Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Quatrième partie. L’union des couronnes, un chemin introuvable ?

Conclusion

Texte intégral

1L’union des couronnes désignait les nouveaux rapports que les monarchies espagnole et française devaient entretenir à partir du moment où le petit-fils de Louis XIV devenait le Roi Catholique. Elle offrit la possibilité d’enterrer définitivement l’état de guerre quasi permanent qui avait caractérisé si longtemps leurs relations entre le xvie et le xviie siècle. En cela, elle reste emblématique d’une transition. Elle devait garantir la paix et assurer un renforcement mutuel des deux puissances dans une époque qui consacra pourtant leur affaiblissement respectif. Ainsi, aussi éphémère qu’elle puisse paraître, elle n’en demeure pas moins une expérience politique originale qui marqua le début du xviiie siècle et conditionna les relations franco-espagnoles jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. On a voulu ici explorer l’abondante correspondance qu’elle suscita et tenter de comprendre les initiatives prises en son nom. La diplomatie de la fin du xviie siècle n’était pas seulement affaire de techniques ou de pratiques, car elle révèle également — à travers la documentation qu’elle a laissée — les aspirations, les angoisses ou les peurs liées aux modifications brutales d’un équilibre entre les puissances de l’Europe d’alors.

2L’union servit de principe politique conducteur durant les premières années du xviiie siècle. Elle trouva un écho certain dans les élites dirigeantes des deux pays, des ministres de la cour de Versailles aux officiers des conseils de la monarchie hispanique. Elle apparaissait pour les premiers comme l’occasion de renforcer le royaume tandis que pour les seconds, elle incarnait la possibilité de mettre fin à une sensation d’affaiblissement continu. Elle allait également de pair, pour les ministres du roi de France, avec une volonté tenace de pénétrer le marché américain et de développer ainsi les voies d’un commerce si lucratif pour les négociants du royaume depuis le xviie siècle. En cela, cette politique s’inscrivait dans une tendance de fond d’échanges commerciaux fructueux avec le Nouveau Monde. Le commerce permettait de stimuler les relations entre les deux couronnes et d’établir de nouveaux rapports entre elles. Les préoccupations commerciales et la conduite d’une activité diplomatique se trouvaient alors de plus en plus imbriquées.

3L’époque où le commerce faisait l’objet d’interdictions et de prohibitions péremptoires était révolue ; au début du xviiie siècle, il était la pierre angulaire de ce que nous appelons aujourd’hui les relations internationales. Au cours du xviie siècle, les clauses commerciales dans les traités d’alliance ou de paix étaient devenues par exemple plus nombreuses, se détachant peu à peu de ces derniers pour devenir des traités de commerce à part entière, que l’on appelait souvent « traité d’alliance et de commerce ». Cette évolution souligne la volonté d’organiser les activités du négoce dans le cadre des relations entre les princes et leurs États. Elles étaient désormais considérées comme un moyen efficace pour approfondir ou donner corps à des relations autrefois purement politiques ou familiales. Toutefois, ce n’est pas tant ce nouveau rôle dévolu aux questions commerciales que leur intégration à d’autres priorités, comme celle d’une famille, d’une Maison ou d’une couronne, qui est à noter. On ne peut ainsi qu’être frappé par la constance avec laquelle les ministres français, de Richelieu à Pontchartrain, en passant par Mazarin et Colbert, cherchèrent à obtenir des privilèges commerciaux, soigneusement détaillés dans des traités à la tonalité par ailleurs essentiellement politique. Depuis la signature du traité des Pyrénées en 1659 jusqu’à celle de la paix d’Utrecht en 1713, les questions commerciales n’ont cessé de s’imposer au point de devenir à la fin du règne de Louis XIV la clé essentielle du règlement du conflit. Si la République des Provinces-Unies était très attachée à la défense de ses débouchés commerciaux, les souverains de Grande-Bretagne ne pouvaient rester sourds aux préoccupations des milieux marchands qui apparaissaient en plein jour à la Chambre des communes. Dans ces deux pays, les institutions, les États-Généraux et le Parlement, offraient aux négociants la possibilité de se faire entendre du pouvoir et de peser sur ses décisions. S’il n’y avait pas dans le royaume de France de structures institutionnelles — à l’exception du conseil de Commerce — dans lesquelles les milieux marchands pouvaient imprimer leur marque comme en Angleterre et aux Provinces-Unies, les préoccupations commerciales n’étaient pas pour autant systématiquement marginalisées dans le processus de prise de décision. Comment expliquer en effet l’attitude de Louis XIV devant la succession espagnole si l’on oublie les recommandations des Pontchartrain et les échos des séances du conseil de Commerce ? Et comment expliquer autrement son choix d’un membre de ce même conseil pour le représenter à la cour de Madrid, et de Nicolas Mesnager pour négocier à Utrecht ? La période de l’union des couronnes est ainsi marquée par une forme de symbiose entre les intérêts d’une maison royale, passant par le rapprochement souhaité entre les monarchies de deux souverains issus de la même famille, et les intérêts commerciaux de leurs États.

