Version classiqueVersion mobile

Hibera in terra miles

 | 
François Cadiou

Première partie. Armées et guerre

Chapitre III. Les formes du combat

Texte intégral

1Si l’on en croit Végèce (III, 1), la Rome impériale, celle de la conquête et de la soumission des peuples barbares du pourtour méditerranéen, avait toujours préféré des armées plus disciplinées que nombreuses. En ce sens, la modestie, toute relative, des contingents envoyés annuellement en Hispania peut apparaître en partie comme l’expression d’une conception de la guerre où la victoire tenait d’abord à l’efficacité de l’exercitus dans les formes de combat privilégiées à l’époque hellénistique. Pour cette raison, on pense en général que les campagnes successives dans la péninsule Ibérique, en déjouant cette attente, ont confronté les légions républicaines à leurs limites tactiques et stratégiques, expliquant ainsi les difficultés et la lenteur de leur progression. Cette idée mérite pourtant d’être nuancée : elle s’appuie en effet sur une image stéréotypée opposant trop schématiquement les pratiques indigènes aux habitudes romaines et surestimant, par conséquent, la profondeur comme la nécessité des transformations imposées à la culture militaire des conquérants.

I. — LA CONSTRUCTION D’UN TOPOS : L’HISPANIA, TERRE DE GUÉRILLA

2Des Anciens aux Modernes : la définition des caractéristiques du soldat indigène. — Des conceptions antagonistes de la guerre ? — Ruse et stratagèmes : la face cachée de la guerre romaine.

  • 1 A. Schulten, Numantia I, p. 201 ; Id., « Viriato », p. 149 ; A. García y Bellido, « Bandas y guerr (...)

3L’historiographie associe systématiquement la forme de la guerre dans la péninsule Ibérique à la notion de guérilla, c’est-à-dire à un type d’affrontement considéré comme très éloigné des conceptions romaines en matière militaire, marqué par le refus de la bataille rangée, l’extrême mobilité des troupes, le recours systématique au coup de main et à la dispersion tactique des forces1. L’opposition radicale entre deux mondes, indigène et romain, se serait ainsi manifestée de façon éclatante dans une brutale découverte mutuelle des spécificités guerrières de l’autre, à la fois source d’incompréhension et origine des sanglants désastres qui, tout au long de notre période, ont, de part et d’autre, ponctué l’extension de l’hégémonie romaine dans les Hispaniae. Une telle interprétation repose sur un certain nombre de contresens qu’il convient maintenant de relever et de discuter.

DES ANCIENS AUX MODERNES : LA DÉFINITION DES CARACTÉRISTIQUES DU SOLDAT INDIGÈNE

  • 2 A. Schulten, « Viriato », p. 275 ; A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Ro (...)
  • 3 Sur la mobilité des troupes indigènes : Tite-Live, XXI, 57, 5 ; XXII, 18, 12 ; XXVIII, 2, 7 ; XXXV (...)

4Pour une large part, la restitution d’un guerrier hispanique-type s’appuie sur les témoignages de Diodore de Sicile et de Strabon. La critique moderne emprunte l’essentiel de sa grille de lecture à deux passages, toujours cités, souvent paraphrasés, dans lesquels apparaissent les principaux traits que l’on s’accorde à attribuer génériquement à la guerre indigène (Strabon, III, 3, 6 et Diodore, V, 34, 4-7). PourA. Schulten et A. García y Bellido, qui ont le plus insisté sur l’importance de ces documents, la valeur de ces textes tient à ce qu’ils transmettent une information contemporaine de la conquête : Strabon s’appuierait ainsi sur Polybe dont on sait qu’il parcourut une partie de la Péninsule vers le milieu du IIe siècle, tandis que Diodore se fonderait sur les observations de Posidonius décrivant vers 100 av. J. -C. les mœurs des sociétés indigènes2 Par conséquent, selon ces deux historiens, ces textes ne se contentent pas de fournir les deux exposés les plus détaillés relatifs aux coutumes guerrières de ces populations : ils ont en outre l’avantage d’être en prise directe avec les réalités péninsulaires préaugustéennes. À ce titre, ils sont érigés en descriptions paradigmatiques des coutumes militaires des adversaires de Rome, et les mentions, éparses dans le reste de la documentation, concernant l’agilité des soldats hispaniques sont dès lors systématiquement interprétées comme autant de confirmations de ce premier tableau d’ensemble3. Pourtant, l’autorité prêtée de la sorte à ces textes n’est pas aussi décisive qu’elle pourrait l’apparaître au premier abord.

  • 4 A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », p. 588, contourne l’objection (...)
  • 5 Diodore, V, 34, 6-7.
  • 6 Strabon, III, 3, 6. Les éditeurs du texte signalent que l’expression παϱαξιϕὶς πϱὸς τούτοις ἢ ϰοπί (...)
  • 7 Diodore, V, 34, 4-5. Il précise en outre que l’épée est très similaire à celle des Celtibères (ϰαὶ (...)
  • 8 Diodore, V, 34, 5.
  • 9 Diodore, V, 33, 5, évoque ainsi clairement une technique de combat celtibère en formation.

5On peut d’abord relever qu’ils s’appliquent aux seuls Lusitaniens4 et même, dans le cas du texte de Diodore, qu’ils concernent seulement une fraction bien particulière de cette société, à savoir les moins fortunés et les plus robustes qui, arrivant à l’âge adulte, se regroupent dans les montagnes pour piller les territoires alentour5. Il convient par conséquent d’éviter toute généralisation hâtive. En outre, en ce qui concerne l’armement, Strabon énumère sommairement une panoplie somme toute classique : un petit bouclier (ἀσπίδιον), un poignard ou une épée courte (παϱαξιϕίς ou ϰοπίς), des jambières (ϰνημίς) pour les fantassins (πεζοί), un casque fait de tendons (νευϱίνος ϰϱάνος)6. Des disparités existent puisque seuls certains guerriers portent une cotte de maille (ἁλυσιδωτός), un casque métallique à triple aigrettes (τϱιλοϕία) et une lance (δόϱυ). La description de Diodore s’en rapproche beaucoup puisque l’on retrouve un petit bouclier (πέλτη), un javelot entièrement en fer (σαυνίον ὁλοσιδήϱον), une épée (ξίϕος) et un casque (ϰϱάνος)7. Cet auteur souligne également la moindre ténacité du guerrier lusitanien par rapport au Celtibère, moins enclin à se replier rapidement8. Cette précision fournit l’occasion d’une première objection au modèle exposé précédemment, car elle est difficile à comprendre en dehors du contexte d’un combat en ligne9. Du reste, Strabon le confirme explicitement :

  • 10 Strabon, III, 3, 7 : Τελοῦσι δὲ ϰαὶ ἀγῶνας γυμνιϰοὺς ϰαὶ όπλιτιϰοὺς ϰαὶ ἱππιϰοὺς πυγμῇ ϰαὶ δϱόμῳ ϰ (...)

Ils organisent également des concours pour les troupes légères, les hoplites et la cavalerie, comprenant le pugilat, la course, le combat à l’arme de jet et le combat en formation (trad. F. Lasserre, CUF, modifiée)10.

  • 11 Ainsi, tout en insistant par ailleurs sur les passages où Strabon exalte la légèreté du combattant (...)
  • 12 Il est probable que les différenciations d’armement attestées par Strabon, III, 3, 6, correspondai (...)
  • 13 Diodore, V, 34, 4, précise en effet qu’il rend compte de cette coutume parce qu’elle est tout à fa (...)
  • 14 L’allusion au fait que cette pratique concernait les membres de la collectivité atteignant l’âge a (...)

6Ce passage est rarement cité, et pour cause, car il suffit à fragiliser l’interprétation traditionnelle d’une pratique exclusive de la guérilla11. Il présente en effet des catégories bien différenciées de troupes, avec lesquelles les gradations dans l’armement évoquées précédemment peuvent d’ailleurs être mises en relation12. De l’infanterie légère (γυμνής) à l’infanterie lourde (ὁπλίτης), en passant par la cavalerie (ἱππεύς), on retrouve une diversité bien éloignée de la définition classique du guérillero. En outre, tout en évoquant le combat en formation (σπειϱηδόν μάχη), Strabon précise bien que les Lusitaniens dont il est question sont des montagnards (ὄϱειοι). Ainsi se trouve ébranlé l’argument des historiens modernes selon lequel la topographie accidentée des régions de l’intérieur de la Péninsule, en favorisant la guerre d’embuscade, avait naturellement développé chez les populations qui y vivaient l’art de la guérilla. Une telle vue provient en fait essentiellement de la description de Diodore. C’est oublier que celui-ci s’attache alors à décrire une pratique spécifique qui ne rend pas compte de l’intégralité de la tradition guerrière de ces sociétés13. L’auteur souligne une caractéristique originale, propre à frapper l’imagination de ses lecteurs14.

  • 15 A. Schulten, « Viriato », pp. 274-275, établit ainsi un parallèle avec la stratégie de Zumalacárre (...)
  • 16 À notre connaissance, seule l’excellente étude de F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 654, n (...)

7La tentation des historiens modernes de lire les sources en fonction d’un déterminisme géographique strict repose en réalité avant tout sur une arrière-pensée : la volonté d’inscrire l’affrontement entre les peuples ibériques et la puissance conquérante de Rome dans une continuité historique multiséculaire, susceptible d’exprimer l’essence d’une nation15. Cette dimension idéologique du topos de la guérilla indigène a été, selon nous, insuffisamment soulignée jusqu’à présent16.

  • 17 Strabon, III, 4, 15.
  • 18 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 657. Cet auteur souligne néanmoins que, étant donné son (...)
  • 19 Bien qu’elle ne lui soit pas propre, cette grille de lecture barbarie/civilisation est particulièr (...)
  • 20 Voir ainsi les commentaires de type racial d’A. Schulten, FHA, VI, p. 208, à Strabon, III, 3, 6 : (...)

8Par conséquent, les affirmations des auteurs anciens doivent être maniées avec beaucoup de prudence afin d’éviter toute surinterprétation. F. Quesada Sanz a ainsi montré récemment l’ambiguïté du célèbre portrait dressé par Strabon du guerrier ibère comme un peltaste17. En effet, il remarque que, dans la terminologie grecque, l’emploi de πελταστής ne renvoie pas forcément à un guérillero, car ce terme désigne un combattant capable de participer à une bataille en formation18. En lui-même, le texte ne saurait donc apporter une preuve supplémentaire en faveur d’une pratique généralisée de la guérilla dans l’intérieur de la Péninsule. En réalité, l’insistance du géographe grec à mettre en avant la légèreté et l’agilité du combattant indigène participe essentiellement d’un ensemble de critères destinés ici à caractériser un état de barbarie. Elle correspond de ce fait à une tendance unanimement répandue chez les auteurs anciens à promouvoir les adversaires de Rome en contre-modèle du monde civilisé de la cité (civitas/πόλις) incarné par l’Urbs19. Une certaine historiographie, hantée par les souvenirs du XIXe siècle, s’est donc superposée à la subjectivité du regard ethnographique des sources gréco-latines pour façonner le stéréotype d’une péninsule Ibérique terre de guérilla20.

  • 21 Polybe, III, 110, 2 ; III, 113, 6-7 ; III, 117, 4 ; IX, 3, 9 ; Tite-Live, XXI, 7, 5 ; 47, 1-6 ; XX (...)
  • 22 E. Sánchez Moreno, « El caballo entre los pueblos prerromanos de la Meseta occidental », pp. 207-2 (...)
  • 23 F. Quesada Sanz a ainsi insisté sur la distinction nécessaire à opérer entre, d’une part, l’existe (...)

9Dans la construction de cette image où prime la vélocité, la figure du cavalier joue un rôle fondamental, car les textes vantent régulièrement la qualité du cavalier ibérique et celle de sa monture21. L’abondance de représentations équestres figurées témoigne par ailleurs de l’importance du cheval dans la société indigène22. Il faut se garder cependant d’en déduire la certitude de l’emploi systématique de cavaliers au cours du combat lui-même23.

  • 24 F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », p. 188 ; Id., « Aristócratas a caballo y la existenc (...)
  • 25 F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », pp. 188-189 ; Id., « Aristócratas a caballo y la exi (...)
  • 26 F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », p. 190 ; Id., « Aristócratas a caballo y la existenc (...)
  • 27 Polybe, frgt. XCV ; voir aussi, Diodore, V, 33, 5.
  • 28 Contra M. Salinas de Frías, « Sobre la caballería de los celtíberos », p. 85 : selon lui, en dépit (...)
  • 29 M. Almagro-Gorbea, « Guerra y sociedad en la Hispania céltica », p. 220, et A. Ruiz Rodríguez, « L (...)
  • 30 F. Quesada Sanz, « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cult (...)
  • 31 C. Aranegui Gascó, Dames et cavaliers dans la cité ibérique, pp. 56-71. Cet ensemble iconographiqu (...)
  • 32 A. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 315 ; F. Quesada Sanz, « Aristócratas a cab (...)

10En effet, l’exaltation du cheval tenait d’abord au symbole de prestige, de richesse et de statut social qu’il représentait dans le monde ibérique, tout comme dans les autres civilisations de l’Antiquité, sans qu’une fonction militaire soit toujours clairement repérable24. L’étude du mobilier funéraire montre les limites de l’association de l’équipement équestre à la panoplie guerrière, même dans les tombes les plus riches25. Il semble que, jusqu’à une date assez récente, et en tout cas jusqu’au milieu du IIIe siècle, le cheval n’ait été employé en péninsule Ibérique que comme véhicule pour une infanterie montée, similaire à celle que l’on connaît pour les groupes aristocratiques de la Rome primitive ou de la Grèce archaïque26. C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre un fragment de Polybe relatif aux cavaliers celtibères, dans lequel il est noté que ces derniers ont pour habitude de démonter pour venir en aide à leur infanterie lorsque celle-ci se trouve mise en difficulté27. La guerre indigène resta donc très longtemps une guerre de fantassins dans laquelle les cavaliers occupaient une position secondaire, quoique distinguée, dans le combat proprement dit28. Toutefois, au cours du IIIe siècle, les mutations des structures politiques autochtones ont peut-être favorisé davantage le combat monté et le développement d’une véritable cavalerie29. Par la suite, les besoins nouveaux créés par l’intervention en péninsule Ibérique des grandes puissances méditerranéennes, Carthage puis Rome, contribuèrent probablement à accélérer cette inflexion à partir du début du IIe siècle30. La représentation de groupes de cavaliers sur les peintures de la céramique de Liria rend peut-être compte d’une telle transformation des pratiques militaires ibères31. Cette évolution fut sans doute inégale entre l’intérieur de la Péninsule et l’aire ibérique, ce que reflètent les sources littéraires qui associent la figure du cavalier davantage aux Celtibères et aux Lusitaniens qu’aux Ibères du Nord-Est et des régions méridionales32.

  • 33 La cavalerie légionnaire républicaine est mal connue, mais, en dépit du prestige social de ses mem (...)
  • 34 L’action conjointe de la cavalerie et de la légion est fréquemment mentionnée dans les récits rela (...)

11À l’arrivée des Romains en 218, l’emploi de cavaliers dans la guerre indigène semble donc n’avoir été ni uniforme entre les différentes parties de la Péninsule, ni spécifique par rapport aux habitudes constatées ailleurs en Méditerranée. Par conséquent, l’exceptionnelle habileté reconnue généralement aux equites Hispani par les auteurs anciens ne suffit pas à faire de l’usage de troupes montées un argument en faveur d’une préférence des populations ibériques pour la guérilla. La mention croissante de cavaliers au cours des guerres contre Rome témoigne peut-être d’un développement de la cavalerie indigène comme arme au cours du combat. Toutefois, cette évolution n’est pas incompatible, bien au contraire, avec l’existence de formes de combat en ligne. Il suffit pour cela de comparer avec ce que l’on sait de la cavalerie romaine : une partie du rôle de celle-ci consistait également à harceler l’adversaire33. Ce n’est pas pour autant que l’on croit que les légions romaines pratiquaient majoritairement la guérilla. En tant que composante d’une armée, la cavalerie fournissait un élément mobile, complément indispensable aux unités plus lourdes dont elle assurait la protection et préparait la charge34. Ces remarques suffisent à réfuter l’association systématique d’une tradition équestre avec un contexte tactique de guérilla dont le cavalier ibérique ne saurait donc, pour cette raison, constituer le symbole.

DES CONCEPTIONS ANTAGONISTES DE LA GUERRE ?

  • 35 Strabon, III, 4, 5 ; Tite-Live, XXVIII, 32, 8-9 ; XXXIV, 13, 5 ; XXXIV, 20, 3 ; XXXIV, 21, 1 ; XXX (...)
  • 36 Conçue à l’origine par le juriste J. Costa dans son livre Estudios ibéricos, cette approche social (...)
  • 37 A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », pp. 561-563, explique la plus (...)
  • 38 S. Szádeczky-Kardoss, « Nouveau fragment de Polybe sur l’activité d’un proconsul romain », pp. 99- (...)
  • 39 Voir récemment, J. J. Sayas Abengochea, « El bandolerismo lusitano y la falta de tierras », pp. 70 (...)
  • 40 Les limites méthodologiques de l’explication socio-économique ont été ainsi vigoureusement dénoncé (...)

12Les limites que nous venons de relever concernant l’interprétation des digressions ethnographiques des géographes et érudits gréco-romains trouvent un écho dans la tendance des sources à qualifier la guerre indigène au moyen d’un vocabulaire emprunté au registre du brigandage (praedo, latro, ληστής)35. La raison d’une telle unanimité a fait l’objet de multiples interrogations. Pendant longtemps, l’historiographie a privilégié une explication de type socio-économique qui reflétait les préoccupations dominant alors la réflexion historique36. De ce point de vue, les références au brigandage hispanique dans les sources classiques conserveraient la trace de déséquilibres internes au monde indigène, mal compris par les Romains dont l’intervention essentiellement répressive contribuait à les aggraver. La concentration des terres dans les mains d’une élite restreinte, tout comme la richesse agropastorale inégale des territoires, auraient ainsi poussé des portions appauvries et marginalisées des sociétés ibériques à la pratique de la razzia et du pillage. Le brigandage aurait donc fonctionné comme une soupape licite à leur misère et aurait fait, à ce titre, partie intégrante de la régulation des communautés indigènes, dans la mesure où cette violence ne s’exerçait pas contre les membres d’un même groupe, mais était tournée vers les voisins37. La lente prise de conscience de cet état de fait de la part du conquérant aurait donné lieu à la mise en place d’une politique de distribution de terres et de lotissement des individus déracinés aboutissant à la solution du problème38. Cette théorie, dont on vient de résumer les traits principaux, n’est pas complètement abandonnée aujourd’hui39. Cependant, de nombreuses critiques en ont montré les faiblesses en insistant, à juste titre, sur la nécessité de tenir davantage compte de la dimension subjective et péjorative des sources40.

  • 41 Ce point a été bien mis en valeur par M. V. García Quintela, « Sources pour l’étude de la protohis (...)
  • 42 Ibid., p. 94.
  • 43 M. Clavel-Lévêque, « Brigandage et piraterie », p. 19, et aussi, p. 25 : « Cela revient donc à pos (...)
  • 44 Tite-Live, XXXIV, 20, 2-3.
  • 45 On a parfois suggéré que, dans le cas de l’Hispanie, l’assimilation des populations indigènes à de (...)
  • 46 Il ne s’agit pas de nier l’existence de déséquilibres internes aux sociétés péninsulaires, mais de (...)

13En effet, les descriptions laissées par les auteurs anciens ne constituent pas une observation neutre des peuples péninsulaires, de leurs coutumes ou de leur situation économique et sociale. Ils offrent de ces sociétés une interprétation dont l’historiographie classique n’a fait que reproduire, dans une certaine mesure, quelques-uns des présupposés41. Très marqué par l’ethnocentrisme, le regard posé par les auteurs gréco-romains sur les réalités institutionnelles et culturelles indigènes introduit une déformation qu’il est indispensable de prendre en compte. En raison de leur écart chronologique avec les faits, les sources d’époque augustéenne, comme Strabon ou Tite-Live, ont tendance en outre à appliquer les catégories idéologiques de la pax romana à l’époque de la conquête42. L’étude de l’emploi du vocabulaire relatif au brigandage montre ainsi qu’il participe d’un discours dévalorisant, destiné à exalter la mission civilisatrice de Rome : le latro, incarnation du chaos propre à l’état de nature, dominé par la lutte, doit céder devant l’ordre de la loi, associé à la paix43. À cet égard, la définition que donne Tite-Live du peuple des Lacétans, coupable de ravager les terres des alliés de Rome en 195, réunit de façon exemplaire les différents éléments constitutifs de ce stéréotype : il s’agit d’un peuple (gens) vivant à l’écart des autres (deuia), dans un pays dominé par la forêt (siluestris), aux mœurs par conséquent sauvages (cum insita feritas)44. Le degré d’instrumentalisation effective de cette représentation par les conquérants eux-mêmes n’est pas ici l’essentiel45. Il suffit de remarquer que notre documentation exprime avant tout la version des vainqueurs, transmettant leur perception des comportements indigènes et non le contenu des pratiques elles-mêmes46.

  • 47 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 43-48, et notamment p. 47 : « La guer (...)
  • 48 Ibid., pp. 48 : « Al combate indígena le corresponde una formación militar integrada por peltastai(...)
  • 49 Digeste, 50, 16, 118.
  • 50 B. D. Shaw, « Le bandit », pp. 376-377.
  • 51 Dès avant le IIIe siècle, les Romains se sont souciés, grâce à la loi fétiale, d’apparaître toujou (...)
  • 52 C’est la raison pour laquelle le terme s’appliquait aussi, à l’intérieur de la cité romaine, aux a (...)
  • 53 Tite-Live, XXVIII, 32, 9.
  • 54 Comme il a été rappelé précédemment, le caractère belliqueux des Hispani est constamment rappelé d (...)

14Puisque le topos du bandit ne nous dit rien, ou peu, de la situation réelle des populations péninsulaires, mais expose au contraire le point de vue de Rome, certains historiens estiment que ce lieu commun servait notamment à exprimer le mépris des Romains pour les formes de combat indigènes et, par conséquent, leur réprobation face à la guérilla, étrangère aux conceptions civilisées de la guerre47. En rejetant du côté du brigandage la tradition guerrière ibérique, Rome manifesterait ainsi son incompréhension vis-à-vis de celle-ci, tout en nous apportant indirectement la confirmation des caractéristiques principales qui la définissaient, telles que la légèreté ou la rapidité. Cette interprétation a le mérite de prendre en compte la notion de dépréciation contenue dans le discours des sources. Toutefois, elle assimile du même coup un peu vite le praedo et le latro à un guérillero indigne du nom de soldat aux yeux des Romains48. C’est oublier que la définition des latrones donnée par le Digeste n’intègre aucune considération d’ordre tactique : sont considérés comme tels ceux qui s’opposent à Rome sans lui avoir formellement déclaré la guerre49. En fait, latro apparaît comme le contraire d’hostis et s’applique par conséquent à tout groupe qui ne livre pas une guerre régulièrement déclarée à l’État romain50. La classification des conflits dans l’esprit des Romains dépendait en effet du respect des normes du bellum iustum51. Celui-ci correspondait cependant à un ensemble de critères juridique et religieux sans contenu militaire explicite : toute rupture des règles ordinaires des relations publiques, fondements de la vie civilisée, suffisait à légitimer l’appellation de latro52. On le constate d’ailleurs en 206, lors de l’insurrection ilergète qui violait l’amicitia romaine : au moment de marcher vers l’ennemi, Scipion qualifia devant ses soldats leurs adversaires de latrones53. Or l’affrontement qui suivit fut bel et bien une bataille rangée. Aucune correspondance systématique entre un contexte supposé de guérilla et une accusation de brigandage n’apparaît donc dans les sources. Par conséquent, l’assimilation de l’ennemi à un bandit ne concernait pas sa manière de combattre proprement dite, mais qualifiait seulement le niveau de normalisation atteint par l’adversaire dans sa pratique de l’activité guerrière, évalué bien sûr selon les standards romains. Il n’est donc guère étonnant qu’elle aille toujours de pair avec un autre critère essentiel de la barbarie, à savoir l’état de guerre endémique54.

  • 55 C’est la faiblesse de l’argumentation de P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, (...)
  • 56 Selon W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 172, ce n’est qu’à partir de (...)

15L’ambiguïté provient précisément de la notion de « guerre régulière », employée par les Modernes qui associent parfois abusivement le bellum iustum, au-delà de son contenu juridique et religieux, à un mode de combat : une guerre en règle serait ainsi non seulement déclarée dans les formes du droit, mais également menée sur le champ de bataille selon des principes conformes à un modèle considéré comme civilisé. Cette interprétation du bellum iustum se fonde essentiellement sur les réflexions de Cicéron, en particulier dans le De officiis, dont la dimension théorique et philosophique est insuffisamment prise en compte55. Loin de décrire la pratique effective, le philosophe énonce ce que, selon lui, doit être une conception juste de la guerre : censée correspondre à un mos maiorum qui demeure l’horizon de toute pensée politique, elle est avant tout destinée à condamner les errements du présent56. Le bellum iustum, plus qu’un ensemble de comportements militaires, correspond à une prise de gage sur l’avenir, réinventée tardivement en droit de la guerre. Il convient donc de ne pas établir, à partir de cette notion délicate à manier, un rapport trop direct entre l’assimilation de l’indigène à un bandit et son hypothétique refus de la bataille rangée. Le risque consisterait dès lors à opposer artificiellement guerre indigène et guerre romaine. En effet, d’un côté, grâce aux concepts ethnologiques et anthropologiques, le réexamen des sources relatives aux coutumes guerrières des sociétés péninsulaires a contribué à dégager leur description et leur interprétation du poids du regard romain. Mais, d’un autre côté, cet effort indispensable a souvent été effectué en exagérant le contraste entre les conceptions propres à chacun. La guerre indigène est ainsi replacée dans un contexte gentilice et aristocratique, marqué par les valeurs communes aux civilisations protohistoriques. À l’inverse, la spécificité de Rome (sa « modernité » ?) a été excessivement valorisée : puisque sa définition juridique de la guerre nous semble au fondement de la nôtre, beaucoup d’historiens en déduisent l’apparition d’un nouveau type d’armée et donc de combattant. Au fond, on retrouve là, à propos des problèmes militaires, le débat primitivisme/modernisme, si prégnant dans l’étude d’autres domaines essentiels du monde romain, comme le fonctionnement administratif de l’État ou l’économie.

  • 57 Lorsqu’elle est appliquée à la péninsule Ibérique, cette grille de lecture ne fait cependant que r (...)
  • 58 En raison des inégalités de la documentation, le modèle en a surtout été étudié pour le monde celt (...)
  • 59 P. Ciprés, « Sobre la organización militar de los celtíberos. La iuventus », pp. 173-187.
  • 60 Il est à ce titre très révélateur que la définition donnée par A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 32 (...)

16Ainsi, à l’idéal héroïque et agonistique du guerrier indigène, on oppose trop souvent l’ordre et la discipline de la phalange et de la légion, à l’exaltation de l’individu la cohésion du groupe57. Pour étayer cette interprétation, une large part est faite à l’éthique propre au guerrier ibérique : définie par la valeur et le courage, elle constitue le moteur du prestige personnel et de la reconnaissance sociale58. Elle exalte la démesure, l’ὕβϱις furor, nécessaire à l’ardeur au combat. L’ensemble de ces traits est donné à juste titre comme une caractéristique de la iuuentus, c’est-à-dire de la classe en âge de combattre, parmi laquelle une élite équestre fournit les chefs qui commandent l’armée, en fonction de leur charisme et de leur autorité, fondés sur la noblesse, la vertu guerrière, la richesse et la possession de larges clientèles59. La question n’est pas de rejeter ici ces conclusions, qui paraissent dans l’ensemble acceptables. Il convient seulement d’attirer l’attention sur le fait que ce schéma est trop souvent jugé caractéristique des seules sociétés barbares, alors que, pourtant, il ne diffère pas fondamentalement des catégories en vigueur dans la société romaine de l’époque, où uirtus, auctoritas et mystique de la victoire reflètent une mentalité aristocratique similaire60.

  • 61 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 92 ; A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. (...)
  • 62 J. J. Glück, « Reviling and Monomachy as Battle-Preludes in Ancient Warfare », pp. 25-31 ; dans le (...)
  • 63 J. P. Néraudau, La jeunesse dans la littérature et les institutions de la Rome républicaine, pp. 2 (...)
  • 64 Le fait a été relevé par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 38, et dém (...)
  • 65 Appien, Ib., 53 ; Polybe, XXXV, 5 ; Tite-Live, Per. XLVIII ; Velleius Paterculus, I, 12, 4 ; Valèr (...)
  • 66 Tite-Live, Ep. Oxy., LIII-LIV, mentionne Occius sans faire allusion à un combat singulier ; l’épis (...)
  • 67 Plutarque, Sert., XIII, 3-4.
  • 68 Bell. Hisp., XXV, 3-5.
  • 69 Dans leur édition du livre VII de Tite-Live, R. Bloch et J. Bayet estiment ainsi que les duels con (...)

17Ainsi, le duel entre champions, qui est censé symboliser la spécificité de l’éthique guerrière indigène, est souvent présenté comme une pratique absolument étrangère au monde romain de la République moyenne où le développement du combat hoplitique, émanation de l’organisation civique issue de la réforme servienne, en aurait étouffé la légitimité61. Il est vrai que les sources donnent pour Rome peu d’exemples de monomachies, alors qu’elles se complaisent à en relever pour les sociétés barbares, notamment celtiques62. Par conséquent, on en déduit qu’à Rome, ce type de combat appartenait seulement à des époques reculées, comme celle des Horaces et des Curiaces, ou bien à des survivances de nature symbolique63. Pourtant, en dépit de leur petit nombre, les cas attestés de défis aux IIe et Ier siècles sont loin d’être aussi négligeables que les tenants de cette interprétation traditionnelle le prétendent64. En ce qui concerne la péninsule Ibérique, nous en connaissons quatre. En 151, lors du siège d’Intercatia par l’armée de Lucullus, Scipion Émilien, alors tribun militaire, excédé par les fanfaronnades d’un guerrier vaccéen, est réputé être sorti du rang pour le tuer en combat singulier65. En 143-142, un légat de Quintus Metellus, nommé Q. Occius, répondit à la provocation d’un guerrier celtibère66. Au siècle suivant, Sertorius proposa à Metellus de se mesurer à lui et le refus de ce dernier provoqua le dépit de ses soldats67. Enfin, au cours de la bataille de Munda, à l’extrême fin de la période, le Bellum Hispaniense a conservé le souvenir de l’affrontement de deux champions, Antistius Turpio et de Q. Pompeius Niger68. L’idée bien ancrée d’une expulsion précoce du combat singulier hors de la cité classique, jointe au contexte de ces différents récits où les barbares prennent généralement l’initiative, a souvent incité à interpréter ces épisodes comme une résurgence du duel sous l’influence des barbares d’Occident, en somme comme un phénomène importé69. Plusieurs éléments affaiblissent néanmoins cette hypothèse.

  • 70 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 93 ; A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. (...)
  • 71 Valère-Maxime, III, 2, 21.
  • 72 Il est peu probable toutefois qu’il ait été chevalier. Cl. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque ré (...)
  • 73 Polybe, XXXV, 5 ; Valère-Maxime, III, 2, 21.
  • 74 Valère-Maxime, III, 2, 6, ne dit rien d’autre à propos de l’attitude de Scipion en 151 : Sed tunc (...)
  • 75 À titre de comparaison, on peut relever que le duel n’est pas le seul trait de civilisation que l’ (...)
  • 76 En dehors de l’affrontement des Horaces et des Curiaces, les exemples précis de batailles décidées (...)
  • 77 P. Jal, La guerre civile à Rome, pp. 339-345. Cet auteur interprète toutefois le motif du duel, as (...)
  • 78 Récemment, Th. Wiedemann, « Single Combat and Being Roman », pp. 91-103 (et notamment pp. 97-98), (...)
  • 79 La prise en compte de cet aspect essentiel est ainsi l’un des intérêts du livre récent de J. E. Le (...)
  • 80 Cet élément est rappelé à juste titre par S. P. Oakley, « Single combat in the Roman Republic », p (...)

18D’abord, il faut souligner que l’engagement dans un combat singulier, du côté romain, comme du côté indigène, implique toujours des membres de l’élite sociale. Le fait a été amplement étudié pour les Celtibères et a servi d’argument pour interpréter la monomachie comme l’expression d’une conception chevaleresque de la vie dans ces sociétés70. On a moins insisté sur le fait qu’il en allait de même pour les Romains : il est inutile de rappeler ici la haute naissance de Scipion Émilien ; bien que Valère-Maxime ne donne aucune précision, la qualification de Q. Occius comme légat (legatus) de Metellus suffit à nous le présenter comme un membre de l’aristocratie71 ; Sertorius est un homo nouus mais il disposait après 83, date à laquelle il brigua en vain le consulat, d’un rang prétorien : du reste, c’est en égal de Metellus qu’il lui proposa la rencontre ; enfin, Q. Pompeius Niger est explicitement présenté comme un chevalier romain (eques romanus). Nous ne savons rien en revanche de son adversaire pompéien Antistius Turpio dont la force et la bravoure sont néanmoins mises en valeur72. Dans les deux premiers cas, Scipion et Occius combattent en outre à cheval, tout comme leurs adversaires barbares73. Tout se passe comme si les couches supérieures de la société qui formaient également les cadres militaires avaient conservé très longtemps les caractères chevaleresques que l’on réserve à tort aux seules élites indigènes74. Le duel continuait à en former l’une des expressions, bien que sa conception eût évolué depuis les temps archaïques75. À l’époque qui nous concerne, il ne s’agit plus d’un combat destiné à mettre fin à lui seul à une guerre comme le fut, selon la tradition, celui des Horaces et des Curiaces76. Cela ne suffit pas néanmoins pour démontrer l’abandon total de la monomachie chez les Romains de la République moyenne et tardive. L’exemple des guerres civiles atteste que l’idée d’un combat décisif entre les meilleurs éléments des armées ou entre les chefs n’avait pas entièrement disparue77. Elle s’était simplement effacée, dans le cadre de l’armée civique, au profit de démonstrations de valeur qui n’engageaient pas aussi définitivement l’ensemble des combattants, mais symbolisaient malgré tout la supériorité d’un camp sur l’autre et conservaient pour cette raison leur place dans les représentations collectives78. On aurait tort de sous-estimer l’importance de la gloire individuelle dans les pratiques romaines de la guerre79. L’un des critères pour obtenir les dona militaria demeura ainsi la victoire obtenue en combat singulier80.

  • 81 Tite-Live, XLII, 34, 3.
  • 82 Tite-Live, XLII, 34, 11.
  • 83 Sur les conceptions que les Romains se font du courage et sur la façon dont les auteurs anciens (i (...)
  • 84 Polybe, VI, 39, 11.
  • 85 Polybe, VI, 39, 8-10 ; sur les dona militaria, voir, en dernier lieu, V. A. Maxfield, The Military (...)
  • 86 Un aspect inattendu de cette conception proprement romaine a été dernièrement mis en évidence par (...)
  • 87 E. Dutoit, « Tite-Live 42, 34 : l’“exemplum” d’un soldat romain », pp. 180-189 ; G. Perotti, « Sp. (...)

19La persistance du duel ne formait en effet qu’un aspect d’une dimension essentielle de la guerre romaine. Plus généralement, la perspective d’une récompense reconnaissant la uirtus individuelle constituait une motivation permanente du soldat romain. Cette préoccupation ne se limitait pas cette fois aux cadres issus de l’élite, comme le montre la fierté du centurion Spurius Ligustinus dont l’origine modeste est complaisamment soulignée par Tite-Live81. Ce personnage énuméra en 171, devant le peuple assemblé, l’impressionnante série de décorations gagnées au cours de ses nombreuses campagnes : trente-quatre récompenses et six couronnes civiques82. L’armée romaine tirait en effet une grande partie de son efficacité de l’exaltation constante de la bravoure de chacun de ses membres83. Dans sa célèbre description du système militaire romain, Polybe a longuement insisté sur l’importance de la savante combinaison châtiments/récompenses dans les victoires de Rome84. Il montre bien qu’une telle pratique n’était pas seulement un stimulus fonctionnel au moment du combat, mais engageait plus profondément, au sein de la communauté civique, le statut de chaque citoyen-soldat concerné85. En ce sens, la guerre romaine, tout comme la guerre indigène, quoique d’une façon qui lui était propre, demeurait le lieu de l’expression d’une valeur personnelle qui manifestait la légitimité sociale de l’individu tout en la renforçant86. Spurius Ligustinus ne proclamait pas autre chose par le rappel de ses hauts faits : tout son discours a pour but de le présenter en soldat modèle, c’est-à-dire en citoyen modèle, celui dont la bravoure, aussi exceptionnelle soit-elle, n’a de sens et de grandeur que dans la mesure où elle contribue au service de l’État87. La compétition héroïque, sur le modèle agonistique pourtant davantage reconnu par l’historiographie moderne comme un trait saillant des sociétés indigènes, peut être alors revendiquée sans complexe par le vieux primipile comme un titre de gloire :

  • 88 Tite-Live, XLII, 34, 14 : ne quis me virtute in exercitu praestet, dabo operam ; et semperita feci (...)

… Je veillerai à ce qu’à l’armée, personne ne me surpasse en bravoure ; que j’aie toujours agi ainsi, et mes généraux et ceux qui ont servi avec moi en sont témoins (trad. P. Jal, CUF)88.

20Une telle compétition n’avait pas cessé en effet de caractériser la mentalité guerrière romaine, comme en témoigne le tableau que Salluste fait de la Rome du IIe siècle dans sa Conjuration de Catilina :

  • 89 Salluste, Cat., VII, 6 : Sed gloriae maxumum certamen inter ipsos erat ; se quisque hostem ferire, (...)

Mais c’est entre eux surtout qu’ils rivalisaient de gloire : frapper l’ennemi, escalader le rempart, se montrer aux yeux de tous en accomplissant un tel exploit, voilà vers quoi chacun s’empressait (trad. A. Ernout, CUF)89.

  • 90 Le théoricien de l’opposition furor/ disciplina le savait bien lui-même, puisqu’il prenait la pein (...)
  • 91 S. P. Oakley, « Single combat in the Roman Republic », p. 405, relève à juste titre que cette exig (...)

21Ainsi, il est excessif d’opposer systématiquement valorisation exubérante de l’individu, associée à la mentalité aristocratique barbare du guerrier ibérique, et discipline anonyme du groupe, incarnée par la froide mécanique de la légion romaine. Ces deux aspects de la pratique militaire étaient moins incompatibles qu’on est généralement porté à le croire. Peut-être le succès de Rome était-il précisément d’en avoir réussi une synthèse originale : la disciplina ne s’était pas entièrement substituée au furor au cours d’un processus linéaire et diachronique marqué par le passage définitif à une organisation de type hoplitique ; au contraire, chacune alimentait et compensait désormais l’autre90. De façon révélatrice, la prouesse singulière, tout en restant une composante essentielle de la guerre romaine, était à notre période soumise à l’encouragement, voire à l’autorisation du commandement : le candidat à un duel devait ainsi solliciter l’accord de son général avant de répondre à un défi de l’adversaire91.

  • 92 Tite-Live, XXVI, 48, 5-13.

22Cet équilibre entre l’appétit de gloire personnelle et le maintien de l’intégrité de l’instrument militaire était souvent délicat à conserver, comme le montre un épisode de 209, lié à la prise de Carthagène par Scipion92. Une fois la ville tombée au pouvoir des Romains, le jeune général procéda à la distribution des éloges et des récompenses à ses soldats, conformément à l’habitude relevée par Polybe. Concernant l’octroi de la couronne murale, qui revenait à celui qui avait escaladé le premier la muraille ennemie, Scipion demanda qui pensait avoir mérité cette récompense. Tite-Live rapporte alors la rivalité qui s’éleva entre deux prétendants dont il donne les noms : Quintus Trebellius et Sextus Digitius. Le premier étant un centurion de la quatrième légion (centurio legionis quartae) et le second un soldat de la flotte (socius naualis), leur revendication menaça très vite de dégénérer en conflit entre les deux parties de l’armée :

  • 93 Tite-Live, XXVI, 48, 6-7 : Nec ipsi tam inter se acriter contendebant, quam studia excitauerant ut (...)

La vive rivalité dont ils faisaient preuve entre eux était loin d’égaler les passions que chacun d’eux avait excitées parmi les hommes de son arme. C. Laelius, préfet de la flotte, soutenait les alliés, M. Sempronius Tuditanus, les légionnaires (trad. P. Jal, CUF)93.

  • 94 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 418-420, a relevé de nombreuses allusions à un sentim (...)
  • 95 Tite-Live, Per., LVII, 3-4.

23Devant l’ampleur prise par la dispute, Scipion, suivant l’avis donné par Laelius et Sempronius, s’empressa d’y mettre fin en concédant aux deux soldats l’honneur convoité. Étrangement absent du récit polybien, pourtant souvent suivi de près par Tite-Live, cet incident est peut-être un ajout annalistique. Rien n’autorise cependant à en rejeter a priori l’authenticité. Il apporte un éclairage important sur la valeur attribuée par les soldats du rang à des exploits individuels dont le prestige rejaillissait manifestement sur l’ensemble de l’unité ou de l’arme à laquelle appartenait le héros du jour : reconnaissance personnelle et collective se trouvaient ainsi intimement mêlées et participaient sans doute d’une forme d’« esprit de corps » dont on crédite trop souvent la seule armée tardo-républicaine94. Il est vrai que dans le cas précis qui nous occupe, la rivalité armée de terre/flotte était sans doute moins aiguë que celle opposant citoyens et socii. Elle témoigne cependant des liens étroits unissant les comportements des individus et du groupe, qu’il est trop réducteur de chercher à opposer systématiquement. La discipline constituait le moyen de réconcilier l’encouragement aux uns avec l’efficacité de l’autre. Les mesures prises par Scipion devant Numance en 134 l’illustrent parfaitement : tout en raillant le manque d’agressivité de ses hommes, le général punissait impitoyablement ceux qui s’écartaient du rang95.

24Les armées romaines d’Espagne n’obéissaient pas par conséquent à des règles et à des motivations radicalement étrangères à l’éthique indigène, même si elles les exprimaient d’une façon différente. Que Rome ait jeté un regard méprisant ou étonné sur les coutumes barbares ne préjuge donc pas de la profondeur réelle des divergences existant dans leurs conceptions respectives de la guerre. Les faits démentent parfois les représentations, comme le montre précisément l’attitude des Romains face à l’emploi de la ruse et du stratagème.

RUSE ET STRATAGÈMES : LA FACE CACHÉE DE LA GUERRE ROMAINE

  • 96 A. Schulten, « Viriato », p. 273. Son analyse a été par la suite reprise quasiment à l’identique, (...)
  • 97 Appien, Ib., 62.
  • 98 Le déroulement du récit a mis en évidence par ailleurs que les troupes restées avec Viriathe forma (...)

25L’un des éléments utilisé comme argument par les historiens modernes pour appuyer la conviction d’une guerre indigène principalement dominée par la guérilla est le recours privilégié des adversaires de Rome à la ruse et à l’embuscade, deux caractéristiques associées à une stratégie de coups de mains, supposée être la mieux adaptée à la légèreté et à la vélocité du guerrier ibérique. En ce domaine, Viriathe est considéré comme celui qui a su porter cet atout indigène à son degré supérieur de perfection : l’attaque brusque suivie de la retraite rapide, la fuite simulée destinée à désorganiser l’organisation adverse, le harcèlement, l’utilisation judicieuse des ressources de la topographie comme les défilés ou les gorges où il se plaisait à surprendre l’ennemi, constituent autant de traits exaltés à l’envi depuis la monographie d’Adolf Schulten96. La confirmation apparaît dans le fait qu’Appien insiste, à propos de l’affrontement entre Viriathe et Vetilius en 143, sur le contraste entre l’agilité lusitanienne et la pesanteur des armées romaines incapables de rattraper les fuyards dans la montagne97. Cependant, cette opposition fournit avant tout à l’historien alexandrin la matière d’une double révélation dans le cours de sa narration : le stratagème permettant à l’armée lusitanienne défaite par Vetilius de se replier sur Tribola impose l’autorité de Viriathe sur les siens et introduit en même temps ce farouche adversaire dans le récit. La valeur d’exemplarité de l’incident, démentie par le contexte précis de la manœuvre relatée, ne doit donc pas être surestimée : l’objectif de Viriathe consistait alors à empêcher les troupes lusitaniennes, vaincues puis enfermées par le général romain dans un bourg fortifié, d’accepter la reddition suggérée par le désespoir de leur situation. Le passage ne permet donc pas à lui seul de soutenir l’idée d’une inadaptation structurelle de l’armée romaine à la guerre asymétrique98.

26En effet, si l’on en croit Végèce, la bataille rangée ne constituait pas le seul horizon de la tactique légionnaire, ni même l’objectif toujours le plus souhaitable. Selon cet auteur, le bon général ne doit pas s’aventurer à livrer un combat en ligne si ses troupes ne sont pas prêtes ou si le moment n’est pas favorable, et peut choisir de préférence l’embuscade :

  • 99 Végèce, III, 9 : Si multis rebus superior inuenitur, opportunum sibi ne differat inire conflictum. (...)

Si le général possède la supériorité en de nombreux domaines, qu’il ne diffère pas à engager une bataille à son avantage. S’il estime que l’ennemi est plus fort, qu’il évite la bataille rangée, car des forces inférieures en nombre et en valeur, mais commandées par de bons généraux, ont souvent apporté la victoire par la surprise et l’embuscade (trad. M. Nisard)99.

  • 100 Végèce, III, 11.

27Bien que la bataille rangée demeure selon lui le seul moment décisif d’une guerre, elle en est aussi le plus incertain et ne doit pas être risquée à la légère100. Par conséquent, le déroulement d’une campagne s’appuie autant sur la ruse et l’embuscade que sur l’affrontement en formation, dont elles sont finalement complémentaires :

  • 101 Végèce, III, 19 : Tamen ars belli non minus in hoc aperto conflictu quam in occultis fraudibus adi (...)

Cependant, l’art de la guerre n’est pas moins essentiel sur le champ de bataille que lors des opérations furtives (trad. M. Nisard)101.

28Ramassant ses observations à la fin du livre III dans une série de maximes promises à une renommée ininterrompue jusqu’à la fin du Moyen Âge, il conclut :

  • 102 Végèce, III, 26 : Aut inopia aut superventibus aut terrore melius est hostem domare quam proelio i (...)

Il est préférable de réduire un ennemi par la disette, les raids et la terreur que par la bataille, où la fortune décide plus souvent que la valeur. […] Les bons généraux ne livrent jamais bataille s’ils n’y sont poussés par une occasion favorable ou forcés par la nécessité (trad. M. Nisard)102.

  • 103 La bibliographie sur Végèce, qui traite la question des sources utilisées par cet auteur, est plét (...)
  • 104 L’antiqua legio à laquelle il fait allusion au chapitre III, 5, contient davantage de traits de la(...)

29Certes, il est difficile de savoir dans quelle mesure il est possible d’appliquer ces conceptions, formulées par un auteur écrivant à la fin du IVe siècle de notre ère, à la République moyenne et tardive103. Cependant, on admet en général que, dans une large mesure, l’organisation de la légion décrite par Végèce reflète en partie une réalité républicaine, filtrée par les modifications apportées au Haut-Empire et les choix de l’auteur lui-même104. Les différentes caractéristiques qu’il prête à son armée idéale ne peuvent pas toujours être clairement attribuées à l’une ou l’autre des étapes historiques dont il effectue la compilation et la synthèse. Mais en matière de tactique, ses remarques ne contredisent pas les données fournies par d’autres sources concernant notre période.

  • 105 P. Erdkamp, « Polybius, Livy and the “Fabian Strategy” », pp. 127-147, a montré que le récit livie (...)
  • 106 Polybe, IX, 12, 2 : ὅτι μὲν οὖν ἐστι τῶν ϰατὰ πόλεμον ἔϱγων ἐλάττω τὰ πϱοδήλως ϰαὶ μετὰ βίας ἐπιτε (...)
  • 107 C’est peut-être ainsi qu’il faut comprendre les reproches adressés à l’un des Scipions, si l’on en (...)
  • 108 Sur cet aspect essentiel de la bataille antique, voir P. Culham, « Chance, Command, and Chaos in A (...)
  • 109 Polybe, III, 76, 5 ; Tite-Live, XXI, 60, 5.
  • 110 Polybe, III, 95, 5 ; Tite-Live, XXII, 19, 4.
  • 111 Tite-Live, XXV, 33, 9.
  • 112 Polybe, X, 38, 10 ; Tite-Live, XXVII, 18, 1.

30Rome n’ignorait pas, dès la seconde guerre punique, les avantages qu’il y avait à refuser l’affrontement direct avant d’avoir la certitude d’être en mesure de le remporter. En cela, la stratégie de cunctatio adoptée par Fabius Maximus après Trasimène rompait moins avec la tradition que les sources, et notamment Tite-Live, le laissent entendre105. La valeur de l’opportunité n’était pas dédaignée par les généraux romains auxquels n’étaient pas étrangers les principes de la guerre hellénistique, résumés par Polybe dans une série de conseils relatifs aux moyens les plus sûrs d’obtenir la victoire106. Peut-être cette vision des choses avait-elle acquis davantage d’audience à Rome, au cours du IIe siècle, sous l’influence des cercles aristocratiques les plus pénétrés de culture grecque, comme celui des Cornelii Scipiones107. Elle appartenait cependant à une conception largement partagée dans le monde gréco-romain108. Dans la péninsule Ibérique, le récit des guerres atteste que, dès 218, les généraux romains avaient pour habitude d’étudier leurs chances de victoire avant d’offrir le combat en formation. Il est clair que, dès leur arrivée, les Scipions ont choisi soigneusement les moments d’affronter frontalement les armées carthaginoises. Gnæus décida de hâter sa rencontre avec Hannon près de Kesse en 218 pour éviter un regroupement des forces de l’adversaire109. Inversement, c’est par crainte de son infériorité numérique que le même général renonça à un engagement terrestre l’année suivante et déplaça intentionnellement les opérations sur mer, où il défit la flotte carthaginoise à l’embouchure de l’Èbre110. En 211, affaibli par la désertion de ses alliés celtibères, Gnæus Scipion entreprit de battre en retraite afin d’éviter à tout prix une rencontre en rase campagne (aequo loco) qui risquait de lui être désormais défavorable111. Jusqu’en 210, les batailles en règle sont finalement restées peu nombreuses, chaque camp attendant de disposer des moyens nécessaires pour écraser définitivement l’ennemi. Scipion le jeune ne procéda pas différemment en 209, lorsqu’il prit la décision de livrer combat à Baecula, malgré la meilleure position d’Hasdrubal, afin d’empêcher la jonction des trois armées carthaginoises112.

  • 113 Tite-Live, XL, 30, 4.
  • 114 Appien, Ib., 65.
  • 115 Appien, Ib., 90.
  • 116 Appien, Ib., 58. Dans une situation similaire, César se montra plus prudent face aux Afraniens ((...)
  • 117 Tite-Live, frgt. XCI, 8-9, rapporte que Sertorius avait ordonné à Hirtuleius d’éviter Metellus (ne (...)
  • 118 Ce souci concerne même davantage la fin de la campagne, à un moment où le découragement a déjà gag (...)
  • 119 De fait, le début de la campagne, plus offensif, avait été marqué par de nombreux engagements (Cés (...)
  • 120 Le continuateur de César en rejette la responsabilité sur Pompée, Bell. Hisp., V, 7-6, 1 : Ita die (...)

31Les sources détaillent insuffisamment les circonstances conduisant aux combats pour qu’il soit possible en temps ordinaire d’analyser précisément les mécanismes de prise de décision des généraux. On sait toutefois qu’en 182, Fulvius Flaccus, confronté à une importante armée de Celtibères et soucieux de ne pas renouveler les échecs subis par son prédécesseur, commença par refuser par quatre fois l’offre de bataille d’un adversaire trop sûr de sa force113. En 145, Fabius Maximus Æmilianus se garda également d’accepter les défis de Viriathe avant d’être certain de pouvoir être en mesure de le vaincre114. Scipion Émilien renonça également à affronter ouvertement les Numantins en 134-133, en dépit des propositions réitérées de ceux-ci115. Appien prend ainsi soin de souligner qu’en 151, seul le hasard permit à Servius Galba de triompher des Lusitaniens, alors qu’en homme sans expérience de la guerre, il avait précipitamment rangé son armée en bataille sans accorder le repos nécessaire à ses soldats116. En 77/76, tant Sertorius que Pompée cherchèrent à prolonger à leur profit la guerre d’usure117. Enfin, les opérations de la guerre civile montrent que ces pratiques appartenaient profondément à la guerre romaine. César évita autant que possible d’en venir à la bataille ouverte lors de la campagne d’Ilerda en 49 en raison, selon lui, du prix qu’il accordait à la vie de ses concitoyens118. En réalité, il s’agissait également de ne pas s’exposer au risque d’une défaite face à un adversaire aux abois119. Quant à la campagne de Munda, elle consista en grande partie en un vaste chassé-croisé entre Pompéiens et Césariens, également anxieux à l’idée de risquer l’affrontement décisif120. Tout au long de notre période, en Hispania comme ailleurs, le choix de la bataille rangée est donc resté une option tactique parmi d’autres, même si elle apparaissait comme la plus noble et représentait aussi celle où les légions faisaient le mieux la preuve de leur efficacité.

