Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Première partie. Instruments et moyens de la diplomatie royale

Chapitre premier. Les documents diplomatiques

Texte intégral

  • 1 La « Typologie des sources du Moyen Âge occidental » ne lui consacre pas de volume ; lettres de cr (...)
  • 2 G. P. Cuttino, English Diplomatic Administration, pp. 110-114 distingue les credencials (« pouvoir (...)
  • 3 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, p. 46. Sur les origines du sauf-conduit, (...)
  • 4 D. E. Queller, The Office of Ambassador, passim.
  • 5 S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs », pp. 18-26.
  • 6 I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie », p. 120.
  • 7 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, pp. 93-123 ; F. Sena (...)
  • 8 F.-L. Ganshof, Le Moyen Âge, p. 276.

1Accomplie par des échanges de gestes et de paroles, des déplacements humains et des rencontres, la diplomatie est également dans l’Occident des XIIIe-XVe siècles une œuvre de papier et de parchemin. Elle se fonde sur des usages intensifs et techniques de l’écrit, depuis la rédaction de documents spécifiques jusqu’à leur manipulation en passant par leur conservation et leur classement. Peu visible dans les ouvrages de diplomatique, l’existence d’une typologie documentaire propre à la diplomatie médiévale a néanmoins d’ores et déjà été soulignée par plusieurs historiens1. Outre la correspondance entre souverains et les traités, des travaux désormais classiques s’accordent pour y faire figurer les lettres de créance, les pouvoirs ou procurations, les sauf-conduits, les instructions et les échanges épistolaires entre mandataires et représentants, parfois complétés par un rapport final2. Ces documents ont des histoires différentes. Les lettres de créance et les sauf-conduits sont attestés dès le Haut Moyen Âge, voire dès l’Antiquité3. Les procurations ne réapparaissent en revanche qu’avec la résurgence du droit romain, et leur usage dans les relations diplomatiques se répand seulement à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle4. À partir de cette période, Gênes, Pise et Venise, puis des monarchies et des principautés développent progressivement le recours à des instructions écrites pour leurs ambassadeurs5. Le XIIIe siècle se caractérise donc par un accroissement et une diversification notoires de la documentation diplomatique. Les études menées sur la période postérieure au règne de Jacques II font apparaître une variété plus grande encore. Isabelle Le Bis observe ainsi vers 1400 des « documents para-diplomatiques » tels que des compléments d’instruction ou des lettres échangées entre ambassadeurs6. Dans la Venise de la fin du XVe siècle, les dispacci (lettres des ambassadeurs en cours de mission) forment pour Christina Lutter seulement la face émergée de la documentation, tandis que Francesco Senatore distingue dans le « monde de lettres » (mundo de carta) de la diplomatie Sforza des années 1450 les documents « les plus solennels » (lettres de créance, sauf-conduits, pouvoirs), dont les formes demeurent quasiment invariables, des autres écrits qui diffèrent selon les chancelleries7. Un double mouvement d’ensemble se produit donc entre le XIIIe siècle et le XVe siècle : la diversification de la documentation employée par les ambassadeurs s’accompagne de « l’uniformisation » (François-Louis Ganshof) d’une partie des documents en usage8.

  • 9 P. Cammarosano, Italia medievale.

2Au nom du roi d’Aragon sont également expédiés des documents diplomatiques spécialisés et reconnaissables à l’étranger. Instruments d’échange et enjeu essentiel dans les relations de la Couronne avec les autres puissances, ils puisent toutefois aussi dans une autre tradition, s’inscrivent dans un second « paysage documentaire » (Paolo Cammarosano), celui de la chancellerie royale où ils sont rédigés, des archives où ils sont conservés9. Leur éventuelle singularité doit donc être recherchée à la confluence d’une pratique documentaire assez générale en Occident et d’usages propres à l’administration royale aragonaise.

I. — DES DOCUMENTS DIPLOMATIQUES PARMI D’AUTRES

3La documentation diplomatique conservée pour le règne de Jacques II est considérable. Lorsque l’on veut resituer cette abondance d’écritures dans son contexte historique, l’absence de fonds d’archives comparables pour la période et leur disparition dans le cas des archives angevines de Naples rendent périlleuse une approche quantitative. D’où le choix ici d’une démarche essentiellement qualitative, fondée sur la mise en regard des documents expédiés au nom de Jacques II avec ceux issus d’autres chancelleries, afin de déterminer s’il existe une tradition propre aux rois d’Aragon en ce domaine.

AVANT LE RÈGNE DE JACQUES II : UNE TRADITION DE LA CHANCELLERIE ARAGONAISE ?

  • 10 G. Feliu et J. M. Salrach (dir.), Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona, t. I, p. 89.
  • 11 A. Huici Miranda et M. D. Cabanes Pecourt, Documentos de Jaime I de Aragón, t. IV, doc. 975-976, p (...)

4Il est assez difficile d’apporter une vision globale assurée sur les précédents aragonais ou catalans des documents utilisés dans la pratique diplomatique sous Jacques II, car les travaux effectués sur les chancelleries et les archives des comtes de Barcelone et des rois d’Aragon se préoccupent peu du sujet. Si l’existence des documents « classiques » (lettres de créance, instructions, pouvoirs, sauf-conduits) ne doit pas être exclue a priori avant le XIIIe siècle, elle a en tout cas laissé peu de traces. Ainsi l’un des catalogues les plus récents des parchemins des « archives des comtes de Barcelone » ne mentionne-t-il dans sa typologie documentaire pour les années 981-1179 ni guidaticum (« sauf-conduit »), ni credentia (« lettre de créance ») ou procuratorium (« pouvoir »), et il ne contient pas non plus d’instructions à des ambassadeurs10. En ce domaine, le paysage documentaire se peuple seulement avec le règne de Jacques Ier le Conquérant et les premières années de celui de Pierre III d’Aragon (1213-1276 et 1276-1283), pour lesquels on trouve des pouvoirs et des sauf-conduits, c’est-à-dire des documents qui sont aussi utilisés à des fins non diplomatiques, ainsi que des traités et des accords11.

  • 12 Ibid., p. 30.
  • 13 Instructions publiées par L. Klüpfel, Die äussere Politik Alfonsos III. von Aragonien, doc. III-XV (...)

5Ce n’est qu’à partir de 1283 que les études et les publications de sources font apparaître de manière plus claire un ensemble de documents pouvant être utilisés à des fins diplomatiques. Josep Trenchs et Antoni Maria Aragó relèvent ainsi dans la nomenclature des registres la présence de carta procurationis (« lettre de pouvoir ») et de carta credenciae (« lettre de créance »)12. La plus grande visibilité des documents diplomatiques s’accentue encore durant le règne d’Alphonse III d’Aragon (1285-1291) et, parallèlement, en Sicile, durant celui de Jacques Ier (le futur Jacques II) dont on conserve plusieurs lettres de créance ainsi que des instructions à ses ambassadeurs13. Outre les aléas de la conservation archivistique, ce phénomène s’explique sans aucun doute par la mise en place et le perfectionnement progressif de l’enregistrement à la chancellerie royale aragonaise sous le règne de Jacques Ier le Conquérant, mais il est aussi probable qu’il renvoie à une évolution de l’outillage documentaire dont disposaient les ambassadeurs des rois d’Aragon à la fin du XIIIe siècle.

LES DOCUMENTS DIPLOMATIQUES SOUS JACQUES II : ENTRE DIVERSITÉ ET PARTICIPATION À DES USAGES COMMUNS

a) Un foisonnement documentaire

  • 14 S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs ».
  • 15 Pour des exemples de ce type de document et de leur utilisation, voir pp. 300-306.
  • 16 Berenguer de Jorba part muni d’un tableau d’alliances à la curie en 1326 solliciter au nom de Jacq (...)
  • 17 Expression empruntée à F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca, p. 124.
  • 18 Voir par exemple les lettres du 23 mars 1309 adressées par Vidal de Vilanova depuis la curie à Ber (...)

6Après des origines somme toute encore assez obscures, le règne de Jacques II tranche par la richesse et la très grande variété des documents conservés. La palette s’ouvre alors largement au-delà des grands « classiques » de la diplomatie médiévale, les lettres de créance, les sauf-conduits, les pouvoirs, les instructions et la correspondance entre le roi et ses envoyés. Des brouillons d’instructions14, des transcriptions de dialogues préliminaires entre le roi et ses représentants, des aide-mémoire pour les ambassadeurs, des compléments d’instructions envoyés en cours de route apparaissent15. Les ambassadeurs partent munis de documents extrêmement variés, qui peuvent aller du parchemin rappelant les droits du roi d’Aragon sur un territoire à l’arbre généalogique sommaire indiquant en fonction des degrés de consanguinité les alliances possibles pour une négociation matrimoniale16. Une fois à l’étranger, même s’ils ne semblent pas disposer du piccolo archivio corrente des ambassadeurs de Francesco Sforza, les représentants du roi ne limitent pas leur correspondance à leur seul mandataire17. Ils écrivent à des rois étrangers, ont des échanges épistolaires avec le chancelier et avec des conseillers de Jacques II ou bien encore avec le notaire garde des sceaux Bernat d’Aversó18. L’action diplomatique menée auprès des cours étrangères s’effectue donc dans un monde d’écritures, qu’elle contribue à rendre plus dense encore.

7La mise en perspective de ce phénomène demeure toutefois délicate. Pour J. Trenchs Odena, c’est « la nouvelle position internationale de la couronne d’Aragon » qui se traduit par le

  • 19 J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, p. 46.

perfectionnement de nouveaux instruments, comme la lettre missive, les lettres de créance, les accords et les traités composés de chapitres, les instructions à des ambassadeurs, etc.19.

  • 20 Sur la typologie générale de la documentation de la chancellerie, voir, avec prudence, R. Conde y (...)
  • 21 De l’ascension sur le trône de Jacques Ier le Conquérant à la mort d’Alphonse III d’Aragon en 1291 (...)
  • 22 ACA, C, P. de Jaume II. Parmi les 2.000 parchemins examinés, 300 se rapportent à des affaires dipl (...)
  • 23 Pour une approche sémantique, voir N. Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie.

8Il est vrai que certains documents diplomatiques participent pleinement à la considérable inflation de la production écrite de la chancellerie royale20, mais l’affirmation mérite d’être nuancée. Des instructions et des lettres de créance sont attestées dès les règnes précédents, et nous ignorons si les documents « para-diplomatiques » doivent le caractère nouveau qu’on leur prête à une évolution réelle ou bien à une meilleure conservation des archives pour le règne de Jacques II. Il est en tout cas remarquable que la section — factice — des Cartes Reials de la chancellerie, qui abrite le plus grand nombre de ces documents « para-diplomatiques » connaisse son extension maximale précisément pour cette période21. Devant les milliers de documents relatifs à l’action diplomatique royale qui s’y trouvent, auxquels il faut ajouter de très nombreux parchemins de la chancellerie22, on ne peut néanmoins déterminer précisément s’il s’agit de l’action de précurseurs isolés ou bien des vestiges exceptionnels d’un usage de l’écrit déjà intense dans la diplomatie de cette époque. En revanche, les lettres de créance, les sauf-conduits et les pouvoirs font écho de façon plus évidente aux usages du temps. Ils sont les témoins de l’existence, au moins en Occident, d’un langage diplomatique commun autour de 130023.

b) Un vocabulaire et des documents reconnaissables

  • 24 Voir pp. 295-357.
  • 25 Sur ce point, voir pp. 52-96.
  • 26 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 3-84 ; P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Pract (...)
  • 27 Pour une approche comparée des chancelleries, voir K. Fianu et DL. Guth (éd.), Écrit et pouvoir da (...)

9Ces documents spécifiquement produits pour être montrés à l’étranger sont les plus à même de révéler des pratiques partagées avec les autres chancelleries contemporaines, tandis que les instructions et la correspondance de Jacques II avec ses ambassadeurs relèvent d’une autre problématique, celle du dialogue politique entre le représentant et son mandataire24. Nous ne disposons pas d’un formulaire qui l’atteste, mais un indice certain de l’existence de modèles de chancellerie est fourni par la récurrence dans les registres des formules circulaires similis ou verbis competenter mutatis (les mots ayant été changés de manière adéquate), qui précèdent ou accompagnent les noms des destinataires d’un même document adressé à plusieurs personnes. Cette pratique d’enregistrement, si elle permet d’économiser du papier et de réduire le travail du copiste, révèle l’existence de formules stéréotypées pour la rédaction des lettres de créance, des sauf-conduits et des pouvoirs. De plus, les mêmes termes (credencia, credencial, littera de credencia [« lettre de créance »], guidaticum, guiatge [« sauf-conduit »], procuratorium, procuratori, procuratorio [« pouvoir »]) se retrouvent partout à la chancellerie, sur les documents eux-mêmes, dans les rubriques qui les désignent lorsqu’ils sont enregistrés ou bien encore dans les notes de chancelleries qui y renvoient, et qui sont apposées au dos des documents ou dans les registres25. La terminologie employée n’est pas l’apanage de la seule chancellerie royale aragonaise. Pour le latin au moins, elle emprunte à un vocabulaire commun, auquel de nombreuses chancelleries occidentales ont recours pour désigner des documents tout à fait comparables26. L’action diplomatique requiert en effet un vocabulaire et des documents reconnaissables dans des contextes divers, susceptibles d’être compréhensibles avec le moins d’ambiguïtés possibles par le mandataire, les intermédiaires, les représentants et les destinataires de la mission. Au-delà de l’emploi d’une même terminologie, existe-t-il d’autres similitudes entre les documents diplomatiques aragonais et ceux produits par d’autres chancelleries ? Ce point d’étude comparée des chancelleries requiert l’examen préalable de la forme et des buts assignés aux principaux documents aragonais utilisés dans la pratique diplomatique, afin de déterminer leur éventuelle variation au sein d’un cadre commun de communication27.

c) Lettres de protection et sauf-conduits

  • 28 Voir respectivement, par exemple : ACA, C, reg. 100, f° 203v°[3] (15 novembre 1294, Barcelone) ; r (...)
  • 29 R. I. Burns, « The Guidaticum Safe-Conduct in Medieval Arago-Catalonia ».
  • 30 Un mandement aux officiers pour sauf-conduit est ainsi envoyé aux veguers de Vilafranca et Montbla (...)
  • 31 Ibid., f° 156v°[2]-[3] (6 octobre 1294, Tortosa).
  • 32 Par exemple, Geraldus Lunelli se rend à Paris pour le service du roi muni du document suivant : «  (...)

