Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Première partie. Instruments et moyens de la diplomatie royale

Conclusion. Un temps d’expérimentation

Texte intégral

1Les chancelleries et les cours occidentales de l’époque de Jacques II partagent certains principes : l’utilisation d’un vocabulaire et d’une documentation spécialisée communément reconnus, la valeur de recours assignée aux archives ou bien encore la pratique de la gratification des courriers qui apportent des messages depuis l’étranger. Dans ce cadre général, les outils de l’action diplomatique menée au nom de Jacques II présentent des singularités certaines. Même si les documents solennels de la pratique diplomatique sont les mêmes qu’ailleurs, la documentation écrite expédiée, utilisée et conservée y apparaît particulièrement ample et variée. L’interprétation de ce phénomène demeure néanmoins délicate. S’il faut assurément le mettre en relation avec le grand mouvement d’intensification des usages de l’écrit pratique en politique qui traverse le XIIIe siècle, la singularité de la diplomatie de Jacques II par rapport aux autres diplomaties de sa période est une question largement ouverte. Elle risque d’ailleurs de le demeurer, faute de fonds comparables à ceux de l’Arxiu de la Corona d’Aragó. Il en va de même pour le système de collecte d’informations utiles fondé sur l’utilisation conjointe des ambassadeurs, des sujets du roi et des fidèles étrangers. Par la documentation utilisée comme par le souci de l’information, la pratique diplomatique royale se rapproche en fait fortement de celle des diplomaties italiennes du XVe siècle, ce qui conduit à relativiser le caractère novateur traditionnellement assigné à ces dernières en ce domaine.

2Mis au service de la diplomatie du roi, les documents, les informations et l’argent nécessitent aussi un travail important de l’administration royale et contribuent à en modifier les méthodes. Expérimentation, voilà alors sans doute le mot qui caractériserait le mieux ce règne pour l’impact de la diplomatie sur l’administration royale. Les fonds conservés à l’archivium du roi augmentent, les scribes de la chancellerie réunissent pour la première fois les documents diplomatiques dans des registres spécialisés dont l’économie interne fait l’objet d’expériences multiples, les méthodes de recherche de la documentation se perfectionnent sans pour autant se stabiliser, les procédures de contrôle des documents et des hommes se croisent et se multiplient, tandis que les fonds nécessaires pour l’action menée à l’étranger au nom du roi obligent souvent à une grande inventivité financière. En somme, la diplomatie du roi constitue alors un ferment d’expérimentation qui modifie plus ou moins en profondeur les pratiques des institutions centrales de la Couronne (chancellerie, archives, trésor), sans pour autant se traduire par la constitution d’une administration qui lui soit exclusivement consacrée. Fondée sur le recours à des outils spécialisés, la diplomatie menée au nom de Jacques II apparaît donc comme une affaire profondément technique, basée sur l’archivium du roi, ressourcée par les réseaux d’informateurs, consolidée et contrôlée dans les bureaux d’écritures de la chancellerie. Mais cette pratique politique ne se résout par pour autant dans les arcanes de la royauté en un simple instrument technique de la volonté royale, car la diplomatie constitue aussi un mode singulier d’exercice du pouvoir royal fondé sur la relation du roi et des hommes qui le représentent à l’étranger.

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search