Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Quatrième partie. L’union des couronnes, un chemin introuvable ?

Chapitre IX

L’ambassade d’Amelot : une immixtion achevée

Texte intégral

1De tous les ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Madrid, Amelot est sans doute celui dont on connaît le moins la réalité et l’exercice du pouvoir. Moins célèbre que ses prédécesseurs, personnage de second rang après d’Harcourt, Marsin, les d’Estrées et Gramont, il est pourtant celui qui marqua le plus profondément la cour de Madrid au début du xviiie siècle. Cet oublié de l’historiographie française l’est beaucoup moins en Espagne, où de nombreuses études récentes ont profondément renouvelé les connaissances sur le règne du premier Bourbon.

2Si le rôle d’Amelot et son action ont été souvent soulignés, les aspects concrets de ses décisions restent mal connus. On a ainsi retenu qu’il fut un partisan de l’abolition des fueros sans se demander pourquoi. Il assista aux séances du despacho, ce conseil restreint formé autour de Philippe V pour le conseiller, mais ses initiatives et ses interventions demeurent mystérieuses.

3Pourtant, analyser l’action d’Amelot au sein du dispositif de gouvernement de Philippe V permettrait de mieux comprendre le mécanisme de prise de décision entre 1705 et 1709. S’interroger sur les modalités de son activité à la cour avec le roi, les ministres ou les officiers espagnols revient à étudier les dynamiques à l’œuvre dans le gouvernement. Si « l’union des couronnes » exista réellement, on doit pouvoir en retrouver la trace au travers de l’intégration de l’ambassadeur aux différents cercles de pouvoir.

  • 1 Andújar Castillo, 2008, p. 86.

4Dépister l’action d’Amelot au sein même de l’administration peut apparaître comme une difficulté insurmontable voire une gageure. En effet, il était seulement l’ambassadeur du roi de France. À ce titre, il n’avait pas de fonction ni d’existence officielle dans l’organisation administrative de la monarchie. Il n’était ni un officier, ni un commissaire, c’est-à-dire qu’il n’avait — théoriquement — aucune place officielle dans la polysynodie espagnole. Dès lors, il s’agit plutôt de rechercher les indices d’une activité officieuse menée en parallèle des institutions officielles comme les conseils ou les secrétaireries du despacho. Les archives, pour la plupart constituées des documents de nature administrative, voilent en conséquence une grande partie des initiatives d’Amelot1. Seule la confrontation minutieuse entre ce dont il rendait compte au roi de France et ce que l’on peut trouver dans les archives officielles de la monarchie espagnole permet d’entrevoir l’ampleur de son influence et de mettre en lumière les modalités de son action.

  • 2 Parrochia (dir.), 2001.
  • 3 Dedieu, 2000b.

5L’histoire des pratiques de pouvoir a contribué à renouveler l’histoire politique mais aussi celle des relations internationales. Elle bénéficie aujourd’hui des apports considérables du recours aux notions de processus et de réseaux2, empruntées à la sociologie, qui ont permis de renouveler avec force l’histoire des institutions administratives. Comme l’a rappelé Jean-Pierre Dedieu, les études théoriques du droit et des textes normatifs, jointes à la prosopographie, ont été enrichies d’une part par l’analyse des relations interpersonnelles, fondées sur le clientélisme, le patronage ou l’amitié, et d’autre part, par celle des divers processus à l’œuvre dans le fonctionnement de toutes les institutions3.

6Envisager l’ensemble du processus d’une prise de décision nécessite donc de reconstituer le travail d’Amelot depuis les ordres donnés par Louis XIV jusqu’à la préparation d’un décret ou d’une mesure précise, en passant par le travail avec les ministres espagnols et français, ou encore les généraux. De plus, un tel angle de vue impose de reconsidérer les réseaux sur lesquels Amelot put s’appuyer. Il s’agit de comprendre comment l’ambassadeur favorisa le parti de Philippe V, en récompensant les fidélités et en distinguant les sujets jugés loyaux envers la cause des deux couronnes. Les nominations et les recommandations adressées par les ministres à Amelot peuvent ici servir de fil conducteur.

  • 4 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre de la princesse des Ursins à Torcy, 1er octobre 1708, fos 119 (...)
  • 5 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, pp. 103 et 168.
  • 6 Ibid., p. 140.

7L’autorité d’Amelot sur le gouvernement de Philippe V fut jugée « despotique4 ». Vicente Bacallar y Sanna, le marquis de San Felipe, soutient dans ses Comentarios, que les ministres espagnols n’avaient aucune autorité et qu’Amelot concentrait tout le pouvoir5. Le chroniqueur philippiste estimait que l’ambassadeur avait « le vote le plus essentiel dans le conseil de cabinet du Roi Catholique6 ».

  • 7 La Torre, Mémoires et négociations secrètes, t. IV, p. 250.

8Dans ses Mémoires et négociations secrètes, de La Torre, chroniqueur du début du xviiie siècle, défend lui aussi l’idée que l’ambassadeur de Louis XIV était chargé d’une grande partie des affaires7. Il en veut pour exemple la campagne de 1706, quand Philippe V confia le gouvernement à sa femme pour prendre la tête de ses troupes : en réalité, Marie-Louise-Gabrielle s’appuya alors selon lui beaucoup sur Amelot. On retrouve le même sentiment d’une intrusion de l’ambassadeur de Louis XIV dans les chroniques manuscrites. Dans un texte anonyme, conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid, un auteur a laissé une description de la cour de Philippe V dans laquelle Amelot apparaît sans être nommé directement. Désigné par sa fonction, il est considéré comme comme l’homme le plus influent au sein du gouvernement de Philippe V :

  • 8 « Demas de esto el Embaxador de Francia era el absoluto consejo del Rey y quien governaba con él la (...)

Outre cela l’ambassadeur de France était le conseiller absolu du roi, de même que celui qui gouvernait avec lui la secrétairerie du despacho universel [Grimaldo]. Ces deux personnes décidaient de toutes sortes d’affaires sans en communiquer aucune aux Grands8.

9L’activité de l’ambassadeur et son travail avec la secrétairerie du despacho, c’est-à-dire avec José de Grimaldo et le marquis de Mejorada, n’avaient rien de confidentiel. Ils étaient au moins connus des écrivains et polémistes qui gravitaient autour de la cour. Toutefois, il faut souligner que le nom de l’ambassadeur était rarement mentionné, à l’inverse de ceux de la princesse des Ursins ou de Jean Orry. Amelot était le plus souvent désigné par le terme el embajador. Sa fonction se superposait à son identité, comme si derrière l’individu apparaissait toujours l’ombre de Louis XIV.

  • 9 Domingo Giudice y Palagano, IIe prince de Cellamare, duc de Giovenazzo, était né à Naples en 1637. (...)
  • 10 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre du duc de Giovenazzo à Torcy, 3 septembre 1707, fo 16.
  • 11 ARV, Generalitat, no 1961, Lletres misives de la Generalitat, lettre de la Generalitat à Amelot, 7  (...)

10On ne trouve pas des mentions de l’autorité d’Amelot seulement dans les récits des chroniqueurs et des écrivains contemporains de la guerre de Succession. Au détour d’une phrase, une formule employée par un Grand ou un officier espagnol souligne l’immixtion de l’ambassadeur de Louis XIV dans les affaires. Ainsi, lorsque le duc Giovenazzo9, plus connu sous le nom de prince de Cellamare, écrivait à Torcy pour lui demander une faveur, il l’assurait d’en avoir auparavant parlé à l’ambassadeur10. Il ajoutait : « toutes les affaires de cette cour vont par son canal ». Il mettait ainsi en évidence que le marquis de Gournay constituait le premier interlocuteur à la cour pour défendre ses intérêts. De même, dans la lettre qu’ils adressèrent à Amelot pour tenter de récupérer les fueros après leur abolition en 1707, les membres de la Generalitat valencienne confiaient leur sort à ses « influences bienveillantes si puissantes11 ».

  • 12 Le Flem et alii, 1993, p. 443.
  • 13 Kamen, 1974, pp. 45-46, 86-90, etc.
  • 14 Martín Gaite, 1997, pp. 70 et 86.
  • 15 Iñurritegui, 2008.
  • 16 Escartín, 1978, pp. 42-43. Voir également Rodríguez Villa, 1882 et Macanaz, Regalías de los Señores (...)
  • 17 Pulido Bueno, 1998, p. 41 ; Fayard, 1966, p. 260.
  • 18 Castro, 2004, pp. 19 et 135 ; Dubet (dir.), 2008, p. 17. Pablo Fernández Albaladejo a proposé quant (...)
  • 19 López-Cordón Cortezo, 2000, p. 95.
  • 20 Castro, 2004, p. 19. Dans son ouvrage El Consejo de Indias durante los reinados de Carlos III y Car (...)
  • 21 Dubet (dir.), 2008, p. 291.
  • 22 Ibid., pp. 324-325.
  • 23 Ibid., p. 301.

11L’historiographie a repris ces constats. Qualifié de « tout-puissant12 » ou de « Premier ministre13 », Amelot est souvent présenté comme un ambassadeur à l’autorité sans bornes et un bourgeois « imbu de doctrines régalistes14 ». On lui attribua plusieurs décisions comme l’abolition des fueros15, l’installation définitive d’une garde royale rénovée, ou encore la réforme de l’intendance16. Son activité aurait été jusqu’à modifier le fonctionnement institutionnel de la monarchie hispanique. Il aurait ainsi accentué la prééminence du Conseil de Castille sur le Consejo de Estado17. L’historiographie récente conduit pourtant à nuancer cette conception. La « voie des conseils », c’est-à-dire la prise d’une décision après la consultation du conseil compétent, a effectivement été supplantée par la « voie réservée » qualifiée également d’exécutive, celle d’un souverain correspondant directement avec les différentes autorités par l’intermédiaire d’un ministre chargé de transmettre ses ordres18. Toutefois, cette évolution ne s’est pas opérée sans heurts et sans transition. Le président ou le gouverneur du Conseil de Castille, qui parlait en privé avec le roi toutes les semaines après la consulte du vendredi, jouait déjà ce rôle depuis le xviie siècle avant d’être progressivement contourné par les ministres. Durant le règne de Charles II, le marquis de Leganés avait proposé une réforme de l’administration qui tentait déjà de contourner les conseils19. Ceux-ci ne furent pas supprimés mais affaiblis à la faveur de la guerre de Succession. Les Conseils d’Italie et des Flandres perdirent leur raison d’être au cours du conflit, mais après 1707, le ressort du Conseil de Castille s’étendit aux provinces d’Aragon reprises par Philippe V ; le Conseil des finances et celui des ordres se maintinrent ; et le Conseil des Indes conserva son influence20. En réalité, il faut davantage envisager les années 1705-1707 comme celles de la création d’un « nouvel espace politico-administratif21 » qui avait pour vocation de rendre plus efficaces les décisions prises par le souverain. Des institutions comme la Trésorerie de la guerre et le secrétariat des dépêches — mieux connues grâce aux travaux récents sur Orry et Grimaldo — s’imposèrent dans le paysage administratif car, sans supplanter totalement les conseils, elles pressaient le relais et l’exécution des ordres du roi22. Ces différentes institutions, les nouveaux secrétaires et les conseils traditionnels n’étaient pas systématiquement en concurrence. Ils pouvaient se compléter23.

12Toutefois, comme nous l’avons déjà souligné, des zones d’ombre subsistent quant au travail et à l’activité de l’ambassadeur Amelot. Comment négociait-il ? Sur qui s’appuyait-il ? En quoi son travail et ses négociations révèlent-ils les modifications des pratiques des institutions ? La prise de décision au début du règne de Philippe V, particulièrement lors de l’ambassade d’Amelot, soulève plusieurs interrogations. Plutôt que de se demander comment la France aurait dominé la monarchie hispanique, on cherchera à comprendre comment l’ambassadeur tenta de rapprocher les positions, de trouver des compromis et de favoriser le parti des deux couronnes. En dépit d’une ressemblance troublante avec un Premier ministre ou un valido, Amelot de Gournay restait un ambassadeur du roi de France, c’est-à-dire chargé de mener des négociations pour le compte d’un souverain auprès d’une autre puissance. Comment son expérience de négociateur lui permit-elle de se rendre puissant au point d’apparaître comme un véritable ministre du Roi Catholique ?

13L’immixtion d’Amelot au sein du gouvernement de Philippe V ne se laisse entrevoir qu’en mêlant étroitement l’étude de ses réseaux à celle du processus de la prise de décision au temps de l’union des deux couronnes. Dès lors, il importe en premier lieu de cerner avec précision comment sa présence au despacho s’imposait, en essayant de savoir quelle était son autorité sur cet organe profondément modifié à l’arrivée du duc d’Anjou. Cœur du gouvernement de Philippe V, le despacho se définit aussi par son fonctionnement et l’élaboration des décisions qui y sont prises et des affaires qui y sont transmises. Il convient donc de comprendre comment le travail de l’ambassadeur s’articulait avec celui des ministres espagnols, en s’intéressant aux méthodes employées pour réussir ses négociations. Enfin, garder le contrôle d’un appareil politique implique de contrôler les processus de plusieurs nominations. Là encore, comprendre comment Amelot agissait permet de révéler comment il favorisait le parti de Philippe V.

I. — Amelot et le despacho de Philippe V

  • 24 Artola, 1999, p. 298.
  • 25 Dubet (dir.), 2008, p. 17 ; López-Cordón Cortezo, 2000, p. 99 ; Escudero, 1979, t. I, p. 285 ; Andú (...)

14Dans le cadre institutionnel de la polysynodie espagnole, le roi était assisté de secrétaires. Les secretarios de Estado jouaient le rôle d’intermédiaires entre le roi et les différents conseils. C’est Philippe II qui introduisit en 1556 le titre de secrétaire d’État (secretario de Estado, très différent de son homonyme français)24. Il y avait ainsi dans le Consejo de Estado une secrétairerie pour le Nord et une autre pour l’Italie. Dans le Conseil de guerre, il existait également deux secrétaireries respectivement chargées de la mer et des armées de terre. À partir du 2 octobre 1706, le Consejo de Estado et le Conseil de guerre ne conservaient chacun qu’un secrétariat d’État au lieu de deux25.

  • 26 Artola, 1999, p. 299.
  • 27 Escudero, 1979, t. I, p. 253.
  • 28 López-Cordón Cortezo, 2000, p. 99.

15Outre ces « secrétaires d’État », le roi nommait un secrétaire plus spécifiquement chargé de sa correspondance et des grâces26. Longtemps, ce secrétaire n’eut pas de titre particulier le différenciant des autres (secretario de Estado y del despacho). Il n’apparut réellement qu’en 1621 sous le nom de secretario del despacho universal27. Il s’occupait alors de l’ensemble des lettres, mémoires et consultes adressés au roi et il préparait les réponses. Il assistait le souverain dans sa tâche bureaucratique. La confusion entre le secrétaire des dépêches, attaché au roi, et les secrétaires des dépêches des conseils est aisée puisque le titulaire de la première pouvait, par ailleurs, exercer cette fonction dans un conseil. Ce fut le cas d’Ubilla, marquis de Rivas, en 1698 puis du marquis de Mejorada à partir de 170528.

  • 29 Escudero, 1969, t. I, p. 286.
  • 30 López-Cordón Cortezo, 2000, p. 96 ; Hamer Flores, 2009.
  • 31 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 72. Hamer, 2009, p. 94.

16Le secrétaire des dépêches (secretario del despacho) prit une place de plus en plus importante dans le fonctionnement des institutions de la monarchie. Son pouvoir se consolida nettement durant le règne de Charles II, marqué par un affaiblissement de l’autorité royale29. À la mort de celui-ci, Antonio de Ubilla y Medina exerçait cette charge30. Mêlé aux intrigues de la fin du règne, il fit profiter Philippe V de son expérience à l’arrivée du roi à Madrid. Il obtint le droit de ne plus rapporter à genoux, ce qui était alors la règle31.

  • 32 Dubet (dir.), 2008, p. 194.
  • 33 Baudrillart, 1890a, t. I, p. 11 ; Escudero, 1969, t. I, pp. 288-289 ; Désos, 2009, p. 92.
  • 34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1705, fo 188 ; AMAE, Cor. pol., (...)
  • 35 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fo 263vo ; t. 163, let (...)

17En plus des séances dites « du despacho » au cours desquelles le roi, assisté de son secrétaire, prenait connaissance de sa correspondance, on organisa un petit conseil autour de Philippe V. Chargé de l’assister, il est aussi appelé « despacho » par les ambassadeurs de Louis XIV. Cette homonymie renforce la confusion entre les deux réunions32. Dans le despacho, également qualifié de « cabinet », Ubilla ne travaillait donc pas seul avec le roi ; étaient aussi présents Manuel de Arias, président du Conseil de Castille, et le cardinal Portocarrero, primat des Espagnes. Il s’agissait d’une sorte de conseil de cabinet qui ressemblait au conseil d’En haut de Louis XIV. Rapidement la question de la présence de l’ambassadeur de Louis XIV à ces réunions se posa. Après avoir refusé dans un premier temps, Louis XIV se ravisa et autorisa le marquis d’Harcourt à assister à ce despacho33. Lorsqu’Amelot évoquait les membres du despacho, il les qualifiait de « ministres du cabinet », une expression qu’il employa à au moins deux reprises34. Dans son esprit, ils formaient l’équivalent d’un conseil des ministres. Amelot le qualifiait parfois de « conseil secret35 ».

  • 36 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 21.
  • 37 Désos, 2009, p. 95.
  • 38 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 71 et 134-151.
  • 39 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fos 41-42.
  • 40 Pérez-Mallaína Bueno, 1982, p. 81. Amelot fut le dernier représentant diplomatique français admis a (...)

18Cette entrée des ambassadeurs du roi de France au sein du despacho du Roi Catholique symbolise l’union des deux couronnes et la volonté de peser sur les décisions prises à Madrid, afin de les rendre cohérentes avec celles de Louis XIV. Cette nouveauté ne passa pas inaperçue aux yeux des chroniqueurs. Bacallar y Sanna, le marquis de San Felipe, relevait par exemple que l’avis de l’ambassadeur était particulièrement respecté puisqu’il s’agissait surtout de préparer la guerre, domaine sur lequel le cardinal Portocarrero entendait fort peu de choses36. Toutefois, l’entrée de l’ambassadeur dans le despacho ne lui garantissait pas d’emblée une autorité sans limites. Plusieurs envoyés se succédèrent sans réussir à s’imposer, preuve que les institutions de la monarchie pouvaient constituer une barrière ou un frein aux altérations apportées par les hommes de Louis XIV. Marsin, pourtant homme de guerre et donc susceptible de s’imposer dans une telle conjoncture, ne réussit pas à convaincre37. Les ambassadeurs suivants assistèrent tous au despacho — sauf durant une courte période, à la suite des querelles qui émaillèrent l’année 170338. Ce fut d’ailleurs sous la menace de ne plus y être convié que le cardinal d’Estrées demanda son rappel en 1704. En ce qui concerne Amelot, il assista au despacho dès le jour de la remise de ses lettres de créance39. Il imposa rapidement son autorité, allant jusqu’à prendre la parole en dernier après le roi40.

19Les lettres d’instructions apportent de nombreuses précisions sur cette participation des ambassadeurs au despacho. Dans l’instruction donnée au comte de Marsin, il était explicite que l’ambassadeur devait être regardé comme un « ministre du Roi Catholique » :

  • 41 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 21.

… il est présentement nécessaire que l’ambassadeur de Sa Majesté soit ministre du Roi Catholique ; que, sans en avoir le titre, il en exerce les fonctions ; qu’il aide au Roi d’Espagne à connoitre l’état de ses affaires et à gouverner par lui-même, car il y a lieu d’attendre de l’esprit de ce prince et de l’éducation qu’il a reçue, qu’il aimera mieux suivre l’exemple du Roi, que de remettre comme ses prédécesseurs tout son pouvoir entre les mains d’un seul ministre et de s’abandonner entièrement à sa conduite41.

  • 42 Noailles, Mémoires, t. 72, vol. 2, p. 357.
  • 43 Article X de la lettre d’instructions du cardinal d’Estrées, dans Recueil des instructions données (...)

20La proximité nouvelle entre le roi de France et le roi des Espagnes modifiait ainsi profondément le rôle d’un ambassadeur du Très Chrétien à la cour de Madrid. De plus, inviter le roi à gouverner par lui-même ne constituait pas seulement un conseil mais le témoignage d’une pratique en vigueur en France depuis 1661. Cette intrusion de l’ambassadeur et sa progressive assimilation aux ministres du Roi Catholique sont perceptibles dans le vocabulaire employé. Le duc de Noailles parlait ainsi du « ministère d’Amelot », comme s’il s’agissait d’un principal ministre42. Dans les instructions du cardinal d’Estrées, Louis XIV et Torcy insistèrent également sur sa présence au despacho. Le cardinal recevait l’ordre d’entrer au despacho dès qu’il aurait rejoint Philippe V en Italie43.

  • 44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, fos 136-139.

21Au sein du despacho, Amelot jouissait d’un pliant et se plaçait immédiatement à gauche du roi44. Cette proximité physique de l’ambassadeur avec le souverain matérialisait les liens étroits qui unissaient les deux cours. Le rang de l’ambassadeur dans l’étiquette employée lors des séances au despacho manifestait ce rôle de premier conseiller, dans la mesure où il incarnait la voix et l’autorité du grand-père de Philippe V. D’ailleurs, si Amelot devait assister aux réunions d’une junte où sa place serait contestée et susciterait des jalousies, il s’abstenait d’y aller.

  • 45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot, 3 février 1706, fo 168. Quand Philippe V partit pou (...)
  • 46 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juin 1707, fos 10vo-11.
  • 47 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fos 160-163.
  • 48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fo 162.
  • 49 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 février 1707, fos 165-166.

22La présence d’Amelot était si nécessaire au despacho qu’il se dispensa, dans un premier temps, de suivre Philippe V à l’armée en 170645. Il se lamentait de ne pas pouvoir accompagner le roi, ce qui serait sa place légitime, et de devoir rester à Madrid où il aurait beaucoup de travail. En 1707, la question de la présence du roi à la tête de ses armées se posa à nouveau. Amelot n’y était pas favorable même si le roi eût été ainsi plus en sécurité, au début d’une campagne que l’on jugeait décisive. Il estimait que le nombre de mécontents avait beaucoup augmenté depuis l’année précédente et que le roi devait rester à Madrid pour s’imposer. Il demanda à Louis XIV d’arbitrer cette question46. Louis XIV se montra favorable au départ de Philippe V à la tête des troupes47. La princesse des Ursins s’inquiétait des désordres en cas d’absence48. Les coffres étaient vides et Amelot était nécessaire pour presser l’exécution de nombreuses mesures. Louis XIV modifia finalement sa position et commanda à Philippe V de rester à Madrid49.

  • 50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 avril 1706, Madrid, fos 145-147.
  • 51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 avril 1706, fos 226-234.

23Véritable conseil du roi, le despacho apparaît comme l’organe et le lieu de tous les arbitrages. Les membres débattaient de toutes les questions importantes, comme l’armée, le commerce, les relations avec la cour de Rome, ou encore le cérémonial. Après avoir opiné, les conseillers se rangeaient à la majorité des avis. Dans ses lettres à Louis XIV, Amelot rendait compte de l’ensemble des décisions. Les mouvements des troupes et les priorités militaires étaient avalisées au sein de ses séances. Lorsque le duc de Berwick souhaita retirer sept bataillons et neuf escadrons de Cadix au printemps 1706 pour préparer la campagne, il se heurta au refus du despacho qui ne désirait pas découvrir la cité gaditane50. Quelques mois plus tard, quand la reine dut quitter Madrid, les membres du despacho et l’ambassadeur la suivirent dans sa retraite à Burgos, accentuant ainsi le rôle organisationnel de ce conseil restreint51.

  • 52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 septembre 1706, Orcajo, fos 38-44.
  • 53 Il s’agissait de la reconduction du prince dans ses fonctions de gouverneur et capitaine général de (...)
  • 54 Article XIX de la lettre d’instructions d’Amelot, dans Recueil des instructions données aux ambassa (...)
  • 55 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 44vo.
  • 56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 57.
  • 57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 95.

24La diversité des affaires et des questions discutées au despacho souligne son rôle prépondérant dans les institutions espagnoles durant les premières années du règne. Les relations avec les autres cours, comme celles de Rome ou de Venise, les affaires commerciales, les ordres donnés aux gouverneurs et aux vice-rois étaient débattus au sein de ce conseil restreint. Amelot prenait connaissance du contenu des correspondances officielles de Philippe V en même temps que les autres ministres. Il pouvait ainsi immédiatement avertir Louis XIV dès qu’un problème se profilait, comme ce fut le cas en 1706, avec la République de Venise. Profitant de la guerre et de sa neutralité, la Sérénissime tenta d’obtenir une modification à son avantage dans le cérémonial : elle souhaitait que ses ambassadeurs soient reçus comme ceux des têtes couronnées. À cette occasion, Amelot nous apprend que les lettres des ambassadeurs étaient ouvertes et lues dans le despacho, comme l’étaient celles des envoyés du roi de France au sein du conseil d’En haut52. L’ambassadeur pouvait ainsi faire pression et exiger l’accélération de certaines procédures. Dans ses lettres d’instructions, il avait reçu par exemple l’ordre d’obtenir la prorogation du prince de Vaudémont53 dans sa charge de gouverneur de Milan54. Amelot rédigea un mémoire et défendit alors l’envoi de nouvelles patentes. Il obtint gain de cause et réussit à ce qu’elles lui soient remises afin qu’il les envoie à Louis XIV, qui servait ici d’intermédiaire55. Toutefois, l’ambassadeur jugeait aussi que l’on se perdait parfois dans des détails et des futilités lors de la lecture des lettres des différents gouverneurs56. Les lettres de créance des envoyés étaient aussi lues au despacho. Ainsi, lorsque Jean Orry retourna en Espagne en 1705, après avoir été rappelé en 1704, il présenta ses lettres de créances le 7 juin 170557. Lors de la même séance, il proposa d’établir à nouveau la charge de trésorier de la guerre qu’il avait créée en 1703 mais qui avait été abolie depuis. La question des fonds était ainsi abordée dans le détail au sein du « conseil ».

  • 58 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 19 juin 1705, Madrid.
  • 59 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 30 mai 1705, Madrid.
  • 60 AN, Marine, B7 182, lettre Pontchartrain à Amelot, 15 juillet 1705, fo 138.
  • 61 AN, Marine, B7 183, lettre Pontchartrain à Amelot, 14 octobre 1705, fo 109.
  • 62 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 5 août 1705.

