Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Deuxième partie. Le roi et ses ambassadeurs

Chapitre VIII. Rois et ambassadeurs dans les négociations diplomatiques

Texte intégral

  • 1 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión med (...)

1Les spécialistes de la diplomatie et les conseillers les plus proches du roi sont fréquemment chargés par ce dernier de négocier avec des puissances étrangères. Comme l’attestent les importantes tractations menées à la curie, dans les cours italiennes, ibériques, française, et d’autres encore, cette activité occupe une place essentielle dans le quotidien des ambassadeurs. Plusieurs historiens du règne ont d’ores et déjà reconstitué de façon très précise les mobiles et les péripéties d’un grand nombre de ces négociations1. Enjeux, stratégie, tactique, volonté des différents protagonistes, manipulation, double jeu, victoire ou défaite, accord favorable et capitulation constituent les maîtres-mots dans ces études de dramaturgie négociatrice. Or, une autre voie d’analyse, largement complémentaire et souvent tributaire de la précédente, est possible. Elle consiste, au-delà de l’irréductible diversité des rapports de force et des singularités propres au déroulement de chaque tractation, à envisager la négociation, à l’instar de la guerre, comme une pratique sociale et politique à part entière, mise en œuvre selon des principes, avec des méthodes et des instruments déterminés.

  • 2 C. Thuderoz, Négociations et, parmi une abondante bibliographie essentiellement anglosaxonne, H. R (...)
  • 3 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit ; A. Reitemeier, Auss (...)
  • 4 F. J. Felten, « Kommunikation zwischen Kaiser und Kurie » ; Id., « Verhandlungen an der Kurie ; M. (...)
  • 5 S. Péquignot, « L’ambassadeur dans les miroirs des princes ».

2Il n’existe pas de tradition historiographique consolidée sur la question. À la différence des sociologues ou des spécialistes d’analyse décisionnelle, les historiens n’ont pas — ou pas encore — structuré un champ de negotiation studies2. De manière plus surprenante, et même paradoxale, la pratique de la négociation n’a, jusqu’à très récemment, guère retenu l’attention dans l’étude des diplomaties médiévales. Avant le XIIIe siècle, les sources sont souvent peu favorables pour envisager le problème tandis que, pour les derniers siècles du Moyen Âge, les spécialistes ont préféré interpréter les relations diplomatiques avec les concepts de représentation et de communication politiques, dans des réflexions où la négociation n’occupe le plus souvent qu’une place secondaire3. Le sujet émerge donc seulement depuis peu dans l’historiographie4. De ce fait, la plupart des écrits des historiens font écho aux miroirs des princes médiévaux : les ambassadeurs représentent le roi, ils parlent en son nom, mais leur fonction de négociateur apparaît seulement en filigrane5.

  • 6 Mises au point dans C. Gauvard, « Conclusion » ; W. C. Brown et P. Górecki, Conflict in Medieval E (...)
  • 7 W. C. Brown et P. Górecki (éd.), Conflict in Medieval Europe, pp. 1-35 et 265-285, notamment p. 28 (...)
  • 8 A.-J. A. Bijsterveld et al. (éd.), Negotiating Secular and Ecclesiastical Power ; B. H. Rosenwein, (...)
  • 9 B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience ; J. Revel (dir.), Jeux d’échelles.
  • 10 L’idée d’une négociation des règles légales, reprise des travaux de Pierre Bourdieu, est ainsi uti (...)
  • 11 G.-O. Faure, « Négociation ».

3En revanche, hors du cercle somme toute relativement étroit des travaux portant sur la diplomatie stricto sensu, la négociation a suscité l’intérêt croissant et, parfois, l’engouement de certains médiévistes. À la suite de réflexions issues de l’anthropologie juridique, la négociation a d’abord été envisagée, pour le Haut Moyen Âge notamment, comme une modalité fondamentale du règlement extra-judiciaire des conflits6. La negotiation s’est ensuite peu à peu imposée comme un concept-clef et s’érige même à présent, si l’on en croit les auteurs d’un bilan historiographique récent, en véritable « paradigme dominant » dans l’étude du « règlement des conflits » (settlement of conflicts), un domaine d’investigation très prisé dans le monde anglo-saxon7. Parallèlement, le terme de « négociation » est aussi employé de façon croissante pour qualifier des études relatives au pouvoir, à l’espace, aux relations entre cultures différentes, au don et même au rapport avec le passé8. Dans ces derniers travaux, le recours au champ sémantique de la « négociation » vaut profession de foi et refus affiché d’une approche réifiée des catégories sociales, institutionnelles et politiques. Il permet de souligner le caractère processuel des objets pris en considération ; il témoigne du souci croissant de révéler les modalités de construction de l’accord ou du règlement des conflits, les capacités d’initiative des individus dans des situations sociales données ou au sein d’identités qu’ils contribuent à façonner9. Présence parfois sourde, diffuse, en passe de devenir une image ou une métaphore difficilement contournable lorsqu’il s’agit de qualifier la participation des individus à des rapports sociaux de natures très variées, le terme de « négociation » s’immisce donc dans les textes des médiévistes et de nombreux autres historiens avec des sens divers, qui parfois se recoupent et peuvent créer une certaine ambiguïté. Le spectre sémantique est ouvert, depuis une conception large, où le fait de négocier peut aller jusqu’à signifier l’investissement des individus dans la définition des règles légales10, à une acception restreinte, où la négociation est appréhendée comme un « processus par lequel deux ou plusieurs parties interagissent dans le but d’atteindre une position acceptable au regard de leurs divergences »11.

  • 12 J.-M. Moeglin, « Introduction ».
  • 13 La conférence la mieux connue est celle d’Arras : D. Clauzel et al. (éd.), Arras et la diplomatie (...)

4Dans ce paysage historiographique tout à la fois disparate, foisonnant et en constante transformation, l’étude de la pratique de la négociation diplomatique menée au nom du roi d’Aragon — considérée dans les pages qui suivent au sens restreint de processus d’interaction — peut se fonder principalement sur la mise en regard des instructions aux ambassadeurs et des correspondances qu’ils échangent avec leur mandataire, sur le croisement d’informations quantitatives et d’études de cas détaillées. Les documents produits par et pour les hommes du roi rendent en partie visible la préparation des négociations, certaines modalités de leur déroulement, les significations qui leur sont prêtées et les rôles dont elles sont susceptibles d’être investies. La diplomatie de Jacques II constitue de ce point de vue un observatoire exceptionnel. Les textes médiévaux sont en effet d’ordinaire fort peu loquaces sur la négociation, car l’exercice même de cette pratique politique, pourtant très courante, va à l’encontre de prérogatives essentielles pour les gouvernements chrétiens, notamment l’exercice de la justice et la détention d’un droit incontestable12. En avançant quelques jalons pour une histoire comparée des pratiques de négociation médiévales, qui pourrait faire l’objet d’un autre livre, on s’efforcera par conséquent ici de circonscrire la place dévolue par le pouvoir monarchique aux négociations diplomatiques, les hommes qui y prennent part et la marge de manœuvre dont ils disposent, de saisir comment la difficulté à dire publiquement la négociation s’accompagne ou s’accommode d’un recours intense à cet exercice périlleux, aux conséquences parfois difficilement prévisibles. Le propos se restreindra essentiellement aux négociations menées à la cour des souverains étrangers, les conférences d’ambassadeurs et les tractations diplomatiques lors des conciles, souvent mieux connues, retiendront moins l’attention13. Ces négociations sont menées sous l’autorité et le contrôle ferme du gouvernement royal. Les ambassadeurs, interprètes de la volonté du monarque, disposent néanmoins d’une réelle marge de manœuvre. Pour des négociations particulièrement délicates, les modalités « classiques » de la représentation par ambassadeurs sont même délibérément mises entre parenthèses afin de conférer une autonomie plus importante aux hommes du roi.

I. — SOUS L’AUTORITÉ DU ROI. LA CONCEPTION ET LE CONTRÔLE DES NÉGOCIATIONS

LES AFFAIRES NÉGOCIABLES : UN CHAMP IMMENSE, INÉGALEMENT ACCESSIBLE

  • 14 ACA, C, reg. 252, 334-339.

5D’après la documentation enregistrée sous les rubriques legationes des Registra secreta, les négociations menées par les ambassadeurs de Jacques II avec les cours occidentales portent essentiellement sur des projets de mariage, des litiges territoriaux, des querelles de succession, le rétablissement de la paix, la destination des biens du Temple, la préparation financière et logistique d’expéditions militaires (Sicile, Grenade, Sardaigne), des droits commerciaux et, enfin, des interventions du souverain aragonais comme médiateur14. Le champ concerné par la négociation est donc immense, en particulier en raison des multiples entreprises diplomatiques suscitées durant le règne par le règlement des conflits en péninsule Ibérique et par la conquête de la Sardaigne. De surcroît, si toutes les legationes menées par les représentants de Jacques II ne débouchent pas sur des négociations diplomatiques complexes, la plupart d’entre elles, y compris les plus modestes, supposent un recours, même minime, à cette pratique.

  • 15 Lettre de Jacques II à Denis du 14 novembre 1300, à Valence (ACA, C, reg. 334, f° 5r°, éd. partiel (...)
  • 16 C’est le cas d’Enrico de Quintavalle, dépêché en mission en janvier 1304 auprès de Charles II d’An (...)
  • 17 « … Memòria sia de part del senyor rey d’Aragon a · n G [uillem] Esquererer, que, segons la inform (...)

6La possibilité d’appréhender les négociations diffère toutefois fortement selon les choix effectués par le gouvernement royal. Quelques ambassadeurs, minoritaires, sont chargés de négocier à l’étranger sans que des documents écrits détaillent leur mandat et les voies qu’ils doivent emprunter. Par exemple, lorsque Jacques II dépêche en novembre 1300 Ramon de Montrós auprès du roi du Portugal Denis afin de préparer une rencontre au sommet, l’objet de la mission apparaît seulement dans la lettre de créance adressée au souverain portugais et l’ambassadeur ne dispose visiblement d’aucun autre écrit pour cette affaire de logistique et d’honneur15. Dans le même sens, « à l’occasion d’affaires secrètes et ardues » (pro secretis et arduis negociis), certaines instructions sont données de vive voix (de paraula) afin de mieux conserver le secret16. Elles demeurent par conséquent aujourd’hui largement inaccessibles, sauf si, comme il arrive parfois, des instructions écrites postérieures remémorent à l’ambassadeur leur sens général : « il est rappelé de la part du seigneur roi d’Aragon à Guillem Esquerrer que, selon l’instruction que le roi lui a donnée en parole, il doit parler avec le roi Robert [d’Anjou] au sujet de l’aide qu’il pourrait apporter à la conquête de la Sardaigne », précise-t-on ainsi à un envoyé à Naples en août 131117.

  • 18 Calcul effectué d’après la base de données « ambassades » sur les registres : ACA, C, reg. 252, 33 (...)
  • 19 S. Péquignot, « Enantar a tractar », pp. 296-300.
  • 20 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 459, p (...)

7Toutefois, pour la majorité des tractations les plus notables, le gouvernement royal détermine préalablement par écrit ce que les ambassadeurs peuvent négocier. Des procurations (ou pouvoirs) sont rédigées pour 61 des 233 missions qualifiées de legationes, et leur trace est conservée dans les registres du secret18. Ces documents permettent de garantir et de mesurer la capacité des négociateurs. Ils sont montrés avant d’engager les négociations (enantar a tractar), attestent de la légitimité des parties prenantes et constituent donc ordinairement un outil indispensable pour l’ouverture de discussions techniques19. Corrélativement, des instructions écrites sont confectionnées pour près de la moitié (112) des legationes. Les négociateurs du roi munis à la fois d’instructions et de pouvoirs écrits — c’est le cas le plus fréquent — ne sont néanmoins pas tous fondés de manière identique à négocier dans les cours étrangères. Certains d’entre eux bénéficient de pleins pouvoirs (plenum posse), voire de blancsseings qu’ils pourront remplir, d’autres emmènent seulement des procurations restreintes. Au sein d’une même délégation, il est fréquent que l’un des ambassadeurs dispose d’instructions secrètes ou d’un pouvoir qui le rend plus apte que ses collègues à négocier une affaire précise. Lorsqu’il envoie en juin 1312 son conseiller Guillem de Lacera et le franciscain Fernando García traiter avec Robert d’Anjou, Jacques II octroie au seul Guillem le plein pouvoir de recevoir le prêt de 10.000 onces d’or qui doit matérialiser l’aide angevine apportée à la conquête de la Sardaigne. En revanche, les deux ambassadeurs de Jacques II ont une procuration pour traiter du mariage du roi d’Aragon avec Constance, une nièce du souverain angevin20.

8Le champ des affaires négociables et effectivement négociées au nom du roi est donc immense et multiforme. Il ne peut être appréhendé que partiellement, car certaines tractations se sont déroulées presque exclusivement de façon orale, sans laisser de traces notoires, et les sources disponibles proviennent essentiellement de la partie aragonaise. Pour la joie de l’historien, les hommes de Jacques II négocient toutefois ordinairement avec des procurations, de natures et d’ampleurs fort diverses, ils reçoivent des instructions sur leur action à l’étranger, puis entretiennent des relations épistolaires avec leur mandataire. Si la pratique de la négociation ne donne pas lieu à une réflexion théorique d’ensemble, si elle demeure difficile à revendiquer, sa mise en œuvre requiert en tout cas — précisément pour conjurer le danger qu’elle représente — un important travail écrit de réflexion, de contrôle et de suivi.

DES NÉGOCIATIONS RÉGLÉES PAR LES INSTRUCTIONS

  • 21 Il s’agit de feuillets isolés (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 127 [ES], nos 2000, 2004, 2006, 2007, (...)
  • 22 Les instructions à un ambassadeur envoyé au roi de Majorque en 1302 commencent ainsi : « Aquests s (...)
  • 23 Ibid., f° 72v°, par exemple.
  • 24 C’est le cas notamment pour une ambassade que devait mener Bernat d’Aversó auprès de l’infant Phil (...)
  • 25 Ibid.

9L’élaboration et surtout le contenu des instructions aux ambassadeurs offrent les témoignages les plus éloquents du vaste effort déployé par la chancellerie royale afin de maîtriser les négociations. À une première lecture, ces documents, conservés essentiellement dans leur version enregistrée, apparaissent comme des ordres écrits, la simple matérialisation de la volonté du roi qui en est l’ordonnateur. L’impression initiale n’est pas fausse, mais résulte d’une fiction simplificatrice et nécessaire pour le pouvoir, à savoir l’effacement du travail de genèse de l’ordre au bénéfice de l’autorité dont il émane. Or, les notes de chancellerie apposées dans les registres et, surtout, une dizaine de brouillons, d’états préparatoires et d’originaux remis aux ambassadeurs révèlent une situation plus complexe21. Les instructions sont certes à plusieurs reprises issues d’un mandement oral direct de Jacques II22, parfois qualifié de manament de paraula23, mais un dialogue préalable entre le roi et l’ambassadeur peut préluder à leur rédaction, il permet d’en préciser les termes24. De surcroît, à l’instar de l’envoi des ambassadeurs à l’étranger, la confection des instructions donne aussi lieu à des débats ou, du moins, à des prises de paroles au conseil royal, dont les traces demeurent malheureusement extrêmement ténues25. Il existe donc plusieurs modalités d’élaboration des instructions écrites, qui ne s’excluent pas mutuellement, mais l’état de la documentation ne permet pas de déterminer leur importance respective.

  • 26 ACA, C, reg. 334, ffos 53v°, 145v°, etc.
  • 27 ACA, C, reg. 337, f° 237r°, etc.
  • 28 La mention sua propria manu n’apparaît pas à cette occasion.
  • 29 Cas d’une ambassade aragonaise et majorquine en France en 1303 (ACA, C, reg. 334, ffos 153v°-155r° (...)

10Le contrôle méticuleux exercé par le roi apporte en tout cas la preuve la plus sûre de l’attention prêtée à l’élaboration de ces documents. Les instructions lui sont montrées, lui sont lues26, il les corrige, les amende, et même les donne27. Jacques II n’écrit guère de sa propre main à cette occasion28, mais, plus probablement, dicte ou écoute dicter. Le roi joue de la sorte un rôle essentiel dans la définition de ce qui doit être énoncé en son nom à l’étranger. Source évidente d’autorité, il est aussi, de façon très concrète, à l’origine de nombreux éléments de sa propre parole. L’assentiment nécessaire du monarque et le statut documentaire souvent incertain des instructions — qui comportent rarement des signes de validation — font alors de ces dernières un espace ouvert de construction de la parole royale. Amendable, l’instruction peut même être négociée pour préparer l’envoi d’une seule ambassade avec d’autres princes, notamment le roi de Majorque. Des versions préliminaires sont débattues à distance afin de s’accorder sur une parole et une stratégie d’énonciation communes29. L’instruction écrite, bien plus qu’une simple transcription de mandat oral, fait donc l’objet de calculs, de délibérations et de stratagèmes rendus possibles par l’utilisation intensive de l’écrit, tout un travail dont l’on ne conserve trop souvent qu’un palimpseste, l’instruction finale.

  • 30 Approche globale sur ce genre : S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs ».
  • 31 Rodrigo Gil reçoit des instructions en castillan pour aller rencontrer l’infant Juan de Castille ; (...)
  • 32 Voir pp. 79-80.
  • 33 Guillem Palazín reçoit des capitula à présenter à l’infant Juan, fils d’Alphonse X, et à Juan Manu (...)
  • 34 Instructions à Joan Borgunyó pour une mission en France (ACA, C, reg. 337, f° 236v°[2] [ca. 7 octo (...)
  • 35 Ibid., ffos 192r°-193r° (ca. 13 janvier 1312, Calatayud).

11Ces efforts intenses ont pour but d’offrir aux ambassadeurs un aide-mémoire, de définir l’objet de leur mission, de préciser les limites du mandat qui leur est octroyé et, parfois, les méthodes qu’ils auront à employer à la cour étrangère. Corrélativement, les instructions écrites doivent permettre au roi et aux hommes de la chancellerie de contrôler l’engagement de la parole du monarque effectué par les ambassadeurs. Comment rédige-t-on alors les instructions ? À la différence des pouvoirs dont elles spécifient souvent les usages, elles ne sont pas composées selon un modèle de rédaction précisé dans des formulaires de chancellerie30. Elles se caractérisent tout d’abord par leur diversité linguistique. Selon les cours de destination et, surtout, les compétences des ambassadeurs, elles sont écrites en latin, en castillan ou bien encore en catalan31. Du latin, elles sont parfois traduites en langue vernaculaire afin de faciliter le travail de représentants du roi moins lettrés32. Les scribes de la chancellerie les désignent souvent sous le terme générique d’informatio (informació) ou bien encore de capitula (capítols). Cette dernière dénomination indique un texte remis à l’ambassadeur et qui comporte plusieurs articles. Elle peut toutefois s’appliquer autant à de véritables instructions qu’à des listes de demandes, de suppliques ou de propositions qui ne font pas allusion aux ambassadeurs — et de nombreux capitula comportent en fait des articles qui relèvent de ces deux catégories textuelles aux limites poreuses33. L’emploi du mot memoriale est pour sa part moins courant, réservé d’ordinaire à des instructions qui énoncent simplement les buts de la mission34. Des titres ou des phrases annoncent aussi d’une manière fréquente et clairement identifiable le début d’une instruction. Malgré leur variété, elles comportent en effet ordinairement au moins trois des quatre éléments suivants, chargés de rappeler les multiples fonctions du document : l’appel à la mémoire de l’ambassadeur par un terme technique (capitula, articula) ou général ; la mention du ou des ambassadeurs, nommés ou pas ; l’expression de l’ordre de dire quelque chose de la part du roi ; l’indication du destinataire. Esto es lo que don Miguel Perez d’Arbe a a deçir al rey de Portogal de part del rey d’Aragón (« Voici ce que don Miguel Pérez d’A[ye]rbe a à dire au roi du Portugal de la part du roi d’Aragon »)35, écrit-on ainsi de manière caractéristique en tête des instructions remises à un ambassadeur.

  • 36 À. Masià de Ros, Aragó, Granada i Marroc, pp. 385-386 (ca. 20 février 1310, Valence).
  • 37 ACA, C, reg. 338, f° 87v° (ca. 6 mai 1322, Lérida). Les instructions sont éditées par A. Lecoy de (...)
  • 38 ACA, C, reg. 338, f° 87v°.

12Généralement peu soucieuses des gestes et des actes des représentants de Jacques II, toutes tendues vers la définition de ce qu’ils doivent ou peuvent dire au principal destinataire de la mission, les instructions se distinguent entre elles par le statut de la parole du roi qu’elles transcrivent. Certaines contiennent presque mot à mot le discours que le représentant de Jacques II doit prononcer devant le souverain étranger, mais l’ambassadeur doit en ce cas souvent effectuer in vivo un effort de transposition du style indirect double (qu’il dise que le roi dit que…) au style indirect simple (le roi dit que..) pour faciliter l’énonciation du discours. Dans l’informació remise à Pedro Garcés de Castellón, qui se rend auprès du roi de Castille en février 1310, sont ainsi rassemblées sous le titre « Esto es lo que ha de dezir Garcés de Castellón al rey de Castiella de part del rey de Aragón » (« voici ce que Garcés de Castellón doit dire au roi de Castille de la part du roi d’Aragon ») des propositions et des protestations de Jacques II introduites à chaque fois par l’injonction « Item diga que el rey… » (« Item, qu’il dise que le roi… ») ou par une expression équivalente36. D’autres instructions en revanche sont visiblement destinées à être conservées au secret par l’ambassadeur. Les premières sont munies du sceau du roi, alors que les instructions secrètes en sont généralement dépourvues afin d’éviter toute compromission du monarque en cas de découverte. Plusieurs instructions sont ainsi remises à Ramon Vinader et à Ot de Montcada pour leur mission en France et auprès du roi de Majorque en 1317. D’après une note de chancellerie, Ot de Montcada reçoit tout d’abord à Lérida des instructions qui peuvent être présentées aux souverains étrangers. Elles sont munies du sceau du roi, sans pour autant être signées par le vice-chancelier, et réintègrent ensuite la chancellerie37. Une note postérieure, rédigée en latin et suivie de sa traduction en catalan, précise néanmoins que d’autres instructions, confidentielles, ont été remises au noble, sans que le sceau du roi y soit apposé38. La différence entre les documents est frappante. Énonciation préalable au style indirect des paroles prononcées publiquement au nom du roi dans le premier cas ; exposition des buts, des concessions et des méthodes de négociation à suivre dans l’autre.

  • 39 ACA, C, reg. 335, ffos 209r°[2]-210v° (ca. 29 octobre 1305, Perpignan).
  • 40 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I, pp. 284-286  (...)
  • 41 ACA, C, reg. 335, ffos 209r°-210v°. L’attaque de chaque capitulum rend visible cette structure : « (...)
  • 42 Autre exemple de division entre propositio et intentio dans les instructions remises à Bonanat, ab (...)

13Les instructions comportant des clauses secrètes sont les plus nombreuses et les plus détaillées ; elles définissent point par point les réactions à adopter par les ambassadeurs dans les cours étrangères. Un exemple remarquable de cette pratique peut être trouvé dans les instructions baillées par Jacques II à son conseiller Gonzalo García, qui doit se rendre à la fin de l’année 1305 en Avignon et auprès du roi de France avec le sacristain de Majorque Joan Borgunyó39. Leur mission est triple : renouveler l’hommage de Jacques II dû au pape pour la Sardaigne, faciliter la résolution du conflit territorial sur le Val d’Aran qui oppose la France et la couronne d’Aragon, négocier le mariage d’un fils du roi de France avec une fille de Jacques II40. Ils reçoivent sur ce dernier point des instructions spécifiques, composées de trois parties bien distinctes : la propositio comporte un rappel de l’affaire et l’exposé des motifs de la mission, dans l’intentio sont formulées les demandes de Jacques II, puis le document se clôt par l’examen des différentes réactions que les ambassadeurs doivent adopter en fonction des propos de Philippe le Bel41. La division adoptée ici est assez fréquente dans les instructions remises aux ambassadeurs de Jacques II ; elle témoigne du caractère élaboré de la rhétorique de la chancellerie royale aragonaise, qui intègre des éléments repris de la rhétorique classique du discours42.

  • 43 « … Diguen e recompten axí com a ells serà vist los tractaments qui passats són e ahuts per los mi (...)
  • 44 Ibid., f° 208r°-v°[2] (28 octobre 1305, Perpignan).

14D’après leur proposició, les ambassadeurs doivent d’abord exposer comme bon leur semblera les projets de mariage déjà évoqués entre un fils de Philippe IV et une fille de Jacques II. Leur envoi se justifie par la venue du roi à Lyon pour le concile, mais s’explique aussi par les grandes obligations qu’engendrent les liens de parenté existant entre les deux maisons. C’est dans le souci d’accroître encore ces obligations, pour le bien, le profit et l’honneur de chacun et de la Chrétienté, que le roi d’Aragon envoie de tels messagers qui peuvent engager (enantar) les négociations matrimoniales. Ils doivent ensuite présenter leur accréditation en soulignant qu’ils ont un mandat suffisant pour mener à bien leur action43. Ils disposent en effet de trois pleins pouvoirs in solidum remis par le roi : le premier pour traiter et convenir d’un mariage entre l’un des fils de Philippe le Bel et María, fille de Jacques II, le second pour un éventuel mariage entre un ou plusieurs des enfants du Capétien et un ou plusieurs des enfants de Jacques II, le dernier, enfin, pour renouveler l’entente de paix et l’amour avec le roi de France44.

  • 45 « La entención del rey d’Aragó sobre·l dit matrimoni és aquesta : que·l fill del rey de França qui (...)

15L’objet de la mission et les capacités des ambassadeurs une fois établis, les instructions énoncent ensuite l’entenció (« l’intention ») du souverain aragonais. Le deuxième fils du roi de France doit prendre pour femme sa fille aînée, les épousailles doivent être célébrées dès à présent, avant qu’ils ne consomment le mariage lorsqu’ils atteindront l’âge requis. Le roi de France doit faire en sorte que son fils possède le royaume de Navarre et les comtés de Champagne et de Brie au même titre que l’ancien roi de Navarre. Il doit dès à présent faire jurer les barons, chevaliers, citoyens et autres gens du royaume et des comtés, afin qu’ils reconnaissent le fils de Philippe le Bel comme leur seigneur et roi naturel45.

  • 46 Ibid., ffos 209v°-210v°.

