Version classiqueVersion mobile

Hibera in terra miles

 | 
François Cadiou

Première partie. Armées et guerre

Chapitre II. Servir en Hispanie

Les effectifs romains et italiques

Texte intégral

1Même si les guerres dans la péninsule Ibérique furent ordinairement d’envergure limitée (voir chapitre premier), elles exigèrent néanmoins des interventions militaires permanentes, car les conflits, bien que localisés, se renouvelaient quasiment sans interruption. Elles imposèrent par conséquent au populus romain et aux populations italiennes un effort continu et important. Toutefois, cet envoi permanent d’armées romaines apparaît à tort comme une contrainte majeure imposée à Rome par les rigueurs du maintien de son hégémonie en Hispanie. Pour admettre cela, il faudrait supposer que les opérations menées sur les territoires hispaniques immobilisaient invariablement de très grandes quantités de soldats italiques sur de très longues durées. Or, ni l’ampleur des contingents annuels, ni les modalités de leur renouvellement ne permettent d’étendre cette conclusion en dehors de certaines périodes liées à des circonstances particulières. En effet, ce chapitre entend montrer que l’envoi d’effectifs romano-italiques, bien qu’ininterrompu, ne prit pas des proportions exceptionnelles.

I. — DES BESOINS RÉGULIERS MAIS VARIABLES

2218-197 : un minimum de deux légions. — 197-99 : un accroissement limité des contingents annuels. — 98-45 : une inflation au premier siècle ?

  • 1 G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 317 ; son jugement positif sur Tite-Live est parta (...)
  • 2 P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 645-659 ; M. Gelzer, « Die Glaubwürdigkeit der bei Livius überli (...)
  • 3 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 28, se montre ainsi très sévère à l’égard de Plutarque, (...)
  • 4 M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 421, a très justement fait remarquer que les auteurs c (...)
  • 5 Rome avait développé, à partir des listes de mobilisables, des rôles légionnaires qui permettaient (...)
  • 6 Par exemple, Polybe, III, 33, 17 ; Tite-Live, XX, 36, 1 ; Appien, BC, II, 70 ; Orose, IV, 20, 9.

3Tenter d’évaluer la proportion de soldats italiques ayant servi dans les guerres en Hispania au cours de notre période, c’est se heurter d’emblée à la question de savoir si nos sources permettent une approche de type quantitatif. Le débat à ce sujet est ancien et plonge ses racines dans l’alternance, au sein de l’historiographie moderne, entre une tendance à l’hypercritique et la tentation de la crédulité. La fiabilité de Tite-Live, seul auteur à fournir des indications chiffrées abondantes, a monopolisé l’attention des historiens, notamment en ce qui concerne la seconde guerre punique. À la suite de G. De Sanctis, on s’accorde en général à reconnaître une valeur certaine à son information, ce qui n’exclut pas de nombreuses difficultés en raison de lacunes ou d’erreurs1. P. A. Brunt s’est attaché de façon convaincante à réfuter les objections formulées par M. Gelzer à ce sujet2. En comparaison, les sources plus tardives jouissent d’une médiocre réputation3. Cependant, la méfiance à leur égard est souvent excessive par rapport au crédit dont jouit Tite-Live4. On sait d’autre part qu’il existait une comptabilité officielle sur laquelle les auteurs anciens eux-mêmes, ou bien leur source, pouvaient s’appuyer5. Le scepticisme manifesté par certains d’entre eux en raison des divergences relevées chez leurs prédécesseurs témoigne, par ailleurs, d’une sensibilisation réelle au risque de l’affabulation numérique6.

  • 7 Le problème essentiel est de savoir si les chiffres donnés par les textes correspondent à un effect (...)
  • 8 Polybe, IX, 26, ironise d’ailleurs sur ce thème ; il est vrai que Vegèce, I, 22, assure que l’encei (...)

4Pour toutes ces raisons, il semble raisonnable, dans la lignée des acquis de la longue tradition érudite évoquée précédemment, d’accorder foi à la valeur de nos sources. Bien que les informations qu’elles contiennent soient très inégales, elles constituent cependant la base indispensable à la discussion. En revanche, on se gardera d’oublier ce qu’elles impliquent de convention et d’approximation7. Quant aux données archéologiques, elles ne sont d’aucun secours : A. Schulten a tenté de confirmer la taille des armées des guerres celtibériques par l’examen de la superficie des camps qu’il datait de cette époque. Outre la fragilité d’un tel rapport, soulignée par Polybe lui-même, on voit ce que la démarche implique comme risque de circularité dans l’argumentation8.

5Aussi ne s’agit-il pas d’aboutir à une comptabilité précise des soldats romano-italiques ayant combattu dans la péninsule Ibérique. En l’état de nos sources, seuls des ordres de grandeur, correspondant au nombre de légions affectées annuellement en Hispania, sont envisageables. Les travaux effectués sur la question jusqu’à présent ont établi de façon incontestable que chaque magistrat chargé des provinces hispaniques disposait en temps normal, lorsqu’il s’agissait d’un gouverneur de rang prétorien, d’une légion augmentée de son contingent de socii italiens et d’auxiliaires autochtones. Cet effectif standard doublait en cas d’envoi d’une armée consulaire. Le problème consiste à déterminer dans quelle mesure ce schéma théorique correspond bien à la situation concrète selon les différentes phases de la conquête. La plupart des historiens considère en effet qu’en raison des difficultés croissantes posées par les guerres ibériques, les armées de taille prétorienne furent très fréquemment remplacées par des armées de taille consulaire au cours du IIe siècle, avant que ces dernières ne deviennent la norme définitive au Ier siècle. Compte tenu, en outre, du volume considérablement accru des armées présentes sur le sol péninsulaire lors des guerres civiles, on admet donc généralement le renforcement constant des effectifs des contingents d’Hispanie. Pourtant, comme nous allons le voir, la présence de quatre légions dans les provinces d’Espagne, aussi bien au IIe qu’au Ier siècle, est loin d’être majoritairement attestée dans la documentation.

218-197 : UN MINIMUM DE DEUX LÉGIONS

  • 9 Tite-Live, XXI, 17, 8.
  • 10 Tite-Live, VII, 25, 8 et XXII, 36, 1 ; Polybe, III, 72, 12 ; 107, 11 ; VI, 20, 8-9. Ainsi, il est p (...)
  • 11 Polybe, III, 40, 14 dit que l’ensemble des deux légions de P. Scipion a été envoyé à la rescousse d (...)

6Le choix initial de porter la guerre contre Carthage sur le sol ibérique entraîna l’affectation de cette prouincia au consul de 218, P. Cornelius Scipion, à qui fut confiée une armée consulaire normale de deux légions, complétée par l’équivalent en contingents alliés (socii) et par des cavaliers, romains et italiens9. Tite-Live ne précise pas la taille de ces légions, mais on s’accorde à penser que chacune correspondait à 4.000 ou 4.200 fantassins et 200 ou 300 cavaliers, soit l’effectif moyen donné généralement parles sources pour cette période10. Cette armée, détournée durant l’été au profit des opérations contre les Boïens menées par le préteur C. Atilius Serranus, fut rapidement reconstituée à l’identique avant d’être envoyée vers l’Espagne avec soixante navires de guerre11. Ce cadre initial demeura inchangé jusqu’en 210. Il ne semble pas, en effet, que Rome ait dépassé avant cette date le total de deux légions combattant en péninsule Ibérique.

  • 12 Tite-Live, XXII, 22, 1.
  • 13 Polybe, III, 56, 5 et Tite-Live, XXI, 32, 5, précisent que Gnaeus emmena l’essentiel des troupes, t (...)
  • 14 Aucune source ne fait état de pertes romaines lors de la bataille de Cissa, mais cela ne permet évi (...)
  • 15 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 419.
  • 16 E. Badian, Publicans and Sinners, p. 22, n. 33, suggère même qu’il n’y avait aucun Romain parmi eux (...)

7De fait, l’envoi de nouvelles troupes à l’été 217 ne correspondit pas à l’arrivée d’une nouvelle légion, même si Tite-Live mentionne alors l’arrivée de 8.000 hommes et 20 navires de guerre12. Il faut, en effet, tenir compte de plusieurs éléments. D’abord, la décision prise l’année précédente par P. Scipion de rester aux alentours du Rhône pour attendre Hannibal avait eu pour conséquence de priver d’emblée d’une partie de ses effectifs l’armée parvenue en Espagne sous le commandement de son frère Gn. Scipion, même si cette réduction était vraisemblablement restée mineure13. D’autre part, les premiers engagements de l’année 218 et du printemps 217 avaient inévitablement entraîné des pertes14. Ainsi, il est préférable de penser que les troupes débarquées avec P. Scipion à l’été 217 constituaient en réalité un supplementum destiné à compenser à la fois le manque initial et les diminutions postérieures15. En aucun cas, ces 8.000 hommes n’ont donc pu correspondre à une légion supplémentaire avec ses socii, d’autant plus que Tite-Live ne précise pas de quelle catégorie de soldats il s’agit16.

  • 17 Tite-Live, XXIII, 49, 9.
  • 18 Polybe, III, 76, 4.
  • 19 La nature des opérations menées dans la péninsule Ibérique entre 217 et 215 ne permet pas d’envisag (...)
  • 20 D’une manière générale, il semble que peu de légions atteignaient leur effectif complet en 215. Voi (...)
  • 21 Polybe, VIII, 1, 4.
  • 22 C’est du moins ce que suggèrent les récits des opérations dans la vallée du Guadalquivir entre 214 (...)

8Il est difficile de se montrer plus précis, car les informations dont nous disposons sont délicates à interpréter. Par exemple, Tite-Live évalue les forces romaines en 215 à 16.000 hommes17. Ce chiffre est inférieur à ce que l’on pourrait attendre d’une armée complète de deux légions avec leurs socii, d’autant plus que les Scipions avaient sans doute accru leurs forces de nombreux auxiliaires indigènes18. Il est donc vraisemblable que le chiffre donné par Tite-Live ne correspond pas à l’intégralité des troupes disponibles, sans qu’il soit possible toutefois de savoir dans quelle mesure19. Au cours de cette première phase de la guerre, il est toutefois légitime de penser qu’en péninsule Ibérique comme ailleurs, les légions romaines, même sans subir les lourdes pertes des armées d’Italie, avaient fini par voir leurs effectifs nettement affaiblis20. Toute estimation est néanmoins vouée à l’échec. Pour les deux années suivantes, Polybe se contente ainsi de mentionner de façon très vague une armée de terre sous les ordres de Publius et une flotte, sous ceux de Gnaeus21. Comme la supériorité navale des Romains était incontestée depuis la victoire de l’embouchure de l’Èbre au printemps 217, sans doute les deux généraux se partageaient-ils en réalité les effectifs terrestres, peut-être augmentés parfois de soldats de la flotte incorporés dans les légions en fonction des besoins22.

  • 23 Tite-Live, XXV, 32, 7-8.
  • 24 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 87.
  • 25 Tite-Live, XXV, 3, 3-6.
  • 26 En effet, Gnaeus combattait depuis 218 sous les auspices de son frère, en vertu d’une délégation, t (...)
  • 27 Tite-Live, XXV, 32, 2-3 : tempus esse id iam agi ut bellum in Hispania finiretur et satis ad id uir (...)

9En 211, Publius prit en charge les deux tiers de l’armée et Gnaeus le dernier tiers23. Cette fameuse division, à l’origine du premier grand désastre romain dans la péninsule Ibérique, reflétait-elle un changement en ce qui concerne le volume global des effectifs ? Certains le pensent. Ainsi, R. C. Knapp a émis l’hypothèse que cette nouvelle répartition des troupes résultait de l’envoi en 212 d’une nouvelle légion en Espagne24. Pour cela, il s’appuie sur un double argument : d’une part, le bilan global des forces romaines dressé par Tite-Live pour cette année-là présente une incohérence, son total comportant une légion de plus que sa liste détaillée25 ; d’autre part, Gnaeus détenait désormais, selon cet auteur, un imperium à part entière26. Par conséquent, R. C. Knapp estime que la légion supplémentaire correspondant à l’omission de Tite-Live venait entériner ce changement de statut : à ses yeux, la répartition deux tiers/un tiers rapportée par Tite-Live reflète donc la présence de trois légions en Espagne début 211 : Publius conservait le commandement des deux anciennes légions tandis que Gnaeus prenait la tête de la nouvelle. Cependant, une telle augmentation des effectifs ne paraît guère plausible. Les raisons données par Tite-Live lui-même à la décision de diviser les forces romaines n’y font nullement référence. Au contraire, l’historien augustéen affirme explicitement que seul un renfort celtibère avait donné aux Scipions les moyens de dédoubler leur armée27. Cela suggère plutôt que les généraux romains n’avaient pas reçu de nouvelles troupes venues d’Italie.

  • 28 Néanmoins, la mention qu’il s’agissait de la première fois qu’une armée romaine recrutait ainsi des (...)

10Certes, l’appel à des mercenaires n’exclut pas a priori la possibilité d’une augmentation simultanée du nombre des légions28. Cependant, telle qu’elle est rapportée par Tite-Live, la composition des armées de chacun des deux frères ne va pas dans ce sens :

  • 29 Tite-Live, XXV, 32, 7-8 : ita inter se diuiserunt ut P. Cornelius duas partes exercitus Romanorum s (...)

Ils se les partagèrent ainsi : Publius Cornelius mènerait les deux tiers de l’armée romaine et des alliés contre Magon et Hasdrubal, et Gnaeus Cornelius avec le dernier tiers de l’ancienne armée (ueteris exercitus), auquel s’ajouteraient les Celtibères, se chargerait de la guerre contre Hasdrubal Barca (trad. F. Nicolet-Croizat, CUF)29.

  • 30 Tite-Live, XXV, 33, 1.
  • 31 Tite-Live, XXV, 33, 5 ; voir aussi Tite-Live, XXV, 36, 12 : pauci a multis.

11Contrairement à l’hypothèse formulée par R. C. Knapp dont il a été question précédemment, l’emploi du terme ueteris ne permet pas de douter que les soldats italiens de Gnæus appartenaient bien à l’armée présente en Espagne durant les années antérieures. Il est donc clair que seul le nombre élevé des Celtibères a permis de donner au tiers commandé par Gnæus l’ampleur d’une armée normale. Tite-Live qualifie d’ailleurs par la suite ce noyau romain d’exiguum Romanum exercitum30 et sa taille de tam paucis31. Rien, par conséquent, qui puisse s’appliquer à une légion entière, même incomplète.

  • 32 Tite-Live, XXVI, 18, 2.
  • 33 Tite-Live, XXVII, 36, 12.
  • 34 E. Badian, Publicans and Sinners, p. 21, n. 29.
  • 35 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 653, n. 1.
  • 36 Polybe, X, 6, 7 et 9, 6 ; Tite-Live, XXVI, 42, 1. On sait cependant par Tite-Live, XXVI, 41, 2, que (...)
  • 37 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 671. Ce résultat est obtenu en supposant égal le nombre de Romain (...)
  • 38 Tite-Live, XXVI, 19, 10.
  • 39 Tite-Live, XXVI, 19, 10.

12Ce n’est donc pas avant l’année 210 que fut accrue la taille de l’armée d’Espagne. Cette évolution est explicitement mise en relation avec la volonté du sénat de régler définitivement la question espagnole en accentuant l’effort sur ce théâtre d’opération (exercitum augeri)32. De fait, la présence de quatre légions en Hispania au plus tard en 207 ne fait aucun doute33. Ce passage de deux à quatre légions se fit-il dès 210 ou bien seulement graduellement ? La seconde solution est préférée par E. Badian, qui, en se fondant sur les incohérences apparentes des calculs liviens, comptabilise seulement trois légions en 20834. Toutefois, l’omission fréquente des armées d’Espagne dans les bilans donnés par Tite-Live pour les années 214, 213, 212, 209 et 208 invite à ne pas tirer de conclusions trop fermes à partir de ce seul argument35. En effet, les effectifs dont disposait le jeune Scipion à son arrivée ne sont en rien incompatibles avec une armée de quatre légions dès 210. On sait ainsi qu’au printemps 209, le nouveau général alignait 25.000 fantassins et 2.500 cavaliers, auxquels il faut ajouter les 3.000 fantassins et 500 cavaliers laissés à Silanus pour contrôler le passage de l’Èbre36. On arrive ainsi à un total de 28.000 fantassins et 3.000 cavaliers. P. A. Brunt estime que ces chiffres correspondent à quatre légions de 3.750 hommes37. Encore faudrait-il être certain qu’en dehors des troupes confiées à son collègue, Scipion avait fait franchir l’Èbre à la totalité de ses effectifs. Cette incertitude ne remet cependant pas en cause le doublement du nombre des légions en Hispania à partir de 210, car Tite-Live précise bien que l’armée de Scipion devait être formée par la réunion de son propre contingent à celui de son prédécesseur (ad eas copias quas ex vetere exercitu Hispania habebat quaeque a Puteolis cum C. Nerone traiectae erant)38. De Rome, Scipion amenait en effet seulement 10.000 fantassins et 1.000 cavaliers39. Reste à déterminer si les forces déjà présentes sur place étaient suffisantes pour permettre à ce nouveau contingent de porter l’armée d’Espagne à quatre légions, même incomplètes.

  • 40 Tite-Live, XXVI, 17, 1.
  • 41 Il est accepté par G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 455, et P. Marchetti, Histoire (...)
  • 42 Appien, Ib., 17. J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 132, constate que le chiffre de 300 cavaliers do (...)
  • 43 Tite-Live, XXVI, 17, 1.
  • 44 Tite-Live, XXVI, 18, 2, affirme en effet que la préoccupation accrue du sénat pour les affaires d’E (...)

13À la fin de l’été 211, Gaius Nero, qui avait remplacé les deux Scipions morts au combat, était déjà à la tête d’effectifs nombreux. Selon Tite-Live, il avait quitté la Campanie avec 6.000 fantassins et 300 cavaliers romains, complétés par 6.000 fantassins et 800 cavaliers alliés40. Ce total de 13.100 hommes a souvent été jugé excessif41. Appien évoquant seulement 10.000 fantassins et 1.000 cavaliers, on en déduit parfois que Nero avait en réalité amené d’Italie une légion42. Mais Tite-Live ne le dit pas explicitement : il précise bien que le préteur fut autorisé par le sénat à constituer, à hauteur de 6.000 fantassins pour les Romains, une armée (exercitus) à partir de soldats choisis par lui dans les deux légions qu’il commandait devant Capoue et de compléments alliés43. La formule n’interdit pas que le gros des troupes romaines pût effectivement correspondre à une légion, ce dont Appien aurait conservé le souvenir. S’y serait alors ajouté un supplementum (2.000 hommes ?) destiné à compenser les pertes du désastre subi par les Scipions. Dans ce cas, l’envoi de Nero aurait constitué la première étape vers l’accroissement prémédité des forces en Hispania par l’ajout d’une troisième légion44. Les 10.000 fantassins accompagnant l’arrivée de Scipion en 210 auraient alors achevé le doublement des légions d’Espagne, en fournissant la quatrième avec son complément allié.

  • 45 Tite-Live, XXV, 37, 4.
  • 46 Différentes estimations ont été proposées : 9.000 selon G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2 (...)
  • 47 H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 53, estime ainsi que la grandevictoire (...)
  • 48 Eutrope, III, 14, 2, tout en évoquant la mort des Scipions, affirme ainsi que l’armée était demeuré (...)
  • 49 C’est ce que suggère Tite-Live, XXV, 37, 4, qui rappelle qu’outre le rassemblement des fuyards, Mar (...)

14Cette interprétation dépend évidemment beaucoup des pertes de 211, très difficiles à évaluer. La tradition unanime évoque une catastrophe de grande magnitude, engloutissant l’armée des deux Scipions. La réalité a pu être cependant plus nuancée et l’on peut se demander dans quelle mesure cette orientation du récit ne procède pas d’une réécriture de la geste de la gens des Cornelii Scipiones, peut-être diffusée par Polybe, pour exalter autant le sacrifice dramatique des parents que le mérite exceptionnel de l’héritier. Tite-Live précise en effet explicitement qu’avant même d’avoir rejoint les troupes laissées par P. Scipion dans son camp sous les ordres de T. Fonteius, L. Marcius avait pu reconstituer une armée nullement négligeable (haud contemnendum exercitum)45. D’une manière générale, les historiens modernes admettent d’ailleurs que les survivants ont pu avoir été assez nombreux, peut-être autour de 10.00046. Cette estimation ne peut toutefois servir ici d’argument sans risquer la circularité de la démonstration dans la mesure où elle est en général fondée, à rebours, à partir de l’effectif total donné pour209. Cependant, même sans souscrire aux exploits accomplis par Marcius et Fonteius contre Hasdrubal immédiatement après la défaite des Scipions47, il est vraisemblable que le maintien du contrôle romain sur la région de l’Èbre tenait autant à l’incapacité des Carthaginois à exploiter leur avantage qu’à l’absence d’un écrasement physique significatif des armées romaines48. Les survivants ne correspondaient sans doute pas à deux légions entières, car la faiblesse numérique des troupes des Scipions en 211 a été rappelée précédemment : celle-ci résultait d’une diminution inévitable de leurs effectifs depuis 216 mais aussi de la nécessité de les disperser dans des garnisons destinées à assurer la réussite de l’offensive49. L’armée, au moment de sa division dans le sud entre Publius et Gnæus, était donc certainement déjà très inférieure à son effectif théorique. Dans ces conditions, un reliquat de 10.000 hommes, Romains et alliés confondus, pourrait en représenter une proportion déjà notable. Le supplementum apporté par Nero ainsi que l’intégration des équipages de la flotte à l’infanterie terrestre ont pu, par conséquent, suffire à leur restaurerun niveau minimal.

  • 50 Même sans rejeter entièrement, comme le fait H. H. Scullard, Scipio Africanus. Soldier and Politici (...)
  • 51 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 420.
  • 52 Sa stratégie reposait sur la nécessité d’affronter successivement les trois armées carthaginoises ((...)
  • 53 Tite-Live, XXVII, 38, 11 : Magni roboris auxilia ex Hispania quoque a P. Scipione M. Liuio missa qu (...)

15À cette armée restaurée, Nero ajoutait celle venue avec lui d’Italie en plus du supplementum. Il disposait ainsi de l’équivalent de trois légions, portées ensuite à quatre à l’arrivée de Scipion. La portée de cette augmentation doit néanmoins être relativisée50. Il est probable, comme le pense P. A. Brunt, que les quatre légions de Scipion n’ont sans doute jamais été complètes51. Les campagnes suivantes trahissent en tout cas l’appréhension constante de la part de Scipion d’être incapable de faire numériquement face aux Carthaginois52. L’envoi de renforts en Italie depuis la péninsule Ibérique, prudemment attesté par Tite-Live pour l’année 207, n’est pas forcément contradictoire53. Scipion pouvait en effet désormais compter, en cas de besoin, sur ses nombreux alliés indigènes. Cet épisode confirme surtout l’idée que, sans résoudre le déséquilibre numérique, le départ d’Hasdrubal, début 207, avait constitué le véritable tournant des opérations en Hispania.

  • 54 Polybe, XI, 33, 8 ; Tite-Live, XXVIII, 38, 1.
  • 55 T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 160, estime que Lentulus et Acidinus dispo (...)
  • 56 C’est du moins ce qu’affirme Polybe, XI, 33, 8. Récemment, G. Zecchini, « Scipione in Spagna », pp. (...)
  • 57 Tite-Live, XXIX, 1, 21 ; Appien, Ib., 38. Curieusement, P. Marchetti, Histoire économique et monéta (...)
  • 58 T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 163, explique d’ailleurs ainsi le choix de (...)
  • 59 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 34, admet ainsi deux légions seulement, pour la période e (...)
  • 60 Tite-Live, XXIX, 2, 2.
  • 61 Tite-Live, XXX, 41, 4-5.

16Ces quatre légions, qui permirent l’expulsion des Carthaginois hors de la péninsule Ibérique en 206, ne furent pas maintenues sur place au-delà de cette date. La mention par Tite-Live de seulement dix navires (decem nauibus) accompagnant Scipion lors de son départ vers l’Italie n’est pas un élément suffisant pour refuser le retour d’une partie de l’armée avec lui. En effet, au départ de Scipion pour Rome en 206, le commandement fut laissé, selon Polybe, à M. Iunius Silanus et à L. Marcius et, selon Tite-Live, à L. Cornelius Lentulus et à L. Manlius Acidinus54. Cette apparente contradiction s’explique si Tite-Live anticipe l’arrivée en 205 des nouveaux détenteurs de l’imperium55. Cette hypothèse permet donc de supposer que Scipion, pressé de revenir pour les élections consulaires, avait avancé son départ, faisant voile seulement avec une petite escorte56. Le reste de l’armée suivit plus tard, peut-être à l’arrivée des successeurs et des recrues de remplacement. Le rapatriement de l’ancienne armée, spécifiquement précisé par Tite-Live et sous-entendu par Appien, est donc parfaitement acceptable57. Si la péninsule Ibérique ne pouvait se passer d’une présence militaire romaine en dépit du retrait carthaginois, il est en revanche improbable que le sénat ait choisi d’y laisser un nombre de légions supérieur à celui prévu en 218, d’autant plus que la guerre exigeait toujours un effort important en Italie, puis en Afrique58. À partir de 205, Lentulus et Acidinus n’ont donc conservé, selon toute probabilité, que deux légions59. En témoigne leur besoin de regrouper leurs forces et de recruter de nombreux auxiliaires pour faire face à la révolte d’Indibilis60. Ainsi, le projet du sénat de réduire à une seule légion l’armée d’Espagne en 201 suggère une volonté politique, à partir de la fin 206, de réduire graduellement les contingents affectés à l’Hispania61.

  • 62 G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), pp. 632-633 ; il est suivi par P. A. Brunt, Italian M (...)
  • 63 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 34 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 50, n. 1 (...)
  • 64 Tite-Live, XXXI, 20, 1.
  • 65 Tite-Live, XXXII, 7, 4.
  • 66 Victoire de Cethegus in agro sedetano en 200 (Tite-Live, XXXI, 49, 7) ; ouatio de Cn. Cornelius Bla (...)
  • 67 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 70.
  • 68 Ibid., p. 69 : « It is not likely that he was left with no soldiers whatsoever after Cethegus’arriv (...)
  • 69 Tite-Live, XXXII, 7, 4. L’intercession du tribun ne constituait pas une condamnation de la conduite (...)

17Contrairement à ce que laissait augurer la décision prise pour 201, le nombre des légions stationnées en Hispania ne diminua pas toutefois en-dessous de son niveau de 218. G. De Sanctis pensait pourtant que l’application de la mesure avait eu lieu et comptabilisait, après 201, une seule légion, qu’il appelait H62. On a fait remarquer depuis que le maintien de deux généraux en 200 s’oppose à une interprétation littérale du texte de Tite-Live : il est plus probable de penser qu’à un double imperium correspondaient toujours deux légions63. En effet, des deux commandants de 202, seul Lentulus est revenu à Rome l’année suivante64. Le retour d’Acidinus n’est attesté qu’en 199, en même temps que celui de Cornelius Cethegus, le successeur de Lentulus65. En outre, en dépit du manque de précision des sources, des indices prouvent la poursuite d’une activité militaire entre 201 et 198, ce qui implique la présence de soldats en nombre suffisant66. Toutefois, les circonstances exactes de ce changement d’attitude par rapport au décret sénatorial initial nous échappent. J. S. Richardson argumente en faveur d’une initiative des généraux eux-mêmes, ce qui explique selon lui pourquoi Cethegus quitta Rome sans collègue, le sénat n’ayant pas initialement prévu de remplacer les deux hommes présents en Hispania67. Acidinus, demeuré sur place, aurait conservé ses soldats68. Cette hypothèse ne paraît guère convaincante. Sachant que J. S. Richardson lui-même insiste, à juste titre, sur la prérogative du sénat en matière de levées de troupes et de gestion des effectifs, il est difficile de penser qu’Acidinus ait pu retenir de son propre chef, dans la Péninsule, un nombre important de citoyens sans l’aval des patres et sans sanction à son retour. Or, Tite-Live précise au contraire qu’en 199, le préteur a obtenu du sénat l’honneur de l’ouatio que seul le ueto du tribun P. Porcius Laeca l’empêcha de célébrer69. Certes, l’ouatio ne lui fut peut-être pas octroyée pour le commandement d’une armée en 201-200, mais pour ses victoires précédentes. Elle prouve, en revanche, la régularité de sa prorogation. Il faut donc admettre qu’entre l’annonce de la réduction du commandement de l’Hispania à un seul général et l’arrivée de Cornelius Cethegus en Péninsule, décision avait été prise à Rome de maintenir finalement la situation antérieure.

18Les dispositions relatives à l’instauration de deux préteurs, dans le cadre de la création formelle des provinces de Citérieure et d’Ultérieure en 197, ne semblent pas d’ailleurs représenter une rupture décisive avec la pratique précédente. Tite-Live rapporte que

  • 70 Tite-Live, XXXII, 28, 11 : praetoribus in Hispanias octona milia peditum socium ac nominis Latini d (...)

pour les Espagnes, on donna aux préteurs huit mille fantassins alliés et Latins ainsi que quatre cents cavaliers, afin qu’ils licencient les anciens soldats (trad. B. Mineo, CUF, modifiée)70.

  • 71 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 66 : « Jeder Praetor brachte ein Heervon 8000 pedites und (...)
  • 72 Sur le retrait progressif de toute troupe citoyenne entre 200 et 197 : R. C. Knapp, Aspects of the (...)
  • 73 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 421, a ainsi bien mis en évidence que l’augmentation du ratio de (...)
  • 74 C’est le cas également en Gaule, en Sicile et en Sardaigne (Tite-Live, XXXI, 8, 7-10). Contrairemen (...)

19Ce passage essentiel est en général compris comme un remplacement complet de l’armée d’Espagne, car les 8.400 alliés sont considérés à tort comme le contingent affecté à chaque préteur71. Tite-Live ne dit rien de tel. Au contraire, la construction de sa phrase avec data […] ut implique que l’effectif dont il est question ne peut être qu’un supplementum. Il est probable que celui-ci était destiné à être réparti, en fonction des besoins, entre les deux armées. L’emploi de ueterem militem et non de uetus exercitus ne laisse aucun doute quant au caractère partiel de la substitution. Cependant, l’ampleur de ce supplementum (près de deux fois le nombre de fantassins alliés normalement affectés à une légion) incite à penser que ces ueteres milites étaient à la fois des Romains et des socii : la proportion des premiers s’en trouvait par conséquent réduite. Ainsi, l’envoi exclusif de socii ne traduit ni une absence de légionnaires sur place, ni la volonté durable du sénat de subsituer les Italiens aux Romains dans la guerre outre-mer72. Cette évolution reflète avant tout les conditions politiques particulières de l’après-seconde guerre punique. En raison de la défection de certaines cités italiennes ou de l’incapacité momentanée de certaines d’entre elles d’acquitter leurs obligations contractuelles pendant la guerre, Rome put alors exiger de certains de ses alliés des contributions supplémentaires, en guise d’arriérés73. Ce réservoir temporairement accru de soldats italiens était alors mis prioritairement à contribution pour alimenter les troupes stationnées dans les provinces74.

  • 75 Tite-Live, XXX, 21, 3-4, atteste ainsi la remise au sénat, par des envoyés de Sagonte, d’agents car (...)

20L’état du dossier pour les années comprises entre la fin du second conflit punique et la création des provinces d’Espagne ne permet pas d’aboutir à des conclusions indiscutables. À l’inverse aucun élément n’autorise à rejeter catégoriquement l’idée d’un maintien surplace de deux légions romaines jusqu’à cette date. Assurément, ce schéma n’était pas durablement acquis dès le lendemain de l’expulsion des Carthaginois hors de la Péninsule, comme le montre l’affaire de 201. Entre 205 et 202, la menace punique, toujours présente, incita le sénat à conserver sa place stratégique à l’Hispania75. L’expérience acquise depuis le début de la guerre favorisa le modèle privilégié dès 218, celui d’une armée de deux légions. Cette considération dut finir par l’emporter également en 201. Néanmoins, la fin du péril rendait inutile un déploiement de force excessif. Probablement, les légions de cette période n’atteignaient donc pas leur effectif théorique, d’autant que le recours plus prononcé aux troupes alliées, comme la possibilité de faire appel à des auxiliaires indigènes, permettaient de compenser l’inconvénient que représentait ce sous-effectif.

TABLEAU 1. — Récapitulatif (218-197)*

Années

Nombre de légions par année

218-211

2

210

3

209-206

4

206-197

2

* Afin de ne pas étendre démesurément ce tableau, on a procédé par regroupements ; il faut ainsi lire, par exemple, qu’entre 218 et 211, il y a chaque année deux légions dans la Péninsule.

197-99 : UN ACCROISSEMENT LIMITÉ DES CONTINGENTS ANNUELS

21Avec la création des provinces de Citérieure et d’Ultérieure en 197 s’ouvre un nouveau chapitre marqué par une lente régularisation administrative. Désormais, chacune des provinces se trouve gouvernée par un magistrat de rang prétorien à la tête d’une légion, héritage des tâtonnements de la période précédente. Contrairement à une hypothèse couramment admise postulant dès 187 l’envoi d’armées consulaires, ce système demeura en vigueur tout au long du IIe siècle, à l’exception de certaines périodes de crise.

  • 76 Tite-Live, XXXIII, 26, 3-4.
  • 77 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 35-36, numérote ces nouvelles légions XV et XVI pour les (...)

22Pour 196, Rome envoya en péninsule Ibérique une armée entièrement nouvelle : les deux préteurs, Q. Fabius Buteo et Q. Minucius Thermus, reçurent chacun une légion romaine, complétée par 4.000 fantassins et 300 cavaliers alliés76. Cette décision n’implique pas que les deux légions précédentes avaient été dissoutes début 197 comme le pense A. Afzelius et, à sa suite, la plupart des historiens77. Une comparaison avec la répartition des troupes pour 195 suggère une autre explication, plus cohérente avec ce qui vient d’être dit pour la période précédente : le renouvellement complet des effectifs a bien eu lieu mais seulement en 196. En effet, Tite-Live rapporte pour l’année 195 :

  • 78 Tite-Live, XXXIII, 43, 7-8 : Ap. Claudio, praeter legionem quam Q. Fabius habuerat, duo milia pedit (...)

Ap. Claudius eut la permission d’enrôler, outre la légion que Q. Fabius avait commandée, deux mille fantassins et deux cents nouveaux cavaliers. On attribua un nombre égal de fantassins et de cavaliers nouveaux à P. Manlius, pour l’Espagne Citérieure, ainsi que la légion qui avait été sous les ordres du préteur Q. Minucius (trad. P. Jal, CUF)78.

  • 79 L’ampleur de cette défaite est malaisée à évaluer. Certainement exagérée par Orose, IV, 20, 10 qui (...)
  • 80 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 67, croit que cela était le cas des socii : pour lui, les (...)
  • 81 Tite-Live, XXXIII, 25, 10.

23Il est frappant de constater qu’à cette occasion, l’auteur prend soin de préciser que les nouveaux soldats (nouos) s’ajoutaient aux effectifs déjà présents. Rien de comparable en 196, ni en ce qui concerne les légionnaires, ni en ce qui concerne les socii, alors même qu’on ne peut douter, on l’a vu, de la présence d’effectifs surplace. Cette différence s’explique, selon nous, par le fait que les troupes de 197 ont été entièrement rapatriées. Il s’agissait de laisser place à un contingent complet, ce que n’était vraisemblablement plus le précédent, composé surtout d’alliés, afin d’atténuer l’impact de la déroute subie à l’extrême fin de l’année 197 par Sempronius Tuditanus en Citérieure79. On ne peut écarter l’idée qu’une petite partie des effectifs antérieurs ait été incorporée dans la nouvelle armée pour la renforcer, mais les preuves font défaut80. En tant que telles, les légions d’Helvius et de Tuditanus ont dû être dissoutes. La décision en a été vraisemblablement prise à Rome au moment où la nouvelle de la déroute du préteur de Citérieure fut apprise. Tite-Live précise en effet que les patres décrétèrent alors que les deux consuls seraient affectés à l’Italie et qu’ils lèveraient en outre quatre nouvelles légions, dont « deux qui seraient envoyées où le sénat le jugerait à propos (duas quae quo senatus censuisset mitterentur) »81. Immédiatement après les élections prétoriennes, ces deux légions étaient affectées aux nouveaux gouverneurs de Citérieure et d’Ultérieure. Ce processus révèle, d’une part, qu’il n’a jamais été question d’envoyer alors une armée consulaire et, d’autre part, que les effectifs mentionnés correspondaient au contingent habituel de ces provinces. Le renouvellement de l’armée d’Espagne en 196 s’effectuait ainsi sur les bases qui avaient prévalu jusqu’alors.

  • 82 Tite-Live, XXXIII, 43, 3. A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 36, pense que ces deux légions (...)
  • 83 Tite-Live, XXXIV, 13, 8.
  • 84 Tite-Live, XXXIII, 43, 2.
  • 85 G. V. Sumner, « Notes on provinciae in Spain », p. 127, qui se fonde sur Tite-Live, XXXIV, 19, 11, (...)
  • 86 Tite-Live, XXXIV, 17, 1.
  • 87 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 86. Mais cette hypothèse l’oblige à supposer une erreur de Tite-Liv (...)
  • 88 C’est la suggestion séduisante de R. C. Knapp, « Cato in Spain », p. 24, n. 13 : il remarque que Ti (...)
  • 89 Tite-Live, XXXIV, 43, 4.
  • 90 Tite-Live, XXXIII, 43, 5, précise que la fonction de Manlius était de seconder le consul ; de même, (...)
  • 91 Sur le maintien des deux armées prétoriennes de 195 : A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 37.

24L’envoi d’une armée consulaire sous les ordres de Caton en 195 ne changea pas la donne : cette armée venait seulement, le temps de la campagne, compléter le schéma antérieur, sans le remplacer. En effet, les deux légions et 15.000 alliés du nom Latin, avec 800 cavaliers et 20 navires que le consul emmena en Citérieure s’ajoutaient aux troupes d’Ap. Claudius Nero et de P. Manlius dont nous avons vu qu’elles reprenaient pour l’essentiel celles de leurs prédécesseurs82. Le processus est clairement décrit par Caton lui-même dans le discours qu’il tient à ses soldats avant la bataille d’Emporion, où il fait état de la présence en Hispania de deux préteurs (duo praetores), un consul (consul) et trois armées (tres exercitus)83. L’affectation du consul à la province, présentée comme une mesure ponctuelle d’urgence, ne remettait donc pas en cause le dispositif habituel de la double armée prétorienne, mais devait le renforcer momentanément84. L’incertitude des historiens modernes sur les prérogatives réelles de Caton reflète bien l’originalité de ce dispositif et son caractère d’exception85. La confusion du récit livien complique encore le problème : il semble en effet que Manlius ait fini par prendre en charge les troupes de Claudius Nero dont nulle mention n’est faite ensuite au cours de la campagne86. Comment expliquer cette contradiction ? Certains supposent le départ anticipé de Nero dont la présence était rendue inutile par l’action du consul87. D’autres mettent en avant l’absence d’opérations militaires en Ultérieure, permettant à son gouverneur d’envoyer des renforts substantiels à son collègue de Citérieure88. La seule certitude est que Sex. Digitius, affecté en Citérieure en 194, n’a pas repris l’armée de Caton puisque celle-ci fut intégralement licenciée à la fin de la campagne du consul89. Ce licenciement ne concerna très certainement que les deux légions et leurs socii spécifiquement désignés par Tite-Live comme formant l’armée consulaire de 195. Même si Caton avait eu sans doute autorité sur les troupes du préteur de Citérieure90, celles-ci restèrent vraisemblablement dans la Péninsule pour former le noyau de l’armée de Digitius91. En ce sens, militairement parlant, ce dernier était le successeur de Manlius avant d’être celui de Caton. Le bref passage à quatre légions en 195apparaît donc comme un hapax, davantage lié aux circonstances de cette année-là (et notamment au désir du consul d’obtenir un commandement militaire important) qu’à une évolution durable de la politique militaire en Hispania.

  • 92 Plusieurs passages deTite-Live mentionnent explicitement le fait : Tite-Live, XXXVII, 2, 12 ; 50, 1 (...)

25Ainsi, de toute évidence, le schéma en vigueur depuis 201 fut formalisé en 197, avant d’être maintenu durant toute la première moitié du IIe siècle. Entre 197 et 187, la présence annuelle de deux légions seulement (une dans chaque province) ne fait aucun doute, d’autant plus qu’elle est attestée explicitement par Tite-Live à partir de 194 : pour cette raison, une telle configuration a généralement été admise sans discussion pour la première décennie postérieure à la création des provinces92. Mieux, il n’y a pas lieu de remettre en question cette conclusion pour la période suivante, contrairement à ce qui a parfois été affirmé.

  • 93 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 40-41.
  • 94 Tite-Live, XXXIX, 38, 10-12.
  • 95 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 41. En effet, ni l’année 188 où sont attestées explicitem (...)
  • 96 Tite-Live, XXXIX, 20, 3.
  • 97 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 47.
  • 98 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, p. 61 ; R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 2, n. 2 (...)

26En effet, A. Afzelius a cherché à démontrer que cette situation prenait fin en 187, date à laquelle cet auteur place une augmentation définitive de deux à quatre légions93. Pour cela, il retient essentiellement trois arguments : d’abord, le récit de Tite-Live pour l’année 184 rapporte, selon lui, l’existence de quatre légions en péninsule Ibérique, ce qui lui fournit le terminus ante quem à l’évolution94 ; ensuite, entre 194et 184, seule l’année 187 pour laquelle notre source ne livre aucun décompte de troupes, lui paraît susceptible par défaut de correspondre à l’introduction régulière de deux nouvelles légions95 ; enfin, la proportion exceptionnelle de fantassins alliés dans le supplementum de 186 serait à ses yeux l’indice d’une armée doublée96. A. Afzelius en déduit qu’entre 187 et 168, les provinces de Citérieure et d’Ultérieure comptaient chacune deux légions chaque année97. Cette analyse a été généralement suivie, du moins en ce qui concerne le tournant représenté par l’année 18798.

  • 99 P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 661-662, souligne en particulier que, pour les années 171-168 du (...)
  • 100 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 54-57, et tableau récapitulatif p. 57. L’auteur propose (...)
  • 101 Ibid., p. 55 : « Die durchschnittlichen supplementa waren jedoch ungefähr so gross wie die während (...)
  • 102 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662, fonde ses réflexions sur des chiffres légèrement différents (...)
  • 103 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662. Voir aussi infra, pp. 157-165.
  • 104 Ibid., p. 663.

