Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Première partie. Instruments et moyens de la diplomatie royale

Chapitre IV. Diplomatie et finances royales

Texte intégral

  • 1 « … Cor ell sap bé que la casa d’Aragó no és adinerada » (ACA, C, reg. 338, f° 59r° [ca. 20 juin 13 (...)
  • 2 Voir M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, pp. 9-17, 49-105. Sur (...)
  • 3 Ludwig Klüpfel considère ainsi les finances comme le maillon le plus faible de l’organisation inter (...)
  • 4 Sur le mestre racional, voir T. de Montagut i Estraguès, El Mestre Racional a la Corona d’Aragó ; s (...)
  • 5 M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, pp. 52-64 et pp. 82-96.
  • 6 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 149-174 donne de brèves indications à ce sujet. Pour l (...)

1Dans des instructions remises aux ambassadeurs qu’il dépêche auprès du roi de Sicile Frédéric III en juin 1322, Jacques II exprime le souhait que son frère détaille précisément l’aide financière qu’il peut fournir pour la conquête de la Sardaigne alors en cours de préparation. L’argent, justifie-t-il, lui est particulièrement nécessaire dans cette affaire, « parce qu’il sait bien que la Maison d’Aragon n’est pas fortunée »1. Si une étude détaillée des finances royales durant cette période fait encore défaut, le manque d’argent et surtout de liquidités, lieu commun de la documentation royale aragonaise, laisse en tout cas hors de doute que le pouvoir royal se trouve souvent en difficulté pour financer ses entreprises, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une expédition aussi coûteuse que celle de Sardaigne2. Ce problème crucial de la monarchie, déjà présent durant le règne d’Alphonse III (1285-1291), plus qu’une toile de fond, constitue un élément essentiel pour la compréhension de la diplomatie de Jacques II3. En dépit de l’introduction progressive et discontinue depuis le milieu des années 1280 de nouveaux offices de gestion et de contrôle de l’argent royal, le trésorier et le mestre racional (« maître rational »)4, malgré le développement dans les premières années du règne de Jacques II et à nouveau à partir de 1321 du recours aux mécanismes de la fiscalité extraordinaire5, le financement des entreprises royales demeure fréquemment problématique. L’action diplomatique polymorphe développée par le pouvoir contraste dès lors singulièrement avec cette situation financière souvent déprimée. Or, même si les historiens, à l’exception notable des spécialistes de la monarchie anglaise, se sont d’ordinaire peu intéressés à ce domaine, l’action diplomatique a bien évidemment un coût, parfois très élevé6. Comment expliquer la coexistence de finances royales moroses et d’une diplomatie qui peut à bon droit être qualifiée de brillante ? Sa mise en œuvre s’accompagne-t-elle de la mise en place de nouveaux mécanismes fiscaux et financiers royaux dans la couronne d’Aragon ? Dans les limites imposées par une bibliographie peu fournie sur les finances royales de la période, il s’agira ici de proposer une évaluation du coût de la diplomatie, de rechercher dans les finances royales d’éventuelles méthodes spécifiques de traitement de l’action diplomatique et de discerner les conséquences provoquées par les capacités restreintes du pouvoir royal en ce domaine.

I. — UNE ÉVALUATION DIFFICILE DES COÛTS DE L’ACTION DIPLOMATIQUE ROYALE

UN PROBLÈME DE CATÉGORIES ET DE STRUCTURE FINANCIÈRES

a) Des catégories comptables variées

  • 7 Voir introduction, pp. 2-3.
  • 8 Voir pp. 121-122.
  • 9 Ces dépenses apparaissent formulées de manière générale dans les redditions de comptes présentées p (...)

2L’appréhension du coût de la diplomatie royale aragonaise pose d’emblée problème. Comme on l’a vu, les hommes du Moyen Âge, dans la couronne d’Aragon comme ailleurs, ne parlent pas de « diplomatie » et n’utilisent pas de concept équivalent sous lequel ils rassembleraient l’ensemble des paiements effectués pour cette activité7. De plus, on ne dispose pas d’un « budget » clairement établi pour les finances royales durant cette période, l’état des dépenses et des recettes devant plutôt être appréhendé par le croisement de sources d’origines très diverses. Dès lors, parler de « coût de la diplomatie » a-t-il même un sens, alors que les hommes du Moyen Âge ne conçoivent pas le financement de l’action diplomatique en ces termes ? L’exercice, en dépit de ses limites évidentes, semble néanmoins valoir la peine d’être tenté. En effet, si le concept — comptable ou non — de diplomatie n’est pas utilisé, les dépenses existent bel et bien et les scribes et autres membres de la chancellerie recourent à des catégories comptables qui concernent directement l’action diplomatique. Les paiements effectués aux courriers sont ainsi rassemblés sous des rubriques dans les différents registres où ils apparaissent, les Drets del segell secret, les Sigilli secreti ou bien encore les Solutionum8. Néanmoins, cette catégorisation comptable est d’usage difficile pour l’estimation du coût de la diplomatie, car elle rassemble à la fois des courriers envoyés dans les territoires de la Couronne et à l’étranger, sans qu’il soit toujours possible de les distinguer. Toute estimation du « coût de la diplomatie » pour le pouvoir royal ne peut donc être qu’une approximation, car les catégories employés dans les registres et autres documents royaux ne se rapportent pas nécessairement de manière exclusive à l’action diplomatique. Inversement, d’autres frais engendrés par la diplomatie royale sont beaucoup plus difficiles à saisir, car ils sont comme noyés dans des postes de dépenses plus larges. C’est le cas notamment du paiement des scribes de la chancellerie pour leur travail de rédaction des documents diplomatiques, du coût du papier, du parchemin, de l’encre et des sceaux employés9. Un ordre de grandeur du coût minimal de la diplomatie royale semble néanmoins pouvoir être proposé en retenant les postes de dépenses suivants : les ambassades aragonaises (les missatgeries), la présence d’ambassadeurs étrangers sur les territoires de la Couronne, les courriers (correus) et le transport de l’information (les noves), les rencontres royales (les vistes) ainsi que le règlement des dots.

b) La dispersion des paiements et des sources

  • 10 Sur ce point, voir pour le règne d’Alphonse III d’Aragon L. Klüpfel, Verwaltungsgeschichte des Köni (...)
  • 11 Respectivement ACA, C, reg. 260-286, reg. 293-304 ; ACA, RP, MR 262-291 (une grande partie de ces r (...)
  • 12 Respectivement, ACA, C, reg. 251, 253, 254 et ACA, C, Varia 341 et 342.

3La dispersion des dépenses engendrées par l’action diplomatique entre des catégories comptables diverses est comme redoublée par la multiplicité des officiers royaux en charge de leur financement et de leur paiement. Ce phénomène, caractéristique de la spécialisation parfois faible des tâches financières de l’administration royale10, se traduit par un éclatement de l’information entre des sources hétérogènes. Une grande majorité des paiements relatifs à l’action diplomatique sont effectués par le trésorier sur ordre du roi, mais le notaire garde des sceaux se charge pour sa part du financement des courriers de la cour — à l’exception de ceux qui accompagnent le roi dans ses pérégrinations —, alors que le chambellan et le scriva de ració (ou scriptor portionis, « scribe des écritures comptables de l’hôtel ») procèdent eux aussi à des versements liés à la diplomatie royale. Les dépenses diplomatiques doivent dès lors être recherchées dans des sources diverses. Par exemple, pour le trésorier, il faut examiner les ordres de paiement consignés dans les registres Solutionum jusqu’en 1301 puis dans les registres Tesaurarii à partir de cette date, mais aussi les Libri Tesaurarii présentés devant le mestre racional et, enfin, les registres d’albarans (« quittances ») émis par ce dernier11. La documentation relative aux paiements des courriers se trouve pour sa part dispersée entre tous les registres précédemment mentionnés, ainsi que dans les sections des Sigilli Secreti et des Drets del segell secret, des registres tenus lorsque le roi est en déplacement12. Face à ce paysage documentaire complexe, marqué par l’absence d’unité comptable et d’unicité des fonds, plutôt qu’un calcul systématique du coût général de la diplomatie qui relèverait de la gageure, il semble donc préférable de croiser différentes échelles d’analyse et de mesure afin de percevoir la pression financière que peut signifier la diplomatie pour le pouvoir royal. Après une tentative de bilan général sur un exercice (six mois) en recoupant le maximum de sources mentionnant des paiements diplomatiques, une vision plus détaillée des mouvements du trésor sera fournie à partir des Libri Tesaurarii qui concentrent la majorité des paiements, une analyse que devra ensuite compléter l’étude du coût des ambassades pour le pouvoir.

LE COÛT DE LA DIPLOMATIE ROYALE : UN ESSAI DE DÉLIMITATION

a) Première méthode : un bilan sur six mois d’activités

  • 13 Respectivement : ACA, C, reg. 275, ffos 168v°-244r° et reg. 276, ffos 1r°-85v° ; reg. 299 et 300 ; (...)

4Le caractère discontinu des sources financières conservées pour le règne de Jacques II ainsi que les restrictions qui font obstacle à leur consultation ont conduit à porter l’analyse sur le premier semestre de l’année 1315. Des dépenses diplomatiques sont pour cette période attestées dans deux registres Solutionum, deux registres Tesaurarii, deux registres Sigilli secreti et un des livres du trésorier Pere Marc présenté devant le mestre racional13.

  • 14 Voir par exemple l’ordre donné au trésorier de fournir des vêtements à un messager grenadin (ACA, C (...)
  • 15 Sept albarans testimonials du mestre racional sont conservés pour les comptes de l’administration d (...)

5Trois remarques préliminaires doivent être précisées avant d’analyser le tableau 3. Ne sont mentionnés ici que les ordres de paiement en espèces engendrés par l’action diplomatique, alors qu’il existe aussi des versements en nature, que l’on perçoit à travers les ordres au trésorier ou bien par des mouvements du trésor14. De plus, il faut tenir compte du fait que les dépenses consignées dans les registres Tesaurarii et celles que le trésorier présente au mestre racional dans les Libri Tesaurarii se recoupent pour une bonne part. Enfin, il faudrait ajouter les paiements certes plus faibles mais non négligeables effectués par le notaire garde des sceaux, des dépenses que l’on ne peut guère appréhender à travers les redditions de comptes que cet officier présente au mestre racional15.

Tableau 3. — L’enregistrement des ordres et du montant des paiements diplomatiques durant le premier semestre 1315*

Mobiles des dépenses

Registres Solutionum

Registres tesaurarii

Registres Sigilli Secreti

Libri Tesaurarii (comptes présentés au mestre racional)

Ambassades des hommes du roi

5.411 sb et 6 db (pour 2 ordres)

1.953 sb 3 db (pour 6 ordres)

3.288 sb (pour 6 ordres)

Ambassadeurs, courriers étrangers

120 sb (pour un ordre)

2.289 sb et 8 db (pour 16 ordres)

76 sb 3 db (pour 5 ordres)

2.118 sb et 2 db (pour 19 ordres)

Courriers du roi

50 sb (pour un ordre)

8 sb (pour 2 ordres)

207 sb et 6 db (pour 2 ordres)

Mariages

10.315 sb (pour 2 ordres)

Informations

37 sb et 6 db (pour un ordre)

* Les valeurs exprimées en sous et en deniers de Jaca ont été ramenées en sous et en deniers de Barcelone, avec le taux de conversion a raó de quincens exprimé dans les documents (12 deniers de Jaca valent ainsi 15 deniers de Barcelone).
SOURCES
ACA, C, reg. 275, ffos 168v°-244r° ; ACA, C, reg. 276, ffos 1-85v° ; ACA, C, reg. 251, reg. 254, reg. 299, reg. 300 ; ACA, C, RP, MR 278

  • 16 Les dépenses diplomatiques, d’après le tableau 3 (p. 145), s’élèvent à 7.318 sous et 8 deniers de B (...)

