Version classiqueVersion mobile

Au nom du roi

 | 
Stéphane Péquignot

Introduction

Texte intégral

  • 1 « … E por que non so çierto de la mía muerte ni de la mía vida, envío a vos este mi escudero e est (...)

Et parce que je ne suis sûr ni de ma mort ni de ma vie, je vous envoie mon écuyer et mon chapelain et j’envoie pour eux la lettre de créance écrite et quelques écritures que le roi m’a ordonné de vous montrer. Et je prie votre merci de bien vouloir écouter ledit fait de la part du roi, comme si moi-même je vous le disais en personne, et de bien vouloir envoyer à ce sujet à notre seigneur le roi le message qui selon vous conviendra à cette affaire1.

  • 2 L’année n’est pas indiquée. Le document a été rédigé entre 1297 (date de la remise du titre de gon (...)
  • 3 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [ES], n° 1137.

1L’homme malade qui rédige ces lignes d’une écriture hésitante est un clerc du roi Denis Ier du Portugal, le chanoine d’Orense Johani Miguel. Le 28 juillet d’une année comprise entre 1297 et 1325, il se trouve à Saragosse depuis vingt-six jours, dans l’incapacité de délivrer le message de son mandataire2. Adressée au roi d’Aragon Jacques II, la lettre parvient toutefois à destination, de même qu’une autre lettre dans laquelle Johani Miguel sollicite une aide financière afin de pouvoir retourner au Portugal3. Elles se trouvent aujourd’hui toutes deux à Barcelone, à l’Arxiu de la Corona d’Aragó, reliées par un fragile morceau de colle. L’anecdote, dont nous ignorons l’issue pour le clerc portugais, pourrait servir de point de départ à une enquête ou à un roman sur le destin douloureux de ce personnage obscur, ou bien encore donner lieu à une réflexion sur le dévouement des serviteurs à leur roi et sur les périls qu’il leur fait encourir. Néanmoins, la mention de documents spécialisés (la creença), leur conservation aux archives, l’expression dans la lettre de la parole du messager et de la relation complexe qu’il établit avec son mandataire et le destinataire font aussi de ce texte le fragment d’une autre histoire, le témoin d’une pratique politique. Tel sera l’objet de l’étude qui va suivre : la diplomatie menée au nom d’un roi vers 1300. Plus précisément, c’est la diplomatie du destinataire de la lettre, Jacques II d’Aragon (1291-1327), qui retiendra l’attention. Elle n’est pas toujours aussi tragique que la situation du clerc portugais, mais la documentation où elle peut être observée n’est pas dépourvue d’une certaine saveur. Dans un domaine où pointe souvent la tentation de l’anecdote, un examen des tendances générales de l’historiographie constitue un préalable indispensable avant d’envisager le « cas Jacques II ». La diplomatie médiévale a en effet longtemps fasciné les historiens, avant de leur servir de repoussoir. Vaut-il encore réellement la peine de l’étudier ?

  • 4 L’emploi du terme de « relations internationales » est devenu rare en français pour le Moyen Âge a (...)
  • 5 F. Autrand, « L’enfance de l’art diplomatique », p. 210. Pour un plaidoyer fervent en faveur de l’ (...)

2L’objet pose d’abord un problème de vocabulaire, car la notion polysémique de « diplomatie » est inconnue des hommes du Moyen Âge qui ne possèdent aucun concept équivalent dans leur outillage intellectuel. Une telle absence a sans aucun doute contribué à l’embarras certain éprouvé par les médiévistes qui ont abordé les questions diplomatiques. Après avoir eu recours à des « relations internationales » anachroniques, la plupart hésitent désormais dans leur langue respective entre les « relations extérieures » (auswärtige Beziehungen, relaciones exteriores), la « politique extérieure » (Aussenpolitik, foreign policy, política exterior, politica estera) et la « diplomatie » (diplomacy, Diplomatie, diplomazia, diplomacia ou bien encore Gesandtschaftswesen)4. L’emploi des termes de « politique extérieure » paraît restrictif, car il oriente d’emblée l’interprétation en supposant implicitement une délimitation nette entre les domaines extérieur et intérieur d’exercice du pouvoir, tout en renvoyant le plus souvent à la seule volonté des souverains comme facteur explicatif. Malgré l’anachronisme, nous parlerons donc plutôt de diplomatie, en suivant la définition donnée par Françoise Autrand qui y voit « l’ensemble des activités de dialogue et d’échanges politiques entre les États »5 et, plus encore, de pratique diplomatique, une expression qui met d’emblée l’accent de manière pragmatique sur la variété des opérations effectuées et des protagonistes qui s’y investissent. Le champ envisagé embrasse donc les activités de représentation et de négociation politiques menées au nom d’un pouvoir auprès de pouvoirs étrangers, il concerne à la fois des méthodes, des hommes, des institutions et des valeurs.

  • 6 L. Febvre, Combats pour l’histoire, p. 153.
  • 7 Cette perspective a longtemps dominé une partie de l’historiographie anglo-saxonne, qui a analysé (...)

3L’indécision terminologique et le caractère souvent débattu de la signification des notions employées font écho à un malaise historiographique plus profond vis-à-vis de la diplomatie médiévale. En France notamment, son étude s’est longtemps limitée à la reconstitution événementielle des relations entre les souverains ou les puissances, à une « histoire diplomatique en soi » qui fut ensuite dénoncée par la première génération de l’école des Annales comme le paradigme d’une historiographie positiviste incapable de fournir des modèles explicatifs généraux et productifs6. Le lien implicite dans le vocabulaire moderne entre la diplomatie et l’État a renforcé les réticences des historiens à étudier les diplomaties antérieures au XVIe siècle. Dans une période de « genèse de l’État moderne », il n’existait en effet pas encore d’institutions diplomatiques stabilisées, mais seulement ce que l’on a considéré comme l’aube pré-institutionelle de la diplomatie postérieure7.

  • 8 M. S. Anderson, The Rise of modern Diplomacy, p. viii ; P. Margaroli et al., « Gesandte », en part (...)
  • 9 V. Menzel, « Deutsches Gesandtschaftswesen im Mittelalter » ; R.-A. de Maulde la Clavière, La dipl (...)
  • 10 Pour un exemple récent de manuel d’histoire de la diplomatie, voir M. S. Anderson, The Rise of mod (...)

4Prise dans les contradictions d’une terminologie flottante, corsetée dans une historiographie contestée ou bien débattue dans son existence même, la diplomatie médiévale a donc longtemps été abordée comme un tout, définie par la négative et de manière téléologique, pour ce qu’elle n’était pas encore et pour ce qu’elle annonçait, à savoir la diplomatie de la Renaissance, caractérisée par des ambassadeurs résidents au service d’États souverains8. Si l’on excepte les reconstitutions ponctuelles de tractations diplomatiques particulières, l’émergence des représentations permanentes a alors fourni pendant un siècle le principal fil conducteur pour les historiens de la diplomatie, depuis René-Alphonse de Maulde la Clavière et Victor Menzel jusqu’à Riccardo Fubini, en passant par Fritz Ernst et Garrett Mattingly9. Retenue souvent comme critère de mesure de la « modernité » des États, reprise comme rupture fondatrice dans les manuels, cette césure hante encore une bonne partie des travaux actuels sur la diplomatie médiévale, ne serait-ce que pour en effectuer une relecture critique10.

  • 11 Pour une perspective critique sur les risques provoqués par la recherche des origines, voir, sur l (...)
  • 12 On ne saurait ici être exhaustif. Voir notamment L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Loui (...)

5L’obsession de la recherche des origines devient néanmoins peu à peu moins prégnante11. Le renouveau désormais avéré de l’histoire politique et les études pionnières des spécialistes de l’époque moderne, qui possèdent une tradition historiographique plus solide en ce domaine12, ont en effet suscité et favorisent encore une véritable recomposition du champ des études relatives à la diplomatie médiévale. Outre l’approfondissement des problématiques « classiques » au sein de traditions historiographiques nationales encore assez cloisonnées, plusieurs nouveaux chantiers, souvent liés, ont été ouverts : la diplomatie médiévale comme espace d’échange et d’interaction ; le rôle et les usages de l’écrit ; les rapports complexes des diplomaties avec les institutions et les groupes de pouvoir des régimes politiques représentés.

  • 13 D. E. Queller, The Office of Ambassador ; Id., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys » ; Id., Ear (...)
  • 14 Voir les dures critiques de R. Fubini, « Diplomacy and Government in the Italian City-States », p. (...)
  • 15 G. Wolf, « Anfänge ständigen Gesandtschaftswesens ».
  • 16 E. Gilomen-Schenkel, Henmann Offenburg ; J. Petersohn, Ein Diplomat des Quattrocento ; Id., Diplom (...)
  • 17 Voir par exemple E. Pascua Echegaray, Guerra y pacto en el siglo XII ; J. P. Huffman, The Social P (...)

