Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Quatrième partie. L’union des couronnes, un chemin introuvable ?

Chapitre XI

L’union des couronnes, entre guerre et finance

Texte intégral

1Incarnée par l’ambassadeur Amelot, l’union des couronnes articula jusqu’en 1709 les relations entre les deux monarchies, qui se matérialisèrent par la production d’un discours, d’une rhétorique ou encore la création d’images. Elle eut une déclinaison financière et matérielle très concrète durant le conflit. L’alliance militaire formée par les cours de Madrid et Versailles constitue à la fois le cœur et le degré ultime de cette politique. C’est sans doute dans ce domaine que l’action d’Amelot fut la plus visible et la plus déterminante. Entre le financement des armées, la protection d’intérêts commerciaux, la formation de Philippe V à son métier de roi et le contrôle politique de la cour de Madrid, la diversité et l’abondance des décisions prises par l’ambassadeur nuisent à la compréhension de ce qui pourrait apparaître comme l’essentiel ou le fil d’Ariane de son action. Pour mieux dégager ce qui singularise celle-ci, plusieurs angles différents peuvent être privilégiés. Le premier consiste à comprendre l’action d’Amelot à partir des implications extérieures de l’union des couronnes. Comment ce principe politique permet-il d’expliquer et de comprendre les initiatives prises durant la guerre concernant à la fois le Portugal, le Milanais, les Cantons suisses, ou encore l’Amérique espagnole ? Le financement de la guerre et plus généralement celui de l’union sont une deuxième piste pour saisir la réalité de cette politique permettant de reconsidérer la question des contributions. Amelot était moins un régaliste qu’un négociateur soucieux du commerce. Si les questions militaires et financières constituèrent un terrain d’essai pour l’union des couronnes, elles marquèrent également le moment où l’on repère les limites de la mission d’Amelot, ses contradictions et donc ses difficultés.

I. — Entre l’Europe et l’Amérique

  • 1 Cardim, Herzog, Ruiz Ibáñez (dir.), 2012.

2La monarchie hispanique est autant européenne qu’américaine. La lecture de la correspondance d’Amelot offre une géographie de la monarchie de Philippe V où l’Amérique est inséparable des possessions européennes. Nul centre ou périphérie mais une série de territoires, de royaumes, d’États ou d’entités politiques dont le poids varie en fonction des moments et de l’angle considéré pour les observer. On parle aujourd’hui davantage d’une « monarchie polycentrique1 ». C’est aussi ce que laisse entrevoir l’activité déployée par Amelot puisque la logique de l’ensemble, c’est-à-dire celle de l’union des couronnes, n’apparaît qu’en tenant compte d’espaces et de domaines d’action à première vue fort éloignés les uns des autres.

Le Portugal : tenter l’impossible

  • 2 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 10 juin 1705, Madrid, fos 150vo-151.
  • 3 Lossky, 1970, p. 183.

3Durant son ambassade à Madrid, deux puissances firent ainsi l’objet des attentions d’Amelot, le Portugal et les Cantons suisses. Arrivé à Madrid au mois d’avril 1705, Amelot demandait poliment, dès le 10 juin suivant, une autorisation de dépense pour une informatrice à Lisbonne2. Il ne faisait que reprendre une pratique qu’il avait inaugurée lors de sa mission à Lisbonne vingt ans auparavant, pendant laquelle il avait obtenu des renseignements de la part d’un capucin nommé Friars par l’intermédiaire d’une certaine Mme d’Elvas3. Pour mieux justifier sa requête, il rappelait l’action de cette femme et les possibilités qu’offriraient quelques promesses. Il écrivait à Torcy :

  • 4 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 10 juin 1705, fo 150vo.

Vous avez connoissance, Monsieur, de tout ce que fait Madame d’Elvas à Lisbonne pour le service du Roy, et le soulagement des prisonniers français. Vous savez aussi que la plupart des Portugais commencent à estre bien las de la guerre, et que pour peu qu’il y eu quelque succès favorable, ils se seroient empressés de demander la paix. Madame d’Elvas a demandé la dessus d’estre instruite des intentions du Roy, et a fait entendre qu’elle seroit plus en état de servir utilement pour cette fin, si elle avoit le pouvoir de dépenser, ou promettre quelque argent.
Je n’ignore pas Monsieur que le Roy n’a pas besoin de nouvelle dépense, et que ce n’est qu’avec beaucoup de travail et de peine qu’on peut fournir à toutes celles qui sont absolument nécessaires. J’ay crû cependant, connoissant de quelle importance il seroit de finir la guerre de Portugal, qu’il étoit de mon devoir de demander la-dessus les ordres du Roy. J’en écris dans le même sens à M. de Chamillart, étant bien informé de toutes les raisons qui peuvent l’obliger à éviter une nouvelle dépense4.

  • 5 Bély, 2001, pp. 344-345 ; Lossky, 1970, pp. 183-184.

4Le diplomate mettait en avant le profit que Louis XIV pouvait retirer de ces générosités. Voulant sans doute prévenir les objections du contrôleur général des finances fondées sur les difficultés réelles du royaume, il rappelait qu’acheter la paix pouvait coûter moins cher que faire la guerre. Verser des gratifications aux ministres, aux conseillers des souverains ou à des personnages en vue à la cour pouvait être très intéressant pour un prince étranger. Toutefois, ce moyen n’offrait pas à coup sûr des résultats et pouvait donc s’avérer ruineux5.

  • 6 Bérenger, 1975, t. II, p. 318.
  • 7 Mme d’Elvas apprenait à Amelot que l’archiduc avait les plus grandes peines à trouver des fonds et (...)

5Payer des intermédiaires au sein du parti profrançais représentait une des solutions possibles pour pousser Pierre II à mettre un terme à la guerre. Comme nous l’avons écrit plus haut, Louis XIV incitait son petit-fils à ne pas être trop regardant sur la dépense si la neutralité du roi de Portugal paraissait monnayable. L’offre était d’autant plus alléchante que l’empereur affrontait en 1705 une situation financière extrêmement difficile6. Les difficultés étaient si grandes qu’elles étaient de notoriété publique7.

  • 8 Frey, Frey, 1987, p. 72. Les alliés, notamment les Hollandais, n’étaient pas en reste vis-à-vis de (...)
  • 9 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, Madrid, 15 juillet 1705, fo 254.

6Entre juillet et septembre 1705, Amelot faisait état dans sa correspondance de versements dont le total s’élevait à plus de 100 000 livres. Cette somme est considérable si on la compare avec les subsides qui étaient accordés au même moment aux Malcontents de Hongrie. Le roi de France faisait envoyer aux rebelles du prince Rákóczi 50 000 livres par mois et ce jusqu’en 17088. Dès le 15 juillet, il écrivait pour qu’on envoie 50 000 livres à Mme d’Elvas afin que celle-ci les remette à des moines après « services rendus »9. Les comptes de la secrétairerie d’État de Torcy donnent des détails précieux concernant ces activités, notamment les ordres de versements. Pour pouvoir faire circuler de l’argent sur de longues distances, la lettre de change était depuis le Moyen Âge le moyen le plus commode. Ce procédé était fondé en premier lieu sur la confiance et la discrétion. À l’époque moderne, manier de l’argent était très déconsidéré et mal vu. On essayait donc de recourir à des intermédiaires sûrs, silencieux, mais aussi bien rompus à cette pratique à la fois juridique et bancaire.

  • 10 AMAE, Mém. et doc., France, t. 1135, fo 260.
  • 11 Dessert, 1984, p. 532. Voir aussi Saint-Germain, 1960.

7Pour ces versements entourés de mystères, on utilisa la place de Lyon. Cette ville avait conservé un rang de choix dans la hiérarchie des cités financières de l’époque, même si sa fortune avait bien diminué depuis le xvie siècle. Elle était en outre un des premiers centres d’échanges avec l’Espagne, notamment par le volume des marchandises expédiées à Cadix. Le 1er septembre 1705, Torcy faisait confier 50 000 livres au banquier Samuel Bernard pour que celui-ci les transfère à Madrid10. Il précisait que le motif de ce virement devait rester secret. Amelot étant chargé de transmettre l’argent au Portugal, cet important fonds correspond très certainement à l’un des acomptes que le diplomate à Madrid a envoyés à Mme d’Elvas. L’intervention de Samuel Bernard n’était pas anodine. En effet, ce banquier de Lyon avait, à de nombreuses reprises, procuré du crédit au roi de France durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Il s’était rendu indispensable en fournissant les liquidités dont on avait eu besoin durant cette guerre difficile. Officiellement retiré du négoce depuis 1701, « l’homme qui prêtait aux rois » resta le banquier de la cour et continua d’effectuer ses remises à l’étranger jusqu’en 170911. Il demeurait une personne de confiance pour bon nombre de financiers européens au début du xviiie siècle. En dépit de ses banqueroutes, il restait un intermédiaire remarquable pour effectuer des transferts d’argent sans éveiller la curiosité ou sans avoir à se justifier. La notoriété d’un banquier était l’un des meilleurs moyens pour garantir la discrétion des opérations bancaires.

  • 12 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, notice d’information [de Mme d’Elvas], août 1705, fos 41-43.

8La Lande Magon, négociant malouin, est le deuxième personnage qui intervint dans l’envoi de fonds à Madrid. Les marchands de Saint-Malo étaient aussi des piliers du commerce franco-espagnol à partir de la fin du xviie siècle. Il était donc normal que l’on recourût à l’un des plus réputés d’entre eux pour accomplir cette tâche récurrente mais délicate. Dans sa lettre du 1er août, Mme d’Elvas accusait réception pour Julien de la Roze, vice-consul et marchand à Lisbonne, des 6 000 livres tournois envoyées par La Lande avec l’aide de Jean Orry12.

  • 13 Lettre de Louis XIV à Amelot, 16 août 1705, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, (...)

9Il est difficile de retrouver le trajet des fonds et les différents intermédiaires auxquels l’argent était confié. Toutefois, on peut dire avec certitude que Michel-Jean Amelot en était plus ou moins le centre. En félicitant son ambassadeur, Louis XIV nous apprend qu’il « approuv[ait] fort les expédients qu’[Amelot] imagin[ait] pour faire passer l’argent à Lisbonne, sans qu’on puisse descouvrir la véritable destination des sommes13 » qu’il faisait remettre. De plus, ces réseaux financiers étaient capables de travailler à très grande échelle et dans une très grande proximité avec les ministres de Louis XIV. La diplomatie ayant tout autant besoin d’argent que la guerre, on peut se risquer à dire que l’efficacité d’un réseau de négociateurs à l’échelle européenne dépendait étroitement de la capacité à faire circuler des fonds. De là découle l’importance des financiers et des banquiers pour les diplomates et les ambassadeurs en poste à l’étranger.

Le capitulat de Milan : un soutien financier et diplomatique

  • 14 Glauser, 2011, s. v. « Les capitulats de Milan ».

10Les relations avec les Cantons catholiques donnaient lieu à des transferts d’argent. En 1705, le capitulat de Milan arrivait à échéance. Il fallait donc le renouveler. Le capitulat était un traité signé entre, d’une part, les Cantons et leurs alliés confédérés, et d’autre part, le duché de Milan14. Il s’agissait d’un accord ou d’une convention visant à tenter d’obtenir la cessation des incursions des Suisses dans l’Italie du Nord, pratique courante jusqu’au xive siècle. Il permettait en contrepartie aux Cantons de préserver des débouchés économiques. Entre le xve siècle et 1705, date du dernier capitulat, il y en eut dix-neuf.

  • 15 AHN, Estado, leg. 2873, consulte du Consejo de Estado qui a jugé conformes les lettres de créance p (...)

11Ce ne sont ni les modalités de la négociation permettant de renouveler ce traité en 1705, ni les enjeux de cet accord qui nous intéressent ici, mais l’interaction entre les questions financières et les relations des deux couronnes. Pour obtenir le renouvellement du capitulat, la monarchie espagnole devait verser un certain nombre de pensions et de dédommagements financiers. Devant l’état délabré des finances du roi d’Espagne, Amelot avertit rapidement Louis XIV et Torcy que la cour de Madrid était dans l’incapacité de payer. Or, un défaut de paiement pouvait provoquer un retard voire le non-renouvellement du traité. De par la situation des Cantons entre le Saint-Empire, le royaume de France et le duché de Milan, il était impensable de se passer de cet accord. La priorité politique accordée à l’alliance avec les Suisses eut raison de toutes les difficultés financières. Il était nécessaire de conclure un tel accord avec les Cantons qui avaient reconnu Philippe V et missionnaient à la cour de Madrid des envoyés extraordinaires15.

  • 16 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juillet 1705, Madrid, fos 207-212.
  • 17 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 152, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 30 juin 1705, Madrid, fos 531-532.

12À peine arrivé, Amelot informait la cour de Versailles de l’impossibilité du roi d’Espagne de renouveler le capitulat de Milan16. Ni Philippe V ni le prince de Vaudéamont ne disposaient du moindre argent pour obtenir le renouvellement de ce traité d’alliance avant la fin de la cinquième année depuis la mort de Charles II. En insistant sur les difficultés financières du souverain auprès de qui il était accrédité, Amelot demandait implicitement au roi de France de payer le renouvellement d’un accord hispano-suisse. La France devait s’assurer du soutien des Cantons, évitant ainsi que les relations entre ces derniers et la couronne espagnole ne se dégradent. On a là le cas d’une diplomatie qui visait à pallier les déficiences de celle de son alliée dans la guerre. Le diplomate avait d’ailleurs prévenu Puyzieulx, l’ambassadeur de France auprès des Cantons, qu’il ne fallait compter sur aucune aide de l’Espagne17.

  • 18 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 22 juillet 1705, Madrid, fos 107-109.
  • 19 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Torcy, 12 août 1705, Madrid, fo 152.
  • 20 Boislisle, Les Suisses et le marquis de Puyzieulx, p. LXXIII.
  • 21 Ibid., p. 76. D’ailleurs, lorsque le marquis de Beretti-Landi, envoyé de Philippe V auprès des Cant (...)
  • 22 AN, G7 537-540, lettre de Torcy à Desmarets, 4 juin 1705, sur les fonds pour les dépenses dans les (...)
  • 23 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, d’Amelot à Torcy, 26 septembre 1707, fo 327.
  • 24 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 10 octobre 1707, fos 28-29.