6Dès lors, ce tableau ne peut constituer un bilan réel des dépenses diplomatiques royales, il éclaire plus la dispersion de la classification des paiements que leur volume ou leur poids. On peut néanmoins en retenir que les dépenses dues à l’envoi des ambassadeurs du roi d’Aragon sont plus élevées que celles causées par la réception des ambassadeurs étrangers, mais que ces dernières ne sont pas négligeables, alors que les dépenses liées aux mariages peuvent être considérables. D’autre part, les paiements apparaissent en plus grand nombre dans les registres liés à la fonction du trésorier (Tesaurarii ou bien Libri Tesaurarii), même si des versements parfois importants en volume peuvent aussi apparaître dans d’autres registres. Il semble dès lors profitable de concentrer l’analyse sur les registres présentés par le trésorier au mestre racional, les seuls qui comportent un bilan chiffré des recettes et des dépenses. Pour le premier semestre 1315, les dépenses diplomatiques représentent ainsi environ 4 % du total des paiements effectués par le trésorier16.

b) Deuxième méthode : le calcul d’après les Libri Thesaurarii

TABLEAU 4. — Les dépenses diplomatiques d’après les Libri Thesaurarii présentés au mestre racional

TABLEAU 4. — Les dépenses diplomatiques d’après les Libri Thesaurarii présentés au mestre racional

a C. Guilleré, « Les finances de la Couronne d’Aragon au début du XIVe siècle (1300-1310) », p. 494, fournit un tableau de la moyenne quinquennale des recettes de la trésorerie royale de la Couronne, de 1302 à 1317, ainsi qu’un récapitulatif des comptes royaux pour la période 1302-1310, d’après lequel « les comptes de la Trésorerie royale représentent près des deux tiers des recettes de la couronne d’Aragon (62,8 %) » (pp. 492-493).
SOURCES
E. GONZÁLEZ HURTEBISE, Libros de Tesorería, passim ; ACA, RP, MR 278. Les valeurs ont été ramenées en sous de Barcelone quand cela était possible ; les indications en nature ont été laissées car elles reflètent aussi les méthodes comptables de la trésorerie

  • 17 C. Guilleré aboutit à un constat similaire (ibid., p. 493).

7Afin de déterminer si cette valeur est significative, examinons à présent les autres Libri Tesaurarii consultables qui fournissent des informations comparables. Des données fragmentaires rassemblées dans le tableau 4, il ressort clairement que le poids de la diplomatie sur les finances du trésor est loin d’être stable. Parfois inférieur à 1 % du volume total des dépenses, il peut en cas de rencontres royales (vistes), lorsque les ambassades se multiplient ou bien pour le paiement d’une dot s’élever considérablement et dépasser largement les 10 %17. La diplomatie constitue donc pour les finances du trésorier du roi une charge potentiellement très élevée, une ponction en quelque sorte extraordinaire, mais aussi marquée par la multiplicité des paiements de faible importance, notamment les gratifications de toute sorte. Si la diplomatie n’est pas un poste fixe dans les finances royales, les dépenses qu’elle engendre ne répondent-elles pas à une logique de calcul spécifique et prévisible pour le pouvoir ? Pour tenter de répondre à cette question, nous nous concentrerons sur les ambassades royales, les plus à même de fournir des éléments chiffrés de comparaison.

c) Troisième méthode : le coût des ambassades

  • 18 À une exception près, la liquidation des comptes de Vidal de Vilanova pour deux ambassades consécut (...)
  • 19 Ces quaerns ou sedula ont malheureusement disparu des archives du mestre racional pour le règne de (...)
  • 20 Les registres d’albarans du mestre racional s’avèrent en ce sens pour le règne de Jacques II beauco (...)

8Les dépenses suscitées par les ambassades royales apparaissent à de nombreuses reprises de manière fragmentaire dans les registres ou les cartes reials de la chancellerie, mais seule la documentation du mestre racional permet de les appréhender globalement de manière relativement commode. Pour certaines ambassades, le maître rational — plus rarement un autre officier — émet en effet un albarà testimonial, par lequel il procède à une liquidation des comptes du viatge (« voyage ») ou de la missatgeria (« messagerie », « ambassade ») présentés par le(s) ambassadeur(s) du roi, des comptes souvent tenus par un despenser(o) (« économe ») chargé spécifiquement de cette tâche au cours de la mission18. Dans ces documents relativement stéréotypés, le maître des comptes ou le scrivà de ració atteste d’abord avoir reçu un compte d’ambassade19, indique ensuite la destination, les dates et la durée de la messagerie, avant de mentionner les sommes reçues puis les dépenses effectuées lors du voyage, généralement dans cet ordre. Enfin, le mestre racional procède à l’égalisation du compte. Il confectionne ensuite fréquemment un deuxième document, l’albarà de manament, dans lequel il ordonne la liquidation du compte, c’est-à-dire le versement des sommes encore dues au(x) représentant(s) du roi ou bien l’obligation pour ce(s) dernier(s) de restituer le trop-perçu à la trésorerie royale. Ces documents présentent donc des informations remarquables à la fois sur le coût d’ensemble d’une ambassade, sur les modes de calcul adoptés et sur les différents processus de financement qui permettent leur mise en œuvre20.

  • 21 On les trouve parmi les legationes des Registra secreta.

9Le coût total de la petite dizaine d’ambassades ici réunies (tableau 5, pp. 150-151) est d’ordinaire compris entre 300 et 700 livres de Barcelone, à l’exception du voyage exceptionnel de Bernat de Sarrià en 1308 et d’une mission à Grenade bien moins dispendieuse. Ces ambassades reviennent donc cher au pouvoir royal, le prix de quatre à dix chevaux de bonne qualité, ou bien, si l’on se réfère aux indications donnés par les livres du trésorier (tableau 4, pp. 146-147) quelques pour cent du total des dépenses du trésor sur un exercice de six mois. Cependant, il ne s’agit ici que des ambassades les plus coûteuses, en particulier de celles dépêchées auprès du pape, et la moyenne approximative de 500 livres dépensées pour une ambassade ne vaut donc que pour les plus importantes d’entre elles21. Malgré cette réserve, le poids financier de l’action diplomatique pour le pouvoir royal déjà observé auparavant trouve ici logiquement sa confirmation à une échelle d’analyse inférieure.

  • 22 Voir par exemple ACA, RP, MR 623, f° 94r° ; MR 624, f° 103r°.
  • 23 ACA, RP, MR 627, f° 38r°.
  • 24 Pour la mission de Joan Borgunyó, la quitació des bêtes est estimée à 4.066 tournois d’argent, cont (...)
  • 25 Pour la mission à Avignon de Vidal de Vilanova en 1311, on trouve la notation suivante : « … E sego (...)

10Si les ambassades déployées par le pouvoir royal aragonais ne peuvent être ramenées à une valeur « standard » d’ensemble, le calcul de leur coût de revient à la chancellerie royale s’appuie néanmoins sur l’utilisation de mécanismes et de concepts comptables spécifiques. Les albarans testimonials du mestre racional font certes état des messions e despeses, une appellation générale qui rassemble toutes les dépenses effectuées lors de l’ambassade22. Cependant, sous ces termes englobants, les scribes distinguent ensuite régulièrement la quitació (montures, vêtements, logement et nourriture) des altres rahons, les autres dépenses moins facilement prévisibles engendrées par les déplacements et le séjour à l’étranger des ambassadeurs du roi23. Les quelques comptes qui sont un peu plus détaillés laissent entrevoir les mêmes postes de dépense essentiels, à savoir les montures, les vêtements, la nourriture et la présence à la cour étrangère, notamment auprès du pape24. Cependant, les albarans ici conservés ne permettent guère d’effectuer une évaluation chiffrée significative du pourcentage moyen de ces différents postes, car un grand nombre de documents indiquent seulement la liste des mobiles de défraiement et la somme globale dépensée au cours de l’ambassade25. La disparition des quaerns (« cahiers ») des ambassadeurs de Jacques II remis au mestre racional s’avère ici une perte difficilement remplaçable.

  • 26 ACA, RP, MR 628, f° 25r°. Voir aussi ACA, RP, MR 627, f° 36v°. Par exemple, 6 tournois d’argent par (...)

11Peu explicites sur les parts respectives des différents postes de dépenses, les albarans testimonials du mestre racional laissent en revanche transparaître certaines modalités du calcul des coûts des ambassades, qui rendent possible une approche qualitative des techniques comptables employées. Ainsi le coût de revient des besties (« bêtes ») qui accompagnent l’ambassadeur est-il calculé per diem et par monture, les dépenses de l’ambassadeur étant arrêtées le jour de son retour à la cour du roi. Le pouvoir royal octroie une somme plus importante (parfois le double) lorsque l’ambassade est à l’étranger, alors que le montant alloué dins terra (« dans les terres du roi ») équivaut souvent à celui remis aux hommes présents à la cour du roi, a la ració ordinaria de la cort26. Si le coût de la diplomatie ne peut être ramené à un pourcentage moyen au niveau « macroscopique » des finances royales, si l’estimation d’un hypothétique coût moyen des ambassades ou de la ventilation des dépenses entre les postes s’avère vite illusoire, le calcul d’une partie du coût des ambassades s’effectue néanmoins selon des modalités qui prennent en compte la différence entre l’étranger et les territoires de la Couronne.

TABLEAU 5. — Coût règlement des ambassades d’après les albarans testimonials du mestres racional*

TABLEAU 5. — Coût règlement des ambassades d’après les albarans testimonials du mestres racional*

* Dans la mesure du possible, les bilans, souvent présentés en différentes monnaies dans les albarans testimonials, ont ici été ramenés à leur expression en sous de Barcelone, afin d’obtenir des valeurs comparables. Les calculs ont été effectués en prenant comme base un tournoi d’argent a raó de quincens (1 tournoi correspondant ainsi à 15 deniers de Barcelone), un taux de correspondance stable mentionné explicitement pour les ambassades comprises entre 1309 et 1320. Il a aussi été nécessaire de recourir aux équivalences florin/denier de Barcelone présentes dans les albarans, le rapport variant entre 190 et 196 deniers de Barcelone pour un florin. Le bilan des deux dernières ambassades est déjà exprimé en sous de Barcelone dans les documents, de même que pour l’ambassade de Francesc Despí et celle de Bernat de Sarrià. Seules les valeurs relatives aux ambassades de Guillem Durfort et ses compagnons, ainsi qu’à celle de Joan Borgunyó ont donc dû rester en plusieurs monnaies. De manière générale, sur les monnaies dans la couronne d’Aragon, voir M. Crusafont i Sabater, Història de la moneda catalana.

SOURCES
ACA, RP, MR 620, ffos 6r°-v° et 182r°-v° ; MR 623, ffos 74r°-75r° et 94r°-95v° ; MR 624, ffos 45v°-46r°, 89r°-90r°, 103r°-v° et 183r°-v° ; MR 627, ffos 36v°-37r° ; 37v°-38r° et 178v° ; MR 628, f° 25r°

  • 27 Ch. Giry-Deloison, Les rapports franco-anglais de 1485 au camp du Drap d’Or, p. 295 effectue un con (...)

