Version classiqueVersion mobile

Hibera in terra miles

 | 
François Cadiou

Première partie. Armées et guerre

Chapitre premier. Un effort discontinu

Géographie des opérations et rythmes des guerres en Hispanie

Texte intégral

  • 1 J. S. Richardson, The Romans in Spain, p. 36. L’expression est employée par l’auteur pour la pério (...)

1Dans la péninsule Ibérique, le fait militaire caractérisa incontestablement l’ensemble de la période républicaine. En effet, Rome faisait alors sentir sa présence principalement par l’envoi de ses armées, d’abord pendant les opérations de conquête puis à l’occasion des guerres civiles qui constituèrent une forme de prolongement de la phase d’expansion en accélérant le processus d’intégration des Hispaniae à l’Empire. Ainsi, l’activité militaire s’est maintenue sur place jusqu’à la fin de la République, si bien que l’on a pu assimiler les provinces hispaniques de l’époque pré augustéenne à une « war zone »1. Cependant cette dimension guerrière essentielle ne doit pas masquer l’absence, durant toute la période, d’un engagement massif et généralisé des légions. L’intervention des forces romaines se déroula en réalité de manière discontinue. Non seulement Rome n’affronta jamais simultanément l’ensemble des peuples de la Péninsule, mais elle n’en soumit pas non plus la totalité sur le champ de bataille. En effet, l’ampleur des différentes guerres menées en Hispania fut déterminée par la progression des armées romaines sur des territoires souvent géographiquement et politiquement cloisonnés. En outre, la reconnaissance de la suprématie du conquérant n’impliquait pas non plus constamment un affrontement direct avec l’adversaire.

I. — LES LIEUX DE LA GUERRE

2Un effort militaire concentré. — Les guerres celtibéro-lusitaniennes (154-133) : le mythe d’une résistance généralisée. — Le choix d’objectifs stratégiques : l’importance des villes.

  • 2 L’historiographie ibérique, longtemps attachée à opposer un sentiment national indigène à la volon (...)
  • 3 Strabon, III, 4, 5 : ‛Pωμαῖοί τε τῷ ϰατὰ μέρη πρὸς τοὺς Ἴβηρας πολεμεῖν ϰαθ’ἐϰάστην διὰ ταύτην τὴν (...)
  • 4 J. B. Tsirkin, « Romanization of Spain : Socio-Political Aspect », pp. 205-242, présente cette div (...)

3Les zones d’opération des armées romaines sont toujours restées circonscrites à des espaces plus ou moins réduits, en tout cas assez bien délimités, qui correspondaient à autant d’objectifs progressivement constitués. En effet, la guerre n’est pas une abstraction. Indépendamment de ses motivations initiales, elle est tournée vers des adversaires dont la soumission constitue sa raison d’être. Or, la péninsule Ibérique présentait une fragmentation géographique, politique et ethnique prononcée (carte 2)2. Dans ce contexte, la guerre romaine ne pouvait revêtir qu’un aspect morcelé, en fonction des buts stratégiques du moment, ce que Strabon exprime du reste très nettement3. Rome, en ce sens, n’a pas conquis une péninsule conçue dès l’origine comme un territoire unique4. Elle a, au contraire, placé, les unes après les autres, des communautés, et par voie de conséquence leurs territoires, sous sa subordination. Ce processus s’effectua lentement par le déplacement, et non l’extension, des terrains d’opérations.

CARTE 1. — Les principaux sites des guerres de conquête, mentionnés dans le texte

CARTE 2. — Les peuples de la péninsule Ibérique (IIIe-Ier s. av. J. -C.)

UN EFFORT MILITAIRE CONCENTRÉ

  • 5 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, pp. 29-35.
  • 6 A. Pelletier, « Les Hispani et l’Hispania de Tite-Live », p. 21 ; P. Le Roux, Romains d’Espagne, p (...)

4L’habitude de considérer la période républicaine comme le moment où Rome imposa par la force sa loi à la plus grande partie de la péninsule Ibérique, depuis la côte orientale jusqu’aux rivages atlantiques, associe naturellement l’armée, instrument de cette conquête, à un espace immense et difficile, dont la maîtrise représenta l’objet de ses efforts. Les différentes phases de cette appropriation progressive sont bien connues. Elles s’organisent selon un schéma mis en évidence par R. C. Knapp : le noyau originel de l’hégémonie romaine, produit de la seconde guerre punique, correspondait aux vallées du Guadalquivir (Baetis) et de l’Èbre (Hiberus) reliées entre elles par une longue frange littorale ; par la suite, les zones intermédiaires, intercalées entre ces territoires alliés et ceux qui demeuraient encore hors de l’influence du conquérant, se seraient peu à peu intégrées aux régions initialement contrôlées par Rome (carte 3, p. 30)5. Ce caractère graduel et pragmatique de la conquête est une donnée essentielle sur laquelle on ne saurait trop insister. L’Hispania ne représentait au fond que la somme de ces territoires conquis et son contenu évoluait donc au fur et à mesure de la progression des armées jusqu’à se confondre avec la totalité de la Péninsule6. Il est clair, par conséquent, que les forces envoyées en Hispanie n’ont pas eu à envisager la conquête comme un bloc. Le problème ne s’est jamais posé en ces termes. La péninsule Ibérique se romanisait en même temps que se poursuivait l’œuvre de conquête. L’aire géographique d’intervention des légions se renouvelait ainsi campagne après campagne.

  • 7 Polybe, III, 97, 5.
  • 8 Polybe, III, 76, 3 ; Tite-Live, XXI, 60, 1-9. Le problème de l’identification de Cesse/Cissa avec (...)
  • 9 Tite-Live, XXI, 61, 2-3 et 5-6, rapporte pour 218 deux raids d’Hasdrubal. Mais on considère en gén (...)
  • 10 Polybe, III, 95-96 ; Zonaras, IX, 1.
  • 11 Tite-Live, XXII, 19-21 ; Zonaras, IX, 1. J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 127, croit à une invent (...)
  • 12 La bataille d’Hibera en 216 (Tite-Live, XXIII, 28-29) en est l’événement marquant. L’épisode d’Abi (...)

5Le déroulement de la seconde guerre punique, première prise de contact des armées romaines avec le territoire péninsulaire, révèle dès l’origine une logique de déplacements successifs des terrains d’opérations. La guerre a d’abord été limitée à la région du Nord-Est. Polybe précise nettement que les Romains n’ont pas franchi l’Èbre avant l’été 217, à l’arrivée de P. Scipion7. Les légions avaient pourtant débarqué dans le port grec d’Emporion, sur la côte catalane actuelle, dès le printemps 218, mais, après une première confrontation avec les forces carthaginoises près de Cesse/Cissa, à proximité de Tarragone8, la guerre resta confinée durant la première année à une portion très restreinte de la côte et de son arrière-pays9. La priorité consista avant tout à assurer la maîtrise du littoral entre Emporion et l’embouchure de l’Èbre où Cn. Scipion remporta au printemps 217 une importante victoire navale sur la flotte carthaginoise, donnant ainsi définitivement la suprématie sur la mer aux Romains10. Après cette victoire, la mention par Tite-Live d’une avancée par la mer jusqu’à hauteur de Sagonte puis d’un raid terrestre jusqu’au Saltus Castulonensis, dans la Sierra Morena, est en général considérée comme une invention annalistique destinée à exalter la geste de la gens Cornelia11. En revanche, il est vraisemblable que, entre 217 et 215, les opérations concernaient désormais la zone littorale au sud de l’Èbre12.

CARTE 3. — Les grandes phases de l’expansion romaine en péninsule Ibérique

  • 13 Tite-Live, XXIII, 49, 14 ; XXIV, 41 ; XXIV, 42. Les Romains déplaçaient alors le centre de gravité (...)
  • 14 A. Schulten, FHA, III, p. 85, refuse ainsi de croire que les Romains avaient dépassé Sagonte avant (...)
  • 15 Appien, Ib.,. G. De Sanctis, Storia dei romani, t. III, pp. 431-432 ; R. Corzo Sánchez, « La Segun (...)
  • 16 Appien, Ib.,. Sur l’identification des toponymes donnés par le texte grec à ces deux-villes, voir (...)
  • 17 Polybe, X, 9, 8-X, 15, 11 ; Tite-Live, XXVI, 42, 6-XXVI, 46, 10.
  • 18 Baecula : Polybe, X, 38, 7-39, et Tite-Live, XXVII,, 1-20 ; Ilipa : Polybe, XI, 20-24, et Tite-Liv (...)

6Assez tardif, le choix de porter la guerre dans le sud reflétait assurément une orientation nouvelle donnée au conflit, au plus tôt à partir de 215 au plus tôt13. La chronologie et l’ampleur de cette première pénétration méridionale sont sujettes à caution14. Le départ pour l’Afrique d’une partie importante de l’armée carthaginoise en 214, afin de faire face à la révolte de Syphax, roi des Numides masaesyles, suffit cependant à expliquer que les Scipions aient pu alors en profiter pour menacer plus directement le cœur de la domination carthaginoise dans la vallée du Guadalquivir15. Il est certain, en tout cas, qu’à partir de la fin 212 au moins, la guerre s’était déplacée dans la partie méridionale de la Péninsule où elle resta ensuite localisée. De façon éloquente, Cn. et P. Scipion y passèrent l’hiver 212/211, probablement à Urso et à Castulo16. Le désastre subi par leurs armées lors de la campagne suivante ne remit pas durablement en cause ce schéma. Dès 209, en effet, la prise de Carthagène par le jeune Scipion, futur Africain, replaçait définitivement le foyer de la guerre dans la région comprise entre le cours du Guadalquivir et le littoral méridional17. Ainsi, les batailles décisives de Baecula l’année suivante et d’Ilipa en 206 ont été livrées toutes deux dans la vallée du Guadalquivir18.

  • 19 C’est ainsi qu’il faut comprendre Tite-Live, XXVIII,, 15, qui qualifie l’armée de Scipion de domit (...)
  • 20 Polybe, XI, 24, 10 ; Tite-Live, XXVIII, 19, 4 ; 21, 1 ; 22, 1 ; 22-23 ; 37, 10 ; Appien, Ib., 32-3 (...)
  • 21 La tendance actuelle consiste à remettre en question ce contraste entre Citérieure et Ultérieure. (...)

7L’expulsion des Carthaginois hors de la Péninsule laissait les Romains maîtres des territoires où s’étaient déroulées les étapes successives de la guerre19. Après une rapide consolidation de leur emprise sur la région méridionale par la mise au pas des cités encore récalcitrantes (notamment Castulo, Iliturgi, Astapa et Gades)20, leur effort s’est ensuite concentré sur le Nord-Est, où aucune campagne d’envergure n’avait eu lieu depuis les premières années de la présence romaine. De nouveau, le centre de gravité des opérations se déplaçait durablement. En effet, même si l’image d’une future province d’Ultérieure très tôt pacifiée est à nuancer, il est certain cette dernière n’a pas connu dans la première moitié du iie siècle une activité militaire aussi prononcée que la région en deçà de l’Èbre21. Par conséquent, le maintien comme l’approfondissement du contrôle romain du Nord au Sud de la Péninsule n’impliquaient pas en permanence un investissement militaire équivalent dans l’ensemble des zones susceptibles de requérir l’intervention des légions.

8En effet, les guerres livrées en Hispanie à partir de la fin de la seconde guerre punique, comme celles de la phase précédente, se caractérisent par leurs limites spatiales. Il est rare que l’on puisse distinguer des fronts simultanés d’égale importance. Le terme même de « front » convient peu, du reste, au type de guerre dont il est ici question. Il s’agit davantage de zones d’opérations dans lesquelles les gouverneurs étaient ou non amenés à poursuivre l’action de leur prédécesseur. Notre connaissance de cette succession de conflits demeure toutefois schématique. La nature même de nos sources les conduit à privilégier systématiquement les engagements spectaculaires et lourds de conséquences au détriment d’une routine militaire pourtant moins anecdotique, sans doute, qu’elle ne nous apparaît, au premier abord, à la lecture des textes. Les raccourcis liviens en témoignent. L’historien augustéen n’hésite pas à écrire pour l’année 192 :

  • 22 Tite-Live, XXXV, 7, 6 : Et per hiemem proelia aliquot nulla memoria digna aduersus latronum magis (...)

Durant l’hiver, quelques combats peu dignes de mémoire eurent lieu contre des raids de brigands plutôt que d’ennemis, mais qui néanmoins furent livrés avec des succès variés et non sans pertes (trad. R. Adam, CUF, modifiée)22.

  • 23 Découvert en 1982, le bronze d’Alcántara révèle le texte d’une deditio daté avec certitude de 104. (...)
  • 24 J. M. Roldán Hervás, « De Numancia a Sertorio », p. 157. Sur le détail de cette période, voir L. A (...)
  • 25 En particulier, les Fasti triumphales mentionnent plusieurs triomphes célébrés sur les Celtibères (...)

9On pourrait ainsi multiplier les exemples de tels choix rhétoriques interdisant de suivre, dans leur détail, le foisonnement des combats et l’évolution géographique de l’activité des légions. La restitution des événements demeure ainsi, par la force des choses, très incomplète23. Assurément, les périodes les plus mal couvertes par les textes ne correspondent pas pour autant à un arrêt des opérations militaires : en particulier, on s’accorde à reconnaître aujourd’hui que la prise de Numance en 133 représente une rupture surtout dans la mesure où les centres d’intérêt des auteurs anciens se déplacent ensuite vers les convulsions politiques internes à la cité romaine24. Les données éparses, souvent délicates à interpréter, concernant la péninsule Ibérique à partir de la fin du IIe siècle attestent en effet la poursuite d’une activité militaire régulière qu’il n’est pas toujours possible de situer avec précision25. Il convient par conséquent de se méfier des simplifications excessives.

  • 26 L’hypothèse d’un caractère général de l’insurrection est la plus répandue. VoirJ. M. Blázquez Mart (...)

10Malgré ces réserves, les informations disponibles concernant les menées des magistrats envoyés dans les Hispaniae au cours du IIe siècle permettent de dégager quelques grandes tendances qui vont dans le sens de l’absence de conflit généralisé. La révolte indigène de 197 nous paraît à ce sujet un exemple tout à fait éloquent. Elle est traditionnellement considérée comme un soulèvement massif des territoires alors soumis au contrôle de Rome, en réaction à la création officielle cette année-là des provinces d’Hispania Citerior et d’Hispania Ulterior interprétée par l’historiographie moderne comme une radicalisation des exigences du conquérant en matière de prélèvements26. Effectivement, Tite-Live rapporte les nouvelles alarmantes, relatives à l’Ultérieure, envoyées par le préteur M. Helvius :

  • 27 Tite-Live, XXXIII, 21, 6-9 : ingens in Hispania ulteriore coortum est bellum. M. Heluius eam proui (...)

Une guerre considérable éclata en Espagne Ultérieure. C’est M. Helvius qui gouvernait cette province. Par lettre, il informa le sénat que des petits rois, Culcha et Luxinius, avaient pris les armes, que Culcha avait avec lui dix-sept oppida, et Luxinius les villes puissantes de Carmo et de Bardo, que, sur la côte, les habitants de Malaca, de Sexi, toute la Béturie et ceux qui n’avaient pas encore dévoilé leurs sentiments se soulèveraient pour rejoindre leurs voisins insurgés (trad. G. Achard, CUF)27.

11De même, l’auteur fait état, peu après, d’un revers en Citérieure où le préteur Sempronius Tuditanus essuya une sévère défaite au cours de laquelle il trouva la mort :

  • 28 Tite-Live, XXXIII, 25, 8-10 : Et quo magis pacem ratam esse in Macedonia uulgo laeterentur, tristi (...)

Et ce qui fit que l’on ressentit généralement une plus grande joie de la conclusion de la paix en Macédoine, ce furent les mauvaises nouvelles arrivées d’Espagne et la publication d’une lettre disant que le proconsul C. Sempronius Tuditanus avait été vaincu en Espagne Citérieure, que son armée avait été battue et mise en déroute, que beaucoup de gens connus étaient tombés dans la bataille et que Tuditanus, ramené grièvement blessé du combat, était mort peu après (trad. G. Achard, CUF)28.

  • 29 Tite-Live, XXXIII, 43, 1 ; Appien, Ib., 39.

12Enfin, Tite-Live comme Appien mettent explicitement l’affectation du consul de 195 en Citérieure, avec des moyens importants, en relation avec l’importance reconnue par le sénat à la guerre29.

  • 30 Il n’y a donc pas de raison de suivre J. M. Blázquez Martínez et Á. Montenegro Duque, Historia de (...)

13Toutefois, le contenu de ces récits invite à nuancer l’ampleur réelle de l’insurrection. Ainsi, telle que sa dépêche nous est rapportée par Tite-Live, Helvius ne mentionnait aucun embrasement de l’Ultérieure : au contraire, il redoutait manifestement que le soulèvement de deux roitelets n’aboutît précisément à ce résultat, ce qui prouve que ce n’était pas encore le cas30. En outre, la lettre du préteur faisait seulement allusion à la partie occidentale de l’Ultérieure. En ce qui concerne la Citérieure, le responsable de la défaite n’est pas précisé. Par conséquent, rien ne permet de conclure avec certitude à un soulèvement général du Nord-Est.

  • 31 Tite-Live, XXXIII, 21, 9.
  • 32 Tite-Live, XXXIII, 25, 10.

14L’attitude même du sénat nous semble à ce propos révélatrice. À la lecture de la dépêche d’Helvius, les patres se contentèrent en effet d’inviter le préteur désigné pour l’année suivante à remettre un rapport (referre ad senatum) sur la guerre31. Ce n’est qu’après la nouvelle de la mort de Tuditanus que des mesures plus vigoureuses furent prises : cette fois, une légion supplémentaire fut accordée pour l’année 196 à chaque nouveau préteur32. Cependant, ces décisions n’impliquent pas l’existence d’une rébellion de grande envergure dans les deux provinces. Elles témoignent surtout de la crainte de voir, à terme, l’équilibre de ces régions durablement perturbé. Relatant le départ des préteurs Q. Fabius Buteo et Q. Minucius Thermus en 196, Tite-Live précise en effet :

  • 33 Tite-Live, XXXIII, 26, 5-6 : Bellum in Hispania quinto post anno motum est quam simul cum Punico b (...)

La guerre fut donc déclenchée en Espagne quatre ans après y avoir cessé, en même temps que la guerre punique. Sans attendre que ces préteurs partent pour une guerre presque nouvelle, puisque l’ennemi avait pris les armes pour la première fois en son propre nom, sans armée ni chef punique… (trad. G. Achard, CUF)33.

  • 34 La campagne contre les Ilergètes : Tite-Live, XXIX, 1, 19-2, 18. La remarque de Tite-Live suggère (...)

15Clairement, les confrontations advenues depuis 206, et notamment la campagne contre les Ilergètes en 205, formaient avant tout, dans l’esprit des dirigeants romains, une excroissance de la seconde guerre punique34. La perspective d’une véritable nouvelle guerre contre des populations indigènes demeurées jusque-là contrôlables incita donc les dirigeants romains à réagir. Cette dimension préventive est confirmée par le soulagement que procura la nouvelle de la victoire écrasante remportée par Minucius Thermus sur les troupes ennemies en Ultérieure :

  • 35 Tite-Live, XXXIII, 44, 5 : His litteris lectis minus terroris ab Hispanis erat, unde ingens bellum (...)

La lecture de cette dépêche fit que l’on eut moins peur de l’Espagne où l’on avait redouté une guerre considérable (trad. G. Achard, CUF)35.

  • 36 C’est l’idée défendue par R. C. Knapp, « Cato in Spain », p. 26. Les campagnes contre les Bergista (...)
  • 37 En particulier la ville d’Iliturgi, près de laquelle M. Helvius livra un combat avant de rejoindre (...)
  • 38 On s’accordera sur ce point avec J. S. Richardson, Hispaniae, p. 84 : « Although it may be excessi (...)
  • 39 Sur cette tendance de Caton : Tite-Live, XXXIV, 15, 9. On trouve une trace de cette présentation r (...)

16Ainsi, à l’arrivée de Caton au cours de l’été 195, les principaux troubles se limitaient peut-être, en réalité, à la seule Citérieure, et même essentiellement à la zone littorale36. La question est compliquée par les difficultés d’identification des noms de lieux transmis par les sources37. Il est clair cependant que l’hypothèse d’une perte totale de contrôle de la région tenue par les Romains au nord de l’Èbre en 195 est peu probable38. Cette tradition trouve vraisemblablement son origine dans le souci constant du consul d’exalter ses propres exploits39.

  • 40 Ainsi Culchas régnait, semble-t-il, sur vingt-huit oppida à la fin du IIIe siècle (Tite-Live, XXVI (...)
  • 41 Lorsqu’elle se produit, cette remise en cause est isolée, comme celle des Bergistani en 195 (Tite- (...)
  • 42 Segeda est localisée à l’emplacement de l’actuel Poyo de Mara (Belmonte), sur la rive gauche du (...)
  • 43 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 232-233.
  • 44 Tite-Live, XXXV, 1, 1-3 (pour 194) ; XXXVII, 46, 7-9 (pour 190) et XXXVII, 57, 5-6 (pour 189) ; XX (...)
  • 45 J. de Alarcão, Roman Portugal, pp. 2-5 ; J. Edmondson, « Roman Power and the Emergence of Provinci (...)
  • 46 Polybe, XXXV, 2 ; Appien, Ib., 58 (pour 152) ; Appien, Ib., 59-60 ; et Tite-Live, Per., XLIX (pour (...)

17Rome ne s’est donc pas heurtée, au moment même où elle affermissait le cadre de son hégémonie sur les territoires hispaniques, à des difficultés militaires accrues. Les soubresauts de 197-194 soulignent certes que les formes prises par cette domination n’allaient pas sans susciter des oppositions40. Ces résistances ne semblent pas néanmoins avoir requis, pour y faire face, un investissement militaire très lourd. Au contraire, dès la fin de la décennie 190, les armées romaines entreprirent de nouvelles campagnes en direction de l’intérieur. Caton lui-même amorça la progression romaine dans la vallée de l’Èbre, preuve supplémentaire, s’il en faut, d’une absence de remise en cause profonde de l’autorité romaine, en 195, dans les régions côtières du Nord-Est41. Jusqu’aux campagnes de Tiberius Sempronius Gracchus en 180-179, le cours inférieur et moyen de l’Èbre représenta dès lors le théâtre d’intervention privilégié des gouverneurs de Citérieure. Toutefois, cette avancée demeurait de nouveau circonscrite. Les armées romaines ne pénétraient pas encore l’intérieur du Système Ibérique, au-delà de la ville de Segeda42. Le Haut-Tage, le Haut-Jalón et le Haut-Duero demeuraient alors hors de leur zone d’activité43. En Ultérieure, le début des raids lusitaniens incita progressivement les représentants romains à faire porter de façon croissante leur action au-delà du Guadalquivir44. Cette poussée aboutit, peut-être dès le milieu des années 170, au contrôle d’une partie des peuples vivant entre Guadiana et Tage, tels les Cunei, Celtici, Turduli et Vettons45. La pénétration entre Tage et Duero, entreprise véritablement à partir des années 152-150, est restée néanmoins sporadique jusqu’en 13946.

  • 47 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 98, parle ainsi de l’« erratic and uncoordined nature of the vario (...)
  • 48 Orétans : Tite-Live, XXXV, 7, 6-7 (pour 193) ; Tite-Live, XXXV, 22, 5-8 (pour 192). Toletum : Tite (...)
  • 49 Tite-Live, XXXVII, 46, 7-8 ; 57, 1-6 ; XXXIX, 7, 6-7 ; 21, 1-10 ; 42, 2-4 ; 56, 1 ; XL, 16, 7-10 ; (...)
  • 50 Le cas particulier de ces guerres est étudié plus en détail dans le second point de ce développeme (...)

18Chaque magistrat intervenait ainsi dans des zones précises, parfois très distinctes de celles de son prédécesseur, si bien qu’on a pu évoquer un manque persistant de cohérence jusqu’au milieu du IIe siècle47. Cette configuration de la guerre impliquait que, chaque année, l’armée était conduite sur un théâtre d’opération relativement circonscrit, ponctuellement déterminé par l’hostilité des populations locales envers les alliés de Rome, par la convoitise des généraux ou bien par des considérations stratégiques plus larges. Cette aire d’opération n’était pas toujours nouvelle : des campagnes réitérées sont mentionnées contre les Orétans, dans le nord de la Sierra Morena, ou autour de Toletum, actuelle Tolède, sur le cours moyen de Tage48. De même, à partir de 187, les sources font régulièrement référence à la Celtibérie et à la Lusitanie, rapportant notamment des opérations successives dans le sud et l’ouest de la Meseta49. Dans nos sources, la nomenclature très vague des adversaires de Rome au cours de ces campagnes ne permet pas toutefois d’assurer que les cités et les peuples militairement opposés aux gouverneurs provinciaux dans ces régions formaient des ensembles politiques et ethniques invariables auxquels le conquérant revenait s’affronter chaque printemps jusqu’à briser leur résistance. L’exemple plus tardif des guerres celtibéro-lusitaniennes, mieux documenté, tendrait à prouver le contraire50. Par conséquent, le caractère répétitif de ces offensives dans le centre de la Péninsule ne préjuge en rien, concrètement, du retour des armées romaines sur les mêmes territoires, contre des objectifs identiques. En outre, ce déplacement vers l’intérieur ne se cumulait pas avec des impératifs de maintien de l’ordre dans les zones orientales conquises : les provinces de Citérieure et d’Ultérieure avaient très vite cessé, dès le premier quart du IIe siècle semble-t-il, d’exiger l’intervention fréquente des légions. Ainsi, dans les faits, malgré l’extension continue de la domination romaine, l’envergure des opérations militaires restait à la mesure des forces limitées envoyées dans la Péninsule depuis l’Italie.

  • 51 Sur la question des effectifs à cette période, voir infra, pp. 119-128.
  • 52 La géographie des grandes étapes de la geste sertorienne a été rappelée dernièrement par M. Salina (...)
  • 53 Débarquement de Sertorius près de Gades en 80 (Salluste, Hist., I, 105 ; Plutarque, Sert., XI, 1) (...)
  • 54 Salluste, Hist., I, 122 M = I, 113 MG ; Tite-Live, frgt. 91 ; Plutarque, Sert., XVI, 1. Voir la re (...)
  • 55 Plutarque, Sert., XVIII ; Pomp., XVII-XIX ; A. Schulten, Sertorio, pp. 130-132 ; F. García Morá, U (...)
  • 56 Salluste, Hist., II, 97, 6 M ; Plutarque, Pomp., XVIII ; A. Schulten, Sertorio, pp. 115-124 et 150 (...)
  • 57 F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 277 : « Creemos que desde inicios de la (...)
  • 58 César, BC, I, 84-85 ; II, 20.
  • 59 Bell. Hisp., III, 1 ; IV, 1 ; VI, 1 ; XX, 1 ; XXVII, 6. Sur la géographie de la campagne de 45, vo (...)

19La période des guerres civiles, inaugurée en péninsule Ibérique par la résistance de Sertorius à la Rome syllanienne, modifia profondément la physionomie des conflits menés sur place par les Romains. En effet, les protagonistes cherchaient à maîtriser l’ensemble d’un espace provincial étendu désormais à une proportion considérable de la Péninsule. En partie pour cette raison, le volume des troupes engagées dans ces luttes atteignit alors des niveaux sans précédents51. Cette double inflation des conflits, sur le plan géographique et humain, contribua d’ailleurs à accélérer brutalement l’intégration des territoires ibériques au monde romain. Cependant, l’élargissement de l’horizon des opérations militaires à cette époque ne mit pas un terme au cloisonnement de chaque campagne. L’aventure sertorienne peut ainsi se découper, pour ses péripéties principales, en phases bien distinctes correspondant chacune à la concentration des opérations dans certaines régions52. La guerre fut d’abord centrée sur la partie méridionale de la Péninsule, notamment entre Tage et Guadalquivir53. Comme la province d’Ultérieure demeurait fermement tenue par Metellus, la guerre se déplaça rapidement dans la haute vallée de l’Èbre où Sertorius chercha à rallier à sa cause les populations de la Meseta et du Nord-Est54. L’Ultérieure, tenue par Metellus, lui demeura fermée. À l’arrivée de Pompée, à la fin de l’année 77 ou au début de l’année 76, la guerre se fixa en grande partie sur la côte levantine, entre l’Èbre et Carthagène55. Valentia, actuelle Valence, représenta alors un enjeu essentiel56. La jonction des armées de Pompée et de Metellus, rendue possible par les déroutes successives de Perperna et d’Hirtuleius, lieutenants de Sertorius, recentra ensuite définitivement les opérations en Celtibérie, dans la vallée du Duero, au point qu’on a parfois voulu interpréter la dernière partie de la guerre sertorienne comme « l’ultime guerre celtibère »57. Le souci stratégique de Sertorius d’isoler ses adversaires ne donna jamais lieu au développement simultané de deux fronts véritables, faute de moyens matériels et humains suffisants. Plus nettement encore, l’affrontement entre Césariens et Pompéiens, à partir de 49, démontre que la géographie des opérations militaires ne saurait, même à cette époque, recouvrir celle des territoires qui en constituent l’enjeu. En 49, l’issue des opérations se décida essentiellement en Citérieure, dans la région d’Ilerda (actuelle Lérida) où César obtint la reddition des forces pompéiennes menées par les légats Afranius et Petreius, avant de recevoir sans confrontation armée celle de Varron en Ultérieure58. En 46-45, la victoire finale du parti césarien eut lieu cette fois, à l’inverse, entièrement en Ultérieure et plus précisément autour des villes de Ulia (Montemayor), Corduba (Cordoue), Ategua (Teba la Vieja), Ucubi (Espejo) et Munda (Cerro de la Camorra ?), toutes situées dans la vallée du Guadalquivir59. De nouveau, l’âpreté de la guerre comme l’incertitude de son issue ne trouvaient pas leur origine dans l’immensité du champ de bataille. En cela, malgré leur indéniable spécificité, les guerres civiles différaient moins des conflits du siècle précédent que ne pourrait le laisser croire l’engagement de leurs participants à l’échelle péninsulaire.