6Les perspectives « traditionnelles » de l’histoire de la diplomatie médiévale n’ont pas été abandonnées. Lointain héritier des spécialistes du droit international du XIXe siècle, très sensible à la terminologie désignant les représentants envoyés à l’étranger, Donald E. Queller a ainsi tenté de brosser l’évolution de la condition juridique de « l’office d’ambassadeur » au Moyen Âge13. Une telle approche, englobante et diachronique, présente cependant un caractère excessivement formel : l’ambassade était conçue comme une charge, non comme un office, et l’historien canadien se soucie insuffisamment des spécificités des différents mandataires14. Pour sa part, la recherche de la « première » ambassade permanente ne fait plus l’objet que de quelques études isolées15. En revanche, le regain d’engouement général pour la biographie a aussi atteint des hommes qui ont exercé à un moment de leur vie la charge d’ambassadeur16. Plusieurs historiens ont de surcroît intégré dans leurs analyses des processus diplomatiques d’autres acteurs que les souverains — les villes, les autorités religieuses, les grands féodaux notamment — ou bien encore se sont inspirés de la sociologie des relations internationales pour offrir une vision géopolitique plus nuancée de l’ordre des royaumes et des relations entre entités politiques17.

  • 18 Les références incontournables des études sur la Gesandtschaftswesen allemande sont O. Krauske, Di (...)
  • 19 D. Berg, Deutschland und seine Nachbarn ; G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter ; C. (...)
  • 20 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, p. 12.

7D’autres travaux envisagent désormais principalement la diplomatie comme un espace d’échanges et d’interactions. Plusieurs ouvrages récents en langue allemande renouvellent ainsi le champ classique de la Gesandtschaftswesen par le recours à des cadres conceptuels issus des théories de la communication et de l’anthropologie culturelle18. À la suite de Dieter Berg et plus encore de Gerd Althoff, Arnd Reitemeier, Christina Lutter, Nikolas Jaspert, Martin Kintzinger, Michael Jucker ou bien encore Karsten Plöger s’approprient la notion de communication politique (politische Kommunikation) pour rendre compte des mécanismes de la diplomatie médiévale19. Lorsque cette logique est poussée à son terme, comme dans l’ouvrage de Christina Lutter, la communication politique fait office de concept intégrateur pour l’ensemble des pratiques diplomatiques. Il permet de rassembler dans un même élan l’organisation de la chancellerie et la documentation entendues comme « les conditions de la communication », les messagers et les ambassadeurs, considérés comme des « porteurs de communication », ainsi que les échanges diplomatiques qui constituent le lieu spécifique d’une mise en acte souvent ritualisée des « règles du jeu de la communication politique »20.

  • 21 J. Merceron, Le message et sa fiction, en particulier p. 2 et p. 85. Voir aussi J.-C. Vallecalle, (...)

8Cependant, ce sont sans doute les spécialistes de la littérature médiévale qui sont allés le plus loin dans l’utilisation du concept de communication pour la compréhension de la diplomatie médiévale. Prenant systématiquement les « messagers historiques » comme point de référence comparative, Jacques Merceron caractérise le messager fictionnel, cet « acteur omniprésent sur la scène littéraire médiévale », comme un « agent de liaison commandité engagé dans un schème communicatif triangulaire » et qui se trouve au cœur d’un processus de communication bien spécifique21. Moins strictement politique, la communication diplomatique acquiert de la sorte une dimension supplémentaire. Elle n’est plus un processus exclusivement bilatéral, mais permet grâce aux apports de la sémiotique et de la linguistique de reconsidérer la position des ambassadeurs, pris dorénavant entre leur(s) mandataire(s) et le(s) destinataire(s) du message.

  • 22 Sur le règlement des conflits par la diplomatie, voir les études classiques de P. Chaplais, « Règl (...)
  • 23 J.-M. Moeglin, « Introduction » ; S. Péquignot, « Enantar a tractar » ; F. J. Felten, « Verhandlun (...)
  • 24 La bibliographie est ici considérable. Pour une première orientation, voir F. Autrand, « Les artis (...)

9Le règlement des conflits constitue un autre concept-clef dans de nombreuses approches récentes de la diplomatie médiévale. La focalisation sur le settlement of conflict déplace l’analyse vers les conditions et le déroulement des négociations diplomatiques. Dans cette perspective, il s’agit le plus souvent de mettre à jour, sous forme de typologie ou d’étude de processus, des modes de résolution diplomatique des conflits où interviennent des tiers, notamment comme intercesseurs ou comme médiateurs22. La compréhension de ces mécanismes éclaire la façon dont les sociétés médiévales envisagent les négociations, les conditions requises pour leur ouverture, les significations qui leur sont prêtées et les rôles susceptibles de leur être assignés23. Fortement influencées par l’anthropologie, de telles analyses rejoignent, croisent et complètent une tradition historiographique d’origine plus ancienne qui prend pour objet la paix et les conditions de son obtention. La guerre de Cent Ans forme en ce domaine un terrain privilégié où la diplomatie est envisagée comme un outil de construction de l’accord entre deux parties, un préalable à la trêve, à la paix dans le meilleur des cas. Les mécanismes de fonctionnement des conférences d’ambassadeurs — à Arras en 1435 par exemple — sont désormais mieux connus, ainsi que la nature et la portée des discours de paix durant le conflit24.

  • 25 O. Guyotjeannin et al., Diplomatique médiévale, pp. 17-28 ; P. Cammarosano, Italia medievale.
  • 26 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice ; Id., « English Diplomatic Documents » et, surt (...)
  • 27 F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca ; Id., « I diplomatici e gli ambasciator (...)

10De manière pragmatique, au sein d’élaborations théoriques qui utilisent le concept de communication ou le cadre interprétatif des règlements de conflits, la plupart des travaux récents sur la diplomatie médiévale se caractérisent par une attention accrue au statut et au rôle des documents écrits. Ils rappellent leur typologie et, de concert avec une évolution historiographique générale, s’attachent de plus en plus à cerner la complexité de leurs usages25. La « pratique de la diplomatie » (diplomatic practice, diplomatische Praxis), comme l’ont démontré notamment Pierre Chaplais, Isabelle le Bis et Françoise Autrand, requiert de fait une réelle expérience, voire une expertise dans la manipulation de l’écrit26. Lorsqu’elle est étendue à l’ensemble des phases de l’activité diplomatique, depuis le travail préparatoire à la chancellerie jusqu’aux négociations entre ambassadeurs, la sensibilité plus vive aux modes de production et aux usages de la documentation réduit l’écart excessif dans l’historiographie entre l’étude de la diplomatie comme espace d’interaction et d’échange et celle de ses rapports avec le pouvoir politique représenté. Dans la thèse de Francesco Senatore, la réunion d’approches multiples issues de la diplomatique, de la linguistique, de l’archivistique et de la paléographie permet ainsi d’envisager dans une même perspective documentaire l’ensemble de la diplomatie du duc de Milan Francesco Sforza27.

  • 28 « … Thus the emphasis has shifted form “disciplinary”, so to speak, formal analysis concerned to d (...)
  • 29 R. Fubini, Quattrocento fiorentino, en particulier p. 23.
  • 30 A. K. Isaacs, « Sui rapporti interstatali in Italia dal medioevo all’età moderna » ; D. Frigo (éd. (...)

11Ce dernier ouvrage se trouve en quelque sorte à la croisée des chemins, puisqu’il tire également parti des réflexions critiques menées depuis une vingtaine d’années sur les origines de la résidentialité des ambassadeurs. La plupart des historiens italiens n’analysent plus le phénomène de façon formelle ou comme une manifestation éclatante de l’apparition de l’État de la Renaissance, mais le rattachent aux transformations internes et au développement contrasté des régimes dans la péninsule28. Plutôt qu’elle-même une institution, la diplomatie reflète des évolutions institutionnelles, elle est une expression du pouvoir de groupes dirigeants (ceti dirigenti) souvent en concurrence29. Comme l’ont formulé de manière programmatique Daniela Frigo et Ann Katherin Isaacs, la révélation du rôle des différents acteurs dans les processus diplomatiques (storia dal basso), l’intégration de la diplomatie dans les problématiques générales de la construction des « États régionaux » (Giorgio Chittolini) et de la « décadence » de l’État en Italie à partir du XVIe siècle, ainsi que la détermination du rôle de la péninsule dans la formation de la diplomatie à l’époque moderne constituent les enjeux principaux de ce courant historiographique original30.

  • 31 R. Fubini, Quattrocento fiorentino ; Id., « Diplomacy and Government in the Italian City-States »  (...)
  • 32 F. Leverotti, Diplomazia e governo dello stato ; D. Frigo, Principe, ambasciatori e « jus gentium  (...)
  • 33 La diplomatie est singulièrement en retrait dans le programme européen de recherche sur la genèse (...)
  • 34 Ch. de Borchgrave, Diplomaten en diplomatie, Id., « Diplomates et diplomatie sous le duc de Bourgo (...)

12Les résultats obtenus relativisent d’ores et déjà fortement le caractère de rupture traditionnellement assigné à « l’apparition des ambassades permanentes » et mettent l’accent sur l’existence de continuités entre les diplomaties du XVe siècle et celles des XVIe-XVIIIe siècles. La résidentialité n’est plus interprétée comme une prérogative réservée à des États de la Renaissance pleinement souverains. Elle apparaît plutôt comme le fruit d’une crise après la paix de Lodi (1454) et, surtout, comme un instrument de légitimation et d’affirmation institutionnelle pour des pouvoirs discutés. Une « diplomatie prolongée » (diplomazia continuata, Paolo Margaroli) se développe alors, mais elle ne fait que très lentement reculer l’usage de missions ad hoc31. Les études menées sur le recrutement des ambassadeurs dans les petits États italiens plaident elles aussi en faveur d’une certaine continuité entre le XVe siècle et la période postérieure : les nobles conservent un rôle important ; la spécialisation des ambassadeurs demeure limitée dans des configurations politiques où le critère de la fidélité au prince reste déterminant32. Corrélativement, l’ensemble de ces travaux incite à réévaluer à la hausse la place de la diplomatie dans la genèse des États modernes33. De ce bref panorama, il ressort que les recherches récentes sur la diplomatie médiévale se caractérisent par leur grande variété méthodologique, mais aussi, paradoxalement, par une certaine concentration typologique, géographique et chronologique. La nécessaire relecture de l’origine des ambassades permanentes et la plus grande générosité des sources ont conduit la majorité des historiens à travailler sur le XVe siècle ; les cités-États et les principautés apparaissent privilégiées au détriment des monarchies, tandis que les régimes italiens (Florence, Milan, Venise), allemands et suisses, anglais et, dans une moindre mesure, français et bourguignon, demeurent les terres d’élection du renouveau historiographique34.