12Avec un coût irrégulier, mais parfois très élevé, avec des dépenses difficilement prévisibles mais qui impliquent pour leur estimation l’emploi de techniques comptables spécifiques, la diplomatie met donc régulièrement à l’épreuve les finances royales27. Comment le pouvoir fait-il face à ces dépenses ? En particulier, comment sont financées les ambassades que Jacques II envoie en son nom à l’étranger ?

II. — LE FINANCEMENT DE LA DIPLOMATIE ROYALE OU LE POUVOIR ET SES LIMITES

13Repartons ici des dépenses engendrées par l’action diplomatique, envisagées non plus comme précédemment d’un point de vue quantitatif visant à l’évaluation de leur coût, mais dans la perspective de l’examen qualitatif des méthodes de règlement et de contrôle adoptées par le pouvoir royal, afin de mieux appréhender les enjeux financiers de la diplomatie et leurs conséquences.

LE PAIEMENT ET LE CONTRÔLE DES DÉPENSES DIPLOMATIQUES : LA SPHÈRE DU ROI ?

a) Le trésorier et les mandements de paraula

  • 28 La fonction précise du trésorier demeure mal connue de manière générale dans la couronne d’Aragon, (...)
  • 29 Il s’agit par exemple des paiements du trésorier au chambellan et à d’autres officiers de la cour p (...)
  • 30 ACA, C, reg. 299, ffos 45v°-48v°, 59v°-60r°, 68v°-69r°, 79r°-v°, 86r°-v°, 111v°-112r°, 128r°-129v°, (...)
  • 31 Cette section est matérialisée dans le registre par une rubrique soulignée visuellement par des arc (...)
  • 32 Les acceptacions sont des documents en papier, parfois longs de plusieurs mètres, composés de feuil (...)
  • 33 Par exemple, la notation « e avi apocha e acceptació » conclut toutes les entrées (ACA, RP, MR 278, (...)

14Le règlement des dépenses engendrées par la diplomatie royale échoit le plus souvent, on l’a vu, au trésorier du roi28. Un registre Tesaurarii (299) de la chancellerie royale a par conséquent été retenu comme exemple afin de déceler d’éventuelles spécificités dans les mandements transmis au trésorier pour le paiement des dépenses diplomatiques. D’emblée, un constat s’impose. Exceptés quelques ordres isolés que le roi transmet par écrit au trésorier, l’immense majorité des ordres de paiement liés à des affaires diplomatiques sont des mandements oraux (oretenus facta, de paraula)29. Ils apparaissent dans les ordres généralement mensuels ou bimestriels du roi au mestre racional d’intégrer dans ses comptes l’ensemble des dépenses effectuées par le trésorier sur son mandat oral30. La prépondérance de mandements du roi oretenus facta au sein des ordres reçus par le trésorier pour les dépenses diplomatiques se retrouve ensuite logiquement dans les registres présentés par le trésorier au mestre racional, les Libri Tesaurarii. Ils sont là aussi pour la plupart réunis dans la sous-section des mandements de paraula du roi31. Les rubriques qui renseignent cette sous-section indiquent en outre que les mandements oraux impliquent un accord du roi, l’acceptació, nécessaire pour confirmer a posteriori par écrit la validité de l’ordre donné oralement32. Les ordres de paiement pour mobiles diplomatiques se trouvent alors répartis dans les deux sous-sections de cette sous-section, à savoir les mandements oraux au trésorier avec acceptació (« acceptation ») et apoca (« quittance ») et ceux qui ne comportent pas d’apoca33.

  • 34 ACA, RP, MR 278, ffos 92v°[2], 93v°[1]-[2], 93v°[4], 94r°[3], 94v°[3], etc.
  • 35 T. de Montagut i Estraguès, El Mestre Racional a la Corona d’Aragó, t. I, pp. 156 sq.

15La place des ordres de paraula de versement d’argent dans l’économie des différents registres ne doit cependant pas faire oublier leur trait distinctif essentiel : l’oralité. La nécessité de prendre rapidement des décisions dans l’action diplomatique explique en partie leur place déterminante dans les mandements royaux, mais elle ne suffit pas à en rendre compte complètement. Un autre élément important donne ici prise à l’interprétation. Les ordres oraux donnés par Jacques II pour les dépenses diplomatiques concernent fréquemment des dons gracieux, en particulier des versements d’argent à des ambassadeurs étrangers. Jacques II ordonne ainsi de paraula à son trésorier Pere Marc de remettre de gratia diverses sommes à Johan de Constança, courrier du roi des Romains, à des membres de la maison de Frédéric d’Autriche, à Sancho Ochoa, membre de la maison de l’infant Juan de Castille, à un messager du sultan de Bougie, à des courriers du roi Robert de Naples, etc.34. L’ordre oral permet dans cette situation une démonstration plus explicite et plus immédiate de la capacité de munificence dont dispose le roi. De façon générale, qu’il s’agisse des dons gracieux ou bien de la mise en paiement des autres dépenses, le règlement du coût de l’action diplomatique constitue en quelque sorte un domaine réservé du prince, il fait partie des dépenses extraordinaires qui échappent à la nécessité d’être formulées par écrit, alors qu’Alphonse III avait pourtant en 1287 tenté d’imposer cette règle pour tout paiement effectué par le trésorier35. L’intensification de l’action diplomatique durant le règne de Jacques II se traduit alors de manière paradoxale du point de vue des rôles respectifs de l’oral et de l’écrit. Certes, la diplomatie participe pleinement au mouvement plus général d’intensification des usages des écrits par le pouvoir royal, mais elle demeure dans ses mécanismes de financement fondamentalement liée à la personne et à la parole du roi. En va-t-il de même pour le contrôle des dépenses diplomatiques ?

b) Le contrôle des dépenses diplomatiques par le mestre racional

  • 36 Ibid., t. I, p. 324.
  • 37 Ibid., t. I, pp. 328-350, notamment p. 346, n. 68 avec des exemples postérieurs au règne de Jacques (...)
  • 38 Ordre au mestre racional Arnau Sabastida de faire avec Gil de Bidaure le compte des dépenses effect (...)
  • 39 Pour des ordres du roi de paraula au mestre racional de fiscalisation de comptes d’ambassade, voir (...)
  • 40 ACA, RP, MR 624, ffos 45v°-46r°, 89r°.
  • 41 « Jo, G. ça Rovira scrivà del senyor rey e tinent loc d’en Pere Boyl, maestre racional de la cort d (...)
  • 42 S. P. Bensch, « La primera crisis bancaria de Barcelona ».

16Le processus de fiscalisation effectué par le mestre racional sera ici entendu au sens juridique défini par Tomàs Montagut comme la faculté de soumettre à révision et à examen la gestion administrative ou économique d’un organisme, assortie de la capacité d’approuver ou non ce qui a été fait et d’exiger le cas échéant de la personne concernée une prise de responsabilités administratives et économiques36. Selon la typologie fournie par cet auteur, le mestre racional contrôle les officiers ordinaires du roi, les officiers délégués ou les commissaires — dont les ambassadeurs — et est plus généralement susceptible de contrôler les comptes de toute personne ayant effectué des opérations affectant le patrimoine royal37. Le contrôle des dépenses diplomatiques est donc direct ou indirect. La majorité d’entre elles sont vérifiées lors de la présentation des Libri Tesaurarii au mestre racional, mais, comme il y a déjà été fait allusion, les ambassades les plus coûteuses font l’objet d’un contrôle direct spécifique par cet officier. Une telle procédure ne constitue pas une nouveauté absolue dans la couronne d’Aragon, puisqu’Alphonse III avait déjà ordonné en 1288 à son mestre racional de contrôler les comptes d’une ambassade en Castille, mais son importance s’accroît durant le règne de Jacques II38. Comme pour le règlement des dépenses diplomatiques effectuées par le trésorier, la présence de Jacques II apparaît ici de manière particulièrement nette. Dans la plupart des cas, c’est en effet le roi lui-même qui donne l’ordre au mestre racional de fiscaliser les comptes d’ambassade, parfois oralement et plus généralement par écrit, per manament del senyor rey (« par mandement du seigneur roi ») avec un albarà39. Les cas où le mandement explicite du roi n’apparaît pas demeurent isolés40. De manière significative, lorsque Pere Boyl, le mestre racional, souhaite que le compte de son ambassade à Rome soit fiscalisé, Jacques II donne l’ordre à un scribe d’effectuer le contrôle41. Aussi bien pour leur règlement par le trésorier que pour leur contrôle a posteriori par le mestre racional, les dépenses diplomatiques semblent donc relever essentiellement des prérogatives du roi, parfois de sa seule parole. Elles témoignent en tout cas de manière certaine d’une attention et d’une tentative de contrôle réelles par le souverain qui viennent corréler ce qui avait déjà été observé pour l’utilisation des écrits par les ambassadeurs de Jacques II. Mais ces ordres de versement au trésorier, ces procédures de contrôle ne constituent qu’un aspect, somme toute relativement formel, des procédures de financement de l’action diplomatique. L’omniprésence apparente de Jacques II en ce domaine ne témoigne-t-elle pas aussi de la position précaire d’un roi souvent en manque de liquidités et dont les finances reposent à la fin du XIIIe siècle pour une bonne part sur les emprunts auprès des banquiers de Barcelone42 ?

DES PAIEMENTS SOUVENT DIFFICILES POUR LE TRÉSOR ROYAL

a) Une provisio du trésor limitée

  • 43 Voir par exemple ACA, RP, MR 273, f° 73r°[3] ; MR 620, f° 180r°-v° ; MR 278, f° 56r°[4], ou bien en (...)
  • 44 Les résultats suivants sont obtenus à partir du tableau 5 (pp. 150-151) pour le rapport provisió/dé (...)
  • 45 De nombreux ordres de remboursement à des ambassadeurs pour des montures perdues en cours de missio (...)

17Le trésorier remet aux ambassadeurs en partance un pécule initial, la provisio (« provision »), ou ac(c)orriment (« acompte »), qui doit leur permettre de subvenir aux frais de mission43. Cependant, l’examen du rapport entre l’ensemble des dépenses engendrées par les ambassades et cette dotation initiale, que l’on peut calculer pour les dix ambassades du tableau 5 (pp. 150-151), montre que dans l’ensemble la somme remise par le trésorier ne suffit pas à couvrir le coût total de la mission. Hormis deux cas exceptionnels où la provisio excède les dépenses, elle représente entre 13 % et 77 % des sommes déboursées pour l’accomplissement de l’ambassade, sans qu’une moyenne significative puisse être établie44. Soit en raison de difficultés éprouvées au moment de l’évaluation des sommes à avancer — la perte d’une monture est ainsi peu aisée à prévoir45 —, soit plus prosaïquement par manque de liquidités, le trésor royal ne fournit donc pas à l’avance aux ambassadeurs de Jacques II l’intégralité des sommes qui leur sont nécessaires.

  • 46 ACA, RP, MR 620, f° 6v°.
  • 47 ACA, RP, MR 624, f° 45v°.
  • 48 Les ambassadeurs réclament 1.200 florins depuis Pérouse le 5 mai et le 9 juillet 1304, puis depuis (...)

