Faire son marché au Moyen Âge

 | 
Judicaël Petrowiste
, 
Mario Lafuente Gómez

Introduction

Consommateurs et marchés locaux à la fin du Moyen Âge : un état de la question

Judicaël Petrowiste

Texte intégral

  • 1 Archives nationales (France), JJ 199, no 154, fo 93 vo.
  • 2 Gauvard, 1991, pp. 66-67 et 400-410.

1C’est une bien touchante situation que décrit la lettre de rémission que Raoulet Janvier obtint en mars 1463 du roi Louis XI. Infirme et en proie à la plus extrême pauvreté après plusieurs déconvenues dans ses affaires, cet habitant de La Rochelle se vit réduit à voler de la nourriture sur les étaux de la poissonnerie, du marché à la volaille et du poids public de la ville afin d’assurer la subsistance de sa famille1. Au-delà des effets de pathos propres à ce genre de documents2, le récit rend compte de la dépendance étroite d’une partie des citadins de la fin du Moyen Âge à l’égard des infrastructures commerciales pour ce qui relevait de leur ravitaillement quotidien. Avec les conséquences dramatiques qu’entraînait, pour les plus modestes, l’exclusion du marché des denrées du fait d’insuffisantes disponibilités financières. La triste histoire de Raoulet Janvier, et de tous ceux qui se trouvaient à l’époque placés dans des situations comparables, ne peut à cet égard qu’attirer l’attention du médiéviste. Elle s’inscrit en effet au croisement de deux domaines de recherche majeurs de ces dernières décennies, s’attachant d’une part à l’analyse des pratiques de consommation des sociétés médiévales, et d’autre part à l’étude de la place des marchés locaux dans le quotidien de ces dernières.

Économie de consommation et économie des marchés à la fin du Moyen Âge

  • 3 Thirsk, 1978 ; Braudel, 1979 ; Mac Kendrick et alii, 1982. Sur les prolongements donnés à ces réfl (...)
  • 4 Voir notamment AA.VV., 1971 ; Piponnier, 1974 ; AA.VV., 1988 ; AA.VV., 1995 ; Cavaciocchi, 1997.
  • 5 Braudel, 1961, p. 549.
  • 6 Stouff, 1970 ; De la Roncière, 1982.
  • 7 Montanari, 1988 ; Laurioux, 1997. Soulignons l’importance de colloques pionniers dans ce tournant (...)

2C’est dans la foulée de la grande enquête collective « Vie matérielle et comportements biologiques » lancée en 1961 au sein de la revue des Annales sous le patronage de Fernand Braudel, et prolongée en 1975 dans la même publication par un dossier intitulé « Histoire de la consommation », que la question de l’accès des populations à la satisfaction de leurs besoins est devenue un objet d’histoire à part entière. D’importants ouvrages ont contribué à baliser ce champ de recherche en France et au Royaume-Uni entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, en mettant en évidence l’intensification et la diversification des pratiques de consommation au cours de l’époque moderne, qui témoigneraient de l’émergence de véritables « sociétés de consommation » préindustrielles3. Les enquêtes relatives au Moyen Âge ont pour leur part souvent abordé le sujet par la question de l’alimentation, la moins mal éclairée par la documentation écrite de cette période4. Pour mieux répondre à l’appel fondateur de Fernand Braudel, qui exhortait les historiens à reconstituer avec précision les anciens régimes alimentaires5, elles privilégièrent initialement une approche quantitative visant à établir des volumes généraux de consommation des principales denrées, à mesurer l’importance des rations individuelles disponibles au quotidien, et à estimer leurs apports caloriques. En dépit des indéniables acquis de ces recherches, dont rendent compte les remarquables travaux de Louis Stouff sur la Provence ou de Charles de la Roncière sur Florence6, la forte remise en cause de l’histoire quantifiée à partir de la fin des années 1970 favorisa l’adoption de nouvelles grilles de lecture, développées notamment par Massimo Montanari ou Bruno Laurioux, qui insistèrent sur la construction socio-culturelle des pratiques alimentaires7.

  • 8 Dyer, 1989a.
  • 9 Sosson et alii, 1999 ; Furió, Garcia-Oliver, 2008 ; López Ojeda, 2011.
  • 10 La bibliographie s’est faite de plus en plus abondante depuis les années 2000. Voir entre autres : (...)
  • 11 Comme en témoignent deux colloques récents consacrés aux objets du quotidien : L’objet au Moyen Âg (...)
  • 12 Arnoux, 2009, pp. 744-746.
  • 13 On complétera utilement ce rapide tableau historiographique par Dyer, 2005, pp. 126-157, et Furió, (...)

3En soulignant la complexité des critères de décision en matière de consommation, non réductibles aux seuls enjeux économiques, ces analyses complétèrent les réflexions engagées parallèlement sur les niveaux de vie au sein des sociétés médiévales. Si la question figurait déjà au cœur du travail de Charles de la Roncière, c’est à Christopher Dyer qu’il revint de lui donner une ampleur inédite à travers son ouvrage majeur de 19898, dont l’influence s’avéra essentielle sur les historiens continentaux9. Le volume et la qualité des produits alimentaires et des objets consommés au sein d’un foyer, directement corrélés à son pouvoir d’achat, constituent en effet d’excellents indicateurs de son statut socio-économique, et de l’évolution de celui-ci au gré de la conjoncture. De ce point de vue, le grand essor de l’archéologie médiévale au cours des trois dernières décennies a largement contribué à nourrir la réflexion des historiens en fournissant une masse de données nouvelles aussi bien dans le domaine de l’alimentation végétale et carnée10 que dans celui, bien moins connu, de l’équipement domestique11. De l’ensemble de cette production ressort le sentiment d’une « transformation du statut social de la consommation » au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge12, qui s’accompagna d’importantes mutations : élargissement de la gamme des produits disponibles sur les marchés ; accès de couches plus nombreuses de la société à ces derniers ; intérêt pour la mode. Elles annoncent, dans une certaine mesure, les réalités décrites par les historiens modernistes pour des périodes postérieures13.