10Comme les représentants des autres souverains, les ambassadeurs de Jacques II d’Aragon emportent très fréquemment des lettres qui doivent garantir leur sécurité ainsi que celle de leurs biens, afin de rappeler leur immunité qui constitue une règle tacite des relations entre les cours de la période. La chancellerie aragonaise nomme ces documents par des termes divers, litterae de conductu (« lettres de conduit »), securitatis litteras (« lettres de sécurité »), guidatica ou guiatge en catalan ou bien encore carta de guía (« lettre de conduit ») lorsque le document est rédigé en castillan28. Dans ce cadre, les litterae de conductu désignent de manière générique les sauf-conduits, émis par le roi d’Aragon ou par des souverains étrangers, alors que le guidaticum ou guiatge est de manière plus précise une lettre patente du roi qui signifie la prise sous sa protection (« sub nostro guidaticu ») d’une personne et de ses biens, qui ne se limite pas forcément au transit sur un territoire29. Trois catégories de destinataires peuvent être sollicitées par les sauf-conduits (litterae de conductu) émis par la chancellerie de Jacques II, les officiers du roi, les subditi et fideles (« sujets » et « fidèles »), enfin, les amici et devoti (« amis » et « dévoués »). Du point de vue diplomatique, le sauf-conduit octroyé par le roi à un ambassadeur relève dès lors soit du mandement (mandamus), soit de la requête (requirimus, rogamus) lorsque la demande de laissez-passer est adressée à des hommes qui ne dépendent pas de l’autorité royale30. Cette distinction se traduit par la remise de deux demandes de sauf-conduit, l’une à usage interne et l’autre pour l’étranger. Berenguer de Queralt part ainsi en Castille en octobre 1294 muni d’un sauf-conduit en latin adressé aux officiers et sujets de Jacques II et d’une demande de laissez-passer en castillan dirigée aux officiers du roi de Castille31. La chancellerie délivre toutefois souvent une seule et même demande de laissez-passer, qui s’adresse soit aux officiers et aux sujets du roi, soit aux fidèles et aux amis et dévoués, soit encore aux officiers et sujets de la Couronne et aux amici et devoti étrangers32. Dans ce contexte, les litterae de conductu expédiées par la chancellerie aragonaise présentent néanmoins une structure diplomatique toujours similaire, comprenant l’adresse, l’exposé du motif (le départ à l’étranger d’un ambassadeur ou la venue sur le territoire d’un étranger), l’ordre ou la requête de ne pas porter atteinte à l’homme et à ses biens lors de sa venue, de son séjour et de son départ (eundo, stando et redeundo), la demande de lui faciliter le passage et d’éventuelles restrictions de durée ou de transport de biens et, enfin, la date.

  • 33 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, doc. 165-180, pp. 311-327 (sauf-conduits (...)
  • 34 L’évêque de Huesca part à Naples et en Sicile avec au moins huit sauf-conduits destinés à différen (...)
  • 35 Par exemple pour l’évêque de Provence (ACA, C, reg. 102, f° 66r°[3] [16 novembre 1295, Barcelone])
  • 36 Par exemple pour Constance de Béarn en transit en Catalogne, pour l’infant Juan de Castille qui va (...)
  • 37 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 29, n° 3713 ; ACA, C, reg. 100, f° 295v°[2].
  • 38 Joan Borgunyó est chargé de la mission en 1314 : « … ut curet obtinere a rege Francie litteras et (...)
  • 39 L. González Antón, Las uniones aragonesas, t. II, doc. 300, p. 333.
  • 40 C’est le cas de Charles II d’Anjou (Memorial Histórico Español, t. III, pp. 450-451).
  • 41 Un sauf-conduit est ainsi délivré aux représentants de Jacques II par le roi de France à Paris, le (...)
  • 42 « … Cum hac presenti carta nostra guidamus et assecuramus quemcumque aut quoscumque nuncios seu em (...)

11Une telle organisation correspond fortement à celles des lettres de conduit émises par les autres chancelleries contemporaines, en Angleterre notamment33. L’analyse diplomatique des sauf-conduits doit par conséquent être replacée dans le cadre général de leur utilisation dans les échanges entre cours. Les représentants du roi d’Aragon emportent souvent avec eux plusieurs demandes de sauf-conduit formulées par leur mandataire à l’intention des diverses autorités des territoires qu’ils devront traverser34. Mais ils ont aussi recours à des lettres de conduit émises par des pouvoirs étrangers. La chancellerie aragonaise, de même qu’elle expédie des sauf-conduits pour les étrangers qui circulent, en transit ou non, sur les territoires de la Couronne (ambassadeurs35, princes36, marchands, chevaliers37, pèlerins, etc.), demande ainsi parfois explicitement aux puissances étrangères de fournir à l’avance des lettres de conduit pour les ambassadeurs de Jacques II. Particulièrement fréquentes auprès du roi de France, ces demandes reflètent les tensions entre les royaumes et l’insuffisance de la protection octroyée par le seul mandataire. En 1314 et, à nouveau, en 1322, des ambassadeurs de Jacques II sont chargés de demander aux Capétiens des lettres de conduit qui assurent de manière générale la libre circulation des messagers du roi sur le territoire français. On souhaite ainsi empêcher qu’ils ne soient agressés dans leur personne, fouillés, volés et que leurs lettres ne soient ouvertes38. Corrélativement, de multiples guidatica ou guiatges sont sollicités lorsque les représentants du roi d’Aragon doivent traverser plusieurs territoires. Jacques II, qui vient de monter sur le trône, demande ainsi en 1291 au pape Nicolas IV d’octroyer un segur guiatge (« un sauf-conduit sûr ») à son ambassadeur Berenguer de Vilaragut et d’en solliciter d’autres au roi de France, à Charles de Valois, à Charles II d’Anjou et à Jacques de Majorque39. Symétriquement, des demandes de conduit sont effectuées auprès du roi d’Aragon pour les ambassadeurs qui doivent lui rendre visite40. Les messagers peuvent eux-mêmes demander un sauf-conduit avant leur départ de la cour étrangère pour retourner auprès de leur mandataire41. De plus, en prévision de missions importantes, des sauf-conduits sans bénéficiaire nommément désigné sont émis par les chancelleries aragonaise et étrangères et envoyés au futur mandataire. Il suffira par exemple à Charles II d’Anjou de remettre un sauf-conduit de Jacques II à l’ambassadeur qu’il choisira pour qu’il puisse jouir de la protection aragonaise42.

  • 43 Le roi d’Aragon demande ainsi que ses représentants se rendant en Avignon bénéficient d’un sauf-co (...)

12Les sauf-conduits participent donc à une logique de réciprocité, d’échange documentaire entre les chancelleries, dans un monde où la sécurité du représentant du roi constitue un enjeu d’importance à la fois pour le maintien de l’honneur du mandataire et pour celui du destinataire de l’ambassade43. Ceci contribue sans aucun doute à renforcer la similitude, voire le mimétisme des lettres de conduit émises au nom du roi d’Aragon et de celles qui le sont au nom des princes et des rois étrangers. Néanmoins, s’il constitue une garantie de sécurité souvent indispensable pour circuler sur des territoires étrangers, notamment pour les suites royales en déplacement ou pour les ambassades de prestige,

  • 44 I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie », p. 118.

le sauf-conduit est [aussi] indéniablement le document qui rapproche le plus les règles de la diplomatie de celles de la guerre44.

  • 45 Des sauf-conduits sont enregistrés pour 50 des 233 ambassades de la base de données « ambassades » (...)
  • 46 G. La Mantia, Codice diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, t. II, doc. XLV, p. 62 ; ACA, C, reg (...)
  • 47 ACA, C, reg. 100, f° 35r°[2].
  • 48 ACA, C, reg. 101, ffos 9v°[3]-10r°[1] (1er avril 1295, Barcelone).
  • 49 ACA, C, reg. 235, f° 120v°[1] (28 juillet 1304, Tarazona).
  • 50 Exemples pp. 254-257.
  • 51 ACA, C, reg. 253 (II), f° 72r°[1] (22 janvier 1298, Siège du château de Alhama) ; reg. 252, f° 236 (...)

13De fait, d’après les enregistrements des Registra secreta, les sauf-conduits semblent bien plus nécessaires aux ambassadeurs qui se rendent à la curie, en péninsule italienne, en France et dans les pays islamiques que pour ceux qui vont en péninsule Ibérique chrétienne ou auprès des souverains de Majorque et de Sicile issus de la Maison d’Aragon45. Il s’agit donc d’un outil diplomatique qui reflète et doit permettre de surmonter les périls de la distance, la crainte de l’étranger et les difficultés politiques. Il exprime en fait le caractère fragile d’une immunité diplomatique tacite et doit aussi être interprété comme une tentative du pouvoir qui le produit pour contrôler les déplacements et les agissements des étrangers dans les royaumes, depuis le moment de leur arrivée jusqu’à leur départ46. Ce souci apparaît plus nettement en cas de tensions : ne pas disposer de ce document, c’est alors s’exposer aux poursuites de la justice royale. Jacques II refuse ainsi le 22 août 1294 de concéder un sauf-conduit à Bernard d’Armagnac qui se trouve en opposition ouverte contre Philippe le Bel, et le roi d’Aragon ne souhaite pas que ses fidèles pénètrent dans les territoires de la Couronne47. La volonté de contrôle se traduit également par la présence de clauses restrictives dans les sauf-conduits : limitations de la durée du séjour48, mention des biens et des bêtes transportées49, indication de détails sur les suites50. Ici encore, les sauf-conduits produits par la chancellerie aragonaise participent d’une pratique diplomatique plus générale en Occident, ils s’inscrivent dans des modèles documentaires reconnaissables et se caractérisent par une réelle souplesse dans l’ajout de clauses et dans la combinaison des formulaires. De plus, bien qu’ils soient d’ordinaire rédigés en latin, le canevas formulé dans la langue de Cicéron peut aussi être adapté en castillan (guiamos et assecuramos) pour la péninsule Ibérique51.

d) Lettres de créance

  • 52 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, pp. 56-63, 159-163 et 175-215.
  • 53 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 111-115.

14Tour à tour désignées par les termes credencia, litterae de credencia, credencial, les lettres de créance sont des documents émis par un mandataire pour accréditer son représentant auprès d’un ou de plusieurs destinataires. Pièces essentielles de la pratique diplomatique, ce sont les seuls éléments indispensables pour une mission jusqu’au XIIe siècle, le terme prenant un sens technique à partir du début du XIIIe siècle52. D’après D. E. Queller, les lettres de créance médiévales se présentent d’ordinaire sous une forme relativement simple et comportent systématiquement quatre clauses, l’adresse, la notification, la supplicatio et la date, la plus importante étant la supplicatio qui indique le(s) messager(s), formule la demande de le(s) recevoir et de le(s) croire53. Comme ce schéma diplomatique est généralement respecté dans les lettres de créance expédiées par la chancellerie aragonaise, l’attention portera ici plus particulièrement sur les spécificités des litterae de credencia émises au nom de Jacques II.

  • 54 ACA, C, reg. 252, ffos 111v°[2] et 112v°[1], etc.

15De même que le guidaticum, la lettre de créance n’est pas un type de document exclusivement réservé aux relations diplomatiques. Des credenciae servent aussi dans les territoires placés sous l’autorité de Jacques II. La chancellerie royale en munit les représentants du roi afin qu’ils puissent s’exprimer en son nom auprès d’autres ambassadeurs, des membres de la famille royale ou bien de différents officiers et institutions de la Couronne54. Inversement, le roi reçoit des lettres de créance qui n’émanent pas de souverains étrangers, mais d’hommes qui relèvent de son autorité. Il s’agit donc d’un outil de communication très largement utilisé.

16Il ne constitue pas un type documentaire figé. L’absence de l’un des messagers invalide en général une lettre de créance émise pour plusieurs individus. Le représentant de Jacques II Gonzalo García doit de ce fait impérativement être accompagné de Jaime de Jérica pour traiter avec le noble Juan Núñez, car, explique le roi,

  • 55 « … Quare cum littere credencie sint facte ipsis ambobus, dictus Gondisalbus solus non posset aliq (...)

les lettres de créance ont été faites pour tous les deux et Gonzalo ne peut rien expédier seul dans cette affaire55.

  • 56 ACA, C, reg. 335, ffos 215r° et 235r°[1].
  • 57 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, p. 181.
  • 58 ACA, C, reg. 338, f° 79r°[1].
  • 59 Lettre de créance du roi pour Ramon de Montrós auprès du roi du Portugal Denis, avec des nouvelles (...)

17Cependant, un quorum restreint de représentants du roi — un sur deux ou deux sur trois — est parfois suffisant pour accréditer le(s) messager(s)56. On retrouve ici une pratique observée ailleurs, à la chancellerie anglaise notamment57. Dans ce jeu de variations autour d’une même gamme documentaire, des modifications notables concernent aussi l’exposé des motifs, qui gagne en importance quand l’ambassadeur est dépêché auprès du pape58. Enfin, la frontière avec d’autres types de documents, en particulier la littera de statu (« lettre d’état »), peut être franchie pour constituer un document unique présentant à la fois l’état de santé de la famille royale aragonaise, les vœux adressés au destinataire et l’accréditation du messager59.

  • 60 ACA, C, reg. 252, f° 85v°[2] (20 mai 1294, Barcelone, accréditation de Guerau d’Albalat auprès du (...)
  • 61 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 17, n° 2221 ; caixa 155 [ES], n° 1110 ; caixa 26, n° 3253 ; C. Baudo (...)

18Mais la spécificité la plus frappante des lettres de créance expédiées au nom de Jacques II est sans aucun doute leur variété linguistique. Sa chancellerie trilingue (latin, catalan, castillan sous sa forme aragonaise) produit comme les autres chancelleries occidentales des litterae de credencia en latin, mais aussi des credenciales en castillan pour ses relations avec le roi et les nobles castillans, ainsi qu’avec les royaumes de Grenade et du Portugal60. En contrepartie, le roi d’Aragon reçoit bien évidemment des lettres de créance en latin, mais aussi en castillan, en portugais et en occitan61.

  • 62 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, passim dans les doc. 34-67, pp. 46-103.
  • 63 Des lettres de créance sont consignées dans les registres pour près de 80 % des 233 ambassades de (...)

19Finalement, les lettres de créance émises par la chancellerie de Jacques II apparaissent plus variées que celles du modèle établi par D. E. Queller, aussi bien par leurs caractéristiques formelles, externes et internes, que du point de vue linguistique. Mais ces variations demeurent limitées pour les lettres de créance employées dans l’action diplomatique, car les documents doivent être compris à l’étranger. Comme les sauf-conduits, les lettres de créance aragonaises présentent en fait un contenu très similaire à celles des autres chancelleries contemporaines62. D’autre part, à la différence de la situation exposée par I. Le Bis près d’un siècle plus tard, à la différence aussi des sauf-conduits dont on se dispense parfois, la lettre de créance constitue ici un outil quasiment indispensable pour l’action diplomatique. L’immense majorité des ambassadeurs aragonais en emmènent avec eux et ils en prennent souvent plusieurs, à raison d’une pour chacune des personnes qu’ils doivent rencontrer ou avec lesquelles ils doivent traiter63. Leur perte ou leur absence risque d’ôter au représentant toute crédibilité, car elles constituent le premier horizon d’attente du destinataire du message. Selon la belle formule employée par Frédéric III pour signifier à Jacques II son incrédulité devant un représentant du roi de Naples qui en était dépourvu,

sur terre comme sur mer, il n’est aucun prince qui adresse ses envoyés ou ses ambassadeurs à d’autres rois ou princes sans les munir de lettres spéciales,

  • 64 « Quod mirandum erat non modicum de predicto cognato nostro, qualiter eum in eius nuncium absque (...)