18Ce constat général est confirmé par l’examen diachronique du financement des ambassades royales, rendu possible par quelques albarans testimonials du mestre racional et par les indications fragmentaires contenues dans la correspondance que certains ambassadeurs entretiennent avec leur souverain. À l’occasion de leur mission à Gênes, en Allemagne et en Hongrie en 1293, Bernat de Fonollar, Guillem Durfort et Bertran Desvall reçoivent ainsi 6.000 sous de Barcelone du trésorier Bernat de Sarrià en acompte de leurs dépenses ; un certain Pere de Libera leur fournit ensuite à Majorque 2.000 sous de Barcelone ; enfin, Cristiano Spinola, Giaccomo « Escorssafiga » et son fils Francesco leur remettent à Gênes 10.000 sous en tournois noirs46. Pour sa part, en raison de la mission qui le mène en 1308 auprès du pape à Poitiers, le sacristain de Majorque Joan Borgunyó s’est vu remettre en deux temps 2.300 tournois d’argent par le trésorier, une somme complétée par 2.015 tournois prélevés sur une assignation royale en Provence puis livrés par Jaume Despuig47. L’insuffisance de la dotation initiale constitue alors le motif profond des récriminations récurrentes des représentants de Jacques II qui, à l’instar de nombreux autres ambassadeurs au Moyen Âge, réclament régulièrement à leur mandataire de l’argent pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Lors de leur mission à Avignon, à Majorque et en Italie en 1304, Vidal de Vilanova, Bernat Peregrí et Guillem de Lacera se plaignent ainsi fréquemment d’un cruel manque de liquidités, ce qui conduit Jacques II à leur faire parvenir de l’argent prélevé sur des assignations en Provence, puis à en remettre une partie à la compagnie florentine des Bardi qui possède la capacité de le faire parvenir sur les places italiennes aux représentants du roi48. Les exemples pourraient ici être multipliés, mais ils ne feraient que confirmer une même impression d’ensemble : le trésor royal finance en général les ambassades en plusieurs temps, au départ de la mission puis en cours de route, souvent sous la pression insistante des ambassadeurs, et les représentants du roi doivent parfois en appeler à d’autres bailleurs de fonds que le trésorier pour disposer de l’argent dont ils ont besoin.

b) Les retards de paiement, une pratique courante

  • 49 C’est notamment le cas de deux albarans de manament relatifs à la mission à Avignon de Vidal de Vil (...)
  • 50 C’est le cas par exemple de Dalmau de Pontons pour l’ambassade qui l’avait mené avec Vidal de Vilan (...)
  • 51 ACA, RP, MR 623, f° 37r°.
  • 52 G. Macip de Prades comparaît ainsi devant le mestre racional Arnau Sabastida le 12 juillet 1294 à V (...)

19Dès lors, une partie importante des dépenses diplomatiques n’est pas prise immédiatement en charge par des finances royales qui préfèrent rembourser après coup les sommes avancées pour l’accomplissement des ambassades. De plus, les seules mises en recouvrement effectives figurant dans les albarans de manament (« ordres de paiement ») qui suivent des albarans testimonials dans les registres du mestre racional se rapportent aux rares ambassades pour lesquelles le représentant du roi a reçu des sommes qui excèdent les dépenses effectuées, il doit alors retourner la différence au trésor le plus rapidement possible49. Comme dans de nombreux autres domaines, le pouvoir semble ici reporter le plus possible le remboursement de ses dettes. Ainsi, quand le mestre racional prend acte avec les albarans testimonials des sommes qui sont dues aux ambassadeurs, cela ne signifie pas pour autant que la mise en recouvrement a lieu immédiatement. Si les impayés semblent demeurer peu nombreux, le remboursement des sommes déboursées par les ambassadeurs au cours de leur mission, couramment effectué quelques mois après le retour50, peut aussi prendre un temps considérable et requérir de la part des anciens représentants du roi une patience et une ténacité peu communes. Les remboursements sont souvent échelonnés : alors que Jacques II lui avait le 27 décembre 1303 octroyé gracieusement (de gracia) 10.000 sous de Barcelone pour une ambassade en Sicile, Jaspert de Castellnou n’a pas encore été remboursé intégralement cinq années et demie plus tard. Quand le mestre racional examine ses comptes le 17 avril 1309, il trouve au dos de la lettre de concession que trois versements ont déjà été effectués (5.000 sous, 500 sous et 1.890 sous de Barcelone), ce qui signifie que 2.610 sous de Barcelone restent encore impayés51. Ce sont même parfois… les exécuteurs testamentaires d’anciens ambassadeurs défunts qui cherchent encore des années plus tard à obtenir satisfaction de frais engagés pour le service du roi52 !

20Le financement des ambassades par le trésor et son contrôle par le pouvoir royal, bien réels, se fondent donc aussi pour une bonne part sur le mécanisme fragile et aléatoire du report des paiements effectifs, qui suppose que des fonds autres que ceux du trésor soient avancés et mis à contribution. Autrement dit, l’argent dépensé pour la diplomatie royale passe certes toujours à un moment ou à un autre entre les mains du trésorier ou bien est soumis in fine au contrôle du mestre racional, mais il ne s’agit pas forcément de l’argent du trésor royal, l’action diplomatique semblant en fait favoriser la mobilisation de liquidités qui puisent à d’autres sources. Si le trésor royal s’avère à lui seul incapable de remettre en temps et en heure à partir de ses fonds propres l’intégralité des sommes nécessaires à l’action diplomatique, d’où vient alors l’argent dont disposent en cours de mission les ambassadeurs de Jacques II ?

LE RECOURS À L’AVANCE ET À L’EMPRUNT

  • 53 Voir pp. 143-144.
  • 54 Le 17 janvier 1315, à Saragosse, Jacques II ordonne au bailli du royaume de Valence de verser l’arg (...)

21Outre le trésorier, le pouvoir royal met à contribution d’autres officiers afin de rendre plus efficace le financement de son action diplomatique. Le notaire garde des sceaux prend ainsi à son compte les dépenses des courriers53. Pour leur part, des officiers délégués représentant le pouvoir royal, tels le bailli du royaume de Valence ou le veguer de Tarragone, reçoivent parfois l’ordre de remettre de l’argent à des ambassadeurs aragonais et étrangers54. Mais la répartition de la charge du coût de la diplomatie royale entre les différents fonds dont disposent les officiers du roi s’avère une solution insuffisante pour répondre aux besoins en numéraire ; le recours à l’emprunt paraît souvent indispensable. L’emploi d’une telle pratique survient essentiellement de manière indirecte et quelque peu éclatée dans la documentation, à travers des reconnaissances de dettes ou des ordres de remboursement expédiés par la chancellerie du roi. En portant l’attention prioritairement sur le financement des ambassades royales, trois types de prêteurs peuvent globalement être distingués en fonction des relations qu’ils entretiennent avec Jacques II : des hommes proches du roi (à la cour, à la ville), ses ambassadeurs et, dans une moindre mesure, des étrangers.

  • 55 Le chancelier Ramon Despont, évêque de Valence, finance ainsi en partie l’ambassade à Avignon de l’ (...)
  • 56 C’est ce qui apparaît dans une liste considérable de sommes qu’il a prêtées à Jacques, alors roi de (...)
  • 57 Les exemples d’une telle pratique abondent dans les premiers registres Solutionum du règne de Jacqu (...)
  • 58 « … Cum nos mittamus ad regem Tunicii dilectum consiliarium et judicem nostrum curie nostre Guillel (...)

22Parmi les proches du roi, son chancelier et son chambellan lui avancent des fonds dans le but de faciliter la mise en œuvre de l’action diplomatique55. Roger de Llúria, amiral de la flotte de Sicile, a également avancé de l’argent à Jacques, alors roi de Sicile, afin d’armer des navires utilisés par des ambassadeurs, de régler des pirates pour le transport des représentants du roi ou bien encore pour remettre un pécule à des messagers aragonais envoyés en Castille56. Plus souvent encore, les hommes présents à la cour ou simplement proches du roi vendent à ce dernier des biens en nature, des vêtements ou des armes, des chevaux surtout, qui sont ensuite transmis en cadeau aux souverains étrangers57. Or, il arrive que le trésor ne règle pas immédiatement son dû. La vente s’apparente alors ipso facto à une avance en nature au trésor pour les fonds nécessaires à l’action diplomatique, ce qui constitue une véritable bulle d’air pour les finances royales. Enfin, en cas d’urgence, le souverain fait appel aux liquidités dont peuvent disposer les hommes de Barcelone, sous des formes qui s’apparentent à des emprunts forcés. Lorsque le conseiller de Jacques II Guillem Oulomar doit se rendre à la fin du mois de juillet 1313 en ambassade auprès de l’émir de Tunis, comme la chambre du roi ne dispose pas d’argent, le souverain aragonais enjoint au citoyen de Barcelone Pere Buçot de prêter les sommes nécessaires pour cette mission (legatio). En appelant à la fidélité de son sujet, le roi garantit le remboursement de ce prêt sur les sommes que l’ambassadeur doit ramener de Tunis58. Dans ce cas, l’avance nécessaire au financement d’une ambassade constitue en quelque sorte pour le sujet une obligation envers le souverain, alors que la faiblesse en liquidités du trésor rend le pouvoir royal dépendant de l’emprunt.

  • 59 L’indication apparaît dans une réponse de Jacques II à Bernat de Boxadós qui réclame de l’argent en (...)
  • 60 « … Verum si forte dictus Bernardus de Serriano a civitate Barchinone recesserit vel expensas predi (...)

23La diplomatie royale s’appuie aussi à de multiples reprises sur les capacités financières des ambassadeurs qui avancent de l’argent sur leurs propres ressources pour mener à bien leur mission. Le prêt d’argent au roi n’est pas alors formalisé par un contrat notarié, mais l’avance des sommes déboursées apparaît dans les reconnaissances de dettes émises postérieurement par la chancellerie royale et le mestre racional. De manière assez exceptionnelle, le trésorier Pere Marc rend explicite cette obligation courante pour les ambassadeurs, généralement considérée comme allant de soi. Il indique clairement à Bernat de Boxadós, alors prêt à se rendre en Avignon pour le service du roi, qu’il lui remet certes deux mois de provisio, mais qu’il doit emmener et avancer (bestrer) son propre argent dans le cas où la mission se prolongerait. Le trésorier le remboursera évidemment au retour, mais Jacques II lui demande de s’efforcer jusqu’alors de tenir autant que possible sur ses propres fonds59. En cas d’extrême urgence, le roi indique avant même son départ en mission à son représentant qu’il devra le cas échéant avancer de l’argent pour l’accomplissement de l’ambassade. Guillem Llull, lorsqu’il est envoyé auprès du roi de Naples en août 1297, doit passer voir le trésorier Bernat de Sarrià muni d’un ordre de Jacques II lui permettant de récupérer les sommes nécessaires. Cependant, si les fonds viennent à manquer ou si le trésorier se montre rétif, il devra — c’est un ordre du roi — avancer les frais de l’ambassade sur ses propres biens, avec naturellement une fois encore la garantie d’être remboursé au retour60. Les fonds propres de l’ambassadeur doivent donc pallier les déficiences initiales du trésor royal, ils autorisent plus de souplesse et de rapidité dans le déroulement de la mission et leur utilisation au bénéfice du service royal constitue un élément important dans la relation d’obligation qui lie le mandataire et ses représentants.

  • 61 Ximen de Lenda et Pere Desvall partent en France en 1301 munis d’une lettre de Jacques II au grand (...)
  • 62 ACA, C, reg. 271, ffos 86r° (16 mars 1310, Valence, pouvoir donné par Jacques II à Vidal de Vilanov (...)
  • 63 ACA, C, reg. 238, ffos 53v°[2] et 54r° (27 mars 1309, Avignon).