13Aussi, il ne put cacher son mécontentement à Puyzieulx, son successeur dans l’ambassade en Suisse, quand il apprit que la somme nécessaire pour espérer obtenir le renouvellement du capitulat était passée de 100 000 écus à 130 00018. Finalement, la priorité politique accordée à l’alliance avec les Suisses permit de dépasser toutes les difficultés financières. Louis XIV paya donc les 130 000 écus demandés19 et le contrat fut renouvelé le 15 décembre 170520. En réalité, les Cantons réussirent à faire payer très avantageusement cette alliance. En effet, le commerce avec le Milanais était très important pour leur économie et pour la sortie de leurs productions, ce traité était donc capital pour leurs exportations. Outre la somme payée par la France, l’Espagne leur accorda une remise de 360 000 livres sur leurs créances, que la France paya aussi21. Le marquis de Torcy veilla d’ailleurs à plusieurs reprises à ce que le contrôle général des finances exécute ponctuellement les remises décidées22. En outre, plusieurs Suisses percevaient une pension23. Pour tenter de conserver les bonnes grâces de « messieurs les Cantons », Amelot essayait toujours de trouver les moyens de les honorer, en dépit des nombreuses difficultés à trouver les fonds suffisants24. Louis XIV assuma ainsi financièrement un accord qui concernait la monarchie de son petit-fils et les Cantons. Cette prise en charge illustre comment les relations étroites entre les deux couronnes se déclinaient au plan financier. Les intérêts diplomatiques de l’une se confondant avec ceux de la seconde, ils s’imposèrent aux impératifs du trésor royal.

L’Amérique espagnole : force et faiblesse de l’union des couronnes

14Lors de la guerre de Succession d’Espagne, les possessions coloniales espagnoles furent directement menacées par les Anglais, les Hollandais et les Portugais. Les colons anglais d’Amérique du Nord et la marine britannique constituaient les principaux dangers notamment pour les colonies de la Nouvelle-Espagne et pour les possessions espagnoles des Caraïbes. Pour parer à ces menaces, le secrétaire d’État à la marine de Louis XIV, Jérôme de Pontchartrain, ne cessait de presser l’ambassadeur d’exiger des Espagnols qu’ils renforcent les forts en leur envoyant des soldats et des munitions. La dégradation de la situation militaire en Europe faisait craindre le pire. Devant l’avancée de l’armée anglo-portugaise en 1706, Philippe V avait dû quitter sa capitale, Madrid. Les royaumes d’Aragon et de Valence avaient profité de l’affaiblissement de l’autorité royale pour se révolter. Les cours de Madrid et de Versailles redoutèrent alors que le roi Philippe V ne soit obligé de renoncer à la couronne d’Espagne. Les craintes furent si vives que les ministres et l’ambassadeur durent envisager cette issue, même si elle signifiait l’échec de la politique menée par Louis XIV depuis 1701.

15En attendant de voir cette menace écartée, il convenait de redresser la situation militaire dans la péninsule en arrêtant l’avancée des ennemis mais également en renforçant la défense de toutes les positions espagnoles qui pouvaient être attaquées. Si le roi d’Espagne venait à renoncer au trône, il fallait que cela soit en échange de compensations pour le roi de France. Pour le moment il en avait peu. Aussi son ambassadeur à Madrid, Amelot de Gournay, ainsi que Jérôme de Pontchartrain, se montrèrent prévoyants en imaginant prendre La Havane.

16Il existe deux moyens de prendre une ville : soit par un siège, soit grâce à des intelligences à l’intérieur de celle-ci. Ici, le souverain à qui l’on voulait prendre La Havane n’était pas un ennemi du roi de France, mais son petit-fils et allié dans la guerre. Le ministre et le diplomate cherchèrent donc à s’entendre avec le gouverneur de la ville. À la faveur de son remplacement au cours de l’été 1706, Amelot privilégia la nomination d’un officier espagnol choisi pour ses talents mais également pour avoir écouté favorablement la demande du diplomate de laisser la ville ouverte à une escadre française si la situation dans la péninsule venait encore à se détériorer.

  • 25 AN, Marine, B2 182, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 juillet 1705.
  • 26 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 septembre 1706.

17Dès 1705, des colons anglais avaient déjà attaqué la colonie espagnole de Floride. Cette attaque fit craindre, tant aux Espagnols qu’à Amelot de Gournay et au secrétaire d’État à la marine, que l’importante position de Pensacola ne tombât aux mains des Anglais25. Défendre Pensacola permettait par extension de garantir la sécurité de La Havane. En effet, pour se rendre dans le golfe du Mexique et avoir ainsi accès aux territoires espagnols, mais également à la Louisiane française, les navires passaient au sud de Cuba. Pour quitter la région, les vents les contraignaient à passer au nord de La Havane. À l’époque de la marine à voile, les vents et les courants marins conditionnaient les routes maritimes. La Havane était selon l’expression même de Pontchartrain « la clef de l’Amérique espagnole26 ».

  • 27 Il s’agit de Pedro Alvarez de Villarín, né aux Asturies, et attaché au service de l’électeur de Bav (...)
  • 28 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 septembre 1706.
  • 29 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, no 1, lettre de Crozat et de La Boulaye à Daubenton, s. d. ; AGI, Go (...)
  • 30 AN, Marine, B7 467, « Note sur le château del Morro à La Havane et son gouverneur Don Luis Chacón » (...)

18À l’été 1706, la situation était critique. Madrid tomba aux mains des Impériaux à la fin du mois de juin, contraignant ainsi la reine et une partie de la cour à quitter précipitamment la capitale qui ne fut reconquise qu’au mois d’août. Cette situation catastrophique alarma tous les ministres français, qui ne cachèrent pas leur inquiétude à Amelot. Au mois de septembre suivant, la nouvelle de la mort du gouverneur de La Havane, M. de Villarín27, fut connue à Madrid et à Versailles. Immédiatement, le secrétaire d’État à la marine demanda à Amelot de trouver un successeur « aussi affectionné des Français28 ». La situation pressait d’autant plus que les agents de la Compagnie de l’asiento avaient fait un mauvais rapport de l’officier chargé d’assurer l’intérim, Luis Chacón29. Il fit l’objet de dénonciations30. Il s’agissait de nommer un gouverneur acquis à la cause des Bourbons et qui pourrait éventuellement remettre aux Français la ville de Saint-Domingue si les difficultés venaient à persister en Europe. Louis XIV s’assurait ainsi une position capitale.

  • 31 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 7 novembre 1706.

19Amelot proposa Pedro Laureano de Torres, alors gouverneur de Floride. Le 7 novembre 1706, l’affaire semblait faite car le ministre écrivit à Amelot que « les mesures qu’[il] avait proposées de prendre avec [Don Laureano] pour l’engager à remettre ce poste aux troupes du Roy, s’il arrivoit quelque révolution [étaient] très bonnes, rien n’estant plus important au service au Roy, par toutes sortes de raisons31 ». Quelques jours plus tard, le ton du secrétaire d’État était encore plus explicite :

  • 32 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 10 novembre 1706.

Vous m’avez fait scavoir Monsieur que Dn Lauriano de Torrez vous avoit donné parolle de remettre La Havane aux troupes du Roy en cas de quelque révolution. Comme il n’y en aura point de plus à portée de luy que celles, qui sont à Saint-Domingue, il est nécessaire en ce cas, qu’il s’adresse au gouverneur du quartier français de St-Domingue, et aux commandants des escadres du Roy, qui seront dans ces mers, parcequ’autrement ses efforts seroient inutiles, et il ne pourroit se soutenir. Je vous prie de prendre la peine de m’informer des mesures que vous prendrez avec luy sur cela, afin, que je puisse envoyer les ordres en conformité au gouverneur de cette isle et aux commandants de ces escadres32.

  • 33 AHN, Consejo, lib. 2753, no 97, grâce du titre de marquis de Casa Torres pour Don Laureano de Torre (...)
  • 34 Calcagno, 1878-1886.
  • 35 AGI, Gobierno, Santa Fe, 504, lettre de Laureano de Torres y Ayala à Philippe V, 14 décembre 1708, (...)

20L’ambassadeur de Louis XIV à Madrid fut donc assez persuasif pour imposer la nomination d’un homme dont il s’était assuré la complicité. Laureano de Torres, né en 1645 et gouverneur de Floride en 1693, fut nommé gouverneur de La Havane à la fin de l’année 1706 après avoir donné l’assurance qu’il livrerait la ville aux Français en cas de « quelque révolution ». Il apparaît peu après dans le registre des décrets de la secrétairerie de la Chambre des grâces et justices (Secretaria de Camara de gracia y justicia y estado de Justicia). Il reçut en effet le titre de marquis de Casa Torres en 170733. Il arriva à Cuba seulement au début de l’année 170834. Il fut relevé de son poste en 1711 sans avoir livré la ville aux Français puisque l’amélioration de la situation militaire en Espagne et la victoire des armées de Philippe V à Almansa le 25 avril 1707 avaient imposé définitivement le duc d’Anjou sur le trône espagnol. Une lettre adressée au roi le 14 décembre 1708 révèle que Torres était particulièrement attentif à ce qui pouvait se passer sur les côtes américaines. Ayant été prévenu de l’arrivée d’un navire jamaïcain contenant des documents favorables à l’archiduc à diffuser dans la région, il avait procédé aux recherches et vérifications nécessaires et assurait le roi que rien n’étayait l’information. Il garantissait enfin à Philippe V que « pour une matière aussi grave [qui] exige prévention et observation, [il] garderait avec l’attention et la prévention nécessaire, afin que si il en arrivait [un navire ennemi] par la suite sur ce territoire, il soit appréhendé35 ». Le gouverneur de La Havane sut ainsi utiliser habilement sa fidélité à Philippe V pour obtenir une place aux Indes. Cela n’a rien de surprenant mais cet exemple révèle comment l’ambassadeur pouvait peser sur les nominations et défendre les intérêts de Louis XIV en s’abritant derrière le principe d’union des couronnes.

  • 36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 25 avril 1706, fos 73-74.
  • 37 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 2 juin 1706, fos 213-216.

21Cette initiative de Pontchartrain, de nommer ainsi des personnes dont on s’était assuré la duplicité, lui avait été en réalité soufflée par un officier espagnol. Comme le secrétaire d’État l’avait écrit à Amelot, il fallait garder le plus grand secret autour de cette opération36. Dans les situations les plus critiques et sans pouvoir le dire officiellement, il arrivait donc aux ministres de Louis XIV d’être amenés à envisager le pire et même à renoncer à conserver les Indes. Imaginer de prendre La Havane allait contre l’alliance avec l’Espagne et l’union des couronnes mais constituait le prix à payer pour défendre les intérêts du roi de France si son petit-fils devait renoncer à la couronne. D’ailleurs, Pontchartrain ordonna à Amelot, sur une demande de Louis XIV, de songer à répéter l’opération pour d’autres postes37.

  • 38 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 juillet 1706, Jadraque, fo 15.

22Le contrôle politique de l’Amérique espagnole constituait une priorité fondamentale pour les ministres de Louis XIV comme pour Amelot. D’ailleurs, lorsque l’ambassadeur insista afin que des vaisseaux français transportent aux Indes des lettres aux gouverneurs et aux autorités américaines38 leur enjoignant de rester fidèle à leur souverain, il s’attira les félicitations du souverain :

  • 39 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre de Louis XIV à Amelot, 18 juillet 1706, Versailles, fos 30-32

J’ay fort approuvé la précaution que le Roy d’Espagne a prise d’écrire au vice-roy et aux principaus officiers qu’il a dans les Indes. Il estoit nécessaire de leur faire connoistre comme on a fait, l’estat des affaires présentes et de prévenir les artifices que les ennemis pouvoient employer pour les séduire. J’enverray incessament les différentes dépêches que vous m’avez envoyées pour estre jointe à votre lettre du 6 de ce mois39.

  • 40 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 août 1707, fos 146-147.
  • 41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre de Chamillart à Amelot, 13 septembre 1705, Versailles, fos 27 (...)
  • 42 AN, F12 121, lettre d’Aguesseau à Amelot, 13 septembre 1705, fo 61 ; Marine, B2 207, lettre de Pont (...)

23Le souci de conserver les possessions des Indes occidentales explique ainsi les demandes répétées de Chamillart et Pontchartrain de veiller aux places américaines. Le secrétaire d’État de la marine commandait par exemple à Amelot de veiller à la nomination du gouverneur de Saint-Domingue40, en ajoutant de sa main, comme pour mieux le convaincre : « Cette affaire cy regarde le roy personnellement à cause de la colonie françoise ». Chamillart manifesta quant à lui des inquiétudes concernant les îles de Juan Fernández. Découvert au xvie siècle, cet archipel appartenant aujourd’hui au Chili est situé à l’ouest de Santiago. L’une de ses îles, plus connue sous le nom d’île de Robinson Crusoé, servit de refuge aux pirates et aux corsaires car elle se situait sur la route maritime entre Lima et Santiago. L’attention du contrôleur général des finances ayant été attirée par Jean Orry et Nicolas Mesnager, il recommanda donc à Amelot de s’assurer de la fidélité de l’officier chargé de ces îles. Des négociants français pourraient apporter leur concours en cas de nécessité pour des livraisons de vivres ou simplement pour y transporter un nouveau gouverneur. Chamillart s’en remettait à Amelot pour proposer au despacho les mesures nécessaires41. Peu au fait de la géographie de la mer du Sud, il demandait enfin à l’ambassadeur de s’informer pour savoir si d’autres îles et d’autres postes ne seraient pas menacés par les Hollandais. D’Aguesseau et Pontchartrain lui firent les mêmes recommandations42.

  • 43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 août 1707, fos 127-133.

24L’Amérique espagnole, trop souvent reléguée au rôle de périphérie, se trouve ainsi en réalité au cœur des stratégies développées par les ministres de Louis XIV pour défendre l’autorité de Philippe V. D’ailleurs, Amelot semblait lui-même accorder parfois plus d’importance aux possessions ultramarines d’Amérique qu’aux territoires européens, comme celui de Naples. Ainsi, lors de la chute du royaume napolitain en août 1707, il rendait compte au roi des discours auxquels cette perte avait donné lieu. Selon l’ambassadeur, il y avait d’une part ceux qui se sentaient exclus du gouvernement et qui le critiquaient, et d’autre part, ceux qui défendaient l'idée que Philippe V serait un roi tout aussi respecté s’il s’assurait seulement des Indes et de la péninsule43.

