Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Deuxième partie. Le roi et ses ambassadeurs

Chapitre VII. De la route à la cour étrangère

Texte intégral

1Une fois choisis, les ambassadeurs partent sur les routes, se détachent physiquement de leur mandataire pour des semaines, des mois, des années parfois. L’éloignement du monarque et la garantie de sa protection, l’itinérance et le temps requis pour la transmission des correspondances, les problèmes de financement, de logement et d’approvisionnement font alors de chaque ambassade un monde à part, une micro-société en mouvement, avec une dynamique, une temporalité et des difficultés qui lui sont propres. Néanmoins, au-delà de ces irréductibles contingences, malgré le caractère non institutionnalisé de la diplomatie du moment, par-delà les différences d’origine, de statut et de mandat qui les séparent, les représentants du roi ne doivent-ils pas aussi affronter des conditions, subir des contraintes similaires, jouer avec les mêmes règles ? Afin de les identifier, d’en préciser les limites, d’observer comment les ambassadeurs s’en saisissent et s’en accommodent, les missions seront ici envisagées sous plusieurs angles et avec des sources complémentaires. Les ambassades s’inscrivent tout d’abord dans la durée et se déploient dans l’espace ; la reconstitution des itinéraires et des histoires « événementielles » de chacune d’entre elles permet de qualifier, de comparer le rythme et l’amplitude des déplacements effectués. Elles sont aussi des moments d’achat, d’usages et d’échanges de biens matériels ; leurs traces peuvent être recherchées dans les comptes des missions et dans ceux des officiers de la monarchie chargés de contrôler leurs dépenses. Enfin, les ambassades constituent le temps d’une expérience, celle des ambassadeurs. Leurs correspondances et celles des princes laissent transparaître les difficultés qui surviennent, les règles à respecter, les réactions des protagonistes. Autour de quelques passages obligés, le voyage, le séjour à la cour étrangère et le respect de certains usages pour les rencontres diplomatiques, la mise en regard de ces différentes approches fait alors apparaître, progressivement, la trame discrète d’une expérience commune acquise par les ambassadeurs du roi à l’occasion de leurs missions.

I. — L’AMBASSADE : UN VOYAGE

LES SUITES

  • 1 Sur ces cahiers, la documentation comptable et son exploitation, voir pp. 141-152.
  • 2 Voir, pour un exemple de ce type de sources, F. Senatore, « I diplomatici e gli ambasciatori ».

2En raison de la disparition des cahiers (quaerns) de comptes des ambassades tenus au jour le jour et de l’accès restreint aux registres du trésorier et du mestre racional, la reconstitution de la dimension matérielle et de la vie quotidienne des ambassades de Jacques II ne peut être que fragmentaire1. La documentation comptable disponible a en effet pour principal objectif le contrôle global des dépenses, et il n’existe pas de comptes détaillés qui permettent d’entrer en profondeur dans le monde fourmillant des ambassades2.

  • 3 Cas, par exemple, de Bertran Desvall, qui se rend en Castille avec un sauf-conduit pour lui, sa fa (...)
  • 4 ACA, RP, MR 273, ffos 60v°[1] (juin 1310) et 53r°[2] (autre copie de ce document : ACA, C, CR de J (...)
  • 5 Voir tableau 5, pp. 150-151.
  • 6 Guillem Durfort et Bernat de Fonollar se rendent en Hongrie et en Allemagne avec 12 bèsties, Joan (...)

3Plusieurs éléments peuvent toutefois être soulignés. Tout d’abord, les ambassadeurs partent rarement seuls, notamment s’il s’agit d’une mission (legatio) importante. L’ambassade constitue alors plutôt une véritable petite expédition. Le représentant du monarque se trouve en effet à la tête d’une familia ou d’une comitiva (« suite ») qui, comme lui, bénéficie de la protection royale et, le cas échéant, des sauf-conduits délivrés par les autorités3. L’importance de ces suites varie considérablement d’une mission à l’autre. Bernat Safont se rend en juin 1310 devant Philippe le Bel avec un scribe, un écuyer et deux trotteurs (troters) ; Guillem Oulomar part en août 1313 à Tunis avec un « compagnon » (companyó), trois écuyers et trois hommes de pied4. Pour une dizaine d’ambassades (legationes), la liquidation des comptes présentés au mestre racional est conservée et révèle des suites qui varient de quelques individus à une cinquantaine de personnes pour les missions les plus imposantes5. Corrélativement, le nombre des bêtes de sommes (bèsties), qui transportent les biens, la nourriture, les vêtements, la vaisselle et les cadeaux nécessaires, change aussi considérablement d’une ambassade à l’autre — même pour une destination identique —, de quatre à quinze animaux d’après les comptes disponibles6.

  • 7 C’est le cas du companyó qui se rend à la curie avec Bernat de Boxadós, ambassadeur, ainsi que tro (...)
  • 8 À une date non précisée, Vidal de Vilanova se rend ainsi en ambassade à la curie avec le chevalier (...)
  • 9 Dans la legatio qui le mène en Avignon à l’automne 1316 avec l’évêque de Barcelone Ponç, Vidal de (...)
  • 10 Jaspert de Castellnou part en 1309 au Maroc avec le scribe du roi Guillem Agustí ; Simó de Bell · (...)
  • 11 ACA, RP, MR 623, f° 95v°, MR 624, ffos 89r°-90r°, 183r°-v°. Un certain Ja[ume] Bos est responsable (...)
  • 12 Cas de l’ambassade de Mateu Botella à Majorque en novembre 1303 (ACA, C, reg. 334, f° 172r°).
  • 13 Cas de l’ambassade de Ramon de Montrós en Castille et au Portugal en octobre 1304 (ACA, C, reg. 33 (...)

4Dans ces groupes à géométrie variable, quelques figures reviennent de façon récurrente. Les ambassadeurs se voient souvent adjoindre un « compagnon » (companyó, socius). Dépourvu de la condition de nuncius du roi, généralement anonyme dans les comptes, non mentionné dans les rapports des ambassadeurs7, le compagnon est souvent un chevalier, peut-être parfois un jeune observateur en formation, qui peut rendre de menus services et ainsi, chemin faisant, effectuer son apprentissage de la diplomatie8. Les suites des grandes ambassades de Jacques II comportent aussi des chevaliers et des écuyers. Ils garantissent leur protection et leur confèrent un prestige qui contribue à consolider à l’étranger l’image du roi. Les cavaliers sont fréquemment soutenus par des hommes de pied (troters) plus nombreux, mais dont le rôle ne ressort pas clairement dans la documentation9. Peut-être s’agit-il d’hommes d’armes chargés d’escorter l’ambassade ou, de façon plus générale, de serviteurs de rang modeste. Sans que l’on puisse déceler une règle stricte en la matière, les ambassades importantes (legationes) comportent de surcroît un scribe (scriptor), certainement commis aux nombreuses tâches d’écriture suscitées par la mission10. Enfin, les comptes font état de la présence d’économes (despensers, esponseros) chargés de consigner les dépenses de l’ambassade11, de courriers qui maintiennent le contact avec le souverain mandataire et12, plus rarement, de religieux13.

  • 14 « Ítem, done al Noble en P[ere] de Quiralt a ops de vestir de si i de su companya, ara cor le seny (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Joan Borgunyó reçoit une provision pour aller à la curie en février 1315 (ACA, RP, MR 278, f° 56r° (...)
  • 17 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 131 (Cuentas), n° 70 (s. d.).

5Dans les ambassades à plusieurs têtes, cette petite société itinérante se divise elle-même en plusieurs groupes hiérarchisés. Chaque ambassadeur possède en effet sa propre suite, qui manifeste son statut social et est comptabilisée à part. Dans une même délégation royale se côtoient alors plusieurs suites d’importance inégale. Pour l’ambassade solennelle qui se rend au concile de Vienne à l’automne 1311, le noble Pere de Queralt reçoit en provision 6.159 sous et 9 deniers de Barcelone qui doivent pourvoir à son habillement et à celui de sa suite, composée de trois chevaliers, « ses compagnons » (companyons seus), de huit écuyers et de seize trotteurs14. Le mestre racional Pere Boyl se voit remettre pour cette même mission un peu plus de la moitié de cette somme (3.683 sous et 7 deniers) afin de se vêtir ainsi que sa suite, composée de son fils, de cinq écuyers et de dix trotteurs. Le dernier ambassadeur, de rang plus modeste, le juge de cour et conseiller du roi Guillem Oulomar, emmène pour sa part deux écuyers et quatre trotteurs, le coût de leurs vêtements s’élevant seulement à 1.519 sous et 4 deniers15. Les différentes suites se confondent néanmoins sous des habits communs qui rappellent le statut social de chacun de leurs membres : les trotteurs portent tous l’uniforme traditionnel de la cour (cape et tunique de « biffe » [biffa, toile légère] de Saint-Denis, chausses de toile blanche de Narbonne), alors que les écuyers se distinguent par un drap de meilleure qualité, le mesclat (drap tissé avec plusieurs fils) de Bruxelles, ainsi que par des chausses de soie noire. Pour leur part, les ambassadeurs, de même que les compagnons de Pere de Queralt, reçoivent tous des tissus identiques et d’une qualité supérieure : du presset vermeil de Douai (une toile teinte), des pièces de vair et de toile blanche. Il semble bien que l’ensemble des ambassadeurs arborent ici des costumes aux couleurs et aux tissus similaires, ce qui doit renforcer à l’étranger l’idée qu’ils sont les honorables représentants d’une seule et même personne : le roi. Il est rare toutefois que de telles précisions apparaissent dans les comptes conservés, qui comportent d’ordinaire seulement la mention d’une somme globale versée pour l’habillement (vestir)16. De plus, les quelques sources disponibles révèlent que l’assortiment des pièces de tissu achetées pour les habits des ambassadeurs varie d’une mission à l’autre. Lorsque Vidal de Vilanova se rend à la curie avec son compagnon Pere de Montpahó, on achète ainsi pour les vêtir du drap de Douai, de l’écarlate pourpre (escarlata morada), du mesclat de Malines, des chausses de presset vermeil et d’autres de brunette (bruneta) d’Ypres, des pièces de vair et de toile blanche, du tissu de Gênes17. À la différence des courriers de la cour du roi, il ne semble donc pas exister d’uniforme pour les ambassadeurs de Jacques II, tout au plus la recherche d’une représentation visuellement homogène et reconnaissable à l’étranger, mais pas nécessairement identique d’une ambassade à l’autre.

6Les indices en tout cas convergent : l’apparence vestimentaire des ambassadeurs, la taille, la composition et la distribution interne de la population des suites varient selon les hommes qui mènent l’ambassade, leur prestige social et l’importance de la legatio qui leur a été confiée. De ce point de vue, les ambassades de Jacques II se révèlent irréductibles à un schéma unitaire englobant. Leur composition et leur apparence doivent plutôt à chaque fois être envisagées comme le résultat d’un équilibre : le gouvernement royal prend pour chaque ambassade la décision d’effectuer un investissement matériel, politique et symbolique, dont la nature et l’ampleur dépendent des disponibilités financières de la monarchie et de l’interprétation que l’on souhaite donner de règles tacites de représentation communément admises entre les cours.

LES DÉPLACEMENTS

a) La durée des ambassades

  • 18 Sur le voyage, vision synthétique dans N. Ohler, Reisen im Mittelalter et, avec précautions, J. Ve (...)
  • 19 Le mestre racional Pere Boyl note ainsi pour une mission de Vidal de Vilanova à la curie : « … Seg (...)
  • 20 Voir tableau 5, pp. 150-151.
  • 21 ACA, RP, MR 620, f° 6r°-v°.
  • 22 Ambassade de Pere Marc à la fin du mois d’août et au début du mois de septembre 1323 (ACA, C, reg. (...)
  • 23 Ambassade de Bernat de Sarrià et Gonzalo García en décembre 1308 (ACA, C, reg. 335, f° 247r°).
  • 24 Ambassade de Ponç de Mataró et Ramon Saguardià, partis après le 26 janvier 1304 de Valence, revenu (...)
  • 25 Ambassade de Pere Boyl en Sicile et à Naples au printemps 1308 (E. González Hurtebise, Libros de T (...)

7Pour les représentants du roi accompagnés de leur(s) suite(s), accomplir une mission diplomatique signifie d’abord effectuer un voyage, pendant une durée souvent difficile à prévoir18. Du point de vue comptable, l’ambassade commence pour les contemporains lorsque l’ambassadeur reçoit du roi l’ordre de partir et se termine au moment précis de son retour à la cour du souverain19. Cette durée est connue de manière assurée seulement à travers treize liquidations de comptes d’ambassade effectuées par le mestre racional20. Les missions, solennelles, s’y révèlent longues, au minimum deux et plus fréquemment quatre à cinq mois. Dans certains cas exceptionnels, comme celui d’une ambassade itinérante en Italie, dans l’Empire et en Hongrie en 1292-1293, la mission peut tarder près d’une année en raison des distances à parcourir21. La durée des ambassades tient aussi, en particulier à la curie, à la nécessité de prolonger le séjour afin que puissent avancer les négociations. Néanmoins, des témoignages indirects (lettres de créance remises aux ambassadeurs, lettres envoyées par Jacques II mentionnant que l’ambassade est revenue) attestent aussi de la célérité de nombreuses legationes : moins de trois semaines pour une mission à la cour majorquine de Perpignan22, moins d’un mois pour une autre en Castille23, moins de deux mois pour des ambassades dépêchées au roi de France24 et moins de trois mois-pour un aller-retour auprès du roi angevin à Naples25. Le temps passé sur les routes et à l’étranger diffère donc considérablement d’une ambassade à l’autre, en fonction de la distance parcourue, des difficultés rencontrées en route, de la solennité de l’ambassade, de l’argent disponible, de la complexité, du rythme et de l’évolution des négociations dans les cours étrangères.

b) Itinéraires et itinérances

  • 26 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I, pp. 331-345  (...)
  • 27 ACA, RP, MR 627, f° 178v°.
  • 28 D’après la liquidation des comptes de l’armurier Pere Messeguer, qui a activement participé à son (...)
  • 29 Rapport de Bernat de Sarrià à Jacques II du 28 avril 1308, Marseille : « … E devets saber, senyor, (...)
  • 30 Ibid, t. II, doc. 251, pp. 305-306, doc. 253, pp. 311-312, doc. 255, pp. 313-314, doc. 257, pp. 31 (...)
  • 31 Selon une lettre de Muhammad II à Jacques II, du 21 août 1308 (À. Masià de Ros, La Corona de Aragó (...)

8Certaines ambassades, parmi les plus longues, sont adressées à plusieurs cours et peuvent être qualifiées d’itinérantes. En 1308, Jacques II confie ainsi à son amiral Bernat de Sarrià une mission capitale dans le cadre des efforts déployés par la dynastie pour conquérir la Sardaigne26. Accompagné du scribe de chancellerie Pere de Lledó, Bernat doit négocier avec Gênes les conditions d’une alliance contre Pise qui possède une partie de l’île, favoriser la temporisation entre Angevins et Aragonais de Sicile et, après le renouvellement des traités de paix, réclamer à l’émir de Tunis un tribut qui pourra être utilisé pour la conquête. L’ambassade, selon le compte présenté par Bernat de Sarrià au mestre racional, dure cinq mois et douze jours27. Après avoir reçu à Valence l’ordre du départ, les ambassadeurs appareillent le 3 avril 1308 avec trois galères affrétées par le roi, l’une à Barcelone, l’autre à Tortosa et la dernière à Valence28. Poussés par le mauvais temps, les navires arrivent à Marseille avant le 27 avril et quittent le port le 28 après une rencontre avec Charles II d’Anjou. Ils repartent aux côtés de ce souverain, qui les accompagne avec 12 galères arborant les emblèmes de Jacques II29, et arrivent à Gênes le 7 mai. Quelques jours plus tard, le 10 ou le 12, les trois galères du roi mettent le cap vers le sud, en direction des plages de Pouzzoles d’abord, une ville de Campanie où Charles II doit se soigner, puis de Naples où les ambassadeurs parviennent le 27 mai. Ils y rencontrent l’infant Robert d’Anjou et se dirigent le 6 juin vers la Sicile, repassent par Naples, font une halte à Pise et retournent à Gênes le 9 juillet30. Peut-être après une étape en Sardaigne, l’ambassade atteint alors Tunis, les galères levant l’ancre après le 21 août pour arriver au terme de leur périple à Valence le 13 septembre 130831. Au total, l’ambassadeur du roi parcourt donc plus de 6.000 kilomètres sur mer en un peu plus de cinq mois et représente le souverain aragonais auprès de six destinataires différents au moins.

  • 32 ACA, C, reg. 252, ffos 75r° sq.

9Les ambassades itinérantes de ce type demeurent néanmoins minoritaires au sein des legationes dépêchées par Jacques II, 29 sur 233 (soit environ 12,5 %). Le recours aux ambassades ad plures concerne surtout les missions en Italie et en péninsule Ibérique, ainsi que les destinations les plus lointaines. Pere Cesportes doit ainsi se rendre en 1293 à la fois chez le souverain mongol, à Chypre et en Arménie32. Trois facteurs principaux et complémentaires expliquent le recours à cette méthode : la proximité géographique des différentes cours visitées, la nécessité pour les ambassadeurs de se rendre auprès de plusieurs souverains pour accomplir la tâche qui leur a été confiée et, enfin, le souci d’économie. Toutefois, la plupart des missions consistent en la visite d’une seule cour étrangère, au terme de laquelle les ambassadeurs reviennent directement auprès de leur mandataire.

  • 33 A. Riera i Melis, « La red viaria de la Corona catalanoaragonesa ».
  • 34 ACA, C, reg. 96, f° 82r°[4] (17 octobre 1293, Barcelone).
  • 35 Lettre de Juan del Gay à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 164 [ES], n° 1964 [s. d.]).

10Dans leurs déplacements, les ambassadeurs paraissent souvent — la documentation disponible ne permet pas de trancher définitivement sur ce point — adopter des méthodes, affronter des difficultés similaires. Ils sont fréquemment guidés jusqu’à la frontière par des portiers (porters, portarii) de la cour du roi lorsqu’ils empruntent la voie de terre, en particulier pour se rendre vers le Nord, sans doute le long de l’ancienne Via Domitia33. En octobre 1293, le portier Berenguer de Massanet reçoit ainsi l’ordre du roi d’accompagner jusqu’au col de Panissars l’ambassadeur Guillem Llull, qui doit aller en Provence34. De même que les courriers dépêchés par le roi, les ambassadeurs empruntent de préférence les grands axes de circulation, sur lesquels la protection royale est mieux assurée, où les informations sont plus aisément accessibles et les opportunités de rencontres plus nombreuses. Jacques II envoie par exemple le sacristain de Tarazona Domingo García de Echauri auprès de son ambassadeur en Castille Juan del Gay et ils se croisent en chemin35.