  • 1 Priotti, 2005 ; voir également le dossier dans le même numéro « Individus, familles, groupes : prat (...)

4L’intrusion des questions commerciales dans la réflexion diplomatique et l’organisation des politiques extérieures se matérialisa également par les hommes qui furent chargés de les mettre en œuvre, c’est-à-dire leurs acteurs. Si la participation des négociants aux affaires politiques fait actuellement l’objet de recherches, il reste encore à explorer quelle fut leur audience, quels étaient leurs relais dans l’administration monarchique1 et comment fonctionnaient les connexions entre ces deux sphères, encore analysées trop séparément. Pour les relations avec la monarchie hispanique, l’ambassadeur Michel-Jean Amelot de Gournay symbolise une période où le service du roi se confondait parfaitement avec la défense des intérêts commerciaux de son royaume. Il se trouva ainsi lié à deux affaires de la fin du règne : la guerre de la Succession d’Espagne et l’irruption des préoccupations économiques dans la conduite des affaires.

5Ce personnage incarne aussi un phénomène bien connu des historiens, à savoir la porosité des milieux parlementaires, souvent jugés hostiles au roi, avec celui des administrateurs qui lui devaient leur réussite et leur ascension. Son parcours ne peut se réduire à ses origines familiales qui l’auraient conditionné à être un parlementaire jaloux de son autorité. On décèle ici un acteur qui s’affranchit des règles du groupe dont il était issu. Amelot aurait pu devenir l’un de ces parlementaires, héritier de conceptions politiques qui insistaient sur le partage de l’autorité entre le roi et les parlements. En cela, il aurait pu correspondre à un modèle ou à un « idéal type », illustrant une fois encore la force des déterminismes sociaux et culturels, mais sa carrière et son profil ne permettent pas de le ranger dans cette catégorie. En revanche Amelot joua des dynamiques alors à l’œuvre dans une société peut-être moins figée que les schémas — au demeurant très utiles — mis en évidence par les historiens pourraient le laisser croire. Issu du monde de la robe parisienne, Amelot embrassa une carrière dont l’obéissance et la fidélité au roi étaient les moteurs, c’est-à-dire celle d’un maître des requêtes devenu ambassadeur, conseiller d’État et enfin membre du conseil de Commerce. Passé du milieu parlementaire au service du roi au plus près du souverain, Amelot reste un exemple de ceux qui ont pu échapper aux lois du groupe même si ces cas restent peu nombreux.

6Son réseau ou plutôt ses réseaux révèlent comment les rencontres et les relations nouées au cours d’une carrière ou d’une mission enrichissaient le capital social hérité de sa famille, formant plusieurs types de liens qu’il pouvait solliciter en fonction de ses besoins. Sa famille, ses parents ou ses amis lui permettaient, par exemple, de disposer de relais à la cour de Versailles. Les plus proches veillaient à ses intérêts durant son absence et pouvaient le défendre en cas de nécessité, comme le fit sa sœur lors de la parution en 1706 d’une harangue jugée diffamatoire. Dans le cadre d’une ambassade, les relations formaient aussi un réseau efficace d’informateurs et de relais, comme à la cour du Portugal. Grâce à ses connaissances, Mme d’Elvas et Pierre-Antoine Du Verger, il tenta d’ouvrir des négociations en vue de détacher le royaume lusitanien de la Grande Alliance. Les réseaux d’Amelot sont difficiles à cerner avec précision car ils se confondaient parfois et apparaissent de manière sporadique dans les sources dont on dispose aujourd’hui. Si ses relations avec les ministres de Louis XIV sont les plus connues en raison du grand nombre de sources conservées, d’autres liens pourtant bien réels sont plus difficiles à appréhender car moins visibles dans la correspondance. On a cependant pu voir qu’il était apprécié de plusieurs marchands, négociants et banquiers, comme les Yon à Madrid.

