Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Troisième partie. L’éloquence de l’écriture : persuader et gouverner avec des mots

Chapitre VII

L’information au service de l’union des deux couronnes

Texte intégral

1L’instrumentalisation de l’information à l’époque de l’union permet de mieux comprendre les relations entre les deux couronnes. En effet, la publication d’une nouvelle ou d’un imprimé quel qu’il soit doit être éclairée au regard de ce contexte. À travers la circulation des nouvelles, la solidité du lien, ou sa fragilité, se révèlent. Dans la transmission ou non des informations, les intérêts de Louis XIV apparaissent. Par le biais des espaces concernés, une géographie de ses priorités et de ses objectifs se dessine. Le travail d’Amelot était profondément marqué par les liens qui unissaient dorénavant les souverains régnant à Versailles et à Madrid. Entre les gazettes disponibles à Madrid, celles que Torcy lui adressait, les rapports d’espions, rarement conservés mais parfois évoqués dans sa correspondance, le marquis disposait d’une information diverse, venue par différents canaux et qui lui permettait d’avertir le roi. La mission d’Amelot en Espagne ne correspondant pas à l’activité classique d’un ambassadeur dans une cour étrangère, il convient d’en cerner précisément les caractères. Par sa position d’ambassadeur d’un roi parent, proche du souverain et son allié dans la guerre, il n’était pas seulement l’étranger ni « l’honorable espion » mais avait accès à des informations que l’on gardait normalement loin du regard d’un envoyé. La nature particulière des liens entre les deux souverains a laissé une marque profonde dans la documentation envoyée aux ministres de l’époque. Ils pouvaient s’appuyer sur des sujets du Roi Catholique qui leur transmettaient parfois les informations directement. Il s’agit de procéder par un détour : celui de retrouver la singularité des relations entre les deux cours grâce à l’altération du fonctionnement des circuits de l’information plus traditionnels.

I. — Profils d’espions

  • 1 Formule employée à plusieurs reprises par Amelot. Voir AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amel (...)

2Pour obtenir des informations, les ministres comme Amelot, recouraient à des procédés traditionnels, c’est-à-dire l’emploi d’espions et de correspondants. Comme l’identité des informateurs est souvent masquée derrière le qualificatif d’« ami » ou la formule « on a su que1 », les sources d’informations échappent régulièrement au lecteur des dépêches diplomatiques.

3L’informateur apportant souvent des nouvelles des territoires aux mains des Impériaux, sa sécurité nécessitait de la discrétion. En février 1707, Amelot avertissait ainsi le roi de l’arrivée de Peterborough dans le royaume valencien, mais il précisait seulement que la nouvelle avait été portée par des lettres du royaume de Valence :

  • 2 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 2 février 1707, fo 158.

On a reçu des lettres du royaume de Valence dattées du 12 et du 23 janvier par lesquelles on a su, que le comte de Peterborough y étoit arrivé que le bruit s’étoit répandu, qu’il y avoit aporté de grandes sommes d’argent de Gennes [Gênes], mais qu’on ne s’apercevoit point encore que cela fut tel qu’on l’avoit dit2

  • 3 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 mars 1707, fo 78.

4Amelot disposait d’un informateur dans le royaume de Valence. Il s’agissait d’un officier qu’il avait envoyé à cet effet3. Les informateurs eux-mêmes envoyaient des nouvelles qui leur étaient transmises de manière anonyme. C’est le cas notamment des rapports provenant du principat catalan. L’anonymat ne servait pas seulement à protéger une source d’information. Il était employé lorsqu’on ne jugeait pas utile que l’auteur d’une nouvelle soit connu. Finalement, un élément d’identité, comme le rang, la profession ou le pays d’origine, était donné lorsqu’il permettait d’évaluer la pertinence d’une information, c’est-à-dire lorsqu’elle était jugée fiable. Dans une société du rang et de la distinction, tout élément caractérisant la qualité d’un individu renforçait sa crédibilité.

5Cependant, en dépit d’un anonymat généralisé, on peut parfois retrouver l’identité de l’informateur, souvent révélatrice d’une action diplomatique. On peut retracer le parcours d’au moins trois des espions qui renseignèrent Amelot : Jean de Monségur, Rafael Cortada et Mme d’Elvas. Engagés dans des missions supervisées directement depuis Versailles, ils informaient néanmoins aussi l’ambassadeur, qui pouvait donc s’appuyer sur eux pour la conduite de ses négociations. La diversité de leurs qualités et fonctions, mêlée à l’originalité de leurs parcours, offrait une configuration que l’ambassadeur devait mettre à profit pour accomplir sa tâche.

  • 4 Monségur, Mémoires du Mexique, p. 13. Sur sa biographie, on se reportera également à Id., Las nueva (...)
  • 5 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 17 juillet 1706, fos 2 (...)
  • 6 AN, BI 770, « Lettre circulaire pour les officiers des Indes pour obéir aux ordres venant uniquemen (...)
  • 7 Voir AGI, Indiferente General, leg. 512, fo 29vo, cédule royale de Philippe V, 7 juillet 1706, camp (...)
  • 8 AGI, Indiferente General, leg. 432, lib. 46, fo 9vo, Real cédula à los virreyes, audiencias y gober (...)

6Le premier d’entre eux, Jean de Monségur, n’est pas connu de l’historiographie pour avoir renseigné Amelot. Pourtant, il est l’auteur d’un des rapports les plus importants que l’ambassadeur ait reçus, intitulé Nouveaux mémoires touchant le Mexique ou La Nouvelle Espagne. Resté longtemps inédit, ce document a été bien étudié et édité par Jean-Paul Duviols. Jean de Monségur était soldat dans la marine de Philippe V. En 1707, il se rendit au Mexique afin de dresser un rapport pour le roi. Né à Ciboure, au Pays basque, il était issu d’une famille de la petite noblesse. Marin, il fit peut-être un voyage pour le compte de la Compagnie royale d’Afrique. Il se distingua lors du siège de Cadix en 1702 puis lors de la campagne des armées des deux couronnes au Portugal en 1704. Il avait été élevé au grade de capitaine de vaisseau en 17014. Il fut choisi en 1706 pour porter des dépêches en Nouvelle-Espagne. En effet, on craignait que la nouvelle de la prise de Madrid par les Portugais et les Hollandais à l’été 1706 n’entraînât la perte de l’Amérique espagnole par des rébellions. Jérôme de Pontchartrain et Amelot tenaient donc à maintenir ces possessions informées pour les rassurer : sur la suggestion du premier5, Amelot fit préparer une lettre circulaire6 et Philippe V tenta de mobiliser les vice-rois et officiers des Indes autour de sa cause par une cédule du 7 juillet 1706, dans laquelle il leur interdisait d’obéir à tous « les ordres qui n’arriveraient pas dans les formes prévues, c’est-à-dire signés par le duc d’Atrisco, président du Conseil [des Indes] et par les conseillers, authentifiés par l’un des secrétaires de Estado y del despacho universal, le marquis de Mejorada ou José de Grimaldo »7 ; au retour du souverain à Madrid, une lettre fut préparée afin d’expliquer ce qui s’était passé durant l’été comme l’avait demandé Pontchartrain8.

  • 9 AGI, Contratación, leg. 1478, Registros de ida a Nueva España, no 6, 1707.
  • 10 AN, Marine, B7 505, lettre de Monségur, 8 mai 1707, fo 235.
  • 11 Monségur, Mémoires du Mexique, p. 15.
  • 12 Ibid., p. 29.
  • 13 Ibid., p. 330.

7Monségur acheta donc un navire, le Saint-Jean-Baptiste, et quitta Cadix en février 17079. Après un voyage éprouvant et la perte de son navire dans un combat avec deux balandres hollandaises10, il atteignit Mexico où il rencontra le vice-roi Albuquerque. Il resta un an dans cette ville, logé et secouru par le révérend père Antonio de Ocanto, vicaire de l’ordre de la Merci. Il prépara alors ses mémoires comme Pontchartrain le lui avait demandé11. Il rentra à Madrid en 1709 avec 6 000 piastres que lui confia le père Ocanto. Il les remit à la Trésorerie de la guerre sur l’ordre d’Amelot12. À son retour, il présenta une partie de ses travaux à Philippe V. D’après un témoignage de Monségur lui-même, « il donna une copie pour être remise à M. le comte de Pontchartrain et une autre à M. Amelot qui était alors ambassadeur en cette cour [Madrid] ». Ce sont les deux seules copies qu’il distribua13.

8Ainsi, ce rapport secret sur l’état du Mexique au début du xviiie siècle fut seulement connu du Roi Catholique, de Pontchartrain et de l’ambassadeur de Louis XIV. Si ce document n’a pas entraîné de décisions particulières, ce que regretta l’auteur, il constitua l’une des pièces qui permirent à Amelot de mieux connaître l’Amérique espagnole. Resté largement confidentiel, ou connu d’un nombre limité de personnes, il dresse un tableau précis de la Nouvelle-Espagne en 1707-1708. L’importance de l’Amérique espagnole pour Pontchartrain et l’attention portée par Amelot aux questions commerciales laissent imaginer à quelle lecture assidue ce mémoire donna lieu. Mais nous n’avons aucune idée précise de l’utilisation que l’ambassadeur a pu en faire, car à notre connaissance, Amelot ne citait jamais ses sources ni, quand il mentionnait un écrit, son auteur.

  • 14 Ibid., p. 228.
  • 15 Ibid., p. 195.
  • 16 Le seul écrit que l’on ait pu retrouver est un manuscrit intitulé Mémoria que parece puede servir p (...)
  • 17 Dahlgren, 1909, p. 41.

9Les routes, les populations, les principales productions, comme la cochenille ou l’indigo, les métiers, le gouvernement, l’administration et le commerce sont analysés avec le souci de l’exactitude. Rédigeant sur la commande d’un ministre français, Monségur insistait sur les possibilités commerciales qui s’offraient à la France. Lorsqu’il évoquait les dentelles, par exemple, il soulignait la faiblesse de la production locale et des importations chinoises et espagnoles. Il tirait la conclusion que « la France […] pourrait mieux jouir de tout cet article qui est d’une très grande consommation et d’un grand produit14 », c’est-à-dire bénéficier d’exportations avantageuses. Il démontrait aussi que « l’Espagne alliée de la France & unie avec elle peut seule fournir les Indes occidentales de toutes les marchandises qui s’y consomment15 ». Cette idée maintes fois reprise dans les mémoires des conseillers français comme Orry, Daubenton ou plus tard Mesnager, et de tous ceux qui étaient intéressés dans le commerce, se fondait sur le principe d’une complémentarité entre les commerces des deux monarchies. Sans doute déçu de ne pas avoir été entendu dans ses recommandations, Monségur s’attira le mécontentement du gouvernement espagnol en publiant des écrits peu appréciés des ministres selon l’ambassadeur Saint-Aignan, l’un des successeurs d’Amelot16. Il fut emprisonné à Ségovie en 171617. Monségur relève de la catégorie de ceux qui participèrent à l’élaboration d’un savoir contribuant à une meilleure connaissance de la monarchie espagnole en France, au moins dans les cercles de la cour.

  • 18 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 novembre 1705, Madrid, fos 149-158.
  • 19 Une copie d’une des lettres de Rafael Cortada à Ubilla, marquis de Rivas, est conservée aux archive (...)
  • 20 Bély, 2005, s. v. « Colbert de Torcy », pp. 91-103.
  • 21 Sanz Ayán, 1988, p. 328.
  • 22 Dans son ouvrage, Carmen Sanz Ayán orthographie l’épouse de Jacome, Teresa Cortada y Cavaníes, alor (...)
  • 23 Peña Izquierdo, inédite, t. III, p. 72.

10Le second informateur d’Amelot était Rafael Cortada. Dans une lettre du 11 novembre 1705 adressée au roi18, Amelot faisait un résumé de la situation à Barcelone après la prise de la ville par une escadre anglaise. Il avait obtenu ses renseignements par Rafael Cortada19. Ce dernier soutenait que la défense du siège n’avait pas été vigoureuse et qu’aucune sortie n’avait été tentée. Il attaquait ainsi les autorités militaires et donnait une explication au désastre. Maître des courriers, il était donc d’un informateur de choix puisqu’il avait accès aux correspondances. L’ouverture des lettres était une habitude largement partagée. La direction des postes rendit ainsi de nombreux services à Louis XIV. En France, elle était d’ailleurs sous le contrôle de Torcy, titulaire de la surintendance des postes20. L’office de correo mayor de Catalogne était dans la famille Cortada depuis 1675. En effet, un certain Jacome Cortada apparaît comme le titulaire de cette charge à cette date21. Ce négociant, sans doute le père de l’informateur d’Amelot, était chargé de l’administration d’une partie des fonds destinés à la défense de la Catalogne. On retrouve la trace de son épouse Teresa Cortada y Cavaníes dans les archives judiciaires de la Real Audiencia de Catalogne en 1691-1692, avec son fils Rafael22. Ils étaient alors en procès contre deux autres marchands de la capitale catalane. Rafael Cortada appartient au camp des partisans de Philippe V. Son nom se trouve sur la liste de ceux qui sont proposés pour les offices vacants du principat de Catalogne en 1701. Il est pressenti pour la lieutenance (lugarteniencia)23.

  • 24 Voir l’édition de cette chronique dans Alabrús Iglesias (éd.), 2006, p. 103. Cet imprimé est reprod (...)
  • 25 Alabrús Iglesias, 2007, p. 120.
  • 26 Blesa Duet, 2005, p. 432.
  • 27 Albareda Salvadó, 2005, p. 107.
  • 28 García Cárcel, 2002a, p. 104.

11Connu, Rafael Cortada est cité dans une chronique datant du premier tiers du xviiie siècle, Relación de la guerra de Sucesión en Cataluña. Dans cet écrit anonyme, il apparaît comme l’un de ceux qui restèrent fidèles à Philippe V. Il obtint d’ailleurs, après la chute de Barcelone en 1705, 2 000 ducats d’argent et 1 000 autres supplémentaires pour ses enfants, constitués sur des biens confisqués24. En représailles de sa fidélité, ses biens dans la capitale catalane furent saisis au printemps de l’année 170625. Sa fidélité fut récompensée, car il fut à nouveau mentionné dans une liste des bénéficiaires des grâces royales. Il obtint des terres confisquées après Almansa26. Lorsque Grimaldo prépara la future administration qui devait s’installer en Catalogne, une fois que Barcelone serait reconquise, il s’appuya sur Rafael Cortada et cinq autres Catalans pour réaliser son projet27. Patiño le choisit également en 1714 pour faire partie de la Real Junta Superior de Justicia y Gobierno28.