  • 36 Lettre d’Ot de Montcada à Jacques II, du 24 août 1322, Paris (H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, (...)
  • 37 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 80, p. (...)
  • 38 Ordre du roi à Guillem Llull, envoyé à Charles II : « …. Cum responsione autem quam idem dominus r (...)

11D’autre part, les représentants de Jacques II sont régulièrement confrontés à une même difficulté logistique, l’itinérance curiale. Les délégations royales doivent à plusieurs reprises infléchir ou prolonger leur itinéraire pour trouver ou accompagner la cour qu’ils doivent visiter. Ot de Montcada, qui se rend à Paris en 1322 pour y rencontrer le roi de France, estime après s’être entretenu avec Charles de Valois qu’il lui reste sept jours de route pour rejoindre Philippe V parti loin de sa capitale36. Dans certains cas, les ambassadeurs demandent même explicitement à leur mandataire s’ils peuvent dévier leur mission initiale pour aller à la rencontre d’un souverain qui s’est entre-temps rapproché d’eux. Vidal de Vilanova, Bernat Peregrí et Guillem de Lacera écrivent ainsi à Jacques II depuis Avignon que Philippe le Bel se trouvera certainement le 18 janvier 1304 à Narbonne, et le roi leur intime par conséquent de s’y rendre le plus vite possible pour le bien des négociations37. De plus, les ambassadeurs de Jacques II, à l’instar des représentants étrangers qui se rendent auprès du roi d’Aragon, doivent à leur retour rejoindre rapidement une cour de Jacques II elle aussi en déplacement38. L’orientation dans la carte mouvante des cours joue donc de façon manifeste un rôle essentiel dans le déroulement des missions.

c) Les modes de transport

  • 39 La mort des animaux et leur remplacement se traduisent par des ordres postérieurs au trésorier afi (...)
  • 40 « … Bestias cum quibus accedere possit celeriter ad regem Castelle… » (ACA, C, reg. 236, f° 148r° (...)
  • 41 G. La Mantia, Codice Diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, t. I, doc. LXXXIII-LXXXIV, pp. 170-1 (...)

12Dans ce cadre extrêmement fluctuant, le choix du mode de transport dépend naturellement de la cour de destination, de la distance à parcourir, mais aussi de la solennité et de l’urgence de l’ambassade. D’après les liquidations de comptes effectuées par le mestre racional, les ambassadeurs se rendent presque toujours en Avignon par route terrestre, alors que les délégations royales qui vont en Italie empruntent de préférence la voie maritime. La préparation et le déroulement du transport par voie de terre semblent souvent effectués selon une même procédure : remise d’une provision (provisio) en argent et rassemblement des montures confiées au moment du départ à l’ambassadeur, qui doit éventuellement les remplacer en chemin lorsqu’elles viennent à périr ou que, fourbues, elles ne peuvent plus poursuivre le voyage39. Au-delà, une extrême diversité règne, car tous les animaux emmenés par les ambassadeurs ne proviennent pas du même fournisseur. Le roi intime parfois à ses officiers dans les villes de participer à l’effort logistique. Calatayud, Teruel, Daroca, leurs aldeas et les autres localités voisines doivent ainsi remettre à l’ambassadeur Guillem Palazín « des bêtes avec lesquelles il puisse se rendre rapidement auprès du roi de Castille »40. Les citoyens des villes, à l’instar des Barcelonais qui prêtent à Pierre III d’Aragon des bêtes confiées ensuite à des ambassadeurs de l’émir de Tunis, apportent également leur aide41.

  • 42 ACA, C, reg. 266, f° 179v°[1] (22 mai 1300, Barcelone).
  • 43 J. Sobrequès i Callicó (dir.), Història de Barcelona, t. III, pp. 184-198 ; A. Estrada-Rius, La Dr (...)
  • 44 ACA, RP, MR 279, f° 114r°.
  • 45 ACA, C, reg. 261, f° 212v°[2] ; reg. 339, f° 185r°. Un bateau de Bernat de Sarrià est utilisé pour (...)
  • 46 Voir p. 159.
  • 47 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. I(2), p. 159 (3 février 1293, Guadala (...)

13Plus encore que pour le rassemblement des montures et des bêtes de somme, le pouvoir royal fait feu de tout bois lorsqu’il s’agit de dépêcher à l’étranger une legatio par voie de mer. L’affrètement de bateaux royaux est une première possibilité, la plus évidente sans doute. Trois galères, initialement prévues pour un voyage de Jacques II en personne, sont mises à la disposition de Bernat de Sarrià pour l’ambassade précédemment évoquée. Les arsenaux (drassanes) royaux sont aussi sollicités. Jacques II ordonne de choisir parmi ses « tarides » (tarridas) qui se trouvent dans les arsenaux de Barcelone (in darasanali seu plagia Barchinone) l’une des meilleures et de l’équiper entièrement afin de la confier à Guillem Llull, désigné pour une mission en Provence42. La pratique demeure toutefois relativement rare, peut-être en raison de l’insuffisante capacité de chantiers alors en plein développement43. D’autres propriétaires sont en fait régulièrement sollicités afin que les ambassadeurs puissent utiliser temporairement leur navire. Le roi loue ainsi 650 sous de Barcelone au barquer de la capitale catalane Bernat Alegre une barcha avec laquelle le portier Pere Folquet se rend à Majorque et à Minorque en décembre 131544. Le spectre social des propriétaires de bateaux engagés dans ces contrats de nolisement est large, mais prédominent nettement les officiers et conseillers du roi — Bernat de Sarrià par exemple —, ainsi que, logiquement, les citoyens des grands ports45. Enfin, les ambassadeurs affrètent parfois eux-mêmes le bateau qui doit les mener à l’étranger au nom du roi46. En 1293, Gisbert de Castellet, qui ne peut, comme il avait été prévu initialement, se rendre en Sicile sur une galère du roi, en arme une autre à ses propres frais. Jacques II enjoint par conséquent à Frédéric de Sicile de rembourser l’ambassadeur de son prêt (mutuum) à la monarchie47.

  • 48 ACA, C, reg. 100, f° 195v° [9 novembre 1294, Barcelone].
  • 49 Lettre de Jacques II à Bernat de Segalars (ACA, C, reg. 241, f° 123r°[1] [21 février 1314, Valence (...)
  • 50 Selon un contrordre de Jacques II au bailli de Barcelone et aux autres baillis de Catalogne (ibid.(...)

14Pratique la plus répandue, la location temporaire de navires s’avère parfois insuffisante lorsque l’ambassade présente un caractère solennel ou urgent. Des ordres de réquisition plus ou moins explicites sont alors émis pour employer des navires qui appartiennent à des sujets du roi. Le 9 novembre 1294, le responsable des galères de Sicile — alors partie intégrante de la Couronne — est ainsi sommé par Jacques II de reporter son départ de Majorque afin de prendre à son bord des représentants du roi48. Si la situation l’exige, c’est-à-dire si les ambassadeurs doivent lever l’ancre précipitamment, le mandat royal peut s’étendre à l’ensemble des navires disponibles. En mars 1314, alors que la tension monte entre les Angevins de Naples et Frédéric III en raison des incursions de ce dernier en Calabre, Jacques II souhaite envoyer incontinent en Sicile auprès de son frère un spécialiste de la diplomatie, le sacristain de Majorque Joan Borgunyó. Comme il a appris que Castilió Boix, un citoyen de Barcelone, devait prochainement se rendre dans l’île, le roi d’Aragon ordonne au bailli (batlle) de la cité comtale, Bernat de Segalars, de maintenir au port le navire en question jusqu’à l’arrivée à Barcelone des ambassadeurs. Si Castilió Boix est déjà parti, le batlle doit retenir l’un des trois navires dont on sait qu’ils sont en partance pour la Sicile. En raison de l’importance de la mission, Jacques II ordonne également à Bernat de Segalars de suspendre le départ d’autres navires dont il a appris la présence dans les ports catalans de Tortosa et de Sant Feliu de Guíxols, et les autorités locales reçoivent la même injonction49. Cette agitation administrative demeure au fond assez vaine, car l’ambassadeur part finalement sur un autre navire (in alio vase), dont le propriétaire et l’armateur demeurent inconnus50. L’affaire révèle toutefois nettement les difficultés auxquelles peut être confronté un gouvernement royal insuffisamment équipé et la variété des stratégies mises en œuvre pour envoyer des ambassades par voie de mer.

  • 51 Lettre de Jacques II aux ambassadeurs du 20 juin 1312, Barcelone (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la (...)
  • 52 ACA, C. reg. 339, f° 192r°.
  • 53 Lettre du 25 mars 1326, à Perpignan (ibid., f° 204r°[2]).
  • 54 « … Et quia non absque more periculo nostri honoris dictam navim ffaciatis expectare per unum mens (...)
  • 55 D’après leur rapport au roi, le pape les autorise à se rendre en Sicile uniquement après être reto (...)
  • 56 ACA, C, reg. 339, f° 194v°. Francesc Sabastida est probablement un scribe du roi (P. Ortí Gost, Re (...)

15Enjeu tout autant financier que logistique, le besoin d’un navire disponible devient un problème plus criant encore lorsque les représentants du roi se trouvent à l’étranger et doivent prendre ou reprendre la mer. Depuis Naples, Guillem de Lacera et Fernando García demandent ainsi à Jacques II en 1312 l’autorisation de pouvoir affréter un leny (petit bateau) de 30 à 40 rames afin de poursuivre leurs négociations. Jacques II refuse, car il juge leur initiative périlleuse51. Il est aussi fait appel à la solidarité des maisons princières, notamment les dynasties-sœurs de Majorque et de Sicile. Alors que ses ambassadeurs Berenguer de Sant Vicenç et l’évêque de Huesca se trouvent en Avignon, Jacques II demande le 17 mars 1326 au tuteur du roi de Majorque, l’infant Philippe, de bien vouloir préparer un bon leny de 60 rames à Collioure afin que ses représentants puissent se rendre le plus vite possible auprès du roi Robert d’Anjou avec leur suite, car c’est la deuxième partie de leur mission52. L’infant donne son accord, propose de transporter les ambassadeurs et donne l’ordre de retenir un mois au port le navire de l’infant Ferdinand de Majorque qui doit se rendre à Naples53. Le souverain aragonais exprime sa satisfaction à Philippe de Majorque et donne par conséquent l’ordre à ses ambassadeurs d’accélérer le règlement des affaires en Avignon54. Cette aide ne sera finalement pas mise à profit, parce que les ambassadeurs doivent repasser par Barcelone55 et modifier leur itinéraire à la demande du pape. Ils se rendent d’abord en Sicile puis à Naples et effectuent leur voyage sur un bateau (nau) du barcelonais Francesc Sabastida56.

16Sur une galère royale ou bien dans une expédition à but commercial, sur un navire loué à un marchand de Barcelone ou réquisitionné à des sujets du roi, ou bien encore à bord d’un bateau étranger gracieusement mis à disposition, l’essentiel est bien pour les ambassadeurs du roi de pouvoir partir, de se déplacer sur un navire décent en limitant au maximum le coût du transport. Le roi résume cela mieux que quiconque dans une lettre adressée au procureur de Majorque, auquel il enjoint de faciliter le départ en Égypte de son ambassadeur, le juif de Valence Isaac Alorqui :

  • 57 « … Nichilominus collocetis ipsum [l’ambassadeur de Jacques II] in prima navi vel alio vase compet (...)

… Néanmoins, mettez-le sur le premier navire ou sur le premier vaisseau venu, qui soit approprié et suffisant, afin qu’il se rende tout d’abord auprès du roi Ibn’Yakub, sans aucun retard, de telle sorte qu’il n’ait aucunement à demeurer là dans l’attente57.

LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES

  • 58 Projet de lettre de Jacques II à Robert d’Anjou : « … notum fiat nobilem virum dilectum nostrum Gu (...)
  • 59 Calculs effectués à partir des 233 legationes de la base de données « ambassades », en se fondant (...)

17L’improvisation, qui semble parfois de mise pour le financement et le transport des ambassades, révèle le caractère aléatoire de ces petites expéditions. Elles peuvent aussi s’avérer vulnérables. De même que les autres voyageurs, les ambassadeurs doivent en effet affronter les périls d’une nature dont la domination est loin d’être assurée. Le cas de Gilabert de Centelles est de ce point de vue emblématique. Envoyé par le souverain angevin auprès de Jacques II, il se présente devant celui-ci sans lettre de créance, car il l’a perdue avec une partie de ses instructions au cours d’un naufrage au début du mois d’avril 1306, à une période de l’année où la Méditerranée est souvent grosse. Par conséquent, il ne peut mener pleinement à bien sa mission, car sa mémoire s’avère insuffisante pour pallier la disparition des écrits58. Les saisons jouent de façon générale un rôle important dans le rythme de l’action diplomatique royale, les départs de legationes étant en moyenne deux fois plus nombreux durant les mois de printemps qu’en novembre ou en décembre59. Néanmoins, à la différence des voyages royaux ou des expéditions militaires que l’hiver rend difficilement praticables, des ambassades peuvent partir à tout moment de l’année. L’intérêt dynastique prime souvent sur les facteurs climatiques.

  • 60 Pour un exemple de nuncius dont la trace est perdue, voir p. 131, n. 162.
  • 61 ACA, RP, MR 620, f° 6r°-v°.
  • 62 Voir p. 177.
  • 63 Demande formulée dans une ambassade de Joan Borgunyó en octobre 1314, en 1322 par Ot de Montcada ( (...)
  • 64 E. Langlois, Les Registres de Nicolas IV, t. I, 971 (17 juillet 1289, Rieti) ; t. II, 7389 (13 jan (...)

18Sur les routes médiévales, le danger présente aussi les traits de la maladie. Plusieurs ambassadeurs en font l’expérience et certains meurent, ou du moins disparaissent en cours de mission60. Plus nombreuses encore sont les bêtes de somme qui périssent à l’ouvrage, comme en témoignent les ordres de remboursement émis par la chancellerie royale après le retour des ambassadeurs. Le voyage est également l’occasion de mauvaises rencontres. Guillem Durfort et Bernat de Fonollar se font voler quatre bêtes lors de leur mission itinérante en Europe centrale en 1292-129361 ; Ramon de Montrós est dépouillé alors qu’il se rend en ambassade en Angleterre62. Les fouilles, les difficultés opposées au bon franchissement des frontières sont fréquentes lorsqu’il faut se diriger vers la France, à tel point que le souverain aragonais exige à plusieurs reprises du grand voisin la garantie d’une libre circulation pour ses ambassadeurs et rappelle que les lettres qu’ils emportent ne doivent pas être ouvertes63. Un important ambassadeur d’Alphonse III d’Aragon, Gilabert de Cruïlles, est même retenu dans les prisons de Philippe le Bel plusieurs années durant, mais cette situation exceptionnelle s’explique surtout par l’état de guerre ouverte avec le royaume capétien. En dépit de l’interdit sur les territoires de la couronne d’Aragon, cette incarcération est d’ailleurs jugée inacceptable par le pape Nicolas IV qui, directement puis par l’entremise des évêques d’Orléans et de Paris, s’efforce en 1289 et en 1292 d’obtenir de Philippe le Bel une libération rapide. Elle sera, précise le pontife, tout à l’honneur du roi64. L’arrestation d’un ambassadeur demeure en fait un phénomène extrêmement rare durant le règne de Jacques II et l’événement est perçu comme une enfreinte à l’immunité des ambassadeurs, une atteinte profonde à l’honneur du mandataire, mais aussi de celui qui a mis en péril l’équilibre du respect entre les protagonistes. Lorsque l’infant Juan Manuel retient sous la contrainte et pour des motifs personnels García López, le maître de l’ordre de Calatrava qui avait été envoyé à son épouse par le souverain aragonais, ce dernier proteste avec la dernière véhémence :

  • 65 « … A las quales cosas, don Johan, vos respondemos que nos pesa mucho lo que avedes fecho. E tenem (...)

… Auxdites choses, don Juan, nous vous répondons que ce que vous avez fait nous pèse beaucoup. Et nous considérons que vous avez beaucoup erré : à nous que ledit maître était venu voir sur notre ordre, vous avez infligé un grand déshonneur, à l’infante notre fille et votre femme, qu’il allait voir avec notre volonté, vous avez également infligé un grand déshonneur, et à vous-même enfin, vous avez infligé un grand déshonneur et vous avez fait tomber votre maison en état de grande infamie. Par conséquent, nous vous faisons savoir que nous vous envoyons à ce sujet notre bien-aimé conseiller Gonzalo García, qui vous dira longuement notre intention sur ladite affaire. Et nous vous conseillons de le croire, et de faire à ce sujet ce qu’il vous dira de notre part, si jamais vous avez foi en notre amour65.

  • 66 Par une ambassade de Gonzalo García (ACA, C, reg. 241, ffos 136v°[1], 138v°-139r°, 151r°).
  • 67 J. Merceron, Le message et sa fiction.

19Néanmoins, même en ce cas extrême, Jacques II parvient rapidement à obtenir la libération du prisonnier66. Cette résolution heureuse invite à une interprétation mesurée des déboires des ambassadeurs. Les difficultés qu’ils rencontrent présentent un caractère pittoresque qui retient à première vue l’attention, elles constituent même un ressort dramatique essentiel de la figure du messager dans la littérature épique médiévale, un topos qui permet, notamment, de mettre en évidence le dévouement sans faille d’hommes qui servent leur mandataire au prix de mille dangers67. Cependant, les incidents montés en épingle dans les textes littéraires demeurent isolés durant le règne de Jacques II, ils ne doivent pas faire oublier une donnée essentielle : partir en mission comporte certes des risques et constitue une épreuve bien réelle pour les représentants du roi et les membres de leurs suites, mais la plupart des ambassadeurs de Jacques II ne subissent que des désagréments d’ordre mineur, des gênes, pas d’atteinte à leur intégrité physique. De même que les autres voyageurs, ils doivent faire face aux dangers climatiques et humains de la route, mais ils sont mieux protégés. Ceci s’explique par la possession de sauf-conduits, par le respect général de leur immunité, ainsi que par l’emprunt de voies de circulation relativement assurées. Corrélativement, d’un point de vue logistique, les missions diplomatiques se caractérisent par la nécessité de s’adapter rapidement à des circonstances et à des exigences très variables. Il faut s’informer de l’itinérance des cours et les rejoindre, modifier fréquemment les trajets, remplacer les bêtes qui meurent en chemin, jouer de vitesse et d’habileté pour monter sur les meilleurs navires en partance. Comme tout voyage, chaque mission est donc unique, mais elle requiert aussi des capacités de résistance, de recherche de l’information et d’adaptation aux circonstances qui en font pour les ambassadeurs le creuset d’une expérience commune des routes.