  • 121 Tite-Live, XXI, 61, 8.
  • 122 Tite-Live, XXII, 22, 17 ; Polybe, III, 99, se contente de dire que le Sagontin amena les otages à (...)
  • 123 Tite-Live, XXXIV, 20, 5-9 ; Frontin, Strat., III, 10, 1.
  • 124 Tite-Live, XL, 31, 1.
  • 125 Tite-Live, XL, 48, 3-5 ; Frontin, Strat., II, 5, 3.
  • 126 Appien, Ib., 46.
  • 127 Du côté sertorien : Salluste, Hist., I, 120 M (= I, 104 MG) et I, 121 M (= I, 105 MG) ; II, 29 M ( (...)

32De fait, nos sources attestent le recours permanent des Romains au stratagème. En particulier, l’embuscade, loin de constituer l’apanage des barbares, n’était pas un moyen dédaigné par les généraux combattant en Ibérie. Au cours de l’hiver 218, Gnæus Scipion tendit ainsi un piège nocturne aux Lacétans, accourus au secours de leurs voisins ausétans dont il assiégeait la ville121. L’été suivant, la remise aux Scipions des otages détenus à Sagonte par les Carthaginois s’effectua peut-être sous couvert d’une embuscade simulée tendue au convoi conduit par Abilyx122. Au cours de la conquête, la supériorité romaine fut tout aussi fréquemment assurée par de tels procédés : en 195, Caton leurra les Lacétans, retranchés derrière leurs murs, en dissimulant ses propres troupes, de manière à ce que l’ennemi, croyant avoir seulement affaire aux Suessétans que le consul employait alors comme auxiliaires, se portât imprudemment à découvert123. En 182, Fulvius Flaccus endormit la méfiance des Celtibères en se tenant de façon prolongée dans l’inaction, ce qui lui permit pendant ce temps d’envoyer un détachement les prendre à revers124. En 179, Gracchus attira une autre armée celtibère près de son camp, à l’intérieur duquel il avait préalablement rangé son armée entière disposée en ordre de bataille, mais invisible à l’ennemi125. Devant Numance, en 153, Fulvius Nobilior désorganisa les lignes ennemies en révélant brutalement la présence de ses éléphants, tenus en retrait jusqu’au dernier moment126. Durant la guerre sertorienne enfin, les deux camps multiplièrent également les embuscades127.

  • 128 Frontin, Strat., I, 5, 12. Ce stratagème rappelle celui permettant à Hasdrubal de ridiculiser Clau (...)

33En dehors du traquenard proprement dit, la guerre romaine fait abondamment appel à la ruse. En 212 ou en 211, un important détachement romain mené par un certain Caius Fonteius Crassus, cerné par les troupes d’Hasdrubal, échappa à l’anéantissement en trompant nuitamment la vigilance des postes ennemis128. Les victoires de Marcius, remportées suite à la mort des Scipions en 211, sont célébrées par la tradition comme les initiatives militaires ayant permis d’éviter la défaite totale. Or, elles reposèrent pourtant sur l’effet de surprise avant tout :

  • 129 Tite-Live, XXV, 38, 16-17 : Tertia uigilia noctis silenti agmine ducam uos. Exploratum habeo non u (...)

À la troisième veille de la nuit, je vous conduirai en silence. Il n’y a pas de tour de garde, pas de postes réguliers, je m’en suis assuré. […] Alors, au milieu d’ennemis engourdis par le sommeil, épouvantés par ce tumulte inattendu et surpris sans armes sur leurs lits, livrez-vous au massacre (trad. P. Jal, CUF)129.

  • 130 Le scepticisme concernant l’authenticité du récit livien relatif aux victoires de Marcius est expr (...)
  • 131 Polybe, X, 10, 12 ; Tite-Live, XXVI, 45, 8. Sur les hypothèses expliquant le reflux des eaux du la (...)
  • 132 Frontin, Strat., III, 1, 2 : M. Cato in Hispania animaduertit potiri se quodam oppido posse, si in (...)
  • 133 Tite-Live, XXXIV, 9, 13.
  • 134 Appien, Ib., 86 ; Plutarque, Apoph. Scip., XVI.
  • 135 Tite-Live, XXXIV, 14, 5 ; XL, 31, 6 ; XL, 48, 3 ; Frontin, Strat., IV, 7, 33.

34Si ces événements résultent bien d’une invention annalistique destinée à compenser le désastre précédent, comme le pensent certains historiens, le choix d’une telle tactique paraît alors d’autant plus révélatrice de l’honneur dans laquelle elle était tenue130. La prise de Carthagène, tournant de la seconde guerre punique dans la péninsule Ibérique, résulta également de l’habileté de Scipion à profiter d’un phénomène naturel abaissant le niveau du lagon qui assurait la sécurité du côté septentrional de la muraille131. Par la suite, la ruse constitua la manière privilégiée de s’emparer d’une cité : ce fut le cas de Caton en 195, de Gracchus en 179, de Metellus en 142132. L’objectif est toujours identique : déstabiliser l’adversaire avant de lui porter un coup fatal. Pour ce faire, Caton prépara longuement sa rencontre avec l’armée adverse en organisant des séries de raids sur le territoire ennemi133. Scipion Émilien consacra de même sa première année en Citérieure à des opérations similaires134. De ce point de vue, il est intéressant de remarquer un parallèle entre certaines méthodes indigènes, jugées pourtant caractéristiques de Viriathe par exemple, et les tactiques mises en œuvre par les Romains. Ainsi, la fuite, simulée ou non, créant une vulnérabilité chez l’adversaire lancé trop hardiment dans la poursuite, était tout aussi bien mise à profit par les généraux romains pour retourner une situation ou assurer une victoire plus complète135.

  • 136 Tite-Live, XL, 31, 2.
  • 137 Polybe, XI, 22, 1-3 ; Tite-Live, XXVIII, 14, 6-7. Cette ruse de Scipion a fait l’admiration des co (...)
  • 138 Polybe, XI, 22, 8 ; Tite-Live, XXVIII, 15, 2.
  • 139 Tite-Live, XXXIV, 14, 2 et 16, 2.

35L’emploi du stratagème ne représente pas seulement une alternative à la bataille rangée, lorsque celle-ci est indésirable ou impossible à obtenir. Les exemples cités précédemment suffisent à suggérer, pour certains d’entre eux, que la ruse était très souvent un moyen d’emporter la décision au cours de la bataille elle-même, afin de réduire la marge d’incertitude qui, nous l’avons vu, formait, de l’aveu de Végèce, la nature profonde de celle-ci. En 181, Fulvius Flaccus, utilisant le temps que lui procurait son refus obstiné de répondre à la sollicitation d’une armée celtibère pourtant rangée en formation (acie derecta) devant lui, envoya son aile gauche, appuyée par six mille auxiliaires, prendre l’ennemi à revers durant la nuit suivant le quatrième jour136. De cette façon, au moment où il décida d’affronter enfin les Celtibères, ce détachement s’empara simultanément de leur camp, plongeant l’ennemi dans la consternation, ce qui contribua à donner, non sans mal, l’avantage aux Romains dans la bataille. Trois exemples achèveront de mieux démontrer cette absence de contradiction interne entre stratagèmes et bataille rangée. En effet, au cours de la seconde guerre punique, la tactique choisie par Scipion en 206 lors de la bataille d’Ilipa consistait au fond en un vaste stratagème. Le succès du jeune général tenait ainsi à la double disposition qu’il avait pris soin d’arrêter avant d’engager le combat : d’une part, habituer Hasdrubal à un certain dispositif de l’armée romaine, pour l’inverser au dernier moment137 ; d’autre part, provoquer l’engagement définitif par une attaque brusque ne laissant pas à l’ennemi le temps de se préparer, c’est-à-dire ni, pour le général, celui de modifier à son tour son ordre de bataille ni, pour les soldats, celui de se sustenter138. Quelques années plus tard, Caton déploya également toute son ingéniosité pour accumuler le maximum d’atouts de son côté en prévision de l’affrontement avec une armée ibère aux alentours d’Emporion : un déplacement nocturne destiné à occuper une position favorable, le détachement de quelques unités pour tomber sur les arrières des lignes ennemies139. Plus symbolique, mais tout aussi révélatrice, est l’anecdote rapportée par Frontin à propos des campagnes menées par T. Didius en Celtibérie au début du premier siècle : une bataille indécise y fut transformée en vrai succès par la seule grâce d’une manipulation audacieuse de la réalité :

  • 140 Frontin, Strat., II, 10, 1 : T. Didius in Hispania, cum acerrimo proelio conflixisset, quod nox di (...)

Titus Didius avait livré, en Espagne, un combat particulièrement acharné qui avait été interrompu par la nuit, laissant sur le champ de bataille un très grand nombre de morts de chaque côté ; il eut soin de donner une sépulture, la nuit même, à une grande partie de ses morts. Les Espagnols vinrent le lendemain rendre le même devoir aux leurs et trouvèrent plus de morts de leur côté que du côté romain : ils déduisirent de ce dénombrement qu’ils étaient vaincus et se soumirent aux conditions du général romain (trad. P. Laederich)140.

36Quelle que soit la crédibilité que l’on est en droit d’attribuer à un tel récit, on ne peut manquer d’y lire une belle métaphore des vertus les plus souvent récompensées sur un champ de bataille.

  • 141 Par exemple Polybe, XI, 32, 2 et Tite-Live, XXVIII, 33, 2, à propos de l’affrontement entre Scipio (...)
  • 142 Il est remarquable que le plus long des chapitres de l’ouvrage de Frontin soit précisément celui c (...)
  • 143 Après avoir fustigé, à propos de Philippe V de Macédoine, la prédilection des temps récents pour l (...)
  • 144 Du reste, le manque de conviction de Polybe lui-même (Βϱαχὺ ἴχνος) reflète l’aspect rhétorique de (...)
  • 145 A. Momigliano, Sagesses barbares, p. 62, a ainsi fait remarquer que Polybe et Posidonius avaient d (...)
  • 146 J. -P. Brisson, « Introduction », pp. 13-14.
  • 147 Tite-Live mentionne ainsi la réprobation qu’auraient manifesté certains sénateurs devant un strata (...)
  • 148 On a évoqué supra les accusations de brigandage portées contre les armées indigènes ; ce procédé f (...)
  • 149 On ne saurait ainsi suivre G. Brizzi, I sistemi informativi dei Romani, notamment pp. 8-29, lorsqu (...)

37On pourrait ainsi multiplier les exemples illustrant l’imbrication constante de l’engagement direct et des ressources offertes par la ruse et l’intimidation de l’adversaire141. Harcèlement, embuscades, stratagèmes de toutes sortes caractérisaient autant la guerre romaine que son homologue indigène. Cette dimension faisait en effet intégralement partie de la tradition gréco-romaine : les recueils d’exempla, comme celui de Frontin ou de Valère-Maxime, en dépit de leur rédaction tardive par rapport à la période qui nous occupe, témoignent cependant avec éclat du crédit dont elle n’a cessé de bénéficier depuis le début de l’époque hellénistique142. Ceci rappelle qu’à la guerre, la fin justifie les moyens et que les Romains, comme leurs adversaires hispaniques, cherchaient évidemment avant tout à assurer leur avantage en manœuvrant de manière à créer les meilleures conditions pour vaincre l’ennemi sur le champ de bataille. En ce sens, il convient de ne pas accorder une importance démesurée aux propos de Polybe lorsqu’il loue les Romains en prétendant qu’à la différence des Grecs de son temps, ils recouraient rarement aux embuscades143. Ce que nous venons de voir précédemment suffit à démentir une telle affirmation144. Outre que Polybe contredit alors sa déclaration précédente, formulée au livre IX, où la surprise est définie par lui comme ce qui décide de la guerre, il faut tenir compte du contexte de ce passage : à la volonté de dévaloriser Philippe V de Macédoine, adversaire des Romains, s’ajoute celle de faire apparaître ces derniers, au moment où s’affirmait leur hégémonie sur l’Orient, non comme les barbares que le monde grec a longtemps vus en eux, mais au contraire comme les vrais dépositaires de l’héritage d’une culture hellénique classique réinventée pour l’occasion145. Cette idéalisation de la guerre romaine trouvait d’ailleurs à Rome même un écho dans les consciences : l’attitude des Romains envers la guerre était en effet depuis l’origine fondamentalement marquée par une ambiguïté qui conduisait, tout en construisant entièrement l’organisation civique autour de l’armée, à « séparer religieusement les activités guerrières du reste des activités sociales »146. Une telle conception avait présidé très tôt, on l’a vu, à l’émergence de l’idée du bellum iustum. Malgré une évolution certaine, elle poussait également les élites, au cours de la conquête méditerranéenne, à intégrer une représentation de leurs guerres débarrassée de tout ce qui pouvait troubler l’opposition idéologique barbarie/civilisation147. Ainsi se trouvait progressivement mise en place une grille de lecture qui fustigeait chez les autres comme fourberie ce qui valait aux soldats romains l’admiration des leurs148. Ce décalage, sensible chez des auteurs tardifs, comme Tite-Live, ne doit cependant pas masquer, aux yeux des modernes, ce que la guerre romaine pouvait avoir de commun avec celle de leurs adversaires149.

38Le but de ce premier point ne consiste pas pour autant à abolir toute distinction, sur le plan guerrier et militaire, entre Romains et populations ibériques. Une importante différence existait. Mais elle ne résidait pas, comme on l’écrit parfois, dans l’affrontement de deux conceptions antagonistes de la guerre, entre, d’une part, un monde défini par la guérilla et, d’autre part, une civilisation crispée autour d’une notion idéale de bataille rangée. En fait, nous allons voir maintenant que cette différence se situait plutôt à l’intérieur même d’une pratique similaire du combat en formation.

II. — LE PRIMAT DE LA BATAILLE RANGÉE : UN AVANTAGE POUR ROME

39La tradition hispanique. — Un affrontement inégal ?

40Ce qui précède a montré que les caractéristiques ordinairement attribuées à la guerre indigène, quand elles ne sont pas le fruit d’une interprétation biaisée, ne suffisent pas par elle-mêmes à prouver le recours privilégié des sociétés ibériques à la tactique de guérilla. Au contraire, elles peuvent être comparées à la plupart des valeurs associées, du côté romain, à une pratique avérée de la bataille rangée, même si toutes n’étaient pas toujours clairement assumées dans le discours tenu sur eux-mêmes par les Romains. Par conséquent, et c’est ce qui nous importe ici, la conquête de la Péninsule n’a pas dû confronter Rome, dans l’ensemble, à un type de guerre très éloigné de celui auquel elle était accoutumée. Cette idée est essentielle pour comprendre la conquête de l’Hispanie, même si cela ne signifie pas que chaque camp luttait exactement de la même manière, ni que les méthodes employées de part et d’autre sont restées invariables tout au long des deux siècles considérés ici.

LA TRADITION HISPANIQUE

41Le monde ibère. — Le monde celtibère. — Le monde lusitanien.

a) Le monde ibère

  • 150 A. Schulten, « Viriato », p. 272 : « Sólo en caso de necesidad presentaba batallas regulares » ; v (...)

42Les allusions des sources à des affrontements directs, de type classique, entre Romains et indigènes obligent les tenants de l’interprétation traditionnelle à admettre l’éventualité d’un combat en formation de la part des adversaires de Rome. Mais, selon eux, il ne peut alors s’agir que d’exceptions, rendues ponctuellement nécessaires par les circonstances150.

  • 151 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, spécialement pp. 653-663 ; Id., « La guerra en las comunida (...)
  • 152 Polybe, XI, 32-33 ; Tite-Live, XXVIII, 33-34.
  • 153 Tite-Live, XXVIII, 31, 7, donne un total de 20.000 fantassins et 2.500 cavaliers. F. Quesada Sanz,(...)
  • 154 Polybe, XI, 32, 3-4 ; Tite-Live, XXVIII, 32, 5.
  • 155 Polybe, XI, 32, 5 ; Tite-Live, XXVIII, 32, 7.
  • 156 Polybe, XI, 33, 4 ; Tite-Live, XXVIII, 33, 9-11.
  • 157 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 660, suggère ainsi de manière très intéressante que, si (...)
  • 158 Tite-Live, XXIX, 2, 3-5.
  • 159 Tite-Live, XXIX, 2, 9-12.
  • 160 Tite-Live, XXIX, 2, 15. Ce type de comportement se retrouve chez les Romains en 211, lors de la mo (...)

43Il revient à F. Quesada Sanz, dans ses travaux sur l’aire ibérique, d’avoir inversé ce point de vue et replacé l’affrontement direct, la « batalla campal », au cœur des traditions des peuples de la frange côtière orientale et de l’Hispanie méridionale151. Certes, de ce point de vue, les événements de la seconde guerre punique pourraient prêter à confusion, étant donné que les Romains se mesuraient alors à des armées carthaginoises dans lesquelles la fonction attribuée aux troupes indigènes pouvait avoir été le résultat d’une instruction exogène. Cependant, il est tout à fait remarquable que la révolte des Ilergètes en 206 ait débouché sur un combat en règle dont Polybe et Tite-Live nous ont transmis de nombreux détails152. De ces textes, il ressort que l’armée d’Indibilis et de Mandonius était composée d’une infanterie lourde, d’une infanterie légère et d’une cavalerie153. L’infanterie légère se retrouva impliquée dans une série d’escarmouches initiales contre les uelites, mais seule l’intervention décisive de la cavalerie romaine permit finalement la déroute des barbares154. Décidée à compenser ce premier revers, l’ensemble de l’armée ibère se rangea en bataille le lendemain, ce que reflètent les expressions employées aussi bien dans le texte grec que dans le texte latin : ϰαὶ παϱέταττον εἰς μάχην ἅπασαν τὴν δύναμιν et in aciem processere155. La victoire romaine fut essentiellement acquise grâce à une meilleure utilisation du terrain par Scipion et à un mouvement tournant de la cavalerie opéré par Laelius156. Le déroulement du combat correspond ainsi en tout point à celui d’une bataille classique. La répétition de ce schéma l’année suivante, lors de la seconde révolte consécutive au départ de Scipion, ne doit pas être interprétée comme l’application d’un topos littéraire, mais au contraire comme la confirmation d’une habitude profondément ancrée dans la mentalité indigène157. Là encore, l’armée d’Indibilis se forma en ligne de bataille (armati instructique omnes) suite à un premier combat, de cavalerie cette fois, dont Tite-Live précise le peu d’importance158. L’acharnement de la lutte souligne la qualité des fantassins barbares, obligeant Lentulus à utiliser sa cavalerie pour jeter le désordre dans les rangs ennemis qui menaçaient d’enfoncer les lignes romaines159. La déroute des Ibères n’intervint pas avant la mort de leur chef, comme souvent dans le cas des armées antiques160.

  • 161 Tite-Live, XXXI, 49, 7. Le texte parle de 15.000 tués du côté indigène.
  • 162 Tite-Live, XXXIII, 25, 9.
  • 163 Tite-Live, XXXIII, 44, 4.
  • 164 Tite-Live, XXXIV, 13-16. Peut-être aurait-on une trace des sources de Tite-Live dans certains frag (...)
  • 165 Tite-Live, XXXIV, 14, 6.
  • 166 Tite-Live, XXXIV, 14, 9-10. Sur le flottement connu par l’armée romaine au cours de la bataille, v (...)
  • 167 Tite-Live, XXXIV, 15, 1-2. Une telle manœuvre est conseillée par Végèce dans le chapitre qu’il con (...)

44Par la suite, nous ne disposons plus d’informations aussi détaillées. Toutefois, les mentions relatives aux combats livrés dans l’aire ibérique jusqu’à l’arrivée de Caton suggèrent toujours un contexte tactique identique. En 200, Cethegus est ainsi réputé avoir affronté en territoire sédétan une grande armée ennemie (magnum hostium exercitum) débouchant sur la prise d’un grand nombre d’enseignes : (signa militaria capta octo et septuaginta)161. En 197, le préteur de Citérieure, Sempronius Tuditanus, est défait et tué à la suite d’un combat (proelium) au cours duquel les pertes sont nombreuses dans les rangs romains (multos illustres uiros in acie cedisse)162. Peu avant le départ de Caton en 195, une dépêche arriva à Rome annonçant que le préteur de Citérieure, Q. Minucius, avait obtenu une grande victoire en bataille rangée (signis collatis), au cours de laquelle 12.000 ennemis avaient trouvé la mort163. Avant que les opérations romaines ne se déplacent vers l’intérieur et la Meseta, la dernière grande confrontation contre les Ibères dont les sources nous offrent un récit circonstancié est celle impliquant Caton en 195. Probablement dérivé directement du texte publié par le consul lui-même, le récit que fait Tite-Live de la bataille d’Emporion est sans ambiguïté celui d’un combat en ligne164. Face aux Romains qui les ont inopinément provoqués dès l’aube, les ennemis se hâtèrent de se former en ordre de bataille (dum trepidant acie instruenda), mais Caton ne leur laissa pas le temps d’achever ces préparatifs et, avec son armée préalablement ordonnée avec soin (iam paratis ordinatisque omnibus), les attaqua avant qu’ils aient entièrement formé leurs lignes (incompositos)165. Cette précaution du consul livre un indice du risque encouru à laisser les barbares déployer intégralement leur dispositif et par conséquent de leur efficacité en ce domaine. Même ainsi, le combat resta longtemps très incertain, les Romains ayant de la peine à garder partout leur position (iam ab dextra parte, unde terror et fuga coeperat, aegre Romanus restabat), bien qu’un détachement envoyé par Caton pour contourner l’ennemi eût un moment répandu l’effroi dans les lignes adverses166. Devant les difficultés rencontrées par ses troupes, le consul dut avoir recours à la réserve : le renfort de ces troupes fraîches parvint alors à faire plier l’ennemi épuisé167.

  • 168 G. Brizzi, « Gli Iberi nell’armata di Annibale. Armamento e funzioni », pp. 157-166.
  • 169 À la Trébie, le contraste est souligné pour l’infanterie entre, d’une part, les Gaulois qui subire (...)
  • 170 Polybe, III, 79, 5.
  • 171 C’est le cas de Hannon en 218 (Polybe, III, 76, 5 ; Tite-Live, XXI, 60, 5 ; Frontin, Strat., II, 3 (...)

45L’ensemble des affrontements entre Romains et indigènes au cours des premières décennies suivant l’expulsion des Carthaginois de la Péninsule fut ainsi marqué par un recours exclusif à la bataille rangée, mettant aux prises de grandes quantités de combattants et menée selon les principes en vigueur dans d’autres parties du monde méditerranéen. On peut dès lors en déduire que l’emploi attesté de contingents ibériques dans les armées carthaginoises au cours du second conflit punique ne correspondait pas à une réelle innovation, mais bien à l’utilisation d’une tradition militaire déjà solidement implantée en Hispanie. On sait en effet que, parmi toutes les troupes étrangères employées par Hannibal en Italie, les Ibères combattaient comme infanterie lourde168. Ce fut le cas dans les trois grandes victoires du Barcide, à la Trébie, Trasimène et Cannes où ils firent preuve de leur capacité à tenir tête aux légions romaines169. Polybe assure qu’Hannibal les tenait pour ses meilleures troupes avec les Africains170. Dans la péninsule Ibérique, les indigènes étaient également pleinement intégrés à la ligne de bataille des généraux carthaginois171.

  • 172 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 653-657.
  • 173 Ibid., p. 653 ; F. Quesada Sanz, « Des armes pour les morts », p. 129 ; Id., « La guerra en las co (...)
  • 174 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 653. Voir aussi p. 603, à propos du soliferreum : apparu (...)
  • 175 F. Quesada Sanz, « Des armes pour les morts », p. 127, souligne que leur système métallique de pré (...)

46De fait, le renouvellement récent de l’analyse et de l’interprétation de la composition comme de l’évolution de l’armement ibère est susceptible de confirmer cette impression : dès le début du IVe siècle, la panoplie du guerrier indigène, telle qu’on peut la reconstituer à partir des éléments retrouvés dans les tombes notamment, suggère la diffusion généralisée d’un mode de combat en formation172. À partir de ce moment, et jusqu’à la fin du IIIe siècle, marquée par l’intervention des puissances méditerranéennes sur le sol hispanique, s’étend une période de près de deux siècles où se produisit à la fois une augmentation du nombre des armes, si l’on en croit la proportion croissante des tombes qui en contiennent, et une standardisation nette de l’armement : ce double phénomène a été interprété par F. Quesada Sanz comme le reflet du développement d’une infanterie lourde173. Les armes offensives de choc, comme l’épée, mais surtout la lance, l’emportent nettement sur les armes de jet, excepté lorsque celles-ci atteignent un certain poids (pila, soliferrea) et sont alors employées en combinaison avec les précédentes174. En outre, la simplification de l’équipement défensif implique qu’il n’est plus seulement réservé aux plus riches, seuls à pouvoir jusqu’alors s’offrir casques et cuirasses métalliques trop coûteux pour le reste de la population : désormais ces éléments disparaissent pour être remplacés par des boucliers ronds en cuir, et surtout en bois, qui fournissent une protection efficace à la majorité des combattants, même s’ils ont laissé moins de traces en raison de leur caractère périssable175.

  • 176 A. Bruhn de Hoffmayer, Arms and Armour in Spain, t. I, p. 31 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibéri (...)
  • 177 A. M. de Guadán, Las armas en la moneda ibérica, p. 18 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. (...)
  • 178 Ce point constitue donc l’apport essentiel du travail de F. Quesada Sanz.
  • 179 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 596.
  • 180 Succédant dans ces régions à l’épée à antennes traditionnelle, très largement présente dans toute (...)
  • 181 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 613.
  • 182 Ibid., p. 616.

47L’évolution de la falcata résume parfaitement cette transformation des méthodes de combat. Cette arme s’impose en effet à cette époque comme le type d’épée dominant. Introduite en péninsule Ibérique au début du Ve siècle, elle dérive sans doute de la machaira italique, mais a subi au siècle suivant un certain nombre de modifications qui ont altéré sa fonction : raccourcie de vingt à trente centimètres par rapport à son prototype, elle a surtout connu l’ajout d’un fil dorsal parallèlement à l’amélioration de la résistance de sa lame176. L’ensemble de ces changements morphologiques a permis de transformer un large sabre de cavalier en arme de pointe et de taille adaptée à un combat de fantassins en formation serrée177. La signification du succès de cette nouvelle version pour la compréhension des formes tactiques de la guerre ibère aux IVe et IIIe siècles n’a pas toujours été suffisamment comprise178. La falcata modifiée se rapprochait en effet des épées à lame droite et double fil déjà en usage en Ibérie, comme l’épée à pommeau semi-circulaire (« espada de frontón ») à laquelle elle se substitue, à partir du milieu du IVe siècle, dans la partie méridionale de la Péninsule (Sud-Est, Haute Andalousie, Bastétanie et Contestanie)179. Dans ces régions où la falcata a connu l’essentiel de sa diffusion, elle fournissait ainsi un équivalent aux versions hispaniques de l’épée de La Tène, majoritaires dans le monde turdétan, dans le Levante ainsi qu’en Catalogne180. Par conséquent, elle s’inscrivait dans une conception de l’épée qui en faisait, dans le contexte du combat en formation, le complément naturel et indispensable de la lance, principal élément tactique et fonctionnel de la panoplie ibère jusqu’à une période très avancée. Définis à cette période, les traits essentiels de cet armement (lance, falcata, soliferreum, javelines) ne se modifièrent pas au IIe siècle, même si l’ensemble évolue alors vers une plus grande simplification morphologique des éléments offensifs et si l’on constate l’apparition, sous l’influence carthaginoise et romaine, d’un équipement défensif renouvelé (casques de bronze standardisés de type Montefortino et boucliers ovales de type scutum)181. L’épée de La Tène I modifiée se généralise également182. L’intrusion des armées hellénistiques, carthaginoises et romaines, dans l’aire ibérique n’a donc pas bouleversé, sur le plan militaire et guerrier, le contexte matériel des sociétés autochtones.

b) Le monde celtibère

48La convergence des données littéraires avec la mise en évidence d’une panoplie indigène adaptée à une forme de bataille rangée incite à conclure à l’existence de cette dernière dans le monde ibère des IIIe et IIe siècles. Une telle conception guerrière n’était pas cependant réservée à cette seule partie de l’Hispanie. Elle concernait aussi l’intérieur de la Péninsule, pourtant généralement considéré par les historiens modernes, on l’a vu, comme le berceau de tactiques plus indirectes.

  • 183 En particulier, en 207, les Celtibères recrutés par Magon disposaient de différents types d’unités (...)
  • 184 Sur ces problèmes, liés au débat autour de l’emplacement de la Celtiberia ulterior, voir supra, pp (...)
  • 185 Tite-Live, XXXIV, 19, 1-11.

49En effet, l’avancée des Romains vers l’intérieur, et notamment vers la Meseta celtibère, donna lieu à des affrontements similaires dont Tite-Live nous a transmis l’écho jusqu’au départ de Tiberius Sempronius Gracchus à la fin des années 170. Les premières confrontations avec des combattants appelés Celtibères dans les sources se sont produites dès la seconde guerre punique et font l’objet de descriptions identiques à celles analysées précédemment183. Le fait que ces batailles se déroulent dans l’aire ibérique, la seule concernée par le conflit romano-carthaginois, complique cependant l’identification précise de ces populations dont la localisation dans l’intérieur des terres n’est pas toujours assurée, étant donné l’ambiguïté de la notion ethnogéographique de Celtibérie184. Il en va de même pour les dix mille mercenaires celtibères recrutés en 195parlesTurdétans185.

  • 186 Tite-Live, XXXV, 7, 8.
  • 187 Tite-Live, XXXV, 22, 8. Selon Tite-Live, M. Fulvius avait peu auparavant vaincu deux armées ennemi (...)
  • 188 Tite-Live, XXXIX, 21, 7.
  • 189 Tite-Live, XXXIX, 21, 9.

50Il faut attendre l’hiver 193/192 pour rencontrer la première mention d’une bataille rangée spécifiquement située dans l’intérieur de la Péninsule : elle se déroula près de Toletum entre le préteur M. Fulvius et une coalition de différents peuples de la Meseta (cum Vaccaeis Vettonibusque et Celtiberis signis collatis dimicauit)186. Cette victoire romaine (exercitum earum gentium fudit fugauitque) n’empêcha pas les hostilités de reprendre l’année suivante où une puissante armée vettonne (magnus exercitus), venue au secours de Toletum assiégée, fut à nouveau défaite de la même manière (ce qu’indique la mention signis collatis)187. En 187, Manlius Acidinus, préteur de Citérieure, livra bataille à une autre armée celtibère (cum Celtiberis acie conflixit)188. L’indécision du résultat (incerta uictoria) suggère la familiarité des barbares avec ce genre de tactique. De fait, la victoire des Romains dans un second combat quelques jours plus tard, en dépit de l’augmentation des forces de l’adversaire (maiore coacto exercitu), n’est pas considérée par Tite-Live comme allant de soi, mais attribuée au contraire à la Fortune dont on a vu qu’elle caractérisait dangereusement, aux yeux des Anciens, les destinées du champ de bataille189.

  • 190 Tite-Live, XXXIX, 30, 2.
  • 191 Tite-Live, XXXIX, 30, 2.
  • 192 Tite-Live, XXXIX, 30, 5.
  • 193 Tite-Live, XXXIX, 31, 3.
  • 194 Tite-Live, XXXIX, 31, 13, donne seulement quatre mille survivants sur un total de trente-cinq mill (...)
  • 195 Un élément du matériel provenant de Numance nous donne peut-être une idée de l’aspect de ces ensei (...)

51En 185, la situation inverse se produisit, lorsque les préteurs Calpurnius et Quinctius, opérant ensemble en Carpétanie, se virent contraints d’engager le combat sans l’avoir prémédité190. À première vue, on pourrait penser que ce passage prouve que les Romains ont été confrontés à un type d’engagement auquel ils n’étaient pas préparés, puisque Tite-Live attribue l’avantage pris par l’ennemi au type de combat (genus pugnae) livré à cette occasion. Mais le texte précise bien que l’accrochage entre les fourrageurs (pabulatores) de chaque camp qui le provoqua déboucha sur une bataille en règle (paulatim omnes copiae in aciem eductae sunt)191. D’autre part, le lendemain à l’aube (luce prima), les Barbares, vainqueurs de la veille, offrirent de nouveau le combat, mais en vain, rangés en ordre de bataille (acie instructa) devant le camp romain192. L’affrontement final, qui eut lieu quelques jours plus tard et bénéficie d’une narration fouillée de la part de Tite-Live, confirme la répétition de ce schéma. Face à l’armée romaine régulièrement ordonnée (aciem instruxerunt), les deux légions étant placées au centre (in medio locatae quinta Calpurnii legio et octaua Quinctii) et les auxiliaires sur les ailes, l’ennemi, ne parvenant pas à disloquer cette ligne avec la sienne, finit par former le coin (cuneo institit pugnare) et manqua de bousculer ainsi les légionnaires193. Une double attaque de la cavalerie romaine par les flancs, menée par les préteurs en personne, renversa, mais avec peine, la situation. Galvanisée, l’infanterie parvint ensuite à refouler l’adversaire et un grand massacre s’ensuivit194. Comme Tite-Live le précise souvent, les Romains s’emparèrent de nombreux signa, cette fois au nombre de cent trente195.

  • 196 Voir supra, pp. 55-58.
  • 197 Parfois, les sources sont cependant trop imprécises : c’est le cas en 183 où il est dit que le pré (...)
  • 198 Tite-Live, XL, 30, 6. Flaccus refusa le combat quatre jours durant, malgré l’insistance de l’ennem (...)
  • 199 Tite-Live, XL, 32, 1.
  • 200 Tite-Live, XL, 33, 5.
  • 201 Tite-Live, XL, 33, 6 : quae res ad resistendum eos et ad capessendam pugnam impediit — quod non un (...)
  • 202 Tite-Live, XL, 39, 6-8 et 10. L’attaque des Celtibères embusqués donna lieu au choc entre deux lig (...)
  • 203 Tite-Live, XL, 48, 4 ; Frontin, Strat., II, 5, 3. Les deux auteurs précisent que la tactique de Gr (...)
  • 204 Tite-Live, XL, 50, 2-3. Sur la localisation de la bataille, voir en dernier lieu : L. Pérez Vilate (...)

52Toute la conquête de la Celtibérie, au IIe siècle, correspond à un contexte tactique similaire, même si une large place est faite à d’autres sortes d’opérations, comme les sièges de villes dont on a souligné précédemment la fréquence196. Les batailles, lorsqu’elles ont lieu, apparaissent toujours sous la forme d’affrontements en formation197. En 181, la victoire qui valut le triomphe à Fulvius Flaccus est obtenue sur une armée celtibère de trente-cinq mille hommes parfaitement ordonnée (acie derecta)198. La ligne de bataille de l’armée barbare, à l’image de celle des Romains, se composait de plusieurs rangs puisque ce furent les soldats placés à l’arrière (postremi Celtiberorum qui in acie erant) qui aperçurent les premiers le résultat d’une manœuvre du préteur contre leur propre camp199. Cette habitude est confirmée lors de la confrontation suivante. Alors que Fulvius Flaccus s’était emparé de la ville de Contrebia et y avait fait entrer toute son armée en raison d’une tempête, les renforts celtibères, arrivés trop tard et ne voyant nulle armée assiégeante autour des remparts, s’en approchèrent sans méfiance : ce relâchement est exprimé par le terme incompositus, c’est-à-dire « en ordre dispersé » ou « en désordre »200. Tite-Live précise bien que, face à la brusque sortie de l’armée romaine, cet abandon momentané de leur formation fut un handicap insurmontable201. Si les Celtibères avaient privilégié la dispersion tactique et le harcèlement, à la manière de la guérilla, une telle remarque n’aurait pas lieu d’être. Une fois de plus, une partie des enseignes (signa militaria), au nombre de soixante-deux, resta aux mains des Romains. Il paraît très révélateur que, même lors de l’embuscade tendue à Flaccus dans le Saltus Manlianus au début de l’année 180, l’armée indigène respecta un principe identique202. Enfin, lors de ses deux campagnes contre les Celtibères en 180/179, Gracchus parvint à obtenir la victoire seulement lorsqu’il réussit à rompre la cohésion des lignes adverses : ce fut le cas près de la ville d’Alce, de localisation inconnue, où une fuite simulée par ses auxiliaires lui permit d’attirer vers ses légions un ennemi en désordre203. En revanche, Gracchus éprouva de grandes difficultés lorsque l’intégrité du dispositif barbare resta maintenue : ainsi lors de la bataille livrée près du mons Chaunus, aujourd’hui Moncayo, dont Tite-Live nous dit qu’elle dura de l’aube jusqu’à midi et que son issue fut incertaine204.

  • 205 La ville de Numance n’a pas été assiégée pendant vingt ans. En dehors de 134/133 où, précisément, (...)

53Les guerres de la seconde moitié du siècle, autour de Numance, n’ont pas rompu avec une pratique aussi ancrée dans la tradition. Au contraire, les généraux romains sont alors confrontés à d’incessantes batailles dont l’acharnement et la violence témoignent de la maîtrise des peuples de la Meseta dans le domaine de la bataille rangée205. C’est d’ailleurs bien ainsi qu’il faut comprendre le fameux passage de Polybe consacré à la « guerre de feu (πύρινος πόλεμος) ». On s’évertue à citer ce texte pour illustrer un contraste supposé entre les opérations en Orient, caractérisées par la concentration en une grande bataille rangée conformément aux principes de la guerre hellénistique classique, et celles en Celtibérie où cette bataille décisive ferait défaut, remplacée par une multitude de petites opérations d’une autre nature. Cette interprétation n’est pas conforme à ce que dit précisément Polybe :

  • 206 Polybe, XXXV, 1, 1-6 : : πύϱινος πόλεμος ὁ Ρωμαίων πϱὸς Κελτίβηϱας συσταθείς θαυμαστὴν γὰϱ ἔσχε τὴ (...)

On appelle guerre de feu la guerre menée par les Romains contre les Celtibères. Ce nom s’explique par les conditions particulières dans lesquelles elle se déroula et par la continuité des engagements qui s’y livrèrent. En Grèce et en Asie, une seule bataille, ou, plus rarement, deux suffisent généralement pour décider de l’issue d’une guerre et, dans ces batailles elles-mêmes, la décision est acquise en un moment précis, c’est-à-dire dès la première attaque qui met les adversaires aux prises. Mais dans cette guerre-là, il en alla tout autrement. C’était généralement la tombée de la nuit qui, seule, mettait fin aux combats, car la résolution des hommes ne fléchissait pas et la fatigue ne pouvait venir à bout de leur résistance physique. Ils revenaient sans cesse à la charge avec une ardeur renouvelée et la bataille recommençait (trad. D. Roussel)206.

54Le propos de Polybe n’est pas ici d’opposer deux formes de combat, mais bien deux degrés d’intensité dans une pratique en fin de compte similaire. Il signifie qu’en Celtibérie, non seulement la décision dans la guerre dépendait d’un plus grand nombre de batailles qu’en Orient, mais que, également, la victoire dans chacune des batailles de cette guerre était le fruit de chocs multiples et successifs dont l’issue se trouvait toujours remise en jeu. Ainsi, loin de théoriser la dispersion tactique de la guérilla indigène, Polybe s’étonne au contraire d’une conformation inhabituelle de la bataille rangée dans cette partie de l’Occident. Nous verrons plus loin que, si elle pouvait être surprenante pour un Grec, cette manière de combattre se rapprochait davantage de la conception romaine.

  • 207 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », pp. 285-326 ; Id., « L’armement des Celtibè (...)
  • 208 Sur la disparition du poignard dans l’aire Ibérique, voir F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p (...)
  • 209 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 306, distingue ainsi, à partir du type d (...)
  • 210 A. J. Lorrio, « L’armement des Celtibères. Phases et groupes », p. 392 ; Id., « El armamento de lo (...)

55Puisqu’Ibères et Celtibères s’opposaient aux Romains selon des formules tactiques très proches, il n’est guère étonnant par conséquent de constater la grande similitude entre leurs armements respectifs. Précocement étudiée, la panoplie celtibère est relativement bien connue et les travaux les plus récents ont seulement contribué à nuancer l’originalité qui lui était jusqu’alors reconnue à l’intérieur de la péninsule Ibérique : en particulier, bien que la Meseta soit toujours considérée comme un foyer très actif de production d’armes originales, les influences en provenance de l’aire Ibérique sont désormais valorisées par rapport à celles du monde celte laténien207. Bien que la panoplie celtibère possède des traits qui lui sont propres, comme l’importance accordée au poignard, absent de l’équipement ibère dès le IVe siècle, il semble que, à partir du Ve siècle, elle a connu une évolution vers une certaine standardisation, semblable à celle constatée pour les régions orientale et méridionale de la Péninsule208. Cependant, la compréhension globale du phénomène est atténuée par les cloisonnements régionaux qui paraissent caractériser les IVe et IIIe siècles, période la plus dynamique de l’armement celtibère209. Il est néanmoins possible d’affirmer qu’à l’époque de la seconde guerre punique, l’équipement militaire standard de la Meseta comprenait une épée, accompagnée ou remplacée par un poignard, un bouclier et la lance qui constituait toujours l’arme principale210.

  • 211 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », pp. 308-309 ; Id., « L’armement des Celtibè (...)
  • 212 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 598-600 ; A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 190. Sur la (...)
  • 213 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 311. Selon lui, les fers supérieurs à ci (...)
  • 214 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 532 ; A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispano (...)
  • 215 J. Cabré, « La caetra y el scutum en Hispania durante la Segunda Edad del Hierro », pp. 57-85.
  • 216 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 603. On sait que la caetra pouvait en outre atteindre un (...)

56Les implications tactiques de cette panoplie n’ont pas fait l’objet de la même révision que celles de l’armement ibère. En ce qui nous concerne, il suffit de remarquer que l’ensemble des pièces qui composent cette panoplie convient parfaitement à un combat en formation. La substitution du poignard à l’épée, parfois admise, reflète une préférence pour les armes de poing courtes, bien attestée par l’évolution des types, mais ne doit pas conduire à minimiser l’emploi de lames plus longues : l’épée de La Tène a été ainsi retrouvée à des centaines d’exemplaires dans la Meseta orientale211. Son adaptation locale, possible prototype du gladius hispaniensis, connaît même un essor spectaculaire à partir de la fin du IIIe siècle212. Quant à la lance, les variations de la longueur des fers retrouvés ne reflètent pas obligatoirement une gradation nette dans leur emploi qui a dû être majoritairement d’hast213. Enfin, le petit bouclier rond, la fameuse caetra, est l’arme défensive majoritairement attestée dans les tombes214. Il est considéré depuis J. Cabré comme caractéristique du fantassin léger ibérique215. Pourtant, c’est un objet dont la morphologie contredit une telle interprétation : comme l’a observé à juste titre F. Quesada, une caetra de soixante centimètres de diamètre recouverte d’une plaque de bois d’un centimètre d’épaisseur, elle-même recouverte de cuir, n’a rien d’un objet léger216.

c) Le monde lusitanien

  • 217 Les incursions lusitaniennes au-delà du Guadalquivir à partir de 194 ont ainsi débouché généraleme (...)

57Les considérations qui viennent d’être développées peuvent être, dans une certaine mesure, étendues au monde lusitanien dont la tradition guerrière et l’équipement semblent avoir eu de nombreux points communs avec ceux des Celtibères. Certes, en ce qui concerne les Lusitaniens, les données des sources littéraires font largement défaut par rapport à ce dont nous disposons pour les autres régions de la Péninsule. Toutefois, en dehors des deux passages ethnographiques de Strabon et de Diodore, dont l’ambiguïté a été cependant rappelée au début de ce chapitre, le reste des témoignages, consistant en mentions éparses d’affrontements avec les armées romaines, tend plutôt à suggérer une tradition similaire de bataille rangée217.

  • 218 Appien, Ib., 62.

58De ce point de vue, le cas particulier de Viriathe mérite qu’on s’y attarde. En effet, faute d’information suffisante, ce sont bien souvent les caractéristiques de la tactique prêtée à ce personnage qui ont été généralisées par les historiens modernes à l’ensemble de la Lusitanie, à laquelle on a vu pourtant qu’il n’était qu’indirectement rattaché. Or, le rapport de Viriathe à la bataille rangée est loin d’être aussi anecdotique qu’on l’admet depuis A. Schulten. Dès sa première apparition en effet, il abusa les Romains en rangeant une partie de son armée en bataille (ϰαὶ πάντας ἐϰτάξας ἐς μέτωπον ὡς ἐπὶ μάχῃ), pendant que le reste fuyait ainsi à l’abri des regards de l’ennemi218. Ce stratagème lui était coutumier puisqu’il le répéta contre Servilius Caepio en 139 :

  • 219 Appien, Ib., 70 : Ὁθεν ὁ Οὐϱίατθος, οὐ δοϰιμάζων αὐτῷ συμπλέϰεσθαι διὰ τὴν ὀλιγότητα, ϰατὰ μέν τιν (...)

C’est pourquoi, jugeant qu’il n’avait pas intérêt à engager le combat en raison de sa propre infériorité, Viriathe dispersa la majeure partie de son armée en lui faisant emprunter, pour se retirer, un ravin invisible aux Romains, tandis que lui-même déployait le restant sur une colline et donnait l’impression de vouloir livrer bataille (trad. P. Goukowsky, CUF)219.

59Très clairement, ce simulacre de préparation était employé seulement lorsque la perspective d’obtenir le dessus sur l’adversaire en bataille rangée apparaissait incertain. En effet, en 145, fort des premiers succès et de la défaite de tous les généraux romains envoyés contre lui depuis deux ans, Viriathe chercha au contraire à inciter Fabius Maximus Æmilianus à accepter une bataille rangée. Une victoire initiale, remportée sur un parti de fourrageurs mené par un légat, le conforta dans cette idée :

  • 220 Appien, Ib., 65 : Τοῦ δ ᾽ὑποστϱατήγου συντάξαντος αὐτοὺς αὖθις ὁ Οὐϱίατθος ἐϰϱάτει ϰαὶ πολλὴν λεί (...)

Comme le légat [de Fabius] avait formé ces derniers en bataille, Viriathe fut de nouveau vainqueur et s’empara d’un butin considérable. Et, quand Maximus fut arrivé sur les lieux, Viriathe rangeait continuellement son armée en bataille, défiant l’adversaire (trad. P. Goukowsky, CUF)220.

60Toutefois le consul refusa résolument, à son tour, d’entrer dans cette logique avant d’avoir redonné confiance à sa propre armée. De part et d’autre, on le voit, les deux chefs ne faisaient au fond qu’appliquer le principe fondamental de la conception de la bataille rangée sur lequel nous avons déjà insisté : ne jamais la risquer inconsidérément. Il est frappant, à ce titre, de constater que Végèce, constamment soucieux de rappeler cette maxime, s’attarde longuement à préconiser, dans le cas où l’engagement ne serait pas souhaitable, une technique d’évitement identique à celle dont Viriathe savait user avec tant de maestria :

  • 221 Végèce, III, 22 : Propterea plerique, ante pedites, equites posuerunt, ut discurrentes aduersarios (...)

Pour éviter cet inconvénient, nos généraux ont souvent couvert leur front d’une cavalerie qui, en dérobant à l’ennemi la vue de l’infanterie, leur permettait d’en diriger la marche parles derrières, sans être aperçus ; ils retiraient peu à peu de leur poste toutes les troupes séparément, les une après les autres, et les rangeant en ordre de marche après la cavalerie, à mesure qu’elles se détachaient du corps de bataille, ils les réunissaient (trad. M. Nisard)221.

  • 222 Aux funérailles de Viriathe, la cavalerie et l’infanterie lui rendirent les honneurs « rangés par (...)
  • 223 C’est ce qui explique, d’ailleurs, que Viriathe occupe une place non négligeable dans les Stratagè (...)
  • 224 La tentative de synthèse proposée dernièrement sur ce point par L. Berrocal-Rangel, « À propos des (...)
  • 225 La campagne de D. Iunius Brutus entre Tage et Duero en 138 suggère à première vue que ce général a (...)

61Cette tactique supposait une organisation de l’armée en unités, ce que certaines allusions de nos sources paraissent d’ailleurs prêter à l’armée lusitanienne222. Avant d’être un spécialiste de la guérilla, Viriathe était donc surtout un chef dont l’habileté rappelait celle des plus grands généraux hellénistiques223. Répétons que rien n’assure que sa pratique soit représentative de l’ensemble des conceptions tactiques des différents peuples lusitaniens, par ailleurs mal connues224. En revanche, il est clair qu’il faut cesser de fonder sur l’exemple de Viriathe l’image d’une guerre lusitanienne systématiquement réfractaire à la bataille rangée225.

  • 226 Voir à ce sujet les hésitations de E. Bedon, L’image de l’Hispanie et des Hispaniques chezTite-Liv (...)

62Jusqu’à la première moitié du Ier siècle, il semble donc que Rome combattit des peuples indigènes attachés, autant que faire se pouvait, à se mesurer à ses armées, face à face, en rase campagne. Certes, la fréquence dans les récits de bataille, notamment chez Tite-Live, d’un vocabulaire associé à la bataille rangée (acies, instruere, τάσσω, signa militaria) pourrait résulter de l’application paresseuse par les auteurs gréco-romains d’un topos substituant à la réalité des faits la répétition mécanique d’un motif littéraire226. Mais il est plus probable que l’usage de cette terminologie reflète en réalité un phénomène plus banal : l’intégration des populations hispaniques à un horizon méditerranéen où l’affrontement en ligne demeurait la forme la plus évidente et la plus courante de confrontation. Aussi bien les panoplies indigènes, documentées par l’archéologie, que l’éthique guerrière des différents peuples péninsulaires doivent être resituées dans ce contexte. L’environnement culturel et politique des sociétés hispaniques ne permet pas de douter que les descriptions des sources renvoient effectivement à la forme réellement prise par les affrontements lors de la conquête. Ceci n’exclut pas pour autant le fait que les textes donnent assurément une vision schématique de ces batailles rangées. Gardons en effet présent à l’esprit que les récits de bataille sont la plupart du temps réduits à leur plus simple expression, jusqu’à comporter parfois uniquement une brève mention (par exemple signis collatis). Il s’agit clairement de formules conventionnelles. Mais celles-ci ne servent pas à plaquer artificiellement le stéréotype de la bataille rangée sur une réalité qui serait tout autre. Par l’effet d’uniformisation qu’elles produisent, elles se contentent seulement de masquer les profondes différences qui existaient dans les manières, propres à chacun des protagonistes, de concevoir et de pratiquer ce combat en formation.

UN AFFRONTEMENT INÉGAL ?

  • 227 Pour 205, Tite-Live, XXIX, 2, 5, évoque ainsi, chez les Ilergètes, la présence de larges intervall (...)
  • 228 Appien, Ib., 51.

63Que la tactique indigène appartienne au même fond de civilisation que celle mise en œuvre par la phalange grecque ou la légion romaine n’implique pas en effet qu’elle partageait la totalité, ni même la majorité, des traits propres à celles-ci. Par exemple, les détails fournis par Tite-Live à propos des deux batailles livrées contre les Ilergètes en 206 et en 205 suggèrent peut-être, chez les adversaires des Romains, une association plus étroite entre infanterie et cavalerie dans le déroulement même du combat227. D’une manière générale, les lignes indigènes semblent avoir évolué sur le terrain avec une souplesse très supérieure à celles de la phalange. Appien affirme même que, confrontés à l’armée de Lucullus en 151 devant la ville de Cauca, les Vaccéens rangés en bataille se montrèrent très efficaces contre la légion durant la phase initiale de l’affrontement, mais que, à la manière des ψιλοί, ils n’étaient toutefois pas entièrement en mesure de mener la phase statique du combat hoplitique228.

64Dans la façon de pratiquer la bataille rangée, différents degrés devaient cependant exister d’un peuple à l’autre. Les Celtibères opposés aux armées romaines en 185 et 182 disposaient ainsi d’une capacité manœuvrière suffisante pour changer leur ordre de bataille en cours de combat et se former en coin (cuneus) lorsque le besoin d’accentuer la pression sur la ligne ennemie se faisait sentir. Tite-Live affirme même qu’il s’agissait d’une de leurs spécialités :

  • 229 Tite-Live, XL, 40, 3 : Celtiberi, ubi ordinata acie et signis collatis se non esse pares legionibu (...)

Quand les Celtibères eurent constaté qu’avec des lignes bien ordonnées et dans une bataille rangée, ils n’étaient pas de taille contre les légions, ils lancèrent une attaque en coin ; ce genre de tactique les rend si efficaces que, quel que soit le point où porte leur choc, on ne peut les arrêter. Cette fois, le désordre gagna aussi les légions et le front fut presque rompu (trad. C. Gouillart, CUF, modifiée)229.

  • 230 Végèce, III, 19. Notons que ce passage est inclus dans la rubrique intitulée : « Comment résister (...)

65Il n’est pas anodin de remarquer que le coin est précisément l’une des formations redoutables contre lesquelles Végèce préconise certaines précautions dans le cadre de l’acies230. D’autre part, Tite-Live attribue ailleurs la défaite de Celtibères, alliés au Carthaginois Magon contre les troupes de Silanus en 207, à leur difficulté à conserver leur liberté de mouvement dans le corps à corps, en raison du terrain accidenté : de façon intéressante, les accidents topographiques paraissent contrarier ici une pratique de la bataille rangée où les déplacements individuels du fantassin formaient une composante essentielle du succès du groupe :

  • 231 Tite-Live, XXVIII, 2, 7 : tum pes cum pede conlatus et gladiis geri res coepta est. Ceterum asperi (...)

La lutte s’engagea alors au corps à corps et l’on commença à se battre à l’épée. Si du reste, le terrain accidenté rendait inutile l’agilité des Celtibères, accoutumés à courir de tous côtés pendant le combat (quibus in proelio concursare mos est), elle n’était pas pour autant défavorable aux Romains, habitués à rester sur place pour combattre (stabili pugnae assuetis) [trad. P. Jal, CUF, modifiée]231.

