Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Troisième partie. L’éloquence de l’écriture : persuader et gouverner avec des mots

Chapitre VIII

Combattre et négocier avec la plume

Texte intégral

  • 1 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 19 août 1705, Versailles, fo 104.

… vous sçavez Monsieur que de tout temps les François ont eu la liberté de parler, et que le génie de la nation est de dire ses sentiments sans beaucoup de ménagement.
Torcy à Amelot, 17051

  • 2 Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 524 ; Albareda Salvadó, 2010, p. 173 ; Torras i Ribé, (...)
  • 3 Pour une synthèse récente, on se reportera à Vicent López, 2001, pp. 217-243.
  • 4 Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 518.
  • 5 Bernabé Ruiz, 2008, p. 11.
  • 6 Arco y Garay, Repertorio de manuscritos referentes a la historia de Aragón, p. 368 ; Armillas, Pére (...)
  • 7 Relación verdadera de la defensa, que ha hecho la villa de Puigcerdan, a la interpresa, que el enem (...)
  • 8 Les vigatans, partisans de l’archiduc en Catalogne, étaient parfois appelés « miquelets » par leurs (...)

1L’imprimé n’étuait pas seulement un support de l’information que les ambassadeurs transmettaient à la cour. Il servait aussi à mobiliser les peuples. Dans une guerre de légitimité, emporter l’adhésion des populations constituait une arme. Le conflit devint, à partir de 1705 et de la sécession de la Catalogne, puis des révoltes d’Aragon et de Valence, une véritable guerre civile. Dans les territoires de la couronne de Castille, Philippe V dominait la situation, tandis que l’archiduc s’était imposé dans les royaumes de la couronne d’Aragon. La loyauté des sujets castillans de Philippe V ne fut pas uniquement la conséquence d’une adhésion au petit-fils de Louis XIV, mais aussi le fruit de la contrainte exercée par les armées présentes et des liens de fidélités qui unissaient les membres de la cour madrilène et la société castillane2. Par la suite, la propagande (publicística) s’est chargée d’exalter cette fidélité3. La cité de Murcie par exemple, obtint le titre de fidelísima pour avoir honoré Philippe V en introduisant des fleurs de lys dans ses armes4. Xixona, dans le pays valencien, obtint les mêmes privilèges en 17095. En 1708, Borja et Tarazona, des villes aragonaises, reçurent également l’honneur de placer des fleurs de lys sur leurs écus6. À l’inverse, Puigcerdá publia un manifeste dans lequel elle s’enorgueillissait d’avoir résisté à une attaque des troupes de Philippe V7. Ces exemples de communautés d’habitants qui prenaient parti, que ce soit une ville ou une province, soulèvent l’épineuse question de l’adhésion des populations à l’un des deux candidats au trône et des différents ressorts susceptibles d’entrer en jeu dans ce choix. Il pouvait y avoir des raisons sociales, comme l’ont montré les travaux sur les miquelets ou vigatans et les botiflers8, ou d’ordres culturel et politique, comme la crainte de voir Philippe V imposer une forme de centralisation à des territoires sensibles à leur autonomie. La question de l’adhésion n’est plus guère posée sous la forme du « pourquoi » mais plutôt du « comment ». En d’autres termes, quels étaient les arguments utilisés pour tenter de rallier les populations à l’un ou l’autre des compétiteurs ?

  • 9 Bodart, 2007 ; Sabatier, 2007.
  • 10 González Cruz, 2009, pp. 93-94.
  • 11 Ibid., p. 98.

2L’affrontement déclencha une guerre de libelles et de diffusion de rumeurs afin de discréditer l’adversaire et de renforcer son propre parti. De plus, outre les imprimés, les portraits des souverains et les médailles participèrent à cet effort de propagande9. Des portraits de l’archiduc circulèrent ainsi jusque dans l’Amérique espagnole10. De nombreuses gravures illustrant les intronisations et les cérémonies circulèrent également11.

  • 12 Pérez Picazo, 1966.
  • 13 González Cruz, 2009. Voir aussi : Alabrús Iglesias, 1991, 1995 et 1996 ; Ead. (éd.), 2006 ; García (...)

3Il ne s’agit pas ici de retracer la production et la diffusion des différents pamphlets. L’historiographie a déjà abondamment éclairé cette question, depuis María Teresa Pérez Picazo12 jusqu’à différentes contributions plus récentes, comme celles de David González Cruz13. Les différents supports (pamphlets, romance, nouvelles, placards, gravures, etc.) et les arguments utilisés par chacun des deux camps qui s’affrontaient sont bien connus. Ils faisaient appel à des logiques confessionnelles (catholiques contre protestants), dynastiques (la maison d’Autriche contre celle des Bourbons), ou de nature « psychologique » (le respect aux dernières volontés de Charles II).

  • 14 González Cruz, 2006, pp. 19-25 et 149-150.
  • 15 Carta que el Ilustrísimo Señor D. Luis Belluga, obispo de Cartagena […], escribe a los fieles de su (...)

4La dimension religieuse du conflit, par exemple, fit l’objet d’une instrumentalisation : Louis XIV et Philippe V incarnaient la défense du catholicisme face aux alliés majoritairement protestants14. Les belligérants recouraient ainsi à l’argument de la défense de la foi ou de son attaque pour légitimer leurs prétentions et leur combat. Les puissances maritimes concevaient la politique brutale du roi de France à l’égard des protestants et des camisards des Cévennes comme la preuve de ses visées hégémoniques. À l’inverse, les troupes de l’archiduc étaient accusées de commettre des sacrilèges et de vouloir introduire le protestantisme dans la monarchie hispanique. Le discours de la loyauté castillane, diffusé par les partisans des Bourbons, se confondait ainsi avec celui d’une orthodoxie catholique propre à souder les populations autour de Philippe V. L’idée d’une fidélité à Dieu se confondant avec celle du roi se répandit durant la guerre. Ce procédé assimilait ainsi le respect de l’ordre divin à celui de l’ordre politique. Dans une carte pastorale, Luis Belluga assimilait l’abandon de la cause de Philippe V à un sacrilège15. Dans la littérature de colportage, dans les pamphlets sous forme de feuilles volantes, la victoire prochaine contre les ennemis était célébrée à travers l’exaltation de la protection de Dieu et de l’union entre les couronnes de France et d’Espagne. Les nouvelles relations entre les deux monarchies s’inscrivaient dans une perspective eschatologique du triomphe de la foi catholique. L’un de ces imprimés célébrant la future victoire des deux couronnes face au camp impérial s’achevait sur ces vers :

Vive notre grand monarque
Philippe cinq, et [que] son éminente
Couronne prospère au ciel,
Contre les armes ennemies.

Vivent les Lys unis,
Et les deux fermes puissances
[Qu’] elles soient la terreur de l’Empire,
Et de ses forces alliées.

  • 16 « Viva nuestro Gran Monarca / PHILIPO Quinto, y su excelsa / Corona prospere el Cielo, / Contra las (...)

Vivent les Royaumes unis ;
Tout fanatique mourra,
Et nous les fidèles affirmons,
La paix ici, et plus jamais la guerre16.

  • 17 La gazette de Barcelone diffusa le bruit de prétendues négociations avec le sultan pour l’inciter à (...)

5Chaque camp disposait d’un arsenal d’arguments qu’il réutilisait dans la plupart des écrits : Louis XIV était un allié du Turc17, il ne respectait pas les traités signés et imposait une domination injuste à la monarchie hispanique quand les défenseurs de Philippe V mettaient en avant la légitimité de ses droits à la couronne et sa fervente piété. L’équilibre des puissances en Europe, la nécessité de lutter contre la puissance des Bourbons ou des Habsbourg, le respect des libertés des différentes provinces et la défense de la foi catholique fondaient les principales argumentations développées en faveur de l’un ou de l’autre candidat au trône.

  • 18 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, « Carta escrita a S. Mgd Britta por la junta militar de las armas de (...)
  • 19 AHN, Estado, leg. 281, caja 2, imprimé Copia de carta del Excelentísimo Señor Conde de Noelle, maes (...)
  • 20 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Tinajero de la Escalera, 31 juillet 1708.

6Les populations vivant loin des théâtres d’affrontement étaient mobilisées comme les autres. Dans les Archives des Indes à Séville, on retrouve la trace de ces publications qui avaient pour fonction de favoriser le ralliement des Américains à l’un et l’autre des deux camps ; elles révèlent l’enchevêtrement de considérations qui concernaient des espaces géographiques fort éloignés. Comme déjà souligné précédemment, les vice-rois participaient à la surveillance de la circulation des imprimés. Dans ceux qui furent adressés par le gouverneur de Jamaïque à celui de Cartagena, il y avait plusieurs copies d’imprimés catalans. Le gouverneur de Cartagena les transmit au vice-roi du Pérou, Castelldosrius, qui lui ordonna de ne les montrer à personne. Parmi ces documents se trouvait la copie d’une lettre envoyée par la junta militar de l’archiduc à la reine d’Angleterre en 170518, où la junte remerciait la reine Anne d’avoir libéré le principat de Catalogne du « pesant joug de la violente oppression française ». Derrière cet objectif revendiqué de remercier la souveraine de Grande-Bretagne et sans s’adresser directement aux population de l’Amérique espagnole, elle visait à raviver les sentiments de communauté d’intérêts entre les sujets des deux côtés de l’Atlantique. Cette idée de la tyrannie et du joug que le roi de France exerçait sur la Monarchie Catholique constituait l’un des plus puissants arguments de la propagande austraciste. Il s’agit d’un élément rhétorique que l’on retrouve par exemple dans les lettres des officiers nommés par Charles III adressées aux différents royaumes, dont la publication répondait plus à la volonté de diffuser ce type d’argument qu’à celle d’informer ou d’avertir réellement. Ainsi, une lettre du comte de Noelle adressée à la Diputación du royaume d’Aragon sous prétexte d’annoncer sa nomination comme maître de camp général servait surtout à dénoncer la tyrannie de Philippe V, toujours appelé « duc d’Anjou » pour mieux souligner son illégitimité. Le comte expliquait sa nomination comme un signe de « la royale clémence de Sa Majesté [Charles III], compatissant à l’esclavage, au cruel joug, à laquelle la violente intrusion du duc d’Anjou a réduit ce royaume, et au gouvernement tyrannique de la France, maltraitant les lois divines et humaines19 ». À l’inverse dès que Castelldosrius eut connaissance de la victoire à Almansa des troupes de Philippe V sur celles de l’archiduc et de la naissance du prince des Asturies, il fit réimprimer les écrits qu’on lui avait envoyés afin de les diffuser dans l’ensemble du royaume du Pérou20. On tentait ainsi de faire vivre les populations américaines au gré des événements survenus dans la péninsule comme celle-ci vivait au rythme de la navigation et des retours des métaux précieux américains. La diffusion des nombreuses publications visait à associer l’ensemble des composantes de la monarchie hispanique à l’effort de guerre.

7Pour l’ambassadeur, comme pour les ministres et les conseillers des princes, la surveillance et le contrôle des imprimés ne se réduisaient pas à défendre les positions d’un souverain ou à attaquer celles de son adversaire. Se posait également la question de la publicité de certaines affaires. Les formes de censure doivent ainsi être envisagées comme la nécessité pour un pouvoir de garder secrets ses objectifs. Donner ou non de la publicité, c’est-à-dire porter à la connaissance du public une nouvelle, soulevait toujours la question des enjeux de la diffusion. En dépit des condamnations morales et religieuses, les princes n’hésitaient pas à recourir à la dissimulation comme le préconisait Machiavel. Il s’agissait donc de dénoncer les méfaits ou le machiavélisme de son adversaire, sans être à son tour pris en défaut. La nécessité de respecter un ordre social marqué par les exigences morales du protestantisme ou de la Réforme catholique imposait de dissimuler toute pratique condamnée par les Écritures. L’étude des rapports que l’ambassadeur entretenait avec l’imprimé peut donc être envisagée sous l’angle de la publicité donnée aux négociations et aux récents événements. Quelle ligne de séparation existait-il entre ce qu’Amelot rendait public et ce qui devait rester secret ?

8L’abondance des documents, leur circulation et leur diffusion croissantes invitent donc à se demander si Amelot en tenait compte pour conduire ses négociations. Comme il est difficile d’évaluer l’impact de cette production écrite sur les populations, on s’interrogera sur son utilisation par l’ambassadeur plutôt que sur sa réception effective. La question de l’adhésion des populations aux discours et aux messages qui lui étaient adressés a volontairement été mise de côté pour se concentrer sur les interactions qui existaient entre ce qui circulait dans le public et la mission de l’ambassadeur Amelot.

I. — Le négociateur et la rumeur : entre interférence et instrumentalisation

9La crainte du démembrement peut être considérée comme le principe directeur de la politique de Charles II et de son choix de laisser la monarchie hispanique au duc d’Anjou. Ce sentiment était d’ailleurs largement partagé dans les élites de la Monarchie Catholique. Dans ses Mémoires, le feld-maréchal comte de Mérode-Westerloo, originaire des Pays-Bas espagnols, écrivait :

  • 21 Cité dans De Schryver, 1965, p. 217.

Le seul esprit qui régnât partout étoit la crainte d’un démembrement de la monarchie, et, pour la conserver entière, l’on ne se seroit pas seulement fait françois, comme cela eut lieu, mais turc, je crois, si l’on avoit cru que le Turc eût pu nous maintenir21.

  • 22 Ibid., p. 61.

10Lors de l’arrivée d’Amelot à Madrid en 1705, la guerre durait déjà depuis trois ans. L’arrivée de l’archiduc à Lisbonne le 25 février 1704 avait marqué le début des opérations militaires dans la péninsule. Philippe V avait déclaré la guerre au roi de Portugal le 30 avril 170422. Les deux couronnes combattaient la Grande Alliance sur plusieurs fronts : le Rhin et les Pays-Bas espagnols, l’Italie du Nord et, enfin, la péninsule. À ces opérations terrestres, il faut ajouter les combats pour la domination des mers. En 1704, Gibraltar avait été pris par les Anglais commandés par l’amiral Rooke.

  • 23 Bély, 2007.

11Les bruits à propos d’un démembrement de la monarchie, voire de négociations en Hollande, circulaient déjà abondamment et l’ambassadeur dut s’en préoccuper à plusieurs reprises. L’idée d’un démembrement, contraire au désir — très fort à la cour de Madrid — de conserver intacte la monarchie, risquait de nuire aux relations entre les deux couronnes. Pourtant, dès le début d’un conflit, les bruits d’une négociation secrète ou de possibles préliminaires ne manquaient jamais d’apparaître. Ils soulignaient que « l’art de la paix23 » était long et difficile, et que les princes restaient toujours ouverts aux différentes propositions d’accommodement qui pouvaient surgir.

  • 24 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fos 41-46.

12Trois jours après l’arrivée d’Amelot à Madrid, Philippe lui confia ses craintes. Le roi avait entendu dire que l’objectif de la mission d’Amelot était d’obtenir son consentement au démembrement24. L’ambassadeur tenta de rassurer le jeune prince en lui affirmant que de pareils discours ne pouvaient qu’être l’œuvre de gens malintentionnés et qu’il ne fallait leur accorder aucun crédit.

  • 25 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre de Louis XIV à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fos 61-63.
  • 26 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre de Louis XIV à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fo 62vo (fo 6 (...)

13Peu après, Louis XIV confirma Amelot dans sa démarche tout en le mettant en garde : s’il ne recevait pas davantage de soutien de la part de la monarchie espagnole, il ne pourrait pas s’opposer à un démembrement de ses possessions25. Il ne cachait pas son impuissance à en garantir l’intégrité si elle n’apportait pas plus de vigueur à sa défense. Il concluait ainsi : « Il est à propos que vous fassiez faire ces réflexions à mon petit-fils en l’assurant cependant qu’il n’est pas vray qu’il y aist eu ou a venir des négociations commencées pour la paix26 ». Il démentait ainsi les bruits tout en adressant un avertissement à son petit-fils. Il notait également que « le temps n’affoiblirait pas l’opinion du public sur ce sujet ».

  • 27 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 170.
  • 28 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 170vo.
  • 29 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 171.

14Amelot confirma cette analyse peu de temps après. Le duc d’Albe, ambassadeur de Philippe V auprès de Louis XIV, avait transmis très officiellement les rumeurs de négociations à la cour de Madrid27. Un intermédiaire d’Amsterdam lui avait confié que l’on y traitait d’une répartition, publiée à plusieurs reprises28. Naples et la Sicile iraient à l’archiduc, les Pays-Bas à l’électeur de Bavière et le duché de Milan29 au duc de Lorraine dont les États demeureraient réunis à la France.

  • 30 Lettre écrite au Roi pour le rétablissement de la paix générale en Europe, citée dans Saint-Simon, (...)
  • 31 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 1er septembre 1705, Versailles, fos 101-10 (...)
  • 32 Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, p. 607.

15Il ne s’agissait donc pas seulement de discours mais d’imprimés qui circulaient. Une brochure, lancée à Paris, défendait cette idée30 ; Saint-Simon s’en fit l’écho dans ses Mémoires. Comme le secrétaire d’État des affaires étrangères ne doutait pas que « les avis de cette prétendüe négociation ne soient envoyez en Espagne, et que l’idée d’un démembrement n’y produise de mauvais effets31 », il ordonna à Amelot de démentir fermement l’ensemble de ces rumeurs. Toutefois, le marquis de Torcy ne cachait pas à l’ambassadeur que les Hollandais désiraient la paix et avaient parlé en ce sens au marquis d’Alègre, qui avait été fait prisonnier quelque temps auparavant. Alègre ayant obtenu une permission de deux mois, il fut invité par le roi à Marly. À la fin de son séjour, il retourna en Hollande pour sonder les possibilités d’une paix, mais en vain32.

  • 33 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Torcy, 22 septembre 1705, Madrid, fos 163-164.

16Amelot transmit ces dénégations à l’ensemble des ministres de Philippe V et contesta formellement l’existence d’une quelconque négociation. Le duc d’Albe fut reçu à Versailles par Louis XIV, qui lui renouvela ces déclarations33.

17La seule venue d’un avis pouvait ainsi perturber les relations entre les couronnes. Distiller l’idée d’une négociation dans laquelle le roi de France serait entré sans prévenir Philippe V donnait du crédit à la propagande des alliés qui dénonçait l’état de sujétion de Philippe V. De plus, c’était le meilleur moyen d’introduire le doute et la méfiance entre les cours de Madrid et Versailles. Amelot, comme Torcy, connaissait trop les effets négatifs d’une telle nouvelle — ou rumeur — pour ne pas la réfuter énergiquement.