7On doit ainsi reconsidérer le jeu des interactions entre l’individu et le groupe, le premier n’étant jamais totalement soumis ni, à l’inverse, indépendant du second. Dans la société française du xviie siècle, la famille jouait un rôle clé dans une carrière, mais il restait toujours possible de prendre quelques distances avec le modèle qu’elle proposait. Amelot, bien qu’issu d’une famille de parlementaires, s’attacha au service du souverain. Maître des requêtes après être entré au Parlement de Paris, il poursuivit une carrière de négociateur durant la majeure partie du règne de Louis XIV. L’histoire des clientèles dans la construction de l’État moderne ne peut donc se réduire à celle d’un affrontement entre d’une part, des seigneurs et des parlementaires, et d’autre part, des « créatures » ou des serviteurs du roi, même si cette grille d’analyse reste encore largement opératoire.

8L’étude d’une mission impose ainsi de revenir sur des paramètres personnels susceptibles d’interférer avec celle-ci, par exemple les réseaux de fidélités dans lesquels le négociateur est inséré, les objectifs proprement personnels qu’il poursuivait (l’obtention d’une faveur ou d’une place), ou encore les rapports de force entre les différents groupes sociaux (noblesse, milieux de cour, négociants, etc.). À l’inverse, les objectifs et la conduite d’une politique extérieure dépendaient pour une large part de ceux qui étaient chargés de la mettre en œuvre. Le choix du marquis d’Harcourt, du duc de Gramont, du cardinal d’Estrées ou encore d’Amelot, pour représenter Louis XIV à la cour de Madrid n’impliquait pas la mobilisation des mêmes réseaux ou cercles de clientèles, conditionnant par là même le cours des négociations. Désigner le marquis Amelot de Gournay, membre du conseil de Commerce, revenait à placer les enjeux commerciaux au cœur des relations entre les deux monarchies. En cela, le choix des différents ambassadeurs à Madrid est significatif. Au marquis d’Harcourt, parti en mission du temps de Charles II, succéda un homme de guerre, le comte de Marsin, puis le cardinal d’Estrées et son neveu, le duc de Gramont, et enfin Amelot. Chacun de ces profils porte l’empreinte de son milieu et de ses réseaux, ceux d’un cardinal n’étant pas les mêmes que ceux d’un lieutenant général, lesquels n’avaient rien à voir avec ceux d’un gouverneur de Navarre et du Béarn ou ceux d’un ambassadeur lié aux milieux négociants.