  • 29 Sur la difficulté à trouver des Catalans pour donner des nouvelles, voir AN, Marine, B2 185, lettre (...)
  • 30 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre du duc de Noailles à Amelot, 3 janvier 1706, Perpignan, fo 93

12Rafael Cortada n’était sans doute pas le seul à envoyer des nouvelles depuis Barcelone et la Catalogne mais c’est le seul dont Amelot ait donné le nom, même si ce n’est qu’une seule fois. C’est sans doute son profil de gentilhomme catalan et maître des postes, qui a incité Amelot à le mentionner dans sa lettre au roi. Il était d’autant plus précieux pour Amelot que les nouvelles en provenance du principat étaient peu nombreuses. En effet, l’espionnage de la ville de Barcelone était particulièrement difficile faute d’informateurs. On ne trouvait pas de Catalans pour donner des nouvelles29. Il fallait donc souvent envoyer des personnes extérieures pour se tenir au courant de la situation. En dépit de ces difficultés, des nouvelles de Barcelone parvenaient toutefois au roi. Rédigées sous la forme d’avis en espagnol, elles étaient jointes aux dépêches de l’ambassadeur. On en retrouve quelques exemples dispersés dans la Correspondance politique des archives du ministère des Affaires étrangères. Elles commencent souvent par un bilan de la situation militaire, puis évoquent les nouvelles connues au sein du principat. Enfin, elles abordaient parfois les actions des généraux. Nombre d’entre elles parvenaient à Amelot par l’intermédiaire d’Adrien-Maurice de Noailles alors en Roussillon30, mais il est impossible de savoir si elles étaient rédigées par des Catalans ou par d’autres sujets du roi d’Espagne, envoyés à cet effet dans le principat. L’information étant ainsi relayée de la main à la main à de nombreuses reprises, il est difficile d’établir la source et le circuit de sa diffusion.

  • 31 C’est le cas des lettres suivantes : AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, fos 55-58, fo 87, fos 88-91, (...)

13Enfin le troisième informateur ou espion connu résidait à Lisbonne. Il s’agit de Mme d’Elvas. En effet, Amelot recevait des informations directement depuis le Portugal. De nombreuses lettres contenues dans les archives du ministère des Affaires étrangères ont été apostillées avec la mention suivante : « Reçue avec la dépêche d’Amelot31 ». La plupart sont anonymes mais l’auteur est une femme. Il s’agit de Mme d’Elvas, l’un des informateurs à la cour de Lisbonne où elle était introduite.

  • 32 Labourdette, 1988, p. 280.
  • 33 BnF, Cinq-Cent Colbert, no 204, fo 2, « Mémoire du Roy », cité dans Labourdette, 1988, p. 241.

14Cette Française mariée à António Gomez d’Elvas, seigneur portugais, était la sœur du consul de France à Lisbonne : Pierre-Antoine Du Verger32. C’est donc parmi les proches du consul que l’on trouva un espion pour la cour de Versailles. Cela n’est pas surprenant. Le milieu des marchands et des négociants était par définition composé de personnes installées de longue date. Certaines avaient parfois noué des contacts avec d’importants personnages de la cour ou de la société portugaise. L’absence d’un représentant officiel du roi de France, comme un ambassadeur ou un envoyé, n’impliquait pas l’inexistence de relations ou d’échanges entre les gouvernements. Un consul pouvait même être très utile dans le cas d’une rupture. Marchand, négociant ou financier, il était souvent très intégré socialement dans le pays où il vivait. Il était aussi en contact direct avec les secrétaires d’État de la marine et des affaires étrangères. Lors de l’établissement et de la codification du corps consulaire, Colbert avait d’ailleurs donné aux consuls la mission d’informer le roi autant qu’ils le pourraient33. Il s’agissait donc d’une de leurs missions officielles.

15La mère de Mme d’Elvas et de Pierre-Antoine Du Verger avait suivi Marie-Françoise Isabelle de Savoie, lorsque celle-ci avait épousé le roi de Portugal, et servit ensuite l’infante Isabelle. C’est par ce biais que la future Mme d’Elvas put s’introduire à la cour de Portugal, où elle était l’un des principaux relais d’Amelot. Les lettres qui nous informent sur la cour portugaise au temps de Pierre II et des manœuvres françaises pour tenter de le détacher de ses alliés mettent en valeur le rôle de quelques personnes comme Mme d’Elvas, le consul Du Verger, le duc de Cadaval et Amelot. Toutefois, ce réseau chargé d’informer ne se limitait pas à ces seules personnes. Il faisait intervenir d’autres agents bien moins connus, des personnages dont le nom n’est pas souvent cité. Travaillant pour les ambassadeurs ou les représentants de la « nation française », ils étaient dans les pays qu’on surveillait, les tentacules d’une vaste toile dont le centre résidait à Versailles. À l’affût de toutes les nouvelles, ils observaient les entrées au port, le passage des navires, se rendaient dans les tavernes ou sur les marchés pour écouter. On les connaît très mal car ils sont rarement mentionnés.

  • 34 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)
  • 35 On sait seulement qu’il était génois (AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écri (...)
  • 36 Pierre-Antoine Du Verger avait été expulsé du Portugal avant même de pouvoir prendre ses fonctions (...)

16Par un heureux hasard des sources, on a pu retrouver ceux qui intervenaient pour Mme d’Elvas. Dans une lettre à Amelot34, le consul de France à Lisbonne détaillait par quels intermédiaires humains mais aussi matériels passaient les nouvelles du Portugal. C’est un certain Rogliani35 qui faisait le lien entre Mme d’Elvas à Lisbonne et son frère Pierre-Antoine Du Verger36 alors à Cadix. On apprend ainsi qu’il s’était rendu à Cadix pour donner de vive voix les dernières nouvelles que Mme d’Elvas tenait à transmettre à l’automne 1705. Du Verger écrivait à Amelot :

  • 37 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)

Je ne sais toutes ces choses que de bouche par ce M. Rogliani, car il n’a osé se charger d’aucunes lettres [sic], ma sœur lui envoya un papier qu’il apprit par cœur, et qui contenoit toutes ces nouvelles37.

  • 38 « Quant à lui [à Mme d’Elvas] faire tenir des instructions, personne ne le peut mieux faire que Rog (...)
  • 39 AMAE, Mém. et doc., France, t. 1134, « Naturalité pour Guillaume Obrien, Irlandois du Comté de Lime (...)
  • 40 Durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, la France tenta un débarquement en Irlande d’où le préten (...)
  • 41 Sur les catholiques irlandais passés ensuite au service de la France, on se reportera à Téllez Alar (...)

17Il ne cachait pas non plus à l’ambassadeur la confiance que l’on pouvait avoir en cet intermédiaire38. Il était en effet capital de trouver des personnes discrètes et sûres pour faire connaître à Mme d’Elvas les ordres et ce que l’on attendait d’elle à Versailles. En plus de ce Rogliani, dont on ne connaît que très peu de choses, le chevalier O’Brien travaillait pour Amelot à Lisbonne. On a retrouvé dans la série Mémoire et documents39 des lettres de naturalisation à ce nom qui pourraient concerner le même homme, une hypothèse étayée par la nationalité, le profil (un officier de noble naissance passé au service de la France) et l’âge du personnage. Le sieur O’Brien dont il est fait mention dans les papiers du secrétaire d’État des affaires étrangères était âgé de 12 ou 15 ans lorsque son père fut tué au siège de Limerick40. Il avait alors été emmené en France où une femme l’avait recueilli, et il avait été élevé par le comte de Loemaria en Basse-Bretagne. Ses lettres de naturalisation furent enregistrées à la chambre des comptes de Nantes41.

18Le consul Du Verger conseillait dans ces termes à Amelot de ne pas renvoyer l’Irlandais à Lisbonne :

  • 42 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)

… il ne me semble pas sûr que M. Obrien [O’Brien] retourne à Lisbonne. Le Sr. Rogliani m’a dit qu’on y parloit mal de lui, qu’aiant demandé un passeport pour aller en Italie servir sous les ordres du prince Eugène, on savoit qu’il étoit venu en Espagne et que selon toutes les apparences il seroit arresté ; si cela arrivoit peut-être que les Portugais, par des tourments, le reduiroient à des extrémités auxquelles il n’aurait pas la force de résister42.

19La crainte de voir le chevalier O’Brien parler sous la torture est l’indice d’une possible mission qu’on lui aurait confiée ou tout simplement de quelques secrets et indiscrétions dont il avait eu connaissance. Il servait d’intermédiaire entre Mme d’Elvas et l’ambassadeur à Madrid et le maréchal de Tessé :

  • 43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fos 279-289, i (...)

C’est elle [Mme d’Elvas] qui a fait dire à l’officier irlandais [O’Brien] qui étoit pareillement dans la confiance de venir me trouver à Madrid, pour m’informer de ce qui se passait […]. Je vais envoyer le Sr. Obrian [O’Brien] à M. le maréchal de Tessé43.

20Le capitaine jouissait en effet de sa confiance, si l’on en juge par ce propos :

  • 44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 novembre 1705, Madrid, fos 169-177.

Le sieur Obrien me paroist homme sage et tout a fait dans la confiance de la Dame d’Elvas. Je luy donneray les instructions que je croiray les plus convenables pour tacher de profiter des dispositions des ministres portugais que l’on dit etre en charge présentement du gouvernement44.

  • 45 Les réfugiés jacobites furent accueillis à bras ouverts dans les armées de Louis XIV et de Philippe (...)
  • 46 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)
  • 47 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 novembre 1705, Madrid, fo 169vo.
  • 48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 novembre 1705, fos 192-193.

21On ne connaît rien non plus des motivations de cet aventureux capitaine. Mais ses origines irlandaises, sa religion catholique, et l’engagement de son père aux côtés des troupes jacobites en 1690 (si cet O’Brien est le même que celui qui fut naturalisé en juin 1705) laissent à penser qu’il s’est mis au service du roi de France par fidélité et par conviction. La dimension religieuse du conflit qui ensanglanta l’Europe entre 1701 et 1713 est réelle puisque Louis XIV et Philippe V se posèrent en champions du catholicisme45. Cet argument était de poids si l’on songe que l’alliance entre la France et l’Espagne avait été l’un des objectifs majeurs de la diplomatie pontificale durant les xvie et xviie siècles. L’aventurier O’Brien était bien encombrant à Lisbonne aux dires du consul, qui non content d’affirmer que sa sœur était la mieux placée pour servir le roi de France, revint à la charge à deux reprises pour demander qu’on s’abstînt de laisser venir l’Irlandais au Portugal. Du Verger lui reprochait surtout son zèle qui frisait l’imprudence46. Suivant son conseil, et contrairement à ce qui avait été prévu47, Amelot ne renvoya pas O’Brien au Portugal48.

22L’information que pouvait récolter Amelot pour le compte de Torcy, on le voit, n’impliquait pas seulement le consul de France à Lisbonne, sa sœur et quelques personnages de la cour. Elle sous-entend l’action d’autres agents bien moins connus ou invisibles dans la documentation qui nous est parvenue. Toutefois, les lettres de Du Verger à Amelot permettent d’apercevoir ça et là les multiples sbires du réseau diplomatique français au Portugal en 1705.

23En des temps où le transport du courrier n’était pas assuré, le récit des méthodes par lesquelles l’information parvenait jusqu’à Madrid laisse une impression d’improvisation ou du moins de grande fragilité. Il s’agissait de ne pas éveiller les soupçons chez les ennemis et de faire en sorte que les missives arrivent sans avoir été ouvertes. Les courriers pouvaient emprunter la voie ordinaire ou extraordinaire. L’existence de la deuxième est ici révélatrice. Procédé coûteux, il était utilisé dans la majorité des cas pour les nouvelles très urgentes comme les informations militaires ou diplomatiques. Que le consul expulsé ait pu recourir à un « exprès » prouve non seulement que ce circuit d’urgence avait auparavant été mis sur pied, mais aussi combien Amelot était vigilant sur ce qui se tramait à la cour portugaise. Du Verger écrit ainsi à l’ambassadeur :

  • 49 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)

Dans le temps que j’écris cette lettre, je reçois Mgr par le retour de l’extraordinaire la lettre que V. E. me fait l’honneur de m’écrire du 17. Je n’avois dessein que de l’envoier par l’ordinaire de demain, mais comme j’y vois l’empressement qu’elle a sur les nouvelles de Lisbonne, et le party qu’elle prend pour M. Obrien, je crois devoir l’envoier par un esprès pour gagner du temps et l’avertir plus promptement du risque où cet officier se pourroit mettre, n’étant point assuré si c’est par icy ou par Vigo qu’il doit passer pour aller à Lisbonne49.

  • 50 Louis XIV avait fait part de son désir à Amelot le 11 août 1705 en lui écrivant : « Je serois cepen (...)

24L’impatience du marquis de Gournay ne faisait qu’obéir à une demande de Louis XIV lui-même50. Pour faire envoyer ces missives secrètes de la capitale portugaise à Madrid sans attirer l’attention, on recourait à des navires génois. Au bas de sa lettre du 1er août, Du Verger écrivait à Amelot :

  • 51 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)

Je ferme ma lettre car on me dit que le vaisseau gênois que M. des Herbiers a affreté pour France et dans lequel il s’en va est prest à partir. C’est par luy que je vous écris. Adieu51.

25Les lettres étaient soigneusement dissimulées si l’on en juge d’après ce propos du consul :

  • 52 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)

… on cache des papiers dans une barque sans qu’on les puisse trouver, et on les retire lorsqu’il est temps, et qu’on le peut surement, ce qu’un passager ne peut faire sans témoins, et de porter de tels papiers sur soy il y a grand risque. Mes dernières lettres étoient cachées dans les pieds d’un petit banc qui a été porté à terre, et ensuite envoié à la maison [la demeure familiale à Lisbonne]52.

  • 53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Torcy, 7 octobre 1705, Madrid, fo 243.