25L’union des couronnes impliquait, nous venons de le voir, que Louis XIV compensât les difficultés financières de Philippe V. Dès lors que les couronnes étaient côte à côte dans la guerre, les impératifs de l’une étaient également ceux de la seconde. Dans l’exemple portugais développé ci-dessus, c’est le désir de faire la paix avec Pierre II qui poussa le roi de France à envoyer des subsides. Pourtant, une paix séparée avec le royaume lusitanien regardait autant la monarchie de Louis XIV que celle de Philippe V. Lors du renouvellement du capitulat de Milan, l’incapacité du roi d’Espagne à garantir la signature de cet accord essentiel pour le Milanais poussa le roi de France à payer les sommes nécessaires. Les Cantons, coincés entre l’Empire à l’est, le royaume de France à l’ouest et le duché de Savoie et le Milanais au sud, surent monnayer au prix fort cet accord. Le rôle d’Amelot comme intermédiaire dans les négociations doit ici être souligné. Dans le contexte particulier de l’union des couronnes, c’est à lui que revenait la tâche de surveiller la monarchie de Philippe V, d’alerter le roi de France et de prendre des initiatives. En cela, il n’était plus un représentant seulement au service de Louis XIV mais également de son petit-fils. Pour l’Amérique espagnole, on peut aller plus loin en mettant en évidence le sens ambigu de la défense de ces territoires. Sous prétexte de défendre et d’assurer la possession des Indes à Philippe V, Amelot travailla à garantir des gages à Louis XIV si la situation en Europe se détériorait. C’est bien la dimension inavouable de ces tractation qui obligea l’ambassadeur à agir dans la plus grande discrétion. Le contexte de l’union des couronnes modifia ainsi profondément la fonction d’ambassadeur. D’ailleurs, cette mutation du rôle d’Amelot se retrouve dans sa fonction d’organisateur ou de coordinateur des efforts financiers des deux monarchies. Dans le domaine militaire, le financement de la guerre constitua un terrain d’essai pour l’union des couronnes.

II. — Financements croisés

26L’union des couronnes se matérialisa aussi sur le plan financier. La conduite de la guerre et les ressources qu’elle nécessitait imposèrent de veiller à la coordination des efforts. Là encore, l’ambassadeur servait d’intermédiaire obligé. Sa mission ne se résumait pas à rédiger des dépêches, informer le roi, se rendre aux audiences de Philippe V ou participer à la vie de cour. Il devait également veiller à l’organisation du ravitaillement des troupes, à l’acheminement des soldes et, surtout, trouver les fonds nécessaires pour couvrir les besoins du trésor espagnol. Au gré des hasards de la conservation des archives, on peut éclairer le travail d’Amelot dans ce domaine pour l’année 1708. En dépit des incendies qui ont ravagé les archives financières, quelques documents conservés dans la série G7 des Archives nationales permettent d’examiner plus précisément le rôle d’Amelot dans l’articulation des financements des deux couronnes. De plus, si le monopole de l’asiento ou les retours de flottes de métaux précieux ont déjà donné lieu à des travaux approfondis, on souhaite les replacer ici dans le contexte de l’union des couronnes.

La campagne de 1708 : un montage financier

  • 44 Antoine, 1985 ; Id., 1986, p. 5.

27Mener une guerre a toujours exigé d’importants moyens. Dans un siècle qui a connu une augmentation considérable des effectifs militaires et de l’administration requise pour les organiser, alors que la bonne préparation d’une campagne se révélait toujours plus décisive pour l’emporter, la gestion des ressources est devenue une nécessité absolue. Le rôle de Louvois dans la réorganisation de l’armée de Louis XIV, l’émergence lente et graduelle, mais continue et sans retour, d’un « État de finance44 », et le contrôle des élites par le biais des carrières militaires ont accru le poids de l’appareil militaire dans les sociétés et les États. La guerre et ici son financement constituent un bon exemple pour éclairer les articulations financières auxquelles l’union des couronnes donna lieu.

  • 45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, 25 février 1706, fos 138-143.

28Dans le contexte belliqueux, la coordination des efforts militaires incombait pour une part à l’ambassadeur résidant à Madrid. Représentant du Roi Très Chrétien, il devait agir de concert avec les généraux et les officiers des troupes du roi de France, envoyés dans la péninsule. La présence d’une armée française dans les territoires du Roi Catholique constituait une nouveauté, car elle ne résidait pas pour faire la guerre au roi d’Espagne, comme lors des conflits précédents, mais pour défendre les intérêts du jeune Philippe V. Avec les maréchaux, comme Tessé et Berwick, ou le duc d’Orléans à partir de 1707, l’ambassadeur devait veiller à coordonner les campagnes militaires. La fonction d’Amelot était ainsi modifiée par ce besoin d’organisation. Michel Chamillart a d’ailleurs très bien résumé ce changement en suppliant Amelot de ne plus se conduire en « négociateur » mais en « homme de guerre45 ». Il distinguait ainsi l’art de faire la paix de celui de la guerre. Cette demande souligne les contradictions et les difficultés dans lesquelles Amelot se trouvait, puisque l’on demandait à un ambassadeur d’adopter le comportement d’un général plutôt que celui d’un homme de compromis.

  • 46 AHN, Estado, leg. 320, caja 2, lettre de Francisco Fobequet à la cour, 26 juillet 1707.
  • 47 AHN, Estado, leg. 313, lettre de l’évêque de Saragosse [Antonio Ibáñez de la Riva] à Grimaldo, 13 s (...)

29L’ambassadeur Amelot devait ainsi intervenir dans les menus détails de l’organisation militaire. Quand Francisco Fobequet, commissaire des guerres à Saragosse, alerta la cour sur les difficultés à pourvoir aux dépenses des fortifications de la ville récemment reconquise et au paiement des soldes, c’est à Amelot que l’affaire fut remise46. L’ambassadeur ne put que conseiller au commissaire des guerres de s’adresser à Joffreville47, qui commandait les troupes françaises dans la cité. Il est intéressant de remarquer que c’est vers l’ambassadeur du roi de France que les officiers des troupes se tournaient pour organiser la campagne. L’organisation militaire espagnole semble donc s’être habituée à la présence de ce négociateur qui n’en était pas un par certains aspects de sa mission. Plus que comme le signe de la transformation des circuits de la prise de décision, la présence d’Amelot est à considérer comme un niveau supplémentaire, à l’image d’un coordinateur qui assurerait la circulation des ordres et mesures à prendre. C’est de ce rôle qu’il retira son influence.

  • 48 Lynn, 1997, p. XIV.

30Dans Giant of the Grand Siècle, John Lynn présente l’administration de l’armée au plus près du terrain comme l’un des éléments clés des victoires de Louis XIV durant la première partie de son règne. La fourniture des équipements, le paiement des soldes et le ravitaillement étaient organisés au plus près des troupes. Ainsi, si l’expansion militaire fut parallèle ou simultanée à une centralisation et à une bureaucratisation plus développée, l’administration de l’armée s’appuyait sur les administrations provinciales et pas seulement sur des officiers à Paris48. Le renfort d’intermédiaires que l’on qualifie aujourd’hui de « privés » était monnaie courante. Ainsi, une campagne militaire nécessitait munitionnaires, commissionnaires, directeurs des vivres, et les nombreux commis qui les assistaient. Les dépenses militaires excédant largement les ressources, on avait recours à de nombreux expédients ou « ressources extraordinaires ». Créations d’offices et traités de finances se multipliaient en temps de guerre. Les dépenses étaient assignées sur de nombreux fonds différents. Elles se répartissaient en deux catégories. L’ordinaire des guerres couvrait les dépenses de la maison militaire du roi par nature structurelles, tandis que l’extraordinaire des guerres servait de caisse pour toutes les autres dépenses qui gonflaient en temps de guerre. L’extraordinaire des guerres représentait des sommes qui surpassaient, de loin, celles de l’ordinaire. À cela, il faut ajouter les approvisionnements que fournissaient certaines provinces frontières, et parfois le logement des soldats. La gestion des fonds au plus près de l’armée accrut considérablement le travail d’Amelot, qui devait veiller à l’arrivée des remises, à la circulation des voitures et, de manière plus générale, à l’ensemble des fournitures de l’armée.

  • 49 Il s’agit d’Antoine-François Méliand, né le 10 mai 1670, avocat puis conseiller au Parlement de Par (...)
  • 50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 187, copie de la lettre d’Amelot à Chamillart, 31 janvier 1708, fos 26-30

31Lors de la campagne de 1708, qui est la mieux documentée, Amelot supervisa tout : il veillait aux remises, assurait le paiement des fournisseurs, voire assignait les dépenses sur les différentes recettes encore disponibles de la couronne espagnole. Il travaillait avec un intendant français chargé des troupes, Méliand49. Amelot apparaît dans la correspondance de Chamillart comme son interlocuteur privilégié, autant que les généraux et les maréchaux sur place50. En 1707 et en 1708, le duc d’Orléans commandait l’armée des deux couronnes mais Amelot jouait un rôle essentiel dans le déroulement de la campagne.

  • 51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fos 10-1 (...)
  • 52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fo 11.
  • 53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, de Chamillart à Amelot, 19 mars 1708, Versailles, fos 160-161.
  • 54 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fo 12.

32Pour la campagne de 1708, Chamillart avait prévu 10 millions de livres tournois pour la subsistance des troupes du roi de France dans la péninsule51. Il avertit Amelot que si ce montant venait à être dépassé, il ne pouvait répondre de rien tant le crédit du roi était entamé. La somme devait servir à payer la subsistance des troupes, les officiers généraux et l’état-major52, les hôpitaux, le pain, la cevade et les mulets des vivres. Elle se répartissait ainsi : 6 millions de livres tournois que Samuel Bernard devait donner par versements mensuels de 500 000 livres53 ; 1 million de livres tournois sous la forme d’une fourniture de 30 000 sacs de froment et 50 000 sacs d’avoine54 ; et enfin, 3 millions de livres tournois pour rembourser des dépenses pour l’armée espagnole qui seraient effectuées en France, c’est-à-dire en réalité un crédit que le roi d’Espagne pouvait dépenser auprès de marchands français pour différents équipements. Si le roi de France assurait ainsi un fonds de 10 millions de livres tournois pour l’armée de son neveu, il faut toutefois souligner que sur cette somme, les 3 millions de livres tournois données comme une autorisation de dépense étaient en réalité une compensation pour des fournitures payées par le roi d’Espagne aux armées de Louis XIV en Espagne, principalement des vivres et des fourrages.

  • 55 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 17 septembre 1708, Madrid, avec un état des « Sommes à pa (...)
  • 56 Sur ces différents fournisseurs, voir Kamen, 1974.

33Amelot de Gournay jouait un rôle fondamental dans cette organisation puisque c’était lui qui décidait des dépenses à assigner sur ce fonds de 3 millions de livres tournois. L’ambassadeur du roi de France avait la charge de réaliser les dépenses et d’en tenir au courant le contrôleur général des finances. Il n’était donc pas seulement le coordinateur d’une campagne, mais un maillon essentiel dans la distribution des fonds prévus. Les archives du contrôle général des finances conservent encore aujourd’hui le document des sommes à payer, dressé par Amelot et arrêté en septembre 1708 : ce fonds couvrit en réalité des dépenses de cette année-là mais aussi de l’année suivante55, composées de sommes dues à différents banquiers ou marchands, comme Leleu, Lelarge ou encore Yon56 ; à des voituriers du Languedoc ; à Bertin, pour des boulets de canons fournis à Fontarabie, pour l’achat de fusils, etc.

34Outre les préparatifs, Amelot entrait donc dans les détails de l’organisation des campagnes, d’autant plus que Jean Orry, précédemment chargé de veiller à l’approvisionnement de l’armée, avait été rappelé en 1706. L’ambassadeur jouait ainsi le rôle de trésorier. Cette forte articulation entre l’argent envoyé à Madrid et les relations entre les deux monarchies était particulière au contexte d’union étroite ; le roi de France et le Roi Catholique étaient désormais des alliés. L’action de l’ambassadeur dépendait étroitement de ces nouvelles relations, mais les interactions entre l’argent et ses négociations ne se limitaient pas aux subsides et à l’organisation militaire.

35Le financement croisé de la campagne constituait, de loin, le premier poste de dépenses. Toutefois, l’action de l’ambassadeur concernait également de nombreux autres fonds qui, bien que beaucoup moins importants en volume, révèlent d’autres sujets de préoccupation de l’ambassadeur. Trois questions financières déterminèrent le cours de l’ambassade d’Amelot. Il s’agit de l’asiento, des retours des flottes et des différentes contributions mises en place durant la guerre.

L’asiento ou le prix de l’indépendance politique

36Par asiento, on entendait le monopole que le roi d’Espagne concédait à une compagnie, ou à un groupe d’armateurs, pour l’introduction d’esclaves dans l’Amérique espagnole. Il prenait la forme d’un traité signé entre la couronne et plusieurs particuliers, permettant à ces derniers de pratiquer le commerce négrier entre les côtes africaines et les possessions ultramarines du Roi Catholique. Il fut signé le 27 août 1701 à Madrid par Jean-Baptiste Ducasse, au nom de la Compagnie royale de Guinée, et par Manuel Garcia de Bustamante, chevalier de l’ordre de Saint-Jacques, conseiller au Conseil des Indes.

  • 57 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, A, no 1, Mémoire des sommes versées par la compagnie de l’Asiento à (...)

37Le capital formé par la compagnie était divisé en trois tiers : un payé par le roi de France, un deuxième par le roi d’Espagne et le troisième par les négociants intéressés dans la compagnie. Le Roi Catholique ne disposant pas de la somme qu’il lui revenait de payer, les marchands avancèrent son capital. Le traité était valable pour la période 1702-1712. De plus, pour chaque esclave introduit, la compagnie devait payer une taxe de 33 livres tournois. Comme la compagnie avait l’autorisation d’envoyer 48 000 esclaves, elle s’engageait donc à verser au minimum 1 584 000 livres tournois. En réalité, la compagnie paya par avance le tiers du capital du roi d’Espagne et la taxe de chaque esclave. En 1713, lors des négociations d’Utrecht, le privilège fut concédé aux Britanniques. La compagnie, qui avait avancé d’importantes sommes d’argent sans pouvoir pratiquer le commerce auquel elle avait droit en raison de la guerre, commença à faire de nombreuses réclamations auprès des ministres du roi de France pour obtenir le remboursement des sommes avancées. Pour appuyer leurs prétentions, les négociants rédigèrent en 1734 un document récapitulant toutes les dépenses que la compagnie avait couvertes pour le roi d’Espagne57.

38En effet, avant la signature de la paix et tant que dura l’espérance de pouvoir pratiquer ce juteux trafic, la compagnie fut contrainte de payer des dépenses de Philippe V. Le document de comptabilité révèle ainsi les charges qu’on lui imposa. Outre les 750 000 livres tournois que la compagnie avança pour le tiers du capital revenant à la charge du roi d’Espagne, elle couvrit des dépenses pour un montant d’1,7 million de livres tournois durant la guerre, entre 1702 et 1712. Quelque 150 000 livres tournois furent par exemple envoyées au prince de Vaudémont, gouverneur du duché de Milan, environ 100 000 livres tournois pour Barcelone en 1701-1702, et une série de pensions furent allouées à des proches de Philippe V, comme Louville, le duc de Beauvilliers, etc. Toutefois, parmi les dépenses ainsi assignées, plusieurs attirent l’attention. Il s’agit de sommes révélatrices de l’action de l’ambassadeur soit par le destinataire concerné, soit par le montant. Elles concernaient notamment le paiement des compagnies de gardes du corps de Philippe V.

