Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire son marché au Moyen Âge

 | 
Judicaël Petrowiste
, 
Mario Lafuente Gómez

III. — Pratiques d’achat et protection des consommateurs sur les marchés

Réglementer pour protéger ?

Le livre du mostassaf géronais comme outil de protection du consommateur sur le marché (xve siècle)

Sandrine Victor

Texte intégral

  • 1 Llibre Verd de la ciutat de Girona, pp. 403-406.
  • 2 Sevillano Colom, 1957, pp. 9-162.
  • 3 Chalmeta, 1973, pp. 495-607 ; Sevillano Colom, 1953, pp. 525-527 ; Bajet i Royo, 1994, pp. 48-57.
  • 4 Bajet i Royo, 2002.
  • 5 « E segons quies usa en la ciutat de Barchinona », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. (...)
  • 6 Chalmeta, 2008, pp. 204-206.

1Le 10 avril 1351, Pierre le Cérémonieux institue le mostassaf de Gérone1. Cependant, dès 1238 à Valence, on peut trouver la trace de ce personnage issu de la tradition musulmane de gestion des marchés2. Par la suite, largement inspirée du modèle valencien3, cette charge est instituée en Catalogne et Aragon, comme à Perpignan en 1309, à Mallorque en 1334 ou 1336, à Barcelone en 13394. Le mostassaf barcelonais sert d’ailleurs d’exemple lors de l’institution de la fonction à Gérone en 1351 (« et selon les usages de la cité de Barcelone5 »). En tout, 17 registres de ces fonctionnaires municipaux nous sont parvenus pour la couronne d’Aragon6.

  • 7 Bajet i Royo, 1994.
  • 8 Libre del Mostassaf de Mallorca.
  • 9 Chalmeta, 1973 ; Id., 2008.

2Les travaux d’historiens, comme ceux de Montserrat Bajet i Royo7 pour Barcelone, Antonio Pons pour Mallorque8 ou Pedro Chalmeta9, se sont concentrés sur la gestion de l’offre, la mise en normes par le mostassaf des échanges dans le cadre du marché, grâce à la rédaction d’ordonnances de contrôle des poids, des mesures, de la qualité des produits et des modalités de vente. Aujourd’hui, cette source, normative, peut être relue sous un angle légèrement différent.

3En effet, les règlements de Mostassafaria (« juridiction du mostassaf ») protégeaient les échanges, l’offre, la qualité et le marché d’abord par le contrôle des produits et des modalités de vente. Mais, au-delà, ne peut-on pas voir dans cette mise en normes des échanges et des produits une protection du consommateur ? Traiter la source dans cette perspective impose d’emblée une remarque limitative : ces registres ne permettent pas toujours de différencier acheteurs et consommateurs. Je suis partie du postulat qu’ils ne faisaient, dans la majorité des cas, qu’un, délaissant par-là d’autorité la figure de l’intermédiaire en affaires.

4Protéger le consommateur par la norme, c’est ainsi donc que l’action du mostassaf pourrait être envisagée. D’abord, il convient de s’interroger si protéger le consommateur n’est pas avant tout protéger le citoyen, puis lui permettre de faire de bonnes affaires, en lui offrant enfin la possibilité d’exercer librement ses choix de consommation.

Protéger le citoyen

5Une première approche du sujet peut être d’ordre politique. Les imitations et recopies des livres de mostassafs depuis le modèle valencien, et la récurrence des mêmes thèmes abordés pour le contrôle des marchés soulignent une universalité de la démarche d’encadrement des échanges. Protéger le consommateur, en tant que citoyen de la communauté urbaine qui accueille le marché, est une façon de garantir le lien social. C’est, pour le pouvoir public, une forme d’affirmation. L’autorité politique municipale régule et encadre littéralement les échanges économiques, en imposant en particulier poids et mesures, première prérogative du mostassaf. Le pouvoir municipal donne ainsi le pouls mathématique du marché. Il est impérieux pour les acteurs de ce marché d’utiliser les mesures de la ville, pour l’huile pour citer un exemple, car les conséquences seraient néfastes pour tous dans le cas contraire :

  • 10 « Item per quant en temps passat se ha abusat de vendre e comprar oli a pes lo que reducida en dan (...)

… quand dans le passé on a abusé de vendre et acheter l’huile au poids, ce qui induisait des dommages et préjudices de la chose publique et des impositions et autres droits de la ville ; pour cela les dits honorables jurés ordonnent que dorénavant personne n’ose ni ne présume vendre ni acheter ou recevoir de l’huile au poids, mais à botes, miges botes, copes, cortons et autres mesures avec lesquelles l’huile se doit d’être vendue10.

  • 11 « Los honorables jurats de Girona en virtut de privilegis reyals affectants grantment ab fervent s (...)
  • 12 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 6vo.

6Le bien de la communauté est d’emblée affirmé par les textes : « Les honorables jurés de Gérone en vertu de privilèges royaux traitant grandement et avec ferveur la réforme de la chose publique de ladite ville et réduisant celle-ci au bon marché pour le bien-être et le bel avenir des habitants11 ». Le mostassaf est ainsi le bras économique qui soutient le pouvoir politique dans son objectif de bon gouvernement appliqué à sa population. Très concrètement, le pouvoir public marque l’espace de consommation de son symbole par le sceau que le mostassaf doit apposer sur les produits contrôlés12. C’est la marque du politique sur l’espace public et sur les biens échangés.