20c’est-à-dire ici de lettres de créance64.

e) Pouvoirs

  • 65 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 26-59.
  • 66 Pour des exemples d’originaux, voir ACA, C, P. de Jaume II, carp. 167, n° 1860 (enregistré dans AC (...)
  • 67 Cas du pouvoir délivré le 17 octobre 1297 à Saragosse et qui confère à Bernat de Fonollar la capac (...)
  • 68 ACA, C, reg. 264, f° 116r° et reg. 336, f° 151r°.
  • 69 Schéma identique dans la plupart des pouvoirs publiés par P. Chaplais, English Medieval Diplomatic (...)

21Les pouvoirs ou procurations (procuratoria, procuratorios, procurationes) utilisés par les ambassadeurs du roi d’Aragon font aussi partie d’une typologie documentaire qui n’est pas l’apanage de l’action diplomatique. Le pouvoir est un instrument notarié de délégation d’autorité qui permet au représentant, le procurator, de conclure un acte juridique au nom de son mandataire. Pour D. E. Queller, les procurations employées par les ambassadeurs à partir de la fin du XIIe siècle sont des actes juridiques, rédigés la plupart du temps sous forme de lettre patente et dont l’usage est remis progressivement au goût du jour avec la résurgence du droit romain et le développement du notariat en Méditerranée65. Ce modèle général est globalement valable pour les pouvoirs expédiés par la chancellerie de Jacques II. De même qu’ailleurs, comme en témoignent les originaux et les descriptions effectuées dans les actes de la pratique, ils sont d’ordinaire couchés sur parchemin et munis du sceau du roi66. Le choix de ce matériau accentue le caractère solennel d’un acte souvent passé devant notaire et témoins67 et dont la validité est encore renforcée par la mention de la remise en mains propres au représentant du roi68. Dans ce contexte, le canevas diplomatique mis en lumière par l’historien canadien est globalement valable : le pouvoir précise le nom du mandataire, nomme le procurator, indique la cause et l’adresse avant de conclure sur une clause de ratihabitio, c’est-à-dire sur la promesse du mandataire de reconnaître les engagements qui auront été pris en son nom par le procureur69. Comme dans les autres chancelleries occidentales, on expédie le plus couramment des procurations spéciales par lesquelles sont nommés des certi et speciales procuratores.

  • 70 Clause in solidum d’un pouvoir de Joan de Torrefeta et Gonzalo García pour négocier avec les envoy (...)
  • 71 Parmi les trois ambassadeurs de Jacques II (Vidal de Vilanova, Dalmau de Pontons, Bernat Despont) (...)
  • 72 ACA, C, reg. 252, f° 145v°[2].

22Les pouvoirs émis au nom de Jacques II se caractérisent toutefois également par leur extrême souplesse, fort utile pour les adapter aux circonstances requises par les ambassades et par les négociations. Une distinction est ainsi effectuée entre les pouvoirs in solidum qui placent les différents membres d’une ambassade à égalité pour le traitement d’une affaire et, d’autre part, des pouvoirs octroyés à un seul représentant au sein d’une legatio70. Si l’ambassade est dirigée par plusieurs représentants du roi, une clause spécifie généralement que le pouvoir est valable à partir du moment où un certain nombre d’entre eux (un sur deux, un sur trois, etc.) est présent, sans aucun doute afin de gagner en efficacité et de favoriser le contrôle réciproque entre ambassadeurs71. De même, la souplesse de l’instrument rend possible la constitution de pouvoirs en abyme, sorte de documents gigognes dans lesquels un fondé de pouvoir du roi délivre lui-même un pouvoir en son nom propre. Ceci s’avère particulièrement utile lorsque le roi d’Aragon dispose du pouvoir de traiter ou de signer d’un autre monarque, ou bien lorsqu’un ambassadeur souhaite dépêcher des représentants sans en référer préalablement à son mandataire. Jacques II, en vertu du pouvoir qui lui a été conféré par Alfonso de la Cerda, fait par exemple le 29 mars 1296 de Francesc Despí son procureur pour traiter de la paix entre le « roi de Castille » — ainsi nomme-t-on alors l’infant de la Cerda à la chancellerie aragonaise — et le roi de Grenade72.

  • 73 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », pp. 527-528 (3 juillet 1 (...)

23L’outil est donc malléable, mais les exigences du pouvoir royal aragonais sont néanmoins jugées très élevées à l’étranger. L’infant Pedro de Castille craint ainsi que la procuration de son représentant Diego García de Toledo ne soit à elle seule insuffisante pour négocier au regard du Fuero et costumpne d’Aragón (« privilège et coutume d’Aragon »). La solution adoptée par l’infant castillan consiste alors à remettre des cartas blancas seelledas con mío sello (« lettres en blanc scellées de [son] sceau ») sur lesquelles son fondé de pouvoir pourra inscrire une procuration complète et suffisante, selon le fuero d’Aragon (procuración complida et sufficiente, segunt fuero de Aragón)73. Permettant aux ambassadeurs étrangers de remédier aux écarts de normes documentaires entre les différents royaumes, des blancs ou pouvoirs en blanc sont fréquemment confiés aux ambassadeurs du roi d’Aragon. Ces documents ont disparu ou ont été complétés, mais la trace de leur existence est conservée dans les mentions de remises aux ambassadeurs accompagnées de descriptions qui se trouvent dans les registres de la chancellerie : ce sont des parchemins blancs, le plus souvent munis de sceaux et dont l’expédition, minutieusement préparée, revêt fréquemment un caractère solennel. On peut en juger à la teneur de la note apposée par un scribe qui, dans un registre des secrets, fait suite à la transcription d’un pouvoir remis en novembre 1308 à des ambassadeurs de Jacques II pour conclure une alliance militaire avec le roi de Castille contre Grenade :

  • 74 « Preterea certum est quod de mandato domini regis facto Bernardo de Aversone oretenus in Calatayu (...)

En outre, il est certain que sur ordre du roi donné oralement à Bernat d’Aversó à Calatayud le dimanche VI des ides de décembre [8 décembre] de l’année susdite [1308], à l’intérieur de la maison des frères mineurs dans laquelle il logeait, en présence de la reine, du chancelier le seigneur évêque de Valence, de l’amiral Bernat de Sarrià, de Gonzalo García et d’Artal de Azlor, le même Bernat d’Aversó, garde des sceaux du seigneur roi, a remis auxdits envoyés [Bernat de Sarrià et Gonzalo García] et en leur place à Pere Martí, scribe dudit seigneur roi qui devait partir avec eux, trois lettres blanches en parchemin scellées du grand sceau du seigneur roi, et sur lesquelles rien n’était écrit, afin que les messagers les emmènent dans l’ambassade susdite et qu’elles puissent être utilisées pour les affaires de cette ambassade. Lorsque ledit Bernat d’Aversó remit lesdites lettres à Pere Martí, étaient en outre présents Pere Llobet, scribe du seigneur roi, et Berenguer Anglès de la chancellerie du même roi. Le seigneur évêque et chancelier a signé ces trois lettres de sa main à l’intérieur des plis de chacune d’entre elles74.

  • 75 ACA, C, P. de Jaume II, carp. 167, n° 1860 ; copies enregistrées : ACA, C, reg. 252, f° 145v°[2] e (...)

24Preuve supplémentaire de leur malléabilité, les pouvoirs peuvent comme les lettres de créance être rédigés en castillan lorsqu’il s’agit de traiter avec des royaumes ibériques, notamment la Castille et le Portugal75. Les documents ainsi confectionnés épousent alors les formes des modèles latins, le certus et specialis procurator devenant un ciert y especial procurador.

  • 76 Voir infra pp. 298-337.
  • 77 Voir pp. 323-327.

25La souplesse des pouvoirs ne se résume pas à un simple jeu formel, elle tient aussi fondamentalement aux usages qui peuvent en être faits, aux manipulations de la documentation par les ambassadeurs. Ces derniers en emportent fréquemment plusieurs avec eux afin de les utiliser selon les circonstances requises par l’avancement des négociations76. Néanmoins, à la différence des lettres de créance et du cas franco-anglais étudié par I. Le Bis, les pouvoirs ne constituent pas un instrument indispensable. Seules 61 des 233 ambassades consignées dans les Registra secreta et dans les premiers registres Curie en font état, les pleins pouvoirs ne concernant qu’un petit tiers de ce sous-ensemble. Deux facteurs peuvent expliquer cette proportion relativement faible : de nombreuses ambassades sont dépêchées essentiellement à des fins de représentation pour lesquelles ce type de document s’avère souvent peu utile ; les négociations informelles, orales, sont très importantes et peuvent se dérouler à l’aide des seules lettres de créance. Toutefois, lorsqu’ils sont utilisés, les pouvoirs s’avèrent des instruments de communication et d’échange remarquablement souples et modulables selon les circonstances diplomatiques. Ils sont souvent exigés par les destinataires et permettent de moduler la marge de manœuvre que l’on souhaite octroyer aux différents représentants du roi77.

26Les ambassadeurs du roi d’Aragon recourent donc globalement au même type de documents qu’ailleurs, avec des dénominations semblables qui sont employées plus systématiquement sous Jacques II que durant les règnes précédents. Il ne s’agit néanmoins en aucun cas d’une catégorie documentaire exclusivement réservée à la diplomatie. Il existe bien un vocabulaire et des « documents diplomatiques » spécifiques, mais ils ne sont pas créés ex nihilo pour les relations avec l’étranger. Au contraire, ils tirent leurs caractéristiques d’usages documentaires plus généraux, propres à la chancellerie royale aragonaise et à l’Occident. Dans ce cadre, les lettres de créance, sauf-conduits et pouvoirs émis par la chancellerie aragonaise se caractérisent par leur grande souplesse et la réadaptation constante des formulaires aux circonstances diplomatiques et aux besoins du pouvoir royal.

f) Une langue, des langues

27Les documents transportés et utilisés par les ambassadeurs de Jacques II présentent des caractéristiques linguistiques originales (tableau 1, p. 40). Afin d’en avoir une vue plus complète, il importe de ne plus se focaliser sur les seuls saufconduits, pouvoirs et lettres de créance, mais de prendre aussi en compte les instructions remises aux ambassadeurs et la correspondance royale. Un constat s’impose d’emblée : le latin domine dans la documentation à usage diplomatique émise par la chancellerie aragonaise, mais sans exclusive. Il n’y a pas une langue unique pour la diplomatie de Jacques II, mais des langues — latin, castillan, catalan — susceptibles d’être employées pour les relations avec les cours étrangères. La position de la couronne d’Aragon, dont les territoires recouvrent alors des zones linguistiques distinctes, rend possible l’utilisation du castillan pour les relations avec la péninsule Ibérique, alors qu’on lui préfère le latin pour le Nord, le catalan pour les relations avec les Hafsides, l’Égypte et, dans une moindre mesure, le royaume angevin de Naples.

  • 78 Sur la dialectique entre le latin et la langue vernaculaire dans les chancelleries, voir les cas f (...)

28Mais l’utilisation d’une langue plutôt que d’une autre ne dépend pas exclusivement du correspondant ou de la destination de l’ambassade. La nature du document expédié par la chancellerie constitue également un facteur d’importance. Ainsi les sauf-conduits — à usage interne et plus encore à usage externe — et les pouvoirs sont-ils plutôt rédigés en latin, même pour les relations avec la Castille et le Portugal, alors que les lettres de Jacques II adressées aux grands de ces royaumes sont en aragonais. Même si les lettres de créance présentent une variété linguistique plus grande (certaines sont composées en latin, en castillan ou en catalan), que dans d’autres chancelleries « seulement » bilingues (latin-langue vernaculaire)78, même si les relations épistolaires avec les Maisons sœurs de Sicile et de Majorque s’effectuent en catalan et en latin, les sauf-conduits et les lettres de créance destinés à ces cours demeurent essentiellement en latin, sans doute en raison du caractère solennel qu’il prête aux documents et parce que toutes les autorités sont censées le comprendre (tableau 1, p. 40).

  • 79 Des lettres en français sont notamment adressées à Blanche d’Anjou par son père Charles II, sa mèr (...)
  • 80 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [EI], n° 1110 et caixa 148 [EI], nos 422, 423, 492 ; RAH, 9/2, f (...)
  • 81 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, pp. 127-133.

29Le latin constitue donc bien la langue diplomatique par excellence, mais il n’est pas ou plus le seul à exercer ce rôle, puisque le castillan le lui dispute en péninsule Ibérique (Castille, Portugal, Grenade), et le catalan avec Tunis et l’Égypte, dans une moindre mesure avec la Sicile et Majorque. Les lettres reçues par le roi d’Aragon permettent de préciser ce point. Le plus souvent, la langue employée est la même que dans les lettres de Jacques II. Cependant, il arrive fréquemment que l’échange épistolaire soit linguistiquement asymétrique : l’un des correspondants écrit en latin et l’autre en une langue vernaculaire. C’est le cas pour les relations avec Majorque, la Sicile et le royaume de Naples d’où proviennent plusieurs lettres en français79. Les chancelleries recourent aussi parfois à deux langues vernaculaires différentes : le roi d’Aragon écrit en castillan (sous sa forme aragonaise) aux Portugais, ces derniers s’adressent à lui en portugais80. La chancellerie royale aragonaise n’est pas la seule à envoyer des documents diplomatiques en plusieurs langues : le roi d’Angleterre s’adresse en anglo-français aux zones francophones, en latin un peu partout et même en anglais aux Écossais81. Du point de vue linguistique, l’enjeu primordial du moment n’est donc pas celui d’une langue diplomatique unique et uniforme, d’une lingua franca reconnue de manière universelle. Il s’agit plutôt d’employer une langue qui soit compréhensible à l’étranger. La proximité entre les langues de la Péninsule (castillan et portugais notamment) ou bien les liens familiaux (catalan et français à la cour de Naples) facilitent de surcroît les échanges épistolaires bilingues. Cette communication asymétrique permet le plus souvent à chacun de s’exprimer dans une langue considérée comme sienne et limite la possibilité de conflits relatifs à une éventuelle prééminence linguistique. Une telle asymétrie, aujourd’hui encore observable in vivo dans des villes bilingues comme Barcelone, est pour l’action diplomatique de Jacques II sans aucun doute facilitée par le partage entre de nombreux correspondants d’une communauté de vocabulaire et de documentation. Il n’existe donc pas alors de langue unique pour la diplomatie, mais un vocabulaire commun qui traverse et habite des langues et des écrits compréhensibles entre des hommes qui, bien qu’étrangers entre eux, sont originaires d’une même famille linguistique.