25Signe du rôle central du commerce dans les relations entre les deux couronnes et de sa dimension politique, il était souvent au centre des discussions. Les lettres d’Amelot au secrétaire d’État des affaires étrangères restent souvent muettes à ce sujet, mais celles qui étaient destinées à Jérôme de Pontchartrain contiennent de nombreuses références à ce domaine. Elles témoignent de ce que le commerce retenait longuement les membres du despacho. Comme nous l’avons déjà souligné, les dépêches du duc d’Albe, ambassadeur de Philippe V auprès de Louis XIV, étaient dévoilées devant les « ministres du cabinet ». C’est par ce biais qu’Amelot prit connaissance du départ de trois vaisseaux malouins pour les Indes58 et de leur retour en France. Il exigea que ces vaisseaux payent les droits, faute de quoi les ministres du despacho continueraient de se plaindre59. Informé de tout, il pouvait ainsi court-circuiter les ministres agacés par le trafic des Français en mer du Sud. Il conseilla au roi d’Espagne de ne rien dire et se contenta d’attendre que des plaintes s’élèvent de nouveau si le duc d’Albe écrivait encore à ce sujet. Pontchartrain lui avait donné l’ordre de se taire sur ces vaisseaux60, le roi d’Espagne pouvant les faire arrêter s’il le souhaitait61. Dans ce cas précis, la maîtrise de l’information par l’ambassadeur lui permit d’étouffer les critiques62.

  • 63 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 14 août 1705, Madrid ; lettre de Mejorada à Amelot (...)
  • 64 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Torcy, 24 janvier 1707, fo 107.
  • 65 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 9 juillet 1708, Madrid.

26Espace décisionnel par excellence, le despacho était le lieu où la plupart des mesures concernant le commerce étaient discutées. Amelot profitait de sa présence à ce conseil pour y défendre les intérêts de Louis XIV. Le décret du roi d’Espagne du 8 avril 1705 fut ainsi révoqué le 12 août 1705, car il ne convenait pas au roi de France. Il interdisait aux armateurs espagnols de prendre les vaisseaux ennemis munis de passeports du roi à condition que les armateurs français renoncent de même à prendre les navires ayant un passeport du roi d’Espagne. Le marquis de Mejorada rédigea donc un nouveau décret afin que l’ambassadeur l’examine, et il le transmit ensuite au despacho pour approbation63. C’est encore dans ce conseil que fut avalisé l’envoi aux Indes, à partir de Cadix, de six navires marchands armés par des négociants français ; à défaut de convoi cette année-là, ce projet importait beaucoup à Amelot64. Enfin, en 1708, un nouveau plan pour le commerce des Indes fut approuvé. Préparé avec l’aide de Mesnager et négocié sous l’autorité d’Amelot, il devait permettre une amélioration des relations commerciales entre l’Amérique et les deux couronnes65.

  • 66 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fo 262vo.
  • 67 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 24 février 1706, fo 136vo.
  • 68 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.
  • 69 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 septembre 1705, Madrid, fos 159-162.
  • 70 Mateu Ibars, 1963, pp. 306-307.
  • 71 Diccionario de España, 1952, t. II, pp. 135-136, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur (...)
  • 72 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fo 280vo.
  • 73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fos 46vo-47.

27On décèle également la prééminence d’Amelot au despacho par son pouvoir d’en favoriser ou non l’entrée à certains Grands. En février 1706, ce conseil restreint était composé de trois personnes en plus du roi : Amelot, le marquis de Mancera et le duc de Montellano66. Lorsque Philippe V se prépara à partir à l’armée, il confia le pouvoir à la reine et invita Francisco Ronquillo, le comte d’Aguilar et le duc de Veragua, respectivement présidents des Conseils de Castille, d’Aragon et des ordres, à siéger au despacho67. Il renforçait ainsi l’autorité de la reine et légitimait cette forme de régence. Cette décision fut sans nul doute prise sur les conseils d’Amelot qui estimait que ces trois personnes étaient les seules aptes à entrer au despacho68. Le comte d’Aguilar avait été nommé président du Conseil d’Aragon en septembre 170569. Sa nomination avait surpris le roi de France, car la famille d’Aguilar avait été très attachée à la maison d’Autriche. En effet, don Rodrigo Manrique de Lara, comte de Frigiliana et d’Aguilar, avait été nommé par Charles II vice-roi de Valence70, conseiller d’État et membre de la junte de gouvernement en attendant l’arrivée de Philippe V. Il devait son ascension au dernier Habsbourg. Très lié à la reine Marie-Anne de Neubourg, il avait été inquiété lors de l’émeute contre Oropesa en 169971. Toutefois, Amelot prit personnellement sa défense puisqu’il le voyait très régulièrement72. De plus, lors de l’arrivée de l’ambassadeur à Madrid, le comte d’Aguilar lui avait rendu visite malgré sa qualité de conseiller d’État, en vertu de laquelle c’était à l’ambassadeur de se déplacer le premier. Le marquis de Gournay releva ce signe de bonne volonté et en informa Louis XIV73.

  • 74 Saint-Simon, Mémoires, t. VII, p. 251. Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, v (...)
  • 75 Le Conseil des ordres était apparu au xve siècle pour superviser l’administration et la gestion des (...)
  • 76 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 87.
  • 77 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Torcy, 28 novembre 1705, Madrid, fo 198.
  • 78 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99 ; t. 157, lettr (...)
  • 79 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.
  • 80 Don Juan-Carlos Perez de Guzman-el-Bueno, IIe marquis de Valverde, XIe duc de Medina Sidonia, né le (...)
  • 81 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1706, Torrejón, fos 233-237.

28Le duc de Veragua était le troisième à entrer au despacho. Don Pedro Manuel Colón de Portugal y de la Cueva, VIIe duc de Veragua, avait exercé de nombreuses charges74 : maître de camp, gouverneur et capitaine général de Galice, il obtint le titre de chevalier de la Toison d’or. En 1696, il devint vice-roi de Sicile et en 1701, le petit-fils de Louis XIV l’éleva au rang de conseiller d’État. Depuis 1703, il était président du Conseil des ordres75. Comme le comte d’Aguilar, le duc de Veragua avait eu le bon goût de venir faire sa cour à l’ambassadeur dès son arrivée. Il marqua beaucoup d’empressement à s’entretenir avec lui76, quoiqu’il fût de ceux qui critiquaient le plus le commerce des Français en mer du Sud77. Louis XIV approuva ces nominations78 préconisées par l’ambassadeur. D’ailleurs, Amelot continua à informer le roi de leur prédisposition à son égard et de leur travail. Il souligna ainsi que le duc de Veragua s’entendait bien avec Ronquillo et que le comte d’Aguilar venait toujours prendre conseil auprès de lui79. Plus tard, ce fut au tour du duc de Medina Sidonia80 de faire son entrée dans le despacho. Plusieurs arguments plaidaient en faveur de cette entrée, comme Amelot s’en explique dans une lettre à Louis XIV81. D’une part, durant le voyage de Philippe V en Italie en 1702, le duc avait accompagné le jeune roi et avait alors participé à plusieurs séances du « conseil de cabinet ». En outre, le lignage des Medina Sidonia était l’un des plus prestigieux de la monarchie hispanique : possessionnés principalement en Andalousie à Sanlúcar de Barrameda, les ducs de Medina Sidonia avaient acquis une immense fortune et un grand nombre de titres. Il était donc important de leur donner une marque de considération. Amelot se présentait comme le principal instigateur de cette nomination :

  • 82 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1706, Torrejón, fos 233-237.

Un peu avant que le Roy l’appela, j’ay dit aux ministres du cabinet la proposition que j’avois pris la liberté d’en faire à S. M. C. Ils sont tous convenus, que cela estoit fort à propos, & que c’estoit une justice qui estoit due au Duc de Medina Sidonia82.

  • 83 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre de Louis XIV à Amelot, 8 juillet 1706, fos 241-245.
  • 84 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, Madrid, fo 61.

29Amelot apparaît ainsi encore comme celui qui, après en avoir discuté avec la princesse des Ursins, ouvrait les portes du despacho. Si la décision revenait au roi, Philippe V n’allait jamais contre les volontés de l’ambassadeur, qui représentait son grand-père. Ainsi, pour les nominations de Ronquillo, Veragua, Aguilar et Medina Sidonia, si Amelot ne décida pas seul, on peut souligner que ses propositions s’imposèrent au roi comme aux ministres. D’ailleurs, comme pour les trois premiers, Louis XIV approuva l’initiative de son ambassadeur83. Amelot proposa Medina Sidonia car il apparaissait plus attaché que d’autres Grands, Medinaceli par exemple, aux intérêts de Philippe V. L’ambassadeur se félicita de ses bonnes dispositions et il n’émit jamais une critique contre lui. L’envoyé de Louis XIV donne l’impression de l’avoir beaucoup apprécié et assurait pouvoir compter sur lui84.

30La présence de l’ambassadeur au despacho constituait une nouveauté dans les relations entre les deux monarchies. Elle était sans doute l’une des plus importantes car elle conférait à l’ambassadeur une forme d’égalité avec les autres membres de ce conseil restreint. Toutefois, la réciproque n’était pas vraie : le duc d’Albe, ambassadeur de Philippe V auprès de Louis XIV, n’avait pas accès à son conseil.

II. — Un ambassadeur aux commandes

La prise de décision

  • 85 Castro, 2004, pp. 70-71.
  • 86 Ibid., pp. 99-100. Dubet (dir.), 2008, pp. 255-256.

31Le début de l’ambassade d’Amelot coïncida avec l’application d’une réforme du despacho entamée depuis 1703. Il s’agissait d’accélérer l’expédition des ordres en les confiant à un secrétaire à l’image du secrétaire des dépêches (secretario del despacho) mais avec des compétences plus larges. En septembre 1703, le marquis de Canales était ainsi devenu le premier secrétaire des dépêches aux attributions spécialisées (celles de la guerre) et avec une capacité d’initiative plus grande85. Le traumatisme provoqué par la prise de Gibraltar en 1704 entraîna la chute du nouveau secrétaire et la fin provisoire de cette initiative qui avait pourtant convaincu Chamillart, Berwick et Tessé86.

  • 87 Escudero, 1969, t. I, pp. 41-43.
  • 88 López-Cordón Cortezo, 1995, p. 187.
  • 89 La correspondance d’Amelot en 1707 permet de penser que l’abolition des fueros ne répondait pas à u (...)
  • 90 Dubet (dir.), 2008, p. 265.

32Le retour de la princesse des Ursins et d’Orry en 1705, accompagnés désormais par Amelot, ouvrit une nouvelle période propice aux changements. Le secrétariat du conseil des dépêches ou de cabinet fut divisé en deux par un décret du 11 juillet 1705. Le comte de Grimaldo fut chargé des finances et de la guerre et le marquis de Mejorada de tous les autres domaines (c’est-à-dire des affaires ecclésiastiques et judiciaires)87. Comme l’a souligné María Victoria López-Cordón Cortezo, cette nouveauté institutionnelle répondait à une finalité pratique, c’est-à-dire une expédition facile et rapide des affaires88. Il est difficile de savoir si cette évolution institutionnelle et celles qui ont suivi, comme l’abolition des fueros, répondaient à une volonté délibérée d’asseoir l’autorité royale sur les royaumes et les institutions, ou si elles n’étaient dues qu’aux circonstances de la guerre, sans autre intention89. Au printemps 1705, les préparatifs pour le retour de la princesse des Ursins et d’Orry furent conduits avec une grande méticulosité. Orry rédigea ainsi un mémoire, appuyé par Tessé, afin de trouver un équilibre entre la « voie des conseils » et la « voie réservée ». Dans l’esprit d’Orry, il s’agissait de trouver un compromis entre les exigences des Grands et des conseils, et la nécessité d’assurer une expédition rapide des ordres et des décisions du roi90. Le projet d’Orry rendait compatibles la figure d’un monarque qui gouverne avec des ministres et l’existence des conseils. Parmi les partisans de Philippe V, certains, comme Macanaz, Patiño ou plus tard Uztáriz, souhaitaient profiter de la conjoncture pour introduire de profonds changements. C’est dans ce contexte difficile, à la faveur de la guerre et de ses besoins financiers, qu’il faut envisager le renforcement des secretarías par rapport aux conseils, jugés trop lents.

  • 91 Kamen, 1974, p. 113 ; Castro, 2004, p. 126.
  • 92 Dubet (dir.), 2008, pp. 104-106.

33C’est donc dans un nouveau contexte institutionnel que dut travailler Amelot. Il n’était d’ailleurs pas étranger dans le choix de Grimaldo comme secretario del despacho chargé des finances et de la guerre91. Il présentait aussi l’avantage d’être connu d’Orry depuis au moins l’année 1703 ; ils se considéraient même comme des amis92. La division de la secrétairerie du despacho fut à l’origine des secrétariats d’État qui furent mis en place en 1714 par Jean Orry.

  • 93 Ibid., p. 310.
  • 94 AGP, Felipe V, leg. 156 (2), lettre d’Amelot à Mejorada, 2 septembre 1706. Cette information m’a ét (...)
  • 95 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juillet 1707, fos 11-12 ; t. 188, let (...)

34Amelot travaillait directement avec les secrétaires des dépêches Grimaldo et Mejorada, afin de préparer les séances. Cette insertion de l’ambassadeur dans le fonctionnement des conseils et de leurs rapports avec le roi souligne l’incongruité de sa position. Ce paradoxe d’un ambassadeur quasi ministre du roi constituait une nouveauté sans précédent dans l’histoire des relations entre les deux monarchies. Elle constitue l’un des marqueurs ou l’un des symptômes de l’union des couronnes. En pesant sur le mécanisme de la prise de décision, sans pour autant rechercher l’affrontement avec les conseils, Amelot tenta d’obtenir par la négociation et une relative bonne entente avec les officiers espagnols les moyens de poursuivre la guerre. Son rôle consistait en premier lieu à imposer l’autorité de Philippe V sur la monachie hispanique, c’est-à-dire à vaincre la Grande Alliance et Charles III. L’immixtion d’Amelot est décelable dans l’ensemble de la documentation conservée aujourd’hui à l’Archivo Histórico Nacional. Concepción de Castro a ouvert la voie dans son étude sur José de Grimaldo. L’enquête a donc été poursuivie afin de mieux préciser les interventions d’Amelot et les domaines auxquels il était particulièrement attentif. Toutefois, le classement et les inventaires actuels de la série Estado, où se trouve la majeure partie des documents, ne permettent pas une recherche exhaustive ou complète. Ainsi, si les sources mettent en évidence le travail d’Amelot avec Grimaldo, chargé des finances et de l’armée, cela ne signifie pas que ses rapports aient été différents avec Mejorada. Les papiers du second secrétaire sont bien moins nombreux ou pour le moins difficilement repérables dans les archives. Mejorada semble avoir souffert des empiètements de Grimaldo sur ses fonctions93 et d’une influence moins grande que lui, mais on manque en réalité de travaux approfondis sur son travail. Nous n’avons donc pas retrouvé les traces de la correspondance qu’il échangea avec Amelot, à quelques exceptions près, comme en 1706 lorsque l’ambassadeur lui adressa une lettre pour l’informer des réponses à faire aux lettres que la reine Marie-Anne Neubourg écrivait à Philippe V94 ou lorsque le secrétaire consultait l’ambassadeur sur quelques points précis95. Toutefois, en dépit de cette zone d’ombre, un élément permet d’envisager que la nature de leur collaboration était du même type que celle qui existait entre l’ambassadeur et Grimaldo.

  • 96 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 65vo.

35Dans une dépêche au roi, Amelot explique en effet comment il mit Mejorada à l’épreuve pour tester sa fidélité. Cherchant à contourner le despacho pour faire envoyer des ordres secrets, il lui demanda de le faire. Ensuite, il ne restait plus qu’à attendre de voir si le marquis espagnol parlait ou gardait pour lui le secret confié96.

  • 97 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 66.

36Philippe V approuva l’idée. Il ordonna à Mejorada d’expédier un ordre pour faire revenir à Madrid le régiment des Gardes espagnoles, et un autre ordre pour retarder jusqu’au 10 juin l’assemblée des États de Navarre qui devait s’ouvrir dès le 2 de ce mois97. Le marquis de Mejorada se montra à la hauteur puisqu’il ne parla pas. Il conserva d’ailleurs son poste durant tout le temps de l’ambassade d’Amelot.

  • 98 Sa correspondance est conservée aux Archives historiques nationales : AHN, Estado, leg. 288. Dans c (...)
  • 99 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 février 1707, fo 170vo. Sur le rôle d (...)
  • 100 « Je prie V. S. I. Monsieur de m’envoyer coppie des avis de Ceuta qui ont été apportés avant-hier a (...)

37Comme nous l’avons déjà souligné en analysant les méthodes de travail de l’ambassadeur, Amelot ne se contentait pas d’intervenir auprès des secretarios del despacho ou des principaux membres de la cour. Il entretenait des correspondances avec plusieurs officiers et en recruta plusieurs pour travailler avec lui, comme Rafael Macanaz ou les frères Patiño. Les gouverneurs tenaient compte de son importance autant qu’ils la révélaient, lorsqu’ils lui écrivaient directement pour le tenir au courant de l’état de leur place. Le gouverneur de Málaga98, Juan Antonio Hurtado de Amezaga, lui fournissait des renseignements depuis son poste qui constituait un véritable observatoire des mouvements des escadres alliées dans la Méditerranée occidentale99. L’ambassadeur allait même jusqu’à solliciter les courriers arrivés à la secrétairerie du despacho. En juillet 1705, il demanda à Grimaldo de lui envoyer les avis arrivés de Ceuta et que le capitaine général d’Andalousie, le marquis de Villadarias, avait envoyés par exprès100. Le secrétaire du despacho les lui adressa le même jour.

38Le rôle d’Amelot ne se limitait pas à suggérer des décisions ou à surveiller les officiers. Il devait aussi s’assurer que les ordres donnés étaient conformes aux volontés royales. Il relisait ainsi les décrets pour vérifier qu’il n’y avait pas eu d’erreurs dans leur préparation. Le chevalier de Bourke raconta par exemple à Torcy comment le comte d’Aguilar, président du Conseil d’Aragon, avait commis une erreur que l’ambassadeur dut corriger :

  • 101 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre de Bourke à Torcy, 6 juin 1707, Madrid, fos 212-213.

… si M. Amelot ne voit en détail n’examine et ne corrige toutes les expressions des décrets que l’on forme en conséquence des résolutions prises dans le despacho, on y trouve touiours des clauses qui rendent l’exécution impossible ou qui renversent entièrement l’intention du Roy Catholique101.

  • 102 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre de Bourke à Torcy, 6 juin 1707, Madrid, fos 212-213.
  • 103 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fos 279-289.
  • 104 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, Madrid, fos 60vo-61.

39En effet, après la bataille d’Almansa et la reconquête de l’Aragon par le duc d’Orléans, Aguilar fut chargé de préparer un décret précisant les conditions de l’amnistie promise par le neveu de Louis XIV lors de son passage dans le royaume. Mais il le rédigea dans des termes si favorables aux Valenciens qu’aucune mesure de représailles, comme l’abolition des fueros par exemple, n’aurait pu être prise par la suite102. Le comte d’Aguilar perdit la confiance d’Amelot durant l’été 1707 alors que l’ambassadeur l’appréciait103. Outre sur l’amnistie, il avait déçu l’ambassadeur sur la question de l’abolition des fueros et par sa défense inlassable des conseils104.

  • 105 Castro, 2004, pp. 89, 143.
  • 106 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1705, fos 125-129 ; AMAE, C (...)
  • 107 AHN, Estado, leg. 772, lettre de Ronquillo à Grimaldo, 26 novembre 1706.

40Pour la préparation des décrets, Amelot s’appuyait sur Francisco Ronquillo, dont le père avait été grand chancelier de Milan. Après avoir étudié le droit, Ronquillo commença une carrière de corrégidor avant d’intégrer le Conseil des finances. Après l’émeute de 1699 dans la capitale, il y fut nommé corrégidor. Francophile, il reçut en 1703 la place de gouverneur des Armes de Castille. Il travaillait avec Grimaldo et Orry, bien moins connaisseur que lui de l’administration et du fonctionnement des conseils105. En octobre 1705, il devint gouverneur du Conseil de Castille, charge qui permettait d’assumer la réalité du pouvoir lorsque le président était indisponible. Sa nomination fut opérée avec le ferme soutien d’Amelot106. Ronquillo lui transmettait les décrets afin qu’il les vérifie et donne ainsi son sentiment107.

  • 108 BNE, ms. 13654, Poesías varias, fo 87, pamphlet sans titre contre Ronquillo, la princesse des Ursin (...)
  • 109 BNE, ms. 13654, [Fragmentos teatrales cuyos personajes dialogan sobre la situación de España…], fo  (...)

41Cette connivence du gouverneur de Castille avec l’ambassadeur du roi de France n’échappait pas aux contemporains, comme les pamphlets et les libelles le soulignent. Ronquillo était accusé d’agir de concert avec la princesse des Ursins et Orry108. Dans les collections de poésies satiriques disponibles à la Biblioteca Nacional de España, il est cité à de nombreuses reprises, notamment dans les fragments d’une pièce de théâtre faisant dialoguer plusieurs personnages contemporains des règnes de Charles II et Philippe V. Il est par exemple décrit comme le « fidèle sbire » (esbirro fiel109) d’Amelot. Ces pamphlets ou libelles, le plus souvent recopiés à la main et dont les exemplaires sont aujourd’hui souvent incomplets, offrent des exemples des critiques dont il pouvait faire l’objet.

42L’ambassadeur travaillait aussi en étroite collaboration avec José de Grimaldo. Ce dernier prenait parfois les devants en remettant les courriers à Amelot avant de les donner au roi. L’ambassadeur assurait une forme de coordination entre les généraux des armées des deux couronnes. Lorsque la dépêche d’un officier nécessitait une réponse rapide, le secretario la transmettait directement à Amelot :

  • 110 « Acabo de recibir la carta inclusa que me acava del embíar el Marques de Bay, y antes de dar quent (...)

Je viens de recevoir la lettre ci-jointe que le marquis de Bay vient de m’envoyer, et avant d’en rendre compte au roi, je la remets entre les mains de Votre Excellence110.

  • 111 « Sor Moi, haviendo cartas de los mismos mas [uno] demas, es inutil discurrir sobre estas, sino acu (...)

43Amelot jugeait également de l’utilité de faire des réponses. Ainsi, lorsque Grimaldo l’avertit après avoir reçu des lettres de l’archevêque de Carthagène et de Mahoni, « afin que [Amelot] lui ordonne ce qu’on devait exécuter », l’ambassadeur lui signifia qu’il était inutile de répondre sinon pour accuser réception111. Il réclamait des résumés précis au secretario afin de pouvoir prendre des résolutions au despacho. Amelot écrivait ainsi en espagnol :

  • 112 « La carta es importante y se ha de hacer luego un resumen de los puntos para que S. M. puede tomar (...)

La lettre est importante et il faut m’en faire un résumé de chaque point afin que S. M. puisse prendre une résolution sur chacun d’eux dans le despacho de ce soir112.

  • 113 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 1705.

44Parfois, l’ambassadeur n’avait rien à ajouter, il se contentait alors de ponctuer la correspondance d’un « Il n’y a rien à dire » (No hay que decir. A[melot]113). La plupart de ces annotations sont de sa main et rédigées directement en castillan.

  • 114 AHN, Estado, leg. 320, lettre de Francisco Fobequet, commissaire des guerres, 26 juillet 1707, Sara (...)

45Les annotations qu’Amelot portait sur la correspondance du ministre constituent l’un des aspects les plus révélateurs de son travail. En effet, Grimaldo lui transmettait directement les documents pour avoir son accord ou son sentiment sur une question. Il paraît clair qu’en réalité l’ambassadeur donnait des indications au secretario de despacho de Philippe V. En marge des annotations d’Amelot, Grimaldo se contentait souvent de noter « Comme le dit l’ambassadeur114 », c’est-à-dire qu’il donnait l’ordre à ses commis de suivre la recommandation faite par le représentant de Louis XIV.

46La formulation de certaines réponses d’Amelot et les commentaires de Grimaldo sont sans équivoque possible. De plus, aucun document consulté ne permet d’entrevoir un quelconque désaccord ou une tentative d’entraver les initiatives de l’ambassadeur.

  • 115 AHN, Estado, leg. 288, lettre de Grimaldo à Amelot, 15 novembre 1706.
  • 116 AHN, Estado, leg. 364, lettre de Grimaldo au duc d’Albe, 22 avril 1709.
  • 117 AHN, Estado, leg. 320, lettre de Grimaldo à Amelot, 4 avril 1707.
  • 118 AHN, Estado, leg. 4826, lettre d’Amelot à Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, 26 août 1706.
  • 119 Andújar Castillo, 2008, pp. 39-40.
  • 120 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 31 juillet 1707.

47Sur les questions financières, qui faisaient partie de ses attributions directes depuis le départ d’Orry, Grimaldo s’en remettait comme pour le reste à Amelot. Il lui transmit ainsi l’ensemble des lettres du marquis de Villadarias en novembre 1706 au sujet des remises de fonds d’Andalousie au trésorier de l’armée. Grimaldo demandait les réponses à faire et les ordres à envoyer115. Dans la correspondance du ministre, les interventions d’Amelot sont visibles. Lorsqu’en 1709, 350 000 pesos arrivèrent des Indes, Philippe V exigea d’en avoir rapidement 50 000 pour des besoins urgents, notamment des vivres de l’armée. Grimaldo sollicita du duc d’Albe, l’ambassadeur à Versailles, de presser l’exécution d’une demande d’Amelot. En effet, l’ambassadeur de Louis XIV avait directement réclamé à Pontchartrain que les 50 000 pesos soient remis à Gabriel Henríquez de Castro, négociant espagnol installé à Bayonne. Une lettre du secrétaire des dépêches illustre ainsi l’immixtion de l’ambassadeur dans les affaires courantes, son rôle d’intermédiaire obligé entre les deux couronnes et sa prise en main des affaires financières les plus minimes116. Il veillait à tout, y compris aux troupes espagnoles. Lorsque le comte de Moriana remit 300 doublons pour assister les soldats prisonniers à Barcelone et Tarragone, Grimaldo consulta encore une fois l’ambassadeur pour avoir plus de précisions. Amelot ordonna alors de transférer l’argent au comte d’Albaret, intendant du Roussillon. Grimaldo se contenta donc de noter : « Faites comme le dit l’ambassadeur117 ». Lorsque le comte de Moriana, trésorier de la guerre et d’une partie des fonds de la Maison royale118, adressa à Grimaldo un mémoire sur la situation financière dégradée de la Maison du roi et de celle de la reine, ce dernier renvoya l’affaire à Amelot119. Il s’imposait à Grimaldo, pourtant chargé des finances, y compris sur la destination des fonds et leur remise à la Trésorerie de la guerre. En 1707, il lui commanda, par exemple, une nouvelle fois de remettre des sommes à la Trésorerie120.

  • 121 « Me parece se debe conformar S. M. con el Consejo. A[melot] » (AHN, Estado, leg. 772, lettre de Gr (...)

48L’ingérence d’Amelot était si grande dans le fonctionnement des institutions de la monarchie que Grimaldo le sollicitait au sujet de différentes consultes. Ainsi, en mai 1707, il adressa à l’ambassadeur une consulte du Consejo de Hacienda au sujet de l’affermage des services des millions (millones) de la ville de Cadix. Comme dans les exemples précédemment cités, il la remettait à l’ambassadeur avant une séance au despacho, mais dans ce cas la réponse de l’ambassadeur mérite d’être citée : « Il me semble que S. M. doit se conformer au Conseil121 ». L’ambassadeur apparaît ici dans son rôle de premier conseiller de Philippe V et de principal collaborateur dans le gouvernement de sa monarchie.

  • 122 AHN, Estado, leg. 3205, lettre d’Amelot à Grimaldo, 20 novembre 1708.