18À partir de l’été 1706, les bruits et les rumeurs circulèrent à nouveau. Après l’échec du siège de Barcelone au printemps, le soulèvement de l’Aragon et le retour de Philippe V à Madrid, via la France, les idées d’un démembrement voire d’un abandon de la monarchie espagnole redoublèrent.

19Amelot écrivait ainsi au roi :

  • 34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, fos 128-135.

Je ne dois pas aussi dissimuler à V. M. que la résolution de se retirer par le Roussillon, sans avoir tenté le chemin de l’Aragon, a fait croire, que les affaires d’Espagne estoient absolument renversées & fait dire aux Espagnols, qui accompagnoient le Roy votre petit-fils, que c’estoit une suite d’un traité de partage, et que ce prince s’en retourneroit en France pour toujours. Raisonnement que je trouve très mauvais et très mal fondé ; mais c’est un fait dont je rends compte à V. M.34.

  • 35 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 116. Voir aussi González Cruz, 2009, pp. 1 (...)

20Cet exemple illustre combien la circulation d’une rumeur constituait en soi une information suffisamment importante pour être mentionnée au roi. En dépit du peu de crédit qu’Amelot accordait à cette rumeur, il en rendait compte à Louis XIV. La sortie de Madrid de Philippe V à l’été 1706, après qu’il eut vainement tenté de reprendre le contrôle de la capitale catalane (mai 1705), renouvela les craintes d’un abandon de la monarchie par Louis XIV, qui se répandirent jusque dans le camp de Philippe V comme le souligna le marquis de San Felipe dans ses Comentarios35. Ces bruits et rumeurs ne cessèrent jamais durant la guerre.

21Avec le passage des territoires de la couronne d’Aragon dans le camp de l’archiduc à partir de l’automne 1705, l’idée d’une séparation des territoires de la péninsule réapparut. Ainsi, se répandit l’idée que les couronnes d’Aragon et celle de Castille pouvaient à nouveau être séparées : l’archiduc conserverait les territoires sous sa domination, et Philippe V resterait roi de Castille. Si l’idée d’un démembrement de la monarchie semblait s’imposer, séparer la Castille de l’Aragon constituait un projet inacceptable pour les ministres espagnols comme le rapportait Amelot :

  • 36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 octobre 1706, fos 35-36.

L’ydée de rétablir les deux royaumes de Castille et d’Aragon comme ils étoient au temps du Roy Cath. Ferdinand et d’Isabelle leur est insupportable et il n’y a personne ycy qui ne s’élevât contre une pareille disposition36.

  • 37 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre de Louis XIV à Amelot, 28 novembre 1706, fos 45-48.

22Louis XIV s’étonna lui-même qu’une telle idée puisse avoir quelque crédit à la cour de Madrid. Il chargea Amelot de se renseigner sur l’origine de cette rumeur37.

  • 38 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 46.

23En dépit du caractère « absolu » du pouvoir du prince qui n’avait de comptes à rendre qu’à Dieu, les imprimés et les nouvelles qui circulaient avaient un pouvoir de nuisance certain sur l’action d’un envoyé. Celui-ci était contraint d’en tenir compte. Ainsi, lorsque l’idée d’un démembrement de la monarchie réapparut en 1705, Amelot dut différer une demande de Louis XIV, qui souhaitait pouvoir placer des troupes et des garnisons dans les forteresses de Fontarabie et de Saint-Sébastien. Amelot remit cette demande à plus tard, de crainte qu’elle ne renforçât l’idée d’un abandon de la monarchie à la cour de Madrid38.

  • 39 SHD, A1 2050, lettre d’Amelot à Chamillart, 12 octobre 1707, fo 126.
  • 40 SHD, A1 2050, lettre de Chamillart à Amelot, 26 octobre 1707, fo 166 ; copie dans AMAE, Cor. pol., (...)

24Le bruit d’une négociation en Hollande ressurgit en 1707 après la bataille d’Almansa. Le 12 octobre 1707, Amelot écrivait à Chamillart : « Il court icy de nouveaux bruits d’une négociation en Hollande, je ne sais sur quoi cela est fondé39 ». Chamillart nia l’existence de préliminaires et lui conseilla de s’adresser directement à Torcy, tout en admettant que « différents bruis [s’étaient] répandus40 ».

25Parallèlement à la surveillance des rumeurs, l’ambassadeur cherchait à contrôler le moment où certaines informations seraient portées à la connaissance du public. Lors de la capitulation dans le Milanais, Amelot redouta ainsi les conséquences de ce premier démembrement. Il écrivit au roi :

  • 41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 mars 1707, fo 61vo.

Il est important, Sire, de retarder le plus qu’il sera possible la connoissance de ce traité aux Espagnols et de faire en sorte qu’ils ne l’apprennent que lorsque toutes les forces du roy leur maistre, ainsy que les nouveaux secours que Votre Majesté luy envoye seront en campagne, et en estat d’agir, […] il est à désirer que Sa Majesté soit le plus en état qu’il se pourra de se faire craindre par les malintentionnés lorsqu’on apprendra en Espagne que l’Italie est abandonnée41.

26Le roi de France avait tout à redouter de la publication de la capitulation de ses armées en Italie. Cette défaite risquait en effet d’entraîner davantage de défections dans le camp de son petit-fils.

27Pontchartrain se montrait également attentif aux conséquences des bruits et des rumeurs. À l’automne 1705, le roi fit armer une escadre à Toulon pour escorter la flotte et les galions de Cadix. Le roi de France proposait l’assistance de sa marine afin de rendre plus sûr le convoi vers les Indes. L’initiative de Louis XIV fut toutefois vivement critiquée car on y vit une manière de retarder le départ du convoi afin de laisser aux négociants français plus de temps pour commercer en fraude. Alarmé, Pontchartrain avertit Amelot :

  • 42 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 26 novembre 1705, fos  (...)

… le consulat et les gens mal intentionnés ont répandu, que le Roy n’avoit offert des escadres que pour arrester le départ des galions […] dans la veüe de donner le temps aux bastiments françois qui sont allez dans les Indes, d’y faire leur commerce42.

  • 43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 26 novembre 1705, fos  (...)

28Ces rumeurs étaient particulièrement nocives puisque les dénonciations de la volonté de Louis XIV de s’emparer du commerce américain constituaient l’un des principaux arguments de la propagande alliée. Pontchartrain accéléra les préparatifs de l’escadre mais l’ampleur de la polémique l’amena à renoncer. Il avertit donc Amelot que Louis XIV s’en remettait à son avis pour savoir s’il convenait ou non d’inciter les Espagnols à accepter son offre d’escorte43. Si les critiques étaient trop virulentes, mieux valait renoncer. Les bruits pouvaient ainsi avoir raison d’une décision touchant pourtant de très près les intérêts financiers des deux couronnes. L’action de l’ambassadeur dépendait de l’analyse d’une situation politique dans laquelle il tenait compte des informations et des rumeurs diffusées à ce moment-là.

  • 44 Lieberman, 2000.

29Les bruits et les rumeurs n’affectaient pas seulement les décisions politiques, mais aussi le monde des affaires en général. Déjà au xviie siècle, le Confusión de confusiones de José Penso de la Vega (1688), où un spéculateur se voit accusé d’un effondrement de la bourse en raison des fausses nouvelles qui circulent, révélait le poids des rumeurs dans le fonctionnement de la bourse d’Amsterdam44. Le crédit et les opérations financières dépendaient pour une large part des informations sur le retour d’un convoi, la solvabilité d’un banquier, ou du sort des armes des princes européens.

30Bruits et rumeurs pesaient ainsi sur le monde des affaires et les décisions politiques, mais ils affectaient aussi la conduite de la guerre. La correspondance d’Amelot révèle comment, en dépit des rapports des espions et de l’attention portée aux mouvements des troupes et des navires, l’incertitude était la règle. Les mouvements de l’archiduc et les bruits de sédition étaient ainsi minutieusement décrits dans ses lettres. Il rapportait tous les éléments qui permettaient de connaître la stratégie des ennemis de Louis XIV.

  • 45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 février 1707, fos 171-174.

31En février 1707, le bruit courut que l’archiduc devait se rendre à Naples. Peu après l’abandon définitif du Milanais par les troupes de Louis XIV, le royaume de Naples se trouvait menacé par l’arrivée des Impériaux par le nord de la péninsule italienne. Toutefois, Amelot n’apportait aucun crédit à cette rumeur45 : l’archiduc préférait rester en Espagne.

  • 46 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 20 octobre 1706, Versailles, fos 2 (...)
  • 47 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1706, fos 45-52.

32Les rumeurs de sédition et de victoire se répandaient, le plus souvent instrumentalisées par chacun des deux camps à son profit. Les Anglais propageaient ainsi la nouvelle que l’armée de l’archiduc avait battu celle de Philippe V à l’automne 170646. À l’inverse, le bruit d’une sédition dans le palais de Charles III à Barcelone avait circulé quelque temps auparavant dans l’armée bourbonienne47.

II. — La plume : épée de l’ambassadeur

  • 48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 août 1707, fo 129vo.

33Amelot, comme Louis XIV, reconnaissait une grande capacité de persuasion aux nouvelles et aux imprimés diffusés. Il accusait par exemple « l’opinion commune » d’avoir accepté l’idée d’une victoire de l’archiduc en Italie avant même d’avoir tenté de résister : « Un des motifs qui a le plus contribué à la perte de Naples a esté l’opinion commune, que ce royaume estoit abandonné à l’archiduc, opinion dont les ennemis ont su merveilleusement se prévaloir48 ».

  • 49 Lettre de Louis XIV à Amelot, 8 août 1707, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p (...)
  • 50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 120, lettre d’Orry à Torcy, 19 août 1702.
  • 51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre de Gramont à Torcy, juin 1706, fo 246.

34L’évocation d’une « opinion commune » était courante. Louis XIV jeta le doute sur le vice-roi de Naples, le marquis de Villena, en écrivant à l’ambassadeur : « … la voie publique l’accusa [Villena] d’avoir manqué aux précautions les plus essentielles qu’il devoit prendre dans une conjoncture aussi pressante49 ». On reprochait en effet au vice-roi d’être resté inactif alors que les troupes impériales en provenance du nord s’approchaient rapidement. En 1702, Jean Orry avait eu recours à la même expression de « voie publique » pour souligner que le comte de Marsin souhaitait quitter son ambassade au plus vite et sollicitait son remplacement par la Trémoille50. En 1706, le duc de Gramont, gouverneur de Navarre, envoyait les placards des partisans de Charles III à Versailles et détaillait ce qui circulait aussi sur la « voie publique51 ».

  • 52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 mars 1707, fos 101-116.
  • 53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Torcy, août 1707, fo 116.

35Contester les bruits qui circulaient constituait pour Amelot un moyen de se défendre ou de se justifier dans les lettres qu’il adressait au roi et à Torcy. Ainsi, lorsqu’il transmettait des avis ou des gazettes, il n’hésitait pas à rappeler que les nouvelles que ces publications contenaient étaient souvent fausses ou erronées. Il qualifia par exemple de « mauvais avis », les informations que ses agents au Portugal lui avaient envoyés52. Toutefois, il prenait soin d’avertir le roi et les ministres des nouvelles « telles qu’on les débite par la ville53 ».

  • 54 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 août 1706, fo 197.

36On prêtait ainsi attention à l’ensemble des nouvelles qui circulaient. L’ambassadeur devait par conséquent démentir des bruits ou des nouvelles qui risquaient de lui être défavorables. La nomination du gouverneur de Carthagène et du gouverneur de Murcie ayant donné lieu à des discours et des critiques, Amelot se justifia longuement dans une dépêche au roi et démentit qu’il y ait eu aucune intrigue, « ainsy que l’imaginent ordinairement les donneurs d’avis, qui ne savent les choses qu’à demi54 ».

  • 55 Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 529.
  • 56 Díez de Revenga Torres, 2006, p. 205.
  • 57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot au roi, 20 janvier 1706, fos 103-111 ; lettre d’Amel (...)
  • 58 Belluga y Moncada, Carta que Luis Belluga, obispo de Cartagena escribe a los fieles. AMAE, Cor. pol (...)
  • 59 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Torcy à d’Argenson, 4 juillet 1706, fo 220.
  • 60 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de [?] à [Amelot], s. d., peut-être du mois d’avril 1706 au v (...)

37Maîtriser les discours supposait un contrôle étroit de l’impression. Comme nous l’avons déjà précisé plus haut, la publication des gazettes faisait l’objet de manipulations dans les différents territoires. Si la gazette de Madrid constituait la voie officielle du gouvernement de Philippe V, celle de Barcelone jouait le même rôle pour Charles III. Dès lors, contrôler un territoire nécessitait de maîtriser le contenu de la gazette. En Murcie, l’évêque Luis Belluga contrôlait l’unique imprimerie de la capitale55. C’est d’ailleurs après son arrivée que la Gazeta de Murcia vit le jour56. L’évêque de Murcie resta fidèle à Philippe V et fournit à plusieurs reprises des lettres pastorales ou des mandements défendant sa cause. Il participa pleinement aux controverses écrites et alla jusqu’à prendre les armes, notamment pour défendre Alicante et Ontinyent57. Luis Belluga rédigea en 1706 une lettre pastorale adressée à tous les habitants de son diocèse, dans laquelle il défendait les droits de Philippe V58. Ce document parvint à d’Argenson, le lieutenant de police, qui avant d’autoriser son impression, demanda son avis au marquis de Torcy. Le secrétaire d’État des affaires étrangères assura d’Argenson que cette lettre ne contenait rien qui pût porter préjudice au roi59. Il donna son accord à ce qu’elle puisse circuler. Toutefois, il émettait une restriction : la lettre pastorale de l’évêque de Murcie ne devait pas paraître avec une approbation publique, c’est-à-dire avec une caution officielle des ministres et des officiers du roi. Le marquis de Torcy adressait lui-même des imprimés à faire circuler. Les ambassadeurs étaient ainsi sollicités pour transmettre et diffuser des écrits60. On leur précisait parfois de veiller à masquer leur origine et à les envoyer « par des voies détournées ».

  • 61 Vauban, Les oisivetés, pp. 257-261.
  • 62 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Tessé à Amelot, 2 janvier 1705, Pina, fos 190-191 

38Lors d’un conflit, répondre aux écrits constituait une pratique courante. Vauban, dans ses Oisivetés, attirait déjà l’attention sur la nécessité de démentir les libelles diffamatoires61. Dans ses réflexions, le maréchal recommandait de ne pas laisser s’installer de faux discours ni des argumentaires contraires à la politique royale. Plus tard, il rendit hommage à Jean de La Chapelle, auteur des célèbres Lettres d’un Suisse à un Français. Il défendait la création d’un service spécialement chargé de répondre aux gazettes de Hollande et de Bruxelles. Le maréchal de Tessé préconisait exactement la même chose en Espagne, en allant jusqu’à proposer des brouillons « dans lequel il faut que la dignité du Roy soit gardée et y mettre quelques traits de Religion et citations d’Écritures62 ».

39Cette volonté de répondre, démentir ou ruiner les arguments d’un adversaire politique souligne le crédit et l’importance accordés aux imprimés, aux déclarations et aux libelles. Toutes les formes de pouvoir, qu’elles soient politiques ou ecclésiastiques, veillaient aux discours produits à leur encontre. L’objectif recherché restait l’obéissance et la soumission de l’individu, à la fois sujet du roi et fidèle de l’Église, aux institutions politiques et religieuses. Avant même de représenter une menace, une satire ou un libelle risquait de créer une brèche dans les croyances ou les objectifs poursuivis par la monarchie.

  • 63 ASV, Archivio della Nunziatura Apostolica in Madrid, vol. 26, lettre d’Amelot à M. le Nonce [Zondad (...)

40Lorsqu’un écrit déplaisait, Amelot intervenait pour obtenir la suspension de son impression. Les Archives du Vatican conservent ainsi une lettre dans laquelle l’ambassadeur rendait compte au nonce Zondadari de son intervention auprès de Philippe V pour obtenir l’arrêt d’une publication63. Le contexte est obscur car il n’existe pas, à notre connaissance, de réponse à cette lettre. Toutefois, il apparaît clairement que l’ambassadeur a transmis au Roi Catholique un billet du nonce dans lequel celui-ci sollicitait l’arrêt de la diffusion d’un imprimé. Intermédiaire du nonce, Amelot s’exécuta pour favoriser ses bonnes relations avec l’envoyé du pape.

  • 64 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 février 1706, Marly, fos 191-192.

41Le contrôle des impressions et de leurs diffusions n’avait pas seulement pour objectif de masquer les échecs militaires ou contrer le libelle d’un adversaire. On espérait sans doute de la sorte — sans que l’efficacité en ait été démontrée — mobiliser les populations et les entraîner dans le combat de l’un des deux candidats au trône. Tout élément rassurant ou de bon augure était alors soigneusement mis en forme et publié. Dans le cadre de l’union des couronnes, l’arrivée de secours français par exemple était annoncée à grand renfort de publicité. Lorsque Louis XIV décida d’envoyer des troupes supplémentaires en février 1706, il ordonna à Amelot de publier la nouvelle sans retard afin de profiter de ses effets64.

  • 65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 13 février 1706, fo 207.
  • 66 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 février 1706, fos 277-280.

42L’ambassadeur se réjouissait de l’arrivée de dix bataillons supplémentaires, soit environ 8 000 hommes, et de Berwick, particulièrement apprécié en Espagne depuis le siège de Nice qu’il avait commandé à l’automne 170565. Lorsqu’il annonça la nouvelle publiquement, il nota que « le bruit de ce secours ne pouvait produire que de bons effets66 ».

43Louis XIV recommandait également à Amelot de gagner le soutien des populations. Les mesures prises devaient être expliquées et leur application mise en œuvre avec délicatesse. Lors de la préparation d’un décret sur l’argenterie des églises, par lequel on prévoyait un emprunt gagé sur leurs métaux précieux, le roi de France mit en garde son ambassadeur à Madrid contre une exécution trop précipitée :

  • 67 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Louis XIV à Amelot, 30 janvier 1707, fo 98vo.

Quoy qu’elles [les ressources de l’Église] ne puissent estre employées dans une occasion plus pressante, et qu’il ne s’agisse pas moins de conserver la Religion que la Couronne, on ne peut apporter trop de précaution pour faire approuver cette résolution par le public67.