16L’entenció forme l’accord de mariage le plus souhaitable du point de vue du souverain aragonais. Son obtention permettrait de renforcer de manière considérable les liens entre la Navarre et la couronne d’Aragon, mais elle ne constitue pas le seul accord possible. La suite des instructions, qui doit sans aucun doute rester secrète, fournit en effet aux ambassadeurs une trame graduée pour les négociations, de l’accord le plus souhaitable jusqu’au minimum exigible pour s’entendre sur le mariage. Hypothèses de réactions du roi de France aux propositions aragonaises et réponses des ambassadeurs se succèdent dans un effort global pour tenter de délimiter et de contrôler le champ des accords possibles dans cette négociation matrimoniale. « Si par aventure » (si per aventura) Philippe le Bel refuse de les marier sur le champ, les ambassadeurs peuvent accorder un délai allant jusqu’à quatre années. Ils peuvent proposer d’envoyer l’infante à la cour du roi de France si les épousailles ont lieu immédiatement. Dans le cas contraire, ils ne doivent pas effectuer cette proposition, mais accéder au désir du roi de France… seulement si lui-même en formule la demande. Si Philippe souhaite connaître la dot, les ambassadeurs doivent répondre que le roi d’Aragon n’a pas pour coutume de donner de l’argent, mais qu’il fournira la chambre et les ornements. « Si le roi persévère fortement » (si fort perseverara), ils peuvent indiquer que le débours prévu s’élèvera à une somme comprise entre 20.000 et 25.000 livres de Barcelone. Les représentants de Jacques II peuvent aussi négocier les clauses territoriales du contrat de mariage. Si Philippe le Bel laisse à son second fils le royaume de Navarre avec des terres équivalentes aux comtés de Brie et de Champagne, le roi d’Aragon donne son accord et demande des terres contiguës. Si le Capétien se fait tirer l’oreille, les ambassadeurs doivent dire que l’octroi de la seule Navarre n’est pas convenable, car le deuxième fils de Philippe doit pouvoir vivre du sien. Finalement, au pire, ils doivent au moins obtenir du roi de France qu’il remette le royaume de Navarre au futur époux de la fille aînée de Jacques II. Si cette condition n’est pas remplie, ils peuvent alors envisager un mariage avec une autre fille de Jacques II, qui ne soit ni l’aînée, ni Constanza, et même sonder les possibilités d’alliance entre l’infant Jaime d’Aragon et l’une des filles de Philippe le Bel. Les instructions se terminent par l’énonciation des conditions posées par Jacques II pour consentir à une éventuelle proposition de renouvellement d’alliance qui serait formulée par le roi de France46.

17Aide-mémoire, guide et réserve d’arguments pour des ambassadeurs ayant quitté la cour d’Aragon depuis plusieurs semaines, les instructions apparaissent surtout dans l’exemple qui précède comme une représentation préalablement construite par le pouvoir royal du déroulement éventuel des négociations. Elles les inscrivent dans une évolution casuistique qui se fonde sur un principe de progressivité des concessions susceptibles d’être effectuées par les ambassadeurs, un scénario gradué qui mène de l’accord maximal souhaitable présenté en premier à l’accord minimal acceptable, qui marque la fin des négociations possibles. Cette trame évolutive, si l’on y ajoute la prise en considération des différentes demandes éventuelles de l’autre partie, constitue en fait un horizon d’attente du pouvoir face aux négociations, un effort intellectuel souvent collectif pour réduire leur imprévisibilité au strict minimum et, partant, pour définir le plus précisément possible la part d’initiative qui revient aux ambassadeurs selon des circonstances envisagées au préalable. Dès lors, la possession de pleins pouvoirs ne signifie pas que les ambassadeurs disposent d’une liberté d’initiative pleine et entière dans les négociations qu’ils mènent à la cour étrangère. Les conditions d’utilisation de tels documents sont en effet le plus souvent définies à l’avance dans les instructions qui leur sont remises et qui doivent permettre au roi-mandataire, avec les notes de chancellerie apposées auprès des documents enregistrés, d’exercer un contrôle strict sur les négociations menées à l’étranger en son nom.

NÉGOCIER, C’EST METTRE EN JEU LA PAROLE DU ROI

18Ce travail sans cesse remis sur le métier vise aussi, de façon pragmatique, à contrôler les paroles prononcées à l’étranger au nom du roi. Les instructions apparaissent ainsi comme un révélateur du rôle central assigné à la parole du monarque dans la pratique des négociations et dans la conception qu’en ont les protagonistes. Le roi, ainsi qu’il a été observé précédemment, participe tout d’abord concrètement par ses prises de parole à l’élaboration des instructions, et donc des négociations. Même si les signes de son autorité souvent n’y figurent pas, il peut être considéré comme leur véritable auctor. Au-delà de cette phase préparatoire, le caractère structurant de la parole du monarque dans les négociations apparaît aussi dans la construction narrative des instructions et dans les propos des ambassadeurs qui s’y trouvent consignés.

  • 47 Respectivement (par exemple) : ACA, C, reg. 339, ffos 217v°, 228r° ; reg. 334, f° 146r°.
  • 48 ACA, C, reg. 337, ffos 211v°-214v° [instructions auprès de Frédéric III], 216r°[2]-v° [instruction (...)
  • 49 Ibid., ffos 212r°-213r°.
  • 50 « … Era e és mogut e molt despagat del fet e de les obres damuntdites del dit rey en Ffrederic per (...)
  • 51 Ibid., ffos 213r°-214v°.
  • 52 Ibid., f° 214v°.
  • 53 Ibid., f° 216r°[2]-v°.

19Du point de vue narratif, la plupart des instructions précisent de façon impersonnelle ce que l’ambassadeur doit ou peut dire : ha a dir, quod dicat, pot dir47. Dans des textes qui comportent deux destinataires, l’ambassadeur et le souverain auquel il est envoyé, le roi lui-même apparaît alors essentiellement à la troisième personne, il est le véritable sujet agissant. Afin de préciser le rôle central dévolu à sa parole dans la négociation, on envisagera ici, parmi des dizaines d’autres exemples possibles, les instructions emportées par le sacristain de Majorque Joan Borgunyó, lorsqu’il se rend, en 1314, auprès de Frédéric III puis de Robert d’Anjou pour tenter d’apaiser le différend qui les oppose48. Il s’agit, classiquement, d’ordres adressés à l’ambassadeur, dans lesquels sont précisés les buts de la tractation et les paroles qu’il doit prononcer en diverses circonstances. Un récit particulièrement fouillé de l’évolution du conflit et des tractations menées entre la papauté, la couronne d’Aragon, les Angevins et la Sicile sert de prélude au discours que doit prononcer Joan devant Frédéric III49. Dans des instructions marquées par l’emploi d’un vocabulaire familial, lignager, fraternel et paternel, l’exposé des motifs qui justifie l’envoi de l’ambassade met l’accent sur le déplaisir personnel ressenti par le souverain aragonais lorsqu’il a pris connaissance des initiatives belliqueuses de son frère, trop entreprenant sur les châteaux de Calabre qui, théoriquement, appartiennent aux Angevins50. La contextualisation de la mission de l’ambassadeur s’achève dans ces instructions par le rappel de la volonté du pape : celui-ci accorde à Jacques II le droit d’intercéder entre les parties si Frédéric III abandonne au préalable les châteaux occupés, l’obtention de ce dernier point constituant la cause immédiate de la mission de Joan Borgunyó. Le sacristain doit alors rapporter à Frédéric III que Jacques II lui recommande de suivre les injonctions pontificales, puis formuler les réponses du roi d’Aragon aux lettres que son frère lui avait envoyées. À sa demande d’aide pour lutter contre Robert comme à sa requête visant au rappel des sujets du roi d’Aragon rassemblés derrière le roi angevin, Joan Borgunyó doit signifier la réponse négative de Jacques II. Plusieurs hypothèses de réaction de Frédéric III sont alors envisagées. S’il accède à la demande de restitution des châteaux, mais s’enquiert de l’attitude qu’adoptera Robert, Joan Borgunyó doit l’informer que Jacques II a fait pression sur le pape pour que Robert cesse aussi les hostilités, et les deux parties doivent conserver la première forma de pau (« projet de paix ») établie auparavant. Si Frédéric souhaite préciser les conditions de la paix, qu’il en prenne note et, dans tous les cas, se rende ensuite auprès de Robert51. Deux compléments d’instruction — une pratique courante de la chancellerie aragonaise — envisagent d’autres hypothèses encore. Si Frédéric est d’accord, mais souhaite remettre les châteaux à Jacques II, Joan doit au nom du roi d’Aragon présenter cette proposition à Robert. Enfin, un projet de paix avalisé par Jacques II est remis à l’ambassadeur52. Les instructions concernant la mission auprès de Robert, bien moins développées, soulignent la volonté du roi d’Aragon de régler le conflit, ordonnent à Joan de raconter sa mission auprès de Frédéric et de demander à Robert au nom de Jacques II l’arrêt des hostilités53. Que ce soit par la voie du discours direct retranscrit mot à mot dans ses instructions ou bien par des injonctions lui laissant une marge d’interprétation plus grande, le représentant de Jacques II doit ici toujours parler au nom de son roi, produire et prononcer un discours du monarque adapté à la progression des tractations : Jacques II est de la sorte sans cesse (re)présenté comme l’élément décisif de la négociation, puisque toute évolution renvoie à sa volonté, à son plaisir ou à ses intentions.

  • 54 Joan Borgunyó emporte pourtant des lettres de créance et de recommandation adressées à 20 destinat (...)
  • 55 Exemple de capitula pisans avec chirographe, puis de réponse du roi d’Aragon aux articles d’une au (...)
  • 56 ACA, C, reg. 334, ffos 149v°-150r° (ca. 21 septembre - 15 octobre 1303). Sur la datation de ce doc (...)

20Au terme de cet important effort prévisionnel de la chancellerie royale, l’ambassadeur est donc pris entre deux discours rapportés, celui de son mandataire dont il est le porteur et les réponses supposées, imaginées au préalable, de l’interlocuteur royal avec lequel il traite. De façon remarquable, à l’instar de la grande majorité des instructions remises à des ambassadeurs envoyés pour être reçus en audience par des souverains étrangers, les conversations pourtant essentielles avec les autres membres des cours restent largement en retrait54. Les entretiens préliminaires et les intercessions s’effacent ici au bénéfice de la seule conversation véritablement importante, celle que le roi établit fictivement grâce à l’ambassadeur avec les autres souverains, finalement les seuls à disposer de réelles capacités de négociation. Un phénomène similaire peut être observé dans plusieurs des « capitula » (« chapitres ») échangés entre le roi d’Aragon et ses interlocuteurs. Certains de ces documents revêtent une forme solennelle, ils sont munis de signes d’authentification — chirographes pour les relations avec Pise ou sceaux pour les rapports avec les cours princières et royales — et contiennent des listes d’articles, de pétitions, de suppliques ou d’articles d’accord55. Leur circulation permet au roi d’Aragon et à ceux avec lesquels il négocie de préciser tour à tour leur intention sur chaque point en débat, selon une procédure écrite et authentifiée qui doit garantir l’accord obtenu. Des capitula du roi de Majorque relatifs à un projet de mariage entre l’infant Sanche de Majorque et Marie de Naples sont ainsi remis à un ambassadeur de Jacques II, médiateur dans cette affaire, puis transcrits dans les registres du secret. La réponse du roi est ensuite apportée à chacun des articles suggérés par le roi majorquin : semblant és al senyor rey d’Aragó (« il semble au seigneur roi d’Aragon ») ; « par al senyor rey d’Aragó que·s deia fer en aquesta manera ») (« il semble au seigneur roi d’Aragon que l’on doit procéder de cette manière »), etc56. Le même ambassadeur, Joan Borgunyó, peut alors ramener la réponse au roi de Majorque. Le rôle du représentant de Jacques II entre la présentation des chapitres (ou articles) et la transcription des réponses du souverain est alors très difficile à cerner avec ces seuls documents. Mais cet effacement des éventuelles tractations préliminaires fait précisément apparaître ce qui constitue l’essentiel aux yeux des protagonistes : pour les ambassadeurs, ces documents attestent officiellement de leur action à la cour étrangère ; pour le mandataire, ils permettent de traiter directement avec son interlocuteur, de contrôler l’ensemble du processus et d’être, en dernière instance, le seul à disposer véritablement de la capacité de parler, c’est-à-dire ici de négocier avec les souverains étrangers.

  • 57 Voir infra l’exemple de la mission de Bernat de Boxadós à Avignon, p. 322.
  • 58 ACA, C, reg. 339, ffos 196v°-202r°, 217r°-218v°.
  • 59 Cas d’une ambassade adressée au roi de Sicile Jacques Ier par Alphonse III d’Aragon (L. Klüpfel, D (...)
  • 60 Expression empruntée à J. L. Austin, Quand dire c’est faire. Pour une approche pragmatique globale (...)

21Dans une perspective où la négociation est moins envisagée comme une tractation que comme une conversation à distance entre princes, l’évocation et la mise en scène d’actes royaux de parole s’avèrent déterminants dans les propos que doit tenir l’ambassadeur. Ainsi, dans le corps du texte des instructions, après le titre ou la phrase d’ouverture, il est parfois intimé de nouveau aux représentants du roi de rappeler qu’ils s’expriment de sa part, « en sa vérité »57. D’autre part, les ambassadeurs doivent quelquefois dans leurs discours faire allusion à des prises de paroles du roi, dire que le monarque supplie, qu’il s’exprime, qu’il demande quelque chose ou bien qu’il prie58. Comme les mentions de ce type demeurent relativement isolées, l’apparition sous ces diverses formes de la parole du roi signifie alors avec une force accrue par sa rareté l’intérêt qu’il porte à une affaire. Rappeler que le roi a délibéré sur le sujet (haut son acord)59, évoquer les émotions de celui au nom duquel on s’exprime pour dramatiser l’exposé, arguer de la vérité de la parole énoncée à un moment stratégique du discours ou mentionner la parole du roi en cas de crise, telles sont les principales « conditions de félicité » dans lesquelles les ambassadeurs doivent, d’après leurs instructions, faire état d’actes royaux de parole60. Leur mention, consignée par avance à l’écrit, constitue ainsi un instrument de persuasion qui doit donner plus de force à une hypothèse susceptible d’être révoquée en doute par l’interlocuteur, conférer un supplément d’efficacité aux propos de l’ambassadeur.

  • 61 Voir pp. 34-38, 175-176.
  • 62 Voir par exemple L. Klüpfel, Die äussere Politik Alfonsos III. von Aragonien, doc. XII, p. 165.
  • 63 Voir pp. 284-291. Exemple du règne de Jacques Ier d’Aragon : ACA, C, reg. 47, ffos 127r°-128v°.

22Au-delà du rôle instrumental qui lui est parfois assigné pour des moments stratégiques, la parole du roi, quelles que soient les circonstances dans lesquelles elle est appréhendée, est conçue dans les négociations comme la marque d’un engagement, ainsi qu’il ressort nettement des procurations et des prestations de serment par les ambassadeurs qu’elles rendent possible61. Dans les instructions et les lettres échangées entre princes, il est aussi fréquemment fait allusion à cette caractéristique essentielle de la parole royale : le roi « promet et […] fait savoir » au préalable (promet e […] fa saber) ce à quoi il s’engage62. Inversement, le non-respect de la parole donnée par le destinataire de la mission est dénoncé et sert d’argument de rupture63. La valeur d’engagement d’une parole donnée par le roi et qui fait autorité apparaît ainsi comme une condition primordiale pour que des négociations puissent progresser — d’où la nécessité impérieuse de sa maîtrise.

  • 64 J.-M. Moeglin, « Introduction ».
  • 65 S. Péquignot, « Introduction ».

23Dans les instructions, les tractations sont donc envisagées à la fois comme un dialogue de l’ambassadeur avec le destinataire de sa mission, et comme une conversation à distance entre souverains rendue possible par l’usage d’écrits authentifiés et de représentants accrédités. L’encadrement méticuleux des propos et de l’action des ambassadeurs s’explique alors par trois raisons principales. L’ouverture de négociations comporte fréquemment des enjeux considérables, elles mettent en jeu l’honneur, le droit64, les intérêts du roi, d’où la nécessité de prendre le maximum de précautions. En deuxième lieu, le contrôle écrit des négociations participe d’une évolution générale du règne de Jacques II, marqué par le développement considérable de l’usage et de la conservation d’écrits pragmatiques pour l’exercice du pouvoir royal. Enfin, puisque l’on conçoit aussi les négociations menées au nom du roi d’Aragon comme des moments susceptibles d’engager sa parole, puisque l’on accorde en Occident à partir du XIIIe siècle une attention extrême aux enjeux, aux modèles et aux dangers de la parole vive, il faut impérativement que la parole de l’ambassadeur, qui est aussi celle de son roi, réponde aux exigences — alors dominantes — d’une parole maîtrisée65. Pris dans ce mouvement dialectique de la parole et des écrits royaux, les ambassadeurs de Jacques II ne sont toutefois pas de simples marionnettes. Dans leur recherche — souvent illusoire — de négociations totalement écrites à l’avance, les instructions placent clairement la parole de l’ambassadeur dans l’ombre de celle du roi. Si elles offrent ainsi une image partiale, en quelque sorte idéale de négociations sous contrôle, les instructions n’en confèrent pas moins aussi une marge de manœuvre réelle aux ambassadeurs. Quelle est-elle et qu’en font-ils ?

II. — LES AMBASSADEURS, DES INTERPRÈTES DE LA VOLONTÉ ROYALE

24Les ambassadeurs doivent s’accommoder et jouer des diverses obligations qui régulent les relations diplomatiques ; ils sont aussi strictement encadrés par des ordres, des instructions, des hypothèses préalables souvent mises par écrit. Ces interprètes de la volonté du roi disposent néanmoins d’un espace d’action politique propre, par lequel ils se distinguent de simples porteurs de message : ils travaillent à l’obtention des meilleures conditions possibles pour l’ouverture de négociations, prennent des initiatives au cours même de leur déroulement et, pour certains, établissent avec leur mandataire un véritable dialogue politique.

LA RECHERCHE DES CONDITIONS FAVORABLES POUR NÉGOCIER : LE TRAVAIL DE L’OMBRE

  • 66 N. Elias, La société de cour.

25Une fois arrivés à destination, les ambassadeurs doivent — à l’exception des cités-États italiennes dont il ne sera pas question ici — le plus souvent s’adapter à une « configuration curiale » (Norbert Elias) particulière66, à des micro-sociétés politiques dont la composition est variable, mais toujours organisée et hiérarchisée selon le principe de la proximité et de l’accès gradués au souverain (ou au pape). Lorsqu’ils sont chargés d’une mission plus complexe que la seule remise de lettres, les ambassadeurs doivent par conséquent préparer la ou les rencontre(s) cruciale(s) avec le destinataire principal de leur legatio en tenant compte de ce milieu où ils sont plongés depuis peu. Ils usent à cette fin principalement de deux méthodes, prescrites dans leurs instructions et relatées dans leurs rapports : le recours à des intermédiaires pour comprendre la cour, orienter l’issue des négociations ; le jeu sur leur identité ambiguë.

a) De l’information à l’influence, ou du bon usage des intermédiaires

Tableau 17. — Nombre moyen de destinataires concernés par les legationes selon les cours, d’après les lettres de créance et de recommandation remises aux ambassadeurs

Tableau 17. — Nombre moyen de destinataires concernés par les legationes selon les cours, d’après les lettres de créance et de recommandation remises aux ambassadeurs

SOURCE
Base de données « ambassades » formée sur les legationes des Registra secreta

  • 67 Voir sur ces points pp. 88-119.
  • 68 Ot de Montcada et Ramon Vinader demandent ainsi les informacions des précédentes missions auprès d (...)
  • 69 La pratique est aussi attestée en Angleterre (P. Chaplais, English Diplomatic Practice, pp. 90-91)
  • 70 Il ne faut toutefois pas en conclure que les ambassadeurs qui se rendent dans les cours islamiques (...)
  • 71 ACA, C, reg. 1521, f° 64r°-v° (17 juillet 1305, Barcelone).

26Les ambassadeurs de Jacques II possèdent déjà des connaissances certaines sur les cours dans lesquelles ils se rendent. S’ils n’y ont pas déjà eux-mêmes séjourné, ils bénéficient en effet de la mémoire active des archives royales et du « système informatif » qui s’est développé durant le règne67. Ils emmènent parfois les instructions remises aux ambassadeurs qui les ont précédés ou s’entretiennent au préalable avec eux68. Des lettres de créance et de recommandation auprès des différentes personnalités qu’ils sont susceptibles de rencontrer leur fournissent des indications complémentaires. Comme le montre un examen comparatif, la remise au départ de ces lettres constitue une pratique très répandue (tableau 17)69. Néanmoins, on observe des variations assez considérables d’une cour de destination à l’autre. Les représentants du roi partent en moyenne à la curie munis de lettres destinés à une vingtaine de personnes, tandis que ceux qui se rendent dans les cours islamiques ne sont généralement accrédités qu’auprès du sultan, de l’émir ou du vizir70. Pour les autres destinations, majoritaires, on compte une moyenne de trois à treize destinataires potentiels. Lorsque le modeste scribe Pedro Martínez se rend en Castille en 1305 pour suivre le règlement de l’affaire Alfonso de la Cerda et diverses questions financières, il part ainsi muni de lettres de créance de Jacques II auprès de Ferdinand IV, de la reine María de Molina, du conseil du roi, de Lope Garcés de Torquemada, du chancelier du roi Fernando Gómez, de Diego García, de Mosse, l’almojarife du roi (officier chargé de prélever l’impôt de l’almojarifazgo), d’une lettre de statu pour l’infante grecque Vatatza qui séjourne à la cour et, enfin, de demandes de soutien à l’ambassadeur formulées auprès de l’infant Juan (fils du défunt Alphonse X) et de Pedro Pérez71. Avec cette documentation, Pedro Martínez dispose ainsi d’une première cartographie du monde curial dans lequel il devra se mouvoir. Ces lettres lui rappellent surtout que sa mission ne consiste pas seulement à rencontrer le souverain étranger, mais, qu’à l’instar de la plupart des ambassadeurs, il doit également s’entretenir avec de nombreux membres de son entourage et de sa cour.

27La confection puis la présentation de ces lettres permettent de respecter des règles de politesse tacites entre les cours. Ainsi le salut de la reine étrangère par une littera de statu est-il de rigueur, et il en va de même pour les infants. On écrit aussi, corrélativement, dans le souci de créer, de maintenir ou d’aviver des liens familiaux, amicaux ou de dépendance entre le roi d’Aragon et les membres des cours étrangères. Pour les ambassadeurs, certaines de ces lettres constituent de surcroît un instrument indispensable pour obtenir le soutien d’intermédiaires, un précieux sésame qui leur donne accès au monde curial.

  • 72 Sur les informateurs du roi, voir pp. 106-119.

28Une fois arrivés à destination, les représentants du roi se préoccupent tout d’abord d’actualiser leurs connaissances, de rassembler des informations fraîches, les nova et les rumores de la cour. Grâce aux lettres par lesquelles ils se revendiquent et se recommandent de leur souverain, ils peuvent et doivent faire appel à des hommes déjà introduits dans la place, notamment aux informateurs privilégiés de Jacques II72. Lope Sánchez de Seresuela, qui se rend en janvier 1327 auprès du roi de Castille Alphonse XI, reçoit ainsi dans son instruction l’ordre suivant :

  • 73 « … E que antes que faule con el rey, les de las cartas de la creencia del rey e del infant don Al (...)

… Et, avant qu’il ne parle avec le roi, qu’il leur donne [à l’infant don Juan et à Juan Manuel, fils de don Manuel] les lettres de créance du roi et celles de l’infant Alphonse [le futur Alphonse IV d’Aragon] et leur demande les affaires de la part du roi et de l’infant73.

  • 74 « … Una cum dicto Luppo primo ad presentiam dicti comitis et subsequenter prefati regi personalite (...)
  • 75 C. A. Willemsen, Kardinal Napoleon Orsini, pp. 80-111. Pour Charles de Valois, voir infra.

29De même, lorsqu’en mars 1308, Jacques II d’Aragon, sur l’instigation de Charles de Valois, prend la décision d’envoyer une ambassade à Paris afin d’obtenir la restitution définitive du Val d’Aran, il ordonne à son représentant Joan Borgunyó de se rendre avec son compagnon Lope Sánchez de Luna « d’abord en présence dudit comte, puis d’aller ensuite personnellement auprès dudit roi »74. On se méfie visiblement des audiences à l’improviste, où l’ambassadeur pourrait être pris au dépourvu par sa méconnaissance du monarque et des manières de traiter avec lui, ou par son ignorance des enjeux cachés et des développements nouveaux de sa mission. Des conférences préliminaires de ce type sont par conséquent très fréquentes, non seulement pour les missions des ambassadeurs à la cour de Castille ou de France, mais aussi à Naples et, surtout, à la curie, notamment avec le cardinal Napoleone Orsini, l’amicus du roi d’Aragon75. Les hommes liés au roi et déjà présents dans les cours font ainsi pénétrer les ambassadeurs dans des arcanes qui leur sont familières.

  • 76 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 349, p (...)

30Ces intermédiaires s’avèrent indispensables dans les cours les plus importantes, celles où le séjour est le plus long, ou bien dont le fonctionnement est perçu comme le plus complexe, le plus hostile parfois, celles, en somme, où l’ambassadeur doit le plus mettre à l’épreuve ses capacités d’observation et d’écoute. Informateurs, ils sont aussi considérés et sollicités comme des hommes d’influence. Dans des auberges, au cours de repas, grâce à des émoluments qui doivent inciter à l’engagement en faveur de leur mandataire, les ambassadeurs du roi d’Aragon tentent d’obtenir leur soutien. Ces aspects sont surtout connus par les rapports des ambassadeurs à la curie, où la pratique du lobbying préliminaire apparaît absolument essentielle pour espérer avoir quelque effet sur des prises de décision pontificales difficiles à cerner76. La présence d’intermédiaires de haut rang favorables au roi d’Aragon est aussi jugée souhaitable à l’occasion d’audiences octroyées par les souverains étrangers. Le 17 avril 1301, Jacques II d’Aragon enjoint ainsi à Fernando de la Cerda d’aider ses hommes dans leur mission devant Philippe le Bel :

  • 77 « … Ffem vos saber que nós ara de present enviam nostres sollempnes missatges al rey de Ffrança so (...)

… Nous vous faisons savoir que nous envoyons à présent nos ambassadeurs solennels au roi de France au sujet de l’affaire de votre frère le roi Alfonso [de la Cerda, roi contesté de Castille] et de vous-même. C’est pourquoi il nous semble et nous trouverions bon et nous conseillons que vous, qui êtes informé de toute l’affaire, devez vous rendre auprès dudit roi de France, de telle sorte que vous vous trouviez avec lui lorsque nos ambassadeurs y seront, afin qu’avec votre entregent (tractament), votre aide (ajuda) et celle de vos amis qui se trouvent à la cour dudit roi, lesdits ambassadeurs puissent régler le plus vite, le mieux et le plus complètement possible les affaires pour lesquelles nous les avons envoyés. Et il nous semble que ceci, vous devez et vous pouvez le faire, d’autant plus que […] vous n’avez pas grand-chose à faire en Navarre en ce moment77.