49Les questions monétaires n’étaient pas oubliées. Amelot exigea ainsi de Grimaldo qu’il ordonne au trésorier de remettre au conseil 500 doublons pour l’hôtel des Monnaies qui allait s’engager dans une réformation122.

50Pour bien d’autres sujets comme le paiement des milices, des réclamations de la junte du tabac ou des ordres à donner aux gouverneurs des provinces, Amelot donnait ses ordres directement à José de Grimaldo. Celui-ci transmettait aussi à l’ambassadeur les documents adressés au roi afin qu’Amelot lui indique les décisions prises après avoir consulté les personnes compétentes :

  • 123 « Exmo. S., paso à manos de V. É. (como el Rey lo ha resuelto) el papel adjunto del Marqués de Mira (...)

Excellentissime Seigneur, je vous transmets (comme le roi l’a décidé) le document joint du marquis de Mirabel afin que Votre Excellence le communique au duc de San Juan et me prévienne de ce que vous aurez résolu pour rendre compte à Sa Majesté. Que Dieu vous garde de nombreuses années comme je le désire. Buen Retiro, le 18 avril 1709123.

  • 124 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 3 septembre 1707.
  • 125 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 5 septembre 1707.

51Grimaldo transmettait également les consultes préparées par des conseils ou des juntes. La junte du consulat de Séville consulta par exemple Grimaldo pour l’envoi des avis en Amérique informant de la naissance du prince des Asturies en 1707124 et celle du tabac prépara une consulte que l’ambassadeur recommanda de suivre125.

  • 126 AHN, Estado, leg. 759, lettre d’Antonio de la Peña à Jean Orry, 10 janvier 1706.

52L’ambassadeur s’occupait aussi de nombreux détails. Il est cité dans les mémoires et les correspondances d’officiers espagnols comme le destinataire de relations ou de mémoires. On lui adressa ainsi par l’intermédiaire de Jean Orry un volumineux dossier sur l’administration des rentes du cacao et les fraudes auxquelles elle donnait lieu126. Les traces laissées par l’ambassadeur dans la documentation espagnole sont souvent discrètes et ténues mais la plupart révèlent une immixtion profonde d’Amelot dans les rouages du gouvernement.

53Les interventions d’Amelot auprès des ministres espagnols, inhabituelles pour un ambassadeur, n’interdisaient pas des rapports plus formels ou officiels. Le marquis de Gournay transmettait parfois des demandes présentées sous la forme d’une sollicitation. Rédigées en castillan, elles portaient sur des sujets très divers. Néanmoins, elles concernaient des affaires pour lesquelles l’ambassadeur ne désirait prendre aucun risque. S’il percevait un risque d’opposition d’un conseil ou d’une junte, il présentait sa demande humblement, comme pour mieux s’assurer que les officiers espagnols donneraient leur accord.

  • 127 AGI, Indiferente General, leg. 260, Reales decretos, 1705-1707.
  • 128 AN, Marine, B7 468, « Dépêche du roi d’Espagne au comte de Casa Alegre, général des galions de suiv (...)
  • 129 Hrodej, 2006, pp. 27-43.
  • 130 « Je vous prie de tenir la main à ce que les expéditions pour les Indes soient promptement mises da (...)
  • 131 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 31 octobre 1706, Versailles, fos 2 (...)
  • 132 AN, AE, BI 770, lettre de Pontchartrain à Amelot, 14 février 1708.

54Les retours de flottes de métaux précieux sont un exemple emblématique de cette capacité de l’ambassadeur à feindre de ne pas s’imposer. En octobre 1706, il adressa ainsi un mémoire sur le retour d’un convoi avec cinq recommandations127. Ces préconisations s’ajoutaient aux instructions que Philippe V avait remises au capitaine de la flotte, le comte de Casa Alegre, le 18 juin 1706, lui ordonnant de suivre l’escadre du roi de France dès qu’il la rencontrerait128. En effet, durant la guerre de Succession, Louis XIV loua à plusieurs reprises ses escadres afin de garantir les retours de métaux précieux129. Pour éviter toute discussion ou querelle entre les officiers de marine, le capitaine espagnol devait se placer sous les ordres du commandant français, La Rigaudière. Pour cela, il était nécessaire d’établir une patente de mar y guerra du roi d’Espagne qui confiât le commandement à l’officier français. Le secrétaire d’État de la marine pressait Amelot d’obtenir les « expéditions » nécessaires130. L’ambassadeur sollicita alors très officiellement l’ensemble des ordres auprès de Grimaldo. Il lui rédigea un mémoire avec cinq recommandations afin de régler toutes les difficultés qui pourraient survenir et de se préparer à toute éventualité, comme la rencontre avec une escadre ennemie. Dans la lettre que l’ambassadeur envoya au secrétaire, il lui demandait d’en rendre compte à Philippe V et d’assurer l’expédition des ordres par le Conseil des Indes. Amelot désirait ainsi obtenir des ordres rédigés et préparés dans les formes. En apparence, il désirait prévenir toute difficulté avec le Conseil en garantissant le respect des procédures réglementaires. L’ambassadeur ne courait en réalité aucun risque, puisque le roi d’Espagne se conformait toujours à ses avis. Néanmoins, cette démarche visait à contourner, par la prudence, les objections que le Conseil des Indes pourrait avoir contre de tels ordres. Dans la période troublée de l’automne 1706, lors du retour de Philippe V à Madrid après sa fuite au mois de juillet, Amelot obtint les ordres nécessaires pour placer le retour du convoi espagnol sous le commandement de La Rigaudière131. Sur des sujets aussi délicats que les retours de métaux précieux, l’ambassadeur devait tout faire pour éviter de donner le sentiment d’agir en terrain conquis et de vouloir s’emparer de l’or espagnol. Il refusa ainsi une sollicitation de Pontchartrain qui lui demandait d’obtenir l’autorisation d’importer des fruits et des produits de l’Amérique française en Espagne, puis finit par consentir à cette demande à condition de pouvoir employer la voie traditionnelle des conseils, et ici celui des Indes, afin de ne pas être accusé d’abuser de la confiance du roi132.

Négocier et/ou contraindre

  • 133 Dahlgren, 1909, p. 294.
  • 134 Il avait trouvé un accord avec les armateurs du navire. Dahlgren, 1909, p. 294.
  • 135 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Philippe V, 31 juillet 1708.
  • 136 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, relation anonyme, s. d. [1707], fos 218-232.
  • 137 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, de Torcy à Amelot, 22 mai 1707, fo 62 ; t. 172, lettre de Pontchartr (...)
  • 138 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Amelot, 18 mai 1707, Marly, fo 916.

55Toutefois, Amelot pouvait parfois intervenir pour tenter de contourner la justice. Il se servait de ses connaissances et de ses liens à la cour afin de protéger des marchands ou des espions. Ce fut ainsi le cas de Diego de Almagro, un aventurier qui réussit à obtenir le soutien de plusieurs ministres de Louis XIV comme Torcy et Pontchartrain, et l’assistance de l’ambassadeur Amelot. Avec l’avènement du duc d’Anjou sur le trône espagnol, Diego de Almagro sut se rendre utile par sa connaissance de l’Amérique espagnole. On ne sait que très peu de choses à son sujet. Originaire de Tolède, il était allé aux Amériques et se rendit en France à Nantes puis à Saint-Malo133. Il entra alors en contact avec plusieurs négociants. Ce n’est pas tant son parcours qui nous intéresse ici qu’analyser comment l’ambassadeur fut mêlé aux rebondissements d’une trajectoire fleurant la contrebande, l’aventure et l’espionnage. En 1701, Diego de Almagro passa aux Indes sur un navire français à qui il avait sans doute vendu sa connaissance de l’Amérique espagnole134. Le capitaine Joseph de Nermont l’emmena ainsi jusqu’au port de Callao135. Almagro avait guidé le navire jusqu’à ce port et, arrivé la nuit, avait mis pied à terre par Pitipiti, faubourg de Callao, sans être appréhendé par aucune sentinelle. De là, il passa à Lima, accompagné d’un certain Julián Martínez Guajardo. Le navire vendit tous les produits dont il était chargé et Almagro toucha 1 % du montant des ventes. En échange de ce bénéfice sur le commerce réalisé, il avait sans doute vendu quelques secrets de contrebandier. Il quitta le royaume du Pérou à la fin de l’année 1706136 et rentra en France au printemps 1707 sur une frégate de Louis XIV. Dans une relation anonyme conservée dans les archives du secrétaire d’État des affaires étrangères, on apprend que Diego de Almagro informa les ministres de la situation à Callao. Ayant appris l’arrivée de plusieurs navires anglais, il avait par exemple levé à ses frais une compagnie d’infanterie de 70 hommes. Il gagna ainsi la confiance et l’estime des ministres, puisque Pontchartrain comme Torcy le recommandèrent à Amelot137. Il devait ensuite aller en Espagne pour apporter plusieurs lettres à Philippe V138.

  • 139 AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 octobre 1707, fo 305.
  • 140 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Philippe V, 31 juillet 1708.
  • 141 Dahlgren, 1909, p. 302.
  • 142 Dahlgren, 1909, p. 303.
  • 143 AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 octobre 1707, fo 306.
  • 144 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre d’Albuquerque à Philippe V, 25 juin 1706.

56Être bien en cour à Versailles n’impliquait pas obligatoirement de l’être à Madrid. À son arrivée à la cour de Philippe V, Diego de Almagro fut rapidement inquiété. Le Conseil des Indes avait en effet lancé une procédure contre lui. Il était accusé de contrebande, ce qui était sans doute vrai139. De plus, il avait contrevenu aux lois des Indes en passant en Amérique sans la licence nécessaire140. Enfin, il était entré en conflit avec les marchands de Saint-Malo qui avaient armé le navire l’ayant transporté aux Indes. De Almagro avait saisi l’amirauté de Saint-Malo141, mais Pontchartrain s’immisça dans la procédure qui l’opposait aux marchands malouins en proposant une conciliation142. De leur côté, les négociants s’étaient retournés contre lui et avaient adressé des mémoires anonymes au Conseil des Indes143. Entre-temps informé du passage de l’un de ses sujets en Amérique, Philippe V avait également donné l’ordre aux vice-rois de Lima et de Mexico de le faire prisonnier et de se saisir de ses biens144.

  • 145 AN, Marine, B2 196, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 6 novembre 1706, fo 559.
  • 146 Sorte d’équivalent d’un commissaire à Paris à la même époque.
  • 147 AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 octobre 1707, fo 306.
  • 148 AHN, Estado, leg. 190, lettre de Grimaldo à Amelot (indiqué sur le verso), 17 octobre 1707.
  • 149 Dahlgren, 1909, pp. 304-305.
  • 150 AGI, Gobierno, Santa Fe, leg. 361, nomination de Don Diego de Almagro comme contador regente del tr (...)
  • 151 AN, Marine, B2 198, Pontchartrain à Amelot, 13 juillet 1707, fo 233.

57L’ambassadeur dut intervenir pour empêcher qu’il soit emprisonné. Dans la longue explication donnée par Daubenton à Pontchartrain sur ce sujet, apparaît en filigrane l’étendue du pouvoir d’Amelot. Pontchartrain avait expressément ordonné à son agent à Madrid de « bien faire valoir la protection de la France145 ». Le duc d’Atrisco, président du Conseil des Indes et prévenu en faveur d’Almagro, intervint une première fois pour stopper la tentative d’arrestation par l’alguacil mayor146. Amelot obtint alors un décret du roi d’Espagne défendant de s’assurer de la personne d’Almagro le temps de son procès. On voit ici l’importance de l’influence d’Amelot sur Philippe V : l’ambassadeur pouvait pousser le jeune souverain à revenir sur un ordre qu’il avait pourtant donné quelques années auparavant à ses vice-rois d’Amérique. Amelot chargea Daubenton de défendre la cause de Diego de Almagro auprès du duc d’Atrisco, et il se chargea d’obtenir que la procédure serait remise entre les mains de Grimaldo, secrétaire des dépêches, qui devait lui-même la transférer au président du Conseil des Indes. Ce dernier et Daubenton prépareraient alors une consulte, selon les procédures régulières, mais qui conseillerait de passer sur cet épisode. Enfin, « … il seroit du soin de M. l’Ambassadeur de faire donner un décret en conformité147 ». Le procédé ainsi décrit par Daubenton se déroula comme prévu. Le 17 octobre 1707, Grimaldo écrivait à l’ambassadeur pour l’avertir qu’il était saisi de cette affaire. Comme à l’accoutumée sur un dossier sensible, il demandait à l’ambassadeur ses consignes avant de porter l’affaire au despacho. Amelot lui conseilla de tout remettre au président du Conseil des Indes et Grimaldo se contenta de noter une fois de plus : « Comme il lui paraît148 ». On perd ensuite la trace de Diego de Almagro. Dahlgren ne sait pas non plus ce qu’il advint de lui après 1709149. Toutefois, on peut penser qu’il obtint une place comme trésorier au tribunal de comptes de Santa Fe150. Il avait en effet réclamé le soutien de Pontchartrain pour une charge vacante à Callao151.

58Ainsi, une fois de plus, l’ambassadeur apparaît comme l’intermédiaire obligé, le conseiller du prince qui s’imposait à tous. La méthode d’Amelot était subtile. Elle consistait à s’appuyer sur les procédures régulières et à donner un semblant de normalité à un processus étroitement contrôlé. Il ne manquait plus que de s’assurer de la fidélité ou de la docilité de l’ensemble des intermédiaires pour obtenir le but recherché. Amelot incarne la figure du négociateur qui savait, sans se compromettre, faire prévaloir les intérêts définis à Versailles. Diego de Almagro avait rapporté de nombreuses informations sur l’Amérique espagnole, Torcy et Pontchartrain jugèrent donc primordial de l’assurer de leur protection. Pourtant soutenir Almagro n’était pas évident : pourquoi risquer d’encourir l’ire du Conseil des Indes alors que l’oubli de ce sujet aurait permis d’aplanir des relations par ailleurs difficiles avec cet organe ? Si Pontchartrain, Torcy, Amelot et Daubenton favorisèrent la cause de Diego de Almagro, cela tenait sans doute aux informations qu’il pouvait leur fournir sur la situation de l’Amérique espagnole. Le rôle stratégique de cet espace incitait les ministres à passer outre toutes les difficultés qui pouvaient survenir avec les officiers et les ministres espagnols.

  • 152 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, pp. 143-145.

59Dans le contexte spécifique de l’union des couronnes et le rapport nouveau que les cours de Versailles et Madrid devaient entretenir, l’ambassadeur du Roi Très Chrétien jouait un rôle clé. Courroie de transmission des volontés de Louis XIV auprès de son petit-fils, il était également chargé de le conseiller dans l’exercice de son métier de roi. Néanmoins, Amelot restait un ambassadeur. À ce titre, il devait veiller à défendre les intérêts du roi de France et à répondre aux objectifs fixés dans sa lettre d’instructions : écarter les malintentionnés, circonscrire les velléités des Grands et favoriser le commerce des Français152.

  • 153 Castro, 2004, p. 129.
  • 154 Ibid., p. 131.
  • 155 Dubet (dir.), 2008, p. 262.
  • 156 Ibid., p. 291.

60La collaboration d’Amelot avec Grimaldo et le travail mené en équipe avec Orry et, dans une moindre mesure, avec la princesse des Ursins ont donné lieu à plusieurs interprétations qui se distinguent par le degré d’autonomie ou d’autorité reconnu à chacun d’eux. Pour Concepción de Castro, Grimaldo ne prenait aucune décision153 et se cantonnait à un rôle de bureaucrate154 qui assurait une coordination essentielle pour le suivi des affaires. Pour Anne Dubet, il s’agissait davantage du travail d’une équipe franco-espagnole menée par la princesse des Ursins155. Elle met ainsi en évidence le rôle d’Orry qui n’était pas un collaborateur de Grimaldo, mais fixait parfois des orientations ou donnait des ordres156. Elle insiste aussi sur la dimension collective et la concertation qui existait entre la princesse, Amelot, Orry et Grimaldo, véritables « promoteurs de la réforme au pluriel ».

61Au-delà des nuances complexes et difficiles à établir, l’action de ces personnages se caractérise surtout par le climat de confiance qui régnait alors à la cour et dans l’entourage le plus immédiat de Philippe V. L’ambassadeur Amelot s’est immiscé plus profondément que ses prédécesseurs dans les rouages de la monarchie, que ce soit au sein du despacho ou dans le travail quotidien des secrétaires, comme Grimaldo et vraisemblablement Mejorada. Il a ainsi pu assurer une surveillance et un contrôle étroits de toutes les décisions du souverain, tout en ayant la capacité de prévenir et d’anticiper les difficultés puisqu’il était informé de tout. La fonction de négociateur prenait ici le pas sur celle de représentant du souverain. Il réussit ainsi à s’imposer comme une figure indispensable sans pour autant porter ombrage à ceux avec qui il devait travailler. Il exerça une influence décisive par sa collaboration avec Grimaldo et Orry, qui pouvaient l’assister de leur expérience et de leur connaissance des affaires. Amelot s’appuya sur ceux qui connaissaient le mieux les arcanes de la cour et du gouvernement de Madrid. Cependant, il demeurait le premier représentant de Louis XIV et à ce titre, l’homme par qui le roi de France conseillait et assistait Philippe V.

62Amelot favorisa également les sujets enclins au rapprochement entre les deux couronnes. Son immixtion dans le gouvernement et sa proximité avec le jeune souverain rendaient nécessaire sa médiation pour obtenir une faveur ou bénéficier de la grâce royale. Avoir l’assentiment de l’ambassadeur constituait le plus sûr moyen pour avoir une charge ou un poste. La présence d’un intermédiaire obligé auprès d’un souverain n’était pas nouvelle. Au temps des validos et des Premiers ministres, comme Olivares, Richelieu ou Mazarin, il était difficile de se passer de leur accord. Dès lors qu’un prince avait un favori ou un principal ministre, cette condition posée à la grâce royale était connue et habituelle. À partir de 1701, et quel que fût le poids de l’ambassadeur du roi de France sur les voies de la faveur royale, rien ne le rapprochait des figures du ministériat emblématiques du xviie siècle. Le représentant du roi de France devait être beaucoup plus discret, il n’exerçait pas de nombreuses charges curiales ou gouvernementales comme Olivares ou Richelieu. Enfin, il ne pouvait se prévaloir comme ces derniers d’être l’unique canal pour accéder au souverain.

63Dans le cas présent, le circuit était modifié : l’ambassadeur jouait le rôle d’intermédiaire obligé. Or, ses objectifs dépendaient de ce qui était fixé à Versailles. On assiste alors à l’émergence d’une voie de nomination tout à fait originale qui déviait la voie normale de la faveur. Il ne s’agissait plus seulement de s’accorder les bonnes grâces d’un ministre mais de se positionner à l’égard des relations entre les deux couronnes. Si un sujet passait pour être peu favorable au rapprochement entre les deux monarchies, il courait le risque de se voir privé de toute faveur ou grâce. Le troisième domaine d’intervention d’Amelot fut donc celui des nominations.

III. — Nommer des fidèles ou créer un parti

64Comprendre les ressorts de la faveur royale permet d’éclairer la pratique du pouvoir et dans le cas présent de révéler comment l’ambassadeur Amelot pouvait influencer les décisions du jeune souverain ou peser sur elles. Les voies de la faveur étaient alors complexes. Il fallait tenir compte des liens qui unissaient dorénavant les cours de Versailles et Madrid. Obtenir une place de gouverneur, le collier de la Toison d’or, ou une place d’officier dans l’un des conseils supposait non seulement le consentement de Philippe V, mais plus encore de celui des ministres de Louis XIV ou du roi de France lui-même. Dans cette configuration, l’ambassadeur du Roi Très Chrétien devenait une personne très sollicitée.

  • 157 Kettering, 1986 ; Chapman, 2004 ; Pénicaut, 2004.

65Les études sur la faveur royale ont bien montré comment, dans le cas de la France, le roi se trouvait à l’origine de toute grâce, et plus encore à partir de 1661, lorsque Louis XIV décida qu’il n’aurait plus de Premier ministre. Certains ministres, Michel Chamillart par exemple, devaient toute leur carrière et leur ascension au roi et au roi seul157. Dans la monarchie du Roi Catholique, si le roi conservait le pouvoir de nomination des plus hautes charges, comme les vice-rois ou les différents postes à la cour, il devait composer avec les conseils pour nommer les conseillers et avec le pouvoir des grands seigneurs.

  • 158 Sanz Tapia, 2009, p. 52.
  • 159 Ibid., p. 53.
  • 160 Ibid., pp. 86-94.
  • 161 Felices de la Fuente, 2010, pp. 663-664.

66À partir du xviie siècle, la pratique du bénéfice ou du bienfait (beneficio) se répandit dans l’administration de la monarchie hispanique. Elle consistait à joindre une somme d’argent à la demande d’une charge ou d’un office. Il s’agissait d’une vénalité déguisée. Le mot « bénéfice » (beneficio) servait déjà à désigner le mode de provision d’une charge impliquant un versement financier158. Les historiens insistent pour ne pas qualifier ce système de vente puisque le bénéficiaire ne devenait pas propriétaire et que la détention de ladite charge était temporaire159. En principe, le souverain pourvoyait aux principales charges en fonction des mérites et des qualités des candidats. Les chambres (Cámaras) des différents conseils étaient chargées de l’assister dans cette tâche et d’exécuter sa décision. Par exemple, la Chambre des Indes (Cámara de Indias) était chargée de recevoir les différentes demandes pour une charge aux Indes et d’établir une liste de trois noms. Un secours en argent constituait le meilleur moyen de figurer en bonne place sur la liste160. Le roi choisissait ensuite parmi les trois sélectionnés en privilégiant souvent le premier. Il suivait ainsi une recommandation ou un avis transmis par la Chambre de Castille, que l’on appelait la « voie de la Chambre » (vía de Cámara). La naissance et l’institutionnalisation de cet organe, détaché du Conseil royal, remonteraient aux règnes des Rois Catholiques161. Il pouvait également désigner le bénéficiaire de son choix par décret. Cet usage, parfaitement légal mais qui confinait les chambres dans un rôle passif, est qualifié de « voie exécutive du décret » (vía ejecutiva del decreto).

  • 162 Ibid., p. 663.
  • 163 Ibid., p. 675.
  • 164 Andújar Castillo, 2008, p. 304.
  • 165 Francisco de Villavicencio, comte de Cañete, obtint par exemple la vice-royauté du Pérou en 1696 po (...)
  • 166 Ibid., p. 11 ; González Fuertes, 2003, p. 194.

67Pour l’octroi d’une faveur ou d’une grâce, il existait donc deux voies principales, celle dite « de la Chambre » et la voie exécutive. Dans la première moitié du xviiie siècle, la majorité des titres fut accordée par le roi directement162. La progressive marginalisation de la Chambre de Castille constituait une tendance très forte depuis le règne de Charles II163. L’intervention directe du souverain dans l’octroi d’une faveur ne fut pas réservée aux concessions de titres nobiliaires, mais s’étendit aux nominations pour de nombreuses autres charges164. Francisco Andújar Castillo estime que les besoins financiers liés à la guerre de Succession ont permis de légitimer une vénalité ou de lui donner une ampleur rarement atteinte jusqu’alors, bien qu’elle ait connu un fort développement sous le règne de Charles II et plus précisément durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg165. Les magistratures de justice, les places dans les conseils, les charges triennales, comme les corrégidors, celle du palais, les titres de noblesse, dans la péninsule comme en Amérique, ont été monnayés pour remplir le trésor royal. De plus, les années de la guerre furent également marquées par un recours massif au décret pour procéder aux différentes nominations166.

  • 167 Kamen, 1974, p. 118.
  • 168 Andújar Castillo, 2008, pp. 6-9.

68Les processus de nomination à différentes fonctions, fondés sur une forme de vénalité et de « clientélisme », connurent une recomposition à partir du moment où l’ambassadeur du roi de France pouvait faire part de ses préférences : il s’ingéra ainsi dans la vie de la cour, du gouvernement, de l’armée et de plusieurs tribunaux. Le contrôle des nominations par le marquis de Gournay a déjà été souligné167, mais il n’a pas encore fait l’objet d’une étude détaillée. Seul Francisco Andújar Castillo a émis une hypothèse très étayée à ce sujet, puisqu’il a développé le fonctionnement de la vénalité et sa dimension financière durant la guerre de Succession. Selon lui, les années s’étalant entre 1704 et 1711 furent celles d’une vente effrénée des titres, emplois et charges dans la monarchie hispanique. Après avoir suspendu la vénalité par le décret du 6 mars 1701, Philippe V aurait eu à nouveau recours à ce système à partir de 1704168. 1711 correspond à l’ultime année durant laquelle des régiments furent levés et à une baisse des besoins financiers. Il s’agit donc de comprendre les modalités et les différents enjeux du contrôle exercé par l’ambassadeur durant cette période.

69Toute analyse du pouvoir, de ses normes et de sa pratique invite à s’interroger sur les liens personnels sur lesquels il se fondait. En d’autres termes, l’exercice de la potestas supposait de sélectionner les hommes adéquats en fonction d’une situation donnée et d’un objectif à atteindre. Pour Amelot, il s’agissait de recommander, favoriser, voire imposer, des sujets fidèles, attachés au service des deux rois. Si les logiques traditionnellement à l’œuvre, comme celles de la fidélité ou du versement en espèces, apparaissent toujours très présentes, on peut néanmoins tenter de voir comment l’attachement à « l’union des couronnes » ou aux relations nouées par les deux monarchies en 1700 permettait aussi de capter les bénéfices de la faveur royale.

Choisir ses serviteurs, favoriser ses partisans et remplir le trésor royal

70Dans les multiples nominations auxquelles le roi devait procéder, il faut distinguer plusieurs catégories. Il y avait tout d’abord les grandes charges, comme celles de vice-roi ou d’ambassadeur, ou les présidences de conseils. Les Grands étant étroitement associés au gouvernement de la monarchie, la plupart de ces places leur revenaient. Nommer un président ou un vice-roi consistait donc pour le roi à choisir un prince ou un grand seigneur capable de servir. Ces nominations étaient délicates car il fallait arbitrer entre plusieurs lignages qui entraient en concurrence. Source de revenus importants, elles servaient aussi au roi à récompenser ceux qui lui étaient les plus attachés.

  • 169 Martínez Ruiz (dir.), 2007, p. 250. Le cérémonial de la cour de Madrid était largement hérité de ce (...)
  • 170 Elliott, 1987, pp. 5-24.

71Venaient ensuite les charges curiales, comme le mayordomo mayor qui dirigeait la Maison royale et dont les origines remontaient à l’époque médiévale169, le sommelier de corps (sumiller de corps) qui organisait le service personnel du roi ou encore le grand écuyer (caballerizo mayor), chargé des déplacements du roi170. Vers 1623, la Maison du roi (ou Casa Real) comptait environ 350 personnes : il y avait 2 majordomes (mayordomos), 18 gentilshommes de la chambre (gentileshombres de la cámara) en service, 46 gentilshommes de la bouche (gentileshombres de la boca) et 10 valets de chambre (ayudas de cámara). Les charges de la cour et du palais servaient comme les premières à récompenser la noblesse.