TABLEAU 1. — Les usages linguistiques dans la documentation diplomatique aragonaise

Pouvoir

Sauf-conduit

Lettre de créance

Lettre

Alexandrie

Latin

Angleterre

Latin

Latin

Aquitaine

Latin

Byzance

Latin

Latin

Calabre

Latin

Latin

Latin

Latin

Chypre

Latin

Latin

Flandre

Latin

France

Latin

Latin

Latin

Latin

Gênes

Latin

Latin

Mongols

Latin

Latin

Navarre

Latin

Papauté

Latin

Latin

Latin

Latin

Sardaigne

Latin

Latin

Grenade

Castillan

Castillan

Castillan

Castillan

Castille

Castillan-latin

Castillan-latin

Castillan-latin

Latin-castillan

Portugal

Latin

Castillan-latin

Latin-castillan

Naples

Latin

Latin

Latin-catalan

Sicile

Latin

Latin

Latin-catalan

Majorque

Latin

Latin

Latin-catalan

SOURCES
ACA, C, reg. 252, reg. 334 et ACA, C, CR de Jaume II, caixas 1-7

30Les documents diplomatiques expédiés au nom de Jacques II respectent donc les contraintes formelles relativement fortes provoquées par l’utilisation d’un vocabulaire commun avec les autres chancelleries, mais ils sont adaptés en fonction des circonstances et des horizons d’attente du pouvoir. Réserve-t-on alors au sein de l’administration royale un traitement particulier à ces écrits dont le nombre s’accroît considérablement ?

II. — DES DOCUMENTS PRODUITS ET CONSERVÉS PAR UNE ADMINISTRATION ROYALE

31Le problème concerne d’abord la chancellerie où ils sont expédiés et enregistrés, puis les archives du roi qui les conservent. La rédaction des documents emmenés par les ambassadeurs et la mise par écrit de la correspondance avec les souverains étrangers doivent être comparées avec les méthodes en vigueur à la scrivania royale. Une telle approche permet d’envisager l’hypothèse d’une spécialisation au sein de la chancellerie et des archives aragonaises pour le traitement de la documentation diplomatique, considérée ici dans son ensemble.

LA PRODUCTION ET L’ENREGISTREMENT DES DOCUMENTS DIPLOMATIQUES À LA SCRIVANIA DU ROI

a) Le processus d’expédition de la documentation

  • 82 F. Autrand, « L’enfance de l’art diplomatique ». Sur la chancellerie du roi d’Aragon, voir de mani (...)
  • 83 Sur l’itinérance de la chancellerie : H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. cxix-cxxii ; J. Trench (...)

32Commençons d’abord par « l’enfance de l’art » (Françoise Autrand), la rédaction des documents diplomatiques82. Les lettres de créance, les sauf-conduits, les pouvoirs, les instructions données aux ambassadeurs et la correspondance royale suivent d’ordinaire les pratiques générales d’expédition de la documentation adoptées par la chancellerie itinérante, telles qu’elles ont pu être reconstituées par H. Finke, J. Trenchs Odena et Robert Ignatius Burns83. Rappelons-les brièvement avant d’insister sur les nuances que permet d’apporter à ce schéma l’examen de la documentation diplomatique.

  • 84 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. cxix-cxxii ; J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de (...)
  • 85 ACA, C, reg. 336, f° 0r°. On trouve un autre exemple de formulaire, postérieur (vers 1340), dans l (...)
  • 86 Au dos d’une lettre du roi Sanche de Majorque se trouve le brouillon d’une réponse du roi d’Aragon (...)

33Pour parvenir à une expédition définitive, les documents produits à la chancellerie de Jacques II passent le plus souvent par différents états : après l’ordre, la minute et une première mise au net corrigée, vient l’enregistrement, avant que l’on ne procède à une seconde révision de l’acte, qui prélude à l’apposition éventuelle d’un sceau, à la taxation et à l’envoi à l’intéressé84. En l’état actuel de l’historiographie, il semble que la rédaction des documents diplomatiques se distingue en ce domaine uniquement sur des points de détail. Les scribes recourent par exemple à des formulaires spécifiques, notamment à des listes d’adresses qui sont actualisées pour la bonne tenue de la correspondance royale85 ; le dos des lettres reçues de l’étranger peut être utilisé comme brouillon pour la rédaction de la réponse86. Plus que dans la succession des différentes phases de l’expédition, c’est en fait au sein de chacune de ces phases, et notamment au moment crucial de l’enregistrement, que d’éventuelles singularités de la documentation diplomatique au sein de la chancellerie royale sont susceptibles d’apparaître.

b) L’enregistrement des documents diplomatiques à la chancellerie aragonaise : acteurs et méthode

  • 87 Présentation générale de la série pp. 57-87.
  • 88 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, p. lxxvii.
  • 89 La mention hors-teneur « Bernardus de Aversone, mandato regis, cui fuit lecta per eum et expedita (...)
  • 90 Ibid., f° 11v°.
  • 91 ACA, C, reg. 338, f° 15r° (26 août 1318, Barcelone) [copie d’une lettre de Jacques II à Vidal de V (...)

34On prendra ici pour matériau de réflexion les sept Registra secreta de Jacques II, parfois aussi appelés Libri secretorum et postérieurement Legationum, qui renferment le plus grand nombre de documents concernant les relations avec les puissances étrangères87 : lettres de créance, pouvoirs remis aux représentants du roi, sauf-conduits, extraits de la correspondance royale ou bien encore instructions et lettres aux ambassadeurs de Jacques II. À la différence de la place assignée à l’enregistrement dans le processus d’expédition documentaire, relativement bien connue, le déroulement précis de cette opération, l’identité et le statut des hommes qui l’effectuent posent encore des problèmes d’interprétation pour le règne de Jacques II. Les mentions hors-teneur, apposées au bas des transcriptions dans les Registra secreta, offrent à ce titre des indications dignes d’intérêt. Comme le remarquait déjà Heinrich Finke, certaines d’entre elles, par ailleurs absentes des minutes, ne peuvent visiblement pas avoir été apposées sur les actes originaux, car elles contiennent des éléments à ne pas dévoiler aux destinataires88. L’enregistrement d’un acte peut donc conduire à l’ajout d’une mention hors-teneur spécifique chargée de rappeler dans le registre les modalités de son élaboration. D’autre part, la transcription dans le registre n’est pas nécessairement effectuée par celui qui reçoit le mandat royal et dont le nom figure dans la mention hors-teneur. Le notaire garde des sceaux Bernat d’Aversó apparaît ainsi dans des mentions hors-teneur d’écritures nettement différenciées et contemporaines89. Inversement, on trouve aussi dans les Registra secreta des mentions hors-teneur d’une même écriture, mais qui indiquent différents récepteurs du mandat royal90. Il faut par conséquent distinguer le notaire qui reçoit l’ordre du roi et apparaît dans la mention hors-teneur du scribe chargé d’effectuer la transcription dans le registre, et parfois même le scribe qui copie le document d’un autre scribe qui inscrit à sa suite une mention hors-teneur91. L’entrée d’un document dans le Registrum secretum est donc un travail, parfois complexe, qui ne se limite pas à la simple copie de la minute par celui qui a reçu le mandat.

  • 92 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. liv-lix ; critiqué par F. Sevillano Colom, « Apuntes para el (...)
  • 93 J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, p. 45 ; F. C. Casul (...)
  • 94 ACA, C, reg. 339, ffos 386v° et 388v°.
  • 95 Surmontée de l’annotation « Probatum cum originali », une bulle de Clément V est copiée avec la no (...)
  • 96 J. Trenchs Odena, Casa, corte y cancillería de Pedro el Grande, p. 31.
  • 97 O. Guyotjeannin, « L’écriture des actes à la chancellerie royale française », p. 100, relève une d (...)

35L’identification des auteurs de l’enregistrement a fait l’objet de remarques contradictoires dans l’historiographie. Heinrich Finke considère qu’il n’y a pas encore sous Jacques II de séparation nette entre des escrivans de manament et des escrivans de registres, tandis que sous Pierre IV le Cérémonieux ces derniers sont, d’après les célèbres Ordenacions (1344), spécifiquement chargés de l’enregistrement92. En revanche, J. Trenchs, qui se fonde sur son étude de la chancellerie de Pierre III (1276-1285) et sur les travaux de Francesco Cesare Casula pour celle d’Alphonse IV (1327-1336), ne doute pas de l’existence de scribes spécialisés dans l’enregistrement dès le règne de Jacques II, mais avoue ne pas disposer de preuves tangibles93. Le problème peut être réexaminé à l’aide des notes qui accompagnent parfois dans les Registra secreta l’entrée de documents n’émanant pas de la chancellerie aragonaise. L’annotation « probatum » ou même « probatum cum originali », en général apposée au-dessus de la copie enregistrée avec une écriture distincte, témoigne à plusieurs reprises de la révision de la transcription effectuée au regard de l’original94. Or, au-dessous ou en marge de ces copies, peuvent aussi se trouver d’autres mentions brèves qui indiquent un nom, parfois accompagné de la précision « de curia »95. Cette spécification s’avère très proche de l’un des modes de désignation des scribes spécialisés dans l’enregistrement sous Pierre III, qui sont « curie regis »96. D’autre part, les noms mentionnés diffèrent de ceux des notaires qui reçoivent le mandat royal et apparaissent dans les mentions hors-teneur des Registra secreta. L’hypothèse d’une spécialisation de certains scribes qui travaillent aux registres, distincts des escrivans de manament, en sort donc renforcée, même si l’on ne peut guère préciser si Guillem, Jacobus Pa[-], Jacme Adam et Antoni de Sancta Speria révisent et/ou effectuent la copie de l’ensemble des documents enregistrés97. De même, en l’absence d’une étude systématique de la chancellerie royale, il demeure pour le moment impossible de préciser si ces hommes sont affectés exclusivement à l’enregistrement de la documentation diplomatique ou bien si leur travail les fait apparaître régulièrement dans les quelque 334 autres registres de Jacques II. En somme, l’examen des méthodes et des acteurs de l’enregistrement des documents diplomatiques permet de préciser le fonctionnement général de la chancellerie, mais, faute d’études similaires, il n’est pas possible de distinguer l’existence d’un éventuel processus spécifique d’enregistrement des documents diplomatiques. En revanche, les Registra secreta font comme les Cartes Reials ressortir avec éclat la figure de Bernat d’Aversó.

c) Le rôle central du notaire garde des sceaux Bernat d’Aversó

  • 98 Sur le rôle de Bernat d’Aversó aux archives, voir infra pp. 90-93.
  • 99 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. xlix-liv ; J. E. Martínez Ferrando, El Archivo de la Corona (...)

36En dépit des nombreuses zones d’ombre qui pèsent encore sur les mécanismes de la chancellerie, il est certain que le notari guarda-segells (« notaire garde des sceaux ») joue un rôle central dans l’expédition, l’enregistrement, la conservation et la manipulation de la documentation diplomatique. Il convient donc de s’arrêter un instant sur le travail de ce véritable homme-orchestre de la chancellerie royale aragonaise, qui exerce aussi la fonction de chef des archives royales98. D’abord notaire à Barcelone, Bernat d’Aversó passe en 1293 au service de la cour du veguer (« viguier ») de la ville avant de devenir en 1301 notaire garde des sceaux de la chancellerie royale. Il acquiert dès lors une importance considérable dans la confection des documents diplomatiques ainsi que dans leur enregistrement99.

  • 100 ACA, RP, MR 622, ffos 6r°-7r° et 49v°-50r° ; MR 627, ffos 99v° et 199r° ; MR 630, ffos 91v°-92r°.
  • 101 ACA, C, reg. 338.

37Outre sa fonction de garde et de contrôle des sceaux de Jacques II, pour laquelle il rend des comptes réguliers au mestre racional (« maître des comptes »)100, il est très souvent chargé directement par le roi de la rédaction des documents diplomatiques, notamment d’une grande partie de la correspondance avec l’étranger. L’immense majorité des mentions hors-teneur des Registra secreta le désignent aussi comme récepteur direct du mandat du monarque : 429 des 532 mentions (sur 601 documents enregistrés) du registre 338 de la chancellerie contiennent des ordres royaux adressés à Bernat d’Aversó, directs pour la plupart d’entre eux101. Les notes de chancellerie mettent elles aussi en évidence l’étroite, l’intime imbrication entre le mandat du roi, la main de Bernat d’Aversó et le processus d’expédition documentaire :

  • 102 « Preterea dominus rex ordinavit personaliter contenta in quadam cedula scripta per manum Bernardi (...)

En outre, le seigneur roi a ordonné personnellement les éléments contenus dans une cédule écrite de la main de Bernat d’Aversó, dont il a voulu et ordonné qu’elle soit expédiée sans le seing du chancelier et de son lieutenant, et il l’a remise en mains propres audit Bernat d’Aversó pour qu’elle soit incluse dans la lettre susdite [envoyée à l’ambassadeur à la curie Joan Borgunyó]102.

38Bernat d’Aversó fait en quelque sorte figure de « secrétaire personnel » du roi. Opposant son désir d’écrire à l’ampleur de la tâche, Jacques II justifie avec élégance le recours à la plume du garde des sceaux :

  • 103 « Hec igitur manu propria scripssissemus libenter, set scribere tam prolixam scripturam comode non (...)

Nous préférerions écrire de notre propre main, mais nous ne pouvons pas écrire commodément une matière aussi prolixe, c’est pourquoi nous avons fait écrire cette présente lettre par la main de notre fidèle et secret notaire Bernat d’Aversó et nous l’avons scellée de notre sceau du secret103.

  • 104 Ayant reçu une lettre de Frédéric III, Jacques II intime ainsi sous le sceau du secret, et donc en (...)
  • 105 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 27, n° 3457 (1er avril 1308, Valence), enregistré dans ACA, C, reg. (...)
  • 106 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 27, n° 3459 (2 avril 1308, Valence), enregistré ACA, C, reg. 237, f° (...)
  • 107 ACA, C, reg. 335, ffos 222r°[1], 223r°[1], 223v° et 224r° (éd. V. Salavert y Roca, Cerdeña y la ex (...)
  • 108 « … Les cases de la scrivania del senyor rey que són davant la seu de Barchinona » (ACA, RP, MR 63 (...)

