Version classiqueVersion mobile

Hibera in terra miles

 | 
François Cadiou

Préface

Patrick Le Roux

Texte intégral

1La conquête militaire romaine de la péninsule Ibérique a été fréquemment considérée comme exemplaire, mais également comme caractéristique des limites de l’impérialisme de Rome. Précocement entamée sous d’heureux auspices – la victoire contre Carthage –, elle dura plus qu’aucune autre et ne s’acheva qu’au bout de deux siècles environ. Elle fut marquée par des épisodes catastrophiques répétés : la résistance des Lusitaniens de Viriathe suivie de celle des Celtibères retranchés dans Numance, l’aventure du Romain Sertorius paré des vertus d’un chef indigène sensible aux traditions et à la dignité de peuples en lutte pour leur liberté. Ce ne fut pas un hasard si c’est à Munda, quatre ans après Ilerda, que fut scellé le sort des Pompéiens et le triomphe de César. La Péninsule, fatale à l’Empire napoléonien, avait été, bien longtemps auparavant, le fossoyeur de la res publica après avoir mis en exergue la profonde crise militaire dont souffrait Rome et la politique romaine d’expansion illimitée.

2L’ouvrage qu’on va lire soumet à une critique fine et rigoureuse un modèle trop rapidement présenté ici, par la force des choses. Il ne s’agit pourtant pas de faire du neuf à tout prix ni de nier un certain nombre d’acquis. Parce qu’il a su inventer un vrai sujet, jamais traité sous cette forme, F. Cadiou a été conduit à nuancer puis à modifier peu à peu les résultats apparemment les mieux établis par les prédécesseurs. Ayant choisi de s’intéresser à la dimension concrète et quotidienne de la présence militaire romaine en Hispania, replacée dans le contexte des réalités institutionnelles, politiques, sociales et culturelles de la Rome républicaine, notre jeune collègue a été conduit à poser des questions rarement abordées dans ce cadre, quoi qu’il en soit jamais ensemble ni de manière systématique. F. Cadiou nous convie à un réexamen sans complaisance des sources, de toutes les sources, en majorité littéraires il est vrai. Avec tact mais fermeté, il démonte les analyses insuffisamment fondées ou aventureuses, repousse patiemment les extrapolations trop hâtives, cachées sous le masque de la vraisemblance, qui ont contribué à la « légende » de la « singularité » de la conquête péninsulaire.

3L’effort militaire imposé par les populations ibériques aux armées romaines n’a pas été démesuré ; les épisodes jugés traditionnellement marquants ne doivent pas être expliqués par un soulèvement généralisé des adversaires de Rome. Au cours d’une démonstration parmi les plus abouties et les plus expressives de l’esprit et de la méthode du livre, F. Cadiou démystifie le sens et le rôle de la guérilla. Loin d’être une manière de combattre propre aux indigènes, elle représente un outil que ne dédaignaient pas les chefs romains, tendus vers le moment décisif qu’était la bataille, suivant une conception stratégique partagée par les armées ennemies. Par leur armement, leur organisation tactique, les troupes indigènes opposées à Rome n’avaient rien de barbare ni de primitif. L’histoire de la cohorte légionnaire n’est pas le produit des guerres en Hispania : l’évolution de cette formation, qui coexistait avec le manipule, traduisit surtout les capacités d’innovation et d’adaptation des armées romaines, dans la péninsule Ibérique et ailleurs, au cours du temps. Les aspects proprement techniques ne sont jamais laissés de côté.

4Le traitement des informations archéologiques illustre l’efficacité d’une relecture pertinente et à bon escient. F. Cadiou refuse, comme instinctivement, la mise en exergue de faits apparemment utiles qui visent surtout à tenter de combler des données désespérément lacunaires. Malgré l’existence théorique d’un grand nombre de sites militaires occupés à un moment ou un autre du long cycle de la conquête, il nous fait admettre que les connaissances sur ces points demeurent très limitées. Les fouilles de A. Schulten à Numance, longtemps tenues pour décisives, doivent être replacées dans leur contexte historiographique et interprétées à la lumière des incertitudes nombreuses qu’elles comportent. La documentation archéologique actuellement disponible ne peut pas servir de point d’appui à une description systématique d’événements et d’épisodes dont la trame exclusive seraient les difficultés permanentes de Rome et les choix tactiques supposés y répondre. F. Cadiou connaît parfaitement l’utilité, la nécessité et les apports de la recherche archéologique. Le constat qu’il propose est celui d’un encouragement à reprendre de manière nouvelle les enquêtes et la documentation dans ces domaines, à l’abri de certains préjugés trop longtemps tenus pour des vérités d’évidence.

5Avec esprit de décision et clarté, F. Cadiou offre une histoire renouvelée et affinée des armées romaines conquérantes dans la péninsule Ibérique d’époque républicaine. Les faits disent que l’histoire militaire dont il est question fut beaucoup plus vivante et riche que ne le laissait penser la communis opinio. Sous sa plume et par ses raisonnements, elle se dilate et s’épaissit avec à la clé un gain substantiel. Ce sont, sauf exceptions, des armées aux effectifs relativement peu nombreux et mobiles qui sillonnèrent l’espace péninsulaire entre Ilipa (206) et Munda (45). La géographie, les territoires, les routes, les problèmes de logistique et d’intendance, les contacts permanents avec les adversaires potentiels ou les alliés trouvent toute leur place et participent à la mise en scène totale d’une conquête approchée sous l’angle exclusif de l’armée en action. Historien de talent, F. Cadiou n’oublie pas que l’organisation politique et sociale des belligérants, alliées à leur culture militaire, détermine la compréhension des différents moments historiques qui ne sont pas seulement les succès et les échecs. Le sénat romain ne manifesta jamais le désintérêt qu’on lui a parfois prêté pour les Hispaniae. Sous son égide et celle des magistrats qui représentaient le peuple des citoyens, les armées de la res publica demeurèrent, dans les provinces, des armées civiques soumises au contrôle et aux exigences de la cité et de ses dirigeants : les modalités de paiement et de versement de la solde et sa valeur symbolique, les circuits de ravitaillement en fournitures de première nécessité, les recrutements successifs en font foi. Ce sont les rivalités et les ambitions concurrentes des représentants romains qui mirent finalement en péril les armées romaines autant, sinon plus, que la fougue et la force militaire des adversaires, jamais unis.

6Rien ne paraît manquer à la démonstration, encore moins les nuances, les jugements mesurés, l’esprit de précision. Avec ce livre, F. Cadiou se pose comme un excellent connaisseur de l’histoire militaire romaine et parvient à adapter avec adresse sa réflexion à un passé péninsulaire qu’il sait apprécier et regarder avec sympathie et distance. L’écriture est sobre et de très bonne tenue. Tous les ingrédients d’un livre réussi sont réunis, d’un livre d’histoire ancienne au plein sens du mot et de la discipline.

© Casa de Velázquez, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search