Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Faire son marché au Moyen Âge

 | 
Judicaël Petrowiste
, 
Mario Lafuente Gómez

II. — L’accès des consommateurs aux marchés

Le consommateur au marché en temps de guerre

L’exemple du Rouergue à la fin du Moyen Âge

Guilhem Ferrand

Volltext

  • 1 Petrowiste, 2004a.
  • 2 Ferrand, 2014.
  • 3 Ferrand, Petrowiste, à paraître.

1Le soin apporté par les différentes autorités, qu’il s’agisse de ceux qui dirigent les communautés d’habitants, des princes ou des représentants du roi, à maintenir à tout prix la tenue des marchés et des foires en temps de guerre attire l’attention sur leur importance et sur le rôle clé que ces événements, quel que soit le contexte, jouent dans l’approvisionnement des villes et l’alimentation de tous. La réorganisation du réseau de distribution à laquelle, bien souvent, la guerre oblige suffit à montrer, par ailleurs, que la guerre n’est pas seulement une menace que l’on cherche à contrer, mais une réalité avec laquelle il faut composer et qui peut modifier en profondeur l’existence du marché1. Pour le midi de la France, cette approche de la question a été privilégiée de longue date ; les travaux disponibles sur le sujet permettent de se faire aujourd’hui une idée précise sur les dangers rencontrés par les uns et les autres et sur les parades que d’aucuns ont pu leur opposer2. Pourtant, si le marché a fait l’objet d’investigations sérieuses, si l’approvisionnement en temps de guerre a été au cœur de nombreux travaux, si la question de la circulation des biens a de nouveau été posée récemment3, personne, ou peu s’en faut, n’a su ou pu décrire véritablement ce marché et montrer, vivants, les individus achetant quelque chose à tel commerçant, parcourant du regard tel ou tel étal, discutant avec une connaissance ou une autre, profitant des services que la ville ou le bourg met à disposition et qu’il est loisible de solliciter à l’occasion du marché ou de la foire. Sans doute l’absence de description s’explique-t-elle par l’indigence de la documentation disponible pour brosser un tel portrait. Mais des indices, ici et là, permettent tout de même de se faire une idée un peu nette des choses et de restituer au phénomène toute sa dimension humaine, si primordiale pour sa bonne intelligence.

2Le Rouergue, à la fin du Moyen Âge, n’échappe pas aux exigences de la guerre, à la pression que celle-ci fait peser sur les structures et sur les individus. Les archives abondantes que l’on y conserve pour les xive et xve siècles, comme ailleurs, parlent peu du marché en tant que tel et peu de choses, en fin de compte, renseignent sur la vie qui s’y déroule. Ces éléments ténus, pourtant, mettent en évidence que le marché est d’abord, avant tout et surtout un lieu de vie, même si les circonstances rendent parfois difficiles l’acquisition de telle ou telle marchandise, si les différents acteurs obèrent régulièrement l’accès au marché ou le retour à la maison, opérant ici et là des pillages malencontreux et si, finalement, dans le trouble d’une époque difficile, on envisage peut-être d’autres moyens d’approvisionnement qui aboutissent à générer un marché hors du marché.

Un lieu de vie

3Les Chroniques de Jean Froissart offrent un bon moyen d’entrer dans le vif du sujet et de fixer les contours d’un portrait qui soit un tant soit peu satisfaisant. En quelques mots, ici et là, l’auteur donne à voir, au moins à deux reprises, ce qu’est un marché en temps de guerre. Il met en scène, en effet, une action militaire qui se déroule à l’occasion, ici d’un marché, là d’une foire, et certains des acteurs économiques qui ont partie liée avec l’événement.

  • 4 Chroniques de J. Froissart. Tome douzième (1356-1388), éd. de Léon Mirot, pp. 21 à 24, § 6. Le lie (...)
  • 5 Chroniques de J. Froissart. Tome douzième (1356-1388), éd. de Léon Mirot, pp. 21-22.

4L’un de ces récits-portraits est effectué par un nommé Espang de Lyon guidant Froissart en personne vers Orthez, en 1383, où il se rend à la rencontre de Gaston Fébus. Il concerne Artigat, en Ariège, ville assiégée quelques années plus tôt par Pierre d’Auchin, un chef de guerre, à l’occasion d’une foire tenue à la mi-août4. Celle-ci, visiblement, est un événement important et récurrent, ce qu’indique le passage au présent dans la narration, puisque c’est l’endroit « où tout le pays si assemble, et y a moult de marchandises pour ung jour5 ». Lors de la prise du lieu, continue Espang de Lyon

  • 6 Ibid., p. 22.

il y avoit grant foison de marchans estrangiers de Foeis, de Berne et de France en celle ville, et vous savez que marchans, quant ilz s’entretrouvent ensamble et ilz ne se sont veus en grant temps, boivent par usaige largement et longuement pour entre eulx faire bonne compaignie6.