  • 58 Glesener, inédite, t. I, p. 83.
  • 59 Ibid., t. I, pp. 108-109.

39Lorsque le duc d’Anjou monta sur le trône espagnol et s’installa à Madrid, la sécurité de sa personne donna de nombreuses inquiétudes à la cour de Versailles58. De plus, l’étiquette palatine en usage à la cour espagnole conférait un rôle primordial aux Grands d’Espagne, véritable écran entre la personne du roi et ses courtisans. Louis XIV exigea donc la constitution d’une garde royale autour de son petit-fils. Cette mesure suscita de nombreuses oppositions, tant chez les Grands que dans les conseils. En décidant en 1704 que le capitaine de la cour ne devait prendre ses ordres qu’auprès de lui et en fixant sa place dans le protocole par une ordonnance, le roi nourrit un peu plus les rancœurs. Ni le mayordomo mayor ni les ministre ne pouvaient se prévaloir d’une quelconque autorité sur les gardes59. En 1705 éclata l’affaire dite du banquillo, car le roi avait décidé que le capitaine des gardes, élevé au rang de Grand, serait assis près de lui à la chapelle, sur un banc différent des autres. Dès lors, l’incident survint : les Grands considéraient comme attentatoire à leur dignité que l’un d’eux soit sur un banc différent, et refusèrent d’aller à l’office.

  • 60 Glesener, inédite, t. I, pp. 91-92.

40L’existence de cette garde était donc contestée. Pour la rendre indépendante de la mauvaise volonté des conseils ou de l’opposition, le comte d’Ursel, chargé de la mettre sur pied en 1701-1702, proposa que son paiement soit assigné sur la compagnie de l’asiento. Il lui garantissait ainsi une indépendance politique. Dans le document de comptabilité, de nombreux ordres de paiement en faveur du comte d’Ursel ou de la garde apparaissent. Entre 1702 et 1709, ce sont ainsi un peu plus de 300 000 livres tournois de dépenses de la garde, entre solde et équipement, qui furent réglées par la Compagnie de l’asiento60. Un accord commercial aux implications diplomatiques très fortes pour les relations entre les deux couronnes servait donc à donner une indépendance financière au roi d’Espagne.

41La Compagnie de l’asiento n’apparaît ainsi plus seulement comme un accord commercial, concédé à des Français en raison des objectifs économiques poursuivis par la diplomatie du roi de France, mais comme un instrument financier au service du pouvoir de Philippe V. D’ailleurs, elle paya également des dépenses militaires dans des circonstances critiques.

  • 61 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 26 juin 1706.
  • 62 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 6 juillet 1706, fo 11 ; t. 159, le (...)
  • 63 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 1er septembre 1706, fos 114-115 ; (...)

42À l’été 1706, devant l’avancée d’une armée portugaise sur Madrid, Philippe V et sa cour durent quitter la capitale. Au milieu des difficultés financières provoquées par l’impossibilité de recouvrir les taxes et les impôts, Amelot de Gournay exigea de mettre à contribution une nouvelle fois la Compagnie61. Pontchartrain se chargea d’obtenir l’assentiment du roi de France. L’ambassadeur demanda 300 000 livres tournois pour le paiement des troupes62. La situation d’urgence eut raison de toutes les oppositions et Louis XIV ordonna à la Compagnie de payer. Les sommes furent versées dans le mois qui suivit63. Orry servit d’intermédiaire pour le transfert des fonds.

  • 64 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 30 août 1706, camp de Ciempozuelos.
  • 65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 6 octobre 1706, fos 189-190.
  • 66 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, Pontchartrain à Amelot, 6 avril 1707, fos 190-193.
  • 67 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 13 décembre 1706.
  • 68 AN, AE, BI 771, décret de Philippe V, 12 juillet 1708.
  • 69 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 2 juillet 1708, Madrid.
  • 70 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 6 août 1708, Madrid.

43La Compagnie se trouvait dans des avances si importantes, que le secrétaire d’État de la marine demanda, sur une proposition d’Amelot64, que l’on exigeât dorénavant les taxes en fonction du nombre d’esclaves réellement introduits, et non de celui prévu par le traité65. Cette disposition déplaisait fortement à Philippe V66, et le Conseil des Indes la jugeait irrecevable67 : elle fut rejetée. En contrepartie, Amelot obtint de Philippe V un décret par lequel le roi d’Espagne autorisait la Compagnie à se fournir en esclaves au Cap-Vert68. Amelot tentait de défendre les intérêts de la Compagnie, mais réclamait toujours une contribution pour ses interventions. Ainsi, en 1708, lorsqu’il obtint la nomination d’un employé de la compagnie comme oidor à Panamá, il réclama 500 pistoles d’or au directeur de la Compagnie69. La somme fut payée par ce dernier, le négociant Hubert Hubrecht70.

44L’asiento se trouvait ainsi pris dans le jeu des négociations entre les deux couronnes. Il ne servait pas seulement de contrepartie commerciale à l’engagement militaire de Louis XIV pour tenter de maintenir l’intégrité de la monarchie espagnole, mais aussi d’instrument financier au service de l’autorité de Philippe V. Dans ce dispositif, l’ambassadeur du roi de France s’employait à défendre les intérêts de Philippe V tout en exigeant de la Compagnie une participation à l’effort de guerre.

Les flottes américaines : un nerf vital

45Le trafic négrier n’était pas le seul secours financier dont Amelot devait surveiller la dépense. Les retours des métaux précieux faisaient l’objet d’une convoitise si forte, que l’ambassadeur s’impliquait profondément dans l’organisation des convois. Dès le début de la guerre, les ressources de l’Amérique espagnole attirèrent l’attention des belligérants. Les rois de France et d’Espagne voyaient en elles le moyen de financer une guerre coûteuse. Du côté des puissances maritimes, trancher ce nerf vital revenait à asphyxier financièrement leurs ennemis.

  • 71 García-Baquero González, 1997.
  • 72 Hrodej, 2006, pp. 27-43.
  • 73 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Philippe V au duc d’Albuquerque, 19 octobre 1706.
  • 74 Pérez-Mallaína Bueno, 1982.

46La navigation depuis les possessions européennes vers les côtes américaines n’était pas libre. Elle était soumise à un règlement et à une organisation très précise. Outre l’obligation de déclarer ce qu’ils transportaient, les navires marchands réalisant la traversée devaient naviguer en convoi, tant pour l’aller que pour le retour. Ce système s’appelait la carrera de Indias71. Les nombreuses escadres anglaises et hollandaises qui croisaient dans l’Atlantique pour tenter d’intercepter ces convois poussèrent le roi de France à louer ses navires de guerre pour les escorter72. Cette opération, dont le roi d’Espagne remboursait le coût avec les fonds revenus de la flotte, permettait en outre à des navires au pavillon du roi de France de passer directement à la mer du Sud. Ainsi, lors de la sortie des souverains de Madrid à l’été 1706, Philippe V avertit le duc d’Albuquerque que deux navires de l’escadre française qui accompagnait la flotte espagnole devaient passer dans le Pacifique afin de charger tout l’argent possible pour remédier aux urgences présentes (las presentes urgencias73). La préparation de ces convois supposait une coordination entre les marines de France et d’Espagne. L’ambassadeur se trouvait, là encore, en première ligne. Il ne s’agit pas de retracer ici toute l’histoire des flottes durant la guerre, ce qui a déjà été réalisé par Pablo Emilio Pérez-Mallaína74, mais de montrer dans quelle mesure l’ambassadeur s’impliquait dans les difficiles négociations concernant les dédommagements et les bénéfices à retirer de ces retours.

  • 75 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 7 mars 1707, fos 163-165.
  • 76 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 mars 1707, fos 60-65.
  • 77 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 21 mars 1707.

47Au début du mois de mars 1707, un vaisseau chargé de métaux précieux arriva au port de Pasajes, près de Saint-Sébastien. Il s’agissait d’un million d’écus que le vice-roi de Nouvelle-Espagne envoyait à Philippe V75 ; les autres navires continuèrent leur route jusqu’à Brest. Outre l’argent envoyé par le vice-roi, la flotte contenait aussi ce que l’on appelait les « effets » des négociants, c’est-à-dire l’argent retiré de leur commerce aux Indes. Comme l’arrivée des vaisseaux dans un port du royaume de France était contraire aux lois régissant la navigation, Amelot demanda à Louis XIV de laisser la liberté des fonds aux négociants, sans leur demander de les remettre dans les hôtels de monnaie. Il s’agissait pour l’ambassadeur de faire taire les critiques, selon lesquelles les Français ne cherchaient qu’à faire main basse sur l’argent américain, et d’établir une relation de confiance entre les sujets des deux pays76. Il justifia sa demande par la crainte d’un dérangement de « la bonne foi du commerce77 ». L’interlope des Français était très mal considéré en Espagne.

  • 78 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 avril 1707, fos 200-203.
  • 79 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Louis XIV à Philippe V, 11 avril 1707, fo 207.
  • 80 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, 24 avril 1707, fo 232.
  • 81 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 14 mai 1708.
  • 82 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 28 mai 1708, Madrid.

48La liberté donnée par Louis XIV aux commerçants espagnols eut de très bons échos à Madrid, selon l’ambassadeur78. Dans la lettre que le roi de France adressa à son petit-fils, il justifia cette libéralité donnée aux négociants, par le souci de « contribuer infiniment à establir la confiance si nécessaire entre la France et l’Espagne79 ». En remerciement, le roi d’Espagne laissa au roi de France un million de livres tournois sur la somme arrivée80. L’année suivante, en 1708, lors de l’arrivée d’une autre flotte, la décision fut différente. Puisque la flotte était arrivée en Espagne, les effets ne pouvaient pas être récupérés d’une manière ou d’une autre par le roi de France. Toutefois, comme dans le cas précédent, l’ambassadeur apparaît derrière la plupart des décisions. La flotte contenant peu d’effets et les intéressés au commerce des Indes étant dans une situation délicate, on jugea plus sûr de retenir un montant général d’un million de pesos que de prélever une taxe de 10 % sur les produits. En effet, un ratio n’empêchait pas les fraudes, tandis qu’une retenue fixe d’un million assurait l’entrée de cette somme dans les caisses du roi. Le sieur Mesnager qui était arrivé la veille avait jugé ces dispositions comme les meilleures81. Toutefois, comme certains négociants avaient fait débarquer une partie des effets en France, Amelot leur réclama un effort : il exigea une taxe de 4 % sur l’ensemble des matières arrivées. Il demandait ainsi au contrôleur général du roi de France de retenir, « au nom du roi d’Espagne », une part de l’argent que les négociants ne manqueraient pas de porter aux hôtels de monnaie. Cette décision, dont nous verrons plus loin qu’elle ne fut finalement pas appliquée, illustre comment les ministres du roi de France étaient sollicités pour défendre les intérêts financiers de Philippe V. L’ambassadeur apparaît au cœur des relations des deux couronnes, en orchestrant ainsi la réception des sommes arrivées en France ou en Espagne. Desmarets défendit d’ailleurs cette solution auprès de Louis XIV82.

III. — Les contributions : trouver des fonds

  • 83 Alabrús Iglesias, 2005-2006, p. 178.

49Si les enjeux diplomatiques apparaissaient clairement derrière le maniement des fonds liés à l’asiento et aux retours des flottes américaines, les finances de la monarchie catholique conditionnaient aussi une part importante de l’activité d’Amelot à Madrid. Les contributions prélevées sur le clergé et l’abolition des fueros ont très souvent été analysées dans leurs dimensions juridiques. Considéré comme le maître d’œuvre de ces décisions, Amelot a ainsi été présenté comme le symbole du régalisme français introduit en Espagne à l’occasion du changement dynastique. Souvent qualifié de « régaliste », d’admirateur d’Omer Talon83, Amelot serait le prototype du juriste, issu du Parlement de Paris, jaloux de l’autorité royale, laquelle ne saurait s’accommoder d’une quelconque entrave.

  • 84 Hanotin, 2015.
  • 85 BNE, ms. 11268/21, Real decreto por el que S. M. dispuso valerse de las alcabalas, tercias reales y (...)
  • 86 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de l (...)
  • 87 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 juin 1706, Madrid, fos 202-205 ; let (...)

50La lecture de la correspondance d’Amelot avec les ministres donne un aperçu différent. Elle n’invalide pas fondamentalement cette perception mais permet de la nuancer en tenant compte des arguments avancés par l’ambassadeur pour justifier ces mesures. Dans un contexte de guerre particulièrement difficile, où la péninsule était en proie à une guerre civile générale et à des difficultés financières croissantes, le marquis de Gournay motivait ces décisions par l’impératif d’augmenter les ressources de Philippe V84. Il défendit ainsi avec vigueur un décret sur les biens aliénés, déjà évoqué précédemment, qui réinterprétait plusieurs droits au trésor royal. La situation de guerre du royaume était l’explication avancée pour justifier cette décision85. Le mémoire anonyme préconisant de saisir une partie de l’argenterie des églises86 fut très vraisemblablement préparé dans l’entourage d’Amelot (peut-être par Macanaz), car l’ambassadeur défendit également l’idée auprès de Louis XIV87. Le jeune roi d’Espagne demanda par ailleurs à Amelot de pousser le cardinal Portocarrero à accepter cette mesure. Amelot écrivait ainsi à Louis XIV :

  • 88 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fos 78-84.

On a commencé, Sire, à mettre sur le tapis l’affaire de l’argenterie des églises. Le roy votre petit-fils en a parlé au Cal Portocarrero qui répondit d’abord d’une manière peu propre à faire espérer un heureux succès de la proposition, S. M. C. m’ayant fait appeler pour parler en sa présence avec le cardinal je luy représentay si clairement les fortes raisons qu’il y a d’en venir à une pareille résolution qu’il ne peut s’empêcher de convenir de traiter la matière dans une conférence, avec les personnes, que le roy d’Espagne jugera à propos de nommer. J’ay engagé l’Inquisiteur général et le commissaire général de la Crusade, en qui le Cardal a beaucoup de confiance à le porter à ce que le roy d’Espagne désire88.

51Devant la difficulté de mettre en place une telle saisie, et plus pressé de percevoir des fonds que de modifier les rapports entre l’Église et la couronne, Amelot défendit finalement l’idée d’un simple emprunt :

  • 89 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 janvier 1707, fo 104vo.