24Bénéficiant des sommes avancées par des sujets du roi et du recours à l’autofinancement des ambassadeurs, la diplomatie royale s’appuie aussi à plusieurs reprises sur des fonds qui proviennent directement de l’étranger. Les ambassadeurs du roi partent régulièrement munis d’un pouvoir de leur mandataire leur permettant d’emprunter de l’argent en son nom, notamment lorsqu’ils se rendent en France, à la curie et en Italie61. C’est par exemple le cas de Vidal de Vilanova qui se dirige vers Avignon et la Provence en 1310 avec en poche un procuratorium de ce type émis par Jacques II et deux demandes d’argent adressées par le souverain à Castello Gianfigliazzi, citoyen de Florence résidant à Avignon, et à Berenguer de Aguiler, auparavant dépêché en Provence pour récupérer de l’argent dû à Jacques II par les Angevins de Naples62. Les ambassadeurs de Jacques II ont souvent recours à cette pratique qui consiste à emprunter de l’argent contre une garantie de remboursement assignée sur des rentes de Jacques II à l’étranger. Déjà, en 1309, Ponç, évêque de Lérida, et Bernat de Fonollar devaient d’après une lettre de Jacques II retirer l’argent qui leur était nécessaire auprès du même Castello Gianfigliazzi, qualifié de familier du roi d’Aragon, alors procureur pour son compte de rentes assignées en Provence qui n’avaient pas encore été perçues63. En somme, les ambassadeurs empruntent à l’étranger, mais n’obtiennent ces avances d’argent qu’au prix d’une assignation sur des rentes royales.

  • 64 Hormis S. P. Bensch, « La primera crisis bancaria de Barcelona », qui analyse avant 1300 le cas de (...)
  • 65 « … Dicimus et mandamus vobis quatenus […] de quibuscumque denariis nostre curie, non obstantibus a (...)

25Les quelques éléments de typologie qui viennent d’être avancés demeurent forcément fragmentaires. En effet, une interprétation d’ensemble de la composition du groupe des prêteurs de fonds au monarque pour son action diplomatique nécessiterait une étude préalable générale des prêts octroyés à Jacques II par les banquiers, les serviteurs du roi ou les autres sujets du monarque durant cette période64. Sous réserve de travaux postérieurs, les exemples rassemblés ici convergent néanmoins : toute personne liée au roi (sujet, ambassadeur, familier) est susceptible d’être requise d’avancer de l’argent au bénéfice de l’action diplomatique royale. Surtout, plutôt que de suivre un processus d’emprunt régulier, le trésor royal donne en fait bien souvent l’impression de faire feu de tout bois, de combiner toutes les méthodes possibles pour rassembler des liquidités dans l’urgence. Le financement de l’action diplomatique peut donner lieu à un impressionnant déploiement d’ingéniosité, voire d’acrobatie comptable et financière. Pressé par les événements, le roi intime ainsi au trésorier de remettre par quelque moyen que ce soit de l’argent à ses représentants dans le Val d’Aran en 1313, le cas échéant au détriment d’autres obligations, telles les assignations sur le patrimoine royal65.

  • 66 ACA, C, reg. 339, f° 186r°[3]-v°.
  • 67 Ibid., f° 186v°[1] (28 juillet 1325, Tarazona).
  • 68 Ibid., f° 187r°[2].
  • 69 Ibid., f° 187r°[4]-v° (8 août 1325, Tarazona).
  • 70 Cette décime est liée à la conquête de la Sardaigne (À. Fàbrega Grau, « Ayuda económica de la Igles (...)
  • 71 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 666.
  • 72 Le 17 août, Jacques II écrit aux ambassadeurs pressentis, Gastó, l’évêque de Huesca, et Berenguer d (...)
  • 73 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 720 (24 septembre 1325, Saragosse).
  • 74 « A mi seynor prenia tota ora dubte d’açò que he vist e per açò dix io seynor a vos l’altre die con (...)

26L’urgence et le caractère jugé prioritaire de l’action diplomatique conduisent dès lors le trésorier, d’ordinaire chargé de l’administration, de la conservation et de la distribution du trésor royal, à mener une véritable chasse à l’emprunt pour rassembler les liquidités nécessaires. La préparation en 1325 d’une ambassade solennelle qui doit se rendre auprès de Frédéric III et du duc de Calabre au bénéfice de la paix entre les Angevins de Naples et les Aragonais de Sicile en offre un exemple particulièrement spectaculaire. Le 28 juillet 1325, Jacques II ordonne depuis Saragosse à son trésorier Pere Marc de consacrer ses efforts à la réunion de l’argent nécessaire à l’armement de cinq galères et aux dépenses des ambassadeurs66. Il lui concède à cette fin un pouvoir spécifique, par lequel le trésorier peut, auprès des personnes de son choix, effectuer des emprunts au nom du roi et les garantir sur le patrimoine royal67. Quatre jours plus tard, Jacques II accroît encore ses exigences en demandant à Pere Marc de trouver assez d’argent pour armer un leny de 50 à 60 rames et une barcha de 20 à 30 rames qui doivent accompagner les cinq galères déjà mentionnées68. Le roi rappelle peu après à son trésorier le caractère impérieux du rassemblement de ces fonds, que doit faciliter l’octroi par le pape d’une décime de 7.500 livres de Barcelone à l’infant Alphonse69. Le trésorier manifeste néanmoins un très vif scepticisme. Le 10 août, il informe Jacques II qu’il a bien pris note des demandes d’argent requises pour l’ambassade, mais il fait surtout part de son désarroi et des difficultés qu’il éprouve à y répondre. Il s’étonne ainsi de l’envoi par le roi d’un pouvoir pour lever de l’argent à Barcelone et garantir les emprunts sur tous ses biens, alors que la cour doit déjà plus de 5.000 livres et que Jacques II ne lui explique pas comment obtenir une somme qu’il a pu faire estimer à quelques 7.750 livres de Barcelone. Après avoir rappelé diverses obligations auxquelles est soumis le trésor en cette année 1325, le trésorier s’excuse donc de son incapacité à réunir dans un tel contexte l’argent nécessaire et de n’avoir guère pu emprunter que 600 livres de Barcelone dans la capitale catalane auprès de Pere Castlan et de Bernat Metge. Le cœur du problème réside en fait selon lui dans l’incapacité où il se trouve d’offrir aux prêteurs des garanties suffisantes. Pere Marc propose donc une solution de rechange — la seule viable à ses yeux — composée de deux volets, une acrobatie financière pour laquelle il demande l’autorisation du roi. Il s’agit tout d’abord de garantir les emprunts sur la levée de la décime de 7.500 livres que vient d’octroyer le pape à Jacques II et à l’infant Alphonse, ce qui doit permettre de convaincre les prêteurs70. D’autre part, le trésorier suggère d’utiliser une somme d’argent qui avait été prêtée par le noble Ramon Folc contre mise en gage de joyaux du roi. Ce montage financier présente un risque évident : si le roi ne rembourse pas à temps, il perdra des biens gagés estimés entre 10.000 et 15.000 livres de Barcelone, car le noble n’acceptera pas de report supplémentaire pour le remboursement71. Probablement en raison de rebondissements qui conduisent à abandonner temporairement l’idée de dépêcher l’ambassade, la réponse du roi à cette proposition ne nous est pas connue72. Le 24 septembre, l’infant Alphonse témoigne de son intérêt pour l’affaire et s’étonne auprès de Jacques II que ce dernier n’ait pas encore fourni de réponse au trésorier73. Cependant, la vision quelque peu catastrophiste de l’état des finances du trésor présentée par Pere Marc est contestée parmi les proches du roi, puisque son conseiller Guillem Oulomar estime que le trésorier surévalue les sommes nécessaires et se propose lui-même de garantir sur ses biens les emprunts nécessaires pour la mission74.

  • 75 Le règlement par le pouvoir royal des dots pour lesquelles il s’est engagé plaide aussi en ce sens. (...)
  • 76 Sur le crédit et la dette dans la couronne d’Aragon, en particulier à Barcelone, voir M. Sánchez Ma (...)

27Ce ténébreux financement d’une ambassade somptuaire montre à l’envi les difficultés que peut éprouver un pouvoir royal aux abois lorsqu’il lui faut réunir les sommes nécessaires à son action diplomatique. Le rassemblement des fonds, souvent effectué dans l’urgence, implique le recours à des solutions complexes, parfois acrobatiques, voire dangereuses pour un pouvoir royal qui semble par moments mener une diplomatie au-dessus de ses moyens, au risque de perdre des biens mis en gage ou bien de s’engager sur des sommes qui n’ont pas encore été prélevées75. Le financement dans l’urgence de la diplomatie révèle la dépendance du pouvoir vis-à-vis des emprunts, contribue à aggraver l’endettement, tout en resserrant les liens d’interdépendance qui existent déjà entre le roi et les hommes qui lui sont le plus proches et qui participent aussi financièrement à l’élaboration de la politique royale. La diplomatie n’est évidemment pas le seul facteur favorable à une telle évolution et l’endettement ne signifie pas nécessairement l’incapacité financière, bien au contraire76, mais l’urgence qui caractérise l’action diplomatique révèle en même temps qu’elle accentue encore un peu plus la faiblesse chronique en liquidités des finances royales, qui dans certains cas ne peut être palliée que par le recours aux impôts extraordinaires.

LA DIPLOMATIE ROYALE ET LE DÉVELOPPEMENT DES SUBSIDES EXTRAORDINAIRES

  • 77 Esther Redondo García (Universitat de Barcelona) prépare actuellement une thèse sur les maridatjes (...)
  • 78 ACA, C, reg. 324, ffos 1r°-4v° et 32r° (septembre 1294). Ces sommes sont ensuite réclamées dans dif (...)
  • 79 « Pro expensis nunciorum ad romanam curiam mitendorum » (ACA, C, reg. 262, f° 236r°). Sur ce banqui (...)

28Jusqu’à présent, à l’exception de l’ambassade de 1325, le financement de l’action diplomatique royale a été examiné essentiellement à l’aune d’entreprises de petite ou de moyenne envergure, pour lesquelles le rassemblement des fonds pouvait raisonnablement s’effectuer par la combinaison des liquidités du trésor, des avances des ambassadeurs et des emprunts auprès des différents créditeurs susceptibles de fournir l’argent nécessaire. Certaines opérations diplomatiques présentent cependant un coût bien plus élevé pour le pouvoir royal. Il s’agit notamment des mariages princiers, des rencontres royales (les vistae) et des ambassades les plus importantes. Le pouvoir royal a la possibilité de prévoir plus longtemps à l’avance les dépenses qui devront alors être engagées, il lui est donc possible de recourir à des impositions spécifiques qui requièrent un certain délai pour que le recouvrement soit effectif. Sans qu’il soit possible en ce domaine d’aller pour le moment beaucoup plus avant, on peut tout de même remarquer que les mobiles allégués pour les demandes de questies, c’est-à-dire de subsides extraordinaires auxquels consentent les sujets du roi, concernent fréquemment durant le règne de Jacques II le financement d’affaires diplomatiques77. À l’occasion de l’ambassade menée à Rome par Gilabert de Cruïlles, Guillem Durfort, Pere Sacosta et Guillem Galvany, qui aboutira finalement à la paix d’Anagni en juin 1295, le pouvoir royal lève ainsi une questia spécifique78. Il s’agit cependant d’un cas exceptionnel. En effet, hormis une questia requise en 1295 pour des rencontres royales prévues entre Jacques II et Philippe le Bel, les questies exigées en alléguant des mobiles qui peuvent être qualifiés de diplomatiques le sont toutes pour le financement de mariages princiers. L’ambassade de 1295 est néanmoins particulièrement révélatrice, une fois encore, des difficultés éprouvées par le pouvoir royal pour financer sa diplomatie : même avec les sommes fournies par le subside, le recours au grand prêteur de Barcelone Berenguer de Finestres demeure nécessaire pour que l’expédition puisse avoir lieu. Le 20 mars 1295, il avance au roi 5.000 sous de Barcelone « pour les dépenses des ambassadeurs devant être envoyés à la cour de Rome »79.