20Ce qui frappe, c’est donc le fractionnement permanent des opérations militaires et leur concentration spatiale, aussi bien dans le déroulement de la conquête elle-même que durant les guerres civiles. Aucun des moments forts ponctuant l’histoire des armées romaines tout au long des deux siècles de la période considérée ici n’imposa, en dépit de difficultés souvent réelles, un effort militaire démesuré. Ni la seconde guerre punique, ni la révolte de 197, ni la guerre de Sertorius n’engagèrent jamais dans un même embrasement l’ensemble des territoires provinciaux et encore moins la totalité de la Péninsule. Nul exemple ne l’illustre mieux que les conflits de la seconde moitié du IIe siècle, traditionnellement érigés en modèle d’une résistance généralisée.

LES GUERRES CELTIBÉRO-LUSITANIENNES (154-133) : LE MYTHE D’UNE RÉSISTANCE GÉNÉRALISÉE

  • 60 J. M. Blázquez Martínez et Á. Montenegro Duque, Historia de España, t. II (1), p. 83 : « Ypor supu (...)
  • 61 Pour le récit des événements : A. Schulten, Numantia I ; H. Simon, Roms Kriege in Spanien ; M. Sal (...)
  • 62 A. Schulten, Historia de Numancia, p. 65.
  • 63 Appien, Ib., 56 ; pour sa part, Diodore, XXXI, 41, se contente d’affirmer que les Arévaques votère (...)
  • 64 Viriathe n’était à l’origine, semble-t-il, qu’un chef de bande parmi d’autres, comme Punicus dont (...)
  • 65 Sur les vertus de Viriathe : Strabon, III, 3, 6 ; Dion Cassius, XXII, 73-75 ; Diodore, XXXIII, 1, (...)
  • 66 Appien, Ib., affirme que Viriathe souleva les Arévaques, les Titti et les Belli contre les Romains (...)

21La place à part accordée dans la mémoire, dès l’Antiquité, à l’épisode celtibérolusitanien de la seconde moitié du IIe siècle a été soulignée dès l’introduction de cet ouvrage. De tous les conflits s’étant succédé sur le sol hispanique, il est celui qu’on associe à l’extension la plus périlleuse des fronts de la conquête60. Entre 154 et 133, Rome a en effet connu de nombreux revers dans la Meseta, mais aussi de part et d’autre de la vallée du Guadalquivir61. La difficulté des opérations menées alors simultanément dans les parties méridionales et septentrionales de la Péninsule possède en outre la réputation d’avoir été aggravée par la coalition des adversaires de Rome62. Cette interprétation mérite toutefois d’être discutée. Ainsi, la parade, jusqu’au cœur de la Celtibérie, des enseignes prises aux Romains par les Lusitaniens après leur victoire sur le préteur Mummius en 155 n’est pas exempte d’ambiguïtés et, telle qu’elle nous est relatée par Appien, n’impliquait pas forcément une volonté d’union entre Lusitaniens et Celtibères63. De même, les sources associent ces guerres à quelques noms qui contribuent à leur conférer une unité apparente : dans la Meseta, la cité arévaque de Numance ; dans l’Hispania méridionale, le chef lusitanien Viriathe64. La figure de ce dernier, exaltée unanimement par les auteurs antiques, donne aux événements la dimension d’un mouvement qu’on a pu essayer parfois de qualifier de « national »65. À ce titre, c’est un appel à la révolte de Viriathe, évoqué par Appien, qui est généralement considéré comme la cause directe de la reprise de la guerre en Celtibérie à une plus grande échelle qu’auparavant66.

  • 67 D’une manière générale, les auteurs anciens ne voyaient pas la nécessité de davantage de précision (...)
  • 68 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 53-80, et notamment pp. 61-62, pour l (...)
  • 69 P. Moret, « Celtibères et Celtici d’Hispanie », pp. 99-120.
  • 70 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 58-60 ; F. Burillo Mozota, Los Celtíb (...)
  • 71 Le débat s’articule autour de la signification de l’expression ulterior Celtiberiae ager dans Tite (...)
  • 72 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 37 et 207.
  • 73 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 71-72 ; voir aussi les remarques de J (...)

22La difficulté pour évaluer précisément l’ampleur de ces guerres tient en grande partie au fait que les sources littéraires ont tendance à offrir une vision très simplifiée de l’ethnographie péninsulaire67. Les termes « Lusitaniens » et « Celtibères » servent ainsi, dès l’Antiquité, de noms génériques commodes masquant l’extrême diversité ethnique et géographique des populations indigènes68. La diversité de leur contenu reflète moins les évolutions historiques des ces groupes que les transformations du regard porté sur eux par leurs contemporains69. Ainsi, la notion de Celtibérie fluctue, aussi bien dans la tradition antique que dans l’historiographie moderne, entre une acception restreinte et une autre plus large70. Pour autant, l’identification des différentes aires géographiques désignées sous ce terme global au fil du temps ne fait pas l’unanimité71. Même sans accepter l’idée contestée (et contestable) d’une Celtibérie méridionale, la plupart des historiens admet toutefois aujourd’hui l’absence d’unité véritable de la Celtibérie en opposant de préférence les peuples de la moyenne vallée de l’Èbre à ceux du Haut-Duero72. Ces nuances valent également pour la Lusitanie. Comme l’a bien fait valoir P. Ciprés, la signification du terme semble évoluer en fonction de la conquête romaine : les Lusitani étant tantôt assimilés aux populations non soumises vivant entre Tage et Duero, tantôt à un ethnos élargi à tout l’ouest péninsulaire73. Quel que soit le contenu que l’on s’accorde à reconnaître à ces ensembles, il est certain qu’entre 155 et 133, Rome n’a pas affronté deux blocs géographiques et ethniques, puisque ceux-ci n’existaient pas. Par conséquent, elle n’a pu encore moins s’être heurtée à un seul, progressivement constitué par un hypothétique rapprochement entre Celtibères et Lusitaniens. En effet, en tenant compte des parti pris que l’on vient d’évoquer, le réexamen critique récent des textes, soutenu par une connaissance accrue du substrat indigène des régions intérieures de la Péninsule grâce aux acquis de l’archéologie et de la numismatique, tend à privilégier désormais une segmentation accrue des événements de la seconde moitié du IIe siècle.

  • 74 Appien, Ib., 51 et 66.
  • 75 Appien, Ib., 44. Les Romains accusaient les Ségé dans d’avoir rompu les traités gracchiens (συνθήϰ (...)
  • 76 Appien, Ib., 45 ; Diodore, XXXI, 41. Sur la situation de Segeda, voir supra, p. 37, n. 42. Voir ég (...)
  • 77 Campagne de Fulvius Nobilior autour de Numance : Appien, Ib., 46-47 ; campagne de Claudius Marcell (...)
  • 78 Appien, Ib., 47. A. Schulten, Numantia I, a proposé d’identifier Axinium à Uxama (p. 130) et Ocili (...)

23Les opérations en Celtibérie se sont déroulées clairement en deux phases, d’abord entre 154 et 150 (première guerre celtibère) puis entre 143 et 133 (seconde guerre celtibère). Cette division ne pose guère de difficultés dans la mesure où elle correspond, au fond, au découpage d’Appien, qui distingue d’une part la guerre contre les Belli, les Titti et les Arévaques, et d’autre part la guerre de Numance, présentée explicitement par l’historien comme une autre guerre74. Ce découpage suffit d’une certaine manière à exprimer d’emblée l’idée d’une discontinuité de la guerre. Mais, en réalité, le fractionnement des opérations fut encore plus prononcé. Ainsi, c’est un simple incident qui déclenche le conflit en 154 : l’extension de la muraille de la ville de Segeda, perçue par Rome comme un défi à son autorité75. La localisation précise de Segeda, qui appartenait au peuple des Belli, est incertaine, mais on la situe en général dans la partie de la vallée du Jalón la plus proche du territoire arévaque, puisque, à l’arrivée de l’armée du consul Fulvius Nobilior en 153, ses habitants ont pu se réfugier derrière les murs de Numance76. Commencée comme un conflit local, la guerre est restée ensuite limitée à un espace compris entre le cours moyen du Jalón et le Haut-Duero, si l’on en croit les sources qui situent les opérations autour des villes de Numance puis de Nertobriga77. Mentionnées également par Appien, Ocilis et Axinium, bien que de localisations incertaines, se trouvaient forcément à proximité puisque ces cités servaient de dépôts de vivres à chacun des protagonistes78.

  • 79 Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 148.
  • 80 Appien, Ib., 48.
  • 81 Polybe, XXXV, 2, 3 ; Appien, Ib., 48-49. L’alliance d’au moins une partie des Belli et Titti avec (...)
  • 82 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 246 : « … al hablarde las etnias se nos está nombrando el to (...)
  • 83 Appien, Ib., 51. Sur la deditio de 151 : E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp (...)
  • 84 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 66, suggère que l’identité ethnique (c (...)
  • 85 Appien, Ib. 51. Le fait qu’Appien suive ici une tradition très hostile à Lucullus (sans doute Poly (...)
  • 86 Appien, Ib., 55. Sans doute cette dénomination n’a-t-elle rien d’officiel et sert avant tout à la (...)

24Le motif du conflit comme l’aire restreinte de son règlement ont pu ainsi conduire certains historiens à lui donner l’appellation de « Guerre de Segeda »79. L’intérêt de cette dénomination est de rappeler que si Rome luttait alors contre des Arévaques, des Belli et des Titti Ἀϱουαϰοὶ ϰαὶ Βελλοὶ ϰαὶ Τίτθοι)80, elle n’avait affaire qu’à une partie de ces peuples. Ainsi, à l’été 152, lors des premiers pourparlers de paix, il est clair que la totalité des Belli et des Titti ne s’était pas soulevée contre Rome81. En effet, l’appartenance à un groupe ethnique ne préjugeait pas du comportement de chacune de ses composantes et Rome affrontait avant tout des structures politiques qui ne dépassaient pas le niveau de la cité82. Dans ces conditions, la deditio de Segeda et de Numance, obtenue finalement par Marcellus au début de l’année 151, mettait réellement fin à une guerre qui ne concernait que ces villes et qu’on ne saurait généraliser à toute la région sans méconnaître l’atomisation politique du monde celtibère83. Certes, l’implication de Numance ou de Nertobriga aux côtés de Segeda, initialement seule à provoquer l’intervention de Rome, prouve l’existence de réseaux de relation entre cités celtibères d’ethnies différentes et peut-être celle d’alliances plus ou moins permanentes84. Cependant, du point de vue romain, le fonctionnement de ces solidarités ne suffisait pas à donner au conflit une envergure régionale, comme l’indique l’absence d’autorisation donnée par le sénat à la campagne menée l’année suivante par Lucullus contre plusieurs villes des Vaccéens (Cauca, Intercatia et Pallantia)85. Aux yeux des dirigeants romains, il s’agissait là d’un problème bien distinct, sur le plan politique et militaire, des événements précédents : cette opération est d’ailleurs explicitement qualifiée par Appien de « guerre des Vaccéens » (Оὐαϰϰαίων πόλεμος)86.

  • 87 Analysant le vocabulaire employé par Appien, Ib., 44, Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 164, montre (...)
  • 88 Appien, Ib., 50, précise bien l’intérêt que chacun avait à cet accord. De ce point de vue, Á. Capa (...)
  • 89 Il n’est pas besoin toutefois d’imagineravec M. Salinas de Frías, Conquistay romanización de Celti (...)

25La relative tranquillité de la région durant les sept années suivantes confirme, selon nous, l’interprétation restreinte qu’il faut donner aux événements de 153-150. Rome n’avait pas vu se dresser face à elle une Celtibérie révoltée : elle avait réglé un litige relatif au respect des clauses d’un accord passé87. La deditio de 151 a permis la paix car elle satisfaisait les deux parties : le sénat parce que les adversaires avaient accepté une reddition formelle ; les Celtibères parce que, tout en mettant fin à la guerre, cette reddition ne bouleversait pas l’équilibre politique de la région88. La « Guerre de Segeda » démontre assurément les limites de l’influence romaine dans la haute vallée du Duero et l’importance des Arévaques dont Numance constituait la cité principale89.

  • 90 Appien, Ib., 76.
  • 91 Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 165, croit notamment qu’Appien, en privilégiant Termentia et Numa (...)
  • 92 Sur la place centrale de Numance dans ces conflits, voir A. Jimeno Martínez, « Conquest and Romani (...)
  • 93 Le détail des opérations de 143-142 est peu clair. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 105, n. 6, (...)
  • 94 Tite-Live, Per., LIV, 1, et peut-être Diodore, XXXIII, 16, attestent la prise de Termentia dont Ap (...)
  • 95 Appien, Ib., 79.
  • 96 Appien, Ib., 79. Les raisons de ce refus sont discutées par E. García Riaza, Celtíberos y lusitano (...)

26Il est révélateur que la reprise des troubles en 143 se produisit précisément dans la même région. Appien qualifie cette nouvelle guerre de « guerre contre les Vaccéens et les Numantins » (τὸν Οὐαϰϰαίων ϰαὶ Νομαντίνων πόλεμσν)90. Toutefois, on estime généralement que l’hostilité à Rome, exacerbée par les événements d’Ultérieure, rassembla en fait un nombre accru de communautés autour des Numantins91. Si une telle éventualité était avérée, elle ne ferait cependant que mettre davantage en relief la concentration des opérations militaires92. Caecilius Metellus, chargé de la guerre en 143, semble ainsi avoir rapidement isolé Numance, vraisemblablement après s’être assuré des villes, comme Contrebia, Nertobriga et Centobriga, contrôlant l’accès à la Meseta depuis l’Èbre93. La campagne de son successeur, en 141-139, se déplaça vers le Haut-Duero : Pompeius prit Termentia et Lagni, mais échoua à enlever Numance94. L’affaiblissement de la capitale arévaque était cependant suffisant pour la pousser à offrir sa reddition au consul95. Seul le refus du sénat de ratifier la paix de Pompeius empêcha une résolution du conflit identique à celle de 15196.

  • 97 Appien, Ib., 79.
  • 98 Les échecs de Popilius, vaguement sous-entendus par Appien, sont attestés en revanche par Tite-Liv (...)
  • 99 Tite-Live, Per., LV ; Appien, Ib., 80. Sur cet épisode, voir N. Rosenstein, « Imperatores Victi. T (...)
  • 100 Appien, Ib., 85-98.
  • 101 Appien, Ib., 80.
  • 102 Appien, Ib., 81. F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 249, suggère ainsi de nommer ces opérations (...)

27Ce rappel des événements suffit à montrer la grande similitude entre le déroulement de cette guerre et celui de la précédente dont le cadre resta la vallée du Jalón et le Haut-Duero. En effet, il n’est guère probable que la brève campagne de Popilius Laenas, à la fin de l’année 139, contre les Lusones dans la vallée de l’Èbre ait eu un lien quelconque avec les opérations antérieures : elle prit place au cours de la trêve imposée par les délibérations tenues à Rome au sujet du traité de Pompeius97. Le rejet de la paix connu, Popilius reprit, en vain, l’offensive contre Numance98. Celle-ci fut de nouveau interrompue en 137 après la défaite et la pax ignominiosa conclue par Hostilius Mancinus99. La guerre numantine ne s’acheva que trois ans plus tard, à l’occasion d’une dernière expédition en 134-133 sous les auspices de Scipion Émilien100. Entre-temps, les armées romaines s’étaient déplacées dans la partie orientale de l’aire vaccéenne, en particulier autour de Pallantia, contre laquelle Aemilius Lepidus lança dès 137 une opération concertée avec son collègue d’Ultérieure, Decimus Iunius Brutus101. Toutefois, il s’agissait là, non d’un prolongement des combats des années précédentes, mais d’une nouvelle guerre, à l’initiative des généraux romains, comme le démontre clairement la réaction du sénat condamnant Lepidus102.

28La guerre en Celtibérie se composa donc exclusivement d’opérations restreintes, fréquemment interrompues par des phases d’inactivité. Elle concernait avant tout la vallée du Jalón et le Haut-Duero, c’est-à-dire le point de contact entre les régions où l’influence romaine se faisait sentir depuis les années 170 et celles qui lui échappaient encore. En ce sens, les guerres de 153-133, plus qu’une résistance généralisée de la Meseta face à la progression des légions, constituaient une péripétie supplémentaire de la pénétration romaine vers l’intérieur, intervenue sur un axe de communication essentiel entre Citérieure et Ultérieure.

  • 103 Appien, Ib., 61 ; Tite-Live, Per., LII, 8 ; Orose, V, 4, 2.
  • 104 D’une manière générale, les villes dont l’appui àViriathe est attesté dans la documentation sont s (...)
  • 105 A. Schulten attribuait à Viriathe une aire d’opération très étendue, à la mesure de la mobilité qu (...)
  • 106 Ces problèmes ont été bien mis en évidence par L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primera (...)
  • 107 Ibid., pp. 379-380, a souligné de manière convaincante la difficulté d’interprétation de l’express (...)
  • 108 Ces événements sont déduits de plusieurs passages de Frontin : Frontin, Strat., III, 10, 6 ; III, (...)
  • 109 L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », p. (...)
  • 110 Cette dominante méridionale est défendue également avec force par L. Pérez Vilatela, Lusitania, p. (...)

29Il n’en allait pas autrement dans le sud, où, malgré sa réputation, la guerre des Lusitani ne donnait pas davantage lieu à un embrasement de l’Occident péninsulaire. Entre 147 et 139, les agissements de Viriathe ont eu pour cadre essentiel la vallée du Guadalquivir. Commencée en Turdétanie où Viriathe est confronté à Vetilius103, la guerre est ensuite régulièrement associée à cette région dans les sources104. La chronologie des événements est très mal établie et le manque de précision des textes constitue une source permanente de confusions. Cependant, contrairement au schéma hérité de la reconstitution proposée en son temps par A. Schulten, il est peu probable que la guerre se soit beaucoup éloignée de cette localisation méridionale initiale105. En effet, les quelques passages appuyant l’hypothèse de déplacements du cheflusitanien loin vers le nord présentent de nombreuses ambiguïtés106. Ni l’expédition de Viriathe en 146 en Carpétanie107, ni son attaque contre Segobriga et Segovia la même année108, ni sa victoire en 143 contre le préteur Quinctius, toujours en Carpétanie109, ne reposent sur des bases suffisamment solides. Très vraisemblablement, la Sierra Morena et ses alentours ont constitué tout au long du conflit à la fois l’enjeu majeur des affrontements et le théâtre de leur déroulement110.

  • 111 Tite-Live, Per., LIV, 7 ; Tite-Live, Ep. Oxyrh. 185 ; Appien, Ib., 69 ; Diodore, XXXIII, 1. Pour u (...)
  • 112 Appien, Ib., 68 et 70. Il est très probable que certains des toponymes mentionnés par Appien doive (...)
  • 113 A. Schulten, « Viriato », pp. 133-135 ; cette hypothèse classique est admise par H. Gundel, « Viri (...)
  • 114 L. Pérez Vilatela, « Procedencia geográfica de los lusitanos de las guerras del siglo II a. C. », (...)
  • 115 L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », p. (...)
  • 116 L. Pérez Vilatela, Lusitania. Il estime (p. 84) que la conception d’une Lusitanie entre Duero et T (...)

30De ce point de vue, il est tout à fait significatif que la pax aequis condicionibus conclue par Q. Fabius Servilianus en 140 reconnaissait probablement l’hégémonie du chef lusitanien sur certaines cités d’Ultérieure ainsi que sur la Béturie, c’est-à-dire la région comprise entre le Guadalquivir et le Guadiana111. Le pacte n’a fait probablement qu’entériner l’aire déjà soumise à l’autorité de Viriathe et dans laquelle Rome chercha par conséquent, avant et après 140, à faire principalement porter ses coups, comme l’indiquent les offensives de Servilianus en 141 et de Caepio en 139112. Cette relation forte du chef lusitanien à la Béturie s’explique probablement parce que cette région correspondait en réalité à son lieu d’origine. Cette hypothèse apparaît d’autant plus probable que le lien qu’on lui attribue traditionnellement avec la lointaine Sierra de la Estrella (mons Herminius),tenu depuis A. Schulten pour le berceau des raids lusitaniens, s’avère en fait extrêmement fragile113. C’est désormais dans les montagnes limitrophes du nord de l’Ultérieure que l’on situe aujourd’hui de préférence son lieu d’origine comme celui des autres chefs de bande de l’époque114. On croit parfois que cette présence de Lusitaniens dans la Sierra Morena occidentale reflète l’extension de leur occupation territoriale au sud du Tage au cours de la première moitié du IIe siècle115. Toutefois, on ne peut écarter l’idée inverse, soutenue par L. Pérez Vilatela, selon laquelle le Sud-Ouest péninsulaire correspondait en fait à la région primitivement appelée Lusitania par les conquérants116.

  • 117 Sur la violence des combats dans ces régions, voir infra, pp. 209-219.

31On voit que rien ne permet d’interpréter les guerres celtibéro-lusitaniennes comme des conflits de grande ampleur. Ni l’espace dans lequel elles se sont véritablement inscrites, ni leur faible interaction ne suffisent à les différencier fondamentalement des opérations localisées qui ont constitué le quotidien des légions tout au long de la période considérée dans cette étude. Ce constat n’atténue en rien le nombre et la gravité des revers essuyés par les troupes romaines à l’occasion de ces affrontements dont l’intensité semble en revanche avoir été très supérieure à la majorité des opérations de la conquête117. D’une manière générale, cette dernière progressa donc au gré de rencontres, plus ou moins violentes, avec une partie seulement des peuples de la Péninsule, ceux dont les intérêts venaient fortuitement heurter ceux des Romains. L’effort militaire de Rome ne porta ainsi jamais sur la totalité de l’espace ibérique mais se concentra sur des territoires dont la maîtrise s’avérait déterminante.

LE CHOIX D’OBJECTIFS STRATÉGIQUES : L’IMPORTANCE DES VILLES

  • 118 N. Dupré, « La place de la vallée de l’Èbre dans l’Espagne romaine », pp. 147-152 ; F. Beltrán Llo (...)
  • 119 Sur l’importance de cette région pour Rome, voir P. P. Spranger, « Zur lokalisierung derStadt Cast (...)
  • 120 La dénomination saltus Manlianus est attestée par Tite-Live, XL, 39, 2, à propos d’une embuscade t (...)
  • 121 La valeur de l’axe du Tage notamment a été rappelée par L. Pérez Vilatela, Lusitania, pp. 98-100.
  • 122 Ce fut le cas par exemple des zones montagneuses, comme l’intérieur des Pyrénées : C. Rico, Pyréné (...)

32Il va de soi que la guerre romaine dans la péninsule Ibérique, comme toute guerre, a été menée en fonction d’objectifs stratégiques bien circonscrits qui ont largement déterminé sa physionomie. L’axe de la vallée de l’Èbre en particulier a incontestablement constitué la colonne vertébrale de la pénétration romaine dans la partie septentrionale de la Péninsule, ce qui explique que la plupart des campagnes du IIe siècle s’y soient généralement déroulées118. Les passages naturels mettant en contact les deux provinces ont également fait l’objet d’une attention constante des autorités militaires. Ainsi, le Saltus Castulonensis, dans la région actuelle de Despeñaperros, a-t-il représenté un enjeu essentiel des combats dès la seconde guerre punique et l’est resté jusqu’à la campagne de Munda119. De même, la mise en péril du contrôle romain sur la vallée du Jalón (Saltus Manlianus) a régulièrement provoqué de rapides réactions de la part des magistrats chargés de la Citérieure120. Enfin, les assauts répétés contre Toletum dans la première moitié du IIe siècle ou l’acharnement des combats dans la région de Valencia au cours de la guerre sertorienne étaient évidemment liés à la position-clé de ces villes, respectivement sur la rive du Tage et le long de la uia Heraclea121. La guerre dessinait ainsi sa propre carte de la Péninsule où demeuraient négligées de larges portions du territoire dont l’intérêt ne justifiait que rarement une intervention directe des légions122.

  • 123 Strabon, III, 4, 13.
  • 124 Pline, NH, III, 18 rapporte que l’inscription qui figurait sur le monument mentionnait la soumissi (...)
  • 125 Florus, II, 13 (= IV, 2) : Mox circa obsidiones urbium utrimque discursum est. Sur l’implication d (...)
  • 126 Sur la place de la ville comme objectif militaire, voir les remarques de Y. Garlan, La guerre dans (...)

33À l’échelle de chaque espace, se produisait une sélection identique qui limitait la soumission de cet espace au contrôle d’un certain nombre seulement de ses composantes. Parmi celles-ci, la ville occupait une position particulièrement privilégiée. Ainsi, les victoires des généraux se mesuraient avant tout en nombre de villes prises. Tib. Sempronius Gracchus était réputé avoir conquis près de trois cents villes celtibères en 179, chiffre dont la réalité était d’ailleurs suspectée par Posidonius, si l’on en croit Strabon123. L’inscription que Pompée fit figurer sur le trophée érigé en 74 au Summus Pyrenaeus pour manifester sa victoire contre Sertorius mettait en évidence le même élément124. Ces choix caractérisent souvent la guerre romaine, quel que soit le contexte : Florus résume ainsi de manière saisissante la campagne de César contre Pompée le Jeune en 45 : « puis, de part et d’autre, on courut faire le siège des villes »125. Cette relation quasi métonymique entre la soumission de villes et celle d’un adversaire, c’est-à-dire d’un territoire puisque toute communauté antique se définissait par celui qu’elle occupait, reflétait la structuration des espaces : en Hispania comme ailleurs, s’assurer des unes revenait par conséquent à conquérir l’autre126.

  • 127 Strabon, III, 4, 13 : Καὶ ἴσως οὐϰ ἄπιστον τοῦτο λέγει ϰαὶ γὰϱ οἱ στϱατηγοὶ ϰαὶ οἱ συγγϱαϕεῖς ῥᾳδί (...)
  • 128 Cette dimension idéologique du discours strabonien a été souvent soulignée : P. Thollard, Barbarie (...)

34De ce point de vue, la péninsule Ibérique du dernier âge du Fer ne faisait pas exception. L’idée d’une Hispanie préromaine restée primitivement à l’écart du développement des sociétés complexes du pourtour méditerranéen repose en effet sur des systèmes de représentations directement hérités de la géographie antique. Strabon, exprimant son accord avec la méfiance de Posidonius à l’égard des affirmations de Polybe, nous renvoie l’image d’un monde dépourvu de villes dignes de ce nom127. Rejetant ainsi les peuples dans la barbarie pour mieux justifier les bienfaits civilisateurs de la conquête romaine, le géographe augustéen a diffusé une grille de lecture des sociétés péninsulaires dont les grands traits ont largement déterminé les premières approches des historiens modernes. La ville, conçue selon la catégorie gréco-romaine de la cité (πόλις/ciuitas), appartenait par définition au monde civilisé que Rome se chargeait d’apporter au reste de la terre habitée128. Cette assimilation classique entre ville et cité a longtemps obscurci l’étude de la proto-urbanisation ibérique en masquant l’existence de véritables centres urbains qui, sans être des cités au sens classique, hiérarchisaient néanmoins les territoires. L’existence de ces capitales politiques et économiques, d’importance très inégale toutefois, explique autant que les multiples cloisonnements propres à la Péninsule les caractéristiques militaires de la conquête romaine.

  • 129 Jusqu’à une date récente, l’idée d’une civilisation marquée par sa composante urbaine restait reje (...)
  • 130 M. Molinos et A. Ruiz Rodríguez, Los Iberos, pp. 183 et 262 ; M. Bendala Galán, « La ciudad entre (...)
  • 131 A. Ruiz Rodríguez, « Les Ibères et leur espace », pp. 78-81, distingue ainsi un schéma polynucléai (...)
  • 132 L. Abad Casal et M. Bendala Galán, « L’histoire des Ibères jusqu’à l’époque romaine (VIe -Ier sièc (...)
  • 133 Face à M. Salinas de Frías, Conquista y romanización de Celtiberia, p. 105, qui défend l’idée d’un (...)
  • 134 Une majorité des historiens préfère penser qu’il s’agit, au moment de la conquête, d’un phénomène (...)
  • 135 C. J. Caballero Casado, La ciudad y la romanización de Celtiberia, pp. 71-91.
  • 136 L. Pérez Vilatela, Lusitania, pp. 89-90.

35Les renouvellements apportés depuis quelques années à la connaissance des mondes indigènes ont contribué à restituer à ceux-ci une certaine dimension urbaine129. La découverte et la fouille de nombreux sites sont venues éclairer d’un jour nouveau les éléments fournis par les textes. Certes, il convient de demeurer prudent et de ne pas basculer dans l’excès inverse, en exagérant l’importance du fait urbain dans la péninsule Ibérique protohistorique. Cependant, l’abondance des données recueillies grâce à l’archéologie a permis de commencer à dresser un panorama de ce qui semble bien apparaître comme un développement de véritables agglomérations. Dès le VIIe siècle, l’aire Ibérique a connu ainsi un phénomène de concentration de l’habitat donnant naissance à la fin du VIe siècle à une civilisation des oppida dont l’apogée est aujourd’hui situé au Ve siècle130. Le monde auquel les Romains furent confrontés à leur arrivée était par conséquent marqué par cette organisation humaine et politique dont les caractéristiques différaient plus ou moins cependant entre les parties septentrionales et méridionales de la Péninsule131. L’influence méditerranéenne, et notamment carthaginoise dans le sud, n’avait pas peu contribué à accentuer ces contrastes, tout en rapprochant ces centres politiques du modèle hellénistique132. Dans l’intérieur, le développement d’un cadre urbain précédait également le contact avec Rome133, même si les avis divergent quant à sa précocité et à son ampleur134. Comme dans les régions littorales, la conquête romaine entraîna dans la Meseta de nombreuses altérations de l’organisation antérieure, même s’il est malaisé d’en préciser les modalités exactes135. Enfin, la Lusitanie elle-même ne semble pas être restée étrangère à un processus de ce type, de façon moins marquée toutefois136.

  • 137 J. M. Gómez Fraile, « Mercenariado y bandolerismo en Celtiberia », pp. 503-509, a bien montré le l (...)
  • 138 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 215, avertit cependant de ne pas systématiser les opposition (...)