  • 7 Ibid., pp. 23-24.

5Pierre d’Auchin avait eu soin d’envoyer quelque temps auparavant des hommes à lui afin qu’ils s’intégrent à la ville. Au moment fatidique, ceux-ci en ont ouvert les portes à leurs compères, leur permettant de s’emparer sans difficulté de l’endroit, pourtant gardé. Le résultat, pour les soldats victorieux, est un bon profit, dont l’évocation peine toutefois à montrer ce qui se vendait : « Ainsi eut Pierre d’Auchin la ville et le chastel d’Ortingas, et vous di à l’eure que il y entra, lui et ses compaignons, ilz y gaignierent XXm frans que en marchandises qu’ilz trouverent que en bons prisonniers de France7 ».

6De la même manière, Jean Froissart rapporte la prise de Belleperche, dans l’Allier aujourd’hui, par le chef routier Robert Knolles, en 1369. Le stratagème utilisé pour s’emparer du site, où réside la duchesse de Bourbon et à ce titre bien gardé, est de se déguiser en paysans se rendant au marché pour vendre des victuailles :

  • 8 Œuvres de Froissart, Chroniques. Tome septième (1364-1370), éd. du baron Kervyn de Lettenhove, pp. (...)

Quant il furent venu jusques à là, li troy dessus nommet et xxx des leurs tant seulement, vestis dessus leurs armures de cottes de villains, se partirent de leur embuschement, et s’en y avoit aucuns qui menoient petis aulnes cargiés de fruis et de poulaille, et li autre, cretins plains d’oels et de frommaiges sus lors testes, et li remanans, grans pains de soille à l’usage dou pays : se devoit che jour estre li marchiés ou dit fort8.

  • 9 La chronique du bon duc Loys de Bourbon, p. 75.

7La description de Froissart est confortée par la chronique de Louis de Bourbon, à peu près contemporaine, qui, un peu plus sèchement, explique que « si y vindrent si à point que la place prinrent par la porte, en guise de villains, et y entrèrent leurs gens d’armes, et destinrent la dame prisonnière, sans lui faire nulle laidenges9 ».

  • 10 Vidal, « Comptes des clavaires de Montagnac (1436-1437) », no 299, p. 303 ; no 355, p. 307 ; no 36 (...)
  • 11 Ibid., no 184, pp. 74 et 75.

8Les faux paysans, à Belleperche, amènent avec eux un surplus de production nécessaire à l’approvisionnement des étals du marché dans le bourg : ils n’achètent pas, mais apportent de la nourriture pour la vendre. Sans doute faut-il comprendre que ce sont des marchandises que d’autres achèteront forcément, même si le texte ne livre pas d’information sur eux. Les allées et venues de ces paysans près de la porte de la ville suffisent à indiquer, par ailleurs, que c’est jour de marché, ce qui signale que celui-ci est avant tout un lieu où se croisent de nombreuses personnes. À Artigat, il n’y a que des marchands, qui sont d’abord là pour se rencontrer, pour échanger entre eux à la fois des nouvelles et des moments de vie autour d’un verre. En somme, pour Froissart, le marché est un lieu de vie. Le dire revient sans doute à enfoncer une porte ouverte, mais qu’il convient de garder à l’esprit au regard du contexte : en temps de guerre, disposer régulièrement d’un lieu où le maître mot est la rencontre et l’échange, sur tous les plans, est précieux à plus d’un titre. Et c’est aussi cela, avec la dimension économique bien sûr, que protègent les autorités lorsqu’elles mettent tout en œuvre pour maintenir coûte que coûte foires et marchés, comme à Montagnac, en Languedoc, dans les années 1430, dont les comptes consulaires sont pleins de mentions de sommes d’argent versées par les consuls à des hommes d’armes pour éviter qu’ils n’entravent le bon déroulement de telle ou telle foire, de dépenses effectuées pour faire savoir aux marchands qu’un accord a été trouvé avec les routiers et dire à tous les acteurs de la foire qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter10, ou pour prendre, en 1442-1443, la responsabilité des marchandises apportées sur place pour s’assurer qu’elles arrivent à destination, jouant ainsi le rôle d’une garantie propre à rasséréner tout le monde11.

Une consommation difficile

9Pour autant, ce lieu de vie est un lieu de consommation. Deux dossiers rouergats permettent d’affiner le portrait en mettant en avant combien il peut être difficile, pour celui qui le veut, d’y acheter quoi que ce soit. Deux raisons semblent devoir être invoquées pour expliquer ce constat : d’une part, parce que s’y rendre ou en revenir pose parfois problème et que l’on risque de tout perdre, avant comme après ; d’autre part, parce qu’il n’y a pas nécessairement ce que l’on voudrait y trouver.

  • 12 BnF, Fonds Doat, 199, fos 109ro-176vo (copie xviie siècle).
  • 13 Les routiers sont des soldats devenus mercenaires, vivant sur le pays pour leur propre compte, san (...)
  • 14 Gauvard, 2008.