9La présence des ambassadeurs extraordinaires dans une cour bien connue en France et réputée pour l’immuabilité de ses usages fut pourtant bouleversée par le contexte né de l’accession du petit-fils de Louis XIV au trône de la monarchie hispanique. Les relations entre les deux pays furent ainsi affectées par un lien de famille plus fort que ceux qui existaient précédemment entre les souverains régnant à Madrid et à Versailles. Ces nouveaux rapports, désignés par l’expression « union des couronnes », initièrent une transformation de la représentation du Roi Très Chrétien à Madrid mais aussi de la conduite et des pratiques de la négociation. Le marquis d’Harcourt, le comte de Marsin, le cardinal et l’abbé d’Estrées, puis le duc de Gramont et le marquis de Gournay demeuraient des ambassadeurs extraordinaires envoyés à la cour de Madrid, mais ils faisaient également office de conseillers d’un jeune prince devenu souverain d’une monarchie qu’il connaissait peu. Ils n’avaient plus à négocier sur le modèle et les critères de leurs prédécesseurs au xviie siècle. L’ambassade d’Amelot constitue à ce titre une exception par sa durée et par le degré inégalé auquel l’ambassadeur réussit à s’immiscer dans le gouvernement de Philippe V. Cet ambassadeur, élevé au rang de ministre sans en avoir le titre, travailla dans le cadre de relations inconnues jusqu’alors. Le contexte d’union des couronnes altéra sa fonction puisqu’il n’était plus seulement le représentant d’un souverain étranger. La correspondance témoigne de ce changement de nature, tant par son ampleur que par la multitude des sujets qui y sont longuement analysés. Les dépêches envoyées à Louis XIV et ses ministres mettent en évidence ce rôle nouveau pour les ambassadeurs. Comme Amelot n’était pas seulement un représentant du roi de France mais quasiment un ministre du Roi Catholique, il devait rendre un compte particulièrement précis et détaillé de ses négociations et de son travail, révélant ainsi plus nettement certaines facettes de son action. De l’informateur discret, parfois espion, il était devenu le maître d’œuvre d’une relation qui n’était plus envisagée sur le modèle d’une alliance classique entre deux princes comme au xviie siècle. Dès lors que Philippe V était contesté directement dans les États de la monarchie hispanique ou ailleurs en Europe, l’ambassadeur devait défendre ses intérêts tout autant que ceux de son grand-père. La surveillance des imprimés (notamment ceux destinés à l’Amérique) à laquelle se livra Amelot dans le cadre de la guerre de l’information qui opposait les candidats au trône est significative de ce contrôle.

10Son action à la cour de Madrid fut également marquée par son intervention sur les dynamiques de la faveur royale. Sans les modifier ni transformer les voies de la vénalité, il pesa sur l’attribution des charges et des honneurs en favorisant les cercles et les individus ayant pris fait et cause pour Philippe V. La guerre civile qui faisait rage, surtout à partir de 1705 et de la sécession des territoires de la couronne d’Aragon, contribua à remettre la notion de fidélité au souverain au centre du processus d’octroi des faveurs et des places. Amelot se contentait d’appuyer ou d’écarter les candidats à un poste ou à une dignité par les conseils qu’il pouvait donner à Philippe V. L’ambassadeur recevait directement les recommandations des ministres de Versailles et les transmettait s’il le jugeait utile. Si la vente des principales places à la cour, à l’armée ou dans les conseils et les tribunaux était déjà largement pratiquée sous le règne de Charles II, ce phénomène se renforça avec la guerre car il constituait une recette bienvenue pour le trésor royal. Les charges, les places et les honneurs furent ainsi captés au bénéfice d’une politique fondée sur le rapprochement entre les deux monarchies. La volonté de renforcer l’union des couronnes revint à favoriser ceux qui s’y montraient publiquement attachés, comme Albuquerque, vice-roi de Nouvelle-Espagne, mais aussi tous ceux qui défendaient cette politique plus largement. Certains cercles de négociants, comme ceux de l’asiento ou celui de la fourniture des vivres, surent ainsi habilement monnayer le crédit qu’ils apportaient aux deux souverains. Fournir un appui pécuniaire ou logistique à l’armée des deux couronnes rendait Amelot sensible à certaines demandes de faveurs ou de grâces.

11Durant sa mission à Madrid entre 1705 et 1709, l’ambassadeur Amelot tenta de développer « l’union des couronnes », c’est-à-dire de rapprocher les deux monarchies en développant leurs relations politiques et commerciales. On souhaitait remplacer les liens qui unissaient les princes et les États de la maison d’Autriche par ceux de la maison de Bourbon. Amelot disposait à Madrid d’une place semblable à celle dont un ambassadeur impérial avait joui sous les règnes de Philippe II et de Charles II. Les recherches restent à poursuivre dans ce domaine. Toutefois, aucun ambassadeur n’a pu s’immiscer aussi profondément dans le gouvernement de la monarchie hispanique que ne l’a fait Amelot de Gournay. Il se trouvait ainsi être au service de deux rois, position paradoxale pour un ambassadeur qui restait, au début du xviiie siècle, le représentant d’un souverain. Cette contradiction fondamentale entre le statut d’ambassadeur qui était le sien et la conduite d’une politique se prétendant au service d’une Maison et de deux rois est sans doute l’une des raisons de l’échec à court terme de la politique d’Amelot.

