérêts multiples de la dynastie. Constanza, fille de Jacques II, est unie le 5 avril 1312 per verba de presenti avec Juan Manuel, fils de l’infant don Manuel de Castille15. Quelques mois auparavant, l’infante María avait été mariée lors des vistas de Calatayud à l’infant Pedro, frère du roi de Castille Ferdinand IV, alors qu’une entente était scellée entre les deux souverains pour que le fils aîné de Jacques II, l’infant Jaime, épouse Leonor, une autre fille de Ferdinand IV de Castille16. Ce mariage n’a finalement pas lieu, car… l’infant s’enfuit le jour même de sa célébration (22 mars 1319) pour s’engager en religion et renoncer au trône qui lui revenait. Alphonse, qui reprend alors le rôle d’héritier, avait épousé en 1314 une noble catalane, Teresa d’Entença. À la mort de cette dernière et une fois monté sur le trône, il épouse finalement Leonor de Castille. L’horizon politique des mariages des enfants du roi s’étend cependant au-delà de la péninsule Ibérique. L’infante Isabel est mariée par procuration en 1313 puis devient officiellement en 1315 l’épouse du duc d’Autriche prétendant à l’Empire Frédéric le Beau, tandis que son frère Ramon Berenguer et sa sœur Violant consolident avec les Angevins une alliance fréquemment mise à mal par les luttes entre Frédéric III de Sicile et Robert d’Anjou. L’infant épouse en 1327 Blanche, la fille de Philippe, prince de Tarente, et le fils éponyme de ce dernier se marie l’année suivante à l’infante. Enfin, l’infant Pedro, le futur conseiller de Pierre IV, doit après de multiples tractations dans de nombreuses cours occidentales se contenter en 1331 de la fille du comte de Foix, Jeanne17.

  • 18 F. de Moxó y Montoliu, Estudios sobre las relaciones entre Aragón y Castilla.

8De même que les mariages du souverain, les alliances matrimoniales contractées par les enfants du roi n’expriment donc pas une ligne stratégique unique de la Maison d’Aragon. Ils permettent tout d’abord au roi d’Aragon d’accroître en Castille une influence déjà rendue considérable par la nomination d’un autre de ses fils, Juan, comme archevêque de Tolède puis chancelier du roi de Castille et, surtout, par la minorité d’Alphonse XI qui fragilise la situation interne du grand voisin ibérique entre 1312 et 132518. Ces alliances exogamiques facilitent aussi le rapprochement avec des dynasties plus lointaines qui possèdent également des intérêts en Méditerranée (prince de Tarente), ou bien qui apportent un surcroît de prestige à la maison du roi (duc d’Autriche). En ce sens, les choses ont finalement peu changé depuis le début du XIIIe siècle décrit par M. Aurell : l’espace matrimonial est très ouvert et exogamique, la « polygynie » (c’est-à-dire ici plusieurs unions successives) domine et les mariages lointains, l’hypergamie et le prestige sont recherchés. Toutefois, le mariage favorise moins qu’auparavant l’intégration territoriale, en raison à la fois de la stabilisation interne de la Couronne, de la nécessité pour la dynastie de consolider la paix avec les Angevins puis avec la Castille et de l’élargissement de son horizon politique en Méditerranée. Au-delà des intérêts spécifiques propres à chacune de ces alliances, quelle interprétation globale donner alors aux mariages contractés par les membres de la famille royale ?

  • 19 R. Sablonier, « Die aragonesische Königsfamilie um 1300 ».
  • 20 M. Charageat, « Cópula carnal ».
  • 21 R. Sablonier, « Die aragonesische Königsfamilie um 1300 », p. 316.

9Roger Sablonier propose dans une approche anthropologique de replacer les mariages de ce lignage familial ouvert (open lineage family) au sein de la dynamique des relations internes à la famille royale aragonaise : relations entre époux, relations entre parents et enfants et relations entre frères et sœurs19. Dans cette perspective, les mobiles des mariages demeurent clairement politiques, mais les différentes étapes suivies jusqu’à leur conclusion s’avèrent souvent identiques : négociations marquées par la prépondérance des critères d’âge, de beauté et de dot, fiançailles (sponsalia), mariage (matrimonium) et enfin consommation (cópula carnal) qui scelle l’alliance20. Si l’absence de recherche d’héritages rend problématique la saisie d’une politique matrimoniale globale, les mariages permettent en tout cas au roi d’Aragon de se faire des amis (facere amicitiam), de consolider des alliances et de favoriser le contrôle réciproque entre souverains. La caractéristique principale du règne de Jacques II réside alors dans la concomitance d’un contrôle extrêmement fort du souverain sur les destinées — matrimoniales et autres — des membres de la famille royale avec, d’autre part, son effort d’intensification de l’administration de l’État21.

  • 22 O. Engels, « El rey Jaime I de Aragón ».
  • 23 N.-Y. Tonnerre et E. Verry, Les princes angevins du XIIIeau XVesiècle, p. 310.

10On peut suivre sans difficultés l’auteur jusqu’à ce point, mais son interprétation de la portée d’une telle collusion des affaires familiales et « étatiques » paraît en revanche plus discutable. L’importance acquise par la famille dans les affaires de l’État constituerait en effet une nouveauté. Or, l’argument avancé pour valider cette hypothèse, la faible place que concèdent les chroniques antérieures à la famille royale dans les affaires étatiques, s’avère à lui seul peu convaincant. Le caractère novateur du rôle de la famille royale aragonaise ne peut en fait guère être démontré pour l’heure, car l’on manque de travaux d’ensemble à ce sujet pour le XIIIe siècle. Le seul rappel des alliances matrimoniales contractées durant le règne de Jacques Ier (1213-1276) incite plutôt à la prudence. Le Conquérant épouse en effet Yolande de Hongrie en 1239, son fils Pierre (le futur Pierre III) Constance, fille de Manfred de Hohenstaufen en 1262, quelques semaines avant que sa fille Isabelle ne se marie avec Philippe (le futur Philippe le Hardi), fils de Louis IX22. Du point de vue matrimonial, le changement semble donc plus de degré que de nature entre le règne de Jacques Ier et celui de Jacques II : ce dernier dispose d’un capital de dix enfants légitimes et fait presque jeu égal avec les treize enfants de Charles II le Boiteux, alors que la progéniture du Conquérant susceptible de faire l’office de tractations matrimoniales était moins nombreuse23.

11Nouveauté ou pas, les mariages des membres de la famille royale s’insèrent dans la dynamique du lignage et constituent l’une des preuves de la collusion sous le contrôle du roi, voire de l’identité des affaires familiales avec celles de la Couronne. Les négociations matrimoniales ne se limitent pas alors à un prélude obligé avant la conclusion d’un accord entre les souverains. Leur durée souvent considérable, les multiples volte-face dont font preuve Jacques II, les rois et autres princes, indiquent plutôt la recherche continuelle de la conclusion d’alliances avantageuses. Éléments de stratégies dynastiques, les mariages constituent dans ce contexte également un objet de négociation permanente entre les maisons princières et royales d’Occident. L’enjeu en est, essentiellement, double : trouver un conjoint, négocier un contrat.

TROUVER L’ALLIANCE, UN TRAVAIL DIPLOMATIQUE

a) La quête du mari ou de l’épouse : un espace de négociations entre maisons princières

  • 24 C. Debris, La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale ; constat partagé (en 1997) par K (...)

12De façon paradoxale, alors que le rôle essentiel des mariages dans la consolidation des alliances est unanimement reconnu, leur préparation et leur négociation n’avaient jusqu’à un livre récent de Cyrille Debris sur la politique matrimoniale des Habsbourg guère retenu l’attention des historiens24. La question n’a par conséquent pas été envisagée de façon globale pour la Maison d’Aragon. Or, le roi dispose avec ses dix enfants d’un capital important, qu’il s’efforce de valoriser auprès des différentes cours étrangères, tout en rassemblant de nombreuses informations sur les rejetons des maisons dignes d’intérêt. Deux phases peuvent à cet égard être assez nettement distinguées durant ce long règne. Avant 1312, les mariages servent surtout à sceller la paix, à consolider des alliances, et les négociations menées au nom du roi d’Aragon se limitent pour l’essentiel à la détermination des clauses matrimoniales. En revanche, dans les quinze années suivantes, la guerre menace moins directement la Couronne — la Castille est en proie aux troubles internes et la menace angevino-pontificale a fortement diminué —, les possibilités de mariage s’avèrent par conséquent beaucoup plus nombreuses. La paix relative ouvre en quelque sorte un espace de négociation, voire de papillonnage matrimonial entre les maisons royales et princières, alors que l’usage du mariage était auparavant restreint par la nécessité de mettre un terme aux conflits. Les alliances matrimoniales suscitent comme auparavant des négociations sur les clauses du contrat, mais elles supposent aussi un intense travail diplomatique préliminaire qui doit permettre de dénicher la perle rare.

  • 25 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 183-189.
  • 26 Voir C. Debris, La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale, pp. 475-614 pour les projet (...)

13La recherche d’un mari ou d’une épouse pour un enfant du roi est un processus souvent long, complexe, et au cours duquel interviennent des acteurs variés. Des efforts diplomatiques considérables sont ainsi éployés afin de marier l’infante Violant, pour laquelle sont évoqués successivement à partir de 1312 le français Charles (le futur roi Charles IV), le fils aîné du roi d’Angleterre Édouard II et le roi de Castille Alphonse XI, avant qu’elle n’épouse finalement en 1328 le fils du prince Philippe de Tarente25. De tels projets d’alliance en cascade ne sont pas propres à cette infante, ni même au seul roi d’Aragon et à ses enfants. De très nombreux autres projets de mariage circulent en effet entre les cours d’Occident26. Trouver une épouse ou un mari pour l’un des enfants du roi suppose donc pour la Maison d’Aragon à la fois de prendre contact avec des maisons royales ou princières étrangères, mais aussi d’être confrontée à des projets matrimoniaux concurrents. De plus, seuls certains descendants des dynasties étrangères remplissent les conditions requises pour s’unir à des membres de la famille royale. Ils doivent posséder un rang digne de la Maison d’Aragon, ne pas être trop âgés et ne pas poser d’insurmontables obstacles de consanguinité (condition rédhibitoire en-dessous du quatrième degré depuis le concile de Latran IV en 1215) ou d’autres empêchements canoniques, même si l’obtention d’une dispense pontificale reste toujours envisageable. Les femmes doivent si possible être belles, en tout cas fécondes, et une dot importante est fréquemment posée comme condition préalable. Dans cet espace de négociation en constante recomposition entre les différentes maisons, où les alliances possibles demeurent limitées, comment chercher la femme, ou le mari ?

b) Marier l’infant Pedro

  • 27 ACA, C, reg. 339, f° 351r°.
  • 28 « … Quem desiderantes bona sanguinis debita et sincere dilectionis inter domos Ffrancie et Aragoni (...)
  • 29 Lettres de Jacques II au comte de Clermont et à Charles de Valois du 24 septembre 1324 (ibid., ffo (...)
  • 30 Ibid., f° 353r°.
  • 31 « … Vos autem sicuti magne discretioni vestre videbitur cum prescripto rege Ffrancie colloquemini, (...)
  • 32 Lettres de Jacques II à Charles de Valois des 7 février et 14 avril 1325 (ibid., ffos 353v°[1] et (...)

14Les tractations menées dans le but de marier l’infant Pedro donnent une bonne mesure du rythme et des méthodes qui préludent à une alliance matrimoniale. Afin de favoriser une alliance française, le roi mobilise ses appuis traditionnels à la cour capétienne. Plutôt que de s’adresser directement au roi, Jacques II écrit le 10 août 1324 à son « parent et ami » (consanguineo et amico) Charles de Valois afin qu’il recherche en France une épouse pour son fils l’infant Pedro (pro uxore querenda in Ffrancia pro filio suo infante Petro)27. Rappelant l’intérêt que Charles de Valois lui a toujours témoigné, ainsi qu’à ses enfants et à sa maison dont l’honneur lui est aussi cher que le sien, Jacques II l’informe que Pedro est comte de Ribagorza, âgé de dix-neuf ans, de bonne constitution et prometteur (bone indolis et laudabilis expectationis) et lui notifie son désir de procéder à une alliance (conjugium). Il demande par conséquent à Charles de lui indiquer clairement une jeune fille du même âge que Pedro et que l’infant pourrait décemment épouser afin de renforcer le lien entre leurs maisons. Cette jeune fille doit être issue de la maison du roi de France et de lignée royale ou bien de celle de Charles de Valois, dont il connaît l’ascendance royale28. Le Valois propose rapidement une alliance avec une fille du comte Louis de Clermont, à la grande satisfaction de Jacques II qui dépêche en ambassade le dominicain Ramon de Masquefa afin de traiter de ce mariage avec messire Charles (E axí lo dit missatge tractarà d’aquest matrimoni ab misser Karles)29. Les instructions baillées au frère prêcheur révèlent des exigences de dot démesurées, 30.000 marcs d’argent, soit près de trois fois la dot remise à l’infante María pour son mariage avec Pedro de Castille. Quand il jugera l’affaire suffisamment engagée, le religieux devra tout faire pour voir entièrement la jeune fille (vaia veer la donzella de tot en tot), c’est-à-dire pour s’assurer de sa beauté et de sa fécondité30. Des rumeurs circulent toutefois en France au sujet d’une alliance catalano-anglaise dirigée contre le roi de France et ralentissent sans doute les tractations. Jacques II s’empresse de les démentir dans une lettre à Charles de Valois du 6 décembre 132431, mais il délaisse par la suite le projet d’un mariage avec Béatrice, car la jeune Française n’a que 9 ans32. Or,

  • 33 « … Constituta prefato infante etate in vicesimo producente iamque adulto et in virilibus apto, cu (...)

l’infant est âgé de vingt ans, adulte et apte dans les affaires viriles, sa condition exige que s’échappe la souillure fréquemment provoquée par l’aiguillon de la chair, surtout chez les jeunes, et donc qu’il s’unisse sans perdre de temps par une alliance matrimoniale. C’est pour cette seule raison que nous [Jacques II] et notre fils avons décidé de nous retirer de la négociation engagée au sujet de cette jeune fille33.

  • 34 Ibid.
  • 35 « … Continuatio et renovatio firmi amoris et nove parentele annexitas inter domos Ffrancie et Arag (...)
  • 36 Ibid.

15Jacques II n’abandonne pas pour autant son projet d’alliance avec une descendante de la maison du roi de France. Quand il apprend la disponibilité d’une nièce du comte de Clermont, elle aussi appelée Béatrice, mais heureusement âgée de 15 ans, le roi d’Aragon annonce à Charles de Valois son intention d’ouvrer en faveur de ce mariage et lui renvoie dans ce but Ramon de Masquefa34. Le projet échoue, mais Charles de Valois fait rapidement une nouvelle offre au roi d’Aragon : deux jeunes filles (puellae), des sœurs de sa femme Mahaut de Châtillon-Saint-Pol. Jacques II se déclare dans sa lettre du 26 août 1325 favorable à une telle alliance qui, si Dieu le veut, doit « raffermir la poursuite et le renouvellement d’un amour ferme et le lien d’une nouvelle parentèle entre les maisons de France et d’Aragon »35. Le roi émet une préférence pour la cadette, car Ramon de Masquefa l’a assuré qu’elle présentait de « bonnes conditions » (bonis conditionibus) pour être unie à l’infant Pedro, mais ses exigences s’accroissent. Il demande une dot plus élevée, car l’infant en a besoin pour acquérir rapidement un grand comté en Catalogne (Empúries)36. En dépit de cette entente préalable, les tractations tournent ici aussi rapidement court. Charles de Valois s’est informé auprès de son beau-père, le comte de Saint-Pol, et la dot proposée ne correspond pas aux attentes de Jacques II. La famille de Saint-Pol est en effet en peine d’argent :

  • 37 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 129 [AG], n° 119 [20 octobre 1325, Choisy-sur-Savie].

voillatz savoir que nostre chier pere le conte de Samt Pol que Dieu assoille qui fille ele estait avoit ordene que elle serait en relegion quar cestait la maninsnee de pluseurs filles quil avoit. Et notre chiere meir la contesse de Samt Pol sa mere est une dame venue qui a mout a faire et a qui il a convenu IIII de ses filles marier qui li entre mout coste. Et nostre chier frere le conte de Samt Pol est un jeune homme qui va au tournoyement et aus armes ou il despent mout37.

16En un peu plus d’un an, quatre projets matrimoniaux ont donc été évoqués avec des maisons de France. L’examen de ces sondages préliminaires fait ressortir le rôle prépondérant joué par Charles de Valois. Pourvoyeur d’informations sur les femmes disponibles pour l’infant Pedro, conseiller de Jacques II dans cette affaire, il s’entretient directement avec les chefs de famille qui disposent de leurs filles, et c’est avec lui que l’ambassadeur de Jacques II doit traiter des projets matrimoniaux. Comme dans de nombreux autres domaines de l’action diplomatique, les négociations supposent donc ici le recours préalable à l’intercession d’un homme introduit dans les maisons étrangères. Un tel appui permet au roi de ne pas entrer directement en tractations, il lui évite de s’exposer à un refus ou au risque d’un échec périlleux pour l’honneur de tous. En contrepartie, l’intercesseur tire profit de sa position pour proposer des alliances qui lui sont favorables.

  • 38 ACA, C, reg. 339, ffos 359r°, 359v°[1], 364r°[2].
  • 39 La première mention du projet matrimonial les associe déjà, dans une lettre de Jacques II à l’arch (...)
  • 40 Lettre de Jacques à Juan du 12 octobre 1326, Barcelone (ibid., f° 226r°-v°).
  • 41 « … Et si vos, qui noscis conditiones illustris regis Castelle et suorum consiliariorum potestis c (...)
  • 42 Plein pouvoir octroyé par Jacques II à l’archevêque Juan à cet effet (ibid., ffos 226v°[2]-227r° [ (...)

17Prenant acte de l’impossibilité du mariage français, le roi et l’infant tournent leurs regards vers l’Angleterre. Selon une méthode alors couramment usitée, le roi Édouard II présente une liste de cinq jeunes filles bonnes à marier, mais les tractations n’aboutissent pas38. À partir du mois d’août 1326, les efforts se concentrent désormais sur la Castille. Comme à la cour de France, les sondages préliminaires s’appuient sur un personnage de haut rang au courant des différentes configurations matrimoniales envisageables, Juan, fils de Jacques II, archevêque de Tolède et chancelier de la poridat (secret) du roi Alphonse XI. À la différence des multiples projets avec des maisons françaises ou anglaises moins connues de la dynastie aragonaise, il est seulement proposé ici pour l’infant Pedro une alliance avec Leonor de Castille, une fille du roi Ferdinand IV et de la reine Constance. Ce mariage constitue un élément parmi d’autres au sein d’une plus vaste stratégie, puisqu’il apparaît toujours dans les échanges épistolaires entre Jacques II et Juan associé à une autre union, celle de Blanca, fille de l’infant Pedro de Castille et de María (fille de Jacques II), avec le noble Juan de Biscaya39. L’archevêque Juan doit à l’instar de Charles de Valois informer Jacques II d’éventuelles avancées dans les tractations (aliquid innovatum vel processum pour le tractatus matrimonii)40. Le Valois s’enquérait en France des femmes disponibles et de leurs qualités (âge, dot), il faisait connaître l’intention de l’infant de contracter mariage. Un pas supplémentaire est franchi en Castille où l’archevêque Juan doit s’assurer du caractère réel ou factice des intentions affichées par l’autre partie. Jacques II exprime à ce sujet la crainte que l’assentiment castillan au projet de mariage entre Leonor et Pedro constitue seulement une manœuvre visant à troubler un projet de mariage concurrent41. Inversement, la partie castillane apparaît très précautionneuse dans les préliminaires de négociations. Ainsi Alphonse XI impose-t-il comme condition préalable à l’ouverture de discussions sur le mariage que l’infante Blanca d’Aragon ne puisse être mariée sans son approbation42. Il s’efforce en fait de maîtriser les alliances de la famille royale aragonaise qui seraient susceptibles de modifier l’échiquier politique castillan. Pour les deux parties, le contrôle des intentions de l’autre apparaît comme un enjeu essentiel avant d’engager les négociations sur un éventuel contrat matrimonial.

18Les projets succèdent aux projets pour tenter de marier l’infant Pedro, et plusieurs sont parfois menés de front. Parallèlement aux tractations avec la Maison de Castille, le roi et l’infant, qui s’investit aussi dans la préparation du mariage, jouent sur plusieurs autres tableaux. Le 26 septembre 1326, Jacques II écrit ainsi à l’infant qu’il a bien pris connaissance de son désir d’un mariage avec la reine de Chypre, la veuve d’Henri II :

  • 43 « Mas com a vos o a vostres affers sia molt necessari acabament d’alcun bon matrimoni e iuaçosamen (...)

Mais comme pour vous ou vos affaires, il est très nécessaire d’aboutir à quelque bon mariage, pour cette raison, vous avez traité et écouté le mariage d’Angleterre, de telle sorte que, si l’un des mariages s’avérait moins valable, vous pourriez prendre l’autre. Et si les deux aboutissent, vous pourrez prendre celui qui nous semblera le meilleur43.

  • 44 Lettre de l’ambassadeur Arnalt de Cumbis à Jacques II du 27-28 décembre 1326 (ACA, C, CR de Jaume (...)

19La tactique suivie par la maison royale paraît claire : traiter préalablement avec plusieurs maisons afin de pouvoir choisir ensuite le projet matrimonial le plus avantageux. Peu après, un ambassadeur du roi évoque d’ailleurs à la curie un possible mariage entre l’infant Pedro et une fille du roi de Sicile Frédéric III, mais il se heurte au refus du pape qui veut éviter tout rapprochement entre les deux branches issues de la dynastie aragonaise44. Au terme de sept années (1324-1331) d’intenses tractations menées avec les Maisons de France, d’Angleterre, de Castille, de Chypre, de Sicile, de Naples, ainsi qu’avec la curie, l’infant doit finalement se contenter d’une alliance marquée par l’hypogamie, avec une fille du comte de Foix. Exigences excessives, parti insuffisamment attractif — Pedro n’est que le deuxième fils, le secundogènit —, saturation d’un marché matrimonial finalement assez étroit malgré sa dilatation à l’échelle du monde chrétien : tous ces facteurs expliquent largement un résultat en demi-teinte. Mais la Maison d’Aragon échoue aussi à plusieurs reprises, parce qu’elle n’est pas parvenue à faire avorter des projets matrimoniaux concurrents.

c) Faire échouer les autres projets

  • 45 Un registre de la chancellerie rassemble à cette occasion sous une même rubrique les différentes l (...)
  • 46 D’après une lettre de Jacques II à l’infant Juan Manuel (ibid., f° 234r°[1] [6 mai 1327, Barcelone (...)
  • 47 Lettre de Jacques II à Jean XXII du 22 juillet 1327, Barcelone (ibid., f° 234r°[3]-v°).
  • 48 Lettre du roi d’Aragon à Juan du 22 juillet 1327, Barcelone (ibid., f° 234v°[1]).
  • 49 Instructions à l’ambassadeur (ibid., f° 263r°[3]-v° [ca. 20 août 1327, Barcelone]).
  • 50 Ainsi Jacques II rompt-il en 1295 l’engagement qu’il avait pris en 1291 de se marier avec Isabel d (...)

20Or, cette lutte s’avère souvent un préalable indispensable et même une nécessité de tous les instants pour une maison qui veut engager ou qui a ouvert des négociations matrimoniales. Jacques II déploie ainsi en 1326 une véritable bataille diplomatique pour contrer l’alliance envisagée entre le roi de Castille Alphonse XI et une fille du roi du Portugal, car elle remettrait en cause son projet de marier avec le souverain castillan sa petite-fille Blanca, fille de Juan Manuel et de Constanza45. Les voies empruntées s’avèrent assez semblables à celles utilisées pour tenter de rétablir la paix entre les souverains. Au terme d’un entretien avec son fils Juan, l’archevêque de Tolède, le roi d’Aragon estime qu’il vaut mieux éviter d’écrire au roi de Castille à ce sujet, car cela pourrait laisser entendre qu’ils le supposent capable d’effectuer un tel acte. Il juge préférable de faire pression par la voie épistolaire sur le roi Denis et sa femme Isabelle46. Pour plus de sécurité néanmoins, le souverain aragonais informe le pape des tractations en cours entre Portugal et Castille, il les présente comme une atteinte à l’honneur et à la dignité, une mise en péril de l’unité de l’Hispania dont il se porte garant. Le pape doit par conséquent refuser d’octroyer la dispense de mariage que les fourbes négociateurs ne manqueront pas de lui demander pour arriver à leurs fins47. Pour plus d’efficacité encore, l’archevêque de Tolède, dont le double jeu apparaît ici en pleine lumière, pourra étayer l’argumentaire développé par l’ambassadeur de Jacques II envoyé à la curie, Bernat Llull48. Ces interventions épistolaires s’avérant visiblement inefficaces, le roi d’Aragon envoie directement un ambassadeur au roi du Portugal en août 1327. Boshom Jiménez doit faire part de l’étonnement de Jacques II qui a reçu des informations nouvelles et sûres au sujet d’une alliance entre Alphonse XI et une fille du roi du Portugal. Le monarque ne peut croire que Denis puisse prêter son concours à un tel déshonneur (mengua) pour sa personne49. Si la réponse du Portugais s’avère « générale ou douteuse » (general o duptosa), l’ambassadeur devra alors poursuivre sa mission à la cour de Castille et y effectuer une protestation similaire. Dans les négociations prénuptiales, même lorsque des fiançailles (sponsalia) ont déjà été effectuées, le péril demeure donc de voir l’autre partie contractante se dédire au profit d’une alliance plus favorable, souvent au prétexte d’une impossibilité de dispense pontificale50.

21Afin de créer les conditions favorables à l’ouverture de négociations matrimoniales pour un membre de la famille royale, le roi cherche donc à diffuser la nouvelle, à s’informer des femmes ou des hommes disponibles dans les grandes maisons d’Occident, il s’efforce de percer le secret des intentions des autres acteurs dans des tractations qui se jouent sur une très vaste échelle géographique. Toutes les ressources de la pratique diplomatique royale sont alors mises à profit : informateurs, lettres, ambassades, cabales, rencontres royales et, surtout, intercession des médiateurs ou des amis bien en cour. Un mariage royal ou princier fait certes partie d’une stratégie matrimoniale de la dynastie, mais il résulte donc aussi des possibilités d’alliance offertes par les autres grandes maisons à un moment donné, de la nécessité ou non de résoudre un conflit et de la recherche d’alliances pour des projets déterminés. Quand les circonstances — c’est-à-dire la satisfaction des exigences dynastiques de part et d’autre, la sécurité et l’intérêt manifeste des parties — sont réunies, des négociations plus formelles peuvent alors être engagées sur le contrat matrimonial.

NÉGOCIER : LE TRACTATUS MATRIMONII

22Quelle que soit l’ampleur des préambules qui viennent d’être évoqués, l’élaboration d’une alliance matrimoniale entre un membre de la famille royale et un rejeton d’une autre maison s’accompagne ensuite dans la grande majorité des cas de tractations, de négociations qui ont pour but de s’accorder sur les clauses et les garanties d’un contrat matrimonial. Chacune d’entre elles possède un rythme qui lui est propre, mais elles sont toutes désignées par les contemporains avec des catégories similaires et passent par des étapes comparables, et portent souvent sur les mêmes points. Quelles sont alors les règles du jeu de la négociation matrimoniale durant le règne de Jacques II ?

a) Conceptions médiévales

  • 51 ACA, C, reg. 292.
  • 52 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 8, p. 533.
  • 53 Respectivement ACA, C, reg. 292, ffos 1r°-26r°, 42r°-59v°, 72r°-95r°, 102r°-138r°, 147r°-158r° et (...)
  • 54 D’après une partie du titre de la sous-rubrique renseignant le mariage de Frédéric avec Isabel : « (...)

23Le travail des hommes de la chancellerie fournit un premier élément de réponse. La documentation enregistrée relative aux mariages des membres de la famille royale y est d’ordinaire rassemblée sous des rubriques, quand elle n’en vient pas à constituer l’armature même de registres entiers, comme le n° 292, Conventionum dotium reginarum (« des conventions relatives aux dots des reines »)51. Ce titre n’est probablement pas contemporain de la composition du registre, et il faut lui préférer celui donné par un scribe qui signale que des documents relatifs au mariage de l’infante María avec l’infant Pedro de Castille se trouvent « dans le registre spécial composé pour les mariages de ce genre » (in registro speciali facto super casamentis huiusmodi)52. La nuance est importante. Conservant des instruments relatifs au mariage de Constanza avec Juan Manuel, de María avec l’héritier castillan Pedro, de l’infante Isabel avec le duc d’Autriche Frédéric et de Jacques II lui-même avec Marie de Lusignan et Elisenda de Montcada53, le registre spécial des mariages sert en fait probablement de cartulaire de référence pour les alliances matrimoniales. Plutôt que la dot, la catégorie globale retenue par les contemporains est un ensemble plus général, le negocium matrimonii ou fecho del casamiento, l’affaire du mariage. Le negocium matrimonii se décompose en deux phases bien distinctes, le tractatus, que l’on peut traduire par négociation, et l’effectus, qui comprend à la fois les accords (pacta, conventiones, posturas en castillan) et leur mise en pratique54.