  • 13 Dutour, 2014, pp. 465-466.
  • 14 « Per squivar dommatges en temps passats seguits e per utilitat e be a venir de la cosa publica de (...)
  • 15 Boucheron, 2013, pp. 171-194.
  • 16 Viciano, 2008, pp. 99-101 et pp. 197-224.
  • 17 « Les honorats jurats […] volents provehir et evitar fraus e dan e prejudici de la cosa publica », (...)
  • 18 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 14ro.
  • 19 Par exemple : AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 11ro.
  • 20 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 59, art. 3.
  • 21 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 25ro.

7De ce fait, on comprend que la protection du citoyen en tant que consommateur ne s’étend pas tant à l’individu qu’à la collectivité. Au-delà du collectif citoyen, c’est la res publica qui est soutenue13. En 1424, le mostassaf géronais explique qu’il doit réglementer « pour éviter les dommages subis par le passé et pour l’utilité et le bien à venir de la chose publique14 ». En effet, les ordonnances veillent d’abord et avant tout à protéger la res publica, le bien commun, dans un sens très politique, comme marque d’un bon gouvernement municipal, tel que l’on peut — l’exemple est facile et célèbre — le comprendre à Sienne15, mais également pour l’aire ibérique à Valence ou à Castello16. Le préambule du livre du mostassaf de Gérone précise à ce sujet : « Les honorables jurés […] veulent prévenir et éviter les fraudes et dommages et préjudices [faits] à la chose publique de la dite ville17 ». Ainsi, le consommateur-individu disparaît derrière les intérêts du groupe. Le cas d’un consommateur floué lors d’un échange sur le marché est ici un exemple porteur de sens. Ce consommateur doit être denunciador18 (« délateur ») pour retenir l’attention de la loi. On s’aperçoit alors que le mostassaf se concentre sur une protection en amont de la vente. Si les dommages se passent en aval de celle-ci, c’est au consommateur de saisir le fonctionnaire. Le délateur est encouragé par le gain qu’il pourra tirer de l’opération si le fraudeur est condamné : en général un tiers du montant de l’amende19. En fait, il s’agit là d’une forme de protection de la communauté civile par elle-même. Le consommateur agit ainsi pour lui, bien sûr, mais également pour le bien de tous. À Mallorque, les ordonnances sont claires sur le sujet : si le client ne se plaint pas, il n’aura rien20. À Gérone, celui qui n’a pas dénoncé ne doit pas espérer recevoir des dommages et intérêts suite à la plainte d’un autre21. On donne ainsi un rôle actif au consommateur dans la régulation des échanges. Il est acteur du bon fonctionnement du marché car, en se protégeant, il protège la cause publique. Au-delà, protéger le consommateur, c’est aussi lui permettre de faire de bonnes affaires.

Protéger les bonnes affaires

Qu’est-ce qu’une bonne affaire ?

  • 22 Victor, 2012a, pp. 159-171 et Id., 2012b, pp. 697-705. « Que ningun pescater no gos lavar les taul (...)
  • 23 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 113ro.
  • 24 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 31ro.
  • 25 « Nenguna revendora no lau nenguna ortalissa del cap del pont del Mercadal tro al pont den Cardone (...)
  • 26 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 98ro.
  • 27 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 98vo.

8On ne fait de bonnes affaires que dans une bonne et belle ville, c’est-à-dire une ville propre, lumineuse, claire et structurée dans l’espace. La ville doit être belle avant tout : il est important que le consommateur ne voit pas, ne sente pas, l’envers sale, répugnant voire infect du marché. Ainsi, les poissonniers géronais doivent laver leurs étals uniquement de nuit et récupérer l’eau souillée22 qui ne maculera pas le pavé. De même, pour les teinturiers, les produits et teintes sont évacués de nuit, entre le coup de cloche del Lladre, jusqu’à la volée de cloches de mâtines23. Les têtes de poissons, les queues, les écailles et viscères, reliquats nauséabonds de l’activité des poissonniers, sont jetés dans l’Onyar : il est impératif que la poissonnerie soit propre24, au moins à la vue et au nez. Dans ce cas, l’eau de la rivière est un excellent moyen de se débarrasser des pollutions diverses. De même, « qu’aucune vendeuse ne lave aucun légume depuis la tête du pont du Mercadal jusqu’au pont de Cardoner, sous peine de 12 deniers [d’amende], car on y jette beaucoup de détritus25 ». Le sens à donner à cette ordonnance est fort : c’est par cette zone que l’on pénètre sur les principaux marchés de la ville. Il faut donc que le premier contact du client avec le lieu du marché soit positif, donc propre et hygiénique. Il n’achètera pas un légume lavé dans des eaux corrompues. Autre exemple : il est interdit de laisser le bétail vaquer dans les rues26, et on demande même aux habitants de nettoyer, balayer, les rues, voutes et place où ils habitent27. Ce n’est pas un hasard si le mostassaf a aussi une fonction d’urbaniste : il rend la ville belle, donc propre, et par conséquent propice aux affaires. Il protège le consommateur en lui cachant les coulisses du marché.