  • 78 Sur le faux-pas, voir P. von Moos (dir.), Der Fehltritt.
  • 79 J.-M. Moeglin (dir.), L’intercession.
  • 80 Pour un exemple d’intercession faisant appel aux reines, voir S. Péquignot, « Interponere partes s (...)
  • 81 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. I, pp. 178-182.
  • 82 Ibid., t. II, doc. 16-21, pp. 293-300. Une copie des lettres emmenées (transumptum litterarum quam (...)
  • 83 Lettre de Jacques II à Charles de Valois du 25 février 1313, à Lérida (J. Reglá Campistol, La luch (...)
  • 84 « … Quando fui Parisius dominus Ivo fuit mecum loqutus aliqua verba tangentia generaliter materiam (...)
  • 85 J. Favier, Philippe le Bel, pp. 13-51.
  • 86 « … Partes vestre cure et sollicitudinis prestitistis adeo, ut dicti genitoris vestri regia sereni (...)

31Afin de limiter les risques d’échec ou de faux-pas, l’approche du souverain étranger par les ambassadeurs est donc souvent indirecte, graduée et méticuleusement préparée grâce à des intermédiaires qui appartiennent aux réseaux de fidélité du roi d’Aragon78. Les ambassadeurs de Jacques II recourent ainsi abondamment à un mécanisme fondamental des relations de pouvoir à la cour : l’intercession79. Au-delà du cercle restreint des amis de Jacques II et sans négliger d’autres individus utiles, ils recherchent et utilisent principalement trois types d’intercesseurs : les reines, les membres des familles royales et les conseillers des souverains, c’est-à-dire les personnages dont l’influence sur la prise de décision paraît déterminante dans les cours étrangères80. L’ambassade menée par l’archidiacre d’Urgell Berenguer de Argilaguer et le scriptor Bernat de Torre auprès de Philippe le Bel à la fin du mois de février 1313, principalement dans le but d’obtenir la restitution du Val d’Aran, offre une belle illustration de l’importance de cette pratique81. Outre leur accréditation auprès de Philippe IV, ils partent en effet munis de recommandations et de demandes de soutien adressées aux grands et aux plus proches conseillers du roi capétien : Charles de Valois, Louis de Navarre, Louis fils de Philippe le Bel, l’archevêque de Rouen, Guillaume de Nogaret, Guillaume de Plaisians, le comte de Saint-Pol, Louis de Clermont et Enguerran de Marigny82. Charles de Valois est notamment prié de soutenir Berenguer de Argilaguer, d’« insister » (inducere, instare) auprès de Philippe IV pour obtenir la restitution du Val, d’obtenir l’examen du problème dans le conseil du roi et d’y assister pour pouvoir « intercéder » (interponere partes suas) directement dans l’affaire83. Comme en témoigne une remarquable lettre adressée par Bernat de Torre au secrétaire et garde des sceaux du roi Bernat d’Aversó, les ambassadeurs tentent aussi de suborner Yves de Loudun, qui doit effectuer un rapport sur l’affaire devant Philippe le Bel. Suite à l’évocation par le représentant de Jacques II d’une possible gratification de Jacques II (gratia speciali), le juriste a donné son accord pour présenter au conseil du roi de France un « récit véridique et légal » (relatio veridica et legalis), c’est-à-dire… favorable aux intérêts de la maison de Barcelone. Bernat de Torre insiste donc pour que la récompense soit versée à Yves de Loudun s’il respecte son engagement84. L’offensive diplomatique menée par les ambassadeurs de Jacques II porte donc fondamentalement sur le conseil du roi85, le cœur même d’un pouvoir politique où il est possible de circonscrire et d’influencer la volonté du souverain afin que soient reconnus les droits aragonais sur le Val. Ces interventions sont efficaces, puisqu’elles conduisent aux accords de Poissy le 26 avril 1313. Il ne reste plus alors au roi d’Aragon qu’à remercier Charles de Valois et le roi Louis de Navarre qui ont bien voulu intercéder en faveur de son ambassadeur pour que le roi l’accueille et traite les affaires de sa mission de façon curiale et bienveillante, et qui ont aussi bien voulu intervenir directement auprès du roi pour obtenir la restitution du Val86. S’informer, user d’intercessions et soudoyer en tenant compte des mécanismes de la prise de décision politique à la cour étrangère pour pouvoir l’orienter convenablement, tel est le lot commun du travail des négociateurs de Jacques II. Tel est aussi sans aucun doute l’un des moments où ils doivent le plus faire preuve d’initiative.

b) La parole de l’ombre et des coulisses : jeux sur l’identité des ambassadeurs

  • 87 On le trouve aussi bien dans les épopées françaises que dans la pratique diplomatique anglaise (J. (...)

32Dans ce travail de l’ombre, il peut être périlleux de dévoiler d’emblée et de manière publique les intentions du mandataire. Les ambassadeurs emploient fréquemment d’autres stratégies d’action. Représentants du roi, porteurs de son mandat et transmetteurs de sa parole, les ambassadeurs n’en demeurent pas moins des individus distincts de la personne royale. La diplomatie du roi d’Aragon use alors fréquemment de cette distinction courante à la fin du Moyen Âge pour favoriser la création d’un espace de tractations informelles où les ambassadeurs parlent en leur propre nom, sans engager leur mandataire de façon contraignante87.

  • 88 « Ítem lo pregue, de part vostra, e li clame merçè, de la mia, que el no degues trametra més compa (...)
  • 89 Sur cette partie de la mission, voir pp. 280-281.
  • 90 « … E con en Ponç de Materó li aurà dites les paraules que nós li avem comanades, que li digat, vo (...)
  • 91 « … Encara vos fem saber que avem pensat que seria bé, si fer se pudia en bona manera, que torness (...)

33Quand son statut social élevé ou son intimité à la cour étrangère le lui permet, un ambassadeur peut user de cette méthode dans le but de renforcer la parole qu’il prononce au nom de son mandataire. Bernat de Sarrià, conseiller du roi, amiral de Jacques II, mais aussi conseiller de Frédéric III, ajoute par exemple sa supplique à la prière de Jacques II lorsqu’il s’adresse en audience au souverain sicilien en décembre 1313 : « De même, je l’ai prié de votre part et supplié de la mienne de ne plus envoyer de troupes en Calabre et de ne pas y conquérir plus que ce qu’il avait déjà88 ». Cependant, les ambassadeurs de Jacques II parlent en leur nom propre surtout avec d’autres personnes que le souverain étranger, ces paroles étant nettement distinguées des discours qu’ils peuvent tenir au nom de leur mandataire. Le cas de l’ambassadeur templier Ramon de Saguàrdia, envoyé auprès de Philippe le Bel en 1304, permet de mieux cerner les raisons de cette distinction. Ramon est chargé dans ses instructions de rejoindre le chevalier Ponç de Mataró qui a été envoyé au roi de France pour lui signifier la bienvenue et lui proposer, s’il le souhaite, l’offre de biens en provenance des terres royales89. Après que Ponç s’est exprimé, Ramon doit dire au roi qu’il est du conseil de Jacques II et que celui-ci a ordonné qu’il lui rende visite en compagnie de Ponç au motif de la proposition mentionnée. Il peut faire cette « offre » (porferta) en toute vérité et en bonne conscience, car Jacques II lui a témoigné sa « bienveillance » (mercè) à plusieurs reprises dans ses conseils ; il a de surcroît entendu le roi parler et s’exprimer au sujet de la bonne volonté et de l’amour qu’il porte à Philippe. Précision remarquable : il ne doit pas dire d’autres paroles au roi de France, ni au nom de Jacques II ni en son nom propre90. La deuxième partie de sa tâche, bien plus délicate, consiste en effet à sonder de proches conseillers du Capétien pour tenter de déterminer si une offre de bons offices aragonais dans le différend franco-pontifical serait bien reçue, pourrait arriver à bonne fin et ainsi renforcer l’honneur du roi d’Aragon. Dans ces conversations, les instructions précisent que l’ambassadeur doit d’abord prendre contact en arguant de sa qualité de conseiller et dire « comme s’il s’exprimait en son nom » (axí com per vos matex) combien il sait que le pape défunt (Boniface VIII) était opposé à la paix avec la France. Après cette entrée en matière fondée sur l’appui de l’autorité royale, c’est en son nom seul que l’ambassadeur doit s’exprimer. Il lui faut dire « qu’à son avis » (que ara a vos parria) les circonstances sont à présent plus favorables à la tractation et rappeler l’affection et l’amour que le roi d’Aragon porte à la maison française. Jacques II lui enjoint de poursuivre le règlement de cette affaire « comme de lui-même » (quaix per vos mateix), selon ce qui semble bon à son « bon sens » (sanitat) et de conclure s’il juge que cela est possible. S’il voit que l’affaire est sans issue, il doit y mettre fin de belle manière, de sorte que nul homme au monde ne puisse savoir que tout ceci provient du roi d’Aragon, mais que l’on pense que cela est dû à sa seule initiative. Il est exclu d’en informer Ponç de Mataró — pourtant compagnon d’ambassade — ou bien d’en faire état à qui que ce soit91.

34Lorsque l’ambassadeur s’exprime en son propre nom, c’est ici pour aborder des points délicats sur lesquels le roi d’Aragon ne veut pas s’engager officiellement sans précautions préalables. La parole de l’ambassadeur permet de sonder de manière informelle les intentions des puissants à la cour étrangère et de protéger la parole et l’honneur du roi dont il est le dépositaire. Elle sert en quelque sorte de filtre protecteur aux mots prononcés au nom du souverain, susceptibles de l’engager. La marge de manœuvre du représentant du roi paraît en ce cas plus importante que lorsqu’il s’exprime officiellement au nom de son mandataire, mais elle demeure étroitement contrôlée. Que l’ambassadeur parle en son propre nom ne signifie pas qu’il puisse dire n’importe quoi. Même si Jacques II ne parle pas par sa bouche, l’ambassadeur demeure néanmoins son représentant et ne parle en son nom que par une distinction formelle (parole du roi par la bouche de l’ambassadeur / parole propre de l’ambassadeur), une fiction qui demeure bien fragile et périlleuse dans le déroulement de la négociation.

  • 92 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 450, p (...)
  • 93 Ibid. ; D. Abulafia, « Il regno aragonese di Albania ».

35Les risques encourus par l’usage non maîtrisé de ces deux registres d’intervention sont importants, comme l’attestent les difficultés provoquées par l’ambassadeur de Jacques II Guillem Esquerrer et évoquées dans une lettre du roi d’Aragon à son frère Frédéric III92. Des informations contradictoires sont parvenues à Jacques II. D’une part, d’après sa lettre, Guillem a bien effectué en 1312 sa mission auprès de Robert d’Anjou. Celui-ci l’a ensuite dépêché à Frédéric III avec un projet de paix fondé essentiellement sur l’échange de l’Albanie et de la Morée contre la Sicile, et Frédéric III lui a opposé une fin de non-recevoir. D’autre part, d’après une lettre et une cédule adressées par Frédéric III à Jacques II, Guillem Esquerrer aurait « prononcé de sa part et dit [au roi de Sicile] des paroles particulièrement étranges, dont [Frédéric III] dit que [le roi d’Aragon] avait déjà connaissance » (lo qual vos dix de sa part algunes paraules fort estranyes, de les quals vós dix que nós aviem alguna consciència). Pire encore, un responsable aux écritures des comptes (scrivà de ració) de Frédéric III, Simó Sescorts, a rapporté à son souverain les termes des conversations informelles qu’il a eues avec Guillem Esquerrer. Ce dernier lui aurait soufflé de transmettre « de sa part » (de part sua) à Frédéric III que, si ce dernier acceptait un autre accord — non détaillé —, il pourrait alors traiter avec Robert et obtenir la possession de la Sicile pour Frédéric et ses fils. Or, d’après les termes de la lettre rapportée par Jacques II dans la réponse qu’il envoie à son frère, « [Frédéric III] ne pense pas qu’un tel homme ait osé avancer de telles paroles sans avoir quelque autorisation du roi Robert » (que vós no pensats que aytal hom com aquest osas moure aitals paraules si no.n agues qualque licència del rey Robert). Jacques II se déclare fort « étonné » (meravelat) des paroles de Guillem Esquerrer et ne peut se l’expliquer que par un manque de clarté de Frédéric, l’affaire sinon lui semble impossible93.

36L’évocation par un ambassadeur d’un projet de paix différent du projet principal semble ici avoir été effectuée — si l’on suit la lettre de Frédéric III — au nom du seul ambassadeur. Mais une telle initiative, prévue ou improvisée par l’ambassadeur, ne fait pas illusion auprès du souverain étranger. Comme la pratique du sondage par la voix de l’ambassadeur est commune dans les différentes cours, le roi de Sicile doute profondément du fait que l’ambassadeur ait parlé sans l’accord du souverain étranger. La distinction voix de l’ambassadeur / voix du mandataire offre une certaine souplesse aux tractations, permet d’effectuer des sondages sans engagement, mais elle comporte aussi le risque de dévoiler des intentions que l’on voulait garder cachées. La protection offerte par la parole de l’ambassadeur à la parole du prince est donc fragile et demeure sujette à l’interprétation qui en est effectuée à la cour étrangère. En somme, le jeu sur le dédoublement de la parole de l’ambassadeur permet d’utiliser un espace de négociation informel, mais il ne demeure pas exempt du risque d’être mal interprété à la cour étrangère. Même secrète et personnelle, la parole prononcée par un ambassadeur fait encourir un risque à son mandataire, mais un risque moindre que lorsqu’il s’exprime publiquement en son nom.

LA MARGE DE MANŒUVRE DES AMBASSADEURS DANS LES PROCESSUS DE NÉGOCIATION

37Lorsque leur mission comporte une part de négociation ouverte à la cour étrangère, les ambassadeurs jouent ensuite fondamentalement sur deux registres pour faire valoir les intérêts de leur prince dans les entretiens avec leurs interlocuteurs : leur parole et les écrits à leur disposition. Ce mode de travail est prévu dans les instructions qui leur confèrent des espaces d’initiative, il est visible dans les rapports des ambassadeurs, mais doit aussi être adapté en fonction des circonstances d’entretien imposées par les souverains des différentes cours.

a) Les mots des ambassadeurs : enjeux et interprétation.

  • 94 ACA, C, reg. 252, f° 20r°[1] (5 août 1295, Barcelone).
  • 95 Ramon Saguàrdia, G. de Mollet et Pere de Monell doivent ainsi s’efforcer de ne pas parler en premi (...)
  • 96 « … Yo fuy davant lo rey Rubert, e ans que yo res li dixes, el me començ a dir : pus no us veem, n (...)
  • 97 « … Quia nobis visum est esse patius et comodius haec debere expositione verbali quam litteris exp (...)

38Représentants du roi, les ambassadeurs prononcent au cours des conversations diplomatiques des paroles qui engagent leur mandataire, des paroles que les lettres de créance, à l’instar de celles de Simó Desllor et Domingo de Jaca auprès de la reine María de Molina, enjoignent souvent à considérer comme émanant de la bouche du roi lui-même (ab ore nostro prolata)94. Ceci explique la définition préalable très stricte dans leurs instructions des discours et des réponses à formuler au cours des tractations. La moindre inflexion peut ici compter. D’emblée, la prise de parole constitue un enjeu dans la conversation diplomatique, en particulier entre ambassadeurs : celui qui parle le premier se met en position d’infériorité, car il dévoile « l’intention » (intentio) de son souverain95. Dans les conversations effectuées lors d’audiences accordées par les souverains étrangers, le respect de la dignité royale conduit néanmoins le plus souvent l’ambassadeur à prendre les devants. Vidal de Vilanova, qui rencontre Robert d’Anjou à la curie, considère ainsi comme étonnant le fait que le roi s’exprime avant lui sur le fond de l’affaire96. Si les paroles des ambassadeurs comptent, c’est aussi pour la clarté qu’elles peuvent apporter. L’idée revient souvent dans les lettres de créance et la correspondance royale d’une parole vive des ambassadeurs, qui permettrait de mieux faire comprendre les intentions du roi que de simples lettres, dessinant ainsi en filigrane les contours d’une hiérarchie des valeurs assignées aux différents modes de communication politique possibles. Lorsqu’il propose son aide à Philippe le Bel dans l’affaire des infants de la Cerda, Jacques II mentionne ainsi que l’exposition orale lui semble plus appropriée que l’usage de l’écrit. Ceci justifie sa décision d’envoyer prochainement des ambassadeurs solennels, qui seront pleinement informés et pourront expliquer de vive voix au Capétien les meilleurs moyens de parvenir à une issue favorable dans cette affaire97. Par conséquent, les paroles prononcées par certains ambassadeurs, souvent qualifiées d’oraculum vive vocis (discours de vive voix), les différencient nettement des simples porteurs de message (nuncius simplex). De plus, la conversation avec le souverain étranger constitue en quelque sorte le climax d’une mission diplomatique, le moment-clef que la collecte d’informations et l’usage d’intercesseurs ont pour tâche de préparer. Pour toutes les raisons qui précèdent, les paroles prononcées par les ambassadeurs en présence du souverain ont donc une importance capitale dans le déroulement des négociations diplomatiques. En quoi peuvent-elles alors se distinguer de l’énonciation d’un discours rédigé au préalable à la chancellerie royale ? Pourquoi est-il crucial de laisser aussi une marge de manœuvre rhétorique aux ambassadeurs du roi dans les entretiens diplomatiques ?

  • 98 « … Vobis dicimus et mandamus firmiter et expresse quatinus […] eidem domino regi Karolo ea omnia (...)
  • 99 Tel est le cas d’instructions pour une mission auprès du roi de Majorque, à l’intention d’un ambas (...)

39Les instructions offrent à ce titre le témoignage le plus intéressant, car nombre d’entre elles ménagent de manière explicite une place à l’initiative nécessaire des ambassadeurs du roi. Lors de la première rencontre avec le souverain étranger, ils doivent déjà souvent, on l’a vu, choisir les paroles les plus adaptées en fonction de la nature et de l’état du rapport du destinataire avec le roi d’Aragon. L’utilisation de ressources rhétoriques ne se limite cependant pas à une question de présentation formelle. Le mode d’énonciation a lui aussi son importance. Si les instructions peuvent être lues publiquement devant le souverain étranger en signe de confiance, il est parfois requis de l’ambassadeur aragonais de s’imprégner profondément au préalable de ce qu’il doit défendre afin de pouvoir adapter son discours aux circonstances de la cour et apporter des réponses appropriées. Guillem Llull, que Jacques II a chargé d’une mission des plus ardues auprès de Charles II d’Anjou, doit ainsi d’abord examiner les « chapitres » (capitula) qui lui sont envoyés, puis les exposer de la part du roi dans un discours prononcé de vive voix à Charles II, « avec la maturité, la diligence, la révérence et l’honneur qui conviennent »98. Les ambassadeurs doivent aussi présenter à la cour étrangère un récit des événements survenus auparavant, et ils ne disposent pas toujours d’un discours préalablement composé à cet effet99. Ils jouent donc le rôle d’interprètes qualifiés des intentions de leur mandataire et mettent leurs capacités rhétoriques au service d’une meilleure exposition de la propositio royale dans les audiences à la cour étrangère.

  • 100 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 42, pp. 325-326 (24 juin 1313, Pobl (...)
  • 101 C. A. Willemsen, « Der Kampf um das Vall d’Aran », doc. XII, pp. 190-191 (24 juin 1313, Poblet).
  • 102 « … E d’açò li sia tolta tota sperança per ara e per avant, cortesament emperò e ab bones paraules (...)
  • 103 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 45, p. 329.

40Les ambassadeurs doivent également convaincre en maintenant les formes, voire confondre et tromper. L’exemple de Guillem Oulomar, dépêché auprès du roi de Majorque en 1313 afin de déterminer le coût de la garde en séquestre du Val d’Aran par le souverain baléare, en est une bonne illustration. Cet ambassadeur dispose de lettres de créance et de recommandation auprès de différents conseillers de Sanche pour leur signifier oralement sa mission et obtenir leur soutien100. En réponse au roi de Majorque, qui souhaite la mise sous son hypothèque des seigneuries du royaume et des comtés qu’il tient du roi d’Aragon — dans le cas où celles auxquelles ils demanderaient une garantie par des otages (hostatge) lui opposeraient un refus —, Guillem Oulomar doit répliquer que le roi n’accordera en aucun cas une telle hypothèque sur les seigneuries, car ce ne serait pas une chose convenable pour Jacques II et il en serait fort blâmé par les siens101. Suit alors une précision remarquable où transparaît le rôle précis de la parole de l’ambassadeur : « Et que soit ôtée [au roi de Majorque] à ce sujet toute espérance, pour maintenant comme pour le futur, mais de façon courtoise et avec de bonnes paroles102 ». Dans cette mission qui se traduit par un succès103, l’énonciation de vive voix des « bonnes paroles » signifie un refus ferme sur un point en litige, mais ne provoque pas pour autant la rupture d’une négociation ou la remise en cause de la relation. L’importance de la pondération dans les paroles prononcées par les ambassadeurs constitue dès lors logiquement un motif central dans les instructions. Ainsi Bernat de Boxadós, dépêché à la curie pour présenter un projet de médiation aragonaise entre Angevins et Aragonais de Sicile, doit-il, dans le cas où Robert préparerait ouvertement la guerre, prononcer des « paroles plus fortes » (paraules pus fortes) pour convaincre le pape d’intervenir :

  • 104 « … El senyor rey e el senyor infant li han comanat que li diga que aquestes paraules li trameten (...)

… Le seigneur roi et le seigneur infant lui ont ordonné de dire [au pape] que ces paroles, ils les lui envoient dire par eux-mêmes, et qu’ils n’ont pour leur part aucun sentiment ni aucune connaissance du roi Frédéric à ce sujet. Et ceci, ils le disent en leur vérité. Et il a leur ordre, si [le pape] le veut : qu’il prête serment en leur âme à ce sujet dans ses mains sacrées […] Et si le seigneur pape lui demande de lui donner cela par écrit, qu’il dise que cela ne lui a pas été donné par écrit, mais en paroles. Et ainsi, il ne peut le mettre par écrit, car il n’en a pas l’ordre104.

41Il faut donc pour l’ambassadeur impérativement mesurer, évaluer et, idéalement, toujours exprimer avec une parfaite maîtrise des paroles qui sont aussi celles de son roi.

  • 105 Ibid., f° 88r°-v° (6 mai 1322, Lérida).
  • 106 « Non dicant ultra nec contra, set circa ea, scilicet que utilia viderint, substancia non mutata » (...)

42Comment définir alors les limites de la capacité oratoire des ambassadeurs de Jacques II ? Les variations et glissements rhétoriques subtils prévus à la chancellerie octroient à l’ambassadeur la possibilité d’adapter son discours selon les circonstances, mais sa parole se déploie sous le joug d’une contrainte essentielle : le mandat du roi, exprimé oralement au départ ou dans les instructions et autres pouvoirs écrits. Un document exceptionnel permet de mieux cerner la nature de la marge de manœuvre et du rôle de l’ambassadeur dans les conversations qu’il mène à la cour étrangère. Pour la partie de leur mission auprès du pape et du roi de France en 1322 relative aux réclamations en faveur des droits des Majorquins sur Montpellier, les ambassadeurs Ramon Vinader et Ot de Montcada demandent préalablement un complément d’instructions à Jacques II, que l’on trouve retranscrit dans un registre de chancellerie sous la forme insolite d’un dialogue avec le roi (fig. 5, p. 324)105. Les responsiones de Jacques II font à chaque fois écho aux interrogations soulevées par les ambassadeurs. Le souci général des représentants du roi est ici de déterminer le plus précisément possible l’attitude qu’ils devront adopter dans cette mission complexe où interviendront à leurs côtés des émissaires du roi de Majorque. Comme il s’agit fondamentalement d’éviter d’être pris au dépourvu, les messagers envisagent même le cas exceptionnel où ils jugeraient « expédient » (expediens) ou bien seraient requis par un représentant du roi de Majorque d’employer en présence du pape ou du roi de France des mots « qui iraient au-delà de ce qui est contenu dans leurs instructions » (ultra contenta in memoriali vel tenore ambaxate). La réponse du roi peut alors valoir comme définition générale de la marge de manœuvre rhétorique dont disposent ses représentants à la cour étrangère : « Qu’ils ne disent rien qui aille au-delà ou à l’encontre [de ce qui est contenu dans leur memorial], mais qu’ils en parlent, notamment de ce qui leur y semblera utile, sans en modifier la substance106 ». Plutôt que de porteurs neutres de la parole royale auprès d’un souverain étranger, les ambassadeurs de Jacques II chargés des missions les plus épineuses peuvent donc réellement être qualifiés d’interprètes de la volonté de leur mandataire, avec toute la polysémie attachée à ce terme. Ils font connaître la volonté de leur mandataire, ils expliquent et éclaircissent aussi le sens du propos royal, déploient leur art oratoire pour convaincre, persuader ou même tromper, interprétant ainsi un rôle minutieusement préparé à l’avance. La marge de manœuvre de l’ambassadeur qui parle au nom de Jacques II se définit donc comme la mise en œuvre nécessaire d’une interprétation autorisée et contrôlée de la volonté royale.

b) Les documents à la cour étrangère : les usages du dévoilement

  • 107 Voir pp. 300-306.
  • 108 Voir par exemple la réponse annotée de Frédéric III à des capitula de Jacques II amenés par Guille (...)
  • 109 « Esta es la forma de la protestación que deve fazer don Exemen de Tovia al rey de Castiella, si m (...)
  • 110 « Hanc formam protestationis reduxit predictus Eximinus de Tovia in suo reditu, dicens non habuiss (...)