26On le voit ici, le transfert de l’information à Madrid était risqué. Les multiples précautions prises pour éviter d’être découvert sont le signe des difficultés et des risques que l’on encourait à diffuser des nouvelles. Peu protégés, ceux qui se livraient à ce trafic de l’information pouvaient finir en prison et encourir le supplice de la question. Cette situation était si fragile, que Mme d’Elvas, un certain Peroteau (ou Perrotot) « dont [elle] se servait53 » et le vice-consul Julien de la Roze passèrent une partie de l’année 1705 dans les geôles lisboètes.

II. — Les informateurs oubliés

27Jean de Monségur, Rafael Cortada et Mme d’Elvas sont les trois informateurs dont l’identité est connue qui renseignèrent Amelot directement. Ils instruisaient l’ambassadeur sur les espaces dont la surveillance était primordiale dans sa mission, c’est-à-dire l’Amérique espagnole, les parties de la péninsule aux mains du parti de l’archiduc et le Portugal.

  • 54 AN, Marine, B2 203, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 novembre 1707, fos 878-881.
  • 55 Le comte Francesco Maria Ottieri laisse entendre dans une chronique que la noblesse était majoritai (...)
  • 56 Sur la guerre de Succession en Sicile, on se reportera à Messina, 1986, pp. 15-63.
  • 57 Mack Smith, 1968, pp. 124-125.
  • 58 Ibid., p. 130.
  • 59 AN, Marine, B2 203, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 novembre 1707, fos 882-883.

28Les ministres disposaient aussi de leurs propres réseaux et lui adressaient en retour les nouvelles qui leur parvenaient. D’origines diverses, elles concernaient les affaires militaires, le commerce et tout ce qui touchait aux intérêts de Philippe V. Jérôme de Pontchartrain transmit ainsi à Amelot une proposition qu’on lui avait faite au sujet de la Sicile, pour renforcer l’autorité du roi sur une partie de la noblesse jugée « mal intentionnée54 ». Elle consistait à transférer le parlement de Palerme à Messine, afin de supprimer toute influence de la classe nobiliaire, jugée austraciste55, sur cette institution56. Le parlement de Sicile, du ressort de la couronne d’Aragon, était constitué des trois « bras » (Brazos), celui des ecclésiastiques, celui des nobles et celui des cités57. Il était chargé de défendre les libertés et les privilèges de l’île face au vice-roi. Il pouvait ainsi présenter des pétitions et devait approuver le don (donativi), qui représentait le tiers ou la moitié des revenus du gouvernement de l’île58. Cette proposition, qui n’a rien de surprenant dans le contexte de l’union des deux couronnes, montre que Pontchartrain disposait d’informateurs fidèles en Sicile et témoigne du soin qu’il prenait à transmettre ce qu’il apprenait à Amelot. Il écrivait ainsi : « Je vous en fais part […] pour vous informer de tout ce qui me vient qui a quelque rapport au service du Roy d’Espagne59 ».

29Les réseaux d’espions français renforçaient donc l’autorité de Philippe V en s’ajoutant au contrôle des autorités, comme le vice-roi, en Sicile. Ils complétaient tout en les contournant les hiérarchies traditionnelles de transmission de l’information. Cette surveillance n’empêcha pas l’île d’être prise par les Impériaux en 1708 mais elle illustre de quelle manière l’information pouvait circuler entre les deux couronnes. Les réseaux français et espagnols de l’information se trouvèrent imbriqués à la faveur de la nouvelle conjoncture politique.

30Les autres informateurs dont les nouvelles parvenaient à Amelot lui apportaient des connaissances de manière indirecte. C’est par le biais d’un ministre que l’ambassadeur pouvait être mis au courant d’une situation particulière. Dans ce cadre, il faut donc souligner le rôle joué par les réseaux propres aux ministres, qui venaient en appoint du sien.

31Parmi ces derniers, on peut distinguer deux profils d’informateurs dont la profession principale n’était pas d’écrire à un ministre étranger pour l’avertir et le renseigner. Le premier correspond à l’officier ou à l’homme de guerre qui relaie toutes les informations depuis sa position. C’est le cas du lieutenant-colonel Vassoigne, de Dupont à Pampelune ou encore Joseph de Melo, sujet de Philippe V. La seconde catégorie est constituée par les marchands et les banquiers. Leur rôle est connu, car ils sont repérables dans la documentation même s’il est difficile de les suivre de manière continue en raison de leur dispersion dans les sources officielles et administratives sur lesquelles se fondent les recherches faute de pouvoir retrouver leurs correspondances privées complètes.

Les officiers

  • 60 Scelle, 1906, t. I, p. 315.
  • 61 AN, Marine, B2 182, lettre de Pontchartrain à Amelot, 21 septembre 1705, fo 622vo.
  • 62 Céspedes del Castillo, 1952, p. 238.
  • 63 Pérez-Mallaína, 1982, pp. 18, 387, 391, 399, 428-429 ; Céspedes del Castillo, 1952, pp. 245-246.

32Trois officiers sont particulièrement significatifs pour la circulation de l’information au temps de l’union des couronnes. Il s’agit de Vassoigne, du Sieur Dupont et de Joseph de Melo. Vassoigne était un lieutenant-colonel réformé envoyé en mission à Panamá60. Il apparaît dans la documentation comme un informateur de choix pour Pontchartrain. Ses qualités de soldat le rendaient particulièrement précieux pour toutes les questions de défense et de surveillance des navires alliés. En 1705, il avertit le ministre que trois navires anglais se trouvaient sur les côtes du Darién, où une attaque avait déjà eu lieu en 1700, et qu’ils en attendaient dix autres61. Située entre les provinces de Panamá au nord-ouest et celles de Choco, Popayan et Cartagena au sud, cette région bénéficiait d’une situation telle, entre les deux océans, que Philippe II avait caressé l’idée d’y construire un canal au début du xviie siècle62. La crainte d’ouvrir une voie aux contrebandiers eut raison de ce projet. Durant la guerre de Succession des colons écossais tentèrent de s’en emparer à deux reprises63. Les navires anglais évoqués par Vassoigne dans sa lettre devaient porter des troupes pour s’établir aux Mines de Cana. L'officier mentionnait également la présence d’autres vaisseaux anglais dans la mer du Sud, signe d’un commerce interlope. Pour combattre ces menaces, Pontchartrain demanda à Amelot de représenter aux ministres espagnols la nécessité d’envoyer quelques vaisseaux français pour faire la chasse aux ennemis.

  • 64 AN, Marine, B7 250, lettre de Vassoigne à Pontchartrain, 16 novembre 1708, fos 68-71.

33L’information transmise par un officier placé à Panamá contribuait à renforcer le crédit de l’ambassadeur en lui donnant les arguments pour réclamer une application stricte des interdictions de commercer et la défense militaire de cet espace. Dans une guerre où le commerce constituait un enjeu considérable, et qui provoquait des tensions entre les deux couronnes, Amelot disposait ainsi d’une information de choix pour répondre aux plaintes contre le commerce français à la mer du Sud. Vassoigne renouvela d’ailleurs des dénonciations semblables en 1708. Il critiqua le commerce ouvert des Anglais en Amérique et le comportement du président de Panamá, Villaroche, qu’il accusait d’agir contre les intérêts de son prince64. En d’autres termes, les agents ainsi présents en plusieurs points de la monarchie hispanique assuraient indirectement une forme de contrôle politique de celle-ci.

  • 65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 1er décembre 1706, Versailles, fo  (...)
  • 66 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Philippe V, 25 mai 1706.

34Vassoigne servait de relais efficace pour surveiller les officiers espagnols. En 1706, il avertit Pontchartrain de l’envoi de nombreux libelles et manifestes en faveur de l’archiduc65, que le gouverneur de Portobelo destinait à Fernando Dávila. Il y avait alors effectivement une offensive de propagande, car on en trouve aussi la trace dans la correspondance du vice-roi Castelldosrius à Philippe V à la même date66.

  • 67 AN, Marine, B2 209, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 décembre 1708, Versailles, fo 820.

35Vassoigne délivrait en outre des conseils pour les retours des métaux précieux en Europe. Après avoir vu que le navire l’Amirante était en mauvais état, il assura que ce vaisseau espagnol, chargé de ramener l’or du Roi Catholique en Espagne, courait un grand risque en traversant l’Atlantique. Il conseilla donc que les effets chargés à son bord soient transvasés à bord des vaisseaux du roi de France qui escortaient les navires espagnols67. Cette proposition avait tout pour plaire au ministre mais elle ne fut pas, cette fois-là, suivie d’effet.

  • 68 AN, Marine, B7 250, lettre de Vassoigne à Pontchartrain, 14 novembre 1708, fos 66-67.

36Vassoigne quitta Panamá en juin 1708 sur un navire malouin, le Saint-Esprit68. Il faisait route vers Carthagena avec les galions espagnols, lorsqu’ils furent attaqués par des Anglais. Le vaisseau-amiral explosa et la plupart des bâtiments disparurent ou furent pris. Les quatorze navires espagnols avaient été attaqués par trois vaisseaux anglais. Le désastre aurait pu être évité si le président Villaroche avait écouté Vassoigne qui avait préconisé de ne pas sortir tant que l’escadre était dans les parages. Cette mésaventure confirmait ses analyses et il n’en eut que plus crédit auprès du ministre.

  • 69 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 4 février 1709, Madrid.
  • 70 AN, Marine, B7 250, lettre de Vassoigne à Pontchartrain, 16 novembre 1708, fos 68-71.
  • 71 AN, Marine, B2 197, lettre Pontchartrain à Daubenton, 5 juin 1707, fo 1151.
  • 72 AN, Marine, B247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 10 juillet 1707, fo 66 ; AMAE, Cor. pol., (...)

37À son arrivée à Madrid, Amelot lut avec attention les mémoires rédigés par Vassoigne69 et chercha à l’employer. Le lieutenant demanda pour lui-même la présidence de Panamá70, retirée à Villaroche qu’il avait vivement critiqué. Marié à une Espagnole depuis 1701, il était prêt à être naturalisé. À moins qu’il ait changé de patronyme, il ne semble pas qu’il l’ait obtenue. Toutefois, à défaut d’obtenir une présidence, ses services lui valurent une belle récompense : celle du grade de brigadier dans les armées de Philippe V. Théoriquement, il était interdit aux sujets du roi de France d’obtenir des charges d’officiers espagnols71. Si c’était le cas, il était strictement défendu de leur octroyer un grade supérieur à celui qui était le leur dans l’armée de Louis XIV. Vassoigne obtint sa promotion à l’été 1707, grâce à l’appui du Conseil des Indes72.

  • 73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 90.
  • 74 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fos 89vo-90vo.
  • 75 Cette place avait été continuellement disputée au xvie siècle. Située à l’ouest des Pyrénées, elle (...)
  • 76 Sesé Alegre, 1988, p. 197.
  • 77 « Mémoire du comte de Rebenac sur son ambassade d’Espagne », 20 mai 1689, dans Recueil des instruct (...)
  • 78 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juillet 1705, Madrid fo 210.
  • 79 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 6 juillet 1706, fo 11.

38Outre Vassoigne, le sieur Dupont servait également les deux couronnes en informant, depuis Pampelune, les ministres de Louis XIV, et donc Amelot indirectement. Il commandait alors les troupes françaises stationnées dans la capitale de la Navarre73. Cette présence française n’allait pas sans heurts : le duc de Montellano, le comte de Monterrey et le marquis de Mancera, par exemple, la contestaient74. Amelot dut s’imposer lorsqu’en 1705, peu après son arrivée, il proposa de placer des troupes du roi de France dans Fontarabie75 et Saint-Sébastien. Le contrôle de cette région limitrophe était primordial pour les belligérants car elle était la principale voie de passage encore ouverte après le basculement de l’Aragon dans le camp de l’archiduc en 1706. Si la Navarre était prise, il ne restait plus que l’étroit corridor Bayonne-Irun pour le passage des armées des deux couronnes76. Or, comme l’avait déjà souligné le comte de Rebenac au retour de son ambassade à Madrid en 1689, ce chemin était très difficile pour une armée77 : les voies étaient trop étroites. La voie navarraise fut, par exemple, la route empruntée par Leganés après son arrestation78, celle des troupes du roi de France allant en Espagne, où encore celle des fonds envoyés à Madrid79.

  • 80 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juillet 1705, Madrid, fo 215.
  • 81 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Dupont à Chamillart, 12 novembre 1706, Pampelune, fo 302.
  • 82 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, 22 novembre 1706, Versailles, fo 301.
  • 83 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Chamillart à Amelot, 26 avril 1706, fos 93-94.
  • 84 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Chamillart à Amelot, 9 novembre 1705, Marly, fos 105-106 ; (...)

39Dans tous les cas, Dupont surveillait avec attention et rendait compte de tout au secrétaire d’État de la guerre ; d’abord à Chamillart puis à Voysin. Il commandait la forteresse de Pampelune, puisqu’il apparaît une première fois comme chargé de la surveillance de Leganés. Le marquis avait été arrêté en juin 1705, sur les ordres d’Amelot. Il passa la plus grande partie de la guerre, emprisonné au château de Vincennes, mais il resta d’abord à Pampelune, où il se trouvait en juillet 1705. C’est à l’occasion du transfert du marquis de Leganés, que l’on apprend l’existence de l’officier Dupont à Pampelune, visiblement chargé de le surveiller80. Organisé, Dupont connaissait bien Pampelune puisqu’il assura Chamillart que l’on pouvait y relancer la production de salpêtre. Il lui adressa un mémoire sur ce sujet81 et le ministre s’en remit à Amelot82. Plus intéressant que ses projets de fournisseur militaire, il veillait également à la fidélité du vice-roi et à l’état de la citadelle. Il alerta ainsi Chamillart sur la faiblesse des défenses de Pampelune, lequel ordonna à Amelot d’obtenir un ordre général pour remettre en ordre l’organisation militaire de la forteresse83. Les inquiétudes de Chamillart à l’égard de cette place étaient récurrentes : il se plaignait de son état, des déserteurs parmi les troupes et insistait sur l’impérieuse nécessité d’en garder le contrôle84.

  • 85 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, copie d’un billet de Dupont à Chamillart, s. d., codée, fo 23.
  • 86 Il s’agissait du marquis de Góngora que Dupont surveillait et dénonça également. AMAE, Cor. pol., E (...)
  • 87 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 19 janvier 1706, fo 22
  • 88 Luis Francisco Benavides y Aragón, marquis de Solera, avait été nommé vice-roi de Navarre le 27 fév (...)
  • 89 Sesé Alegre, Martínez Arce, 1994, p. 560.