  • 14 L’excellent panorama historiographique récemment publié par David Igual nous dispense de nous atta (...)
  • 15 Britnell, 1981.
  • 16 Id., 1993 ; Britnell, Campbell, 1995. Pour une présentation détaillée du concept de « commercialis (...)
  • 17 Hatcher, Bailey, 2001, pp. 121-173.
  • 18 Pour une présentation du programme sur « la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale » et d (...)
  • 19 Bourin et alii, 2014a (actes des colloques de Madrid de 2005 et 2007).
  • 20 Voir notamment Petrowiste, inédite ; Sesma Muñoz, Laliena Corbera, 2009 ; Furió, 2010 ; Laliena Co (...)

4La recherche sur le fonctionnement des marchés locaux dans les derniers siècles du Moyen Âge, et sur leur rôle dans l’économie de cette période charnière, ne s’est pas montrée moins active, ni moins fertile en résultats depuis les années 198014. Il revient à Richard Britnell d’avoir le premier signalé l’ampleur du mouvement de « prolifération des marchés » que connut le royaume d’Angleterre à partir du xiiie siècle15. Cette densification continue du maillage commercial, à un rythme soutenu, est le révélateur d’un vaste mouvement d’intensification des pratiques marchandes des populations que les historiens ont pris pour habitude de qualifier de « commercialisation de la société16 ». La prise en compte des répercussions majeures de ces dynamiques sur les activités urbaines et rurales a permis de bâtir à partir de celles-ci un modèle explicatif cohérent, faisant de l’essor des marchés la clé de l’expansion économique anglaise au Moyen Âge17. Il était dès lors tentant d’en vérifier la validité dans d’autres régions d’Occident. L’important programme scientifique regroupant au milieu des années 2000 plusieurs chercheurs français, espagnols et italiens dans le cadre d’une réflexion collective sur « la conjoncture de 1300 »18 joua, à cet égard, un rôle décisif dans l’acclimatation aux régions méditerranéennes des questionnements forgés à partir du cas anglais. Il confirma l’ampleur de la « commercialisation » des sociétés méridionales19, et stimula les recherches sur la question, dont le foisonnement a été spectaculaire au cours de la dernière décennie20.

  • 21 Il serait vain de prétendre en dresser une liste exhaustive. Voir, entre autres, Desplat, 1996 ; M (...)
  • 22 Sur ces caractères des marchés anciens et le concept d’embeddedness, voir Polanyi, 1983.
  • 23 Devroey, 2014. Pour une lecture institutionnaliste des marchés médiévaux, voir Arnoux, 2010.

5De façon plus générale, l’accumulation des travaux depuis les années 1990 rend compte du grand intérêt des médiévistes pour l’histoire des systèmes d’échanges locaux médiévaux, qui ne s’est pas démenti jusqu’à ce jour21. Tous soulignent, à propos des xive-xve siècles, le haut degré d’intégration des sociétés aux dynamiques marchandes, l’ampleur des dispositifs commerciaux destinés à l’accueil des transactions dans les villes et les bourgs, l’importance des volumes de produits écoulés, ou encore la mise en application rigoureuse par les pouvoirs publics de l’imposant appareil réglementaire encadrant les échanges. C’est d’ailleurs sans doute ce dernier aspect qui confère aux marchés médiévaux leur plus grande originalité. Contrairement aux systèmes autorégulés qui se sont progressivement imposés au sein de l’économie mondiale depuis la « grande transformation », le marché apparaît en effet à l’époque pleinement encastré dans les relations sociales22. Il est par conséquent étroitement subordonné aux principes d’économie morale qui sous-tendent les dispositions édictées par les institutions23, et qui consacrent le primat de la demande sur l’offre dans le monde médiéval.

  • 24 Kowaleski, 2006 ; Arnoux, 2007.
  • 25 Menjot, 2008.

6La figure de l’acheteur-consommateur, qui fréquente le marché afin de s’y procurer de quoi pourvoir à ses nécessités et à celles de son foyer, fait donc le lien entre les deux actifs champs de recherche qui viennent d’être rapidement présentés. Elle se place au cœur des mutations des derniers siècles du Moyen Âge, marqués par le développement d’une « économie de la consommation24 » et d’une « économie de marchés25 » qui par bien des aspects constituent deux facettes d’un même phénomène.

Insaisissables acheteurs-consommateurs ?

  • 26 Wolff, 1954.
  • 27 Le premier volume de cette collection porta sur le marchand italien au Moyen Âge (Sapori, 1952).

7La présence de l’acheteur-consommateur s’avère toutefois très discrète dans les travaux qui s’inscrivent dans ces deux riches historiographies. Les enquêtes menées sur les pratiques de consommation s’accordent certes sur la place croissante prise par les marchés dans la satisfaction des besoins des populations de la fin du Moyen Âge en denrées et objets divers. Mais une fois ce constat posé, elles ne prêtent qu’exceptionnellement attention aux conditions de l’acquisition de ces produits auprès des fournisseurs, qui relèvent de cet autre objet d’étude qu’est la sphère de la distribution. La figure de l’acheteur n’apparaît pas beaucoup plus favorisée dans les recherches consacrées aux économies d’échanges locales. À l’instar de Philippe Wolff dans son travail fondateur dédié aux Commerces et marchands de Toulouse26, bien révélateur d’un courant historiographique qui voyait la vie section de l’École pratique des hautes études intituler l’une de ses collections « Affaires et gens d’affaires27 », l’angle de vue privilégié dans ce domaine fut, dès les années 1950, celui des détaillants et des négociants.

8Cette tendance lourde chez les historiens s’est perpétuée dans une large mesure jusqu’à nos jours, par-delà le renouvellement des problématiques induit par la réflexion, à partir des années 1980, sur la commercialisation des sociétés médiévales. Celle-ci s’est en effet construite, on l’a vu, autour de la mise en évidence du grand dynamisme des assemblées commerciales associé à l’intensification des pratiques marchandes des populations. L’intérêt s’est donc porté sur la densification du réseau des centres d’échanges dans l’ensemble de l’Occident, sur l’organisation des activités de redistribution et le foisonnement des intermédiaires au niveau local, ou sur l’ouverture aux marchés d’une paysannerie soucieuse de valoriser commercialement sa production, bien plus que sur les stratégies d’acquisition déployées par les consommateurs dans ce contexte. Le quidam venu s’approvisionner sur un marché ne présente dans bon nombre de travaux qu’une silhouette fugace, occultée dans l’ombre du vendeur auquel il s’adresse, vers lequel se dirigent tous les regards de l’historien. Il se voit même bien souvent réduit à l’état de réalité implicite dans les analyses dédiées aux activités du marchand (si celui-ci vend, c’est donc qu’il dispose d’une clientèle) ou aux infrastructures commerciales (si celles-ci existent, c’est donc qu’elles accueillent des usagers).