27La validité de cette théorie au-delà de l’année 178 a fait cependant, à juste titre, l’objet de critiques. En particulier, P. A. Brunt a insisté sur la nécessité de prendre en compte le contexte postérieur aux campagnes de Sempronius Gracchus. Pour la période 177-168, en effet, Tite-Live et, après lui nos autres sources, ne se font l’écho d’aucune opération militaire d’envergure justifiant le maintien d’une armée de quatre légions dans la péninsule Ibérique99. En outre, P. A. Brunt montre que les chiffres des supplementa donnés par Tite-Live pour cette période ne constituent pas davantage un argument suffisant en ce sens. En effet, A. Afzelius, compilant ces chiffres, y voyait la confirmation de sa théorie : entre 195 et 188, il comptabilisait 14.000 fantassins et 850 cavaliers, soit 875 et 53 par an pour chacune des deux légions ; entre 186 et 172, 52.400 fantassins et 3.650 cavaliers, soit 873 et 61 par an pour chacune des quatre légions100. Par conséquent, l’accroissement considérable en volume des supplementa pour la période postérieure à 187 ne pouvait à ses yeux s’expliquer que si les provinces des Espagnes avaient désormais à entretenir les effectifs de quatre légions : la presque coïncidence de ses ratios annuels de part et d’autre de 187 lui en semblait la meilleure preuve101. P.A. Brunt a souligné avec raison les limites de ce raisonnement102. L’établissement de ratios stricts repose sur le principe que Rome suivait une norme fixe en matière de rotation d’effectifs. Or rien ne permet d’affirmer l’existence d’une telle pratique. Au contraire, la taille du supplementum, lequel était destiné à permettre le remplacement des tués et des blessés ainsi que le licenciement des soldats, variait par définition non seulement en fonction des effectifs de départ mais aussi en fonction des besoins en remplacement103. Ainsi, son augmentation pouvait être liée à la présence d’armées plus nombreuses, comme le pense A. Afzelius, mais aussi, par exemple, à la volonté, en période de calme, de congédier plus fréquemment les soldats. C’est ce que P. A. Brunt suppose pour la période postérieure aux victoires de Gracchus : l’armée d’Espagne aurait été limitée à un dispositif de deux légions à partir de 178 et le maintien de supplementa élevés signifierait seulement une rotation plus rapide des recrues104.

  • 105 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », pp. 87-94.
  • 106 L’agitation signalée par Acidinus et Atinius (Tite-Live, XXXIX, 7, 6) ne pouvait constituer un moti (...)
  • 107 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 90.
  • 108 Tite-Live, XXXIX, 31, 6-7. R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 88, n. 8, compar (...)

28Les objections présentées par P. A. Brunt semblent décisives. Toutefois, il convient d’aller encore plus loin dans la réfutation, comme l’a suggéré R. C. Knapp dans un article important remettant en cause, cette fois, la rupture de 187 elle-même105. En effet, pas plus qu’en 178, la nécessité d’envoyer deux légions supplémentaires ne s’imposait selon lui à cette date106. En outre, le savant américain insiste sur le fait que le texte offrant à A. Afzelius son terminus ante quem (Tite-Live, XXXIX, 38, 10-12 : cum eos legiones quattuor discripsissent ) présente une difficulté de lecture, due à une corruption. La théorie du doublement s’appuie sur la restitution cum eos <in> legiones quattuor discripsissent, alors qu’il faudrait lire cum et <quattuor milia in> legiones discripsissent107. Dans ces conditions, au lieu d’évoquer quatre légions, le texte ne ferait état que de l’envoi d’un simple supplementum de 4.000 hommes, ce que R. C. Knapp considère, à juste titre, comme tout juste suffisant pour une armée de deux légions à un moment où le licenciement de nombreux soldats ayant accompli leurs obligations militaires (ueteres milites) est explicitement rapporté par Tite-Live. Il estime donc, à juste titre, que la mention d’une legio V et d’une legio VIII en 185n’implique pas l’existence des numéros VI et VII qui ne sauraient par ailleurs avoir été réservés aux provinces hispaniques comme le prétend A. Afzelius108.

  • 109 Tite-Live, XXXIX, 30, 12.
  • 110 Tite-Live, XXXIX, 31, 4-5 : Vbi post quam laborare aciem Calpurnius praetoruidit, T. Quinctilium Va (...)
  • 111 Tite-Live, XXXIX, 30, 1. Le texte dit primo uere ex hibernis copias eductas mais ne dit mot d’évent (...)

29Les réserves présentées par R. C. Knapp semblent du reste confirmées par le récit de Tite-Live pour 185. Ce texte suffit par lui-même à écarter l’hypothèse de deux légions supplémentaires à cette date. En effet, dans l’ordre de bataille adopté alors par les deux généraux romains, la cinquième légion, commandée par Calpurnius, et la huitième, commandée par Quinctius, furent placées au centre (in medio locatae), parce que, précise Tite-Live, il s’agissait là des meilleures troupes de toute l’armée (id robur toto exercitu erat)109. Il est donc clair que les deux légions constituaient l’élément déterminant sur lequel reposait entièrement l’espoir des généraux romains, ce que confirme ensuite le déroulement du combat110. En soi, le qualificatif robur pourrait s’appliquer seulement à l’armée alignée sur le champ de bataille, sans exclure, en principe, que les gouverneurs aient pu disposer d’autres légions, restées pour cette campagne hors de l’engagement dont il est question. Cependant, le contexte de cette bataille rend une telle hypothèse peu probable. Calpurnius et Quinctius, après avoir fait jonction en Béturie, avaient pénétré en Carpétanie111. Parvenus à proximité de Toletum, ils rencontrèrent inopinément un fort parti ennemi et furent mis en déroute, perdant 5.000 hommes, Romains et alliés confondus. Retirée dans son camp, l’armée romaine se replia ensuite furtivement au cours de la nuit. Suite à ce cinglant échec, les préteurs battirent le rappel de leurs alliés indigènes :

  • 112 Tite-Live, XXXIX, 30, 7 : praetores interim Romani omne id tempus contrahendis ex ciuitatibus socii (...)

Cependant, les préteurs romains employèrent toute cette période à réunir des auxiliaires espagnols levés dans les villes alliées et à ranimer le courage de leurs soldats ébranlé par la terreur de la défaite. Lorsqu’ils estimèrent leurs forces suffisantes et que déjà l’armée réclamait le combat afin de faire oublier la honte subie précédemment, ils se mirent en route et établirent leur camp à douze milles du Tage (trad. A. -M. Adam, CUF)112.

30Si les préteurs avaient eu à leur disposition deux légions supplémentaires, ils ne se seraient sans doute pas contentés, au milieu d’une pareille situation de crise, de faire exclusivement appel à des auxiliaires. Par conséquent, il paraît clair que les deux légions sont qualifiées de robur par opposition aux nombreux auxilia externa et que l’exercitus alignée par les généraux comprenait bien toutes les forces romaines présentes dans la Péninsule.

31On le voit, de nombreux éléments plaident en défaveur de l’hypothèse d’A. Afzelius. Aucun des arguments lui servant d’appui ne résiste à la critique. Il faut donc conclure à l’inexistence totale d’une armée romaine de quatre légions dans la première moitié du IIe siècle, en dehors de l’année 195 qui tranche donc avec la situation normale. Néanmoins, quelques nuances de détail doivent être apportées à ce constat d’ensemble.

  • 113 Tite-Live, XL, 32, 7.
  • 114 Tite-Live, XL, 1, 1.
  • 115 Tite-Live, XL, 1, 5.
  • 116 Tite-Live, XL, 1, 4.
  • 117 Tite-Live, XXXIX, 56, 1 et XL, 1, 4. On apprend du reste sa mort un peu plus tard en XL, 2, 5.
  • 118 Fulvius, comme Gracchus après lui, possédait l’imperium pro consule, comme tous les gouverneurs pré (...)
  • 119 Tite-Live, XL, 1, 5.

32En effet, le récit de Tite-Live fait clairement état de deux légions sous les ordres de Fulvius Flaccus en 182 en Citérieure (duabus legionibus)113. Comment comprendre cette apparente contradiction avec ce qui vient d’être exposé ? D’autre part, comment expliquer que, si la péninsule Ibérique disposait à cette date d’une armée de taille consulaire, celle-ci ait été confiée à un préteur ? La réponse à cette seconde question est fournie par le contexte même de l’année 182, où, nous dit Tite-Live, les consuls étaient entièrement accaparés par la situation en Ligurie114. Les deux armées consulaires y furent donc affectées (quattuor legiones in Ligures)115. Mais l’état de guerre en Citérieure (citeriorem in armis esse et cum Celtiberis bellari sciebant) réclamait aussi un renfort116. En Ultérieure, la situation militaire était semble-t-il moins grave, même si la discipline s’était légèrement dégradée en raison de la longue maladie du préteur Publius Sempronius Longus117. Il est donc tentant de penser que ce contexte difficile favorisa l’attribution d’une nouvelle légion à la Citérieure118. En effet, face à toutes ces préoccupations (auxquelles il faut ajouter des troubles en Gaule), la réaction du sénat consista à lever de nouvelles armées (nouos exercitus conscribi placuit)119.

  • 120 Tite-Live, XL, 1, 7.
  • 121 Tite-Live, XL, 18, 6.
  • 122 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 90 : « the second legion was never sent fro (...)

33Dans le cas précis de la péninsule Ibérique, les modalités d’une telle augmentation d’effectif ne sont pas claires cependant, car il n’existe aucune mention explicite qu’une mesure de ce genre concerna bien l’Hispania en 182. Tite-Live se contente de rapporter qu’on enrôla pour les deux Espagnes 4.000 fantassins et 200 cavaliers romains, ainsi que 7.000 fantassins et 300 cavaliers alliés120. Sachant qu’en 184 l’effectif des deux légions de Citérieure et d’Ultérieure avait été fixé à 5.000 fantassins et 300 cavaliers romains, on pense parfois que les 4.000 citoyens levés en 182 ne correspondaient pas à une nouvelle légion mais devaient plutôt servir à augmenter sur place l’effectif des deux légions. R. C. Knapp estime ainsi que c’est Fulvius Flaccus qui retint de sa propre autorité les trois-quarts de ces soldats pour constituer deux légions de 4.000 fantassins et 230 cavaliers, portées à plein effectif l’année suivante grâce à un nouveau renfort121. Pour l’historien anglo-saxon, la création de la nouvelle légion est donc uniquement le résultat de la répartition inégale des nouvelles troupes, sur place, entre les deux préteurs122.

  • 123 Tite-Live, XL, 32, 4-5.
  • 124 Tite-Live, XL, 16, 10.
  • 125 Tite-Live, XL, 1, 4.
  • 126 Tite-Live, XL, 16, 8.

34Ce faisant, R. C. Knapp néglige toutefois deux éléments. D’une part, les deux légions commandées par Fulvius Flaccus en 181possédaient un caractère très officiel puisque Tite-Live nous donne leur numérotation : V et VII123. D’autre part, il n’est jamais dit que Publius Manlius ait eu l’usage de nouveaux soldats en 182 : apparemment, il s’est contenté de reformer l’armée dispersée de son prédécesseur (Manlius exercitu tantum in unum coacto qui dissipatus fuerat)124. Peut-être une partie des socii lui était-elle officiellement affectée, puisque le sénat destinait a priori aux deux provinces les contingents partis de Rome. On peut douter toutefois que les patres aient souhaité utiliser ces nouveaux soldats pour licencier les légionnaires d’Ultérieure dont les manquements à la discipline lui étaient connus (solutam disciplinam)125. En outre, l’envoi de 3.000 fantassins et 300 cavaliers romains avec 6.000 fantassins et 300 cavaliers alliés l’année suivante est explicitement désigné comme un supplementum pour les deux provinces. Or, on sait que l’armée de Fulvius Flaccus avait subi des pertes nombreuses en 182 (multi Romani milites et uulnerati et interfecti sunt)126. On utilisa donc probablement la plupart des nouveaux arrivants pour remplacer les tués et les blessés, sans compter les congés, et non pour augmenter les effectifs de la Citérieure, d’autant plus qu’une partie du supplementum était cette fois destinée à l’Ultérieure. Le doublement de l’armée de Citérieure est donc antérieur. L’ensemble de ces remarques incite à penser que les 4.200 soldats romains levés en 182 devaient bien correspondre en fait à une nouvelle légion. Par ailleurs, la petite taille de cet effectif n’est pas un argument suffisant pour réfuter une telle hypothèse.

  • 127 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 60 ; il est suivi par : R. E. Smith, Service in the Post- (...)
  • 128 Armée de Scipion en Afrique en 204 (Tite-Live, XXIX, 24, 14) ; armée de Macédoine en 171 (Tite-Live(...)
  • 129 En 182 et 181 en Ligurie : Tite-Live, XL, 1, 5 et 18, 5 ; en 184 et 180 en Espagne (Tite-Live, XXXI (...)
  • 130 Festus, De uerborum significatu, 453 L : sex milium et ducentorum hominum primus Gaius Marius legio (...)
  • 131 Ce passage à 6.200 hommes a été largement admis par la plupart des historiens : J. Marquardt, De l’ (...)

35Rien n’assure, en effet, que les armées romaines du IIe siècle obéissaient à une norme fixe en matière d’effectif. On croit souvent, à la suite d’A. Afzelius, qu’à partir de 205, la taille standard de la légion, fixée auparavant autour de 4.000 fantassins et 200/300 cavaliers, serait passée définitivement à 5.200 fantassins et 300 cavaliers, c’est-à-dire au niveau d’urgence de la période précédente127. Cette hypothèse repose essentiellement sur deux arguments : premièrement, les sources présentent pour cette période une légion de 6.000 fantassins et 300 cavaliers comme étant d’une taille supérieure à l’ordinaire128 ; deuxièmement, la mention répétée de contingents de 5.000 fantassins accrédite parfois l’idée, par comparaison, que cet effectif était devenu le nouveau standard au cours du IIe siècle129. Par ailleurs, un passage de Festus évoque une légion de 6.200 fantassins à partir de l’époque de Marius130. On en déduit donc généralement un accroissement graduel de la norme en terme d’effectifs légionnaires depuis la seconde guerre punique131.

  • 132 En effet, rien ne prouve qu’entre 184 et 180, les légions de Citérieure étaient restées à ce niveau (...)
  • 133 Salluste, Iug., LXXXIV, 2 et 4 ; Tite-Live, XL, 26, 8-9.
  • 134 Ce point de vue est notamment admis par A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 51. Cet auteur (...)
  • 135 Sur ce point, tout le monde est d’accord pour reconnaître que l’effectif réel différait sans doute (...)

36En ce qui concerne l’Hispania, on peut cependant observer que les instructions données par le sénat en 184 et 180 de maintenir les légions de ces provinces à 5.000 ou 5.200 fantassins et 300 cavaliers ne constituent pas un argument décisif en faveur d’une augmentation de la taille standard des légions stationnées sur place. Plus que le rappel d’une norme existante, il est probable que cette consigne traduisait la volonté des patres d’accroître momentanément les effectifs de Citérieure, comme cela avait déjà eu lieu par le passé132. En effet, Tite-Live et Salluste montrent clairement que la taille de l’armée républicaine était fixée à chaque fois par un décret du sénat en fonction des hommes disponibles et des besoins133. On ne peut donc déduire des variations des chiffres donnés par les textes un accroissement linéaire du nombre de soldats par légion au cours de la période. Il est plus probable que cet effectif théorique resta fixé autour de 4.000 à 4.200 fantassins et 300 cavaliers, comme l’indique Polybe. Cela n’interdit pas que, dans les faits, l’habitude ait été prise, au cours du IIe siècle, de former régulièrement des contingents plus importants, dans la mesure où la disponibilité en hommes le permettait. Par conséquent, l’envoi de seulement 4.000 hommes en 182, en plein IIe siècle, signifie seulement qu’à cette occasion on n’avait pas jugé utile, ou bien on n’avait pas eu la possibilité, de former une légion renforcée de 5.000 ou 6.000 hommes. En somme, on doit évidemment admettre l’existence d’une taille standard de la légion, mais, en revanche, il faut renoncer à l’idée qu’en découlerait dans les faits une standardisation des effectifs134. Dans cette perspective, les variations enregistrées par les sources témoignent sans doute avant tout de la souplesse dont Rome faisait preuve. L’absence d’un maintien systématique des légions à leur taille minimale est une question différente qui introduisait une variable supplémentaire135.

  • 136 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 90. Inversement, il est difficile d’accorde (...)
  • 137 Tite-Live, XLI, 9, 3. Sur l’interprétation en ce sens de ce passage curieux, voir R. C. Knapp, « Th (...)

37Par conséquent, on peut admettre qu’entre 182 et 178, la Citérieure a sans doute compté officiellement deux légions en raison des importantes opérations menées en Celtibérie. On se gardera pour autant d’étendre cette conclusion à l’autre province. Comme l’a fait valoir R. C. Knapp, rien dans nos sources ne permet d’attribuer, pour cette période, un nombre égal de légions à la Citérieure et à l’Ultérieure. Dans cette dernière, la situation militaire n’imposait pas de renforcer l’armée prétorienne habituelle136. D’ailleurs, en Citérieure, le passage à deux légions fut seulement temporaire : dès 177, le préteur M. Titinius n’y commandait plus qu’une seule légion137. Ainsi, les provinces des Espagnes, ordinairement confiées chacune à un préteur disposant d’une légion et de son complément de socii, n’ont dérogé à ce schéma qu’en fonction de circonstances bien précises qui ne le remettaient pas durablement en cause.

  • 138 Cette prudence nécessaire en la matière est illustrée a contrario par les limites que présente une (...)

38Après 168, la perte du texte de Tite-Live ne permet pas d’entrer de la même façon dans le détail. Appien, qui fournit le récit le plus suivi, est en effet beaucoup moins disert. En outre, lorsque cet auteur donne des indications chiffrées, il ne distingue pas toujours clairement les légionnaires des socii, voire des auxiliaires. Plus encore que pour la période précédente, on ne saurait donc envisager des calculs d’effectifs précis138. Il est toutefois possible de tracer quelques grandes lignes qui confirment l’orientation générale dessinée jusqu’ici.

  • 139 Appien, Ib., 56 ; H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 13, n. 6, a proposé d’interpréter ce passage (...)
  • 140 Appien, Ib., 56. Récemment, T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », pp. 56-59, a proposé de (...)
  • 141 Ce point est justement mis en évidence par J. S. Richardson, Hispaniae, p. 133.
  • 142 Appien, Ib., 56, précise en effet que Caisaros lui tua 9.000 hommes et ajoute en Ib., 57, qu’il res (...)

39La défaite, en 155, du préteur d’Ultérieure M’. Manilius, puis celle de son successeur Calpurnius Piso, en 154, contre la bande des Lusitaniens de Punicus leur coûta 6.000 hommes139. Comme Appien ne précise pas de quelle catégorie de troupes il s’agit, cette information ne nous dit rien sur la taille de leurs armées, pas plus que la mention consécutive de l’arrivée en 153 d’une nouvelle armée (στρατιᾶς ἄλλης) avec leur successeur, L. Mummius140. Il est vraisemblable, toutefois, qu’Appien appelle ainsi un supplementum ordinaire et que les pertes des années précédentes n’ont pas concerné un grand nombre de soldats romains. Dans le cas contraire, on ne comprendrait pas pourquoi Rome envoya cette même année un consul, non pas en Ultérieure, mais en Citérieure où l’incident de Segeda ne l’exigeait pourtant pas141. Du reste, les chiffres rapportés par Appien pour le total de l’armée de Mummius laissent penser qu’elle n’excédait peut-être pas 14.000 hommes, parmi lesquels on ne saurait estimer la proportion d’auxiliaires142.

  • 143 A. Schulten, Numantia III, p. 40, admet que l’armée d’Ultérieure se montait en général aux 14.000 h (...)
  • 144 Appien, Ib., 61 ; J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 185-187, place pour sa part le commandement de V (...)
  • 145 Appien, Ib., 63.
  • 146 Appien, Ib., 64.
  • 147 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 77, estime pour sa part que l’armée de Vetilius puis celle de (...)
  • 148 Appien, Ib., 65.
  • 149 Il est intéressant de noter que, sur son effectif, Plautius est censé avoir perdu au moins 4.000 ho (...)

40La succession de gouverneurs prétoriens en Ultérieure jusqu’en 145 suggère que l’armée de cette province resta durant cette décade équivalente à une légion avec son complément de socii143. De fait, en 147, C. Vetilius disposait d’environ 10.000 fantassins et 1.300 cavaliers dont on sait qu’ils se composaient à la fois de troupes arrivées de Rome avec le préteur (par conséquent un supplementum) et de troupes déjà sur place144. Sur ce total, il en perdit au moins 4.000 contre Viriathe145. Son successeur, C. Plautius, amena de Rome, selon Appien, 10.000 fantassins et 1.300 cavaliers146. Dans les deux cas, la très forte proportion de cavaliers implique que ces chiffres correspondent au total des Romains et des socii, et non seulement à celui des légions. La coïncidence des totaux de 147 et de 146 ne permet pas d’exclure qu’Appien se contente de donner l’équivalent chiffré d’une armée prétorienne normale, sans qu’il soit toujours possible de déterminer s’il distingue rigoureusement l’armée disponible dans la province (cas de Vetilius) de celle envoyée depuis Rome (cas de Plautius)147. Quoi qu’il en soit, l’élection d’un consul pour succéder à Plautius impliquait que Rome avait décidé d’accroître les forces d’Ultérieure. De fait, Fabius Maximus Æmilianus recruta à Rome « de quoi former deux légions (ἐς δύο τέλη) »148. Par conséquent, les 15.000 fantassins et 2.000 cavaliers avec lesquels il débarqua dans la Péninsule et parmi lesquels Appien inclut explicitement les socii italiens, ne formaient pas les deux légions, mais devaient compléter celles déjà sur place pour arriver à ce total149. Il s’ensuit que Vetilius et Plautius ne pouvaient avoir commandé chacun qu’une seule légion.

  • 150 Appien, Ib., 45.
  • 151 Soit deux légions de 5.000 citoyens et 300 cavaliers, auxquels il faut rajouter peut-être le double (...)
  • 152 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, pp. 31-32 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, (...)
  • 153 Appien, Ib., 48.
  • 154 Nobilior aurait ainsi perdu 6.000 citoyens romains (Appien, Ib., 45) puis 4.000 hommes (Appien, Ib. (...)
  • 155 Appien, Ib., 49 ; Polybe, XXXV, 3, 6.

41Inversement, il semble qu’en Citérieure, les armées romaines aient été composées de deux légions entre 153 et 150. Du moins le rang consulaire des trois gouverneurs successifs le laisse penser. En 153, Fulvius Nobilior commandait un peu moins de 30.000 hommes selon Appien150. Ce chiffre correspond à celui que l’on s’accorde à prêter à une armée consulaire de cette époque, mais cela ne saurait constituer un argument suffisant151. Son successeur, Marcellus, appelé στρατεγός par Appien, avait également le rang consulaire152. Il apportait 8.000 fantassins et 500 cavaliers153. Il s’agissait certainement d’un supplementum destiné à maintenir les deux légions à plein effectif à la suite des lourdes pertes subies par Nobilior154. L’élection de Lucullus pour 151 s’accompagna de nouvelles levées dont ni Appien ni un fragment conservé de Polybe relatif à cet épisode ne précisent l’ampleur155. Le plus vraisemblable est de les interpréter comme un nouveau supplementum, sans doute inférieur toutefois à celui de l’année précédente puisque les pertes de Marcellus paraissent avoir été assez restreintes.

  • 156 Appien, Ib., 76.
  • 157 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 78 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 663. Le mandat de Nigid (...)
  • 158 T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », p. 72.
  • 159 Appien, Ib., 66 et 76 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 177 : « … the Sena (...)

42Soulignons que la présence d’une armée consulaire en Citérieure jusqu’au départ de Lucullus à la fin de l’année 150 intervenait à un moment où les effectifs d’Ultérieure restaient pour leur part limités à une seule légion. Inversement, lorsque ceux-ci furent finalement doublés en 145, tout indique que la Citérieure avait cessé depuis plusieurs années d’accueillir deux légions. Le retour d’un gouverneur de rang consulaire dans cette province ne se produisit qu’en 143. Appien précise alors que Q. Caecilius Metellus Macedonicus débarqua « avec une plus grande armée (μετὰ πλέονος στρατοῦ) »156. L’expression implique que son prédécesseur (C. Laelius ? C. Nigidius ?) n’avait eu sous ses ordres qu’une seule légion157. Au même moment, le gouverneur de l’Ultérieure est vraisemblablement un préteur (Quinctius ?)158, si bien que jusqu’à cette date les deux provinces n’ont jamais déployé simultanément une armée consulaire159.

  • 160 Sur les problèmes posés par la restitution des fastes de cette année-là, A. E. Astin, « The Roman C (...)
  • 161 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 184 ; pour une explication politique (et non militaire) de cette év (...)
  • 162 Appien, Ib., 67. En comptant les socii, il donne un total de 18.000 fantassins et 1.600 cavaliers. (...)

43C’est seulement à partir de l’année 142 que la situation changea160. Désormais, et ce jusqu’en 133, les gouverneurs de Citérieure et d’Ultérieure furent tous consuls ou anciens consuls161. Cette période est la seule de tout le IIe siècle où il est possible de dénombrer quatre légions dans la péninsule Ibérique de manière régulière. Le détail de la succession des effectifs nous échappe malheureusement en grande partie. Cependant, les quelques mentions livrées par nos sources ne démentent pas la règle selon laquelle le nombre des légions variait avec le statut des magistrats chargés des provinces. En 141, Q. Fabius Maximus Servilianus est crédité par Appien de deux légions en Ultérieure162.

  • 163 Appien, Ib., 76. Pour la signification de tels chiffres, voir supra, p. 111, le cas de Fulvius Nobi (...)
  • 164 Appien, Ib., 70.
  • 165 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 194, estime que Brutus est resté prorogé après 135 ; il est su (...)
  • 166 Plutarque, Tib. Grac., V, 6, et De vir. ill., LIX, 3 : 20.000 ; Tite-Live, Per., LV, 9 : 30.000. H. (...)
  • 167 Appien, Ib., 84 : le sénat avait en effet jugé que les effectifs déjà présents en Citérieure étaien (...)

44La même année, Q. Pompeius était à la tête de 30.000 fantassins et 2.000 cavaliers en Citérieure163. En 140, Servilius Caepio amena Viriathe à renoncer à la bataille en raison de sa supériorité numérique, ce que, joint à sa qualité de consul, on doit pouvoir interpréter à coup sûr comme l’indice d’une armée de deux légions164. À partir de 138, et en dépit de la fin de la guerre contre Viriathe, la présence du consul D. Iunius Brutus, peut-être prorogé jusqu’en 133, maintint une armée consulaire en Ultérieure165. En Citérieure, l’armée de Mancinus en 137 est évaluée, selon les sources, entre 20.000 et 30.000 hommes166. Le reliquat de ces deux légions forma ensuite le gros des troupes de Scipion Émilien, auquel le nouveau consul n’ajouta que 4.000 volontaires, en général non romains, 500 amis et clients et une très large proportion d’auxiliaires hispaniques167.

  • 168 D. Wilsdorf, Fasti Hispaniarum Provinciarum ; A. Schulten, FHA, IV, pp. 141-159 ; T. R. S. Broughto (...)
  • 169 C. Marius est réputé avoir nettoyé sa province des bandits (Plutarque, Marius, VI, 2), soit en 114 (...)
  • 170 Ne sont formellement attestés, par des milliaires, que M. Sergius et Q. Fabius Labeo (CIL, II, 4, 9 (...)
  • 171 Strabon, III, 5, 1. A. Schulten, FHA, IV, pp. 142-144. Voir aussi M. G. Morgan, « The Roman Conques (...)
  • 172 M. G. Morgan, « The Roman Conquest of the Balearic Isles », p. 226, n. 43. Cette solution permit, s (...)
  • 173 Tite-Live, Per., LXI ; Florus, I, 43 (= III, 8) ; Orose, V, 13, 1. La question n’est ainsi abordée, (...)
  • 174 On peut remarquer que la propréture (ἀντιστϱάτηγος) de Q. Fabius Maximus en 123, spécifiquement att (...)

45On peut tenir pour certain que la présence de quatre légions sur le sol ibérique ne s’est pas prolongée au-delà de 133. Le désintérêt des sources pour les événements des Hispaniae entre la chute de Numance et le début de la guerre de Sertorius compromet cependant toute tentative de restitution un peu précise pour cette époque. La reconstitution des Fastes pour les deux provinces entre 133 et 99, bien qu’incomplète, atteste néanmoins la prépondérance de gouverneurs prétoriens168. On est par conséquent en droit d’attribuer à chacun une légion, d’autant plus que leur activité militaire est régulièrement attestée, notamment en Ultérieure169. Pour la Citérieure, les lacunes sont plus importantes170. La présence de consuls ou de consulaires à sa tête n’est pas certaine. Ainsi, on attribue souvent la Citérieure à Q. Caecilius Metellus, lors de sa campagne contre les pirates des îles Baléares en 123-122, sur la foi du passage de Strabon selon qui le magistrat fonda Palma et Pollentia en important des Ῥωμαῖοι depuis l’Hispania171. Les opérations militaires dans les îles auraient donc été menées avec les troupes stationnées en Citérieure172. En réalité, rien dans les sources ne fait allusion à une autorité de Metellus sur la Citérieure173. Peut-être les Baléares ont-elles alors constitué un commandement (prouincia) indépendant. Faute de mieux, il faut s’en tenir à ces hypothèses174. Quoi qu’il en soit, si Metellus gouvernait la Citérieure avec une armée consulaire de deux légions en 123-122, la situation resta isolée à cette période.

Tableau 2. — Récapitulatif (197-99)*

Tableau 2. — Récapitulatif (197-99)*

* Les chiffres donnés dans chaque colonne ne sont ni des additions ni des moyennes, mais la taille du contingent provincial par année sur la période considérée ; ex : entre 194 et 183, il y a chaque année une légion dans chaque province.

98-45 : UNE INFLATION AU PREMIER SIÈCLE ?

  • 175 Ces besoins pouvaient d’ailleurs tenir en partie à des questions de politique intérieure. À propos (...)

46Ainsi, jusque dans les dernières décennies du IIe siècle, l’envoi de plus de deux légions dans les Hispaniae représenta davantage l’exception que la règle. La présence plus fréquente de consuls sur le sol ibérique à partir de 154 conduisit néanmoins, à plusieurs reprises, à doubler les effectifs de Citérieure ou d’Ultérieure. Ces augmentations furent toutefois rarement simultanées (sauf entre 142 et 135), si bien qu’on ne saurait les envisager comme un véritable infléchissement de la politique militaire romaine en péninsule Ibérique. Elles s’inscrivaient plutôt dans la continuité d’une adaptation constante des moyens aux besoins immédiats175. Au Ier siècle, la situation apparaît moins clairement, en raison des lacunes accrues de notre documentation comme du contexte des guerres civiles qui tendent à obscurcir la mise en évidence des pratiques régulières. Cependant, on considère souvent qu’à partir de 98, les mentions de consuls envoyés en péninsule Ibérique pour des périodes désormais assez longues confirment le recours ordinaire à une armée de quatre légions jusqu’à la fin du Ier siècle. Nous allons voir que les sources laissent plutôt supposer que le tournant n’intervint pas avant la Guerre sociale.

  • 176 Sur Didius : Tite-Live, Per. LXX ; Plutarque, Sert., III, 5 ; Appien, Ib., 99 et 100 ; Frontin, Str (...)
  • 177 Strabon, III, 5, 11 ; Plutarque, Quaest. Rom., 83 ; Asconius, p. 13 S ; Inscr. It., XIII, 1, 85 et (...)
  • 178 Appien, Ib., 100, et IIt., XIII, 1, 85.
  • 179 Obsequens, 51. Cette mention figure pour l’année 94, mais les historiens modernes choisissent en gé (...)
  • 180 La durée particulière des prorogations de cette époque peut s’expliquer notamment par le manque de (...)
  • 181 Ce point capital a été très bien mis en valeur par J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 158-159.
  • 182 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 435, restitue trois légions maximum en Espagne en 90. On peut eff (...)
  • 183 Cependant, il est impossible de suivre P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 438, quand il affirme que (...)
  • 184 La prise en main de la Transalpine par Flaccus est attestée par Cicéron, Pro Quinct., VI, 24 et VII (...)

47Le retour à l’envoi régulier de gouverneurs consulaires dans la première décennie du siècle tranche moins qu’il n’y paraît avec la pratique antérieure. Comme auparavant, la situation des deux provinces ne semble pas avoir été systématiquement identique. Ainsi, en Citérieure, les gouverneurs de rang consulaire se succédèrent vraisemblablement sans interruption jusqu’à la guerre sertorienne : T. Didius (cos. 98) triompha ex Hispania en 93, ce qui a conduit à supposer qu’il demeura à la tête de la province jusqu’à cette date. Le remplaça alors le consul de 93, C. Valerius Flaccus, peut-être jusqu’en 81, date de son triomphe176. En Ultérieure en revanche, P. Licinius Crassus, en place probablement entre 97 et 94, est le seul consul attesté177. En effet, en 99, la province fut confiée au préteur L. Cornelius Dolabella178 et, à partir de 93, on pense généralement que le préteur P. Scipio Nasica succéda à Crassus179. Ces chronologies résultent néanmoins de conjectures plus ou moins bien établies. Par conséquent, les conclusions qui en dépendent doivent rester mesurées. La nouveauté réside surtout, semble-t-il, dans la durée des mandats des magistrats de cette période180. Quant à l’envoi de gouverneurs de rang consulaire, il s’explique aisément par le contexte de l’époque. Avant 99, la guerre de Jugurtha et la menace cimbro-teutonne avaient mobilisé toute l’attention des magistrats supérieurs. Ces conflits majeurs terminés, la péninsule Ibérique redevenait, en l’absence d’autres fronts importants, un théâtre d’opération convoité, de la même façon qu’il avait pu l’être en 195 ou après 146181. Or, le changement de statut des généraux romains envoyés dans les Hispaniae impliquait automatiquement l’accroissement du nombre des légions. Comme auparavant, une telle augmentation résultait donc en grande partie des besoins circonstanciels de l’aristocratie romaine, et pas seulement de la gravité de la situation militaire. Lorsque d’autres campagnes requéraient ailleurs la présence des consuls ou des anciens consuls, la péninsule Ibérique ne conservait qu’un contingent ordinairement moins important. Ainsi, tel qu’il est rapporté dans nos sources, l’état des forces présentes dans les provinces hispaniques à l’arrivée de Sertorius au cours de l’hiver 83-82 ne permet pas d’envisager la présence de quatre légions, même incomplètes182. Il est vrai que les turbulences de la Guerre sociale puis le début de la guerre civile entre Marianistes et Syllaniens en Italie avaient sans doute imposé des mesures exceptionnelles comme la longueur inhabituelle du gouvernement de Valerius Flaccus183. En outre, l’autorité de ce dernier, initialement circonscrite à la Citérieure, couvrit, selon toute vraisemblance, non seulement l’Ultérieure à partir de 90, mais aussi la Transalpine à partir de 83184. La faiblesse des contingents présents en Péninsule à l’arrivée de Sertorius s’explique sans doute par le fait que Flaccus ne disposait que des deux légions de son armée consulaire.

  • 185 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470.
  • 186 Plutarque, Sert., 5-6. Le fait a été justement souligné par P. O. Spann, Quintus Sertorius and the (...)
  • 187 Appien, BC, I, 108. Objection de C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 89 et 102 : selon lui, ce (...)
  • 188 P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 41, pense ainsi que Sertorius avait au m (...)

48Un indice de cette faiblesse numérique est fourni par le volume des troupes romaines sur lesquelles le chef marianiste pouvait compter à son entrée en fonction dans la province. En tant que magistrat désigné officiellement, Sertorius devait théoriquement prendre en main les contingents déjà présents, en leur ajoutant peut-être des renforts venus d’Italie. L’historiographie est très divisée sur la composition de ces forces. À la suite de P. A. Brunt, on admet parfois que Sertorius n’apporta aucune troupe avec lui, mais trouva à son arrivée une légion, peut-être laissée en place depuis la fin de la Guerre sociale185. Aucune source ne permet cependant de soutenir une telle hypothèse. L’épisode du droit de passage payé par Sertorius à des populations montagnardes, parfois invoqué pour soutenir l’idée que le général romain voyageait alors sans forces en nombre suffisant, ne constitue pas cependant un argument décisif, puisque Plutarque rapporte en effet que le préteur cherchait avant tout à ne pas être retardé dans son voyage par des escarmouches inutiles186. Au contraire, Appien affirme sans ambiguïté que Sertorius arriva dans la Péninsule avec une armée composée d’Italiens (ϰαὶ στρατὸν ἔχων ἐϰ τε Ἰταλίας)187. Faut-il pour autant inverser la proposition et rejeter totalement la présence de contingents romains à l’arrivée de Sertorius, autres que ceux venus d’Italie avec ce dernier ? C’est ce que suggèrent ceux qui pensent que les troupes que celui-ci amena en Hispania correspondaient à une armée prétorienne complète188.

  • 189 Plutarque, Sert., VII, 1 et 4.
  • 190 Trouvée en Péninsule : P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470 ; apportée depuis Rome : P. O. Spann, (...)
  • 191 Plutarque, Sert., XII, 2.
  • 192 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470 ; A. Schulten, Sertorio, p. 76, considère également que l’eff (...)
  • 193 Plutarque, Sert., XII, 2.
  • 194 On rejoint là un débat ancien : Th. Mommsen admettait l’inclusion des 700 Lybiens dans le total (Th (...)
  • 195 B. Scardigli, « A proposito di due passi su Sertorio », pp. 174-181, a notamment proposé d’interpré (...)

49La question est fort obscure. Les événements de 81 montrent que le chef marianiste, après quasiment une année passée sur place, ne disposait pas d’un effectif considérable : l’échec des 6.000 hommes confiés à Livius Salinator pour empêcher le syllanien C. Annius Luscus de franchir les Pyrénées força en effet Sertorius à quitter la Péninsule, signe que cette défaite avait entamé l’essentiel de ses forces189. Il est donc peu probable qu’il ait cumulé, dès l’origine, une légion d’Italie avec une autre présente dans la Péninsule. Il faut donc ou bien qu’il y eût moins d’une légion sur place ou que l’armée venue d’Italie, dont parle Appien, fût inférieure à une légion. Plutarque évalue à 3.000 hommes seulement le contingent passé en Afrique avec le chef marianiste. On en déduit en général que l’armée de Livius Salinator se composait à elle seule d’une légion entière, qui correspondait donc soit à celle apportée depuis Rome, soit à celle trouvée dans la Péninsule190. L’argument essentiel en faveur de cette hypothèse est tiré de Plutarque. Celui-ci précise que Sertorius, à son retour définitif dans la Péninsule à l’appel des Lusitaniens au printemps 80, était accompagné de 2.600 hommes « qu’il appelait Romains (οὓς ὠνόμαζε Ῥωμαίους) »191. Comme ces soldats sont identifiés généralement aux survivants des 3.000 fugitifs192, et comme ils ne semblent pas compter parmi eux une majorité de Romains, on en déduit que les 6.000 hommes de Livius représentaient bien la totalité de l’effectif légionnaire initial. Rien ne le prouve cependant. En effet, Plutarque écrit : Δισχιλίοις γὰϱ ἑξαϰοσίοις, οὓς ὠνόμαζε Ῥωμαίους, συμμίϰτοις δ’ ἑπταϰοσίοις Λιβύων193… Le problème consiste par conséquent à savoir si les Africains (Λιβύων) sont inclus ou non dans le total des 2.600 « Romains » (Ῥωμαίους)194. Tout repose au fond sur le sens donné à l’adjectif συμμίϰτοις195. Il semble sur ce point préférable de suivre la traduction établie par R. Flacelière dans son édition du texte :

  • 196 Cette traduction du passage nous paraît la meilleure dans la mesure où, grammaticalement, l’emploi (...)

… Car avec deux mille six cents hommes qu’il appelait Romains mais auxquels se trouvaient mêlés sept cents Libyens196

  • 197 C’est aussi la conclusion à laquelle parvient C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 126. Par aille (...)
  • 198 Les tribulations de Sertorius l’avaient amené à subir de nombreuses pertes comme à enrôler des sold (...)
  • 199 Appien, BC, I, 108 ; en revanche, Plutarque, Sert., XV, 1, est moins affirmatif.
  • 200 Contrairement à ce qu’affirme A. Schulten, Sertorio, p. 65.
  • 201 Plutarque, Sert., VII, 3.
  • 202 Cette ligne pourrait être l’Èbre. F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 32-33 (...)
  • 203 C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 102, ne se prononce pas à ce sujet : « Whether these were re (...)

50Ainsi, la précision de Plutarque servirait à souligner que, dans le total des 2.600 hommes, c’était la présence des Africains qui rendait illégitime l’appellation donnée à sa troupe par Sertorius et non le fait que celle-ci ne contenait pas réellement des soldats romains197. La proportion de ceux-ci est évidemment impossible à déterminer et il est raisonnable d’admettre qu’elle n’était pas majoritaire198. Cependant, aux dires d’Appien, Sertorius conservait des Italiens dans son armée avant l’arrivée de Perperna199. Il convient donc de ne pas opposer trop nettement, pour l’année 81, la composition des troupes de Livius Salinator et de celles de Sertorius. Nulle part du reste, il n’est spécifié que l’armée du premier fut entièrement détruite par Annius200. Plutarque se contente d’affirmer qu’après l’assassinat de Livius par un certain Calpurnius Lanarius, les soldats sertoriens abandonnèrent les cimes des Pyrénées201. On peut par conséquent imaginer leur repli vers une seconde ligne de défense, tenue par Sertorius lui-même202. Dans ce cas, les 3.000 hommes avec lesquels ce dernier gagna finalement Carthagène pourraient bien correspondre au reliquat de la totalité des forces sertoriennes203. Une telle hypothèse rendrait alors très vraisemblable la présence de légionnaires romains parmi elles.

  • 204 A. Schulten, Sertorio, p. 64, n. 227 ; l’auteur compte cependant les levées indigènes dans ce total (...)
  • 205 Plutarque, Sert., VI, 7. Voir infra, pp. 623-624.
  • 206 A. Schulten, Sertorio, p. 64, admet cette équivalence sans postuler que tous les soldats de Livius (...)
  • 207 Le fait n’est connu que par le témoignage d’Exuperantius, VII, dont la chronologie est très mal éta (...)
  • 208 A. Schulten, Sertorio, pp. 59 et 61 ; J. Strisino, « Sulla and Scipio “not to be Trusted” ? », pp. (...)

51On ne peut donc raisonner, comme le fait A. Schulten, à partir d’une simple addition des deux chiffres donnés par Plutarque pour estimer le total des forces sertoriennes en 81204. Tout ce qu’il est possible d’affirmer, c’est qu’elles dépassaient 6.000 hommes, car il est peu probable que Sertorius ait placé l’intégralité de ses troupes sous le commandement de Livius. Mais dans quelle mesure excédaient-elles ce montant ? Plutarque précise bien que l’activité du nouveau gouverneur marianiste, sitôt son autorité reconnue en Péninsule, avait consisté à lever des troupes auxiliaires chez les Celtibères et des soldats parmi les Romains de la province205. On ne peut écarter l’idée que ces renforts formaient précisément les contingents qui lui avaient permis de placer une armée entière sous les ordres de Livius. Les preuves définitives manquent en revanche pour conclure que les 6.000 fantassins envoyés garder les cols pyrénéens étaient une légion plutôt que l’équivalent de l’effectif d’une légion206. Dans le premier cas, il resterait encore à démontrer que cette légion venait entièrement d’Italie. Il n’est pas certain en effet que les quarante cohortes levées fin 83 par Sertorius en Étrurie étaient bien destinées à lui fournir une armée pour l’Espagne plutôt qu’à préparer la défense de l’Italie en vue du débarquement de Sylla207. A priori, la fièvre de l’attente se prêtait mal au détournement d’une force importante vers les provinces, surtout si on admet que le départ de Sertorius fut davantage consécutif à la volonté de Carbo et de Scipion de l’écarter de Rome qu’à un risque de basculement des Hispaniae du côté syllanien208.