  • 35 M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española ; A. Serrano de Haro, « Sobre la historia de (...)
  • 36 I. Beceiro Pita, « La consolidación del personal diplomático entre Castilla y Portugal » ; Ead., « (...)
  • 37 B. Leroy, « Dans le royaume de Navarre à la fin du XIVe siècle » ; Ead. « Neutralité ou double jeu (...)
  • 38 Sur la diplomatie des Rois Catholiques, voir A. de la Torre (dir.), Documentos sobre relaciones in (...)
  • 39 « La historia de la diplomacia medieval ha sido siempre una especie de “pariente pobre”, lastrada (...)
  • 40 Voir en particulier Guerra y Diplomacia en la Europa Occidental, pp. 199-235 et pp. 373-421.
  • 41 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages.

13Le règne du roi Jacques II d’Aragon (1291-1327) offre dans ce contexte la possibilité d’un triple déplacement du regard porté sur la diplomatie médiévale. Le premier est géographique, car la couronne d’Aragon reste avec les royaumes de la péninsule Ibérique largement en marge du renouveau historiographique précédemment évoqué. Les travaux spécifiquement consacrés à la diplomatie y demeurent rares et ne sont que fort peu reliés aux tendances récentes de la recherche. En dépit d’une synthèse du moderniste Miguel Ángel Ochoa Brun35, d’articles intéressants d’Isabel Beceiro Pita et d’Emilio Mitre Fernández sur la diplomatie castillane36, des travaux de Béatrice Leroy et d’Eloísa Ramírez Vaquero sur la diplomatie du royaume de Navarre37, et à l’exception notable de celle des Rois Catholiques38, la diplomatie demeure le parent pauvre (el pariente pobre, Miguel Ángel Ladero Quesada) de l’histoire politique récente du Moyen Âge ibérique39. C’est un champ de recherche en voie de constitution dans la Péninsule40. Le deuxième déplacement est chronologique. La très grande majorité des études portent sur des diplomaties de la fin du XIVe siècle et du XVe siècle, ou bien considèrent la « pratique diplomatique » du XIIIe siècle au XVe siècle comme un tout cohérent (Pierre Chaplais)41. Sans nier la validité de telles approches, l’analyse du règne de Jacques II, qui se situe dans une période « haute » et circonscrite, peut fournir des éléments de mise en perspective pour des pratiques considérées comme novatrices au XVe siècle, et contribuer à discerner des phases distinctes dans la diplomatie médiévale. Le troisième déplacement concerne la nature du pouvoir concerné. Jacques II est roi et les lettres, les ambassades, les rencontres au sommet s’effectuent en son nom, mettent constamment sa personne en avant. La diplomatie menée au nom d’un roi se distingue-t-elle alors de celle menée au nom d’une commune, d’un prince, de l’empereur ou d’un État ?

  • 42 Pour une vision générale sur l’histoire de la couronne d’Aragon, voir par exemple J. N. Hillgarth, (...)
  • 43 Sur l’expansion, après l’article célèbre de J. Vicens Vives, « La economía de los países de la Cor (...)
  • 44 J. Lalinde Abadía, La Corona de Aragón en el Mediterráneo Medieval, pp. 160-169 ; C. Batlle, L’exp (...)
  • 45 À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África ; A. Arribas Palau, La conq (...)

14Le domaine n’est pas complètement terra incognita, car les relations diplomatiques constituent une clef de voûte pour plusieurs ouvrages richement documentés sur les rapports de la couronne d’Aragon avec des puissances étrangères. Après l’union personnelle puis dynastique du royaume d’Aragon avec le comté de Catalogne en 1137, après la conquête de Majorque en 1229 et celle de Valence en 1238, après l’installation des forces catalanes et aragonaises en Sicile en 1282 à la suite des Vêpres siciliennes, le règne de Jacques II est en effet souvent considéré comme une période de « consolidation de la couronne d’Aragon comme puissance méditerranéenne » (Luis González Antón), voire comme l’apogée de « l’expansion catalane en Méditerranée »42. C’est au travers de ce prisme que la diplomatie du roi a généralement été abordée par les historiens. De la conquête de Majorque jusqu’à l’arrivée de la Peste noire en 1348, pour retenir la périodisation la plus communément acceptée, d’importantes recherches ont à la suite de Jaume Vicens Vives porté sur les causes, les modalités, les directions, la nature politique ou commerciale et la continuité de l’expansion de la Couronne43. Cette orientation du débat a déterminé la place assignée à la diplomatie dans les discours historiographiques. Elle y apparaît comme un « instrument » de l’expansion (Jesús Lalinde Abadía), dont on juge fréquemment qu’il est au service des marchands (Carme Batlle)44. D’où des approches de la diplomatie qui se résument le plus souvent à la narration de relations bilatérales, étudiées de manière monographique afin de mesurer — c’est l’enjeu sous-jacent — l’importance d’une direction déterminée de l’expansion45.

  • 46 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », suivi sur ce point par J. E. Martínez Ferrando, Jaum (...)
  • 47 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque ; Á. Sant (...)
  • 48 Sur le voyage du roi, voir S. Péquignot, « Le “premier voyage” à Rome ».
  • 49 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I ; Id., « Jaim (...)
  • 50 Sur la position aragonaise entre 1295 et 1302, voir en particulier H. E. Rohde, Der Kampf um Sizil (...)
  • 51 Sur la paix de Caltabellotta, voir M. Grana, « Il trattato di Caltabellotta » ; V. Salavert y Roca(...)
  • 52 Sur la préparation, puis la conquête de la Sardaigne, voir V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expans (...)

15Les principaux théâtres d’intervention de la diplomatie royale, les objectifs qu’elle poursuit et les défis qu’elle doit relever sont ainsi d’ores et déjà relativement bien connus. Les rapports avec la papauté marquent l’orientation générale d’un règne dans lequel on peut distinguer les relations déterminées par l’expansion en Méditerranée de celles entretenues avec les royaumes frontaliers et de celles, plus épisodiques, qui mettent en rapport le roi d’Aragon avec des souverains lointains, souvent pour des affaires de mariage. Après la conquête de la Sicile en 1282, la couronne d’Aragon entre en conflit avec les Français, les Angevins qui revendiquent l’île et la papauté qui jette l’interdit sur les territoires de la Couronne. Un accord est trouvé en 1291, mais la montée de Jacques II sur le trône en novembre de cette même année change complètement la donne. Portant la couronne de Sicile depuis 1286, le nouveau roi d’Aragon refuse en effet de renoncer à l’île. En dépit de nombreux efforts diplomatiques, il s’avère toutefois impossible de maintenir les revendications maximalistes d’une souveraineté unique sur la Sicile et la couronne d’Aragon. Faiblesse du roi ou ruse et victoire diplomatique qui s’inscrit dans la continuité des plans d’expansion de la Maison d’Aragon en Méditerranée, les historiens débattent46. Une chose est sûre : le traité d’Anagni (24 juin 1295), effectué sous l’égide du pape, constitue un tournant essentiel dans l’histoire du règne. La Sicile est remise à la disposition du Saint-Siège. Le royaume de Majorque, qui avait été occupé par le roi d’Aragon en représailles de l’aide apportée aux Français dans la Croisade d’Aragon (1285), est restitué au roi de Majorque qui prêtera toutefois ensuite hommage au roi d’Aragon à partir de 1298, d’où des tensions qui resurgissent périodiquement au cours du règne47. En contrepartie, les sanctions pontificales sont levées et le rapprochement de la couronne d’Aragon avec les Angevins et le monde guelfe est scellé par le mariage de Jacques II avec Blanche d’Anjou, fille de Charles II de Naples. Peu après, le roi d’Aragon est solennellement investi à Rome roi de Sardaigne et de Corse par le pape Boniface VIII48. Si la conquête de la Sardaigne se convertit dès lors en l’un des objectifs majeurs de la Couronne, l’affaire sicilienne continue néanmoins à peser sur ses orientations politiques49. Comme Frédéric III, frère de Jacques II, a été proclamé en 1296 roi de Sicile en dépit des injonctions pontificales, la politique menée par la maison mère d’Aragon doit en effet louvoyer entre la papauté, dont l’appui est indispensable pour la conquête de la Sardaigne, et la Sicile que l’on ne souhaite pas perdre au bénéfice des Angevins50. La paix de Caltabellotta (1302) ne règle que temporairement le problème, car les hostilités entre les Aragonais et Catalans de Sicile d’une part et les Angevins de Naples de l’autre reprennent avec virulence à partir du début des années 1310, ce qui place le pouvoir royal tendu vers l’objectif sarde dans une position souvent inconfortable et l’oblige à déployer une importante activité diplomatique de médiation51. Face à l’opposition des Génois et des Pisans, ce n’est qu’en 1323, soit vingt-six ans après l’investiture octroyée par le pape, que la Sardaigne est enfin conquise par l’infant Alphonse d’Aragon, une conquête qui demeurera longtemps incomplète52.