  • 28 Voir le livre qui en a résulté : AA.VV., 1985.
  • 29 La bibliographie est très abondante, tout particulièrement en Espagne. Voir notamment Arízaga Bolu (...)
  • 30 Lachaud, 2006.

9Il est à cet égard symptomatique que même dans un domaine de recherche tel que l’approvisionnement des villes, qui pose ouvertement la question des relations entre consommation domestique et marchés, les acheteurs ne soient fréquemment abordés que de cette façon indirecte. Depuis le colloque pionnier qui lui a été consacré en 1983, dans le cadre des Journées de Flaran28, le sujet est généralement traité à travers la reconstitution des réseaux de circulation de marchandises à plus ou moins large échelle, l’étude des systèmes de distribution locaux, ou la description des politiques menées par les autorités locales pour favoriser le ravitaillement de la population et contrôler le bon fonctionnement du marché urbain29. Un dossier au titre aussi évocateur pour notre propos que « Consommer en ville au Moyen Âge », paru en 2006 dans la revue Histoire urbaine30 se consacre en fait pour une bonne part à l’évocation des espaces commerciaux et des acteurs des métiers animant l’économie locale, depuis les bouchers jusqu’aux crieurs de rue. Comme pour les travaux précédemment évoqués, il dessine par conséquent plutôt les contours du dispositif officiel d’approvisionnement mis au service des consommateurs — le versant de l’offre — plus qu’il ne restitue les pratiques effectives d’achats des ménages urbains — le versant de la demande. Il découle de cette focalisation sur le monde de l’étal un sentiment de passivité des populations à l’égard des marchés : elles y seraient ravitaillées en produits indispensables à leur subsistance, en somme, plutôt que de s’y fournir en biens de consommation variés. Une telle approche handicape l’émergence d’une véritable réflexion sur les stratégies d’acquisition développées par les particuliers sur la place marchande, ainsi que sur les arbitrages auxquels elles pouvaient donner lieu.

  • 31 Pour un panorama européen, voir Cauchies, Bousmar, 2001.
  • 32 Alexandre-Bidon, 2005 ; Dyer, 2005, pp. 139-143 ; Vandeuren-David, 1997 ; Eiroa Rodriguez, 2006 ; (...)
  • 33 Dyer, 1997 ; Welch, 2005, pp. 220-243 ; Le livre de raison de Paul de Sade, pp. 51-56.
  • 34 Dyer, 1989b ; Welch, 2005, pp. 245-273 ; Morel, 2015.
  • 35 Voir par exemple les informations que fournissent, pour Avignon, les comptes de l’institution de l (...)

10Il ne s’agit évidemment pas ici de remettre en cause la qualité et l’intérêt de travaux qui, depuis plusieurs décennies, ont profondément renouvelé la compréhension du fonctionnement des économies d’échanges locales, et qui s’avèrent tributaires de sources extrêmement déséquilibrées quant aux renseignements qu’elles fournissent respectivement sur le marchand et sur l’acheteur-consommateur. Une part importante de la documentation relative à l’approvisionnement urbain émane en effet des imposants corpus normatifs produits par les autorités municipales un peu partout dans l’Occident de la fin du Moyen Âge31, dont la vocation essentielle est d’encadrer l’activité des métiers relevant des secteurs de la production et de la distribution, et de réglementer les pratiques de vente. Les registres notariés et les comptabilités commerciales, si abondants dans l’Europe méditerranéenne des xive-xve siècles, orientent de même irrésistiblement le regard de l’historien vers le marchand, sa boutique, ou son étal. L’acheteur-consommateur bénéficie en comparaison d’un éclairage documentaire bien moindre. Si les fouilles archéologiques ou les séries d’inventaires après décès livrent des indications précieuses sur les objets et les produits alimentaires contenus dans les maisons32, qui témoignent de l’accès régulier de leurs occupants aux marchés, leur interprétation s’avère souvent délicate en ce qui concerne les modalités concrètes d’acquisition des biens (qui achète, quand, où, de quelle façon, quelle est la part de voies d’obtention autres que strictement marchandes…), voire la destination de ces derniers. Les comptabilités domestiques fournissent à cet égard des informations plus précises33. Mais ces documents demeurent encore peu nombreux pour la période évoquée ici, en dehors des riches matériaux fournis par les hôtels princiers34 ou les institutions charitables (collèges et hôpitaux)35.

  • 36 Stouff, 1970 ; De la Roncière, 1982.
  • 37 Castro Martínez, 2004 ; Faugeron, 2014.
  • 38 On se référera, par exemple, aux importants résultats que l’exploitation des archives notariées ca (...)

11Saisir l’acheteur-consommateur sur le marché suppose donc une laborieuse et difficile enquête, aux résultats souvent incertains. Elle implique d’abord de redonner au client fréquentant l’étal d’un détaillant un rôle d’acteur à part entière, maître de ses stratégies d’approvisionnement, au rebours de la situation d’allant-de-soi, pour ne pas dire d’impensé, à laquelle il est souvent cantonné. Il apparaît nécessaire, de ce point de vue, d’associer l’analyse des systèmes de ravitaillement urbains et celle des cultures et des régimes de consommation des populations locales. Ce croisement entre offre et demande de produits, d’un point de vue à la fois qualitatif et quantitatif, peut contribuer à donner une idée plus précise du rôle des marchés dans les pratiques d’approvisionnement des ménages. Un tel projet guidait déjà en partie les travaux de Louis Stouff sur l’approvisionnement alimentaire en Provence aux xive-xve siècles ou de Charles de la Roncière sur les niveaux de vie à Florence au xive siècle36. On le retrouve sous-jacent, à des degrés divers, à certaines enquêtes récentes37. La relecture des sources traditionnelles de l’histoire des économies d’échange médiévales, en privilégiant cette fois le point de vue des acheteurs, peut également fournir de nombreux éléments sur les procédés déployés par les consommateurs pour acquérir le nécessaire à leur subsistance. C’est notamment le cas des sources notariées et des comptabilités commerciales qui, au-delà d’informer sur les affaires des détaillants, renseignent également le statut socio-économique des acquéreurs, leurs choix de consommation ou leur degré d’intégration à l’économie marchande38.