  • 55 H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien ; H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. 343-383 ; J. (...)

24« L’affaire du mariage négocié et finalement consommé » (negocium matrimonii tractati et finaliter consumati) entre le duc d’Autriche Frédéric et Isabel, la troisième fille de Jacques II et Blanche d’Anjou, offre un bel exemple de la façon dont sont alors conçues et menées les négociations55. Isabel a d’abord été proposée en 1308 à Walram de Luxembourg, mais la mort de ce dernier a rendu caduc le projet de mariage. Le 5 novembre 1311, sans doute grâce à l’entremise préalable de la cour de Naples, le duc d’Autriche Frédéric expédie une lettre de créance pour le chevalier teutonique Konrad von Wiener-Neustadt, qui doit se rendre auprès de Jacques II afin de demander la main d’Isabel au nom du duc. Le roi d’Aragon reçoit favorablement la sollicitation, mais décide dans un premier temps de dépêcher un simple messager (nuncius simplex) afin de s’enquérir de la position et du pouvoir réels du duc d’Autriche. Le chanoine de Teruel Francisco de Xiarch est chargé de cette mission le 27 février 1312. Les tractations se déroulent bien et le chanoine repart de Vienne après le 1er juin en compagnie d’une ambassade solennelle du duc d’Autriche menée par Otto, abbé de Sant-Lambrecht en Styrie, Konrad, commandeur de l’Ordre teutonique à Graz, et Hervord von Simaning, maître de la cour du duc. Ces ambassadeurs disposent de la capacité de contracter mariage, mais Jacques II exige des précisions supplémentaires sur les droits des frères de Frédéric en Autriche, car ils pourraient mettre en péril la position du duc et de la future duchesse. Munis d’un projet d’accord arrangé avec Jacques II, les Autrichiens repartent de Gérone après le 3 septembre avec un représentant du roi d’Aragon, le chanoine Bartomeu de Torre, qui est chargé d’aplanir d’éventuelles difficultés. Frédéric se plie à la plupart des conditions de Jacques II et lui renvoie Bartolomeu après le 4 novembre en sollicitant la venue d’une ambassade solennelle pour conclure le mariage. Jacques II exprime sa satisfaction et, au lieu d’une ambassade solennelle coûteuse, dépêche à nouveau après le 14 février 1313 Bartolomeu auprès du duc afin d’arriver à un accord définitif. Les derniers points litigieux une fois réglés, le chanoine peut alors revenir à Barcelone avec l’ambassade solennelle de Frédéric d’Autriche, dirigée par Otto de Sant-Lambrecht, le capitaine Heinrich von Walsee, Hervord von Simaning et le chambellan de Styrie Rudolf von Liechtenstein. Ce dernier procède par procuration au mariage per verba de presenti avec la jeune infante au palais royal de Barcelone le 14 octobre et repart ensuite à la mi-novembre en direction de l’Autriche avec la future épouse du duc.

  • 56 « Primo quia propter vestram excellentem nobilitatem sapientiam et potentiam et propter pulcritudi (...)
  • 57 « … Ut hic hoc est in hoc seculo in servicio Dei simul stando sic vivant ut eternam vitam in futur (...)
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., doc. 12, p. 140.

25On peut aisément retrouver dans cette trame chronologique les deux phases de l’élaboration d’un accord matrimonial évoquées auparavant, le tractatus qui dure ici presque deux ans, puis l’effectus qui comporte le mariage per verba de presenti par pouvoirs, le renouvellement de la cérémonie en présence des deux époux à Judenburg le 31 janvier 1314 et des fêtes grandioses qui célèbrent à nouveau les noces le 28 octobre 1315 à Vienne. Les instructions aux ambassadeurs, les pouvoirs qui leur sont remis, les lettres envoyées à l’étranger font ressortir une caractéristique essentielle des negocia matrimonii pour les protagonistes : plus que d’autres négociations et conclusions d’accords, les affaires de mariage dépendent de l’assentiment divin. Le premier ambassadeur de Frédéric précise d’emblée à Jacques II que, mû « par l’excellente noblesse, la sagesse et la puissance, ainsi que par la beauté de ses filles, il a plu et plaît à son maître de contracter une amitié (amicitia) mutuelle et spéciale » avec lui56. Il lui demande par conséquent sa fille Isabel pour épouse légitime, autrement dit avec la bénédiction de l’Église, « afin qu’ici, c’est-à-dire dans ce siècle, ils vivent ensemble au service de Dieu et qu’ils puissent dans le futur bénéficier ensemble de la vie éternelle »57. Le duc veut contracter mariage pour de très nombreux motifs, allégués — le désir de familiaritas, d’amicitia, le souhait d’un lien de parenté qui apporte gloire à sa maison — ou bien voilés, comme la recherche d’un appui à la curie, mais le mariage n’en demeure pas moins un sacrement délivré par l’Église58. Lorsque les plénipotentiaires de Frédéric demandent que leur soit remise Isabel pour l’emmener en Autriche, ils le font « conformément aux institutions divines et à la sacro-sainte Église romaine » (juxta institutiones divinas et Romane Ecclesie sacrosancte)59. Par la suite, le projet d’accord passé par Jacques II avec les Autrichiens le 3 septembre 1312 stipule que

  • 60 « Tandem tractatu et deliberatione prehabita inter predictum dominum regem ex una parte et dicti d (...)

la négociation et la délibération qui ont eu lieu entre le roi d’une part et les procureurs et envoyés du duc de l’autre [se sont déroulées] sous l’inspiration de Dieu, Qui est acteur du mariage et Qui, étant présent, a daigné par Sa miséricorde S’entremettre, engager et mener [la négociation] à un terme qui lui soit favorable et qui a été accepté par les parties60.

  • 61 Lettre de Jacques II à Otto de Sant-Lambrecht du 14 février 1313 (ibid., doc. 24, p. 150).
  • 62 Lettre de Jacques II à Frédéric du 14 février 1313 (ibid., doc. 20, p. 148).
  • 63 G. Duby, Le dimanche de Bouvines.

26Jacques II justifie quelques mois plus tard son accord pour le mariage par sa confiance en la grâce de « Celui par Qui seul règnent les rois » et Qui seul décidera (Deo propicio) du caractère heureux de son dénouement61. Enfin, la conclusion du mariage est elle aussi et de manière plus évidente placée sous l’autorité divine62. Du début à la fin du negocium matrimonii entre Isabel d’Aragon et Frédéric d’Autriche, les tractations et la conclusion du contrat matrimonial dépendent pour les contemporains de la volonté du Tout-Puissant. Le caractère sacramentel du mariage et son contrôle par l’Église, conjugués à l’interprétation providentialiste de l’histoire qui prévaut alors, remettent donc, comme pour une bataille, l’issue de la négociation matrimoniale au jugement de Dieu63.

b) Objets et enjeux des négociations matrimoniales

  • 64 Bibliographie relative à ce mariage, voir supra p. 459, n. 16.
  • 65 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 2f, pp. 519-520.

27Sur quels points négocient les maisons afin de parvenir à un accord matrimonial ? Quelles méthodes sont employées pour surmonter la méfiance initiale et les doutes qui ne manquent pas de surgir ? Les négociations engagées au mois d’août 1310 pour unir Pedro, frère du roi Ferdinand IV de Castille, avec María d’Aragon, deuxième fille de Jacques II, qui se présentent a priori sous un jour très différent de celles menées avec le duc Frédéric, comportent néanmoins de remarquables caractéristiques communes64. En effet, même si la Maison de Castille est évidemment bien mieux connue à la cour aragonaise que celle des Habsbourg d’Autriche, les tractations se concentrent ici aussi d’emblée sur la définition et la garantie du pouvoir dont disposera effectivement l’infant Pedro. Le roi d’Aragon s’efforce d’imposer ce que doit hériter (heredar) Pedro, afin que l’ensemble forme un territoire frontalier cohérent susceptible de favoriser sa propre influence sur la Castille voisine. Ses exigences portent aussi sur la rente octroyée à sa fille et les localités sur lesquelles elle sera assignée, lui-même étant disposé à négocier sur la dot en argent et en joyaux. Les deux parties rédigent le 12 février 1311 une liste de propositions d’entente possible, au sein desquelles les variations portent presque exclusivement sur les donadíos — des concessions effectuées directement par le roi à l’occasion d’une répartition de terres conquises (repartimiento) et sur lesquelles ne pèse aucune obligation — que Ferdinand IV peut céder à son frère Pedro. Soit il lui remet en héritage Almaçan, Salmerón, Monteagudo, Alcoçer, Cifuentes, Viana, Serón et Deça, tout en lui octroyant Berlanga en gage, et l’infant devra régler 233.000 maravédis de dot indirecte à María s’il souhaite se défaire de Serón et Deça ; soit il peut lui donner Almaçan, Berlanga et Monteagudo, ou bien, autre combinaison envisagée, les villes et cités de Medinaceli, Monteagudo, Salmerón, Serón, Deça et Cuhela en mettant en gage Berlanga. Le roi d’Aragon exprime néanmoins une nette préférence pour que le comté de Molina constitue l’herencia principale de l’infant. María devra pour sa part percevoir ses rentes dans les cités et villes remises à Pedro, la dot indirecte (exouar) sera approuvée dans ces localités par une série d’hommages. Enfin, la dot s’élèvera à 12.000 marcs d’argent et les termes de son paiement sont stipulés65.

28Trois éléments fondamentaux font donc l’objet de négociations dans les tractata matrimonii : les clauses du contrat (dot, dot indirecte, douaire), les garanties par lesquelles les parties s’engagent à respecter ces clauses et, enfin, les preuves de la réalité du pouvoir de l’homme auquel Jacques II remet l’une de ses filles. Comment, sur ces bases, parvenir à un accord entre maisons ?

c) Les hommes et les méthodes du tractatus matrimonii

  • 66 Ibid., doc. 1-7, pp. 515-534.

29Seuls les rois, le pape, les membres des familles royales et un petit nombre d’hommes interviennent. Dans les trois missions que Jacques II dépêche au duc d’Autriche apparaît deux fois le chanoine Bartomeu de Torre, alors que Frédéric utilise à plusieurs reprises Otto de Sant-Lambrecht et Hervord von Simaning. De même, ce sont des religieux et des conseillers chevronnés qui sont employés par Jacques II, Ferdinand IV et l’infant Pedro pour travailler à l’autre projet matrimonial : le conseiller de Ferdinand IV Diego García de Toledo, les conseillers de Jacques II Gonzalo García et l’archidiacre Domingo García de Echauri, ou bien encore un autre fin connaisseur des relations avec la couronne de Castille, Miguel Pérez de Ayerbe66. Une négociation matrimoniale apparaît donc d’abord comme une affaire de spécialistes, leur présence assure une certaine continuité à la gestion du projet.

  • 67 « Dixit Gundissalvus Garcie Bernardo de Aversone quod dominus rex ordinavit capitula dicte legatio (...)
  • 68 Ibid., doc. 2g, p. 520.
  • 69 Ibid., doc. 4e, p. 528.

30Mais le mariage est aussi une question familiale pour des souverains ou des princes qui jouent un rôle déterminant dans l’avancée du tractatus. Jacques II intervient personnellement dans la rédaction des instructions aux ambassadeurs où se trouvent des propositions de donaciones pour l’infant Pedro. Une mention hors-teneur très rare dans les registres en atteste : « Gonzalo García a dit à Bernat d’Aversó [le notaire garde des sceaux] que le roi avait ordonné les chapitres de cette legatio, que l’archidiacre les avait écrits et emportés avec lui sans en laisser de copie »67. De même, tous les documents recopiés dans le registre spécial des mariages et qui se rapportent à ces tractations matrimoniales ont, à l’instar des pouvoirs de contracter mariage remis à Gonzalo García et Domingo García de Echauri, été expédiés avec le mandat direct du roi (mandato regis) auquel ils sont parfois lus (cui fuit lecta)68. Ferdinand IV intervient lui aussi personnellement dans l’affaire, car il se porte le 3 juillet 1311 garant (fiador) de l’engagement pris par son frère de se marier69. Pour l’autre alliance, les ambassadeurs du duc d’Autriche négocient directement avec Jacques II, qui refuse d’envoyer des plénipotentiaires au-delà des Alpes ; il tient ainsi fermement les rênes des négociations.

  • 70 Instructions de Jacques II à Francisco de Xiarch : « … ut secretius factum ducatur predictum, quia (...)
  • 71 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 1e, p. 517.
  • 72 L’accord pré-nuptial est aussi mis par écrit dans les milieux marchands florentins à la fin du XIV(...)
  • 73 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 2f, pp. 519-520.
  • 74 La lettre est mentionnée dans l’engagement de Jacques II du 3 juillet 1311 de remettre sa fille en (...)
  • 75 Ibid., doc. 4e, pp. 527-528 et doc. 4d, pp. 526-527.
  • 76 ACA, C, reg. 292, ffos 82r°-83v°, 84r°-v°.

31Affaires de spécialistes, mais fortement contrôlées par les rois, souvent réglées à distance, les tractations matrimoniales partent d’un assentiment de principe (le placet, l’assensum) pour aboutir à un accord matrimonial revêtant la forme d’un instrument notarié entre les deux parties. Il est dans ce but nécessaire « d’agir de la manière la plus secrète possible, parce qu’il faut procéder dans de telles affaires par la voie du secret, jusqu’à ce que l’on procède de fait »70. Ce passage du secret au factum est rendu possible par une utilisation intensive et graduée de l’écrit. Dans les deux tractata matrimonii, après l’obtention du placet du chef de maison sollicité, les protagonistes s’entendent sur un projet intermédiaire fixé par écrit, une base sur laquelle peut progressivement être élaboré l’accord final, lui aussi écrit. Ainsi Jacques II précise-t-il au début des tractations pour le mariage entre Pedro et l’infante María de manière générale les conditions d’un accord possible. Dans ses instructions du 10 août 1310 à l’ambassadeur Domingo García de Echauri, il émet le vœu que Pedro hérite du comté de Molina ou bien, si cela n’est pas possible, d’autres cités et villes dont les noms sont précisés. Le roi d’Aragon charge aussi son ambassadeur de demander quelle sera la dotation de la reine pour sa chambre et de préciser que la dot de María sera de 12.000 marcs d’argent71. Ces propositions initiales ne possèdent pas le caractère officiel d’un instrument public, elles constituent simplement la première ébauche d’un contrat matrimonial acceptable par le roi d’Aragon. Deuxième étape dans l’élaboration de l’accord, l’ambassadeur du roi de Castille Diego García de Toledo et Jacques II s’entendent le 12 février 1311 sur un texte chirographe dans lequel le roi d’Aragon avance quatre possibilités de donacions pour l’infant Pedro et définit beaucoup plus nettement ses exigences. La gestion et les garanties sur les rentes assignées à María sont précisées, des assurances complémentaires sont requises à cet effet et le mode de paiement de la dot en trois termes est lui aussi stipulé72. Rédigé au futur, cet accord prénuptial ouvert fournit aux parties un canevas de référence pour avancer dans les tractations73. Troisième étape, l’infant Pedro effectue une promesse d’accord le 14 mai 1311 sur un document en papier scellé de son sceau, malheureusement perdu74. Après l’accord préliminaire et l’engagement séparé par écrit, les deux parties confectionnent ensemble les 3 et 4 juillet 1311 des documents qui se répondent et par lesquels elles promettent de procéder au mariage75. Enfin, les accords définitifs sont passés devant notaire après la cérémonie nuptiale : l’infant Pedro s’engage le 26 janvier sur la dot indirecte (instrumentum dotalicii) et le roi d’Aragon le lendemain sur la dot dans l’instrumentum debitorii partis dotis dicte infantisse Marie76.

  • 77 Sur l’utilisation des pouvoirs dans les négociations diplomatiques, voir pp. 295-329.
  • 78 Lettre de Jacques II à Frédéric (H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien, doc. 11, p. 112).
  • 79 Ibid., doc. 12, p. 140.
  • 80 Ibid., doc. 40-59, pp. 162-182.
  • 81 La production de ces documents a fait débat : s’agit-il d’actes « nationaux » ou aragonais, et don (...)

32Le tractatus matrimonii est donc scandé par la production d’accords écrits de plus en plus précis et solennels qui assurent, attestent et définissent l’évolution de la négociation. Les lettres de créance, les pouvoirs et les instructions servent traditionnellement à ouvrir les pourparlers, leur absence suscite la méfiance77. Le contrôle préalable des documents apportés par l’autre partie forme aussi fréquemment lui-même un enjeu de négociation essentiel. Au cours des deux années de tractations avec les Habsbourg, l’obstacle principal réside ainsi dans un doute (dubium) de Jacques II à l’égard de l’autorité effective de Frédéric dans son duché78. Avant d’engager les négociations de manière formelle, un simple messager doit s’assurer du pouvoir de Frédéric, mais les garanties offertes paraissent insuffisantes au roi d’Aragon. Il craint les revendications que les frères de Frédéric pourraient formuler sur le duché. Dans les accords conclus sous forme de capitula avec les représentants autrichiens le 3 septembre 1312, les exigences royales se concentrent encore sur les garanties que le duc doit apporter sur son propre pouvoir et sur la pérennité des revenus alloués à Isabel en Autriche79. Des modèles documentaires produits par la chancellerie aragonaise sont remis aux ambassadeurs du duc à l’intention des représentants des différents états en Autriche (nobles, barons, clercs, hommes des villes), qui doivent prêter des serments et, pour les non-clercs, des hommages garantissant aux Aragonais le pouvoir du duc et les rentes de l’infante. Frédéric rassemble et expédie alors rapidement la plupart des documents exigés80. Le recours à cette méthode, largement provoqué par la méconnaissance aragonaise du droit d’héritage autrichien, permet à Jacques II de contrôler au préalable la capacité de son interlocuteur, de s’assurer de l’interprétation future des accords conclus avec des documents rédigés dans sa propre chancellerie81.

  • 82 Pour un exemple développé de cette pratique du double jeu, voir S. Péquignot, «  Enantar a tractar(...)

33Les négociations matrimoniales présentent donc de nombreux points communs avec les autres négociations diplomatiques : l’emploi fréquent de spécialistes, la récolte préalable d’informations, l’appel aux médiateurs et aux intercesseurs introduits dans les cours étrangères, l’effort pour percer des intentions secrètes, le fait de mener de front plusieurs tractations avec des interlocuteurs en concurrence82, l’usage gradué de l’écrit qui garantit aux parties une avancée honorable du processus, mais en prolonge parfois la durée. L’espace des négociations matrimoniales possède néanmoins des coordonnées tout à fait singulières. Il faut tenir compte des empêchements canoniques et des enfants disponibles, user de listes, s’assurer des qualités des futurs époux, négocier plus que dans d’autres circonstances sous l’œil de Dieu, puisque l’on prépare la célébration d’un lien sacramentel. Les intenses et presque incessants ballets diplomatiques prénuptiaux témoignent alors de l’importance considérable prêtée aux mariages des membres de la famille royale. Éléments de stratégies complexes et parfois versatiles, les unions avec d’autres maisons doivent en effet consolider le patrimoine, assurer les alliances et préserver l’avenir de la dynastie, au sein de la Couronne dont elle a la charge, et au-delà.

II. — DIPLOMATIE, FAMILLE ROYALE ET MAISON D’ARAGON

34Instrument indispensable pour une dynastie qui veut s’inscrire dans la durée, la diplomatie constitue aussi une scène où le pouvoir rend manifeste et affermit des liens particuliers avec les sujets, les pouvoirs de la Couronne, ainsi qu’avec d’autres maisons. Quand les préliminaires aboutissent, les promesses et les contrats matrimoniaux supposent en effet un engagement des communautés politiques dans les accords passés avec les autorités étrangères. La participation des membres de la famille royale à l’action diplomatique, puis l’envoi en commun d’ambassades avec la maison apparentée de Majorque montrent ensuite de quelle manière l’action diplomatique menée au nom du roi contribue à forger une identité dynastique aragonaise.

LES CONVENTIONES ET POSTURAS MATRIMONIALES

  • 83 J. Lalinde Abadía, « Los pactos matrimoniales catalanes », pp. 180-188.
  • 84 « … Notum facimus universis, quod ad instantem postulationem nunciorum venerabilium et illustrem p (...)
  • 85 Voir annexe I (CD-ROM), notice 163.

35Le negocium matrimonii débouche sur l’échange de promesses pour un mariage futur (les fiançailles ou sponsalia) dans le cas où les enfants sont encore mineurs ou bien, s’ils sont majeurs, sur la production solennelle de documents notariés qui certifient l’union accomplie per verba de presenti. On dispose pour le règne de Jacques II de renseignements au sujet de la promesse d’union de l’infant Jaime avec Leonor de Castille et de documents relatifs à cinq mariages finalement célébrés, ceux de Jacques II avec Blanche d’Anjou puis Marie de Lusignan, ceux de l’infante Constanza avec Juan Manuel, de l’infante María avec l’infant Pedro de Castille et de l’infante Isabel avec le duc d’Autriche Frédéric (tableau 21, pp. 476-477). Le mariage d’un membre de la famille royale donne lieu à un contrat public qui précise les conditions d’un considérable échange de biens et de garanties. Sans compter le trousseau, les femmes apportent une dot évaluée en marcs d’argent, qui est dans la plupart des cas largement supérieure à la dot indirecte apportée par le mari, conformément à la pratique générale en vigueur en Catalogne depuis la pénétration du droit romain au XIIe siècle83. La dot indirecte prend la forme d’une rente annuelle dont les revenus sont assignés sur des localités situées sur les terres de l’époux. Les accords entre maisons se font souvent référence les uns aux autres, afin d’éviter des surprises désagréables. Ainsi les clauses du premier mariage de Jacques II servent-elles de garantie pour les ambassadeurs chypriotes venus à la cour du roi d’Aragon en 1316. Ils exigent et obtiennent une copie authentifiée d’après registre de l’engagement de Jacques II pour la dot indirecte de Blanche d’Anjou84. Ce souci de contrôle s’explique par l’importance extrême des sommes stipulées, puis manipulées, notamment pour les dots que les maisons royales conviennent fréquemment de payer en plusieurs échéances. Guillem Llull, un fidèle serviteur du roi, se rend ainsi à de nombreuses reprises en Provence à la fin des années 1290 pour récupérer le reste de la dot de Blanche d’Anjou que Charles II doit encore régler à Jacques II85.

TABLEAU 21. — Dot, dot indirecte et biens assignés dans les contrats et promesses de mariages des membres de la famille royale

TABLEAU 21. — Dot, dot indirecte et biens assignés dans les contrats et promesses de mariages des membres de la famille royale

a V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », doc. XXVI, pp. 324-326, doc. XXXIV, pp. 339-341.
b Les contrats de 1312 se trouvent dans le registre ACA, C, reg. 292, ffos 25r° sq, mais le microfilm consulté n’en rend pas le déchiffrement possible.
c ACA, C, reg. 292, ffos 13r°-15v°.
d A. Benavides, Memorias de D. Fernando IV de Castilla, t. II, doc. CCCLIX, pp. 526-534.
e ACA, C, reg. 1521, ffos 81r°-84v°.
f ACA, C, reg. 292, ffos 82r°-83v°, 84r°-v°.
g Sur ces chiffres, voir W. Küchler, « Zur Hochzeit der Infantin Isabella von Aragon mit Herzog Friedrich dem Schönen ».
h ACA, C, reg. 292, ffos 147r°-151r° (voir J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 230-231).

36Les accords passés lors des fiançailles et les contrats matrimoniaux reflètent aussi les stratégies patrimoniales de la famille royale dans la couronne d’Aragon. Les localités sur lesquelles sont ou seront assignées les rentes de l’épouse ou de la future épouse (Leonor) d’un roi d’Aragon matérialisent fiscalement et géographiquement le rôle de lien entre les différents royaumes et territoires de la Couronne joué par la reine et, plus généralement, par la famille royale (tableau 21, pp. 476-477). On évite la concentration patrimoniale au bénéfice de rentes choisies dans les royaumes d’Aragon et de Valence, ainsi que dans le comté de Catalogne.

  • 86 ACA, C, reg. 1521, ffos 81r°-83v°.
  • 87 Ibid., ffos 83v°-84v°.

37Les enjeux financiers, les implications de l’accord matrimonial pour certaines villes et cités, ainsi que le souci de contrôle réciproque des deux parties contractantes se traduisent par des garanties très fermes qui associent au mariage royal de nombreux membres de la couronne d’Aragon. Un mariage unit bien sûr un homme et une femme, qui échangent devant l’Église des promesses les engageant dans un futur commun, mais d’autres acteurs prennent part activement aux différentes phases des accords matrimoniaux des membres de la famille royale ; ils apportent la preuve qu’il s’agit d’une alliance entre deux maisons. C’est le cas, par exemple, pour la promesse de mariage per verba de futuro entre l’infante Leonor de Castille et l’infant Jaime d’Aragon, qui est effectuée par leurs représentants légaux au monastère de La Huerta, le 1er décembre 1308. Avec l’accord des deux reines (Blanche d’Anjou et Constance) et en présence des infants de Castille Juan, Pedro, Juan Manuel, du seigneur de Biscaye Diego de Haro, du comte de Barcelós Martín Gil de Sosa, des évêques de Zamora, d’Osma et « d’autres hommes bons de notre conseil qui sont avec nous » (otros omnes buenos de nuestro conseio que son connusco), le roi de Castille Ferdinand IV s’engage à marier sa fille Leonor avec Jaime lorsqu’elle aura atteint l’âge de 12 ans. Jacques II promet alors que son fils héritier, une fois majeur, à 14 ans, s’engagera à épouser l’infante castillane. Chacun des deux rois remet six châteaux en otage sous l’autorité de l’autre. Si l’un des deux souverains venait à faillir à sa promesse, ils reviendraient alors à celui qui aurait respecté le contrat. Les rois échangent serment et hommage, jurent et promettent devant Dieu et la Sainte Vierge, jurent sur la Croix et sur les Saints Évangiles, sur lesquels ils ont posé les mains corporellement (corporalmiente), d’accomplir, de respecter et de faire accomplir tous les accords passés. Ils exigent alors que des ricos hombres des deux parties viennent prêter serment pour garantir l’accord, et des lettres chirographes sont produites. Les gardiens des châteaux remis en otage prêtent serment au roi qui n’est pas leur seigneur naturel. Ce dernier les autorise, si nécessaire, c’est-à-dire si les clauses du contrat ne sont pas respectées, à un desnaturamiento, à une déprise de leurs obligations vis-à-vis de leur seigneur naturel86. D’autre part, Jacques II a promis la veille que la dot indirecte parviendrait bien à Leonor et qu’elle serait assignée sur six villes de la Couronne (tableau 21, pp. 476-477). Il promet de compléter si nécessaire les 8.000 livres de Barcelone annuelles, d’obtenir que les alcaldes des villes concernées prêtent hommage à la reine et s’engagent à lui verser les rentes qui lui sont assignées. Des nobles de Catalogne et d’Aragon, Jaime de Jérica, Ramon Folc de Cardona, Felipe de Saluces, Jiménez Cornell, Juan Jiménez de Urrea, Pedro Martínez de Luna, Artal de Alagón, viennent renforcer par leur hommage l’engagement royal. Plusieurs évêques et grands conseillers des rois figurent aussi comme témoins à cette seconde cérémonie : le chancelier et évêque de Valence Ramon Despont, les évêques de Zamora et d’Osma, le comte de Barcelós Martín Gil de Sosa, l’amiral et conseiller de Jacques II Bernat de Sarrià, les conseillers Artal de Azlor, Gonzalo García et Pere Boyl, « et de nombreux autres qui étaient présents » (et muchos otros qui presentes eran)87.

  • 88 Promesse du 26 janvier 1312, Calatayud (ACA, C, reg. 292, ffos 82r°-83v°).
  • 89 Sur la rencontre de Vilabertrán, voir pp. 403-406, 419-420, 426-427, 433-434, 439-440.
  • 90 ACA, C, reg. 292, ffos 13r°-15v°.
  • 91 ACA, C, reg. 1521, ffos 81r°-84v°.