40Situé à un endroit stratégique, Dupont était en quelque sorte l’œil et les oreilles de Chamillart. Signe de l’importance de leurs échanges et de leur confidentialité, ils sont codés. Ainsi, en janvier 1706, Dupont fait part de la situation dans un billet crypté85. Il écrivait au ministre : « Il faut envoyer icy un autre vice-roi. Il ne sera plus temps quand tout sera gasté. Celui-cy n’a ni expérience ni bonne intention. Le Gouverneur86 est douteux et point craint ni estimé. Ainsy le Roy d’Espagne ne peut compter sur personne ». Le ministre Chamillart répercuta l’information à Amelot. Dans une lettre datée du 19 janvier 1706, il attirait l’attention de l’ambassadeur sur la nécessité « de trouver de bons sujets et affectionnés ». Il pressait le marquis de Gournay de pousser le roi d’Espagne à prendre une décision87. Cette lettre arriva sans doute dans les derniers jours de janvier à Madrid, comme c’était le cas habituellement. Or, début juillet 1706, le vice-roi de Navarre88, dénoncé par Dupont, était brutalement relevé de ses fonctions avant même qu’un successeur n’ait été nommé89. José Hualde, regente du Consejo Real de Navarra, le remplaça durant l’intérim. Aucun autre élément tangible ne permet de savoir réellement si Amelot fut à l’origine de l’éviction du vice-roi en 1706. L’importance de la Navarre dans une période où les alliés gagnaient du terrain en Aragon et la précipitation de la mesure qui obligea à la nomination d’un vice-roi par intérim rendent néanmoins l’hypothèse très vraisemblable. Dupont informait ainsi Chamillart de la situation à Pampelune. En réponse, le secrétaire d’État de la guerre écrivait à l’ambassadeur à Madrid pour l’avertir.

  • 90 Francisco de Berrotarán, marquis del Valle de Santiago depuis 1703. Il fut nommé gouverneur et capi (...)
  • 91 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 8 juin 1707, Versailles, fo 358.
  • 92 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, « Extrait d’un mémoire espagnol de Dn Joseph de Melo, capitaine de g (...)
  • 93 Don Bartolomé de Capocelato, comte d’Antería, né en 1671 d’un père autrichien maître de camp dans l (...)
  • 94 AN, Marine, B2 197, lettre de Pontchartrain à Amelot, 8 juillet 1707, Versailles, fo 1283.

41Enfin, le cas de Joseph de Melo permet de comprendre comment le continent américain se trouvait intégré dans les enjeux et les réseaux d’information, trop souvent analysés dans leur seule dimension européenne. Le gouverneur de Caracas90 employa l’un de ses capitaines de guerre pour avertir Pontchartrain de la situation dans la région correspondant aujourd’hui au Venezuela91. Il chargea ainsi Joseph de Melo, peut-être capitaine de guerre et juge de la contrebande sur la côte de Caracas, de porter un paquet de lettres à Versailles. Ce dernier remit également un mémoire précis et détaillé sur la situation politique de la zone de Caracas92. Il devait ainsi rendre compte du commerce des Anglais et des Hollandais et « du dessein qu’ils ont formé d’en séduire les habitants en faveur de l’archiduc ». Il dénonçait enfin les activités du comte d’Antería envoyé en Amérique pour conduire le renversement de Philipp V93. Ce document permit à Amelot de disposer d’une information précise au plus près du terrain. L’ensemble de ces informations, mémoires et lettres constituent la matrice de ses décisions. Bien informé, il pouvait peser de tout son poids au sein du despacho et jouer ainsi un rôle non négligeable dans la défense de l’empire espagnol. D’ailleurs, Pontchartrain décida d’envoyer Joseph de Melo à Madrid afin qu’il s’entretienne directement avec Amelot94.

42Ainsi, les sources d’information se trouvèrent démultipliées durant la guerre de Succession, puisque la présence de troupes du roi de France permettait de compter sur de nombreux officiers pour surveiller les agissements, les comportements ou la fidélité des sujets de Philippe V. Tant au sein de la péninsule que dans les colonies américaines, le contexte d’union des deux couronnes modifia profondément les relations entre les deux monarchies ; les circuits de l’information et les thèmes portés par celle-ci changèrent profondément. Toutefois, il est difficile d’analyser avec précision les conséquences de cet échange de nouvelles. La décision politique étant étroitement liée aux connaissances qui participaient à son élaboration, on peut supposer que la diffusion des nouvelles entre les deux branches de la maison de Bourbon permit à l’ambassadeur de négocier avec plus de crédit.

Les banquiers et les négociants

  • 95 Kaiser, Buti, 2007.
  • 96 Priotti, 2007.
  • 97 « … les mauvaises nouvelles volent, et souvent on les apprend plus tôt par des marchands que par le (...)

43Les négociants apportaient aussi un soutien à l’information des diplomates. Leurs commis ou leurs commissionnaires formaient une toile de correspondants par lesquels transitaient de nombreuses nouvelles. Les liens entre le monde des négociants et celui de l’information ont déjà été soulignés. Les nouvelles d’une bataille ou d’un événement politique, par leurs incidences sur un marché, faisaient ainsi l’objet d’une attention étroite de la part des marchands. Au xvie siècle déjà, les « Fugger-Zeytungen » par exemple, que la célèbre famille de banquiers négociants d’Augsbourg utilisait pour orienter sa stratégie d’affaires, étaient des copies des billets (avvisi) rédigés dans l’entourage des diplomates et des princes95. Toutefois, si l’information circulait abondamment dans les milieux marchands, sa maîtrise ne garantissait pas toujours une réussite économique96. À la fin du xviie siècle, la circulation de l’information via les réseaux marchands était donc déjà ancienne. La princesse des Ursins se plaignit d’ailleurs à Mme de Maintenon en 1705, de recevoir plus de nouvelles par les marchands que par les courriers du roi de France97.

  • 98 Saint-Germain, 1960, p. 78.

44À l’époque de la guerre de Succession d’Espagne, le banquier Samuel Bernard informait avec constance le secrétaire d’État Michel Chamillart, qui en échange, lui transmettait les nouvelles susceptibles de faciliter le cours de ses affaires98. Il disposait ainsi de tous les éléments pouvant avoir une influence sur la tenue de la monnaie ou le taux de crédit. Avoir la primeur de la connaissance d’une bataille permettait ainsi au banquier de retirer ses avances ou de négocier au mieux ses fonds sur les places étrangères.

  • 99 Ibid., pp. 68-69.

45Les correspondants de Samuel Bernard à La Haye, les Pels, expédiaient de nombreux pamphlets, libelles et écrits hostiles au roi pour le compte du banquier99. Ils permettaient ainsi à la cour de France de savoir ce qui était surtout reproché à Louis XIV dans les pays étrangers. En 1711 et 1712, le libraire Moetjens livra ainsi soixante-six pamphlets et livres aux Pels. Parmi ceux-ci, on trouvait les Lettres historiques, mémoires et anecdotes de la cour de France ou encore La mauvaise foi de la France. Ces imprimés empruntaient ici des circuits de diffusion inhabituels, ceux des financiers et des banquiers.

  • 100 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Hubrecht à Torcy, 18 juin 1706, Madrid, fo 216.
  • 101 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Hubrecht à Torcy, 28 mars 1707, fo 135.
  • 102 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre de Torcy à Hubrecht, 11 avril 1707, fo 125.
  • 103 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Hubrecht à Torcy, 9 mai 1707, fo 72.

46Dans le milieu négociant, les informateurs étaient nombreux. À Madrid, Hubert Hubrecht, négociant hollandais, écrivait régulièrement à Torcy. Il lui adressait des billets « contenant l’état des affaires », c’est-à-dire des principaux faits de la cour et du gouvernement de Philippe V100. Lorsque l’envoi de feuilles de nouvelles fut prohibé en 1707, Hubrecht écrivit au secrétaire d’État des affaires étrangères qu’il souhaitait respecter l’ordre de Philippe V et donc cesser ses lettres101. Torcy lui répondit qu’il comprenait ce souci de respecter un ordre donné par le roi d’Espagne102. Hubrecht se débrouilla finalement pour trouver un autre moyen de donner des nouvelles au ministre103.

  • 104 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre de Torcy à Amelot, 17 avril 1707, fo 175.

47Dans une lettre à Amelot, Torcy définit les informations envoyées par Hubrecht comme des « nouvelles publiques qui ne méritent pas d’être insérées dans les dépêches104 ». Le secrétaire d’État souligne ainsi lui-même le caractère incomplet d’une dépêche diplomatique. Il introduit ici une distinction entre les informations qui y figurent et d’autres nouvelles diffusées largement et jugées importantes, mais qui ne pouvaient y avoir leur place.

  • 105 Sanz Ayán, 2002, p. 565.
  • 106 Sur cette famille, on pourra se reporter à López Belinchón, 2001.
  • 107 Sur les difficultés de sa nomination, voir Scelle, 1906, t. II, p. 222.
  • 108 Ibid., p. 571.
  • 109 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Hubrecht à Torcy, 14 février 1707, fo 209 ; t. 168, lettre (...)
  • 110 Scelle, 1906, t. II, p. 218 ; Malamud Rikles, 1987.
  • 111 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 8 juillet 1708, lettre d’Amelot à Desmarets, 2 octobre 17 (...)

48Hubert Hubrecht appartenait à la catégorie du négociant au long cours proche des milieux de pouvoir. Originaire Zélande, il avait développé une activité de financier depuis l’affermage des rentes royales (rentas réales) jusqu’à la vente de laines, d’esclaves et de sel sur le marché international105, plus spécialement à Veracruz et à Amsterdam. Il avait des liens à Bayonne, notamment par son épouse Catalina Dabos, mais aussi avec les Van Dufel et surtout Jean-Baptiste Ducasse. Il avait commencé sa carrière comme fournisseur des armées de Charles II en Lombardie lors de la guerre de la Ligue d’Augsbourg. En 1694, il était receveur des millones de Cuenca. Deux plus tard, il arrachait au puissant clan des Montesinos106 l’affermage des rentes des salines galiciennes et asturiennes. Naturalisé, il profita de la signature du contrat de l’asiento pour devenir directeur de la Compagnie royale de Guinée à Madrid107. Dès lors, il avait accès aux ambassadeurs de Louis XIV à Madrid. Ses liens avec les banquiers hollandais lui permirent d’emprunter des capitaux dans les Provinces-Unies pour procéder à des avances aux armées des deux couronnes108. Il ne se contentait pas de prêter des fonds aux souverains, il dépannait les ambassadeurs à Madrid et des officiers de la cour, lorsqu’ils en avaient besoin. Ce fut le cas de Marsin dont Hubrecht réclama des créances après la mort du maréchal en 1707109, mais également du marquis de Castelldosrius, lorsqu’il alla en Amérique comme vice-roi110. Ses bons services aux armées lui attirèrent la sympathie d’Amelot, qui le recommanda à plusieurs reprises au contrôleur général des finances111. Ce financier hollandais passé en Espagne savait habilement jouer des oppositions politiques sans s’abstenir de prendre parti.

  • 112 Lespagnol, 1996.
  • 113 AN, G7 765, lettre de La Chipaudière Magon au contrôleur général des finances, 22 mai 1707.
  • 114 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Lépine-Danycan, La Lande Magon et La Chipaudière Magon, 9 mars 17 (...)

49Outre Hubrecht, les ministres pouvaient compter sur l’aide des négociants malouins pour surveiller les territoires de la monarchie espagnole. André Lespagnol a révélé l’activité et l’enrichissement des « Messieurs de Saint-Malo » durant la guerre de Succession d’Espagne112. Pourvoyeurs des métaux précieux au roi, ils lui étaient indispensables pour continuer la guerre. Ils bénéficièrent en retour de la tolérance des autorités françaises, qui fermaient les yeux sur leur commerce de contrebande en Amérique. Pontchartrain était leur interlocuteur principal. Parmi ces négociants malouins, il faut mentionner l’action de La Chipaudière Magon. Étroitement lié aux négociants espagnols, il défendait leurs intérêts auprès des ministres, notamment lors des retours de flottes en Europe, quand il s’agissait pour eux de payer le moins de droits possible113. En retour, La Chipaudière servait à Pontchartrain d’intermédiaire pour obtenir des marchands espagnols, par exemple, qu’ils négocient en France un maximum d’effets arrivés avec la flotte. Ce fut le cas en 1707, lorsqu’elle arriva à Brest114.

  • 115 AN, Marine, B2 183, Pontchartrain à Amelot, 21 décembre 1705, fos 784-786.
  • 116 Lespagnol, 1995, p. 269.
  • 117 Saint-Germain, 1960, p. 84.

50La Chipaudière Magon apparaît également dans la documentation comme un informateur. Il écrivait ainsi à Jérôme de Pontchartrain pour lui transmettre des nouvelles venues de Saint-Domingue115. Il servait d’expert auprès des ministres en rédigeant des mémoires. En 1704, il en adressa un sur le commerce des Indes à Desmarets. À cette occasion, il expliqua au ministre qu’il avait beaucoup appris au cours de ses quatorze années durant lesquelles il avait résidé en Espagne116. Il passa effectivement une partie de sa jeunesse comme correspondant à Cadix. Il était en outre le correspondant de Samuel Bernard à Saint-Malo117.

  • 118 AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 4 juillet 1707, fos 31-32.

51D’autres marchands apparaissent également à l’occasion. Par leurs informations, parfois intéressées, ils attiraient l’attention sur les fraudes. Daubenton se fit ainsi l’écho des récriminations de deux négociants, les sieurs Arnaud Courrat et Casamayor, marchands français établis à Málaga118. Ils dénonçaient l’introduction de produits anglais et hollandais dans le pays. Pour s’attirer la bienveillance de Daubenton et de Pontchartrain, ils assuraient que ce commerce interlope faisait chuter le prix des bayettes et faisait « un grand tort au commerce de France ». Daubenton rédigea un mémoire à l’intention d’Amelot qui se chargea de renouveler ses instances contre ces introductions frauduleuses.

  • 119 AN, G1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 23 avril 1708 ; lettre d’Amelot à Desmarets, 7 mai 1708.