66Un tel schéma rappelle celui que César évoque à propos des soldats d’Afranius en 49 et qui a servi de base dans l’historiographie à l’hypothèse d’un modèle spécifique de combat indigène, le concursus :

  • 232 César, BC, I, 44, 1-2 : Genus erat pugnae militum illorum ut magno impetu primo procurrerent, auda (...)

La manière de combattre de leurs soldats était la suivante : ils bondissaient d’abord d’un élan puissant, enlevaient hardiment la position, mais sans beaucoup garder l’alignement et en combattant en ordre dispersé ; s’ils étaient pressés par l’ennemi, ils ne voyaient aucune honte à lâcher pied et à battre en retraite (trad. P. Fabre, CUF)232.

  • 233 C’est du moins ce qu’incitent à penser les difficultés, déjà évoquées supra, éprouvées en 138-137 (...)

67Le conquérant des Gaules met cette manière de faire en relation avec la tradition lusitanienne qu’il avait eu l’occasion d’observer au cours de sa propréture en 61. Il est ainsi possible que les populations de l’Ouest et du Nord-Ouest aient été celles dont la tactique intégrait la plus grande flexibilité233. Quoi qu’il en soit, on peut tenir pour certain que la bataille rangée indigène n’exigeait pas de maintenir des rangs aussi rigoureux que ceux de la légion romaine.

  • 234 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 661-662. L’auteur place ainsi au centre de sa réflexion (...)
  • 235 Ibid., p. 663.
  • 236 Ibid., p. 662.
  • 237 Rappelons qu’aux débuts de la République, au moment où Rome disposait déjà d’une tactique hoplitiq (...)

68Selon F. Quesada Sanz, cette grande mobilité à l’intérieur même du combat en formation, soulignée par nos sources, serait à l’origine d’une confusion, dans l’historiographie, avec celle qui caractérisait la physionomie globale de la guerre indigène234. Pour cet auteur, il conviendrait en fait de faire la part des choses entre le moment du combat proprement dit et la conduite des opérations militaires : à ses yeux, seule cette dernière, par son manque de cohérence et d’unité, présenterait des affinités avec la guérilla. Dans cette perspective, l’atout du fantassin ibérique tiendrait alors à sa polyvalence : bien que parfaitement capable de maintenir sa place en formation au moment précis de la bataille rangée (au niveau tactique), il s’adapterait indifféremment par ailleurs à des formes de combat plus flexibles (au niveau stratégique)235. À titre de preuve, F. Quesada Sanz met en avant l’emploi mixte de ce type de guerrier, tant par Viriathe que par Sertorius236. Un tel point de vue est suggestif dans la mesure où il introduit des nuances dans un domaine traditionnellement marqué par des oppositions très tranchées. Toutefois, situer uniquement le contraste mobilité/stabilité à l’articulation entre tactique et stratégie est peut-être aussi trop systématique. Il convient notamment de ne pas oublier que les moyens militaires mis en œuvre par une société peuvent aussi dépendre des besoins comme des circonstances et que des pratiques très différentes pouvaient coexister, y compris chez les Romains237.

  • 238 Certains des éléments de l’argumentation suivante ont déjà été développés dans F. Cadiou, « Sertor (...)
  • 239 Elle est rapportée par Plutarque, Sert., XVI, Valère-Maxime, VII, 3, 6 et Frontin, Strat., I, 10, (...)
  • 240 Ce récit présente une légère variante chez Valère-Maxime. Au lieu d’employer deux jeunes gens, l’u (...)
  • 241 Plutarque, Sert., XVI, 8.
  • 242 Par exemple, C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 152-153, n’accorde pas spécialement d’intérêt (...)

69Surtout, il nous semble qu’il faut accorder davantage de place dans le débat au moment particulier représenté par l’aventure sertorienne, aussi bien dans les pratiques guerrières des alliés indigènes du chef marianiste que dans la perception qu’on pouvait en avoir depuis Rome238. En effet, la difficulté rencontrée par Sertorius au moment où il prit la tête de l’armée barbare est illustrée par une fable bien connue des auteurs anciens, celle du cheval faible et du cheval fort239. Désireux de faire comprendre à ses alliés la meilleure manière de combattre les Romains, Sertorius se livra à la démonstration suivante : faisant amener devant l’armée assemblée un vieux cheval sans force et un autre jeune et vigoureux, il ordonna à un guerrier exceptionnellement robuste d’arracher d’un seul coup la queue du premier et à un homme de chétive apparence d’enlever crin par crin celle du second240. Seul ce dernier parvint à accomplir sa tâche241. Cette histoire a peu attiré l’attention de l’historiographie moderne, sinon pour illustrer l’ingéniosité de Sertorius et sa capacité à transformer une masse indisciplinée en véritable armée à l’écoute de son chef242. Elle est pourtant, selon nous, très révélatrice, à condition de ne pas être détachée de son contexte.

  • 243 Plutarque, Sert., XVI, 2 ; Valère-Maxime, VII, 3, 6 ; Frontin, Strat., I, 10, 1.

70En effet, l’objectif du Romain est explicitement exposé par l’ensemble des sources : aussi bien Plutarque que Valère-Maxime ou Frontin affirment qu’il s’agissait pour Sertorius de parvenir à persuader ses troupes indigènes de ne pas aller affronter directement l’armée romaine, contrairement à leur habitude243. De manière très révélatrice, la métaphore de la queue de cheval est alors présentée comme une véritable initiation des barbares à l’avantage de la dispersion stratégique sur la concentration tactique, quelle que soit la valeur du combattant ou la mobilité de la formation :

  • 244 Valère-Maxime, VII, 3, 6 : Tunc barbarae contioni quorsum ea res tenderet cognoscere cupienti subi (...)

Comme l’assemblée des barbares désirait savoir où Sertorius voulait en venir, il leur expliqua que l’armée romaine était comme la queue du cheval, qu’on pouvait en détruire des portions par des attaques partielles, mais qu’en s’efforçant de l’abattre toute à la fois, on lui livrerait la victoire plutôt que de la lui arracher. Ainsi une nation barbare, rude, difficile à gouverner et courant d’elle-même à sa perte comprit par les yeux l’intérêt d’un conseil que ses oreilles avaient dédaigneusement rejeté (trad. P. Constant)244.

  • 245 Frontin, Strat., I, 10, 1 : naturam, inquit Sertorius, Romanorum cohortium perhoc uobis exemplum o (...)

Par cet exemple, soldats, s’écria Sertorius, je vous ai montré quelle est la nature des cohortes romaines : elles sont invincibles quand on les attaque toutes ensemble ; elles se feront en revanche tailler en pièces et déchiqueter, si on les assaille séparément (trad. P. Laederich)245.

71Sertorius apparaît ainsi chez Plutarque comme celui qui amena les populations indigènes ralliées à sa cause à une conception différente de la guerre et, par conséquent, celui qui conféra une nouvelle dimension à leur affrontement avec Rome :

  • 246 Plutarque, Sert., XVI, 9-11 : ἀναστὰς ὁ Σεϱτώϱιος «Ὀϱᾶτ’» εἶπεν «ἄνδϱες σύμμαχοι τὴν ἐπιμονὴν ἀνυσ (...)

Alors Sertorius se levant : « Vous voyez, alliés : la patience est plus efficace que la violence et ce qui est imprenable en bloc cède souvent en détail. La persévérance est invincible : c’est par elle que les assauts du temps dans sa marche détruisent et renversent toute puissance, du temps qui est l’allié dévoué de ceux qui attendent avec réflexion le moment favorable, et le pire ennemi de ceux qui se hâtent mal à propos. » C’est en imaginant en chaque occasion de tels apologues que Sertorius encourageait les barbares et leur enseignait la valeur de l’opportunité (trad. R. Flacelière, CUF)246.

  • 247 On considère en général que Sertorius a rationnellement et méthodiquement utilisé les compétences (...)

72L’anecdote n’est pas suffisamment datée pour identifier précisément les populations auxquelles s’adresse Sertorius, mais rien n’indique qu’elle doive être rapportée seulement à la phase lusitanienne de la guerre247. Au contraire, un passage du Bellum Gallicum de César, relatif à la campagne de son légat P. Crassus, fils du triumvir, en Aquitaine en 56, montre l’empreinte profonde laissée par cet apprentissage dans la partie septentrionale de la Péninsule : appelée en renfort par les Vocates et les Tarusates, une armée de Citérieure, commandée par d’anciens compagnons du général rebelle (qui una cum Q. Sertorio omnes annos fuerant), retourna contre les cohortes les principes de la guerre romaine (consuetudine populi romani) ; bien que Crassus, dont les lignes de ravitaillement étaient coupées, désirât provoquer la bataille rangée, les barbares refusèrent de prendre ce risque, préférant exploiter l’avantage que leur conférait la maîtrise du terrain :

  • 248 César, BG, III, 23, 3-6 (III, 24, 2) : Illi etsi propter mutitudinem et ueterem belli gloriam pauc (...)

Les ennemis, bien que leur grand nombre, le souvenir de leurs glorieux exploits, la faiblesse numérique des nôtres, ne pussent guère laisser de doute sur l’issue du combat, estimaient qu’il était plus sûr de continuer à occuper les routes, à intercepter nos convois et à remporter la victoire sans faire couler le sang (trad. L. A. Constans, CUF)248.

  • 249 D. Estefanía Álvarez, « El conocimiento de Hispania en César », pp. 29-30, en se fondant sur Orose (...)
  • 250 Le poids déterminant de cette influence est admis, entre autres, par H. Pavis dEscurac, « Provinc (...)
  • 251 Cette idée s’accorde du reste mieux avec ce que nous dit Plutarque de la politique générale de Ser (...)

73En aucun cas, ce texte bien connu ne saurait par conséquent illustrer le savoir-faire ibérique en matière de guérilla, comme on l’affirme parfois à tort249. Contrairement à une idée répandue, on peut donc douter que le type de guerre mené par Sertorius ait été profondément influencé par les traditions hispaniques en la matière250. C’est plutôt l’inverse que nous suggère la fable du cheval faible et du cheval fort : il faut ainsi conclure à une influence des méthodes guerre romaines sur la tradition indigène251.

  • 252 Dans un article récent montrant que, chez Plutarque, le personnage de Sertorius est exalté dans la (...)
  • 253 Plutarque, Sert., XII, 1, insiste sur le fait que le stratagème facilitait l’acceptation de ces co (...)
  • 254 Appien, BC, I, 112.

74Il peut paraître hardi, à première vue, d’ériger à ce titre Sertorius en « inventeur » de la guérilla ibérique252. Il faut reconnaître, toutefois, que la plupart des témoignages converge vers l’idée que ce chef romain imposa, sinon des méthodes inédites, du moins la science qui manquait aux indigènes pour en tirer le meilleur parti. Plutarque explique ainsi l’utilité de la fameuse biche blanche : elle permettait précisément à Sertorius de faire mieux accepter des décisions étrangères à la tradition locale253. Nul doute que sa vision sophistiquée du combat figurait en première place de ces importations : Appien rapporte ainsi l’étonnement et l’admiration de ses soldats devant une habileté dont ils trouvaient seulement un parallèle dans les talents d’Hannibal254. C’est Florus, cependant, qui résume le mieux le paradoxe apparent des années 80-72 :

  • 255 Florus, II, 10, 3 (= III, 22, 3) : Nec alias magis apparuit Hispani militis uigor quam Romano duce

Et jamais ne se révéla davantage l’énergie du soldat espagnol que sous les ordres d’un général romain (trad. P. Jal, CUF)255.

  • 256 Plutarque, Sert., XIV, 1.
  • 257 Tite-Live, frgt. XCI. Sur l’importance déterminante de la logistique dans la supériorité de l’armé (...)
  • 258 En effet, le recours à la guérilla n’est pas la conséquence d’un armement matériellement léger (en (...)
  • 259 En effet, au Ier siècle, la guerre de Sertorius associa la péninsule Ibérique à une guerre qu’on s (...)

75On ne saurait mieux exprimer l’idée que ce fut la capacité d’organisation de Rome qui donna, sous l’impulsion de Sertorius, sa pleine mesure à la guerre indigène. Le chef marianiste avait en effet rapproché l’organisation de l’armée barbare du modèle romain, tant sur le plan de l’armement que de la manœuvre256. Il avait également veillé à lui donner une base logistique solide257. Cette double préoccupation la rendait désormais mieux apte, en fonction des circonstances, soit à affronter les légions romaines, comme le montrent les batailles de Lauro, de Segouia ou de Segontia, soit à privilégier une dispersion stratégique à laquelle la mobilité du guerrier ibérique le prédisposait particulièrement, à condition de lui donner les moyens de rester mobilisé sur la longue durée258. D’une certaine manière, on peut se demander dans quelle mesure, en privilégiant la seconde dimension de la guerre indigène, les géographes et ethnographes grecs ne reflétaient pas finalement en grande partie la vive impression laissée dans la mémoire collective par les guerres de cette dernière période, alors même que celles-ci marquaient une évolution profonde des pratiques militaires autochtones dans le cadre de l’intégration accélérée de la Péninsule au monde romain durant les guerres civiles259.

  • 260 Plutarque, Sert., XII, 6-7.
  • 261 Plutarque, Sert., XIII, 1.
  • 262 Ce que montre bien Plutarque, Sert., X, 3 qui rapporte qu’on disait de Sertorius qu’il brillait au (...)
  • 263 Plutarque, Sert., XVIII, 2.

76Que cette complexification de la guerre indigène ait été le fait d’un Romain, et qui plus est d’un imperator du début du Ier siècle, n’a en soi rien d’étonnant. Ce phénomène ne fait que rappeler, en fin de compte, le degré de sophistication tactique et stratégique atteint par les légions dès la fin du IIIe siècle et affiné sans cesse par la suite. En ce sens, il convient de ne pas surestimer le contraste offert chez Plutarque entre l’armée de Sertorius et celle de Metellus dont le moraliste souligne complaisamment la pesanteur face à un adversaire présenté comme insaisissable260. C’est qu’il s’agit avant tout pour lui d’opposer deux caractères, presque deux générations, dont le vieux Metellus et le jeune Sertorius incarnent respectivement les faiblesses et les forces261. À l’aristocrate décadent, incapable désormais d’invention et d’adaptation, répond la vertu de Sertorius, incarnant les vraies qualités du chef romain, aussi à l’aise sur le champ de bataille lui-même que dans la guerre de mouvement qui, on l’a vu précédemment, avait pour but de prendre sur l’adversaire un avantage décisif avant le contact direct avec la ligne ennemie262. La partialité de Plutarque, très défavorable à Metellus, est manifeste et la comparaison établie entre les deux généraux ne saurait à elle seule permettre de tirer des conclusions quant aux limites de l’armée romaine en la matière au cours des guerres en Hispanie. En effet, de l’aveu même de cet auteur, l’équilibre fut redressé par la seule arrivée de Pompée, autre figure de général idéal, dont la maîtrise des ruses et des stratagèmes pouvait enfin rivaliser avec celle de Sertorius, même si celui-ci demeure présenté par Plutarque comme supérieur dans ce domaine263. Cela suffit à prouver que le recours à une stratégie indirecte, marquée par des stratagèmes de toute sorte, appartenait complètement à une mentalité partagée par Rome dès avant la seconde guerre punique et à laquelle des innovations tactiques avaient en outre imprimé au cours du IIe siècle une efficacité particulière.

  • 264 Sur la phalange originelle, voir en particulier F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Repub (...)
  • 265 Tite-Live, VIII, 8, 3-8. On date en général la naissance de la légion manipulaire de l’époque des (...)
  • 266 Polybe, VI, 24, 5.
  • 267 Polybe, VI, 21, 7-10. Le passage que cet auteur consacrait à l’ordre de bataille proprement dit, e (...)
  • 268 Pour sa part, H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 414, pense que la répartition en gr (...)
  • 269 La triplex acies était donc ce qui permettait au général romain de faire un usage optimal du nombr (...)
  • 270 Tite-Live, VIII, 8, 9-13.
  • 271 Pour la péninsule Ibérique, nous n’en avons guère de mention explicite qu’en Tite-Live, XXIII, 29, (...)
  • 272 César, BC, I, 41, 2 ; I, 63, 6 ; I, 83, 1-2.
  • 273 Tite-Live, XXXIV, 15, 1.
  • 274 Tite-Live, XL, 32, 5.
  • 275 César, BC, I, 45, 7-8 ; I, 83, 2.

77Rome possédait en effet une approche de la bataille rangée qui rompait dans une certaine mesure avec la tradition. Au moment de son intervention dans la péninsule Ibérique en 218, elle avait déjà assoupli depuis longtemps l’ancienne phalange de type hoplitique introduite sans doute au cours du vie siècle par la réforme dite « servienne »264. Cette flexibilité accrue avait été permise par le développement précoce de l’organisation manipulaire265. À l’époque de Polybe assurément, mais en réalité à partir d’une période antérieure à la seconde guerre punique, la légion se composait ainsi de trente sous-unités, appelées manipules, répartis au combat sur trois lignes successives266. La première regroupait les manipules de hastati, composés des jeunes soldats, la seconde ceux des principes, formés des soldats dans la force de l’âge, et la troisième ceux des triarii, les plus âgés267. Ces dénominations avaient sans doute reflété à l’origine des différenciations dans la qualification censitaire et, par conséquent, dans l’équipement. À la période qui nous concerne, la répartition se faisait essentiellement en fonction de l’âge et de l’expérience268. Cette fragmentation de la ligne unique originelle représentait un atout fondamental dans un combat en ligne pour la simple raison qu’elle offrait désormais la possibilité de disposer de corps de réserve269. En effet, seul le premier ordo, celui des hastati, entrait en contact dans un premier temps avec l’adversaire270. Sa moindre profondeur par rapport à la ligne adverse le rendait vulnérable à une pression trop importante, mais cet inconvénient était largement compensé par le support apporté par la ligne suivante en cas de rupture. Dans son détail, cette disposition n’apparaît pas toujours clairement dans les récits dont nous disposons271. Néanmoins, l’important est de souligner la permanence de ce principe tout au long de la période républicaine : la triplex acies est encore la formation observée par César lors des opérations autour d’Ilerda272. En n’engageant pas sur le champ de bataille toutes ses forces en une seule fois, la légion manipulaire avait sans doute perdu en puissance de choc. En revanche, elle conservait une chance de renverser la décision après une affaire mal engagée, ce qui n’avait jamais été le cas de la phalange classique ou hellénistique formée en une seule ligne compacte. Le succès de Caton lors de la bataille d’Emporion en 195 est ainsi explicitement attribué à ses lignes de réserve273. Celui de Fulvius Flaccus en 181 dépendit aussi de sa capacité à secourir les points affaiblis de la ligne de bataille274. Plus précis, les commentaires césariens attestent sans ambiguïté la banalité de cette pratique d’un côté comme de l’autre275.

  • 276 Pour une analyse dans le même sens, voir les réflexions publiées dernièrement par F. Quesada Sanz, (...)
  • 277 Les manipules demeuraient étroitement solidaires les uns des autres et les trois lignes, bien indi (...)
  • 278 Sur l’importance de l’infanterie légère dans l’armée de la République moyenne, trop souvent néglig (...)
  • 279 Sur la création des uelites au cours de la seconde guerre punique : Tite-Live, XXVI, 4, 4 ; Fronti (...)
  • 280 Polybe, VI, 21, 7 et VI, 24, 4. C’est la disposition qu’ils adoptent par exemple en 216 lors de la (...)
  • 281 Tite-Live, XXIII, 29, 1 (leuibus proeliis) ; Tite-Live, XXVII, 18, 2 (les uelites de Scipion mette (...)
  • 282 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, pp. 91-99 ; G. Veith, « Die Römer », p (...)
  • 283 Sur l’emploi tactique de ces auxilia, voir infra, pp. 262-275 ; sur les modalités de leur recrutem (...)
  • 284 H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, pp. 266-269, pour qui toute brèche dans (...)
  • 285 Cette interprétation, privilégiée par exemple par M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas(...)

78L’armée romaine des IIIe - IIe siècles n’avait ainsi rien de la masse inerte que l’on se plaît parfois à opposer au concursus indigène276. Certes, la coordination des trente manipules, en raison de sa lourdeur, imposait nécessairement une tactique simple, mais cet obstacle ne doit pas être surestimé277. Toute l’habileté du général était de savoir utiliser ses troupes de réserve à bon escient, un exercice difficile qui supposait une conception déjà complexe de la bataille. Par ailleurs, on oublie trop souvent que la légion de cette époque intégrait également, en dehors des manipules proprement dits, d’autres catégories de troupes dont l’emploi était complémentaire et contribuait à diversifier les possibilités tactiques. De ce point de vue, le rôle essentiel de l’infanterie légère et de la cavalerie doit être souligné278. La création des uelites, probablement vers 211, ne constituait pas une innovation radicale, mais témoignait plutôt de l’importance croissante accordée à ce type de troupes dans le contexte des évolutions imposées par l’expérience de la seconde guerre punique279. Recrutés parmi les citoyens jeunes les moins riches, ils n’étaient sans doute pas organisés en unités spécifiques, mais plutôt répartis entre les différents ordines280. Au moment du combat, ils formaient en revanche une ligne continue en avant des hastati et engageaient l’action par des escarmouches dont les récits de bataille attestent l’importance281. Les manipules légionnaires étaient également complétés, parfois jusqu’au double nous l’avons vu, de troupes alliées généralement placées aux ailes. Disposant de leur propre organisation tactique, ces socii italiens sont mal connus, mais, du point de vue de l’équipement et des méthodes de combat, ils devaient ressembler à la légion, ce que suggère leur intégration naturelle à celle-ci après la Guerre sociale282. L’armée romaine comptait enfin sur des corps auxiliaires (auxilia externa), renforçant les extrémités de chaque aile283. Ainsi, les manipules de hastati, de principes et de triarii, bien que constituant la colonne vertébrale de l’ensemble, ne représentaient qu’une fraction d’un dispositif que le général combinait à sa guise en fonction des besoins. Attribuer à Scipion, comme une innovation, la substitution à la triplex acies d’une articulation en trois autres éléments, formés par un centre et deux ailes, revient donc à opposer artificiellement deux réalités tactiques ayant toujours coexisté, par définition, au sein de l’armée romaine284. Il n’en reste pas moins vrai que l’Africain avait incontestablement su, en revanche, porter l’art d’en modifier les figures imposées à un degré qui ne fut peut-être pas retrouvé avant les imperatores du Ier siècle285.

  • 286 A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 72 : « The manipular legion was flexible while the phalanx wa (...)
  • 287 Cette disposition est restituée d’après Tite-Live, VIII, 8, 9-13, et d’après les différents récits (...)
  • 288 On pense en général que la taille de ces intervalles était équivalente à celle du front d’un manip (...)
  • 289 Le fait est attesté par Polybe, XI, 22, 10 et Tite-Live, XXVIII, 14, 13 pourla bataille d’Ilipa en (...)
  • 290 Cette conviction, exprimée d’abord par R. Schneider, Legion und Phalanx, pp. 135-138, a été surtou (...)
  • 291 À la suite de G. Veith, « Die Römer », pp. 359-361, et F. E. Adcock, The Roman Art of War under th (...)
  • 292 A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 208 ; P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 16.
  • 293 A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, pp. 51-52.
  • 294 Voir à ce sujet le modèle alternatif d’un ordre de bataille, moins rigide que le quincunx artifici (...)
  • 295 A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 140 ; Id., Roman Warfare, p. 52, suggère toutefois qu (...)
  • 296 Polybe, XI, 33, 4 et Tite-Live, XXVIII, 33, 9, insistent sur le fait que les combattants indigènes (...)

79De même qu’il faut nuancer l’image d’un exercitus romanus restreint à sa seule composante hoplitique, de même il convient de ne pas appliquer à celle-ci une technique de combat réduite à celle de la phalange de type grec dont elle différait considérablement286. La triplex acies n’avait pas seulement introduit une disparition de la ligne unique. Elle s’était aussi accompagnée d’une fragmentation du front et d’une évolution déterminante dans la conception du corps à corps. La légion manipulaire rangée en bataille présentait ainsi l’aspect d’un échiquier. On a coutume d’appeler cette disposition le quincunx287. Des intervalles étaient ménagés à l’intérieur de chacune des trois lignes et masqués par le front des manipules de la ligne suivante288. Ils étaient utilisés par les uelites pour se replier après la première phase du combat289. L’existence de telles interruptions dans l’alignement a longtemps paru problématique, voire impossible. La question de savoir si ces intervalles étaient comblés au moment du contact avec l’ennemi a été l’une des plus débattues et fut la plupart du temps tranchée par l’affirmative, tant il paraissait inconcevable qu’un combat en formation ne fût pas effectué en rangs serrés, à l’image de l’impénétrabilité nécessaire de la phalange290. Cette restitution abstraite a été critiquée à juste titre291. On a souligné en effet l’utilité tactique de ces intervalles292. Au moment de l’approche vers l’adversaire, ils empêchaient la dislocation du front rectiligne que l’inégalité du rythme individuel de l’avancée des soldats comme les irrégularités du terrain avaient tendance à rendre très fragile293. Au cours de l’affrontement, ils permettaient en outre aux renforts d’accéder à la première ligne sans nécessiter des manœuvres compliquées de substitution294. Le risque de voir l’ennemi emprunter ces couloirs pour briser la solidarité de la ligne romaine était minimisé du fait de la couverture offerte par les principes, mais aussi, argument moins souvent invoqué, parce que l’adversaire lui-même maintenait vraisemblablement de semblables discontinuités295. Sans doute faut-il comprendre ainsi la difficulté des Ilergètes, en 206, à se déployer dans une vallée trop étroite296.

  • 297 Polybe n’affirme rien d’autre à propos de la bataille de Zama. Il vante à cette occasion la souple (...)
  • 298 Par rapport à ce qu’il en était au moment de la rédaction initiale de ce travail, il faut reconnaî (...)
  • 299 E. L. Wheeler, « The Legion as Phalanx », p. 304, suggère même que la conception livienne du quinc (...)
  • 300 Cernées de toutes parts par un ennemi supérieur en nombre, les troupes de P. Scipion en 211 resser (...)
  • 301 P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 14. Cela ne veut pas dire que l’objectif n’était plus d (...)
  • 302 H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 276. D’après Polybe, VI, 23, 16, les triarii aura (...)
  • 303 G. Veith, « Die Römer », p. 361 ; F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 10 ; H (...)
  • 304 En 216, les Romains mirent en fuite les soldats espagnols d’Hasdrubal dès le premier jet de pila ((...)
  • 305 Récemment, on a proposé dans cette perspective de réévaluer l’emploi des armes de jet au cours de (...)

80La bataille rangée romaine possédait ainsi un aspect beaucoup plus ouvert qu’on ne l’admet souvent297. À la fois force et faiblesse face à ce véritable « hérisson » qu’était la phalange hellénistique dont elle contribue à nous faire davantage sentir la spécificité, cette caractéristique permettait en revanche à la légion d’absorber le choc des formations hispaniques plus lâches et de s’adapter à leur mobilité plus grande298. La possibilité de réduire les espacements entre les trois ordines ainsi qu’entre les manipules pouvait rapprocher en cas de besoin l’infanterie lourde romaine de la phalange. Celle-ci demeura par conséquent une option très fréquente de la tactique romaine299. Les témoignages des sources suggèrent néanmoins qu’un tel resserrement de l’ordre de bataille correspondait toujours à une mise en difficulté des légions300. En règle générale, l’offensive était privilégiée et s’effectuait au moyen de charges successives. En effet, contrairement à ce que l’on imagine parfois, la bataille rangée romaine ne consistait pas en une vigoureuse poussée vers l’avant jusqu’à provoquer la fuite de l’ennemi301. L’introduction de l’organisation manipulaire avait correspondu de fait à l’adoption d’un mode de combat à plus grande distance, matérialisé par la généralisation progressive du pilum à l’ensemble des trois ordines302. Désormais, une grande partie de la bataille consistait dans le lancer de ces traits sur la ligne adverse, dans le but de la désorganiser avant la charge (cursus). La plupart des historiens admettent cependant que cette dernière, qui correspondait au moment où le légionnaire tirait le gladius, suivait automatiquement, dans la foulée, ce jet initial du pilum303. Or les sources n’attestent pas toujours le succès décisif de la première grêle de traits304. Il est probable que l’échange de projectiles se prolongeait fréquemment, en fonction des circonstances305. Le iusiurandum, dans sa version renforcée de 216, prévoyait d’ailleurs cette possibilité :

  • 306 Tite-Live, XXII, 38, 3 : neque ex ordines recessuros, nisi teli sumendi aut petendi et aut hostis (...)

… Ils ne sortiraient pas de leurs rangs, sauf pour prendre ou ramasser un javelot, pour frapper l’ennemi ou pour sauver un citoyen (trad. M. Nisard modifiée)306.

  • 307 C’est le cas en 195 lors de la bataille d’Emporion (Tite-Live, XXXIV, 14, 9) et en 49 lors de cell (...)
  • 308 Polybe, VI, 22, 4, attribue au pilum des uelites la capacité de se plier dès le premier choc, afin (...)
  • 309 La violence de l’effort et le stress devaient en effet rapidement épuiser le légionnaire. On estim (...)
  • 310 L’hypothèse de l’existence de pauses régulières au cours du combat n’est pas nouvelle. Par exemple (...)
  • 311 Bell. Hisp., XXXI, 1 : et uehemens fiebat ab utrisque clamor telorumque missu concursus. Le terme (...)
  • 312 La critique envers une tendance trop fréquente des travaux modernes à imaginer l’armée romaine et (...)

81Certaines descriptions de bataille vont également en ce sens307. Peut-être les modifications successives apportées au pilum ont-elles précisément été pensées pour réduire la durée de cet échange, en même temps qu’elles accroissaient son efficacité dans la gêne qu’il était censé occasionner chez l’adversaire308. Il est certain en tout cas que, pour des raisons purement physiques, le corps à corps proprement dit ne pouvait représenter l’essentiel du combat309. Il faut donc accepter l’idée que, si la ligne ennemie ne cédait pas au premier choc, les combattants se séparaient momentanément avant de reprendre leur élan310. Lorsque ce mouvement était amené à se répéter à plusieurs reprises, ce qui devait être le cas le plus courant, il entretenait alors plus d’une ressemblance avec ce que nos sources appellent le concursus indigène : c’est du reste ce que suggère le vocabulaire employé par le continuateur de César à propos de la bataille de Munda311. Il est permis de se demander alors si la spécificité accordée à ce concursus dans l’historiographie ne repose pas en réalité sur une idéalisation des phases théoriques du combat romain312.

  • 313 Régulièrement rappelée par les sources (Cicéron, Tusc., II, 16, 37), la nécessité de soumettre les (...)
  • 314 Polybe, X, 20, 1-3, et 6 et Tite-Live, XXVI, 51, 3-7 (sur le programme d’entraînement de l’armée d (...)
  • 315 Sans aller jusqu’à prétendre qu’il s’agit d’un mythe forgé par l’école historique allemande du XIX(...)
  • 316 Un exemplum de Frontin nous montre ainsi Q. Caecilius Metellus, lors de sa campagne hispanique de (...)
  • 317 Àpartir des constats établis pour les armées modernes, A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p (...)

82Contrastée et variée, susceptible de s’adapter à des formes différentes de lutte et partageant de nombreux points communs avec la bataille rangée indigène, la tactique des légions n’en disposait pas moins d’avantages certains sur celle-ci. La forte discipline de troupes soumises à un exercice régulier permettait d’exploiter au mieux les potentialités manœuvrières des unités313. Contrairement aux lignes ibères, les évolutions amenant les légionnaires à alterner avance et retraite devaient généralement s’effectuer en respectant un minimum de cohésion. Face à un adversaire souvent redouté, les généraux romains veillaient à ne pas engager le combat avec des soldats dépourvus d’entraînement suffisant. Même si les sources s’attardent sur les dispositions prises en la matière par les personnages dont elles s’attachent complaisamment à souligner l’exemplarité, comme Scipion l’Africain en 209, Caton en 195 ou Scipion Émilien en 134, il est certain que cette précaution ne leur était pas réservée et qu’elle concernait également la plupart des généraux envoyés en Hispanie314. La rigueur et la permanence de cette discipline ne doivent pas pour autant être surestimées315. De nombreux exemples indiquent qu’elle n’était pas strictement observée en toutes circonstances316. Même imparfaite, elle faisait cependant, à n’en pas douter, la différence sur le terrain en renforçant le sang-froid du combattant romain. Celui-ci n’échappait certainement pas en effet au mélange d’émotions contraires qui caractérise, à toutes les époques, le soldat plongé dans la bataille : seule une petite fraction de l’armée devait spontanément être prête à se porter au-devant de l’ennemi pour chercher à le bousculer en dépit des risques encourus317. Le reste recherchait le soutien et la protection du groupe : l’auteur du Bellum Hispaniense rapporte ainsi qu’à Munda, la violence du combat paralysait de terreur les soldats inexpérimentés :

  • 318 Bell. Hisp., XXXI, 6 : Ita cum clamoresset intermixtus gemitu gladiorumque crepitus auribus oblatu (...)

Les cris mêlés aux gémissements et le cliquetis des épées, qui frappaient leurs oreilles, terrifiaient les recrues et paralysaient leurs esprits (trad. N. Diouron, CUF)318.

  • 319 Sur cette question, voir en dernier lieu, A. D. Lee, « Morale and the Roman Experience of Battle » (...)

83Les repères fournis par l’exercice, l’encouragement d’un encadrement très présent dans chaque centurie et la crainte des punitions contribuaient assurément à maintenir la plupart du temps la cohésion des lignes et la pugnacité du combattant à un degré très supérieur à celui ordinairement en vigueur dans les armées adverses319.

  • 320 Polybe, X, 15, 1.
  • 321 Polybe, XI, 32, 7.
  • 322 Sur cette panoplie, voir P. Couissin, Les armes romaines, pp. 177-352 ; P. Connolly, Greece and Ro (...)
  • 323 Polybe, VI, 23, 1-15. Cette panoplie correspondait sans doute à un équipement fonctionnel minimum (...)
  • 324 Polybe, VI, 23, 16.
  • 325 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 698. De même, E. Rawson, « The Litera (...)
  • 326 Conservé au Louvre, ce relief est aussi connu sous le nom d’Autel de Domitius Ahenobarbus. Rapport (...)
  • 327 La représentativité de l’autel du Louvre doit être posée. Comme souvent dans le cas des représenta (...)
  • 328 Actuellement conservé au Musée Archéologique de Séville, ce fragment de relief fut au moment de sa (...)
  • 329 Très proche en est aussi un petit ex-voto en bronze trouvé au sanctuaire de LosJardines à Despeñap (...)
  • 330 On ne peut écarter l’hypothèse qu’un certain nombre d’éléments n’étaient pas directement sculptés (...)
  • 331 Pour cette même raison, il est probable que le cornicen d’Osuna représente un soldat romain. Contr (...)
  • 332 Cette réserve essentielle a été parfaitement exprimée par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, (...)
  • 333 Sur l’absence de diffusion des protections métalliques dans l’armement indigène, voir F. Quesada S (...)

84Surtout, les sources insistent sur la qualité de l’armement individuel qui donnait au légionnaire l’assurance et l’avantage dans le combat au corps à corps. En 209, une fois parvenues sur le rempart de Carthagène, les troupes de Scipion ne rencontrèrent plus la même résistance, ce que Polybe explique par la qualité de leur armement320. Un constat identique est fait dans le contexte de l’acies, pour l’année 206, à l’occasion de la confrontation avec les Ilergètes321. En quoi consistait cette supériorité ? Mal connue pour l’époque républicaine, la panoplie romaine n’offrait sans doute pas, dans sa conception d’ensemble, un contraste trop prononcé avec l’armement indigène : comme lui, elle se composait essentiellement d’un bouclier, d’une épée et d’une lance ou d’un javelot322. La différence résidait dans le fait qu’au sein de l’infanterie lourde, les disparités entre les combattants s’étaient très vite atténuées. Les gradations décrites par Polybe entre les trois lignes sont en effet mineures : hastati, principes et triarii étaient dotés chacun d’un pectoral et d’un casque de bronze, d’une paire de jambières, d’un bouclier ovale (scutum) et d’une épée courte (gladius)323. Seuls les triarii se distinguaient par la conservation de la lance (hasta) au lieu des deux javelots (pila) utilisés par les deux premiers ordines324. On a beaucoup discuté pour savoir à quelle époque exactement renvoyait cette description, mais il semble qu’elle puisse être largement acceptée pour un laps de temps courant jusqu’au milieu du IIe siècle325. On admet généralement que, par la suite, cette panoplie fut définitivement uniformisée sur le modèle représenté sur l’autel du Louvre, comprenant un casque de bronze, une cotte de maille renforcée aux épaules (lorica hamata), un scutum, un gladius et au moins un pilum326. Rien n’est moins sûr cependant327. Peut-être les légionnaires combattant dans la péninsule Ibérique au Ier siècle ont-ils en partie correspondu à cette image, si l’on en croit un relief trouvé à Estepa et malheureusement trop mal contextualisé, représentant deux soldats dos à dos328. Le type simple des casques, la forme ovale des boucliers, la figuration d’une cotte de maille rappellent en effet beaucoup les éléments du relief de Domitius Ahenobarbus329. On remarquera cependant que le personnage de droite semble vêtu d’une simple tunique, peut-être une cuirasse en cuir330. En dépit des incertitudes pesant sur l’identification de cette sculpture, une telle différence dans l’armement des deux légionnaires ne serait pas incompatible avec l’armée républicaine, même tardive331. Il convient en effet de ne pas se méprendre sur la notion d’uniformisation, laquelle ne doit pas être confondue avec une standardisation rigoureuse de l’équipement332. C’est au fond ce que nous apprend Polybe : il suffisait que chacun disposât intégralement de toutes les pièces fondamentales. Dans cette perspective, c’était surtout la généralisation de l’équipement défensif et son homogénéisation qui constituaient les atouts décisifs dans les batailles rangées, puisque la documentation archéologique suggère que ni les casques ni les cuirasses métalliques n’étaient vraiment utilisés par les indigènes333.

  • 334 Le fait de savoir si l’othismos correspondait à une poussée compacte ou bien à une tactique plus o (...)
  • 335 Voir à ce sujet Tite-Live, XXVIII, 2, 7.

85Collectivement plus organisés, individuellement mieux protégés, les soldats romains n’étaient pas pris au dépourvu par les caractères d’une bataille rangée indigène très éloignée de l’othismos, cette mêlée phalangique à laquelle ils avaient eux-mêmes renoncé, s’ils l’ont jamais pratiquée334. Aussi aptes que les barbares à désorganiser à courte ou longue distance les lignes adverses avec leurs armes de jet ou par de brusques charges, les Romains l’emportaient en outre dans le combat rapproché, où la plus grande légèreté de l’équipement défensif du guerrier indigène ne pouvait lui permettre de résister longtemps à un fantassin cuirassé et entraîné335. Les succès militaires de Rome dans la péninsule Ibérique s’expliquent ainsi précisément parce que les multiples affrontements ponctuant la conquête ont principalement eu lieu dans le cadre de cette forme tactique traditionnelle, la bataille en formation, dont ses armées avaient développé une maîtrise inédite. Certes, la supériorité tactique et technique ne garantissait pas la victoire, comme l’attestent les nombreux revers subis par les légions. En revanche, elle a assuré à Rome la capacité de se mesurer efficacement aux peuples de l’Hispania, en dépit de l’extrême diversité de ceux-ci. Pour toutes ces raisons, il faut renoncer à attribuer aux traditions guerrières et à l’équipement péninsulaires une influence trop profonde sur l’évolution des caractéristiques de l’armée romaine aux IIe et Ier siècles.

III. — LES LIMITES DE L’ACCULTURATION MILITAIRE ROMAINE EN HISPANIA

86Pilum, gladius, pugio : emprunts et adaptations. — Cohors et Hispania : examen de la théorie de M. J. V. Bell. — L’emploi tactique des troupes auxiliaires.

87L’exotisme supposé des conceptions guerrières indigènes, tout comme la qualité réelle de la tradition matérielle lui étant associée, ont régulièrement amené les historiens à postuler l’origine hispanique d’un certain nombre des transformations affectant les structures et les pratiques de l’exercitus républicain tout au long de notre période. De même que la théorie d’une crise sociale et d’un problème de recrutement à la fin du IIe siècle est mise en partie en relation avec les difficultés engendrées par les guerres d’Espagne à cette époque, de même on a admis parfois, à la suite des affirmations d’A. Schulten en particulier, que certains des principaux éléments de la panoplie romaine résultaient en fait d’emprunts à l’armement indigène ; la substitution de la cohorte au manipule, considérée comme la mutation tactique fondamentale intervenue sous la République, a été également interprétée comme une conséquence des impasses auxquelles l’armée romaine fut confrontée en Occident et notamment en Hispania ; enfin, le recours croissant à des troupes auxiliaires autochtones aurait reflété la nécessité d’intégrer aux légions une dimension tactique négligée, voire absente, de leur dispositif de bataille. Ces trois hypothèses seront donc abordées successivement.

PILUM, GLADIUS, PUGIO : EMPRUNTS ET ADAPTATIONS

  • 336 Le refus d’attribuer aux armes romaines une originalité radicale au sein d’une koinè méditerranéen (...)

88Rien n’est plus délicat que de chercher à déterminer les influences réciproques en matière d’armement. Le constat d’une grande proximité de l’environnement matériel dans de nombreuses cultures du bassin méditerranéen occidental suffit à rendre suspect un déterminisme diffusionniste trop marqué336. Le dossier est vaste et il ne saurait être question de prétendre le reprendre ici en totalité. L’objectif de ces quelques pages est avant tout de faire état des éléments qui conduisent à nuancer, voire à rejeter, l’idée d’une « hispanisation » profonde de l’armement romain à l’époque de la conquête.

  • 337 A. Schulten, « Der Ursprung des Pilums », pp. 573-584 ; Id., FHA, III, 1935, pp. 36-37.
  • 338 En particulier, un passage d’Athénée (6, 273 F) affirmant que les Romains avaient appris des Samni (...)
  • 339 P. Couissin, Les armes romaines, pp. 185-191. Il dénonce notamment le caractère circulaire du rais (...)
  • 340 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 330. Les plus anciennes pièces, au nombre de trois, sont (...)
  • 341 Ibid., p. 329. F. Quesada les oppose ainsi aux mille deux cents fers de lance et aux plusieurs cen (...)
  • 342 Ibid., p. 329. F. Quesada n’écarte pas ainsi l’idée que certains de ces pila soient en réalité des (...)
  • 343 Ibid., pp. 334-336 et 342, où est résumé le débat autour de la phalarique. Mentionnée à plusieurs (...)
  • 344 Les plus anciens modèles retrouvés proviennent de Vetulonia et de Vulci en Étrurie et sont datable (...)
  • 345 P. Couissin, Les armes romaines, p. 191. Pour sa part, F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 3 (...)

89L’origine ibérique du pilum a été défendue par A. Schulten337. Selon lui, elle était prouvée par l’identité de celui-ci avec une arme indigène, la phalarique (falarica), identité qu’il fondait sur ses propres trouvailles archéologiques, comme sur l’interprétation de plusieurs textes anciens338. La faiblesse de cette théorie a été vigoureusement et suffisamment démontrée par P. Couissin qui a insisté avec raison sur ses multiples approximations méthodologiques339. Il n’y a pas lieu de remettre en cause cette réfutation déjà ancienne. Parmi les armes retrouvées depuis en contexte préromain, on connaît certes des exemplaires présentant une morphologie rappelant celle du pilum : une pointe étroite à l’extrémité d’une longue tige de fer pourvue d’un système de fixation impliquant le raccord à une hampe de bois340. Ils demeurent rares cependant, puisqu’on en dénombre tout au plus une soixantaine seulement pour toute l’aire Ibérique341. Leur aspect est également très varié et souvent problématique : leur fonction est restituée seulement parce que ces pièces ne peuvent être classées dans les deux catégories majoritaires d’armes à hampe indigène que sont la lance, au fer court, et le soliferreum, entièrement métallique342. Par conséquent, si l’on admet l’existence en Hispania d’un javelot lourd, de type pilum, correspondant peut-être à ce que les sources littéraires appellent phalarica/falarica, cette arme ne saurait avoir massivement équipé les guerriers indigènes343. On sait par ailleurs que l’Italie n’a pas ignoré ce type d’arme dès une époque assez haute, même si les exemplaires retrouvés ne sont guère plus nombreux344. L’avancée de nos connaissances archéologiques n’a donc pas invalidé la conclusion de P. Couissin, selon laquelle les Romains ne pouvaient avoir emprunté aux Ibères une arme qu’ils possédaient depuis sans doute aussi longtemps345.

  • 346 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 50 ; M. Feugère, Les armes des Rom (...)
  • 347 La tentative récente de Y. Le Bohec, à partir des seules sources littéraires, pour suggérer qu’il (...)
  • 348 R. Álvarez Arza et M. Cubero Argente, « Los pila del poblado ibérico de Castellruf », pp. 121-142.
  • 349 Les auteurs mentionnent essentiellement les deux exemplaires complets provenant d’une maison d’Eph (...)
  • 350 L’emploi de la plaque correspond à ce que l’on appelle aussi l’emmanchement à soie ou à languette. (...)
  • 351 Polybe, VI, 23, 11.
  • 352 La raison de leur présence sur le site n’est pas claire. R. Álvarez Arza et M. Cubero Argente, « L (...)
  • 353 La photographie de la planche 48 d’A. Schulten, Numantia III (identique à la planche 25a de ibid., (...)
  • 354 G. Ulbert, Cáceres el Viejo, p. 105 et pl. 24 et 62, mentionne huit pila dont quatre à douille ; A (...)
  • 355 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 50.

90La plupart des historiens s’accorde donc aujourd’hui à attribuer une origine italique, voire centro-italique, au pilum équipant les armées romaines à l’époque qui nous concerne346. Il est clair qu’en dépit des obscurités de la terminologie employée par les sources, notamment Polybe et Tite-Live, l’arme de jet dont disposaient les uelites, ainsi que les hastati et les principes de la seconde guerre punique ne peut être qu’un modèle de pilum347. Une découverte récente en Catalogne, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Barcelone, sur un site datable par son matériel céramique de la fin du IIIe ou du début du IIe siècle, a ainsi livré une petite dizaine de fers appartenant vraisemblablement à des pila348. Typologiquement, ils sont en effet très similaires aux exemplaires que l’on connaît ailleurs pour le début du IIe siècle349. Ils se caractérisent par leur système de fixation du fer au moyen d’une plaque rivetée introduite dans la hampe, très différent de celui en usage dans la Péninsule où seul est attesté un emmanchement à douille plus classique350. Ce système correspond de fait à celui que nous décrit Polybe351. Bien que le site catalan n’apparaisse pas comme un établissement militaire romain, il fait peu de doute que les armes sont, elles, de conception romaine352. Cet ensemble est intéressant, car il est situé chronologiquement avant les trouvailles liées aux camps établis autour de Numance, datables de la seconde moitié du IIe siècle. Jusqu’alors, les sites numantins demeuraient seuls à livrer ce type de matériel en Espagne pour la première période de la présence romaine. Selon A. Schulten, des vingt-neuf pièces identifiables comme des morceaux de pila, la plupart provient de Renieblas353. Ils se divisent en deux types, présentant les deux systèmes d’emmanchement mentionnés précédemment, les fers les plus longs étant associés à la fixation par plaque. Rien ne permet d’affirmer que les exemplaires à douille, majoritaires, ne sont pas romains. Ce système est en effet couramment attesté pour les périodes ultérieures. En Espagne même, on le trouve aussi bien parmi le matériel de Cáceres el Viejo que dans celui de La Caridad (Caminreal, Teruel) ou de Valence, tous datés du Ier siècle et sans doute d’époque sertorienne354. La fixation par douille est généralement considérée comme celle qui fut réservée au pilum « mince » ou « léger »355. En l’état de la documentation, il est impossible de dire dans quelle mesure la diffusion de ce système de fixation dans l’armement romain au cours du IIe siècle, dont témoigne son apparition dans le matériel numantin, résulte ou non d’un apport ibérique. Néanmoins, quelle qu’ait été l’influence péninsulaire dans l’évolution typologique encore fort mal connue du pilum, il est clair qu’elle est restée limitée à des adaptations de détail ne remettant pas en cause l’appartenance de cette arme, y compris dans sa forme tardo-républicaine, à un modèle authentiquement romano-italique.

  • 356 De façon intéressante, la remarque concerne à chaque fois une catégorie différente de troupes, si (...)

91Plus complexe est la question de l’épée utilisée par les légions aux IIe et Ier siècles et qualifiée plusieurs fois par les sources d’« hispanique »356. Les modalités de l’adoption comme la nature de ce gladius hispaniensis ont suscité de nombreuses controverses. Un texte tardif, qui provient de la Suda, une compilation byzantine du Xe siècle, mais dont on considère qu’il transmet fidèlement la tradition de Polybe, a fourni l’argument principal pour dater l’introduction de cette arme de la seconde guerre punique : ce texte affirme en effet qu’après les guerres contre Hannibal, les Romains subsituèrent à leur épée traditionnelle celle des Celtibères, en raison de l’efficacité de celle-ci de taille comme d’estoc :

  • 357 Suda, s. v. Mάχαιρα (= Polybe, frgt. 96 = 179) : Οἱ Κελτίβηϱες τῇ ϰατασκευῇ τῶν μαχαιϱῶν πολὺ διαϕ (...)

Les Celtibères l’emportent de beaucoup sur les autres nations dans la fabrication des épées : les leurs, en effet, ont une pointe excellente et sont très propres à frapper de taille avec l’un et l’autre tranchant. Aussi les Romains, à partir de l’époque d’Hannibal, abandonnant leur épée nationale, adoptèrent-ils celle des Ibères ; du moins ils en copièrent la forme, mais l’excellence du fer et les procédés de fabrication, ils ne purent nullement les imiter357.

  • 358 Cannes (Polybe, III, 114, 2-4 et Tite-Live, XXII, 46, 5) ; Télamon (Polybe, II, 33).
  • 359 Déjà acceptée par J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 27, cette idée d’ (...)
  • 360 En comptant la poignée, souvent disparue, l’arme entière atteint environ 76 cm. Elle a d’abord été (...)
  • 361 C’est la thèse défendue en dernierlieu parF. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. AnArchaeologica (...)

92Or, précisément, cette double capacité (taille et estoc) définissait, selon Polybe et Tite-Live, l’armement ibérique lors de la bataille de Cannes, tandis que, dans son récit de la bataille du cap Télamon, livrée en 225, Polybe semble opposer les Gaulois frappant de taille aux Romains frappant d’estoc358. Pour toutes ces raisons, on admet généralement qu’à la fin du IIIe siècle, les Romains ont emprunté aux Ibères la conception d’une épée droite à double fil et à pointe aiguë dont le principe est resté en vigueur jusqu’à l’extrême fin du Ier siècle où s’impose alors un modèle légèrement raccourci connu comme le type « Mayence », utilisé jusqu’à l’époque julio-claudienne359. Depuis moins de vingt ans, l’accroissement des témoignages archéologiques a donné au gladius hispaniensis républicain la matérialité qui, paradoxalement, lui manquait. Les exemplaires retrouvés sur des sites datables entre la première moitié du IIe siècle et le milieu du Ier siècle attestent des caractères morphologiques très compatibles avec les descriptions des sources littéraires : il s’agit toujours de lames droites assez longues (autour de 63 cm), à bords parallèles tranchants, terminées par une pointe triangulaire360. La particularité de leur fourreau à armature métallique ainsi que celle de leur système de suspension annulaire dont des fragments, voire la quasi-intégralité, ont parfois été retrouvés a orienté les travaux les plus récents à en rechercher le prototype dans une imitation celtibérique de l’épée de La Tène I, mais comportant toutefois certaines modifications361.

  • 362 F. Quesada réfute ainsi, de manière convaincante, les théories précédentes jugées jusqu’alors les (...)
  • 363 F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 266 : « that tex (...)
  • 364 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 209, comprend d’ailleurs le terme ὀρθ (...)
  • 365 Polybe, II, 33, 5-6 précise bien que les Romains, au lieu de frapper de taille, pouvaient se conte (...)

93Cette nouvelle hypothèse, appuyée sur une documentation ibérique importante, a l’avantage de faire le tri entre les multiples suppositions concernant un éventuel prototype362. En revanche, elle ne suffit pas à prouver, selon nous, que l’adoption d’une telle arme représentait une rupture totale avec le genre d’épée utilisé par les Romains avant la seconde guerre punique. En effet, sur cet aspect de la question, l’hypothèse de F. Quesada continue à dépendre d’une interprétation du texte de Polybe relatif à la bataille de Télamon (II, 33, 3), selon laquelle le récit attesterait l’emploi par les légionnaires en 225 d’une arme uniquement d’estoc363. Or on ne peut exclure que les Romains disposaient déjà d’une arme adaptée à la taille comme à l’estoc. Bien que Polybe ne mentionne effectivement que le second emploi, le contexte du passage n’implique pas qu’il ait été le seul possible, comme l’a montré F. Walbank364. Au contraire, il ressort clairement du texte que le but de la tactique choisie par les tribuns militaires avait précisément été de neutraliser la capacité des Gaulois à frapper uniquement de taille, alors que les légionnaires ne connaissaient pas pour leur part cette limite365. Il semble que Polybe veut surtout dire que les Romains prenaient le dessus sur les Gaulois quand ils réussissaient à les amener à une forme de corps à corps qui ne favorisait pas les grands coups de taille dont leurs adversaires s’étaient fait une spécialité redoutable. Cela ne signifie pas que l’épée romaine ne pouvait pas servir de taille, mais tout simplement qu’elle n’avait sans doute pas, en la matière, la même efficacité que l’épée gauloise.