  • 28 Fontaine, 2008, pp. 263-309.
  • 29 « Item que ningun carnicer, pescater ne altre persona no digue ne fassa vilanies ne injuries als m (...)
  • 30 « E al començament dela sua aministratio iur sobrels sants evangelis de deu que feelment en aquell (...)
  • 31 Harari, 2015, p. 49.

9Dans un deuxième temps, le mostassaf soutient par son action les bonnes affaires, en étant à la recherche d’un échange mutuel avantageux pour tous. On ne peut faire de bonnes affaires que si l’on impose une morale à l’individu28. La première morale à imposer est d’abord le respect de l’autre, et celui de l’autorité. Le mostassaf doit limiter les agressions dont il est l’objet et donc, par là même, limiter la contestation face au service régulateur. Dur destin, en effet, d’être l’assistant du mostassaf géronais : « … qu’aucun boucher, poissonnier ni autre personne ne dise ni ne fasse des vilenies ou des injures aux apprentis et assistants du mostassaf sous peine de 50 sous29 ». Ensuite, la morale s’impose par l’exemple. Le mostassaf est soumis à serment : il jure sur les Évangiles, et ce depuis toujours, comme à Valence30. La norme est alors un moyen d’imposer cette morale aux acteurs du marché qui n’ont, eux, pas prêté serment. On fait de bonnes affaires, et ce depuis toujours, avec des acteurs avant tout honnêtes et en qui nous avons confiance31.

  • 32 « Entenent en lo gran be e utilitat de la cosa publica e per evitar tota manera de frau e falsedat (...)

Comprenant le grand bien et l’utilité de la chose publique et pour éviter toute forme de fraude et de fausseté [puisque] tous les jours les mauvaises personnes ne craignent pas la divine providence de Notre Seigneur32

  • 33 « … Que si algu intentat per lo mal Esperit… », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 (...)
  • 34 « Per tolre tota materia e oportunitat de commettre frau, per ço com les hores damunt dites de nit (...)
  • 35 « Los honorats jurats de la Ciutat de Gerona en virtut de privilegis reyals e per evitar los abuso (...)
  • 36 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 8vo.
  • 37 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 40, art. 1.
  • 38 Todeschini, 2015, pp. 239-269 ; Fontaine, 2008, pp. 281-298 ; Gauvard, 1993, pp. 9-13.

10C’est d’abord du marchand et du commerçant dont il faut se méfier. L’ordonnance des charretiers de Gérone met en garde ces détaillants contre des penchants peut-être naturels chez eux : « … si quelqu’un tenté par le mauvais Esprit33… ». Par principe, on ne fait pas confiance au marchand, comme à Palma en 1448, où l’on interdit la vente de nuit, car elle donne l’opportunité aux vendeurs déjà tentés de commettre encore plus de fraudes : « … pour ôter toute matière et opportunité de commettre des fraudes, car les heures ci-dessus dites de nuit sont plus propices et opportunes à les commettre que de jour34… ». Il faut noter que toute l’attention du mostassaf est tournée vers la présupposée disposition du vendeur à la malhonnêteté. Aucune mention à un client indélicat n’est faite dans les ordonnances de gestion des marchés. On ne se demande jamais si le consommateur est aigrefin, fraudeur ou mauvais payeur. C’est le marchand, l’artisan, qui focalise les inquiétudes et les doutes. D’autant qu’il n’est pas toujours seul en affaires : il a des comparses, voire des complices, des intermédiaires, et l’on craint fort la collusion entre les vendeurs. Il faut donc impérativement les cadrer par la norme. C’est pourquoi il est strictement interdit à un revendeur d’acheter ou de faire acheter d’autres produits avant midi et de les revendre ou faire revendre35. Le mostassaf tente ainsi de contrôler les fluctuations artificielles et les manipulations du marché par les commerçants. De même, dans le cas de l’artisan, et dans une démarche parallèle et commune, le métier met en place une déontologie professionnelle qui engage vis-à-vis de la société et des consommateurs. On impose au vendeur non seulement d’être droit et juste, mais aussi généreux, pour éviter tout soupçon. Ainsi les vendeurs de drap doivent donner une demi-paume de tissu supplémentaire au client pour chaque canne vendue36. On évite ainsi le doute sur la découpe du tissu, doute également présent à Palma, puisqu’une amende est prévue si la découpe dévie de plus d’un doigt37. La fama de l’artisan a une importance primordiale pour permettre de bonnes affaires38. Il doit être fiable, de bonne foi, loyal, fidèle, utile à sa communauté. L’objectif est de limiter la trahison, la tromperie, la faute, du vendeur ou de ses comparses, ce qui est clairement établi dans le texte géronais :

  • 39 « Quivene mercaderies, vitualles o altres coses a pes e mesura que hage adonar a cascu son dret e (...)

Qui vend des marchandises, victuailles ou autres choses à poids et mesure, qu’il donne à chacun son [bon] droit et fasse bon et loyal poids et mesure à toute personne, et en cela, qu’il ne fasse ni prétende ou présume faire quelque fraude directe ou indirecte sous amende ou peine de 60 sous39.