52Les banquiers, les marchands et plus largement les élites négociantes participaient donc aussi à l’information des ministres de Louis XIV. Il n’y a là rien de surprenant, mais il convient de souligner l’importance de ces réseaux en Espagne. La forte présence de sujets du Roi Très Chrétien dans la péninsule démultipliait les possibilités de correspondre. De plus, l’importance de la colonie française de Cadix, liée à l’Amérique espagnole, permettait d’avoir de nombreux avis sur la situation outre-Atlantique. Amelot cita plusieurs fois la voie de Cadix pour ses informations sans livrer le nom de l’informateur119. C’est par la cité gaditane qu’il tenait ses nouvelles du Portugal, par Pierre-Antoine Du Verger notamment.

53Si la puissance de ces réseaux a déjà été mise en évidence par les travaux de Georges Scelle, d’Albert Girard ou plus récemment ceux d’André Lespagnol, il faut souligner leur rôle dans le contrôle des possessions d’outre-mer. En effet, en informant les ministres et Amelot, les négociants comme les hommes de guerre permettaient de prévenir les défections et d’assurer la fidélité des officiers espagnols. Les liens avec les milieux marchands étaient d’autant plus forts pour Amelot, qu’une partie de ses réseaux familiaux leur étaient liés. Son cousinage avec les Pontchartrain le rapprochait du monde négociant, et lui-même maria son fils avec la fille du célèbre malouin Lépine-Danycan. La porosité entre le monde des affaires et celui des pouvoirs, comme la cour, est connue mais elle est ici accentuée par la nature d’un conflit aux accents commerciaux.

  • 120 Cité dans Picavet, 1930, p. 293.

54Si les négociants comme les officiers des troupes de Louis XIV apportaient ainsi indirectement leur concours à la défense des intérêts des deux couronnes, ils n’étaient pas des informateurs officiels dans le sens où écrire des nouvelles ne constituait pas la première de leur mission. C’est dans le cadre de leur profession qu’ils en venaient à entretenir des correspondances. La situation était quelque peu différente pour les consuls. Chargés de la défense des intérêts commerciaux d’une « nation », ils sont rapidement devenus des acteurs incontournables des négociations, en délivrant de nombreux avis. Agents commerciaux, ils n’en devaient pas moins informer leur chef « de tout ce qui se passe en chaque pays concernant la guerre et la paix, et les forces tant de terre que de mer de chaque prince120 ». Le maillage des postes consulaires, particulièrement serré en Espagne, apporta un soutien capital à l’ambassadeur. Les consuls correspondaient avec Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État de la marine et des colonies.

III. — Voix des consuls et voies consulaires

  • 121 Hugon, 2001, p. 44.

55Avant de s’interroger sur l’information venue par les consulats, il faut s’attarder sur la fonction même de consul. Elle ne faisait pas l’objet d’une définition unique. D’un pays à un autre la situation était différente. Si on trouve en France un réseau consulaire dès la fin du xvie siècle, celui d’Espagne avait disparu avant d’être recréé dans les années 1610, avant tout pour constituer un maillage au service de l’information121.

  • 122 Poumarède, 2006, pp. 27-29.

56En réalité, les contours de la fonction consulaire étaient flous. Tant les dictionnaires que les traités sur le droit des gens soulignent l’impossibilité de trancher une question pourtant fondamentale122 : le consul était-il un ministre public ? Incontestablement, sa nomination par le souverain et certaines immunités lui conféraient une dignité dans la colonie des marchands. Pourtant, le débat ne fut jamais véritablement tranché aux xviie et xviiie siècles entre les auteurs comme Johann Jacob Moser, François Borel ou Hotman de Villiers dans La charge et dignité d’ambassadeur (1604), qui le comptait au rang des ministres publics et ceux qui, tels Abrahm Wicquefort et plus tard Vattel, lui contestaient cette qualité.

  • 123 Ulbert, 2006, p. 14.

57Comme le souligne Jörg Ulbert, le consul avait principalement deux fonctions123. La première, héritée des consuls de l’Antiquité et du Moyen Âge, consistait à protéger une colonie de marchands installée dans un pays étranger. Il administrait ainsi les gens de sa « nation », défendait leurs intérêts auprès des autorités locales, gardait la caisse de la colonie et servait de juge. L’autre dimension de ses missions concerne ses rapports avec son souverain : il avait ainsi pour tâche de le renseigner et de l’informer. Il pouvait en outre, comme c’était le cas en Orient, servir d’agent exécutif. Les consuls étaient des serviteurs ou des agents d’un prince mais ils ne le représentaient en aucun cas.

  • 124 Poumarède, 2006, p. 29.

58La question de la dignité du consul, comme ministre public, en soulevait une seconde, celle des immunités. Un consul pouvait-il bénéficier de la protection « du droit des gens », donc des immunités et franchises qui lui étaient liées ? Là encore, aucune position univoque n’apparaît. Si Wicquefort excluait les consuls de cette protection, François de Callières la leur accordait dans son De la manière de négocier avec les souverains au début du xviiie siècle124.

  • 125 D’origine béarnaise, Pierre Catalan commença sa carrière comme fabricant de peignes avant de travai (...)
  • 126 Pierre Catalan avait été nommé le 26 juin 1669 consul de Cadix, de San Lucar de Barrameda et du por (...)
  • 127 AN, AE, BIII 374, Consulat de Cadix, « Mémoire des droits et prérogatives du consulat de Cadix », 9 (...)
  • 128 Girard, 1932, p. 580.
  • 129 Villars, Mémoires de la cour d’Espagne de 1679 à 1681, p. 140.
  • 130 Picavet, 1930, p. 102.

59Signe de cette difficulté, Pierre Catalan125, consul de Cadix depuis 1669126, prépara un mémoire sur le sujet en 1701127. Il y présentait les droits et les prérogatives du consulat de Cadix, assurant que pour « les honneurs et les prérogatives, un consul est icy considéré comme un ministre du roy ». Les traités évoqués précédemment invitent à nuancer fortement l’assertion du sieur Catalan et à considérer que sa défense d’une reconnaissance du consul comme ministre du roi répondait plus à ses aspirations qu’à ce qui était réellement accepté. Toutefois, de tous les consuls présents en Espagne, celui de Cadix semble avoir été le plus important dès le xviie siècle128. Dans le détail du mémoire de Catalan, plusieurs éléments attestent qu’il jouissait de certaines immunités. Il plaçait ainsi les armes du roi dans sa demeure et « en lieu que tout le monde les puisse voir en entrant ». Il ajoutait que « le respect que l’on a pour les armes en fait avoir pour le consul ». De plus, sa maison jouissait de franchises, c’est-à-dire qu’elle était protégée des visites des juges ou des huissiers, lesquels ne pouvaient porter « la longue baguette », marque de leur charge, quand ils se rendaient chez lui. Cette situation se rapproche beaucoup de celles des ambassadeurs. En effet, comme l’indiqua Pierre Villars, envoyé de Louis XIV à Madrid entre 1679 et 1681, les officiers espagnols ne pouvaient procéder à aucun acte de justice ou de police, ni même porter « la marque de [leur] charge, qui est une baguette blanche129 » dans un périmètre défini autour de sa résidence. Si la même franchise protégeait la demeure du consul de Cadix et celle de l’ambassadeur, il faut toutefois noter que dans le deuxième cas, elle s’étendait même à une zone autour de sa maison130.

60La situation était très différente au Portugal. Comme l’écrivit le consul Lescolle dans un mémoire pour Pontchartrain :

  • 131 Labourdette, 1988, p. 170.

Je n’ay aucun privilège, quel qu’il soit, rang, honneurs, prérogatives, ny franchises. Les consuls n’ayant rien de tout cela icy, ma maison n’est point exemte de la visite de la justice ; marque de cela, s’est qu’il y a environ quatre ans qu’elle y vint saizir mes meubles et qu’il y avoit un décret de prise de corps contre moy, au sujet d’un cautionnement auquel Mr l’abbé d’Estrées m’obligea malgré moy dans le commencement de son ambassade pour deux corsaires françois131

61En ce qui concerne le cérémonial, Pierre Catalan assurait que le consul de la nation française avait le pas sur tous les autres consuls dans les assemblées. Lors des visites au gouverneur, ce dernier les raccompagnait à sa porte et donnait également un fauteuil au consul de la nation française. Pour les rapports avec la noblesse, « on la traite de la même manière qu’elle fait, en allant de pair avec elle ».

62L’ultime point que soulignait Pierre Catalan dans son mémoire est le plus intéressant dans notre perspective d’étude de l’information. Il se lamentait de devoir payer des pensions pour obtenir des nouvelles :

Je ne vous marqueray rien des dépences que le consul est obligé de faire tant par raport à la chaireté du pays que pour les vaisseaux du Roy quand ils sont icy, et les présents qu’il faut faire aux principaux de cette ville sans compter des pensions à Madrid et icy pour estre informé de ce qui se passe, vous vous les persuaderez aizément, et ces dépences sont plus ordinaires au consul de France qu’à ceux des autres nations…

  • 132 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 8 octobre 1708.
  • 133 Bély, 1990, p. 253.
  • 134 Article 9 de l’ordonnance de la marine de 1681, cité dans Ricard, 1993, pp. 38-39.

63Le consul mettait ainsi en évidence son rôle d’informateur officiel. Comme cette mission lui coûtait cher, il demandait une gratification. De plus, il laisse entendre que la mission d’information importait davantage aux consuls français qu’à ceux des autres nations. Elle ne cessa jamais au cours de l’époque moderne. Lors de l’attaque de Minorque en 1708, c’est le consul qui transmit par exemple au duc de Noailles, alors en Roussillon, les lettres désespérées du gouverneur de l’île Diego Leonardo Dávila. De là, le consul passa à Collioure et rejoignit Madrid pour transmettre la nouvelle132. À la fin de la guerre de Succession d’Espagne, le consul Leblond, à Venise, transmettait les nouvelles du marquis Des Alleurs, ambassadeur auprès de la Sublime Porte133. Le consul résidant à Venise transmettait la correspondance en provenance de l’Empire ottoman et donnait aussi des nouvelles de la vie vénitienne. Dans l’ordonnance sur la marine de 1681, Colbert avait apporté tous ses soins à redynamiser l’institution consulaire. D’ailleurs, dans les prescriptions données aux consuls, il faut souligner l’obligation qu’ils avaient de « tenir bon et fidèle mémoire des affaires importantes de leur consulat, et de l’env[oyer] tous les ans au secrétaire d’État ayant le département de la Marine134 ». La mission d’information était donc clairement reconnue dès la réorganisation du réseau consulaire par Colbert.

64Dans la correspondance d’Amelot, on trouve de nombreuses mentions aux différents consuls. Il ne s’agit pas seulement des consuls résidant dans la péninsule, mais également de ceux d’Italie ou d’Afrique du Nord. À travers les nombreuses évocations et les multiples exemples rassemblés, ce sont les différentes facettes de la fonction consulaire qui apparaissent. L’analyse de la pratique permet ici de compléter les aperçus donnés par les traités et le mémoire de Pierre Catalan. L’intérêt de suivre la figure du consul dans la correspondance de l’ambassadeur est de retrouver comment les différents consuls s’intégrèrent et participèrent à la guerre. Pour ceux qui vécurent dans la péninsule, leur existence fut étroitement mêlée aux réalités de la guerre. Derrière les événements dramatiques qui les concernèrent directement se révèle la fragilité de leur personne et de leur fonction, encore faiblement protégée par le droit des gens. Une notion encore naissante, y compris pour les ambassadeurs.

65Hommes du commerce, les consuls s’accommodaient bien davantage de la paix que de la guerre. Un conflit était ainsi source de difficultés qui gênaient le trafic s’il n’interdisait pas ou ne réduisait pas leur fonction à néant. Or, dans le cas de l’union des couronnes, la circulation de l’information est demeurée primordiale pour ces agents. Les consuls apparaissent alors comme des médiateurs et des intermédiaires entre les deux pays. À la faveur des relations entre les deux cours, ils ont trouvé à s’employer autrement sans être réduits à attendre la conclusion de la paix.

  • 135 Labourdette, 1988, p. 281.
  • 136 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Pontchartrain à Amelot, novembre 1705, Versailles, fos 184 (...)
  • 137 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fo 278.
  • 138 AHN, Estado, leg. 802, « Copie du brevet du roy [Louis XIV] a faveur deu Sr Nieulon pour le consula (...)
  • 139 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre de Nieulon Amelot, 16 février 1709, fos 151-153.
  • 140 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 21 janvier 1709.

66Plusieurs consuls souffrirent du conflit. Hommes du roi, à défaut d’être son représentant, ils n’en cessaient pas moins de subir, en raison de leurs attaches, les peines infligées aux ressortissants d’un pays ennemi. Si les exemples donnés par Amelot concernaient surtout les consuls français, il ne faut pas pour autant oublier que la réciproque était vraie pour les consuls de la Grande Alliance. Pierre-Antoine Du Verger, consul à Lisbonne, dut quitter le Portugal à la suite du changement d’alliance de ce royaume et de son entrée en guerre contre les deux couronnes en 1704135. Il était jugé « trop bon sujet du Roy », selon les termes de l’ambassadeur Châteauneuf. Le vice-consul de Denia, le sieur Ducreux, fut aussi chassé de la ville à l’arrivée des troupes anglo-hollandaises en novembre 1705136. Le vice-consul du roi de France au Portugal fut arrêté à l’automne 1705. Il s’agissait de Julien de la Roze, l’un des hommes de confiance de Mme d’Elvas137. Lors de la chute de l’île de Minorque en 1708, le vice-consul de Denia, Nieulon138, perdit l’ensemble des biens qu’il possédait dans cette île. Il s’adressa à Amelot pour attirer l’attention sur sa situation critique139. Le consul de Sardaigne et le vice-consul de Minorque demandèrent pareillement à Pontchartrain d’insister auprès de l’ambassadeur pour obtenir un dédommagement de la perte de leurs effets lors de la prise de Minorque par les troupes de l’archiduc140. Amelot promit au ministre de le leur obtenir.

  • 141 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 17 août 1707, fo 959.
  • 142 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 29 juillet 1709.