  • 53 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib. Pour une critique de l’application de la notion (...)
  • 54 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge, pp. 43-62 ; M. T. Ferrer i Mallol(...)
  • 55 Ll. Nicolau dOlwer, L’expansió de Catalunya en la Mediterrània oriental ; F. Giunta, Aragoneses y (...)

16Les relations avec les territoires plus lointains ont elles aussi le plus souvent été envisagées dans le cadre de réflexions sur les voies de l’expansion catalane en Méditerranée. Charles-Emmanuel Dufourcq a ainsi démontré l’importance capitale des relations politiques et surtout commerciales de la couronne d’Aragon avec le Maghreb. Si son interprétation en termes d’« impérialisme aragonais en Afrique du Nord », d’« esquisse d’Empire » fondé sur le paiement de nombreux tributs, a été à juste titre contestée, il n’en demeure pas moins que les rapports avec les sultanats de Tlemcen, de Bougie, du Maroc et surtout avec les Hafsides de Tunis se développent considérablement durant le règne de Jacques II53. Les relations avec l’Égypte s’intensifient elles aussi, notamment à la suite du traité de 1293 passé avec le sultanat mamelouk. Malgré le rapprochement de la couronne d’Aragon avec la papauté et les interdits pontificaux qui pèsent sur le commerce avec l’Égypte, les ambassades et surtout les échanges commerciaux se poursuivent54. Avec l’Orient, l’emploi du terme « expansion » a été très largement débattu. Après que Lluís Nicolau d’Olwer l’eut accepté, Francesco Giunta l’a remis en cause dans un travail de déconstruction historiographique qui a ensuite été systématisé par Jocelyn N. Hillgarth. À défaut d’un plan d’ensemble de la dynastie en Méditerranée orientale, on observe néanmoins également une intensification croissante des relations avec le Levant, avec Constantinople, pour des impératifs commerciaux, religieux et politiques55.

  • 56 A. Giménez Soler, La corona de Aragón y el reino de Granada puis F. Soldevila, Història de Catalun (...)
  • 57 Sur les relations de la couronne d’Aragon avec la Castille entre 1291 et la mort de Sanche IV (129 (...)
  • 58 Sur la guerre civile en Castille à cette période, voir C. González Mínguez, Fernando IV. Sur la co (...)
  • 59 La délimitation territoriale du royaume de Murcie entre les royaumes d’Aragon et de Castille a don (...)
  • 60 A. Giménez Soler, La corona de Aragón y el reino de Granada, 1908.
  • 61 Pour la période 1312-1327, l’ouvrage d’À. Masià de Ros, Relación castellano-aragonesa ne peut être (...)

17Sans trancher le débat historiographique qui oppose « méditerranéens » et « péninsulaires », les relations avec les royaumes frontaliers de France et surtout de Castille, ainsi qu’avec l’émirat de Grenade, constituent elles aussi un enjeu essentiel de l’action diplomatique menée au nom du roi56. Après un début de règne marqué par le rapprochement avec la Castille, qui servit même un temps de médiatrice auprès de la France, le traité d’Anagni et la mort en 1295 du roi Sanche IV conduisent à un regain de tension entre les deux puissances au sujet du royaume de Murcie57. Jacques II, protégé par une alliance avec l’émir de Grenade, met en effet à profit les troubles successoraux en Castille où il soutient les infants de la Cerda et, en 1296, conquiert rapidement Murcie, une possession castillane récente58. Les tensions ne s’apaisent qu’à partir de 1304, grâce au traité de Torrellas et aux accords d’Elche (1305) qui délimitent les possessions respectives des couronnes d’Aragon et de Castille dans le royaume de Murcie59. En 1308, le traité d’Alcalá de Henares passé entre Jacques II et Ferdinand IV de Castille conduit même à une éphémère reprise de la Reconquista qui se solde par l’expédition malheureuse d’Almería contre Grenade en 130960. La suite de l’histoire est moins bien connue. L’alliance des deux Couronnes est consolidée en 1312 par le mariage de l’infant Pedro de Castille avec l’une des filles de Jacques II, María, et le monarque aragonais met à profit la longue minorité d’Alphonse XI (1312-1325) pour renforcer son influence dans le royaume voisin61.

  • 62 Sur ce conflit militaire puis diplomatique, voir avant tout J. Reglá Campistol, La lucha por el Va (...)

18Les rapports avec la France sont eux aussi bouleversés par le traité d’Anagni qui transforme l’ennemi d’hier en allié ou du moins en partenaire obligé sous l’égide de la papauté. Aux conflits militaires avec les Capétiens succèdent alors les batailles diplomatiques, le cas le plus spectaculaire étant fourni par la dispute pour la possession du Val d’Aran. Ce territoire pyrénéen, occupé par les troupes françaises de 1283 à 1298 puis mis sous séquestre majorquin, est restitué à la couronne d’Aragon en 1313 seulement, après quinze années d’intenses efforts diplomatiques62.

  • 63 Sur les projets matrimoniaux, voir de manière générale J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón(...)
  • 64 H. Finke, Acta Aragonensia ; N. Jaspert, « La storiografia tedesca e gli studi sulla corona d’Arag (...)

19Les relations qui viennent d’être rapidement évoquées, auxquelles il faut encore ajouter de multiples projets matrimoniaux avec des maisons de tout l’Occident, se traduisent par d’intenses échanges de lettres et de très nombreuses ambassades, ainsi que par des rencontres fréquentes entre Jacques II et les rois voisins63. Or, si la reconstitution événementielle et surtout les enjeux politiques généraux sont relativement bien connus, la pratique diplomatique elle-même, c’est-à-dire les outils employés, les hommes qui en usent, les méthodes auxquelles ils ont recours et les significations qui leur sont prêtées n’ont pas fait l’objet d’une analyse d’ensemble depuis le travail d’Heinrich Finke au début du siècle dernier. Fondateur d’une véritable école historiographique de langue allemande sur la couronne d’Aragon, l’éditeur des Acta Aragonensia a aussi ouvert des pistes de réflexion sur la diplomatie64. Son propos se concentre essentiellement sur les procureurs de Jacques II à la curie et sur les ambassades jugées les plus importantes du règne, et son travail de précurseur est encore très utile pour la documentation diplomatique. Il y sera souvent fait référence au cours de cette étude. Heinrich Finke laisse en revanche délibérément de côté les relations avec la péninsule Ibérique, n’utilise pas une documentation comptable difficilement accessible à son époque et ne fournit pas non plus une approche d’ensemble des ambassadeurs de Jacques II. L’utilisation de la Gesandtschaftswesen comme catégorie de réflexion limite en outre son analyse de la diplomatie aux seules ambassades, évacuant d’emblée les rencontres royales. Enfin, son étude souvent très stimulante ne prend pas en compte — l’historiographie d’alors ne le permettait guère — les caractéristiques singulières du pouvoir royal aragonais.

  • 65 Sur le pouvoir royal dans la couronne d’Aragon, voir de manière générale M. Á. Ladero Quesada, « E (...)
  • 66 Sur le rôle crucial du roi dans l’unité de la Couronne, P. Corrao, « Celebrazione dinastica e cost (...)
  • 67 Sur le pactisme, voir, en première orientation, L. González Antón, Las Uniones aragonesas ; Les Co (...)
  • 68 Sur la justice royale, l’opposition est nette entre L. González Antón, « Las cortes aragonesas en (...)

20Ce point paraît pourtant essentiel pour comprendre la diplomatie de Jacques II. Celui-ci, loin d’être un monarque absolu, se trouve à la tête d’un ensemble politique dynamique, mais fragile, une union personnelle et dynastique de divers territoires, dans laquelle le comté de Barcelone, les royaumes d’Aragon, de Valence puis de Sardaigne et de Corse suivent chacun des logiques institutionnelles et des traditions qui leur sont propres65. La cohésion de la Couronne repose alors pour beaucoup sur la continuité dynastique et la personne même des rois, sur l’autorité et l’usage savamment orchestré de leur parole, ainsi que sur les multiples liens de fidélité qui les rattachent à leurs sujets et renforcent des communautés d’intérêts avec les pouvoirs institués66. Quand Jacques II monte sur le trône, la monarchie a dû peu auparavant céder aux pressions des nobles aragonais entrés en rébellion à la suite de l’expédition de Sicile. Les rapports du roi avec les différentes forces politiques sont dorénavant réglés dans le royaume d’Aragon par le Privilegio General (1283) et, de façon globale, par la tenue d’assemblées représentatives du comté ou des royaumes, les Corts ou Cortes, au cours desquelles il lui faut composer avec les différentes forces des pays, un système politique que l’on a coutume de qualifier de pactisme67. Jacques II s’efforce de faire évoluer cette situation au profit de la monarchie, d’agir en ordonnateur, en législateur et en pacificateur de la Couronne, mais des travaux récents ont montré combien l’efficacité du pouvoir royal à imposer sa justice et à obtenir un prélèvement efficace des impôts s’avère très relative durant le règne68.