44Pour Louis XIV, il ne s’agissait pas de recueillir le consentement de ses sujets, car le souverain était libre de prendre les mesures qu’il désirait, mais de les convaincre du bien-fondé de celles-ci. Imposer une décision ne dispensait pas de persuader de sa justesse.

  • 68 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre de Louis XIV à Amelot, 19 septembre 1706, fos 15-23.
  • 69 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Torcy, 5 octobre 1706, Madrid, fo 140.
  • 70 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre de Louis XIV à Amelot, 30 mai 1707, fos 101-102.

45Lorsque des courriers étaient interceptés, Louis XIV conseillait à Amelot de les publier. En septembre 1706, il adressa à Amelot un courrier saisi aux alliés. Déchiffré, il laissait apparaître les divisions des généraux. Il confia alors à son ambassadeur à Madrid « qu’il [était] à propos de la rendre publique68 ». Amelot envoyait aussi régulièrement à Torcy les courriers pris aux Portugais. Il souhaitait que les bureaux du secrétaire d’État les déchiffrent afin de pouvoir « s’en servir […] dans l’occasion69 ». Dans ses dépêches, Louis XIV commentaient parfois les imprimés de ses adversaires auxquels il avait eu accès. Peu après la victoire de ses armées à Almansa, il jugea ainsi que les ennemis avaient ignoré leur faiblesse militaire avant d’engager le combat70.

  • 71 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 91.

46Une victoire militaire restait le meilleur moyen de ruiner les effets de la propagande imprimée. Amelot se réjouissait ainsi que l’argumentaire des nombreux placards qui avaient été diffusés par l’archiduc pour exhorter les Espagnols à se soumettre à sa domination au motif que la France avait déjà proposé de céder l’Espagne ait été rendu caduc par la reconquête de Requena peu après la victoire d’Almansa : « Il y a lieu d’espérer que ces sortes d’écrits artificieux feront dorénavant peu d’impression en ce païs cy71. »

  • 72 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 juillet 1706, fos 55-60.

47Si le sort des armes était défavorable, l’imprimé restait le seul moyen de combattre l’influence de son adversaire. Ainsi, lorsque Philippe V dut quitter Madrid en 1706, Amelot et Grimaldo multiplièrent les déclarations et les circulaires afin de présenter le plus avantageusement possible la retraite. En juillet 1706, une déclaration annonçant le retour prochain du roi fut envoyée dans tous les territoires sous la domination de Philippe V72. Il s’agissait de démentir le bruit selon lequel le roi abandonnait la Castille et se retirait en France. Philippe V ne fut de retour à Madrid qu’à la fin du mois de septembre 1706, soit deux mois et demi après la déclaration. Comme le reconnaissait Amelot, l’objectif était ainsi d’informer les populations de ses véritables dispositions.

  • 73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 7 juillet 1706, fos 16-17
  • 74 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 7 juillet 1706, fo 17vo.
  • 75 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 17 juillet 1706, fos 2 (...)
  • 76 AN, AE, BI 770, « Lettre circulaire pour les officiers des Indes pour obéir aux ordres venant uniqu (...)
  • 77 AGI, Indiferente General, leg. 260, lettre du duc d’Atrisco du 25 novembre 1706. Voir annexe VIII.

48La fuite du roi à l’été 1706 ne concernait pas seulement les territoires de la péninsule. L’alarme du danger se fit ressentir jusqu’aux Pays-Bas espagnols. En effet, de nombreux Flamands possédant des biens en Espagne, Chamillart s’inquiéta des effets que pourrait provoquer la nouvelle de la fuite du roi. Il préconisa donc d’écrire aux gouverneurs et commandants des places de Luxembourg, Namur, Charleroi, Mons, Ath, Nieuport et Dendermonde, ainsi qu’à l’électeur de Bavière et à Bergeyck, et de promettre une récompense à ceux qui resteraient fidèles bien que ce ne soit que « de belles paroles73 ». Il convenait d’envoyer le même imprimé à Naples, en Sicile et dans le duché de Milan. Dans cette guerre aux allures psychologiques, Chamillart reconnaissait « l’importance dont il est que dans les paÿs éloignés on sçache par le Roy luy mesme qu’il n’a pas abandonné l’Espagne et que tout n’est pas perdu come on s’est efforcé de le publier74 ». Quelques jours après, Pontchartrain formula la même demande pour les gouverneurs de l’Amérique espagnole75. Trois semaines plus tard, une lettre circulaire était expédiée à tous les gouverneurs leur ordonnant de n’obéir qu’aux ordres de Philippe V76. Le duc d’Atrisco, président du Conseil des Indes, renouvela ces précautions à l’automne 1706, lorsque le petit-fils de Louis XIV reprit la capitale aux troupes de l’archiduc77. Il adressa ainsi des lettres circulaires présentant l’ensemble des événements qui s’étaient produits depuis le 28 juin, date la sortie du roi de Madrid.

  • 78 González Cruz, 2006, p. 182.
  • 79 Ibid., pp. 184-187.

49Les vice-rois du Pérou et de Nouvelle-Espagne veillaient à associer les populations aux festivités. La victoire de Philippe V sur l’armée impériale en Italie du Nord en 1702 fut connue à Mexico en 1703 et saluée par les carillons et les sonneries des églises pendant plus d’une heure78. Feux d’artifices, illuminations, processions religieuses et courses de taureaux constituaient des moyens privilégiés pour fêter les victoires et les bonnes nouvelles79.

  • 80 AGI, Indiferente General, leg. 260, lettre de Grimaldo au duc d’Atrisco, 17 avril 1707.

50Cette intégration profonde des territoires américains aux circuits de l’information durant la guerre fut continuelle et régulière. Lorsque la situation militaire de Philippe V se détériora en 1706, le roi donna l’ordre à José Grimaldo d’insister pour que de nouveaux avisos informent ses sujets américains. Le secretario del despacho exigea ensuite du président du Conseil des Indes l’envoi de nouveaux avisos dans lesquels il devait demander que le clergé participe aux prières pour le futur accouchement de la reine. Les imprimés devraient en outre insister sur la bonne fortune du roi dans les retours de métaux précieux et les navires arrivés de Veracruz, mettre en évidence le grand « zèle et l’amour » avec lesquels les Églises avaient contribué aux subsides (subsidios) pour les urgences de la guerre et enfin l’état favorable des armées du roi contre ses ennemis80.

  • 81 AGI, Gobierno, Chile, leg. 87, lettre de l’audience du Chili à Philippe V, 27 septembre 1708 ; AGI, (...)
  • 82 Burke, 1995, p. 188.

51Les royaumes du Pérou et de Nouvelle-Espagne étaient ainsi étroitement associés à la plupart des événements de la guerre. Territoires stratégiques pour les métaux précieux et le commerce, ils vivaient au rythme des arrivées et des départs des escadres, qui transportaient une multitude de pamphlets et de libelles. Comme dans les autres territoires principalement restés sous la domination de Philippe V, les autorités et les populations étaient invitées à fêter les succès militaires et autres épisodes heureux affectant la Monarchie Catholique. De multiples réjouissances marquèrent par exemple outre-Atlantique la naissance du prince des Asturies81. Cette association des royaumes américains n’était pas nouvelle puisque depuis la conquête au xvie siècle, les grands événements (naissance, mariage, décès, signature d’une paix, etc.) étaient fêtés dans les possessions ultramarines les plus éloignées. D’ailleurs, la mort de Louis XIV en 1715 fut célébrée par l’exposition d’un catafalque dans la cathédrale de Mexico, le sermon de l’archevêque Lanciego et la publication d’un panégyrique82. La vie et l’histoire de la famille royale avaient des échos dans le public bien au-delà de la seule péninsule ou des possessions européennes de la monarchie hispanique.

  • 83 Pérez Picazo, 1966 ; González Cruz, 2006.
  • 84 González Cruz, 2006, p. 30.

52Il y avait ainsi deux modalités d’affrontement, celle du champ militaire et celle de l’écrit. Ces deux formes intervenaient dans le cours de la guerre. L’appui des populations exigeait autant de soins que la préparation d’une bataille. Le contexte de compétition entre deux candidats au trône qui incarnaient deux conceptions différentes de la monarchie hispanique participa à l’explosion d’une guerre de libelles83. Un imprimé répondait souvent à un autre. Charles III se sentit obligé de dénoncer les faux bruits diffusés par les gazettes favorables à Philippe V qui l’accusaient d’avoir donné des églises aux troupes protestantes84. Un dialogue par pamphlets interposés s’établissait ainsi. Pendant la guerre de Succession, la compétition disparaît parfois derrière des intérêts plus larges qu’une simple question de personnes ; l’affrontement met en cause deux maisons — celle des Bourbons et celle d’Autriche —, plusieurs puissances et de nombreux territoires. On retrouve ces différentes dimensions dans plusieurs imprimés.

  • 85 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, Respuesta al manifiesto publicado en nombre del Serenísimo Señor Arc (...)

53Divers artifices étaient employés pour donner du crédit à un texte. Ainsi, l’auteur et le destinataire se cachaient parfois sous de fausses identités et le texte se présentait souvent comme une lettre adressée par un particulier à un ami. Dans la Respuesta al manifiesto publicado en Valencia, l’auteur, partisan de Philippe V, s’opposait aux arguments développés dans deux imprimés valenciens85. Il indiquait précisément leurs titres. Le premier de ces écrits était une fausse lettre de Chamillart à Berwick et le second émanait de l’archiduc, qui y était qualifié de « roi ». La manière dont Philippe V et Charles III sont mentionnés dans les textes proclame d’ailleurs clairement le parti pris de leur auteur : les austracistes désignent Philippe V comme le duc d’Anjou et les cercles philippistes ne parlent que de « l’archiduc ». Dans la Respuesta al manifiesto, l’auteur apparaît comme un membre de la cour qui aurait reçu un cavalier venant du royaume de Valence. Sous la forme rhétorique courante de la conversation dévoilée ou de la confidence faite au public, le visiteur valencien assurait le courtisan que Philippe V n’aurait aucun mal à recouvrer le royaume de Valence.

54Le cœur de la démonstration de l’auteur favorable à Philippe V consistait à dénoncer les arguments développés dans les textes pro-impériaux. Après avoir cité des passages de ces documents, il réfutait une à une les idées avancées. Dans un premier temps, il raillait l’idée selon laquelle l’empereur n’admettrait aucun démembrement de la monarchie, en notant avec malice que Léopold avait dû faire des concessions aux Portugais — Badajoz, Alcantara, Bayona et Thuy [Tui] en Galice —, mais encore aux Anglais et aux Hollandais, à qui il avait promis des places dans les Indes. Il donnait enfin les exemples du duché de Milan, qui serait en partie cédé au duc de Savoie, et de plusieurs places des Flandres, destinées à passer aux Provinces-Unies. L’auteur s’adressait ainsi à tous ceux qui refusaient d’envisager le démembrement de la monarchie hispanique. Il insinuait que l’empereur avait lui-même renoncé à conserver l’intégrité de ces couronnes pour obtenir l’appui des puissances de la Grande Alliance.

55Par ailleurs, il dénonçait les impôts qui pesaient sur les vassaux du roi d’Espagne depuis le règne de Charles Quint et la concession de nombreuses charges de la monarchie à des Allemands. Il citait le cas du comte de Mansfeld, choisi pour aller accueillir Marie-Anne de Neubourg à l’occasion de son mariage avec Charles II. Il soulignait ainsi le manque de reconnaissance des rois de la maison d’Autriche pour leurs sujets naturels de la péninsule. À l’inverse depuis l’avènement de Philippe V, aucun Français n’avait été nommé vice-roi ou gouverneur.

  • 86 « Ce qui donne à rire cependant, c’est que les Français se retireraient dans leur pays avec les tré (...)
  • 87 Dangeau, Journal, t. XI, p. 157 ; Saint-Simon, Mémoires, p. 441. Lettre de Louis XIV à Amelot, 18 j (...)
  • 88 Hanotin, 2008.
  • 89 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, copie d’une lettre de la reine de Grande-Bretagne, [1705].

56Les pamphlets impériaux accusaient aussi les Français de piller les trésors espagnols. L’auteur philippiste contestait ce raisonnement en soulignant que les fonds qui arrivaient de France étaient destinés à payer les troupes86. Bien informé, il donnait des références précises. Il évoquait ainsi les deux millions de livres envoyées à Philippe V au moment de la sortie de Madrid en juillet 1706 pour payer les troupes87. Il citait également l’exemple des nombreux louis d’or et écus blancs apportés en Espagne, faisant ici allusion à l’autorisation donnée aux monnaies du roi de France de circuler dans la péninsule88. Ce recours à des données financières pour renforcer les prétentions du prince en les rendant crédibles était classique dans les pamphlets. Un argument semblable fut employé dans le camp impérial lorsque Barcelone concéda un million de pesos à l’archiduc89.

57La Respuesta al manifiesto, comme le document auquel elle prétend répondre, mêlait étroitement les différentes enjeux du conflit en recourant à des exemples tirés de l’histoire et en connectant plusieurs aspects de la guerre. Aux considérations internes sur la monarchie, ses trésors, la domination des Allemands sous le règne de Charles II ou la question du démembrement, l’auteur ajoutait des réflexions sur Messine — l’ancienne citée révoltée en 1674 —, sur la rébellion hongroise et sur l’introduction du protestantisme en Espagne.

58Ce libelle, comme la majorité de ceux qui circulèrent durant la guerre de Succession, met en évidence l’articulation des différentes dimensions du conflit. Le recours à des arguments moraux ou religieux comme l’introduction d’hérésies par les troupes protestantes ou le soutien de Louis XIV aux Ottomans est fréquent.

  • 90 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 91vo.
  • 91 Consulta, que un ministro. Les citations qui suivent renvoient à ce document.

59Comme la plupart des ministres, officiers et hommes de guerre, l’ambassadeur Amelot prêtait beaucoup d’attention à la circulation de ce type d’imprimés. Il s’inquiéta ainsi auprès du roi de la circulation d’un « papier qui y a esté imprimé, comme une représentation faite à V. M. par un de ses ministres d’Estat90 ». La Biblioteca de Catalunya (Fullets Bonsoms) conserve un document qui correspond parfaitement à la description donnée par Amelot. Il s’agit de la Consulta, que un ministro de Estado de Francia, hizo al Rey Cristianísimo (1707)91.

60Le document se présente en effet comme une représentation qu’un ministre adresserait à Louis XIV. Il démontre l’utilité pour le roi de France de renoncer à installer Philippe V sur le trône. Le premier argument consiste à rappeler le coût exorbitant de l’union des couronnes. Les pertes pour le commerce, les manufactures et l’agriculture étaient largement plus élevées que les gains obtenus avec les trésors des Indes.

  • 92 « … las muchas acciones de Guerra, han extinguido de tal suerte la juventud del Reyno, que son much (...)

Les nombreuses actions de guerre ont éteint la jeunesse du royaume ; les dommages sont bien plus considérables, comme en souffrent les commerces, les manufactures et l’agriculture, que l’intérêt que revêt cette union92

  • 93 « Las conveniencias, que saca la Francia de la España, son el desfrutar sus thesoros en Indias, don (...)

61Le seul intérêt que le « ministre » reconnût à l’union résidait dans les trésors des Indes. Les marchands s’y rendaient pour commercer et retirer ainsi des bénéfices93. Cette mention du commerce des négociants français constituait l’un des principaux reproches adressés à Louis XIV. En effet, le commerce interlope de ses sujets alimenta les plaintes continuelles du Conseil des Indes. Le mentionner avait ici pour objectif de raviver les tensions autour du commerce avec l’Amérique espagnole. Objectif primordial de la diplomatie du roi de France, ce sujet était délicat pour les relations entre les deux couronnes, comme nous l’avons déjà souligné. L’accent mis sur la question du commerce est l’indice que ce document s’adressait en premier lieu aux populations de la péninsule, c’est-à-dire aux sujets du Roi Catholique. L’auteur ne mentionnait pas le commerce pour donner un exemple des bénéfices que Louis XIV retirait de l’union, mais pour mieux susciter ou favoriser les tensions et les difficultés liées à cette question entre les deux couronnes.

62L’argument est ainsi astucieusement utilisé. L’auteur, dans la peau du ministre, soulignait que ce commerce ne valait pas les dépenses et la ruine occasionnée pour le royaume de France. Ce faisant, sous le prétexte de dénoncer un mauvais calcul du roi de France, il rappelait au lecteur tout ce que les Français retiraient des Indes.

  • 94 « El fuerte vinculo, con que está ligada la seguridad de la grande Aliança, nace de la mal fundada (...)

63Enfin, ce libelle insistait sur la solidité de la Grande Alliance de La Haye, qui trouvait sa force dans les menaces que l’union des couronnes faisait courir sur sa liberté à l’avenir94. Il rappelait combien le sort des armes était défavorable aux Bourbons. Trois défaites avaient ouvert les frontières du royaume. Sans les nommer, il évoquait la bataille de Blenheim (ou Höchstädt) en Allemagne, au cours de laquelle le duc de Bavière avait perdu ses États, celle de Ramillies dans les Flandres, le 23 mai 1706, et le siège de Turin en Italie, levé le 7 septembre 1706. Ces trois défaites militaires des armées de Louis XIV avaient considérablement affaibli ses positions sur ces théâtres d’opérations et contribuèrent à faire de l’année 1706 l’une des plus difficiles pour les deux couronnes.

  • 95 « Mais en se déclarant et en se soumettant à leur seigneur et souverain naturel, ils pourront espér (...)
  • 96 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, copie d’une lettre de la reine de Grande-Bretagne, [1705].
  • 97 González Cruz, 2006, p. 138.

64Si la fortune des armes constituait l’un des arguments préférés des publicistes, le commerce, les échanges avec l’Amérique espagnole et la présence des négociants français étaient aussi très critiqués. Le négoce des sujets du roi de France et leur intrusion dans le commerce faisaient l’objet de violents reproches dans la propagande de l’archiduc. Dans les manifestes envoyés aux Indes par le camp impérial et notamment dans la déclaration que Charles III adressait aux habitants, il promettait de protéger les privilèges du commerce et donc de les libérer des exactions des étrangers, c’est-à-dire des Français95. L’avarice des sujets du roi de France et la présence de conseillers français au sein de la junta de comercio étaient également condamnées dans la lettre de la reine de la Grande-Bretagne publiée sous forme de manifeste96. Les Français étaient accusés de porter préjudice aux intérêts de la monarchie hispanique. Cet argument porté contre les pratiques lucratives des sujets du roi de France contribua à déclencher des troubles populaires dans les villes de Barcelone, Saragosse et Valence97.