36En tout état de cause, Rome a affronté dès la fin du IIIe siècle, dans la plus grande partie de la Péninsule, des sociétés dont le degré d’organisation sociale et politique, exprimé par leur environnement urbain ou proto-urbain, était vraisemblablement supérieur à celui de la tribu dont une certaine tradition, imprégnée de représentations antiques, avait généralisé le modèle à la majorité des peuples indigènes137. Certes, il convient à l’inverse de ne pas surestimer l’homogénéité de ce processus d’urbanisation, aussi bien à l’échelle péninsulaire, où les régions les plus enclavées demeuraient sans doute à l’écart de ce phénomène, qu’à celle des territoires urbanisés eux-mêmes, à l’intérieur desquels coexistaient différentes formes d’agglomérations dont la terminologie employée dans les sources latines (ciuitas, urbs, oppidum, castellum, turris) et son équivalent grec (πόλις, ϰώμη, πύργος) reflètent sans doute la variété en taille et en importance138. L’archéologie commence à peine à rendre compte de cette diversité. Il est clair toutefois que les armées romaines pouvaient souvent appuyer leurs interventions sur la maîtrise de ces noyaux de peuplement dont l’articulation structurait les territoires indigènes.

  • 139 P. Moret, Les fortifications ibériques, pp. 35-36 ; l’auteur estime en outre (p. 261) que la conce (...)
  • 140 J. D. Vicente et alii, « La catapulta tardo-republicana y otro equipamiento militar de “La Caridad (...)
  • 141 Sur le déroulement de la campagne de Brutus, qui se prolonge ensuite vers la Galice actuelle : A. (...)

37Les récits des auteurs anciens abondent ainsi en mentions de sièges ou de soumissions de villes139, tandis que l’archéologie atteste l’emploi des machines de guerre au cours des campagnes hispaniques140. L’analyse rapide des guerres celtibéro-lusitaniennes, menée précédemment, a montré que chaque campagne militaire était associée à une ou plusieurs agglomérations, parmi lesquelles on compte Segeda, Numance ou Pallantia. Cette dimension des récits ne résulte pas seulement du souci des auteurs anciens de fournir à leurs lecteurs des points de repères. Elle reflète aussi une concentration poussée des opérations militaires autour des principaux centres urbains, témoignant de la volonté des généraux romains de régler les conflits rapidement en frappant l’ennemi directement à la tête. L’attitude de Decimus Iunius Brutus, lors de sa campagne entre Tage et Duero en 138 ou 137, est de ce point de vue exemplaire141. Peu désireux de se lancer à la poursuite de chaque bande lusitanienne et sans doute incapable de parvenir de cette manière à un résultat satisfaisant, le magistrat choisit de se porter plutôt contre les agglomérations dont étaient issus ces groupes :

  • 142 Appien, Ib., 71 : ἐς δὲ τὰς πόλεις αὐτῶν ἐτϱάπετο, δίϰην τε λήψεσθαι πϱοσδοϰῶν ϰαὶ τῇ στϱατιᾷ πολὺ (...)

Mais il se dirigea vers les villes dont ils étaient originaires. Il comptait bien les châtier et il en résulterait de gros profits pour son armée, tandis que les brigands se disperseraient pour regagner chacun sa ville natale, dans la pensée qu’elle était en danger (trad. P. Goukowsky, CUF)142.

  • 143 Polybe, III, 76, 2-3 ; Tite-Live, XXI, 60, 3.
  • 144 La soumission de ces villes est en tout cas le point sur lequel insistait le rapport de Laelius de (...)
  • 145 Tite-Live, XXXV, 1, 1-2, évoque, à propos de Sex. Digitius, des villes qui s’étaient révoltées en (...)
  • 146 Ilurcia (Tite-Live, XXXV, 7, 7) ; Licabrum, Vescelia et Helo (Tite-Live, XXXV, 22, 5-6) ; Nobila, (...)
  • 147 Appien, Ib., 65, précise clairement que Fabius Maximus Æmilianus ravagea deux des villes appartena (...)
  • 148 Tite-Live, XXI, 61, 7. Sur l’identification problématique de cette ville, voir A. Pérez Almoguera, (...)
  • 149 Tite-Live, XXI, 61, 8. De fait, P. Moret, Les fortifications ibériques, p. 36, n. 87, propose d’en (...)
  • 150 Tite-Live, XXVII, 7, 2.
  • 151 Tite-Live, XXXIV, 20, 3. Comme souvent, la précision de Tite-Live n’est pas suffisante pour savoir (...)

38Élément stable de la topographie, lieu de pouvoir, centre de concentration des richesses, la ville, grande ou petite, cumulait donc tous les critères susceptibles de la promouvoir en objectif stratégique par excellence. Ainsi, dès 218, l’activité de Gn. Scipion se résuma à obtenir la soumission des places du littoral et de l’immédiat arrière-pays143. La restauration rapide de l’influence romaine en 209, après la prise de Carthagène, passa également parle retour des villes alliées dans l’orbite de Rome et par le ralliement de nouveaux centres urbains au jeune Scipion144. De même, en 194, les interventions de Sex. Digitius en Citérieure et de P. Cornelius Scipio en Ultérieure concernaient, si l’on en croit Tite-Live, un grand nombre de ciuitates et d’oppida145. Le récit des campagnes des années 180 et 170, notamment, multiplie les mentions explicites de prises de villes146. Enfin, malgré la réputation de mobilité associée à Viriathe et à Sertorius, on constate que l’effort des armées sénatoriales se concentrait également sur les places fortes appartenant à ces chefs147. Lorsque c’était possible, le choix d’attaquer un site plutôt qu’un autre n’était pas laissé au hasard et traduisait la conscience que pouvaient avoir les Romains de l’organisation des espaces indigènes. Ainsi, Atanagrum, enlevée par Gn. Scipion en 218, est qualifiée de caput des Ilergètes148, tandis que la campagne menée immédiatement après contre les Ausétans consistait à assiéger urbem eorum, l’expression impliquant selon nous qu’il s’agissait probablement aussi de leur capitale149. En effet, une formule similaire (caput Hispaniae)est appliquée à Carthagène pour les territoires sous domination punique150. En 195, Caton, confronté à l’hostilité des Lacétans, alla directement mettre le siège ad oppidum eorum151.

  • 152 Tite-Live, XXVIII, 3, 1 ; 22, 1 ; XXXIII, 21, 7 ; XL, 50, 1 ; XLV, 4, 1 ; frgt. XCI ; Appien, Ib., (...)

39D’une manière générale, les armées romaines cherchaient logiquement à réduire les centres les plus importants, comme l’attestent les qualificatifs récurrents appliqués à ces villes : opulent (issim) a urbs, nobilis et potens ciuitas, ualida urbs (δυνατωτάτη πόλις, μεγάλη ϰαὶ δυνατὴ πόλις, μεγίστη πόλις)152. Cette politique n’était pas toujours efficace, en raison de l’éclatement parfois trop accentué du paysage urbain, reflet de la hiérarchisation politique moindre de certaines régions. De fait, les inconvénients d’une trop grande dispersion de l’adversaire apparaissent clairement dans l’impuissance éprouvée par Scipion en 207 face à Hasdrubal qu’il venait pourtant de vaincre en bataille rangée. Le général carthaginois assura en effet le salut de son armée en dispersant ses soldats entre un grand nombre de villes de la vallée du Guadalquivir :

  • 153 Tite-Live, XXVIII, 3, 1 : Scipio, ubi animaduertit dissipatum passim bellum, et circumferre ad sin (...)

Quand Scipion vit que la guerre était disséminée de tous côtés et qu’aller attaquer partout des villes l’une après l’autre était une opération plus longue qu’importante, il rebroussa chemin (trad. P. Jal, CUF)153.

  • 154 Plutarque, Pomp., XIX, 7.

40Une stratégie similaire fut adoptée plus tard par Sertorius face à Pompée154. Ces anecdotes prouvent a contrario que l’armée romaine ne pouvait espérer durablement imposer sa loi à un adversaire si celui-ci n’était pas géographiquement regroupé, notamment par le biais d’une certaine concentration de l’habitat à l’échelle de son territoire. Certes, l’extrême fragmentation des sociétés péninsulaires jouait incontestablement en faveur de Rome en empêchant la formation de véritables coalitions contre ses légions. Néanmoins, ce fractionnement ne pouvait dépasser un certain degré sous peine d’enrayer l’efficacité de la machine militaire qui reposait, comme il se doit, sur la soumission des points névralgiques structurant les territoires. De ce point de vue, la continuité manifestée au cours des guerres civiles, durant lesquelles le fractionnement global des opérations fut même souvent moindre, suggère que les campagnes menées auparavant contre les peuples hispaniques possédaient une envergure à laquelle les armées romaines étaient parfaitement adaptées.

41Ainsi, la conquête militaire de la Péninsule se réalisa progressivement non seulement parce que les armées romaines affrontaient à tour de rôle des populi indigènes très divers à l’intérieur d’espaces politiques relativement circonscrits, mais aussi parce que ces adversaires ne représentaient pas une poussière insaisissable. Organisés, structurés, identifiables, ils offraient prise aux méthodes de la guerre romaine. Les généraux chargés des Hispaniae ne s’aventuraient pas au hasard au milieu de contrées inconnues : ils lançaient de préférence leurs légions sur des centres urbains dont la prise entraînait généralement le ralliement, au moins temporaire, du territoire qu’ils contrôlaient. Un tel constat n’a rien pour surprendre : il est au fond fort banal, bien que certaines de ses implications ne sont pas toujours suffisamment pris en compte dans l’historiographie, comme par exemple l’absence d’extension géographique des conflits les plus violents et, pour cette raison, les plus marquants aux yeux de l’historiographie antique ou moderne. Il a cependant le mérite d’inciter à ne pas associer la conquête de la Péninsule à une constante inflation en matière d’effort de guerre de la part de Rome, d’autant plus que la dimension militaire de cette expansion excédait, comme nous allons à présent le voir, le seul usage direct de la force.

II. — LE TEMPS DE L’AFFRONTEMENT

42Les voies diplomatiques de la suprématie militaire.

43— L’emploi dissuasif de la force.

44Le moment de la bataille ou du siège d’une place ne suffit pas à rendre compte du contenu et des formes de la guerre romaine en Hispania. Par bien des côtés, l’activité militaire n’était pas limitée à l’affrontement direct. La soumission de l’adversaire s’obtenait aussi par un ensemble de sollicitations qui appartenaient au langage des armes sans en requérir toutefois l’usage constant. En ce sens, l’hégémonie romaine ne reposait pas exclusivement sur l’engagement physique des légions dont les interventions ponctuelles correspondaient en réalité à autant d’étapes bien précises dans la mise en place du rapport de force que supposait la présence de Rome dans la Péninsule.

LES VOIES DIPLOMATIQUES DE LA SUPRÉMATIE MILITAIRE

45On ne saurait trop insister sur la dimension diplomatique des succès romains en Hispania. Elle est essentielle. Les contemporains eux-mêmes en avaient une conscience très claire, bien que nos sources ne s’appesantissent guère sur la question. Lorsqu’en 205, Scipion chercha à convaincre le sénat d’exporter la guerre en Afrique, son adversaire le plus résolu, le vieux Fabius Maximus, ne se priva pas de souligner qu’à ses yeux, le récent vainqueur de la puissance carthaginoise en Espagne négligeait un aspect qui opposait nettement le contexte africain à la situation que le jeune homme avait trouvée à son arrivée en péninsule Ibérique en 210 :

  • 155 Tite-Live, XXVIII, 42, 3 et 6 : Pacato mari praeter oram Italiae Galliaeque uectus, Emporias in ur (...)

C’est sur une mer pacifiée, en longeant la côte de l’Italie et de la Gaule, que tu as navigué, pour faire aborder ta flotte à Emporion, une ville alliée ; tes soldats, une fois débarqués, tu les as conduits par l’itinéraire le plus sûr qui soit chez des alliés et des amis du peuple romain, à Tarragone ; parti de Tarragone, tu as fait route ensuite en passant par des places occupées par des garnisons romaines […]. Toutes tes autres campagnes — et je ne cherche pas à les rabaisser — on ne peut nullement, quoi qu’il en soit les comparer à une guerre en Afrique, là où on ne trouve aucun port ouvert à notre flotte, aucun territoire pacifié, aucune ville alliée, aucun roi ami, aucun endroit, nulle part pour s’arrêter ou pour s’y diriger ; où que tu jettes les yeux autour de toi, tout sera hostile et périlleux (trad. P. Jal, CUF)155.

  • 156 Pour cette raison, une émission monétaire, attestée par un exemplaire unique provenant d’une colle (...)

46En effet, entre 218 et 211, la plus grande partie des efforts de l’oncle et du père du jeune général avait été tournée vers la mise en place d’un réseau de relations avec les populations indigènes qu’il s’agissait de gagner à Rome ou de détourner de Carthage156. Les récits relatifs à cette première période sont unanimes à ce sujet, au point que la priorité donnée alors à cette activité diplomatique par les généraux chargés de la guerre conduisit les historiens anciens à ne pas développer le récit de ces années, faute d’épisodes suffisamment spectaculaires à raconter. Ainsi, Tite-Live rapporte pour la période 213-211 :

  • 157 Tite-Live, XXV, 32, 1 : eadem aestate in Hispania cum biennio ferme nihil admodum memorabile factu (...)

Le même été, en Espagne, où pendant près de deux ans on n’avait rien fait de vraiment mémorable et où l’on menait la guerre plus par la diplomatie que par les armes (trad. F. Nicolet-Croizat, CUF)157.

47Lui fait écho le bilan dressé par Appien :

  • 158 Appien, Ib., 15 : Γναῖος δὲ οὐδέν, ὅ τι ϰαὶ εἰπεῖν, ἔπϱαξεν ἐν τοῖς Ἴβηϱσι, πϱὶν αὐτῷ Πούπλιον τὸν (...)

Gnaeus n’accomplit rien chez les Ibères qui vaille la peine d’être signalé, avant que son frère Publius ne l’eût rejoint. […] Tous deux jouissaient d’un très grand crédit aussi bien comme généraux que comme diplomates (trad. P. Goukowsky, CUF)158.

  • 159 Pour cette raison, il n’est pas possible de suivre A. Pelletier, « Les Hispani et l’Hispania de Ti (...)

48Dès l’origine, Rome a donc accordé une attention privilégiée à ses relations avec un monde indigène dont elle avait bien conscience que dépendait sa suprématie dans la Péninsule159.

  • 160 Ce point a été bien mis en évidence, notamment par J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomaci (...)

49De manière exemplaire en effet, la seconde guerre punique se résume presque, en péninsule Ibérique, à une lutte d’influence dont les alliances avec les populations indigènes constituaient l’enjeu160. On discute pour savoir si cette compétition entre les deux puissances rivales avait précédé l’ouverture du conflit. Pourtant, Tite-Live précise bien qu’à son arrivée en 218, Gnaeus Scipion soumit tout le littoral entre Emporion et l’Èbre

  • 161 Tite-Live, XXI, 60, 3.

soit en renouvelant des alliances (partim renouandis societatibus), soit en en établissant de nouvelles (partim nouis instituendis)161.

  • 162 L’absence d’un tel traité est l’hypothèse la plus couramment admise : E. Badian, Foreign Clientela (...)
  • 163 Tite-Live, XXI, 19, 6 ; Diodore, LXVI, 1. Le fait que Polybe, III, 40, 1-3, n’en fasse pas état a (...)
  • 164 A. Schulten, FHA, III, p. 47 et P. Bosch-Gimpera, « El pas del Pirineu per Aníbal », pp. 135-141, (...)
  • 165 Sur ce point, voir par exemple B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », pp. 73 et 91, qui estime à (...)
  • 166 En particulier Tite-Live, XXI, 60, 4.
  • 167 Polybe, X, 7, 3 : Μετὰ δὲ ταῦτα τοὺς ἐντὸς Ἴβηϱος ποταμοῦ συμμάχους ἀϰούων μένειν ἐν τῇ πϱὸς αὐτοὺ (...)
  • 168 Edeco fut le premier à proposer son alliance à Scipion après la prise de Carthagène : Polybe, X, 3 (...)

50Certes, il est couramment admis que Rome n’était pas implantée dans la Péninsule avant 218 : Sagonte elle-même ne lui était sans doute pas liée par un traité formel162. Mais il est possible que l’envoi d’ambassades romaines, attesté par Tite-Live immédiatement avant le déclenchement de la guerre, ait abouti à la conclusion des premières alliances au nord de l’Èbre163. Puisqu’Hannibal n’avait vraisemblablement pas choisi de traverser les Pyrénées au col du Perthus, comme on l’a longtemps pensé, il est donc probable que le littoral catalan actuel était acquis à Rome dès 218, au moins en partie164. On peut affirmer en tout cas que le déplacement des opérations militaires vers le sud, peut-être à partir de 215-214, ne peut se concevoir que si P. et Gn. Scipion d’abord, P. Scipion le jeune ensuite, avaient réussi à se concilier les populations du Nord-Est dont le soutien, ou à défaut la tranquillité, apparaissent indispensables à un tel projet165. Cette double exigence est reflétée chez Tite-Live par l’emploi distinct des termes pax, impliquant la neutralité, et societas, signifiant une collaboration active, pour qualifier les résultats obtenus par Gn. Scipion dès son débarquement166. Du reste, Polybe nous assure qu’il en allait bien ainsi, puisque même la mort des deux premiers généraux romains en 211 ne semble pas avoir véritablement remis en question les alliances en deçà de l’Èbre167. Il est révélateur que, parmi ses alliés, Scipion pouvait compter dès 209 Indibilis et Edeco, deux princes parmi les plus importants de la région168.

  • 169 F. Rodríguez Adrados, « Las rivalidades de las tribus del NE español y la conquista romana », pp. (...)
  • 170 F. Rodríguez Adrados, El sistema gentilicio decimal de los indoeuropeos occidentales y los orígene (...)
  • 171 Polybe, XXXV, 2, 3-4. Sur cette ambassade, brèves remarques de F. Canali de Rossi, « Ambascerie di (...)

51La lutte entre Rome et Carthage comporta ainsi une composante diplomatique essentielle, qui exploitait les antagonismes déjà existants entre les populations indigènes elles-mêmes. Cet élément apparaît clairement pour la région située au nord de l’Èbre où les ralliements à l’une ou à l’autre puissance recoupaient pour l’essentiel une opposition traditionnelle entre peuples de la côte et de l’intérieur, les premiers recherchant l’aide romaine pour résister aux seconds, soutenus par les Carthaginois169. Chacun des deux camps exploitait ainsi à son profit les tensions et les divisions internes à la Péninsule. L’attitude de Rome au cours de la conquête continua du reste à reposer sur le même principe170. À l’occasion des ambassades celtibères à Rome en 152, le traitement différencié des peuples, selon qu’ils étaient considérés ou non comme des alliés, en offre un exemple manifeste171.

  • 172 P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 24.
  • 173 Appien, Ib., 72-73.
  • 174 Appien, Ib., 57.
  • 175 R. C. Knapp, Aspects ofthe Roman Experience in Iberia, p. 39 ; J. Edmondson, « Roman Powerand the (...)
  • 176 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 39.
  • 177 Polybe, X, 36, 5 : ἄλλως μὲν γὰϱ ὑπέλαβον δεῖν ϰτᾶσθαι τὰς ἀϱχράς, ἄλλως δὲ τηϱεῖν, οὐϰ ἔμαθον δὲ (...)
  • 178 Sur ces réflexions de Polybe, voir en dernier lieu : A. M. Eckstein, MoralVision in the Histories (...)

52Plus généralement, la concentration du fait militaire dans certaines parties de la Péninsule, évoquée précédemment, ne peut se comprendre que si le reste des territoires échappait à tout risque de confrontation, soit que leurs populations demeurassent encore hors de tout contact avec Rome, soit que leur fidélité fût déjà durablement acquise. Ainsi les peuples que la guerre ne touchait pas, ou ne touchait plus, formaient la majorité. Comme l’a relevé P. Le Roux, les sources cessent fréquemment de mentionner des peuples et des territoires après un premier choc avec les armées romaines172. C’est le cas notamment des Callaeci après la campagne de Decimus Iunius Brutus en 138-136173. D’autres sont réputés soumis sans qu’aucune opération militaire n’apparaisse dans la documentation, comme les Conii dont Appien précise pourtant que, en 155, ils sont sujets des Romains (oἳ Ῥωμαίοις ἦσαν ὑπήϰοοι)174. On suppose donc parfois que leur entrée dans l’orbite romaine s’était avant tout opérée par des moyens pacifiques175. Plus profondément, la faible intensité des combats après 179 apparaît souvent comme l’indice d’une place prédominante accordée aux méthodes diplomatiques dans la consolidation de la domination romaine176. Le peu d’intérêt177 manifesté par les auteurs anciens pour ce versant du contrôle romain des territoires conquis complique son étude dans le détail. Mais les considérations théoriques de Polybe suffisent à nous renseigner sur l’importance qui lui était reconnue dans la pratique 177. Certes, l’historien de Mégalopolis critique avant tout la brutalité du joug carthaginois en Hispania entre 211 et 209, mais ses conclusions pourraient tout aussi bien s’appliquer aux soubresauts de l’autorité romaine tout au long de notre période178.

  • 179 Les anecdotes abondent à ce sujet : restitution des otages de Sagonte (Polybe, III, 99, 6-7 ; Tite (...)
  • 180 Tite-Live, XXIX, 2, 1.
  • 181 Tite-Live, XXXIV, 17.
  • 182 Tite-Live, XLIII, 4, 5, qui évoque la lenitas praetoris. Bien que lacunaire, ce texte deTite-Live (...)
  • 183 Appien, Ib., 48-49.
  • 184 Valère-Maxime, V, 1, 5.
  • 185 Diodore, XXXIII, 17.
  • 186 Diodore, XXXIII, 19.
  • 187 Ce point a été justement souligné par R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 5 (...)
  • 188 M. V. García Quintela, « Sources pour l’étude de la protohistoire d’Hispanie », p. 85, a bien mont (...)

53De fait, les sources montrent des généraux régulièrement soucieux de ménager les susceptibilités indigènes, aussi bien alliées qu’ennemies. Cette attitude est caractéristique de la politique des Scipions au cours de la seconde guerre punique179. Cependant, elle n’est pas abandonnée ensuite, du moins à en croire les sources : en 205, Lentulus et Acidinus prirent soin de respecter le territoire des Ausétans et cherchèrent en vain à résoudre le conflit sans combat par l’intermédiaires de parlementaires180 ; en 195, dans son discours aux sénateurs des villes du Nord-Est, Caton affecta d’appeler à un règlement pacifique (uolo id quam mollissima uia consequi)181 ; en 171, L. Canuleius Dives, après une première victoire, pardonna à des cités révoltées182 ; en 152, la modération de Marcellus vis-à-vis d’Ocilis, qui avait fait défection l’année précédente, incita les villes voisines, dont Nertobriga, à conclure la paix183 ; en 143 ou 142, Quintus Caecilius Metellus renonça à assiéger Centobriga, dont les habitants détenaient en otages les fils de son allié Rhoetogénès184; en 141, Pompeius renvoya à Numance la garnison qu’elle avait placée dans la ville de Lagni dont il s’était emparé185 ; enfin, pour 139, Diodore rapporte que le consul Popilius chercha à présenter à Viriathe les exigences romaines de la manière la moins abrupte possible afin de ne pas pousser son adversaire à une résistance désespérée186. Inversement, les exemples de félonies, comme celles commises par Lucullus contre les Vaccéens en 151 ou par Galba contre les Caucéens l’année suivante, si souvent cités pour dénoncer la brutalité et le cynisme du comportement romain en Hispania, demeurent finalement peu nombreux187. Ils ont contribué à forger artificiellement le topos d’une alternance de « bons » et de « mauvais » gouverneurs qui se révèle au fond peu pertinent pour comprendre les méandres de la diplomatie romaine dans la Péninsule188. Bien entendu, il faut tenir compte de la tentation des sources d’exalter la bienveillance de Rome envers les populations péninsulaires alors que la réalité pouvait se révéler souvent plus brutale. Néanmoins cette tendance de l’historiographie antique suffit à exprimer le prix accordé à de telles attitudes. En effet, l’augmentation du nombre des alliances, la soumission de nouveaux peuples ou la conservation des acquis reposaient en grande partie sur un pouvoir d’attraction qui impliquait une certaine modération et en tout cas une apparence d’équité.

  • 189 Tite-Live, XXVI, 49, 8.
  • 190 G. Freyburger, « Fides et potestas, ἐπιτις et ἐπιτπορή », p. 182.
  • 191 Par exemple en 206, lorsque la maladie de Scipion provoqua un grand trouble parmi les alliés, Tite (...)

54En effet, la fides, garante du respect des alliances et de la parole donnée, constitue la notion qui cimente l’édifice et occupe de façon omniprésente le champ du discours. Face aux trois cents otages de Carthagène, Scipion présenta ainsi, d’après Tite-Live, les « liens de la bonne foi et de l’alliance (fide ac societate iunctas) » comme le principe essentiel guidant les relations de Rome avec les nations étrangères189. Il manifestait par là combien la progression romaine en Péninsule et sa consolidation dépendaient, autant aux yeux du conquérant que des peuples conquis, de droits et de devoirs dont l’application légitimait la présence militaire romaine190. La défection d’un allié représentait la rupture de ce lien et impliquait des représailles191. Inversement, Rome perdait son droit à revendiquer la fidélité de son allié si elle échouait à lui apporter le soutien promis. C’est ce qu’exprima clairement l’envoyé du roi ilergète Bilistage réclamant l’aide de Caton en 195 :

  • 192 Tite-Live, XXXIV, 11, 7-8 : petuisse se extra id periculum esse si decedere fide, si coniurare cum (...)

Ils auraient pu se préserver du danger qui les menaçait s’ils eussent voulu manquer à leur engagement et prendre part au soulèvement des autres peuples. Aucune menace, aucune intimidation ne les avait ébranlés parce qu’ils avaient l’espoir de trouver un appui suffisant et un secours de la part des Romains. Si cette aide leur manquait, si le consul leur opposait un refus, les dieux et les hommes pourraient témoigner qu’ils seraient contraints et forcés de faire défection, afin de ne pas subir le même sort que les Sagontins (trad. M. Nisard modifiée)192.

  • 193 Tite-Live, XXXIV, 12, 3-4 ; Frontin, Strat., IV, 7, 31

55Peu désireux d’affaiblir ses forces, Caton ne put cependant pas négliger ouvertement la protection d’un allié et recourut à une ruse restée fameuse : il simula le départ d’une expédition afin de rassurer les délégués ilergètes193. L’épisode trahit la difficulté, pour les Romains, d’être en mesure de toujours honorer, dans les faits, cette fides romaine. Ces limites sont également suggérées par l’allusion à Sagonte qui en rappelle toutefois le caractère contraignant.

  • 194 Pour 218 : Tite-Live, XXI, 61, 7 ; XXII, 21, 3 ; pour 61 : Plutarque, Caes., XII, 1 ; Appien, BC, (...)
  • 195 Appien, Ib., 56 ; 58 ; 59 ; 61 ; 81.
  • 196 Polybe, X, 6, 3-4 montre Scipion insistant en 209 devant ses soldats sur cette maladresse de l’adv (...)

56La capacité de Rome à démontrer sa volonté de respecter la contrepartie de la relation, pourtant inégale, avec ses alliés et ses sujets est demeurée fondamentale tout au long de la période. En témoignent les nombreuses mentions attestant un casus belli lié au ravage des territoires alliés par des populations encore indépendantes : on en trouve trace dès 218 et jusqu’en 61 où l’expédition de César au cœur du mons Herminius prit prétexte de telles déprédations194. Les heurts avec des bandes lusitaniennes, fréquents dès la première moitié du Iie siècle, avaient la plupart du temps une cause identique195. Tout manquement à ce devoir justifiait la défection de l’élément lésé. C’est la raison pour laquelle les sources se complaisent à insister sur l’injustice punique, facteur déterminant des premiers ralliements à Rome196. De même, en 179, le roi celtibère Thurrus présenta sa soumission à Sempronius Gracchus après la prise de la ville d’Alce comme l’entrée dans une alliance plus solide que celle qui avait fourni le cadre à sa guerre :

  • 197 Tite-Live, XL, 49, 7 : sequar, inquit, uos aduersus ueteres socios meos, quoniam illos <arma pro> me <piguit> suspic</piguit></arma>

Je vous suivrai, dit-il, contre mes anciens alliés, puisqu’ils n’ont pas daigné prendre les armes pour me défendre (trad. C. Gouillart, CUF)197.

  • 198 Plutarque, Sert., XVIII, 4 et 11.
  • 199 Dion Cassius, XLIII, 35, 1. De manière significative, l’auteur fait de cet échec la cause majeure (...)
  • 200 Bell. Hisp., XIX, 4.

57Souvent, l’impuissance d’un parti à répondre à ses obligations était donc exploitée par l’adversaire pour disloquer la coalition ennemie. Vraie pour la période de conquête, cette dimension est toujours présente à l’époque des guerres civiles. La victoire de Sertorius à la bataille du Lauro était ainsi d’autant plus éclatante qu’elle prouvait à tous que Pompée n’était pas en mesure d’assurer la protection de ses alliés198. L’abandon d’Ategua à son sort par Cn. Pompée le jeune en 45 poussa également nombre de ses soutiens à déserter sa cause199. La garnison romaine de la ville passa elle-même du côté césarien : son commandant, L. Munatius, fit savoir par un message lancé du haut du rempart qu’abandonné par son chef (ab Cn. Pompeio desertus), il était prêt à transférer son allégeance à César200. Un réseau de dépendances et de soutiens apparaît ainsi comme un élément vital de la suprématie militaire, quel que soit le contexte ; des efforts effectués pour le constituer et le conserver dépendait donc constamment le succès de l’entreprise de conquête. Rome ne pouvait par conséquent se passer d’un arsenal de pratiques et de comportements destinés à assurer l’efficacité et la longévité de ce réseau.