  • 40 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 92ro ; Vela i Aulesa, 2001, p. 33.
  • 41 Victor, 2012a, pp. 159-171.
  • 42 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 11ro.
  • 43 « … abusos com se tropia que en aquells se posa entre ferro e plom en maior quantitat que nos deu (...)
  • 44 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 12ro.
  • 45 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 38vo.
  • 46 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 50vo et 51ro.
  • 47 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 117ro.

11Dans un troisième et dernier temps, le Métier et le mostassaf, en mettant en place un cadre de contrôle de la qualité de la production et du savoir-faire, protègent le consommateur en amont du marché. La qualité des produits, manufacturés ou non, est au cœur des préoccupations. L’objectif récurrent est d’éviter la falsa mercateria (« marchandise frauduleuse »). Cette inquiétude est particulièrement vive pour les épices, et surtout pour le safran40. Le mostassaf cherche avant tout à garantir des produits purs, non contaminés physiquement ou symboliquement, en traquant par exemple les produits falsifiés, impurs, mélangés41. On ne peut pas, par exemple, coudre du vieux drap sur une pièce neuve, sauf si cette pièce est très visible, d’une autre couleur42. Un autre exemple est celui des chaudrons de cuivre, dont la composition doit être attestée car il y a des « … abus puisque l’on trouvait dans [ces chaudrons] du fer et du plomb en plus grande quantité qu’il ne le fallait, ce qui se réduisait en grand dommage et préjudice pour les populations43 ». Ce souci de pureté dans la qualité de la marchandise se rencontre pour presque tous les produits transformés, ainsi que les denrées alimentaires. Le pain doit être « bon, beau, bien cuit, loyal et légal44 », le vin ne doit pas être mélangé, ni par les revendeurs, ni par les aubergistes, ni par les transporteurs45, il en est de même pour l’huile46. Enfin, la pureté symbolique doit être tout autant préservée : les juifs ainsi que les femmes publiques ne peuvent pas toucher les produits à la vente47. En bref, par l’action combinée du Métier et du mostassaf, le consommateur est protégé sur le marché en tant que marqueur d’une demande de biens de consommation de bonne qualité.

Qu’est-ce qu’un marché protégé ?

  • 48 « Be e segurament », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 120ro.

12Il faut tout d’abord noter que le mostassaf doit physiquement protéger l’acheteur qui vient en ville : les hôteliers sont ainsi contraints de louer des chambres avec des barres de fer et de bonnes fermetures aux portes, pour que les chalands soient « bien et en sécurité48 ».

  • 49 Polanyi, 2011, p. 200.
  • 50 « … ne puixen comprar com lo plaura sino en la dita plaça », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv (...)
  • 51 Exemple : AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 30vo.
  • 52 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 28vo.
  • 53 « Evitar fraus e decepcions », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 124ro.
  • 54 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 42vo.
  • 55 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 12ro.

13Mais au-delà de ce point de détail — si éviter de se faire égorger la nuit quand on vient acheter ses poulets peut être considéré comme un détail —, un marché protégé par le mostassaf est d’abord un espace et un temps dédiés aux affaires, et par conséquent limités et circonscrits. Le fonctionnaire met concrètement en place un marché, dans la définition de Polanyi49, c’est-à-dire un lieu non faiseur de prix, où l’on trouve des halles ou places spécialement dédiées aux échanges. Les chalands doivent par exemple acheter leur grain uniquement sur la place del Gran, dont le nom marque clairement la fonction : « ils ne peuvent pas acheter comme ils veulent, mais seulement sur la dite place50 ». De même, et nous pourrions ainsi multiplier les exemples, les consommateurs ne peuvent trouver du poisson que sur la place de la Pescateria51. Le mostassaf veille à ce que cet espace soit libre d’ordures et de détritus. Tout d’abord, pour des raisons d’hygiène comme vu précédemment52, mais également pour faciliter la liberté de déplacement de l’acheteur. De plus, en limitant les espaces de vente, il s’agit pour lui d’éviter les ventes à la sauvette hors de ces espaces contrôlés. Ainsi, il est interdit de vendre des provisions devant les hôtels, pour éviter « fraudes et déceptions53 ». Les ventes sont aussi interdites hors les murs54, c’est-à-dire hors du cadre d’exercice du pouvoir de la municipalité. En fait, le mur protège le consommateur. De plus, le mostassaf prend soin de définir et limiter les temps de la consommation. On ne peut par exemple pas acheter de grains quand les vêpres de la Seu (cathédrale) ont sonné55. Cette mesure, on le verra plus loin, a comme but premier de protéger le consommateur face à des conditions de vente qui peuvent lui nuire, mais également d’éviter les manipulations de l’offre sur le marché.

  • 56 Polanyi, 2011, p. 200.
  • 57 « Per cessar abusos introduits en dommatge de la cosa publica », AMG, Llibre del mostassaf (segles (...)
  • 58 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 14ro.
  • 59 « Que ningun carnicer crestian no gos vendre carn juhigue a mes del for qui es ordonat per la ciut (...)
  • 60 « Per conservacio de bon mercat e per squivar carestia », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv(...)
  • 61 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 42vo.
  • 62 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 47vo.
  • 63 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 50ro.