  • 209 Appien, BC, I, 108. Une ambiguïté subsiste toutefois. Selon C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. (...)
  • 210 T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 519, admet que la pratique de gouverner pa (...)
  • 211 P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 41.
  • 212 Sur la volonté que conserva le chef marianiste de se présenter toujours comme investi d’une autorit (...)

52En somme, contrairement à ce qu’affirme P. A. Brunt, on ne peut douter que Sertorius avait gagné la péninsule Ibérique avec des troupes. En revanche, cet effectif n’était sans doute pas supérieur à celui d’un supplementum ordinaire. Le nouveau préteur devait en principe pouvoir compter sur l’armée stationnée sur place. Or, on a vu précédemment que la péninsule Ibérique n’était pas privée de chefs en 83-82. Appien précise expressément que les responsables des deux provinces, refusant de remettre leur commandement à Sertorius, avaient été mis successivement en fuite209. Il est probable qu’en Citérieure au moins, il ne s’agissait pas d’un préteur à proprement parler, mais d’un légat laissé par C. Valerius Flaccus qui avait dû à partir de 83 assumer le gouvernement de Transalpine210. L’absence de toute mention de combat a fait supposer que ces légats ne disposaient pas de troupes211. Cependant, si leur opposition à Sertorius trahissait leur choix politique, celui-ci ne préjugeait pas de l’attitude des soldats sous leurs ordres : rappelons qu’à cette date Sertorius incarnait le pouvoir légal à Rome212.

53Dans ces conditions, la fuite sans résistance de ses prédécesseurs pouvait très bien tenir au refus de tout ou partie de leurs troupes de s’opposer à un représentant officiel de l’État. Rien dans les sources ne permet donc de rejeter catégoriquement la présence d’un contingent romain en Hispania à cette date. En revanche, il est raisonnable de présumer qu’il était assurément très peu fourni.

  • 213 Salluste, Hist., I, 108 M. L’hypothèse de deux légions est le plus couramment accepté : P. A. Brunt(...)
  • 214 Salluste, Hist, I, 136 M = I, 100 MG ; Eutrope, VI, 12. A. Schulten, Sertorio, p. 88 (il suggère 20 (...)
  • 215 Plutarque, Sert., VII, 3, évoque en effet une grande armée (ὑπεϱβαλὼν Ἄννιος ἐπῄει χειϱὶ μεγάλη τοὺ (...)

54L’accroissement du nombre des légions placées sous les ordres des magistrats de Citérieure et d’Ultérieure date seulement de l’envoi de représentants syllaniens contre la menace que Sertorius faisait peser sur le contrôle de la Péninsule. Les effectifs de C. Annius Luscus sont inconnus, mais on sait que Fufidius, chargé de l’Ultérieure en 80, se porta au-devant de Sertorius « avec des légions (cum legionibus) », soit vraisemblablement deux213. De même pour M. Domitius Calvinus, battu et tué par Hirtuleius en 80 ou 79214. Par comparaison, il est donc sans doute possible d’en affecter un nombre équivalent à Annius dont Plutarque évoque l’importance des forces215. Si cette hypothèse est juste, elle confirmerait que l’armée de Sertorius, en 81, n’avait pas atteint ce total en dépit des levées auxiliaires. Il est difficile cependant d’aller au-delà de ces considérations générales.

  • 216 Salluste, Hist., I, 122 M ; Tite-Live, Per., XC ; Plutarque, Sert., XII, 5 ; Orose, V, 23, 4. Il fa (...)
  • 217 La taille de l’armée du lieutenant de Sertorius fait l’objet de débats pour 79-78 : P. O. Spann, Qu (...)
  • 218 Appien, Ib., 101.
  • 219 Salluste, Hist., II, 28 M = III, 32 GM, qui évoque à cette occasion un tremblement de terre. Le fra (...)
  • 220 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 : il estime en effet inconcevable que Metellus ait eu moins d (...)
  • 221 Dans le même esprit, C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 224, préfè (...)
  • 222 Orose, V, 23, 9.
  • 223 A. Schulten, Sertorio, p. 128 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 ; F. García Morá, Un episodio (...)
  • 224 Les deux événements n’ont guère été éloignés dans le temps, si l’on en croit Appien, mais la chrono (...)
  • 225 En effet, Orose ne revient pas pour elles-mêmes sur les conditions dans lesquelles Pompée avait été (...)
  • 226 Appien, BC, I, 111. En particulier, Pompée perdit une légion quasi entière à la bataille de Lauro d (...)
  • 227 Plutarque, Sert., XV, 5. L’authenticité de ces chiffres a parfois été mise en doute, notamment par (...)
  • 228 On ne saurait se risquer à une évaluation. Cependant, la volonté manifestée par Sertorius d’organis (...)

55Entre le désastre de Domitius et l’arrivée de Pompée, on considère parfois, en raison de l’intervention du gouverneur de Transalpine, L. Manlius, en 78, avec trois légions, qu’il n’y a plus d’armée sénatoriale stationnée en Citérieure216. Peut-être est-ce excessif : il vaut mieux supposer que les débris des forces de Domitius, même confiées à un successeur, étaient trop amaigris pour s’opposer ensuite efficacement à Hirtuleius217. En Ultérieure, Metellus succéda à Fufidius avec une armée réputée importante mais dont la composition n’est jamais explicitement mentionnée218. Sachant que Salluste évoque un hivernage à Cordoue avec deux légions, il est légitime d’y voir là un minimum219. Comme la pratique des quartiers d’hiver impliquait souvent une certaine dispersion des troupes, on a supposé que Metellus pouvait avoir eu entre trois et cinq légions en tout220. L’hypothèse la plus haute repose uniquement sur un argument comparatiste : on donne pour improbable le fait que Metellus ait pu diriger une armée très inférieure à celle dont Pompée, à partir de 77, disposait pour la Citérieure221. Toutefois, la seule évaluation des forces pompéiennes que nous ayons est fournie par un texte d’Orose donnant 30.000 fantassins et 1.000 cavaliers222. Sachant que cet auteur tardif, comme souvent dans les textes anciens, se contente vraisemblablement de multiplier le nombre réel des légions par leur effectif théorique de 5.000 ou 6.000 hommes, on admet par défaut un total de cinq ou six légions223. Toutefois ce calcul paraît un peu hâtif, car la citation d’Orose est associée à un événement précis : l’auteur évoque en effet la bataille de Lauro et non l’arrivée de Pompée dans la Péninsule. Rien n’interdit que Pompée ait procédé dans l’intervalle à des levées d’auxiliaires pour renforcer ses effectifs224. Ainsi, dans le texte d’Orose, l’emploi de l’adverbe tunc ne peut que renvoyer à l’état des forces de chaque camp au moment de cette bataille et non à l’arrivée du nouveau général225. Par conséquent, rien n’assure que l’on puisse fonder sur ce texte le calcul des forces légionnaires apportées d’Italie par Pompée : l’effectif donné par Galba et transmis par Orose correspond plutôt au total des forces pompéiennes en 76 et doit donc inclure une certaine proportion d’auxiliaires recrutés sur place. De même, les deux nouvelles légions envoyées d’Italie en 74 à Pompée et à Metellus ne peuvent se cumuler à celles déjà présentes dans la Péninsule car elles venaient en réalité compenser les très importantes pertes des années précédentes226. Du côté sertorien, le gros des effectifs était assuré par les troupes hispaniques. Cependant, l’arrivée de Perperna à l’été 77 avec les restes de l’armée de Lépide lui procura, selon Plutarque, 53 cohortes romaines, soit sans doute plus de cinq légions227. En outre, il faut additionner ce renfort aux légionnaires qui accompagnaient déjà Sertorius, issus des levées provinciales (hispanienses) ou des ralliements (comme peut-être une partie des soldats de Domitius)228.

  • 229 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471. Ce faisant, cet auteur mélange en effet l’état de la réparti (...)
  • 230 Les chiffres des pertes de Sertorius sont éloquents : 20.000 à Italica (Orose, V, 23, 10), 10.000 à(...)
  • 231 Plutarque, Pomp., XVII, 3.
  • 232 P. O. Spann, « M. Perperna and Pompey’s Spanish Expedition », p. 51, interprète en ce sens le faibl (...)
  • 233 Bien sûr, cette estimation constitue seulement un minimum, étant donné l’ensemble des difficultés p (...)

56Ce qui précède montre que la restitution proposée par P. A. Brunt et suivie par la plupart des travaux ultérieurs est peut-être trop optimiste en attribuant, entre 74 et 72, un total de onze à quatorze légions aux armées sénatoriales229. Inversement, le nombre de légions romaines dont disposait Sertorius, fixé à cinq, est sans doute légèrement sous-estimé, même si le parti sertorien enregistra probablement dès l’année 75des pertes sans cesse plus sensibles, si bien qu’il ne dut pas compter longtemps, si ce fut jamais le cas, plus de cinq légions230. En ce qui concerne le camp adverse, on sait qu’après sa victoire contre Lépide, Pompée refusa de licencier son armée et campa aux portes de Rome dans l’espoir d’obtenir le commandement contre Sertorius231. À ce moment-là, il devait donc encore commander les quatre légions dont il disposait en Cisalpine. Ainsi, la rapidité de son départ pour l’Espagne s’explique sans doute par le fait qu’il n’eut pas besoin de lever de nouvelles légions, hormis peut-être le supplementum destiné à compléter celles qu’il commandait déjà232. Dans ce cas, il aurait pu aligner environ 20 à 24.000 hommes, si l’on admet des effectifs entre 5.000 et 6.000 hommes pour chaque légion, ce qui n’est pas certain. Les restes de l’armée de Domitius, comme le recrutement d’auxiliaires sur place, suffiraient à rapprocher ensuite ce total du chiffre donné par Orose pour 76. Si Pompée commandait quatre légions à son arrivée, peut-être Metellus en comptait-il autant en Ultérieure, ce qui équivaudrait à un total de huit légions opposées à Sertorius en 79. Le désastre subi par Thorius comme celui subi par Pompée à Lauro réduisit rapidement ce total à six légions seulement. Les deux nouvelles légions envoyées en 74 auraient donc servi restaurer l’armée initiale de huit légions233.

  • 234 Plutarque, Sert., XII, 2.
  • 235 Dans la suite du récit (Plutarque, Sert., XII, 3-4), il apparaît que les généraux en question sont (...)
  • 236 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 ; A. Schulten, Sertorio, p. 87, considère aussi ce total comm (...)
  • 237 C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 224 ; voir aussi C. F. Konrad, (...)
  • 238 Ce total est assez proche de celui qu’on obtient en multipliant quatorze légions par 6.000 hommes, (...)

57Cette conclusion peut paraître bien faible eu égard au chiffre de 120.000 fantassins évoqué par Plutarque pour l’armée sénatoriale234. Cependant, ce montant, donné au moment du retour de Sertorius en Ultérieure en 80, est trop élevé pour ne concerner que les armées des quatre généraux (τέτταρσι Ῥωμαίων στϱατηγοῖç) auxquels l’auteur fait référence à cette occasion235. P. A. Brunt le juge pour cette raison exagéré et estime qu’il ne peut s’agir que d’un instantané de la plus forte concentration de troupes au cours de la guerre236. Il est préférable de penser que Plutarque livre ici le total cumulé des effectifs théoriques opposés à Sertorius au cours de la guerre, c’est-à-dire sur la période 80-72, compte non tenu des pertes. Dans cette perspective, C. F. Konrad a récemment proposé que le moraliste grec serait parvenu artificiellement à 120.000 hommes en multipliant le nombre des légions qu’il connaissait par 6.000, chiffre qu’il croyait à tort être l’effectif normal d’une légion. Par conséquent, en donnant ce montant, Plutarque aurait voulu signifier en réalité que les adversaires de Sertorius lui avaient opposé en tout vingt légions. C. F. Konrad juge ainsi beaucoup trop faibles les estimations — pourtant déjà trop élevées selon nous —, donnant quatorze légions voire dix sept, si l’on tient compte, comme il se doit, des trois légions de Manlius en 78237. Comme l’auteur admet qu’aucune d’entre elles ne devait atteindre réellement un effectif de 5.000/6.000 hommes, il pense que vingt légions devaient correspondre, dans les faits, à un total d’environ 80.000 hommes238.

  • 239 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471, n’exclut pas que le chiffre de Plutarque ait inclu des auxil (...)

58La suggestion ne manque pas d’intérêt, car elle prend en compte une donnée essentielle, sur laquelle nous avons déjà insisté, à savoir la difficulté d’admettre une norme fixe pour l’effectif légionnaire. Le raisonnement est toutefois affaibli par le présupposé que Plutarque comptabilise seulement des citoyens. Rien n’est moins sûr, car à ces fantassins, il ajoute 6.000 cavaliers et 2.000 archers et frondeurs. Il est donc fort probable que le total des 120.000 hommes inclut également des troupes de fantassins auxiliaires dont la proportion n’est pas spécifiée239. Dans ces conditions, l’unique argument en faveur de l’hypothèse des vingt légions disparaît.

59Nul besoin en réalité d’envisager quatorze légions de 5 ou 6.000 fantassins ou bien vingt de 4.000 maximum chacune. Si l’on part du principe que Plutarque additionne toutes les légions envoyées dans la Péninsule depuis 80 pour aller affronter Sertorius, et qu’on leur affecte à titre d’hypothèse un coefficient maximal de 6.000 fantassins, on obtient :

4 légions en 80

= 24.000

2 légions en 79

= 12.000

4 légions en 77

= 24.000

2 légions en 74

= 12.000

Total

= 72.000

Il faut rajouter les 3 légions de Manlius en 78

= 18.000

Total général

= 90.000

  • 240 Il est probable que le nombre des auxiliaires dut être plus élevé, si bien qu’il faut sans doute ra (...)
  • 241 G. Veith, « Die Römer », pp. 387-388, a attiré l’attention sur l’avantage de pouvoir disposer de hu (...)

60Ce résultat est très inférieur au total de Plutarque, mais la différence (30.000 hommes) peut correspondre au total des fantassins auxiliaires, ce qui, sur une durée de huit ans, est loin de constituer un montant excessif240. Par ailleurs, le tableau brossé ci-dessus n’est qu’un modèle abstrait. Il n’est pas impossible d’imaginer qu’en fonction des besoins, et dans un souci de flexibilité tactique et stratégique, les généraux d’Espagne aient pu augmenter le nombre de leurs légions en les fractionnant pour manœuvrer avec des unités réduites241.

  • 242 Salluste, Hist., IV, 49 M ; Appien, BC, I, 121.
  • 243 L. Afranius a triomphé ex Hispania peut-être en 70 (A. Schulten, FHA, V, p. 3) et M. Puppius Piso C (...)
  • 244 P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 471-472 ; suivi par M. A. Marín Díaz, Emigración, colonización y (...)
  • 245 Plutarque, Caes., XII, 1. A. von Domaszewski, « Die Heere der Bürgerkriege », p. 160, n. 5, affirme (...)
  • 246 Dion Cassius, XXXIX, 54, 1-2. L. Amela Valverde, « La sublevación vaccea del año 56 a. C. », pp. 26 (...)
  • 247 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 472, n’exclut pas qu’il ait pu en avoir davantage, car il soutien (...)
  • 248 Plutarque, Pomp., LII, 3. Plus généralement, sur ce commandement de 55 : Tite-Live, Per., CV, 3 ; P (...)
  • 249 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 34.
  • 250 Dion Cassius, XXXIX, 33, 2. Ainsi, Dion précise en XXXIX, 54, 1-2, que l’impuissance de Metellus ét (...)
  • 251 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 472 ; J. M. Roldán Hervás, « El elemento indígena en las guerras (...)
  • 252 Avec cette réserve que, comme pour le siècle précédent, on ne peut présupposer un traitement systém (...)

61Ainsi, l’accroissement indéniable du nombre des légions au cours de la guerre sertorienne fut sans doute moins vertigineux qu’on ne le pense parfois. Il resta en outre limité à la période même du conflit. Dès 71, le retour de Metellus et de Pompée en Italie s’accompagna du rapatriement d’une grande partie de leurs armées242. Quelle force demeura alors dans la Péninsule ? Les mentions sporadiques des sources nous assurent que Rome maintint ensuite des contingents sur place sous les ordres de gouverneurs de rang prétorien243. P. A. Brunt affirme cependant qu’entre 71 et 52 ces gouverneurs avaient chacun deux légions à leur disposition244. Cette hypothèse repose sur un dossier très mince, mais assez convaincant. On sait en effet qu’en 61, César, préteur d’Ultérieure trouva sur place, selon Plutarque, vingt cohortes qui correspondaient peut-être à deux légions245. Quelques années plus tard, en 56-55, le consulaire Metellus Nepos livra des combats en Citérieure246. Nous ne possédons aucune indication sur la taille de ses effectifs, hormis le rang de Metellus qui implique au moins deux légions247. Enfin, en mars 55 la lex Trebonia confia à Pompée le commandement des deux Espagnes avec quatre légions248. L’ensemble de ces données est bien maigre pour assurer que chaque province d’Espagne était dotée annuellement de deux légions depuis 71. J. Harmand estime en outre que les cohortes de César, comme les troupes de Metellus Nepos purent très bien n’être composées que d’auxiliaires249. Cela est toutefois peu probable. On sait que les dispositions de la lex Trebonia prévoyaient que les consuls avaient, en plus de l’armée qui leur était attribuée, l’autorisation de lever parmi les citoyens et les alliés autant de troupes qu’ils le voulaient. Dans le cas de Pompée, cette mesure se justifiait aux yeux du tribun Trebonius par les difficultés rencontrées par Metellus devant Clunia250. Par conséquent, il est vraisemblable de penser que les quatre légions affectées à Pompée se composaient bien de celles déjà présentes dans la Péninsule dont l’effectif probablement réduit servait opportunément de prétexte à de nouvelles levées251. En l’absence de preuve contraire, on peut donc admettre un maintien régulier de deux légions dans chacune des provinces au Ier siècle252. Dans ce cas, Metellus et Pompée auraient ramené au moins la moitié de leurs armées en Italie, et peut-être davantage si l’on postule un éventuel supplementum.

  • 253 R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 15, pensait qu’après Sylla, tous les gouverneurs p (...)
  • 254 L’existence même de dispositions syllaniennes privant l’imperium consulare de sa composante militai (...)

62Cette situation n’est plus comparable à celle du début du siècle. Il semble que désormais, les gouverneurs de rang prétorien, à l’image de César en 61 avaient non plus une mais deux légions sous leurs ordres. Il faut donc que l’environnement institutionnel ait évolué. On avance parfois comme explication la lex Cornelia de magistratibus de 80 qui aurait réservé le gouvernement des provinces à des promagistrats au détriment des magistrats pourvus de l’imperium consulare253. L’argument ne peut guère être soutenu, car la réforme syllanienne concernant les provinces n’est pas clairement attestée254.

  • 255 W. F. Jashemski, The Origins and History of the Proconsular and the Propraetorian Imperium, pp. 43- (...)
  • 256 Toutefois, la raison principale tenait peut-être au prestige que conféraient les insigna du consul, (...)

63On sait en outre que l’ensemble des préteurs et propréteurs placés à la tête des Hispaniae depuis l’origine bénéficiait de l’imperium consulaire sans pour autant commander toujours deux légions255. L’imperium consulaire n’impliquait pas que le magistrat de rang prétorien qui le détenait commandât nécessairement une armée consulaire, mais cela lui permettait de le faire, en cas de besoin256.

  • 257 Sur le passage à 6.000 hommes à partir de Marius, voir supra, p. 107. Si elle a eu lieu, cette augm (...)

64Plus importante du point de vue de l’évolution intervenue nous semble donc la rupture introduite par la Guerre sociale. En aboutissant à l’intégration des socii aux légions, ce conflit avait conduit à la disparition des contingents qui, on l’a vu, contribuaient à doubler (au moins) les effectifs des légions romaines proprement dites. Cette mutation dut, par conséquent, provoquer une diminution de la taille individuelle des armées à partir des décennies suivantes. Il est malaisé d’en dater précisément l’application, mais en admettant que les légions du Ier siècle disposaient bien d’un effectif théorique plus important (6.000 hommes ?), on peut imaginer que cette augmentation était précisément destinée à compenser la défection puis l’intégration des socii : elle se comprendrait donc mieux dans le contexte postérieur à 89 qu’à l’époque de Marius à laquelle elle est traditionnellement attribuée sur la foi du texte de Festus déjà cité257.

  • 258 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 447.
  • 259 G. Veith, « Die Römer », pp. 387-388, affirme qu’à l’époque de César, on revint à un effectif plus (...)

65Même ainsi renforcées, deux légions postérieures à la Guerre sociale restaient cependant d’une taille égale ou inférieure à une armée prétorienne du siècle précédent258. Cet élément explique que l’Ultérieure et la Citérieure aient pu désormais compter chacune deux légions « nouvelle formule » entre 71 et 52, sans que la portée de ce doublement ne corresponde à un accroissement net des effectifs stationnés en Hispania. Au fond, en terme de pression sur les mobilisables, ce changement offrait peu de différence avec la situation antérieure, surtout si l’on admet que le maintien constant de l’effectif théorique apparaît aussi peu évident pour cette période que pour la précédente259.

  • 260 Appien, BC, II, 24.
  • 261 César, BC, I, 38, 2 et I, 39, 1 ; II, 18, 1 et II, 20, 4. L. Amela Valverde, « Efectivos del ejérci (...)
  • 262 Appien, BC, II, 37, 1 et I, 39, 2.
  • 263 Bell. Alex., LIII, 5 ; César, BC, II, 21, 4. Deux d’entre elles étaient celles que Varron avait eue (...)
  • 264 Dion Cassius, XLIII, 1, insiste toutefois lourdement sur l’absence de toute activité de Lépide en C (...)
  • 265 Licenciement des armées pompéiennes : César, BC, I, 86, 3 et I, 87, 5 ; Dion Cassius, XLI, 23, 1. I (...)

66Avec le début de la guerre civile en 49, la péninsule Ibérique vit une nouvelle fois se multiplier les légions sur son sol : dès la veille du conflit, les légats pompéiens Afranius et Petreius disposaient de sept légions. Aux quatre unités disponibles en 55 vinrent s’ajouter deux supplémentaires, votées à Pompée en 52 pour porter ses effectifs au niveau de ceux de César260. La levée d’une legio uernacula compléta l’ensemble. Au moment où la guerre éclate, la Citérieure abritait cinq de ces légions et l’Ultérieure les deux autres, sous le commandement de Varron261. À ces forces, César opposa six légions262. Après la reddition de Varron, César en laissa quatre à Cassius Longinus en Ultérieure263. Il est probable qu’il y en eut autant en Citérieure avec Lépide264. César y avait licencié les cinq légions pompéiennes, mais on sait qu’au moment des troubles en Ultérieure en 48, Lépide intervint avec trente-cinq cohortes, soit trois légions et demie265.

  • 266 Dion Cassius, XLIII, 29, 3.
  • 267 Dion Cassius, XLIII, 33, 1. Pedius aurait remplacé Lépide fin 47, tandis que Fabius n’avait été env (...)

67Trebonius, le successeur de Cassius, perdit à son tour le contrôle des légions d’Ultérieure qui, redoutant des représailles de César en raison de leur première révolte de 48, se soulevèrent à nouveau, mettant à leur tête T. Quinctius Scapula et Q. Aponius et appelant Pompée le jeune à venir les rejoindre266. On peut se demander pourquoi le responsable de Citérieure n’est pas intervenu cette fois-ci : s’il s’agissait bien de Q. Pedius, comme on le pense généralement, Dion Cassius atteste qu’il privilégia une attitude défensive267.

  • 268 Dion Cassius, XLIII, 31, 2.
  • 269 La celeritas de César, qui mit 27 jours pour gagner Obulco, atteste ce contrôle de la Citérieure pa (...)

68La raison tenait peut-être à la nécessité de conserver au moins cette province à César. C’est du moins ce que suggère un passage de Dion Cassius montrant Pompée le Jeune renoncer à étendre son mouvement vers la Citérieure268. Cette hésitation du chef pompéien à quitter sa base d’Ultérieure où il disposait de soutiens nombreux suggère que les Césariens conservaient un ferme contrôle de la Citérieure. Pour cette raison, il est tentant de penser que les troupes de César pouvaient être massées dans la partie méridionale de la Citérieure269.

  • 270 Bell. Hisp., II, 2 ; il est possible que Fabius soit arrivé de Rome avec une nouvelle légion : c’es (...)
  • 271 Bell. Hisp., XXX, 1. Mais sur le total des légions pompéiennes, seules quatre sont composées de cit (...)
  • 272 Bell. Hisp., XXXI, 4 précise qu’à Munda, les soldats de la legio X, qui combattent à l’aile droite, (...)

69De fait, nous savons par César que les légats Quintus Fabius Maximus et Quintus Pedius l’attendaient sur place avec l’armée270. Or, à Munda, César disposait de quatre-vingts cohortes, soit l’équivalent de huit légions, face aux treize de Pompée271. Sachant que César avait gagné la Péninsule sans soldats ou presque, ces huit légions devaient sans doute correspondre au total des deux armées de Citérieure et d’Ultérieure272.

Tableau 3. — Récapitulatif (98-45)*

Tableau 3. — Récapitulatif (98-45)*

* Les chiffres donnés dans chaque colonne ne sont ni des additions ni des moyennes, mais la taille du contingent provincial par année sur la période considérée.

a L’unique légion attribuée à la Citérieure en 82 est celle que devait commander Sertorius pour affronter Annius.
b De 81 à 78, il faut ajouter à ce total quelques cohortes romaines, combattant du côté sertorien, peut-être un peu moins d’une légion.
c De 77 à 72, il faut ajouter à ce total les cinq légions de Perperna qui ont rejoint Sertorius depuis la Sardaigne ; peut-être les trois cohortes supplémentaires mentionnées par Plutarque ont-elles permis de porter les troupes romaines servant déjà avec Sertorius à une légion complète, auquel cas il faudrait en compter six et non cinq. Mais cela ne peut rester que conjectural.
d Les six légions de Citérieure en 49 sont celles de César.
e Les quatre légions supplémentaires d’Ultérieure en 46-45 sont les contingents citoyens du parti pompéien

70La régularité de l’envoi de légions romaines en Hispania depuis 218 est indéniable. Elle est d’autant plus remarquable qu’aucun hiatus ne semble avoir durablement interrompu cette continuité. Toutefois ces contingents annuels n’excédaient pas, en règle générale, l’effectif de l’armée prétorienne ou son équivalent. Cette conclusion invite à reconnaître l’ampleur incontestable de l’effort humain consenti par Rome dans le cadre des guerres ibériques, mais aussi à ne pas le surestimer. En outre, pour mesurer pleinement la portée de ce maintien de troupes nombreuses en Hispania, il faut considérer si cette demande suffisait à provoquer une tension particulière sur le système de recrutement de l’exercitus républicain.

II. — UNE ROTATION RÉELLE DES EFFECTIFS

71La difficulté à identifier une norme légale. — La question d’un accomplissement continu du service en Hispania. — La capacité à renouveler régulièrement les effectifs.

  • 273 Même si elle est partagée par une grande partie de l’historiographie, cette analyse a néanmoins été (...)

72La présence militaire permanente en Hispania, dont les caractéristiques viennent d’être rappelées, est généralement considérée comme une cause essentielle du dysfonctionnement des pratiques du dilectus et des règles normales du maintien des soldats sous les enseignes dans le cadre de l’expansion outre-mer273. Or, cette conviction repose sur plusieurs présupposés qui sont, selon nous, discutables : d’une part, le fait que nos sources attesteraient des modalités spécifiques du service militaire en péninsule Ibérique ; d’autre part, la conviction que le remplacement régulier des combattants n’était ni souhaitable, pour des raisons politiques et militaires, ni réalisable, pour des raisons techniques et économiques. Après un rappel des difficultés posées par la question plus générale de la durée du service légionnaire, ces deux points seront examinés successivement.

LA DIFFICULTÉ À IDENTIFIER UNE NORME LÉGALE

73La question de la durée du service militaire à l’époque républicaine est particulièrement complexe, faute de documentation explicite. Par conséquent, il est délicat d’invoquer l’existence d’une norme bien établie, à partir de laquelle on pourrait à coup sûr interpréter les éléments épars livrés par les textes. Il est certain cependant que le citoyen romain était tenu à une obligation légale. Polybe l’atteste formellement :

  • 274 Polybe, VI, 19, 2-3 : Τῶν λοιπῶν τοὺς μὲν ἱππεῖς δέϰα, τοὺς δὲ πεζοὺς ἓξ ϰαὶ <δέϰα> δεῖ στϱατείας τ (...)

Les autres citoyens doivent tous, avant d’avoir atteint l’âge de quarante-six ans, dix années de service dans la cavalerie ou seize dans l’infanterie […]. Dans les périodes de danger, les fantassins doivent vingt années de service (trad. D. Roussel)274.

  • 275 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 698.
  • 276 Suétone, Aug., XLIX, 2 ; Dion Cassius, LII, 27, 1 et LIV, 25, 5-6. Pour cette raison, l’émendation (...)
  • 277 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 146 ; R. E. Smith, Service in the Po (...)
  • 278 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 433 ; de même H. M. D. Parker, The R (...)
  • 279 Un exemple souvent cité est celui des « Fimbriens », ces soldats emmenés enAsie parL. Valerius Flac (...)

74Ce passage n’est pas exempt de difficultés : corrompu dans les manuscrits, le nombre de campagnes exigé des fantassins en temps normal est le résultat d’une restitution275. La proposition de lire « seize » (ἓξ ϰαὶ <δέϰα>) résulte en partie d’une comparaison avec la norme fixée par Auguste à partir de 13 avant J. -C.276. En effet, on suppose que le choix effectué par le fondateur du Principat, désireux de placer le nouveau régime dans la continuité de la res publica traditionnelle, correspondait probablement à une référence directe au mos maiorum. La majorité des historiens a donc admis qu’au IIe siècle, le citoyen romain était légalement exempt de toute obligation militaire après seize campagnes277. Dans ce cadre, les vingt campagnes évoquées par Polybe pour les fantassins ne pouvaient être exigées qu’en cas de péril pour l’État. Ce schéma est resté en vigueur, semble-t-il, jusqu’à la fin de la République. Ainsi, l’augmentation de la durée légale du service à vingt ans à l’occasion des réformes attribuées à Marius est une hypothèse ne reposant sur aucun fondement, contrairement à ce qui a parfois été affirmé278. En effet, les données qui nous ont été transmises font état, pour le Ier siècle, de durées variables qui n’excèdent jamais le maximum polybien279.

  • 280 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 79 (compte non tenu toutefois de ce qu’il considère com (...)
  • 281 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401 ; Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 134.
  • 282 Tite-Live, XLII, 34, 1-15. Le texte transmet le discours prononcé par ce soldat devant le peuple en (...)
  • 283 Les inscriptions funéraires mentionnant des services militaires n’apparaissent qu’à une date très t (...)
  • 284 Tite-Live, XLII, 34, 11. Le discours étant prononcé en 171, on considère parfois que la carrière mi (...)

75Il convient cependant de distinguer soigneusement obligation légale et pratique réelle. Même au cours des crises les plus graves, comme la seconde guerre punique, le maintien continu des soldats sous les armes ne semble guère avoir dépassé une douzaine d’années280. Les durées mentionnées par Polybe ne peuvent donc s’appliquer telles quelles : elles ne représentent qu’un total, auquel le conscrit parvenait en cumulant différentes campagnes, parfois séparées par de longues interruptions281. Dans les faits, le citoyen-soldat était donc mobilisé plusieurs fois, pour des laps de temps bien inférieurs à seize ans mais dont la durée pouvait être extrêmement variable. C’est en tout cas ce qu’indique le service accompli par Spurius Ligustinus dans le premier tiers du IIe siècle, connu par un célèbre passage de Tite-Live282. En l’absence de documentation épigraphique pour cette période, il s’agit du seul service individuel dont nous connaissons le détail pour la République moyenne283. La formule placée dans la bouche du personnage par Tite-Live (uiginti duo stipendia annua in exercitu emerita habeo) conduit en général à penser que ce vieux soldat a servi vingt-deux ans dans l’armée et s’apprêtait à rempiler au moment où il apparaît dans le récit livien284.

  • 285 Ces problèmes ont été repris en détail ailleurs, dans un article dont on trouvera ici les principal (...)
  • 286 Tite-Live, XLII, 34, 12. Ces vingt-deux années correspondent ainsi non à la totalité du service eff (...)
  • 287 Tite-Live, XLII, 34, 6 et 34, 8. Peut-être fut-il également volontaire en 179 si l’on tient compte (...)
  • 288 E. Dutoit, « Tite-Live 42, 34 : l’“exemplum” d’un soldat romain », p. 186 ; J. -E. Bernard, Le port (...)
  • 289 Ainsi, les seuls stipendia que Ligustinus ne met pas en relation avec la victoire sur un ennemi son (...)

76Or, le détail de ses états de service énumérés par Tite-Live montre que la présence de Ligustinus sous les signa n’excéda pas en réalité un total de onze ou douze années, inégalement réparties en sept campagnes entre 200 et 178285. Il faut donc comprendre que ce soldat a effectué l’intégralité de son service (stipendia omnia emerita essent) au cours de ces vingt-deux années286. Ce service correspondait selon toute vraisemblance à son obligation légale et pas davantage, contrairement à ce qu’on affirme souvent en associant le cursus de Ligustinus à celui d’un nouveau type de soldat, engagé volontaire, presque professionnel : en effet, sur ses sept campagnes, il déclare avoir été uolontarius deux fois seulement (en 195 et en 191)287. Certes, la représentativité de Ligustinus n’est sans doute pas totale, comme le montre son utilisation par Tite-Live à titre d’exemplum288. Par conséquent, loin de personnifier le développement d’un service particulièrement lourd et continu, son parcours suggère plutôt que la majorité des soldats n’accomplissait pas un nombre aussi élevé d’années de service. Comme les mentions des licenciements de Ligustinus sont toujours associées à la soumission d’un adversaire, ce cursus témoigne également du fait que le maintien sous les enseignes variait en fonction du temps mis à obtenir la victoire289. Il est donc clair qu’en règle générale, au début du IIe siècle, le légionnaire ne servait pas selon une durée préalablement fixée, mais s’engageait jusqu’à ce que le général auquel il avait prêté serment proclame une victoire (au moins temporaire) qui permette sa démobilisation.

  • 290 Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 139 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, pp. 419-4 (...)
  • 291 M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 195 (§ 414) ; N. Rosenstein, Rome at War, p. 1 (...)
  • 292 P. A. Brunt, « The Army and the Land in the Roman Revolution », p. 267 ; H. Delbrück, History of th (...)
  • 293 CIL, I2, 593 = ILS, 6085 = FIRA, I2, 13, p. 151 : (l. 89-93) : nisei quei eorum stipendia/equo in l (...)
  • 294 Plutarque, Tib. Grac., XVI, 1. L’existence d’un sénatus-consulte de 109 cherchant à abroger des loi (...)
  • 295 F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 19 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. (...)
  • 296 M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 195 (§ 414) ; Cl. Nicolet, Le métier de citoye (...)
  • 297 Ce décalage entre les faits et la pratique peut sans doute expliquer les difficultés d’interprétati (...)
  • 298 Ep. ad Caes., I, 8, 6 : Item ne, uti adhuc, militia iniusta aut inaequalis sit, cum alii triginta, (...)
  • 299 Dans ce cas, les lois votées à la fin du IIe siècle auraient peut-être tenté de légaliser la pratiq (...)

77En contrepartie, la totalité des campagnes dues n’était pas toujours intégralement exigée de tous290. De même, l’octroi d’exemptions faisait partie de la pratique régulière, hormis en cas de tumultus291. Enfin, le recours à des volontaires motivés, comme le fut deux ou trois fois Ligustinus, permettait à d’autres d’accomplir, pour leur part, seulement quelques campagnes. Aux yeux d’une grande partie de l’historiographie, l’État romain avait d’ailleurs fini par réduire progressivement le maximum dû à six années de service seulement292. De fait, la Table d’Héraclée, découverte en Italie Méridionale en 1732, et livrant le contenu d’une réglementation municipale d’époque césarienne, suggère qu’à l’extrême fin de notre période, existait bien une norme légale fixée à six ans293. Cette réduction aurait résulté, sur le plan institutionnel, de plusieurs modifications successives survenues dans la législation à la fin du IIe siècle, à partir d’une première initiative de Tiberius Gracchus en 133, formellement attestée par Plutarque294. Leur abrogation en 109, liée au contexte de l’émotion provoquée par le péril cimbre et la guerre de Jugurtha, n’aurait été que temporaire. Une telle évolution de la législation est cependant difficile à prouver avec certitude. Mais, dès la fin de la seconde guerre punique, il semble que Rome chercha autant que possible à limiter dans la pratique la longueur du service outre-mer295. Les importants besoins en hommes requis par les guerres de conquêtes interdisaient en effet d’immobiliser trop longtemps une proportion toujours importante du corps civique296. Pour cela, il n’est pas nécessaire toutefois d’imaginer la disparition de iure d’une obligation légale de longue durée, avec laquelle il était courant de composer297. Dans les faits, les circonstances, de même que l’inégalité sociale, devaient en outre entraîner des disparités importantes dont le pseudo-Salluste nous a peut-être conservé un écho, encore amplifié par les irrégularités caractéristiques du milieu du Ier siècle298. Toutes ces raisons s’opposent à la fixation d’une durée de service uniforme. Tout au plus avait-on peut-être pris peu à peu l’habitude de considérer que, sans atteindre le maximum polybien, un citoyen avait bien mérité de la patrie une fois accompli un certain nombre de campagnes annuelles299.

  • 300 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401 ; J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the L (...)
  • 301 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 698 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy(...)
  • 302 R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, pp. 6 et 7, n. 4 ; A. E. Astin, Scipio Aemilianus, p. (...)

78La situation des armées envoyées en Hispania demeure néanmoins présentée dans l’historiographie comme un cas particulier. La majorité des historiens estime que l’éloignement de la péninsule Ibérique compliquait la gestion des contingents affectés sur place, contrairement à l’autre destination privilégiée des légions au cours du IIe siècle, la Cisalpine, dont la proximité vis-à-vis de l’Italie permettait d’envisager une démobilisation régulière des effectifs. Cette difficulté aurait progressivement contribué à imposer en Espagne, à titre exceptionnel, une durée fixe de service. Celle-ci est constamment évaluée à six ans sur la base de quelques documents. De ce point de vue, plusieurs hypothèses s’opposent. Ceux pour qui la durée du service hispanique correspondait à l’intégralité des stipendia réclamés du citoyen à partir du milieu du IIe siècle insistent, afin de mettre en valeur la pénibilité accrue de l’affectation en péninsule Ibérique, sur le fait que, contrairement aux autres, le soldat d’Hispania effectuait ce temps de manière continue300. À l’inverse, ceux pour qui le légionnaire resta tout au long de la République redevable de seize ans effectifs de militia privilégient l’idée que six ans continus en Hispania dispensaient ces soldats d’accomplir le reste de leur obligation, en forme de concession à l’âpreté de la guerre dans la région301. D’autres enfin, affirment que le service en terre ibérique, bien qu’inhabituellement continu, n’en formait pas moins une fraction normale d’une participation plus lourde302. Comme ces controverses reposent sur la conviction que le soldat romain effectuait continûment, en Hispania, tout ou partie de son service, nous allons examiner si la documentation soutient bien une telle hypothèse.

LA QUESTION D’UN ACCOMPLISSEMENT CONTINU DU SERVICE EN HISPANIA

  • 303 Cl. Nicolet, Le métierde citoyen, p. 153.

79On fait généralement remonter à l’époque de la seconde guerre punique le cas particulier posé par la péninsule Ibérique, sur la foi de deux passages de Tite-Live relatifs à des récompenses spéciales, décidées par le sénat en 200 et trahissant la conscience qu’on aurait eu alors du sacrifice représenté par le maintien prolongé des armées en Espagne et en Sardaigne303. Pourtant, ces passages attestent en réalité des mesures très générales :

  • 304 Tite-Live, XXXI, 49, 5 : Et de agris militum eius decretum ut quot quisque eorum annos in Hispania (...)

Pour les terres à distribuer à ses soldats, on décida que chacun d’eux recevrait deux jugères par année de service en Espagne et en Afrique ; des decemuiri seraient chargés d’attribuer ces terres (trad. A. Hus, CUF)304.

  • 305 Tite-Live, XXXII, 1, 6 : Prorogata imperia praetoribus prioris anni, Cn. Sergio, ut militibus qui i (...)

On prorogea le commandement de préteurs de l’année précédente : celui de C. Sergius, pour qu’il s’occupât de l’assignation des terres aux soldats qui avaient servi pendant de nombreuses années en Espagne, en Sicile, en Sardaigne… (trad. B. Mineo, CUF)305.

  • 306 Tite-Live, XXXI, 4, 1-3.
  • 307 Il s’agissait de volontaires, car Scipion n’avait pas été autorisé à effectuer de nouvelles levées (...)
  • 308 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75.

80On le voit, outre l’Espagne, étaient en fait concernés tous les territoires extra-italiens où la guerre avait imposé de maintenir durablement des effectifs. D’autre part, il est clair que la première de ces deux décisions (Tite-Live, XXXI, 49, 5) doit être réinscrite avant tout dans le contexte du succès de Scipion à Zama et de la victoire définitive sur Carthage : ce sont les artisans de cette victoire qui sont récompensés, comme le suggère une première mention de Tite-Live faisant seulement état de la volonté de gratifier les ueteres milites d’Afrique306. La prise en compte, dans un second temps, des campagnes d’Espagne dans ces assignations ne correspondait pas à une extension dans l’application de cette première mesure : elle indique simplement qu’une partie non négligeable des soldats de Scipion en Afrique avait déjà combattu à ses côtés en Hispania307. Seul le second texte (Tite-Live, XXXII, 1, 6) reflète donc explicitement un souci de compenser un service long outre-mer (stipendia per multos annos). La formule est vague cependant et ne distingue pas entre les différents terrains d’opération. Pourtant, on considère généralement que la durée à laquelle elle se réfère est considérable, en particulier dans le cas de la péninsule Ibérique : A. J. Toynbee calcule ainsi, pour certains soldats, un maximum de 11 ans passés en Sardaigne et de 19 ans en Espagne308.

  • 309 Voir supra, pp. 88-89.
  • 310 Ce thème structure entièrement le discours, lui fournissant son introduction : « d’abord pour la fi (...)
  • 311 Tite-Live, XXVI, 41, 23.