  • 171 AN, Marine, B2 197, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 juin 1707, fo 1142 ; lettre de Pontchartrai (...)

72L’armée constituait un troisième gisement d’emplois. On songe au maître de camp (maestre de campo), chef de l’unité espagnole appelée tercio ou au capitaine général (capitán general), apparu à la fin du xve siècle et qui dirigeait la capitainerie (capitanía). Pour Philippe V, la situation avait radicalement changé. Les armées de son grand-père étaient présentes dans la péninsule depuis 1704. On parlait d’ailleurs de « l’armée des deux couronnes171 », comme pour souligner une unité. En réalité, les corps restaient séparés même lorsqu’ils devaient combattre côte à côte. Seul le commandement était unifié, sous les ordres du maréchal de Berwick puis du duc d’Orléans (1707-1708).

  • 172 AHN, Estado, leg. 296, lettre de Juan Hurtado de Amezaga, 29 janvier 1706. Chevalier de Saint-Jacqu (...)

73Si le roi nommait directement à ces principaux postes de l’armée, de la cour, ou des vice-royautés et des gouverneurs, il surveillait aussi les nominations dans les conseils et les différents tribunaux. Il pouvait ainsi favoriser le client de l’un des Grands de la cour. De plus, le roi concédait des dignités et des grâces royales par l’intermédiaire des ordres militaires encore existants. La commanderie d’un ordre, comme celui d’Alcántara, de Calatrava ou de Saint-Jacques, ou simplement l’habit (hábito) dans l’un d’eux étaient une faveur très recherchée, car source de revenus172.

  • 173 Catégorie défendue par José Martínez Millán puisqu’il considère qu’il existe une réciprocité bien c (...)

74Dès lors que l’on s’interroge sur la concession de grâces et de faveurs, sous la forme de charges, titres, offices ou habits dans un ordre militaire, surgit la question des transferts financiers auxquels elle donnait lieu. Dans des sociétés où les relations de patrons à clients structuraient profondément les relations sociales, l’achat d’un office ne peut être réduit à sa seule dimension marchande. Des principes comme l’honneur, la fidélité, la réputation ou encore « l’utilité173 » entraient en jeu dans le processus d’obtention de la faveur.

  • 174 Castellano, 2000, p. 39.
  • 175 Andújar Castillo, 2008, p. 2.
  • 176 Ibid., p. 58.
  • 177 Ibid., p. 60.

75La vénalité des offices dans la monarchie hispanique fut un phénomène de grande ampleur. De nombreuses études ont contribué à renouveler l’approche de cette réalité de l’Ancien Régime, dont les origines sont mal connues ou difficilement datables avec précision. Selon Juan Luis Castellano, les ventes de places d’échevins (regidurías, échevinage) et de jurats (juradurías, jurade) par exemple, remontaient à l’époque de Charles Quint174. La vénalité explosa en termes quantitatifs durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Dans sa très belle étude Necesidad y venalidad, Francisco Andújar Castillo se place ainsi à la suite d’Antonio Domínguez Ortiz et Francisco Tomás y Valiente, qui avaient déjà souligné l’ampleur du phénomène175. Les besoins financiers de la couronne favorisèrent son développement tout au long du siècle. Pour les années entre 1705 et 1707, Francisco Andújar Castillo estime que les ventes de charges représentaient environ 7,96 % des recettes remises au trésor royal176. Il souligne néanmoins que ce chiffre doit être considéré avec précaution car il est établi à partir des entrées d’argent enregistrées. Or, de nombreuses ventes n’étaient pas consignées dans les registres. En 1708 et 1711, les ventes augmentèrent considérablement avant de retrouver des niveaux plus habituels177.

  • 178 Ibid., pp. 80-87.

76L’objet des pages qui suivent n’est pas d’analyser le phénomène de la vente d’offices durant la guerre de Succession d’Espagne mais de comprendre comment Amelot intervenait dans les choix ou les ventes des principales charges. Ce n’est donc pas tant la vénalité qui nous intéresse que les nominations, considérées au sens large. À travers elles, la constitution d’un réseau ou d’une clientèle apparaît. Sur quels critères et comment l’ambassadeur Amelot favorisa-t-il la carrière de certains et au détriment de qui ? Quel lien de fidélité essaya-t-il de développer ? Sur le plan méthodologique, l’idée a été de traquer les carrières des hommes recommandés par la cour de Versailles, c’est-à-dire les ministres de Louis XIV, ou par l’ambassadeur lui-même. En quoi la recommandation ouvrait-elle la perspective de l’obtention d’une faveur ? Dans quelle mesure l’ambassadeur intervenait-il ? Les voies de la recommandation ont ainsi été suivies pas à pas afin de reconstituer le chemin qu’effectuait un sollicitant pour avoir un poste. Ce travail a nécessité tout d’abord d’identifier les individus. Il n’a pas toujours été aisé de retrouver l’orthographe exacte d’un nom castillan, recherche pourtant nécessaire lorsque l’on souhaite retrouver son dossier dans les archives espagnoles. Cette enquête aurait pu être exhaustive. Nous avons préféré concentrer notre attention sur plusieurs cas. La diversité des situations, des exemples et des lieux nous semblait préférable à une évaluation chiffrée dont les résultats auraient été difficilement appréciables puisque aucun ambassadeur ne joua le même rôle qu’Amelot à la cour de Madrid. En cela, les analyses de Francisco Andújar Castillo sont éclairantes lorsqu’il étudie les acteurs de la vénalité et révèle le rôle de filtre de l’ambassadeur178. En s’attachant au processus de l’achat d’un office ou d’une charge, il retrace ainsi le parcours type d’un individu à la cour de Madrid : de la prise de contact à la sollicitation, en passant par l’ensemble des intermédiaires, qu’ils soient les secrétaires, les trésoriers ou tous ceux qui intervenaient dans le maniement des deniers du roi. Amelot contrôlait effectivement en grande partie la plupart des nominations. Toutefois, il convient de ne pas surévaluer son rôle. Il n’était pas un faiseur de roi ni la source de toute grâce. Il agissait plutôt comme un contrôleur ou un parrain qui favorisait les carrières en fonction des ordres que lui adressaient les ministres de Louis XIV.

77S’interroger sur la participation d’Amelot au recrutement des principales charges de la monarchie hispanique soulève une deuxième question quant à ses marges de manœuvre, c’est-à-dire son autonomie. Si l’ambassadeur recevait des ordres précis de la cour de Versailles, il était le seul à juger sur place et pouvait ainsi avantager certaines clientèles plutôt que d’autres. En d’autres termes, comment usa-t-il de son pouvoir ? En l’absence d’archives personnelles ou familiales d’Amelot, les lettres adressées au roi ou à l’un de ses ministres sont les seules à conserver les éléments de justification apportés par l’ambassadeur. Faute de sources, un épais mystère entoure la question de savoir s’il a pu servir ses propres intérêts. On dispose seulement des explications officielles données sur telle ou telle faveur.

78Dans la lettre d’instructions remise à Marsin, le roi avait insisté sur l’importance des nominations. Après avoir recommandé plusieurs personnages, comme le duc de Medinaceli, le duc d’Uceda et le marquis de Bedmar, le roi ajoutait :

  • 179 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 51.

… il est nécessaire aussi qu’il [l’ambassadeur] fasse voir que les recommandations de Sa Majesté sont d’un grand poids auprès de lui [Philippe V], et qu’il marque par les effets la considération particulière qu’il en fait. Cette conduite achèvera d’effacer entièrement les restes de penchant pour la maison d’Autriche179

79Cette injonction royale rappelait à l’ambassadeur le soin à donner au choix des serviteurs et surtout l’utilité de ce pouvoir pour mieux dénouer les liens de fidélités qui unissaient les sujets de Philippe V avec la maison d’Autriche.

Les postes à pourvoir

80Si la monarchie hispanique était composée de plusieurs royaumes aux institutions et organisations administratives et judiciaires différentes, l’articulation de ces multiples entités reposait en partie sur les hommes. Passant d’un royaume à un autre ou de tel conseil à tel autre, ils contribuaient à donner une cohérence à l’ensemble. Les multiples transferts au gré d’une carrière, qu’elle fût militaire, juridique, ou religieuse, créaient autant de liens entre les différents royaumes ou institutions de la monarchie. Ces traces immatérielles des existences d’officiers, de soldats ou de prêtres sont souvent inaccessibles dans les sources si l’on ne procède pas à un travail de reconstitution de leur trajectoire. Il faut les envisager dans une dynamique propre, elle-même à replacer dans un contexte historique bien plus large que celui de la seule ambassade d’Amelot.

  • 180 Andújar Castillo, 2008, p. 286.
  • 181 Fils du duc d’Abrantès, Fernando de Alencastre Noroña y Silva, duc de Linares et marquis de Valdefu (...)
  • 182 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 septembre 1708, fo 20 ; t. 186, lett (...)
  • 183 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er octobre 1708, fos 81-82.
  • 184 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 28 janvier 1709, Madrid. Ce fut finalement la Nouv (...)
  • 185 BnF, Ms. Lorraine, no 814, Correspondance de Fernando de Torralba y Marques, gouverneur de Crémone, (...)
  • 186 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 janvier 1709, Madrid, fo 93.
  • 187 SHD, A1 2007, no 82, lettre de Chamillart à Amelot, 5 août 1707 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, le (...)
  • 188 Il passa par Versailles où il fut reçu par le roi avant de partir en Amérique. Il embarqua à Brest (...)

81La toile d’araignée dessinée par tous ces serviteurs du roi était bien réelle lorsqu’on songe à la facilité avec laquelle le souverain pouvait déplacer ou transférer un officier à un autre endroit. La nomination du duc de Linares comme vice-roi — pressenti dans un premier temps pour aller au Pérou, il exerça finalement cette charge en Nouvelle-Espagne180 — donna lieu à un véritable jeu de chaises musicales où les officiers passaient de la péninsule Ibérique aux possessions italiennes pour finir aux Indes. En 1708, le duc de Linares181 avait été choisi pour la vice-royauté de Sardaigne182. Durant son voyage, la Sardaigne fut prise par les Impériaux. Comme le risque courait depuis quelque temps, il avait été prévu que dans ce cas le duc de Linares poursuivrait son chemin jusqu’aux présides toscans, où il succéderait au gouverneur183. Entre-temps, il fallut remplacer les vice-rois de Nouvelle-Espagne et du Pérou. Très apprécié, Linares fut pressenti pour pourvoir l’un des deux postes184. Mais dès lors que l’on songeait à Linares pour l’Amérique espagnole, Philippe V devait lui trouver un successeur pour le poste italien. Ce fut Fernando de Torralba185, lieutenant général espagnol, qui reçut l’ordre de partir en Toscane pour prendre le commandement des présides186. Cet ancien gouverneur de Crémone servait depuis quelques années sous le commandement de Tessé dans les armées du roi de France, où il s’était attiré la protection de Chamillart qui avait tenté de lui obtenir une commanderie dans l’ordre de Saint-Jacques187. Les officiers apparaissent ainsi comme des pions dans la main du roi qu’il déplacerait à son gré. Cette capacité à faire passer un chef militaire d’un poste à un autre, sans véritable lien entre eux, souligne l’interchangeabilité des principaux commandants. En effet, il existait — au moins sur le plan de l’organisation militaire — bien peu de points communs entre la vice-royauté de Sardaigne, le commandement des places de Toscane ou encore les vice-royautés américaines. Pourtant en moins de trois mois, le duc de Linares fut nommé successivement dans ces trois postes, sans même qu’il ait eu le temps de se rendre sur les lieux. Il reçut deux de ces nominations alors qu’il était en chemin pour prendre son poste188. L’articulation entre les différentes pièces composant la monarchie tenait donc en partie aux hommes chargés de l’administrer et de la gouverner, qui passaient de l’un à l’autre de ces territoires sans aucune difficulté.

  • 189 Rosenmüller, 2008, p. 17.
  • 190 « On approuve fort le choix qu’on a fait de M. le marquis de Risbourg pour vice-roy de Galice » (AM (...)
  • 191 Fernando de Pignatelli, duc de Híjar, époux de Juana Petronila Silva Fernández de Híjar y Pignatell (...)
  • 192 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Gramont à Torcy, 5 janvier 1707, fo 20. Il employait lui-m (...)
  • 193 Gazette : Amsterdam. Avec privilèges de Nos-Seigneurs les États de Hollande et de West-Frise, no 52 (...)
  • 194 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, Discours de Monsieur Amelot ambassadeur de France aux Grands d’Espag (...)

82Les charges les plus importantes à pourvoir étaient celles de vice-rois. Dans le contexte de la guerre et des besoins de financement, les vice-royautés du Pérou et de Nouvelle-Espagne jouaient un rôle clé. Si les retours de métaux précieux ne furent jamais aussi importants qu’on l’espérait dans les cours de Madrid et Versailles, ils ne furent jamais complètement interrompus durant la guerre. Depuis l’accession du duc d’Anjou au trône de la monarchie hispanique, un vice-roi avait été nommé outre-Atlantique. Il s’agissait du duc d’Albuquerque qui partit à Mexico en 1702189. Par la suite, durant l’ambassade d’Amelot, deux vice-rois furent nommés pour les Indes : le marquis de Castelldosrius et le duc de Linares. Il y avait également des vice-rois à Naples, en Sardaigne, en Sicile, en Navarre, en Aragon, en Galice, dans le royaume de Valence, en Catalogne (Velasco fut le dernier avant la reconquête de Barcelone en 1714), etc. Le choix d’un vice-roi était délicat. Entre les promesses qui avaient été faites, les exigences du poste, les récompenses à donner ou la volonté d’écarter un Grand, sans pour autant lui confier un poste clé, le processus de désignation pouvait durer et plusieurs candidats se succéder avant que le roi n’arrêtât son choix. Ces nominations étaient discutées. Celle du marquis de Risbourg en Galice fut approuvée par le « public » selon le chevalier de Bourke190. À l’inverse, le duc de Medinaceli critiqua le choix des vice-rois en sous-entendant que certaines vice-royautés avaient été vendues. Le marquis de Risbourg avait remplacé le duc de Híjar191, réputé pour être « très autrichien » (muy austriaco192), selon les propres termes de l’ancien ambassadeur Gramont. L’accusation du duc de Medinaceli était très largement répandue puisqu’on la retrouve dans de nombreuses gazettes193. En effet, elle fut souvent présentée comme une réponse à la harangue que l’ambassadeur Amelot aurait prononcée après l’échec du siège de Barcelone. Dans une réponse à l’ambassadeur, le duc de Medinaceli aurait ainsi publiquement soutenu qu’une « dame vendait les vice-royautés194 ».

  • 195 Les accusations de corruption contre la princesse furent nombreuses. L’allusion de Medinaceli renvo (...)
  • 196 « Second article. — De la Princesse des Ursins. […] Le sieur Amelot est témoin de la promesse solen (...)
  • 197 Ibid., p. 352.
  • 198 Ibid., p. 359.
  • 199 Dans une lettre à Torcy, la princesse des Ursins se plaint amèrement du rôle qu’on lui attribue. El (...)

83Cette attaque s’adressait à la princesse des Ursins, dont l’influence à la cour de Madrid fut continuellement dénoncée. Toutefois, il convient de considérer cette accusation avec la plus grande précaution195. En effet, si la princesse jouait un rôle important dans le dispositif politique mis en place par Louis XIV à la cour de Madrid, elle ne fut sans doute pas chargée de contrôler ni de superviser la direction des affaires. En réalité, la lecture de sa correspondance et de celle d’Amelot laisse apparaître un partage des tâches. À la princesse des Ursins revenait le soin de surveiller l’aristocratie palatine, de guider la reine et notamment de lui apprendre à tenir sa cour, quand l’ambassadeur se trouvait chargé de veiller à la conduite des affaires plus politiques. Dans ce cadre, leur bonne entente était une condition sine qua non pour défendre les intérêts des deux rois. Toutefois, cela ne suppose pas que la princesse imposait ses vues à l’ambassadeur dans tous les domaines. Ils formaient en réalité un tandem, comme le prévoyaient les lettres d’instructions remises à Amelot196. Conscients que des querelles comme celles survenues par le passé entre les ambassadeurs et la princesse des Ursins avaient exaspéré Louis XIV, Amelot et la camarera mayor de la reine d’Espagne travaillaient en étroite collaboration. Le marquis de Gournay la consultait sur la plupart des affaires, comme les entrées des Grands au sein du despacho, car elle connaissait bien la cour de Madrid. On pourrait résumer leur duo par : chacun à sa place avec un intérêt bien compris. La princesse comme l’ambassadeur assuraient régulièrement Versailles de leur bonne entente197. Leur union faisait leur force face à une aristocratie de cour puissante198. Toutefois, la correspondance de la princesse des Ursins avec Mme de Maintenon ne donne pas l’impression qu’elle s’occupait des nominations qui ne concernaient pas directement la cour. Elle donnait son avis à Amelot qui la consultait, mais c’est l’ambassadeur qui restait le principal canal pour obtenir le consentement du roi de France et de ses ministres. Son rôle exact et l’ampleur de son influence sur l’administration et le gouvernement de la monarchie restent encore à éclairer car la légende et les soupçons l’ont souvent emporté sur les éléments vérifiés et attestés199.

  • 200 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 14 juin 1705, Madrid, fo 159.
  • 201 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 13 juillet 1705, Madrid, fos 248-250.
  • 202 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre de Torcy à Amelot, 27 juillet 1705, fo 260.
  • 203 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, fos 285-292.
  • 204 Zamora vicente (dir.), 1985, s. v. « Juan Manuel Fernández Pacheco, marqués de Villena y Duque de E (...)

84Pour la nomination du mayordomo mayor, elle était par exemple consultée et son avis suivi. Le titulaire du poste, le marquis de Villafranca, mourut quelques jours après l’arrivée d’Amelot en 1705. Comme la princesse n’était pas encore arrivée, le choix du successeur fut remis à plus tard200. L’ambassadeur conseilla le marquis de Villena, alors vice-roi de Naples201, mais son retrait du royaume italien posait des problèmes de succession car la vice-royauté napolitaine avait été promise au duc d’Uceda lorsque le marquis de Villena aurait achevé son temps alors que personne ne souhaitait lui confier cette mission. Torcy ordonna donc à Amelot d’attendre l’arrivée de la princesse des Ursins pour trancher cette question202. L’affaire fut remise à plus tard et l’ambassadeur n’en parla plus, laissant à la princesse le soin de régler cette affaire. Deux ans plus tard, le fils de Villena vint à Madrid pour évoquer la situation de son père avec Amelot. L’ambassadeur apprécia la démarche et proposa qu’on offrît au marquis de Villena une place de conseiller d’État, ce qui permettait de le retirer de Naples tout en lui assurant une promotion203. La situation militaire ne lui en laissa pas le temps, il fut fait prisonnier à Gaète lorsque le royaume tomba entre les mains des Impériaux204. Ainsi, pour les grandes charges de la cour, on consultait la princesse des Ursins alors que l’ambassadeur semble avoir eu plus d’influence pour les postes plus politiques.

  • 205 Soria Mesa, 2007, pp. 61-63.
  • 206 Ibid., pp. 64-66.

85Parmi les titres recherchés par l’aristocratie palatine, il y avait également les grandesses. Les Grands à la cour de Madrid se répartissaient en trois classes différentes. À chacune d’elle correspondaient des honneurs particuliers, comme celui de rester couvert en présence du roi. L’origine de cette dignité est mal connue. On a longtemps attribué sa création à Charles Quint. La date de sa fondation traditionnellement acceptée, c’est-à-dire en 1520, n’est aujourd’hui plus admise. En effet, aucun document, aucune chronique de l’époque ne l’atteste. Déjà en 1708, lors de la remise d’un rapport sur le sujet à Mejorada, le secrétaire Francisco Antonio de Quincoces soulignait qu’il n’avait trouvé aucun document sur la grandesse dans les archives de Simancas205. Selon Enrique Soria Mesa, la différenciation entre les divers Grands — c’est-à-dire le moment à partir duquel cette dignité semble déjà bien structurée — remonterait à la fin du xvie siècle ; il reste toutefois très prudent sur cette question206.

  • 207 Maximilien-Philippe-Joseph de Recourt de Lens de Licque, des comtes de Boulogne, etc., comte de Rup (...)
  • 208 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre du comte de Maceda à Torcy, demande la grandesse, fos 45-47.
  • 209 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de la ville de Saint-Jacques de Compostelle qui demande la gr (...)
  • 210 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 414-416.
  • 211 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Torcy, 17 mars 1707, fo 81.
  • 212 Soria Mesa, 2007, p. 69.

86Les archives du ministère des Affaires étrangères contiennent plusieurs demandes de grandesse, comme celle du comte de Rupelmonde207, celle du marquis de Beretti-Landi, celle du comte de Parant ou encore celle du comte de Maceda208. Ces sollicitations étaient parfois soutenues par des villes, comme celle de Maceda par Saint-Jacques-de-Compostelle209. Le marquis d’Alègre soutenait la prétention de Rupelmonde qui avait épousé sa fille210. Amelot refusa d’accorder des grandesses car il craignait qu’en concéder une démultiplie les candidats211. Philippe V en accorda pourtant dix en 1707212.

  • 213 Le prince Pío commanda les troupes du roi d’Espagne destinées à la Sicile en 1708. Louis XIV, Amelo (...)
  • 214 AHN, Estado, leg. 7688, exp. 35, concession de la Toison d’or au prince Pío, marquis de Castel Rodr (...)
  • 215 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, 20 novembre 1707, fo 107 ; t. 171, le (...)
  • 216 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 44 ; Dangeau, Journal, t. VIII, p. 290.
  • 217 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 21 décembre 1705, Versailles, fos 186-187  (...)
  • 218 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Torcy, 1er mars 1707, Madrid, fos 24-25.
  • 219 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 janvier 1706, fos 125-130. Louis XIV (...)
  • 220 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre de Torcy à Amelot, 3 mars 1706, fo 14.
  • 221 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Torcy, 6 janvier 1707, fo 29.
  • 222 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 21 novembre 1707, fo 167.

87Outre les grandesses, le collier de la Toison d’or constituait un honneur très couru de la noblesse à la cour de Madrid. Le prince Pío213 l’obtint ainsi en 1707214. Chamillart remercia Amelot d’avoir si fortement appuyé ses recommandations, reconnaissant par là le rôle de l’ambassadeur dans l’octroi de la faveur215. Désigné pour aller commander les troupes en Sicile en 1708, le prince Pío passa à Versailles, comme l’avaient fait le duc de Linares et d’autres avant d’aller prendre leur poste216. Rendre visite au roi de France donnait aussi une réalité à l’union des couronnes, en soulignant les liens entre les deux monarques. Comme pour les grandesses, les archives contiennent de nombreuses demandes de Toison d’or. Durant son ambassade, Amelot en reçut huit, qui concernaient des sujets de Philippe V en poste à l’étranger, comme l’ambassadeur Beretti-Landi217, des fidèles de l’électeur de Cologne ou de Bavière, comme le comte de Saint-Maurice218 et le comte de Terin219, des princes italiens, comme Pío ou Spinola220, ou encore des sujets comme le duc d’Havré221 ou le marquis de Bay222. Certains reçurent cette dignité pour leur alliance avec les deux couronnes, comme le prince Rákóczi, le chef des Malcontents hongrois.

  • 223 Álvaro Bernaldo de Quirós y Molina, IIe marquis de Monreal, fut l’envoyé extraordinaire de Philippe (...)
  • 224 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Torcy, 2 mai 1707, fo 7.

88Enfin, il fallait procéder aux nominations de multiples officiers de l’armée, pourvoir à certains postes des Indes ou encore distribuer les bénéfices ecclésiastiques, les commanderies des ordres ou les gouvernorats. L’ambassadeur opposait parfois un refus net et sans appel. En 1707, le marquis de Torcy proposa que le marquis de Monreal223, alors envoyé à Gênes, soit nommé ambassadeur de Philippe V auprès des princes d’Italie. Dans sa réponse, Amelot s’opposa sans la moindre explication224. À ce jour, aucun élément n’éclaire les raisons de l’ambassadeur. Cet éloignement correspondait-il à une disgrâce, des soupçons d’infidélité envers le roi, ou une inimitié personnelle ? Dans la correspondance d’Amelot, rien ne permet de répondre à cette interrogation.

  • 225 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 27 mai 1709.
  • 226 AN, Marine, B7 470, représentation de M. Amelot sur les comptes que le duc d’Ossuna a rendu de Mour (...)
  • 227 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre d’Amelot à Torcy, 19 novembre 1705, fos 237-238.
  • 228 AHN, Estado, lib. 368, lettre du duc d’Uceda au Conseil d’Italie, 18 août 1704, fo 158vo.
  • 229 Juan de Herrera fut colegial mayor de Saint-Clément de Bologne puis grand chancelier de Milan. Fidè (...)

89Il est difficile de savoir à quelles nominations précisément Amelot s’opposa : lorsqu’il informait un ministre d’un refus, il n’indiquait pas toujours qui en était à l’origine. Cela pouvait être le roi, un avis du despacho au grand complet, ou un conseil. Toutefois, pour certaines nominations dépendant exclusivement du roi, il apparaît difficile que Philippe V ait pu refuser de suivre l’avis d’Amelot. Ainsi, Amelot s’opposa sans doute à l’octroi d’une des vice-royauté amércaines à pourvoir en 1709 au duc d’Osuna225. S’il est difficile d’assurer positivement que le conseil de l’ambassadeur emporta la décision du roi, on peut néanmoins souligner qu’Osuna ne devint jamais vice-roi pendant l’ambassade d’Amelot, surement parce que l’ambassadeur le jugeait trop précieux comme gouverneur de Cadix226. Le marquis de Gournay contesta également Torcy lorsqu’il fallut remplacer le grand chancelier de Milan. Un certain Faletti, soutenu par le secrétaire d’État des affaires étrangères, déplaisait à Amelot227. Ce Jacinto Faletti était connu de Torcy puisqu’il avait été envoyé par le marquis de Villena, vice-roi de Naples, à Rome afin de négocier l’investiture que le pape se refusait à donner à Philippe V228. Jugé trop vaniteux par l’ambassadeur, il n’obtint pas le poste, qui fut donné à Juan de Herrera229.

90Amelot intervenait ainsi dans le processus d’octroi d’une faveur, d’une grâce ou d’un poste. Dans la majorité des cas, il répondait à des ordres venus de Versailles mais sa présence à Madrid et sa connaissance de la situation en Espagne lui permettaient d’accélérer, de ralentir ou d’ajourner certaines nominations. L’ambassadeur pouvait refuser un nom pour une dignité ou une faveur dans la mesure où ses avis avaient du crédit aux yeux du roi.

IV. — Principes et logiques des recommandations

91L’ensemble des recommandations que l’ambassadeur choisit d’appuyer constitue un groupe de fidèles et de clients des Bourbons en Espagne. Pour défendre la position de Philippe V dans les institutions de la monarchie hispanique, il revenait à l’ambassadeur de favoriser une « clientèle » bien disposée à l’égard des deux couronnes. On retrouve ici un trait caractéristique des pratiques du pouvoir, c’est-à-dire la constitution d’un réseau. Il ne s’agissait pas pour l’ambassadeur de répondre à des intérêts personnels mais à ceux des deux rois et de l’idée d’une union des couronnes.