14Car un marché protégé, c’est également un marché préservé des fluctuations économiques artificielles, c’est-à-dire compris cette fois-ci dans la seconde acception de Polanyi, comme marché faiseur de prix56. Ainsi, le mostassaf veille à ce que les transactions soient transparentes. Il est interdit de marchander, de faire fluctuer les prix artificiellement, en créant un déséquilibre offre-demande. Il est ainsi défendu d’acheter plus de deux migeras de froment par jour « pour faire cesser les abus introduits [en ville] pour le dommage de la chose publique57 ». Les boulangers, en plus de cette restriction de quantité, ne peuvent acheter de grains avant midi58. Il faut également protéger les échanges des prix abusifs, d’où le collectage des prix des principaux produits par le fonctionnaire. Les prix doivent être fixés et connus de tous. De plus, dans un souci d’équité, ils doivent être appliqués de la même manière à tous. Ainsi, un boucher ne peut faire varier les prix en fonction du client, même juif : « qu’aucun boucher chrétien ne puisse vendre de la viande juive à plus du prix qui est ordonné par la ville dans les boucheries59 ». Le mostassaf se soucie de même de l’approvisionnement du marché. La ville encourage la consommation des produits locaux, sauf en cas de pénurie où l’on stimule alors l’achat de produits étrangers « pour préserver le bon marché et éviter les pénuries60 ». Il est alors interdit pour un étranger d’écouler des produits locaux, dont la vente doit rester aux mains des Géronais61. Le mostassaf a par conséquent un rôle actif dans la régulation des flux d’approvisionnement, afin de garantir un marché le mieux achalandé possible.62 Garder un marché dynamique : voilà au final l’objectif des autorités municipales. Ainsi, alors que l’amplitude horaire de la vente est strictement réglementée, pour l’huile ou les grains entre autres, les marchands étrangers qui viennent d’au-delà du diocèse peuvent eux acheter toute la journée63. L’objectif est double : maintenir l’attractivité commerciale de la ville et permettre l’entrée de capitaux étrangers dans le marché local. Nous avions vu plus haut que les étrangers ne pouvaient pas vendre sur le marché des produits locaux, il ne leur est par contre absolument pas interdit d’en acheter. En bref, le marché est mis sous la protection de l’autorité municipale, moyen pour elle d’exister concrètement au quotidien. Finalement, protéger le consommateur sur le marché, c’est lui offrir les conditions d’exercer son libre choix de consommation.

Protéger le choix du consommateur

  • 64 Le goût n’est utilisé que par le mostassaf lui-même. Les clients ne peuvent pas tester avec leur l (...)
  • 65 « … evitar corruptions e pudors de ques cavien malalties e infirmitats », AMG, Llibre del mostassa (...)
  • 66 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 1.
  • 67 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 10ro.
  • 68 Leguay, 1984, p. 127.
  • 69 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 29ro-31ro.
  • 70 « … que posen la cana al mig del drap e a cascuna cana fascen senyal amb guix », AMG, Llibre del m (...)
  • 71 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 18ro et fo 20vo.
  • 72 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 20vo.
  • 73 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 4.

15Le client doit être libre d’exercer pleinement son jugement. Le mostassaf offre surtout au consommateur le contexte idéal pour faire valoir son pouvoir de décision. D’abord, il protège les outils dont l’homme dispose pour son jugement, c’est-à-dire les cinq sens, en tout cas quatre d’entre eux64. L’odorat se libère de la puanteur, pour faciliter les affaires, et en particulier pouvoir être aigu sur la qualité du produit. C’est évident aussi pour des raisons de santé publique : « … éviter les corruptions et odeurs d’où proviennent maladies et infirmités65 ». La vue est facilitée : on ne vend pas de nuit, dans l’obscurité, ou alors avec un fort éclairage de trois bougies pour les bouchers comme à Palma66. On vend de préférence de jour, à la lumière. De plus, le client ne doit pas voir de différences entre les marchands, ce qui pourrait l’induire en erreur. À Gérone, les revendeurs doivent avoir sur la rue des étals de la même taille que ceux de leurs confrères67. Les échanges se font à la vue de tous, sous les yeux des passants, comme le précise Étienne Boileau pour Paris68. Les marchandises sont fièrement exposées, sur des bancs ou étals, et non au sol, ou dans les arrière-cours et les maisons. Pour les poissonniers par exemple, tous les paniers sont ouverts sur l’étal, à la vue de tous. Les poissons peuvent aussi être exposés sur des lits de joncs, et non cachés69. Le consommateur doit voir le produit, mais également les manipulations qu’il subit. Ainsi, pour la découpe des draps, le mostassaf explique clairement ce que le client doit voir, c’est-à-dire « [les vendeurs] poser la canne au milieu du drap, et qu’à chaque canne ils fassent une marque à la craie70 ». La vue du client doit être privilégiée, celle du mostassaf également, car c’est par ce sens qu’il valide majoritairement la qualité des produits. Ainsi, les bouchers ne peuvent tailler certains morceaux, dont les mamelles et la langue, si le fonctionnaire ne les a pas vus auparavant71, de la même manière qu’il doit systématiquement voir la tête de la bête72. L’ouïe permet au consommateur d’entendre le marchand qui doit pouvoir décrire la nature des produits, et leur origine73. Enfin, le client peut exercer son toucher sur la marchandise, car, puisque les impurs que sont les juifs et les prostituées ne peuvent pas toucher les produits, c’est que, par déduction, l’usage permet aux autres de le faire. En creux, il est donc possible de deviner les produits que l’on peut toucher, en connaissant la liste de ceux interdits aux « impurs » :

  • 74 « Item, que ningun jueu o juy o fembra publica no gos ni presumescha palpar ne tocar tro que compr (...)