II. — LE SÉJOUR DANS LES COURS ÉTRANGÈRES

  • 68 Sur les étrangers à la cour, voir Les étrangers à la cour de Bourgogne.

20Une fois arrivés au terme de leur voyage, les représentants du roi d’Aragon sont confrontés à de nouveaux problèmes, liés aux conditions de leur séjour dans des mondes curiaux qui leur sont étrangers et qui possèdent chacun leur dynamique, leur personnalité propre68. Les indications consignées dans leurs correspondances et les mentions qui figurent dans les comptes peuvent alors être confrontées avec les informations disponibles sur les conditions d’accueil réservées par le roi d’Aragon aux ambassadeurs qui viennent leur rendre visite. En Occident, au début du XIVe siècle, dans quelle mesure les séjours à l’étranger des ambassadeurs sont-ils effectués selon des procédures identiques ? Existe-t-il, au-delà de l’immunité, des principes communément, voire tacitement admis, et qui conditionnent le déroulement des missions dans les cours étrangères ?

LES CONDITIONS MATÉRIELLES DU SÉJOUR DANS LES COURS ÉTRANGÈRES

a) Le logement des ambassadeurs

  • 69 « … Nos congruo tempore nostros ordinavimus nuncios ad locum et diem propterea destinandos et ante (...)
  • 70 « … Propter magnam carestiam quam hic invenimus tam in hospiciis quam victualibus et aliis necessa (...)
  • 71 Bernat de Boxadós, arrivé à la curie au début du printemps 1325, est guidé par Ferrer d’Abella jus (...)

21Les ambassadeurs doivent d’abord se loger auprès du lieu de résidence du destinataire de leur mission. Des serviteurs du roi, souvent des portiers (hostiarii), sont envoyés en éclaireurs avant leur arrivée afin de leur faciliter la tâche, en particulier lorsqu’il s’agit d’une ambassade importante. Le 18 juin 1319, Jacques II prévient ainsi le recteur de Montpellier : en raison des rencontres qui doivent prochainement réunir ses représentants et ceux du roi de France Philippe V, il a « d’ores et déjà dépêché certains de ses hommes […] afin qu’ils se procurent [dans la ville] les logements et les autres choses nécessaires à ses ambassadeurs »69. Trouver une auberge ou un hôtel décent s’avère parfois difficile à la curie, à Rome et surtout en Avignon. Vidal de Vilanova, Dalmau de Pontons et Bernat Despont, envoyés en 1313 auprès du pape Clément V, déplorent ainsi la « grande cherté que nous avons trouvée ici, aussi bien pour les auberges que pour les vivres et les autres choses qui nous sont nécessaires »70. Ces difficultés rendent d’autant plus précieuse l’aide des hommes favorables au roi déjà présents dans la place. Ils servent de guides et mènent les ambassadeurs vers leur lieu de séjour (posada)71. Néanmoins, en dépit des préparatifs et des soutiens à la curie, le résultat s’avère parfois détestable. À l’automne 1316, Vidal de Vilanova le déplore dans une lettre à Jacques II :

  • 72 « … Nam postquam alia vice vobis scripsimus, nec potuimus habere hospitia ; immo ego Vitalis propt (...)

… En effet, après que je vous ai écrit l’autre fois, nous n’avons pas pu trouver d’auberges ; bien au contraire, moi, Vidal, à cause de la maladie que j’ai contractée en raison du caractère vil et de la puanteur de l’auberge dans laquelle je me trouvais, j’ai dû aller hors de la ville72.

22Ce type d’indications demeure toutefois assez rare et doit être interprété avec précaution. En effet, de même que pour les voyages, seuls les incidents ressortent, seules les plaintes remontent vers le roi-mandataire, auquel on épargne d’ordinaire les aspects relatifs au logement — l’essentiel demeure pour ces hommes de démontrer qu’ils mènent bien leur mission, représentent dignement leur monarque et négocient avec efficacité.

  • 73 ACA, C, reg. 239, f° 128v°[5] (17 août 1311, Barcelone).
  • 74 Lettres de remerciement de Jacques II à Jean, dauphin de Vienne et au noble Gui de Beauvoir (ACA, (...)
  • 75 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 252, p (...)
  • 76 Lettre de Pedro Fernández de Híjar à Jacques II du 17 juin 1316, à Messine (ACA, C, CR de Jaume II (...)

23Les données disponibles sur le logement des ambassadeurs aragonais envoyés aux rois, princes et cités-États sont elles aussi peu nombreuses, mais révèlent une différence essentielle avec la pratique à la curie : l’implication des autorités qui reçoivent. En août 1311, Jacques II dépêche classiquement en éclaireur un portier, García de Castro, afin de trouver un logement convenant à la condition (juxta conditionem suam) de ses ambassadeurs au concile de Vienne73. Une solution est rapidement trouvée grâce à l’intervention du dauphin Jean qui, dès le début du mois de septembre, déniche une résidence dans un château appartenant au noble Gui de Beauvoir74. Les autres indications relatives à l’hébergement des représentants du roi attestent de pratiques similaires. Les correspondances mettent notamment en relief une marque de distinction récurrente, l’honneur d’être accueilli et logé par le souverain lui-même. Selon l’informateur génois Cristiano Spinola, Charles II veut en 1308 traiter comme il se doit l’ambassadeur Bernat de Sarrià. Il le loge par conséquent à Gênes avec lui, c’est-à-dire dans son palais, tandis que la suite du noble catalan est installée dans des maisons de la capitale ligure appartenant à Jacques II75. De même, le noble Pedro Fernández de Híjar réside dans les maisons du roi Frédéric III à Messine lors de sa grande ambassade de médiation entre Aragonais de Sicile et Angevins de Naples en 1316-1317, et le fait lui paraît mériter d’être relevé76.

  • 77 « … En Bernat de Muntpahó prenà M sol. barchs. cascún any e sia tengut de acullir e de reebre e de (...)
  • 78 Voir pp. 144-154.
  • 79 C’est ce que doit dénicher pour des ambassadeurs de Charles II d’Anjou un certain Fugeronus, habit (...)
  • 80 ACA, C, reg. 241, ffos 44r°-v°, 50r°[2], 52r°[2].

24La comparaison avec la situation des ambassadeurs étrangers accueillis à la cour de Jacques II s’avère ici utile pour interpréter ces informations trop disparates. Une ordonnance de Pierre III d’Aragon, à nouveau proclamée en 1308, précise qu’un officier de la cour du roi reçoit 1.000 sous de Barcelone par an pour accueillir, recevoir, faire sortir, héberger et faire venir les étrangers devant le roi77. Selon ce texte normatif, les ambassadeurs sont donc logés par les autorités royales aragonaises. De surcroît, les comptes laissent parfois apparaître que le trésorier du roi engage des dépenses pour le logement de ces hôtes78. Dans la pratique, il apparaît toutefois que le monarque recourt souvent aux villes et aux sujets pour leur fournir un toit. Le seul critère de choix explicite des requêtes royales est l’honorabilité : les représentants des souverains étrangers doivent demeurer dans des « auberges décentes » (hospicia condecentia)79. Des maisons de particuliers font alors l’objet de réquisitions temporaires. En septembre 1313, les ambassadeurs solennels du duc d’Autriche Frédéric viennent auprès de Jacques II pour conclure le mariage entre leur mandataire et Isabel, la fille du roi d’Aragon, qu’ils doivent ensuite emmener en terres d’Empire. Jacques II, après avoir chargé le veguer de Besalú et de Gérone d’accueillir les ambassadeurs autrichiens à la frontière, au col de Panissars, puis de les accompagner « bien et avec honneur » (bene et honorifice) jusqu’à Barcelone, et après avoir convoqué des grands et annoncé son propre déplacement, intime ainsi à Brunissenda, veuve du noble Guillem de Cervelló, d’accommoder et de prêter sa maison sur la place de Santa Anna afin que les ambassadeurs puissent y être logés décemment80.

  • 81 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 378, p (...)

25De manière générale, à la ville comme à la cour, le logement des ambassadeurs, représentants de Jacques II à l’étranger ou bien étrangers envoyés au roi d’Aragon, constitue donc un problème logistique complexe, mais dont la résolution possède une signification politique. À l’exception notoire de la curie pontificale, cette responsabilité paraît incomber le plus souvent aux autorités qui reçoivent. Elles peuvent ainsi plus aisément contrôler les représentants étrangers. Dans cette optique, les ambassadeurs sont, d’après les indices ici réunis, d’ordinaire logés en ville par le roi d’Aragon, mais l’on ne peut malheureusement pas discerner les modalités de leur insertion temporaire dans la société locale. Dans les autres cours — et il en va probablement de même auprès du roi d’Aragon — l’hébergement au palais offre la démonstration d’une faveur insigne. Le lieu de résidence affecté aux ambassadeurs constitue en fait pour les protagonistes un important élément d’appréciation pour évaluer la disposition du destinataire de la mission, la façon dont il considère les ambassadeurs et leur mandataire. Vidal de Vilanova conseille ainsi au roi d’accueillir honorablement et de loger dans de bons lieux de séjour (posades) les ambassadeurs de Pise, « honorables » (honrazs) et bien disposés à son égard. Il lui suggère à cette fin les « auberges » (albercs) de Pere Marc et Pere Sant Climent81. En ville ou au palais, l’assignation d’un logement aux ambassadeurs manifeste physiquement et/ou symboliquement leur proximité de l’autorité et leurs chances de succès. Dans les échanges d’ambassadeurs entre cours, il existe donc une règle tacite de réciprocité : les ambassadeurs doivent être logés honorablement.

b) La prise en charge des dépenses

  • 82 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 163-174 ; F. Senatore, Forme e strutture della diplom (...)
  • 83 Le roi de Majorque prend souvent en charge les dépenses des ambassadeurs étrangers, par exemple ce (...)

26De même que les courriers, les ambassadeurs sont — sauf à la curie — à la fin du Moyen Âge couramment défrayés par les souverains qui les reçoivent, même si cette pratique ne constitue pas une norme absolue et tend à perdre en importance à mesure que les États se consolident82. Ici encore, la documentation sur les ambassadeurs aragonais s’avère néanmoins fort peu loquace. Les comptes étrangers ont le plus souvent disparu (Castille, Portugal, Naples, Sicile) et les quelques indications fournies par les sources majorquines demeurent bien maigres83.

  • 84 E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. I, notice 287, p. 71 (ordre émis en juin 1302).
  • 85 Par exemple pour un versement du trésorier à un messager de l’infant Juan Manuel (ibid., t. I, not (...)
  • 86 ACA, RP, MR 627, f° 188r° (19 février 1319, Barcelone).

27En revanche, le roi d’Aragon prend manifestement à sa charge les dépenses des ambassadeurs étrangers qui se trouvent sur les territoires placés sous sa juridiction. Jacques II ordonne régulièrement à son trésorier de leur verser le montant de leur dépense (messió), calculée en fonction des journées passées à la cour et plus généralement dans la Couronne. Renaud de « Nuçiaco », représentant du roi de France, reçoit 72 sous et 6 deniers de Jaca ainsi que 51 sous et 7 deniers de Barcelone pour ses frais en nourriture et les autres dépenses qu’il a dû effectuer. Cet ambassadeur, précise l’ordre de paiement émis par le trésorier, a attendu trois jours le roi à Lérida, avant de se rendre à Cornadella où il a fini par atteindre la cour de Jacques II84. La « dépense de retour » (messió de tornar-se’n) auprès du mandataire est aussi pour une bonne part financée par le souverain qui accueille85. De ces règlements après-coup qui abondent dans les registres du trésorier, il ressort que le trésor royal, outre le logement, assume fréquemment les dépenses d’habillement, de transport et de nourriture effectuées par les ambassadeurs étrangers sur les territoires de la Couronne. Le 19 avril 1319, Arnau Estanyent reçoit ainsi une quittance (albarà de quitació) du mestre racional Pere Boyl pour avoir pris à sa charge les frais de bouche, la garde et autres débours nécessaires pour les bêtes, la paille et l’hôtel des ambassadeurs du duc d’Autriche et de leur compagnie, venus… trois ans plus tôt, en janvier 131686. Une telle pratique équivaut à une répartition des dépenses d’ambassade entre l’émissaire et le destinataire et connaît sans aucun doute sa réciproque dans les cours étrangères pour les représentants de Jacques II. On conjugue ainsi partage économique et création d’obligations mutuelles, et celui qui reçoit peut à chaque fois faire preuve de sa générosité, grande vertu princière, tout en confirmant qu’il reconnaît bien le rang et la dignité du mandataire.

  • 87 D’après un ordre par lequel le Consell de Barcelone précise l’usage d’une taxe concédée au roi sur (...)
  • 88 « … Reebem vestra letra e plau-nos ço que havets fet en retenir en Lerida aquel missatge del rey d (...)

28La prise en charge des frais de l’ambassadeur ne constitue cependant pas une règle impérative. Les citoyens de Barcelone l’expriment très nettement lorsqu’ils prévoient le financement des dépenses de deux ambassadeurs de Jacques II qui se rendent à Chypre : si le roi de l’île ne leur donne pas de provisió, ils leurs verseront alors 10 besants blancs chaque jour87. Réciproquement, le défraiement des ambassadeurs étrangers est parfois soumis à l’approbation de Jacques II. Après avoir confirmé la décision de son trésorier et de son vice-chancelier, qui ont retenu un représentant du roi de France à Lérida, Jacques II accepte d’endosser les dépenses engagées, « parce que cela lui plaît », puis ordonne d’accompagner le Français jusqu’à lui88. Plutôt qu’une obligation, la prise en charge des dépenses des ambassadeurs à l’étranger apparaît donc comme une faveur concédée gracieusement par le destinataire et dont la fréquence ne saurait faire oublier l’incertitude qui pèse sur son octroi.

  • 89 Voir pp. 156-157.
  • 90 « … Sia la vostra merçè, senyor, que vós me vullatz fer merçè de sso que m’és degut per vostres al (...)

29Les voix de certains représentants du roi s’élèvent pour indiquer les limites de ce mode de fonctionnement. C’est de la curie que parviennent le plus régulièrement à la chancellerie aragonaise les protestations émises par des ambassadeurs qui ne parviennent plus à faire face aux dépenses nécessaires, car leur provision initiale s’avère insuffisante et, surtout, leurs dépenses ne sont pas prises en charge par la papauté89. Les plaintes proviennent aussi des cours princières. Lorsque l’archidiacre de La Guardià Ramon de Montrós, ambassadeur de Jacques II en Castille et au Portugal, se trouve retenu à la cour de Ferdinand IV, probablement pour la préparation des rencontres royales de 1304, il demande au roi d’Aragon des lettres afin de pouvoir récupérer 3.000 sous de Barcelone auprès des localités de Calatayud, de Daroca et de Teruel. Il se trouverait sinon, explique-t-il, dans l’incapacité d’agir à la cour, car la dépense est telle qu’il ne peut la prendre à son compte sans la grâce du roi90. Les frais à la cour étrangère — dont le détail n’est pas précisé — excèdent donc les sommes allouées par le souverain qui reçoit.

  • 91 Voir pp. 142-152.

30Sauf à la curie avec laquelle l’échange est inégal, les ambassadeurs s’insèrent donc dans les différentes configurations des cours étrangères en bénéficiant généralement de logiques de réciprocité de l’échange diplomatique, grâce auxquelles ils se voient octroyer un logement et un pécule (provisió) pour leurs dépenses ordinaires. Mais ces pratiques d’hospitalité demeurent toujours dépendantes de la faveur de l’hôte démontrant sa générosité et ne permettent pas à elles seules aux ambassadeurs de subvenir à toutes leurs dépenses dans les cours étrangères, souvent élevées. La maintien d’un train jugé honorable, la négociation et, plus généralement, l’action politique à la cour ont en effet un coût élevé qui n’est pas pris en charge par les autorités locales. C’est à ce prix — malheureusement souvent impossible à définir91 — que les représentants du roi peuvent escompter être efficaces dans les cours et gérer avec succès le temps de leur séjour à l’étranger.

LE TEMPS À LA COUR : QUESTION D’ARGENT, ENJEU D’HONNEUR

  • 92 Rapport de Vidal de Vilanova, Bernat Peregrí et Guillem de Lacera, ambassadeurs à Avignon : « … E (...)

31Les ambassadeurs de Jacques II ne sont pas des hôtes « ordinaires » dans les cours qui les accueillent, car leur présence ne peut être que temporaire, leur adaptation à la configuration curiale ne se justifie, d’après leurs rapports, que dans la perspective de l’accomplissement du mandat qui leur a été confié. Par conséquent, ils doivent dans les cours non seulement affronter des intérêts adverses, mais aussi maîtriser le temps. Leur tâche s’avère en effet de plus en plus délicate à mesure que s’écoulent les jours, les semaines et les mois à l’étranger. Ils s’efforcent de conserver la dignité de leur mandataire, son honneur, mais l’allongement de leur séjour met ce dernier sans cesse plus en péril. Comme les sommes qui leur ont initialement été remises sont trop faibles, les représentants du roi doivent emprunter pour maintenir un train de vie digne, ils soulignent alors à dessein le danger qu’encourrait l’honneur de Jacques II s’ils étaient mis dans l’impossibilité d’effectuer les remboursements dans les délais impartis92.

  • 93 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, pp (...)

32Le manque d’argent n’est pas la seule menace qui pèse sur l’honneur du roi quand le séjour s’éternise, car le fait même de demeurer à la cour étrangère sans parvenir à un résultat favorable est interprété comme un revers cuisant pour leur mandataire. Ce risque existe essentiellement à la cour du roi de France et à la curie, puisque le séjour dans les autres cours est dans la plupart des cas trop bref pour que survienne le problème. L’exemple de l’ambassade menée en Avignon puis dans le royaume de France par le noble Ot de Montcada et le juriste Ramon Vinader est à cet égard emblématique. Ils partent en mai 1322 défendre les droits aragonais et majorquins sur Montpellier et d’autres territoires proches, ainsi que pour évoquer avec Charles IV un projet de mariage franco-aragonais93. Après avoir rencontré Charles de Valois, Ot se rend à Paris, mais la voie de négociation initialement prévue par Jacques II, la « voie du dialogue » (via collationis), doit finalement être abandonnée. Le noble catalan considère alors que sa présence en France n’est plus nécessaire. Au-delà de ce jugement de nature pragmatique sur l’état de la négociation, Jacques II ajoute une précision décisive dans une lettre adressée au roi Sanche de Majorque :

  • 94 « … Et ultra causas predictas per eum assignatas videtur nobis aliam subire causam urgentiorem, sc (...)