  • 98 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, fos 178-183, Ordenes y providencia que Su Magestad, (Dios le guarde) (...)
  • 99 Argent officiellement déclaré et donc légal, car frappé du droit de quint.

65Pour répondre à ces critiques, les ordres donnés à l’occasion du retour des flottes étaient parfois publiés. En 1707, la flotte arriva à Brest pour échapper aux escadres anglaises qui croisaient le long des côtes espagnoles. Pour ne pas donner l’impression de faire main basse sur les métaux précieux, les dispositions prévues par Philippe V furent publiées, à Madrid, chez Antonio Bizarrón. En réalité, l’imprimé ne contient pas les ordres du roi d’Espagne, contrairement à ce qu’indique le titre98, mais la lettre adressée par Pontchartrain à Amelot, dans laquelle toutes les mesures prises pour le recouvrement des effets sont précisées. Porter à la connaissance du public les modalités du retour des cargaisons de métaux précieux constituait le meilleur moyen de contester les libelles accusant les Français de s’adonner au commerce américain. La Capitane de Barlovento était arrivée le 27 février 1707 à Brest. Accompagnée de deux navires français, elle avait rapporté un million de pesos pour le compte du roi d’Espagne. Pour éviter d’être pris en mer, ce petit convoi devait rester à Brest. L’argent devait venir en Espagne par la voie terrestre. José Alonso de Páramo fut chargé d’aller à Brest pour le compte du roi et de veiller au bon déchargement du trésor. Les ordres devaient assurer la sécurité de la remise des fonds, des salaires et des effets des officiers des Indes. De plus, les négociants devaient seulement payer une contribution correspondant à 6 % de l’argent quinté99, 2 % pour l’or quinté et 10 % pour les autres effets. Chaque produit (cacao, tabac, sucre…) faisait ensuite l’objet de précisions spécifiques. Quant à l’argent venu en fraude, le pouvoir, dans sa mansuétude, ne le frappait pas de taxes supplémentaires. La procédure devait être encadrée par José Alonso de Páramo aidé de Guillaume d’Éon, afin que les droits de chacun soient scrupuleusement respectés. Le tribunal de la Casa de Contratación était également invité à participer au déchargement. Il s’agissait ainsi de manifester au public que le roi de France ne cherchait pas à récupérer l’argent espagnol, que les droits du Roi Catholique seraient rigoureusement respectés, et enfin, que les négociants tireraient parti d’une opération conduite conjointement par les deux couronnes. Ces décisions visaient à démentir les bruits selon lesquels Louis XIV imposait ses ordres à son petit-fils et les commerçants souffraient de l’injuste domination française. Cet imprimé constituait une réponse aux accusations venues du camp impérial. Puisque le commerce des Français était régulièrement critiqué, on éprouva le besoin d’établir une réponse. Celle-ci apparaît d’autant plus comme une campagne montée de toutes pièces que la lettre adressée à Amelot n’a vraisemblablement jamais existé. En effet, aucun centre d’archives ne conserve, à notre connaissance, la lettre que Pontchartrain aurait envoyée à Amelot avec ces informations. Sa publication et sa rédaction — sans doute dans l’entourage de l’ambassadeur — furent donc orchestrées pour informer le public et ne pas laisser des critiques circuler sans réponses.

III. — Une fidélité castillane ?

  • 100 Castellví, Narraciones históricas, t. II, p. 160.
  • 101 C’était un argument que l’on retrouvait dans les imprimés de l’époque. Voir García Cárcel, 1992, p. (...)
  • 102 AHN, Estado, leg. 281, caja 2, Copia de carta del Excelentísimo Señor Conde de Noelle, maestro de C (...)

66Les chroniqueurs comme le marquis de San Felipe ou Francisco Castellví ont souvent souligné l’adhésion des Castillans à la cause de Philippe V et celle des populations aragonaises au parti de Charles III100. Les Castillans auraient apprécié la jeunesse du souverain et l’idée qu’un prince issu de la maison de Louis XIV pourrait réformer la monarchie101. À l’inverse, dans les territoires de la couronne d’Aragon, l’adhésion et le soutien apportés à Charles III seraient dus à la volonté de conserver les fueros. Un prince de la maison d’Autriche était moins suspect de volonté centralisatrice ou uniformisatrice qu’un petit-fils de Louis XIV. Les arguments du « joug » que faisait peser la France sur la monarchie et de l’injuste tyrannie du roi de France étaient très souvent employés dans les imprimés pro-autrichiens102.

  • 103 BNE, ms. 18107, « Primera parte de varios papeles políticos contra las ideas de Francia sobre el im (...)
  • 104 [Tucci], Lo Spartimento del favoloso Leone.

67Dans la propagande des puissances alliées, on mettait en évidence la domination que Louis XIV exerçait sur la monarchie hispanique, qualifiant son attitude de tyrannique, le comparant parfois à Attila et dénonçant son alliance avec le Turc103. Ces critiques n’étaient pas nouvelles. Elles avaient déjà constitué le cœur de l’argumentaire des pamphlétaires et des libellistes depuis la guerre de Hollande et celle de la Ligue d’Augsbourg. Durant la guerre de Succession d’Espagne, l’opposition entre les deux camps fut toujours organisée autour de la défense de la foi catholique pour les Bourbons et celle des libertés pour alliés. Dans un libelle écrit en italien mais imprimé à Cologne en 1700, la situation se résumait ainsi : « la succession [était] une affaire particulière regardant l’Empereur et le roi de France, mais un fait qui intéressait essentiellement toute l’Europe, et dont dépendait l’esclavage ou la liberté104 ».

68Cette guerre de plume n’est pas le seul indice soulignant la volonté des princes à mobiliser les populations autour de leurs causes respectives. Dans sa correspondance, Amelot consacrait de longs passages à décrire la popularité de Philippe V. Elle constituait un atout. Elle servait de rempart contre les Grands et permettait d’appuyer certaines de ses décisions. Elle rassurait le monarque dans les situations difficiles. Elle apparaît ainsi comme un élément de l’exercice du pouvoir. Toutefois, Amelot prenait parfois ses distances avec les réactions qu’il jugeait excessives ou nuançait l’élan suscité par Philippe V.

  • 105 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot au camp de Jadraque le 4 juillet 1706, fos 4-8.
  • 106 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 juillet 1706, fos 55-60 ; lettre d’A (...)
  • 107 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Torcy, 17 août 1706, fos 227-228.

69C’est à l’été 1706 que l’ambassadeur fut le plus surpris par l’enthousiasme et la combativité des Castillans. Durant le séjour de l’archiduc à Madrid, ils harcelèrent les troupes et les courriers de l’armée portugaise. De nombreux courriers étaient ainsi arrêtés et emmenés au palais. Au camp de Jadraque, Amelot fut surpris par l’arrivée de paysans castillans venus livrer le courrier d’un général de l’armée portugaise adressé à l’archiduc : « … deux courriers ont aussi esté pris par des païsans, & les lettres apportés au Roy votre petit-fils, ce qui paroit assés singulier, et fait voir la fidélité des peuples de Castille105 ». Les paysans d’un village des environs d’Avila livrèrent également au roi d’Espagne un courrier dépêché par le marquis Das Minas au roi de Portugal. Les principales lettres du marquis Das Minas étaient en chiffres. Toutefois, on y apprenait que l’armée portugaise était mal payée, manquait de vivres et était affectée par de nombreuses désertions. Amelot assurait que c’était au moins le douzième courrier que les paysans arrêtaient pour le livrer au roi106. Lorsque les lettres étaient chiffrées, il les réexpédiait à Torcy107.

  • 108 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Tessé à Amelot, 12 janvier 1706, fos 75-78.
  • 109 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 juillet 1706, Atienza, fo 112.

70Dans la correspondance de l’ambassadeur, on peut lire la violence de la guerre civile et les excès de la vengeance. À Ciudad Real, lorsque les armées de Philippe V reprirent le contrôle dès la fin du mois de juillet 1706, les trois gentilshommes qui avaient fait reconnaître Charles III furent emprisonnés et tous leurs biens brûlés en public. À Fraga, une partie de la population réclama de brûler le couvent des capucins pour les punir de n’avoir pas acclamé Tessé lors de son passage en janvier 1706108. À Salamanque, ce furent des femmes et des enfants, selon Amelot, qui permirent le retour de la ville sous l’autorité de Philippe V109. Concernant Madrid, l’ambassadeur écrivait que

  • 110 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 juillet 1706, Atienza, fo 114.

qui que ce soit n’oseroit y crier, vive Charles trois. Quelques Catalans, & Valenciens, qui s’estoient hazardés de le faire la nuit, ont esté assomés, & plusieurs Portugais forcés en plein jour de crier, vive Philippe cinq110.

  • 111 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 87.

71Un homme, qui avait crié « Vive Charles III » à Valence, fut immédiatement assassiné par la population locale111. Ces réactions qui mettaient en valeur la fidélité de nombreux sujets à la cause du petit-fils de Louis XIV rassuraient Amelot. Pourtant, il faut davantage voir en elles la pratique d’une violence propre aux guerres civiles. L’ambassadeur insistait moins souvent sur les violences commises à l’encontre des philippistes en Aragon ou à Madrid lors de l’entrée de Charles III. Cette discrétion ne s’explique pas seulement par une volonté de dissimulation, mais par le fait que l’ambassadeur côtoyait seulement les fidèles de Philippe V. C’est pourquoi la lecture de ses dépêches donne plus souvent à voir l’affection dont faisait l’objet Philippe V plutôt que les signes de fidélité adressés à Charles III.

  • 112 La bibliographie sur ce l’on appelle l’« austracisme » (austracismo) est abondante. On trouvera un (...)
  • 113 León Sanz, 2007, pp. 582-583.

72De plus, cette « fidélité castillane » qui aurait permis au duc d’Anjou d’asseoir son pouvoir correspond à la version de l’histoire écrite par les vainqueurs. Elle s’imposa après la guerre et durant tout le xviiie siècle. Pourtant, on ne saurait s’en tenir à cette vision officielle de l’histoire qui tendit à légitimer la victoire des Bourbons. La Castille compta également de nombreux partisans de Charles III112. Les milieux négociants de Carthagène et de Murcie, qui avaient subi la forte concurrence des Français, fournirent ainsi amplement les rangs de l’archiduc113.

73La popularité de Philippe V faisait l’objet d’évaluations et de comptes rendus que l’ambassadeur adressait au roi de France. Il s’agissait de dresser un tableau de la situation générale mais aussi de mesurer l’écho des décisions prises dans l’entourage de Philippe V. Suite à une demande de Louis XIV en janvier 1706, Amelot fit un rapport détaillé de la situation à Madrid. Selon lui les Grands n’étaient pas à redouter, car trop désunis, mais ils étaient disposés à recevoir l’archiduc. À l’inverse les corporations et les gens de métiers lui semblaient plus sûrs. Il en prenait pour preuve qu’ils avaient bien accueillis une nomination sensible, celle d’un nouveau gouverneur du Conseil de Castille :

  • 114 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 janvier 1706, fo 133.

Les peuples surtout, et ce qu’on appelle los Gremios, c’est-à-dire les corps de métiers, sont très affectionnés. Le nouveau président du conseil de Castille Dn Francisco Ronquillo, nous répond plus que jamais de leur fidélité, et ils viennent de former entre eux deux compagnies de trente hommes chacune, pour assurer la tranquillité de la ville après le départ du Roy114.

  • 115 Salado Santos, 2009, p. 76.
  • 116 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 novembre 1705, fo 128.
  • 117 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1705, fo 127vo ; Bacallar y (...)

74Selon Amelot, la nomination de Francisco Ronquillo115 comme président du Conseil de Castille avait été très appréciée116. À travers cette présentation avantageuse, il défendait aussi une nomination qu’il avait recommandée et soutenue117. Lorsqu’il avait préconisé la nomination de Ronquillo au Conseil de Castille, Amelot cherchait à contrecarrer l’influence de Grands et à les rendre plus obéissants. C’étaient les deux motifs qu’il avait avancés explicitement pour justifier l’élévation de Ronquillo. Cette décision ayant reçu un bon accueil parmi les autorités des corporations de Madrid, Amelot ne manqua pas de le souligner à Louis XIV.

  • 118 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 mars 1706, fo 44.
  • 119 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1706, fos 175-177.
  • 120 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1706, fo 215.
  • 121 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, extraits des lettres déchiffrées dans les lettres portugaises interc (...)
  • 122 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1707, fos 2-7.

75Comme la nomination de Francisco Ronquillo, la popularité de Philippe V servit plusieurs fois d’argument pour s’opposer aux Grands. Amelot ne manquait jamais de souligner quand le roi avait été accueilli chaleureusement. Ainsi, lors de son passage en Aragon pour se rendre au siège de Barcelone, Philippe V reçut « des grands applaudissements des peuples, même dans l’Aragon118 ». Malgré l’échec du siège, le retour du roi à Madrid en juin et l’accumulation des difficultés, il restait très populaire comme les illuminations et les feux de joie spontanés l’attestèrent119. Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, son épouse, jouissait d’une popularité identique120. À l’été, durant le séjour de l’archiduc, une « émotion populaire » éclata dans Madrid121. Pour Amelot, c’était le signe de la fidélité des Castillans envers Philippe V. Toutefois, l’ambassadeur prenait ses distances avec ces démonstrations de fidélité. En dépit des nombreuses réjouissances et fêtes données pour la naissance du prince des Asturies en août 1707, il restait méfiant, jugeant qu’il y avait peu « de fons à faire sur les démonstrations extérieures122 ». Tous les signes d’adhésion populaire étaient scrutés et mentionnés. Toutefois, il ne faut pas s’y tromper. Elle servait à révéler une légitimité sans pour autant la fonder. Les peuples étaient invités à applaudir, soutenir et défendre une cause sans pouvoir la remettre en cause. Leur participation était ainsi réduite à approuver un pouvoir dont ils ne fondaient pas la légitimité.

76Si Amelot évoqua souvent la fidélité des Castillans envers Philippe V, il faut toutefois rappeler que la présence de l’armée de Louis XIV exerçait une pression sur les populations. De plus, dans un contexte de guerre civile à partir de 1705, les violences et les exactions se multiplièrent au gré des avancées et des reculs des deux armées. De 1705 à 1707, l’archiduc dominait l’ensemble des territoires péninsulaires de la couronne d’Aragon. Les armées bourboniennes entamèrent la reconquête après la victoire d’Almansa, le 25 avril 1707.

77L’ambassadeur Amelot détaillait longuement les signes de fidélité des populations castillanes, car l’enjeu était de les mobiliser autour de la cause de Philippe V. Ses inquiétudes face aux rumeurs témoignent du soin qu’il portait à essayer de mieux comprendre « l’esprit public ». En un temps où l’opinion publique n’existait pas encore, les princes cherchaient à mobiliser autour leurs causes ou de leurs objectifs. Ils étaient à l’affut de tout signe d’une prise de parti. C’est pourquoi ils étaient sensibles aux bruits, aux rumeurs et à ce qui pouvait être écrit dans les gazettes, les libelles ou les pamphlets.

  • 123 AHN, Estado, leg. 320, caja 1, Noticias venidas de Italia, y traducidas en Español, de diferentes p (...)
  • 124 AHN, Estado, leg. 320, caja 1, Noticias de los felizes sucessos han tenido las armas cesare en Unga (...)
  • 125 AHN, Estado, leg. 320, caja 2, Noticias venidas à Barcelona, por el correo de Valencia a 9 de novie (...)

78Plus que la fausse nouvelle, ce sont ses conséquences étaient redoutées. C’est pourquoi de nombreux imprimés prétendaient « dévoiler au public », c’est-à-dire révéler des éléments que l’on maintenait cachés123. Dans les Noticias venidas de Italia, y traducidas en Español, publiées à Barcelone le 9 février 1707, il était notifié « Livré au public, papier digne d’être lu » (Dase al publico, papel digno de ser leído). La plupart des nouvelles et des gazettes révélaient des choses ignorées124. Chaque camp tentait de dévoiler les secrets de l’adversaire et tentait de prouver qu’il était de mauvaise foi. On prêtait ainsi des propos à un clerc ou une religieuse pour mieux convaincre de sa véracité. Dans les Noticias venidas à Barcelona, por el correo de Valencia a 9 de noviembre de 1706125 (un imprimé austraciste), avec un courrier du marquis de Gironella, une carmélite assurait ainsi que les vivres manquaient à Madrid et que les disgrâces de la guerre se faisaient sentir sur la ville. Préciser que l’information était venue par une carmélite, dans le pays de sainte Thérèse d’Avila, n’avait pas d’autre objet que de convaincre et persuader que la situation à Madrid était extrêmement difficile et ressouder ainsi les populations autour de l’archiduc.

IV. — Mettre en scène la continuité

  • 126 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 163.
  • 127 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 164.
  • 128 On peut dresser un parallèle avec la grand-mère de Philippe V, l’infante Marie-Thérèse d’Autriche. (...)
  • 129 Dans de nombreuses gravures, Philippe V était représenté portant la golille. Torrione, 2007, pp. 32 (...)
  • 130 Amelot confirma au roi le port de plus en plus rare de la golille et l’habitude de se vêtir « à la (...)

79Dans un climat d’incertitude créé par les rumeurs, la présence ou l’apparition des souverains constituaient souvent l’unique moyen pour répondre et démentir. Les sorties de Philippe V du palais à Madrid étaient ainsi soigneusement préparées. Si sa sécurité préoccupait les ambassadeurs, il ne pouvait se dispenser d’apparaître dans les grandes occasions comme les fêtes religieuses. En juin 1705, peu après l’arrestation du marquis de Leganés, Amelot conseilla à Philippe V de participer aux festivités de la Fête-Dieu. Sa présence devait rassurer après que des bruits d’un possible complot eurent couru dans la ville. Le marquis de Leganés, suspect, avait été arrêté sur l’initiative d’Amelot. Comme le soulignait l’ambassadeur, l’absence du roi « feroit voir une trop grande crainte, consterneroit le peuple et redonneroit en mesme temps hardiesse aux partisans de l’archiduc et à tous ceux qui pouvoient avoir des mauvaises intentions126 ». Il lui fallait soutenir son autorité par une « conduite ferme et uniforme », selon l’ambassadeur. À cette occasion, Philippe V porta la golille, « pour faire plaisir au peuple127 ». La manière de se vêtir constituait donc un élément important de la mise en scène du roi lorsqu’il quittait le palais. Porter un élément distinctif du costume castillan permettait au souverain de se rapprocher de ses sujets128. Cette Fête-Dieu de juin 1705 fut l’une des dernière fois où Philippe V porta la golille, même s’il fut encore souvent représenté avec celle-ci par la suite129. L’habillement « à la française » se répandit de plus en plus à la cour, surtout après Almansa. Amelot se faisait l’écho de ces changements130. Il évaluait à travers eux la fidélité et l’attachement des sujets envers Philippe V. S’habiller à la française était considéré comme un signe de bienveillance et de soumission à l’égard du nouveau roi.

