Version classiqueVersion mobile

Hibera in terra miles

 | 
François Cadiou

Deuxième partie. Armées et territoires

Chapitre VI. Atteindre et contraindre l’adversaire

La maîtrise nécessaire de l’espace des opérations

Texte intégral

1S’il est difficile de mettre en évidence l’existence d’un système stable et structuré de contrôle des territoires provinciaux par l’armée romaine au cours de la conquête, cela ne signifie pas pour autant que les généraux n’éprouvaient pas le besoin d’organiser les espaces à l’intérieur desquels leurs forces étaient amenées à évoluer. Renoncer à interpréter la documentation disponible en termes de réseau, pensé à l’échelle de chaque province, voire de la Péninsule tout entière, c’est évidemment rejoindre l’idée selon laquelle la progression romaine en Hispania n’avait pas répondu à un schéma directeur d’ensemble, élaboré dès l’origine dans ses grandes lignes ou bien progressivement mis en place, au fur et à mesure de l’avancée des légions. Surtout, c’est reconnaître que l’action de l’armée s’inscrivait, au fond, dans un horizon plus réduit, celui de la campagne annuelle, dont il faut tenir compte pour comprendre le rapport entretenu par elle avec les territoires péninsulaires. L’espace dont se préoccupaient alors les généraux romains ne coïncidait pas strictement avec ce que l’on commençait peu à peu à considérer, sur le plan politique et administratif, comme les prouinciae ibériques. Il correspondait avant tout à celui, de dimensions et de nature par définition variables, où devaient se dérouler, chaque début de printemps, les opérations de la campagne suivante. Dans ce cadre circonscrit, la réussite de l’offensive dépendait effectivement des mesures prises par les généraux pour maintenir en permanence intact, dans le cadre de la campagne en cours, ce qui constituait le double atout des légions au combat : leur mobilité et leur autonomie. Cette exigence supposait une connaissance rigoureuse du terrain qui influençait la manière dont Rome percevait la géographie péninsulaire.

I. — LES DÉPLACEMENTS DES ARMÉES

2Le développement limité d’une infrastructure viaire à des fins militaires. — Armées et routes.

3Les formules elliptiques dont usent généralement les sources pour évoquer les trajets effectués par les armées romaines à travers les régions déclarées soumises ou bien à l’intérieur des zones jugées hostiles masquent un écheveau de pratiques concrètes et quotidiennes destinées à rendre possibles ces multiples déplacements. Il n’est pas toujours évident de déterminer si la facilité apparente avec laquelle, selon les auteurs anciens, les généraux font parcourir de grandes distances à leurs troupes relève d’une pure convention littéraire ou bien reflète, au contraire, la mise en place d’une infrastructure destinée à accroître la rapidité d’intervention des légions à l’intérieur des immensités péninsulaires. Ainsi, les aménagements routiers, associés si souvent à l’empreinte de Rome sur son Empire, n’apparaissent pas comme une priorité nette dans l’Hispania de la conquête. Sans négliger totalement le support offert par l’existence de quelques grands axes privilégiés dès les débuts de la présence romaine, on constate que les marches des armées s’effectuaient avant tout en fonction des conditions de leur préparation.

LE DÉVELOPPEMENT LIMITÉ D’UNE INFRASTRUCTURE VIAIRE À DES FINS MILITAIRES

4Tout au long de sa progression dans la péninsule Ibérique, Rome dut composer avec les contraintes d’un milieu naturel qui multipliait les obstacles aux mouvements de ses légions, ne serait-ce qu’en raison de son étendue. Les accidents du relief contribuaient à orienter la circulation des armées, laissant de notables portions de territoires exclues des préoccupations immédiates des conquérants. L’importance acquise, dès les premières décennies de la présence romaine, et conservée ensuite par les vastes dépressions des vallées de l’Èbre ou du Guadalquivir attestent l’orientation durable que la topographie péninsulaire imprimait au déroulement des opérations militaires. Rappeler que Rome n’aurait pu mener à bien ses guerres successives en Hispania en l’absence d’un système de voies de communication est donc une évidence. Il reste néanmoins à évaluer plus précisément la signification qu’il convient d’attribuer, en matière militaire, à l’existence d’un tel système.

  • 1 Un précieux bilan des informations fournies à ce sujet par les sources écrites (textes littéraires (...)
  • 2 L’ancienneté de cette voie, citée par Timée, De mirab. Ausc., 85 et Polybe, III, 39, 2, paraît hor (...)
  • 3 Tite-Live, XXIV, 42, 10 ; XXVIII, 39, 5.
  • 4 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 548.
  • 5 Id., « Le Camino de Aníbal », pp. 31-93 ; Id., Les voies de communication de l’Hispanie méridional (...)
  • 6 Ilerda et Osca ont semble-t-il joué très rapidement la fonction de carrefours routiers incontourna (...)
  • 7 J. M. Roldán Hervás, Iter ab Emerita Asturicam, pp. 170-171 ; P. Sillières, Les voies de communica (...)

5Le réseau viaire républicain de la Péninsule est mal connu, faute de documentation aussi abondante que pour les périodes postérieures, mais il n’est pas douteux que, dès l’origine, un certain nombre d’axes importants ont structuré la conquête. Par comparaison avec la situation du Haut-Empire mieux couverte par la documentation, les multiples déplacements des armées mentionnés par les récits des auteurs anciens ont permis de mettre ainsi en évidence quelques itinéraires principaux (carte 6)1. Le plus important était la route littorale, connue sous le nom de uia Heraclea2. Reliant les Pyrénées à Carthagène et à Gades, elle avait fourni d’emblée aux légions de la seconde guerre punique une pénétrante nord-sud vers l’aire carthaginoise méridionale. La reprise de Sagonte, en 212, et sa refondation n’avaient ainsi rien d’un geste purement symbolique envers une cité alliée sacrifiée3. Elles témoignaient aussi du souci des généraux romains de prolonger vers le sud leur maîtrise de cet axe essentiel. Les distances mentionnées par Polybe suggèrent que, par la suite, Scipion emprunta en 209 ce trajet côtier pour atteindre Carthagène4. Jusqu’à une date très avancée, peut-être 206, le choix de retours périodiques de l’armée romaine, chaque hiver, en deçà de l’Èbre suffit pour admettre une certaine facilité de circulation dès cette époque, notamment entre Tarragone et Carthagène. Au sud de Saitabis, la route littorale semble avoir été dédoublée par un axe longeant la vallée du Guadalquivir, correspondant à celui connu pour le Ier siècle par les gobelets de Vicarello : dès la fin de la seconde guerre punique, la voie du Saltus Castulonensis, superposée à l’ancien Camino de Aníbal, se prolongeait jusqu’à Gades et devait être particulièrement fréquentée à la fin de la République5. L’importance prise par cette voie contribua à marginaliser définitivement la partie méridionale de la uia Heraclea. En revanche, la portion comprise entre le Levante et les Pyrénées conserva sa prééminence tout au long de notre période, comme le montrent les violents combats autour de Valentia au cours des guerres sertoriennes ainsi que la réutilisation de son tracé par la uia Augusta. Dans la vallée de l’Èbre, des voies de pénétration vers l’intérieur reliaient Tarragone à Ilerda et Osca jusqu’à Oiasso ou jusqu’à Graccurris et Calagurris6. Grâce à elles, les légions pouvaient atteindre la Meseta par le nord, tandis que, par le sud, elles empruntaient, avant de bifurquer vers Toletum, la future voie Corduba-Metellinum, prolongée ensuite au-delà du Guadiana par le Camino de la Plata7.

CARTE 6. — Les principaux axes routiers de l’Hispania républicaine (d’après P. SILLIÈRES, « Voies romaines et contrôle de l’Hispanie à l’époque républicaine », et J. LOSTAL PROS, Los miliarios de la provincia Tarraconense)

  • 8 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 580-592. Commencée sous Au (...)
  • 9 Ibid., pp. 566 et 573-579. Selon lui, il n’y avait, au mieux, sous la République, qu’un simple emp (...)
  • 10 Ibid., p. 783 ; J. M. Caamaño Gesto, « Posible reutilización de caminos prerromanos en época roman (...)
  • 11 Pour l’Ultérieure, voir P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 52 (...)
  • 12 J. M. Roldán Hervás, Iterab Emerita Asturicam, pp. 169-170. Les premiers restes matériels de la vo (...)
  • 13 R. Chevallier, Les voies romaines, pp. 25-29.
  • 14 Appien, Ib., 87. L’argument de Scipion pour éviter le raccourci, trop proche de la cité ennemie, e (...)
  • 15 Tite-Live, frgt. XCI, 17 ; sur les hypothèses d’identification de l’itinéraire, voir J. M. Pascual (...)

6Même sous le Haut-Empire, ce réseau ne fut jamais complètement aménagé en chaussée épaisse, trop coûteuse et pas toujours nécessaire. Seule la uia Augusta, symbole du pouvoir impérial, fut, pour cette raison, construite peu à peu sur l’ensemble de son tracé, à partir de 8 av. J. -C.8. Sous la République, le souci systématique de transformer de la sorte l’espace de circulation ne se manifeste pas clairement. Pour l’Hispanie méridionale, qui a fait l’objet d’une étude approfondie de la part de P. Sillières, on ne connaît ainsi aucune trace de tels aménagements, en dépit des nombreuses liaisons entre les principales villes d’Ultérieure, attestées par le Bellum Hispaniense, sur lesquelles le trajet en voiture était, semble-t-il, monnaie courante9. Dès l’époque de la seconde guerre punique, les légions se sont ainsi contentées d’emprunter des itinéraires qui ne faisaient que reprendre des chemins indigènes préexistants10. La qualité et la diversité de ces derniers ne doivent pas cependant être sous-estimées11. Dans la partie occidentale de la Péninsule, l’axe nord-sud sur lequel vint se greffer le Camino de la Plata à partir de la seconde moitié du IIe siècle servait probablement de voie de pénétration vers l’intérieur depuis le VIIe siècle au moins et fut peut-être suivi par Hannibal au printemps 220 pour sa campagne dans la Meseta12. D’une manière générale, les voies romaines se superposaient fréquemment aux tracés antérieurs de routes qui facilitaient auparavant les communications à l’intérieur des régions où s’aventuraient les légions13. Ainsi, la uia Heraclea, à l’arrivée des Romains, n’était sans doute qu’une piste, mais convenait parfaitement à une armée de fantassins et de cavaliers dont le train de bagages pouvait se composer surtout d’animaux de bâts plus que de chariots. La circulation des armées romaines hors de ces grands axes, suggérée par l’abondance de toponymes impossibles ou difficiles à localiser dans les récits de la conquête, montre que les réseaux de moindre envergure n’étaient pas non plus incompatibles avec les déplacements de troupes importantes. En 134, désireux d’éviter de longer Numance en revenant d’une opération de fourrage avec ses soldats encombrés de bagages, Scipion Émilien préféra effectuer un détour par un chemin plus long indiqué par ses guides14. Cet itinéraire correspondait à une voie indigène peut-être identifiable à la future route Caesaraugusta-Virouesca empruntée également en 77 par Sertorius15.

  • 16 C’est du reste ce que nous montrent les Itinéraires tardifs, dans lesquels la route n’est pas défi (...)

7L’absence de chaussée ne signifie pas que, dans la péninsule Ibérique, Rome s’était entièrement abstenue d’intervenir dans l’organisation des multiples chemins indigènes. Rappelons que la voie romaine se définit moins, y compris à l’époque impériale, par la continuité de ses aménagements que par un certain nombre de repères, comme les bornes et les relais qui la jalonnent16. Or, si l’on en croit Polybe, l’entreprise de bornage avait commencé dès le milieu du IIe siècle, entre Gades et le Rhône :

  • 17 Polybe, III, 39, 8 : ταῦτα γὰϱ νῦν βεβημάτισται ϰαὶ σεσημείωται ϰατὰ σταδίους ὀϰτὼ διὰ Ῥωμαίων ἐπι (...)

… Ce parcours a été depuis soigneusement mesuré par les Romains qui y ont placé des bornes tous les huit stades (trad. D. Roussel)17.

  • 18 P. Pédech, La méthode historique de Polybe, p. 591 ; pour sa part, F. W. Walbank, A Historical Com (...)
  • 19 Strabon, IV, 6, 3. Sur cette question, voir Ch. Ebel, Transalpine Gaul, pp. 57-58.
  • 20 Tite-Live, XXXVII, 57, 1 (L. Baebius Dives en 189) et XLII, 4, 1 (N. Fabius Buteo en 173).
  • 21 Ch. Ebel, Transalpine Gaul, pp. 62-63 et 82-83 ; M. Mayer, « Sur Polybe, III, 39, 8 », pp. 189-191 (...)
  • 22 Découverte en trois fragments, cette pièce est actuellement déposée au musée de Tortosa. Paléograp (...)
  • 23 R. Chevallier, Les voies romaines, p. 61 et n. 6. Il s’agissait d’un équivalent de nos bornes hect (...)
  • 24 Ils correspondaient sans doute à deux voies secondaires, la première reliant Ausa au littoral et l (...)
  • 25 État de la question dans M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », pp. 163-16 (...)
  • 26 Bell. Hisp., XXXII, 7. L’intérêt de ce passage a été mis en évidence par P. Sillières, Les voies d (...)
  • 27 C’est par exemple le cas de la uia Sergia. Découvert en 1983, le milliaire de Santa Eulàlia de Riu (...)
  • 28 R. Chevallier, Les voies romaines, p. 63 ; R. Corzo Sánchez et M. Toscano San Gil, Las vías romana (...)

8Ce texte a été parfois considéré comme une interpolation, car la mort de Polybe est vraisemblablement antérieure à la création de la uia Domitia, datée de 118-117 par le milliaire de Treilles18. Il est toutefois possible que l’historien grec fasse référence à une première phase de bornage et non à l’ouverture de la uia Domitia elle-même. En effet, les travaux de Cn. Domitius Ahenobarbus ne marquaient assurément pas la création d’une route entièrement nouvelle entre Emporion et Marseille, puisque l’importance ancienne de la liaison terrestre entre l’Italie et la péninsule Ibérique explique les efforts consentis pour assurer progressivement un contrôle de la Transalpine dès avant le milieu du IIe siècle19. Tout comme Hannibal en 218, les généraux romains pouvaient à cette époque emprunter la route littorale, bien connue, mais ils ne le faisaient pas sans risque : en 189 et en 173, deux préteurs en route pour la Citérieure avaient en effet trouvé la mort au cours de leur voyage, l’un dans un combat en Ligurie, l’autre dans des circonstances inconnues20. Le témoignage de Polybe pourrait donc refléter en réalité une première phase d’aménagement de cet axe, antérieure à 125. Les travaux de Domitius se seraient ainsi contentés d’en restaurer et d’en améliorer le tronçon nord-pyrénéen21. Au sud des Pyrénées, un milliaire trouvé en 1965 à San Jordi de Calafat (Ametlla de Mar), près de Tarragone, et portant l’inscription CLXXII, témoignerait peut-être de ce premier bornage22. Sa forme trapézoïdale comme l’absence de toute précision autre que l’indication chiffrée le rapprochent des lapides tabellarii connues pour d’autres périodes23. Des voies vers l’intérieur des terres avaient vraisemblablement connu à la même époque un aménagement semblable, comme le suggèrent les cinq milliaires de M’Sergius et Q. Fabius Labeo, trouvés en Catalogne24. Leur datation est incertaine, mais oscille entre le milieu du IIe siècle et les années 110, bien qu’une chronologie basse (118-114), contemporaine des réaménagements de la uia Domitia, soit souvent privilégiée25. Malgré la faible quantité de ces trouvailles, il n’est pas interdit de penser que la plupart des itinéraires jugés suffisamment importants ou utiles par les Romains avaient été jalonnés de la sorte. Bien qu’aucun milliaire républicain n’ait été retrouvé pour l’Hispanie méridionale, on sait qu’un bornage préaugustéen avait été effectué : en effet, après sa défaite à la bataille de Munda, Cn. Pompée se mit à fuir vers Carteia et attendit au niveau du huitième milliaire (ad octauum miliarium) qu’on lui envoie une litière depuis la ville26. Il faut tenir compte du fait que l’évolution du réseau viaire sous l’Empire et l’amélioration des équipements contribuèrent certainement à faire disparaître progressivement les anciennes bornes républicaines : ce n’est pas un hasard si le petit nombre de celles parvenues jusqu’à nous concerne des embranchements secondaires, délaissés ou moins remaniés par la suite que les artères prestigieuses comme la uia Augusta27. En outre, beaucoup des bornes ne devaient pas présenter à l’origine l’aspect monumental des stèles de Domitius : on sait qu’en dehors des voies privilégiées par le pouvoir politique, les milliaires étaient fréquemment de simples poteaux indicateurs en bois peint28.

  • 29 Ce phénomène a été observé pour la Haute Andalousie par P. Sillières, Les voies de communication d (...)
  • 30 P. Sillières, « Voies romaines et contrôle de l’Hispanie à l’époque républicaine », notamment pp. (...)
  • 31 L’urgence de procéder à ce type d’aménagements y avait même peut-être été encore moindre si, comme (...)
  • 32 M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », p. 164, ont bien insisté sur cette (...)
  • 33 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 167. L’auteur ne croit pas toutefois possible de parler pour autan (...)

9Le contexte dans lequel s’effectuait ce bornage suggère néanmoins que la dimension militaire ne représentait pas la première préoccupation d’une telle entreprise. Celle-ci traduisait assurément la volonté des autorités romaines d’organiser l’espace de circulation à l’intérieur des provinces. Ce faisant, les conquérants imposaient leurs choix en privilégiant certains itinéraires qui introduisaient une première hiérarchisation parmi les voies préexistantes29. Que cette sélection ait retenu en priorité les routes susceptibles de faciliter les déplacements des légions n’est guère douteux30. Il faut néanmoins nuancer cette idée. Dans l’état actuel de la documentation, il n’est guère possible, on l’a vu, de faire remonter le bornage de la uia Heraclea au-delà du milieu du IIe siècle. Par conséquent, il est probable, a fortiori, que les autres voies, moins importantes, n’avaient pas davantage été concernées auparavant. Cela signifie que l’essor du réseau routier romain, dans le Nord-Est et sur la côte orientale, débuta vraisemblablement à une époque où les guerres s’étaient déjà déplacées dans la Meseta, loin dans l’intérieur. On peut supposer qu’il en alla de même dans la vallée du Guadalquivir et sur le littoral méridional31. Tout se passe comme si les initiatives de Rome en la matière coïncidaient avec l’intégration croissante de ces régions dans l’Empire, à l’occasion de la décrue des opérations militaires, amorcée dès 179, mais généralisée seulement après 133 sur ces territoires orientaux32. En ce sens, l’implication des gouverneurs de Citérieure dans les opérations de bornage reflétait la diversification croissante de leurs tâches administratives, constatée dans d’autres domaines, à une époque où ils étaient moins exclusivement accaparés par les campagnes militaires33.

ARMÉES ET ROUTES

  • 34 Contra R. Corzo Sánchez, « Munda y las vías de comunicación en el Bellum Hispaniense », p. 241.
  • 35 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 777 : « les armées en mouve (...)
  • 36 Strabon, III, 4, 9 ; voir aussi Appien, BC, II, 103 ; en revanche, Suétone, Diu. Iul., LVI, 5 donn (...)
  • 37 Sur le parcours suivi par César, voir P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie mérid (...)
  • 38 Orose, VI, 16, 6. J. Carcopino, César, p. 460, n. 2, comparant ce témoignage à celui de Strabon et (...)
  • 39 Dans la mesure où il ne tient pas compte de l’information donnée par Orose, F. Kirbihler, « La vit (...)
  • 40 L’explication proposée par A. Schulten, FHA, V, p. 125, n’est guère satisfaisante : selon lui, Cés (...)
  • 41 C’est ce du moins ce qu’affirme Dion Cassius, XLIII, 32, 1-2 : Κἀν τούτῳ ϰαὶ ὁ Καῖσαϱ μετ᾽ ὀλίγων (...)
  • 42 Bell. Hisp., II, 1 : cum celeri festinatione. L’expression a une valeur générale et n’est pas spéc (...)
  • 43 Cette hypothèse a l’avantage de réconcilier en partie le témoignage d’Appien avec ceux de Strabon (...)
  • 44 Les légionnaires césariens n’ont en effet pas marché à un rythme hors du commun pendant tout un mo (...)
  • 45 Végèce, I, 27 : Decem milia passuum armati instructique omnibus telis pedites militari gradu ire a (...)
  • 46 Il faut en effet tenir compte du temps réel consacré à la marche au cours de la journée. Végèce ef (...)

10Peut-être plus développés qu’on ne le croit souvent, les aménagements routiers demeuraient cependant très modestes et ce constat contredit l’idée que les armées romaines requéraient de bonnes routes pour circuler, ce qui aurait poussé les généraux à entreprendre progressivement les travaux nécessaires34. Une telle conception est de plus en plus remise en cause, à juste titre35. En effet, la mobilité des armées ne semble pas avoir connu une amélioration particulière entre les années de la seconde guerre punique et les guerres civiles du milieu du Ier siècle. Certes, au début de l’hiver 46, César effectua vraisemblablement un record de vitesse, en gagnant Obulco depuis Rome en seulement vingt-sept jours36. Toutefois cet exploit n’est guère probant, car tout suggère que César voyagea sans doute sans ses troupes sur une grande partie du parcours. En effet, il suivit la voie littorale jusqu’à Sagonte puis Saitabis, avant d’emprunter le Saltus Castulonensis jusqu’à Obulco que Strabon situe à trois cents stades de Cordoue37. L’ensemble du trajet représente un peu plus de deux mille kilomètres, soit une moyenne très élevée de quatre-vingts kilomètres par jour environ. Il est probable néanmoins que la vitesse de César ne fut pas constante : d’après Orose en effet, il mit ainsi dix-sept jours à gagner Sagonte, ce qui signifie que le reste du trajet, pourtant plus court des deux tiers, demanda une dizaine de jours38. Dans ces conditions, César aurait voyagé à raison de quatre-vingt-dix kilomètres par jour en moyenne jusqu’à Sagonte et de cinquante-cinq kilomètres par jour de Sagonte à Obulco39. Les raisons d’un tel ralentissement n’apparaissent pas clairement à la plupart des commentateurs qui tendent pour cette raison à rejeter le témoignage d’Orose40. Elles le deviennent cependant davantage, selon nous, si l’on admet que César, laissant le gros de ses troupes derrière lui en partant avec une petite escorte, avait retrouvé une partie de l’armée à proximité de Sagonte. Ce choix devait lui permettre d’accélérer son arrivée et de bénéficier de l’effet de surprise41. D’ailleurs, la celeritas du dictateur, vantée par l’auteur anonyme du Bellum Hispaniense, ne s’applique pas explicitement à son armée42. Ainsi, la vitesse de déplacement jusqu’à Obulco, plus réduite, signifierait seulement que César progressait désormais avec les troupes récupérées près de Sagonte43. Dans la mesure où il convenait de ne pas perdre l’avantage de la surprise, il n’est guère surprenant que le rythme de marche demeura alors fort soutenu. Il n’était toutefois nullement exceptionnel44. Les légionnaires étaient en effet entraînés à marcher une trentaine de kilomètres par jour45. En fonction des circonstances, la distance parcourue pouvait être plus importante, surtout si, comme ce fut peut-être le cas en 46, la nécessité de construire quotidiennement le camp ne se faisait pas sentir, ce qui laissait davantage de temps pour la marche46.

  • 47 Polybe, X, 9, 7 ; également Tite-Live, XXVI, 42, 6.
  • 48 En faveur de Sagonte : A. Schulten, FHA, III, p. 100, et H. H. Scullard, Scipio Africanus in the S (...)
  • 49 Polybe, X, 9, 1 et 6 : Καὶ ταύτην ἔχων τὴν ἐπιβολήν ϰαὶ τὴν ἡλιϰίαν, ἣν ἀϱτίως εἶπα, πάν τας ἀπεϰϱ (...)
  • 50 Polybe, X, 9, 6. H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 67, n. 1, bien qu’il (...)

11Très rapide, l’avancée des Césariens sur Obulco trouve néanmoins des équivalents dès l’origine de la conquête et ne saurait donc s’expliquer seulement par une meilleure organisation des voies de communication au milieu du Ier siècle. L’exemple le plus fameux est celui de Scipion en 209, lors de son attaque de Carthagène. Polybe affirme que, parti des rives de l’Èbre, il parcourut les deux mille six cents stades qui le séparaient de la capitale punique en six jours, soit à une allure d’environ soixante-dix-sept kilomètres par jour47. Ce chiffre a paru trop élevé à la plupart des spécialistes qui ont proposé en général de réduire le trajet en faisant partir l’expédition de Sagonte ou encore plus au sud, du Sucro (Júcar actuel)48. À notre avis, il faut tenir compte de la priorité que représentait pour Scipion, comme pour César en 46, l’effet de surprise, sur lequel Polybe insiste d’ailleurs tout particulièrement49. La clé de la réussite de l’opération résidait en effet dans la capacité du général romain à s’emparer de la ville avant que l’une des armées carthaginoises ne puisse réagir. La plus grande rapidité s’imposait donc depuis le point de départ : c’est donc dès l’Èbre qu’il fallait maintenir la vive allure (μετὰ σπουδῆς) dont parle Polybe50. Comme cette rapidité faisait partie intégrante du plan de Scipion et conditionnait même son succès, il est certain que le général devait avoir soigneusement prévu les éléments qui lui permettraient d’avancer au rythme le plus soutenu. La solution avait sans doute consisté à décharger la troupe de tous ses bagages, vraisemblablement transportés par la flotte de Laelius. On sait par Tite-Live que ce dernier avait dû, en longeant la côte, régler sa propre allure sur celle de l’armée de terre :

  • 51 Tite-Live, XXVI, 42, 5 : Is, classe circummissus, ita moderari cursum nauium iussus erat, ut eodem (...)

Ce dernier, envoyé avec une flotte pour longer les contours de la côte, avait pour instruction de régler l’avance de ses navires de façon que l’apparition du côté de la terre de l’armée de Scipion et l’entrée de la flotte dans le port fussent simultanées (trad. P. Jal, CUF)51.

  • 52 Une telle mesure est envisageable puisqu’on sait par Polybe, III, 95, 3, qu’elle avait déjà été em (...)
  • 53 Il est difficile cependant d’imaginer que les soldats ne portaient aucun bagage. On doit distingue (...)
  • 54 Polybe, X, 12, 1, précise bien que Scipion n’engagea pas l’assaut avant le huitième jour, vers la (...)
  • 55 Tite-Live, XXVII, 7, 1.

12Il s’agissait évidemment d’éviter de révéler prématurément l’arrivée des forces romaines aux défenseurs de Carthagène. Mais, ce faisant, il est probable que le but de Scipion était également de conserver un contact étroit avec sa flotte afin d’assurer le ravitaillement de l’infanterie et peut-être même la préparation de son étape du soir52. Débarrassée de cette charge, l’armée pouvait ainsi accroître considérablement la distance parcourue quotidiennement, d’autant plus que la durée de cet effort important n’excédait pas une semaine53. Peu importait que les soldats arrivassent fatigués le septième jour, puisque les deux mille hommes de la garnison punique n’allaient pas se risquer à engager une bataille rangée contre les vingt-cinq mille fantassins des Romains : l’assaut n’eut d’ailleurs lieu que le lendemain, ce qui laissa aux hommes le temps de récupérer54. L’objectif était atteint, dans la mesure où aucune armée carthaginoise ne put se porter à temps au secours de la ville, enlevée en une seule journée (uno die)55.

  • 56 Le récit de la guerre des Gaules montre qu’il en allait de même sur d’autres théâtres d’opération (...)
  • 57 César, BC, I, 41, 2 ; ce n’est que dans un second temps, deux jours plus tard, une fois le nouveau (...)
  • 58 César, BC, I, 69, 4 (pour les Pompéiens) ; I, 80, 4 (pour les Césariens) ; sur le risque pris par (...)

13Ce raid de 209 demeure certes une exception et figure à ce titre dans nos sources. En revanche, il montre clairement que le rythme de déplacement des légions ne dépendait pas seulement de l’état du réseau routier. Il revenait au général de prendre les dispositions adéquates pour accroître la célérité de ses troupes si nécessaire. La véritable course-poursuite qui opposa Césariens et Pompéiens en 49 entre Ilerda et le cours de l’Èbre atteste que la pratique consistant à délester momentanément l’infanterie de ses bagages pour donner à l’armée une marge de manœuvre plus ample était courante56. Dès son arrivée sur les rives du Sicoris (Sègre actuel) où campait son légat Fabius, César laissa ainsi six cohortes dans son camp avec l’ensemble des bagages (atque omnia impedimenta), ce qui lui permit de se porter rapidement contre Ilerda avec le reste de ses troupes (omnibus copiis)57. Par la suite, les deux partis, rivalisant constamment de vitesse pour atteindre le défilé qui commandait l’accès à l’Èbre, accélérèrent toujours leur rythme de marche en laissant loin en arrière leurs trains de bagages, au risque parfois de s’en retrouver totalement privés58. À toute période, la rapidité des trajets variait donc d’abord en fonction des impératifs stratégiques. Par conséquent, les marches pénibles, supérieures à la vitesse moyenne, n’étaient pas rares. Les sources suggèrent ainsi une certaine élasticité des distances quotidiennes parcourues. Selon les circonstances, le général savait réclamer à ses soldats un rythme dont le iustum iter décrit par Végèce fournit seulement la limite inférieure. En 195, Caton aurait, selon Frontin, présenté à ses soldats cet élément comme le facteur décisif dans la victoire qu’ils venaient de remporter :

  • 59 Frontin, Strat., III, 1, 2 : M. Cato in Hispania animaduertit potiri se quodam oppido posse, si in (...)