67Premières victimes d’un retournement de situation, les consuls du roi de France se trouvaient à la merci des troupes lorsqu’un territoire venait à changer de domination. Aux avant-postes, ils participaient parfois à la mise en défense d’une ville ou d’une citadelle. De même que le consul Du Verger, exilé à Cadix, surveillait l’état des troupes141 et de la citadelle, le consul de Livourne aurait avancé quelques fonds pour la défense des présides toscans142. Ces initiatives prises par les consuls doivent cependant être nuancées. Elles sont la conséquence de la situation militaire de la péninsule ; on trouverait certainement des exemples semblables dans d’autres parties de l’Europe ou à l’occasion d’autres conflits.

  • 143 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 21 mai 1707.
  • 144 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, fos 243-244.

68Dans le cadre de leur mission, les consuls devaient informer le secrétaire d’État de la marine et des colonies, en charge des postes consulaires. L’information qu’ils délivraient était de deux types : politique et économique. Sur le plan politique, ils dénonçaient les complots ou les personnes dont la fidélité leur semblait suspecte. En 1707, le consul à Livourne, qui avança par la suite de l’argent pour la défense des possessions du roi d’Espagne, déjoua ainsi un complot qui se tramait sur les galères de Naples143. Le consul de Sardaigne fit la liste des gens malintentionnés dans l’île pour son secrétaire d’État144.

69L’administration ou la gestion d’une citadelle, d’une province ou d’une vice-royauté étaient aussi étroitement surveillées par les consuls. Celui de Naples attira ainsi l’attention de Pontchartrain sur le mauvais usage d’un « expédient », sans que l’on sache précisément lequel. Il s’agissait sans doute d’une ressource financière. Le secrétaire d’État écrivit à Amelot pour le tenir au courant, tout en lui demandant de protéger la confidentialité de la source, c’est-à-dire le consul lui-même :

  • 145 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 mai 1707, fos 272-273.

Je vous envoye l’extrait d’une lettre du consul de Naples par laquelle vous verrez ce qui a empesché qu’on ne tire l’utilité qu’on devoit attendre de l’expédient proposé pour subvenir aux besoins de ce royaume. Si vous jugez à propos d’en faire quelque usage vous vous souviendrez, s’il vous-plaît de ne point compromettre le consul145.

70Sans la lettre du consul, l’information reste mystérieuse, mais la formulation ne laisse pas de doute : il s’agissait vraisemblablement d’une mesure qui devait permettre d’abonder les caisses ou d’apporter du secours à ces territoires menacés. Plus que l’expédient proposé, il faut souligner ici que le consul intervient auprès du secrétaire d’État afin de dénoncer une manœuvre malheureuse pour l’administration du royaume de Naples. Depuis la prise du Milanais en 1707, le royaume de Naples était en effet directement menacé : l’arrivée des troupes de l’archiduc n’était plus qu’une question de temps.

71Ce n’était pas la première fois que ce consul avertissait le ministre. Dans l’une de ses lettres, Amelot évoquait d’autres informations délivrées par ce personnage. Elles sont aussi énigmatiques que la précédente, mais montrent que le consul était un homme bien informé :

  • 146 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 28 septembre 1705.

Je feray usage de la lettre du Sr Argou [Argoud], consul à Naples, et de la lettre d’un lieutenant espagnol écrite à Gênes qu’il vous a plu de m’envoyer, suivant les notions que je pourray avoir d’ailleurs sur les personnes dont il est parlé146

  • 147 AN, Marine, B2 188, lettre de Pontchartrain à Amelot, 7 avril 1706, fo 156.

72Sans la lettre évoquée par Amelot, il est impossible de savoir de qui il s’agissait. Il semble cependant que les informations contenues dans les documents envoyés par le consul et le lieutenant espagnol permettaient d’avoir une idée plus précise sur plusieurs sujets du roi d’Espagne. Rapport sur la fidélité douteuse de certains sujets, dénonciation de corruption ou encore suspicion ? Il est difficile de choisir. Néanmoins, deux conclusions s’imposent. D’une part, l’information circulait bien entre Versailles et Madrid, surtout lorsqu’il s’agissait d’avoir à l’œil des sujets du roi d’Espagne, et l’ambassadeur dûment renseigné pouvait en « faire usage ». D’autre part, l’envoi à Pontchartrain d’une lettre d’un lieutenant espagnol en poste à Gênes met en évidence un circuit peu connu mais réel : celui des sujets du roi d’Espagne, méfiants envers leur hiérarchie, qui avertissaient directement soit les ministres, soit Amelot. L’exemple donné ici n’est pas isolé. En 1706, le gouverneur de Vigo dénonça les agissements d’un bénédictin qui préparait peut-être une conspiration147. Averti en secret, Daubenton alerta Pontchartrain. Dans la lettre que le ministre adressa à l’ambassadeur, il lui demandait à nouveau d’être prudent. Le gouverneur de Vigo avait recommandé de ne pas en parler aux ministres espagnols, faute de pouvoir garantir le secret. Un officier du roi d’Espagne transmettait ainsi directement aux envoyés du roi de France des informations qu’il jugeait nécessaire de préserver de toute publicité.

  • 148 On trouve d’ailleurs un écho à ces lettres dans la correspondance consulaire d’Alger. Dès l’union d (...)
  • 149 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Torcy à Amelot, 19 septembre 1706, fo 158 ; lettre de Pont (...)
  • 150 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, Versailles, 24 juillet 1705, fo 62.
  • 151 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Torcy à Amelot, 21 novembre 1706, Versailles, fos 295-296  (...)
  • 152 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 mars 1707, fos 60-65.
  • 153 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 juillet 1707, fos 22-26.
  • 154 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, mémoire de Carlos Carafa sur Oran, [octobre-novembre 1707], fo 52. C (...)
  • 155 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 22 juillet 1708, Fontainebleau, fo 124.
  • 156 ARV, Libro del Real Acuerdo, lib. 2 (1708), Cédula de Dn Carlos Carafa en bienes confiscados, 17 av (...)

73Le gouverneur et capitaine général d’Oran écrivait également sans cesse à Versailles pour obtenir de l’aide148. Autre exemple des liens directs entre les officiers de Philippe V et les ministres de Louis XIV, ses courriers illustrent comment la conduite des opérations, la défense des places, mais aussi un intérêt bien calculé, favorisaient ces rapports étroits. Le gouverneur d’Oran, Carlos Carafa, a ainsi laissé une série de lettres adressées aux ministres de Louis XIV. Il avait besoin de secours en hommes, poudre et munitions149. Torcy alertait donc Amelot150 sur la nécessité où se trouvait Carlos Carafa, notamment lorsqu’il souhaitait le soutien de l’ambassadeur pour obtenir du Conseil d’Espagne le remplacement d’un bataillon qui lui avait été ôté. Le secrétaire d’État relayait ses incessantes demandes d’argent, de vivres et de troupes151. Lors de son retour à Madrid en 1707, Carafa jugea utile de passer par Paris152. Afin d’attirer l’attention des ministres de la cour de Madrid, il avait également fait part de ses soupçons sur un officier placé sous ses ordres, Gaspard de Ocio Mendoza. Profitant des conflits entre les princes européens, les Turcs assiégèrent la place d’Oran et les demandes du gouverneur se firent encore plus pressantes153. Carlos Carafa rédigea un mémoire dans lequel il présentait la situation d’Oran et son intérêt pour les alliés si elle venait à tomber entre leurs mains154. Sa fidélité lui fit espérer la vice-royauté du Mexique. Il écrivit pour cela à Torcy, mais en vain155. Néanmoins, son zèle lui attira une faveur. En avril 1708, il obtint une gratification de 15 000 ducats à prélever sur des biens confisqués du royaume de Valence156.

  • 157 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 24 octobre 1706, Versailles, fos 2 (...)

74Les commentaires des consuls sur les officiers espagnols ne consistaient pas seulement à les dénoncer. Il arrivait qu’ils attirent l’attention sur le comportement particulièrement zélé ou fidèle d’un sujet. Le consul Mirasol écrivit ainsi à Pontchartrain afin de mettre en évidence l’attachement du sieur Bourgougnou, major d’Alicante157. Cet officier avait payé de ses propres deniers l’entretien de trois cents hommes pour la défense d’Alicante. Pontchartrain demanda donc à Amelot de veiller sur lui et de le protéger.

75L’information venue par les consuls, complétée par celle des officiers qui écrivaient directement aux ministres à Versailles, permettait à Amelot d’avoir une vue d’ensemble de l’administration et de la conduite de la guerre dans la Monarchie Catholique. Elle lui permettait ainsi d’être mis au courant de données importantes, parfois même avant les ministres espagnols. Cette surveillance des consuls constituait une forme de pression. Ils agissaient comme des chargés de l’information ou des supplétifs de l’espionnage. Ainsi, en 1707, le consul de Messine adressa une lettre à Pontchartrain que ce dernier transmit à Amelot. À la lecture de la réponse de l’ambassadeur, qui n’en dévoile pourtant jamais le contenu, on comprend que cette missive lui a apporté de précieuses informations :

  • 158 AN, Marine, B7 248, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 31 octobre 1707, fos 408-409.

Jay lu avec attention, Monsieur, la longue lettre du consul de France à Messine, dont vous avés bien voulu me faire part, et je l’ay fait voir au Roy d’Espagne. On profitera autant qu’il se pourra des notions que donne ce consul sans le commettre en aucune manière158.

  • 159 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 186, lettre de Pontchartrain à Amelot, 7 novembre 1708, Marly fos 171-181

76Si les opérations militaires et la fidélité des sujets espagnols donnaient ainsi lieu à une correspondance abondante des consuls, leur première mission d’information concernait le commerce. À travers les mémoires qu’ils ont adressés à leurs ministres, les consuls ont laissé des descriptions des flux commerciaux, des produits échangés ou des évolutions concernant la vie de la colonie de marchands qui leur était confiée. Ils participaient ainsi pleinement à « l’information économique » : sa production, sa circulation et sa diffusion. Durant la guerre de Succession d’Espagne, où les intérêts commerciaux se confondaient avec ceux des belligérants, au moins pour la France, l’Angleterre et la Hollande, commercer avec l’ennemi était strictement prohibé. Des interdictions furent publiées à plusieurs reprises, mais la fraude était générale. Dans ce contexte, chaque poste consulaire devenait un observatoire de la réalité commerciale. Traquant les fraudeurs, dénonçant les manœuvres pour échapper à la vigilance des autorités, comme le maquillage d’un navire sous une autre nationalité, le débarquement la nuit, l’emploi d’un prête-nom, etc., les consuls offrent un aperçu détaillé, sans être exhaustif, de la vie économique de leur cité. Leur correspondance fait écho aux nouvelles, certaines et incertaines, qui circulaient. Dans une société de la pénurie, les craintes alimentaires pouvaient susciter des révoltes à tout moment. Tous les ministres se sentaient donc concernés par l’approvisionnement en grains, sujet sensible dans les sociétés d’Ancien Régime. Le consul de La Corogne crut déceler un début de disette en Galice à l’automne 1707159. Pontchartrain s’inquiéta et sollicita ses relais pour savoir quelle était réellement la situation dans ce royaume du nord de la péninsule. Il proposa du blé à Amelot, bien que la disette fût une rumeur et que le royaume de France manquât également de grains. Cette promptitude à réagir aux moindres alarmes, vraies ou fausses, données par les consuls souligne l’état de crainte permanent dans lequel vivaient les cours de Versailles et Madrid. Il appartenait au ministre de réagir au moindre soupçon et de prendre les devants.

  • 160 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 1er juillet 1709, Madrid.
  • 161 Né à Bilbao, Juan Antonio Hurtado de Amezaga était chevalier de Saint-Jacques depuis 1689. Homme de (...)
  • 162 AHN, Consejo, Registro de Sello de Corte, leg. 8976, exp. 198, Real despacho de la concession du ti (...)
  • 163 AN, AE, BIII 361, « Décret du roi d’Espagne qui ordonne au Conseil de guerre et au gouverneur de Má (...)

77Les consuls avertissaient aussi Pontchartrain lorsqu’ils suspectaient une fraude. Comme dans les cas évoqués précédemment, le ministre transmettait les informations à Amelot afin qu’il puisse les utiliser, notamment réclamer un respect plus strict des interdictions de commercer. Le consul de France à Málaga rédigea, par exemple, un long mémoire dans lequel il détaillait les différentes fraudes auxquelles donnait lieu le commerce dans sa province160. L’interlope ne portait pas seulement préjudice au roi d’Espagne mais également au roi de France. Le mémoire fut envoyé à Amelot et Pontchartrain : il eut raison du gouverneur Juan Antonio Hurtado de Amezaga161, qui fut renvoyé et remplacé par son frère, Don Baltasar162. Le gouverneur de Málaga s’était déjà fait connaître défavorablement. En 1708, un décret du roi d’Espagne l’avait enjoint de ne plus se mêler des prises faites par les corsaires français dans le territoire de son ressort et avait donné une très large liberté d’action au consul de Málaga163. Toutefois, il semble s’être ensuite rattrapé.

  • 164 La ville de Salé et plus précisément son rôle dans la course barbaresque ont fait l’objet d’une réc (...)

78En 1707, le consul de France à Salé164 au Maroc, le sieur Perillié, eut également connaissance de la fraude de sujets espagnols à Gibraltar, qui avait été prise par les Anglais en 1704. Des capitaines anglais, de passage à Salé, lui révélèrent que des Espagnols livraient eux-mêmes du blé et diverses marchandises aux habitants du rocher, lesquels auraient connu la disette sans ce secours.

  • 165 « Le consul de Salé m’escrit Monsieur qu’il a appris par des capitaines de bastiments anglois venus (...)
  • 166 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 avril 1708, Versailles, fos 228 (...)
  • 167 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 avril 1708, Versailles, fo 229.
  • 168 AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 4 juillet 1707, fos 31-32.

79Signe de l’importance de cette nouvelle, Jérôme de Pontchartrain rapporta l’affaire à Louis XIV qui exigea d’Amelot qu’il pousse le roi d’Espagne à faire cesser ce trafic165. Une information recueillie au Maroc circulait donc jusqu’à Versailles, d’où le roi de France donnait ses ordres pour son ambassadeur à Madrid. Implanté au Maroc, sur la route de retour des navires anglais, le consul transmettait régulièrement à Pontchartrain ce qu’il pouvait apprendre des marins britanniques. En 1708, il avertit Pontchartrain que « les ennemis se flatt[aient] toujours des grandes intelligences » dont ils disposaient dans la ville de Cadix166. Le ministre, toujours préoccupé par la cité gaditane, ordonna à Amelot : « comme vous connoissez mieux que personne quelle importance il est de la pourvoir du nombre de troupes et de munitions dont elle a besoin pour sa seureté, je suis persuadé que vous voudrez bien faire sur cela au Roy d’Espagne les représentations qui seront nécessaires167 ». Le vice-consul de Carthagène attira en outre l’attention du ministre sur la fourniture de grains à Barcelone. Il assurait que les vaisseaux génois qui ravitaillaient la ville avaient tous effectués leurs chargements en Sardaigne168. L’île aux mains de Philippe V fournissait ainsi la capitale catalane, siège de l’archiduc.