39Bernat d’Aversó, même s’il apparaît souvent comme « la main du roi », n’accompagne pas pour autant en permanence Jacques II dans son itinérance à travers les différents territoires de la couronne d’Aragon. Bien au contraire, il semble demeurer la plupart du temps à Barcelone, d’où il reçoit les nombreux ordres du roi qui lui intiment de produire des documents pour les ambassadeurs ou des réponses aux lettres des princes étrangers104. Un exemple, parmi bien d’autres, révèle le fonctionnement de ce système. Le 1er avril 1308, depuis Valence, Jacques II ordonne à Bernat d’Aversó, alors à Barcelone, de confectionner pour son ambassadeur Bernat de Sarrià des lettres de créance auprès des rois Charles II d’Anjou et Frédéric III de Sicile, de tous les habitants de Sardaigne, ainsi qu’auprès de l’émir de Tunis pour lequel il doit aussi rédiger un pouvoir afin de traiter de la reconduction de la paix105. Ce mandement royal est complété par d’autres ordres adressés le 2 avril à Bernat d’Aversó106. Un tel mécanisme de transmission de la jussio regis peut alors se traduire par un décalage chronologique entre la date de rédaction effective du document royal et celle qui est apposée sur le document. Ici, les lettres de créance et le pouvoir rédigés sur ordre du roi par Bernat d’Aversó sont datés du 1er avril 1308, à Valence, alors que la mise par écrit à Barcelone n’a pu avoir lieu avant le 3 avril, en raison des délais requis pour l’acheminement de l’information107. Cette subtilité diplomatique ne doit toutefois pas masquer l’essentiel : répondant aux mandats de Jacques II, prenant parfois l’initiative de rédiger des documents royaux sous sa propre autorité tandis que la scrivania itinérante suit les déplacements du monarque, Bernat d’Aversó assure une certaine continuité administrative depuis la capitale catalane, dans des maisons situées devant la cathédrale108.

  • 109 ACA, C, reg. 336, f° 85v°.
  • 110 ACA, C, reg. 337, f° 350r°[1] (5 mars 1315, ambassade à Naples de Ponç Carbonell).
  • 111 On trouve un exemple de recognition à la suite de la correction d’un pouvoir, opération qui nécess (...)

40Le notaire garde des sceaux garantit aussi la régularité de l’enregistrement de la documentation diplomatique royale. Dans les Registra secreta, plusieurs notes de chancellerie indiquent ainsi que des actes lui ont été transmis avant que l’on ne procède à leur copie109. Jacques II lui envoie notamment les instructions aux ambassadeurs formulées en déplacement et scellées du sceau du secret, afin qu’elles puissent figurer dans les registres110. La recognition explicite demeure certes un phénomène très rare à l’intérieur des Registra secreta, mais ces derniers paraissent néanmoins par moments constituer véritablement les propres registres du notaire Bernat d’Aversó111.

  • 112 Bernat d’Aversó a remis des sauf-conduits à Berenguer de Sant Viçenc et à Gastó, évêque d’Huesca, (...)
  • 113 A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el reino de Mallorca, doc. 16, p. 284.
  • 114 « Copia litterarum missarum per archidiaconum Daroce subscriptas pro negocio » pour des lettres de (...)

41Le garde des sceaux, qui prend en charge les différents lieux où sont gardées les archives du roi, occupe une place centrale dans la conservation de la documentation diplomatique. Outre l’ordre de confectionner des documents nécessaires aux ambassadeurs pour leur mission, il reçoit à de nombreuses reprises le mandat de leur remettre des originaux auxquels il a accès ou dont il a la garde, ainsi que de transmettre aux représentants du roi les informations qui leur sont nécessaires112. Il détient les clefs qui permettent d’ouvrir des coffres de la maison des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem à Barcelone, où se trouvent des registres de Jacques Ier le Conquérant113. Il assure la réception de la copie des lettres envoyées par les ambassadeurs du roi depuis l’étranger à d’autres souverains que Jacques II, les notes explicatives figurant sur ces documents l’attestent114. La figure de Bernat d’Aversó plane en fait constamment entre le roi et les documents royaux, quel que soit l’état de ces derniers. Le notaire garde des sceaux maintient toujours un lien de proximité privilégié avec le monarque comme avec ses ambassadeurs et leur sert souvent d’intermédiaire exclusif pour la transmission de la documentation diplomatique. Depuis Rome, l’ambassadeur Vidal de Vilanova écrit ainsi à Jacques II le 23 mars 1309 :

  • 115 « … Emperò sapiatz, que yo he fet manament al correu portador d’esta letra que liure a vos la letr (...)

… Mais sachez encore que j’ai donné ordre au courrier porteur de cette lettre de vous livrer la lettre que j’envoie au seigneur roi. C’est pourquoi je vous prie de l’apporter au seigneur roi aussitôt que vous l’aurez, de la lire vous-même sans que personne d’autre ne soit présent, puis de m’envoyer incontinent la réponse115.

  • 116 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. LXXXVI, p. 131.
  • 117 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 432, p (...)
  • 118 ARM, LR 7, f° 96r° (15 juillet 1327, Perpignan).
  • 119 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 475, p (...)

42Mieux encore, Bernat d’Aversó entretient lui-même une correspondance nourrie avec des hommes importants qui résident dans des cours étrangères. Il reçoit des lettres de demande de soutien pour des ambassadeurs venus à la rencontre de Jacques II. Frédéric III de Sicile le sollicite ainsi en faveur de Bertran de Canelles116. Sa capacité d’intercession auprès du roi est bien connue : d’anciens représentants de Jacques II le prient d’intervenir auprès du monarque pour en obtenir des faveurs personnelles117. Inversement, il intercède auprès de puissants étrangers, par exemple l’infant Philippe de Majorque auquel il demande la libération d’un notaire de l’île, capturé sur dénonciation118. On comprend dès lors qu’un groupe d’hommes extrêmement influents, parmi lesquels Gilabert de Centelles et l’archevêque de Tarragone, se partagent ou se disputent la faveur d’un amico carissimo (« ami très cher ») dont il est difficile de se passer119.

43À la chancellerie aragonaise, la responsabilité de la documentation diplomatique repose donc largement sur les épaules d’un spécialiste qui doit consacrer une grande partie de son temps à ce travail et en retire des profits personnels importants par la constitution ou le renforcement de réseaux de faveur. En revanche, on ne peut guère distinguer une spécialisation du personnel subalterne dans le traitement de la documentation diplomatique ou bien encore une méthode spécifique d’enregistrement pour ces documents. Qu’en est-il de leur conservation ?

LA CONSERVATION DES DOCUMENTS DIPLOMATIQUES : L’ARCHIVIUM DU ROI

a) Un enjeu de pouvoir

  • 120 P. Rück, L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia ; M. T. Clanchy, From Memory to Written Reco (...)
  • 121 R. I. Burns, Societat i documentació en el regnat de València, p. 19.
  • 122 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 148 [ES], n° 615.
  • 123 O. Guyotjeannin, « Les fonctions du Trésor des chartes du roi de France » p. 117, n. 23 ; P. Chapl (...)

44L’étude conjointe des archives et de leurs usages a connu récemment un fort regain d’intérêt de la part des historiens, qui y voient désormais un élément central dans les politiques de maîtrise de l’écrit développées par les pouvoirs royaux et princiers dans les derniers siècles du Moyen Âge120. Les archives ne sont plus considérées simplement comme des dépôts dont il faut reconstituer l’organisation afin d’accéder à la documentation qu’elles renferment, elles apparaissent désormais comme de véritables instruments d’action, de garantie et d’efficacité des pouvoirs politiques sur les sujets. La conservation de la documentation diplomatique soulève dans cette optique des problèmes de classification particuliers, puisqu’il faut à la fois garder la trace authentifiable de documents expédiés et celle des originaux étrangers reçus par la chancellerie. Un certain nombre de ces écrits sont entourés de mesures de précaution spéciales. Plusieurs traités sont durant le règne de Jacques Ier le Conquérant mis sous la protection de la maison hospitalière de Saint-Jean121 ; des notes sont sont sous Jacques II apposées au dos de documents diplomatiques pour indiquer qu’ils doivent être conservés avec un grand soin (diligenter custodiendum) ou bien mis au secret (secreta)122. Comme dans les monarchies anglaise et française, la préservation de la documentation diplomatique constitue donc un enjeu de tout premier plan pour le pouvoir royal123. Afin de l’analyser, il est nécessaire de tenir compte non seulement des parchemins (la correspondance royale, les traités, les pouvoirs notamment) et des écrits en papier (les Cartes Reials), mais aussi des registres, qui garantissent le maintien dans la mémoire du pouvoir de l’essentiel de la documentation diplomatique expédiée par la chancellerie.

b) La localisation et la classification des archives diplomatiques

  • 124 Sur l’histoire de l’Arxiu de la Corona d’Aragó, voir l’ouvrage fondateur de F. de Bofarull i Sans, (...)
  • 125 F. de Bofarull i Sans, Historia del Archivo de la Corona de Aragón, doc. XIV, p. 39.
  • 126 Les différents lieux de dépôt sont mentionnés dans tous les guides, à l’exception de Santes Creus. (...)
  • 127 E. González Hurtebise, Guía histórico-descriptiva del Archivo de la Corona de Aragón, pp. 10-11.
  • 128 M. T. Clanchy, From Memory to Written Record, p. 136.

45Lorsque les documents mentionnent l’archivium nostrum, ils ne se réfèrent pas à un lieu physique unique, mais à l’ensemble des dépôts où est conservée la mémoire dynastique et patrimoniale de la Casa (« Maison ») des rois d’Aragon124. Comme auparavant et à l’instar des autres monarchies contemporaines, les documents sont durant une grande partie du règne de Jacques II dispersés en plusieurs lieux. Certains se trouvent à Saragosse, à Huesca, à Valence, à Lérida ou à Calatayud, mais la plupart sont conservés à Barcelone, au palais royal, à la maison du Temple ou à celle de l’Hôpital Saint-Jean-de-Jérusalem, parfois qualifiée d’archives du roi125. Des monastères, comme San Juan de la Peña, Sijena ou même Santes Creus en abritent une partie, tandis que le reste accompagne Jacques II dans son itinérance126. Face à cet éparpillement, durant tout le règne du rey papelista (Thomas N. Bisson), le souci de récupérer les actes des prédécesseurs et de conserver dans les registres ou en original les documents émis par l’autorité royale demeure une constante127. À l’aboutissement de ces longs et patients efforts, une rupture forte a lieu en 1318 avec la « centralisation » (Rafael Conde) des archives et leur rassemblement au palais royal de Barcelone. Contemporain de l’installation des fonds de la monarchie anglaise à la White Chapel de la Tour de Londres, le nouveau rôle assumé par le palais participe à un ample mouvement de concentration des archives royales en Occident128.

  • 129 J. Riera i Sans, Catálogo de memoriales, p. 11.
  • 130 ACA, C, Memoriales, 7/1, 1306.
  • 131 ACA, C, Memoriales, 7/2, ffos 121r°-125v° (sous la rubrique « Memoriale rescriptorum papalium que (...)
  • 132 Éd. partielle F. de Bofarull i Sans, Historia del Archivo de la Corona de Aragón, doc. XIV-XXXI, p (...)

46Les documents utilisés et produits pour l’action diplomatique s’insèrent donc dans un « paysage documentaire » sujet à de profondes modifications, parfois peu aisées à discerner. Si l’on sait de manière certaine que les archives royales sont jusqu’en 1318 dispersées en plusieurs lieux, il est en revanche beaucoup plus difficile de distinguer l’existence d’une éventuelle logique de répartition entre les différents dépôts. Les memorials de la chancellerie, qui ont pu être définis comme des cahiers et des livres composés par les archivistes et utilisés comme point de départ pour leurs recherches, ne fournissent à ce sujet que quelques rares indices129. À l’instar du Memoriale Registrorum de Mateu Botella, ces inventaires prennent essentiellement en compte la documentation relative au patrimoine royal et s’intéressent pour le règne de Jacques II au contenu des documents ou à leur place dans les registres plutôt qu’à leur localisation dans des dépôts130. Un memorial composé vers 1306 indique cependant que 103 rescrits pontificaux sont rassemblés dans des caxia (« caisses »), de même que 26 documents relatifs au royaume de Navarre, mais il n’indique pas de manière certaine leur localisation131. En l’absence d’un inventaire général et contemporain, il faut donc recourir à d’autres types de sources, les témoignages des mouvements de la documentation ordonnés par le roi, ou bien par le garde des sceaux Bernat d’Aversó, ainsi que les notes de chancellerie apposées au dos des documents132.

  • 133 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. lxvii-lxxii ; M. Scarlata (éd.), Carte reali diplomatiche di (...)
  • 134 R. Conde y Delgado de Molina, Les primeres ordinacions de l’Arxiu Reial de Barcelona, p. 14.
  • 135 O. Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France », p. 304.

47Examinons d’abord les Cartes Reials. Un rapide rappel historiographique est ici nécessaire. Cette section de la chancellerie royale ne porte ce nom que depuis les travaux de l’archiviste Prosper de Bofarull au XIXe siècle. Par la suite, H. Finke a révélé de manière enthousiaste les possibilités offertes par les Cartes Reials de Jacques II, alors que la publication plus récente de documents issus de cette section et relatifs à l’Italie a conduit Marina Scarlata à tenter une approche diplomatique générale du fonds133. Ces travaux ne mentionnent pas le problème de la conservation et de la classification originelles d’une documentation dont la seule unité est finalement celle de son support, le papier. De même que demeure inconnu le lieu de conservation de la correspondance entretenue par le roi, nous ignorons aussi en fait de manière générale avant 1318 la répartition des documents originaux ayant trait aux relations diplomatiques entre les différents lieux où ils sont déposés. Pour les pièces qui figurent actuellement dans les Cartes Reials134, l’accroissement considérable de la documentation diplomatique conservée durant le règne de Jacques II ne semble pas s’accompagner d’une organisation aussi forte que celle du Trésor des chartes en France à la même époque135.

  • 136 « Armari de negocis entre Reys saco s. n° 266 » (M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado (...)
  • 137 ACA, C, reg. 239, f° 38r°[2] (11 novembre 1311, Valence).
  • 138 ACA, C, Memoriales, 3 et 4. Voir J. Riera i Sans, Catálogo de memoriales, notice [15], pp. 32-33. (...)
  • 139 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 60, pp. 348-349.
  • 140 Voir la description par régestes des documents de l’Armari de transactions y conventions entre rey (...)

48Néanmoins, des notations apposées au dos des parchemins indiquent à de multiples reprises qu’ils se trouvent dans des sacs mis dans des armaris (« armoires ») portant soit le nom du territoire concerné par le document (par exemple Mallorca ), soit une mention signifiant qu’il s’agit de relations avec des rois étrangers (concordias reals, negocis entre reis)136. Or, dans un ordre de perquisition donné par le roi à Bernat d’Aversó apparaît la mention d’armariis nostris situés dans la maison de l’Hôpital à Barcelone137. Même s’il n’est pas certain que ces armoires disposent sous Jacques II d’une classification aussi nette que celle présentée dans le premier inventaire global des archives par Pere Perseya, en 1345 — il est en effet possible que les notes dorsales évoquées auparavant soient postérieures au règne de Jacques II — l’hypothèse de leur existence demeure tout à fait plausible138. En outre, certains documents relatifs à une affaire peuvent être rassemblés dans des caisses. L’une d’entre elles, déposée à la maison de l’Hôpital à Barcelone, réunit les écrits relatifs aux négociations sur le Val d’Aran139. La classification des documents diplomatiques sous Jacques II n’est donc que partiellement accessible, mais les traces qui en ont subsisté laissent entrevoir des efforts certains de rassemblement thématique, notamment pour les parchemins (pouvoirs, accords, traités, correspondance royale), qui paraissent mieux classés140.