43Mais les ambassadeurs de Jacques II n’usent pas seulement de mots pour négocier, ils rédigent et manipulent constamment des écrits, y font référence dans leurs conversations avec les souverains étrangers, utilisent papiers et parchemins comme arguments ou comme preuves. Ces écrits, on l’a vu, sont étroitement contrôlés par le pouvoir royal, mais ménagent aux ambassadeurs de Jacques II une marge de manœuvre variable à la cour étrangère107. Certains documents confectionnés en présence des ambassadeurs donnent l’impression que ces derniers jouent seulement un rôle d’intermédiaires passifs entre l’expression des volontés de leur mandataire et du destinataire de leur mission. Tel est notamment le cas des « lettres de réponse » (responsiones), par lesquelles le souverain qui reçoit une ambassade répond article par article (capitulum per capitulum) aux chapitres de l’ambassade qui lui est destinée108. Toutefois, les responsiones sont probablement le produit final de conversations et de tractations entre le roi et les ambassadeurs, entre le roi étranger et ses conseillers. De surcroît, les ambassadeurs de Jacques II peuvent aussi être amenés à rédiger eux-mêmes des écrits au nom de leur mandataire, selon des modalités qui doivent tenir compte à la fois de leur mandat et des circonstances de la négociation engagée à la cour étrangère. Une responsabilité très forte repose ainsi sur les épaules des représentants de Jacques II qui partent munis de blancs ou de protestationes. Jiménez de Tovia, dépêché auprès du roi de Castille Alphonse XI en 1326 pour des tractations matrimoniales et pour renouveler l’accord de paix d’Ágreda (1304) après la mort du roi portugais Denis, part avec un pouvoir de protestation dans l’éventualité d’un non-renouvellement des accords de paix par le roi de Castille. Au vu de la réponse de ce dernier, il doit si nécessaire faire usage du modèle de protestation qui lui a été remis, le document étant entièrement rédigé à l’avance, à l’exception d’une place réservée à la transcription de la réponse effectuée par le souverain castillan109. L’ambassadeur peut se faire scribe, mais l’officialisation du document de protestation revient au jugement qu’il porte sur la nature de la réponse formulée par le roi de Castille, un jugement qui, dans ce cas précis, conduit Jiménez de Tovia à ne pas remplir le document110.

FIG. 5. — Dialogue préalable à une ambassade en France et à la curie entre Jacques II d’Aragon et ses représentants, Ot de Montcada et Ramon Vinader. Lérida, 6 mai 1322 (Espagne, Ministerio de Cultura, ACA, C, reg. 338, f° 88r°)

44Les ambassadeurs de Jacques II sont plus fréquemment encore amenés à décider s’il faut ou non utiliser les documents qui leur ont été remis pour l’accomplissement de leur mission. En particulier, un bon usage des pouvoirs (procuratoria) rédigés au nom du souverain aragonais nécessite de la part de l’ambassadeur une juste évaluation de l’état des négociations. Les instructions prévoient souvent la même échappatoire pour éviter l’orientation des négociations dans des directions non désirées : il suffira aux ambassadeurs de dire qu’ils n’ont pas reçu d’instructions ou qu’ils n’ont pas de pouvoir pour traiter de la question.

  • 111 « … Si el rey de Ffrança de ssi, per honor del seynor rey d’Aragó, vulia çessar de sa vida de la d (...)

… Si le roi de France, de lui-même, pour l’honneur du roi d’Aragon, voulait cesser sa vie durant sa demande [sur la baronnie d’Aumelas et sur Montpellier] et régler les dommages subis, que les ambassadeurs disent qu’ils n’ont pas d’instruction sur ce point. Mais qu’il écrive une lettre au roi d’Aragon à ce sujet111,

45précisent ainsi des instructions remises à Guerau de Rocabertí et Martín López de Rueda, envoyés en juin 1316 auprès du roi de France pour protester contre des atteintes aux droits aragonais dans ces territoires. Si la possession d’écrits authentifiés du roi mandataire rend possible les négociations à la cour étrangère, leur absence — alléguée ou bien réelle — peut bloquer les tractations et éviter de commettre des faux-pas. Les procurations servent bien de garde-fous pour le pouvoir royal, mais la possibilité de les utiliser comme arguments dans les négociations conforte un peu plus la marge de manœuvre octroyée aux représentants du roi à l’étranger.

  • 112 ACA, C, reg. 235, ffos 11v°-12r° (8 décembre 1297, Valence).
  • 113 « … Volumus, quod communicetis cum prefato rege Sicilie de primis duobus capitulis etiam et ea sib (...)
  • 114 « … E com deyts que el senyor papa volch que vós li donassets per escrit les capítols de la pau e (...)

46Il faut ici mettre en relation l’usage contrôlé des pouvoirs par les représentants du roi avec la distinction fondamentale effectuée entre les instructions susceptibles d’être montrées et celles qui ne doivent l’être sous aucun prétexte. Prenons l’exemple de l’ambassade menée par Berenguer de Cardona, Berenguer de Santjust et Jofre de Cruïlles auprès de Charles II en 1297 pour traiter, notamment, des conditions requises pour le prolongement d’une trêve avec les Français et les Majorquins. Les ambassadeurs ont informé leur mandataire des intentions de Charles II de mener à terme des négociations avec le roi de Majorque à ce sujet, y compris en cas de difficultés opposées par le roi de France, et même si Jacques de Majorque refuse de céder la forteresse frontalière de Bellegarde. Sur la demande des ambassadeurs, Jacques II précise son intention et sa volonté par de nouvelles instructions112. Il ordonne à ses représentants de procéder selon celles qui leur ont déjà été remises et le complément qu’il leur transmet ; il veut qu’ils communiquent avec le roi Charles à propos des deux premiers articles des instructions, qu’ils peuvent même montrer s’ils le souhaitent. En revanche, le troisième chapitre relatif à Bellegarde, à ne concéder que comme ultime recours, doit impérativement être gardé secret113. Le déroulement de l’entrevue avec le souverain étranger, partiellement laissée à l’appréciation des ambassadeurs, fait une fois encore l’objet d’une soigneuse évaluation : ils peuvent soit communiquer (communicare), c’est-à-dire exprimer de vive voix à Charles II les intentions contenues dans les premiers chapitres du roi d’Aragon, soit encore montrer (ostendare) les écrits en gage de confiance, soit, enfin, effectuer une concession tout en gardant le document au secret. Dans cette gamme graduée des modes de communication possible de l’information se situe en fait l’un des domaines essentiels où les ambassadeurs doivent faire preuve d’à-propos. Aussi Jacques II félicite-t-il Simó de Bell·lloch en 1322 pour avoir sua sponte présenté seulement une partie des instructions (capitula) que le pape demandait de voir, l’autre partie montrant le double jeu du souverain dans ses offres de bons offices entre Angevins et Aragonais de Sicile114. En somme, c’est dans l’écart entre les instructions secrètes qui leur ont été remises et ce qu’il leur est possible de montrer ou de dire au nom du roi que les ambassadeurs trouvent une part essentielle de leur marge de manœuvre à la cour étrangère. Ils peuvent dans ce cadre appliquer leur habileté oratoire à l’interprétation des volontés de leur souverain et user des écrits à leur disposition selon des stratégies de dévoilement progressif qui visent à contrôler pas à pas le processus de négociations.

  • 115 Gueralt de Albalat, procureur de Jacques II auprès de Denis, roi du Portugal, doit demander un prê (...)

47Les stratégies et initiatives des ambassadeurs précédemment évoquées n’ont évidemment pas toutes été mises en pratique par un seul et même homme, elles doivent plutôt être entendues comme un ensemble d’outils de négociation possibles. La marge de manœuvre des représentants du roi est plus importante dans les tractations préliminaires et en coulisses que lors des conversations avec les souverains étrangers, dont le déroulement est minutieusement préparé à l’avance par la chancellerie royale. Leur latitude d’action varie considérablement d’une ambassade, voire d’un ambassadeur à l’autre au sein d’une même délégation, et elle s’accroît de manière très significative lorsque les circonstances se font pressantes115. Les paroles des ambassadeurs, même mises par écrit à l’avance, doivent alors être ajustées d’après ce que leur « discernement » (discretio) jugera bon.

c) L’excès de mandat, risque et argument de négociation

  • 116 F. J. Felten, « Verhandlungen an der Kurie ».
  • 117 Pour les ambassadeurs de Barcelone, voir S. Péquignot, « De bonnes et très gracieuses paroles ».

48L’exercice de ce discernement est toutefois soumis à l’épreuve de la cour étrangère. Fixer préalablement par écrit des possibilités d’action est une chose, c’en est une autre que de les mettre effectivement en pratique. Franz J. Felten a ainsi pu montrer par l’analyse d’une cinquantaine de négociations les difficultés que rencontrent les ambassadeurs à la curie avignonnaise. Au-delà de l’ordre suivi pour la première visite protocolaire, le stilus curie est peu reconnaissable, et l’on hésite sur l’attitude à adopter. Le désarroi est souvent grand dans les rapports adressés aux mandataires : l’accès au pape ou aux cardinaux s’avère parfois extrêmement compliqué, voire impossible ; malgré la distinction formelle entre les audiences au consistoire et dans la chambre privée du pape, les modalités de négociation sont très fluctuantes, ne sont pas fixées par écrit et demeurent peu lisibles116. Les ambassadeurs de Jacques II d’Aragon sont bien moins diserts sur les difficultés de cet ordre qu’ils éprouvent auprès des rois et des princes, et il est probable qu’elles soient moindres. Néanmoins, à l’instar de leurs homologues médiévaux, leur capacité d’action demeure conditionnée par les structures de pouvoir de la cour dans laquelle ils se trouvent, notamment par le degré d’accessibilité du prince et des personnes influentes, une donnée toujours susceptible d’être modifiée selon les intentions et les stratégies du destinataire de leur mission117.

49Dans ces circonstances complexes et avec des informations parfois contradictoires, les ambassadeurs respectent le plus souvent leur mandat, mais des excès sont commis. En février 1321, Bernat de Sarrià, pourtant amiral et conseiller du roi d’Aragon, est réprimandé par le monarque pour des propos tenus au roi de Sicile Frédéric III :

  • 118 « … De armatione huc decem galearum pro negocio illustris regis Ffrederici karissimi fratris nostr (...)

… Au sujet de […] l’armement ici de dix galères pour l’affaire de notre très cher frère l’illustre roi de Sicile, et [du] fait que le roi lui-même avait été animé à armer ces galères parce que vous lui avez dit que nous permettrions qu’elles soient armées avec notre donation, nous fûmes fortement étonnés, parce que nous ne vous avons jamais parlé de ceci, parce que, bien que nos gens, aussi bien cavaliers que piétons, ont toute liberté d’aller où ils veulent, ainsi que vous le savez, il ne nous convient cependant pas de permettre qu’une armada soit réunie dans notre terre contre certains, parce ce ne serait rien d’autre que de nous montrer en guerre, de sorte que vous devez vous garder et cesser de rapporter de telles choses de notre part118.

  • 119 S. Péquignot, « Enantar a tractar », p. 286.

50Des rappels de ce genre apparaissent à plusieurs reprises dans les lettres du roi à ses ambassadeurs119. Confrontés à des situations qui ne sont pas envisagées dans leurs instructions, isolés, sommés de réagir ou pensant bien faire, les représentants de Jacques II paraissent excéder leur mandat pour la bonne cause — même s’ils amènent parfois, comme c’est le cas ici, la Couronne au bord de la guerre ouverte.

  • 120 « … De requisitione et interpellatione predictis quamplurimum admiratur, cum secundum tenorem litt (...)
  • 121 Voir pp. 319-320 ; supra sur Guillem Esquerrer.

51Toutefois, l’excès de mandat ne constitue pas toujours, et pas seulement la marque d’une défaillance ou d’une trahison individuelle. Il s’agit aussi d’une soupape de sécurité pour les autorités mandataires. Le roi d’Aragon et ses hommes reprochent ainsi en 1297 à des ambassadeurs du roi de France d’aller au-delà du pouvoir qui leur a été confié lorsqu’ils exigent la restitution au roi de Majorque de ses terres120. Cela permet en fait de couper court à une demande inopportune. Inversement, lorsque des hommes du roi commettent une erreur stratégique, l’argument de l’excès de mandat peut être invoqué pour réorienter la négociation vers une position jugée plus favorable121. La marge de manœuvre conférée à l’ambassadeur, strictement définie au préalable mais de façon très variable selon les missions, apparaît donc modifiable ; parfois insuffisamment précise, elle est susceptible d’être interprétée de façons diverses par les ambassadeurs, voire de devenir un argument instrumentalisé par les mandataires afin d’infléchir le cours des négociations. La métaphore théâtrale peut donc être filée et l’ambassadeur-négociateur défini comme un interprète de la volonté du roi qui dispose d’une capacité d’improvisation délimitée par le contrôle souverain de son mandataire et, s’il ne faillit pas à sa mission, par sa propre appréciation de l’état des tractations. À plusieurs reprises cependant, des voix d’ambassadeurs de Jacques II vont au-delà de ce rôle et se font entendre avec une force singulière auprès de leur mandataire. Les interprètes participeraient-ils à l’écriture de la pièce ?

DE L’INTERPRÉTATION AU CONSEIL

  • 122 L’expression figure dans un rapport de l’évêque de Majorque et Miguel del Corral, ambassadeurs aup (...)

52Les ambassadeurs envoient au roi de nombreuses lettres. D’ordinaire utilisés par les historiens comme une mine d’informations sur les événements qu’ils décrivent, leurs rapports, une fois mis en regard avec leurs instructions, constituent également une source remarquable sur les relations qu’ils entretiennent avec leur mandataire en cours de négociations. Bien au-delà d’un simple échange d’informations et d’ordres (facta et fienda)122, cette correspondance s’apparente parfois à un véritable dialogue politique. Plus qu’aux informations elles-mêmes, on prêtera donc ici attention à la façon dont les ambassadeurs les présentent afin de déceler les moments où affleurent les traces de leur subjectivité, voire leurs initiatives personnelles. Dans quelle mesure leurs indications influent-elles sur le déroulement des négociations ? De quel droit les ambassadeurs s’adressent-ils à leur souverain de la sorte ?

a) De l’interprétation…

  • 123 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 342-34 (...)
  • 124 Ibid., t. II, doc. 250, pp. 304-305, doc. 255, pp. 313-314, doc. 257-258, pp. 316-319 ; ACA, C, CR (...)
  • 125 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 (AG), nos 50-52 (éd. partielles de ces documents : H. Finke, Act (...)
  • 126 Mentionné explicitement dans une lettre du roi à Philippe le Bel pour le retour de France de Tomàs (...)

53La densité de l’échange épistolaire roi/ambassadeur varie considérablement d’une mission à l’autre, mais la correspondance est particulièrement fournie pour les ambassades à la curie et en France, ainsi que pour les missions itinérantes en Italie. Par exemple, au moins quinze lettres sont échangées entre Jacques II et Vidal de Vilanova entre le 28 avril et le 2 juillet 1309, alors que l’ambassadeur négocie en Avignon la concession d’une décime pour la Sardaigne, une des affaires les plus importantes du règne123. Bernat de Sarrià expédie au moins cinq rapports en 65 jours lors de sa mission itinérante de 1308124, Miguel del Corral au moins un rapport par mois depuis Paris entre mai et août 1322125. En revanche, les ambassadeurs écrivent moins fréquemment lorsqu’ils se trouvent en péninsule Ibérique, probablement au bénéfice d’une relation orale (relatio) au terme de leur mission126. L’absence d’un enregistrement exhaustif des rapports, leur datation et leur identification souvent incertaines, ainsi que leur extrême dispersion dans les 20.000 cartes reials de la chancellerie font obstacle à une conclusion définitive sur la densité de l’échange épistolaire entre roi et envoyés. Plusieurs points paraissent néanmoins d’ores et déjà acquis. Les ambassadeurs de Jacques II écrivent beaucoup à leur souverain et la correspondance s’accroît à mesure que la distance et surtout l’importance ou l’urgence des affaires négociées l’exigent.

  • 127 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 16, n° 2101 (13 septembre 1304, Perpignan).

54D’un point de vue formel, les rapports envoyés au roi depuis l’étranger se caractérisent par leur très grande hétérogénéité, de taille comme de langue, de ton comme de contenu. Certains d’entre eux, souvent en écho à des instructions très directives, relatent simplement la mission par un dialogue reconstitué de l’ambassadeur avec le souverain étranger. Une telle pratique confère au document un effet de réel certain et met à nouveau en relief l’importance déterminante attribuée à la rencontre avec le prince étranger, elle permet surtout à l’ambassadeur de démontrer au souverain qu’il a suivi à la lettre ses instructions et, par conséquent, de se couvrir contre d’éventuelles poursuites pour avoir excédé son mandat. Ponç, évêque de Vic, envoie ainsi à Jacques II d’Aragon le 13 septembre 1304 un rapport où il relate sous la forme d’un dialogue rapporté au style indirect son ambassade auprès du roi Jacques de Majorque, qui a pour objet d’excuser le retard du roi d’Aragon à venir à Perpignan. Le roi de Majorque répond point par point à l’exposition par l’ambassadeur des différents chapitres figurant dans ses instructions127.

  • 128 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 (ES), n° 1757 (23 janvier [1304], Carrión).
  • 129 « … Aqetç són de consel nos non pogem escussar negún per tal que no nos viniessen contra… » (ibid. (...)

55Outre les demandes d’instructions complémentaires qu’ils envoient à leur mandataire lorsque leur mission se prolonge ou se fait plus complexe, certains ambassadeurs formulent des explications et des interprétations pour caractériser les réactions étrangères aux propositions aragonaises. Un premier rapport servira ici de fil conducteur. Chargé de préparer des rencontres royales entre les rois d’Aragon, de Castille et du Portugal, Ramon de Montrós décrit dans une lettre adressée à Jacques II le déroulement de sa mission à la cour de Castille au début de l’année 1304 (fig. 6, p. 332)128. Après s’être recommandé à son souverain, il l’informe qu’il est arrivé à la cour du roi Ferdinand IV avec les autres membres de l’ambassade, le commandeur de Santarem Gonzálvez Pérez et le franciscain Gil de Sist. Ils y ont trouvé l’infant don Juan et le noble Juan Núñez, mais n’ont pu voir immédiatement le roi, alors malade, et se sont donc entretenus le lundi avec l’infant Juan qui a pu parler avec Ferdinand IV. Ce dernier leur a alors ordonné de lui rendre visite, puis a exigé d’eux qu’ils disent tout ce que Jacques II destinait au roi du Portugal et qu’ils lui montrent leurs instructions (capítols). Ils répondirent favorablement à ses demandes et, « après avoir exposé les raisons du mieux qu’ils purent » (dites les rahons al millor que puguem), précise Ramon de Montrós, ont expliqué à Ferdinand IV pourquoi Jacques II intervenait dans l’affaire. Ils ont ensuite montré ces chapitres à différents proches du roi Ferdinand, ce que Ramon éprouve le besoin de justifier : « ils sont du conseil [du roi] et nous ne pouvions pas refuser en nous excusant, sous peine de les voir se retourner contre nous »129. Ferdinand IV s’est dit satisfait des propositions aragonaises, sauf sur le point épineux des infants de la Cerda. Le roi de Castille a alors émis le souhait de dépêcher Ramon de Montrós au Portugal et de renvoyer ad invicem les autres ambassadeurs à Jacques II. Les ambassadeurs ont accepté et Ramon de Montrós se justifie une nouvelle fois devant son souverain :

  • 130 « Y sabet, senyor, que el ha muyt gran sabor d’aver amor ab [-] hun dia li semble I an aquel dia m (...)

… Et sachez, seigneur, qu’il a grand désir d’avoir amour avec [vous] et qu’un jour lui semble durer une année. Ce même jour au milieu de la nuit il a beaucoup parlé avec moi devant l’infant don Juan, de telle sorte que j’ai pu comprendre qu’il valait mieux que je m’en aille aujourd’hui que demain auprès du roi du Portugal avec ses paroles, il l’a bien dit quatre fois130.

  • 131 Ibid.

56Des paroles du roi castillan, Ramon déduit qu’il paraît nécessaire (con su parla par que es mester que vos) que Jacques II procède très rapidement (muyt ayina) et incite les Portugais à se décider eux aussi très vite. Après l’avoir informé de la remise des lettres de créance, de la date du départ de l’infant Juan et des ambassadeurs qui retournent vers Jacques II et se trouveront bientôt à Calatayud, Ramon enjoint au roi de s’y trouver (y vos, senyor, que vingats alí). Quant à lui, il partira le 23 janvier pour le Portugal et prie le roi de ne pas se laisser tromper par les éventuels messagers de certains conseillers du roi de Castille qui pourraient s’opposer à la résolution. Leur seul but serait de diviser Denis et Jacques II. « Seigneur, selon ce qu’il me semble, l’affaire ne peut mieux se présenter » (Senyor, segons que a mi semble, els feyts no poríen mils anar), écrit Ramon avant de conclure sa lettre par un appel à la grâce divine pour le roi d’Aragon131.

FIG. 6. — Rapport adressé à Jacques II par son ambassadeur à la cour de Castille, Ramon de Montrós. Carrión, 23 janvier [1304] (Espagne, Ministerio de Cultura, ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 [ES], n° 1757-R)

57Loin d’offrir un improbable « rapport objectif » de l’action des ambassadeurs à la cour étrangère, la lettre de Ramon de Montrós, outre sa fonction informative évidente, sert donc aussi à justifier et à valoriser l’action des ambassadeurs auprès de leur mandataire. De même que les nouvelles transmises au souverain font l’objet d’une évaluation critique par les ambassadeurs, les fe(y)ts, c’est-à-dire l’avancement des négociations, ne sont pas présentés comme des données brutes, mais passent dans ce rapport au crible d’un réel travail d’interprétation. Les intentions du destinataire et la situation dans laquelle se trouve l’affaire en cours sont, comme dans la plupart des rapports, les deux centres d’intérêts principaux qui suscitent des interprétations subjectives fournies par l’ambassadeur à son mandataire.

  • 132 ACA, C, reg. 337, f° 172r°.
  • 133 H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 149, p. 315 (16 novembre 1316, Avignon). Vidal persiste d (...)
  • 134 « … Finalment, senyor, bé conech jo segons mon poch enteniment, que ell val molt més ab hom, qui l (...)
  • 135 « … Finita propositione mea, pluribus domini pape accedentibus interruptionibus, quas audistis ips (...)

58La manière dont les ambassadeurs dépeignent les destinataires étrangers est révélatrice de la conception de la pratique diplomatique des hommes de ce temps. Dépassant l’interprétation des réactions circonstanciées du souverain étranger, les représentants de Jacques II les plus expérimentés en viennent à analyser par touches successives le caractère des individus avec lesquels ils doivent traiter. La figure du pape Jean XXII suscite ainsi leur perplexité. Pour Vidal de Vilanova, l’homme est déroutant. L’ambassadeur expérimenté de Jacques II, accompagné de l’évêque de Barcelone, rencontre une première fois le pontife en 1316, après son accès au trône de Pierre132. Vidal scrute alors le caractère du nouveau pape et rapporte notamment à Jacques II que Jean XXII a été si « bouleversé » (mogut) et s’est mis dans une telle colère à propos des affaires du Temple qu’il acceptait à peine qu’on lui parle, tandis qu’une autre fois il les a écoutés « avec bienveillance » (benignament), si bien que Vidal n’a jamais réellement compris ce qui chez le pape était cause de peine ou de désir. Il sait seulement, pour avoir eu affaire avec « cet homme » (aquest hom) qu’il possède le plus singulier discernement (discreció) et les plus étranges manières qu’il ait eu l’heur de voir133. Quelques années plus tard, en 1322, Ot de Montcada, pour sa part, tire profit de son expérience pour expliquer dans un rapport à Jacques II comment il convient de traiter avec le pontife : « finalement, seigneur, avec mon pauvre entendement, je sais bien qu’il vaut mieux que traite avec lui [Jean XXII] quelqu’un lui tenant tête qu’un homme trop humble et, seigneur, chaque fois que vous aurez affaire avec lui, vous trouverez que je dis la vérité »134. Si les gestes et les traits de caractère du destinataire principal de la mission retiennent autant les ambassadeurs, c’est parce qu’ils constituent autant de signes extérieurs qui permettent de discerner l’évolution probable des tractations en cours, parce que le souverain est perçu comme le foyer d’où émane la décision politique. Certains ambassadeurs de Jacques II tirent ensuite parti de cette connaissance du tempérament du pape. Ainsi Guillem Oulomar expose-t-il sans ciller sa propositio tout en étant fréquemment interrompu par le pape, « car il en avait déjà », écrit-il, « une connaissance experte »135.

59Les ambassadeurs fournissent donc à leur mandataire des éléments utiles pour apprécier la situation, actualiser les connaissances et améliorer dans le futur l’appréhension des négociations. Avec ces jugements pragmatiques disséminés dans leurs rapports, puis réunis aux archives, ils rendent plus aisées les prises de décision royales. D’un tel travail intellectuel d’interprétation de l’état des négociations et de déchiffrement des intentions étrangères au conseil adressé au roi, il n’y a qu’un pas.

b)… au conseil

  • 136 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 (ES), n° 1757 (23 janvier [1304], Carrión).

60Certains ambassadeurs n’hésitent pas à le franchir. Ramon de Montrós conseille ainsi dans son rapport Jacques II au sujet de l’envoi d’une éventuelle ambassade ou de l’accueil à réserver à des messagers castillans intempestifs136. Au-delà de ces suggestions limitées, certains rapports contiennent des conseils de plus vaste portée. Quels sont-ils et comment sont-ils formulés ? Quels rôles jouent-ils dans l’espace politique temporaire ouvert par la négociation ? Leur énonciation prend sens dans différents contextes : le rapport considéré isolément, l’ensemble des lettres d’un ambassadeur à son mandataire, la mission. On privilégiera ici les rapports dans lesquels la relation de l’ambassadeur avec le souverain apparaît la plus riche, la plus complexe. L’examen de ces cas exemplaires et exceptionnels doit permettre de préciser l’ampleur et le rôle de la marge de manœuvre écrite des ambassadeurs dans les négociations.

  • 137 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. I, pp. 186-190.
  • 138 C. A. Willemsen, « Der Kampf um das Vall d’Aran », doc. XI, pp. 219-221.
  • 139 « … Invenimus ipsum et totum eius consilium et specialiter venerabilem Ar[naldum] Traverii valde p (...)
  • 140 Ibid.
  • 141 « … Ego, quantum michi videbatur, reputabam illam viam faciliorem et utiliorem vobis et minus ymo (...)