Marcus Caton, en Espagne, s’aperçut qu’il pouvait s’emparer d’une ville s’il l’attaquait à l’improviste. Il fit ainsi en deux jours l’équivalent de quatre journées de marche dans des régions rudes et désertiques pour aller écraser l’ennemi, qui ne craignait rien de tel. Après la victoire, comme ses soldats lui demandaient la cause d’un succès si facile, il leur répondit que la victoire leur était acquise dès le moment où ils avaient franchi en deux jours l’équivalent de quatre journées de marche (trad. P. Laederich)59.

  • 60 Les études modernes ont spontanément tendance à suspecter la crédibilité des grandes étapes accomp (...)

14Cet exemple résume la difficulté à raisonner en termes abstraits, en évaluant la vraisemblance des temps de trajets à partir de données trop théoriques qui évacuent la diversité des situations et minimisent la flexibilité des performances pédestres60.

  • 61 L’effort fait en Italie à l’occasion de la bataille du Métaure en 207 peut donner une idée des con (...)
  • 62 Les textes relatifs à ces opérations sont souvent mal interprétés. On voit parfois une contradicti (...)
  • 63 Polybe, XI, 32, 1 ; Tite-Live, XXVIII, 33, 1.
  • 64 À comparer avec les soixante-dix étapes (septuagesimis castris) effectuées en 206, immédiatement a (...)
  • 65 Bell. Alex., LVII, 2 : Cognita re, noctu cum V cohortibus unetuicensimanorum egreditur, mane perue (...)

15Des marches d’approche, sur une durée réduite, pouvaient ainsi atteindre des niveaux que l’historiographie moderne considère, à tort, comme exagérés61. Comme dans le cas de l’armée de César en 46, elles permettaient d’accomplir entre quarante et cinquante kilomètres par jours. Lorsque l’armée de Scipion se porta contre Indibilis et Mandonius en 206 depuis Carthagène, elle ne réédita pas l’exploit de 209, mais progressa malgré tout à une vitesse bien supérieure à la moyenne. Il n’y a pas lieu de douter que les légions aient de nouveau parcouru la distance séparant Carthagène de l’Èbre62. Elles effectuèrent un trajet identique, en sens inverse, mais en dix étapes cette fois, c’est-à-dire à une allure plus modérée d’environ quarante-six kilomètres quotidiens63. Les conditions étaient en effet différentes et l’urgence n’était pas la même. Cependant, il convenait de ne pas laisser se développer un mouvement de révolte qui pouvait menacer l’équilibre de la région au nord de l’Èbre. Les dix étapes dont il est question demeuraient par conséquent une marche forcée64. En août 48, afin de mettre un terme à la mutinerie d’une partie de son armée, Cassius aurait fait parcourir à ses troupes demeurées fidèles une distance d’environ vingt-trois milles le long du Guadalquivir, soit près de trente-quatre kilomètres, en moins d’une nuit, c’est-à-dire en beaucoup moins, vraisemblablement, de dix de nos heures actuelles65. Nos sources sont trop imprécises pour permettre de multiplier ce type d’exemples, mais il est clair que, tout au long de la conquête, les armées ont été en mesure d’effectuer des déplacements plus ou moins rapides en fonction de leurs besoins.

16Ce type d’effort ne dépendait pas exclusivement de conditions topographiques particulièrement favorables. En 207, M. Silanus, envoyé par Scipion contre l’armée de Magon en Celtibérie (in Celtiberia quae media inter duo maria est), semble avoir poussé ses dix mille fantassins et ses cinq cents cavaliers au maximum de leurs possibilités, malgré les difficultés du terrain :

  • 66 Tite-Live, XXVIII, 1, 5-6 : Silanus, quantis maximis potuit itineribus — impediebant autem et aspe (...)

Grâce à des étapes les plus longues possibles (il se heurtait — c’est le cas dans la plus grande partie de l’Espagne — aux obstacles causés par des routes escarpées et l’étroitesse des défilés à travers des bois épais), Silanus devança non seulement les messagers, mais même le bruit de son arrivée, et avec, pour guides, des transfuges venus de la même région, de Celtibérie, parvint jusqu’à l’ennemi (trad. P. Jal, CUF)66.

17La situation est comparable en 49 : puisque les Pompéiens bloquaient les meilleures voies vers l’Èbre, César n’hésita pas à engager la course de vitesse sur un autre parcours, beaucoup plus accidenté :

  • 67 César, BC, I, 68, 1-3 : Nam quae itinera ad Hiberum atque Octogesam pertinebant castris hostium op (...)

C’est que les chemins conduisant à l’Èbre et à Octogesa étaient tenus et barrés par le camp ennemi. César devait franchir des ravins très profonds et très difficiles, des barres rocheuses entravaient en bien des points le passage, si bien qu’il fallait se passer les armes de mains en mains, et que c’était désarmés, et en se hissant les uns les autres que les hommes devaient faire une bonne partie du trajet. Mais personne ne reculait devant cette fatigue, chacun pensant que c’en serait fini de toutes les fatigues si l’on arrivait à interdire l’Èbre à l’ennemi et à lui couper les vivres (trad. P. Fabre, CUF)67.

  • 68 Au contraire, César précise bien qu’il avait fallu opposer à l’ennemi un obstacle équivalent pour (...)

18Dans cette description, il faut évidemment faire la part du discours qui cherche à mettre en relief le dévouement du miles césarien et son endurance. Toutefois, César ne va pas jusqu’à prétendre que, même ainsi, ses troupes avaient les moyens d’égaler le rythme de l’armée adverse68. Le texte confirme ainsi que l’armée romaine pouvait se contenter d’itinéraires de qualité très variable, capacité encore accrue lorsque les troupes étaient dépourvues de bagages. Il convient donc de ne pas imaginer que la construction progressive de véritables voies romaines avait constitué la condition indispensable à l’accroissement de l’efficacité des opérations militaires.

  • 69 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, pp. 119-120.
  • 70 R. Corzo Sánchez, « Munda y las vías de comunicación en el Bellum Hispaniense », p. 242, estime ai (...)
  • 71 R. Rebuffat, « Via militaris », pp. 52-67, et notamment pp. 53-56, où il montre que les uiae milit (...)
  • 72 J. M. Roldán Hervás, Iterab Emerita Asturicam, p. 175.
  • 73 Ibid., pp. 170-173.
  • 74 Ibid., pp. 170-171, estime que c’est seulement avec l’initiative de Caepio que l’on peut « hablarc (...)
  • 75 Ibid., p. 171 : « El testimonio de este paso y de esta carretera es un campamento romano que Caepi (...)
  • 76 Voir supra, pp. 289-290.
  • 77 Tite-Live, XXXIX, 2, 5 signale la construction de la voie Bologne-Arezzo à titre d’exercice milita (...)

19Pour toutes ces raisons, rien ne permet de penser que l’armée de la conquête, au fur et à mesure de sa progression, avait entrepris d’aménager des routes, comme on sait que ce fut le cas sous l’Empire dans d’autres contextes69. Il n’est pas suffisant de savoir que des itinéraires étaient régulièrement arpentés au cours des opérations militaires pour en déduire que les légions en modifiaient profondément l’apparence ou la structure, afin de les adapter à leurs besoins. La tendance à leur appliquer l’appellation de uiae militares, attestée notamment pour la uia Augusta à l’époque impériale, n’est pas justifiée70. L’expression est en effet trompeuse. Elle exprimait avant tout la fonction politique de la voie : le cursus publicus, qui la parcourait, fonctionnait en effet comme l’instrument de gouvernement d’un pouvoir d’essence militaire reposant sur l’imperium71. Elle ne préjuge donc pas d’une origine ou d’une utilisation exclusivement militaires de ces voies dans le cadre de la conquête des territoires hispaniques. L’exemple du Camino de la Plata illustre ce risque de confusion. On considère parfois qu’en raison de son rôle dans le contrôle de la région comprise entre le Tage et le Guadiana, cette route fut construite tronçon après tronçon, dans un but militaire72. Ainsi, avant son achèvement définitif sous Auguste à l’occasion des guerres asturo-cantabres, elle aurait fait l’objet d’un premier aménagement par Servilius Caepio en 139, mais seulement jusqu’au Tage, puis d’un prolongement vers le nord, depuis Metellinum jusqu’à la Sierra de Gredos, au moment des guerres sertoriennes et des campagnes de Metellus73. L’acheminement des troupes et leur ravitaillement sont ainsi supposés avoir donné naissance à une véritable voie d’origine militaire74. Il n’y en a pourtant aucune trace : les seuls arguments invoqués par l’auteur à titre de preuve sont les fondations militaires supposées le long de cet axe : Castra Seruilia, Metellinum, Castra Caecilia, uicus Caecilius75. Or, les problèmes posés par l’identification et la datation de ces sites ont été exposés précédemment76. Leur mention dans les sources ne saurait par conséquent constituer un élément suffisant pour affirmer, avec certitude, la mise en place par l’armée d’une infrastructure viaire, alors même que celle-ci n’était pas, nous l’avons vu, une condition indispensable à la circulation des légions. À l’époque qui nous concerne, l’armée n’était pas impliquée de manière ordinaire dans la réalisation de grands travaux routiers : pour toute la République, nous n’avons ainsi qu’une seule mention explicite de sa participation à la construction d’une voie, en Italie, mais dans des circonstances qui suffisent à en souligner la dimension exceptionnelle77.

  • 78 Du reste, pour P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 566, l’époqu (...)

20La mise en place d’itinéraires bien identifiés et vraisemblablement pourvus de relais renforça assurément la commodité des déplacements militaires. Toutefois, si l’armée bénéficiait incontestablement de cette maîtrise accrue des espaces, la logique qui présidait au développement de ces aménagements n’était pas d’abord celle de la guerre et de l’expansion. En somme, tout montre que la Rome républicaine n’élabora pas un réseau routier en péninsule Ibérique pour ses armées78. Les chemins indigènes, nombreux et variés, suffisaient à permettre leur circulation. En réalité, c’étaient les dispositions prises par les généraux qui constituaient le facteur essentiel permettant de moduler le rythme de progression des troupes, en fonction des objectifs stratégiques du moment. Le rôle de la route, en tant qu’infrastructure, n’était nullement négligeable. Cependant, il ne rend que très partiellement compte de ce que signifiait pour l’armée romaine la maîtrise de l’espace où se déployait son activité. D’autres facteurs, plus déterminants bien que plus éphémères, intervenaient pour donner aux légions le contrôle de leur progression et leur assurer la victoire.

II. — LA PROTECTION DES LIGNES DE COMMUNICATION AU COURS DE LA CAMPAGNE

21Surveillance et soutien. — Assurer l’autonomie des armées : l’acheminement du ravitaillement.

22Le souci de conserver intactes les liaisons terrestres et maritimes dont dépendait le déroulement des opérations militaires représente, en définitive, l’aspect fondamental de la guerre romaine dans son rapport aux territoires. L’étude de l’armée, lorsqu’elle reste centrée sur les institutions militaires ou sur le moment précis du combat, conduit parfois à minimiser l’importance que revêtaient les dispositifs tactiques et stratégiques destinés à doter les légions, sur le terrain, des moyens d’engager une campagne et de la poursuivre jusqu’à l’hiver suivant. Envoyer des troupes au-devant d’un adversaire ne suffisait pas. Encore fallait-il que, sur place, l’armée ne se trouvât pas dépourvue de la capacité à mener l’offensive. Il revenait ainsi aux généraux d’établir, au cours de la campagne, un certain nombre de postes et de bases opérationnelles qui avaient pour fonction de renforcer la sécurité de leurs troupes en territoire ennemi et de stocker le ravitaillement nécessaire à leur efficacité. C’est dans cette perspective que le recours à des garnisons se révélait essentiel.

SURVEILLANCE ET SOUTIEN

23La notion globale d’un contrôle permanent des espaces assuré par une infrastructure militaire prévue à cet effet n’apparaît pas, on l’a vu, pleinement satisfaisante. Garnisons et postes militaires avaient néanmoins une fonction décisive dans le processus d’expansion romaine en Hispania. En effet, l’armée en campagne ne pouvait parvenir à soumettre son adversaire sans s’assurer que ses liaisons ne seraient pas coupées. C’est dans ce contexte que la voie de communication, tout comme les agglomérations qui la bordaient, devenaient temporairement des éléments stratégiques, voire un enjeu d’affrontement. Il fallait que l’armée enfoncée en territoire hostile assurât ses arrières, de manière à faciliter sa retraite ou à recevoir les renforts nécessaires. À cette fin, les généraux romains utilisaient une partie de leurs troupes pour tenir certains points-clés du territoire sur lequel leur armée allait être amenée à opérer. La mise en place de garnisons, lorsqu’elle apparaît dans nos sources, répondait la plupart du temps à ce besoin. Il convient de ne pas oublier que, tout entière tournée vers l’affrontement en bataille rangée, la guerre romaine s’attachait pour cette raison à la préparer soigneusement en amont. La division des forces impliquée par le recours aux garnisons affaiblissait en apparence les effectifs disponibles pour le moment de la bataille, mais fournissait en réalité les moyens de mener à bien la confrontation avec l’adversaire dans les meilleures conditions.

  • 79 Tite-Live, XL, 30, 3.
  • 80 Tite-Live, XL, 30, 2 : et ipse quanta poterat a sociis auxilia contraxerat sed nequaquam numero mi (...)
  • 81 Tite-Live, XL, 32, 5 : Simul ab oppido Aebura qui in praesidio relicti erant, in medio ardore pugn (...)

24Aussi ces mesures étaient-elles parmi les premières prises en début de campagne. En 181, Fulvius Flaccus, sitôt entré en Celtibérie à la rencontre d’une armée très nombreuse, s’empressa d’installer un modicum praesidium dans la ville d’Aebura, à côté de laquelle il avait, en arrivant, établi son camp79. Pourtant, d’après Tite-Live, son infériorité numérique par rapport aux trente-cinq mille Celtibères était nette, malgré l’apport de nombreux auxiliaires80. Même minime, la soustraction d’une partie de son armée ne pouvait donc que répondre à un impératif stratégique incontournable. De manière intéressante, les troupes laissées dans la ville jouèrent, au plus fort de la bataille, le rôle décisif d’une réserve, participant ainsi grandement à la déroute de l’adversaire81. Ce type de dispositif n’avait donc rien de statique. Ainsi, aucun élément ne permet de penser que la garnison d’Aebura demeura en place au-delà de la victoire du préteur sur l’armée ennemie. Il nous semble qu’il faut comprendre de cette même façon les postes relevés en 211 par L. Marcius après le désastre des Scipions :

  • 82 Tite-Live, XXV, 37, 4 : Is et ex fuga collectis militibus et quibusdam de praesidiis deductis haud (...)

[Ce Marcius], en ralliant les fuyards et en retirant certains soldats de leurs garnisons, avait réuni une armée nullement négligeable, et avait fait sa jonction avec Tiberius Fonteius, le légat de Publius Scipion (trad. F. Nicolet-Croizat, CUF)82.

  • 83 Cette interprétation s’explique par le fait que le récit de Tite-Live passe sans transition à la c (...)
  • 84 Voyant les armées ennemies opérer leur jonction et pressentant pour cette raison le malheur arrivé (...)

25On estime souvent que le tribun reconstitua en partie les forces des généraux défunts à partir des garnisons surveillant la région au nord de l’Èbre83. Le récit de Tite-Live précise toutefois sans ambiguïté que ce fut seulement après avoir regroupé les soldats que L. Marcius rejoignit Ti. Fonteius, laissé par P. Scipion à la garde de son camp, à proximité du Guadalquivir (iunxeratque cum Ti. Fonteio, P. Scipionis legato). Il s’agissait donc forcément de praesidia placés par les Scipions dans la région. Engageant la double offensive contre les généraux carthaginois, les deux généraux avaient dû naturellement chercher par ce moyen, comme Fulvius quelques décennies plus tard, à éviter de se retrouver isolés en territoire ennemi, au cas où les voies d’accès vers le nord fussent menacées dans leur dos par les troupes adverses ou leurs alliés84.

  • 85 Appien, Ib., 87.
  • 86 Voir supra, p. 421.
  • 87 Tite-Live, XL, 47, 1.
  • 88 Tite-Live, XL, 47, 2 : Mundam urbem primo ui cepit, nocte ex improuiso aggressus. Acceptis deinde (...)
  • 89 César, BC, I, 63, 1 : Itaque duabus auxiliaribus cohortibus Ilerdae praesidio relictis omnibus cop (...)
  • 90 César, BC, I, 73, 2 : Erat unum iter, Ilerdam si reuerti vellent, alterum, si Tarraconem peterent.(...)

26Un général digne de ce nom ne pouvait déplacer ses légions sans protéger ses arrières de la sorte, au moins durant le temps de la campagne. Ce principe est illustré par les craintes nourries par Scipion Émilien en 134. Au moment de choisir un itinéraire pour gagner une zone de corvée de ravitaillement, il s’inquiéta des conditions du retour : contrairement aux soldats romains, les Numantins disposaient à proximité d’une base d’attaque et de repli (ϰαὶ ἐϰ πόλεως ὁϱμωμένων ϰαὶ ἐς πόλιν ἄϕοδον ἐχόντων), ce que le consul considérait manifestement comme un avantage décisif85. Faute de pouvoir compter lui-même sur quelque chose d’équivalent, il préféra se dérouter et renoncer au raccourci que beaucoup lui conseillaient d’emprunter86. La liberté de manœuvre d’une armée romaine ne correspond donc pas à une donnée abstraite : elle dépendait en grande partie de la capacité de ses chefs à se frayer, dans la mesure du possible, des couloirs de circulation sûrs entre leur point de départ et leur objectif stratégique. Que signifiait le fait de s’en assurer la maîtrise ? L’important n’était pas d’obtenir que l’ennemi ne puisse pas approcher ou même emprunter les axes servant à l’armée pour établir ses liaisons. Il suffisait que l’adversaire n’empêchât pas les Romains de les utiliser à leur profit. Pour cela, il convenait seulement de conserver la mainmise sur certains points névralgiques le temps nécessaire. C’est ce que fit Sempronius Gracchus en 179, lorsqu’il porta la guerre dans la partie orientale de la Celtibérie (in ultima Celtiberiae)87. Ayant capturé la ville de Munda, il y laissa aussitôt une garnison, ce qui lui permit de ravager impunément les territoires alentour en poussant vers Certima88. De même, en 49, après avoir décidé de transférer la guerre dans la Meseta où ils espéraient amener César en terrain défavorable, Afranius et Petreius n’en laissèrent pas moins une garnison d’auxiliaires à Ilerda89. Après avoir été mis dans l’incapacité par leur adversaire d’atteindre l’Èbre comme prévu, les chefs pompéiens conservaient ainsi, grâce à cette mesure, deux options : revenir vers Ilerda ou gagner Tarragone90. Il est donc probable que, dans le même but, une garnison pompéienne tenait également la capitale de la Citérieure.

  • 91 A. Jiménez de Furundarena, « Castellum en la Hispania romana », pp. 131-135.
  • 92 César, BC, I, 41, 2.
  • 93 César, BC, I, 42, 4.
  • 94 César, BC, I, 54, 4 : Hunc celeriter priusquam ab aduersariis sentiatur communit. Huc legionem pos (...)
  • 95 César, BC, I, 66, 4 : Hos montes intrare cupiebant ut equitatum effugerent Caesaris praesidiisque (...)
  • 96 César, BC, I, 72, 5 : Caesar praesidiis in montibus dispositis, omni ad Hiberum intercluso itinere (...)
  • 97 César, BC, I, 83, 4-5 : illi uadum fluminis Sicoris temptare si transire possent. Qua re animaduer (...)
  • 98 Bell. Hisp., VI, 3 : Cuius in aduentum praesidii causa Caesar<cum> complura castella occupasset, partim</cum> (...)
  • 99 Bell. Hisp., VIII, 6 : ab suis castris circiter milia passuum IV grumus est excellens natura, qui (...)
  • 100 Bell. Hisp., XIII, 1 ; XIV, 2.
  • 101 Bell. Hisp., XIV, 1 ; il procéda de même autour d’Ucubi (XX, 1 ; XXVII, 2) ; certains d’entre eux (...)

27En relation directe avec le déroulement des opérations, ces dispositifs de garnison ne possédaient vraisemblablement aucun caractère permanent. Leur fonction se limitait à favoriser l’obtention sur l’ennemi d’une victoire qui entraînerait sa soumission. À l’échelle de la campagne, ils jouaient donc un rôle tactique équivalent à celui des castella et des stationes qui, sur le champ de bataille, protégeaient l’armée des surprises, lui assuraient un soutien en cas de repli et, à l’inverse, entravaient les mouvements de l’adversaire. Ces postes apparaissent peu dans nos sources avant les récits détaillés du corpus césarien. Ils n’en formaient pas moins un élément fondamental de la stratégie romaine91. Les récits des affrontements entre Pompéiens et Césariens multiplient les allusions à la construction hâtive de ce genre de postes en vue d’un objectif à court terme et ne permettent pas de douter qu’il s’agissait d’un procédé habituel aux généraux romains bien avant cette période. À plusieurs reprises, César fortifia de légères hauteurs afin de protéger un passage ouvert à son armée. Dès son arrivée sur la rive du Sicoris, après avoir reconnu le terrain (cognita locorum natura), il plaça ainsi un important praesidium pour garder l’un des deux ponts construits par Fabius près d’Ilerda (ponti castrisque praesidio sex cohortis relinquit). Cette mesure était destinée à garantir le franchissement de la rivière par le reste de son armée le lendemain (postero die omnibus copiis triplici instructa acie ad Ilerdam proficiscitur)92. Une fois son camp établi sur l’autre rive en face de celui d’Afranius, César fit venir le troisième jour (tertio die) ces troupes laissées en arrière (reliquas cohortes quas in superioribus castris reliquerat impedimentaque ad se traduci iubet)93. Installé dans un but précis, le praesidium demeura donc en place, sous cette forme, seulement deux jours. La manœuvre se répéta peu après, à l’occasion de la construction d’un nouveau pont en amont, suite à la crue du Sicoris qui détruisit les deux précédents. Étant parvenu à faire traverser certaines de ses troupes sur des embarcations, César ordonna de fortifier rapidement une colline afin d’entreprendre sans risque les travaux à partir des deux rives94. Chaque camp employait ainsi des détachements temporairement nécessaires à la réalisation de ses projets immédiats dont la réussite ou l’échec déterminaient l’orientation de la campagne. Leur retraite entamée, Afranius et Petreius cherchèrent à atteindre les premiers le massif montagneux séparant Ilerda de l’Èbre, sachant qu’en installant une série de praesidia dans les passages naturels, ils protégeraient efficacement leur traversée du fleuve95. César s’efforça donc de s’emparer avant eux de ces défilés et parvint de la sorte à frustrer les espoirs de ses adversaires, les obligeant ainsi à rebrousser chemin96. De retour sur les rives du Sicoris, les deux armées procédèrent de même, plaçant au gré des circonstances des postes aux endroits susceptibles d’entraver la progression de l’autre97. Aucune de ces mesures ne donnait naissance à des établissements stables. Elles relevaient des mêmes précautions que celles prises au cours des opérations de siège en vue de se prémunir contre l’arrivée inopinée d’un renfort adverse. Craignant la menace représentée par l’armée de Pompée le jeune, César ne manqua pas ainsi de doter ses lignes d’une telle protection devant Ategua à la fin de l’année 46, soit en utilisant les agglomérations fortifiées indigènes soit en érigeant de petites fortifications98. Certains de ces postes avancés pouvaient même être situées à quelque distance, comme ce fut le cas notamment du castellum installé au lieu-dit Castra Postumiana, à mi-chemin entre Ategua et Ucubi, le plus près possible du camp de Pompée99. Ce dernier chercha à s’emparer de ces positions100 et à en fortifier d’autres pour son propre compte101. Il est frappant de constater à ces occasions que l’emploi similaire de praesidium et de castellum souligne combien la garnison, lorsqu’elle apparaît dans notre documentation, relève de pratiques stratégiques et tactiques qui ont peu à voir avec un contrôle à long terme des territoires.

ASSURER L’AUTONOMIE DES ARMÉES : L’ACHEMINEMENT DU RAVITAILLEMENT

  • 102 En dernier lieu, voir A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 40 ; P. Erdkamp, Hungerand the (...)
  • 103 A. K. Goldsworthy, The Logistics of the Roman Army at War, p. 292 ; P. Erdkamp, Hungerand the Swor (...)
  • 104 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 166.
  • 105 P. Erdkamp, Hungerand the Sword, pp. 130 et 133.
  • 106 Ibid., p. 20.
  • 107 J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, p. 327.

28Placée dans une agglomération, la garnison garantissait en outre l’établissement de lignes de ravitaillement assez sophistiquées indispensables à la conduite de la campagne. Les contraintes de la logistique pesaient en effet très lourd sur l’organisation et le déroulement des opérations militaires102. Elles ont été souvent négligées dans l’historiographie, car les historiens modernes ont eu tendance à penser le ravitaillement de l’armée romaine essentiellement en termes de prédation sur le lieu même des opérations. Vivre sur le pays semble effectivement être a priori la solution conférant l’autonomie la plus grande. En réalité, il n’en est rien. Les travaux sur la question ont montré qu’une armée nombreuse se heurtait très vite dans ces conditions à des limites décisives103. Elle devenait en effet dépendante de provisions dont le volume disponible ne pouvait être déterminé à l’avance avec certitude104. La quantité de nourriture variait en fonction de la qualité des récoltes, de la période de l’année, de la consommation des populations locales105. Il convient surtout de ne pas oublier qu’à l’intérieur de la zone d’opération, les légions entraient en concurrence sur ce plan avec l’armée adverse qui contribuait tout autant à épuiser les ressources de la région106. Cet aspect de la guerre était si sensible qu’il constituait bien souvent une arme stratégique à part entière pour chaque camp : afin d’affaiblir l’adversaire, il fallait lui ôter les moyens de se procurer les vivres dont il avait besoin, tout en préservant son propre approvisionnement107. De même, le nombre d’engagements d’importance débutés par une simple rencontre entre deux partis de fourrageurs suffit à montrer l’omni présence des préoccupations relatives à cette question.

  • 108 Le problème se résumait à choisir entre tout emporter ou bien établir une base de ravitaillement p (...)
  • 109 On considère qu’une mule peut porter 100 kg, un chariot tiré par des mules 300 kg et un chariot ti (...)
  • 110 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 20, a calculé que, sur le plan théorique, une armée de quatre (...)

29À l’incertitude d’être en mesure de tirer de la zone de combat l’intégralité des vivres nécessaires, s’ajoutait la difficulté représentée par l’importance des effectifs à nourrir. Le général ne pouvait envisager de chercher chaque jour tout le ravitaillement de l’ensemble de son armée. Il n’aurait plus été alors possible d’accorder le moindre temps aux marches et aux combats. Par conséquent, il fallait évidemment constituer des réserves pour des durées suffisamment longues. Ces réserves devaient être en partie fixes, car il était difficile de faire en sorte que le volume de provisions voyageât entièrement avec l’armée108. En effet, si l’on ne voulait pas ralentir excessivement les marches, il était impératif de ne pas disposer d’un train trop important. La charge supportée par chaque animal étant réduite, on pouvait avoir recours à des chariots pour augmenter la quantité transportée109. Comme ceux-ci n’était pas adaptés à tous les terrains, l’alternative était donc d’accroître le train de mules. Dans ce cas, il fallait également nourrir les bêtes supplémentaires et leurs conducteurs, si bien que le volume de nourriture à transporter augmentait alors d’autant, d’une manière exponentielle, jusqu’à devenir complètement paralysant110.

  • 111 Cette question de la charge du bagage personnel du légionnaire a fait l’objet de nombreuses contro (...)
  • 112 G. Veith, « Die Römer », p. 314 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 66 ; P. Erdkamp, Hun (...)
  • 113 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 80, rappelle à juste titre que : « In any case, the commander (...)

30D’autre part, les légionnaires ne pouvaient pas non plus porter eux-mêmes une charge trop lourde en plus de leur équipement personnel111. Certes, les généraux avaient le souci constant de réduire autant que possible le nombre des bêtes de somme112. Mais, en contrepartie, ils ne pouvaient pas exiger de leurs soldats un effort démesuré113. Bien entendu, les solutions retenues variaient en fonction du type d’opération : un raid, comme celui sur Carthagène en 209, n’était pas organisé de la même façon qu’une marche d’approche ordinaire ou un déplacement lent sur une très longue distance. La taille et la composition du train s’en trouvaient sans aucun doute modifiées. Les sièges, comme celui de Numance, en raison de leur caractère statique, posaient encore des problèmes différents.

  • 114 Cette force des légions est très clairement exprimée a contrario par Dion Cassius à propos des lim (...)
  • 115 Sur cette constante de la guerre romaine, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 166, avec la (...)
  • 116 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, pp. 18-23, oppose ainsi « internal and external supplies ». Cett (...)
  • 117 A. Labisch, Frumentum commeatusque, pp. 85-95 ; il est suivi par A. K. Goldsworthy, The Roman Army (...)

31D’une manière générale, le principe consistait donc à disposer de stocks, constitués en prévision de la campagne, afin d’éviter que l’armée vît sa capacité opérationnelle amenuisée ou menacée par un manque de ressources114. Cela ne signifie pas que la totalité des approvisionnements nécessaires à la conduite des opérations était ainsi préalablement emmagasinée, mais que le général se prémunissait contre une situation de pénurie et savait pouvoir compter pour l’essentiel sur un ravitaillement régulier115. Pour que le système remplisse efficacement cette fonction, il fallait que les vivres stockés fussent en mesure d’être acheminés jusqu’aux troupes sur le terrain. L’inconvénient résidait en effet dans la fixité des entrepôts et il n’était pas question pour l’armée de retourner périodiquement se ravitailler à un même point, parfois loin en arrière du territoire où elle combattait. La mise en place de convois entre les zones de stock et les camps de marche permettait alors d’assouplir ces contraintes. Afin de limiter les trajets de ces convois envoyés à l’armée, il est probable que les Romains plaçaient leurs dépôts de vivres à proximité immédiate, voire à l’intérieur, des théâtres d’opérations. Toutefois ces dépôts étaient la plupart du temps alimentés eux-mêmes par des flux extérieurs, depuis une base située sur les territoires pacifiés116. Une telle chaîne de relais a été bien mise en évidence par A. Labisch pour les campagnes de César, notamment en Gaule, grâce à l’abondance de données fournies par les Commentaires117. L’auteur distingue ainsi des bases stratégiques, opérationnelles et tactiques. Les premières pouvaient correspondre à une province entière ou bien à une ville importante, les secondes à un dépôt de proximité, les troisièmes au camp de marche proprement dit.

