Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Quatrième partie. L’union des couronnes, un chemin introuvable ?

Chapitre X

L’union des couronnes : images et pratique

Texte intégral

Chacun sait que cette guerre ne doit son origine qu’à l’Union des deux Monarchies de France & d’Espagne ; et que si cette union a le tems de s’affermir, tout sera obligé de plier sous une puissance si formidable.
Gazette d’Amsterdam, Suite des Nouvelles, 1er janvier 1709, p. 1.

1L’intrusion d’Amelot dans le gouvernement de Philippe V caractérisa avec force l’union des couronnes mais celle-ci ne fut pas seulement une réalité de cabinet ni un principe politique implicite qui guida quelques ministres et négociateurs. Elle eut également des implications plus profondes et fit l’objet d’une mise en images ou d’une scénarisation pour employer un vocabulaire contemporain. On retrouve ainsi des exemples, comme dans le cérémonial, les pamphlets ou les discours de « propagande », mais aussi à l’occasion de réjouissances publiques, dans lesquels on peut lire les discours véhiculés par et sur l’union des couronnes.

2Ce que les partisans de la maison de Bourbon entendaient vraiment par « l’union des couronnes » se dessine derrière la manière dont l’expression était employée et sa traduction sur le plan du cérémonial. À bien des égards, l’union des couronnes se révèle plus comme un outil diplomatique pour appuyer ou légitimer le changement dynastique que comme un bouleversement qui aurait transformé en profondeur les relations entre les deux pays. Elle constitue néanmoins un cadre ou un sillon dont les souverains furent obligés de tenir compte par la suite. Pour mieux l’appréhender, il convient ainsi de traquer et d’analyser les sens donnés à l’union des deux couronnes. Renvoyait-elle seulement aux rapports qui liaient Louis XIV et Philippe V ? Ou avait-elle également des conséquences pour les monarchies dont ils avaient la charge ? Et dans quelle mesure les sociétés étaient-elles associées aux vues des deux souverains et de leurs principaux ministres ?

3Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n’existe pas de référence, de près ou de loin, à la précédente union dynastique, c’est-à-dire celle qui lia la monarchie ibérique avec le Portugal à partir du règne de Philippe II. Cela tient à une différence fondamentale qui distingue la première union de celle de la fin du xviie siècle : dans le premier cas, l’union est effective dans la mesure où le roi de Castille, d’Aragon, etc. était en même temps roi de Portugal ; dans le second, lorsque le petit-fils de Louis XIV devint roi « des Espagnes » à la fin du xviie siècle, les deux monarchies reposaient sur deux princes différents. Dès lors, l’union des couronnes ne renvoyait pas à l’éventuelle réunion des différents royaumes au profit d’un seul souverain mais bien davantage à une relation entre deux monarchies dont les têtes étaient étroitement liées, sans se confondre pour autant.

  • 1 « … la crainte de l’union des couronnes de France et d’Espagne, ayant esté le principal motif de la (...)
  • 2 La Clef du cabinet des princes de l’Europe, Ou recueil historique & politique sur les matières du t (...)
  • 3 Pseudonyme qui désignait vraisemblablement André Chevalier.
  • 4 Torre de Ginés, Antídoto de la memoria y la verdad. Écrit pour la défense de Philippe V, ce texte d (...)

4Comme cela a déjà été souligné, l’union des couronnes fut d’abord une expression employée par les opposants de Louis XIV pour désigner les nouveaux rapports entretenus par les monarchies française et espagnole ; elle permettait d’exprimer la crainte de voir l’hégémonie française un jour renforcée. Elle fut d’ailleurs invoquée bien plus tard lors des négociations de paix. Lorsque le duc d’Orléans renonça à ses droits en 1712 par une déclaration de renonciation, l’union des couronnes était présentée dans le préambule comme l’un des motifs essentiels du déclenchement de la guerre1. Durant la guerre, les écrivains et les libellistes employés par le marquis de Torcy afin de défendre la politique du roi de France tentèrent de dissiper les craintes développées dans les arguments des alliés. C’est ainsi que l’on retrouve une mention de l’union dans La Clef du cabinet des princes de l’Europe, Ou recueil historique & politique sur les matières du temps2. Dans ce périodique publié par un imprimeur fictif, « Jacques le Sincère, à l’Enseigne de la vérité3 », on critiquait cette peur des alliés, qualifiée de chimérique. Dans la livraison de mars 1706, l’argument de l’antipathie naturelle des Français envers les Espagnols, largement développé au xviie siècle, était dénoncé comme irrecevable et faux puisqu’il ne servait qu’à discréditer l’idée d’une union. On retrouve la même idée dans un imprimé espagnol de 1707. L’argument d’une antipathie naturelle était attribué aux manœuvres des partisans de l’archiduc4.

  • 5 Alary, Prophétie du comte Bombast.
  • 6 Ibid., p. 10.
  • 7 Ibid., pp. 11-12.

5Toutefois, l’union ne constituait pas une image ex nihilo en 1701. Elle avait été popularisée à partir du xvie siècle, notamment dans ces prophéties dont les sociétés restaient friandes au xviie siècle et qui remontaient pour la plupart au siècle précédent. Preuve qu’une telle image n’était pas absente des mentalités de l’époque, l’une d’entre elles fut rééditée en 1701. Il s’agissait des prophéties du comte de Bombast, chevalier de la Rose-Croix. François Alary, un docteur en médecine, prépara ainsi la réédition de La Prophétie du comte Bombast, chevalier de la Rose-Croix, Rouen, 17015. Il s’agissait de la reprise d’un texte déjà connu et publié sous le titre Le Trompette françois une première fois en 1609, qui portait sur « la future grandeur de la France ». Elle reprenait plusieurs éléments d’une prophétie plus ancienne, intitulée Pronostics de Paracelse (1536). Selon le médecin du début du xviiie siècle, il ne faisait aucun doute que la prophétie concernait Louis XIV qui était appelé à « dompter la fièreté des Lions », c’est-à-dire de l’Espagne6. La mort de Charles II et l’accession au trône du duc d’Anjou réalisaient ainsi la prophétie7.

  • 8 Édité dans Díaz-Plaja (éd.), Historia de España, p. 61.

6C’est la perspective de cette union, nous l’avons dit, qui inquiétait le plus les alliés. Cette crainte apparaît à de nombreuses reprises dans les pamphlets et les libelles de propagande. Elle fut reprise dans les cercles favorables à l’archiduc comme un élément majeur de la rhétorique déployée pour contester l’autorité de Philippe V. Dans le Dictamen apologético sobre la carta pastoral del obispo de Murcia [Salamanque, 1706]8, conçu en réponse à la lettre pastorale que l’évêque de Murcie Luis Belluga avait diffusée pour défendre les droits de Philippe V, l’union des couronne était présentée comme un grand danger que tout « homme rationnel » pouvait comprendre :

  • 9 Ibid.

En effet, quand le péril d’une union des deux couronnes a-t-il été plus imminent qu’au moment où celle d’Espagne reposa entre les mains du Duc d’Anjou ? La chose est si évidente, que tout homme rationnel la comprend, même si son entendement est des plus réduits, pour peu qu’il soit doué d’un minimum d’entendement. Si ses deux frères meurent sans fils, il ceindra la Couronne de France, cela ne fait aucun doute. Qui pourra dans ce cas le convaincre de se démettre de celle d’Espagne ? En effet, maître de celle-ci et en possession pacifique de toutes les forces de ses royaumes, il pourra aisément se l’attribuer à lui-même et les recours artificieux, similaires à ceux dont il usa pour l’usurper, ne lui feront nullement défaut9.

7Le danger consistait donc à croire que Philippe V se contenterait de la couronne espagnole si ses frères venaient à disparaître. La force de cet argument tenait à sa simplicité, le contester revenait à nier l’évidence. Il convient de saisir les différents sens ou les multiples images donnés à l’union des couronnes. Ils varient en fonction du contexte et de leur auteur, dévoilant ainsi des conceptions différentes de ce principe structurant des relations entre les monarchies française et espagnole.

I. — Variations d’une idée

8L’union des couronnes apparaît insaisissable par biens des aspects. Tout d’abord, elle n’a pas fait l’objet d’une définition qui se serait imposée, bien que cette image ait été employée et récupérée à plusieurs reprises. On la retrouve dans différents documents aux natures très diverses. Cela peut aller d’un traité de paix à la lettre du roi ou d’un ambassadeur, en passant par une lettre pastorale, l’introduction d’un décret royal ou encore un prologue musical. Si elle fut employée à de multiples reprises et dans des contextes différents, cela signifie bien qu’elle s’est imposée. Pour apprécier et cerner avec précision les contours de cette ligne politique, il convient de s’attarder sur les différentes définitions données à l’union des couronnes.

Les précédents

9L’expression « union des couronnes » avait déjà été utilisée à plusieurs reprises avant d’incarner les nouvelles relations instituées entre les monarchies française et espagnole par l’accession du duc d’Anjou à la couronne hispanique fin 1700. Dans son emploi pour désigner les rapports franco-espagnols, elle désignait les temps de paix et de concorde, voire d’alliance. L’occurrence la plus ancienne de la formule dans les relations entre les deux monarchies remonte au règne de Philippe II. Préoccupé par les tensions permanentes liées au règne d’Henri III sous l’autorité de sa mère Catherine de Médicis, Philippe II soutenait un parti souvent qualifié de « catholique » ou de « dévôt » et lié à la Ligue. En 1577, Vargas, son ambassadeur à la cour de France, l’avertit d’une discussion qu’il avait eue avec le duc de Guise. La situation était alors marquée par l’instabilité du royaume de France et les affaires d’Écosse, où la princesse Mary était retenue prisonnière par Elizabeth Ire. L’ambassadeur espagnol écrivit ainsi à Philippe II :

  • 10 Mignet, 1844, p. 464.

Le duc de Guise croit que Votre Majesté aurait toute seule mis fin, depuis longtemps, aux affaires de l’Ecosse, sans la crainte du Roi Très-Chrétien, et que le Roi Très-Chrétien y aurait mis fin de son côté, sans la crainte de Votre Majesté ; aussi désire-t-il l’union des deux couronnes et les conséquences qui pourraient résulter de cette union. Il pense que, par là, vous seriez les maîtres de tout et que vous pourriez donner la loi au monde10.

  • 11 Capefigue, 1844, p. 79.

10« L’union des couronnes » n’était rien de plus qu’une expression employée pour désigner de bons rapports entre les royaumes du roi de France et du Roi Catholique. Néanmoins, dès le règne de Philippe II, elle semblait contenir la promesse d’un accroissement de puissance qui serait profitable aux deux souverains et par extension à la foi catholique. C’est aussi dans ce sens que Marie de Médicis l’employa plus tard pour évoquer les relations entre les deux monarchies à l’occasion des discussions qui aboutirent au double mariage de 1615. Dans un entretien avec Iñigo de Cárdenas, ambassadeur de Philippe III, la reine aurait utilisé cette formule. Les négociations étaient difficiles, car celle qui était alors régente rencontrait l’objection de grands seigneurs comme le duc de Bouillon, fortement opposés à son projet de rapprochement. Elle se serait ainsi exclamée devant Cardenas : « Pour l’amour de Dieu, laissez-moi. J’éprouve une peine assez vive, une affliction assez profonde de voir que le ciel semble s’opposer à l’union des deux couronnes et à la bonne intelligence des deux États11 ». La reine regrettait de ne pas pouvoir imposer la ligne politique d’une alliance plus étroite avec l’Espagne, puissance catholique.

11La formule fut à nouveau employée à l’occasion des négociations du traité de Paris (4 juin 1659) qui ouvrit la voie à celui des Pyrénées quelques mois plus tard. Mazarin usa de cette expression lorsqu’il laissa des recommandations à Pimentel, le négociateur espagnol, peu avant que celui-ci ne retrouve le Premier ministre de Philippe IV, Luis de Haro. Mazarin écrivait ainsi à Pimentel de parler en son nom pour le défendre :

  • 12 Lettre de Pimentel à Luis de Haro, 7 mai 1659, dans Séré, 2007, p. 382.

Il verra bien par les faits le démenti de ce qu’on a avancé de nombreuses choses contre la vérité et, entre autres, qu’il n’y a personne de plus retors, changeant et malintentionné [que moi] pour le bien public et l’union des deux Couronnes12.

  • 13 García, La oposición y conjunción.
  • 14 Álvarez López, 2008, p. 78.
  • 15 Ibid., p. 149.
  • 16 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 236.
  • 17 Álvarez López, 2008, p. 151.
  • 18 Lettre de Louis XIV au marquis d’Harcourt, 16 mars 1698, éditée dans Álvarez López, 2008, pp. 371-3 (...)

12« L’union des deux couronnes » désignait ici la paix ou les bonnes relations entre les deux monarchies. Elle ne faisait pas référence à un projet politique précis ni à autre chose que la volonté de rétablir une harmonie entre les deux principales puissances catholiques. Cette image de leur réunion ou de leur alliance trouva une large diffusion dans une Europe inquiète des déchirures religieuses ou des avancées des Ottomans. Ainsi, avant même que l’image ou l’expression ne soit employée explicitement, on trouve des échos à ce désir de voir ces deux puissances mettre en sourdine leurs querelles pour lutter contre les ennemis de l’Europe catholique, dans plusieurs écrits dès le début du xviie siècle. Cette perspective fut ainsi développée par Carlos García dans Antipatía de los Franceses y Españoles: obra apacible y curiosa (Rouen, Jacques Cailloue, 1627)13, œuvre dans laquelle l’auteur détaillait tout ce qui opposait Français et Espagnols pour mieux célébrer et sacraliser l’alliance dynastique de 1615, c’est-à-dire le double mariage14. Ce texte connut une très grande diffusion puisque l’on ne compte pas moins de vingt-et-une éditions entre 1617 et 1676, et ce dans plusieurs territoires comme la France, l’Angleterre, l’Italie, l’Allemagne, etc. Le mariage ainsi célébré devait permettre de lutter contre la « secte de Mahomet » et faire le bonheur de la Chrétienté. Durant le règne de Louis XIV, cette idée d’une union des deux puissances au service de la concorde devient un lieu commun de la rhétorique diplomatique15. On retrouve ainsi cette image dans l’instruction remise à l’évêque de Béziers, l’archevêque d’Embrun, ambassadeur de Louis XIV auprès de Charles II16. Lors de la naissance d’une fille du roi de France en 1667, cet ambassadeur offrit un feu d’artifice dont la décoration mettait en valeur le message de l’union franco-espagnole17. Plus tard, le comte de Rebenac tenta de dissuader Charles II de rejoindre la Ligue d’Augsbourg au titre de la défense du catholicisme et du danger que représentait une alliance avec les protestants. D’Embrun, Rebenac, ou encore Feuquières, insistèrent tous au cours de leurs missions sur l’intérêt que les couronnes avaient à se trouver réunies dans une alliance, voire aux mains d’un seul souverain. Cette dernière idée défendue par Feuquières alarma Louis XIV qui interdit à son envoyé de s’en servir. En 1698, il ordonna au marquis d’Harcourt de défendre les droits du duc d’Anjou et du duc de Berry si Charles II venait à mourir. Cette solution permettrait d’établir une « union ferme et constante entre la France et l’Espagne18 », car le roi comprenait le désir de ne pas voir réuni sur une même tête l’ensemble des couronnes.

  • 19 « Sur les deux autres toiles qui fermaient les côtés de l’estrade [sur un char triomphal], on avait (...)

13Les négociateurs de Louis XIV avaient donc renouvelé l’emploi de l’expression déjà ancienne « union des couronnes » en faisant d’elle le synonyme de la paix et de la concorde entre les deux principales monarchies catholiques. Toutefois, il faut noter l’ambiguïté à laquelle la formule se prêtait. Que désignait-on ? La possible réunion de multiples couronnes sur un prince de la maison de Bourbon, ou le simple fait que l’avènement de l’un d’eux au trône du Roi Catholique signifiait qu’il n’y aurait plus de guerre entre les pays de part et d’autre des Pyrénées ? Ce flou entretenu — peut-être à dessein — par Louis XIV justifiait les craintes des alliés et plus précisément celles des Anglais et des Hollandais. D’ailleurs, à l’occasion des festivités données à Tudèle pour la naissance du fils de Philippe V en 1707 et évoquées en introduction à ce volume, le message affiché était celui du renouvellement de l’union et non de sa création. Cybèle et Neptune, respectivement déesse de la Terre et dieu des Mers, constituaient des allégories de la France et de l’Espagne. La représentation de ces dieux servait à suggérer le renforcement de puissance réciproque que laissaient augurer les relations étroites entre les deux monarchies19.

  • 20 Ibáñez de la Riva, Demostración legal. Ce document est classé dans les archives du ministère des Af (...)
  • 21 Ibid., pp. 8-9.

14Cette idée de la paix est également présente dans les documents rédigés en castillan dans les milieux favorables à Philippe V. L’union apparaît comme la meilleure voie pour établir une paix durable entre les deux monarchies, argument d’une valeur considérable après des années de guerres, conflits, querelles et rivalité entre les deux puissances. Autrefois désirée car elle était synonyme de paix, elle devenait enfin réalité. Dans sa Demostración legal, y política para desengaño de la Plebe20, l’archevêque de Saragosse défendait vigoureusement cette idée21. De la même manière qu’il n’y avait pas eu de guerre entre l’Empire et la monarchie hispanique, il n’y en aurait plus entre cette dernière et le royaume de France. La promesse de la paix constituait l’argument le plus susceptible de mobiliser les partisans de Philippe V et de déjouer les arguments de ses adversaires. Puisque la mémoire des conflits à répétition qui avaient affecté quasiment tous les territoires de la monarchie hispanique était bien vivace, Antonio Ibáñez de la Riva préférait l’employer pour retourner la situation dans un sens favorable aux intérêts des deux couronnes plutôt que de chercher à l’éluder. Le procédé employé par le prélat pour souligner les bénéfices de la paix était en outre fondé sur une analyse des rapports franco-espagnols qui mérite d’être mise en évidence. Il calquait directement ces derniers sur le modèle de ce qui avait existé auparavant entre l’Empire et la monarchie hispanique. Le changement de maison régnante imposait donc, pour le prélat, de nouvelles relations entre les deux couronnes.

  • 22 López-Cordón Cortezo, 2008b, p. 10.
  • 23 Ibid., pp. 12-13.

15Enfin, l’argument de l’union comme facteur de concorde entre les monarchies doit être mis en parallèle avec le développement des réflexions sur l’idée de paix qui caractérisa l’Europe des princes à partir du xvie siècle. Le désir de paix exista bien avant que le pacifisme ne soit formulé comme une doctrine claire et précise22. Dès le début du xviie siècle, le dominicain Francisco Suárez avait ainsi défendu une conception des rapports entre les princes et les États comme une communauté dont les tensions seraient régulées par l’arbitrage du souverain pontife23. Parallèlement, Grotius avait recherché les voies de la paix dans son célèbre De Iure belli ac pacis publié en 1625, avant que Leibniz n’entamât la rédaction de son Codex iuris Pentium diplomaticus en 1693. L’idée de paix avait ainsi dominé les réflexions théoriques des juristes mais aussi les discussions en Westphalie, à Nimègue ou à Ryswick. Concevoir l’union des couronnes au début du xviiie siècle comme un moyen pour établir une paix durable entre les deux monarchies répondait donc aux aspirations d’une société marquée par les guerres contre Louis XIV mais aussi aux efforts des juristes et des savants pour réglementer l’exercice de la violence et de la guerre en tentant d’asseoir durablement les règlements pacifiques des conflits.