81En ce qui concerne les armées d’Espagne, ces estimations sont excessives. Certes, Rome éprouva incontestablement des difficultés à relever ses contingents en Hispania au cours du conflit punique. Ainsi, entre 218 et 210, date à laquelle de nouveaux effectifs furent acheminés dans la Péninsule, nous n’avons aucune trace de supplementa réguliers, après celui accompagnant l’arrivée de P. Scipion à l’été 217309. Ensuite, l’oubli systématique des armées d’Espagne dans les totaux liviens, bien que délicat à interpréter, suggère néanmoins que la composition de ces armées demeura inchangée durant les sept années suivantes. L’armée de Scipion en 209 était, semble-t-il, très largement composée de soldats débarqués en 218. Ainsi, au moment de passer l’Èbre pour se porter contre Carthagène, Scipion le Jeune insista dans sa harangue à l’armée, rapportée par Tite-Live, sur les liens unissant les « anciens soldats (milites ueteres) » à son père et à son oncle dont ils avaient partagé le destin jusqu’à leur fin tragique, et il exalta leur pietas envers eux ainsi que sa propre volonté de reprendre le flambeau310. Les succès à venir sont explicitement placés par Scipion dans les pas de l’ancienne armée dont il présente l’expérience comme un atout décisif311. Cette homogénéité des effectifs, marquée par leur relation à la gens Cornelia, est encore plus clairement rappelée quelques années plus tard dans un autre discours que Scipion adressa à ses troupes avant d’engager la bataille contre les Ilergètes en 206 :

  • 312 Tite-Live, XXVIII, 32, 6-7 : in exercitu suo se praeterquam quod omnes ciues aut socios Latinique n (...)

Dans son armée, outre qu’il voit en tous des concitoyens, des alliés ou des hommes de nom latin, il n’est pour ainsi dire aucun soldat — et cela le touche — qui n’ait été amené d’Italie ou par son oncle, Cn. Scipion, le premier homme de nom romain qui soit venu dans cette province, ou par son père, quand il était consul, ou par lui. Au nom des Scipions, à leurs auspices, tous sont accoutumés… (trad. P. Jal, CUF)312.

  • 313 La proportion est impossible à établir, mais elle ne devait pas être négligeable, car la plupart de (...)

82Ce passage suffit à prouver qu’au moins une partie de l’armée présente en Péninsule à cette date y avait posé le pied dès 218 ou 217, soit onze ou douze ans auparavant313. Les exceptions évoquées par Scipion, rhétoriquement ramenées à quantité négligeable, se réfèrent sans aucun doute à la légion venue avec Claudius Nero en 211.

  • 314 Tite-Live, XXVI, 11, 5 ; cet épisode est rappelé en XXVI, 37, 7.
  • 315 Frontin, Strat., III, 18, 1 ; Valère-Maxime, III, 7, 10.

83Ainsi l’armée d’Espagne ne fut sans doute pas remplacée avant 206. Le fait que Tite-Live affirme par deux fois que des troupes avaient été envoyées en Espagne à la fin du printemps 211 n’est pas contradictoire avec cette conclusion. Selon l’historien augustéen, au moment même où Hannibal en personne campait sous les murs de l’Urbs, les Romains avaient eu l’audace inouïe de ne rien changer à leurs dispositions et d’envoyer, comme si de rien n’était, un supplementum en Hispania 314. L’épisode est rapporté également par Frontin et Valère-Maxime qui s’appuient vraisemblablement sur Tite-Live et qualifient également ces effectifs de supplementum315. Si cette anecdote était avérée, on pourrait disposer là de l’indice d’une pratique régulière, dans la mesure où le départ de ce contingent ne pouvait pas être destiné à combler les pertes de 211, puisque la nouvelle du désastre subi par les Scipions n’était sans doute pas encore parvenue à Rome. On sait d’autre part que, la déroute connue, la réaction du sénat fut de décréter l’envoi d’une nouvelle armée composée à partir des légions victorieuses de Campanie et non d’un simple supplementum. Une confusion de Tite-Live entre l’armée de Nero et la troupe mentionnée au printemps 211 est donc impossible, à la fois sur le plan chronologique, puisque le départ de la première est consécutif à la prise de Capoue, immédiatement postérieure au siège de Rome par Hannibal (Polybe, IX, 7, 1-4), et sur le plan géographique, puisque Nero a quitté l’Italie à Pouzzoles et non à Ostie (Tite-Live, XXVI, 19, 1). Malgré cela, l’information donnée par Tite-Live ne prouve pas de façon décisive l’envoi de supplementa réguliers à destination de la péninsule Ibérique entre 217 et 210. En effet, Polybe, dans son récit des événements du printemps 211, ignore cette bravade romaine et donne une explication plausible à la présence de troupes dans la Ville à ce moment-là :

  • 316 Polybe, IX, 6, 6 : οἱ γὰϱ περὶ τὸν Γνάιον ϰαὶ Πόπλιον τοῦ μὲν ἑνὸς στϱατοπέδου πϱότεϱον πεποιημένοι (...)

Cnaeus [Fulvius Centemalus] et Publius [Sulpicius Galba] avaient antérieurement procédé à l’enrôlement d’une légion et fait jurer aux recrues de se présenter précisément ce jour-là en armes à Rome. Ils étaient maintenant en train de tenir le conseil de révision en vue d’enrôler la seconde légion. C’est ainsi qu’un grand nombre d’hommes se rassemblèrent d’eux-mêmes à Rome en ce jour où l’on avait besoin d’eux. Les consuls les firent hardiment sortir de la ville et, les ayant rangés en bataille en avant de l’enceinte, refroidirent ainsi l’ardeur d’Hannibal (trad. D. Roussel)316.

  • 317 Les troupes auxquelles Polybe fait ici référence sont généralement identifiées aux deux legiones ur (...)
  • 318 On peut de ce point de vue rapprocher l’anecdote rapportée parTite-Live des considérations admirati (...)
  • 319 Tite-Live, XXVI, 11, 6. Même anecdote chez Valère-Maxime, III, 7, 10.
  • 320 D’une manière générale, la question des supplementa pendant la seconde guerre punique est délicate. (...)

84Il est donc plus vraisemblable de penser que Tite-Live recompose son récit de manière à frapper l’imagination de son lecteur, transformant à dessein la destination de ces nouvelles recrues317. Rappelons en effet que c’est la capacité de Rome à mener la guerre sur plusieurs fronts éloignés, au moment où l’Italie était directement menacée, qui est précisément l’une des caractéristiques de la seconde guerre punique ayant le plus frappé les Anciens318. De ce point de vue, il paraît tout à fait révélateur que Tite-Live choisisse ici de mettre en parallèle le siège de Rome (cœur de l’Italie) avec la poursuite de la guerre dans la région la plus lointaine (l’Espagne), dans le but de mieux exalter la détermination inouïe de la cité. De manière intéressante, l’humiliation subie par Hannibal est symboliquement dédoublée par l’insolence d’une transaction quotidienne, puisque l’historien augustéen rapporte que le champ où campait Hannibal aurait été vendu à son prix normal au moment même du siège de la ville319. Prudemment, nous préférons donc admettre la licence littéraire quant à ces épisodes héroïques et conclure à l’absence, avant 211, de renouvellement significatif dans la composition des armées d’Espagne320. Même alors, l’arrivée de nouveaux soldats avec Nero puis Scipion n’a pas, on l’a vu, entraîné le licenciement des anciens.

  • 321 Tite-Live, XXVIII, 24, 7.

85Le véritable tournant n’intervint donc pas avant 206, une fois les Carthaginois expulsés définitivement de la Péninsule. Selon nous, plusieurs éléments convergent vers un rapatriement massif des soldats d’Espagne à cette date. D’une part, l’impatience des mutins du Sucro atteste qu’il devait s’agir d’une décision normalement attendue, puisque ceux-ci s’étonnent de ne pas rentrer en Italie (curin Italiam non reuehi ?), alors que la guerre apparaissait terminée (si debellatum […] esset)321. D’autre part, le discours de Scipion à ces soldats révoltés implique que leur revendication correspondait bien à la pratique courante :

  • 322 Tite-Live, XXVIII, 28, 7 : Sucronemne uos domicilium habituri eratis ? Vbi si uos decedens confecta (...)

Vous, aviez-vous l’intention de vous installer à Sucro ? Alors que, si je vous y laissais en partant, moi, votre général, une fois ma mission achevée, vous seriez obligés d’implorer la protection des dieux et des hommes parce que vous ne reviendriez pas vers vos femmes et vos enfants ! (trad. P. Jal, CUF)322.

86En outre, le général semblait en avoir fait la promesse à ses hommes dans la perspective d’un triomphe et des élections consulaires :

  • 323 Tite-Live, XXVIII, 32, 7 : Scipionum nomini auspiciis omnes adsuetos, quos secum in patriam ad meri (...)

Au nom des Scipions, à leurs auspices, tous sont accoutumés, eux qu’il veut emmener avec lui dans leur patrie pour un triomphe mérité, eux dont il espère le soutien quand il briguera le consulat : ne s’agissait-il pas là d’un honneur commun à tous ? (trad. P. Jal, CUF)323.

  • 324 Tite-Live, XXIX, 1, 21.
  • 325 Sur la passation de pouvoirs, voir supra, p. 95 ; quant à la répartition des effectifs pour l’année (...)
  • 326 C’est le cas après la prise de Syracuse ou de Capoue (Tite-Live, XXVI, 28, 7) et après la victoire (...)

87L’intérêt de Scipion lui-même était donc de ramener le plus grand nombre d’hommes, sinon la totalité de son armée. Encore fallait-il que ce projet soit approuvé par le sénat. Rien ne s’oppose à cette hypothèse. Au contraire, en 205, les Ilergètes d’Indibilis n’avaient, selon Tite-Live, que mépris pour les troupes romaines, composées de nouvelles recrues324. Ni les conditions de transmission du commandement, analysées précédemment, ni les dispositions des patres en matière d’effectifs pour l’année 205 ne contredisent la possibilité d’une levée de deux nouvelles légions à destination de l’Espagne325. Bien au contraire, celle-ci s’inscrirait logiquement dans une tendance qui, à partir de 215, privilégiait le licenciement des anciens soldats à la suite de chaque grande victoire326.

  • 327 C’est pourtant ce qu’affirme A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75.
  • 328 Et sûrement pas dix-neuf ans, comme l’affirme A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75 : « Th (...)
  • 329 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 79, relève ainsi trois cas équivalents qu’il numérote 2 (...)
  • 330 Le cas très particulier représenté par le traitement infligé aux soldats vaincus à Cannes a été sou (...)
  • 331 La date tardive à laquelle furent décidées ces gratifications ne contredit pas l’idée d’un licencie (...)
  • 332 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75. Au contraire, les récompenses de 200 réfutent à ell (...)

88Pour toutes ces raisons, on ne saurait donc admettre comme une évidence que l’armée victorieuse d’Espagne n’ait reçu son congé qu’à la fin de l’année 198327. Même si l’on postule que certains des soldats composant les deux nouvelles légions formées en 211-210 provenaient de levées effectuées dès 216 et 214, on ne peut parvenir dans leur cas à plus d’une dizaine d’années de service continu dont seulement quatre dans la péninsule Ibérique328. Par conséquent, même dans le cas des soldats amenés en 218 par Cn. Scipion, il nous semble difficile de prétendre qu’un légionnaire passa plus de douze ans de service continu en Hispania en raison de la seconde guerre punique : or il s’agit là de la durée maximale constatée pour d’autres armées à la même époque329. On est par conséquent très loin du cas des punis de Cannes, demeurés dix-huit ans sous les enseignes de façon permanente330. Certes, les soldats, pour un certain nombre d’entre eux, n’en étaient sans doute pas à leur première campagne au moment de leur arrivée en Espagne, mais cette réserve ne suffit pas pour supposer qu’à la suite de leur maintien prolongé dans la péninsule Ibérique, le total de leurs d’années de service dépassait ou même atteignait la limite théorique supérieure transmise par Polybe. Au contraire, les récompenses de 200 suggèrent plutôt qu’un stipendium continu de douze ans, loin de l’Italie, apparaissait déjà en soi comme une contribution exorbitante331. Selon toute vraisemblance, la seconde guerre punique dans la péninsule Ibérique doit, dans le domaine des effectifs comme en d’autres, être regardée comme une période d’exception et n’étaye pas la théorie de l’apparition de « forgotten armies » abandonnées dans les provinces, formulée par A. J. Toynbee332. Les circonstances de la guerre avaient concouru à exiger des citoyens plus qu’ils ne l’avaient jamais fait et plus qu’ils ne le feraient par la suite. L’effort consenti à cette époque, finalement plus limité pour chaque citoyen qu’on ne le croit parfois, invite a fortiori à ne pas surinterpréter les exigences des siècles suivants.

  • 333 Ibid., t. II, p. 75, pour ces calculs excessifs ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 400, pour la mi (...)

89Cette première expérience ne saurait donc être érigée en modèle fondateur, d’autant plus que l’idée selon laquelle la péninsule Ibérique aurait contraint les effectifs civiques envoyés là-bas à un service continu prolongé s’appuie par ailleurs sur un dossier plutôt ambigu. En fait, nous ne possédons aucun témoignage explicite de l’émergence d’une systématisation en la matière. Ainsi, le tableau pessimiste d’A. J. Toynbee, proposant de restituer pour ces provinces, au cours du IIe siècle, des services ininterrompus jusqu’à vingt et trente ans, a été à juste titre rejeté par P. A. Brunt, au motif qu’il faut éviter de confondre la durée du service individuel de chaque soldat avec le maintien en place d’une même légion, lequel reste d’ailleurs souvent à prouver333. Néanmoins, deux textes demeurent fréquemment cités pour soutenir la théorie d’un service légionnaire fixé régulièrement à six ans dans la péninsule Ibérique.

90Le premier concerne le début du IIe siècle. Pour 180, décision fut prise en effet par le sénat de licencier les soldats transportés en Espagne ante Sp. Postumium Q. Marcium consules, c’est-à-dire antérieurement à l’année 186 :

  • 334 Tite-Live, XL, 36, 10 : Q. Fuluio permissum ut qui milites ante Sp. Postumium Q. Marcium consules c (...)

On permit à Quintus Fulvius de ramener avec lui les soldats, tant alliés que citoyens romains, qui avaient été emmenés en Espagne avant le consulat de Spurius Postumius et de Quintus Marcius, et, s’il le jugeait bon, de ramener en outre, une fois le supplementum arrivé, ceux qui excédaient pour les deux légions dix mille quatre cents fantassins et six cents cavaliers ainsi que, pour les alliés de droit latin, douze mille fantassins et six cents cavaliers, dont la vaillance avait été profitable à Q. Fulvius lors de deux combats contre les Celtibères (trad. C. Gouillart, CUF, modifiée)334.

  • 335 Tite-Live, XL, 35, 11.

91Sans aucun doute, les effectifs concernés par cette mesure avaient effectué au moins six années de campagnes dans la péninsule Ibérique. D’autre part, la précision selon laquelle une autorisation avait été donnée à Quintus Fulvius (Q. Fuluio permissum) pour licencier ces soldats n’implique pas en soi une mesure exceptionnelle. Elle dérive sans doute du document officiel et rend compte du fait que le général n’était pas légalement habilité à décider lui-même de l’ampleur et de la nature des congés. Comme Sempronius Gracchus avait auparavant plaidé pour la démobilisation des seuls soldats ayant achevé leur temps de service (quibus emerita stipendia sint), il est donc tentant à première vue de rapprocher ces deux éléments pour établir que, à l’époque, le congé intervenait généralement au bout de six ans335.

  • 336 Tite-Live, XXXIX, 38, 3 ; XL, 1, 7 ; XL, 16, 8 ; XL, 18, 6.
  • 337 Tite-Live, XL, 35, 11 ; XL, 35, 12.
  • 338 Il paraît à ce sujet extrêmement révélateur qu’A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 42, 53 et (...)
  • 339 Tite-Live, XXXIX, 20, 4 : les préteurs L. Quinctius Crispinus et C. Calpurnius Piso avaient reçu 20 (...)
  • 340 Tite-Live, XL, 36, 8.
  • 341 Tite-Live, XXXVIII, 36, 3.

92Une telle interprétation est néanmoins peu probable. On sait en effet que, importants ou partiels, des renouvellements d’effectifs se sont produits entre 186 et 180 : ce fut le cas en 184, en 182 et en 181, où sont attestés à la fois des pertes, des supplementa, des renforts et des récompenses sous forme de démobilisation336. On ne peut donc raisonner comme si l’ensemble des ueteres milites qui constituait l’enjeu du débat entre l’ancien et le nouveau gouverneur à la fin de l’année 181 équivalait strictement, dans sa composition, aux troupes acheminées avant 186337. Par ailleurs, l’autorisation donnée à Fulvius par le sénat concernait explicitement à la fois les citoyens romains et les alliés italiens (ciues Romani sociiue). Cette précision est capitale, car elle montre que le texte ne peut servir à appuyer la réflexion exclusivement sur le service légionnaire338. Or, la période correspond précisément à l’envoi répété de contingents très inégaux de citoyens et d’alliés : ce fut le cas en 186, où le rapport était de l’ordre de 1 à 7339. En 180, Gracchus obtint un supplementum de 1.000 fantassins et 50 cavaliers romains mais de 7.000 fantassins et 300 cavaliers, correspondant donc à un ratio du même type340. Plus radicalement encore, en 188, le supplementum n’était formé que d’alliés341. Ces remarques suggèrent qu’en 181, la proportion de légionnaires demeurés réellement en place depuis 186 était sans doute minoritaire, le gros des soldats concernés par le décret sénatorial pour 180 se composant en réalité surtout de socii. Par conséquent, en dépit des apparences, le contentieux entre Fulvius et Gracchus ne nous fournit aucune base solide pour évaluer avec certitude la durée standard du service légionnaire dans la péninsule Ibérique à six ans.

93Le second texte est relatif à l’année 140, au moment où Pompeius menait les opérations contre Numance :

  • 342 Appien, Ib., 78 : Ἐϕ᾿ οἷς τῷ τε Πομπηίῳ σύμβουλοι παϱῆσαν ἐϰ Ῥώμης ϰαὶ τοῖς στϱατιώταις -ἓξ γὰϱ ἔτη (...)

Là dessus, arrivèrent de Rome une commission sénatoriale pour Pompée, ainsi qu’une armée de nouvelles recrues, ni exercées ni aguerries, destinée à remplacer ceux de ses soldats qui avaient servi six ans (trad. P. Goukowsky, CUF)342.

  • 343 A. Schulten, Numantia I, p. 270 ; E. Gabba, Esercito e società, p. 54 : « che obbligarono, alla fin (...)
  • 344 Le texte d’Appien ne permet pas selon euxde soutenirl’idée d’une rupture dans la pratique instituti (...)

94La précision chiffrée apportée par Appien (ἓξ) a conduit A. Schulten et surtout E. Gabba à y lire la trace d’une évolution institutionnelle, interprétée comme le résultat des difficultés de recrutement dont l’apogée est située par eux en 151. L’instauration du tirage au sort, présidant depuis cette année-là à la désignation des conscrits pour l’Hispania, se serait ainsi accompagnée d’une modification de la durée normale du service, limitée à ce théâtre d’opération : celle-ci serait alors passée de seize à six ans, mais effectuée en contrepartie en continu343. L’hypothèse de la réduction a été rejetée, pour des raisons différentes, aussi bien par R. E. Smith que par P. A. Brunt344. En revanche, chacun de ces deux auteurs admet que le texte d’Appien fait bien état, néanmoins, de l’existence d’un service continu dans la péninsule Ibérique.

  • 345 Appien, Ib., 76. Sur cette question, voir supra, p. 112. On ne peut exclure que Metellus avait auss (...)
  • 346 D. C Earl, Tiberius Gracchus, p. 102 ; pour sa part, Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, pp. 169-170, mon (...)
  • 347 Appien, Ib., 76
  • 348 Valère-Maxime, IX, 3, 7.
  • 349 A. Schulten, Numantia I, p. 355 ; de même, J. Van Ooteghem, Les Caecilii Metelli de la République, (...)
  • 350 Au Ier siècle, le gouvernement de Pison en Macédoine (Cicéron, In Pis., XX, 48) offre un parallèle (...)
  • 351 La puissance de la coalition anti-pompéienne est assurée, paradoxalement, par l’acquittement de Pom (...)
  • 352 Pas plus que ne le fait Lucilius, Sat., XV, 12 (= 490 M = 509 W) qui mentionne un service de dix-hu (...)

95Pourtant, le texte de l’historien alexandrin ne permet pas clairement de savoir si les six campagnes des soldats relevés en 140 avaient été entièrement effectuées dans la péninsule Ibérique. On sait en effet qu’une grande partie de l’armée, opposée alors aux Numantins, provenait des troupes apportées dans la Péninsule par le consul Q. Caecilius Metellus Macedonicus trois ans auparavant, lesquelles correspondaient sans doute, au minimum, à l’équivalent d’une légion, soit la moitié de l’effectif présent sur place345. Parmi ces nouveaux soldats, certains pouvaient compter déjà une certaine expérience militaire. D’autre part, il faut tenir compte du fait qu’Appien transmet sans doute une tradition hostile à Pompeius, homme nouveau et ennemi politique des Cornelii Scipiones346. L’auteur affirme ainsi que Metellus avait remis à son successeur fin 142 une armée de 32.000 hommes parfaitement entraînée (ἄριστα γεγυμνασμένους)347. Or Valère-Maxime présente un passage de relais nettement plus conflictuel, montrant Metellus cherchant à nuire à son ennemi (inimicus suus) en licenciant les soldats qui le demandaient (omnes qui modo militiam suam uoluerunt finiri dimisit) et en accordant sans examen (neque causis excussis) des congés sans limite de temps (neque constituto tempore)348. L’authenticité de cet épisode a été mise en doute, non sans raisons349. Il est certain que Metellus n’avait pas théoriquement l’autorité nécessaire pour licencier durablement, de lui-même, tout ou partie de son armée. On ne peut exclure en revanche une réelle volonté d’entraver l’action de Pompeius en compliquant à celui-ci la reprise en main de contingents désorganisés. Dans ce contexte de rivalité politique, certaines permissions complaisantes, voire quelques congés abusifs, ne sont pas inconcevables350, surtout si l’on tient compte de l’influence exercée alors au sein du sénat par les amis de Metellus351. Plus probablement, on peut suggérer que l’envoi d’une commission auprès de Pompeius, tout comme le remplacement tatillon de ses ueteres milites, pouvait avoir été inspiré à l’assemblée par les adversaires politiques du consul. Le texte d’Appien exige donc d’être manié avec prudence. Il permet seulement de considérer que, à l’époque des guerres celtibères, devait être effectivement considéré comme uetus miles celui qui avait accompli en tout six campagnes. Il ne dit rien en revanche des conditions effectives de service dans la péninsule Ibérique elle-même352.

96En dehors de ces deux textes souvent commentés, les pièces à verser au dossier sont rares, pour ne pas dire inexistantes. Dans un célèbre passage, César explique sa décision de ne pas suivre Pompée en Grèce en 49 et de se porter plutôt contre les légats que celui-ci avait laissés en Espagne. Outre la difficulté à réunir suffisamment de navires pour franchir immédiatement l’Adriatique et le souci de ne pas voir en son absence les Pompéiens dresser contre lui la Gaule et l’Italie, il souligne la force des soutiens fournis à son adversaire par les Hispaniae où les liens de clientèle comme la présence d’une armée aguerrie constituaient des atouts redoutables :

  • 353 César, BC, I, 29, 3. Le Bellum Ciuile est assurément la source d’Appien, BC, II, 6, 40.

En attendant il ne tenait pas à voir les anciennes troupes (ueterem exercitum) de Pompée et les deux Espagnes dont l’une était redevable à celui-ci des plus grands bienfaits se raffermir dans leur attachement à Pompée (trad. P. Fabre)353.

  • 354 A. Schulten, FHA, V, p. 32, prétend qu’elle implique que l’armée de Pompée était formée des soldats (...)
  • 355 Plutarque, Pompée, LII, 2 ; Dion Cassius, XXXIX, 54, 1-2. Voir supra, p. 129.
  • 356 La legio uernacula fut vraisemblablement formée entre 52 et la venue de Vibellius Rufus en 49, immé (...)
  • 357 L’application mécanique d’un total de six ans n’a donc guère de sens. J. M. Roldán Hervás, Hispania (...)

97Le fait de qualifier l’armée pompéienne d’Espagne de uetus exercitus est l’ultime indication que nous possédons sur la possibilité d’un service prolongé et continu dans la péninsule Ibérique. Malheureusement, la signification de l’expression n’est pas ici très claire354. Il est probable que les quatre légions affectées à Pompée en 55 étaient constituées en partie de troupes déjà présentes sur place, dans la mesure où une activité militaire est attestée en Hispania non seulement au cours de la décennie précédente, mais aussi en 56-55, sous le commandement Metellus Nepos355. Il est impossible cependant de savoir quelle proportion ces troupes représentaient. Avant le déclenchement de la guerre civile, Afranius, Petreius et Varron avaient sans doute, conformément aux dispositions de la lex Trebonia, progressivement complété des effectifs au départ médiocres. L’envoi de deux légions supplémentaires en 52 et le recrutement de la legio uernacula juste avant la guerre suggèrent également que, entre 55 et 49, la composition de l’armée d’Espagne n’était pas restée identique356. Par conséquent, il est artificiel de présupposer que les soldats affrontant l’armée césarienne au printemps 49 étaient majoritairement en place au moins depuis la prise du commandement des provinces d’Espagne par Pompée357.

  • 358 J. Carcopino, Jules César, p. 343 ; J. Van Ooteghem, Pompée le Grand, pp. 444-445 et 456.
  • 359 On sait qu’au début 53, Pompée avait prêté à César des troupes — l’équivalent d’une légion — sans d (...)
  • 360 Peut-être est-ce ainsi qu’il faut alors comprendre César, BC, I, 85, 5-6 : sed eos exercitus quos c (...)
  • 361 Et non dès le lendemain de la conférence de Lucques, comme le veut J. J. Sayas Abengochea, « Las tr (...)
  • 362 Le passage où César prétend qu’un long séjour dans le pays avait déteint sur la manière de combattr (...)

98Le déroulement de la politique romaine à l’époque montre en outre que le tournant décisif vers la course à la guerre civile n’intervint pas avant le printemps 52 à partir duquel Pompée se rapprocha des patres en espérant obliger à terme César à renoncer avant lui à son imperium358. Il est donc vraisemblable d’imaginer que l’accumulation définitive de troupes dans la péninsule Ibérique, dans la perspective directe de l’affrontement, n’a véritablement eu lieu qu’entre la mi-52 et l’extrême fin de l’année 50, soit durant un laps de temps assez réduit359. Rien ne s’oppose, par conséquent, à ce qu’au cours des trois années précédentes, l’armée pompéienne d’Espagne ait subi, de façon très ordinaire, des renouvellements partiels au gré des besoins liés aux démobilisations et aux compléments360. Dans leur grande majorité, les soldats composant les troupes confrontées à César en 49 pouvaient donc avoir été immobilisés dans la Péninsule seulement depuis 52 seulement361. Cette proposition n’est pas incompatible avec le fait de les considérer comme des soldats expérimentés. Deux ou trois campagnes suffisaient en effet à distinguer un uetus miles d’un tiro362.

99Ainsi, les éléments généralement allégués en faveur d’une durée fixe et continue du service en péninsule Ibérique n’apparaissent guère solides. En la matière, rien ne vient concrètement appuyer l’idée d’un traitement particulier des contingents envoyés en Hispania. Au contraire, tout indique la mise en place, comme partout, de rotations fréquentes.

LA CAPACITÉ À RENOUVELER RÉGULIÈREMENT LES EFFECTIFS

  • 363 Ce triple argument est rappelé par P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 399-400, etA. E. Astin, Scipi (...)
  • 364 Le pas est franchi par A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 76 qui estime que les légions ou (...)

100Si les données chiffrées contenues dans les sources ont tendance à être surtout interprétées, en dépit de leur rareté et de leur ambiguïté, dans le sens d’une généralisation d’un service prolongé en Hispania, c’est parce que le remplacement régulier des contingents outre-mer apparaît comme une solution impraticable et donc non souhaitable. Les obstacles retenus dans l’historiographie sont de trois sortes. D’un point de vue militaire, on estime que Rome n’avait pas intérêt à substituer des recrues inexpérimentées à des soldats aguerris ; sur le plan administratif et économique, le coût du transport et sa difficulté technique auraient incité le sénat à réduire autant que possible le nombre de convois ; politiquement, enfin, il aurait été préférable de ménager les électeurs présents à Rome plutôt que de satisfaire les demandes de congé des soldats retenus dans les provinces363. D’une certaine façon, Rome aurait ainsi sacrifié ses armées d’Espagne à une triple limite de sa politique d’expansion364. Une telle perspective demande toutefois à être nuancée.

  • 365 Sur la fragilité d’une armée entièrement ou largement composée de tirones : Polybe, III, 108 ; Tite (...)
  • 366 Tite-Live, XXXIX, 38, 3.
  • 367 Tite-Live, XL, 35, 14 : Quae cum ita sint, ego iam hinc praedico, patres conscripti, me exercitu eo (...)
  • 368 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, pp. 77-78.

101On ne peut douter qu’au sein des armées le ratio entre ueteres milites et tirones ait revêtu une importance déterminante. Les sources soulignent régulièrement l’inégale efficacité militaire des uns et des autres et présentent cette question comme une préoccupation permanente des généraux365. Peut-on pour autant en conclure que la préférence, évidente et compréhensible, des chefs d’armée pour des soldats pourvus d’expérience impliquait le maintien de ceux-ci sur le même terrain d’opération tout au long de leur service ? La question est compliquée par la mention chez Tite-Live de deux moments de forte tension dans lesquels on veut parfois voir la trace d’un refus persistant, de la part du gouvernement romain, d’accéder aux demandes de démobilisation des soldats servant depuis plusieurs années en Péninsule. En 184, les gouverneurs sortants, Calpurnius et Quinctius, émirent auprès du sénat, par légats interposés, la requête « qu’il fût permis aux préteurs de ramener l’armée (ut praetoribus exercitum deportare liceret) »366. Violemment critiqués par leurs futurs successeurs, ils n’obtinrent pas gain de cause. Même tentative en 181, cette fois de la part du gouverneur de Citérieure uniquement, Fulvius Flaccus. Son successeur, Sempronius Gracchus déclara à cette occasion devant le sénat qu’il refuserait de faire campagne si l’ancienne armée de Citérieure était entièrement ramenée en Italie367. Dans les deux cas, la décision des patres de ne pas accéder au voeu des généraux et de n’autoriser finalement qu’un remplacement partiel a été interprétée avant tout comme un compromis, ce qu’elle est assurément368. Cependant, il nous semble que le débat n’aurait pu connaître à chaque fois l’intensité décrite par les sources si la possibilité d’un retrait total de l’armée n’existait pas en principe. En 184, l’affaire menaça même de dégénérer en crise politique :

  • 369 Tite-Live, XXXIX, 38, 9 : Vtraque causa tribunos plebis utraque consulem habebat ; hi, se intercess (...)

Chacune des deux causes était défendue par des tribuns de la plèbe et par l’un des consuls. Les uns annonçaient qu’ils intercéderaient contre le sénatusconsulte, si l’on décidait le rapatriement des armées ; les autres que, s’il y avait intercession, ils ne laisseraient passer aucune autre résolution (trad. C. Gouillart, CUF)369.

  • 370 Il faut d’ailleurs, on l’a vu, interpréter dans le sens d’un remplacement intégral l’évolution des (...)

102Ces disputes démontrent non seulement le besoin des chefs d’armée de disposer de soldats aguerris, mais aussi le fait que le remplacement intégral d’une armée restait une option très concrète370. Il est remarquable que l’alternative soumise par Gracchus au légat Lucius Minucius, représentant Flaccus devant le sénat, prenait sérieusement en compte une telle éventualité pour mieux en souligner le danger :

  • 371 Tite-Live, XL, 35, 11-12 : habendum illic utique exercitum censes, utrum tandem auctor senatui sis (...)

Si tu penses qu’il faut de toute façon maintenir une armée là-bas, je te demande une fois pour toutes ce que tu conseilles au sénat : envoyer un supplementum en Espagne, pour ne démobiliser que les soldats ayant accompli leur temps et mélanger les recrues aux anciens soldats, ou bien, après avoir retiré de la province les anciennes légions, en enrôler de nouvelles et les y envoyer, alors que le mépris qu’inspirent les recrues peut pousser à la rébellion même des barbares plus dociles ? (trad. C. Gouillart, CUF, modifiée)371.

103On le voit, le principe d’un licenciement des soldats envoyés en Hispania n’était ici nullement en cause. Comme quatre ans plus tôt, le contentieux portait seulement sur l’ampleur que devait prendre cette démobilisation. Avancé par Minucius, l’argument d’un risque de mutinerie de l’armée en cas de non satisfaction de la demande de son général, ne doit pas être surestimé, car le texte de Tite-Live suggère que Flaccus lui-même pouvait avoir échauffé l’esprit de ses hommes :

  • 372 Tite-Live, XL, 35, 6-7 : Quod fieri, praeterquam quod ita deberet, etiam prope necessarium esse : i (...)

Cette mesure, que la justice exigeait par ailleurs, était même presque indispensable : en effet, la résolution des soldats était telle qu’ils ne semblaient pas pouvoir être retenus plus longtemps dans la province et qu’ils en partiraient sans ordre s’ils n’étaient pas démobilisés, ou bien, si on les retenait de force, que les esprits s’échaufferaient au point de déclencher une dangereuse mutinerie (trad. C. Gouillart, CUF)372.

104Forcé par Gracchus de reconnaître les limites de la pacification de la province clamée par Flaccus, Minucius insista alors davantage sur le désir des soldats :

  • 373 Tite-Live, XL, 36, 3-4 : Nouo autem an uetere exercitu opus sit, eius esse dicere qui <scire> possit qua f</scire> (...)

Quant à dire si on avait besoin d’une nouvelle armée ou de l’ancienne, c’était là le privilège de celui qui pourrait savoir avec quelle loyauté les Celtibères respecteraient la paix et qui, en même temps, tiendrait aussi pour certain que les soldats resteraient tranquilles si on les retenait plus longtemps dans la province. Si leurs sentiments devaient être déduits des propos qu’ils tenaient entre eux ou de ce qu’ils exprimaient par leurs cris quand le général les haranguait, ils avaient ouvertement crié ou bien qu’ils retiendraient le général dans la province, ou bien qu’ils viendraient avec lui en Italie (trad. C. Gouillart, CUF)373.

  • 374 Un exemple célèbre, dans un contexte différent, atteste la tendance des autorités militaires à inte (...)
  • 375 Rome n’était pas Athènes cependant. L’impact, sur le long terme, d’une défaite militaire sur la car (...)

105La présentation alarmiste effectuée par le légat devant le sénat était sans doute destinée à faire pression sur l’assemblée des patres374. L’enjeu politique sous-jacent explique en effet les crispations de chacun : pour un général, parvenir à licencier toute l’armée, c’était faire reconnaître la plénitude de son succès militaire et donc marquer un point dans la compétition aristocratique ; à l’inverse, n’obtenir qu’une armée de recrues, c’était augmenter les risques d’un échec et ternir ainsi l’éclat de sa carrière politique375.

  • 376 Il convient donc de ne pas surestimer la recherche systématique d’homogénéité dans l’armée romaine, (...)
  • 377 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 50 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 47.
  • 378 L’ambiguïté du terme supplementum conduit ainsi abusivement à le définir parfois comme le moyen d’a (...)
  • 379 Ce point a déjà été souligné par R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 5, et P. A. Brunt(...)
  • 380 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662, n. 1, a en effet raison d’estimer qu’il n’y a aucun motif pr (...)

106Les épisodes de 184 et 180 attestent donc l’absence d’hostilité de principe, de la part du sénat, envers la démobilisation entière de l’armée d’une des provinces d’Espagne, voire des deux. Les deux récits suggèrent évidemment aussi que ce n’était pas la solution la plus fréquente. D’une manière générale, la préférence allait sans doute au mélange des anciens et des nouveaux soldats376. Cette combinaison était assurée par le recours au supplementum qui, dans son sens technique, servait à remplacer par des troupes fraîches les soldats tués, blessés ou parvenus au terme de leur service377. Il s’agissait donc d’un renfort, mais qui n’accroissait pas la plupart du temps l’effectif nominal de l’armée dont il était seulement chargé de compenser les pertes ou de porter à plein niveau le total initialement prévu378. De tels supplementa, régulièrement mentionnés par les sources, apparaissent indissociables de la gestion des armées d’Hispania379. L’ensemble de l’information disponible est synthétisé dans le tableau 4 (p. 158). Celui-ci ne concerne que la période 206-168 pour laquelle les données chiffrées de Tite-Live permettent d’offrir une vue d’ensemble380 :

TABLEAU 4. — Supplementa attestés pour la période 206-168

TABLEAU 4. — Supplementa attestés pour la période 206-168

C : effectifs attribués à la Citérieure ; U : effectifs attribués à l’Ultérieure

  • 381 Le fait a été souligné sur le plan général, pour la seconde guerre punique, par A. Klotz, « Die röm (...)
  • 382 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 72.
  • 383 Ibid., p. 71.
  • 384 Ibid., p. 71, pense queTite-Live oublie le contingent allié et il le réinsère donc dans son tableau (...)
  • 385 Ibid, pp. 54 et 72 : partant du principe que ces supplementa furent alors identiques aux autres de (...)
  • 386 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 89.
  • 387 Voir supra, p. 108, n. 137. Ainsi, le curieux envoi de l’équivalent d’une légion entière en 177 s’e (...)

107Ce tableau compile les renseignements fournis par Tite-Live. Il est difficile de savoir dans quelle mesure il est possible de les considérer comme complets. En effet, l’absence de mention explicite d’un supplementum ne constitue pas une preuve suffisante de son inexistence381. De fait, les listes transmises par Tite-Live ne sont vraisemblablement pas exhaustives. Un certain nombre de corrections ont été ainsi proposées par A. Afzelius, et reprises dans les analyses ultérieures d’A. J. Toynbee et de P. A. Brunt382. Par deux fois par exemple, Tite-Live ne mentionne pas les dispositions concernant l’Ultérieure. C’est le cas pour l’année 180 pour laquelle A. Afzelius ajoute par conséquent 1.500 fantassins, 100 cavaliers romains ainsi que 3.000 fantassins et 200 cavaliers alliés, et pour l’année 177, pour laquelle il complète l’effectif avec un nombre équivalent de soldats romains, mais avec seulement 2.500 fantassins et 150 cavaliers alliés383. À une occasion, en 173, il n’est fait aucune allusion à des troupes alliées, alors que l’envoi de légionnaires est attesté384. Certaines années sont aussi peut-être totalement omises. Comme de tels contingents sont régulièrement accordés aux gouverneurs entre 182 et 172, A. Afzelius émet l’hypothèse d’un rythme devenu désormais annuel : selon lui, il faudrait donc restituer les supplementa lacunaires chez Tite-Live (pour les années 178 et 175)385. Toutefois, R. C. Knapp a montré que les supplementa des années 181, 179 et 177, doivent être considérés comme des exceptions386. N’accompagnant l’arrivée d’aucun nouveau gouverneur, contrairement aux autres, ils s’expliquent avant tout selon lui par les besoins momentanément accrus de la province de Citérieure, en raison des campagnes importantes menées alors contre les Celtibères387. Il convient par conséquent de ne pas se hâter de combler mécaniquement les vides.

  • 388 Tite-Live, XLII, 10, 13.
  • 389 Tite-Live, XLII, 18, 6.
  • 390 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 56.
  • 391 Ibid., p. 56 : « … ist es wahrscheinlich, daß die spanischen Legionen tatsächlich in diesen Jahren (...)
  • 392 Tite-Live, XXIX, 13, 8 : consules dilectum habere instituerunt et ad nouas scribendas in Bruttios l (...)
  • 393 Sur la transition de 201, voir supra, p. 96. L’importance de prendre en compte cette possibilité, e (...)

108En effet, tous les silences de la documentation ne correspondent pas à d’éventuelles omissions. À partir de 171, la guerre de Macédoine mobilisa l’effort de guerre romain : une première alerte l’année précédente provoqua le refus du sénat d’accorder un supplementum à M. Junius et Sp. Lucretius, respectivement préteur de Citérieure et préteur d’Ultérieure388. L’ouverture des hostilités finalement différée d’un an, les patres revinrent de mauvaise grâce sur leur décision389. Il est donc très probable qu’entre 171 et 168, il ne faille effectivement compter que le supplementum de 169 donné par Tite-Live390. Inversement certaines restitutions écartées par A. Afzelius semblent nécessaires. Ainsi, avant 198, l’investissement de Rome en Grèce et en Gaule incite cet auteur à nier toute mesure de renouvellement des effectifs dans la péninsule Ibérique391. Pourtant, la répartition des troupes pour l’année 204 contient une formule générale (ceterorum exercituum supplementum) qui n’exclut pas une telle préoccupation pour l’Hispania392. Sachant que le maintien de deux légions en 201 avait dû, lui aussi, exiger un supplementum puisqu’une grande partie des anciens soldats avait été rapatriée, on aurait peut-être là trace d’une ébauche des premiers efforts pour organiser la rotation des soldats en Hispania après la fin de la seconde guerre punique sur le sol ibérique393.

  • 394 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 92, ne relève pas cette contradiction et ma (...)

109Même en rejetant les restitutions trop systématiques effectuées par A. Afzelius, il suffit de considérer le tableau 4 pour constater l’abondance et la régularité des supplementa destinés aux armées d’Espagne à partir de 197. Hormis entre 171et 168, pour les raisons évoquées précédemment, il en arrive tous les deux ans au minimum, avec chaque nouveau gouverneur. Si l’on admet en outre la réalité des renouvellements antérieurs à 198, il est tentant de lire dans l’organisation des années suivantes une simple régularisation accompagnant la création administrative des provinces et le remplacement biennal des préteurs qui s’imposa defacto à cette époque. Les chiffres donnés par Tite-Live nous semblent aller dans ce sens, car leur similarité ne peut que refléter une décision politique. À ce sujet, il convient d’ailleurs de corriger le total donné pour l’année 193 par A. Afzelius. Ce dernier double en effet les chiffres liviens (Tite-Live, XXXIV, 56, 8) pour aboutir à un total de 6.200 Romains et 10.400 alliés ; en revanche, pour l’année 173, il accepte le montant global de 3.200 Romains et 5.300 alliés (Tite-Live, XLI, 21, 3), alors que la très grande ressemblance syntaxique entre les deux textes ne permet pas a priori une telle différence d’interprétation394.

  • 395 Tite-Live, XXXIV, 56, 8 : Fuluio Flaminioque terna milia romanorum peditum et centeni equites in su (...)

À Fulvius et Flaminius on attribua comme supplementum trois mille fantassins et cent cavaliers romains, ainsi que cinq mille fantassins et deux cents cavaliers des alliés du nom latin (trad. M. Nisard modifiée)395.