  • 118 César, BC, I, 40, 1 ; sur la concentration de blé à Ilerda par les Pompéiens, voir aussi I, 43, 2 (...)
  • 119 Une partie de la mission de Fabius consistait donc à convaincre les villes de la région de passer (...)

32L’application rigoureuse et systématique de ce schéma requiert certaines précautions, car l’information livrée par les sources n’est pas toujours suffisamment précise et détaillée. Il est clair néanmoins que la typologie proposée rend compte de l’existence, dans la pratique, d’une volonté d’organisation minutieuse des lignes d’approvisionnement de l’armée en campagne. On le constate en 49, aussi bien du côté pompéien que césarien, où chacun s’attacha à constituer des réserves en vue de l’affrontement. Afranius et Petreius accumulèrent leur ravitaillement à Ilerda, tandis que César chargea Fabius de préparer son arrivée en rassemblant des vivres dans son camp118. Cette entreprise était plus aisée pour les premiers que pour le second qui ne comptait pas tout d’abord sur le soutien des populations de la région119. La dure pénurie éprouvée par les troupes césariennes à la suite de la crue brutale du Sicoris illustre la gravité immédiate des conséquences d’une rupture, même temporaire, de l’arrivée de convois pour une armée campée en territoire hostile :

  • 120 César, BC, I, 48, 3-4 : Neque ciuitates quae ad Caesaris amicitiam accesserant frumentum supportar (...)

Il était impossible aux cités qui étaient entrées dans l’alliance de César de faire apporter du blé, impossible aux hommes qui s’étaient trop écartés pour fourrager, et qui se trouvaient coupés par les rivières, de revenir, impossible aux grands convois de ravitaillement en provenance d’Italie et de Gaule d’arriver jusqu’au camp (trad. P. Fabre, CUF)120.

  • 121 En particulier, il est frappant qu’il ne semble disposer à l’origine d’aucune base opérationnelle (...)
  • 122 Sur la légèreté des mesures prises par Césaren Grèce et en Afrique : Appien, BC, II, 66 et II, 97.
  • 123 En effet, contrairement à ce que croit J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 179, il ne nous (...)
  • 124 César, BC, II, 18, 6 : Cognitis iis rebus quae sunt gestae in citeriore Hispania, bellum parabat. (...)
  • 125 César, BC, II, 20, 8 : Tradita legione Varro Cordubam ad Caesarem uenit ; relatis ad eum publicis (...)
  • 126 Dans une lettre aux habitants d’Urso, Cn. Pompée accusait ainsi César de refuser le combat en préf (...)
  • 127 On sait par Dion Cassius, XLIII, 33, 2 que le firmissimum praesidium Ateguam dont parle Bell. Hisp (...)

33Cet épisode suggère sans doute également — ce que n’avoue pas César — que celui-ci n’avait sans doute pas pris le temps de mettre en place un dispositif aussi élaboré que celui de ses adversaires121. Cette hypothèse est d’autant plus vraisemblable que César était coutumier du fait, comme le démontre son imprévoyance fréquente en la matière, bien attestée lors de la campagne de Dyrrachium, mais aussi lors de celle de Thapsus122. En ce qui concerne la péninsule Ibérique, les chefs pompéiens avaient pris en revanche, à chaque fois, la précaution de disposer d’importants dépôts de vivres, bien organisés123. En Ultérieure, en 49, une fois la défaite des Afraniens connue, Varron projeta ainsi de rassembler tout son stock de blé à Gades en vue de l’arrivée de César124. La défection de la ville l’en empêcha et, ayant offert sa reddition à son adversaire, il lui indiqua l’emplacement de ses entrepôts, ce qui montre que ceux-ci se trouvaient auparavant dispersés par ses soins dans la province125. En 45, les deux fils de Pompée avaient également placé des garnisons dans certaines villes et tiraient leur ravitaillement des stocks qu’ils y avaient constitués, obligeant César à en mener successivement le siège126. Deux de ces dépôts étaient situés à Ategua et à Cordoue dont partaient des convois destinés à l’armée de Cn. Pompée127.

  • 128 César, BC, I, 49, 1 : Multum erat frumentum prouisum et conuectum superioribus temporibus, multum (...)
  • 129 Sur les positions successives du camp d’Afranius par rapport à Ilerda, voir M. Rambaud, « Le camp (...)
  • 130 César, BC, I, 49, 2 : Harum omnium rerum facultates sine ullo periculo pons Ilerdae praebebat. («  (...)
  • 131 César, BC, I, 43, 2 : quem si occupauisset Caesar et communiuisset, ab oppido et ponte et commeatu (...)
  • 132 César, BC, I, 61, 2 : His paene effectis, magnum in timorem Afranius Petreiusque perueniunt ne omn (...)
  • 133 César, BC, I, 59, 2 : Illi perterriti uirtute equitum minus libere, minus audacter uagabantur ; al (...)
  • 134 Sur la pabulatio, voir infra, pp. 588-589.
  • 135 L’argument n’est pas avancé par César qui se contente d’évoquer la possibilité pour les Pompéiens (...)
  • 136 César, BC, I, 78, 1. Désireux de progresser rapidement, Afranius et Petreius avaient ordonné à leu (...)
  • 137 César, BC, I, 72, 1-2 : Caesar in eam spem uenerat se sine pugna et sine uolnere suorum rem confic (...)

34On observe cette logique, de manière plus explicite encore, en Citérieure, lors de la première confrontation de 49. Afranius et Petreius faisaient venir leur ravitaillement de toute la province (ex omni prouincia)128. Celle-ci jouait donc le rôle de base stratégique et Ilerda de base opérationnelle, tandis que le camp d’Afranius, situé non loin de la ville, mais sur la rive gauche, formait la base tactique129. Le lien entre ces deux dernières était assuré par le pont en pierre situé à l’est de la ville130. César prit des risques exagérés, à la mesure de l’importance de l’objectif, pour tenter, en vain, de couper cette ligne en occupant un tertre situé à proximité131. L’abandon par les Pompéiens de leur position près d’Ilerda leur fut finalement dictée par la crainte de ne pouvoir maintenir très longtemps la liaison entre leur base opérationnelle et leur base stratégique, à un moment où César renforçait de son côté la solidité de la sienne132. La cavalerie césarienne perturbait en effet grandement la tâche quotidienne des fourrageurs133. Comme la pabulatio représentait seulement une partie du ravitaillement, ordinairement non stockée et destinée aux chevaux et aux bêtes de somme, il faut donc supposer que la référence au frumentum renvoie ici plutôt aux convois qui gagnaient Ilerda depuis le reste de la province et dont les raids de la cavalerie ennemie commençaient à entraver la circulation134. Le choix de se replier sur la Celtibérie permet d’imaginer que celle-ci était précisément l’une des bases stratégiques pompéiennes : l’objectif d’Afranius et de Petreius était alors peut-être de se rapprocher de l’une de leurs sources privilégiées de ravitaillement135. Cela expliquerait pourquoi ils avaient choisi de quitter Ilerda avec le minimum de provisions, certains qu’ils étaient d’en trouver rassemblées à leur arrivée, peut-être à Octogesa136. Quoi qu’il en soit, il est évident que l’issue de la campagne résultait autant, sinon plus, de la façon spectaculaire dont les Césariens enlevèrent aux Pompéiens le contrôle des lignes de ravitaillement que des combats eux-mêmes. Cet aspect a d’ailleurs été complaisamment souligné par César dans son récit, dans la mesure où il lui permettait de mettre en évidence son souci de ne pas verser inutilement le sang de ses compatriotes137.

  • 138 J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, pp. 159-161.
  • 139 Contra J. Muñiz Coello, « Sobre el abastecimiento al ejército romano durante la conquista de Hispa (...)

35L’éclairage du témoignage césarien, aussi bien dans le contexte de la guerre civile que dans celui de la guerre des Gaules, a parfois conduit à penser qu’une organisation logistique aussi développée reflétait la sophistication croissante de la guerre romaine dans le courant du Ier siècle. L’attention accrue portée à ces questions au cours des dernières années a permis de nuancer considérablement ce point de vue. Il revient à certains travaux récents d’avoir montré qu’il était possible de faire remonter très tôt, peut-être dès la première guerre punique, l’apparition des pratiques romaines en la matière138. Nul doute qu’en Hispania comme ailleurs, l’originalité que constituait la préoccupation constante des généraux d’un approvisionnement régulier de leurs troupes sur le terrain contribua à assurer leur suprématie militaire dès les débuts de la conquête139. En témoigne un stratagème relaté par Frontin à propos des opérations de Sempronius Gracchus en 180-179 :

  • 140 Frontin, Strat., II, 5, 14 : Ti. Gracchus in Hispania, certiorfactus hostem inopem commercio labor (...)

Tiberius Gracchus, en Espagne, apprit de source sûre que l’ennemi ne parvenait pas à se procurer de vivres et se retrouvait pour cette raison dans une situation critique : il accumula dans son camp une très grande quantité de nourriture de toute sorte avant de l’abandonner ; les ennemis prirent le camp et se gorgèrent sans retenue et à satiété de tout ce qu’ils y trouvèrent ; Gracchus revint avec son armée, les surprit et les tailla en pièces (trad. P. Laederich)140.

  • 141 Tite-Live, XXVIII, 22, 1.
  • 142 Appien, Ib., 72.
  • 143 Appien, Ib., 77 (Termantia) et 78 (Numance) ; Appien, Ib., 81 (Pallantia).
  • 144 Salluste, Hist., II, 96 M = II, 78 MG : Multique commeatus interiant insidiis latronum (« et de no (...)
  • 145 Plutarque, Sert., XIII, 4 ; XIII, 7 et 8 ; XXI, 1 ; XXI, 7-8 ; Pomp., XIX, 11 ; Salluste, Hist., I (...)

36Au-delà de la fable moralisante, l’anecdote montre que celui des protagonistes qui ne disposait pas des moyens d’acheminer du ravitaillement jusqu’à son camp après avoir épuisé les ressources immédiates alentour ne pouvait demeurer longtemps opérationnel. Les rares allusions des sources suggèrent que les Romains avaient cherché en règle générale à maintenir, chaque fois que possible, la liaison du camp de marche avec une base logistique plus ou moins proche. En 206, Marcius fut envoyé par Scipion mener des représailles contre la ville d’Astapa accusée d’avoir détruit une importante colonne de ravitaillement141. L’opération de Brutus contre les Bracares en 138-137 fut motivée par un incident similaire142. Durant les opérations en Celtibérie, on a également mention de convois destinés aux armées assiégeant Termantia et Numance en 141-140 ainsi que Pallantia en 137-136143. Enfin, une allusion de Salluste renvoie peut-être également à la circulation fréquente de tels convois pendant la guerre sertorienne144. Au cours de l’affrontement opposant Sertorius à Metellus et Pompée, le contrôle de ces lignes de ravitaillement fut en effet un enjeu crucial, qui prouve leur importance dans la conception de la guerre romaine145. Il n’est pas toujours évident, cependant, de déterminer si ces quelques exemples ont trait aux liaisons régulières entre bases ou bien seulement à des retours d’opérations ponctuelles de fourrage et de réquisitions, comme celui attesté pour Scipion en 134, mentionné précédemment. Quoi qu’il en soit, ils suggèrent que les campagnes militaires s’accompagnaient d’un va-et-vient constant de convois, sur des distances variables.

  • 146 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 51, remarque à juste titre que ces bases ne pouvaient être co (...)
  • 147 Tite-Live, XXVI, 43, 5-7. Une nécessité similaire poussa en 214 les Scipions à stocker du blé dans(...)
  • 148 Appien, Ib., 47 (Ocilis) ; Strabon, III, 3, 1 (Moron et Olisippo). Voir C. J. Caballero Casado, «  (...)

37La pauvreté des données fournies par les sources ne permet pas de rentrer plus avant dans le détail, en particulier en ce qui concerne la localisation des bases opérationnelles destinées à alimenter les réserves des aestiua146. Sans doute, les premières furent-elles les grandes villes portuaires de la côte orientale, Emporion, Tarragone et Carthagène, qui recevaient les envois venus de l’Italie et abritaient alors la plus grande partie des stocks. La décision prise par Scipion de s’emparer de Carthagène est ainsi explicitement justifiée par la nécessité de disposer d’une base de ce type au moment de porter la guerre dans la vallée du Guadalquivir147. Au fur et à mesure de la progression vers l’intérieur, des villes indigènes alliées ou conquises de force jouèrent un rôle identique : ce fut le cas d’Ocilis en 154, au moment de la campagne de Nobilior contre Numance, ou de Moron et d’Olisippo en 138, fortifiées par Brutus148.

  • 149 J. Pamment Salvatore, « A Possible Strategic Function for the Location of the Roman Republican For (...)
  • 150 Voir supra, pp. 393-400.
  • 151 Appien, Ib., 16.
  • 152 Appien, Ib., 81.
  • 153 Rappelons qu’Æmilius avait poursuivi son attaque en dépit de l’autorisation du sénat (Appien, Ib., (...)
  • 154 Appien, Ib., 82 : μαϰϱάς δὲ τῆς ἐπὶ τῇ Παλλαντίᾳ πολιοϱϰίας οὔσης αἱ τϱοϕαὶ Ῥωμαίους ἐπέλειπον («  (...)
  • 155 Appien, Ib., 47 (Nobilior) et 55 (Lucullus).
  • 156 Voir à ce sujet le constat général dressé par A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 287 : « (...)

38À défaut, les généraux pouvaient établir un grand camp où ils rassemblaient les fournitures nécessaires. J. Pamment Salvatore a récemment proposé d’interpréter de la sorte le site de Cáceres el Viejo, en lui attribuant une fonction de base logistique fixe, dans la première moitié du Ier siècle, pour d’éventuelles opérations entre Tage et Duero149. Les preuves manquent toutefois, en raison de l’absence de fouilles systématiques susceptibles d’éclairer davantage la nature véritable du site150. Les sources littéraires suggèrent au contraire que les camps qui faisaient office de base opérationnelle ne demeuraient pas en activité au-delà de la campagne elle-même. En 211, le camp de marche de Publius Scipion en tenait peut-être lieu puisque, si l’on en croit Appien, Cnæus Scipion, ignorant le malheur survenu à son frère, envoya des soldats jusqu’à lui pour se procurer des vivres151. Il faut supposer que des navettes étaient alors prévues entre les deux positions. En 137, Æmilius Lepidus procéda de même en territoire vaccéen152. Il est possible que, dans ce dernier cas, une telle solution correspondait à l’obligation inhabituelle de dépendre de l’approvisionnement prélevé sur place, faute d’une liaison suffisante avec les ressources de la Citérieure153. La mesure se révéla d’ailleurs insuffisante154. Cet échec, comme l’abandon de Nobilior après la défection d’Ocilis en 154ou la retraite forcée de Lucullus devant Pallentia en 151 soulignent la précarité du système155. L’absence de renouvellement régulier des réserves par des convois provenant d’une base stratégique plus lointaine et transitant par les relais que constituaient les bases tactiques, compromettait la réussite des opérations et pouvait remettre en cause la victoire obtenue par les armes156.

  • 157 Valère-Maxime, IX, 3, 7 : omnes qui modo militiam suam uoluerunt finiri dimisit ; commeatus petent (...)
  • 158 Peut-être est-ce à ce type de postes que fait référence une mesure prise par Fabius Maximus en 145 (...)

39Par conséquent, la sécurité de ce dispositif importait autant que la valeur des troupes ou l’habileté du général sur le champ de bataille. Certes, il n’était pas toujours possible d’y parvenir au mieux et certains chefs ont pu parfois, par témérité ou négligence, laisser se détériorer excessivement leur maîtrise de la situation. On peut cependant tenir pour vraisemblable que la plupart d’entre eux veillaient scrupuleusement à ne pas perdre un avantage qui les dotait des moyens d’exercer la plus forte pression sur l’adversaire. De façon révélatrice, lorsque la tradition présente Metellus désireux de nuire à son successeur dans la conduite de la guerre en Celtibérie 142, l’une des mesures qu’elle lui prête est précisément la désorganisation des dépôts de vivres157. L’épisode atteste l’existence, dans le cadre des opérations dans la Meseta, d’un relais d’entrepôts sécurisé par des garnisons158.

  • 159 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, pp. 132 et 155, souligne à juste titre les pénuries à répétition (...)

40Nul doute que, dans la seconde moitié du IIe siècle, le déplacement de la guerre loin dans l’intérieur de la Péninsule renforça encore le besoin de telles réserves. L’extension des lignes de ravitaillement vers l’intérieur augmentait toutefois les risques de dysfonctionnement du système et explique en partie la difficulté des campagnes contre les Celtibères et les Lusitaniens159.

III. — LA CONNAISSANCE INDISPENSABLE DU TERRAIN

41Trouver l’adversaire : le recours au renseignement. — Conquête, géographie et expérience.

42Autant que sur un ensemble de dispositifs concrets appliqués au cours des opérations, la maîtrise de l’espace que réclamait le déroulement des campagnes militaires reposait sur une familiarisation poussée des généraux avec les réalités du terrain comme avec l’organisation politique et guerrière de l’adversaire. Il est difficile en effet de combattre sans connaître son ennemi ni le territoire sur lequel il faudra le rencontrer. Quelle que fût la valeur des méthodes dont disposaient les chefs militaires romains pour organiser le théâtre des opérations en fonction de leurs besoins, celle-ci ne suffisait pas à assurer la victoire en l’absence d’une préparation minutieuse de la campagne, qui conférait aux décisions prises leur portée et leur efficacité. Dépendant de l’observation directe et de contacts noués sur place avec les communautés alliées, cet approfondissement indispensable des connaissances profitait également, au-delà des magistrats chargés des provinces, à l’ensemble de la classe dirigeante romaine et contribue à expliquer la viabilité d’un système de commandement dépourvu, en apparence, de la stabilité nécessaire.

TROUVER L’ADVERSAIRE : LE RECOURS AU RENSEIGNEMENT

  • 160 N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 9.
  • 161 Polybe, III, 48, 10-11.
  • 162 Polybe, IX, 12, 6 : Τὰ μὲν οὖν ἀπϱοθέτως ἐν τοῖς πολεμιϰοῖς συμβαίνοντα πϱάξεις μὲν οὐδαμῶς ἁϱμόζε (...)
  • 163 Polybe, IX, 14, 2 ; Valère-Maxime, VII, 2, 2.
  • 164 Végèce, III, 6.
  • 165 Végèce, III, 6 et III, 9.
  • 166 A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 125.
  • 167 Voir le jeu de cache-cache entre Hannibal et P. Scipion en 218 à proximité du Rhône.

43Les descriptions que Polybe et Végèce nous ont laissées du bon général ménagent une place de choix à la capacité de celui-ci à s’informer sur la localisation de l’armée ennemie, sur sa propre situation et sur les caractéristiques géographiques et topographiques du territoire à travers lequel il devait guider ses troupes jusqu’à l’adversaire. De ce point de vue, l’armée romaine se trouvait confrontée, sur le terrain, à des impératifs stratégiques et tactiques d’une guerre à vue dont le principe n’a guère varié jusqu’au XIXe siècle160. Polybe s’emporte ainsi contre les auteurs qui, à propos de la traversée des Alpes par Hannibal, attribuent sa réussite à une intervention divine : l’historien grec met plutôt en avant la préparation minutieuse du général carthaginois, qui s’était informé sur les ressources des territoires qu’il allait traverser comme sur les sentiments des populations locales à l’égard des Romains, et qui prit soin d’avoir recours à des guides originaires du pays161. Homme de guerre lui-même, il s’insurge à l’idée qu’on puisse seulement envisager, contre la plus élémentaire vraisemblance, la possibilité qu’Hannibal se fût aventuré sur un itinéraire dont il aurait tout ignoré, exposant ainsi inutilement son armée au danger. Pour Polybe, la guerre n’est affaire ni de chance ni de hasard, même si cette dimension n’en est pas absente162. Elle réclame au contraire une préparation minutieuse, en particulier dans le choix des lieux d’opération et dans les calculs des distances à parcourir163. Ces évidences sont rappelées également par Végèce, en des termes très similaires164. Ce dernier y ajoute la nécessité d’anticiper les embuscades tendues par l’ennemi et de se renseigner sur les habitudes guerrières de celui-ci comme sur la composition précise de ses forces, qu’il faut comparer avec la sienne, afin de ne pas engager défavorablement la bataille165. Ces précautions sont inhérentes à un type de guerre où le contraste entre la taille des armées et l’étendue des territoires où se déroulaient les campagnes compliquaient jusqu’au contact avec l’adversaire166. Il fallait non seulement éviter toute rencontre fortuite, mais aussi, plus simplement, pouvoir connaître les déplacements de l’ennemi167. Par conséquent, les données de la guerre antique semblent impliquer une certaine habitude des pratiques du renseignement dans l’armée romaine.

  • 168 RE, XVI. 2, 1935, col. 1500 ; G. Veith, « Die Römer », p. 426 ; F. E. Adcock, The Roman Art of War (...)
  • 169 Polybe, X, 7-8. Voir par exemple les pages que lui consacre H. H. Scullard, Scipio Africanus. Sold (...)
  • 170 On trouvera sur ce point une analyse plus satisfaisante dans la dernière publication à ce jour sur (...)
  • 171 R. M. Sheldon, Tinker, Tailor, Caesar, Spy, pp. 140-163 et Ead., Intelligence Activities in Ancien (...)
  • 172 R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, p. 36 : « The Romans did not have an insti (...)
  • 173 Sur cet aspect fondamental du récit polybien, voir A. M. Eckstein, Moral Vision in the Histories o (...)
  • 174 Les problèmes traités ici, à partir de l’épisode de 209, ont fait l’objet d’un article dont certai (...)

44Pourtant, le jugement des historiens modernes est particulièrement sévère sur l’efficacité de l’exercitus républicain en la matière. Comme en d’autres domaines, on considère volontiers qu’avant César, la médiocrité fut très souvent de règle168. Ainsi, la préparation minutieuse du siège de Carthagène en 209 n’est pas jugée représentative des habitudes pré-césariennes mais apparaît plutôt comme une exception plaçant Scipion l’Africain parmi les précurseurs du conquérant des Gaules. Le compte rendu détaillé qu’en donne Polybe tranche en effet sur l’imprécision ordinaire des récits antiques et a contribué pour cette raison à conférer à l’épisode une place singulière169. On considère souvent qu’en dehors du premier Africain, les généraux de la République n’auraient pas, avant les réformes césariennes, accordé une attention suffisante à ces questions. Une telle affirmation est finalement paradoxale si l’on songe à la difficulté pour une armée de se battre, en particulier outre-mer, sans connaître suffisamment le pays ou le terrain sur lequel elle évolue170. Bien que les sources se révèlent effectivement avares en données, il nous semble que la mauvaise réputation des armées républicaines tient surtout à ce que la collecte efficace du renseignement a trop tendance à être évaluée seulement à l’aune de la mise en place de services officiels, lesquels n’existent pas avant la période impériale171. Or cette vision exclusivement bureaucratique ou « moderniste » tend à masquer le jeu de pratiques plus informelles et leur importance172. En outre, en ce qui concerne Scipion l’Africain, il faut tenir compte de la volonté de Polybe d’ériger en exempla les actions du glorieux prédécesseur de son ami Scipion Émilien173. Pour notre part, nous croyons que le récit de l’attaque de Carthagène offre surtout un condensé des méthodes employées par les généraux républicains pour préparer leurs campagnes174. Les préoccupations géographiques et topographiques y occupent une place essentielle. L’originalité de Scipion réside moins dans l’application de ces méthodes que dans l’intelligence de l’interprétation qu’il tira de l’ensemble des informations ainsi recueillies.

  • 175 Polybe, X, 7, 1 : Ἔτι μὲν γὰϱ ἀπὸ τῆς ἀϱχῆς ἰστοϱῶν ἐν τῇ Ῥώμῃ ϰαὶ πυνθανόμενος ἐπιμελῶς τήν τε πϱ (...)
  • 176 Polybe, X, 7, 4 : Παϱαγενόμενός γε μὴν εἰς τὴν Ἰβηϱίαν, πάντας ἀναχινῶν ϰαὶ παϱ᾿ ἑϰάστου πυνθανόμε (...)
  • 177 Polybe, X, 8, 1.
  • 178 Polybe, X, 8, 2-4 et 6-8 : Ἀϰούων δὲ πϱῶτον μὲν ὅτι λιμένας ἔχει στόλῳ ϰαὶ ναυτιϰαῖς δυνάμεσι μόνη (...)
  • 179 Polybe, X, 8, 10 : οὕτως ἀϕέμενος τῶν ἄλλων πεϱὶ ταύτην ἐγίνετο τὴν παϱασϰευὴν ἐν τῇ παϱαχειμασίᾳ (...)

45La décision inattendue et audacieuse d’attaquer la capitale punique fut, selon Polybe, le fruit d’une analyse stratégique des causes du désastre de 211, menée par Scipion avant même son départ d’Italie175. Cette enquête préalable lui apprit la fidélité maintenue des alliés de Rome et la désunion des chefs ennemis. Arrivant à la conclusion que la défaite de ses parents s’expliquait moins par la puissance écrasante de l’adversaire que par la difficulté éprouvée par les généraux romains à porter la guerre loin de leur base du Nord-Est, il débarqua dans la Péninsule convaincu que la victoire était encore possible. Dans un second temps, dès son arrivée, il obtint sur place, auprès de ses alliés, un état plus précis de la situation176. C’est à ce moment qu’il apprit la division des forces carthaginoises en trois, loin dans l’intérieur, et qu’il prit la mesure de l’importance de Carthagène177. Dans un troisième temps, alors qu’il était dans ses quartiers d’hiver à Tarragone, il s’attacha à recueillir le plus grand nombre d’informations sur la ville178. Enfin, l’attaque ayant été décidée sur ces critères, Scipion se préoccupa des préparatifs proprement dits de l’opération179. Polybe ne précise pas la nature de ces préparatifs, mais ceux-ci correspondaient sans doute à ce que nous laisse deviner la suite du récit : la sécurisation de sa base de départ, le choix du trajet, la prévision des vivres nécessaires et la coordination avec la flotte.

  • 180 Voir N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 15. Toutefois, ces auteurs conservent, à tort (...)
  • 181 Cette distinction fondamentale entre « strategic intelligence » et « tactical intelligence » est r (...)
  • 182 Il faut renoncer à présenter Scipion comme un innovateur en matière de renseignement, contrairemen (...)
  • 183 Polybe, III, 95, 4-5.
  • 184 Hivernage àTarragone : Polybe, III, 76, 12 ; préparation de l’expédition carthaginoise : Polybe, I (...)
  • 185 Voir supra, pp. 60-63.
  • 186 Tite-Live (XXII, 19, 5) donne une version un peu différente (il affirme que Scipion a changé de st (...)
  • 187 Polybe, III, 95, 6 ; voir aussi Tite-Live, XXII, 19, 5. Il s’agit là d’une procédure habituelle de (...)

46L’intérêt du texte est de nous permettre de décomposer précisément l’élaboration du plan de Scipion en plusieurs phases180. Chacune d’entre elles correspond à un accès toujours plus détaillé à l’information. Les deux premières renvoient à ce que l’on a coutume d’appeler le renseignement stratégique, c’est-à-dire une vision globale fournissant les éléments qui permettent à un commandant d’évaluer une situation d’ensemble et de définir l’orientation générale d’une campagne à l’intérieur d’un théâtre d’opérations, puis d’une région plus précise ; les suivantes appartiennent au domaine du renseignement tactique : elles portent sur la manière concrète, une fois l’opération engagée, d’organiser le contact avec l’ennemi dans les conditions les plus favorables181. Il faut reconnaître qu’un tel schéma ne se repère jamais aussi clairement dans le reste de la documentation qu’à l’occasion des préparatifs de 210-209. Mais cela ne signifie pas que le cas de Scipion représente une exception182. La décision prise par son oncle, Cn. Scipion, au début du printemps 217 de renoncer à l’affrontement sur terre pour contrer sur mer l’offensive carthaginoise ne laisse aucun doute sur ce point183. Les différentes étapes de l’organisation des opérations se devinent. Dans un premier temps, Cn. Scipion a sans doute appris, alors qu’il hivernait à Tarragone, qu’Hasdrubal s’activait de son côté à mettre sur pied une expédition depuis Carthagène jusqu’à l’Èbre184. À l’analyse stratégique déduite des événements de la campagne précédente, qui avaient montré le prix accordé par les Carthaginois à la maîtrise de l’embouchure de l’Èbre, s’ajoutait sans doute la confirmation apportée par une source externe d’information, vraisemblablement fruit des jeux d’alliances dont on a souligné précédemment l’importance au cours de cette guerre185. Dans un second temps, devant l’approche de l’armée ennemie et alors que le général romain n’avait pas encore quitté Tarragone, ce furent toujours ces mêmes canaux (on peut le supposer malgré les trop vagues indications de Polybe) qui lui révélèrent progressivement la puissance de l’adversaire et le risque d’un affrontement terrestre, dictant ainsi une nouvelle orientation stratégique en faveur d’une rencontre navale. Bien qu’il soit impossible d’aller plus loin, il est frappant de constater qu’on retrouve ici une gradation vers une précision toujours croissante de l’information, identique à celle décrite à propos de l’attaque de Carthagène. Là encore, la phase du renseignement tactique en constitue l’aboutissement : une fois sa flotte mouillée à proximité de celle de l’ennemi, soit à quatre-vingts stades (environ quatorze kilomètres), le général romain envoya en éclaireurs deux petits navires massaliotes186. En définitive, ce fut leurs comptes rendus qui décidèrent du moment et de la nature de l’attaque187.