61Le premier exemple concerne les rapports avec les royaumes de France et de Majorque. Au début du mois de juin 1313, l’archidiacre d’Urgell Berenguer de Argilaguer, conseiller de Jacques II, se rend en ambassade à Perpignan avec Guillem de Santa Coloma pour y rencontrer le roi Sanche et lui demander, conformément aux accords de Poissy qui viennent d’être passés avec Philippe le Bel, la restitution du Val d’Aran qu’il garde en séquestre137. L’archidiacre rédige le 17 juin un rapport à l’adresse de Jacques II, dans lequel il lui fait part de son travail, des réactions et propositions du roi majorquin, et formule de nombreux avis personnels138. Il émet tout d’abord un jugement globalement positif sur les intentions du roi majorquin et de son conseil, car ils sont prêts à restituer rapidement le Val et à faire ce qu’ils peuvent pour son altesse139. Dans le détail, Berenguer estime raisonnables et justes certaines des demandes majorquines, notamment l’exigence d’un engagement de Jacques II à s’opposer à une éventuelle protestation pontificale contre la restitution140. Au sujet du remboursement des frais engagés pour la garde du Val par les Majorquins, la solution proposée par ces derniers — date limite de remboursement fixée au 1er août 1314, engagement par serment de garants à être pris en ostatge en cas de non accomplissement, hypothèque sur les seigneuries tenues du roi d’Aragon en deuxième garantie — est elle aussi jugée positivement. Berenguer notifie cependant son avis au roi avec une grande prudence : si on ne lui avait pas dit qu’une partie du projet majorquin — la prise de contrôle par Sanche, en cas de non-paiement par Jacques II du coût de la garde du Val, de seigneuries servant de gages — déplaisait au roi, autant qu’il lui semble, il continuerait de juger la méthode proposée par le roi de Majorque plus facile et plus utile au roi, en aucun cas préjudiciable ou périlleuse, parce que le temps et l’attente n’auraient jamais payé à la place de Jacques II. Simplement, au moment où il aurait souhaité récupérer ces seigneuries, il aurait payé son dû, ce qu’il devra faire de toute façon. Néanmoins, comme il a cru comprendre qu’une telle solution déplaisait à Jacques II et ne disposait pas de pouvoir à ce sujet, il a fait en sorte de ne pas engager ces seigneuries. Un ambassadeur lui rendra visite pour qu’il décide en dernier ressort141. À mots couverts — le respect de la volonté apparemment contraire du roi précède l’avis et le clôture —, Berenguer tente de convaincre Jacques II de revenir sur sa décision et de modifier son intention initiale afin de choisir une meilleure solution. Le conseil dépasse le cadre de l’avis informatif pour s’inscrire dans le cadre d’un débat contradictoire feutré avec le souverain.

  • 142 Ibid.
  • 143 Ibid.
  • 144 « … Nec dubitetis, prout alias serenitati vestre scripsi, quia ego credo excogitasse viam, per qua (...)
  • 145 « … [Videtur] et michi salvo vestro consilio, quod debeatis per vestras litteras regra[tiare] domi (...)

62Dans un deuxième temps, l’archidiacre délaisse les conseils circonstanciés pour ébaucher une véritable ordinatio du déroulement de la restitution du Val au roi d’Aragon. Sous réserve de l’acquiescement du souverain (« et sauf votre ordre et votre conseil, il me semble », et salva ordinatione vestra et vestri consiliii videtur michi), donc sous protection rhétorique, de manière tempérée, Berenguer indique au roi qu’il devrait envoyer pour récupérer le Val Guillem de Castellnou, dont il fait l’éloge en règle. Il lui semble aussi qu’il serait utile que Jacques II délibère avec son conseil pour savoir s’il convient que Guillem demande et reçoive d’emblée l’hommage des hommes du Val, ce qui lui paraît être le cas142. Berenguer fournit ensuite au roi les grandes lignes des instructions qu’il pourrait remettre à Guillem pour procéder à la restitution. Ce faisant, il met en avant sa connaissance particulière du Val (« parce que je sais », quia ego scio) pour renforcer son argumentaire, estime (« il me semble », videretur michi) qu’il serait bon que le roi s’y rende cette année et croit (« et je crois », et credo) que les hommes du Val plaideront en faveur de la définition d’un cens annuel. Berenguer présente à Jacques II son projet comme facile à mettre en œuvre pour le roi (et ista ordinatio erit vobis satis facile) et croit qu’il permettra de récupérer des terres du Pallars occupées par Roger de Comminges143. Berenguer sait bien que certains hommes de Roger s’opposent à la restitution, mais Jacques II ne doit pas pour autant douter, car lui, Berenguer, a trouvé à l’aide de la réflexion la méthode par laquelle il peut récupérer ces terres144. Derniers conseils de l’archidiacre qui garde par-devers lui des lettres du roi de Majorque, Jacques II doit, sauf son conseil, remercier le monarque majorquin, mais sans lui détailler le projet. Enfin, il s’excuse de conseiller le roi aussi abondamment, mais il demeurera ainsi établi que Jacques II ne manque pas de son faible conseil et Dieu sait qu’il fait tout cela dans la seule intention de le servir145.

  • 146 Glissement déjà observé pour le XVe siècle (J. Petersohn, Diplomatische Berichte, p. 31). Une étud (...)

63L’ambassadeur donne donc ici au roi son avis sur les intentions du souverain étranger, sur les négociations en cours et lui conseille la méthode qui lui semble la plus appropriée pour parvenir à ses fins. Le domaine couvert par ses conseils est immense et excède la seule négociation diplomatique, puisque Berenguer de Argilaguer propose une véritable feuille de route pour que la réintégration du Val s’effectue dans les meilleures conditions possibles. Il agit véritablement comme un conseiller du roi, qui ne met pas en cause les buts du souverain, mais est prêt à soumettre à son approbation les méthodes (viae) qui lui semblent les plus adéquates. Le rapport de l’ambassadeur constitue en fait un véritable memorandum politique à l’usage du souverain146.

  • 147 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 480, p (...)

64Berenguer de Arguilaguer justifie à chaque fois ses conseils par sa protestation de bonne volonté, son souci de défendre au mieux les intérêts et le droit du roi, ainsi que par la mise en valeur de sa connaissance du dossier, alors que d’autres ambassadeurs recourent à des stratégies de persuasion plus subtiles pour convaincre leur souverain d’orienter son action dans une direction qui leur convienne. Bernat de Sarrià rappelle ainsi les conseils qu’il a déjà donnés au roi, argue de son expérience diplomatique et recourt à la rhétorique, à l’histoire et à la valeur consacrée des proverbes pour démontrer à Jacques II toute la force de ses arguments147.

  • 148 « … Speramus in Domino quod finaliter de negocio nostro veniemus ad bonum finem et intentionem qua (...)
  • 149 « … Et sic, si vobis videtur, potestis loqui cum domino rege et super hiis significare mihi volunt (...)
  • 150 Vidal de Vilanova accompagne ainsi un rapport à Jacques II de lettres au chancelier et à Bernat d’ (...)

65Le souci des ambassadeurs de persuader leur mandataire se traduit aussi chez les plus influents d’entre eux par l’exercice de pressions sur les proches conseillers du roi. Dalmau de Pontons, envoyé à la curie en 1313 par Jacques II pour régler la question de la dévolution des biens du Temple en Aragon, se trouve ainsi en désaccord avec la solution que le roi souhaite défendre, à savoir la remise de ces biens à l’ordre de Calatrava. Il écrit donc depuis Avignon au conseiller Gonzalo García pour lui signifier que, même s’il a évidemment œuvré selon les instructions de Jacques II, il estime personnellement qu’une autre voie (via) de négociation — l’assignation des châteaux à Jacques II, assortie du serment de fidélité des hommes — est plus utile, plus honorable et plus sûre148. S’il en est d’accord, il serait bon qu’il parle au roi à ce sujet et qu’il lui signifie ses intentions. Il continuera évidemment entre-temps à obéir aux instructions de Jacques II149. Le recours assez courant aux correspondances parallèles150 n’emporte pas toujours l’assentiment du souverain — le plan de Berenguer de Argilaguer est rejeté par le roi —, mais certains ambassadeurs exercent par leurs écrits une indéniable influence sur les méthodes et les stratégies choisies pour négocier avec les cours étrangères. Les conseillers de Jacques II, les plus prolixes en la matière, prolongent ainsi à l’étranger leur tâche en mettant par écrit les conseils qu’ils formulent d’ordinaire oralement lors des conseils réunis autour du monarque.

  • 151 Sur les rencontres royales, voir pp. 397-453.

66En dépit de l’image produite par le suivi homogène des négociations diplomatiques dans les registres de la chancellerie royale, malgré l’existence de règles tacites et le recours à des pratiques souvent similaires dans les tractations, la marge de manœuvre dont disposent les ambassadeurs du roi se laisse difficilement réduire à un schéma unitaire. Les hommes envoyés en ambassade ne constituent pas un corps homogène et, selon leur origine sociale, leur expérience, leur proximité avec le roi, l’importance de l’affaire, ils ne disposent pas tous des mêmes prérogatives. Ainsi les ambassadeurs les plus chevronnés ou les plus proches du roi disposent-ils et usent-ils d’une marge de manœuvre supérieure à la moyenne. Leurs initiatives personnelles se manifestent plus souvent dans les coulisses des cours et dans la correspondance politique avec leur mandataire que lors des audiences octroyées par les souverains étrangers, sur lesquelles pèsent de fortes contraintes. Cependant, le recours à ces ambassadeurs, même munis de pouvoirs considérables, s’avère parfois insuffisant ou inadapté pour la résolution de certains conflits. Le roi intervient personnellement de manière considérable, mais ne peut se déplacer facilement sans mettre en péril son honneur et sa personne151. Dans des situations exceptionnelles, des individus d’un rang social très élevé interviennent alors auprès de souverains étrangers avec l’assentiment du roi, mais sans pour autant le représenter à la manière d’ambassadeurs « classiques ». Les négociations avec l’étranger ne sont pas le monopole de ces derniers, elles constituent aussi un espace politique temporaire propice à l’expérimentation d’autres modes de collaboration entre le roi et les hommes de son royaume.

III. — « POUR LE BON PLAISIR DU ROI ET AVEC SON AUTORISATION » : PEDRO FERNÁNDEZ DE HÍJAR, MÉDIATEUR ARAGONAIS EN ITALIE

  • 152 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien ; R. Caggese, Ro (...)
  • 153 Détails dans S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 277-278.

67Durant le règne de Jacques II d’Aragon, l’un des exemples les mieux documentés et les plus spectaculaires d’une telle expérience politique est certainement celui de la mission du noble aragonais Pedro Fernández de Híjar, qui se rend en Italie en 1316-1317 afin de rétablir la concorde entre les rois Frédéric III de Sicile et Robert d’Anjou. La situation paraît alors désespérée. En dépit du traité d’Anagni (1295) qui a ramené la paix entre, d’une part, la couronne d’Aragon, et, de l’autre, la France et la papauté, la lutte pour la possession de la Sicile s’est en effet prolongée les années suivantes entre les Angevins et le frère de Jacques II, Frédéric III, proclamé roi de Sicile en 1296. Le traité de Caltabellotta (1302), d’après lequel Frédéric doit demeurer roi de « Trinacrie » jusqu’à sa mort qui verrait la remise de l’île aux Angevins, n’est pas non plus parvenu à résoudre définitivement le conflit. À partir des années 1310, les luttes ont repris et les forces angevines ont tenté à plusieurs reprises (1313, 1314, 1316) de reprendre possession de l’île152. Or, pour la couronne d’Aragon, cette guerre sporadique complique considérablement la mise en œuvre du grand projet du règne de Jacques II, la conquête de la Sardaigne. Ceci explique les nombreuses initiatives du roi et de ses hommes en faveur d’une solution pacifique. Les missions de médiation se multiplient en 1314-1316, à la fois en raison de l’augmentation des tensions et de la volonté politique croissante de s’emparer de la Sardaigne153. C’est à ce moment de crise aiguë, d’échec des tentatives successives de médiation et par conséquent de danger pour l’honneur de la Maison d’Aragon, que le pouvoir joue sa dernière carte : Pedro Fernández de Híjar.

UN ENVOYÉ TRÈS SPÉCIAL

  • 154 Sur Pedro Fernández : H. Finke, Acta Aragonensia, t. I., pp. clx-clxi ; Gran Enciclopèdia catalana(...)
  • 155 Dans sa lettre de recommandation pour Frédéric III, Jacques II le désigne comme « … vir nobilis Pe (...)
  • 156 Lien rappelé dans une lettre du roi Sanche de Majorque à son lieutenant dans l’île (ARM, Gobernaci (...)
  • 157 S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », p. 284.
  • 158 ACA, C, reg. 314, f° 108r° (15 avril 1309, Barcelone).
  • 159 S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », p. 284.
  • 160 ACA, C, Varia 341 H, f° 21r°-v° ; J. Zurita, Anales, t. V, 90, p. 742.
  • 161 J. Zurita, Anales, t. V, 66, pp. 671-672 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 [ES], n° 1751 (26 oct (...)

68Pedro Fernández de Híjar est un noble aragonais de très haut rang, le fils d’un bâtard de Jacques Ier le Conquérant. Il possède par conséquent des liens de parenté avec de nombreux rois154. Les lettres de Jacques II rappellent souvent qu’il est de son sang et de celui du roi Frédéric de Sicile155 ; il est également parent du roi Sanche de Majorque156. À sa richesse foncière — il tient en 1316 de Jacques II une cinquantaine de caballerías (des terres susceptibles d’entretenir autant de chevaliers)157 —, il ajoute le fait d’exercer depuis 1309 au nom du roi la charge de gonfalonier royal de l’Église (vexillifer pro nobis Romane Ecclesie Sacrosancte) qui avait été conférée à Jacques II par le pape en 1297158. Il dispose donc pour agir à l’étranger à la fois d’un prestige social considérable, de multiples dignités et de ressources financières importantes. L’homme est très connu du roi avec qui il entretient depuis plus de dix ans une correspondance assidue159, il a participé à l’expédition d’Almería en 1309 et possède par ailleurs une réelle expérience des cours, de l’étranger160. Il a déjà assisté aux rencontres royales (vistae) de Tarazona au début du mois d’août 1304, séjourné en 1308 à la cour de son oncle le roi de Majorque Jacques II et il s’est même préparé en 1313 à venir à la cour de France — un voyage dont on ne sait s’il a finalement eu lieu161.

  • 162 Demande évoquée dans une lettre de Jacques II à Robert d’Anjou (ACA, C, reg. 337, f° 302r°-v° [30 (...)
  • 163 Rapport de Pedro Fernández du 20 juin 1316 (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime I (...)
  • 164 « De aliquibus negocia nostra tangentibus per litteram nostram, quam vobis mittimus per nobilem et (...)
  • 165 La rubrique dans laquelle sont copiés les documents de cette mission est vague : « Quando nobilis (...)
  • 166 ACA, C, reg. 337, ffos 297v°-298r°. Outre la version enregistrée de la charte-partie (carta partid (...)
  • 167 « … Atorgamos a vos e damos licencia que podades yr en Sezilia al rey don Frederic, hermano nuestr (...)

69Cet homme d’expérience part en Italie de sa propre initiative. Il supplie le roi, avant le milieu du mois de janvier 1316, de lui concéder une autorisation pour se rendre en Sicile162. Il est probable qu’une telle demande soit liée à des memoriales et à des lettres (cartas) adressées par le roi Frédéric III à Pedro Fernández de Híjar et que ce dernier montre à Jacques II avant son départ163. Ces documents — malheureusement non retrouvés — expliquent sans doute les termes de la lettre de présentation remise par le roi au noble aragonais pour rencontrer Frédéric III, fort différents de ceux d’une classique lettre de créance. Le roi d’Aragon précise en effet que Frédéric « pourra plus amplement s’informer de certaines choses relatives à nos affaires, que nous vous envoyons par notre cher et noble Pedro Fernández, seigneur de Híjar, qui, appelé par vous, arrive à vous »164. Pedro Fernández n’est pas un ambassadeur du roi stricto sensu — il n’est jamais qualifié de mandadero, d’embajador ou de nuncius, sa mission n’est pas une legatio ou une mandadería165, il ne reçoit ni instructions écrites, ni pouvoirs —, mais Jacques II met à profit un voyage du noble à Palerme pour motifs personnels afin de lui confier une médiation entre Frédéric III et Robert d’Anjou. Les règles de cette mission sont pour l’essentiel définies avant le départ du noble aragonais dans deux documents : une « licence » (licencia) de Jacques II et une charte-partie signée par Pedro Fernández de Híjar, toutes deux datées du 28 avril 1316 à Tarragone (fig. 7, p. 340)166. Dans le premier document, Jacques II, à la supplique du noble, lui concède l’autorisation d’aller présenter ses respects au roi Frédéric III de Sicile au motif de la « bonne dette » (buen deudo) qui le lie à ce dernier167. Une clause précise ensuite l’objectif du voyage selon Jacques II :

  • 168 « … Porque nos avedes dito e significado que ydes por tractar el bien e la paç, que podrades, e no (...)

parce que vous nous avez dit et signifié que vous vous y rendez pour traiter le bien et la paix, et non pour aucun autre motif qui s’y opposerait […] vous pourrez être avec ledit roi en Sicile ou dans les parties du royaume, c’est-à-dire devant la Pointe du Faro, à partir du premier jour du mois de mai prochain et durant l’année qui s’ensuit [1er mai 1316-1er mai 1317]168.

FIG. 7. — Un accord entre Jacques II d’Aragon et le noble Pedro Fernández de Híjar pour une médiation en Italie. Tarragone, 28 avril 1316 (Espagne, Ministerio de Cultura, ACA, C, reg. 337, f° 297v°)

  • 169 Ibid.
  • 170 F. de Moxó i Montoliu, « Los Luna » ; M. T. Ferrer Mallol, « Nobles catalans arrelats a Sicilia »  (...)
  • 171 ACA, C, reg. 337, ffos 297v°[2]-298r° (28 avril 1316, Tarragone).
  • 172 Rapport du 1er septembre 1316 (Apollici) : « … E a vos aterne fielment e diligent e complida todo (...)
  • 173 Lettre de recommandation de Jacques II pour Pedro Fernández, à l’intention de Frédéric III (ACA, C (...)

70Aussi longtemps que Pedro Fernández se trouvera en Italie et respectera ces conditions, le roi lui garantira la jouissance par procureur interposé de trente des caballerías de honor qui lui avaient été concédées dans les territoires de la Couronne. La licencia de Jacques II s’achève avec une clause de réserve : s’il attaque le roi Robert ou ne revient pas à temps dans la Péninsule, Pedro Fernández sera alors privé de cette protection comme de l’office de gonfalonier qu’il exerce pour le roi169. Il s’agit en fait d’éviter que le noble suive le chemin d’autres nobles, catalans et aragonais, qui ont choisi d’appuyer militairement Frédéric III de Sicile contre les Angevins170, car une telle attitude mettrait dangereusement en péril la position de médiateur neutre que le roi d’Aragon souhaite afficher dans cette affaire. De son côté, Pedro Fernández s’engage dans la charte-partie à respecter toutes ces conditions, sous peine de perdre la faveur du roi et ses caballerías de honor171. Il promet à cette occasion « par des paroles » (por palauras) que ses « œuvres » (obras) ne pourront pas faire honte au roi d’Aragon, à l’Église et au roi Robert172. Un véritable accord est donc passé entre Jacques II et Pedro Fernández de Híjar : défense de la paix par le noble sans aide à Frédéric de Sicile contre garantie de protection royale sur ses caballerías. Ce pacte exceptionnel définit le cadre de son intervention en faveur de l’imposition d’une difficile pax aragona en Italie. Même si le roi n’apparaît pas explicitement comme le mandataire de Pedro Fernández, il donne son approbation à une entreprise effectuée « selon son bon plaisir et avec son autorisation » (de nostro beneplacito et licencia nostra)173, et qui doit favoriser sa propre médiation dans le conflit.

  • 174 Voir pp. 481-482.

71L’initiative de Pedro Fernández peut être imputée à ses liens avec le roi de Sicile et, surtout, au désir d’obtenir dans une aussi épineuse affaire un succès qui pourrait renforcer son honneur et sa mémoire future — mais Pedro Fernández n’exprime pas ses raisons personnelles avant son départ. De façon plus claire, pour le roi, ce noble bien connu, apprécié pour ses services dans le domaine militaire, habitué à l’usage d’une documentation technique et lié par le sang à la maison royale, présente en 1316 l’avantage d’être lié au pape et de pouvoir représenter le roi d’Aragon à travers sa charge de porte-étendard (vexillifer) de l’Église. Pedro Fernández dispose ainsi d’un argument de poids par lequel il peut dans les négociations avec les parties en conflit exhiber son inclination obligée en faveur de la paix, et démontrer aux yeux du Saint-Siège le bon accomplissement de sa charge par le roi d’Aragon. Pedro Fernández jouit pour toutes ces raisons d’un prestige bien supérieur à celui des ambassadeurs « classiques », d’où une plus grande autorité pour sa médiation. Pourquoi le roi ne le désigne-t-il pas alors comme son « ambassadeur solennel » (sollempnis nuncius), ainsi qu’il le fait souvent quand des membres de la famille royale sont envoyés à l’étranger174 ? Première hypothèse : le titre de porte-étendard est jugé suffisant. Néanmoins, une autre raison paraît plausible : il s’agit d’éviter de faire endosser directement au monarque un éventuel échec de la mission. La distinction classique entre la personne propre de l’ambassadeur et son statut de représentant du monarque est ici poussée à son terme avec un accord qui permet à Jacques II de ne pas mettre en péril son honneur tout en pouvant, le cas échéant, tirer profit des succès du noble. Plutôt qu’un ambassadeur « classique », Pedro Fernández de Híjar doit en fait être considéré comme un médiateur qui agit de manière très autonome en Italie pour le compte du roi.

L’AUTONOMIE ET L’AMBIVALENCE D’UN MÉDIATEUR EN ITALIE

  • 175 A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, t. I, doc. LX, pp. 67- (...)
  • 176 M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. I-III, pp. 422-428 ; F. Giunta et (...)
  • 177 Détails dans S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 287-292.

72Muni de l’autorisation du roi ainsi que des « lettres d’approbation » (litteras approbatorias) des souverains en conflit qui doivent lui permettre d’engager une médiation175, le noble aragonais quitte Barcelone le 25 mai 1316, arrive à Trapani le 3 juin, obtient une trêve de trois mois du roi Frédéric, rapidement refusée par l’Angevin176. Il demeure ensuite plus d’une année en Italie pour tenter de résoudre le conflit. Il envoie des lettres aux deux rois, se rend à Naples, rencontre les deux souverains à plusieurs reprises, mais rien n’y fait. Les espoirs d’une paix proche s’évanouissent rapidement en raison de l’incompatibilité entre les conditions préalables posées par les deux ennemis. L’envoyé spécial de Jacques II avance alors de nouvelles propositions de trêves, sans succès. En dépit du ton désabusé qui transparaît dans ses lettres à Jacques II du début de l’année 1317, malgré la maladie qui l’affaiblit, il manifeste au roi son ferme désir de continuer à œuvrer pour la paix. Il entretient alors des échanges nourris avec le pape, les rois et des personnages influents dans les diverses cours concernées, paraît jusqu’au début du mois de mai 1317 sur le point d’obtenir seul une cessation des hostilités. Malgré ses efforts, la conclusion d’une trêve de trois ans entre les parties ne peut être signée en juin 1317 que grâce à l’intervention de médiateurs pontificaux177. Pedro Fernández lui-même le reconnaît dans une lettre à Jacques II :

  • 178 « … El qual tractado, la mercé de Dios, avemos aduyto a buen término con mayor difficultat que las (...)

cette négociation, par la merci de Dieu, nous l’avons menée à bon terme avec plus de difficulté que les gens ne le pensent, mais sachez, seigneur [Jacques II], que la main du pape y était nécessaire178.

  • 179 D’après la demande de sauf-conduit et de bon accueil de Jacques II à Robert d’Anjou (ACA, C, reg. (...)
  • 180 Le dominicain Ferrer d’Abella a été envoyé en Sicile par Jacques II en mai 1315 (F. Giunta, « Ferr (...)
  • 181 M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. I-III, pp. 422-428 (20 juin, 4 et (...)
  • 182 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), n° 1066 (1er décembre 1316).

73Avant que ne survienne le deus ex machina pontifical, le noble aragonais exerce son rôle de médiateur grâce à une large autonomie d’action en Italie, qui se fonde sur des ressources importantes et sur l’instrumentalisation de l’ambiguïté de son statut vis-à-vis des protagonistes en conflit. Le noble aragonais dispose d’une suite et de moyens considérables : sept chevaliers, dix écuyers avec leurs familiae, sept damoiseaux, son confesseur179. Pedro Fernández peut aussi compter sur le soutien d’ambassadeurs de Jacques II déjà présents en Italie pour le même motif, Ferrer d’Abella et surtout le franciscain Ponç Carbonell, qui s’adresse à lui comme à un « seigneur » (domino) et avec lequel Pedro Fernández de Híjar a l’obligation — qui est réciproque — d’entretenir une correspondance étroite sur son ouvrage en faveur de la paix180. En fait, Pedro Fernández de Híjar apparaît comme le véritable organisateur d’une médiation aragonaise. Il emploie les moyens les plus variés pour tenter de débloquer la situation, à commencer par la correspondance. Dès son arrivée en Sicile, il noue des liens épistolaires avec les rois et les membres influents des cours auxquels il écrit de sa propre main afin d’établir par procurations les conditions préalables nécessaires à un accord de paix ou du moins à une trêve181. En raison des difficultés rencontrées, il décide seul de mettre au courant de la situation le pape ainsi que le prince Philippe de Majorque, dont l’intervention au nom du souverain pontife est pressentie. Jacques II est bien informé, mais uniquement après-coup182

  • 183 Rapport du 25 septembre 1316 (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. 4, p (...)
  • 184 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), n° 1065 (ca. 24 août 1316, instructions de Pedro Fernández (...)
  • 185 « … Diximus ei multa verba inductiva, quedam mellea, quedam fellea, quia in talibus tractabitus si (...)

74Le médiateur aragonais reçoit aussi régulièrement les ambassadeurs des deux rois et rencontre au moins à trois reprises chacun d’eux durant les quatorze mois de son séjour en Italie183. L’amour de la paix, les liens établis avec les protagonistes et les protestations de foi en Dieu figurent, classiquement, en tête des arguments qu’il emploie pour convaincre les parties en conflit184. Toutefois, ainsi qu’il l’explique dans une lettre à Jacques II, Pedro Fernández prononce également des mots qui doivent faire mouche : « nous lui avons dit [à Robert d’Anjou] quelques mots pour l’inciter, certains mielleux, certains pleins de fiel, parce que c’est ainsi qu’il convient de faire dans de telles tractations »185.

  • 186 A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, t. I, doc. LX, p. 68 [ (...)
  • 187 Il en va de même auprès du souverain angevin (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 84, n° 10270, éd. F. G (...)

75Fort de son usage et, visiblement, de sa bonne maîtrise de la rhétorique de conviction dans le cours des négociations, Pedro Fernández de Híjar n’agit pas alors seulement au nom de Jacques II, mais aussi en son nom propre. Lors de sa première rencontre avec le roi de Sicile, il requiert ainsi de la part du roi d’Aragon, son frère, l’acquiescement de Frédéric III aux propositions qu’il formule et renforce cette demande par une supplique personnelle (requirens eum ex parte fratris sui et suplicans ex parte mea)186. Loin d’utiliser la distinction de la double identité du représentant du roi pour mettre à couvert son mandataire ou pour dénier a posteriori toute validité à des tractations officieuses, Pedro Fernández joue publiquement sur l’addition de ses qualités de représentant du roi et de noble pour renforcer sa capacité de conviction auprès du souverain sicilien187. Là encore, seule la position sociale très élevée de l’envoyé spécial de Jacques II rend possible une initiative qui passerait pour un affront dans la bouche d’un représentant plus modeste.