S. M. C. se réduit à demander un emprunt dont le remboursement serait assuré par des assignations sûres. On demande deux millions d’écus afin d’en obtenir un. Cette somme est nécessaire pour financer la guerre et régler les dépenses courantes en attendant les revenus ordinaires, le produit des biens aliénés qu’on va commencer à toucher89.

  • 90 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 13 juin 1707, fos 222-227 ; t. 173, let (...)

52La victoire d’Almansa ouvrit une nouvelle période pour l’autorité de Philippe V. Le succès de ses armées, le 25 avril 1707, lui permit de partir à la reconquête des territoires qui avaient fait sécession à son autorité. La question de la punition à infliger agita rapidement la cour de Madrid. Là encore, l’ambassadeur de Louis XIV se trouvait au centre des décisions prises. Dans sa correspondance, Amelot défendait l’abolition des fueros par les circonstances. Selon lui, c’était une occasion à ne pas manquer. Il ne fallait absolument pas reprendre le train des affaires habituel : on courrait alors le risque de ne plus pouvoir s’imposer par la suite. Il convenait de trancher immédiatement et sans faiblesse. Tergiverser n’était pas une solution pour l’ambassadeur et le contexte de guerre ne permettait pas d’attendre90.

  • 91 C’est ainsi le cas lorsqu’il écrivit à Louis XIV, le 13 juin : « … Il a été agité ces jour-ci s’il (...)
  • 92 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juillet 1707, fos 2-7.

53Le deuxième argument qui semble convaincre l’ambassadeur était d’ordre financier. En effet, réduire les royaumes de la couronne d’Aragon et de Valence permettrait d’augmenter les ressources fiscales de la monarchie. D’ailleurs, à chaque fois qu’il évoquait la suppression des privilèges, il mentionnait l’obligation pour les royaumes de payer autant de taxes que la Castille91. La préoccupation de l’administration des finances revient ainsi à plusieurs reprises sous sa plume92. Dans ses lettres à son souverain, Amelot ne justifia jamais ses décisions par des arguments juridiques ou légaux mais par son souci de trouver les fonds pour poursuivre la guerre. Impératif d’autant plus urgent, qu’il fallait profiter de la victoire militaire et pousser ses avantages aussi loin que possible.

  • 93 AHN, Consejo, lib. 1475, exp. 90, décret royal du 18 octobre 1707.

54S’il est clair que l’ambassadeur profita de la situation créée par la victoire d’Almansa, on ne doit toutefois pas oublier que les nécessités financières ont été l’un des premiers arguments avancés par Amelot pour justifier l’abolition des fueros, l’emprunt forcé sur le clergé93 et le décret sur les biens aliénés. De plus, à aucun moment dans sa correspondance au roi, l’ambassadeur ne laisse entrevoir des conceptions juridiques ou politiques.

55L’absence de références explicites ne permet pas de brosser un portrait définitif d’Amelot, notamment concernant ses idées ou ses principes. Les réflexions politiques, juridiques ou sur l’autorité royale n’avaient pas de place dans l’argumentation développée pour le roi et ses ministres. Pour défendre son action, le diplomate recourait davantage aux arguments financiers, signe de leur importance pour l’action diplomatique. La correspondance d’Amelot ressemble très peu aux chroniques de la vie de cour et contient surtout le récit de ses initiatives pour l’équipement de l’armée, le financement de la campagne et la gestion des deniers de la couronne.

IV. — L’ambassade d’Amelot, un négociateur parmi des négociants

56Le crédit d’Amelot à la cour de Madrid tenait en premier lieu à son crédit financier. Il illustre comment, à la fin du règne de Louis XIV, les intérêts commerciaux et financiers prenaient une large place dans l’élaboration et la conduite de sa politique extérieure. Il ne s’agit pas ici de défendre l’idée selon laquelle avoir la haute main sur les finances conférait autorité et ascendant dans une cour, mais de considérer comment les relations personnelles et bancaires se mêlaient et, en retour, comment le pouvoir tenait compte des intérêts de certains milieux économiques.

  • 94 De nombreuses initiatives sont attribuées à Orry. Pourtant, ce fut l’ambassadeur qui fut à l’origin (...)
  • 95 Berwick, Mémoires, pp. 334-335.

57Après avoir trouvé un rythme de travail et une organisation satisfaisante pour lui et pour le roi, Amelot obtint le renvoi du conseiller qui avait été chargé des opérations financières depuis le début de la guerre : Jean Orry94. Ce financier français avait été envoyé en Espagne dès 1701 à la demande du cardinal Portocarrero, afin de procéder à une réorganisation des finances. Son travail consista surtout à réaliser un bilan de la situation et à proposer des mesures afin d’assainir la situation du trésor royal. Il effectua ainsi plusieurs missions entre 1701 et 1704. Son impopularité et ses intrigues provoquèrent sa disgrâce. En 1705, lors du choix d’Amelot de Gournay comme ambassadeur, Jean Orry obtint de retourner en Espagne. Il devait travailler sous les ordres de l’ambassadeur et ne rien entreprendre sans son aval. En 1706, à l’occasion d’un retour en France du conseiller, Amelot demanda qu’il ne revienne pas en Espagne. Sa requête, jointe à celle de Berwick, fut exaucée, et Orry reçut l’ordre de rester à Paris95.

58Amelot eut dès lors le contrôle sur une grande partie des fonds. Toutefois, sa correspondance ne permet pas de savoir comment il réorganisa son travail après le départ d’Orry. Au début de l’année 1707, il s’inquiétait du financement de la campagne, non faute de fonds, mais à cause de l’absence du roi qui risquait de causer beaucoup de difficultés. Philippe V souhaitait aller commander les troupes en personne, or, comme le soulignait Amelot :

  • 96 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fo 162.

… il n’y aura d’ailleurs personne à Madrid, qui ait l’autorité de rien décider, ni de donner aucun ordre, tout ce qui se fait sur tout en matière d’argent, devant être émané de la propre personne du roy, ou des décrets ou par des ordres en son nom, du secrétaire des dépêches universelles96.

  • 97 Francisco Estaban Rodríguez, marquis de Santiago, fut par exemple chargé de la provision du pain et (...)

59Dans les rares allusions à son travail, on le voit ainsi suivre en détail la mise en place d’une mesure, veiller à l’expédition des décrets, et surtout, prendre le temps de travailler en tête à tête avec les ministres espagnols ou les conseillers français, comme Orry ou Mesnager, les intendants comme Méliand, ou les munitionnaires espagnols, comme le marquis de Santiago97.

  • 98 AN, G7 1093, lettre de Louis Yon à Desmarets, 21 mai 1708.

60Quand on suit son activité, plusieurs noms reviennent souvent. Ce sont les mêmes intermédiaires, négociants ou banquiers qui sont recommandés. De plus, lorsque ces derniers écrivaient aux ministres de Louis XIV, comme Chamillart et Desmarets, ils mentionnaient souvent l’ambassadeur comme pour mieux appuyer leur demande ou donner du poids à leurs initiatives. Ainsi, dans une lettre adressée à Desmarets, le banquier, négociant et fournisseur de vivres Louis Yon assurait que la mise sur pied du traité des vivres de l’année 1708 était l’œuvre d’Amelot98. Sans l’ambassadeur, aucun accord n’aurait été trouvé entre les différentes parties écrivait-il. Les frères Yon apparaissent ainsi comme des hommes clés du réseau d’Amelot à Madrid. Installés à Madrid et à Paris, ils fournissaient des fonds à l’ambassadeur dans le cadre de l’accord de 1708. En échange, Amelot veillait à ce qu’ils soient remboursés. Dans une lettre de recommandation du négociant madrilène, à qui il était dû plus d’un million de livres tournois en 1708, Amelot écrivait à Desmarets :

  • 99 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 16 juillet 1708, Madrid.

Je puis vous assurer que ce qui y est exposé, est exactement vrai, et je ne puis me dispenser de vous renouveler mes instances en faveur du Sr Yon. C’est un négociant nécessaire au service. Son zèle pour tout ce qui a rapport se fait connoitre en toute occasion, et je ne puis assez vous dire combien je m’intéresse à la conservation de son crédit99.

  • 100 AN, G7 1093, lettre de Louis Yon à Desmarets, 31 juillet 1708, Paris.
  • 101 AN, G7 1093, lettre de Jean-Jacques Yon à Amelot, juillet 1708, Madrid.
  • 102 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 13 août 1708, Madrid.
  • 103 AGI, Indiferente General, leg. 260, Reales decretos, 1705-1707, lettre de Grimaldo à Amelot, 19 nov (...)
  • 104 AGS, Estado, Negociación de Francia, 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, 25 juillet 1708.

61Signe de la puissance de la sollicitation du banquier qui demandait un rendez-vous au ministre, Desmarets annota sa demande par la mention suivante : « Escrire au Sr Yon de me venir trouver à Fontainebleau100 ». Yon se plaignait d’être entré dans des avances sur les assurances d’Amelot qu’il serait payé101. Amelot supplia Desmarets de le rembourser puisqu’il serait « d’une très fâcheuse conséquence de voir périr un homme comme celuy-là, pour s’être livré, sans réserve & avec autant de zèle, au service des deux couronnes102 ». Outre la supplique adressée à Desmarets, Amelot intima l’ordre à José de Grimaldo de rembourser des avances au banquier. Il lui demanda ainsi le remboursement d’une créance de 10 000 pesos à valoir sur les caisses du Conseil des Indes. Grimaldo s’exécuta103. Amelot défendit à plusieurs reprises les intérêts du banquier, notamment en 1708, lorsque des marchandises d’un négociant en affaires avec lui furent saisies par le gouverneur de Port-Mahon104.

  • 105 AN, G7 1093, lettre et mémoire des sieurs Garoutte et Hours à Desmarets, 22 septembre 1708. Sur les (...)
  • 106 AN, G7 1093, lettre de Philippe Masson à Desmarets, 18 mai 1708. Il se plaint au nom de ses amis de (...)
  • 107 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 2 octobre 1708, Madrid. AHN, Consejo, lib. 2753, no 14, « (...)
  • 108 Muñoz Serrulla, 2008, p. 734.
  • 109 Ibid., p. 734.
  • 110 Ibid., p. 739.

62Les négociants justifiaient souvent leurs demandes par le fait qu’ils n’avaient accepté d’avancer des fonds que sur la demande expresse d’Amelot. C’était le cas de Yon, mais aussi de Garoutte, Hours105, Hubert Hubrecht, Philippe Masson106 ou encore Flon107. En 1709, Bartolomé Flon avait avancé, par exemple, environ 4,5 millions de pesos au trésor royal108. Il travailla d’ailleurs sous la supervision de Gramont et d’Amelot selon la relation de mérites qu’il rédigea quelques années plus tard pour obtenir un titre de Castille109. Il joua un rôle primordial pour canaliser l’argent d’autres banquiers afin de financer la guerre. En 1707, il reçut la charge de gentilhomme de la chambre, mais sans les obligations et les appointements correspondants110. Il s’agissait d’un geste purement honorifique.

63Ces nombreuses demandes illustrent l’entremise de l’ambassadeur dans la gestion des fonds et la fourniture des vivres aux armées. Qu’il apparaisse comme un intermédiaire sollicité par des fournisseurs pour toucher leur dû n’est pas surprenant, c’est davantage son rôle dans l’attribution des remboursements et de leur caractère plus ou moins urgent qui confère à Amelot une place spécifique dans l’organisation et la gestion des fonds à destination de l’armée en Espagne. En cela, l’administration des finances confirme ce que l’on a déjà évoqué pour les nominations des officiers, la rédaction des décrets, le suivi du travail de Philippe V ou encore ses initiatives au despacho.

  • 111 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Louis Boyer (à Marseille), 8 juillet 1708 ; lettre d’Amelot à Louis (...)
  • 112 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 3 septembre 1708, Madrid.
  • 113 José Aguado Correa y Chacón Martínez Correa reçut l’habit de Calatrava par la cédule royale du 15 o (...)
  • 114 AN, G7 1093, lettre de Charles Marracy à Desmarets, 8 octobre 1708, Madrid ; AMAE, Cor. pol., Esp., (...)
  • 115 Castro, 2004, p. 346.

64Amelot intervenait pour obtenir le remboursement des marchands qui réalisaient des fournitures pour l’armée du roi de France en Espagne. Il s’engageait parfois personnellement pour presser l’exécution d’une décision ou obtenir le remboursement d’une dépense111. C’était aussi lui qui choisissait les fournisseurs. À l’occasion d’une demande de remboursement pour l’Espagnol Joseph Aguado Correa, l’ambassadeur soulignait qu’il l’avait choisi pour entrer dans le prochain traité de vivres de l’armée qu’il négociait alors112. Ce fournisseur, sur lequel le premier élément connu est qu’il reçut l’habit de l’ordre de Calatrava en 1716113, était en réalité un marchand qui bénéficia de l’estime d’Amelot. Il travaillait avec l’ambassadeur et devint en 1708 directeur général des vivres de l’armée des deux couronnes114. Par la suite, il est connu comme un protégé de Bergeyck et un entrepreneur ayant investi dans le textile à Valdemoro115. Comme tout bon négociant, il disposait d’un commissaire ou facteur à Paris pour relancer ses sollicitations auprès du contrôleur général des finances et obtenir les remboursements promis.

  • 116 AGS, Estado, Negociación de Francia, leg. 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, [février] 1708.
  • 117 AGS, Estado, Negociación de Francia, leg. 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, 6 avril 1708.
  • 118 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 1, « Cédula nombrando juez conservador de la nacíon f (...)
  • 119 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 1, « Real cédula al Sr Rodrigo Cavallero, para el rec (...)
  • 120 AHN, Sección Nobleza, Osuna, CT. 142, D. 25, lettre de Luis Jerónimo Pastor à Pascual Francisco de (...)
  • 121 AGS, Estado, leg. 4302, dossier constitué par Rodrigo Cavallero, conseiller de Philippe V, alcalde (...)
  • 122 AGS, Estado, leg. 4302, lettre de Grimaldo à Ronquillo, 21 avril 1708.

65L’ambassadeur s’occupait personnellement des intérêts de négociants installés en Espagne. Il donna ainsi à Grimaldo des ordres pour dédommager des négociants français Antonio Constié et Pedro Castilla, installés à Valence et qui avaient tout perdu lorsque la province s’était ralliée au camp de l’archiduc116. Leurs biens avaient alors été confisqués par les alliés et l’ambassadeur de Louis XIV demandait une compensation à valoir sur les biens pris sur les rebelles au moment de la reconquête. Ne parvenant pas à trouver de quoi les satisfaire à San Felipe, Grimaldo adressa à Macanaz, juge des biens confisqués, l’ordre de donner des terres aux marchands français de Valence pour un montant de 100 000 ducats117. Dès septembre 1707, une cédule royale de Philippe V avait ordonné au juge conservateur de la nation française, Rodrigo Cavallero118, que les négociants français soient dédommagés des pertes que la domination de l’archiduc sur le royaume de Valence avait pu leur occasionner119. Grimaldo défendit également les intérêts d’un marchand français de Gandie, un certain François Maynier120. Ce dernier avait perdu tous ses biens lors de la domination de l’archiduc en 1706. Il réclamait 15 000 ducats de compensation121. On lui attribua 4 000 ducats à faire valoir sur les confiscations de Denia lorsque la ville serait reprise122.