16Si l’union des couronnes constituait une nouveauté au début du xviiie siècle, les définitions et les interprétations qui avaient été mises sur la formule révèlent son inscription profonde dans un contexte à la fois politique et intellectuel. Toutefois cette idée ne reflétait pas seulement les aspirations du temps, mais elle servait également à tracer une nouvelle voie pour l’avenir des relations franco-espagnoles.

Une définition de roi

  • 24 AHN, Estado, leg. 1294, décret royal de Philippe V, 8 mars 1703, sur la nomination du duc d’Albe, c (...)
  • 25 « … parce que le roi notre seigneur, Don Charles II est mort, le roi notre seigneur, D. Philippe V, (...)

17Dans le décret royal de nomination du duc d’Albe comme ambassadeur de Philippe V auprès de son grand-père, l’union des deux couronnes est mentionnée. Elle apparaît comme l’une des missions assignées au nouvel ambassadeur24. Énoncée comme le fondement des rapports politiques entre les deux souverains et les deux monarchies, l’union des couronnes ressemble à un principe que l’on mettait en évidence dans les documents officiels comme pour donner une cohérence et un sens aux nouvelles relations franco-espagnoles. Avant même l’arrivée du duc d’Anjou à Madrid, une cédule insistant sur l’étroite union des couronnes d’Espagne et de France avait été envoyée aux principales autorités américaines25.

18Ce discours est également présent dans les lettres d’instructions remises aux ambassadeurs du roi de France. Le comte de Marsin fut le premier ambassadeur à partir à Madrid avec des consignes précises sur les nouveaux rapports à établir entre les deux couronnes. Son prédécesseur, le marquis d’Harcourt, s’était rendu à la cour de Charles II en 1698. Sa mission principale consistait alors à préparer la succession. Une fois le testament accepté par Louis XIV, il ne restait plus qu’à organiser les nouveaux rapports entre les deux rois, d’une part, et entre leurs monarchies, d’autre part. Cette tâche incomba à Marsin. Aussi, la lecture de sa lettre d’instructions révèle comment le roi de France définissait l’union des couronnes en 1701. Celle-ci était d’abord présentée comme le moyen de sortir la monarchie catholique de son état d’affaiblissement :

  • 26 Instruction du roi au comte de Marsin, 7 juillet 1701, dans Recueil des instructions données aux am (...)

… la nation [espagnole] en général attend, comme le principal effet de l’union de Sa Majesté avec le Roi Catholique, que ses lumières et sa sagesse dissiperont enfin la confusion introduite sous les précédens règnes dans toutes les affaires, et qu’elles rétabliront l’ordre en Espagne, tel qu’on le voit observé [en France]26.

19Ce passage met en évidence plusieurs éléments qui sont développés et repris dans l’instruction de Marsin et dans celle de ses successeurs. La légitimité de la nouvelle dynastie se fondait sur les incapacités de la précédente. Dès lors que les rois de la maison d’Autriche étaient accusés d’avoir laissé la confusion s’installer, Louis XIV et son petit-fils étaient en droit de rétablir l’ordre dans la monarchie. Cette « écriture de la volonté politique », comme l’a appelée Lucien Bély, est à considérer avec précaution. En effet, il s’agit d’un discours destiné à éclairer un ambassadeur qui partait en mission mais qui visait, en premier lieu, à défendre la politique du roi. Une lettre d’instructions ressemble ainsi souvent à un argumentaire, comme un document apologétique de la politique extérieure du souverain. Si elle est donc souvent partiale, elle est aussi très proche de la pensée du souverain, conseillé par Torcy, qui en rédigeait les premières ébauches avant relecture finale par le roi.

20Reprenant l’image maintes fois utilisée d’une monarchie tombée dans la « confusion » durant les règnes des rois de la maison d’Autriche, la lettre présentait l’union des rois comme attendue. Il ne s’agit pas de l’union des couronnes à proprement parler mais de celle des princes, que l’on peut considérer comme la pierre angulaire des relations étroites entre les deux monarchies. D’ailleurs, dans le passage suivant où l’union est mentionnée, le roi se défendait de vouloir se mêler du gouvernement de la monarchie ; il n’y consentait que forcé et contraint par l’état de cette dernière :

  • 27 Ibid., p. 6.

La première vue de Sa Majesté étoit de ne point entrer dans ces détails [ceux du gouvernement] : Elle vouloit faire voir qu’en accordant un roi à l’Espagne, elle n’avoit nulle intention de profiter de cette nouvelle union pour ses intérêts particuliers27.

21Le roi France contestait l’idée qu’il puisse y avoir une mise à profit de l’arrivée du duc d’Anjou sur le trône espagnol. Dans cette logique, les intérêts des princes se trouvaient ainsi confondus avec ceux de leurs couronnes. D’ailleurs, dans l’instruction qu’il adressa à Gramont, il ne parlait plus de l’union des princes mais plus largement de celle entre les deux monarchies. L’instruction du comte, rédigée en 1704, commençait par ces lignes :

  • 28 Instruction du roi au comte de Gramont, 27 avril 1704, dans Recueil des instructions données aux am (...)

Si l’on pouvoit douter de la nécessité dont il est pour le bien de l’Espagne qu’elle soit parfaitement unie avec la France, il suffiroit pour en être persuadé de considérer l’attention de ses ennemis à troubler cette union et de savoir qu’ils fondent de plus grandes espérances sur la mésintelligence qu’ils croient exciter entre les François et les Espagnols que sur les efforts qu’ils ont fait inutilement pour s’opposer à la maison de France28.

22Cette union, que les alliés redoutaient tant, correspondait à la relation étroite nouée entre les monarchies à partir du moment où leurs souverains étaient issus de la même Maison. À l’union des princes et de leur monarchie, le roi de France ajoutait un troisième niveau : celui des sujets. Elle est également qualifiée d’« union des nations », le mot « nation » étant alors défini dans le Dictionnaire de Furetière (1690), comme le « nom collectif, qui se dit d’un grand peuple habitant une certaine estenduë de terre, enfermée en certaines limites ou sous une même domination », c’est-à-dire des populations, au sens général du terme, qui résident sur un même espace ou qui appartiennent au même ensemble politique. Louis XIV marquait son attachement à cette idée d’« union des nations » dans la lettre d’instructions du comte de Gramont :

  • 29 Ibid., pp. 93-94.

Sa Majesté soutenoit tout le poids d’une guerre très pesante, entreprise par le seul motif d’empêcher la division des États dépendants de cette couronne. Il étoit à désirer qu’elle pût au moins partager le fardeau porté par la France. L’union, si nécessaire par rapport aux conjonctures présentes, promettoit encore de grands avantages pour l’avenir, elle n’est jamais plus solide entre les nations que lorsqu’elle est fondée sur l’utilité réciproque et cette utilité mutuelle se trouvoit toute entière dans une parfaite intelligence entre les François et les Espagnols. […] Elle a toujours désiré l’union de ses sujets et de ceux du Roi Catholique29.

  • 30 AN, Marine, B2 200, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 mars 1707, fo 748.
  • 31 On ne connaît pas la raison de cette arrivée en Espagne alors que le reste du convoi se rendit à Br (...)
  • 32 AN, Marine, B7 250, « Mémoire pour servir d’instruction au Sieur Bigodet, consul de la nation franç (...)
  • 33 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 20 mai 1709, Madrid.
  • 34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 91.
  • 35 « … desseando encontrar la conveniencia de ambas Naciones, sin temer al Consejo de Indias, pues el (...)
  • 36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 115, fos 62-63, lettre du duc d’Albe au marquis de Torcy, 8 mars 1703. To (...)

23L’union des nations est une expression qui n’était pas réservée au roi dans les lettres d’instructions. On la retrouve sous la plume d’Amelot, de Pontchartrain et du duc d’Albe, définie comme un principe directeur pour la conduite des affaires. Le secrétaire d’État de la marine veillait avec un soin particulier à répondre aux demandes d’explications émanant des autorités espagnoles. Ainsi, en 1707, lorsque le consul espagnol à Marseille se plaignit du mauvais traitement infligé par des Français à une felouque napolitaine, Pontchartrain exigea d’Amelot qu’on réponde avec exactitude au mémoire envoyé par Mejorada, le secretario del despacho chargé de ces questions. Il fallait lui montrer « qu’on ne néglige rien de ce qui a rapport à l’establissement de l’union entre les deux nations30 ». Amelot employa également la formule. À l’arrivée en Europe d’une flotte commandée par Chabert et chargée de métaux précieux, l’un des navires, La Vierge de Grâce, quitta le convoi pour accoster à La Corogne31. L’ambassadeur ordonna au consul français sur place, Bigodet32, de veiller à la cargaison avant que le vaisseau ne reparte pour la France, lui enjoignant d’être ferme et attentif aux ordres puisqu’il s’agissait du « service des deux rois » et de « l’union des nations33 ». L’ambassadeur avait déjà employé cette formule précédemment, notamment pour regretter que « l’union ne fut pas aussy grande entre les deux nations qu’il seroit à souhaiter34 ». Son alter ego à Versailles, c’est-à-dire l’ambassadeur de Philippe V auprès de Louis XIV, le duc d’Albe, entretenait une conception identique de « l’union des nations ». Sollicité pour donner son avis sur l’un des projets de réforme du commerce américain, l’ambassadeur donna son accord en assurant qu’il ne redoutait pas les critiques que le Conseil des Indes, souvent opposé à ces projets, émettrait immédiatement. Il écrivit ainsi à Torcy qu’il « souhaitait trouver l’avantage des deux Nations, sans craindre le Conseil des Indes, car être un bon serviteur de la maison de Bourbon [lui avait] attiré tellement d’ennemis qu’un de plus [l’effrayait] peu35 ». Cette idée « d’union des deux nations » revient par ailleurs à de nombreuses reprises dans sa correspondance, devant celle « d’obéissance à deux volontés36 ».

24L’union des couronnes mêlait ainsi intimement l’union des princes, des monarchies et des sujets. Ces trois niveaux se confondaient en un, c’est la raison pour laquelle on trouve cette formule employée dans plusieurs documents qui n’ont que peu de rapports entre eux. Dans les lettres patentes données par Louis XIV à Philippe V pour lui garantir ses droits à la couronne de France, la même logique d’une continuité entre l’union des princes, des couronnes et des sujets apparaît. « L’amitié » du nouveau roi pour sa Maison et son royaume maternel devait contribuer à rapprocher les sujets entre eux pour mieux garantir la paix :

  • 37 Lettres patentes du roy.

Ainsi persuadez que le Roy d’Espagne nostre petit-fils conservera toûjours pour nous, pour sa Maison, pour le royaume où il est né la mesme tendresse & les mesmes sentimens dont il nous a donné tant de marques, que son exemple unissant ses nouveaux sujets aux nostres, va former entr’eux une amitié perpétuelle & la correspondance la plus parfaite37.

  • 38 Albareda Salvadó, 2010, p. 65 ; Bély, 1992, p. 383.

25Ces lettres patentes, perçues par les alliés comme la preuve que le roi de France envisageait une union38 — ou une réunion à terme —, dévoilent comment ce principe politique articulait entre eux un lien filial, le rapprochement de deux monarchies et une proximité souhaitée entre leurs sujets. Outre les lettres patentes, l’union des couronnes est aussi présente dans d’autres documents diffusés aussi largement. À l’occasion de la naissance du prince des Asturies, Louis XIV fit envoyer une lettre circulaire afin de faire chanter le Te Deum. Cette lettre, que le roi ne rédigea pas lui-même mais fit envoyer en son nom par ses ministres aux gouverneurs et aux évêques, est révélatrice de l’idée que Louis XIV se faisait de l’union des deux couronnes :

  • 39 AN, Marine, B2 203, lettre du roi pour faire chanter le Te Deum en action de grâces de la naissance (...)

Les Espagnols y sont d’autant plus sensibles qu’ils se sont vus privés d’un pareil avantage pendant une longue suitte d’années et l’union des deux couronnes rendant entr’elles les intérests communs, la France ne doibt pas donner aujourd’huy moins de marques de joye sur cette naissance que l’Espagne en a fait paroistre sur celle du duc de Bretagne39.

  • 40 Saint-Simon, Mémoires, t. XIV, p. 258.
  • 41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 84.

26La communauté d’intérêts imposait de célébrer en France la naissance d’un héritier à la couronne espagnole — que Louis XIV considérait comme une bénédiction divine sanctionnant la légitimité de Philippe V — comme l’avait été celle du duc de Bretagne en Espagne. La duchesse de Bourgogne avait en effet mis au monde un garçon le 8 janvier 170740, ce qui avait donné lieu à des réjouissances à la cour de Madrid41. Ce qui nous intéresse ici, c’est le jugement du roi pour qui l’union des couronnes contribuait à rapprocher les deux monarchies en établissant une communauté d’intérêts. Plus tard dans la lettre d’instructions laissée au marquis de Bonnac en 1711, le roi détaillait encore sa conception de l’union :

Une union étroite entre la France et l’Espagne est nécessaire pour le bien de l’une et de l’autre couronne, mais il ne faut pas qu’elle ait le moindre caractère de dépendance de la part de l’Espagne. Les intérêts du royaume de France et de celui d’Espagne doivent être unis, mais chacun doit être gouverné suivant ses usages et suivant ses maximes.

27Il concevait encore les rapports entre les deux couronnes comme une communauté d’intérêts. Les deux monarchies conservaient ainsi leur identité propre, sans se confondre ni s’assujettir l’une à l’autre. Pour le roi de France, il ne s’agissait pas d’une domination ou d’une tutelle qui s’exercerait au détriment de l’Espagne. L’union s’imposait comme une nécessité. Dès lors, elle apparaît plus comme des rapports étroits, fondés en premier lieu sur les seuls liens de parenté filiale entre le grand-père et son petit-fils, que comme une réunion qui n’était pas même ici envisagée.

28S’il faut considérer ces propos avec circonspection puisqu’il s’agit d’instructions à un ambassadeur, donc d’une réécriture des rapports politiques tels que le négociateur devait les présenter, il reste que pas plus en 1711 que dans les instructions précédentes, Louis XIV et ses ministres n’ont défini l’union des couronnes comme une agrégation possible ou envisageable, à court ou moyen terme.

  • 42 Instruction du roi au marquis de Bonnac, 5 août 1711, dans Recueil des instructions données aux amb (...)

29L’union des couronnes devait d’abord servir les deux monarchies dans leur projection sur la scène européenne en renforçant leur puissance respective. Elle se réduisait pour elles à une relation privilégiée, chacune devant trouver son intérêt dans cette proximité. Louis XIV estimait que les demandes exagérées des alliés avaient finalement renforcé l’union. Dans la lettre d’instructions donnée à Bonnac, bien après le départ d’Amelot dont le rappel avait signifié la fin de l’union, le roi de France jugeait que la « … fiereté [des alliés] a renouvelé l’union entre la France et l’Espagne42 ».

30Ainsi, l’union des couronnes n’avait pas le même sens pour les différents souverains. Si les alliés redoutaient la formation, à plus ou moins brève échéance, d’un ensemble semblable à celui de Charles Quint mais qui serait cette fois-ci au bénéfice de Louis XIV, ce dernier l’envisageait uniquement — au moins officiellement — comme le fondement de rapports renouvelés entre lui et le Roi Catholique, entre leurs monarchies, leurs royaumes et leurs sujets respectifs. Si le roi de France définissait ainsi l’union des couronnes, les conceptions dévoilées par certains de ses ministres comme Jérôme de Pontchartrain, ou par son ambassadeur à Madrid, reflètent des implications très concrètes qui complètent celle du roi.

Une expression de ministre

31Comme cela a déjà été souligné, Amelot défendait certaines positions au titre de « l’union des nations ». Il intervint ainsi dans le déchargement des effets du navire La Vierge de Grâce en 1709 pour ordonner de veiller au « service des deux rois ». Deux ans auparavant, écrivant au duc de Cadaval, l’un des principaux seigneurs de la cour portugaise, il avait insisté sur l’union des couronnes, considérant qu’elle représentait le meilleur moyen de garantir la sécurité du Portugal :

  • 43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, copie de la lettre écrite par Amelot au duc de Cadaval, 5 mars 1707, (...)

On peut dire que depuis l’union des deux monarchies, par l’avènement de Philippe cinq à celle d’Espagne, le Portugal se trouve avoir encore de plus pressants motifs, de rechercher l’amitié de la France, qui n’a plus aujourd’huy le même intérest de veiller à la sûreté de ce royaume là, contre les entreprises d’un ennemy redoutable, qui cy devant leur étoit commun43.

32Le Portugal n’avait plus à redouter son puissant voisin, contre lequel Louis XIV l’avait protégé au temps de sa lutte pour l’indépendance (1640-1648). L’union servait ici de garantie pour le royaume lusitanien. Comme son souverain, Amelot l’envisageait comme un principe structurant les relations des monarchies, non seulement entre elles, mais aussi avec les autres puissances.

33Lorsque l’envoyé de Toscane, le marquis de Rinuccini, proposa à Amelot d’acheter les places maritimes situées sur les côtes toscanes pour donner de l’argent au roi d’Espagne, le marquis italien trouva l’appui du duc de Veragua. Le duc ajouta que les places de Toscane ne servaient nullement à la conservation de la monarchie et lui coûtaient cher. Amelot informa immédiatement le roi de cette proposition en notant :

  • 44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 avril 1706, fos 201-206.

Il a ajouté que la cession de ces places au Grand Duc pourroit produire un bon effet dans l’esprit des princes d’Italie, qui jugeroient par là, que l’union des deux couronnes ne doit point leur causer toute l’inquiétude & la jalousie, que vos ennemis taschent de leur inspirer44.

34L’expression « union des deux couronnes » ou « union des couronnes » est ainsi présente à plusieurs reprises sous la plume d’Amelot, soulignant qu’il ne s’agissait pas d’une formule creuse ou vide de sens mais d’un concept utilisé pour défendre les positions du roi de France. Ce principe guidait ainsi le travail d’Amelot lorsqu’il agissait au nom du roi. L’union constituait un horizon politique : celui du rapprochement des deux monarchies et des populations. Comme nous l’avons déjà souligné, Amelot regrettait qu’elle ne fût pas plus forte. Le chevalier de Bourke partageait aussi ce sentiment. Lors de la chute du royaume de Naples à l’été 1707, il s’inquiétait auprès du marquis de Torcy, des conséquences fâcheuses de cette perte :

  • 45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre de Bourke à Torcy, 15 août 1707, fos 151-152.

Enfin, la plus pernicieuse suitte, à mon advis, que peut avoir la perte de Naples, c’est le mauvais usage qu’en font icy les malintentionnés dont le nombre est fort grand, ils s’en servent adroittement pour insinuer la mauvaise foy de la France et pour inspirer aux peuples ignorants et faciles des sentiments bien opposés à l’union tant désirée, et les Napolitains qui sont icy tachent de diminuer la noirceur de la conduite de leurs compatriottes en jettant la fautte sur l’abandon de la France45.

  • 46 AN, Marine, B7 74, lettre de Pontchartrain à La Chausse, 21 avril 1706, Rome, fo 84 ; lettre de Pon (...)

35En évoquant ainsi « l’union tant désirée », Bourke mettait en évidence le fait qu’il s’agissait d’une forme d’objectif à atteindre. Le secrétaire d’État de la marine, Jérôme de Pontchartrain, employa également cette expression à plusieurs reprises lorsqu’il évoquait l’armée, les intérêts, les alliés ou les adversaires de la France et de l’Espagne46. L’expression « partisans des deux couronnes » revient ainsi surtout lorsqu’il évoquait les victoires de l’année 1707.