  • 188 Tite-Live, XXXIV, 9, 11 (Caton) et Appien, Ib., 87 (Scipion).
  • 189 En 180, Sempronius Gracchus questionna ainsi devant le sénat les légats de son prédécesseur (Tite- (...)
  • 190 Tite-Live, XXIII, 27, 9.

47Dans cet enchaînement, le séjour dans les quartiers d’hiver apparaît, dès l’origine de la conquête, comme un moment privilégié de collecte et d’exploitation de l’information : loin d’apparaître comme une coupure totale dans l’activité militaire, les hiberna en assuraient au contraire la préparation et le prolongement. Comme en 210, ils formaient donc le lieu où s’élaborait en grande partie ce que l’on a appelé précédemment le renseignement stratégique. Parallèlement, au cours du IIe siècle, le gouverneur entrant prenait tout autant soin à s’informer à son arrivée sur la situation générale : c’est ce que fit Caton en 195 auprès des Grecs d’Emporion ou bien Scipion Émilien en 134 avant de se porter contre Numance188. Il est vraisemblable qu’en règle ordinaire, un gouverneur devait fournir également à son successeur les éléments dont il disposait touchant l’avancée d’une campagne, l’état d’esprit des populations indigènes soumises ou indépendantes, ainsi que tout ce qui était en mesure de permettre à celui-ci d’accomplir sa tâche189. Convergeaient ainsi vers le général des flux d’informations variées qui lui donnaient l’aperçu d’ensemble nécessaire et qu’illustre en partie le virage stratégique de la campagne de 216. En effet, alors qu’Hasdrubal Barca avait momentanément délaissé l’offensive contre les Romains pour réduire un mouvement de révolte de ses alliés turdétans, il reçut à la fin de l’été l’ordre de passer en Italie avec ses troupes et de faire sa jonction avec son frère Hannibal190. Ce revirement fut rapidement connu des Scipions, ce qui favorisa l’infléchissement de leurs plans et facilita leurs préparatifs :

  • 191 Tite-Live, XXIII, 28, 7 : Decreta Carthaginiensium et Hasdrubalis iter ubi ad Romanos sunt perlata (...)

Quand les Romains eurent connaissance des décrets des Carthaginois et de la route suivie par Hasdrubal, les deux généraux ensemble, laissant de côté toute autre préoccupation, regroupent leurs troupes et se préparent à marcher contre lui et à contrecarrer ses plans (trad. P. Jal, CUF)191.

  • 192 G. Urso, « Spionaggio e controspionaggio nella guerra annibalica », pp. 73-83, insiste ainsi sur l (...)
  • 193 Il est tentant à première vue de penser que la distinction faite dans le texte entre l’information (...)
  • 194 Tite-Live, XXIII, 27, 9-10.
  • 195 À titre de comparaison, l’importance de l’information fournie par les alliés établis au voisinage (...)
  • 196 En 211, c’est ainsi que P. Scipion est averti de l’arrivée d’Indibilis, Tite-Live, XXV, 34, 6 ; po (...)

48D’où leur venaient ces informations ? On ne peut écarter un avertissement parvenu depuis Rome, car le sénat pouvait peut-être compter sur des espions à Carthage192. Plus sûrement, les Scipions avaient appris en détail la nouvelle sur place193. Le récit de Tite-Live est très allusif, mais précise toutefois que la nouvelle du départ d’Hasdrubal s’était très vite répandue dans la Péninsule au point de menacer les bases de la domination carthaginoise en faisant basculer de nombreux peuples du côté romain194. Il est probable que certains d’entre eux, soucieux de traiter favorablement avec les Romains, s’étaient alors empressés d’avertir les Scipions et de leur fournir les indications nécessaires sur le trajet emprunté par l’armée carthaginoise195. Il faut tenir compte également de la rumeur, à laquelle les sources font parfois allusion et qu’il est bien délicat, par définition, de chercher à décrire, mais qui constituait assurément un élément que les généraux romains pouvaient avoir profit à ne pas négliger, à condition de la vérifier196.

  • 197 Par exemple en 181, les opérations menées par Fulvius Flaccus en Celtibérie répondaient à un début (...)
  • 198 Ce point a été souligné à juste titre par N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 39.
  • 199 Ainsi, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 140 et n. 25-26 (avec rappel de la bibliographi (...)
  • 200 N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 46, ont ainsi insisté sur le « constant flow of in (...)

49Il est difficile d’imaginer, par conséquent, que le renseignement stratégique n’ait pas formé une préoccupation constante des généraux romains en Hispania, même si, à l’image des hiberna où il s’élaborait très souvent, c’est seulement de manière marginale qu’il affleure dans nos sources. La plupart des campagnes rapportées par les textes ne peuvent se comprendre, ni même se concevoir, sans un tel travail préparatoire. Parfois, Tite-Live introduit d’ailleurs ses récits par une formule impliquant que les généraux présents en Péninsule agissaient ou réagissaient en fonction des nouvelles qui leur parvenaient197. Il est certain toutefois que le renseignement rapproché ou tactique est mieux couvert par la documentation, dans la mesure où les auteurs anciens ont tendance à privilégier le moment même de la campagne198. Au cours de celle-ci, il était vital pour le général d’être en mesure, sur le terrain, de localiser l’ennemi, d’observer ses mouvements, de repérer éventuellement une faiblesse susceptible d’être immédiatement exploitée avec profit, et aussi de choisir pour son armée la position la plus avantageuse. Il employait pour cela des éclaireurs que les sources appellent procursatores, exploratores, ϰατάσϰοποι, speculatores ou bien dont elles suggèrent l’existence par le recours à une forme verbale (speculari, explorare, ϰατάσϰοποι). La variété de ces termes ne reflète sans doute pas une réelle spécialisation199. Dans tous les cas, il s’agissait au fond de signaler au général le plus grand nombre possible d’éléments destinés à lui permettre de prendre la décision idoine200. Il convient par conséquent de ne pas prêter une rigueur technique trop grande au vocabulaire employé.

  • 201 Tite-Live, XXVIII, 1, 6.
  • 202 Tite-Live, XXVIII, 1, 7 : Eisdem auctoribus compertum est, cum decem circitermilia ab hoste abesse (...)
  • 203 Tite-Live, XL, 30, 4.
  • 204 Tite-Live, frgt. XCI, 14.
  • 205 Frontin, Strat., II, 5, 31. Ce passage, anormalement long, se termine par une remarque qui permet (...)

50Nous voudrions cependant insister sur un aspect de la distinction, aussi faible soit-elle, entre exploratio et speculatio, telle que les récits concernant la péninsule Ibérique la laissent transparaître. En 207, les éclaireurs envoyés par Silanus vers le camp ennemi situé à près de dix milles (decem circiter millia), soit environ quinze kilomètres, sont ainsi des speculatores (praemissis speculatoribus)201. Ils sont chargés de confirmer les dires de transfuges celtibères sur le nombre des ennemis et leur division en deux camps d’inégale valeur défensive202. De même, lorsque Tite-Live rapporte qu’en 181, Fulvius Flaccus envoya son frère avec deux escadrons de cavalerie effectuer une reconnaissance jusqu’au camp ennemi, c’est l’expression ad castra hostium speculatum misit qu’il emploie203. L’objectif de la mission de ces cavaliers consistait à évaluer le nombre des ennemis (ut uiseret quanta essent). De manière intéressante, le préteur avait interdit à ce groupe d’engager aucune action (pugna abstineret), ce qui souligne que l’observation constituait bien leur priorité. En dépit de leur faible nombre, ces mentions suffisent à montrer que le terme speculator renvoie généralement à une collecte d’information sur l’état des forces ennemies. En revanche, lorsqu’en 76 Sertorius remonta la vallée de l’Èbre vers Vareia et qu’il partit en avant reconnaître la route avec sa cavalerie, Tite-Live écrit : praegressus ad itinera exploranda204. La même année, une embuscade fut tendue aux fourrageurs de Pompée dans une forêt, à proximité de Lauro, après qu’Octavius Graecinus, lieutenant de Sertorius, eût soigneusement reconnu les lieux (explorata enim locorum natura)205. Une formule identique se retrouve chez César à propos de l’affrontement avec les Afraniens entre Ilerda et l’Èbre. L’objectif consistait alors pour chacun à arriver le premier jusqu’aux défilés gardant le passage vers le fleuve :

  • 206 César, BC, I, 66, 3-4 : Postero die Petreius cum paucis equitibus occulte ad exploranda loca profi (...)

Le lendemain, Petreius, avec quelques cavaliers, part secrètement en reconnaissance. On fait de même au camp de César. L. Decidius Saxa est envoyé avec un petit groupe pour se rendre compte de la nature du terrain. Chacun rapporte à son parti les mêmes renseignements : d’abord cinq milles de plaine, puis un terrain difficile et montagneux ; qui occupera le premier ces défilés pourra sans aucune peine en interdire l’accès à l’adversaire (trad. P. Fabre, CUF)206.

  • 207 Le terme speculator est ainsi rarement associé au verbe explorare. Voir par exemple César, BG, V, (...)
  • 208 Quinte-Curce, VI, 4, 14, évoque ainsi des speculatores envoyés par Alexandre le Grand afin de reco (...)
  • 209 A. Ezov, « The “Missing Dimension” of C. Iulius Caesar », pp. 81-82, rappelle à juste titre que «  (...)
  • 210 Bell. Hisp., XIII, 4. L’auteur ne précise pas où l’espion a été découvert, mais le contexte du siè (...)
  • 211 Bell. Hisp., XX, 5.
  • 212 Bell. Hisp., XXVIII, 1.
  • 213 Bell. Hisp., XXXVIII, 1.
  • 214 Le corpus césarien atteste fréquemment le cas d’exploratores indiquant à l’imperator à quelle dist (...)
  • 215 De manière significative, ce sont des exploratores qui se joignent aux centurions pour sélectionne (...)

51Ce bref survol suggère qu’il convient bien d’associer la reconnaissance du terrain plutôt à l’exploratio, tandis que la speculatio concerne avant tout l’observation, à distance ou rapprochée, de l’ennemi207. Cette répartition des tâches n’est pas absolue208. Mais elle nous semble significative, malgré la prudence qu’il est nécessaire de conserver en la matière, faute de sources suffisamment explicites209. Le témoignage du Bellum Hispaniense paraît ainsi clairement réserver la surveillance des mouvements ennemis aux speculatores : lors du siège d’Ategua, un speculator pompéien fut capturé par les soldats césariens, vraisemblablement à l’intérieur ou aux environs du camp de César210 ; même situation lors du siège d’Ucubi, à l’occasion d’une mission nocturne211 ; plus tard, ce furent des speculatores césariens qui avertirent leur chef de la formation de l’armée de Pompée en ordre de bataille près de Munda212 ; enfin, ceux qui indiquèrent aux troupes envoyées à la poursuite de Cn. Pompée le lieu où celui-ci s’était retranché sont aussi désignés comme des speculatores213. Certes, encore une fois, une stricte différenciation fonctionnelle entre exploratores et speculatores ne doit pas être surestimée. Ainsi, les exploratores rapportaient nécessairement des informations sur l’adversaire similaires à celles fournies par les speculatores : reconnaître la sécurité d’un itinéraire ou choisir le mieux adapté pour se porter à la rencontre de l’armée adverse impliquait en effet de connaître les mouvements de celle-ci et de situer la position ennemie214. Cependant dans le domaine particulier du renseignement topographique, la légère distinction observable entre exploratio et speculatio permet selon nous d’insister sur la place originale accordée par les Romains à une véritable connaissance du terrain où se déroulaient les opérations et à sa maîtrise215.

  • 216 Voir les critiques justifiées formulées par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 142 et 14 (...)
  • 217 À ce sujet, nous reprendrions volontiers à notre compte les remarques de R. K. Sherk, « Roman Geog (...)
  • 218 N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 54, ont bien montré le changement de sens du terme(...)
  • 219 Sur le rôle de la cavalerie auxiliaire en particulier, voir A. K. Goldsworthy, The Roman Army at W (...)
  • 220 Equites (Tite-Live, XL, 30, 3 ; César, BC, I, 66, 3), milites (Bell. Hisp., XX, 5 et peut-être XII (...)
  • 221 Tite-Live, XXVII, 17, 17 ; XXVIII, 1, 6-7 ; XXVIII, 16, 2 ; Frontin, Strat., IV, 7, 35 ; Appien, I (...)
  • 222 C’est le cas des Scipions en 212 (Tite-Live, XXIV, 41, 6), de P. Scipion en 211 (Appien, Ib., 16), (...)
  • 223 Polybe, IX, 14, 3, conseille d’ailleurs au général de privilégier l’observation directe, car cela (...)
  • 224 Nous n’avons rien de comparable à César, BG, IV, 20-21 pour les guerres en Hispania. Mais certains (...)

52À tous les stades de la préparation à la bataille, depuis la prise de renseignement la plus générale en début de campagne jusqu’à l’observation détaillée du site du camp ennemi, le général romain faisait ainsi l’apprentissage d’un pays ou d’une région avec lesquels il apprenait à composer, avec plus ou moins de succès. Nul besoin pour cela de supposer que les armées de la République dépendaient de la mise en place d’un service bureaucratique complexe et de corps spécialisés dans le renseignement216. On a sans doute eu trop tendance à évaluer en la matière l’exercitus pré-césarien à l’aune de cette infrastructure absente : reconnaître que Rome ne disposait pas d’un service de renseignement militaire ne signifie pas qu’elle jugeait cette préoccupation secondaire217. De fait, exploratores et speculatores n’avaient pas besoin d’exister en tant qu’institutions pour remplir leur fonction et seule la persistance de ces dénominations sous l’Empire a introduit une confusion en plaçant les occurrences républicaines dans une continuité à partir de laquelle on les examine rétrospectivement218. À l’époque qui nous occupe, c’était la cavalerie romaine, alliée ou auxiliaire que l’on affectait principalement à ces tâches, car elle pouvait couvrir rapidement des distances importantes219. Toutefois, lorsque nous disposons d’un éclairage plus précis sur l’identité des individus employés pour ces missions, il est frappant de constater une grande hétérogénéité, mêlant equites, milites et même esclaves220. En ressort l’impression que le travail de reconnaissance et de surveillance, d’importance prioritaire, était accompli par ceux que le général désignait à cet effet en fonction des besoins. Ainsi, il n’est pas toujours évident de distinguer les exploratores des guides indigènes dont l’armée romaine faisait également, semble-t-il, grand usage221. Enfin, le commandant en chef pouvait y participer lui-même, s’il le jugeait bon222. Ce type d’initiative, particulièrement risqué, souligne une fois de plus le prix attaché à cet aspect de la guerre223. Dans le même esprit, le caractère ad hoc de l’organisation du renseignement stratégique ne doit pas conduire à en sous-estimer la valeur et l’utilité. Que la vision d’ensemble du théâtre d’opération et de la situation politico-militaire fût obtenue par le général non pas grâce à la diligence de son propre service secret, mais par le croisement de sources externes multiples (villes et peuples alliés, délégations et ambassades, prisonniers, déserteurs et transfuges, marchands…) importe finalement peu224. L’essentiel est de constater que les responsables militaires cherchaient effectivement à tirer parti du flot d’informations qui circulait à l’intérieur de la Péninsule par tous ces biais. Collectées et mises à l’épreuve sur le terrain, puis transmises jusqu’à Rome et diffusées parmi les élites dirigeantes, ces données orientaient la connaissance que Rome pouvait avoir de la Péninsule.

CONQUÊTE, GÉOGRAPHIE ET EXPÉRIENCE

  • 225 On trouvera un prolongement des réflexions évoquées ici dans F. Cadiou, « Renseignement, espionnag (...)

53Pour clore cette discussion relative au rapport entretenu par les armées de conquête à l’espace péninsulaire, il nous paraît important de revenir brièvement sur la signification que revêtait cette expérience dans l’approfondissement du savoir géographique à Rome et, par conséquent, de la place qu’y tenait l’activité militaire. Il ne s’agit pas de reprendre ici le dossier très vaste du développement de la géographie à l’époque hellénistique, ni même celui de ses rapports étroits avec l’expansion romaine. En revanche, il est certain que les campagnes militaires produisaient une vision singulière des espaces, marquée par le pragmatisme, qui appelle quelques remarques225.

  • 226 Polybe, III, 59, 3.
  • 227 Polybe, III, 37, 11. Sur ce passage, voir les remarques de D. Marcotte, « De l’Ibérie à la Celtiqu (...)
  • 228 Sur sa connaissance directe de l’Espagne, voir Polybe, III, 59, 6-7. On admet fréquemment que Poly (...)
  • 229 Appien, Ib., 72 ; voir aussi Tite-Live, Per., LV ; Strabon, III, 3, 4 ; Florus, I, 33, 12 ; Vellei (...)
  • 230 Strabon, I, 2, 1 (malgré le jugement négatif porté en III, 4, 19).
  • 231 L. Harmand, « Soldats et marchands romains aux prises avec l’univers atlantique », pp. 247-255 ; R (...)

54Les exigences inhérentes aux opérations militaires, telles que nous venons de les rappeler, impliquaient que le général développât sa stratégie et conçût sa tactique en tenant compte des conditions géographiques, politiques et militaires des régions où les volontés du sénat et du peuple romain l’amenaient à guerroyer. Inscrites dans un paysage, les armées entretenaient, par la force des choses, un rapport étroit avec celui-ci. La relation ainsi tissée prenait la plupart du temps la forme d’une découverte, car les conditions de la conquête et l’état des savoirs ont conduit bien souvent les légions à s’aventurer sur des territoires jusque-là mal connus ou ignorés des Romains. Cette dimension exploratoire des campagnes militaires ne faisait aucun doute pour les contemporains, tel Polybe qui mettait sur le même plan l’aventure d’Alexandre en Orient et celle de Rome en Occident dans le progrès des connaissances géographiques et l’ouverture du monde à la curiosité du voyageur226. L’historien grec affirme ainsi explicitement qu’à l’époque où il écrit, l’intérieur de la péninsule Ibérique n’avait été exploré que très récemment227. Il fait vraisemblablement allusion à l’expédition de Lucullus sur le Haut-Duero en 151 à laquelle il participa, aux côtés de Scipion Émilien228. Peut-être avait-il en tête également l’avancée de Decimus Iunius Brutus en Extrême-Occident en 138-137, si l’on admet que certaines de ses réflexions géographiques résultent d’une actualisation permanente de son œuvre jusqu’à la fin de sa vie. On sait en tout cas par Appien que Brutus fut le premier à atteindre le Miño229. Strabon attribuait également à l’expansion romaine le mérite d’avoir permis d’approfondir la compréhension du monde habité230. Le lien entre l’entreprise militaire de conquête issue de la seconde guerre punique et le développement des connaissances géographiques a été pour cette raison maintes fois relevé dans l’historiographie à propos de l’Occident231.

  • 232 Pline, NH, V, 1, 9.
  • 233 César, BG, V, 13, 4.
  • 234 Caton, Orig., fgrt. 93 P (= 7, 5J = 5, 2 C) ; 94 P (= 7, 6J = 7, 6 C) ; 110 P (= 7, 4J = 7, 5 C) ;(...)
  • 235 Varron, RR, I, 8, 1 ; I, 14, 4 ; I, 16, 2 ; I, 57, 2 et 3 ; II, 1, 19 ; II, 10, 4 ; III, 12.
  • 236 Cl. Moatti, La raison de Rome, pp. 72-74, insiste ainsi sur ce « nouvel esprit de curiosité » qui (...)

55Ce mouvement d’accélération de l’appréhension globale de l’œkoumène qui accompagnait la progression des armées romaines résultait parfois d’une démarche qui rejoignait celle des explorateurs grecs. On sait en effet qu’en 146, Scipion Émilien affréta une expédition qu’il confia à Polybe pour reconnaître les côtes de l’Afrique232. César profita également de son passage en Bretagne pour effectuer des relevés précis au moyen d’une clepsydre233. Certains généraux romains étaient eux-mêmes des érudits qui s’intéressèrent de près aux particularités des régions qu’ils traversaient : les fragments parvenus jusqu’à nous des œuvres de Caton témoignent que le consul de 195 avait consigné une grande quantité d’informations sur le nord-est de la Péninsule234 ; de même le traité d’agriculture de Varron contient de nombreux exemples relatifs à l’Ultérieure où il séjourna en qualité de légat de Pompée à la veille de la guerre civile235. Cette ouverture au monde, facilitée par les déplacements qu’imposaient les commandements outre-mer, s’inscrivait résolument dans la révolution intellectuelle que connut la société romaine aux deux derniers siècles de notre ère236. Elle conféra à l’impérialisme de Rome une dimension scientifique incontestable, en même temps que cet « inventaire du monde », selon l’expression de Cl. Nicolet, exprimait la toute-puissance de la Rome conquérante.

  • 237 On a fait ainsi remarquer la force du modèle alexandrin, valorisant l’exploration géographique, da (...)
  • 238 Appien, Mithr., 103 ; Cicéron, De prov. Cons., XXII ; Pline, NH, VII, 1, 6 ; Strabon, II, 4, 1.
  • 239 Pour une vision critique de l’apport traditionnellement reconnu des militaires romains à la scienc (...)
  • 240 Cette dissociation a été relevée notamment, à juste titre, par P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 2 (...)

56Cette assimilation ostensible entre conquête militaire et exploration, voulue par une partie des élites romaines elles-mêmes, possédait une dimension idéologique évidente237. Pour cette raison, elle a fait l’objet d’une valorisation particulière dans nos sources238. De là à attribuer aux armées romaines une contribution directe à la formation de la géographie savante du temps, il y a un pas qu’on ne saurait franchir trop hâtivement239. En réalité, l’exploration géographique tout comme l’acquisition et la diffusion de connaissances scientifiques en ce domaine n’intervenaient que très marginalement dans l’activité ordinaire des légions : il n’est pas anodin de relever, de ce point de vue, que l’expédition de Polybe en 146 se fit en marge de la campagne de Scipion elle-même240. Tout au long de notre période, l’apport essentiel de l’armée à la connaissance des espaces où elle intervenait se fit donc sur un autre plan, où le savoir géographique, en tant que tel, était finalement secondaire. Comme nous l’avons rappelé précédemment, la conduite de toute opération militaire supposait en soi un effort constant, et souvent important, de renseignement, aussi bien en amont de la campagne qu’au moment même de son déroulement. Il fallait à la fois déplacer les troupes selon un itinéraire étudié, les maintenir en sécurité en évitant de les engager pour le combat sur un relief défavorable, chercher les points d’eau et les zones de fourrage. Tous ces impératifs, et bien d’autres encore, aboutissaient inévitablement à familiariser le général combattant en péninsule Ibérique avec sa propre province, dont il devait connaître la configuration et les ressources, comme avec les territoires limitrophes où il était susceptible de conduire son armée. Toutefois, cette accumulation d’informations indispensables ne supposait pas nécessairement leur intégration dans un savoir constitué.

  • 241 La nécessité de rejeter une telle distinction a été rappelée par Cl. Nicolet, L’inventaire du mond (...)
  • 242 Polybe, IX, 14, 5.
  • 243 Polybe, IX, 14, 8.
  • 244 Polybe, IX, 15, 2-3.
  • 245 On ne croit plus aujourd’hui que les généraux romains, même à la fin de la République, fondaient p (...)
  • 246 O. A. W. Dilke, Greek and Roman Maps ; voir également la contribution du même auteur dans J. B. Ha (...)
  • 247 On admet en effet souvent que les besoins propres aux opérations militaires ont donné naissance à (...)
  • 248 Ce point a été parfaitement démontré en ce qui concerne la guerre des Gaules par A. C. Bertrand, « (...)
  • 249 Tout en acceptant l’existence d’instruments cartographiques à la disposition des généraux, L. Harm (...)
  • 250 Les limites de la reconnaissance effectuées en 55 le long des côtes de Bretagne par le légat Volus (...)

57Sans réintroduire une opposition sans doute factice entre la science hellénistique abstraite et le savoir pratique du Romain homme de guerre241, il faut reconnaître que la guerre antique en général, et la guerre romaine en particulier, se dispensait des ressources de la géographie savante. Certes, le portrait du bon général, dressé par Polybe au milieu du IIe s., montre qu’un chef digne de ce nom devait posséder des compétences en astronomie et en géométrie242. Celles-ci lui permettaient en effet de calculer la durée des jours et des nuits, indispensable à l’organisation des marches243. Il lui fallait pour cela être en mesure d’établir la date des solstices d’hiver et d’été comme celle des équinoxes, mais aussi d’identifier les constellations visibles durant la nuit et de connaître les révolutions de la lune244. Toutefois, il est frappant de constater que, parmi ces connaissances techniques jugées indispensables, la géographie semble n’occuper aucune place, alors même que nous connaissons par ailleurs l’intérêt personnel de Polybe pour ce champ du savoir245. En particulier, aucune référence à l’usage de cartes par les généraux romains n’apparaît jamais. Pourtant, on ne peut douter de l’existence d’une cartographie savante à cette époque246. Il faut donc en conclure que, contrairement à une idée encore très répandue dans l’historiographie247, de telles cartes n’étaient d’aucune utilité en matière militaire248. Ceci explique d’ailleurs pourquoi les insuffisances avérées de la cartographie antique ne constituaient en rien un handicap pour la circulation des légions249, et n’empêchaient pas les généraux romains de s’aventurer dans des régions dont ils semblaient pourtant tout ignorer250.

  • 251 Voir à ce sujet les remarques de P. Le Roux, Romains d’Espagne, à propos de la prégnance d’une cul (...)
  • 252 R. K. Sherk, « Roman Geographical Exploration and Military Maps », p. 536 ; R. Syme, « Military Ge (...)
  • 253 Tite-Live mentionne la lettre envoyée au sénat par Caton après la victoire d’Emporion (Tite-Live, (...)
  • 254 Les contacts épistolaires réguliers entre Rome et les généraux d’Hispania sont bien attestés dès l (...)
  • 255 L’importance représentée par cette source officielle est attestée par la prudence du sénat face à (...)
  • 256 Le point de vue inverse, défendu notamment par J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 43, 125 et 153, et (...)
  • 257 En 197, face aux risques d’insurrection, le sénat réclama un rapport au nouveau gouverneur (Tite-L (...)

58Malgré ces réserves, il est certain que l’ensemble des nécessités stratégiques, tactiques et logistiques conduisait néanmoins à l’accumulation, année après année, d’un important savoir pratique directement issu de l’expérience militaire et non plus accompagnant celle-ci, comme pouvaient l’être les expéditions effectuées à l’occasion des campagnes. Contrairement à ces explorations dont l’objet avoué était d’ordre scientifique, les campagnes menées ordinairement produisaient avant tout une représentation militaire et administrative des espaces, destinée à informer la conduite des opérations guerrières et le gouvernement des provinces. Pour être pragmatique et utilitaire, cette appréhension de l’espace n’en était pas moins celle qui prévalait aux yeux des magistrats soucieux de mener à bien leurs tâches guerrières et d’organiser de vastes territoires comme ceux de la péninsule Ibérique251. Loin de ne constituer qu’un florilège de recettes immédiates face aux besoins matériels des armées de conquête, le déchiffrement des caractéristiques péninsulaires (distances, climat, orographie, hydrographie, décompte des villes) relevait d’un véritable apprentissage dont le résultat ne s’évanouissait pas sitôt la campagne achevée. Davantage que les observations plus générales à caractère exploratoire, c’étaient les conditions dans lesquelles les généraux avaient mené leurs campagnes qui parvenaient à Rome sous forme de lettres, de mémoires ou de rapports dont le contenu se diffusait parmi les dirigeants252. Caton rédigea ainsi le récit détaillé de son mandat de Citérieure, lequel s’ajouta sans doute aux rapports officiels adressés au sénat qui émaillèrent son gouvernement253. Dès l’origine de la conquête en effet, la communication fut constante entre l’Hispania et l’Italie : la correspondance échangée entre les magistrats envoyés dans les provinces et le sénat de Rome favorisait cette circulation de l’information254. Nul doute que les prises de décision des patres s’appuyaient sur les considérations émises par les généraux présents sur le terrain255. D’un point de vue stratégique, il convient donc de nuancer l’isolement parfois prêté aux chefs d’armée256. Si le choix de l’itinéraire et l’opportunité de l’attaque incombaient évidemment en dernier ressort aux généraux (mais c’était aussi le cas en Italie), l’orientation donnée à la campagne résultait autant d’un examen par le sénat des données factuelles régulièrement fournies par ces rapports257. Certes, la volonté de maintenir les gouverneurs deux années de suite dans les Espagnes traduisait la nécessité de disposer sur place d’un magistrat progressivement imprégné de l’expérience pratique offerte par des campagnes répétées sur le même théâtre d’opérations. Cependant, il est certain que le gouverneur entrant disposait lui-même, à son arrivée, d’une familiarité minimale avec certaines des caractéristiques de la région, du moins celles dont l’appréhension était jugée indispensable à la conduite des opérations militaires. Cette connaissance préalable, qui, malgré l’absence de plan prémédité de conquête, inscrivait la charge du magistrat dans une certaine continuité, résultait non seulement du partage de l’information la plus concrète fournie par les compte rendus que les généraux d’Hispania faisaient régulièrement parvenir à Rome, mais aussi des contacts étroits qui existaient entre les membres de l’aristocratie sénatoriale parmi lesquels se recrutaient invariablement ces généraux.

  • 258 Voir à ce sujet les remarques de Cl. Nicolet, Rendre à César, p. 274.
  • 259 C’est le cas de Tiberius Gracchus, questeur de Mancinus en 137 : Plutarque, Tib. Grac., 5-6.
  • 260 C. Flaminius, préteur de Citérieure en 193 (Tite-Live, XXXIV, 55, 6) fut questeur de Scipion en 20 (...)
  • 261 Q. Fabius Maximus Æmilianus, consul en Ultérieure en 145, prorogé jusqu’en 143 (Appien, Ib., 68-69 (...)
  • 262 On connaît quelques cas célèbres : Marius, qui servit sous Scipion Émilien devant Numance (Plutarq (...)
  • 263 Beaucoup, sans revenir ensuite dans la Péninsule, avaient une expérience de l’Hispanie, à un titre (...)
  • 264 Le cas particulier de la ϕίλων ἰλη de Scipion Émilien en 134 (Appien, Ib., 84) a été réexaminé réc (...)