  • 188 M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. V, p. 430 (1er décembre 1316).
  • 189 Ibid.

76Les rapports que Pedro Fernández adresse à Jacques II révèlent un noble qui varie à l’envi, au gré des interlocuteurs rencontrés, les mobiles qui justifient les requêtes de Jacques II et ses propres suppliques. Il joue du caractère pluriel de son statut. Pour l’honneur et l’amour de Jacques II, il demande de la part du roi d’Aragon à Frédéric III et le supplie en son propre nom d’abandonner l’armement de galères188. Frédéric donnerait ainsi au pontife un signe de bonne volonté et ferait plaisir au roi d’Aragon, une double interprétation d’autant plus défendable pour le noble aragonais qu’il dispose de la licencia du roi et qu’il est, en son nom, porte-étendard de l’Église. Lorsqu’il présente une demande similaire à Robert d’Anjou, il cherche à susciter une saine émulation : il souhaite que le roi imite Frédéric III, qui a pris en considération son travail, il en appelle à l’honneur de Jacques II et au sien pour convaincre l’Angevin d’octroyer une trêve189. Respectueux de l’ordre politique établi par Dieu, Pedro Fernández de Híjar fait toujours, dans ses demandes quelque peu schizophrènes, précéder ses suppliques des requêtes du roi.

  • 190 S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 296-297.
  • 191 « … E por contrarium actum, si los ditos capítoles e forma de paz nol plazería ho no y entendría a (...)

77Se distinguant plus encore des ambassadeurs « classiques » de Jacques II, le noble aragonais en vient à dépêcher lui-même des ambassades et à rédiger des instructions pour des représentants qui partent en son nom auprès du pape, du roi Robert et de ses proches, ou bien encore pour Ferrer d’Abella qui rend visite à Frédéric III afin de sonder la réalité des désirs de paix affichés par le frère de Jacques II190. Selon les résultats de cette mission, Pedro Fernández rencontrera le souverain sicilien en qualité de négociateur de la paix (tractador de paz) ou bien en tant que simple visiteur (simple visitador). Sa renommée, sa fama, serait en effet mise en péril s’il se présentait devant le roi de Sicile comme négociateur de paix et devait essuyer un refus de sa part191. La position singulière de Pedro Fernández de Híjar au cours de cette mission en Italie apparente l’action diplomatique aragonaise à un système de poupées russes. Le roi délègue de manière discrétionnaire un noble pour effectuer une médiation, et l’envoyé spécial dépêche des ambassades en son nom. La marge de manœuvre de Pedro Fernández excède donc largement les pouvoirs ordinairement octroyés à un ambassadeur de Jacques II, même muni de la plena potestas pour une négociation déterminée. Le noble, avec le beneplacitum et la licencia du roi, peut jouer sur deux aspects : agir selon les circonstances seulement au nom du roi, en son nom propre, ou bien se référer aux deux autorités. D’où un style, une capacité de tractador de paz très singuliers, et efficaces pour mener une médiation loin de son roi. Malgré sa latitude d’action considérable, Pedro Fernández de Híjar entretient pourtant une correspondance assidue avec Jacques II. À quelles fins ? Quelles facettes de sa relation avec le souverain révèle cet échange épistolaire ?

PEDRO FERNÁNDEZ ET JACQUES II : INITIATIVES ET GLOIRE PERSONNELLES DANS LES NÉGOCIATIONS

  • 192 Lettres expédiées le 3 décembre 1316 (Saragosse), le 24 décembre (Tortosa), le 15 février (Barcelo (...)
  • 193 Le 20 juin (Trapani), les 3, 4 et 29 juillet (Palerme, Termini, Naples), le 1er septembre (Apollic (...)
  • 194 Le noble envoie ainsi au roi deux exemplaires de son rapport du 24 septembre 1316 (ACA, C, CR de J (...)
  • 195 Le rapport du 8 mai 1317 contient de nombreuses copies de documents (ACA, C, CR de Jaume II, caixa (...)
  • 196 En mars 1317, Pedro Fernández scelle à nouveau et envoie à Jacques II une lettre que Robert lui a (...)
  • 197 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5669, ffos 2v°, 6r° (8 mai 1317, Messine).
  • 198 « … Que tales et tantas condiciones et tan fuertes demanda el rey Rubert, que el rey don Fredrich (...)
  • 199 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5720 (18 juin 1317, Messine).

78Comme les ambassades les plus importantes du roi, la mission de Pedro Fernández en Italie donne lieu à une correspondance fournie entre l’envoyé spécial et son monarque. Celui-ci expédie au noble aragonais quatre lettres192 et le médiateur adresse à Jacques II au moins quinze rapports en aragonais et en latin193. Les lettres de Pedro Fernández, dont l’acheminement est soigneusement contrôlé194, informent le roi de l’avancement des négociations, de l’opinion du noble sur les protagonistes et de ses projets. Elles contiennent aussi d’autres nouvelles de caractère plus personnel. Cette correspondance permet ainsi au roi de suivre avec quelques semaines de décalage les actions italiennes de Pedro Fernández de Híjar, qui dépêche de surcroît des copies des lettres échangées avec les différents souverains concernés195, et parfois des originaux assortis de ses commentaires détaillés196. Le noble aragonais se soucie aussi des conditions de diffusion et d’énonciation de ses rapports et des documents qui y figurent. Ainsi, pour la lecture à Jacques II de la copie d’instructions qu’il a données à Ramon de Masquefa, il recommande que soient présents les infants Jaime et Alphonse, ainsi que le conseiller du roi Gonzalo García. En revanche, il conseille au roi d’Aragon de ne pas divulguer à Bertran de Canelles et à Montmeló un rapport critique sur Frédéric III, car ils sont susceptibles de lui révéler son contenu197. De telles précautions s’expliquent par la formulation dans ses lettres de jugements de valeur péremptoires sur les différents protagonistes — rois et autres — ainsi que sur le déroulement des négociations. Après des débuts de mission prometteurs, gagné par un désenchantement automnal, il estime ainsi que « le roi Robert pose de telles conditions, si nombreuses et si fortes, que le roi Frédéric se laisserait plutôt couper la tête que de faire ou d’accepter la plus simple d’entre elles »198. La tenue de tels propos, on le comprend aisément, oblige Pedro Fernández à mettre en pratique un précepte qu’il a lui-même énoncé au roi pour expliquer comment il informe ses propres fidèles en Aragon : secundum illum dans danda, retinens retinenda199.

  • 200 « … Depués si me fue visto que yo deviesse notifficar al sennyor papa l’estamiento del feyto de mi (...)

79Ses lettres denses et fréquentes révèlent la marge de manœuvre exceptionnelle dont il dispose. Elles recèlent en effet souvent des justifications a posteriori d’actions déjà effectuées, dans le but clairement affirmé d’éviter la réprobation (reprensió) de Jacques II. Pedro Fernández de Híjar justifie ainsi par deux raisons principales le fait d’avoir informé le pape de ses négociations avec les deux rois. Tout d’abord, comme le bruit courait que Jean XXII allait envoyer l’infant Philippe de Majorque pour officier entre Frédéric III et Robert d’Anjou, Pedro Fernández a jugé utile de faire part au pontife de ses propres démarches. Le noble aragonais a d’autre part estimé qu’il ne semblerait bon à personne qu’un homme tel que lui, Pedro Fernández, venu pour tenter de régler le conflit, n’ait pas informé le pape nouvellement élu, car celui-ci a le problème à cœur, « il en est le début et la fin ». Ainsi, tout en craignant la réprobation de Jacques II, il a pensé bien agir, « parce que la peur du Seigneur fortifie l’intelligence et expulse le péché »200. À la différence d’autres ambassadeurs qui conseillent au roi la meilleure voie à suivre pour la négociation, mais attendent son ordre pour la mettre en pratique, Pedro Fernández écrit, agit d’abord, puis justifie ensuite son action auprès du souverain.

  • 201 « … E vos fago saber que vos envío un memorial scripto e contenido en un quadernio de paper, en el (...)
  • 202 « … E assi tenet por bien de leerlas por orden, segunt veredes por las letras a.b.c., cada una en (...)

80Les lettres de Pedro Fernández de Híjar se distinguent aussi des rapports des ambassadeurs du roi par leur raffinement didactique. Le noble aragonais confectionne des régestes préliminaires à la copie des lettres de sa correspondance en Italie, et le tout s’intègre dans des récits bien structurés qui doivent permettre au souverain aragonais de suivre sans difficultés les méandres complexes des négociations. En prélude à son memorial sur les négociations du 8 mai 1317, Pedro Fernández signifie ainsi à Jacques II qu’il y trouvera les différentes étapes de l’affaire. S’il veut en être pleinement informé, le souverain doit lire parfaitement et tranquillement le memorial du début jusqu’à la fin, le commencement ne pouvant être compris sans la fin, ni la fin sans le commencement. Il ne s’ennuiera pas à la lecture, car le texte n’est pas long et lui, Pedro Fernández, ne s’ennuie pas à son service201. Pour la clarté de l’exposé, le noble aragonais recourt fréquemment au plan en trois parties, notamment en indiquant au roi l’ordre dans lequel doivent être lues les lettres retranscrites. Lorsqu’il lui envoie trois courriers reçus des Italiens, il appose les trois premières lettres de l’alphabet en indication marginale et les introduit de la manière suivante : « Et ainsi, tenez pour bon de les lire dans l’ordre, selon ce que vous verrez par les lettres a, b, c, chacune en sa priorité »202. Un tel effort de mise en forme visuelle et littéraire, imputable sans doute en partie au goût pour une prose bien formée que l’on peut déceler chez le lletra-ferit Pedro Fernández de Híjar, s’explique avant tout par la nécessité de convaincre le roi du bien-fondé de ses actions, d’obtenir son assentiment pour des initiatives qu’il a pu prendre en vertu de sa très grande marge de manœuvre. Il souligne fréquemment la véracité de son discours et de son action. La présentation d’un dialogue avec le roi Frédéric III est à ce titre caractéristique :

  • 203 « … E yo dix le quel pidía mercé que no me fizies dezir mentiretas a vos, que si lo fazía yo men s (...)

… Et je lui dis que je lui demandais la grâce de ne pas me faire vous [Jacques II] dire de petits mensonges (mentiretas), car, si je le faisais, je saurais bien m’en excuser avec la vérité, et [je lui dis aussi] que je préférais que ce fût lui plutôt que moi qui fût accusé. Quelle sera la fin des affaires, Dieu le sait, les moyens qui relèvent de ma petite partie (partita), je vous les fais légitimement savoir et je vous ferai savoir la fin quand Dieu la montrera203.

81Le noble aragonais met ensuite en exergue en latin dans un texte en aragonais le fait qu’il ne garde aucun secret vis-à-vis de Ponç Carbonell (« quia nullum secretum abeo quod sibi per me non reveletur neque ocultum quod non sciat »), puis retourne à l’aragonais pour rappeler son zèle acharné dans l’affaire :

  • 204 « … Sennyor, yo me so dado a aquesto a tractar los afferes con balanças e con verdat, e so desespe (...)

… Seigneur [Jacques II], je me suis engagé à traiter les affaires avec équilibre et avec vérité, et je désespère de tout le discernement et de tout l’esprit humain qui aurait pu m’aider, et je porte mon espoir seulement en la bonté de Dieu. À moins qu’elle ne guide l’affaire dans une autre direction que celle qui a été prise, il sera inpossibile à tout esprit humain de la mener à bonne fin204.

  • 205 Ibid., f° 4r°.

82Pedro Fernández de Híjar souligne aussi la crainte d’une atteinte à sa fama en cas d’échec, ainsi que sa totale impartialité dans l’affaire. Ce dernier élément apparaît logiquement comme essentiel dans une mission de médiation, mais aussi parce que Pedro Fernández de Híjar est soupçonné par Robert d’être favorable à Frédéric III. Il a dû, rappelons-le, donner des garanties au roi avant son départ et se trouve à partir de la fin de l’année 1316 dans la position inconfortable de suspect, tant aux yeux de Jacques II que de Robert d’Anjou et de Frédéric III. D’où la nécessité pour un personnage qui ne laisse personne indifférent de justifier sans cesse ses actes aux yeux de Jacques II et de Robert, « pour [se] garder de la suspicion et de la répréhension » (por guardarme de la sospición e reprensión)205. Quand, en mars 1317, Frédéric III change d’avis sur la trêve, Pedro Fernández cherche ainsi à se défaire de toute responsabilité dans le memorial qu’il remet à son ambassadeur Ponç Carbonell :

  • 206 « … E si mudamiento a preso questo, es por instigación del mal consello e no a falta que por part (...)

… Et si ce dernier a changé d’opinion, c’est par l’instigation du mauvais conseil et non en raison du fait que nous n’aurions pas fait tout ce qu’il nous était possible de faire. Et le trouble de cette affaire, qu’il soit attribué au mauvais conseil dont ledit roi Frédéric est bien garni, ainsi qu’à la grande inconstance et à la versatilité de ce même roi206.

  • 207 « … Maguer que por el dito rey don Ffradrich se nos prometan maravellas, que por ninguna obra que (...)
  • 208 « … E assí que no aya por sospeytosa la nostra fincada nostra, hordenamos a dos fines, la primera (...)

83Même si Frédéric III lui proposait des merveilles, même s’il lui offrait la moitié de la Sicile et même s’il craignait de perdre la bonne relation qu’il a avec lui, écrit Pedro Fernández, il apprécie surtout l’amour et la grâce de Jacques II et craint sa colère207. Plus encore et de manière superlative (e muyto de muyto más in superlativo) il craint la colère et l’indignation de l’Église à laquelle s’expose Frédéric. Pour ces raisons, le prolongement de son séjour en mai 1317 ne doit pas être suspect aux yeux de Jacques II. Il se justifie par l’attente du départ d’un bateau qui pourrait l’emmener en pèlerinage en Terre Sainte et par l’espoir de favoriser dans l’intervalle l’établissement de la concorde entre les deux rois208. Pedro Fernández de Híjar inscrit alors et justifie son action de médiateur dans la perspective de la salvation religieuse :

  • 209 « Quia non sunt facienda mala ut bona veniant neque standum in tenebris ut alii habeant lucem, qui (...)

il ne faut pas faire le mal pour que vienne le bien, ni non plus demeurer dans les ténèbres pour que d’autres reçoivent la lumière, parce qu’il ne me sert à rien de gagner le monde entier, si c’est au détriment de mon âme et de ma réputation209.

84Le recours aux citations en latin extraites de la Vulgate ou aux proverbes vient par conséquent renforcer dans ses rapports le portrait du parfait représentant du roi qu’il tend à Jacques II comme un miroir de sa propre action : il est noble, honrado, lettré, véridique, dévoué, impartial et bon chrétien.

85Les initiatives considérables de Pedro Fernández de Híjar dans l’action diplomatique, conjuguées à la grande liberté du ton de ses lettres à Jacques II, mettent en évidence un phénomène qui n’apparaît que fort rarement de manière aussi claire dans les autres correspondances diplomatiques. La marge de manœuvre d’un représentant du roi dans le déroulement d’une négociation se mesure aussi à l’aune du bénéfice personnel qu’il peut retirer de la négociation et qui ne dépend pas exclusivement de la volonté du mandataire. Pedro Fernández de Híjar reçoit ainsi des marques de faveur des souverains étrangers qui le remercient pour son action personnelle, sans que soit nécessairement mentionné le nom de Jacques II. Néanmoins, lorsqu’il relate dans ses lettres au roi d’Aragon l’honneur personnel qui lui a été octroyé, il ne manque jamais de l’attribuer in fine au roi d’Aragon. L’effacement de sa propre gloire derrière la fama du roi ou la volonté de Dieu constitue même un véritable topos de sa prose.

  • 210 « … El sennyor rey don Fradrich, vuestro ermano, a tan grant plazer de la mi venida, que segunt me (...)
  • 211 « … E a aquesto me fue respuesto por el rey Rubert quel plazía de la manera que yo tractava e quel (...)
  • 212 H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 604, pp. 932-934 (17 mai 1317, Naples). Une autre exhortat (...)

86Frédéric III éprouve ainsi, d’après ce qu’on lui a rapporté, tant de plaisir à sa venue qu’il ne peut rester en place dans ses palais ou ses chambres tant qu’il ne se sera pas rendu auprès de lui. Pedro Fernández s’en déclare très heureux, non pas par vaine gloire personnelle, ni par désir d’une faveur concédée par les hommes, mais parce qu’il espère en Dieu que les affaires prendront de ce fait une meilleure tournure210. Le médiateur aragonais atteint une autonomie telle qu’il se trouve placé devant un dilemme inédit : le roi Robert d’Anjou lui propose que la trêve soit passée en son seul nom, une offre que Pedro Fernández s’empresse de rapporter dans une lettre à Jacques II, mais avec une précision décisive. Selon Robert, de même que Joab souhaitait attribuer la gloire de ses tractations au roi David, il semble que Pedro Fernández veuille conférer la gloire de cette affaire à Jacques II. Pour ce qui est de la paix, il est bon de procéder ainsi, à savoir que lui, Pedro, effectue les tractations et qu’elle soit conclue et signée par Jacques II. En revanche, Robert souhaite établir la trêve sur les places disputées de Calabre par l’intermédiaire du seul Pedro Fernández de Híjar auquel il remettra sa volonté. Dans sa lettre à Jacques II, Pedro explique qu’il repousse naturellement une telle offre. C’est faire ainsi d’une pierre deux coups : il démontre au roi l’accroissement de son honneur et fait en même temps preuve de sa parfaite loyauté, puisqu’il remet le bénéfice de sa marge de manœuvre dans la négociation à son mandataire tout en se soumettant à la discrétion du destinataire. Robert choisit d’ailleurs de le charger seul de la réception des pouvoirs pour passer la trêve, la distance à laquelle se trouve Jacques II rendant sa médiation difficilement praticable211. Par la suite, le bénéfice de la négociation revient néanmoins plutôt aux envoyés pontificaux, d’où la comparaison hardie de Gentile de Ursini, un haut dignitaire de la cour de Robert d’Anjou, pour qui Pedro Fernández, de même que Virgile, aurait été dépouillé des profits de son action… une comparaison que le noble aragonais s’empresse évidemment de transmettre à Jacques II212. Mises en perspective, ces récriminations indiquent la force des aspirations du médiateur en Italie. Par l’affirmation réitérée du sacrifice des profits de la négociation au bénéfice de la fama du roi d’Aragon comme par l’envoi à Jacques II des protestations amicales qui démontrent la valeur de son travail, Pedro Fernández de Híjar s’efforce en fait de prouver à son souverain que le renforcement de son honneur dépend intimement de ses propres « œuvres » (obras), une revendication de reconnaissance qui constitue sans doute le degré le plus élevé que puisse atteindre la marge de manœuvre d’un représentant du roi à l’étranger.

  • 213 Aspect développé dans S. Péquignot, « Enantar a tractar ».

87Finalement, même si les ambassadeurs y interviennent de façons souvent fort différentes, les négociations menées au nom du roi d’Aragon avec des souverains étrangers sont effectuées selon des conceptions et avec des méthodes communes. Toutes sont envisagées comme une mise en jeu de la parole et de l’honneur du roi, une prise de risque nécessaire pour défendre les intérêts et le droit du monarque. On négocie au nom du roi, pas de l’État ou même de la Couronne. Une telle conception restreint le champ des puissances avec lesquelles l’on peut « traiter » (tractar)213. L’interlocuteur doit en effet être légitime, au risque sinon de mettre en péril l’honneur et les intérêts du roi-mandataire. Afin d’encadrer la pratique dangereuse de la négociation, le roi et ses hommes déploient un considérable effort d’écriture préalable, puis de contrôle et de maîtrise des paroles prononcées au nom du monarque. La capacité des ambassadeurs à prendre des initiatives est précisément établie dans ces scénarios, et les hommes du roi chargés de négocier en font usage dans les cours étrangères. Ils recourent fréquemment à des intermédiaires favorables à Jacques II pour s’informer et influer sur les prises de décisions ; ils manipulent des documents aisément reconnaissables, notamment des pouvoirs avec lesquels ils engagent la parole de leur souverain ; enfin, ils jouent de leur statut d’hommes doubles — représentants du roi vs personnes des ambassadeurs — pour traiter, sonder les coulisses en protégeant la parole de leur mandataire. Toutefois, la marge de manœuvre des négociateurs du roi à l’étranger varie considérablement. C’est dans la correspondance entretenue avec leur mandataire qu’ils prennent ordinairement le plus d’initiatives, mais, dans certaines missions, ils infléchissent directement l’orientation des négociations sans en référer préalablement à celui qu’ils représentent. De surcroît, leur marge de manœuvre est adaptée en fonction des circonstances, dépend profondément de leur proximité avec le roi, ainsi que de leur statut social. Comme le prouve l’exemple-limite de Pedro Fernández de Híjar, le cadre même de l’ambassade ne constitue pas une norme figée et un recours obligé. Si nécessaire, le lien de représentation traditionnel entre le roi et son nuncius ou son procurator fait place à un pacte taillé sur mesure pour un envoyé spécial dont on espère qu’il sera plus à même de faire aboutir une négociation. Espace politique temporaire, les négociations s’avèrent ainsi un lieu d’expérimentation pour les modalités de représentation du monarque et le lien entre le roi et ses hommes. Le roi et son conseil conservent toutefois plusieurs garde-fous essentiels : l’excès de mandat est invoqué pour couper court à une négociation qui prend mauvaise tournure ; la conclusion de traités ou de la paix requiert l’apposition de la signature du souverain ou la remise préalable à l’ambassadeur de pouvoirs lui permettant explicitement d’engager la parole royale.

  • 214 Sur cet aspect, voir Id., « Les instructions aux ambassadeurs ».

88L’examen dans ses différentes dimensions de la relation établie entre le roi et ses ambassadeurs offre aussi de nouveaux éléments pour une périodisation générale de l’histoire de la diplomatie médiévale. En premier lieu, l’introduction de scénarios écrits constitue une rupture forte dans la pratique des négociations. Ces documents facilitent le travail argumentatif des représentants du roi ; ils favorisent aussi l’émergence de styles de négociation fondés sur le recours accru à des écrits techniques, ainsi qu’à des paroles dont les variations et l’efficacité sont minutieusement déterminées. Cette petite révolution scripturaire, insuffisamment prise en compte par les historiens, ne concerne pas le seul règne de Jacques II. Elle s’inscrit dans le sillage d’un mouvement plus général engagé en Italie du Nord au début du XIIIe siècle, et dont les traces apparaissent dans la couronne d’Aragon à partir du règne de Pierre III (1276-1285)214. Plutôt qu’à l’opposition schématique traditionnelle entre des cités-États qui contrôleraient très fermement leurs ambassadeurs par des instructions « serrées » et des monarchies qui donneraient des instructions « larges », il faut donc souligner l’importance de la ligne de clivage du XIIIe siècle dans l’émergence de nouvelles pratiques de gestion des négociations, et l’écart qui se creuse alors entre diverses traditions — certaines puissances (Angleterre, couronne d’Aragon, cités-États italiennes) s’engageant résolument dans la voie de la négociation instruite par écrit, d’autres, comme l’Empire, bien moins nettement.

89Durant le règne de Jacques II, les hommes chargés de ces négociations sous contrôle sont le plus souvent de véritables spécialistes de la diplomatie. Ils forment un petit groupe qui, sans jamais monopoliser totalement l’activité de représentation et de tractation dans les cours étrangères, demeure le cœur vivant de la diplomatie royale. Conseillers ou familiers de Jacques II, hauts responsables administratifs ou, plus rarement, grands dignitaires ecclésiastiques, ces hommes sont attachés au roi par des liens de fidélité et de faveur multiples et variés. En l’état actuel de l’historiographie, une telle situation paraît précoce, car c’est surtout au XVe siècle que l’on a pu observer des phénomènes similaires de spécialisation sans professionnalisation. Précurseurs ou témoins d’une évolution peu visible, ces hommes sont en tout cas les membres actifs d’une « diplomatie personnelle » du roi. Par cette expression, l’on n’entend pas ici revivifier l’idée d’une diplomatie qui serait une simple manifestation de la volonté du prince, mais, plutôt, souligner combien la diplomatie de Jacques II repose sur les liens extrêmement forts tissés entre le roi et ses hommes : la fidélité, la sujétion, le service, la connaissance mutuelle et le partage d’informations secrètes.

  • 215 Sur la spécificité des nouvelles secrètes, voir pp. 100-106. Bernat de Fonollar envoie ainsi à Ber (...)

90L’examen des négociations menées au nom du roi fait aussi apparaître une perception aiguë de la distinction entre le public et le secret, une conscience très nette des enjeux et des périls, bref de la puissance des secrets. La communication d’informations ou d’intentions secrètes du roi d’Aragon à des souverains étrangers s’accompagne de précautions et d’explicitations méticuleuses215 ; la difficulté, voire l’impossibilité de communiquer des informations par écrit est souvent justifiée par le fait que seule la parole vive peut transmettre un secret ; on recherche des hommes de confiance et l’on accorde une grande valeur aux rencontres en tête-à-tête avec le souverain étranger. Dans le même sens, tandis que les ambassadeurs s’efforcent à l’étranger de saisir les informations cachées et les intentions voilées du souverain avec lequel ils traitent, leur relation avec le roi-mandataire est aussi conçue comme un échange d’informations et d’intentions secrètes, à tel point que certains ambassadeurs recommandent parfois expressément à leur mandataire de ne pas révéler certains secrets à tous les membres de son conseil, mais uniquement aux personnes sûres.

  • 216 Cf. introduction, pp. 7-8.
  • 217 M. Senellart, Les arts de gouverner.

91Déjà remise en cause par les modernistes italiens qui soulignent la continuité de nombreuses pratiques entre le XVe et le XVIIIe siècle, le rôle de césure traditionnellement assigné dans l’histoire de la diplomatie à l’apparition des ambassades permanentes au milieu du XVe siècle, son statut de ligne-frontière entre la « diplomatie médiévale » et la « diplomatie moderne » sort donc un peu plus fragilisée encore de l’examen de la diplomatie de Jacques II216. De nombreuses pratiques — manipulation des écrits, conscience des secrets, importance conférée à l’information — traditionnellement réservées à l’époque moderne, sont déjà pour une bonne part présentes à la fin du XIIIe siècle dans la couronne d’Aragon. L’importance des usages et la conscience du secret dans la diplomatie de Jacques II montre combien la pratique précède en ce domaine les théorisations plus tardives sur la dissimulation et les usages du secret par le pouvoir, qui se développent à partir du XVIe siècle217. L’absence de données contemporaines engage à la prudence dans l’interprétation de telles similitudes et ne permet pas de discerner l’existence d’une continuité de ce point de vue. En revanche, on peut d’ores et déjà noter l’existence de temporalités distinctes pour l’évolution des différents aspects de l’action diplomatique. Si l’on met l’accent sur la représentation du pouvoir politique, l’émergence progressive des ambassades permanentes demeure à l’évidence un fil conducteur incontournable. La chronologie des pratiques de la négociation diplomatique s’avère toutefois différente. Le moment essentiel doit plutôt être situé au XIIIe siècle, marqué par une intensification considérable des différents usages de l’écriture pratique et une conscience plus aiguë du statut et des enjeux de la parole royale, une conjonction singulière qui modifie les pratiques de la négociation, les possibilités de manipulation et de dévoilement des secrets.