38Les garanties offertes par les deux parties contractantes dans ces promesses de mariage per verba de futuro sont caractéristiques et se retrouvent dans la plupart des accords matrimoniaux, qu’il s’agisse de ceux passés lors des fiançailles ou au moment du mariage per verba de presenti : échange physique de biens avec la remise en otage de châteaux généralement situés de manière stratégique en zone frontalière ; échange de promesses entre les souverains devant Dieu, notaire et témoins ; hommages et serments de grands de la couronne d’Aragon et de feudataires de l’autre souverain. La dot indirecte et le douaire requièrent pour leur part un engagement spécifique de l’époux ou de son responsable légal, qui assigne les rentes sur des localités déterminées, les représentants légaux de celles-ci doivent prêter hommage et serment de respecter les clauses de l’accord qui les concernent. Cette dernière garantie apportée au contrat matrimonial est souvent accomplie après-coup, et une clause prévoit en ce cas un délai qui permette le rassemblement des hommages ensuite consignés dans le registre spécial des mariages. L’infant Pedro de Castille dispose de deux mois pour y procéder après la célébration de son union avec María88. À l’opposé des premiers sondages effectués dans le but de contracter une alliance matrimoniale et pour lesquels le maintien d’un secret au moins relatif constituait une condition impérative de réussite, les promesses formulées lors des fiançailles et, plus encore, les documents confectionnés à l’occasion de la célébration de noces sont donc des actes fondamentalement publics. Afin de démontrer l’alliance de deux maisons, ce sont deux rois qui s’engagent, mais aussi de nombreux sujets, nobles, religieux et représentants des villes concernés par la dot indirecte et, en cas de veuvage, par le douaire, qui reconnaissent de facto le lien unissant la famille royale et les territoires de la Couronne. Les vistae fournissent alors le cadre le plus propice à la célébration des mariages (Vilabertrán pour Jacques II et Blanche d’Anjou en 1295 ; Calatayud pour l’infante María et Pedro de Castille en janvier 1312 par exemple), ainsi que pour l’échange des promesses de noces futures89. Lors de leur rencontre à Játiva en octobre 1303, Jacques II et l’infant Juan Manuel se mettent ainsi d’accord sur le mariage de ce dernier avec Constanza, une fille de Jacques II qui n’a alors que trois ans90. De même, c’est aux rencontres d’Alcalá de Henares en 1308 que Ferdinand IV de Castille et Jacques II prévoient de procéder au mariage de Leonor de Castille avec l’héritier du trône d’Aragon, Jaime91. Renforçant et infléchissant la portée de rencontres au sommet, un accord matrimonial engage donc pour l’avenir des rois, des maisons et de nombreux sujets des royaumes. Il est ainsi rappelé aux hommes de la couronne d’Aragon que leur destin est indissolublement lié à celui de la dynastie régnante.

LES MEMBRES DE LA FAMILLE ROYALE DANS LA PRATIQUE DIPLOMATIQUE

  • 92 Cela apparaît notamment dans les formulaires de chancellerie, voir, pour la France, F. Autrand, «  (...)

39La famille royale ne figure pas dans l’action diplomatique uniquement aux mariages et aux rencontres royales. Certains de ses membres exercent une influence déterminante sur des relations avec les cours étrangères souvent conçues, d’après les termes même des correspondances échangées, en termes de rapports familiaux92.

a) En ambassade

  • 93 L’infant Pedro est peu connu. Mentionné comme procureur du royaume d’Aragon le 24 juin 1293 dans u (...)
  • 94 ACA, C, reg. 252, ffos 125v°-126r° (29 janvier 1296, Saragosse).
  • 95 Ibid., ffos 126v°-127r° (29 janvier 1296, Saragosse). Ce projet de mariage n’aboutit pas et Violan (...)
  • 96 D’après les instructions remises à Juan (ACA, C, reg. 336, f° 86r°).
  • 97 D’après le pouvoir remis à Juan : « … Por esto ordenamos et estableçemos el honrrado et amado herm (...)
  • 98 « … Es assaber quel rey de Portogal aiude al rey de Castiella en una quantía daver a servicio de D (...)
  • 99 Ibid.
  • 100 Lettres de Jacques II à Denis et à Isabelle (20 avril), à Juan (22 avril), lettres de Denis et Isa (...)
  • 101 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 213-218.
  • 102 À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, doc. 161, pp. 457-458.
  • 103 ACA, C, reg. 338, ffos 154r°[1]-156r° (1er octobre 1324, Barcelone).

40Plusieurs membres de la famille royale dirigent des ambassades au nom du roi. Le 29 janvier 1296, Pedro, frère de Jacques II, seigneur de Montcada et de Castellvell, est ainsi dépêché en Castille auprès d’Alfonso de la Cerda93. Il part muni d’un plein pouvoir du roi pour engager avec Alfonso une alliance (pacta) offensive contre le roi de Castille Ferdinand IV, en échange de la remise postérieure du royaume de Murcie et du comté de Molina à Jacques II94. Il est aussi chargé de préparer un éventuel mariage entre Alfonso de la Cerda et Violant, une sœur du monarque aragonais95. Le 13 février 1312, une ambassade de grande importance est ensuite confiée à un autre frère du roi, Juan. Il doit proposer au roi portugais Denis l’arbitrage de Jacques II (que este fecho ponga en su mano)96 dans un conflit qui l’oppose au roi de Castille au sujet de châteaux frontaliers97, solliciter son acceptation préalable de la décision de Jacques II et avancer au nom de ce dernier diverses solutions au différend. Le mode de règlement du conflit envisagé rappelle que Jacques II est un défenseur de la chrétienté dans la Péninsule : Denis aidera le roi de Castille par une somme d’argent (cuantía) pour le service de Dieu contre les Maures, tandis que le roi de Castille reconnaîtra que les châteaux disputés reviennent de droit au roi portugais98. Juan doit user de tout son pouvoir pour soutirer de Denis la promesse du maximum d’argent (e faga todo su poder de tirar quanto más quantía podrá)99. La mission s’avère une réussite, car le roi portugais accepte l’arbitrage de Jacques II100. L’année suivante, au mois de mai 1313, un autre frère de Jacques II, l’hospitalier Sancho, se rend à Chypre avec le notaire Pere de Soler et le chevalier Simó Desllor afin de demander la main de Marie de Lusignan pour le roi101. Enfin, deux dernières ambassades importantes sont dirigées par des membres de la famille royale. Après le 15 mars 1324, Jaime, fils naturel du roi, est renvoyé en mission ad invicem au sultan de Tlemcen102, puis l’infant Pedro, deuxième fils de Jacques II, part au début du mois d’octobre 1324 en Avignon demander au pape Jean XXII l’aide de la curie afin de couvrir les frais engagés l’année précédente par l’expédition de Sardaigne103.

  • 104 Lettre de Jacques II du 13 février 1312, éd. J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la pol (...)
  • 105 « … Quia fertur hic vulgariter quod pro parte vestra venire debet reverendus in Christo pater domi (...)

41Peu d’ambassades confiées aux membres de la famille royale donc, mais des missions décisives. Frères et fils du roi ne sont pas employés spécifiquement pour des affaires de famille, mais plutôt lorsqu’il s’agit de démontrer à l’étranger l’importance accordée à une ambassade. Leur lien de sang avec le roi apparaît généralement de manière explicite dans la documentation, notamment pour « notre bien-aimé et sage don Juan d’Aragon, notre frère » (el amado et savio don Johan d’Aragón, hermano nuestro)104, mais les instructions qui leur sont remises ne diffèrent pas foncièrement de celles emportées par les autres ambassadeurs. Le recours à de proches parents du roi s’explique en fait essentiellement par le prestige supplémentaire que leur présence confère. Aussi sont-ils mis à contribution dans les situations les plus délicates. En 1312, alors que resurgit son contentieux avec Frédéric III de Sicile, le roi Robert d’Anjou évoque ainsi avec satisfaction la venue en ambassade de l’archevêque de Tolède Juan, fils de Jacques II, qui doit avec d’autres prélats et messagers apaiser le conflit105. L’envoi solennel de membres de la famille royale ou l’évocation de cette possibilité relève d’une logique similaire à celle des vistae : la présence et la rencontre physique des membres de la famille royale doit permettre de résoudre des problèmes qui n’auront pu l’être par l’entremise des ambassadeurs du roi. Ces derniers bénéficient de la confiance de leur mandataire, mais ne disposent pas du surcroît de charisme conféré par un lien du sang avec sa personne.

b) Le rôle de la reine

  • 106 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 17, n° 2206 (25 novembre 1304), éd. J. M. del Estal, Corpus document (...)
  • 107 « … De acceptis per litteras regine consortis vestre filie nostre carissime quas Gibosus miles eiu (...)
  • 108 Lettre du 28 janvier 1299, Naples (J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. II, doc. 2, pp. (...)
  • 109 Des nouvelles de la famille royale angevine sont ainsi envoyées le 8 août 1301 par la reine Marie (...)

42La reine d’Aragon et sa maison jouent aussi un rôle important dans la diplomatie menée au nom de Jacques II. À l’instar des ambassadeurs du roi, qui partent ordinairement en mission avec une lettre de créance pour l’épouse du destinataire, les ambassadeurs étrangers qui rendent visite au roi d’Aragon présentent fréquemment des accréditations à la reine. Ramon de Montrós dispose ainsi pour sa mission à la fin de l’année 1304 d’une lettre de créance de Ferdinand IV pour le roi et pour la reine d’Aragon106. Cette dernière échange également avec les souverains étrangers et leurs épouses des litterae de statu dans lesquelles est indiqué l’état de santé des membres des familles concernées. Les reines envoient notamment des informations sur les nouvelles naissances au sein des familles princières et royales. Charles II écrit ainsi depuis Aix-en-Provence au roi d’Aragon le 14 avril 1298 pour se réjouir de la lettre que lui a faite parvenir sa fille Blanche d’Anjou, l’épouse de Jacques II. Elle y annonçait que son accouchement s’était bien passé, faisant probablement allusion à la naissance de son deuxième enfant, l’infante María107. De même, c’est la reine Marie de Hongrie, l’épouse de Charles II, qui informe Jacques II de la naissance de son fils Alphonse à la fin du mois de janvier 1299, car Blanche d’Anjou se trouve alors à Naples108. De manière plus générale, l’envoi de litterae de statu est une tâche que la reine doit couramment accomplir et que les princes et souverains étrangers attendent d’elle109.

43La reine d’Aragon rencontre également à plusieurs reprises des ambassadeurs étrangers en visite. Sa présence, qui n’est pas seulement protocolaire, est attestée pour des entrevues qui sont jugées de la plus haute importance. Diego García de Toledo, adelantado mayor (officier en charge d’un territoire frontalier) du royaume de Galice, après avoir salué la reine d’Aragon Blanche et s’être recommandé auprès d’elle, lui écrit ainsi :

  • 110 « Senyora, yo enbié mi carta al rey d’Aragón sobre aquéllo que ssabedes que fablé con él e con vus (...)

Princesse, j’ai envoyé ma lettre au roi d’Aragon sur le sujet que vous savez et dont j’ai parlé avec lui et avec vous en secret, et dans laquelle le roi de Castille m’a ordonné de parler avec le roi et avec vous certaines choses en secret qu’il ne pouvait vous envoyer dire par lettre. Comme j’étais malade et faible et ne pouvais aller auprès du roi et de vous, j’ai prié le roi [Ferdinand IV de Castille] de bien vouloir m’envoyer le sacristain de Tarazona [Domingo García de Echauri] afin que je parle avec lui de ces choses selon ce que le roi m’a ordonné, afin qu’il puisse les dire au roi d’Aragon et à vous complètement, si vous et le roi le jugez bon, parce que don García [Gonzalo García] m’avait dit que pour cette affaire vous ne vous fieriez à personne au monde, si ce n’est au sacristain ou à lui-même110.

  • 111 Diego García reçoit à ce sujet le 3 septembre 1307 une lettre de créance de Ferdinand IV auprès de (...)
  • 112 BNM, ms n° 18635 (24).

44L’affaire secrète en question n’apparaît logiquement pas de manière plus claire dans la suite de cette lettre allusive. Peut-être s’agit-il d’un point épineux de la préparation de rencontres royales entre les souverains castillan et aragonais ou bien du règlement complexe de la somme due à Alfonso de la Cerda en vertu des accords de Torrellas111. Plutôt que la difficulté caractéristique à pénétrer le secret en question, on retiendra surtout la participation de la reine aux arcanes du pouvoir, l’association systématique de sa personne à celle du monarque. D’emblée, Diego García précise qu’il s’est entretenu en secret avec le roi et la reine, et que Ferdinand IV l’envoie à nouveau sur ces affaires secrètes auprès du couple royal. De même, parler avec le sacristain de Tarazona équivaut pour l’ambassadeur castillan « à parler avec la personne du roi ou celle de la reine » (assí commo con la perssona del rey misma o con la vuestra). L’adelantado mayor signifie aussi qu’il attend l’ordre du roi et de la reine (mandado del rey et vuestro) avant de repartir éventuellement en mission auprès du roi de Castille. Partageant donc un secret diplomatique avec son époux, la reine est ensuite requise par Diego García d’exercer son influence sur le roi, de voir avec lui et de le guider (de lo veer con el rey et de lo guisar) afin qu’il envoie sa réponse au sujet de l’affaire secrète par une ambassade composée de lui-même et de Domingo García de Echauri. Il l’informe aussi que Ferdinand IV souhaite que Jacques II lui envoie des archers et lui demande d’examiner le problème avec le roi (por que vos pido por merçet que lo vee a dos con él en commo los mande enbiar luego)112.

  • 113 D’après une lettre de Jacques II à Joan Borgunyó, l’un de ses ambassadeurs : « … Scire vos volumus (...)

45Au plus près du roi et de ses secrets, la reine fait l’objet de fréquentes sollicitations. Elle joue alors de préférence son rôle d’intercesseur pour les membres de familles royales qui lui sont proches, Charles II ou bien encore les Valois en France dans le cas de Blanche d’Anjou. Il est fréquent qu’elle soit la première au courant de projets décisifs pour la Couronne. Blanche reçoit ainsi en 1308 une lettre de Charles de Valois par laquelle il lui enjoint de favoriser l’envoi d’une ambassade au roi de France au sujet du Val d’Aran, car le moment est propice. Jacques II, après avoir discuté avec la reine et délibéré en son conseil, dépêche effectivement peu après ses ambassadeurs à la cour de Philippe le Bel113. Le cheminement d’un projet matrimonial devant unir le fils aîné de Jacques II et de Blanche, Jaime, avec la deuxième fille de Charles de Valois et de sa deuxième épouse, « l’impératrice » Catherine de Courtenay, s’avère assez semblable. Les instructions remises à la fin du mois d’avril 1306 aux ambassadeurs de Jacques II à la curie, l’abbé de Santes Creus Bonanat, le sacristain de Majorque Joan Borgunyó et Pedro Martínez de Godor, en offrent un récit limpide :

  • 114 « E ja sobre açò madona la regina reebé una carta de la imparadriu en que es deya que madona la re (...)

Et à ce sujet madame la reine [Blanche d’Anjou] a reçu une lettre de l’impératrice [Catherine de Courtenay], dans laquelle il était dit que madame la reine ferait savoir à ladite impératrice s’il lui plaisait que le premier fils du seigneur roi d’Aragon se mariât avec la deuxième fille de monseigneur Charles [de Valois] et de l’impératrice. Madame la reine a parlé de ceci avec le seigneur roi. Le seigneur roi a répondu que ladite affaire lui plaisait beaucoup et madame la reine a transmis à ce sujet sa lettre à ladite impératrice, dans laquelle elle lui fait savoir que ledit tractament lui plaît ainsi qu’au roi, avec qui elle en a parlé114.

  • 115 Ibid., t. I, pp. 3-20.
  • 116 Voir p. 127.
  • 117 Le trésorier de la reine, Pere Tripó, remet en octobre 1321 sur ordre de la reine 4,5 canes de dra (...)
  • 118 Voir annexe I (CD-ROM), notice 308.

46Informée de très nombreuses affaires diplomatiques, parfois même avant Jacques II, Blanche est visiblement perçue comme une femme d’influence par les ambassadeurs, les reines et les souverains qui ont recours à son entremise pour favoriser l’aboutissement de leurs tractations. Outre son rôle important dans les projets de mariage115, la reine met à disposition de la diplomatie royale l’ensemble de sa maison. Le courrier de la reine est parfois sollicité pour les besoins des ambassadeurs de Jacques II116, le trésor de la chambre de la troisième épouse de Jacques II, Marie de Lusignan, prend à sa charge les dépenses d’ambassadeurs chypriotes venus rencontrer le couple royal et l’épouse du roi fait preuve de munificence vis-à-vis des ambassadeurs étrangers, en particulier de ceux qui viennent de Chypre dont elle est originaire117. Enfin, nombreux sont les ambassadeurs du roi à exercer ou à avoir exercé une charge importante dans la maison de la reine. Bernat de Segalars, envoyé à de multiples reprises en Castille, à Naples et à Grenade, est ainsi en 1293 scribe d’Isabel de Castille, promise à Jacques II, en 1297 scribe de Blanche d’Anjou, puis devient son scrivà de ració entre 1302 et 1310. En 1321, il est encore attesté comme faisant partie de la maison de la reine, désormais Marie de Lusignan118. La combinaison d’une carrière domestique dans la maison ou la cour de la reine et de services diplomatiques pour le compte du roi est fréquente. Elle témoigne à la fois de la circulation des hommes entre les différentes maisons royales (roi, reine, mais aussi infants) et du fait que l’ensemble des serviteurs et officiers œuvrant pour la dynastie est susceptible d’être requis par le roi pour partir en ambassade. En somme, la diplomatie du roi, c’est aussi un peu — et parfois beaucoup — celle de la reine.

c) L’infant héritier

  • 119 Voir par exemple l’ordre intimé par Jacques II à Jaime d’écrire à Frédéric III de Sicile, suivi du (...)
  • 120 Sur la succesion au trône, voir A. García-Gallo, « El derecho de sucesión del trono en la Corona d (...)
  • 121 ACA, C, reg. 338, ffos 120v°-121r° et 118r° (13 et 15 décembre 1322, Tarragone) [pouvoirs d’Alphon (...)
  • 122 Ibid., ffos 125v°-126v°, 126v°-127v°, 127v°-128r° (datés du 26 avril 1323, Barcelone). Pour un exe (...)

47Il faut aussi préparer l’avenir. Si l’infant Jaime, qui renonce en 1319 au trône qui lui était promis, n’apparaît que de manière fugitive dans les affaires diplomatiques de son père — ce dernier précise généralement mot à mot les termes des lettres expédiées au nom de Jaime119 —, il en va tout autrement de son frère Alphonse. Désigné comme primogenit(us) et nommé procureur général des royaumes en 1319, Alphonse est dès lors régulièrement associé à la diplomatie du roi120. Avant qu’il ne dirige l’expédition et la conquête de la Sardaigne en 1323, sa participation paraît essentiellement nominale et formelle. Les ambassades à destination de la curie, de Naples et de la Sicile, sont toutefois, à partir de 1320, de plus en plus fréquemment effectuées aux noms du roi et de l’infant. Lorsque Vidal de Vilanova se rend en Avignon au mois de décembre 1322 pour tenter de ramener la paix entre les royaumes de Naples et de Sicile, et obtenir l’aide de la curie à l’expédition en Sardaigne, il reçoit ainsi deux pouvoirs, identiques à ceux du roi, et par lesquels il représente aussi Alphonse, mais Jacques II demeure ensuite le destinataire principal de ses lettres121. En 1323, l’ambassadeur de Jacques II Guillem Oulomar se rend lui aussi en Avignon afin d’obtenir l’appui pontifical dans l’affaire sarde. Les trois pouvoirs qu’il emporte à cette occasion (pour donner en fief la Sardaigne aux juges d’Arborea, pour en recevoir l’hommage et 40.000 florins d’or) ont pour mandataires Jacques II et Alphonse122. Les procurations ou les lettres de créance remises au nom de l’infant à certains des ambassadeurs de Jacques II demeurent néanmoins étroitement dépendantes de celles qui sont expédiées au nom du roi. Le contrôle de l’action diplomatique reste entre les mains de Jacques II, mais l’association de l’infant permet d’affirmer à l’étranger l’engagement de la Couronne dans la durée et confère une légitimité supplémentaire à celui qui doit un jour monter sur le trône.

  • 123 Ibid., f° 157r°.
  • 124 « Super legatione hac scripsit dictus dominus infans domino papa et aliis per litteras suas expedi (...)
  • 125 D’après une lettre de Jacques II à l’infant Alphonse : « … quod nuncius noster, quem ad reges Cast (...)

48L’association de l’infant à la diplomatie du roi s’intensifie après la conquête de la Sardaigne et sert à le préparer progressivement à ses responsabilités futures. Plus nettement qu’auparavant, Alphonse expédie depuis sa propre chancellerie des lettres à destination de souverains étrangers. Bernat de Boxadós, son conseiller et majordome, part ainsi au début du mois de mars 1325 en Avignon à la tête d’une « mission auprès du seigneur pape confiée principalement par le seigneur Alphonse et ensuite par le seigneur roi » (legatio comissa principaliter per dominum Alfonsum et post per dominum regem ad dominum papam)123. L’infant a pour cette occasion écrit au pape et à d’autres des lettres depuis sa « chancellerie » (scribania). Or, comme le précise une note dans un registre des secrets de Jacques II (Secretorum), les lettres envoyées par l’infant ne sont pas enregistrées à la chancellerie du roi qui atteste seulement de leur existence. Les instructions en revanche y figurent « pour mémoire » (ad memoriam), parce qu’une ambassade du roi est connexe à celle de l’infant124. Sa marge de manœuvre s’accroît donc et le champ géographique de ses interventions s’étend désormais de manière considérable. De plus en plus étroitement impliqué, il est tenu informé des tractations qui sont menées au nom de Jacques II avec les cours de Majorque, de Castille et du Portugal en 1325-1327. Lorsque le roi envoie depuis Barcelone Boshom Jiménez auprès des souverains castillan et portugais, il est prévu que l’ambassadeur rende en passant visite à l’infant pour lui faire part des tractations qu’il doit mener125. Associé nominalement aux ambassades de Jacques II, informé régulièrement des tractations, expédiant sous contrôle paternel des lettres à l’étranger, l’infant bénéficie d’un véritable apprentissage de la diplomatie.

  • 126 Sur les protestationes effectuées à cette occasion auprès des différentes autorités du royaume de (...)
  • 127 A. Santamaría, « Tensión Corona de Aragón - Corona de Mallorca » ; S. Péquignot, « Enantar a tract (...)
  • 128 Sur ces premières tractations, voir S. Péquignot, « Enantar a tractar », pp. 278-279.
  • 129 Lettre d’Huc de Cardona à Jacques II : « … Com moltes vegades sien estats parlats e ahuts tractame (...)
  • 130 Les lettres de créance sont émises au nom de Jacques II et d’Alphonse depuis Calatayud le 28 juin (...)
  • 131 Une note de chancellerie précise la destruction des lettres de créance (ACA, C, reg. 347, f° 54v°)
  • 132 Lettres à Philippe de Majorque et Huc de Cardona (ACA, C, reg. 408, f° 121v°[1]-[2] [28 juillet 13 (...)
  • 133 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 (ES), n° 720 (24 septembre 1325, Saragosse).
  • 134 Lettre d’Alphonse à l’infant Philippe (ACA, C, reg. 408, ffos 166v°-167r° [31 octobre 1325, Lérida (...)

49La formation d’Alphonse à une partie essentielle de son métier de roi lui confère une influence croissante sur la conduite même des tractations avec les autorités étrangères. Il acquiert ainsi un rôle de tout premier plan à la fin du règne de Jacques II dans les relations avec le royaume de Majorque. À la mort de Sanche, le 4 septembre 1324, une querelle successorale éclate entre les partisans de Jacques III, fils de l’infant Ferdinand de Majorque, et Jacques II d’Aragon, qui se saisit de l’occasion pour faire valoir ses revendications à une Couronne qu’il avait dû laisser échapper au traité d’Argelès en 1298126. Le royaume de Majorque lui-même, en particulier dans le comté de Roussillon, se déchire rapidement entre partisans de l’infant Philippe de Majorque, tuteur de Jaques III, et soutiens à une ligue hétéroclite menée par la ville de Perpignan. D’intenses tractations ont alors lieu pour tenter de régler le conflit. Elles mettent aux prises Jacques II et Alphonse avec Philippe de Majorque d’une part, et, de l’autre, les hommes de Perpignan et leurs soutiens127. L’infant, présent dès la formulation des premières propositions d’entrée en négociations censées résoudre le conflit128, demeure ensuite en première ligne dans toute l’affaire. Avec ses hommes, il favorise l’établissement du dialogue entre le pouvoir royal aragonais et les partis du royaume de Majorque. Huc de Cardona, un archidiacre noble qui possède des liens avec tous et s’efforce d’apparaître comme l’homme providentiel de cette affaire, affirme ainsi avoir parlé de nombreuses fois et eu des tractaments — que l’on pourrait traduire ici par conversations — avec Alphonse au sujet d’un éventuel mariage de sa fille Constanza avec Jacques III de Majorque129. On escompte évidemment de sa réalisation qu’elle contribue à régler le conflit. Par la suite, lorsque les conseillers de Jacques II Pere Marc et Bernat de Fonollar doivent à la fin du mois de juin 1325 effectuer en Roussillon une ambassade au nom du roi, il est prévu qu’ils représentent aussi Alphonse pour négocier (tractar) les conditions de ce mariage130. Même si cette ambassade n’est finalement pas envoyée131, sa préparation montre la collaboration active de l’infant Alphonse et de sa chancellerie à la diplomatie déployée au nom du roi. De surcroît, le primogènit entretient des rapports directs avec les différents protagonistes du royaume de Majorque. Il informe par exemple les négociateurs étrangers potentiels, Huc de Cardona et le tuteur Philippe, du fait que l’ambassade n’est pas partie132. Inversement, il reçoit des nouvelles des ambassadeurs sur « l’état de la négociation » (estament del tractat) et les transmet à Jacques II133. Outre son association désormais régulière à la diplomatie du roi, plusieurs raisons expliquent l’investissement d’Alphonse dans cette affaire. Il est pour les hommes du royaume de Majorque plus rapide d’établir un contact avec lui qu’avec un roi lointain et soucieux de ne pas se mettre en avant dans cette affaire. Alphonse, comte d’Urgell et des Empúries, réside en effet dans le nord de la Catalogne et se trouve dans une zone intermédiaire entre le Roussillon et les principales résidences du roi d’Aragon (Barcelone, Valence, Saragosse, Lérida). Fort de son récent succès dans la conquête de la Sardaigne (1323), il reste des mois durant sur le pied de guerre, prêt à lancer une expédition en Roussillon134. Enfin, Alphonse est lui-même impliqué personnellement dans des tractations dont sa fille Constanza fait l’objet et pour lesquelles il doit donner son consentement paternel.

  • 135 Ibid., f° 82r°.
  • 136 « … E que ell e el dit en Ramon Vinader los degen portar, segons que vós, senyor, les auriets corr (...)

50Néanmoins, en dépit d’une marge de manœuvre et d’une influence considérables dans cette affaire, les relations de l’infant avec les partis en lutte demeurent pour une bonne part soumises à l’approbation de son père. Une lettre adressée par Alphonse à Jacques II le 10 janvier 1326 en témoigne clairement135. L’infant, qui se trouve alors à Perpignan, explique au roi que, conjointement avec le roi de Majorque et son tuteur, l’infant Philippe, il a désigné Ramon Vinader et Guillem de Cervelló comme ambassadeurs, sans doute pour la curie. Les deux hommes doivent montrer leurs instructions (capítols) à Jacques II afin qu’il puisse les corriger s’il le juge nécessaire. Alphonse demande également à son père de faire sienne cette mission136. L’approbation de Jacques II est requise à la fois pour vérifier que l’infant et ses conseillers n’ont pas commis d’erreur, pour conférer un surcroît de prestige aux ambassadeurs, mais aussi afin que l’unité d’action diplomatique de la Maison d’Aragon soit maintenue vis-à-vis de l’étranger. L’association de l’infant à la diplomatie nécessite en effet un équilibre subtil entre des buts qui peuvent se révéler contradictoires : éduquer l’infant à un art difficile, renforcer la légitimité de son association au trône par une présence régulière dans les actes expédiés et l’action menée au nom du roi et, enfin, défendre l’unité fragile de la Maison d’Aragon.

  • 137 Voir F. Autrand et P. Contamine, « Remarques sur les alliances des rois de France ».
  • 138 ACA, C, reg. 347, ffos 65v°-68r°.
  • 139 « Tenor instrumenti per litteras divisi confecti inter dominum regem et dominum infantem Alfonsum (...)
  • 140 « … Pro quibus omnibus et singulis attendendis plenius et complendis, tam dictus dominus rex Arago (...)
  • 141 « … Ex premissis autem de mandato predictorum domini regis domini Philipi et domini infantis facta (...)