… Outre les raisons qu’[Ot de Montcada] a alléguées, il nous semble qu’il existe une raison plus urgente encore, à savoir qu’il ne convient pas à notre honneur d’avoir un ambassadeur aussi solennel qui se trouve aussi longtemps à la cour du roi de France pour l’examen de quelques affaires ; et il suffirait que Ramon Vinader, docteur en lois, demeure là-bas94.

  • 95 Ibid., f° 114v°[1] (16 octobre 1322, Barcelone).
  • 96 « Nam periculum est in mora » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 [AG], n° 50 [mai 1322, Barcelone] (...)

33Ce souci de l’honneur en péril n’est pas isolé, puisque Jacques II conditionne fréquemment la poursuite du séjour à la cour étrangère de ses ambassadeurs à la certitude que les négociations qu’ils mènent connaîtront une issue favorable. Cette exigence revêt dans les lettres du roi des formes proches de la maxime politique : « parce qu’il ne convient pas et il n’est pas à notre honneur que vous demeuriez à la cour » (quia non expedit nec noster honor esset, quod in curia remaneretis), écrit-il à son représentant à la curie Arnau Despujol95. En cas contraire, il y aurait danger pour son honneur. « Il y a péril à laisser courir l’affaire », rappelle Jacques II à Ot de Montcada confronté quelques années plus tard à une situation similaire96. Il faut en fait éviter à tout prix que les représentants du roi ne se retrouvent dans la position d’impétrants auxquels leurs demandes se verraient opposer un refus, car un tel déni mettrait à mal le statut du roi d’Aragon vis-à-vis de ceux avec lesquels il tente de négocier.

34La prise en charge de l’hébergement et des dépenses ordinaires constitue donc une pratique courante et réciproque entre les cours princières, qui facilite considérablement la circulation et le séjour des ambassadeurs. Dans ces conditions, qu’ils bénéficient ou non de cette faveur, les représentants de Jacques II s’intègrent dans leur cour de destination avec un mot d’ordre tacite, qui ne doit souffrir aucune atteinte : défendre l’honneur de leur mandataire contre le temps, lutter pour ne pas durer. Dans les instructions qui leur sont remises, dans la correspondance qu’ils entretiennent avec leur mandataire et les quelques chroniques qui évoquent leurs missions, ces principes déterminants demeurent néanmoins presque toujours au second plan. Ils sont en quelque sorte éclipsés par et orientés vers le même point focal essentiel, les rencontres avec le souverain étranger.

III. — DES RENCONTRES DIPLOMATIQUES RÉGLÉES ?

  • 97 J. Shepard et S. Franklin (éd.), Byzantine diplomacy ; D. Nerlich, Diplomatische Gesandtschaften z (...)
  • 98 Liutprand de crémone, Ambassades à Byzance.
  • 99 J. M. Nieto Soria, Ceremonias de la Realeza, pp. 133-143 ; Á. Fernández de Córdova Miralles, La co (...)

35La recherche d’éventuelles règles encadrant le déroulement de ces rencontres dans les cours royales occidentales se heurte d’emblée à un obstacle de taille : l’absence pour le règne de Jacques II de sources normatives comparables au cérémoniel byzantin ou à la législation progressivement édictée par Venise à la fin du Moyen Âge97. De surcroît, à la différence des récits de voyages qui ont pu être utilisés pour l’analyse des rites d’hospitalité et de rencontre dans les cours — il suffira ici d’évoquer la célèbre Relatio de legatione constantinopolitana dans laquelle l’évêque Liutprand de Crémone narre avec enthousiasme puis dépit ses deux ambassades à Byzance au Xe siècle98 —, les documents disponibles font peu de cas des rituels ou des cérémonies liées aux audiences accordées aux ambassadeurs, peut-être parce que les différences entre les cours occidentales ne sont pas jugées dignes d’être mentionnées. Cette relative discrétion, qui tranche avec la profusion de détails relative aux conversations avec les princes, ne permet guère de développer des analyses approfondies sur leur caractère cérémoniel99.

  • 100 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Cet ouvrage a suscité d’importants débats chez (...)

36Néanmoins, les rencontres avec les souverains étrangers comportent visiblement des passages, des gestes, des formalités et des façons d’agir reconnaissables et parfois obligées. Rois, princes, ambassadeurs et publics des audiences usent de ce répertoire, ils l’interprètent, doivent composer avec des règles que l’on peut qualifier en première approximation de « non écrites » (Gerd Althoff)100, puisque, de même que les principes de réciprocité économique entre les cours évoqués précédemment, leur existence peut seulement être inférée à partir des actes de la pratique. Les ambassadeurs en font l’expérience essentiellement à trois moments-clefs : l’accueil par le souverain, l’échange de cadeaux, la manifestation de l’accord ou du désaccord. Leur examen successif, préalable à l’étude des conversations menées par les ambassadeurs avec les souverains étrangers (chapitre viii), a pour but de caractériser ces événements essentiels de l’échange diplomatique, leur degré de variabilité, la signification que leur attribuent les contemporains et la marge de manœuvre dont disposent les ambassadeurs à leur égard.

L’ACCUEIL DES AMBASSADEURS

  • 101 ACA, C, reg. 337, ffos 310v°-311v°[3].
  • 102 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 95, n° 11151.
  • 103 Ibid.

37Les modalités et les enjeux de la réception des ambassadeurs dans une cour étrangère seront ici d’abord appréhendés à travers l’étude de la mission très bien documentée que mène Arnau de Torrelles à Naples et en Sicile. D’après les instructions et les lettres de créance en date du 15 mars 1317 qui lui sont remises, Arnau, chevalier, conseiller et familier du roi, est chargé de formaliser à l’aide de légats pontificaux une trêve de trois ans entre Robert d’Anjou et Frédéric III101. L’ambassadeur retrace le déroulement de leur mission à Naples dans un premier rapport adressé à Jacques II, daté du 17 mai 1317102. À leur arrivée, avant de se rendre à leurs « résidences » (hostals), Arnau et les légats du pape présentent leur révérence au roi angevin. Ils sont « assez bien » (assatz bé) accueillis par le souverain, qui demande au Catalan des nouvelles de la santé des membres de la famille royale aragonaise. L’ambassadeur informe Robert d’Anjou qu’il doit lui présenter une mission que lui a confiée Jacques II, mais le monarque reporte la première entrevue de travail au vendredi suivant. Les ambassadeurs se retirent donc dans leurs hostals, puis un écuyer du roi vient le vendredi matin… leur signifier le report de la rencontre. Arnau est enfin reçu le lendemain en audience par le roi, il lui donne sa lettre de créance, puis prononce le texte de ses « chapitres » (capitula), c’est-à-dire des articles de sa mission (legatio). Il revoit ensuite Robert plusieurs fois, sans parvenir néanmoins à obtenir une réponse claire sur les intentions de ce dernier au sujet de la conclusion d’une trêve avec les Aragonais de Sicile. Sans précision de date, l’ambassadeur indique également dans une cédule attachée à cette lettre qu’il a été fort bien reçu par la reine, le prince, le duc et la duchesse103.

  • 104 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 84, n° 10286, éd. H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 159, ici (...)
  • 105 « … E aquí fuy molt bé aculit e ab gran honor per lo seyor rey e per sos barons e cavalers e honra (...)

38Dans un deuxième rapport, daté du 22 juin 1317 à Messine, Arnau de Torrelles relate à Jacques II son voyage en Italie et son accueil par la cour de Frédéric III104. Arrivé près de Messine où se trouve le roi de Sicile, il fait parvenir à ce dernier une lettre pour l’informer de sa venue et lui demande un navire pour pouvoir le rejoindre. Un portier de cette ville vient le chercher avec un « vaisseau » (vexell) et ils parviennent au port le 4 juin. Il est, écrit-il, très bien accueilli et avec grand honneur par le roi, ses barons, ses chevaliers et « hommes honorables » (honracz homens). Arnau de Torrelles remet ensuite au roi les lettres (sans doute de créance) que lui a confiées Jacques II d’Aragon ; Frédéric les lit, l’ambassadeur dit ce qu’il a à lui dire, puis lui enjoint d’aller chercher les légats pontificaux qui attendent près de Messine. Le frère du roi, le maître de la justice de Sicile, d’autres barons, chevaliers et hommes d’honneur vont à leur rencontre et les amènent devant le souverain. Ils sont à leur tour très bien accueillis, avec grand honneur, à la fois par le roi, les archevêques, évêques et autres gens de la terre de Sicile, si bien que les légats se déclarent satisfaits de la réception qui leur est faite105.

  • 106 Cas, par exemple, des instructions de Jiménez de Tovia, qui se rend au Portugal pour faciliter le (...)
  • 107 « … Primerament, com seran ab lo rey de Ffrança, saluden-lo molt de part del rey d’Aragó ab belles (...)

39Les modalités d’accueil et de rencontre avec le souverain présentent donc dans les deux cours visitées par cette ambassade de fortes similitudes. Celles-ci ne sont pas propres à la seule mission Arnau de Torrelles, mais caractérisent le parcours d’un grand nombre de représentants de Jacques II. Les ambassadeurs doivent en premier lieu faire leur révérence au souverain. Cette entrevue de courtoisie constitue une obligation de politesse qui peut être distincte de la première entrevue « de travail » diplomatique à laquelle les ambassadeurs sont fréquemment convoqués. Lorsqu’ils exposent leur mission pour la première fois, les représentants du roi d’Aragon suivent alors d’ordinaire une trame identique, parfois notifiée dans leurs instructions où figure le scénario préétabli de ce qu’ils doivent effectuer à leur arrivée. Comme de nombreux autres ambassadeurs au Moyen Âge, ils commencent habituellement par saluer le(s) destinataire(s), donnent ensuite éventuellement des nouvelles de la santé de leur(s) mandataire(s), puis présentent leur accréditation, avant d’exposer leur mission (propositio) et, parfois, de dialoguer avec le prince106. Toutefois, les représentants du roi ne doivent pas, dans ces phases d’entrée en matière, se contenter de reproduire des gestes et de prononcer des paroles toujours identiques. Il leur faut plutôt assimiler ce canevas pour l’interpréter du mieux possible. Joan Borgunyó et Tomàs de Prócida, envoyés en 1304 par Jacques II auprès de Philippe le Bel pour des tractations matrimoniales et afin de régler le contentieux sur le Val d’Aran, doivent ainsi d’après leurs instructions saluer le roi et la reine de la part de Jacques II avec des « paroles belles et appropriées » (belles e covinents paraules), celles que leur discernement jugera les meilleures… et qui ne sont pas transcrites dans la documentation qu’ils emportent avec eux107.

  • 108 Les instructions de Tomàs de Prócida pour sa mission auprès de Charles II mentionnent seulement la (...)
  • 109 « … E an me bé acuyllet e ab molta d’onor ab tanta que totes sobres són que a molt meylor hom que (...)

40Cependant, de très nombreuses instructions aux ambassadeurs demeurent silencieuses ou allusives sur les premiers pas et les premiers mots à l’audience. Cette discrétion tient à la forme de certains de ces documents — des listes ordonnées de capitula (« chapitres ») qui rappellent seulement les buts de l’ambassade —, et, de manière plus générale, au fait que le salut, l’échange de nouvelles sur la santé des princes et la présentation de l’accréditation vont de soi. La règle est connue, il n’est nul besoin de la rappeler au préalable dans des instructions qui entrent souvent directement dans le vif du sujet, la proposició que l’ambassadeur doit présenter et défendre108. En revanche, l’importance prêtée aux premiers moments de la rencontre est grande dans les rapports des ambassadeurs, qui prennent très souvent le soin de fournir à leur mandataire un jugement d’ensemble sur l’accueil dont ils ont bénéficié. Il est en fait considéré comme une mesure de l’honneur accordé à leur personne et, partant, à leur mandataire. Lorsqu’ils estiment que l’accueil a été bon — c’est le cas le plus fréquent —, les ambassadeurs interprètent cette réussite dans le sens d’un surcroît d’honneur pour le roi d’Aragon, un gain symbolique jaugé à l’aune des démonstrations effectuées à leur égard. Ainsi, lorsque l’ambassadeur est d’un rang élevé ou lorsque l’on veut honorer le souverain qui l’envoie, il est accompagné sur le territoire de l’hôte par des hommes de rang, accueilli par le roi en présence des hommes importants du pays. Il est à ce titre significatif que Frédéric III reçoive Arnau de Torrelles avec les nobles du royaume, alors qu’Arnau estime dans une protestation quelque peu rhétorique que l’honneur qui lui a été fait par des membres de la famille royale angevine est presque excessif109. Un bon accueil honore aussi celui qui reçoit. Bernat de Sarrià dépeint ainsi à Jacques II l’accueil que lui ont réservé Charles II, la reine Marie, l’infant Robert et le prince de Tarente en juin 1308 :

  • 110 « … Podem vos dir bé aytant, senyor, que per honor vostra e goig que agren de la amor e gens vostr (...)

… Nous pouvons bien vous dire, seigneur, que pour votre honneur et pour la joie que vos gens en éprouveront par amour de vous, nous avons été si bien accueillis et reçus, et traités si honorablement par le seigneur roi Charles et par madame la reine et par le duc et le prince, que jamais aucun homme ne put être mieux arrivé ni être mieux accueilli en aucun lieu110.

  • 111 Les chroniques contemporaines examinées demeurent relativement discrètes à ce sujet. Ramon Muntane (...)
  • 112 Ibid., p. 724.

41La cour étrangère n’est plus ici seulement un lieu dont il faut maîtriser le temps, elle devient un véritable locus amœnus, tout à l’honneur du prince qu’elle entoure. En somme, dans un cadre obligé de politesse qui paraît — peut-être de façon trompeuse — d’autant plus simple que les gestes et les cérémonies n’apparaissent guère dans les correspondances111, l’accueil réservé par le roi à l’ambassadeur constitue une première mise à l’épreuve de ses capacités oratoires et de sa dignité, en même temps qu’une occasion pour celui qui reçoit de démontrer sa générosité et de manifester son intention. Moment de gain, d’exaltation et de consolidation réciproques de l’honneur et de la réputation des princes concernés, la bonne réception à la cour et l’accueil favorable à l’audience sont par conséquent interprétés comme un signe tangible du bon état de leurs relations. Il est probable que la prise de congé par l’ambassadeur possède une signification proche, mais la documentation ne fait qu’exceptionnellement état de cette phase — pour rappeler son caractère obligé et dénoncer le scandale d’un départ sans adieu112.

AMBASSADES ET CADEAUX

  • 113 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 94-95, 164-165 et 203-207 ; M. Á. Ochoa Brun, Histori (...)
  • 114 Pour une orientation sur l’usage de la notion de don, formulée par Marcel Mauss dans son Essai sur (...)
  • 115 J. E. Martínez Ferrando, La Cámara Real en el Reinado de Jaime II.

42Comme la première réception à la cour étrangère et la prise de congé, l’échange de présents semble de prime abord constituer lui aussi une règle tacite de l’échange diplomatique113. Les ambassadeurs emmènent des cadeaux de leur mandataire au destinataire et ce dernier leur remet fréquemment un don lorsqu’ils quittent sa cour. Quelle signification accorder à une telle circulation de biens et d’argent ? Les sources disponibles doivent ici être maniées avec précaution, parce que de nombreuses mentions de cadeaux envoyés par le roi d’Aragon à des souverains étrangers ou à des membres de leur cour ne précisent pas les contextes dans lesquels s’effectuent les dons114. Les inventaires des mouvements du trésor de la chambre royale publiés par Jesús Ernesto Martínez Ferrando ne permettent pas de distinguer si les cadeaux ont eu lieu lors de rencontres royales, s’ils ont été remis par un simple porteur du roi d’Aragon ou bien s’il s’agit de cadeaux réellement présentés par des ambassadeurs de Jacques II115. La restriction drastique du corpus des cadeaux d’ambassade invite alors à les resituer dans une logique plus large : celle de l’échange de cadeaux entre les cours, dont ils ne constituent qu’une partie. En l’absence d’une étude générale sur le sujet, les pages qui suivent ont donc pour objectif principal de déterminer les usages par les ambassadeurs de l’échange de cadeaux et la signification qui leur est prêtée, ainsi que de formuler quelques pistes de réflexion sur une pratique générale de la circulation des cadeaux entre cours qui mériterait de plus amples développements.

  • 116 Lettre de remerciement de Jacques II à Frédéric III pour des grata et pulcra jocalia remis par ses (...)
  • 117 Parmi de nombreux cadeaux destinés à la cour du roi du Portugal, Ramon de Cardona emmène une selle (...)
  • 118 Un cheval d’une valeur exceptionnelle de 5.000 sous de Barcelone est ainsi envoyé par Jacques II a (...)
  • 119 Voir infra.
  • 120 Les tissus non ouvragés constituent un cadeau classique entre les cours, leur mention abonde dans (...)
  • 121 ACA, C, reg. 235, f° 167v°[3] (16 décembre 1312, Naples). Sur le poète : M. de Riquer, Obras compl (...)
  • 122 J. E. Martínez Ferrando, La Cámara Real en el Reinado de Jaime II, p. 208.
  • 123 À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, doc. 37, pp. 304-307 (8 se (...)
  • 124 E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. I, p. 31, notice 115 (avril 1302, remboursement par (...)
  • 125 Lettre du roi de Majorque à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 159 [ES], n° 1520 [27 avril (...)
  • 126 E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. I, notice 1197, p. 272.
  • 127 À. Masià de Ros, La Corona de Aragon y los estados del norte de África, doc. 119, p. 400.