  • 47 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 31 juillet 1707, fo 527.
  • 48 Dahlgren, 1909, pp. 330-334 ; Ozanam, Mézin, 2011, pp. 67-79.
  • 49 Dahlgren, 1909, p. 330.
  • 50 « L’union qui est aujourd’hui entre les deux couronnes, fournissant plus que jamais aux Français de (...)
  • 51 BNE, ms. 13194, lettre d’Antonio Ibáñez de la Riva à Portocarrero, 23 janvier 1703, fos 183-184.

36S’il n’est pas surprenant de voir un ambassadeur parler de l’union des couronnes au cours de ses négociations, puisque ses fonctions l’amenaient immanquablement à évoquer la situation générale des affaires en Europe, l’expression apparaît aussi dans d’autres contextes. Elle prenait alors des sens très variés en fonction du contexte de son usage. Pour Jérôme de Pontchartrain, l’union des deux couronnes devait ouvrir de nouvelles perspectives pour le commerce franco-espagnol et le négoce avec l’Amérique. Pour le ministre, le commerce devait permettre « d’unir les deux nations47 ». Outre la lettre d’instructions préparée par Torcy, Amelot en reçut une seconde qui concernait plus précisément les questions commerciales. L’union des couronnes apparaît à plusieurs reprises dans cette seconde instruction publiée par Dahlgren au xixe siècle et dont Didier Ozanam et Anne Mézin viennent de livrer au public une nouvelle édition critique48. L’union était par exemple invoquée pour refuser un traité de commerce que l’on pourrait proposer à Amelot. L’ambassadeur devait ainsi décliner la possibilité de signer un accord commercial si les Espagnols lui en faisaient la proposition au titre que l’union des couronnes permettait aux Français de « jouir de privilèges particuliers », qui deviendraient communs à l’ensemble des nations après la paix49. De plus, Amelot recevait l’injonction de surveiller les voyages à destination de la mer du Sud. Il devait les empêcher — cet ordre faisait l’objet de nombreuses contradictions au sein du gouvernement de Louis XIV entre ceux qui lui étaient favorables, comme Pontchartrain, et ceux qui l’enfreignaient sans aucun scrupule, comme Chamillart50. Le principe de l’union des couronnes devait ainsi selon ces instructions primer sur des bénéfices économiques certains mais qui, en risquant de nourrir des rancœurs à l’égard des Français, mettaient en péril les relations politiques. Toutefois, si Amelot reçut une lettre d’instructions lui enjoignant de gagner du temps si on lui proposait un accord commercial, cet ordre fut rapidement modifié après son arrivée à Madrid. Il devait au contraire obtenir des avantages commerciaux, notamment par le biais d’une junte qui avait été créée à cet effet : la junta de comercio. L’organisation du commerce fit ainsi l’objet de nombreuses négociations durant l’ambassade d’Amelot. Elle donna lieu à la rédaction de nombreux mémoires qui circulaient entre les cours de Versailles et de Madrid, mais toujours par le canal d’Amelot. Toutefois, le commerce avait déjà fait l’objet de nouvelles considérations en 1703. Antonio Ibáñez de la Riva avait ainsi remis à Portocarrero un mémoire sur le sujet. Il proposait la création d’une compagnie de commerce, sur le modèle de celle qui avait été initiée, mais en vain, en 1692. Dans la lettre remise au cardinal de Tolède, Ibáñez de la Riva nous apprend que ce plan du commerce devait être transmis aux « ambassadeurs et envoyés qui étaient des amis de [la] couronne51 ».

  • 52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 18 septembre 1707, fo 281.
  • 53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, « Mémoire de ce qui est à observer et exécuter en conséquence des ré (...)

37Les mémoires étaient parfois rédigés sous la forme de colonnes permettant ainsi à l’ambassadeur, puis aux ministres du roi de France de mieux les annoter. Au mémoire sur « l’union de la France et de l’Espagne pour le commerce des Indes », envoyé par Amelot52, Chamillart adressa une réponse dans laquelle on peut lire l’analyse suivante : « L’union entre les nations est d’une grande conséquence, qu’elle doit estre […] et soutenue par tous les moyens possibles et qui pourront estre mis en usage53 ». Elle apparaît alors comme le prolongement de l’union des couronnes, le commerce constituant un outil pour le rapprochement désiré. Les activités commerciales n’étaient pas uniquement considérées comme un moyen d’enrichir le royaume de France. Elles devaient servir à rapprocher les deux couronnes, même si les fortes récriminations des officiers du Conseil des Indes contre le commerce des Français, largement reprises par l’historiographie, ont fini par masquer les autres objectifs de la politique commerciale mise en place.

  • 54 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 février 1706, fo 67.
  • 55 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre Pontchartrain à Amelot, 26 décembre 1706, Versailles, fos 391 (...)
  • 56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, « Ordre donné par le roi d’Espagne à tous ses capitaines généraux d’ (...)

38L’union des couronnes eut des implications concrètes pour le commerce durant la guerre. Ainsi, les corsaires, qu’ils soient sujets du roi de France ou de Philippe V, pouvaient porter indifféremment leurs prises dans les ports espagnols ou français54. On créait une sorte « d’union de la course ». En 1706, deux navires français furent armés pour porter le vif-argent et des marchandises d’Andalousie au Mexique. Comme ils effectuaient une mission pour le compte de Philippe V, le roi de France accorda qu’ils portent la bannière espagnole et obéissent aux ordres du Roi Catholique55. Plus tard, Philippe V décida que les vaisseaux espagnols devraient systématiquement porter assistance aux navires français à chaque fois que le besoin s’en ferait sentir56.

39Retrouver le sens que le roi de France, ses ministres ou son ambassadeur à Madrid pouvaient donner à l’union des couronnes ne suffit pas à démontrer la pertinence de ce principe politique pour les relations franco-espagnoles. Il faut encore analyser sa traduction en Castille. En effet, comment l’union des couronnes a-t-elle existé au-delà de la frontière des Pyrénées ? A-t-elle été une référence utilisée ailleurs qu’à Versailles ?

« Vérité en deçà, erreur au-delà » : la mise en question d’un jugement pascalien

40Le thème de l’union fut aussi repris dans la péninsule. Outre pour les festivités données à Tudèle lors de la naissance du prince des Asturies en 1707, il servait d’argument aux partisans de Philippe V. On le retrouve ainsi dans la littérature de propagande, notamment dans ces dissertations historico-juridiques qui tendaient à démontrer que le duc d’Anjou avait le droit légitime de succéder à Charles II. Comme dans les discours de Louis XIV et Amelot, et dans la continuité du sens qui lui avait été donné au xviie siècle, l’union des couronnes renvoyait à l’alliance entre les deux monarchies sur le plan international. Elle était ainsi présentée comme une source de paix et de concorde. À travers l’accession du duc d’Anjou au trône espagnol et la naissance du prince des Asturies en 1707, l’union était comme validée par une bénédiction divine. José Martínez Talon la présentait ainsi dans la relation des fêtes données à l’occasion de la naissance du premier infant :

  • 57 « Pues aviendo merecido el que Dios nos aya dado por Rey à nuestro Gran Monarca Don Felipe Quinto, (...)

Ayant mérité celui que Dieu nous a donné, notre grand monarque Philippe Cinq, […] conjointement au bénéfice que nous avions tant désiré, de l’union de ces deux puissances de France et d’Espagne, pour les fins […] d’une telle gloire pour Dieu, pour son Église, et pour la monarchie ; et nous avons également reçu dans la naissance de notre prince, celui qui renforce le plus cette si importante union et ligue57.

41Or, après les nombreuses guerres livrées par Louis XIV au Roi Catholique et les concessions territoriales que la monarchie hispanique avait consenties, la paix constituait le plus sûr moyen de conserver intact l’ensemble territorial. La référence aux guerres passées et aux dommages subis était parfois même explicite comme pour mieux convaincre de l’utilité de cette union. Ainsi, dans cet extrait de la Leyenda negra :

  • 58 « La guerra última que tuvimos contra los Franceses, por seguir el partido de Alemania, bien pueden (...)

La dernière guerre que nous avons menée contre les Français, en suivant le camp de l’Allemagne, peut bien nous servir de leçon du fait des maux successifs que nous avons subis à cause de cette ligue et de la désillusion manifeste qui a résulté de ces liens ; rien ne convient mieux à l’Espagne et à la religion catholique que la présente union58.

  • 59 Martínez Talón, Relacion de las reales fiestas, pp. 40-41.

42L’idée que l’Espagne s’était affaiblie au temps de la maison d’Autriche et qu’elle n’avait servi que les intérêts de la branche autrichienne revient ainsi dans plusieurs pamphlets. On la retrouve par exemple dans la relation de José Martínez Talón59, mais aussi dans la Carta de un personage de la Corte escrita à un amigo Andaluz. Dans la relation murcienne, l’auteur dressait un véritable réquisitoire sans concession et sans nuance contre la maison d’Autriche. Sans soldats et sans armées, la monarchie espagnole perdait ses possessions comme le Portugal, les Indes orientales, une partie de Provinces-Unies comme les Flandres, le Brabant, l’Artois, ou encore le Luxembourg et le comté de Bourgogne.

  • 60 BNE, ms. 17873, Carta de un personage de la Corte escrita à un amigo Andaluz, fos 86-94.

43La Carta de un personage de la Corte escrita à un amigo Andaluz [1706] contient le même type d’arguments mais plus amplement développés60. Rédigée sous la forme d’une lettre qui serait adressée à un ami andalou, elle défendait la légitimité de Philippe V en dénonçant la tutelle de l’empereur sur l’Espagne. L’auteur tentait de démontrer que l’Espagne n’avait servi que les intérêts de la branche allemande de la maison d’Autriche. Par exemple, en 1521, lorsque l’empereur Charles Quint alla prendre possession de la couronne impériale, il envoya de l’argent en Flandres et en Allemagne. La principale part des fonds fut employée pour défendre le roi des Romains, Ferdinand, frère de l’empereur, et lui garantir la possession du royaume de Hongrie. Les richesses de la monarchie catholique servirent pareillement à défendre les possessions autrichiennes des princes confédérés lors de la ligue de Smalkalde. L’auteur de la Carta citait ensuite Gregorio Leti, selon qui les guerres de Charles Quint avaient coûté plus de 1,2 milliard d’escudos alors que les États patrimoniaux ne produisaient pas 6 millions d’escudos de revenus. Si les chiffres apparaissent peu sûrs, il est intéressant de noter ce recours à des données quantifiées détaillées pour mieux démontrer que la différence avait été prélevée sur les richesses espagnoles. L’auteur continuait sa critique en dénonçant les 6 millions de pesos de rentes annuelles que le « fidèle » royaume de Naples versa chaque année durant les règnes de Charles Quint et de Philippe II, le droit des alcabalas, introduit pour un temps limité par le roi Don Alonso en 1342 et 1347 lors des Cortes de Burgos et d’Alcalá, à l’occasion du siège de Gibraltar et d’Algésiras, et qui était devenu permanent depuis 1578 sur les instances de Philippe II afin de continuer la guerre contre la Hollande. L’imposition de juros et le droit de millones sur tous les aliments avaient ruiné le commerce et les manufactures espagnoles. Le papier timbré et les autres innombrables taxes qui existaient alors en Espagne avaient été créés par la maison d’Autriche non pas pour la défense de l’Espagne mais pour secourir la branche allemande. L’empereur ne donna que le duché de Milan à son fils Philippe II en contrepartie de tous les secours d’argent et de troupes fournis par l’Espagne. L’auteur continuait enfin avec les nombreuses guerres menées contre la France de François Ier, puis de Louis XIII et Louis XIV.

  • 61 Ibáñez de la Riva, Demostración legal, p. 12.
  • 62 Rodrigo Marín, Sermón en la rogativa solemne, que por la invasión de la Armada enemiga, y felicidad (...)
  • 63 « … surtout si l’on tient compte des bons effets que nous avons commencé à ressentir avec le nouvea (...)

44Le souvenir des guerres avec les Français constituait un puissant argument en faveur de l’union. Pour l’Espagne et la religion catholique, l’union ouvrait de nouvelles perspectives. Elle permettrait de renouveler leur grandeur61. Un chanoine, professeur à l’université de Grenade en 1704, écrivait par exemple : « Cette succession d’Espagne et cette union avec la France, nous devons en inférer que Dieu l’a disposée en vue de la plus grande exaltation de sa Sainte Foi62 ». L’auteur philippiste de la Carta de un personnage de la Corte escrita à un amigo andaluz espérait quant à lui du nouveau roi « du sang de France » qu’il libère la monarchie de « tant de misères » avec l’union perpétuelle des deux couronnes et qu’il favorise un rétablissement du commerce63.

  • 64 Il informa par exemple le président du Conseil d’Aragon du caractère séditieux du livre de Joseph P (...)
  • 65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, mandement pastoral de l’archevêque de Saragosse Antonio Ibáñez de la (...)

45L’archevêque de Saragosse Antonio Ibáñez de la Riva défendit également l’union des couronnes dans sa lettre pastorale. Acquis à Philippe V, ce fervent partisan des Bourbons s’illustra par l’intransigeance de sa fidélité au nouveau roi. Il dénonçait par exemple les auteurs qui critiquaient la présence des Français64, ou défendit contre le nonce du pape en 1707, le droit de Philippe V de mettre à contribution le clergé. Dans un mandement à son clergé et ses fidèles, il interdisait par exemple aux prêtres de donner l’absolution aux rebelles à l’autorité de Philippe V. Outre le développement de ce crime de lèse-majesté, l’archevêque attirait l’attention sur l’union des couronnes. Les « ennemis de la foi », c’est-à-dire les rebelles soutenus par les protestants, tentaient de « défaire l’importante union des Deux Couronnes d’Espagne et de France65 ». Cet argument du combat pour la foi catholique revient à de très nombreuses reprises dans la littérature de propagande au service de Philippe V. Les sermons, les mandements pastoraux, comme ceux de l’archevêque de Saragosse ou de l’évêque de Carthagène, utilisent très souvent cette image d’une union au service de la foi.

  • 66 Saint Louis serait né le 25 avril 1214 selon les mémorialistes et les chroniqueurs de l’époque. Le (...)

46Pour le cardinal Belluga, la victoire des armées bourboniennes en 1707 sur les alliés était un signe du ciel en faveur de l’alliance entre les deux couronnes. Il soutenait l’idée que la bataille avait eu lieu le jour anniversaire de la naissance du roi de France, saint Louis66 :

  • 67 Luis Belluga, Viva Jesús. Sermón, que el Obispo de Cartagena, de el Consejo de Su Magestad, predicó (...)

… mais le Ciel nous a donné une preuve encore plus flagrante — que même des aveugles ne pourraient pas ne pas voir — de l’approbation que Dieu a donnée à l’union et à l’alliance de ces deux couronnes, et de la protection spéciale du glorieux saint Louis pour notre Prince et pour nos Royaumes, et que le bonheur nous est promis ; car le jour de la Saint-Marc Dieu disposa la providence à nous faire livrer par les Armes des deux couronnes, au Campo d’Almansa, bataille aux ennemis de la Religion et de la Couronne et ceux-ci en furent entièrement défaits ; jour où, comme Causino dans ses Éphémérides, était né saint Louis67

  • 68 Le Goff, 1996, pp. 34-35.
  • 69 Relación puntual de lo sucedido a las Armas Católicas del Rey Nuestro Señor D. Felipe V (que Dios g (...)

47Cet horoscope commun de la victoire des armées de Philippe V avec l’un des saints tutélaires de la dynastie capétienne correspondait à une autre naissance selon la tradition chrétienne : celle de l’évangéliste saint Marc68. La date de la bataille d’Almansa qui avait permis à Philippe V de s’imposer se trouvait ainsi identique à des événements particulièrement significatifs qui inscrivaient cette victoire dans une continuité historique. Cette conjonction des dates n’était pas seulement connue des lettrés dans l’entourage français du roi puisqu’on la retrouve dans une relation sévillane de l’époque69.

  • 70 Ibáñez de la Riva, Demostración legal, pp. 7-9, cité dans González Cruz, 2006, p. 21.
  • 71 La Carta de un personage de la Corte développait ainsi les exemples de Pépin le Bref, qui aurait en (...)
  • 72 Jaime I el Conquistador (1208-1276), roi d’Aragon et comte de Barcelone. Il reconquit les Baléares (...)
  • 73 González Cruz, 2006, p. 106.

48Les allusions à la dimension divine de l’union servaient ainsi à défendre le rapprochement entre les deux couronnes. Les images et les figures employées autorisaient les reconstructions historiques les plus surprenantes. L’archevêque de Saragosse réécrivait ainsi l’histoire de la Reconquista en affirmant que celle-ci n’aurait pu avoir lieu sans une aide des Français70, argument présent dans d’autres imprimés71. Dans la relation sévillane évoquée précédemment, l’auteur soulignait par exemple, que la victoire du roi Jacques « le Conquérant72 » sur les Maures avait également eut lieu un 25 avril, date de la bataille d’Almansa73.

  • 74 Albareda Salvadó, 2010, p. 97.

49L’union des couronnes ne constituait pas seulement un argument d’ordre juridique ou politique utile aux polémistes qu’ils soient adversaires ou partisans de Philippe V. Elle était énoncée comme un principe dans les ordres royaux et les décrets. En cela, elle permettait de justifier certaines décisions ainsi expliquées par le contexte de rapprochement entre les deux monarchies. Dans ses instructions laissées au duc d’Albe qui allait le représenter à Versailles, Philippe V chargeait son ambassadeur de cultiver « cette étroite union et confiance » entre les deux couronnes74et lui ordonnait de ne prendre aucune décision d’importance sans l’aval de son grand-père.

  • 75 Type d’acte royal par lequel le souverain donnait un ordre. Il s’agissait de dispositions légales c (...)
  • 76 AHN, Consejo, lib. 1475, exp. no 64, Real provisión de 7 de diciembre de 1705 sobre que las justici (...)

50L’union était également citée dans des documents plus courants. Par la Real provisión75 du 7 décembre 1705, Philippe V ordonna que chaque province lui suggérât les moyens de développer le commerce et les fabriques espagnoles. L’ordre fut imprimé, soulignant ainsi la publicité donnée aux initiatives du roi en la matière et la volonté qu’elles soient connues du plus grand nombre ; toutes les dernières décisions y sont ainsi évoquées afin de mettre en valeur la volonté durable du souverain d’améliorer la situation du commerce espagnol76. Avant même de partir pour sa campagne en Italie (1702), Philippe V avait déjà promulgué un décret afin que le conseil l’assiste et lui suggère les moyens à mettre en œuvre. Le 18 mai 1701, il avait en outre sollicité l’avis des cités, villes et lieux [au sens de communautés] (ciudades, villas y lugares) afin qu’elles « proposent des moyens pour le rétablissement du commerce ». Enfin, le 5 juin 1705, il avait constitué une junta spécifiquement chargée de ces questions, plus connue sous le nom de junta de restablicimiento del comercio. Ses membres — cinq conseillers du Conseil des Indes, deux provenant du Conseil des finances, un togado de la Casa de Contratación de Séville, un secrétaire et deux « intendants de la nation française », Daubenton et Mesnager — devaient se réunir trois fois par semaine. Pour justifier la nomination de deux sujets du roi de France dans cette junte, ce qui constituait une nouveauté, le roi expliquait qu’ils étaient « très intelligents en matière commerciale, et zélés pour le bien des deux monarchies, pour l’union qui devait exister entre elles, et dans leur commerce ». Dans cette Real provisión largement diffusée, le roi faisait ainsi explicitement référence aux relations étroites entre les deux monarchies, dont le commerce constituait une forme de prolongement ou de pilier. Un rapport politique entre deux souverains, souvent désigné par le mot « union », trouvait une sorte de concrétisation dans des échanges économiques. Si la paix nécessitait depuis longtemps de rétablir le commerce — ce qui avait donné lieu à la signature de nombreux traités au xviie siècle —, on franchit ici un pas avec l’idée que celui-ci n’accompagnait pas seulement un temps de concorde mais qu’il pouvait appuyer ou approfondir les relations de deux monarchies. Cette activité apparaît ainsi au centre des relations diplomatiques entre les deux monarchies.