  • 366 H. Sandars, « The Weapons of the Iberians », pp. 205-294. Pour lui, on ne peut accorder aucun créd (...)
  • 367 P. Couissin, Les armes romaines, p. 223, mettait déjà en garde contre une interprétation abusive d (...)
  • 368 F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 266, reconnaît q (...)
  • 369 F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 268, admet la po (...)
  • 370 Dans ces conditions, on voit qu’il est inutile d’essayer d’expliquer Polybe, II, 33, 3, par une ad (...)
  • 371 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 53, rappellent en effet que l’adop (...)
  • 372 Ce moment était ordinairement placé en 209, après la prise de Carthagène où Polybe, X, 20, comme T (...)
  • 373 En effet, le terminus ante quem est archéologiquement fourni par les exemplaires de Šmihel en Slov (...)

94L’importance de l’influence hispanique sur le glaive romain ne paraît donc pas incompatible avec cette hypothèse d’une arme romaine multifonctionnelle antérieure à la seconde guerre punique. On a parfois utilisé ce passage de Polybe pour remettre en question la valeur du témoignage de la Suda et nier entièrement l’idée que les Romains copièrent un modèle ibérique366. Un tel rejet est inutile, car la Suda ne dit pas que les Romains changèrent le principe de leur épée, mais qu’ils copièrent seulement la « construction » (ϰατασϰευή) de celle des Celtibères367. Ne peut-on envisager que, suite à la seconde guerre punique, les Romains se soient simplement contentés d’améliorer leur propre modèle par une série de modifications morphologiques inspirées de la version hispanique, par exemple la longueur de la lame, indispensable à une meilleure efficacité de taille ? De fait, l’appellation gladius hispaniensis est tardive : on ne la trouve que chez Tite-Live et les érudits du Ier siècle (Claudius Quadrigarius, Aulu-Gelle), alors que Polybe se contente de décrire une arme « qu’on appelle espagnole (ϰαλοῦσι δ᾽ αὐτὴν Ἰβηϱιϰήν) ». Selon nous, les Romains ont possédé anciennement une arme de taille et de pointe, mais moins satisfaisante en raison de la petite dimension de sa lame que les modèles progressivement mis au point par les Ibères ou les Celtibères, vers le début du IIIe siècle, à partir de l’épée de La Tène I368. Cette version constituant la meilleure conception possible d’une arme de ce type, elle servit désormais de référent et l’on prit l’habitude d’associer, notamment à l’époque tardo-républicaine, le terme hispaniensis à toute arme qui, inférieure en dimension aux épées celtiques, était pourvue d’une lame droite multifonctionnelle369. Ainsi, les Romains n’auraient pas intégralement importé ce type de lame, mais seulement son perfectionnement370. Un tel schéma s’accorde du reste mieux avec l’absence apparente de révolution dans les techniques de combat, comme avec le silence de Polybe sur une mutation matérielle brutale de cette ampleur371. Dès lors, le terminus ante quem de 200, fourni par Tite-Live, XXXI, 34, 4, qui obligeait à rechercher un moment adéquat pour l’adoption de la nouvelle arme au cours des campagnes des Scipions ne s’impose plus372. L’évolution a pu être graduelle et se prolonger jusqu’au cours des premières décennies du IIe siècle373.

  • 374 L’unanimité sur ce point est très nette chez les historiens, en dépit de variations de détail mine (...)
  • 375 P. Couissin, Les armes romaines, p. 235. Cet auteur est l’un des rares, du reste, à se montrer sce (...)
  • 376 De fait, il n’apparaît pas dans le dépôt de Šmihel : J. Horvat, « Roman Republican Weapons ». Pour (...)
  • 377 Frontin, Strat., II, 7, 5 ; Bell. Hisp., XVIII, 2.
  • 378 C’est l’opinion de G. Veith, « Die Römer », p. 410. Mais J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, (...)
  • 379 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 55.

95Ainsi, de tous les éléments de la panoplie romaine fréquemment dotés d’une origine ibérique, seul le poignard (pugio) peut être vraisemblablement considéré comme un emprunt direct à une tradition indigène. Il semble très probable en effet, si l’on en croit les trouvailles des camps de Numance, que les Romains aient copié à la fin du IIe siècle le poignard biglobulaire caractéristique de la Meseta depuis le milieu du IIIe siècle374. Les similitudes morphologiques entre les deux types, en particulier en ce qui concerne la poignée et l’armature métallique du fourreau, vont en tout cas dans ce sens. Il est possible que son adoption ait correspondu, après la modification de l’épée, au besoin de disposer parallèlement d’une arme plus courte375. Le fait que Polybe ne mentionne pas un tel élément dans sa description du livre VI paraît confirmer l’idée qu’il ne faisait pas régulièrement partie de la panoplie du légionnaire avant les guerres numantines376. Les autres sources ne sont cependant guère explicites : Frontin prête un pugio à Sertorius en 75 et un passage du Bellum Hispaniense atteste son emploi en 45 par un officier romain de la garnison pompéienne d’Ategua, parmi laquelle se trouvaient de nombreux soldats indigènes377. Peut-être cette arme était-elle surtout employée par les gradés378. D’une manière générale, le poignard resta toujours très secondaire dans l’équipement romain où il remplissait avant tout une fonction de prestige et d’apparat379. Il disparaît d’ailleurs à la fin du Ier siècle de notre ère. Par conséquent, le seul emprunt hispanique n’aura pas véritablement pesé sur l’évolution tactique et technique du combat romain, tandis que les éléments offensifs principaux (pilum et gladius) correspondaient quant à eux à une tradition romano-italique ancienne.

  • 380 Polybe, VI, 25, 11 : ἀγαθοὶ γάϱ, εἰ ϰαί τινες ἕτεϱοι, μεταλαβεῖν ἔθη ϰαὶ ζηλῶσαι τὸ βέλτιον ϰαὶ Ῥω (...)
  • 381 Tite-Live, XXXIX, 30, 6. Il s’agissait vraisemblablement d’une pratique courante, comme le montre (...)
  • 382 J. de Hoz, « Una probable inscripción latina en un casco de Pozo Moro », pp. 223-227. Comme l’aute (...)
  • 383 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 562. On ne peut écarter cependant l’hypothèse que ce cas (...)
  • 384 Plus de trois cents armes métalliques ont été retrouvées à Osuna. Mais leur identification est pro (...)

96Bien que les influences ibériques aient été importantes et réelles, ce qui concorde pleinement avec ce que Polybe rapporte d’une certaine perméabilité des habitudes romaines au cours des guerres de conquête380, elles n’ont donc pas entraîné de bouleversements dans l’équipement de l’exercitus républicain. Un processus aussi unilatéral serait d’ailleurs peu en accord avec la leçon des sources, allant davantage dans le sens d’un échange constant. Les armées indigènes récupéraient ainsi des pièces d’armement romaines à l’occasion des déroutes infligées aux légions : le cas est attesté par Tite-Live pour 185 où les Celtibères, ayant sévèrement défait les troupes des préteurs Calpurnius et Quinctius, se servirent des dépouilles des vaincus381. Les traces de ces mélanges sont bien évidemment impossibles à repérer. Aussi la révision récente d’une inscription gravée sur un casque de bronze trouvé dans une tombe sur le site de Pozo Moro, dans la région d’Albacete, présente-t-elle un intérêt tout particulier : au lieu d’un nom ibère (BEKALKAS), comme on le lisait jusqu’à présent, on a proposé de restituer un nom latin (MVLVS)382. Les caractéristiques typologiques du casque ainsi que sa destruction rituelle par trois coups d’épée suggèrent alors qu’il pourrait s’agir d’une prise de guerre383. Plus généralement, la similitude entre certaines armes offensives (gladius, pila) et défensives (scutum), utilisées dans chaque camp, explique la difficulté fréquente à identifier toujours avec certitude matériel romain et indigène, d’autant plus que les dépôts importants, comme celui d’Osuna, sont aussi les plus tardifs384.

COHORS ET HISPANIA : EXAMEN DE LA THÉORIE DE M. J. V. BELL

  • 385 Sur l’insertion de cette mesure dans les réformes mariennes, voir J. Marquardt, De l’organisation (...)
  • 386 Pour résoudre cette difficulté, certains ont proposé que les réformes de Marius aient pu seulement (...)
  • 387 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », pp. 404-422, spécialement p. 409  (...)
  • 388 Ibid., p. 413 : « Warfare in Spain presented certain strategic and tactical problems which the man (...)
  • 389 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 237, n. 47, se contente de mentionnerl’existence de ce (...)
  • 390 Les arguments présentés ici ont fait l’objet d’un article, dont les principales conclusions sont r (...)

97On considère en général qu’au tournant des IIe et Ier siècles, la structure de l’armée romaine subit une évolution importante, marquée par l’effacement de la légion manipulaire au profit d’une organisation en cohortes. Cette réforme a été traditionnellement attribuée à Marius et mise parfois en relation avec les nécessités liées aux campagnes menées contre les Cimbres et les Teutons385. Cette hypothèse d’une création marienne est cependant peu probable, car les sources n’ont gardé aucune trace explicite d’une telle initiative, en dépit des nombreux textes consacrés à l’action du fameux général, tandis que l’existence de la cohorte est attestée avant cette période386. Parmi les partisans d’une introduction plus graduelle de cette subdivision de la légion, M. J. V. Bell a cherché à montrer que la cohorte avait émergé en tant qu’unité tactique afin de répondre aux exigences nouvelles posées par certains théâtres d’opération à partir de la seconde guerre punique387. Dans ce processus, la péninsule Ibérique aurait selon lui joué le rôle déterminant, en raison des contraintes spécifiques impliquées par le déroulement de la guerre dans cette région388. Tout en ayant suscité des réactions divergentes, cette hypothèse est néanmoins rarement discutée389. Pourtant, elle se heurte à un certain nombre d’objections sur lesquelles nous allons revenir après avoir exposé plus en détail les arguments avancés en sa faveur par l’auteur390.

98L’existence d’un lien privilégié de l’Hispania avec le besoin d’une innovation tactique repose selon M. J. V. Bell sur un triple constat :

  1. — C’est dans le contexte des guerres en Espagne qu’apparaissent dans les sources les premières mentions assurées de la cohorte. Loin de n’en compter qu’une référence isolée pour 206 (Polybe, XI, 23, 1 et XI, 33, 1), la documentation en comprend d’autres, pour la plupart associées aux campagnes dans la péninsule Ibérique : M. J. V. Bell en relève seize chez Tite-Live, trois chez Frontin391. Il rejette l’idée, fréquemment avancée, que ces passages soient anachroniques, et défend leur fiabilité, en particulier pour Tite-Live, censé selon lui tirer l’essentiel de son information de Coelius. Il souligne en outre la cohérence de l’ensemble, sachant que les rares occurrences de la cohorte en dehors de l’Hispania ont en revanche des raisons d’être suspectées392. De même, la rigueur du vocabulaire employé par les auteurs grecs tardifs, comme Plutarque ou Appien, n’est pas suffisante à ses yeux. Ainsi, il oppose, pour la première moitié du IIe siècle, les témoignages concernant l’Extrême-Occident, mentionnant la cohorte, à ceux se rapportant à l’Orient, ne connaissant que le manipule393.
  2. — Ce déséquilibre de la documentation s’explique pour M. J. V. Bell par un contexte militaire particulier. La tactique indigène était pour lui spécifique : tantôt elle possédait la puissance de charges impétueuses, à l’image du cuneus celtibère dont l’efficacité de pénétration, supérieure à celle des Gaulois, était accrue par la qualité reconnue à l’armement de la Meseta394 ; tantôt elle prenait le visage de la dispersion propre à la guérilla395. Dans les deux cas, l’organisation manipulaire traditionnelle se révélait impropre396.
  3. — La polyvalence de la cohorte, adaptée à la fois à la concentration tactique et à la dispersion stratégique, représentait donc, pour cet auteur, la réponse à ce nouveau type de guerre397. Or, au cours du IIe siècle, celui-ci l’emporta progressivement sur l’affrontement plus traditionnel dans la plupart des conflits livrés par Rome autour de la Méditerranée (notamment en Numidie, en Ligurie et dans les Balkans). Le recours croissant à la solution tactique élaborée en Espagne finit donc par devenir prépondérant, peut-être dès la guerre contre Jugurtha où il est attesté sans ambiguïté par Salluste dès avant la prise de commandement de Marius398.
  • 399 De manière révélatrice, la page qu’il consacre à la définition de la guerre indigène (p. 410) s’ap (...)
  • 400 Végèce, III, 19 : Cuneus dicitur multitudo peditum quae iuncta acie primo angustior, deinde latior (...)
  • 401 Si l’on en croit Tite-Live, XXV, 34, 11, le coin, même pratiqué avec efficacité par les Celtibères (...)
  • 402 Ainsi, il oublie qu’au moment de la première mention de cette unité tactique par Polybe en 206 (XI (...)

99On le voit, ce raisonnement se fonde en particulier sur l’attribution à l’Hispania de spécificités guerrières dont nous venons de montrer les limites au cours de ce chapitre. Sans revenir sur la notion de guérilla, largement infondée, l’aspect que M. J. V. Bell prête à la guerre indigène est davantage le résultat d’une lecture superficielle de sources disparates que le reflet d’une véritable spécificité399. La supériorité décisive qu’il attribue ainsi à l’épée celtibère, sur la foi du témoignage de la Suda, est exagérée, dans la mesure où les Romains, on l’a vu, disposaient à l’époque d’un équipement largement similaire. Rien n’assure par ailleurs que la formation en cuneus privilégiait, comme il le croit, le combat à l’épée : au contraire, la définition qu’en donne Végèce du côté romain, l’associe d’abord à l’utilisation des armes de jet400. Surtout, dans les deux textes que cet auteur utilise pour décrire la tactique indigène (Tite-Live, XXXIX, 31, 3 et XL, 40, 2), aucune référence n’est faite à la cohorte alors que ces récits des combats pour les années 185et 182 sont particulièrement détaillés : si la manière de combattre des barbares, et notamment des Celtibères, avait contribué à requérir une nouvelle formule tactique, il est curieux que ces passages de Tite-Live n’en disent rien, alors même que M. J. V. Bell admet que la cohorte est utilisée à cette fin en Espagne dès les premières décennies de la seconde guerre punique401. En aucun cas, il n’est par conséquent possible de le suivre dans l’idée que la cohorte a constitué la réponse romaine aux particularités qu’il considère à tort être celles de la guerre indigène402.

  • 403 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 409 : « In a word, to the Roma (...)
  • 404 Polybe, XI, 23, 1.
  • 405 Néanmoins, I. Kertész, « The Roman Cohort Tactics — Problems of Development », p. 97, admet ces co (...)
  • 406 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 409. Son interprétation de Cés (...)
  • 407 En 211, Marcius augmenta ainsi les espaces entre les manipules pour permettre à l’ennemi encerclé (...)
  • 408 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 409, conclut à un front contin (...)
  • 409 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 149, pensait que les dix cohortes s (...)
  • 410 Alors que les manipules de triarii étaient armés différemment et comptaient moitié moins d’hommes (...)
  • 411 Cette double flexibilité, stratégique et tactique, est soulignée par tous les travaux. Il est curi (...)

100En outre, M. J. V. Bell s’appuie sur une définition discutable de la cohorte, trop schématiquement opposée au manipule sur le plan tactique403. Regroupant trois manipuli de chaque ligne (un de hastati, un de principes et un de triarii), la cohors marquait certes une volonté de constituer des unités de taille supérieure, puisque la légion entièrement organisée ainsi ne comptait plus que dix subdivisions au lieu de trente404. En revanche, les arguments de M. J. V. Bell, pour qui ces regroupements étaient destinés à constituer un front plus massif, uni et rectiligne, ne paraissent guère convaincants405. Notamment, il interprète abusivement l’expression manipulos laxare comme la preuve d’une plus grande concentration de l’organisation de l’armée en cohortes406. Or, selon toute vraisemblance, cette formule renvoie plutôt à l’élasticité des intervalles dont les généraux romains pouvaient faire varier l’ampleur en fonction des circonstances407. Rien ne permet de supposer que la disposition en cohorte avait entraîné la disparition de cette pratique. D’une manière générale, les différents textes allégués par M. J. V. Bell n’autorisent pas à rejeter la restitution traditionnelle privilégiant la flexibilité tactique de la cohorte408. Comme il a été souligné précédemment, le principe de la triplex acies est demeuré appliqué à la légion du Ier siècle formée en cohortes409. Mieux, l’uniformisation accrue entre chaque unité, tant sur le plan qualitatif que quantitatif, multipliait désormais les combinaisons envisageables410. Non seulement les cohortes, que leur taille supérieure rendait moins vulnérables que le manipule, étaient dès lors plus utilisables séparément, mais, désormais interchangeables, elles échappaient, sur le champ de bataille, à l’ancienne spécialisation tactique des trois lignes de la légion manipulaire411. Restreindre leur emploi à un retour à la rigidité de la phalange revient à se méprendre sur la signification profonde de cette évolution qui introduisait au contraire un degré de complexité supplémentaire. Plus que la réponse à un type précis de menace, la diffusion de la cohorte témoignait avant tout d’une diversification croissante des solutions tactiques à la disposition des légions.

  • 412 C’est son sens le plus fréquent chez Tite-Live, avec une quarantaine d’occurrences (par exemple : (...)
  • 413 Tite-Live, II, 11, 8 ; II, 20, 6 ; III, 5, 11 ; IX, 27, 9 ; Frontin, Strat., I, 6, 1 ; II, 12, 1 ; (...)
  • 414 On relève trente-deux mentions chez Tite-Live (dont XXI, 60, 4 ; XXII, 18, 2 ; XXXVII, 40, 7 ; XLI (...)
  • 415 C’est l’opinion majoritaire. Mais I. Kertész, « The Roman Cohort Tactics — Problems of Development (...)
  • 416 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 406.

101Peut-on accorder crédit à la concentration des mentions de la cohorte relevée par M. J. V. Bell dans les sources à propos de l’Espagne ? Ce vocabulaire soulève assurément certaines difficultés. En effet, le terme apparaît fréquemment dans les sources littéraires, où, ordinairement, il désigne explicitement les contingents de socii412. Il est plus rarement possible de l’associer aux légions romaines. Lorsqu’il est appliqué en ce sens pour les premiers siècles de la République, il est à juste titre suspect d’anachronisme413. En outre, le manque de rigueur des auteurs anciens les conduit également à appeler génériquement cohors différents types d’unité, y compris des formations barbares414. L’ambiguïté est surtout patente dans la littérature de langue grecque où σπεῖϱα traduit « manipule » chez Polybe, mais « cohorte » chez les auteurs d’époque impériale, comme Plutarque, Dion Cassius ou Denys d’Halicarnasse415. M. J. V. Bell a montré de façon convaincante qu’Appien utilise vraisemblablement, en fonction de ses sources, le terme dans ses deux acceptions, recourant à τάξις lorsqu’il évoque pour le IIe siècle une unité manifestement supérieure au manipule, mais inférieure à la légion416. Il existe donc une nette confusion terminologique dans nos sources au sujet de l’emploi du terme cohors : c’est d’ailleurs celle-ci qui a conduit l’historiographie à adopter depuis J. Marquardt une attitude hypercritique, notamment envers l’ensemble des mentions du texte livien : dans cette perspective, le caractère irréfutable du témoignage polybien pour la seconde guerre punique est considéré de préférence comme une exception, reflétant tout au plus l’usage de la cohorte comme un expédient temporaire.

  • 417 Ce texte est inclus dans le dossier sur la foi de la seule formule laxatis manipulis, puisque Bell (...)
  • 418 Frontin, Strat., IV, 1, 23. Cet exemplum est connu également par Valère-Maxime, II, 7, 10 et Velle (...)
  • 419 Tite-Live, XXVII, 32, 4 ; XXXI, 37, 5 ; XXXII, 24, 3 ; XXXIV, 28, 7. Aucune n’est citée par M. J. (...)
  • 420 Tite-Live, XXVIII, 19, 9. Voir également Tite-Live, XXVIII, 3, 14 ; XXXIV, 15, 16.
  • 421 Polybe, X, 15, 9 ; X, 35, 5 ; XI, 22, 10 ; XI, 23, 6. Cette contradiction est reconnue par M. J. V (...)
  • 422 De fait, le manipule n’est pas mieux attesté chez Tite-Live que la cohorte : sans compter la pénin (...)

102L’apport du travail de M. J. V. Bell fut de montrer que, dans le cas du dossier hispanique, cette suspicion globale est injustifiée. Sur ce point précis, il n’y a pas de raisons de remettre son constat en question. C’est plutôt la conclusion qu’il en tire qui apparaît excessive : en effet, il établit entre les mentions qu’il juge fiables et les guerres hispaniques une correspondance stricte, alors que celle-ci n’est pas totale, loin de là. Trois objections peuvent être faites. Premièrement, certains des seize textes retenus par lui doivent être écartés, faute d’éléments suffisamment solides. Ainsi, contrairement à ce que M. J. V. Bell avance, Frontin, Strat., II, 6, 2, ne fait aucune allusion incontestable à la cohorte417. De même, une anecdote récurrente relative à Q. Metellus Macedonicus en 143 se réfère à cinq cohortes, mais son contexte ne suffit pas à exclure qu’il puisse s’agir ici de socii418. Deuxièmement, Tite-Live ne réserve pas exclusivement les termes cohors romana ou cohors legionaria à la péninsule Ibérique. Quatre occurrences existent en effet, toutes relatives aux affaires de Grèce, soit le double du total relevé pour l’Hispania419. A priori, il n’y a pas davantage de raisons de rejeter ces quatre mentions plutôt que celles concernant les opérations en Espagne. Troisièmement, contrairement à ce que prétend M. J. V. Bell, le manipule apparaît dans la documentation relative à l’Hispania dans un contexte tactique : en particulier, nous en avons une trace pour 206, c’est-à-dire précisément l’année où l’existence de la cohorte est explicitement attestée par Polybe420. Chez l’historien grec, la référence au manipule demeure même prépondérante421. Tout indique par conséquent que cohorte et manipule coexistaient sans doute comme solutions tactiques dès la seconde guerre punique sur l’ensemble des théâtres d’opération422. Comment comprendre dès lors l’abondance inhabituelle des mentions de la cohorte en ce qui concerne l’Hispania ?

  • 423 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 405, se contente de citer A. K (...)
  • 424 Nul doute qu’il a tenu du lieutenant de Scipion de nombreux « petits faits vrais » concernant les (...)
  • 425 Le récit des opérations de 195 fait en effet état d’un vocabulaire rarement employé par ailleurs c (...)
  • 426 Cette hypothèse est la plus probable, selon la majorité des spécialistes : B. Janzer, Historische (...)
  • 427 Plutarque, Cato, XI ; Appien, Ib., 40. J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, p. 88 (...)

103Si l’on ne conserve strictement que les textes où la probabilité de formations tactiques légionnaires est la plus forte, il est possible de les répartir essentiellement en deux groupes : lorsqu’elles ne concernent pas la seconde guerre punique, elles se réfèrent toutes à la campagne de Caton en 195. Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure cette concentration ne dépend pas d’abord de la nature des sources utilisées par Polybe et Tite-Live à ces moments de leur récit423. On sait en effet que Polybe s’est appuyé sur une documentation importante, parmi laquelle les témoignages oraux des acteurs, en particulier celui de Laelius, ont tenu une part essentielle424. Quant au livre XXXIV de Tite-Live, consacré en grande partie à la campagne de Caton, il occupe une place particulière dans l’ensemble de l’œuvre : on y trouve en effet un foisonnement de détails et une précision inhabituelle dans les termes techniques425. Cette caractéristique s’explique sans doute par le fait que l’historien padouan a largement puisé dans le récit que le consul lui-même avait donné de sa campagne de Citérieure426. Il est d’ailleurs révélateur que les deux seuls passages d’Appien et de Plutarque pour lesquels M. J. V. Bell estime, de façon plausible, que le vocabulaire employé correspond peut-être à une description de cohorte pour le IIe siècle se rapportent précisément aux opérations de Caton autour d’Emporion427. Par conséquent, la mention particulière de la cohorte dans le contexte des guerres péninsulaires tient non à une disparité des pratiques tactiques entre les campagnes orientales et occidentales de l’armée romaine, mais plutôt au hasard de la documentation dont la précision inhabituelle éclaire un aspect ordinairement ignoré dans le détail par les sources.

  • 428 Cet argument a déjà été suggéré avec raison par E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Mari (...)

104En effet, il est frappant que l’ensemble des occurrences possibles de la cohorte légionnaire dans la péninsule Ibérique a trait à des manœuvres ponctuelles, effectuées au cours du combat, pour lesquelles la petite taille du manipule est inadaptée : mouvement tournant complexe (Polybe, XI, 23, 1 ; Tite-Live, XXVIII, 14, 17 ; Tite-Live, XXXIV, 14, 10), adaptation du dispositif de bataille au terrain (Tite-Live, XXVIII, 33, 12 ; Polybe, XI, 33, 1), réserve (Tite-Live, XXXIV, 15, 1 ; Appien, Ib., 40), détachement pour une embuscade (Tite-Live, XXV, 39, 1 ; Tite-Live, XXXIV, 20, 5), maintien d’un poste avancé (statio : Tite-Live, XXVII, 18, 10 ; Tite-Live, XXVIII, 13, 8) ou provocation de l’ennemi (Tite-Live, XXXIV, 14, 1 ; Tite-Live, XXXIV, 19, 9). Il semble également que des garnisons importantes aient été formées de plusieurs cohortes (Tite-Live, XXVIII, 23, 8 ; Tite-Live, XXVIII, 25, 15) et qu’une éventuelle division de l’armée en campagne se soit faite sur cette base (Tite-Live, XXXIV, 12, 6 ; Tite-Live, XXXIV, 19, 10 ; XXXIV, 20, 3). Cet emploi purement tactique de la cohorte explique pourquoi celle-ci est citée par Polybe à l’occasion de deux récits de bataille, mais non dans son livre VI qui décrit l’agmen et non l’acies, dont la présentation ultérieure, annoncée, est perdue428.

105La difficulté réside dans le fait que cette formation légionnaire temporaire coexistait avec une structure alliée permanente portant le même nom. Un fragment des Orationes de Caton illustre cette ambiguïté :

  • 429 ORF, Cato, frgt. 35 : interea unamquamque turmam manipulum cohortem temptabam quid facere possent  (...)

Pendant ce temps, je testais ce que pouvait faire chaque turme, manipule ou cohorte ; je regardais dans des escarmouches comment se comportait chacun ; si l’un montrait de la valeur, je le récompensais, afin d’encourager les autres à faire de même et je faisais abondamment son éloge dans mes harangues429.

  • 430 E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 19, n. 20, admet que la cohorte do (...)
  • 431 On aurait alors une trace de cet emploi en Tite-Live, XXXIV, 20, 3.
  • 432 En particulier, Tite-Live, XXXIV, 14, 1 et XXXIV, 14, 10 mentionnant les ordres donnés par Caton à (...)

106Le terme cohors renvoie-t-il ici à des troupes alliées ou bien à des légionnaires, comme on le pense généralement430 ? Le contexte implique que le consul de 195 évoque plutôt ses contingents de socii, car il faut comprendre la phrase comme une énumération des trois catégories principales de troupes dont disposait Caton : cavalerie (turma), infanterie légionnaire (manipulus), infanterie alliée (cohors). Malheureusement, ce fragment est le seul, attribuable à Caton, faisant explicitement allusion à la cohorte : que l’auteur y associe manifestement celle-ci aux socii n’interdit pas que, par ailleurs, il ait pu employer le terme dans un sens différent, mais peut-être en précisant cohortes romanae lorsqu’il s’agissait de la formation tactique légionnaire431. Il n’est pas impossible alors que le récit livien, peu attaché, on le sait, à la rigueur technique, n’ait pas toujours clairement marqué, ou compris, la différence432.

  • 433 Rappelons que les mentions indiscutables sont en effet rares. Les deux passages de Polybe pour 206 (...)

107Ces incertitudes compliquent l’analyse, mais il est tentant d’en conclure que l’apparition de la cohorte dans les textes relatifs à la période antérieure au Ier siècle ne peut être restreinte à une explication unique : l’anachronisme flagrant côtoie la référence aux alliés, sans exclure la mention d’une authentique formation tactique légionnaire. La cohérence interne aux sources ne doit pas être surestimée. D’un livre à l’autre, voire à l’intérieur d’un même livre, la présence et la signification du terme peuvent donc varier, selon le contexte, mais surtout en fonction de la documentation utilisée par l’auteur. Souvent interprétée comme le reflet de l’infériorité de la tradition annalistique, prédominante pour les affaires d’Occident, la concentration des mentions d’une cohorte pré-marienne pour l’Hispania pourrait au contraire tenir au recours, très ponctuel et très inégal cependant, à une information de première main plus précise que d’ordinaire433.

  • 434 Voir à ce sujet les remarques de B. Isaac, « Hierarchy and Command-Structure in the Roman Army », (...)
  • 435 L’idée d’A. Schulten, Numantia III, pp. 135 et 206, selon laquelle les sites de Castillejo et de P (...)
  • 436 Salluste, Bell. Jug., 49, 6 et 51, 3. M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Arm (...)
  • 437 Polybe, XI, 23, 1, se rapporte à 206, mais sa rédaction date du milieu du IIe siècle et l’expressi (...)
  • 438 En ce sens, le passage définitif de la légion manipulaire à la légion formée en cohortes n’a rien (...)

108Loin de caractériser particulièrement les guerres en Espagne, l’emploi tactique de la cohorte a sans doute coexisté, au moins dès la seconde guerre punique, avec celui du manipule qui restait toutefois, avec la centurie, la seule subdivision officielle de la légion434. Contrairement à ce qui est parfois avancé, le témoignage de l’archéologie ne permet d’ailleurs pas de parvenir à une autre conclusion435. Cette coexistence du manipule et de la cohorte, dans leur emploi tactique, n’affleure toutefois que de manière très marginale dans les sources, notamment à l’occasion de certains récits davantage empreints du détail concret des opérations militaires. Ce n’est pas un hasard si l’emploi simultané de ces deux types de formations est le mieux attesté chez Salluste pour l’extrême fin du IIe siècle. Le Bellum Iugurthinum confirme ainsi qu’avant 107, la légion manipulaire de Metellus, attaquée par Jugurtha près du fleuve Muthul, pouvait changer son ordre de bataille, selon les besoins et en dépit de la confusion, grâce à la cohorte436. Même si ce type de conversion tactique a pu devenir courant seulement à cette époque, nul doute qu’il résultait d’un processus éprouvé437. La formation en cohorte, en Hispania comme ailleurs, répondait au fond à un souci constant d’exploiter au maximum, en la renforçant tant du point de vue stratégique que tactique, la capacité manouvrière de l’exercitus républicain dont l’expérience avait montré qu’elle constituait son atout principal, aussi bien face aux armées hellénistiques que barbares438.

L’EMPLOI TACTIQUE DES TROUPES AUXILIAIRES

  • 439 Sur la question des modalités de recrutement et de l’intégration de ces troupes au sein de l’armée (...)
  • 440 J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano, pp. 26-28 et surtout p. 35 : « Creemos que tod (...)
  • 441 M. P. García-Gelabert Pérez, « El armamento y las tropas auxiliares hispanas en los ejércitos roma (...)
  • 442 Voir J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 105 ; G. Veith, « Die Römer », (...)

109Dans la péninsule Ibérique, l’utilisation d’auxilia indigènes par les armées romaines est bien attestée dès la seconde guerre punique et s’est poursuivie sans interruption jusqu’au milieu du Ier siècle439. D’un point de vue tactique, on estime que cette pratique systématique trahissait la nécessité pour Rome de disposer de troupes accoutumées à un style de guerre très éloigné de celui des légions et par conséquent susceptibles de leur permettre d’y faire face efficacement440. En somme, les auxiliaires hispaniques auraient profondément contribué à ajuster la guerre romaine aux besoins de la conquête441. Le rôle décisif joué par les légions dans l’ensemble des affrontements livrés sur le sol ibérique comme la régularité des effectifs venus d’Italie invitent cependant à nuancer fortement cette idée. Celle-ci provient en effet d’une conviction selon laquelle les auxilia, notamment sous la République tardive, servaient à compenser les déficiences structurelles de l’armée romaine dans certaines catégories de troupes, comme la cavalerie ou les spécialistes des armes de jet442. Il s’agit par conséquent de vérifier si ce constat de portée générale peut être appliqué à la péninsule Ibérique.

  • 443 Voir le rappel sur cette question dans Chr. Hamdoune, Les auxilia externa africains des armées rom (...)
  • 444 Sur ce principe, voir infra, pp. 669-672.
  • 445 Frontin, IV, 7, 27 ; Végèce, I, 15.
  • 446 Appien, Ib., 84.
  • 447 Salluste, Bell. Jug., VII, 2 : Jugurtha est envoyé à Scipion par son oncle cum equitum atque pedit (...)
  • 448 AE, 1996, 900 ; J. González, « P. Cornelius Scipio Aemilianus et Aetoli », pp. 143-157, et notamme (...)
  • 449 Valère-Maxime, IX, 3, 7. Il défendit aussi de donner à manger aux éléphants.

110À l’origine, le type de soldat fourni à Rome par ses levées auxiliaires n’a rien, semble-t-il, d’un soldat spécialisé. Rappelons que les socii italiens dont la similitude avec les légions a été soulignée précédemment, proviennent de telles levées, si bien qu’il a été nécessaire au IIe siècle de distinguer les troupes extra-italiques comme auxilia externa443. Par conséquent, l’habitude d’adjoindre des contingents non romains aux légions exprimait moins un besoin tactique qu’un principe d’hégémonie, en vertu duquel les nations soumises ou alliées à Rome étaient tenues de contribuer à son effort de guerre444. Les spécialisations techniques qui ont si vivement frappé l’esprit des modernes (archers crétois, frondeurs baléares, lanceurs de javelots numides) ne formaient qu’un aspect bien particulier d’un ensemble plus vaste. De ce point de vue, il est frappant de constater que les sources associent rarement les indigènes combattant dans la Péninsule aux côtés des armées romaines à ce type de corps spécialisés. En 134/133, Scipion Émilien est réputé avoir réparti des archers et des frondeurs à l’intérieur de ses centuries pour conférer une efficacité supérieure à son armée face aux Numantins445. Toutefois, l’identité de ces sagittarios et funditores n’est pas claire. La composition des troupes de Scipion était en effet très hétérogène446. On estime le total de ses forces auxiliaires aux deux tiers de son effectif, mais elles comprenaient de nombreux contingents extra-péninsulaires et notamment des archers ainsi que des frondeurs numides envoyés par Micipsa, avec la famille duquel les Cornelii Scipiones entretenaient d’étroites relations depuis la seconde guerre punique447. La découverte, sur le site du siège, il y a une dizaine d’années, d’une balle de fronde épigraphe portant la mention AITΩΛΩN suggère que, parmi les troupes envoyées à Scipion par des rois et des cités clients, figuraient également des frondeurs étoliens, très réputés dans le monde grec448. Nulle part en revanche, il n’est fait explicitement allusion à des frondeurs indigènes. On sait par ailleurs qu’en 142, Q. Metellus, combattant en Citérieure, disposait d’archers crétois dont il fit briser les arcs et les flèches afin de nuire à son successeur, Q. Pompeius449. Si cet épisode est authentique, il tend certes à confirmer l’utilité de ces troupes face aux Celtibères, mais il suggère aussi la difficulté de les remplacer, en Péninsule même, par des éléments aussi qualifiés.

  • 450 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 463-466. Arcs et flèches sont bien documentés en pénins (...)
  • 451 Ibid., pp. 467-475 et 603. F. Quesada défend l’idée d’une dévalorisation de l’arc dans la culture (...)
  • 452 César, BC, I, 83, 2, qui les associe à des frondeurs. En revanche, décrivant l’ordre de bataille d (...)
  • 453 César, BC, I, 51, 1. Attaqués par toute la cavalerie puis par les trois légions d’Afranius alors q (...)

111En effet, en ce qui concerne les archers, rappelons que les pointes de flèches et les projectiles de fronde sont quasi-absents du matériel retrouvé dans les tombes ibères pour l’époque pré-romaine450. Cela ne signifie pas que l’usage de l’arc était inconnu, mais seulement que cette arme ne constituait pas un accessoire privilégié de la panoplie guerrière à l’époque qui nous occupe451. De fait, chaque fois que des archers apparaissent dans le contexte des campagnes en Hispania, ils semblent être pour la plupart étrangers à la Péninsule. C’est toujours le cas en 49, lorsque César en mentionne dans ses rangs lors de l’ultime déploiement de troupes avant la capitulation des Pompéiens452. Bien qu’il ne donne à cette occasion aucune précision d’ordre ethnique, on sait que les renforts parvenus jusqu’à lui lors de la crue du Sicoris comptaient de nombreux archers rutènes453.

  • 454 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 475-480. Il souligne de manière intéressante que seul S (...)
  • 455 Tite-Live, XXVII, 18. Rappelons que les Baléares sont à cette époque dans l’aire d’influence puniq (...)
  • 456 Dès son arrivée, Scipion comptait déjà sur une importante participation indigène (Tite-Live, XXVI, (...)

112Il semble que l’origine des frondeurs dont les sources permettent parfois de saisir la présence dans l’armée romaine, ne soit pas davantage autochtone et que le recours de Scipion aux Numides et aux Étoliens en 134 ne fasse pas figure d’exception. Le cas célèbre des Baléares a masqué l’absence de réelle diffusion de cette catégorie de soldats dans le reste du monde ibérique454. Il est assez révélateur qu’en 207, lors de la bataille de Baecula, les frondeurs baléares n’apparaissent que du côté carthaginois455. Nous savons pourtant que l’armée de Scipion ne manquait pas d’auxiliaires456. Or le récit de Tite-Live montre que, pour déloger les troupes légères de l’éminence où Hasdrubal les avait placées, le général romain envoya l’infanterie lourde, sans qu’aucune allusion ne soit faite à des frondeurs indigènes : face à la grêle de traits et de pierres s’abattant sur eux, les légionnaires répliquèrent en lançant les cailloux ramassés à leurs pieds :

  • 457 Tite-Live, XXVII, 18, 11-12 : deinde sub ictum uenerunt, telorum primo omnis generis uis ingens ef (...)

Puis, lorsqu’ils furent à portée de traits, une énorme quantité de projectiles de toute sorte s’abattit d’abord sur eux ; de leur côté, en retour, ils [les Romains] jetaient les pierres qu’on trouve çà et là sur le sol, presque toutes faciles à lancer, et pas seulement par les soldats, mais aussi la foule de valets d’armes mêlée aux militaires (trad. P. Jal, CUF)457.

  • 458 La fronde peut porter efficacement jusqu’à cinq cents mètres ; il est peu probable toutefois que l (...)
  • 459 Végèce, I, 16, recommande ainsi d’exercer les nouveaux soldats à l’usage de cette arme. Bien qu’il (...)
  • 460 M. García Garrido et L. Lalana, « Algunos glandes de plomo con inscripciones latinas y púnicas hal (...)
  • 461 En 216, Hiéron envoie des frondeurs siciliens aux Romains (Tite-Live, XXII, 37, 8) ; Gaius Mamiliu (...)

113Bien que le passage suggère une certaine improvisation en la matière, il est difficile de penser que les Romains projetaient leurs saxa à la main, sachant qu’ils étaient eux-mêmes atteints par des projectiles dont l’efficacité est attestée sur de grandes distances458. Il est donc possible que l’usage de la fronde n’ait pas été, dès cette époque, étranger aux légionnaires eux-mêmes459. Deux balles de plomb trouvées à El Gandul, dans la région de Séville, et peut-être datable de cette période, portent ainsi la marque L. XIII/Q460. En outre, les sources ne permettent pas de penser que les Romains ont, à la suite des Carthaginois, régulièrement employé des frondeurs baléares avant la conquête de ces îles en 123461. Toutefois, le recours attesté à des funditores siciliens, numides, crétois ou étoliens suffit à assurer que l’emploi ponctuel de la fronde par l’infanterie lourde des légions ne dispensait pas l’armée romaine de faire appel à des corps de spécialistes et souligne l’importance accordée d’une manière générale par Rome à la petite artillerie.

  • 462 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 474-475. En revanche P. Moret, Les fortifications ibéri (...)
  • 463 Pour Numance : A. Schulten, Numantia III, p. 165 (flèches) et pp. 215 et 252 (balles de fronde) ; (...)
  • 464 La Caridad : J. D. Vicente et alii, « La catapulta tardo-republicana y otro equipamiento militar d (...)
  • 465 Un catalogue assez complet de ces exemplaires inscrits a été proposé dernièrement par B. Díaz Ariñ (...)
  • 466 Les balles trouvées à Aranguen en Navarre portent ainsi la mention Q. SERT PRO COS/PIETAS (F. Belt (...)
  • 467 AE, 1997, 825 ; A. Engel et P. Paris, « Une forteresse ibérique à Osuna », pp. 443-452 ; P. Le Rou (...)
  • 468 Initialement publié par M. García Garrido et L. Lalana, « Algunos glandes de plomo con inscripcion (...)
  • 469 A. Guerra, « Acerca dos projécteis para funda da Lomba do Canho », p. 165 ; J. I. Royo Guillén, «  (...)
  • 470 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 480, n. 1, suggère en outre que l’appellation Baliares a (...)
  • 471 Chr. Hamdoune, Les auxilia externa africains des armées romaines, pp. 66-69.

114Ainsi, lorsqu’elles apparaissent en grand nombre sur les sites archéologiques, les balles de fronde retrouvées en péninsule Ibérique, tout comme les pointes de flèches, appartiennent le plus souvent à des contextes clairement romains462. C’est le cas sur les sites numantins et emporitains, pour la seconde moitié du IIe siècle463. Les trouvailles les plus importantes sont des dépôts encore plus tardifs, d’époque sertorienne, comme La Caridad, Cáceres el Viejo ou Azuaga464. Les balles en plomb (glandes plumbeae) du Ier siècle portent fréquemment des inscriptions qui les inscrivent dans un horizon nettement romain465. C’est notamment le cas de celles qui reflètent une revendication sertorienne de légitimité politique466. Les sites de la guerre civile entre César et Pompée ont livré des témoignages similaires, en particulier à Osuna, où des balles épigraphes mentionnent CN MAG IMP, et surtout la région du Cerro de las Balas (Séville), à proximité du lieu supposé de la bataille de Munda, d’où proviennent probablement la cinquantaine de glandes inscrites achetées en 1999 ou 2000 par un collectionneur allemand et publiées seulement dernièrement467. Trouvé dans la province de Jaén, un exemplaire fait peut-être, inversement, allusion à l’adversaire468. D’une manière générale, nombreux sont les sites tardo-républicains offrant des projectiles identifiables comme des productions romaines469. Par conséquent, en ce qui concerne les archers et les frondeurs présents dans les légions d’Hispania, rien ne permet d’affirmer que Rome exploita particulièrement une tradition hispanique. En dehors des Baléares dont le recrutement se systématisa à la fin du IIe siècle, la contribution des auxilia ibériques au développement de ces corps spécialisés fut sans doute fort limitée470. Rien de comparable donc, pour la péninsule Ibérique, à ce que l’on constate pour les auxiliaires africains qui, outre la cavalerie, fournissaient des spécialistes du combat aux armes de jet légères dès l’époque de la seconde guerre punique471.

  • 472 Polybe, XI, 20 ; César, BC, I, 38, 3. La distinction equites/ auxilia se retrouve tout au long du (...)
  • 473 C’est le cas lors des jours précédant la bataille d’Ilipa : le stratagème de Scipion reposait préc (...)
  • 474 Tite-Live, XL, 40, 1.
  • 475 Tite-Live, XXVIII, 16.
  • 476 Tite-Live, XXVIII, 14 et XXVIII, 15.
  • 477 C’est l’avis de F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 657.
  • 478 Rappelons que cette division n’implique pas par elle-même des contrastes trop marqués dans l’équip (...)

115L’image que les sources nous livrent des auxilia ibériques est moins éloquente. Peu précise, elle montre que les Romains intégraient à leur dispositif de bataille aussi bien des fantassins que des cavaliers indigènes : explicitement attesté par Polybe pour 206, ce type de recrutement demeure en vigueur à la veille de la guerre civile de 49, au cours de laquelle les légats pompéiens procédèrent à des levées de ces deux catégories de troupes472. Le registre tactique des fantassins n’apparaît toutefois pas clairement. Ces contingents d’infanterie indigène étaient généralement placés sur les flancs, de part et d’autre des socii473. Pour cette raison, on peut penser qu’ils ne consistaient pas seulement en voltigeurs. Ainsi, lors de la bataille d’Ilipa, Scipion inversa son dispositif et plaça ses troupes ibériques au centre, face à l’infanterie lourde carthaginoise. Bien que l’intention du général romain n’ait jamais été de laisser ces auxilia engager le combat, puisqu’il leur imposa d’avancer au ralenti afin de vaincre d’abord sur les ailes, il est évident que leur maintien en formation suffisait, par la menace qu’il faisait peser, à fixer les lignes centrales adverses. La réussite d’un tel plan exclut par conséquent que ces troupes fussent inadaptées à la bataille rangée. De même, en 180, les auxilia externa de Fulvius Flaccus peinèrent à tenir leurs positions lors de l’attaque celtibère au Saltus Manlianus, mais leur pleine intégration à l’acies ne fait aucun doute474. Cet épisode confirme toutefois que l’infanterie correspondant manifestement à la composante lourde des armées indigènes était cependant loin de posséder un équipement aussi cuirassé que celui des légions. Par ailleurs, la poursuite des Carthaginois vaincus après Ilipa fut le fait de la cavalerie, des uelites mais aussi d’une partie de l’infanterie auxiliaire475. Il est tentant de penser qu’il s’agissait cette fois de fantassins légers, puisque cette fonction était réservée ordinairement à de telles troupes. Comme Tite-Live distingue à deux reprises les uelites des leuis armaturae, cette dernière catégorie devait compter, outre les transfuges africains, des auxilia ibériques476. Sans rejeter l’idée d’un fantassin hispanique mixte, susceptible aussi bien de combattre en formation serrée que d’occuper le poste des uelites477, une véritable division en trois catégories (infanterie lourde, infanterie légère, cavalerie) correspond bien à l’état des traditions indigènes constaté pour la fin du IIIe siècle478.

  • 479 En 218, Gn. Scipion recruta ualidae aliquot auxiliorum cohortes (Tite-Live, XXI, 60, 4). L’express (...)
  • 480 César, BC, I, 39, 1 : scutatae citerioris prouinciae et caetratae ulterioris Hispaniae cohortes LX (...)
  • 481 A. Schulten, FHA, V, p. 35 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 80 ; D. B. Saddington, Th (...)
  • 482 On en voit en général l’illustration sur les reliefs trouvés en 1903 à Osuna, où les deux bouclier (...)

116Il faut reconnaître néanmoins que la documentation n’est guère explicite. Elle suggère en tout cas que les Romains faisaient appel à des contingents auxiliaires moins différents des troupes romaines qu’on ne l’admet parfois479. De ce point de vue, la composition des auxiliaires pompéiens de 49 se place dans une continuité indéniable par rapport aux débuts de la conquête. César rapporte en effet que les levées d’infanterie d’Afranius et de Petreius se divisaient en deux catégories : les scutati et les caetrati480. Ces dénominations, mises en relation avec deux types différents de bouclier, ont été interprétées comme l’indice d’une distinction entre infanterie lourde et légère : le scutum, grand bouclier ovale similaire à celui des légions, caractériserait la première ; la caetra, bouclier rond de taille inférieure, la seconde481. Cette hypothèse a été d’autant mieux acceptée que César attribue les scutati à la Citérieure et les caetrati à l’Ultérieure482. Plusieurs éléments semblent cependant indiquer que scutati et caetrati formaient en réalité deux types d’infanterie lourde distingués uniquement par leur armement.

117En premier lieu, leur répartition géographique n’est pas stricte, puisque le texte mentionne ensuite des caetrati de Citérieure en compagnie de leuis armaturae lusitaniens :

  • 483 César, BC, I, 48, 7 : hos leuis armaturae Lusitani peritique earum regionum caetrati citerioris Hi (...)

… Ils étaient sans cesse harcelés par les Lusitaniens légèrement armés et des caetrati de Citérieure bons connaisseurs du pays (trad. P. Fabre)483.

118Cette association renforce à première vue l’hypothèse de la classification des caetrati parmi les troupes légères. Cependant, on peut alors se demander pourquoi le texte ne fait pas également des Lusitaniens des caetrati et prend soin de les désigner autrement. On notera que la structure de la phrase met en parallèle Lusitani et caetrati, chacun étant défini par une qualité distincte : leuis armaturae pour les premiers, periti earum regionum pour les seconds. Cela signifie que les caetrati ne sont pas des fantassins légers et que les Lusitani n’appartiennent pas aux caetratae ulterioris Hispaniae cohortes évoqués par BC, I, 39, 1, ce qui expliquerait pourquoi ils ne sont pas appelés ainsi à ce moment du récit.

  • 484 De Frontin, Strat., II, 5, 31, relatif à la bataille de Lauro en 77, on déduira que les scutati co (...)
  • 485 César, BC, I, 55, 1-2 ; I, 70, 4 ; I, 73, 3 ; I, 75, 2 ; I, 83. J. Harmand, L’armée et le soldat à (...)
  • 486 Contrairement à ce que pense F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 526.
  • 487 César, BC, I, 55, 1.
  • 488 César, BC, I, 55, 2.
  • 489 César, BC, I, 70, 4.
  • 490 César, BC, I, 55, 1, précise en effet que les fourrageurs pompéiens avaient été attaqués par une g (...)
  • 491 César ajoute d’ailleurs que le reste de l’armée pompéienne n’avait pu venir en aide aux cohortes d (...)
  • 492 On a vu que la cohorte détruite au premier engagement payait ainsi d’avoir contrevenu à cette habi (...)
  • 493 Sur la garde de Petreieus, César, BC, I, 75, 2 : praetoria cohorte caetratorum ; sur la ligne de r (...)
  • 494 C’est ainsi qu’il faut comprendre la curieuse mention caetrati auxiliaresque (César, BC, I, 78, 2) (...)

119De manière intéressante, seuls les caetrati (sans précision d’origine géographique) sont ensuite mentionnés dans le reste du récit de la campagne d’Ilerda : les scutati disparaissent définitivement, peut-être parce que trop semblables aux forces romaines484. Or, contrairement à ce que prétend J. Harmand notamment, les interventions des caetrati ne ressemblent alors en rien à celle des anciens uelites485. Leur insuccès répété contre la cavalerie césarienne n’est pas un argument suffisant pour le prouver486. La première fois, il est bien précisé que leur assaut est déjoué par une manœuvre savante (scienter) de dispersion de la cavalerie dont seule une partie les affronta tandis que l’autre s’occupait du butin pris aux fourrageurs pompéiens487. La destruction de l’une des cohortes intervint seulement parce que celle-ci avait quitté imprudemment la ligne de bataille (quae temere ante ceteras extra aciem procurrerat)488. Séparée du gros des troupes, elle fut encerclée et massacrée. La seconde défaite présente un contexte similaire : envoyées par Afranius, pressé par l’ennemi, occuper une hauteur, quatre cohortes sont interceptées par la cavalerie de César et anéanties après avoir été encerclées (circumuenti)489. Dans les deux cas, il s’agit donc d’un petit nombre de cohortes surclassé par des forces importantes de cavalerie ennemie490. Or, on sait que même l’infanterie lourde de la phalange ou celle de la légion ne pouvaient résister à un débordement de leur flanc par la cavalerie adverse et encore moins à un encerclement491. Ces passages ne prouvent donc pas que les caetrati formaient une infanterie légère : au contraire, ils sont toujours décrits combattant en ordre serré492. Enfin, outre le fait que l’une d’entre elles composait la garde personnelle de Petreius, signe de la haute estime de leur valeur, il faut noter que les cohortes auxiliaires auxquelles elles appartenaient formaient la ligne de réserve dans le dispositif choisi par Afranius immédiatement avant la reddition, c’est-à-dire un poste peu adapté à une infanterie légère493. Aux côtés des scutati, les caetrati formaient ainsi l’infanterie lourde des forces auxiliaires et suggèrent que celle-ci tenait une place qui n’était pas négligeable494.

  • 495 Le cas le plus évident est celui de 185 où Calpurnius et Quinctius font appel aux alliés indigènes (...)
  • 496 Polybe, XI, 20, 7.
  • 497 En 195, Caton, accompagné de seulement sept cohortes, recruta de nombreux auxiliaires (Tite-Live, (...)

120Peut-être le désintérêt des auteurs anciens pour ces auxilia ibériques reflète t-il en partie, précisément, cette banalité de leur emploi, similaire à celui des socii avant la Guerre sociale. Souvent, les auxiliaires n’apparaissent pas dans le détail des récits de bataille, alors que leur présence est sous-entendue et que les chiffres de leurs pertes sont parfois donnés495. L’appel aux auxiliaires permettait d’abord aux légions de ne pas se trouver en état d’infériorité numérique face à l’adversaire. Le fait ressort clairement des hésitations de Scipion avant Ilipa496. Il est sensible également tout au long de la période où les mentions de levées d’auxiliaires interviennent, la plupart du temps, soit dans une situation initiale de déséquilibre, soit dans un contexte de revers, pour compenser les pertes romaines497. L’absence de spécialisation marquée des auxilia ibériques ne signifie pas néanmoins que leur fonction tactique dans le dispositif de bataille se trouvait entièrement dépourvue de spécificité : elle différait assurément de celle de la légion, ne serait-ce que par la place qui était affectée à ces troupes dans l’acies, à l’extrémité des ailes. Leur tradition en matière de bataille rangée diversifiait sans doute également les combinaisons tactiques à la disposition des généraux romains.