43Le roi d’Aragon envoie par l’intermédiaire de ses ambassadeurs des cadeaux fort variés, pour l’essentiel en nature. Il peut s’agir pour les souverains occidentaux de joyaux116, d’armes, de pièces de harnachement117, souvent de montures118 et de faucons119, plus souvent encore de pièces de tissus non ouvragées de provenances et de qualités très diverses120, exceptionnellement de livres. Jacques II ordonne ainsi à Arnau Messeguer de remettre au jongleur Comino l’un des deux ouvrages effectués par le poète Cerverí de Girona, ou bien même l’unique exemplaire disponible, afin qu’il soit apporté au duc Robert de Calabre121. Des cadeaux ouvragés sortent également avec régularité du trésor de la chambre du roi, comme en témoignent les ordres donnés aux membres de la dynastie Messeguer qui en ont la charge122 et plus encore les cédules qui accompagnent la remise de cadeaux par les ambassadeurs de Jacques II à des souverains musulmans. Au terme d’une lettre qui accrédite deux de ses ambassadeurs auprès du sultan d’Égypte, Jacques II ajoute ainsi qu’il lui envoie « en signal d’amour et d’amitié », comme il a pensé que cela lui ferait plaisir, quelques joyaux « de [sa] terre » (de nostra terra), dont la liste figure dans une cédule jointe : trois faucons gerfauts blancs, deux pièces de presset vermeil, deux pièces de vair de Châlons, deux pièces de draps bleus de Châlons, douze paynes de vair, douze pièces de toiles de Reims, qui proviennent tous de la maison et de la dépense du roi d’Aragon123. Des cadeaux sont aussi soutirés à des proches de Jacques II : Ramon de Vilanova doit remettre au roi un cheval d’une valeur de 3.000 sous de Barcelone, le trésorier Pere Marc l’apporte ensuite au sénéchal de Provence124. On sollicite également les souverains amis, notamment le roi de Majorque pour les faucons des îles Baléares dont raffolent les membres des cours hispaniques — Jacques II d’Aragon en demande pour les offrir au roi de Castille, mais n’obtient en avril 1306 qu’une réponse dilatoire125. Certains cadeaux sont même conçus spécifiquement pour leur destinataire. Un écu et une selle sont ainsi fabriqués pour l’infant Juan Manuel. Ce dernier exemple témoigne à la fois du soin apporté au choix de ces objets et de la différenciation des pratiques selon les missions126. Lorsque les enjeux sont importants, lorsque les usages des cours étrangères diffèrent sensiblement, le pouvoir royal bénéficie de conseils explicites émis par des individus susceptibles de discerner les horizons d’attente des destinataires. Le consul des Catalans à Tunis précise ainsi à Jacques II la liste des cadeaux — faucons gerfauts, différentes pièces de tissus — que le roi serait bien avisé d’offrir au sultan à l’occasion de sa prochaine ambassade. Un tel choix ne saurait s’opposer aux intérêts du roi. Bien au contraire, il placerait le sultan dans de bonnes dispositions et le conduirait par conséquent à offrir en retour au souverain aragonais des joyaux dont la valeur permettrait sans difficulté un amortissement de l’investissement en munificence effectué par Jacques II127.

  • 128 La présence d’un signum royal sur des cadeaux remis aux étrangers apparaît dans les inventaires de (...)
  • 129 « … Primerament, con serà vengut davant lo rey de França, salut lo molt de part de son cusí lo rey (...)

44Dès lors, la remise par l’ambassadeur d’un cadeau à un souverain étranger, plutôt que la simple expression du respect de règles homogènes dans un code curial tacite, véhicule une intention, constitue pour le donataire comme pour le destinataire un instrument qui doit permettre d’évaluer, de reconduire et même d’infléchir l’état des relations politiques entre des cours. En particulier, l’inscription du signum du donataire, pratique avérée de manière certaine pour les cadeaux effectués par Jacques II et très probable pour les cadeaux étrangers qui lui sont remis, signifie que le cadeau est un don d’une partie des possessions personnelles du donataire, elle rappelle matériellement qu’un transfert de biens a été effectué128. La prise en considération des objets offerts en cadeau par les ambassadeurs s’avère cependant ici à elle seule insuffisante, car elle permet seulement d’assigner a posteriori une valeur symbolique aux dons effectués. Pour aller plus loin dans l’analyse, il faut plutôt essayer de discerner l’interprétation et les usages que les contemporains font des cadeaux d’ambassade. Les sources sont ici parcellaires, mais particulièrement éclairantes. Jacques II, qui a appris au début de l’année 1304 la venue de Philippe le Bel près de ses frontières, décide de lui envoyer le chevalier Ponç de Mataró et son conseiller Ramon Saguardià. Le roi d’Aragon, d’après les paroles que doit prononcer Ponç de Mataró, se réjouit de l’arrivée du Capétien. Si certains produits de ses terres lui plaisent, il doit le dire à Ponç et faire comme s’ils provenaient de ses propres terres. Jacques II éprouvera un grand honneur et un grand plaisir à lui complaire et à les lui acheter129. Ce présent, que Jacques II entend faire remettre à Philippe le Bel par Ponç de Mataró, constitue selon les instructions séparées envoyées à Ramon Saguardià un « signe d’amour et de paix » (senyal d’amor et de pau) entre les deux rois, le prélude à une proposition audacieuse de médiation aragonaise entre le Capétien et la papauté. Bien que l’on ignore si le présent a effectivement été remis, le cadeau que l’ambassadeur doit donner apparaît ici chargé d’une signification politique forte pour le mandataire, il constitue un instrument qui, avec d’autres, doit orienter favorablement les décisions du souverain étranger.

  • 130 Lettre de l’infant Juan Manuel à Jacques II « … E los dos ffalcones gerriffaltes que me embiastes (...)

45De tels cadeaux recèlent un sens qui ne va pas nécessairement de soi et les destinataires reçoivent parfois en accompagnement des clefs interprétatives qui permettent de les apprécier à leur juste valeur. Pier Janer, un écuyer de Jacques II, remet ainsi à l’infant Juan Manuel un faucon gerfaut de très bonne qualité — un autre rapace de la même espèce est malheureusement mort en chemin. Jacques II les a envoyés en expliquant qu’il préférait que l’infant s’y connaisse en matière cynégétique plutôt que dans les affaires militaires. Il précise de surcroît que, s’il en possédait, il lui enverrait des rapaces encore meilleurs. Juan Manuel lui répond qu’il le croit et que c’est précisément pour cette raison qu’il chasse tant et guerroie si peu. Il souhaite lui envoyer des chevaux en retour, mais ne peut pour l’heure accomplir ce désir130. Faire un cadeau diplomatique, c’est donc ici tenter d’infléchir la volonté du destinataire à la fois par un présent matériel qui réponde à un horizon d’attente entre les cours, et par la signification que le mandataire lui assigne. Une fois accepté et doté du sens qui lui a été imposé, le présent provoque une proposition de cadeau en retour qui doit témoigner du bon état des relations entre Juan Manuel et Jacques II.

  • 131 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. XXXVIII, pp. 79-80 (4 août 1 (...)
  • 132 « … De quorum misione et precipue dicti ensis quem tanto cariorem tantoque magis amabilem nostris (...)

46Afin d’accroître l’impact sur le destinataire, la remise d’un cadeau par un ambassadeur à un souverain étranger peut aussi jouer sur le registre des émotions. Une telle méthode transparaît dans les lettres de remerciements adressées à Jacques II par les destinataires des présents. À la suite d’une ambassade menée en 1304 par Jaspert de Castellnou dans le but de renouveler l’amicitia qui existe entre Jacques II et son frère Frédéric III de Sicile, ce dernier répond au roi d’Aragon qu’il a reçu ses lettres, avec une affection fraternelle et même filiale. Le don d’une épée et d’autres joyaux a, écrit-il, provoqué chez lui une réelle joie. Il a notamment éprouvé un très grand plaisir lorsqu’un membre de la chambre du roi, Mateu de Puigblanc, lui a remis l’épée et qu’il l’a prise dans ses mains. La lettre de son frère Jacques II lui a de surcroît appris que cet objet avait appartenu à leur père Pierre III d’Aragon, et que ce dernier l’avait tenu en affection particulière au cours de sa vie131. Frédéric III remercie alors le roi d’Aragon avec emphase. Il chérit et apprécie autant ce cadeau que la fermeté et la renommée de leur roi et père attestent de sa grande bonté ; lorsqu’il l’examine, l’épée lui remet en mémoire la pensée de l’amour et de la fermeté de son maître, et il ne pourra par conséquent sa vie durant jamais cesser d’en rendre grâce à Jacques II132. Afin de consolider l’alliance qu’il doit renouveler avec Frédéric III, le roi d’Aragon utilise donc un cadeau dont la symbolique, politique et familiale, doit également susciter l’émotion du destinataire. Symbole d’un pouvoir partagé dans la couronne d’Aragon depuis le testament de Pierre III, mais aussi synecdoque du père disparu, l’épée de Pierre sert stratégiquement de rappel à Frédéric III du lien indissoluble qui unit les deux frères. À lire la lettre du roi de Sicile, l’objet remplit parfaitement sa fonction, puisque le sentiment d’amour filial provoqué chez Frédéric III se traduit aussi par le fait qu’il s’adresse à Jacques II comme à un père (vobis ut patri). En somme, même si l’on ignore évidemment la réalité des émotions éprouvées in vivo par Frédéric III, la remise par l’ambassadeur d’un cadeau particulièrement bien choisi contribue à inscrire un peu plus la correspondance politique dans le registre familial et émotionnel. Plus qu’un simple symbole, l’épée favorise et rend inévitable tout autant qu’elle signifie le renouvellement de l’amicitia entre Jacques II et Frédéric III. Les cadeaux remis par les ambassadeurs s’apparentent donc parfois à de véritables instruments de conviction, dont l’usage demeure néanmoins largement déterminé au préalable, fixé par écrit. Le rôle de l’ambassadeur consiste alors sans doute essentiellement à choisir les circonstances les plus opportunes pour effectuer le présent, mais l’information fait ici défaut pour aller plus avant dans la démonstration.

  • 133 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, p. 243.
  • 134 ACA, RP, MR 624, f° 111r°-v° (liquidation devant le mestre racional des comptes de Jaspert de Cast (...)

47En retour, les présents remis aux ambassadeurs sont-ils également porteurs d’un discours politique à destination du souverain mandataire ? Les sources examinées demeurent presque muettes sur les cadeaux donnés aux ambassadeurs de Jacques II par les souverains étrangers, mais la pratique est néanmoins attestée pour les missions en Angleterre. Berenguer Folcra et Pere Oliver, deux franciscains qui ont servi comme ambassadeurs de Jacques II devant Édouard II, reçoivent chacun, le 20 février 1326, 10 marcs de la garde-robe royale anglaise, alors qu’un autre envoyé aragonais, Ramon Ysernid, repart avec dix livres de l’Échiquier133. De même, les renseignements sont peu nombreux sur d’éventuels cadeaux envoyés en retour au souverain aragonais, à l’exception des ambassades dépêchées en terres d’Islam. Les représentants de Jacques II auprès des souverains musulmans inscrivent en effet dans leurs comptes les cadeaux qui leur sont remis. Cette transcription a pour but de contrôler au retour la destination des cadeaux et de faire le départ entre ceux qui sont destinés au roi et les présents remis à l’ambassadeur. À l’issue d’une mission auprès du sultan du Maroc, des ambassadeurs repartent ainsi avec 7.000 pistoles d’or, des joyaux, cinq chevaux barbaresques, cinq autres montures, sept épées garnies d’argent avec un tissu de soie et une grande tente (tenda) ronde ouvragée. Toutefois, il demeure en ce cas difficile de déterminer la part du tribut que le sultan doit au roi de celle du cadeau134.

  • 135 Par exemple pour le messager de l’émir de Grenade Assat, gratifié de 200 sous de Barcelone par un (...)
  • 136 Le trésorier Bernat de Sarrià reçoit l’ordre de remettre 200 sous de Barcelone à l’ambassadeur por (...)
  • 137 Alfonso Miguel, messager du roi de Castille, reçoit ainsi 100 sous de Barcelone pour repartir en C (...)
  • 138 ACB, Extravagantes, Patrimoni Reial, Llibre de comptes de la reina 1320-1321, f° 45v°[1] (1er mars (...)
  • 139 Ibid., f° 35v°[3] (1er décembre 1320). Outre ces vêtements, les ambassadeurs reçoivent respectivem (...)

48En revanche, les cadeaux remis par le roi d’Aragon aux ambassadeurs venus lui rendre visite ont laissé des traces plus précises. Dans plusieurs ordres de paiement adressés au trésorier, les exposés des motifs précisent en effet que le roi effectue une concession, souvent gracieuse (cum de gratia concessimus)135, parfois même une grâce spéciale à un ambassadeur étranger136. Si un mobile est mentionné pour justifier un tel exercice de la bienveillance du souverain, il s’agit d’une aide au retour ou au transport, ce qui permet par conséquent de distinguer nettement ce débours royal de la prise en charge des dépenses des ambassadeurs étrangers à la cour et d’autres faveurs exceptionnelles137. Un tel exercice de la bienveillance n’est pas le privilège du seul roi. Les registres du trésorier de la reine Pere Tripó contiennent de nombreuses gratifications d’ambassadeurs étrangers, en particulier pour les représentants de Chypre dont la quatrième épouse de Jacques II est originaire. Sur ordre de la reine qui prend aussi en charge leurs déplacements à travers les territoires de la Couronne138, ces ambassadeurs reçoivent vêtements et gratifications en argent139. Bien que l’on ne dispose pas de source explicite sur le moment où ces dons sont effectués, ces éléments rendent donc plausible l’hypothèse d’un pouvoir royal aragonais qui suivrait ici une pratique déjà observée ailleurs en Occident à la fin du Moyen Âge : la remise d’un présent à l’ambassadeur à son départ.

  • 140 « Ítem done a en Cello de Agnello missatger del comú de Pisa una copa d’argent que el senyor li ma (...)
  • 141 ACA, C, RP, MR 276, f° 92r°-v°.

49La gratification en numéraire prédomine de manière écrasante dans les quelque 60 mentions de présents à des ambassadeurs (tableau 16, pp. 286-287). Le roi ordonne aussi de leur remettre des vêtements, des montures (mules ou chevaux), toutes choses utiles pour un bon retour. L’offre de coupes d’argent dont bénéficient des ambassadeurs de Pise en 1325 demeure exceptionnelle et vise probablement à manifester le partage de la commensalité royale et une grande bienveillance à l’égard de l’ambassadeur140. De même que pour les courriers étrangers, mais avec des sommes bien supérieures, la gratification varie ici selon la puissance du souverain mandataire, la durée du parcours, le rang de l’ambassadeur, mais aussi les circonstances politiques. Lorsque la délégation du duc d’Autriche Frédéric vient en 1313 chercher Isabel, une des filles de Jacques II, afin qu’elle parte en terres d’Empire épouser le duc, le roi d’Aragon couvre de gratifications l’ambassadeur et les membres de sa suite : cinq chevaux, 1.500 sous de Barcelone, trois hanaps d’argent et une mule leur sont remis avant qu’ils ne partent141.

  • 142 « E diu aquest escuder de don Johan que la Regina de Castela dòna moltes joyes als missatges del R (...)

50Loin d’être une simple obligation, la remise d’un présent permet donc au roi d’exprimer de manière graduée sa munificence à l’égard d’un ambassadeur étranger. On comprend dès lors l’attention que peuvent porter les représentants du roi d’Aragon dans leurs rapports à ce type de dons, car ils constituent eux aussi un signe, une démonstration de la disposition du prince à l’égard des missions qui lui sont adressées. Bernat de Sarrià informe ainsi en 1301 le roi d’Aragon que de nombreux bijoux ont été remis par la reine de Castille à des messagers du roi de France142. Offrir un cadeau à un souverain étranger et gratifier les ambassadeurs constituent donc des pratiques courantes entre les cours, instrumentalisées par les différents acteurs — les souverains essentiellement — afin de signifier et de modifier l’état d’une négociation ou des relations politiques existantes. Cette instrumentalisation, qui fournit une marge de manœuvre réelle aux acteurs de la scène diplomatique et va au-delà de l’expression sur un plan symbolique de la réciprocité des concessions attendues, s’inscrit néanmoins dans une double logique générale qui reste encore largement à explorer : l’échange d’honneurs réciproques entre les cours et la diffusion de la gratia du souverain aragonais, qui excèdent toutes deux les seules affaires diplomatiques.

LA SIGNIFICATION DU DÉSACCORD : L’ÉCLAT ET LE NOTAIRE

  • 143 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », pp. 309-310, passim. Sur l’évolution des modalités d (...)
  • 144 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », passim ; S. Péquignot, « Interponere partes suas ».
  • 145 S. Péquignot, « Enantar a tractar ».

51Dans certaines missions, les ambassadeurs du roi doivent manifester l’engagement de leur mandataire, son accord, ou, au contraire, son désaccord, la rupture avec le destinataire. De même pour que leur réception et l’échange de cadeaux, leurs interventions revêtent alors des formes qui puisent dans un répertoire de gestes, de prises de paroles et de processus susceptibles d’être compris, validés et interprétés par l’ensemble des protagonistes. Ainsi prêtent-ils serment sur les Évangiles pour engager la parole de leur mandataire lorsqu’ils doivent en son nom contracter un mariage ou passer un accord de paix143. Cependant, le serment n’offre pas à lui seul une garantie suffisante pour signifier l’engagement. Il est toujours effectué devant un notaire qui certifie que les ambassadeurs disposent d’une procuration valable de leur roi144. De même, à l’ouverture de négociations, le fait de pouvoir jurer sur l’âme de son mandataire (in anima sua) est accepté uniquement si une procuration atteste par écrit de la validité de cet acte145.

  • 146 Jacques II envoie par exemple un chevalier porteur d’une lettre de défi au roi de Castille Ferdina (...)
  • 147 « … Cataldus Ruffus unus ex nunciis in hec verba prorupit : O vos omnes, qui transitis per viam, a (...)
  • 148 Les ambassadeurs se revêtent parfois de noir pour signifier un deuil, adoptant un code visuel immé (...)
  • 149 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter, pp. 256, 272-274, passim.

52À la différence des prestations de serment qui conduisent à engager la parole et l’honneur du roi, la rupture d’un engagement ou la signification d’un désaccord sont mentionnées de manière moins codifiée et avec force détails dans les sources disponibles. Les chroniques de l’époque évoquent à ce sujet le recours par les ambassadeurs de Jacques II et les autres ambassadeurs à diverses méthodes. Ils peuvent présenter une lettre de défi (diffidatio) en cas de rupture, ou bien enfreindre les règles de politesse mentionnées auparavant, par exemple en partant de la cour sans prendre congé de leur hôte146. Le récit que brosse Niccolò Speciale d’une ambassade sicilienne devant Jacques II est plus spectaculaire encore. Selon le chroniqueur sicilien, lorsque le roi d’Aragon signifie en 1294 aux représentants de l’île qu’il abandonne celle-ci à son sort, l’ambassadeur Cataldus Ruffus, bientôt imité par tous les syndics siciliens, déchire alors ses vêtements, puis la délégation emplit de douleur et de lamentations la salle où se trouve Jacques II, déplorant avec forces démonstrations le caractère inouï de l’abandon par le roi de ses vassaux aux mains de l’ennemi, c’est-à-dire du pape et des Angevins. Ils réitèrent leur imploration au secours, mais Jacques II demeure inflexible. Afin de lever le doute, les ambassadeurs font alors rédiger un instrument public selon lequel c’est bien le roi qui abandonne les Siciliens, non pas l’inverse. Puis ils se vêtent de noir en signe de deuil et repartent à travers mille dangers en Sicile147. À la lecture de ce récit favorable aux Siciliens, la signification d’un désaccord par un ambassadeur présente un fort caractère théâtral, où la manifestation visuelle de la douleur — vêtements déchirés, port de la couleur noire souvent employée dans la communication symbolique entre les cours148 — s’accompagne d’éclats de voix éloignés du ton mesuré qui préside d’ordinaire aux rencontres diplomatiques. L’emploi de telles manifestations émotionnelles pour signifier un désaccord rejoint en ce sens les analyses de Gerd Althoff sur la communication politique au Moyen Âge central149. Cependant, les exemples demeurent durant le règne de Jacques II trop isolés pour en conclure comme l’historien allemand à un contrôle rationnel de la démonstration des émotions, et le caractère orienté des chroniques incite aussi à la prudence dans l’interprétation.