  • 77 On trouve deux copies de ce travail : AMAE, Mém. et doc., Esp., t. 117-123 ; AMAE, Cor. pol., Esp., (...)
  • 78 Originaire de Mondoñedo en Galice, sa famille était liée à la hiérarchie ecclésiastique locale. Fra (...)

51Si le commerce apparaissait comme un moyen de développer ou favoriser les relations entre la France et l’Espagne, l’Amérique joua le même rôle. En effet, la fascination pour les possessions américaines du Roi Catholique perdurait en dépit des difficultés qui avaient marqué la monarchie hispanique dans la seconde moitié du xviie siècle. L’Amérique espagnole fut rapidement associée à la politique d’union des couronnes car elle apparaissait comme un terrain favorable au rapprochement entre les deux monarchies. L’asiento ne fut pas le seul moyen envisagé pour l’encourager. Un sujet de Philippe V conçut un projet de réforme de l’organisation administrative et du gouvernement des possessions américaines. Ce plan très détaillé est aujourd’hui conservé aux archives du ministère des Affaires étrangères77. Son auteur, Francisco de Seijas y Lobera, n’est pas un inconnu78. Personnage atypique, il fut marin, cosmographe, mathématicien, expert en mines, géographe et essayiste politique. Il présentait l’avantage de bien connaître l’Amérique pour avoir exercé la charge d’alcalde mayor à Tacuba au Mexique. Il souhaitait faire connaître la situation de l’Amérique espagnole, ses difficultés et les solutions que l’on pouvait y apporter. Francisco de Seijas y Lobera s’était assigné comme objectif d’avertir Philippe V des risques qu’il courait de perdre ses possessions américaines s’il ne procédait pas à des changements profonds dans la manière de les gouverner et de les administrer. En 1702, il était à la cour de Versailles, car il savait qu’il serait plus facile de faire passer ainsi son message à son souverain par l’intermédiaire de Louis XIV que d’affronter le Conseil des Indes qui ne manquerait pas de s’opposer à ses vues contraires aux intérêts des conseillers.

52Intitulé La Verdadera Unión de las dos coronas de Francia y España, le projet de Seijas y Lobera n’est pas une réflexion sur l’union des couronnes comme son titre le suggère. Il s’agit plutôt d’un plan de réorganisation de l’administration des royaumes américains. Il concerne autant les questions commerciales, l’autorité des vice-rois, le contrôle des évêques et de la hiérarchie ecclésiastique, que l’exploitation des mines et la mise en valeur économique de ces territoires. L’union des couronnes y sert d’argument pour appuyer le propos, afin de convaincre Louis XIV et ses ministres.

  • 79 Seijas y Lobera, Gobierno militar y político.

53Une partie de ce volumineux mémoire concernant le Nouveau-Mexique a été éditée par Pablo Emilio Pérez-Mallaína Bueno79, qui considère que Francisco de Seijas y Lobera était un précurseur des réformateurs emblématiques des réformes des Indes de la seconde moitié du xviiie siècle. Pour Pérez-Mallaína, cet auteur manifestait une forme de pragmatisme et de réalisme bien différente de celle des arbitristes (arbitristas) du xviie siècle.

  • 80 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 27 mai 1708, Versailles, fo 84.

54On ignore si Amelot a pu consulter ce travail préparé entre les années 1702 et 1704. Toutefois, il est avéré que l’ambassadeur a rencontré Francisco de Seijas y Lobera avant de partir en mission en 1705 et qu’ils ont échangé leurs vues sur l’Amérique espagnole80. Dans sa correspondance, Amelot n’évoque jamais Francisco de Seijas ou son travail. Il est donc impossible de savoir dans quelle mesure celui-ci a pu l’influencer ou non. De plus, la plupart des projets de réformes concernant les Indes et la navigation étant restés lettre morte, aucune trace d’une application des mesures préconisées n’est décelable durant les années de la guerre de Succession.

55Les références à une union des couronnes ne constituaient pas seulement une argutie de diplomate ou une formule rhétorique au service de la glorification d’un monarque. On les retrouve en effet dans des documents à la publicité bien moins importante, par exemple dans un ordre du roi d’Espagne destiné à son lieutenant à Carthagène. Dans la copie traduite en français pour Jérôme de Pontchartrain, on découvre qu’un conflit opposait le juge conservateur de la nation française à Carthagène, qui se plaignait du non-respect des privilèges de la colonie des sujets de Louis XIV, et le lieutenant de Philippe V sur place. Cet ordre, adressé par Grimaldo à l’officier espagnol, rappelait les risques encourus par l’officier espagnol si de tels manquements venaient à se reproduire :

  • 81 AN, Marine, B7 247, « Ordre du Roy d’Espagne concernant le lieutenant du Roy et le juge conservateu (...)

Et en outre, Sa Majesté vous déffend de troubler ou empêcher à l’avenir l’exercice de la jurisdiction du juge conservateur de la susdite nation, par ce que la moindre négligence que vous aurez à cet égard sera regardée comme une faute grave, si vous manquez à la favoriser et ayder en tout ce qui concernera son ministère et l’union que ceux qui commandent doivent tacher de fortiffier entre les deux nations81.

  • 82 AHN, Estado, leg. 4826, Informe que haze a Su Magestad, el Doctor Don Simeon de Guinda y Aperteguy, (...)

56L’union entre les deux nations était considérée comme un ouvrage qu’il fallait préserver. Elle est présentée comme un impératif soutenu par des sanctions. L’union des couronnes et son prolongement « entre les nations » pesaient ainsi sur le fonctionnement de l’administration espagnole et les décisions prises à un niveau local, bien loin des seules préoccupations de la cour et des négociateurs. Là encore, le commerce servait d’outil pour rapprocher les populations et les sujets des deux rois. Préserver de bonnes relations et éviter toute forme de tensions entre les sujets du roi de France et ceux de Philippe V définissaient ainsi un axiome dans la conduite des affaires, valable depuis les relations entre les souverains jusqu’aux rapports entre les populations. Un mémoire remis en 1708 par Simeon de Guinda y Aperteguy, abbé de l’Église Saint-Isidore de León, et consacré aux Aldudes, permet de voir jusqu’où ce principe s’imposait82.

  • 83 Arvizu, 1992, p. 104. Il existe de nombreux documents au sujet de la frontière dans les archives du (...)
  • 84 Arvizu, 1983, pp. 18-19.
  • 85 « Je vous envoye aussi l’extrait d’une lettre que j’ay receuë du Subdélégué à l’Intendance de Béarn (...)
  • 86 Arvizu, 1992, p. 221.
  • 87 Arvizu, 1983, pp. 19-20.

57La vallée pyrénéenne des Aldudes donna lieu à des conflits à répétition durant près de quatre siècles, entre le xve et le xixe siècle. Cet espace fut en effet le théâtre d’affrontements pour les droits de pâturage entre les différentes communautés d’habitants des vallées de Bigorre, d’Erro, Baztan et Valcarlos. Roncevaux, Burguete, Eugui et Espinal intervinrent dans ces conflits nés précisément de l’absence de limites, c’est-à-dire de frontières. Le problème perdura jusqu’à la signature d’un traité en 1856. Ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas l’histoire des querelles incessantes, mais plutôt comment elles s’insérèrent dans le contexte d’une union des couronnes. En 1614, des capitulations royales furent mises au point par des commissaires du roi de France et du roi d’Espagne. Leur inefficacité favorisa la constitution d’une nouvelle commission en 170283, dont le travail fut encore plus infructueux, au point que l’existence de la convention préparée par cette commission fut mise en doute. Elle aurait remis l’arbitrage aux deux souverains84. Dès l’arrivée d’Amelot, Torcy l’informa des problèmes persistants dans cette zone, tout en lui demandant de faire en sorte que rien ne soit réglé pour le moment85. Le ministre connaissait les difficultés et les nombreuses contestations qui risquaient de détériorer les relations ou accroître les rancœurs entre les deux cours. Un peu plus tard, en juillet 1705, plusieurs centaines de Bigorrais commandés par le vicomte d’Echauz attaquèrent Roncevaux pour se venger d’un vol86. Les Cortes de Sanguesa adressèrent alors une représentation à Philippe V pour évoquer ce problème87.

  • 88 AHN, Estado, leg. 4826, Informe que haze a Su Magestad, el Doctor Don Simeon de Guinda y Aperteguy, (...)

58C’est là que le mémoire de Simeon Guinda y Aperteguy nous intéresse. En effet, dans son développement, le chanoine fit explicitement référence aux relations entre les deux rois. Il notait que Louis XIV avait donné des ordres « conforme[s] au développement de l’union et de la paix, qu’il d[oit] y avoir entre les vassaux de chacune des couronnes88 ». Le roi de France avait sans doute envoyé quelques consignes afin de ramener le calme, mais leur formulation n’avait pas échappé au prêtre espagnol qui la souligna dans son mémoire. Ainsi, ce contexte s’imposait aux décisions prises. On ne peut douter qu’à n’importe quelle autre période, une telle querelle aurait donné lieu à des contestations ou des remontrances de la part du roi de France. Mais dès lors que les relations n’étaient plus à la compétition ou la concurrence, il fallait aplanir les différends, éviter les disputes et favoriser en tout lieu l’union des couronnes.

  • 89 AHN, Sección Nobleza, Frias, C. 62, D. 126, mémoire imprimé envoyé à Louis XIV par Grégoire de la F (...)
  • 90 Aldea Vaquero et allii (dir.), 1972-1987, t. IV, pp. 2594-2595 ; Catholic University of America (di (...)

59L’union des couronnes n’imposait pas seulement de taire des querelles ou des conflits mineurs, elle pouvait motiver des rapprochements entre les différentes branches d’un ordre religieux divisé. Le supérieur général de l’ordre des Trinitaires tenta ainsi de saisir l’opportunité créée par l’union des couronnes pour réunir son ordre scindé depuis le milieu du xviie siècle en deux branches, l’une espagnole et l’autre française. Grégoire de La Forge sollicita donc de Louis XIV qu’il travaille avec le roi d’Espagne à la fin du schisme89. Les religieux, sujets du Roi Catholique, s’étaient soustraits de l’autorité du supérieur général français pour défendre un retour à une observance plus stricte. L’ordre de la Très-Sainte-Trinité avait été fondé par Jean de Matha en 1198. Il était spécialisé dans le rachat des captifs en terre musulmane, notamment en Espagne, en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Ordre mendiant, il collectait des fonds pour payer les rançons exigées pour la libération des esclaves chrétiens. Une première réforme, initiée en 1578 en France, tenta de revenir à une forme de stricte observance. En Espagne, Jean-Baptiste de la Conception conduisit une réforme à partir de 1597, laquelle aboutit à la fondation des Trinitaires déchaussés. La force de ce courant lui permit de devenir autonome vis-à-vis du supérieur général entre 1631 et 163690. Il y avait donc deux branches à partir du milieu du xviie siècle. Dans son mémoire au roi, le supérieur général français des Trinitaires soulignait le nouveau contexte politique pour défendre l’idée d’une réunion de la branche espagnole avec la sienne :

Sire, dans l’heureuse conjoncture où les deux nations se vont réunir de cœur & d’affection sous deux puissants rois du même sang ; il paroitroit monstrueux que des religieux autrefois si unis, fussent encore divisez.

  • 91 Deslandres, 1903, t. I, p. 277.
  • 92 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 186, lettre de Pontchartrain à Amelot, 18 septembre 1708, fos 13-15.

60Le père Grégoire de La Forge sut attirer l’attention de Philippe V qui ordonna que des conférences réunissent les procureurs de l’ordre, le duc d’Uceda et le cardinal Forbin-Janson afin de travailler à un règlement. En mai 1702, il demanda au Conseil de Castille que ses sujets religieux de l’ordre se soumettent au supérieur français. À l’été 1703, les pères mathurins espagnols reconnurent le père de La Forge91. À la mort du supérieur général en 1706, Amelot fut chargé de garantir l’union de la branche espagnole avec celle de France. Il devait s’assurer que les religieux, sujets de Philippe V, se soumettent au nouveau provincial de France ou procéder directement à l’élection92. L’union des couronnes constitua ici un puissant motif pour réunir l’ordre de la Sainte-Trinité pour le rachat des captifs. La rhétorique de l’union eut ainsi quelques traductions concrètes qui dépassaient le cercle étroit des négociateurs et des cours.

61L’union apparaît ainsi comme un principe politique majeur ou une opportunité à saisir durant les premières années de la guerre de Succession d’Espagne. Le roi comme ses ministres ou ses ambassadeurs entretenaient une conception renouvelée des rapports entre les deux monarchies. Le lien de filiation et l’appartenance à la même maison royale rapprochaient les souverains et, par extension, leurs royaumes et leurs sujets. De plus, l’union des couronnes n’exista pas seulement dans les bureaux des ministres à Versailles. Elle trouva une traduction dans la péninsule où les principaux défenseurs de Philippe V l’utilisaient pour mieux justifier l’alliance avec la France ou pour expliquer les décisions du monarque. Si l’écrit composait le principal support pour diffuser l’idée d’une union, il ne fut pas le seul. On trouve en effet d’autres matériaux documentaires où elle fut présente.

II. — Sons et images d’une politique

  • 93 Leguay, L’union de la France et de l’Espagne.

62L’union des couronnes constitue un thème qui fut repris sous la forme de musique, d’images voire de spectacles. Les évocations sont peu nombreuses mais toujours significatives du lien nouveau qui structurait les relations entre les deux monarchies. Plusieurs documents permettent de mettre en évidence quelle représentation on donnait à l’union des couronnes. Ils constituent quatre canaux par lesquels nous allons tenter de préciser l’image et les représentations de ce principe politique. Le premier est un prologue musical donné à Lyon en 1701 et sobrement intitulé L’Union de la France et de l’Espagne93. Le second est constitué des images qui l’illustraient. Enfin, dans un troisième et un quatrième temps, on tentera de saisir comment l’union des couronnes modifia le cérémonial en vigueur entre les cours.

Chanter l’union

  • 94 Saint-Simon, Mémoires, t. VII, p. 326 et t. VIII, p. 237.
  • 95 Clerjon, 1829-1837, t. VI, p. 250.
  • 96 Benoit (dir.), 1992, pp. 576-577.

63Lors du retour d’un voyage des ducs de Bourgogne et de Berry en Savoie en 1701, les princes s’arrêtèrent à Lyon94. La ville les accueillit avec faste, en dépit des difficultés financières. Le 9 avril, ils entrèrent dans la ville, reçus par la noblesse de la province, le consulat, les académiciens et les bourgeois de la cité au niveau du pont de la Guillotière. Durant trois jours, fêtes, réceptions, spectacles et illuminations se succédèrent. Pour leur première soirée à Lyon, on représenta l’opéra de Phaéton, et le lendemain, ce fut L’Europe galante. À cette occasion, on joua un prologue musical dont le sujet était L’Union de la France et de l’Espagne95. Il fit tant plaisir qu’on le donna une seconde fois le lendemain. Le prologue n’avait le plus souvent aucun lien avec le spectacle qu’il introduisait. Il s’agissait d’une pièce lyrique qui, à partir des années 1680, servait à encenser un spectateur de marque ou le plus souvent directement le roi. Ce divertissement chanté et dansé servait à glorifier Louis XIV en le comparant aux héros mythologiques ou en le parant de nombreuses vertus96. Ici, il avait comme vocation de célébrer les nouveaux liens entre les deux monarchies.

  • 97 Vallas, 1932, p. 14.
  • 98 Leguay, L’union de la France et de l’Espagne, p. 3.

64Le prologue musical avait été composé à la demande ou par Jean-Pierre Leguay, connu pour avoir été le maître de l’Académie de musique de Lyon que l’on appelait aussi l’Opéra. Leguay était également danseur, professeur de chorégraphie et peut-être compositeur de musique97. Comme l’auteur de la pièce ne nous est pas connu, on peut vraisemblablement lui en attribuer la paternité, mais rien n’est certain. Cette pièce exaltait l’union à travers un chant alternant entre deux personnes représentant la France et l’Espagne. Accompagnées de leur suite, les deux figures allégoriques des monarchies louaient les bienfaits de se voir réunies par leurs princes. Dans son épître dédicatoire adressée aux princes, Leguay comparait l’avènement du duc d’Anjou à la remise par la France à l’Espagne de l’un de « ses plus précieux trésors98 ». Cet auteur avait imaginé la scène dans le décor d’un palais magnifique, situé dans une campagne avec des tentes et des soldats. La guerre et la gloire se trouvaient ainsi convoquées comme décor pour une représentation politique. Les tentes et les soldats au repos servaient à donner un image concrète à la paix qui désormais régnerait entre les deux monarchies. Ainsi, avant même le début du prologue, l’ensemble du décor invitait à voir dans l’union des couronnes la source d’une félicité partagée. La France conviait ensuite les peuples à chanter le « héros de la France », c’est-à-dire Philippe V, qui affermirait son bonheur et sa puissance. À cette invitation, un chœur répondait :

  • 99 Ibid., p. 6.

Que pour sa gloire tout s’empresse,
Joignons pour ce héros & nos voix & nos vœux.
Qu’il règne & triomphe sans cesse,
Qu’il nous rende à jamais heureux99.

65Venait ensuite le tour de l’Espagne de prendre la parole. Dans une adresse similaire à celle de la France, elle invitait les peuples espagnols à se réjouir que Louis XIV leur ait donné un maître. Ils pourraient ainsi jouir du même bonheur que la France. Cette vision d’une Espagne se réjouissant de l’arrivée d’un prince français correspondait à un discours que l’on retrouve dans les instructions données aux ambassadeurs : après les temps difficiles de la maison d’Autriche et de son affaiblissement succédait l’avenir radieux du règne de celle de France.

66Enfin, dans une troisième scène, les deux figures allégoriques chantaient ensemble pour évoquer les guerres qui les avaient endeuillées — en soulignant les victoires françaises — afin de mieux affirmer le temps de l’amitié qui s’ouvrait. Au temps de la recherche de la gloire succédait celui de la paix. C’est sur le chant de la figure allégorique de cette dernière que s’achevait ainsi le prologue élogieux de l’union. La paix était assurée par ce « nœud qui rassemble », celui formé par les princes de la maison royale française et devant lequel tout devait frémir. Ici, l’union considérée comme source de concorde, était aussi conçue comme un facteur de puissance. Dans ce spectacle, la représentation visuelle se conjuguait au chant d’un poème versifié pour louer les vertus de l’union des deux monarchies. La poésie, le chant, la danse et le décor concouraient à réjouir l’assistance de la relation entre la France et l’Espagne.