  • 201 L’ambassade de 171 est rapportée par Tite-Live, XLIII, 2, 1 : à cette occasion, les députés demand (...)
  • 202 Plutarque, Sert., X, 1 ; l’identification de ces Λυσιτανοί a fait couler beaucoup d’encre. En effe (...)
  • 203 Plutarque, Sert., VI, 7-8 ; Salluste, Hist., I, 94 M = I, 83 MG.
  • 204 Plutarque, Sert., 6, 7.
  • 205 P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 43, rejette avec raison l’interprétatio (...)
  • 206 J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomacia romana en la conquista de la Península Ibérica », (...)
  • 207 Plutarque, Sert., VII, 4.
  • 208 C’est ainsi qu’il faut comprendre l’étonnante fidélité qui l’entourait, rapportée par Plutarque, S (...)
  • 209 Plutarque, Sert., X, 5 et XXV, 6 ; Diodore, XXXVII, 22. Sur les mauvais traitement infligés par le (...)
  • 210 Sur la conduite de Cassius en 48 : Bell. Alex., XLVIII-LIII ; sur la clémence de César en 49 : Cés (...)

58La rapacité reconnue aux gouverneurs, qui entraîna au IIe siècle la multiplication des procès de repetundarum et provoqua une protestation officielle devant le sénat des alliés de Citérieure et d’Ultérieure en 171, suggère néanmoins que les généraux romains de cette époque étaient, dans les faits, tout aussi prompts que leurs homologues puniques du siècle précédent à oublier la valeur et la fragilité des systèmes d’alliances sur lesquels devait s’appuyer l’empire de leur res publica201. Il manquait seulement désormais une puissance rivale susceptible d’exploiter durablement ce mécontentement, comme Rome l’avait fait elle-même au cours de la seconde guerre punique. Ce n’était plus le cas au moment des guerres civiles. L’appel à Sertorius émanait ainsi sans doute de populations excédées par l’insolence des autorités sénatoriales202. Les mesures ébauchées par le chef marianiste entre 83 et 82, durant son bref gouvernement, avaient prouvé en effet la modération des exigences de Sertorius en la matière203. Le souvenir laissé par ces premières initiatives, comme la remise des tributs ou celle de l’obligation de loger les troupes durant l’hiver, traduisait déjà l’exaspération des indigènes204. Aucune d’entre elles n’était pourtant révolutionnaire205. Elles témoignaient avant tout d’un souci d’équité dans lequel on peut peut-être reconnaître une conception popularis206. Mais surtout, dépourvu d’effectifs nombreux, Sertorius appliquait une politique de séduction destinée à lui procurer des soutiens suffisants pour lui permettre de résister aux troupes syllaniennes qui ne manqueraient pas d’intervenir pour le chasser. L’offensive précoce d’Annius ne lui en laissa pas alors le loisir207. En revanche, à partir de son retour en 80, il renouvela sa tentative et il est certain que là résidait en partie le secret de la coalition hétéroclite rassemblée autour de sa personne208. Pro-sertoriennes ou non, les sources sont en effet unanimes à reconnaître que le déclin de son pouvoir et le début de sa chute étaient liés à un revirement de son attitude envers ses alliés indigènes dont le massacre injuste des otages de l’école d’Osca est resté le symbole209. Plus tard, ce fut de même la brutalité de Q. Cassius Longinus, placé par César à la tête de l’Ultérieure en 48, qui détacha les provinciaux du parti césarien et remit en cause les succès de la campagne de 49 durant laquelle la modération de César, plus encore que la force de ses légions, avait joué un rôle essentiel210.

59L’hégémonie romaine n’était donc pas seulement le fruit de l’activité ininterrompue des légions : elle reposait aussi sur l’acceptation de cette domination de la part des populations péninsulaires. L’intérêt bien compris d’une protection mutuelle ainsi que la concession d’avantages politiques aux alliés permettaient en grande partie aux dirigeants romains d’obtenir le réseau de relations qui constituait à lui seul la réalité concrète de l’Hispania conquise. La soumission de la Péninsule ne peut se comprendre sans cette politique qui cherchait à circonscrire dans le temps et dans l’espace l’ampleur des confrontations armées proprement dites en proposant des alternatives acceptables et même recherchées. Dans ce processus diplomatique et juridique, quel rôle revenait alors spécifiquement à l’intervention régulière des armées romaines ?

L’EMPLOI DISSUASIF DE LA FORCE

  • 211 C’est la thèse soutenue par J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomacia romana en la conquist (...)
  • 212 Ibid., p. 506.

60Il convient de ne pas opposer trop radicalement diplomatie et usage de la force. Les avis sont ordinairement partagés pour savoir laquelle de ces deux méthodes incarnait la tendance véritable de l’autorité romaine dans les provinces occidentales. On croit parfois que Rome privilégiait la première et ne répandait la terreur de ses armes qu’en dernier recours211. Par conséquent, l’infléchissement de la politique romaine, devenue plus intransigeante après 160, expliquerait pour les partisans de cette théorie la montée des résistances et les difficultés croissantes de la conquête212.

  • 213 R. W. Bane, « The Development of Roman Imperial Attitudes and the Iberian Wars », p. 409.
  • 214 Ibid., p. 415.
  • 215 Bien qu’opposées, ces deux conceptions s’accordent en effet pour admettre que la guerre romaine se (...)

61À l’inverse, d’autres historiens estiment que la mise en valeur de la générosité romaine dans les sources n’est qu’un artifice idéologique destiné à répondre aux accusations de cruauté et de barbarie formulées par le monde hellénistique à l’encontre de Rome213. Dans cette perspective, dès lors que la nécessité de parer à de telles critiques se fit moins sensible, l’attitude romaine transparut sous son jour véritable, celle d’une Realpolitik sans état d’âmes214. Toutefois, chacune de ces hypothèses suppose une conception préétablie de l’impérialisme romain, jugé modéré ou implacable par définition215. Ce préjugé masque, nous semble-t-il, la signification militaire des méthodes diplomatiques régulièrement mises en œuvre par le pouvoir romain.

  • 216 Polybe, X, 7, 1.
  • 217 À propos du châtiment des deux villes félones, Tite-Live écrit en effet (Tite-Live, XXVIII, 19, 3) (...)
  • 218 A. M. Eckstein, Senate and General, p. 206.

62Il est bien certain que le souci de ne pas s’aliéner les populations indigènes répondait à un calcul stratégique. En particulier, la modération des Scipions exprimait autant leur volonté de s’opposer aux méthodes carthaginoises en exaltant la uirtus et la fides romaines que leur incapacité à s’imposer par la seule intervention de leurs armées. Polybe, désireux de montrer les qualités exceptionnelles du jeune Scipion, explique ainsi qu’il avait su, dès avant son départ de Rome, se donner les moyens de comprendre le contexte de la guerre en Hispania afin de définir la meilleure voie à suivre. Parmi les raisons de l’échec de ses parents, le nouveau général avait retenu la nécessité de disposer du soutien indéfectible de ses alliés216. Cette prudence imposée, jointe aux motifs donnés par Tite-Live à la décision de châtier Iliturgi et Castulo en 206, ont conduit à assimiler parfois hâtivement l’ensemble de la diplomatie romaine avant cette date à une conséquence de la fragilité de la position de ses généraux217. Quand elle n’est pas attribuée à la seule habileté des Scipions, la libéralité dont les sources précisent qu’ils ont fait preuve alors est donc interprétée comme un signe de faiblesse218. Par conséquent, la certitude que la domination romaine n’est plus concurrencée après 206 a généralisé l’idée que Rome abandonna alors la douceur au profit d’exigences systématiquement plus brutales, en particulier envers les populations opposées à cette époque auxlégions. Ce schéma contredit pourtant en partie les remarques formulées précédemment qui font état d’une certaine continuité dans les pratiques de modération des chefs militaires romains.

  • 219 Par exemple, Polybe, III, 76, 6 ; 97, 5 ; X, 18, 5 ; 35, 1 ; XI, 20, 3 ; Tite-Live, XXI, 60, 3 et (...)
  • 220 R. Bernhardt, « Die Entwicklung römischer amici et socii zu civitates liberae in Spanien », pp. 41 (...)
  • 221 Sur les notions d’amicitia et de societas dans les relations internationales, voir J. Hellegouarc’ (...)
  • 222 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, pp. 40-41 ; M. A. Marín Díaz, Emigración, (...)
  • 223 M. A. Marín Díaz, Emigración, colonización y municipalización en la Hispania republicana, p. 25.
  • 224 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 55, parle d’une « harsher policy » ; de (...)

63L’idée d’un durcissement progressif de la diplomatie de Rome s’appuie notamment sur l’hypothèse de la réclamation croissante de la deditio auprès des peuples vaincus. Les débuts de la présence romaine sont en effet associés à la conclusion d’accords militaires (συμμαχία ou societas armorum) dont le caractère formel n’est pas toujours bien établi219. Ces pactes étaient en fait le plus souvent des conventions fondées sur les concepts d’amici et de socii220. Ils n’excluaient pas une subordination, notamment dans le cas de la societas, qui s’accompagnait sans doute de prestations obligatoires, au contraire de l’amicitia, simple pacte de non-agression221. Toutefois, ils n’entraînaient certainement pas systématiquement une abdication de la souveraineté territoriale et politique : tout dépendait des conditions dans lesquelles cette relation avait été établie. Ce qui est certain, c’est que les traités d’alliance en bonne et due forme, sanctionnés par le sénat, sont demeurés rares à cette période : on discute ainsi pour savoir à quelle date il est possible d’en attribuer un à Emporion et à Sagonte222. Quoi qu’il en soit, on considère que, à partir de 206, la deditio est devenue le cadre majoritaire des relations de Rome avec les peuples hispaniques223. Mieux, lors des guerres celtibéro-lusitaniennes, le rejet par le sénat des traités de Marcellus, de Pompeius et de Mancinus témoignerait de l’impossibilité de parvenir désormais à un accord fondé sur autre chose qu’une deditio224. Cependant, ce que nous savons de cette forme de reddition suggère qu’une telle évolution n’équivalait pas nécessairement à un changement de nature de la politique romaine en Hispania.

  • 225 Entre 218 et 168, la deditio apparaît sous la formule in ius dicionem (Tite-Live, XXI, 61, 7 ; XXV (...)
  • 226 E. García Riaza, « Derecho de guerra romano en Hispania (218-205 a. C.) », p. 200. Cette distincti (...)
  • 227 Les amici pouvaient remettre des otages, sanctionnant ainsi l’établissement de la societas armorum(...)
  • 228 Les sources semblent attester que l’absence de deditio constituait bien la cause des trois cas de (...)
  • 229 Ainsi, la pax aequum conclue par Fabius Maximius Servilianus avec Viriathe en 140 ne fut pas refus (...)

64Rappelons d’abord que l’exigence de la deditio est loin d’avoir été absente des premières phases de la conquête. La terminologie employée par Tite-Live suggère que, dès 218, elle réglait une partie du sort des populations en contact avec Rome225. Bien sûr, le contenu normatif du vocabulaire livien n’est pas assuré, mais l’important est de noter que le contexte où ces termes apparaissent est toujours celui d’une victoire militaire. À ce sujet, E. García-Riaza a récemment rappelé que, dès la seconde guerre punique, la diplomatie romaine opérait une distinction essentielle entre les communautés ayant recherché l’alliance de Rome et celles ayant été militairement conquises226. Les premières entraient dans l’amicitia romaine, tandis que les secondes capitulaient après une deditio227. D’une manière générale, une ville ou un peuple militairement opposé à Rome ne pouvait en effet obtenir la paix sans accepter préalablement une deditio228. Il est probable que les exceptions à ce principe correspondaient toujours à des cas particuliers229. En ce sens, toute soumission effectuée à l’issue d’une reddition devait normalement se faire dans le cadre d’une deditio.

  • 230 Voir J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, notamment p. 73, où cet auteur montre qu’en d (...)
  • 231 Ibid., pp. 330-331 : « Ainsi est-ce en partant de prémisses exactes, mais parce qu’ils ont été tro (...)
  • 232 La bibliographie consacrée à cette question est très importante. On consultera en particulier W. D (...)
  • 233 Sur les conditions de la deditio, voir Polybe, XXXVI, 4, 1-3 ; Tite-Live, XXVIII, 34, 7.
  • 234 Rome pratiquait en effet couramment des gradations subtiles envers les vaincus : elle traitait ain (...)
  • 235 W. Dahlheim, Strukturund Entwicklung des römischen Völkerrechts, p. 25.
  • 236 Là réside la différence entre les traitements infligés à Iliturgi (Tite-Live, XXVIII, 19, 6-18 et (...)
  • 237 E. García Riaza, « Derecho de guerra romano en Hispania (218-205 a. C.) », p. 208.
  • 238 J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, p. 77, rappelle en effet que la clémence de Rome e (...)
  • 239 On ne comprendrait pas autrement les cas de deditio volontaires d’une communauté dans le but d’ass (...)
  • 240 W. Dahlheim, Struktur und Entwicklung des römischen Völkerrechts, p. 19 ; à propos du traitement d (...)
  • 241 R. López Meleroet alii, « El bronce de Alcántara, una deditio del 104 a. C. », pp. 265-323 ; AE, 1 (...)
  • 242 Ligne 2 : Seanoc […]. Sur l’identification de ce peuple, dont le nom, incomplet sur la tablette de (...)

65D’autre part, il convient de souligner un aspect de la deditio bien mis en évidence pour les guerres en Orient : une reddition effectuée dans ces conditions impliquait par définition des obligations de la part du vainqueur230. En dépit des apparences, elle ne correspondait donc pas nécessairement à une sévérité accrue dans le traitement du vaincu231. Il est inutile de revenir ici sur un dossier abondamment traité par ailleurs232. Il suffit d’insister brièvement sur quelques points. Dans le droit romain, la deditio sanctionnait la soumission d’un adversaire par les armes. Techniquement, elle correspondait donc à une capitulation sans condition qui privait la communauté concernée d’existence légale233. Toutefois, les conséquences effectives de cette reddition dépendaient avant tout de l’attitude du vaincu234. L’ampleur de la sanction était en effet laissée à l’entière appréciation du général235. La cruauté des représailles différait alors selon que le peuple hostis acceptait la deditio après sa défaite, voire la réclamait préventivement, ou bien résistait jusqu’au bout236. Il est probable que, dans les deux premiers cas, les conditions imposées aux dediticii ne différaient guère dans les faits de celles auxquelles étaient soumis les bénéficiaires d’une συμμαχία 237. L’important était surtout d’obtenir, par la mise à disposition intégrale des personnes et des biens entre les mains du vainqueur, la reconnaissance du pouvoir absolu de celui-ci238. Celle-ci n’impliquait pas pour autant, en règle générale, le châtiment physique de la communauté239. En effet, en contrepartie, une fois la deditio reçue, le général romain se trouvait désormais lié par les obligations de la fides240. Le texte d’une deditio retrouvé en 1982 à Castillejo de la Orden, près du pont d’Alcántara (Cáceres), confirme que, dans les faits, la capitulation n’entraînait pas nécessairement un bouleversement décisif de la vie de la population241. Le gouverneur d’Ultérieure en 104, L. Caesius, sur l’avis de son consilium, décréta à cette occasion un traitement modéré du peuple dont le nom nous est parvenu mutilé242 :

  • 243 Lignes 7-11 : Deinde eos L. Caesius C. [f. imperator liberos]/esse iussit agros et aedificia leges (...)

Ensuite Lucius Caesius, fils de Caius, imperator, a ordonné qu’ils soient libres ; il leur a fait rétrocéder les champs, les bâtiments, les lois et toutes les autres choses en leur possession à la veille de la reddition en l’état qui était alors le leur, tant que ce sera la volonté du peuple romain et du sénat romain243.

  • 244 R. López Melero et alii, « El bronce de Alcántara, una deditio del 104 a. C. », p. 278, estiment q (...)
  • 245 Ainsi, Cl. Nicolet, Le métierde citoyen, p. 160, insiste sur le fait que la capitulation, sous la (...)
  • 246 C’est pourtant ce que semble suggérerJ. S. Richardson, Hispaniae, pp. 142-148. On peut lui objecte (...)
  • 247 Cette idée ne signifie pas qu’un malentendu n’existait pas : la protestation, en 154, de la ville (...)

66Certes, on ne saurait abusivement généraliser à partir d’un cas particulier comme celui-ci244. Mais ce document incite toutefois à penser que, comme l’acte même de la deditio impliquait une garantie pour le vaincu, ce dernier pouvait en venir à considérer qu’il s’agissait là de la forme de capitulation la plus favorable pour lui. Par conséquent, ce procédé était de nature à favoriser une forme de consentement des populations face à la progression de la domination romaine. Clément par définition, le règlement du magistrat ne pouvait qu’inciter l’adversaire à considérer la deditio comme une alternative acceptable, bien qu’il s’agît d’une reddition sans condition245. De ce point de vue, il n’est plus aussi évident que l’exigence systématique de la deditio à partir du milieu du IIe siècle ait pu constituer un facteur de prolongation des guerres en exacerbant la résistance246. Au contraire, la deditio offrait un instrument adapté au traitement des vaincus sur une base apparemment favorable et susceptible par conséquent, en l’absence de droit international, de faire plus facilement admettre la reconnaissance de l’hégémonie romaine par les populations militairement soumises247. Une telle hypothèse, si on accepte de la considérer, nous fournirait alors un éclairage intéressant sur les pratiques militaires romaines en Hispania.

  • 248 Tite-Live, XXVI, 50, 13.
  • 249 Polybe, III, 98, 6.

67Il convient en effet de remarquer que les manifestations les plus spectaculaires de la grandeur d’âme des généraux romains intervenaient précisément à la suite d’importants succès militaires : la fameuse libération des otages par Scipion suivit l’exploit de la prise de Carthagène en 209 ; le pardon à Castulo en 206 fut consécutif non seulement à l’expulsion des Carthaginois de la Péninsule mais surtout à la destruction totale d’Iliturgi ; Scipion épargna Indibilis et les Ilergètes après leur cuisante défaite de 206 ; la générosité de Marcellus durant le siège de Centobriga en 143/142 le priva d’une victoire qui était, selon Valère-Maxime, déjà à sa portée. Ces quelques exemples suffisent à montrer que ces comportements ne peuvent s’expliquer par la faiblesse ou la fragilité des armées romaines. En effet, la douceur n’était pas une alternative à la force : dans le cas de la diplomatie romaine, elle en constituait aussi, et peut-être même surtout, le prolongement. Le Celtibère Allucius, chantant en 209 devant ses compatriotes les vertus de Scipion, accolait ainsi naturellement ces deux facettes indissociables, en présentant le général romain vainqueur autant par les armes (armae) que par sa générosité (benignitas)et ses bienfaits (beneficia)248. À l’inverse, dans le discours prêté par Polybe à l’Ibère Abilyx s’adressant à Bostar, chef de la garnison punique de Sagonte en 217, la politique carthaginoise en Espagne est présentée comme un véritable contre-modèle (alors que, dans les faits, elle devait certainement être moins différente de celle de Rome) : la terreur des armes et la recherche du consentement des peuples y figurent comme deux stratégies alternatives et non pas complémentaires, ce qui est implicitement dénoncé comme l’une des causes de l’échec carthaginois249.

  • 250 Voir les remarques sur les liens entre deditio et ius belli dans V. Ilari, « “Ius belli” -“toû pol (...)
  • 251 Sénèque, De Clem., II, 3, 1.
  • 252 J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques, pp. 261-263.
  • 253 Tite-Live, XXVIII, 34, 3 ; 34, 8.
  • 254 Le souci croissant de l’humanitas dans la politique extérieure romaine (Cicéron, Ad Quint. Fratr., (...)
  • 255 P. Jal, La guerre civile à Rome, p. 467.
  • 256 M. Rambaud, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, pp. 283-293, cherch (...)

68En effet, la magnanimité du vainqueur est encore une expression de sa force. C’est bien parce que le vainqueur peut tout que son choix de ne pas exploiter cette possibilité acquiert valeur et efficacité. La signification réelle de la deditio doit être replacée dans ce contexte250. Ce n’est rien d’autre qu’une forme de clementia dont le principe d’inégalité est bien connu251. Cette notion, trop souvent associée au seul César, représenta en fait une constante de la politique romaine252. Scipion l’Africain est également défini chez Tite-Live en référence à elle253. Préoccupée surtout par l’analyse des liens de la clementia avec l’humanitas, l’historiographie n’a pas assez insisté sur ce que la première suppose aussi d’exaltation de la part de Rome de sa propre puissance254. La dépréciation du terme à l’époque des guerres civiles ne dit pas autre chose. En effet, la clementia est apparue alors comme la qualité du tyran dont elle manifestait la toute-puissance sur les citoyens255. Son travestissement, parfois cynique, par la propagande césarienne disait ainsi crûment qu’avant d’être une vertu morale, elle était la matérialisation même du pouvoir absolu. Peu importe au fond que la clementia Caesaris puisse ou non révéler à l’historien le caractère de l’homme qui s’en est réclamé. Le fait est qu’elle choqua à l’époque en assimilant implicitement les citoyens romains à un peuple étranger sur lequel la victoire donnait tous les droits256. À ce titre, la réponse donnée en 45 par César à la garnison pompéienne d’Ategua implorant sa générosité ne manquait pas d’ambiguïté :

  • 257 Bell. Hisp., XVII, 3 : qualem gentibus me praestiti, similem in ciuium deditione praestabo.

… Tel je me suis montré envers des peuples soumis, tel je me montrerai envers des citoyens qui se rendent (trad. N. Diouron, CUF, modifiée)257.

  • 258 Une tentative a été faite pour théoriser cette question : F. Muñoz, « Concordia, miedo y violencia (...)

69Ainsi, la double nature de la conquête, bienveillante ou impitoyable, tient du faux problème. Au fond, il s’agissait toujours d’un rapport de force, lequel n’équivaut pas à l’emploi systématique de la violence, mais en contient en permanence la menace258. Les légions jouaient bien évidemment le rôle essentiel dans ce processus.

  • 259 Polybe, III, 76, 4 ; Zonaras, VIII, 25 ; Orose, IV, 18, 7 ; Appien, Ib., 24 ; Zonaras, IX, 10 ; Zo (...)

70La domination romaine dans la péninsule Ibérique a donc ménagé une large place à des comportements diplomatiques où entrait indirectement en jeu la menace des légions ; inversement, l’usage de la force armée n’excluait pas, en fin de compte, une attitude conciliante de la part du vainqueur. Dans tous les cas, il s’agissait à la fois d’une affirmation et d’une reconnaissance de la puissance militaire de Rome. Douceur et brutalité fonctionnaient ainsi de pair. L’armée représentait précisément le trait d’union entre ces deux attitudes. Dans les sources, l’intervention de l’exercitus est constamment inscrite dans une double dimension, violente et bienveillante. Tout au long de la période, le mécanisme d’une campagne semble correspondre à un modèle où le moment du combat a toujours sa contrepartie pacifique : les récits des opérations militaires entre 218 et 45 résument toujours l’activité des généraux en précisant que la soumission des populations fut obtenue en partie de gré, en partie de force259. Telle qu’elle figure dans nos sources, cette présentation des faits correspond bien sûr en partie à des stéréotypes littéraires, dont on ne doit pas sous-estimer l’importance. Néanmoins, elle suggère que guerre et diplomatie ne constituaient pas deux moments distincts, et encore moins opposés, de l’activité militaire, mais fonctionnaient ensemble, comme les deux facettes d’un même phénomène.

  • 260 Tite-Live, XL, 47, 6-8.

71En ce sens, il devient moins surprenant de relever dans les sources un vocabulaire qui suggère que l’affrontement n’accompagnait pas invariablement l’engagement des légions : à l’infesto exercitu de Tite-Live, XXI, 61, 7, répond ainsi le quieto exercitu de Tite-Live, XLIII, 4, 4 ; de même, les règlements sine certamine de Tite-Live, XXVIII, 29 et sine sanguine de Tite-Live, XLIII, 4, 5, contrastent avec le bello domiti de Tite-Live, XLI, 26, 1. La forte impression produite par la machine militaire romaine suffit sans doute à expliquer l’absence de nécessité du combat en certaines occasions. L’anecdote relatée par Tite-Live à propos du stratagème employé par Sempronius Gracchus en 179 en est un exemple flagrant260. Alors qu’il assiégeait la place de Certima en Celtibérie, le général romain reçut la visite de députés envoyés par un groupe de Celtibères venu porter secours à la ville et campant à quelque distance. Le plus âgé d’entre eux, ou bien le plus important (maximus natu),demanda à Gracchus de lui expliquer la raison de son agression. Celui-ci répondit qu’il était venu en plaçant sa confiance dans une armée d’élite (exercitu se egregio fidentem uenisse).La volonté d’intimidation du général romain est alors manifeste, puisqu’il donne aux députés l’occasion de vérifier concrètement ses dires :

  • 261 Tite-Live, XL, 47, 8 : Tribunisque militum imperat ut ornari omnes copias peditum equitumque et de (...)

Et il ordonne aux tribuns militaires de faire s’équiper toutes les forces d’infanterie et de cavalerie et de les faire manœuvrer en armes. Les ambassadeurs, congédiés à l’issue de cette démonstration, dissuadèrent leurs compatriotes de porter secours à la ville assiégée (trad. C. Gouillart, CUF)261.

  • 262 Tite-Live, XL, 48, 1-7.
  • 263 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 52.

72La démonstration de force ne fut toutefois que partiellement efficace. La suite du récit livien montre que, lorsque les troupes romaines se portèrent contre leur camp, les Celtibères n’hésitèrent pas, en fin de compte, à engager le combat262. À cette occasion, l’intimidation n’a fait que différer la bataille, sans l’annuler. Il s’agissait cependant déjà d’un résultat important puisque la division des forces adverses permit au préteur de prendre la ville sans assaut avant d’affronter séparément l’armée de renfort. Cette tactique gracchienne suffit donc à souligner l’importance de la guerre psychologique dans la conduite des opérations. La peur constitua sans doute un outil puissant de l’hégémonie romaine263.

  • 264 Parmi elles, l’une des plus explicites est la manière dont Scipion présenta ses succès en Espagne (...)
  • 265 Dans le cas d’Iliturgi : Tite-Live, XXVIII, 20, 11 ; Zonaras, IX, 10 ; dans le cas de Numance : Ap (...)
  • 266 Appien rapporte ainsi que, selon certaines de ses sources, la destruction de Numance répondait en (...)
  • 267 Tite-Live, XXVIII, 23, 5.
  • 268 Tite-Live, XXIX, 3, 3.
  • 269 Tite-Live, XXXIV, 16, 4-9. Révélatrice est la façon de présenter dans ce passage la seconde soumis (...)
  • 270 Tite-Live, XL, 49, 1 ; Tite-Live donne notamment l’exemple de la reddition d’Ergavica, une cité va (...)
  • 271 Appien, Ib., 58

73De fait, nombreuses sont les mentions qui font de la crainte le motif essentiel du ralliement des villes et des peuples au conquérant264. Dans cette perspective, il est certain que le traitement sévère infligé ponctuellement à certains adversaires avait valeur d’exemple. Les cas d’Iliturgi ou de Numance, rasées entièrement, dépeuplées par le massacre de leurs habitants ou leur réduction en esclavage, montraient concrètement à leurs voisins le péril encouru à braver Rome. De fait, les soumissions volontaires suivaient, parfois en masse, ces démonstrations de force265. Le recours à la force brutale pouvait bien avoir parfois d’autres causes, l’effet était le même266. En règle générale cependant, les sources ne laissent aucun doute quant à la finalité de l’emploi de la violence. En 206, L. Marcius enleva ainsi Astapa de force et, en conséquence, réduisit par la crainte (metu) les autres peuples de la région267. L’année suivante, l’appréhension des représailles annoncées suffit à inciter les populations coalisées à répondre favorablement à la demande des préteurs de leur livrer vivants Mandonius et les autres instigateurs du complot268. Tite-Live suggère aussi que les ravages causés par Caton dans la région d’Emporion après sa victoire en bataille rangée achevèrent d’installer la peur au cœur des Ibères et les poussa à se rendre au consul en lui remettant les prisonniers romains et italiens269. Une stratégie identique est appliquée en 179 par Gracchus270. En 152, Atilius prit d’assaut Oxthrakai en représaille des raids lusitaniens et recueillit ainsi la soumission empressée des villes alentour271.

74Incontestablement, le déchaînement de la violence servait à éviter l’effort de la renouveler trop souvent. C’est du moins l’explication donnée par Tite-Live à l’attitude de Caton envers les Bergistani à la suite de leur ultime soulèvement :

  • 272 Tite-Live, XXXIV, 16, 10 : Iterum subacti sed non eadem uenia uictis fuit : sub corona ueniere omn (...)

Vaincus une seconde fois, ils ne furent pas traités avec autant de ménagement que la première : Caton les fit vendre tous à l’encan pour éviter qu’ils ne demandassent la paix trop souvent (trad. M. Nisard)272.

  • 273 Polybe., X, 15, 5.
  • 274 A. Ziolkowski, « Urbs direpta, or how the Romans sacked cities », pp. 69-91.
  • 275 Tite-Live, XLIII, 4, 1-2 (pour l’année 171) : […] tis tantum extitit pauorem ingressi castra, oste (...)
  • 276 Florus, II, 13, 85 (IV, 2, 85) : Quanta fuerit hostium caedes, ira rabiesque victoribus, sic aesti (...)

75Plus généralement, selon Polybe, les Romains avaient coutume de faire preuve d’une extrême férocité pour décourager l’ennemi et mettre fin à la guerre. Cette digression se situe au moment de la description de la prise de Carthagène273. Pareil sort n’était réservé qu’aux villes et aux peuples qui n’avaient pas pris la précaution de se rendre274. Les sources se font régulièrement l’écho de semblables méthodes pour abréger la durée d’un conflit en faisant redouter aux soutiens éventuels de l’ennemi les plus grands malheurs : les mutilations des cadavres et des prisonniers constituaient de ce point de vue un moyen privilégié275. La palissade de corps élevée par les assiégeants autour de Munda en 45 s’inscrivait donc dans un schéma ordinaire que la fureur propre aux guerres civiles ne faisait qu’exaspérer276.

  • 277 Tite-Live, XL, 35, 13.
  • 278 Tite-Live, XXVIII, 19, 1.
  • 279 Sur l’importance de l’idéologie de la Victoire dans le monde gréco-romain, voir G. -Ch. Picard, Le (...)
  • 280 Tite-Live, XXVII, 17-18 ; Polybe, X, 38, 3 ; 40, 2-3.
  • 281 F. Rodríguez Adrados, « La fides ibérica », pp. 128-209, notamment pp. 153 et 182 ; d’une manière (...)
  • 282 Sur le culte du chef : R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique, pp. 89-90 : l’aut (...)
  • 283 A. Aymard, « Polybe, Scipion l’Africain et le titre de roi », pp. 121-128, s’interroge sur le cont (...)
  • 284 Face à une monarchie de type orientalisante et sacrée, dont Tartessos est restée longtemps l’arché (...)
  • 285 Plutarque, Sert., XI, 2 ; XII, 1 ; XIX, 2.
  • 286 Salluste, Hist., II, 70 M ; Valère-Maxime, IX, 1, 15 ; Plutarque, Sert., XXII, 2 ; Plutarque, Pomp(...)