Notes

1 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón ; A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el Reino de Mallorca et, avec plus de précautions, À. Masià de Ros, Relación castellano-aragonesa.

2 C. Thuderoz, Négociations et, parmi une abondante bibliographie essentiellement anglosaxonne, H. Raiffa, The Art and Science of Negotiation ; V. A. Kremenyuk (éd.), International Negotiation ; I. W. Zartmann et J. Z. Rubin (éd.), Power and Negotiation ; G.-O. Faure (éd.), How People Negotiate.

3 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit ; A. Reitemeier, Aussenpolitik im Spätmittelalter ; M. Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa ; P. Ehm, Burgund und das Reich. Pierre Chaplais prévoyait de consacrer une deuxième partie de son English Diplomatic Practice in the Middle Ages à la négociation et à la conclusion d’accords, mais l’historien est malheureusement décédé en laissant son travail inachevé.

4 F. J. Felten, « Kommunikation zwischen Kaiser und Kurie » ; Id., « Verhandlungen an der Kurie ; M. T. Ferrer i Mallol et al. (éd.), Negociar en la Edad Media ; S. Andretta et al. (dir.), Paroles de négociateurs. Le thème de la négociation est mieux pris en considération par les modernistes, voir par exemple L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV ; C. Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre ; J.-C. Waquet, François de Callières.

5 S. Péquignot, « L’ambassadeur dans les miroirs des princes ».

6 Mises au point dans C. Gauvard, « Conclusion » ; W. C. Brown et P. Górecki, Conflict in Medieval Europe, pp. 1-35. Parmi les travaux récents, voir notamment M. Kaufhold, Deutsches Interregnum und europäische Politik ; H. Kamp, Friedensstifter und Vermittler im Mittelalter.

7 W. C. Brown et P. Górecki (éd.), Conflict in Medieval Europe, pp. 1-35 et 265-285, notamment p. 283. On peut prendre la mesure de l’évolution de ce champ de recherches en confrontant cette mise au point avec l’ouvrage pionnier de W. Davis et P. Fouracre (éd.), The Settlement of Disputes in Early Medieval Europe, notamment pp. 207-240, et avec la problématisation anthropologique « processuelle » de L. Nader et H. F. Todd Jr (éd.), « Introduction ».

8 A.-J. A. Bijsterveld et al. (éd.), Negotiating Secular and Ecclesiastical Power ; B. H. Rosenwein, Negotiating Space ; R. I. Burns et P. E. Chevedden, Negotiating Cultures ; D. Wolfthal (éd.), Peace and Negotiation ; G. Algazi et al. (éd.), Negotiating the Gift ; L. Patterson, Negotiating the Past.

9 B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience ; J. Revel (dir.), Jeux d’échelles.

10 L’idée d’une négociation des règles légales, reprise des travaux de Pierre Bourdieu, est ainsi utilisée par C. Wickham, Courts and Conflicts, pp. 303-312, qui, au sujet de l’usage social des règles, avance que « perhaps the most useful way of looking at this issue is to return to the image of negotiation » (p. 307).

11 G.-O. Faure, « Négociation ».

12 J.-M. Moeglin, « Introduction ».

13 La conférence la mieux connue est celle d’Arras : D. Clauzel et al. (éd.), Arras et la diplomatie européennes. Parmi une vaste bibliographie sur les réunions conciliaires, W. Brandmüller, Das Konzil von Konstanz.

14 ACA, C, reg. 252, 334-339.

15 Lettre de Jacques II à Denis du 14 novembre 1300, à Valence (ACA, C, reg. 334, f° 5r°, éd. partielle A. Giménez Soler, La corona de Aragón y el reino de Granada, doc. XXVII, p. 245). Ce silence des textes n’est pas dû à un effet d’archives, car les documents de la pratique diplomatique sont enregistrés de manière quasiment systématique à partir de 1300.

16 C’est le cas d’Enrico de Quintavalle, dépêché en mission en janvier 1304 auprès de Charles II d’Anjou sans pouvoirs ni instructions écrites (ACA, C, reg. 334, ffos 100r°, 101r°-v°).

17 « … Memòria sia de part del senyor rey d’Aragon a · n G [uillem] Esquererer, que, segons la informació que el dit rey li ha donada de paraula, parlé ab lo rey Robert sobre la ajuda que li porà fer a la conquesta de Cerdenya » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 424, p. 544).

18 Calcul effectué d’après la base de données « ambassades » sur les registres : ACA, C, reg. 252, 334-339.

19 S. Péquignot, « Enantar a tractar », pp. 296-300.

20 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 459, pp. 590-591 ; ACA, C, reg. 336, f° 151r°[2]-v° (8 juin 1312, Barcelone).

21 Il s’agit de feuillets isolés (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 127 [ES], nos 2000, 2004, 2006, 2007, 2022 ; caixa 128 [AG], n° 40 ; caixa 151 [ES], n° 789) ou de cahiers de quelques folios (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 114, n° 547 ; caixa 115, n° 608).

22 Les instructions à un ambassadeur envoyé au roi de Majorque en 1302 commencent ainsi : « Aquests són los capitols, los quals lo senyor rey d’Aragó ha ordenats sobre · l tractament del matrimoni que tractat és entre l’infant don Sanxo fill major del rey de Mallorcha e la infanta dona Maria filla del rey Karles » (ACA, C, reg. 334, f° 151r°).

23 Ibid., f° 72v°, par exemple.

24 C’est le cas notamment pour une ambassade que devait mener Bernat d’Aversó auprès de l’infant Philippe de Majorque en 1325 — finalement non effectuée (S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs »).

25 Ibid.

26 ACA, C, reg. 334, ffos 53v°, 145v°, etc.

27 ACA, C, reg. 337, f° 237r°, etc.

28 La mention sua propria manu n’apparaît pas à cette occasion.

29 Cas d’une ambassade aragonaise et majorquine en France en 1303 (ACA, C, reg. 334, ffos 153v°-155r°).

30 Approche globale sur ce genre : S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs ».

31 Rodrigo Gil reçoit des instructions en castillan pour aller rencontrer l’infant Juan de Castille ; Pere Boyl part à Naples avec des instructions en latin ; Jaspert de Castellnou emporte en Sicile des instructions en catalan (ACA, C, reg. 335, ffos 229v°-230r° [ca. 29 avril 1308]), 319r°[2]-v° [ca. 6 mars 1306], 335v°[2] [ca. 27 janvier 1309]).

32 Voir pp. 79-80.

33 Guillem Palazín reçoit des capitula à présenter à l’infant Juan, fils d’Alphonse X, et à Juan Manuel, fils de l’infant Manuel en octobre 1310 (ACA, C, reg. 336, f° 16r°[3]-v°). Pour des exemples de capitula avec des indications aux ambassadeurs, voir infra.

34 Instructions à Joan Borgunyó pour une mission en France (ACA, C, reg. 337, f° 236v°[2] [ca. 7 octobre 1314, Lérida]).

35 Ibid., ffos 192r°-193r° (ca. 13 janvier 1312, Calatayud).

36 À. Masià de Ros, Aragó, Granada i Marroc, pp. 385-386 (ca. 20 février 1310, Valence).

37 ACA, C, reg. 338, f° 87v° (ca. 6 mai 1322, Lérida). Les instructions sont éditées par A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, doc. XLVIII, pp. 494-496.

38 ACA, C, reg. 338, f° 87v°.

39 ACA, C, reg. 335, ffos 209r°[2]-210v° (ca. 29 octobre 1305, Perpignan).

40 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I, pp. 284-286 ; J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. I, pp. 107-108.

41 ACA, C, reg. 335, ffos 209r°-210v°. L’attaque de chaque capitulum rend visible cette structure : « La lur proposició és aquesta… » ; « La entención del rey d’Aragó sobre·l dit matrimoni és aquesta… » ; « E si per aventura lo rey de Ffrança… ».

42 Autre exemple de division entre propositio et intentio dans les instructions remises à Bonanat, abbé de Santes Creus, Joan Borgunyó et Pedro Martínez de Godor pour une mission auprès du pape (ibid., ffos 213r°-214v° [23 avril 1306, Valence]).

43 « … Diguen e recompten axí com a ells serà vist los tractaments qui passats són e ahuts per los missatges de cascún dels reys de matrimoni entre un dels fills del rey de Ffrança ab una de les filles del rey d’Aragó […] veent lo rey d’Aragó com lo rey de Ffrança devia venir al Leon al senyor papa, lo qual dix al rey d’Aragó que volia tractar e parlar d’acostaments e de bons deutes entre ells. E que volia que el rey d’Aragó hi trameses son missatge. Consideran encara los grans deutes de parentesch qui són e seran Déu volent per tots temps entre la casa de Ffrança e d’Aragó. E volent encara aquells crèxer e multiplicar en tot quant pogués bonament a profit e honor de cascún e de la xristiandat aquí com plus hi haurà de bons deutes ne vendrà plus d’utilitat per moltes rahons manifestes. Per ço ha ordonats sos missatges per enantar en lo dit matrimoni que venga a acabament. E donen al rey de Ffrança la carta de la creença, dien li en qual manera els són venguts informats ab sufficient manament… » (ibid., ffos 209r°-v°).

44 Ibid., f° 208r°-v°[2] (28 octobre 1305, Perpignan).

45 « La entención del rey d’Aragó sobre·l dit matrimoni és aquesta : que·l fill del rey de França qui és en edat aprés lo fill maior qui deu regnar en Ffrança prenà per muller la ffilla maior del rey d’Aragó en aquesta forma : que mantinent sien fetes entre ells esposalles e que, com seran de edat de fer e de consumar lo matrimoni, que·l façen e·l consumen e que·l rey de França faça e procur ab acabament que·l dit fill seu aia lo regne de Navarra e els comtats de Campanya e de Bria, en axí que·n sia rey e comte en aquella manera que ho tenia lo rey de Navarra. E que mantinent fassa jurar barons, cavallers, ciutadans e altres gents de Navarra… » (ibid.).

46 Ibid., ffos 209v°-210v°.

47 Respectivement (par exemple) : ACA, C, reg. 339, ffos 217v°, 228r° ; reg. 334, f° 146r°.

48 ACA, C, reg. 337, ffos 211v°-214v° [instructions auprès de Frédéric III], 216r°[2]-v° [instructions auprès de Robert d’Anjou] (ca. 23 mars 1314, Valence). Sur ce conflit, voir pp. 338-353.

49 Ibid., ffos 212r°-213r°.

50 « … Era e és mogut e molt despagat del fet e de les obres damuntdites del dit rey en Ffrederic per les rahons damundites, volen çercar remey la hon çercar se deu per quals fets poguessen tornar en bé… » (ibid., f° 213r°).

51 Ibid., ffos 213r°-214v°.

52 Ibid., f° 214v°.

53 Ibid., f° 216r°[2]-v°.

54 Joan Borgunyó emporte pourtant des lettres de créance et de recommandation adressées à 20 destinataires haut placés dans les deux cours (ibid., ffos 211v°[1], 215r°, 216r°[1], 217r°-v° [23-26 mars 1314, Valence]).

55 Exemple de capitula pisans avec chirographe, puis de réponse du roi d’Aragon aux articles d’une autre liste de capitula : ACA, C, CR de Jaume II, caixa 127 [ES], n° 2010 ; caixa 126, n° 1908. Cette pratique est, d’un point de vue formel, identique aux capitula impetrata siciliens (voir P. Corrao, « Forme della negoziazione politica nel regno di Sicilia »).

56 ACA, C, reg. 334, ffos 149v°-150r° (ca. 21 septembre - 15 octobre 1303). Sur la datation de ce document et la négociation du mariage, S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

57 Voir infra l’exemple de la mission de Bernat de Boxadós à Avignon, p. 322.

58 ACA, C, reg. 339, ffos 196v°-202r°, 217r°-218v°.

59 Cas d’une ambassade adressée au roi de Sicile Jacques Ier par Alphonse III d’Aragon (L. Klüpfel, Die äussere Politik Alfonsos III. von Aragonien, doc. IV, pp. 147-150).

60 Expression empruntée à J. L. Austin, Quand dire c’est faire. Pour une approche pragmatique globale de la parole des rois à la fin du Moyen Âge, S. Péquignot, « Introduction ».

61 Voir pp. 34-38, 175-176.

62 Voir par exemple L. Klüpfel, Die äussere Politik Alfonsos III. von Aragonien, doc. XII, p. 165.

63 Voir pp. 284-291. Exemple du règne de Jacques Ier d’Aragon : ACA, C, reg. 47, ffos 127r°-128v°.

64 J.-M. Moeglin, « Introduction ».

65 S. Péquignot, « Introduction ».

66 N. Elias, La société de cour.

67 Voir sur ces points pp. 88-119.

68 Ot de Montcada et Ramon Vinader demandent ainsi les informacions des précédentes missions auprès du roi de France (A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, doc. XLIX, pp. 497-499 [6 mai 1322, Lérida]).

69 La pratique est aussi attestée en Angleterre (P. Chaplais, English Diplomatic Practice, pp. 90-91).

70 Il ne faut toutefois pas en conclure que les ambassadeurs qui se rendent dans les cours islamiques ne s’adresseraient qu’au souverain. Celui-ci demeure en fait souvent d’un accès difficile (G. Martinez-Gros, « Parole des rois ») ; à Grenade, les ambassadeurs d’Alphonse IV emportent des lettres adressées à plusieurs membres de la cour (M. Sánchez Martínez, La corona de Aragón y el reino nazarí de Granada, t. II, pp. 877-878).

71 ACA, C, reg. 1521, f° 64r°-v° (17 juillet 1305, Barcelone).

72 Sur les informateurs du roi, voir pp. 106-119.

73 « … E que antes que faule con el rey, les de las cartas de la creencia del rey e del infant don Alfonso e los ruegue de part del rey e del infant de los afferes… » (ACA, C, reg. 339, f° 237v° [ca. 4 janvier 1327, Barcelone]).

74 « … Una cum dicto Luppo primo ad presentiam dicti comitis et subsequenter prefati regi personaliter accedatis… » (ACA, C, reg. 335, f° 235r°[3]-v° [13 mars 1308, Barcelone]).

75 C. A. Willemsen, Kardinal Napoleon Orsini, pp. 80-111. Pour Charles de Valois, voir infra.

76 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 349, pp. 436-441 ; doc. 350, p. 441. Sur les tractations à la curie : F. J. Felten, « Verhandlungen an der Kurie ».

77 « … Ffem vos saber que nós ara de present enviam nostres sollempnes missatges al rey de Ffrança sobre feyt del rey don Alfonso vestre germà e de vos. Perquè parria a nos e tendriem per bé e conselam que vós, qui sots enformat de tot lo feyt, deguessets anar al dit rey de Ffrança, axí que fossets ab ell quan los nostres missatges hi seran. Per ço que ab tractament e ab ajuda vostra e d’aquells qui vostres amics són en la cort del dit rey, los dits missatges abans e mils e pus complidament poguessen recaptar los feyts per que nós los trametem. E par a nos que açò deiats e pugats vós fer, maiorment com vós en les parts de Navarra, segons que nós cuydam, quant a ara no aiats molt a fer. E d’açò us pregam que aiam respost de vos com abans pugats… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 10, n° 1332).

78 Sur le faux-pas, voir P. von Moos (dir.), Der Fehltritt.

79 J.-M. Moeglin (dir.), L’intercession.

80 Pour un exemple d’intercession faisant appel aux reines, voir S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

81 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. I, pp. 178-182.

82 Ibid., t. II, doc. 16-21, pp. 293-300. Une copie des lettres emmenées (transumptum litterarum quam portamus) est remise aux ambassadeurs, qui ont ainsi accès à leur contenu sans briser leur sceau (ACA, C, CR de Jaume II [EI], caixa 144, n° 157).

83 Lettre de Jacques II à Charles de Valois du 25 février 1313, à Lérida (J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 17, pp. 294-296).

84 « … Quando fui Parisius dominus Ivo fuit mecum loqutus aliqua verba tangentia generaliter materiam quam scitis. Ad que ego respondi generaliter quod dominus rex noster multum erat contentus de ipso et quod si negocium per sui relationem ad votum nostrum cum sit juri consonans expediretur, quod ipse dominus rex remuneraret ipsum et faceret sibi gratiam specialem, sic quod ipse esset contentus de eo. Qua verba ipse bene admisit, dicens quod volebat servire dicto domino regi in omnibus et quod ipse et socius suus facerent relationem veridicam domino regi Ffrancie et suo consilio, taliter quod inde justicie sequiretur et quod facti experiencia archidiachonus et ego videremus et cognosceremus quid ipse faceret in premissis […] Presumo enim ex verbis suis, quod si negocium ad votum nostrum expediatur, sicut credimus, quod ipse intendit scribere ipsi domino regi et si gratiam sibi facere voluerit acceptare. Et ex tunc dominus rex per archidiaconum et per me fuerit informatus qualiter se dictus Ivo habuerit in premissis et, secundum ea que ipse fecerit, dominus rex, quod sibi placuerit, poterit ordinare… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 34, n° 4258 [Poissy, 23 avril 1313]).

85 J. Favier, Philippe le Bel, pp. 13-51.

86 « … Partes vestre cure et sollicitudinis prestitistis adeo, ut dicti genitoris vestri regia serenitas memoratum nostrum nuncium in adventu suo et in ceteris sue legationis negocium persequentem curialiter et benigne recepit, ac vos etiam similiter recepistis et adeo etiam agere curavistis, quod idem Francorum rex, reiectis amfractibus littium que potuissent dilationis tam ab alio interponi, restitutionem nobis faciendam possessionis memorate vallis liberaliter et favorabiliter expedivit… » (ACA, C, reg. 336, f° 115v°[2] [17 août 1313, Lérida]).

87 On le trouve aussi bien dans les épopées françaises que dans la pratique diplomatique anglaise (J. Merceron, Le message et sa fiction, passim ; P. Chaplais, English Diplomatic Practice, pp. 203-207).

88 « Ítem lo pregue, de part vostra, e li clame merçè, de la mia, que el no degues trametra més companya en Calàbria ni de conquerir més a avant, sinó ço que y tenia… » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 481, p. 619).

89 Sur cette partie de la mission, voir pp. 280-281.

90 « … E con en Ponç de Materó li aurà dites les paraules que nós li avem comanades, que li digat, vos direts altreçí en aquesta manera : “Senyor, yo soc del consell del senyor rey d’Aragó per sa mercè e tench la batlia del Mas Déu en aquestes partides e he reebuda una letra del [“monseynor lo” barré] mi senyor rey d’Aragó que yo deguts venir ab aquest seu caveller ensemps davant la vestra altea per fer-vos aquesta metexa porferta de part sua e fas-la-us, senyer, e la us pusch fer ab [bona] veritat e ab bona consciència, per ço cor per moltes vegades la sua mercè he cabut en sus consels e lo he oyt parlar e rahonar de la bona voluntat e amor que ell vos porta”. [“E” barré] E non por que al rey de França [-] per nos ne per vos [“ne per vos” barré] altres paraules negunes li deyats dir… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 15, n° 1997).

91 « … Encara vos fem saber que avem pensat que seria bé, si fer se pudia en bona manera, que tornessem en los tractaments en que erem enguan, con sabetz, ab lo dit rey de França, per ço cor que lo perill que nós tant duptanem del papa qui mort és, qui era hom de fors enteniment e deçia [-] voluntat n’és fora e és ha aquest papa que nós creem que entenerà a pau e a bé de la xristandat, e pensem que vuolria reconsiliar a si lo rey de França. E si en aquest mig ne pudien nós fer a nostra honor e de nostre preu, pareix a nos que mils si acustarà lo dit rey de França que no faria con senyor en sa prosperitat. E axí és nos semblant e tenem per bé que vos deyats paular e metre-vos en noves ab alguna persona ho [“doncell” barré] del dit rey de França, axí com per nos matex o ab lo bisbe de Besers o ab maestre Dionis o ab altras que vós tengats que faça afer e que digats en aquesta manera, dien en qual manera vós sots de nostre consell e que [-]as rabut algunes vegades en tractaments de confederació e de unió entre los dits reys de França e d’Aragó que per [-] de la discòrdia qui era entre el papa qui mort és e el dit rey de França no poguem venir a acabament, ans sa [-] duptam que el papa damuntdit si era hom de sa voluntat e de forts enteniment contra lo dit rey de França specialment ne y vuolgués dar favor ne aiuda en dispensacions a atorgar en altres maneres [-] que els eren necessàries la sua ajuda e la sua favor e que ara a vos parria que aguis los mils de tractar los dits fets que d’abans [-]g[-] que aquest papa deia qui és de bona menera e santetat deya donar tot endreçament per amor e consideració entre reys xristianes e encara cor [“saben” barré] sab [“lo dit senyor” barré] que el [-] muy és ha gran paria e [“affecció” barré] ab lo senyor rey d’Aragó e gran affecció a ell e a sa casa e encara ab aquest papa aura mils per ço lo dit senyor rey d’Aragó si mester hi era de endreçar pau e tota amor e concòrdia en[tre] la esglesia de Roma e el dit rey de França. E axí vos, perseguent aquesta materia segons que a la vestra sanitat mils parrà, quaix per vos mateix segons que dit és, si us serà semblant que·ls fets puschen venir a acabament, acostets-los. E si veeyets que no tenguessen via, dats fi a les noves belament, faent en manera que nuill hom del món no’n pusca conèixer que açò mova de nos, mas solament de vos mateix, e encara en neguna manera ne’m parlats al dit Ponc de Materó ne a alcuna persona venent… » (ibid.).

92 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 450, pp. 576-578 (5 mars 1312, Valence).

93 Ibid. ; D. Abulafia, « Il regno aragonese di Albania ».

94 ACA, C, reg. 252, f° 20r°[1] (5 août 1295, Barcelone).

95 Ramon Saguàrdia, G. de Mollet et Pere de Monell doivent ainsi s’efforcer de ne pas parler en premier aux ambassadeurs du roi de France qu’ils doivent rencontrer (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 56, pp. 77-80) [ca. 13 août 1308, Tarazona]).

96 « … Yo fuy davant lo rey Rubert, e ans que yo res li dixes, el me començ a dir : pus no us veem, nós fom ensems ab lo senyor papa… » (H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 378, p. 582 [6 mars 1323, Avignon]).

97 « … Quia nobis visum est esse patius et comodius haec debere expositione verbali quam litteris explicari, solempnes nuncios super hiis ad vos de presenti elegimus transmitendos infra breves dies vestram presentiam adituros, qui de intentione et proposito nostro plenarie informati commissa eis legationem a nobis viam regie sublimitatis presentia vive vocis oraculo explicabunt… » (ACA, C, reg. 334, f° 12v° [27 mars 1301, Valence]).

98 « … Vobis dicimus et mandamus firmiter et expresse quatinus […] eidem domino regi Karolo ea omnia ex parte nostra, cum ea maturitate diligencia reverencia et honore quibus deceat, curetis refferre et exprimere oraculo vive vocis… » (ACA, C, reg. 264, ffos 63v°[2]-64r° [17 août 1297, Lérida]).

99 Tel est le cas d’instructions pour une mission auprès du roi de Majorque, à l’intention d’un ambassadeur encore non désigné, en août 1314 (ACA, C, reg. 337, f° 238r°-v°).

100 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 42, pp. 325-326 (24 juin 1313, Poblet). Sur le contexte de l’affaire : ibid., t. I, pp. 185-194.

101 C. A. Willemsen, « Der Kampf um das Vall d’Aran », doc. XII, pp. 190-191 (24 juin 1313, Poblet).

102 « … E d’açò li sia tolta tota sperança per ara e per avant, cortesament emperò e ab bones paraules… » (ibid.).

103 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 45, p. 329.

104 « … El senyor rey e el senyor infant li han comanat que li diga que aquestes paraules li trameten a dir per si meteys, no que ells n’agen negun sentiment ne sabuda del rey Ffrederic. E açò dien en lur veritat. E ha manament d’ells que d’açò, si ell ho vol, ne faça sagrament en animes d’ells en les sues mans sagrades […] E si demanava lo senyor papa que li u dónas en escrit, diga que no li fo donat en escrit, mas dit de paraules. E axí no li u poria dar escrit que no hach manament… » (ACA, C, reg. 338, f° 162r°-v° [ca. 22 février 1325, Barcelone]).

105 Ibid., f° 88r°-v° (6 mai 1322, Lérida).

106 « Non dicant ultra nec contra, set circa ea, scilicet que utilia viderint, substancia non mutata » (ibid.).

107 Voir pp. 300-306.

108 Voir par exemple la réponse annotée de Frédéric III à des capitula de Jacques II amenés par Guillem de Lacera, venu offrir l’aide aragonaise dans l’affaire sicilienne (F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. LXVI, pp. 112-113 [27 juin 1309, Messine]).

109 « Esta es la forma de la protestación que deve fazer don Exemen de Tovia al rey de Castiella, si menester [fuera], forma fue liurada al dito Eximeno [… (protestation)]. E vos, senyor rey de Castiella, ayades respondido a mí assí : En este logar ponga el mandadero la materia de la respuesta que haurá feyta el rey de Castiella [souligné dans le registre]. E no ayades querido otorgar, aprovar e loar las posturas sobreditas. Por esto en nomne e en voz del dito senyor rey de Aragon, digo e protesto en como vos no avedes querido otorgar, aprovar e loar las ditas posturas e que finca por vos e non por monsenyor el rey de Aragón… » (ACA, C, reg. 1521, f° 77r° [ca. 22 septembre 1326, Barcelone]).

110 « Hanc formam protestationis reduxit predictus Eximinus de Tovia in suo reditu, dicens non habuisse [effect]um » (ibid.).

111 « … Si el rey de Ffrança de ssi, per honor del seynor rey d’Aragó, vulia çessar de sa vida de la demanda e revocar los greuges, diguen los missatges que d’açò no agren informació. Mas que d’açò que el rescriva per sa letra al dit seynor rey d’Aragó… » (ACA, C, reg. 337, f° 251r°[2]-v°).

112 ACA, C, reg. 235, ffos 11v°-12r° (8 décembre 1297, Valence).

113 « … Volumus, quod communicetis cum prefato rege Sicilie de primis duobus capitulis etiam et ea sibi si voluerit ostendatis. Tercium vero super facto de Bella Guarda, licet ipsum possitis concedere, si aliud facere non possetis, penes vos tamen secretius teneatis… » (ibid.).