  • 131 Étienvre, 2005, pp. 33-44.

80Dans de nombreuses œuvres littéraires, comme les pièces de théâtre conçues pour la société au sens large, le port de la golille apparaît comme un élément à connotation politique. Dans une pièce mettant en scène les austracistes face aux philippistes, les premiers affirmaient qu’ils rétabliraient le port de la golille, usage espagnol par excellence131. La personne du roi, son costume ou sa piété permettaient d’établir une forme de lien avec ses sujets et d’imposer sa légitimité.

  • 132 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 avril 1706, fos 259-260.

81Lorsque l’armée portugaise s’approcha de Madrid en avril 1706, après l’échec du siège de Barcelone, Amelot dut préparer la sortie de la reine de la capitale. La cour devait fuir et se retirer à Burgos. Dans ses lettres, l’ambassadeur revient sans cesse sur les effets négatifs qu’aurait la publicité du départ de la reine132, dont la sortie serait vécue comme un abandon. Il semble craindre ces effets plus que l’exil lui-même. Lorsque la pression s’accentua au mois de mai 1706, l’ambassadeur s’assura qu’il n’y eût pas le moindre mouvement dans le palais, mais il s’excusait de ne pouvoir faire taire les bruits :

  • 133 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 mai 1706, fos 49-55.

Il étoit cependant si visible que le péril approchoit qu’on a dit publiquement et qu’on aura écrit sans doute que la reyne étoit prête à partir, ce qu’il est impossible d’empêcher dans une pareille conjoncture133.

  • 134 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 mai 1706, fos 2-13 ; lettre d’Amelot (...)
  • 135 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Louis XIV à Amelot, 9 juin 1706, fos 239-241.
  • 136 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 juillet 1706, fos 90-99.

82Conscient des effets désastreux d’une telle publicité, Amelot se justifiait dans chacune de ses lettres pour mieux convaincre le roi que cette solution n’avait été adoptée qu’à la dernière extrémité134. Louis XIV se montra hostile à une telle sortie et ordonna de la retarder au maximum135. La sortie de la reine de Madrid constituait un message extrêmement négatif pour la cause de Philippe V. Elle risquait de démobiliser les populations et de donner à penser qu’il renonçait au trône. Amelot se plaignit alors des critiques et du mauvais esprit « qui règne depuis longtemps dans un grand nombre d’écrivains136 ».

  • 137 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1707, fo 27vo.

83L’ambassadeur conserva un si mauvais souvenir de la sortie de la reine, qu’au printemps 1707, il déconseilla fermement de renouveler l’opération. À l’ouverture de la campagne, la situation était certes difficile mais Amelot jugea que « les conséquences seroient pernicieuses137 ». L’ambassadeur s’inquiétait ainsi de l’attitude des souverains et du message qu’ils diffusaient. Leur présence à la cour et à Madrid revêtait une importance politique. Dans une guerre où la légitimité était contestée, ils affirmaient ainsi leurs prétentions au trône. Toutefois, la présence de Philippe V à la tête de ses troupes permettait aussi de renforcer le crédit du monarque.

  • 138 López-Cordón Cortezo, 2008a, p. 310.
  • 139 González Cruz, 2009, pp. 93-97.

84On tentait également d’imposer la présence du souverain par le biais des images et des portraits. Ainsi, les partisans de Philippe V eurent à cœur de diffuser le plus grand nombre possible de représentations du roi afin de satisfaire la curiosité de ses sujets138. Les petites images et les portraits figurant le souverain, que ce soit Philippe V ou Charles III, eurent un succès rarement atteint jusqu’alors. Les tableaux aux effigies du monarque étaient brandis et exhibés dans les villes. Dès qu’une localité changeait de domination, les portraits du vaincu étaient remplacés par ceux du vainqueur139. Cette compétition iconographique pour imposer l’un des deux candidats au trône caractérisa autant les partisans de Charles III que ceux de Philippe V.

  • 140 « … même dans un détail qu’était le fait de chercher dans toutes les demeures, soit le portrait, so (...)
  • 141 Santiago Páez, 2000, pp. 81-89.

85Le père Juan Navarro Vélez a laissé un vif témoignage de la compétition à laquelle donnait lieu la volonté de posséder un portrait du petit-fils de Louis XIV dès 1701140. Pour répondre à ce besoin, l’estampe paraissait la plus appropriée car elle donnait lieu à d’abondantes reproductions141. Sur ces images, Philippe V était le plus souvent vêtu à l’espagnol, car imposer sa légitimité exigeait qu’il ressemblât en tous points aux rois auxquels il devait succéder. Le jeune duc d’Anjou ne s’habillait pas seulement comme les Rois Catholiques, il en avait le physique, au moins dans les gravures et les portraits. Son visage et son allure étaient ainsi modifiés pour mieux correspondre à celui d’un héritier de la maison d’Autriche. Ainsi, dans une gazette sévillane de l’année 1701, le roi était qualifié de « fort bel homme et d’allure très espagnole ». Pour mieux convaincre, la description était détaillée :

  • 142 Relación, y Gazeta general en que dá cuenta de la elección de Nuestro Santisimo Padre Clemente XI y (...)

Il porte ses cheveux, très blonds et frisés selon la mode […]. Son front est haut, ses sourcils lisses, grands et forment un arc. Ses yeux sont grands mais sa lèvre inférieure est un peu relevée, à quoi l’on voit les marques de son sang autrichien142.

  • 143 Soler del Campo (dir.), 2010. Ce portrait est reproduit en annexe IX.

86Le corps physique du roi servait ici à appuyer sa légitimité. Cette similitude n’était pas seulement soulignée dans les imprimés. On la retrouve dans les portraits, comme dans celui conservé au Musée national du Prado où le roi à cheval est vêtu d’une armure fort semblable à celle portée par les rois dans la maison d’Autriche143. On peut ainsi rapprocher cette représentation de Philippe V de celles de Philippe II ou Philippe III, tous deux arborant la même armure noire. Philippe V avec ses prédécesseurs ne s’arrêtait pas aux traits physiques mis en avant dans les représentations du jeune souverain. Elle était aussi totalement intégrée par certains de ses contemporains. La princesse palatine voyait ainsi dans le comportement de Philippe V — sa timidité, son silence et son air grave —, des preuves irréfutables qu’il était le parfait successeur de Charles II. Dans une lettre adressée à sa tante, la duchesse de Hanovre, elle écrivait :

  • 144 Gilard, 2009, pp. 290-291.

Il a l’air tout à fait autrichien et tient toujours la bouche ouverte. Je le lui ai fait observer cent fois ; quand on le lui dit, il la ferme, car il est très docile ; mais dès qu’il s’oublie, il la rouvre. […] Le duc d’Anjou a tout à fait l’air d’un roi d’Espagne ; il rit rarement et conserve toujours un air de gravité144.

87Ce témoignage diffère des représentations que l’on a évoquées plus haut en ce qu’il est confidentiel et privé, donc dénué de tout enjeu de propagande et de persuasion. Il exprime une conviction profonde.

  • 145 [Carlos II ofrece syr carroza a un sacerdote portador del Santo Viático], Romeyn Hooghe, s. l., s.  (...)
  • 146 BNE, R/39629 (14), Aplauso panegyrico, que celebra la segunda acción de nuestro Católico Monarca Do (...)
  • 147 On trouve d’autres récits similaires dans les années 1720. La Gazeta de Madrid s’en faisait l’écho (...)

88Enfin, Philippe V était présenté comme le digne héritier des souverains de la maison d’Autriche par son comportement et notamment sa piété. On le retrouve ainsi comme protagoniste d’une anecdote qui fut employée pour différents princes de la maison d’Autriche. On racontait en effet que Charles II, passant aux alentours de Madrid et ayant croisé un prêtre à pied portant le saint sacrement, était descendu de sa voiture pour inviter le religieux à y prendre place. Cette histoire, illustrant la très grande piété du monarque et une dévotion typiquement tridentine, avait été immortalisée par une estampe du graveur hollandais Romeyn de Hooghe145. Elle fut réutilisée pour le duc d’Anjou devenu Roi Catholique comme en témoignent plusieurs imprimés conservés à la Bibliothèque nationale d’Espagne 146. Le roi, croisant un prêtre revenant de visiter un malade, invita, comme en son temps Charles II, le prêtre à monter dans son carrosse. Philippe V l’aurait ensuite accompagné jusqu’à la paroisse de Saint-Sébastien. Cette anecdote ressemble tellement à d’autres récits faisant intervenir les mêmes ressorts qu’elle paraît improbable, notamment car elle fut réemployée d’autres reprises147.

  • 148 Sermón al Santísimo Sacramento por el feliz viaje y milagrosos escape de la armada real de España e (...)
  • 149 Peter Paul Rubens et Jan Wildens, Acto de Devoción de Rodolfo I de Habsburgo, vers 1616, Museo Naci (...)
  • 150 Álvarez-Ossorio Alvariño, 1996.

89L’identification du saint sacrement avec la maison d’Autriche ne datait pas du règne de Charles II. On la faisait remonter au règne de Rodolphe Ier, fondateur de la dynastie. Deux documents attestent que cette histoire était largement répandue au xviie siècle, puisqu’on la retrouve dans un sermon de José Valero Caballero148 et dans une peinture de Rubens et Wildens149. Le tableau fut placé en évidence dans l’Alcázar de Madrid, où Calderón de la Barca put sans doute l’admirer car il écrivit l’une de ses pièces sur ce sujet (El Lirio y la azucena). Cette anecdote servit ainsi une rhétorique de la piété des rois d’Espagne, particulièrement par les souverains de la maison d’Autriche150. Reprise par tous les successeurs de Rodolphe Ier, cette association du Roi Catholique au culte du saint sacrement ne pouvait pas être laissée de côté par les partisans de Philippe V. L’imprimé publié en 1701 attribuant le même geste au nouveau roi visait donc à procéder à une captation symbolique de ce signe emblématique de la dynastie précédente. Le jeune roi marquait non pas une rupture, mais une continuité parfaite, avec ses prédécesseurs.

V. — La continuité historique : un principe d’action et de rhétorique

  • 151 Dubet (dir.), 2008, pp. 198-200.
  • 152 Pour un aperçu général et la bibliographie, on se reportera à Dedieu, 2010, pp. 61-67.
  • 153 Imízcoz, 2005, pp. 45-76 ; Imízcoz, Guerrero, 2004.
  • 154 Caro Baroja, 1969.
  • 155 Giménez López, 1994, pp. 46-47.

90Le changement dynastique survenu en 1700 en Espagne par la mort de Charles II, la proclamation du duc d’Anjou comme son héritier et la guerre qui s’ensuivit ont très souvent été considérés comme un point de rupture dans l’histoire de la Monarchie Catholique à l’époque moderne. Cette césure eut des implications politiques avec l’abolition des fueros et la mise en place de la Nueva Planta, internationales avec le changement des alliances et la nouvelle proximité d’intérêts avec le royaume de France, mais également économiques et sociales, par le démarrage d’une nouvelle croissance et la volonté d’amoindrir la place ou l’autorité des Grands dans le fonctionnement du pouvoir. Les historiens ont souvent insisté sur les ruptures, les réformes et les évolutions qui auraient été induites par le changement de maison royale et très rarement sur les éléments de continuité. Les relations entre le roi et ses royaumes, sa noblesse et la société plus généralement furent modifiées au profit d’un renforcement de l’autorité royale, comme l’ont souvent illustré les transformations apportées aux structures administratives, notamment la création d’un trésorier de la guerre151 ou, plus tard, des intendants. Les rapports avec les élites furent substantiellement modifiés. La Couronne s’appuya, pour remplacer les Grands écartés de la gestion des affaires, sur une nouvelle clientèle politique qu’elle favorisa suivant ses propres intérêts152 et dont le cercle navarrais constitue l’un des exemples les plus emblématiques153. On a ainsi pu parler d’une « heure navarraise » pour le xviiie siècle, tant les « naturels » de cette province se retrouvaient dans les rouages de l’administration, les cercles financiers et plus largement dans les milieux proches du roi154. Enfin, l’armée apporta un soutien de poids à la nouvelle dynastie. Elle fut son principal appui lors de la reconquête des royaumes révoltés après Almansa, au point que l’organisation militaire s’imposa sur l’administration civile des provinces pour longtemps155. L’insistance avec laquelle les changements ont été mis en évidence par l’historiographie découle pour une large part de l’antagonisme réel dans lequel les maisons d’Autriche et de Bourbon ont vécu entre le xvie et le xviiie siècle. De plus, insister sur les changements permet d’expliquer aisément des évolutions ultérieures, par exemple la réorganisation du commerce des Indes dans la seconde moitié du xviiie siècle, ainsi que les différentes réformes administratives et politiques initiées dans la seconde partie du règne de Philippe V et durant celui de Charles III. Pourtant, lorsqu’on analyse en détail la correspondance des ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Madrid, le souci des Bourbons d’apparaître dans une continuité avec la dynastie précédente est très récurrent. Il s’agit peut-être seulement d’un discours mais celui-ci mérite d’être analysé puisqu’il contredit l’image généralement admise d’une opposition irréductible entre les deux maisons.

  • 156 González Cruz, 2006.
  • 157 AHN, Estado, leg. 1950, cité dans Álvarez-Ossorio Alvariño, 2003, p. 313.

91La volonté de rupture se réduisit souvent à l’organisation de la monarchie uniquement pour la rendre plus efficace. Bouleverser des structures existantes n’apparaît pas comme un objectif. Lorsque des changements ou des réformes étaient défendus, ils semblaient plus motivés par la recherche d’une meilleure efficacité que par la poursuite d’un alignement sur un modèle qui serait typiquement « français ». La nouvelle dynastie tenait en outre à s’inscrire dans l’héritage de la précédente et à en reprendre certains caractères, notamment celui d’une monarchie championne de la catholicité en Europe156. D’ailleurs, les directives de la junte de gouvernement mise en place à la mort de Charles II insistaient sur la continuité que devaient incarner des institutions fonctionnant normalement. Tout devait être fait comme si la couronne passait de padre a hijo157. Si cette volonté de permanence était logique pour les gouvernants espagnols, elle ne fut pas absente, au moins dans les discours, chez les Bourbons. Chez Amelot de Gournay, le souci d’apparaître dans la continuité de certains usages — que l’on oserait qualifier « d’espagnols » — se manifeste à de nombreuses reprises dans ses dépêches à Louis XIV et, plus largement, lorsqu’il expliquait son action. Si l’utilisation du passé, réel ou mythique, imprimait fortement l’action des princes, il peut sembler surprenant de le souligner pour le règne de Philippe V, tant on a insisté sur les bouleversements de la guerre de Succession et sur ceux de son règne. Pourtant, le désir de continuité fut réel. Il ne s’agit pas ici de revenir sur la question de la continuité elle-même, c’est-à-dire de savoir si les ruptures et les évolutions ont pris le pas ou non sur les héritages et les permanences, mais d’analyser comment l’ambassadeur situait les réalisations du nouveau souverain dans une prolongation parfaite de celles de ses prédécesseurs. En s’inscrivant dans la suite de rois de la maison d’Autriche, Philippe V légitimait son propre pouvoir et ses droits à la couronne d’Espagne.

92Amelot utilisait le passé pour justifier certaines décisions et défendre certaines initiatives. Son argument était alors qu’il ne devait pas apparaître comme le fossoyeur d’usages et de traditions propres à la Monarchie Catholique. Toutefois, il est difficile de savoir dans quelle mesure l’ambassadeur adhérait à son propre discours. Exprimait-il une conviction profonde ou usait-il simplement d’un procédé rhétorique au service d’une stratégie destinée à renforcer la légitimité de Philippe V ? Il serait bien hasardeux de trancher cette question.

93Trois cas permettent d’analyser la constitution d’un discours par l’ambassadeur pour renforcer la légitimité de Philippe V. Le départ du jeune roi à la guerre en 1706 et la délégation de pouvoir à sa femme organisée par Amelot constituent le premier. Le deuxième est composé des justifications apportées par Amelot de Gournay aux mesures financières prises entre 1706 et 1707. Le troisième est celui de la naissance du prince des Asturies en 1707 et du cérémonial déployé à cette occasion. Ces trois exemples portant sur des aspects différents du pouvoir — autorité royale, capacité d’imposition du monarque et cérémonial — permettront de mettre en lumière le désir d’Amelot d’inscrire Philippe V dans une continuité historique et ses ressorts. Car relativiser le changement de maison régnante à Madrid permettait à l’ambassadeur de rassurer les Grands, la cour et plus largement les sujets de Philippe V.

94Après l’arrivée de l’archiduc Charles à Barcelone et sa proclamation comme roi sous le nom de Charles III (le 7 octobre 1705), Louis XIV et Philippe V décidèrent de lancer une contre-offensive. Il s’agissait d’une opération combinée qui joignait à un siège terrestre, un encerclement de la ville par une escadre maritime. Rapidement, Philippe V résolut d’aller prendre le commandement de cette opération qui visait à ramener le principat de Catalogne sous son obéissance. Toutefois, son départ à la guerre imposait d’organiser le pouvoir en conséquence. La première question fut de savoir si l’ambassadeur de Louis XIV devait rester à Madrid, où il avait accès au despacho, ou suivre le roi à l’armée, ce qui convenait plus à sa fonction d’ambassadeur. Rapidement, on décida qu’il devait rester à Madrid pour le suivi des affaires.

  • 158 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 98-100.

95Le second point à régler était encore plus difficile. Comment remettre une partie du pouvoir de Philippe V entre les mains de la reine Marie-Louise-Gabrielle de Savoie ? Dans un premier temps, on s’appuya sur un précédent récent : celui de 1702, lorsque Philippe V était passé en Italie du Nord pour contrer l’arrivée d’un corps de troupes impériales. Il avait alors confié la réalité du pouvoir à sa femme158, qui avait présidé la junte chargée des affaires pendant son voyage. Les expéditions se faisaient en son nom, elle y avait la voix d’honneur, mais les résolutions devaient être prises à la pluralité des voix. Elle se trouvait ainsi obligée de composer avec les autres membres de la junte : Portocarrero et les présidents des différents conseils, Manuel de Arias, Villafranca, Montalto et Medinaceli.