76Outil puissant, la peur ne suffisait pas toutefois. Les multiples rébellions au départ des armées romaines en témoignent. En 180, Gracchus souligna devant le sénat la fragilité d’une pacification obtenue par ce seul moyen277. En 206, déjà, Scipion rappelait à ses soldats que la tranquillité de Castulo et Iliturgi reposait plus sur la crainte que sur un repentir authentique278. La politique de la terreur contribue certainement à expliquer que les armées romaines n’aient pas eu à combattre pied à pied pour soumettre l’ensemble des peuples de la Péninsule. Cependant, elle joua sur le long terme un rôle moins déterminant, sans doute, que le prestige tiré de la victoire militaire. En effet, la plupart des ralliements à Rome, tout au long de notre période, correspondent à un hommage rendu au vainqueur. On sait le prix attaché dans l’Antiquité, et pas seulement à Rome, à la Fortune des armes, conçue comme l’expression d’une faveur divine279. Chaque succès militaire favorisait ainsi une soumission élargie bien au-delà de l’adversaire défait. À la crainte, se mêlait la reconnaissance immédiate de la supériorité du vainqueur. Le titre de roi décerné à Scipion ne doit pas être compris autrement. Il lui fut donné une première fois en 209 après la libération des otages de Carthagène et une seconde fois après la bataille de Baecula l’année suivante280. La dimension essentiellement personnelle du lien ainsi exprimé a été bien mise en évidence281. Elle correspondait à un culte du chef militaire dont les racines plongeaient loin dans les coutumes de sociétés indigènes, même si la deuotio ne peut plus être considérée comme un trait caractéristique des sociétés ibériques282. L’« âme royale » reconnue à Scipion et acceptée par lui, si l’on en croit Polybe, exprimait avant tout l’idée d’une relation très forte de ce général avec la victoire283. L’importance de la fonction militaire dans la royauté indigène explique l’allure prise par la manifestation du respect ainsi suscité parmi les aristocraties locales284. Les chefs victorieux dont la tradition a laissé un souvenir d’exception dans le cadre des guerres en péninsule Ibérique ont suscité un phénomène d’attraction identique. Ainsi, Sertorius est connu pour la fidélité inébranlable de ses partisans285. Son adversaire, Metellus, reçut des habitants romanisés d’Ultérieure une forme de triomphe à Cordoue286.

77La conquête militaire de la péninsule Ibérique ne se confond donc pas seulement avec l’addition mécanique d’une multitude de succès guerriers. Elle reposait aussi sur un ensemble de pratiques et de comportements, tant romains qu’indigènes, qui relayait les interventions des légions et leur conférait leur véritable efficacité. Cette configuration de la guerre explique pourquoi, dans les cas où, précisément, faisaient momentanément défaut ces relais indispensables, la supériorité des armées sur le terrain ne débouchait pas sur la pacification durable d’une région. À l’inverse, elle permet de comprendre le maintien de la domination romaine en dépit des nombreux revers ponctuellement éprouvés par ses troupes.

***

78Mener une réflexion sur la participation des armées romaines à la mainmise progressive de Rome sur les territoires ibériques, implique de garder présent à l’esprit le fait que les guerres en Hispania présentent un aspect beaucoup moins homogène que ne pourrait le laisser penser un effort de conquête réputé avoir été étendu, tout au long de deux siècles, à l’ensemble de la Péninsule. Ainsi, les campagnes militaires demeurèrent pour la plupart nettement circonscrites dans l’espace et dans le temps. Le conquérant ne se heurta pas, de manière exponentielle, à une accumulation paralysante de conflits provoqués par ses rencontres successives avec les différents peuples péninsulaires. Les sources renvoient plutôt l’image de confrontations relativement cloisonnées, plus cohérentes avec l’émiettement extrême des sociétés hispaniques mis en évidence par l’historiographie récente. L’envergure politique et géographique limitée de ces conflits n’en garantissait pas toutefois la faible intensité, comme le montre le souvenir laissé par l’acharnement des guerres celtibères, pourtant concentrées autour de quelques cités du Haut-Duero, ou celui des humiliations subies lors de la confontation avec Viriathe, pourtant cantonnée aux régions limitrophes de l’Ultérieure. Ces nuances sont importantes pour évaluer globalement l’effort de guerre imposé à Rome par ses provinces ibériques. La guerre formait bien la composante essentielle de la conquête et, par conséquent, un mode d’appréhension fondamental de la Péninsule par les Romains. En revanche, avant les luttes intestines de la fin de la République, l’état de guerre ne définissait pas, loin s’en faut, la majorité des territoires hispaniques par rapport à Rome, ni même un nombre considérable d’entre eux simultanément. Un contraste similaire se retrouve à l’échelle de la campagne militaire. L’engagement des légions dans la bataille constituait l’élément décisif de la suprématie romaine, mais n’en représentait, dans les faits, qu’un aspect, souvent ponctuel. Favorisée parles formes d’organisation des communautés comme parle rapport de celle-ci avec le charisme tiré de la victoire, la soumission des populations indigènes excédait amplement celle des troupes défaites sur le terrain par l’armée romaine ou celle des villes prises de force. Ceci explique que la guerre en Hispania ne fut jamais avant tout, du côté romain, une simple question d’effectifs.

Notes

1 J. S. Richardson, The Romans in Spain, p. 36. L’expression est employée par l’auteur pour la période 218-206, mais peut être extrapolée pour l’essentiel de la période républicaine.

2 L’historiographie ibérique, longtemps attachée à opposer un sentiment national indigène à la volonté conquérante de Rome, n’a pas toujours suffisamment tenu compte de ce morcellement. Dans le cadre des travaux centrés sur l’aspect militaire de la conquête, il revient à J. M. Roldán d’avoir replacé l’activité des légions dans le contexte de ce qu’il a appelé « este fragmentarismo hasta la atomización de la organización político-social de la Península ». Sur ce point, voir J. M. Roldán Hervás, Hispania y el ejército romano. Désormais, il est couramment admis que, face à ce morcellement péninsulaire, Rome, comme l’affirme du reste Florus, I, 33 [= II, 17], n’a certainement pas agi selon un plan préétabli. Voir en dernier lieu, P. Le Roux, Romains d’Espagne, pp. 22-27, et J. S. Richardson, The Romans in Spain, notamment p. 41.

3 Strabon, III, 4, 5 : ‛Pωμαῖοί τε τῷ ϰατὰ μέρη πρὸς τοὺς Ἴβηρας πολεμεῖν ϰαθ’ἐϰάστην διὰ ταύτην τὴν δυναστείαν πολύν τινα διετέλεσαν χρόνον, ἄλλοτ ἄλλους ϰαταστρεϕόμενοι τέως, ἕως ἅπαντας ὑποχειρίους ἔλαβον διαϰοσιοστῷ σχεδόν τι ἔτει ἢ μαϰρότερον. (« Enfin les Romains, en faisant la guerre successivement à tous les peuples ibères et en soumettant tantôt les uns, tantôt les autres, s’employèrent pendant un temps considérable à conquérir leur empire région après région, jusqu’à ce qu’après quelque deux cents ans ou davantage ils eurent rétabli partout leur pouvoir », trad. F. Lasserre, CUF).

4 J. B. Tsirkin, « Romanization of Spain : Socio-Political Aspect », pp. 205-242, présente cette diversité péninsulaire, mais apporte finalement peu au débat.

5 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, pp. 29-35.

6 A. Pelletier, « Les Hispani et l’Hispania de Tite-Live », p. 21 ; P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 22.

7 Polybe, III, 97, 5.

8 Polybe, III, 76, 3 ; Tite-Live, XXI, 60, 1-9. Le problème de l’identification de Cesse/Cissa avec Tarraco a été longtemps débattu ; voir à ce sujet le rappel des éléments du débat dans G. Alföldy, Tarraco, pp. 23-24, et A. Prieto Arciniega, « Tarraco », pp. 80-84. Dernièrement, J. Ruiz de Arbulo, « De Cese a Tárraco », pp. 107-136, a proposé qu’il se soit agi dès l’origine d’un seul et même oppidum, en raison des légendes mentionnant « Cese » qui figurent sur le monnayage de Tarragone jusqu’au Ier siècle et des fouilles attestant une occupation préromaine dans la partie basse de la ville actuelle. Pour un avis différent, voir M. P. García-Bellido et P. P. Ripollès Alegre, « La monnaie. Prestige et espace économique des Ibères », p. 209, qui privilégient un synœcisme intervenu vers le milieu du Ier siècle.

9 Tite-Live, XXI, 61, 2-3 et 5-6, rapporte pour 218 deux raids d’Hasdrubal. Mais on considère en général qu’il a transformé deux récits différents de la même campagne en deux campagnes distinctes. Voir G. De Sanctis, Storia dei romani, pp. 240-241 ; H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 46, n. 2 ; J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 126. Pour un avis contraire, voir B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », pp. 69-70.

10 Polybe, III, 95-96 ; Zonaras, IX, 1.

11 Tite-Live, XXII, 19-21 ; Zonaras, IX, 1. J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 127, croit à une invention littéraire. Son opinion est la plus suivie ; toutefois cette pénétration vers le sud est admise par R. Corzo Sánchez, « La Segunda Guerra Púnica en la Bética », p. 216, A. Pelletier, « Castulo et la conquête », p. 272, et S. L. Dyson, The Creation of the Roman Frontier, p. 183. Une telle avancée de l’armée romaine aussi tôt, loin de ses bases, est malgré tout peu probable. En réalité, le texte livien cherche surtout à anticiper le désastre de 211, en fournissant à son lecteur des points de repère identifiables. Récemment, B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », pp. 71-72, a proposé que l’épisode soit en réalité le reflet d’opérations mineures en direction d’un saltus proche du territoire ilergète.

12 La bataille d’Hibera en 216 (Tite-Live, XXIII, 28-29) en est l’événement marquant. L’épisode d’Abilyx, rapporté par Polybe, III, 98-99 et Tite-Live, XXII, 22, 4-21, suggère une avancée romaine jusqu’à la région de Sagonte dès la fin 217, mais son historicité a également été mise en doute en raison de ses similitudes avec l’épisode des otages de Carthagène en 209, relaté par Polybe, X, 18, 3. Voir G. De Sanctis, Storia dei romani, t. III, pp. 243-244, n. 65. La valeur générale du témoignage de Polybe est cependant acceptée, avec des nuances, par J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 128, H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 47, n. 1, et dernièrement par B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », p. 74.

13 Tite-Live, XXIII, 49, 14 ; XXIV, 41 ; XXIV, 42. Les Romains déplaçaient alors le centre de gravité des opérations vers la région dominée par les Carthaginois, correspondant à peu près à l’Andalousie actuelle. Les avis sont partagés quant à l’origine de cette décision. J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 128, suggère qu’elle a été prise par le sénat ; mais on préfère yvoir en général une initiative des Scipions : N. Dupré, « La politique romaine en Espagne pendant la deuxième guerre punique », pp. 130-131 ; J. S. Richardson, Hispaniae, p. 43 ; A. M. Eckstein, Senate and General, p. 205 ; J. M. Roddaz, « Les Scipions et l’Hispanie », p. 344 ; G. Zecchini, « Scipione in Spagna », p. 94. Sur la localisation du domaine carthaginois à cette époque, voir en dernier lieu C. González Wagner, « Los Bárquidas y la conquista de la Península Ibérica », pp. 263-294.

14 A. Schulten, FHA, III, p. 85, refuse ainsi de croire que les Romains avaient dépassé Sagonte avant 212 ; J. F. Lazenby, Hannibal’s War, p. 129, doute quant à lui fortement de la réalité des succès romains entre 215 et 212 ; H. H. Scullard, Scipio Africanus in the Second Punic War, p. 48, estime même que la période 215-213 est un moment d’inactivité des généraux romains. Tous datent le début de l’offensive vers le sud de 211 seulement, car ils la mettent en relation avec la prise de Sagonte en 212. Une position moins hypercritique est défendue par B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », pp. 76-79, qui estime toutefois que, si les événements rapportés par Tite-Live pour 214 sont crédibles, ils doivent en revanche être datés plutôt de 212.

15 Appien, Ib.,. G. De Sanctis, Storia dei romani, t. III, pp. 431-432 ; R. Corzo Sánchez, « La Segunda Guerra Púnica en la Bética », p. 219.

16 Appien, Ib.,. Sur l’identification des toponymes donnés par le texte grec à ces deux-villes, voir infra, p. 364.

17 Polybe, X, 9, 8-X, 15, 11 ; Tite-Live, XXVI, 42, 6-XXVI, 46, 10.

18 Baecula : Polybe, X, 38, 7-39, et Tite-Live, XXVII,, 1-20 ; Ilipa : Polybe, XI, 20-24, et Tite-Live, XXVIII, 13-15. Une alternative à la localisation de Baecula, ordinairement associée à l’actuelle Bailén, a été proposée par R. Corzo Sánchez, « La Segunda Guerra Púnica en la Bética », pp. 231-234 ; depuis peu, un ambitieux programme de prospection mené par le Centre andalou d’archéologie ibère (CAAI) sous la direction d’A. Ruiz a permis de repérer ailleurs encore le site probable de la bataille, à partir de données topographiques et archéologiques : il s’agit du Cerro de las Albahacas (Jaén) où a été retrouvé un abondant matériel datable de la fin du IIIe siècle (en particulier des monnaies carthaginoises, des balles de fronde en plomb et des pointes de flèche en bronze) : voir à ce sujet Á. Morillo Cerdán et J. Aurrecoechea (éd.), The RomanArmy in Hispania, pp. 230-234 (avec renvoi à la bibliographie). L’identification d’Ilipa est encore plus incertaine : A. Schulten, FHA, III, p. 139, et H. H. Scullard, Scipio Africanus. Soldier and Politician, p. 86, admettent qu’il s’agit d’Alcalá del Río, hypothèse rejetée par R. Corzo Sánchez, « La Segunda Guerra Púnica en la Bética », pp. 234-240, qui privilégie une situation sur la rive gauche du fleuve ; en revanche, J. Millán León, « La batalla de Ilipa », pp. 283-303, accepte, après discussion, la proposition traditionnelle ; D. Hoyos, « The Battle Site of Ilipa », pp. 101-113, tout en admettant l’équivalence Ilipa/Alcalá, rappelle néanmoins que les sources n’associent pas clairement le lieu de la bataille à ce toponyme : il préfère pour sa part localiser ce second affrontement dans la partie orientale de la vallée, à proximité, précisément, de Baecula. Cependant, malgré ces incertitudes de détail, la localisation de ces champs de bataille dans la vallée du Guadalquivir ne fait aucun doute.

19 C’est ainsi qu’il faut comprendre Tite-Live, XXVIII,, 15, qui qualifie l’armée de Scipion de domitorille totius Hispaniae exercitus.

20 Polybe, XI, 24, 10 ; Tite-Live, XXVIII, 19, 4 ; 21, 1 ; 22, 1 ; 22-23 ; 37, 10 ; Appien, Ib., 32-33 ; 38. Voir notamment, A. Pelletier, « Sagonte, Iliturgi, Astapa », pp. 107-124.

21 La tendance actuelle consiste à remettre en question ce contraste entre Citérieure et Ultérieure. Voir C. González Román, « Control romano y resistencia indígena en los orígenes de la Bética », pp. 131-132. Elle est toutefois excessive. On ne peut nier, certes, que les sources transmettent une vision partielle des événements. Mais ces choix sont en eux-mêmes révélateurs et l’on s’accordera avec P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 24, pour reconnaître que « Rome ignorait officiellement ceux qui ne lui posaient pas de problèmes ». On verra (infra, pp. 34-37) que les soubresauts mentionnés pour l’Ultérieure au début du iie siècle ne doivent pas être surestimés.

22 Tite-Live, XXXV, 7, 6 : Et per hiemem proelia aliquot nulla memoria digna aduersus latronum magis quam hostium excursiones uario tamen euentu nec sine militum iactura sunt facta.

23 Découvert en 1982, le bronze d’Alcántara révèle le texte d’une deditio daté avec certitude de 104. Il atteste ainsi l’existence à la fin du iie siècle d’une activité militaire entre Tage et Duero qui n’apparaît pas clairement dans les sources littéraires. Voir L. A. García Moreno, « Reflexiones de un historiador sobre el bronce de Alcántara », p. 244.

24 J. M. Roldán Hervás, « De Numancia a Sertorio », p. 157. Sur le détail de cette période, voir L. A. García Moreno (dir.), HispaniTumultuantes.

25 En particulier, les Fasti triumphales mentionnent plusieurs triomphes célébrés sur les Celtibères et les Lusitaniens (voir infra, p. 117), mais nous ignorons à quelles campagnes ils correspondent exactement. Sachant que T. Didius opérait en 98 dans la vallée du Duero, il est probable que les autres opérations appartenaient à un même ensemble accentuant la pression romaine dans la région située à l’ouest de Numance. En 56-55, Metellus Nepos livrait encore des combats contre les Vaccéens (Dion Cassius, XXXIX, 54). Sur cette dernière campagne, voir L. Amela Valverde, « La sublevación vaccea del año 56 a. C. », pp. 269-285. Sur la chronologie de la pénétration romaine dans la moyenne vallée du Duero, voirA. M. González-Cobos Dávila, Los vacceos, pp. 159-176.

26 L’hypothèse d’un caractère général de l’insurrection est la plus répandue. VoirJ. M. Blázquez Martínez etÁ. Montenegro Duque, Historia de España, t. II (1), p. 53 ; A. E. Astin, Cato the Censor, p. 31 ; S. J. Keay, Roman Spain, p. 30 ; L. A. Curchin, Roman Spain, p. 29 ; E. Pitillas Salañer, « Una aproximación a las reacciones indígenas frente al expansionismo romano en Hispania », pp. 135 et 139. Voir aussi J. Principal-Ponce, « Els inicis del procés imperialista romà a Catalunya », pp. 203-216, et notamment p. 215, où la révolte est considérée comme une conséquence directe de la création des provinces.

27 Tite-Live, XXXIII, 21, 6-9 : ingens in Hispania ulteriore coortum est bellum. M. Heluius eam prouinciam obtinebat. Is litteris senatum certiorem fecit Culcham et Luxinium regulos in armis esse, cum Culcha decem et septem oppida, cum Luxinio ualidas urbes, Carmonem et Bardonem, in maritima ora Malacinos, Sexetanosque et Baeturiam omnem et quae nondum animos nudauerant ad finitimorum motus consurrectura.

28 Tite-Live, XXXIII, 25, 8-10 : Et quo magis pacem ratam esse in Macedonia uulgo laeterentur, tristis ex Hispania adlatus nuntius effecit uulgataeque litterae C. Sempronium Tuditanum proconsulem in citeriore Hispania proelio uictum, exercitum eius fusum fugatum, multos illustris uiros in acie cecidisse, Tuditanum cum graui uulnere relatum ex proelio haud ita multo post expirasse.

29 Tite-Live, XXXIII, 43, 1 ; Appien, Ib., 39.

30 Il n’y a donc pas de raison de suivre J. M. Blázquez Martínez et Á. Montenegro Duque, Historia de España, t. II (1), p. 53, qui considèrent que « hasta las antiguas colonias fenicias, aliadas de Roma, Malaka, Sexi, Carteia, toman parte en esta formidable revuelta » ; même généralisation chez M. L. Cortijo Cerezo, « Algunos aspectos de la conquista romana en la Bética », p. 262, et C. González Román, « Control romano y resistencia indígena en los orígenes de la Bética », p. 132.

31 Tite-Live, XXXIII, 21, 9.

32 Tite-Live, XXXIII, 25, 10.

33 Tite-Live, XXXIII, 26, 5-6 : Bellum in Hispania quinto post anno motum est quam simul cum Punico bello fuerat finitum. Priusquam aut hi praetores ad bellum prope nouum, quia tum primum suo nomine sine ullo Punico exercitu aut duce ad arma ierant proficiscerentur

34 La campagne contre les Ilergètes : Tite-Live, XXIX, 1, 19-2, 18. La remarque de Tite-Live suggère aussi que les opérations militaires menées entre 202 et 197, dont l’existence est attestée par les mentions d’ovationes, furent sans doute d’une envergure encore inférieure aux remous de 197-196. Voir J. S. Richardson, Hispaniae, p. 79.

35 Tite-Live, XXXIII, 44, 5 : His litteris lectis minus terroris ab Hispanis erat, unde ingens bellum exspectatum fuerat.

36 C’est l’idée défendue par R. C. Knapp, « Cato in Spain », p. 26. Les campagnes contre les Bergistani et la ville de Segestica s’inséraient ainsi dans la reconquête de ce littoral.

37 En particulier la ville d’Iliturgi, près de laquelle M. Helvius livra un combat avant de rejoindre Caton dans son camp (Tite-Live, XXXIV, 10, 1), a fait l’objet d’une discussion. A. Schulten, FHA, III, p. 181, pensait qu’il s’agissait d’une ville située immédiatement au sud de l’Èbre. En revanche, A. Blanco et G. Lachica, « De situ Iliturgis », p. 193, ont proposé de l’identifier à l’Iliturgi connue à l’ouest de Castulo. Ils ont été majoritairement suivis depuis. En général, l’historiographie admet une phase méridionale de la campagne du consul de 195 : J. Martínez Gázquez, La campaña de Catón en Hispania, p. 175 ; G. Chic García, « La campaña de Catón en la Ulterior », pp. 23-27. Mais cette idée ne fait pas l’unanimité. Ainsi, R. C. Knapp, « Cato in Spain », pp. 47-50, estime que la Turdétanie où opère Manlius en Tite-Live, XXXIV, 17, 1, pouvait très bien ne pas être celle d’Andalousie mais correspondre en fait à la région du Levante. Les preuves définitives font toutefois défaut. Sur l’absence d’opération de Caton et de Manlius au sud du Guadalquivir, accord de G. V. Sumner, « Notes on provinciae in Spain », p. 127.

38 On s’accordera sur ce point avec J. S. Richardson, Hispaniae, p. 84 : « Although it may be excessively sceptical to suggest that these people were friendly to the Romans before Cato’s arrival, there is no reason to believe that that area was in full revolt. »

39 Sur cette tendance de Caton : Tite-Live, XXXIV, 15, 9. On trouve une trace de cette présentation rhétorique des faits dans la harangue que Tite-Live prête à Caton avant la bataille d’Emporion (Tite-Live, XXXIV, 13, 8) : Nunc cum duo praetores cum consul cum tres exercitus romani Hispaniam obtineant, Carthaginiensium iam prope decem annis nemo in his prouinciis sit, imperium nobis citra Hiberum amissum est. (« Aujourd’hui, alors que deux préteurs, un consul et trois armées tiennent l’Espagne, que depuis près de dix ans déjà il ne se trouve plus un seul Carthaginois dans ces provinces, nous avons perdu notre hégémonie en deçà de l’Èbre », trad. M. Nisard modifiée). Mais, ici, l’expression cis/citra Hiberum que l’on retrouve en Tite-Live, XXXIV, 16, 7 (et cumTarraconem uenit iam omnis cis Iberum Hispania perdomita erat) ne désigne vraisemblablement que la frange côtière. Sur ce point, voir R. C. Knapp, « Cato in Spain », p. 34.

40 Ainsi Culchas régnait, semble-t-il, sur vingt-huit oppida à la fin du IIIe siècle (Tite-Live, XXVIII, 13, 3), alors queTite-Live n’en mentionne plus que dix-sept pour le début du IIe siècle. Culchas est pourtant cité par Scipion comme un roi dont l’autorité a été conservée par son alliance avec les Romains (Polybe, XXI, 11, 7). Sans doute son maintien au pouvoir se fit-il cependant au prix d’une redéfinition de ses assises territoriales. La politique d’organisation des territoires par Rome était en effet destinée à affaiblir les pouvoirs locaux tout en les fixant. Une telle réduction de l’influence de Culchas serait à l’origine de sa révolte de 197. Voir F. Presedo, « Organización política y social de los iberos », p. 186.

41 Lorsqu’elle se produit, cette remise en cause est isolée, comme celle des Bergistani en 195 (Tite-Live, XXXIV, 16, 7-10 et 34, 21, 1-8), et sévèrement réprimée.

42 Segeda est localisée à l’emplacement de l’actuel Poyo de Mara (Belmonte), sur la rive gauche du río Perejiles. Voir A. Schulten, FHA, IV, p. 7 ; F. Burillo Mozota et M. Ostalé, « Sobre la situación de las ciudades celtibéricas Bilbilis y Segeda », pp. 287-309.

43 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 232-233.

44 Tite-Live, XXXV, 1, 1-3 (pour 194) ; XXXVII, 46, 7-9 (pour 190) et XXXVII, 57, 5-6 (pour 189) ; XXXIX, 30, 1 (pour 185). Voir G. Chic García, « Consideraciones sobre las incursiones lusitanas en Andalucía », p. 20. Cet auteur suggère que la présence de troupes lusitaniennes en deçà du Guadalquivir s’explique par leur emploi comme mercenaires par de riches cités d’Ultérieure en lutte contre Rome. Il estime ainsi que la défaite de C. Atinius en 187 contre une bande de Lusitaniens près de la ville d’Hasta (Tite-Live, XXXIX, 21, 1), à l’embouchure du Guadalete, est à mettre en relation avec le conflit opposant cette cité aux Romains attesté pour 189 par le bronze de Lascuta (CIL, II, 5041).

45 J. de Alarcão, Roman Portugal, pp. 2-5 ; J. Edmondson, « Roman Power and the Emergence of ProvincialAdministration in Lusitania During the Republic », pp. 169-172 ; M. Salinas de Frías, Los vettones, pp. 74-75.

46 Polybe, XXXV, 2 ; Appien, Ib., 58 (pour 152) ; Appien, Ib., 59-60 ; et Tite-Live, Per., XLIX (pour 150).

47 J. S. Richardson, Hispaniae, p. 98, parle ainsi de l’« erratic and uncoordined nature of the various attacks » de cette période. Pour une vue différente, voir S. L. Dyson, The Creation of the Roman Frontier, pp. 191-192.

48 Orétans : Tite-Live, XXXV, 7, 6-7 (pour 193) ; Tite-Live, XXXV, 22, 5-8 (pour 192). Toletum : Tite-Live, XXXV, 2, 1-9 ; 7, 8 ; 20, 11 (pour 193) ; XXXV, 22, 5-8 (pour 192) ; XXXIX, 30, 2 (pour 185).

49 Tite-Live, XXXVII, 46, 7-8 ; 57, 1-6 ; XXXIX, 7, 6-7 ; 21, 1-10 ; 42, 2-4 ; 56, 1 ; XL, 16, 7-10 ; 30, 1 ; 33 ; 39, 3 ; 47, 1 ; 50, 6-7 ; XLI, 26, 1-5 ; 28, 1-3 ; Per. XLIII ; Florus, I, 33, 13.

50 Le cas particulier de ces guerres est étudié plus en détail dans le second point de ce développement (voir infra, pp. 41-51).

51 Sur la question des effectifs à cette période, voir infra, pp. 119-128.

52 La géographie des grandes étapes de la geste sertorienne a été rappelée dernièrement par M. Salinas de Frías, « Geografía real y ficticia de la epopeya sertoriana », pp. 153-174 (voir en particulier les cartes proposées pp. 171-173).

53 Débarquement de Sertorius près de Gades en 80 (Salluste, Hist., I, 105 ; Plutarque, Sert., XI, 1) puis opérations en Algarve ; entre 79 et 77, confrontation avec Metellus dans la région entre Guadiana et Tage (Salluste, Hist., I, 113 M = I, 106 MG ; Plutarque, Sert., XIII, 4-6).

54 Salluste, Hist., I, 122 M = I, 113 MG ; Tite-Live, frgt. 91 ; Plutarque, Sert., XVI, 1. Voir la restitution des événements proposée par : A. Schulten, Sertorio, pp. 100-114 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, pp. 79-82 ; F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 137-183. Un bilan du contexte archéologique de cet épisode a été dernièrement proposé par M. Beltrán Lloris, « La etapa de Sertorio en el valle del Ebro », pp. 45-92.

55 Plutarque, Sert., XVIII ; Pomp., XVII-XIX ; A. Schulten, Sertorio, pp. 130-132 ; F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 196-198.

56 Salluste, Hist., II, 97, 6 M ; Plutarque, Pomp., XVIII ; A. Schulten, Sertorio, pp. 115-124 et 150-152 ; P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, pp. 110-112 ; F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, pp. 245-253 ; A. Ribera i Lacomba et M. Calvo Gálvez, « La primera evidencia arqueológica de la destrucción de Valentia por Pompeyo », pp. 19-40 ; A. Ribera i Lacomba, « El papel militar de la fundación de Valentia », pp. 383-384.

57 F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 277 : « Creemos que desde inicios de la campaña primaveral del año 74 la guerra hispánica de Sertorio bien puede ser calificada como la “última guerra celtibérica” » ; sur cette ultime phase de la guerre, voir aussi A. Schulten, Sertorio, pp. 153-169, et P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, pp. 112-122.

58 César, BC, I, 84-85 ; II, 20.

59 Bell. Hisp., III, 1 ; IV, 1 ; VI, 1 ; XX, 1 ; XXVII, 6. Sur la géographie de la campagne de 45, voir en dernier lieu E. Melchor Gil, « Entre Corduba y Munda. La campaña militar del 45 a. de C. y su desarrollo en la Campiña de Córdoba », pp. 361-379. Sur la localisation très discutée de l’emplacement de Munda, voir : A. Caruz Arenas, « La última campaña de César en la Bética : Munda », pp. 143-157 ; P. Palop Fuentes, « Córdoba en la encrucijada de la batalla de Munda », pp. 159-163 ; V. Durán Recio et M. Ferreiro López, « Acerca del lugar donde se dió la batalla de Munda », pp. 229-236 ; Id., « Munda y el Campus Mundensis », pp. 187-196 ; Id., « Munda », pp. 381-396 ; B. Segura Ramos, « Munda », pp. 179-183 ; enfin, J. Gómez-Pantoja, « Buscando Munda desesperadamente », pp. 89-115, rappelle l’origine de la controverse et les raisons de l’intérêt des érudits pour cette question depuis le milieu du XIXe siècle. Signalons pour terminer qu’un programme de prospection archéologique entre Écija et Osuna est mené depuis 2002 par l’université de Séville pour tenter d’identifier plus précisément et plus concrètement le campus Mundensis.