  • 123 AHN, Estado, leg. 275, exp. 66, lettre d’Amelot à Grimaldo, 30 novembre 1705.
  • 124 AHN, Estado, leg. 275, exp. 66, représentation d’Amelot, 27 novembre 1705.

66À l’inverse, le représentant du roi de France pouvait parfois exiger que des navires français qui trafiquaient illégalement aux Indes paient les droits dus à la couronne espagnole. Ainsi, une frégate nommée L’Ambitieuse fut prise par des corsaires biscayens. Amelot demanda officiellement que les corsaires renoncent à leur prise mais obligea en échange les marchands à payer les droits d’entrée des marchandises transportées par la frégate123. Il adressa à ce sujet une représentation, rédigée en castillan, à Grimaldo124.

  • 125 « En vérité, je ne comprends pas qu’on veuille irriter les Espagnols par une injustice aussi criant (...)
  • 126 AN, AE, BI 771, lettres d’Amelot à Pontchartrain, 21 janvier 1709, 4 février 1709, 1er avril 1709 e (...)

67Pour prévenir les récriminations et la colère des officiers espagnols contre les tolérances accordées aux navires français à Versailles, Amelot cherchait inlassablement à déminer tout conflit et éviter des querelles inutiles. Dans son souci de préserver la politique d’union des couronnes, il pouvait aller jusqu’à demander un arbitrage au roi de France contre l’avis de ses ministres. En 1709, un navire espagnol de Bilbao, le Saint-Antoine, fut pris par des corsaires français et transféré au port de Brest. Les juges de l’amirauté, chargés de se prononcer sur la validité de la prise, estimèrent que le navire contrevenait aux prohibitions commerciales. Ils prétendaient que le navire était anglais, à destination d’une colonie anglaise et chargé de produits interdits alors qu’il s’agissait vraisemblablement d’un navire de Bilbao, qui possédait de surcroît un visa de l’ambassadeur pour sa cargaison. À plusieurs reprises, Amelot se plaignit amèrement à Chamillart et Pontchartrain du manque de réciprocité entre les deux couronnes125. Si les corsaires français étaient autorisés à saisir des vaisseaux espagnols au mépris des passeports donnés par l’ambassadeur du roi de France à Madrid, comment ne pas accepter que les sujets de Philippe V en fassent autant ? Devant le peu d’empressement de Pontchartrain à lui donner raison, Amelot sollicita Louis XIV avec insistance. Le roi se rangea à l’avis de son envoyé et accorda une main levée126. Les intérêts de l’union des couronnes passaient avant ceux de la course française. L’ambassadeur avait réussi à faire prévaloir les relations entre les deux monarchies sur les urgences financières du royaume de Louis XIV.

68Les interventions de l’ambassadeur ne se résumaient pas à recommander des négociants et des banquiers ou définir les priorités des remboursements. Amelot s’impliquait également dans les questions commerciales. Les échanges commerciaux avec l’Amérique constituaient un enjeu pour tous les belligérants. L’Angleterre et la Hollande refusaient catégoriquement l’idée que Louis XIV puisse s’emparer du commerce espagnol et le monopoliser à son profit. Pour le roi de France et ses ministres, il représentait surtout une ressource financière tant que durerait la guerre. La question du commerce alimenta des querelles et des tensions entre les deux couronnes. Amelot se trouvait donc encore dans la position d’intermédiaire et il devait développer des talents de négociateur pour aplanir les différends. Là encore, « l’union des couronnes » commandait son action à Madrid.

  • 127 AN, G7 1093, lettres d’Amelot à Desmarets, 28 mai 1708 et 11 juin 1708, Madrid.
  • 128 AN, G7 1093, lettre de Desmarets à Amelot du 24 juin 1708 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, fo 59.

69Concentrer l’effort de guerre supposait d’établir des relations de confiance entre les sujets des deux souverains, notamment dans les milieux commerciaux. Les nombreux projets de réformes du commerce des Indes, auxquels plusieurs officiers espagnols et Amelot, Daubenton ou Mesnager travaillaient, visaient cet objectif : développer des relations commerciales entre les deux monarchies. Ce climat de bonne entente fut également recherché, sans véritablement y parvenir, à d’autres occasions. Nous l’avons vu, lors du retour de navires des Indes en 1708, Amelot proposa d’abord la saisie d’une partie des effets pour le compte du roi d’Espagne, puis il se ravisa. Un échange de lettres avec le contrôleur général des finances, Desmarets, éclaire les motifs de ce revirement : l’ambassadeur émettait lui-même des doutes sur le bien-fondé du prélèvement de 4 % sur les effets arrivant des Indes dans un port de France qu’il avait institué quelque temps auparavant127. Il craignait que les marchands finissent par renoncer à laisser leurs effets en France et préfèrent, y compris par la fraude, les transférer dans les pays étrangers. Il redoutait notamment de voir les métaux précieux partir en terre étrangère si l’on taxait les effets des marchands espagnols qui étaient arrivés dans un port de France. Instruit de ces doutes quant à une imposition des retours espagnols, Desmarets se rangea à l’avis de l’ambassadeur128. Le développement du commerce entre les deux royaumes l’emporta donc sur les impérieuses nécessités du Trésor. Les relations entre les deux couronnes justifièrent une décision financière aux conséquences lourdes, dans une période de difficultés monétaires. Cet échange de lettres illustre comment les initiatives propres à chaque monarchie se trouvèrent étroitement liées durant les premières années de l’union des couronnes.

  • 129 AN, G7 1093, lettre de Desmarets à Amelot, 24 septembre 1708.
  • 130 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 15 octobre 1708, Madrid.

70Quelques mois plus tard, une flotte arriva au port de Pasajes, près de Saint-Sébastien. Plusieurs négociants français y possédaient des effets. Ils s’adressèrent à Desmarets pour obtenir l’autorisation de faire venir l’or et l’argent en France en payant un indult au roi d’Espagne129. Amelot obtint cette autorisation, pourtant contraire à toutes les lois régissant le commerce des Indes. Les marchands devaient seulement payer un indult de 1 %130. Ainsi, les retours de métaux précieux faisaient l’objet d’une concertation entre le contrôleur général du roi de France et l’ambassadeur à Madrid, qui tentaient de tenir compte des intérêts des deux couronnes. Cette relation particulière nouée entre les deux couronnes constitue un cas isolé, car la monarchie de Louis XIV ne se trouva jamais aussi liée avec un autre État, qu’avec celui de Philippe V dans les premières années du xviiie siècle. Toutefois, à cette occasion, les questions financières structurèrent un rapprochement politique. Elles accréditèrent l’idée d’une « union des couronnes ». Cette période reste finalement emblématique d’un moment où deux puissances, anciennement rivales, tentaient de coordonner leurs actions pour défendre leurs intérêts. L’incapacité à trouver durablement un terrain d’entente souligne le poids des rancœurs et des déceptions.

V. — Les difficultés de l’union ou l’échec de la mission d’Amelot

  • 131 Lettre de Louis XIV à Amelot, 12 novembre 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. (...)
  • 132 Bély, 1992, p. 406.

71La fin de l’ambassade d’Amelot signifia en quelque sorte l’échec de l’union des couronnes telle qu’elle avait été envisagée depuis 1700. Elle intervint lors des tentatives d’ouvrir des négociations en 1709 en Hollande. Dès l’automne 1708, Louis XIV avait averti son petit-fils qu’il fallait songer à la paix. Cette année 1708 avait été marquée par plusieurs déconvenues pour leurs armées avec la défaite d’Audenarde le 11 juillet, la chute de Lille le 22 octobre et la prise de la Sardaigne, de Minorque et de Port-Mahon par les Impériaux en août. Le roi de France avait donc demandé à son ambassadeur à Madrid de faire savoir à son petit-fils qu’il faudrait peut-être renoncer à la Castille et aux Indes131, puisque les ouvertures commerciales proposées par Mesnager entre décembre 1707 et janvier 1708 n’avaient rien donné132.

  • 133 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 janvier 1709, fos 2-14, reproduite en (...)
  • 134 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, Madrid, fo 59.

72Parallèlement à ces discussions, Amelot fut mis en difficulté. Il évoque une cabale en janvier 1709, emmenée par les ducs de Montalto et Montellano et les comtes d’Aguilar et de Monterrey133, qui selon lui, cherchaient à obtenir son rappel ainsi que celui de la princesse des Ursins134. Les Comentarios du marquis de San Felipe révèlent que ces tensions étaient persistantes et comment Amelot réussissait à passer outre :

  • 135 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 168.

Les Espagnols les plus avertis n’ignoraient rien ; ils voyaient la politique de trahison du ministère français [les tentatives de négociations], ils connaissaient la répugnance du roi à ce sujet ; mais celui-ci ne croyait pas que les Français puissent user d’autres armes contre lui que la persuasion, ni que par un cruel désir il soit vaincu et déchu. C’était le mensonge et la confusion que la cour cachait, compris de peu [de personnes], parce que Amelot, qui gouvernait tout en Espagne, affectait le plus grand zèle et tenait les plus jaloux pour des opposants au Roi […] parce qu’ils désapprouvaient la méthode du gouvernement135.

  • 136 Ibid.
  • 137 Lettre de Louis XIV à Amelot, 11 mars 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, (...)
  • 138 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre de Chamillart à Amelot, 19 mars 1709, Versailles, fos 244-245 (...)

73Ainsi, Amelot qualifiait d’opposants ou de « malintentionnés », ceux qui étaient tentés de s’opposer à lui et qui se regroupaient autour du duc de Montellano136. La situation était particulièrement difficile puisque, outre la guerre, le pape s’apprêtait à reconnaître l’archiduc Charles comme roi d’Espagne. Aussi, le roi annonça à son ambassadeur à Madrid dès le 11 mars 1709 qu’il comptait envoyer Rouillé en Hollande137. Inquiet des bruits d’une négociation, Philippe V décida d’envoyer Bergeyck afin de proposer une ouverture du commerce américain aux Hollandais mais ce fut un échec138.

74Au printemps des préliminaires furent effectivement conduits par Rouillé à Moerdijk puis à Woerden en Hollande. Il traitait avec Buys et Van der Dussen, envoyés par le pensionnaire Heinsius. Rouillé pouvait aller jusqu’à proposer de céder toute la monarchie, à l’exception de Naples et de la Sicile. Mais Marlborough fit alors savoir que l’Angleterre exigerait la restitution de toutes les possessions sans exception. Torcy tenta de peser de tout son poids en allant porter la réponse du roi aux offres de préliminaires hollandaises envoyées par Rouillé. Le roi de France renonçait à la Barrière qui devait s’agrandir des places de Lille et Tournai. De plus, Dunkerque serait détruite et la reine Anne et ses héritiers seraient reconnus. Le Prétendant devrait quitter le royaume et Strasbourg serait rendue.

  • 139 AMAE, Cor. pol., Esp., lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709, fos 202-220 ; t. 195, extrait de (...)

75Les bruits d’une négociation s’accentuant à Madrid, l’idée d’un abandon de l’Espagne devint publique. Les moins attachés au roi d’Espagne se montraient de plus en plus irrités contre le roi de France. Les Grands étaient plus assidus que jamais à faire leur cour. Le roi d’Espagne manifesta à Amelot son ferme désir de se maintenir, seul s’il le fallait. L’ambassadeur tenta de modérer Philippe V en lui représentant les grandes difficultés de Louis XIV, mais devant le refus inflexible du roi d’Espagne de céder aux exigences des puissances maritimes, il demanda à être rappelé le 30 avril 1709139. Amelot expliqua qu’il ne souhaitait pas conduire une politique différente de celle qui était menée depuis cinq ans. Il ne voulait pas abandonner Philippe V à son sort et préférait donc quitter la cour de Madrid. Il était venu en Espagne pour mener une politique de rapprochement entre les deux monarchies mais celle-ci devenait insoutenable à l’heure où Louis XIV devait manifester sa bonne volonté à l’égard des exigences anglo-hollandaises pour la paix.

  • 140 Lettre de Louis XIV à Amelot, 20 mai 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, (...)
  • 141 Lettre de Louis XIV à Amelot, 3 juin 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, (...)

76Le roi de France lui répondit qu’il devait attendre d’être lui-même informé de l’accueil réservé aux propositions qu’il avait chargé Torcy de transmettre en Hollande140. Devant le refus intransigeant des Hollandais de consentir à la moindre concession, le roi de France comprit que la position d’Amelot devenait intenable. Dans une cour où il avait joué le rôle de Premier ministre officieux, le rappel des troupes de Louis XIV et les différents points des tentatives de négociations en Hollande rendaient la situation de l’ambassadeur précaire puisque Philippe V décidait de se maintenir et de s’appuyer davantage sur ses sujets que sur les conseils de son grand-père. Le 3 juin 1709, Louis XIV accepta qu’Amelot invoque des raisons de santé pour rentrer en France141.

  • 142 Rule, 1970, p. 97.

77Le grand pensionnaire Heinsius rédigea alors en 40 articles les exigences hollandaises. L’article 4 prévoyait que Louis XIV devrait joindre ses forces aux alliés si Philippe V ne renonçait pas à la couronne. Cette condition fut jugée inacceptable : Louis XIV la rejeta le 2 juin 1709 et les préliminaires furent définitivement rompus en septembre142. Toutefois, le roi se décida à rappeler l’essentiel de ses troupes. Il consentit seulement à laisser vingt bataillons en Espagne.

  • 143 Lettre de Louis XIV à Amelot, 19 août 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, (...)
  • 144 À la suite des changements dans le despacho en 1709, Louis XIV écrivait à Amelot le 17 juillet 1709 (...)

78Le successeur d’Amelot, le marquis de Blécourt, tardant à arriver, le marquis de Gournay continua d’assister au despacho du roi d’Espagne. Il ne devait en sortir qu’au mois d’août pour mieux convaincre de la séparation nette entre les deux couronnes143. Il incarnait trop la politique d’union des couronnes pour rester à Madrid alors que le roi de France semblait vouloir la paix à tout prix. De plus, Philippe V voulait désormais s’appuyer sur ses sujets144. Dès lors que l’ambassadeur ne pourrait plus assister au despacho, mieux valait rentrer en France, c’est le sens de sa demande.