  • 159 Tomás y Valiente et alii, 1982, pp. 500 sqq.
  • 160 Memorial Histórico Español: Colección de documentos, opúsculos y antigüedades que publica la Real A (...)
  • 161 García Louapre, 2008, pp. 170-171.

96Dans un second temps, on préféra un autre précédent historique pour servir de modèle. Il s’agissait de celui de Philippe IV, lorsqu’il alla en Aragon en 1642. Amelot expliqua ainsi à Louis XIV, que le Roi Catholique avait remis le pouvoir entre les mains de sa première épouse Isabelle de Bourbon, sœur de Louis XIII, pour prendre la tête de ses troupes à l’occasion des guerres de Catalogne. Il est très difficile de savoir comment Philippe IV confia le pouvoir à son épouse. Le décret royal de 1642, par lequel cette transmission fut assurée, est resté introuvable. En 1640, la Catalogne s’était soulevée contre les initiatives du comte-duc d’Olivares. Le royaume de Valence et une partie de l’Aragon lui avaient emboîté le pas. Philippe IV prit alors le chemin de la Catalogne le 26 avril 1642159. Isabelle de Bourbon fut nommée régente du royaume. Elle était assistée du cardinal Borgia, du président de Castille, du marquis de Santa Cruz et de Cristóbal Benavente160. À ce titre, elle présidait les juntas au Palais161.

97Finalement, la régence de la reine fut mise en place par le décret royal du 22 février 1706. Dans une lettre à Louis XIV datée du 25 février, Amelot présentait l’organisation du gouvernement :

  • 162 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fos 258-267.

Le Roy d’Espagne avant son départ a laissé le gouvernement entre les mains de la Reyne, de la même manière que Philipes quatre en usa avec la Reyne Isabelle de France en 1642, lorsqu’il passa en Arragon [sic] dans le temps des guerres de Catalogne ; c’est-à-dire avec le pouvoir de décider sur les affaires, sans estre obligée de se conformer à la pluralité des voix dans le Conseil162.

98Il soulignait que la reine pouvait prendre une décision sans le consentement de la majorité des membres du conseil.

  • 163 AHN, Consejo, lib. 1475, exp. 70, copie du Real decreto de 22 de febrero de 1706 por el que se fían (...)

99Or, le texte du décret par lequel Philippe V transmettait la réalité de son pouvoir à sa femme ne fait allusion à aucun moment au précédent de 1640. Il est seulement précisé que le roi laissait à la reine « toute l’autorité, le pouvoir et les facultés qui résidaient en lui, sans aucune limitation » et exigeait de surcroît « que l’on donne une entière et ponctuelle exécution et observance à ses ordres et ses commandements, comme si [lui]-même les donnait163 ».

  • 164 BNE, ms. 11266/78, Real decreto de Felipe V, 1 septiembre de 1709.

100Destinée seulement à Louis XIV, la référence historique faite par l’ambassadeur ne peut être imputée à une stratégie rhétorique déployée pour convaincre les sujets de Philippe V. Elle semblerait plutôt viser à obtenir l’assentiment du roi sur les mesures prises, ce qui nuance l’image d’un roi de France désireux de modifier en profondeur les coutumes et usages espagnols pour aligner la Monarchie Catholique sur le royaume de France. En d’autres termes, la confidentialité donnée à l’explication révèle qu’il s’agissait plus d’une démarche politique prudente, que d’un argument employé à des seules fins de propagande. En 1709, lorsque Philippe V dut à nouveau se préparer à quitter Madrid, il laissa encore une fois le pouvoir à la reine exactement dans les mêmes termes qu’en 1706164. Le texte du décret se référait explicitement au premier décret. Rappeler le contexte de la précédente sortie de Madrid permettait d’amoindrir ou de nuancer les effets que pouvaient avoir la seconde.

101Ainsi, la situation de Philippe V en 1709 était mise en parallèle avec celle de 1706, cette dernière étant justifiée par le précédent de Philippe IV en 1642, c’est-à-dire un souverain face au soulèvement d’une province contre son autorité. L’amalgame opéré par Amelot visait à souligner que ce n’était pas la première fois que des provinces se rebellaient. Il minimisait ou relativisait ainsi les difficultés de Philippe V.

  • 165 AMAE, Cor. pol., Esp., note pour le ministre sur le mémoire Discurso en que se prueba el derecho qu (...)
  • 166 Rucquoi, 1993, p. 245.

102Durant l’année 1706, Amelot justifia d’autres décisions prises au sein du despacho en faisant référence à des usages anciens. L’exemple des Rois Catholiques, qui avaient taxé l’Église et justifié le retour à la couronne des biens aliénés, lui servit pour défendre des mesures financières. Dans un mémoire adressé à la cour de Versailles en 1706, un auteur anonyme préconisait de saisir une partie de l’argenterie des églises165 en renvoyant à l’exemple de Ferdinand et d’Isabelle la Catholique qui, au début de leur règne conjoint, avaient dû faire face aux besoins d’une guerre contre Alphonse V de Portugal : celui-ci contestait la couronne de Castille à Isabelle166 au profit des droits de son épouse, Juana dite la « Beltraneja », et il entra en Castille à la tête d’une armée en s’appuyant sur des rebelles à l’autorité d’Isabelle (1474-1476). Dans le mémoire, il est ainsi précisé :

  • 167 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de l (...)

… pour se défendre contre l’usurpateur […] elle convoqua en 1475 les Cortes de Castille à Medina del Campo, et les trois bras [braços] du royaume lui concédèrent, pour les dépenses de la guerre, de prêter la moitié de l’or et l’argent des églises de telle sorte qu’elle s’obligeait à les payer entièrement une fois que le royaume serait pacifié167

  • 168 Mariana, Historia de España, vol. 2 (t. XXXI), p. 189. L’œuvre de Juan de Mariana (1535-1624) eut u (...)

103Ce fait était bien connu en Espagne au xviie siècle. On le retrouve ainsi dans l’Historia de España de Juan de Mariana, très diffusée au xviie siècle168. À cette occasion, les Rois Catholiques auraient saisi la moitié de l’argenterie des églises. En 1706, l’auteur du mémoire insistait pour que cette histoire soit imprimée, la diffusion permettant ici de justifier et d’expliquer. Dans le contexte belliqueux d’alors, cette attention souligne le désir de persuader les peuples de la validité d’une décision et de sa légitimité.

  • 169 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de l (...)

104L’auteur ne se limitait pas à évoquer Isabelle et Ferdinand, il notait les rois qui par la suite, avaient eu recours au même expédient. Il signalait ainsi Jean II de Castille (1406-1454) qui publia une loi, confirmée par une seconde en 1432, selon laquelle le souverain pouvait avoir recours aux biens et à l’argent des églises169. Enfin, cette disposition apparaissait « si juste et conforme aux coutumes d’Espagne », que les rois Philippe II en 1598 et Philippe IV en 1640 avaient demandé que toutes les lois du royaume soient compilées dans la Recopilación de las leyes de estos reynos. Or, au titre 2, livre 1 de ce recueil juridique directement cité dans le mémoire, il est clairement écrit :

  • 170 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de l (...)

Le roi ne peut et ne doit pas prendre l’argent et les biens des églises, mais s’il arrive un temps de guerre ou de grand besoin, le roi peut prendre cet argent tant qu’il le restitue entièrement sans aucune diminution à l’église170.

105L’origine de ce prélèvement attribué aux rois Catholiques ne faisait donc aucun doute. Toutefois, le principe du consentement des Cortes disparaît totalement dans les documents qui sont envoyés à Versailles en 1707. La situation politique et militaire difficile en Aragon, en Catalogne et dans le royaume de Valence explique que l’on ait renoncé à vouloir obtenir un quelconque consentement des États. Comme dans l’exemple précédent, la référence au passé pour justifier une nécessité contemporaine servait à obtenir le consentement de Louis XIV.

  • 171 AHN, Consejo, lib. 1475, no 90, Real decreto pidiendo un donativo forzoso à los seculares y volunta (...)
  • 172 AHN, Sección Nobleza, Osuna, C. 429, no 1, Real decreto, 21 novembre 1706.
  • 173 BNE, ms. 11268/21, Real decreto por el que S. M. dispuso valerse de las alcabalas, tercias reales y (...)
  • 174 AMAE, Cor. pol., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fos 94-95.
  • 175 Voir Testamento de Isabel la Católica, pp. 18-19.
  • 176 AMAE, Cor. pol., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fo 96.
  • 177 Lettre de Louis XIV à Amelot, 19 décembre 1706, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. (...)

106Parallèlement à la mise en œuvre cette décision qui vint bien plus tard et uniquement sous la forme d’un prêt sur le clergé et non d’une saisie171, Amelot soutint l’idée de récupérer les biens aliénés, c’est-à-dire les droits ou les taxes de la couronne dont le roi avait concédé le produit à un particulier et qui grevaient les ressources. Philippe V prit donc la décision de les réintégrer pour une année au domaine royal. Le décret royal du 21 novembre 1706 rattachait ainsi le produit des alcabalas, des tercias reales (2/9e des dîmes) et de tous les droits aliénés de la couronne (derechos enajenados de la Corona) au trésor royal (Real Hacienda)172. La situation de guerre du royaume était l’explication avancée pour justifier cette décision173. Encore une fois, l’exemple des Rois Catholiques servait de modèle. Amelot soulignait que « les Roys d’Espagne depuis Ferdinand et Isabelle ont toujours eu en vue de réunir tous ces biens à leur domaine174 ». Il ajoutait que les souverains avaient recommandé à leurs successeurs dans leur testament de revenir sur ces aliénations. Dans le testament d’Isabelle la Catholique, du 12 octobre 1504, il y avait effectivement un article concernant les droits concédés à des Grands ou des chevaliers. Les alcabalas et autres droits devaient, à sa mort, être reversés à la Couronne. Elle révoquait ainsi toutes les concessions qu’elle avait faites175. Fort de ces précédents, Amelot reconnaissait cependant dans sa lettre à Louis XIV que Philippe V, touché par la récente perte du Milanais, avait dû faire passer sa décision contre l’avis du despacho176. Louis XIV assura Amelot de son soutien. Toutefois, il exigeait que la mesure fût appliquée avec mesure et justice. Il était exclu de priver un particulier de son bien légitime177. Le souci du roi justifiait par conséquent la prudence de l’ambassadeur. Il ne pouvait rompre des usages bien établis. Les décisions de Philippe V devaient être justes. Cette remarque du roi de France imposait à Amelot de justifier toutes les mesures prises mais plus encore, de les inscrire dans une continuité historique.

107Confier le pouvoir à la reine Marie-Louise-Gabrielle, proposer une saisie de l’argenterie des Églises et défendre le rattachement de biens aliénés au trésor royal apparaissent comme des mesures de temps de crise, durant lesquels l’autorité royale était contestée. Le contexte de l’année 1706, avec l’échec du siège de Barcelone et la sortie de Philippe V de Madrid, explique pour une large part ces décisions. Justifiées par la nécessité du moment, elles n’en étaient pas moins amplement expliquées. Au pire des difficultés, les initiatives du jeune prince ne devaient pas rompre une légitimité historique. Le passé se trouvait convoqué par les urgences du présent.

108Cependant, Amelot ne se contentait pas de développer un argumentaire fondé sur les exemples du passé pour défendre des mesures difficiles dans les périodes périlleuses. Après Almansa, à la fin de l’été 1707, lorsque la reine accoucha d’un prince, il témoignait toujours son souci de tenir compte des usages en cours à l’époque de los Austrias. La naissance et le serment (juramento) au prince des Asturies peuvent ici servir de fil conducteur.

  • 178 Bluche, 1993, p. 30 ; Bély, 2009, pp. 20-24.

109Après une année 1706 bien difficile pour le camp des Bourbons, l’année 1707 fut celle de leur redressement. La victoire d’Almansa, le 25 avril 1707, et la reconquête des royaumes d’Aragon et de Valence affermirent pour un temps la présence de Philippe V sur le trône espagnol. C’est dans ce contexte beaucoup plus favorable que naquit le premier enfant de Philippe V et de son épouse. Le jour de la saint Louis, Marie-Louise-Gabrielle accoucha d’un garçon. Fils d’un des prétendants à la couronne espagnole si disputée et arrière-petit-fils de Louis XIV, ce jeune prince réunissait deux héritages. Arrière-petit-fils d’un roi de France, il était, selon l’expression, « successible » à la couronne du royaume des Lys, où le roi ne pouvait ni choisir son successeur, ni abdiquer. Cette loi fondamentale du royaume était fondée sur les principes « d’indisponibilité » et de « continuité » de la couronne178, puisque celle-ci n’était pas la propriété du souverain : on n’héritait pas de la royauté, elle s’imposait au successeur du roi précédent. Dès lors, les renonciations des princes du sang au trône étaient considérées comme nulles car contradictoires avec l’une des lois fondamentales du royaume.

  • 179 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 juin 1707, fos 272-273.

110Ce prince était également le fils du roi d’Espagne, Philippe V, et donc reconnu comme son successeur par ses partisans. Si la cérémonie du juramento y homenaje que l’on prêtait à l’héritier des rois de Castille et León semble remonter à 1276, le titre de prince des Asturies (Príncipe de Asturias) fut employé la première fois pour le fils de Jean Ier, le futur Henri III (Enrique III), en 1388. La double qualité de l’enfant à naître — « petit-fils de France », et prince des Asturies en Espagne — souleva la question du cérémonial à employer lors de l’accouchement de la reine. Amelot alerta le roi et demanda des instructions pour régler cette question délicate. En France, les accouchements des reines et des princesses enceintes d’un prince du sang, étaient publics. La coutume voulait que les princes du sang assistent aux naissances. Amelot demanda donc très officiellement au roi de France s’il ne fallait pas avertir les princes afin qu’ils envoient des représentants assister aux couches de la reine. Il insistait lui-même sur la difficulté de trancher ce point délicat179, d’autant plus que Philippe V était deuxième dans l’ordre de la succession du roi de France.

  • 180 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 26 juin 1707, Buen Retiro, dans Maintenon, Ur (...)

111L’ambassadeur remettait ainsi à Louis XIV la responsabilité de décider. Il ignorait s’il fallait ou non suivre cette coutume. Comme l’ambassadeur, la princesse des Ursins, camarera mayor de la reine d’Espagne, avoua son embarras à sa confidente, Mme de Maintenon180. Elle commençait par rappeler l’intérêt que les princes du sang pouvaient avoir à assister à cette naissance. En effet, il s’agissait d’un prince, potentiellement successeur de la couronne de France. Elle cherchait à prévenir des conflits qui adviendraient éventuellement par la suite. Elle s’inquiétait de ce que le non-respect de cette « formalité » puisse un jour causer des guerres entre les descendants des deux rois. De plus, elle ajoutait qu’elle ne savait pas comment faire avec la cour. Si l’usage voulait que les princes du sang assistent à la naissance de l’un des leurs, personne n’avait à la cour d’Espagne le privilège d’assister aux couches de la reine. Les Grands ne l’avaient ainsi jamais eu. Seules les personnes dont on avait besoin, le médecin et les femmes de chambre, pouvaient entrer dans la pièce.

  • 181 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 juin 1707, fo 272.

112La question tournait autour de la coutume, de l’usage et du cérémonial. Le prince à naître avait une double qualité dont il fallait tenir compte. Respecter ses ascendances françaises comme les usages espagnols s’avérait un véritable casse-tête. Les circonstances de la guerre et l’enjeu de la légitimité dynastique finirent par imposer la solution. En effet, les partisans de l’archiduc publièrent que la grossesse était un mensonge et que l’enfant à naître était « supposé ». Amelot se demanda par conséquent s’il ne serait pas judicieux que les grands officiers de la couronne et les présidents des conseils assistent à l’accouchement afin d’authentifier la naissance du prince181. Il espérait ainsi décrédibiliser ceux qui mettaient en doute la grossesse de la reine.

  • 182 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 26 juin 1707, dans Maintenon, Ursins, Lettres (...)
  • 183 AMAE, Cor. pol., t. 168, lettre de Louis XIV à Amelot, 27 juin 1707, fos 282-284.
  • 184 AMAE, Cor. pol., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, fo 99.

113La princesse des Ursins reprit, dans sa lettre à la seconde épouse de Louis XIV, le même argument que l’ambassadeur : « Il est vrai que cela ne s’est jamais fait pendant que la maison d’Autriche a régné ; mais le changement de succession semble autoriser cette nouveauté182… ». Cette formulation rappelle la prudence avec laquelle il fallait gouverner : introduire seulement les changements nécessaires et imposés par le contexte. Louis XIV comprit le dilemme d’Amelot et accepta la présence de grands officiers et des présidents des conseils183. Il importait en premier lieu que cette naissance ne fût pas contestée. L’enfant naquit le 25 août 1707, le jour de la saint Louis, ce qui motiva le choix de son prénom : Luis. Comme les rois de la maison d’Autriche, Philippe V se rendit le jour même au sanctuaire d’Atocha afin de rendre grâce à la vierge. Le cardinal Portocarrero, le nonce Zondadari, Amelot, les conseillers d’État, les ministres du despacho, les grands officiers des Casas Reales et les présidents des conseils assistèrent à cette naissance184.

  • 185 Belando, Historia civil de España, t. I, chap. lx, p. 322.
  • 186 Castellví, Narraciones históricas, t. II, p. 403.
  • 187 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 140.

114Cette décision de faire assister les principaux personnages de la couronne au premier accouchement de la reine attira l’attention des contemporains. Le père franciscain Nicolás de Jesús Belando, qui rédigea une chronique du règne de Philippe V et de la guerre de Succession, insista sur la présence de plusieurs membres de la cour à l’accouchement de la reine185. Il confirmait ainsi l’existence de rumeurs et les raisons avancées par Amelot afin que la naissance fût publique. Le chroniqueur austraciste Francisco de Castellví confirme la présence du cardinal Portocarrero, du nonce, des ambassadeurs étrangers et des présidents des conseils186. Vicente Bacallar y Sanna souligna lui aussi cette nouveauté en rappelant que les bruits d’une grossesse supposée l’avaient rendue nécessaire187.