59En effet, il convient de ne pas négliger l’importance de la mémoire collective de l’élite dirigeante dont le sénat, en particulier, formait le dépositaire258. L’assemblée des patres regroupait ainsi, avant les réformes de Sylla, trois cents membres, anciens magistrats et magistrats. Certains avaient été amenés à prendre la tête de l’une ou de l’autre des provinces d’Hispanie en tant que consul ou préteur. Rentrés en Italie, ceux-ci continuaient assurément à faire bénéficier de leur expérience la conduite des affaires militaires d’Espagne. Outre ce petit groupe, il y avait aussi ceux, beaucoup plus nombreux, qui avaient exercé une ou plusieurs charges dans la péninsule Ibérique dans l’entourage d’un gouverneur, en tant que questeur ou légat259. Quelques-uns obtenaient par la suite, à leur tour, le commandement d’une province hispanique260. Dans le cas contraire, ils pouvaient malgré tout revendiquer une certaine expertise dans le domaine de la conduite des guerres dans ces régions et la transmettre en cas de besoin à leurs collègues à Rome. Sans doute, certains individus étaient-ils d’ailleurs choisis pour cette raison précise par le gouverneur afin de l’accompagner pour former son consilium. Il est probable en effet que le magistrat chargé d’une province cherchait à s’entourer d’hommes connaissant déjà le pays261. Il faut compter, enfin, ceux qui servirent en Espagne avant d’entrer au sénat et d’effectuer leur cursus honorum : certains y exercèrent ensuite des responsabilités262, mais pour la plupart ce ne fut pas le cas263. Autour des gouverneurs eux-mêmes dont nous ne possédons pas du reste la liste complète, mais qui, par définition, formaient seulement une fraction des membres composant l’assemblée, gravitaient donc tous les sénateurs qui, au gré de leur parcours, furent amenés à participer, à des titres divers, aux campagnes militaires dans les Hispaniae, et pour lesquels une partie au moins de ces provinces ne représentait plus l’inconnu264.

  • 265 Cette interprétation est préférable, selon nous, à celle qui consiste à faire de ces Romains des o (...)
  • 266 Sur l’origine géographique attribuée au personnage : Cicéron, Phil., XI, 12 : ex ultima Celtiberia(...)
  • 267 R. Syme, « Who was Decidius Saxa ? », pp. 127-137, notamment pp. 132-133. Il est suivi par T. P. W (...)
  • 268 César, BC, I, 66, 3 : Postero die Petreius cum paucis equitibus occulte ad exploranda loca profisc (...)
  • 269 Il est certain que l’allusion de Cicéron à la Celtibérie n’est pas à prendre au sens littéral. R. (...)
  • 270 Le rang occupé par Decidius en 49 est incertain. L’hypothèse selon laquelle il était un centurion (...)
  • 271 Entre 206 et 197, trois des cinq préteurs envoyés en péninsule Ibérique sont apparentés à la gens (...)

60On sait d’autre part que, dès le IIe siècle, certains individus commencèrent à être associés par leur cognomen à la péninsule Ibérique. Le plus souvent, cette particularité s’expliquait par les intérêts commerciaux ou patrimoniaux que ces personnages ou leur famille possédaient dans la Péninsule265. Il est malgré tout tentant de se demander si, parfois, quelques-uns ne pouvaient pas également se voir attribuer une « spécialité » hispanique en raison de leur association répétée à ces théâtres d’opérations au cours de leurs obligations militaires. Le fameux L. Decidius Saxa, vilipendé au milieu du Ier siècle par Cicéron qui l’associait à la Celtibérie pour mieux le dénigrer, est souvent considéré comme un pérégrin auquel César aurait octroyé la citoyenneté avant de le faire entrer au sénat266. R. Syme a démontré que Decidius ne pouvait être pérégrin et conclut par conséquent qu’il s’agit d’un hispaniensis267. La connaissance du terrain qu’on lui prête au cours de la bataille d’Ilerda, durant laquelle César lui confia une mission de reconnaissance, renforce aux yeux de l’historiographie l’argument en faveur d’une origine hispanique du personnage268. On peut objecter à cela que, du côté adverse, c’est Petreius en personne qui mène à bien une mission d’observation identique alors que le général pompéien disposait pourtant de très nombreux hispanienses dans son armée. Une telle fonction d’éclaireur ne saurait donc à elle seule garantir l’origo d’un individu269. Elle témoigne en revanche de la confiance manifestée par César envers Decidius. Rien n’interdit de penser que cette confiance était simplement fondée sur la familiarité acquise par celui-ci avec la région au cours de campagnes précédentes, peut-être en 56 avec Metellus Nepos270. Cette hypothèse est toutefois impossible à prouver avec certitude et il faut pour l’instant s’en tenir à l’idée que L. Decidius Saxa fut l’un de ces hispanienses qui, au cours de la guerre civile, ont combattu aussi bien dans les rangs pompéiens que césariens. Les deux propositions ne sont d’ailleurs pas contradictoires. Quoi qu’il en soit, l’idée d’une certaine forme de spécialisation de cadres subalternes, favorisée sur le plan militaire par le besoin d’hommes d’expérience, n’est pas absurde. On sait ainsi que, pour des raisons autant politiques que militaires (l’un n’allant pas sans l’autre), la majorité des préteurs dans les Hispaniae au cours de la première moitié du IIe siècle appartenait à quelques gentes influentes dont celle des Cornelii Scipiones271. L’expérience accumulée par ce biais ainsi que la connaissance du terrain dont pouvaient bénéficier directement ou indirectement les détenteurs des commandements hispaniques ne garantissaient pas le succès des campagnes entreprises sur place, mais suggèrent que les chefs militaires successifs, en dépit de leur remplacement régulier, disposaient de compétences nécessaires à l’organisation des opérations.

***

  • 272 Cela ne signifie pas que des garnisons ne pouvaient jamais être installées dans le but d’assurer l (...)

61Pour atteindre l’adversaire et l’obliger à offrir sa soumission, les armées romaines déployaient un ensemble de moyens et de méthodes qui contribuait à leur assurer la maîtrise des territoires sur lesquels elles combattaient. Fondés sur une préparation minutieuse qui familiarisait les généraux romains avec les espaces péninsulaires, ces dispositifs de campagne assuraient les déplacements des troupes sur le terrain et servaient à maintenir leur efficacité opérationnelle au cours de la saison de campagne. Les garnisons mentionnées par nos sources correspondent généralement à des postes temporaires établis en vue d’un tel objectif272. Elles garantissaient le contrôle d’une voie stratégique ou veillaient sur un dépôt de ravitaillement. L’approvisionnement régulier des troupes en territoire ennemi, facilité par l’existence de ces stocks à proximité des zones de combat, constituait en effet un facteur essentiel de l’efficacité de l’exercitus républicain qui ne prenait pas ainsi le risque de dépendre du produit d’un pillage toujours aléatoire. Les difficultés rencontrées par les armées auxquelles de telles bases logistiques faisaient défaut, suite à une préparation insuffisante ou suite à la défection des villes abritant ces dépôts de vivres, suffisent à souligner l’importance que revêtaient ces éléments dans la conduite des opérations. Le déroulement d’une campagne donnait ainsi lieu à la mise en place de systèmes de défense et de surveillance des lignes de communication et de ravitaillement des troupes. C’est dans cette perspective, et non dans celle du contrôle à long terme des territoires conquis, que résidaient les formes d’occupation militaire des espaces hispaniques par les armées romaines. Ainsi, telle qu’elle se laisse appréhender dans la documentation, la place fondamentale du praesidium — dans la stratégie et la tactique mises en œuvre lors des opérations — ne doit pas être interprétée comme le développement de tâches nouvelles de garnison attribuées aux armées, mais exprime d’abord la sophistication atteinte dès cette époque par la guerre romaine dans le cadre de la conquête.

Notes

1 Un précieux bilan des informations fournies à ce sujet par les sources écrites (textes littéraires et épigraphie) a été donné dernièrement par J. M. Solana Sáinz, « Los caminos de Hispania hace dos mil años recogidos en las fuentes escritas », pp. 75-102 ; voir également l’inventaire proposé par J. M. Blázquez Martínez, « Las calzadas. Arterias de la guerra en la Hispania romana republicana », pp. 493-501, qui se limite cependant à résumer les déplacements de troupes mentionnés par les sources littéraires.

2 L’ancienneté de cette voie, citée par Timée, De mirab. Ausc., 85 et Polybe, III, 39, 2, paraît hors de doute, même s’il faut vraisemblablement renoncer à imaginer que la notion de uia Heraclea correspondait à un itinéraire précisément défini : elle évoquait avant tout, via le mythe d’Herakles, l’idée générale d’une liaison entre l’Extrême-Occident, considéré comme les confins du monde, et la péninsule italienne. Voir à ce sujet R. C. Knapp, « La via Heraclea en el Occidente », p. 116 ; R. Corzo Sánchez et M. Toscano San Gil, Las vías romanas de Andalucía, p. 19. Par conséquent, tout trajet aboutissant à Gades était susceptible de pouvoir placer celui qui le parcourait dans les pas du Héros fondateur. On ne peut donc pas rejeter, comme le fait R. C. Knapp, l’existence d’une route littorale au sud de Carthagène, défendue par R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, p. 490, et P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 338.

3 Tite-Live, XXIV, 42, 10 ; XXVIII, 39, 5.

4 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 548.

5 Id., « Le Camino de Aníbal », pp. 31-93 ; Id., Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 261-275 et 566-570 ; Id., « Le Camino de Aníbal, principal axe des communications entre l’est et le sud de l’Hispanie », pp. 239-250.

6 Ilerda et Osca ont semble-t-il joué très rapidement la fonction de carrefours routiers incontournables, tandis que l’itinéraire dans la haute vallée de l’Èbre était peut-être connu des Romains depuis le début du IIe siècle. Voir N. Dupré, « La vallée de l’Èbre et les routes transpyrénéennes antiques », pp. 395-396 ; M. Á. Magallón Botaya, La red viaria romana en Aragón, pp. 93-101 ; E. Ariño Gil et J. Núñez Marcén, « La organización de la red viaria en torno a Ilurcis-Gracchurris », p. 305.

7 J. M. Roldán Hervás, Iter ab Emerita Asturicam, pp. 170-171 ; P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 572.

8 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 580-592. Commencée sous Auguste, la construction de la via Augusta fut poursuivie par ses successeurs.

9 Ibid., pp. 566 et 573-579. Selon lui, il n’y avait, au mieux, sous la République, qu’un simple empierrement superficiel recouvrant certaines pistes ibériques. À la fin du IIIe siècle ap. J.-C., il n’y avait dans la province que quatre routes aménagées sur tout leur trajet (ibid., p. 596). Cette entreprise, débutée avec Auguste, représenta une véritable révolution des transports.

10 Ibid., p. 783 ; J. M. Caamaño Gesto, « Posible reutilización de caminos prerromanos en época romana », pp. 281-285.

11 Pour l’Ultérieure, voir P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 528-565, ainsi que R. Corzo Sánchez et M. Toscano San Gil, Las vías romanas de Andalucía, p. 19 ; pour la Citérieure : J. M. Caamaño Gesto, « Posible reutilización de caminos prerromanos en época romana », p. 283, n. 22, rappelle ainsi que l’utilisation de la roue implique l’existence de chemins praticables par des chariots ; F. Burillo Mozota, El valle medio del Ebro en época ibérica, p. 267, souligne que les établissements indigènes n’étaient pas des lieux isolés, sans communications entre eux, et que, le milieu physique imposant ses lois, les voies utilisées pour celles-ci étaient nécessairement en partie identiques à celles empruntées par les armées romaines ; M. Á. Magallón Botaya, « Organización de la red viaria romana en el valle medio del Ebro », p. 301, estime de même que la pénétration romaine par la vallée de l’Èbre s’est faite avant tout en utilisant « los distintos caminos indígenas ».

12 J. M. Roldán Hervás, Iterab Emerita Asturicam, pp. 169-170. Les premiers restes matériels de la voie paraissent remonter au royaume tartéssien ; sur le périple d’Hannibal, voir Polybe, III, 14, 9, et Tite-Live, XXI, 5, 17.

13 R. Chevallier, Les voies romaines, pp. 25-29.

14 Appien, Ib., 87. L’argument de Scipion pour éviter le raccourci, trop proche de la cité ennemie, est la taille de ses impedimenta : οἱ δ᾽ ἡμέτεϱοι βαϱεῖς ἐπανίασιν ὡς ἀπὸ σιτολογίας ϰαὶ ϰατάϰοποι ϰαὶ ϰτήνη ϰαὶ ἁμάξας ϰαὶ ϕοϱτία ἄγουσιν. (« Nos soldats en revanche reviennent chargés, comme il est naturel au retour d’une corvée de ravitaillement, harassés, menant avec eux du bétail, des chariots et des bêtes de somme », trad. P. Goukowsky, CUF).

15 Tite-Live, frgt. XCI, 17 ; sur les hypothèses d’identification de l’itinéraire, voir J. M. Pascual Fernández et U. Espinosa Ruiz, « Aportación al estudio de las vías romanas en el Ebro medio », p. 74 ; E. Ariño Gil et J. Núñez Marcén, « La organización de la red viaria en torno a Ilurcis-Gracchurris », p. 103.

16 C’est du reste ce que nous montrent les Itinéraires tardifs, dans lesquels la route n’est pas définie par son tracé, mais par les distances qu’elle couvre (étapes) et les établissements (villes, stations) qu’elle met en communication.

17 Polybe, III, 39, 8 : ταῦτα γὰϱ νῦν βεβημάτισται ϰαὶ σεσημείωται ϰατὰ σταδίους ὀϰτὼ διὰ Ῥωμαίων ἐπιμελῶς.

18 P. Pédech, La méthode historique de Polybe, p. 591 ; pour sa part, F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 273, accepte l’authenticité du passage uniquement parce qu’il pense, contrairement à l’opinion commune, que Polybe est mort après 118. Sur la uia Domitia, voir Cicéron, Font., XVIII ; sur sa datation, voir P.-M. Duval, « À propos du milliaire de Cn. Domitius Ahenobarbus trouvé dans l’Aude en 1947 », pp. 207-231 ; Id., « Le milliaire de Domitius et l’organisation de la Narbonnaise », pp. 3-6 ; en dernier lieu, voir G. Castellvi et alii (éd.), Voies romaines du Rhône à l’Èbre. Via Domitia et via Augusta.

19 Strabon, IV, 6, 3. Sur cette question, voir Ch. Ebel, Transalpine Gaul, pp. 57-58.

20 Tite-Live, XXXVII, 57, 1 (L. Baebius Dives en 189) et XLII, 4, 1 (N. Fabius Buteo en 173).

21 Ch. Ebel, Transalpine Gaul, pp. 62-63 et 82-83 ; M. Mayer, « Sur Polybe, III, 39, 8 », pp. 189-191 ; P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 781 ; G. Barruol, « Présentation de la via Domitia », p. 16 ; récemment, Chr. Rico, Pyrénées romaines, pp. 149-151, a suggéré qu’une réfection similaire avait pu avoir lieu également au sud des Pyrénées.

22 Découverte en trois fragments, cette pièce est actuellement déposée au musée de Tortosa. Paléographiquement, le style de l’inscription est considéré comme archaïque. Voir M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », p. 159 ; Id., « Consideraciones sobre el conjunto epigráfico de Dertosa », pp. 701-738 ; dernièrement, J. Lostal Pros, Los miliarios de la provincia Tarraconense, p. 11 (nº cat. 1), a proposé de le dater entre 150 et 120-110.

23 R. Chevallier, Les voies romaines, p. 61 et n. 6. Il s’agissait d’un équivalent de nos bornes hectométriques. T. P. Wiseman, « Roman Republican Road-Building », p. 151, cité désormais dans sa réédition de 1987, p. 155, estime que les bornes évoquées par Polybe étaient de ce type.

24 Ils correspondaient sans doute à deux voies secondaires, la première reliant Ausa au littoral et l’autre Ilerda à Celsa. G. Fabre, M. Mayer et I. Roda, Inscriptions romaines de Catalogne, t. I, pp. 210-212 et 214-215, inventorient trois exemplaires mentionnant Sergius sous les nos 175, 176 (= CIL, I2, 2982) et 181 (= CIL, II, 4956) ; Id., Inscriptions romaines de Catalogne, t. II, pp. 129-130, recensent un milliaire, aujourd’hui perdu, mentionnant Fabius Labeo (nº 89 = CIL, II, 4924) ; J. Lostal Pros, Los miliarios de la provincia Tarraconense, p. 16, ajoute à cette liste un second milliaire de Labeo, également perdu (nº 6 = CIL, II, 4925). Voir aussi M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », pp. 160-161, pour la restitution du tracé de ces voies.

25 État de la question dans M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », pp. 163-164, et J. Lostal Pros, Los miliarios de la provincia Tarraconense, pp. 12 et 15. Dernièrement, on a proposé de mettre en relation avec la construction de ces infrastructures l’établissement de Camp de les Lloses, situé à Tona (Osona), où a été retrouvé un atelier métallurgique actif entre 120 et 90 : R. Álvarez Arza et alii, « El jaciment del Camp de les Lloses (Tona, Osona), i el seu taller de metalls », pp. 271-281.

26 Bell. Hisp., XXXII, 7. L’intérêt de ce passage a été mis en évidence par P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 571. Cet auteur estime que la distance (huit milles) correspond vraisemblablement à celle séparant Carteia du premier relais (mutatio) en direction de Cordoue.

27 C’est par exemple le cas de la uia Sergia. Découvert en 1983, le milliaire de Santa Eulàlia de Riuprimer, qui fait partie des trois exemplaires mentionnant M’Sergius, donne le chiffre I et semble avoir été trouvé in situ (M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », p. 159). Rappelons que le milliaire de Treilles, seul vestige d’époque républicaine, est également issu d’un tronçon secondaire de la uia Domitia (M. Gayraud, Narbonne antique, pp. 127-130).

28 R. Chevallier, Les voies romaines, p. 63 ; R. Corzo Sánchez et M. Toscano San Gil, Las vías romanas de Andalucía, pp. 43-44.

29 Ce phénomène a été observé pour la Haute Andalousie par P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 575 : au Ier siècle av. J.-C., on n’a plus mention que d’une seule route au travers de la Sierra Morena, alors que quatre itinéraires sont connus pour l’époque ibérique ; pour la vallée de l’Èbre, F. Burillo Mozota, El valle medio del Ebro en época ibérica, p. 269, fig. 97 et p. 273, fig. 98, a mis en évidence, entre Saragosse et Calatayud, le choix par les Romains d’un axe nord-est/sud-ouest au détriment des autres voies indigènes ; même constat, effectué par N. Dupré, « La vallée de l’Èbre et les routes transpyrénéennes antiques », p. 403, pour les routes transpyrénéennes.

30 P. Sillières, « Voies romaines et contrôle de l’Hispanie à l’époque républicaine », notamment pp. 26-33.

31 L’urgence de procéder à ce type d’aménagements y avait même peut-être été encore moindre si, comme le croit P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 564, des travaux avaient déjà été entrepris par les Barcides sur les itinéraires les plus importants. Cet auteur rappelle que les sources antiques attribuent aux Carthaginois une réputation flatteuse en matière de travaux routiers (notamment Servius, Ad Aen., I, 422 ; Isidore, Or., XV, 16).

32 M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », p. 164, ont bien insisté sur cette dimension, à propos des milliaires de Catalogne : « … difícilmente nos atreveríamos a situar estos miliarios en relación con la guerra numantina o con sus precedentes lusitanos, y menos aún con el problema sertoriano ; en otros términos, creemos más probable pensar que tal como a las guerras cántabras sucedió una organización viaria y territorial, nos hallaríamos en este caso ante un fenómeno paralelo en un período de relativa tranquilidad después de duras luchas. »

33 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 167. L’auteur ne croit pas toutefois possible de parler pour autant d’une politique cohérente d’aménagement et suggère plutôt que les motivations propres à chaque magistrat dictaient les phases de construction. C’est cependant accorder trop d’importance à l’aspect fragmentaire de la documentation dont on a vu supra qu’il n’était pas incompatible avec un bornage plus répandu. D’autre part, sans parler de l’affectation des crédits publics nécessaires, on sait que le sénat avait confié en 197 une mission de bornage des provinces aux nouveaux préteurs (Tite-Live, XXXII, 28, 11). On ne peut exclure que, par la suite, l’infrastructure routière ait également suscité son attention. Les magistrats en exercice appliquaient alors les décisions de l’assemblée. À ce sujet, voir T. P. Wiseman, « Roman Republican Road-Building », pp. 127-129.

34 Contra R. Corzo Sánchez, « Munda y las vías de comunicación en el Bellum Hispaniense », p. 241.

35 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 777 : « les armées en mouvement pouvaient se satisfaire de chaussées sans doute fort médiocrement aménagées » ; sur la relation traditionnellement admise entre déplacement des troupes et construction de routes, voir aussi les critiques encore plus poussées de P. Erdkamp, Hungerand the Sword, p. 71.

36 Strabon, III, 4, 9 ; voir aussi Appien, BC, II, 103 ; en revanche, Suétone, Diu. Iul., LVI, 5 donne vingt-quatre jours (quarto et uincesimo die).

37 Sur le parcours suivi par César, voir P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 576, et R. Corzo Sánchez et M. Toscano San Gil, Las vías romanas de Andalucía, p. 34.

38 Orose, VI, 16, 6. J. Carcopino, César, p. 460, n. 2, comparant ce témoignage à celui de Strabon et d’Appien estime qu’Orose « est certainement dans son tort ». Cette sévérité est excessive, car les sources grecques, se contentent de donner le point de départ et le point d’arrivée et ne permettent évidemment pas d’en déduire la régularité du parcours.

39 Dans la mesure où il ne tient pas compte de l’information donnée par Orose, F. Kirbihler, « La vitesse de César et de ses troupes durant les campagnes militaires en Occident », pp. 116-117, estime pour sa part le rythme de l’ensemble du voyage à 92 km par jour si l’on suit Strabon, et à 108 km par jour si l’on suit Suétone. Ces estimations sont assez élevées, comme le reconnaît d’ailleurs l’auteur. Néanmoins, il s’appuie sur un autre passage de Suétone (Diu. Iul., LVII, 2) pour supposer que César était coutumier du fait : Longissimas uias incredibili celeritate confecit, expeditus meritoria raeda, centena passuum milia in singulos dies. (« Il couvrit de très longues étapes avec une incroyable célérité, sans rien emporter avec lui, dans une voiture de louage, parcourant chaque jour une distance de cent mille pas », trad. H. Ailloud). L’expression longissimas uias nous paraît cependant trop vague pour permettre de savoir combien de temps étaient tenus les 150 km quotidiens dont il est question. D’autre part, César se déplace alors en voiture, ce qui n’était peut-être pas le cas sur la totalité du parcours en 46. En outre, toutes les comparaisons fournies par F. Kirbilher pour montrer que les records de vitesse se situent bien à l’époque entre 150 et 300 km par vingt-quatre heures ne sont pas convaincantes, car elles ne concernent que des cavaliers sur de petites distances.

40 L’explication proposée par A. Schulten, FHA, V, p. 125, n’est guère satisfaisante : selon lui, César s’était blessé le pied à Sucro (comme nous l’apprend Sénèque, De Benef., V, 24, 1), ce qui aurait provoqué le ralentissement.

41 C’est ce du moins ce qu’affirme Dion Cassius, XLIII, 32, 1-2 : Κἀν τούτῳ ϰαὶ ὁ Καῖσαϱ μετ᾽ ὀλίγων ἐξαίϕνης ἀδόκήτοις οὐχ ὅτι τοῖς πεϱὶ τὸν Πομπήιον ἀλλὰ ϰαὶ τοῖς ἑαυτοῦ στϱατιώταις ἐπῆλθε τοσούτῳ γὰϱ τῷ τῆς ποϱείας τάχει ἐχϱήσατο ὥστε ϰαὶ τοῖς οἰϰείοις ἅμα ϰαὶ τοῖς ἐναντίοις ὀϕθῆναι πϱὶν ϰαὶ ὅτι ὅλως ἐν τῇ Ἰβηϱίᾳ γέγονεν ἀϰουσθῆναι. ϰαὶ ὁ μὲν ϰαὶ ἀπ᾿ αὐτοῦ τούτου, τῆς τε παϱουσίας τῆς αὑτοῦ μόνης, ϰαὶ ἐς τὰ ἄλλ ϰατάπλήξειν τὸν Πομπήιον ϰαὶ ἀπὸ τῆς πολιοϱϰίας ἀπάλλάξειν ἤλπισε τὸ γὰϱ πλεῖον στϱάτευμα ϰατὰ τὴν ὁδὸν ὑπελέλειπτο. (« Sur ces entrefaites, César, avec une faible escorte, survint tout à coup, sans être attendu non seulement des Pompéiens, mais même de ses propres soldats. Il avait en effet mis à faire la route une telle vitesse que et les siens et les ennemis le virent avant d’avoir eu la moindre nouvelle de son arrivée en Espagne. Il espérait par ce moyen, ainsi que par sa seule présence, effrayer Pompée et l’amener à lever le siège, car le gros de son armée était demeuré en arrière sur la route »).

42 Bell. Hisp., II, 1 : cum celeri festinatione. L’expression a une valeur générale et n’est pas spécifiquement appliquée à l’arrivée de César à Obulco, puisque le texte précise ensuite qu’après avoir rencontré une ambassade de Cordoue sur sa route, il informa ses légats de son arrivée (II, 2 : de suo aduentu facit certiores). De même que Suétone, Diu. Iul., LVII, 2, cité supra, cette remarque s’inscrit dans l’exaltation générique de la celeritas césarienne qui constitue un thème privilégié de la propagande du dictateur. Voir M. Rambaud, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, pp. 251-254.

43 Cette hypothèse a l’avantage de réconcilier en partie le témoignage d’Appien avec ceux de Strabon et de Dion Cassius, puisque l’historien alexandrin prétend : Ὁ δὲ Καῖσαϱ ἧϰε μὲν ἀπὸ Ῥώμης ἑπτὰ ϰαὶ εἴϰοσιν ἡμέϱαις, βαρυτάτῳ στϱατῶ μαϰϱοτάτην ὁδὸν ἐπελθών. (Appien, BC, II, 103 : « César arriva de Rome en vingt-sept jours, bien qu’empruntant avec une armée très chargée un itinéraire très long », trad. J. -I. Combes-Dounous).

44 Les légionnaires césariens n’ont en effet pas marché à un rythme hors du commun pendant tout un mois, comme le croit par exemple J. F. C. Fuller, Julius Caesar, p. 288, n. 2. La marche forcée portait seulement sur la distance Sagonte-Obulco.

45 Végèce, I, 27 : Decem milia passuum armati instructique omnibus telis pedites militari gradu ire ac redire iubebanturin castra. Le passage, qui décrit l’ambulatio, c’est-à-dire la marche d’exercice, a souvent été compris comme un aller-retour sur quinze kilomètres. Voir G. Veith, « Die Römer », pp. 353-354. Mais M. Rambaud, « Les marches des césariens vers l’Espagne au début de la guerre civile », pp. 846-847, a montré qu’il s’agissait bien de quinze kilomètres aller et quinze kilomètres retour, soit trente en tout. Il estime qu’en temps ordinaire, le iustum iter des légions se situait probablement plutôt entre vingt et vingt-cinq kilomètres quotidiens, effectués généralement en six heures.

46 Il faut en effet tenir compte du temps réel consacré à la marche au cours de la journée. Végèce effectue ses calculs sur la base de cinq heures d’été, soit environ six de nos heures (Végèce, I, 9). Les huit heures et demie restantes (correspondant aux sept heures d’été romaines) servaient notamment à manger, à lever le camp et à construire le suivant. Toutefois cette obligation pouvait être réduite au strict minimum lorsque les légions circulaient en Italie ou dans des régions bien pacifiées. Voir à ce sujet les remarques de P. O. Spann, « M. Perperna and Pompey’s Spanish Expedition », p. 56, n. 32. Le général gagnait ainsi au minimum trois ou quatre heures de marche supplémentaires par jour. La progression de César en 46 suggère que le Saltus Castulonensis demeurait alors bien contrôlé par les Césariens. Il faut toutefois pondérer la possibilité d’accroître de cette manière le temps de marche par le fait que César se déplaçait alors au début de l’hiver où les heures de jour sont plus réduites (cinq heures d’hiver romaines correspondent alors à quatre de nos heures).

47 Polybe, X, 9, 7 ; également Tite-Live, XXVI, 42, 6.

48 En faveur de Sagonte : A. Schulten, FHA, III, p. 100, et H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 67, n. 1 ; en faveur du Sucro : suggérée initialement par G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 465, en raison des cent trente milles séparant ce fleuve de Carthagène, l’hypothèse du Sucro a été brillamment défendue par J. Carcopino, « Le traité d’Hasdrubal et la responsabilité de la seconde guerre punique », pp. 258-294, et Id., Les étapes de l’impérialisme romain, pp. 19-67, selon qui le Júcar était également appelé Hiberus dans l’Antiquité ; cette théorie a été reprise par G. -Ch. Picard, « Le traité romano-barcide de 226 av. J. -C. », pp. 747-762 et, plus récemment, par P. Jacob, « La frontière entre Espagne ultérieure et citérieure au début du IIe siècle av. J. -C. », pp. 253-273 ; cette confusion antique entre Èbre et Sucro a été en revanche rejetée par F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. II, pp. 204-205, et P. Gautier, « L’Èbre et Sagonte. Défense de Polybe », p. 91 ; l’impossibilité de la marche de 209 est admise par P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 779.