  • 69 D. Queller, Early venetian Legislation on Ambassadors ; R. Fubini, Quattrocento fiorentino.

21Paraissant d’autant plus brillante que le roi éprouve des difficultés dans sa propre Couronne, la diplomatie de Jacques II est étroitement liée à la nature monarchique du régime, aux institutions qui le soutiennent et aux rapports de pouvoir internes qui le traversent. Pour son étude, les travaux menés sur les diplomaties italiennes du XVe siècle ont servi de première source d’inspiration, mais la nature royale du pouvoir, l’état des sources conservées et les phénomènes observés ont conduit à modifier les termes du questionnement. Il est ainsi apparu nécessaire d’entendre la pratique diplomatique au sens large, d’embrasser dans un même mouvement les correspondances avec les souverains étrangers, les ambassades et les rencontres royales. Les contemporains perçoivent en effet une continuité entre ces diverses formes d’échange. En deuxième lieu, il n’existe pas dans la couronne d’Aragon comme à Florence ou à Venise — et ce, dès le XIIIe siècle — de disposition statutaire sur les fonctions de l’ambassadeur qui permette de lier leur évolution à celle du régime politique. Alors que le monde est sillonné par des missions ad hoc, la pratique diplomatique n’est régie par aucune norme écrite explicite69. La diplomatie sera par conséquent envisagée dans cet ouvrage comme une pratique politique non institutionnalisée, un mode d’exercice du pouvoir royal qui met en jeu le rôle de Jacques II dans la Couronne tout en respectant certaines règles de communication politique avec les puissances étrangères. Dans une Couronne fragile et d’une grande diversité, quel rôle joue réellement la pratique diplomatique pour le pouvoir royal ? Est-elle seulement un instrument de la volonté du roi et le produit de rapports de pouvoirs internes ? C’est en affrontant ces questions que pourra apparaître l’originalité du règne de Jacques II dans l’histoire des pratiques diplomatiques, ainsi que la place singulière de la diplomatie par rapport aux autres modes d’exercice du pouvoir royal.

  • 70 Pour l’analyse diplomatique des différents types de documents, voir pp. 23-55.
  • 71 Ramon Muntaner, Crònica ; Bartolomeo di Neocastro, Historia Sicula ; Nicolao Speciale, Historia Si (...)

22Un examen d’ensemble du corpus des sources disponibles, très contrasté, a conduit à délimiter plus précisément les contours du sujet envisagé, à définir une méthode70. À première vue, la déception l’emportait. Les sources théoriques sur la pratique diplomatique sont fort peu nombreuses pour la période. Si l’on excepte les traités De legato des juristes, il faut attendre 1435 et l’Ambaxiatorum Brevilogus de Bernard du Rosier pour qu’apparaisse le premier traité exclusivement consacré aux ambassadeurs. De même, les chroniques qui évoquent le règne de Jacques II demeurent rares et abordent seulement certains aspects de la pratique diplomatique. La Crònica de Ramon Muntaner offre toutefois une perspective originale sur les rencontres royales, tandis que parmi les chroniques castillanes, portugaises, siciliennes et angevines contemporaines, celles de Bartolomeo de Neocastro et de Niccolò Speciale comprennent quelques récits intéressants71. Sous peine de se contenter de ce maigre butin, il a donc fallu prendre en considération les documents de la pratique diplomatique : lettres de créance, pouvoirs, sauf-conduits, instructions aux ambassadeurs, correspondances, comptes, traités, contrats essentiellement. Une première possibilité aurait pu consister à retenir comme base d’étude les documents d’ores et déjà publiés, assez nombreux pour le règne de Jacques II. Cependant, une telle méthode n’aurait pas permis de mettre en évidence les logiques de production de la documentation diplomatique, elle aurait orienté la démarche de manière périlleuse en considérant comme représentatif un ensemble constitué de pièces éparses rassemblées dans des perspectives très hétérogènes.

  • 72 Pour plus de détails, voir la liste des sources inédites, pp. 519-531.

23Les sources éditées ont donc évidemment été utilisées, mais elles n’ont pas dispensé du recours intensif à l’archive. Celles de la ville de Barcelone ont fourni des informations précieuses sur le rôle des consellers urbains dans la diplomatie royale, les archives de Palma de Majorque des données utiles pour les relations avec le royaume baléare. Des manuscrits de traités politiques à la Biblioteca Nacional (Madrid), un fonds catalan récupéré au XVIIIe siècle par des érudits castillans à la Real Academia de la Historia à Madrid ont aussi été pris en compte. Les archives de la Cathédrale de Barcelone renfermaient les testaments de certains ambassadeurs, tandis que pour les relations avec la France, certains indices ont été trouvés aux Archives nationales, à Paris, ainsi que dans le Corpus Philippicum conservé à l’IRHT (Paris), qui a fourni des précisions utiles sur l’activité de plusieurs hommes partis en mission à l’étranger au nom du roi72.

  • 73 F. Udina Martorell, Guía histórica y descriptiva del Archivo de la Corona de Aragón.

24Mais la très grande majorité des documents — édités ou non — provient néanmoins des Archives de la Couronne d’Aragon (Arxiu de la Corona d’Aragó), à Barcelone. Quelques chiffres devraient suffire à faire saisir l’importance des fonds de la chancellerie royale et à justifier le recours à des méthodes plus familières à l’historien de l’époque moderne qu’au médiéviste : pour le seul règne de Jacques II, l’on conserve quelque 6.000 parchemins, 20.000 documents en papier et 339 registres qui comportent généralement plusieurs centaines de folios chacun. Il faut encore y ajouter les 30 registres du mestre racional (maître des comptes) et 11 llibres de albalans (livres de quittances) de la section Reial Patrimoni (Patrimoine royal)73. Ces derniers ne sont malheureusement pas tous consultables, mais les registres examinés contiennent des informations très détaillées sur l’équipement des ambassades et leur coût. Dans cet océan documentaire inégalement balisé (102 registres Commune pour la chancellerie…), tout ne concerne bien sûr pas la seule activité diplomatique, mais les documents qui s’y rapportent sont extrêmement nombreux et se répartissent dans presque toutes les séries, notamment lorsque l’on souhaite reconstituer le profil biographique des ambassadeurs du roi. Seule une partie minime de cette documentation a été publiée et le dépouillement de l’ensemble excède les capacités d’un seul chercheur.

  • 74 ACA, C, reg. 252, 334-339.
  • 75 Ce point est développé aux pp. 57-96.
  • 76 Voir fiche présentée en CD-ROM. Pour les détails de la méthode, voir pp. 185-191, 193-197.
  • 77 Annexe I (CD-ROM).

25Il a donc fallu procéder à des choix. Le premier d’entre eux a consisté à concentrer l’essentiel du travail sur ces archives, car elles conservent à la fois de très nombreux originaux reçus et abritent dans les registres la documentation expédiée par la chancellerie du roi. L’analyse de la diplomatie comme un mode d’exercice du pouvoir royal, rendait en outre moins nécessaire que pour une approche bilatérale le recours à des archives étrangères. L’organisation des registres en séries a ensuite conduit à sélectionner les sept Registra secreta et à les étudier de manière intensive74. Ils sont en effet fortement spécialisés dans les affaires diplomatiques et rassemblent en leur sein une grande variété de documents qui s’y rapportent : lettres de créance, pouvoirs, instructions, mais aussi sauf-conduits et lettres aux ambassadeurs ou aux souverains étrangers. Ces registres offrent la possibilité de suivre la logique de la pratique diplomatique dans ses différentes phases, depuis la production de la documentation à la chancellerie jusqu’à son retour aux archives en passant par son utilisation en cours d’ambassade75. Avec les premiers registres de la série Curiae et deux registres spécialisés dans les relations avec les royaumes de Majorque et de Castille, les Registra secreta ont permis de constituer un corpus de 233 ambassades désignées comme des legationes et sur lesquelles on dispose d’informations relativement homogènes, d’où la possibilité d’une approche sérielle sur plusieurs aspects de la pratique diplomatique76. Ils ont également servi de base principale à la constitution d’un dictionnaire de 349 ambassadeurs de Jacques II dans lequel ont aussi été intégrées toutes les informations retrouvées ailleurs, dans la documentation inédite ou publiée77.

  • 78 J. Revel (textes présentés et rassemblés par –), Jeux d’échelles.
  • 79 Voir liste des sources inédites pp. 529-531.
  • 80 Voir par exemple R. Salicrú i Lluch, « La diplomacia y las embajadas » ; pour le XVIIIe siècle, C. (...)

26La méthode adoptée dans cet ouvrage est donc une combinaison de l’approche sérielle par le recours à l’échantillonage avec des études de cas les plus détaillées possibles, l’emploi de focales différentes devant permettre de mieux percevoir les temporalités et les enjeux multiples de la pratique diplomatique pour le pouvoir royal78. Pour les cas retenus comme exemplaires, des informations de complément ont été rassemblées dans la documentation publiée et grâce au dépouillement systématique de 2.000 parchemins, 4.000 cartes reials (documents en papier) datées où l’on trouve des lettres expédiées par les souverains étrangers, ainsi que d’environ 2.000 cartes reials non datées, les Extra Series qui abritent notamment de nombreux rapports d’ambassadeurs adressés au roi79. Nous avons choisi de nous limiter essentiellement aux relations avec les cours occidentales. Les rapports entretenus avec l’Orient chrétien et plus encore avec les puissances islamiques auraient en effet requis d’autres compétences et un angle d’approche différent. Le sujet est passionnant, mais serait le thème d’une autre étude80.