  • 396 Tite-Live, XLI, 21, 3 : Cn. Seruilio Caepioni in Hispaniam ulteriorem et P. Furio Philo in citerior (...)

À Cn. Servilius Caepio, en Espagne ultérieure, et à P. Furius Philus, en citérieure, on envoya trois mille fantassins romains et cent cinquante cavaliers, et, recrutés parmi les alliés de droit latin, cinq mille fantassins et trois cents cavaliers ; la Sicile fut attribuée à L. Claudius, sans supplementum (trad. P. Jal, CUF, modifiée)396.

110Il faut considérer, ou bien que, dans les deux cas, chaque préteur se voyait confier un contingent équivalent à celui mentionné par Tite-Live, ou bien que l’historien augustéen donne seulement un chiffre global, réparti ensuite entre les provinces. L’inquiétude manifestée par Flaminius immédiatement après la nouvelle du revers subi par Sex. Digitius fin 194plaide en faveur de la seconde solution. Elle s’explique en effet par le fait qu’il ne devait pas disposer de 8.300 hommes, Romains et alliés confondus, mais de la moitié du contingent évoqué par Tite-Live, soit au maximum 1.500 fantassins et 50 cavaliers romains, avec 2.500 fantassins et 100 cavaliers alliés.

  • 397 Tite-Live, XXXV, 2, 2 : Et temptauerat, quoniam bellum ingens in prouincia exarsisset, et exiguas r (...)

Puisqu’une guerre violente avait éclaté dans sa province, et qu’il n’allait hériter de Sextus Digitius que les maigres restes de son armée, eux-mêmes emplis de peur et de panique, il avait tenté de se faire attribuer <par le sénat> l’une des légions urbaines afin, après avoir ajouté les soldats recrutés par ses soins conformément au sénatusconsulte, de choisir sur le total six mille deux cents fantassins, trois cents cavaliers. Avec cette légion (car il n’y avait pas beaucoup à attendre de l’armée de Sextus Digitius), il accomplirait sa mission (trad. R. Adam, CUF, modifiée)397.

  • 398 Tite-Live, XXXV, 1, 1, précise en effet que Digitius n’a finalement remis qu’à peine la moitié de l (...)

111Il est clair, selon nous, que le but de Flaminius avait été de porter son effectif à deux légions. Par conséquent, son supplementum initial devait être à peine suffisant pour compenser les pertes de Digitius398. Cette hypothèse basse correspond davantage aux autres ordres de grandeur transmis par Tite-Live. Il est donc possible d’affirmer, qu’en règle générale, les provinces d’Espagne semblent avoir reçu tous les deux ans un supplementum d’environ 3.000 fantassins et 100 à 200 cavaliers romains, ainsi que de 5.000 fantassins et 200 à 300 cavaliers alliés.

  • 399 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 54-55. Il considère ainsi que l’Ultérieure reçoit toujou (...)
  • 400 Tite-Live, XXXIX, 38, 3. Le détail de la procédure nous est vaguement parvenu en raison du coup de (...)
  • 401 Sur ce rôle des légions urbaines comme réserve, voir notamment Tite-Live, XXVII, 8, 11 ; XXX, 2, 6  (...)
  • 402 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 87, admet, à la suite d’A. Afzelius que « t (...)
  • 403 Voir supra, pp. 105-106.

112À lui seul, ce constat n’est toutefois pas suffisant. Il permet seulement de mettre en évidence l’existence, pour le supplementum, d’un effectif minimum, commun à la Citérieure et à l’Ultérieure. Ceci démontre que le remplacement des soldats envoyés en péninsule Ibérique n’était en rien arbitraire, mais correspondait à une règle. Reste à éclairer la pratique concrète concernant chacune des provinces. A. Afzelius admet lui-même qu’une différence apparaît souvent entre les deux provinces, en faveur de la Citérieure notamment, mais il la limite au contexte de renforts spectaculaires alloués à celle-ci399. D’une manière générale, afin de simplifier son tableau et aussi sans doute pour harmoniser son comput annuel avec la majorité des mentions liviennes, il raisonne de préférence à partir d’un chiffre global pour les deux provinces. Pour notre part, nous avons préféré distinguer dans le tableau 4 (p. 158), quand notre source le permet, les contingents destinés à la Citérieure (C) et à l’Ultérieure (U). Lorsque seul un chiffre global est mentionné par Tite-Live, cela est précisé (C + U). De cette façon, il est possible de mettre en évidence le fait que Tite-Live individualise le contingent spécifiquement attribué à chacune des provinces uniquement en trois occasions : en 195, 191 et 189. À chaque fois, c’est pour insister sur leur stricte égalité. Par conséquent, il est tentant de penser, a contrario, que ce n’était pas le cas en temps ordinaire. Dans ces conditions, sur quelle base se faisait la répartition du supplementum global entre les deux provinces ? Les précisions manquent pour le déterminer. Probablement, l’affectation des recrues se faisait en fonction des besoins que les gouverneurs, et non le sénat, étaient à même d’évaluer au début de la nouvelle campagne (en particulier en fonction de la proportion de tués et de blessés). Peut-être a-t-on une trace de cette procédure pour l’année 184 où la répartition du supplementum est explicitement attribuée par Tite-Live aux préteurs sur place400. En effet, la fixation de la taille globale du contingent se faisait bien avant, au mois de mars, au moment de la prise de fonction et de la répartition des provinces. Inévitablement, elle reposait sur une base théorique dont l’évolution des événements pouvait entraîner l’obsolescence : c’est ce qui se passa en 193, on l’a vu, où Flaminius apprit, après la décision d’accorder un supplementum commun aux deux provinces, la dégradation imprévue de la situation en Citérieure. Les opérations contre les Lusitaniens interdisaient alors de détourner la plus grande partie des 8.300 hommes affectés aux Hispaniae vers la seule Citérieure : d’où la tentative du préteur d’obtenir une des légions urbaines, traditionnellement utilisées en cas d’imprévu401. Lorsque les besoins militaires étaient inégaux en Ultérieure et en Citérieure, une stricte équivalence n’était probablement pas observée dans les effectifs des armées des préteurs et, par conséquent, dans le partage des supplementa entre eux402. Un certain nombre d’éléments, rappelés dans la première partie de ce chapitre, suggèrent qu’il faut interpréter de la sorte la répartition du supplementum de l’année 182403.

  • 404 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 55. Il propose également de légères variantes, tenant com (...)
  • 405 R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 6, et P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662, ont a (...)
  • 406 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 77.
  • 407 Le chiffre maximum des rapatriés oscillait donc entre 4.400 pour une légion de 5.300 hommes et 3.10 (...)
  • 408 Ainsi, le résultat que nous obtenons pour 184 se rapproche davantage en effet des proportions haute (...)

113Ces fluctuations compliquent donc toute tentative pour déterminer une durée moyenne de service à partir du nombre et de la taille des supplementa, malgré leur apparente standardisation. Ainsi, elles invalident selon nous les calculs fondés sur un ratio annuel fixe. En effet, à partir d’un total cumulé des chiffres liviens, A. Afzelius parvient, pour les deux provinces (et pour les légionnaires uniquement), à un total de 873 fantassins et de 61 cavaliers par an et par légion entre 186 et 172, et de 875 cavaliers et de 53 cavaliers par an et par légion entre 195 et 188404. Si on applique ce calcul à une légion de 5.200 hommes, il faudrait donc environ six ans pour renouveler entièrement l’effectif avec des supplementa de cette taille. Toutefois, une telle hypothèse suppose : 1) que la taille du supplementum soit constante pour chaque province ; 2) que la quantité de soldats dans chaque légion le soit aussi ; 3) que les provinces disposent toujours d’un nombre identique de légions (et notamment, dans la perspective de l’auteur, de deux chacune après 187). Or, nous avons vu qu’aucune de ces conditions n’est remplie. La notion même d’un quota de renouvellement doit d’ailleurs être rejetée405. Chaque fois qu’elle le pouvait, Rome cherchait à favoriser le rapatriement de ses soldats dans un délai raisonnable. Fondées sur l’épisode de l’année 184, que nous avons déjà cité plusieurs fois, les objections à une telle idée ne doivent pas être surestimées. En effet, les chiffres sur lesquels celles-ci reposent sont fort discutables. A. J. Toynbee calcule qu’à cette date, moins de 20,6 % de l’armée a pu être concerné par les mesures de décharge si l’effectif de la légion était déjà, avant l’arrivée du supplementum, au niveau renforcé fixé par le décret du sénat, et seulement 6,6 % si les nouvelles troupes servaient en outre à porter l’effectif antérieur à ce maximum406. Cette évaluation pessimiste ne correspond pas au contenu du texte de Tite-Live. Si l’on admet la correction du texte proposée par R. C. Knapp, qui paraît la plus raisonnable (voir supra, p. 103), il est clair que Tite-Live ne fait référence, au sujet de la répartition du supplementum, qu’aux troupes légionnaires407. Dès lors, compte tenu également qu’il convient de ne pas raisonner, comme le fait A. J. Toynbee, sur la base de quatre légions mais de deux, le nombre de soldats rapatriés représente plutôt 41,5 % du total de l’effectif de 185, si celui-ci équivalait déjà au maximum fixé par le sénat pour l’année suivante, et 36,9 %, dans le cas contraire. Ces pourcentages n’ont évidemment qu’une valeur très indicative, car ils sont établis à partir d’effectifs théoriques très abstraits. Pour cette raison, ils ne peuvent évidemment qu’être maniés très prudemment et ne sauraient à eux seuls étayer une conclusion solide. Il importait cependant de les discuter, ne serait-ce que pour montrer qu’un calcul de ce type, effectué dans le même esprit que celui fondant ces travaux quantitatifs, n’autorise pas à minimiser le rôle des supplementa dans la rotation des effectifs408.

  • 409 Appien, Ib., 99.
  • 410 C’est aussi l’avis de P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 664.
  • 411 Pour cette raison, le texte d’Appien ne saurait illustrer un désintérêt du sénat vis-à-vis des affa (...)
  • 412 Voir supra, pp. 119-123.
  • 413 Outre le fait que le service militaire, en n’étant pas nécessairement continu, permettait aux solda (...)

114La création des provinces d’Espagne avait ainsi donné lieu à la mise en place d’un système de relève auquel le témoignage de Tite-Live, malgré ses lacunes et ses difficultés d’interprétation, permet de restituer une certaine cohérence, au moins jusqu’en 168. Par la suite, rien ne vient contredire la poursuite des pratiques en vigueur dans la première moitié du IIe siècle. Appien nous informe en effet qu’à l’extrême fin du demi-siècle suivant, le préteur Ser. Galba fut envoyé dans sa province d’Ultérieure sans troupes, en raison des priorités liées à l’invasion cimbre et à la seconde guerre servile en Sicile409. Il faut évidemment comprendre que la gravité de la situation militaire dans la périphérie immédiate de l’Italie avait rendu exceptionnellement impossible, ou non souhaitable, l’octroi du supplementum ordinaire au préteur410. Précisément, le souvenir laissé dans la tradition par cet épisode suggère qu’il s’agissait bien d’une entorse à la pratique régulière411. Pour le Ier siècle encore, la discussion des données relatives à l’arrivée de Sertorius en Citérieure, effectuée précédemment, suggère la continuité de la procédure, bien que malmenée sans doute par le contexte troublé des guerres civiles412. D’une manière générale, le niveau des effectifs des supplementa, lorsqu’il nous est connus par Tite-Live, montre le souci du gouvernement central de promouvoir un remplacement minimal et régulier des soldats servant outre-mer, bien qu’il soit exagéré de parler d’une norme véritable à une époque où l’effectif de la légion comme les conditions du service pouvaient varier dans une proportion non négligeable. La rotation permise par l’envoi fréquent de supplementa importants ne saurait donc être identifiée avec certitude à un laps de temps déterminé, par exemple égal à six ans. Plus probablement, la durée du service sur place variait d’un soldat à l’autre en fonction de paramètres nombreux. Le recours au réservoir des troupes alliées, ainsi que l’absence de maintien permanent des légions à plein effectif, devaient suffire pour qu’un supplementum biennal, même limité, permette ne pas laisser les légionnaires sur place plus de quelques années. Une durée de deux ou trois ans suffisait certainement à rendre déjà pénible un séjour que, contrairement aux soldats servant en Cisalpine, la possibilité d’un retour dans les foyers l’hiver venu ne permettait pas d’adoucir aussi aisément413.

  • 414 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 76 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 396 ; Y. Shochat (...)
  • 415 E. Gabba, Esercito e società, pp. 1-56 et notamment p. 22.
  • 416 J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 293 ; voir (...)
  • 417 Le maximum est atteint en 164, si l’on en croit Tite-Live, Per., XLVI, qui donne un total de 337.02 (...)
  • 418 J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 299.
  • 419 Participation à la campagne de Caton : Tite-Live, XLII, 34, 6 ; participations aux campagnes de Q. (...)
  • 420 Les dates de 181 et de 180 sont parfois données pour les deux dernières campagnes mais les détails (...)
  • 421 Bien sûr, en ce qui concerne Ligustinus, il s’agit d’un cas individuel qu’on ne saurait imprudemmen (...)

115En effet, rien ne permet de croire que le sénat avait particulièrement intérêt à prolonger démesurément le séjour des soldats-citoyens dans la péninsule Ibérique. On a parfois pensé le contraire, dans la mesure où cette solution semblait une manière radicale de ménager des mobilisables très sollicités mais réticents à l’idée de partir pour ces guerres lointaines, et dont le vote à Rome même aurait constitué un moyen de pression efficace sur l’aristocratie414. Cette hypothèse accorde toutefois trop d’importance à une crise du recrutement dont les fondements démographiques sont loin d’être aussi évidents qu’on l’admet ordinairement depuis l’étude fondatrice d’E. Gabba415. Comme l’a montré J. W. Rich, le déclin numérique des adsidui, provoqué par l’appauvrissement au cours du IIe siècle d’une partie d’entre eux, suite aux guerres de conquête, ne s’est pas effectué dans une proportion telle qu’elle aurait rendu difficile de pourvoir l’effectif des nombreuses légions levées à cette période416. Les chiffres du cens transmis par les sources connaissent en effet leur apogée vers 160, alors même que la demande militaire n’était manifestement pas supérieure aux pires années de la seconde guerre punique417. Même si le total des mobilisables a enregistré une décrue par la suite — ce qui n’est pas certain —, celle-ci ne fut jamais plus importante, de toutes façons, que la réduction du nombre d’armées engagées dans la conquête méditerranéenne418. Par conséquent, Rome a vraisemblablement toujours disposé d’un réservoir suffisant de légionnaires qui rendait donc possible, et souhaitable, la rotation des effectifs évoquée précédemment, d’autant plus que les rapatriés d’Hispania demeuraient ensuite disponibles pour d’autres campagnes, comme le montre encore une fois l’exemple de Spurius Ligustinus. Celui-ci effectua ainsi trois séjours distincts dans la péninsule Ibérique, en 195, 182 ( ?)-181 et en 179419. Il est remarquable qu’entre le second et le troisième, il soit retourné en Italie pour participer au triomphe de Fulvius Flaccus, avant de rejoindre à nouveau la Citérieure à la demande de Gracchus lui-même420. On ne saurait trop y voir une preuve supplémentaire de l’absence d’obstacle technique et psychologique à la circulation des soldats entre l’Italie et la péninsule Ibérique dans le cadre des supplementa421.

  • 422 P. A. Brunt, « The Army and the Land in the Roman Revolution », p. 245, a montré que le constat val (...)
  • 423 En effet, le déroulement des élections à Rome ne supposait aucun nombre minimum de votants et l’obl (...)

116Il convient enfin de ne pas considérer l’argument électoral comme déterminant. Durant toute la République moyenne et tardive, le recrutement légionnaire est resté très majoritairement, voire exclusivement rural, y compris au Ier siècle où les aires privilégiées étaient en outre les plus éloignées du Latium422. Très vite, le déplacement systématique de ces ruraux jusqu’à Rome pour les comices n’avait pu matériellement continuer à être envisageable, si bien que la plus grande part des mobilisables n’était au fond que des électeurs en puissance423. Il est donc permis de douter que les patres, et plus généralement les membres de l’oligarchie, aient principalement orienté leur politique militaire en fonction d’un corps électoral plus virtuel que réellement contraignant. À l’inverse, les soldats sous les enseignes avaient finalement plus de chance de trouver une oreille compatissante chez leur général dont les aspirations au triomphe, marchepied vers un cursus honorum glorieux, impliquaient le rapatriement d’au moins une partie de l’armée. On sait par Tite-Live, à l’occasion d’un litige en 200, que, lors de la cérémonie, la présence des soldats ayant participé à la campagne constituait un élément indispensable :

  • 424 Tite-Live, XXXI, 49, 10 : maiores ideo instituisse ut legati tribuni centuriones milites denique tr (...)

L’usage établi par les ancêtres voulait que les légats, les tribuns, les centurions et jusqu’aux simples soldats fussent présents au triomphe, pour que le peuple romain pût voir les témoins qui garantissent les exploits accomplis par le bénéficiaire d’un si grand honneur (trad. A. Hus, CUF)424.

  • 425 Elle donne ainsi à Cicéron l’occasion d’ironiser au sujet de Gabinius dans une lettre à son frère d (...)
  • 426 La liste des triomphes ex Hispania est donnée jusqu’en 133 par R. C. Knapp, Aspects of the Roman Ex (...)
  • 427 Tite-Live, XLII, 34, 10. Peut-être Ligustinus a-t-il aussi figuré à ceux de Caton et de Gracchus, p (...)
  • 428 L’ouatio n’impliquait pas, semble-t-il, l’obligation de défiler avec ses soldats. Voir H. S. Versne (...)

117Même si le retour des troupes cessa peut-être d’être une obligation dans la seconde moitié du IIe siècle, la pratique de faire figurer des soldats dans le cortège triomphal demeura en vigueur jusqu’à la fin de la République425. On a vu précédemment que cette revendication expliquait en partie les tensions apparues en 184 et 180. Toutefois, la contestation provenait alors du projet de démobiliser intégralement l’armée, au lieu d’une partie choisie à dessein par le général. La multiplication des triomphes ex Hispania tout au long de notre période procurait donc aux soldats de ces provinces une opportunité supplémentaire de retour en Italie426. Spurius Ligustinus fit au moins partie, on l’a vu, de celui de Fulvius Flaccus427. Peut-être la promotion croissante de l’ouatio, forme mineure du triumphus, qui avait eu d’abord pour but de continuer à réserver l’honneur suprême aux magistrats de rang consulaire, cherchait-elle de surcroît à diminuer, pour la péninsule Ibérique, les occasions de rapatriement massif en dehors du supplementum ordinaire428.

  • 429 Contra H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 417.
  • 430 Appien, Ib., 65. Y. Shochat, Recruitment and the Programme of Tiberius Gracchus, p. 58, remarque à (...)
  • 431 Appien, Ib., 78.
  • 432 Le fait a été bien démontré par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, pp. 46- (...)
  • 433 La difficulté des guerres hispaniques du IIe s. et leur manque d’attractivité sont généralement pré (...)
  • 434 Polybe, XXXV, 4, 2, montre l’impact sur l’opinion des récits effrayants colportés par Q. Fulvius No (...)
  • 435 Polybe, XXXV, 4, et Tite-Live, Per., XLVIII, 18, rapportent avec complaisance l’enthousiasme suscit (...)
  • 436 Tite-Live, Per., XLVIII, 16 rappelle en effet que les consuls L. Licinius Lucullus et A. Postumius (...)
  • 437 Polybe, XXXV, 4, 4 et Tite-Live, Per., XLVIII, 17, spécifient clairement que c’étaient les postes d (...)
  • 438 A. E. Astin, Scipio Aemilianus, p. 45, bien qu’admettant néanmoins l’idée d’une désaffection réelle (...)
  • 439 Il est tentant d’interpréter en ce sens Appien, Ib., 84. Le texte précise bien qu’outre les besoins (...)

118Quoi qu’il en soit, il apparaît que les autorités romaines pouvaient chercher à ménager davantage les ueteres milites que les recrues429. Ainsi, en 145, en dépit des difficultés des opérations contre Viriathe, Fabius Maximus Aemilianus, à son départ pour l’Ultérieure, prit soin de ne pas exiger une nouvelle campagne des soldats ayant combattu en Grèce, en Macédoine et contre Carthage les années précédentes430. En 140, les contingents envoyés à Pompeius en Citérieure étaient aussi majoritairement composés de tirones431. Bien que les motivations d’une telle politique aient probablement été diverses, il ne fait aucun doute que le sénat n’hésitait pas à mettre largement les recrues à contribution, d’autant plus que l’hypothèse d’une répugnance croissante de celles-ci à servir, trop souvent invoquée par l’historiographie, est largement infondée432. Le blocage du dilectus de 151, considéré comme un révélateur de cette désaffection433, tenait en réalité avant tout à des circonstances particulières, alimentées sans doute par la manipulation de l’information orchestrée par le gouverneur de l’année précédente, provoquant l’inquiétude d’une partie des mobilisables434. La profondeur de cette désaffection apparente ne doit pas être surestimée : dans ce cas, le discours de Scipion n’aurait pas suffi à lui seul à retourner la situation435. Plus encore que la crainte inspirée par les récits des soldats de Nobilior, le motif de la crise résidait sans doute dans le refus inhabituel des consuls de prendre en compte les demandes d’exemptions qui, on l’a vu, constituaient alors une pratique courante436. De fait, le mouvement toucha essentiellement les jeunes gens de l’aristocratie ordinairement concernés par ce type de faveurs437. Le souci de Polybe d’exalter l’antique vertu de Scipion Émilien a largement contribué à transformer le problème politique et institutionnel en fable morale438. Enfin, l’interdiction faite au même Scipion Émilien de lever de nouveaux soldats en 134 montre a contrario l’attitude ordinaire du sénat envers la question du remplacement des ueteres milites : cette fois, son refus ne tenait pas non plus à un problème de recrutement, mais exprimait sans doute, autant que des rivalités politiques internes, la volonté des patres de ne pas permettre le remplacement des soldats de Mancinus honteusement battus par les Numantins439. En ce sens, il faut replacer cette décision dans un contexte disciplinaire que les adversaires politiques de Scipion réussirent à exploiter à leur avantage.

119À l’issue de cette discussion, il faut reconnaître la difficulté à proposer un modèle relatif à la durée individuelle du service militaire en Hispania. L’examen de la documentation permet cependant de rejeter l’idée d’une spécificité de ces provinces en la matière. Aucun élément ne vient en effet démontrer de façon irréfutable que le maintien permanent d’au moins deux légions dans la péninsule Ibérique avait impliqué un aménagement quelconque dans l’organisation du recrutement et du service. Le développement de dilectus partiels sous forme de supplementa réguliers maintenait les légionnaires envoyés outre-mer au sein du cadre normal de la participation militaire. Comme ce dernier n’était pas organisé en fonction d’une norme fixe, mais fluctuait selon les circonstances, il est certain que des soldats ont pu, en Hispania comme ailleurs, effectuer de longs séjours. En revanche, il est vraisemblable que ces infortunés n’ont jamais constitué la majorité des contingents.

***

120La plupart du temps, Rome ne maintenait pas des effectifs démesurés dans la péninsule Ibérique. Tout au long du IIe siècle, le format de la double armée prétorienne d’une légion, complétée par son contingent de socii, fut privilégié chaque fois que l’importance de la guerre ou la compétition aristocratique ne nécessitaient pas l’affectation d’un consul à l’une ou l’autre des provinces, plus rarement aux deux. Sur la durée, ces moments sont restés finalement assez peu nombreux. Au Ier siècle, le doublement probable des contingents ne doit pas être surestimé, car il se produisait dans le contexte d’une transformation essentielle de l’organisation de l’armée romaine à l’issue de la Guerre sociale. Bien que les répercussions de cet événement sur la taille des légions demeurent incertaines dans le détail, on peut admettre que les gouverneurs des décennies postérieures à la guerre de Sertorius ne disposaient probablement pas d’un effectif supérieur à celui de leurs homologues de la période précédente. Seules les guerres civiles ont engendré, comme ailleurs dans le monde romain, une véritable inflation en la matière, reflet de la congestion interne à la République sénatoriale. En temps normal, le nombre des légions annuellement affectées aux provinces hispaniques a donc rarement représenté plus du tiers du total levé par Rome (environ sept par an en général au IIe siècle, treize au Ier siècle). Cette proportion est assurément très importante et suffit à montrer que les territoires hispaniques étaient devenus, depuis la seconde guerre punique, un terrain d’opération essentiel des armées romaines. Toutefois, elle invite en même temps à ne pas exagérer le poids exercé par les guerres d’Espagne sur le réservoir des mobilisables, d’autant plus que les conditions de recrutement et de licenciement des armées sur place suggèrent un remplacement inégal, mais souvent plus rapide qu’on ne le pense, des effectifs dont, en outre, le total par légion n’atteignait sans doute pas toujours les maxima de l’époque.

Notes

1 G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 317 ; son jugement positif sur Tite-Live est partagé par A. Klotz, « Die römische Wehrmacht im 2. Punischen Kriege », p. 89 ; A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 9 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, pp. 38 et 45 ; R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 1, n. 1.

2 P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 645-659 ; M. Gelzer, « Die Glaubwürdigkeit der bei Livius überlieferten Senatsbeschlüsse über römische Truppenaufgebote », p. 220.

3 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 28, se montre ainsi très sévère à l’égard de Plutarque, Appien et Dion Cassius.

4 M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 421, a très justement fait remarquer que les auteurs cités dans la note précédente reflètent souvent la tradition de Pollion et de Tite-Live.

5 Rome avait développé, à partir des listes de mobilisables, des rôles légionnaires qui permettaient de comptabiliser les années de service et de définir les besoins en recrues. À ce sujet, voir P. Cosme, Armée et bureaucratie dans l’Empire romain, p. 30. Par Cicéron, De Orat., I, 175, on sait par exemple que les pertes étaient évaluées en fonction de ces registres. De même, le comptage des morts avait souvent lieu après un engagement (Valère-Maxime, I, 8, 5 ; Appien, BC, II, 82 ; Frontin, Strat., II, 10, 1), même s’il devait en général s’effectuer d’une manière plus complète à l’issue de la campagne. Les enjeux du triomphe entraînaient même des tentatives de falsification dont la répression par une loi tardive de 62 suggère la fréquence (Valère-Maxime, II, 8, 1). Sur toutes ces questions, voir désormais N. Rosenstein, Rome at War, pp. 109-118.

6 Par exemple, Polybe, III, 33, 17 ; Tite-Live, XX, 36, 1 ; Appien, BC, II, 70 ; Orose, IV, 20, 9.

7 Le problème essentiel est de savoir si les chiffres donnés par les textes correspondent à un effectif réel ou bien à un nombre de légions multiplié arbitrairement par un coefficient théorique supposé. Ce procédé a été bien démontré pour les auteurs d’époque impériale, comme Plutarque ou Appien. Voir P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 687 ; J. Roth, « The Size and Organisation of the Roman Imperial Legion », p. 347.

8 Polybe, IX, 26, ironise d’ailleurs sur ce thème ; il est vrai que Vegèce, I, 22, assure que l’enceinte des camps s’adapte à l’importance des troupes, mais cette généralité de bon sens ne garantit aucune application concrète. Sur le plan méthodologique, J. Roth, « The Size and Organisation of the Roman Imperial Legion », p. 346, souligne à juste titre la difficulté à calculer la capacité habitable des structures mises au jour et à identifier la nature des unités qui les occupaient.

9 Tite-Live, XXI, 17, 8.

10 Tite-Live, VII, 25, 8 et XXII, 36, 1 ; Polybe, III, 72, 12 ; 107, 11 ; VI, 20, 8-9. Ainsi, il est probable que lorsqu’Appien, Ib., 14, évoque, pour l’armée de Scipion en 218, 10.000 fantassins et 700 cavaliers, il ne donne pas un chiffre réel, mais veut dire que le consul avait deux légions. Les chiffres donnés par Polybe et par Tite-Live reflètent pour cette époque la taille habituelle des légions qui pouvait atteindre 5.000 ou 5.200 fantassins et 300 cavaliers en cas d’urgence. Voir à ce sujet : J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 22 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 26 ; J. Roth, « The Size and Organisation of the Roman Imperial Legion », p. 347. La proportion du contingent allié variait de un (Polybe, III, 107, 12 et VI, 26, 7) à deux (Appien, Hann., 8, et Velleius Paterculus, II, 15, 2). Voir P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 677-678 ; V. Ilari, Gli Italici nelle strutture militari romane, pp. 148 et 154-159.

11 Polybe, III, 40, 14 dit que l’ensemble des deux légions de P. Scipion a été envoyé à la rescousse de Tanetum, assiégée par les Boïens ; mais Tite-Live, XXI, 26, 3 ne mentionne qu’une seule légion romaine que le consul remplaça immédiatement parune nouvelle levée. D’après Tite-Live, Atilius aurait également emmené 5.000 socii. Ce chiffre correspondant à peu près à l’effectifd’une légion renforcée de l’époque, il est possible que Polybe n’ait pas fait la distinction dans son texte. Ainsi, P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, p. 20, a justement relevé que l’emploi du terme στϱατόπεδον n’avait pas un sens strict chez Polybe et pouvait signifier aussi bien « légion » que « troupe ». Il propose à ce sujet une ingénieuse interprétation de la phrase ἄλλα δὲ συνάγειν ϰαὶ παϱαγϱάϕειν ἐϰ τῶν συμμάχων αὐτῷ παϱήγγειλαν, en la mettant en relation avec celle de Tite-Live, XXI, 17, 1 (Cornelio minus copiarum datum) : selon lui, les troupes alliées recrutées par Publius correspondraient en réalité à une partie du contingent de socii qu’il avait dû céder en plus grand nombre que son collègue Sempronius au préteur Atilius pour compléter la légion que celui-ci emmenait en Gaule.

12 Tite-Live, XXII, 22, 1.

13 Polybe, III, 56, 5 et Tite-Live, XXI, 32, 5, précisent que Gnaeus emmena l’essentiel des troupes, tandis que son frère ne garda avec lui que des effectifs extrêmements réduits. J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 125, conservant le total de socii donné par Tite-Live, XXI, 17, 8, évalue donc le total des forces de Gnaeus à 25.000 hommes, dont 9.400 Romains. Toutefois, ce calcul nous paraît hasardeux : il présuppose que les soldats gardés par Publius étaient tous romains, ce que rien ne permet de savoir avec certitude. Inversement, P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, p. 23, estime que le chiffre élevé de socii donné par Tite-Live, XXI, 17, 8, pouvait être lié aux besoins de la flotte et que, par conséquent, Publius Scipion aurait conservé environ 2.500 hommes sur 25 vaisseaux. Ce faisant, il arrive à un total de 21.700 hommes ayant débarqué avec Gnaeus, dont 8.600 Romains.

14 Aucune source ne fait état de pertes romaines lors de la bataille de Cissa, mais cela ne permet évidemment pas de conclure à leur absence totale, alors que les Carthaginois sont réputés avoir eu 6.000 tués et plus de 2.000 prisonniers (Tite-Live, XXI, 60, 7). Polybe, III, 76, 10 et Tite-Live, XXI, 61, 2, évoquent uniquement le massacre des soldats et des marins de la flotte romaine basée près de Tarragone.

15 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 419.

16 E. Badian, Publicans and Sinners, p. 22, n. 33, suggère même qu’il n’y avait aucun Romain parmi eux ; pour sa part, P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, p. 38, propose de compter 2.000 Romains et 6.000 socii. Pour cela, il se fonde sur l’idée qu’en 218, il avait été initialement prévu d’envoyer deux légions renforcées de 5.000 fantassins chacune, avant de retirer à chacune des quatre légions consulaires 1.000 hommes pour former la légion d’Atilius. La mention de 1.800 cavaliers pour six légions (Tite-Live, XXI, 17, 2-3) lui semble aller dans ce sens. Ainsi, l’envoi de 217 aurait été destiné, selon lui, à revenir à l’effectif primitivement envisagé. Cette théorie séduisante a le défaut de reposer sur une arithmétique trop rigoureuse qui ne tient pas compte des pertes du début de la guerre.

17 Tite-Live, XXIII, 49, 9.

18 Polybe, III, 76, 4.

19 La nature des opérations menées dans la péninsule Ibérique entre 217 et 215 ne permet pas d’envisager de très lourdes pertes du côté romain. Il faut donc supposer ou bien que Tite-Live ne comptabilise pas les auxiliaires à cette occasion, ou bien qu’une partie des effectifs romains et italiques était affectée ailleurs, à des tâches de garnison par exemple. Il est difficile cependant de penser que le noyau de troupes italiennes ait pu être largement minoritaire, sachant que les Carthaginois alignaient alors 60.000 hommes et que les Romains ont remporté la victoire en dépit de leur infériorité numérique. Une telle disproportion (de un à cinq) est sans doute exagérée, et il est préférable d’imaginer que Tite-Live évite de mentionner les renforts locaux pour rehausser l’éclat du succès romain.

20 D’une manière générale, il semble que peu de légions atteignaient leur effectif complet en 215. Voir P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 419 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 43 pour 212-211.

21 Polybe, VIII, 1, 4.

22 C’est du moins ce que suggèrent les récits des opérations dans la vallée du Guadalquivir entre 214 et 212 : Gnaeus commanda ainsi la légion détachée au secours d’Iliturgi en 214 (Tite-Live, XXIV, 41, 9). On a vu au chapitre précédent que l’historicité de cette poussée vers le sud n’était pas impensable. Concernant l’emploi de troupes navales dans des opérations terrestres, s’il n’en est jamais explicitement question dans le cas de Cn. et P. Scipion, la pratique est en revanche attestée fin 211 (Tite-Live, XXVI, 17, 3) et pour 208 (Tite-Live, XXVII, 17, 6-7).

23 Tite-Live, XXV, 32, 7-8.

24 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 87.

25 Tite-Live, XXV, 3, 3-6.

26 En effet, Gnaeus combattait depuis 218 sous les auspices de son frère, en vertu d’une délégation, tout à fait régulière de l’imperium. L’allusion à deux prouinciae (Tite-Live, XXV, 3, 6) et la mention de Gnaeus comme imperatoraprès 212 (Tite-Live, XXV, 32, 1 ; 26, 2, 5 ; 27, 4, 6) conduisent en général à penser que la situation a été modifiée à partir de cette date, comme le pense J. S. Richardson, Hispaniae, p. 41, ou bien dès 217, comme l’affirmeT. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 155. R. Develin, « The Roman Command Structure in Spain », p. 356, estime même que l’imperium confié alors à Gnaeus fut consulaire, comme celui de son frère. Cette hypothèse est néanmoins rejetée par T. C. Brennan.

27 Tite-Live, XXV, 32, 2-3 : tempus esse id iam agi ut bellum in Hispania finiretur et satis ad id uirium credebant accessisse uiginti milia Celtiberorum ea hieme ad arma excita (« il était temps désormais d’agir de façon à terminer la guerre en Espagne et ils croyaient s’être procuré des renforts suffisants pour cela avec les vingt mille Celtibères qu’on avait amenés à prendre les armes cet hiver là », trad. F. Nicolet-Croizat, CUF).

28 Néanmoins, la mention qu’il s’agissait de la première fois qu’une armée romaine recrutait ainsi des mercenaires laisse supposer que cette initiative inédite représentait la seule solution au problème numérique des Scipions (Tite-Live, Per., XXIV, 9).

29 Tite-Live, XXV, 32, 7-8 : ita inter se diuiserunt ut P. Cornelius duas partes exercitus Romanorum sociorumque aduersus Magonem duceret atque Hasdrubalem, Cn. Cornelius cum tertia parte ueteris exercitus Celtiberis adiunctis cum Hasdrubale Barcino bellum gereret.

30 Tite-Live, XXV, 33, 1.

31 Tite-Live, XXV, 33, 5 ; voir aussi Tite-Live, XXV, 36, 12 : pauci a multis.

32 Tite-Live, XXVI, 18, 2.

33 Tite-Live, XXVII, 36, 12.

34 E. Badian, Publicans and Sinners, p. 21, n. 29.

35 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 653, n. 1.

36 Polybe, X, 6, 7 et 9, 6 ; Tite-Live, XXVI, 42, 1. On sait cependant par Tite-Live, XXVI, 41, 2, que Scipion avait recruté 5.000 auxiliaires indigènes. Leur inclusion éventuelle dans le total précédent a donné lieu à de nombreuses discussions. G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 455, n. 21, les en écarte ; H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 66, n. 2, les accepte car il remet en cause l’ampleur du contingent apporté par Gaius Nero ; J. F. Lazenby, Hannibal’sWar, p. 135, n. 27, croit à un oubli de Polybe et pense qu’il faut additionner ces 5.000 hommes aux troupes de Silanus, car leur présence lors du siège de Carthagène n’est pas évoquée.

37 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 671. Ce résultat est obtenu en supposant égal le nombre de Romains et d’alliés. Scipion aurait eu alors sous ses ordres des légions d’une taille nominale ordinaire de 4.200 fantassins et 200 cavaliers romains, mais d’une taille réelle inférieure, ce qui n’était pas anormal. L’auteur n’écarte pas toutefois la possibilité qu’en raison des défections des alliés en Italie, le nombre de socii ait pu être moindre, ce qui rapprocherait le chiffre des légionnaires romains du total théorique.

38 Tite-Live, XXVI, 19, 10.

39 Tite-Live, XXVI, 19, 10.

40 Tite-Live, XXVI, 17, 1.

41 Il est accepté par G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 455, et P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, p. 75 ; en revanche, U. Kahrstedt, Geschichte der Karthager, t. III, pp. 290 et 499, suivi par H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 53, n. 4, le corrige radicalement en 5.000 ou 6.000, sous prétexte que les 31.000 hommes de Scipion en 209 regroupaient non seulement les 11.000 nouvelles troupes de 210, mais aussi les 5.000 auxiliaires levés en début de campagne ; de cette façon, les effectifs de Nero ne pouvaient donc dépasser selon eux 15.000 hommes, y compris les survivants du désastre de 211. Encore une fois, ces calculs sont trop stricts, car, non seulement ils postulent l’inclusion des auxiliaires indigènes dans le total de 209, ce qui n’est pas certain on l’a vu, mais en outre ils ne tiennent compte ni des pertes, ni du fait que Tite-Live, XXVI, 17, 3 précise que Nero a augmenté ses effectifs en armant les soldats de sa flotte.

42 Appien, Ib., 17. J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 132, constate que le chiffre de 300 cavaliers donné par Tite-Live s’applique à une légion et il s’appuie sur l’information donnée par Appien pour proposer que Nero ait en fait emmené 4.000 citoyens et 6.000 alliés.

43 Tite-Live, XXVI, 17, 1.

44 Tite-Live, XXVI, 18, 2, affirme en effet que la préoccupation accrue du sénat pour les affaires d’Espagne avait été permise par la reprise de Capoue. Or le départ de Nero, l’un des généraux responsables du siège, a eu lieu après cette victoire.

45 Tite-Live, XXV, 37, 4.

46 Différentes estimations ont été proposées : 9.000 selon G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), p. 449, et J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 131 ; 9 ou 10.000 selon U. Kahrstedt, Geschichte der Karthager, t. III, p. 290, et H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 66, n. 2 ; 10.000 pour J. M. Blázquez Martínez et Á. Montenegro Duque, Historia de España, t. II (1), p. 24 ; enfin, « not farshort of two-legion strength » pour A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 68.

47 H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 53, estime ainsi que la grandevictoire de Marcius relatée en Tite-Live, XXV, 37, 11-15 et XXV, 39, 11, est « an annalistic fiction designed to compensate forthe loss of the two Scipios » ; de même, J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 131, n’y accorde aucun crédit.

48 Eutrope, III, 14, 2, tout en évoquant la mort des Scipions, affirme ainsi que l’armée était demeurée à peu près intacte (exercitus tamen integer mansit) ; de même, souvent mentionné par Valère-Maxime, l’épisode n’est pas toujours clairement associé à la destruction entière des deux armées (Valère-Maxime, I, 6, 2 ; II, 7, 15a ; VIII, 15, 11).

49 C’est ce que suggère Tite-Live, XXV, 37, 4, qui rappelle qu’outre le rassemblement des fuyards, Marcius put réunir une armée en retirant certains soldats de leurs garnisons (de praesidiis deductis).

50 Même sans rejeter entièrement, comme le fait H. H. Scullard, Scipio Africanus. Soldier and Politician, p. 38, la réalité de l’offensive lancée par Nero contre Hasdrubal, le peu d’activité de ce général est un indice suffisant de la fragilité numérique de son armée, en dépit du renfort amené d’Italie.

51 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 420.

52 Sa stratégie reposait sur la nécessité d’affronter successivement les trois armées carthaginoises (Polybe, X, 7, 6 ; Tite-Live, XXVI, 41, 20-22) ; durant l’hiver 209-208, il incorpora tous les équipages de sa flotte à son armée de terre (Polybe, X, 35, 5 ; Tite-Live, XXVII, 17, 6-7) ; sa politique de prestige était destinée à lui apporter des renforts indigènes (Polybe, X, 38, 5 ; Tite-Live, XXVII, 17) ; en 206, sans ses auxiliaires, il aurait encore été dépassé par le nombre de l’adversaire (Polybe, XI, 20, 6 ; Tite-Live, XXVIII, 13, 1 ; Appien, Ib., 26).

53 Tite-Live, XXVII, 38, 11 : Magni roboris auxilia ex Hispania quoque a P. Scipione M. Liuio missa quidam ad id bellum auctores sunt, octo milia Hispanorum Gallorumque et duo milia de legione militum, equitum mille octingentos mixtos Numidas Hispanosque. (« Selon certains auteurs, Scipion avait lui aussi envoyé d’Espagne à M. Livius pour cette guerre des renforts très solides : huit mille Espagnols et Gaulois, environ deux mille fantassins pris dans une légion et mille huit cents cavaliers, Numides et Espagnols mélangés », trad. P. Jal, CUF). Cette information importante est en général négligée. Elle rappelle cependant que, malgré l’accent mis sur la péninsule Ibérique à partir de 210, l’Italie restait toujours, depuis l’arrivée d’Hannibal, la priorité absolue dans la conduite de la guerre.

54 Polybe, XI, 33, 8 ; Tite-Live, XXVIII, 38, 1.

55 T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 160, estime que Lentulus et Acidinus disposaient seulement à l’origine d’un imperium prétorien, qui fut ensuite changé en imperium consulaire, sans doute en 204.

56 C’est du moins ce qu’affirme Polybe, XI, 33, 8. Récemment, G. Zecchini, « Scipione in Spagna », pp. 100-101, a toutefois contesté cette version. En s’appuyant sur la tradition de Dion Cassius, transmise par Zonaras, IX, ii, il estime que Scipion, en conflit avec le Sénat, n’est rentré en Italie qu’après l’arrivée de ses successeurs.

57 Tite-Live, XXIX, 1, 21 ; Appien, Ib., 38. Curieusement, P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, p. 83, estime pourtant que « nous n’apprenons nulle part que Scipion ait ramené deux légions avec lui » et en déduit que « les quatre légions qui servaient dans cette province depuis 210 y furent maintenues ».