De même qu’aucun juif ou qu’aucune juive ou femme publique ne tente ni ne prétende palper ni toucher jusqu’à ce qu’il ait acheté ou payé certaines des choses ici nommées, à savoir la viande juste écorchée, les fromages frais, ni secs, le poisson frais, ni salé, aucun fruit frais, les raisins secs, figues sèches, dattes, pignons, les brocolis, choux et épinards74.

  • 75 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 19vo.
  • 76 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 22vo.
  • 77 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 25vo.
  • 78 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 31vo.
  • 79 « Que les mesures daci davant sien e stiguen justes e bon e jus e scert », AMG, Llibre del mostass (...)

16Ensuite, le mostassaf protège le consommateur contre la confusion de l’esprit. Les informations que le client reçoit doivent être claires. Par exemple, les bouchers ne doivent pas exposer deux viandes de nature différente sur le même étal75, pas plus que deux viandes de même nature mais tuées à une journée d’intervalle76, ni de viande de même nature à deux prix différents77. Le consommateur doit pouvoir repérer facilement qui vend, qui pèse, et qui donne les produits sur le banc. C’est la même personne qui doit légalement faire les trois actions. Ainsi, on n’achète le poisson que de la main du pêcheur qui le vend, et de personne d’autre78. Le consommateur doit également être protégé par des repères qu’il maîtrise et connaît. C’est pourquoi les poids et mesures doivent être du lieu et justes79. Il est précisé par exemple pour le grain

  • 80 « Que les mesures de la pedra del gran de la ciutat de Girona sien regonegudes ab les mesures e or (...)

que les mesures de la pierre du grain de la ville de Gérone soient reconnues [comme étant] les mesures originales de la dite ville, et que celles-ci soient faites justement par l’honorable mostassaf80.

  • 81 « Com aço sie pues clar e pus entenent a les gents », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), r (...)
  • 82 Jacques de Cessoles, Le livre des échecs moralisés, Albi, Bibliothèque municipale, ms. 104. Égalem (...)
  • 83 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 2.
  • 84 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 32ro.
  • 85 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 7.
  • 86 « En nengun joch nenguna cassa per jugar », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490 (...)

17Un exemple éclairant est celui des taverniers, qui ne doivent vendre le vin qu’au quart « car ceci est plus clair et plus compréhensible pour les gens81 ». La balance, emblème du marchand s’il en est, comme le souligne Jacques de Cessoles dans L’Échiquier82, est minutieusement vérifiée pour que ces poids certifiés soient bien appliqués. À Mallorque, les pieds de la balance doivent être en bon fer, et les deux bras de la même taille83. On ne peut pas, par exemple, y peser du poisson si ses plateaux ne sont pas percés84. De même, le consommateur doit avoir des repères dans ses pratiques de consommation. On ne peut vendre une viande qui n’a pas l’habitude d’être consommée : la nouveauté peut être source de confusion85. Pour finir, un produit est sur le marché pour être vendu. L’objectif du vendeur est d’écouler ce produit. Il ne peut s’en servir à une autre fin, qui pourrait confondre le consommateur sur sa qualité, sa destination ou son utilisation, ou mettre en péril l’intégrité de la marchandise qui doit être vendue par la suite. Ainsi, il est interdit de mettre « en jeu quelque volaille que ce soit pour jouer86 ».

  • 87 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 16vo.
  • 88 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 7vo et 76ro.
  • 89 Leguay, 1984, pp. 104-110.
  • 90 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 41vo.
  • 91 Chalmeta, 2008, p. 217.
  • 92 Archives municipales de Toulouse, AA6, acte, no 68. Cité par Sabathier, 2015, p. 44.
  • 93 « Per lo mostassaf executada sens amor ni gracia », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg (...)

18Enfin, on protège le consommateur par la connaissance et le savoir. Les ordonnances sont criées dans les rues. Tous, acheteurs et vendeurs, connaissent donc la loi. De plus, si le mostassaf ne fixe pas les prix, il les constate et les diffuse par le cri : tous connaissent les cours pratiqués ou les poids utilisés87. De même, le client doit être en mesure de reconnaître le degré de professionnalisme du vendeur. D’abord le professionnel a une marque, comme le vendeur de draps, qu’il doit apposer à ses produits88. C’est aussi pourquoi les enseignes jouent ici un rôle essentiel de repère des espaces officiels de vente89. Les bâtiments se professionnalisent, on ne vend pas à la sauvette, dans les maisons particulières ou hors les murs90. Le vendeur exerce officiellement son métier dans l’espace public, et son activité est donc garantie dans la mesure où elle est incluse dans le territoire régi par les lois du mostassaf et des métiers. Enfin — dernier volet de la connaissance offerte aux consommateurs — les peines et condamnations sont souvent mises en scène. Les marchandises sont brûlées en public, le faussaire récidiviste mis au pilori, promené en ville dans une marche infamante, comme les bouchers qui vendaient une viande à la place de l’autre à Valence91. Sur le pont de la Daurade à Toulouse, le billot est dressé pour les peines corporelles : les sentences sont rendues au milieu de la foule, sur le pont même où les boutiques se serrent92. Les vendeurs comme les acheteurs connaissent donc la manière dont la loi s’abat sur celui qui triche. La peine est alors, comme à Gérone « exécutée par le mostassaf, sans amour ni joie93 ».