92Trois logiques différentes président à ces nominations. La première est celle de la fidélité à la maison de Bourbon. Ainsi, tous ceux qui affichaient et défendaient les droits de Philippe au trône d’Espagne se voyaient récompensés pour leur fidélité. Ce fut le cas, par exemple, des vice-rois Albuquerque et Castelldosrius, ou de la famille Fernán Núñez. La seconde est celle de l’argent : alimenter le trésor royal était un autre moyen d’obtenir faveurs et grâces, comme Amelot le défendait ouvertement dans ses lettres au roi. C’est dans ce domaine que les apports de Francisco Andújar Castillo sont les plus importants. En étudiant la vénalité dans une époque de nécessité financière, il a soulevé la question du rôle de l’ambassadeur dans ce phénomène très courant à la fin du xviie siècle. Enfin, on retrouve encore une fois l’importance du commerce dans la définition et la conduite de la politique extérieure du roi de France puisque le négoce et les liens avec la compagnie de l’asiento constituent la troisième logique à l’œuvre dans l’attribution de faveurs. La personnalité de l’ambassadeur et son cursus étaient ici déterminants. Sensibilisé aux intérêts des négociants et soucieux de favoriser les relations commerciales entre les sujets français et espagnols, Amelot intervint à plusieurs reprises pour défendre une conception très politique du commerce, celle qui faisait de cette activité une colonne vertébrale des relations entre les deux couronnes.

93Ces trois logiques ne s’excluaient pas et pouvaient se compléter. Les relations personnelles et l’argent représentaient les deux puissants ressorts de la plupart des nominations et de la concession de différentes faveurs. En dépit de l’apparente rupture dans le personnel choisi par le roi pour le servir à la cour, remplir les principales charges du gouvernement et administrer ses royaumes, c’est finalement ici la continuité parfaite d’une pratique largement répandue dans l’Europe des rois du xviie siècle. Elle se trouvait ici seulement modifiée par l’intervention de l’ambassadeur, perturbant un fonctionnement classique qui faisait du favori, du principal ministre ou des chambres de Castille et des Indes, les voies d’accès traditionnelles à la faveur du roi.

Fidélité à la maison de Bourbon

94La fidélité est une notion clé des relations interpersonnelles dans les sociétés d’Ancien Régime. Comme nous l’avons déjà souligné, l’action déployée par l’ambassadeur Amelot ne ressemblait pas à l’activité d’un envoyé traditionnel. En outre, il n’avait pas seulement à défendre les intérêts d’un prince, mais ceux d’une alliance fondée sur des relations filiales et familiales fortes. La logique de fidélité à la maison de Bourbon doit donc être envisagée dans ces circonstances particulières de rapports étroits noués entre les cours de Madrid et Versailles.

  • 230 AHN, Estado, leg. 281, caja 1, lettre de Noailles à Grimaldo, 30 octobre 1706 ; AMAE, Cor. pol., Es (...)
  • 231 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 17 avril 1707, fo 259.

95Un officier espagnol pouvait ainsi recevoir une récompense sur la recommandation d’un chef de l’armée du Roi Très Chrétien. Le baron de Beck, commandant de Gérone, refusa par exemple d’ouvrir les portes de la ville aux troupes de l’archiduc. Ce geste ostensible de fidélité à Philippe V dans une Catalogne largement acquise aux Habsbourg, joint à une recommandation du duc de Noailles, qui commandait alors les troupes du roi de France dans le Roussillon, lui attirèrent la faveur du roi230 : il fut élevé au grade de lieutenant général des armées. Dans sa lettre de remerciement à Grimaldo, le duc de Noailles exprimait au secrétaire des dépêches sa gratitude pour avoir suivi son avis. Les soldats du roi d’Espagne ainsi repérés par les officiers français furent nombreux. Les archives contiennent plusieurs cas similaires transmis par les secrétaires d’État après qu’ils eurent reçu une lettre de recommandation231. Le circuit de la faveur du Roi Catholique se trouvait ainsi modifié par l’intervention des ministres du roi de France. Recourir au patronage d’un Grand ou d’un favori ne constituait plus l’unique moyen pour obtenir une place, un avancement ou une faveur. Avoir l’oreille d’un ministre, de l’ambassadeur ou d’un officier du roi de France garantissait souvent l’accès à la faveur royale. L’union des couronnes autorisait de tels agissements et s’en trouvait par là même renforcée.

96Pour les postes les plus importants, comme ceux des vice-rois des Indes, on peut affirmer que les nominations étaient systématiquement concertées entre les deux couronnes. Seul le Roi Catholique pouvait acter une décision mais celle-ci fut toujours prise avec le consentement de son grand-père. Le vice-roi de Nouvelle-Espagne et celui du Pérou constituaient des pièces centrales dans le dispositif de contrôle politique de la monarchie. Ils n’étaient pas seulement des grands seigneurs dont on nourrissait la clientèle par calcul ou stratégie, mais aussi des acteurs politiques de premier plan dans l’administration des possessions ultramarines. Le choix d’un Grand d’Espagne ou d’un puissant seigneur pour une vice-royauté correspondait également à des objectifs politiques. Durant la guerre de Succession, la fidélité et le contrôle des populations étaient primordiaux.

  • 232 Connu aussi sous le nom de marquis de la Jamaïque.
  • 233 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 janvier 1706, fos 91-94.
  • 234 La visite à la cour de France devint une sorte de passage obligé pour qui voulait obtenir un titre, (...)

97En 1706, Philippe V devait songer à proroger ou à remplacer le vice-roi de Nouvelle-Espagne. La lecture de la correspondance d’Amelot révèle les hésitations à ce sujet. La question dépassait largement le cadre de la personne du duc d’Albuquerque, puisqu’il fallait trouver un sujet si l’on souhaitait le remplacer. Le duc de Veragua232 sembla avoir les faveurs de Louis XIV dans un premier temps. Le roi de France demanda donc à son ambassadeur à Madrid de soutenir la candidature de celui-ci233. Venu à Versailles234, le duc avait sollicité l’appui du roi qui avait répondu à son ambassadeur qu’il s’en remettrait à son jugement.

  • 235 Lettre de Louis XIV à Amelot, 6 janvier 1706, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I (...)

Le marquis de la Jamaïque m’a fait supplier, avant son départ, de le recommander au roy mon petit-fils, pour lui faire obtenir la survivance de la vice-royauté du Mexique, le tems de celle du duc d’Albuquerque estant près d’expirer. Vous savez jusqu’à quel point je prétens porter ces sortes de recommandations. Je serois cependant bien aise que le duc de [Veragua] et son fils connoissent que je veux bien m’intéresser à ce qui les regarde235.

  • 236 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 décembre 1706, Versailles, fo 4 (...)
  • 237 Rosenmüller, 2008, p. 102.
  • 238 AGI, Gobierno, Mexico, leg. 477, exp. 7, lettre d’Albuquerque à Philippe V, 1er janvier 1706. Les f (...)

98La question du remplacement ou non d’Albuquerque à la vice-royauté de Nouvelle-Espagne devint rapidement un choix cornélien. Le duc d’Albuquerque sut se montrer suffisamment habile pour regagner les faveurs du roi et du secrétaire d’État de la marine, Jérôme de Pontchartrain. Albuquerque avait écrit à d’Iberville une lettre dans laquelle il faisait montre d’une inaltérable fidélité à son souverain : procédé rhétorique et manœuvre habile qui lui attirèrent les louanges de Pontchartrain236. La situation politique à l’été 1706, lorsque Philippe V quitta Madrid, incitait à ne pas presser le changement. Albuquerque s’illustra en poursuivant tous ceux qu’il suspectait de manquer de fidélité envers le petit-fils du roi de France237. Favorable à l’union des couronnes, il avait écouté les conseils d’un ingénieur français venu avec une escadre de Ducasse et qui lui avait indiqué les réparations à faire aux fortifications de Porto Rico238. Ces initiatives plaidaient pour son maintien à la tête de la vice-royauté. En 1708, soit six ans après sa première nomination et deux fois le terme du mandat achevé, Amelot ne cacha pas à Louis XIV la difficulté de le remplacer :

  • 239 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 octobre 1708, fo 214.

… le duc d’Albuquerque a remply deux fois le terme ordinaire de trois ans, il y a des plaintes infinies contre son gouvernement plus encore par rapport au service de Sa Majesté Catholique que par rapport aux peuples qu’il gouverne ; mais je ne crois pas que le Roy d’Espagne songe sitost à luy donner un successeur parce qu’on ne sçait absolument sur qui jetter les yeux pour cet employ239.

  • 240 AN, Marine, B7 246, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 6 juin 1707, fo 239 : Tinajero a informé d (...)
  • 241 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 octobre 1707, fo 32 ; AN, Marin (...)
  • 242 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 octobre 1707, fo 424.

99Les bruits de corruption étaient nombreux, mais Albuquerque restait irremplaçable. Il devait son renouvellement à Pontchartrain qui avait puissamment soutenu son maintien auprès du roi de France240. Le duc d’Albuquerque avait effectué une véritable campagne auprès du secrétaire d’État en appelant de ses vœux « l’union des couronnes » à de nombreuses reprises241. Au nom de celle-ci, il avait fermé les yeux sur le trafic des Français en mer du Sud242.

  • 243 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre du roi au duc d’Albuquerque, 3 septembre 1707, fo 225.
  • 244 Rosenmüller, 2008, p. 116.
  • 245 Saint-Simon, Mémoires, t. XIV, p. 284.
  • 246 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 3 septembre 1708, Madrid ; SHD, A1 2048, lettre d’Amelot (...)

100Ce Grand d’Espagne, à qui Louis XIV s’adressait en employant la formule « mon cousin243 », est représentatif de cette noblesse acquise à Philippe V et qui bénéficia en retour de faveurs pour prix de sa fidélité qui apparaissait dans bien des cas comme un appui. En effet, Francisco Fernández de la Cueva, Xe duc d’Albuquerque, appartenait à une famille dont la grandesse avait été donnée par Charles Quint, soit l’une des plus anciennes244. Grand de première classe, il avait été gentilhomme de la chambre de Charles II, capitaine général de la côte andalouse en 1695, il était également chevalier de Saint-Jacques. Il appartenait ainsi au sommet de la hiérarchie nobiliaire. Il était lié au duc de Medinaceli, par son mariage avec l’une de ses filles245. En 1707, il reçut la Toison d’or pour avoir envoyé un million d’écus à Philippe V246. Ses services et sa fidélité lui assurèrent des soutiens de poids et il resta en Nouvelle-Espagne jusqu’en 1709 en dépit des bruits persistants sur sa malhonnêteté.

  • 247 Moreno Cebrián, Sala i Vila, 2004, p. 20.
  • 248 Ibid., p. 21.
  • 249 Castan i Ranch, 1993, p. 271.

101Le deuxième vice-roi pour qui Amelot intervint fut le marquis de Castelldosrius. Les archives privées de ce noble catalan sont consultables à l’Arxiu Nacional de Catalunya. Elles contiennent de nombreuses lettres échangées avec des membres de la cour de Versailles, comme le duc de Beauvillier, le duc de Gramont, le comte de Pontchartrain, Chamillart, Sainctot ou des hommes du roi servant dans la marine ou les finances comme Ducasse et Crozat. Les quelques lettres échangées entre le marquis et Amelot mettent en valeur les liens noués entre les deux cours. Désormais, les seigneurs de Madrid et de Versailles entretenaient des contacts voire des correspondances. Les relations entre les deux monarchies de 1701 à 1709 se déclinaient ainsi dans les rapports que les principaux serviteurs de Philippe V et de Louis XIV pouvaient entretenir entre eux. Manuel de Sentmenat-Oms de Santa Pau y de Lanuza, marquis de Castelldosrius, Grand de première classe, était issu d’un lignage catalan247. Après avoir étudié la philosophie et obtenu un doctorat à l’université de Barcelone en 1665, il commença une carrière dans les armes. Capitaine de cavalerie, il participa aux campagnes dans le Roussillon menées contre Louis XIV entre 1674 et 1675. Il vécut de près les affrontements entre le Roi Catholique et le roi de France : à Gérone en 1675, comme gouverneur de Castell-Leó dans le Val d’Aran (1676), puis de Tarragone (1677-1680). Vice-roi du royaume de Majorque (1688-1691) durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, il fut choisi par Charles II pour lui servir d’ambassadeur au Portugal, puis à Versailles, où il apprit la mort de son roi et le contenu du testament. Francophobe durant le règne de l’ultime souverain de la maison d’Autriche248, il s’accommoda fort bien du changement. C’est à lui que fut attribuée la formule « Désormais, il n’y a plus de Pyrénées », lorsque Louis XIV présenta le duc d’Anjou comme le nouveau roi d’Espagne. Sa famille bénéficia très largement des largesses des deux rois de la maison de Bourbon. Issu d’un lignage aristocratique ancien, il fait figure d’exception dans la noblesse catalane largement acquise à l’archiduc Charles ou Charles III. Il constituait d’ailleurs un atout pour Philippe V, en premier lieu grâce à ses nombreux liens avec les différents membres des institutions catalanes comme la députation (Diputació), le Conseil des cent (Consell de Cent) ou le Bras militaire (Braç militar)249. Ses charges et sa position d’homme de confiance de Charles II puis de Philippe V l’érigeaient au rang d’intermédiaire utile entre le roi et le principat de Catalogne.

  • 250 AHN, Consejos, lib. 8976, exp. 151, Real despacho octroyant la grandesse au marquis de Castelldosri (...)
  • 251 Moreno Cebrián, Sala i Vila, 2004, p. 22.
  • 252 Ibid., p. 32.
  • 253 Ibid., p. 29.
  • 254 Ibid., p. 31.
  • 255 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, A, no 1, Mémoire des sommes versées par la compagnie de l’Asiento à (...)

102Cette qualité ne fut sans doute pas étrangère aux multiples faveurs qu’il reçut. L’honorer permettait de mettre en valeur la bonté du souverain envers ses sujets les plus fidèles. Il obtint rapidement la grandesse en 1701250, puis la vice-royauté du Pérou en 1702251. Les circonstances de la guerre retardèrent son départ au point qu’il dut solliciter l’aide d’Amelot. Il n’atteignit Lima qu’en 1707. Les opérations navales en Méditerranée et dans l’Atlantique l’avaient contraint à attendre à Cadix durant trois années (1703-1706). Durant cette période, il souffrit d’une gêne financière. Il dut recourir aux prêts de banquiers comme Flon, Morales et Hubrecht252. Il sollicita l’aide de Pontchartrain pour obtenir un crédit de la compagnie de l’asiento253. Si Alfredo Moreno Cebrián et Núria Sala i Vila ont souligné la difficulté de connaître l’ensemble des prêts qu’il contracta à Paris et à Cadix avant son départ254, un document conservé aux archives des Affaires étrangères à Nantes atteste que la compagnie de Guinée lui avança 110 500 livres en 1704255.

103La correspondance entre Amelot et Castelldosrius, dont neuf lettres sont conservées dans les archives du marquis catalan, révèle un jeu de recommandations subtil. En échange du soutien de la cour de France, Castelldosrius se montrait attentif aux sollicitations de l’ambassadeur à Madrid. Le marquis demanda ainsi à Amelot d’intervenir pour presser son départ vers le Pérou. Le nouveau vice-roi du Pérou lui avait également recommandé son fils, Don Antonio. L’ambassadeur l’assura de son soutien, comme il l’avait déjà fait verbalement :

  • 256 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 14 juille (...)

Monseigneur, la recommandation dont V. E. s’est servi pour me transmettre les mérites du Sieur Dn Antonio, le fils de V. Excellence, n’était pas nécessaire pour que je le serve avec une particulière attention en tout, comme je vous l’ai assuré verbalement256.

  • 257 Il s’agit de la llave capona, c’est-à-dire une clef d’or portée à la ceinture. Elle distinguait, pa (...)
  • 258 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Torcy, 20 juin 1707, fos 258-259.
  • 259 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 12 févrie (...)
  • 260 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1241.15.8, lettre de Castelldosrius à Amelot, 28 févrie (...)
  • 261 Lohmann Villena, 1964, p. 231.

104Le fils du marquis de Castelldosrius bénéficia ainsi de la faveur de son père et reçut une « clef capone257 » en 1707258. Amelot recommanda à son tour un sujet du roi d’Espagne. La dynamique de la faveur ne fonctionnait pas à sens unique, au seul bénéfice de Castelldosrius. Il lui appartenait ainsi de répondre aux bonnes dispositions de l’ambassadeur concernant ses affaires en veillant au sort de Don Antonio de Santo Domingo de la Pressa, dont on ne sait rien, si ce n’est qu’Amelot écrivit en sa faveur259. Castelldosrius garantit que le protégé d’Amelot bénéficierait de « l’appréciable recommandation260 » de l’ambassadeur. Ce sujet du roi d’Espagne accompagna Castelldosrius en Amérique, pour une question d’héritage selon le marquis261.

  • 262 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 17 novemb (...)

105Cet échange de lettres matérialisait les liens d’entraide entre l’ambassadeur et le vice-roi. Il rappelle combien ces relations entre un Grand et l’ambassadeur du roi, souvent peu repérables dans la documentation, constituaient la voie normale de la conduite des affaires à la cour de Madrid. Les usages courtisans et les formules de politesse, comme la « ferme amitié » (firme amistad262) dont Amelot assurait Castelldosrius, ne se réduisent pas seulement à un exercice rhétorique banal mais sont parfois les indicateurs d’un jeu de services et de soutiens sur lequel l’ambassadeur de Louis XIV s’appuyait pour défendre les intérêts de son souverain.

  • 263 Sáenz-Rico Urbina, 1978.
  • 264 Lohmann Villena, 1964.
  • 265 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1241.15.8, copie d’une lettre de Castelldosrius à Amelo (...)

106Toutefois, à l’inverse du duc d’Albuquerque, le marquis de Castelldosrius ne fut pas renouvelé dans sa charge. Rapidement, Amelot manifesta son mécontentement à l’égard de l’action du vice-roi. En 1709, Castelldosrius fut déstabilisé par les critiques ouvertes contre son gouvernement. Plusieurs documents, déjà analysés par Alfredo Sáenz-Rico Urbina263 et Guillermo Lohman Villena264, ont révélé comment la décision de ne pas renouveler le marquis s’imposa entre l’été 1708 et le printemps 1709. Le marquis ne fut pas destitué, car il mourut avant l’arrivée de son successeur, le duc de Linares, en 1710. Là encore, les lettres échangées entre l’ambassadeur et le vice-roi montrent combien le représentant de Louis XIV était profondément intégré dans le gouvernement de Philippe V. Elles témoignent aussi, sur un autre registre dont nous avons déjà parlé, de l’importance des conversations et de la circulation des informations dans les affaires de la cour. Alerté par les bruits et les critiques qui couraient à son sujet, Castelldosrius adressa immédiatement à Amelot une lettre dans laquelle il se justifiait265. Il disait avoir appris par son frère qui avait conversé avec Amelot quelques jours auparavant, que l’ambassadeur se plaignait de lui, réprouvait sa conduite, parlant même de « dégoût » à son égard, et il affectait de ne pas comprendre cette disgrâce alors qu’il avait tout tenté pour s’attirer la bienveillance du marquis.

  • 266 Sáenz-Rico Urbina, 1978, pp. 121-122 ; Lohmann Villena, 1964, p. 221.
  • 267 Sáenz-Rico Urbina, 1978, pp. 124-125.
  • 268 Lohmann Villena, 1964, p. 222.

107Dans le document préparé par Nicolas Manrique, du Conseil des Indes, et remis à Philippe V en 1709, il était reproché au vice-roi de n’avoir pas fêté la naissance du prince des Asturies avec suffisamment d’éclat, de manquer d’application aux affaires, de s’en remettre à l’une de ses créatures, de ruiner son crédit, de couvrir les fraudes, de n’assurer aucun contrôle des mines d’or et d’argent et de ne pas assister correctement Callao et Panamá266. De plus, le vice-roi s’était attiré de vives critiques de la part du capitaine Chabert qui commandait l’escadre du roi de France chargée de veiller au retour des métaux précieux267. Une série d’incompréhensions entre les deux hommes envenima la situation, sans doute car ils n’interprétaient pas les ordres de la même manière ou parce que ceux-ci étaient contradictoires268.

  • 269 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1241.15.8, lettre de Castelldosrius à Amelot, 17 août 1 (...)
  • 270 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, lettre de Castel dos Rios à Torcy, 31 août 1708, fos 318-320.

108Parmi les critiques, celle qui concernait les fraudes apparaît d’autant plus importante qu’elle était énoncée de manière vague. En effet, on reprochait au marquis de Castelldosrius de laisser les navires étrangers commercer librement, alors que les lois des Indes interdisaient la participation des étrangers comme les Français. Or, dans un document rédigé par un membre du Conseil des Indes souvent présenté comme hostile à Philippe V et à l’intrusion des Français dans l’empire espagnol, cette critique n’était pas anodine. Accusé de percevoir des pots-de-vin représentant 20 % à 25 % de la valeur des marchandises, le vice-roi, comme la plupart de ses prédécesseurs, couvrait le commerce interlope. Il récriminait contre un commerce dont il tirait pourtant profit officieusement. Castelldosrius se plaignit à Amelot et à Torcy du mal que causait cette pratique à l’activité économique de l’Amérique espagnole alors que lui-même fraudait également. Dans une lettre adressée à l’ambassadeur, il s’emportait contre les Français accusés de ne pas payer le droit de quint qui constituait pourtant « le nerf principal du trésor royal » (el nerbio principal de la Rl Hacienda269). De surcroît, il commit la maladresse de s’en plaindre au secrétaire d’État des affaires étrangères270.

  • 271 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 26 décemb (...)

109De plus, le manque d’application du vice-roi concernant les expéditions de métaux précieux constituait une faute politique d’autant plus grave que les circonstances rendaient ces approvisionnements absolument indispensables pour la conduite de la guerre. Lorsqu’Amelot avait écrit à Castelldosrius au moment de son départ, il avait particulièrement insisté sur ce point271.

110Il s’agissait d’une question à laquelle l’ambassadeur était particulièrement sensible. D’ailleurs, lorsqu’il écrivit à Pontchartrain pour l’informer de la déposition du vice-roi, il soulignait le manque de rapidité du vice-roi à envoyer des fonds comme motif de son rappel :

  • 272 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 juillet 1707, fo 6 et lettre de Pontchartra (...)
  • 273 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 15 avril 1709, Madrid. Voir aussi l’extrait de la (...)

On ne peut au reste assez s’étonner de la froideur du marquis de Castel dos Rios, qui suivant la lettre de Mr de Chabert, est demeurer [sic] deux mois entiers dans l’inaction, et sans songer le moins du monde à faire les diligences pour ramasser de l’argent, dont le Roy son maître l’avoit si expressément chargé272. Il est venu ici des représentations atroces contre la conduite indigne de ce vice-roy. Mr de Chabert pourra vous en instruire au vrai. […]
C’est une suite de la mesme indolence du vice-roy pour tout ce qui n’est point son intérest propre, que le refus de payer l’assignation de deux cent quarante huit mille trois cent quatre vingt une piastres donnée depuis longtemps par le Roy d’Espagne sur les caisses du Pérou pour remboursement de dépenses faites par votre marine pour son service, et dont vous aviez chargé Mr de Chabert273.

  • 274 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 janvier 1709, Madrid, fo 93vo.
  • 275 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre de Pontchartrain à Amelot, 8 mai 1709, Marly, fos 399-402.

111Amelot se prononça rapidement en faveur de son remplacement alors que le duc d’Albuquerque fut maintenu à son poste274. Il informa Louis XIV qui approuva le jugement de son ambassadeur275. En perdant le soutien de l’ambassadeur, Castelldosrius perdit également celui du roi de France. Sa déposition appartenait à Philippe V mais on ne peut douter qu’Amelot l’ait fortement appuyée.

112Le marquis de Castelldosrius et le duc d’Albuquerque illustrent ainsi deux parcours différents mais qui s’inscrivent dans une même logique, celle du bénéfice personnel retiré de leur fidélité à la maison de Bourbon. Ils reçurent tous les deux la faveur d’être nommés vice-rois dans l’Amérique espagnole, qui offrait de nombreuses ressources et un enrichissement certain. Leur fidélité n’avait pas de prix pour un pouvoir encore fragile et contesté à l’extérieur. L’ancienneté d’appartenance du duc d’Albuquerque à la grandesse le plaçait au sommet d’une hiérarchie nobiliaire et faisait de lui un soutien capital. À l’inverse, le marquis de Castelldosrius, d’une noblesse plus récente, permettait de montrer la générosité de Philippe V envers les sujets catalans qui lui restaient attachés.

113Ces deux exemples soulignent également l’importance accordée à l’Amérique espagnole. L’attention portée par le roi de France, ses ministres et son ambassadeur à Madrid met en lumière, une fois de plus, la centralité de ces territoires, trop souvent décrits comme périphériques, dans les relations entre les deux couronnes. En réalité, les possessions américaines constituaient une forme de trait d’union entre les deux monarchies. Albuquerque, qui défendait l’idée d’une « union des couronnes », ou Castelldosrius, qui fut le premier à saluer Philippe V, incarnaient le rapprochement désiré.

114Si le duc d’Albuquerque et Castelldosrius reçurent au plus haut niveau les faveurs et les grâces des deux rois, ils ne furent pas les seuls, car la protection royale ne se limitait pas à leur personne mais s’étendait également à leur lignage et leurs réseaux.

  • 276 Ballesteros Robles, 1912, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur.
  • 277 Pavia, 1873, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur.
  • 278 Álvarez y Baena, 1789-1791, t. IV, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur.

115La famille Gutiérrez de Los Ríos est emblématique des lignages qui surent mettre à profit leur fidélité à Philippe V. Le choix du père orienta ceux de ses fils et la faveur royale récompensa l’ensemble de la parenté. À l’arrivée du duc d’Anjou, Francisco Diego de Los Ríos, IIIe comte de Fernán Núñez, avait deux fils : Pedro José et José Diego. Né en 1650, il avait été ambassadeur du Roi Catholique auprès de l’empereur, des rois de France, de Pologne et de Suède276. Capitaine général de l’artillerie et de la marine de la mer Océane (l’Atlantique), il s’illustra ainsi au service de la maison d’Autriche sans que cela lui nuise par la suite. Son fils aîné, Pedro José, servit également dans la marine, notamment à Vigo en 1702277. Enfin, José Diego, le second fils de Francisco Diego, commanda les galères et assura la postérité du lignage278.

  • 279 AN, Marine, B2 185, lettre de Pontchartrain à Los Ríos, 22 juillet 1705, fo 291 ; Pontchartrain à L (...)
  • 280 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 18 février 1706, fo 248.
  • 281 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, série de lettres de membres de la famille Los Ríos, mars 1706, fos 2 (...)
  • 282 En avril la décision n’était pas encore avalisée alors que Philippe V avait donné son accord en déc (...)
  • 283 Los Ríos aurait servi la marine de France pendant quatre ans. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre (...)
  • 284 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 31 janvier 1706, Versailles, fo 240vo.
  • 285 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Torcy, 12 mai 1706, fo 36.
  • 286 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 septembre 1706, fos 160-163.