58 T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 163, explique d’ailleurs ainsi le choix de la prorogation répétée des priuati cum imperio entre 205et 197 : « … the Senate had all too few experienced generals to spare in the Second Punic War : Spain was far off and, after207, not a major military theater ».

59 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 34, admet ainsi deux légions seulement, pour la période entre 206 et 200.

60 Tite-Live, XXIX, 2, 2.

61 Tite-Live, XXX, 41, 4-5.

62 G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), pp. 632-633 ; il est suivi par P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 661, qui va même plus loin en suggérant que cette légion disparaît ensuite dès 200 pour laisser place à des contingents de socii. Une telle hypothèse paraît toutefois peu probable (voir infra, p. 97).

63 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 34 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 50, n. 1 ; J. S. Richardson, Hispaniae, p. 69.

64 Tite-Live, XXXI, 20, 1.

65 Tite-Live, XXXII, 7, 4.

66 Victoire de Cethegus in agro sedetano en 200 (Tite-Live, XXXI, 49, 7) ; ouatio de Cn. Cornelius Blasio (Tite-Live, XXXIII, 27, 1 ; Fastes : IIt., XIII, 1, p. 552 ; butin de L. Stertinius (Tite-Live, XXXIII, 27, 4).

67 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 70.

68 Ibid., p. 69 : « It is not likely that he was left with no soldiers whatsoever after Cethegus’arrival, presumably in 201. »

69 Tite-Live, XXXII, 7, 4. L’intercession du tribun ne constituait pas une condamnation de la conduite d’Acidinus, mais une protestation devant la concession de ce type de récompense à un général sine magistratu, situation institutionnelle qui fut la norme jusqu’en 197. Voir J. S. Richardson, Hispaniae, p. 71 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 161.

70 Tite-Live, XXXII, 28, 11 : praetoribus in Hispanias octona milia peditum socium ac nominis Latini data et quadringeni equites ut dimitterent ueterem ex Hispaniis militem.

71 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 66 : « Jeder Praetor brachte ein Heervon 8000 pedites und 400 equites mit sich, lauter Bundesgenossen » ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 661 : « Troops certainly remained in Spain ; in 197 it was decided to discharge them and replace them with 8,400 allies in each province » ; R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 62, n. 3 : « The new praetors of 197 were instructed to withdraw all veterans and to hold the Spanish provinces with two forces of allies, each 8000/400 strong » ; J. S. Richardson, Hispaniae, p. 78 : « Each praetortook with him 8,000 allied infantry and 400 cavalry so that they might send back the troops serving there. »

72 Sur le retrait progressif de toute troupe citoyenne entre 200 et 197 : R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 62 ; sur l’idée d’une armée d’Espagne entièrement composée de socii pour la même période : A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 130 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 661.

73 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 421, a ainsi bien mis en évidence que l’augmentation du ratio de socii dans les armées romaines après 202 pouvait s’expliquer par le résultat temporaire de la punition de certains alliés.

74 C’est le cas également en Gaule, en Sicile et en Sardaigne (Tite-Live, XXXI, 8, 7-10). Contrairement à ce qu’affirme J. S. Richardson, Hispaniae, p. 78, la composition des troupes de 197 ne s’explique donc pas par des problèmes de recrutement.

75 Tite-Live, XXX, 21, 3-4, atteste ainsi la remise au sénat, par des envoyés de Sagonte, d’agents carthaginois capturés alors qu’ils se trouvaient dans la péninsule Ibérique pour y recruter des soldats.

76 Tite-Live, XXXIII, 26, 3-4.

77 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 35-36, numérote ces nouvelles légions XV et XVI pour les différencier des précédentes, qu’il appelle I et II.

78 Tite-Live, XXXIII, 43, 7-8 : Ap. Claudio, praeter legionem quam Q. Fabius habuerat, duo milia peditum et ducentos equites nouos ut scriberet permissum. Par numerus peditum equitumque nouorum et P. Manlio in citeriorem Hispaniam decretus et legio eadem quae fuerat sub Q. Minucio praetore data.

79 L’ampleur de cette défaite est malaisée à évaluer. Certainement exagérée par Orose, IV, 20, 10 qui parle de la destruction de toute l’armée, elle avait dû néanmoins affaiblir notablement les forces romaines : Tite-Live, XXXIII, 26, 5, outre la mort du préteur lui-même, évoque celle de beaucoup d’hommes de haut rang (multos illustres uiros), tandis que Tite-Live, Per., XXXIII, 5, affirme que l’armée romaine a été écrasée.

80 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 67, croit que cela était le cas des socii : pour lui, les 4.300 socii soit remplaçaient les cohortes alliées de 197, soit devaient compenser leurs pertes. Il tranche en faveur de la seconde possibilité.

81 Tite-Live, XXXIII, 25, 10.

82 Tite-Live, XXXIII, 43, 3. A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 36, pense que ces deux légions n’étaient pas issues de nouvelles levées, mais correspondaient à celles ayant combattu en Gaule auparavant.

83 Tite-Live, XXXIV, 13, 8.

84 Tite-Live, XXXIII, 43, 2.

85 G. V. Sumner, « Notes on provinciae in Spain », p. 127, qui se fonde sur Tite-Live, XXXIV, 19, 11, pense que Caton avait autorité sur l’ensemble des quatre légions ; R. C. Knapp, « Cato in Spain », p. 23, préfère penser que Caton « was only posted to Citerior ». C’est aussi ce que pense T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 166.

86 Tite-Live, XXXIV, 17, 1.

87 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 86. Mais cette hypothèse l’oblige à supposer une erreur de Tite-Live, 33, 43, 5, pour démontrer que Manlius avait obtenu en fait l’Ultérieure et non la Citérieure en 195.

88 C’est la suggestion séduisante de R. C. Knapp, « Cato in Spain », p. 24, n. 13 : il remarque que Tite-Live, XXXIV, 17, 1, ne mentionne que les ueteres milites parmi les troupes que Manlius hérita de Nero. Par conséquent, il en déduit que ce dernier n’a conservé, pour veiller sur l’Ultérieure, que le supplementum avec lequel il était arrivé de Rome (Tite-Live, XXXIII, 43, 7).

89 Tite-Live, XXXIV, 43, 4.

90 Tite-Live, XXXIII, 43, 5, précise que la fonction de Manlius était de seconder le consul ; de même, après les combats en Turdétanie, Caton régla la solde des troupes du préteur (Tite-Live, XXXIV, 19, 11), ce qui confirme cette subordination. Sur cet aspect du problème, voir T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 166, qui estime que Manlius disposait seulement d’un imperium prétorien.

91 Sur le maintien des deux armées prétoriennes de 195 : A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 37.

92 Plusieurs passages deTite-Live mentionnent explicitement le fait : Tite-Live, XXXVII, 2, 12 ; 50, 13 ; XXXVIII, 36, 1. Sur leur fiabilité, voir A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 37-40 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 661.

93 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 40-41.

94 Tite-Live, XXXIX, 38, 10-12.

95 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 41. En effet, ni l’année 188 où sont attestées explicitement deux légions et qui constitue pour cette raison le terminus post quem proposé par l’auteur, ni l’année 186 dont la disposition des troupes donnée par Tite-Live ne mentionne aucune levée supplémentaire pour l’Espagne, ne peuvent convenir. À titre de confimation, il croit pouvoir inférer de Tite-Live, XXXIX, 31, 6-7, qu’en 185 il y avait déjà quatre légions en Hispania.

96 Tite-Live, XXXIX, 20, 3.

97 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 47.

98 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, p. 61 ; R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 2, n. 2 et p. 14 (où il préfère cependant 185/184) ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 661 ; J. S. Richardson, Hispaniae, p. 99.

99 P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 661-662, souligne en particulier que, pour les années 171-168 durant lesquelles un préteur unique est attesté pour les deux provinces en raison de la guerre de Macédoine, il est hautement improbable qu’il ait gardé avec lui quatre légions ; il est suivi par J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 103 et 105.

100 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 54-57, et tableau récapitulatif p. 57. L’auteur propose également des variantes en fonction de chaque province et montre que la proportion de supplementa est toujours plus forte pour la Citérieure.

101 Ibid., p. 55 : « Die durchschnittlichen supplementa waren jedoch ungefähr so gross wie die während der Periode 186-172 abgeschickten Ersatzmannschaften. »

102 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662, fonde ses réflexions sur des chiffres légèrement différents de ceux d’A. Afzelius, car il ne prend pas en compte les cavaliers et suit une périodisation en trois phases. D’après lui, entre 196 et 189, Rome a ainsi envoyé, selon Tite-Live, 14.000 fantassins romains, soit 1.660 par an (830 par légion) ; entre 187 et 179, ce total est passé à 23.200, soit 2.580 par an (645parlégion) ; entre 178 et 168, période pour laquelle les données sont plus fragmentaires, il parvient à un total de 26.200, soit 2.620 par an (650 par légion, s’il y en a quatre, 1.300 s’il n’yen a que deux, comme le pense l’auteur).

103 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662. Voir aussi infra, pp. 157-165.

104 Ibid., p. 663.

105 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », pp. 87-94.

106 L’agitation signalée par Acidinus et Atinius (Tite-Live, XXXIX, 7, 6) ne pouvait constituer un motif suffisant. R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 89, fait également valoir qu’il est peu vraisemblable que de nouvelles légions aient pu être envoyées en Hispania sans que cela corresponde à un changement de gouverneur. Or, les nouveaux préteurs n’arrivent qu’en 186, année pour laquelle A. Afzelius lui-même reconnait que les sources ne permettent pas de conclure à l’envoi de deux légions supplémentaires.

107 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 90.

108 Tite-Live, XXXIX, 31, 6-7. R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 88, n. 8, compare ce passage à Tite-Live, XL, 32, 4-5 qui fait état d’une legio V et d’une legio VII en Citérieure en 181. A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 41, fait référence aux deux passages (contrairement à ce que prétend R. C. Knapp), mais ne relève pas la contradiction avec son hypothèse selon laquelle le préteur de Citérieure commandait les légions V et VII et celui d’Ultérieure les légions VI et VIII. On ne peut que souscrire à la conclusion de R. C. Knapp qui rejette ce type d’argument fondé sur une désignation numérique dont le fonctionnement nous échappe largement. Même scepticisme de P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 447, sur l’utilisation pouvant être faite de la numérotation des légions, d’une manière générale, pour l’époque républicaine.

109 Tite-Live, XXXIX, 30, 12.

110 Tite-Live, XXXIX, 31, 4-5 : Vbi post quam laborare aciem Calpurnius praetoruidit, T. Quinctilium Varum et L. Juuentium Talnam legatos ad singulas legiones adhortandas propere mittit ; docere et monere iubet in illis spem omnem uincendi et retinendae Hispaniae esse. (« Ayant constaté que la ligne était en difficulté, le préteur Calpurnius envoie en toute hâte les légats T. Quinctilius Varus et L. Iuventius Thalna redonner courage chacun à l’une des deux légions ; il leur ordonne de rappeler instamment aux soldats que tout espoir de vaincre et de conserver l’Espagne repose sur eux », trad. A. -M. Adam, CUF).

111 Tite-Live, XXXIX, 30, 1. Le texte dit primo uere ex hibernis copias eductas mais ne dit mot d’éventuelles troupes romaines laissées en arrière. Au contraire, la jonction des deux armées implique davantage le souci des préteurs de mettre le maximum d’atouts de leur côté. Ils ont donc certainement employé toutes leurs forces disponibles.

112 Tite-Live, XXXIX, 30, 7 : praetores interim Romani omne id tempus contrahendis ex ciuitatibus sociis Hispanorum auxiliis et reficiendis ab terrore aduersae pugnae militum animis consumpserunt. Ubi satis placuere uires et iam miles quoque ad delendam priorem ignominiam hostem poscebat, profecti duodecim milia passuum ab Tago flumine posuerunt castra.

113 Tite-Live, XL, 32, 7.

114 Tite-Live, XL, 1, 1.

115 Tite-Live, XL, 1, 5.

116 Tite-Live, XL, 1, 4.

117 Tite-Live, XXXIX, 56, 1 et XL, 1, 4. On apprend du reste sa mort un peu plus tard en XL, 2, 5.

118 Fulvius, comme Gracchus après lui, possédait l’imperium pro consule, comme tous les gouverneurs prétoriens d’Espagne. Selon T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 160, le rang de pro consule n’impliquait pas nécessairement le commandement d’une armée consulaire de deux légions. Soulignons cependant qu’il rendait néanmoins un tel commandement possible en cas de besoin. On sait depuis A. von Domaszewski, Die Rangordnung derrömischen Heeres, p. 175, n. 5, que cet imperium était nécessaire pour commander deux légions ou plus. Le statut des généraux en Hispania prévoyait donc cette possibilité, en cas d’indisponibilité d’un consul. C’est ce qui se passe, semble-t-il, de 182 à 178. À ce sujet, voir les remarques de R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 13.

119 Tite-Live, XL, 1, 5.

120 Tite-Live, XL, 1, 7.

121 Tite-Live, XL, 18, 6.

122 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 90 : « the second legion was never sent from Rome ».

123 Tite-Live, XL, 32, 4-5.

124 Tite-Live, XL, 16, 10.

125 Tite-Live, XL, 1, 4.

126 Tite-Live, XL, 16, 8.

127 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 60 ; il est suivi par : R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 3, n. 2 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 674 ; N. Rosenstein, Rome at War, p. 109, n. 5.

128 Armée de Scipion en Afrique en 204 (Tite-Live, XXIX, 24, 14) ; armée de Macédoine en 171 (Tite-Live, XLII, 31, 2 ; XLIII, 12, 4 ; XLIV, 21, 8).

129 En 182 et 181 en Ligurie : Tite-Live, XL, 1, 5 et 18, 5 ; en 184 et 180 en Espagne (Tite-Live, XXXIX, 38, 11 et XL, 36, 8) ; en 169 en Macédoine, Ligurie et Espagne (Tite-Live, XLIII, 12, 5).

130 Festus, De uerborum significatu, 453 L : sex milium et ducentorum hominum primus Gaius Marius legionem conscripsit cum antea quattuor milium fuisset unde etiam quadrata appellabatur.

131 Ce passage à 6.200 hommes a été largement admis par la plupart des historiens : J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 150 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 415 ; M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 60 (§ 106) ; M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 422. Certains refusent toutefois qu’il puisse s’agir d’une innovation marienne : J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 26 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 674 ; G. R. Watson, The Roman Soldier, p. 22.

132 En effet, rien ne prouve qu’entre 184 et 180, les légions de Citérieure étaient restées à ce niveau. Au contraire, Tite-Live, XL, 36, 10, affirme qu’en 180, les deux armées de Citérieure, après intégration des recrues (supplemento adducto), ne devaient pas dépasser l’effectif total de 10.400 fantassins et 600 cavaliers romains ainsi que 12.000 fantassins et 600 cavaliers alliés. Sachant que Gracchus apportait avec lui une légion de 5.200 fantassins romains, il est tout à fait possible que les deux légions précédentes aient été plafonnées à 8.000 légionnaires : cela laissait encore une marge de plus de 3.000 hommes à licencier en 180.

133 Salluste, Iug., LXXXIV, 2 et 4 ; Tite-Live, XL, 26, 8-9.

134 Ce point de vue est notamment admis par A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 51. Cet auteur se démarque ici d’A. Afzelius qu’il suit par ailleurs : « It there fore looks as if the strength of a legion during this period was not invariably the same. » En particulier, il souligne un point qui nous paraît essentiel : rien ne permet d’affirmer que les mentions de légions renforcées pourraient s’appliquer en dehors des années concernées : (p. 50) « … there is no record of this enhanced strength having been invariably maintained in all legions raised there after ». Voir aussi Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 135, selon qui il n’y avait « aucune règle légale quant à l’importance des effectifs ; elle est par définition variable et ne dépend que des circonstances ».

135 Sur ce point, tout le monde est d’accord pour reconnaître que l’effectif réel différait sans doute très fréquemment de l’effectif théorique (compris comme le montant standard ou comme le décret du sénat). Voir P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 688-689 ; G. V. Sumner, « The legion and the centuriate organization », p. 67 ; J. Roth, « The Size and Organisation of the Roman Imperial Legion », p. 347 ; M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 425 ; G. R. Watson, The Roman Soldier, p. 22.

136 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 90. Inversement, il est difficile d’accorder moins d’une légion au préteur d’Ultérieure, puisque P. Manlius est réputé avoir mené quelques combats victorieux contre des Lusitaniens fin 181 ou début 180 (Tite-Live, XL, 34, 1).

137 Tite-Live, XLI, 9, 3. Sur l’interprétation en ce sens de ce passage curieux, voir R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 91, et P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662.

138 Cette prudence nécessaire en la matière est illustrée a contrario par les limites que présente une tentative récente pour calculer précisément les effectifs romains envoyés en péninsule Ibérique lors des guerres celtibéro-lusitaniennes : J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133a. de C. », pp. 9-32. L’auteur conclut étrangement (p. 18) à un total de 213.700 combattants romano-italiques dont 125.000 pour la Citérieure et 88.000 pour l’Ultérieure (sic). Dans les deux cas, il évalue les pertes romaines à plus de 60 %. Son approche souffre cependant d’une lecture souvent approximative des sources. Sur le plan méthodologique, les limites évidentes de ce travail sont identiques à celles de tous les essais précédents pour parvenir à comptabiliser le nombre exact de soldats, plutôt que celui des légions. On trouvera une autre version de cet article, en deux parties, dans le nº 18 (1994) de la revue Hispania Antiqua : Id., « Ensayo demográfico correspondiente a los años 153-133 (guerra celtibérica) », pp. 91-104, et « Ensayo demográfico correspondiente a los años 155-136 (guerra lusitánica) », pp. 105-118.

139 Appien, Ib., 56 ; H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 13, n. 6, a proposé d’interpréter ce passage d’Appien comme une opération combinée des préteurs d’Ultérieure et de Citérieure contre les Lusitaniens. Il est préférable, avec J. S. Richardson, Hispaniae, p. 185, de penser qu’Appien livre un bilan de la situation à l’arrivée de Mummius et que le chiffre de 6.000 constitue le total des pertes des deux préteurs.

140 Appien, Ib., 56. Récemment, T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », pp. 56-59, a proposé de remonter toute la chronologie et de dater plutôt le gouvernement de Mummius de 155-154. Pour cet auteur, les fastes d’Ultérieure doivent être reconstitués ainsi : M’Manilius (157), L. Calpurnius Piso (156), L. Mummius (155-154), M. Atilius Serranus (153). En ce qui concerne l’effectif de la nouvelle armée de Mummius évoquée par Appien, J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133a. de C. », p. 10, le fixe à 6.000 hommes, parce qu’il pense que cette armée compensait exactement les pertes de Manilius et de Piso. Ce faisant, il ne tient pas compte du fait que ces pertes incluaient des troupes auxiliaires qui n’étaient évidemment pas remplacées par des troupes venues d’Italie.

141 Ce point est justement mis en évidence par J. S. Richardson, Hispaniae, p. 133.

142 Appien, Ib., 56, précise en effet que Caisaros lui tua 9.000 hommes et ajoute en Ib., 57, qu’il restait au préteur 5.000 hommes avec lesquels il prit sa revanche. Un peu après, Appien affirme que, opposé à une autre bande, commandée cette fois par un certain Caucainos, Mummius le poursuivit jusqu’en Afrique avec 9.000 fantassins et 500 cavaliers. L’imprécision de l’information ne permet pas de déterminer si le préteur disposait d’une réserve (auquel cas il aurait pu avoir initialement sous ses ordres environ 18.000 hommes) ou bien si ses renforts provenaient de levées indigènes. Dans tous les cas, le total, qui incluait probablement un minimum d’auxiliaires, correspondait assurément à une seule légion. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 18, suggère ainsi une légion de 5.000 fantassins et 300 cavaliers romains, augmentée de 5.000 fantassins et 900 cavaliers alliés, ainsi que de 2.800 auxiliaires (voir aussi A. Schulten, Numantia III, p. 40). J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133 a. de C. », p. 10, évalue les survivants de la première défaite de Mummius à 6.000, sans tenir compte d’Appien, Ib., 57 ; T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », p. 58 suggère que Mummius avait apporté deuxlégions avec lui, mais sans donner d’arguments à l’appui de cette affirmation.

143 A. Schulten, Numantia III, p. 40, admet que l’armée d’Ultérieure se montait en général aux 14.000 hommes mentionnés dans le cas de Mummius. Pour cette raison, il estime que les 7.000 tués de l’armée de Galba en 150 (Appien, Ib., 58) correspondaient à la moitié de l’effectif total. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 57, suggère poursa part que Galba n’avait peut-être pas concentré toutes ses troupes légionnaires pour cette offensive. Assurément, la limite de ce type de calculs tient, encore une fois, à la proportion de recrues auxiliaires, qui est impossible à déterminer. L’absence de prise en compte de ce problème amène également J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133 a. de C. », p. 10, à proposer arbitrairement la perte de 10.000 hommes pour Galba, en utilisant comme argument l’affirmation erronée selon laquelle Vetilius amena un effectif équivalent depuis Rome en 146.

144 Appien, Ib., 61 ; J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 185-187, place pour sa part le commandement de Vetilius en 146.

145 Appien, Ib., 63.

146 Appien, Ib., 64.

147 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 77, estime pour sa part que l’armée de Vetilius puis celle de Plautius correspondaient bien à « ein prätorisches Heer » ; même opinion chez T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », p. 61.

148 Appien, Ib., 65.

149 Il est intéressant de noter que, sur son effectif, Plautius est censé avoir perdu au moins 4.000 hommes (Appien, Ib., 64). Peut-être les 5.000 fantassins supplémentaires de Fabius étaient ils en partie chargés de compenser ces pertes. Par conséquent, H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 98, ainsi que P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 664, et J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133 a. de C. », p. 14, s’étonnent sans raison de voir associés seulement 17.000 hommes pour deux légions. P. A. Brunt suppose qu’Appien confond le renfort avec le total des troupes. Une telle supposition est inutile puisque le récit d’Appien ne laisse aucun doute quant au processus qui conduisit à la formation de l’armée consulaire. Le texte permet aussi d’écarter l’explication incorrecte de J. M. Solana selon laquelle la guerre en Afrique et en Macédoine avait empêché de recruter un nombre suffisant de soldats pour l’Espagne : Appien dit en effet explicitement l’inverse, précisant bien que seuls les ueteres milites de ces guerres s’étaient vus dispensés d’aller combattre en Hispania.

150 Appien, Ib., 45.

151 Soit deux légions de 5.000 citoyens et 300 cavaliers, auxquels il faut rajouter peut-être le double de socii. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 18, n. 16, suivant A. Schulten, Numantia I, p. 334, estime que ces 30.000 hommes se décomposaient ainsi : 10.000 légionnaires avec 600 cavaliers romains, accompagnés de seulement 10.000 fantassins et 1.800 cavaliers alliés. À ces 22.400 hommes, il ajoute donc environ 8.000 auxiliaires hispaniques. P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 663, pense également que le total de 30.000 comprend les auxiliaires, si bien qu’il faut selon lui imaginer effectivement un nombre d’alliés italiens inférieur dans une proportion de un à deux. Ces calculs demeurent toutefois très hypothétiques dans leur détail. Il est vrai qu’Appien n’a pas l’habitude de faire soigneusement la différence entre les différentes catégories de troupes. Mais on peut aussi imaginer que les légions de Nobilior comptaient seulement entre 4.000 et 5.000 fantassins romains, car la norme de 5.000/5.200 est seulement, on l’a vu, une convention admise par les historiens modernes.

152 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, pp. 31-32 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 174.

153 Appien, Ib., 48.

154 Nobilior aurait ainsi perdu 6.000 citoyens romains (Appien, Ib., 45) puis 4.000 hommes (Appien, Ib., 46) et enfin « de lourdes pertes » (Appien, Ib., 47). Il faut également rajouter la perte dans une embuscade d’un détachement romain commandé par un certain Biesus (Appien, Ib., 47). Hormis la première mention, les deux suivantes sont trop vagues pour espérer parvenir à une estimation. Celle-ci est pourtant tentée par A. Schulten, Numantia I, p. 334 : il pense que Nobilior a remis 12.000 hommes à Marcellus. Il est clair que c’est seulement la taille du supplementum de Marcellus qui fonde ce raisonnement. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 32, doute en revanche que ce supplementum compensait forcément en entier les pertes de Nobilior. Il admet pourtant avec A. Schulten que le recrutement d’auxiliaires avait pu porter l’effectif de Marcellus à 23.000 hommes environ. La proposition de J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133 a. de C. », p. 11, d’évaluer à 3.000 hommes les pertes de Appien, Ib., 47, repose sur une simple soustraction entre le total attribué à Marcellus et son supplementum. Elle manque par conséquent de rigueur.

155 Appien, Ib., 49 ; Polybe, XXXV, 3, 6.

156 Appien, Ib., 76.

157 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 78 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 663. Le mandat de Nigidius est restitué à partir d’un passage du De uiris illustribus : Viriathus […] imperatorem Claudium Unimanum dein C. Nigidium oppressit (LXXI, 1). Sur la succession des magistrats entre 155 et 133, voir J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 184-191, et, pour une vue différente, T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », pp. 47-76, qui estime (p. 65) que Nigidius n’a jamais gouverné l’Hispania Ulterior et qu’il s’agissait en fait d’un légat de Q. Fabius Maximus Aemilianus en 145. Pour cet auteur, l’Ultérieure est gouvernée en 144 par C. Laelius non pas en tant que préteur mais ex praetura.

158 T. C. Brennan, « Notes on praetors in Spain », p. 72.

159 Appien, Ib., 66 et 76 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 177 : « … the Senate may have thought that, even in times of major fighting, commanders of consular rank were desirable but not strictly necessary for the Spains ».

160 Sur les problèmes posés par la restitution des fastes de cette année-là, A. E. Astin, « The Roman Commander in Hispania Ulterior in 142 BC », pp. 245-254.

161 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 184 ; pour une explication politique (et non militaire) de cette évolution, voir T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, pp. 177-178.

162 Appien, Ib., 67. En comptant les socii, il donne un total de 18.000 fantassins et 1.600 cavaliers. Il est probable que l’on se trouve ici dans le même cas de figure que pour son frère Fabius Maximus Æmilianus trois ans plus tôt. Voir supra, p. 111.

163 Appien, Ib., 76. Pour la signification de tels chiffres, voir supra, p. 111, le cas de Fulvius Nobilior et de Metellus.

164 Appien, Ib., 70.

165 H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 194, estime que Brutus est resté prorogé après 135 ; il est suivi par J. S. Richardson, Hispaniae, p. 184, et T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 180 ; contra, P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 429, qui croit à une réduction à une seule légion à partir de cette date.

166 Plutarque, Tib. Grac., V, 6, et De vir. ill., LIX, 3 : 20.000 ; Tite-Live, Per., LV, 9 : 30.000. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 148, n. 16, soutient avec raison que le chiffre de 40.000 donné par Florus, I, 34 (= II, 18) et Orose, V, 7, 3, concerne en fait le total des forces romaines impliquées dans l’ensemble de la guerre numantine. Dans ce cas, il nous semble alors que ce montant ne peut correspondre qu’aux seuls citoyens. En revanche, P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 663 (qui accepte à tort le maximum de 40.000 pour l’armée de Mancinus), estime que le chiffre supérieur exprime le total des forces, auxiliaires compris, alors que le plus bas ne compte que les Romains et les Italiens. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 178, préfère penser que l’armée de Mancinus comptait 30.000 hommes, dont 20.000 italiques (Romains et socii). J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133 a. de C. », p. 15, admet quant à lui sans discussion le chiffre donné par Florus comme le montant de l’armée de Metellus puis de Pompeius.

167 Appien, Ib., 84 : le sénat avait en effet jugé que les effectifs déjà présents en Citérieure étaient suffisants, ce qui incite à relativiser les pertes de Mancinus. A. Schulten, Numantia III, pp. 38-42, propose d’évaluer le reliquat de l’armée de Mancinus de cette manière : 7.000 Romains, 8.000 socii et 5.000 auxiliaires. En tenant compte des volontaires italiques amenés par Scipion, on considère donc en général que les deux tiers des 60.000 hommes qu’Appien, Ib., 92, prête à l’armée de celui-ci lors du siège de Numance se composaient d’auxiliaires. Voir H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 179. Cette évaluation, autour de 20.000 hommes, est vraisemblable. Il faut en revanche absolument rejeter le calcul de J. M. Solana Sáinz, « Ensayo demográfico de los años 155/133 a. de C. », p. 17 : écartant le chiffre donné par Appien, jugé par lui exagéré, cet auteur préfère admettre 25 à 30.000 hommes, auxiliaires compris.

168 D. Wilsdorf, Fasti Hispaniarum Provinciarum ; A. Schulten, FHA, IV, pp. 141-159 ; T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, t. I et II, sub annis ; J. S. Richardson, Hispaniae, appendices II et III ; L. A. García Moreno (dir.), Hispani Tumultuantes ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, pp. 498-500.

169 C. Marius est réputé avoir nettoyé sa province des bandits (Plutarque, Marius, VI, 2), soit en 114 si l’on accepte l’information du moraliste selon laquelle il a gouverné l’Ultérieure ex praetura (T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, t. I, p. 535 ; J. Van Ooteghem, Caius Marius, p. 90 ; F. García Morá et M. Pérez Medina, « Roma y la provincia Hispania Ulterior, I : C. Mario praetor », p. 190 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 498), soit en 115 si l’on préfère penser qu’il y est allé pendant sa préture même (L. A. García Moreno (dir.), Hispani Tumultuantes, pp. 41-42) ; Q. Servilius Caepio triompha en 107 sur les Lusitaniens en Ultérieure (Valère-Maxime, VI, 9, 13 ; Eutrope, IV, 27, 5 ; Inscr. It., XIII, 1, 85 et 562) ; L. Calpurnius Piso Frugi fut défait en revanche par d’autres Lusitaniens à une date incertaine (112 pour A. Schulten, FHA, IV, p. 145 ; 105 pour L. A. García Moreno, « Reflexiones de un historiador sobre el bronce de Alcántara », p. 250) ; Servius Galba lui succéda vraisemblablement (Appien, Ib., 99) ; Obsequens, 42, 44a et 46 fait état d’opérations contre les Lusitaniens en 105, 101 et 99 ; parmi elles, on peut sans doute compter les victoires de M. Marius en 102 (Appien, Ib., 99) et de L. Cornelius Dolabella qui triompha des Lusitaniens en 98 (Inscr. It., XIII, 1, 85). Le bronze d’Alcántara nous fait également connaître l’activité de L. Caesius en 104.

170 Ne sont formellement attestés, par des milliaires, que M. Sergius et Q. Fabius Labeo (CIL, II, 4, 956 ; CIL, II, 4, 924 et 925) ; la préture ou propréture de C. Coelius Caldus en 100 ou 99 n’est que probable et repose seulement sur un denier de L. Coelius Caldus daté de 54 (RRC, n° 437, 2a). La mention HIS sur un uexillum, portée sur l’avers, est parfois interprétée comme une référence à l’Espagne et l’emblème d’un sanglier comme une référence à la Citérieure (Clunia ?) : A. Schulten, FHA, IV, p. 149 ; T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, t. II, p. 3 n. 2 ; L. Villaronga, Numismática antigua de Hispania, p. 11. M. H. Crawford préfère cependant, à juste titre, mettre le sanglier en relation avec la victoire de Caldus sur les Salluuii de Gaule, attestée par ailleurs (RRC, t. I, p. 459).

171 Strabon, III, 5, 1. A. Schulten, FHA, IV, pp. 142-144. Voir aussi M. G. Morgan, « The Roman Conquest of the Balearic Isles », p. 226 : selon lui, le prolongement du mandat de Metellus en 122 comme son retour tardif à Rome, en 121 seulement, ne peuvent s’expliquer que si le consul avait eu, en plus de la petite affaire des Baléares, à régler les affaires de Citérieure. Dernièrement, R. Zucca, Insulae Baliares, pp. 95 et 135-136, a admis le rattachement des Baléares à la Citérieure en 123. En revanche, E. García Riaza et M. L. Sánchez León, Roma y la municipalización de las Baleares, p. 29, n’évoquent que le rattachement des îles à la Citérieure après la fin des opérations. Voir aussi Id., « La municipalització de les Balears », p. 118, moins précis encore sur ce point.

172 M. G. Morgan, « The Roman Conquest of the Balearic Isles », p. 226, n. 43. Cette solution permit, selon lui, à Metellus de contourner les problèmes de recrutement à Rome. L’argument n’est guère convaincant.

173 Tite-Live, Per., LXI ; Florus, I, 43 (= III, 8) ; Orose, V, 13, 1. La question n’est ainsi abordée, ni par J. Van Ooteghem, Les Caecilii Metelli de la République, pp. 87-92, ni par T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, t. I, pp. 512-513 ; J. S. Richardson, Hispaniae, p. 157, exprime quant à lui ses doutes. La thèse du gouvernement de Citérieure a été rejetée par H. B. Mattingly, « Roman Pollentia. Coinage and History », pp. 245-246, sur la base de critères archéologiques : il a ainsi proposé de rabaisser la déduction des colons dont parle Strabon aux lendemains de la guerre sertorienne. Metellus Balearicus n’aurait, quant à lui, fondé qu’un simple castellum sur les deux sites. Le manque de précision des chronologies établies à partir de la seule céramique fragilise cependant cette hypothèse qui est critiquée pour cette raison par M. A. Marín Díaz, Emigración, colonización y municipalización en la Hispania Republicana, p. 141. Dernièrement, T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 181, a préféré laisser la question en suspens, sans rejeter toutefois la possibilité que la Citérieure ait été la prouincia de Metellus en 123-122.

174 On peut remarquer que la propréture (ἀντιστϱάτηγος) de Q. Fabius Maximus en 123, spécifiquement attestée par Plutarque, C. Gracchus, VI, 2, est attribuée à l’Ultérieure seulement parce qu’on admet habituellement la présence de Metellus en Citérieure. Pour sa part, A. Schulten, FHA, IV, p. 141, place Fabius en Citérieure mais en 124. Il préfère en effet, avec raison, dater son mandat de sa préture cette année-là. Cette solution ne résoud donc pas le problème des Baléares. T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 180, n’exclut pas que Fabius ait pu être à la tête des deux provinces.

175 Ces besoins pouvaient d’ailleurs tenir en partie à des questions de politique intérieure. À propos de la combinaison systématique d’un consul et d’un consul prorogé durant cette période pour gouverner les Hispaniae, T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 177, fait ainsi remarquer : « this regular (though admittedly temporary) system of strictly alternating commands may have been partly intended to depoliticize the process of deciding which Spanish commander was to be superseded in a given year ».

176 Sur Didius : Tite-Live, Per. LXX ; Plutarque, Sert., III, 5 ; Appien, Ib., 99 et 100 ; Frontin, Strat., II, 10, 2 ; CIL, I2, 1, 177. Obsequens, 47 et 48, au sujet des opérations menées en 98 et 97, y fait probablement allusion. Parfois relié à ces campagnes ibériques, Frontin, Strat., I, 8, 5, fait plutôt référence aux opérations menées par Didius contre les Scordisques lors de sa préture de Macédoine en 101 et pour lesquelles il reçut le triomphe l’année suivante, comme l’a montré L. A. García Moreno (dir.), Hispani Tumultuantes, p. 103. Sur Valerius Flaccus : Appien, Ib., 100 et IIt., XIII, 1, 563. La mention de son nom sur le bronze de Contrebia atteste sa présence en Citérieure en 87. Voir G. Fatás Cabeza, Contrebia Belaisca, pp. 111-123 ; E. Badian, « Notes on Provincial Governors », pp. 88-96, qui pense qu’il a gouverné en péninsule Ibérique jusqu’en 81 ; dernièrement, T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 502, se contente d’admettre un gouvernement de Flaccus au moins jusqu’en 87.

177 Strabon, III, 5, 11 ; Plutarque, Quaest. Rom., 83 ; Asconius, p. 13 S ; Inscr. It., XIII, 1, 85 et 563.

178 Appien, Ib., 100, et IIt., XIII, 1, 85.

179 Obsequens, 51. Cette mention figure pour l’année 94, mais les historiens modernes choisissent en général de la rabaisser à l’année suivante, au motif que le triomphe de Crassus n’est pas enregistré avant 93. Voir J. S. Richardson, Hispaniae, p. 159. Nous n’avons aucun moyen de savoir jusqu’à quand ce préteur est demeuré en Ultérieure. C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 89, admet que Nasica y reste tout au long des années 80. En revanche, T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 502, estime que Nasica ne fut qu’un legatus de Didius ou, plus vraisemblablement, de Crassus. Selon lui les deux provinces sont gouvernées par C. Valerius Flaccus dès 93.

180 La durée particulière des prorogations de cette époque peut s’expliquer notamment par le manque de magistrats disponibles : T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, pp. 500-501.

181 Ce point capital a été très bien mis en valeur par J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 158-159.

182 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 435, restitue trois légions maximum en Espagne en 90. On peut effectivement admettre que, dans l’hypothèse où la province d’Ultérieure aurait reçu un gouverneur distinct de celui de la Citérieure à partir de 93, il n’a pu s’agir que d’un préteur. En effet, à partir du début de la Guerre sociale, l’activité des consuls se limita à l’Italie.

183 Cependant, il est impossible de suivre P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 438, quand il affirme que la présence de la turma Salluitana lors du siège d’Asculum en 89 témoigne du rapatriement des légions d’Espagne destiné à assurer cette victoire décisive. L’envoi de ces auxiliaires en Italie, sans doute levés par le gouverneur de Citérieure C. Valerius Flaccus, était indépendant de l’affectation des armées romaines stationnées dans la Péninsule. En revanche, il est probable que Pompeius Strabo n’avait pas recruté ces cavaliers hispaniques exclusivement parmi la clientèle que sa famille entretenait peut-être dans la vallée de l’Èbre : voir à ce sujet L. Amela Valverde, « La turma Salluitana y su relación con la clientela pompeyana », pp. 86-87.

184 La prise en main de la Transalpine par Flaccus est attestée par Cicéron, Pro Quinct., VI, 24 et VII, 28, au moins à partir de 83 : voir Ch. Ebel, Transalpine Gaul, pp. 94-95. A. Schulten, FHA, IV, p. 168, croit que l’Ultérieure était gouvernée en 82 par un préteur qu’il identifie à M. Fonteius ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 41, pense au contraire que l’autorité de Flaccus s’étendait à l’Ultérieure et que son légat y était peut-être Fonteius. Selon nous, Appien, BC, I, 89, mentionnant au printemps 82 l’envoi de cavaliers celtibères par les « généraux qui commandaient en Ibérie », n’implique pas que ces στρατηγοί aient été autre chose que des légats de Flaccus. Ainsi, rien ne permet de suivre A. Schulten, FHA, IV, p. 159, qui en fait deux préteurs. On sait seulement par Appien, BC, I, 108, qu’il y avait deux responsables dans les provinces hispaniques à l’arrivée de Sertorius. T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 503, suggère toutefois, sans totalement convaincre, qu’il pouvait s’agir de préteurs envoyés par les Marianistes avant 83, et qui seraient passés du côté syllanien dans le courant de l’année 82.

185 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470.

186 Plutarque, Sert., 5-6. Le fait a été justement souligné par P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 40. On considère généralement que les montagnes en question sont les Pyrénées : A. Schulten, Sertorio, pp. 60-61 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 41 ; F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 23 ; Chr. Rico, Pyrénées romaines, p. 129 ; G. Fatás Cabeza, « ¿A quién engañó Sertorio cuando cruzó el Pirineo ? », pp. 235-238. Toutefois, C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 87, n’écarte pas a priori l’hypothèse qu’il pourrait plutôt s’agir des Alpes.

187 Appien, BC, I, 108. Objection de C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 89 et 102 : selon lui, ce passage se rapporterait plutôt au retour d’Afrique de Sertorius.

188 P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 41, pense ainsi que Sertorius avait au moins une légion : il en voit la preuve dans le fait que le gouvernement marianiste lui avait enjoint de s’occuper des affaires de Transalpine au cours de son voyage, ce que cet auteur n’estime pas vraisemblable si Sertorius n’avait pas eu avec lui « a sizable force » ; accord de F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 17, qui estime que Sertorius a quitté l’Italie avec « un ejército pretorial completo ».

189 Plutarque, Sert., VII, 1 et 4.

190 Trouvée en Péninsule : P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470 ; apportée depuis Rome : P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 40, n. 2.

191 Plutarque, Sert., XII, 2.

192 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470 ; A. Schulten, Sertorio, p. 76, considère également que l’effectif de 80 est le reliquat de celui avec lequel Sertorius est passé en Maurétanie l’année précédente, mais renouvelé par l’inclusion des troupes de Pacciaecus.

193 Plutarque, Sert., XII, 2.

194 On rejoint là un débat ancien : Th. Mommsen admettait l’inclusion des 700 Lybiens dans le total (Th. Mommsen, Histoire romaine, t. II, p. 21) ; en revanche, A. Schulten, Sertorio, pp. 76-77, préférait interpréter le texte comme renvoyant à une troupe de 3.300 hommes. Il a été suivi par la plupart des modernes : J. Carcopino, Jules César, p. 21 ; E. Gabba, Esercito e società, p. 301 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 57.

195 B. Scardigli, « A proposito di due passi su Sertorio », pp. 174-181, a notamment proposé d’interpréter cet adjectif comme soulignant l’hétérogénéité du contingent mauritanien. Elle est suivie par F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 57. Cette interprétation ne paraît guère convaincante. C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 126, a d’ailleurs relevé les limites de l’argument philologique fondant cette hypothèse.

196 Cette traduction du passage nous paraît la meilleure dans la mesure où, grammaticalement, l’emploi de dée après un terme a valeur d’opposition.

197 C’est aussi la conclusion à laquelle parvient C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 126. Par ailleurs, deux études récentes sont revenues sur les troupes africaines elles-mêmes : F. Chaves Tristán, E. García Vargas et E. Ferrer Albelda, « Sertorio : de África a Hispania », pp. 1474-1478, s’appuient sur la présence de monnaies de Zilil (Maurétanie) et de Saldae (Numidie) dans la région de Vejer de la Frontera, dans la province de Cadix, pour en déduire l’origine des auxiliaires sertoriens ; L. Callegarin, « Considérations sur le périple sertorien dans la zone du détroit de Gibraltar (81-78 av. J.-C.) », pp. 20-21, suggère quant à lui que Sertorius aurait pu emmener ces contingents indigènes en Hispania dans le but, surtout, de se garantir la fidélité de ses alliés libyens.

198 Les tribulations de Sertorius l’avaient amené à subir de nombreuses pertes comme à enrôler des soldats de différentes provenances (Plutarque, Sert., VII, 4 et IX, 5). Il est probable qu’à son retour, au printemps 80, la composition de ses troupes avait connu un renouvellement important par rapport à la fin 81. Cependant, certains des soldats romains initiaux avaient pu être remplacés par d’autres Romains, car il n’est pas sûr que l’armée de Pacciaecus, intégrée à celle de Sertorius après sa défaite, n’ait pas compté en son sein des citoyens. Voir à ce propos infra, p. 624. Il faut toutefois éviter de prêter sur ce point à Plutarque une trop grande précision technique, comme le rappelle justement C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 125-126.