  • 498 On considère en général que les conséquences de la Guerre sociale ont accru les besoins de Rome en (...)
  • 499 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 604 et 613-618. Selon lui, les auxiliaires indigènes du (...)
  • 500 Pour lui, l’association des auxilia à la légion en Hispania depuis la seconde guerre punique et su (...)
  • 501 Salluste, Bell. Jug., XLVI, 7, est considéré comme l’ultime mention des uelites. M. J. V. Bell, «  (...)
  • 502 M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 424, a ainsi très justement appelé à la prudence : l’ (...)

121Il est difficile d’aller plus loin. Certains estiment que, progressivement, Rome modifia sa demande en catégorie de troupes pour l’adapter aux évolutions de ses propres forces et notamment à l’intégration des socii aux légions, après la Guerre sociale, qui réorienta peut-être l’élément italique vers l’infanterie lourde498. En contrepartie, selon F. Quesada, Rome privilégia alors de façon croissante l’infanterie légère indigène ou bien une version allégée de son infanterie lourde, ce que suggère à ses yeux la transformation de la panoplie ibérique constatée pour la fin de notre période499. Cet auteur estime ainsi que la tradition guerrière indigène se transforma durablement sous l’influence de Rome500. Un tel point de vue ne manque pas d’intérêt. Toutefois, le déclin de l’infanterie légère romaine à partir de la fin du IIe siècle n’a rien d’une certitude puisque la disparition des uelites après la guerre de Jugurtha n’est même pas assurée501. Les armées romaines du Ier siècle accordaient, on le sait, une grande importance à leurs troupes légères et, malgré le silence de la documentation, on ne saurait affirmer que la composante italienne des légions ne fournissait plus aucun contingent de ce type à cette époque502. Inversement, les réserves émises précédemment sur l’interprétation des caetrati de la guerre civile invitent à nuancer l’uniformisation tactique des Hispani au Ier siècle dans le sens d’un effacement total de l’infanterie lourde.

  • 503 Sur l’importance attribuée à la cavalerie auxiliaire : J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército (...)
  • 504 Appien, Ib., 47 (Nobilior) et 48 (Lucullus). Dans ce second cas, le général romain réclame cent ca (...)
  • 505 Appien, BC, I, 89 ; César, BC, III, 22, 3 ; Bell. Afr., XXXIX.
  • 506 Bell. Hisp., II, 2, évoque l’equitatus qui ex prouincia fuisset, censé servir d’escorte à César à (...)

122De même, l’accent mis sur la cavalerie indigène dans le recrutement des auxilia ne semble pas non plus se renforcer au cours de la conquête503. Appien mentionne bien deux levées exclusives de cavaliers, notamment celtibères, à l’occasion des opérations dans la Meseta dans la seconde moitié du IIe siècle, mais l’une d’elle ne semble pas répondre à un besoin avant tout militaire : le choix privilégié d’equites traduisait aussi l’attention portée par Rome aux élites indigènes dont il s’agissait de reconnaître la position ou de garantir la fidélité504. Sur le plan tactique, une évolution n’apparaît donc pas très nettement, d’autant plus que les sources attestent l’emploi de cavaliers hispaniques hors de la Péninsule au moment des guerres civiles, mais ne permettent pas de penser qu’il fut aussi généralisé et privilégié que celui de troupes montées issues d’autres régions de l’Empire, notamment de la Numidie et de la Gaule505. De ce point de vue, il est intéressant de remarquer qu’en 45, les levées de cavaliers hispaniques, pourtant mentionnées dès le début de la campagne, ne représentaient pas l’unique ressource du parti césarien, ni même peut-être la plus importante, puisque des escadrons envoyés d’Italie sont mentionnés à deux reprises506. Il ne s’agit pas de nier la valeur reconnue à l’époque aux cavaliers péninsulaires ni l’ampleur de leur recrutement, mais d’observer que, pas plus que dans le cas des archers et des frondeurs, il n’est possible de conclure, même à l’époque des guerres civiles, à une spécialisation incontestable des auxilia ibériques dans la cavalerie.

***

123Sans minimiser les difficultés représentées par les campagnes menées dans la péninsule Ibérique au cours de notre période, il faut reconnaître qu’elles ne tenaient pas à l’implication des légions dans une série de confrontations dont les règles principales et le déroulement ordinaire auraient échappé au cadre familier des guerres de type méditerranéen dont les armées romaines avaient l’habitude. Comme sur d’autres théâtres d’opérations, la bataille rangée demeurait l’élément central des combats qui mettaient aux prises des forces importantes, selon des principes communs. Succès et échecs s’expliquent donc d’abord par les contingences propres à cette forme de combat : compétence du commandement, faveur des circonstances, moral des troupes. De ce point de vue, Rome disposait d’atouts incontestables, dans la mesure où son organisation tactique élaborée comme la qualité de son équipement, notamment défensif, contribuaient à accroître la confiance et l’efficacité de ses légions dans ce genre d’affrontement. Les limites propres aux infrastructures politiques et matérielles des sociétés indigènes conféraient à celles-ci une moindre capacité à développer efficacement des solutions tactiques et stratégiques alternatives, comme la guérilla. Cette situation a donc fait de la supériorité romaine dans la bataille rangée un élément décisif dans la soumission des différents peuples de la Péninsule. Malgré leur maîtrise redoutable du combat en formation, ces derniers ne pouvaient en effet rivaliser totalement avec les légions dont la capacité manouvrière et la puissance constante de mobilisation étaient plus élevées. Par conséquent, bien que, sur deux siècles de présence militaire en Hispania, les armées romaines aient connu un certain nombre d’évolutions dans leur organisation et leur équipement, il convient de ne pas accorder aux traditions péninsulaires une influence trop profonde en la matière. L’exemple de l’aventure sertorienne souligne, au contraire, l’originalité des conceptions romaines et leurs répercussions sur un milieu indigène en pleine transformation.

Notes

1 A. Schulten, Numantia I, p. 201 ; Id., « Viriato », p. 149 ; A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », p. 547 ; A. Balil, « Un factor difusor de la romanización », p. 118 ; M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 411 ; A. Bruhn de Hoffmayer, Arms and Armour in Spain, t. I, p. 24 ; J. M. Gárate Córdoba, Historia del ejército español, t. I, pp. 48, 63-66 et 74-76 ; J. J. Sayas Abengochea, « Los vascones y el ejército romano », pp. 93-120 ; M. P. García-Gelabert Pérez, « Estudio del armamento prerromano en la Península Ibérica », pp. 70-71 ; P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 48 ; M. Almagro-Gorbea, « Guerra y sociedad en la Hispania céltica », pp. 209-210 ; R. Treviño, « Rome’s Enemies. Spanish Armies », p. 103 ; J. Alvar Ezquerra, « La syntaxis militar ibérica », p. 59 ; M. Pastor Muñoz, Viriato, pp. 66-72.

2 A. Schulten, « Viriato », p. 275 ; A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », pp. 586-588. La bibliographie ultérieure ne fait souvent que reprendre les conclusions de ces deux auteurs.

3 Sur la mobilité des troupes indigènes : Tite-Live, XXI, 57, 5 ; XXII, 18, 12 ; XXVIII, 2, 7 ; XXXV, 7, 6 ; Appien, Ib., 62 et 67 ; Plutarque, Sert., XIV ; Fab. Max., VII ; Frontin, Strat., II, 5, 31. Voir aussi infra, p. 193.

4 A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », p. 588, contourne l’objection en considérant que les auteurs grecs se focalisent sur les Lusitaniens dans la mesure où « fueron los más destacados en esta manera de guerrear », mais que les traits essentiels de leur technique de combat se retrouvent dans le reste de la Péninsule ; même généralisation dans A. Schulten, Numantia I, p. 201, et « Viriato », p. 149 ; pour sa part, P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 136-137, prend soin de restituer les informations données par ces textes dans leur contexte géographique, sans remettre toutefois en cause leurvalidité pour l’analyse de la guerre ibère et celtibère.

5 Diodore, V, 34, 6-7.

6 Strabon, III, 3, 6. Les éditeurs du texte signalent que l’expression παϱαξιϕὶς πϱὸς τούτοις ἢ ϰοπίς avec πϱὸς τούτοις au pluriel alors qu’il est seulement question du bouclier auparavant, témoigne sans doute d’une lacune, provenant d’une abréviation, soit de la part du copiste, soit de la part de Strabon lui-même. La source de celui-ci devait probablement mentionner une épée, à laquelle venait donc s’ajouter le poignard. A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », p. 587, traduit d’ailleurs « que llevan junto a la espada ». L. Berrocal-Rangel, « À propos des peuples, des armes et des sites pendant les guerres lusitaniennes », p. 127, admet la fiabilité de la description de Strabon, et se fonde également sur elle pour privilégier l’idée d’un guerrier lusitanien pratiquant exclusivement la guérilla.

7 Diodore, V, 34, 4-5. Il précise en outre que l’épée est très similaire à celle des Celtibères (ϰαὶ ξίϕη παϱαπλήσια Κελτίβηϱσιν).

8 Diodore, V, 34, 5.

9 Diodore, V, 33, 5, évoque ainsi clairement une technique de combat celtibère en formation.

10 Strabon, III, 3, 7 : Τελοῦσι δὲ ϰαὶ ἀγῶνας γυμνιϰοὺς ϰαὶ όπλιτιϰοὺς ϰαὶ ἱππιϰοὺς πυγμῇ ϰαὶ δϱόμῳ ϰαὶ διαϰϱοβολισμῷ σπειϱηδὸν μάχῃ.

11 Ainsi, tout en insistant par ailleurs sur les passages où Strabon exalte la légèreté du combattant lusitanien, A. Schulten, FHA, VI, p. 214, se montre en revanche avare de commentaires sur ces quelques lignes qu’il se contente laconiquement de mettre en relation avec Appien, Ib., 72, relatant les jeux funéraires en l’honneur de la dépouille de Viriathe.

12 Il est probable que les différenciations d’armement attestées par Strabon, III, 3, 6, correspondaient bien à différents degrés dans la situation sociale et économique des individus, ne réservant pas forcément la panoplie la plus complète aux seuls cavaliers, comme le pense par exemple M. Salinas de Frías, « Sobre la caballería de los celtíberos », p. 79.

13 Diodore, V, 34, 4, précise en effet qu’il rend compte de cette coutume parce qu’elle est tout à fait spécifique aux Ibères, et même plus particulièrement aux Lusitaniens.

14 L’allusion au fait que cette pratique concernait les membres de la collectivité atteignant l’âge adulte permet de penser qu’il pouvait s’agir d’une sorte de uersacrum, ou en tout cas d’une institution initiatique du guerrier lusitanien. Voir J. Maluquer de Motes, « Pueblos celtas », p. 153 ; R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique, p. 71 ; M. V. García Quintela, « Sources pour l’étude de la protohistoire d’Hispanie », p. 68. Ces bandes lusitaniennes pourraient également correspondre à des confréries de guerriers liés magiquement à un chef et à une divinité, comme on en connaît des exemples pour d’autres cultures indo-européennes : voir B. García Fernández-Albalat, Guerra y religión en la Gallaecia y la Lusitania antiguas, pp. 236-241.

15 A. Schulten, « Viriato », pp. 274-275, établit ainsi un parallèle avec la stratégie de Zumalacárregui lors des guerres carlistes. Après avoir cité un large extrait des mémoires de V. Goeben, compagnon d’armes de don Carlos, il s’écrie : « ¡Quién no reconoce en esta descripción a Viriato y a los lusitanos ! Si se sustituye Zumalacárregui por Viriato, cristinos porromanos y fusil porlanza ¡todas las palabras convienen a las guerrillas antiguas y a su caudillo ! » De même, A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », p. 590, qui privilégie la comparaison, encore plus éclairante, avec la lutte contre les Français de Napoléon, écrit : « … su coincidencia con los practicados porlas guerrillas en nuestra Guerra de la Independencia es absoluta. […] Es que entonces, como en 1808, las características del terreno y la falta de grandes ejércitos regulares y bien organizados imponía la aparición de guerrillas y el empleo de una táctica peculiar ».

16 À notre connaissance, seule l’excellente étude de F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 654, n. 2, tient compte de cet aspect pourtant essentiel pour comprendre la faveur dont jouit l’idée d’une guérilla ibérique dans l’historiographie.

17 Strabon, III, 4, 15.

18 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 657. Cet auteur souligne néanmoins que, étant donné son contexte, ce passage de Strabon concerne peut-être davantage les Celtibères.

19 Bien qu’elle ne lui soit pas propre, cette grille de lecture barbarie/civilisation est particulièrement sensible dans l’œuvre de Strabon. Voir P. Thollard, Barbarie et civilisation chez Strabon, p. 12 ; F. Lasserre, « Strabon devant l’Empire romain », pp. 867-896. L’image du barbare dans la littérature latine est également toujours liée à la violence et au furor belli, comme l’a bien fait valoir Y. Dauge, Le Barbare, notamment pp. 430-431. D’une manière générale, le topos de la guérilla correspond ainsi à un ensemble de traits soulignant le caractère belliqueux du barbare : F. J. Gómez Espelosín et alii, La imagen de España en la antigüedad clásica, pp. 117 et 124 ; A. Pelletier, « Les Hispani et l’Hispania de Tite-Live », p. 7 ; E. Bedon, L’image de l’Hispanie et des Hispaniques chez Tite-Live, pp. 179-188.

20 Voir ainsi les commentaires de type racial d’A. Schulten, FHA, VI, p. 208, à Strabon, III, 3, 6 : « La ligereza de los habitantes corresponde a la raza líbico-ibérica, mientras que la raza céltica, que predomina en ellos, tiene el cuerpo pesado de los pueblos del norte », et celui pp. 253-254, à Strabon, III, 4, 15 : « En su manera de combatir los iberos son iguales a los Bereberes, su parientes. La manera de combatir como guerreros ligeros se explica porsu estatura ligera, contraria a la estatura pesada de los pueblos del norte, como Celtas y Germanos »

21 Polybe, III, 110, 2 ; III, 113, 6-7 ; III, 117, 4 ; IX, 3, 9 ; Tite-Live, XXI, 7, 5 ; 47, 1-6 ; XXII, 46, 1 ; XXVII, 14, 5. Remarquons cependant que ces occurrences, relatives en général aux troupes d’Hannibal en Italie, ne spécifient pas toujours clairement qu’il s’agit seulement de cavaliers ibériques. Sur l’aisance des Celtibères à cheval, voir Diodore, V, 33, 2.

22 E. Sánchez Moreno, « El caballo entre los pueblos prerromanos de la Meseta occidental », pp. 207-229 ; M. Almagro-Gorbea et M. Torres Ortiz, Las fíbulas de jinete y de caballito, notamment pp. 78-100 ; les sanctuaires des Ve -IIIe siècles ont également livré de nombreuses statues et statuettes de cheval : E. Cuadrado, « Restos monumentales funerarios de El Cigarralejo », pp. 251-290 ; V. Page et J. M. García Cano, « La escultura en piedra del Cabecico del Tesoro », pp. 35-60. En dernier lieu, voir les différentes contributions rassemblées dans F. Quesada Sanz et M. Zamora Merchán (éd.), El caballo en la antigua Iberia.

23 F. Quesada Sanz a ainsi insisté sur la distinction nécessaire à opérer entre, d’une part, l’existence dans une société d’un groupe de cavaliers, même en nombre important, et, d’autre part, la mise en place d’une véritable cavalerie qui, en tant qu’arme, suppose un système cohérent d’organisation technique, logistique et tactique, que celle-ci soit de choc ou de harcèlement : F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », pp. 185-186, et Id., « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », pp. 170-171.

24 F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », p. 188 ; Id., « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », p. 172.

25 F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », pp. 188-189 ; Id., « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », pp. 174-175 : à l’époque préromaine, les pièces de harnachement ne représentent, pour l’aire ibérique, que 4,5 % des armes déposées dans les tombes, et 6,7 % seulement des tombes à armes en contiennent. En outre, il faut tenir compte de la dimension psychopompe reconnue au cheval.

26 F. Quesada Sanz, « ¿Jinetes o caballeros ? », p. 190 ; Id., « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », p. 172 : il explique cette limite de l’utilisation du cheval dans la guerre par plusieurs facteurs : l’absence d’étriers et de selle, le coût et la fragilité du cheval, la primauté du combat au corps à corps dans la mentalité aristocratique. Sur la persistance en pleine période tardive de cavaliers aristocratiques lourdement armés susceptibles de combattre démontés, voir aussi M. Salinas de Frías, « Sobre la caballería de los celtíberos », p. 85. Sur l’existence d’une infanterie montée dans la Rome primitive, voir F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 6, et sur le même thème pour la Grèce archaïque, voir P. A. L. Greenhalgh, Early Greek Warfare, pp. 57-62.

27 Polybe, frgt. XCV ; voir aussi, Diodore, V, 33, 5.

28 Contra M. Salinas de Frías, « Sobre la caballería de los celtíberos », p. 85 : selon lui, en dépit de leur petit nombre et de leur mélange avec l’infanterie sur le plan tactique, les cavaliers celtibères jouaient le rôle décisif dans la bataille.

29 M. Almagro-Gorbea, « Guerra y sociedad en la Hispania céltica », p. 220, et A. Ruiz Rodríguez, « Los príncipes iberos. Procesos económicos y sociales », p. 299. Selon eux, le rôle accru de la cavalerie est caractéristique des élites dirigeantes de la nouvelle organisation socio-politique et guerrière des oppida qui se rapproche du modèle de la cité-État.

30 F. Quesada Sanz, « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », p. 178, insiste sur ces influences exogènes.

31 C. Aranegui Gascó, Dames et cavaliers dans la cité ibérique, pp. 56-71. Cet ensemble iconographique est datable entre 250 et 150. La jarre n º 151, de la pièce 41 (voir p. 60) présente ainsi un décor comprenant exclusivement des cavaliers. L’auteur fait remarquer toutefois (p. 65) : « … les décorations céramiques de Liria ne contiennent pas de scènes de bataille. Ce qui apparaît dans ces mises en scène c’est la représentation collective de la classe guerrière en situation de parade ou de compétition. C’est aussi un témoignage sur l’idéalisation de la monte à cheval et sur l’utilisation des différentes armes par les habitants d’Edeta. »

32 A. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 315 ; F. Quesada Sanz, « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », p. 179. Le pourcentage des tombes à armes contenant des pièces de harnais y atteint 21,4 % dès la fin du IVe siècle, soit le triple de celui constaté pour le monde ibérique.

33 La cavalerie légionnaire républicaine est mal connue, mais, en dépit du prestige social de ses membres, on ne lui reconnaît traditionnellement qu’un rôle secondaire dans la bataille : F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 25. Toutefois, son utilité comme soutien de la légion avant, pendant et après la bataille a été souligné depuis par M. Rambaud, « La cavalerie de César », p. 437, et, sur un plan plus général, par K. R. Dixon et P. Southern, The Roman Cavalry, pp. 137-146. Le livre récent de J. B. McCall, The Cavalry of the Roman Republic, achève de réhabiliter à juste titre la valeur militaire de la cavalerie romaine républicaine aux IIIe et IIe s. Il met l’accent en particulier (pp. 53-77) sur sa capacité à affaiblir la cohésion de la ligne adverse au cours de la bataille rangée. E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 21, a pour sa part insisté sur le fait qu’à l’époque de Polybe, la cavalerie romaine combattait souvent démontée, comme infanterie légère. Cette pratique est attestée pour les guerres en Hispania (Polybe, XI, 21, 4). J. B. McCall, The Cavalry of the Roman Republic, pp. 63-67, présente d’ailleurs cet élément comme un trait caractéristique de la tactique des cavaliers romains.

34 L’action conjointe de la cavalerie et de la légion est fréquemment mentionnée dans les récits relatifs aux campagnes dans la péninsule Ibérique : Tite-Live, XXVIII, 13, 10 ; Polybe, XI, 22-23 ; Tite-Live, XXVIII, 14, 12-13 ; Tite-Live, XXVIII, 16, 5 ; Appien, Ib., 25 ; Tite-Live, XXVIII, 22, 13-14 ; Appien, Ib., 45, 77 et 88. En particulier, l’affrontement contre les Ilergètes en 206, que Scipion avait tenu à engager seulement avec ses troupes romaines, souligne l’importance des troupes montées : Polybe précise que le général romain avait une grande confiance dans sa cavalerie (Polybe, XI, 32) et Tite-Live affirme que, le combat initial d’infanterie étant douteux, ce fut la cavalerie qui emporta la décision en semant le désordre chez l’ennemi (Tite-Live, XXVIII, 33, 15). Même chose l’année suivante (Tite-Live, XXIX, 2, 12), ainsi qu’en 185 (Tite-Live, XXXIX, 31, 17) et en 181 (Tite-Live, XL, 40, 4-5).

35 Strabon, III, 4, 5 ; Tite-Live, XXVIII, 32, 8-9 ; XXXIV, 13, 5 ; XXXIV, 20, 3 ; XXXIV, 21, 1 ; XXXV, 7, 2 ; Appien, Ib., 68 et 71 ; Plutarque, Mar., 6 ; Salluste, Hist., II, 88 M (= II, 71 MG).

36 Conçue à l’origine par le juriste J. Costa dans son livre Estudios ibéricos, cette approche sociale a été reprise et popularisée parA. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », pp. 547-604, et J. Caro Baroja, Los pueblos de España, notamment pp. 201 et 334.

37 A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », pp. 561-563, explique la plus grande intensité du phénomène dans l’ouest et le nord de la Péninsule non seulement par le moins grand développement économique et politique de ces régions, mais aussi par une pression démographique supérieure. Dans cette analyse traditionnelle, le mercenariat indigène constituait l’autre exutoire à ces difficultés internes.

38 S. Szádeczky-Kardoss, « Nouveau fragment de Polybe sur l’activité d’un proconsul romain », pp. 99-107.

39 Voir récemment, J. J. Sayas Abengochea, « El bandolerismo lusitano y la falta de tierras », pp. 701-714, qui ajoute très peu à l’analyse d’A. GarcíayBellido ; de même, M. Pastor Muñoz, Viriato, pp. 21-25, admet toujours l’idée d’une « hambre de tierras » dans la péninsule Ibérique à l’époque. Plus intéressante, l’étude de L. A. García Moreno, « Hispaniae Tumultus », pp. 81-108, tente de réinsérer le brigandage indigène dans la dynamique d’une société de frontière héritée des bouleversements apportés par la conquête au mode de vie pastoralo-nomade traditionnel. Sa conclusion demeure néanmoins très proche de la grille de lecture socio-économique précédente (p. 97) : « … era lafalta estructural de tierras que impulsaba a elementos marginales en las áreas de frontera a actividades de bandidaje ».

40 Les limites méthodologiques de l’explication socio-économique ont été ainsi vigoureusement dénoncées parM. V. García Quintela, « Les peuples indigènes et la conquête romaine de l’Hispanie », pp. 181-210 ; plus récemment, dans le même esprit, voirJ. M. Gómez Fraile, « Mercenariadoybandolerismo en Celtiberia », pp. 503-509, et E. Sánchez Moreno, « Ex pastore latro, ex latrone dux », pp. 55-79.

41 Ce point a été bien mis en valeur par M. V. García Quintela, « Sources pour l’étude de la protohistoire d’Hispanie », p. 64.

42 Ibid., p. 94.

43 M. Clavel-Lévêque, « Brigandage et piraterie », p. 19, et aussi, p. 25 : « Cela revient donc à poser le problème majeur de l’utilisation de la terminologie du brigand/pirate comme mode de connotation et comme code de valeurs dans un système global de lecture et d’interprétation. […] De fait le concept de brigand se définit toujours par son opposition à tout ce qui représente les valeurs positives de Rome. »

44 Tite-Live, XXXIV, 20, 2-3.

45 On a parfois suggéré que, dans le cas de l’Hispanie, l’assimilation des populations indigènes à des brigands, dangereux et insaisissables, devait justifier aux yeux de l’opinion publique romaine l’effort de conquête comme les nombreux revers subis par l’armée. Voir R. W. Bane, « The Development of Roman Imperial Attitudes and the Iberian Wars », pp. 412-414 ; M. Vallejo Girvés, « El recurso de Roma al bandidaje hispano », pp. 169-170. Une telle entreprise de propagande reste toutefois trop conjecturale et il vaut mieux se contenter de constater la force de la représentation dont la diffusion par les textes témoigne de la prégnance dans la mentalité romaine.

46 Il ne s’agit pas de nier l’existence de déséquilibres internes aux sociétés péninsulaires, mais de reconnaître que ce ne sont pas les sources littéraires traditionnellement alléguées à cette fin qui nous permettent de les analyser. À ce propos, voir les remarques de M. V. García Quintela, « Sources pour l’étude de la protohistoire d’Hispanie », p. 77 ; de même, la dimension idéologique du concept de brigandage n’interdit pas qu’un véritable brigandage ait réellement existé en Péninsule. Peut-être en aurait-on d’ailleurs la trace en Tite-Live, XXXIV, 21, 6, où, à l’occasion de la prise de Bergium castrum par Caton en 195, l’historien augustéen distingue soigneusement les habitants de l’agglomération des praedones qui en auraient pris le contrôle. Ce dernier groupe a été mis en relation avec des populations déracinées par J. Martínez Gázquez, « Los praedones de Livio 34, 21, restos de bandas emigrantes en Hispania », pp. 99-107, dont l’approche de la question est par ailleurs particulièrement limitée. Enfin, dernièrement, J. Sánchez-Corriendo, « ¿Bandidos lusitanos o pastores trashumantes ? », a proposé de façon intéressante de voir dans la diffusion du stéréotype du latro dans les sources anciennes le reflet d’affrontements réguliers des généraux romains avec des populations pratiquant la transhumance. Il insiste notamment (pp. 81-85) sur le fait que ces confrontations semblent entre 190 et 181 avoir lieu au printemps selon une périodicité annuelle.

47 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 43-48, et notamment p. 47 : « La guerra así concebida aparece a los ojos de los romanos más como una forma de combatir próxima al bandidaje que como una auténtica guerra. »

48 Ibid., pp. 48 : « Al combate indígena le corresponde una formación militar integrada por peltastai y equites, en la que está ausente, como hemos visto, la disciplinay el orden que presiden la actuación de las legiones. Esto hace que a los ojos de los romanos parezca más una “cuadrilla de bandoleros” que un ejército organizado. »

49 Digeste, 50, 16, 118.

50 B. D. Shaw, « Le bandit », pp. 376-377.

51 Dès avant le IIIe siècle, les Romains se sont souciés, grâce à la loi fétiale, d’apparaître toujours dans leur droit avant d’entamer une guerre, et cette tendance s’est accentuée au IIe siècle, comme l’ont montré W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 170, et S. Albert, Bellum Iustum, pp. 12-36 ; toutefois, J. W. Rich, Declaring Warin the Roman Republic, pp. 56-104, a rappelé les limites, dans la pratique, de l’héritage du ius fetialis dans la mise en place de procédures diplomatiques standards sous la moyenne République.

52 C’est la raison pour laquelle le terme s’appliquait aussi, à l’intérieur de la cité romaine, aux adversaires politiques dont l’audace était censée menacer le fonctionnement normal des institutions et faire basculer la République dans le chaos primitif : Cicéron a fustigé ainsi Verrès, Catilina, Clodius et Antoine. Voir B. D. Shaw, « Le bandit », p. 378 ; R. McMullen, « The Roman Concept Robber-Pretender », pp. 221-225.

53 Tite-Live, XXVIII, 32, 9.

54 Comme il a été rappelé précédemment, le caractère belliqueux des Hispani est constamment rappelé dans les sources.

55 C’est la faiblesse de l’argumentation de P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 47-50, qui se contente de s’appuyer sur plusieurs passages de cette œuvre pour définir les pratiques romaines de la guerre. Or ce texte, le dernier composé par l’orateur, fut écrit à l’extrême fin de l’année 44. Ajoutés tardivement à son corpus philosophique alors qu’ils n’étaient pas prévus dans le plan initial, les trois livres du De officiis témoignent de la nécessité ressentie par Cicéron de tirer l’enseignement des guerres civiles et de prendre position en faveur du « juste », la notion de justice étant au cœur de sa réflexion. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la définition personnelle qu’il donne du bellum iustum, qui prolonge d’ailleurs une réflexion amorcée dans le De Republica (III, 4) et le De legibus (III, 8).

56 Selon W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 172, ce n’est qu’à partir de l’époque de Cicéron, précisément, que le terme bellum iustum prend le sens qu’on lui connaît. D’une manière générale (voir aussi pp. 32 et 162, sur d’autres sujets), il met en garde, avec raison, contre le danger de généraliser à l’ensemble de la société romaine les prises de position philosophiques de Cicéron. Le tournant représenté par la réflexion de celui-ci est également souligné par la plupart des travaux sur le sujet : S. Albert, Bellum Iustum, pp. 20-25 ; V. Ilari, « “Ius belli” - “toû polémou nômos” », pp. 172-179 ; J. -L. Ferrary, « Ius fetiale et diplomatie », p. 432. De même P. Veyne, « Humanitas. Les Romains et les autres », p. 437, insiste sur la dimension théorique de la pensée cicéronienne. Sur cette dernière, voir A. Michel, « Les lois de la guerre et les problèmes de l’impérialisme romain dans la philosophie de Cicéron », pp. 171-183.

57 Lorsqu’elle est appliquée à la péninsule Ibérique, cette grille de lecture ne fait cependant que reprendre des catégories en usage dans l’analyse de l’ensemble des sociétés barbares d’Occident. L. Rawlings, « Celts, Spaniards and Samnites. Warriors in a Soldier’s War », p. 81, en rappelle l’axiome essentiel : au guerrier (individualisme) s’oppose le soldat (discipline).

58 En raison des inégalités de la documentation, le modèle en a surtout été étudié pour le monde celtibère. Mais on considère qu’il est généralisable aux autres peuples de la Péninsule, et notamment aux Lusitaniens. Voir P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 46, n. 54.

59 P. Ciprés, « Sobre la organización militar de los celtíberos. La iuventus », pp. 173-187.

60 Il est à ce titre très révélateur que la définition donnée par A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 326, de la société celtibère pourrait s’appliquer tout aussi bien à la cité romaine des IIIe et IIe siècles : « … los Celtíberos que protagonizaron las guerras contra Roma se configuran como una sociedad de tipo aristocrático, en la que se descubre la existencia de una élite, definida porsu nobleza, valory riqueza ». L’auteur reprend du reste sur ce point l’analyse de P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 175.

61 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 92 ; A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 325.

62 J. J. Glück, « Reviling and Monomachy as Battle-Preludes in Ancient Warfare », pp. 25-31 ; dans le cas du récit livien, les épisodes de combats singuliers ont été analysés, essentiellement dans leur aspect littéraire, par J. Fries, Der Zweikampf.

63 J. P. Néraudau, La jeunesse dans la littérature et les institutions de la Rome républicaine, pp. 249-258, a ainsi mis en relation la monomachie et la iuuentus qui, à Rome, représentait le furor des iuniores opposée à la disciplina des seniores. L’opposition furor/ disciplina est en effet reconnue comme la double composante de la guerre romaine depuis G. Dumézil, Horace et les Curiaces, pp. 11-33. Selon cette analyse, le triomphe de la disciplina sur le furor caractérise, à l’échelle de la cité, la transformation de la guerre héroïque des premiers temps en guerre hoplitique. Sur ce point, voir G. Brizzi, « I Manliana imperia e la riforma manipolare », pp. 185-206, qui, au-delà, croit pouvoir mettre en relation les évolutions de l’armée romaine avec une alternance de ce type : guerre héroïque (furor), phalange hoplitique (disciplina), légion manipulaire (furor), légion formée en cohortes (disciplina).

64 Le fait a été relevé par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 38, et démontré par S. P. Oakley, « Single Combat in the Roman Republic », pp. 392-410. Ce travail, qui revalorise l’existence de la monomachie à Rome, trouve des traces de cette pratique jusqu’en 45 av. J. -C.

65 Appien, Ib., 53 ; Polybe, XXXV, 5 ; Tite-Live, Per. XLVIII ; Velleius Paterculus, I, 12, 4 ; Valère-Maxime, III, 2, 6 ; Florus, I, 33, 11 ; Plutarque, Prae. Ger. Reip., 804 ; De viris ill., LVIII, 2 ; Orose, IV, 21, 1 ; Pline, NH, XXXVII, 9.

66 Tite-Live, Ep. Oxy., LIII-LIV, mentionne Occius sans faire allusion à un combat singulier ; l’épisode est donc essentiellement connu par Valère-Maxime, III, 2, 21. Ce dernier précise qu’Occius participa en fait à deux rencontres au cours de cette guerre, d’abord contre un iuuenis celtibère anonyme, puis contre un certain Pyrresus que, nous dit le texte, sa noblesse (nobilitas) et sa valeur (uirtus) plaçaient au-dessus de tous les Celtibères (omnes Celtiberos praestans). Occius tua le premier, mais épargna le second qui revendiqua alors la conclusion d’un lien d’hospitalité entre eux.

67 Plutarque, Sert., XIII, 3-4.

68 Bell. Hisp., XXV, 3-5.

69 Dans leur édition du livre VII de Tite-Live, R. Bloch et J. Bayet estiment ainsi que les duels constituent « un mode de combat absolument étranger à la tradition romaine, mais auquel les Romains ont été contraints par les habitudes et par les défis des Celtes » (p. 109). Ce point de vue est partagé par J. Muñiz Coello, « Guerra y paz en la España céltica », pp. 21-22.

70 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 93 ; A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 326 ; J. Muñiz Coello, « Guerra y paz en la España céltica », p. 21.

71 Valère-Maxime, III, 2, 21.

72 Il est peu probable toutefois qu’il ait été chevalier. Cl. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque républicaine, t. II, p. 776, pense que s’il l’avait été, le texte le préciserait, comme il le fait pour son adversaire. Toutefois, il faut tenir compte du fait que le personnage se présente comme appartenant à une élite, ici fondée sur la valeur guerrière (fidens uiribus), encore renforcée par l’expression bellatores principes pour désigner les deux protagonistes.

73 Polybe, XXXV, 5 ; Valère-Maxime, III, 2, 21.

74 Valère-Maxime, III, 2, 6, ne dit rien d’autre à propos de l’attitude de Scipion en 151 : Sed tunc clarissimus quisque iuuenum pro amplificanda et tuenda patria plurimum laboris ac periculi sustinebat, deforme sibi existimans quos dignitate praestaret ab his uirtute superari. (« Mais à cette époque les jeunes gens les plus brillants cherchaient à agrandir et protéger leur patrie en s’offrant le plus possible aux efforts et aux dangers, estimant qu’il serait honteux pour eux de voir ceux qu’ils surpassaient en mérite les surpasser en valeur », trad. R. Combès, CUF). Cette remarque s’inscrit bien sûr dans la tendance des sources à glorifier un âge d’or censé contraster avec la décadence morale de l’aristocratie du temps où l’auteur écrit. Mais ce topos moralisant ne suffit pas à retirer toute signification au passage. De fait, sous la République, la valeur militaire individuelle est toujours demeurée un élément déterminant de la compétition politique à Rome. Voir E. Badian, Roman Imperialism in the Late Republic, pp. 12-13 ; W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 33. Malgré cela, l’idée d’un certain parallélisme dans les mentalités demeure difficilement acceptée dans la plupart des travaux : voir ainsi, L. Rawlings, « Celts, Spaniards and Samnites. Warriors in a Soldier’s War », p. 87 : « It is perhaps paradoxical that the Roman nobility should hold to the same concepts of prestige as theirtribal adversaries. »

75 À titre de comparaison, on peut relever que le duel n’est pas le seul trait de civilisation que l’historiographie considère à tort (pour des raisons en fin de compte idéologiques) comme une exclusivité des adversaires de Rome : J. -L. Voisin, « Les Romains, chasseurs de têtes », pp. 241-293, a bien montré que, loin d’être un monopole des Barbares, et notamment des Celtes, la chasse aux têtes a été pratiquée par les Romains sans interruption depuis les origines jusqu’au IVe s. ap. J. -C. L’auteur remarque ainsi (p. 276) : « par sa fréquence, par ses aspects sociaux, par ses intentions et par ses attaches avec le monde du sacré, la chasse aux têtes appartient toute entière à la civilisation romaine. »

76 En dehors de l’affrontement des Horaces et des Curiaces, les exemples précis de batailles décidées par un combat de champions manquent, il est vrai, pour les premiers temps de Rome. Un passage de Polybe confirme toutefois qu’ils devaient être assez fréquents à ces périodes anciennes (Polybe, VI, 54, 4) : Πολλοὶ μὲν γὰϱ ἐμονομάχησαν ἑϰουσίως Ῥωμαίων ὑπὲϱ τῆς τῶν ὅλων ϰϱίσεως (« beaucoup de Romains ont volontairement engagé un combat singulier pour trancher un conflit décisif », trad. R. Weil, CUF). Voir S. P. Oakley, « Single combat in the Roman Republic », p. 399.

77 P. Jal, La guerre civile à Rome, pp. 339-345. Cet auteur interprète toutefois le motif du duel, associé à un règlement de compte, comme une spécificité des guerres civiles où la rivalité entre deux individus (Marius/Sylla, Pompée/César, Antoine/Octave) est précisément la cause de l’affrontement de tous les citoyens entre eux. De fait, les sources littéraires comparent à l’envi le bellum ciuile à un combat en champ clos (harena) dont l’enjeu est le pouvoir. On peut cependant objecter que la particularité des guerres civiles ne consista pas à réintroduire le combat singulier, mais à lui restituer la dimension décisive qu’il avait perdu depuis l’époque héroïque.

78 Récemment, Th. Wiedemann, « Single Combat and Being Roman », pp. 91-103 (et notamment pp. 97-98), a défendu l’idée que, loin de caractériser les valeurs d’une élite aristocratique, le combat singulier imprégnait la notion de uirtus auxyeux de chaque Romain (« Hand-to-hand fighting was a basic value of the Roman world »). Cet auteur rattache à une telle conception le développement de la gladiature.

79 La prise en compte de cet aspect essentiel est ainsi l’un des intérêts du livre récent de J. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, notamment p. 176, où il affirme par exemple que « seeking out single combat was a more prominent characteristic of Roman military culture than of the Classical or Hellenistic Greeks ». D’une manière générale, ce livre insiste à juste titre sur l’importance de la uirtus.

80 Cet élément est rappelé à juste titre par S. P. Oakley, « Single combat in the Roman Republic », pp. 409-410. En outre, à la fin de la République, le prestige des spolia opima demeure un aspect important de la compétition politique, comme l’a fait valoir R. -M. Rampelberg, « Les dépouilles opimes à Rome », pp. 191-214, notamment p. 199.

81 Tite-Live, XLII, 34, 3.

82 Tite-Live, XLII, 34, 11.

83 Sur les conceptions que les Romains se font du courage et sur la façon dont les auteurs anciens (ici Polybe et César) le représentent, voir par exemple les réflexions de W. V. Harris, « Readings in the Narrative Literature of Roman Courage », notamment pp. 305-310, qui insiste d’ailleurs sur le fait qu’il s’agit d’une dimension de la guerre romaine encore insuffisamment explorée dans l’historiographie.

84 Polybe, VI, 39, 11.

85 Polybe, VI, 39, 8-10 ; sur les dona militaria, voir, en dernier lieu, V. A. Maxfield, The Military Decorations of the Roman Army, pp. 55-100.

86 Un aspect inattendu de cette conception proprement romaine a été dernièrement mis en évidence par K. E. Welch, « Domi Militiaeque. Roman Domestic Aesthetics and War Booty in the Republic », pp. 91-161. De même, l’affirmation de la valeur individuelle était-elle sensible dans la personnalisation de son armement par chaque soldat, ainsi qu’un article récent vient de le rappeler : K. Gilliver, « Display in Roman Warfare », pp. 1-21, qui défend notamment l’idée que, suivant cette logique ostentatoire trop souvent sous-estimée, les légionnaires portaient probablement leurs décorations au combat.

87 E. Dutoit, « Tite-Live 42, 34 : l’“exemplum” d’un soldat romain », pp. 180-189 ; G. Perotti, « Sp. Ligustino “agente provocatore” del senato », pp. 83-96 ; F. Cadiou, « Àpropos du service militaire dans l’armée romaine au IIe siècle av. J. -C. Le cas de Spurius Ligustinus », pp. 76-90.

88 Tite-Live, XLII, 34, 14 : ne quis me virtute in exercitu praestet, dabo operam ; et semperita fecisse me et imperatores mei et, qui una stipendia fecerunt, testes sunt.

89 Salluste, Cat., VII, 6 : Sed gloriae maxumum certamen inter ipsos erat ; se quisque hostem ferire, murum ascendere, conspici dum tale facinus faceret, properabat. Cette notion de certamen gloriae a été particulièrement bien mise en évidence par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, pp. 29-34. Voir aussi D. Briquel, « Rome, une république conquérante », notamment pp. 127-132, qui insiste bien sur le fait que la gloire acquise à la guerre l’emportait sur toute autre.

90 Le théoricien de l’opposition furor/ disciplina le savait bien lui-même, puisqu’il prenait la peine de préciser : « Les Romains ne négligeaient pas cet élément ressort de la victoire, le courage, sans lequel toute tactique serait aussi vaine qu’une physique à qui l’on refuserait l’énergie. » (G. Dumezil, Horace et les Curiaces, pp. 12-13). Sur cette complémentarité, voir récemment, A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 281. De façon intéressante, G. Brizzi, « I Manliana imperia e la riforma manipolare », notamment pp. 197-198, voit dans la tactique manipulaire le moment où Rome a cherché, dans une certaine mesure, à concilier furor et disciplina. Mais cet auteur a tort, selon nous, de limiter cette coexistence à une phase précise de l’histoire militaire de la Rome républicaine. Pour une approche similaire, voir : J. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, pp. 177-178, 192 et 208-211, qui conclut notamment (p. 312) : « The secret of the success of the Roman army lay […] exactly in the mix of virtus and disciplina. »

91 S. P. Oakley, « Single combat in the Roman Republic », p. 405, relève à juste titre que cette exigence est le signe d’une violence encadrée et canalisée. Il établit à ce sujet un intéressant parallèle avec les méthodes de régulation du pillage décrites par Polybe, X, 15, 4-6.

92 Tite-Live, XXVI, 48, 5-13.

93 Tite-Live, XXVI, 48, 6-7 : Nec ipsi tam inter se acriter contendebant, quam studia excitauerant uterque sui corporis hominum. Sociis C. Laelius, praefectus classis, legionariis M. Sempronius Tuditanus aderat.

94 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 418-420, a relevé de nombreuses allusions à un sentiment d’appartenance collective au sein des légions pour le Ier siècle. Cette relation entretenue par le troupier à son unité a peut-être pris des formes nouvelles à cette époque. Toutefois, la difficulté à repérer une telle dimension psychologique dans la documentation pour les siècles précédents ne doit pas conduire à en sous-estimer l’importance. Quelques mois de campagne suffisaient sans doute à créer la solidarité nécessaire entre les combattants d’un même manipule, voire d’une même légion. Sur le rôle des enseignes et de la discipline dans la formation de cet esprit de groupe, voir A. D. Lee, « Morale and the Roman Experience of Battle », pp. 207-209.

95 Tite-Live, Per., LVII, 3-4.

96 A. Schulten, « Viriato », p. 273. Son analyse a été par la suite reprise quasiment à l’identique, comme en témoigne encore la synthèse récente de M. Pastor Muñoz, Viriato, pp. 66-72.

97 Appien, Ib., 62.

98 Le déroulement du récit a mis en évidence par ailleurs que les troupes restées avec Viriathe formaient seulement une fraction (mille hommes selon Appien) de l’effectif total dont ils devaient protéger la retraite. Il n’est guère étonnant, par conséquent, qu’il s’agisse essentiellement de cavaliers, tandis que les hommes dispersés auparavant par petits groupes formaient sans doute le gros de l’infanterie. Du côté romain, la remarque d’Appien ne suffit pas à impliquer l’absence de fantassins légers et de cavaliers, car il est clair que Vetilius n’avait aucun intérêt à disperser ses troupes. Si l’infanterie lourde ne pouvait se lancer dans la poursuite, il lui fallait donc y renoncer.

99 Végèce, III, 9 : Si multis rebus superior inuenitur, opportunum sibi ne differat inire conflictum. Si uero adversarium intelligit potiorem, certamen publicum uitet. Nam pauciores numero et inferiores uiribus, superuentus et insidias facientes, sub bonis ducibus reportauerunt saepe uictoriam.

100 Végèce, III, 11.

101 Végèce, III, 19 : Tamen ars belli non minus in hoc aperto conflictu quam in occultis fraudibus adiuvat eruditos. Végèce multiplie ainsi les incitations à user de la ruse et de la surprise : III, 6 ; III, 8 ; III, 10 ; III, 22.

102 Végèce, III, 26 : Aut inopia aut superventibus aut terrore melius est hostem domare quam proelio in quo amplius solet fortuna potestatis habere. […] Boni duces publico certamine nunquam nisi ex occasione aut nimia necessitate confligunt.

103 La bibliographie sur Végèce, qui traite la question des sources utilisées par cet auteur, est pléthorique, comme le montre R. Sablayrolles, « Bibliographie sur l’epitoma rei militaris de Végèce », pp. 139-146 ; pour une mise au point depuis 1984, voir P. Richardot, « Hiérarchie et organisation légionnaire chez Végèce », pp. 405-428.

104 L’antiqua legio à laquelle il fait allusion au chapitre III, 5, contient davantage de traits de la militia traditionnelle que de l’armée du Bas-Empire, comme l’a montré C. D. Gordon, « Vegetius and his Proposed Reform of the Army », pp. 35-58. De fait, Végèce revendique en particulier l’héritage de Caton et de Frontin (Végèce, I, 8 et II, 3). Il est probable cependant qu’il n’a eu qu’indirectement accès à la tradition républicaine, au travers des versions abrégées postérieures ou des recueils d’exempla, Voir à ce sujet N. P. Milner, Vegetius. Epitome of Military Science, p. xiv. Comme sa perspective n’était pas en outre de présenter l’évolution des institutions militaires, mais de proposer un modèle adapté à son propre temps, le cadre de l’armée républicaine, qui forme incontestablement le socle de son information, est réinterprété à sa convenance.

105 P. Erdkamp, « Polybius, Livy and the “Fabian Strategy” », pp. 127-147, a montré que le récit livien exagérait l’objectif de cette stratégie en laissant croire qu’en continuant à refuser de la sorte le combat, les Romains auraient vaincu Hannibal sans coup férir. Du texte de Polybe, et notamment de III, 89, 5, il ressort en effet que Fabius cherchait avant tout à restaurer la confiance des armées avant de livrer bataille. Le désastre de Cannes fut moins le résultat de l’abandon inconsidéré de cette stratégie que l’échec de la tentative de reprendre un engagement rendu nécessaire par la pression du Carthaginois sur les alliés italiens. Sur l’insertion de la bataille rangée dans un ensemble de critères qui en déterminent la nécessité comme le déroulement, voir P. Sabin, « The Mechanics of Battle in the Second Punic War », pp. 59-79 (notamment pp. 64-67).

106 Polybe, IX, 12, 2 : ὅτι μὲν οὖν ἐστι τῶν ϰατὰ πόλεμον ἔϱγων ἐλάττω τὰ πϱοδήλως ϰαὶ μετὰ βίας ἐπιτελούμενα τῶν μετὰ δόλου ϰαὶ σὺν ϰαιϱῷ πϱαττομένων. (« Les résultats qu’on obtient en campagne en agissant au grand jour et en usant de la force seule sont moindres que ceux auxquels on arrive en employant la ruse et en guettant l’occasion propice », trad. D. Roussel). Certains pensent d’ailleurs que, dans son Traité de tactique aujourd’hui perdu, Polybe s’attachait à souligner le rôle décisif de la surprise dans l’attaque et faisait en fin de compte l’éloge de la guerre d’usure : L. Poznanski, « À propos du “Traité de tactique” de Polybe », pp. 340-352, et Id., « Essai de reconstitution du “Traité de tactique” de Polybe », pp. 167-172.

107 C’est peut-être ainsi qu’il faut comprendre les reproches adressés à l’un des Scipions, si l’on en croit Frontin, Strat., IV, 7, 4 : Scipio Africanus fertur dixisse, cum eum parum quidam pugnacem dicerent : « imperatorem me mater, non bellatorem peperit ». (« On rapporte que Scipion l’Africain a dit, alors qu’on lui reprochait de ne pas être assez belliqueux : “c’est un général que ma mère a mis au monde avec moi, et non un guerrier !” », trad. P. Laederich). On a coutume d’associer cet exemplum non daté et dénué de tout contexte au second Africain, en raison de son attentisme devant Numance (Plutarque, Apoph. Scip., XX). Cependant, Valère-Maxime, VII, 2, 2, attribue une conception semblable au premierAfricain.

108 Sur cet aspect essentiel de la bataille antique, voir P. Culham, « Chance, Command, and Chaos in Ancient Military Engagements », pp. 191-205.

109 Polybe, III, 76, 5 ; Tite-Live, XXI, 60, 5.

110 Polybe, III, 95, 5 ; Tite-Live, XXII, 19, 4.

111 Tite-Live, XXV, 33, 9.

112 Polybe, X, 38, 10 ; Tite-Live, XXVII, 18, 1.

113 Tite-Live, XL, 30, 4.

114 Appien, Ib., 65.

115 Appien, Ib., 90.

116 Appien, Ib., 58. Dans une situation similaire, César se montra plus prudent face aux Afraniens (César, BC, I, 65, 2). On peut souligner que Végèce met précisément en garde contre le type d’erreur commise par Galba et conseille de ne pas mener au combat une troupe harassée d’une longue marche (III, 11).

117 Tite-Live, frgt. XCI, 8-9, rapporte que Sertorius avait ordonné à Hirtuleius d’éviter Metellus (ne acie cum Metello dimicarent), tandis que lui-même n’avait pas non plus l’intention de marcher contre Pompée (ne ipsi quidem consilium esse ducere adversus Pompeium iam). Sertorius pensait de toute façon que Pompée imiterait cette prudence (neque in aciem descensurum eum credebat). Frontin, Strat., II, 1, 3, montre que Sertorius ne fut pas le seul à hésiter à accepter la bataille rangée et que Metellus fit preuve de la même circonspection.

118 Ce souci concerne même davantage la fin de la campagne, à un moment où le découragement a déjà gagné l’armée pompéienne : César, BC, I, 72, 1-2 ; I, 81, 6 ; I, 83, 2.

119 De fait, le début de la campagne, plus offensif, avait été marqué par de nombreux engagements (César, BC, I, 41, 2 ; XLV, 7-8 ; XLVI, 1 ; LV, 1-2 ; LXIV, 6 ; LXV, 1-2). Selon Dion Cassius, XLI, 22, 3 et Frontin, Strat., II, 1, 11, la volonté de César de terminer cette guerre sans trop d’effusion de sang dans les dernières semaines tenait surtout au risque d’engager désormais une bataille rangée contre un ennemi rendu dangereux par son désespoir. De fait, César ne montra pas toujours les mêmes scrupules, si l’on en croit Frontin, Strat., I, 3, 2 qui explique que, durant la guerre civile, il rechercha la bataille rangée, parce qu’il savait son armée de soldats aguerris supérieure à celle de l’ennemi, composée de jeunes recrues.

120 Le continuateur de César en rejette la responsabilité sur Pompée, Bell. Hisp., V, 7-6, 1 : Ita diebus compluribus cupiebat Caesar, si qua condicione posset, aduersarios in aequum locum deducere et primo quoque tempore de bello decernere. Id cum animaduerteret aduersarios minime uelle… (« Ainsi, pendant plusieurs jours, César chercha par tous les moyens possibles à amener l’adversaire en terrain plat et à livrer le combat décisif le plus vite possible. Quand il s’aperçut que ses adversaires y tenaient fort peu… », trad. N. Diouron, CUF) ; Mais en 26, 3, le contenu d’une lettre de Pompée aux habitants d’Urso, interceptée par les Césariens, montre que l’ennemi tenait le même discours : si aequo loco sui potestatem facerent, celerius quam uestra opinio fert bellum confecissem (« s’ils acceptaient le combat en terrain plat, j’aurais bientôt mis fin à la guerre, plus vite que vous ne le supposez », trad. N. Diouron, CUF).

121 Tite-Live, XXI, 61, 8.

122 Tite-Live, XXII, 22, 17 ; Polybe, III, 99, se contente de dire que le Sagontin amena les otages à l’endroit convenu avec les Romains.

123 Tite-Live, XXXIV, 20, 5-9 ; Frontin, Strat., III, 10, 1.

124 Tite-Live, XL, 31, 1.

125 Tite-Live, XL, 48, 3-5 ; Frontin, Strat., II, 5, 3.

126 Appien, Ib., 46.

127 Du côté sertorien : Salluste, Hist., I, 120 M (= I, 104 MG) et I, 121 M (= I, 105 MG) ; II, 29 M (= 28 MG) ; Frontin, Strat., II, 5, 31. Du côté sénatorial : Frontin, Strat., II, 1, 2 et II, 5, 32.

128 Frontin, Strat., I, 5, 12. Ce stratagème rappelle celui permettant à Hasdrubal de ridiculiser Claudius Nero en 210 (Tite-Live, XXVI, 17, 5-15 ; Frontin, Strat., I, 5, 19).