10Le premier dossier intéressant est celui contenu dans une enquête diligentée par le comte d’Armagnac dans le nord du Rouergue, à la fin de l’année 137512. Il est difficile de bien cerner le problème en jeu. La lecture du document permet de comprendre que des exactions ont été commises à la fin de l’été et au début de l’automne, par des gens qualifiés soit d’ennemis soit d’Anglais, alors que des trêves ont cours entre royaume de France et royaume d’Angleterre. Il s’agit d’incursions d’hommes d’armes, des routiers13, dans le cours ordinaire de la guerre pour les populations, au moins depuis le début des années 1360. Ces exactions, en Rouergue, en 1375, ont lieu au sortir d’une crise frumentaire générale dans le midi toulousain assez terrible. Par ailleurs, le comte d’Armagnac, Jean II, qui est à l’initiative de la procédure, est un peu en difficulté, confronté à une situation générale compliquée à gérer. Dans les faits, il n’a pas trop les moyens de faire quoi que ce soit pour grand monde. Ici, dans la logique diplomatique de l’enquête bien mise en évidence par plusieurs travaux récents, le comte, se renseignant, cherche d’abord à faire acte de présence, à moindres frais14. C’est la raison pour laquelle il sollicite une équipe de notaires qu’il envoie enquêter partout où il y a lieu de le faire, comme à Bozouls, par exemple, première étape de l’équipe, où il convient d’essayer de savoir ce que des hommes d’armes venus loger là ont détruit et pillé. Le document est volumineux. Il concerne de nombreuses localités, directement lorsqu’une attaque a porté sur le lieu ou indirectement, le cas échéant.

  • 15 BnF, Fonds Doat, 199, fos 142ro-149vo.

11Deux moments retiennent l’attention dans la perspective qui est la nôtre. Le premier moment concerne l’attaque d’un lieu donné15. Peu importent les faits qui sont rapportés. Ce qui compte, c’est que tous les déposants relient étroitement l’événement à la tenue d’une foire qui se tenait ce jour-là, ou à ce moment-là, ce que des expressions comme « in nundinis de Tures » ou « eundo ad nundinas de Toras » suffisent à expliquer. Que disent les victimes ? Guilhem Blanc, de Montézic,

  • 16 BnF, Fonds Doat, 199, fos 142ro-142vo.

dixit suo proprio iuramento se perdidisse per Anglicos tenentes occupatum castrum de Carlato, seu eorum societates quae fecerunt cursam, in nundinis de Tores, qui alopiaverunt in dicto loco die penultima ante festum beati Bartholomei mensis augusti, quinque cartones frumenti, et quinque siliginis. Item altera die de que non recolitur, per dictos Anglicos de Carlato [blanc]. Item unam cotam panni de mesclat, interrogatus quantum extunat praedicta, dixit quod praediligeret perdidisse octo francos auri plura &a16.

12À lire cet extrait de sa déposition, on comprend qu’il y a eu plusieurs attaques. L’une d’elles a eu lieu le 23 août, précisément « in nundinis de Tores ». Guilhem du Puy, du même lieu,

  • 17 BnF, Fonds Doat, 199, fo 144vo.

dixit se perdidisse quia alopiaverunt in dicto loco eundo ad nundinas de Toras, quae erant in festo beati Bartholomei mensis augusti, quatuor decim cartones frumenti, tres saccos, quatuor panes siliginis, quae extimavit suo iuramento quatuor francos auri17.

13De la même manière, Jean Costes, du lieu en question,

  • 18 BnF, Fonds Doat, 199, fo 145ro.

dixit se perdidisse per dictos Anglicos die vicesima secunda mensis augusti, qui iacuerunt in Monteasico, eundo ad nundinas de Toras, quinque cartones avenae, tres galinas, et vellet plus perdidisse suo iuramento ut dixit unum francum18.

14Ces quelques témoignages suffisent à poser le problème et à montrer ce que ces personnes achètent d’ordinaire à la foire : de la nourriture d’abord et surtout — et du tissu.

  • 19 BnF, Fonds Doat, 199, fos 169-169vo. Les faits sont rapportés de manière ample et développée par S (...)