  • 141 Ni les documents publiés par F. de Bofarull i Sans ni l’inventaire de Mateu Botella ne mentionnent (...)

49Pour les registres, toute précision demeure en revanche extrêmement difficile. L’inventaire de Mateu Botella de 1306 mentionne bien la présence à l’Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem de six registres de Jacques II, mais ils contiennent des grâces et des aliénations, et sont donc de peu d’utilité pour l’action diplomatique. Si l’on sait que le registre du sceau du secret voyage d’ordinaire avec le roi, on ignore où étaient conservés les Registra secreta ou bien encore les Registra curiae, car les demandes de perquisition demeurent le plus souvent dans le vague à ce sujet. Rafael Conde a pu avancer l’hypothèse qu’ils étaient conservés dans les maisons des scribes près de la cathédrale de Barcelone, mais ce n’est qu’à partir de 1318 et du rassemblement des registres au palais royal que leur localisation est connue de manière certaine141.

L’ORIENTATION DANS LES DOCUMENTS ORIGINAUX CONSERVÉS

50Si une logique d’ensemble de classification de la documentation diplomatique originale demeure peu perceptible, de nombreux documents à usage diplomatique peuvent néanmoins être rapidement identifiés grâce à des notes dorsales témoignant qu’ils ne demeurent pas lettre morte aux archives. En l’absence de prescriptions normatives, les notes de chancellerie, souvent lapidaires et employées aussi pour d’autres types d’écrits, demeurent une source essentielle pour accéder aux méthodes de traitement de la documentation dans les dépôts de Jacques II. Elles témoignent d’efforts d’orientation certains, mais aussi des difficultés éprouvées face à une masse d’écrits en plein essor.

a) Identifier le document par les notes dorsales

  • 142 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 642 (11 novembre 1325, Perpignan). Cette lettre de Jacq (...)
  • 143 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 577 et caixa 150 [ES], n° 697.

51Identifier un document peut simplement consister à l’intégrer dans les catégories de classification typologique de la chancellerie. En attestent clairement l’apposition de la mention credencia au dos de lettres de créance envoyées par des souverains étrangers142, l’annotation translatum indiquant qu’il s’agit d’une copie ou bien encore la mention probatum qui fait foi de l’authenticité du texte copié143. De courtes notes au dos des lettres mentionnent aussi l’expéditeur, parfois le lieu d’expédition et l’affaire concernée. Une Carta reial contenant des instructions remises à des ambassadeurs de l’infant Alphonse d’Aragon à Jacques II possède ainsi au verso une note d’une autre main, sans aucun doute apposée par les hommes de la chancellerie et des archives du roi :

  • 144 « Missa per dominum infantem Alfonsum de Gerunda pro facto Maiorice et alia plura super eodem » (A (...)

Envoyée par le seigneur infant Alphonse depuis Gérone sur l’affaire de Majorque et de nombreuses autres choses à ce même sujet144.

  • 145 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 (ES), n° 641 (11 septembre 1324, Perpignan, document registratus(...)

52Ce type de notes facilite le travail de recherche à la chancellerie et permet, aujourd’hui encore, d’identifier sommairement le document, bref de se repérer plus aisément et plus rapidement dans les fonds conservés. Elles sont aussi une voie d’accès à la perception des pouvoirs étrangers par la chancellerie royale. Par exemple, lorsque la légitimité de Jacques (III) comme roi de Majorque est contestée par le pouvoir royal aragonais, les hommes de la chancellerie inscrivent au dos d’une lettre envoyée par le Rex Maioricarum, comes Rossilionis et Ceritanie et dominus Montispesuli (« roi de Majorque, comte de Roussillon et de Cerdagne, et seigneur de Montpellier ») la mention filii infantis Ferdinandi (« du fils de l’infant Ferdinand »), déniant ainsi le titre de roi à ce dernier145. Les conflits de titulature engagés dans les échanges épistolaires se poursuivent jusque dans les notes de chancellerie.

  • 146 « Regine Maiorice super significato obitus regis » (ibid., n° 692 [4 septembre 1324, Perpignan]).
  • 147 « Guillelmus de Gallinariis significavit mortem regis Maioricarum » (ibid., n° 711 [5 septembre 13 (...)
  • 148 D’après une note dorsale, une lettre de l’infant Philippe de Majorque a ainsi été reçue « Dum fuim (...)

53Les documents jugés importants par les hommes des archives comportent aussi dans leurs notes dorsales de brefs régestes qui permettent d’identifier précisément et rapidement l’information conservée. La nouvelle de la mort de Sanche de Majorque est ainsi résumée sèchement au verso des lettres parvenues à la chancellerie : « de la reine de Majorque sur l’information de la mort du roi »146, « Guillem de Galliners a signifié la mort du roi de Majorque »147. Ces régestes lapidaires constituent un instrument de travail remarquable pour gagner du temps à la chancellerie dans la préparation de l’action diplomatique, car ils évitent la lecture de l’ensemble du texte. De courtes notes de contextualisation, où sont précisées notamment les modalités de réception des documents, viennent parfois les compléter et rendre plus aisées la compréhension et la portée des textes conservés aux archives148. De l’identification sommaire à la spécification d’un contexte, les notes dorsales éclairent donc les documents sueltos (« épars ») et permettent aux membres de la chancellerie et de l’archivium du roi de prendre rapidement conscience de leur intérêt pour telle ou telle affaire. Le problème consiste alors pour les hommes chargés de manipuler cet ensemble de documenta disjecta à mettre en relation le document identifié avec d’autres, notamment s’ils souhaitent suivre une négociation de manière diachronique.

b) Notes dorsales et circulation au sein de la documentation diplomatique

  • 149 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 154 [ES], nos 1029 et 1030 ; caixa 147 [ES], n° 305.
  • 150 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 624, n ° 625, n° 626, etc.
  • 151 Ibid., n° 635 (16 décembre [1325], Mataró, lettre rédigée par Bernat d’Aversó sur ordre de Jacques (...)
  • 152 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 591 (5 mai [1286-1291]), lettre de Joan Festany au roi.
  • 153 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], nos 655 et 703 ; n° 718.
  • 154 ACA, C, P. de Jaume II, carp. 199 [EI], n° 21 ; ACA, C, reg. 334, f° 12v°[1].
  • 155 « Non videtur necessaria responssio » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 161 [ES], n° 1731).

54D’autres notes dorsales facilitent cette tâche et resituent le document dans son processus de production. Elles ne l’identifient pas explicitement, mais le contextualisent au sein des archives. Elles peuvent renvoyer à un autre état du document, en particulier indiquer que l’enregistrement doit être effectué (registrande, pro registro)149 ou bien qu’il a été accompli (mention registrata, très fréquente et souvent résumée par un simple R.)150. D’autres notes relient le document à ceux qui ont été rédigés à sa suite. Deux types de mentions dorsales remplissent cette fonction, l’indication factum et la note (fuit) responsum. Factum apparaît notamment lorsqu’un ordre est donné au sein de la chancellerie pour la rédaction d’un document diplomatique, car la note permet au regard du mandement de comprendre que celui-ci a été suivi d’effet151. Pour sa part, la mention responsum, déjà présente au dos de plusieurs documents adressés à Jacques lorsqu’il était roi de Sicile152, signifie soit qu’il a été répondu au courrier reçu (fuit responsum), soit qu’il s’agit d’une réponse à une lettre153. Conjuguées à la désignation fréquente des lettres comme litteras rescriptoras ou litteras responsivas, ces notations insèrent le document dans un échange épistolaire154. Il n’est plus une lettre isolée aux archives, mais devient un élément d’un dialogue politique entretenu avec des souverains étrangers. La fréquence du recours à ces notations est telle que les scribes justifient l’absence de réponse : « la réponse ne semble pas nécessaire », note-t-on au dos d’une lettre adressée à Jacques II par le cardinal Humbert de Bâle155.

55Sans caractère systématique, les différentes notes de chancellerie témoignent donc d’efforts réels pour identifier, classer, situer et contextualiser les documents utiles pour l’action diplomatique royale. Modestement, elles permettent aussi de les insérer dans les perspectives diachroniques de l’expédition documentaire et de l’échange épistolaire. Ces tentatives d’orientation, même si l’on y ajoute les classifications par armoires et par sacs, demeurent toutefois peu systématiques et peu innovantes par rapport aux règnes précédents.

  • 156 M. T. Clanchy, From Memory to Written Record, p. 46.

56En somme, les documents diplomatiques solennels utilisés par les ambassadeurs de Jacques II sont les mêmes qu’ailleurs. Les lettres de créance, sauf-conduits et autres pouvoirs expédiés au nom du roi présentent certes des variations linguistiques importantes, ils se caractérisent par une grande souplesse et peuvent différer sur telle ou telle clause de ceux d’autres chancelleries, mais ils partagent fondamentalement un vocabulaire commun avec les autres documents diplomatiques du moment. La singularité de la documentation du règne de Jacques II se situe plus dans la variété des documents « para-diplomatiques » conservés, qui surprend par rapport aux règnes précédents et témoigne d’un raffinement certain des méthodes de l’action diplomatique royale, proches sur ce point de celles du XVe siècle. La quantité de documents diplomatiques conservés augmente considérablement, elle s’inscrit avec le reste de la production de la chancellerie dans un mouvement plus large d’intensification des usages de l’écrit et de bureaucratisation qui en découle en Occident, mais demeure exceptionnelle pour l’ensemble du XIVe siècle à l’Arxiu de la Corona d’Aragó156. Ce flot de documents diplomatiques joue alors sans aucun doute un rôle important dans l’évolution de l’archivium du roi d’Aragon, mais il est difficile de le distinguer nettement au sein de l’ensemble des documents conservés. Certes, le notaire garde des sceaux Bernat d’Aversó garde toujours la mainmise sur cette documentation et une attention plus grande semble souvent lui être accordée. Plusieurs actes de portée diplomatique sont entourés de précautions particulières pour leur conservation, tandis que d’autres sont aisément repérables grâce au travail de référenciation mené à la chancellerie. Mais on ne discerne clairement ni des scribes spécialistes, ni une section d’archives qui soit exclusivement consacrée aux documents diplomatiques. La grande innovation dans leur traitement est ailleurs. Elle se situe moins dans les originaux que dans les copies. Laissons donc papiers et parchemins, ouvrons à présent les registres.

Notes

1 La « Typologie des sources du Moyen Âge occidental » ne lui consacre pas de volume ; lettres de créance et instructions n’ont pas d’entrée dans M. M. Cárcel Ortí (éd.), Vocabulaire international de la diplomatique. P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, envisage les sources relatives à la diplomatie médiévale anglaise en fonction de la nature du document, mais aussi du type de renseignement fourni. Il distingue la correspondance diplomatique, les documents qui définissent le but d’une ambassade, les conférences diplomatiques, les discours diplomatiques, les rapports d’envoyés et échanges de messages avec le roi, les documents informant sur les qualités requises d’un envoyé diplomatique, sur l’immunité et la fiabilité des messagers, sur les rencontres entre souverains, sur les disputes maritimes, sur les préliminaires de guerre, l’intelligence et l’interception de lettres, les traités et documents subsidiaires, la rédaction de la documentation, sa conservation, les comptes des ambassadeurs et les documents liés au paiement des messagers étrangers. Pour Byzance, voir É. Malamut, « De 1299 à 1451 au cœur des ambassades byzantines ».

2 G. P. Cuttino, English Diplomatic Administration, pp. 110-114 distingue les credencials (« pouvoirs de traiter »), les letters of credence (« lettres de créance »), les sauf-conduits, les rapports au roi et les traités ; F.-L. Ganshof, Le Moyen Âge, pp. 275-276, retient les lettres de créance, les procurations, les sauf-conduits et les instructions écrites ; typologie similaire dans D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 111-128.

3 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, p. 46. Sur les origines du sauf-conduit, voir G. P. Bognetti, « Note per la storia del passaporto e del salvocondutto » ; C. de Craecker-Dussart, « L’évolution du sauf-conduit » ; M. Kintzinger, « Cum salvo conductu ».

4 D. E. Queller, The Office of Ambassador, passim.

5 S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs », pp. 18-26.

6 I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie », p. 120.

7 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, pp. 93-123 ; F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca, p. 174 ; C. Giry-Deloison, Les rapports franco-anglais de 1485 au camp du Drap d’Or, pp. 63-78.

8 F.-L. Ganshof, Le Moyen Âge, p. 276.

9 P. Cammarosano, Italia medievale.

10 G. Feliu et J. M. Salrach (dir.), Els pergamins de l’Arxiu Comtal de Barcelona, t. I, p. 89.

11 A. Huici Miranda et M. D. Cabanes Pecourt, Documentos de Jaime I de Aragón, t. IV, doc. 975-976, pp. 68-69 (11 mars 1258, nominations de procureurs par Jacques Ier pour traiter avec Louis IX) ; doc. 1204, pp. 283-284 (17 septembre 1260, nomination de procureur auprès du roi de Sicile) ; J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, p. 22.

12 Ibid., p. 30.

13 Instructions publiées par L. Klüpfel, Die äussere Politik Alfonsos III. von Aragonien, doc. III-XVI, pp. 146-174 et, pour Jacques Ier de Sicile, les instructions (capítols) remises à ses ambassadeurs envoyés en 1290 à son frère Alphonse, éd. G. La Mantia, Codice diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, t. I, doc. CXCVI, pp. 459-463.

14 S. Péquignot, « Les instructions aux ambassadeurs ».

15 Pour des exemples de ce type de document et de leur utilisation, voir pp. 300-306.

16 Berenguer de Jorba part muni d’un tableau d’alliances à la curie en 1326 solliciter au nom de Jacques II une dispense pontificale pour le mariage de Blanca, fille de l’infant Pedro de Castille et de María (fille de Jacques II), avec Juan de Biscaya (ACA, C, reg. 339, ffos 215v°-216r°). Le document est détruit à son retour.

17 Expression empruntée à F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca, p. 124.

18 Voir par exemple les lettres du 23 mars 1309 adressées par Vidal de Vilanova depuis la curie à Bernat d’Aversó et au chancelier Ramon Despont (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 351-352, pp. 442-443). Pour une correspondance d’ambassadeur avec des rois et des conseillers étrangers, voir pp. 338-353.

19 J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, p. 46.

20 Sur la typologie générale de la documentation de la chancellerie, voir, avec prudence, R. Conde y Delgado de Molina, « Análisis de la tipología documental del siglo XIV ».