  • * Abréviations spécifiques utilisées : dj = denier de Jaca ; sb = sou de Barcelone ; t = tournoi d’a (...)

TABLEAU 16. — Gratifications et cadeaux remis aux ambassadeurs étrangers sur ordre du roi d’Aragon*

TABLEAU 16. — Gratifications et cadeaux remis aux ambassadeurs étrangers sur ordre du roi d’Aragon*

Sources
ACA, C, reg. 260-266 ; ACA, RP, MR 262-273, 276, 278, 279, 280, 291 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 156 [ES], n° 1297

  • 150 Sur la typologie des protestationes, voir pp. 85-86.
  • 151 Le dossier se compose d’un échange épistolaire entre le roi d’Aragon et Sanche, d’un pouvoir de pr (...)
  • 152 Ibid., f° 4r°.
  • 153 « … /E si ab ell pot obtenir del dit elongament, no enant a protestar ne a als mas que s’en torn /(...)
  • 154 « … Si no l’atorgà, diga lo dit en Bernat : “donchs senyor jo us he a dir e a protestar davant vos (...)

53La documentation de la chancellerie royale aragonaise invite plutôt à poser un autre regard sur les modalités d’expression du désaccord diplomatique. Lorsque les représentants siciliens font consigner par écrit leur désaccord, ils recourent en fait à une pratique couramment employée par les ambassadeurs de Jacques II, l’utilisation ou la production de « protestations » (protestationes) qui manifestent la dissension avec le souverain rencontré ou le refus d’une décision imposée sous la contrainte150. Le procédé est fréquent dans les relations avec le royaume de Majorque. En 1318, à la suite de la mort de l’infant Ferdinand, le roi Sanche informe ainsi Jacques II de sa volonté de régler la succession sur le trône qu’il occupe dans le cas où il décéderait sans descendance directe. Le roi d’Aragon s’y oppose avec véhémence et envoie pour le signifier à la cour majorquine de Perpignan un conseiller de confiance, le chevalier Bernat de Fonollar151. Selon ses instructions, celui-ci doit présenter sa lettre de créance à Sanche, rappeler l’objet du contentieux et demander au roi de Majorque de ne faire aucune declaratio sur l’affaire de la succession152. Les instructions précisent ensuite l’attitude à adopter en fonction des différentes réactions possibles de Sanche. S’il donne son accord, Bernat doit partir sans effectuer de protestation. En revanche, si le roi de Majorque persiste dans sa volonté, il doit lui demander de faire venir un notaire et, en cas de refus, utiliser celui qu’il emmène avec lui pour effectuer le protest dans la chambre du roi et en présence de son conseil. Si Bernat pressent que va avoir lieu une declaratio du roi, il doit protester avant que le roi ne parle et protester aussi devant les syndics des villes, les nobles et autres personnages qui seraient susceptibles d’approuver l’initiative de Sanche. Si ce dernier toutefois prononce son discours, Bernat doit immédiatement après relire le protest devant le roi et les représentants des états, en adaptant les paroles de la première protestation, notamment dans le cas où le roi de Majorque affirmerait avoir bénéficié du conseil de grands clercs153. La casuistique se poursuit : si Sanche refuse de le laisser partir, Bernat doit demander à protester devant le consell en présence d’un scribe de la ville ; si le roi affirme que sa déclaration n’ira pas à l’encontre des intérêts de Jacques II, il doit retirer la protestatio ; si Sanche déclare souhaiter une partition du royaume de Majorque entre domaine cismarin et transmarin — c’est-à-dire entre la partie continentale du royaume et les îles Baléares —, Bernat doit faire rédiger un instrument public où il signifie qu’il n’est ni d’accord, ni en désaccord, mais que Jacques II tranchera154.

  • 155 « … Existens ante presentiam illustrissimi Sancii, Dei gratia, regis Maioricarum in camera regia P (...)
  • 156 Ibid., f° 7v°.
  • 157 Ibid.
  • 158 « … Dixit idem dominus rex Maioricarum et protestatus fuit et respondit, prout in responsione sua (...)
  • 159 « Secunda protestatio facta per Bernardum de Ffonollario regi Maioricarum, quod non ffuit permissu (...)
  • 160 « Tertia protestatio facta per dictum procuratorem regi Marioricarum, et est divisa per litteras »(...)
  • 161 « Alia protestatio », note simplement le scribe dans le registre : ibid., ffos 11r°-12v°.

54Les quatre protestationes ramenées par Bernat de Fonollar permettent alors de suivre de près les efforts de l’ambassadeur pour mettre en pratique les ordres de Jacques II et donc pour signifier le désaccord de celui-ci au roi de Majorque. Conformément à ses instructions, le 19 janvier 1319 à heure de tierce, Bernat de Fonollar fait lire au roi en présence d’un notaire et de nombreux témoins la lettre de son mandataire et confectionner un instrument public de protestation155. Le 22 janvier au matin (« circa prima »), dans sa chapelle, Sanche remet devant notaire et témoins une cédule où il notifie son désaccord face à la protestation, il ordonne de l’ajouter au document notarié de protestation156. L’escalade se poursuit : Bernat demande à tierce depuis l’hôtel d’un certain Pere Rosseyl que l’on ajoute au document de la protestatio son désaccord avec la réponse du roi de Majorque157, celui-ci remet le lendemain une dernière cédule de protestation contre la protestation, qui clôt la prima protestatio rédigée sous l’autorité du notaire public de Perpignan Guillem Agut158. Ce même jour, pressentant une declaratio du roi de Majorque relative à son droit de disposer de l’héritage baléare, Bernat de Fonollar tente de mettre en pratique les instructions de Jacques II et d’effectuer une protestatio publique avant que Sanche ne prenne la parole, mais le roi majorquin l’en empêche, alléguant qu’il a déjà pu protester tout à loisir. Bernat fait alors consigner ce refus devant notaire159 et doit donc se contenter de protester au nom du roi d’Aragon une fois la declaratio publique effectuée — c’est la tertia protestatio qui a lieu dans le palais de Sanche le 23 janvier à tierce. En présence du roi et de nombreux témoins, Bernat fait lire en catalan (romanaliter) et publiquement par un notaire la protestation, et il ordonne qu’un acte public en soit fait. Le processus est alors exactement identique à celui déclenché par la première protestatio : protestation de Sanche, contre-protestation de Bernat et réitération de son désaccord par Sanche, toujours consignées par le notaire160. Respectueux de ses instructions, Bernat effectue le 23 janvier une autre protestation sur le même sujet au palais du roi devant des nobles, des prélats et d’autres représentants des états du royaume qu’il conjure de ne pas suivre Sanche dans son entreprise. Mais les hommes et les groupes que Bernat tente de gagner à la cause de Jacques II réagissent de la même manière que Sanche : ils remettent le 24 janvier une cédule au notaire pour signifier leur protestation face à la déclaration de Bernat et leur ralliement à celle de Sanche. Ils exigent eux aussi que leur texte soit inséré dans le document notarié. Le même scénario se reproduit alors. Bernat proteste contre la protestation, les représentants des états du royaume protestent contre la protestation émise à l’égard de la protestation, et toutes ces invectives aboutissent sur le parchemin du notaire161.

  • 162 Un tel constat rend de fait difficilement transposable pour le Bas Moyen Âge les hypothèses avancé (...)

55Les documents examinés ne mentionnent aucune trace d’éventuelles manifestations émotionnelles au moment de l’expression du désaccord, car les instruments notariés forment de ce point de vue un filtre opaque. En revanche, la démonstration de la dissension s’y révèle une affaire technique, graduée, prévisible, contrôlée, particulièrement laborieuse et répétitive. L’ambassadeur n’émet pas une seule protestation qui romprait le dialogue diplomatique, mais plusieurs. De plus, l’acte notarié de protestatio apparaît comme le fruit d’un processus de sédimentation documentaire consignant les réactions successives suscitées par une protestation de l’ambassadeur. Ces prises de position se caractérisent par le contrôle et l’accentuation de la distance entre les parties en désaccord. Si Bernat de Fonollar effectue son premier protest devant le roi, les protestations et contre-protestations postérieures sont toujours accomplies par Sanche ou Bernat devant notaire et témoins, mais en l’absence de la partie adverse. Une telle distance rend le désaccord manifeste, mais évite aussi de le rendre trop dangereusement perceptible ; elle permet de le contrôler par la distance physique et temporelle — un délai de quelques heures sépare les différentes protestations et autres manifestations de dissension — tout en lui conservant un caractère public grâce au notaire. Manifester publiquement le désaccord, tenter de faire pression sur le roi en sollicitant — en vain — ses sujets et maintenir un contrôle gradué sur l’évolution de l’affaire en évitant les débordements, tels sont les enjeux parfois contradictoires auxquels est confronté l’ambassadeur de Jacques II. Plutôt que de recourir à un rite ou à des gestes qui pourraient rendre la rupture irrémédiable, il s’appuie fondamentalement sur une utilisation paradoxale de l’écrit notarié. La consignation par écrit devant notaire rend publiques et donc définitives les protestations effectuées par les différentes parties, mais continue néanmoins d’offrir un espace à la réaction de la partie adverse. Plus que dans un périlleux rite de rupture, c’est sous la forme d’une lutte contrôlée pour la confection et l’achèvement d’un écrit notarié solennel, pour y avoir le dernier mot, que s’élabore progressivement le désaccord entre l’ambassadeur et le destinataire de la mission162. La manifestation d’un désaccord diplomatique n’est pas l’affaire d’un seul moment d’éclat, elle a aussi une histoire.

56Finalement, l’examen des ambassades multiformes dépêchées par le pouvoir royal aragonais fait ressortir l’existence d’un certain nombre de pratiques usuelles dont le respect facilite la communication politique et symbolique entre les cours. L’hospitalité offerte à l’ambassadeur, la révérence que celui-ci effectue devant le souverain étranger, la remise de cadeaux au destinataire et la prise en charge gracieuse du retour de l’ambassadeur sont autant d’éléments qui témoignent de bonnes relations et permettent de maintenir l’honneur de chacun ainsi qu’une certaine réciprocité dans l’échange. Ces obligations tacites ne constituent néanmoins pas des invariants. Elles demeurent soumises à la bienveillance des princes, à la variété des cours, sont susceptibles d’être investies de sens nouveaux, d’offrir prise à la manipulation pour les acteurs, d’être instrumentalisées et interprétées. Même si les gestes sont en apparence les mêmes, l’examen de la documentation notariée et des interprétations fournies par les protagonistes de la scène diplomatique montre que ces pratiques ne sauraient être érigées en règles prescriptives, elles constituent bien plutôt des instruments de démonstration et de conviction parmi d’autres pour les souverains, les ambassadeurs et les membres des différentes cours engagées dans des tractations. La remise d’un cadeau ou la signification d’un désaccord sont dans cette perspective remarquablement contrôlées par le pouvoir royal, grâce à l’inscription par écrit au préalable de l’attitude que les ambassadeurs doivent adopter à la cour étrangère. Il s’agit ici de maîtriser le danger, de mesurer l’infléchissement possible du cours des négociations ou l’état des relations diplomatiques. Dans un tel espace politique, de quelle marge de manœuvre disposent alors réellement les ambassadeurs de Jacques II ? Pour la saisir, il faut, sans les oublier totalement, délaisser quelque peu les règles, rites et autres obligations tacites présentes dans l’action diplomatique, mais qui ne l’épuisent pas, et envisager le séjour à la cour étrangère dans une perspective beaucoup moins étudiée pour le Moyen Âge occidental, celle du dialogue et de la négociation politiques.

Notes

1 Sur ces cahiers, la documentation comptable et son exploitation, voir pp. 141-152.

2 Voir, pour un exemple de ce type de sources, F. Senatore, « I diplomatici e gli ambasciatori ».

3 Cas, par exemple, de Bertran Desvall, qui se rend en Castille avec un sauf-conduit pour lui, sa familia et ses equitatura (ACA, C, reg. 96, f° 92r°[4] [22 octobre 1293, Barcelone]).

4 ACA, RP, MR 273, ffos 60v°[1] (juin 1310) et 53r°[2] (autre copie de ce document : ACA, C, CR de Jaume II, caixa 156 [ES], n° 1299).

5 Voir tableau 5, pp. 150-151.

6 Guillem Durfort et Bernat de Fonollar se rendent en Hongrie et en Allemagne avec 12 bèsties, Joan Borgunyó part à Poitiers en 1311 avec cinq puis quatre bèsties ; 12 bèsties, 6 écuyers et 12 trotteurs ainsi qu’un portier accompagnent Pere Boyl à la curie en 1318, alors que Dalmau de Pontons dispose pour la même destination d’un compagnon, de 3 écuyers et de 7 trotteurs (ACA, RP, MR 620, f° 6r°-v° ; MR 624, f° 45v° ; MR 627, f° 37r°-v°).

7 C’est le cas du companyó qui se rend à la curie avec Bernat de Boxadós, ambassadeur, ainsi que trois écuyers et huit hommes de pied (ACA, RP, MR 291, f° 48v° [mai 1325]).

8 À une date non précisée, Vidal de Vilanova se rend ainsi en ambassade à la curie avec le chevalier Pere de Montpahó pour « compagnon » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 131 [Cuentas], n° 70 [s. d.]) ; or celui-ci est en 1325 — probablement plus tard — pressenti pour une ambassade en Roussillon (ACA, C, reg. 347, ffos 68r° sq.).

9 Dans la legatio qui le mène en Avignon à l’automne 1316 avec l’évêque de Barcelone Ponç, Vidal de Vilanova emmène un companyó, 6 écuyers, 12 troters et 12 bèsties (ACA, RP, MR 280, f° 80r°).

10 Jaspert de Castellnou part en 1309 au Maroc avec le scribe du roi Guillem Agustí ; Simó de Bell · lloch en 1322 à la curie avec Clemens de Salavert, scribe de l’infant Alphonse (ACA, C, reg. 335, f° 287v° ; reg. 338, f° 61v°[3]).

11 ACA, RP, MR 623, f° 95v°, MR 624, ffos 89r°-90r°, 183r°-v°. Un certain Ja[ume] Bos est responsable des dépenses pour l’ambassade d’Anagni en 1295 (ACA, C, reg. 262, f° 38v°).

12 Cas de l’ambassade de Mateu Botella à Majorque en novembre 1303 (ACA, C, reg. 334, f° 172r°).

13 Cas de l’ambassade de Ramon de Montrós en Castille et au Portugal en octobre 1304 (ACA, C, reg. 335, f° 312v°[2]).

14 « Ítem, done al Noble en P[ere] de Quiralt a ops de vestir de si i de su companya, ara cor le senyor Rey lo tramés al Papa, ço és primerament per a si e a III cavallers companyons seus, XXIII canes e V palmes de presset vermell de Duay, qui costa, a rahon de CX sol. la cana, II mille DXCVIII sol. IX diners. Ítem, IIII penes vayres DCCCXL sol. Ítem IIII blanques CCLXVIII. sol. Ítem, a ops de VIII escuders, XXXVI canes de drap mesclat de Bruxelles, qui costa, a rahon de XXVII sol. VI diners la cana, DCCCCXC sol. Ítem, VIII parells de calces de saya negra LXIIII sol. Ítem, VIII penes jenoveses CC sol. Ítem, a ops de XVI troters LXII canes de biffa listada de Sendanis, qui costa, a rahon de XV sol. IIII diners la cana, MCIIII sol. Ítem, XVI parells de calces VII canes de drap blanch de Narbona a rahon de XV sol. la cana CV sol. E axí munta per tot lo dit vestir VI mille CLXIX sol. IX diners barch. » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 132 [Cuentas], n° 134).

15 Ibid.

16 Joan Borgunyó reçoit une provision pour aller à la curie en février 1315 (ACA, RP, MR 278, f° 56r°[4]).

17 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 131 (Cuentas), n° 70 (s. d.).

18 Sur le voyage, vision synthétique dans N. Ohler, Reisen im Mittelalter et, avec précautions, J. Verdon, Voyager au Moyen Âge. Trois recueils essentiels : Voyages et voyageurs au Moyen Âge ; Viajes y viajeros ; S. Gensini (dir.), Viaggare nel Medioevo.

19 Le mestre racional Pere Boyl note ainsi pour une mission de Vidal de Vilanova à la curie : « … Segons lo dit vostre compte, vos partís de Xativia hon tenits vostre alberch per fer la dita missatgeria el XIX dia anat del mes de febrer del dit any M.CCC.IX et fo vengut e tornat del dit viatge el XXIX dia anat del mes de juny del any M.CCC.X e fos lo dit dia ab lo senyor rey en Aragón en lo loch de Muntreyal aldea de Darocha, en lo qual temps són encloses IIII meses e VIII dies en que ha CXXVIII dies… » (ACA, RP, MR 624, f° 103r°-v° [3 septembre 1311]).

20 Voir tableau 5, pp. 150-151.

21 ACA, RP, MR 620, f° 6r°-v°.

22 Ambassade de Pere Marc à la fin du mois d’août et au début du mois de septembre 1323 (ACA, C, reg. 339, f° 386r°).

23 Ambassade de Bernat de Sarrià et Gonzalo García en décembre 1308 (ACA, C, reg. 335, f° 247r°).

24 Ambassade de Ponç de Mataró et Ramon Saguardià, partis après le 26 janvier 1304 de Valence, revenus à Calatayud avant le 25 mars (ACA, C, reg. 334, f° 83r°[1-2] ; reg. 235, f° 40r°(II) [2]).

25 Ambassade de Pere Boyl en Sicile et à Naples au printemps 1308 (E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. II, notice 1355, p. 233).

26 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I, pp. 331-345 ; ACA, RP, MR 623, ffos 27v°-28r° ; MR 627, f° 178v°.

27 ACA, RP, MR 627, f° 178v°.

28 D’après la liquidation des comptes de l’armurier Pere Messeguer, qui a activement participé à son financement (ACA, RP, MR 623, f° 28r° [6 mars 1309, Barcelone]).