15Dans la même enquête, une autre série de dépositions met l’accent sur l’attaque de plusieurs personnes de retour des foires qui se tenaient alors à Espalion. Qu’est-il pris ? De l’argent, produit de la vente d’un bœuf (« quod in dictis nundinis fecerat a quodam bove vendito »), ainsi que des vêtements. Les conditions de l’enquête font qu’il n’y a aucune raison, pour les déposants, de masquer quoi que ce soit. De ce fait, on constate que ce groupe d’hommes s’est rendu à la foire pour vendre un bœuf et n’a rien acheté en retour. On ne nous dit pas d’où viennent ces personnes. Mais elles n’ont visiblement pas profité de la foire pour acheter quoi que ce soit19. Ce dossier met en évidence, si besoin en était, que, même si ceux qui y viennent n’achètent rien, il est possible de trouver des marchandises en quantité, au moins relative, à la foire. Cet aspect quantitatif est sans doute l’une des explications du fort attrait que cela peut exercer à la fois sur les consommateurs potentiels et sur les routiers qui pensent y trouver moyen de faire de l’argent. Les dépositions des différents témoins permettent aussi de penser que ces foires et ces marchés sont fréquentés, ce qui revient à dire que l’effort fourni par les autorités pour les maintenir est suivi d’effets. Enfin, force est de constater qu’il y a bien consommation, même si ce n’est pas systématique, sans qu’il soit possible de dire précisément ce qui est acheté et qui sont ceux qui procèdent à ces achats. La teneur des témoignages laisse toutefois entrevoir qu’on ne procède pas à de gros achats et que l’essentiel des acquisitions se porte sur la nourriture.

  • 20 ADTG, A 169, cahier 2, fo 8ro : « Item plus per lo despes de sercar las provicios de mossenhor e f (...)
  • 21 ADA, C 1337, fo 14vo : « Item plus paguiey en defaut d’uous que no s’en troba uno per XL arenx e C (...)
  • 22 ADA, C 1337, fo 30ro : « Item lo jorn de la Magalena compriey a Rodes 1 quintal de carn salada car (...)
  • 23 Ferrand, à paraître.
  • 24 ADA, C 1337, fo 32. Petrowiste, 2012, pp. 121 à 135.
  • 25 ADA, C 1337, fo 32 : « de favas II cestiers, que foron compradas a la peyra de Rodes ».
  • 26 ADA, C 1337, fo 32 : « en la fieyra de Boazo ».
  • 27 ADTG, A 169, cahier 2, fo 15.
  • 28 ADA, C 1350, fo 36vo.

16La comptabilité du comte d’Armagnac, de son côté, permet d’aller un peu plus loin en retournant le problème : certains passages mettent en avant l’impossibilité d’achat à l’occasion de tel ou tel marché et les problèmes que cela pose au maître d’hôtel du comte chargé de l’approvisionnement du château de Gages où celui-ci réside le plus souvent lorsqu’il est en Aveyron. Ainsi, dans les années 1385-1387, au plus fort des troubles au xive siècle, au moment précis où la pression des routiers sur les populations est la plus intense, les officiers du comte en charge de la gestion des domaines en Rouergue font état de difficultés à se pourvoir en biens de première nécessité. Ils utilisent des expressions qui n’apparaissent pas d’ordinaire sous leur plume, comme en rend compte la dépense effectuée dans le courant de l’exercice 1386-1387 pour rémunérer l’effort fourni à chercher des victuailles20. Le trésorier ordinaire du comté, à l’automne 1385, explique ainsi, par exemple, qu’il a dû acheter des harengs et des anguilles à la place d’œufs qu’il n’a pu trouver nulle part21. Certains achats, qui n’ont visiblement pas posé problème, témoignent, pour leur part, d’une gêne très nette de la part du trésorier, ce qui confirme le problème. Ainsi, le jour de la Sainte-Madeleine 1386, est-il fait état de viande salée non pas « consommée », ce que traduit d’ordinaire le participe passé despensat, mais « gâtée » par les gens du comte et renouvelée à Rodez22. S’agit-il pour autant d’un problème d’approvisionnement rencontré sur les marchés ? Peu est dit, de manière générale, dans la comptabilité conservée des comtes d’Armagnac, de la provenance des biens achetés23. Quelques mentions, toutefois, suffisent à signaler un recours régulier massif au marché, comme en février 1387 (n. st.), où des oignons sont achetés « en la plassa de Rodes », c’est-à-dire la place du Bourg où se tient le marché principal de la ville24, des fèves sans doute au même endroit25, ou des noix à la foire de Bozouls26. De la même manière, en novembre de la même année, à l’occasion de la foire de la Saint-André, du bétail est acheté en quantité pour approvisionner les réserves du château27. C’est une habitude, semble-t-il : en 1427, lors de la même foire, 236 moutons sont achetés pour la provision de l’hôtel du comte en Gascogne à l’Isle-Jourdain, conduits de Rodez jusque-là par trois hommes rémunérés pour cette mission28.

17Ce que laissent entendre ces comptes, de la sorte, de manière un peu ténue mais suggestive, c’est que l’approvisionnement de l’hôtel comtal, effectué pour une part notable sur les étals des foires et des marchés de la région de Rodez, rencontre des difficultés en temps de guerre, au moins dans les années 1380. Ce n’est pas systématique, ce n’est pas souvent, mais l’évocation précise de cette gêne à ce moment-là est suffisante pour dire que le marché ne peut pas toujours jouer son rôle dans le contexte troublé de la guerre, même pour les officiers d’un prince qui dispose(nt) pourtant de ressources importantes.