116Durant la guerre de Succession, les différents membres de la famille Los Ríos servirent dans les armées de deux couronnes. Leur connaissance de la mer attira sur eux la bienveillance de Pontchartrain. Le comte de Los Ríos avait pris le soin d’adresser au secrétaire d’État un projet de règlement pour la marine alors en préparation279. L’ambassadeur Amelot fut rapidement sollicité pour soutenir leur position à la cour. Il devait obtenir la survivance de la charge de capitaine général de la mer océane (Capitán general del mar Océano) pour Pedro José de Los Ríos280. La demande de cette transmission ainsi que du poste de vice-roi de Nouvelle-Espagne pour Francisco Diego firent l’objet d’une série de courriers adressés à Versailles afin d’obtenir le soutien du roi de France281. La décision tardant282, Pontchartrain avertit Amelot que Louis XIV s’étonnait des difficultés faites à l’octroi de la survivance de la charge. Il semblerait que les services rendus par Pedro José dans la marine aient déplu. Comme le secrétaire d’État le souligna : « Ce refus a fait de la peine au roy. On ne parviendra pas à unir les nations lorsqu’on cherchera à fatiguer ceux qui viennent apprendre à servir dans le royaume283 ». Torcy apporta également son concours pour obtenir la faveur souhaitée et rappela une nouvelle fois le sentiment du roi sur cette question284. Amelot répondit aux injonctions répétées et sollicita de la reine d’Espagne, Philippe V étant alors parti en campagne, l’ordre nécessaire285. Pedro José Gutiérrez de Los Ríos alla donc prendre son commandement à Cadix peu de temps après286.

  • 287 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 24 octobre 1706, Versailles, fos 2 (...)
  • 288 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, lettre de Pontchartrain à Amelot, 31 août 1708, Fontainebleau, fo 29 (...)

117Quelque temps après, la famille Los Ríos obtint une seconde faveur : José Diego, le deuxième fils du comte, reçut la charge du généralat des galères287. Ce type de navire ne correspondait plus aux vaisseaux privilégiés pour mener des combats navals mais il servait surtout à surveiller les côtes, combattre les Barbaresques et, dans le contexte de la guerre de Succession, dissuader les escadres anglaises d’attaquer trop aisément les possessions des deux couronnes. José Diego remplit ainsi plusieurs missions en assurant, par exemple, le transfert des galères de Marseille à Carthagène288.

  • 289 AN, Marine, B2 200, lettre de Pontchartrain à Amelot, s. d., fo 377.
  • 290 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Torcy, 12 mai 1706, fo 36.
  • 291 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 mai 1707, fos 313-317.
  • 292 AN, Marine, B2 201, lettre de Pontchartrain à Amelot, 19 juin 1707, fo 617.
  • 293 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre de Torcy à Amelot, 25 juillet 1707, fo 34.
  • 294 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 31 juillet 1707, fo 520.
  • 295 AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 18 juillet 1707, fos 187-193, ici fo 188vo(...)
  • 296 Charlevoix, Histoire de l’isle espagnole, t. II, pp. 328 et 336.
  • 297 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Pontchartrain à Amelot, 17 août 1707, fos 169-170.
  • 298 AN, Marine, B7 470, « Traduction d’une lettre écrite à Madrid », 15 août 1707.
  • 299 AN, Marine, B7 470, libelle de Fernán Núnez, s. d., fos 429-431.
  • 300 AN, Marine, B7 470, minute d’une lettre de Fernán Núñez à Pontchartrain, 7 septembre 1707, fo 527.
  • 301 Dedieu, 2001, p. 389.

118La famille Los Ríos vit ainsi sa fidélité récompensée. Son attachement à Philippe V lui permit d’obtenir la survivance de la charge du premier fils et la nomination du deuxième fils au généralat des galères. Des ministres français, le secrétaire d’État de la marine était celui qui défendait le plus vigoureusement les intérêts de la famille en sollicitant des places pour ses membres, en réclamant le paiement de leurs appointements289 ou en demandant qu’ils puissent exercer leur charge290 tout simplement. Pontchartrain appuya ainsi la candidature de Francisco Diego pour la « présidence de Saint-Domingue291 », c’est-à-dire la présidence de l’audience, siège de l’administration judiciaire. Le président de l’audience était aussi le gouverneur et le capitaine général de l’île. Ducasse approuvait cette proposition. Pontchartrain renouvela sa demande à Amelot292 et Torcy l’appuya également293. Pontchartrain exigea de son agent, Daubenton, qu’il défendît cette prétention du comte de Fernán Núñez294. Mais Amelot fit savoir qu’il ne pourrait « faire nommer295 » Los Ríos comme président de Saint-Domingue parce que les ministres du despacho et du Conseil des Indes lui attribuaient la perte de Cartagena. En effet, cet important poste avait été pris en mai 1697, alors que Francisco Diego de Los Ríos en était le gouverneur, par une escadre de Pointis soutenue par les flibustiers de Ducasse, qui gouvernait alors la partie française de Saint-Domingue296. La place ayant été pillée à deux reprises, en mai et en juin de la même année, le butin colossal pris aux Espagnols (9 millions de livres) avait poussé le Roi Catholique à consentir à la paix. Même si Pontchartrain297 soutenait Fernán Núñez en clamant qu’il n’était pas responsable de ce désastre, le souvenir de cet événement marquait encore les esprits. Le comte prit également la plume pour défendre les intérêts de Philippe V. Dans un libelle qu’il rédigea en réponse à un écrit qui circulait alors dans Madrid298, il attribuait au règne précédent le désordre dont on accusait le gouvernement299. Pour être sûr de sa démarche, le comte avait consulté Amelot pour savoir si cet écrit lui plairait300. Prendre la plume pour défendre la légitimité et l’autorité de Philippe V permettait de s’attirer une faveur ou d’obtenir une promotion301.

119La fidélité constituait ainsi un élément clé et un facteur déterminant dans la captation de la faveur royale. Toutefois, elle ne se manifestait pas seulement sur un champ de bataille ou dans l’exercice d’une charge. Fournir de l’argent était aussi un moyen de témoigner sa fidélité au roi. La guerre, dont l’enjeu dépassait la seule possession de territoires en visant à établir une nouvelle lignée, imposait de concentrer le maximum de ressources dans les opérations militaires. Dans ce contexte de recherche de fonds toujours plus rude, la faveur royale ne se méritait pas seulement, elle pouvait aussi s’acheter. La vénalité des principaux offices et des grandes charges ne doit pas être envisagée comme un système en concurrence avec les liens de fidélité que l’on vient d’évoquer mais comme un outil pour les renforcer.

L’argent

  • 302 AN, Marine, B7 467, extrait d’une lettre de Don Fernando Chacón Medina y Salazar (Cadix) : il n’a p (...)
  • 303 AGI, Indiferente General, leg. 138, no 81, « Relación de servicios del mariscal de campo, Dn Fernan (...)
  • 304 AN, Marine, B7 248, extrait d’une lettre de don Fernando Chacón Medina y Salazar (Madrid), août-oct (...)
  • 305 Viera y Clavijo, 1860, t. III, p. 334.
  • 306 AGI, Contratación, leg. 580, no 5, « Autos sobre los bienes del teniente general de la armada Ferna (...)

120Fernando Chacón Medina y Salazar est l’exemple type de l’officier espagnol qui bénéficia des recommandations que les ministres français pouvaient faire en sa faveur. Il apparaît dans la correspondance de Pontchartrain à la fin de l’année 1706, lorsqu’il sollicita sa recommandation. Il souhaitait avoir son appui auprès d’Amelot302. Trois mois après, Chacón obtint satisfaction en recevant l’expectative d’une place aux Canaries, en d’autres termes la promesse qu’il en deviendrait gouverneur dès que le poste serait vacant303. Signe de l’intervention de Pontchartrain et d’Amelot en sa faveur, il remercia le ministre et lui offrit ses services304. Comme beaucoup, il avait dû verser une somme d’argent conséquente dans le trésor du roi pour obtenir cette place : il aurait payé 4 000 doublons305. Chevalier de Saint-Jacques, il remplit sa charge de gouverneur avant de regagner les Indes où il mourut en 1721306.

  • 307 Saint-Simon, Mémoires, t. XXXIX, pp. 195-196.

121Joseph-Benoît de Lanzos Taboada, comte de Maceda, sut aussi joindre des secours en argent pour convaincre du bien-fondé de sa demande. Il versa 6 000 pistoles pour obtenir une grandesse qu’il reçut en décembre 1709. Ce paiement était connu puisque la Gazette et la Gazette d’Amsterdam en firent état307. Spinola avait également fait savoir par l’un de ses fidèles qu’il souhaitait la grandesse. Le jugement d’Amelot est emblématique de son souci de faire sourdre l’argent de toute part en profitant des désirs de tous ceux qui souhaitaient obtenir une faveur ou une grâce du roi :

  • 308 AMAE, Cor. pol., Esp., lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 septembre 1708, fos 48vo-49.

On a fait entendre à ce gentilhomme que quelques bonnes que fussent ces raisons, le roy d’Espagne n’estoit pas disposé à faire de nouveaux Grands, à moins que le prince Spinola, dans les besoins presens, ne joignit un secours d’argent au mérite, et autres avantages qui se trouvoient en sa personne308.

  • 309 Lettre de Louis XIV à Amelot, 1er octobre 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. (...)

122Le prince Spinola offrit 50 000 écus et obtint la grâce convoitée. Il convenait ainsi de joindre des secours financiers aux mérites pour espérer recevoir une faveur du roi. Louis XIV regretta seulement que « les premières dignités du royaume d’Espagne soient vendues à prix d’argent309 ».

  • 310 Andújar Castillo, 2007, pp. 68-88.
  • 311 Antoine Crozat, receveur général des finances de Bordeaux, beau-frère de Le Gendre et de Doublet, d (...)
  • 312 AN, Marine, B7 245, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 6 mars 1707, fo 24.
  • 313 Andújar Castillo, 2008, pp. 87 et 264.

123Tout ce que le roi pouvait attribuer — places, charges, dignités ou titres — était ainsi cédé au plus offrant. La vénalité de la faveur avantageait le candidat le plus généreux, celui qui donnait plus que son concurrent. Les ventes ne concernaient pas seulement les charges vacantes mais aussi toutes celles qui allaient venir à l’être. C’est ce que l’on appelait les ventes par anticipation. Les ministres et les intermédiaires, comme Amelot, Grimaldo, Juan de Goyeneche310, le trésorier de la reine, ou encore le banquier Flon, profitaient ainsi de la compétition à laquelle la vénalité donnait lieu. Outre la fidélité et une générosité pécuniaire, un sollicitant pouvait joindre les puissantes recommandations de la Compagnie de Guinée. En effet, les directeurs de celle-ci faisaient connaître aux ministres les officiers qu’il convenait de soutenir. Toribio Rodríguez de Solís obtint ainsi la présidence de la province de Guadalajara au Mexique, où il avait servi avec approbation. Il avait payé 20 000 écus au roi d’Espagne. Ce sujet du roi d’Espagne avait reçu la protection de Crozat311, intéressé dans les activités de la Compagnie312. Il acheta également une charge d’auditeur (oidor) pour son parent Jean-Prosper. Le montant global de l’argent versé dans les caisses du roi s’élevait à 300 000 réaux313.

Le commerce

124Toribio Rodríguez de Solís, outre le paiement qu’il procurait pour sa charge, pouvait se prévaloir du soutien d’un directeur de la Compagnie de Guinée. Il ne fut pas le seul à profiter de ce type de recommandation.

  • 314 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 28 septembre 1705. Voir également l’extrait d’une (...)

125Durant l’ambassade d’Amelot, les gens du négoce apparaissent plus souvent dans les correspondances et leurs interventions sont plus visibles que lors des ambassades précédentes. Amelot était lié aux milieux négociants malouins. Il prenait personnellement leur défense et tentait de les soutenir lorsqu’ils se trouvaient en procès. Si ses prédécesseurs avaient eux aussi montré une certaine sollicitude envers les négociants, Amelot en faisait, pour sa part, un des marqueurs de son action. Il se flatta ainsi d’avoir soutenu des marchands de Málaga par son entremise au Conseil de guerre314.

  • 315 Butel, 1988, p. 21.
  • 316 Hrodej, 1999.
  • 317 Trésorier du duc d’Orléans. Frostin, 1971, p. 318.
  • 318 Thomé était trésorier général des galères, un emploi qui lui avait été assuré par le duc de Vendôme
  • 319 Lévy, 1969.
  • 320 Frostin, 1971, p. 313 ; Lévy, 1969, p. 450.

126Comme l’a bien mis en évidence Charles Frostin, Amelot appartenait à ce « parti américain315 » organisé autour de Pontchartrain, Ducasse316 et Vendôme, figures connues auxquelles il faut ajouter les financiers Crozat, Samuel Bernard, Le Gendre, Doublet317, Thomé318, Lépine-Danycan, ainsi que l’entourage du duc de Vendôme. Tous ces noms étaient unis par des liens très divers, qu’ils soient familiaux, financiers ou de clientèles319. En 1708, par exemple, le fils d’Amelot épousa Marguerite-Pélagie Lépine-Danycan, fille du négociant malouin. Preuve de la solidité des liens ainsi noués entre la famille de l’ambassadeur à Madrid et le milieu des financiers, la petite-fille d’Amelot épousa le fils d’Antoine Crozat, grand financier durant la guerre de Succession d’Espagne320.

  • 321 Ibid.
  • 322 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre de Pontchartrain à Amelot, 15 juillet 1705, Marly, fos 24-25  (...)
  • 323 Hrodej, 1999.

127Ce groupe représentait effectivement un véritable « parti américain ». Crozat, Bernard, Le Gendre, Doublet et Lépine-Danycan étaient tous intéressés dans la Compagnie de Guinée qui avait obtenu, par un traité signé en juin 1701, le privilège de l’asiento, c’est-à-dire l’autorisation d’importer des esclaves dans les possessions espagnoles321. La défense de cette compagnie fut l’un des impératifs donnés à Amelot par Jérôme de Pontchartrain322. C’est à ce titre qu’il travailla en étroite collaboration avec Ducasse323, gouverneur général de Saint-Domingue et représentant de la Compagnie de Guinée en Espagne.

  • 324 Pontchartrain exigea de Daubenton de savoir si Louis Chacón était fidèle ; AN, Marine, B2 196, lett (...)
  • 325 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, Série A, no 5, lettre sans date de Crozat et de La Boulaye à Daubent (...)

128La Compagnie adressait directement ses lettres de recommandation à Ambroise Daubenton, commis chargé de la marine à Madrid, ou à Pontchartrain. Ensuite, cette demande était relayée à l’ambassadeur et à Grimaldo afin qu’ils favorisent le protégé. L’exemple le plus significatif est sans nul doute celui de Bartolomé de Ponte. Peu après la mort du gouverneur de La Havane, Villarin, un certain Louis Chacón le remplaça au cours de l’année 1706. Ce sujet du roi d’Espagne déplut à la Compagnie de l’asiento qui invita Pontchartrain à obtenir son changement324. Crozat et La Boulaye, directeurs de la compagnie, insistèrent auprès de Daubenton en proposant le nom de Bartolomé de Ponte325. Le caractère stratégique de La Havane, située sur la route de retour des navires présents dans le golfe du Mexique, avait incité les directeurs à se mobiliser pour obtenir une nomination qui favoriserait leurs trafics. Ils insistaient sur la fidélité et la bonne disposition de Bartolomé de Ponte à l’égard des « intérêts des deux couronnes », ce qui montre combien les intérêts du Roi Catholique, ceux du roi de France et ceux de la Compagnie se confondaient.

129Cet exemple souligne la conjonction d’impératifs commerciaux, politiques et diplomatiques. « L’union des couronnes » a donc bien existé comme un argument et un principe d’action au service d’une conception des relations entre les deux monarchies.

  • 326 AN, Marine, B7 469, extrait d’une lettre de Don Bartolomé de Ponte (Madrid) : il a reçu l’expectati (...)
  • 327 AGI, Gobierno, Santa Fe, 504, cité dans Mena García, 1982, p. 120.
  • 328 AN, Marine, B7 246, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 29 mai 1707, fos 183-190.

130Bartolomé de Ponte ne fut pas nommé gouverneur de La Havane mais il reçut l’expectative d’un gouvernement situé sur les routes du commerce de l’Amérique espagnole, celui du Guatemala326. Bénéficiaire des recommandations de l’asiento, il devint par la suite gouverneur et capitaine général de la province de Santa Marta327. Il ne fut pas choisi pour La Havane mais décrocha toutefois un poste envié et très surveillé par Pontchartrain. Le secrétaire d’État de la marine avait obtenu le rappel d’un gouverneur de cette place qui lui avait déplu328.

131À la lecture de la documentation disponible, la nomination de Bartolomé de Ponte semble donc régulière. Seul le recoupement des archives permet de voir derrière un processus normal, l’intervention de la Compagnie de l’asiento auprès de Pontchartrain et Daubenton. Ces traces, aussi ténues soient-elles, mettent en évidence les altérations de la faveur au profit des relations entre les couronnes. Au nom de leur intérêt commun et de sa fidélité à cette cause, Bartolomé de Ponte poursuivit sa carrière d’officier du Roi Catholique sans difficulté. Le changement dynastique ne provoqua pas seulement des ruptures et des transformations. Philippe V et ses ministres surent conduire une politique de gestion des hommes et des administrateurs au seul profit du monarque. Enfin, cela mérite encore une fois d’être souligné, de Ponte versa 5 000 pesos dans les coffres du trésor royal pour obtenir son poste à Santa Marta.

  • 329 Burkholder, Chandler, 1982, p. 317.

132La seule recommandation de la Compagnie de l’asiento ne suffisait pas, comme le montre l’exemple de la nomination de José Santiago Concha comme oidor à Lima. Santiago Concha était également le juge conservateur de la Compagnie et donc acquis à ses intérêts. Il était né à Callao, au Pérou, d’un père natif de Santander, et avait étudié le droit civil et le droit canon, dont il fut licencié en 1686. En 1692, Charles II l’avait nommé alcalde del crimen surnuméraire à Lima contre un versement au trésor royal oscillant entre 16 000 et 22 000 pesos329. À propos de sa nomination comme oidor, Amelot écrivait à Pontchartrain, sans plus de ménagement ou de discrétion :

  • 330 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 2 juillet 1708, Madrid.

… nous ne sommes pas dans un temps à donner de pareils postes tout à fait gratuitement, j’ay fait entendre au Sr Hubrecht, Directeur de la Compagnie, que c’estoit à condition de porter à la trésorerie de la guerre cinq cent pistoles d’or, ce qu’il a trouvé plus que raisonnable330.

  • 331 AGI, Lima, leg. 401, 1680-1761, Relaciones de méritos y memoriales ; AGI, Pasajeros, leg. 14, exp.  (...)

133Amelot transmettait ainsi directement ses exigences financières à l’un des directeurs de la Compagnie. Le ton direct, franc et sans détours souligne l’aisance de l’ambassadeur à réclamer de l’argent pour les coffres du roi en échange d’une nomination. José Santiago Concha paya et obtint sa place de oidor, officiellement le 8 janvier 1709 mais en réalité, dès août 1708, l’ensemble des démarches nécessaires avait été accompli. Il est, comme les cas évoqués précédemment, un exemple de ces officiers qui adaptèrent leur carrière au changement de souverain. Il paria sur Philippe V et obtint ainsi les soutiens nécessaires pour gravir les échelons de l’administration aux Indes. Après avoir recueilli le bénéfice du soutien de la Compagnie de Guinée, il continua de servir Philippe V, y compris lorsque celui-ci se montra hostile au commerce interlope des Français en Amérique. Nommé au Chili, où il assura l’intérim du gouverneur de mars à décembre 1717, il travailla à éliminer le trafic des marchands français sur les côtes. Parallèlement à sa carrière dans l’administration, il se constitua une fortune et obtint le titre de marquis de Casa Concha en 1718331.

  • 332 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, « Réflexions sur le mémoire d’Amelot concernant l’affaire des laines (...)
  • 333 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 12 mai 1706, fos 151-153.
  • 334 Zabala, 2006 ; sur le commerce, on se reportera avec profit à Bilbao, 2003.
  • 335 AN, G7 1421, copie de la lettre d’Amelot à Pontchartrain, 16 mars 1707, Madrid ; AMAE, Cor. pol., E (...)
  • 336 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Lépine-Danycan, La Lande Magon et La Chipaudière Magon, 9 mars 17 (...)
  • 337 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Ferrand, 12 mai 1707 ; AN, G7 1092, lettre d’Orry à Chamillart, 5 (...)
  • 338 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Ferrand, 16 mai 1707.

134Enfin, il faut évoquer le cas de José Alonso de Páramo. Les sources dans lesquelles ce personnage apparaît révèlent en effet une fois encore combien Amelot avait partie prenante dans l’octroi de différents postes et éclairent sa capacité à accélérer le négoce conçu dans le cadre des relations entre les deux couronnes. Membre de la junte chargée332 de réorganiser le commerce des laines, Alonso de Páramo fut repéré par l’ambassadeur qui le choisit pour être le juge de la contrebande à Bilbao333. Ce port de la côte basque jouait le rôle d’entrepôt d’exportation sur la côte nord de la péninsule334. Le juge de la contrebande avait la charge de surveiller et d’empêcher les fraudes, notamment avec les commerçants étrangers, nombreux à Bilbao. Devenu juge de la contrebande à Bilbao, José Alonso de Páramo fut ensuite choisi pour ramener en Espagne l’argent du Roi Catholique arrivé à Brest en 1707335. Cette mission délicate consistait à assurer le transit par voie de terre des métaux précieux jusqu’à Madrid. Alonso de Páramo devait en outre régler plusieurs sommes au roi de France, au titre des navires que ce dernier avait concédés pour escorter les vaisseaux espagnols. Sur les 1 300 000 piastres arrivées pour le compte de Philippe V336, Louis XIV en récupérait 100 000337. José Alonso de Páramo devait assurer le transport des effets du roi d’Espagne mais également celui de l’or appartenant aux négociants espagnols338.

  • 339 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 octobre 1707, Fontainebleau, fo 95.
  • 340 AN, Marine, B7 243, résumé d’une lettre d’Alonso de Páramo à Pontchartrain, 5 décembre 1707, fo 41.
  • 341 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 octobre 1707, Fontainebleau, fo 95 ; B2 206 (...)
  • 342 Bernard, 1972, p. 8.

135Outre la pleine satisfaction qu’il donna dans cette mission, Alonso de Páramo alla jusqu’à proposer que les navires du Roi Catholique puissent gagner Veracruz sans même passer par Cadix. Cette proposition avait tout pour plaire car elle supposait de charger sur les navires des marchandises françaises en grande quantité. De plus, les vaisseaux en partance n’auraient pas à faire l’objet des contrôles tatillons du consulat de Séville et de la Contratación, ce qui simplifiait considérablement les procédures. Sa proposition fut refusée, mais Pontchartrain soutint fermement la demande de José Alonso de Páramo d’une place au Conseil des Indes, arguant qu’il « s’était très bien conduit dans toutes les affaires qu’il a traitté avec les offers de la marine à Brest et qu’il paroist d’ailleurs attaché à la France339 ». L’ambassadeur lui proposa une place surnuméraire au Conseil des finances. Au cours d’un entretien avec Amelot, Páramo déclina l’offre au motif qu’il disposait déjà d’une place dans une autre salle de ce conseil340. Il insista pour entrer au Conseil des Indes, une requête que Pontchartrain soutint à nouveau mais en vain341. En 1713, il était encore au Conseil des finances342.

  • 343 AN, Marine, B7 243, lettre d’Alonso de Páramo sur les taxes imposées à Bayonne par le duc de Gramon (...)
  • 344 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Alonso de Páramo, 13 août 1707, fos 818-819.
  • 345 Isidoro Casado de Acevedo y Rosales, Ier marquis de Monteleón (1701) était originaire de Galice. Il (...)

136José Alonso de Páramo n’obtint pas le poste convoité de conseiller au Conseil des Indes mais il reste un exemple emblématique des officiers espagnols qui bénéficièrent des soutiens de la cour de France et de l’ambassadeur à Madrid en raison de leur attachement au service des deux couronnes. Sa fidélité fut récompensée par le poste de juge de la contrebande et la mission délicate de conduire les métaux précieux arrivés à Brest. Il gagna l’estime de Pontchartrain et d’Amelot au point de pouvoir se permettre de critiquer le duc de Gramont, qui avait imposé des taxes sur les effets espagnols qui passaient à Bayonne343. Alonso de Páramo contesta cette décision auprès de Pontchartrain, qui lui donna raison344. Défendre le commerce des sujets du roi de France aux Indes ou simplement le tolérer était ainsi un bon moyen d’être distingué par Amelot et Pontchartrain, devenus censeurs du travail des officiers, négociants et grands seigneurs de la cour de Philippe V, comme un sujet favorable à l’union des couronnes et partant, de recueillir les fruits de la faveur royale. Si Pontchartrain apparaît souvent dans la documentation disponible en raison de la bonne conservation des archives consulaires, Michel Chamillart suivait les mêmes principes. Il recommanda une place dans la chambre du Conseil des Indes pour le marquis de Monteleón345, écrivant à Amelot :

  • 346 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 20 juin 1707, fos 26-27.

Rien ne conviendrait mieux pour concilier le commerce qu’il est à désirer qui s’établisse entre les deux nations. Si vous luy procuriez cette place en mesme temps des ordres pour rester quelques temps à Paris, il agiroit uniquement par vous et par vos lumières, et vous pourriez compter sur son affection, et la droiture de ses intentions346

137On cherchait ainsi à favoriser l’ascension de ceux qui manifestaient un réel intérêt pour le commerce franco-espagnol. Il suffisait de faire connaître ses bonnes dispositions à la Compagnie de l’asiento pour être recommandé à Amelot. Si Amelot la jugeait opportune, il se chargeait de défendre la recommandation directement auprès de la chambre de Castille ou auprès de Philippe V.

  • 347 Felices de la Fuente, 2010, p. 680.
  • 348 Ibid., p. 681.

138Le mécanisme d’obtention de la faveur royale mêlait parfois différents facteurs comme l’argent, la fidélité ou des intérêts commerciaux. L’ascension du comte de Torrehermosa est emblématique de l’interaction de ces différentes voies qui pouvaient se compléter dans le contexte de l’union des deux couronnes. Francisco Hermosa Revilla, gentilhomme de la Chambre et chevalier de Calatrava, reçut le titre de comte de Torrehermosa en 1706347. À première vue, la remise d’une dette que lui devait le Trésor est vraisemblablement à l’origine de cette grâce. Il avait renoncé à un peu plus de 14 000 doublons en échange de la concession d’un titre nobiliaire. Originaire de la région de Burgos, il avait exercé les fonctions d’administrateur de rentes dans plusieurs villes des environs de Séville. Il devint par la suite un membre de la junte des comptes du consulat de cette ville. Après l’arrivée de Philippe V à Madrid, il développa des activités de fournisseur des armées en approvisionnant en pain et cevade les places de Málaga et Gibraltar, mais aussi les troupes de la côte de Grenade. En 1702, il devint le fournisseur de l’armée des côtes d’Andalousie pour laquelle il prêta d’importantes sommes d’argent. Il entra en contact avec Amelot lorsqu’il comprit qu’il ne pourrait être remboursé de toutes ses avances348. En contrepartie d’une annulation des dettes du Trésor, il exigeait un titre nobiliaire. La sollicitation directe de Francisco Hermosa Revilla à Amelot souligne l’influence que l’on reconnaissait alors à l’ambassadeur. Le marquis de Gournay adressa un courrier au marquis de Campollano, secrétaire de la chambre de Castille, afin que celle-ci demande un titre au roi au nom des services que Francisco Hermosa Revilla avait rendus. Le 12 janvier 1706, le fournisseur reçut le titre de comte de Torrehermosa. On décèle dans cet exemple le rôle déterminant de l’argent pour l’obtention d’une grâce et l’intervention habile de l’ambassadeur, qui savait donc recourir à la voie dite « des conseils » quand il souhaitait appuyer une demande. Solliciter le secrétaire de la Chambre de Castille était adroit de la part de l’ambassadeur et démontre sa capactité à inscrire ses initiatives dans le fonctionnement habituel de la monarchie. C’est sans doute l’une des clés de sa longévité dans l’ambassade à Madrid.