29 Rapport de Bernat de Sarrià à Jacques II du 28 avril 1308, Marseille : « … E devets saber, senyor, que tant és el pagat que mantinent feu fer XII senyeres reals e en la sua galea e en cada una porten vostra senyera real, de que tota la terra ha aut lo maior gog e pagament que hanc fo… » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 250, pp. 304-305).

30 Ibid, t. II, doc. 251, pp. 305-306, doc. 253, pp. 311-312, doc. 255, pp. 313-314, doc. 257, pp. 316-317.

31 Selon une lettre de Muhammad II à Jacques II, du 21 août 1308 (À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, doc. 122, p. 403) et la liquidation des comptes de l’ambassade (ACA, RP, MR 627, f° 178v°).

32 ACA, C, reg. 252, ffos 75r° sq.

33 A. Riera i Melis, « La red viaria de la Corona catalanoaragonesa ».

34 ACA, C, reg. 96, f° 82r°[4] (17 octobre 1293, Barcelone).

35 Lettre de Juan del Gay à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 164 [ES], n° 1964 [s. d.]).

36 Lettre d’Ot de Montcada à Jacques II, du 24 août 1322, Paris (H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 187, pp. 405-407).

37 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 80, p. 114.

38 Ordre du roi à Guillem Llull, envoyé à Charles II : « …. Cum responsione autem quam idem dominus rex Karolus super premissis duxerit faciendam ad nos ubicumque fuerimus celeriter veniatis… » (ACA, C, reg. 264, ffos 63v°[2]-64r° [17 août 1297, Lérida]).

39 La mort des animaux et leur remplacement se traduisent par des ordres postérieurs au trésorier afin qu’il rembourse les ambassadeurs. Tel est le cas de Guillem de Lacera pour une mule perdue dans un voyage à la curie en 1305 (ACA, RP, MR 622, f° 36v°).

40 « … Bestias cum quibus accedere possit celeriter ad regem Castelle… » (ACA, C, reg. 236, f° 148r° [7 avril 1306, Valence]).

41 G. La Mantia, Codice Diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, t. I, doc. LXXXIII-LXXXIV, pp. 170-171 (4 juin 1285, col de Panissars).

42 ACA, C, reg. 266, f° 179v°[1] (22 mai 1300, Barcelone).

43 J. Sobrequès i Callicó (dir.), Història de Barcelona, t. III, pp. 184-198 ; A. Estrada-Rius, La Drassana reial de Barcelona a l’Edat Mitjana, pp. 30-31, 171-173 pour la période antérieure à 1327, encore méconnue.

44 ACA, RP, MR 279, f° 114r°.

45 ACA, C, reg. 261, f° 212v°[2] ; reg. 339, f° 185r°. Un bateau de Bernat de Sarrià est utilisé pour une ambassade outre-mer (ultramar) [ACA, C, reg. 241, f° 10v°[1] (28 juillet 1313, Orta)].

46 Voir p. 159.

47 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. I(2), p. 159 (3 février 1293, Guadalajara).

48 ACA, C, reg. 100, f° 195v° [9 novembre 1294, Barcelone].

49 Lettre de Jacques II à Bernat de Segalars (ACA, C, reg. 241, f° 123r°[1] [21 février 1314, Valence]).

50 Selon un contrordre de Jacques II au bailli de Barcelone et aux autres baillis de Catalogne (ibid., ffos 128r°[1], 133v°-134r° [27 février 1314, Valence]).

51 Lettre de Jacques II aux ambassadeurs du 20 juin 1312, Barcelone (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 462, pp. 592-593).

52 ACA, C. reg. 339, f° 192r°.

53 Lettre du 25 mars 1326, à Perpignan (ibid., f° 204r°[2]).

54 « … Et quia non absque more periculo nostri honoris dictam navim ffaciatis expectare per unum mensem a datum dicte littere vestre inantea numerandum vobis proinde refferimus gratiarum uberes actiones statimque significavimus dictis nostris supradicta, ut cum sanctissimo domino summo pontifice ea expedire accelerent pro quibus destinantur ad ipsum, et deinde ad locum Cauquiliberi pro intrando navim eandem infra dictum terminum revertantur… » (ibid., f° 203v°[2] [31 mars 1326, Barcelone]).

55 D’après leur rapport au roi, le pape les autorise à se rendre en Sicile uniquement après être retournés auprès de Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, n° 11137 [8 avril 1326, Avignon], éd. H. Finke, Acta Aragonensia, t. II, doc. 454, p. 737, date erronée).

56 ACA, C, reg. 339, f° 194v°. Francesc Sabastida est probablement un scribe du roi (P. Ortí Gost, Renda i fiscalitat en una ciutat medieval, pp. 301-302).

57 « … Nichilominus collocetis ipsum [l’ambassadeur de Jacques II] in prima navi vel alio vase competenti et sufficienti primo ad partes dicti regis Abuyacob ituro, postpositum omni mora, taliter quod ibi nullatenus habeat remanere… » (ACA, C, reg. 98, f° 144v°[3] [1er juin 1293, Valence]).

58 Projet de lettre de Jacques II à Robert d’Anjou : « … notum fiat nobilem virum dilectum nostrum Guilabertum de Scintillis vestrum familiarem noviter nostram presentiam adivisse et reverenter et provide exposuisse ea que dixit per vestram magnificenciam refferenda nobis sibi in scriptis comissa fuisse, que cuncta explicare non potuit, cum ex adverssitate ventorum et maris dum veniret ad nos, et etiam ex naufragio quod propensus est, extiterit multipliciter impeditus, ita quod etiam litteram vestram quam vestra nobis dirigebat serenitas et capitulorum legationis partem asseruit perdidisse… » (ACA, C, reg. 337, f° 296r°[1] [20 avril 1316, Tarragone]).

59 Calculs effectués à partir des 233 legationes de la base de données « ambassades », en se fondant sur la date d’émission des lettres de créance, il s’agit donc d’une valeur approximative.

60 Pour un exemple de nuncius dont la trace est perdue, voir p. 131, n. 162.

61 ACA, RP, MR 620, f° 6r°-v°.

62 Voir p. 177.

63 Demande formulée dans une ambassade de Joan Borgunyó en octobre 1314, en 1322 par Ot de Montcada (ACA, C, reg. 337, f° 236v°[2], reg. 338, f° 91v°[2]). Voir p. 30.

64 E. Langlois, Les Registres de Nicolas IV, t. I, 971 (17 juillet 1289, Rieti) ; t. II, 7389 (13 janvier 1292, Sainte-Marie Majeure).

65 « … A las quales cosas, don Johan, vos respondemos que nos pesa mucho lo que avedes fecho. E tenemos que avedes mucho errado, cha fiziestes muy grand desondra a nos, a quien el dicho maestro era venido por mandamiento, e grand desondra a la infanta nuestra fija e vuestra muller, a quien éll hiva a veer con voluntad nuestra, e desondra a vos mesmo, e grand infamia en cuya se hiva a la vuestra casa. Ond vos fazemos saber que sobre esto enviamos a vos el amado conssellero nuestro don Gonçalvo Garçia, el qual vos dirá largament nuestra intención sobrel dicho fecho. Et conssellamos vos que creades e que fagades en esto lo que éll vos dirá de la nuestra part, si nunca de la nuestra amor fiades… » (ACA, C, reg. 241, f° 130v°[2] [3 mars 1314, Valence]).

66 Par une ambassade de Gonzalo García (ACA, C, reg. 241, ffos 136v°[1], 138v°-139r°, 151r°).

67 J. Merceron, Le message et sa fiction.

68 Sur les étrangers à la cour, voir Les étrangers à la cour de Bourgogne.

69 « … Nos congruo tempore nostros ordinavimus nuncios ad locum et diem propterea destinandos et ante diem prefixam misimus quosdam homines nostros apud Montempensulanum pro procurandis hospitiis et aliis necessariis nostris nunciis memoratis… » (ACA, C, reg. 337, f° 266r° [18 juin 1319, Barcelone]).

70 « … Propter magnam carestiam quam hic invenimus tam in hospiciis quam victualibus et aliis necessariis nostris… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 36, n° 4468 [13 février 1313, Avignon]).

71 Bernat de Boxadós, arrivé à la curie au début du printemps 1325, est guidé par Ferrer d’Abella jusqu’à sa demeure (H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 214-1, p. 468).

72 « … Nam postquam alia vice vobis scripsimus, nec potuimus habere hospitia ; immo ego Vitalis propter discrasiam, quam habui propter vilitatem et fetorem hospicii, in quo eram, habui ire extra civitatem… » (ibid., t. I, doc. 148, p. 227).

73 ACA, C, reg. 239, f° 128v°[5] (17 août 1311, Barcelone).

74 Lettres de remerciement de Jacques II à Jean, dauphin de Vienne et au noble Gui de Beauvoir (ACA, C, reg. 336, f° 70r°[1], [3] [7 septembre 1311, Barcelone]).

75 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 252, p. 308 (18 mai 1308, Gênes).

76 Lettre de Pedro Fernández de Híjar à Jacques II du 17 juin 1316, à Messine (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 46, n° 5720).

77 « … En Bernat de Muntpahó prenà M sol. barchs. cascún any e sia tengut de acullir e de reebre e de ixir a homs estranys e de los albergar e de fer-los venir davant lo senyor rey e de fer-los fer ço quel senyor rey manarà… » (P. Bofarull y Mascaró [dir.], Colección de Documentos inéditos del Archivo General de la Corona de Aragón, t. VI, doc. II, p. 14 et doc. IV, p. 17).

78 Voir pp. 144-154.

79 C’est ce que doit dénicher pour des ambassadeurs de Charles II d’Anjou un certain Fugeronus, habitant de Figueras (ACA, C, reg. 96, f° 128r°[2] [19 novembre 1293, Barcelone]).

80 ACA, C, reg. 241, ffos 44r°-v°, 50r°[2], 52r°[2].

81 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 378, p. 472 (22 mai 1309, Avignon).

82 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 163-174 ; F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca, pp. 141-144 ; C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, pp. 89-90.

83 Le roi de Majorque prend souvent en charge les dépenses des ambassadeurs étrangers, par exemple celles du « missatge del rey de Granada », l’alcayt Hudequil, défrayé pour chaque journée de séjour (ARM, RP 3400, f° CIr° [Dades, 1323], RP 3039, f° 36r°), mais l’on n’a pas trouvé d’exemple d’ambassadeur de Jacques II.

84 E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. I, notice 287, p. 71 (ordre émis en juin 1302).

85 Par exemple pour un versement du trésorier à un messager de l’infant Juan Manuel (ibid., t. I, notice 1030, p. 237).

86 ACA, RP, MR 627, f° 188r° (19 février 1319, Barcelone).

87 D’après un ordre par lequel le Consell de Barcelone précise l’usage d’une taxe concédée au roi sur le commerce avec Chypre, en partie pour financer l’ambassade (AHCB, Manual, 1-B-XIII-1, f° 35 [22 août 1325, Barcelone]).

88 « … Reebem vestra letra e plau-nos ço que havets fet en retenir en Lerida aquel missatge del rey de Ffrança. Atressí · ns plau que li fets la mession… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 14, n° 1836 [5 août 1302, monastère de la Cartoixa]).

89 Voir pp. 156-157.

90 « … Sia la vostra merçè, senyor, que vós me vullatz fer merçè de sso que m’és degut per vostres albarans que de tot so que vós ne tingatz per ben ne serè jo pagat e […] senyor, sia la vostra mercè que ara me vullats acorrer de sso que vós tingatz per ben en manera que jo us pusca sservir que · l sagristan vos pot dir quanta messió jo e a fer en casa del rey de Castella… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 148 [ES], n° 469 [18 juin (1304), Medina del Campo]).

91 Voir pp. 142-152.

92 Rapport de Vidal de Vilanova, Bernat Peregrí et Guillem de Lacera, ambassadeurs à Avignon : « … E plaçia a la vostra senyoria que en nos no és observe la custuma de vostra cort quant en aquesta rahó, que no hi sol hom aver memòria d’aquels qui en absènçia de la vostra reyal magestat són. Pensats, senyor, si nós en aquesta cort veníem a defaliment de despeses, quinya vergonya seria nostra, part lo don qui ha adès de present se’n poria seguir, e les vergonyes que per avant en semblant cas a vostres missatges porien noure […] Perquè, senyor, placia a la vostra mercè que vós deiats fer esprés manament a · n Pero Boyl que en totes maneres faça de guisa que nós ayam recabte açí sens neguna tarda… » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 95, pp. 127-130 [9 juillet 1304, Pérouse]).

93 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque, t. I, pp. 365-395.

94 « … Et ultra causas predictas per eum assignatas videtur nobis aliam subire causam urgentiorem, scilicet quod nobis non cedetur ad honorem in curia regis Ffrancie tam solemnem pro quorumvis examinatione negotiorum tamdiu tenere nuncium. Et quod sufficeret quod Raimundus Vinaderii legum doctor inibi remaneret… » (ACA, C, reg. 338, f° 94v°[3] [17 août 1322, Barcelone]).

95 Ibid., f° 114v°[1] (16 octobre 1322, Barcelone).

96 « Nam periculum est in mora » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 [AG], n° 50 [mai 1322, Barcelone], éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 320, pp. 479-480).

97 J. Shepard et S. Franklin (éd.), Byzantine diplomacy ; D. Nerlich, Diplomatische Gesandtschaften zwischen Ost- und Westkaisern ; F. Tinnefeld, « Ceremonies for Foreign Ambassadors at the Court of Byzantium ». Pour Venise, D. E. Queller, The Office of Ambassador, et C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, pp. 123-145.

98 Liutprand de crémone, Ambassades à Byzance.

99 J. M. Nieto Soria, Ceremonias de la Realeza, pp. 133-143 ; Á. Fernández de Córdova Miralles, La corte de Isabel I, pp. 329-338.

100 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter. Cet ouvrage a suscité d’importants débats chez les médiévistes. Pour une mise en perspective, voir J.-Cl. Schmitt et O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge, pp. 231-281. Critiques et nouvelles propositions dans J.-M. Moeglin, « Rituels et “Verfassungsgeschichte” » ; Id., Les bourgeois de Calais, pp. 323-406 ; Id., « “Performative turn” » ; P. Buc, Dangereux rituel, et… réponses de G. Althoff, Die Macht der Rituale ; G. Althoff et C. Witthöft, « Les services symboliques ».

101 ACA, C, reg. 337, ffos 310v°-311v°[3].

102 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 95, n° 11151.

103 Ibid.

104 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 84, n° 10286, éd. H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 159, ici pp. 337-338 (avec des erreurs).

105 « … E aquí fuy molt bé aculit e ab gran honor per lo seyor rey e per sos barons e cavalers e honratz hòmens. E done-li les cartes que vós, seyor, li trametietz. E com ach lestes les cartes abans que del me partís, yo li dix ço que a dir li avia de vostra part, segons qu’en lo memorial que vós, seyor, sabetz, és contengut. El, seyor, ach gran plaer de les cartes vostres e d’açò que yo li dix de vostra part. E demana’m molt afectuosament e ab gran istància de vos, seyor, e dels infants. E yo dix-li vostre bon stament e dels infants e ach ne gran plaer. E madona la reina axí metex. E aprés açò, seyor, yo dix al seyor rey com lo seyor papa trametia a ell sos legatz […] e amenam-los a Mecina devant lo seyor rey. E foren molt bé aculitz e ab gran honor per lo seyor rey. E per archabisbes e per bisbes e per les altres gentz de la terra, en manera que·ls, seyor, legatz se tenen molt per pagatz de l’aculiment que·l seyor rey los ha feit… » (ibid.).

106 Cas, par exemple, des instructions de Jiménez de Tovia, qui se rend au Portugal pour faciliter le mariage de l’infant Pedro (fils du roi Alphonse IV de Portugal) et de Blanca (fille de l’infant Pedro de Castille) et renouveler les accords de paix d’Ágreda (ACA, C, reg. 1521, ffos 74r°-76r° [ca. 22 septembre 1326, Barcelone]).

107 « … Primerament, com seran ab lo rey de Ffrança, saluden-lo molt de part del rey d’Aragó ab belles e covinents paraules, com mils serà vist a la discreció dels missatges. E semblantment la reyna de Ffrança… » (ACA, C, reg. 335, ffos 203r°-204v° [ca. 3 novembre 1304, Valence], éd. R. Olivar Bertrand, Bodas reales entre Francia y la Corona de Aragón, doc. I, pp. 212-217 [avec des erreurs]).

108 Les instructions de Tomàs de Prócida pour sa mission auprès de Charles II mentionnent seulement la remise d’une lettre de créance (ACA, C, reg. 335, ffos 315v°[3]-316r° [ca. 20 juillet 1305, Valence]), celles de Rodrigo Gil entrent d’emblée dans l’affaire traitée avec l’infant Juan (ibid., f° 319r°[2]-v° [ca. 6 mars 1306, Teruel]), etc.

109 « … E an me bé acuyllet e ab molta d’onor ab tanta que totes sobres són que a molt meylor hom que io no so hi agre asssats… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 95, n° 11151 [17 mai 1317, Naples]).

110 « … Podem vos dir bé aytant, senyor, que per honor vostra e goig que agren de la amor e gens vostres, som estats tan bé acullits e reebuts, e feits tants hondraments per lo senyor rey Karles e per madona la reyna e per lo duch e per lo príncep, que anch hòmens no pogren esser mils venguts ne aculits en null loch… » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 255, p. 314 [6 juin 1308, Messine]).

111 Les chroniques contemporaines examinées demeurent relativement discrètes à ce sujet. Ramon Muntaner note toutefois que Giovanni de Procida remet au parlement de Sicile une lettre de Jacques II genou à terre, la met sur sa tête en signe de soumission, embrasse le sceau, l’ouvre, puis la lit (Ramon Muntaner, Crònica, p. 755).

112 Ibid., p. 724.

113 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 94-95, 164-165 et 203-207 ; M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, t. III, pp. 402-412 [approche taxinomique] et, pour une typologie fonctionnelle systématique, H. Duchhardt, « Das diplomatische Abschiedsgeschenk ».

114 Pour une orientation sur l’usage de la notion de don, formulée par Marcel Mauss dans son Essai sur le don, voir Y. Potin et al., « Les usages du don ». Voir aussi A. Guéry, « Le roi dépensier » ; C. Windler, « Tribut und Gabe » ; A. Rodríguez (coord.), La reciprocidad como vínculo social ; V. Groebner, Gefährliche Geschenke ; G. Algazi et al. (éd.), Negotiating the Gift.

115 J. E. Martínez Ferrando, La Cámara Real en el Reinado de Jaime II.

116 Lettre de remerciement de Jacques II à Frédéric III pour des grata et pulcra jocalia remis par ses ambassadeurs (ACA, C, reg. 336, f° 25r°-v° [24 septembre 1309, Valence]).