Un marché hors du marché

18L’incapacité du marché à pourvoir à tous les besoins de manière sûre, quelle que soit la raison qui l’explique, conduit peut-être au développement d’un autre phénomène, très nettement perceptible dans la documentation : celui du recours à une forme de marché hors du marché, dans un cadre légal discutable, de manière souvent informelle.

  • 29 ADA, C 1440, fos 39-48.
  • 30 Baillaud, Verlaguet, Coutumes et privilèges du Rouergue, t. II, pp. 26-36 : transaction du 10 août (...)

19Une information judiciaire conduite dans le courant des mois de février, mars et avril 1380, issue d’un livre d’audience de la cour de Camboulas tenu par le notaire Hélie de Ruppe, renseigne sur la question mieux qu’aucun autre document29. Elle concerne plusieurs habitants du mas Bisbal accusés d’avoir acheté du bétail à des Anglais. Le mas Bisbal fait partie de la communauté de Camboulas relevant du comté de Rodez30.

20Plusieurs éléments du dossier rapportent que deux Anglais sont venus vers la Noël 1379 au mas Bisbal conduisant du bétail qu’ils ont proposé aux habitants d’acquérir. Ces derniers ont répondu qu’ils ne pouvaient en aucun cas accepter d’acheter quoi que ce soit d’eux, parce que le comte de Rodez l’avait interdit. Un écuyer de la comtesse, dénommé Peyronetus, est alors intervenu et a expliqué qu’il allait se rendre auprès du comte pour essayer d’obtenir de lui l’autorisation d’achat. Il demande toutefois que rien ne soit conclu avant son retour. Pendant son absence, qui dure plus de huit jours, les habitants ont procédé à l’acquisition du bétail, sans autorisation (sine licentiam) et en toute connaissance de cause (tableau 1). Au retour de l’écuyer, les habitants s’empressent de savoir s’il a obtenu la levée de l’interdiction. Celui-ci répond que non, que le comte n’a rien voulu entendre. Quelque temps plus tard, les prévenus comparaissent devant le comte lui-même, lors de la tenue des assises de Camboulas. Un nommé Jean dels Jornals dépose et explique qu’il avait du bétail, qu’on le lui a volé, qu’il a rencontré un homme qui lui a dit qu’il finirait bien par trouver qui était le coupable, mais qu’il n’y est pas parvenu. Le comte lui répond qu’il n’a rien à craindre, qu’il ne s’adresse qu’à ceux qui auraient acheté du bétail de manière discutable, auxquels il conseille de se débarrasser des animaux acquis des Anglais. Dans le cas contraire, si l’un d’eux est pris avec du bétail en cause dans l’affaire, ça pourrait mal se passer et la cour pourrait sévir sévèrement à leur encontre. Les prévenus réagissent en disant qu’ils n’ont rien fait de mal, que, certes, ils ont acheté du bétail, mais qu’ils l’ont fait après avoir appris la teneur d’une criée effectuée par le comte faisant état de l’interdiction. Par ailleurs, ils ne l’ont pas acheté aux Anglais directement, mais à des hommes du comte qui étaient, eux, en relation avec les Anglais en question (« de vostras gens qui ero en companhia am los dichs Angles »). Le comte s’emporte un peu et répond que personne ne les avait autorisés à acheter du bétail à des Anglais, de près ou de loin, et que peu importe de qui précisément ils ont obtenu les bêtes : cela revient au même que de dire qu’ils les ont eues du chef des Anglais basés à Montferrand ou à Carlat. Il est rappelé en conclusion que des proclamations ont eu lieu dans Rodez, qui interdisent toute transaction avec les Anglais.

Tableau 1. — L'affaire du mas Bisbal : faits reconnus et montants des amendes

Prévenu Ce qui a été acheté (emere) Amende
1 P. del Bosquet junior une vache 6 sous tournois
2 dictus P. perventus un animal 1 florin or
3 dictus perventus un animal 6 sous tournois
4 dictus perventus deux vaches et un veau rien
5 dictus perventus emit duas jargas cum borreyro rien
6 predictus perventus du bétail un florin or
7 dictus Johannes « échange » de bétail avec J. dels Jornals 6 sous tournois
8 dictus Ramundus une vache 6 sous tournois
9 G. Garriguas 10 animaux 10 sous tournois
10 G. Martini aucun animal aux Anglais rien
11 D. Roqua aucun animal aux Anglais 6 sous tournois
12 R. Roqua un veau 6 sous tournois
13 R. Austrini une vache 0,5 florin or
14 Jeanne, épouse G. Ramundi une vache 6 sous tournois

Source : D’après ADA C 1440, fos 39-48.