  • 169 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 20 octobre 1706, fos 219-220.
  • 170 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 9 novembre 1706.

80L’activité des consuls ennemis était aussi surveillée. Les consuls de Malte et d’Angleterre furent ainsi dénoncés par le duc de Noailles à Pontchartrain : ils diffusaient de la propagande pro-autrichienne169. Trois semaines plus tard, dans une lettre au ministre, l’ambassadeur exprimait la même inquiétude à propos de l’action subversive de ces agents170.

  • 171 Il s’agit de Juan Agustín I de Arpe, consul d’Espagne à Gênes de 1670 à sa mort en 1712. Il obtint (...)
  • 172 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.
  • 173 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.
  • 174 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre de Louis XIV à Amelot, 11 avril 1706, fos 134-139.
  • 175 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 avril 1706, fos 259-260.

81Si les consuls du roi de France surveillaient étroitement les officiers espagnols et les consuls étrangers, ceux du roi d’Espagne ne manquaient pas non plus de faire remonter les informations ou les nouvelles qui leur parvenaient. C’est ainsi que le consul d’Espagne171 à Gênes informa Philippe V du bruit d’une possible vente du marquisat de Finale à la République génoise. Amelot fut mis face à cette nouvelle par une consulte du Consejo de Estado lors d’une réunion du despacho172. Or étant l’unique voie par où l’on pouvait faire venir des secours par mer dans le Milanais, le marquisat ne pouvait être cédé sans l’avis du roi d’Espagne et de son Conseil. Au sein du despacho, Amelot démentit que le roi puisse songer à vendre une possession de son petit-fils sans son avis. Devant les ministres espagnols, il prit l’engagement d’écrire au roi et consentit que la reine, alors régente, donnât « ordre à Mr le duc d’Albe d’en parler dans les termes convenables à l’union173 » qui existait entre les deux souverains. La réponse de Louis XIV fut prompte et sans détour : il niait que Torcy ait proposé de vendre le marquisat174. Il reconnaissait cependant que l’envoyé de Gênes à Versailles avait évoqué cette idée. Le roi de France lui avait répondu que si les Génois faisaient des offres intéressantes, il en serait averti par son petit-fils — autre manière de dire qu’il ne souhaitait pas se charger d’une telle offre et que de l’avoir formulée auprès de lui, et non de Philippe V, constituait une maladresse. La jeune reine d’Espagne porta l’affaire au despacho, qui critiqua la transmission de cette information par le consul d’Espagne à Gênes175.

82Les plaintes ou les désinformations donnaient lieu à des réprimandes ou des sanctions allant jusqu’à la révocation. En effet, comme les plaintes ou les critiques étaient systématiquement relayées, une fausse information, surtout si elle donnait lieu à une plainte de l’ambassadeur faite au nom du roi, pouvait faire surgir des querelles entre les deux couronnes. Le consul en poste à Majorque se plaignait ainsi de ce que les maisons des Français étaient visitées, qu’ils subissaient de nombreuses vexations et que de faux bruits de peste donnaient prétexte aux autorités de la ville de refuser l’entrée du port aux navires français. Pontchartrain informa Amelot et lui transmit les ordres de Louis XIV :

  • 176 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre de Pontchartrain à Amelot, 10 août 1705, fos 137-139, ici fo  (...)

Le Roy désire que vous en fassiez des plaintes au Roy d’Espagne pour en obtenir les ordres nécessaires pour faire laisser aux François la liberté de continuer leur commerce, et cesser ces visites qui les fatiguent et peuvent causer des incidents176.

  • 177 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Marly, 18 août 1706, fo 103vo.

83Toutefois, disposant d’un autre informateur dans l’île, Pontchartrain confondit le consul et se retourna contre lui : « … comme il [l’informateur] s’explique assez nettement sur celle du consul j’ay pris l’ordre […] pour le révoquer et en establir un autre qui sera apparemment plus sage et plus circonspect177 ». Pontchartrain ne ménagea pas le consul et lui infligea la peine la plus sévère, c’est-à-dire la privation de sa charge.

  • 178 Hugon, 2004, p. 513.

84Les relations entre les monarchies, fondées sur une étroite union, renforcèrent la mission d’information des consuls. Ils n’étaient plus seulement chargés de porter à la connaissance du ministre les principaux faits de la vie économique de la cité où ils étaient en poste, ils devaient dorénavant participer à la coordination des efforts de guerre en surveillant de près la situation. Ils apparaissent comme des agents complémentaires pour l’information, apportant des éléments dont Amelot n’avait pas toujours connaissance. Leur rôle s’avérait donc crucial, d’autant plus qu’ils étaient nombreux dans les possessions de la couronne espagnole. Il y avait ainsi un consul à Madrid, Bilbao, La Corogne, Valence, Séville, Cadix, Palma de Majorque, Minorque, en Sardaigne, à Naples, etc. À l’inverse, le réseau consulaire du Roi Catholique ne réussit jamais à se développer. Le Consejo de Estado le jugeait même inexistant dans la première moitié du xviie siècle et il se développa très peu par la suite178.

  • 179 AN, Marine, B7 250, « Mémoire pour servir d’instruction au Sieur Bigodet, consul de la nation franç (...)

85Sans trancher le débat théorique entre ceux qui considéraient les consuls comme des ministres publics et ceux qui leur contestaient cette qualité, certains traits permettent de rapprocher leurs fonctions de celles des diplomates. Outre les immunités et les franchises dont jouissait selon Pierre Catalan la demeure du consul, l’habitude de lui remettre, comme aux envoyés, des instructions pour son entrée en poste devint plus régulière. Lorsque le sieur Avril, consul à La Corogne se retira, Bigodet qui le remplaça reçut un « Mémoire pour servir d’instruction179 ».

86Toutefois, différence fondamentale avec les ambassadeurs, les consuls ne représentaient jamais le roi. Ils ne disposaient pas de lettres de créance, l’instrument essentiel du diplomate, qui lui servait d’accréditation. Sans ces pouvoirs qui authentifiaient l’autorité d’un l’ambassadeur, le consul restait cantonné dans un rôle subalterne, quoique essentiel, dans la diplomatie.

  • 180 Andrés de Silva, marquis de la Banditela, né en 1647 et mort en 1717. Issu d’une famille d’origine (...)
  • 181 AN, Marine, B7 471, « Sonnet sur la naissance du prince des Asturies adressé à Dn André de Silva, m (...)

87Consuls et diplomates partageaient également le soin de collecter des informations, le souci porté à la vie économique et la défense des intérêts du roi. Un autre élément permet de souligner la proximité de ces fonctions dans leur activité. Il s’agit de leurs interventions pour honorer les heureux événements survenus dans la maison de leur souverain. Ainsi, les ambassadeurs fêtaient les mariages, les naissances ou les victoires de leur prince. Ils prenaient le deuil lorsque survenait le décès d’un parent du roi. Au cours de la guerre de Succession, la naissance des princes dans les deux branches de la maison donna lieu à des festivités. En 1707, un sonnet pour la naissance du prince des Asturies fut adressé au consul d’Espagne en Toscane, Andrés de Silva, marquis de la Banditela180. Ces vers composés par un auteur anonyme sont une exaltation de la naissance du prince, signe la légitimité de Philippe V181. La production, les motivations et la diffusion de ce sonnet restent pour l’heure largement méconnues. S’agissait-il d’une production spontanée destinée à attirer l’attention sur un auteur ? Ou de l’initiative du consul ? Peu d’éléments permettent de répondre. Toutefois, conservé dans les mémoires envoyés à Pontchartrain, il fit l’objet d’une traduction en français et d’une mise au net dans l’un des registres du secrétaire d’État. Le soin porté à la composition de celui-ci, sa couverture, la calligraphie et le choix des documents qui y sont insérés, comme des copies de traités, de décrets ou d’imprimés, soulignent le grand intérêt qu’il leur portait. Pour le ministre, cette pièce n’avait donc rien d’anodin.

IV. — L’union de l’information ou les connaissances échangées

88Les différentes informations transitaient par de multiples canaux : espions, hommes de guerre, consuls, marchands, banquiers, etc. Circulant entre les différents territoires de la monarchie, elles en révèlent des liens, ceux des correspondances épistolaires. Derrière des « commerces » de lettres, un réseau d’information et de pouvoir apparaît. Si la présence des hommes de guerre était conjoncturelle et liée au conflit qui se déroulait alors en Europe, celle des consuls était bien plus enracinée. Installés dans des postes pour la plupart anciens, les consulats de Méditerranée ayant souvent été les premiers, les consuls jouaient un rôle primordial dans la circulation des nouvelles. Leur présence se multiplia à l’occasion de la guerre de Succession, lorsque prévenir l’ambassadeur du roi de France à Madrid était devenu un impératif. Les circonstances imposèrent aux consuls de redoubler d’attention. Le secrétaire d’État de la marine y veillait. Celui-ci transmettait à Amelot, tout ce qui pouvait avoir rapport « au service » du roi d’Espagne. La circulation des nouvelles entre les deux branches de la maison de Bourbon donna ainsi corps à l’idée d’union des couronnes. Elle s’interrompit en 1709, lorsque Louis XIV rappela Amelot et laissa l’Espagne assumer seule une part plus grande du conflit, mais elle exista avec vivacité durant les années précédentes.

  • 182 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 16 avril 1708.

89Si l’ambassadeur disposait du maillage d’informateurs de la cour de Versailles et de l’expérience des consuls installés dans les différents territoires de la monarchie, il mettait également à profit son accès au despacho. Il faut en effet envisager la circulation des informations dans les deux sens : de Versailles à Madrid et de Madrid à Versailles. L’ambassadeur de Louis XIV, qui assistait aux séances de ce conseil restreint formé autour de Philippe V, disposait ainsi d’un panorama complet de la situation, puisque c’était là que les lettres envoyées par les vice-rois et les gouverneurs étaient ouvertes. Les dépêches d’Amelot, au roi ou à ses ministres, contiennent plusieurs traces du secret de ce cabinet et des confidences auxquelles il donnait lieu. Les dépêches des vice-rois et des gouverneurs de l’Amérique espagnole étaient ainsi portées à sa connaissance en même temps qu’aux autres ministres de Philippe V. En 1708, il transmettait par exemple à Desmarets les dernières nouvelles arrivées de Portobelo et de Panamá : les vaisseaux de l’Armada del Sur alors au Pérou ne pouvaient pas encore partir pour Panamá faute d’avoir pu négocier leurs effets182.

  • 183 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 6 août 1708, Madrid.
  • 184 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 167vo.
  • 185 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.

90Amelot avait ainsi accès aux informations internes des circuits officiels de la monarchie. Les nouvelles concernant les flottes destinées à aller chercher les métaux précieux faisaient l’objet de comptes rendus exacts et circonstanciés. Le 6 août 1708, Amelot avertissait Desmarets que par des lettres de La Havane, passées par Saint-Sébastien, on avait su que plusieurs vaisseaux de la flotte étaient arrivés à Cuba aux alentours du 15 mai précédent183. Cela signifiait que les vaisseaux avaient traversé l’Atlantique sans encombre, c’est-à-dire sans être pris par une escadre anglaise ni dispersés par une tempête. Il transmettait aussi les avis de circulation des flottes alliées. Des dépêches du vice-roi de Galice, le duc d’Híjar, avaient porté la nouvelle de l’arrivée d’une escadre de « deux cents » voiles anglaises au large du cap Finistère184. Ignorant si elle était destinée à Lisbonne ou pour attaquer Cadix, Amelot informa cependant Louis XIV qu’ils avaient le temps nécessaire pour mettre la ville en état de se défendre. C’est encore au despacho, que le bruit d’une négociation entre le marquis de Torcy et les Génois au sujet du marquisat de Finale, fut porté à la connaissance d’Amelot185. Dans cette affaire déjà évoquée, le consul avait écrit au Consejo de Estado. Cet organe avait ensuite adressé une consulta au roi, selon les procédures habituelles. Comme ces dernières étaient ouvertes, lors des séances du despacho, Amelot en eut immédiatement connaissance.

91Amelot n’était pas le seul à informer Versailles depuis Madrid. Comme nous l’avons déjà souligné, plusieurs correspondants écrivaient à Torcy, Pontchartrain ou Chamillart. Des sujets du roi d’Espagne écrivaient également pour tenir le roi de France informé et manifester ainsi leur zèle. Le vice-roi de Nouvelle-Espagne, le duc d’Albuquerque, informait ainsi Pontchartrain. Il ne se contentait pas de lui transmettre des nouvelles sur la situation de sa vice-royauté. Il adressait au ministre des informations sur le commerce et la fraude dont le consulat de Séville ne devait pas avoir connaissance. Il apportait ainsi son concours pour court-circuiter des institutions hostiles au commerce des Français.

92Sous prétexte de défendre l’union des couronnes, le vice-roi avait fermé les yeux sur le commerce des Français. Pontchartrain reprit cette présentation avantageuse pour le défendre et lui assurer le soutien d’Amelot à la cour de Madrid :

  • 186 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 3 octobre 1707, fos 427-430 ; AN, Marine, (...)

Mr le duc d’Albuquerque m’escrit qu’ayant esté persuadé que pour fortiffier l’union des deux couronnes, il estoit nécessaire que les sujets de l’un et de l’autre partageassent en quelque sorte les avantages du commerce pendant que le roy sacrifioit pour la deffense de l’Espagne, ses propres sujets et ses trésors, ce motif l’avoit engagé à fermer les yeux sur le commerce que les François ont fait au-delà de ce qui estoit porté par les permissions qui leur avoient esté accordées par Sa Majesté Catholique, de vendre quelques bagatelles dans ses ports186

93Le ministre demandait à son agent à Madrid, Ambroise Daubenton, que le secret ne soit pas éventé et que tout soit fait pour étouffer les plaintes du consulat et des milieux négociants gaditains. Pontchartrain se montrait naïf en ne voulant voir dans cette complaisance du duc d’Albuquerque qu’un signe de sa bonne volonté. Le vice-roi s’assurait ainsi la bienveillance d’un ministre à Versailles, avant d’obtenir, comme il l’espérait sans doute, l’indulgence sur ses propres trafics. Pontchartrain mentionna donc à Daubenton,

  • 187 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 3 octobre 1707, fo 431.