  • 188 AMAE, Cor. pol., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 16 janvier 1708, fo 16.
  • 189 Cortés Echánove, 1958, p. 98.
  • 190 AMAE, Cor. pol., t. 171, « Relation de tout ce qui s’est passé à la cérémonie du baptême de Monseig (...)
  • 191 AHN, Estado, leg. 2480, Baptismo del Sereníssimo Señor Príncipe de Asturias, Don Luis Primero deste (...)

115Amelot envoya une relation qui contenta le marquis de Torcy, secrétaire d’État des affaires étrangères188. On fit également rechercher dans les archives toutes les notices faisant référence au baptême des princes afin de savoir comment procéder. Un résumé des baptêmes célébrés depuis 1571 parvint ainsi à la cour en juillet 1707, un mois avant la naissance de Luis Fernando189. Il fut ensuite baptisé le 8 décembre 1707 dans la chapelle royale190. La double qualité de cet enfant, infant et arrière-petit-fils du roi de France, fut soulignée dans la décoration déployée pour son baptême. Des représentations de la Toison d’or et du Saint-Esprit étaient alternativement disposées dans le corridor menant du quartier du roi à celui de la reine191.

  • 192 Marías, 2004, p. 115.

116Pour l’accouchement de la reine d’Espagne, les circonstances ont prévalu sur les usages et les coutumes, permettant ainsi de trancher la question du cérémonial à employer. Si la naissance fondait les droits d’un prince dans l’ordre de succession à une couronne, elle ne suffisait pas, en Espagne, à faire de lui un prince héritier. Le caractère d’héritier des royaumes de Castille et León devenait pleinement effectif après la double cérémonie du juramento y homenaje, dont l’origine daterait de 1276192. Ainsi, après les questions de cérémonial liées à sa naissance, surgit celle de sa reconnaissance. Le prince fut reconnu comme Príncipe de Asturias en 1709. Comment la continuité avec la dynastie de los Austrias a-t-elle été respectée ? Là encore, les dépêches de l’ambassadeur se révèlent des sources primordiales pour comprendre comment cette cérémonie fut organisée et dans quelle mesure elle s’inscrivait dans une continuité historique.

  • 193 Noel, 2004, p. 150.
  • 194 Marías, 2004, p. 118.

117La double cérémonie de juramento y homenaje à l’héritier de la couronne remonte au règne d’Alfonse X le Sage (el Sabio), lorsque son fils, Sanche IV, se fit reconnaître comme le successeur de son père par les Cortes. La codification de l’étiquette bourguignonne et aragonaise de 1548 fixa le déroulement de ce rituel, l’un des plus important de la Monarchie Catholique193. On peut suivre les évolutions du juramento y homenaje grâce aux nombreux témoignages littéraires et visuels qui ont été conservés. Il n’y eut que très peu de modifications apportées à ce cérémonial jusqu’à celui de Ferdinand VII en 1789194.

  • 195 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 8 avril 1709, Madrid.
  • 196 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre anonyme [Amelot ou l’un de ses secrétaires] du 8 avril 1709, (...)
  • 197 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 8 avril 1709, Madrid.

118Le 7 avril 1709, Luis Fernando reçut le serment et l’hommage des prélats, des Grands, des nobles titrés (titulos) et des députés des royaumes de Castille, d’Aragon et de Valence. Amelot fit un récit détaillé de la cérémonie à Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État de la marine195. Les archives du ministère des Affaires étrangères contiennent également une relation dans laquelle l’auteur insiste sur la forte légitimité que le serment donnait à l’héritier de la couronne d’Espagne196. La cérémonie eut lieu dans l’église San Jerónimo el Real, avec « beaucoup de magnificence et de dignité » selon les termes d’Amelot197.

  • 198 Marías, 2004, p. 120.
  • 199 Ce fut Juan Alfonso Guerra y Velasco, rey de armas, qui lut le serment pour Luis Fernando. Pérez de (...)

119Après une procession du palais jusqu’à l’église, une messe solennelle fut célébrée. En 1707, ce fut le cardinal Portocarrero, archevêque de Tolède, donc primat de l’Église d’Espagne, et parrain du jeune prince, qui présida à la célébration de l’Eucharistie. Le choix du cardinal respectait scrupuleusement la tradition, puisque ce rôle incombait généralement aux archevêques de Tolède198. Le juramento et l’homenaje eurent lieu immédiatement après. Le cardinal recevait le premier, c’est-à-dire le serment, et le duc de Medinaceli le second. Portocarrero prit place au pied de l’autel, assis devant une petite table où étaient déposés un crucifix et les Évangiles. Appelés un par un, les prélats, les Grands et les députés de certaines cités prêtaient le serment après que la formule eut été lue par un juge (oidor) du Conseil de Castille et que le « roi d’armes » (rey de armas199) eut lancé un appel. La relation laissée par Amelot correspond si parfaitement à ce que l’on sait du cérémonial de la cour de Madrid, que l’absence d’autre témoignage pourrait faire douter de la sincérité du sien. Toutefois, peu importe de savoir si l’ambassadeur a amélioré, enjolivé ou trahi la réalité dans son rapport. La similitude du cérémonial employé avec les précédents met en valeur une continuité avec la dynastie précédente. C’était donc le but recherché. Le duc de Medinaceli se tenait debout auprès du cardinal et recevait ensuite l’hommage. Le Grand chargé de prendre l’hommage était désigné par le roi.

  • 200 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709, fo 36.
  • 201 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre de Louis XIV à Amelot, 4 février 1709, fos 70-74.
  • 202 Pérez de Guzmán y Gallo, 1989, p. 166.

120Traditionnellement, après le serment et l’hommage, le Roi Catholique intervenait — la seule fois de la cérémonie — pour promettre de respecter les fueros. Amelot ne mentionne rien à ce sujet. Le roi ne fit sans doute aucune promesse alors qu’au même moment il abolissait ces fueros. La seule question que l’ambassadeur évoque dans sa correspondance touche à la place à accorder aux cités d’Aragon et de Valence200. La réunion des provinces de la couronne d’Aragon à celles de Castille, par les décrets de la Nueva Planta, imposait de les convier à la cérémonie. Les représentants des villes de Saragosse et de Valence furent invités à se placer après ceux de Tolède, Léon, Séville et Grenade. On exigea que les villes sollicitent cette faveur plutôt que le roi ne la leur donnât sans contrepartie. Louis XIV se contenta de recommander la plus grande prudence afin d’éviter toute contestation par la suite201. En réalité, les jurats de Saragosse étaient déjà présents lors du serment et hommage à Philippe-Prosper, en 1658, et il semble que ce précédent ait permis de légitimer leur réunion lors de celui de Luis Fernando en 1707202.

  • 203 Sánchez Alonso, 1970, p. 30.
  • 204 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre anonyme du 8 avril 1709, fo 335.

121La cérémonie du juramento y homenaje du prince Luis Fernando en 1707 renforça la légitimité de la nouvelle dynastie. Avant elle, los Austrias avaient repris cet usage de leurs prédécesseurs. Ils avaient ainsi conservé à cette cérémonie son premier caractère hérité de l’époque médiévale203. La transmission de cette pratique fut donc assurée au-delà des changements dynastiques, ce qui n’échappa pas aux contemporains comme l’atteste une lettre du 8 avril 1709 envoyée de Madrid à Versailles204, dont l’auteur vante la fidélité témoignée par la noblesse à son roi dans cette cérémonie.

122Dans les trois exemples présentés ici, la volonté de s’inscrire dans une continuité historique apparaît clairement. L’ambassadeur Amelot fut ainsi — dans une certaine mesure — soucieux de placer les décisions du roi d’Espagne dans une suite logique, non seulement pour légitimer les initiatives de Philippe V mais aussi pour se justifier lui-même vis-à-vis de la cour de Versailles, envers laquelle tout diplomate de Louis XIV avait des comptes à rendre.

123Outre l’autorité naturelle du précédent, les références au passé permettaient d’établir un parallèle entre les réalités vécues par les contemporains et ce qui était advenu dans des temps plus anciens ; elles rassuraient en montrant que ce qui semblait nouveau ne l’était pas. Lorsque Amelot évoquait la régence d’Isabelle de Bourbon pour justifier celle de Marie-Louise-Gabrielle, ou quand il défendait l’idée d’une imposition des richesses du clergé et des biens de la couronne qui avaient été aliénés, il plaçait sur un même plan les difficultés de son temps avec celle du passé. Comparer les décisions de Philippe V avec celles d’une souveraine aussi emblématique qu’Isabelle la Catholique constituait un rapprochement judicieux, qui plaçait le second dans les pas de la première et en faisait ainsi son héritier. Philippe V ne se contentait donc pas de faire la guerre, il répondait également aux injonctions laissées par ses prédécesseurs, les Rois Catholiques, dans leurs testaments.

 

124La rédaction, l’impression et la diffusion de libelles et de pamphlets soulèvent encore de nombreuses interrogations, notamment sur leurs visées et leur réception. Pour autant, ces imprimés pesaient sur le cours des négociations et la conduite des actions diplomatiques, car ils assuraient la circulation de bruits et de rumeurs comme la diffusion de vraies nouvelles. La fragilité ou l’incertitude qui entouraient ces informations constituaient la caractéristique principale de ce type d’écrits, qui, dans le cadre d’une négociation, pouvaient interférer avec les initiatives d’un ambassadeur. Les bruits d’un abandon de la monarchie hispanique par Louis XIV entravèrent ainsi les démarches d’Amelot lorsqu’il tentait d’obtenir le droit de placer des garnisons du roi de France dans des places espagnoles. Leur réapparition régulière au cours de la guerre contribuait à nourrir une méfiance de la cour espagnole à l’égard des intentions que l’on prêtait à Louis XIV. À l’inverse, la circulation des nouvelles pouvait être instrumentalisée ou bénéficier à l’un des deux camps lorsqu’elle révélait le caractère douteux d’une information.

125Les différents imprimés, comme les pamphlets et les libelles mais également les nombreuses gravures ou portraits des souverains, furent employés dans une stratégie de légitimation du souverain. Philippe V fut ainsi représenté, que ce soit dans les portraits ou dans les récits que l’on faisait de ses actions, comme le digne successeur des souverains de la maison d’Autriche. Certaines anecdotes ou éléments de représentation, comme la golille, servaient un discours chargé d’asseoir son autorité et sa légitimité. Apparaître dans une continuité avec ses prédécesseurs ne constituait pas seulement un argument pour Philippe V. Il servait aussi à l’ambassadeur pour se justifier auprès de Louis XIV et de ses ministres des décisions prises à Madrid. L’écrit, et plus particulièrement dans le cas présent le recours au passé et à une continuité entre les souverains, était employé pour servir la cause de Philippe V. Dans une compétition où la légitimité des deux candidats au trône constituait un argument de poids, il est logique que l’héritage des souverains de la maison d’Autriche ait fait l’objet de récupérations et d’instrumentalisations dans les différents types d’imprimés, de gravures ou de portraits. Il est plus surprenant en revanche que l’ambassadeur Amelot ait défendu son action en soulignant les éléments de continuité. L’utilisation de ce type d’argument pour se justifier auprès du souverain démontre que la politique du roi de France ne visait pas uniquement à ce que la nouvelle maison royale supplante la précédente, mais consistait plutôt à l’inscrire dans sa prolongation.

Notes

1 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 19 août 1705, Versailles, fo 104.

2 Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 524 ; Albareda Salvadó, 2010, p. 173 ; Torras i Ribé, 1981, pp. 187-209.

3 Pour une synthèse récente, on se reportera à Vicent López, 2001, pp. 217-243.

4 Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 518.

5 Bernabé Ruiz, 2008, p. 11.

6 Arco y Garay, Repertorio de manuscritos referentes a la historia de Aragón, p. 368 ; Armillas, Pérez Álvarez, 2004, p. 265.

7 Relación verdadera de la defensa, que ha hecho la villa de Puigcerdan, a la interpresa, que el enemigo intento hazerle el día 21 abril 1707. Participa a Su Magestad [Charles III] (que Dios guarde), por uno de los Cónsules de dicha villa, dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, fos 160-161.

8 Les vigatans, partisans de l’archiduc en Catalogne, étaient parfois appelés « miquelets » par leurs adversaires, les botiflers, soutiens de Philippe V. Voir Sales i Folch, 1999 ; Albareda Salvadó, 1984.

9 Bodart, 2007 ; Sabatier, 2007.

10 González Cruz, 2009, pp. 93-94.

11 Ibid., p. 98.

12 Pérez Picazo, 1966.

13 González Cruz, 2009. Voir aussi : Alabrús Iglesias, 1991, 1995 et 1996 ; Ead. (éd.), 2006 ; García Cárcel, 1998 et 2002a ; Gilard, 2004, 2005 et 2009 ; López-Cordón Cortezo, 1996 ; Torrione, 2007 ; Ead. (dir.), 2000 ; Riess, 2008.

14 González Cruz, 2006, pp. 19-25 et 149-150.

15 Carta que el Ilustrísimo Señor D. Luis Belluga, obispo de Cartagena […], escribe a los fieles de su obispado, principalmente a la gente sencilla, previniéndoles del riesgo de dar crédito a una falsa doctrina y error que en conversaciones privadas, y hasta en el confesionario mismo en esta ciudad y algunos lugares de la diócesis se ha pretendido sembrar, 1706, dans Pérez Picazo, 1966, t. II, p. 5.

16 « Viva nuestro Gran Monarca / PHILIPO Quinto, y su excelsa / Corona prospere el Cielo, / Contra las armas opuestas. // Vivan las unidas Lises, / Y las dos firmes Potencias / Sean el terror del Imperio, / Y de sus ligadas fuerças. // Vivan los unidos reynos; / Todo Phanatico muera, / Y digamos los Leales, / Aquí paz, y nunca guerra » (El Cardenal Belluga. Pastorales y documentos de su época, éd. de Antonio Pérez Gómez, Valence, Publicaciones de la Caja de Ahorros del Sureste de España, 1962, pp. 107-114 ; cité dans Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 530).

17 La gazette de Barcelone diffusa le bruit de prétendues négociations avec le sultan pour l’inciter à entrer en guerre. Antonio de Robles, auteur d’un Diario de sucesos notables (1703), assurait que le roi de France aurait offert au sultan ottoman de recouvrer des territoires perdus en Hongrie. González Cruz, 2006, pp. 33 et 85. On retrouve la critique des liens entre Louis XIV et les Turcs dans de nombreux imprimés. Voir par exemple : AHN, Estado, leg. 320, caja 2, imprimé Clamores de los leales de Madrid, llamando a Carlos Tercero por legítimo Dueño: movidos de las muchas tyranias que ha executado, y executa el Señor duque de Anjou; cuyas quexas se oyen en toda Castilla, deseando se corone quanto antes nuestro amado Monarca Carlos Tercero, (que Dios guarde), s. d.

18 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, « Carta escrita a S. Mgd Britta por la junta militar de las armas de Cataluña », s. d.

19 AHN, Estado, leg. 281, caja 2, imprimé Copia de carta del Excelentísimo Señor Conde de Noelle, maestro de Campo General por S. M. C. el Señor Carlos III (que Dios guarde) à el Consistorio de la Diputación del reyno de Aragón, recibida en 1 de julio de 1706.

20 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Tinajero de la Escalera, 31 juillet 1708.

21 Cité dans De Schryver, 1965, p. 217.

22 Ibid., p. 61.

23 Bély, 2007.

24 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fos 41-46.

25 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre de Louis XIV à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fos 61-63.

26 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre de Louis XIV à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fo 62vo (fo 63 pour la citation suivante).

27 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 170.

28 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 170vo.

29 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 171.

30 Lettre écrite au Roi pour le rétablissement de la paix générale en Europe, citée dans Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, Additions et corrections, p. 607.

31 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 1er septembre 1705, Versailles, fos 101-102.

32 Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, p. 607.

33 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Torcy, 22 septembre 1705, Madrid, fos 163-164.

34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, fos 128-135.

35 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 116. Voir aussi González Cruz, 2009, pp. 170-172.

36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 octobre 1706, fos 35-36.

37 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre de Louis XIV à Amelot, 28 novembre 1706, fos 45-48.

38 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, fo 46.

39 SHD, A1 2050, lettre d’Amelot à Chamillart, 12 octobre 1707, fo 126.

40 SHD, A1 2050, lettre de Chamillart à Amelot, 26 octobre 1707, fo 166 ; copie dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, fos 41-42.

41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 mars 1707, fo 61vo.

42 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 26 novembre 1705, fos 219-223.

43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 26 novembre 1705, fos 221-221vo.

44 Lieberman, 2000.

45 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 février 1707, fos 171-174.

46 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 20 octobre 1706, Versailles, fos 221-222.

47 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1706, fos 45-52.

48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 août 1707, fo 129vo.

49 Lettre de Louis XIV à Amelot, 8 août 1707, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 223.

50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 120, lettre d’Orry à Torcy, 19 août 1702.

51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre de Gramont à Torcy, juin 1706, fo 246.

52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 mars 1707, fos 101-116.

53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Torcy, août 1707, fo 116.

54 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 août 1706, fo 197.

55 Guillamón Álvarez, Muñoz Rodríguez, 2006, p. 529.

56 Díez de Revenga Torres, 2006, p. 205.

57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot au roi, 20 janvier 1706, fos 103-111 ; lettre d’Amelot à Louis XIV, 13 février 1706, fo 207. Cet épisode fit l’objet de reproductions sous forme de gravure et d’estampe ; voir BnF, Philippes V, Roy d’Espagne victorieux de ses ennemis en 1706, Paris, chez Pierre Gallais, 1707, tiré d’un almanach.

58 Belluga y Moncada, Carta que Luis Belluga, obispo de Cartagena escribe a los fieles. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 février 1706, fo 200.

59 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Torcy à d’Argenson, 4 juillet 1706, fo 220.

60 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de [?] à [Amelot], s. d., peut-être du mois d’avril 1706 au vu de son classement, fo 131.

61 Vauban, Les oisivetés, pp. 257-261.

62 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Tessé à Amelot, 2 janvier 1705, Pina, fos 190-191 

63 ASV, Archivio della Nunziatura Apostolica in Madrid, vol. 26, lettre d’Amelot à M. le Nonce [Zondadari], 5 mars 1709, fo 564. Sur le nonce Zondadari, voir Saint-Simon, Mémoires, t. XVI, p. 411 ; t. XVII, p. 214.

64 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 février 1706, Marly, fos 191-192.

65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 13 février 1706, fo 207.

66 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 février 1706, fos 277-280.

67 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre de Louis XIV à Amelot, 30 janvier 1707, fo 98vo.