  • 39 Aymard, 1983.
  • 40 Dyer, 1995.
  • 41 Id., 1989b.
  • 42 Welch, 2005. Voir aussi Fontaine, 2008, notamment pp. 255-258 et 277-298.

12Certains auteurs peuvent en outre servir d’utiles guides à l’entreprise. En 1983 déjà, Maurice Aymard invitait les historiens à considérer la place fondamentale des marchés locaux dans l’obtention par les populations paysannes d’Ancien Régime des moyens de leur subsistance, en dépit même de la force des idéaux d’autosuffisance au sein de la société39. Le questionnement fut repris une dizaine d’années plus tard par Christopher Dyer et appliqué aux communautés villageoises de l’Angleterre médiévale. La richesse de la documentation manoriale y révèle également la fréquence avec laquelle une part non négligeable de la paysannerie recourait aux détaillants des villages et des petites villes marchandes pour se procurer de quoi compléter son alimentation, mais aussi une grande variété d’objets manufacturés40. Selon ce même auteur, qui avait précédemment consacré un important article aux pratiques d’achat des consommateurs anglais sur les marchés, celles-ci variaient, de fait, en fonction des statuts économiques et sociaux des individus. Les membres du groupe aristocratique étaient susceptibles de déployer des stratégies d’approvisionnement sur des espaces étendus, soutenues par des moyens financiers considérables, mais ils n’en agissaient pas moins en « prudent consumers », pour reprendre l’expression de Dyer, arbitrant au mieux leurs intérêts en fonction de la qualité et de la variété de l’offre dans les différentes places marchandes, du niveau des prix pratiqués, mais aussi des surcoûts induits par le transport. Les acteurs moins prestigieux recouraient à des approvisionnements plus locaux, tout en témoignant d’un grand opportunisme, en fonction notamment de la capacité d’intervenir en plus ou moins grande position de force sur tel ou tel marché, à l’image des seigneurs privilégiant le recours aux assemblées de leurs domaines, dans lesquels ils bénéficiaient parfois de privilèges spécifiques (droit de préemption à des prix limités), et où leur notabilité jouait à plein pour obtenir des conditions de crédit avantageuses41. En vertu du concept d’embeddedness avancé par Karl Polanyi à propos des économies anciennes, dont il faut reconnaître la puissance heuristique, la transaction acte en effet un rapport social tout autant qu’elle scelle une opération économique. En plaçant au cœur de son propos les pratiques d’achat développées par les consommateurs dans l’Italie de la Renaissance, Evelyn Welch a pu souligner à cet égard, il y a une décennie, toute l’importance de la réputation, du crédit personnel et de la confiance dans l’échange42. Elle a ainsi confirmé la fertilité d’une inversion du point de vue privilégié habituellement par les historiens du commerce local, en les invitant à passer de l’autre côté de l’étal.

Jalons pour une enquête

  • 43 Ce colloque a bénéficié du soutien décisif du Proyecto de Investigación I+D+i HAR2012-32931 « Econ (...)
  • 44 Grenier, 1995, p. 371.
  • 45 Nous renvoyons de façon globale aux références signalées en bibliographie de cet article pour de p (...)

13Ce sont ces constats qui ont motivé la réunion à la Casa de Velázquez, les 12 et 13 mars 2015, d’un colloque composé de chercheurs français, espagnols et italiens, spécifiquement dédié au problème des rapports entre consommateurs et marchés locaux à la fin du Moyen Âge43. Il s’agissait de répondre, pour cette période, à l’appel de Jean-Yves Grenier à « une réflexion croisée portant sur la nature de la demande, l’organisation des échanges et le comportement des acheteurs44 ». L’espace choisi, associant l’Italie du nord, la France méridionale et la péninsule ibérique, se justifiait par les nombreuses proximités constatées dans les dynamiques économiques et sociales propres à la Méditerranée occidentale entre la fin du xiiie et la fin du xve siècle : densité du réseau urbain et du semis des places marchandes ; dynamisme des circuits d’échanges à courte, moyenne et longue distance ; diversification de l’offre de produits disponible localement ; accroissement du pouvoir d’achat des salariés ; présence d’une paysannerie bien intégrée aux marchés ; développement de cultures de consommation valorisant, au sein des milieux de l’élite, les nouveautés et les produits coûteux, et constituant un modèle attractif pour le reste de la population45. Ces pays représentaient par conséquent un milieu propice pour s’essayer à replacer la figure de l’acheteur-consommateur au cœur de l’analyse sur les économies d’échange de la fin du Moyen Âge. Trois axes ont structuré au cours de ces journées la réflexion collective, que l’on trouvera développés dans les contributions figurant dans ce volume. Ces dernières livrent un certain nombre de jalons et de pistes de recherche que nous nous proposons de présenter dans les pages qui suivent.

  • 46 Cet aspect a récemment fait l’objet d’une importante publication : Genet, Mineo, 2014. Voir aussi (...)
  • 47 Sur cet aspect, on croisera avec profit la contribution de Maria Giuseppina Muzzarelli avec l’appr (...)
  • 48 Sur le goût pour le luxe de l’élite méditerranéenne, voir plus généralement Brouquet, García Marsi (...)

14Le premier axe s’intéresse à l’épanouissement des cultures de consommation des populations de Méditerranée occidentale entre la fin du xiiie et le début du xvie siècle, et à ses effets sur le dynamisme contemporain des marchés. Le recours à une documentation variée (registres des monts-de-piété de l’Italie centrale ; livres de comptes de marchands ; inventaires de boutiques urbaines ; reconnaissances de dette passées devant notaire ; registres de douane…) confirme la vitalité de la civilisation matérielle de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Elle se caractérise par la grande diversité des objets en circulation en ville comme à la campagne, dont rendent compte les rayonnages des boutiques comme l’achalandage des foires. Ces produits constituent les supports des pratiques de consommation différenciées des divers groupes sociaux. Les contributeurs à cet ouvrage rappellent en effet que les choix en la matière ne relèvent pas exclusivement de nécessités économiques. Le régime alimentaire, le vêtement, la parure et, plus généralement, la demeure et son contenu disent, par leur plus ou moins grand raffinement, la qualité et le rang social de leur propriétaire46. Les menus objets laissés en dépôt dans les monts-de-piété des villes italiennes, qui révèlent de façon indirecte la médiocrité du niveau de vie des plus modestes (Maria Giuseppina Muzzarelli)47, tranchent de ce point de vue radicalement avec le luxe effréné qui s’empare au xve siècle des élites urbaines toscanes (Angela Orlandi)48.