60 J. M. Blázquez Martínez et Á. Montenegro Duque, Historia de España, t. II (1), p. 83 : « Ypor supuesto van más allá de una mera lucha contra lusitanos y numantinos pormás que ellos protagonizaran al menos los momentos y soluciones finales y de mayor significado histórico » ; J. M. Blázquez Martínez, Á. Montenegro Duque et J. M. Solana Sáinz, Historia de España, t. III, p. 67 : « Las fuentes clásicas polarizaron estas guerras en torno a dos ejes : Numancia y Viriato ; pero en realidad, el conflicto desencadenado alcanzó prácticamente a toda la Península » ; L. A. Curchin, Roman Spain, p. 33 : « The efforts of the Romans in pacifying Spain were largely undone by the revolts of the years 155-133 BC. […] The wars of 155-133 […] were the last-ditch attempt by the indigenous peoples of the peninsula to expel the conqueror and reassert theirformerindependence. »

61 Pour le récit des événements : A. Schulten, Numantia I ; H. Simon, Roms Kriege in Spanien ; M. Salinas de Frías, Conquista y romanización de Celtiberia ; J. de Francisco Martín, Conquista y romanización de Lusitania. Un présentation commode des guerres celtibères a été redonnée dernièrement par M. Salinas de Frías, « Las guerras celtibéricas y la conquista romana del valle del Duero », pp. 27-43.

62 A. Schulten, Historia de Numancia, p. 65.

63 Appien, Ib., 56 ; pour sa part, Diodore, XXXI, 41, se contente d’affirmer que les Arévaques votèrent la guerre contre Rome suite à la victoire des Lusitaniens sur Mummius. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 101, suggère de voir dans la démonstration lusitanienne le reflet d’une rivalité entre peuples indigènes : l’exhibition des enseignes serait alors moins un signe de dérision envers les Romains qu’envers les Celtibères eux-mêmes. Dans ce cas, le vote arévaque pourrait selon lui constituer avant tout une réaction d’orgueil. Même si l’on accepte l’idée d’une bravade lusitanienne, il faut selon nous modérer son impact puisqu’Appien précise immédiatement (Appien, Ib., 57) que Mummius a très rapidement repris aux Lusitaniens les enseignes perdues. D’une manière générale, il est préférable de considérer que la contagion des troubles, lorsqu’elle se produit, reflète non une coordination des populations indigènes mais la volonté de profiterd’un affaiblissement supposé des Romains.

64 Viriathe n’était à l’origine, semble-t-il, qu’un chef de bande parmi d’autres, comme Punicus dont les raids sur l’Ultérieure en 155 ont ouvert les hostilités (Appien, Ib., 56), Cesarus (Appien, Ib., 56) ou Caucainos (Appien, Ib., 57). En outre, même à l’apogée du succès de Viriathe contre les Romains, il est fait mention de nombreux autres groupes (Appien, Ib., 71) dont le chef est parfois connu, à l’instar d’un certain Connatos (Appien, Ib., 69).

65 Sur les vertus de Viriathe : Strabon, III, 3, 6 ; Dion Cassius, XXII, 73-75 ; Diodore, XXXIII, 1, 1-5 ; 33, 7, 1-7. La vision de Viriathe comme héros national doit beaucoup à A. Schulten, « Viriato », pp. 126-149 et 272-281 ; sur cet aspect de la question, voir C. Fabião et A. Guerra, « Viriato. Genealogia de um Mito », notamment pp. 17-21, qui soulignent l’influence durable de l’archéologue allemand, malgré ses affirmations souvent fantaisistes. Par ailleurs, toujours à la suite d’A. Schulten, l’historiographie hispanique a été longtemps très attachée à considérer le siège de Numance comme le mythe fondateur national qu’il tendait à devenir depuis son exaltation par Cervantès en 1582 ; voir par exemple A. García y Bellido, Numantia, et surtout le colloque Numancia. Crónica del coloquio conmemorativo del XXI Centenario de la Epopeya Numantina. Sur ces questions, voir désormais : J. I. de la Torre Echávarri, « Numancia. Usos y abusos de la tradición historiográfica », pp. 193-211 et A. Jimeno Martínez, « Numancia y los campamentos romanos », pp. 237-249. On trouvera une synthèse de ces approches dans : A. Jimeno Martínez et J. I. de la Torre Echávarri, Numancia, símbolo e historia, qui retrace l’historiographie de la geste numantine depuis l’Antiquité, en montrant de quelle façon l’épisode fut converti en symbole de résistance, avant que les recherches récentes ne viennent proposer une vision moins idéologique.

66 Appien, Ib., affirme que Viriathe souleva les Arévaques, les Titti et les Belli contre les Romains ; en Ib., 76, Appien ajoute les Vaccéens à cette liste. La lecture οὐαϰϰαίων, parfois corrigée en ἀϱουαϰῶν, est la plus généralement acceptée : A. Schulten, FHA, IV, p. 32 ; H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 106, n. 9 ; Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 167. Tous considèrent qu’à partir de ce moment, la guerre change de dimension. Le problème a été récemment repris, dans le même esprit, par L. Pérez Vilatela, « Olónico y Olíndico », pp. 7-43.

67 D’une manière générale, les auteurs anciens ne voyaient pas la nécessité de davantage de précision. Strabon, III, 3, 7 exprime même sa répugnance à retranscrire la plupart des noms barbares. Sur le même thème, voir Strabon, III, 4, 19. Même lorsque les textes se font plus précis, l’information délivrée n’est pas nécessairement une donnée historique. Sur le plan méthodologique, cette difficulté à exploiterla nomenclature des sources littéraires antique pourreconstruire l’ethnographie de la péninsule Ibérique préromaine a été récemment rappelée par P. Moret, « Ethnos ou ethnie ? », pp. 31-62.

68 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 53-80, et notamment pp. 61-62, pour la définition du terme de Celtiberi et pp. 68-69, pour celle de Lusitani ; P. Le Roux, Romains d’Espagne, pp. 40-44.

69 P. Moret, « Celtibères et Celtici d’Hispanie », pp. 99-120.

70 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 58-60 ; F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 13-64 et 65-120 ; J. M. Gómez Fraile, « Aproximación a la tradición historiográfica española », pp. 19-33 ; Á. Capalvo Liesa, Celtiberia ; J. M. Gómez Fraile, « Celtiberia en las fuentes grecolatinas », pp. 143-206 ; Id., Los celtas en los valles altos del Duero y del Ebro, pp. 33-62 ; P. Moret, « Celtibères et Celtici d’Hispanie », pp. 107-116 ; P. Ciprés, « La geografía de la guerra en Celtiberia », pp. 177-197.

71 Le débat s’articule autour de la signification de l’expression ulterior Celtiberiae ager dans Tite-Live, XL, 39, 1. Contre A. Schulten, Numantia I, p. 119, qui a défini la conception classique d’une Celtibérie partagée en deux partie (citérieure et ultérieure) séparées par la ligne de partage des eaux entre Duero et Jalón, Á. Capalvo Liesa, « Historia y leyenda de la Celtiberia Ulterior », pp. 63-75, a émis l’hypothèse d’une localisation méridionale de la Celtibérie Ultérieure, entre Málaga et Cadix ; cette proposition a été vivement critiquée par P. Ciprés, « Celtiberia. La creación geográfica de un espacio provincial », pp. 261-291, qui comprend le qualificatif d’ulterior comme désignant avant tout la partie de la Celtibérie la plus éloignée des territoires contrôlés par Rome ; même scepticisme chez P. Moret, « Celtibères et Celtici d’Hispanie », pp. 114-116, qui, en outre, relève très justement que dans le texte de Tite-Live, il n’est jamais question, à proprement parler, d’une Celtiberia Ulterior, puisque Celtiberiae y est un génitif précisant le sens d’ager. Cela revient à dire que l’existence d’une Celtiberia Ulterior n’est en réalité qu’une pure invention de l’historiographie moderne, remontant en définitive, comme souvent, aux corrections et aux propositions d’A. Schulten.

72 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 37 et 207.

73 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 71-72 ; voir aussi les remarques de J. J. Edmondson, « Roman Powerand the Emergence of Provincial Administration in Lusitania During the Republic », pp. 168-169. Sur l’absence d’un populus Lusitanorum, J. de Alarcão, Roman Portugal, p. 4. En dernier lieu, voir L. Pérez Vilatela, Lusitania, publication tardive d’une thèse soutenue en 1986. L’auteur (p. 277) souligne le contenu romanocentriste d’une région dénommée « Lusitanie » : « la Lusitania porexcelencia es la dominada porlos romanos. El corónimo se concreta conforme al progreso de Roma ». Il insiste pour cette raison sur les limites des sources littéraires pour l’étude des peuples préromains. Selon lui, à l’arrivée des Romains, le terme Lusitani désignait les peuples établis au sud du Tage.

74 Appien, Ib., 51 et 66.

75 Appien, Ib., 44. Les Romains accusaient les Ségé dans d’avoir rompu les traités gracchiens (συνθήϰαι) qui prohibaient la fondation de nouvelles cités. La disproportion de la réaction romaine vis-à-vis de l’événement a souvent été soulignée, surtout si l’on tient compte de Diodore, XXXI, 39, qui, contrairement à Appien, fait état de la bonne volonté indigène face aux réclamations du sénat. Sur le processus qui conduit au conflit, voir E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 62-68.

76 Appien, Ib., 45 ; Diodore, XXXI, 41. Sur la situation de Segeda, voir supra, p. 37, n. 42. Voir également A. Schulten, « Segeda », pp. 373-375 ; F. Burillo Mozota, « Segeda », pp. 95-105 ; En dernier lieu, voir Id., « Segeda, arqueología y sinecismo », pp. 193-215, qui fait état des campagnes de prospection et de fouilles qui, depuis 1998, ont permis notamment (p. 213) de localiser une portion de muraille qu’il serait possible de mettre en rapport avec celle édifiée en 154. On trouvera également une synthèse actualisée du dossier archéologique dans Id., « Segeda and Rome. The Historical Development of a Celtiberian City-State », pp. 159-172.

77 Campagne de Fulvius Nobilior autour de Numance : Appien, Ib., 46-47 ; campagne de Claudius Marcellus contre Nertobriga : Appien, Ib., 48. Nertobriga doit probablement être identifiée à la Nertobrica de l’Itinéraire d’Antonin, 437, 4, située dans la vallée du Jalón, entre Bilbilis et Caesaraugusta. Voir Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 155.

78 Appien, Ib., 47. A. Schulten, Numantia I, a proposé d’identifier Axinium à Uxama (p. 130) et Ocilis à l’actuelle Medinaceli (p. 142). Aucune de ces deux hypothèses ne peut être toutefois confirmée. Quoi qu’il en soit, Axinium ne pouvait être trop éloignée de Numance puisqu’Appien précise que Nobilior a effectué le trajet de l’une à l’autre en une nuit. VoirÁ. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 153.

79 Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 148.

80 Appien, Ib., 48.

81 Polybe, XXXV, 2, 3 ; Appien, Ib., 48-49. L’alliance d’au moins une partie des Belli et Titti avec Rome est confirmée par le fait qu’en 146, ils fournissent cinq mille auxiliaires au préteur Vetilius contre Viriathe (Appien, Ib., 63). Sur la probabilité de l’existence d’un parti philoromain chez ces peuples dès 154, voir E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 63 et 78.

82 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 246 : « … al hablarde las etnias se nos está nombrando el todo por la parte : las relaciones con las etnias no engloban el conjunto de su territorio sino ciudades concretas del mismo ».

83 Appien, Ib., 51. Sur la deditio de 151 : E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 77-79, 269-277.

84 P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 66, suggère que l’identité ethnique (consanguinei ou συγγενεῖς) pouvait favoriser la collaboration militaire par le biais de relations (socii ou συμμαχία), dont le caractère temporaire n’est pas à écarter. Rien ne permet néanmoins de suivre M. Salinas de Frías, Conquista y romanización de Celtiberia, pp. 99-100, à propos d’une éventuelle « confederación celtibérica ».

85 Appien, Ib. 51. Le fait qu’Appien suive ici une tradition très hostile à Lucullus (sans doute Polybe) l’amène probablement à minimiser les torts desVaccéens afin de mieux faire ressortir la cupidité et l’absence de scrupules du personnage. On sait en effet par ailleurs que Cauca, Intercatia et Pallantia, accusées par Lucullus d’avoir ravitaillé Numance, furent par la suite régulièrement mises en cause pour la même raison (Appien, Ib., 80-81 ; 87 ; 89). Il n’en reste pas moins qu’elles n’avaient pas directement pris une part active à la « Guerre de Segeda » proprement dite. Sur les opérations de Lucullus, voir aussi Liv., Per, 48. Pour le déroulement de cette campagne : J. M. Solana Sáinz, « La expedición de L. Licinio Lúculo contra los vacceos », pp. 37-53.

86 Appien, Ib., 55. Sans doute cette dénomination n’a-t-elle rien d’officiel et sert avant tout à la clarté de l’exposé de l’historien alexandrin. Elle suggère cependant la nécessité de présenter ces opérations comme extérieures à l’affaire de Segeda. Il semble difficile de croire à l’idée d’un projet de conquête du territoire vaccéen planifié sur le long terme, défendue récemment par L. Pérez Vilatela, « Vacceos en guerra (220-29 a. C.) », pp. 223-241, en particulier p. 228. L’argumentation de l’auteur est en outre affaiblie par sa perspective presque hagiographique, soucieuse de mettre en relief la vaillance particulière de ce peuple (p. 226) : « … los vacceos resultan serel pueblo paleohispánico que resistió más tiempo a los romanos ». Il est plus raisonnable d’admettre avec E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, p. 80, que Lucullus appartenait, au sein du sénat, à une mouvance désireuse de se créer dans la péninsule Ibérique les occasions pour obtenir la gloire si convoitée par les hommes politiques romains.

87 Analysant le vocabulaire employé par Appien, Ib., 44, Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 164, montre que la guerre de Segeda ne correspondait peut-être pas à la rébellion d’une population sujette (ύπηϰοῦς), mais à la rupture d’une paix liée à un pacte (συνθήϰη). Intéressante, cette distinction néglige cependant le fait que les traités gracchiens dont dépendait Segeda impliquaient sans nul doute une deditio antérieure. Celle-ci est d’ailleurs admise par D. Nörr, Aspekte des Römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, notamment pp. 57-58 et par E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 55-56 et 217-218.

88 Appien, Ib., 50, précise bien l’intérêt que chacun avait à cet accord. De ce point de vue, Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 157, propose une interprétation intéressante de la curieuse mention d’Appien relative à l’entrée de cinq milleArévaques dans Nergobriga à cette occasion. Cet auteur suggère de manière séduisante qu’il faut y voir le fait que les conditions de Marcellus conservaient aux vaincus la jouissance de cette position clé sur le Jalón.

89 Il n’est pas besoin toutefois d’imagineravec M. Salinas de Frías, Conquistay romanización de Celtiberia, p. 102, que les guerres de cette époque ont résulté de l’obstacle que les relations de Rome avec les tribus de la vallée de l’Èbre et du Haut Jalón opposaient à l’expansion arévaque ; P. Ciprés, Guerray sociedad en la Hispania indoeuropea, pp. 67-68, a bien montré que la prépondérance attribuée à ce peuple résultait surtout de la loupe déformante des sources anciennes, en particulier Strabon, III, 4, 13.

90 Appien, Ib., 76.

91 Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 165, croit notamment qu’Appien, en privilégiant Termentia et Numance, opère une sélection parmi ses sources et que le mouvement est plus étendu en réalité ; S. L. Dyson, The Creation of the Roman Frontier, p. 214, estime pour sa part que les troubles concernaient toute la région entre le Haut-Duero et le Jiloca. P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 68, voit aussi dans l’énumération d’Appien le résultat d’un tri ne laissant plus apparaître que les protagonistes majeurs.

92 Sur la place centrale de Numance dans ces conflits, voir A. Jimeno Martínez, « Conquest and Romanization in Celtiberia Ulterior. Numantia as a Paradigm », pp. 172-183.

93 Le détail des opérations de 143-142 est peu clair. H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 105, n. 6, estime que les événements décrits par Appien, Ib., 76, ne concernent que le printemps 142. En effet, on peut déduire une première offensive (en 143 ?) dans la vallée du Jalón de plusieurs autres textes : Valère-Maxime, II, 7, 10 ; V, 1, 5 ; VII, 4, 5 ; Florus, I, 33, 10 [= II, 17, 10]. Ce sont ces passages qui évoquent la prise de Contrebia, Nertobriga et Centobriga par Metellus.

94 Tite-Live, Per., LIV, 1, et peut-être Diodore, XXXIII, 16, attestent la prise de Termentia dont Appien, Ib., 77 ne souffle mot ; Diodore, XXXIII, 17, mentionne la prise d’une Lagni, que l’on est généralement tenté d’identifier à la Malia d’Appien, Ib., 77. Sur les échecs de Pompeius devant Numance, voir Appien, Ib., 77-78. Pour une présentation détaillée de l’activité de ce gouverneur, voir en dernier lieu L. Amela Valverde, « Q. Pompeyo en la Celtiberia », pp. 257-276.

95 Appien, Ib., 79.

96 Appien, Ib., 79. Les raisons de ce refus sont discutées par E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 93-96 et 277-282.

97 Appien, Ib., 79.

98 Les échecs de Popilius, vaguement sous-entendus par Appien, sont attestés en revanche par Tite-Live, Per., LV, 5 et Frontin, Strat., III, 17, 9.

99 Tite-Live, Per., LV ; Appien, Ib., 80. Sur cet épisode, voir N. Rosenstein, « Imperatores Victi. The Case of C. Hostilius Mancinus », pp. 230-252 ; E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 159-171 et 282-291.

100 Appien, Ib., 85-98.

101 Appien, Ib., 80.

102 Appien, Ib., 81. F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 249, suggère ainsi de nommer ces opérations « guerra de Pallantia ».

103 Appien, Ib., 61 ; Tite-Live, Per., LII, 8 ; Orose, V, 4, 2.

104 D’une manière générale, les villes dont l’appui àViriathe est attesté dans la documentation sont situées en Turdétanie : Βαιϰόϱ (Appien, Ib., 65), identifiée à Baecula (Bailén) par A. Schulten, « Viriato », p. 142, H. Gundel, « Viriato », p. 184 et R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, p. 125 ; Ὀβόλϰολα, Εἰσϰαδία et Γέμελλα (Appien, Ib., 68), identifiées respectivement à Obulco, Astigi et Tucci par A. Schulten, « Viriato », pp. 143-145 ; Ὄρσων (Appien, Ib., 65 ; Diodore, XXXIII, 21), identifiée à Urso par H. Gundel, « Viriato », p. 191. L’alliance deViriathe avec certaines communautés d’Ultérieure se déduit aussi du fait, rapporté par Diodore, XXXIII, 7, 4, qu’un roi de la région, Astolpas, lui avait donné sa fille en mariage.

105 A. Schulten attribuait à Viriathe une aire d’opération très étendue, à la mesure de la mobilité qu’il associait au guerrier lusitanien. Celui-ci aurait ainsi pénétré dès 146 en Carpétanie (Appien, Ib., 64) et jusqu’à l’intérieur de la Meseta (Appien, Ib., 64). A. Schulten situait son quartier général du Mons Veneris (Appien, Ib., 64) dans la Sierra de San Vicente, près de Talavera de la Reina. De là, Viriathe pouvait lancer des attaques contre les villes alliées aux Romains, comme Segovia et Segobriga (Frontin, Strat., III, 10, 6 et III, 11, 4 ; IV, 5, 22). Par conséquent, il se trouvait régulièrement confronté aux gouverneurs de Citérieure (Orose, V, 4, 3 ; Florus, I, 33, 15-16 ; Cicéron, Brutus, 84 et De off., II, 40). Cette lecture des textes a été généralement admise : H. Gundel, « Viriato », pp. 175-198 ; H. Gundel, « Probleme der römischen Kampfführung gegen Viriathus », pp. 109-130 ; J. de Alarcão, Roman Portugal, pp. 6-7 ; M. Pastor Muñoz, Viriato, pp. 79-100.

106 Ces problèmes ont été bien mis en évidence par L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », pp. 379-381.

107 Ibid., pp. 379-380, a souligné de manière convaincante la difficulté d’interprétation de l’expression Καϱπητανίαν, εὐδαίμονα χώϱαν (Appien, Ib., 63). E. Pais, Storia di Roma durante le grandi conquiste mediterranee, p. 492, corrigeait pour cette raison Καϱπηταν' ιαen Τυϱδιτανία. Sans aller jusqu’à une telle modification, dans la mesure où les manuscrits ne font état d’aucune variante, L. A. García Moreno estime cependant qu’Appien, ou sa source, a commis une confusion, peut-être due à l’euphonie du nom de la chora de la cité de Καϱπησσ' ς où s’est réfugié le reste de l’armée de Vetilius (Appien, Ib., 63). Il pense en effet que, siViriathe s’est momentanément retiré en Carpétanie, cela ne peut être qu’après l’arrivée de Plautius et non avant. Dans ce cas, le territoire (Appien, Ib., 64 : τὴν χώϱαν) que Viriathe ravagea après le retrait de Plautius signifierait un retour du chef lusitanien en Turdétanie et non, comme on le pense en général, une extension des raids lusitaniens vers la Sierra de Guadarrama et la vallée de l’Èbre. Voir A. Schulten, « Viriato », pp. 139-140 ; H. Gundel, « Viriato », p. 182 ; H. Simon, Roms Kriege in Spanien, pp. 92-93.

108 Ces événements sont déduits de plusieurs passages de Frontin : Frontin, Strat., III, 10, 6 ; III, 11, 4 ; IV, 5, 22. L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », p. 381, insiste sur le fait que ces passages ne sont pas datés. Comme Frontin, Strat., IV, 5, 22, donne Segouienses au lieu de Segobrigenses, l’auteur suggère qu’il pourrait en fait s’agir non de deux épisodes différents mais d’un seul, concernant alors non pas la Segouia de la Meseta, mais celle du Genil, au sud du Guadalquivir.

109 L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », p. 381, précise bien que Quinctius est le gouverneur d’Ultérieure et non celui de Citérieure, comme le croyait A. Schulten. Voir également T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, t. I, pp. 475-476 ; T. C. Brennan, The Praetorship in the Roman Republic, p. 177. De manière fort logique avec le reste du récit, Appien, Ib., 66, signifie simplement que Viriathe, ayant défait le préteur, ravagea la Bastétanie, c’est-à-dire la région autour de l’actuelle Grenade.

110 Cette dominante méridionale est défendue également avec force par L. Pérez Vilatela, Lusitania, p. 84 : « … a la hora de estudiar la guerra de Viriato, todo lo lusitano se traslada al Norte del Tajo : el propio Viriato, sus familiares, sus hombres, mientras la topografía de la guerra nos lleva sistemáticamente al valle del Guadalquivir ». Voir le détail de la démonstration pp. 100-105.

111 Tite-Live, Per., LIV, 7 ; Tite-Live, Ep. Oxyrh. 185 ; Appien, Ib., 69 ; Diodore, XXXIII, 1. Pour une interprétation en ce sens de la pax de Servilianus, voir R. López Melero, « Viriatus Hispaniae Romulus », p. 257. L’auteur montre notamment que la reconnaissance d’un tel territoire à Viriathe ne constituait pas forcément un renoncement de la part de Rome. Voir également E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 149-157.

112 Appien, Ib., 68 et 70. Il est très probable que certains des toponymes mentionnés par Appien doivent être effectivement localisés en Béturie. L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », pp. 377-378, a proposé ainsi d’y placer Tριβλα (App., Ib., 62-63) et Ἐρισάνη (Appien, Ib., 69) qu’il identifie à Arse, la capitale de Viriathe. L’identification de cette dernière avec la Ἄρσα de Appien, Ib., 70, proposée déjà par A. Schulten, « Viriato », p. 145, n. 5, est cependant sujette à caution, comme l’on montré R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, p. 128, et H. Gundel, « Probleme der römischen Kampfführung gegen Viriathus », p. 125. Chacun s’accorde toutefois à placer ces deux villes en Béturie. Quant à Tribéola, A. Schulten, « Viriato », p. 137, la localisait en revanche au sud d’Urso, entre la Sierra de Ronda et celle de Libar. Cette hypothèse repose néanmoins seulement sur la proximité de ce site avec Carteia. Elle a donc été rejetée par R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique, p. 125, suivi par L. A. García Moreno.

113 A. Schulten, « Viriato », pp. 133-135 ; cette hypothèse classique est admise par H. Gundel, « Viriato », p. 178. Mais L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras deViriato, caudillo lusitano », pp. 381-382, souligne avec vigueur qu’aucune source antique n’y fait référence au sujet du chef lusitanien : cet auteur remarque qu’A. Schulten s’est contenté de reprendre le topos du brigand d’humble origine cher à la tradition de Posidonius, et « le hizo nacer en la Sierra más pobre y agreste del Portugal-Lusitania de principios del siglo XX : la Serra da Estrêla ».

114 L. Pérez Vilatela, « Procedencia geográfica de los lusitanos de las guerras del siglo II a. C. », pp. 257-262 ; Id., Lusitania, pp. 100-105. Si l’on accepte l’idée que Viriathe et ses troupes ne provenaient pas des territoires lointains du nord du Tage, il devient donc assez difficile de souscrire à la vision schématique d’un Viriathe déraciné, assimilé à un « bandit social » typique d’une société de frontière marginalisée, tel que le soutient S. L. Dyson, « Native Revolt Patterns in the Roman Empire », pp. 148-150.

115 L. A. García Moreno, « Infancia, juventud y primeras aventuras de Viriato, caudillo lusitano », p. 376, parle ainsi de « lusitanos subtajanos » ; voiraussi Id., « Hispaniae Tumultus », pp. 81-107 ; J. de Francisco Martín, Conquista y romanización de Lusitania, p. 63 ; M. Salinas de Frías, « Guerra, trashumancia y ocupación del territorio del Suroeste peninsular durante la República romana », pp. 41-42.

116 L. Pérez Vilatela, Lusitania. Il estime (p. 84) que la conception d’une Lusitanie entre Duero et Tage, défendue par les modernes, est une création strabonienne ; voir également Id., « De la Lusitania independiente a la creación de la provincia », pp. 73-84. Désaccord de P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 78. Cet auteur accepte la localisation méridionale des opérations de Viriathe proposée par L. A. García Moreno. En revanche, elle estime que, pour cette raison, la guerre est donc restée extérieure à la Lusitanie proprement dite qu’elle continue à situer au nord du Tage. Elle refuse l’hypothèse d’une Lusitanie au sud du Tage au motif que l’expression Λυσιτανῶν δ’οἱ ἐπὶ θάτεϱα τοῦ Τάγου ποταμοῦ (« Les Lusitaniens habitant l’autre rive du Tage »), est interpétée à tort comme désignant les populations au sud du fleuve alors qu’elle signifie l’inverse (Appien, Ib., 57). Même si cette objection était juste, elle ne suffirait pourtant pas à écarter l’idée d’une Lusitanie méridionale documentée par Appien, Ib., 56 ou Orose, IV, 21, 10.

117 Sur la violence des combats dans ces régions, voir infra, pp. 209-219.

118 N. Dupré, « La place de la vallée de l’Èbre dans l’Espagne romaine », pp. 147-152 ; F. Beltrán Lloris, M. Martín-Bueno et F. Pina Polo (éd.), Roma en la cuenca media del Ebro, notamment pp. 23-24.

119 Sur l’importance de cette région pour Rome, voir P. P. Spranger, « Zur lokalisierung derStadt Castulo und des Saltus Castulonensis », pp. 95-112, et A. Pelletier, « Castulo et la conquête », pp. 271-281. En revanche, R. Contreras de la Paz, « La conquista de Cástulo por Publio Cornelio Escipión », pp. 125-137, apporte peu.

120 La dénomination saltus Manlianus est attestée par Tite-Live, XL, 39, 2, à propos d’une embuscade tendue à Fulvius Flaccus en 180. Son identification avec la vallée du Jalón a été proposée par A. Schulten, Numantia I, pp. 322 et 328-329, et reprise dans FHA, III, p. 189. Généralement acceptée, cette proposition a toutefois été critiquée récemment parÁ. Capalvo Liesa, Celtiberia, p. 109.

121 La valeur de l’axe du Tage notamment a été rappelée par L. Pérez Vilatela, Lusitania, pp. 98-100.

122 Ce fut le cas par exemple des zones montagneuses, comme l’intérieur des Pyrénées : C. Rico, Pyrénées romaines, p. 220. Rome ne se préoccupa guère que de quelques axes qui permettaient de rejoindre la vallée de l’Èbre depuis l’Aquitaine. Voir aussi N. Dupré, « La vallée de l’Èbre et les routes transpyrénéennes antiques », pp. 393-411 ; plus généralement, sur les rapports entre la guerre romaine et l’approche graduelle des territoires, voir P. Le Roux, Romains d’Espagne, pp. 28-34.

123 Strabon, III, 4, 13.

124 Pline, NH, III, 18 rapporte que l’inscription qui figurait sur le monument mentionnait la soumission de 876 oppida. Sur ce trophée, voir J. Arce, « Los trofeos de Pompeyo “in pyrenaei iugis” », pp. 261-268.

125 Florus, II, 13 (= IV, 2) : Mox circa obsidiones urbium utrimque discursum est. Sur l’implication des villes hispaniques dans ce conflit, les remarques deJ. Martínez Mera, « Las ciudades hispanas ante la Guerra Civil », pp. 317-333, apportent finalement peu, et nourrissent une réflexion qui minimise à l’excès la portée générale des deux campagnes d’Espagne.

126 Sur la place de la ville comme objectif militaire, voir les remarques de Y. Garlan, La guerre dans l’Antiquité, p. 119 ; contra F. E. Adcock, The Roman Art of Warunder the Republic, p. 118.