49 Polybe, X, 9, 1 et 6 : Καὶ ταύτην ἔχων τὴν ἐπιβολήν ϰαὶ τὴν ἡλιϰίαν, ἣν ἀϱτίως εἶπα, πάν τας ἀπεϰϱύψατο χωρὶς Γαΐου Λαιλίου, μέχϱι πάλιν αὐτὸς ἔϰϱινε ϕανερὸν ποιεῖν. (« Et cet homme, qui nourrissait un si grand dessein, sut, bien qu’il fût encore, nous l’avons dit, fort jeune, garder ses intentions secrètes pour tout le monde à l’exception de Laelius, jusqu’au moment où il jugea bon de les faire connaître », trad. D. Roussel).

50 Polybe, X, 9, 6. H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 67, n. 1, bien qu’il privilégie une offensive depuis Sagonte, reconnaît ainsi lui-même que seul un départ loin vers le nord rendait vraisemblable la surprise et conclut à juste titre : « yet the time can hardly have been greatly exaggerated, for would Polybius have referred to it, if it had not been in some way exceptional ? »

51 Tite-Live, XXVI, 42, 5 : Is, classe circummissus, ita moderari cursum nauium iussus erat, ut eodem tempore Scipio ab terra exercitum ostenderet et classis portum intraret.

52 Une telle mesure est envisageable puisqu’on sait par Polybe, III, 95, 3, qu’elle avait déjà été employée par P. et Cn. Scipion en 217 au cours de leur première avancée vers Sagonte. Il est dit que les deux généraux avaient établi leur dernier camp de manière à pouvoir recevoir leur approvisionnement depuis la mer. Pour cela, la flotte romaine avait avancé le long de la côte, parallèlement à l’armée de terre.

53 Il est difficile cependant d’imaginer que les soldats ne portaient aucun bagage. On doit distinguer les impedimenta des sarcinae, comme le font souvent les sources (Tite-Live, XXIII, 16, 6 ; XXXV, 28, 4 ; XL, 39, 7). Voir G. Veith, « Die Römer », pp. 394-395 ; M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 328 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 152 ; J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, p. 80. Les impedimenta sont les bagages de l’armée entière, comprenant le matériel commun, tandis que les sarcinae correspondent aux bagages personnels des soldats. Lorsqu’une armée évolue sans son train, elle est dite sine impedimentis. J. Roth estime qu’expeditus en est un équivalent. Par conséquent, selon lui, les légionnaires n’étaient jamais déchargés de la sarcina, qu’il évalue autour de 50 kg environ. Pourtant, on ne peut pas exclure totalement que, dans certain cas, comme en 209, il était possible de réduire ce paquetage au strict minimum.

54 Polybe, X, 12, 1, précise bien que Scipion n’engagea pas l’assaut avant le huitième jour, vers la troisième heure ; Tite-Live, XLVI, 43-44, présente une lacune à cet endroit, passant directement de la harangue de Scipion, évoquée également par l’historien grec pour le moment de l’arrivée, au récit de l’assaut. Rien ne permet par conséquent de penser que le récit livien se distinguait du témoignage polybien sur ce point.

55 Tite-Live, XXVII, 7, 1.

56 Le récit de la guerre des Gaules montre qu’il en allait de même sur d’autres théâtres d’opération (César, BG, V, 47, 2 ; VI, 5, 6 ; VI, 32, 5 ; VII, 10, 4 ; VII, 55, 2 ; VIII, 2, 2) ; voir A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 288.

57 César, BC, I, 41, 2 ; ce n’est que dans un second temps, deux jours plus tard, une fois le nouveau camp achevé, que César est rejoint par ses bagages (I, 42, 4) ; la distance entre la ville et la position où César laissa ses impedimenta ne dépassait pas quelques kilomètres : il ne s’agissait donc pas de couvrir un long trajet, mais d’éviter de rencontrer l’adversaire en étant encombré du train ; sur la localisation discutée du camp césarien initial, voir M. Rambaud, « Le camp de Fabius près d’Ilerda », p. 329-336.

58 César, BC, I, 69, 4 (pour les Pompéiens) ; I, 80, 4 (pour les Césariens) ; sur le risque pris par les premiers de se trouver privés de leur bagages suite à ce type de manœuvre : I, 70, 2.

59 Frontin, Strat., III, 1, 2 : M. Cato in Hispania animaduertit potiri se quodam oppido posse, si inopinatos inuaderet. Quadridui itaque iterbiduo per confragosa et deserta emensus, nihil tale metuentes oppressit hostes. Victoribus deinde suis causam tam facilis euentus requirentibus dixit, tum illos uictoriam adeptos, cum quadridui iter biduo corripuerint.

60 Les études modernes ont spontanément tendance à suspecter la crédibilité des grandes étapes accomplies à pied ; M. Rambaud, « Les marches des césariens vers l’Espagne au début de la guerre civile », p. 846, critique avec raison cet excès de scepticisme. Depuis quelques années, le développement de l’archéologie expérimentale vient nous rappeler ce qui n’avait pas besoin d’être démontré avant la généralisation de la mécanisation. Le livre de M. Junkelmann, Die Legionen des Augustus, retrace ainsi une marche de 500 km entre Augsbourg et Vérone, effectuée du 30 avril au 23 mai 1985, par huit personnes munies de l’équipement légionnaire du début du Ier siècle après J. -C. et portant un paquetage de 43-46 kg, à une allure de 25 km par jour. Aucun des participants n’avait subi de préparation physique particulière. Quelles que soient les limites évidentes de l’entreprise (en particulier l’absence d’un train nombreux pouvant ralentir la marche), celle-ci suggère toutefois ce dont pouvaient être capables des soldats entraînés et habitués à couvrir des distances importantes ; N. Fuentes, « The Mule of a Soldier », p. 89, qui compare avec des exemples plus récents et évalue le paquetage individuel entre 25 et 30 kg (sans compter les rations), estime également que « Roman march distances of the order of 30 miles (48 km) should have been achieved with comparative ease. »

61 L’effort fait en Italie à l’occasion de la bataille du Métaure en 207 peut donner une idée des conditions dans lesquelles se déroulait ce genre de marche ; voir Tite-Live, XXVII, 45, 11 : nihil morari, nec ab signis absistere cibum capientes ; diem ac noctem ire ; uix quod satis ad naturale desiderium corporum esset quieti dare (« [les soldats] ne s’attardaient pas, ne s’arrêtaient pas loin des enseignes pour se nourrir ; ils marchaient jour et nuit ; c’est tout juste s’ils s’accordaient le repos qu’exigeait leur corps, pour répondre aux besoins de la nature », trad. P. Jal).

62 Les textes relatifs à ces opérations sont souvent mal interprétés. On voit parfois une contradiction entre le franchissement de l’Èbre par l’armée romaine et l’installation du camp ilergète en territoire sédétan : en effet, le verbe transcendere utilisé par Tite-Live, XXVIII, 31, 7, pour décrire le mouvement effectué par les troupes ilergètes avant l’arrivée de Scipion implique que celles-ci avaient traversé l’Èbre et campaient sur sa rive droite. Cet argument est avancé par P. Jacob, « La frontière entre Espagne Ultérieure et Citérieure au début du IIe siècle av. J. -C. », pp. 262-263, pour prouver que le fleuve franchi par les légions est le Sucro et non l’Èbre. La contradiction n’est cependant qu’apparente. D’une part, on sait que les Sédétans occupaient un territoire à cheval sur le cours moyen de l’Èbre et pas seulement au sud de celui-ci : G. Fatás Cabeza, La Sedetania, p. 55. D’autre part, les Ilergètes vivaient eux sur la rive gauche du Sègre. Si le verbe transcendere suppose la traversée d’un cours d’eau — ce qui n’est pas certain du reste (car son sens général est : « passer d’un endroit à un autre ») —, il pourrait donc plutôt s’agir du Sègre. Les Romains devaient donc bien traverser l’Èbre et s’enfoncer en territoire sédétan avant de rencontrer l’armée ilergète.

63 Polybe, XI, 32, 1 ; Tite-Live, XXVIII, 33, 1.

64 À comparer avec les soixante-dix étapes (septuagesimis castris) effectuées en 206, immédiatement après la bataille d’Ilipa, pour revenir de la vallée du Guadalquivir jusqu’à Tarragone (Tite-Live, XXVIII, 16, 10). Scipion prend alors son temps : il en profite pour régler le sort des communautés jalonnant sa route (protinus causis regulorum ciuitatiumque cognoscendis, ut praemia ad ueram meritorum aestimationem tribui possent).

65 Bell. Alex., LVII, 2 : Cognita re, noctu cum V cohortibus unetuicensimanorum egreditur, mane peruenit Naeuam. (« À cette nouvelle, il part de nuit avec cinq cohortes de la vingt-et-unième légion et arrive au matin à Naeua », trad. J. Andrieu). Cassius se trouvait à Hispalis au moment où le message lui parvint. Sur la restitution des mouvements de troupes au cours de cet épisode, voir P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 323-324. Cet auteur évalue (p. 779) la durée du trajet à « une dizaine d’heures ». Or, un rapport de trente-quatre kilomètres en dix heures de nuit est inférieur au pleno gradu de Végèce (trente-six kilomètres en cinq heures d’été romaines, effectuées de jour, soit six heures actuelles). De plus, rien ne dit que le gouverneur a employé l’intégralité de la nuit à se rendre à Naeua, puisqu’en été, il faut compter seulement neuf heures et demie de nuit. Il est plus probable, vu la gravité de la situation, que le trajet fut beaucoup plus rapide.

66 Tite-Live, XXVIII, 1, 5-6 : Silanus, quantis maximis potuit itineribus — impediebant autem et asperitates uiarum et angustiae saltibus crebris, ut pleraque Hispaniae sunt, inclusae — tamen non solum nuntios, sed etiam famam aduentus sui praegressus, ducibus indidem ex Celtiberia transfugis, ad hostem peruenit. Les indications données par Tite-Live sont ici trop imprécises pour évaluer la distance parcourue et estimer le temps consacré à la marche. Mais on sait (Tite-Live, XXVIII, 2, 12) que le lieu de la bataille se situait à environ dix jours de marche de la région contrôlée par les Carthaginois autour de Gades. Il est donc préférable de penser que Silanus ne s’est pas aventuré dans les montagnes conduisant à la Meseta, comme le croyait A. Schulten (FHA, III, p. 129), mais dans la « Céltica gaditana et malagueña » de Pline et Ptolémée, proposée récemment par Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 135. Par conséquent, on admettra avec ce dernier que Silanus s’est rendu depuis Carthagène « en el territorio que mediaba entre las posiciones púnicas en la gaditana prouincia y las posiciones romanas en la región de Carthago Noua ». Il est alors difficile de penser que l’armée romaine a pu parcourir plus de deux cents kilomètres environ, à vol d’oiseau.

67 César, BC, I, 68, 1-3 : Nam quae itinera ad Hiberum atque Octogesam pertinebant castris hostium oppositis tenebantur. Ipsi erant transcendendae ualles maximae ac difficillimae, saxa multis locis praerupta iterimpediebant, ut arma permanus necessario traderentur militesque inermes subleuatique alii ab aliis magnam partem itineris conficerent. Sed hunc laborem recusabat nemo, quod eum omnium laborum finem fore existimabant, si hostem Hibero intercludere et frumento prohibere potuissent.

68 Au contraire, César précise bien qu’il avait fallu opposer à l’ennemi un obstacle équivalent pour que la lutte soit égale, César, BC, I, 70, 1 : sed exercitum Caesaris uiarum difficultates tardabant, Afrani copias equitatus Caesaris insequens morabatur (« mais l’armée de César était retardée par les difficultés du terrain, et les troupes d’Afranius entravées par la cavalerie de César, qui les harcelait », trad. P. Fabre).

69 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, pp. 119-120.

70 R. Corzo Sánchez, « Munda y las vías de comunicación en el Bellum Hispaniense », p. 242, estime ainsi à tort que la persistance de cette terminologie sous le Haut-Empire indique « el continuo uso y necesidad que de ellas tenían los ejércitos » ; l’expression « vía militar » est de même employée par J. M. Roldán Hervás, Iter ab Emerita Asturicam, p. 172, à propos du Camino de la Plata, et par M. Mayer et I. Roda, « La epigrafía republicana de Cataluña », p. 160, à propos de la uia Sergia.

71 R. Rebuffat, « Via militaris », pp. 52-67, et notamment pp. 53-56, où il montre que les uiae militares mentionnées par Cicéron pour l’époque républicaine (Cicéron, Phil., XII, 25 ; Prou., IV et XXXI ; Pis., XVII, 40) n’ont rien de routes « militaires » ; voir aussi P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, pp. 783-790, qui insiste en particulier sur le fait que la Bétique, province inerme, est toujours traversée par une uia militaris sous Domitien.

72 J. M. Roldán Hervás, Iterab Emerita Asturicam, p. 175.

73 Ibid., pp. 170-173.

74 Ibid., pp. 170-171, estime que c’est seulement avec l’initiative de Caepio que l’on peut « hablarcon propiedad de una calzada romana », car ce général « construye una carretera que desde el río Anas y cruzando el Tajo se dirige hacia el norte. […] Posiblemente, pues, la carretera construida por sus tropas — rudimentaria, dadas las características y el fin propuesto exclusivamente militar — ocupaba sólo el terreno entre ambos ríos… » ; puis il évoque une « vía militar » à propos de l’activité de Metellus (p. 172).

75 Ibid., p. 171 : « El testimonio de este paso y de esta carretera es un campamento romano que Caepio funda en la región de Cáceres ciudada. » Il s’agit de Castra Seruilia dont il estime que « la fecha defundación del campamentoy por tanto de la carretera debió serel mismo año 139 ». Concernant le tronçon metellien, il s’appuie sur des éléments identiques, p. 172 : « Su existenciay su construcción está atestiguada portres lugares en dicha ruta que llevan su nombre o que fueron fundados porél : Metellinum, Castra Caecilia y vicus Caecilius. »

76 Voir supra, pp. 289-290.

77 Tite-Live, XXXIX, 2, 5 signale la construction de la voie Bologne-Arezzo à titre d’exercice militaire. Toutefois, le consul emploie ainsi ses troupes afin d’éviter leur désœuvrement : cela montre que ce type d’activité était une alternative à la campagne militaire et suggère par conséquent qu’elle n’en faisait donc pas normalement partie. En temps ordinaire, les populations locales fournissaient la main-d’œuve nécessaire, comme le montre Cicéron, Pro Fonteio, VIII, 17.

78 Du reste, pour P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, p. 566, l’époque républicaine est celle « pendant laquelle Rome paraît avoir dépensé le moins d’argent possible pour les voies ».

79 Tite-Live, XL, 30, 3.

80 Tite-Live, XL, 30, 2 : et ipse quanta poterat a sociis auxilia contraxerat sed nequaquam numero militum hostem aequabat (« il avait, lui aussi, rassemblé autant d’auxiliaires alliés que possible, mais il était loin d’égaler numériquement l’ennemi », trad. C. Gouillart, CUF).

81 Tite-Live, XL, 32, 5 : Simul ab oppido Aebura qui in praesidio relicti erant, in medio ardore pugnae aduenerunt. (« Au même instant, les hommes qu’on y avait laissés en garnison sortirent de la ville d’Aebura et arrivèrent au moment le plus chaud de la bataille », trad. C. Gouillart, CUF).

82 Tite-Live, XXV, 37, 4 : Is et ex fuga collectis militibus et quibusdam de praesidiis deductis haud contemnendum exercitum fecerat iunxeratque cumTi. Fonteio, P. Scipionis legato.

83 Cette interprétation s’explique par le fait que le récit de Tite-Live passe sans transition à la construction d’un camp citra Hiberum où les soldats firent de Marcius leur général en chef (Tite-Live, XXV, 37, 5). La plupart des études insistent donc sur le retranchement des Romains au nord de l’Èbre, en omettant l’intervalle entre la mort des Scipions et les victoires de Marcius.

84 Voyant les armées ennemies opérer leur jonction et pressentant pour cette raison le malheur arrivé à son frère, Cnæus Scipion estima ainsi devoir choisir la fuite (Tite-Live, XXV, 35, 7).

85 Appien, Ib., 87.

86 Voir supra, p. 421.

87 Tite-Live, XL, 47, 1.

88 Tite-Live, XL, 47, 2 : Mundam urbem primo ui cepit, nocte ex improuiso aggressus. Acceptis deinde obsidibus praesidioque imposito <et> castella oppugnare <deinde> agros urere, donec ad praeualidam aliam urbem — Certimam appellant Celtiberi — peruenit. (« Gracchus prit tout d’abord d’assaut la ville de Munda grâce à une attaque surprise de nuit. Ensuite, après avoir reçu des otages et installé une garnison, il attaqua les forteresses, brûla les récoltes, jusqu’au moment où il arriva devant une autre ville très bien fortifiée, que les Celtibères appellent Certima », trad. C. Gouillart, CUF). Sur les débats autour de la localisation controversée de ces villes, voir F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 36-37.

89 César, BC, I, 63, 1 : Itaque duabus auxiliaribus cohortibus Ilerdae praesidio relictis omnibus copiis Sicorim transeunt. (« Aussi, laissant à Ilerda une garnison [praesidio relictis] de deux cohortes auxiliaires, il passe le Sicoris avec toutes ses forces », trad. P. Fabre, CUF).

90 César, BC, I, 73, 2 : Erat unum iter, Ilerdam si reuerti vellent, alterum, si Tarraconem peterent. (« Une route leur permettait, s’ils le voulaient, de revenir à Ilerda, l’autre de gagner Tarraco », trad. P. Fabre, CUF).

91 A. Jiménez de Furundarena, « Castellum en la Hispania romana », pp. 131-135.

92 César, BC, I, 41, 2.

93 César, BC, I, 42, 4.

94 César, BC, I, 54, 4 : Hunc celeriter priusquam ab aduersariis sentiatur communit. Huc legionem postea transiecit atque ex utraque parte pontem institutum biduo perfecti. (« En hâte, avant que l’ennemi s’aperçoive de rien, il la fortifie ; il y fit ensuite passer une légion et fit commencer par chaque bout un pont qu’il acheva en deux jours », trad. P. Fabre, CUF).

95 César, BC, I, 66, 4 : Hos montes intrare cupiebant ut equitatum effugerent Caesaris praesidiisque in angustiis conlocatis exercitum itinere prohiberent, ipsi sine periculo ac timore Hiberum copias traducerent. (« Ces montagnes, ils désiraient y pénétrer afin d’échapper à la cavalerie de César et pour pouvoir, au moyen de postes établis dans les défilés, interdire à son armée toute progression, tandis qu’eux mêmes passeraient l’Èbre sans risque et sans inquiétude », trad. P. Fabre, CUF).

96 César, BC, I, 72, 5 : Caesar praesidiis in montibus dispositis, omni ad Hiberum intercluso itinere, quam proxime potest hostium castris castra communit. (« César place des postes dans les montagnes, ferme tout passage vers l’Èbre et établit un camp fortifié le plus près possible de celui de l’adversaire », trad. P. Fabre, CUF).

97 César, BC, I, 83, 4-5 : illi uadum fluminis Sicoris temptare si transire possent. Qua re animaduersa, Caesar Germanos leuis armaturae equitumque partem flumen traicit crebrasque in ripis custodias disponit (« l’ennemi essaie un gué du Sicoris, pour voir si le passage est possible. César, s’en étant aperçu, fait traverser la rivière à des Germains légèrement armés et à une partie de la cavalerie, et dispose sur les rives un réseau serré de postes », trad. P. Fabre, CUF).

98 Bell. Hisp., VI, 3 : Cuius in aduentum praesidii causa Caesar<cum> complura castella occupasset, partim ubi equitatus partim ubi pedestres copiae in statione, in excubitu castris praesidio esse possent. (« En prévision de son arrivée, César, pour sa défense, avait occupé plusieurs fortins, pour que les troupes placées en avant-poste, dans les uns des cavaliers, dans les autres des fantassins, puissent y monter la garde et assurer la protection de ses lignes », trad. N. Diouron, CUF).

99 Bell. Hisp., VIII, 6 : ab suis castris circiter milia passuum IV grumus est excellens natura, qui appellatur Castra Postumiana ; ibi praesidii causa castellum Caesar habuit constitutum. (« À environ quatre mille pas de son camp se dressait un tertre assez élevé, appelé Castra Postumiana ; c’est là que César établit un fortin pour assurer sa protection », trad. N. Diouron, CUF).

100 Bell. Hisp., XIII, 1 ; XIV, 2.

101 Bell. Hisp., XIV, 1 ; il procéda de même autour d’Ucubi (XX, 1 ; XXVII, 2) ; certains d’entre eux sont nommément mentionnés, comme le castellum d’Aspavie, à proximité de Soricaria, à cinq milles de la ville (XXIV, 2). Voir M. Ferreiro López, « Acerca del emplazamiento de la ciudad de Soricaria y del fortín Aspavia », pp. 117-119. Il s’agissait sans doute d’agglomérations secondaires fortifiées indigènes (castella) que les généraux romains intégraient à leurs dispositifs de bataille.

102 En dernier lieu, voir A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 40 ; P. Erdkamp, Hungerand the Sword, p. 141 ; J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, p. 279.

103 A. K. Goldsworthy, The Logistics of the Roman Army at War, p. 292 ; P. Erdkamp, Hungerand the Sword, p. 20-22 ; J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, pp. 154-156. Sur ces questions, voir également infra, p. 583.

104 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 166.

105 P. Erdkamp, Hungerand the Sword, pp. 130 et 133.

106 Ibid., p. 20.

107 J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, p. 327.

108 Le problème se résumait à choisir entre tout emporter ou bien établir une base de ravitaillement permettant le va-et-vient de convois. Voir J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 164 ; A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 288. Il ne faut pas cependant opposer trop strictement ces deux possibilités, comme l’a montré P. Erdkamp, Hungerand the Sword, pp. 46-83. En règle générale, les Romains veillaient à combiner les deux.

109 On considère qu’une mule peut porter 100 kg, un chariot tiré par des mules 300 kg et un chariot tiré par des bœufs 600 kg. Voir G. Veith, « Die Römer », p. 500. En revanche, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 156, estime qu’il ne faut pas surestimer les différences de capacité de transport.

110 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 20, a calculé que, sur le plan théorique, une armée de quatre-vingt-dix mille bouches à nourrir, en comptant aussi bien les combattants que les valets et les muletiers, aurait requis une colonne de pas moins de deux cents kilomètres de long. Il estime (p. 75) que si un général ne souhaitait pas dépasser un train de trois mille bêtes, il ne pouvait pas emporter avec lui plus de cinq jours de vivres. Si les soldats portaient eux-mêmes huit jours de vivres, l’autonomie de l’armée pouvait atteindre une dizaine de jours.

111 Cette question de la charge du bagage personnel du légionnaire a fait l’objet de nombreuses controverses. On admet aujourd’hui que, y compris les armes et les vêtements, elle pouvait avoisiner les 40 kg, si le soldat portait jusqu’à dix-sept jours de rations ; mais il est plus probable que cette restitution est un maximum et que le légionnaire ne portait pas autant, peut-être seulement trois jours de rations. Sur cette question : N. Fuentes, « The Mule of a Soldier », p. 89. En dernier lieu, voir J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, pp. 71-77, avec rappel de la bibliographie antérieure.

112 G. Veith, « Die Römer », p. 314 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 66 ; P. Erdkamp, Hungerand the Sword, p. 74.

113 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 80, rappelle à juste titre que : « In any case, the commander would increase the soldier’sarcina only when necessary and would not have the army carry more provision than was necessary. » Il ne faut pas imaginer en effet que le soldat portait toujours tout son équipement. Les textes interprétés généralement en ce sens (Cicéron, Tusc., II, 37, et Végèce, I, 19) attestent seulement qu’en certaines occasions, il était parfois obligé de le faire. On peut, selon nous, établir un parallèle avec l’entraînement au combat où les armes d’exercice en bois pesaient le double des armes réelles.

114 Cette force des légions est très clairement exprimée a contrario par Dion Cassius à propos des limites qu’il attribue à la valeur militaire des Parthes (XL, 15, 5-6) : ἔξω γὰϱ ἐϰείνης ὑπὲϱ τὸν Εὐϕϱάτην μάχαις μέν τισι ϰαὶ ϰαταδϱομαῖς αἰϕνιδίοις ἤδη ποτὲ ἴσχυσάν τι, πολεμῆσαι δέ τισιν ἀπαυστὶ ϰαὶ διαϱϰῶς οὐ δύνανται, ϰαὶ ἐς ἀλλοτϱιωτάτην σϕίσι ϰαὶ τῆς γῆς ϰαὶ τοῦ οὐϱανοῦ ϰατάστασιν ἀπαρτῶντες, ϰαὶ μήτε σίτου μήτε μισθτοϕοϱᾶς παϱασκευὴν ποιούμενοι . (« Hors de cette région qui est au-delà de l’Euphrate, il leur est déjà arrivé d’obtenir quelques succès par des batailles et des incursions soudainement menées, mais ils ne peuvent soutenir contre aucun peuple une guerre de longue haleine, à la fois parce qu’ils ne s’aventurent pas sur un sol et sous un ciel d’une autre nature tout à fait étrangère et qu’ils ne constituent pas de réserves de vivres et d’argent », trad. M. Rosellini) ; le constat inverse, à propos des Romains, est dressé par Plutarque dans sa vie de Marius : ϰαὶ τειχίσας στρατόπεδον παϱὰ τῷ Ῥοδανῷ ποταμῷ, συνήγαγεν εἰς αὐτὸ χοϱηγίαν ἄϕθονον, ώς μηδέποτε παϱὰ τὸν τοῦ συμϕέϱοντος λογισμὸν ἐϰβιασθείη δἱ ἔνδειαν τῶν ἀναγϰαίων εἰς μάχην ϰαταστῆναι. (Plutarque, Mar., XV, 1 : « et il établit son camp au bord du Rhône et y amassa de grands approvisionnements afin de ne jamais être contraint par le manque de vivres à livrer bataille dans des conditions qu’il jugeait désavantageuses », trad. R. Flacelière, CUF).

115 Sur cette constante de la guerre romaine, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 166, avec la bibliographie antérieure.

116 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, pp. 18-23, oppose ainsi « internal and external supplies ». Cette terminologie a l’avantage d’insister sur la volonté du général romain en campagne de diversifier ses sources d’approvisionnement. L’idée de l’auteur est que l’importance relative accordée à chacune dépendait des options stratégiques choisies : « The choice between internal and external supplies […] would be determined by the balance between security and flexibility. » En effet, l’apport externe assurait la sécurité, mais pouvait réduire jusqu’à un certain point la mobilité de l’armée, tandis que le prélèvement sur place procurait une mobilité plus grande mais exigeait que la guerre ne s’éternisât pas.

117 A. Labisch, Frumentum commeatusque, pp. 85-95 ; il est suivi par A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 288.

118 César, BC, I, 40, 1 ; sur la concentration de blé à Ilerda par les Pompéiens, voir aussi I, 43, 2 et surtout I, 48, 5.

119 Une partie de la mission de Fabius consistait donc à convaincre les villes de la région de passer du côté de César (César, BC, I, 40, 1).

120 César, BC, I, 48, 3-4 : Neque ciuitates quae ad Caesaris amicitiam accesserant frumentum supportare, neque ii qui pabulatum longius progressi erant interclusi fluminibus reuerti neque aximi commeatus qui ex Italia Galliaque ueniebant in castra peruenire poterant. Ce passage permet de distinguer trois catégories parmi les convois à destination des castra de César : ceux, à petit rayon, des soldats partis au fourrages dans les environs mêmes du camp ; ceux, de moyenne envergure, qui lui parvenaient depuis les cités alliés alentour ; ceux, à long rayon, venus des provinces voisines ou d’Italie. L’un de ces derniers fut de fait bloqué sur la rive du fleuve en crue et attaqué par Afranius (I, 51, 1).

121 En particulier, il est frappant qu’il ne semble disposer à l’origine d’aucune base opérationnelle en dehors des cités récemment gagnées à sa cause (I, 40, 1) qui lui fournissent, dans la mesure de leurs moyens, le blé dont il a besoin (I, 52, 4). En outre, cette collecte ne paraît pas avoir fait l’objet d’une organisation préalable. Elle devint vraiment efficace seulement à partir du moment où, après les premiers succès, les ralliements se multiplièrent (I, 60, 3 et 5) : Petit ab his omnibus ut se frumento iuuent. Pollicentur atque omnibus undique conquistis iumentis in castra deportant. […] Magna celeriter commutatio rerum : perfecto ponte, magnis quinque ciuitatibus ad amicitiam adiunctis, expedita re frumentaria… (« Il leur demande à tous de lui venir en aide en lui fournissant du blé. Ils promettent, réquisitionnent partout toutes les bêtes de somme et approvisionnent le camp. […] Bien vite, grand changement dans la situation : achèvement du pont, alliance de cinq grandes cités, aisance du ravitaillement… », trad. P. Fabre, CUF).

122 Sur la légèreté des mesures prises par Césaren Grèce et en Afrique : Appien, BC, II, 66 et II, 97.

123 En effet, contrairement à ce que croit J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 179, il ne nous semble pas que l’armée césarienne ait joui sur ce plan d’une réelle supériorité. Cette idée d’une supériorité césarienne en la matière repose seulement sur le fait qu’un texte (César, BC, I, 78, 1) montre les auxiliaires afraniens dépourvus de rations. On ne saurait cependant en tirer aucune conclusion d’ordre général concernant les troupes légionnaires.

124 César, BC, II, 18, 6 : Cognitis iis rebus quae sunt gestae in citeriore Hispania, bellum parabat. Ratio autem haec erat belli, ut se cum II legionibus Gadis conferret, naves frumentumque omne ibi contineret. (« Dès que Varron eut appris les événements de l’Espagne Citérieure, il commença à se préparer pour la guerre. Son plan de campagne était de s’établir à Gades avec les deux légions et d’y amener tout son blé et tous ses vaisseaux », trad. P. Fabre, CUF).

125 César, BC, II, 20, 8 : Tradita legione Varro Cordubam ad Caesarem uenit ; relatis ad eum publicis cum fide rationibus, quod penes eum est pecuniae, tradit et, quid ubique habeat frumenti ac nauium, ostendit. (« La remise de la légion effectuée, Varron va trouver César à Cordoue ; après avoir rendu un compte exact de sa gestion, il lui remit les fonds détenus par lui et lui fait connaître les lieux où sont les vivres et les navires », trad. P. Fabre, CUF).