  • 49 Sur le problème de la mobilité sociale au xive siècle, voir le récent Carocci, 2010. Sur l’émulati (...)
  • 50 Le commerce des objets d’occasion a fait l’objet d’importants travaux récents : García Marsilla, 2 (...)
  • 51 Voir notamment, parmi une bibliographie très abondante, Bulst, 1993 ; González Arce, 1998 ; Killer (...)

15L’enquête montre à cet égard toute la fertilité d’une approche de la question des cultures de consommation par le versant de la demande plutôt que par celui de l’offre. Elle témoigne de la diffusion des modèles de consommation de l’élite urbaine et aristocratique vers les couches sociales inférieures, dans un contexte de mobilité sociale49 facilitée par une conjoncture économique favorable aux salariés et à leur pouvoir d’achat. Ce phénomène contribue à expliquer l’importance prise par la consommation des viandes dans les pays méditerranéens de la fin du Moyen Âge, et plus particulièrement de celles d’entre elles considérées les plus nobles (mouton, veau, bœuf, porc). Il soutenait également l’augmentation de la demande des populations pour les vêtements et les étoffes de prix, ainsi que pour les objets traditionnellement associés à l’élite, tels que les armes en Aragon (Mario Lafuente Gómez). La capacité des marchés à répondre à cette demande grâce à une diversification de l’offre et à la vente de produits d’occasion50 fut l’un des meilleurs soutiens à l’élargissement de la base sociale des consommateurs de marchandises onéreuses. En concourant au brouillage de la lisibilité des hiérarchies sociales sur l’espace public, mais aussi au lancement d’une course à la montée en gamme particulièrement sensible dans les villes, ce mouvement est un des facteurs de la multiplication contemporaine des législations somptuaires en Europe51.

  • 52 Ce caractère extrêmement hétéroclite de l’offre de marchandises proposée dans les boutiques est un (...)
  • 53 Coquery, 2011.

16Le second volet de cette enquête propose de se pencher sur l’accès des populations aux marchés locaux dans le but de se procurer le nécessaire comme le superflu. Les travaux qui suivent montrent à quel point cette « économie de consommation » qui se développa dans les pays de la Méditerranée occidentale de la fin du Moyen Âge put s’appuyer sur un maillage très dense de places d’échanges, qui permettait aux populations de s’approvisionner dans de bonnes conditions, sans avoir à entreprendre de longs trajets. Ce réseau apparaît en même temps hiérarchisé. À l’image de Saragosse (Concepción Villanueva Morte), les grandes villes font figure de gros marchés permanents où des boutiques nombreuses proposent une large gamme de produits en provenance de toute l’Europe. Si elles présentent souvent l’aspect de bric-à-brac où l’on peut trouver à peu près tout, des produits alimentaires jusqu’aux étoffes et objets précieux52, un processus de spécialisation paraît déjà engagé dans la seconde moitié du xve siècle, qui préfigure des réalités bien connues pour l’époque moderne53.

  • 54 Sur les colporteurs, l’ouvrage de référence demeure Fontaine, 1993.

17Les bourgades moins importantes offrent sans doute un choix plus étriqué de produits, disponibles sur leurs marchés hebdomadaires, que viennent compléter les marchandises des colporteurs de passage54. Elles bénéficient cependant régulièrement d’un élargissement de leurs horizons commerciaux grâce à la tenue de foires. C’est évidemment le cas pour les grandes assemblées de Castille telles que Medina del Campo qui, au-delà de leur rôle d’instruments du commerce international, sont également l’occasion pour les populations paysannes des environs de venir s’approvisionner (Hilario Casado Alonso). Il en va de même pour les foires d’envergure plus locale, comme celle d’Alcañiz en Aragon, où les consommateurs ont accès à une gamme élargie de marchandises, qui tranche avec l’offre dont ils bénéficient habituellement (Carlos Laliena Corbera). Les ruraux y acquièrent de petites quantités de pièces textiles, souvent de qualité inférieure, afin de les employer à leur habillement. Ces foires peuvent aussi permettre l’acquisition d’objets plus élaborés, qui une fois dans le foyer constitueront le « luxe du paysan », pour reprendre la belle expression de Paolo Malanima citée par Carlos Laliena. Certains achats apparaissent certes plus anecdotiques, comme ces deux cent cinquante pommes et ces deux lapins dont sont chargés deux particuliers de retour de la foire d’Alcañiz, dont le douanier enregistre le passage en décembre 1446.

  • 55 Petrowiste, 2004a, pp. 279-366. Sur les spectacles de foire, mieux documentés pour l’époque modern (...)
  • 56 Rossiaud, 2010, pp. 100-106. Sur le lien entre prostitution et marchés en Midi toulousain, voir au (...)

18Ces rassemblements sont en effet aussi des lieux de sociabilité, où l’on se rend pour se distraire autant que pour s’approvisionner55 : dés et cartes à jouer abondent par exemple sur les étaux d’Alcañiz. En ce sens, le foirail représente un espace de consommation par excellence. Consommation de vin ou de plats préparés dans les nombreuses tavernes qui s’y ouvrent pour l’occasion, comme dans le cas d’Artigat évoqué par Guilhem Ferrand. Mais aussi consommation de plaisirs charnels, car la foire et le marché constituent à l’époque des hauts lieux de la prostitution : à Castres, au milieu du xive siècle, c’est uniquement en ces occasions que les femnas venals sont autorisées à entrer en ville56.

  • 57 La question des crises alimentaires, qui intéresse directement le rapport entre consommateurs et m (...)