79Il est par ailleurs surprenant que celui qui a tant œuvré au rapprochement des deux monarchies ait aussi peu suscité les oppositions. Si la princesse des Ursins et Orry ont cristallisé les oppositions et ont fait l’objet de nombreuses poésies ou caricatures dénonçant la mainmise des agents de Louis XIV en Espagne, l’ambassadeur est étrangement absent des collections de la Biblioteca Nacional ou de la Real Academia de Historia comme de celles de la Biblioteca de Catalunya.

  • 145 Berwick, Mémoires, pp. 334-335.
  • 146 « Yo, Juan Orry Primero… » (BNE, ms. 13654, s. d., fo 50vo).
  • 147 « Orry nos saca Millones / Con a chaque de sus levas… » (BNE, ms. 13654, Las Lágrimas de Marin, s.  (...)
  • 148 Peña Izquierdo, inédite, t. III, pp. 350-352.

80Jean Orry fut ainsi régulièrement dénoncé dès ses premiers séjours en Espagne en 1701 et 1702. Son impopularité inquiéta Berwick et Amelot au point qu’à la faveur d’un retour du conseiller en France en 1706, ils demandèrent à Louis XIV de ne pas le laisser revenir en Espagne145. Or, il est surprenant voire paradoxal que les critiques aient toujours plus touché Orry qu’Amelot, puisque le premier était aux ordres du second à partir de 1705 et qu’il ne pouvait agir qu’après en avoir reçu la consigne expresse de l’ambassadeur. Désigné par le terme « d’intendant », Jean Orry était accusé de vouloir s’imposer, comme l’indique ce vers d’un libelliste castillanophone : « Moi, Jean Orry le Premier146 ». Dans un court imprimé intitulé Las Lágrimas de Marín, on sous-entendait, par un jeu sur le mot millones qui désignait à la fois le nombre et l’impôt du même nom, qu’il prélevait de l’argent à chaque levée de taxes147. Là encore, le conseiller prenait directement ses ordres auprès de l’ambassadeur mais c’est lui qui en faisait les frais. Enfin, si Orry a tant concentré les attaques des libellistes148, il faut souligner qu’il retourna en Espagne à partir de 1713, comme une sorte de contrôleur général (veedor général), ce qui lui attira d’autres diatribes.

  • 149 Respuesta y glos a una representación, que el marqués de Mançera hizo al Duque de Anjou, [1707], ci (...)
  • 150 Voir par exemple BC, Fullets Bonsoms, 3076, Las Agonías de la Francia y religiosos austriacos ardim (...)

81En 1707, après la bataille d’Almansa et la chute de Valence aux mains des armées de Philippe V, une sévère politique de confiscations fut mise en place par Macanaz, mais toujours sur les ordres de l’ambassadeur. Orry fut là encore une cible des libellistes alors qu’il n’était plus en Espagne à cette date149. Les Français étaient dénoncés sans plus de précision. C’est davantage la politique suivie qui était condamnée, assimilée aux Français de manière générale, plutôt qu’à un individu en particulier150.

  • 151 Cité dans Kamen, 1974, p. 159.
  • 152 Saint-Simon, Mémoires, t. XVIII, pp. 81-82.

82En 1714, un pamphlétaire castillan dénonça tous les dommages que les conseillers français, flamands et italiens avaient causés à l’Espagne ; le seul qu’il épargna fut Amelot, dont il louait le respect pour l’avis des Espagnols151. Saint-Simon, qui se rendit sous la Régence à Madrid, attesta également du bon souvenir laissé par l’ambassadeur et de sa bonne réputation en Espagne152.

  • 153 BNE, ms. 12396, Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acahec (...)
  • 154 BNE, ms. 12396, Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acahec (...)
  • 155 BNE, ms. 12396, Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acahec (...)
  • 156 En plus de la chronique manuscrite déjà citée, voir : BNE, ms. 17499, « Historia política y secreta (...)
  • 157 « Est-ce être roi d’Espagne que de soumettre vos plus petites résolutions aux honteux amis d’Amelot (...)
  • 158 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 168.
  • 159 Ibid., p. 185.

83Amelot, quant à lui, apparaît davantage dans les chroniques produites dans les cercles de la cour ou les relations plus développées et détaillées. Il s’agit d’avisos ou de pliegos de cordel, cette littérature de colportage diffusée par les aveugles, un genre différent de celui des imprimés ou des feuilles volantes. L’ambassadeur figure ainsi dans une chronique manuscrite intitulée Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acaecidos en ellas. Datant de la première moitié du xviiie siècle, elle a été rédigée par un personnage qui semblait proche de la cour ou relativement bien informé. Amelot est présenté comme un proche de la princesse des Ursins153. Ensuite, dans un récit qui ne livre pas une image très claire de l’ambassadeur, car elle apparaît incohérente, Amelot est évoqué à l’occasion de la chute d’Oran en 1708. Cette place d’Afrique du Nord fut en effet conquise par le roi du Maroc profitant des affrontements en Europe pour s’emparer de cette ville. Le choc de la nouvelle de la perte d’Oran provoqua des dissensions à la cour et Amelot est alors présenté comme un allié du duc d’Orléans au détriment de la princesse des Ursins, avec qui le neveu de Louis XIV ne s’entendait pas154. Enfin, dans une troisième évocation de l’ambassadeur, celui-ci est accusé de ne pas avoir procédé à toutes les provisions nécessaires pour un siège conduit à l’été 1708, sans doute celui de Tortose155. Les évocations de l’ambassadeur sont trop rares ou trop anecdotiques pour permettre de dégager un portrait précis de lui dans la littérature de propagande, dans les relations ou les chroniques. Il apparaît seulement associé à la princesse des Ursins156 ou exerçant une forme de domination sur Philippe V et la cour157. Seul le chroniqueur Vicente Baccalar y Sanna, marquis de San Felipe, a détaillé un peu le rôle d’Amelot à la cour. Il prétend que l’ambassadeur reçut de nouvelles instructions en 1709 afin de seulement laisser dans le despacho des personnes dociles à son autorité158 ou encore, qu’il entretenait des « intelligences secrètes […] avec la princesse des Ursins » une fois rentré en France en 1709159.

84Les quelques images ou informations que l’on peut glaner au sujet de l’ambassadeur se caractérisent surtout par l’impossibilité d’en retirer une vision globale. Il brille par son absence ou les passages qui l’évoquent se réduisent à l’anecdote. Ce silence des documents imprimés et des sources à son sujet est surprenant et difficile à expliquer. C’est d’autant plus paradoxal qu’il fut partisan du renforcement de la garde royale et de l’arrestation du marquis de Leganés en 1705, de l’abolition des fueros en 1707, et de mesures financières, jugées excessives par les Grands comme Medinaceli, ou par l’Église, avec le don gratuit imposé en 1707.

Notes

1 Cardim, Herzog, Ruiz Ibáñez (dir.), 2012.

2 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 10 juin 1705, Madrid, fos 150vo-151.

3 Lossky, 1970, p. 183.

4 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 10 juin 1705, fo 150vo.

5 Bély, 2001, pp. 344-345 ; Lossky, 1970, pp. 183-184.

6 Bérenger, 1975, t. II, p. 318.

7 Mme d’Elvas apprenait à Amelot que l’archiduc avait les plus grandes peines à trouver des fonds et que ses gens se plaignaient de ne pas être payés. AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, lettre de Mme d’Elvas à Amelot, 16 juin 1705, fos 19-24.

8 Frey, Frey, 1987, p. 72. Les alliés, notamment les Hollandais, n’étaient pas en reste vis-à-vis de ces soutiens à la révolte chez l’ennemi, car, malgré les difficultés financières de l’empereur, ils financèrent la révolte des camisards dans les Cévennes. Boles, 1997, p. 104.

9 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, Madrid, 15 juillet 1705, fo 254.

10 AMAE, Mém. et doc., France, t. 1135, fo 260.

11 Dessert, 1984, p. 532. Voir aussi Saint-Germain, 1960.

12 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, notice d’information [de Mme d’Elvas], août 1705, fos 41-43.

13 Lettre de Louis XIV à Amelot, 16 août 1705, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 80.

14 Glauser, 2011, s. v. « Les capitulats de Milan ».

15 AHN, Estado, leg. 2873, consulte du Consejo de Estado qui a jugé conformes les lettres de créance présentées par Jacome Francisco Andriani, envoyé extraordinaire des Cantons catholiques.

16 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juillet 1705, Madrid, fos 207-212.

17 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 152, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 30 juin 1705, Madrid, fos 531-532.

18 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 22 juillet 1705, Madrid, fos 107-109.

19 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Torcy, 12 août 1705, Madrid, fo 152.

20 Boislisle, Les Suisses et le marquis de Puyzieulx, p. LXXIII.

21 Ibid., p. 76. D’ailleurs, lorsque le marquis de Beretti-Landi, envoyé de Philippe V auprès des Cantons, demanda la Toison d’or en 1705, il argua du coût ruineux de son ambassade. Ses arguments sont détaillés dans un mémoire adressé à Torcy : AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, [1705], fos 189 sqq.

22 AN, G7 537-540, lettre de Torcy à Desmarets, 4 juin 1705, sur les fonds pour les dépenses dans les Cantons ; lettre de Torcy à Desmarets, 25 juin 1708, sur l’ordre de continuer à verser le sel aux Suisses.

23 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, d’Amelot à Torcy, 26 septembre 1707, fo 327.

24 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 10 octobre 1707, fos 28-29.

25 AN, Marine, B2 182, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 juillet 1705.

26 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 septembre 1706.

27 Il s’agit de Pedro Alvarez de Villarín, né aux Asturies, et attaché au service de l’électeur de Bavière. Le 13 mai 1706, il succéda à Pedro Benitez de Lugo, un autre fidèle de l’électeur, comme gouverneur et capitaine général de l’île de Cuba. Toutefois, il mourut le 8 juin de la même année. Il apparaît dans la documentation comme fidèle aux intérêts de Philippe V et « très affectionné des Français », ce que Pontchartrain ne manquait jamais de souligner. Sa correspondance, comme gouverneur de La Havane, est conservée à l’Archivo General de Indias : AGI, Gobierno, Santo Domingo, leg. 377, Cartas y expedientes del Gobernador de la ciudad de San Cristóbal de la Habana, 1704-1715. Voir également AGI, Indiferente General, 136, N. 155, Relación de méritos y servicios de Pedro Alvarez de Villarin, gobernador y Capitán general de Cuba, 12 avril 1704 ; AGI, Contratación, 5461, N. 9, Expediente de información y licencia de pasajero a Indias de Pedro Alvarez Villarín, mariscal de campo, gobernador y capitán general de Cuba, a Cuba, con los siguientes criados: Sebastián Antonio Fernández de Arellano, Francisco Gómez de Bulnes, José Alvarez Villaverde, 6 novembre 1705. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 septembre 1706, fos 160-163 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 septembre 1706, Versailles, fo 172.

28 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 septembre 1706.

29 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, no 1, lettre de Crozat et de La Boulaye à Daubenton, s. d. ; AGI, Gobierno, Santo Domingo, leg. 377, lettre de Nicolas Chirino Vandeval à Philippe V, 15 juillet 1706.

30 AN, Marine, B7 467, « Note sur le château del Morro à La Havane et son gouverneur Don Luis Chacón », [1706], fo 904.

31 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 7 novembre 1706.

32 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 10 novembre 1706.

33 AHN, Consejo, lib. 2753, no 97, grâce du titre de marquis de Casa Torres pour Don Laureano de Torres y Ayala, 1707, fo 40.

34 Calcagno, 1878-1886.

35 AGI, Gobierno, Santa Fe, 504, lettre de Laureano de Torres y Ayala à Philippe V, 14 décembre 1708, reproduite en annexe XVII.

36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 25 avril 1706, fos 73-74.

37 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 2 juin 1706, fos 213-216.

38 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 juillet 1706, Jadraque, fo 15.

39 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre de Louis XIV à Amelot, 18 juillet 1706, Versailles, fos 30-32.

40 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 août 1707, fos 146-147.

41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre de Chamillart à Amelot, 13 septembre 1705, Versailles, fos 272-273.

42 AN, F12 121, lettre d’Aguesseau à Amelot, 13 septembre 1705, fo 61 ; Marine, B2 207, lettre de Pontchartrain à Amelot, avril 1708, fo 282.

43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 août 1707, fos 127-133.

44 Antoine, 1985 ; Id., 1986, p. 5.

45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, 25 février 1706, fos 138-143.

46 AHN, Estado, leg. 320, caja 2, lettre de Francisco Fobequet à la cour, 26 juillet 1707.

47 AHN, Estado, leg. 313, lettre de l’évêque de Saragosse [Antonio Ibáñez de la Riva] à Grimaldo, 13 septembre 1707. Joffreville était lieutenant général des armées des deux couronnes à Saragosse. Quincy, Histoire militaire, t. V, pp. 395 et 428.

48 Lynn, 1997, p. XIV.

49 Il s’agit d’Antoine-François Méliand, né le 10 mai 1670, avocat puis conseiller au Parlement de Paris. Maître des requêtes en 1698, il obtint l’intendance de Pau et celle de l’armée de Louis XIV en Espagne en 1704. Il travaillait auprès d’Amelot, notamment pour l’acquittement des lettres de change. C’est également lui qui était de chargé de négocier les traités avec les munitionnaires et les fournisseurs espagnols. Voir Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, pp. 197 et 210. Voir aussi AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, 4 octobre 1706, Versailles, fos 184-185 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, de Chamillart à Amelot, 21 novembre 1707, fos 114-117 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fo 18 ; SHD, A1 2048, no 237, lettre à M. Méliand et à M. Amelot, 9 avril 1707 ; SHD, A1 2049, no 8, lettre d’Amelot à Chamillart, 1er mai 1707 ; SHD, A1 2050, no 125, lettre d’Amelot à Chamillart, 11 octobre 1707 ; AN, G7 12, lettre de Chamillart à Méliand, 18 mai 1707.

50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 187, copie de la lettre d’Amelot à Chamillart, 31 janvier 1708, fos 26-30.

51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fos 10-15.

52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fo 11.

53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, de Chamillart à Amelot, 19 mars 1708, Versailles, fos 160-161.

54 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, 16 janvier 1708, Versailles, fo 12.

55 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 17 septembre 1708, Madrid, avec un état des « Sommes à payer en France à la décharge du Roy d’Espagne ».

56 Sur ces différents fournisseurs, voir Kamen, 1974.

57 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, A, no 1, Mémoire des sommes versées par la compagnie de l’Asiento à S. M. C., [1734].

58 Glesener, inédite, t. I, p. 83.

59 Ibid., t. I, pp. 108-109.

60 Glesener, inédite, t. I, pp. 91-92.

61 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 26 juin 1706.