27Une dernière précision est nécessaire. La pratique diplomatique effectuée au nom de Jacques II n’est pas analysée dans ce livre de manière chronologique, mais strictement thématique. Il n’est pas question de nier d’emblée l’existence de certaines évolutions au cours du règne. Elles apparaîtront le cas échéant dans les chapitres concernés. Mais le propos, on l’aura entendu, est autre. Il s’agit de comprendre ce que signifie l’exercice de la diplomatie pour un pouvoir royal autour de 1300 en l’examinant sous ses différentes facettes, depuis la rédaction des documents jusqu’à l’élaboration d’une représentation du pouvoir royal. La réponse sera d’abord recherchée dans les outils de l’action diplomatique intimement liés aux grandes administrations royales, les archives, la chancellerie, le trésor. Puis viendront les hommes du roi et les relations qu’ils entretiennent avec leur mandataire et qui définissent aussi à leur manière un mode d’exercice du pouvoir. Enfin, on examinera comment la pratique diplomatique conduit le pouvoir royal à démontrer son efficience de diverses manières, face aux étrangers comme vis-à-vis des sujets et des pouvoirs de la Couronne.

Notes

1 « … E por que non so çierto de la mía muerte ni de la mía vida, envío a vos este mi escudero e este mi capelán e envío por els la creença por escripto e algunas scripturas que el rey me mandó que vos mostras. E pido vos por merçé que les querades el dito feyto oyr de parte del rey assí como sy yo por la mi persona vos lo dixies, e querades sobre esto enviar vuestro recaudo a nuestro seynnor el rey qual entendredes que a esto perteneçe… » (ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [ES], n° 1136).

2 L’année n’est pas indiquée. Le document a été rédigé entre 1297 (date de la remise du titre de gonfalonier de l’Église et de l’inféodation de la Sardaigne par le pape à Jacques II, toutes deux prises en compte dans l’adresse) et 1325, année de la mort de Denis Ier du Portugal dont Johani Miguel est le représentant.

3 ACA, C, CR de Jaume II, caixa 155 [ES], n° 1137.

4 L’emploi du terme de « relations internationales » est devenu rare en français pour le Moyen Âge après F.-L. Ganshof, Le Moyen Âge. Sur les débats terminologiques récents, voir pour le français F. Autrand, « Les artisans de paix face à l’État » ; pour l’allemand D. Berg, Deutschland und seine Nachbarn ; A. Reitemeier, Aussenpolitik im Spätmittelalter, pp. 21-27 ; M. Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa, pp. 17-26 et, de manière générale, D. Berg et al. (éd.), Auswärtige Politik und internationale Beziehungen im Mittelalter ; pour l’anglais, voir les remarques éclairantes de N. Oikonomidès, « Byzantine diplomacy », pp. 73-76, pour l’espagnol, L. V. Díaz Martín, « Castilla 1280-1360 ».

5 F. Autrand, « L’enfance de l’art diplomatique », p. 210. Pour un plaidoyer fervent en faveur de l’usage de l’anachronisme en histoire, voir P. von Moos (dir.), Der Fehltritt.

6 L. Febvre, Combats pour l’histoire, p. 153.

7 Cette perspective a longtemps dominé une partie de l’historiographie anglo-saxonne, qui a analysé la diplomatie médiévale d’un point de vue pragmatique et institutionnel (voir G. P. Cuttino, English Diplomatic Administration ; M. C. Hill, The King’s Messengers ; P. Chaplais, Essays in medieval Diplomacy and Administration). La faible place de la diplomatie dans l’histoire politique récente peut être mesurée dans les bibliographies successives des différentes éditions de B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles.

8 M. S. Anderson, The Rise of modern Diplomacy, p. viii ; P. Margaroli et al., « Gesandte », en particulier la section « Italien ».

9 V. Menzel, « Deutsches Gesandtschaftswesen im Mittelalter » ; R.-A. de Maulde la Clavière, La diplomatie au temps de Machiavel ; F. Ernst, « Über Gesandtschaftswesen und Diplomatie » ; G. Mattingly, Renaissance Diplomacy ; R. Fubini, Quattrocento fiorentino.

10 Pour un exemple récent de manuel d’histoire de la diplomatie, voir M. S. Anderson, The Rise of modern Diplomacy, qui commence significativement avec la paix de Lodi. Une mise au point très claire sur l’historiographie de la résidentialité et de l’office des ambassadeurs est fournie par F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca, pp. 28-50 ; voir aussi les indications d’A. K. Isaacs, « Sui rapporti interstatali in Italia dal medioevo all’età moderna », en particulier pp. 114-115.

11 Pour une perspective critique sur les risques provoqués par la recherche des origines, voir, sur le cas des villes au Moyen Âge, S. P. Bensch, Barcelona i els seus dirigents, pp. 5-11.

12 On ne saurait ici être exhaustif. Voir notamment L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV ; Id. (dir.), L’invention de la diplomatie ; L. Bély et I. Richefort (dir.), L’Europe des traités de Westphalie ; D. Frigo, Principe, ambasciatori e « jus gentium » ; Ead. (coord.), Ambasciatori e nunzi ; Ead. (éd.), Politics and diplomacy in Early Modern Italy ; D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance ; J. Watkins, « Toward a New Diplomatic History of Medieval and Early Modern Europe ».

13 D. E. Queller, The Office of Ambassador ; Id., « Thirteenth-Century Diplomatic Envoys » ; Id., Early venetian Legislation on Ambassadors, synthèse dans Id., « Diplomacy, Western European ». L’analyse a beaucoup porté sur la condition juridique des legati du pape : C. I. Kyer, « Legatus and nuntius » ; Id., The papal Legate ; J. W. Perrin, « “Legatus” in Medieval Roman Law » ; R. C. Figueira, « “Legatus apostolice sedis” ».

14 Voir les dures critiques de R. Fubini, « Diplomacy and Government in the Italian City-States », p. 32 ; Id., « Aux origines de la balance des pouvoirs » ; P. Margaroli, Diplomazia e stati rinascimentali, p. 5.

15 G. Wolf, « Anfänge ständigen Gesandtschaftswesens ».

16 E. Gilomen-Schenkel, Henmann Offenburg ; J. Petersohn, Ein Diplomat des Quattrocento ; Id., Diplomatische Berichte ; P. Jugie, « L’activité diplomatique du cardinal Gui de Boulogne » ; Id., « La légation en Hongrie et en Italie du cardinal Gui de Boulogne » ; M. I. Falcón Pérez, « Un Aragonés embajador de Jaime II » ; L. Fernández Gallardo, Alonso de Cartagena, en particulier pp. 119-231.

17 Voir par exemple E. Pascua Echegaray, Guerra y pacto en el siglo XII ; J. P. Huffman, The Social Politics of Medieval Diplomacy ; M. Jones et al. (éd.), England and her Neighbours. Voir aussi les intéressantes perspectives tracées par B. K. U. Weiler, Henry III of England and the Staufen Empire.

18 Les références incontournables des études sur la Gesandtschaftswesen allemande sont O. Krauske, Die Entwickelung der ständigen Diplomatie ; A. Schaube, Zur Entstehungsgeschichte der ständigen Gesandtschaften ; V. Menzel, Deutsches Gesandtschaftswesen im Mittelalter ; F. Ernst, « Über Gesandtschaftswesen und Diplomatie ».

19 D. Berg, Deutschland und seine Nachbarn ; G. Althoff, Spielregeln der Politik im Mittelalter ; C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit ; A. Reitemeier, Aussenpolitik im Spätmittelalter ; M. Kintzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa ; N. Jaspert, « Wort, Schrift und Bild » ; R. C. Schwinges et al. (éd.), Gesandtschaftswesen und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa ; M. Jucker, Gesandte, Schreiber, Akten ; K. Plöger, England and the Avignon Popes. Le concept de communication constitue aussi l’une des clefs de voûte de P. Monnet, Villes et sociétés urbaines dans l’Empire.

20 C. Lutter, Politische Kommunikation an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, p. 12.

21 J. Merceron, Le message et sa fiction, en particulier p. 2 et p. 85. Voir aussi J.-C. Vallecalle, Messages et ambassades dans l’épopée française médiévale.

22 Sur le règlement des conflits par la diplomatie, voir les études classiques de P. Chaplais, « Règlement des conflits internationaux franco-anglais » ; J. Gaudemet, « Le rôle de la papauté dans le règlement des conflits entre États ». Pour la médiation, G. Althoff, « Vermittler » ; H. Kamp, « Vermittler in den Konflikten des hohen Mittelalters » ; Id., Friedensstifter und Vermittler im Mittelalter ; Id., « L’intercession dans les relations politiques au Moyen Âge classique » ; M. Kaufhold, Deutsches Interregnum und europäische Politik.

23 J.-M. Moeglin, « Introduction » ; S. Péquignot, « Enantar a tractar » ; F. J. Felten, « Verhandlungen an der Kurie ».

24 La bibliographie est ici considérable. Pour une première orientation, voir F. Autrand, « Les artisans de paix face à l’État » ; D. Wolfthal (éd.), Peace and negotiation ; N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge ; R. M. Dessì (études réunies par –), Prêcher la paix et discipliner la société.