51Plus que les ambassades et les échanges épistolaires où l’infant dispose d’une marge de manœuvre qui peut s’avérer périlleuse, la célébration d’accords solennels avec des autorités étrangères permet d’accomplir avantageusement ces trois objectifs137. Alphonse se trouve ainsi aux premières loges lors des accords conclus au palais de l’Aljafería de Saragosse, le 24 septembre 1325, par lesquels doit être mis un terme — qui ne sera que provisoire — au conflit entre Jacques II et les autorités de Majorque138. Une rubrique indique dans une partie de registre consacrée à cette affaire que l’accord est effectué entre, d’une part, le seigneur roi et le seigneur infant, et, de l’autre, l’honorable seigneur infant Philippe, parrain et tuteur de l’illustre Jacques III roi de Majorque139. Par l’emploi de la « voie de négociation » (viam tractationis), le roi d’Aragon reconnaît les droits du roi de Majorque. En contrepartie, Philippe de Majorque, au nom de l’enfant-roi Jacques III, reconnaît être vassal du souverain aragonais et s’engage à prêter 25.000 livres pour solder des comptes relatifs à l’expédition de Sardaigne. Le mariage de Jacques avec la fille d’Alphonse, Constanza, est promis per verba de futuro par les parties « afin que brillent entre les Maisons d’Aragon et de Majorque une franche amitié et un lien d’amour indissoluble » (ut inter domum Aragonie et domum Maiorice clara amicabilitas elucescat et indissolubile amoris vinculum). L’infant Alphonse est dans l’ensemble de cet accord associé aux actes de son père. Ils promettent tout deux par un engagement ferme et solennel à l’infant Philippe, devant notaire et de nombreux témoins, que Constanza sera remise à Jacques lorsqu’elle sera majeure, reçoivent conjointement l’engagement réciproque du tuteur de l’infant, son représentant légal. De même, ils promettent ensemble de faire venir les hommes qui détiennent les châteaux remis en gage pour garantir l’accord afin qu’ils prêtent hommage à l’infant Philippe. Enfin, le roi, l’infant Alphonse et l’infant Philippe prêtent corporellement serment sur les Saints Évangiles et sur la Croix, avant de s’obliger réciproquement sur l’ensemble de leurs biens140. À lire les clauses somme toute traditionnelles de cet accord de fiançailles, on est néanmoins frappé du caractère systématique de l’association du roi et de l’infant. La présence du primogenitus prouve ici que c’est bien la Maison d’Aragon (domus Aragonie) qui est engagée, il garantit la pérennité de l’accord au-delà de la seule personne d’un souverain déjà âgé. Symbole de cette association de l’infant à la diplomatie du roi qui se fond dans un engagement unique de la Maison d’Aragon, une seule version de l’accord est remise au roi et à l’infant141. Associer l’infant à la diplomatie du roi, c’est donc assurer l’avenir à un double titre : préparer l’infant à la tâche qui l’attend, mais aussi inscrire l’action diplomatique menée au nom du roi dans une perspective plus large et plus ambitieuse, celle de la Maison d’Aragon.

Diplomatie du roi et Casa d’Aragó

  • 142 Ramon Muntaner l’évoque au moment de la montée sur le trône d’Aragon d’Alphonse IV : « … E si negu (...)

52Caractérisée par l’utilisation, la collaboration et l’association des proches parents du roi, la diplomatie de Jacques II introduit et représente la famille royale dans celle, plus vaste, des princes et souverains d’Occident. Avec les vistae, les mariages et le recours par les sujets ou les pouvoirs à l’entremise du souverain à l’étranger, la diplomatie rend visible et réaffirme le rôle de lien entre les différents territoires de la Couronne joué par le roi et, plus généralement, par la famille royale. Mais la diplomatie de Jacques II s’efforce aussi d’imposer la Maison d’Aragon (Casa d’Aragó) comme acteur auprès des autres puissances. S’agit-il alors de la dynastie-mère au pouvoir en Aragon, inscrite dans la lignée des ancêtres, ou bien d’une conception plus large, celle de la maisonnée (le Casal) qui rassemblerait les rois d’Aragon et les rois apparentés de Majorque et de Sicile ? Le problème peut être formulé en reprenant une métaphore célèbre du chroniqueur Ramon Muntaner : la diplomatie de Jacques II, le chef principal (cap et major) du Casal d’Aragó (la maisonnée d’Aragon), représente-t-elle l’ensemble du faisceau de joncs (mata de jonc) qui réunit les rois d’Aragon, de Majorque et de Sicile142 ?

  • 143 Sur le « double jeu » de Jacques II entre la papauté et la Sicile de Frédéric III, voir A. Kiesewe (...)
  • 144 « … Cum non tamen in fratrem verum etiam in patrem vos reputamus » (F. Giunta et A. Giuffrida [éd. (...)
  • 145 Ibid., doc. XCVI-XCVII, pp. 139-142. Pour l’appel à l’histoire commune, voir pp. 281-282 l’exemple (...)
  • 146 « … Circa hec nichilominus magnificencie et fraternitati vestre nos certa fides commendamus, ut in (...)
  • 147 Voir de manière générale V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de A (...)

53L’action diplomatique menée au nom de Jacques II peut difficilement jouer ce rôle avec la Sicile, car Frédéric III est jusqu’au traité de Caltabellotta (1302) en guerre ouverte contre les Angevins de Naples soutenus par le pape, alors que Jacques II est depuis le traité d’Anagni l’allié de l’Église143. Plus qu’à un frère, le roi Frédéric III s’adresse toutefois ensuite souvent à Jacques II comme à un père, notamment lorsque ce dernier s’entremet comme médiateur dans le conflit avec les Angevins144. La métaphore paternelle crée ici un lien de parenté fictif par lequel est reconnue la prééminence du roi d’Aragon au sein de la grande famille issue de la Casa d’Aragó. Frédéric III fait aussi fréquemment appel à la fraternité (germanitas) qui les relie par une communion de sang (comunione sanguinis), à « l’identité de leurs âmes » (idemptitas animarum), ou bien encore à leur histoire commune au sein de la dynastie d’Aragon145. Lorsque Frédéric III recourt à son frère le 26 septembre 1317 pour éviter l’affrontement qui menace à nouveau d’éclater avec les Angevins de Naples, il cherche ainsi à emporter la conviction de Jacques II non seulement par le rappel de la confiance qu’il lui porte, mais aussi par l’inscription de cette éventuelle intervention dans la continuité historique d’une Maison d’Aragon dont il est originaire. D’après ce discours, défendre la Sicile frédéricienne, ce serait pour Jacques II remplir son devoir de mentor de la Casa d’Aragó146. Face à ces appels, le roi conseille Frédéric III, mais, tenu par ses engagements vis-à-vis de la papauté et soucieux d’obtenir son appui pour la conquête de la Sardaigne, il ne peut le soutenir et démontrer ses liens avec la dynastie sœur de Sicile que de manière secrète ou indirecte. Le conseil et la médiation priment147.

  • 148 A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el Reino de Mallorca.
  • 149 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque ; A. Sant (...)

54Il en va tout autrement avec le royaume de Majorque, pour lequel la diplomatie du roi d’Aragon s’engage ouvertement. À la différence du royaume de Sicile qui ne possède pas de lien institutionnel avec la couronne d’Aragon et lui est rattaché uniquement — mais c’est essentiel — par l’appartenance des rois à une même lignée, le royaume de Majorque dépend directement du roi d’Aragon. Jacques II de Majorque a en effet reconnu en 1279 au traité de Perpignan le lien de vassalité qui le rattache au souverain aragonais ; il doit lui prêter hommage de fief pour son royaume. Après l’aide apportée par les Majorquins à la Croisade d’Aragon et l’annexion directe du royaume à la couronne d’Aragon entre 1285 et 1295, le traité d’Anagni rétablit les droits du roi de Majorque. La restitution effective a lieu en 1298 lors des rencontres d’Argelès entre les deux Jacques II (d’Aragon et de Majorque), mais le roi baléare doit à nouveau reconnaître le traité de Perpignan et le statut de royaume vassal. L’ensemble constitué par le Roussillon, Montpellier et les Baléares constitue désormais une « construction politique fragile », dynamique au niveau économique, mais « médiatisée » par la couronne d’Aragon148. De 1298 à 1318, malgré de fortes tensions entre les marchands catalans et la royauté majorquine qui tente d’imposer une politique douanière protectionniste, les rois de Majorque et d’Aragon apparaissent essentiellement comme des alliés auprès des autres cours occidentales. Lorsque le petit royaume doit affronter d’épineux problèmes internationaux, la diplomatie du roi d’Aragon intervient en sa faveur sous diverses formes et met à profit cette entremise pour affirmer et démontrer sa suzeraineté sur ces territoires149.

  • 150 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, pp (...)
  • 151 Lettre de Sanche de Majorque à Jacques II du 26 janvier 1312 (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 32, n° (...)

55Le roi de Majorque demeure vassal du roi d’Aragon pour la baronnie d’Aumelas, le Carladès et le Fenouillèdes, mais ses principales difficultés concernent alors ses relations avec le royaume de France. Il possède en effet depuis 1276 des droits sur la ville de Montpellier. Or, les Capétiens revendiquent progressivement la ville et la région, d’où des conflits avec l’évêque de Maguelonne — qui demeure suzerain de la cité — et le roi de Majorque. Après avoir en 1293 acquis les droits sur le Montpelliéret et donc une partie de Montpellier, Philippe le Bel fait pression sur le roi de Majorque pour qu’il reconnaisse ses droits sur l’ensemble de la ville. En 1311, Sanche de Majorque lui prête hommage et reconnaît tenir Montpellier en fief du souverain français, mais sans modification des conditions favorables selon lesquelles il tenait auparavant la ville de l’évêque de Maguelonne150. Le roi de Majorque se déclare satisfait de l’accord avec le Capétien et en informe le roi d’Aragon, qui s’en réjouit à son tour151. Néanmoins, les atteintes (gravamina, greuges) portées par les officiers du roi de France à la juridiction du roi de Majorque à Montpellier et dans la baronnie d’Aumelas se multiplient, sans que le Capétien y porte remède. Ces empiètements conduisent rapidement le roi de Majorque à faire appel à Jacques II :

  • 152 Instructions de Jacques II à Bernat de Torre pour une mission auprès du roi de Majorque, comportan (...)

En raison des nombreux dommages qu’a portés et porte encore à Montpellier le roi de France au roi de Majorque et de sa demande d’hommage sur la baronnie [d’Aumelas], Sanche a jugé bon d’envoyer ses ambassadeurs solennels au roi de France et demande à Jacques II qu’il fasse de même152.

  • 153 « … El dit rey de Mayorcha trames lo noble en G. de Canet al dit senyor rey d’Aragó, pregan-lo que (...)
  • 154 « … Pensa lo dit senyor rey d’Aragó que la rahó ocasional de la dita missatgeria, ço és la guerrra (...)
  • 155 « … Entenció és del dit senyor rey d’Aragó, pus la dita guerra és posada, de no trametre la dita m (...)
  • 156 Ibid.
  • 157 « … Si per aventura lo rey de Mayorcha deeya que li plahia que la missatgeria fos temprada e axí q (...)
  • 158 « … Quare videretur nobis, vestre voluntate et meliori concilio salvis, quod legati vestri et nost (...)
  • 159 « … Vestra autem ingens regnalis providencia super predictis et ad hoc pertinentibus faciat et ord (...)
  • 160 En particulier dans les instructions de Jacques II à Bernat de Torre (ibid. f° 238r°-v°).

56Le roi majorquin transmet avec cette sollicitation des instructions qui pourraient être présentées au roi de France et qui devraient selon lui permettre de faire aboutir les prières du roi d’Aragon, car le roi de France est engagé dans une guerre périlleuse avec les Flamands153. Après avoir dans un premier temps cédé aux instances du roi de Majorque et accepté d’envoyer en ambassade solennelle Bernat Guillem Saportella et Joan Borgunyó, Jacques II apprend que la guerre avec les Flamands est interrompue et juge par conséquent que la « raison occasionnelle » de ladite ambassade n’est plus. Elle porterait plus tort au roi de Majorque qu’elle ne lui serait profitable, provoquerait plus l’indignation que la satisfaction du roi de France. Jacques II souhaite donc en suspendre l’envoi154. Il dépêche par conséquent son ambassadeur Bernat de Torre au roi de Majorque afin de le convaincre de l’opportunité d’un changement tactique. Dans le cas où Sanche persisterait à vouloir adresser une ambassade au roi de France, Bernat doit participer à la réécriture des instructions qui guideront les propos des ambassadeurs à la cour capétienne. Le roi d’Aragon juge en effet bien trop dures les premières instructions proposées par son vassal : « il faut les tempérer et user de paroles tempérées », qui seront plus efficaces155. En cas de refus majorquin de modification des instructions, Jacques II ne souhaite pas qu’une ambassade soit envoyée156. En revanche, si Sanche en est d’accord, les ambassadeurs pourront se rendre ensemble auprès du roi de France avec les instructions tempérées par ses soins157. Le roi Sanche se plie dans un premier temps avec célérité aux injonctions de Jacques II, mais il apprend ensuite que le roi de France a lancé une nouvelle citatio sur la ville de Montpellier. Il fait donc part à Jacques II, « sauf [sa] volonté et [son] meilleur conseil », de son souhait de durcir à nouveau la teneur de l’ambassade emmenée en France par les ambassadeurs, d’y mettre des « paroles piquantes et fortes »158. Sanche conseille, informe et presse Jacques II dans cette affaire, mais ne manque jamais de souligner qu’il est l’impétrant et que c’est du roi d’Aragon que dépend la décision finale sur l’ordonnancement de la mission et les mots qui doivent y être prononcés. Il s’en remet à l’immense connaissance royale de l’avenir (ingens regnalis providencia), aux ordres (ordinatio) et à la prévoyance extrême (summa provisio) de son suzerain, qui ordonnera la mission de la manière qui lui semblera la plus appropriée159. À l’instar des conseillers du roi d’Aragon, il propose « sauf [son] meilleur conseil » (salvo vestro meliori consilio), Jacques II dispose. En raison de la nécessité pour le roi de Majorque d’obtenir l’appui de la diplomatie aragonaise, la préparation d’une ambassade solennelle commune se traduit pour lui par une reconnaissance de fait de la suzeraineté de Jacques II. Le roi d’Aragon est le senyor rey, tandis que le roi de Majorque apparaît seulement comme rey160.

  • 161 Ibid., ffos 235r°[2]-236r° ([ca. 9 octobre 1314]), 237r°-v° ([ca. 20 octobre 1314]), 239v°-240v° ( (...)
  • 162 « … Sembla bo que els missatges del senyor rey d’Aragó degen primerament proposar… » (ibid., f° 23 (...)

57Expression et rappel éclatants du rapport hiérarchique entre les deux rois, cette conversation à distance entre les rois majorquin et aragonais a un objectif essentiel : déterminer les propos que devront tenir au roi de France les membres d’une ambassade solennelle, commune, qui doit présenter un front uni au nord des Pyrénées. De ce travail préliminaire, on ne conserve pas la première proposition d’instructions « dures » (celles qui sont envoyées par Sanche de Majorque au roi d’Aragon), mais l’on dispose de celles, « tempérées » (temprades), de Jacques II, ainsi que de trois autres versions corrigées successivement à la chancellerie royale aragonaise161. Les conseils prodigués par le roi de Majorque n’y figurent plus. En revanche, le petit royaume et la couronne d’Aragon sont placés sur un pied d’inégalité, et un vaste effort est mené pour démontrer au Capétien l’unité des différentes maisons issues de la Casa d’Aragó, derrière la figure du roi de justice assumée par le souverain aragonais. Dans la version tempérée par Jacques II, celle du 9 octobre 1314, les articles concernent ainsi l’ensemble des ambassadeurs, ceux du roi d’Aragon comme ceux du roi de Majorque, avec un net ordonnancement hiérarchique de leurs prises de parole. « Il semble bon que les ambassadeurs du roi d’Aragon fassent leur proposition en premier »162. Le cœur même de l’argumentation et de l’ambassade solennelle mixte leur revient. Ils doivent bien sûr défendre les intérêts lésés du roi de Majorque, mais leur discours contient aussi une affirmation des prérogatives de Jacques II sur le royaume vassal :

  • 163 « … Diran los dits missatges que el senyor rey d’Aragó ha entès per lo senyor rey de Mallorcha que (...)

… Le seigneur roi d’Aragon a appris par le seigneur roi de Majorque [vis-à-vis du souverain étranger, les deux sont ici seigneurs et rois…] que des torts avaient été portés par des hommes du roi de France sur la seigneurie de Montpellier. Le roi de Majorque, immédiatement après la mort de son père [Jacques II, mort en 1311], ne prêtant pas attention au fait qu’il devait d’abord se rendre auprès du roi d’Aragon comme auprès de son chef (cap), car il vient de sa maison et c’est d’elle qu’il tient son royaume, est allé auprès du roi de France. Ceci a plu assez au roi d’Aragon, parce que le roi de Majorque put ainsi complaire au roi de France et trouver un dénouement heureux aux affaires qu’il avait avec lui163.

  • 164 « … E que subsegüentment per diverses temps lo senyor rey de Mallorcha tramès més de IIII vegades (...)
  • 165 « … Considerat que el senyor rey de Mallorcha és son cusí germà e és procehit de la casa d’Aragó e (...)
  • 166 Ibid., f° 235v°.

58En réaction à l’hommage prêté pour Montpellier par Sanche à Philippe le Bel en 1311, le discours des ambassadeurs réaffirme donc que Jacques II est le cap (chef) du roi de Majorque, qui dépend prioritairement de lui en dépit des liens qui peuvent aussi le rattacher au roi de France. Même lorsque le roi de Majorque déroge à cette règle en se rendant à Paris, son geste doit être interprété comme le fruit du bon plaisir (plaer) du roi d’Aragon. Or, les tentatives de Sanche en France échouent et tous les sages consultés s’accordent alors pour dire qu’il souffre une « grande injure »164. Mis au courant de l’affaire, considérant que le seigneur roi de Majorque est son cousin germain, qu’il procède de la Maison d’Aragon, tient son royaume de lui, prenant aussi en compte les anciennes conventions par lesquelles ils sont liés, le roi d’Aragon estime qu’il ne peut faillir à ce roi dont les affaires paraissent siennes. Considérant que le roi de France est lui aussi son cousin germain, confiant en sa parenté, son amitié et son amour sincères, Jacques II a décidé de lui envoyer ses ambassadeurs165. Les représentants de Sanche raconteront ensuite sommairement ou brièvement, comme bon leur semblera, tout ce qui s’est passé, les dommages subis, et ils prieront le roi de France d’y porter remède, en faisant appel à sa justice et à la démonstration de son affection paternelle166.

  • 167 « … E que assats havia el rey de Ffrança a Montpeler e als no y deu querir ne ençerrar, e que els (...)
  • 168 Ibid.

59Dans cette configuration, la double ambassade met en scène dans son ordonnancement comme dans les discours un roi aragonais de justice qui intervient parce que son parent et vassal subit un dommage injustifié, parce qu’il a été de lui-même incapable de faire valoir ses droits auprès du Capétien, mais aussi parce qu’il procède de la même maison. La Casa d’Aragó évoquée dans le discours des ambassadeurs pour fonder l’intervention de Jacques II en faveur de Sanche est donc la maison originelle, la lignée commune des ancêtres dont tous deux procèdent. Le roi d’Aragon est bien le seigneur du roi de Majorque, mais uniquement en vertu d’un rapport de vassalité. N’en déplaise à Ramon Muntaner, leurs maisons ne se confondent pas dans une maison unique entendue au sens d’entité politique rassemblée sous l’égide d’une même dynastie. Un autre argument est alors avancé pour justifier l’entremise de Jacques II : des rapports de cousinage le lient à Sanche et au roi de France, ce dernier devrait prendre en considération le « lien de parenté qui existe entre les trois rois » (ligament de parentor que és entre ells III reys), ainsi que l’atteinte à l’honneur du roi de Majorque et la souillure qui pourrait être portée sa propre réputation s’il ne lui rendait pas justice167. Deux éléments doivent donc nettement être distingués dans l’intervention du roi d’Aragon : un suzerain prête secours à un vassal qui est issu de la même Casa d’Aragó et, d’autre part, il invoque des rapports de parenté, donc d’amour et de charité entre les trois rois, soit une voie tempérée de protestation qui doit convaincre le roi de France. Une logique identique est ensuite à l’œuvre dans les demandes que les ambassadeurs doivent effectuer au sujet de la baronnie d’Aumelas168. L’entremise de Jacques II est essentiellement celle du chef d’une maison, la Casa d’Aragó, qui fait appel sur le registre familial à la bienveillance d’un autre chef de famille afin qu’il rende justice à un roi originaire de sa maison, mais qui possède la sienne propre, la domus Maiorice, et qui est lié au roi d’Aragon uniquement par un rapport de vassalité.

  • 169 ACA, C, reg. 337, ffos 239v°-240v° et 242r°-245r°.
  • 170 « … De la qual cosa, com la ohí lo dit senyor rey d’Aragó, se maravella molt, com la dita baronia (...)

60Les corrections et le durcissement apportés par Jacques II aux instructions vers le 16 décembre 1314 puis dans la dernière version, celle du 6 février 1315, recourent à un même registre argumentatif169. Fort étonné (se maravella molt), selon l’euphémisme classiquement employé dans la correspondance royale pour signifier un souverain mécontentement, de la demande de citatio de Sanche pour la baronnie d’Aumelas, Jacques II rappelle que la Casa d’Aragó a continûment tenu ladite baronnie ou que d’autres l’ont tenue pour elle, comme par exemple le roi de Majorque mort il y a peu (Jacques II). À ce sujet, les rois de France, même lorsqu’ils étaient en conflit avec la Casa d’Aragó (1282-1295) — quand ils n’avaient pas avec elle une relation aussi bonne, relèvent pudiquement les instructions — n’ont jamais formulé une telle demande170.

  • 171 Récit des missions dans : A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le roy (...)
  • 172 Ibid., t. I, doc. XLIV-XLIX, pp. 480-499.

61L’ambassade menée par Bernat Guillem Saportella et Joan Borgunyó ne parvient néanmoins pas à obtenir les résultats escomptés. Dans les années qui suivent, en 1316, en 1317 et, après une querelle successorale de trois ans entre les rois de Majorque et d’Aragon, de 1321 à 1323, Jacques II intervient encore auprès du souverain français pour faire valoir les droits de son vassal majorquin sur Montpellier et sur la baronnie d’Aumelas171. Les méthodes varient, puisque le roi d’Aragon dépêche d’abord des ambassades avec ses seuls représentants, mais le principe de la préparation hiérarchisée avec le roi de Majorque d’une action diplomatique commune demeure, de même que le fond de l’argumentation exposée par les ambassadeurs de Jacques II auprès du roi de France172.

62Finalement, par les mariages de ses membres qui suscitent d’intenses tractations diplomatiques, scellent l’alliance avec les maisons étrangères, rassemblent et projettent de nombreux sujets d’une même Couronne dans une communauté de destin, par la participation et l’association des proches parents de Jacques II à la définition et à la mise en œuvre des ambassades, enfin par la mise en exergue de la notion de Casa d’Aragó et des liens de dépendance qui y rattachent ouvertement le roi de Majorque et, de façon plus voilée, le roi de Sicile, la diplomatie menée au nom du souverain s’apparente fréquemment à une entreprise familiale. Il est frappant de constater de ce point de vue combien une grande partie des interventions des membres de la famille royale dans la diplomatie concerne la conclusion d’accords avec des maisons étrangères ou la revendication des droits hérités de la Casa d’Aragó. Autrement dit, lorsque la famille du roi apparaît dans les discours et dans l’action diplomatique, c’est pour l’inscrire et pour être elle-même inscrite dans la perspective historique de la lignée des souverains qui règnent sur la couronne d’Aragon. L’action diplomatique accomplie au nom du roi contribue donc à la fois à réaffirmer ponctuellement la légitimité du pouvoir de la famille royale dans la Couronne et à défendre les droits constitutifs et les intérêts de la Casa d’Aragó auprès des autres maisons. Mais la présence des membres de la famille royale et de la notion même de Casa d’Aragó n’est pas systématique. La famille n’est pas toujours présente dans la diplomatie de Jacques II, même si elle demeure en filigrane. En revanche, les correspondances politiques avec les cours étrangères, les ambassades et les rencontres entre souverains l’attestent : le roi est omniprésent dans la pratique et dans les discours. Comment interpréter ce phénomène ?

III. — LE ROI EN DIPLOMATIE

PRATIQUE DIPLOMATIQUE ET AFFIRMATION DES PRÉROGATIVES DU ROI

  • 173 Sur la figure de Jacques II dans l’historiographie, voir M. E. Cadeddu, « Giacomo II d’Aragona e l (...)
  • 174 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón.
  • 175 Ibid., t. I, pp. 325, 327, 471 et passim.
  • 176 J. N. Hillgarth, « The Problem of a Catalan Mediterranean Empire ». Sur ce point, voir aussi M. De (...)

63Après Heinrich Finke et sa réhabilitation de la figure de Jacques II, les historiens se sont accordés pour reconnaître à ce souverain des qualités de grand « diplomate », ainsi qu’une réelle « habileté diplomatique »173. La domination à partir des années 1950 de la problématique de l’expansion en Méditerranée pour l’analyse des territoires de la couronne d’Aragon a ensuite fait apparaître la diplomatie du roi essentiellement comme un instrument, efficace certes, au service d’une politique dont les projets, les réussites et les échecs ont capté l’intérêt. Ainsi, quand Vicente Salavert y Roca reconstitue de façon extrêmement minutieuse les multiples négociations conduites au nom de Jacques II entre 1295 et 1314 pour préparer la conquête de la Sardaigne174, son but est de dégager un « principe explicatif du règne ». Il réside selon cet historien dans un « idéal d’expansion maritime » (ideal de expansión marítimo), qui renvoie finalement à la psychologie du roi, à son « esprit » (ánimo), à son « idéal politique » (ideal político), à sa « pensée diplomatique » (pensamiento diplomático), voire à son « état d’esprit » (estado de ánimo)175. La diplomatie royale devient ici l’expression, le prolongement de la pensée du roi. Son analyse doit permettre de révéler un idéal continu, une logique d’ensemble pour le règne susceptible de s’intégrer dans le mouvement plus général d’évolution — c’est-à-dire ici d’expansion — de la couronne d’Aragon. Jocelyn N. Hillgarth a fortement critiqué ce type d’approche pour le caractère continuiste qu’elle pouvait prêter à l’expansion en Méditerranée176. Du point de vue diplomatique, « l’habileté » prêtée à Jacques II apparaît comme un jugement a posteriori qui se fonde sur l’examen pragmatique des résultats obtenus dans les négociations et autres manœuvres menées au nom du roi dans les cours étrangères. Un tel jugement de valeur comporte des risques multiples. Il conduit à considérer la pratique diplomatique comme l’expression de la seule volonté du roi, délaisse son caractère éphémère, rend prisonnier des discours contenus dans les échanges de lettres et de messagers entre les souverains, et jette le voile sur une partie essentielle des rapports entre la personne du roi et l’action menée en son nom vis-à-vis des souverains étrangers.

  • 177 Sur les documents diplomatiques, les lettres de créance et les pouvoirs notamment, voir pp. 32-38.
  • 178 Voir pp. 300-338.
  • 179 Voir par exemple ACA, C, reg. 337, f° 211r°-v° et, pour plus de détails pp. 57-67.

64Néanmoins, dans les lettres de créance, les instructions et les pouvoirs, les ambassadeurs figurent comme les représentants du roi, jamais comme des fondés de pouvoir de la Maison d’Aragon ou de la Couronne177. Selon les instructions qui leur sont baillées, c’est la parole du roi qu’ils expriment, soit directement, soit en la modulant grâce à leurs qualités d’interprétation178. Les rubriques des registres de chancellerie, fruits du travail modeste et acharné des scribes pour organiser la documentation recopiée, illustrent également, à leur manière, l’importance capitale de la personne du roi dans l’action diplomatique menée en son nom. Les legationes de Jacques II y apparaissent comme le résultat d’un mandat direct du roi (legatio comissa per dominum regem Aragonum) qui dépêche un ambassadeur auprès d’une universitas ou d’un souverain étranger, ad regem Castelle, ad regem Francie, ad regem Sicilie, etc.179. Les documents destinés à être présentés à l’étranger font donc de la diplomatie l’expression de la seule voluntas du roi. Son principal acteur, le seul dont l’existence, la volonté, la parole et les écrits rendent l’échange et la négociation avec les autres souverains et universitates possibles, c’est le roi.

  • 180 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán.
  • 181 Voir pp. 444-453.
  • 182 L. González Antón, « Jaime II y la afirmación del poder monárquico en Aragón » ; L. Vones, « Fried (...)

65Au-delà de la poursuite et de la réalisation d’objectifs concrets, « l’avantage » (comodum), le profit (ou preu), la récupération du Val d’Aran par exemple, ou de projets plus ambitieux comme « l’expansion », l’action menée à l’étranger au nom de Jacques II constitue dès lors un espace d’échanges politiques offrant au monarque des conditions favorables à l’affirmation de certaines de ses prérogatives180 : l’exercice souverain de la justice, la disposition de la grâce, le déploiement de la munificence181. La présence d’ambassadeurs ou de souverains étrangers lui confère ainsi un surcroît de légitimité vis-à-vis de ses sujets et des pouvoirs étrangers. Or, après des années de luttes internes entre le pouvoir royal et différentes factions nobles, le règne de Jacques II se caractérise par un souci constant du pouvoir royal de pacification des territoires de la Couronne182. Une telle préoccupation est-elle aussi visible dans l’action diplomatique ? Jacques II serait-il un roi de paix ?

UN ROI DE PAIX ?

66À première vue, c’est plutôt le constat contraire qui s’impose. Le règne de Jacques II est marqué par de nombreuses guerres, d’abord par la lutte contre la France et la papauté jusqu’au traité d’Anagni en 1295, puis par la campagne et la conquête du royaume de Murcie en 1296 et un conflit ouvert avec la Castille jusqu’en 1304, par l’expédition militaire en Sicile contre Frédéric III en 1298-1299, par la campagne contre Grenade de 1309 et, enfin, par la conquête de la Sardaigne en 1323-1324. Lorsque la guerre ne s’y oppose pas, l’action diplomatique menée au nom du monarque aragonais a cependant souvent pour objectif affiché le maintien ou le rétablissement de la paix. Le règne de Jacques II, souvent assimilé par les historiens à l’âge d’or de l’expansion en Méditerranée, est aussi celui des médiations et des tentatives d’arbitrage des conflits entre les princes chrétiens. La mise en œuvre de ces règlements à l’amiable s’insère dans un contexte favorable en Occident, leur fréquence et leur variété donnent du roi d’Aragon une figure bien différente de celle du roi combattant ou administrateur, et conduisent à nuancer la dénomination de « roi diplomate » qui lui est parfois attachée.

a) Les termes du débat

  • 183 Pour Bernard Guillemain, « les papes et leurs ambassadeurs ont été, depuis le milieu du XIIIe sièc (...)
  • 184 Sur saint Louis « l’apaiseur », voir J. Le Goff, Saint Louis, pp. 251-267, 641-654. Sur la figure (...)
  • 185 Les cas sont particulièrement nombreux. Pour les problèmes de délimitation avec la Navarre, voir R (...)
  • 186 M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, pp. 197-271 et A (...)
  • 187 Promulguée en vertu des pouvoirs qui lui ont été conférés par Jacques II le 19 août 1297 (ACA, C, (...)
  • 188 J. Torres Fontes, La delimitación del sudeste peninsular ; J. M. del Estal, Conquista y anexión de (...)