21L’anecdote est intéressante et mérite qu’on s’y arrête. L’affaire peut se résumer en deux mots : des paysans du mas Bisbal ont acheté du bétail à des Anglais parce qu’ils n’ont pas vu là une action répréhensible, même s’ils savaient qu’il ne fallait pas le faire, parce que le comte l’avait interdit. Cette transaction est une transaction commerciale, dans l’esprit des principaux intéressés, effectuée dans les règles et, à ce titre, parfaitement valide. Ils ne font pas de différence avec une transaction officielle, réalisée dans le cadre institutionnel et autorisé d’un marché ou d’une foire, même si, en l’occurrence, l’affaire se termine devant le tribunal pour commerce avec l’ennemi.

22Ce commerce avec l’ennemi est un problème avéré, que les sources émanant du comte d’Armagnac en Rouergue permettent de mettre en évidence de manière fine sur un plan plus général (tableau 2).

Tableau 2. — Causes jugées par le comte d’Armagnac (1378-1388)

Année Commerce Vol Rébellion Coups Destruction Négligence Abus
1378-1379 1 1 1 1
1379-1380 4 1 2 2
1380-1381 7 4 3
1381-1382 2 1
1382-1383 1
1383-1384 2 3 2 1
1384-1385 1 1 1 2
1387-1388 2 1
Total 16 6 1 8 2 7 7

Source : Ferrand, inédite, p. 276.

  • 31 Affre, 1995, s. v. « composition », p. 111. Il ne donne pas de référence précise pour la citation (...)
  • 32 ADA, C 1354, Montagnes, exercice 1385-1386, fo 11.
  • 33 ADA, C 1335, 1379-1380, fo 54.
  • 34 ADA, C 1335, 1380-1381, fo 95v.
  • 35 ADA, 2 E 67-22, 1393, fo 2.
  • 36 Devic, Vaissete, Histoire générale de Languedoc, t. X, n° 580, col. 1453-1454.

23Que faut-il entendre par la notion de « commerce » dans ces cas-là ? Les verbes utilisés renvoient pour la plupart à une idée de collaboration sous la forme d’une « participation » : c’est participare ou participar. Et cela d’une manière globale, sans qu’il y ait lieu de distinguer qui trahit et qui collabore ou qui fait quoi que ce soit. Parmi les amendes perçues par l’évêque de Rodez entre le 30 juin 1386 et le 1er juillet 1387, par exemple, plusieurs font état d’une collaboration : « Item a domino Johanne Juliani, loci de Cassaneis, pro participatione Anglicorum, quatuor franchos31 ». Le 30 mai 1386, à Rignac, cinq hommes sont condamnés par la justice du comte et versent, à ce titre, une amende pour avoir « participé » avec les Anglais. Dans chacun des cas, la formule utilisée pour qualifier leur action est identique : « que avia participat am los Engles32 ». À Entraygues, en 1379 ou 1380, Johan Marti a été condamné à la fois parce qu’il a été en contact avec les Anglais (« per so quar avia conversat am los Engles ») et aussi parce qu’il leur a fourni des vivres33. Brenguier Joglar, à Montjaux, en 1380 ou 1381, est condamné pour avoir été en contact avec les Anglais (« que avia participat am los Engles34 »). Les consuls de Conques, en 1393, envoient le prieur de Prades à Saint-Flour pour obtenir le vidimus de certaines lettres de rémissions accordées par le roi « a totz aquels que avian contribuit am los Angles35 ». D’autres lettres de rémission accordées par le roi témoignent de la même idée. En septembre 1371, l’une d’elles brosse le portrait d’un dénommé Guido36. Il est reproché à celui-ci d’avoir été avec les ennemis. Les mots utilisés sont sans ambiguïté : « frequentavit inimicos ». D’une manière plus précise, la lettre explique qu’il a acheté des biens et du bétail provenant d’exactions commises en grand nombre dans sa région : « in pluribus locis per eos occupatis [les ennemis] animalia bovina et alia bona, in regno nostro et super subditis nostris depredata et rapta, ab eisdem inimicis emebat ».

  • 37 Ibid., no 674, col. 1687 et 1688.
  • 38 BnF, Fonds Doat, 202, fos 245-245vo.
  • 39 BnF, Fonds Doat, 146, fos 105-105vo.

24Une autre lettre, accordée en janvier 1384 à Bernard Colomb, de Villefranche-de-Rouergue, développe la même idée de relations actives avec l’ennemi37. En effet, le texte explique que cet habitant de Villefranche a aidé les Anglais à s’abriter dans des places fortes, les a hébergés, leur a vendu des chevaux, des armes, des vêtements, des vivres et d’autres choses : « eisque equos, arma, vestes, victualia & alia bona vendiderit & administraverit seu vendi et administrari fecerit ». Jean, fils du roi de France, lieutenant général du roi en Languedoc, en janvier 1386, remet les crimes des gens d’Église, des nobles et des communautés qui, dans le cadre de la défense collective du Rouergue, en négociant des accords avec l’ennemi (« patua et suffras fecerunt ») ont été amenés à entrer en contact avec celui-ci (« habentes occasione dictorum patuorum tam universaliter quam singulariter cum dictis Anglicis participaverint et conversaverint ipsos Anglicos ») et à rendre à ceux-ci différents services38. En décembre 1389, le roi accorde rémission aux gens de Najac et de ses environs. C’est la même idée de collaboration qui ressort, c’est-à-dire contact (conversaverunt) et services rendus (« victus, equos, arnesia et alias necessitates ministrarunt »)39.