129 Tite-Live, XXV, 38, 16-17 : Tertia uigilia noctis silenti agmine ducam uos. Exploratum habeo non uigiliarum ordinem, non stationes iustas esse. […] Tum inter torpidos somno pauentesque ad necopinatum tumultum et inermes in cubilibus suis oppressos illa caedes edatur… Le succès de ce coup de main est rendu plus assuré encore par la dissimulation d’une cohorte et de cavaliers dans la forêt occupant la vallée qui sépare le camp romain du camp carthaginois (Tite-Live, XXV, 39, 10). Le même épisode est relaté par Frontin, Strat., II, 10, 2.

130 Le scepticisme concernant l’authenticité du récit livien relatif aux victoires de Marcius est exprimé en particulier par H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 53, J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 131, et B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », p. 89.

131 Polybe, X, 10, 12 ; Tite-Live, XXVI, 45, 8. Sur les hypothèses expliquant le reflux des eaux du lagon : J. Lovejoy, « TheTides of New Carthage », pp. 110-111 ; A. et M. Lillo, « On Polybius, X, 10, 12 f », pp. 477-480 ; E. Foulon, « Polybe, X, 2-20 », pp. 240-246 ; B. D. Hoyos, « Sluice-Gates or Neptune at New Carthage », pp. 124-128 ; E. Foulon, « Un miracle de Poséidon : Polybe, X, 8-15 », pp. 503-517 ; B. J. Lowe, « Polybius 10.10.12 and the Existence of Salt-Flats at Carthago Nova », pp. 39-52.

132 Frontin, Strat., III, 1, 2 : M. Cato in Hispania animaduertit potiri se quodam oppido posse, si inopinatos inuaderet. (« Marcus Caton, en Espagne, s’aperçut qu’il pouvait s’emparer d’une ville s’il l’attaquait à l’improviste », trad. P. Laederich) ; Tite-Live, XL, 47, 2 : Mundam urbem primo ui cepit nocte ex improuiso aggressus. (« Gracchus prit tout d’abord d’assaut la ville de Munda grâce à une attaque surprise de nuit », trad. C. Gouillart, CUF) ; Valère-Maxime, VII, 4, 5 : Postquam uero et exercitum suum ignorantia et totam Celtiberiam errore implicauit, cum alio cursum direxisset, subito ad Contrebiam reflexit eamque inopinatam et attonitam oppressit. Ergo nisi mentem suam dolos scrutari coegisset, ad ultimam ei senectutem apud moenia Contrebiae armato sedendum foret. (« Quand (Metellus) eût mis ses troupes dans l’impossibilité de rien savoir et qu’il eût donné le change à toute la Celtibérie, un jour qu’il était parti dans une toute autre direction, brusquement il se replia sur Contrebia, la surprit et l’accabla comme un coup de foudre. Ainsi donc, si Metellus ne s’était pas astreint à combiner des ruses, il lui aurait fallu demeurer sous les armes devant les murs de Contrebia jusqu’à l’extrême vieillesse », trad. P. Constant).

133 Tite-Live, XXXIV, 9, 13.

134 Appien, Ib., 86 ; Plutarque, Apoph. Scip., XVI.

135 Tite-Live, XXXIV, 14, 5 ; XL, 31, 6 ; XL, 48, 3 ; Frontin, Strat., IV, 7, 33.

136 Tite-Live, XL, 31, 2.

137 Polybe, XI, 22, 1-3 ; Tite-Live, XXVIII, 14, 6-7. Cette ruse de Scipion a fait l’admiration des commentateurs antiques comme des modernes.

138 Polybe, XI, 22, 8 ; Tite-Live, XXVIII, 15, 2.

139 Tite-Live, XXXIV, 14, 2 et 16, 2.

140 Frontin, Strat., II, 10, 1 : T. Didius in Hispania, cum acerrimo proelio conflixisset, quod nox diremerat, magno numero utrimque caeso complura suorum corpora intra noctem sepelienda curauit. Hispani postero die ad simile officium progressi, quia plures ex ipsorum numero quam ex Romanis caesos reppererant, uictos se esse secundum eam dinumerationem argumentati, ad condiciones imperatoris descenderunt.

141 Par exemple Polybe, XI, 32, 2 et Tite-Live, XXVIII, 33, 2, à propos de l’affrontement entre Scipion et Indibilis en 206 : après avoir lâché des bœufs dans le vallon séparant les deux armées, afin de provoquer la convoitise fatale des Ibères, Scipion envoya Laelius, avec sa cavalerie, contourner secrètement l’ennemi.

142 Il est remarquable que le plus long des chapitres de l’ouvrage de Frontin soit précisément celui consacré à l’art des embuscades (Frontin, Strat., II, 5). En cela, il ne faisait que reproduire une tendance déjà sensible dans les oeuvres des Grecs Enée leTacticien (Poliorcétique, II, 1-6 ; IV, 8-11 ; VIII, 1-5 ; IX, 1-3 ; XVI, 5-12) ou Onosander (Traité du général, XXI, 9). Sur ces questions, voir B. Campbell, « Teach Youself How to be a General », pp. 13-29 : analysant le contenu des différents traités de science militaire parvenus jusqu’à nous, l’auteur souligne que, depuis le ive siècle avant J. -C., ces livres étaient toujours limités à un ensemble de tels conseils pratiques. Voir aussi l’introduction de P. Laederich à son édition des Stratagèmes de Frontin, pp. 17-33.

143 Après avoir fustigé, à propos de Philippe V de Macédoine, la prédilection des temps récents pour l’emploi de la ruse, Polybe exalte le passé où seul était jugé glorieux un combat ouvertement livré, en rase campagne et ajoute (XIII, 3, 7) : Βϱαχὺ δέ τι λείπεται παρὰ Ῥωμαίοις ἴχνος ἔτι τῆς ἀρχαίας αἱϱέσεως περὶ τὰ πολεμιϰά ϰαὶ γὰϱ πϱολέγουσι τοὺς πολέμους ϰαὶ ταῖς ἐνέδϱαιç σπανίως χϱῶνται ϰαὶ τὴν μάχην ἐϰ χειϱὸς ποιοῦνται ϰαὶ <συ>στάδην. (« C’est uniquement chez les Romains qu’il existe encore quelques faibles traces de ces antiques maximes guerrières. En effet, ils déclarent la guerre, recourent rarement aux embuscades et se battent de près, au corps à corps », trad. D. Roussel).

144 Du reste, le manque de conviction de Polybe lui-même (Βϱαχὺ ἴχνος) reflète l’aspect rhétorique de l’argumentation. Voir en ce sens les remarques de J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, p. 330, à propos de ce passage.

145 A. Momigliano, Sagesses barbares, p. 62, a ainsi fait remarquer que Polybe et Posidonius avaient distingué « les Romains comme la nation qui avait naturellement le plus d’affinités avec les Grecs ». Sur la vision des Romains par les Grecs, son évolution, et sa réception à Rome, voir B. Rochette, « Grecs, Romains et Barbares », pp. 37-57, et plus particulièrement pp. 49-52.

146 J. -P. Brisson, « Introduction », pp. 13-14.

147 Tite-Live mentionne ainsi la réprobation qu’auraient manifesté certains sénateurs devant un stratagème employé par Lucius Marcius Philippus contre Persée (Tite-Live, XLII, 47, 4-8). Autant que les préférences de l’historien augustéen, empreint des réflexions développées dans la seconde moitié du Ier siècle, ce texte suggère aussi le souci de Rome de présenter un visage acceptable au monde grec. Il est certain que les mêmes précautions n’étaient pas en vigueur dans les guerres menées en Occident. De fait, nous ne disposons d’aucun texte comparable pour la péninsule Ibérique.

148 On a évoqué supra les accusations de brigandage portées contre les armées indigènes ; ce procédé fonctionnait à la manière de la fraus Punica dont le récit livien dénonce complaisamment le caractère déloyal (Tite-Live, XXII, 48, 1 ; XXVI, 17, 15). Lorsque Tite-Live écrit que le stratagème de Marcius en 211, qui donna alors la victoire aux Romains, est une manière de rendre aux puniques la monnaie de leur pièce (arte Punica), il ne fait que révéler l’artifice évident de cette stigmatisation (Tite-Live, XXV, 39, 1).

149 On ne saurait ainsi suivre G. Brizzi, I sistemi informativi dei Romani, notamment pp. 8-29, lorsqu’il défend l’idée d’une répugnance des Romains envers la guerre de stratagèmes, avant que l’exemple d’Hannibal ne les pousse à intégrer cette dimension à leur conception de la guerre (pp. 60-63). À l’appui de cette thèse, il prétend notamment que le latin ne possède pas de mot équivalent à stratagema, en dehors de fraus qui possède une valeur péjorative. Cet argument philologique a été définitivement réfuté depuis par E. L.Wheeler, Stratagem and the Vocabulary of Military Trickery, qui a montré au contraire que le vocabulaire latin de la ruse n’est pas moins abondant que celui des Grecs et qu’il est connoté tout aussi positivement (voir par exemple, pp. 50-51). Il est suivi notamment par R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, pp. 34-36. Quant au tournant qu’aurait représenté sur ce plan la seconde guerre punique, il a été également remis en cause, à juste titre, notamment par G. Urso, « Spionaggio e controspionaggio nella guerra annibalica », pp. 73-83, en particulier p. 76. Malgré ces objections, G. Brizzi, dans ses contributions les plus récentes, a reproduit à l’identique sa thèse initiale, sans tenir aucun compte des travaux de ses contradicteurs, qui ne sont même pas cités dans sa bibliographie : G. Brizzi, « Guerre des Grecs, guerre des Romains », notamment pp. 39-43, et Id., Le guerrier de l’Antiquité classique, pp. 52-62. Cette idée d’une influence des conceptions hellénistiques dans le recours aux stratagèmes de la part des généraux romains constitue également un élément important de l’argumentation de J. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, pp. 193-211.

150 A. Schulten, « Viriato », p. 272 : « Sólo en caso de necesidad presentaba batallas regulares » ; voir aussi, dans le même esprit, A. García y Bellido, « Bandas y guerrillas en las luchas con Roma », p. 548.

151 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, spécialement pp. 653-663 ; Id., « La guerra en las comunidades ibéricas », pp. 112-114 ; Id., « Not so different », notamment pp. 253-259.

152 Polybe, XI, 32-33 ; Tite-Live, XXVIII, 33-34.

153 Tite-Live, XXVIII, 31, 7, donne un total de 20.000 fantassins et 2.500 cavaliers. F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 660, accepte la validité de ces chiffres et les compare à une armée consulaire romaine de l’époque. D’après les renseignements fournis par Polybe, XI, 33, 6, selon qui le tiers de toute l’armée était composé de fantassins légers (εὔζωνοι), il restitue la composition suivante : 13.000 fantassins lourds, 7.000 fantassins légers et 2.500 cavaliers, c’est-à-dire « un ejército en toda regla ».

154 Polybe, XI, 32, 3-4 ; Tite-Live, XXVIII, 32, 5.

155 Polybe, XI, 32, 5 ; Tite-Live, XXVIII, 32, 7.

156 Polybe, XI, 33, 4 ; Tite-Live, XXVIII, 33, 9-11.

157 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 660, suggère ainsi de manière très intéressante que, si la bataille rangée de 206 avait été radicalement étrangère à la tradition indigène, mais menée à ce moment dans la continuité de nouvelles habitudes contractées sous l’influence carthaginoise, les Ibères seraient probablement revenus ensuite à une forme de combat plus familière, suite au cuisant revers essuyé contre Scipion. Or il n’en fut rien. En 205, Indibilis chercha à assurer le succès non en changeant de tactique, mais en alignant une armée encore plus nombreuse, réunissant cette fois 30.000 fantassins et 4.000 cavaliers (Tite-Live, XXIX, 1, 26). Voir aussi F. Quesada Sanz, « Not so different », p. 255. Cet argument paraît d’autant plus plausible que Tite-Live insiste sur le fait que le motif incitant le chef ilergète à reprendre la lutte fut le sentiment que la nouvelle armée romaine n’avait pas la puissance et l’expérience de celle de Scipion.

158 Tite-Live, XXIX, 2, 3-5.

159 Tite-Live, XXIX, 2, 9-12.

160 Tite-Live, XXIX, 2, 15. Ce type de comportement se retrouve chez les Romains en 211, lors de la mort de P. Scipion, transpercé au cours du combat par un trait : Tite-Live, XXV, 34, 13.

161 Tite-Live, XXXI, 49, 7. Le texte parle de 15.000 tués du côté indigène.

162 Tite-Live, XXXIII, 25, 9.

163 Tite-Live, XXXIII, 44, 4.

164 Tite-Live, XXXIV, 13-16. Peut-être aurait-on une trace des sources de Tite-Live dans certains fragments des Origines de Caton : Caton, Origines, frgt. V, 7 C (= V, 11 J = 101 P) : exercitum suum pransum, paratum, cohortatum eduxit foras atque instruxit. (« Quand il eut fait manger son armée, qu’elle se fut préparée, qu’il l’eût exhortée, il la fit sortir et la disposa en ordre de bataille », trad. M. Chassignet, CUF) ; Caton, Origines, frgt. V, 8 C (= V, 13 J = 99 P) : Postridie signis conlatis, aequo fronte, peditatu, equitibus atque alis cum hostium legionibus pugnavit. (« Le lendemain, les enseignes en ordre de bataille, l’infanterie, la cavalerie et aussi les ailes présentant un front rectiligne, il combattit contre les légions de l’ennemi », trad. M. Chassignet, CUF) ; Caton, Origines, frgt. V, 9 C (= V, 14 J = 104 P) : recto fronte. J. Martínez-Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, pp. 66 et 99, met les deux premiers fragments en relation avec la bataille d’Emporion, en les comparant avec Tite-Live, XXXIV, 13, 10 et XXXIV, 14, 1. P. G. Walsh, Livy. His Historical Aims and Methods, p. 134, défend également l’idée que le contenu du récit livien échappe ici aux stéréotypes des descriptions de combat ordinairement fournies par les Annalistes.

165 Tite-Live, XXXIV, 14, 6.

166 Tite-Live, XXXIV, 14, 9-10. Sur le flottement connu par l’armée romaine au cours de la bataille, voir aussi Appien, Ib., 40.

167 Tite-Live, XXXIV, 15, 1-2. Une telle manœuvre est conseillée par Végèce dans le chapitre qu’il consacre au déroulement de la bataille rangée (Végèce, III, 17).

168 G. Brizzi, « Gli Iberi nell’armata di Annibale. Armamento e funzioni », pp. 157-166.

169 À la Trébie, le contraste est souligné pour l’infanterie entre, d’une part, les Gaulois qui subirent de nombreuses pertes et, d’autre part, les Africains et les Ibères qui firent meilleure figure face aux légions (Polybe, III, 74, 10) ; à Trasimène, Hannibal répartit son armée en trois, de part et d’autre du défilé où devait passer l’armée romaine : à droite, les frondeurs et l’infanterie légère, à gauche, la cavalerie et les Gaulois, et avec lui, sur la colline centrale au fond de la vallée, les Africains et les Ibères (Polybe, III, 83, 2-3) ; à Cannes, derrière un rideau composé des frondeurs et des troupes légères, il aligna son armée : à gauche, la cavalerie ibère et gauloise, à droite, la cavalerie numide, au centre, l’infanterie lourde africaine, ibère et gauloise (Polybe, III, 113, 6-7).

170 Polybe, III, 79, 5.

171 C’est le cas de Hannon en 218 (Polybe, III, 76, 5 ; Tite-Live, XXI, 60, 5 ; Frontin, Strat., II, 3, 1), d’Hasdrubal Barca en 216 (Tite-Live, XXIII, 29, 4), de Magon en 207 (Tite-Live, XXVIII, 2, 4), d’Hasdrubal Giscon en 206 (Tite-Live, XXVIII, 14, 4).

172 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 653-657.

173 Ibid., p. 653 ; F. Quesada Sanz, « Des armes pour les morts », p. 129 ; Id., « La guerra en las comunidades ibéricas », pp. 122-125. Cette nouvelle phase de l’évolution de l’armement ibère, appelée « phase moyenne » ou « phase pleine », succède à une « phase ancienne » (milieu VIe - fin Ve siècle), caractérisée par une panoplie aristocratique lourde et coûteuse (armes offensives en fer, armes défensives en bronze) qu’il faut vraisemblablement replacer dans un contexte de combat « héroïque », de type homérique, privilégiant l’affrontement entre champions. Cette conception n’excluait pas l’existence, même majoritaire, de troupes légères destinées à appuyer le petit noyau des combattants aristocratiques. Elle montre en revanche que l’idéal guerrier n’était pas non plus à cette époque celui de la guérilla.

174 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 653. Voir aussi p. 603, à propos du soliferreum : apparue dans la péninsule Ibérique vers le VIe siècle, cette arme de jet lourde, entièrement métallique, connaît une diffusion massive dans le monde ibérique à partir du IVe siècle. D’une grande capacité perforante, elle est très utile contre des troupes en armure. Il ne s’agit donc pas d’une arme d’infanterie légère.

175 F. Quesada Sanz, « Des armes pour les morts », p. 127, souligne que leur système métallique de préhension, lorsqu’il existait, permet de restituer des diamètres importants pour les boucliers de cette époque ; Id., El armamento ibérico, p. 615, relève que cette simplification de l’armement n’est pas contradictoire avec le développement d’un combat au corps à corps effectué en formation, dans la mesure où celui-ci mettait évidemment aux prises des guerriers armés de façon similaire. Cet élément est essentiel pour comprendre les difficultés ultérieures des armées indigènes contre les Romains. Voir infra, pp. 235-240.

176 A. Bruhn de Hoffmayer, Arms and Armour in Spain, t. I, p. 31 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 161.

177 A. M. de Guadán, Las armas en la moneda ibérica, p. 18 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 161.

178 Ce point constitue donc l’apport essentiel du travail de F. Quesada Sanz.

179 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 596.

180 Succédant dans ces régions à l’épée à antennes traditionnelle, très largement présente dans toute la Péninsule au IVe siècle, l’épée de La Tène se répand massivement au nord de l’Èbre où l’influence septentrionale est dominante. D’abord semblable à son prototype celte, uniquement destiné aux coups de taille, elle évolue rapidement en modèle susceptible de frapper également d’estoc (épée La Tène I modifiée). Voir F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 616. Dans les régions méridionales, la préférence accordée à la falcata n’était pas seulement liée à son efficacité accrue, de taille comme de pointe, mais aussi à sa forte dimension symbolique qui la reliait au monde du sacrifice (ibid., p. 168). En ce qui concerne les Ilergètes, on ignore si leur armement se rapprochait davantage de la panoplie ibère ou de la panoplie catalane. La seconde hypothèse est pour le moment privilégiée, si l’on en croit F. Quesada Sanz, « La fuerza de los antagonistas », p. 142.

181 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 613.

182 Ibid., p. 616.

183 En particulier, en 207, les Celtibères recrutés par Magon disposaient de différents types d’unités (infanterie lourde, infanterie légère et cavalerie), indice d’une tradition tactique déjà complexe. Tite-Live, XXVIII, 2, 10 qualifie même cette armée de iusta legio.

184 Sur ces problèmes, liés au débat autour de l’emplacement de la Celtiberia ulterior, voir supra, pp. 43-44. Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, pp. 125-136, a ainsi cherché à montrer que les « Celtibères » impliqués dans les événements de la seconde guerre punique appartenaient en fait, pour la plupart, au monde ibérique dont une partie des peuples était encore considérée comme celtibère à la fin du IIIe siècle. Selon lui, les Celtibères, alliés aux Romains, qui livrèrent bataille à Hasdrubal en 217 (Tite-Live, XXII, 21, 8) étaient probablement des Orétans, de même que les vingt mille hommes trahissant les généraux romains en 211. Il interprète de la même façon le princeps Celtiberorum Allucius qui se rallia à Scipion en 209 (Tite-Live, XXVI, 50, 2). Quant aux neuf mille Celtibères recrutés par Magon en 207, il en situe l’origine dans la région de Gades. Il s’appuie sur cette constatation pour étayer son hypothèse d’une Celtibérie Ultérieure.

185 Tite-Live, XXXIV, 19, 1-11.

186 Tite-Live, XXXV, 7, 8.

187 Tite-Live, XXXV, 22, 8. Selon Tite-Live, M. Fulvius avait peu auparavant vaincu deux armées ennemies au cours de deux combats (cum duobus exercitibus hostium duo secunda proelia fecit). Le caractère très vague de la formulation ne permet pas de tirer des conclusions sur la tactique employée au cours de ces rencontres. Il est probable cependant, au vu du reste des combats, plus explicites, qu’il s’agissait également de batailles en formation.

188 Tite-Live, XXXIX, 21, 7.

189 Tite-Live, XXXIX, 21, 9.

190 Tite-Live, XXXIX, 30, 2.

191 Tite-Live, XXXIX, 30, 2.

192 Tite-Live, XXXIX, 30, 5.

193 Tite-Live, XXXIX, 31, 3.

194 Tite-Live, XXXIX, 31, 13, donne seulement quatre mille survivants sur un total de trente-cinq mille hommes.

195 Un élément du matériel provenant de Numance nous donne peut-être une idée de l’aspect de ces enseignes : il s’agit d’un objet en bronze pourvu d’un emmanchement à douille et représentant deux chevaux opposés dos à dos. Voir A. Schulten, Numantia I, p. 271.

196 Voir supra, pp. 55-58.

197 Parfois, les sources sont cependant trop imprécises : c’est le cas en 183 où il est dit que le préteur de Citérieure, A. Terentius, livra deux combats (proelia) aux Celtibères sur le territoire ausétan (Tite-Live, XXXIX, 56, 1) ; de même, en 182, Fulvius Flaccus, toujours en Citérieure, résista aux attaques des Celtibères alors qu’il assiégeait la ville d’Uthicna et le texte se contente de mentionner de dura proelia (Tite-Live, XL, 16, 8). Mais, même si ces mentions ne permettent pas de conclure à des batailles rangées, elles n’en excluent pas non plus la possibilité.

198 Tite-Live, XL, 30, 6. Flaccus refusa le combat quatre jours durant, malgré l’insistance de l’ennemi déployé en ligne (aciem instructam tenuerunt) devant son camp.

199 Tite-Live, XL, 32, 1.

200 Tite-Live, XL, 33, 5.

201 Tite-Live, XL, 33, 6 : quae res ad resistendum eos et ad capessendam pugnam impediit — quod non uno agmine nec ad signa frequentes ueniebant … (« ce qui les empêcha de résister et d’engager le combat, c’est-à-dire le fait de ne pas marcher en une seule colonne et de ne pas être regroupés autour de leurs enseignes… », trad. C. Gouillart, CUF, modifiée). Ce fut aussi, ajoute l’auteur (XL, 33, 7), ce qui leur permit de s’échapper : sparsi enim toto passim campo se diffuderunt nec usquam confertos eos hostis circumuenit (« car, déjà dispersés, ils s’égaillèrent ça et là dans toute la plaine et nulle part l’ennemi ne put les encercler en groupes importants », trad. C. Gouillart, CUF).

202 Tite-Live, XL, 39, 6-8 et 10. L’attaque des Celtibères embusqués donna lieu au choc entre deux lignes de bataille rapidement formées : Plura dici tempus non patiebatur : inuehebant se hostes et in partibus extremis iam pugnabatur. Deinde acies concurrerunt. Tite-Live, XL, 40, 2-3 montre ensuite une situation très similaire à celle évoquée précédemment pour 185, puisque les Celtibères, formant le cuneus, manquèrent de percer la ligne romaine. Là encore, ce fut la cavalerie qui redressa la situation par une intervention énergique ; de nouveau, les Romains prirent à l’ennemi de nombreuses enseignes (signa militaria).

203 Tite-Live, XL, 48, 4 ; Frontin, Strat., II, 5, 3. Les deux auteurs précisent que la tactique de Gracchus consista à attaquer l’adversaire avant qu’il ait pu former sa ligne de bataille. Sur les hypothèses de localisation d’Alcé, voir J. M. Roldán Hervás, Itineraria hispana, pp. 93 et 211.

204 Tite-Live, XL, 50, 2-3. Sur la localisation de la bataille, voir en dernier lieu : L. Pérez Vilatela, « Cuestiones de historia antigua y toponimia turiasonense », pp. 9-20, notamment p. 14.

205 La ville de Numance n’a pas été assiégée pendant vingt ans. En dehors de 134/133 où, précisément, Scipion refusa pour la première fois d’affronter les Numantins sur le champ de bataille (Appien, Ib., 90), les revers subis par les généraux romains successifs entre 154 et 152 puis entre 143 et 134 le furent généralement en rase campagne, face à l’armée celtibère : c’est le cas de Nobilior en 153 face à Caros (Appien, Ib., 45). Significativement, le jour de cette défaite, le 23 août, compta désormais, nous dit Appien, parmi les dies atri en raison de l’importance des pertes romaines qui se montaient à six mille citoyens. C’était ce faisant l’associer aux anniversaires des batailles de l’Allia et de Cannes : on ne saurait mieux exprimer la nature de la guerre celtibère. Devant Numance, c’est également une bataille rangée qu’engagea ensuite Nobilior qui y employa même des éléphants (Appien, Ib., 46). Polybe, XXXV, 2, 14, prête aux Arévaques reçus devant le sénat en 151 une arrogante revendication de leur valeur au combat. Par la suite, les Vaccéens combattirent en ligne contre Lucullus devant Cauca (Appien, Ib., 51), mais refusèrent prudemment la confrontation devant Intercatia (Appien, Ib., 53). En 141, Pompeius affronta en bataille rangée les Numantins d’abord (Appien, Ib., 76), puis les Termentins (Appien, Ib., 77). En 138, c’est en feignant de craindre de ranger leurs troupes en bataille devant la ville que les Numantins poussèrent Popilius Laenas à commettre une erreur (Frontin, Strat., III, 17, 9).

206 Polybe, XXXV, 1, 1-6 : : πύϱινος πόλεμος ὁ Ρωμαίων πϱὸς Κελτίβηϱας συσταθείς θαυμαστὴν γὰϱ ἔσχε τὴν ἰδιότητα τὴν τε συνέχειαν τῶν ἀγώνων. Τοὺς γὰϱ ϰατὰ τὴν Ἑλλάδα πολέμους ϰαὶ τοὺς ϰατὰ τὴν Ἀσίαν ὡς ἐπίπαν μία μάχη ϰϱίνει, σπανίως δὲ δευτέϱα, ϰαὶ τὰς μάχας αὐτὰς εἶς ϰαιϱὸς ὁ ϰατὰ τὴν πϱώτην ἔϕοδον ϰαὶ σύμπτωσιν τῆς δυνάμεως. Κατὰ δὲ τοῦτον τὸν πόλεμον τἀναντία συνέβαινε τοῖς πϱοειϱημένοις. Τοὺς μὲν γὰϱ ϰινδύνους ὡς ἐπίπαν ἡ νὺξ διέλυε, τῶν ἀνδρῶν οὔτ' εἴϰειν ταῖς ψυχαῖς οὔτε παϱαϰαθιέναι τοῖς σώμασι βουλομένων διὰ τὸν ϰόπον, άλλ’ ἐξ ὐποστϱοϕῆς ϰαὶ μεταμελείας αὖθις ἄλλας ἀϱχὰς ποιούμένων.

207 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », pp. 285-326 ; Id., « L’armement des Celtibères. Phases et groupes », pp. 391-414 ; E. Cabré de Morán et M. I. Baquedano Beltrán, « El armamento céltico en la II Edad del Hierro », pp. 240-259.

208 Sur la disparition du poignard dans l’aire Ibérique, voir F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 599 ; sur sa large diffusion en Celtibérie, voir A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 308, et E. Cabré de Morán et M. I. Baquedano Beltrán, « El armamento céltico en la II Edad del Hierro », pp. 250 et 257 ; sur le passage probable d’une panoplie aristocratique à une panoplie simplifiée, voir A. J. Lorrio, « L’armement des Celtibères. Phases et groupes », p. 394, et Id., « El armamento de los celtas hispanos », p. 308 ; sur l’accélération du processus de standardisation à partir de la fin du IIIe siècle, voir Id., Los celtíberos, pp. 189-190.

209 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 306, distingue ainsi, à partir du type de matériel retrouvé dans les tombes, trois aires géographiques assez individualisées : la Meseta orientale (Haut-Jalón/Haut-Tage/Haut-Duero), la Moyen Duero et la région d’Ávila. L’information la plus abondante provient du premier groupe, ce qui complique les analyses globales. À l’intérieur de celui-ci, il faut encore distinguer d’une part le Haut-Tage/Haut-Jalón où on constate un appauvrissement net du matériel dès le IVe siècle, et d’autre part le Haut-Duero où les trouvailles d’armes sont les plus abondantes. L’interprétation de ces disparités continue de faire l’objet de débat.

210 A. J. Lorrio, « L’armement des Celtibères. Phases et groupes », p. 392 ; Id., « El armamento de los celtas hispanos », p. 306, insiste cependant sur la multiplicité des combinaisons constatées dans les tombes à partir de ces différents éléments. M. Salinas de Frías, « Sobre la caballería de los celtíberos », p. 83, veut y reconnaître le reflet de contrastes socioéconomiques entre les combattants.

211 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », pp. 308-309 ; Id., « L’armement des Celtibères. Phases et groupes », pp. 398 et 406. Par ailleurs, épées courtes et poignards présentent des lames allant de 30 à 50 centimètres de long, ce qui est parfaitement compatible avec une technique de combat en formation : le gladius hispaniensis des légions n’était en effet guère plus long (voir infra, p. 245).

212 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 598-600 ; A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 190. Sur la question du gladius hispaniensis, voir infra, pp. 244-249.

213 A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 311. Selon lui, les fers supérieurs à cinquante centimètres de long appartiennent sans aucun doute à des armes de poing. Les fers plus courts, qui se multiplient à notre période, n’ont pas obligatoirement répondu à un usage différent. En revanche, ils avaient désormais l’avantage de pouvoir aussi être employés comme arme de jet. Peut-être faut-il mettre cette évolution en relation avec la diffusion parallèle du soliferreum et du pilum dans ces régions. F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 601, et A. J. Lorrio, Los celtíberos, p. 192, pensent que le premier disparaît en faveur du second dès le IVe siècle. Cependant E. Cabré de Morán et M. I. Baquedano Beltrán, « El armamento céltico en la II Edad del Hierro », p. 257, assurent que le soliferreum est resté en usage dans la Meseta jusqu’au Ier siècle.

214 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 532 ; A. J. Lorrio, « El armamento de los celtas hispanos », p. 313 : la caetra est identifiée grâce à son umbo métallique ; on ne peut exclure cependant l’existence d’autres types de boucliers, plus grands mais entièrement construits en matière périssable.

215 J. Cabré, « La caetra y el scutum en Hispania durante la Segunda Edad del Hierro », pp. 57-85.

216 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 603. On sait que la caetra pouvait en outre atteindre un mètre de diamètre. Il est probable néanmoins qu’il existait deux tailles de bouclier rond. Toutefois, même la plus petite, de quarante à cinquante centimètres de diamètre, apparaît comme un bouclier qui, selon F. Quesada, n’a rien à envier au scutum et convient parfaitement au combat au corps à corps en formation serrée. À ce sujet, ajoutons que la phalange séleucide du IIe siècle utilisait des petits boucliers ronds de quarante-cinq centimètres de diamètre qui avaient l’avantage de permettre à l’hoplite de tenir sa sarisse de six mètres et demi avec les deux mains. Personne n’irait prétendre pour autant que cette formation pratiquait la guérilla ! Cette information est tirée de M. Roux, « Recherches sur les aspects militaires de la conquête du monde gréco-hellénistique par Rome », p. 445, qui s’appuie lui-même sur B. Bar-Kochva, The Seleucid Army, p. 55.

217 Les incursions lusitaniennes au-delà du Guadalquivir à partir de 194 ont ainsi débouché généralement sur des confrontations de ce type : en 194, P. Scipion, préteur d’Ultérieure, surprit une troupe de retour d’expédition et obtint l’avantage sur un ennemi non formé en bataille (Tite-Live, XXXV, 1, 5-11) ; en 190, défaite des Romains sur le territoire des Bastétans (Tite-Live, XXXVII, 46, 7) ; en 189, Paul-Émile livra une bataille rangée (Tite-Live, XXXVII, 57, 5 : signis collatis), de même que C. Atinius en 187 (Tite-Live, XXXIX, 21, 2 : signis collatis) ; en 153, victoire de Mummius sur Caisaros (Appien, Ib., 56 : ἐς μάχην συνηνέχθη) et Caucainos (Appien, Ib., 57) ; Galba rangea ses hommes en bataille face aux Lusitaniens en 151 (Appien, Ib., 58 : ϰαὶ εὐθύς ἐς μάχην ἐξέτασσε).

218 Appien, Ib., 62.

219 Appien, Ib., 70 : Ὁθεν ὁ Οὐϱίατθος, οὐ δοϰιμάζων αὐτῷ συμπλέϰεσθαι διὰ τὴν ὀλιγότητα, ϰατὰ μέν τινα ϕάϱαγγα ἀϕανῆ τὸ πλέον τοῦ στϱατοῦ πεϱιέπεμψεν ἀπιέναι, τὸ δὲ λοιπὸν αὐτὸς ἐϰτάξας ἐπὶ λόϕου δόξαν παϱεῖχε πολεμήσοντος.

220 Appien, Ib., 65 : Τοῦ δ ᾽ὑποστϱατήγου συντάξαντος αὐτοὺς αὖθις ὁ Οὐϱίατθος ἐϰϱάτει ϰαὶ πολλὴν λείαν πεϱιεσύϱατο. ᾽Αϕιϰομένου τε τοῦ Μαξίμου συνεχῶς ἐξέτασσε πϱοϰαλούμενος.

221 Végèce, III, 22 : Propterea plerique, ante pedites, equites posuerunt, ut discurrentes aduersarios uidere non sinerent, quando pedites abscedebant. Item particulatim incipientes a primis, singulas acies subducebant retroque reuocabant, in gradu suo manentibus reliquis : quos sensim postea cessimque ad illos iungebant, quos primum subduxerant.

222 Aux funérailles de Viriathe, la cavalerie et l’infanterie lui rendirent les honneurs « rangés par compagnies (ϰατὰ ἰλας) » (Appien, Ib., 75) ; quant à Tite-Live, il considère la troupe de Viriathe comme un véritable exercitus (Tite-Live, Per., LII). Par ailleurs, H. G. Gundel, « Probleme der römischen Kampfführung gegen Viriathus », pp. 111-112, a souligné la fréquence des expressions Οὐριάτθου πόλεμος et bellum Viriati pour désigner ces campagnes.

223 C’est ce qui explique, d’ailleurs, que Viriathe occupe une place non négligeable dans les Stratagèmes de Frontin, dans lesquels il figure à cinq reprises (II, 5, 7 ; II, 13, 4 ; III, 10, 6 ; III, 11, 4 ; IV, 5, 22). À titre de comparaison, Frontin cite trente-six fois Hannibal et seize fois Alexandre. En ce qui concerne les Romains, il est fait vingt-sept fois référence à César, dix-huit à Pompée, quinze à Scipion l’Africain et douze à Sertorius.

224 La tentative de synthèse proposée dernièrement sur ce point par L. Berrocal-Rangel, « À propos des peuples, des armes et des sites pendant les guerres lusitaniennes », pp. 123-136, n’est guère satisfaisante.

225 La campagne de D. Iunius Brutus entre Tage et Duero en 138 suggère à première vue que ce général a affaire à un adversaire inssaisissable (Appien, Ib., 71). Mais il convient de ne pas oublier que le triomphe lui sera accordé pour une grande bataille livrée l’année suivante au nord du Duero (Orose, V, 5, 12). Le reste des campagnes menées par les différents gouverneurs romains en Lusitanie entre la fin du IIe et le début du Ier s. est évoqué de façon trop vague par les sources pour permettre d’approfondir la question.

226 Voir à ce sujet les hésitations de E. Bedon, L’image de l’Hispanie et des Hispaniques chezTite-Live, pp. 273-285.

227 Pour 205, Tite-Live, XXIX, 2, 5, évoque ainsi, chez les Ilergètes, la présence de larges intervalles entre les ailes et le centre, destinés à laisser passer la cavalerie au moment voulu (ubi tempus esset). Or en 206, ce fut justement l’impossibilité de parvenir à ce déploiement qui désorganisa les lignes ibères, comme le montre Polybe, XI, 33, 3. Le même constat est fait par Tite-Live, qui suit sans doute de près Polybe et qui observe que, durant le combat, fantassins et cavaliers ibères ne pouvaient se porter mutuellement secours (auxilium), contrairement à leur habitude (XXVIII, 33, 15).

228 Appien, Ib., 51.

229 Tite-Live, XL, 40, 3 : Celtiberi, ubi ordinata acie et signis collatis se non esse pares legionibus senserunt, cuneo impressionem fecerunt, quo tantum ualent genere pugnae ut, quamcumque partem perculere impetu suo, sustineri nequeant. Tunc quoque turbatae legiones sunt, prope interrupta acies. Voir aussi XXXIX, 31, 13.

230 Végèce, III, 19. Notons que ce passage est inclus dans la rubrique intitulée : « Comment résister à la valeur et aux ruses de l’ennemi en bataille rangée (Quibus remediis uirtuti uel dolis hostium resistatur in acie) ».

231 Tite-Live, XXVIII, 2, 7 : tum pes cum pede conlatus et gladiis geri res coepta est. Ceterum asperitas locorum et Celtiberis, quibus in proelio concursare mos est, uelocitatem inutilem faciebat, et haud iniqua eadem erat Romanis stabili pugnae adsuetis.

232 César, BC, I, 44, 1-2 : Genus erat pugnae militum illorum ut magno impetu primo procurrerent, audacter locum caperent, ordines suos non magnopere seruarent, rari dispersique : si premerentur, pedem referre et loco excedere non turpe existimarent.

233 C’est du moins ce qu’incitent à penser les difficultés, déjà évoquées supra, éprouvées en 138-137 par Decimus Iunius Brutus au cours de ses opérations dans la région comprise entre les fleuvesTage, Duero, Limia et Minius (Appien, Ib., 71).

234 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 661-662. L’auteur place ainsi au centre de sa réflexion une distinction entre une tactique proche de celle des Romains et une stratégie encore marquée par une conception archaïque, celle du raid, et par une faible ampleur géographique.

235 Ibid., p. 663.

236 Ibid., p. 662.

237 Rappelons qu’aux débuts de la République, au moment où Rome disposait déjà d’une tactique hoplitique, l’intégralité des opérations militaires n’y faisait pas appel : aux VIe -Ve siècles, la guerre romaine se partageait entre le simple raid entre voisins, qui en constituait la forme la plus fréquente, et le recours à la bataille généralisée, plus ponctuelle, où intervenait alors la phalange. Sur ce point, voir les remarques d’A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 35.

238 Certains des éléments de l’argumentation suivante ont déjà été développés dans F. Cadiou, « Sertorius et la guérilla », pp. 297-314.

239 Elle est rapportée par Plutarque, Sert., XVI, Valère-Maxime, VII, 3, 6 et Frontin, Strat., I, 10, 1. Au début du IIe siècle de notre ère, Pline le Jeune, Epist., III, 9, 11, la présente comme un classique : Erat in consilio Sertorianum illud exemplum, qui robustissimum et infirmissimum militem iussit causam equi — reliqua nosti. (« Enfin, nous avions pour nous inspirer le fameux exemple de Sertorius qui, appelant un soldat très vigoureux et un autre très faible, leur confia la queue du cheval — vous savez le reste », trad. A. -M. Guillemin). Souvent rattaché à ce corpus, Horace, Epist., II, 1, 45-46, ne fait pourtant aucune référence à Sertorius.

240 Ce récit présente une légère variante chez Valère-Maxime. Au lieu d’employer deux jeunes gens, l’un robuste et l’autre chétif, Sertorius aurait selon lui eu recours à un vieillard et à un jeune homme. Mais l’esprit est le même.

241 Plutarque, Sert., XVI, 8.

242 Par exemple, C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 152-153, n’accorde pas spécialement d’intérêt à ce passage, qu’il commente à peine.

243 Plutarque, Sert., XVI, 2 ; Valère-Maxime, VII, 3, 6 ; Frontin, Strat., I, 10, 1.

244 Valère-Maxime, VII, 3, 6 : Tunc barbarae contioni quorsum ea res tenderet cognoscere cupienti subiecit equi caudae consimilem esse nostrum exercitum, cuius partes aliquis aggrediens opprimere possit, uniuersum conatus prosternere celerius tradiderit uictoriam quam occupauerit. Ita gens barbara, aspera et regi difficilis, in exitium suum ruens, quam utilitatem auribus respuerat, oculis peruidit.

245 Frontin, Strat., I, 10, 1 : naturam, inquit Sertorius, Romanorum cohortium perhoc uobis exemplum ostendi, milites ; insuperabiles sunt uniuersas adgredienti ; easdem lacerabit et carpet qui per partes adtemptauerit.

246 Plutarque, Sert., XVI, 9-11 : ἀναστὰς ὁ Σεϱτώϱιος «Ὀϱᾶτ’» εἶπεν «ἄνδϱες σύμμαχοι τὴν ἐπιμονὴν ἀνυσιμωτέϱαν τῆς βίας οὖσαν ϰαὶ πολλὰ τῶν ἀθϱόως ἀλήπτων ἐνδίδόντα τῷ ϰατὰ μιϰϱόν. Ἄμαχον γὰρ τό ἐνδελεχές, ᾧ πᾶσαν ἐπιὼν ὁ χϱόνος αἱϱεῖ ϰαὶ ϰατεϱγάζεται δύναμιν, εὐμενὴς ὢν σύμμαχος τοῖς δεχομένοιç λογισμῷ τὸν ϰαιϱὸν αὐτοῦ, τοῖς δ ἀϰαίϱως ἐπειγομένοις πολεμιώτατος». Τοιαῦτα μὲν ό Σεϱτώϱιος ἑϰάστοτε πλέϰων παϱαμύθια τοῖς βαϱβάϱοιç διεπαιδαγώγει τὸν ϰαιϱόν.

247 On considère en général que Sertorius a rationnellement et méthodiquement utilisé les compétences naturelles des indigènes pour la guérilla, mais que cette stratégie est restée limitée à la période antérieure à 77, date à laquelle, pourvu désormais de moyens suffisants, il serait revenu à des méthodes plus traditionnelles au cours de ses opérations dans la vallée de l’Èbre et dans le Levante. Voir A. Schulten, Sertorio, pp. 180-193 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 91 ; J. M. Roldán Hervás, Los hispanos en el ejército romano de época republicana, pp. 81-82. Pour sa part, F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 149-150, n’exclut pas que le texte puisse se référer aux relations du général rebelle avec ses alliés celtibères, mais n’en propose ensuite aucune interprétation. Le problème de toutes ces hypothèses réside dans le fait qu’elles opposent « guérilla » et tradition romaine, sans voir que l’action de Sertorius consistait à intégrer à la guerre indigène la systématisation d’une dispersion stratégique qui avait fini au début du Ier siècle par former précisément l’originalité et la force de la conception romaine. Sur les problèmes posés plus généralement, sur le plan méthodologique, par le recours à la notion de « guérilla », voir F. Cadiou, « Sertorius et la guérilla », pp. 298-308.

248 César, BG, III, 23, 3-6 (III, 24, 2) : Illi etsi propter mutitudinem et ueterem belli gloriam paucitatemque nostrorum se tuto dimicaturos existimabant, tamen tutius esse arbitrabantur obsessis uiis commeatu intercluso sine ullo uulnere uictoria potiri. Même épisode chez Dion Cassius, XXXIX, 46 et Orose, VI, 8, 21-22, lequel affirme que les Hispani en question étaient des Cantabres.

249 D. Estefanía Álvarez, « El conocimiento de Hispania en César », pp. 29-30, en se fondant sur Orose, le considère comme une illustration de la guérilla cantabre ; quant à A. Deyber, « La guérilla gauloise pendant la guerre des Gaules », p. 161, il s’en sert pour opposer radicalement guerre romaine et guérilla. En l’occurrence, il s’agit là d’un contresens évident. Si on lit attentivement le texte de César, il est clair que celui-ci se présente explicitement comme un parfait condensé des conceptions tactiques sertoriennes, et plus généralement romaines (consuetudine populi romani). Les arguments exposés par A. Deyber en faveur de l’existence d’une guérilla gauloise sont brièvement discutés dans F. Cadiou, « Sertorius et la guérilla », pp. 305-306.

250 Le poids déterminant de cette influence est admis, entre autres, par H. Pavis dEscurac, « Province et guerre civile », p. 37 ; G. Gaggero, « Sertori e gli iberi », p. 155 ; et surtout G. Wylie, « The Genius and the Sergeant », p. 152.

251 Cette idée s’accorde du reste mieux avec ce que nous dit Plutarque de la politique générale de Sertorius, qui, selon son biographe, s’efforça en tout d’imposer aux Hispani un point de vue romain (Plutarque, XXII, 6). Il faut évidemment tenir compte du fait que Plutarque représente une tendance de l’historiographie antique favorable à Sertorius, soucieuse de lui éviter le reproche d’avoir trahi Rome. Sur l’existence d’une double tradition littéraire relative à ce personnage, voir M. L. Neira Jiménez, « Aportaciones al estudio de las fuentes literarias antiguas de Sertorio », pp. 189-211 ; C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. xli-lvi. On s’accorde néanmoins aujourd’hui à reconnaître que la perspective de Sertorius est toujours restée celle d’un chef romain attaché à agir comme tel, comme l’a bien fait valoir G. Gaggero, « Sertori e gli iberi », pp. 125-156.

252 Dans un article récent montrant que, chez Plutarque, le personnage de Sertorius est exalté dans la mesure où il est celui qui assure la transmission de la culture gréco-romaine à l’Extrême-Occident, symbolisé ici par la péninsule Ibérique, P. Payen, « Sertorius et l’Occident dans les Vies parallèles de Plutarque », p. 108, maintient toutefois que le seul cas où l’acculturation est présentée comme réciproque est celui de la tactique militaire, dont il pense qu’elle « ne doit rien aux leçons de l’armée romaine et se conforme résolument aux méthodes indigènes ». L’analyse qui précède a suggéré que tel n’était pas le cas : au contraire, les conclusions générales de P. Payen nous paraissent pouvoir être également appliquées au domaine militaire, qui n’est donc en rien une exception dans le récit de Plutarque.

253 Plutarque, Sert., XII, 1, insiste sur le fait que le stratagème facilitait l’acceptation de ces conceptions par les indigènes, puisqu’elles apparaissaient dictées par une divinité et non par un chef étranger. Remarquons qu’en plaçant l’entreprise de Sertorius sous le patronage d’Artémis, l’animal servait également à promettre la victoire aux troupes romaines qui faisaient partie de l’armée. Sur le rôle de la biche et sa signification, voir en dernier lieu F. García Morá, « Entre la leyenda y la realidad. La cierva de Sertorio », pp. 163-192 ; P. Moret et J. -M. Pailler, « Mythes ibériques et mythes romains dans la figure de Sertorius », pp. 117-131.

254 Appien, BC, I, 112.

255 Florus, II, 10, 3 (= III, 22, 3) : Nec alias magis apparuit Hispani militis uigor quam Romano duce.

256 Plutarque, Sert., XIV, 1.

257 Tite-Live, frgt. XCI. Sur l’importance déterminante de la logistique dans la supériorité de l’armée romaine, voir infra, pp. 440-451.

258 En effet, le recours à la guérilla n’est pas la conséquence d’un armement matériellement léger (en quantité et en poids), mais celle d’une conception tactique réclamant une certaine infrastructure. Cette réserve essentielle est rappelée par F. Quesada Sanz, « La fuerza de los antagonistas », p. 142. En ce sens, les Romains étaient paradoxalement mieux organisés pour mener à bien une guérilla que les peuples barbares. C’est un point sur lequel la recherche récente, à la suite des travaux novateurs de V. D. Hanson sur la guerre grecque, a commencé à insister. Voir ainsi, A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, pp. 41-79, et notamment p. 78 : « The fundamental flexibility of the Roman army has not been fully appreciated. Not only was it capable offighting a guerrilla war, but it was actually better at this than most of its opponents. »

259 En effet, au Ier siècle, la guerre de Sertorius associa la péninsule Ibérique à une guerre qu’on se plaisait à considérer comme l’une des plus dures que Rome ait dû mener à l’époque : Cicéron, Pro Balbo, II, 5 et VI, 14 ; De imp. Cn. Pomp., XXI, 62. Or, on a vu supra (p. 174) que l’idée selon laquelle les œuvres de Strabon et de Diodore reprenaient le contenu des observations de Polybe et de Posidonius est seulement une hypothèse moderne destinée à valider l’information qu’elles transmettent pour l’étude des sociétés indigènes antérieures au Ier siècle. C’est donc ce présupposé qui a tendance à exclure a priori la référence à une situation post-sertorienne. Rappelons aussi que les dernières campagnes menées dans la Péninsule par Auguste avaient de la même manière contribué à associer dans les esprits le pays à une forme de guerre de harcèlement. Sur la tactique cantabre, voir ainsi P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, p. 66.

260 Plutarque, Sert., XII, 6-7.

261 Plutarque, Sert., XIII, 1.

262 Ce que montre bien Plutarque, Sert., X, 3 qui rapporte qu’on disait de Sertorius qu’il brillait autant dans la bataille rangée que dans le stratagème et le harcèlement.

263 Plutarque, Sert., XVIII, 2.

264 Sur la phalange originelle, voir en particulier F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 7 ; M. P. Nilsson, « The Introduction of Hoplite Tactics at Rome », pp. 1-11 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 263 ; M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 9 (§ 17) ; G. V. Sumner, « The Legion and the Centuriate Organization », p. 70 ; E. L. Wheeler, « The Legion as Phalanx », p. 305 ; L. Keppie, The Making of the RomanArmy, p. 17.

265 Tite-Live, VIII, 8, 3-8. On date en général la naissance de la légion manipulaire de l’époque des guerres Samnites (343-290). Mais dans son détail, l’authenticité de la description livienne du fonctionnement de cette nouvelle légion a fait l’objet de nombreuses discussions et de nombreuses critiques. Voir G. V. Sumner, « The Legion and the Centuriate Organization », p. 69 ; E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 30 ; Chr. Saulnier, L’armée et la guerre dans le monde étrusco-romain, pp. 126-128 ; Ch. Guittard, « Les sources littéraires et historiques concernant l’armement du légionnaire romain », p. 57.

266 Polybe, VI, 24, 5.

267 Polybe, VI, 21, 7-10. Le passage que cet auteur consacrait à l’ordre de bataille proprement dit, et qu’il annonce en VI, 26, 11, est malheureusement perdu. Sur la reconstitution de cet ordre de bataille, voir J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, pp. 53-58 ; F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 8 ; G. V. Sumner, « The Legion and the Centuriate Organization », pp. 67-78 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 277 ; P. Fraccaro, Opuscula, t. IV, p. 42 ; P. Connolly, Greece and Rome at War, pp. 127-130 ; A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 43 ; M. Stemmler, « Die römische Manipularordnung und der Kunktionswandel der Centurien », pp. 107-125.

268 Pour sa part, H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 414, pense que la répartition en groupe d’âge est déjà obsolète à l’époque de la seconde guerre punique. Toutefois il a généralement tendance à surestimer l’uniformité de la légion.

269 La triplex acies était donc ce qui permettait au général romain de faire un usage optimal du nombre des soldats dont il disposait. G. Veith, « Die Römer », p. 290 ; F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 12 ; A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 55 ; P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 7.

270 Tite-Live, VIII, 8, 9-13.

271 Pour la péninsule Ibérique, nous n’en avons guère de mention explicite qu’en Tite-Live, XXIII, 29, 3, pour 216, lorsque les Scipions se heurtèrent à Hasdrubal (triplex stetit romana acies). Mais Tite-Live en mentionne parfois une composante, comme les triarii (Tite-Live, XXVIII, 3, 14, et XXXIV, 15, 6).

272 César, BC, I, 41, 2 ; I, 63, 6 ; I, 83, 1-2.

273 Tite-Live, XXXIV, 15, 1.

274 Tite-Live, XL, 32, 5.

275 César, BC, I, 45, 7-8 ; I, 83, 2.

276 Pour une analyse dans le même sens, voir les réflexions publiées dernièrement par F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 163-196, et notamment p. 175.

277 Les manipules demeuraient étroitement solidaires les uns des autres et les trois lignes, bien individualisées, n’étaient pas interchangeables. H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 415, y voit une limite de l’innovation introduite par cette organisation. Pour cette raison, il pense à tort (p. 407) que la tactique manipulaire reposait encore largement sur la simple poussée.

278 Sur l’importance de l’infanterie légère dans l’armée de la République moyenne, trop souvent négligée, voir J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, pp. 22-23, G. Veith, « Die Römer », pp. 308-309, et les remarques de J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 39-41, qui insiste sur l’originalité au sein du monde antique, de cette forte articulation avec l’infanterie lourde ; voir aussi dernièrement, P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 2. Sur la nécessité de prendre en compte l’emploi de la cavalerie et l’efficacité de celle-ci dans le cadre de la bataille rangée, voir J. B. McCall, The Cavalry of the Roman Republic, pp. 53-77.

279 Sur la création des uelites au cours de la seconde guerre punique : Tite-Live, XXVI, 4, 4 ; Frontin, Strat., IV, 7, 29. Ils remplaçaient ainsi comme leves les rorarii mentionnés par Tite-Live, VIII, 8, 3. Contrairement à G. Veith, « Die Römer », p. 298, la plupart des historiens admettent, avec J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 42, que cette dénomination désignait des combattants légers, précurseurs des uelites. Récemment, Y. Le Bohec, « L’armement des Romains pendant les guerres Puniques d’après les sources littéraires », p. 14, a suggéré que les uelites étaient seulement une catégorie particulière parmi les fantassins légers. Leur disparition de la documentation après la guerre de Jugurtha ne signifierait donc pas la fin de l’infanterie légère romaine.