67À la fin du XIIIe siècle, alors que les revendications pontificales à la plenitudo potestatis se heurtent de manière accrue au pouvoir des États, le pape intervient désormais moins comme le représentant d’un pouvoir supérieur qui résout les conflits entre princes chrétiens que comme persona privata, en qualité d’arbitre183. Sans que le pontife s’efface complètement de la scène, le règlement à l’amiable des conflits entre princes et monarques, déjà auparavant effectué fréquemment grâce au recours à l’arbitrage ou à la médiation d’autres personnes de renom — saint Louis en est l’exemple le plus célèbre — apparaît alors à la fin du XIIIe siècle et dans le premier quart du XIVe siècle comme un champ de compétition entre les monarques et les princes d’Occident, qui se disputent l’honneur de pouvoir rétablir une paix souvent menacée184. Durant le règne de Jacques II, si les problèmes de délimitation territoriale, notamment avec la Navarre et la France, sont souvent pris en charge par des commissions d’arbitrage bipartites185, de nombreux princes interviennent également comme médiateurs ou comme arbitres afin de mettre un terme aux différents conflits dans lesquels est impliquée la Maison d’Aragon. Sanche IV de Castille offre entre 1291 et 1293 ses bons offices pour tenter de faire cesser la lutte qui oppose Jacques II d’une part, la papauté, les Angevins et le royaume de France de l’autre186. En 1297, Charles II d’Anjou rend possible la proclamation d’une trêve entre Jacques II d’Aragon et Jacques II de Majorque187, alors que le roi du Portugal Denis fait office d’arbitre lors de la proclamation solennelle de Torrellas, le 8 août 1304, par laquelle s’achève la lutte des couronnes d’Aragon et de Castille sur le royaume de Murcie188.

  • 189 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter ; Id., « Vermittler ».
  • 190 P. Chaplais, « Règlement des conflits internationaux franco-anglais au XIVe siècle », p. 287.
  • 191 T. Eckhoff, « The Mediator, the Judge and the Administrator in Conflict-Resolution ».
  • 192 L. Nader et H. F. Todd Jr (éd.), The Disputing Process-law in ten Societies, pp. 1-40.
  • 193 P. J. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans État ».
  • 194 H. Kamp, « Vermittler in den Konflikten des hohen Mittelalters » ; Id., Friedensstifter und Vermit (...)

68Les projets de paix, l’établissement de trêves entre des belligérants et les sentences arbitrales de la période médiévale ont donné lieu à de nombreuses études, menées par des historiens et des anthropologues du droit intéressés par les procédures de règlements à l’amiable des conflits. À partir d’exemples qui proviennent essentiellement du Haut Moyen Âge, médiation et arbitrage ont souvent été analysés simultanément, en raison de la difficulté éprouvée à distinguer systématiquement le médiateur de l’arbitre, voire de l’intercesseur189. Pour Pierre Chaplais, l’arbitrage s’insère dans le cadre juridique fourni par le droit romain et, comme la médiation, fait souvent office d’ultime recours en cas d’échec des autres modes de résolution des conflits190. Les travaux d’anthropologie juridique ont ensuite profondément modifié l’analyse des settlements of conflicts. Torstein Eckhoff a d’abord proposé un schéma selon lequel la probabilité du recours à un médiateur/arbitre relevait de la variation respective de différents facteurs, au premier rang desquels figuraient les intérêts des parties et la nature des conflits191. À cette perspective fonctionnaliste qui devait permettre d’évaluer a priori la capacité de résolution d’un conflit par une tierce personne, on peut opposer une approche processuelle qui interprète globalement les disputes et leur règlement dans le cadre des relations sociales et politiques entretenues par les parties192. L’arbitrage d’un différend entre une communauté de moines et des chevaliers au XIIe siècle s’intègre ainsi pour Patrick J. Geary dans une société marquée par un « conflit structurel latent » : l’arbitre ne résout pas définitivement le conflit, mais modifie par la création de « liens positifs » les relations entre les protagonistes193. Enfin, Gerd Althoff et Hermann Kamp, insistant davantage sur le rôle des rituels de réconciliation politique, ont récemment mis l’accent sur le travail et les qualités requises du médiateur pour rétablir la « communication » (Kommunikation) rompue entre les parties, afin d’obtenir une compositio susceptible de sauvegarder l’honneur de chacun194.

  • 195 Voir par exemple S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

69Le débat entre ces auteurs — qui n’a guère eu d’écho jusqu’à présent pour les études relatives à la couronne d’Aragon des XIIIe-XVe siècles — se focalise donc sur la portée et le cadre d’analyse adéquat de l’action de la tierce partie. Or, celui qui s’interpose possède aussi des intérêts propres à s’entremettre dans la résolution d’un conflit. Ce point paraît central pour interpréter les interventions de Jacques II comme médiateur ou arbitre. Plus que l’histoire de chacun des bons offices effectuées au nom de Jacques II, un processus complexe auquel participent de nombreux acteurs195, l’attention portera ici sur les raisons des interventions du souverain qui s’entremet (interponet partes suas selon les textes) et sur les significations que leur prêtent les contemporains. Les médiations menées au nom de Jacques II concernent-elles seulement un type déterminé de conflit ? Pour quelles raisons le roi d’Aragon intervient-il ?

b) Des médiations très fréquentes

70Le traité d’Anagni (1295) constitue ici encore un point d’inflexion important pour l’action diplomatique menée au nom de Jacques II. Avec le rétablissement de la paix entre la couronne d’Aragon, la papauté et le royaume de France, le roi d’Aragon change de rôle dans les multiples médiations et offres de médiations qui circulent alors en Occident. Alors que la Couronne était auparavant impliquée comme partie dans un conflit que des tentatives de médiation s’efforçaient en vain de régler avant que l’arbitrage pontifical n’y mette fin, sa diplomatie peut désormais tenter d’imposer Jacques II comme un recours pour la résolution d’autres conflits entre princes chrétiens. La réconciliation avec la papauté constitue de ce point de vue une condition préalable indispensable, car le recours à un médiateur en conflit avec le pape aurait signifié un affront ouvertement porté par les parties à la personne du pontife.

  • 196 Il s’agit pour l’affaire sicilienne des ambassades de Bernat de Montalegre en 1302 (Rome), de Bern (...)
  • 197 Dans une lettre adressée au roi de Majorque le 30 juillet 1303 (ACA, C, reg. 335, f° 301r°[2], éd. (...)
  • 198 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 87, pp. 125-127 ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansió (...)
  • 199 Lettres de créance et instructions du 2 octobre 1314, Lérida (ACA, C, reg. 242, f° 10r°-v°).
  • 200 « … Quin immo, si vos et rex ipse [Édouard II] velletis dare et cedere nobis locum inter vos, mult (...)
  • 201 Liste des ambassades p. 504, n. 196. Une reconstitution précise de ces tractations est fournie par (...)

71Les Registra secreta de Jacques II fournissent une première indication de l’importance de cette pratique durant le règne : 16 des 233 legationes concernent au moins en partie une médiation196. Le roi d’Aragon offre ses bons offices ou les exerce de manière effective dans des conflits qui mettent aux prises les principaux interlocuteurs de la Couronne en Occident. Entre 1303 et 1304, Jacques II évoque au moins à deux reprises son intervention pour tenter de mettre un terme au différend qui oppose Philippe le Bel et Boniface VIII197. Dans le même temps, « inspirateur de la paix de Caltabellotta » (Vicente Salavert y Roca), il formule plusieurs projets successifs pour que cesse la lutte entre Frédéric III de Sicile et le parti angevino-pontifical198. Après avoir exercé le rôle d’arbitre dans le conflit entre Alfonso de la Cerda et Ferdinand IV de Castille lors des rencontres de Torrellas en 1304, le roi d’Aragon se met plusieurs fois en avant comme un recours possible pour réconcilier des princes chrétiens qui s’opposent. L’infant Juan, on l’a vu, est chargé en 1312 d’arbitrer en son nom la querelle frontalière qui oppose les rois du Portugal et de Castille. Deux ans plus tard, c’est le vassal du roi Rodrigo González de Vilello qui est envoyé auprès de l’infant Pedro et de María de Molina afin de régler le différend de Juan Manuel avec l’infant199. Dans un moment de rapprochement avec le royaume de France qui doit se traduire par une alliance matrimoniale, le roi d’Aragon propose même en 1325 ses bons offices à Charles IV pour mettre un terme à un différend franco-anglais — la guerre de Saint-Sardos — et faire ainsi pièce aux rumeurs récurrentes sur une alliance anglo-aragonaise dirigée contre le royaume capétien200. Mais le conflit persistant entre Angevins de Naples et Aragonais de Sicile constitue la principale scène sur laquelle le roi d’Aragon se pose en médiateur. Lettres, ambassades, projets de paix et autres interventions auprès du pape et des différents protagonistes se succèdent à un rythme soutenu et témoignent du constant souci aragonais pour pacifier des relations qui se crispent à nouveau à partir de 1314 avec des incursions réciproques en Sicile et dans les Pouilles201. Castille, Portugal, France, Angleterre, papauté, royaume angevin de Naples et Sicile frédéricienne, les bons offices et les propositions de médiation effectués au nom de Jacques II concernent les principaux conflits qui opposent des princes chrétiens en Occident durant la période, en particulier en Méditerranée. Qu’il s’agisse de la délimitation d’une frontière entre la Castille et le Portugal, d’un conflit plus général pour le contrôle d’un territoire comme la Sicile ou bien encore d’une lutte opposant deux conceptions du pouvoir, celles de Philippe le Bel et Boniface VIII, les médiations menées par Jacques II visent soit au rétablissement de la paix, soit du moins à l’obtention d’une trêve conçue comme préalable nécessaire à des négociations de paix. Quelle signification prêter alors à ces différentes propositions ? Pour quelles raisons le roi d’Aragon s’engage-t-il comme médiateur ?

c) Rétablir la paix chrétienne dans la famille des puissants

  • 202 Voir pp. 306-310.

72Dans les tractations diplomatiques, le fait d’engager les pourparlers, d’en être l’initiateur (movedor) est déterminant pour l’honneur et la capacité de négocier dont disposent les parties202. Or, Jacques II intervient d’ordinaire de son propre chef dans les conflits entre princes, et l’argument avancé dans ses lettres justificatives est souvent le même : le désir de rétablir la paix entre les chrétiens. Le 1er août 1302, face au conflit qui reste ouvert entre Charles II et la papauté d’une part, Frédéric III de Sicile de l’autre, Jacques II s’explique ainsi :

  • 203 D’après une lettre adressée à son ambassadeur à Naples et à la curie Bernat de Montalegre : « … No (...)

… Nous, profondément désireux que la paix vienne et qu’elle soit ordonnée entre la sacro-sainte Église romaine et l’illustre prince et notre très cher beau-père le roi Charles [II de Naples] d’une part, et notre frère l’illustre seigneur Frédéric de l’autre, afin que les dommages longtemps étendus des guerres s’évanouissent et cessent par la suite, nous avons décidé de signifier au seigneur pontife et au susdit roi Charles que, s’ils en exprimaient la volonté, nous étions prêt à prêter nos bons offices (interponere partes notras), à œuvrer et à travailler pour promouvoir et, avec l’aide de Dieu, pour rendre effectif un traité de paix. Dans ce but, nous ne prêterons garde ni au labeur ni aux dépenses203.

  • 204 Parmi une bibliographie abondante, voir A. Paravicini Bagliani, Boniface VIII, pp. 299-391.
  • 205 Lettre du 20 juillet 1303 (ACA, C, reg. 335, f° 301r°[2], éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia(...)
  • 206 Isabelle d’Aragon, fille de Jacques Ier le Conquérant, sœur de Jacques II de Majorque, a été l’épo (...)
  • 207 « … Nos enim ad sedandum et tollendum huiusmodi scandalum parati sumus pro viribus laborare et in (...)
  • 208 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 15, n° 1997. Sur ce document, voir pp. 317-318.

73Fruit du souci pour la paix, œuvre au service de Dieu, l’engagement d’une médiation royale suppose l’assentiment préalable des protagonistes et, de façon plus générale, s’accompagne de précautions préliminaires. Ainsi, quand Jacques II est informé en juillet 1303 de l’aggravation du différend qui oppose Boniface VIII et Philippe le Bel204 — probablement a-t-il pris connaissance de la dénonciation du pape comme hérétique effectuée le 12 mars par Guillaume de Nogaret devant Philippe le Bel en conseil royal —, il ne propose pas directement d’intervenir dans un conflit dont les conséquences pourraient s’avérer néfastes pour la Couronne. Il fait d’abord part de son inquiétude à son oncle éponyme, le roi Jacques II de Majorque205, se déclare profondément perturbé par un « trouble qui n’est pas modéré » (non modicam turbationem), car, outre sa dette générale vis-à-vis de l’Église (debitum generale), il lui est obligé de manière spéciale — il en est le gonfalonier depuis 1297. Or, écrit-il, les deux Jacques II sont aussi liés au roi de France par des liens de parenté (propinqua linea parentele)206. Pour mettre fin à ce dilemme entre la fidélité à l’Église et le respect des liens de parenté au fondement des rapports entre les différentes maisons, Jacques II demande conseil au roi de Majorque, le plus prudent et le plus âgé de leur genus. Le vieux roi doit examiner attentivement la possibilité d’une intervention commune, susceptible de porter remède à un péril tel qu’il touche l’ensemble de « l’état de la foi chrétienne » (statum fidei christiane), ou du moins d’apporter un soulagement (alleviamentum) à une situation conçue en termes de maladie à guérir. Suit alors une ferme déclaration d’intentions de Jacques II, qui se dit prêt à œuvrer de toutes ses forces pour mettre un terme à ce scandale (scandalum), à agir pour le service et l’honneur de Dieu, à choisir de la sorte la voie la plus sûre pour leurs sujets et pour eux, si la grâce de Dieu le permet207. La proposition de médiation résulte donc à la fois du souci général de rétablir la paix entre chrétiens et de la volonté de résoudre la contradiction apparue entre les impératifs d’obéissance à l’Église et les liens de la Maison d’Aragon avec des maisons apparentées. Au début de l’année 1304, le conflit et… l’intention de le résoudre persistent. Jacques II d’Aragon dépêche auprès du roi de France un ambassadeur chargé de s’enquérir des possibilités d’aboutir de l’entreprise de médiation envisagée, majorquino-aragonaise puis seulement aragonaise. Le templier Ramon de Saguàrdia doit alors proposer au roi de France en son nom propre une médiation de Jacques II afin de résoudre le différend208. Comme pour les négociations matrimoniales, le roi ne se déclare prêt à intervenir que si les sondages préliminaires s’avèrent favorables. De manière générale, une proposition de médiation apparaît donc comme un risque calculé pris au nom de Jacques II : son engagement dans des tractations contre la garantie au moins minimale de l’assentiment des parties à son ouvrage.

  • 209 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, p. 122 ; K. van Eickels, Vom inszenierten Konse (...)
  • 210 « … Rey hermano, fazemos vos saber que nos entendiemos, segunt ya vos feziemos saber, que discordi (...)
  • 211 « … Nos gradescemos mucho por que vos este fecho queredes poner en nuestra mano e podedes lo fazer (...)

74Les liens avec les parties en conflit fournissent le deuxième mobile essentiel allégué pour justifier son intervention, ils rendent dans les échanges épistolaires plus véhément encore l’expression royale du désir de pacification. Frédéric III de Sicile, pour lequel Jacques II s’entremet si souvent dans le conflit qui l’oppose au roi angevin de Naples, est son frère. Charles II d’Anjou est son beau-père et son fils Robert est son beau-frère. Philippe le Bel est le fils d’Isabelle d’Aragon, Charles IV son petit-fils, le roi du Portugal Denis est beau-frère de Jacques II. Enfin, les Maisons d’Angleterre et d’Aragon sont unies depuis la promesse effectuée en 1273 de marier Alphonse (le futur Alphonse III d’Aragon) et la fille d’Édouard Ier, Aliénor209. Le rappel de ces liens constitue un motif omniprésent dans les justifications du médiateur. Pour l’arbitrage entre les rois de Castille et du Portugal, la nécessité de maintenir un ordre chrétien menacé s’éclipse ainsi devant le souci du monarque aragonais d’agir en vue du bien de deux rois auxquels il est lié. S’adressant à Denis, « roi et [son] frère » (rey hermano) (le mariage avec un membre de la famille royale se traduit dans l’adresse par l’adoption d’un lien de parenté fictif), Jacques II rappelle qu’il sait qu’une « discorde était manifeste entre vous et le roi de Castille ». Eu égard aux « liens grands et bons » (grandes et buenos deudos) qu’il possède avec les rois de Castille et du Portugal, le roi d’Aragon affirme à Denis qu’il a jugé bon d’œuvrer afin que cette affaire (fecho) trouve une issue favorable. Il en a beaucoup parlé avec Ferdinand IV, probablement aux rencontres de Calatayud à la fin du mois de janvier 1312, et lui envoie par conséquent l’infant Juan, pour « qu’entre vous [Denis] et le roi de Castille il ne puisse se produire que du bien, comme il est raisonnable et recommandable »210. Une justification similaire de son intervention apparaît dans la lettre de remerciement qu’il adresse à Denis après que celui-ci eut accepté son offre d’arbitrage : le roi portugais peut en toute sécurité s’en remettre à lui, car le buen deudo entre Denis, le roi de Castille et Jacques II est tel que sa volonté est de travailler dans cette affaire afin qu’elle trouve une issue heureuse et que Denis et Ferdinand restent amis comme il convient211. Justifiant l’intérêt porté par le roi au règlement des conflits, les liens qui le rattachent aux différents protagonistes doivent aussi susciter la confiance nécessaire pour que les parties s’en remettent à son jugement dans le cas d’un arbitrage ou à son entremise dans le cas d’une médiation.

75L’argumentation avancée au nom du roi d’Aragon s’appuie alors souvent sur le même principe fondamental : l’amour, l’amor qu’il porte aux différents protagonistes et qui le pousse inéluctablement à agir. En guise de préambule à un discours qui doit, une fois encore, persuader le pape d’intervenir pour tenter de mettre un terme au conflit sur la Sicile, Berenguer de Sant Vicenç et Gastó, évêque de Huesca, doivent au printemps 1326 selon leurs instructions justifier ainsi l’intérêt que Jacques II porte à cette paix :

  • 212 « [El rey] acorda de entrametre-se’n a tot son saber e poder e ha moltes grans e forts rahons de v (...)

Le roi a décidé de s’entremettre avec tout son savoir et tout son pouvoir, et il a de très grandes et très fortes raisons de le vouloir. Le roi Frédéric est en effet son frère de sang, d’un même père et d’une même mère, il n’en a pas d’autre et la nature lui impose de l’aimer. Il a d’autre part avec le roi de Sicile [Robert d’Anjou] une affinité, une dette et un amour si grands qu’il l’aime aussi chèrement qu’un frère. Et avec la reine de Sicile il a une si grande dette de parenté ! Et l’infant Alphonse et ses autres fils ont envers le roi de Sicile une dette aussi grande que s’ils étaient ses petits-fils. De même, le duc, fils dudit roi de Sicile, petit-fils dudit seigneur notre roi, a une si grande dette envers lui ! Il l’aime d’un amour aussi grand que s’il était l’un de ses fils, l’infant Alphonse ou un autre : il ne pourrait choisir. De même, pour ce qui concerne la reine, femme du roi Frédéric [Éléonore], et ses fils, elle est sœur du roi de Sicile et le roi d’Aragon l’aime et la considère comme sa chère sœur et les fils qu’elle a eus avec le roi Frédéric sont les petits-fils du roi de Sicile et du roi d’Aragon et lesdits rois de Sicile et d’Aragon doivent les considérer comme des fils212.

76L’amour du roi vient donc soit des liens du sang, soit des mariages qui mettent — dans ce discours comme dans les correspondances — les membres par alliance de la famille sur un même plan que ceux de la famille biologique. D’où un réseau dense de liens interpersonnels qui doit en principe être régi exclusivement par l’amour et la « dette de parenté » (deute de parentesch). Derrière l’accumulation rhétorique qui vise à convaincre un pape favorable à Robert d’Anjou et plutôt dubitatif au sujet des médiations aragonaises, c’est une conception profondément familiale des relations politiques entre les souverains qui transparaît. Rendues nécessaires par l’amour entre parents, les justifications d’offres de médiation reflètent l’idée d’une grande famille de princes chrétiens qui se doivent de préserver le plus possible la paix entre eux. Conséquence logique, l’accomplissement de bons offices apparaît fréquemment dans les discours des différents protagonistes comme un service rendu à Dieu. L’ambassadeur de Robert d’Anjou Gilabert de Centelles, venu rendre visite à Jacques II en avril 1316, rapporte à son mandataire la teneur d’un entretien révélateur :

  • 213 « Super autem treuga inter vestram regiam maiestatem et illustrem dominum regem Ffredericum consti (...)

Au sujet de la trêve qui doit être passée entre votre royale majesté [Robert d’Anjou] et l’illustre seigneur roi Frédéric [III de Sicile], ledit roi des Aragonais m’a répondu avec rectitude de cœur qu’il y aspirait vivement et qu’une affection profonde de son cœur l’animait à procurer et à constituer cette trêve, de telle sorte qu’il puisse, pendant qu’elle sera en vigueur et avec la grâce de Dieu, aider à fortifier les traités d’une paix tranquille, d’une unité et d’une concorde intégrale [-], si bien que l’honneur et la gloire, Dieu en soit béni, et tous sur terre exultent de la tranquillité [retrouvée]213.

  • 214 Ponç Carbonell est envoyé à Naples pour la médiation après le 6 mai 1316 (ibid., f° 298v°[1]).
  • 215 E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien, p. 86. Sur la figure de l’ange de la paix à la Renaissance, v (...)

77D’après ces paroles, qui préludent à la mention de l’envoi par Jacques II du franciscain Ponç Carbonell auprès du roi de Naples afin d’obtenir une trêve entre les belligérants, la tâche accomplie par le roi d’Aragon entre véritablement dans le plan de Dieu du maintien et du rétablissement de la paix entre les chrétiens214. Quelques mois plus tard, Arnau de Torrelles, un ambassadeur de Jacques II qui contribue à l’obtention d’une trêve de trois ans entre les protagonistes, est même qualifié d’ange de la paix par le pape Jean XXII215. Dieu permet par sa grâce que la médiation soit menée à terme, mais son accomplissement constitue aussi un moyen de l’honorer. Dans une telle perspective, la position de gonfalonier de l’Église détenue par le souverain aragonais depuis l’inféodation de la Sardaigne et de la Corse en 1297 contribue à justifier, à légitimer le rôle de médiateur ou d’arbitre que le roi d’Aragon tente de mettre en avant dans les nombreuses affaires précédemment évoquées. Entrer en médiation, c’est, dans le discours tenu au nom de Jacques II, accomplir l’œuvre d’un chrétien soucieux de paix dans la famille des rois à laquelle il appartient, mais c’est aussi assumer les responsabilités que lui confèrent sa relation privilégiée avec l’Église.

d) Un médiateur parmi d’autres

  • 216 Voir pp. 338-353.
  • 217 Voir pp. 13, 404, 426.
  • 218 Voir pp. 316-317.
  • 219 Lettre de Sanche de Majorque à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 689 [12 avri (...)
  • 220 Lettre de Jacques II à son conseiller Gonzalo García : « … habitus est tractatus nobis plurimum pl (...)
  • 221 D’après les instructions à Ferrer d’Abella, qui doit se rendre auprès de Frédéric III de Sicile : (...)
  • 222 Lettre de Frédéric III à Jacques II du 17 janvier 1316 (F. Giunta et A. Giuffrida [éd.], Acta Sicu (...)
  • 223 « … Quod nos et illustris rex Maiorice, consanguineus noster karissimus, essemus firmitas huius re (...)

78Les médiations effectuées au nom de Jacques II possèdent un poids et un impact variables selon les individus mobilisés. On a déjà pu observer comment l’envoi en Italie du noble Pedro Fernández de Híjar en 1316 arrivait au terme d’une surenchère dans la qualité sociale des ambassadeurs dépêchés au service de la paix216. Au-delà de cette hiérarchie « interne » des actions de médiation menées au nom du roi, ces dernières participent à la configuration du vaste champ des bons offices déployés alors pour tenter de résoudre les conflits entre les princes chrétiens. Afin d’accroître leur prestige et leur efficacité, des missions de médiation ou des arbitrages sont fréquemment effectués au nom de plusieurs souverains ou de plusieurs grands. Ainsi trouve-t-on trois arbitres pour proclamer la sentence de Torrellas : le roi Denis du Portugal, l’évêque de Saragosse qui représente la partie aragonaise et l’infant Juan, fils d’Alphonse X, pour Ferdinand IV217. Les bons offices du roi d’Aragon sont pour leur part à plusieurs reprises évoqués ou effectués à la fois en son nom et au nom du roi de Majorque, dont les relations privilégiées avec la curie peuvent s’avérer précieuses. En 1303 déjà, Jacques II mentionne la possibilité d’une entreprise commune pour tenter de régler le différend entre Philippe le Bel et la papauté218. Mais c’est surtout en s’interposant entre Frédéric III de Sicile et Robert d’Anjou que les rois de Majorque et d’Aragon agissent ou tentent d’agir de concert. En avril 1314, alors que Jacques II reprend son activité de médiateur dans le conflit et dépêche avec l’assentiment du pape le sacristain de Majorque Joan Borgunyó auprès des rois de Naples et de Sicile, Sanche de Majorque, qui souffre lui aussi beaucoup de la guerre et de la discorde en raison du lien qui le rattache aux deux protagonistes (valde dolemus de guerra et discordia orta inter eos ex nexu et benivolencia utriusque), juge de son devoir de prêter toutes ses forces à la résolution du problème. Il décide donc, avec l’assentiment du pape, d’envoyer en son nom avec Joan Borgunyó le dominicain R. de Corsaví, un maître en théologie219. Toujours pour résoudre ce même conflit, Jacques II évoque l’année suivante l’envoi possible d’une ambassade solennelle composée de l’infant Philippe de Majorque, frère du roi Sanche et « cousin germain de chacun » (Robert et Frédéric III), avec l’archevêque de Tarragone. Leur mission posséderait pour Jacques II plusieurs vertus. Ils effectueraient leur travail au service de la paix pour le culte de Dieu et de la chrétienté, ainsi que pour l’honneur du roi, si Dieu le veut. Dans le cas — non désiré — d’un échec de leur mission, il serait au moins notoire à Dieu et à tous les hommes que Jacques II aura rempli son devoir en envoyant en ambassade des hommes d’une telle autorité220. Le statut considérable des individus choisis sert donc non seulement à faire avancer le processus de paix, mais aussi à manifester publiquement, de manière éclatante, l’intérêt qu’y porte le roi d’Aragon. Ces hommes d’un rang très élevé ont néanmoins soumis leur participation à condition : le roi doit juger que les circonstances sont favorables pour que leur voyage porte ses fruits (pogués fer fruyt). Sinon, leur mission ne serait ni à l’honneur du roi, ni au leur, ni au profit du roi Frédéric. Au vu des circonstances, l’ambassade est reportée à plus tard par Jacques II221. La collaboration des Maisons de Majorque et d’Aragon porte toutefois ses fruits à la fin de l’année 1314, car l’infant Ferdinand de Majorque obtient le 16 décembre une trêve valable jusqu’au 1er mars 1316. Dès lors, les deux rois sont considérés par Frédéric III de Sicile comme des « médiateurs communs » (comunes mediatores), ils assument la lourde charge de conservateurs de la trêve vis-à-vis de Robert et de Frédéric III et c’est à eux deux que ce dernier s’adresse lorsque la trêve est rompue par des attaques de Robert au début de l’année 1316222. Alors que la situation devient de plus en plus tendue entre l’Angevin et Frédéric III, Jacques II propose encore au pape en 1321 d’être avec le roi de Majorque le garant d’éventuels accords de trêve entre les belligérants223. Tout en démontrant une fois de plus auprès des cours étrangères l’unité de vues des rois de Majorque et d’Aragon, l’action menée communément au nom des deux rois dans l’affaire sicilienne vient donc renforcer les ambassades de médiation effectuées au nom du seul Jacques II. Elle constitue une modalité originale par laquelle les différents membres issus de la Casa d’Aragó peuvent parler d’une même voix auprès des cours étrangères. L’autorité dont disposent les rois de Majorque et d’Aragon s’avère néanmoins souvent à elle seule insuffisante pour mettre un terme même provisoire au conflit sur la Sicile. Le roi d’Aragon s’adresse alors au pape, reconnaissant de facto l’autorité plus grande de ce dernier pour effectuer une médiation entre princes chrétiens.