25Cette idée de commerce, en somme, pour floue qu’elle soit, recouvre deux aspects qu’il est possible de distinguer : d’une part, ce que nous appellerions aujourd’hui de la collaboration et, d’autre part, de manière plus étroite, un échange économique. Ce dernier est une dimension importante du problème et révèle qu’il y a, en temps de guerre, un marché hors du marché. Il n’est pas possible d’en évaluer l’importance ni de quantifier les flux qu’il concerne, mais il existe. Cela s’explique sans doute d’abord par l’opportunité. Des hommes qui passent avec du bétail dans un petit village, proposant des bêtes à la vente, attirent forcément l’attention et suscitent l’intérêt. On comprend très bien que certains, soucieux d’augmenter leur cheptel, aient cherché à faire affaire avec eux, sans attendre la tenue ordinaire d’une foire à venir. Cela s’explique sans doute aussi par la nécessité, pour d’autres, de passer outre le marché. Ceux qui travaillent pour le compte des Anglais, par exemple, avec qui, normalement, le roi de France comme la plupart des autorités ont interdit à leur sujet tout contact, ont des besoins qu’ils satisfont comme ils peuvent. Force est de constater, enfin, qu’il y a une forme de contrôle de ces échanges, puisque la justice comtale semble être au courant d’un certain nombre d’affaires et qu’elle sanctionne, assez peu sévèrement à dire vrai, ceux qui ont partie liée avec des ennemis.

 

26Les indices sont ténus et se prêtent mal à de longs commentaires. Ils obligent à conclure qu’il est difficile de voir précisément le consommateur au marché en temps de guerre. Mais, par des moyens un peu détournés, en infléchissant le regard, il est possible de s’en faire une idée un peu sérieuse et vraisemblable. Ce qui ressort nettement, c’est d’abord que l’on se rend au marché parce qu’il est un lieu de vie. Le récit de Froissart met l’accent sur cet aspect-là, sans aucune ambiguïté. Les paysans qui sont venus vendre du bétail à la foire d’Espalion n’ont rien acheté en retour. Pourtant, ils ne résident pas sur place et auraient pu profiter de leur déplacement dans un bourg important pour procéder à quelques acquisitions. Ce n’est pas le cas. La fréquentation du marché, de la sorte, n’est pas nécessairement synonyme de consommation. C’est le premier enseignement de ce rapide tour d’horizon qu’offrent les sources rouergates.

27Le deuxième enseignement est qu’il n’y a pas rupture du jeu économique du fait de la guerre. Les étals semblent bien approvisionnés, au point d’attirer, en Ariège, dans l’Allier comme en Rouergue la convoitise d’hommes d’armes désireux de s’enrichir. Pourtant, ici et là, de manière ponctuelle, des difficultés se font jour, qui témoignent du fait que le marché n’est pas toujours d’un grand secours en matière d’approvisionnement.

28Enfin, troisième enseignement, le commerce avec l’ennemi, abondamment renseigné, met en évidence l’existence de flux économiques importants hors du marché. L’appréhension contemporaine du phénomène masque pour une bonne part cet aspect-là de l’échange, préférant insister sur la notion de collaboration ou de trahison. Pour autant, ce marché hors du marché semble une réalité suffisamment importante pour mériter attention.

29En fin de compte, ce regard sur le consommateur au marché en temps de guerre centré sur le Rouergue à la fin du Moyen Âge met en relief le fait que le conflit et les tensions qu’il génère modifient peu les structures de l’échange. Ce qui se joue est ailleurs, dans l’urgence de l’événement, dans l’inquiétude que l’insécurité du chemin à emprunter pour se déplacer motive, ce qui donne à ces rencontres une dimension humaine sans doute plus essentielle.

Anmerkungen

1 Petrowiste, 2004a.

2 Ferrand, 2014.

3 Ferrand, Petrowiste, à paraître.

4 Chroniques de J. Froissart. Tome douzième (1356-1388), éd. de Léon Mirot, pp. 21 à 24, § 6. Le lieu d’Ortingas dont il est question dans ce passage est identifié par le baron Kervyn de Lettenhove comme étant Artigat, sur la rive gauche de la Lèze, dans l’arrondissement de Pamiers, dans le département actuel de l’Ariège (Œuvres de Froissart, Chroniques. Tome vingt-quatrième [Table analytique des noms géographiques, A-K], éd. du baron Kervyn de Lettenhove, p. 42).