  • 80 Sur l’évolution de la fiscalité extraordinaire, voir M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscal (...)
  • 81 J. M. Currin, « Diplomacy and Financial Administration in the Reign of Henry VII ».
  • 82 Voir pp. 158-164.

29La diplomatie royale, en raison de la pression financière qu’elle suppose, contribue donc au développement du recours à l’extraordinaire80 durant le règne de Jacques II, en particulier jusqu’en 1305 puis après 1321. À la différence de ce que l’on peut observer de manière fugitive dans l’Angleterre de la fin du XVe siècle81, l’utilisation des ressources ordinaires s’avère ici encore insuffisante pour satisfaire toutes les dépenses engendrées par l’action diplomatique. Avec le recours aux emprunts, avec les avances des ambassadeurs, avec l’utilisation des mécanismes de l’imposition extraordinaire, le pouvoir royal ne finance pas à lui seul son action diplomatique, même si en dernier lieu ce financement s’effectue au nom du souverain. Aboutissement logique de cette dépendance, l’action diplomatique peut aussi être financée directement par d’autres bailleurs de fonds que le pouvoir royal82.

30En somme, la diplomatie aggrave la pression qui pèse déjà sur un trésor dont le fonds de roulement est faible, elle constitue un élément supplémentaire et trop souvent négligé dans l’évolution qui mène à l’instauration de nouvelles procédures fiscales. Peu original dans les techniques comptables employées et dans les procédures de contrôle, le financement de l’action diplomatique se distingue nettement des autres postes de dépenses par la temporalité des demandes. La diplomatie pose en effet problème au pouvoir surtout par l’urgence requise pour le rassemblement des fonds, qui conduit le trésor à recourir aux mécanismes de l’emprunt, aux subsides, voire à l’improvisation financière et comptable. La diplomatie de Jacques II est certes brillante, mais cet éclat repose alors tout autant sur les fonds propres du trésor que sur la capacité du pouvoir royal à obtenir ailleurs l’argent nécessaire.

Notes

1 « … Cor ell sap bé que la casa d’Aragó no és adinerada » (ACA, C, reg. 338, f° 59r° [ca. 20 juin 1322, Barcelone]).

2 Voir M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, pp. 9-17, 49-105. Sur le financement de la conquête de la Sardaigne, voir Id., « Las ciudades y villas de Cataluña », avec bibliographie.

3 Ludwig Klüpfel considère ainsi les finances comme le maillon le plus faible de l’organisation interne de « l’État aragonais » sous Alphonse III (L. Klüpfel, Verwaltungsgeschichte des Königsreiches Aragon, p. 178), un constat repris et amplifié chronologiquement par J. N. Hillgarth qui voit dans la faiblesse de ses ressources financières le « talon d’Achille » de la couronne d’Aragon (J. N. Hillgarth, The Problem of a Catalan Mediterranean Empire, p. 9, passim).

4 Sur le mestre racional, voir T. de Montagut i Estraguès, El Mestre Racional a la Corona d’Aragó ; sur la fonction du trésorier et son introduction sous Pierre III d’Aragon, voir aussi M. VanLandingham, « Innovation and Resistance », et, pour Alphonse III, L. Klüpfel, Verwaltungsgeschichte des Königsreiches Aragon, pp. 25-32.

5 M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, pp. 52-64 et pp. 82-96.

6 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 149-174 donne de brèves indications à ce sujet. Pour le financement de la diplomatie anglaise, voir les documents publiés par P. Chaplais, English Medieval diplomatic Practice, t. II, pp. 753-813 et C. Giry-Deloison, Les rapports franco-anglais de 1485 au camp du Drap d’Or, pp. 289-342 ; J. M. Currin, « Diplomacy and Financial Administration in the Reign of Henry VII » ; S. O’Connor, « Finance, Diplomacy and Politics » ; et A. Reitemeier, Aussenpolitik im Spätmittelalter, pp. 75-80.

7 Voir introduction, pp. 2-3.

8 Voir pp. 121-122.

9 Ces dépenses apparaissent formulées de manière générale dans les redditions de comptes présentées par le notaire garde des sceaux au mestre racional qui produit ensuite un albaran testimonial, voir infra.

10 Sur ce point, voir pour le règne d’Alphonse III d’Aragon L. Klüpfel, Verwaltungsgeschichte des Königsreiches Aragon, pp. 135-178.

11 Respectivement ACA, C, reg. 260-286, reg. 293-304 ; ACA, RP, MR 262-291 (une grande partie de ces registres demeure soustraite à la consultation aux archives), RP, MR 620-630. Les registres RP, MR 265-272 sont édités, parfois sous forme résumée, par E. González Hurtebise, Libros de Tesorería (le deuxième volume n’a pas été publié, mais les épreuves en sont consultables à l’Arxiu de la Corona d’Aragó). Sur l’évolution des registres Solutionum et l’apparition des Tesaurarii en 1301, voir H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. civ-cvii.

12 Respectivement, ACA, C, reg. 251, 253, 254 et ACA, C, Varia 341 et 342.

13 Respectivement : ACA, C, reg. 275, ffos 168v°-244r° et reg. 276, ffos 1r°-85v° ; reg. 299 et 300 ; reg. 251 et 254 et, enfin, ACA, C, RP, MR 278.

14 Voir par exemple l’ordre donné au trésorier de fournir des vêtements à un messager grenadin (ACA, C, reg. 299, f° 182v°[3] [19 janvier 1315, Saragosse]).

15 Sept albarans testimonials du mestre racional sont conservés pour les comptes de l’administration des droits du sceau (drets del segell) présentés par le notaire garde des sceaux Bernat d’Aversó (ACA, RP, MR 622, ffos 6r°-7r°, 49v°-50r° ; MR 624, ffos 74r°-75r°, 158r°-v° ; MR 627, ffos 91v°-92v°, 199r°-200r° ; MR 630, ffos 91v°-92r°). Effectuée d’abord en représentation du chancelier, puis directement au nom du garde des sceaux à partir de 1319 (ACA, RP, MR 627, f° 91v°), la reddition des comptes devant le mestre racional devient une procédure régulière durant le règne de Jacques II, comme en témoignent les fréquents rappels aux anciennes redditions — parfois aujourd’hui disparues — dans le préambule des albarans testimonials. Les dépenses engendrées par l’utilisation de courriers sont systématiquement rappelées dans le formulaire de l’albarà (« quittance ») émis par le mestre racional : « … E semblantment avi e reebi compte del dit en Bernat Aversó per nom de vos [le chancelier Ramon Despont] de totes les dates e messions per ell en nom de vos fetes en tot lo dit temps del dret dels segells damunt dits per lo senyor rey e per los affers de la sua cort, així en pagament en messions de tots los correus qui continuament se quiten en la scrivania com en quitacions e acurraments… » (ACA, RP, MR 622, f° 6v° [3 janvier 1306, Valence]). Mais il n’est pas possible de déterminer leur importance, car le mestre racional ne retient que la somme totale des dépenses effectuées par l’administration du sceau. Les comptes détaillés des dépenses existaient certes, ils étaient présentés sous forme de cahiers au mestre racional par le notaire garde des sceaux — « … segons que largament appar per I altre llibre que · l dit en Bernat Aversó me donà en lo qual les dites dates e messions per menut e en sumes són scrits… », écrit ainsi le mestre racional (ibid.) — mais, à la différence des Libri Tesaurarii, ces comptes détaillés ne sont pas conservés pour le règne de Jacques II.

16 Les dépenses diplomatiques, d’après le tableau 3 (p. 145), s’élèvent à 7.318 sous et 8 deniers de Barcelone, ainsi que 6.888 sous de Jaca, alors que le total des dépenses mentionnées dans le registre ACA, RP, MR 278 est de 368.401 sous et 1 denier de Barcelone et 80.809 sous de Jaca.

17 C. Guilleré aboutit à un constat similaire (ibid., p. 493).

18 À une exception près, la liquidation des comptes de Vidal de Vilanova pour deux ambassades consécutives (Avignon et Pise, ACA, RP, MR 623, ffos 94r°-95v°), l’albarà testimonial concerne l’ambassade et pas l’ambassadeur. Des despenser(o)s sont mentionnés pour ces deux ambassades, il s’agit de Berenguer Vinyals et de Francesc des Forn, majordome de Vidal de Vilanova.

19 Ces quaerns ou sedula ont malheureusement disparu des archives du mestre racional pour le règne de Jacques II.

20 Les registres d’albarans du mestre racional s’avèrent en ce sens pour le règne de Jacques II beaucoup plus riches que les Llibres de notaments comuns, dans lesquels le mestre racional indique seulement de manière sommaire quelques versements d’argent à des ambassadeurs effectués par le trésorier (ACA, RP, MR 774, ffos 5r°-v°, 7r°, 35r° notamment).

21 On les trouve parmi les legationes des Registra secreta.

22 Voir par exemple ACA, RP, MR 623, f° 94r° ; MR 624, f° 103r°.

23 ACA, RP, MR 627, f° 38r°.

24 Pour la mission de Joan Borgunyó, la quitació des bêtes est estimée à 4.066 tournois d’argent, contre 694 tournois d’argent et 8 florins d’or pour les dépenses suscitées par la demande de rescrits pontificaux (ACA, RP, MR 624, f° 45v°). Pour l’ambassade de Dalmau de Pontons auprès du pape en 1317-1318, le coût de la quitació des besties est de 3.465 sous de Barcelone sur les territoires de la couronne d’Aragon et de 4.914 tournois d’argent à l’extérieur, les vêtements de la companya reviennent à 2.600 sous de Barcelone et les dépenses à la chancellerie pontificale s’élèvent à 465 sous de Barcelone (ACA, RP, MR 627, f° 36v°).

25 Pour la mission à Avignon de Vidal de Vilanova en 1311, on trouve la notation suivante : « … E segons lo dit compte vostre munta la messió de vos e de vostra companya empreses e encluses DC torneses d’argent que donàs a · n Pere d’Esplugues artiacha d’Aljazira en paga de MD torneses que · l senyor rey li manà dar, per ço cor era procurador seu en la cort del papa, axí com en lo dit compte vostre és contengut per menut e en summa septem mille DCCCCXIII torneses d’argent e II mille CCCCLVII sol. II diners e mig barchinonenses… » (ACA, RP, MR 624, f° 103r°).

26 ACA, RP, MR 628, f° 25r°. Voir aussi ACA, RP, MR 627, f° 36v°. Par exemple, 6 tournois d’argent par jour et par bestia sont alloués en quitació hors des terres du roi contre 4 tournois d’argent dans ses terres lors de l’ambassade de Pere Boyl (ACA, RP, MR 627, f° 37v°).

27 Ch. Giry-Deloison, Les rapports franco-anglais de 1485 au camp du Drap d’Or, p. 295 effectue un constat similaire pour la diplomatie française à la fin du XVe siècle.

28 La fonction précise du trésorier demeure mal connue de manière générale dans la couronne d’Aragon, particulièrement pour le règne de Jacques II. Voir les indications bibliographiques p. 141, n. 4.

29 Il s’agit par exemple des paiements du trésorier au chambellan et à d’autres officiers de la cour pour les dépenses liées au mariage d’Isabel, fille de Jacques II, avec le duc d’Autriche Frédéric le Beau (ACA, C, reg. 299, ffos 45v°-46r°), du remboursement de Pere Buçot pour une mule remise à un ambassadeur de Tunis (ibid., f° 46r°), de la prise en charge des dépenses de messagers étrangers et de cadeaux qui leur sont remis (ibid., f° 48r°).