  • 349 AHN, Estado, leg. 2941, copie d’un mémoire sur la junte de commerce, 1713.
  • 350 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 5 août 1705 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, « Réf (...)

139Cet exemple souligne combien le service financier à l’armée de Philippe V pouvait accélérer une carrière. Le rôle de l’argent est dans ce cas très clair. Si l’on comprend bien pourquoi Amelot se montra favorable à la sollicitation de Francisco Hermosa Revilla, il faut ajouter que ce dernier disposa des moyens pour connaître personnellement l’ambassadeur de Louis XIV. Outre ses activités dans la fourniture des vivres, il travaillait au sein de la junte du commerce349, et s’était fait remarquer de l’ambassadeur par une proposition de compromis intéressante au cours de difficiles négocations sur l’exportation des laines. L’objet des discussions était de savoir comment maintenir les exportations des laines espagnoles tout en respectant les prohibitions de commerce avec les Anglais et les Hollandais. Pour Chamillart, les négociants espagnols devaient privilégier une sortie vers la France ou les Pays-Bas espagnols en s’abstenant de tout lien avec des ressortissants des puissances maritimes. Cette solution déplaisait beaucoup à Madrid où les personnes intéressées dans ce négoce auraient préféré continuer leur activité avec les Anglais et les Hollandais qui venaient directement chercher la laine dans les ports de la péninsule. Francisco Hermosa Revilla et deux de ses collègues ayant suggéré un sortie des produits par la voie des neutres, Amelot s’opposa à une réouverture du trafic interdit depuis le début de la guerre mais, conscient de l’asphyxie économique que cette solution représentait, il reprit à son compte cette idée350.

140Une dimension personnelle s’ajouta dans cet exemple à un motif financier qui aurait peut-être suffi à lui seul. Néanmoins, la concession d’un titre à Francisco Hermosa Revilla souligne comment l’ambassadeur pouvait intervenir et les critères qui le poussaient à agir. L’ambassadeur employait les voies de la négociation en invitant la chambre de Castille à soutenir son protégé. Ce faisant, il évitait de prêter le flanc aux critiques tout en soutenant un homme qui avait fait preuve de bonne volonté à l’égard de la politique d’union des couronnes.

V. — Intervenir ou négocier : l’art du compromis

141Le mécanisme de recommandations auquel Amelot prenait part ne pouvait fonctionner que dans le cadre de « l’union des couronnes ». L’ambassadeur devait jouir d’un grand crédit pour pouvoir ainsi défendre l’avancement d’un sujet de Philippe V. Derrière les différents motifs qui favorisaient l’ascension ou la chute d’un officier se trouvait toujours d’une manière ou d’une autre un attachement au lien privilégié qui unissait dorénavant les deux couronnes : être fidèle à Philippe V signifiait l’être à Louis XIV. Obtenir le soutien de la Compagnie de Guinée, de la cour de France ou de l’ambassadeur supposait que l’on s’abstînt de critiquer le commerce des Français à la mer du Sud. Enfin, joindre des secours d’argent à une recommandation donnait aux rois les moyens de poursuivre la guerre.

  • 351 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 mars 1706, fos 2-12.

142Lorsque le Conseil d’Italie dut s’exprimer sur les droits que Philippe V devrait concéder au duc de Mantoue sur Sabionnette, il se divisa autour de la même question, celle des liens entre les deux monarchies. Pour les uns, il fallait refuser d’abandonner cette place au duc car elle appartenait à Philippe V et à lui seul ; pour les autres, le duc de Mantoue s’était sacrifié pour le service des deux couronnes et Sabionnette n’en était qu’une juste contrepartie351. Amelot se rangea à leur avis et le despacho appuya également l’idée de l’abandon de Sabionnette au duc de Mantoue.

  • 352 BnF, Ms. Lorraine, no 811, lettre de Vaudémont à Amelot, 31 juillet 1707, fo 281.

143L’ambassadeur se montrait particulièrement soucieux de défendre les intérêts des fidèles de Philippe V. Il intervenait dans le processus des nominations en conseillant le jeune souverain et ses ministres, mais aussi en veillant à la situation personnelle des candidats. Amelot acquit ainsi une autorité prépondérante par le jeu de son immixtion à la cour, de son intrusion dans les finances du roi et de sa capacité à accélérer les ascensions ou à les interdire. Le gouverneur du Milanais, province très disputée jusqu’à sa perte en 1706 par les armées de Louis XIV, connaissait bien le rôle de l’ambassadeur du roi de France à la cour de Madrid puisqu’il lui adressa une lettre au sujet de sa pension. Il s’en remettait totalement aux conseils de l’ambassadeur qui lui avait recommandé d’accepter l’assignation de celle-ci sur la ferme des tabacs352.

144L’ambassadeur intervenait ainsi dans tous les domaines du gouvernement de Philippe V. L’autorité qu’il tenait de Louis XIV en tant qu’ambassadeur lui permettait de connaître et d’anticiper les décisions ou, ensuite, de suivre leur application. L’ambassadeur devenu « ministre du Roi Catholique » incarnait ce rapport particulier désormais noué entre les deux cours. L’ensemble des activités qu’il déploya au cours de son travail renvoie immanquablement à cette union. Elle constituait autant le cadre général de son action, l’environnement dans lequel il lui revenait d’agir, que l’objectif de sa mission.

145Amelot apparaît ainsi de moins en moins comme l’ambassadeur du roi de France mais se révèle à chaque instant comme le conseiller du prince, l’homme qui surveille et pourvoit aux finances, celui qui s’assure de la fidélité des principaux seigneurs, des officiers et des ministres. Par son activité, il contribuait à donner une cohérence à l’ensemble des décisions prises. Si l’autorité de la cour de France ou ses tentations de domination — si tant est qu’elle en eût à un moment — restaient toujours perceptibles, il revenait à l’ambassadeur de mettre en musique les différentes initiatives qui mêlaient les questions de finances, de police, d’administration, de vie de cour au milieu du tumulte de la guerre et des retours de flottes aléatoires. Homme du commerce, ce négociateur au service des négociants partageait pleinement les vues de Pontchartrain et de Chamillart lorsqu’il s’agissait de faire du commerce l’un des axes majeurs du rapprochement entre les deux monarchies.

  • 353 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Gramont à Amelot, s. d., Versailles, fo 68.
  • 354 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 mars 1707, fos 160-162.
  • 355 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 février 1706, fos 254-257.

146On sait qu’Amelot intervenait dans nombre de nominations auxquelles devait procéder Philippe V même si les méthodes par lesquelles il se renseignait sur les différents postulants à une charge restent dans l’ombre faute d’explications dans les sources. Sans doute disposait-il de relais à la cour, comme les Grands attachés à Philippe V (Osuna, Medina Sidonia, Aguilar), ou la princesse des Ursins et Orry, qui connaissaient la cour de Madrid depuis 1701. Il devait également s’informer auprès de personnes comme Macanaz, Grimaldo ou Mejorada lorsqu’il en éprouvait le besoin. Dans ses dépêches au roi de France et à ses ministres, Amelot présentait souvent les enjeux d’une nomination sans préciser qui l’avait renseigné. Ses interventions nous sont souvent mieux connues par les autres Français, comme Daubenton, ou les ministres, à l’image de Pontchartrain. On retrouve ici l’une des limites d’une étude fondée sur les sources officielles et administratives : elles sont souvent silencieuses sur de nombreuses procédures ou pratiques qui existaient en marge d’un processus réglementaire et connu, comme celui de la vénalité des offices. Pourtant, les indices d’une intervention sont souvent clairs, les exemples développés ci-dessus en témoignent. Dans une lettre qu’il adressa à Amelot, Gramont le remerciait pour la nomination de Manuel de Santo Tomás Mendoza à l’évêché d’Almería353. Que le remerciement soit personnalisé et constitue l’unique objet de cette lettre, par ailleurs banale dans les archives, est un signe de plus de l’efficacité des recommandations de l’ambassadeur. L’allusion pouvait être brève mais sans ambiguïté possible, comme lorsque Pontchartrain écrivait à l’ambassadeur au sujet du duc de Cansano : « Je suis persuadé que vous le mettrez en estat de soustenir l’employ que vous luy avez fait donner, et de s’en tirer avec honneur354 ». Le duc était gouverneur de Cadix, l’une des places les mieux défendues durant toute la guerre. Parfois, l’ambassadeur se trahissait lui-même comme lorsqu’il se flattait d’avoir « eu plus de part » que personne à la nomination de deux membres du Conseil d’Italie en 1706355.

147Concernant l’enrichissement personnel d’Amelot ou l’utilisation de sa fonction pour ses propres réseaux, le mystère demeure entier. À ce jour, aucun document ne vient étayer l’hypothèse de versements à l’ambassadeur. Toutefois, l’absence de preuve ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu de pots-de-vin. Le seul élément qui peut être souligné est celui de sa fortune personnelle. À sa mort en 1724, l’ambassadeur disposait d’un confortable patrimoine, mais qu’il pouvait très bien avoir acquis officiellement par ses seuls appointements et charges.

  • 356 AN, Archives Rosanbo, Fonds Le Peletier, 259 AP 26, dossier 3, lettre d’Amelot à Claude Le Peletier (...)
  • 357 AN, Archives Rosanbo, Fonds Le Peletier, 259 AP 26, dossier 3, lettre d’Amelot à Claude Le Peletier (...)

148Toutefois, il n’oubliait rien des nombreux liens de fidélité qu’il avait pu tisser au cours de sa carrière. Son amitié pour Claude Le Peletier réapparaît ainsi durant ses années d’ambassade à Madrid. Amelot prit la défense du chevalier Tartare que l’ancien contrôleur général des finances lui avait recommandé356 et à qui il avait trouvé une place à Ceuta. Pris dans une querelle, le chevalier Tartare fut emprisonné mais il put compter sur Amelot qui obtint sa libération et renouvela ses promesses envers Claude Le Peletier de veiller sur lui357. Cet exemple montre comment un lien de fidélité ancien pouvait ressurgir à l’occasion et illustrer ainsi une pérennité des réseaux dans lesquels tout individu se trouvait enserré.

Notes

1 Andújar Castillo, 2008, p. 86.

2 Parrochia (dir.), 2001.

3 Dedieu, 2000b.

4 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre de la princesse des Ursins à Torcy, 1er octobre 1708, fos 119-120.

5 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, pp. 103 et 168.

6 Ibid., p. 140.

7 La Torre, Mémoires et négociations secrètes, t. IV, p. 250.

8 « Demas de esto el Embaxador de Francia era el absoluto consejo del Rey y quien governaba con él la secretaría del despacho universal. Estas dos personas decidían absolutamente toda suerte de negocios sin comunicar ninguno a los grandes » (BNE, ms. 17499, « Historia política y secreta de la Corte de Madrid, [desde] el ingreso del Rey Phelipe 5o á la corona hasta la Paz General, con reflexiones sobre el Estado en que entonces se hallaba la monarquía española », fo 71). Il s’agit d’une copie manuscrite d’un ouvrage attribué à Jean Rousset de Missy, Histoire publique et secrète de la cour de Madrid, dès l’avènement du roy Philippe V à la couronne avec des considérations sur l’état présent de la monarchie espagnole, 1719, p. 67. Coxe, 1827, t. I, pp. 452 et 540.

9 Domingo Giudice y Palagano, IIe prince de Cellamare, duc de Giovenazzo, était né à Naples en 1637. Devenu chevalier de Saint-Jacques en 1643 et conseiller d’État en 1706, il était le père du prince de Cellamare qui fut mêlé à la conspiration du même nom sous la régence. Gentilhomme de la chambre depuis 1706, il obtint la grandesse de seconde classe en 1709 pour la perte de ses biens en Italie et la mort de deux de ses fils au service de Philippe V. Depuis 1703, il était aussi conseiller au Conseil de guerre et reçut une place dans celui d’Italie en 1706. Son fils Antonio José prit le titre de prince de Cellamare et duc de Giovenazzo à la mort de son père en 1718. Ozanam, 1998, p. 208.

10 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre du duc de Giovenazzo à Torcy, 3 septembre 1707, fo 16.

11 ARV, Generalitat, no 1961, Lletres misives de la Generalitat, lettre de la Generalitat à Amelot, 7 septembre 1707, fo 4vo.

12 Le Flem et alii, 1993, p. 443.

13 Kamen, 1974, pp. 45-46, 86-90, etc.

14 Martín Gaite, 1997, pp. 70 et 86.

15 Iñurritegui, 2008.

16 Escartín, 1978, pp. 42-43. Voir également Rodríguez Villa, 1882 et Macanaz, Regalías de los Señores Reyes de Aragón.

17 Pulido Bueno, 1998, p. 41 ; Fayard, 1966, p. 260.

18 Castro, 2004, pp. 19 et 135 ; Dubet (dir.), 2008, p. 17. Pablo Fernández Albaladejo a proposé quant à lui de distinguer entre « la monarchie administrative » et « la monarchie judiciaire ». Fernández Albaladejo, 1992, pp. 406-409.

19 López-Cordón Cortezo, 2000, p. 95.

20 Castro, 2004, p. 19. Dans son ouvrage El Consejo de Indias durante los reinados de Carlos III y Carlos IV, Rafael García Pérez remet en cause l’analyse d’Ernst Schäfer, qui considérait que le manque de fidélité des membres du Conseil des Indes à la cause de Philippe V était à l’origine de sa marginalisation progressive. Pour Rafael García Pérez, cette conception est incompatible avec le rôle majeur joué par ce même conseil dans la seconde moitié du xviiie siècle. García Pérez, 1998 ; Schäfer, 1935-1947.

21 Dubet (dir.), 2008, p. 291.

22 Ibid., pp. 324-325.

23 Ibid., p. 301.

24 Artola, 1999, p. 298.

25 Dubet (dir.), 2008, p. 17 ; López-Cordón Cortezo, 2000, p. 99 ; Escudero, 1979, t. I, p. 285 ; Andújar Castillo, 1996, p. 36.

26 Artola, 1999, p. 299.

27 Escudero, 1979, t. I, p. 253.

28 López-Cordón Cortezo, 2000, p. 99.

29 Escudero, 1969, t. I, p. 286.

30 López-Cordón Cortezo, 2000, p. 96 ; Hamer Flores, 2009.

31 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 72. Hamer, 2009, p. 94.

32 Dubet (dir.), 2008, p. 194.

33 Baudrillart, 1890a, t. I, p. 11 ; Escudero, 1969, t. I, pp. 288-289 ; Désos, 2009, p. 92.

34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1705, fo 188 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, Lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, fo 105.

35 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fo 263vo ; t. 163, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 24 février 1706, fo 136.

36 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 21.

37 Désos, 2009, p. 95.

38 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 71 et 134-151.

39 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fos 41-42.

40 Pérez-Mallaína Bueno, 1982, p. 81. Amelot fut le dernier représentant diplomatique français admis au despacho : ibid., p. 99 ; Castellano, 2002, p. 138.

41 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 21.

42 Noailles, Mémoires, t. 72, vol. 2, p. 357.

43 Article X de la lettre d’instructions du cardinal d’Estrées, dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 70.

44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, fos 136-139.

45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot, 3 février 1706, fo 168. Quand Philippe V partit pour le siège de Barcelone en février 1706, José de Grimaldo l’accompagna. Antonio Ibáñez de Bustamante, officier au service de Grimaldo, mentionne à de nombreuses reprises l’ambassadeur qu’il consultait régulièrement en l’absence de son chef. Dubet (dir.), 2008, pp. 280, 293-294.

46 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juin 1707, fos 10vo-11.

47 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fos 160-163.

48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fo 162.

49 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 février 1707, fos 165-166.

50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 avril 1706, Madrid, fos 145-147.

51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 avril 1706, fos 226-234.

52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 septembre 1706, Orcajo, fos 38-44.

53 Il s’agissait de la reconduction du prince dans ses fonctions de gouverneur et capitaine général de l’État de Milan. Vaudémont avait été maintenu dans ses fonctions pour trois ans en 1701 par Philippe V. Le 24 mai 1705, ce dernier le renouvela dans ses fonctions mais cette fois-ci sans limitation de durée. Voir AHN, Estado, leg. 1936, cité dans Álvarez-Ossorio Alvariño, 2007, p. 76.

54 Article XIX de la lettre d’instructions d’Amelot, dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 150.

55 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 44vo.

56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 57.

57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 95.

58 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 19 juin 1705, Madrid.

59 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 30 mai 1705, Madrid.

60 AN, Marine, B7 182, lettre Pontchartrain à Amelot, 15 juillet 1705, fo 138.

61 AN, Marine, B7 183, lettre Pontchartrain à Amelot, 14 octobre 1705, fo 109.

62 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 5 août 1705.

63 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 14 août 1705, Madrid ; lettre de Mejorada à Amelot, 12 août 1705, Madrid.

64 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Torcy, 24 janvier 1707, fo 107.

65 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 9 juillet 1708, Madrid.

66 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fo 262vo.

67 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 24 février 1706, fo 136vo.

68 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.

69 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 septembre 1705, Madrid, fos 159-162.

70 Mateu Ibars, 1963, pp. 306-307.

71 Diccionario de España, 1952, t. II, pp. 135-136, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur : ABEPI, I 552, 192-193 ; II 15, 134-136.

72 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fo 280vo.

73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fos 46vo-47.

74 Saint-Simon, Mémoires, t. VII, p. 251. Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 49. Le père du duc de Veragua avait été vice-roi.

75 Le Conseil des ordres était apparu au xve siècle pour superviser l’administration et la gestion des trois ordres militaires castillans : Saint-Jacques, Calatrava et Alcántara. Il est peu connu et peu étudié. On se reportera avec profit à la plus récente étude sur le sujet : Postigo Castellanos, 1988. Voir également López González, Ruiz Rodríguez, 2004, pp. 443-448.

76 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 87.

77 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Torcy, 28 novembre 1705, Madrid, fo 198.

78 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99 ; t. 157, lettre de Louis XIV à Amelot, 14 mars 1706.

79 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.

80 Don Juan-Carlos Perez de Guzman-el-Bueno, IIe marquis de Valverde, XIe duc de Medina Sidonia, né le 9 mai 1642, vice-roi de catalogne en 1691, conseiller d’État et grand maître de la Maison du roi en 1699. Recommandé à Louis XIV par le roi de Portugal, il fut bien accueilli auprès de Philippe V et on lui donna la charge de grand écuyer du roi, à la place de l’almirante de Castille. L’abbé de Vayrac confirme ce que dit le duc de Gramont sur la fidélité du duc de Medina Sidonia à Philippe V, à l’encontre du jugement porté par Saint-Simon. Il mourut le 17 décembre 1713. Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 16 ; Saint-Simon, Mémoires, t. VII, p. 255 et t. XVIII, p. 98-99.

81 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1706, Torrejón, fos 233-237.

82 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1706, Torrejón, fos 233-237.

83 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre de Louis XIV à Amelot, 8 juillet 1706, fos 241-245.

84 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, Madrid, fo 61.

85 Castro, 2004, pp. 70-71.

86 Ibid., pp. 99-100. Dubet (dir.), 2008, pp. 255-256.

87 Escudero, 1969, t. I, pp. 41-43.

88 López-Cordón Cortezo, 1995, p. 187.

89 La correspondance d’Amelot en 1707 permet de penser que l’abolition des fueros ne répondait pas à un plan mûrement réfléchi et révélant des tendances « centralisatrices », mais à une volonté de saisir une opportunité politique et surtout financière. Iñurritegui, 2008 ; Hanotin, 2015. Pour la formulation de l’hypothèse voir López-Cordón Cortezo, 2000, p. 94.

90 Dubet (dir.), 2008, p. 265.

91 Kamen, 1974, p. 113 ; Castro, 2004, p. 126.

92 Dubet (dir.), 2008, pp. 104-106.

93 Ibid., p. 310.

94 AGP, Felipe V, leg. 156 (2), lettre d’Amelot à Mejorada, 2 septembre 1706. Cette information m’a été généreusement communiquée par Antonio López Anguita.

95 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juillet 1707, fos 11-12 ; t. 188, lettre de Torcy à Amelot, fo 229 ; t. 189, lettre d’Amelot à Torcy, 4 février 1709, fo 114 ; t. 195, copie d’une lettre du marquis de Mejorada à Amelot, février 1709, fo 159.

96 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 65vo.

97 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 66.

98 Sa correspondance est conservée aux Archives historiques nationales : AHN, Estado, leg. 288. Dans cette liasse, on peut également consulter les dépêches expédiées par les gouverneurs des présides africains, comme Ceuta. Málaga était donc l’une des voies privilégiées de l’acheminement du courrier entre le Maghreb et les possessions péninsulaires du Roi Catholique. Nommé en décembre 1706, Amezaga avait été recommandé par le duc d’Arcos à Grimaldo en janvier de la même année. AHN, Estado, leg. 288, lettre de Juan Antonio Hurtado de Amezaga à Grimaldo, 31 octobre 1706 ; leg. 296, lettre du duc d’Arcos à Grimaldo, 30 janvier 1706. AHN, Consejo, Órdenes, Santiago, exp. 3974. AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 1er juillet 1709. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, d’Amelot à Louis XIV, 11 octobre 1706, fo 42.

99 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 février 1707, fo 170vo. Sur le rôle de Málaga comme voie de circulation entre l’Afrique du Nord et la péninsule, voir Plasencia Peña, 1985 ; Pérez de Colosía Rodríguez, 1993 et Ead., 1997.

100 « Je prie V. S. I. Monsieur de m’envoyer coppie des avis de Ceuta qui ont été apportés avant-hier au soir par un exprès de Mr le Marquis de Villadarias. Je suis, Monsieur, de V. S. I. très humble et très obéissant serviteur. Amelot » (AHN, Estado, leg. 277, exp. 9, lettre d’Amelot à Grimaldo, Madrid, 21 juillet 1705).

101 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre de Bourke à Torcy, 6 juin 1707, Madrid, fos 212-213.

102 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre de Bourke à Torcy, 6 juin 1707, Madrid, fos 212-213.

103 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fos 279-289.

104 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, Madrid, fos 60vo-61.

105 Castro, 2004, pp. 89, 143.

106 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1705, fos 125-129 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, fo 60.

107 AHN, Estado, leg. 772, lettre de Ronquillo à Grimaldo, 26 novembre 1706.

108 BNE, ms. 13654, Poesías varias, fo 87, pamphlet sans titre contre Ronquillo, la princesse des Ursins et Orry, [1704].

109 BNE, ms. 13654, [Fragmentos teatrales cuyos personajes dialogan sobre la situación de España…], fo 17.

110 « Acabo de recibir la carta inclusa que me acava del embíar el Marques de Bay, y antes de dar quenta de ella al rey la paso a manos de V. E. » (AHN, Estado, leg. 291, exp. 2, lettre de Grimaldo à Amelot, 2 septembre 1706).

111 « Sor Moi, haviendo cartas de los mismos mas [uno] demas, es inutil discurrir sobre estas, sino acusar el recibo. Dios, gd a V. S. m. a. Madrid, 10 mars 1706 » (AHN, Estado, leg. 296, lettre de Grimaldo à Amelot, 9 mars 1706).

112 « La carta es importante y se ha de hacer luego un resumen de los puntos para que S. M. puede tomar resolution sobre cada uno de ellos en el despacho de esta noche » (AHN, Estado, leg. 369, lettre de Grimaldo à Amelot, 8 février 1708).

113 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 1705.

114 AHN, Estado, leg. 320, lettre de Francisco Fobequet, commissaire des guerres, 26 juillet 1707, Saragosse. L’annotation portée par Grimaldo sur la lettre : « Como lo dice el Sr Embaxor ».

115 AHN, Estado, leg. 288, lettre de Grimaldo à Amelot, 15 novembre 1706.

116 AHN, Estado, leg. 364, lettre de Grimaldo au duc d’Albe, 22 avril 1709.

117 AHN, Estado, leg. 320, lettre de Grimaldo à Amelot, 4 avril 1707.

118 AHN, Estado, leg. 4826, lettre d’Amelot à Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, 26 août 1706.

119 Andújar Castillo, 2008, pp. 39-40.

120 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 31 juillet 1707.

121 « Me parece se debe conformar S. M. con el Consejo. A[melot] » (AHN, Estado, leg. 772, lettre de Grimaldo à Amelot, 16 mai 1707).

122 AHN, Estado, leg. 3205, lettre d’Amelot à Grimaldo, 20 novembre 1708.

123 « Exmo. S., paso à manos de V. É. (como el Rey lo ha resuelto) el papel adjunto del Marqués de Mirabel, à fin que V. É. le comunique con el Duque de San Juan y me prevenga V. E. lo que resultare para dar quenta a S. M. Dios g. a V. E. m[uchos] a[ños] como desseo Buen Retiro à 18 de abril de 1709. […] Grimaldo » ; dans la marge, annotation d’Amelot : « Visto no hay que hazer » et « Para dar quenta al Rey » (AHN, 369, exp. 152, lettre de Grimaldo à Amelot, 18 avril 1709).

124 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 3 septembre 1707.

125 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 5 septembre 1707.

126 AHN, Estado, leg. 759, lettre d’Antonio de la Peña à Jean Orry, 10 janvier 1706.

127 AGI, Indiferente General, leg. 260, Reales decretos, 1705-1707.

128 AN, Marine, B7 468, « Dépêche du roi d’Espagne au comte de Casa Alegre, général des galions de suivre l’escadre du roy en quelque endroit qu’il la rencontre », 18 juin 1706, fo 62.

129 Hrodej, 2006, pp. 27-43.

130 « Je vous prie de tenir la main à ce que les expéditions pour les Indes soient promptement mises dans la forme qu’elles doivent estre. Les escadres sont prêtes à partir » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 17 octobre 1706, Versailles, fos 216-218).

131 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 31 octobre 1706, Versailles, fos 233-234.

132 AN, AE, BI 770, lettre de Pontchartrain à Amelot, 14 février 1708.

133 Dahlgren, 1909, p. 294.

134 Il avait trouvé un accord avec les armateurs du navire. Dahlgren, 1909, p. 294.

135 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Philippe V, 31 juillet 1708.

136 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, relation anonyme, s. d. [1707], fos 218-232.

137 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, de Torcy à Amelot, 22 mai 1707, fo 62 ; t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, mai 1707, fo 300.