21 De l’ascension sur le trône de Jacques Ier le Conquérant à la mort d’Alphonse III d’Aragon en 1291, seuls 239 documents sont conservés, contre près de 20.000 pour le règne de Jacques II, un chiffre équivalent à celui de la documentation préservée dans cette section depuis la mort du roi en 1327 jusqu’en 1416.

22 ACA, C, P. de Jaume II. Parmi les 2.000 parchemins examinés, 300 se rapportent à des affaires diplomatiques.

23 Pour une approche sémantique, voir N. Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie.

24 Voir pp. 295-357.

25 Sur ce point, voir pp. 52-96.

26 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 3-84 ; P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, passim.

27 Pour une approche comparée des chancelleries, voir K. Fianu et DL. Guth (éd.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales.

28 Voir respectivement, par exemple : ACA, C, reg. 100, f° 203v°[3] (15 novembre 1294, Barcelone) ; reg. 235, f° 12r°[2] (8 décembre 1297, Valence) ; CR de Jaume II, caixa 14, n° 1851 (26 mars 1302, siège du château de Montfalcó) ; reg. 334, f° 116r°[2] (1er juin 1303, Lérida). Les originaux sont très rares, mais les copies abondent dans les registres Commune, Secretorum ou Legationum.

29 R. I. Burns, « The Guidaticum Safe-Conduct in Medieval Arago-Catalonia ».

30 Un mandement aux officiers pour sauf-conduit est ainsi envoyé aux veguers de Vilafranca et Montblanc, de Barcelone, Gérone et Besalú pour le grand maître de l’ordre du Temple Jacques de Molay : « Cum venerabilis frater Jacobus de Molay, magnus magister militie templi, vadat ad curiam Romanam et debeat facere transitum per loca vicariarum vestrarum, mandamus vobis, quatinus incontenti, cum idem magister accesserit ad loca vicariarum vestrarum, eidem obviam exiatis et asocietis eundem quamdiu in locis vicariarum vestrarum ipsum oportuerit residere, inpendendo eidem honorem quemcumque potueritis bono modo ac providendo eisdem, si necesse fuerit, de securo transitu et ducatu » (ACA, C, reg. 100, f° 53r°[3]-v° [27 août 1294, Lérida]).

31 Ibid., f° 156v°[2]-[3] (6 octobre 1294, Tortosa).

32 Par exemple, Geraldus Lunelli se rend à Paris pour le service du roi muni du document suivant : « Universis et singulis fidelibus, amicis et devotis suis ad quos presentes pervenerint, etc. Cum Geraldum Lunelli, fidelem et familiarem nostrum, presentium exhibitorem, versus partes Parisius pro nostris negociis et serviciis destinemus ad presens, […] vobis, fidelibus, mandamus et vos, amicos et devotos, requirimus et rogamus attente, quatenus, predictum Geraldum benigne recipientes pariter et tractantes, nulla sibi in eundo, stando et redeundo impedimenta itineris, nec injurias, gravamina seu molestias inferatis, nec permittatis ab aliis irrogari, prout nobis cupitis complacere… » (ACA, C, reg. 102, f° 131r°[1] [12 décembre 1295, Barcelone]). Des courriers de la cour du roi en bénéficient aussi pour aller à l’étranger (ACA, C, reg. 334, f° 76v° [1er août 1302, Fraga]).

33 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, doc. 165-180, pp. 311-327 (sauf-conduits émis sous forme de lettres patentes entre 1295 et 1451) ; Id., English Diplomatic Practice in the Middle Ages, pp. 91-93.

34 L’évêque de Huesca part à Naples et en Sicile avec au moins huit sauf-conduits destinés à différentes puissances ou hommes importants d’Italie (ACA, C, reg. 339, f° 205r°[2] [3 juin 1326, Barcelone]).

35 Par exemple pour l’évêque de Provence (ACA, C, reg. 102, f° 66r°[3] [16 novembre 1295, Barcelone]).

36 Par exemple pour Constance de Béarn en transit en Catalogne, pour l’infant Juan de Castille qui va en Angleterre (ACA, C, reg. 111, f° 202r°[3] [16 mai 1298, Barcelone]), reg. 98, f° 54r°[3] [22 avril 1293, Barcelone]).

37 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 29, n° 3713 ; ACA, C, reg. 100, f° 295v°[2].

38 Joan Borgunyó est chargé de la mission en 1314 : « … ut curet obtinere a rege Francie litteras et mandata oportuna, ne nuncii domini regis Aragonie equites vel pedites aut familie eorum exeuntes de regno dicti regis Francie […] molestentur vel carte seu littere quas portaverint aperiantur necque aliqui extorquantur ab eis neque scrutinium fiat ab ipsis set permittavitur transire absque aliquo contradictu… » (ACA, C, reg. 337, f° 236v°[2] [ca. 7 octobre 1314, Lérida]). À l’issue de la mission de 1322, Charles IV délivre le conduit demandé (ACA, C, reg. 338, ffos 91v°[2], 96v°[2] [22 juin]). L’indiscrétion des officiers frontaliers français leur est aussi reprochée par les Anglais en 1324 (P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, p. 75).

39 L. González Antón, Las uniones aragonesas, t. II, doc. 300, p. 333.

40 C’est le cas de Charles II d’Anjou (Memorial Histórico Español, t. III, pp. 450-451).

41 Un sauf-conduit est ainsi délivré aux représentants de Jacques II par le roi de France à Paris, le 1er mai 1315 (ACA, C, reg. 337, f° 249r°[1]).

42 « … Cum hac presenti carta nostra guidamus et assecuramus quemcumque aut quoscumque nuncios seu embaxatores aut alias personas quaslibet, quas illustris rex Karolus ad nostram mittet presentiam, tam in personis, familiis et equitaturis, quam aliquis rebus eorum, nec eorum aliquas familias et res eorum in veniendo ad nos et stando et ad dictum regem redeundo non detineant, inpediant vel molestent, nec detineri, impediri vel molestari permitant. Immo, si opportuerit et inde per eos requisiti fuerint, provideant eis de securo transitu et ducatu » (ACA, C, reg. 96, f° 119r°[3]).

43 Le roi d’Aragon demande ainsi que ses représentants se rendant en Avignon bénéficient d’un sauf-conduit « pour son honneur » (ACA, C, reg. 338, f° 4r° [13 juillet 1318, Barcelone]).

44 I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie », p. 118.

45 Des sauf-conduits sont enregistrés pour 50 des 233 ambassades de la base de données « ambassades » : 25 sont envoyées au pape ou au concile de Vienne, 13 en Italie, 8 en France, 3 dans des pays islamiques, 4 au Portugal, 2 à Majorque et une à Chypre (le nombre total excède 50 car certaines ambassades sont dépêchées auprès de plusieurs souverains).

46 G. La Mantia, Codice diplomatico dei re aragonesi di Sicilia, t. II, doc. XLV, p. 62 ; ACA, C, reg. 102, f° 159r°[1]. Sur ce point, voir M. Kintzinger, « Cum salvo conductu ».

47 ACA, C, reg. 100, f° 35r°[2].

48 ACA, C, reg. 101, ffos 9v°[3]-10r°[1] (1er avril 1295, Barcelone).

49 ACA, C, reg. 235, f° 120v°[1] (28 juillet 1304, Tarazona).

50 Exemples pp. 254-257.

51 ACA, C, reg. 253 (II), f° 72r°[1] (22 janvier 1298, Siège du château de Alhama) ; reg. 252, f° 236v°[3] (18 mars 1300, Saragosse).

52 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, pp. 56-63, 159-163 et 175-215.

53 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 111-115.

54 ACA, C, reg. 252, ffos 111v°[2] et 112v°[1], etc.

55 « … Quare cum littere credencie sint facte ipsis ambobus, dictus Gondisalbus solus non posset aliquod in dicto negocio expedire » (ibid., f° 184v°[1]-[2] [4 mars 1298, lettre à Alfonso de la Cerda]).

56 ACA, C, reg. 335, ffos 215r° et 235r°[1].

57 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, p. 181.

58 ACA, C, reg. 338, f° 79r°[1].

59 Lettre de créance du roi pour Ramon de Montrós auprès du roi du Portugal Denis, avec des nouvelles de son status (J. M. del Estal, Corpus documental del reino de Murcia, t. I [3], doc. 55, p. 81, t. I[2], doc. 211, p. 206).

60 ACA, C, reg. 252, f° 85v°[2] (20 mai 1294, Barcelone, accréditation de Guerau d’Albalat auprès du roi et de la reine de Castille).

61 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 17, n° 2221 ; caixa 155 [ES], n° 1110 ; caixa 26, n° 3253 ; C. Baudon de Mony, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne, t. II, doc. 170, p. 316.

62 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, passim dans les doc. 34-67, pp. 46-103.

63 Des lettres de créance sont consignées dans les registres pour près de 80 % des 233 ambassades de la base de données.

64 « Quod mirandum erat non modicum de predicto cognato nostro, qualiter eum in eius nuncium absque litteris de credencia vel que qualitatem in se continerent negocii destinarat, cum non sit moris principum orbis terre suos ad alios reges et principes ambaxatores et nuncios sine specialibus litteris delegare subiuncto quod, si prefatus comunis cognatus aliquod vellet nobiscum inhire agere vel tractare, id nobis suis litteris declarare deberet » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 83, n° 10197 [19 avril 1314, Messine], éd. F. Giunta et A. Giuffrida, Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. XCVII, pp. 140-142 [corrigé d’après original]). Un constat similaire est formulé par le roi Henri de Chypre en réponse à Jacques II qui lui a envoyé un messager dépourvu de lettres de créance : « Usatge era entre’ls senyors reys e princeps de trametre los uns als altres letres de creença sobre aytal fet, o sobre altres que porten força » (J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón, t. II, pp. 82-83).

65 D. E. Queller, The Office of Ambassador, pp. 26-59.

66 Pour des exemples d’originaux, voir ACA, C, P. de Jaume II, carp. 167, n° 1860 (enregistré dans ACA, C, reg. 334, f° 104v°) ; carp. 168, n° 1987. Voici une description externe caractéristique d’un pouvoir dans une lettre patente de Jacques II : « … In alia patenti littera nostra pergamenea sigilli apendicii maiestatis nostre munimine roborata super procuratorio per nos facto viro nobili Jaçperto vicecomiti Castrinovi, associato eidem discreto Andrea Maciani judice curie nostre, confecta super legatione in qua ipsos ad illustrem regem Fredericum fratrem nostrum de presenti… » (ACA, C, reg. 334, f° 166v°[1] [25 août 1303, Maguelonne]).

67 Cas du pouvoir délivré le 17 octobre 1297 à Saragosse et qui confère à Bernat de Fonollar la capacité de récupérer auprès du pape la somme due pour la dot de Blanche d’Aragon (ACA, C, reg. 252, f° 173v°[3]).

68 ACA, C, reg. 264, f° 116r° et reg. 336, f° 151r°.

69 Schéma identique dans la plupart des pouvoirs publiés par P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, doc. 79-105, pp. 142-179.

70 Clause in solidum d’un pouvoir de Joan de Torrefeta et Gonzalo García pour négocier avec les envoyés du roi de France : « … ipsis et cuilibet eorum in solidum ad tractandum et conveniendum cum nunciis illustris et karissimi consanguinei nostri regis Francorum […] de quibus ipsi iidem nostri nuncii cum dicti regis Francie nunciis melius poterint convenire, plenam ac liberam damus et concedimus potestatem » (ACA, C, reg. 334, f° 93r°[1] [27 novembre 1302, Barcelone], éd. partielle H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, doc. 86, pp. 123-125).

71 Parmi les trois ambassadeurs de Jacques II (Vidal de Vilanova, Dalmau de Pontons, Bernat Despont) envoyés au pape, deux au moins doivent être présents conjointement le 5 janvier 1313 pour exposer les dangers de la remise des biens du Temple à l’Hôpital et s’y opposer (ACA, C, reg. 336, f° 169r°[2]-v°).

72 ACA, C, reg. 252, f° 145v°[2].

73 J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II », pp. 527-528 (3 juillet 1311, Lérida). Des pouvoirs en blanc sont mentionnés dans P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. I, doc. 114-118, pp. 179-183.

74 « Preterea certum est quod de mandato domini regis facto Bernardo de Aversone oretenus in Calatayubio die dominica VI° idus decembris anno predicto intus domus fratrum minorum quibus hospitabatur, presentibus domina regina, domino episcopo valentino cancellario, Bernardo de Serriano ammirato, Gundissalvo Garsie et Artaldo de Azlor, idem Bernardus de Aversone sigillatenens domini regis tradidit dictis nunciis et loco eorum Petro Martini scriptori dicti domini regis, qui cum ipsis iturus est, tres cartas albas pargamenas sigillatas sigillo maiori domini regis, in quibus nichil scriptum erat, ut ipsi nuncii ea defferant in legatione predicta et pro negociis ipsius legationis expediendis. Fuerunt autem presentes, quando dictus Bernardus de Aversone tradidit dictas cartas dicto Petro Martini, Petrus Luppeti scriptor domini regis et Berengarius Anglesii de scribania ipsius domini regis. Quas etiam tres cartas dictus dominus episcopus cancellarius signavit manu sua intus plicaturam cuiuslibet earum » (ACA, C, reg. 335, f° 247v°[2]-[3], note relative à un document du 8 décembre 1308).

75 ACA, C, P. de Jaume II, carp. 167, n° 1860 ; copies enregistrées : ACA, C, reg. 252, f° 145v°[2] et reg. 334, f° 104v°, éd. J. M. del Estal, Corpus documental del reino de Murcia, t. I(3), doc. 74, pp. 109-110.

76 Voir infra pp. 298-337.

77 Voir pp. 323-327.

78 Sur la dialectique entre le latin et la langue vernaculaire dans les chancelleries, voir les cas français et anglais étudiés par S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge.

79 Des lettres en français sont notamment adressées à Blanche d’Anjou par son père Charles II, sa mère Marie et son frère Robert (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 200 [EI], n° 71 [27 septembre 1301, Naples] ; carp. 201 [EI], n° 117 [8 août 1301, Naples] ; ACA, C, Autógrafos Reyes, caixa I-7-A [anciennement C, CR de Jaume II, caixa 164 [ES], n° 2018]). Le constat d’A. Kiesewetter « La cancellaria angioina », pp. 397-398, selon lequel l’usage du français comme langue de chancellerie chez les Angevins tombe en désuétude après 1300, peut donc être légèrement nuancé, d’autant plus qu’il existe au moins une autre lettre postérieure en français de Charles II à Jacques II (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 201 [EI], n° 125 [30 septembre 1305, Naples]). Sur l’usage du français à la chancellerie angevine, voir aussi N. Jaspert, « Wort, Schrift und Bild », pp. 301-302.

80 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [EI], n° 1110 et caixa 148 [EI], nos 422, 423, 492 ; RAH, 9/2, f° 56.

81 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, pp. 127-133.