25 O. Guyotjeannin et al., Diplomatique médiévale, pp. 17-28 ; P. Cammarosano, Italia medievale.

26 P. Chaplais, English Medieval Diplomatic Practice ; Id., « English Diplomatic Documents » et, surtout, Id., English Diplomatic Practice in the Middle Ages [il s’agit du commentaire des documents publiés dans English Medieval Diplomatic Practice]. Pour d’autres approches pragmatiques des usages de la documentation par des ambassadeurs, voir I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie » ; F. Autrand, « Les artisans de paix face à l’État », pp. 315-316. Sur les formulaires de chancellerie, voir aussi Ead., « L’enfance de l’art diplomatique ».

27 F. Senatore, Forme e strutture della diplomazia sforzesca ; Id., « I diplomatici e gli ambasciatori ».

28 « … Thus the emphasis has shifted form “disciplinary”, so to speak, formal analysis concerned to depict the rise of new models of “modern” diplomacy in fifteenth- and sixteenth century Europe —and therefore focused on the themes of residentiality and diplomatic formalization— to a “bottom-up” interpretation of political mechanisms which reveals the fundamental role of diplomatic action in the formation of the embryonic state… » (A. Contini, « Medicean diplomacy in the sixteenth century », p. 51).

29 R. Fubini, Quattrocento fiorentino, en particulier p. 23.

30 A. K. Isaacs, « Sui rapporti interstatali in Italia dal medioevo all’età moderna » ; D. Frigo (éd.), Politics and Diplomacy in Early Modern Italy, pp. 1-24 ; Ead. (coord..), Ambasciatori e nunzi, pp. 1-12.

31 R. Fubini, Quattrocento fiorentino ; Id., « Diplomacy and Government in the Italian City-States » ; P. Margaroli, Diplomazia e stati rinascimentali, pp. 255-257. La persistance des ambassades ad hoc est notée dans le cas piémontais au XVIIIe siècle par D. Frigo, Principe, ambasciatori e « jus gentium ».

32 F. Leverotti, Diplomazia e governo dello stato ; D. Frigo, Principe, ambasciatori e « jus gentium », p. 10 ; A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica estera ».

33 La diplomatie est singulièrement en retrait dans le programme européen de recherche sur la genèse de l’État moderne, voir néanmoins W. Blockmans, « Les origines des États modernes en Europe ».

34 Ch. de Borchgrave, Diplomaten en diplomatie, Id., « Diplomates et diplomatie sous le duc de Bourgogne Jean sans Peur ». Pour les autres territoires, voir les notes précédentes.

35 M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española ; A. Serrano de Haro, « Sobre la historia de la diplomacia medieval española ».

36 I. Beceiro Pita, « La consolidación del personal diplomático entre Castilla y Portugal » ; Ead., « La tendencia a la especialización de funciones » et surtout, Ead., « La importancia de la cultura en las relaciones peninsulares ». Voir aussi C. Olivera Serrano, « Servicio al rey y diplomacia castellana » ; C. Olivera Serrano et I. Pastor Bodmer, « La diplomacia castellana y Alfonso V el Magnánimo » ; A. Serrano de Haro, El embajador don Pero López de Ayala. Sur le rôle des Cortes en « politique extérieure », voir E. Mitre Fernández, « Las cortes de Castilla y las relaciones exteriores en la Baja Edad Media » et, pour le thème classique de l’attitude castillane face à la guerre de Cent Ans, Id., « Castilla ante la Guerra de los Cien años ». Dans la perspective des réflexions sur les cérémonies et la propagande royale en Castille, voir J. M. Nieto Soria, Ceremonias de la realeza.

37 B. Leroy, « Dans le royaume de Navarre à la fin du XIVe siècle » ; Ead. « Neutralité ou double jeu ? » ; Ead., « Les ambassadeurs et la vie internationale des rois de Navarre » ; E. Ramírez Vaquero, « Estrategias diplomáticas del rey de Navarra ».

38 Sur la diplomatie des Rois Catholiques, voir A. de la Torre (dir.), Documentos sobre relaciones internacionales de los Reyes Católicos ; L. Suárez Fernández, Política internacional de Isabel la Católica ; P. Krendl, « Die dynastisch-politischen Verhandlungen Maximilans I. » ; Id., « Spanische Gesandten berichten über Maximilian I. » ; J. M. Bello León et B. Hernández Pérez, « Una embajada inglesa a la corte de los Reyes Católicos » et, surtout, M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, t. III.

39 « La historia de la diplomacia medieval ha sido siempre una especie de “pariente pobre”, lastrada por la opinión de que en aquellos siglos no hubo verdadera diplomacia organizada, y se ha incluido, generalmente, en la historia política narrativa » (M. Á. Ladero Quesada, « Historia institucional y política de la Península Ibérica en la Edad Media », p. 461). De manière significative, deux autres bilans récents sur l’histoire politique de la couronne d’Aragon ne relèvent aucun titre consacré à la diplomatie : C. Batlle Gallart et J. J. Busqueta Riu, « La renovación de la historia política de la Corona de Aragón » ; R. Piña Homs, « La Corona de Aragón en la historiografía de una década ». Malgré une section intitulée « Diplomacia y guerra, corso y piratería », le volume dirigé par M. González Jiménez et I. Montes Romero-Camacho (éd.), La Península Ibérica entre el Mediterráneo y el Atlántico, ne contient pour sa part que deux courts articles relatifs à la diplomatie (V. Á. Álvarez Palenzuela, « Libertad de comercio y seguridad marítima » et R. Madrid Souto, « Francisco Vidal de Noya »). Pour la diplomatie portugaise, voir A. H. de Oliveira Marques, « As relações diplomaticas ».

40 Voir en particulier Guerra y Diplomacia en la Europa Occidental, pp. 199-235 et pp. 373-421.

41 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages.

42 Pour une vision générale sur l’histoire de la couronne d’Aragon, voir par exemple J. N. Hillgarth, The Problem of a Catalan Mediterranean Empire ; J. Lalinde Abadía, La Corona de Aragón en el Mediterráneo Medieval et surtout T. N. Bisson, Història de la Corona d’Aragó.

43 Sur l’expansion, après l’article célèbre de J. Vicens Vives, « La economía de los países de la Corona de Aragón en la Baja Edad Media » ; voir V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón ; Id., « La Corona de Aragón en el mundo mediterráneo del siglo XIV » ; Y. Renouard, « Les principaux aspects économiques et sociaux de l’histoire des pays de la couronne d’Aragon » ; Segundo Congreso Internacional de Estudios sobre las Culturas del Mediterráneo Occidental ; M. Del Treppo, Els mercaders catalans i l’expansió de la Corona catalano-aragonesa al segle XV ; R. Homet, « Monarquía y expansión en la historiografía catalana » ; D. Coulon et M. T. Ferrer Mallol (éd.), L’expansió catalana a la Mediterrània et, pour une comparaison, L’expansion occidentale.

44 J. Lalinde Abadía, La Corona de Aragón en el Mediterráneo Medieval, pp. 160-169 ; C. Batlle, L’expansió baixmedieval, pp. 42-43 et p. 51. Pour une critique de la vision « classique » de l’alliance entre marchands et monarchie catalane, voir M. Barceló, « Enganya l’ull ».

45 À. Masià de Ros, La Corona de Aragón y los estados del norte de África ; A. Arribas Palau, La conquista de Cerdeña.

46 V. Salavert y Roca, « El tratado de Anagni », suivi sur ce point par J. E. Martínez Ferrando, Jaume II o el seny català, ainsi que par A. Kiesewetter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou, pp. 275-298, qui envisage l’action diplomatique du roi comme un « double jeu génial » (geniales Doppelspiel) depuis 1293 à 1302. Il s’oppose ainsi aux théories anciennes de la « trahison » deu roi à la cause sicilienne (M. E. Cadeddu, « Giacomo II d’Aragona e la conquista del regno di Sardegna e Corsica »).

47 A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque ; Á. Santamaría, « Tensión Corona de Aragón - Corona de Mallorca » ; A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el Reino de Mallorca ; D. Abulafia, A Mediterranean Emporium.

48 Sur le voyage du roi, voir S. Péquignot, « Le “premier voyage” à Rome ».

49 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I ; Id., « Jaime II de Aragón inspirador de la paz de Caltabellotta ».

50 Sur la position aragonaise entre 1295 et 1302, voir en particulier H. E. Rohde, Der Kampf um Sizilien.

51 Sur la paix de Caltabellotta, voir M. Grana, « Il trattato di Caltabellotta » ; V. Salavert y Roca, « Jaime II de Aragón inspirador de la paz de Caltabellotta ». Sur les médiations aragonaises postérieures entre Naples et la Sicile, voir E. Haberkern, Der Kampf um Sizilien, approfondi pour la période allant jusqu’en 1314 par V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I et, pour les missions menées de 1314 à 1317, par F. Giunta et A. Giuffrida (éd.), Acta Siculo-Aragonensia, t. II, pp. 1-20.

52 Sur la préparation, puis la conquête de la Sardaigne, voir V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, t. I ; A. Arribas Palau, La conquista de Cerdeña ; M. E. Cadeddu, « Giacomo II d’Aragona e la conquista del regno di Sardegna e Corsica ». Sur la préparation fiscale de la conquête, voir M. Sánchez Martínez, « Las ciudades y villas de Cataluña ».