19Dans ce monde médiéval caractérisé par une économie de la demande, il convient également de souligner la diversification de l’offre commerciale qui permet de répondre au large éventail des consommateurs, dotés de statuts socio-économiques très différenciés. Sur les grandes foires de Castille, les produits textiles se répartissent en une large palette de qualités et de couleurs, adaptée à toutes les bourses. Dans le domaine alimentaire, la segmentation commerciale évitait aux plus modestes l’exclusion du marché par suite de leur pouvoir d’achat limité, en leur permettant de conserver la maîtrise de leur ravitaillement. L’enjeu n’était pas mince pour les travailleurs pauvres qui dépendaient de leur salaire quotidien pour s’approvisionner auprès des détaillants parfois au jour le jour, faute de disposer des ressources suffisantes pour constituer des réserves de nourriture. Ils étaient les premières victimes des crises alimentaires qui sévissaient périodiquement dans la ville de la fin du Moyen Âge57. À Venise, le marché des pains, des viandes et des vins propose de multiples gammes, destinées à satisfaire la pluralité des consommateurs. Il y existe même un commerce des restes de repas des catégories les plus favorisées, revendus aux plus pauvres qui peuvent ainsi, à des prix modiques, accéder à des mets qui leur sont normalement exclus du fait de leurs faibles moyens (Fabien Faugeron). Cette segmentation s’observe également en Languedoc, où le commerce des viandes est éclaté en trois marchés distincts : celui des viandes nobles, installé dans les mazels publics ; celui des viandes de second choix (brebis, chèvre, bouc), réservé à la bocaria ; et celui des chairs malsaines et avariées, destiné aux plus modestes.

20Ces dispositifs commerciaux ne mettaient pas pour autant les consommateurs à l’abri des pénuries qui sévissaient régulièrement sur les marchés locaux. Si les risques sont accrus en temps de guerre, comme le montrent les difficultés que rencontrent parfois les officiers du comte d’Armagnac à pourvoir la table de son château de Gages en Rouergue (Guilhem Ferrand), le problème paraît assez structurel. À Venise, comme dans les bourgs du Languedoc ou de Provence, le consommateur est souvent contraint de se rabattre sur d’autres produits que ceux qu’il est venu acquérir. Ce problème tient à la faible élasticité de l’offre sur les marchés médiévaux, aggravée par les fluctuations saisonnières des disponibilités en produits agricoles et les comportements spéculatifs, d’autant plus redoutables dans les gros foyers de consommation urbains où les tensions sur l’approvisionnement sont maximales.

  • 58 Fontaine, 2008, pp. 255-258.
  • 59 Welch, 2005, p. 214.

21Le troisième et dernier axe développé porte enfin sur les pratiques d’achat des consommateurs sur les marchés, et sur les dispositifs de régulation déployés par les pouvoirs publics pour protéger ces dernières. Ces pratiques apparaissent évidemment très variables d’une catégorie sociale à l’autre. Entre les membres de l’élite aristocratique et urbaine, comme le comte d’Armagnac ou certains notables de Toulouse, qui font acheter leurs denrées par des officiers, des serviteurs ou des intermédiaires, et ces pauvres honteux qui à Venise attendent le crépuscule pour venir se fournir discrètement en denrées à prix réduit, s’observent une multitude de situations. Un aspect commun à l’ensemble des acheteurs-consommateurs est l’enjeu fondamental que représente l’accès à une bonne information sur le marché local58. Être au fait de la fiabilité des vendeurs locaux, du volume des produits disponibles en temps normal et de la qualité de ceux-ci constitue en effet la clé d’un achat éclairé. Ces connaissances s’acquièrent généralement par l’expérience, ce qui favorise les clients autochtones, parfaitement renseignés sur le milieu économique local, par rapport aux étrangers. C’est la raison pour laquelle, lorsque Francesco di Marco Datini envoie un facteur acquérir de la viande de veau à Florence, il lui recommande de s’adresser au détaillant dont l’étal attire le plus de monde59.

  • 60 Fontaine, 2008, pp. 277-298 ; Gauvard, 1993.
  • 61 Sur le marchandage dans le commerce médiéval, voir Collingwood, 1996 ; Stabel, 2007.
  • 62 Muldrew, 1998 ; Welch, 2005, pp. 90-92.

22Mais l’information s’obtient également par l’exploitation des cinq sens de l’acheteur : la discussion avec le marchand, l’examen visuel et olfactif du produit mis en vente, la manipulation de celui-ci, voire la possibilité de le goûter, lorsqu’il s’agit de vin par exemple, sont des préalables indispensables pour qui souhaite s’éviter des déconvenues. La réputation de l’acheteur peut également s’avérer précieuse60. Dans l’exemple précédemment évoqué, Datini recommandait aussi à son agent d’insister auprès du marchand sur le fait que la viande était destinée à un « gentile uomo di Prato », et qu’il devait par conséquent lui fournir un morceau de premier choix. Cette réputation de l’acheteur facilitait également l’inévitable marchandage du prix61, voire l’obtention de conditions de crédit satisfaisantes62.

  • 63 Sur cette vitalité du commerce informel dans l’Europe de la fin du Moyen Âge et de l’époque modern (...)
  • 64 Outre l’article que nous proposons dans le présent volume, voir Petrowiste, 2015.

23Pour comprendre dans toute leur complexité les stratégies d’acquisition déployées par les consommateurs médiévaux, il importe en outre de tenir compte du fait que les infrastructures commerciales officielles ne constituaient pas l’unique voie d’approvisionnement possible. En plus des multiples moyens non marchands d’obtention d’un produit, qui n’entrent pas dans notre propos, les acheteurs disposaient de la possibilité de procéder de façon parallèle au marché public du neuf ou de l’occasion, en recourant à des solutions plus informelles évoquées par plusieurs contributeurs à ce volume, comme l’achat auprès de voisins, le marché noir (Venise), ou l’acquisition de produits volés, en profitant des multiples possibilités offertes par le contexte de la guerre de Cent ans63. Le consommateur pouvait parfois espérer disposer sur ces marchés alternatifs de prix plus modiques. Mais il se privait alors également de la protection du dispositif réglementaire qui encadrait les transactions réalisées sur les infrastructures publiques d’échanges. Les cas de Toulouse (Clémentine Stunault) et de Gérone (Sandrine Victor) témoignent de l’ampleur des corpus statutaires auxquels donna lieu ce souci des autorités de contrôler de très près le marché local, au nom de l’intérêt public. Les riches archives de Saint-Jean-d’Angély montrent, quant à elles, que le respect de ces prescriptions faisait l’objet d’une surveillance rigoureuse de la part des officiers municipaux, donnant lieu à des sanctions régulières contre les marchands pris en faute64.