126 Dans une lettre aux habitants d’Urso, Cn. Pompée accusait ainsi César de refuser le combat en préférant s’emparerdes villes où se trouvaient les dépôts, Bell. Hisp., XXVI, 4et 6 : sed exercitum tironem non audent in campum deducere nostrisque adhuc freti praesidiis bellum ducunt. Nam singulas ciuitates circumsederunt ; inde sibi commeatus capiunt. […] Profecto nostro commeatu priuati necessario ad dimicandum descendent. (« Mais ils n’osent pas faire descendre dans la plaine leur armée de recrues et, comptant jusqu’à maintenant sur nos bases militaires, font durer les hostilités. Ils ont, en effet assiégé les cités l’une après l’autre et en tirent leur ravitaillement. […] Privés de notre ravitaillement, ils seront sans aucun doute contraints de descendre de leur position pour livrer combat », trad. N. Diouron, CUF). Ce faisant, il reconnaissait pourtant implicitement que sa propre stratégie était fondée sur la guerre d’usure.

127 On sait par Dion Cassius, XLIII, 33, 2 que le firmissimum praesidium Ateguam dont parle Bell. Hisp., VI, 1, correspondait en fait à un important grenier à blé ; en ce qui concerne Cordoue, sa qualité de base tactique est explicitement attestée par Bell. Hisp., XI, 1 : Postero die equites nostri longius ad Cordubam uersus prosecuti sunt eos qui commeatus ad castra Pompei ex oppido portabant. Ex his capti L cum iumentis ad nostra adducti sunt castra. (« Le lendemain nos cavaliers s’éloignèrent sur une bonne distance, en direction de Cordoue, en poursuivant ceux qui apportaient des provisions au camp de Pompée depuis la ville. Cinquante d’entre eux furent capturés avec leurs bêtes de somme et furent conduits à notre camp », trad. N. Diouron, CUF).

128 César, BC, I, 49, 1 : Multum erat frumentum prouisum et conuectum superioribus temporibus, multum ex omni prouincia comportabatur. (« De grandes quantités de blé avaient été prévues et rassemblées les jours précédents, de grandes quantités affluaient de toute la province », trad. P. Fabre, CUF). En dehors de la région autour d’Ilerda (voir I, 48, 5), les sources d’approvisionnement s’étendaient donc à toute la Citérieure, mais pas seulement : on sait que Varron avait également fait parvenir du blé à ses collègues depuis l’Ultérieure (César, BC, II, 18, 1).

129 Sur les positions successives du camp d’Afranius par rapport à Ilerda, voir M. Rambaud, « Le camp de Fabius près d’Ilerda », p. 335.

130 César, BC, I, 49, 2 : Harum omnium rerum facultates sine ullo periculo pons Ilerdae praebebat. (« Tous ces approvisionnements, le pont d’Ilerda permettait de se les procurer sans aucun risque », trad. P. Fabre, CUF).

131 César, BC, I, 43, 2 : quem si occupauisset Caesar et communiuisset, ab oppido et ponte et commeatu omni quem in oppidum contulerant se interclusurum aduersarios confidebat (« César avait la conviction que s’il l’occupait et le fortifiait, il pourrait couper les ennemis de la ville, du pont et de tous les approvisionnements qu’ils avaient rassemblés à Ilerda », trad. P. Fabre, CUF).

132 César, BC, I, 61, 2 : His paene effectis, magnum in timorem Afranius Petreiusque perueniunt ne omnino frumento pabuloque intercluderentur, quod multum Caesar equitatu ualebat. (« Ces fossés à peine achevés une vive inquiétude gagne Afranius et Petreius : ils craignent d’être entièrement coupés du ravitaillement en vivres et en fourrage, car les forces de cavalerie de César étaient considérables », trad. P. Fabre, CUF).

133 César, BC, I, 59, 2 : Illi perterriti uirtute equitum minus libere, minus audacter uagabantur ; alias non longo a castris progressi spatio, ut celerem receptum haberent, angustius pabulabantur, alias longiore circuitu custodias stationesque equitum uitabant, aut aliquo accepto detrimento aut procul equitatu uiso ex medio itinere proiectis sarcinis fugiebant. (« L’ennemi, que démoralisait le courage de notre cavalerie, avait dans ses mouvements moins de liberté et moins d’audace ; tantôt il ne s’avançait qu’à une petite distance du camp, pour pouvoir s’y réfugier facilement, ne fourrageant que dans une zone assez restreinte, tantôt il faisait de fort longs détours, cherchant à éviter les vedettes et les postes à cheval ; ou bien, après avoir subi quelque échec, ou avoir vu de loin la cavalerie, au milieu de sa marche, il abandonnait sa charge et prenait la fuite », trad. P. Fabre, CUF).

134 Sur la pabulatio, voir infra, pp. 588-589.

135 L’argument n’est pas avancé par César qui se contente d’évoquer la possibilité pour les Pompéiens d’y recruter en abondance de la cavalerie et des auxiliaires (César, BC, I, 61, 2). Il ajoute cependant qu’ils espéraient, sur leur terrain, faire durer la guerre jusqu’à l’hiver (et suis locis bellum in hiemem ducere cogitabant). Il pourrait alors s’agir d’une allusion aux autres ressources de la région et peut-être à des dépôts de vivres. Ayant choisi à l’origine d’attendre César à Ilerda en raison de la valeur stratégique de la position (César, BC, I, 38, 4 : propter ipsius loci opportunitatem gerere), il est peu probable qu’ils n’aient pas prévu dès ce moment de solution de repli en cas d’insuccès.

136 César, BC, I, 78, 1. Désireux de progresser rapidement, Afranius et Petreius avaient ordonné à leurs soldats de n’emporter que quelques jours de vivres, le reste demeurant à Ilerda sous la garde de six cohortes auxiliaires (César, BC, I, 63, 1 et I, 78, 1 ; Dion Cassius, XLI, 23, 1). Le chiffre donné par les manuscrits est corrompu, mais on admet en général six ou huit jours, négligeant le passage de Dion Cassius qui parle d’une seule journée. Bien que sans doute exagérément faible, ce dernier total attire toutefois l’attention sur le fait que les Pompéiens avaient calculé leur charge au plus juste. Le but était en effet de se déplacer le plus rapidement possible. On sait qu’ils cherchaient à atteindre la ville d’Octogesa, située à vingt milles de leur camp (miliaque passuum a castris aberat XX), c’est-à-dire à une trentaine de kilomètres, peut-être quarante si l’on admet que César n’était pas bien informé. Cette distance pouvait être couverte en une journée de marche rapide (voir supra, p. 431), en tout cas guère plus de deux. Il faut tenir compte du fait qu’au moment de leur départ, Afranius et Petreius étaient persuadés que César ne serait pas en mesure de les suivre immédiatement, à cause de la crue, et n’imaginaient donc pas qu’il pourrait retarder leur progression. Le récit précise bien que c’est contre toute attente que César parvint à faire traverser sa cavalerie (I, 62, 1), puis dans un second temps son armée entière (I, 64, 5-6). Afranius et Petreius en furent stupéfaits et désemparés (I, 65, 1). Il est donc possible qu’ils aient sous-estimé le temps nécessaire pour arriver à Octogesa. Par conséquent, il est tentant de penser que celle-ci abritait bien un dépôt de vivres. On sait en tout cas qu’elle était en contact étroit avec les chefs pompéiens qui avaient ordonné, peu avant leur départ, qu’on y construisît un pont de bateaux (I, 61, 5-6).

137 César, BC, I, 72, 1-2 : Caesar in eam spem uenerat se sine pugna et sine uolnere suorum rem conficere posse, quod re frumentaria aduersarios intercluisset : cur etiam secundo proelio aliquos ex suis amitteret ? […] praesertim cum non minus esset imperatoris consilio superare quam gladio. (« Mais César se flattait de l’espoir qu’il pourrait terminer la campagne sans combat et sans exposer ses troupes : il avait, se disait-il, coupé l’adversaire de ses approvisionnements : pourquoi donc perdre, même dans une bataille victorieuse, un certain nombre de ses soldats ? […] D’autant qu’il n’était pas moins digne d’un chef de vaincre par l’habileté des dispositions prises que par la force des armes », trad. P. Fabre, CUF).

138 J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, pp. 159-161.

139 Contra J. Muñiz Coello, « Sobre el abastecimiento al ejército romano durante la conquista de Hispania », p. 253, qui estime à tort que le développement d’un système de stockage, à peine amorcé sous la République, fut le résultat des multiples déconvenues éprouvées par les armées de la conquête.

140 Frontin, Strat., II, 5, 14 : Ti. Gracchus in Hispania, certiorfactus hostem inopem commercio laborare, instructissima castra omnibus esculentis deseruit ; quae adeptum hostem et repertis intemperanterrepletum grauemque reducto exercitu subito oppressit.

141 Tite-Live, XXVIII, 22, 1.

142 Appien, Ib., 72.

143 Appien, Ib., 77 (Termantia) et 78 (Numance) ; Appien, Ib., 81 (Pallantia).

144 Salluste, Hist., II, 96 M = II, 78 MG : Multique commeatus interiant insidiis latronum (« et de nombreux convois avaient été détruits au cours d’embuscades par des brigands »).

145 Plutarque, Sert., XIII, 4 ; XIII, 7 et 8 ; XXI, 1 ; XXI, 7-8 ; Pomp., XIX, 11 ; Salluste, Hist., II, 93 M = II, 76 MG ; Frontin, Strat., II, 5, 31.

146 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 51, remarque à juste titre que ces bases ne pouvaient être construites n’importe où. Comme elles devaient pouvoir être facilement accessibles par les convois, on peut supposer que les sites à proximité de la mer et des fleuves étaient privilégiés. Cependant, il ne faut pas pour autant minimiser le rôle des routes terrestres, car les contraintes de ce type de transport, bien que réelles, ne doivent pas être surestimées. Voir à ce sujet les remarques du même auteur (pp. 62-63) et celles de J. Roth, The Logistics of the Roman Army at War, p. 221.

147 Tite-Live, XXVI, 43, 5-7. Une nécessité similaire poussa en 214 les Scipions à stocker du blé dans Castrum Album, dans la région d’Alicante, au moment de leur première pénétration avortée vers le sud (Tite-Live, XXIV, 41, 3). Pour une localisation alternative de cette cité, voir en dernier lieu B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », pp. 80-81.

148 Appien, Ib., 47 (Ocilis) ; Strabon, III, 3, 1 (Moron et Olisippo). Voir C. J. Caballero Casado, « El papel de la ciudad de Ocilis al comienzo de la segunda Guerra Celtibérica », pp. 95-97 ; M. Maia, « Decimus Iunius Brutus e o significado do amuralhamento de Olisippo », pp. 95-106 ; Ph. Kalb et M. Höck, « Morón. Historisch und archäologisch », pp. 92-102.

149 J. Pamment Salvatore, « A Possible Strategic Function for the Location of the Roman Republican Fortress at Cáceres el Viejo », pp. 53-58. Selon l’auteur, il s’agirait par conséquent d’un prototype des forteresses impériales : « … it could be viewed as a precise forerunner, in strategic terms, of the fortresses which were located at “fixed” positions during the 1st century AD ».

150 Voir supra, pp. 393-400.

151 Appien, Ib., 16.

152 Appien, Ib., 81.

153 Rappelons qu’Æmilius avait poursuivi son attaque en dépit de l’autorisation du sénat (Appien, Ib., 81). Or, on sait par Polybe, VI, 15, 4-5, que le général doté de l’imperium n’en restait pas moins très dépendant de l’accord des patres pour son ravitaillement. Sur cette question, voir infra, notamment pp. 486 et 591. Pour sa part, P. Erdkamp, Hunger and the Sword, p. 51, estime que l’épisode de 137 est une franche exception, car, en règle générale, les Romains ne construisaient pas de dépôts pour abriter le ravitaillement prélevé sur le terrain lors d’une campagne.

154 Appien, Ib., 82 : μαϰϱάς δὲ τῆς ἐπὶ τῇ Παλλαντίᾳ πολιοϱϰίας οὔσης αἱ τϱοϕαὶ Ῥωμαίους ἐπέλειπον (« comme le siège de Pallantia traînait en longueur, les vivres manquèrent aux Romains », trad. P. Goukowsky, CUF).

155 Appien, Ib., 47 (Nobilior) et 55 (Lucullus).

156 Voir à ce sujet le constat général dressé par A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 287 : « The most combat-effective army was useless if it could not feed and maintain itself in the field. »

157 Valère-Maxime, IX, 3, 7 : omnes qui modo militiam suam uoluerunt finiri dimisit ; commeatus petentibus neque causis excussis neque constituto tempore dedit ; horrea custodibus remotis opportuna rapinae praebuit (« il affranchit du service tous ceux qui demandèrent leur libération immédiate, il accorda sans examen des congés illimités, il retira les gardes des entrepôts qu’il laissa ainsi exposés au pillage », trad. P. Constant).

158 Peut-être est-ce à ce type de postes que fait référence une mesure prise par Fabius Maximus en 145, rapportée par Valère-Maxime (Valère-Maxime, II, 7, 11) : Omnium enim qui ex praesidiis Romanorum ad hostes transfugerant captique erant, manus abscidit, ut trunca prae se brachia gestantes metum defectionis reliquis inicerent. (« En effet, tous ceux qui étaient partis des postes romains pour se réfugier chez l’ennemi et qui avaient été repris eurent les mains tranchées sur ses ordres pour que les bras amputés qu’ils tendaient devant eux fissent naître chez les autres la peur de déserter », trad. R. Combès, CUF). Voir aussi Frontin, Strat., IV, 1, 42, et Orose, V, 4, 12.

159 P. Erdkamp, Hunger and the Sword, pp. 132 et 155, souligne à juste titre les pénuries à répétition de 154, 152, 151, 141 et 137. Il faut néanmoins conserver présent à l’esprit que la plupart des dysfonctionnements rapportés concernent des généraux (Nobilior, Lucullus, Pompeius) pour lesquels Appien transmet une tradition très négative. Il est possible qu’une manière de stigmatiser leur incompétence consiste précisément à les présenter comme des chefs incapables d’assurer le ravitaillement de leurs troupes.

160 N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 9.

161 Polybe, III, 48, 10-11.

162 Polybe, IX, 12, 6 : Τὰ μὲν οὖν ἀπϱοθέτως ἐν τοῖς πολεμιϰοῖς συμβαίνοντα πϱάξεις μὲν οὐδαμῶς ἁϱμόζει λέγειν, πεϱιπέτείας δὲ ϰαὶ συγκυϱήσεις μᾶλλον. (« Les choses qui, à la guerre, se produisent en dehors de tout plan n’ont rien à voir avec des opérations proprement dites. Ce ne sont que des accidents ou des rencontres fortuites », trad. D. Roussel).

163 Polybe, IX, 14, 2 ; Valère-Maxime, VII, 2, 2.

164 Végèce, III, 6.

165 Végèce, III, 6 et III, 9.

166 A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 125.

167 Voir le jeu de cache-cache entre Hannibal et P. Scipion en 218 à proximité du Rhône.

168 RE, XVI. 2, 1935, col. 1500 ; G. Veith, « Die Römer », p. 426 ; F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 12 ; M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 330 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 138-139 ; N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 10.

169 Polybe, X, 7-8. Voir par exemple les pages que lui consacre H. H. Scullard, Scipio Africanus. Soldier and Politician, pp. 39-67.

170 On trouvera sur ce point une analyse plus satisfaisante dans la dernière publication à ce jour sur le sujet : R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, qui s’attache à prendre en compte les pratiques antérieures à la guerre des Gaules (pp. 3-99) : à ce titre, elle insiste bien sur le fait que le renseignement a été pratiqué, sous une forme ou sous une autre, durant toute l’histoire de Rome : « Intelligence activities can be traced back as far as primary sources will allow » (p. 275).

171 R. M. Sheldon, Tinker, Tailor, Caesar, Spy, pp. 140-163 et Ead., Intelligence Activities in Ancient Rome, pp. 143-163, insiste ainsi sur ce qu’elle appelle la « révolution augustéenne », qui aboutit à systématiser les pratiques en matière de renseignement, sans donner naissance toutefois à un service exclusivement consacré à cette dimension de l’activité militaire et politique. On relèvera que le propos de l’auteur s’infléchit entre ces deux ouvrages, séparés par près de vingt ans durant lesquels l’intérêt des historiens pour cette question s’est notablement renforcé : alors que dans un premier temps, le constat de l’absence de création d’une infrastructure spécialisée était surtout présentée comme une limite, le livre de 2005 s’applique plutôt à en relativiser la portée.

172 R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, p. 36 : « The Romans did not have an institutionalized intelligence service, yet they were patently receiving and processing intelligence. », et p. 275 : « They never established a service devoted exclusively to intelligence tasks, but overt institutionalism has little bearing on our argument. Intelligence work does not require modern-style intelligence services to conduct it. »

173 Sur cet aspect fondamental du récit polybien, voir A. M. Eckstein, Moral Vision in the Histories of Polybius, p. 180 ; sur l’importance de la prise de Carthagène dans la construction de la légende de Scipion, voir : E. Torregaray Pagola, La elaboración de la tradición sobre los Cornelii Scipiones, pp. 56-66.

174 Les problèmes traités ici, à partir de l’épisode de 209, ont fait l’objet d’un article dont certains développements sont repris ici : F. Cadiou, « Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines », pp. 135-152.

175 Polybe, X, 7, 1 : Ἔτι μὲν γὰϱ ἀπὸ τῆς ἀϱχῆς ἰστοϱῶν ἐν τῇ Ῥώμῃ ϰαὶ πυνθανόμενος ἐπιμελῶς τήν τε πϱοδοσίαν τῶν Κελτιβήϱων ϰαὶ τὸν διαζευγμὸν τῶν ἰδίων στϱατοπέδων. (« Dès l’origine, quand il était encore à Rome, Scipion avait soigneusement recueilli des informations sur la défection des Celtibères et sur la division des forces romaines en Espagne », trad. D. Roussel).

176 Polybe, X, 7, 4 : Παϱαγενόμενός γε μὴν εἰς τὴν Ἰβηϱίαν, πάντας ἀναχινῶν ϰαὶ παϱ᾿ ἑϰάστου πυνθανόμενος τὰ περὶ τοὺς ἐναντίους, ηὕϱισϰε τὰς μὲν δυνάμεις τῶν Καϱχηδονίων εἰς τϱία μέϱη διῃϱημένας. (« Quand il fut arrivé en Espagne, mettant tout le monde en mouvement et s’informant auprès de chacun sur les affaires de l’ennemi, il découvrit que les forces carthaginoises étaient divisées en trois armées », trad. D. Roussel).

177 Polybe, X, 8, 1.

178 Polybe, X, 8, 2-4 et 6-8 : Ἀϰούων δὲ πϱῶτον μὲν ὅτι λιμένας ἔχει στόλῳ ϰαὶ ναυτιϰαῖς δυνάμεσι μόνη σχεδὸν τῶν ϰατὰ τὴν Ἰβηϱίαν, ἅμα δὲ ϰαὶ διότι πϱὸς τὸν ἀπὸ τῆς Λιβύης πλοῦν ϰαὶ πελάγιον δίαϱμα λίαν εὐϕυῶς ϰεῖται τοῖς Καϱχηδονίοις, μετὰ δὲ ταῦτα διότι ϰαὶ τὸ τῶν χϱημάτων πλῆθος ϰαὶ τὰς ἀποσϰευὰς τῶν στϱατοπέδων ἁπάσας ἐν ταύτῃ τῇ πόλει συνέβαινε τοῖς Καϱγηδονίοις ὑπάϱγειν, ἔτι δὲ τοὺς ὁμήϱους τοὺς έξ ὅλης τῆς Ἰβηϱίας, τὸ δέ μέγιστον, ὅτι μάχιμοι μὲν ἄνδϱες εἴησαν αἰς χιλίους οἱ τὴν ἄϰϱαν τηϱοῦντες [...]. Καὶ μὴν οὐδὲ τὴν θέσιν τῆς Καϱχηδόνος οὐδὲ τὴν ϰατασϰευὴν οὐδὲ τὴν τῆς πεϱιεχούσης αὐτὴν λίμνης διάθεσιν ἠγνόει, διὰ δέ τινων ἁλιέων τῶν ἐνειϱγασμένων τοῖς τόποις ἐξητάϰει διότι ϰαθόλου μέν ἐστι τεναγώδης ἡ λίμην ϰαὶ βατὴ ϰατὰ τὸ πλεῖστον, ὡς δ᾿ ἐπὶ τὸ πολὺ ϰαὶ γίνεταί τις αὐτῆς ἀπογώϱησις ϰαθ᾽ ἡμέϱαν ἐπὶ δείλην ὀψίαν. (« Il apprit ainsi qu’elle était, pour ainsi dire, la seule ville d’Espagne qui eût un port pouvant accueillir une flotte avec un corps expéditionnaire embarqué, qu’elle était d’autre part extrêmement bien située pourles Carthaginois faisant la traversée à partirde l’Afrique, que ceux-ciygardaient leur trésor, tous les effets de leurs soldats, ainsi que les otages livrés par toute l’Espagne, qu’en outre, chose particulièrement importante, il n’y avait dans la place, pour garnir la citadelle, qu’un millier d’hommes entraînés au métier des armes […]. Il n’ignorait rien non plus de la situation de la ville, ni de son appareil de défense, ni de l’étang qui l’entourait et il avait appris pardes pêcheurs qui exerçaient leurs activités dans ces parages que cet étang était peu profond, qu’il était presque partout guéable et qu’ordinairement l’eau se retirait chaque jour vers le soir », trad. D. Roussel).

179 Polybe, X, 8, 10 : οὕτως ἀϕέμενος τῶν ἄλλων πεϱὶ ταύτην ἐγίνετο τὴν παϱασϰευὴν ἐν τῇ παϱαχειμασίᾳ (« C’est ainsi que, écartant toute autre préoccupation, Scipion employa le temps passé dans ses quartiers d’hiver à faire des préparatifs en vue de cette opération », trad. D. Roussel).

180 Voir N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 15. Toutefois, ces auteurs conservent, à tort selon nous, l’idée que le passage « underlines the spectacular originality of Scipio in the Republican military context ».

181 Cette distinction fondamentale entre « strategic intelligence » et « tactical intelligence » est rappelée par N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 6 ; elle équivaut à celle effectuée par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 138, entre « renseignement rapproché » et « renseignement à grand rayon ». Dernièrement, A. Ezov, « The “Missing Dimension” of C. Iulius Caesar », p. 65, a néanmoins attiré l’attention sur le risque encouru à distinguer trop nettement ces deux dimensions dans le contexte de la guerre antique.

182 Il faut renoncer à présenter Scipion comme un innovateur en matière de renseignement, contrairement à ce qu’affirme par exemple G. Brizzi, I sistemi informativi dei Romani, notamment pp. 273-274. Plus intéressante sur ce point nous semble l’approche de G. Urso, « Spionaggio e controspionaggio nella guerra annibalica », pp. 80-81 ; voir également, R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, pp. 57 et 60-63.

183 Polybe, III, 95, 4-5.

184 Hivernage àTarragone : Polybe, III, 76, 12 ; préparation de l’expédition carthaginoise : Polybe, III, 95, 2-3.

185 Voir supra, pp. 60-63.

186 Tite-Live (XXII, 19, 5) donne une version un peu différente (il affirme que Scipion a changé de stratégie après sa sortie des quartiers d’hiver et parle d’une distance de dix mille pas seulement entre les deux flottes). Mais il confirme le rôle joué par les navires massaliotes qualifiés de duae Massiliensum speculatoriaeque praemissae. Sur les problèmes d’interprétation de cette bataille navale, voir les remarques de D. et Y. Roman, « Encore la puissance de Marseille », pp. 57-61 ; les auteurs soulignent le souci de Polybe et de Tite-Live de mettre en valeur la bravoure des Romains au détriment de celle des Massaliotes, dont l’intervention aurait été, selon eux, davantage décisive si l’on en croit un fragment de Sosylos, découvert au début du XXe siècle et connu sous le nom de fragment deWürtzburg. Il est certain que la flotte de Cn. Scipion comptait sans doute un certain nombre d’unités massaliotes que Polybe et Tite-Live passent commodément sous silence. En revanche, il est excessif de supposer que Sosylos échappait lui-même à ce type de « déformation historique » et que le jugement très négatif portée sur son œuvre par Polybe (III, 20) était seulement motivé par un sentiment pro-romain.

187 Polybe, III, 95, 6 ; voir aussi Tite-Live, XXII, 19, 5. Il s’agit là d’une procédure habituelle de la guette navale : voir à ce sujet P. De Souza, « Beyond the Headland », notamment p. 69.

188 Tite-Live, XXXIV, 9, 11 (Caton) et Appien, Ib., 87 (Scipion).

189 En 180, Sempronius Gracchus questionna ainsi devant le sénat les légats de son prédécesseur (Tite-Live, XL, 35, 10-11).

190 Tite-Live, XXIII, 27, 9.

191 Tite-Live, XXIII, 28, 7 : Decreta Carthaginiensium et Hasdrubalis iter ubi ad Romanos sunt perlata, omnibus omissis rebus ambo duces iunctis copiis ire obuiam coeptis atque obsistere parant.

192 G. Urso, « Spionaggio e controspionaggio nella guerra annibalica », pp. 73-83, insiste ainsi sur le fait que le renversement du rapport de force en faveur des Romains au cours de la seconde guerre punique doit sans doute beaucoup à l’amélioration de l’espionnage romain après la bataille de Cannes. Si l’argumentation de l’auteur concerne surtout la conduite des opérations contre Hannibal en Italie même, on peut légitimement penser que la préoccupation du sénat en matière de renseignement ne s’est pas limitée à la péninsule italienne. Voir également sur ce point les intéressantes remarques de R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, pp. 41-67.

193 Il est tentant à première vue de penser que la distinction faite dans le texte entre l’information concernant la décision du sénat de Carthage (decreta Carthaginiensium) et celle relative à la mise en marche d’Hasdrubal (Hasdrubalis iter) renvoie en effet à deux sources distinctes : la première aurait été annoncée aux Scipions depuis Rome tandis que les précisions sur la seconde auraient été recueillies sur place, dans la Péninsule, auprès des peuples désireux de faire défection. Les données manquent toutefois pour vérifier cette possibilité. On sait à l’inverse qu’en 207, ce fut Scipion qui informa le sénat du départ d’Hasdrubal pour l’Italie (Zonaras, IX, 8) et que l’assemblée fut tenue au courant de la progression de l’armée carthaginoise par des délégations de Marseille (Tite-Live, XXVII, 36, 1) puis par des courriers du préteur de Cisalpine Lucius Porcius Licinus (Tite-Live, XXVII, 39, 1). Cependant, cette fois, la situation n’était pas comparable à celle de 216 puisque la décision de quitter la péninsule Ibérique avait été prise par les généraux carthaginois d’Espagne (Polybe, X, 37, 5 ; Tite-Live, XXVII, 20, 6).

194 Tite-Live, XXIII, 27, 9-10.

195 À titre de comparaison, l’importance de l’information fournie par les alliés établis au voisinage de l’ennemi a été soulignée pour la guerre des Gaules par A. Ezov, « The “Missing Dimension” of C. Iulius Caesar », p. 67.

196 En 211, c’est ainsi que P. Scipion est averti de l’arrivée d’Indibilis, Tite-Live, XXV, 34, 6 ; pour 207, pour exprimer la rapidité de la progression de Silanus, Tite-Live (XXVIII, 1, 6) dit qu’il a non seulement devancé les courrier adverses (nuntii) mais aussi la rumeur de son arrivée (fama aduentus sui). Enfin, en 137, ce fut la fausse rumeur de l’arrivée imminente de renforts cantabres et vaccaéens aux Numantins qui précipita la perte de Mancinus (Appien, Ib., 80). D’une manière générale, sur l’importance de la rumeur, voir N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, pp. 83-86 qui s’appuient sur de nombreux exemples césariens.

197 Par exemple en 181, les opérations menées par Fulvius Flaccus en Celtibérie répondaient à un début d’agitation dans la région dont le préteur avait eu connaissance : quia armare iuuentutem Celtiberos audierat (Tite-Live, XL, 30, 2).

198 Ce point a été souligné à juste titre par N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 39.

199 Ainsi, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 140 et n. 25-26 (avec rappel de la bibliographie antérieure), admet l’identité de fonction des exploratores et des speculatores. Toutefois, N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, pp. 40-60, ont tenté d’établir une typologie plus fine. Selon eux, les procursatores formaient une avant-garde de cavalerie destinée à engager d’éventuelles escarmouches et ne remplissaient qu’occasionnellement une fonction de renseignement ; les exploratores et ϰατάσϰοποι étaient les véritables éclaireurs, opérant parfois très en avant de l’armée ; les speculatores étaient des espions, parfois des agents infiltrés. Ces auteurs reconnaissent toutefois que le rôle des uns et des autres n’est pas toujours clairement distingué, même chez César (par exemple BG, V, 49, 8). Ces conclusions ont été confirmées depuis par A. Ezov, « The “Missing Dimension” of C. Iulius Caesar », pp 72-83 et 85-93, à propos la guerre des Gaules et la guerre civile. Tout en soulignant que exploratores et speculatores n’étaient pas organisés en unités permanentes spécialisées, cet auteur estime toutefois qu’un entraînement spécial était indispensable pour remplir correctement ces tâches.