67Conçu et représenté à l’occasion d’une visite princière, ce spectacle appartient à la longue série des réjouissances offertes par les villes au passage d’un membre de la famille royale. Le prologue musical à la gloire d’un prince est un genre bien connu des musicologues et en soi très trivial. C’est toutefois sa banalité qui dit combien on cherchait à populariser le thème de l’union comme une image destinée à marquer les esprits par sa simplicité. Il n’est en effet rien d’étonnant à voir une ville comme Lyon offrir un spectacle dont la mise en scène présentait la grande affaire du moment : la succession d’Espagne. La représentation fut éphémère, car elle ne fut donnée qu’à deux reprises, mais elle comptait les ducs de Bourgogne et de Berry parmi ses spectateurs. Elle met également en valeur la récupération et la diffusion du thème dans une province du royaume de France.

68Outre le chant et la musique, le thème de l’union des couronnes fut décliné sous forme d’images. On la retrouve ainsi dans une médaille de l’Histoire de Louis Le Grand.

Une image à regarder

a) Une médaille

  • 100 Ferrier-Caverivière, 1982 ; Jacquiot, 1989 ; Jones, 1982 et 1983.
  • 101 Burke, 1995, p. 31.

69Les médailles frappées durant le règne contribuèrent à la « construction » de la figure du roi100. Elles s’intégraient, comme d’autres supports — estampes, tableaux, eaux-fortes, sonnets, etc. —, à cette narration de l’histoire du règne développée et encouragée par le pouvoir afin de mieux glorifier le monarque. Ces reproductions multiples de l’image du roi et des principaux événements du règne constituaient les pièces d’un puzzle dont l’ensemble donnait une visibilité au roi et aux discours développés à son sujet101. Parmi ces différentes pièces, les médailles furent particulièrement abondantes. Objet relativement cher, elles étaient également gravées et publiées dans des « histoires métalliques » du règne qui démultipliaient leur circulation. On a ainsi parlé d’une histoire visuelle du règne. Les médailles servaient à commémorer les grands événements du règne plutôt qu’à mettre en valeur des vertus héroïques attribuées au roi. Les victoires militaires eurent ainsi une représentation métallique, mais elles ne furent pas les seules. La création du conseil de Commerce, le secret des conseils du roi (Comes consiliorum) ou encore l’organisation des magasins nécessaires à l’armée figurent par exemple au nombre des sujets gravés. La Petite Académie conçut la plupart des inscriptions et des dessins à placer sur les médailles. Elle fut élevée au rang d’Académie royale un an avant la parution du premier volume dans lequel on trouve une illustration des rapports franco-espagnols depuis l’avènement du duc d’Anjou.

  • 102 Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, p. 286. La page est reproduite (...)
  • 103 « Les François & les Espagnols, ennemis depuis si long-temps, & dont il sembloit preque impossible (...)
  • 104 Ibid.

70Dans l’édition de 1702 de l’histoire métallique du règne, la dernière planche est consacrée à l’« Union de la France et de l’Espagne102 ». Cette place finale, comme en apothéose, dans une histoire chronologique des grands faits du règne destinée à glorifier le monarque souligne comment le thème de l’union fut repris comme un élément du système rhétorique développé par le pouvoir. Le roi, après avoir marqué l’histoire de l’Europe par ses vertus, devient un modèle qui est repris par une autre puissance, ici l’Espagne. Signe incontestable de sa réussite, un prince de sa Maison est devenu le Roi Catholique. D’ailleurs, l’explication inscrite sur la planche ne laisse subsister aucun doute. Elle exprime une vision de l’histoire dans laquelle l’union trouve sa place après une période d’affrontement. La monarchie hispanique n’est pas considérée comme une ennemie du royaume de France et l’antipathie entre les nations française et espagnole est un leurre. La maison d’Autriche est ainsi présentée comme l’unique responsable des discordes103. Seul le roi de France a pu s’opposer à sa volonté « d’abbattre [sic] la France » et de « parvenir à la monarchie universelle ». Non content d’avoir stoppé l’ambition jugée démesurée de la maison d’Autriche, on se félicite des nouveaux liens entre les deux pays. Les deux « nations » ont ainsi « concouru à se lier ensemble & d’intérests & de sentiments104 ». Dans cette conception idyllique, les peuples et les sujets des deux monarchies ont prolongé d’eux-mêmes l’union de la France et de l’Espagne. L’exemple du Conseil d’Espagne, qui avait confié les Pays-Bas catholiques et les places de plusieurs provinces, achève de parfaire cette heureuse conception des rapports franco-espagnols. Enfin, l’explication assure que les Espagnols apprécient en Philippe V le « sang et les vertus de son ayeul ». Après avoir dominé l’Europe, le roi de France devient un modèle dans une histoire en médailles.

  • 105 Depuis l’Antiquité, le lapin était un emblème de l’Espagne ou Hispanie. La racine étymologique du l (...)

71La vignette qui accompagne ce discours, le complète (fig. 3). Elle représente deux femmes incarnant la France et l’Espagne, qui sont identifiables aux armes figurant sur les boucliers que chacune d’elle tient dans sa main gauche. Elles se tiennent par la main comme pour matérialiser leur amitié. Enfin, un lapin est représenté aux pieds de l’Espagne. C’est une figure déjà présente dans d’autres représentations dont on ne peu définir le sens avec précision. Il s’agit vraisemblablement dans ce cas d’un symbole de la fragilité ou de l’affaiblissement de la monarchie105. La légende qui accompagne la médaille est également explicite : « Concordia Franciæ et Hispaniae », ce qui signifie « Union de la France et de l’Espagne ».

Fig. 3. — Gravure « Union de la France et de l’Espagne » [détail de la médaille], Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, Paris, 1702

Fig. 3. — Gravure « Union de la France et de l’Espagne » [détail de la médaille], Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, Paris, 1702

© Bibliothèque municipale de Versailles.

b) Des gravures

72L’union fut représentée, ou pour le moins suggérée, dans des gravures. Le graveur français Nicolas de Larmassin reprit ainsi le thème, pour une planche intitulée presque comme la médaille, L’union des deux royaumes de France et d’Espagne (fig. 4). Elle servit à illustrer l’Almanach de 1702.

Fig. 4. — Nicolas de Larmessin, L’union des deux royaumes de France et d’Espagne, Paris, chez Pierre Landry, 1702

Fig. 4. — Nicolas de Larmessin, L’union des deux royaumes de France et d’Espagne, Paris, chez Pierre Landry, 1702

© Bibliothèque nationale de France, Paris.

  • 106 Ubilla y Medina, Succession del Rey D. Felipe.

73Dans un portrait de Philippe V (fig. 5), le graveur Edelinck offre une autre variation sur le thème de l’union. Philippe V est juché sur un cheval triomphant ; à ses pieds, le lion espagnol tient dans ses griffes deux globes sur lesquels apparaissent un lys et une tour, le castillo, symbole héraldique de la Castille. D’autre part, différents éléments sont associés au lion, emblème de la monarchie hispanique. Le lion porte autour du cou la Toison d’or — avec le signe reconnaissable de l’agneau suspendu — et la plaque de l’ordre du Saint-Esprit, avec la colombe. Cette gravure fut également placée en tête de l’ouvrage d’Antonio de Ubilla, marquis de Rivas, commandé par Philippe V pour relater notamment les hauts faits de son voyage en Italie106.

Fig. 5. — Détail du Portrait de Philippe V [BNE, Retrato de Felipe V, Gérard Edelinck, Teodoro Ardemans, Madrid, chez Juan García Infanzón, 1704]

Fig. 5. — Détail du Portrait de Philippe V [BNE, Retrato de Felipe V, Gérard Edelinck, Teodoro Ardemans, Madrid, chez Juan García Infanzón, 1704]

© Biblioteca Nacional de España, Madrid.

74Dans l’Almanach de 1702, l’union des couronnes était encore plus explicitement représentée. Elle apparaît, comme dans la médaille, personnifiée sous les traits de deux femmes, qui incarnaient la France et l’Espagne.

III. — La venue des princes ou l’incarnation d’un désir

  • 107 Ariès, Duby, 1986, p. 326 ; Bély, 1999, pp. 44-61.

75La naissance d’un prince constituait toujours un temps fort dans l’histoire d’une famille royale, car il pérennisait un pouvoir par nature héréditaire et représentait une possible alliance par le mariage qu’il pourrait contracter. Si les garçons étaient particulièrement les bienvenus, surtout en France, où la loi salique conditionnait l’accession au trône, les filles constituaient un atout pour les relations extérieures d’un royaume, en permettant le retour à la paix ou en concrétisant une alliance. À plusieurs reprises, les souverains de France et d’Espagne avaient ainsi unis leurs enfants, comme pour mieux assurer une concorde entre leurs monarchies. Le double mariage de 1615, entre Philippe IV et Isabelle de Bourbon d’une part, et entre Louis XIII et Anne d’Autriche d’autre part, ainsi que l’union de Louis XIV avec Marie-Thérèse d’Autriche, avaient renouvelé la paix et ses espérances à deux reprises au cours du xviie siècle. Le mariage de la nièce de Louis XIV, Marie-Louise d’Orléans, avec Charles II en 1679 avait aussi marqué une nouvelle étape dans les relations franco-espagnoles au sortir de la guerre de Hollande. Si tous les souverains européens partageaient des liens de parenté, l’avènement du duc d’Anjou au trône espagnol modifia encore profondément la signification des naissances princières. La venue au monde d’un prince était dorénavant autant célébrée dans la cour qui l’avait vu naître que dans celle du parent installé à Madrid ou à Versailles. Les fêtes, les cérémonies et les réjouissances étaient soulignées d’un éclat particulier lorsqu’il s’agissait d’un nouvel enfant de la maison de Bourbon. La naissance d’un prince, et plus encore celle d’un dauphin ou d’un infant, devenaient de facto un événement public dans l’Europe des princes, car il représentait l’avenir de la dynastie. L’enfant royal était d’emblée un enfant public, vivant continuellement sous le regard de la cour. Ses moindres faits et gestes étaient observés voire notés avec de nombreux détails107. Dans un climat de compétition entre Philippe V et Charles III, fêter la naissance des princes devenait un événement politique qu’il convenait de souligner encore plus qu’à l’habitude.

76Quatre princes sont nés entre 1701 et 1709 : deux à Versailles, fils du duc et de la duchesse de Bourgogne, en 1704 et en 1707, dont le premier mourut en 1705, et deux à Madrid, en 1707 et 1709, le dernier n’ayant vécu que quelques jours. Ces naissances ont permis d’exalter les liens unissant les deux branches de la famille et ont donc fait l’objet de festivités minutieusement préparées en dépit des contraintes de la guerre.

77Les naissances et les décès de deux de ces princes entre 1704 et 1709 donnent l’occasion d’analyser comment le cérémonial ou la réception donnée à l’arrivée et à la disparition des princes furent organisés par les deux cours. Les relations comme la correspondance de l’ambassadeur permettent d’expliquer les minutieux préparatifs autour de ces naissances, vécues comme autant d’occasions de célébrer l’unité de la famille et le lien très étroit qui unissait les cours de Madrid et Versailles. Ces festivités croisées symbolisaient le lien qui les unissait. Il était ainsi mis en valeur et souligné comme pour mieux signifier qu’il s’agissait d’un événement regardant la Maison tout entière.

  • 108 Hilaire (dir.), 2003, pp. 324-343.

78La naissance du premier duc de Bretagne donna lieu à des réjouissances somptueuses. La cité pontificale, espace de concurrence sur le plan symbolique entre les différents souverains catholiques, constitua un théâtre parfait pour souligner l’harmonie qui régnait entre les deux monarchies. Rome demeurait la ville de la diplomatie par excellence en raison du grand nombre de diplomates en fonctions, de la Curie et du Saint-Siège108. Dans une guerre qui voyait s’affronter deux candidats au trône, les festivités à l’occasion de la naissance d’un prince permettaient d’asseoir sa légitimité ou au moins d’en donner une image concrète. À Rome, elles furent éclatantes.

  • 109 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 446, « Relation des réjoüissances faites à Rome pour la naissance de Mgr  (...)
  • 110 Le thème du feu d’artifice représentant les quatre parties du monde était courant à l’époque. On re (...)

79Une relation anonyme de ces réjouissances, sans doute rédigée par un proche du cardinal Janson alors ambassadeur de France à Rome, se trouve dans la Correspondance politique romaine109. Elle met en évidence l’union et la complicité entre la France et l’Espagne au travers des attitudes de leurs ambassadeurs. Il s’agit de montrer à tous les diplomates la félicité qui entoure la famille de Louis XIV. Durant plusieurs jours, les cardinaux, un grand nombre d’ambassadeurs, la noblesse romaine et une partie de la population profitèrent des réjouissances offertes par le cardinal Janson. Le 20 juillet 1704, l’ambassadeur reçut officiellement l’ambassadeur d’Espagne. Ils se rendirent ensemble à l’église Saint-Louis des Français pour y entendre la messe. Les cardinaux Pignatelli et Arquyen, pro-français, étaient présents à la messe célébrée par M. de Lionne, évêque de Rosalie. Lors de la soirée, un feu d’artifice fut tiré, « une quantité prodigieuse de sorbets, limonades, chocolats et autres rafraîchissements furent distribués ». On peut noter la présence incognito de la reine de Pologne et de l’ambassadrice d’Espagne. Un dîner de 190 couverts fut offert à des invités parmi lesquels le cardinal Pignatelli et l’ambassadeur d’Espagne. Tout fut fait pour que la fête soit grandiose : la lumière par centaines de torches, la musique par des Te Deum entonnés à plusieurs reprises, les cris de Viva il Ré, Viva Francia, la prodigalité de l’ambassadeur lors des repas, etc. Le surlendemain, les festivités reprirent. Le Te Deum fut chanté cette fois dans l’église espagnole de Saint-Jacques en présence de Janson. L’ambassadeur d’Espagne, le duc d’Uceda, offrit également un repas. Un feu d’artifice représentant les quatre parties du monde fut ensuite tiré110. Le quatrième jour, sur la place devant la résidence de l’ambassadeur de France, une sérénade fut chantée en l’honneur de l’ambassadrice d’Espagne. Aux invitations de l’ambassadeur de France répondaient celles de celui de Philippe V.

80Les représentants des deux souverains affichaient l’union des deux couronnes par leur sollicitude réciproque, se rendant l’un avec l’autre à l’Église pour mieux célébrer la naissance du duc de Bretagne. Tout fut fait pour exalter la félicité et la fécondité des Bourbons. L’union de la France et de l’Espagne était rendue manifeste par des réceptions et la présence des ambassadeurs des deux pays l’un chez l’autre à tour de rôle, image d’une concorde et d’une alliance parfaites comme pour mieux illustrer la force du couple franco-espagnol.

  • 111 La Gorce, 2007, pp. 49-64.

81L’union des couronnes fut également le thème des feux d’artifice donnés pour l’occasion111. Les officiers de police de la ville de Paris offrirent le 28 août 1704 un spectacle au titre suivant : « Le triomphe de la Seine et du Tage sur les autres fleuves de l’Europe, affermi par la naissance de Monseigneur le Duc de Bretagne ». Le livret explicatif accompagnant le spectacle expliquait clairement le choix de ce thème :

  • 112 Ibid., p. 51.

La Naissance de Monseigneur le Duc de Bretagne, donnant à la Maison royale une longue suite de descendants d’aîné en aîné, assure en même temps à l’Espagne le bonheur qu’elle a d’être commandée par un Roy que le Ciel a fait naître pour lui rendre son ancienne splendeur, et est à nouveau gage de son union éternelle avec la France : union qui fait respecter leur empire par toutes les Nations. C’est ce que l’on a voulu exprimer par le triomphe de la Seine et du Tage sur les autres fleuves de l’Europe112.

  • 113 Saint-Simon, Mémoires, t. XIV, p. 258.
  • 114 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 84.
  • 115 Lettre du duc de Bourgogne à Amelot, 30 janvier 1707, Versailles, dans Lettres du duc de Bourgogne, (...)

82La mort s’empara du prince de Bretagne le 14 avril 1705, mais une autre naissance donna encore l’occasion de fêter la famille royale : celle du deuxième fils de la duchesse de Bourgogne le 8 janvier 1707. Il reçut aussi le titre de duc de Bretagne qu’il devait porter jusqu’en 1712, date de son décès113. Si Louis XIV interdit des dépenses fastueuses comme celles de 1704, la cour de Madrid s’attacha néanmoins à marquer l’événement. Amelot, suivant les ordres du roi, se contenta de demander des prières aux différentes communautés de Madrid pour la santé du prince114. Le duc de Bourgogne adressa un courrier à l’ambassadeur pour se féliciter que la naissance de son fils « n’ait pas moins donné de joie à toute l’Espagne qu’elle en [avait] causé en France115 ».

  • 116 AHN, Estado, leg. 2480, instructions de Philippe V à Pedro Antonio de Zúñiga, maréchal de camp de s (...)
  • 117 AHN, Estado, leg. 2480, lettre de Lorenzo Armengual à Grimaldo, 14 mars 1707.
  • 118 AHN, Consejo, lib. 2010, « Tres luminaria extraordinarias en 16, 17 y 18 de henero por el nacimient (...)

83En dépit des souhaits du roi de France, la cour de Madrid souhaita s’associer à l’événement. Pedro Antonio de Zúñiga fut envoyé en ambassade extraordinaire pour porter les félicitations de Philippe V116. Il reçut 1 500 doublons pour cette mission117. On dépensa aussi près de 1 800 réaux pour illuminer la ville les 16, 17 et 18 janvier 1707118. Amelot écrivait ainsi à Louis XIV :

  • 119 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 85.

Le roy votre petit-fils ordonna des illuminations dans toute la ville et fit chanter le lendemain le Te Deum, où il assista. Il a paru que cette augmentation de votre famille royale faisoit beaucoup de plaisir aux Espagnols. Les gens de bon sens en connoissent toutes les conséquences119.

  • 120 AHN, Estado, leg. 2480, lettre de Louis XIV à Philippe V, 29 avril 1707.
  • 121 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, seconde lettre du 17 janvier 1707, fos  (...)

84La naissance du duc de Bretagne fut ainsi fêtée à Madrid. Outre la fête donnée en son honneur, la venue au monde d’un prince dans la famille de Louis XIV revêtait une portée symbolique toute particulière car elle apparaissait comme une forme d’allégorie de la vigueur et de la jeunesse de la maison de Bourbon. Le roi de France qualifia lui-même cette naissance « d’événement considérable pour [sa] maison120 ». Chaque naissance dans une maison royale, vécue comme un signe de bénédiction divine, renforçait sa légitimité et sa puissance. Amelot considérait la naissance du duc de Bretagne comme un « beau présent [fait] à la France et à l’Espagne121 ». Les rigueurs de la guerre ne devaient pas interdire de se réjouir. L’occasion était trop belle pour la laisser passer. La naissance des deux ducs de Bretagne fut saisie comme un prétexte pour donner une réalité aux discours développés sur l’union des couronnes.

  • 122 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 janvier 1707, fos 143-145.
  • 123 Philippe V utilisa le sanctuaire d’Atocha, qui avait été l’un des lieux de culte privilégiés des ro (...)
  • 124 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 2 février 1707, fo 157vo.

85Si le lien fut particulièrement exalté pour les naissances des deux ducs de Bretagne, l’arrivée d’un prince quelques mois plus tard dans le couple royal espagnol contribua encore plus à développer les discours et les éloges de l’union des couronnes. Dès l’annonce de la grossesse de la reine Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, Amelot se préoccupa de l’éclat à donner à cette naissance. Il souligna tout d’abord les manifestations d’adhésion populaire auxquelles la nouvelle donna lieu122. Comme c’était l’usage à la cour de Madrid dans les moments heureux, la cour et la foule venaient au palais afin de baiser les mains des souverains. Quelques jours plus tard, la reine se rendit au sanctuaire d’Atocha123 afin de rendre grâce, entourée des Grands, à pied comme le prévoyait l’étiquette pour cette occasion124.