280 Polybe, VI, 21, 7 et VI, 24, 4. C’est la disposition qu’ils adoptent par exemple en 216 lors de la bataille d’Hibera (Tite-Live, XXIII, 29, 3).

281 Tite-Live, XXIII, 29, 1 (leuibus proeliis) ; Tite-Live, XXVII, 18, 2 (les uelites de Scipion mettent la cavalerie ennemie en fuite avant la bataille de Baecula) ; Tite-Live, XXVIII, 13-14 et Polybe, XI, 22 (escarmouches avant la bataille d’Ilipa) ; Polybe, XI, 32, 3, et Tite-Live, XXVIII, 33, 2 (recours initial aux uelites contre Indibilis en 206).

282 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, pp. 91-99 ; G. Veith, « Die Römer », p. 310. Cette question des similitudes d’organisation entre légionnaires et socii au IIe s. a fait l’objet d’une communication lors du sixième colloque « Impact of the Empire » qui s’est tenu à Capri au printemps 2005 : P. Erdkamp, « Polybius and Livy on the Allies in the Roman Army », à paraître.

283 Sur l’emploi tactique de ces auxilia, voir infra, pp. 262-275 ; sur les modalités de leur recrutement en péninsule Ibérique, voir pp. 667-683.

284 H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, pp. 266-269, pour qui toute brèche dans les lignes signifiait le désastre dans une légion agissant encore à ses yeux comme un bloc, suppose qu’après la prise de Carthagène en 209, Scipion innova en comptant moins sur les trois lignes manipulaires traditionnelles que sur une savante combinaison entre son centre et ses ailes. Scipion est ainsi exagérément décrit par cet auteur comme un réformateur. Cette conviction perdure d’ailleurs dans la majorité des travaux consacrés à l’évolution tactique et stratégique de l’armée romaine ; voir ainsi G. Brizzi, Le guerrier de l’Antiquité classique, pp. 108-113. Toutefois, la véritable innovation est sans doute plus tardive : il est possible en effet que, dans les très grandes armées de la fin de la République, la division entre centre et ailes fut formalisée par la création d’un échelon supplémentaire de commandement, comme l’a suggéré A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 141.

285 Cette interprétation, privilégiée par exemple par M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 41 (§ 73), est préférable à l’hypothèse réformiste. Elle rappelle que l’armée romaine n’était rien d’autre qu’un outil assez perfectionné dont l’efficacité dépendait évidemment de la plus ou moins grande habileté de ses chefs à en tirer parti. Sur ce constat essentiel, voir notamment J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 439.

286 A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 72 : « The manipular legion was flexible while the phalanx was not, and this proved the decisive factor in a clash between the two. » ; P. Sabin, « The Face of Roman Battle », pp. 8-18. Sur la comparaison entre les deux formations tactiques, voir G. Brizzi, « Ancora sul confronto tra legione e phalange », pp. 189-200 ; Id., Le guerrier de l’Antiquité classique, pp. 131-141 ; sur les conceptions expliquant ces différences : J. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, pp. 190-191 (« The manipular legion was a way of fighting deeply rooted in Roman martial culture »).

287 Cette disposition est restituée d’après Tite-Live, VIII, 8, 9-13, et d’après les différents récits de bataille. Mais le terme de quincunx est une invention de l’époque moderne.

288 On pense en général que la taille de ces intervalles était équivalente à celle du front d’un manipule. La plupart des historiens évalue ce front à un alignement de vingt hommes : F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 8 ; G. Veith, « Die Römer », pp. 287 et 429 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 273 ; G. V. Sumner, « The Legion and the Centuriate Organization », p. 69 ; Y. Garlan, La guerre dans l’Antiquité, p. 100. Bien que l’espace séparant lui-même chaque soldat soit peu clair (Polybe, XVIII, 28-30 ; Végèce, III, 14-15), on admet que le front du manipule équivalait à environ trente-cinq mètres.

289 Le fait est attesté par Polybe, XI, 22, 10 et Tite-Live, XXVIII, 14, 13 pourla bataille d’Ilipa en 206.

290 Cette conviction, exprimée d’abord par R. Schneider, Legion und Phalanx, pp. 135-138, a été surtout défendue par H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 273, suivi par la majorité des historiens : P. Connolly, Greece and Rome at War, p. 141 ; Id., « The Roman Army in the Age of Polybius », p. 162 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 39 ; M. Stemmler, « Die römische Manipularordnung und der Kunktionswandel der Centurien », p. 117.

291 À la suite de G. Veith, « Die Römer », pp. 359-361, et F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, pp. 9-10.

292 A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 208 ; P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 16.

293 A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, pp. 51-52.

294 Voir à ce sujet le modèle alternatif d’un ordre de bataille, moins rigide que le quincunx artificiel des Modernes, suggéré parJ. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, pp. 179-181 : cet auteur a raison de souligner que rien ne prouve que les manipules (notamment ceux des hastati et des principes) avaient l’aspect des rectangles bien ordonnés qu’on leur attribue généralement par défaut dans l’historiographie ; cette vision de lignes hétérogènes et moins rigoureusement organisées a été suivie depuis, et systématisée, par F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 182-187, pour qui un manipule devait ressembler à une sorte de nuage élastique qui se contractait ou de rétractait à volonté autour de son enseigne, « como una ameba ». Il explique ainsi la façon dont les lignes romaines parvenaient, sans provoquer le chaos dans les rangs, à réduire au minimum les intervalles entre les manipules au moment du choc. Cette restitution a l’avantage de proposer une solution à l’épineuse question du maintien strict de larges intervalles, sans pour autant revenir à l’idée contestable d’une formation d’attaque en phalange compacte dont les sources ne se font pas l’écho.

295 A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 140 ; Id., Roman Warfare, p. 52, suggère toutefois que la spécificité des intervalles romains était peut-être d’avoir été systématiquement plus larges que ceux ordinairement respectés.

296 Polybe, XI, 33, 4 et Tite-Live, XXVIII, 33, 9, insistent sur le fait que les combattants indigènes se gênèrent mutuellement. Pour 205, Tite-Live, XXIX, 2, 5, présente comme une originalité le fait que les Ilergètes aient ménagé inter cornua et mediam aciem des vides pour laisser passer leur cavalerie. Ils sont du reste imités en cela par les Romains. Le texte n’évoque cependant que les intervalles entre les principaux corps de troupes. Il en existait d’autres entre les unités, à l’intérieur des lignes. Ils étaient seulement de plus petite taille.

297 Polybe n’affirme rien d’autre à propos de la bataille de Zama. Il vante à cette occasion la souplesse de l’organisation manipulaire dont les différents segments ont une autonomie supérieure à la ligne unique de la phalange, Polybe, XV, 15, 7 : Οὔσης γὰϱ δυσδιασπάστου τῆς Ῥωμαίων τάξεως ϰαὶ δυνάμεως, τὸν ἄνδϱα συνέβη ϰαὶ ϰαθόλου ϰαὶ ϰατὰ μέϱη μάχεσθαι πρὸς πάσας τὰς ἐπιϕανείας διὰ τῆς μιᾶς ἐϰτάξεως, ἀεὶ <τῶν> ἔγγιστα τῷ δεινῷ σημειῶν συνεπιστϱεϕουσῶν πϱὸς τὸ δεόμενον. (« Il est en effet fort difficile de disloquer une armée romaine en formation de combat, car, à partir d’un seul et unique ordre de bataille, les légionnaires peuvent tous ensemble ou par petites unités, faire front de n’importe quel côté, les manipules qui sont le plus directement menaçés se tournant chaque fois en même temps dans la direction qui convient », trad. D. Roussel).

298 Par rapport à ce qu’il en était au moment de la rédaction initiale de ce travail, il faut reconnaître que cet aspect du combat commence à être mieux pris en compte dans les publications récentes. En particulier, F. Quesada Sanz, « Not so different », p. 256, défend à juste titre l’idée qu’en matière d’armement et de tactique, les différences entres les Romains et les Ibères étaient finalement moins importantes que celles qui existaient entre les Romains et les Grecs. Cet auteur y voit par conséquent la trace « of a “western” military tradition completely different than that of Hellenistic states of the time », mettant ainsi en doute l’idée du « modèle occidental » de la guerre défini par V. D. Hanson.

299 E. L. Wheeler, « The Legion as Phalanx », p. 304, suggère même que la conception livienne du quincunx pourrait devoir beaucoup à l’héritage césarien, masquant ainsi une persistance du recours à la formation en phalange jusqu’à l’époque césarienne. Il reconnaît cependant que, même dans ce cas, celui-ci n’a pu être qu’intermittent.

300 Cernées de toutes parts par un ennemi supérieur en nombre, les troupes de P. Scipion en 211 resserrèrent ainsi les rangs (Tite-Live, XXV, 34, 10 : in partem conferti) ; d’une manière générale, la fameuse testudo fut employée sur le champ de bataille, dès le IIe siècle (Polybe, XXVIII, 11, 1-2 ; Tite-Live, XXXIV, 39, 6 ; 44, 9, 8), comme « a tightly massed defensive disposition » (E. L. Wheeler, « The Legion as Phalanx », p. 307).

301 P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 14. Cela ne veut pas dire que l’objectif n’était plus d’obtenir un choc décisif, bien au contraire. Voir A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 33.

302 H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 276. D’après Polybe, VI, 23, 16, les triarii auraient toutefois conservé assez longtemps la lance (hasta), qui convenait précisément à leur rôle défensif requérant le maintien d’une technique davantage propre à la phalange.

303 G. Veith, « Die Römer », p. 361 ; F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 10 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, pp. 276-277 ; P. Connolly, Greece and Rome at War, pp. 128 et 142 ; Id., « The Roman Army in the Age of Polybius », p. 162 ; A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 177 ; Id., Roman Warfare, p. 53.

304 En 216, les Romains mirent en fuite les soldats espagnols d’Hasdrubal dès le premier jet de pila (Tite-Live, XXIII, 29, 9 : quam uix pila coniecta essent). Mais Tite-Live prend soin de préciser que ce résultat était exceptionnel et s’expliquait par l’absence de motivation des troupes indigènes peu désireuses de passeren Italie en cas de victoire (qui uinci in Hispania quam uictores in Italiam trahi malebant) ; il est vrai toutefois qu’en 207, lors du combat entre les troupes de Magon et de Silanus, Tite-Live ne mentionne qu’un seul échange de javelots avant l’engagement à l’épée (Tite-Live, XXVIII, 2, 6-7).

305 Récemment, on a proposé dans cette perspective de réévaluer l’emploi des armes de jet au cours de la bataille : A. Zhmodikov, « Roman Republican Heavy Infantrymen in Battle », pp. 67-78. Son raisonnement conduit toutefois l’auteur à l’excès inverse : il en vient à sous-estimer le corps à corps à l’épée, pourtant bien attesté par les textes. L’intérêt de ce travail est toutefois d’offrir un certain nombre d’arguments permettant de renoncer à l’idée d’une « bataille-type », où la part du corps à corps et de l’affrontement à distance serait invariablement la même. De façon intéressante, P. Sabin, « The Face of Roman Battle », p. 12, a proposé que l’effort d’escrime de la première ligne ait pu être soutenu par des jets de pila de la seconde. Une étude récente analyse du reste l’organisation des ordines au combat en fonction de l’utilisation du pilum : Chr. Geyer, « Pila in hostes immittunt », pp. 53-64. Dernièrement, E. L. Wheeler, « Firepower. Missile Weapons and the “Face of Battle” », pp. 174-181, est revenu sur la question de l’efficacité attendue des traits au cours du combat.

306 Tite-Live, XXII, 38, 3 : neque ex ordines recessuros, nisi teli sumendi aut petendi et aut hostis feriendi aut ciuis seruandi causa ; même formulation en Frontin, Strat., IV, 1, 4. Sur la distinction à établir entre ce iusiurandum et le sacramentum lui-même, voir F. Hinard, « Aulu-Gelle et les serments militaires », et Id., « Sacramentum », pp. 251-263, pour qui le premier est un serment d’obéissance prêté aux consuls après le dilectus, tandis que le second était un serment solennel prêté par tous les mobilisables avant le dilectus. Un troisième serment, également appelé iusiurandum, réglementait la vie intérieure des camps.

307 C’est le cas en 195 lors de la bataille d’Emporion (Tite-Live, XXXIV, 14, 9) et en 49 lors de celle d’Ilerda (César, BG, 1, 46, 1), durant lesquelles une grande partie du combat consista en échanges de traits.

308 Polybe, VI, 22, 4, attribue au pilum des uelites la capacité de se plier dès le premier choc, afin d’être ensuite inutilisable pour l’ennemi. Il insiste au contraire (VI, 23, 11) sur la solidité de celui de l’infanterie lourde. On sait toutefois qu’après Marius, la tendance du pilum à se briser sous l’impact fut accrue par la substitution d’une cheville de bois à l’ancienne cheville de fer (Plutarque, Mar., XXV, 1-2). L’interprétation traditionnelle de ces témoignages tend cependant aujourd’hui à être remise en question : F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 177-179.

309 La violence de l’effort et le stress devaient en effet rapidement épuiser le légionnaire. On estime en général qu’un combat au corps à corps à l’épée ne pouvait durer plus d’une quinzaine de minutes. voir J. F. C. Fuller, Julius Caesar, pp. 90-91 ; A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 224. Or les sources attestent fréquemment des durées de plusieurs heures pour les batailles. Sur ce point, voir dernièrement P. Sabin, « The Face of Roman Battle », pp. 4-5.

310 L’hypothèse de l’existence de pauses régulières au cours du combat n’est pas nouvelle. Par exemple H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, pp. 423-424, considère de telles interruptions nécessaires, dans son optique d’intervalles comblés, afin de permettre la rotation des soldats suggérée par les sources. Cependant, la discontinuité des assauts a été surtout systématisée dans les études récentes qui insistent avec raison sur le rythme spécifique des batailles dans l’Antiquité : A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 55 ; P. Sabin, « The Face of Roman Battle », pp. 10-17. Les conclusions de ces travaux sont notamment suivies par F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 180-182.

311 Bell. Hisp., XXXI, 1 : et uehemens fiebat ab utrisque clamor telorumque missu concursus. Le terme apparaît aussi dans Tite-Live, XXIII, 29, 9, pour 207.

312 La critique envers une tendance trop fréquente des travaux modernes à imaginer l’armée romaine et son système tactique comme une machine parfaite et implacable est l’un des intérêts du livre d’A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, notamment pp. 8-10.

313 Régulièrement rappelée par les sources (Cicéron, Tusc., II, 16, 37), la nécessité de soumettre les troupes à de tels exercices a été particulièrement soulignée par Végèce (notamment, I, 1 et I, 8-28). Sur cet aspect essentiel de la guerre romaine, voir G. Horsmann, Untersuchungen zur militärischen Ausbildung.

314 Polybe, X, 20, 1-3, et 6 et Tite-Live, XXVI, 51, 3-7 (sur le programme d’entraînement de l’armée de Scipion en 209) ; Tite-Live, XXXIV, 13, 3-4 (sur les précautions prises par Caton en la matière en 195) ; l’exemple de Scipion Émilien devant Numance est le plus commenté : Tite-Live, Per., LVII ; Appien, Ib., 86 ; Frontin, Strat., IV, 1, 5 ; Orose, V, 7, 4 ; Florus, I, 34 (= II, 18) ; Plutarque, Apoph. Scip., 18.

315 Sans aller jusqu’à prétendre qu’il s’agit d’un mythe forgé par l’école historique allemande du XIXe siècle, comme le fait W. S. Messer, « Mutiny in the RomanArmy. The Republic », pp. 159-160, il convient néanmoins de nuancer la sévérité de la discipline romaine, comme le suggère notamment G. R. Watson, The Roman Soldier, pp. 118-119. L’idée d’une décadence de la discipline jusqu’au milieu du Ier siècle, défendue parJ. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 272-298, n’est pas assurée : cette conviction résulte surtout du souci de l’auteur de présenter César, en ce domaine comme en d’autres, comme un réformateur. Dès l’origine, les mutineries n’étaient pas des phénomènes exceptionnels, comme l’ont rappelé deux courtes études : E. Gabba, Le rivolte militari romane, et F. Hinard, « Les révoltes militaires dans l’armée romaine républicaine », pp. 149-154.

316 Un exemplum de Frontin nous montre ainsi Q. Caecilius Metellus, lors de sa campagne hispanique de 143-142, usant d’une ruse pour obliger ses soldats à ne pas relâcher les rangs durant la marche (Frontin, Strat., IV, 7, 42).

317 Àpartir des constats établis pour les armées modernes, A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 222, estime que seul un quart des soldats acceptait de s’exposer en portant de grands coups à l’ennemi.

318 Bell. Hisp., XXXI, 6 : Ita cum clamoresset intermixtus gemitu gladiorumque crepitus auribus oblatus, imperitorum mentes timore praepediebat. De même, sur le clamor précédant le combat et destiné à impressionner l’adversaire, voir les remarques de R. H. Cowan, « The Clashing of Weapons and Silent Advances in Roman Battles », pp. 114-117.

319 Sur cette question, voir en dernier lieu, A. D. Lee, « Morale and the Roman Experience of Battle », pp. 199-217, et notamment pp. 203-212.

320 Polybe, X, 15, 1.

321 Polybe, XI, 32, 7.

322 Sur cette panoplie, voir P. Couissin, Les armes romaines, pp. 177-352 ; P. Connolly, Greece and Rome at War, pp. 130-134 ; M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, pp. 48-64 ; M. Feugère, Les armes des Romains, pp. 75-107 ; M. Feugère (éd.), L’équipement militaire et l’armement de la République. Sur les similitudes des panoplie romaine et indigènes, voir : F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 190-191 ; Id., « Not so different », p. 251 ; Id., « Armamento indígena y romano republicano en Iberia », pp. 76-80.

323 Polybe, VI, 23, 1-15. Cette panoplie correspondait sans doute à un équipement fonctionnel minimum imposé par l’État au iie siècle. Chacun était libre ensuite, en fonction de ses goûts ou de sa fortune d’améliorer cet équipement de base. Polybe ajoute en effet que ceux dont le cens dépassait dix mille drachmes remplaçaient leur pectoral par une cotte de maille. On sait aussi qu’en 134, Scipion Émilien avait reproché à un soldat d’avoir décoré son bouclier avec un raffinement excessif (Plutarque, Apoph. Scip., 18 ; Frontin, Strat., IV, 1, 5). Il est difficile cependant de savoir si les pièces de base de l’équipement étaient véritablement fournies par l’État. Le problème de la fourniture publique des armes est discutée aux pp. 565-568.

324 Polybe, VI, 23, 16.

325 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 698. De même, E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 13, a justement remarqué qu’il n’y avait aucun sens pour Polybe à décrire à son lectorat grec un système obsolète. On admet depuis que l’armement des légions n’avait pas connu de mutation importante entre la veille de la seconde guerre punique et l’époque où Polybe écrit. Les fouilles de Schulten sur la colline de Castillejo, autour de Numance, ont mis au jour un pectoral circulaire en bronze de 17 cm de diamètre, de facture probablement italique, qui pourrait correspondre à la protection dont parle Polybe pour les trois premiers ordines : sur cette pièce, voir en dernier lieu M. Luik, Die Funde aus den römischen Lagern um Numantia, pp. 69-73, 255 et pl. 4, fig. 1.

326 Conservé au Louvre, ce relief est aussi connu sous le nom d’Autel de Domitius Ahenobarbus. Rapporté à la première moitié du Ier siècle par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 56 et 64, il est plutôt considéré aujourd’hui comme datant des dernières décennies du siècle précédent, suite à la démonstration de F. Coarelli, « L’“Ara di Domizio Enobarbo” e la cultura artistica in Roma nel II secolo a. C. », pp. 302-368.

327 La représentativité de l’autel du Louvre doit être posée. Comme souvent dans le cas des représentations figurées, l’image ne donne pas forcément à voir le réel mais une interprétation de celui-ci. Dans cette scène qui exalte l’opération du census, le choix du sculpteur aura pu ainsi privilégier un soldat idéal, revêtu de l’équipement le plus flatteur et pas forcément le plus répandu, peut-être une tenue de parade. Les mêmes problèmes se posent à propos du monument de Paul-Émile à Delphes et des reliefs de la frise du propylée de Pergame, souvent utilisés pour discuter de l’équipement légionnaire du IIe siècle. Les problèmes liés aux conventions de l’iconographie ont été brièvement discutés dernièrement par M. Galinier, « La représentation iconographique du légionnaire romain », qui revient (pp. 418-421) sur les principaux reliefs d’époque républicaine pour insister, à leur propos, sur ce qu’il appelle « la relativité du réalisme romain ».

328 Actuellement conservé au Musée Archéologique de Séville, ce fragment de relief fut au moment de sa découverte considéré comme la représentation de guerriers wisigothiques. C’est P. Paris qui, le premier, dans son Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, t. I, pp. 329-330, mit cette pièce en relation avec l’art ibéro-romain. Il yvoyait cependant des soldats ibères et non romains. L’ensemble de la bibliographie récente les interprète néanmoins, avec beaucoup de vraisemblance, comme des légionnaires romains républicains : A. García y Bellido, « Esculturas hispano-romanas de época republicana », p. 425 ; P. León Alonso, « Plástica ibérica e iberorromana », pp. 193-194 ; A. Balil, « De la cultura romano-ibérica a la escultura romana-republicana », pp. 225-226 ; P. Rodríguez Oliva, « Las primeras manifestaciones de la escultura romana en la Hispania meridional », p. 23 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 541. Moins convaincante nous paraît l’hypothèse de J. M. Noguera Celdrán, « La escultura hispanorromana en piedra de época republicana », pp. 175-176, qui préfère y reconnaître des fantassins ibères appartenant aux cohortes scutatae et représentés dans le contexte de munera funèbres.

329 Très proche en est aussi un petit ex-voto en bronze trouvé au sanctuaire de LosJardines à Despeñaperros (voir photo de couverture). Sur cette pièce : J. Cabré, « La caetra y el scutum en Hispania durante la Segunda Edad del Hierro », p. 81 et pl. XIX, 4 ; G. Nicolini, Les bronzes figurés des sanctuaires ibériques, p. 185, n. 7 ; A. Hernando Grande, « Aportación al estudio del escudo en los exvotos ibéricos », p. 66. Jamais vraiment étudié, ce bronze n’est pas daté et on ignore le contexte exact dans lequel il a été retrouvé. Suivant en cela les remarques stylistiques effectuées par G. Nicolini, il est néanmoins très probable de le considérer comme un bronze ibéro-romain, tant sa facture de type hellénistique tranche avec la rigidité du reste des ex-votos retrouvés par milliers dans le sanctuaire. Dès lors, il est tentant d’y reconnaître une représentation de soldat romain. C’est en tout cas ce qu’affirme, avec beaucoup de vraisemblance selon nous, F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 543. Parfois considéré comme perdu, ce bronze s’avère en réalité visible dans une vitrine du musée Juan Cabré de Calaceite (Teruel). Nous remercions Pierre Moret pour nous avoir communiqué cette précieuse information et nous remercions aussi Mme la directrice du Musée pour avoir aimablement autorisé la reproduction photographique de cette statuette.

330 On ne peut écarter l’hypothèse qu’un certain nombre d’éléments n’étaient pas directement sculptés mais peints, comme le rappelle M. Feugère, Les armes des Romains, p. 90. Ainsi, l’absence de caligae sur l’autel du Louvre, doit s’expliquer de la sorte et, non comme l’écrivent M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 63, parce que les légionnaires sont représentés « barefoot ». Dans le cas du relief d’Estepa, il est impensable que l’artiste ait confié au pinceau le soin de figurer la cotte de maille, puisqu’elle est sculptée pour le personnage de gauche. En revanche, il a pu déléguer la représentation d’une cuirasse à écaille (lorica squamata), plus banale : elle était formée de plaques métalliques fixées sur un support textile.

331 Pour cette même raison, il est probable que le cornicen d’Osuna représente un soldat romain. Contra, M. Bendala Galán, « Virtus y pietas en los monumentos funerarios de la Hispania romana », p. 75, qui estime qu’il s’agit plutôt du joueur de cornu qui ouvrait ordinairement les jeux gladiatoriens.

332 Cette réserve essentielle a été parfaitement exprimée par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 74 : « Le matériel est relativement uniforme, dans ses capacités de défense comme d’attaque ; toutes les têtes et toutes les poitrines ont une protection métallique, toutes les mains manient des traits ou des armes de choc schématiquement identique. On ne saurait aller plus loin. La documentation tantôt indique, tantôt oblige à supposer la juxtaposition des types et, à l’intérieur de ceux-ci, celle de variantes morphologiques. » Voir aussi M. T. Burns, « The Homogenisation of Military Equipment under the Roman Republic », pp. 60-85, qui insiste sur le fait que cette homogénéisation est le résultat d’un lent processus d’interaction entre les traditions romaines et italiques en matière d’armement et de combat et non celui d’une évolution imposée par l’État romain à un moment donné.

333 Sur l’absence de diffusion des protections métalliques dans l’armement indigène, voir F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 570-571 et 604. Dernièrement, le même auteur a toutefois insisté à juste titre sur le fait qu’à la fin du IIIe siècle, les cuirasses étaient sans doute moins répandues dans l’armée romaine qu’on ne l’imagine généralement : F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 175-176.

334 Le fait de savoir si l’othismos correspondait à une poussée compacte ou bien à une tactique plus ouverte donne lieu depuis longtemps à un débat très vif chez les spécialistes de la phalange grecque. Il semble toutefois qu’il faille aujourd’hui abandonner l’idée d’une mêlée où la simple poussée serait déterminante. Voir à ce sujet A. K. Goldsworthy, « The Othismos, Myths and Heresies. The Nature of Hoplite Battle », pp. 1-26, avec rappel de la bibliographie antérieure.

335 Voir à ce sujet Tite-Live, XXVIII, 2, 7.

336 Le refus d’attribuer aux armes romaines une originalité radicale au sein d’une koinè méditerranéenne à laquelle Rome appartenait pleinement était déjà vigoureusement souligné par l’ouvrage pourtant vieilli de P. Couissin, Les armes romaines, p. 351. Il a été suivi avec raison sur ce plan par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 76.

337 A. Schulten, « Der Ursprung des Pilums », pp. 573-584 ; Id., FHA, III, 1935, pp. 36-37.

338 En particulier, un passage d’Athénée (6, 273 F) affirmant que les Romains avaient appris des Samnites l’usage du bouclier et des Ibères celui du javelot ; A. Schulten rapprochait ce passage de Tite-Live, XXI, 8, 10 et d’Aulu-Gelle, NA, X, 25.

339 P. Couissin, Les armes romaines, pp. 185-191. Il dénonce notamment le caractère circulaire du raisonnement d’A. Schulten à partir d’une lecture partiale des sources.

340 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 330. Les plus anciennes pièces, au nombre de trois, sont datables du Ve siècle, voire avant. Elles proviennent de sites de Haute Andalousie (Galera, Meca et Mirador de Rolando). La majorité des exemplaires paraît toutefois remonter au IIIe siècle.

341 Ibid., p. 329. F. Quesada les oppose ainsi aux mille deux cents fers de lance et aux plusieurs centaines de soliferrea connus.

342 Ibid., p. 329. F. Quesada n’écarte pas ainsi l’idée que certains de ces pila soient en réalité des talons de lance de grande taille. Il admet néanmoins que, dans la plupart des cas, il s’agit bien d’un type d’arme spécifique.

343 Ibid., pp. 334-336 et 342, où est résumé le débat autour de la phalarique. Mentionnée à plusieurs reprises par les textes (notamment par Ennius, Virgile, Lucain, Silius Italicus, Aulu-Gelle, Festus, Nonius Marcellus, Végèce, Servius Grammaticus et Isidore de Séville), elle est surtout décrite par Tite-Live dans un célèbre passage relatif au siège de Sagonte (XXI, 8, 10). À juste titre, F. Quesada estime vaines les tentatives pour identifier précisément cette arme au pilum romain, ou bien au contraire pour l’en distinguer. D’un point de vue purement terminologique, il estime toutefois acceptable d’utiliser « phalarique » pour désigner la version indigène d’un javelot lourd, c’est-à-dire comportant une partie essentielle de la hampe composée de métal. Il propose d’utiliser le terme uerutum, également attesté par les sources, lorsque la pointe de l’arme se confond avec la tige. On peut se demander cependant si, d’un point de vue méthodologique, il est toujours pertinent de chercher à faire correspondre les termes employés dans les sources littéraires à un type précis d’arme parmi le matériel retrouvé en fouille.

344 Les plus anciens modèles retrouvés proviennent de Vetulonia et de Vulci en Étrurie et sont datables du Ve siècle. Voir P. Connolly, Greece and Rome at War, p. 99 ; mais il est possible que le Latium en ait connu un prototype, si l’on en croit les reproductions miniatures de cette arme trouvées dans les tombes de la nécropole d’Osteria dell’Ossa, datées des IXe -VIIIe siècles : M. Feugère, Les armes des Romains, p. 101.

345 P. Couissin, Les armes romaines, p. 191. Pour sa part, F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 341, n’exclut pas que l’introduction du javelot lourd en péninsule Ibérique, tout comme celle du soliferreum, se soit effectuée à partir du Sud de la France et de la Catalogne actuels.

346 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 50 ; M. Feugère, Les armes des Romains, pp. 100-101. En cela, ils ne font que confirmer l’opinion de P. Couissin, Les armes romaines, p. 129. La question de la région exacte d’apparition du pilum reste cependant ouverte.

347 La tentative récente de Y. Le Bohec, à partir des seules sources littéraires, pour suggérer qu’il n’en est rien n’est guère convaincante. Voir Y. Le Bohec, « L’armement des Romains pendant les guerres Puniques d’après les sources littéraires », p. 21.

348 R. Álvarez Arza et M. Cubero Argente, « Los pila del poblado ibérico de Castellruf », pp. 121-142.

349 Les auteurs mentionnent essentiellement les deux exemplaires complets provenant d’une maison d’Ephyra, en Grèce, détruite vers 167. Ils sont décrits par M. Feugère, Les armes des Romains, p. 102 ; on peut y rajouter ceux de Šmihel (Slovénie), publiés par J. Horvat, « Roman Republican Weapons », pp. 110-111, et datés de la première moitié du IIe siècle : sur les quatre-vingt-quinze pila identifiés par cet auteur, trente et un sont du même type que ceux trouvés en Catalogne.

350 L’emploi de la plaque correspond à ce que l’on appelle aussi l’emmanchement à soie ou à languette. Il repose sur un principe inverse de celui de la douille : le fer est enfoncé dans le bois et non le bois dans le fer. Ce qu’on désigne, par convention, comme les pila ibériques ne connaissent que le second système. À ce sujet, voir F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 327 (pour l’aire ibérique), et A. J. Lorrio, « L’armement des Celtibères. Phases et groupes », p. 398 (pour la Meseta).

351 Polybe, VI, 23, 11.

352 La raison de leur présence sur le site n’est pas claire. R. Álvarez Arza et M. Cubero Argente, « Los pila del poblado ibérico de Castellruf », p. 140, suggèrent qu’il s’agit d’un dépôt d’armes récupérées en vue d’être réparées ou refondues. Les déformations de l’exemplaire no 4 montrent qu’il s’agit d’armes usagées, tandis que les vestiges d’une forge et de scories font penser que la pièce no 9 où ont été retrouvés tous les pila pouvait être un petit atelier métallurgique.

353 La photographie de la planche 48 d’A. Schulten, Numantia III (identique à la planche 25a de ibid., t. IV) regroupe les vingt-neuf exemplaires : vingt proviennent de Renieblas ; la majorité est à douille ; analyse dans A. Schulten, Numantia III, pp. 249-250 et pl. 37 et 47 ; dans Numantia IV, la synthèse manque en raison de la disparition de M. Von Groller qui assurait l’étude de la partie matérielle. Ne subsiste donc qu’une série de descriptions pour chaque campagne : 1909, p. 207, pl. 21 ; 1910, p. 209, pl. 25-26 ; 1911, p. 214, pl. 32 et p. 220, pl. 38, 1912, p. 223, pl. 45 (concerne seulement le camp V de Renieblas) ; une brève synthèse des trouvailles métalliques est néanmoins publiée pp. 228-233, sous la plume de H. Jacobi (pp. 228-229 pour les armes) ; un résumé en espagnol des principales conclusions est donné dans A. Schulten, Historia de Numancia, p. 267. Désormais il convient de se référer à la publication de M. Luik, Die Funde aus den römischen Lagern um Numantia, pp. 76-81 et pl. 6-8, qui a réexaminé les pila déposés par A. Schulten au musée de Mayence et qui insiste surtout sur leur grande variété typologique.

354 G. Ulbert, Cáceres el Viejo, p. 105 et pl. 24 et 62, mentionne huit pila dont quatre à douille ; A. Ribera Lacomba, « La primera evidencia arqueológica de la destrucción de Valentia por Pompeyo », p. 38, présente deux pila, un de chaque type ; J. D. Vicente et alii, « La catapulta tardo-republicana y otro equipamiento militar de “La Caridad” », pp. 181-186, fait état de huit exemplaires dont quatre à douille. Quant aux tiges de fer retrouvées à Osuna, et datables de la guerre civile, elles sont délicates à interpréter, de l’aveu même de leurs inventeurs : A. Engel et P. Paris, Une forteresse ibérique à Osuna, p. 455 ; peut-être cinq exemplaires correspondent-ils à des pila, mais ils sont incomplets, si bien que leur système de fixation manque. Voir S. Sievers, « Deux sites andalous : Osuna et Almedinilla. Armes », p. 58. Il faut ajouter désormais à ce dossier l’exemplaire isolé d’El Guijo, à 14 km au sud d’Écija (Séville), mais trouvé hors contexte archéologique : S. García Dils de la Vega et A. R. Menéndez Argüín, « Punta de pilum hallada en las proximidades del yacimiento de “El Guijo” », pp. 247-252, qui pensent néanmoins pouvoir rapporter cette découverte au contexte de la bataille de Munda.

355 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 50.

356 De façon intéressante, la remarque concerne à chaque fois une catégorie différente de troupes, si bien qu’il est possible de supposer un équipement similaire de tous les soldats romains : Polybe, VI, 23, 6, dit ainsi que les hastati étaient pourvus d’une épée « qu’on appelle “espagnole”(ϰαλοῦσι δ’ αὐτὴν Ἰβηϱιϰήν) » ; Tite-Live, XXXI, 34, 4, l’attribue aux cavaliers pour 200 (gladio Hispaniensi) ; Tite-Live, XXXVIII, 21, 13, le prête également aux uelites pour 189 (gladio Hispaniensi).

357 Suda, s. v. Mάχαιρα (= Polybe, frgt. 96 = 179) : Οἱ Κελτίβηϱες τῇ ϰατασκευῇ τῶν μαχαιϱῶν πολὺ διαϕέϱουσι τῶν ἄλλων ϰαὶ γὰϱ ϰέντημα πϱαϰτιϰὸν ϰαὶ ϰαταϕοϱὰν ἔχει δυναμένην ἐξ ἀμϕοῖν τοῖν μεροῖν. ᾗ ϰαὶ Ρωμαῖοι τὰς πατϱίους ἀποθεμένοι μαχαίϱας ἐϰ τῶν ϰατ’ Ἀννίβαν μετέλαβον τὰς τῶν Ἰβήϱων, ϰαὶ τὴν μὲν ϰατασκευὴν μετέλαβον, αὐτὴν δὲ τὴν χϱηστότητα τοῦ σιδήϱου ϰαὶ τὴν ἄλλην ἐπιμέλειαν οὐδαμῶς δύνανται μιμεῖσθαι. La référence à l’œuvre de l’historien de Megalopolis est établie grâce au rapprochement de ce passage avec le contenu de Polybe, III, 114, 3 et VI, 23, 6.

358 Cannes (Polybe, III, 114, 2-4 et Tite-Live, XXII, 46, 5) ; Télamon (Polybe, II, 33).

359 Déjà acceptée par J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 27, cette idée d’adoption d’une nouvelle épée à partir de la seconde guerre punique a été défendue par P. Couissin, Les armes romaines, pp. 224-229, et suivie par les travaux les plus récents : P. Connolly, Greece and Rome at War, p. 130 ; M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 53 ; F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 254. Le type « Mayence » (« Mainz ») a été défini à partir des nombreux exemplaires retrouvés en Allemagne et enAngleterre, mais aussi à Pompéi. Voir G. Ulbert, « Gladii aus Pompeji », pp. 97-128 ; M. Feugère, Les armes des Romains, p. 139.

360 En comptant la poignée, souvent disparue, l’arme entière atteint environ 76 cm. Elle a d’abord été identifiée en 1986 par la découverte à Délos, sur le sol d’une maison détruite en 69 av. J. -C, d’une épée brûlée avec son fourreau : G. Siebert, « Délos 3. Quartier de Sardhana. Fouille », p. 637 ; en France, les exemplaires récents de Mouriès (Bouches-du-Rhône), peut-être datables vers 100, et de Boyer (vallée de la Saône), d’époque césarienne, présentent de grandes similitudes avec l’épée délienne : M. Feugère, « L’équipement militaire d’époque républicaine en Gaule », pp. 10 et 15 ; en Espagne, neuf exemplaires, trouvés en 1969, ont fait l’objet d’un réexamen récent montrant leur insertion dans ce même type, bien que leur datation soit malaisée, même si les auteurs suggèrent par défaut l’époque sertorienne : A. Iriarte et alii, « AVotive Deposit of Republican Weapons at Gracurris », pp. 238-244. Dans le même esprit, une trouvaille du début du siècle en Algérie, dans une tombe datée de 130-110, est peut-être à réinterpréter en ce sens : G. Ulbert, « Das Schwert und die eisernen Wurfgeschosspitzen aus dem Grab von Es Soumâa », pp. 333-338, suivi par M. Feugère, Les armes des Romains, p. 99. Deux exemplaires de la collection provenant d’Alésia sont désormais considérés comme des gladii : A. Rapin, « Des épées romaines dans la collection d’Alise-Sainte-Reine », pp. 31-56. Comme dans le cas du pilum, les exemplaires les plus anciens de gladii appartiennent au gisement de Šmihel en Slovénie et semblent prouver que ce type d’épée était bien en usage dans la première moitié du IIe siècle : J. Horvat, « Roman Republican Weapons », p. 113. Certaines pièces demeurent toutefois difficiles à identifier. C’est le cas du glaive d’Osuna, généralement considéré cependant comme un gladius romain : A. Engel et P. Paris, Une forteresse ibérique à Osuna, p. 452 ; S. Sievers, « Deux sites andalous : Osuna et Almedinilla. Armes », p. 59 ; Id., « Alesia und Osuna », p. 274 ; il en va de même de l’exemplaire de Renieblas III qui mesure 74 cm : A. Schulten, Numantia IV, p. 209 et pl. 25, nº 9 : M. Von Groller, qui en a réalisé l’étude, pensait qu’il s’agissait d’une épée de cavalier ; P. Connolly, « Pilum, gladius and pugio in the Late Republic », p. 50, admet qu’il puisse s’agir d’un gladius ; en revanche, M. Luik, Die Funde aus den römischen Lagern um Numantia, pp. 86-87 et 90, considère qu’aucun des fragments de lame déposé au musée de Mayence ne peut être attribué indubitablement à un gladius. L’état le plus récent de la question est donné par F. Quesada Sanz, « El legionario romano en época de las Guerras Púnicas », pp. 179-180.

361 C’est la thèse défendue en dernierlieu parF. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. AnArchaeological View from Iberia », pp. 263-266, qui évoque « a process of local adaptation and modification of La Tène I Celtic swords which led to the creation of a model almost identical to the Republican Roman gladius in shape, size and suspension system ». Il estime que les exemplaires de La Osera (Ávila), Quintana de Gormaz (Soria) et El Cigarralejo (Murcie) peuvent être considérées comme les prototypes directs du glaive romain républicain. Il est suivi par P. Connolly, « Pilum, gladius and pugio in the Late Republic », p. 56.

362 F. Quesada réfute ainsi, de manière convaincante, les théories précédentes jugées jusqu’alors les plus solides : en particulier celle qui, depuis P. Couissin et A. Schulten, faisait dériver le gladius hispaniensis de l’épée de La Tène I proprement dite (P. Couissin, Les armes romaines, pp. 227-228 ; A. Schulten, FHA, IV, p. 5 ; A. Bruhn de Hoffmayer, Arms and armour in Spain, t. I, p. 46). Il montre que celle-ci est en fait assez rare dans la Péninsule. Il écarte également les suggestions relatives à l’épée dite « à fronton » (P. Connolly, Greece and Rome at War, p. 150), dont les caractéristiques ressemblent approximativement à celles du glaive romain, mais dont l’emploi n’est plus attesté en Hispania après le IVe siècle ; de même, il critique les théories privilégiant l’épée à antennes atrophiées (ibid., p. 130), dont la lame est trop courte de moitié. Enfin, certains ont proposé la falcata (A. Arribas Palau, Los iberos, p. 58 ; A. M. de Guadán, Las armas en la moneda ibérica, p. 36 ; A. Balil, « Un factor difusor de la romanización », p. 120, n. 19), mais il est clair que les légions romaines n’ont jamais utilisé une telle arme.

363 F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 266 : « that text does not mention the essentially multi-purpose character of the Hispanic sword (cutting and thrusting) ».

364 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 209, comprend d’ailleurs le terme ὀρθαῖς, employé par Polybe, comme l’équivalent de punctim, c’est-à-dire que les Romains maintenaient un mouvement du bras d’arrière en avant. Il en déduit (p. 704) l’usage par les légions du gladius hispaniensis, adapté à la taille comme à l’estoc, dès avant 225. Cet argument philologique n’est pas entièrement rejeté par F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 254, n. 4, mais il le juge seulement (p. 266) « not very likely » et préfère suivre P. Couissin, Les armes romaines, pp. 224-227, qui attribue aux Romains pour cette époque une épée courte et pointue similaire au xiphos grec. Les réserves de F. Quesada face aux arguments de F. Walbank paraissent toutefois excessives. Notons en effet que P. Couissin lui-même, tout en insistant (p. 228) sur le fait que l’arme empruntée aux Ibères se caractérisait par sa double fonction, se montre (p. 229) assez ambigu quant à la capacité qu’il attribue à l’épée romaine précédente (c’est nous qui soulignons) : « Il ne paraît donc pas contestable qu’entre le IIIe siècle et le milieu du IIe, l’armée romaine a abandonné sa courte épée spatulée de type italo-grec, voisine du poignard de Hallstatt II, arme essentiellement d’estoc, et l’a remplacée par une arme dite glaive ibérique, du type Latène I, également propre aux coups d’estoc et de taille. »

365 Polybe, II, 33, 5-6 précise bien que les Romains, au lieu de frapper de taille, pouvaient se contenter de frapper d’estoc, ce que les Gaulois étaient, eux, dans l’incapacité de faire : Ἅμα δὲ τῷ πϱὸς τὰ δόϱατα ταῖς πϱώταις ϰαταϕοϱαῖς χϱωμένων τῶν Γαλατῶν ἀχϱειωθῆναι τὰς μαχαίϱας συνδϱαμόντες εἰς τὰς χεῖϱας τοὺς μὲν Κελτοὺς ἀπϱακτους ἐποίησαν ἀϕελόμενοι τὴν ἐϰ διάϱσεως αὐτῶν μάχην, ὅπεϱ ἴδιόν ἐστι Γαλατιϰῆς χϱείας διὰ τὸ μηδαμῶς ϰέντημα τὸ ξίϕος ἔχειν αὐτοὶ δ οὐϰ ἐϰ ϰαταϕοϱᾶς ἀλλ᾽ ἐϰ διαλήψεως ὀϱθαῖς χϱώμενοι ταῖς μαχαίϱαις, πϱαϰτιϰοῦ τοῦ ϰεντήματος περὶ αὐτας ὑπάϱχοντος, τύπτοντες εἰς τὰ στέϱνα ϰαὶ τὰ πϱόσωπα ϰαὶ πληγὴν ἐπὶ πληγῇ ϕέϱοντες διέϕθειϱαν τοὺς πλείστους τῶν παϱαταξαμένων διὰ τὴν τῶν χιλιάϱχων πϱόνοιαν. (« Dès que les épées gauloises furent mises hors d’usage par les premiers coups portés contre les piques, les Romains se précipitèrent alors sur eux pour engager le corps à corps et les réduisirent à l’impuissance en leur ôtant toute possibilité de lever le bras pour frapper de taille, comme font toujours les Gaulois, dont les épées sont dépourvues de pointe. Eux-mêmes, au contraire, au lieu de frapper de taille, gardaient l’épée à l’horizontale pour frapper d’estoc, profitant de ce que leurs armes se terminaient par une solide pointe, frappant à la poitrine et au visage, et, portant coup sur coup, ils tuèrent la plupart de leurs adversaires, grâce à la prévoyance des tribuns », trad. D. Roussel). Le contexte est donc essentiel : les tribuns avaient en effet mis au point une tactique reposant sur le constat effectué au cours des combats précédents de l’efficacité de la première charge gauloise. Distribuant aux hastati les lances des triarii, ils réussirent à briser son impact et à engager un corps à corps à leur avantage.

366 H. Sandars, « The Weapons of the Iberians », pp. 205-294. Pour lui, on ne peut accorder aucun crédit au texte tardif de la Suda. Il a ainsi suggéré que par l’expression gladius hispaniensis, les Romains entendaient désigner la qualité d’un mode de fabrication, similaire à ce qu’on connaît à l’époque médiévale et moderne (« épée damasquinée », « acier deTolède »). Il est suivi par A. M. de Guadán, Las armas en la moneda ibérica, p. 13. Mais cette hypothèse séduisante implique de rejeter entièrement le témoignage de la Suda qui outre sa datation, certes problématique, de l’adoption d’une nouvelle arme après la seconde guerre punique, dit aussi clairement que les Romains n’ont jamais réussi à imiter l’excellence du fer celtibère, ni les procédés de fabrication.

367 P. Couissin, Les armes romaines, p. 223, mettait déjà en garde contre une interprétation abusive du contenu du texte, car il convient à ses yeux de ne pas confondre le texte de la Suda « avec les commentaires qui en ont faussé le sens ». Il insistait en particulier sur le fait que l’expression τὰς πατϱίους […] μαχαίϱας ne dit rien de la nature réelle de l’arme précédemment utilisée par les Romains. Toutefois, il retombait immédiatement dans le même travers en concluant aussitôt que cette imprécision permettait d’affirmer que celle-ci pouvait donc être seulement d’estoc, conformément à son interprétation de Polybe, II, 33, 3 !

368 F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 266, reconnaît que les imitations locales de l’épée de La Tène I, bien qu’attestées dès le début du IIIe siècle, ne deviennent prédominantes sur les sites de la Meseta qu’à partir du siècle suivant, c’est-à-dire parallèlement à l’adoption de ses caractéristiques par le glaive romain.

369 F. Quesada Sanz, « Gladius Hispaniensis. An Archaeological View from Iberia », p. 268, admet la possibilité d’une évolution dans l’emploi du terme. Elle expliquerait qu’au Ier siècle, les sources attribuent un gladius hispaniensis à T. Manlius lors de son combat contre le Gaulois en 361 (Tite-Live, VII, 10, 5 ; Claudius Quadrigarius, frgt. 10b ; Aulu-Gelle, NA, IX, 13, 14). Pour lui, il s’agit d’un anachronisme évident. Il n’envisage pas cependant une autre possibilité : ces auteurs voudraient dire par là non que Manlius disposait d’une arme identique à celle des IIe -Ier siècles, mais qu’il combattait avec une épée capable, même de façon limitée, de frapper de taille comme de pointe. Le fait qu’une telle arme ne soit pas attestée de façon claire à haute époque, ni archéologiquement ni iconographiquement, n’est pas une objection : rappelons que jusqu’à très récemment, il en allait de même pour le gladius hispaniensis tardo-républicain…

370 Dans ces conditions, on voit qu’il est inutile d’essayer d’expliquer Polybe, II, 33, 3, par une adoption précoce du gladius hispaniensis suite aux contacts des Romains avec des mercenaires hispaniques au service de Carthage pendant la première guerre punique, comme se sent obligé de le faire F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 704.

371 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 53, rappellent en effet que l’adoption d’un type aussi différent d’épée ne peut s’accompagner que du « development of new tactics ». Or la documentation ne semble pas refléter de grandes évolutions en ce domaine depuis l’introduction de l’organisation manipulaire. Par ailleurs, P. Connolly, « Pilum, gladius and pugio in the Late Republic », p. 56, qui date entre 225 et 220 l’adoption du gladius hispaniensis, s’étonne de ce que Polybe n’y fasse pas allusion dans son livreVI. Le problème disparaît si l’évolution fut seulement de degré et non de nature.

372 Ce moment était ordinairement placé en 209, après la prise de Carthagène où Polybe, X, 20, comme Tite-Live, XXVI, 51 et XXVII, 17, montrent Scipion utiliser les ouvriers de la ville pour fabriquer des armes. Cette hypothèse a été défendue par A. Schulten, FHA, II, p. 168, et suivie par H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 95. L’objection de F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 263, selon laquelle les forgerons de Carthagène ne pouvaient fabriquer des épées celtibères dans une région où celles-ci ne sont pas archéologiquement attestées est forte, mais non décisive, si l’on tient compte du fait que l’Orétanie de l’époque était peut-être considérée comme celtibère (voir Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, pp. 125-136). Mieux vaut toutefois se reporter aux sources elles-mêmes, puisque Polybe précise que Scipion avait encadré les ouvriers de la ville par des contremaîtres romains, à raison d’un pour trente ouvriers (X, 17, 9-10) et qu’il supervisait lui-même quotidiennement le travail, veillant à fournir les matériaux nécessaires (X, 20, 5). Tout se passe donc comme si l’objectif était de produire un équipement selon des normes romaines.

373 En effet, le terminus ante quem est archéologiquement fourni par les exemplaires de Šmihel en Slovénie qui ne peuvent remonter avant la fondation d’Aquilée en 181. Voir J. Horvat, « Roman Republican Weapons », p. 117.

374 L’unanimité sur ce point est très nette chez les historiens, en dépit de variations de détail mineures : H. Sandars, « TheWeapons of the Iberians », p. 64 ; A. Schulten, Numantia II, pp. 214-215 et Numantia IV, p. 220, pl. 38 ; A. Bruhn de Hoffmayer, Arms and Armour in Spain, p. 49 ; M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 54 ; M. Feugère, Les armes des Romains, p. 163 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 300-302 ; P. Connolly, « Pilum, gladius and pugio in the Late Republic », p. 56. Sur la chronologie et les caractéristiques du poignard celtibère, appelé biglobulaire parce que sa poignée, terminée par un disque, présente en son milieu un second renflement similaire, voir : F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 273-305 ; A. J. Lorrio, « El armamento de los Celtas hispanos », p. 310 ; Id., Los celtíberos, p. 190.

375 P. Couissin, Les armes romaines, p. 235. Cet auteur est l’un des rares, du reste, à se montrer sceptique quant à l’origine ibérique du poignard romain : mais ses objections sur la différence de forme de la lame entre les exemplaires indigènes et ceux que l’on pense romains ne résistent plus aux typologies permises aujourd’hui par le plus grand nombre d’exemplaires retrouvés.

376 De fait, il n’apparaît pas dans le dépôt de Šmihel : J. Horvat, « Roman Republican Weapons ». Pour sa part, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 79, pense que le poignard n’équipait toujours pas les légionnaires au début du Ier siècle.

377 Frontin, Strat., II, 7, 5 ; Bell. Hisp., XVIII, 2.

378 C’est l’opinion de G. Veith, « Die Römer », p. 410. Mais J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 400, n. 584, se montre plus prudent. Toutefois, une stèle trouvée à Padoue en 1963 représente un centurion d’époque césarienne, nommé Minucius, sans autre éléments que le gladius, la uitis et un pugio placé bien en évidence, à l’horizontale sous la boucle du ceinturon : M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 55 ; L. Keppie, « A Centurion of Legio Martia at Padova ? », pp. 115-121 (qui se concentre plutôt sur le déchiffrement de l’inscription, mais offre une photographie de bonne qualité p. 117) ; M. Feugère, « L’équipement des officiers dans l’armée romaine », p. 115.

379 M. C. Bishop et J. C. N. Coulston, Roman Military Equipment, p. 55.

380 Polybe, VI, 25, 11 : ἀγαθοὶ γάϱ, εἰ ϰαί τινες ἕτεϱοι, μεταλαβεῖν ἔθη ϰαὶ ζηλῶσαι τὸ βέλτιον ϰαὶ Ῥωμαῖοι. (« Car si un peuple a cette qualité, de changer ses usages pour imiter les bons exemples, c’est précisément le peuple romain », trad. R. Weil, CUF).

381 Tite-Live, XXXIX, 30, 6. Il s’agissait vraisemblablement d’une pratique courante, comme le montre l’exemple d’Hannibal armant ses troupes africaines à la romaine après laTrébie etTrasimène (Polybe, III, 87 ; III, 114 ; Tite-Live, XXII, 46, 4). Les Romains eux-mêmes ne dédaignaient pas de s’assurer des armes en nombre suffisant de cette manière : la prise de Carthagène en 209 avait représenté de ce point de vue un atout capital et Tite-Live affirme explicitement que Scipion avait complété l’équipement de ses troupes avec les armes des prisonniers ennemis (Tite-Live, XXVII, 17, 7).