  • 65 Pirenne, 1922. La question des réglementations pesant sur les marchés médiévaux a récemment fait l (...)
  • 66 La notion de coûts de transaction est au cœur des analyses d’Epstein, 2000. Voir également sur cet (...)
  • 67 Sur cette question, voir Arnoux, 2012, pp. 272-275.

24Ce souci prononcé des villes de la fin du Moyen Âge de protéger le consommateur, souligné de longue date par Henri Pirenne65, méritait là encore d’être considéré du point de vue de l’acheteur. Les principales dispositions auxquelles il conduisait aboutissaient en effet à réduire l’incertitude et les coûts de transaction sur les marchés publics, pour le plus grand bénéfice du consommateur (Judicaël Petrowiste)66. L’attention permanente des autorités à l’égard de l’approvisionnement régulier des étaux, leurs efforts pour concentrer en un même lieu l’ensemble des détaillants et leur politique de maîtrise des prix des denrées de première nécessité contribuaient d’abord à réduire les coûts de recherche des produits, ainsi que les coûts d’information sur l’offre disponible localement (volumes, tarifs). Leurs contrôles méticuleux sur la qualité des marchandises mises en vente et leur lutte vigilante contre les innombrables possibilités de fraudes limitaient le risque de la transaction et permettaient d’instaurer ce climat de confiance si nécessaire aux échanges. Le recours au marché public offrait en outre la garantie, pour le consommateur floué, de pouvoir se tourner vers une justice prompte et efficace pour obtenir réparation67. En ce sens, l’« obsession réglementaire » des autorités urbaines médiévales, si souvent fustigée par les économistes de l’école classique et, dans leur foulée, par les historiens du xixe siècle, faisait des marchés publics des instruments économiques d’une grande efficience pour les stratégies d’approvisionnement des populations.

Notes

1 Archives nationales (France), JJ 199, no 154, fo 93 vo.

2 Gauvard, 1991, pp. 66-67 et 400-410.

3 Thirsk, 1978 ; Braudel, 1979 ; Mac Kendrick et alii, 1982. Sur les prolongements donnés à ces réflexions, voir notamment Brewer, Porter, 1993 ; Roche, 1997 ; De Vries, 2008.

4 Voir notamment AA.VV., 1971 ; Piponnier, 1974 ; AA.VV., 1988 ; AA.VV., 1995 ; Cavaciocchi, 1997.

5 Braudel, 1961, p. 549.

6 Stouff, 1970 ; De la Roncière, 1982.

7 Montanari, 1988 ; Laurioux, 1997. Soulignons l’importance de colloques pionniers dans ce tournant historiographique (Margolin, Sauzet, 1982 ; AA.VV., 1984). Ces approches ont connu un grand succès au cours des deux dernières décennies (voir par exemple Labère, 2010).

8 Dyer, 1989a.

9 Sosson et alii, 1999 ; Furió, Garcia-Oliver, 2008 ; López Ojeda, 2011.

10 La bibliographie s’est faite de plus en plus abondante depuis les années 2000. Voir entre autres : Ruas, 2002 ; Clavel, 2001 ; ou Ravoire, Dietrich, 2009.

11 Comme en témoignent deux colloques récents consacrés aux objets du quotidien : L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne : fabrique, échanger, consommer et recycler, XIe Congrès de la Société d’archéologie médiévale, moderne et contemporaine, Bayeux, 28-30 mai 2015 ; La culture matérielle, un objet en question. Anthropologie, archéologie, histoire, colloque de Caen, 9-10 octobre 2015.

12 Arnoux, 2009, pp. 744-746.

13 On complétera utilement ce rapide tableau historiographique par Dyer, 2005, pp. 126-157, et Furió, 2011.

14 L’excellent panorama historiographique récemment publié par David Igual nous dispense de nous attarder longuement sur la question. Nous renvoyons à ce travail pour de plus amples développements (Igual Luis, 2012).

15 Britnell, 1981.

16 Id., 1993 ; Britnell, Campbell, 1995. Pour une présentation détaillée du concept de « commercialisation de la société » et sa mise en perspective dans l’historiographie des campagnes européennes, voir Bourin et alii, 2014b, notamment pp. 46-65.

17 Hatcher, Bailey, 2001, pp. 121-173.

18 Pour une présentation du programme sur « la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale » et de ses principaux résultats, on se reportera à Bourin et alii, 2011.

19 Bourin et alii, 2014a (actes des colloques de Madrid de 2005 et 2007).

20 Voir notamment Petrowiste, inédite ; Sesma Muñoz, Laliena Corbera, 2009 ; Furió, 2010 ; Laliena Corbera, Lafuente Gómez, 2012.

21 Il serait vain de prétendre en dresser une liste exhaustive. Voir, entre autres, Desplat, 1996 ; Masschaele, 1997 ; Cavaciocchi, 2001 ; Petrowiste, 2004a ; Theiller, 2004 ; Blondé et alii, 2006 ; Theiller, 2009 ; Chalmeta, 2010 ; Howell, 2010 ; Dijkman, 2011 ; Arnoux, 2012, pp. 257-290 ; Sabaté, 2014 ; Nigro, 2015…

22 Sur ces caractères des marchés anciens et le concept d’embeddedness, voir Polanyi, 1983.

23 Devroey, 2014. Pour une lecture institutionnaliste des marchés médiévaux, voir Arnoux, 2010.

24 Kowaleski, 2006 ; Arnoux, 2007.

25 Menjot, 2008.

26 Wolff, 1954.

27 Le premier volume de cette collection porta sur le marchand italien au Moyen Âge (Sapori, 1952).

28 Voir le livre qui en a résulté : AA.VV., 1985.

29 La bibliographie est très abondante, tout particulièrement en Espagne. Voir notamment Arízaga Bolumburu, 1985 ; Desportes, 1987 ; Curto i Homedes, 1988 ; Bonachía Hernando, 1992 ; Puñal Fernández, 1992 ; Campbell et alii, 1993 ; Yante, 1997 ; Barrio Barrio 1998 ; Mutgé Vives, 2001 ; Izquierdo Benito, 2002 ; Riera i Melis, 2007 ; Arízaga Bolumburu, Solórzano Telechea, 2009 ; Magni, 2015…

30 Lachaud, 2006.

31 Pour un panorama européen, voir Cauchies, Bousmar, 2001.

32 Alexandre-Bidon, 2005 ; Dyer, 2005, pp. 139-143 ; Vandeuren-David, 1997 ; Eiroa Rodriguez, 2006 ; Briggs, 2008 ; Dyer, 2008 ; Cohn, 2012 ; Thuaudet, 2015.