86Dans l’Almanach royal de l’année 1708, on prit le soin de représenter la naissance du prince des Asturies avec précision : la reine est couchée en arrière plan, tandis que la princesse des Ursins présente le prince, oint par l’archevêque, à Philippe V, devant l’assistance des conseillers d’État, du cardinal Portocarrero, du nonce, de l’ambassadeur de Louis XIV et des présidents des conseils (fig. 6).

Fig. 6 — L’heureuse naissance du prince des Asturies, fils de Philippe V roi d’Espagne et de Marie-Louise-Gabrielle de Savoye, Paris, chez Trouvain, Almanach, 1708

Fig. 6 — L’heureuse naissance du prince des Asturies, fils de Philippe V roi d’Espagne et de Marie-Louise-Gabrielle de Savoye, Paris, chez Trouvain, Almanach, 1708

© Bibliothèque nationale de France, Paris.

  • 125 Voir ce volume, chap. xi.
  • 126 « Plusieurs Grands comme Medinaceli, Montalto et d’Arcos se sont pour la première fois rendus à la (...)

87Ainsi, le cérémonial et les estampes diffusées à cette occasion servaient à conforter la légitimité de Philippe V. En associant les plus grands seigneurs de la cour, on appuyait le symbole de cette naissance, interprétée comme un don du ciel. D’ailleurs, le roi d’Espagne accorda son pardon à plusieurs courtisans qui avaient été écartés lors de la crise dite du banquillo125 en 1705, ou à la suite de la fuite de Madrid en 1706126. Ce geste marquait alors le raffermissement du pouvoir de Philippe V.

88La naissance du prince des Asturies, comme celle des ducs de Bretagne, fut l’occasion de célébrer l’union des couronnes. Nous avons déjà souligné comment Louis XIV développa cette image dans la lettre qu’il envoya pour demander de chanter le Te Deum. La naissance de l’infant Louis fut également saluée en France par la publication d’un imprimé adressé à Philippe V. Rédigé sous la forme d’une lettre, il célébrait cet heureux événement. Son auteur, le père Gédéon Pontier, avait déjà rédigé un discours sur l’avènement du duc d’Anjou au trône espagnol. Dans ce nouvel écrit, il témoignait sa joie de la naissance d’un prince des Asturies. Ce type d’imprimé était extrêmement répandu à l’époque. L’intérêt de ce document tient à un paragraphe dans lequel l’auteur dressait un parallèle entre les différentes naissances dans la maison de Bourbon depuis 1704 et insistait sur ce que représentait le prince des Asturies pour les deux monarchies :

  • 127 Pontier, Au roi d’Espagne Philippe V, p. 2.

La France n’a pas moins donné des marques de joye sur cette naissance, que l’Espagne en a fait paroître sur celle de M. le Duc de Bretagne. Ces deux Princes assurent également la stabilité de deux Monarchies, je puis dire avec un ambassadeur d’Espagne [Castelldosrius], les Pyrénées seront présentement fondues par le commerce & la mutuelle correspondance entre ces deux couronnes. Elles ramèneront le calme à toute la Crêtienté [sic]127.

89On retrouve ici l’ensemble des images associées à l’union des couronnes. Les naissances ont fait l’objet de réjouissances similaires dans les deux monarchies. L’image des Pyrénées « fondues » signifiait que plus rien ne séparait dorénavant les deux couronnes. Elle était reprise d’une formule attribuée à l’ambassadeur de Charles II à la cour de Louis XIV lorsque celui-ci aurait présenté le duc d’Anjou comme le futur roi d’Espagne en novembre 1700, ce qui montre que l’idée s’était bien diffusée au point de devenir un message repris et connu de tous. Le commerce était encore considéré comme un moyen pour développer l’union puisque, joint aux nouvelles « correspondances », c’est-à-dire aux mesures qui devaient favoriser les bonnes relations entre les deux pays, il servait à « fondre » les Pyrénées. Enfin, le désir de paix est perceptible dans l’affirmation selon laquelle le calme de la Chrétienté dépendait de la stabilité des deux monarchies.

  • 128 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Louis XIV à Philippe V, 12 décembre 1707, fo 174.

90La célébration de la double qualité du nouvel infant, à la fois arrière-petit-fils de France et prince des Asturies pour les sujets de Philippe V, ne se limita pas à quelques formules exaltant l’union des deux couronnes. Louis XIV souligna par des honneurs particuliers la naissance de son arrière-petit-fils. Quatre mois après la naissance du prince des Asturies, le roi de France lui adressa la croix et le cordon du Saint-Esprit afin qu’il les portât dès que possible. Il s’agissait pour le roi de France de marquer une fois de plus son étroite union avec son petit-fils128.

  • 129 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 décembre 1707, fo 235.

91Amelot ne manqua pas, au nom du roi d’Espagne, de remercier Louis XIV de cette faveur. L’ambassadeur avait remarqué qu’elle n’était généralement attribuée qu’aux aînés de la maison royale129. Le prince des Asturies était effectivement le premier-né mâle dans la famille de Philippe V, mais lui concéder un honneur réservé aux aînés de sa Maison revenait pour Louis XIV à reconnaître le jeune infant comme l’un des membres à part entière de sa famille. Ce geste avait pour vocation d’intensifier les liens entre les deux branches de la maison de Bourbon. En honorant ainsi le prince des Asturies comme l’un des siens, il lui reconnaissait ses droits, comme il l’avait fait pour Philippe V en 1701.

  • 130 AHN, Estado, leg. 1919, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 29 septembre 1707.
  • 131 AHN, Estado, leg. 1894, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 24 décembre 1707.

92Les festivités données à Venise pour la naissance du prince des Asturies en 1707 furent similaires à celles qui avaient été données à Rome en 1704. Elles obéissaient au même mécanisme que celui qui avait prévalu à l’occasion de la naissance du duc de Bretagne. L’ambassadeur du roi de France marqua ainsi son empressement à fêter dignement la naissance du prince héritier de Philippe V. Le saint sacrement fut exposé dans l’église des Pères Carmes déchaussés, avant une messe solennelle et un Te Deum le 13 septembre 1707. L’ambassadeur du roi de France assista aux cérémonies prévues par l’ambassadeur de Philippe V, le prince de Santo-Buono. Il répondit aux réjouissances de son alter ego par les siennes, un Te Deum et une messe. Il put procéder à des illuminations sur sa maison et donner d’autres démonstrations de reconnaissance, qui étaient licites puisqu’il avait fait son audience publique alors que Santo-Buono était encore incognito130. D’ailleurs, Santo-Buono organisa les festivités à Venise sur le modèle de celles que le duc d’Uceda avait faites à Rome. Il répondit à un désir de Philippe V qu’il n’y ait aucune cérémonie profane mais uniquement des célébrations d’action de grâces131. En cela, le Roi Catholique suivait les recommandations que Louis XIV avait données lors de la naissance du duc de Bretagne.

93L’union des couronnes apparaît ainsi comme un principe politique qui eut ses définitions, au travers des lettres du roi et de ses ministres, ses déclinaisons, avec l’union des nations ou les projets touchant au commerce, et son incarnation dans la personne de l’infant Louis né le 25 août 1707. Les images et les propos employés au sujet de l’union sont multiples et décelables dans bien des supports, du pamphlet à la lettre, de la médaille à l’estampe, ou du discours aux honneurs ; elle s’imposa comme un thème de prédilection pour qui voulait défendre la légitimité de Philippe V. Pourtant, il reste un domaine à explorer pour savoir si l’union tenait davantage du principe politique que de l’argument rhétorique. C’est celui du cérémonial.

IV. — Un cérémonial pour l’imposer

  • 132 Ce mémoire a donné lieu à de nombreuses copies disponibles à la BNE. Il a été publié dans le Semana (...)
  • 133 AHN, Sección Nobleza, Frias, C. 956, D. 46, « Preuves faites par le marquis d’Astorga, Melchor de G (...)
  • 134 AHN, Sección Nobleza, Osuna, C. 156, D. 1, lettre du maréchal d’Harcourt au duc de Gandía (Pascual (...)
  • 135 AHN, Sección Nobleza, Osuna, C. 436, D. 4, cédules de Louis XIV nommant le comte de Benavente cheva (...)

94Les nombreuses études consacrées au cérémonial s’articulent toujours autour des questions de représentation, des enjeux de pouvoir et in fine des hiérarchies sociales. L’apparition et le développement de l’étiquette répondaient à une volonté d’ordonner, de codifier et donc de hiérarchiser les rangs, les ordres ou les dignités, tout en les soumettant de plus en plus au souverain. Nous nous intéresserons ici uniquement au cérémonial comme image ou représentation de l’union des couronnes en nous concentrant sur la manière dont cette idée a été répercutée dans le cérémonial de la cour de Madrid. En d’autres termes, si un principe politique, tel que celui-ci, a prévalu durant les premières années du xviiie siècle, on doit pouvoir retrouver son empreinte dans la codification des usages de l’espace courtisan. Le cérémonial servit en effet à donner une image concrète à l’union des couronnes, qui impliqua une série de modifications, comme la facilité donnée aux ambassadeurs du roi de France d’accéder au Roi Catholique. Dans une cour réputée pour son étiquette qui rendait invisible le monarque et plaçait les Grands dans une position d’intermédiaires obligés pour pouvoir l’atteindre, la place consentie à l’ambassadeur de Louis XIV modifiait profondément les usages en vigueur. L’accessibilité du monarque, la fonction de « ministre du Roi Catholique » concédée aux ambassadeurs du roi de France comme nous l’avons vu plus haut, mais aussi leur présence au sein du despacho, constituaient des marques concrètes de l’union des couronnes sur le plan symbolique mais aussi pratique pour l’exercice du pouvoir. Dans l’espace de la cour et du palais, la place de l’ambassadeur exaltait la force du lien entre les deux souverains. Elle était la traduction politique et diplomatique de la filiation qui reliait le Roi Catholique au Roi Très Chrétien. À Versailles, la première mesure prise par Louis XIV fut de placer sur un pied d’égalité les ducs et pairs de France avec les Grands d’Espagne. Cette mesure fut vivement contestée, par le duc de Saint-Simon par exemple en France, et par certains Grands, comme le duc d’Arcos qui rédigea un long mémoire pour la condamner132. De plus, Louis XIV honora à plusieurs reprises différents Grands d’Espagne en leur octroyant l’ordre du Saint-Esprit. Juan Francisco Pacheco Téllez-Girón y Mendoza, duc d’Uceda et ambassadeur de Philippe V à la cour de Rome, reçut ainsi cette dignité en 1702133, et le duc de Gandía en 1705134. Le comte de Benavente l’avait également reçue135. Louis XIV utilisait cet honneur pour tenter d’asseoir la fidélité de ces Grands ou puissants seigneurs de la cour. Il essayait de tisser des liens avec eux pour mieux les contrôler au profit de son petit-fils.

95L’usage et les transformations du cérémonial à la cour de Madrid révèlent la représentation symbolique de l’union des couronnes mais aussi le poids politique de l’ambassadeur du roi de France. Ainsi, il n’existait pas deux sphères hermétiques, dont l’une serait celle de la représentation, de l’allégorie et du symbole, et l’autre, celle du pouvoir effectif et réel. Ce qui est de l’ordre de la représentation se confond souvent avec ce qui relève du pouvoir effectif ou réel. Selon les moments, la limite ténue entre les deux se renforce ou s’affaiblit.

96La présence d’Amelot au despacho constitue un bon exemple de ce phénomène. Il s’agissait d’un pouvoir concret, celui de participer et de voter les délibérations du principal organe de décision au début du xviiie siècle dans la monarchie hispanique, mais aussi d’un pouvoir symbolique, celui d’accéder au roi comme les autres membres du despacho et d’avoir la fonction de ministre du Roi Catholique. D’ailleurs, une fois son rappel acquis, Amelot continua à défendre son entrée au despacho au titre du respect dû à Louis XIV et de l’union des couronnes. Il s’expliqua ainsi au roi de France dans l’une de ses lettres :

  • 136 AMAE, Mém. et doc., France, no 1973, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709, fos 313-314.

Je ne puis m’empêcher de représenter à V. M. que votre amb. étant venu icy sur le pied d’entrer en votre nom dans les affaires d’Esp. d’assister à ses Conseils du Despacho et de faire entendre à S. M. C. les sentiments de V. M. sur les matières les plus importantes, il paroitroit fort contraire au respect qui est deu à V. M. et à l’union qui doit estre entre les deux cours, de voir tout d’un coup le ministre de V. M. exclut de tout et réduit aux simples fonctions de l’ambassade par une résolution du Roy d’Espagne, ce qui arrivera infailliblement dès que V. M. en viendra à rappeler ses troupes en conséquence d’un traité136.

97La présence de l’ambassadeur au despacho constituait la marque la plus éclatante de son pouvoir mais s’expliquait également selon Amelot par la déférence due à Louis XIV. De plus, elle permettait de souligner l’union entre les deux cours. Dans cet exemple, la réalité de l’exercice du pouvoir se confondait avec les enjeux du cérémonial. La modification de l’un affectait inévitablement le second. D’ailleurs, le rappel d’Amelot intervint au moment où Louis XIV cherchait à convaincre les alliés que l’union n’était plus un but poursuivi. Il fallait dès lors que la rupture du lien se manifestât clairement. Le rappel d’Amelot et la fin de son entrée au despacho répondaient à cet impératif diplomatique.

  • 137 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 438.
  • 138 Dans ses Mémoires, Saint-Simon raconte comment le roi distingua le cardinal Del Giudice, ambassadeu (...)
  • 139 Ibid., t. XII, p. 439.
  • 140 Ibid., p. 440.
  • 141 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 février 1706, Marly, fos 191-192.
  • 142 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 440.

98Si l’ambassadeur du roi de France avait accès au conseil du Roi Catholique, l’inverse n’était pas vrai. Le duc d’Albe, ambassadeur de Philippe V auprès de Louis XIV, dut se contenter de quelques marques de déférence, sans pour autant être associé au gouvernement du roi à Versailles. Le duc pouvait ainsi voir le roi à Marly, ce que le roi n’accordait jamais à des ministres étrangers, à l’exception de l’envoyé du duc de Savoie, qui avait reçu cette faveur à l’occasion du mariage du duc de Bourgogne avec sa fille137. Le cardinal Del Giudice et le prince de Cellamare, ambassadeurs de Philippe V, bénéficièrent aussi plus tard du même traitement138. Le roi accorda au duc d’Albe la faveur de Marly à deux reprises, en 1705 et en 1706. Le duc fut ainsi reçu une première fois à Marly à la demande insistante de la princesse des Ursins, avant son retour à Madrid. Cet honneur rarissime fut accompagné d’une visite à Mme de Maintenon, qui ne voyait jamais les ambassadeurs139. Durant le bal et le dîner offerts par le roi, Louis XIV distingua encore le duc et la duchesse d’Albe, qui par exemple soupèrent à table servis par les officiers du roi140. Au début de l’année 1706, l’ambassadeur de Philippe V obtint une seconde fois de se rendre à Marly. Il réussit à avoir une audience de la veille pour le lendemain141. De plus, lors d’une cérémonie du coucher, Louis XIV lui confia aussi le bougeoir, ce qui représentait un honneur considérable très recherché des courtisans et qui était soigneusement noté par Saint-Simon dans ses Mémoires142.

  • 143 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 8 novembre 1705, fo 158.

99La proximité des deux souverains les poussait également à adopter les mêmes attitudes. Ainsi, lors de la mort de Charles de Lorraine, Torcy invita Amelot à faire en sorte que le roi d’Espagne suive exactement l’exemple de son grand-père dans les formalités de condoléances143.

  • 144 Paravicini, 1991.
  • 145 Noel, 2004, p. 142.
  • 146 AHN, Estado, leg. 4826, copie des articles des paix, sur lesquels se fondent les droits de S. M. [P (...)
  • 147 Gómez-Centurión Jiménez, 2004, p. 880.
  • 148 Gómez-Centurión Jiménez, Sánchez Belén (dir.), 1998, pp. 34-37.
  • 149 Barrios, 1988b.

100L’arrivée du duc d’Anjou à la cour de Madrid ne modifia pas substantiellement les usages courtisans. Le cérémonial en vigueur à la cour d’Espagne à la fin du xviie siècle constituait un héritage de la cour des ducs de Bourgogne, parfois considérée comme un modèle ayant influencé de nombreuses cours à partir du xve siècle144. Toute sa vie, Charles Quint s’était enorgueilli de son ascendance bourguignonne et aucun de ses successeurs n’osa revenir sur les principes édictés par l’aïeul tutélaire145. D’ailleurs, ces derniers rappelèrent à plusieurs reprises au cours du xviie siècle leur droit à porter le titre de duc de Bourgogne146. S’il y eut quelques évolutions notables avec le changement dynastique, comme la création d’une garde royale, une réforme des entrées en 1709 ou encore le retranchement de nombreux offices en 1706-1707, l’étiquette continuait d’accorder une place prééminente aux Grands. Durant les premières années du règne, la guerre rendit très difficiles toutes les transformations profondes et radicales qui pouvaient être désirées, notamment par Louis XIV, qui souhaitait que son petit-fils soit accessible à ses sujets. Il fallait alors surtout garantir la fidélité des clans nobiliaires et des Grands147. Néanmoins, l’apparente immuabilité de l’organisation de la Maison du roi (Casa Real) et de l’étiquette ne peut cacher des modifications substantielles. On en compte au moins quatre durant la guerre de Succession. La première concernait la Chambre (Cámara) du roi, en 1701. La seconde intervint à partir de 1707 et concernait plus généralement l’organisation de la Casa Real. Elle fut conduite par une junte spécifiquement constituée à cet effet, où l’on retrouve Amelot entre le mayordomo mayor, le gouverneur du Conseil de Castille, Francisco Ronquillo, et enfin José de Grimaldo148. La troisième, en 1709, modifia l’accès à la personne du roi et le règlement des entrées. Enfin la quatrième fut celle, moins connue, du cérémonial diplomatique et s’étala entre 1712 et 1717. Si la date habituellement admise en est 1717149, nous avons pu trouver des documents qui attestent que dès 1703, des consultes faisaient état de modifications à apporter ou déjà introduites dans le cérémonial réglant la réception des ambassadeurs et des envoyés.

  • 150 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 47.
  • 151 Gómez-Centurión Jiménez, 1996, p. 986.
  • 152 AGP, Histórico, Embajadas, Felipe V, caja 54, exp. 11, « Solicitud de copia certificada de las etiq (...)
  • 153 ASV, Nunciatura de Madrid, no 1, lettre adressée au marquis de Mancera le 15 mars 1701, fo 323. L’a (...)
  • 154 AHN, Estado, leg. 2873, Real orden de Philippe V du 4 octobre 1703 à Don Joseph de la Puente.