 

19Pour conclure, l’action du mostassaf vise bel et bien à protéger le consommateur sur le marché, en encadrant la vente, en amont par un contrôle actif de la qualité des produits, des modalités de vente et des bonnes conditions du marché et, en aval, en répondant aux situations de litiges signalées par les consommateurs mécontents. Mais l’action essentielle du mostassaf dépasse largement le cas du simple consommateur. Elle se dirige vers un but plus grand : la préservation de la res publica.

  • 94 Cipolla, 2012, p. 33.

20Carlo Cipolla s’était penché il y a quelques années sur les lois fondamentales de la stupidité humaine94. Il voyait quatre grandes catégories de relations économiques qui définissaient quatre groupes d’humains : les crétins, les gens intelligents, les bandits et les stupides. Les stupides infligent des pertes aux autres, tout en perdant eux-mêmes. Les crétins offrent des bénéfices aux autres, tout en s’infligeant des pertes. Ils ne nuisent donc pas au marché, et, si l’on peut dire, on ne peut rien pour eux. Par contre, les bandits s’assurent des gains, en infligeant des pertes à la partie adverse, et les gens intelligents, eux, tentent de faire du profit tout en permettant aux autres de bénéficier de gains. C’est peut-être au final ce qu’il faut retenir de ces ordonnances du mostassaf : elles tentent de mettre en place un marché intelligent, en tenant le consommateur éloigné des bandits.

Notes

1 Llibre Verd de la ciutat de Girona, pp. 403-406.

2 Sevillano Colom, 1957, pp. 9-162.

3 Chalmeta, 1973, pp. 495-607 ; Sevillano Colom, 1953, pp. 525-527 ; Bajet i Royo, 1994, pp. 48-57.

4 Bajet i Royo, 2002.

5 « E segons quies usa en la ciutat de Barchinona », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 8ro.

6 Chalmeta, 2008, pp. 204-206.

7 Bajet i Royo, 1994.

8 Libre del Mostassaf de Mallorca.

9 Chalmeta, 1973 ; Id., 2008.

10 « Item per quant en temps passat se ha abusat de vendre e comprar oli a pes lo que reducida en dan e prejudici de la cosa publica e de les imposicions e altres drets de la ciutat per ço lo dits honorables jurats ordonen que dassiavant alguna persona no gos ni presumescha vendre ni comprar o rebre oli a pes sino a botes miges botes copes cortons e altres mesures ab que lo oli se deu vendre », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 51ro.

11 « Los honorables jurats de Girona en virtut de privilegis reyals affectants grantment ab fervent studi la reformacio de la cosa publica de la dita ciutat e reduir aquella al bon mercat per sustentacio e bel avenir des habitans… », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 47vo.

12 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 6vo.

13 Dutour, 2014, pp. 465-466.

14 « Per squivar dommatges en temps passats seguits e per utilitat e be a venir de la cosa publica de la dita ciutat », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 9vo.

15 Boucheron, 2013, pp. 171-194.

16 Viciano, 2008, pp. 99-101 et pp. 197-224.

17 « Les honorats jurats […] volents provehir et evitar fraus e dan e prejudici de la cosa publica », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 4vo.

18 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 14ro.

19 Par exemple : AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 11ro.

20 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 59, art. 3.

21 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 25ro.

22 Victor, 2012a, pp. 159-171 et Id., 2012b, pp. 697-705. « Que ningun pescater no gos lavar les taules de la pescatera sino de nits mes que de nits les hagen a levar e afer belles ab ques vullen ab aygua […] se levaran ab aygua en guisa que laygua torn en conchas en manera que sutzura no romangua en la plaça », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 31ro.

23 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 113ro.

24 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 31ro.

25 « Nenguna revendora no lau nenguna ortalissa del cap del pont del Mercadal tro al pont den Cardoner sots pena de XII drs e aço per tal com si gita molta sutzura », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 63ro.

26 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 98ro.

27 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 98vo.

28 Fontaine, 2008, pp. 263-309.

29 « Item que ningun carnicer, pescater ne altre persona no digue ne fassa vilanies ne injuries als macips e ajudants al offici del Mostassaf sots pena de L sous », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 107ro.

30 « E al començament dela sua aministratio iur sobrels sants evangelis de deu que feelment en aquell offici se havra e guardara e fara guardar totes coses e sengles que pertanyen a aquel offici: e squivara e castigara les falsies els engans de tots les mesters de la ciutat » (extrait de Furs Valencia, 1251, fo 79vo, cité par Chalmeta, 2008, p. 209).

31 Harari, 2015, p. 49.

32 « Entenent en lo gran be e utilitat de la cosa publica e per evitar tota manera de frau e falsedat que tots jorns les males personas no tement la divina providencia de Nostre Senyor… », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 17ro.