  • 224 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, p. 19.
  • 225 Sur la préparation matérielle de cette ambassade au cours de l’année 1325, voir pp. 130-131.
  • 226 Voir supra.

79En 1317, après la longue médiation effectuée par Pedro Fernández de Híjar, c’est une ambassade menée communément au nom de Jean XXII, des rois d’Aragon et du Portugal qui parvient à imposer une trêve entre les rois de Naples et de Sicile224. En 1326 encore, tandis que les bruits d’une attaque imminente du duc de Calabre sur la Sicile se précisent, Jacques II décide après de nombreux reports d’envoyer finalement ses ambassadeurs Berenguer de Sant Vicenç et l’évêque de Huesca Gastó auprès du pape Jean XXII afin de solliciter son entremise et son aide dans le conflit225. La teneur du discours que les ambassadeurs doivent prononcer au nom de Jacques II devant le pape est claire. Le roi d’Aragon, mû par les liens de parenté, l’amour et le désir de paix, a fait de son mieux pour remédier au conflit en toute bonne foi226. Cependant, malgré le travail entrepris, l’ambassadeur précisera que

  • 227 « … Nostre senyor lo rey entenent que per neguna persona no és pot donar remey en açò, sinó per la (...)

notre seigneur le roi, comprenant que personne ne peut porter remède à ce problème si ce n’est votre sainteté [le pape], qui est, selon ce qui a déjà été dit, le père et le seigneur de tous, [estime que] pour toutes ces raisons, pour le bien et pour éviter autant de maux et de périls, vous devez et vous pouvez prendre pouvoir [vous entremettre] d’eux comme seigneur et comme père227.

  • 228 « … Tramet vos totes aquelles formes de pau que ell sap que són estades mogudes tro vuy per divers (...)
  • 229 D’après les instructions pour l’ambassade auprès de Robert d’Anjou : « … E, dit açò, los missatges (...)
  • 230 « Cum venerabilis Gasto, Oscense episcopus, et Berengarius de Sancto Vicencio nuncii supradicti iv (...)

80Les ambassadeurs doivent alors exposer au pape qu’ils effectueront leur mission de la part du roi d’Aragon en suivant les instructions de Jean XXII, en lequel Jacques II exprime toute sa confiance. Il saura trouver les voies et les chemins avec chacun desdits rois (vies e carreres ab cascún dels dits reys) pour qu’ils abandonnent la discorde. Protestant ensuite de l’impartialité de Jacques II dans l’affaire afin que le pape ne le soupçonne pas de soutenir Frédéric III, les ambassadeurs doivent présenter sept projets de paix déjà envisagés depuis le traité de Caltabellotta. Le pape pourra ainsi les examiner et, avec l’aide de Dieu, trouver une voie convenable que les ambassadeurs de Jacques II défendront ensuite devant les parties en conflit228. L’appel à l’aide pontificale s’effectue cependant sur un mode original. Il ne s’agit pas de s’en remettre totalement au pape comme à un pouvoir supérieur, mais de placer la médiation aragonaise sous son égide, d’effectuer ainsi une médiation double. Les ambassadeurs du roi d’Aragon partent munis d’instructions de leur mandataire auprès des rois de Sicile et de Naples, qui prévoient ainsi un espace libre pour les instructions du pape229. Comme Jean XXII change l’ordre de déroulement des ambassades et préfère envoyer d’abord les représentants de Jacques II auprès de Frédéric III, les instructions de Jacques II à ses ambassadeurs sont modifiées en conséquence230. Il s’agit donc pour le roi d’Aragon de faire d’une pierre deux coups : garder le contrôle de la médiation et des projets de paix qui seront proposés, présenter vis-à-vis du pape et des belligérants l’image d’un roi soucieux de paix, qui remplit son devoir de chrétien respectueux de l’autorité pontificale.

81Par les justifications envoyées aux protagonistes du conflit comme au pape, par les multiples médiations qui sont effectuées soit au nom du seul Jacques II, soit en association avec le roi de Majorque ou, mieux encore, avec le pontife, l’action diplomatique menée au nom du roi d’Aragon met donc en évidence, construit l’image d’un roi soucieux de la paix qui doit régner dans la famille chrétienne des rois. Il n’est certes pas le seul à dépêcher de telles missions dans le premier quart du XIVe siècle, mais l’étroitesse des rapports entretenus avec la papauté, l’intérêt pour la résolution du conflit sicilien et la parenté avec la Maison de Majorque font sans aucun doute de la diplomatie aragonaise l’une des plus actives dans le domaine encore relativement mal connu des médiations exercées entre les princes chrétiens à cette période. Les déclarations d’intention, pour être révélatrices de certaines des conceptions que les contemporains prêtent à l’organisation et à la nature des relations entre les puissants, ne doivent cependant pas faire illusion. Si les bons offices conduits au nom de Jacques II élaborent la figure d’un roi soucieux de paix, respectueux des liens de famille et porté par l’amour qu’ils engendrent, s’ils contribuent donc plus que d’autres actions diplomatiques à démontrer l’appartenance du roi à la grande famille des princes chrétiens, ils servent aussi des buts propres à la maison royale.

L’HONNEUR ET LE PROFIT DU ROI

  • 231 E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien ; A. Arribas Palau, La conquista de Cerdeña ; V. Salavert y Ro (...)

82Les lettres et les ambassadeurs dépêchés au nom du roi dans ces diverses affaires de médiation poursuivent en effet également d’autres objectifs que le retour à la paix. La multiplication des bons offices effectués par la diplomatie royale aragonaise dans la résolution du conflit sicilien s’explique fondamentalement par la volonté de neutraliser un conflit en Méditerranée occidentale qui complique considérablement l’une des plus grandes entreprises du règne de Jacques II, la conquête de la Sardaigne231. La paix est certes souhaitée, mais c’est pour la mettre au service d’une conquête qui viendra à nouveau la fragiliser. L’examen des autres médiations évoquées précédemment confirme cette même impression : en dépit de ses protestations de bonnes intentions, le roi n’offre pas gratuitement ses bons offices. Outre la paix et son instrumentalisation à des fins de profit, les ambassadeurs exposent aussi d’autres raisons qui justifient l’engagement du roi comme médiateur. Bernat de Sarrià développe ainsi le 20 décembre 1313 à l’intention de son souverain un véritable argumentaire afin de le persuader d’intervenir comme médiateur (mitjançer) dans le conflit qui oppose les Angevins et Frédéric III sur la Sicile. Après avoir rencontré Frédéric III et émis à son sujet un jugement tout à fait favorable, il défend chaudement l’idée d’une médiation aragonaise :

  • 232 « Perquè, senyor, en aquestz fetz podetz fer primerament a Déu gran serviyl e gran bé a tota chris (...)

Parce que, seigneur, dans ces faits vous pouvez premièrement rendre un grand service à Dieu et un grand bienfait à toute la Chrétienté, un grand honneur à votre maison et un grand profit, car vous aurez avec l’aide de votre frère [Frédéric] et du roi Robert le royaume de Sardaigne, s’il plaît à Dieu, et vous mettrez un terme à la lutte entre les royaumes, ce que personne d’autre que vous, seigneur, ne peut faire232.

  • 233 Voir annexe I (CD-ROM), notice 304.
  • 234 Voir J.-M. Moeglin, « L’honneur des princes du Saint Empire ».
  • 235 Voir en particulier pp. 271-273, 306-310, 316-319.

83Selon un expert en la matière — Bernat de Sarrià sert le roi depuis plus de vingt-cinq ans, est son conseiller et a déjà accompli plus d’une dizaine d’ambassades d’importance notoire233 — à la paix et au profit, il faut donc ajouter l’honneur comme mobile des médiations. Entendu ici au sens de renommée, de capital immatériel reconnu à celui qui en est le détenteur, l’honneur constitue une valeur fondamentale pour les princes et les rois du début du XIVe siècle234. Il est déjà apparu à plusieurs reprises comme un élément essentiel dans l’action des ambassadeurs de Jacques II, qui se doivent à tout prix de préserver, voire de défendre celui de leur mandataire que leur présence à l’étranger, leurs paroles, leurs gestes et les atteintes qui leur sont portées peuvent mettre en péril235.

  • 236 Pour le détail des tractations, S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

84Lorsque la paix est en jeu, les discours des différents acteurs — rois, ambassadeurs et autres membres des cours — se focalisent sur elle et éclipsent d’autres éléments pourtant essentiels. Aussi est-il préférable pour discerner le rôle joué par l’honneur du roi dans les négociations diplomatiques d’examiner des interventions qui n’ont pas pour but direct le rétablissement de la paix entre les parties. Le cas retenu ici est celui des bons offices prêtés par le roi d’Aragon entre les cours de Naples et de Majorque-Perpignan de 1301 à 1304 afin de favoriser une alliance matrimoniale unissant les deux maisons. Ils aboutissent en septembre 1304 à la conclusion sous égide aragonaise du mariage de l’héritier du royaume de Majorque Sanche avec Marie, une fille de Charles II d’Anjou de Naples236. Jacques II peut intervenir, car il possède des liens de parenté également forts avec les Maisons de Majorque et de Naples : neveu de Jacques II de Majorque, il est aussi le gendre de Charles II depuis son mariage avec Blanche d’Anjou en 1295. Le roi d’Aragon est en outre allié depuis Anagni aux Angevins de Naples, tandis que le roi de Majorque doit lui rendre hommage pour son royaume. Jacques II n’occupe donc pas une position neutre entre les deux monarques, il est engagé auprès de chacun d’entre eux.

  • 237 Lettre de Jacques II à Charles II du 29 mai 1301 : « … mente nostra circa premissa attentius inten (...)
  • 238 Lettre de Jacques II au roi de Majorque du 24 mars 1301 : « Ceterum nobis honorem vestrum et comod (...)
  • 239 Lettre de Charles II à Jacques II du 24 juillet 1303 : « … Deinde in vobis est circa complementum (...)

85Fort de ce double lien, le roi est en mesure de faciliter le déroulement des négociations matrimoniales. Les attentes que suscite son intervention transparaissent dans sa correspondance avec les ambassadeurs et avec les autres rois concernés. Jacques II considère à plusieurs reprises ses bons offices comme une action menée pour l’honneur et le profit des rois et de leurs enfants, par conséquent pour son propre honneur et son propre profit, puisqu’il considère l’honor et le comodum de ces deux rois comme siens237. La confiance que portent les rois de Majorque et de Naples au roi d’Aragon se fonde alors à la fois sur ses liens vis-à-vis de leurs deux maisons et sur l’engagement qu’il prend de veiller à leur honneur comme au sien, ce qui doit garantir le bon déroulement des négociations. Assurés de cette garantie, Jacques II de Majorque puis Charles II concèdent au roi d’Aragon leur accord (assensum), dont ce dernier fait une condition préalable avant d’exercer ces bons offices238. Les rois s’en remettent à ce que Jacques II jugera bon de faire, c’est-à-dire à sa circumspectio, tout en cherchant évidemment à limiter le champ d’exercice de cette qualité aux décisions les plus conformes à leurs intérêts respectifs239.

  • 240 J. E. Martínez Ferrando, La tràgica història dels reis de Mallorca, passim.
  • 241 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I, pp. 220-254, (...)
  • 242 Lettre de Charles II à Jacques II du 28 janvier 1304, Bormio (ACA, C, P. de Jaume II [EI], carp. 2 (...)

86Le profit et l’honor du roi d’Aragon constituent donc des rouages essentiels pour le bon déroulement des négociations entre les cours. Ils expliquent aussi le travail de Jacques II comme intermédiaire. Ses multiples interventions — lettres, ambassades, participation à l’élaboration du contrat matrimonial — entre les deux cours lui confèrent tout d’abord un droit de regard certain sur les alliances effectuées, puisqu’il limite ses bons offices à l’accomplissement d’un mariage conforme à ses souhaits. Cela lui permet notamment d’exercer un contrôle sur la politique matrimoniale du royaume de Majorque et de s’opposer à d’éventuelles alliances préjudiciables à ses intérêts240. Les tractations de Jacques II avec Charles II en vue d’une alliance matrimoniale avec Majorque sont en 1301 contemporaines de la reprise des sollicitations aragonaises auprès du pape pour la conquête de la Sardaigne. Or, l’appui du royaume angevin de Naples dans les démarches préalables à la conquête demeure indispensable pour la couronne d’Aragon, aussi bien pour soutenir les demandes de Jacques II auprès du pape que pour lutter contre Gênes et Pise, deux puissances maritimes dont les intérêts en Sardaigne s’opposent à l’entreprise aragonaise. Vicente Salavert y Roca qualifie dans cette perspective Charles II de « médiateur » de Jacques II en Italie, précisément pour la période pendant laquelle ce dernier prête ses bons offices aux cours de Naples et de Majorque241. Le roi angevin intervient en particulier auprès des guelfes de Toscane (Lucques et Florence essentiellement) au début de l’année 1304 afin de les rallier à l’idée d’une conquête aragonaise de la Sardaigne, au moment même où il remercie Jacques II des services rendus pour l’alliance majorquine, s’en remettant à son discernement (discretio) et à son affectio pour la fixation des clauses du contrat matrimonial242. On assiste ici en fait à un échange de bons offices : le roi d’Aragon intervient en faveur du mariage de l’infante angevine Marie avec Sanche de Majorque, alors que Charles II agit comme médiateur pour Jacques II en Italie guelfe. Du point de vue dynastique et stratégique aragonais, les bons offices offrent donc un profit non négligeable, puisqu’ils rendent possible un contrôle relatif des alliances matrimoniales majorquine et angevine tout en constituant une monnaie d’échange utile pour encourager le soutien napolitain à la conquête de la Sardaigne.

  • 243 Lettre de Jacques II d’Aragon à Jacques II de Majorque : « Significatum etiam est nobis per eosdem (...)

87Mais le souci de l’honneur prime dans les arguments avancés par le roi d’Aragon pour justifier son intervention entre les cours. Lorsque Jacques II de Majorque semble suspecter le roi d’Aragon de mener un double jeu dans le processus de négociations, ce dernier lui répond alors en faisant appel aux procédés de la rhétorique du désintéressement, d’usage particulièrement courant dans les médiations lorsqu’il s’agit de convaincre de l’impartialité de celui qui s’interpose. La duplicité est totalement étrangère à son cœur et son action vise surtout au renforcement de l’honneur et du profit de la maison du roi de Majorque qu’il considèrent comme les siens243. Cette identification a pour but de susciter la confiance du roi de Majorque, mais elle conduit aussi à s’interroger sur les raisons pour lesquelles le médiateur met en jeu son honneur par ses bons offices.

  • 244 Sur l’honneur blessé, voir K. Schreiner et G. Schwerhoff (éd.), Verletzte Ehre.
  • 245 « E com lo tractament del dit matrimoni sia estat publicat en la cort de Roma e encara en la cort (...)
  • 246 Article « Aljafería », Gran Enciclopedia Aragonesa, t. I, 1980, pp. 143-148.

88D’après les raons (paroles) que doit prononcer Bernat de Montalegre, ambassadeur de Jacques II devant le roi Charles II, le refus de ce dernier de poursuivre les négociations constituerait pour le roi d’Aragon une atteinte à son honneur244. Il est mis en cause en raison de son identification avec l’honneur bafoué du roi de Majorque, et plus encore du fait de la publicité de l’échec. Les cours de Rome, d’Aragon et du royaume de Majorque ont en effet été informées des « mouvements et négociations » (moviment e tractament) de Jacques II en faveur de l’alliance, et l’issue malheureuse de son entremise ne pourra rester secrète. Les résonances de l’affaire dans les terres de la couronne d’Aragon, susceptibles de porter atteinte à la légitimité du roi, rejoignent ainsi le risque de perdre la face sur la scène des cours en raison du mépris et du déshonneur (menyspreu e vituperi) signifiés par le roi angevin245. L’offre de bons offices conduit donc le roi d’Aragon à faire encourir un risque réel à son honneur. L’interprétation du blocage des négociations en termes d’honneur blessé prononcée par Bernat de Montalegre constitue l’exact négatif du résultat positif escompté de bons offices réussis : le menyspreu au lieu du preu (prix), le vituperi (déshonneur) à la place de l’honor. La publicité octroyée aux bons offices s’avère alors un enjeu essentiel pour le médiateur, aussi bien au moment de l’accord (assensum) des deux parties que lorsque son intervention arrive à son terme. Son contrôle doit en effet permettre au roi aragonais de limiter les atteintes que pourrait subir son honneur en cas d’échec et de s’approprier le succès dans le cas contraire. Jacques II d’Aragon s’efforce dans cette perspective de tirer profit de son entremise par des actes solennels qui mettent en valeur sa réussite. Le mariage per verba de presenti entre Sanche de Majorque et Marie de Naples est ainsi célébré à Saragosse en présence d’un grand nombre de nobles aragonais. Le choix symbolique de l’Aljafería, palais des taifas reconstruit par Al-Muqtadir au XIe siècle, qui constitue la résidence d’honneur du roi d’Aragon dans la ville et où sont célébrées les plus grandes fêtes royales246, est un signe de l’importance conférée à la cérémonie.

  • 247 « Nobili et dilecto Othoni de Montechano, etc. Scire vos volumus quod nos celebrationi matrimonii (...)

89Le roi aragonais manifeste d’autre part son désir d’assister au mariage qui doit initialement s’effectuer en présence des époux aux Corts de Perpignan et marquer l’aboutissement de ses bons offices, mais il ne projette pas de s’y rendre seul. En effet, à l’occasion de la célébration du mariage en Roussillon, Jacques II souhaite procéder à l’adoubement de nouveaux chevaliers. Des convocations sont envoyées à cette fin à des nobles et à des non-nobles catalans, Ot de Montcada, Huguet de Cervià, G. de Cervelló, G. de Angularia (ou Anglesola), Acard de Mur, Berenguer de Cruïlles et Alemany de Foixà. Si l’on tient compte du fait que certains d’entre eux doivent adouber d’autres chevaliers lors du mariage, ce sont en tout 18 Catalans qui sont pressentis pour devenir chevaliers, le coût prévu pour cette opération s’élevant pour le roi aragonais à 38.000 sous de Barcelone, soit le prix d’une trentaine de bons chevaux247. Cette cérémonie n’a pas eu lieu lors du mariage, car Jacques II n’a pas pu s’y rendre, mais elle révèle très nettement comment le roi, en octroyant des faveurs coûteuses à des sujets avec lesquels il est parfois en conflit, prévoyait de mettre la réussite de sa médiation au service de la légitimation de son pouvoir dans la couronne d’Aragon.

90Jacques II escompte donc ici de ses bons offices à la fois l’avantage d’un contrôle relatif des stratégies d’alliances matrimoniales de partenaires importants en Méditerranée et la possibilité d’une utilisation de son action entre les cours à des fins de légitimation politique dans ses propres territoires. Une logique du maintien et de l’accroissement de l’honneur sous-tend et accompagne néanmoins l’ensemble du processus. Les parties sont assurées de la sauvegarde de leur honneur par la position spécifique et l’engagement de Jacques II, alors que le roi médiateur mise pour sa part sur un accroissement de son propre honneur en récompense des bons offices rendus. L’engagement d’un médiateur constitue donc un pari, un pari sur l’honneur et le profit. Si les bons offices réussissent, les parties et le médiateur en tirent bénéfice par un renforcement de leur honneur respectif, mais s’ils échouent, ils entrent alors dans une autre logique, celle de l’honneur blessé.

91L’action diplomatique menée au nom du roi d’Aragon durant les quelques trente-sept années de son règne constitue donc en bonne partie une pratique politique non institutionnalisée à caractère familial. Le vocabulaire utilisé pour les relations avec les autres souverains, les enjeux dynastiques, les proches parents du roi employés dans les tractations, les négociations matrimoniales et les alliances contractées avec d’autres maisons, tous ces éléments font de la diplomatie un mode d’affirmation et de démonstration de l’appartenance de la famille royale aragonaise à la famille plus large des princes et des rois de la Chrétienté. De ce point de vue, même si les éléments de comparaison manquent pour la période, la diplomatie de Jacques II semble se distinguer relativement peu de celle menée au nom d’autres rois. En revanche, la mise en relation des modalités de la diplomatie royale avec la nature et les discours du pouvoir a fait ressortir certaines singularités. Les mariages et rencontres royales rendent visible le lien qui unit le roi, sa famille et un nombre non négligeable de sujets de la Couronne dans une communauté de destin. Le recours à des ambassades dépêchées communément avec le roi de Majorque permet aussi de rappeler régulièrement au roi de France, à la papauté et aux belligérants qui se disputent la Sicile les liens qui unissent les différentes maisons issues de la Casa d’Aragó originelle. Ces affirmations ponctuelles de l’identité dynastique ont aussi une fonction interne, puisqu’elles démontrent la prééminence de la Maison d’Aragon sur la Maison de Majorque, sans pour autant les fusionner sous un même concept rassembleur. Corrélativement, la diplomatie menée au nom de Jacques II se caractérise et se distingue par le rôle qu’elle confère à la personne du monarque. Loin d’être seulement un instrument utilisé à des fins de profit circonstancielles ou pour des projets dynastiques à plus long terme, la pratique diplomatique démontre et rappelle les différentes prérogatives du monarque et conduit à l’élaboration — trompeuse — de la figure d’un roi de paix. Le roi est alors dans les échanges diplomatiques la clef de voûte de l’action menée en son nom, non pas pour sa seule voluntas, mais bien plutôt pour les qualités et les vertus dont il est le dépositaire. Son honneur joue dans ce contexte un rôle essentiel. Il constitue une valeur intangible, indiscutable et reconnue de tous, et c’est sa mise en jeu contrôlée par un bon usage des secrets qui doit permettre de retirer du profit. En somme, l’action diplomatique royale défend les intérêts de la dynastie, souvent des sujets ou des pouvoirs de la Couronne, parfois des maisons issues de la Casa d’Aragó, mais elle est toujours effectuée au nom du roi, et non pas de la Couronne, ni même de la Maison et encore moins de l’État. Reflétant ainsi le régime politique singulier qui prévaut dans une couronne d’Aragon dont l’unité repose essentiellement sur la famille royale, la pratique diplomatique est donc bien une affaire de famille, mais d’une famille fortement hiérarchisée pour laquelle la figure du roi-père sert de fondement, de référence et de but à l’essentiel de l’action.

Notes

1 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles, en particulier p. 77. Sur les convergences dans le développement des États, voir J.-P. Genet et B. Vincent (éd.), État et Église dans la genèse de l’État moderne ; J.-P. Genet et N. Bulst (éd.), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne ; J.-P. Genet et W. Blockmans (éd.), Visions sur le développement des États européens.

2 Pour une lecture du système français des apanages en termes de pratique lignagère plutôt que comme la résultante a posteriori de la construction d’un État, voir A. D. Lewis, Le sang royal, p. 250 notamment.

3 T. N. Bisson, Història de la Corona d’Aragó ; J. M. Monsalvo Antón, La Baja Edad Media en los siglos XIV-XV, pp. 75-109.

4 Sur le débat ouvert à ce sujet, voir introduction, pp. 15-16.

5 Souligné par J. Á. Sesma Muñoz, La Corona de Aragón, pp. 116-120.

6 Voir introduction, pp. 15-17 ; P. Corrao, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d’Aragona » ; S. Péquignot, « Pouvoir royal et sociétés dans la couronne d’Aragon », pp. 386-394, 406-422.

7 Voir pp. 453-454.

8 L. Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, p. 195.

9 M. Aurell, Les noces du comte, pp. 360-361, 422-425 et 541-553.

10 Sur l’auxilia maritandi fournie par le roi aux membres de son entourage, J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, p. 5 et passim.

11 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón ; Id., Els fills de Jaume II ; Id., Jaume II o el seny català. Les ouvrages de R. Olivar Bertran ; Bodas reales entre Francia y la Corona de Aragón ; Id., Bodas reales de Aragón con Castilla, Navarra y Portugal, sont moins solides.

12 J. E. Martínez Ferrando, Jaume II o el seny català, pp. 85-97, 104-115 ; M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, passim.

13 J. E. Martínez Ferrando, Jaume II o el seny català, pp. 115-130 ; V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni » ; A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou, pp. 200-298.

14 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 197-283 ; Id., Jaume II o el seny català, pp. 251-276.

15 Id., Jaime II de Aragón, t. I, pp. 133-141 ; A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, pp. 29-50 ; A. López Serrano, Jaime II, Don Juan Manuel y el señorío de Villena, pp. 45-66.

16 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 107-126 ; J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II » ; À. Masià de Ros, Relación castellano-aragonesa, t. I, pp. 166-185.

17 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 83-106, 178-189, 158-169.

18 F. de Moxó y Montoliu, Estudios sobre las relaciones entre Aragón y Castilla.

19 R. Sablonier, « Die aragonesische Königsfamilie um 1300 ».

20 M. Charageat, « Cópula carnal ».

21 R. Sablonier, « Die aragonesische Königsfamilie um 1300 », p. 316.

22 O. Engels, « El rey Jaime I de Aragón ».

23 N.-Y. Tonnerre et E. Verry, Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle, p. 310.

24 C. Debris, La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale ; constat partagé (en 1997) par K.-H. Spiess, « Unterwegs zu einem fremden Ehemann ».

25 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 183-189.

26 Voir C. Debris, La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale, pp. 475-614 pour les projets des Habsbourg.

27 ACA, C, reg. 339, f° 351r°.

28 « … Quem desiderantes bona sanguinis debita et sincere dilectionis inter domos Ffrancie et Aragonie antiquata continuare et acrescere, ut de bono in melius susciperent incrementum in domo ipsa Ffrancie ex stirpe regia aut ex vestra, que eadem est natura producente, cum illa habere conjugium affectamus. Hec igitur vobis, ut tam intimo consanguineo et amico, intimanda providimus, ut vos qui, ut predicitur, filios honores et res nostras habetis ut proprios et hujus conditiones negocii in illis partibus considerare, preponderare et discutere bene poteritis, ut decebit, respondeatis et significetis nobis aperte et clare de puella coetanea dicti nostris secundogeniti qua possit sibi decenter et apte connubio copulari. Ex hiis scilicet que a dicta Ffrancie domo et regia stirpe processerint aut ex vestra quam ex ea scimus solida processisse… » (ibid.).

29 Lettres de Jacques II au comte de Clermont et à Charles de Valois du 24 septembre 1324 (ibid., ffos 351v°[1], [3]-352r°).

30 Ibid., f° 353r°.

31 « … Vos autem sicuti magne discretioni vestre videbitur cum prescripto rege Ffrancie colloquemini, ne talibus vel similibus credulas aures prestet… » (ibid., f° 357r°[2] [6 décembre 1324, Valence]).

32 Lettres de Jacques II à Charles de Valois des 7 février et 14 avril 1325 (ibid., ffos 353v°[1] et 354r°-v°).

33 « … Constituta prefato infante etate in vicesimo producente iamque adulto et in virilibus apto, cuius requiri conditio ad fugiendam maculam, qua frequenter precipue in juvenibus stimulo carnis contrahitur, ut absque more dispendio matrimoniali conjugio copuletur. Hac propterea unica causa est qua nos et dictum filium nostrum cogit retrahere ab huiusmodi prenominate puelle incepto tractatu… » (ibid., f° 354r° - v°).

34 Ibid.

35 « … Continuatio et renovatio firmi amoris et nove parentele annexitas inter domos Ffrancie et Aragonie Deo propicio refirmari… » (ibid., ffos 358v°-359r°).

36 Ibid.

37 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 129 [AG], n° 119 [20 octobre 1325, Choisy-sur-Savie].

38 ACA, C, reg. 339, ffos 359r°, 359v°[1], 364r°[2].

39 La première mention du projet matrimonial les associe déjà, dans une lettre de Jacques II à l’archevêque Juan du 15 septembre 1326 (ibid., f° 224r°-v°).

40 Lettre de Jacques à Juan du 12 octobre 1326, Barcelone (ibid., f° 226r°-v°).

41 « … Et si vos, qui noscis conditiones illustris regis Castelle et suorum consiliariorum potestis cognoscere si in tractatu dicte infantisse matrimonii cum dicto infante Petro a corde procedunt et intentione firma procedendi ad illud sub ydoneis conditionibus, et que essent in dote et aliis a parte dicte infantisse prestanda, et que obligationes, et in quibus peterentur assecurari […] vel si ficticie et simulate, ut aliud predictum matrimonium turbaretur, tractant de isto, et de aliis omnibus conditionibus et circumstanciis de quibus nos et dictum infantem videritis informandos… » (ibid.).

42 Plein pouvoir octroyé par Jacques II à l’archevêque Juan à cet effet (ibid., ffos 226v°[2]-227r° [27 décembre 1326, Barcelone]).

43 « Mas com a vos o a vostres affers sia molt necessari acabament d’alcun bon matrimoni e iuaçosament, per ço havets tractat e escoltat lo matrimoni d’Anglaterra, per tal que si la I matrimoni dels damuntdits venia menys que poguessets pendre l’altre. E si amdosos venen bé, que presessets aquell que nos tendríem per mellor » (ibid., f° 364r°[2]).