101Pour ce qui concerne le cérémonial diplomatique, une innovation majeure semble avoir existé depuis 1701. Il s’agit de la visite que devait rendre tout nouvel ambassadeur ou envoyé aux différents conseillers d’État150. L’ambassadeur jouissait également d’autres honneurs, comme celui de pouvoir s’avancer plus loin dans une salle que ce qui était autorisé aux autres ambassadeurs. Enfin, tant que le représentant du roi de France fut considéré comme un « ministre du Roi Catholique », son accès au roi d’Espagne fut clairement reconnu dans le règlement des entrées, ce dont témoigne encore le règlement de 1709. L’ensemble de ces normes et de ces usages reste encore difficile à éclaircir. En effet, en dépit d’une apparente intangibilité du cérémonial, les querelles et les témoignages des contemporains soulignent son extraordinaire souplesse. Les impressions établies sur l’ordre de Philippe IV puis de Charles II, ainsi que les mémoires rédigés pour défendre une prérogative ou un honneur, mettent en évidence à la fois la volonté de codifier et l’absence de règles admises une fois pour toute et unanimement reconnues. D’ailleurs, par une consulte du Consejo de Estado du 28 juillet 1703, Philippe V avait demandé aux principaux officiers de sa Maison qu’ils rassemblent les documents pour connaître les usages du règlement des entrées151. Son mayordomo mayor sollicita également des copies certifiées de l’étiquette du palais152, témoignant ainsi d’un besoin de se référer à un précédent que Philippe V manifesta aussi à plusieurs reprises, notamment envers le modèle de Philippe IV153. Avant même qu’il ne fixât lui-même les règles à suivre par un décret en 1704, le jeune souverain décida que le traitement utilisé autrefois pour les ambassadeurs de l’empereur, quand les cours de Vienne et de Madrid étaient étroitement liées, serait employé dorénavant pour les ambassadeurs de son grand-père154.

  • 155 Villars, Mémoires de la cour d’Espagne, pp. 105-107.
  • 156 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 308.

102À la cour de Charles II, les ministres étrangers attendaient par exemple le Roi Catholique dans l’antichambre des ambassadeurs avant de se rendre à la chapelle. À l’inverse, l’ambassadeur impérial pouvait rejoindre la galerie des Grands ou salle du Rubis, anciennement la galerie du Roi, où il pouvait rester avec les Grands et les conseillers d’État. Dans la configuration de l’Alcázar de Madrid, cette pièce était bien plus proche des appartements du souverain que celle où patientaient les autres ambassadeurs. La proximité géographique dans l’enceinte palatine revêtait une dimension symbolique très forte. Selon Carlos Gómez-Centurión Jiménez, ce privilège aurait été accordé à l’ambassadeur du roi de France dès 1679 quand Charles II épousa Marie-Louise d’Orléans. L’ambassadeur de Louis XIV recevait ainsi le même traitement que l’ambassadeur impérial. Les Mémoires du marquis de Villars permettent de préciser le contexte de cette faveur et son véritable motif. Le marquis y raconte avoir demandé au duc de Medinaceli, lors de son ambassade en 1679, d’être reçu par lui comme l’étaient ses prédécesseurs au temps de Luis de Haro155. Après consultation de l’écuyer de l’ancien valido de Philippe IV, encore vivant en 1679, Medinaceli consentit à lui accorder le même traitement. Il ne s’agit donc pas d’une faveur octroyée en raison du mariage mais au titre d’un usage ancien. D’ailleurs, l’instruction remise au successeur de Villars en 1681, le comte de La Vauguyon, précisait qu’il serait traité à la cour de Madrid « de la même manière que faisait Don Louis d’Aro [Luis de Haro]156 ». Toutefois, si le privilège d’attendre le roi dans la galerie des Grands relevait d’un usage ancien, cela n’amoindrit pas la portée de la décision de Philippe V d’appliquer aux ambassadeurs de son grand-père les règles autrefois réservées au représentant impérial.

  • 157 ASV, Nunciatura de Madrid, vol. 1, « Relassione dell occorso dell’ent […] del Nunzio nella gallería (...)
  • 158 Ozanam, 2001, p. 22.

103L’ambassadeur du roi de France pouvait ainsi rejoindre la galerie des Grands et patienter avec les membres du Consejo de Estado. L’union des couronnes permit ici de revivifier un usage ou de renouveler sa dimension symbolique sans devoir introduire une nouveauté trop spectaculaire, qui n’aurait pas manqué de provoquer la colère des Grands jaloux de leurs privilèges. Parallèlement à l’entrée de l’ambassadeur de son grand-père dans cette galerie, Philippe V autorisa celle du nonce157. Cette déférence accordée au Saint-Siège permettait, non pas d’exalter ses liens avec la maison de Bourbon, mais de se montrer comme un fils respectueux du souverain pontife. Il convient donc de rester prudent quant au sens donné à un usage : sa raison d’être peut évoluer au cours du temps et sa symbolique être transformée. Toutefois, il reste toujours éclairant de saisir les justifications apportées pour ces usages. L’introduction de l’ambassadeur de Louis XIV dans une pièce du palais plus proche de la chambre du roi que celle où stationnaient les autres ministres étrangers tenait donc à un usage ancien, qui remontait au règne de Philippe IV et à Don Luis de Haro, puis fut renouvelé sous Charles II, lors de son mariage en 1679. L’accession du duc d’Anjou au trône de la monarchie catholique lui donna un tout autre sens. Cette règle répondait désormais à la volonté de marquer l’étroite union entre les cours de Madrid et Versailles. C’est d’ailleurs le sens que lui donna par la suite le marquis de Vauréal. En effet, cet ambassadeur de Louis XV auprès de Ferdinand VI rappela au roi d’Espagne que l’entrée de l’envoyé du roi de France dans une pièce plus intérieure constituait une marque de distinction pour les « ambassadeurs de famille158 ».

  • 159 Gómez-Centurión Jiménez, 1996, p. 993.

104De plus, la réforme des entrées de 1709 sanctionna définitivement la place prééminente de l’ambassadeur Amelot. À cette date, un nouveau règlement entra en vigueur. Il distinguait les premières entrées, des secondes159. La première donnait accès à la chambre du roi dès son réveil aux chefs des Casas Reales, au capitaine et au sergent major des gardes du corps, aux Grands, aux gentilshommes de la chambre en exercice, aux conseillers d’État, aux ministres du despacho, aux colonels des Gardes d’infanterie et aux domestiques chargés d’assister le roi pour s’habiller. La seconde entrée était réservée aux mayordomos mayors, aux títulos de Castille, aux ministres étrangers et membres des différents conseils. L’ambassadeur Amelot étant également « ministre du despacho », il avait donc accès à la chambre dès la première entrée. Entre janvier 1709, date de promulgation du décret de la réforme des entrées, et septembre 1709, lorsque Amelot quitta l’Espagne, il put ainsi bénéficier de cet accès privilégié. Après cette date, l’ambassadeur du roi de France n’étant plus admis au despacho, il ne pouvait plus entrer dès la première entrée.

  • 160 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 477.
  • 161 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, fo 99.

105Enfin, le cérémonial diplomatique a subi les contrecoups des nouvelles relations entre les deux couronnes. Avant l’audience publique, il était d’usage de visiter les conseillers d’État. Toutefois, il est difficile de savoir si les ambassadeurs accomplissaient toujours ces visites avant de pouvoir accéder au souverain. Les informations dont on dispose à ce sujet sont contradictoires. Dans la lettre d’instructions donnée à d’Harcourt, on laisse entendre que ce n’était pas nécessaire160. Pourtant, dans une dépêche envoyée à Louis XIV, Amelot explique le contraire. À l’occasion d’une querelle avec l’ambassadeur de Venise qui prétendait s’exonérer des visites, Amelot expliqua à Louis XIV que l’ambassadeur impérial durant les règnes précédents et dorénavant ceux du roi de France pouvaient obtenir leur audience publique avant de visiter les conseillers d’État161. La question était de savoir si l’ambassadeur devait visiter les conseillers d’État avant d’être reçu par le roi d’Espagne en audience publique. Les Vénitiens prétendaient que cela n’avait jamais été le cas auparavant pour les représentants des têtes couronnées. Les conseillers d’État assuraient à l’inverse que cet usage était immémorial et, selon Amelot,

les ambassadeurs des autres puissance n’y ont pas fait de difficulté à la réserve de celui de l’Empereur, du tems que la maison d’Austriche reignoit en Espagne, & à la réserve aussi de celui de France depuis l’avènement de Philipes V à la couronne. Que M. le duc d’Harcourt lui-même a satisfait à cet usage lorsqu’il fut la première fois ambassadeur à Madrid du temps Charles second.

106Ainsi, d’Harcourt aurait suivi un usage que Louis XIV avait jugé inutile dans la lettre d’instructions remise à son ambassadeur.

  • 162 AHN, Estado, leg. 2873, « Noticia de lo resuelto para Su Magestad a consulta de 4 de septiembre de  (...)
  • 163 AHN, Estado, leg. 2873, caja 2, « Reglamento del ceremonial de Su Magestad a tenido por bien de man (...)

107La question des visites aux conseillers d’État en contenait deux autres sous-jacentes : à quel moment — avant ou après l’audience du souverain — devaient-elles être accomplies, et qui, du conseiller ou de l’ambassadeur, devait en prendre l’initiative. Sur ces deux points, Philippe V trancha en singularisant toujours l’ambassadeur de son grand-père. Il prétendait en cela suivre les usages et les traitements autrefois réservés aux ambassadeurs de l’empereur. Philippe V décida ainsi que ce n’était plus aux ambassadeurs de Louis XIV de visiter les conseillers d’État en premier, mais l’inverse162. Il assurait reprendre un usage en vigueur à la cour de Charles II. De plus, le jeune souverain décréta que les ambassadeurs du roi de France pourraient venir au palais dès leur arrivée pour obtenir une audience privée, avant tout autre acte de civilité avec les conseillers d’État163. Là encore, il justifia sa décision par le fait qu’il s’agissait d’un privilège autrefois accordé aux représentants de l’empereur.

108L’union des couronnes revêt ainsi des réalités très différentes au cours du temps. À notre connaissance, elle ne fit pas l’objet de la rédaction d’un grand projet mais elle resta un principe développé et mis en images au gré des événements et des circonstances. Il apparaît néanmoins qu’elle fut une reprise de conceptions plus anciennes, depuis des prophéties du xvie siècle régulièrement réécrites jusqu’aux discours des souverains et des ambassadeurs. La définition ou la signification qui lui est donnée est alors souvent synonyme de paix et d’harmonie entre les deux monarchies, comme si l’union des couronnes constituait l’horizon d’une promesse pas encore réalisée mais présente, celle de la concorde entre ces deux puissances. Elle fut tour à tour un slogan, une expression, une image, un chant ou une allégorie, laissant ainsi croire qu’elle concernait le plus grand nombre. Plus qu’une conception précise et arrêtée, elle correspond à la fois à un héritage, celui des relations tumultueuses entre les deux couronnes, et à un avenir à préparer, celui de relations pacifiées entre les princes et leurs « nations ». À chaque fois, la paix et la concorde dominent, une idée répandue à la fin de ce xviie siècle si douloureux à cause des guerres et des crises qui le marquèrent, mais qui s’effaça au profit de la notion d’équilibre, défendue par les puissances maritimes qui l’imposèrent aux négociations d’Utrecht. Celles-ci marquèrent la fin de toute idée d’union des couronnes entre les monarchies françaises et espagnoles, lorsque Philippe V s’engagea à renoncer à ses droits au trône de France.

Notes

1 « … la crainte de l’union des couronnes de France et d’Espagne, ayant esté le principal motif de la présente guerre ; et les autres puissances de l’Europe ayant toujours appréhendé que ces deux couronnes ne fussent sur un même teste… » (Renonciations du duc d’Orléans, 21 novembre 1712, dans Vast, Les grands traités, t. III, p. 52).

2 La Clef du cabinet des princes de l’Europe, Ou recueil historique & politique sur les matières du tem[p]s était un périodique mensuel (1704-1773) fondé par Claude Jordan et André Chevalier. Journal d’information générale, il livrait des nouvelles concernant la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Hongrie, la Pologne, les États du Nord, la Grande-Bretagne, etc. Il eut une importante diffusion, avec un tirage atteignant peut-être 5 000 ou 6 000 exemplaires pour chaque livraison. Voir Sgard (dir.), 1991, t. I, pp. 234-235.

3 Pseudonyme qui désignait vraisemblablement André Chevalier.

4 Torre de Ginés, Antídoto de la memoria y la verdad. Écrit pour la défense de Philippe V, ce texte de Jerónimo de Porras Vicentelo de Leca, marquis de la Torre de Ginés, colegial du Colegio mayor de Santa Maria de Jesus, université de Séville, et cathedratico de visperas de Leyes, mettait en évidence l’amitié entre la France et l’Espagne. L’auteur voulait offrir au public un antidote aux fausses doctrines développées par les partisans de l’archiduc. L’intérêt de son ouvrage tient également aux nombreuses références historiques latines qu’il utilisait. De plus, il citait plusieurs historiens : Juan de Mariana, Zurita pour ses Anales de Aragon, Ambrosio de Morales, Carrillo pour ses Annales del Mundo, Peñalosa, Pedro Mexia (Cesares), Argote de Molina, Juan Francisco Labaña. Il prenait souvent à témoin les novelistas. Son écrit avait l’ambition de répondre à leurs arguments.

5 Alary, Prophétie du comte Bombast.

6 Ibid., p. 10.

7 Ibid., pp. 11-12.

8 Édité dans Díaz-Plaja (éd.), Historia de España, p. 61.

9 Ibid.

10 Mignet, 1844, p. 464.

11 Capefigue, 1844, p. 79.

12 Lettre de Pimentel à Luis de Haro, 7 mai 1659, dans Séré, 2007, p. 382.

13 García, La oposición y conjunción.

14 Álvarez López, 2008, p. 78.

15 Ibid., p. 149.

16 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 236.

17 Álvarez López, 2008, p. 151.

18 Lettre de Louis XIV au marquis d’Harcourt, 16 mars 1698, éditée dans Álvarez López, 2008, pp. 371-373.

19 « Sur les deux autres toiles qui fermaient les côtés de l’estrade [sur un char triomphal], on avait peint, sur celle de droite, Cybèle, déesse de la Terre, couronnée de fleurs, avec quelques fruits dans la main, et quelques vaincus à ses pieds comme vassaux de son empire, […]. Sur la toile située à gauche, on avait représenté le dieu Neptune, dominant les eaux avec son trident,… » (Ychaso y Ximenez, Diario de las Grandes fiestas).

20 Ibáñez de la Riva, Demostración legal. Ce document est classé dans les archives du ministère des Affaires étrangères parmi ceux de la période du début de l’année 1706. Il fut également remis à la secrétairerie d’État du Vatican par la nonciature d’Espagne à la même date. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, fos 297-304. González Cruz, 2006, p. 21.

21 Ibid., pp. 8-9.

22 López-Cordón Cortezo, 2008b, p. 10.

23 Ibid., pp. 12-13.

24 AHN, Estado, leg. 1294, décret royal de Philippe V, 8 mars 1703, sur la nomination du duc d’Albe, cité dans Torrione, inédit, pp. 32-33.

25 « … parce que le roi notre seigneur, Don Charles II est mort, le roi notre seigneur, D. Philippe V, que Dieu le comble, le petit-fils du Roi Très Chrétien, succéda à cette monarchie ; et le lien de parenté et d’amitié s’étant resserré par ce motif entre cette couronne et celle de France, elles se retrouvent si unies que les avantages et succès favorables de l’une sont considérés comme l’intérêt commun pour toutes les deux… » (cédule royale du 3 janvier 1701, citée dans Pérez-Mallaína Bueno, 1982, p. 77).

26 Instruction du roi au comte de Marsin, 7 juillet 1701, dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 5.

27 Ibid., p. 6.

28 Instruction du roi au comte de Gramont, 27 avril 1704, dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 93.

29 Ibid., pp. 93-94.

30 AN, Marine, B2 200, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 mars 1707, fo 748.

31 On ne connaît pas la raison de cette arrivée en Espagne alors que le reste du convoi se rendit à Brest. Le navire souffrait peut-être d’une avarie qui l’empêchait de continuer sa route.

32 AN, Marine, B7 250, « Mémoire pour servir d’instruction au Sieur Bigodet, consul de la nation françoise à La Corogne et royaume de Galice », 18 janvier 1708, fos 3-4.

33 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 20 mai 1709, Madrid.

34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 91.

35 « … desseando encontrar la conveniencia de ambas Naciones, sin temer al Consejo de Indias, pues el ser buen criado de la cassa de Borbon, me ha hecho tantos enemigos que este mas, me asustara poco » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 200, fos 70-79, cité dans Torrione, inédit, p. 95).

36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 115, fos 62-63, lettre du duc d’Albe au marquis de Torcy, 8 mars 1703. Torrione, inédit, p. 34.

37 Lettres patentes du roy.

38 Albareda Salvadó, 2010, p. 65 ; Bély, 1992, p. 383.

39 AN, Marine, B2 203, lettre du roi pour faire chanter le Te Deum en action de grâces de la naissance du prince des Asturies, 7 septembre 1707, fo 62.

40 Saint-Simon, Mémoires, t. XIV, p. 258.

41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 84.

42 Instruction du roi au marquis de Bonnac, 5 août 1711, dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 196.

43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, copie de la lettre écrite par Amelot au duc de Cadaval, 5 mars 1707, fo 141.

44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 avril 1706, fos 201-206.

45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre de Bourke à Torcy, 15 août 1707, fos 151-152.

46 AN, Marine, B7 74, lettre de Pontchartrain à La Chausse, 21 avril 1706, Rome, fo 84 ; lettre de Pontchartrain à Le Blond, 21 avril 1706, fo 86.

47 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 31 juillet 1707, fo 527.

48 Dahlgren, 1909, pp. 330-334 ; Ozanam, Mézin, 2011, pp. 67-79.

49 Dahlgren, 1909, p. 330.

50 « L’union qui est aujourd’hui entre les deux couronnes, fournissant plus que jamais aux Français des occasions d’aller s’y [en Espagne] établir et d’y porter les manufactures, le sieur Amelot doit avoir une attention particulière à l’empêcher, en observant néanmoins d’user de toutes les précautions imaginables pour que les Espagnols ne puissent entrevoir les raisons qui engagent Sa Majesté à ne point souffrir ces sortes d’établissement, ni même que ce soit son intention, attendu que rien de serait plus capable de former une dissension entre les deux nations » (ibid., p. 331).

51 BNE, ms. 13194, lettre d’Antonio Ibáñez de la Riva à Portocarrero, 23 janvier 1703, fos 183-184.

52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 18 septembre 1707, fo 281.

53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, « Mémoire de ce qui est à observer et exécuter en conséquence des réponses faites aux 14 articles du [projet] de la Cour de France touchant le commerce et la navigation des Indes, à Madrid le [?] aoust 1707 », fos 235 sqq.

54 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 février 1706, fo 67.

55 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre Pontchartrain à Amelot, 26 décembre 1706, Versailles, fos 391-397.

56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, « Ordre donné par le roi d’Espagne à tous ses capitaines généraux d’aider les vaisseaux français. Donné le 24 juin 1708 au Buen Retiro », fo 84. Il s’agit d’une copie.

57 « Pues aviendo merecido el que Dios nos aya dado por Rey à nuestro Gran Monarca Don Felipe Quinto, hemos logrado juntamente el beneficio que tanto deviamos desear, de la union de estas dos Potencias de Francia, y España, para los fines […] de tanta gloria para Dios, para su Iglesia, y para la Monarquia; y hemos logrado tambien en el nacimiento de nuestro Principe, el que se afiance mas esta tan importante union, y Liga » (Martínez Talón, Relacion de las reales fiestas, pp. 39-40, ici p. 40).