62 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 6 juillet 1706, fo 11 ; t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, fos 262-266.

63 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 1er septembre 1706, fos 114-115 ; AMAE, CADN, Madrid, ambassade, A, no 1, Mémoire des sommes versées par la compagnie de l’Asiento à S. M. C., [1734].

64 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 30 août 1706, camp de Ciempozuelos.

65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 6 octobre 1706, fos 189-190.

66 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, Pontchartrain à Amelot, 6 avril 1707, fos 190-193.

67 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 13 décembre 1706.

68 AN, AE, BI 771, décret de Philippe V, 12 juillet 1708.

69 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 2 juillet 1708, Madrid.

70 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 6 août 1708, Madrid.

71 García-Baquero González, 1997.

72 Hrodej, 2006, pp. 27-43.

73 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Philippe V au duc d’Albuquerque, 19 octobre 1706.

74 Pérez-Mallaína Bueno, 1982.

75 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 7 mars 1707, fos 163-165.

76 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 mars 1707, fos 60-65.

77 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 21 mars 1707.

78 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 avril 1707, fos 200-203.

79 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Louis XIV à Philippe V, 11 avril 1707, fo 207.

80 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, 24 avril 1707, fo 232.

81 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 14 mai 1708.

82 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 28 mai 1708, Madrid.

83 Alabrús Iglesias, 2005-2006, p. 178.

84 Hanotin, 2015.

85 BNE, ms. 11268/21, Real decreto por el que S. M. dispuso valerse de las alcabalas, tercias reales y demás derechos y oficios enagenados de la corona. Madrid 21 de noviembre 1706.

86 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de las yglesias, [1707], contenu dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, fos 100-111.

87 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 juin 1706, Madrid, fos 202-205 ; lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1706, Madrid, fos 212-214 ; lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 juin 1706, fos 226-232 ; t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 décembre 1706, fos 170-175 ; t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 janvier 1707, fo 39. L’envoyé de Jacques III auprès de Philippe V, le chevalier de Bourke reprenait aussi cette idée dans une lettre à Torcy. Voir AMAE, Cor. pol., t. 166, lettre de Bourke à Torcy, 3 janvier 1707, fos 15-16.

88 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fos 78-84.

89 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 janvier 1707, fo 104vo.

90 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 13 juin 1707, fos 222-227 ; t. 173, lettre d’Amelot à Torcy, 6 juillet 1707, fos 81-82.

91 C’est ainsi le cas lorsqu’il écrivit à Louis XIV, le 13 juin : « … Il a été agité ces jour-ci s’il ne convenoit pas mieux de mettre tout sur le pied de Castille, en sorte que les provinces nouvellement revenues à l’obéissance fussent gouvernées par les mesmes loix, et payassent les mesmes droits et les mesmes impositions » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 13 juin 1707, fos 222-227, ici fos 222-223). Lorsqu’il évoquait le pardon donné par le duc d’Orléans aux rebelles, il nuançait en écrivant, dans le même courrier : « il a fallu nécessairement s’expliquer que S. M. C. ne remettoit, que le peine de mort et les autres punitions corporelles, parce qu’autrement on n’auroit pu châtier les rebelles, ni par la bourse, ni par la supression de leurs privilèges, ce qui n’auroit pas été convenable ».

92 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juillet 1707, fos 2-7.

93 AHN, Consejo, lib. 1475, exp. 90, décret royal du 18 octobre 1707.

94 De nombreuses initiatives sont attribuées à Orry. Pourtant, ce fut l’ambassadeur qui fut à l’origine d’un certain nombre d’entre elles. Juan Vidal, 2004, pp. 65-92.

95 Berwick, Mémoires, pp. 334-335.

96 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fo 162.

97 Francisco Estaban Rodríguez, marquis de Santiago, fut par exemple chargé de la provision du pain et de la cevade des troupes espagnoles et françaises de l’armée des deux couronnes à partir du 1er septembre 1707. Il fut l’un des munitionnaires le plus important. Sa fille fut d’ailleurs marié au neveu de Jean de Goyeneche, le trésorier de la reine. En 1706, il reçut le titre de marquis de Santiago. AHN, Estado, leg. 313, lettre de l’évêque de Saragosse à Grimaldo, 22 octobre 1707 ; AHN, Consejo, leg. 8976, exp. 186, concession du titre de marquis de Santiago à Francisco Esteban Rodríguez de los Ríos, [1706] ; SHD, A1 2050, no 125, lettre d’Amelot à Chamillart, 11 octobre 1707 ; AN, G7 1092, lettre d’Amelot à Chamillart, 29 août 1707 ; G7 1093, lettre du duc d’Orléans à Desmarets, 26 mars 1708 ; G7 1421, lettre du duc d’Orléans à Chamillart, 25 mai 1708, fo 23. Kamen, 1974, p. 81 ; Aquerreta, 2001, pp. 208-210.

98 AN, G7 1093, lettre de Louis Yon à Desmarets, 21 mai 1708.

99 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 16 juillet 1708, Madrid.

100 AN, G7 1093, lettre de Louis Yon à Desmarets, 31 juillet 1708, Paris.

101 AN, G7 1093, lettre de Jean-Jacques Yon à Amelot, juillet 1708, Madrid.

102 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 13 août 1708, Madrid.

103 AGI, Indiferente General, leg. 260, Reales decretos, 1705-1707, lettre de Grimaldo à Amelot, 19 novembre 1707.

104 AGS, Estado, Negociación de Francia, 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, 25 juillet 1708.

105 AN, G7 1093, lettre et mémoire des sieurs Garoutte et Hours à Desmarets, 22 septembre 1708. Sur les instances d’Amelot, ils ont remis 16 630 livres au trésorier des troupes de France en Espagne en janvier et février 1707. Ils proposent d’apporter 8 315 livres supplémentaires en échange d’assignations pour la somme totale.

106 AN, G7 1093, lettre de Philippe Masson à Desmarets, 18 mai 1708. Il se plaint au nom de ses amis de Lyon qui ont fait de grandes avances aux commis de l’Extraordinaire des guerres et n’ont toujours pas été payés. Ils courraient tous à la ruine. D’autant plus que le duc d’Orléans, Amelot et Méliand les avaient assurés qu’ils seraient payés à l’heure. Desmarets a noté, comme pour Yon, dans la marge : « Luy escrire qu’il se trouve vendredy matin 25 à 9 h. du matin chez moy à Paris ».

107 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 2 octobre 1708, Madrid. AHN, Consejo, lib. 2753, no 14, « titulo de Srio a Dn Jacobo de Flon y Zurbaran », 1706, fo 24. Muñoz Serrulla, 2008, pp. 729-770. Sur la récompense de ses services par le titre de comte de la Cadena, on pourra se reporter à Felices de la Fuente, 2010, p. 677.

108 Muñoz Serrulla, 2008, p. 734.

109 Ibid., p. 734.

110 Ibid., p. 739.

111 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Louis Boyer (à Marseille), 8 juillet 1708 ; lettre d’Amelot à Louis Boyer, 30 juillet 1708 ; lettre de François Germain à Desmarets, 14 septembre 1708, Marseille.

112 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 3 septembre 1708, Madrid.

113 José Aguado Correa y Chacón Martínez Correa reçut l’habit de Calatrava par la cédule royale du 15 octobre 1716, Buen Retiro. Cadenas y Vicent, Caballeros de la Orden de Santiago, t. II, p. 14.

114 AN, G7 1093, lettre de Charles Marracy à Desmarets, 8 octobre 1708, Madrid ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 186, lettre de Regnault au duc d’Orléans, 15 septembre 1708, Madrid, fo 71.

115 Castro, 2004, p. 346.

116 AGS, Estado, Negociación de Francia, leg. 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, [février] 1708.

117 AGS, Estado, Negociación de Francia, leg. 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, 6 avril 1708.

118 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 1, « Cédula nombrando juez conservador de la nacíon francesa al Sr Dn Rodrigo Cavallero, alcalde del crimen », 30 octobre 1707, fo 115. Rodrigo Cavallero était un oidor castillan. Il fut intégré à la nouvelle chancellerie installée à Valence à l’été 1707. Auparavant, il avait exercé les fonctions d’alcalde à Cadix, et de corrégidor à Ecija. Il bénéficiait de l’appui de Pontchartrain et Daubenton. Voir Ortí i Major, El Diario, p. 231 ; AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 juillet 1707, fo 72vo.

119 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 1, « Real cédula al Sr Rodrigo Cavallero, para el recobro de lo que se les ha quetado a los franceses », septembre 1707, fo 70.

120 AHN, Sección Nobleza, Osuna, CT. 142, D. 25, lettre de Luis Jerónimo Pastor à Pascual Francisco de Borja Centelles Ponce de León, Xe duc de Gandía, 3 octobre 1707.

121 AGS, Estado, leg. 4302, dossier constitué par Rodrigo Cavallero, conseiller de Philippe V, alcalde de Casa y Corte et gouverneur de la Sala del Crimen de la Chancilleria de Valence, juge conservateur de la nation française, en faveur de Francisco Maynier, [1707].

122 AGS, Estado, leg. 4302, lettre de Grimaldo à Ronquillo, 21 avril 1708.

123 AHN, Estado, leg. 275, exp. 66, lettre d’Amelot à Grimaldo, 30 novembre 1705.

124 AHN, Estado, leg. 275, exp. 66, représentation d’Amelot, 27 novembre 1705.

125 « En vérité, je ne comprends pas qu’on veuille irriter les Espagnols par une injustice aussi criante. Vous seriez fatigués à la Cour de plaintes réitérés sur cette affaire, si je ne modérois la vivacité des intéressés par la confiance qu’ils ont en moy » (AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 11 février 1709, Madrid).

126 AN, AE, BI 771, lettres d’Amelot à Pontchartrain, 21 janvier 1709, 4 février 1709, 1er avril 1709 et 20 mai 1709 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 février 1709, Madrid, fos 200-210 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre Pontchartrain à Amelot, 16 janvier 1709, Versailles, fos 14-16 ; t. 195, documents du procès du Saint-Antoine, fos 191-199 ; t. 195, lettre de Pontchartrain à Amelot, 1er mai 1709, Versailles, fo 369.

127 AN, G7 1093, lettres d’Amelot à Desmarets, 28 mai 1708 et 11 juin 1708, Madrid.

128 AN, G7 1093, lettre de Desmarets à Amelot du 24 juin 1708 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, fo 59.

129 AN, G7 1093, lettre de Desmarets à Amelot, 24 septembre 1708.

130 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 15 octobre 1708, Madrid.

131 Lettre de Louis XIV à Amelot, 12 novembre 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, pp. 89-90.

132 Bély, 1992, p. 406.

133 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 janvier 1709, fos 2-14, reproduite en annexe XVIII ; t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709, fos 40vo-42vo.

134 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, Madrid, fo 59.

135 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 168.

136 Ibid.

137 Lettre de Louis XIV à Amelot, 11 mars 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 127.

138 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre de Chamillart à Amelot, 19 mars 1709, Versailles, fos 244-245.

139 AMAE, Cor. pol., Esp., lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709, fos 202-220 ; t. 195, extrait de la dépêche d’Amelot du 30 avril 1709, reçue le 8 mai par un exprès, fo 408.

140 Lettre de Louis XIV à Amelot, 20 mai 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 139.

141 Lettre de Louis XIV à Amelot, 3 juin 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 145.

142 Rule, 1970, p. 97.

143 Lettre de Louis XIV à Amelot, 19 août 1709, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 166.

144 À la suite des changements dans le despacho en 1709, Louis XIV écrivait à Amelot le 17 juillet 1709 : « Je remarque cependant que cette nouvelle disposition ne persuadera ni les Espagnols ni les étrangers que le Roi Catholique veuille désormais se gouverner par lui-même et par les avis de la nation ; aussi longtemps qu’ils vous verront entrer dans les conseils du roy mon petit-fils, ils diront que c’est toujours le même conseil, dont on a seulement changé quelques personnages ; par conséquent ce sont les mêmes maximes » (Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 158).

145 Berwick, Mémoires, pp. 334-335.

146 « Yo, Juan Orry Primero… » (BNE, ms. 13654, s. d., fo 50vo).

147 « Orry nos saca Millones / Con a chaque de sus levas… » (BNE, ms. 13654, Las Lágrimas de Marin, s. d., fo 60vo).

148 Peña Izquierdo, inédite, t. III, pp. 350-352.

149 Respuesta y glos a una representación, que el marqués de Mançera hizo al Duque de Anjou, [1707], cité dans Alabrús Iglesias, 2007, p. 118.

150 Voir par exemple BC, Fullets Bonsoms, 3076, Las Agonías de la Francia y religiosos austriacos ardimientos para la defensa de Nuestra Fe Católica, [1707], cité dans Alabrús Iglesias, 2007, p. 121.

151 Cité dans Kamen, 1974, p. 159.

152 Saint-Simon, Mémoires, t. XVIII, pp. 81-82.

153 BNE, ms. 12396, Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acahecidos en ellas; con otras aunque breves, noticias con ducetes a él orden y comprehension de la Historia, t. V : Contiene la continuacion de la guerra en los años de 1707 y en el de 1708, [xviiie siècle], fo 3.

154 BNE, ms. 12396, Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acahecidos en ellas; con otras aunque breves, noticias con ducetes a él orden y comprehension de la Historia, t. V : Contiene la continuacion de la guerra en los años de 1707 y en el de 1708, [xviiie siècle], fos 190-191.

155 BNE, ms. 12396, Siglo Marcial. Compendio de las guerras de España y sucesos más particulares acahecidos en ellas; con otras aunque breves, noticias con ducetes a él orden y comprehension de la Historia, t. V : Contiene la continuacion de la guerra en los años de 1707 y en el de 1708, [xviiie siècle], fo 217.

156 En plus de la chronique manuscrite déjà citée, voir : BNE, ms. 17499, « Historia política y secreta de la Corte de Madrid, (depe) el ingreso de el Rey Phelipe 5o á la corona hasta la Paz General, con reflexiones sobre el Estado en que entonzes se hallaba la monarquía española », fo 86vo.

157 « Est-ce être roi d’Espagne que de soumettre vos plus petites résolutions aux honteux amis d’Amelot et des Ursins ? Est-ce être roi d’Espagne que de respirer les millions de tyrannies, vous complaisant et souffrant que les prisons et cachots de France oppriment la première noblesse espagnole sans réserve pour la personne royale que le monde adore ? » (Respuesta y glos a una representación, que el marqués de Mançera hizo al Duque de Anjou, [1707], cité dans Alabrús Iglesias, 2007, pp. 118-119).

158 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 168.

159 Ibid., p. 185.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search