382 J. de Hoz, « Una probable inscripción latina en un casco de Pozo Moro », pp. 223-227. Comme l’auteur accepte de continuer à dater la pièce du IVe siècle en raison du matériel trouvé dans la tombe (kantharos à vernis noir, fibule annulaire, falcata, lance), il propose d’y voir un élément de la panoplie d’un mercenaire ibérique ayant servi en Sicile à cette époque. Mais F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 562, a montré la nécessité de distinguer parmi le mobilier funéraire un ensemble plus tardif, se composant d’une poignée et d’un umbo de bouclier oval ainsi que d’une épée droite de type La Tène, auquel il faudrait alors rattacher le casque dont les caractéristiques appartiennent à un type des IIe -Ier siècles. Cette datation serait du reste plus cohérente avec l’inscription dont, comme le note J. de Hoz, la terminaison en-VS et non en -OS, n’a rien d’archaïsant.

383 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 562. On ne peut écarter cependant l’hypothèse que ce casque appartenait à un auxiliaire de l’armée romaine.

384 Plus de trois cents armes métalliques ont été retrouvées à Osuna. Mais leur identification est problématique. Voir A. Engel et P. Paris, « Une forteresse ibérique à Osuna », pp. 439-478 ; R. Corzo Sánchez, Osuna de Pompeyo a César, p. 51 ; S. Sievers, « Deux sites andalous : Osuna et Almedinilla. Armes », pp. 58-60 ; P. Le Roux, « Deux sites andalous : Osuna et Almedinilla. Glandes ou balles de frondes », pp. 68-70. L’écrasante proportion des armes de jet (pointes de flèches, balles de fronde, tiges de javelots [?]), et notamment des projectiles peut-être liés à des machines de siège (traits de catapulte, boulets de pierre), soulève la question de la représentativité de l’ensemble. Plus globalement, le matériel du site présente des problèmes d’interprétation assez proches de ceux d’Alésia. J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 58, pense même que le dépôt espagnol pourrait contenir encore moins d’armes romaines qu’à Alésia. Voir également S. Sievers, « Alesia und Osuna », pp. 271-276 ; Id., « Les armes d’Alésia », pp. 121-209, et notamment pp. 191-194.

385 Sur l’insertion de cette mesure dans les réformes mariennes, voir J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, pp. 148-149 ; sur le lien avec l’adaptation à la tactique cimbre, voir T. Steinwender, « Zur Kohortentaktik », pp. 416-417 ; ils sont suivis notamment par H. M. D. Parker, The Roman Legions, pp. 26-28 ; M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 48 § 83 ; H. Delbrück, History of theArt ofWar, t. I, p. 414 ; G. R. Watson, The Roman Soldier, p. 22.

386 Pour résoudre cette difficulté, certains ont proposé que les réformes de Marius aient pu seulement constituerl’aboutissement d’un processus : G. Veith, « Die Römer », p. 376, F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 21, et P. Fraccaro, Opuscula, t. IV, p. 144, privilégient ainsi cette hypothèse. Ces auteurs sont suivis par L. Keppie, The Making of the Roman Army, pp. 63-64. En revanche, J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 236, préfère ne pas se prononcer.

387 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », pp. 404-422, spécialement p. 409 : « The difference between the two formations can be shown to have rendered them more suitable for use in different theatres. »

388 Ibid., p. 413 : « Warfare in Spain presented certain strategic and tactical problems which the maniple could not solve. » ; il est suivi en cela par I. Kertész, « The Roman Cohort Tactics — Problems of Development », notamment pp. 93 et 96-97, qui, dans l’ensemble, ajoute peu au travail de son prédécesseur.

389 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 237, n. 47, se contente de mentionnerl’existence de cette théorie ; E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 19, la rejette en raison du manque de fiabilité des sources de Tite-Live ; Y. Garlan, La guerre dans l’Antiquité, p. 101, reprend au contraire l’idée ; E. L. Wheeler, « The Legion as Phalanx », p. 306, n. 18, exprime son scepticisme («  [he] attempts to trace the evolution of the cohort in the second century B. C. without much success. »), mais n’en donne pas la raison ; Cl. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen, t. I, p. 314, admet pour sa part la conclusion de Bell ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 63, ne l’écarte pas, tout en faisant remarquer que Renieblas III correspond toujours à une organisation manipulaire ; A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 35, n. 91, estime que Bell « argues convincingly for the cohort first becoming common in Spain » ; en revanche, J. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, pp. 427-428, exprime son scepticisme sur ce point. Parmi tous les travaux retenant la proposition de Bell, ce sont ceux de G. Brizzi qui lui accordent le plus de crédit : G. Brizzi, « I Manliana imperia e la riforma manipolare », pp. 200-204, dont les conclusions ont été reprises dernièrement à l’identique dans Id., Le guerrier de l’Antiquité classique, pp. 141-155.

390 Les arguments présentés ici ont fait l’objet d’un article, dont les principales conclusions sont reprises avec quelques modifications : F. Cadiou, « Les guerres en Hispania et l’émergence de la cohorte légionnaire dans l’armée romaine sous la République », pp. 167-182.

391 Pour Tite-Live : XXV, 39, 1 ; XXVII, 18, 10 ; XXVIII, 13, 8 ; XXVIII, 14, 17 ; XXVIII, 23, 8 ; XXVIII, 25, 15 ; XXVIII, 33, 12 ; XXXIV, 12, 6 ; XXXIV, 14, 1 ; XXXIV, 14, 7 ; XXXIV, 14, 10 ; XXXIV, 15, 1 ; XXXIV, 19, 9 ; XXXIV, 19, 10 ; XXXIV, 20, 3 ; XXXIV, 20, 5. M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 405, revendique dix-sept références dans le corps du texte, mais n’en cite que seize dans sa note. Pour Frontin : Strat., II, 6, 2 ; IV, 1, 23 ; IV, 7, 27.

392 Ainsi : Frontin, Strat., II, 12, 1 ; I, 6, 1 ; IV, 1, 26 ; IV, 1, 29.

393 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 406 : « If this hypothesis is correct, it is surprising that Livy should have referred to cohorts in Spain and equally consistently to maniples elsewhere, especially in view of the fact that Polybius’account is much less detailed on Spain where Livy must be presumed to have fallen into error, than on Greece, where he succeeded in avoiding it. »

394 Ibid., p. 411 : « The effect of a still superior weapon must have been considerable, in increasing both the penetration of the cuneus and the moral effect of the charge. »

395 Ibid., p. 411 : « … in Spain, the home of the word guerrilla, pitched battle are rarley decisive ». Il croit également (p. 414) que cette tendance à la dispersion s’est renforcée avecViriathe et devient prédominante à partir de cette période.

396 Ibid., p. 411 : « The manipular legion was neither concentrated enough, nor composed of sufficiently large units to pit successfully against Spaniards. »

397 Ibid., p. 411 : « The cohorts thus fulfilled the need for tactical concentration ; equally pressing […] was the necessity forstrategic dispersion. »

398 Ibid., pp. 415-417 : il attribue la création de la cohorte aux Scipions entre 218 et 211 et sa généralisation à Metellus en Numidie en 107 : « It is probable then that a result of the Muthul and Jugurtha’s subsequent hit-and-run tactics, Metellus abandoned the maniple for good. »

399 De manière révélatrice, la page qu’il consacre à la définition de la guerre indigène (p. 410) s’appuie principalement sur un commentaire du général Hawley au sujet de la bataille de Prestonpans en 1745 et une citation de Sun-tzu tirée de son Art de la guerre (6, 27).

400 Végèce, III, 19 : Cuneus dicitur multitudo peditum quae iuncta acie primo angustior, deinde latior, procedit et aduersariorum ordines rumpit qui a pluribus in unum locum tela mittuntur. Quam rem milites nominant caput porcinum. (« Le coin est le nom d’une masse de fantassins attachée à la ligne de bataille, mais qui s’avance vers l’avant et dont la base est plus large que le front. Elle perce les rangs ennemis car un grand nombre d’hommes lancent ainsi des traits sur une seule position. Les soldats appellent cette tactique une “tête de porc” », trad. M. Nisard).

401 Si l’on en croit Tite-Live, XXV, 34, 11, le coin, même pratiqué avec efficacité par les Celtibères, n’en était pas moins une formation couramment utilisée, puisque c’est ce type de manœuvre qui contribua à la déroute de P. Scipion en 211 face à l’armée carthaginoise (cuneus hostium). Notons que dans ce passage également, il est question d’armes de jet : c’est au cours de cette phase de la bataille que le général romain est mortellement jeté à bas de son cheval par un trait (latus dextrum lancea traicitur).

402 Ainsi, il oublie qu’au moment de la première mention de cette unité tactique par Polybe en 206 (XI, 23, 1), Rome affronte les Carthaginois à Ilipa au cours d’une bataille rangée parfaitement classique, en dépit du fameux stratagème de Scipion.

403 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 409 : « In a word, to the Romans, tactically the maniple implied dispersion, and the cohort concentration. »

404 Polybe, XI, 23, 1.

405 Néanmoins, I. Kertész, « The Roman Cohort Tactics — Problems of Development », p. 97, admet ces conclusions sur la signification tactique de la cohorte.

406 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 409. Son interprétation de César, BG, II, 25, sur lequel il fonde sa démonstration, est spécieuse, car le déroulement du récit, à propos d’un combat sur la Sambre, implique que les légionnaires avaient été surpris par l’attaque des ennemis : en II, 21-22, César précise qu’ils n’ont pu former l’ordre de bataille avant d’être durement pressés par l’ennemi. L’ordre donné consistait donc à avant tout à désserrer les rangs anormalement imbriqués les uns dans les autres.

407 En 211, Marcius augmenta ainsi les espaces entre les manipules pour permettre à l’ennemi encerclé de pouvoir fuir et, ce faisant, d’affaiblir sa cohésion : « ayant desserré ses manipules (laxatis manipulis) et donné à l’ennemi l’espace pour fuir (concesso fugae spatio), il le massacra dispersé, sans danger pour les siens » (Frontin, Strat., II, 6, 2).

408 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 409, conclut à un front continu des cohortes en raison des mesures prises par Scipion à Zama, selon Tite-Live, XXX, 33, 1 et Frontin, Strat., II, 3, 16. Mais, outre que Polybe, XV, 9, 7, affirme que Scipion se contenta de renoncer au quincunx pour aligner ses manipules les uns derrière les autres, il est possible que le récit des auteurs tardifs soit influencé par le fait qu’à l’époque césarienne, les trois manipules de la cohorte étaient formés en bataille côte-à-côte et non l’un derrière l’autre. Même alors, cette disposition sur un même front devait inévitablement comporter aussi des intervalles. Voir G. Veith, « Die Römer », p. 378.

409 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 149, pensait que les dix cohortes se déployaient sur une seule ligne ; mais les sources montrent le contraire, puisqu’elles n’attestent qu’un seul exemple d’une ligne unique (Bell. Afr., XIII). Voir G. Veith, « Die Römer », pp. 428-429 ; P. Fraccaro, Opuscula, t. IV, pp. 147-148 ; A. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 137.

410 Alors que les manipules de triarii étaient armés différemment et comptaient moitié moins d’hommes que ceux des deux autres lignes, toutes les cohortes étaient identiques. C’est d’ailleurs cet élément qui a contribué à alimenter la théorie de leur origine marienne, puisque les réformes de 107-104 étaient censées avoir transformé la légion dans le sens d’une professionnalisation qu’on associait à l’uniformisation de toutes ses composantes. Sur les différentes possibilités de déployer une légion formée en cohortes, voir H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 414 ; P. Fraccaro, Opuscula, t. IV, pp. 148-149 ; A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 99.

411 Cette double flexibilité, stratégique et tactique, est soulignée par tous les travaux. Il est curieux queA. K. Goldsworthy, The Roman Army at War, p. 34, alors qu’il insiste tout particulièrement surce point essentiel, ne voie ensuite aucune contradiction à admettre la conclusion de M. J. V. Bell. Les objections récemment formulées par B. Isaac, « Hierarchy and Command-Structure in the Roman Army », p. 29, n’aboutissent pas à définir très clairement le rôle tactique de la cohorte. Si l’auteur a raison de souligner que l’absence d’un commandement spécifique au niveau de la cohorte prouve que celle-ci n’a jamais été une unité jouissant d’une existence indépendante, il n’explique pas nettement ce qu’il entend dès lors par « no independent tactical function ». En effet, il admet par ailleurs que, sur le champ de bataille, « the chief-centurion of the cohort » devait être celui qui donnait les ordres aux cinq autres centurions, ce qui revient à reconnaître que la cohorte, en tant que regroupement de trois manipules, pouvait bien agir tactiquement comme un ensemble distinct.

412 C’est son sens le plus fréquent chez Tite-Live, avec une quarantaine d’occurrences (par exemple : Tite-Live, XXIX, 19, 9 ; XXX, 41, 5 ; XXXVIII, 36, 10 ; XLI, 1, 6 ; XLIV, 40, 5-6).

413 Tite-Live, II, 11, 8 ; II, 20, 6 ; III, 5, 11 ; IX, 27, 9 ; Frontin, Strat., I, 6, 1 ; II, 12, 1 ; IV, 1, 29.

414 On relève trente-deux mentions chez Tite-Live (dont XXI, 60, 4 ; XXII, 18, 2 ; XXXVII, 40, 7 ; XLIII, 18, 11) et deux chez Frontin (Strat., I, 6, 3 ; IV, 1, 7).

415 C’est l’opinion majoritaire. Mais I. Kertész, « The Roman Cohort Tactics — Problems of Development », p. 90, estime pour sa part que, chez Polybe, c’est σημαία qui est le terme technique utilisé pour désigner exclusivement le manipule et que le terme σπείρα a en réalité une valeur plus générale (« détachement »), dont le contenu varie donc selon le contexte. Ainsi, il pense que dans Polybe, XI, 23, 1, σπείϱα désigne en réalité la cohorte, si bien qu’il faut comprendre, selon lui, qu’à la bataille d’Ilipa « three cohorts were fighting on each flank ».

416 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 406.

417 Ce texte est inclus dans le dossier sur la foi de la seule formule laxatis manipulis, puisque Bell estime, à tort, que « the manoeuvre “laxare manipulos” implied that the troops were already in cohort formation » (p. 408). Cet argument infondé cherche surtout à établir un parallèle avec le texte qui dit que Marcius poste une cohors romana en embuscade (Tite-Live, XXV, 39, 2). En dépit de sa fragilité, le point de vue de Bell est pourtant accepté sur ce point par I. Kertész, « The Roman Cohort Tactics — Problems of Development », p. 94.

418 Frontin, Strat., IV, 1, 23. Cet exemplum est connu également par Valère-Maxime, II, 7, 10 et Velleius Paterculus, II, 5, dans les récits desquels figurent également le terme cohors.

419 Tite-Live, XXVII, 32, 4 ; XXXI, 37, 5 ; XXXII, 24, 3 ; XXXIV, 28, 7. Aucune n’est citée par M. J. V. Bell.

420 Tite-Live, XXVIII, 19, 9. Voir également Tite-Live, XXVIII, 3, 14 ; XXXIV, 15, 16.

421 Polybe, X, 15, 9 ; X, 35, 5 ; XI, 22, 10 ; XI, 23, 6. Cette contradiction est reconnue par M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 414. Mais il l’explique par le fait que Polybe a sous-estimé l’importance de la nouvelle division tactique, à la fois pour des raisons personnelles (sa formation grecque le rendrait incapable de prendre la mesure de la guérilla indigène) et pour des raisons circonstancielles (il se rendit en Espagne avec Lucullus en 151-150, lequel aurait mené une stratégie timide de concentration de ses forces, ne donnant pas l’occasion à Polybe d’observer la cohorte en action). Aucun de ces deux arguments ne peut être sérieusement soutenu.

422 De fait, le manipule n’est pas mieux attesté chez Tite-Live que la cohorte : sans compter la péninsule Ibérique, on en a seulement trois mentions pour la seconde guerre punique (Tite-Live, XXVII, 13, 7-9 ; XXVII, 41, 6 ; XXX, 33, 1) et deux pour la période 202-168 (Tite-Live, XLI, 1, 5 ; XLII, 63, 5). Les autres références sont seulement des redondances de celles-ci. Ce silence de notre source principale n’est guère étonnant : on n’a généralement pas coutume de préciser ce qui va de soi. Le même constat peut donc être établi à propos de la cohorte.

423 M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 405, se contente de citer A. Klotz dans FHA, III, p. 52, qui fait remonter l’essentiel des passages de Tite-Live à Coelius Antipater, Claudius Quadrigarius et Valerius Antias. Le premier, qui écrit dans les années 120, serait la source la plus utilisée par l’historien augustéen pour l’Hispania. E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 18, estime que Tite-Live mentionne la cohorte seulement en Occident, car, contrairement à son récit des campagnes orientales pour lesquelles il privilégie Polybe, il s’est fondé principalement sur la tradition annalistique, moins fiable. Elle reconnaît toutefois la qualité supérieure de l’information de Coelius. Vraie dans l’ensemble, cette sélection de l’information par Tite-Live ne doit pas cependant être systématisée, en particulier pour la seconde guerre punique, où il est clair que le récit des campagnes hispaniques doit beaucoup à Polybe.

424 Nul doute qu’il a tenu du lieutenant de Scipion de nombreux « petits faits vrais » concernant les opérations de celui-ci en Espagne : Polybe, X, 3, 2.

425 Le récit des opérations de 195 fait en effet état d’un vocabulaire rarement employé par ailleurs chez Tite-Live : P. G. Walsh, Livy. His Historical Aims and Methods, p. 163 ; J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, p. 65 ; A. E. Astin, Cato the Censor, p. 28.

426 Cette hypothèse est la plus probable, selon la majorité des spécialistes : B. Janzer, Historische Untersuchungen zu den Redenfragmenten des M. Porcius Cato, pp. 15-16 ; P. Fraccaro, « Le fonti per il consolato di M. Porcio Catone », pp. 193-197 ; J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, pp. 69-70 ; A. E. Astin, Cato the Censor, pp. 302-307. Il est cependant impossible de déterminer si Tite-Live a lu Caton directement ou bien par l’intermédiaire d’une autre source.

427 Plutarque, Cato, XI ; Appien, Ib., 40. J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, p. 88, met d’ailleurs le récit d’Appien directement en rapport avec le fragment 35 des Discours.

428 Cet argument a déjà été suggéré avec raison par E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 19. Le mutisme du livre VI à propos de la cohorte constituait en effet l’argument essentiel des partisans de l’hypothèse d’un recours exceptionnel de l’armée romaine à cette formation avant Marius : ainsi, H. M. D. Parker, The Roman Legions, p. 29.

429 ORF, Cato, frgt. 35 : interea unamquamque turmam manipulum cohortem temptabam quid facere possent ; proeliis leuibus spectabam cuiusmodi quisque esset ; si quis strenue fecerat, donabam honeste, ut alii idem uellent facere, atque in contione uerbis multis laudabam. J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, p. 120, a rattaché de façon plausible le contenu de ce fragment aux préparatifs de la bataille d’Emporion, relatés en Tite-Live, XXXIV, 13, 3-4 et Appien, Ib., 39.

430 E. Rawson, « The Literary Sources for the Pre-Marian Army », p. 19, n. 20, admet que la cohorte dont il est ici question est légionnaire.

431 On aurait alors une trace de cet emploi en Tite-Live, XXXIV, 20, 3.

432 En particulier, Tite-Live, XXXIV, 14, 1 et XXXIV, 14, 10 mentionnant les ordres donnés par Caton à des cohortes ne sont pas exempts d’ambiguïté. P. Fraccaro, Opuscula, t. IV, p. 139, n. 16, préfère ainsi attribuer le premier passage aux socii. Tite-Live, XXXIV, 12, 6, montrant Caton ordonnant au tiers des soldats de chaque cohorte (militum parti tertiae ex omnibus cohortibus) de simuler devant les ambassadeurs ilergètes des préparatifs de départ n’est pas non plus très clair. Il est très improbable que les instructions de Caton n’aient été destinées qu’aux seuls socii. Il faut donc supposer ou bien une erreur de Tite-Live, ou bien que nous nous trouvons ici dans le cas où la cohorte servait à diviser les légions en corps expéditionnaires, similaire à Tite-Live, XXXIV, 19, 10 et XXXIV, 20, 3. On sait en effet (Tite-Live, XXXIV, 12, 1) que par ce stratagème, le consul voulait précisément éviter d’avoir à affaiblir son armée (minuere exercitum) tout en contentant ses alliés indigènes.

433 Rappelons que les mentions indiscutables sont en effet rares. Les deux passages de Polybe pour 206, eux-mêmes, contrastent avec une majorité de références au manipule (σπείρα), y compris pour la péninsule Ibérique (Polybe, X, 15, 9 ; X, 35, 5 ; XI, 22, 10 ; XI, 23, 6). Si l’on admet que cette exception est due à la transmission de détails tenus, par exemple, de Laelius, il devient alors inutile d’essayer de justifier ce déséquilibre par la faible connaissance personnelle, voire l’incompréhension, que l’historien grec aurait pu avoir de l’emploi de la cohorte, comme le fait M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », pp. 414-415.

434 Voir à ce sujet les remarques de B. Isaac, « Hierarchy and Command-Structure in the Roman Army », pp. 25-29, qui démontre qu’aucun commandement particulier n’est jamais attesté pour la cohorte : « the republican legion […] did not have any tactical unit intervening between the level of the legion and that of the maniple (double century) ». Pour cet auteur, « the legionary cohort, in other words, did not have an independent existence, but was a way of grouping centuries in the barracks and on the battlefield ».

435 L’idée d’A. Schulten, Numantia III, pp. 135 et 206, selon laquelle les sites de Castillejo et de Peña Redonda, autour de Numance, reflétaient dans leur structure interne l’importance croissante prise par la cohorte a été à juste titre réfutée par J. Pamment Salvatore, Roman Republican Castrametation, pp. 85-89, 105 et 137, qui a bien montré les difficultés à restituer le plan des baraques comme le type de troupes qu’elles pouvaient abriter. La tentative de M. J. Dobson, The Roman Camps at Numantia, pp. 66-67, pour concilier l’hypothèse d’A. Schulten avec une insuffisance du dossier qu’il reconnaît pourtant à plusieurs reprises (notamment p. 134) n’est guère convaincante dans la mesure où elle procède finalement d’une démarche trop similaire à celle dénoncée : les plans très précis proposés par l’auteur cherchent en effet avant tout à correspondre à un « theoretical model » que, pour ce qui est de la cohorte, il justifie par une référence à la démonstration de M. J. V. Bell. On voit parconséquent que ses conclusions ne sauraient permettre, sans risque d’argument circulaire, de fournir une preuve à celle-ci.

436 Salluste, Bell. Jug., 49, 6 et 51, 3. M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », p. 416, fait justement remarquer que ce passage suffit à prouver que la cohorte « was not an ad hoc expedient », car ce type de manœuvre ne saurait s’improviser sur le champ de bataille.

437 Polybe, XI, 23, 1, se rapporte à 206, mais sa rédaction date du milieu du IIe siècle et l’expression utilisée suggère que l’auteur fait allusion à une pratique courante. À ce sujet, il est difficile de suivre J. E. Lendon, Soldiers & Ghosts, pp. 229-230 et 312-313, lorsqu’il suggère que le développement de la cohorte, parallèlement au maintien du manipule, refléterait la tension croissante à partir de la seconde moitié du IIe siècle entre les deux pôles traditionnels de la guerre romaine, le manipule exprimant l’idéal ancien de uirtus plus que jamais cultivé par la troupe, tandis que la cohorte traduirait le désir des officiers de pratiquer désormais un type de commandement plus proche des critères hellénistiques (« the twin arts of tactics and stratagem ») pour lesquelles la nouvelle unité était bien adaptée (« interchangeable units they could array and maneuvermore easily »).

438 En ce sens, le passage définitif de la légion manipulaire à la légion formée en cohortes n’a rien de la mutation tactique que suggère son attribution traditionnelle à Marius dans le cadre de la guerre contre les Cimbres et les Teutons. Dans la mesure où la cohorte remplissait efficacement sa fonction tactique dès le IIe siècle, le remplacement du manipule fut avant tout une évolution institutionnelle. Sa cause doit par conséquent être cherchée dans la seule révolution de grande ampleur connue en la matière par l’armée romaine à notre période, c’est-à-dire l’intégration des socii à la légion après la Guerre sociale. Il n’est pas anodin de rappeler à ce sujet que la cohors était depuis longtemps, on l’a vu, l’unité de base des troupes alliées. La pauvreté des sources concernant cet événement majeur expliquerait l’absence de traces laissées par la réorganisation de la légion à cette occasion. Significativement, la plus ancienne référence à la cohorte tardorépublicaine est donnée par Velleius Paterculus, II, 20, 4, pour l’année 87 et la première occurrence incontestable du terme speéira dans le sens de « cohorte » est donnée par Appien, BC, I, 82, pour l’année 83.

439 Sur la question des modalités de recrutement et de l’intégration de ces troupes au sein de l’armée romaine, voir infra, pp. 667-683.

440 J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano, pp. 26-28 et surtout p. 35 : « Creemos que toda la historia de los cuerpos auxiliares romanos desde su aparición hasta la época tardía del imperio, tienen principalmente este cometido : valerse de armas y tácticas indígenas para oponerlas a los mismos indígenas que combaten. » ; même constat dans Id., « Los reclutamientos romanos en el valle del Ebro, en época republicana », p. 104, et Id., Los hispanos en el ejército romano de época republicana, p. 42.

441 M. P. García-Gelabert Pérez, « El armamento y las tropas auxiliares hispanas en los ejércitos romanos de la República », pp. 503-509.

442 Voir J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 105 ; G. Veith, « Die Römer », p. 393 ; M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 44 (§ 80) ; G. L. Cheesman, The Auxilia of the Roman Imperial Army, pp. 7-12.

443 Voir le rappel sur cette question dans Chr. Hamdoune, Les auxilia externa africains des armées romaines, p. 2.

444 Sur ce principe, voir infra, pp. 669-672.

445 Frontin, IV, 7, 27 ; Végèce, I, 15.

446 Appien, Ib., 84.

447 Salluste, Bell. Jug., VII, 2 : Jugurtha est envoyé à Scipion par son oncle cum equitum atque peditum auxilia ; voir aussi Appien, Ib., 89, qui précise que les archers et les frondeurs constituaient les contingents associés ordinairement aux éléphants.

448 AE, 1996, 900 ; J. González, « P. Cornelius Scipio Aemilianus et Aetoli », pp. 143-157, et notamment p. 151. Cet auteur propose que les relations entre la gens et le peuple étolien aient débuté au cours de la campagne contre Antiochus en 190 (Polybe, XXI, 4, 5). Pour sa part, Scipion Émilien conduisit l’ambassade officielle en Asie en 140-138.

449 Valère-Maxime, IX, 3, 7. Il défendit aussi de donner à manger aux éléphants.

450 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 463-466. Arcs et flèches sont bien documentés en péninsule Ibérique entre les VIIIe et VIe siècles, mais disparaissent ensuite massivement des sites comme de l’iconographie jusqu’à un moment très avancé dans le IIe siècle. L’auteur montre bien (p. 467) que les peintures de la céramique de Liria, datables de la seconde guerre punique, ne représentent pas des arcs mais des boucliers vus de profil.

451 Ibid., pp. 467-475 et 603. F. Quesada défend l’idée d’une dévalorisation de l’arc dans la culture aristocratique ibère, de même que dans d’autres cultures de la Méditerranée occidentale. Bien que cette réticence idéologique soit compatible avec l’emploi concret de l’arme, comme en Grèce, il estime que dans le monde ibérique le rejet de l’arc semble être plus prononcé.

452 César, BC, I, 83, 2, qui les associe à des frondeurs. En revanche, décrivant l’ordre de bataille d’Afranius, César n’évoque rien de comparable, se contentant de parler des alariae cohortes. Est-ce à dire que les Pompéiens, dont toutes les levées auxiliaires avaient eu pour cadre unique les provinces des Espagnes (César, BC, I, 39, 1) ne disposaient pas pour cette raison de contingents similaires ? Quoi qu’il en soit, César ne fait aucune allusion au cours de son récit à de telles troupes du côté pompéien.

453 César, BC, I, 51, 1. Attaqués par toute la cavalerie puis par les trois légions d’Afranius alors qu’ils se trouvaient bloqués par la crue, ces renforts parviennent à battre en retraite sans pertes sérieuses (paucis amissis). Or César précise (I, 51, 6) que les archers perdirent environ deux cents des leurs (sagittarii circiter cc), les cavaliers quelques-uns (pauci) et les valets un petit nombre (non magnus numerus). Cela signifie que les archers formaient sans doute une proportion élevée des six mille hommes « de toute catégorie (cuius generis hominum) » composant ce renfort (I, 51, 2). Il est donc probable que les sagittarii mentionnés plus tard étaient constitués en grande partie de ces troupes.

454 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 475-480. Il souligne de manière intéressante que seul Strabon, III, 4, 15, évoque la fronde dans l’équipement des Ibères et l’auteur s’interroge donc sur la représentativité de ce texte. Pour sa part, il estime que les Baléares sont abusivement rattachés au monde ibérique, alors que leur tradition guerrière en est aussi éloignée que celle de la Crète peut l’être de la tradition de la Grèce continentale.

455 Tite-Live, XXVII, 18. Rappelons que les Baléares sont à cette époque dans l’aire d’influence punique. Leurs frondeurs sont donc généralement associés auxarmées carthaginoises (Polybe, III, 33, 11 ; III, 72, 8 ; III, 113, 6 ; Tite-Live, XXI, 21, 12 ; XXI, 22, 2-3 ; XXI, 55, 2 ; XXII, 37, 8), à l’exception d’un épisode de l’hiver 206 où Magon est accueilli en ennemi dans ces îles (Tite-Live, XXVIII, 37, 5-7).

456 Dès son arrivée, Scipion comptait déjà sur une importante participation indigène (Tite-Live, XXVI, 41, 1) que la prise de Carthagène avait accrue (Polybe, X, 34, 8 ; Tite-Live, XXVI, 50, 14 ; XXVII, 17, 4 et 17). Surtout, en 206, Scipion affecta de n’engager la campagne contre les Ilergètes qu’avec ses effectifs romains, afin de démontrer que la victoire ne tenait pas à l’aide auxiliaire (Polybe, XI, 31, 7). Sur toutes ces questions, voir infra, pp. 667-683.

457 Tite-Live, XXVII, 18, 11-12 : deinde sub ictum uenerunt, telorum primo omnis generis uis ingens effusa in eos est ; ipsi contra saxa quae locus strata passim, omnia ferme missilia, praebet ingerere, non milites solum, sed etiam turba calonum immixta armatis.

458 La fronde peut porter efficacement jusqu’à cinq cents mètres ; il est peu probable toutefois que les Romains se fussent alors trouvés à cette distance, car Tite-Live précisent qu’ils furent aussi atteints par d’autres types de traits, sans doute des javelots, dont la portée est très inférieure. Mais même sur une dizaine de mètres, il est difficile d’imaginer que les légionnaires aient pu lancer leurs pierres à la main, d’autant plus que Tite-Live prend soin de préciser qu’ils progressaient sur une pente assez forte, en contrebas de l’ennemi.

459 Végèce, I, 16, recommande ainsi d’exercer les nouveaux soldats à l’usage de cette arme. Bien qu’il rapporte cette pratique aux Anciens, ce témoignage ne suffit toutefois pas à prouver que cette habitude remontait aussi haut que la fin du IIIe siècle av. J. -C. J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 77, n. 151, rejette l’idée que la fronde ait pu faire réglementairement partie de l’équipement des légions. Mais il reconnaît qu’elle devait être ponctuellement utilisée par les soldats romains, notamment lors des sièges, ce que semblent indiquer, pour la seconde moitié du Ier siècle, les inscriptions des balles d’Asculum mentionnant la legio XV.

460 M. García Garrido et L. Lalana, « Algunos glandes de plomo con inscripciones latinas y púnicas hallados en Hispania », p. 102, nos 1 et 2. Ils pensent que la legio XIII est celle qui est envoyée en Espagne en 210, mais les arguments invoqués ne sont guère convaincants. La seule trace que nous avons d’une légion portant ce numéro en péninsule Ibérique est relative à l’année 205, dans le cadre de la seconde révolte ilergète (Tite-Live, XXXIX, 2, 9). Nous avons montré supra qu’il devait s’agir d’une armée nouvellement arrivée en Péninsule à l’occasion du licenciement des anciennes troupes de Scipion. Les deux préteurs ayant opéré leur jonction (Tite-Live, XXXIX, 2, 1), rien n’interdit que cette légion ait été affectée à l’Hispanie méridionale. On a insisté précédemment sur les problèmes posés par la numérotation des légions à l’époque républicaine et il est préférable par conséquent de ne pas dater trop précisément la trouvaille sur ce seul critère. Il convient donc sur ce point de partager la prudence de F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 477, n. 1. Dernièrement, B. Díaz Ariño, « Glandes inscriptae de la Península Ibérica », p. 222, a fermement rejeté une chronologie aussi haute, préférant rapporter ces trouvailles au contexte plus tardif de la campagne de Munda. Un lot de cinq projectiles portant la même mention et publié récemment viendrait du reste appuyer cette révision (voir infra, p. 268, n. 467). Selon B. Díaz, il n’existe à l’heure actuelle, pour tout le monde romain, aucune balle de fronde inscrite, datable avec certitude, qui soit antérieure à l’année 133.

461 En 216, Hiéron envoie des frondeurs siciliens aux Romains (Tite-Live, XXII, 37, 8) ; Gaius Mamilius fit de même en 207 (Tite-Live, XXVII, 38). En 189, ce sont des funditores crétois dont il est question lors des opérations en Grèce (Tite-Live, XXXVIII, 21, 2). La première mention explicite de Baléares dans l’armée romaine se trouve chez Salluste à propos de la guerre de Jugurtha (Salluste, Iug., CV, 2). Ainsi, il est difficile de suivre R. Zucca, Insulae Baliares, p. 189, et M. de Miguel y Ayala, « Los honderos baleares », pp. 532-533, qui estiment que Rome eut recours dès la fin de la seconde guerre punique aux frondeurs baléares (qui lui auraient été fournis directement par Ebusus).

462 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 474-475. En revanche P. Moret, Les fortifications ibériques, p. 258, admet la fréquence de l’usage de la fronde dans la guerre ibérique, au moins pour la défense des places fortes, en raison de la découverte, sur un certain nombre de sites préromains, de projectiles susceptibles d’avoir servi à cet effet.

463 Pour Numance : A. Schulten, Numantia III, p. 165 (flèches) et pp. 215 et 252 (balles de fronde) ; M. Luik, Die Funde aus den römischen Lagern um Numantia, pp. 84-85 (flèches) et 85-86 (balles de frondes). Pour Ampurias : J. Puig i Cadalfach, « Troballa d’armes y restes de máquines de guerra », pp. 671-672.

464 La Caridad : J. D. Vicente et alii, « La catapulta tardo-republicana y otro equipamiento militar de “La Caridad” », p. 195 ; Azuaga : Cl. Domergue, « Un témoignage sur l’industrie du plomb dans la région d’Azuaga », pp. 608-626 ; Cáceres el Viejo : G. Ulbert, Cáceres el Viejo, pp. 111-113.

465 Un catalogue assez complet de ces exemplaires inscrits a été proposé dernièrement par B. Díaz Ariño, « Glandes inscriptae de la Península Ibérica », pp. 219-236. L’auteur souligne (p. 221) que l’apparition de cette pratique ne peut être datée précisément, mais que c’est probablement le contexte des guerres civiles du ier siècle qui en a favorisé l’essor, en raison de la dimension politique et idéologique de ces conflits. Il rappelle toutefois que tous les projectiles inscrits découverts dans la péninsule Ibérique, sans exception, proviennent de fouilles ou de prospections clandestines destinées à alimenter le marché des antiquités.

466 Les balles trouvées à Aranguen en Navarre portent ainsi la mention Q. SERT PRO COS/PIETAS (F. Beltrán Lloris, « La pietas de Sertorio », p. 224) ; celles d’Aracena, dans la province de Huelva, en transmettent une variante : Q. SERTO PRO COS (G. Chic García, « Q. Sertorius, procónsul », pp. 171-176). Voir également A. U. Stylow, « Fuentes epigráficas para la historia de la Hispania Ulterior en época republicana », pp. 251-252 et 259. De nouvelles découvertes de balles de frondes inscrites au nom de Sertorius sont régulièrement signalées : J. M. Abascal, « Inscripciones inéditas y revisadas de la Hispania Citerior », pp. 274-275, publie une balle en plomb portant Q(uinti) Sert(ori)/[p]roc(on) s(ulis) sur une face et Ser[t(ori)?] sur l’autre et qui provient de Taracena (Guadalajara) ; J. M. Abascal et H. Gimeno, Epigrafía hispánica, p. 131, nº 188, en publient une autre déposée à la Real Academia de la Historia en 1999 et qui porte la mention Q (uinti) Sert (ori)/proco(n)s (ulis) d’un côté et ius de l’autre ; J. Gómez-Pantoja J. et F. Morales Hernández, « Sertorio en Numancia », pp. 303-310, publient un exemplaire trouvé sur le site de Renieblas et portant la mention sur une face de Pietas et sur l’autre de Q(uintus) Serto (rius)/proco(n)s(ul) ; enfin, M. Medrano Marqués et M. A. Díaz Sanz, « El patrimonio arqueológico de Fitero », pp. 397-398, signalent quatre balles de fonde inscrites au nom de Sertorius (Q. SERT OU Q. SERTO ; une seule porte également PIE-TAS sur l’autre face) et trouvées sur le site d’Ormiñén - La Nava. Voir également B. Díaz Ariño, « Glandes inscriptae de la Península Ibérica », pp. 224-227 et nos 1-24.

467 AE, 1997, 825 ; A. Engel et P. Paris, « Une forteresse ibérique à Osuna », pp. 443-452 ; P. Le Roux, « Deux sites andalous : Osuna et Almedinilla. Glandes ou balles de frondes », p. 68 ; S. Perea Yébenes, « Dos nuevas glandes inscriptae de la provincia de Córdoba », pp. 553-560 ; A. U. Stylow, « Fuentes epigráficas para la historia de la Hispania Ulterior en época republicana », pp. 257-258 ; B. Díaz Ariño, « Glandes inscriptae de la Península Ibérica », pp. 227-230 et nos 25-61 ; F. Pina Polo et W. Zanier, « Glandes inscriptae procedentes de la Hispania Ulterior », pp. 29-50 ; M. Grünewald et A. Richter, « Zeugen Caesars schwester Schlacht ? », pp. 261-269.

468 Initialement publié par M. García Garrido et L. Lalana, « Algunos glandes de plomo con inscripciones latinas y púnicas hallados en Hispania », p. 104, n º 9, qui donnent la lecture : CAE/IIICA. Depuis, il a été suggéré que la lecture de la deuxième partie devait plutôt se faire de droite à gauche, ce qui aboutit à la correction suivante : CAE/Ac(c)ipe (CIL, II2/5, 55). Dans ce cas, l’inscription n’émanerait pas des troupes césariennes, mais de leurs adversaires, à condition que les lettres CAE se rapportent bien à César. Voir aussi A. U. Stylow, « Fuentes epigráficas para la historia de la Hispania Ulterior en época republicana », p. 258, et B. Díaz Ariño, « Glandes inscriptae de la Península Ibérica », n° 61 et p. 228, qui la rapproche (p. 230) d’un groupe de projectiles (nos 62-65) portant également l’inscription ac(c)ipe, parfois accompagnée de la représentation d’un fulmen.

469 A. Guerra, « Acerca dos projécteis para funda da Lomba do Canho », p. 165 ; J. I. Royo Guillén, « Glandes de plomo de hondero », p. 164 ; M. García Garrido et L. Lalana, « Algunos glandes de plomo con inscripciones latinas y púnicas hallados en Hispania », pp. 104-106.

470 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 480, n. 1, suggère en outre que l’appellation Baliares ait pu rapidement désigner davantage une fonction qu’une provenance géographique. L’idée ne paraît pas devoir être écartée a priori : de tels décalages sont en effet attestés dans d’autres domaines, comme la gladiature par exemple.

471 Chr. Hamdoune, Les auxilia externa africains des armées romaines, pp. 66-69.

472 Polybe, XI, 20 ; César, BC, I, 38, 3. La distinction equites/ auxilia se retrouve tout au long du récit césarien (César, BC, I, 39, 1 ; I, 61, 4 ; I, 73, 3 ; I, 75, 2). Voir aussi Bell. Alex., LXIII, 1.

473 C’est le cas lors des jours précédant la bataille d’Ilipa : le stratagème de Scipion reposait précisément sur la banalité de cette disposition (Tite-Live, XXVIII, 14, 3-11). Mais la présence de troupes auxiliaires sur les ailes se déduit aussi des récits pour 185 (Tite-Live, XXXIX, 30, 12), 181 (Tite-Live, XL, 30, 2) et 180 (Tite-Live, XL, 40, 1).

474 Tite-Live, XL, 40, 1.

475 Tite-Live, XXVIII, 16.

476 Tite-Live, XXVIII, 14 et XXVIII, 15.

477 C’est l’avis de F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 657.

478 Rappelons que cette division n’implique pas par elle-même des contrastes trop marqués dans l’équipement de chaque arme. Une certaine polyvalence demeurait donc possible, tout comme elle existait aussi du côté romain. De même que les cavaliers romains pouvaient se mêler facilement à l’infanterie légère en mettant pied à terre, de même les uelites adoptaient parfois un comportement de fantassin lourd. Un épisode de la campagne de Macédoine en 199, mettant aux prises des forces équivalentes d’infanterie légère et de cavalerie, le montre assez bien (Tite-Live, XXXI, 35, 3-5).

479 En 218, Gn. Scipion recruta ualidae aliquot auxiliorum cohortes (Tite-Live, XXI, 60, 4). L’expression, peut-être abusive, exprime malgré tout la nature de ces effectifs d’infanterie dont on trouve un parallèle l’année suivante dans les troupes celtibères alliées défaisant Hasdrubal en bataille rangée et qualifiées de ualidus exercitus (Tite-Live, XXII, 21). Les Celtibères abandonnant les Scipions en 211 sont de même expressément mis en parallèle avec les troupes romaines (Tite-Live, XXV, 33, 6).

480 César, BC, I, 39, 1 : scutatae citerioris prouinciae et caetratae ulterioris Hispaniae cohortes LXXX. Le chiffre est ordinairement corrigé en XXX cohortes par les éditeurs.

481 A. Schulten, FHA, V, p. 35 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 80 ; D. B. Saddington, The Development of the RomanAuxiliary Forces, p. 6, n. 11 ; J. M. Roldán Hervás, Los hispanos en el ejército romano de época republicana, p. 120 ; F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 526, admet également que les caetrati peuvent être de l’infanterie légère, arguant que la caetra tardive, réduite en diamètre, n’est plus le bouclier lourd de l’époque antérieure.

482 On en voit en général l’illustration sur les reliefs trouvés en 1903 à Osuna, où les deux boucliers apparaissent clairement attribués à deux catégories différentes de troupes. Mais l’argument est fragilisé par la difficulté à dater et interpréter l’ensemble. Le manque d’unité stylistique de celuici avait déjà été souligné par A. Engel et P. Paris, « Une forteresse ibérique à Osuna », p. 413. Les études les plus récentes ont notamment montré qu’il fallait distinguer plusieurs groupes sculptés, de chronologie différente. Voir P. Rodríguez Oliva, « Las primeras manifestaciones de la escultura romana en la Hispania meridional », p. 21 ; T. Chapa Brunet, « Deux sites andalous : Osuna et Almedinilla. Sculptures », pp. 29-39 ; Ead., « Les reliefs sculptés d’Osuna », pp. 228-229 ; J. M. Noguera Celdrán, « La escultura hispanorromana en piedra de época republicana », pp. 161-164 et 170-175 ; voir aussi les commentaires de J. A. Pachón, M. Pastor Muñoz et P. Rouillard, dans la réédition du texte d’A. Engel et P. Paris, p. lxxx. Ces renouvellements ont établi d’une part que scutati et caetrati n’appartenaient pas au même bloc, d’autre part qu’une chronologie haute était préférable. Le contexte probablement funéraire de ces sculptures a aussi été mis en avant. Ce dernier aspect a fait l’objet de commentaires plus spécifiques de la part de M. Bendala Galán, « Virtus y pietas en los monumentos funerarios de la Hispania romana », pp. 70-75, et Id., « Expresiones y formas del poder en la Hispania ibérica y púnica en la coyuntura helenística », pp. 195-196. Généralement, on admet que les participants à ces jeux funèbres aient pu être des indigènes servant comme auxiliaires. Cependant, il paraît préférable d’écarter ces documents pour l’étude des cohortes d’époque césarienne.

483 César, BC, I, 48, 7 : hos leuis armaturae Lusitani peritique earum regionum caetrati citerioris Hispaniae consectabantur ; D. B. Saddington, The Development of the Roman Auxiliary Forces, p. 6, met cette distinction interne en relation avec le fait que César, BC, I, 38, 3, énumère la diversité des peuples de Citérieure concernés par les levées pompéienne : Celtiberiae, Cantabris barbarisque omnibus qui ad Oceanum pertinent.

484 De Frontin, Strat., II, 5, 31, relatif à la bataille de Lauro en 77, on déduira que les scutati correspondent à l’infanterie lourde puisque le texte les définit comme cohortibus in morem Romanorum, les opposant ainsi aux Hispanorum leuis armaturae et aux cavaliers.

485 César, BC, I, 55, 1-2 ; I, 70, 4 ; I, 73, 3 ; I, 75, 2 ; I, 83. J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 80. Il s’oppose en cela à G. Veith, « Die Römer », p. 385, qui pense, à juste titre, que scutati et caetrati se rapprochent de l’infanterie de ligne romaine. Il n’est pas cependant utile pour cela d’affirmer, comme lui, que leur équipement ressemblait à celui des légions. César, BC, I, 48, 7, ne va pas dans ce sens. Rappelons une fois encore que la notion d’infanterie lourde n’est pas seulement une question d’armure. Voir à ce sujet les remarques de F. Quesada Sanz, « Not so different », p. 246.

486 Contrairement à ce que pense F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 526.

487 César, BC, I, 55, 1.

488 César, BC, I, 55, 2.

489 César, BC, I, 70, 4.

490 César, BC, I, 55, 1, précise en effet que les fourrageurs pompéiens avaient été attaqués par une grande partie de la cavalerie (equitum magna pars), tandis que César, BC, I, 70, 4, parle de la cavalerie césarienne (equitatus Caesaris), sans autre précision. Dans ce dernier cas, il est probable qu’il s’agissait également d’une grande partie du total, puisqu’au même moment, l’armée de César était rangée en ordre de bataille devant celle d’Afranius, harcelée par l’ensemble de la cavalerie ennemie.

491 César ajoute d’ailleurs que le reste de l’armée pompéienne n’avait pu venir en aide aux cohortes de caetrati, par crainte, précisément, de se retrouver elle-même exposée à son tour à un tel risque : circundatum undique equitatu, cum in loco aequo atque aperto confligeretur (César, BC, I, 71, 1).

492 On a vu que la cohorte détruite au premier engagement payait ainsi d’avoir contrevenu à cette habitude ; les quatre cohortes envoyées vers la colline se déplaçaient quant à elles en formation oblique (cum obliquo itinere).

493 Sur la garde de Petreieus, César, BC, I, 75, 2 : praetoria cohorte caetratorum ; sur la ligne de réserve, César, BC, I, 83, 1 : tertium in subsidiis locum alariae cohortes.

494 C’est ainsi qu’il faut comprendre la curieuse mention caetrati auxiliaresque (César, BC, I, 78, 2). F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 526, se demande si cette distinction ne reflète pas le caractère plus irrégulier des caetrati par rapport aux auxiliaires, ce que semble démontrer à ses yeux leurs échecs au combat. C’est fort peu probable. Plus simplement, l’expression est un procédé commode qui met opportunément l’un des éléments auxiliaires en valeur dans le récit et qu’on pourrait traduire par : « les caetrati et le reste des auxiliaires ».

495 Le cas le plus évident est celui de 185 où Calpurnius et Quinctius font appel aux alliés indigènes avant d’affronter les Celtibères (Tite-Live, XXXIX, 30, 7). À l’issue de la bataille, les pertes respectives sont données (Tite-Live, XXXIX, 31, 15). Mais entre-temps, le compte rendu du combat ne leur a pas ménagé en revanche la moindre allusion. Il est vrai que l’acmé de l’engagement s’est produit au centre où se trouvaient la Ve et la VIIIe légion, ce qui explique l’inhabituelle répartition des pertes en faveur des auxiliaires.

496 Polybe, XI, 20, 7.

497 En 195, Caton, accompagné de seulement sept cohortes, recruta de nombreux auxiliaires (Tite-Live, XXXIV, 20, 3-7) ; en 181, quand il appris que les Celtibères avaient rassemblé trente-cinq mille hommes Fulvius Flaccus fit aussitôt appel aux alliés (ipse quanta poterat a sociis auxilia contraxerat), mais sans parvenir à égaler numériquement l’ennemi (sed nequaquam numero militum hostem aequabat), ce qui confirme qu’il s’agissait bien du but habituel de ces levées (Tite-Live, XL, 30, 2) ; en 153, les lourdes pertes de Nobilior obligèrent ce général à requérir le renfort d’une peuplade voisine (Appien, Ib., 47) ; la situation se répéta en 151 avec Galba (Appien, Ib., 58) et en 147 avec le questeur de Vetilius (Appien, Ib., 63) ; en 145, Fabius Maximus Aemilianus, arrivé avec une nouvelle armée, prit la précaution de réclamer un contingent supplémentaire aux alliés indigènes (Appien, Ib., 65) ; en 133, Scipion avait besoin de nombreux bras pour ériger puis garder la circonvallation de Numance (Appien, Ib., 83). Enfin, on a vu qu’en 49, les levées pompéiennes obéissaient à une logique d’accumulation similaire.

498 On considère en général que les conséquences de la Guerre sociale ont accru les besoins de Rome en infanterie légère : G. Veith, « Die Römer », p. 393 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 39-40. Ils sont suivis par J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano, pp. 35-36.

499 F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, pp. 604 et 613-618. Selon lui, les auxiliaires indigènes du Ier siècle utilisaient un armement assez standard, de tradition indigène mais organisé à la romaine.

500 Pour lui, l’association des auxilia à la légion en Hispania depuis la seconde guerre punique et surtout depuis le début du Ier siècle n’aurait pas résulté d’une spécialisation des indigènes dans l’infanterie légère, notamment de jet, mais aurait contribué, en réalité, à forger progressivement celle-ci : F. Quesada Sanz, El armamento ibérico, p. 618.

501 Salluste, Bell. Jug., XLVI, 7, est considéré comme l’ultime mention des uelites. M. J. V. Bell, « Tactical Reform in the Roman Republican Army », pp. 419-422, a tenté de défendre la valeur de Frontin, Strat., II, 3, 17, pour prouver que ces troupes ont existé au moins jusqu’aux campagnes de Sylla en Orient. Cette hypothèse est rejetée sans beaucoup d’arguments par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 39, n. 100, qui propose arbitrairement d’émender le texte. La même méfiance vis-à-vis de l’authenticité de ce passage a été exprimée par G. Veith, « Die Römer », pp. 309, n. 3 et 385, n. 1.

502 M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 424, a ainsi très justement appelé à la prudence : l’infanterie légère tardo-républicaine n’était pas forcément intégralement auxiliaire.

503 Sur l’importance attribuée à la cavalerie auxiliaire : J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano, p. 33 ; Id., Los hispanos en el ejército romano de época republicana, p. 118 ; F. Quesada Sanz, « Aristócratas a caballo y la existencia de una verdadera “caballería” en la cultura ibérica », p. 178. Ces considérations s’appuient largement sur un phénomène général décrit par J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, pp. 46-47, mais dont l’application à la Péninsule n’est pas claire. Dans cette perspective, l’exemple de la turma Salluitana n’est pas suffisant, en raison du contexte particulier de sa levée, pour supposer qu’au Ier siècle, les Romains utilisaient surtout des auxiliaires hispaniques de cavalerie.

504 Appien, Ib., 47 (Nobilior) et 48 (Lucullus). Dans ce second cas, le général romain réclame cent cavaliers aux habitants de Cauca qui lui demandent les conditions de la paix. Comme les cavaliers se composaient sans doute de l’élite de la cité, il est probable qu’il s’agissait ici de se procurer des otages garants de la fidélité de la ville. On peut comparer ces exigences avec celles de Gracchus après la reddition de Certima en 179, de laquelle il obtient quarante des ses plus nobles cavaliers (quadraginta nobilissimi equites) afin de garantir la loyauté de ses habitants, même si, précise Tite-Live, le général romain affecta officiellement de ne pas les retenir en tant qu’otages (nec obsidum nomine) mais en tant qu’auxiliaires (nam militare iussi sunt) : Tite-Live, XL, 47, 10.

505 Appien, BC, I, 89 ; César, BC, III, 22, 3 ; Bell. Afr., XXXIX.

506 Bell. Hisp., II, 2, évoque l’equitatus qui ex prouincia fuisset, censé servir d’escorte à César à son arrivée dans la Péninsule. La précision de l’origine de ces cavaliers suffit à suggérer qu’il était nécessaire de les distinguer d’autres formations montées. De fait, Bell. Hisp., X, 1, et Bell. Hisp., X, 2, précisent que, lors du siège d’Ategua, des troupes de cavalerie étaient arrivées ex Italia sous les ordres d’un certain Arguetius, inconnu par ailleurs, et d’un certain Asprenas, sans doute L. Nonius Asprenas.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search