30 ACA, C, reg. 299, ffos 45v°-48v°, 59v°-60r°, 68v°-69r°, 79r°-v°, 86r°-v°, 111v°-112r°, 128r°-129v°, 139r°-140r°, 160v°-161v°, 171r°-172r°, 202r°-203r°, 228v°-229v°. Ces ordres suivent d’ordinaire un formulaire précis. Après le rappel du fait que le trésorier a dû verser des sommes d’argent sur mandement oral du roi, une liste des dépenses et des mobiles est copiée, sans date le plus souvent, puis le roi ordonne au mestre racional de les accepter dans les comptes du roi : « Nos, Jacobus, etc. Quia vos, fidelis thesaurarius noster, Petrus Marti, de voluntate et mandato nostro oretenus vobis facto, dedistis et soluistis pro nobis quantitates peccunie infrascriptas infra mensem presentem octobris, videlicet [liste des dépenses effectuées] Idcirco solutiones pretactas gratas habentes, ipsas in nostro compoto per magistrum rationalem curie nostre vel alium quemcumque ipsum compotum a vobis pro parte nostra recepturum recepi volumus et jubemus, non obstante quod apochas non hostenderitis de eisdem. In cuius rei testimonium presentes vobis fieri jussimus nostra sigilla munitas. Datum… » (ACA, C, reg. 299, ffos 45v°-48v° [25 octobre 1313, Sant Cugat del Vallès]).

31 Cette section est matérialisée dans le registre par une rubrique soulignée visuellement par des arcs de cercle dessinés en marge, qui marquent l’appartenance à une même typologie documentaire : « Ítem en lo mes de jener prop passat e en lo present mes de ffebrer, done per manament del senyor rey a mi fet de paraula les quantitats deiusdites de les quales yo acceptació del senyor rey, ço és… » (ACA, RP, MR 278, f° 55r°, renseigne les ffos 55r°-57v°). Des rubriques similaires se retrouvent dans ce registre aux ffos 90v°-95r°, 122r°-v°. Rubriques marginales et mentions hors-teneur ne sont malheureusement pas éditées par E. González Hurtebise, Libros de Tesorería.

32 Les acceptacions sont des documents en papier, parfois longs de plusieurs mètres, composés de feuilles cousues les unes aux autres. Un grand nombre est conservé dans la section Cuentas des Cartes Reials de Jacques II (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 140-142).

33 Par exemple, la notation « e avi apocha e acceptació » conclut toutes les entrées (ACA, RP, MR 278, ffos 55r°-57r°), avant une deuxième sous-rubrique qui commence par « Hic incipiunt datum sine apocha et continui in acceptatio » (ibid., f° 57r°).

34 ACA, RP, MR 278, ffos 92v°[2], 93v°[1]-[2], 93v°[4], 94r°[3], 94v°[3], etc.

35 T. de Montagut i Estraguès, El Mestre Racional a la Corona d’Aragó, t. I, pp. 156 sq.

36 Ibid., t. I, p. 324.

37 Ibid., t. I, pp. 328-350, notamment p. 346, n. 68 avec des exemples postérieurs au règne de Jacques II de fiscalisations de missions diplomatiques.

38 Ordre au mestre racional Arnau Sabastida de faire avec Gil de Bidaure le compte des dépenses effectuées lors de son ambassade devant le roi de Castille (T. de Montagut i Estraguès, El Mestre Racional a la Corona d’Aragó, t. II, doc. 74, p. 99 [13 mai 1288, Barcelone]).

39 Pour des ordres du roi de paraula au mestre racional de fiscalisation de comptes d’ambassade, voir ACA, RP, MR 620, f° 6r° ; MR 627, f° 37v°. De simples ordres (manaments) du roi sont mentionnés dans de nombreux cas (ACA, RP, MR 620, f° 182r° ; MR 623, f° 94v° ; MR 627, f° 36v° ; MR 628, f° 25r°).

40 ACA, RP, MR 624, ffos 45v°-46r°, 89r°.

41 « Jo, G. ça Rovira scrivà del senyor rey e tinent loc d’en Pere Boyl, maestre racional de la cort del senyor rey, atorch a vos en Guillem de Lacera ciutadà que per manament a mi fet per lo dit en Pere Boyl e ab letra sua… » (ACA, RP, MR 623, f° 75r°).

42 S. P. Bensch, « La primera crisis bancaria de Barcelona ».

43 Voir par exemple ACA, RP, MR 273, f° 73r°[3] ; MR 620, f° 180r°-v° ; MR 278, f° 56r°[4], ou bien encore ACA, C, CR de Jaume II, caixa 35, n° 4404.

44 Les résultats suivants sont obtenus à partir du tableau 5 (pp. 150-151) pour le rapport provisió/dépenses totales de l’ambassade : 15 % (ambassade de Francesc Despí à Grenade), 13 % (ambassade de Vidal de Vilanova à Avignon en 1309), 35 % (ambassade de Guillem de Lacera à Naples), 55 % (ambassade de Vidal de Vilanova à Pise), 105 % (ambassade de Vidal de Vilanova à Avignon en 1310, mais une partie essentielle de cet argent est remise par le procureur de Jacques II à la curie), 142 % (ambassade de Vidal de Vilanova à Avignon en 1311, mais une grande partie de l’argent, comptabilisée au titre du trésor, est en fait remise par le trésorier de l’infant Juan), 39 % (ambassade de Dalmau de Pontons à Avignon), 77 % (ambassade de Pere Boyl à Avignon), 68 % et 55 % (dépenses respectives de Guerau de Rocabertí et Juan López dans leur ambassade à Avignon).

45 De nombreux ordres de remboursement à des ambassadeurs pour des montures perdues en cours de mission sont répartis dans les registres, voir par exemple ACA, C, reg. 299, ffos 55r°[1] et 78r°.

46 ACA, RP, MR 620, f° 6v°.

47 ACA, RP, MR 624, f° 45v°.

48 Les ambassadeurs réclament 1.200 florins depuis Pérouse le 5 mai et le 9 juillet 1304, puis depuis Spolète le 17 août 1304 (H. Finke, Acta Aragonensia, t. III, doc. 53, pp. 121-122 ; V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 95, pp. 127-130, doc. 102, pp. 138-140). Les ordres successifs du roi sont adressés à Jaume Despuig, chargé de transmettre une partie de l’argent prélevé en Provence aux ambassadeurs et l’autre partie au procureur de Jacques II à la curie pontificale (ACA, C, reg. 334, ffos 191v° et 194v°[1]) ; le recours aux Bardi est décidé le 19 août à Saragosse et Jacques II espère le 19 septembre que l’argent est parvenu aux ambassadeurs (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 109-110, pp. 145-147).

49 C’est notamment le cas de deux albarans de manament relatifs à la mission à Avignon de Vidal de Vilanova avec l’infant Juan (ACA, RP, MR 624, ffos 125r°-v° [15 octobre 1311, Barcelone] et 183r°-183v° [19 avril 1312, Valence]).

50 C’est le cas par exemple de Dalmau de Pontons pour l’ambassade qui l’avait mené avec Vidal de Vilanova et Bernat Despont à la curie pontificale en 1313. Revenu de mission avant le 7 août de cette même année, il est sur ordre du roi remboursé par le trésorier de sa quitació au mois d’octobre (ACA, RP, MR 276, f° 77r°[1]). De même, Berenguer de Argilaguer est remboursé des dépenses engagées en France en 1313 quelques mois après son retour (éd. J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 55, pp. 342-343 et ACA, C, CR de Jaume II, caixa 156 [ES], n° 1299),… mais Guillem Oulomar, conseiller du roi qui a avancé une partie des frais de l’ambassade, ne sera pour sa part totalement remboursé qu’en 1316 par le trésorier du roi (ACA, RP, MR 278, f° 83r°[1]).

51 ACA, RP, MR 623, f° 37r°.

52 G. Macip de Prades comparaît ainsi devant le mestre racional Arnau Sabastida le 12 juillet 1294 à Valence au nom des exécuteurs testamentaires de feu (ça enrera) Ramon de Besalú, maître en droit, mort avant le 28 mai 1291. Parmi d’autres revendications, il est notamment chargé de récupérer 1.000 tournois d’argent dus par le roi Alphonse III d’Aragon à Ramon de Besalú en raison d’un voyage effectué à son service en Provence en 1289. Le représentant des exécuteurs testamentaires présente en premier lieu un albarà du roi reconnaissant la somme due. Comme 111 sous de Barcelone ont déjà versés, le mestre racional en conclut qu’il reste 1.213 sous de Barcelone et 8 deniers à régler (ACA, RP, MR 620, ffos 75v°-76r° [12 juillet 1294, Barcelone]). Pour sa part, Vidal de Vilanova a reçu après la mort de son père Ramon des sommes dues à ce dernier pour une ambassade effectuée à Tunis en 1301 (ACA, RP, MR 623, f° 94r° [17 juillet 1310, Saragosse]).

53 Voir pp. 143-144.

54 Le 17 janvier 1315, à Saragosse, Jacques II ordonne au bailli du royaume de Valence de verser l’argent nécessaire à Salem Abenminixa, un Juif d’Elche qui part auprès de l’émir de Grenade avec des lettres du roi (ACA, C, reg. 275, f° 179r°[2]), un ordre réitéré le lendemain avec une injonction finale qui souligne l’urgence de la tâche et la modicité de la somme : « … Et in hoc non defficiatis, quia dicta quantitas modica est et negocia pro quibus ipsum mittamus tarditatem aliquam non requirant… » (ibid., f° 189r°[2]).

55 Le chancelier Ramon Despont, évêque de Valence, finance ainsi en partie l’ambassade à Avignon de l’évêque de Tarazona Miguel et de Vidal de Vilanova, dont le coût total est estimé à 15.000 sous de Barcelone environ (A. Forey, The Fall of the Templars, p. 152, n. 187). Son prêt au roi est garanti sur les joyaux de la reine défunte Blanche d’Aragon, qui sont conservés dans une caisse du couvent des dominicains à Barcelone (ACA, C, reg. 239, f° 56v°[2] [22 avril 1311, Barcelone]). Le chambellan Pere Messeguer se voit intimer l’ordre par le roi de prêter 3.000 sous de Barcelone à Bernat de Sarrià pour la mission qu’il doit effectuer à Naples, à Gênes, en Sicile et à Tunis en 1308. Le roi garantit cet emprunt en l’assignant sur les sommes qui doivent être récupérées auprès du roi de Naples et assure Pere Messeguer qu’il sera remboursé quoi qu’il arrive (ACA, C, reg. 237, f° 38r° [2 avril 1308, Valence]).

56 C’est ce qui apparaît dans une liste considérable de sommes qu’il a prêtées à Jacques, alors roi de Sicile (G. La Mantia, Codice diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, t. II, doc. XXXI, pp. 42-48 [1er octobre 1291, Saragosse]).

57 Les exemples d’une telle pratique abondent dans les premiers registres Solutionum du règne de Jacques II (ACA, C, reg. 260-265) et les livres du trésorier remis au mestre racional. Voir ainsi ACA, RP, MR 273, f° 42v°[2] ; MR 276, f° 36r°[3] ; MR 276, f° 53v°[1], passim.