199 Appien, BC, I, 108 ; en revanche, Plutarque, Sert., XV, 1, est moins affirmatif.

200 Contrairement à ce qu’affirme A. Schulten, Sertorio, p. 65.

201 Plutarque, Sert., VII, 3.

202 Cette ligne pourrait être l’Èbre. F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 32-33, défend également cette idée, mais cherche inutilement à préciser davantage. Il s’appuie sur Salluste, Hist., I, 96 M = I, 84 MG, qui spécifie que Salinator est tué lors de la marche (in agmine), pour supposer des mouvements de troupes, reflétant peut-être une confrontation entre les deux armées, ou partie d’entre elles. Bien que le fragment de Salluste soit très peu contextualisé, cette hypothèse est acceptable. Le même texte a, du reste, servi de support à R. Syme, « Missing Senators », pp. 58-59, pour démontrer que Calpurnius n’était pas un membre de l’armée de Livius, comme le pensait A. Schulten, Sertorio, p. 65, sur la foi du terme δολοφονήσαντος employé par Plutarque, Sert., VII, 3, mais un officier d’Annius engagé dans une opération tactique. Désaccord de C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 101. En revanche, on suivra plus difficilement F. García Morá dans son interprétation, lorsqu’il utilise en complément Salluste, Hist., I, 97 M = I, 86 MG, qui fait état d’un petit nombre de soldats occupant un défilé (paucos saltum insidentis). De façon exagérée, il veut y voir la preuve que l’armée de Livius s’était repliée « en otra región montañosa, más al sur » et propose « los macizos montañosos que la Cordillera Costero Catalana ofrece (Montseny y Monserrat) ». Les quelques mots de Salluste nous semblent trop vagues pour soutenir un point de vue aussi précis. Ils peuvent aussi bien suggérer qu’une partie des 6.000 hommes n’a pas pris la fuite devant Annius ou alors se rapporter à un moment antérieur à l’arrivée de celui-ci. Plus radicalement, C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 101, estime du reste que rien n’autorise à mettre ce fragment en relation avec l’épisode de Salinator.

203 C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 102, ne se prononce pas à ce sujet : « Whether these were remnants of Salinato’s corps […] or additional forces […] cannot be established. »

204 A. Schulten, Sertorio, p. 64, n. 227 ; l’auteur compte cependant les levées indigènes dans ce total ; une démarche similaire pousse F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 17, à évaluer sur cette base l’armée prétorienne transportée d’Italie par Sertorius à 9.000 hommes. Il est clair qu’une telle estimation ne correspond à rien et résulte seulement de la comparaison entre l’effectif attendu d’une armée prétorienne et les chiffres donnés par Plutarque.

205 Plutarque, Sert., VI, 7. Voir infra, pp. 623-624.

206 A. Schulten, Sertorio, p. 64, admet cette équivalence sans postuler que tous les soldats de Livius étaient des Romains ; C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 99 : « probably one legion ». Par ailleurs, cette théorie suppose que la légion post-marienne ait été fixée autour de 6.000 hommes, ce qui n’est pas certain. Voir pp. 107 et 131.

207 Le fait n’est connu que par le témoignage d’Exuperantius, VII, dont la chronologie est très mal établie, Sur cette question, voir B. Scardigli, « Sertorio. Problemi cronologici », p. 239. Pour sa part, F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 371-374, bien que reconnaissant deux phases dans ces levées, relie trop rapidement la seconde au départ pour la Péninsule ; il est préférable de suivre P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 470 : cet auteur a raison d’insister sur le fait qu’à ce moment-là « men could not be spared from the war with Sulla » ; A. Schulten, Sertorio, p. 58, estime aussi que les troupes levées en Étrurie ont été laissées à Rome.

208 A. Schulten, Sertorio, pp. 59 et 61 ; J. Strisino, « Sulla and Scipio “not to be Trusted” ? », pp. 33-40 ; T. P. Hillman, « The Serpent under the Flower », pp. 85-115.

209 Appien, BC, I, 108. Une ambiguïté subsiste toutefois. Selon C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 89, cette mention serait une erreur d’Appien, qui transpose à l’arrivée de Sertorius en 83, des événements survenus en réalité à son retour dans la Péninsule en 80.

210 T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 519, admet que la pratique de gouverner par l’intermédiaire de legati n’est pas entièrement une innovation de l’année 55 : « C. Valerius Flaccus (cos. 93) must have allowed his subordinates a good deal of independence during his long tenure (a dozen ormore years) in the two Spains and Gaul. »

211 P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 41.

212 Sur la volonté que conserva le chef marianiste de se présenter toujours comme investi d’une autorité légale, voir : P. Treves, « Sertorio », pp. 127-147 ; E. Gabba, Esercito e società, pp. 328-330. En revanche, Sertorius avait-il été officiellement chargé de la Citérieure (A. Schulten, Sertorio, p. 62) ou bien des deux provinces (C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 88-89) ? T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, pp. 502-503, ne tranche pas.

213 Salluste, Hist., I, 108 M. L’hypothèse de deux légions est le plus couramment accepté : P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 57 ; F. García Morá, « Algunos aspectos del conflicto sertoriano en tierras béticas », p. 67 ; C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 223.

214 Salluste, Hist, I, 136 M = I, 100 MG ; Eutrope, VI, 12. A. Schulten, Sertorio, p. 88 (il suggère 20.000 hommes) ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 65 ; C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 223.

215 Plutarque, Sert., VII, 3, évoque en effet une grande armée (ὑπεϱβαλὼν Ἄννιος ἐπῄει χειϱὶ μεγάλη τοὺς ἐμποδὼν ἀνιστάς). P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471, fait remarquer à juste titre que les 5.000 fantassins qu’Annius opposa à Sertorius un peu plus tard (Plutarque, Sert., VII, 6) ne peuvent représenter la totalité de ses effectifs. En revanche, A. Schulten, Sertorio, p. 66, fournit selon nous une estimation trop haute lorsqu’il évoque arbitrairement 20.000 hommes. De même, C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 101, qui admet « three or four legions » pour Annius.

216 Salluste, Hist., I, 122 M ; Tite-Live, Per., XC ; Plutarque, Sert., XII, 5 ; Orose, V, 23, 4. Il faut tenir compte du fait que Domitius a dû être remplacé par le préteur de 79, Q. Calidius, dont le commandement en Espagne est mentionné uniquement par le Pseudo-Asconius. Voir M. Salinas de Frías, El gobierno de las provincias hispanas durante la República romana, p. 101 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 506.

217 La taille de l’armée du lieutenant de Sertorius fait l’objet de débats pour 79-78 : P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 69, estime qu’il commandait l’essentiel des forces sertoriennes, faute de quoi sa victoire contre les deux légions de Domitius lui paraît difficilement concevable, tandis que F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 110, croit pouvoir démontrer au contraire qu’il n’avait que quelques cohortes, sa supériorité sur le général syllanien s’expliquant par l’embuscade et la ruse. Il ne paraît guère possible de trancher. Le seul point sur lequel s’accordent nos sources les plus explicites (Eutrope, VI, 12, et Salluste, Hist., I, 100 MG) est la destruction de l’armée de Domitius qui offrit ensuite la suprématie à Hirtuleius dans la région. C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 223, suggère qu’une partie de l’armée vaincue a pu être intégrée dans les forces sertoriennes. Cette hypothèse paraît plausible : cela aurait contribué à affaiblir davantage l’armée de Citérieure.

218 Appien, Ib., 101.

219 Salluste, Hist., II, 28 M = III, 32 GM, qui évoque à cette occasion un tremblement de terre. Le fragment se rapporte selon B. Maurenbrecher à l’hiver 77/76, mais son seul argument est la contemporanéité d’un tremblement de terre en Italie. P. McGushin s’appuie sur Tite-Live, Per., XCIII, pour préférer dater cet hivernage de 74/73 : voir Salluste, The Histories, t. II, p. 85.

220 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 : il estime en effet inconcevable que Metellus ait eu moins de légions que Manlius en Gaule.

221 Dans le même esprit, C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 224, préfère aussi cinq légions, car c’est le total dont disposaient à la même époque C. Scribonius Curio en Macédoine (Frontin, Strat., IV, 1, 43) et L. Licinius Lucullus contre Mithridate (Appien, Mithr., 72).

222 Orose, V, 23, 9.

223 A. Schulten, Sertorio, p. 128 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 ; F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 192 ; P. O. Spann, « M. Perperna and Pompey’s Spanish Expedition », p. 51 ; C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », pp. 224-225.

224 Les deux événements n’ont guère été éloignés dans le temps, si l’on en croit Appien, mais la chronologie précise est très mal établie. Contrairement à la chronologie traditionnelle qui fait entrer Pompée en Espagne à la fin de l’année 77 et retarde la rencontre devant Lauro à l’année 76, C. F. Konrad, « A New Chronology of the Sertorian War », pp. 182-183, place la bataille en septembre/octobre 77, immédiatement après le passage de Pompée en Citérieure, qu’il date de l’été 77 ; toutefois cette reconstitution a été rejetée, avec de bons arguments, par T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, pp. 511-514, qui estime que Pompée n’est arrivé dans sa province qu’au printemps 76 et que la bataille eut lieu ensuite « before too long », mais après des opérations dans le nord-est (en Lacétanie et contre les Indigètes).

225 En effet, Orose ne revient pas pour elles-mêmes sur les conditions dans lesquelles Pompée avait été envoyé en Citérieure. Il souligne simplement qu’aux yeux de Sertorius, la confiance placée en Pompée (envoyé non pro consule sed pro consulibus ) ne faisait que rehausser encore l’éclat de sa victoire cette journée-là. Immédiatement après, Orose rapporte les chiffres donnés par Galba pour les forces de Pompée, puis pour celles de Sertorius. Il nous paraît évident que chacune des informations est donnée dans la perspective de la bataille de Lauro. On conviendra cependant avec P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 91, qu’il n’est pas impossible que le chiffre élevé prêté à Sertorius se rapporte à l’ensemble de ses forces en 76 et non uniquement à celles engagées à Lauro (contra A. Schulten, Sertorio, p. 130).

226 Appien, BC, I, 111. En particulier, Pompée perdit une légion quasi entière à la bataille de Lauro dès 76 (Frontin, Strat., II, 5, 31). De son côte, Metellus avait perdu dès 79 son légat Thorius, peut être massacré lui aussi avec une légion entière (Plutarque, Sert., XII, 4 ; Florus, II, 10, 7 = III, 22, 7). À cela, il faut évidemment ajouter les pertes de moindre envergure cumulées entre 79 et 74.

227 Plutarque, Sert., XV, 5. L’authenticité de ces chiffres a parfois été mise en doute, notamment par T. Rice Holmes, The Roman Republic, p. 370, n. 9. Mais P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, pp. 86-87, a réfuté les principales objections de manière convaincante. P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471, accepte l’équivalence avec cinq légions environ. Sur ce point, voir en dernier lieu C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, pp. 149-150.

228 On ne saurait se risquer à une évaluation. Cependant, la volonté manifestée par Sertorius d’organiser ses troupes à la romaine ne permet pas d’exclure qu’il ait formé une légion « nationale » avec ses effectifs italiques, d’autant plus qu’il n’avait pas besoin de l’équivalent d’une légion complète pour cela. Cette réserve vaut également pour les cinq légions de Perpenna, si bien qu’il nous semble hasardeux de suivre A. Schulten, Sertorio, p. 106, qui, en se fondant sur Tite-Live, Per., XCI, admet pour elles 20.000 fantassins et 1.500 cavaliers, ou F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 170, qui les évalue à 20 ou 25.000 hommes. A. Schulten est suivi toutefois par C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 149.

229 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471. Ce faisant, cet auteur mélange en effet l’état de la répartition des légions par année et le décompte des envois successifs en péninsule Ibérique.

230 Les chiffres des pertes de Sertorius sont éloquents : 20.000 à Italica (Orose, V, 23, 10), 10.000 à Valentia (Plutarque, Pomp., XVIII, 5), 10.000 au Sucro (Orose, V, 23, 11), 8.000 minimum à Segontia (Appien, BC, I, 110). Bien entendu, il s’agit d’ordres de grandeur qu’il faut manier avec précaution.

231 Plutarque, Pomp., XVII, 3.

232 P. O. Spann, « M. Perperna and Pompey’s Spanish Expedition », p. 51, interprète en ce sens le faible délai de quarante jours écoulé entre la concession du commandement à Pompée et son arrivée en péninsule Ibérique, attesté par Salluste, Hist., II, 98, 4 M. Néanmoins, l’historien américain, qui continue à raisonner sur la base de cinq ou six légions à partir du texte d’Orose, pense que Pompée a donc quand même levé une légion supplémentaire dans ce laps de temps.

233 Bien sûr, cette estimation constitue seulement un minimum, étant donné l’ensemble des difficultés pesant sur notre information. On peut accepter une marge d’incertitude et admettre jusqu’à dix légions. Mais il semble aventureux d’aller très au-delà.

234 Plutarque, Sert., XII, 2.

235 Dans la suite du récit (Plutarque, Sert., XII, 3-4), il apparaît que les généraux en question sont Cotta, Fufidius, Domitius et Thorius. Cotta est l’amiral défait par Sertorius, près de Mellaria, immédiatement à son arrivée. Sur cet épisode, voir P. O. Spann, « C., L., or M. Cotta and the “Unspeakable” Fufidius », pp. 306-309, et C. F. Konrad, « Cotta of Mellaria and the Identities of Fufidius », pp. 119-129.

236 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471 ; A. Schulten, Sertorio, p. 87, considère aussi ce total comme exagéré pour la seule année 80, mais ne propose aucune interprétation alternative.

237 C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 224 ; voir aussi C. F. Konrad, Plutarch’s Sertorius, p. 127.

238 Ce total est assez proche de celui qu’on obtient en multipliant quatorze légions par 6.000 hommes, et un peu moins si on en comptabilise dix-sept. La proposition de C. F. Konrad consiste donc avant tout à suggérer une répartition chiffrée différente.

239 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 471, n’exclut pas que le chiffre de Plutarque ait inclu des auxiliaires, mais il ne donne aucun argument en faveur de cette idée, hormis la taille, excessive à ses yeux, du total donné.

240 Il est probable que le nombre des auxiliaires dut être plus élevé, si bien qu’il faut sans doute raisonner sur la base d’effectifs légionnaires plus réduits, ce qui correspond mieux à ce que semble être la pratique de l’époque.

241 G. Veith, « Die Römer », pp. 387-388, a attiré l’attention sur l’avantage de pouvoir disposer de huit légions de 3.600 hommes plutôt que de cinq légions de 6.000 hommes. Cette idée est reprise à juste titre par C. F. Konrad, « Plutarch on Roman Forces in the Sertorian War », p. 222, pour appuyer sa démonstration.

242 Salluste, Hist., IV, 49 M ; Appien, BC, I, 121.

243 L. Afranius a triomphé ex Hispania peut-être en 70 (A. Schulten, FHA, V, p. 3) et M. Puppius Piso Calpurnianus en 69 (Cicéron, In Pis., LXII) ; C. Antistius Vetus gouverna l’Ultérieure en 68 (Velleius Paterculus, II, 43, 4 et Suétone, Caes., VII) ; Cn. Calpurnius Piso la Citérieure (en tant que quaestor pro praetore) et P. Sittius Nucerinus l’Ultérieure en 65 (Salluste, Cat., XIX et XXI, 3 ; Cicéron, Pro Sulla, LVI). Le commandement d’Afranius et la date de son triomphe ont été réexaminés par C. F. Konrad, « Afranius Imperator », pp. 67-76, qui préfère dater le commandement provincial de 71-67 et le triomphe de 67. Plus récemment, Id., Plutarch’s Sertorius, p. 168, se montre toutefois moins affirmatif sur ce point. Sur la succession des préteurs dans les Hispaniae à partir de 71, voir désormais T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, pp. 514-518. Concernant Afranius, cet auteur doute qu’il ait détenu un commandement aussi long à cette période.

244 P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 471-472 ; suivi par M. A. Marín Díaz, Emigración, colonización y municipalización en la Hispania republicana, p. 180 ; M. Salinas de Frías, El gobierno de las provincias hispanas durante la República romana, p. 137 ; J. M. Roldán Hervás, « El elemento indígena en las guerras civiles en Hispania », p. 168.

245 Plutarque, Caes., XII, 1. A. von Domaszewski, « Die Heere der Bürgerkriege », p. 160, n. 5, affirme qu’il s’agit des légions VII et VIII, qui rejoindront ensuite César en Gaule en 58.

246 Dion Cassius, XXXIX, 54, 1-2. L. Amela Valverde, « La sublevación vaccea del año 56 a. C. », pp. 269-285.

247 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 472, n’exclut pas qu’il ait pu en avoir davantage, car il soutient (p. 454) qu’à la fin de la République, les consuls ou les magistrats de rang consulaire avaient régulièrement trois légions.

248 Plutarque, Pomp., LII, 3. Plus généralement, sur ce commandement de 55 : Tite-Live, Per., CV, 3 ; Plutarque, Cato min., XLIII, 1 ; Plutarque, Crass., XV, 7 ; Velleius Paterculus, II, 46, 2 ; Appien, BC, II, 18 ; Dion Cassius, XXXIX, 33, 2. Pour un état récent de la question, voir L. Amela Valverde, « Pompeyo Magno y el gobierno de Hispania en los años 55-50 », pp. 93-122.

249 J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 34.

250 Dion Cassius, XXXIX, 33, 2. Ainsi, Dion précise en XXXIX, 54, 1-2, que l’impuissance de Metellus était liée à son infériorité numérique. La chronologie n’est pas claire cependant : la retraite de Metellus évoquée par Dion précédait-elle le vote de la lex Trebonia ? Pour L. Amela Valverde, « La sublevación vaccea del año 56 a. C. », p. 281, cette question est secondaire, car il s’agirait d’un soulèvement délibérément provoqué par Metellus afin de créer un prétexte pour confier à Pompée le commandement extraordinaire en Hispania dont celui-ci avait besoin. Toutefois, cette hypothèse ne repose pas sur des fondements indiscutables.

251 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 472 ; J. M. Roldán Hervás, « El elemento indígena en las guerras civiles en Hispania », p. 170. Les quatre légions de Pompée en Espagne équivalaient au montant de celles officiellement octroyées à César par le plébiscite vatinien pour 58 (Appien, BC, II, 13 ; Plutarque, Pomp., XLVIII, 6 ; Caes., XIV, 6 ; Crass., XIV, 4 ; Cato min., XXXIII, 3 ; Velleius Paterculus, II, 44, 5 ; Suétone, Diu. Iul., XXII ; Dion Cassius, XXXVIII, 8, 5 ; Orose, VI, 7, 1).

252 Avec cette réserve que, comme pour le siècle précédent, on ne peut présupposer un traitement systématiquement égal de l’Ultérieure et de la Citérieure.

253 R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 15, pensait qu’après Sylla, tous les gouverneurs provinciaux détinrent l’imperium consulaire, quelle que fût l’armée qu’ils commandaient et quelle que fût la province ; voir aussi M. Ferreiro López, « La campaña militar de César en el año 61 », p. 363, n. 6. Sur les réformes de Sylla, voir F. Hinard, Sylla, p. 241.

254 L’existence même de dispositions syllaniennes privant l’imperium consulare de sa composante militaire pour la réserver aux promagistrats est aujourd’hui considérée comme une invention de l’historiographie : A. Giovannini, Consulare Imperium ; J. M. Roddaz, « Imperium », pp. 189-191 ; J. L. Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », pp. 101-154.

255 W. F. Jashemski, The Origins and History of the Proconsular and the Propraetorian Imperium, pp. 43-47 et 51-57 ; J. S. Richardson, Hispaniae, pp. 65-66 et 75-76. Ces travaux insistent sur le fait que dans les Fasti Triumphales, les généraux d’Espagne sont toujours mentionnés comme pro consule. On en a également confirmation par d’autres inscriptions : les milliaires de Q. Fabius Labeo et M’. Sergius, datables de la fin du IIe siècle, portent la mention procos., de même que les monnaies de C. Annius Luscus en 81. Sur ces problèmes, voir aussi M. Salinas de Frías, El gobierno de las provincias hispanas durante la República romana, pp. 37-40. Enfin, des balles de fronde trouvées dans la province de Huelva et portant l’inscription Q SERTORI PRO COS témoignent du souci de Sertorius lui-même d’afficher par là la dimension officielle de son autorité : G. Chic García, « Q. Sertorius, procónsul », p. 173. En dernier lieu, T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 160.

256 Toutefois, la raison principale tenait peut-être au prestige que conféraient les insigna du consul, lesquels permettaient au gouverneur d’asseoir son autorité vis-à-vis des peuples indigènes quel que soit son rang. Cette dimension symbolique et politique a été suggérée de façon ingénieuse par T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 160.

257 Sur le passage à 6.000 hommes à partir de Marius, voir supra, p. 107. Si elle a eu lieu, cette augmentation tenait donc à des raisons techniques, davantage qu’aux motifs qualitatifs défendus par M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 410 : cet auteur pense que le grossissement des effectifs devait compenser la médiocrité de l’entraînement du soldat prolétaire. Une telle analyse fait une place trop grande à une révolution sociale dont on ne s’accorde plus à reconnaître qu’elle fut la conséquence des mesures de 107.

258 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 447.

259 G. Veith, « Die Römer », pp. 387-388, affirme qu’à l’époque de César, on revint à un effectif plus modeste de 4.000 hommes ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 447, tout en supposant une taille nominale de 6.200 hommes à partir de Marius, croit qu’en règle générale les légions nouvellement levées ne dépassaient pas 5.000 hommes, tandis que les autres pouvaient descendre jusqu’à 4.000 ou moins ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 31, argue que la légion de 6.000 hommes sous Marius fut une réponse circonstancielle au péril cimbre, mais qu’en temps ordinaire elle demeurait autour de 4.000 ; G. R. Watson, The Roman Soldier, p. 22, privilégie aussi ce dernier montant. Il faut cependant tenir compte de l’objection de M. Rambaud, « Légion et armée romaines », p. 425, qui, en discutant de manière détaillée les effectifs de Pharsale, montre que les chiffres des guerres civiles reflètent un moment de crise et ne peuvent servir de fondement à aucune généralisation de type institutionnel.

260 Appien, BC, II, 24.

261 César, BC, I, 38, 2 et I, 39, 1 ; II, 18, 1 et II, 20, 4. L. Amela Valverde, « Efectivos del ejército pompeyano de Hispania (49-44 a. C.) », notamment pp. 21-28 ; Id., Las clientelas de Cneo Pompeyo Magno en Hispania, pp. 231-237.

262 Appien, BC, II, 37, 1 et I, 39, 2.

263 Bell. Alex., LIII, 5 ; César, BC, II, 21, 4. Deux d’entre elles étaient celles que Varron avait eues sous son commandement (Bell. Alex., LIII, 54et 57), les deux autres étant les légions XXI et XXX. Cassius leva en outre une nouvelle legio uernacula, portant ainsi son total à cinq (Bell. Alex., L, 3 et LIII, 5).

264 Dion Cassius, XLIII, 1, insiste toutefois lourdement sur l’absence de toute activité de Lépide en Citérieure, ironisant sur la célébration de son triomphe.

265 Licenciement des armées pompéiennes : César, BC, I, 86, 3 et I, 87, 5 ; Dion Cassius, XLI, 23, 1. Intervention de Lépide : Bell. Alex., LXIII, 1. Il est spécifié qu’il s’agissait bien de légionnaires et non d’auxiliaires : cum cohortibus legionariis XXXV. Les troupes non légionnaires sont mentionnées à part (magnoque numero equitu et reliquorum auxiliorum).

266 Dion Cassius, XLIII, 29, 3.

267 Dion Cassius, XLIII, 33, 1. Pedius aurait remplacé Lépide fin 47, tandis que Fabius n’avait été envoyé en Ultérieure qu’en septembre 46, après la nouvelle de l’expulsion de Trebonius.

268 Dion Cassius, XLIII, 31, 2.

269 La celeritas de César, qui mit 27 jours pour gagner Obulco, atteste ce contrôle de la Citérieure par les Césariens (Bell. Hisp., II, 1 ; Appien, BC, II, 103 ; Strabon, III, 4, 9 ; Suétone, Diu. Iul., LVI, 5 ; Orose, VI, 16, 16). Le ralentissement dont parlent les sources entre Sagonte et Obulco pourrait s’expliquer alors par la prise en charge d’un certain nombre de troupes cantonnées dans la région : ceci éclairerait la mention d’un déplacement avec une armée chargée que l’on considère généralement comme une erreur de la version d’Appien. Sur cette question, voir infra, pp. 425-427.

270 Bell. Hisp., II, 2 ; il est possible que Fabius soit arrivé de Rome avec une nouvelle légion : c’est ce que suggère, M. Ferreiro López, « Los legados de César en España », p. 410.

271 Bell. Hisp., XXX, 1. Mais sur le total des légions pompéiennes, seules quatre sont composées de citoyens (Bell. Hisp., VII, 4) ; si l’on en croit Cicéron, Fam., VI, 18, 2, il n’y aurait eu en fait que onze légions du côté pompéien à Munda. Les deux restantes étaient peut-être à Cordoue (Bell. Hisp., XXXIV, 2). Dans ce cas, Bell. Hisp., XXX, 1 se contenterait de reprendre le chiffre total de Bell. Hisp., VII, 4.

272 Bell. Hisp., XXXI, 4 précise qu’à Munda, les soldats de la legio X, qui combattent à l’aile droite, sont qualifiés de pauci ; une fois de plus, il convient donc de souligner le décalage entre effectifs théoriques et effectifs réels.

273 Même si elle est partagée par une grande partie de l’historiographie, cette analyse a néanmoins été le plus clairement formulée par R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 28 : « (Rome) had had standing armies of a sort in the Spains from the moment they became provinces ; but the difficulties she had in maintaining them made clear the impossibility of increasing her permanent commitments under the old system, and the attempt was not made ».

274 Polybe, VI, 19, 2-3 : Τῶν λοιπῶν τοὺς μὲν ἱππεῖς δέϰα, τοὺς δὲ πεζοὺς ἓξ ϰαὶ <δέϰα> δεῖ στϱατείας τελεῖν ϰατ’ ἀνάγϰην ἐν τοῖς τετταϱάϰοντα ϰαὶ ἓξ ἔτεσιν ἀπὸ γενεᾶς [...]. ὰν δέ ποτε ϰατεπείγῃ τὰ τῆς πεϱιστάσεως, όϕείλουσιν οἱ πεζοὶ στϱατεύειν εἴϰοσι στϱατείας ἐνιαυσίους.

275 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 698.

276 Suétone, Aug., XLIX, 2 ; Dion Cassius, LII, 27, 1 et LIV, 25, 5-6. Pour cette raison, l’émendation δεϰαέξ ou ἓξ ϰαὶ δέϰα a été majoritairement suivie, à raison, par les éditeurs modernes. Elle a néanmoins été critiquée par certains historiens, notamment E. Cavaignac, « Le texte de Polybe VI, 19, 2 et la durée du service militaire à Rome », pp. 76-80 qui a défendu la lecture ἓξ ej. Il est suivi par M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, pp. 193 (§ 412) et 205 (§ 439), pour qui six campagnes constituaient cependant seulement un minimum. Selon lui, lorsque le service fut compté non plus en campagnes mais en années, il fut alors fixé à seize ans. Cette tentative de conciliation des deux hypothèses n’est guère convaincante.

277 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 146 ; R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 4 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 399 ; Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 134 ; W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 44, n. 167 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 33.

278 J. Marquardt, De l’organisation militaire chez les Romains, p. 433 ; de même H. M. D. Parker, The Roman Legions, pp. 24-25, croit que la réforme marienne, à laquelle il attribue un impact institutionnel décisif, avait abouti à la formalisation d’un engagement de la recrue prolétaire pour vingt ans. Comme rien ne le confirme dans les sources, il est obligé de supposer immédiatement que le général victorieux n’hésitait pas à licencier ses soldats bien avant ce terme légal. L’absence de fondement d’un changement de nature du sacramentum traditionnel à cette époque a été démontrée par R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, pp. 31-33.

279 Un exemple souvent cité est celui des « Fimbriens », ces soldats emmenés enAsie parL. Valerius Flaccus en 86 et licenciés apparemment seulement vingt ans plus tard en 66 (Cicéron, De imp. Cn. Pomp., XXVI et LIV ; Plutarque, Lucullus, XXXIV ; Appien, Mithr., 59, 64 et 90). Mais en réalité, il semble qu’ils aient été licenciés une première fois, à une date inconnue, par Murena, qui en avait repris le commandement au retour de Sylla en Italie en 83 (Dion Cassius, XXXVI, 14, 3). Réengagés par Lucullus à son arrivée en Asie en 74, ils réclamèrent leur congé en 67 et l’obtinrent l’année suivante (Plutarque, Lucullus, VII, 1 et XXXIII, 5 ; Appien, Mithr., 72et 90 ; Salluste, Hist., V, 13 M ; Dion Cassius, XXXVI, 15, 3). Finalement, ils participèrent à la guerre contre Mithridate aux côtés de Pompée. La durée totale de leur maintien sous les armes n’est pas claire : elle est estimée à seize ans en 67 par R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 40, et à vingt ans par P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401, qui ne tient pas compte cependant des interruptions (ce qu’il fait en revanche dans Id., « The Army and the Land in the Roman Revolution », p. 268). Quoi qu’il en soit, il est peu vraisemblable d’envisager une longévité beaucoup plus grande. Or cet épisode est probablement très peu représentatif des pratiques normales de la République tardive, comme l’a fait remarquer J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 259. Par conséquent, la durée cumulée du temps de service devait être généralement inférieure.

280 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 79 (compte non tenu toutefois de ce qu’il considère comme des exceptions : legiones Cannenses, armées d’Espagne et de Sardaigne) ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 400.

281 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401 ; Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 134.

282 Tite-Live, XLII, 34, 1-15. Le texte transmet le discours prononcé par ce soldat devant le peuple en 171, à l’occasion de revendications formulées par d’anciens centurions désireux de conserver leur rang au moment d’être enrôlés pour la guerre de Macédoine. L’authenticité du discours est mise trop radicalement en question, selon nous, par A. K. Goldsworthy, Roman Warfare, p. 97. Cet auteur estime que la présentation du déroulement du service ressemble trop aux formulaires funéraires qui commencent précisément à se populariser parmi les militaires à l’époque où Tite-Live écrit. Ce n’est pas une raison suffisante pour douter de l’information donnée à cette occasion par l’historien augustéen.

283 Les inscriptions funéraires mentionnant des services militaires n’apparaissent qu’à une date très tardive, dans les dernières années de la République, au moment des guerres civiles. Encore ne livrent-elles que des informations extrêmement limitées : L. Keppie, « Military Service in the Late Republic », pp. 3-11.

284 Tite-Live, XLII, 34, 11. Le discours étant prononcé en 171, on considère parfois que la carrière militaire de Ligustinus s’est donc déroulée sur trente ans dont vingt-deux de service : R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 5, suivi par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 47. Cependant, le texte précise bien que l’incorporation de 171intervenait après une longue interruption, suite à l’accomplissement de la totalité de son obligation militaire. Du reste, il cesse d’énumérer ses campagnes après 178, soit bien vingt-deux ans après sa première incorporation en 200. La difficulté consiste donc à comprendre si la phrase de Tite-Live implique qu’il a servi continûment vingt-deux ans, comme l’historiographie l’admet unanimement (G. Veith, « Die Römer », p. 321 ; E. Dutoit, « Tite-Live 42, 34 : l’“exemplum” d’un soldat romain », p. 188 ; G. Perotti, « Sp. Ligustino “agente provocatore” del senato », pp. 89-90 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, pp. 433-436 ; J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 12, n. 8 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 395 ; M. J. C. Miller, The Professionalization of the Roman Army, pp. 145-146 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 53 ; P. Connolly, « The Roman Army in the Age of Polybius », p. 167 ; L. de Blois, « Army and Society in the Late Roman Republic », pp. 11-12), alors même que tout son récit démontre le contraire.

285 Ces problèmes ont été repris en détail ailleurs, dans un article dont on trouvera ici les principales conclusions : F. Cadiou, « À propos du service militaire dans l’armée romaine au IIe siècle av. J. -C. Le cas de Spurius Ligustinus », pp. 76-90. La structure du texte livien ne permet pas de douter que l’auteur comptabilise bien l’intégralité des campagnes effectuées par Ligustinus. Hormis sa première conscription qui se prolongea sur cinq ans (200-195) à l’occasion de la seconde guerre de Macédoine, le héros du récit est ensuite régulièrement licencié après des campagnes outre-mer qui n’excèdent pas en général une ou deux années (195-194 ; 191-190 ; 182 et/ou 181 ?-180 ; 179-178 ; et aussi deux stipendia quae annua merebant legiones). Manifestement, entre ces différentes campagnes, il y eut parfois de longs intervalles durant lesquels Ligustinus demeura chez lui.

286 Tite-Live, XLII, 34, 12. Ces vingt-deux années correspondent ainsi non à la totalité du service effectif de Ligustinus, mais à la période durant laquelle, en tant que iunior, il appartenait à la partie du populus susceptible d’effectuer un service actif. Cette interprétation se déduit de l’âge du personnage donné par Tite-Live : ayant dépassé cinquante ans en 171 (XLII, 34, 11), il a dû naître au plus tard vers 222. Par conséquent, en 178 il avait au minimum quarante-quatre ans, tandis qu’à sa première incorporation, en 200, il avait une vingtaine d’années.

287 Tite-Live, XLII, 34, 6 et 34, 8. Peut-être fut-il également volontaire en 179 si l’on tient compte du fait qu’il répondit à la requête du général (XLII, 34, 10 : a Ti. Graccho rogatus). En tout état de cause, son volontariat, minoritaire, intervenait à l’intérieur de son temps légal de service : il s’agissait simplement d’une alternative à la conscription.

288 E. Dutoit, « Tite-Live 42, 34 : l’“exemplum” d’un soldat romain », p. 186 ; J. -E. Bernard, Le portrait chez Tite-Live, pp. 98-99 et 212-213. Selon nous, l’exemplarité de Ligustinus que souligne Tite-Live ne tient pas à la spécificité particulière de son parcours militaire, ni même à sa valeur attestée par ses nombreuses récompenses (Tite-Live, XLII, 34, 11). Elle s’exprime surtout dans son affectation à se soumettre inconditionnellement à l’autorité de l’État (XLII, 34, 13). En ce sens, le vieux centurion est bien cet « agent » du sénat que voit en lui G. Perotti (G. Perotti, « Sp. Ligustino “agente provocatore” del senato », pp. 94-96).

289 Ainsi, les seuls stipendia que Ligustinus ne met pas en relation avec la victoire sur un ennemi sont, de manière révélatrice, ceux dont il spécifie la durée (quae annua merebant legiones).

290 Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 139 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, pp. 419-420.

291 M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 195 (§ 414) ; N. Rosenstein, Rome at War, p. 187. Sur la définition du tumultus, voir G. Urso, « Tumultus e guerra civile nel i secolo a. C. », pp. 123-139, et notamment pp. 124-126.

292 P. A. Brunt, « The Army and the Land in the Roman Revolution », p. 267 ; H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 417 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 33. Contra, R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, pp. 34-36, qui pense qu’à la fin de la République, seize années demeuraient encore la norme.

293 CIL, I2, 593 = ILS, 6085 = FIRA, I2, 13, p. 151 : (l. 89-93) : nisei quei eorum stipendia/equo in legione (tria) aut pedestria in legione (sex) fecerit, quae stipendia in castreis/inue prouincia maiore <m>/partem sui quoiusque anni fecerit, aut bina semestria, quae ei pro singuleis/ann<u>eis procedere oporteat […]/ aut ei uocat<i>o rei militaris legibus pl(ebei)ue sc(iteis) exue foidere erit, quocirca/eum inueitum merere non/oportat (« à moins qu’il ait servi trois campagnes comme cavalier dans une légion ou six comme fantassin dans une légion et qu’il ait effectué ces campagnes dans un camp ou une province durant la plus grande partie de ces années ou bien deux campagnes de six mois chaque année, ce qui peut être accepté à la place d’une année entière […] ou à moins qu’il bénéficie par loi ou plébiscite ou traité d’une exemption de service, en vertu de laquelle il n’est pas permis qu’il serve contre sa volonté ») ; voir E. Legras, La table latine d’Héraclée ; M. H. Crawford (éd.), Roman Statutes, t. I, pp. 355-391.

294 Plutarque, Tib. Grac., XVI, 1. L’existence d’un sénatus-consulte de 109 cherchant à abroger des lois antérieures relatives à une restriction du service militaire n’est connue que par le commentaire qu’Asconius nous a laissé d’un discours perdu de Cicéron, le Pro Cornelio, prononcé vraisemblablement en 65 pour défendre un tribun de la plèbe d’une accusation de maiestate (Asconius, 68 C). Sur la foi de ce témoignage, P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401, et J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 320, admettent l’authenticité de plusieurs textes législatifs visant à réduire l’obligation militaire évoquée par Polybe.

295 F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 19 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 80 ; P. A. Brunt, « The Army and the Land in the Roman Revolution », p. 267 ; Cl. Nicolet, Le métierde citoyen, pp. 153-154 ; L. Keppie, The Making of the Roman Army, p. 33.

296 M. Marín y Peña, Instituciones militares romanas, p. 195 (§ 414) ; Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 153. Voir en dernier lieu le modèle proposé par N. Rosenstein, Rome at War, pp. 82-88, qui suggère que la République veillait notamment à épargner les pères de famille, ce que permettait un âge au mariage tardif chez les hommes. Selon lui, passé l’âge de trente ans, les citoyens qui avaient fondé un nouveau foyer n’étaient plus mobilisés, ou bien très peu : « One cannot escape the impression that recruitment patterns intentionally minimized the contribution of men precisely at the point in theirlives when they were likely to marry and take on the responsibilities of supporting a family. »

297 Ce décalage entre les faits et la pratique peut sans doute expliquer les difficultés d’interprétation du témoignage polybien, sans supposer que l’historien grec rapporte un état de la loi déjà anachronique à l’époque où il écrit, vers le milieu du IIe siècle, comme le pense P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 399 ; cette vue a été critiquée à juste titre par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 44, n. 167. Sur la validité du témoignage de Polybe concernant la durée du service, voir les remarques de N. Rosenstein, Rome at War, pp. 189-190.

298 Ep. ad Caes., I, 8, 6 : Item ne, uti adhuc, militia iniusta aut inaequalis sit, cum alii triginta, pars nullum stipendium faciunt. (« Il faut également supprimer les injustices et les inégalités qui règnent dans le service militaire où les uns font trente années de campagne et certains pas une seule », trad. A. Ernout). Ce témoignage est à utiliser avec précaution. L’authenticité de ce document est très discutée et sa datation tardive (vers 46 ?) ne permet pas d’exclure qu’il fasse en grande partie référence à des anomalies consécutives au dérèglement du fonctionnement normal de la République. Selon toute vraisemblance, il ne saurait donc autoriser aucune généralisation quant à la période précédente, comme l’ont rappelé R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 50, n. 7, et J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 247, n. 27.

299 Dans ce cas, les lois votées à la fin du IIe siècle auraient peut-être tenté de légaliser la pratique sans y parvenir à long terme.

300 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401 ; J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 290 ; J. M Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano, p. 167.

301 F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. I, p. 698 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 79. Une position similaire est défendue par E. Cavaignac, « Les six ans de service et la guerre d’Espagne », pp. 169-177, pour qui la durée légale était bien fixée à six ans depuis le IIIe siècle, mais n’était souvent pas respectée, sauf dans le cas de la guerre d’Espagne, en raison de sa dureté.

302 R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, pp. 6 et 7, n. 4 ; A. E. Astin, Scipio Aemilianus, p. 169 ; M. J. C. Miller, The Professionalization of the Roman Army, pp. 126-128 ; N. Rosenstein, Rome at War, p. 189.

303 Cl. Nicolet, Le métierde citoyen, p. 153.

304 Tite-Live, XXXI, 49, 5 : Et de agris militum eius decretum ut quot quisque eorum annos in Hispania aut in Africa militasset, in singulos annos bina iugera agri acciperet : eum agrum decemuiri adsignarent.

305 Tite-Live, XXXII, 1, 6 : Prorogata imperia praetoribus prioris anni, Cn. Sergio, ut militibus qui in Hispania, Sicilia, Sardinia stipendia permultos annos fecissent agrum adsignandum curaret.

306 Tite-Live, XXXI, 4, 1-3.

307 Il s’agissait de volontaires, car Scipion n’avait pas été autorisé à effectuer de nouvelles levées (Tite-Live, XXVIII, 45, 13). Tite-Live, XXVIII, 46, 1, rapporte donc que Scipion était accompagné de 7.000 volontaires à son départ pour l’Afrique. Il est vraisemblable que parmi ceux-ci figuraient des soldats rapatriés d’Espagne. Plutarque, Fab. Max., XXVI, 2, prétend que ces derniers étaient au nombre de 300 seulement.

308 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75.

309 Voir supra, pp. 88-89.

310 Ce thème structure entièrement le discours, lui fournissant son introduction : « d’abord pour la fidélité (pietas) que vous avez témoigné à mon père et à mon oncle de leur vivant et après leur mort » (Tite-Live, XXVI, 41, 4) et sa conclusion : « si bien que chacun dira qu’il voit revivre ou plutôt renaître le général Scipion (ut reuixisse aut renatum sibi quisque Scipionem imperatorem dicat) » (Tite-Live, XXVI, 41, 25).

311 Tite-Live, XXVI, 41, 23.

312 Tite-Live, XXVIII, 32, 6-7 : in exercitu suo se praeterquam quod omnes ciues aut socios Latinique nominis uideat, etiam eo moueri quod nemo fere sit miles qui non aut a patruo suo Cn. Scipione, qui primus romani nominis in eam prouinciam uenerit, aut a patre consule, aut a se sit ex Italia aduectus. Scipionum nomini auspiciis omnes adsuetos…

313 La proportion est impossible à établir, mais elle ne devait pas être négligeable, car la plupart des 8.000 mutins du Sucro en 206 sont présentés (Tite-Live, XXVIII, 25, 6) comme des soldats des premières années, qui, après le désastre de 211 (post duorum imperatorum duorumque exercituum stragem), avaient contribué par leur bravoure (sua uirtute) à préserver l’honneur du nom romain (defensum nomen Romanum) et à conserver la province (retenta prouincia) ; voir aussi Tite-Live, XXVIII, 28, 13, qui identifie les mutins aux soldats de Marcius en 211. Sur la composition des troupes placées en garnison au Sucro, voir E. T. Salmon, « Scipio in Spain and the Sucro Incident », pp. 81-84.