44 Lettre de l’ambassadeur Arnalt de Cumbis à Jacques II du 27-28 décembre 1326 (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 [AG], n° 47, éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 517, pp. 834-836).

45 Un registre de la chancellerie rassemble à cette occasion sous une même rubrique les différentes lettres dépêchées par Jacques II pour s’opposer au projet (ACA, C, reg. 339, f° 234r°).

46 D’après une lettre de Jacques II à l’infant Juan Manuel (ibid., f° 234r°[1] [6 mai 1327, Barcelone]). Les lettres à Denis et Isabelle sont expédiées le même jour (ibid., f° 234r°[2]).

47 Lettre de Jacques II à Jean XXII du 22 juillet 1327, Barcelone (ibid., f° 234r°[3]-v°).

48 Lettre du roi d’Aragon à Juan du 22 juillet 1327, Barcelone (ibid., f° 234v°[1]).

49 Instructions à l’ambassadeur (ibid., f° 263r°[3]-v° [ca. 20 août 1327, Barcelone]).

50 Ainsi Jacques II rompt-il en 1295 l’engagement qu’il avait pris en 1291 de se marier avec Isabel de Castille. Sur la rupture des fiançailles et sa signification sociale, voir O. Cavallar et J. Kirschner, « Making and Breaking Betroathal Contracts (Sponsalia) ».

51 ACA, C, reg. 292.

52 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 8, p. 533.

53 Respectivement ACA, C, reg. 292, ffos 1r°-26r°, 42r°-59v°, 72r°-95r°, 102r°-138r°, 147r°-158r° et 160r°-183r°.

54 D’après une partie du titre de la sous-rubrique renseignant le mariage de Frédéric avec Isabel : « … Estque hic totus tractatus et effectus prelibati negocii integraliter registratus » (ACA, C, reg. 292, f° 105r°).

55 H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien ; H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. 343-383 ; J. Schrader, Isabella von Aragonien ; O. H. Stowasser, « Der Ehevertrag Herzog Friedrichs des Schönen von Österreich mit Isabella von Aragonien » ; J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 151-158, t. II, doc. 136 et 144 ; W. Küchler, « Zur Hochzeit der Infantin Isabella von Aragon mit Herzog Friedrich dem Schönen » ; A. Lhotsky, Geschichte Österreich, pp. 208-219 ; M. R. Brabänder, Die Einflußnahme auswärtiger Mächte auf die deutsche Königswahlpolitik.

56 « Primo quia propter vestram excellentem nobilitatem sapientiam et potentiam et propter pulcritudinem filiarum vestrarum dominum meum predictum illustrem ducem Austrye et Styrie libuit et libet vobiscum contrahere mutuam et amiciciam specialem… » (H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien, doc. 2, p. 134).

57 « … Ut hic hoc est in hoc seculo in servicio Dei simul stando sic vivant ut eternam vitam in futurum simul valeant possidere… » (ibid.).

58 Ibid.

59 Ibid., doc. 12, p. 140.

60 « Tandem tractatu et deliberatione prehabita inter predictum dominum regem ex una parte et dicti domini ducis procuratores et nuncios prefatos ex altera, Domino inspirante, qui matrimonii est actor et qui presens dignetur sua misericordia incohare mediare et perducere ad finem sibi gratum et partibus adoptatum sic concordatum extitit et concessum » (ibid.).

61 Lettre de Jacques II à Otto de Sant-Lambrecht du 14 février 1313 (ibid., doc. 24, p. 150).

62 Lettre de Jacques II à Frédéric du 14 février 1313 (ibid., doc. 20, p. 148).

63 G. Duby, Le dimanche de Bouvines.

64 Bibliographie relative à ce mariage, voir supra p. 459, n. 16.

65 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 2f, pp. 519-520.

66 Ibid., doc. 1-7, pp. 515-534.

67 « Dixit Gundissalvus Garcie Bernardo de Aversone quod dominus rex ordinavit capitula dicte legationis, que scripsit et secum atulit dictus archidiaconus, non relicto translato » (ibid., doc. 1c, p. 516).

68 Ibid., doc. 2g, p. 520.

69 Ibid., doc. 4e, p. 528.

70 Instructions de Jacques II à Francisco de Xiarch : « … ut secretius factum ducatur predictum, quia in talibus debet per viam secreti procedi, donec sit procedendum de facto… » (H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien, doc. 7, p. 136).

71 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 1e, p. 517.

72 L’accord pré-nuptial est aussi mis par écrit dans les milieux marchands florentins à la fin du XIVe siècle (O. Cavallar et J. Kirschner, « Making and Breaking Betroathal Contracts [Sponsalia] », pp. 1-3).

73 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 2f, pp. 519-520.

74 La lettre est mentionnée dans l’engagement de Jacques II du 3 juillet 1311 de remettre sa fille en épouse à l’infant Pedro, pourvu qu’il remplisse les conditions qui y sont stipulées (ibid., doc. 4d, p. 526).

75 Ibid., doc. 4e, pp. 527-528 et doc. 4d, pp. 526-527.

76 ACA, C, reg. 292, ffos 82r°-83v°, 84r°-v°.

77 Sur l’utilisation des pouvoirs dans les négociations diplomatiques, voir pp. 295-329.

78 Lettre de Jacques II à Frédéric (H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien, doc. 11, p. 112).

79 Ibid., doc. 12, p. 140.

80 Ibid., doc. 40-59, pp. 162-182.

81 La production de ces documents a fait débat : s’agit-il d’actes « nationaux » ou aragonais, et donc non valides juridiquement ? Pour Heinrich Ritter von Zeißberg, les frères du duc d’Autriche ont renoncé seulement aux dignités et aux honneurs, pas aux territoires, leurs prétentions ducales demeurent (H. R. von Zeissberg, Elisabeth von Aragonien, pp. 68-83) ; Otto H. Stowasser, suivi par C. Debris, estime que les documents effectués constituent une falsification, produite seulement pour satisfaire et… abuser Jacques II (O. H. Stowasser, « Der Ehevertrag Herzog Friedrichs des Schönen von Österreich mit Isabella von Aragonien », p. 24 ; C. Debris, La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale, pp. 338-340).

82 Pour un exemple développé de cette pratique du double jeu, voir S. Péquignot, «  Enantar a tractar ».

83 J. Lalinde Abadía, « Los pactos matrimoniales catalanes », pp. 180-188.

84 « … Notum facimus universis, quod ad instantem postulationem nunciorum venerabilium et illustrem principem Henricum Jherusalem et Cipri regem karissimum fratrem nostrum pro negocio matrimonii inter nos et magnificam dominam Mariam reginam Aragonie karissimam conjugem nostram memorati regis sororem contracti ad nostram presentiam transmissorum memoratum, regem certificare et informare volentes de conditionibus atque forma dotalicii instrumento olim per nos facti illustri bone memorie domine Blanche regine Aragonum nostre consortis, jussimus atque fecimus per scriptorem nostrum inferius nominatum ex registris nostris transcribi fideliter in hoc scripto tenorem instrumenti dotalicii supradicta ex causa tummodo suprascripta, videlicet, ut ex eo possit antefatus Jherusalem et Cipri rex per suos memoratos nuncios plenius informari… » (ACA, C, reg. 292, ffos 153v°-154v°). Sur cette ambassade chypriote, voir J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, p. 231.

85 Voir annexe I (CD-ROM), notice 163.

86 ACA, C, reg. 1521, ffos 81r°-83v°.

87 Ibid., ffos 83v°-84v°.

88 Promesse du 26 janvier 1312, Calatayud (ACA, C, reg. 292, ffos 82r°-83v°).

89 Sur la rencontre de Vilabertrán, voir pp. 403-406, 419-420, 426-427, 433-434, 439-440.

90 ACA, C, reg. 292, ffos 13r°-15v°.

91 ACA, C, reg. 1521, ffos 81r°-84v°.

92 Cela apparaît notamment dans les formulaires de chancellerie, voir, pour la France, F. Autrand, « L’enfance de l’art diplomatique ».

93 L’infant Pedro est peu connu. Mentionné comme procureur du royaume d’Aragon le 24 juin 1293 dans une lettre de Jacques II au gouverneur de Navarre Hugues de Conflent, il serait, d’après Heinrich Finke, déjà mort en 1296 (ACA, C, reg. 98, f° 202r°[3]-v° ; H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, p. 102).

94 ACA, C, reg. 252, ffos 125v°-126r° (29 janvier 1296, Saragosse).

95 Ibid., ffos 126v°-127r° (29 janvier 1296, Saragosse). Ce projet de mariage n’aboutit pas et Violant épouse finalement en 1297 Robert de Naples, le futur Robert d’Anjou.

96 D’après les instructions remises à Juan (ACA, C, reg. 336, f° 86r°).

97 D’après le pouvoir remis à Juan : « … Por esto ordenamos et estableçemos el honrrado et amado hermano nuestro don Johan d’Aragón nuestro procurador a tractar et a avenir entre los dichos reyes que ellos et cada uno dellos pongan las dichas discordias, contenciones et demandas en nuestro poder por determinar et avenirlas… » (ibid., f° 84r° [14 février 1312, Teruel]). Juan part muni de lettres de créance de Jacques II auprès de Denis, d’Isabelle, de l’infant Alfonso du Portugal et de conseillers de Denis, ainsi qu’auprès de Ferdinand IV, de María de Castille, de l’infant Juan, de l’infant Pedro et de sa femme María (ibid., ffos 84v°[1]-85v°[2] [13 février 1312, Teruel], éd. partielle J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 9 et 9-2, pp. 533-534).

98 « … Es assaber quel rey de Portogal aiude al rey de Castiella en una quantía daver a servicio de Dios contra los moros, e quel rey de Castiella confirmerá de nuevo todos los sobredichos lugares al rey de Portogal e a los suyos quanto mellor e más firmement se pueda fazer, en manera que en ningún tiempo a él e a los suyos non pudiesse seer fecha demanda nin questión alguna… » (ACA, C, reg. 336, f° 86v°).

99 Ibid.

100 Lettres de Jacques II à Denis et à Isabelle (20 avril), à Juan (22 avril), lettres de Denis et Isabelle à Jacques II (2 mai 1312) [ibid., f° 87r°(1) - (2), 86v° ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 34, n° 4237 ; caixa 26, n° 3255 bis].

101 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 213-218.

102 À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, doc. 161, pp. 457-458.

103 ACA, C, reg. 338, ffos 154r°[1]-156r° (1er octobre 1324, Barcelone).

104 Lettre de Jacques II du 13 février 1312, éd. J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », doc. 9, p. 533.

105 « … Quia fertur hic vulgariter quod pro parte vestra venire debet reverendus in Christo pater dominus Jacobus, Dei gratia, archiepiscopus Toletanus carissimus nepos noster cum quibusdam prelatis et nunciis ad tractandum inter nos et dominum Fredericum de Aragonia hostem nostrum… » (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 199 [EI], n° 4 [22 juin 1312, Naples]).

106 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 17, n° 2206 (25 novembre 1304), éd. J. M. del Estal, Corpus documental del reino de Murcia, t. I(2), doc. 315, pp. 281-282 (date erronnée).

107 « … De acceptis per litteras regine consortis vestre filie nostre carissime quas Gibosus miles eius nobis noviter attulit rumoribus placidis de statu videlicet vestro felici ac etiam statu eius partu magna pro fide leticia mentem nostram… » (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 203 [EI], n° 212). La naissance du second enfant du couple royal a donc lieu au début de l’année 1298, probablement en mars (J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, p. 83, 127 la situe seulement entre celles d’Alphonse, en 1296, et de Jaime, en 1299).

108 Lettre du 28 janvier 1299, Naples (J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. II, doc. 2, pp. 1-2).

109 Des nouvelles de la famille royale angevine sont ainsi envoyées le 8 août 1301 par la reine Marie de Hongrie à Blanche d’Aragon, avec la demande de nouvelles identiques de la famille royale aragonaise. Des sollicitations similaires sont adressées à la reine d’Aragon par la reine Constance de Castille, le 24 novembre 1304, ou par l’infant Juan Manuel, le 1er octobre 1305, etc. (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 201 [EI], n° 117 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 17, n° 2214 ; caixa 19, n° 2496).

110 « Senyora, yo enbié mi carta al rey d’Aragón sobre aquéllo que ssabedes que fablé con él e con vusco en ssecreto, que el rey de Castielle que me enbiará mandar que fablase con el rey et convusco algunas cosas en ssecreto que vos non podía enbiar desir por carta e, por que yo estoviera doliente e flaco e non pude yr al rey et a vos, que pedía merçet al rey que me enbiasse el ssacristán de Taraçona para fablar con él aquellas cosas, segunt que me el rey mandó, por que las él podiese desir al rey de Aragón et a vos todas cumplidamiente, si lo por bien toviesse el rey et vos, por que don García me avía dicho que este fecho non lo fíasiades de otro omne en el mundo si non del sacristán o de él mismo » (BNM, ms. n° 18635 [24] [29 octobre 1307]). Cette lettre fait suite à une autre lettre presque similaire expédiée la veille à l’intention de Jacques II (BNM, ms. n° 18635 [25]).

111 Diego García reçoit à ce sujet le 3 septembre 1307 une lettre de créance de Ferdinand IV auprès de Jacques II (C. González Mínguez, Fernando IV, doc. XXV, p. 378).

112 BNM, ms n° 18635 (24).

113 D’après une lettre de Jacques II à Joan Borgunyó, l’un de ses ambassadeurs : « … Scire vos volumus illustrem dominam Blancham reginam consortem nostram ab inclito Karolo comite Vallesie Alançonis Carnoti et Andegavie consanguineo nostro litteram noviter recepisse, per quam inter cetera rogat reginam predictam, ut loqueretur nobis ac nos induceret, quod nos miteremus nuncios nostros Ffrancie regi illustri fratri suo super restitutione facienda nobis de Vallis de Aran, dicendo se in dicta littera certum esse quod, si nos dictos nuncios miteremos, rex ipse nobis vallem redderet supradictam. Nos autem, habito super hoc diligenti consilio et tractatu, moti ex littera memorata, vos et dilectum militem ac familiarem [consiliarium barré] nostrum Luppum Sancium de Luna latorem presentium ad dictos regem et comitem pro petenda et requirenda restitutione facienda nobis ex dicta valle ordinavimus transmitendos… » (ACA, C, reg. 335, f° 235r°[3]-v° [13 mars 1308, Valence]).

114 « E ja sobre açò madona la regina reebé una carta de la imparadriu en que es deya que madona la regina faes saber a la dita emparadriu si li plahia que el fill primer del senyor rey d’Aragó fees matrimoni ab la filla segona de mossenyer Karles e de la emparadriu. E d’assò parlà madona la regina ab lo senyor rey. E el senyor rey respós que li plahía molt lo dit fet e sobre assò madona la regina ha tramesa sa carta a la dita emparadriu en que li fa saber con a ella plau e al senyor rey ab qui ell n’a parlat lo tractament damuntdit » (ACA, C, reg. 336, ffos 215v°[3]-216r° [ca. 23 avril 1306, Valence]). L’affaire se solde par un échec (J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, p. 107).

115 Ibid., t. I, pp. 3-20.

116 Voir p. 127.

117 Le trésorier de la reine, Pere Tripó, remet en octobre 1321 sur ordre de la reine 4,5 canes de drap violat à « Guillem de Barut, missatge del senyor y de Chypre » (ACB, Llibres Extravagants, RP, Vestits donats par Pere Tripó per manament de la reina 1320-1321, [22/2], f° 3r°), un don répété au mois de novembre 1321 (ibid., [22/3], f° 3r°).

118 Voir annexe I (CD-ROM), notice 308.

119 Voir par exemple l’ordre intimé par Jacques II à Jaime d’écrire à Frédéric III de Sicile, suivi du modèle de la lettre en question (ACA, C, reg. 242, f° 129v°[2] - [3] [16 avril 1315, Manresa]).

120 Sur la succesion au trône, voir A. García-Gallo, « El derecho de sucesión del trono en la Corona de Aragón » ; A. Mora Cañada, « La sucesión al trono en la Corona de Aragón » (approches juridiques).

121 ACA, C, reg. 338, ffos 120v°-121r° et 118r° (13 et 15 décembre 1322, Tarragone) [pouvoirs d’Alphonse], ffos 120r°-v° et 117r°-v° (13 et 15 décembre 1322, Tarragone) [pouvoirs de Jacques II].

122 Ibid., ffos 125v°-126v°, 126v°-127v°, 127v°-128r° (datés du 26 avril 1323, Barcelone). Pour un exemple d’ambassade menée en Sicile conjointement au nom d’Alphonse et de Jacques II, voir la mission de médiation entre Robert d’Anjou et Frédéric III dirigée par Arnau Despujol en octobre 1322 (ibid., ffos 112r°-113r°).

123 Ibid., f° 157r°.

124 « Super legatione hac scripsit dictus dominus infans domino papa et aliis per litteras suas expeditas in scribania eius, que non sunt hic registrate, set ad memoriam registrata est hic forma sue legationis, ut plenius omnia habeantur et quia legatio domini regis connexa est sue predicte… » (ibid. [ca. 8 mars 1325]).

125 D’après une lettre de Jacques II à l’infant Alphonse : « … quod nuncius noster, quem ad reges Castelle et Portugalie super facto illustris regine Castelle mittere disposuimus, per vos transitum faceret et informationem per nos ei tradita vobis etiam explicaret… » (ACA, C, reg. 339, f° 236v°[3] [20 août 1327, Barcelone]). L’infant est préalablement informé du péril suscité par les tractations relatives au projet de mariage entre Alphonse XI de Castille et la fille d’Alphonse du Portugal (ibid., f° 235r°[2]-v° [22 juillet 1327, Barcelone]).

126 Sur les protestationes effectuées à cette occasion auprès des différentes autorités du royaume de Majorque et la confection d’un registre-cartulaire spécifique (ACA, C, reg. 347), voir pp. 85-86, 288-292.

127 A. Santamaría, « Tensión Corona de Aragón - Corona de Mallorca » ; S. Péquignot, « Enantar a tractar » ; Id., « Les écrits du “temps de la désobéissance” ».

128 Sur ces premières tractations, voir S. Péquignot, « Enantar a tractar », pp. 278-279.

129 Lettre d’Huc de Cardona à Jacques II : « … Com moltes vegades sien estats parlats e ahuts tractaments entre lo senyor imfant Namfos fiyll vostre e mi de matrimoni del senyor rey de Mallorcha ab la senyora infanta dona Costança fiylla del dit senyor imfant… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 724 [17 juin 1325, Perpignan]).

130 Les lettres de créance sont émises au nom de Jacques II et d’Alphonse depuis Calatayud le 28 juin 1325, à l’adresse d’Huc de Cardona, de l’infant Philippe de Majorque et de Ramon Folc de Cardona (ACA, C, reg. 347, ffos 54v°[2]-55r°[1]). Pere Marc reçoit aussi des lettres de créance spécifiques auprès de Bernat de Fonollar, qu’il doit rejoindre et suivre, et des demandes de soutien à Pere Gruny et au juge de cour Pere de Castlarí (ibid., f° 55r°[2]-[4]). Les pleins pouvoirs de Jacques II sont datés du 27 juin à Calatayud (ibid., ffos 55v°-56r°), ceux de l’infant des 29 et 30 juin, à Daroca (ACA, C, reg. 424, ffos 9v°-10r°, 10r°-v°, 10v°[2]).

131 Une note de chancellerie précise la destruction des lettres de créance (ACA, C, reg. 347, f° 54v°).

132 Lettres à Philippe de Majorque et Huc de Cardona (ACA, C, reg. 408, f° 121v°[1]-[2] [28 juillet 1325, Tarazona]).

133 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 (ES), n° 720 (24 septembre 1325, Saragosse).

134 Lettre d’Alphonse à l’infant Philippe (ACA, C, reg. 408, ffos 166v°-167r° [31 octobre 1325, Lérida]).

135 Ibid., f° 82r°.

136 « … E que ell e el dit en Ramon Vinader los degen portar, segons que vós, senyor, les auriets corregits si en res vos semble que foçen a corregir, e que sia vostra mercè, senyor, que la dita missatgeria sia vostra e nostra, perquè sia vostra mercè, senyor, qu·us placia reconèxer los dits capítols e corregir ço qui hi faça a corregir. E qu·us placia manar al dit Ramon Vinader que vaia en la dita missatgeria, cor nós avem feta liurar messió al dit noble en Guillem de Cerveló per si e per lo dit en Ramon Vinader… » (ibid.).

137 Voir F. Autrand et P. Contamine, « Remarques sur les alliances des rois de France ».

138 ACA, C, reg. 347, ffos 65v°-68r°.

139 « Tenor instrumenti per litteras divisi confecti inter dominum regem et dominum infantem Alfonsum ex una parte et honorabilem dompnum Philipum de Maiorice patruum et tutorem illustris Jacobi regis Maiorice filii infantis Fferdinandi quo ex altera pactionum et remissionum… » (ibid., f° 65v°).

140 « … Pro quibus omnibus et singulis attendendis plenius et complendis, tam dictus dominus rex Aragonum quam dominus infans Alfonsus, quam etiam dictus dominus Philippus tutor qui supra prestiterunt corporaliter juramenta per eos sacrosanctis evangeliis et cruce domini nostri Jhesu Xristi. Et insuper bona sua omina adinvicem obligarunt… » (ibid., ffos 66r°-68v°).

141 « … Ex premissis autem de mandato predictorum domini regis domini Philipi et domini infantis facta fuerunt duo consimilia instrumenta per litteras divisa, alterum pro dictis domino rege et domino infante, et alterum pro dicto domino Philipo tutore domini regis Maiorice predicti. Quibus instrumentis prefatus dominus rex bullam suam plumbeam et dicti dominus infans et Philippus sua sigilla pendentia apponi mandaverunt in testimonium premissorum… » (ibid., f° 68v°).

142 Ramon Muntaner l’évoque au moment de la montée sur le trône d’Aragon d’Alphonse IV : « … E si negun me demana “En Muntaner, quin és l’eiximpli de la mata del jonc ?”, jo li respon que la mata del jonc ha aquella força que, si tota la mata lligats ab una corda ben forts, e tota la volets arrencar ensems, dic-vos que deu hòmens, per bé que tiren, no l’arrencaran, ne encara con gaire més s’hi prenguessen ; e si en llevats la corda, de jonc en jonc la trencarà tota un fadrí de vuit anys, que sol un jonc no hi romandrà. E així seria d’aquests tres reis, que si entre els havia devision neguna ne discòrdia, ço que Déus no vulla, fèts compte que han de tals veïns que penarien de consumar la un ab l’altre. Perquè és mester que d’aquest pas se guarden ; que mentre tots tres sien d’una valença, no temen tot l’altre poder del món, ans així con davant vos he dit, seran tots temps sobirans a lurs enemics » (Ramon Muntaner, Crònica, chap. ccxcii, pp. 933-934).

143 Sur le « double jeu » de Jacques II entre la papauté et la Sicile de Frédéric III, voir A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou, pp. 200-298.

144 « … Cum non tamen in fratrem verum etiam in patrem vos reputamus » (F. Giunta et A. Giuffrida [éd.], Acta Siculo-Aragonensia, doc. XCIII, p. 136 [7 août 1313]). La désignation du roi d’Aragon comme frère considéré comme un père est fréquente dans les lettres de Frédéric III (ibid., doc. LV-LVI, pp. 100-102, doc. LVIII, p. 103, doc. LXVII, pp. 114-115, doc. CVIII, pp. 152-153).

145 Ibid., doc. XCVI-XCVII, pp. 139-142. Pour l’appel à l’histoire commune, voir pp. 281-282 l’exemple du cadeau de l’épée de Pierre III d’Aragon offerte par Jacques II à Frédéric III.

146 « … Circa hec nichilominus magnificencie et fraternitati vestre nos certa fides commendamus, ut in hiis ea per vos agantur et procurentur, si placet, que vestram et alte Aragonie domus, de qua tamquam palmes ex vite processimus, exaltationem generaliter sapiant et nobis specialiter comodum pariant et honorem… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 84, n° 10270 [26 septembre 1317, Messine] éd. F. Giunta et A. Giuffrida, Acta Siculo-Aragonensia, doc. CVIII [erreur de cote et de date], corrigé d’après original).

147 Voir de manière générale V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón ; A. Arribas Palau, La conquista de Cerdeña.

148 A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el Reino de Mallorca.

149 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque ; A. Santamaría, « Tensión Corona de Aragón - Corona de Mallorca » ; Id., Ejecutoria del reino de Mallorca ; A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el Reino de Mallorca ; Id., « El regne de Mallorca en el context internacional de la primera meitat del segle XIV » ; Id., « El Mediterrani occidental al darrer quart del segle XIII » ; D. Abulafia, A Mediterranean Emporium.

150 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, pp. 151-337.

151 Lettre de Sanche de Majorque à Jacques II du 26 janvier 1312 (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 32, n° 4006) et réponse de Jacques II du 4 mars 1312 (ACA, C, reg. 239, f° 217r°-v°).

152 Instructions de Jacques II à Bernat de Torre pour une mission auprès du roi de Majorque, comportant le récit le plus détaillé sur cette phase de l’affaire (ACA, C, reg. 337, f° 238r°-v° [ca. 20 octobre 1314]).

153 « … El dit rey de Mayorcha trames lo noble en G. de Canet al dit senyor rey d’Aragó, pregan-lo que con lo rey de Ffrança ages fets e fees molts greuges al dit rey de Mayorcha en la vila de Monpesler e encara enteses a fer demanda de la baronia e per açò lo dit rey de Mayorcha enteses a trametre sos sollempnes missatges al dit rey de Ffrança, que plages al dit rey d’Aragó que ell hi trameses semblanment sos sollempnes missatges, pregan lo rey de Ffrança segons una informació que·l dit noble en Guillem de Canet porta e al dit senyor rey d’Aragó leya e creeya lo dit rey de Mayorcha, segons que dix lo dit en Guillem de Canet que·l rey de Ffrança en açò exohiria los precs del dit senyor rey d’Aragó, assenyaladament avent lo rey de Ffrança tan gran e tan perilosa guerra com avia ab los flamenchs e ab lurs valedors… » (ibid.). La lettre du roi de Majorque présentant ce récit au roi d’Aragon est datée du 8 juillet 1314, à Majorque (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 688).

154 « … Pensa lo dit senyor rey d’Aragó que la rahó ocasional de la dita missatgeria, ço és la guerrra dels flamenchs, cessava e axí que la dita missatgeria poria tornar més a dan del rey de Mayorcha que a profit e més a indignació del rey de França que a placació. Perquè ha ordenat de trametre aquest missatge al dit rey de Mayorcha, veen que en alongar la dita missatgeria no ha peril, con la rahó perquè és devia cuytar la dita missatgeria era la dita guerra, la qual axí com dit és posada… » (ACA, C, reg. 337, f° 238r°-v°). L’ordre de report de la mission est signifié par Jacques II à Bernat Guillem Saportella le 10 octobre 1314, à Lérida (ibid., f° 238r°).

155 « … Entenció és del dit senyor rey d’Aragó, pus la dita guerra és posada, de no trametre la dita missatgeria segons la informació que porta lo dit noble en Guillem de Canet, ans entén a temprar aquella e usar de paraules temprades… » (ibid., f° 238v°).

156 Ibid.

157 « … Si per aventura lo rey de Mayorcha deeya que li plahia que la missatgeria fos temprada e axí que els missages anassen de tot en tot. En aquest cas lo missatge mostràs al rey de Mayorcha la informació que deven portar los dits missatges en Ffrança, segons quel senyor rey d’Aragó la ha temprada… » (ibid.).

158 « … Quare videretur nobis, vestre voluntate et meliori concilio salvis, quod legati vestri et nostri ituri in Franciam debeant mutare modum sue legationis et vestri proponere dicto regi Francie verba pungintiva et fortia per que quod vobis displicent citatio et petitiones predicte ac modus earum rex ipse merito recognoscat… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 652 [19 novembre 1314, villa de Manacor]). Le lieutenant du roi de Majorque incite aussi Jacques II à durcir les termes de la mission (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 655 [3 novembre 1314, Perpignan]).

159 « … Vestra autem ingens regnalis providencia super predictis et ad hoc pertinentibus faciat et ordinet, prout et melius videbitur expedire. Nos enim ea que vestra summa provisio ordinandam et faciendam duxerit gratum habebimus et reputamus utile et per nostras literas mandamus dictis nostris nunciis, ut in premissis et circa ea vestram ordinationem in omnibus sequantur et servent… » (ACA, C, reg. 337, f° 238v°).

160 En particulier dans les instructions de Jacques II à Bernat de Torre (ibid. f° 238r°-v°).

161 Ibid., ffos 235r°[2]-236r° ([ca. 9 octobre 1314]), 237r°-v° ([ca. 20 octobre 1314]), 239v°-240v° ([ca. 20 décembre 1314]) et 242r°-245r° ([ca. 6 février 1315], éd. des ffos 242r°-243r° par A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, doc. XLIII, pp. 476-480, date erronée).

162 « … Sembla bo que els missatges del senyor rey d’Aragó degen primerament proposar… » (ibid., f° 235r°[2]).