58 « … Cum nos mittamus ad regem Tunicii dilectum consiliarium et judicem nostrum curie nostre Guillelmum Ollomarii et in camera nostra non habeatur ad presens peccunia de qua possit ei provideri in expensis sibi necessariis ratione ipsius legationis. Idcirco fidelitatem vestram […] attente rogamus quatenus mutuetis nobis et tradatis Petro Marti thesaurario nostro, qui debet dicto Guillelmo Ollomarii in sumptibus dicti viagii providere, eam peccunie quantitatem que sibi necessaria fuerit ad opus expensarum necessariarium ratione legationis seu viagii supradicti […] Nos enim in quantitate quam nobis mutuabitis et tradetis dicto Petro Marti ratione premissa ad vestram voluntatem vobis satisferi faciemus. Et nichilominus volumus et placet nobis quod de hiis que dictus Guillelmus nobis afferet de dicta legatione vobis in dicta quantitate per nos mutuata integre satisfiat. Super quo per presentes etiam assignamus vobis quantitatem, que ex dicta causa per vos fuerit mutuata… » (ACA, C, reg. 299, f° 9r°-v° [28 juillet 1313, Huesca]). Sur cette ambassade, voir ACA, C, reg. 337, ffos 195r°-197v° et Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib, pp. 489 sq. ; À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, pp. 172 sq.

59 L’indication apparaît dans une réponse de Jacques II à Bernat de Boxadós qui réclame de l’argent en plus de celui que lui a remis le trésorier à son départ (ACA, RP, MR 291, f° 48v°) : « … el feel tresorer nostre en Pere March nos dix que ell vos dix com partís de nos que, si estavets més dels II meses, que portassets diners vostres de que poguessets bestrer la messió e que ell vos ho pagaria mantinent que fossets tornat. E així si.u podets fer e suffrir, fets-ho que nós vos ho farem pagar mantinent que siats vengut… » (ACA, C, reg. 338, f° 166r° [12 mai 1325, Segorbe]).

60 « … Verum si forte dictus Bernardus de Serriano a civitate Barchinone recesserit vel expensas predictas, quod non credimus, vobis dare noluerit, nichilominus vos rogamus et expressius vobis injungamus, quod vos legationem predictam occasione expensarum nullatenus retardetis, set mutuantes nobis de vestro proprio peccuniam vobis necessariam pro viagio supradicto incontinenti iter vestrum incipiatis. Nos enim in adventu vestro expensas per vos in ipso negocio factas voluntati vestre solui et restitui faciemus… » (ACA, C, reg. 264, ffos 63v°-64r° [17 août 1297, Lérida]).

61 Ximen de Lenda et Pere Desvall partent en France en 1301 munis d’une lettre de Jacques II au grand trésorier de Philippe le Bel Musciatto Guidi dei Franzesi (le fameux Mouche) et à ses associés, dans laquelle il leur demande de prêter si nécessaire de l’argent à ses représentants, se porte garant de toutes les sommes empruntées et les remercie par avance du service ainsi rendu (ACA, C, reg. 334, f° 21r°[2] [28 avril 1301, Valence]).

62 ACA, C, reg. 271, ffos 86r° (16 mars 1310, Valence, pouvoir donné par Jacques II à Vidal de Vilanova d’emprunter de l’argent en son nom) et 86r°-87r° (16 mars 1310, Valence, demandes d’emprunt à Castello Gianfigliazzi et Berenguer de Aguiler).

63 ACA, C, reg. 238, ffos 53v°[2] et 54r° (27 mars 1309, Avignon).

64 Hormis S. P. Bensch, « La primera crisis bancaria de Barcelona », qui analyse avant 1300 le cas de banquiers barcelonais bailleurs de fonds du roi, comme Berenguer de Finestres, les prêts à la monarchie demeurent malheureusement un champ d’études presque vierge pour le règne de Jacques II (M. Sánchez Martínez, « Algunas consideraciones sobre el crédito en la Cataluña medieval », pp. 14-15).

65 « … Dicimus et mandamus vobis quatenus […] de quibuscumque denariis nostre curie, non obstantibus aliquibus assignationibus, faciatis dictis procuratoribus nostris usque ad dictum festum in suis necessariis provideri et istud nullatenus inmutetis seu etiam differatis… » (ACA, C, reg. 251, f° 47v°[2] [9 octobre 1312, Montesa]).

66 ACA, C, reg. 339, f° 186r°[3]-v°.

67 Ibid., f° 186v°[1] (28 juillet 1325, Tarazona).

68 Ibid., f° 187r°[2].

69 Ibid., f° 187r°[4]-v° (8 août 1325, Tarazona).

70 Cette décime est liée à la conquête de la Sardaigne (À. Fàbrega Grau, « Ayuda económica de la Iglesia a Jaime II para la conquista de Cerdeña » ; M. Sánchez Martínez, « Las ciudades y villas de Cataluña » ; N. Housley, The Italian Crusades, passim).

71 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 666.

72 Le 17 août, Jacques II écrit aux ambassadeurs pressentis, Gastó, l’évêque de Huesca, et Berenguer de Angelaria, que l’armement des navires est déjà en cours à Barcelone, mais l’ambassade est annulée le 2 septembre 1325, avant qu’un nouveau revirement — tout aussi temporaire — n’ait lieu le 17 septembre, lorsque Jacques II prend la décision d’envoyer l’ambassade avec le juriste Ramon Vinader à sa tête (ACA, C, reg. 339, ffos 188r°[1], 188r°[2]-v°[1] et 188v°[3]-189r°). L’ambassade est à nouveau reportée le 24 septembre en raison d’une rumor venue de Sicile (ibid., f° 189r°[1]-[2]), avant d’être annulée le 5 octobre, jour où Jacques II convie les ambassadeurs pressentis à retourner vaquer à leurs affaires : « … Volumus, ut non intromittatis vos de legatione ipsa, set ad alia vestra expedienda negocia intendatis… » (ibid., f° 189v°[1]). La mission partira finalement au mois de mars 1326 avec Berenguer de Sant Vicenç et l’évêque de Huesca (ibid., ffos 191r°-205r°).

73 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 720 (24 septembre 1325, Saragosse).

74 « A mi seynor prenia tota ora dubte d’açò que he vist e per açò dix io seynor a vos l’altre die con se tractava d’aquest fet que si vós, seynor, ho voliets, io era aparelat de trametre procuratori bastant al dit en Pere March que hi obligas tots mes béns que sé que basten a ço que costarà lo dit armament, lo qual no serà tant com diu la letra del dit en Pere March, salva sa honor… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 727).

75 Le règlement par le pouvoir royal des dots pour lesquelles il s’est engagé plaide aussi en ce sens. Par exemple, pour le versement de 20.000 sous de Barcelone dus en raison du mariage entre l’infant Pedro de Castille (fils de Sanche IV) et María, fille de Jacques II, ce dernier constitue son chambellan Pere Messeguer comme son procureur pour contracter les emprunts (mutua) nécessaires, en mettant en gage toute une série de joyaux en or et en argent qui appartiennent à la chambre du roi. Après la longue liste des objets concernés, le document précise que Pere Messeguer, même s’il garantit les emprunts sur ses propres biens, sera toujours couvert par le roi : « … ut facilius possitis ipsum mutuum seu mutua invenire, forte oportebis bona vestra propria pro predictis obligare, propterea convenimus et promittimus vobis quod a quacumque obligatione per vos de bonis nostris facienda ex causa premissa vos et vestros inmunes servabimus penitus et indempnos… » (ACA, C, reg. 299, ffos 15v°-17r° [30 juillet 1313, Gandesa]). En dernier lieu, le risque est donc pris par le roi, sur qui retombe la responsabilité finale.

76 Sur le crédit et la dette dans la couronne d’Aragon, en particulier à Barcelone, voir M. Sánchez Martínez (coord.), El món del crèdit a la Barcelona medieval.

77 Esther Redondo García (Universitat de Barcelona) prépare actuellement une thèse sur les maridatjes dans la couronne d’Aragon, des impôts prélevés spéciquement pour les mariages princiers, voir dès à présent E. Redondo García, « Negociar un maridaje en Cataluña ». D’après une liste provisoire établie et aimablement communiquée par Manuel Sánchez Martínez, cinq des dixhuit questies retrouvées pour le règne de Jacques II sont justifiées par des mobiles se rapportent à des affaires pouvant être qualifiées de diplomatiques : une ambassade à Rome en 1294, une entrevue avec le roi de France en 1295 et trois mariages, celui en 1312 de l’infante María avec l’infant Pedro de Castille, celui de l’infante Isabel avec le duc d’Autriche en 1314 et le mariage du roi avec Marie de Chypre en 1316 (les dates sont celles des subsides). La place de la diplomatie est donc importante dans la rhétorique de justification royale des subsides.

78 ACA, C, reg. 324, ffos 1r°-4v° et 32r° (septembre 1294). Ces sommes sont ensuite réclamées dans différents territoires et à diverses autorités de la Couronne. L’évêque de Barcelone est ainsi prié de fournir 9.000 sous de Barcelone, les hommes de Calatrava doivent apporter 20.000 sous de Jaca, les hommes de Castielfabib étaient censés fournir 1.500 sous de Jaca, les évêques de Saragosse, Huesca et Tarazona sont aussi conviés à participer (ACA, C, reg. 262, ffos 183r°[3], 189r°[1] et 197r° ; ACA, RP, MR 620, ffos 86r°-87v°).

79 « Pro expensis nunciorum ad romanam curiam mitendorum » (ACA, C, reg. 262, f° 236r°). Sur ce banquier, voir S. P. Bensch, « La primera crisis bancaria de Barcelona », pp. 322-327.

80 Sur l’évolution de la fiscalité extraordinaire, voir M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, pp. 49-107.

81 J. M. Currin, « Diplomacy and Financial Administration in the Reign of Henry VII ».

82 Voir pp. 158-164.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 4. — Les dépenses diplomatiques d’après les Libri Thesaurarii présentés au mestre racional
Légende a C. Guilleré, « Les finances de la Couronne d’Aragon au début du XIVe siècle (1300-1310) », p. 494, fournit un tableau de la moyenne quinquennale des recettes de la trésorerie royale de la Couronne, de 1302 à 1317, ainsi qu’un récapitulatif des comptes royaux pour la période 1302-1310, d’après lequel « les comptes de la Trésorerie royale représentent près des deux tiers des recettes de la couronne d’Aragon (62,8 %) » (pp. 492-493).SOURCESE. GONZÁLEZ HURTEBISE, Libros de Tesorería, passim ; ACA, RP, MR 278. Les valeurs ont été ramenées en sous de Barcelone quand cela était possible ; les indications en nature ont été laissées car elles reflètent aussi les méthodes comptables de la trésorerie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU 5. — Coût règlement des ambassades d’après les albarans testimonials du mestres racional*
Légende * Dans la mesure du possible, les bilans, souvent présentés en différentes monnaies dans les albarans testimonials, ont ici été ramenés à leur expression en sous de Barcelone, afin d’obtenir des valeurs comparables. Les calculs ont été effectués en prenant comme base un tournoi d’argent a raó de quincens (1 tournoi correspondant ainsi à 15 deniers de Barcelone), un taux de correspondance stable mentionné explicitement pour les ambassades comprises entre 1309 et 1320. Il a aussi été nécessaire de recourir aux équivalences florin/denier de Barcelone présentes dans les albarans, le rapport variant entre 190 et 196 deniers de Barcelone pour un florin. Le bilan des deux dernières ambassades est déjà exprimé en sous de Barcelone dans les documents, de même que pour l’ambassade de Francesc Despí et celle de Bernat de Sarrià. Seules les valeurs relatives aux ambassades de Guillem Durfort et ses compagnons, ainsi qu’à celle de Joan Borgunyó ont donc dû rester en plusieurs monnaies. De manière générale, sur les monnaies dans la couronne d’Aragon, voir M. Crusafont i Sabater, Història de la moneda catalana.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search