53 Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib. Pour une critique de l’application de la notion d’empire au cas de la couronne d’Aragon, J. N. Hillgarth, The Problem of a Catalan Mediterranean Empire.

54 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge, pp. 43-62 ; M. T. Ferrer i Mallol (dir.), Els Catalans a la Mediterrània oriental a l’Edat mitjana.

55 Ll. Nicolau dOlwer, L’expansió de Catalunya en la Mediterrània oriental ; F. Giunta, Aragoneses y catalanes en el Mediterráneo ; M. T. Ferrer i Mallol (dir.), Els Catalans a la Mediterrània oriental a l’Edat mitjana.

56 A. Giménez Soler, La corona de Aragón y el reino de Granada puis F. Soldevila, Història de Catalunya, t. I, pp. 404 sq., ont défendu l’idée du primat des entreprises péninsulaires sur les entreprises méditerranéennes, le point de vue inverse étant soutenu en particulier par V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterránea de la Corona de Aragón, passim. Voir la mise au point historiographique de M. E. Cadeddu, « Giacomo II d’Aragona e la conquista del regno di Sardegna e Corsica ».

57 Sur les relations de la couronne d’Aragon avec la Castille entre 1291 et la mort de Sanche IV (1295), M. Gaibrois de Ballesteros, Historia del reinado de Sancho IV de Castilla, demeure indispensable, malgré la synthèse de J. M. Nieto Soria, Sancho IV et l’ouvrage très événementiel d’À. Masià de Ros, Relación castellano-aragonesa.

58 Sur la guerre civile en Castille à cette période, voir C. González Mínguez, Fernando IV. Sur la conquête de Murcie, voir J. Torres Fontes, « La delimitación del sudeste peninsular » ; J. M. del Estal, Conquista y anexión de las tierras de Alicante ; Id., « Incidencia del problema siculo-sardo en la conquista del reino de Murcia » ; Id., « El itinerario de Jaime II de Aragón ». Juan Manuel del Estal plaide en faveur d’une résistance forte à la conquête de Murcie, de même que C. González Mínguez, Fernando IV, p. 125, qui voit dans l’expédition une action militaire « anti-péninsulaire » de Jacques II (de claro signo antipeninsular). En revanche, M. T. Ferrer i Mallol, « La conquesta de les comarques meridionals valencianes per Jaume II » et Ead., Entre la paz y la guerra, s’oppose à cette vision en insistant sur l’ancienneté de la présence catalane dans la région. Les enjeux de ce débat historiographique dépassent le Moyen Âge, puisqu’il s’agit au fond de déterminer la « catalanité » ou la « non-catalanité » de certains territoires de l’Espagne actuelle. Pour une vision d’ensemble mesurée sur Murcie, voir D. Menjot, Murcie castillane.

59 La délimitation territoriale du royaume de Murcie entre les royaumes d’Aragon et de Castille a donné lieu elle aussi à une copieuse bibliographie. Outre les titres indiqués dans la note précédente, voir M. M. Costa, « Los reyes de Portugal en la frontera castellano-aragonesa », et les contributions relatives à la Sentence de Torrellas dans R. Narbona Vizcaíno (éd.), XVIII Congrés d’Història de la Corona d’Aragó, t. II, pp. 1987-2253.

60 A. Giménez Soler, La corona de Aragón y el reino de Granada, 1908.

61 Pour la période 1312-1327, l’ouvrage d’À. Masià de Ros, Relación castellano-aragonesa ne peut être considéré comme une synthèse, mais fournit des éléments très précieux. Il faut s’en remettre pour le mariage de l’infant Pedro de Castille avec María d’Aragon à J. Baucells i Reig, « L’expansió peninsular en la política de Jaume II ». Sur le rôle politique de María avant et surtout après la mort de son mari (1319), voir M. García Fernández, « La infanta doña María » ; Id., « Jaime II y la minoría de Alfonso XI » ; Id., « Las treguas entre Castilla y Granada en tiempos de Alfonso XI » ; Id., Portugal. Aragón. Castilla, pp. 195-276. Sur le projet de mariage entre Leonor de Castille et l’infant Jaime, voir H. T. Sturcken, « The unconsummated marriage of Jaime of Aragon and Leonor of Castile » ; L. V. Díaz Martín, « Castilla 1280-1360 ». Sur le rôle essentiel de l’infant Juan Manuel dans les relations entre la Castille et la Couronne d’Aragon, voir A. Giménez Soler, Don Juan Manuel ; A. López Serrano, Jaime II, Don Juan Manuel y el señorío de Villena. L’ouvrage de F. de Moxó y Montoliu, Estudios sobre las relaciones entre Aragón y Castilla ne traite pas du règne de Jacques II. Sur les relations avec le Portugal, voir les indications de M. E. Cadeddu, « Giacomo II d’Aragona, Dinis I del Portogallo ».

62 Sur ce conflit militaire puis diplomatique, voir avant tout J. Reglá Campistol, La lucha por el Valle de Arán, qui démontre le caractère infondé des thèses de P. Lauer, « Une enquête au sujet de la frontière française dans le Val d’Aran sous Philippe le Bel », nuance J. Calmette, La question des Pyrénées et la marche d’Espagne au Moyen Âge, et approfondit les hypothèses de C. A. Willemsen, « Der Kampf um das Vall d’Aran ». De manière plus générale sur les relations entre la France et la couronne d’Aragon, outre Ch. Baudon de Mony, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne, voir A. Lecoy de la Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque ; A. Riera Melis, La Corona de Aragón y el Reino de Mallorca. Quelques éléments sur les relations avec la France se trouvent dans B. Leroy, Le royaume de Navarre, ainsi que dans les ouvrages anciens mais non remplacés de G. Daumet, Mémoire sur les relations de la France et de la Castille de 1255 à 1320 ; Id., Étude de l’alliance de la France et de la Castille au XIVe et au XVe siècles.

63 Sur les projets matrimoniaux, voir de manière générale J. E. Martínez Ferrando, Jaime II de Aragón et, avec précautions, R. Olivar Bertrand, Bodas reales entre Francia y la Corona de Aragón ; Id., Bodas reales de Aragón con Castilla, Navarra y Portugal.

64 H. Finke, Acta Aragonensia ; N. Jaspert, « La storiografia tedesca e gli studi sulla corona d’Aragona » ; Id., « El medievalisme alemany i Catalunya ». La plupart des travaux allemands des années 1920, 1930 et 1940 sont dus à des élèves d’Heinrich Finke, notamment à Johannes Vincke, son principal disciple.

65 Sur le pouvoir royal dans la couronne d’Aragon, voir de manière générale M. Á. Ladero Quesada, « El ejercicio del poder real en la Corona de Aragón » ; P. Corrao, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d’Aragona » ; S. Péquignot, « Pouvoir royal et sociétés dans la couronne d’Aragon » ; J. M. Monsalvo Antón, La Baja Edad Media en los siglos XIV-XV, pp. 75-109 ; E. Belenguer et al. (éd.), La Corona de Aragón.

66 Sur le rôle crucial du roi dans l’unité de la Couronne, P. Corrao, « Celebrazione dinastica e costruzione del consenso nella Corona d’Aragona » et, avec précautions, J. Á. Sesma Muñoz, « La compenetración institucional y política en la Corona de Aragón » ; Id., La Corona de Aragón. Sur les discours du roi aux Corts, voir S. F. Cawsey, Kingship and Propaganda ; sur les enjeux du recours à sa parole, voir S. Péquignot, « Introduction ».

67 Sur le pactisme, voir, en première orientation, L. González Antón, Las Uniones aragonesas ; Les Corts a Catalunya ; J. Sobrequés, El pactisme a Catalunya ; M. Sánchez Martínez et P. Ortí, Corts, Parlaments i fiscalitat a Catalunya.

68 Sur la justice royale, l’opposition est nette entre L. González Antón, « Las cortes aragonesas en el reinado de Jaime II » ; Id., « Jaime II y la afirmación del poder monárquico en Aragón », qui présente la version « classique » de Jacques II l’ordonnateur, et, d’autre part, F. Sabaté, « El poder reial entre el poder municipal i el poder baronial a la Catalunya » ; « Discurs i estratègies del poder reial » ; « El veguer a Catalunya ». Sur la fiscalité, voir la synthèse de M. Sánchez Martínez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya.

69 D. Queller, Early venetian Legislation on Ambassadors ; R. Fubini, Quattrocento fiorentino.

70 Pour l’analyse diplomatique des différents types de documents, voir pp. 23-55.

71 Ramon Muntaner, Crònica ; Bartolomeo di Neocastro, Historia Sicula ; Nicolao Speciale, Historia Sicula.

72 Pour plus de détails, voir la liste des sources inédites, pp. 519-531.

73 F. Udina Martorell, Guía histórica y descriptiva del Archivo de la Corona de Aragón.

74 ACA, C, reg. 252, 334-339.

75 Ce point est développé aux pp. 57-96.

76 Voir fiche présentée en CD-ROM. Pour les détails de la méthode, voir pp. 185-191, 193-197.

77 Annexe I (CD-ROM).

78 J. Revel (textes présentés et rassemblés par –), Jeux d’échelles.

79 Voir liste des sources inédites pp. 529-531.

80 Voir par exemple R. Salicrú i Lluch, « La diplomacia y las embajadas » ; pour le XVIIIe siècle, C. Windler, « Tribut und Gabe ».

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search