138 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Amelot, 18 mai 1707, Marly, fo 916.

139 AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 octobre 1707, fo 305.

140 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Philippe V, 31 juillet 1708.

141 Dahlgren, 1909, p. 302.

142 Dahlgren, 1909, p. 303.

143 AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 octobre 1707, fo 306.

144 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre d’Albuquerque à Philippe V, 25 juin 1706.

145 AN, Marine, B2 196, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 6 novembre 1706, fo 559.

146 Sorte d’équivalent d’un commissaire à Paris à la même époque.

147 AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 11 octobre 1707, fo 306.

148 AHN, Estado, leg. 190, lettre de Grimaldo à Amelot (indiqué sur le verso), 17 octobre 1707.

149 Dahlgren, 1909, pp. 304-305.

150 AGI, Gobierno, Santa Fe, leg. 361, nomination de Don Diego de Almagro comme contador regente del tribunal de Cuentas de Santa Fe, 1706-1732.

151 AN, Marine, B2 198, Pontchartrain à Amelot, 13 juillet 1707, fo 233.

152 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, pp. 143-145.

153 Castro, 2004, p. 129.

154 Ibid., p. 131.

155 Dubet (dir.), 2008, p. 262.

156 Ibid., p. 291.

157 Kettering, 1986 ; Chapman, 2004 ; Pénicaut, 2004.

158 Sanz Tapia, 2009, p. 52.

159 Ibid., p. 53.

160 Ibid., pp. 86-94.

161 Felices de la Fuente, 2010, pp. 663-664.

162 Ibid., p. 663.

163 Ibid., p. 675.

164 Andújar Castillo, 2008, p. 304.

165 Francisco de Villavicencio, comte de Cañete, obtint par exemple la vice-royauté du Pérou en 1696 pour 250 000 pesos. Voir Domínguez Ortiz, 1996, p. 178.

166 Ibid., p. 11 ; González Fuertes, 2003, p. 194.

167 Kamen, 1974, p. 118.

168 Andújar Castillo, 2008, pp. 6-9.

169 Martínez Ruiz (dir.), 2007, p. 250. Le cérémonial de la cour de Madrid était largement hérité de celui de la cour de Bourgogne du xvie siècle. Il fut définitivement imposé en 1548 dans la maison du prince, le futur Philippe II.

170 Elliott, 1987, pp. 5-24.

171 AN, Marine, B2 197, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 juin 1707, fo 1142 ; lettre de Pontchartrain à Daubenton, 5 juin 1707, fo 1156. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, 30 mai 1707, Marly, fos 331-332 ; t. 184, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 27 février 1708, Madrid, fos 120-121 ; t. 185, lettre de Chamillart à Amelot, 17 juin 1708, Versailles, fos 9-10.

172 AHN, Estado, leg. 296, lettre de Juan Hurtado de Amezaga, 29 janvier 1706. Chevalier de Saint-Jacques, il réclamait une autre commanderie au titre de ses services. De plus, ses trois frères servaient dans les armées du roi et l’un d’eux était mort lors de la bataille de Cassano en 1706.

173 Catégorie défendue par José Martínez Millán puisqu’il considère qu’il existe une réciprocité bien calculée entre le patron et son client. Martínez Millán, « Introducción: la investigación sobre las elites del poder », dans Martínez Millán, 1992, p. 22.

174 Castellano, 2000, p. 39.

175 Andújar Castillo, 2008, p. 2.

176 Ibid., p. 58.

177 Ibid., p. 60.

178 Ibid., pp. 80-87.

179 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 51.

180 Andújar Castillo, 2008, p. 286.

181 Fils du duc d’Abrantès, Fernando de Alencastre Noroña y Silva, duc de Linares et marquis de Valdefuentes, était issu d’une vieille famille de l’aristocratie portugaise. Il hérita du titre de duc de Linares à la mort de son oncle décédé sans enfant. Dangeau, Journal, t. XII, p. 405. Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, pp. 136-139. Rubio Mañé, 1971.

182 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 septembre 1708, fo 20 ; t. 186, lettre de Chamillart à Amelot, 23 septembre 1708, Versailles, fo 51.

183 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er octobre 1708, fos 81-82.

184 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 28 janvier 1709, Madrid. Ce fut finalement la Nouvelle-Espagne qui échut à Linares.

185 BnF, Ms. Lorraine, no 814, Correspondance de Fernando de Torralba y Marques, gouverneur de Crémone, avec Francisco de Pagave, 1706-1707. En 1705, il commandait les places de Palazolo et Pontolio en Lombardie. ADM, Archivo Histórico, leg. 6, ramo 8, lettre de Vaudémont à Medinaceli, 5 juillet 1705, fo 56.

186 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 janvier 1709, Madrid, fo 93.

187 SHD, A1 2007, no 82, lettre de Chamillart à Amelot, 5 août 1707 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 5 août 1707, fo 154.

188 Il passa par Versailles où il fut reçu par le roi avant de partir en Amérique. Il embarqua à Brest sans passer par Madrid. Dangeau, Journal, mercredi 1er mai 1709, t. XII, p. 400.

189 Rosenmüller, 2008, p. 17.

190 « On approuve fort le choix qu’on a fait de M. le marquis de Risbourg pour vice-roy de Galice » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Bourke à Torcy, 3 janvier 1707, fos 15-16).

191 Fernando de Pignatelli, duc de Híjar, époux de Juana Petronila Silva Fernández de Híjar y Pignatelli y Aragón, VIIe duchesse. Philippe V consentit à plusieurs privilèges pour la ville d’Híjar en remerciement de son appui durant la guerre de Succession. Gouverneur de Galice, fils d’Anielo Pignatelli, Ier prince de Montecorvino. En 1710, prit possession d’Híjar, Urrea de Gaén, La Puebla de Híjar et du comté de Belchite. Il choisit alors le parti de l’archiduc. Voir Casaus Ballester, Archivo Ducal de Híjar, p. 249 ; Carta al rey [Felipe V] de la villa de Híjar exponiendo los servicios prestados a su majestad desde 1705-1707, durante la guerra de Sucesión y pidiéndole que la exonere de alojamientos y otros impuestos. Archivo Ducal de Híjar, Sala IV, leg. 283, doc. 31. Saint-Simon, Mémoires, t. XXXIX, pp. 93-94.

192 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Gramont à Torcy, 5 janvier 1707, fo 20. Il employait lui-même la formule en castillan.

193 Gazette : Amsterdam. Avec privilèges de Nos-Seigneurs les États de Hollande et de West-Frise, no 52, 29 juin 1706.

194 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, Discours de Monsieur Amelot ambassadeur de France aux Grands d’Espagne touchant la levée du siège de Barcelone et la bataille de Ramillies en Flandres, [1706], fos 207-208.

195 Les accusations de corruption contre la princesse furent nombreuses. L’allusion de Medinaceli renvoie à un soupçon bien connu. La princesse des Ursins aurait aidé Francisco Meneses, contre une forte somme d’argent, à obtenir le poste de gouverneur de Campeche. En réalité, on ne connaît pas encore d’autres accusations de corruption aussi précises. Ce serait donc la seule. De plus, il convient de souligner qu’elle remonte aux mois de juillet et août 1703, date à laquelle la première mention de cette accusation est contenue dans les lettres que le cardinal d’Estrées et le marquis de Louville adressèrent à Torcy. Ennemis déclarés de la princesse, ils sont — à notre connaissance — les premiers et uniques « témoins » de cette affaire. Voir AMAE, Cor. pol., Esp., t. 117, extraits de divers mémoires reçus d’Espagne et joints à une lettre du cardinal d’Estrées, fos 26-31 ; t. 120, lettre d’Orry à Torcy, 3 septembre 1703, fo 55. Dans une lettre adressée à Torcy le 18 juillet 1703, Louville écrivait : « Madame des Ursins est maintenant détestée des Espagnols. Elle est sordide et voleuse, que c’est merveille. Elle prend tout le bolsillo de la reine et une partie de celui du roi […]. Elle a vendu le gouvernement de Campêche six mille pistole » (Louville, Mémoires secrets, pp. 87-88).

196 « Second article. — De la Princesse des Ursins. […] Le sieur Amelot est témoin de la promesse solennelle qu’elle a faite au roi d’air en tout d’un parfait concert avec l’ambassadeur de Sa Majesté. Il n’y pas lieu de douter qu’elle ne l’exécute. Le roi veut aussi que le sieur Amelot y réponde par une union et par une confiance réciproque » (Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, p. 140). On peut ajouter que la princesse s’était discréditée aux yeux de Louis XIV et de Torcy lors de l’affaire de l’apostille. Voir Cermakian, 1969, pp. 290-293 et 298-300.

197 Ibid., p. 352.

198 Ibid., p. 359.

199 Dans une lettre à Torcy, la princesse des Ursins se plaint amèrement du rôle qu’on lui attribue. Elle assure le secrétaire d’État des affaires étrangères que l’ambassadeur du roi n’a jamais disposé d’une autorité aussi entière, laissant ainsi entendre qu’elle se tient en retrait. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre la princesse des Ursins à Torcy, 1er octobre 1708, fos 119-120.

200 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 14 juin 1705, Madrid, fo 159.

201 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Torcy, 13 juillet 1705, Madrid, fos 248-250.

202 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre de Torcy à Amelot, 27 juillet 1705, fo 260.

203 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, fos 285-292.

204 Zamora vicente (dir.), 1985, s. v. « Juan Manuel Fernández Pacheco, marqués de Villena y Duque de Escalona », pp. 291-292, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur : ABEPI, I 1066, 293 ; II 337, 387-388 ; III 435, 291-292 ; IV 223, 405.

205 Soria Mesa, 2007, pp. 61-63.

206 Ibid., pp. 64-66.

207 Maximilien-Philippe-Joseph de Recourt de Lens de Licque, des comtes de Boulogne, etc., comte de Rupelmonde, était colonel d’un régiment wallon depuis 1702. Il devint brigadier dans l’armée espagnole en 1706, puis maréchal de camp. Il mourut à Brihuega en 1710. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 14 décembre 1705, Versailles, fo 183 ; t. 156, lettre de Torcy à Amelot, 25 juillet 1706, Marly, fo 22. Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 414.

208 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre du comte de Maceda à Torcy, demande la grandesse, fos 45-47.

209 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de la ville de Saint-Jacques de Compostelle qui demande la grandesse pour le comte Maceda, fos 48-54.

210 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 414-416.

211 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Torcy, 17 mars 1707, fo 81.

212 Soria Mesa, 2007, p. 69.

213 Le prince Pío commanda les troupes du roi d’Espagne destinées à la Sicile en 1708. Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 257 et t. II, pp. 42-45.

214 AHN, Estado, leg. 7688, exp. 35, concession de la Toison d’or au prince Pío, marquis de Castel Rodrigo [1707] ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 21 novembre 1707, fo 167.

215 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, 20 novembre 1707, fo 107 ; t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 novembre 1707, fo 58.

216 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 44 ; Dangeau, Journal, t. VIII, p. 290.

217 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 21 décembre 1705, Versailles, fos 186-187 ; mémoire de Beretti-Landi pour la Toison d’or, fos 189ro-vo.

218 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Torcy, 1er mars 1707, Madrid, fos 24-25.

219 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 janvier 1706, fos 125-130. Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 230.

220 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre de Torcy à Amelot, 3 mars 1706, fo 14.

221 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Torcy, 6 janvier 1707, fo 29.

222 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 21 novembre 1707, fo 167.

223 Álvaro Bernaldo de Quirós y Molina, IIe marquis de Monreal, fut l’envoyé extraordinaire de Philippe V à Gênes, entre 1702 et 1705. Il était également chevalier de l’ordre de Saint-Jacques. Ozanam, 1998, p. 185.

224 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Torcy, 2 mai 1707, fo 7.

225 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 27 mai 1709.

226 AN, Marine, B7 470, représentation de M. Amelot sur les comptes que le duc d’Ossuna a rendu de Moura et de Serpa, 11 septembre 1707, fos 564-565.

227 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre d’Amelot à Torcy, 19 novembre 1705, fos 237-238.

228 AHN, Estado, lib. 368, lettre du duc d’Uceda au Conseil d’Italie, 18 août 1704, fo 158vo.

229 Juan de Herrera fut colegial mayor de Saint-Clément de Bologne puis grand chancelier de Milan. Fidèle aux Bourbons, il obtint l’évêché de Sigüenza puis la présidence du Conseil de Castille lorsque Philippe V remonta sur le trône après son abdication. Fayard, 1979, p. 162.

230 AHN, Estado, leg. 281, caja 1, lettre de Noailles à Grimaldo, 30 octobre 1706 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, fo 352. L’original est conservé, c’est le folio suivant. Un secrétaire a annoté la page « Copie à envoyer à Amelot ». AHN, Estado, leg. 281, caja 2, exp. 83, lettre du baron de Beck à Grimaldo, 5 décembre 1706, Perpignan.

231 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 17 avril 1707, fo 259.

232 Connu aussi sous le nom de marquis de la Jamaïque.

233 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 janvier 1706, fos 91-94.

234 La visite à la cour de France devint une sorte de passage obligé pour qui voulait obtenir un titre, une faveur, une grâce de l’un des deux rois, ou simplement pour informer le roi de France. Elle mériterait de plus amples recherches mais on peut rappeler le cas d’Antonio de Santander, qui exécuta la même démarche que le marquis de la Jamaïque ou le duc de Linares. Il vint à Versailles à l’automne 1708 sur l’ordre du marquis de Bedmar, qui souhaitait avertir le roi de la situation de la Sicile. AN, Marine, B242, « Mémoire instructif donné à Dn. Antonio de Santander Colonel et châtelain de Catania [Catane] qui passe par ordre du marquis de Bedmar à la Cour de France et d’Espagne », 28 octobre 1708, fos 399-422.

235 Lettre de Louis XIV à Amelot, 6 janvier 1706, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 128.

236 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 29 décembre 1706, Versailles, fo 404.

237 Rosenmüller, 2008, p. 102.

238 AGI, Gobierno, Mexico, leg. 477, exp. 7, lettre d’Albuquerque à Philippe V, 1er janvier 1706. Les fortifications de Porto Rico avait ainsi fait l’objet d’une étude d’un ingénieur du roi de France. Dans la série Mapas y Planos, il y a en effet un plan en français établi peu de temps auparavant. AGI, Mapas y Planos, Santo-Domingo, 114, octobre 1702, Puerto Rico, furete de San Cristóbal, « Plan du fort de Saint Christophe de l’isle de Porte Ric ».

239 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 182, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 octobre 1708, fo 214.

240 AN, Marine, B7 246, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 6 juin 1707, fo 239 : Tinajero a informé d’Albuquerque de ses obligations envers Pontchartrain qui a défendu sa conduite.

241 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 octobre 1707, fo 32 ; AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 3 octobre 1707, fo 430. L’union des couronnes est aussi mentionnée à plusieurs reprises dans les Archives des Indes (Séville), au sein de la correspondance d’Albuquerque ; AGI, Gobierno, Mexico, leg. 477.

242 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 octobre 1707, fo 424.

243 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre du roi au duc d’Albuquerque, 3 septembre 1707, fo 225.

244 Rosenmüller, 2008, p. 116.

245 Saint-Simon, Mémoires, t. XIV, p. 284.

246 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 3 septembre 1708, Madrid ; SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 14 mars 1707, fo 177.

247 Moreno Cebrián, Sala i Vila, 2004, p. 20.

248 Ibid., p. 21.

249 Castan i Ranch, 1993, p. 271.

250 AHN, Consejos, lib. 8976, exp. 151, Real despacho octroyant la grandesse au marquis de Castelldosrius.

251 Moreno Cebrián, Sala i Vila, 2004, p. 22.

252 Ibid., p. 32.

253 Ibid., p. 29.

254 Ibid., p. 31.

255 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, A, no 1, Mémoire des sommes versées par la compagnie de l’Asiento à S. M. C., [1734]. Virement ordonné en janvier 1704 et exécuté en février de la même année.

256 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 14 juillet 1705. L’original en espagnol est reproduit dans l’annexe XI.

257 Il s’agit de la llave capona, c’est-à-dire une clef d’or portée à la ceinture. Elle distinguait, parmi les gentilshommes de la chambre, les courtisans qui pouvaient seulement entrer dans l’antichambre. Villars, Mémoires de la cour d’Espagne, p. 7.

258 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Torcy, 20 juin 1707, fos 258-259.

259 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 12 février 1706.

260 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1241.15.8, lettre de Castelldosrius à Amelot, 28 février 1706.

261 Lohmann Villena, 1964, p. 231.

262 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 17 novembre 1705 ; lettre d’Amelot à Castelldosrius, 12 février 1706.

263 Sáenz-Rico Urbina, 1978.

264 Lohmann Villena, 1964.

265 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1241.15.8, copie d’une lettre de Castelldosrius à Amelot, 1709.

266 Sáenz-Rico Urbina, 1978, pp. 121-122 ; Lohmann Villena, 1964, p. 221.

267 Sáenz-Rico Urbina, 1978, pp. 124-125.

268 Lohmann Villena, 1964, p. 222.

269 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1241.15.8, lettre de Castelldosrius à Amelot, 17 août 1708, Lima.

270 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, lettre de Castel dos Rios à Torcy, 31 août 1708, fos 318-320.

271 ANC, Fons dels marquesos de Castelldosrius, 1242.19.20, lettre d’Amelot à Castelldosrius, 26 décembre 1706, reproduite en annexe XII. Voir notamment la fin de la lettre.

272 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 juillet 1707, fo 6 et lettre de Pontchartrain à Amelot, 1er août 1707, Versailles, fo 532vo.

273 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 15 avril 1709, Madrid. Voir aussi l’extrait de la lettre de Louis XIV à Amelot, 30 juillet 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 68, reproduit en annexe XIII.

274 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 janvier 1709, Madrid, fo 93vo.

275 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre de Pontchartrain à Amelot, 8 mai 1709, Marly, fos 399-402.

276 Ballesteros Robles, 1912, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur.

277 Pavia, 1873, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur.

278 Álvarez y Baena, 1789-1791, t. IV, consulté dans World Biographical Index, K. G. Saur.

279 AN, Marine, B2 185, lettre de Pontchartrain à Los Ríos, 22 juillet 1705, fo 291 ; Pontchartrain à Los Ríos, 9 septembre 1705, fo 806 ; B2 186, Pontchartrain au comte de Los Ríos, 4 novembre 1705, fo 1339.

280 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 18 février 1706, fo 248.

281 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, série de lettres de membres de la famille Los Ríos, mars 1706, fos 235-247.

282 En avril la décision n’était pas encore avalisée alors que Philippe V avait donné son accord en décembre 1705 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, fos 30-47.

283 Los Ríos aurait servi la marine de France pendant quatre ans. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 21 avril 1706, fos 63-65.

284 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 31 janvier 1706, Versailles, fo 240vo.

285 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Torcy, 12 mai 1706, fo 36.

286 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 septembre 1706, fos 160-163.

287 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 24 octobre 1706, Versailles, fos 227-228.

288 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, lettre de Pontchartrain à Amelot, 31 août 1708, Fontainebleau, fo 294 ; AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 3 décembre 1708, Madrid.

289 AN, Marine, B2 200, lettre de Pontchartrain à Amelot, s. d., fo 377.

290 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Torcy, 12 mai 1706, fo 36.

291 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 22 mai 1707, fos 313-317.

292 AN, Marine, B2 201, lettre de Pontchartrain à Amelot, 19 juin 1707, fo 617.

293 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre de Torcy à Amelot, 25 juillet 1707, fo 34.

294 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 31 juillet 1707, fo 520.

295 AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 18 juillet 1707, fos 187-193, ici fo 188vo.

296 Charlevoix, Histoire de l’isle espagnole, t. II, pp. 328 et 336.

297 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Pontchartrain à Amelot, 17 août 1707, fos 169-170.

298 AN, Marine, B7 470, « Traduction d’une lettre écrite à Madrid », 15 août 1707.

299 AN, Marine, B7 470, libelle de Fernán Núnez, s. d., fos 429-431.

300 AN, Marine, B7 470, minute d’une lettre de Fernán Núñez à Pontchartrain, 7 septembre 1707, fo 527.

301 Dedieu, 2001, p. 389.

302 AN, Marine, B7 467, extrait d’une lettre de Don Fernando Chacón Medina y Salazar (Cadix) : il n’a pas pu s’embarquer pour l’Amérique et demande à être recommandé à M. Amelot pour obtenir un poste, 24 janvier 1706, fos 297-298.

303 AGI, Indiferente General, leg. 138, no 81, « Relación de servicios del mariscal de campo, Dn Fernando Chacón Medina y Salazar », 19 août 1709. La place de gouverneur lui fut concédée le 30 avril 1706.

304 AN, Marine, B7 248, extrait d’une lettre de don Fernando Chacón Medina y Salazar (Madrid), août-octobre 1707 : il est promu maréchal de camp et reçoit l’expectative du gouvernement des Canaries, fo 822.

305 Viera y Clavijo, 1860, t. III, p. 334.

306 AGI, Contratación, leg. 580, no 5, « Autos sobre los bienes del teniente general de la armada Fernando Chacón Medina y Salazar, caballero de la Orden de Santiago ».

307 Saint-Simon, Mémoires, t. XXXIX, pp. 195-196.

308 AMAE, Cor. pol., Esp., lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 septembre 1708, fos 48vo-49.

309 Lettre de Louis XIV à Amelot, 1er octobre 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 81.

310 Andújar Castillo, 2007, pp. 68-88.

311 Antoine Crozat, receveur général des finances de Bordeaux, beau-frère de Le Gendre et de Doublet, devint le banquier du duc d’Orléans. Il servit sous ses ordres quand ce prince alla en Espagne, entre 1707 et 1709. Frostin, 1971, p. 317.

312 AN, Marine, B7 245, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 6 mars 1707, fo 24.

313 Andújar Castillo, 2008, pp. 87 et 264.

314 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 28 septembre 1705. Voir également l’extrait d’une lettre du marquis de Mejorada à Amelot sur cette affaire dans AN, Marine, B7 466, fo 325vo.

315 Butel, 1988, p. 21.

316 Hrodej, 1999.

317 Trésorier du duc d’Orléans. Frostin, 1971, p. 318.

318 Thomé était trésorier général des galères, un emploi qui lui avait été assuré par le duc de Vendôme.

319 Lévy, 1969.

320 Frostin, 1971, p. 313 ; Lévy, 1969, p. 450.

321 Ibid.

322 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre de Pontchartrain à Amelot, 15 juillet 1705, Marly, fos 24-25 ; du même au même, Versailles, 26 août 1705, fos 193-196.

323 Hrodej, 1999.

324 Pontchartrain exigea de Daubenton de savoir si Louis Chacón était fidèle ; AN, Marine, B2 196, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 23 janvier 1707, fo 942.

325 AMAE, CADN, Ambassade, Madrid, Série A, no 5, lettre sans date de Crozat et de La Boulaye à Daubenton [1706] ; partiellement reproduite en annexe XIV. L’identification de Bartolomé fut difficile : son nom de famille diffère selon les archives. Dans les documents des archives françaises, il est appelé de Ponte ou Daponte. Dans les archives espagnoles, la forme d’Aponte est la plus employée.

326 AN, Marine, B7 469, extrait d’une lettre de Don Bartolomé de Ponte (Madrid) : il a reçu l’expectative de la présidence de Guatemala, [correspondance des six premiers mois de l’année 1706], fo 13. AN, Marine, B2 196, lettre de Pontchartrain à Amelot, 16 janvier 1707, fos 297 et 305 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 16 janvier 1707, fo 8.

327 AGI, Gobierno, Santa Fe, 504, cité dans Mena García, 1982, p. 120.

328 AN, Marine, B7 246, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 29 mai 1707, fos 183-190.

329 Burkholder, Chandler, 1982, p. 317.

330 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 2 juillet 1708, Madrid.

331 AGI, Lima, leg. 401, 1680-1761, Relaciones de méritos y memoriales ; AGI, Pasajeros, leg. 14, exp. 1141 : José de Santiago Concha, chevalier de Santiago, alcalde del crimen de la Audiencia et Diego de Estriegana, su criado ; AGI, Contratación, leg. 5457, no 85, Expediente de información y licencia de pasajero a Indias de José de Santiago Concha, alcalde del crimen de la ciudad ; AHN, Ordenes Militares, Calatrava, exp. 2399, cédule pour l’habit de Calatrava, 18 novembre 1693.

332 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, « Réflexions sur le mémoire d’Amelot concernant l’affaire des laines d’Espagne », [1705], fos 412-415.

333 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 12 mai 1706, fos 151-153.

334 Zabala, 2006 ; sur le commerce, on se reportera avec profit à Bilbao, 2003.

335 AN, G7 1421, copie de la lettre d’Amelot à Pontchartrain, 16 mars 1707, Madrid ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 4 mai 1707, fos 249-250.

336 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Lépine-Danycan, La Lande Magon et La Chipaudière Magon, 9 mars 1707.

337 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Ferrand, 12 mai 1707 ; AN, G7 1092, lettre d’Orry à Chamillart, 5 mai 1707.

338 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Ferrand, 16 mai 1707.

339 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 octobre 1707, Fontainebleau, fo 95.

340 AN, Marine, B7 243, résumé d’une lettre d’Alonso de Páramo à Pontchartrain, 5 décembre 1707, fo 41.

341 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 octobre 1707, Fontainebleau, fo 95 ; B2 206, de Pontchartrain à Amelot, 4 janvier 1708, Versailles, fo 72.

342 Bernard, 1972, p. 8.

343 AN, Marine, B7 243, lettre d’Alonso de Páramo sur les taxes imposées à Bayonne par le duc de Gramont, août 1707.

344 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Alonso de Páramo, 13 août 1707, fos 818-819.

345 Isidoro Casado de Acevedo y Rosales, Ier marquis de Monteleón (1701) était originaire de Galice. Il négocia pour Philippe V l’entrée des troupes françaises à Mantoue. En 1704, il alla à Gênes comme envoyé de son souverain. Il fut nommé conseiller de cape et d’épée surnuméraire au Conseil des Indes. Il était le troisième des plénipotentiaires à Utrecht. Il accomplit une carrière de diplomate au service de Philippe V. Ozanam, 1998, pp. 217-218.

346 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 20 juin 1707, fos 26-27.

347 Felices de la Fuente, 2010, p. 680.

348 Ibid., p. 681.

349 AHN, Estado, leg. 2941, copie d’un mémoire sur la junte de commerce, 1713.

350 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 5 août 1705 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, « Réflexions sur le mémoire d’Amelot concernant l’affaire des laines d’Espagne », [1705], fos 412-415.

351 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 mars 1706, fos 2-12.

352 BnF, Ms. Lorraine, no 811, lettre de Vaudémont à Amelot, 31 juillet 1707, fo 281.

353 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Gramont à Amelot, s. d., Versailles, fo 68.

354 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 mars 1707, fos 160-162.

355 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 février 1706, fos 254-257.

356 AN, Archives Rosanbo, Fonds Le Peletier, 259 AP 26, dossier 3, lettre d’Amelot à Claude Le Peletier, 27 août 1708.

357 AN, Archives Rosanbo, Fonds Le Peletier, 259 AP 26, dossier 3, lettre d’Amelot à Claude Le Peletier, 8 juillet 1709.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search