127 Strabon, III, 4, 13 : Καὶ ἴσως οὐϰ ἄπιστον τοῦτο λέγει ϰαὶ γὰϱ οἱ στϱατηγοὶ ϰαὶ οἱ συγγϱαϕεῖς ῥᾳδίως ἐπί τοῦτο ϕέϱονται τὸ ψεῦμα, ϰαλλωπίζοντες τὰς πϱάξεις, ἐπεὶ ϰαὶ οἱ ϕάσϰοντες πλείους ἢ χιλίας τὰς τῶν ’ Ιβήϱων ὑπάϱξαι πόλεις ἐπι τοῦτο ϕέϱεσθαι' μοι δοϰοῦσι, τὰς μεγάλας κώμας πόλεις ὀνομάζοντες.. (« Sans doute a-t-il raison d’adopter cette attitude car les généraux et les historiens se laissent facilement aller à farder la vérité en embellissant les faits et je suis d’autant plus porté à le croire que ceux qui prétendent compter plus de mille villes chez les Ibères me paraissent effectivement arriver à ce chiffre en donnant le nom de villes à de grands villages », trad. F. Lasserre, CUF).

128 Cette dimension idéologique du discours strabonien a été souvent soulignée : P. Thollard, Barbarie et civilisation chez Strabon, p. 12 ; J. M. Manuel Abascal et U. Espinosa, La ciudad hispanoromana, pp. 13-14 ; P. Le Roux, « La ville romaine en Hispanie », pp. 235-236.

129 Jusqu’à une date récente, l’idée d’une civilisation marquée par sa composante urbaine restait rejetée parles historiens, comme M. Tarradell, « Las ciudades romanas en el este de Hispania », pp. 289-313, pour l’aire Ibérique, ou M. Salinas de Frías, Conquista y romanización de Celtiberia, p. 105, pour la Meseta. De même, J. M. Manuel Abascal et U. Espinosa, La ciudad hispano-romana, pp. 11-31, réfléchissant avant tout surla diffusion du modèle de la cité classique en Hispania, minimisent la spécificité du phénomène urbain préromain. Depuis, la tendance s’est inversée. Sans plaquer artificiellement le cadre politique et architectural de la ciuitas sur une réalité ibérique bien différente, on accepte néanmoins de façon croissante l’idée d’une « proto-cité » indigène qui partage avec celle du monde gréco-romain le fait de fonctionner comme un oppidum contrôlant un territoire rural. Voir L. Abad Casal et M. Bendala Galán, « La urbanística del mundo ibérico. Las nuevas perspectivas », pp. 301-304 ; F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 224. Outre la petite synthèse de J. Mangas Manjarrés, Aldea y ciudad en la antigüedad hispana, voir M. Bendala Galán, « El fenómeno urbano », notamment pp. 18-26.

130 M. Molinos et A. Ruiz Rodríguez, Los Iberos, pp. 183 et 262 ; M. Bendala Galán, « La ciudad entre los Iberos, espacio de poder », p. 28.

131 A. Ruiz Rodríguez, « Les Ibères et leur espace », pp. 78-81, distingue ainsi un schéma polynucléaire, propre aux régions au sud du Guadalquivir, et un schéma mononucléaire, dominant au nord du Júcar. La concentration urbaine était donc plus forte dans le sud de l’Ibérie.

132 L. Abad Casal et M. Bendala Galán, « L’histoire des Ibères jusqu’à l’époque romaine (VIe -Ier siècle) », p. 224.

133 Face à M. Salinas de Frías, Conquista y romanización de Celtiberia, p. 105, qui défend l’idée d’un phénomène importé, la tendance actuelle est à reconnaître une vitalité endogène du phénomène urbain. Voir en dernier lieu C. J. Caballero Casado, La ciudad y la romanización de Celtiberia.

134 Une majorité des historiens préfère penser qu’il s’agit, au moment de la conquête, d’un phénomène encore récent : P. Ciprés, Guerra y sociedad en la Hispania indoeuropea, p. 64 ; A. Lorrio, Los celtíberos, pp. 291 et 319 ; M. Almagro-Gorbea et A. Lorrio, « Les Celtes de la péninsule Ibérique au IIIe siècle av. J.-C. », p. 35. Ces derniers expriment toutefois des doutes quant à la vigueur du phénomène dans la Meseta septentrionale. En revanche, F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, pp. 222-224, admet pour sa part que l’apparition des premières formes urbaines dans l’aire celtibère dut être contemporaine de l’essor d’un phénomène similaire dans l’aire levantine à la suite de la « crise de l’Ibérique Ancien » à la fin du VIe siècle.

135 C. J. Caballero Casado, La ciudad y la romanización de Celtiberia, pp. 71-91.

136 L. Pérez Vilatela, Lusitania, pp. 89-90.

137 J. M. Gómez Fraile, « Mercenariado y bandolerismo en Celtiberia », pp. 503-509, a bien montré le lien entre le topos antique des difficultés économiques et sociales des populations de l’intérieur et l’idée traditionnelle de l’absence de civilisation urbaine dans ces mêmes régions.

138 F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, p. 215, avertit cependant de ne pas systématiser les oppositions plaine-montagne, sédentaires-transhumants, cité-bourg ; voir aussi A. Jiménez de Furundarena, « Precisiones en torno al vocabulario latino de la ciudad. El término oppidum in Hispania », notamment pp. 219-221.

139 P. Moret, Les fortifications ibériques, pp. 35-36 ; l’auteur estime en outre (p. 261) que la conception des fortifications indigènes ne permettaient pas à ces agglomérations de soutenir un siège en règle ; pour un point de vue très différent, voir F. Gracia Alonso, « L’artillerie romaine et les fortifications ibériques », pp. 201-231. Cette étude accorde cependant une importance excessive à une hypothétique rupture introduite par le démantèlement de l’intégralité des fortifications de la région sur ordre de Caton en 195. Cet épisode, très souvent mentionné dans nos sources (Tite-Live, XXXIV, 17, 11 ; Frontin, Strat., I, 1, 1 ; Plutarque, Cat. Maior, I, 3 ; Appien, Ib., 41 ; Polyen, VIII, 17 ; De uir. ill., XLVII, 2 ; Zonaras, IX, 17), n’est pourtant guère crédible, comme l’a justement rappelé P. Moret (pp. 37-38). On trouvera dans le nº 21 de la revue Gladius (2001) un débat plus général autour de cet aspect de la poliorcétique indigène, opposant précisément P. Moret et F. Quesada Sanz à F. GraciaAlonso : P. Moret, « Del buen uso de las murallas ibéricas », pp. 137-143 ; F. Quesada Sanz, « En torno al análisis táctico de las fortificaciones ibéricas », pp. 145-154 ; F. Gracia Alonso, « Sobre fortificaciones ibéricas », pp. 155-166.

140 J. D. Vicente et alii, « La catapulta tardo-republicana y otro equipamiento militar de “La Caridad” », pp. 167-199 ; F. García Díez, « Las catapultas de Azaila (Teruel) », pp. 293-302 ; R. Sáez Abad, « Un siglo de hallazgos vinculados a la maquinaria bélica en Hispania », 493-502. Dernièrement J. L. Cinca, J. L. Ramírez Sábada et J. Velaza, « Un depósito de proyectiles de catapulta hallado en Calahorra (La Rioja) », pp. 263-271, ont fait état de la découverte de plus de 300 boulets de catapultes, dont 28 portent des chiffres gravés (peut-être le numéro de la catapulte ?) et deux autres présentent de très intéressantes inscriptions qui permettent d’attribuer l’ensemble au siège de Calagurris par Pompée et Metellus en 74. Ces trouvailles sont certes tardives, puisqu’elles se rapportent toutes à l’époque des guerres civiles du Ier siècle, mais, compte tenu de ce que nous savons de la poliorcétique romaine, il ne fait aucun doute que l’emploi de machines de guerre était tout aussi courant aux siècles précédents, comme suffisent du reste à l’attester les pointes de traits retrouvées parmi le matériel des camps de Numance : M. Luik, Die Funde aus den römischen Lagern um Numantia, pp. 82-84.

141 Sur le déroulement de la campagne de Brutus, qui se prolonge ensuite vers la Galice actuelle : A. Tranoy, La Galice romaine, pp. 126-129 ; N. Santos Yanguas, El ejército y la romanización de Galicia, p. 32 ; J. de Alarcão, Roman Portugal, pp. 8-9 ; J. de Francisco Martín, Conquista y romanización de Lusitania, pp. 70-71 ; J. Martínez Mera, « Expedicións militares a Gallaecia na época republicana », pp. 304-307 ; M. Cavada Nieto etA. Menéndez Llorente, « D. Junio Bruto en la futura Gallaecia. Nuevos materiales », pp. 377-388.

142 Appien, Ib., 71 : ἐς δὲ τὰς πόλεις αὐτῶν ἐτϱάπετο, δίϰην τε λήψεσθαι πϱοσδοϰῶν ϰαὶ τῇ στϱατιᾷ πολὺ ϰέρδος πεϱιέσεσθαι ϰαὶ τοὺς ληστὰς ἐς ἐϰάστην ὡς πατϱίδα ϰινδυνεύουσαν διαλυθήσεσθαι.. Ce passage n’est pas clairement daté, car le détail de la chronologie de la campagne de Brutus n’est pas toujours évident à préciser. Voir sur ce point H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 160. L’épisode peut donc correspondre aussi à l’expédition au nord du Duero qui, en 137, amena les légions du proconsul jusqu’aux rives du Léthès.

143 Polybe, III, 76, 2-3 ; Tite-Live, XXI, 60, 3.

144 La soumission de ces villes est en tout cas le point sur lequel insistait le rapport de Laelius devant le sénat : Tite-Live, XXVII, 7, 2.

145 Tite-Live, XXXV, 1, 1-2, évoque, à propos de Sex. Digitius, des villes qui s’étaient révoltées en grand nombre (permultae) et précise que P. Cornelius Scipio en soumit pour sa part au moins cinquante (non minus quinquaginta oppida).

146 Ilurcia (Tite-Live, XXXV, 7, 7) ; Licabrum, Vescelia et Helo (Tite-Live, XXXV, 22, 5-6) ; Nobila, Cusibi et Toletum (Tite-Live, XXXV, 22, 7-8) ; Hasta (Tite-Live, XXXIX, 21, 3) ; Corbio (Tite-Live, XXXIX, 42, 1) ; Urbicua (Tite-Live, XL, 16, 4) ; Contrebia (Tite-Live, XL, 33, 4) ; Munda et Certima (Tite-Live, XL, 47, 2) ; Alcé (Tite-Live, XL, 49, 2) ; Ergauica (Tite-Live, XL, 50, 1) ; Complega et Carauis (Appien, Ib., 43) ; Marcolica (Tite-Live, XLV, 4, 1).

147 Appien, Ib., 65, précise clairement que Fabius Maximus Æmilianus ravagea deux des villes appartenant à Viriathe (ϰαὶ πόλεις αὐτοῦ δύo) ; même chose en Ib., 69, à propos d’Erisanè (αὐτοῦ πόλιν), prise par Caepio. Même vocabulaire concernant Sertorius, voir Plutarque, Sert., XII, 3 ; XVIII, 4 ; XXI, 6.

148 Tite-Live, XXI, 61, 7. Sur l’identification problématique de cette ville, voir A. Pérez Almoguera, « Livio, 21, 61, 6-7 : Atanagrum urbem, quae caput eius populi erat », pp. 25-46, qui privilégie cependant l’hypothèse d’une erreur dans la transmission du texte, où n’aurait pas figuré à l’origine la mention du nom de la capitale ilergète (dont on sait par ailleurs qu’il s’agit de Iltirta/Ilerda).

149 Tite-Live, XXI, 61, 8. De fait, P. Moret, Les fortifications ibériques, p. 36, n. 87, propose d’en identifier les restes non avec le site de Vich, comme on le fait en général, mais avec celui du Turó del Montgròs dont les fortifications puissantes et la situation sur une hauteur lui paraissent mieux correspondre à la description livienne. L’auteur souligne toutefois que cette identification n’est pas dépourvue de difficultés.

150 Tite-Live, XXVII, 7, 2.

151 Tite-Live, XXXIV, 20, 3. Comme souvent, la précision de Tite-Live n’est pas suffisante pour savoir si Caton avait alors affaire à l’ensemble des Lacétans ou bien à une partie seulement de ce peuple. On ne peut par conséquent savoir avec certitude si la ville dont il est question dans ce texte était une capitale politique pour toute la région ou bien uniquement celle d’une communauté particulière. Le récit suggère toutefois qu’elle occupait au moins cette dernière fonction puisque, suite à la ruse du consul qui lui permit d’occuper la ville momentanément désertée par ses habitants, ceux-ci firent leur soumission faute de conserver « autre chose que leurs armes (nihil praeter arma habentes) ».

152 Tite-Live, XXVIII, 3, 1 ; 22, 1 ; XXXIII, 21, 7 ; XL, 50, 1 ; XLV, 4, 1 ; frgt. XCI ; Appien, Ib., 23 ; 44 ; 46 ; 57 ; 58 ; 80.

153 Tite-Live, XXVIII, 3, 1 : Scipio, ubi animaduertit dissipatum passim bellum, et circumferre ad singulas urbes arma diutini magis quam magni esse operis, retro uertit iter. Tite-Live ajoute que, pour ne pas paraître abandonner le terrain aux ennemis, Scipion envoya toutefois son frère assiéger Orongis, la ville la plus puissante du pays (Tite-Live, XXVIII, 3, 3 : opulentissimam in iis locis urbem).

154 Plutarque, Pomp., XIX, 7.

155 Tite-Live, XXVIII, 42, 3 et 6 : Pacato mari praeter oram Italiae Galliaeque uectus, Emporias in urbem sociorum, classem adpulisti ; expositos milites per tutissima omnia ad socios et amicos populi romani Tarraconem duxisti ; ab Tarracone deinde iter per praesidia romana […]. Cetera, neque ea eleuo,nullo tamen modo Africo bello comparanda, ubi non portus ullus classi nostrae apertus,non ager pacatus,non ciuitas socia, non rex amicus,non consistendi usquam locus non procedendi ; quacumque circumspexeris hostilia omnia atque infesta.

156 Pour cette raison, une émission monétaire, attestée par un exemplaire unique provenant d’une collection de Alcalá de Guadaira, dans la province de Séville, a été récemment mise en relation avec cette activité diplomatique des Scipions entre 218 et 211 : M. P. García-Bellido, « Roma y los sistemas monetarios provinciales », pp. 567-570. Il s’agit d’une drachme d’argent dont le revers présente une scène de serment, accompagnée de la légende ROMA, que l’auteur considère comme une représentation commémorant, dans un but de propagande, les alliances conclues par les Scipions avec les peuples hispaniques. Bien que la pièce soit bien conservée, la lecture et l’interprétation de la scène représentée sur cet unicum nous semblent toutefois moins évidentes que ne le suggère l’auteur.

157 Tite-Live, XXV, 32, 1 : eadem aestate in Hispania cum biennio ferme nihil admodum memorabile factum esset consiliisque magis quam armis bellum gereretur.

158 Appien, Ib., 15 : Γναῖος δὲ οὐδέν, ὅ τι ϰαὶ εἰπεῖν, ἔπϱαξεν <ἐν> τοῖς Ἴβηϱσι, πϱὶν αὐτῷ Πούπλιον τὸν ἀδελϕὸν ἐπανελθεῖν [...] ϰαὶ γὰϱ ἤστην πιθανωτάτω στϱατηγῆσαί τε ϰαὶ πϱοσαγαγέσθαι.

159 Pour cette raison, il n’est pas possible de suivre A. Pelletier, « Les Hispani et l’Hispania de Tite-Live », pp. 9-10 : s’appuyant sur une étude lexicale du texte livien, elle prétend que, siTite-Live utilise majoritairement (dans 60,5% des cas) le terme Hispanus avant l’expulsion des Carthaginois de la Péninsule, mais emploie ensuite au contraire des ethnonymes, c’est parce que Rome, concentrée sur l’objectif punique, ne se serait pas préoccupée pour eux-mêmes des peuples indigènes avant 206 : « … que le refus de les nommer soit délibéré ou non, la réalité est là : presque aucun peuple ne s’individualise, parce qu’aucun n’est en contact direct et unilatéral avec Rome ». C’est à la fois minimiser excessivement les données des sources et confondre le point de vue du narrateur augustéen avec celui des généraux romains de l’époque. Même tendance, en ce qui concerne les peuples de l’intérieur, par exemple chez F. Burillo Mozota, Los Celtíberos, notamment p. 133.

160 Ce point a été bien mis en évidence, notamment par J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomacia romana en la conquista de la Península Ibérica », p. 492, et J. M. Blázquez Martínez, « Las alianzas en la Península Ibérica », pp. 102-109.

161 Tite-Live, XXI, 60, 3.

162 L’absence d’un tel traité est l’hypothèse la plus couramment admise : E. Badian, Foreign Clientelae, pp. 49-51 ; A. E. Astin, « Saguntum and the Origins of the Second Punic War », pp. 590-593 ; R. M. Errington, « Rome and Spain before the Second Punic War », pp. 42-44 ; G. V. Sumner, « Roman Policy in Spain before the Hannibalic War », pp. 214-215 ; Id., « Rome, Spain and the Outbreak of the Second Punic War », p. 476 ; A. M. Eckstein, « Rome, Saguntum and the Ebro Treaty », pp. 66-68 ; B. D. Hoyos, Unplanned Wars, p. 178.

163 Tite-Live, XXI, 19, 6 ; Diodore, LXVI, 1. Le fait que Polybe, III, 40, 1-3, n’en fasse pas état a amené de nombreux historiens à douter de l’historicité de l’épisode : G. De Sanctis, Storia dei Romani, t. III (2), pp. 174-175 ; A. Schulten, FHA, III, p. 43 ; G. V. Sumner, « The Chronology of the Outbreak of the Second Punic War », p. 25, n. 66 ; A. M. Eckstein, « Two Notes on the Chronology of the Outbreak of the Second Punic War », p. 265. Mais l’authenticité de l’ambassade a été en revanche acceptée par d’autres : J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomacia romana en la conquista de la Península Ibérica », p. 490 ; D. Proctor, Hannibal’s March in History, pp. 49-51 et J. F. Lazenby, Hannibal’s War, pp. 49-50 ; récemment, B. D. Hoyos, Unplanned Wars, p. 257, a suggéré que l’ambassade envoyée à Carthage avait pu se diviseren deux parties au retour : l’une portant la nouvelle de la guerre à Rome, l’autre se rendant en Espagne puis en Gaule dans le but de préparer diplomatiquement le terrain pour une offensive romaine dans la péninsule Ibérique.

164 A. Schulten, FHA, III, p. 47 et P. Bosch-Gimpera, « El pas del Pirineu per Aníbal », pp. 135-141, ont formulé les objections décisives à l’hypothèse traditionnelle du Perthus et proposé un trajet par la vallée du Sègre, désormais admis. C. Rico, Pyrénées romaines, p. 86, estime toutefois qu’Hannibal avait dû diviser son armée et qu’une partie de celle-ci seulement avait emprunté cette voie, le reste franchissant la montagne plus à l’ouest.

165 Sur ce point, voir par exemple B. D. Hoyos, « Generals and Annalists », pp. 73 et 91, qui estime à juste titre que le récit transmis par nos sources, et notamment celui de Tite-Live, masque le succès d’un effort diplomatique romain qui avait permis d’assurer la neutralité des Ilergètes entre 217 et 211.

166 En particulier Tite-Live, XXI, 60, 4.

167 Polybe, X, 7, 3 : Μετὰ δὲ ταῦτα τοὺς ἐντὸς Ἴβηϱος ποταμοῦ συμμάχους ἀϰούων μένειν ἐν τῇ πϱὸς αὐτοὺς ϕιλίᾳ (« [Scipion] avait appris que les peuples alliés établis en deçà de l’Èbre étaient restés loyaux envers les Romains », trad. D. Roussel) ; ce passage permet d’éclairer Tite-Live, XXVI, 18, 1 : Inter haec Hispaniae populi nec qui post cladem acceptam defecerant, redibant ad Romanos, nec ulli novi deficiebant. (« Cependant, parmi les peuples d’Espagne, ceux qui, après la défaite, avaient fait défection, ne revenaient pas vers les Romains ; mais il n’y avait pas non plus de nouvelles défections », trad. P. Jal, CUF, modifiée). Les peuples ayant fait défection étaient donc ceux rentrés dans l’amitié romaine au moment de l’avancée des Scipions au-delà de l’Èbre.

168 Edeco fut le premier à proposer son alliance à Scipion après la prise de Carthagène : Polybe, X, 34-35 ; Tite-Live, XXVII, 17, 1 ; Indibilis passa aux Romains durant l’hiver 209 à la suite des vexations commises à son endroit par ses anciens alliés carthaginois : Polybe, X, 37-38 ; Tite-Live, XXVII, 17, 3. Indibilis régnait sur les Ilergètes. En revanche, le cas d’Edeco est plus problématique. Traditionnellement admise sur une base étymologique, la relation entre le nom de ce roi et celui du peuple des Edetani est en réalité mal assurée : P. Moret, « Ethnos ou ethnie ? », pp. 53-57, a montré que les sources ne les associent jamais (la mention des Edetanoi dans le texte de Polybe est le résultat d’une émendation remontant au XVIIIe s.) et que l’argument étymologique est en lui-même faible. Pour cet auteur, rien ne prouve en outre l’existence de l’Édetanie avant la conquête romaine. Malgré ces incertitudes, il suffit pour notre propos de relever que, pour Polybe comme pour Tite-Live, Edeco est présenté comme un souverain très puissant.

169 F. Rodríguez Adrados, « Las rivalidades de las tribus del NE español y la conquista romana », pp. 563-587. Il distingue (p. 565) une coalition Ilergètes-Ausétans-Lacétans, alliée aux Carthaginois, et dont les sources attestent les fréquentes incursions sur les territoires côtiers, alliés des Romains.

170 F. Rodríguez Adrados, El sistema gentilicio decimal de los indoeuropeos occidentales y los orígenes de Roma, pp. 140-142.

171 Polybe, XXXV, 2, 3-4. Sur cette ambassade, brèves remarques de F. Canali de Rossi, « Ambascerie di popoli iberici a Roma », pp. 496-497 ; plus généralement, sur la forme prise par les ambassades hispaniques à Rome, voir E. Torregaray Pagola, « Embajadas y embajadores entre Hispania y Roma en la obra de Tito Livio », pp. 25-61, qui souligne cependant les limites du récit livien en la matière.

172 P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 24.

173 Appien, Ib., 72-73.

174 Appien, Ib., 57.

175 R. C. Knapp, Aspects ofthe Roman Experience in Iberia, p. 39 ; J. Edmondson, « Roman Powerand the Emergence of ProvincialAdministration in Lusitania During the Republic », pp. 169 et 173-174.

176 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 39.

177 Polybe, X, 36, 5 : ἄλλως μὲν <γὰϱ> ὑπέλαβον δεῖν ϰτᾶσθαι τὰς ἀϱχράς, ἄλλως δὲ τηϱεῖν, οὐϰ ἔμαθον <δὲ> διότι ϰάλλιστα ϕυλάττουσι τὰς ὑπεροχὰς οἱ ϰάλλιστα διαμείναντες ἐπὶ τῶν αὐτῶν πϱοαιϱέσεων, αἷς ἐξ ἀϱχῆς ϰατεστήσαντο τὰς δυναστείας (« [Les Carthaginois] avaient cru qu’il existait une méthode pour acquérir l’empire et une autre pour le garder. Ils n’avaient pas compté que ceux qui préservent le mieux leur suprématie sont ceux qui restent le plus fermement attachés aux maximes qui leur ont permis de l’instaurer », trad. D. Roussel).

178 Sur ces réflexions de Polybe, voir en dernier lieu : A. M. Eckstein, MoralVision in the Histories of Polybius, pp. 227-229 ; A. Erskine, « Spanish Lessons », pp. 229-235.

179 Les anecdotes abondent à ce sujet : restitution des otages de Sagonte (Polybe, III, 99, 6-7 ; Tite-Live, XXII, 22, 18-19 ; Zonaras, IX, 1) et de Carthagène (Polybe, X, 18, 3-5 ; Tite-Live, XXVI, 49, 9-10 ; Appien, Ib., 18 ; Dion Cassius, XIV, 42 ; Zonaras, IX, 8 ; Diodore, XXVI, 21 ; Frontin, Strat., II, 11, 5 ; Valère-Maxime, IV, 3, 1) ; libération des prisonniers hispaniques après la bataille de Baecula (Polybe, X, 40, 10 ; Tite-Live, XXVII, 19, 2) ; cadeaux somptueux aux princes alliés (Tite-Live, XXVII, 19, 12) ; modération des châtiments infligés en 206 à la ville de Castulo (Tite-Live, XXVIII, 20, 12) et aux chefs Ilergètes (Tite-Live, XXVIII, 34, 9-11). L’éloge des Scipions morts en 211 par Tite-Live, XXV, 36, 16, est éloquent : Hispaniae ipsos lugebant desiderabantque duces, Cnaeum magis, quod diutius praefuerat iis priorque et fauorem occupauerat et specimen iustitiae temperantiaeque Romanae primus dederat. (« Les Espagnes, elles, ne pleuraient, ne regrettaient que leurs généraux, surtout Cnaeus, parce qu’il y avait commandé plus longtemps et qu’avant son frère il avait gagné la sympathie des habitants et leur avait donné, le premier, un exemple de la justice et de la modération romaines », trad. F. Nicolet-Croizat, CUF). Sur l’habileté de la politique diplomatique suivie par les Scipions, voir N. Dupré, « La politique romaine en Espagne pendant la deuxième guerre punique », pp. 137-140 et 148-149 ; A. M. Eckstein, Senate and General, p. 232 ; J. -M. Roddaz, « Les Scipions et l’Hispanie », pp. 351-352. Ce dernier insiste sur les parallèles entre l’attitude des Barcides et celle des Scipions.

180 Tite-Live, XXIX, 2, 1.

181 Tite-Live, XXXIV, 17.

182 Tite-Live, XLIII, 4, 5, qui évoque la lenitas praetoris. Bien que lacunaire, ce texte deTite-Live peut toutefois sans aucun doute être rapporté à la campagne espagnole.

183 Appien, Ib., 48-49.

184 Valère-Maxime, V, 1, 5.

185 Diodore, XXXIII, 17.

186 Diodore, XXXIII, 19.

187 Ce point a été justement souligné par R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 52.

188 M. V. García Quintela, « Sources pour l’étude de la protohistoire d’Hispanie », p. 85, a bien montré ce que cette opposition avait de factice ; S. L. Dyson, The Creation of the Roman Frontier, p. 203, a souligné pour sa part combien la condamnation moralisante d’un Lucullus ou d’un Galba masquait la portée stratégique et politique de leur forfait. De même, E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 106-113, insiste sur le fait que Galba avait sans doute été informé de l’intention secrète des Lusitaniens de reprendre les hostilités, ce que suggère la nature du sacrifice rapporté par Tite-Live, Per., XLIX et Aulu-Gelle, NA, I, 12, 17 qui évoque une préparation rituelle à la guerre.

189 Tite-Live, XXVI, 49, 8.

190 G. Freyburger, « Fides et potestas, ἐπιτις et ἐπιτπορή », p. 182.

191 Par exemple en 206, lorsque la maladie de Scipion provoqua un grand trouble parmi les alliés, Tite-Live, XXVIII, 24, 3.

192 Tite-Live, XXXIV, 11, 7-8 : petuisse se extra id periculum esse si decedere fide, si coniurare cum ceteris uoluissent : nullis minis, nullis terriculis se motos sperantes satis opis et auxilii sibi in Romanis esse ; id si nullum sit, si sibi a consule negeturdeos hominesque se testes facere inuitos et coactos se ne eadem quae Saguntini passi sint patianturdefecturos. Rappel de la même idée en Tite-Live, XXXIV, 18, 2.

193 Tite-Live, XXXIV, 12, 3-4 ; Frontin, Strat., IV, 7, 31

194 Pour 218 : Tite-Live, XXI, 61, 7 ; XXII, 21, 3 ; pour 61 : Plutarque, Caes., XII, 1 ; Appien, BC, II, 8 ; Dion Cassius, XXXVII, 52, 1 ; Suétone, Diu. Iul., XVIII, 1.

195 Appien, Ib., 56 ; 58 ; 59 ; 61 ; 81.

196 Polybe, X, 6, 3-4 montre Scipion insistant en 209 devant ses soldats sur cette maladresse de l’adversaire. Les griefs invoqués un peu plus tard par Indibilis pour expliquer son passage du côté romain sont identiques (Polybe, X, 37, 8 ; Tite-Live, XXVII, 17, 10-14).

197 Tite-Live, XL, 49, 7 : sequar, inquit, uos aduersus ueteres socios meos, quoniam illos <arma pro> me <piguit> suspicere.

198 Plutarque, Sert., XVIII, 4 et 11.

199 Dion Cassius, XLIII, 35, 1. De manière significative, l’auteur fait de cet échec la cause majeure du changement de stratégie de Pompée, car celui-ci aurait, par compensation, pris le risque d’une bataille décisive, provoquant ainsi le désastre final de Munda.

200 Bell. Hisp., XIX, 4.

201 L’ambassade de 171 est rapportée par Tite-Live, XLIII, 2, 1 : à cette occasion, les députés demandèrent au sénat de ne pas permettre que des alliés (socii) soient plus maltraités que des ennemis (hostes).

202 Plutarque, Sert., X, 1 ; l’identification de ces Λυσιτανοί a fait couler beaucoup d’encre. En effet, Plutarque les désigne ailleurs comme πεϱὶ τὴν Ἰβηϱίαν ϕίλων (Plutarque, Sert., XXII, 10). Pour cette raison, S. L. Dyson, The Creation of the Roman Frontier, pp. 228-229, pense à des populations déjà romanisées, de Béturie ou même de Turdétanie, plutôt qu’à des populations établies au nord du Tage. Cette hypothèse, confortée par les propositions plus récentes de L. Pérez Vilatela (voir supra, p. 50), nous paraît préférable à celle de F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana , pp. 53-54, qui conserve l’interprétation traditionnelle, exprimée avant lui notamment par A. Schulten, Sertorio, pp. 74-75 et M. Ribagorda Serrano, « Los lusitanos y el estrecho en época de Sertorio », p. 758. Il est cependant probable qu’il faille distinguer les individus auxquels Plutarque fait référence dans ces deux passages : C. F. Konrad, « Some Friends of Sertorius », pp. 525-527 ; J. -M. Roddaz, « D’une péninsule à l’autre. L’épisode sertorien », p. 107.