200 N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 46, ont ainsi insisté sur le « constant flow of intelligence » qui parvenait jusqu’à César et lui permettait de réagir instantanément afin d’adapter ses plans à l’évolution de la situation. Un bon exemple est donné par César, BC, I, 62, 1 où les exploratores césariens annoncent le départ subit des Pompéiens vers Octogesa. Cette nouvelle, connue à temps, poussa César à accroître son effort pour faire traverser le Sicoris en crue à sa cavalerie. Une liste des passages où César modifie ses plans en fonction des informations obtenues par ces sources de renseignement est donnée par A. Ezov, « The “Missing Dimension” of C. Iulius Caesar », pp. 68-69. Bien que ce type d’anecdote soit plus fréquent dans le récit détaillé des Commentaires, rien ne permet cependant de penser que César ait été innovant en la matière, comme le montre l’attitude de Pompée autour de Dyrrachium (César, BC, 3, 41, 4). De même, le besoin d’information de ce type n’était pas moins grand au siècle précédent.

201 Tite-Live, XXVIII, 1, 6.

202 Tite-Live, XXVIII, 1, 7 : Eisdem auctoribus compertum est, cum decem circitermilia ab hoste abessent, bina castra circa uiam qua irent esse ; laeua Celtiberos, nouum exercitum, supra nouem millia hominum, dextra, punica tenere castra : ea stationibus, uigiliis, omni iusta militari custodia tuta et firma esse ; illa altera soluta neglectaque ut barbarorum et tironum et minus timentium quod in sua terra essent. (« On apprit par la même source, alors qu’ils étaient à dix milles environ de l’ennemi, qu’il y avait deux camps encadrant la route qu’ils suivaient : occupaient les lieux, à gauche, celui des Celtibères, troupe récemment formée, de plus de 9.000 hommes ; à droite, le camp punique. Celui-ci avait des postes de garde, des sentinelles ; toutes les mesures militaires réglementaires de surveillance y étaient prises et le rendaient sûr et solide ; dans l’autre, c’était le relâchement et la négligence, comme il est normal chez des barbares, de nouvelles recrues et des gens moins craintifs parce qu’ils étaient dans leur pays », trad. P. Jal, CUF).

203 Tite-Live, XL, 30, 4.

204 Tite-Live, frgt. XCI, 14.

205 Frontin, Strat., II, 5, 31. Ce passage, anormalement long, se termine par une remarque qui permet peut-être de le faire remonter à Tite-Live (Liuius auctor).

206 César, BC, I, 66, 3-4 : Postero die Petreius cum paucis equitibus occulte ad exploranda loca proficiscitur. Hoc idem fit ex castris Caesaris. Mittitur L. Decidius Saxa cum paucis, qui loci naturam perspiciat. Uterque idem suis renuntiat : V milia passuum proxima intercedere itineris campestris, inde excipere loca aspera et montuosa ; qui priorhas angustias occupauerit, ab hoc hostem prohiberi nihil esse negotii.

207 Le terme speculator est ainsi rarement associé au verbe explorare. Voir par exemple César, BG, V, 49, 8. Mais, dans ce cas, N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 57, estiment à juste titre que cette association s’explique vraisemblablement par une raison d’euphonie, afin d’éviter la redondance speculoratibus speculat. Cet exemple confirme surtout la difficulté à pouvoir toujours raisonner en termes techniques. Voir aussi Tite-Live, XXX, 23, 5, et Frontin, Strat., IV, 7, 7.

208 Quinte-Curce, VI, 4, 14, évoque ainsi des speculatores envoyés par Alexandre le Grand afin de reconnaître le terrain (explorare loca). À notre connaissance, il s’agit d’une exception, qui, en outre, ne concerne pas l’armée romaine.

209 A. Ezov, « The “Missing Dimension” of C. Iulius Caesar », pp. 81-82, rappelle à juste titre que « the connection between the task and the body which carries it out is not always strictly defined ».

210 Bell. Hisp., XIII, 4. L’auteur ne précise pas où l’espion a été découvert, mais le contexte du siège et la mention de sa capture par des fantassins (milites) et non par des cavaliers (equites) suggère qu’il avait dû s’introduire dans les lignes césariennes, peut-être même à l’intérieur même du camp.

211 Bell. Hisp., XX, 5.

212 Bell. Hisp., XXVIII, 1.

213 Bell. Hisp., XXXVIII, 1.

214 Le corpus césarien atteste fréquemment le cas d’exploratores indiquant à l’imperator à quelle distance se trouve l’armée ennemie (César, BG, I, 12, 2 ; I, 21, 1 ; I, 22, 1 ; I, 41, 5 ; III, 2, 1 ; VIII, 35, 4 ; VIII, 36, 4). Il n’y a pas lieu de croire que cette tâche s’ajoutait, comme le pensent N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 44, à la reconnaissance du terrain : elle en était inséparable.

215 De manière significative, ce sont des exploratores qui se joignent aux centurions pour sélectionner l’emplacement d’un camp de marche chez les Nerviens en 57 (César, BG, II, 17, 1) ou qui examinent la topographie d’une colline en 52 à proximité de Gergovie (César, BG, VII, 44, 3).

216 Voir les critiques justifiées formulées par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 142 et 148, n. 85, à l’encontre de la vision très bureaucratique des services de renseignement césarien développée par M. Rambaud, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, p. 49.

217 À ce sujet, nous reprendrions volontiers à notre compte les remarques de R. K. Sherk, « Roman Geographical Exploration and Military Maps », p. 543, invitant à ne pas rapporter le système de renseignement romain à celui d’une armée moderne : « The Roman army never reached such a level of sophistication, but it was certainly aware of the need for such knowledge. […] We may be reasonably sure that fact-finding missions of all sorts were far more common than our sources would indicate. » Même constat de la part de R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, notamment p. 5 : « Expecting the Romans to organize a centralized intelligence service may be asking too much, but to deny that they engaged in intelligence activities would be naïve. »

218 N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 54, ont bien montré le changement de sens du terme speculator sous l’Empire ; voir aussi à ce sujet M. Dubuisson, « Renseignement, espionnage et services secrets dans l’armée romaine », pp. 305-312.

219 Sur le rôle de la cavalerie auxiliaire en particulier, voir A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 126, et N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, p. 101.

220 Equites (Tite-Live, XL, 30, 3 ; César, BC, I, 66, 3), milites (Bell. Hisp., XX, 5 et peut-être XIII, 4), esclaves (Bell. Hisp., XX, 5).

221 Tite-Live, XXVII, 17, 17 ; XXVIII, 1, 6-7 ; XXVIII, 16, 2 ; Frontin, Strat., IV, 7, 35 ; Appien, Ib., 87 ; Tite-Live, frgt. XCI, 10 ; César, BC, I, 48, 7. Il est probable qu’à l’image de P. Scipion en 218 lors de ses opérations à proximité de l’embouchure du Rhône contre Hannibal (Polybe, III, 41, 9), l’habitude était d’adjoindre au groupe d’exploratores un certain nombre de guides indigènes. Le système avait ainsi l’avantage de faciliter la tâche des premiers tout en assurant le contrôle et la vérification des rapports des seconds (ce que montre Tite-Live, XXVIII, 2, 2). Les Romains n’échappaient pas toutefois à de mauvaises surprises de la part de leurs guides (Tite-Live, XXVIII, 16, 2).

222 C’est le cas des Scipions en 212 (Tite-Live, XXIV, 41, 6), de P. Scipion en 211 (Appien, Ib., 16), de Sertorius en 76 (Tite-Live, frgt. 91, 14), de César (César, BC, I, 41, 2) et de Petreius (César, BC, I, 66, 3) en 49.

223 Polybe, IX, 14, 3, conseille d’ailleurs au général de privilégier l’observation directe, car cela élimine les possibilités d’erreurs de la part des intermédiaires : l’exemple le plus célèbre d’une erreur de ce type est celle commise par P. Considius durant la campagne contre les Helvètes en 58 et rapportée par César, BG, I, 21-22. N. J. E. Austin et N. B. Rankov, Exploratio, pp. 61-63, rappellent que cette pratique est demeurée en vigueur jusque sous l’Empire. Sur les chefs tués ou mis en péril lors de ces expéditions, voir ibid., pp. 63-64. Tout en affirmant la nécessité de cette reconnaissance directe, les sources blâment cependant les généraux qui prennent des risques inconsidérés à cette occasion.

224 Nous n’avons rien de comparable à César, BG, IV, 20-21 pour les guerres en Hispania. Mais certains indices laissent penser que ce type de préoccupation était relativement fréquent. Ainsi, il est probable que les ambassades envoyées auprès des peuples du Nord-Est avant l’arrivée de Cn. Scipion servirent aussi à compléter ce que Rome savait déjà par le biais d’Emporion et de Sagonte ; sans revenir sur la préparation du siège de Carthagène pour laquelle P. Scipion eut recours aux lumières de cités alliées et à la collaboration de pêcheurs locaux (Polybe, X, 8, 6-8), il est intéressant de constater qu’après la prise de la ville, la générosité du général romain à l’égard des otages s’accompagna sans doute d’échanges d’informations sur leurs peuples d’origine : deinde, acceptis nominibus ciuitatium, recensuit captivos, quot cuiusque populi essent (Tite-Live, XXVI, 49, 6). Les stratégies d’alliance (voir supra, pp. 59-69) tout au long de la conquête donnaient naissance à autant de relais qui faisaient parvenir vraies et fausses nouvelles jusqu’au gouverneur. Sur l’utilisation des prisonniers, voir Frontin, Strat., I, 2, 5, et Appien, Ib., 95.

225 On trouvera un prolongement des réflexions évoquées ici dans F. Cadiou, « Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines », pp. 135-152.

226 Polybe, III, 59, 3.

227 Polybe, III, 37, 11. Sur ce passage, voir les remarques de D. Marcotte, « De l’Ibérie à la Celtique », p. 32 et de G. Cruz Andreotti, « Polibio y la geografía de la Península Ibérica », p. 210 ; Id., « Polibio y la integración histórico-geográfica de la Península Ibérica », pp. 83-84.

228 Sur sa connaissance directe de l’Espagne, voir Polybe, III, 59, 6-7. On admet fréquemment que Polybe a pu retourner en péninsule Ibérique en 133 lors du siège de Numance. Voir A. Schulten, Numantia I, p. 285 ; A. Momigliano, Sagesses barbares, p. 79. Mais A. Sancho Royo, « En torno al Bellum Numantinum de Apiano », p. 25 a émis un certain nombre d’objections importantes destinées à montrer que le récit de Polybe sur la guerre numantine, attesté par Cicéron, Ad Fam., V, 12, 2, ne pouvait être la source d’Appien concernant les événements de 133. Voir aussi L. Pérez Vilatela, « Itinerario de Polibio en Hispania Ulterior », pp. 251-256. En dernier lieu, voir F. J. Gómez Espelosín, « Exploraciones y descubrimientos en el Occidente en la obra de Polibio », notamment pp. 118-130, et G. Cruz Andreotti, « Polibio y la geografía de la Península Ibérica », pp. 185-227.

229 Appien, Ib., 72 ; voir aussi Tite-Live, Per., LV ; Strabon, III, 3, 4 ; Florus, I, 33, 12 ; Velleius Paterculus, II, 5.

230 Strabon, I, 2, 1 (malgré le jugement négatif porté en III, 4, 19).

231 L. Harmand, « Soldats et marchands romains aux prises avec l’univers atlantique », pp. 247-255 ; R. K. Sherk, « Roman Geographical Exploration and Military Maps », p. 535 ; R. Syme, « Military Geography at Rome », pp. 230-232 ; Cl. Nicolet, L’inventaire du monde, p. 97 ; Cl. Moatti, La raison de Rome, p. 64. Pour la péninsule Ibérique en particulier, voir les remarques de F. J. Gómez Espelosín et alii, La imagen de España en la antigüedad clásica, pp. 63-72, et surtout celles de P. Le Roux, Romains d’Espagne, pp. 19-34.

232 Pline, NH, V, 1, 9.

233 César, BG, V, 13, 4.

234 Caton, Orig., fgrt. 93 P (= 7, 5J = 5, 2 C) ; 94 P (= 7, 6J = 7, 6 C) ; 110 P (= 7, 4J = 7, 5 C) ; Nepos, Cato, 3, confirme que dans ses Origines, Caton rapportait les événements et les curiosités dignes d’attention au sujet de l’Espagne.

235 Varron, RR, I, 8, 1 ; I, 14, 4 ; I, 16, 2 ; I, 57, 2 et 3 ; II, 1, 19 ; II, 10, 4 ; III, 12.

236 Cl. Moatti, La raison de Rome, pp. 72-74, insiste ainsi sur ce « nouvel esprit de curiosité » qui saisit la Rome de l’expansion et qui aboutit, dans le domaine de l’ethnographie, à une véritable « révolution copernicienne ».

237 On a fait ainsi remarquer la force du modèle alexandrin, valorisant l’exploration géographique, dans la représentation que les aristocrates romains se faisaient de leurs propres expéditions militaires. Voir R. K. Sherk, « Roman Geographical Exploration and Military Maps », p. 537 : « This combination of arma romana and exploration ultimately owed much to the influences generated out of the Alexander adventure and it will become a common one in the centuries after the Punic Wars. » Dans cette perspective, on a pu souligner le fait que l’Extrême-Occident finit par jouir d’un prestige particulier : E. Torregaray Pagola, « Estrategias gentilicias y simbolismo geopolítico », notamment p. 256.

238 Appien, Mithr., 103 ; Cicéron, De prov. Cons., XXII ; Pline, NH, VII, 1, 6 ; Strabon, II, 4, 1.

239 Pour une vision critique de l’apport traditionnellement reconnu des militaires romains à la science géographique, voir F. Cadiou, « Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines », pp. 135-152.

240 Cette dissociation a été relevée notamment, à juste titre, par P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 26, et N. J. E. Austin et B. Rankov, Exploratio, p. 30.

241 La nécessité de rejeter une telle distinction a été rappelée par Cl. Nicolet, L’inventaire du monde, p. 100, et Cl. Moatti, La raison de Rome, p. 65.

242 Polybe, IX, 14, 5.

243 Polybe, IX, 14, 8.

244 Polybe, IX, 15, 2-3.

245 On ne croit plus aujourd’hui que les généraux romains, même à la fin de la République, fondaient principalement leur approche et leur compréhension des régions à conquérir sur les acquis de la littérature géographique grecque : R. Syme, « Military Geography at Rome », p. 230, a rejeté en particulier la vision d’unA. Momigliano, selon qui Césaraurait mené la conquête des Gaules en lisant Posidonius (A. Momigliano, Sagesses barbares, p. 83) ; dernièrement, dans le même esprit, A. C. Bertrand, « Stumbling Through Gauls », pp. 112-113, a rappelé que les excursus géographiques du récit césarien résultaient probablement de lectures effectuées parCésardans la perspective de la rédaction de son ouvrage et non dans celle de la préparation de sa campagne. Pour la péninsule Ibérique, voir P. Le Roux, « L’invention de la province d’Espagne citérieure », pp. 118-122, qui démontre que l’entreprise de conquête s’accomodait parfaitement de ce qu’il appelle des « ignorances géographiques ».

246 O. A. W. Dilke, Greek and Roman Maps ; voir également la contribution du même auteur dans J. B. Harley et D. A. Woodward (éd.), Cartography in Prehistoric, Ancient and Medieval Europe, pp. 201-211 et 276-279.

247 On admet en effet souvent que les besoins propres aux opérations militaires ont donné naissance à l’élaboration de véritables cartes d’état-major : R. K. Sherk, « Roman Geographical Exploration and Military Maps », pp. 558-559 ; L. Harmand, « Soldats et marchands romains aux prises avec l’univers atlantique », p. 249 ; O. A. W. Dilke, Greek and Roman Maps, pp. 112-129 ; Cl. Nicolet, L’inventaire du monde, pp. 107-108 ; R. Syme, « Military Geography at Rome », p. 234.

248 Ce point a été parfaitement démontré en ce qui concerne la guerre des Gaules par A. C. Bertrand, « Stumbling Through Gauls », pp. 107-122. Ses conclusions nous semblent pouvoir être appliquées aux différentes guerres de conquête dans la péninsule Ibérique : F. Cadiou, « Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines », pp. 135-152.

249 Tout en acceptant l’existence d’instruments cartographiques à la disposition des généraux, L. Harmand, « Soldats et marchands romains aux prises avec l’univers atlantique », p. 251, résolvait ainsi les contradictions observables dans les sources en estimant que ces cartes étaient peu diffusées et souvent mal adaptées. Il vaut mieuxadmettre que, en réalité, les généraux romains n’en avaient pas besoin.

250 Les limites de la reconnaissance effectuées en 55 le long des côtes de Bretagne par le légat Volusenus sur ordre de César n’empêchèrent pas celui-ci de tenter le premier débarquement en Bretagne (César, BG, IV, 21, 9).

251 Voir à ce sujet les remarques de P. Le Roux, Romains d’Espagne, à propos de la prégnance d’une culture militaire dans la représentation et la définition des espaces provinciaux, et notamment p. 22 : « La culture militaire nourrissait la culture administrative des gouvernants » ; ces réflexions ont été depuis reprises et approfondies dans Id., « L’invention de la province d’Espagne citérieure », notamment pp. 126-130.

252 R. K. Sherk, « Roman Geographical Exploration and Military Maps », p. 536 ; R. Syme, « Military Geography at Rome », p. 234 ; P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 22 ; Cl. Moatti, La raison de Rome, pp. 68-70 ; F. Cadiou, « Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines », pp. 139-142.

253 Tite-Live mentionne la lettre envoyée au sénat par Caton après la victoire d’Emporion (Tite-Live, XXXIV, 42, 1). L’ampleur et la précision du récit de Tite-Live, vraisemblablement très inspiré de celui du consul lui-même (voir supra, p. 259), suggèrent que les mémoires que Caton avait tirés de sa campagne offraient une vision détaillée de la tactique et de la stratégie suivie. En revanche, les observations de type géographique ne devaient y apparaître que dans la mesure où elles contribuaient à valoriser ces choix tactiques et stratégiques. C’est du moins ce que suggèrent les copies des rapports envoyés par Cicéron au sénat durant son proconsulat de Cilicie, qui figurent dans sa correspondance (Cicéron, Ad Fam., XV, 1 et 2). Sur le contenu de ces lettres, voir F. Cadiou, « Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines », p. 142, n. 36.

254 Les contacts épistolaires réguliers entre Rome et les généraux d’Hispania sont bien attestés dès la seconde guerre punique pour la péninsule Ibérique : Polybe, III, 97, 1 ; Tite-Live, XXIII, 29, 1 ; XXIII, 48, 4 ; Valère-Maxime, IV, 4, 10 ; Tite-Live, XXVI, 2, 1 ; Valère-Maxime, II, 7, 15a ; Tite-Live, XXVII, 17, 8 ; Zonaras, IX, 8 ; Tite-Live, XXVII, 44 ; XXVIII, 44, 6 ; XXXIII, 21, 7 ; XXXIII, 25, 8 ; XXXIII, 44, 4 ; XXXIV, 42, 1 ; XXXV, 2, 6 ; XXXVII, 46, 9 ; XXXVII, 58, 5 ; XXXIX, 7, 6-7 ; XXXIX, 21, 1 ; XXXIX, 22, 1 ; XXXIX, 38, 4-5 ; XL, 2, 5 ; XLI, 28, 1 ; Appien, Ib., 49 ; 70 ; 81 ; durant l’hiver ou au début du printemps les généraux prorogés envoyaient des légats à Rome (Polybe, X, 19, 8-9 ; Tite-Live, XXVI, 51, 2 ; XXVIII, 4, 4 ; XXVIII, 17, 1 ; Zonaras, IX, 8 ; Tite-Live, XL, 35, 3 ; Polybe, XXXV, 3) ; à leur retour enfin, les gouverneurs faisaient également un compte rendu détaillé de leur activité devant le sénat (Tite-Live, XXVIII, 38, 2 ; XXXI, 20, 2 ; XLI, 6, 4).

255 L’importance représentée par cette source officielle est attestée par la prudence du sénat face à la rumeur de catastrophe orchestrée en 193 par le futur gouverneur de Citérieure, Flaminius, pour obtenir davantage de troupes (Tite-Live, XXXV, 2, 6) : nisi quod <aut praetores> ex prouinciis sciberent aut legati renuntiarent nihil ratum haberi debere (« à part ce que les préteurs écrivaient depuis leurs provinces et ce qu’ils faisaient annoncer par des envoyés, il ne fallait tenir aucun compte de rien », trad. R. Adam). En 178, au retour de Gracchus et d’Albinus à Rome, le sénat est convoqué par le préteur Titurius au temple de Bellone pour permettre aux propréteurs de faire leur compte rendu (Tite-Live, XLI, 6, 4).

256 Le point de vue inverse, défendu notamment par J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 43, 125 et 153, et A. M. Eckstein, Senate and General, pp. 188 et 231, dépend d’une vision souvent trop purement institutionnelle du processus de conquête.

257 En 197, face aux risques d’insurrection, le sénat réclama un rapport au nouveau gouverneur (Tite-Live, XXXIII, 21, 9). Nous disposons également de quelques mentions explicites d’instructions données par le sénat aux généraux d’Espagne : Polybe, X, 37, 6 ; Zonaras, IX, 10 ; Appien, Ib., 29 ; Polybe, XXXV, 3.

258 Voir à ce sujet les remarques de Cl. Nicolet, Rendre à César, p. 274.

259 C’est le cas de Tiberius Gracchus, questeur de Mancinus en 137 : Plutarque, Tib. Grac., 5-6.

260 C. Flaminius, préteur de Citérieure en 193 (Tite-Live, XXXIV, 55, 6) fut questeur de Scipion en 209 (Tite-Live, XXVI, 47, 8 et XXVI, 49, 10) ; P. Manlius, préteur d’Ultérieure en 182 (Tite-Live, XL, 1, 2) fut lieutenant de Caton en 195 (Tite-Live, XXXIII, 43, 1) ; César fut questeur d’Ultérieure en 68 (Velleius Paterculus, II, 43, 4 ; Suétone, Diu. Iul., VII ; Plutarque, Caes., 5) et propréteur d’Ultérieure en 61 (Suétone, Diu. Iul., XVIII et LXXI ; Appien, Ib., 102 et BC, II, 8 ; Plutarque, Caes., XI) ; Cassius Longinus fut questeur de Pompée en Ultérieure en 52 et propréteur césarien d’Ultérieure en 49-47.

261 Q. Fabius Maximus Æmilianus, consul en Ultérieure en 145, prorogé jusqu’en 143 (Appien, Ib., 68-69), fut ensuite legatus de son frère Scipion Émilien en 134-133 devant Numance (Appien, Ib., 90) ; son fils, Q. Fabius Maximus Allobrogicus, peut-être présent à Numance en 133 (Appien, Ib., 84), fut propréteuren 123 (Plutarque, Caius Gracchus, 6, 2) ; Q. Caecilius Metellus Macedonicus, proconsul de Citérieure en 142 (Appien, Ib., 76), fut legatus dans la même province en 136 (Valère-Maxime, III, 7, 5) ; Q. Pompeius, consul en Citérieure en 143-139 (Appien, Ib., 76-79) puis legatus en 136 (Valère-Maxime, III, 7, 5). De même deux des trois legati remplaçant Pompée entre 55 et 49 furent choisis parmi des hommes ayant déjà une expérience du pays : L. Afranius et M. Terentius Varron avaient déjà été legati de Pompée durant la guerre contre Sertorius (Afranius : Plutarque, Sert., 19, 5-9 ; Orose, V, 23, 14 ; Valère-Maxime, VII, 6 ext. 3 ; Varron : Salluste, Hist., II, 69 M = II, 58 MG ; Varron, RR, III, 12, 7). Afranius a peut-être gouverné la Citérieure juste après la fin de la guerre sertorienne, si l’on en croit la mention de son triomphe par Cicéron (In Pis., 58) : sur cette question, voir T. R. S. Brougthon, The Magistrates of the Roman Republic, t. III, p. 13 ; C. F. Konrad, « Afranius Imperator », pp. 67-76 ; Id., Plutarch’s Sertorius, p. 168 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 515.

262 On connaît quelques cas célèbres : Marius, qui servit sous Scipion Émilien devant Numance (Plutarque, Mar., 3 ; Valère-Maxime, VIII, 15, 7), fut ensuite propréteur d’Ultérieure en 114-113 (Plutarque, Mar., 6) ; Sertorius, qui fut tribun militaire de T. Didius en 98 (Plutarque, Sert., 5-10), se vit attribuer par la suite la propréture (de Citérieure ?) pour 83 (Exuperantius, VIII, 50).

263 Beaucoup, sans revenir ensuite dans la Péninsule, avaient une expérience de l’Hispanie, à un titre ou à un autre. Nombreux sont ainsi ceux qui apparaissent dans nos sources à la faveur des guerres numantines : C. Memmius, le tribun de la plèbe de 111 (Frontin, Strat., IV, 1, 1 ; Plutarque, Apophth. Scip. min., 17) ; SemproniusAsellio (Aulu-Gelle, NA, V, 2, 13) ; Rutilius Rufus (Appien, Ib., 88 ; Cicéron, De Rep., I, 17) ; Caius Gracchus (Plutarque, C. Gracchus, 14). Pour le Ier siècle, on peut citer le cas de M. Fonteius (Cicéron, Pro Font., 6) ou celui de P. Sulpicius Rufus, légat de Césaren 49 (César, BC, I, 74, 6).

264 Le cas particulier de la ϕίλων ἰλη de Scipion Émilien en 134 (Appien, Ib., 84) a été réexaminé récemment par F. Pina Polo, « Die Freunde des Scipio Aemilianus im numantinischen Krieg », pp. 89-98, pour qui l’expression ne renvoie pas à une cohors amicorum, notion inexistante selon lui sous la République, mais doit être interprétée à la lumière du contexte de l’année 134.

265 Cette interprétation est préférable, selon nous, à celle qui consiste à faire de ces Romains des originaires de la province ou bien des résidents permanents ; sur cette question, voir infra, pp. 631-660.

266 Sur l’origine géographique attribuée au personnage : Cicéron, Phil., XI, 12 : ex ultima Celtiberia ; XIII, 27 : hominem deductum ex ultimis gentibus. Dans ce dernier passage, Cicéron ajoute même : ut eum tribunum plebi uideremus quem ciuem numquam uideramus. Le même personnage est régulièrement mentionné dans les Philippiques, toujours de manière péjorative : VIII, 9 ; VIII, 26 ; X, 22 ; XI, 37 ; XII, 20 ; XIII, 2 ; XIV, 10. Voir aussi Appien, BC, IV, 87 et 102 ; Appien, Syr., 51 ; Tite-Live, Per., CXXVII ; Florus, II, 19, 4 ; Velleius Paterculus, II, 78, 1 ; Dion Cassius, XLVII, 35, 2 ; XLVIII, 24, 3 ; XLVIII, 25, 3 ; Zonaras, X, 19. Pour la restitution de son parcours, voir RE, IV, 2, s. v. « Decidius Saxa », 4, col. 2271-2272 (Münzer), et en dernier lieu M. -C. Ferriès, Les partisans d’Antoine, pp. 387-389, nº 58.

267 R. Syme, « Who was Decidius Saxa ? », pp. 127-137, notamment pp. 132-133. Il est suivi par T. P. Wiseman, New Men in the Roman Senate, p. 228, nº 153, et A. Caballos Rufino, « Los senadores de origen hispano durante la República romana », pp. 256-258, nº 7. Dernièrement, hésitations de M. -C. Ferriès, Les partisans d’Antoine, p. 389, qui ne tranche pas aussi nettement entre hispanus et hispaniensis : « il appartenait à une famille romanisée depuis une génération au moins, peut-être même une famille de colons italiens ».

268 César, BC, I, 66, 3 : Postero die Petreius cum paucis equitibus occulte ad exploranda loca profiscitur. Hoc idem fit ex castris Caesaris. Mittitur L. Decidius Saxa cum paucis qui loci naturam perspiciat. (« Le lendemain, Petreius, avec quelques cavaliers, part secrètement en reconnaissance. On fait de même au camp de César. L. Decidius Saxa est envoyé avec un petit groupe pour se rendre compte de la nature du terrain », trad. P. Fabre, CUF).

269 Il est certain que l’allusion de Cicéron à la Celtibérie n’est pas à prendre au sens littéral. R. Syme, « Who was Decidius Saxa ? », p. 133, l’interprète comme un persiflage relatif à la Citérieure (« no more than a libellous designation fora different and highly civilised region of Spain ») d’où, selon lui, devait être natif le personnage.

270 Le rang occupé par Decidius en 49 est incertain. L’hypothèse selon laquelle il était un centurion de l’armée de César entré au sénat avant 44, date à laquelle il devint tribun de la plèbe, a été mise en doute par R. Syme lui-même : cet auteur préférait interpréter le personnage comme une officier de rang équestre, sans rejeter toutefois, faute d’élément décisif, la possibilité qu’il s’agisse d’un excenturion (R. Syme, « Who was Decidius Saxa ? », pp. 134-135).

271 Entre 206 et 197, trois des cinq préteurs envoyés en péninsule Ibérique sont apparentés à la gens Cornelia. Après une éclipse entre 196 et 167, l’influence de la gens fut de nouveau importante entre 160 et 155. H. H. Scullard, Roman Politics, pp. 93-96 et 110-127 ; M. Salinas de Frías, El gobierno de las provincias hispanas durante la República romana, p. 33 ; J. M. Roddaz, « Les Scipions et l’Hispanie », pp. 354-356.

272 Cela ne signifie pas que des garnisons ne pouvaient jamais être installées dans le but d’assurer la sécurité d’une ville alliée ou bien d’en garantir la loyauté. Voir à ce sujet : F. Cadiou, « Garnisons et camps permanents. Un réseau défensif des territoires provinciaux dans l’Hispanie républicaine ? », p. 98, ainsi que les réflexions récentes de T. Ñaco del Hoyo, « Rearguard Strategies of Roman Republican Warfare in the Far West », pp. 158-161. Mais, dans ces cas de figure également, nous pensons que c’est toujours dans la cadre de la campagne militaire en cours qu’il faut raisonner, et non au-delà.

Table des illustrations

Légende CARTE 6. — Les principaux axes routiers de l’Hispania républicaine (d’après P. SILLIÈRES, « Voies romaines et contrôle de l’Hispanie à l’époque républicaine », et J. LOSTAL PROS, Los miliarios de la provincia Tarraconense)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search