314 Tite-Live, XXVI, 11, 5 ; cet épisode est rappelé en XXVI, 37, 7.

315 Frontin, Strat., III, 18, 1 ; Valère-Maxime, III, 7, 10.

316 Polybe, IX, 6, 6 : οἱ γὰϱ περὶ τὸν Γνάιον ϰαὶ Πόπλιον τοῦ μὲν ἑνὸς στϱατοπέδου πϱότεϱον πεποιημένοι τὴν ϰαταγϱαϕὴν ἐνόϱϰους εἶχον τοὺς στϱατιώτας εἰς ἐϰείνην τὴνμέραν ἥξειν ἐν τοῖς ὅπλοις εἰς τὴν Ῥώμην, τοῦ δ᾿ ἑτέϱου τότε τὰς ϰαταγϱαϕὰς ἐποιοῦντο ϰαὶ δοϰιμασίας, ἐξ οὗ συνέβη πλῆθος ἀνδρῶν αὐτομάτως ἁθϱοισθῆναι πϱὸς τὸν δέοντα ϰαιϱὸν εἰς τὴν Ῥώμην. οὓς έξαγαγόντες εὐθαϱσῶς οἱ στϱατηγοὶ ϰαὶ παϱεμβαλόντες πϱὸ τῆς πόλεως ἐπέσχον τὴν ὁϱμὴν τῶν περὶ τὸν Ἀννίβαν.

317 Les troupes auxquelles Polybe fait ici référence sont généralement identifiées aux deux legiones urbanae dont la levée avait été votée par le sénat : F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. II, p. 126 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 628 ; P. Marchetti, Histoire économique et monétaire de la deuxième guerre punique, pp. 68-69 ; N. Rosenstein, Rome at War, pp. 38-39.

318 On peut de ce point de vue rapprocher l’anecdote rapportée parTite-Live des considérations admiratives de Polybe, VIII, 1, 2.

319 Tite-Live, XXVI, 11, 6. Même anecdote chez Valère-Maxime, III, 7, 10.

320 D’une manière générale, la question des supplementa pendant la seconde guerre punique est délicate. À l’occasion de ses énumérations annuelles, Tite-Live évoque de manière très générale la levée de ces derniers, pour 213 (XXIV, 44, 7), 212 (XXV, 3, 2 et 5, 5), 211 (XXVI, 1, 11), 209 (XXVII, 8, 11), 208 (XXVII, 22, 11), 207 (XXVII, 38, 9), 206 (XXVIII, 11, 12) et 204 (XXIX, 13, 8). Il n’est pas clair cependant si ces levées étaient destinées à toutes les armées : il semble qu’en 211, seules celles de Sardaigne aient été concernées, et en 206, seulement celles du Bruttium. P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 416, ne relève que quatre de ces références (213, 212, 209, 204), censées concerner l’ensemble des fronts, et n’admet la vraisemblance que de la première et de la dernière.

321 Tite-Live, XXVIII, 24, 7.

322 Tite-Live, XXVIII, 28, 7 : Sucronemne uos domicilium habituri eratis ? Vbi si uos decedens confecta prouincia imperator relinquerem, deum hominumque fidem implorare debebatis quod non rediretis ad coniuges liberosque uestros !

323 Tite-Live, XXVIII, 32, 7 : Scipionum nomini auspiciis omnes adsuetos, quos secum in patriam ad meritum triumphum deducere uelit quos consulatum petenti uelut si omnium communis agatur honos adfuturos speret.

324 Tite-Live, XXIX, 1, 21.

325 Sur la passation de pouvoirs, voir supra, p. 95 ; quant à la répartition des effectifs pour l’année 205, elle est très mal connue en raison des lacunes du témoignage livien : celui-ci n’exclut donc pas explicitement de nouvelles levées.

326 C’est le cas après la prise de Syracuse ou de Capoue (Tite-Live, XXVI, 28, 7) et après la victoire du Métaure (Tite-Live, XXVIII, 10, 14). Voir P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 400.

327 C’est pourtant ce qu’affirme A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75.

328 Et sûrement pas dix-neuf ans, comme l’affirme A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75 : « The two legions in Spain that were formed out of these materials in 210 B. C. were not discharged till the end of 198 B. C. So some of the men in these two legions will have served for nineteen years on end. »

329 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 79, relève ainsi trois cas équivalents qu’il numérote 20, 21 et 22 : pour ceux-ci, le total de douze ans résulte toutefois du cumul de plusieurs terrains d’opération (Gaule, Picenum et Campanie).

330 Le cas très particulier représenté par le traitement infligé aux soldats vaincus à Cannes a été souligné récemment : S. Péré-Noguès, « Note sur les legiones Cannenses : soldats oubliés de la deuxième guerre punique ? », pp. 121-130 et, Ead., « Autour des legiones Cannenses (2) », pp. 225-232.

331 La date tardive à laquelle furent décidées ces gratifications ne contredit pas l’idée d’un licenciement dès 206. Il est évident que jusqu’à la conclusion définitive de la guerre, aucune mesure de ce type ne pouvait être à l’ordre du jour.

332 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 75. Au contraire, les récompenses de 200 réfutent à elles seules cette idée d’un oubli.

333 Ibid., t. II, p. 75, pour ces calculs excessifs ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 400, pour la mise en garde concernant les distinctions à opérer entre légions et légionnaires. Du reste, A. J. Toynbee lui-même (p. 78), avait anticipé l’objection, sans cependant en tirer toutes les conséquences. La difficulté provient de la tentation, remontant à G. De Sanctis etA. Afzelius, de présupposer la pérennité, en tant que structure, des légions stationnées en Péninsule. Les tables III et IV de Hannibal’s Legacy, t. II, pp. 650-652, qui suivent la durée de vie des légions en fonction de leur numérotation, illustrent la démarche de manière exemplaire.

334 Tite-Live, XL, 36, 10 : Q. Fuluio permissum ut qui milites ante Sp. Postumium Q. Marcium consules ciues Romani sociiue in Hispaniam transportati essent et praeterea supplemento adducto quo amplius<in>duabus legionibus quam decem milia et quadringenti pedites, sescenti equites essent, et socium Latini nominis duodecim milia, sescenti equites, quorum forti opera duobus aduersus Celtiberos proeliis usus Q. Fuluius esset, eos, si uideretur, secum deportaret.

335 Tite-Live, XL, 35, 11.

336 Tite-Live, XXXIX, 38, 3 ; XL, 1, 7 ; XL, 16, 8 ; XL, 18, 6.

337 Tite-Live, XL, 35, 11 ; XL, 35, 12.

338 Il paraît à ce sujet extrêmement révélateur qu’A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 42, 53 et 70, omette systématiquement la mention sociisue dans ses citations de ce passage, en particulierp. 42, où cette précision deTite-Live est curieusement la seule coupe pratiquée dans la phrase avec eos si uideretur.

339 Tite-Live, XXXIX, 20, 4 : les préteurs L. Quinctius Crispinus et C. Calpurnius Piso avaient reçu 20.000 fantassins et 13.000 cavaliers alliés accompagnés de 3.000 fantassins et 200 cavaliers romains. On a vu supra (pp. 101-102) que ces chiffres servaient à tort d’argument depuis A. Afzelius pour prouver la présence de quatre légions dans les provinces d’Espagne.

340 Tite-Live, XL, 36, 8.

341 Tite-Live, XXXVIII, 36, 3.

342 Appien, Ib., 78 : Ἐϕ᾿ οἷς τῷ τε Πομπηίῳ σύμβουλοι παϱῆσαν ἐϰ Ῥώμης ϰαὶ τοῖς στϱατιώταις -ἓξ γὰϱ ἔτη διεληλύθει στϱατευομένοις- διάδοχοι νεοϰατάγϱαϕοί τε ϰαὶ ἔτι ἀγύμναστοι ϰαὶ ἀπειϱοπόλεμοι.

343 A. Schulten, Numantia I, p. 270 ; E. Gabba, Esercito e società, p. 54 : « che obbligarono, alla fine, a ridurre a soli sei anni, ma di servizio continuato, la permanenza dei soldati in Ispagna » et note 24, sur la limitation de cette mesure à l’Hispania. Ils sont suivis par A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, p. 79, et H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 417. Sur l’instauration du tirage au sort en 151 : Appien, Ib., 49.

344 Le texte d’Appien ne permet pas selon euxde soutenirl’idée d’une rupture dans la pratique institutionnelle : R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 7, n. 4, parce qu’il pense que « the passage could not indicate total liability » ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 401, parce qu’il croit au contraire que « the term had been common throughout the century ». Le premier est suivi par P. Fraccaro, Opuscula, t. IV, p. 118, et W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 44, n. 169 : à leur avis, le passage d’Appien permet seulement d’affirmer que le sénat ne jugeait pas opportun, ni juste, de maintenir à cette occasion plus de sixans de suite les soldats en Espagne. Le second est suivi par J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », pp. 290 et 302, n. 72.

345 Appien, Ib., 76. Sur cette question, voir supra, p. 112. On ne peut exclure que Metellus avait aussi obtenu un supplementum, à la manière de Sempronius Gracchus en 180.

346 D. C Earl, Tiberius Gracchus, p. 102 ; pour sa part, Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, pp. 169-170, montre les discordances du récit de la campagne de Pompeius offert parAppien avec le peu qui nous est parvenu d’une tradition plus favorable par le biais de Diodore, des Periochae de Tite-Live et de Valère-Maxime. Il met l’image négative renvoyée par Appien en relation avec Plutarque, Apoph. Scip. Aem., VIII, attestant une inimitié politique entre Laelius et Pompeius, pour proposer que sa source privilégiée puisse être Polybe, reprenant l’ensemble des accusations portées contre le général lors de son procès en 138-137. On trouve trace de cette présentation négative dans Orose, V, 4, 13. Sur les circonstances de la rupture de l’amicitia liant à l’origine Scipion à Pompeius, voir la mise au point d’A. E. Astin, Scipio Aemilianus, pp. 311-312.

347 Appien, Ib., 76

348 Valère-Maxime, IX, 3, 7.

349 A. Schulten, Numantia I, p. 355 ; de même, J. Van Ooteghem, Les Caecilii Metelli de la République, p. 66, préfère accorder sa confiance à la version d’Appien, plus cohérente selon lui avec le caractère du personnage. Ce type d’argument psychologique n’est guère probant cependant.

350 Au Ier siècle, le gouvernement de Pison en Macédoine (Cicéron, In Pis., XX, 48) offre un parallèle avec ce type de situation, même s’il faut bien sûr tenir compte de l’évolution survenue dans l’intervalle dans les mœurs politiques ainsi que dans les rapports entretenus par les généraux avec la troupe.

351 La puissance de la coalition anti-pompéienne est assurée, paradoxalement, par l’acquittement de Pompeius à la suite de son procès. Si l’on en croit Cicéron, Pro Fonteio, XXIII et Valère-Maxime, VIII, 5, 1, les juges n’auraient pas voulu paraître le condamner sous la pression de personnages trop influents. Les accusateurs, outre Q. Metellus Macedonicus lui-même, étaient en effet les consuls de 142 (L. Caecilius Metellus Calvus), de 141 (Cn. Servilius Caepio) et de 140 (Q. Servilius Caepio).

352 Pas plus que ne le fait Lucilius, Sat., XV, 12 (= 490 M = 509 W) qui mentionne un service de dix-huit ans en péninsule Ibérique : « tandis que le soldat se trouve sur la terre d’Ibérie (dum miles Hibera/terras) et effectue un service de quelques trois fois six années de sa vie (atque meret ter sex aetatis quasi annos) ». W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 44, pense que Lucilius, qui avait lui-même combattu en Espagne au cours des guerres vaccéennes, parle en connaissance de cause et évoque ici la plus grande période imaginable de service sur place à cette époque. Il utilise donc ce passage comme preuve du maintien d’une obligation légale fixée entre seize et vingt ans. Il n’est pas certain toutefois que ce texte poétique soit à prendre au sens littéral : plus intéressant semble le fait que Lucilius donne explicitement un multiple de six. Dans cette perspective, c’est le triplement de la durée acceptable qui sert à exprimer le fardeau de son miles. Sur la présence du poète en Citérieure vers 136, voir C. Cichorius, Untersuchungen zu Lucilius, p. 365.

353 César, BC, I, 29, 3. Le Bellum Ciuile est assurément la source d’Appien, BC, II, 6, 40.

354 A. Schulten, FHA, V, p. 32, prétend qu’elle implique que l’armée de Pompée était formée des soldats avec lesquels il avait déjà combattu Sertorius. Cette affirmation n’a aucun fondement. J. M. Roldán Hervás, « El elemento indígena en las guerras civiles en Hispania », p. 171, met pour sa part l’épithète en relation avec la poursuite d’opérations contre les Lusitaniens et le rapproche du passage de Bell. Alex., LXI, 1 qualifiant les deux légions que Cassius avait héritées de Varron de ueteranas multisque proeliis expertas legiones. Toutefois P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques, p. 44, a justement relevé que le premier texte concerne les cinq légions de Citérieure tandis que le second s’applique à l’armée d’Ultérieure.

355 Plutarque, Pompée, LII, 2 ; Dion Cassius, XXXIX, 54, 1-2. Voir supra, p. 129.

356 La legio uernacula fut vraisemblablement formée entre 52 et la venue de Vibellius Rufus en 49, immédiatement antérieure à l’arrivée de César. Sur les problèmes posés par la date de création de cette unité et par sa composition, voir infra, pp. 612-627.

357 L’application mécanique d’un total de six ans n’a donc guère de sens. J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano, p. 172, fixe ainsi arbitrairement un terminus ante quem en 54 pour la démobilisation des dix cohortes supplémentaires levées par César en 61 lors de sa propréture d’Ultérieure (Plutarque, César, XII). Il est plus probable cependant que, ponctuellement recrutées pour prêter main-forte lors de la campagne menée au nord du Tage, elles furent licenciées dès que César quitta la Péninsule. S’il s’agissait d’ auxilia, comme le croit J. Harmand, L’armée et le soldat à Rome, p. 34, cette probabilité devient certitude. Toutefois, il est plutôt préférable de penser, avec J. M. Roldán, que César mit à profit l’abondant réservoir d’Hispanienses d’Ultérieure (voir infra, p. 625).

358 J. Carcopino, Jules César, p. 343 ; J. Van Ooteghem, Pompée le Grand, pp. 444-445 et 456.

359 On sait qu’au début 53, Pompée avait prêté à César des troupes — l’équivalent d’une légion — sans doute destinées initialement à l’Espagne (César, BG, VI, 1, 2) ; après l’été 52, où le sénat lui conféra un nouvel imperium jusqu’au 1er janvier 45 (Dion Cassius, XL, 56, 2), une telle générosité était devenue impensable : au contraire, Pompée obtint alors les deux légions supplémentaires évoquées supra (Appien, BC, II, 24), tandis qu’en juillet 51 était abordée à la Curie la question de la restitution des troupes prêtées à César (Cicéron, Ad fam., VIII, 4, 4), finalement exigée à l’été suivant sous prétexte de guerre contre les Parthes (César, BG, VIII, 54, 1-3 ; Plutarque, Pomp., LVI, 4).

360 Peut-être est-ce ainsi qu’il faut alors comprendre César, BC, I, 85, 5-6 : sed eos exercitus quos contra se multos iam annos aluerint, uelle dimitti. Neque enim sex legiones alia de causa missas in Hispaniam septimamque ibi conscriptam, neque tot tantasque classis paratas neque submissos duces rei militaris peritos (« mais ces armées qu’ils ont depuis déjà bien des années, entretenues contre lui, il en exige le licenciement. Point d’autre raison, en effet, à l’expédition de six légions en Espagne, à la levée d’une septième dans le pays même, ni à l’armement de tant de flottes si considérables et à l’envoi secret de chefs expérimentés », trad. P. Fabre, CUF). La mention de six légions, parfois comprise comme un exagération flagrante, renverrait en fait à l’envoi de plusieurs supplementa dès 55, ce qui permettait à César de prétendre qu’en plus des deux nouvelles légions de 52, les quatre autres, à la date de leur reddition, se composaient également de soldats envoyés à dessein d’Italie contre lui depuis plusieurs années.

361 Et non dès le lendemain de la conférence de Lucques, comme le veut J. J. Sayas Abengochea, « Las tropas romanas estacionadas en Lusitania y el capítulo 38 del Bellum Civile », pp. 351 et 353.

362 Le passage où César prétend qu’un long séjour dans le pays avait déteint sur la manière de combattre des troupes pompéiennes est souvent cité pour prouver que celles-ci étaient en place au moins depuis 55 (César, BC, I, 44, 2). Mais il ne faut pas lui accorder un crédit trop important : il s’agit clairement d’une tentative de l’auteur pour discréditer ses adversaires en les assimilant insidieusement à des Barbares (voir à ce sujet infra, pp. 220-221), tout en rejetant une fois de plus la responsabilité de la guerre sur ses adversaires par le rappel du thème de la concentration précoce de forces anti-césariennes dans la péninsule Ibérique.

363 Ce triple argument est rappelé par P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 399-400, etA. E. Astin, Scipio Aemilianus, p. 169.

364 Le pas est franchi par A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 76 qui estime que les légions outre-mer « were purposely forgotten by the Government, though they had done nothing to deserve this neglect ».

365 Sur la fragilité d’une armée entièrement ou largement composée de tirones : Polybe, III, 108 ; Tite-Live, XXI, 43, 14 ; XXIX, 1, 21 ; XL, 35, 14 ; Bell. Hisp., XXVI, 4 ; Bell. Hisp., XXVIII, 2 ; Bell. Hisp., XXXI, 6 ; Appien, BC, II, 11, 74 ; Frontin, Strat., I, 3, 2. Sur ce point, voir en dernier lieu, L. de Blois, « Army and Society in the Late Roman Republic », pp. 14-15.

366 Tite-Live, XXXIX, 38, 3.

367 Tite-Live, XL, 35, 14 : Quae cum ita sint, ego iam hinc praedico, patres conscripti, me exercitu eo qui nunc est, rem publicam administraturum ; si deducat secum Flaccus legiones, loca pacata me ad hibernacula lecturum neque nouum militem ferocissimo hosti obiecturum. (« Dans ces conditions, sénateurs, je vous déclare d’ores et déjà qu’avec l’armée actuelle, j’assumerai les devoirs de ma charge ; mais si Flaccus ramène avec lui ses légions, je choisirai des endroits pacifiés pour mes quartiers d’hiver et je n’exposerai pas de nouvelles recrues au plus belliqueux des ennemis », trad. C. Gouillart, CUF).

368 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, pp. 77-78.

369 Tite-Live, XXXIX, 38, 9 : Vtraque causa tribunos plebis utraque consulem habebat ; hi, se intercessuros senatus consulto, si deportandos censerent exercitus, denuntiabant, illi si haec intercessio fieret, nullam rem aliam se decerni passuros.

370 Il faut d’ailleurs, on l’a vu, interpréter dans le sens d’un remplacement intégral l’évolution des armées en 206 et 196 (voir supra, pp. 95 et 99-100).

371 Tite-Live, XL, 35, 11-12 : habendum illic utique exercitum censes, utrum tandem auctor senatui sis supplementum in Hispaniam mittendi, ut ii modo quibus emerita stipendia sint milites dimittantur, ueteribus militibus tirones immisceantur, an deductis de prouincia ueteribus legionibus nouas conscribendi et mittendi, cum contemptum tirocinium etiam mitiores barbaros excitare ad rebellandum possit ?

372 Tite-Live, XL, 35, 6-7 : Quod fieri, praeterquam quod ita deberet, etiam prope necessarium esse : ita enim obstinatos esse milites ut non ultra retineri posse in prouincia uiderentur iniussuque inde abituri essent, si non dimitterentur, aut in perniciosam, si quis impense retineret, seditionem exarsuri.

373 Tite-Live, XL, 36, 3-4 : Nouo autem an uetere exercitu opus sit, eius esse dicere qui <scire> possit qua fide Celtiberi in pace mansuri sint, simul et qui illud exploratum habeat quieturos milites si diutius in prouincia retineantur. Si ex eo quod aut interse loquanturaut succlamationibus apud contionantem imperatorem significent, quid sentiant coniectandum sit, palam uociferatos esse aut imperatorem in prouincia retenturos aut cum eo in Italiam uenturos esse.

374 Un exemple célèbre, dans un contexte différent, atteste la tendance des autorités militaires à interpréter à leur convenance les bavardages des troupiers. Lorsque César fut obligé à l’été 50 de renvoyer deux de ses légions à Rome sous prétexte de guerre contre les Parthes, Appius Claudius Pulcher, chargé de les ramener, dressa devant l’opinion romaine un tableau très noir de l’état d’esprit de l’armée des Gaules (Plutarque, Pompée, LVII, 7). Chr. Meier, César, p. 332, interprète l’attitude de Claudius comme de la naïveté ; mais J. Van Ooteghem, Pompée le Grand, p. 496, rappelle qu’Appius était le neveu de Clodius et préfère le présenter comme un agent de César, chargé de la désinformation de l’adversaire. Dans les deux cas, il faut souligner que c’est bien l’opinion attribuée à l’armée qui fonde la rumeur.

375 Rome n’était pas Athènes cependant. L’impact, sur le long terme, d’une défaite militaire sur la carrière politique d’un aristocrate romain n’était pas irrémédiable, bien au contraire, comme l’a montré N. Rosenstein, Imperatores Victi.

376 Il convient donc de ne pas surestimer la recherche systématique d’homogénéité dans l’armée romaine, contrairement à la théorie classique formulée par F. E. Adcock, The Roman Art of War under the Republic, p. 16 : « There seems to have been a great reluctance to weaken the homogeneous figthing value of experienced troops in orderto strengthen the fighting value of less well-trained units. » R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 5, a bien montré en effet que les légions incluaient la plupart du temps une proportion non négligeable de soldats expérimentés : « it was neither prudent nor possible therefore to take more than a certain number of tiros at a time ».

377 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 50 ; A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 47.

378 L’ambiguïté du terme supplementum conduit ainsi abusivement à le définir parfois comme le moyen d’augmenter les légions en cas de nécessité : on trouve par exemple cette confusion dans J. M. Roldán Hervás, « Los reclutamientos romanos en el valle del Ebro, en época republicana », p. 105 : « en cada provincia, una legión y […] auxiliares, que sólo en casos de excepción eran aumentados con supplementa o con el envío de uno de los cónsules ».

379 Ce point a déjà été souligné par R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 5, et P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 400.

380 P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662, n. 1, a en effet raison d’estimer qu’il n’y a aucun motif probant pour mettre en doute les chiffres des supplementa donnés par Tite-Live, lesquels dérivent selon toute probabilité d’une comptabilité officielle.

381 Le fait a été souligné sur le plan général, pour la seconde guerre punique, par A. Klotz, « Die römische Wehrmacht im 2. Punischen Kriege », p. 70, et étendu à juste titre à l’ensemble de la première moitié du IIe siècle par A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 49. Tous deux considèrent avec raison que les mentions de supplementa chezTite-Live sont probablement très incomplètes.

382 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 72.

383 Ibid., p. 71.

384 Ibid., p. 71, pense queTite-Live oublie le contingent allié et il le réinsère donc dans son tableau (5.000 fantassins et 300 cavaliers).

385 Ibid, pp. 54 et 72 : partant du principe que ces supplementa furent alors identiques aux autres de cette période, il restitue à chaque fois, pour l’ensemble des deux provinces, environ 3.000 fantassins et 200 cavaliers pour les Romains ainsi que 5.000 fantassins et 300 cavaliers pour les socii.

386 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 89.

387 Voir supra, p. 108, n. 137. Ainsi, le curieux envoi de l’équivalent d’une légion entière en 177 s’explique par la volonté du sénat de démobiliser les légionnaires impliqués dans ces luttes difficiles depuis 182. Ce souci ne concernait sans doute pas les socii, si bien qu’il n’y a pas de raisons d’accepter la correction d’A. Afzelius, mentionnée précédemment, pour cette année-là.

388 Tite-Live, XLII, 10, 13.

389 Tite-Live, XLII, 18, 6.

390 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 56.

391 Ibid., p. 56 : « … ist es wahrscheinlich, daß die spanischen Legionen tatsächlich in diesen Jahren keine supplementa erhalten haben ».

392 Tite-Live, XXIX, 13, 8 : consules dilectum habere instituerunt et ad nouas scribendas in Bruttios legiones et in ceterorum — ita enim iussi ab senatu erant — exercituum supplementum. (« Les consuls entreprirent des levées, et pour enrôler de nouvelles légions destinées au Bruttium, et pour compléter l’effectif des autres armées — telles étaient, en effet, les directives du sénat », trad. P. François). Rien ne permet de savoir avec certitude si l’Hispania était concernée, mais rien ne permet de le rejeter a priori.

393 Sur la transition de 201, voir supra, p. 96. L’importance de prendre en compte cette possibilité, en dépit du manque de précision de Tite-Live, explique que les années 204 et 201 figurent dans le tableau 4 (p. 158).

394 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 92, ne relève pas cette contradiction et maintient le total de 6.200 hommes pour 193.

395 Tite-Live, XXXIV, 56, 8 : Fuluio Flaminioque terna milia romanorum peditum et centeni equites in supplementum et quina milia socium latini nominis et duceni equites decreti.

396 Tite-Live, XLI, 21, 3 : Cn. Seruilio Caepioni in Hispaniam ulteriorem et P. Furio Philo in citeriorem tria milia peditum Romanorum [peditum], equites centum quinquaginta, et socium Latini nominis quinque milia peditum, trescenti equites, Sicilia L. Claudio sine supplemento decreta.

397 Tite-Live, XXXV, 2, 2 : Et temptauerat, quoniam bellum ingens in prouincia exarsisset, et exiguas reliquias exercitus ab Sex. Digitio atque eas ipsas plenas pauoris ac fugae accepturus esset, ut sibi unam ex urbanis legionibus decernerent ; ad quam cum militem ab se ipso scriptum ex senatus consulto adiecisset, eligeret ex omni numero sex milia et ducentos pedites, equites trecentos. Ea se legione, — nam in Sex. Digitii exercitu haud multum spei esse — rem gesturum.

398 Tite-Live, XXXV, 1, 1, précise en effet que Digitius n’a finalement remis qu’à peine la moitié de l’armée qu’il avait reçue de son prédécesseur : ut uix dimidium militum quam quod acceperat successori tradiderit. D’autre part, il est difficile de penser que Flaminius pouvait avoir une part du supplementum très supérieure à celle de son collègue, puisque des opérations militaires contre les Lusitaniens sont attestées en Ultérieure à la même époque (Tite-Live, XXXV, 1, 2).

399 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, pp. 54-55. Il considère ainsi que l’Ultérieure reçoit toujours au moins 1.500 fantassins et 100 cavaliers romains, soit « normale supplementa ». Pour cet auteur, une disparité intervient seulement quand la Citérieure obtient un contingent d’une taille exceptionnelle.

400 Tite-Live, XXXIX, 38, 3. Le détail de la procédure nous est vaguement parvenu en raison du coup de projecteur donné sur cette année-là par le conflit entre les gouverneurs sortants et entrants ; de même, en 180, pour la seule Citérieure, où l’on apprend (Tite-Live, XL, 40, 14) que « les deux généraux réglèrent (composuerunt), du plus parfait accord (cum summa concordia), quels soldats ils congédieraient (quos dimitterent) et quels ils maintiendraient en service (quosque retinerent milites) ». En temps ordinaire, Tite-Live ne prend pas la peine de s’attarder sur cette étape.

401 Sur ce rôle des légions urbaines comme réserve, voir notamment Tite-Live, XXVII, 8, 11 ; XXX, 2, 6 ; XXXIV, 41, 4.

402 R. C. Knapp, « The Legions in Spains (200-169 BC) », p. 87, admet, à la suite d’A. Afzelius que « the normal supplementum for a legion was 1,500/100-150 (i. e., 1,500 infantry and 100-150 cavalry) ». Il nous semble pourtant que ce montant ne peut pas être considéré comme une norme. Il s’agit seulement d’une division égale, rarement opérée, du total régulièrement alloué par le sénat aux deux provinces. On ne comprendrait pas sinon pourquoi un supplementum moyen de 3.000/100 continua à être affecté, au moins à deux reprises (181 et 179), aux Hispaniae entre 182 et 178, à un moment où il y avait assurément trois légions dans la Péninsule.

403 Voir supra, pp. 105-106.

404 A. Afzelius, Die römische Kriegsmacht, p. 55. Il propose également de légères variantes, tenant compte d’un déséquilibre entre Citérieure et Ultérieure. Ce faisant, il reconnaît implicitement l’artifice de son procédé. Ses résultats n’ont donc pas d’autre valeur que celle d’hypothèse d’école.

405 R. E. Smith, Service in the Post-Marian Army, p. 6, et P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 662, ont ainsi critiqué à juste titre la rigidité de la démarche d’A. Afzelius.

406 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 77.

407 Le chiffre maximum des rapatriés oscillait donc entre 4.400 pour une légion de 5.300 hommes et 3.100 pour une légion de 4.000 hommes. Dans la réalité, il devait être inférieur, car tous les nouveaux venus ne permettaient pas à un nombre identique de soldats de quitter la Péninsule.

408 Ainsi, le résultat que nous obtenons pour 184 se rapproche davantage en effet des proportions hautes proposées par le même A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, pp. 76 et 77, pour les supplementa de Citérieure de 193 (60 %) et de 180 (59,6 %), pourtant jugés exceptionnellement élevés par cet auteur.

409 Appien, Ib., 99.

410 C’est aussi l’avis de P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 664.

411 Pour cette raison, le texte d’Appien ne saurait illustrer un désintérêt du sénat vis-à-vis des affaires d’Espagne à cette époque comme le veut J. S. Richardson, Hispaniae, p. 157.

412 Voir supra, pp. 119-123.

413 Outre le fait que le service militaire, en n’étant pas nécessairement continu, permettait aux soldats de revenir périodiquement chez eux, N. Rosenstein, Rome at War, pp. 103-104, défend l’idée que les soldats pouvaient aisément obtenir des congés pendant l’hiver pour régler des affaires personnelles, et que cela valait aussi bien pour les armées servant en Italie que pour celles servant outremer. Auxyeux de cet auteur, rien ne permet de penser que la péninsule Ibérique faisait exception sur ce point : « Spain may have been a different matter, but then again, it may not ». Il précise toutefois que ces congés ne pouvaient concerner à chaque fois qu’une petite fraction de l’armée.

414 A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. II, p. 76 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, p. 396 ; Y. Shochat, Recruitment and the Programme of Tiberius Gracchus, p. 59.

415 E. Gabba, Esercito e società, pp. 1-56 et notamment p. 22.

416 J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 293 ; voir aussi N. Rosenstein, « Republican Rome », pp. 207-208, qui va jusqu’à remettre en cause (à juste titre selon nous) l’existence d’une relation directe entre les conditions du service militaire au IIe s. et l’appauvrissement de la petite et moyenne paysannerie en Italie. L’auteur y résume certaines des conclusions développées dans un ouvrage paru depuis : Id., Rome at War, en particulier dans le chapitre ii (« War and Agriculture : A Critique of the Conventional View »), pp. 26-62, où l’on trouve une discussion des chiffres du census et de leur interprétation (pp. 56-58).

417 Le maximum est atteint en 164, si l’on en croit Tite-Live, Per., XLVI, qui donne un total de 337.022 recensés. P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 13-14, a souligné les multiples problèmes d’interprétation soulevés par les chiffres du cens parvenus jusqu’à nous. Le plus probable est de les considérer comme représentant les citoyens mâles adultes et non les seuls adsidui : A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, t. I, pp. 438-479 ; A. E. Astin, Scipio Aemilianus, pp. 337-338 ; P. A. Brunt, Italian Manpower, pp. 15-25 ; J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 294 ; pour une vue contraire, voir E. GABBA, Esercito e società, pp. 17-21 ; G. PIERI, L’histoire du cens jusqu’à la fin de la République romaine, pp. 177-182 ; Y. Shochat, Recruitment and the Programme of Tiberius Gracchus, p. 44. Or, le nombre total de légions simultanément engagées après 167 a rarement dépassé la dizaine. En moyenne, on s’accorde à évaluer la charge annuelle à moins de sept légions, soit au maximum 38.500 légionnaires (sur la base, sans doute excessive, d’un effectif de 5.500 hommes par légion). Même si les proletarii constituaient la plus grande proportion du populus à la fin du IIe siècle, on voit qu’il est difficile de conclure à une insuffisance des mobilisables. Que la conscription ait été alors, pour d’autres raisons, plus lourdement ressentie est néanmoins probable. Quoi qu’il en soit, la tendance actuelle est à remettre en question l’idée que le service militaire, malgré son importance, aurait représenté une charge hors de proportion pour le corps civique romain. En dernier lieu, voir E. Lo Cascio, « Recruitment and the Size of the Roman Population », pp. 111-137, très critique envers les estimations pessimistes de P. A. Brunt, et N. Rosenstein, Rome at War, notamment pp. 146-154 et 167, qui souligne au contraire le lien entre le niveau très élevé de mobilisation, la forte proportion des pertes à la guerre et, paradoxalement, une croissance démographique dont il démontre la vigueur pour le IIe siècle.

418 J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 299.

419 Participation à la campagne de Caton : Tite-Live, XLII, 34, 6 ; participations aux campagnes de Q. Fulvius Flaccus puis de Ti. Sempronius Gracchus : Tite-Live, XLII, 34, 9.

420 Les dates de 181 et de 180 sont parfois données pour les deux dernières campagnes mais les détails donnés par Ligustinus lui-même dans le texte de Tite-Live ne permettent pas une telle interprétation. On sait en effet qu’il revint en Italie avec Flaccus (XLII, 34, 10) et figura dans son triomphe qui eut lieu durant l’été 180, peu de jours (paucos dies) après les élections consulaires pour 179 (Tite-Live, XL, 43, 4). Il est donc impossible que Ligustinus ait participé à la campagne de Sempronius Gracchus en 180. Il a ainsi passé une année en Italie avant de rejoindre le préteur au printemps 179, sans doute avec le supplementum attesté par Tite-Live à cette date (XL, 44, 5). Sur ces questions, voir F. Cadiou, « À propos du service militaire dans l’armée romaine au IIe siècle av. J. -C. Le cas de Spurius Ligustinus », pp. 76-90.

421 Bien sûr, en ce qui concerne Ligustinus, il s’agit d’un cas individuel qu’on ne saurait imprudemment généraliser. Cet exemple suffit toutefois à montrer qu’il n’était pas aberrant de rappeler les soldats en Italie pour les renvoyer ensuite de l’endroit d’où ils venaient. Il convient donc de ne pas minimiser la capacité de Rome à déplacer ses légionnaires (d’autant plus que les supplementa ne portaient pas sur de grandes quantités d’hommes) et de ne pas présupposer une rationalité administrative comprise comme une logique permanente du moindre effort.

422 P. A. Brunt, « The Army and the Land in the Roman Revolution », p. 245, a montré que le constat valable pour tout le IIe siècle s’appliquait également à la fin de la République, contrairement à ce que prétend E. Gabba, Esercito e società, p. 56.

423 En effet, le déroulement des élections à Rome ne supposait aucun nombre minimum de votants et l’obligation de voter, contrairement à celle de se faire recenser, n’existait pas. Voir à ce sujet Cl. Nicolet, Le métier de citoyen, pp. 391-392. Il y avait donc un grand contraste entre ceux qui pouvaient être présents à Rome le jour du vote et ceux pour qui un tel déplacement représentait une forte contrainte, voire une impossibilité : « En année normale, si l’on peut dire, il est certain que l’affluence aux comices était beaucoup plus restreinte. On ne pouvait demander à la majorité des citoyens des municipes et des colonies de venir à Rome. La localisation de l’activité politique nationale dans la seule capitale de l’Italie donnait donc, liminairement, un avantage pratique considérable aux habitants de la Ville » (ibid., p. 401). Il ne faut donc pas déduire de la centralisation des opérations de recrutement un lien avec l’influence politique des adsidui, au contraire. En outre, si la présence des mobilisables à Rome était requise par le dilectus, elle ne concernait que les hommes effectivement concernés par la levée du moment, comme le rappelle P. Cosme, Armée et bureaucratie dans l’Empire romain, pp. 26-29. Enfin, la décentralisation des opérations de recensement et de recrutement, certaine après la Guerre sociale, fut peut-être en réalité antérieure, comme le suggère J. W. Rich, « The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century BC », p. 289.

424 Tite-Live, XXXI, 49, 10 : maiores ideo instituisse ut legati tribuni centuriones milites denique triumpho adessent, ut testes rerum gestarum eius cui tantus honos haberetur populus Romanus uideret. Bien que ni Aulu-Gelle, NA, V, 6, 20, ni Valère-Maxime, II, 8, qui dressent la liste des critères requis du triomphateur, ne mentionnent la deportatio exercitus, on sait par ailleurs que l’impossibilité de ramener l’armée (exercitus non deportatus) avait également conduit l’assemblée à refuser le triomphe en 211, en 191, en 185 et en 182. À ce propos, voir H. S. Versnel, Triumphus, p. 166. En revanche, J. S. Richardson, « The Triumph, the Praetors and the Senate in the Early Second Century B. C. », p. 62, pense que cette obligation n’était pas statutaire, mais fournissait ponctuellement un outil commode pour refuser le triomphe. Il est suivi par Cl. Auliard, Victoires et triomphes à Rome, pp. 104-112. Cet argument n’est pas entièrement satisfaisant cependant : comment comprendre la puissance de l’objection si elle n’était fondée sur aucune disposition coutumière ? D’autre part, cela sous-entend que la deportatio devait concerner l’intégralité de l’armée, ce qui est loin d’être certain. En effet, en 180, les soldats que Flaccus est autorisé à ramener avec lui pour son triomphe font l’objet d’une sélection (uirtutis causa).

425 Elle donne ainsi à Cicéron l’occasion d’ironiser au sujet de Gabinius dans une lettre à son frère datée du 11 octobre 54 (Cicéron, Ad Q. fr., III, 2, 1).

426 La liste des triomphes ex Hispania est donnée jusqu’en 133 par R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, pp. 199-200.

427 Tite-Live, XLII, 34, 10. Peut-être Ligustinus a-t-il aussi figuré à ceux de Caton et de Gracchus, puisqu’il ne semble pas être resté dans la Péninsule après leur départ et qu’il cumule les récompenses pour bravoure : il en mentionne trente-quatre, ainsi que six couronnes civiques (XLII, 34, 11). On peut supposer qu’il se contente de mentionner uniquement le triomphe de Flaccus en raison du critère particulier que le sénat avait imposé au choix de ce général (quos uirtutis causa secum ex provincia ad triumphum deducebat).

428 L’ouatio n’impliquait pas, semble-t-il, l’obligation de défiler avec ses soldats. Voir H. S. Versnel, Triumphus, p. 166 ; sur le lien entre le développement de cette célébration et les magistrats d’Hispania, voirJ. S. Richardson, « The Triumph, the Praetors and the Senate in the Early Second Century B. C. », p. 56.

429 Contra H. Delbrück, History of the Art of War, t. I, p. 417.

430 Appien, Ib., 65. Y. Shochat, Recruitment and the Programme of Tiberius Gracchus, p. 58, remarque à juste titre que l’épisode, attestant l’appel à des nouvelles recrues à un moment où la guerre contre Viriathe était particulièrement difficile, prouve que la préoccupation du sénat n’était pas démographique.

431 Appien, Ib., 78.

432 Le fait a été bien démontré par W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, pp. 46-49. Cet auteur accepte toutefois l’idée d’une évolution à partir de 151. Il est suivi par N. Rosenstein, Rome at War, pp. 59-61.

433 La difficulté des guerres hispaniques du IIe s. et leur manque d’attractivité sont généralement présentés comme une cause principale du développement de cette réticence face au service militaire. Ainsi, J. K. Evans, « Resistance at Home. The Evasion of MilitaryService in Italy during the Second Century BC », pp. 121-140, qui met cet aspect en avant par rapport à l’idée d’un déclin des adsidui auquel il ne croit pas, à juste titre.

434 Polybe, XXXV, 4, 2, montre l’impact sur l’opinion des récits effrayants colportés par Q. Fulvius Nobilior et ceux qui avaient fait campagne avec lui. Rappelons que Nobilior avait souffert quelques graves revers au cours de ses opérations (Appien, Ib., 45-47). Il est vraisemblable qu’il avait intérêt à exagérer la difficulté de la guerre.

435 Polybe, XXXV, 4, et Tite-Live, Per., XLVIII, 18, rapportent avec complaisance l’enthousiasme suscité par ce discours qui aurait poussé même les plus réticents à s’enrôler.

436 Tite-Live, Per., XLVIII, 16 rappelle en effet que les consuls L. Licinius Lucullus et A. Postumius Albinus avaient effectué la levée avec une grande sévérité (seuere), refusant d’exempter par faveur (nec quemquam gratia dimittere), si bien qu’ils furent jeté en prison par les tribuns de la plèbe.

437 Polybe, XXXV, 4, 4 et Tite-Live, Per., XLVIII, 17, spécifient clairement que c’étaient les postes d’officiers (et notamment de tribuns) que les consuls n’arrivaient pas à pourvoir. Seul Orose, IV, 21, 1, élargit aux miles uel legatus. Mais ce témoignage est suspect d’exagération, car Orose a tendance par ailleurs à noircir les guerres de conquête et à exalter la terreur inspirée à Rome par les Celtibères (voir notamment Orose, V, 5, 15).

438 A. E. Astin, Scipio Aemilianus, p. 45, bien qu’admettant néanmoins l’idée d’une désaffection réelle pour le service militaire, a insisté avec raison sur cette dimension hagiographique du récit. Il est en outre particulièrement intéressant de constater que, chez Appien, les difficultés de 151 sont présentées seulement comme une crise politique, dénouée par l’introduction du tirage au sort dans le dilectus (Appien, Ib., 49). Il est vrai que son récit contredit celui de Tite-Live, puisqu’il affirme que les consuls étaient accusés, non pas de sévérité excessive, mais de favoritisme. Dans tous les cas, il s’agissait cependant d’une mise en cause du système.

439 Il est tentant d’interpréter en ce sens Appien, Ib., 84. Le texte précise bien qu’outre les besoins des autres fronts, la justification officielle était le grand nombre de soldats présents sur place (ϰαὶ πολλῶν ἀνδρῶν ἐν Ἰβηρίᾳ). D’après Plutarque, Apoph. Scip. Aem., XV, Scipion protesta contre cette mesure, ce qui suggère qu’elle n’était pas habituelle. Le moraliste grec affirme également que nombreux étaient les Romains désireux de participer à la campagne, ce qui confirme les nuances à apporter à la désaffection des contemporains vis-à-vis de la conscription, y compris au cours des guerres celtibères.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. — Récapitulatif (197-99)*
Légende * Les chiffres donnés dans chaque colonne ne sont ni des additions ni des moyennes, mais la taille du contingent provincial par année sur la période considérée ; ex : entre 194 et 183, il y a chaque année une légion dans chaque province.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3. — Récapitulatif (98-45)*
Légende * Les chiffres donnés dans chaque colonne ne sont ni des additions ni des moyennes, mais la taille du contingent provincial par année sur la période considérée.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU 4. — Supplementa attestés pour la période 206-168
Légende C : effectifs attribués à la Citérieure ; U : effectifs attribués à l’Ultérieure
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search