12Cette position s’avéra rapidement délicate puisque aux relations militaires s’ajouta la volonté, surtout du côté français, de réorganiser les relations commerciales des deux monarchies. Sous le prétexte de mettre en place une « union des couronnes » pour le commerce, les ministres du roi de France tentèrent d’obtenir une ouverture du marché américain aux négociants français. En attendant la fin de la guerre et le règlement de la paix, il fallait interdire tout trafic des Anglais et des Hollandais aux Indes et utiliser ainsi le commerce comme une arme de guerre et un atout pour la paix. L’ambassadeur de Louis XIV critiqua vigoureusement toute tentative d’adoucir ou d’assouplir les prohibitions contre le négoce des opposants aux deux couronnes, car il fallait conserver cette possibilité pour les négociations de la paix. La conception du commerce apparaît ainsi ambivalente voire paradoxale : d’une arme pour peser sur l’économie d’un adversaire, il pouvait devenir la voie d’un règlement du conflit.

13Les tentatives pour ouvrir le commerce américain et essayer d’arrimer par ce moyen les espaces du Nouveau Monde, qu’ils soient du ressort du Roi Catholique ou de celui du roi de France, à leurs États en Europe montrent combien le commerce était devenu une pièce essentielle au début du xviiie siècle. Les ministres de Louis XIV, comme les officiers espagnols, pressentaient que l’espace atlantique et le continent américain étaient décisifs pour l’évolution des rapports de force entre les souverains européens.

  • 2 Bernand, Gruzinski, 1991, p. 10.

14La lecture des dépêches d’Amelot donne à voir la fascination exercée par le continent américain — devenu incontournable pour le développement des puissances de l’Europe occidentale d’alors —, y compris sur les sujets du roi de France souvent qualifiés de terriens par opposition aux Espagnols, aux Portugais, aux Anglais ou aux Hollandais, peuples de la mer. Ces territoires sont au centre des politiques extérieures mises en œuvre par les négociateurs des cours européennes, ils en constituent l’atout majeur, au point qu’il est impossible de comprendre le fonctionnement des relations internationales d’alors sans en tenir compte. Comme le notent Carmen Bernand et Serge Gruzinski, « [l]’Europe moderne n’est peut-être pas née en Amérique. Mais l’expérience américaine envisagée sous le triple volet de la découverte, de la conquête et de la colonisation du Nouveau Monde en constitue une étape fondatrice2 ». La lecture de la correspondance diplomatique d’Amelot et la mise en perspective de l’ensemble des décisions où transparaît l’importance accordée au commerce révèlent combien les contemporains de Louis XIV avaient le pressentiment que la puissance en Europe découlerait de la domination de ces espaces ultramarins.

15L’union des couronnes apparaît autant comme un objectif que comme un instrument. Elle concrétise les aspirations du xviie siècle, c’est-à-dire la paix, la fin des déchirures entre ces deux puissances catholiques, la réunion de leur puissance pour mieux lutter contre leurs adversaires, qu’ils soient politiques et religieux comme l’Empire ottoman, ou commerciaux à l’image de l’Angleterre et des Provinces-Unies. Longtemps, les relations franco-anglaises ont été réduites à une formule, celle de la « seconde guerre de Cent ans », selon laquelle on ne pouvait envisager les rapports entre les deux rives de la Manche que sous l’angle d’un affrontement, dont Waterloo serait la conclusion. Cette vision semble aujourd’hui quelque peu dépassée voire téléologique car elle analyse des évolutions au regard de ce qui s’est produit par la suite. Si l’on considère que les relations franco-espagnoles ont effectivement été marquées par l’affrontement ou la compétition aux xvie et xviie siècles, l’« union des couronnes » apparaît comme une tentative audacieuse de dépasser un vieux climat de conflictualité permanent. On est alors surpris, non par la réception mitigée du duc d’Anjou et des « Français » aux visées centralistes, mais bien plus par l’accueil et la réception réservés au travail et à l’action d’Amelot, alors qu’il fut sans doute l’ambassadeur ayant le plus imposé les volontés de Louis XIV et de Philippe V. La mémoire de l’ambassadeur apparaît comme paradoxale car son souvenir n’est pas resté très présent. Cet effacement relatif, même dans les témoignages de ses contemporains plus diserts sur la princesse des Ursins ou sur Orry, demeure difficilement explicable.