117 Parmi de nombreux cadeaux destinés à la cour du roi du Portugal, Ramon de Cardona emmène une selle ouvragée, diverses pièces de tissu et un drap de soie ouvragé pour la reine, une fiole de baume (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 161 [ES], n° 1698).

118 Un cheval d’une valeur exceptionnelle de 5.000 sous de Barcelone est ainsi envoyé par Jacques II au duc Frédéric d’Autriche en juin 1313 (ACA, RP, MR 276, f° 36r°[3]). Les chevaux de la couronne d’Aragon sont très demandés, voir Y. Renouard, « Un sujet de recherches ».

119 Voir infra.

120 Les tissus non ouvragés constituent un cadeau classique entre les cours, leur mention abonde dans les registres du Mestre Racional et les ordres de paiement au trésorier, notamment pour les missions en Islam.

121 ACA, C, reg. 235, f° 167v°[3] (16 décembre 1312, Naples). Sur le poète : M. de Riquer, Obras completas del trovador Cerverí de Girona ; M. Cabré, « Cerverí de Girona ». Il n’a cependant pas été possible d’identifier les deux manuscrits ici mentionnés. Les cadeaux remis par les ambassadeurs du roi aux souverains étrangers sont sans aucun doute plus variés encore, mais les mouvements du trésor royal ne permettent pas d’être plus précis.

122 J. E. Martínez Ferrando, La Cámara Real en el Reinado de Jaime II, p. 208.

123 À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, doc. 37, pp. 304-307 (8 septembre 1315, Lérida). Méthode et liste similaires pour une ambassade au sultan en août 1318 (ibid., doc. 41, pp. 311-313).

124 E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. I, p. 31, notice 115 (avril 1302, remboursement par le trésorier).

125 Lettre du roi de Majorque à Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 159 [ES], n° 1520 [27 avril 1306, Perpignan]). Les faucons du roi de Majorque viennent souvent des Baléares ; le gouverneur de Majorque en envoie ou le fauconnier du roi en ramène à Perpignan (ARM, Gobernació, LR 3, ffos 93v°, 206v°).

126 E. González Hurtebise, Libros de Tesorería, t. I, notice 1197, p. 272.

127 À. Masià de Ros, La Corona de Aragon y los estados del norte de África, doc. 119, p. 400.

128 La présence d’un signum royal sur des cadeaux remis aux étrangers apparaît dans les inventaires de la chambre du roi : « Item quoddam cohopertium de panno auri sarracenico cum orla de panno de cirico quasi albo cum listis auri per orla, ferratum de sindone ad signum regale predicto regi Castelle » (J. E. Martínez Ferrando, La Cámara Real en el Reinado de Jaime II, pp. 210, autres exemples 208-214), mais le contexte précis du don ne peut être déterminé. Parmi les nombreux objets figurant dans les inventaires de la chambre avec des signa de souverains étrangers, certains sont très probablement des cadeaux remis à Jacques II.

129 « … Primerament, con serà vengut davant lo rey de França, salut lo molt de part de son cusí lo rey d’Aragó e diga-li [que] lo senyor rey d’Aragó, estant en lo regne seu de València vers les parts de la frontera de Castela, entès que [el dit rey de França] vós erats vengut en les partides veynes a la terra [del dit rey d’Aragó] sua e d’açò hac gran plaer. Ara ha tramès açí davant vos mi per proferir a la vestra altea que si a vos plaen algunes coses de ses terres que.us ho plassia de dir e de demanar tot axí com faríets en les vestres pròpies terres, que·l senyor d’Aragó se tendrà a gran honor e a gran plaer que a vos placia de plauir e de aemprar ço que.us plagués de ses terres… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 15, n° 1997 [s. d., janvier ou février 1304, Valence]).

130 Lettre de l’infant Juan Manuel à Jacques II « … E los dos ffalcones gerriffaltes que me embiastes […] gradesco vollos mucho e tales sson ellos. Pero que el uno murió en el camino e el otro tengo lo muy bonno et muy bien ssanno. E d’ello que disides que me los enbíavades por que a vos plasería más que entendessiemos en caça que en guerra, e ssi meior los oviessedes que me los enbiassedes de buen grado. Esto creo yo de vos. E por esso me trabaio yo en andar tanto a la caça que no en la guerra […] E tengo yo muy bonnos cavallos e otras donnas que vos quisiera enviar […] Mas enbiad luego acá a este Pier Janner e enbiadme desir con él que quier que nos cumpla d’esta terra acá e enbiar vollo e muy de bona mient e enbiar vos e los cavallos que ssería el cavallo ya guasido… » (BNM, ms n° 18635 [21] [18 mars 1303, Badajoz]).

131 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. XXXVIII, pp. 79-80 (4 août 1304, Messine).

132 « … De quorum misione et precipue dicti ensis quem tanto cariorem tantoque magis amabilem nostris habemus affectibus quanto predicti ensis grandem bonitatem tanti regis et patris probata strenuitas nec minus ex parte cause publica fama testantur quanto eciam dum ipsum inspicimus sui domini amore et strenuitate pensata eius habemus memoriam quia nostris intrinsecis dum vixerimus non recedet vobis ut patri ad gratiarum assurgimus uberes actiones… » (ibid.).

133 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, p. 243.

134 ACA, RP, MR 624, f° 111r°-v° (liquidation devant le mestre racional des comptes de Jaspert de Castellnou au Maroc en 1309). Durant le règne d’Alphonse IV d’Aragon (1327-1336), des listes similaires indiquent les cadeaux remis à des ambassadeurs venus de Grenade, ils sont destinés à l’émir, au vizir, aux ambassadeurs et à la suite (M. Sánchez Martínez, La corona de Aragón y el reino nazarí de Granada, t. II, pp. 885-886).

135 Par exemple pour le messager de l’émir de Grenade Assat, gratifié de 200 sous de Barcelone par un ordre de Jacques II à Bernat de Sarrià (ACA, C, reg. 262, f° 9v°[2] [29 avril 1294, Barcelone]).

136 Le trésorier Bernat de Sarrià reçoit l’ordre de remettre 200 sous de Barcelone à l’ambassadeur portugais Ferrando Darris « de speciali gratia pro expensa sui itineris » (ibid., f° 62r°[2] [1 er avril 1294, Barcelone]).

137 Alfonso Miguel, messager du roi de Castille, reçoit ainsi 100 sous de Barcelone pour repartir en Castille en 1295 (ibid., ffos 215v°-216v° [comptes du trésorier Bernat de Sarrià]).

138 ACB, Extravagantes, Patrimoni Reial, Llibre de comptes de la reina 1320-1321, f° 45v°[1] (1er mars 1321).

139 Ibid., f° 35v°[3] (1er décembre 1320). Outre ces vêtements, les ambassadeurs reçoivent respectivement 1.000 sous et 200 sous de Barcelone gracieusement octroyés par la reine d’Aragon (ibid., ffos 45r°[3], 90r° [3]).

140 « Ítem done a en Cello de Agnello missatger del comú de Pisa una copa d’argent que el senyor li manà donar, la qual pesa V marchs e dues unçes e costa […] /DCXXX s.b. Ítem done a en Gerart notari de Pisa qui vench ensemps ab lo dit missatge una altra copa d’argent que·l senyor rey li manà donar, la qual pesa III marchs e mig menys pes de III millereses e costa […] /CCCLXXXIII s.b. » (ACA, RP, MR 291, f° 49v°).

141 ACA, C, RP, MR 276, f° 92r°-v°.

142 « E diu aquest escuder de don Johan que la Regina de Castela dòna moltes joyes als missatges del Rey de Fransa » (ACA, C, reg. 334, f° 15v° [20 juin 1301, Alicante], éd. partielle A. Giménez Soler, Don Juan Manuel, doc. XXXIV, pp. 250-252). Ramon Muntaner, Crònica, p. 50, note aussi que certains messagers repartent chargés de molts dons honrats, et l’interprète dans le sens d’une réussite de la mission.

143 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », pp. 309-310, passim. Sur l’évolution des modalités du serment en Occident, voir R. Jacob, « Serment » ; R. Verdier (dir.), Le serment, en particulier, pp. 16-17, 61-62, 99-100 et 296-298. Nicolas Offenstadt observe durant la guerre de Cent Ans une « profusion de promesses tout au long des discussions diplomatiques et des négociations de paix [qui permet] au serment de servir d’appui et d’enjeu en de nombreuses situations » (N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, pp. 258-273, ici p. 264). Durant le règne de Jacques II, une telle omniprésence caractérise moins les négociations qui préludent à la paix que les rencontres royales et les cérémonies où elle est proclamée, et le rôle « structurant » du serment se fonde toujours sur un recours systématique à la garantie écrite.

144 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », passim ; S. Péquignot, « Interponere partes suas ».

145 S. Péquignot, « Enantar a tractar ».

146 Jacques II envoie par exemple un chevalier porteur d’une lettre de défi au roi de Castille Ferdinand IV en 1296 (J. M. del Estal, Corpus documental del reino de Murcia, t. I(2), doc. 5, pp. 16-19 [22 février 1296, Cetine]).

147 « … Cataldus Ruffus unus ex nunciis in hec verba prorupit : O vos omnes, qui transitis per viam, attendite, et videte si est dolor similis, sicut dolor meus. Cumque hec dixisset, ipse unaque omnes, qui venerant, syndici, et comitatus eorum, abscindentes a pectoribus vestes suas, in luctu et lamentationibus regis atrium compleverunt, improperantes ei singultuosa voce, qua poterant, inauditum esse quamquam regem fideles vassallos ad manum hostium renuisse. Tunc iterum atque iterum repetitis vocibus regem orant, ut fideles Siculos regis magnificencia non relinquat. Cumque rex immobilis in proposito perstitisset, ne processu temporis in dubium quereretur, utrum rex Jacobus siculos, an Siculi regem Jacobum reliquissent, assertionem regis de renunciatione Sicilie in scripta publica redegerunt. Hi tandem nigras vestes in doloris signum, et habitum induentes, repetitis ratibus, quibus advenerant, per mille maris pericula in Siciliam rediere… » (Nicolao Speciale, Historia Sicula, t. I, livre II, XXII, p. 350).

148 Les ambassadeurs se revêtent parfois de noir pour signifier un deuil, adoptant un code visuel immédiatement reconnaissable, comme en témoigne ce dialogue reconstitué entre Jacques (alors roi de Sicile) et Ramon de Manresa, venu annoncer la mort de son frère Alphonse III : « … dimissis ibi sociis, uno ex eis tantum assumpto, sub noctis umbra civitatem ingreditur, et adiens ad regem, tanquam ignotus ab aliis cameram regis intrat ; et cum se regi ostenderet, miratur rex, unde sibi lugubres vestes assumpserit, et ait : amice, quomodo huc intrasti sub isto velamine ? Modus enim et cultus iste, quem geris, mesticiam cognati funeris indicat. Ait ille : doleo domine, quod vestes cordis secreta prius indicant, quam os aperiam ad loquendum. Et lacrimans orsus ait : scias, domine rex, quod frater tuus Alfonsus rex jam non moriturus amplius, de presenti vita ad dominum transmigravit… » (Bartolomeo di Neocastro, Historia Sicula, t. I, p. 213). Voir aussi P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, pp. 83-84 ; F. Sabaté, Lo senyor rei és mort !

149 G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter, pp. 256, 272-274, passim.

150 Sur la typologie des protestationes, voir pp. 85-86.

151 Le dossier se compose d’un échange épistolaire entre le roi d’Aragon et Sanche, d’un pouvoir de protestation (procuratio ad protestandum), d’instructions remises à Bernat de Fonollar et de quatre protestationes effectuées devant notaire à Perpignan entre le 19 et le 25 janvier 1325 (ACA, C, reg. 347, ffos 1r°-3r°, 3v°-4r°, 4r°-5v°, 5v°-12v°).

152 Ibid., f° 4r°.

153 « … /E si ab ell pot obtenir del dit elongament, no enant a protestar ne a als mas que s’en torn / [-] si el dit rey de Malorches estava en son enteniment que no volgués enantar, diga-li que ha manament del senyor rey d’Aragó que li protest sobre açò. E requira-l que man a algun notari seu que faça lo dit protest. E si no ho volia otorgar, faent contra lo ordonament de les corts de Cathalunya, faça fer lo dit protest al notari que mena ab si, segons que·l dit protest porta ja dictat. E aquest protest faça al dit rey de Malorches en la Cambra sua, devant son consell. /E, fet lo dit protest, si sentia que·l dit rey de Malorques degués fer neguna declaració de les dites coses [ven]ga a prop que con ell hagués fet puscar aquells a qui degués manifestar la dita declaració, fees liger altra vegada davant tots aquells qui hi serien avistats, ans que res fos declarat per lo dit rey de Malorches la protestació desusdita. /E res no menys fos se certificat si entre aquells qui aguí serien puscats serien los nobles nomenats en la protestació e sindichs de les universitats de la Ciutat de Malorches e de Perpinyà e de Puigcerdà o d’alguna [d’]elles. E fes liger a ells tots o aquells qui hi [-] d’alguna de les dites universitats, ans que res fos declarat per lo dit rey de Malorches lo protest que portà dictat contra los dits nobles e universitats. E encara, si veya que façà a fer, fes liger la clausula de la covinènçia la on parlà de les substitucions. /E, fetes les dites protestacions, si el dit rey de Malorches declarava e manifestava a les sues gents la sua ordinació per la qual declaras que ell pot ordenar de les dites coses a sa volentat, o ordonas del dit regne e terres sues en altra persona o personas que en lo dit senyor rey d’Aragó o en aquell qui devayla d’ell qui deu ésser rey d’Aragó aprés ell, repetes altra vegada aprés la dita declaració e faça liger les protestacions desusdites al dit rey de Malorches e universitats damuntdites. Mu[d]an les paraules convinentment, axí com són dictades ans del fet que sien tornades axí com de protestació que deu fer aprés del fet. /E si per lo dit rey de Malorches o per los dits nobles o universitats era respost a les dites protestacions o a alguna d’aquelles qui·s faran abans o aprés del fet, diga en Bernat dez Fenollar que ell no ha manament d’als sinó de fer les protestacions desusdites e que altre no hi ha a respondre, ni als no li és estat comanat, sinó que està en les coses contengudes en les protestacions per el fetes en nom del dit senyor rey d’Aragó e de les altres contenguts en les dites protestacions./ E si per aventura per lo senyor rey de Mallorches en la sua ordinació o declaració era feta menció que ell ha consell per la sua part de grans clergues, sia dit per lo dit en Bernat dez Fonollar en lo protest que farà aprés la declaració que·l senyor rey d’Aragó aytambé ha ahut consells per la sua part dels grans clergues del món e dels maiors./ Sia enformat en Bernat dez Fenoylar que, com haurà dit al rey de Malorches [-] capítol e elongar lo fet e ell l’atorgà, tornar-se’n ha que no y haurà als a fer… » (ibid., f° 5r°-v°).

154 « … Si no l’atorgà, diga lo dit en Bernat : “donchs senyor jo us he a dir e a protestar davant vostre consell alcunes coses de part de monsenyor lo rey placie. us que façats venir vostre consell e un scrivà de la vila”. Si a aquestes paraules responia lo rey de Malorcha [-]s paraules o semblants perquè·us cal protestar que ço que nós volem declarar e dir no són coses que degé desplaer al rey d’Aragó, ans que deven plaer. A açò resposes lo dit en Bernat : “senyor monsenyor lo rey aytal esperança ha e te de vos e axí deu ésser. E axí, senyor, cessant per aquesta esperança que no protestar ara”. E axí en aquest cas cesses les dites protestacions que són ordenades ans del fet. /Si declara lo dit rey de Malorches que no contrestant les substitucions ell pot fer a sa volentat del regne e de les altres terres o encara que segons les substitucions que son nabot fil den Fferando deu en tot succehir ell muyren menys de infans. En cascú d’aquests cases, protest al rey e a les gents. /Si en la declaració deya que partís la honor ço és que les illes de Maylocha tornasen a la casa d’Aragó e la terra deçà al dit nabot seu o la terra deçà al rey d’Aragó e les illes a son nabot. En aquest cas no protestàs, sinó que fes fer una carta que no y consent no y dissent, mas que.u farà saber lo dit en Bernat al rey son senyor e espararà manament seu… » (ibid., f° 5v°).

155 « … Existens ante presentiam illustrissimi Sancii, Dei gratia, regis Maioricarum in camera regia Perpiniani eiusdem domino regi et per dictum scriptorem coram eo legi fecit ditam cartam et quamdam cedulam tenorum qui sequitur continentes… » (ibid., f° 6r°, l’ensemble du document de la protestatio couvre les ffos 5v°-8r°).

156 Ibid., f° 7v°.

157 Ibid.

158 « … Dixit idem dominus rex Maioricarum et protestatus fuit et respondit, prout in responsione sua predicta supra continetur. Requirens notarium infrascriptum, quod presentem responsionem ponat in eodem instrumento cum omnibus supradictis ad eternam rei memoriam presentium et futurorum… » (ibid).

159 « Secunda protestatio facta per Bernardum de Ffonollario regi Maioricarum, quod non ffuit permissum sibi ante factum protestari, et est divisa per litteras » (ibid., f° 8r°-v°).

160 « Tertia protestatio facta per dictum procuratorem regi Marioricarum, et est divisa per litteras » (ibid., ffos 8v°-10r°).

161 « Alia protestatio », note simplement le scribe dans le registre : ibid., ffos 11r°-12v°.

162 Un tel constat rend de fait difficilement transposable pour le Bas Moyen Âge les hypothèses avancées par Gerd Althoff, qui considère que « la société médiévale norme et ritualise tant les comportements, qu’elle peut aussi produire de la stabilité sans écriture » (G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter, p. 290). L’écrit est au contraire omniprésent dans la pratique diplomatique des ambassadeurs de Jacques II.

Notes de fin

* Abréviations spécifiques utilisées : dj = denier de Jaca ; sb = sou de Barcelone ; t = tournoi d’argent ; sj = sou de Jaca ; mar = maravédi. Chaque indication concerne une gratification. Dans le cas où une même gratification est donnée à des représentants différents d’un même mandataire, leur nombre (n) est indiqué ainsi après la gratification : [n x].

Table des illustrations

Titre TABLEAU 16. — Gratifications et cadeaux remis aux ambassadeurs étrangers sur ordre du roi d’Aragon*
Légende SourcesACA, C, reg. 260-266 ; ACA, RP, MR 262-273, 276, 278, 279, 280, 291 ; ACA, C, CR de Jaume II, caixa 156 [ES], n° 1297
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search