58 « La guerra última que tuvimos contra los Franceses, por seguir el partido de Alemania, bien pueden servirnos de recuerdo los malos sucessos que con su fatal liga experimentamos, y éstos darnos un desengaño muy patente de lo mal que siempre nos están sus ligas y comercios, y de que no ay mayor conveniencia para España, y Religión Cathólica, que la presente unión » (García Cárcel, 1992, p. 123).

59 Martínez Talón, Relacion de las reales fiestas, pp. 40-41.

60 BNE, ms. 17873, Carta de un personage de la Corte escrita à un amigo Andaluz, fos 86-94.

61 Ibáñez de la Riva, Demostración legal, p. 12.

62 Rodrigo Marín, Sermón en la rogativa solemne, que por la invasión de la Armada enemiga, y felicidad, de las Armas Cathólicas hizieron, poniendo por intercessora a la Beningna Madre de Misericordia, María Ssma. Sra. Ntra. El Arzobispo, y el Cabildo de la santa Iglesia Apostólica de Granada, en el día de su dedicación, diez y siete de agosto, con assistencia de la muy noble, y muy leal Ciudad, 1704, cité dans González Cruz, 2006, p. 123.

63 « … surtout si l’on tient compte des bons effets que nous avons commencé à ressentir avec le nouveau roi du sang de France, qui imitant les maximes de son grand-père, promet de nous libérer de tant de misères par l’union perpétuelle des deux couronnes, en s’appliquant à rétablir notre commerce et à réformer tant d'abus introduits dans la gestion et le gouvernement des finances royales » (BNE, ms. 17873, Carta de un personage de la Corte escrita à un amigo Andaluz, fo 94).

64 Il informa par exemple le président du Conseil d’Aragon du caractère séditieux du livre de Joseph Panzano, Continuación de los anales de Aragón y vida del señor emperador Carlos V, contenant de nombreuses réflexions satiriques contre les Français. Borrás, 1973, p. 46.

65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, mandement pastoral de l’archevêque de Saragosse Antonio Ibáñez de la Riva, fo 187.

66 Saint Louis serait né le 25 avril 1214 selon les mémorialistes et les chroniqueurs de l’époque. Le Goff, 1996, p. 32.

67 Luis Belluga, Viva Jesús. Sermón, que el Obispo de Cartagena, de el Consejo de Su Magestad, predicó en su Santa Iglesia, el dia último de la Octava, que con su Cabildo, y assistencia de la Ciudad se celebró a María Santísssima de los Dolores, en su Santíssima Imagen de las Lágrimas. En acción de gracias por el nacimiento de nuestro Sereníssimo Príncipe el Señor D. Luis Fernando, Príncipe de Asturias, Murcie, Impr. Vicente Llofriu, 1707, cité dans González Cruz, 2006, p. 105.

68 Le Goff, 1996, pp. 34-35.

69 Relación puntual de lo sucedido a las Armas Católicas del Rey Nuestro Señor D. Felipe V (que Dios guarde) en los dos meses de abril, y mayo, desde que empezaron a marchar sus tropas, hasta rendición de Valencia, y Zaragoza, sacada de originales auténticos, y testigos de vista de los acaecimientos felices, que ha dado Nuestro Señor por intercesión de su Santísima Madre a la Corona de España: con los días, nombre de los cabos, regimientos, assí de nuestro Exército, como del Enemigo, Séville, Impr. Francisco de Leefdael, [1703], voir González Cruz, 2006, p. 106.

70 Ibáñez de la Riva, Demostración legal, pp. 7-9, cité dans González Cruz, 2006, p. 21.

71 La Carta de un personage de la Corte développait ainsi les exemples de Pépin le Bref, qui aurait envoyé un corps de troupes pour conquérir la Cantabrie sur les Maures en 751, du soutien de la noblesse française à Don Alonso en 1118 pour prendre Saragosse, et des troupes françaises présentes à Las Navas de Tolosa en 1212 et lors du siège de Valence en 1238. Par la suite les rois d’Aragon ou de Castille mirent au point plusieurs alliances.

72 Jaime I el Conquistador (1208-1276), roi d’Aragon et comte de Barcelone. Il reconquit les Baléares entre 1229 et 1235, puis le royaume de Valence (1238). Rucquoi, 1993, pp. 226-227.

73 González Cruz, 2006, p. 106.

74 Albareda Salvadó, 2010, p. 97.

75 Type d’acte royal par lequel le souverain donnait un ordre. Il s’agissait de dispositions légales concernant l’administration, de grâces ou encore de la concession de privilèges. Ce type de document comportait toujours la titulature (incomplète) du monarque, l’ordre donné et une formule de salutation. Il y avait ensuite la date, avec le mois et l’année, et les signatures du roi et du secrétaire du conseil ou du chancelier. La Real provisión était toujours accompagnée du sceau du souverain.

76 AHN, Consejo, lib. 1475, exp. no 64, Real provisión de 7 de diciembre de 1705 sobre que las justicias señalen los medios posibles en cada provincia para la restauración y aumento del comercio y de la fabricas.

77 On trouve deux copies de ce travail : AMAE, Mém. et doc., Esp., t. 117-123 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 127-133.

78 Originaire de Mondoñedo en Galice, sa famille était liée à la hiérarchie ecclésiastique locale. Francisco de Seijas y Lobera était apparenté à l’archevêque de Mexico. Il étudia les arts libéraux à Salamanque avant d’aller vivre à Sanlúcar de Barrameda. Il accompagna l’ambassade de Jean Nicolas Tabernier, envoyé par Louis XIV auprès du Grand Moghol en 1665. Il fit un autre voyage en Chine et aux Moluques. Son premier voyage au Nouveau Monde remonte à 1668. Il alla ensuite combattre dans les Pays-Bas espagnols, avant de retourner en Amérique. Entre 1677 et 1678, il effectua un second voyage en Asie. En 1685, il passa à la cour de Madrid, où grâce à des recommandations, il reçut une pension pour écrire sur différents sujets. Il publia ainsi Teatro Naval hidrográfico de los flujos y reflujos de las corrientes de los mares… (Madrid, 1688) et Descripción geográfica y derrotero de la región Autral-Magallánica… (Madrid, 1690). En 1692, il regagna une nouvelle fois l’Amérique pour se rendre à Veracruz. Il était peut-être chargé d’une mission par le Conseil des Indes. Le 18 novembre 1693, il prit possession de sa charge mais il fut emprisonné peu après en raison d’un conflit avec le vice-roi. Il se démit de sa charge en décembre 1694. À partir de 1695, il visita l’Amérique centrale. En 1702, on le retrouve à Versailles, où il offrit de mettre ses connaissances au service du roi de France.

79 Seijas y Lobera, Gobierno militar y político.

80 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 27 mai 1708, Versailles, fo 84.

81 AN, Marine, B7 247, « Ordre du Roy d’Espagne concernant le lieutenant du Roy et le juge conservateur de la nation françoise à Cartagène. Traduit de l’espol », fos 35-37.

82 AHN, Estado, leg. 4826, Informe que haze a Su Magestad, el Doctor Don Simeon de Guinda y Aperteguy, abad de la Iglesia de San Isidro de León, de las diferencias que se han ofrecido entre el Prior, y cabildo de Roncesvalles, y el Obispo, y Cabildo de Bayona; y asimismo de las que ay entre los Valles de Erro, Baztan, y Balcarlos, y otros de los dominios de Francia, sobre el goze, y aprovechamiento de los términos, y montes de Alduide, Madrid, 17 juin 1708. Voir annexe XV.

83 Arvizu, 1992, p. 104. Il existe de nombreux documents au sujet de la frontière dans les archives du ministère des Affaires étrangères espagnol et notamment une copie du mémoire du père Simeon de Guinda. Voir Santiago Rodríguez, « Los manuscritos del archivo general y biblioteca del Ministerio de Asuntos Exteriores », p. 255.

84 Arvizu, 1983, pp. 18-19.

85 « Je vous envoye aussi l’extrait d’une lettre que j’ay receuë du Subdélégué à l’Intendance de Béarn, qui vous fera voir que les sujets du Roi d’Espagne donnent lieu à de nouveaux troubles du costé de la vallée de Baigorry. Comme il est difficile de terminer définitivement dans la conjoncture présente les différents qui troublent depuis longtemps cette frontière, il faut au moins faire en sorte que les querelles des particuliers demeurent suspenduës pendant le cours de la présente guerre et jusqu’à ce qu’on puisse régler amiablement toutes les choses après la paix » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, Versailles, 24 mai 1705, fo 10vo).

86 Arvizu, 1992, p. 221.

87 Arvizu, 1983, pp. 19-20.

88 AHN, Estado, leg. 4826, Informe que haze a Su Magestad, el Doctor Don Simeon de Guinda y Aperteguy, abad de la Iglesia de San Isidro de León, de las diferencias que se han ofrecido entre el Prior, y cabildo de Roncesvalles, y el Obispo, y Cabildo de Bayona; y asimismo de las que ay entre los Valles de Erro, Baztan, y Balcarlos, y otros de los dominios de Francia, sobre el goze, y aprovechamiento de los términos, y montes de Alduide, Madrid, 17 juin 1708, p. 8.

89 AHN, Sección Nobleza, Frias, C. 62, D. 126, mémoire imprimé envoyé à Louis XIV par Grégoire de la Force, supérieur général des Trinitaires de France.

90 Aldea Vaquero et allii (dir.), 1972-1987, t. IV, pp. 2594-2595 ; Catholic University of America (dir.), 2003-, t. XIV, pp. 186-188.

91 Deslandres, 1903, t. I, p. 277.

92 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 186, lettre de Pontchartrain à Amelot, 18 septembre 1708, fos 13-15.

93 Leguay, L’union de la France et de l’Espagne.

94 Saint-Simon, Mémoires, t. VII, p. 326 et t. VIII, p. 237.

95 Clerjon, 1829-1837, t. VI, p. 250.

96 Benoit (dir.), 1992, pp. 576-577.

97 Vallas, 1932, p. 14.

98 Leguay, L’union de la France et de l’Espagne, p. 3.

99 Ibid., p. 6.

100 Ferrier-Caverivière, 1982 ; Jacquiot, 1989 ; Jones, 1982 et 1983.

101 Burke, 1995, p. 31.

102 Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, p. 286. La page est reproduite en annexe XVI.

103 « Les François & les Espagnols, ennemis depuis si long-temps, & dont il sembloit preque impossible d’accorder les intérests, estoient principalement désunis par l’ambition démesurée de la Maison d’Autriche » (ibid.).

104 Ibid.

105 Depuis l’Antiquité, le lapin était un emblème de l’Espagne ou Hispanie. La racine étymologique du lapin et de l’Hispanie était d’ailleurs la même dans les langues sémitiques et le phénicien. Les auteurs latins de l’Empire romain reprirent cette image, comme Pline qui, dans son Histoire naturelle (livre VIII, chap. xxix), accusait les lapins de pouvoir détruire toute une cité par leur propension à creuser des galeries. Sous l’empereur Hadrien, on frappa des monnaies avec « Hispania » personnifiée aux pieds de laquelle on retrouve un lapin. Je remercie vivement Roland Béhar et Gwladys Bernard de m’avoir fourni ces précieuses informations. On trouve un résumé dans Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, s. v. « Conejo ».

106 Ubilla y Medina, Succession del Rey D. Felipe.

107 Ariès, Duby, 1986, p. 326 ; Bély, 1999, pp. 44-61.

108 Hilaire (dir.), 2003, pp. 324-343.

109 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 446, « Relation des réjoüissances faites à Rome pour la naissance de Mgr le Duc de Bretagne, du 20 juillet 1704 », fos 232-237. Toutes les informations sur les festivités données dans ce paragraphe sont tirées de cette relation.

110 Le thème du feu d’artifice représentant les quatre parties du monde était courant à l’époque. On retrouve la même image dans un imprimé publié à l’occasion du double mariage de 1615 et conservé à la Bibliothèque nationale de France : Hommage des Quatre parties du monde sur le subiect de la S. Alliance des Très Puissants Roys de France et d’Espagne, Paris, chez Pierre Firens, s. d.

111 La Gorce, 2007, pp. 49-64.

112 Ibid., p. 51.

113 Saint-Simon, Mémoires, t. XIV, p. 258.

114 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 84.

115 Lettre du duc de Bourgogne à Amelot, 30 janvier 1707, Versailles, dans Lettres du duc de Bourgogne, t. II, p. 174.

116 AHN, Estado, leg. 2480, instructions de Philippe V à Pedro Antonio de Zúñiga, maréchal de camp de ses armées, pour le compliment de la naissance du duc de Bretagne, [1707]. Les différentes lettres de félicitations adressées aux membres de la famille royale à Versailles sont conservées dans AHN, Estado, leg. 2696.

117 AHN, Estado, leg. 2480, lettre de Lorenzo Armengual à Grimaldo, 14 mars 1707.

118 AHN, Consejo, lib. 2010, « Tres luminaria extraordinarias en 16, 17 y 18 de henero por el nacimiento del Señor Duque de Borgoña », fo 24.

119 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 85.

120 AHN, Estado, leg. 2480, lettre de Louis XIV à Philippe V, 29 avril 1707.

121 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, seconde lettre du 17 janvier 1707, fos 89vo-90vo.

122 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 janvier 1707, fos 143-145.

123 Philippe V utilisa le sanctuaire d’Atocha, qui avait été l’un des lieux de culte privilégiés des rois de la maison d’Autriche, comme un élément clé pour asseoir son pouvoir. Il n’oublia jamais le conseil de Portocarrero de recourir autant qu’il serait possible à Notre-Dame d’Atocha. Jurado Sánchez et alii, 1991, p. 252.

124 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 2 février 1707, fo 157vo.

125 Voir ce volume, chap. xi.

126 « Plusieurs Grands comme Medinaceli, Montalto et d’Arcos se sont pour la première fois rendus à la chapelle depuis le banquillo. Philippe V a permis à plusieurs seigneurs exilés depuis l’année précédente de venir comme les conseillers, officiers des tribunaux et de nombreux particuliers à l’exception du duc de l’Infantado » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 août 1707, fos 205-211).

127 Pontier, Au roi d’Espagne Philippe V, p. 2.

128 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Louis XIV à Philippe V, 12 décembre 1707, fo 174.

129 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 décembre 1707, fo 235.

130 AHN, Estado, leg. 1919, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 29 septembre 1707.

131 AHN, Estado, leg. 1894, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 24 décembre 1707.

132 Ce mémoire a donné lieu à de nombreuses copies disponibles à la BNE. Il a été publié dans le Semanario Erudito, éd. par Antonio Valladares de Sotomayor, Madrid, Don Blas Roman, 1787-1791, 34 vol., t. XXIV, p. 131. Voir Gómez Centurión Jiménez, 1996.

133 AHN, Sección Nobleza, Frias, C. 956, D. 46, « Preuves faites par le marquis d’Astorga, Melchor de Guzmán y Osorio, et le duc d’Albe, nommé commissaire par Louis XIV sur la justification de la noblesse de Juan Francisco Pacheco Mendoza, duc d’Uceda, chevalier des ordres de S. M., 1702 ». Sur le duc d’Uceda, Martín Marcos, 2007 ; Martín Velasco, 2008.

134 AHN, Sección Nobleza, Osuna, C. 156, D. 1, lettre du maréchal d’Harcourt au duc de Gandía (Pascual Francisco Borja Centelles Ponce de León, X duque de Gandía) lui notifiant que le roi Louis XIV l’a nommé membre de l’ordre du Saint-Esprit, 4 janvier 1705.

135 AHN, Sección Nobleza, Osuna, C. 436, D. 4, cédules de Louis XIV nommant le comte de Benavente chevalier de l’ordre de Saint-Michel et du Saint-Esprit, [1703-1704]. Francisco Casimir Pimentel, comte de Benavente, avait accompagné Philippe V lors de son voyage en Italie.

136 AMAE, Mém. et doc., France, no 1973, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 avril 1709, fos 313-314.

137 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 438.

138 Dans ses Mémoires, Saint-Simon raconte comment le roi distingua le cardinal Del Giudice, ambassadeur de Philippe V en 1714 (Saint-Simon, Mémoires, t. XXIV, pp. 245-246, 266, 281, 284, 303-304). Pour le prince de Cellamare, ambassadeur de Philippe V en 1715, Saint-Simon écrivait : « Le roi lui promit le premier logement qui y vacqueroit [à Marly]. Ici et en Espagne, l’ambassadeur est de droit de tous les voyages, comme ambassadeur de la maison » (ibid., t. XXVI, p. 243).

139 Ibid., t. XII, p. 439.

140 Ibid., p. 440.

141 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 février 1706, Marly, fos 191-192.

142 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 440.

143 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 8 novembre 1705, fo 158.

144 Paravicini, 1991.

145 Noel, 2004, p. 142.

146 AHN, Estado, leg. 4826, copie des articles des paix, sur lesquels se fondent les droits de S. M. [Philippe IV et Charles II] au titre de duc de Bourgogne, [xviie siècle].

147 Gómez-Centurión Jiménez, 2004, p. 880.

148 Gómez-Centurión Jiménez, Sánchez Belén (dir.), 1998, pp. 34-37.

149 Barrios, 1988b.

150 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 47.

151 Gómez-Centurión Jiménez, 1996, p. 986.

152 AGP, Histórico, Embajadas, Felipe V, caja 54, exp. 11, « Solicitud de copia certificada de las etiquetas de Palacio (1705) », lettre du mayordomo mayor à Antonio de Castro, greffier de la Real Casa del Rey.

153 ASV, Nunciatura de Madrid, no 1, lettre adressée au marquis de Mancera le 15 mars 1701, fo 323. L’auteur évoque des questions de cérémonial liées aux déplacements de Philippe IV au sanctuaire d’Atocha.

154 AHN, Estado, leg. 2873, Real orden de Philippe V du 4 octobre 1703 à Don Joseph de la Puente.

155 Villars, Mémoires de la cour d’Espagne, pp. 105-107.

156 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 308.

157 ASV, Nunciatura de Madrid, vol. 1, « Relassione dell occorso dell’ent […] del Nunzio nella gallería de Grandi dell anno 1704 », fos 64-72.

158 Ozanam, 2001, p. 22.

159 Gómez-Centurión Jiménez, 1996, p. 993.

160 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 477.

161 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, fo 99.

162 AHN, Estado, leg. 2873, « Noticia de lo resuelto para Su Magestad a consulta de 4 de septiembre de 1712 sobre el puntto de ceremonial que han de observar los ministros publicos con los señores consejeros de Estado ».

163 AHN, Estado, leg. 2873, caja 2, « Reglamento del ceremonial de Su Magestad a tenido por bien de mandar se observe desde ahora en adelante con todos los ministros de coronas, republicas y demás príncipes extrangeros », 25 avril 1717, art. 2.

Table des illustrations

Titre Fig. 3. — Gravure « Union de la France et de l’Espagne » [détail de la médaille], Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, Paris, 1702
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/5213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 4. — Nicolas de Larmessin, L’union des deux royaumes de France et d’Espagne, Paris, chez Pierre Landry, 1702
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/5213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 5. — Détail du Portrait de Philippe V [BNE, Retrato de Felipe V, Gérard Edelinck, Teodoro Ardemans, Madrid, chez Juan García Infanzón, 1704]
Crédits © Biblioteca Nacional de España, Madrid.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/5213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 6 — L’heureuse naissance du prince des Asturies, fils de Philippe V roi d’Espagne et de Marie-Louise-Gabrielle de Savoye, Paris, chez Trouvain, Almanach, 1708
Crédits © Bibliothèque nationale de France, Paris.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/5213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 772k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search