33 « … Que si algu intentat per lo mal Esperit… », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 10ro.

34 « Per tolre tota materia e oportunitat de commettre frau, per ço com les hores damunt dites de nit son pus habils e oportunes aquells commettre que no de jorn », Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 1.

35 « Los honorats jurats de la Ciutat de Gerona en virtut de privilegis reyals e per evitar los abusos sobre les coses deius scrits introduits confirmants totes les ordinacions fetes sobre aço ordonen que daquiavant algun revenador o revenadora de la dita ciutat directament o indirecta per si o per interposada persona no gosen ne presumesquen comprar o fer comprar ni asenyalar alguna manera de fruytes polls e altres coses fins que mig jorn sie passat ni axi poch gosen fer vendre per miga de altres persones fruytes ni altres coses en la dita Ciutat sots pena de .X. sous a tots aquells e aquelles qui en dites coses contrafaran », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 55vo.

36 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 8vo.

37 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 40, art. 1.

38 Todeschini, 2015, pp. 239-269 ; Fontaine, 2008, pp. 281-298 ; Gauvard, 1993, pp. 9-13.

39 « Quivene mercaderies, vitualles o altres coses a pes e mesura que hage adonar a cascu son dret e fer bon e leyal pes e mesura a tota persona et en aço no fassa ni gos o presumesca fer frau algu directament o indirecta sots bant o pena de sexanta sous », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 5ro.

40 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 92ro ; Vela i Aulesa, 2001, p. 33.

41 Victor, 2012a, pp. 159-171.

42 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 11ro.

43 « … abusos com se tropia que en aquells se posa entre ferro e plom en maior quantitat que nos deu fer lo que reducida en gran dan e preiudici dels poblats », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 34ro.

44 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 12ro.

45 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 38vo.

46 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 50vo et 51ro.

47 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 117ro.

48 « Be e segurament », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 120ro.

49 Polanyi, 2011, p. 200.

50 « … ne puixen comprar com lo plaura sino en la dita plaça », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 13vo.

51 Exemple : AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 30vo.

52 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 28vo.

53 « Evitar fraus e decepcions », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 124ro.

54 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 42vo.

55 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 12ro.

56 Polanyi, 2011, p. 200.

57 « Per cessar abusos introduits en dommatge de la cosa publica », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 13vo.

58 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 14ro.

59 « Que ningun carnicer crestian no gos vendre carn juhigue a mes del for qui es ordonat per la ciutat dins les carniceres », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 19ro.

60 « Per conservacio de bon mercat e per squivar carestia », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 13ro.

61 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 42vo.

62 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 47vo.

63 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 50ro.

64 Le goût n’est utilisé que par le mostassaf lui-même. Les clients ne peuvent pas tester avec leur langue la fraîcheur des produits, ce qui n’est pas le cas du fonctionnaire qui peut, parfois, être amené à lécher une viande. AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 18ro-38vo.

65 « … evitar corruptions e pudors de ques cavien malalties e infirmitats », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 99vo.

66 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 1.

67 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 10ro.

68 Leguay, 1984, p. 127.

69 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 29ro-31ro.

70 « … que posen la cana al mig del drap e a cascuna cana fascen senyal amb guix », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 8ro.

71 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 18ro et fo 20vo.

72 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 20vo.

73 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 4.

74 « Item, que ningun jueu o juy o fembra publica no gos ni presumescha palpar ne tocar tro que comprat o pagat ho havia algunes de les coses açi anomenades, ço es alguna carn quis vene escorxada ne formatges freschs ne sechs ne peix frescs ne salat ne nenguna fruyta verda ne pançes figues seques datils ni pinyols ne brotons cols ne espinachs », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 118vo.

75 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 19vo.

76 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 22vo.

77 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 25vo.

78 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 31vo.

79 « Que les mesures daci davant sien e stiguen justes e bon e jus e scert », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 2vo.

80 « Que les mesures de la pedra del gran de la ciutat de Girona sien regonegudes ab les mesures e originals de la dita ciutat e quelles sien fetes justes per lo honrat Mostassaf », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 2vo.

81 « Com aço sie pues clar e pus entenent a les gents », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 35ro.

82 Jacques de Cessoles, Le livre des échecs moralisés, Albi, Bibliothèque municipale, ms. 104. Également, Thonon, 2002, pp. 213-214.

83 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 2.

84 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 32ro.

85 Libre del Mostassaf de Mallorca, p. 7.

86 « En nengun joch nenguna cassa per jugar », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 40vo.

87 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 16vo.

88 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fos 7vo et 76ro.

89 Leguay, 1984, pp. 104-110.

90 AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 41vo.

91 Chalmeta, 2008, p. 217.

92 Archives municipales de Toulouse, AA6, acte, no 68. Cité par Sabathier, 2015, p. 44.

93 « Per lo mostassaf executada sens amor ni gracia », AMG, Llibre del mostassaf (segles xiv-xv), reg. 17 490, fo 17ro.

94 Cipolla, 2012, p. 33.

Auteur

Université Fédérale de Toulouse — CUFR d’Albi (UMR 5136, Framespa)

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540