82 F. Autrand, « L’enfance de l’art diplomatique ». Sur la chancellerie du roi d’Aragon, voir de manière générale J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca ; Á. Canellas López, « Las cancillerías catalano-aragonesas » ; J. Trenchs Odena et F. M. Gimeno Blay, « La paleografía y la diplomática en España ». Pour le règne de Pierre III, J. Trenchs Odena, Casa, corte y cancillería de Pedro el Grande, pp. 19-48 et 103-150 ; pour Jacques II, H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. xxxiii-cxxii ; pour Alphonse III, F. C. Casula, La cancelleria di Alfonso III il Benigno et, pour Pierre IV, F. Sevillano Colom, « Apuntes para el estudio de la cancillería de Pedro IV el Ceremonioso », Id., « De la cancillería de la Corona de Aragón » ; voir aussi la liste des travaux de J. Trenchs dans Miscel·lània d’estudis dedicats a la memòria del professor Josep Trenchs i Odena, t. I, pp. 39-50.

83 Sur l’itinérance de la chancellerie : H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. cxix-cxxii ; J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, pp. 48-49 ; R. I. Burns, Societat i documentació en el regnat de València, chap. iv. Les moines du monastère de San Juan de la Peña (Aragon) résument remarquablement la situation lorsqu’ils assurent Jacques II qu’ils feront tout leur possible pour trouver dans leur monastère les documents qu’il leur demande et pour les lui faire parvenir à Saragosse ou bien dans tout autre endroit où se trouverait sa cancellaria : « … facientes pro vobis quecumque essent in nostro monasterio ad vos apud Cesarumauguste vel ubicumque vestra cancellaria existeret visis vestris litteris miteremus… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 158 [ES], n° 1384 [26 juin (s. a.)]).

84 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. cxix-cxxii ; J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, pp. 48-49 ; R. Conde y Delgado de Molina, « La transmisión de la iussio regis » ; M. Scarlata (éd.), Carte reali diplomatiche di Giacomo II d’Aragona, pp. 23-24.

85 ACA, C, reg. 336, f° 0r°. On trouve un autre exemple de formulaire, postérieur (vers 1340), dans les Ordenacions fetes per lo molt alt senyor en Pere Terç rey d’Aragó, pp. 197-208.

86 Au dos d’une lettre du roi Sanche de Majorque se trouve le brouillon d’une réponse du roi d’Aragon (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 688 [8 juillet 1314 ; réponse du 16 juillet]), le projet de réponse n’a sans doute pas été mené à bien, car il est raturé.

87 Présentation générale de la série pp. 57-87.

88 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, p. lxxvii.

89 La mention hors-teneur « Bernardus de Aversone, mandato regis, cui fuit lecta per eum et expedita absque signo vicecancellarii de eodem mandato » qui suit une lettre de Jacques II à sa femme Marie de Chypre (ACA, C, reg. 336, f° 60r°[1] [16 décembre 1315, Barcelone]) est ainsi d’une écriture différente de celle qui est apposée au folio précédent (« Bernardus de Aversone, mandato regis ») à la suite d’une lettre de Jacques II à Martín Pérez de Orós et Simó Desllor, datée pourtant du même jour (ibid., f° 59r°-v°).

90 Ibid., f° 11v°.

91 ACA, C, reg. 338, f° 15r° (26 août 1318, Barcelone) [copie d’une lettre de Jacques II à Vidal de Vilanova suivie d’une mention hors-teneur d’une main distincte].

92 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. liv-lix ; critiqué par F. Sevillano Colom, « Apuntes para el estudio de la cancillería de Pedro IV el Ceremonioso » ; I. Baiges i Jardí, Els registres Officialium, pp. 118-139.

93 J. Trenchs et A. M. Aragó, Las cancillerías de la Corona de Aragón y Mallorca, p. 45 ; F. C. Casula, La cancelleria di Alfonso III il Benigno, p. 33.

94 ACA, C, reg. 339, ffos 386v° et 388v°.

95 Surmontée de l’annotation « Probatum cum originali », une bulle de Clément V est copiée avec la note marginale « De cu[ria] Jo. Pa [coupé par le ciseau du relieur] » (ACA, C, reg. 337, ffos 168v°, 169r°).

96 J. Trenchs Odena, Casa, corte y cancillería de Pedro el Grande, p. 31.

97 O. Guyotjeannin, « L’écriture des actes à la chancellerie royale française », p. 100, relève une difficulté similaire pour déterminer le champ d’activité précis des scriptores au XIIIe siècle.

98 Sur le rôle de Bernat d’Aversó aux archives, voir infra pp. 90-93.

99 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. xlix-liv ; J. E. Martínez Ferrando, El Archivo de la Corona de Aragón, pp. 36-37 ; M. T. Ferrer i Mallol, « Projecció exterior », p. 373 ; S. P. Bensch, Barcelona i els seus dirigents, p. 163.

100 ACA, RP, MR 622, ffos 6r°-7r° et 49v°-50r° ; MR 627, ffos 99v° et 199r° ; MR 630, ffos 91v°-92r°.

101 ACA, C, reg. 338.

102 « Preterea dominus rex ordinavit personaliter contenta in quadam cedula scripta per manum Bernardi de Aversone, quam voluit et iussit absque signo cancellarii et tenentis locum suum expediri, et eam tradidit manualiter dicto Bernardo de Aversone includendam in littera supradicta. Cuius cedule tenor sequitur… » (ACA, C, reg. 336, f° 158v° [la note précède la copie d’une lettre de Jacques II du 22 septembre 1312]).

103 « Hec igitur manu propria scripssissemus libenter, set scribere tam prolixam scripturam comode non possemus ; proptereaque presentem litteram per manum fidelis et secreti notarii nostri Bernardi de Aversone scribi fecimus ac sigilli secreti nostri munimine sigillari » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 449, p. 576). Argumentation similaire dans une autre lettre du roi (ibid., t. II, doc. 450, p. 578). Sur l’écriture autographe des rois d’Aragon : F. M. Gimeno Blay, Escribir, reinar.

104 Ayant reçu une lettre de Frédéric III, Jacques II intime ainsi sous le sceau du secret, et donc en déplacement, à Bernat d’Aversó de rédiger une réponse (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 158 [ES], n° 1383 [8 mars 1311, s. l.]).

105 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 27, n° 3457 (1er avril 1308, Valence), enregistré dans ACA, C, reg. 237, f° 36r°-v° (éd. V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 243, p. 296).

106 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 27, n° 3459 (2 avril 1308, Valence), enregistré ACA, C, reg. 237, f° 37v°.

107 ACA, C, reg. 335, ffos 222r°[1], 223r°[1], 223v° et 224r° (éd. V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 241[2], p. 288 ; doc. 244[1], p. 292, doc. 246, pp. 298-299 ; À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África, doc. 121, pp. 402-403).

108 « … Les cases de la scrivania del senyor rey que són davant la seu de Barchinona » (ACA, RP, MR 630, f° 100r° [25 février 1327, Barcelone]).

109 ACA, C, reg. 336, f° 85v°.

110 ACA, C, reg. 337, f° 350r°[1] (5 mars 1315, ambassade à Naples de Ponç Carbonell).

111 On trouve un exemple de recognition à la suite de la correction d’un pouvoir, opération qui nécessite l’attestation de l’expédition du nouveau document corrigé auprès de la première version du pouvoir : « Et cum dictum procuratorium fuisset expeditum et defficerent ex eo aliqua verba ibi cum dicitur “bonis sedentibus supradictis”, hoc recognosco fuit aliud factum et misum, quod registratum est in sequenti carta in fine. [changement d’encre] Et postea fuit recuperatum et laceratum » (ibid., f° 355v°, je souligne).

112 Bernat d’Aversó a remis des sauf-conduits à Berenguer de Sant Viçenc et à Gastó, évêque d’Huesca, ambassadeurs du roi en France et à Majorque (ACA, C, reg. 347, f° 88v°[2] [13 avril 1326, Barcelone]).

113 A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el reino de Mallorca, doc. 16, p. 284.

114 « Copia litterarum missarum per archidiaconum Daroce subscriptas pro negocio » pour des lettres de l’archidiacre de Daroca lors de sa mission en France (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 128 [AG], n° 49, s. d.).

115 « … Emperò sapiatz, que yo he fet manament al correu portador d’esta letra que liure a vos la letra que yo tramet al senyor rey ; perquè us prech que, tantost que la ajatz, la aportetz al senyor rey, e vos matex que la li lijatz, e no y aja altre hom ; e que de mantinent m’envietz resposta… » (V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 352, pp. 442-443).

116 F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, doc. LXXXVI, p. 131.

117 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 432, p. 552.

118 ARM, LR 7, f° 96r° (15 juillet 1327, Perpignan).

119 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. II, doc. 475, p. 610, doc. 547, p. 868.

120 P. Rück, L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia ; M. T. Clanchy, From Memory to Written Record ; R. Conde y Delgado de Molina, « Los archivos reales o la memoria del poder » ; C. López Rodríguez, « El Archivo Real de Barcelona » ; O. Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France » ; Id., « Les fonctions du Trésor des chartes du roi de France ».

121 R. I. Burns, Societat i documentació en el regnat de València, p. 19.

122 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 148 [ES], n° 615.

123 O. Guyotjeannin, « Les fonctions du Trésor des chartes du roi de France » p. 117, n. 23 ; P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice, t. II, p. 739.

124 Sur l’histoire de l’Arxiu de la Corona d’Aragó, voir l’ouvrage fondateur de F. de Bofarull i Sans, Historia del Archivo de la Corona de Aragón, qui transcrit de nombreux documents sur lesquels se fondent ensuite E. González Hurtebise, Guía histórico-descriptiva del Archivo de la Corona de Aragón ; J. E. Martínez Ferrando, El Archivo de la Corona de Aragón ; F. Udina Martorell, Guía histórica y descriptiva del Archivo de la Corona de Aragón. Voir aussi R. I. Burns, Societat i documentació en el regnat de València, pp. 15-26 et, surtout, R. Conde y Delgado de Molina, Les primeres ordinacions de l’Arxiu Reial de Barcelona ; Id., « Archivos y archiveros en la Edad Media peninsular » ; Id., Reyes y archivos en la Corona de Aragón et C. López Rodríguez, « Orígenes del Archivo de la Corona de Aragón ».

125 F. de Bofarull i Sans, Historia del Archivo de la Corona de Aragón, doc. XIV, p. 39.

126 Les différents lieux de dépôt sont mentionnés dans tous les guides, à l’exception de Santes Creus. Or, le monastère cistercien abrite parfois des documents essentiels, comme en témoigne l’ordre de Jacques II à l’abbé de faire remettre son testamenta à Bernat d’Aversó, afin qu’il puisse lui apporter les révisions nécessaires (ACA, C, reg. 241, f° 74v°[1] [6 novembre 1313, Barcelone]).

127 E. González Hurtebise, Guía histórico-descriptiva del Archivo de la Corona de Aragón, pp. 10-11.

128 M. T. Clanchy, From Memory to Written Record, p. 136.

129 J. Riera i Sans, Catálogo de memoriales, p. 11.

130 ACA, C, Memoriales, 7/1, 1306.

131 ACA, C, Memoriales, 7/2, ffos 121r°-125v° (sous la rubrique « Memoriale rescriptorum papalium que erant in caxiis supradictis »), ffos 126r°-128r° (sous la rubrique « Item in eodem caxia erant instrumenta sequentia : Super regno Navarre ») ; voir J. Riera i Sans, Catálogo de memoriales, notice [6], p. 24.

132 Éd. partielle F. de Bofarull i Sans, Historia del Archivo de la Corona de Aragón, doc. XIV-XXXI, pp. 39-60.

133 H. Finke, Acta Aragonensia, t. I, pp. lxvii-lxxii ; M. Scarlata (éd.), Carte reali diplomatiche di Giacomo II d’Aragona.

134 R. Conde y Delgado de Molina, Les primeres ordinacions de l’Arxiu Reial de Barcelona, p. 14.

135 O. Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France », p. 304.

136 « Armari de negocis entre Reys saco s. n° 266 » (M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, t. III, doc. 386, pp. cclvi-cclvii ) ; « Armari de concordias reals sacs st Joseph n° 76 » et « Armari de Mallorca sac P » (ACA, C, P. de Jaume II, carp. 144, n° 784 ; carp. 148, n° 1060).

137 ACA, C, reg. 239, f° 38r°[2] (11 novembre 1311, Valence).

138 ACA, C, Memoriales, 3 et 4. Voir J. Riera i Sans, Catálogo de memoriales, notice [15], pp. 32-33. Ces anciennes classifications ont été ensuite abandonnées.

139 J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, t. II, doc. 60, pp. 348-349.

140 Voir la description par régestes des documents de l’Armari de transactions y conventions entre reys par Pere Perseya (ACA, C, Memoriales, 3, ffos 52-61).

141 Ni les documents publiés par F. de Bofarull i Sans ni l’inventaire de Mateu Botella ne mentionnent de registres spécialisés dans la diplomatie ; le lieu de conservation des 300 registres déjà produits en 1318 reste inconnu (R. Conde y Delgado de Molina, Les primeres ordinacions de l’Arxiu Reial de Barcelona, p. 14).

142 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 642 (11 novembre 1325, Perpignan). Cette lettre de Jacques III de Majorque au roi d’Aragon comporte quatre notes dorsales : « Registrata », « de credencia », « [-] » et « consilium domini regis Maioricarum ».

143 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 577 et caixa 150 [ES], n° 697.

144 « Missa per dominum infantem Alfonsum de Gerunda pro facto Maiorice et alia plura super eodem » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 580).

145 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 (ES), n° 641 (11 septembre 1324, Perpignan, document registratus).

146 « Regine Maiorice super significato obitus regis » (ibid., n° 692 [4 septembre 1324, Perpignan]).

147 « Guillelmus de Gallinariis significavit mortem regis Maioricarum » (ibid., n° 711 [5 septembre 1324, Villefranche de Conflent]).

148 D’après une note dorsale, une lettre de l’infant Philippe de Majorque a ainsi été reçue « Dum fuimus Cesarauguste » (ibid., n° 706 [13 octobre 1325, Sarañana]).

149 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 154 [ES], nos 1029 et 1030 ; caixa 147 [ES], n° 305.

150 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], n° 624, n ° 625, n° 626, etc.

151 Ibid., n° 635 (16 décembre [1325], Mataró, lettre rédigée par Bernat d’Aversó sur ordre de Jacques II).

152 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 149 [ES], n° 591 (5 mai [1286-1291]), lettre de Joan Festany au roi.

153 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 150 [ES], nos 655 et 703 ; n° 718.

154 ACA, C, P. de Jaume II, carp. 199 [EI], n° 21 ; ACA, C, reg. 334, f° 12v°[1].

155 « Non videtur necessaria responssio » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 161 [ES], n° 1731).

156 M. T. Clanchy, From Memory to Written Record, p. 46.

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search