33 Dyer, 1997 ; Welch, 2005, pp. 220-243 ; Le livre de raison de Paul de Sade, pp. 51-56.

34 Dyer, 1989b ; Welch, 2005, pp. 245-273 ; Morel, 2015.

35 Voir par exemple les informations que fournissent, pour Avignon, les comptes de l’institution de la pignotte, organe de la charité pontificale à l’égard des pauvres de la ville (Le Blévec, 2000, pp. 502-544).

36 Stouff, 1970 ; De la Roncière, 1982.

37 Castro Martínez, 2004 ; Faugeron, 2014.

38 On se référera, par exemple, aux importants résultats que l’exploitation des archives notariées catalanes a permis de livrer sur la question de la consommation des draps au début du xive siècle (To Figueras, 2014).

39 Aymard, 1983.

40 Dyer, 1995.

41 Id., 1989b.

42 Welch, 2005. Voir aussi Fontaine, 2008, notamment pp. 255-258 et 277-298.

43 Ce colloque a bénéficié du soutien décisif du Proyecto de Investigación I+D+i HAR2012-32931 « Economía del conocimiento, consumo y cambio institucional en el desarrollo de una economía bajomedieval: Aragón (1350-1500) » du Ministerio de Economía y Competitividad espagnol, complété par des aides des laboratoires ICT (EA 337) et FRAMESPA (UMR 5136). Nous tenons à remercier très chaleureusement Carlos Laliena (Universidad de Zaragoza) pour son appui au projet, depuis son lancement jusqu’à l’achèvement de cet ouvrage qui en présente les actes. Ces remerciements s’adressent également à Mario Lafuente Gómez (Universidad de Zaragoza), qui a codirigé le colloque de mars 2015 et a assumé ensuite l’essentiel de l’ingrat travail de mise aux normes des contributions écrites.

44 Grenier, 1995, p. 371.

45 Nous renvoyons de façon globale aux références signalées en bibliographie de cet article pour de plus amples développements sur ces différents problèmes.

46 Cet aspect a récemment fait l’objet d’une importante publication : Genet, Mineo, 2014. Voir aussi Sesma Muñoz, 2011.

47 Sur cet aspect, on croisera avec profit la contribution de Maria Giuseppina Muzzarelli avec l’approche présentée, pour l’époque moderne, par Ferrières, 2004.

48 Sur le goût pour le luxe de l’élite méditerranéenne, voir plus généralement Brouquet, García Marsilla, 2015.

49 Sur le problème de la mobilité sociale au xive siècle, voir le récent Carocci, 2010. Sur l’émulation dans les pratiques de consommation, Grenier, 1995, pp. 376-378 ; Dyer, 2005, pp. 132-139.

50 Le commerce des objets d’occasion a fait l’objet d’importants travaux récents : García Marsilla, 2013 ; García Marsilla et alii, 2015 ; Meneghin, 2015.

51 Voir notamment, parmi une bibliographie très abondante, Bulst, 1993 ; González Arce, 1998 ; Killerby, 2002 ; Muzzarelli, Campanini, 2003 ; García Marsilla, 2015 ; Taddei, 2016.

52 Ce caractère extrêmement hétéroclite de l’offre de marchandises proposée dans les boutiques est un phénomène classique du commerce médiéval. Il se retrouve, par exemple, dans celle que tient Barthélémy Bonis à Montauban au milieu du xive siècle (Les livres de comptes des frères Bonis).

53 Coquery, 2011.

54 Sur les colporteurs, l’ouvrage de référence demeure Fontaine, 1993.

55 Petrowiste, 2004a, pp. 279-366. Sur les spectacles de foire, mieux documentés pour l’époque moderne : Campardon, 1877 ; Gandilhon, 1980.

56 Rossiaud, 2010, pp. 100-106. Sur le lien entre prostitution et marchés en Midi toulousain, voir aussi Petrowiste, inédite, pp. 578, 607 et 609.

57 La question des crises alimentaires, qui intéresse directement le rapport entre consommateurs et marchés, a fait l’objet d’importants travaux au cours des dernières années, qui ont profondément renouvelé l’approche du sujet : Oliva Herrer, Benito i Monclús, 2007 ; Bourin et alii, 2011 ; Benito i Monclús, 2013 ; Benito i Monclús, Riera i Melis, 2014.

58 Fontaine, 2008, pp. 255-258.

59 Welch, 2005, p. 214.

60 Fontaine, 2008, pp. 277-298 ; Gauvard, 1993.

61 Sur le marchandage dans le commerce médiéval, voir Collingwood, 1996 ; Stabel, 2007.

62 Muldrew, 1998 ; Welch, 2005, pp. 90-92.

63 Sur cette vitalité du commerce informel dans l’Europe de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, voir la première partie de l’ouvrage collectif de Nigro (éd.), 2015. Sur le commerce des objets volés, Toureille, 2013.

64 Outre l’article que nous proposons dans le présent volume, voir Petrowiste, 2015.

65 Pirenne, 1922. La question des réglementations pesant sur les marchés médiévaux a récemment fait l’objet d’une brillante analyse, à partir du cas anglais (Davis, 2012). Voir aussi Welch, 2005, pp. 65-94.

66 La notion de coûts de transaction est au cœur des analyses d’Epstein, 2000. Voir également sur cette question Lafuente Gómez, 2012.

67 Sur cette question, voir Arnoux, 2012, pp. 272-275.

Auteur

Université Paris Diderot – Paris 7

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540