163 « … Diran los dits missatges que el senyor rey d’Aragó ha entès per lo senyor rey de Mallorcha que molts e diverses greuges manifests e notoris foren feits en la vila de Montpeler per les gents del senyor rey de Ffrança en perjudici del dret e de la juridicció del senyor rey de Mallorcha. E encara si fan. E que el dit rey de Mallorcha, encontinent aprés la mort del senyor son pare, no esguardat que primerament devria anar al rey d’Aragó axí con a son cap, com de la sua casa sia procehit e per ell tenga son regne, anà a aquell senyor rey de Ffrança, e açò assats plac al senyor rey d’Aragó, per ço que el rey de Mallorcha pogués plaer a aquell senyor rey de Ffrança e d’ell bo delliurament haver de sos negocis que havia a fer ab el… » (ibid.).

164 « … E que subsegüentment per diverses temps lo senyor rey de Mallorcha tramès més de IIII vegades sos sollempnials missatges al senyor rey de Ffrança per revocació dels dits greuges por tan manifestes rahons e allegacions a informar sa consciència, les quals lo rey de Mallorcha no tan solament volch haver dels savis de la sua terra, mas d’altres de diverses terres, los mellors que trobar poch. E tots dien que el rey de Mallorcha soffer gran iniuria… » (ibid.).

165 « … Considerat que el senyor rey de Mallorcha és son cusí germà e és procehit de la casa d’Aragó e té son regne per ell, per aquestes rahons e per antigues convencions que són ligats, no poc deffallir que els negocis del rey de Mallorcha no prenà axí com a seus propris. Considerat encara que el senyor rey de Ffrança és son car cusí, germà e del seu parentor e amistat e sencer amor se’n confia, hac deliberació de trametre els dits seus missatges al dit senyor rey de Ffrança, que el rey d’Aragó lo prega instanment ab aquella bona affecció que pot, que ell vulla contemplar lo ligament de parentor que és entre ells III reys… » (ibid.).

166 Ibid., f° 235v°.

167 « … E que assats havia el rey de Ffrança a Montpeler e als no y deu querir ne ençerrar, e que els dits greuges no tornen a gran profit del senyor rey de Ffrança e són en gran minua e deshonor del rey de Mallorcha, que no ha tan gran terra ne tan grans rendes que sos amics ne sos parents li ho deguessen sostrer ne minuar. Ans és pus convinent que li ajuden a conservar e a créxer su honor e sa terra. E sens dupte gran temps ha que per diverses parts del món les gents ne parlen e’s maraveyllen com lo senyor rey de Ffrança consent los greuges donats per les sues gents en Montpeler al senyor rey de Mallorcha, perquè li pregà ab aquella bona affecció que pot, que deia los dits greuges revocar… » (ibid.).

168 Ibid.

169 ACA, C, reg. 337, ffos 239v°-240v° et 242r°-245r°.

170 « … De la qual cosa, com la ohí lo dit senyor rey d’Aragó, se maravella molt, com la dita baronia antigament pertanga al dit rey d’Aragó e especialment depuys que fo lo matrimoni del senyor rey en Pere besavi dels dits senyors reys de Ffrança e d’Aragó la casa d’Aragó continuament ha tenguda la dita baronia o altres la han tenguda per la casa d’Aragó, axí con és lo rey de Mallorcha qui mort és e aquest qui vuy hi és que en lo temps d’abans les antecessors del dit senyor rey d’Aragó la tengren a lur man. E d’açò no fo anch fet demanda ne moguda qüestió per los reys de França qui passats són ab los quals la casa d’Aragó no havia tant de deute com lo senyor rey d’Aragó ha ab lo dit rey de Ffrança… » (ibid., f° 239v° [ca. 16 décembre 1314]).

171 Récit des missions dans : A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, pp. 371-390.

172 Ibid., t. I, doc. XLIV-XLIX, pp. 480-499.

173 Sur la figure de Jacques II dans l’historiographie, voir M. E. Cadeddu, « Giacomo II d’Aragona e la conquista del regno di Sardegna e Corsica ».

174 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón.

175 Ibid., t. I, pp. 325, 327, 471 et passim.

176 J. N. Hillgarth, « The Problem of a Catalan Mediterranean Empire ». Sur ce point, voir aussi M. Del Treppo, Els mercaders catalans i l’expansió de la Corona catalano-aragonesa al segle XV.

177 Sur les documents diplomatiques, les lettres de créance et les pouvoirs notamment, voir pp. 32-38.

178 Voir pp. 300-338.

179 Voir par exemple ACA, C, reg. 337, f° 211r°-v° et, pour plus de détails pp. 57-67.

180 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán.

181 Voir pp. 444-453.

182 L. González Antón, « Jaime II y la afirmación del poder monárquico en Aragón » ; L. Vones, « Friedenssicherung und Rechtswahrung ».

183 Pour Bernard Guillemain, « les papes et leurs ambassadeurs ont été, depuis le milieu du XIIIe siècle, considérés comme des médiateurs, des arbitres, non point comme les maîtres d’un ordre chrétien qu’ils auraient eu le droit et le devoir de faire respecter » (M. Mollat du Jourdain et A. Vauchez [dir.], Un temps d’épreuves, p. 608). Jean Gaudemet a aussi souligné l’action du pape en tant que persona privata (J. Gaudemet, « Le rôle de la papauté dans le règlement des conflits entre États »). Sur ce point, voir aussi les indications fournies par F. Autrand, « L’enfance de l’art diplomatique », p. 210.

184 Sur saint Louis « l’apaiseur », voir J. Le Goff, Saint Louis, pp. 251-267, 641-654. Sur la figure du roi de paix durant la guerre de Cent Ans, voir N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, pp. 85-106.

185 Les cas sont particulièrement nombreux. Pour les problèmes de délimitation avec la Navarre, voir R. Sáinz de la Maza Lasoli, « Hostilidades en la frontera navarro-aragonesa ». Une commission d’arbitrage bipartite a aussi été mise en place pour le règlement du sort du Val d’Aran entre la France et la couronne d’Aragon (J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán).

186 M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. II, pp. 197-271 et A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou, pp. 200-298.

187 Promulguée en vertu des pouvoirs qui lui ont été conférés par Jacques II le 19 août 1297 (ACA, C, reg. 252, ffos 171v°[1], 180v°[2]) ainsi que par le roi de France, en son nom et pour Jacques de Majorque et le comte de Foix (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 144, n° 784 [31 octobre 1297, Aix-en-Provence], autre exemplaire : ACA, C, P. de Jaume II, carp. 143, n° 937).

188 J. Torres Fontes, La delimitación del sudeste peninsular ; J. M. del Estal, Conquista y anexión de las tierras de Alicante ; Id., Corpus Documental del Reino de Murcia ; M. T. Ferrer i Mallol, « La conquesta de les comarques meridionals valencianes per Jaume II » ; R. Narbona Vizcaíno (éd.), La Mediterrània de la Corona d’Aragó, t. II, pp. 1987-2226.

189 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter ; Id., « Vermittler ».

190 P. Chaplais, « Règlement des conflits internationaux franco-anglais au XIVe siècle », p. 287.

191 T. Eckhoff, « The Mediator, the Judge and the Administrator in Conflict-Resolution ».

192 L. Nader et H. F. Todd Jr (éd.), The Disputing Process-law in ten Societies, pp. 1-40.

193 P. J. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans État ».

194 H. Kamp, « Vermittler in den Konflikten des hohen Mittelalters » ; Id., Friedensstifter und Vermittler im Mittelalter.

195 Voir par exemple S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

196 Il s’agit pour l’affaire sicilienne des ambassades de Bernat de Montalegre en 1302 (Rome), de Bernat de Sarrià en 1308 (Naples, Gênes, Sicile), de Pere Boyl en 1308 (Naples, Sicile), de Guillem de Lacera en 1309 (Naples, Sicile), de Bertran de Canelles en 1312 (Sicile), de Guillem de Rocabertí en 1313 (Avignon), de Joan Borgunyó en 1314 (Naples, Sicile), de Ferrer d’Abella en 1315 (Sicile), de Ponç Carbonell en 1316 (Naples), de l’évêque Ponç de Barcelone et de Vidal de Vilanova en 1316 (Avignon), de Pedro Fernández de Híjar en 1316-1317 (Naples, Sicile), de Vidal de Vilanova en 1317 (Avignon), d’Arnau de Torrelles en 1317 (Naples, Sicile), de Guillem de Rocabertí et Vidal de Vilanova en 1318 (Avignon), de Pere Boyl en 1318 (Avignon), de Guillem d’Espelugues en 1321 (Avignon), de Simó de Bell·lloc en 1321 et en 1322 (Avignon), d’Arnau Despujol en 1322 (Avignon), de Vidal de Vilanova en 1322 (Avignon), de Bernat de Boxadós en 1325 (Avignon), de l’évêque Gastó de Huesca et de Berenguer de Sant Vicenç en 1326 (Avignon). Il faut y ajouter l’ambassade de Bernat de Montalegre à Naples en 1302 pour favoriser un mariage entre les maisons angevine et majorquine, une ambassade de Joan Borgunyó à Perpignan en 1303 sur le même objet, ainsi que l’ambassade itinérante de Bernat Peregrí, Vidal de Vilanova et Guillem de Lacera en 1304. Une legatio de l’infant Juan en Castille et au Portugal en 1312 pour un conflit sur des châteaux et une ambassade de Rodrigo González de Vilello sur le rétablissement de la concorde entre l’infant Juan Manuel et l’infant Pedro en 1314 complètent la liste. Pour les références bibliographiques relatives à ces diverses ambassades, voir infra et les notices en annexe I (CD-ROM).

197 Dans une lettre adressée au roi de Majorque le 30 juillet 1303 (ACA, C, reg. 335, f° 301r°[2], éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 92, pp. 127-128, cote erronée) et dans les instructions à son ambassadeur auprès de Philippe le Bel Ramon Saguàrdia, en janvier 1304 (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 15, n° 1997).

198 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 87, pp. 125-127 ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 33, pp. 41-42 ; Id., « Jaime II de Aragón inspirador de la paz de Caltabellotta ».

199 Lettres de créance et instructions du 2 octobre 1314, Lérida (ACA, C, reg. 242, f° 10r°-v°).

200 « … Quin immo, si vos et rex ipse [Édouard II] velletis dare et cedere nobis locum inter vos, multum voluntarie tractaremus de bono concordie atque pacis et plurimum gratum occurreret votis nostris si nobis concederetur ab alto, ut per nos posset procurari et fieri reformatio pacis et concordie predictorum… » (ACA, C, reg. 339, f° 358r° [18 avril 1325, Valence]). Des bruits au sujet d’une telle alliance, sans doute liés aux négociations matrimoniales pour l’infant Pedro d’Aragon, provoquent déjà un démenti de Jacques II à Charles IV en décembre 1324 (ACA, C, reg. 339, f° 357r°[2]).

201 Liste des ambassades p. 504, n. 196. Une reconstitution précise de ces tractations est fournie par E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien.

202 Voir pp. 306-310.

203 D’après une lettre adressée à son ambassadeur à Naples et à la curie Bernat de Montalegre : « … Nos, plurimum affectantes quod inter romanam Ecclesiam sacrosanctam et illustrem principem regem Karolum socerum nostrum karissimum ac inclitum dompnum Ffredericum fratrem nostrum, ut guerrarum discrimina multis temporibus dilatata evanescerent ulterius et cessarent, pax intretur et fieret ordinando, providimus significare domino summo pontifici et regi Karolo supradicto quod, si de eorum processerit voluntate, nos circa promovendum et consumandum, Dei auxilio, pacis tractatum huiusmodi parati sumus interponere partes nostras ac vaccare et efficaciter laborare circa id prosequendum, laboribus vel expensis aliquotenus non attentis… » (ACA, C, reg. 334, f° 72r°).

204 Parmi une bibliographie abondante, voir A. Paravicini Bagliani, Boniface VIII, pp. 299-391.

205 Lettre du 20 juillet 1303 (ACA, C, reg. 335, f° 301r°[2], éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 92, pp. 137-138, avec erreur de cote).

206 Isabelle d’Aragon, fille de Jacques Ier le Conquérant, sœur de Jacques II de Majorque, a été l’épouse de Philippe III le Hardi et la mère de Philippe le Bel. Elle est morte en 1271.

207 « … Nos enim ad sedandum et tollendum huiusmodi scandalum parati sumus pro viribus laborare et in hiis procedere ad Dei servicium et honorem et pro nobis et nostris subditis tuciorem viam eligere, Dei gratia operante… » (ACA, C, reg. 335, f° 301r°[2]).

208 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 15, n° 1997. Sur ce document, voir pp. 317-318.

209 J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, p. 122 ; K. van Eickels, Vom inszenierten Konsens zum systematisierten Konflikt, pp. 221-222.

210 « … Rey hermano, fazemos vos saber que nos entendiemos, segunt ya vos feziemos saber, que discordia se movía entre vos et el rey de Castiella. E nos, catando los grandes et buenos deudos que con él e con vos avemos, toviemos por guisado de travajar nos que este fecho viniesse a bien et fablamos con el rey de Castiella en esto mucho. Et agora enviamos a vos sobresta mesma razón el amado et savio don Johan d’Aragón, hermano nuestro, al qual vos rogamos quel creades de quanto vos dirá de nuestra parte et que lo querrades poner en obra, por tal que entre vos et el rey de Castiella non pueda acahecer al sino bien, assi como es razón e guisado… » (ACA, C, reg. 336, f° 84v°[1] [13 février 1312, Teruel]).

211 « … Nos gradescemos mucho por que vos este fecho queredes poner en nuestra mano e podedes lo fazer segurament, rey, por que tanto es el buen deudo entre vos e el rey de Casteilla e nos que nuestra voluntat es de trebayllar en este fecho de guisado que el fecho haya buena fin e que finquades amigos, assí como es guidado… » (ACA, C, reg. 336, f° 87r°[1]).

212 « [El rey] acorda de entrametre-se’n a tot son saber e poder e ha moltes grans e forts rahons de voler açò, cor lo rey Ffrederic és son frare carnal d’un pare e d’una mara e non ha altre e natura lo destreny que el deu amar. Atressí ab lo rey de Sicília ha tan gran affinitat e tan gran deute e tan gran amor que el té el ama carament axí com a frare. E ab la reyna de Sicília ha tan gran deute de parentesch. E l’infant n’Amfós e els altres fills seus han tan gran deute ab lo dit rey de Sicília, axí que són sos nebots. E aytambé lo duch, fill del dit rey de Sicília, nebot del dit nostre senyor lo rey, ha tan gran deute ab ell e l’ama de tan gran amor axí com I de sos fills, sia l’infant N’amfós o qualsevol, que no hi poria fer departiment. E aytambé, esguardant a la reyna muller del rey Ffrederic e a sos fills, que ella es sor del rey de Sicília e el rey d’Aragó la ama e la té axí com a cara sor e ells fills del rey Ffrederic e d’ella són nebots del rey de Sicília e del rey d’Aragó e els dits rey de Sicília e el rey d’Aragó los deven haver açí com a fills… » (ACA, C, reg. 339, f° 199v°[2] [ca. 15 mars 1326, Barcelone]).

213 « Super autem treuga inter vestram regiam maiestatem et illustrem dominum regem Ffredericum constituenda, dictus dominus rex Aragonum cum cordis rectitudine michi respondit, quod est multum anelans et affectione precordiali animosus de treuga ipsa procuranda et constituenda, taliter quod infra tempus ipsius treuge possit, Dei gratia, adjuvare inter vos et dictum dominum regem Ffredericum tranquille pacis et unitatis ac illibate [-] concordie federa roborare, ita quod honor gloria et, benedictio Deo detur, et unusquisque orbis ex tranquillitate huiusmodi exultet… » (ACA, C, reg. 337, f° 296r°[2] [21 avril 1316, Barcelone]).

214 Ponç Carbonell est envoyé à Naples pour la médiation après le 6 mai 1316 (ibid., f° 298v°[1]).

215 E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien, p. 86. Sur la figure de l’ange de la paix à la Renaissance, voir D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, pp. 7-46.

216 Voir pp. 338-353.

217 Voir pp. 13, 404, 426.

218 Voir pp. 316-317.

219 Lettre de Sanche de Majorque à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 689 [12 avril 1314, Majorque]).

220 Lettre de Jacques II à son conseiller Gonzalo García : « … habitus est tractatus nobis plurimum placidus atque gratus, quem speramus et credimus venturum in actum. Qui videlicet est quod inclitus infans Philippus, illustris bone memorie regis Maiorice filius, karissimus consanguineus noster, et archiepiscopus memoratus nostri nuncii et legati ad illustres principes reges Robertum et Ffredericum se in proximo conferant pro tractanda et utique inter eos reformanda pace, quam speramus indubie ad Dei cultum et christianitatis profectum atque honorem nostrum, operante Domino, utiliter profuturum, vel si aliud, quod absit, evenerit Deo et universis hominibus notum erit, nos nostrum super eo principaliter propter tantes auctoritates nunciorum missionem debitum persoluisse… » (ACA, C, reg. 337, f° 351r°[3] [15 mai 1315, Barcelone]).

221 D’après les instructions à Ferrer d’Abella, qui doit se rendre auprès de Frédéric III de Sicile : « … li diga con lo senyor rey d’Aragó […] avia ordenat e tractat de trametre en aqueles partides lo molt noble en Phelip de Malorcha cosin germà de cascú e l’honrat pare l’arcabisbe de Tarragona per tractar pau entre ell e el rey Robert, los quals en Phelip e arcabisbe preseren lo negoci, pregan però e carregan lo dit rey d’Aragó que, si el veeya que·ls fets fossen en disposició que la lur anada pogués fer fruyt, que els trameses. En altra manera, que no seria honor sua ne d’els, ne encara profit del dit rey en Ffrederich que ells anassen debades. E axí lo dit senyor rey d’Aragó provehí de sobreseer la lur anada entro fos més certificat de la voluntat e del enteniment del dit rey en Frederich… » (F. Giunta, « Ferrer de Abela », doc. 2, pp. 255-257 [ca. 23 mai 1315]). Philippe de Majorque sera finalement envoyé par le pape en décembre 1316 en mission de médiation (ACA, C, reg. 337, ffos 306v°-307r°).

222 Lettre de Frédéric III à Jacques II du 17 janvier 1316 (F. Giunta et A. Giuffrida [éd.], Acta Siculo-Aragonensia, doc. CIV, pp. 149-150).

223 « … Quod nos et illustris rex Maiorice, consanguineus noster karissimus, essemus firmitas huius rei, videlicet quod ea que essent inter eosdem reges firmata faceremus servari et contra partem qua ea, quod absit, infringeret inveheremus cum parte qua ea servaret, nos, quantum in nobis est, hoc faceremus libenter et credimus quod idem faceret iamdictus rex Maiorice pro bono negocii dicte pacis… » (ACA, C, reg. 338, f° 34r° [7 janvier 1321]).

224 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, p. 19.

225 Sur la préparation matérielle de cette ambassade au cours de l’année 1325, voir pp. 130-131.

226 Voir supra.

227 « … Nostre senyor lo rey entenent que per neguna persona no és pot donar remey en açò, sinó per la vostra sanctitat, qui sots, segons que dit és, pare e senyor de tuyt, en los quals per tant de bé e per esquivar tants de mals e perills devets e podets pendre poder com a senyor e a pare d’ells… » (ACA, C, reg. 339, f° 200r° [ca. 15 mars 1326]).

228 « … Tramet vos totes aquelles formes de pau que ell sap que són estades mogudes tro vuy per diverses temps passats entre·ls reys damuntdits […] E deym vos de part de nostre senyor lo rey en la sua veritat que ell de neguna d’aquelles formes no ha assentiment negú del rey en Ffrederic son frare, perquè, sant pare, vós les veurets e les regonexerets e la vostra saviea és tan gran que ab la ajuda de Déu trobarets vies e maneres covinents e profitoses a cascuna de les parts ab les quals nos trametrets, perquè les parts se pusquen enclinar a la pau… » (ibid.).

229 D’après les instructions pour l’ambassade auprès de Robert d’Anjou : « … E, dit açò, los missatges diguen e declaren al rey de Sicília, ço que el senyor papa haurà elet de les dites formes de pau o ço que hi haurà provehit… » (ibid., f° 200v°).

230 « Cum venerabilis Gasto, Oscense episcopus, et Berengarius de Sancto Vicencio nuncii supradicti ivissent ad dominum papam et revenissent ab eo, qui ordinavit, quod ipsi nuncii prius irent ad regem Ffredericum quod ad regem Robertum ; proptera fuerunt recuperate ab ipsis nunciis omnes predicte littere [instructions, lettres de créance], que fuerunt lacerate, et alie facte ipsi regi et aliis sub forma sequenti. Ordinato quod ipsi nuncii primo accedere debeant ad dictum regem Ffredericum et deinde ad dictum regem Robertum » (ACA, C, reg. 339, f° 200v°), les instructions pour l’ambassade à Frédéric III sont aussi corrigées (ibid., f° 202r°).

231 E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien ; A. Arribas Palau, La conquista de Cerdeña ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I ; F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, pp. 1-20.

232 « Perquè, senyor, en aquestz fetz podetz fer primerament a Déu gran serviyl e gran bé a tota christiandat, e gran honor a la vostra casa e gran proffit ; per ço cor vós aurets, si a Déu plau, ab ajuda del senyor rey vostre frare e del rey Robert, lo regne de Sardenya ; e faretz posa final entre los reyns, la qual no és pot fer per negún, senyor, sinó per vos » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 480, p. 616).

233 Voir annexe I (CD-ROM), notice 304.

234 Voir J.-M. Moeglin, « L’honneur des princes du Saint Empire ».

235 Voir en particulier pp. 271-273, 306-310, 316-319.

236 Pour le détail des tractations, S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

237 Lettre de Jacques II à Charles II du 29 mai 1301 : « … mente nostra circa premissa attentius intendente, nostri animi decrevit iudicium multiplici ratione sufultum, ut super tractando matrimonio inter inclitum dompnum infantem Ferdinandum, illustris principis karissimi patrui nostri Jacobi Maiorice regis maiorem filium ac in regno et terris ipsius successurum eidem et inclitam dompnam Mariam natam vestram, deberemus interponere eficaciter partes nostras, apertius cognoscendo causa quamplures honoris et comodi vobis et per consequens nobis infallibiliter inminentes… » (ACA, C, reg. 334, f° 23r°-v°). Termes comparables dans une lettre à ses ambassadeurs à la curie du 5 mars 1304 (ibid., f° 152v°[4]).

238 Lettre de Jacques II au roi de Majorque du 24 mars 1301 : « Ceterum nobis honorem vestrum et comodum ut proprium zelantibus visum est, ut nos, si vestrum assensum habuerimus super eo, interponamus eficaciter partes nostras, quod matrimonium tractetur et fiat inter memoratum Sancium et aliam natam dicti Regis qui minor est unico anno tam illa de qua superius est predictam » (ibid., ffos 12v°-13r°). Termes similaires dans une lettre à Charles II du 29 mai 1301 (ibid., f° 23r°-v°).

239 Lettre de Charles II à Jacques II du 24 juillet 1303 : « … Deinde in vobis est circa complementum ipsius matrimonii ad quod et nos parati sumus intendere, prout vestre serenitas circumspectio viderit expedire… » (ACA, C, P. de Jaume II [EI], carp. 206, n° 359). La confiance en la circumspectio de Jacques II d’Aragon ouvre aussi l’exposé des motifs des pouvoirs angevins pour engager le mariage par procuration (ACA, C, reg. 334, f° 158r°[1] [9 février 1304, Bormio]).

240 J. E. Martínez Ferrando, La tràgica història dels reis de Mallorca, passim.

241 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I, pp. 220-254, 267.

242 Lettre de Charles II à Jacques II du 28 janvier 1304, Bormio (ACA, C, P. de Jaume II [EI], carp. 200, n° 56). Le soutien des communes guelfes de Florence et de Lucques à l’entreprise de Jacques II en Sardaigne a été obtenu par Guglielmo di Ricoveranza, représentant de Charles II ; Guglielmo en informe directement le roi d’Aragon (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 84, pp. 117-118 [6 mars 1304, Capoue]). Barthélemy de Capoue informe aussi Jacques II des positions de Charles II sur le mariage et de l’obtention du soutien guelfe (ibid., t. II, doc. 88, p. 120 [2 avril 1304, Capoue]).

243 Lettre de Jacques II d’Aragon à Jacques II de Majorque : « Significatum etiam est nobis per eosdem, ipsis per vos dictum fuisse, vos audivisse nos negocium matrimonii prelibati non ex corde tractare nec velle compleri. Et quod propterea res hac vos reddebat plurimum vacillatem. Quibus quidem omnibus plenarie intellectis, vobis curavimus intimandum quod, nolentes ex talibus tantum negocium, quod ad honorem et comodum domus vestre quod proprium reputamus, respicimus, rescipiat turbamentum notificato prius vobis, nos in presenti negotio nec fecisse nec facere sub aliqua contrarietatis velamine nec fore nos talis conditionis, quod vobiscum vel aliquis personis quibuslibet in hiis vel aliis duplici via vel corde duplici amblemus [sic] » (ACA, C, reg. 334, f° 152v° [3] [5 mars 1304, Calatayud]).

244 Sur l’honneur blessé, voir K. Schreiner et G. Schwerhoff (éd.), Verletzte Ehre.

245 « E com lo tractament del dit matrimoni sia estat publicat en la cort de Roma e encara en la cort del dit senyor rey d’Aragó e quaix per tota sa terra, e el dit rey de Maylorches o haya manifestat e publicat a tots ses barons e a altres amics seus que·l dit matrimoni se feya per moviment e tractament del dit senyor rey d’Aragó e de madona la regina. E vós, senyor, ara aiats tramès a dir al dit senyor rey d’Aragó que sobreseesta de fer enantar en lo dit matrimoni entro al mes de setembre primer vinent o entro que aia de vos altre cert ardit. És semblant al dit senyor rey d’Aragó e a madona la regina que açò hayats feyt per dir de no al tractament del dit matrimoni. La qual cosa els tenen a gran desplaer per tal con els d’aquest feyt són estats commençament. E les gens del dit senyor rey d’Aragó e del rey de Maylorches dien e creen que vós, senyor, havets fer [sic] lo dit alongament del matrimoni desús dit a gran menyspreu e vituperi e deshonor del senyor rey d’Aragó e de madona la regina filla vostra. Perquè els preguen e requeren que·l dit matrimoni venga a acabament, car en altra manera els o tendrien a gran menyspreu e vituperi… » (ACA, C, reg. 334, f° 55v° [2 mai 1302, Saragosse]).

246 Article « Aljafería », Gran Enciclopedia Aragonesa, t. I, 1980, pp. 143-148.

247 « Nobili et dilecto Othoni de Montechano, etc. Scire vos volumus quod nos celebrationi matrimonii contrahendi proximo inter inclitum Fferdinandum [sic], filium regis Maiorice, et inclitam Mariam filiam regis Caroli intererimus personali, domino concedente, iamque in procinctu itineris constiti, versus partes Rossilionis dirigimus iter nostrum, propossuimus quod in celebratione premissa plures novos milites facere tam nobiles quam alios Catalonie, inter quos vos duximus eligendum, ita quod nos faciemus vos novum militem et vos postmodum III novos milites facietis. Propter quod volumus et vobis rogando mandamus quatenus ad predicta vos, visis presentibus, preparetis, taliter quod nobiscum ea ratione accedere possitis ad partes premissas. Vos vero mitatis apud Barchinonum nuncium vestrum, cum nos sciveritis illuc esse et faciemus inibi vobis subveniri et exhiberi pro premissis sex milia s.b., qui fidelis thesaurarius noster Petrus Boyl tradet vobis vel dicto nuncio. Et hoc aliquatenus non mutetis […] Similes fuerunt misse Hugeto de Cerviano, et quod ipse faciat duos milites et exhibebuntur ei quinque milia s.b. G. de Cervilione, et ipse faciat duos milites, et subvenietur ei de quinque milia s.b. G. de Angleraria, et ipse faciat quinque milites, et subvenietur ei de decem milia s.b. Acardo de Muro, et providebitur ei de quatuor milia s.b. Berengario de Crudiliis, et subvenietur ei de III milia s.b. Alammano de Fuxato, et ipse facciat duos milites, et subvenietur ei de quinque milia s.b. » (ACA, C, reg. 235, f° 128r°[2] [19 août 1304, Alagón]).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 21. — Dot, dot indirecte et biens assignés dans les contrats et promesses de mariages des membres de la famille royale
Légende a V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », doc. XXVI, pp. 324-326, doc. XXXIV, pp. 339-341.b Les contrats de 1312 se trouvent dans le registre ACA, C, reg. 292, ffos 25r° sq, mais le microfilm consulté n’en rend pas le déchiffrement possible.c ACA, C, reg. 292, ffos 13r°-15v°.d A. Benavides, Memorias de D. Fernando IV de Castilla, t. II, doc. CCCLIX, pp. 526-534.e ACA, C, reg. 1521, ffos 81r°-84v°.f ACA, C, reg. 292, ffos 82r°-83v°, 84r°-v°.g Sur ces chiffres, voir W. Küchler, « Zur Hochzeit der Infantin Isabella von Aragon mit Herzog Friedrich dem Schönen ».h ACA, C, reg. 292, ffos 147r°-151r° (voir J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. I, pp. 230-231).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540