5 Chroniques de J. Froissart. Tome douzième (1356-1388), éd. de Léon Mirot, pp. 21-22.

6 Ibid., p. 22.

7 Ibid., pp. 23-24.

8 Œuvres de Froissart, Chroniques. Tome septième (1364-1370), éd. du baron Kervyn de Lettenhove, pp. 409-410. Pour la localisation du lieu, au nord de Moulins, sur la rive gauche de l’Allier entre Bagneux et Montilly, voir Œuvres de Froissart, Chroniques. Tome vingt-quatrième (Table analytique des noms géographiques, A-K), éd. du baron Kervyn de Lettenhove, pp. 81-82.

9 La chronique du bon duc Loys de Bourbon, p. 75.

10 Vidal, « Comptes des clavaires de Montagnac (1436-1437) », no 299, p. 303 ; no 355, p. 307 ; no 368, p. 308 ; no 387, p. 309 ; no 432, p. 312.

11 Ibid., no 184, pp. 74 et 75.

12 BnF, Fonds Doat, 199, fos 109ro-176vo (copie xviie siècle).

13 Les routiers sont des soldats devenus mercenaires, vivant sur le pays pour leur propre compte, sans emploi, ou bien travaillant au gré du vent et des sollicitations, pour le compte du plus offrant.

14 Gauvard, 2008.

15 BnF, Fonds Doat, 199, fos 142ro-149vo.

16 BnF, Fonds Doat, 199, fos 142ro-142vo.

17 BnF, Fonds Doat, 199, fo 144vo.

18 BnF, Fonds Doat, 199, fo 145ro.

19 BnF, Fonds Doat, 199, fos 169-169vo. Les faits sont rapportés de manière ample et développée par Stéphane de Lavernhe qui déclare « quod hoc anno, et in crastinum beati Martini Hyemalis, ipse loquens una cum Johanne Planhart, Johanne de Lavernha, et Guillelmo Baduelli veniebant de nundinis Speley, et dum fuerunt loco dicto supra de Cambraserni terrae dicti hospitalis, venit lo Picart de Carlat cum aliis sex complicibus suis, stando sub lo patu segon cum dictis Anglicis facto, et sibi loquenti unam equam pililhiart depraedatus fuit, quae valebat communi extimatione viginti quinque florenos auri, et plus depraedatus, fuit sibi tam in denariis, quam in vestimentis sui corporis, usque ad valorem unius floreni. Item dixit quod dictus Johannes Planhart de praedatus fuit in denariis de sex decim florenis auri minus unum quartum florenum, quod in dictis nundinis fecerat a quodam bove vendito, et dictus Guillelmus Baduelli fuit de praedatus in denariis usque ad valorem unius franchi ; plura non deposuit ».

20 ADTG, A 169, cahier 2, fo 8ro : « Item plus per lo despes de sercar las provicios de mossenhor e far portar a Rodes ».

21 ADA, C 1337, fo 14vo : « Item plus paguiey en defaut d’uous que no s’en troba uno per XL arenx e C enguilos ».

22 ADA, C 1337, fo 30ro : « Item lo jorn de la Magalena compriey a Rodes 1 quintal de carn salada car la provesio era gastada per las gens de mossenhor ».

23 Ferrand, à paraître.

24 ADA, C 1337, fo 32. Petrowiste, 2012, pp. 121 à 135.

25 ADA, C 1337, fo 32 : « de favas II cestiers, que foron compradas a la peyra de Rodes ».

26 ADA, C 1337, fo 32 : « en la fieyra de Boazo ».

27 ADTG, A 169, cahier 2, fo 15.

28 ADA, C 1350, fo 36vo.

29 ADA, C 1440, fos 39-48.

30 Baillaud, Verlaguet, Coutumes et privilèges du Rouergue, t. II, pp. 26-36 : transaction du 10 août 1404, § 1. Le mas Bisbal est aujourd’hui le Vibal, canton de Pont-de-Salars.

31 Affre, 1995, s. v. « composition », p. 111. Il ne donne pas de référence précise pour la citation et renvoie au fonds de l’évêché de Rodez conservé aux Archives départementales de l’Aveyron.

32 ADA, C 1354, Montagnes, exercice 1385-1386, fo 11.

33 ADA, C 1335, 1379-1380, fo 54.

34 ADA, C 1335, 1380-1381, fo 95v.

35 ADA, 2 E 67-22, 1393, fo 2.

36 Devic, Vaissete, Histoire générale de Languedoc, t. X, n° 580, col. 1453-1454.

37 Ibid., no 674, col. 1687 et 1688.

38 BnF, Fonds Doat, 202, fos 245-245vo.

39 BnF, Fonds Doat, 146, fos 105-105vo.

Autor

Enseignant contractuel, Université de Pau et des Pays de l’Adour (Framespa, Terrae)

© Casa de Velázquez, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540