Version classiqueVersion mobile

Hibera in terra miles

 | 
François Cadiou

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est la version revue et mise à jour d’une thèse soutenue à l’université de Rennes 2 en décembre 2001.

2Il m’est agréable d’exprimer ici ma reconnaissance à mon directeur de thèse, Patrick Le Roux, qui m’a suggéré l’idée de cette recherche avant d’en suivre les développements avec bienveillance et disponibilité. Ses conseils et ses encouragements ne m’ont jamais manqué, comme en témoigne encore la préface introduisant la présente publication. J’associe à ces remerciements l’ensemble des autres membres du jury, Jean-Louis Ferrary, Pierre Moret, Michel Reddé et Jean-Michel Roddaz, dont les critiques minutieuses et les nombreuses remarques, avant comme après la soutenance, m’ont aidé à préciser ma pensée et à améliorer mon texte.

3Ce travail n’aurait pu s’effectuer dans les mêmes conditions sans le séjour de deux ans dont j’ai bénéficié à la Casa de Velázquez entre 1999 et 2001. Que le directeur de cette institution durant cette période, Jean Canavaggio, ainsi que le directeur des études antiques et médiévales, Patrice Cressier, en soient remerciés. Ma gratitude s’adresse également à leurs successeurs, Gérard Chastagnaret, Jean-Pierre Étienvre et Pierre Moret, pour avoir accueilli favorablement l’idée d’une publication dans la « Bibliothèque de la Casa de Velázquez ». Je remercie tout particulièrement le personnel du service des publications, Marie-Pierre Salès, responsable des éditions, ainsi que Blanca Naranjo et Carlos Sánchez, pour leur disponibilité et leur patience inépuisable à mon égard durant la confection au long cours de ce livre.

4Je tiens à saluer aussi tous ceux, collègues, amis ou proches, qui m’ont dispensé leurs avis ou leurs conseils. Parmi eux, je voudrais remercier chaleureusement mes parents pour leur soutien constant, ainsi que David Hourcade, Philippe Josserand, et Pierre Cosme pour les si nombreuses discussions à bâtons rompus qui, durant toutes ces années, ont contribué à maintenir intact mon enthousiasme comme à donner forme à ma réflexion. Toutes les amitiés nouées au gré de mes fonctions successives dans les universités de Rennes 2, Nancy 2 et Bordeaux 3 ne peuvent être énumérées ici, mais chacune a sa part dans l’aboutissement de ce travail. En particulier, l’accueil que j’ai reçu à l’institut Ausonius, auquel je suis rattaché depuis 2005, a été décisif dans la mise au point définitive de mon texte, qui a bénéficié autant de la richesse exceptionnelle de sa bibliothèque que de la bienveillance amicale de ses membres.

5Enfin, ce livre est tendrement dédié à Violaine et à Mathilde, à qui il doit plus que je ne saurais dire.

6F. C.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search