  • 3 Pour Richard Bonney, l’œuvre très connue de Jerónimo de Uztáriz, Theorica y practica de comercio y (...)

16Le changement dynastique en Espagne au début du xviiie siècle et la politique « d’union des couronnes » correspondent ainsi à la fin d’une période d’affrontements entre les maisons des Habsbourg et des Valois puis des Bourbons, mais aussi au début d’une nouvelle période, celle des relations privilégiées, concrétisées par la signature des pactes de famille (1733, 1743 et 1761). Dans l’histoire interne de la monarchie hispanique, il faut l’envisager plus comme une transition accélérée par la guerre que comme le point de départ de l’Espagne des Lumières. C’est pourquoi l’action d’Amelot fut en partie récupérée et défendue par des sujets de Philippe V comme Macanaz, Patiño, Ronquillo ou Grimaldo, qui, dans la lignée des arbitristes (arbististas) du règne de Charles II, ont vu là l’occasion d’imposer des mesures susceptibles d’enrayer le déclin de la monarchie3.

17L’union des couronnes met également en évidence combien les peuples étaient exclus du droit de choisir : nulle autodétermination et nulle consultation n’étaient envisagées. Les sociétés étaient seulement invitées à prendre les armes pour soutenir leur prince, sur un modèle de relation encore largement hérité du Moyen Âge selon lequel elles devaient vivre au diapason des gloires et des infortunes de leur souverain. Les populations se réjouissaient ainsi de la naissance d’un prince, comme celle de l’infant né en 1707 et présenté comme une bénédiction du ciel pour les deux monarchies bourboniennes. Durant la guerre de Succession, elles étaient aussi sollicitées pour écouter les arguments que les prêtres et le clergé prêchaient en faveur de l’un ou l’autre des candidats. Pourtant, les circonstances de la guerre favorisèrent une intégration, même relative, de la société dans la guerre. En effet, le conflit qui se déroulait en Europe comme en Amérique eut des répercussions très fortes dans la péninsule. Il devint une guerre civile lorsque la Catalogne, l’Aragon et Valence prirent le parti de Charles III. Cette dimension ne doit pas être sous-évaluée si l’on veut comprendre les longs passages des lettres adressées au roi, dans lesquels l’ambassadeur Amelot tentait d’analyser les fidélités des sujets et la popularité du jeune souverain. Son souci des rumeurs et des bruits, sa propension à surveiller les « mauvais discours », c’est-à-dire ceux des « malintentionnés », démontrent que conduire une négociation et représenter Louis XIV à Madrid ne consistaient pas seulement à livrer quelques belles paroles d’une langue diplomatique souvent décriée, mais à participer activement — bien que discrètement — au gouvernement de Philippe V. La volonté de rapprocher les populations était pourtant bien réelle. Le commerce devait permettre de tisser des liens entre les deux « nations » selon les termes employés à l’époque. L’union des couronnes n’a pas été la ligne directrice des rapports entre les deux monarchies suffisamment longtemps pour marquer les sociétés d’une quelconque empreinte. Aussi, le rappel d’Amelot en 1709 sonna comme un échec des relations étroites entre les deux monarchies. La construction de la paix imposa à Louis XIV de renoncer aux privilèges commerciaux exclusifs, et à Philippe V d’ouvrir le commerce américain aux Anglais et d’abandonner ses droits à la couronne de France.

Notes

1 Priotti, 2005 ; voir également le dossier dans le même numéro « Individus, familles, groupes : pratiques marchandes et pouvoirs politiques (xve-xviiie siècle) ».

2 Bernand, Gruzinski, 1991, p. 10.

3 Pour Richard Bonney, l’œuvre très connue de Jerónimo de Uztáriz, Theorica y practica de comercio y de marina en diferentes discuros, publiée en 1724, reflète les aspirations profondes des conseillers de Philippe V à dynamiser le commerce et l’économie espagnole, notamment par une réforme des institutions de la monarchie, comme celle du Conseil des Indes. Bonney (dir.), 1996, pp. 164-165.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search