203 Plutarque, Sert., VI, 7-8 ; Salluste, Hist., I, 94 M = I, 83 MG.

204 Plutarque, Sert., 6, 7.

205 P. O. Spann, Quintus Sertorius and the Legacy of Sulla, p. 43, rejette avec raison l’interprétation qui consiste à qualifier ces mesures d’anti-romaines mais il les taxe en revanche un peu vite de politique « truly revolutionary ». Il reconnaît toutefois (p. 149) qu’elles n’autorisent pas à prêter à Sertorius le projet global d’une administration plus libérale des provinces. F. García Morá, Un episodio de la Hispania republicana, p. 26, n. 15, insiste pour sa part sur l’incontestable volonté de Sertorius de se distinguer du comportement habituel des gouverneurs.

206 J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomacia romana en la conquista de la Península Ibérica », p. 510. Peut-être Plutarque, Sert., VI, 4, peut-il être lu ainsi. Récemment, I. König, « Q. Sertorius », pp. 441-458, a toutefois rejeté cette dimension politique de l’aventure sertorienne, idéalisée selon lui par Plutarque.

207 Plutarque, Sert., VII, 4.

208 C’est ainsi qu’il faut comprendre l’étonnante fidélité qui l’entourait, rapportée par Plutarque, Sert., XI, 2 et Aulu-Gelle, NA, XV, 22, 10. Reflétant une tradition plutôt hostile à Sertorius, Aulu-Gelle insiste toutefois principalement sur l’habileté de celui-ci à profiter de la crédulité des barbares.

209 Plutarque, Sert., X, 5 et XXV, 6 ; Diodore, XXXVII, 22. Sur les mauvais traitement infligés par les partisans romains de Sertorius à leurs alliés indigènes : Plutarque, Sert., XXV, 4.

210 Sur la conduite de Cassius en 48 : Bell. Alex., XLVIII-LIII ; sur la clémence de César en 49 : César, BC, II, 21.

211 C’est la thèse soutenue par J. Mangas Manjarrés, « El papel de la diplomacia romana en la conquista de la Península Ibérica », p. 494 et particulièrement p. 512 : « Puede establecerse un paralelismo entre facilidad de penetración romana y aplicación de métodos diplomáticos. »

212 Ibid., p. 506.

213 R. W. Bane, « The Development of Roman Imperial Attitudes and the Iberian Wars », p. 409.

214 Ibid., p. 415.

215 Bien qu’opposées, ces deux conceptions s’accordent en effet pour admettre que la guerre romaine serait devenue progressivement plus brutale dans le courant du IIe siècle. Cette idée, qui ne fait que reproduire la tendance des sources antiques à idéaliser le passé, a été réfutée de manière convaincante dans plusieurs travaux : W. V. Harris, Guerra e imperialismo en la Roma republicana, p. 52 ; C. M. Gilliver, « The Roman Army and Morality at War », p. 231.

216 Polybe, X, 7, 1.

217 À propos du châtiment des deux villes félones, Tite-Live écrit en effet (Tite-Live, XXVIII, 19, 3) : In eos populos primo aduentu, cum dubiae Hispaniae essent, merito magis quam utilitersaeuitum foret : tunc iam tranquillis rebus quia tempus expetendae poenae uidebatur uenisse… (« Sévir contre ces deux peuples dès son arrivée, alors que les Espagnes n’étaient pas sûres, eût été, de la part de Scipion, plus justifié qu’utile ; cette fois, la situation étant désormais calme, le temps du châtiment semblait être arrivé, jugeant venu le temps de la vengeance… », trad. P. Jal, CUF).

218 A. M. Eckstein, Senate and General, p. 206.

219 Par exemple, Polybe, III, 76, 6 ; 97, 5 ; X, 18, 5 ; 35, 1 ; XI, 20, 3 ; Tite-Live, XXI, 60, 3 et 4 ; 32, 4 ; sur la nature de ces accords, voir R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, pp. 38-40, qui pense que cette situation est restée majoritaire jusqu’en 133 ; contra J. M. Blázquez Martínez, « Las alianzas en la Península Ibérica », p. 112 : cet auteur estime pour sa part que les traités des premiers temps de la conquête sont tous conclus sur la base d’un foedus aequum.

220 R. Bernhardt, « Die Entwicklung römischer amici et socii zu civitates liberae in Spanien », pp. 411-424.

221 Sur les notions d’amicitia et de societas dans les relations internationales, voir J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques, pp. 48-50. Se pose toutefois la question de savoir si les peuples mentionnés comme socii dans les sources (Polybe, X, 34, 2 ; Tite-Live, XXVII, 7, 2 ; 17, 1 ; XXVIII, 24, 3) ont conclu une alliance formelle avec Rome. Il est plus probable de penser que ce n’était pas toujours le cas.

222 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, pp. 40-41 ; M. A. Marín Díaz, Emigración, colonización y municipalización en la Hispania republicana, p. 31.

223 M. A. Marín Díaz, Emigración, colonización y municipalización en la Hispania republicana, p. 25.

224 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 55, parle d’une « harsher policy » ; de même, J. S. Richardson, Hispaniae, p. 142, estime que la décision de poursuivre la guerre contre Numance en 152 s’explique par le fait que les Arévaques n’avaient pas fait de deditio formelle ni à Nobilior en 153 ni à Marcellus en 152 (Appien, Ib., 49). Il y voit une rupture dans la politique du sénat : « … it was the first time that the senate had stated clearly that their acceptance of an end to hostilities was conditional on such a surrender » ; accord de E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, notamment pp. 25, 199, 279, 322.

225 Entre 218 et 168, la deditio apparaît sous la formule in ius dicionem (Tite-Live, XXI, 61, 7 ; XXVIII, 21, 1 ; XXXIV, 17, 11 ; XL, 49, 4) ou in deditionem (Tite-Live, XXVIII, 22, 1 ; XXIX, 3, 3 ; XXXIV, 20, 9 ; XL, 33, 9 ; 39, 1 ; 47, 9 ; 49, 1 ; 50, 2 ; XLIII, 4, 2).

226 E. García Riaza, « Derecho de guerra romano en Hispania (218-205 a. C.) », p. 200. Cette distinction paraît plus satisfaisante que celle établie par R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 43, qui restreint l’utilisation de l’amicitia aux peuples géographiquement les plus éloignés de la zone d’influence romaine et croit que la deditio concernait les « communities with which Rome came into more direct contact ».Or, plus que la géographie, c’était, en réalité, l’attitude de l’interlocuteur qui primait.

227 Les amici pouvaient remettre des otages, sanctionnant ainsi l’établissement de la societas armorum, ou bien se contenter d’envoyer des legati en gage de paix. C’est le cas en 217, où les deux attitudes sont rapportées par Tite-Live, XXII, 20, 10-11. Voir aussi Tite-Live, XXI, 60, 4 pour 218.

228 Les sources semblent attester que l’absence de deditio constituait bien la cause des trois cas de rejet de la paix par le sénat au cours des guerres celtibères, en 152 (Appien, Ib., 49), en 139 (Cicéron, De fin., II, 17, 54 ; De off., III, 30, 109 ; De rep., III, 18, 28) et en 136 (Appien, Ib., 80) ; voirJ. S. Richardson, Hispaniae, pp. 141-148. Cependant, le texte d’Appien relatif au traité de Pompeius en 139 (Appien, Ib., 79) laisse planer l’ambiguïté en employant le terme ἐπιτϱ' επῳ forme verbale de ἐπιτϱοπ 'ῃ, l’équivalent grec de deditio. Voir Á. Capalvo Liesa, Celtiberia, pp. 172-173 ; R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 44. E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 94-95, estime que le rejet de cette deditio par le sénat tenait à la trop grande légèreté des contributions réclamées aux dediticii. Selon nous, la mauvaise fortune de Pompeius, un homo novus, s’explique peut-être davantage par ses inimitiés politiques, bien mises en évidence par A. E. Astin, ScipioAemilianus, p. 85.

229 Ainsi, la pax aequum conclue par Fabius Maximius Servilianus avec Viriathe en 140 ne fut pas refusée par le sénat (Appien, Ib., 69 ; Tite-Live, Per., LIV, 7 ; Diodore, XXXIII, 13). Ce traitement privilégié est interprété d’ordinaire comme la preuve de la puissance des appuis politiques de ce général, ainsi que l’a fait valoirA. E. Astin, Scipio Aemilianus, p. 150. Pour sa part, J. S. Richardson, Hispaniae, p. 147, généralise ce non-recours à la deditio à l’ensemble des guerres lusitaniennes : il cite notamment le cas d’Atilius en 152 qui conclut des traités (Appien, Ib., 58) avec les peuples voisins d’Oxthrakai. Mais on peut objecter que le contexte du passage suggère que la soumission de ces peuples fut volontaire, ce qui n’imposait donc pas, on l’a vu, la deditio.

230 Voir J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, notamment p. 73, où cet auteur montre qu’en définissant pour ses lecteurs grecs la deditio comme une simple reddition inconditionnelle, Polybe vidait cet acte de son sens véritable, car il omettait d’y associer l’appel à la fides du vainqueur qui lui était consubstantiel.

231 Ibid., pp. 330-331 : « Ainsi est-ce en partant de prémisses exactes, mais parce qu’ils ont été trompés par leur méconnaissance de la nature de la deditio, que certains Grecs ont cru, à tort, devoir conclure à une brutale modification de la conduite des Romains. »

232 La bibliographie consacrée à cette question est très importante. On consultera en particulier W. Dahlheim, Struktur und Entwicklung des römischen Völkerrechts, pp. 5-109, et D. Nörr, Aspekte des Römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, pp. 28-50, pour les aspects juridiques de la deditio. Pour la péninsule Ibérique, voir en dernier lieu E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 35-56. On trouvera dans ces ouvrages le rappel de la bibliographie antérieure.

233 Sur les conditions de la deditio, voir Polybe, XXXVI, 4, 1-3 ; Tite-Live, XXVIII, 34, 7.

234 Rome pratiquait en effet couramment des gradations subtiles envers les vaincus : elle traitait ainsi très différemment ceux qui s’étaient rebellés et ceux qui la combattaient pour la première fois. Voir sur cette question les remarques de C. M. Gilliver, « The Roman Army and Morality at War », p. 227 ; pour la péninsule Ibérique, voir E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, notamment pp. 50 et 235.

235 W. Dahlheim, Strukturund Entwicklung des römischen Völkerrechts, p. 25.

236 Là réside la différence entre les traitements infligés à Iliturgi (Tite-Live, XXVIII, 19, 6-18 et 20, 6-7) et à Castulo en 206 (Tite-Live, XXVIII, 20, 12).

237 E. García Riaza, « Derecho de guerra romano en Hispania (218-205 a. C.) », p. 208.

238 J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, p. 77, rappelle en effet que la clémence de Rome envers les déditices n’était pas le respect d’un contrat, mais l’effet d’une décision unilatérale.

239 On ne comprendrait pas autrement les cas de deditio volontaires d’une communauté dans le but d’assurer sa propre sécurité ; la sévérité du châtiment n’est donc pas consubstantielle à cette forme de capitulation. Il n’y a, par conséquent, pas lieu de s’étonner que le sénat ait accepté la paix de Marcellus en 152 alors qu’elle laissait les Celtibères libres après leur deditio (Appien, Ib., 50). Il n’est donc pas nécessaire de supposer avec H. Simon, Roms Kriege in Spanien, p. 45, suivi par J. S. Richardson, Hispaniae, p. 144, que l’accord des patres reflétait une absence de cohérence dans la politique suivie par le sénat, liée à l’importance du butin rapporté par le général.

240 W. Dahlheim, Struktur und Entwicklung des römischen Völkerrechts, p. 19 ; à propos du traitement des Étoliens par le consul M’. Acilius Glabrio en 191, J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, pp. 74-75, souligne le fait que par sa seule attitude, le général romain pouvait ou bien faire prendre conscience au vaincu de la protection qu’il pouvait attendre en retour (cas de Flamininus) ou bien mettre au contraire l’accent sur le pouvoir arbitraire que lui conférait sa soumission (cas de Glabrio).

241 R. López Meleroet alii, « El bronce de Alcántara, una deditio del 104 a. C. », pp. 265-323 ; AE, 1984, 495 ; AE, 1986, 304 ; D. Nörr, Aspekte des RömischenVölkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, notamment pp. 19-23.

242 Ligne 2 : Seanoc […]. Sur l’identification de ce peuple, dont le nom, incomplet sur la tablette de bronze, est inconnu par ailleurs, voir R. López Melero et alii, « El bronce de Alcántara, una deditio del 104 a. C. », pp. 272-275. Ils proposent la restitution en Seanoc [orum]. Il s’agirait donc du peuple des Seanoci. Les auteurs suggèrent (p. 282) son appartenance aux Vettons ou aux Celtici. Accord de L. Pérez Vilatela, Lusitania, p. 79 ; pour sa part, D. Nörr, Aspekte des Römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, p. 27, estime qu’il s’agit d’un peuple lusitanien vivant au sud du Tage. De nouvelles propositions d’identifications ont été avancées depuis par B. B. Hoyos, « The Dediticii of the Tabula Alcantarensis », pp. 40-44, et Id., « “Populus Seanoc […]” (104 BC) », pp. 89-93, qui suggère plutôt une communauté ibère d’Ultérieure, sur la foi d’un rapprochement avec le nom de la ville de Searo attestée sous Auguste au nord d’Hispalis.

243 Lignes 7-11 : Deinde eos L. Caesius C. [f. imperator liberos]/esse iussit agros et aedificia leges cete [raque omnia]/quae sua fuissent pridie quam se dedid [issent quaeque]/extarent eis redidit dum populus [senatusque]/roomanus [sic] uellet. Nous suivons ici la restitution proposée en dernier lieu par D. Nörr, Aspekte des Römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, p. 23. Toutefois, R. López Melero et alii, « El bronce de Alcántara, una deditio del 104 a. C. », pp. 276-278, insistent sur la difficulté syntaxique de ce passage et estiment qu’un élément fondamental (peut-être uti erant) a disparu en raison de la fragmentation de la tablette. La restitution de [liberos] avant esse est la plus probable. Elle est préférée par la plupart des éditeurs et des commentateurs : S. Mariner, « La Tabula Alcantarensis entre la epigrafía jurídica arcaica de Hispania », p. 265 ; L. A García Moreno, « Reflexiones de un historiador sobre el bronce de Alcántara », p. 245, n. 6 ; G. Fatás Cabeza, « Breve crónica de novedades de epigrafía jurídica romano-republicana de Hispania (1976-1986) », p. 235 ; C. Castillo, « Epigrafía romana en Hispania », p. 232 ; A. U. Stylow, « Fuentes epigráficas para la historia de la Hispania Ulterior en época republicana », p. 259, nº 3. Néanmoins, ces incertitudes n’altèrent pas la signification globale des deux décisions prises par l’imperator romain.

244 R. López Melero et alii, « El bronce de Alcántara, una deditio del 104 a. C. », p. 278, estiment que la deditio contenait par définition des conditions clémentes ; G. Fatás Cabeza, « Breve crónica de novedades de epigrafía jurídica romano-republicana de Hispania (1976-1986) », p. 237, pense plutôt que le traitement de faveur suggère qu’il s’agit ici d’une deditio in fidem ; D. Nörr, Aspekte des Römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, p. 38, ne se prononce pas et suppose que le formulaire, sous la forme primitive qui est le sien dans l’inscription, pouvait être imprécis. On sait pourtant que la distinction entre deditio in fidem et deditio in dicionem est largement artificielle : W. Dahlheim, Struktur und Entwicklung des römischen Völkerrechts, pp. 25-43 ; E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 46-56. Par conséquent, toute deditio implique une même conséquence juridique.

245 Ainsi, Cl. Nicolet, Le métierde citoyen, p. 160, insiste sur le fait que la capitulation, sous la forme de la deditio (in fidem), était à peu près le seul moyen pour les vaincus de sauver leurs personnes et leurs biens. Il faut sans doute sur ce point établir une distinction entre les guerres en Occident et en Orient, puisque Rome accorda aux Grecs la possibilité de redditions conditionnelles, du moins au début du IIe siècle : J. -L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, p. 78.

246 C’est pourtant ce que semble suggérerJ. S. Richardson, Hispaniae, pp. 142-148. On peut lui objecter que les difficultés posées par la réclamation d’une telle reddition au cours des guerres celtibères sont intervenues essentiellement du côté romain. Même lorsque la défaite des peuples hispaniques n’est pas évidente, comme en 152, les sources ne semblent pas faire état d’une grande répugnance de ceux-ci à en accepter les termes, sauf dans les cas de réclamation des armes. Il n’est pas certain cependant que cette dernière condition ait été systématique. En 104, L. Caesius s’est ainsi contenté de revendiquer les prisonniers, les chevaux et les juments capturés par l’adversaire (l. 6). Sur la remise des armes, voir E. García Riaza, Celtíberos y lusitanos frente a Roma, pp. 204-212.

247 Cette idée ne signifie pas qu’un malentendu n’existait pas : la protestation, en 154, de la ville de Segeda face aux demandes de contributions dont elle s’estimait exemptée à la suite du traité passé avec Gracchus suggère peut-être que la portée de la clause discrétionnaire finale n’était pas toujours parfaitement perçue (Appien, Ib., 44). D. Nörr, Aspekte des Römischen Völkerrechts. Die Bronzetafel von Alcántara, insiste à juste titre sur l’ambiguïté de la deditio. Mais, selon nous, l’important réside surtout dans le fait que la deditio pouvait apparaître de prime abord comme un traitement magnanime du vaincu. Un tel objectif paraît donc pouvoir être rapproché de l’évolution plus générale de la diplomatie romaine relevée récemment par C. M. Gilliver, « The Roman Army and Morality at War », pp. 231-232 : « This tendency towards more merciful treatment is linked with Rome’s long-term military interests and a policy of creating new provinces. The use of mercy might make the defeated better disposed towards the Romans and less likely to harbor resentment than if the campaign had been a brutal one. »

248 Tite-Live, XXVI, 50, 13.

249 Polybe, III, 98, 6.

250 Voir les remarques sur les liens entre deditio et ius belli dans V. Ilari, « “Ius belli” -“toû polémou nômos” », p. 161 : selon l’auteur, si l’arbitrium du vainqueur peut être rendu inopérant par l’engagement de la fides en conséquence de l’acceptation d’une deditio, cela ne signifie pas que le ius belli ne fonde pas pour autant, auxyeux des Romains, le pouvoir absolu du vainqueur.

251 Sénèque, De Clem., II, 3, 1.

252 J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques, pp. 261-263.

253 Tite-Live, XXVIII, 34, 3 ; 34, 8.

254 Le souci croissant de l’humanitas dans la politique extérieure romaine (Cicéron, Ad Quint. Fratr., I, 1) a contribué à investir d’une charge nouvelle au Ier siècle l’ancienne notion de clementia. Mais l’idée qu’elle exprime aussi la puissance de Rome n’a pas disparu pour autant (Salluste, Hist., I, 55, 1 M = I, 48, 1 MG).

255 P. Jal, La guerre civile à Rome, p. 467.

256 M. Rambaud, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, pp. 283-293, cherche à pousser à l’extrême l’artifice idéologique de la clementia Caesaris en montrant que la clémence n’appartient pas d’ordinaire au registre césarien. Il estime (p. 287) que « partout dans le Bellum Gallicum, le thème de la victoire exclut celui de la clémence ». Désaccord de Chr. Meier, César, p. 366 : « Jusque-là la clémence n’avait été à Rome qu’un problème de politique extérieure : la clémence de la ville victorieuse, souveraine, à l’égard de ceux dont elle a obtenu la soumission, telle que César lui-même l’a pratiquée maintes fois en Gaule. » Il insiste bien sur la spécificité de la clementia Caesaris de la guerre civile, utilisée par César comme un moyen d’obtenir la victoire, ce que l’auteur appelle « vaincre par la générosité ». Mais il reconnaît que cette attitude reste en même temps une déclaration de supériorité.

257 Bell. Hisp., XVII, 3 : qualem gentibus me praestiti, similem in ciuium deditione praestabo.

258 Une tentative a été faite pour théoriser cette question : F. Muñoz, « Concordia, miedo y violencia en la Hispania meridional », pp. 381-397. Mais l’argumentation de l’auteur ne parvient pas à convaincre pleinement.

259 Polybe, III, 76, 4 ; Zonaras, VIII, 25 ; Orose, IV, 18, 7 ; Appien, Ib., 24 ; Zonaras, IX, 10 ; Zonaras, IX, 11 ; Tite-Live, XL, 49, 1 ; Bell. Hisp., I, 2 ; Dion Cassius, XLIII, 30, 5 ; Dion Cassius, XLIII, 39, 4.

260 Tite-Live, XL, 47, 6-8.

261 Tite-Live, XL, 47, 8 : Tribunisque militum imperat ut ornari omnes copias peditum equitumque et decurrere iubeant armatas. Ab hoc spectaculo legati dimissi deterruerunt suos ab auxilio circumsessae urbi ferendo.

262 Tite-Live, XL, 48, 1-7.

263 R. C. Knapp, Aspects of the Roman Experience in Iberia, p. 52.

264 Parmi elles, l’une des plus explicites est la manière dont Scipion présenta ses succès en Espagne devant le sénat en 205, selon Tite-Live, XXVIII, 43, 14 : il insiste en effet sur la prise de nombreuses villes, soit par la force (ui), soit par la crainte (metu) ; César, BC, I, 61, fait également de la crainte l’une des raisons de la fidélité de la Celtibérie à Pompée.

265 Dans le cas d’Iliturgi : Tite-Live, XXVIII, 20, 11 ; Zonaras, IX, 10 ; dans le cas de Numance : Appien, Ib., 94.

266 Appien rapporte ainsi que, selon certaines de ses sources, la destruction de Numance répondait en réalité à un calcul politique de la part de Scipion Émilien, voire correspondait à un trait de son caractère (Appien, Ib., 98).

267 Tite-Live, XXVIII, 23, 5.

268 Tite-Live, XXIX, 3, 3.

269 Tite-Live, XXXIV, 16, 4-9. Révélatrice est la façon de présenter dans ce passage la seconde soumission des Bergistani, obtenue sans combat (sine proelio) par la seule venue de l’armée romaine.

270 Tite-Live, XL, 49, 1 ; Tite-Live donne notamment l’exemple de la reddition d’Ergavica, une cité vascone située vraisemblablement sur la rive droite de l’Èbre mais dont la localisation exacte est incertaine (Tite-Live, XL, 50, 1). Selon lui, la ville se rendit parce qu’elle était terrifiée par le sort réservé aux peuples voisins (aliorum circa populorum cladibus territa).

271 Appien, Ib., 58

272 Tite-Live, XXXIV, 16, 10 : Iterum subacti sed non eadem uenia uictis fuit : sub corona ueniere omnes ne saepius pacem sollicitarent.

273 Polybe., X, 15, 5.

274 A. Ziolkowski, « Urbs direpta, or how the Romans sacked cities », pp. 69-91.

275 Tite-Live, XLIII, 4, 1-2 (pour l’année 171) : […] tis tantum extitit pauorem ingressi castra, ostentantes capita, fecerunt, ut, si admotus extemplo exercitus foret, capi castra potuerint. Tum quoque fuga ingens facta est ; et erant, qui legatos mittendos ad pacem precibus petendam censerent ; ciuitatesque conplures eo nuntio audito in deditionem uenerunt. (« Quand ils entrèrent dans le camp en montrant les têtes coupées, ils y provoquèrent une si grande terreur que, si l’armée avait été amenée aussitôt, le camp aurait pu être pris. Cette fois aussi, la panique fut considérable ; il y en avait même qui étaient d’avis d’envoyer des députés demander la paix en suppliants ; plusieurs cités, également, à cette nouvelle firent leur soumission », trad. P. Jal, CUF). Appien, Ib., 69 (pour l’année 145΅O δὲ ἀδελϕὸς αὐτοῦ Μάξιμος Αἰμιλιανὸς Κοννόβαν μέν τινα λῄσταρχον ἐαυτὸν ἐγχειϱίσαντα λαβὼν ϰαὶ ϕεισάμενος αὐτοῦ μόνου τοὺς σὺν αὐτῷ πάντας ἐχειϱοϰόπησεν. (« De son côté, son frère Maximus Æmilianus captura un chef de brigands, Connatos, qui s’était rendu : il n’épargna que lui seul et fit couper les mains à tous ses compagnons », trad. P. Goukowsky, CUF).

276 Florus, II, 13, 85 (IV, 2, 85) : Quanta fuerit hostium caedes, ira rabiesque victoribus, sic aestimari potest, quod a proelio profugi cum se Mundam recepissent, et Caesarobsideri statim victos imperasset, congestis cadaveribus aggereffectus est, quae pilis tragulisque confixa interse tenebantur — foedum etiam in barbaros. (« Quelle fut l’ampleur du massacre des ennemis, la colère et la rage des vainqueurs, on peut s’en rendre compte au fait que, les rescapés du combat s’étant réfugiés à Munda et Césarayant ordonné d’yassiégeraussitôt les vaincus, on fit un retranchement en entassant des cadavres maintenus par les javelots et les lances dont on les avait percés — chose affreuse même si l’on avait lutté contre des Barbares ! », trad. P. Jal, CUF).

277 Tite-Live, XL, 35, 13.

278 Tite-Live, XXVIII, 19, 1.

279 Sur l’importance de l’idéologie de la Victoire dans le monde gréco-romain, voir G. -Ch. Picard, Les trophées romains.

280 Tite-Live, XXVII, 17-18 ; Polybe, X, 38, 3 ; 40, 2-3.

281 F. Rodríguez Adrados, « La fides ibérica », pp. 128-209, notamment pp. 153 et 182 ; d’une manière générale, sur le caractère personnel des relations établies par les magistrats romains en péninsule Ibérique, J. M. Blázquez Martínez, « Las alianzas en la Península Ibérica », p. 223 ; E. Badian, Foreign Clientelae, p. 262 ; J. M. Roddaz, « Les Scipions et l’Hispanie », pp. 352-353 ; A. Ruiz Rodríguez, « Los príncipes iberos. Procesos económicos y sociales », pp. 298-299.

282 Sur le culte du chef : R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique, pp. 89-90 : l’auteur insiste sur la dimension cultuelle de la proskynèse mentionnée par Polybe, X, 40. Sur la deuotio : J. M. Ramos Loscertales, « La devotio ibérica », pp. 3-26 ; récemment, M. D. Dopico, « La devotio ibérica. Una revisión crítica », pp. 181-193, a démontré que cette pratique concernait d’abord le monde celte (Gaulois, Germains, Celtibères) ; dernièrement, N. Coll i Palomas et I. Garcés i Estallo, « Los últimos príncipes de Occidente », p. 443, ont, plus radicalement encore, remis en question l’existence de la deuotio chez les Ibères.

283 A. Aymard, « Polybe, Scipion l’Africain et le titre de roi », pp. 121-128, s’interroge sur le contenu de la royauté offerte à Scipion. Rejetant les hypothèses impensables d’une royauté effective à Rome ou en Espagne, il conclut à un titre générique exprimant les qualités de Scipion et notamment son génie militaire ; R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique, p. 89, sans se prononcer nettement, insiste toutefois également sur la relation de ce titre donné à Scipion avec la Victoire ; dernièrement, E. Foulon, « βασιλευς σκιπων », pp. 9-30, a souligné combien le récit de Polybe s’applique à réunir autour de Scipion toutes les qualités des rois hellénistiques, faisant ainsi de lui une « synthèse vivante de tous ces souverains » (p. 27) : l’épisode espagnol lui paraît par conséquent s’inscrire dans cette fascination de l’historien grec pour la figure du roi.

284 Face à une monarchie de type orientalisante et sacrée, dont Tartessos est restée longtemps l’archétype dans l’historiographie moderne, on a parfois placé la spécificité des royautés ibères du dernier âge du Fer dans leur dimension guerrière en les assimilant à des commandements ponctuels et purement militaires : R. López Domech, « Sobre reyes, reyezuelos y caudillos militares en la protohistoria hispana », p. 22 ; J. Alvar Ezquerra, « La jefatura como instrumento de análisis para el historiador », pp. 111-126 ; J. Muñiz Coello, « Monarquías y sistemas de poder entre los pueblos prerromanos de la Península Ibérica », p. 288 ; E. Pitillas Salañer, « Jefaturas indígenas en el marco de la conquista romana en Hispania y la Galia », p. 107. En dernier lieu, E. García Riaza, « Derecho de guerra romano en Hispania (218-205 a. C.) », p. 206, a interprété la proskynèse de 208 comme « el reconocimiento de éste como dux o jefe militar ».Cette tendance dominante a été récemment critiquée et nuancée par N. Coll i Palomas et I. Garcés i Estallo, « Los últimos príncipes de Occidente », p. 440, qui restituent à la royauté ibère sa nature complexe, non seulement militaire mais aussi politique, héréditaire et religieuse. Pour sa part, P. Moret, « Les Ilergètes et leurs voisins dans la troisième décade de Tite-Live », p. 159, privilégie dans le cas d’Indibilis la figure d’un authentique roi guerrier dont les rapports avec les peuples voisins comme avec les Romains reposaient en grande partie sur le prestige militaire.

285 Plutarque, Sert., XI, 2 ; XII, 1 ; XIX, 2.

286 Salluste, Hist., II, 70 M ; Valère-Maxime, IX, 1, 15 ; Plutarque, Sert., XXII, 2 ; Plutarque, Pomp., XVIII, 2. R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique, pp. 102-108, a montré l’importance de cet épisode dans la génèse du culte impérial.

Table des illustrations

Légende CARTE 1. — Les principaux sites des guerres de conquête, mentionnés dans le texte
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende CARTE 2. — Les peuples de la péninsule Ibérique (IIIe-Ier s. av. J. -C.)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende CARTE 3. — Les grandes phases de l’expansion romaine en péninsule Ibérique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search