68 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre de Louis XIV à Amelot, 19 septembre 1706, fos 15-23.

69 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Torcy, 5 octobre 1706, Madrid, fo 140.

70 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre de Louis XIV à Amelot, 30 mai 1707, fos 101-102.

71 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 91.

72 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 juillet 1706, fos 55-60.

73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 7 juillet 1706, fos 16-17.

74 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 7 juillet 1706, fo 17vo.

75 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 17 juillet 1706, fos 29-31.

76 AN, AE, BI 770, « Lettre circulaire pour les officiers des Indes pour obéir aux ordres venant uniquement de Philippe V », août 1706.

77 AGI, Indiferente General, leg. 260, lettre du duc d’Atrisco du 25 novembre 1706. Voir annexe VIII.

78 González Cruz, 2006, p. 182.

79 Ibid., pp. 184-187.

80 AGI, Indiferente General, leg. 260, lettre de Grimaldo au duc d’Atrisco, 17 avril 1707.

81 AGI, Gobierno, Chile, leg. 87, lettre de l’audience du Chili à Philippe V, 27 septembre 1708 ; AGI, Gobierno, Panamá (gobierno de Guatemala), no 219, lettre de Toribio de Cossio à Philippe V, 8 février 1708.

82 Burke, 1995, p. 188.

83 Pérez Picazo, 1966 ; González Cruz, 2006.

84 González Cruz, 2006, p. 30.

85 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, Respuesta al manifiesto publicado en nombre del Serenísimo Señor Archiduque; en diziembre de 1706 y satisfacción con que se prueba de falsa una carta en Zaragoza, que se supone escrita por Monsieur de Chamillart, ministro de la Guerra en Francia, al Mariscal Duque de Berwich [Berwick], s. d., fos 136-148.

86 « Ce qui donne à rire cependant, c’est que les Français se retireraient dans leur pays avec les trésors, quand il est notoire pour les bons Espagnols que les louis d’or et les écus d’argent arrivent de France non seulement pour payer les troupes, mais que le Très Chrétien, apprenant la sortie du roi son petit-fils de Madrid, l’a secouru avec deux millions de livres » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, Respuesta al manifiesto publicado en nombre del Serenísimo Señor Archiduque; en diziembre de 1706 y satisfacción con que se prueba de falsa una carta en Zaragoza, que se supone escrita por Monsieur de Chamillart, ministro de la Guerra en Francia, al Mariscal Duque de Berwich [Berwick], s. d., fo 142).

87 Dangeau, Journal, t. XI, p. 157 ; Saint-Simon, Mémoires, p. 441. Lettre de Louis XIV à Amelot, 18 juillet 1706, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 136.

88 Hanotin, 2008.

89 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, copie d’une lettre de la reine de Grande-Bretagne, [1705].

90 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 91vo.

91 Consulta, que un ministro. Les citations qui suivent renvoient à ce document.

92 « … las muchas acciones de Guerra, han extinguido de tal suerte la juventud del Reyno, que son mucho mas considerables los daños, que este padece en los comercios, manifaturas, y agricultura, que el interès que consigue en aquelle unión… ».

93 « Las conveniencias, que saca la Francia de la España, son el desfrutar sus thesoros en Indias, donde van nuestros mercaderes, y trahen à Francia todos los caudales, que antes con flotas, y galeones se repartían en toda Europa ».

94 « El fuerte vinculo, con que está ligada la seguridad de la grande Aliança, nace de la mal fundada desconfiança, con que miran la equidad de V. M. persuadiéndose, que la Unión de Francia y España, amenaça su libertad al avenir ».

95 « Mais en se déclarant et en se soumettant à leur seigneur et souverain naturel, ils pourront espérer être protégés dans leurs anciens privilèges et dans le grand commerce des galions et des flottes, et ils pourront aller et venir régulièrement en sécurité et richement chargés, sans les risques auxquels ils sont aujourd’hui exposés en raison des violences des étrangers » (AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, copie de la déclaration de Charles III aux populations des Indes, [1705]).

96 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, copie d’une lettre de la reine de Grande-Bretagne, [1705].

97 González Cruz, 2006, p. 138.

98 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, fos 178-183, Ordenes y providencia que Su Magestad, (Dios le guarde) se han de expedir, y se han de executar en el recibo de la Capitana de Barlovento, y demás navíos de su conserva, que han arribado al Puerto de Brest, para el mayor alivio, y conveniencia de sus vasallos, y comerciantes de estos reynos, y de los de las Yndias, Madrid, chez Antonio Bizarrón, 1707.

99 Argent officiellement déclaré et donc légal, car frappé du droit de quint.

100 Castellví, Narraciones históricas, t. II, p. 160.

101 C’était un argument que l’on retrouvait dans les imprimés de l’époque. Voir García Cárcel, 1992, p. 123.

102 AHN, Estado, leg. 281, caja 2, Copia de carta del Excelentísimo Señor Conde de Noelle, maestro de Campo General por S. M. C. el Señor Carlos III (que Dios guarde) à el Consistorio de la Diputación del reyno de Aragón, recibida en 1 de julio de 1706 ; AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, copie d’une lettre de la reine de Grande-Bretagne, [1705] et copie d’une déclaration de Charles III à ses sujets des Indes, [1705].

103 BNE, ms. 18107, « Primera parte de varios papeles políticos contra las ideas de Francia sobre el imperio universal del Mundo », « Segunda parte de los referidos papeles políticos », [xviiie siècle].

104 [Tucci], Lo Spartimento del favoloso Leone.

105 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot au camp de Jadraque le 4 juillet 1706, fos 4-8.

106 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 juillet 1706, fos 55-60 ; lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 juillet 1706, camp d’Atienza, fo 97 ; lettre d’Amelot à Louis XIV, 2 août 1706, fos 147-150.

107 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Torcy, 17 août 1706, fos 227-228.

108 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Tessé à Amelot, 12 janvier 1706, fos 75-78.

109 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 juillet 1706, Atienza, fo 112.

110 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 juillet 1706, Atienza, fo 114.

111 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 87.

112 La bibliographie sur ce l’on appelle l’« austracisme » (austracismo) est abondante. On trouvera un aperçu assez complet dans Muñoz Rodríguez, 2006.

113 León Sanz, 2007, pp. 582-583.

114 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 janvier 1706, fo 133.

115 Salado Santos, 2009, p. 76.

116 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 novembre 1705, fo 128.

117 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1705, fo 127vo ; Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 85.

118 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 mars 1706, fo 44.

119 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1706, fos 175-177.

120 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1706, fo 215.

121 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, extraits des lettres déchiffrées dans les lettres portugaises interceptées, fos 178-184.

122 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1707, fos 2-7.

123 AHN, Estado, leg. 320, caja 1, Noticias venidas de Italia, y traducidas en Español, de diferentes partes de Europa, publicadas en Milán a 5 de enero y en Barcelona a 9 de febrero de 1707.

124 AHN, Estado, leg. 320, caja 1, Noticias de los felizes sucessos han tenido las armas cesare en Ungaria, que acá estavan ignorados, publicadas en Barcelona a 19 de enero de 1707.

125 AHN, Estado, leg. 320, caja 2, Noticias venidas à Barcelona, por el correo de Valencia a 9 de noviembre de 1706.

126 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 163.

127 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 164.

128 On peut dresser un parallèle avec la grand-mère de Philippe V, l’infante Marie-Thérèse d’Autriche. Dans un article sur l’historiographie du Roi Soleil, Joël Cornette analyse les représentations de l’épouse de Louis XIV sur les gravures, estampes et autres supports de la propagande royale. Son image laisse apparaître une transformation. D’une reine vêtue à l’espagnole, Marie-Thérèse fut peu à peu représentée avec des attributs de reine de France, les fleurs de lys par exemple. La reine apparaît ainsi, dans un almanach au titre évocateur « La Flandre dépouillée des habits d’Espagne et revêtue à la française », en partie dénudée et recouverte d’un manteau fleurdelisé. Cornette, 2000b, p. 590.

129 Dans de nombreuses gravures, Philippe V était représenté portant la golille. Torrione, 2007, pp. 32, 34, 35, 37 et 40.

130 Amelot confirma au roi le port de plus en plus rare de la golille et l’habitude de se vêtir « à la française » en 1707 (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fos 91-99). Sur la golille, les références sont aussi nombreuses dans la correspondance entre Daubenton et Pontchartrain : l’envoyé confirmait les propos de l’ambassadeur ; Pontchartrain s’en réjouissait. Voir AN, Marine, B2 197, Pontchartrain à Daubenton, 5 juin 1707, fo 1146 ; AN, Marine, B2 198, Pontchartrain à Daubenton, 17 juillet 1707, fo 242 ; AN, Marine, B7 246, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 9 juin 1707, fos 250-260. Sur la suppression définitive de la golille, voir AN, Marine, B7 248, Daubenton à Pontchartrain, 15 août 1707, fos 65-70.

131 Étienvre, 2005, pp. 33-44.

132 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 avril 1706, fos 259-260.

133 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 mai 1706, fos 49-55.

134 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 mai 1706, fos 2-13 ; lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mai 1706, fos 95-98.

135 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Louis XIV à Amelot, 9 juin 1706, fos 239-241.

136 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 juillet 1706, fos 90-99.

137 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1707, fo 27vo.

138 López-Cordón Cortezo, 2008a, p. 310.

139 González Cruz, 2009, pp. 93-97.

140 « … même dans un détail qu’était le fait de chercher dans toutes les demeures, soit le portrait, soit l’estampe de Sa Majesté. Chaque demeure, chaque famille se félicitait du bonheur et de l’honneur de détenir son image et entrait en d’amicales rivalités pour savoir qui l’avait eue en premier, avec l’ornement le plus convenable, et quelle était la plus ressemblante et la plus fidèle » (Juan Navarro Vélez, Aprobación, Séville, 12 mai 1707, cité dans Bouza Álvarez, 2004, p. 34).

141 Santiago Páez, 2000, pp. 81-89.

142 Relación, y Gazeta general en que dá cuenta de la elección de Nuestro Santisimo Padre Clemente XI y de la salida del Rey Nuestro Señor D. Felipe Quinto de Versallas para estos sus Reynos, y breves noticias de sus Reales prendas, s. l., s. d., citée dans Gilard, 2009, p. 290.

143 Soler del Campo (dir.), 2010. Ce portrait est reproduit en annexe IX.

144 Gilard, 2009, pp. 290-291.

145 [Carlos II ofrece syr carroza a un sacerdote portador del Santo Viático], Romeyn Hooghe, s. l., s. d., Museo municipal de Madrid, reproduit dans Pinto Crespo, Madrazo Madrazo (dir.), 1995, p. 261. Voir annexe X.

146 BNE, R/39629 (14), Aplauso panegyrico, que celebra la segunda acción de nuestro Católico Monarca Don Felipe Quinto (que Dios guarde), executada por Su Magestad, el dia tercero de la Pasqua de el Espíritu Santo, aviendo assistido en su Iglesia el segundo día de ella; y fue, que hallando à un Señor Sacerdote que llevava à el Santíssimo Sacramento, de buelta de la casa de un enfermo, descendió de su carroza, y hizo ascender à ella à el Señor Sacerdote, con su Divina Magestad, y le fue acompañando à pie, arrimado à el estrivo, hasta la parroquia de el Señor S. Sebastian, en el siguiente soneto, y romance, que le consagra à su Real Magestad Don Martin Davila y Palomares, su criado, Madrid, [1701].

147 On trouve d’autres récits similaires dans les années 1720. La Gazeta de Madrid s’en faisait l’écho dans ses numéros du 1er décembre 1722 et du 16 mars 1723. Torrione, 1998 pp. 109-110 et 113. Le même récit est cité dans Río Barredo, 2004, p. 747.

148 Sermón al Santísimo Sacramento por el feliz viaje y milagrosos escape de la armada real de España el año de 25, predicado el año de 75 en la Santa Iglesia Catedral de la Puebla por el bachiller D. José Valero Caballero, Mexico, Juan de Ribera, 1677, cité dans Cañeque, 2010, pp. 53-55.

149 Peter Paul Rubens et Jan Wildens, Acto de Devoción de Rodolfo I de Habsburgo, vers 1616, Museo Nacional del Prado, reproduit dans Cañeque, 2010, p. 54.

150 Álvarez-Ossorio Alvariño, 1996.

151 Dubet (dir.), 2008, pp. 198-200.

152 Pour un aperçu général et la bibliographie, on se reportera à Dedieu, 2010, pp. 61-67.

153 Imízcoz, 2005, pp. 45-76 ; Imízcoz, Guerrero, 2004.

154 Caro Baroja, 1969.

155 Giménez López, 1994, pp. 46-47.

156 González Cruz, 2006.

157 AHN, Estado, leg. 1950, cité dans Álvarez-Ossorio Alvariño, 2003, p. 313.

158 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 98-100.

159 Tomás y Valiente et alii, 1982, pp. 500 sqq.

160 Memorial Histórico Español: Colección de documentos, opúsculos y antigüedades que publica la Real Academia de la Historia, Madrid, 50 vol., t. XVI, 1862, p. 345, cité par Elliott, 2004, p. 689. Sur sa popularité durant sa régence : Memorial Histórico Español, t. XVI, pp. 382, 385 et 428, cité dans Marañón, 1952, pp. 350-352.

161 García Louapre, 2008, pp. 170-171.

162 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fos 258-267.

163 AHN, Consejo, lib. 1475, exp. 70, copie du Real decreto de 22 de febrero de 1706 por el que se fían à la Reyna el Gobierno de toda la monarquía, y el curso de los negocios, con la forma, que se ha observada en consultas, decretos, despachos durante la partida del Rey.

164 BNE, ms. 11266/78, Real decreto de Felipe V, 1 septiembre de 1709.

165 AMAE, Cor. pol., Esp., note pour le ministre sur le mémoire Discurso en que se prueba el derecho que el rey…, [1706], t. 159, fos 79-80.

166 Rucquoi, 1993, p. 245.

167 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de las yglesias de sus reynos y estados para subvenir à los gastos de la presente guerra y la obligación en que se halla la Yglesia de socorrerle, [1707], contenu dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, fos 100-111.

168 Mariana, Historia de España, vol. 2 (t. XXXI), p. 189. L’œuvre de Juan de Mariana (1535-1624) eut un succès considérable au xviie siècle. Son Historia de España (1601) était la traduction d’une version latine plus ancienne, De rebus Hispaniae libri XXX, parue en 1592. Il établissait une comparaison entre une époque de difficultés avec un âge d’or passé. Son récit mélangeait à la fois des sources documentaires et des légendes. Voir Gómez Canseco, 2004, p. 239.

169 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de las yglesias de sus reynos y estados para subvenir à los gastos de la presente guerra y la obligación en que se halla la Yglesia de socorrerle, [1707], contenu dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, fos 111vo-112.

170 Discurso en que se prueba el derecho que el rey tiene como soberano de velarse del oro y plata de las yglesias de sus reynos y estados para subvenir à los gastos de la presente guerra y la obligación en que se halla la Yglesia de socorrerle, [1707], contenu dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, fo 112.

171 AHN, Consejo, lib. 1475, no 90, Real decreto pidiendo un donativo forzoso à los seculares y voluntario à los eclesiásticos, sin determinar cantidad à ninguno para continuar guerra, 18 octobre 1707. Prêt forcé sollicité par le roi pour défendre « la foi, la conservation de cette monarchie, l’honneur de la nation et le plus grand bien de tous [ses] sujets ».

172 AHN, Sección Nobleza, Osuna, C. 429, no 1, Real decreto, 21 novembre 1706.

173 BNE, ms. 11268/21, Real decreto por el que S. M. dispuso valerse de las alcabalas, tercias reales y demás derechos y oficios enajenados de la corona. Madrid 21 de noviembre 1706.

174 AMAE, Cor. pol., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fos 94-95.

175 Voir Testamento de Isabel la Católica, pp. 18-19.

176 AMAE, Cor. pol., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fo 96.

177 Lettre de Louis XIV à Amelot, 19 décembre 1706, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, pp. 171-172.

178 Bluche, 1993, p. 30 ; Bély, 2009, pp. 20-24.

179 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 juin 1707, fos 272-273.

180 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 26 juin 1707, Buen Retiro, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. IV, p. 36.

181 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 juin 1707, fo 272.

182 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 26 juin 1707, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. IV, p. 37.

183 AMAE, Cor. pol., t. 168, lettre de Louis XIV à Amelot, 27 juin 1707, fos 282-284.

184 AMAE, Cor. pol., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, fo 99.

185 Belando, Historia civil de España, t. I, chap. lx, p. 322.

186 Castellví, Narraciones históricas, t. II, p. 403.

187 Bacallar y Sanna, Comentarios de la guerra de España, p. 140.

188 AMAE, Cor. pol., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 16 janvier 1708, fo 16.

189 Cortés Echánove, 1958, p. 98.

190 AMAE, Cor. pol., t. 171, « Relation de tout ce qui s’est passé à la cérémonie du baptême de Monseigneur le prince des Asturies », [1707], fos 88 sqq.

191 AHN, Estado, leg. 2480, Baptismo del Sereníssimo Señor Príncipe de Asturias, Don Luis Primero deste nombre, nuestro señor (que Dios guarde), celebrado en el Real Palacio de Madrid el dia señalado por Su Magestad, que fue el de nuestra Señora de la Concepción, que se contaron ocho de diziembre del año de mil setecientos y siete. Fueron sus padrinos el Christianíssimo rey de Francia, y la Sereníssima Señora Duquesa de Borgoña, a quienes se substituyeron su alteza real el Señor Duque de Orleans, y la Excma señora Princesa de los Ursinos, Madrid, Manuel Ruiz de Murga, 1708, p. 14.

192 Marías, 2004, p. 115.

193 Noel, 2004, p. 150.

194 Marías, 2004, p. 118.

195 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 8 avril 1709, Madrid.

196 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre anonyme [Amelot ou l’un de ses secrétaires] du 8 avril 1709, Madrid, fo 335.

197 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 8 avril 1709, Madrid.

198 Marías, 2004, p. 120.

199 Ce fut Juan Alfonso Guerra y Velasco, rey de armas, qui lut le serment pour Luis Fernando. Pérez de Guzmán y Gallo, 1989, p. 168.

200 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709, fo 36.

201 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre de Louis XIV à Amelot, 4 février 1709, fos 70-74.

202 Pérez de Guzmán y Gallo, 1989, p. 166.

203 Sánchez Alonso, 1970, p. 30.

204 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre anonyme du 8 avril 1709, fo 335.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search