114 « … E com deyts que el senyor papa volch que vós li donassets per escrit les capítols de la pau e que vós ho escusavets e que finalment lo li hagués a donar, ço és de les capítols principals, no faent menció de neguna addició en aquelles contenguda per la rahó que ens havets feta saber, ens plagrà molt que en haguessets pogut escusar… » (ACA, C, reg. 338, f° 62v° [31 juillet 1322, Valence]).

115 Gueralt de Albalat, procureur de Jacques II auprès de Denis, roi du Portugal, doit demander un prêt particulièrement urgent pour la Couronne, en convenir avec lui de la manière la plus décente et la plus appropriée possible (de quo cum eo decentius et abilius convenire poteritis), une expression qui laisse une ample marge de manœuvre à l’ambassadeur, muni de pleins pouvoirs (ACA, C, reg. 252, f° 85r°[2]-v° [20 mai 1294, Barcelone]).

116 F. J. Felten, « Verhandlungen an der Kurie ».

117 Pour les ambassadeurs de Barcelone, voir S. Péquignot, « De bonnes et très gracieuses paroles ».

118 « … De armatione huc decem galearum pro negocio illustris regis Ffrederici karissimi fratris nostri, et quod rex ipse ad armandas ipsas galeas motus fuerat, quia vos sibi dixistis quod nos permitteremus armari cum nostra donatione, fuimus inde de vobis plurimum admirantes, cum de hoc nunquam fecerimus vobis verbum, quia, licet gentes nostre tam equestes quam pedestres habeant libertates suas eundi quo volunt, sicut scitis, non tamen decet nos permittere armatam fieri in terra nostra contra aliquos, quia nil aliud esset quam nos hostendere esse in guerra, sic quod a talibus et similibus pro nostra parte referendis precavere et desistere deberetis… » (ACA, C, reg. 338, f° 31v°[1] [10 février 1321, Valence]).

119 S. Péquignot, « Enantar a tractar », p. 286.

120 « … De requisitione et interpellatione predictis quamplurimum admiratur, cum secundum tenorem littere regis Ffrancie supradicte dictus episcopus et succentor fines mandati regis Ffrancie manifestissime excedentes super predictis requisitione et interpellatione faciendis nullam habeant ab eodem rege Ffrancie potestatem… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 146 [ES], n° 267, f° 2r° [s. d., ca. 1297-1298]).

121 Voir pp. 319-320 ; supra sur Guillem Esquerrer.

122 L’expression figure dans un rapport de l’évêque de Majorque et Miguel del Corral, ambassadeurs auprès du roi de Majorque (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 605 [19 novembre (1323), Montpellier]).

123 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 342-343, pp. 429-430, doc. 349-350, pp. 437-441, doc. 356-357, pp. 448-452, doc. 364-365, pp. 455-459, doc. 368-370, pp. 461-465, doc. 373-374, pp. 469-470, doc. 379, pp. 472-473.

124 Ibid., t. II, doc. 250, pp. 304-305, doc. 255, pp. 313-314, doc. 257-258, pp. 316-319 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 553 (2 juillet [1308], Palerme).

125 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 (AG), nos 50-52 (éd. partielles de ces documents : H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 320-321, pp. 479-482, doc. 323, pp. 483-486 [erreur de cote]).

126 Mentionné explicitement dans une lettre du roi à Philippe le Bel pour le retour de France de Tomàs de Prócida, le 13 mars 1305 : « … Ex quorum ac relationis facte nobis per nuncios quos ad presentiam vestram olim missos redeuntes recepimus summi aperte cognovimus… » (ACA, C, reg. 335, f° 206r°[3]-v°).

127 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 16, n° 2101 (13 septembre 1304, Perpignan).

128 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 (ES), n° 1757 (23 janvier [1304], Carrión).

129 « … Aqetç són de consel nos non pogem escussar negún per tal que no nos viniessen contra… » (ibid.).

130 « Y sabet, senyor, que el ha muyt gran sabor d’aver amor ab [-] hun dia li semble I an aquel dia matex be a la miya nit parlla maç ab mi denunt l’iffant don Johan en tant cuant yo pogi entendre més ha volrie huy que demà que bé dix IIII vegades […] [a] nassa el rey de Portogal con su parla » (ibid.).

131 Ibid.

132 ACA, C, reg. 337, f° 172r°.

133 H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 149, p. 315 (16 novembre 1316, Avignon). Vidal persiste dans son jugement sur « aquest senyor » (ibid., t. III, doc. 162, p. 343 [22 août 1317, Avignon]).

134 « … Finalment, senyor, bé conech jo segons mon poch enteniment, que ell val molt més ab hom, qui li estia emfortidament, que no fa ab hom, qui massa li sia humill e tota hora, senyor, que vos hajats a fer ab ell, que’n assagets, trobarets, que jo dich veritat… » (ibid., t. III, doc. 185, p. 401 [25 juin 1322, Avignon]).

135 « … Finita propositione mea, pluribus domini pape accedentibus interruptionibus, quas audistis ipsum facere consuevisse, ex quibus non turbabar, cum iam inde haberem expertam noticiam… » (ibid., t. II, p. 797 [16 avril 1323, Avignon]).

136 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 (ES), n° 1757 (23 janvier [1304], Carrión).

137 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. I, pp. 186-190.

138 C. A. Willemsen, « Der Kampf um das Vall d’Aran », doc. XI, pp. 219-221.

139 « … Invenimus ipsum et totum eius consilium et specialiter venerabilem Ar[naldum] Traverii valde promtos et voluntarios ad celerem expeditionem et ad faciendum pro vestra celsitudine, quicquid possint… » (ibid.).

140 Ibid.

141 « … Ego, quantum michi videbatur, reputabam illam viam faciliorem et utiliorem vobis et minus ymo in nullo preiudicalem vel periculosam, quia nec tempus nec mora posset curare vobis, set, quando placeret vobis recipere potestates, satisfaceretis, quia in omne eventum habetis satisfacere et tenemini ; sed quia, ut predixi, intellexi, quod non placebat vobis, est taliter ordinatum, quod in manu vestra est, quod potestates non sint in aliqua obligate. Insuper quia nec ego nec dictus G[uillelmus] habebamus potestatem ad predicta, ymo oportebat ad vos miti et per vos remiti nuntium pro predictis complendis » (ibid.).

142 Ibid.

143 Ibid.

144 « … Nec dubitetis, prout alias serenitati vestre scripsi, quia ego credo excogitasse viam, per quam spero, quod difinietur vobis proprietas et etiam retentio facta de castro diruendo… » (ibid.).

145 « … [Videtur] et michi salvo vestro consilio, quod debeatis per vestras litteras regra[tiare] domino regi Maioricarum consanguineo vestro, quia [ita] se favorabiliter habuit in hoc facto ; et per [incommodum] michi videtur vestre serenitati de hiis, que consiliavi superius, [plura] scribere, cum constet michi vestram summam prudentiam meo exiguo non indigere consilio ; set scit Deus, quod bona intentione facio et affectione sincera, quam ad vestram domum ex naturali debito habeo … » (ibid.).

146 Glissement déjà observé pour le XVe siècle (J. Petersohn, Diplomatische Berichte, p. 31). Une étude diplomatique globale de ce genre fait encore défaut pour mettre ce phénomène en perspective.

147 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 480, pp. 616-617. Analyse de ce texte p. 209 et des rapports de Bernat de Sarrià dans S. Péquignot, « Quand les ambassadeurs donnent leur avis ».

148 « … Speramus in Domino quod finaliter de negocio nostro veniemus ad bonum finem et intentionem quam obtamus et faciemus posse nostrum bono et decenti modo quod consequamur quod bona templi asignentur ordini de Calatrava, quia dominus Vitalis de Villanova firmat se, quod magis placeret domino regi illa via quam alia via. Set, si tantum placeret eidem, ego reputarem aliam viam utiliorem et magis honorabilem et securiorem, videlicet quod castra asignarentur nobis cum fidelitate hominum… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 36, n° 4467 [13 février 1313, Avignon]).

149 « … Et sic, si vobis videtur, potestis loqui cum domino rege et super hiis significare mihi voluntatem suam. Interim tamen nos faciemus et habebimus animum nostrum ad illam viam […] juxta ordinationem domini nostri regis… » (ibid.).

150 Vidal de Vilanova accompagne ainsi un rapport à Jacques II de lettres au chancelier et à Bernat d’Aversó (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 351-352, p. 442 [23 mars 1309, Avignon]).

151 Sur les rencontres royales, voir pp. 397-453.

152 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien ; R. Caggese, Roberto d’Angiò, t. I, pp. 1-40, t. II, pp. 163-190 ; M. Grana, « Il trattato di Caltabellotta » ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I ; A. Arribas Palau, La conquista de Cerdeña, et, surtout, F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, pp. 1-40, G. Galasso, Il Regno di Napoli, pp. 95-109.

153 Détails dans S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 277-278.

154 Sur Pedro Fernández : H. Finke, Acta Aragonensia, t. I., pp. clx-clxi ; Gran Enciclopèdia catalana, t. 12, pp. 439-441 ; M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II » ; S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 282-287, 306-307.

155 Dans sa lettre de recommandation pour Frédéric III, Jacques II le désigne comme « … vir nobilis Petrus Ferdinandi dominus de Ixar vexillifer pro nobis vexilli Romane Ecclesie sacrosancte nobis et vobis consanguinitate conjunctus… » (ACA, C, reg. 337, f° 301v° [30 avril 1316, Tarragone]).

156 Lien rappelé dans une lettre du roi Sanche de Majorque à son lieutenant dans l’île (ARM, Gobernació, LR 3, ffos 100v°-101r° [17 mai 1313, Perpignan]).

157 S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », p. 284.

158 ACA, C, reg. 314, f° 108r° (15 avril 1309, Barcelone).

159 S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », p. 284.

160 ACA, C, Varia 341 H, f° 21r°-v° ; J. Zurita, Anales, t. V, 90, p. 742.

161 J. Zurita, Anales, t. V, 66, pp. 671-672 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 [ES], n° 1751 (26 octobre 1308, Perpignan) ; ACA, C, reg. 210, f° 42r°[2] (5 mai 1313, Barcelone, sauf-conduit de Jacques II pour la France).

162 Demande évoquée dans une lettre de Jacques II à Robert d’Anjou (ACA, C, reg. 337, f° 302r°-v° [30 avril 1316, Tarragone]).

163 Rapport de Pedro Fernández du 20 juin 1316 (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. I, p. 424).

164 « De aliquibus negocia nostra tangentibus per litteram nostram, quam vobis mittimus per nobilem et dilectum nostrum Petrum Ferrandi dominum de Ixar, qui ad vos per vos vocatus accedit, poteritis plenius informari » (ACA, C, reg. 337, f° 297r°[2] [2 mai 1316, Tarragone]).

165 La rubrique dans laquelle sont copiés les documents de cette mission est vague : « Quando nobilis Petrus Ferdinandi dominus de Ixar ivit ad partes Sicilie et infra littere continentur » (ibid., f° 297v°).

166 ACA, C, reg. 337, ffos 297v°-298r°. Outre la version enregistrée de la charte-partie (carta partida por abc que vos seynor tengades la una e yo la otra semellantes), on conserve un parchemin original de l’engagement du noble, probablement destiné à Jacques II (ACA, C, P de Jaume II, carp. 83, n° 3457).

167 « … Atorgamos a vos e damos licencia que podades yr en Sezilia al rey don Frederic, hermano nuestro, a veer e a fazerle reverencia por el buen deudo que avedes con él… » (ACA, C, reg. 337, f° 297v°).

168 « … Porque nos avedes dito e significado que ydes por tractar el bien e la paç, que podrades, e no por otro contrario ninguno, e a estar con el dito rey en Secilia o en las partidas del regno, ço es dallant del Far, del primero día del mes de mayo primero que viene a un ayno siguiente… » (ibid., ffos 297v°-298r°).

169 Ibid.

170 F. de Moxó i Montoliu, « Los Luna » ; M. T. Ferrer Mallol, « Nobles catalans arrelats a Sicilia » ; Ead., « Cavalieri catalani e aragonesi ».

171 ACA, C, reg. 337, ffos 297v°[2]-298r° (28 avril 1316, Tarragone).

172 Rapport du 1er septembre 1316 (Apollici) : « … E a vos aterne fielment e diligent e complida todo lo que yo vos prometí por palauras ni en carta de guisa que por mis obras ne vos podrá seer feyto ningun retreyto nin vergonnya por la Eglesia ni por el rey Rubert… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [ES], n° 1068).

173 Lettre de recommandation de Jacques II pour Pedro Fernández, à l’intention de Frédéric III (ACA, C, reg. 337, f° 301r° [30 avril 1316, Tarragone]).

174 Voir pp. 481-482.

175 A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, t. I, doc. LX, pp. 67-69 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), n° 1067 (1er décembre 1316, Naples, lettre de Pedro Fernández au pape).

176 M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. I-III, pp. 422-428 ; F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. CV, p. 150 ; A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, t. I, doc. LX, pp. 67-69 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), nos 1063-1065.

177 Détails dans S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 287-292.

178 « … El qual tractado, la mercé de Dios, avemos aduyto a buen término con mayor difficultat que las gentes non piensan, mas sabet, sennyor, que menester hi era la mano del papa… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5720 [18 juin 1317, Messine]).

179 D’après la demande de sauf-conduit et de bon accueil de Jacques II à Robert d’Anjou (ACA, C, reg. 337, ffos 302r°-v° [30 avril 1316, Tarragone]).

180 Le dominicain Ferrer d’Abella a été envoyé en Sicile par Jacques II en mai 1315 (F. Giunta, « Ferrer de Abela »), Ponç Carbonell en mai 1316 au roi de Naples, mais sa mission échoue (ACA, C, reg. 337, ffos 298v°, 303v°-304r°). L’obligation d’information réciproque avec Pedro Fernández figure dans les instructions de Ponç (ibid., f° 298v°[2] [ca. 6 mai 1316, Tarragone]).

181 M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. I-III, pp. 422-428 (20 juin, 4 et 29 juillet 1316) ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), n° 1139 (3 juillet 1316).

182 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), n° 1066 (1er décembre 1316).

183 Rapport du 25 septembre 1316 (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. 4, pp. 428-430), et autres rapports référencés p. 346, n. 193.

184 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 (ES), n° 1065 (ca. 24 août 1316, instructions de Pedro Fernández à son envoyé Pedro Sánchez de Leoz).

185 « … Diximus ei multa verba inductiva, quedam mellea, quedam fellea, quia in talibus tractabitus sic fieri convenit… » (H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 450, p. 721 [ca. 1er décembre 1316]).

186 A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, t. I, doc. LX, p. 68 [25 juin 1316, Trapani, lettre de Pedro Fernández à Ponç Carbonell]).

187 Il en va de même auprès du souverain angevin (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 84, n° 10270, éd. F. Giunta et A. Giuffrida [éd.], Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. CVIII, pp. 152-153 [erreur de cote] [26 septembre 1316, lettre de Frédéric III à Jacques II]).

188 M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. V, p. 430 (1er décembre 1316).

189 Ibid.

190 S. Péquignot, « De nostro beneplacito et licencia », pp. 296-297.

191 « … E por contrarium actum, si los ditos capítoles e forma de paz nol plazería ho no y entendría a dar lugar, que no era mi intención de darme fama de tractador de paz sino de simple visitador […] porque grant escandalo e confusión me sería que yo me das fama de tractador de paz, él no aviendo y intención de dar hi lugar… » (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. II, p. 425).

192 Lettres expédiées le 3 décembre 1316 (Saragosse), le 24 décembre (Tortosa), le 15 février (Barcelone) et le 18 juillet 1317 à Lérida (ACA, C, reg. 337, ffos 307r°-v°, 308v°-309r°, 311v°[3], 312r°[5]).

193 Le 20 juin (Trapani), les 3, 4 et 29 juillet (Palerme, Termini, Naples), le 1er septembre (Apollici), les 24 et 29 septembre (Messine), le 1er décembre 1316 (deux lettres de Naples), en mars 1317, le 2 avril, le 3 mai (Messine), le 8 mai (Messine : un memorial et une lettre introductive), le 18 juin et le 13 juillet 1317 à Messine (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. I-V, pp. 422-430 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 44, n° 5432 ; caixa 46, nos 5667-5669, 5720, 5723 ; caixa 123 [ES], n° 1568 [éd. H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 137, pp. 299-301, date erronée] ; caixa 155 [ES], nos 1066, 1068, 1069 [= caixa 128 (AG), n° 62], nos 1070, 1139).

194 Le noble envoie ainsi au roi deux exemplaires de son rapport du 24 septembre 1316 (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 [AG], n° 62 ; caixa 155 [ES], n° 1069).

195 Le rapport du 8 mai 1317 contient de nombreuses copies de documents (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5669, éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 450, pp. 719-724).

196 En mars 1317, Pedro Fernández scelle à nouveau et envoie à Jacques II une lettre que Robert lui a adressée. Le roi angevin l’y loue pour son action de pacificateur. Pedro Fernández, dans son commentaire autographe au dos de la lettre, explique à Jacques II que cette lettre lui a été remise à l’occasion de la perte d’une mule au service de la paix, dont Robert s’est soucié. Il ne juge pas l’affaire importante en soi, mais en informe Jacques II pour lui signifier — en citant Augustin — la bonne volonté du roi et, partant, pour démontrer la qualité de son travail : « Mas el rey Robert por su bondat ya veedes por su carta quanto sen sintió juxta verbum Augustini “Bonarum mentium est ibi agnoscere culpam ubi culpa minime reperitur”. E la dita carta vos envío por esta raçón por que veades la buena voluntat quel rey Robert a ent a mí e en tal tractado… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 123 [s. f.], n° 1568, éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 137, pp. 299-300).

197 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5669, ffos 2v°, 6r° (8 mai 1317, Messine).

198 « … Que tales et tantas condiciones et tan fuertes demanda el rey Rubert, que el rey don Fredrich se lexaría antes tallar la cabeça que fer ni atorgar ent una de las mis sinples de aquéllas… » (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. III, p. 427 [29 juillet 1316, Naples]).

199 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5720 (18 juin 1317, Messine).

200 « … Depués si me fue visto que yo deviesse notifficar al sennyor papa l’estamiento del feyto de mi tractado por dos raçones. La una por que se dizía que el enviava a don Ffelip por tractar entre aquestos mismos senyores. E assí el papa, ignorando lo que yo tractado avía e l’estamiento del feyto por ventura no enviaría a don Ffelip con tan bastant información e provisión como menester faría al feyto. Por que muyto millor hi podrá el papa provehir sabiendo en que punto está el feyto ni por qué passos es passado ni en qué es la dificultat de los puntos en que contienden las partes. La secunda raçón por que m’era senblant que no’m deuría seer judgado ni tenido a bien por vos ni por ninguna persona que tal omne como yo, seyendo acceptada la mi venida e tracto por las partes, yo seyendo tractando entrellos, que papa nuevament fues creado que yo nol fizies saber el tracto mío e l’estamiento de los afferes como a él toquen muyto estos affers, en sia cabeça e término. E assí, temiendo de vuestra reprensión, pensé que fizies lo sobre dito quia timor Domini prebet intellectum et expellit peccatum… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [ES], n° 1066 [1er décembre 1316, Naples]).

201 « … E vos fago saber que vos envío un memorial scripto e contenido en un quadernio de paper, en el qual se contenexen todos los afferes e tractos que seydos son entre el rey don Ffradrich e los mandaderos e procuradores del rey Robert que agora nuevament vinieron en la Calabria a tractar con mí de los afferes, por el qual memorial veredes todos los passos por que los feytos passados son e el estamiento e fin de aquéllos. Por ont, si vos, sennyor, queredes aver plenera información e conoxencia de los feytos en que estamiento son ni a que fin se hordenan, conviene que leades perfectament e spaciosa el dito memorial del conpieço entro a en la fin, quel conpienço sines de la fin, ni la fin sines del conpieço non vos podría bien dar a entendre ni a dozir en conoxencia de los feytos. E non vos enoyedes de leer que no es grant escriptura pues yo no me enoyo de lazrar por vuestro servicio… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5668 [8 mai 1317, Messine]).

202 « … E assi tenet por bien de leerlas por orden, segunt veredes por las letras a.b.c., cada una en su prioritat… ». Il s’agit de quatre lettres, deux de « micer Leo », une de « micer Gentil » (des hommes de Robert), une du pape à Frédéric III, recopiée (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5667 [3 mai 1317, Messine]).

203 « … E yo dix le quel pidía mercé que no me fizies dezir mentiretas a vos, que si lo fazía yo men sabría bien escusar con la verdat que más quería que él ent fincase acusado que [y]o. La fin de los afferes qual será Dios la sabe, los medios de lo que es de part de la partita mía vos fago legitimament saber e faré saber la fin quando Dios la mostrará… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5669, f° 3r° [8 mai 1317, Messine]).

204 « … Sennyor, yo me so dado a aquesto a tractar los afferes con balanças e con verdat, e so desesperado de toda discreción e ingenio umano de que ayudar me pudiesse, sino solament de la bondat de Dios que si esta no endreça el feyto como a entro aquí endreçado, inpossibile sería a todo ingenio umano de adozir lo a ffin… » (ibid.).

205 Ibid., f° 4r°.

206 « … E si mudamiento a preso questo, es por instigación del mal consello e no a falta que por part nostra non si fizies todo lo que fer si pudo. E el destorbo d’aquest feyto que lo atribuexca a mal consello, del qual el dito rey don Ffradrich es bien guarnido, e a grant inconstancia e vertibilidat d’aquel mismo rey… » (ibid., f° 4r°).

207 « … Maguer que por el dito rey don Ffradrich se nos prometan maravellas, que por ninguna obra que nos fagamos no ent será él en sospeyta ni en judicio de ninguno. Encara quel rey don Ffradrich parties con nos la meytat de la Sezilia que, maguer muyto dubdemos e preciemos la perdua que fer ent podríamos por la condición e posturas en que somos con él, muyto más dubdamos e preciamos la amor e gracia suya [de Jacques II] ho ira en la qual podríamos encorrer… » (ibid., f° 4r°).

208 « … E assí que no aya por sospeytosa la nostra fincada nostra, hordenamos a dos fines, la primera por raçón del peregrinage nostro que entendemos fazer al sepulcro de Jhesu Christo […] la segunda porque en aquest demedio, si Dios querrá ni caso acaeçrá, podamos tractar algún bien e concordia entre los sobreditos reyes, ya que cada uno de los dizen que guerrifficando podrán por ventura venir antes a concordia de tregua ho de paz, porque assí s’es feyto sienpre entro agora… » (ibid., f° 4r°).

209 « Quia non sunt facienda mala ut bona veniant neque standum in tenebris ut alii habeant lucem, quia nichil prodesset michi lucrare universsum mundum et anima et fama meas continuissent detrimentum » (ibid., f° 5v°, d’après saint Paul, Épître aux Romains, III).

210 « … El sennyor rey don Fradrich, vuestro ermano, a tan grant plazer de la mi venida, que segunt me dizen los que d’allá vienen, que no lo caben palacios ni cambras de la seu que tiene que yo fues ya con él, e de aquesto, sennyor, so yo muyto alegre, non por otra vanagloria mía ni por deseo de favor humano, mas porque espero en Dios que los afferes ent prendrán millor entrada por el grant plazer que él a de la mi venida… » (M. I. Falcón Pérez, « Un aragonés embajador de Jaime II », doc. II, p. 426 [4 juillet 1316, Termini]).

211 « … E a aquesto me fue respuesto por el rey Rubert quel plazía de la manera que yo tractava e quel parecía que yo vos quería seer assi fiel como fue Joab al rey David quando lo envió assitiar una ciudat. E quando aquélla se devía prender, envió el rey Davit que vinies por tal que se escrivies la victoria al rey David e no a él. E assí senblantment quel parecía que yo querría que se escrivies a vos la gloria de aquest afer. E que quanto en lo de la paz que era bueno que se siguies assí que por mí se tractasse, e por vos se acabas e se firmas, mas quanto en lo desta tregua e desta dita de los lugares de Calabria que él lo querría fiar de mí e quen conprometría volonter en mí. E a aquesto le fue por mí respuesto que ya sia que el dixies su bondat que no me era semblant que devies venir sino por vuestra mano. E fue me por él replicado que él quería de todo en todo e avía por bien que se fizies por mí que grant dilación recibría el feyto, si por vos avía a seer determinado por la distancia en que sodes… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [ES], n° 1068 [1er septembre 1316, Apollici]).

212 H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 604, pp. 932-934 (17 mai 1317, Naples). Une autre exhortation à la défense de son honneur est adressée par Leo de Reggi à Pedro Fernández de Híjar,… qui la transmet aussi à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 84, n° 10363 [26 mai 1317, Mileto]).

213 Aspect développé dans S. Péquignot, « Enantar a tractar ».

214 Sur cet aspect, voir Id., « Les instructions aux ambassadeurs ».

215 Sur la spécificité des nouvelles secrètes, voir pp. 100-106. Bernat de Fonollar envoie ainsi à Bernat d’Aversó une lettre sur les affaires du roi qui doit impérativement être gardée secrète, n’être connue que de lui et du roi, il y aurait sinon grand péril : « Sapiats, seynor, que al Volo ac una letra [-] frare [-] d’afferes del seynor rey, la qual vos tramec e prec vos que persona del món non la pusca ver ni[-] sinó vós. E com ne parlarets al seynor rey, prec vos no y aya persona del món [-] que digats al seynor que sia sa[-]que sia secret que gran peril los seria [-]… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 161 [ES], n° 1710 [25 septembre (1324), Le Boulou]).

216 Cf. introduction, pp. 7-8.

217 M. Senellart, Les arts de gouverner.

Table des illustrations

Titre Tableau 17. — Nombre moyen de destinataires concernés par les legationes selon les cours, d’après les lettres de créance et de recommandation remises aux ambassadeurs
Légende SOURCEBase de données « ambassades » formée sur les legationes des Registra secreta
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 5. — Dialogue préalable à une ambassade en France et à la curie entre Jacques II d’Aragon et ses représentants, Ot de Montcada et Ramon Vinader. Lérida, 6 mai 1322 (Espagne, Ministerio de Cultura, ACA, C, reg. 338, f° 88r°)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende FIG. 6. — Rapport adressé à Jacques II par son ambassadeur à la cour de Castille, Ramon de Montrós. Carrión, 23 janvier [1304] (Espagne, Ministerio de Cultura, ACA, C, CR de Jaume II, caixa 162 [ES], n° 1757-R)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende FIG. 7. — Un accord entre Jacques II d’Aragon et le noble Pedro Fernández de Híjar pour une médiation en Italie. Tarragone, 28 avril 1316 (Espagne, Ministerio de Cultura, ACA, C, reg. 337, f° 297v°)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search