… que les raisons n’empeschoient pas les Espagnols de se plaindre comme il estoit persuadé qu’ils porteroient les plaintes au Conseil des Indes, et à Sa Majesté Catholique contre la conduite qu’il a tenue à cet esgard. Il [Albuquerque] supplie de faire prévenir la Cour d’Espagne sur ce sujet, afin d’empêcher que le consulat et le commerce de Séville, n’ajoute foy à ces plaintes, il est nécessaire que vous empeschiez autant que vous le pourrez l’effet qu’elles pourroient produire parce que l’intention de Mr d’Albuquerque en cette occasion, n’a esté que de favoriser les sujets de Sa Majesté187.

  • 188 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Torcy, 28 mars 1707, fo 117.

94L’union des couronnes servait ainsi parfois de prétexte, mais comme cet exemple le souligne, la circulation rapide de l’information entre les cours de Versailles et de Madrid permettait de contourner ou d’éviter des critiques sur des comportements jugés condamnables. Les intérêts personnels du vice-roi se mêlaient ici aux impératifs politiques et diplomatiques des relations entre les deux monarchies. Il ne se contentait d’ailleurs pas d’envoyer des lettres à Pontchartrain, il écrivait aussi à Amelot188.

  • 189 Sur Bernardo Tinajero de la Escalera, voir Perona Tomás, 1999, pp. 339-354 et 389.

95L’ambassadeur pouvait aussi compter sur la fidélité du secrétaire du Conseil des Indes, Bernardo de Tinajero189. Dans un passage entièrement chiffré, il rapportait ainsi à Louis XIV :

  • 190 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 avril 1707, fos 190vo.

Un officier qui est arrivé depuis du Pérou a apporté un grand nombre de lettres de ce pays là qui sont remplies de plusieurs plaintes très vives sur le commerce que les François y font par la Mer du Sud. Les paquets ayant été remis entre les mains de Dn Bernardo de Tinajero, secrétaire du Conseil des Indes, homme habile très bien intentionné […]. J’ay été averty par lui de ce que ces lettres contenoient et je l’ay engagé à n’en donner connoissance à personne luy faisant comprendre qu’elle pourroient causer de mauvais effets sans être d’aucune utilité pour le service du roy son maistre190.

  • 191 AGI, Indiferente General, leg. 512, cédule royale nommant Tinajero de la Escalera secrétaire du Con (...)
  • 192 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 28 novembre 1706, Versailles, fo 2 (...)
  • 193 AHN, Consejo, lib. 2753, no 37, « Dn Bernardo Tinajero de la Escalera, nombrado Srio de Yndias de l (...)

96L’organe du Conseil des Indes se trouvait ainsi court-circuité par son secrétaire, qui donnait à Amelot la primeur des nouvelles arrivées des Indes. Cette primauté dans l’obtention de l’information illustre combien l’ambassadeur avait réussi à gagner la confiance de plusieurs officiers espagnols et à s’assurer leur fidélité. Amelot avait d’ailleurs proposé la nomination de Tinajero à la secrétairerie des Indes191, préférant pour lui cette place à celle de conseiller que Pontchartrain désirait pour ce serviteur zélé192. De plus, Tinajero obtint le titre de « seigneur des Indes dans la partie du Pérou » (Señorío de Yndias de la parte del Peru)193.

  • 194 AHN, Estado, leg. 3455, lettres d’instructions de Santo-Buono, ambassadeur de Philippe V à Venise, (...)
  • 195 AGS, Estado, Venecia, leg. 5668, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 8 septembre 1707.
  • 196 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 2, cédule en faveur du prince de Santo-Buono pour des (...)

97Le prince de Santo-Buono, ambassadeur de Philippe V auprès de la République de Venise depuis 1703194, se montra également très disposé à nourrir les relations entre les deux couronnes par une circulation accrue des informations. Chargé de surveiller le royaume de Naples, il écrivait à son roi mais aussi au marquis de Torcy. Les archives de Simancas contiennent des traces de ces correspondances croisées. Dans sa dépêche à Philippe V du 8 septembre 1707, Santo-Buono assurait qu’il prendrait toutes les mesures nécessaires afin d’espionner le royaume de Naples. Il soulignait les difficultés des Allemands qui venaient de conquérir le royaume. Il adressa en outre un courrier, en italien, au marquis de Torcy afin de le tenir au courant de la situation195. Il le prévenait des risques de tumulte et de soulèvement contre la domination allemande. Il s’attira ainsi les bonnes grâces de Torcy qui réclama à Amelot qu’on lui donnât quelque récompense. Peu après, le prince de Santo-Buono reçut une pension de Philippe V, assignée sur les biens confisqués dans le royaume de Valence et s’élevant à 17 000 écus d’argent196.

  • 197 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 151, lettre de Torcy à Amelot, 27 décembre 1705, fo 276 ; t. 155, lettre (...)

98Le marquis de Beretti-Landi, envoyé de Philippe V auprès des Cantons catholiques, correspondait aussi avec le secrétaire d’État de Louis XIV. Torcy appréciait particulièrement ses missives et demanda à plusieurs reprises à Amelot d’obtenir quelque faveur pour l’ambassadeur en Suisse197.

  • 198 Lettre de Tessé à la princesse des Ursins, 24 septembre 1704, dans Tessé, Lettres du maréchal, p. 2 (...)
  • 199 AHN, Estado, leg. 1894, consulte du Consejo de Estado, 9 octobre 1708.

99En 1708, Tessé proposa au roi de conduire une mission en Italie afin de constituer une ligue des princes italiens. Le roi consentit à l’envoyer, et Tessé partit accompagné de Monteleón, qui représentait le Roi Catholique. Il souhaitait ainsi « marquer à la nation espagnole la véritable union des couronnes198 ». Ce désir de souligner l’étroite connivence entre les deux couronnes s’illustrait également par les initiatives préparées de concert par les ambassadeurs de Louis XIV et de Philippe V à Venise. Ils agissaient ensemble, comme le souligne la correspondance de Santo-Buono au Consejo de Estado199. En Italie, Tessé entama alors une correspondance avec Amelot afin de porter à sa connaissance tout ce qui avait un rapport avec le service de Philippe V :

  • 200 BnF, Ms. fr., NAF, 20273, lettre de Tessé à Amelot, 24 septembre 1708, Gênes, fo 49.

… à mesure Monsieur que je trouveray sur les costes et dans le pays où je vais, quelque chose de relatif au service du Roy Catholique, je prendray la liberté de vous en informer avec confiance, et vous y ferez faire les réflections et y mettrez l’emplastre que vous pourrez, car je sçay bien qu’il ne dépens pas de vous de remédier à tout200.

  • 201 BnF, Ms. fr., NAF, 20273, lettre de Tessé à Amelot, 12 janvier 1709, Rome, fos 228-234 ; lettre de (...)
  • 202 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 janvier 1706, fos 103-111.

100L’ambassadeur pouvait ainsi compter sur Tessé pour avoir des nouvelles de l’Italie. De son côté, le marquis de Monteleón correspondait avec Philippe V, qu’il représentait. Cette voie étant la plus directe pour informer l’ambassadeur, Tessé et Louis XIV s’en remirent à l’envoyé du Roi Catholique et au duc d’Uceda pour le tenir au courant201. L’abbé de la Trémoille, chargé des affaires du roi de France à Rome, correspondait également avec Amelot202, notamment sur tout ce qui concernait le royaume de Naples, dont le pape se refusait à donner l’investiture à Philippe V.

101La circulation des informations entre les deux branches de la maison de Bourbon fonctionnait donc bien. Les ambassadeurs des deux souverains n’hésitaient pas à échanger des nouvelles, des comptes rendus et des mémoires. Attachés à leur prince, les négociateurs n’oubliaient pas les intérêts de sa famille. La guerre a vraisemblablement renforcé cette solidarité dans l’information : les armées de Louis XIV défendant les possessions du roi d’Espagne, il était logique que ses ambassadeurs leur apportent leur concours.

102À tous les niveaux de hiérarchie des pouvoirs, des ministres aux marchands, de l’ambassadeur à l’espion, l’échange des nouvelles doit être envisagé dans le contexte de l’union des couronnes et d’une proximité nouvelle entre les cours de Versailles et Madrid. Les vice-rois et les ambassadeurs de Philippe V n’étaient pas les seuls à transmettre tout ce qu’ils pouvaient savoir aux ministres français. Si leurs correspondances sont les mieux conservées, de nombreux autres billets, lettres ou rapports, qui n’ont pas été archivés, parvenaient à Amelot, Torcy ou Pontchartrain. Seule la lecture suivie et complète des correspondances permet de retrouver des traces, souvent rares et dispersées, des contacts et des liens, souvent fragiles, que les ministres cherchaient à entretenir.

  • 203 AN, Marine, B2 190, lettre de Pontchartrain à Amelot, 28 juillet 1706, fo 625.
  • 204 AN, Marine, B2 185, lettre de Pontchartrain à Amelot, 4 juillet 1705, fo 73 ; B2 206, lettre de Pon (...)
  • 205 AN, Marine, B2 208, lettre de Pontchartrain à Amelot, 9 septembre 1708, fos 1128-1134.
  • 206 L’ensemble de son dossier se trouve dans les papiers de Pontchartrain, voir AN, Marine, B7 243, fos(...)

103Des ministres de Louis XIV, Jérôme de Pontchartrain était l’un des plus précieux pour renseigner Amelot. Il ne manquait ainsi jamais de le tenir au courant des dernières nouvelles concernant le commerce. Le ministre chargé du département de la marine lui transmettait ainsi les « avis reçus de la Mer du Sud203 », dans lesquels les mouvements des armées ennemies étaient amplement détaillés. Les escadres anglaises envoyées pour saisir les retours de métaux précieux étaient suivies à la loupe204. Le ministre paraît toujours bien informé sur les nouvelles venant d’Angleterre, souvent bien plus que ses collègues. Il est vrai qu’il avait outre-Manche un « homme de confiance205 ». L’arrestation de William Gregg206, l’espion de Chamillart, dans les bureaux du secrétaire d’État Harley en 1707 n’avait pas rendu caduques toutes les voies d’information en provenance de la Grande-Bretagne.

  • 207 AN, Marine, B7 470, lettre de Monségur du 26 août 1707, fo 239, sur la joie provoquée par la victoi (...)

104D’autres sujets du Roi Catholique surent s’illustrer dans l’information. À l’image de Jean de Monségur, qui rédigea un rapport sur le commerce mais qui adressait également des comptes rendus sur la situation en général, l’esprit des populations, etc.207, plusieurs officiers espagnols écrivaient directement à Versailles ou à Amelot. Toutefois, à la différence de Monségur, ils n’étaient pas tous des espions au sens strict du terme, c’est-à-dire missionnés pour collecter des informations sur un sujet précis. Il s’agissait plutôt de personnes qui pensaient ainsi profiter de la situation et trouver quelque bénéfice à se montrer conciliantes avec les ministres du roi de France.

105Si l’ambassadeur manquait d’informations ou souhaitait connaître plus profondément une affaire, il demandait directement les documents au secretario del despacho. Lorsqu’en 1707, la concession de l’île de Tabarque aux Lomellini de Gênes vint à expiration, Amelot s’enquit de cette affaire avec précaution.

  • 208 AN, Marine, B7 248, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 31 octobre 1707, fos 407-409.

La lettre que le marquis de la Jamaïque a escrit sur Tabarque a esté veue. On connoist icy l’importance de prendre là-dessus une résolution, afin que la négligence ou la mauvaise volonté de Mrs Lomelliny n’eust pas de suittes fascheuses. J’ay demandé au secrétaire d’Estat tous les papiers concernant cette affaire. Je les auray au premier jour, et vous informeray exactement de tout ce que vous pouvés désirer sur cette matière. Je ne crois pas qu’il soit impossible, dans l’estat où sont les choses de faire tomber l’establissement de Tabarque entre le mains des François208.

106Amelot n’avait ainsi aucune difficulté à obtenir les documents qu’il souhaitait. Cet exemple souligne à quel point l’ambassadeur était bien introduit dans les rouages de l’administration et prouve qu’il disposait de ses propres interlocuteurs. Il révèle également comment l’envoyé du roi de France pesait sur des affaires internes à la monarchie.

107Les réseaux d’information de l’ambassadeur, la circulation des nouvelles et les thèmes abordés révèlent les préoccupations d’Amelot et des ministres de Louis XIV. En période de conflit, les opérations militaires, les mouvements de troupes ou d’escadres constituaient une part importante des informations échangées. Si l’on s’attarde sur les informateurs, les interlocuteurs et les circuits, une autre géographie du conflit apparaît. La péninsule Ibérique, dans son entier, reste le premier terrain d’affrontement et donc de l’information. Le Portugal, bien qu’allié de l’Angleterre depuis 1703, constituait toujours une zone surveillée et espionnée, comme la Catalogne le fut à partir de 1705. Espionné depuis le Roussillon, le principat était en quelque sorte cerné par les informateurs des Bourbons qui disposaient, avec la voie Navarraise et Pampelune, d’un véritable « corridor de l’information ». Cette situation avantageuse permettait ainsi aux cours de Versailles et de Madrid d’échanger des courriers sans passer par des zones aux mains de leurs adversaires. La continuité des espaces géographiques a ici bénéficié aux souverains Bourbons. L’information, tant dans sa collecte que dans sa transmission, employait des circuits déjà existants : ceux des marchands, des banquiers ou encore des consuls. Le conflit ajouta d’autres canaux, ceux des hommes de guerre. Plusieurs officiers, à la tête des troupes de Louis XIV en Espagne, jouaient ainsi le rôle de relais ou d’informateurs. Dans le cadre d’une union des couronnes, de nouvelles voies apparurent. Les vice-rois, les ambassadeurs, pourtant détenteurs d’une part de l’autorité de Philippe V, n’hésitaient plus à correspondre directement avec les ministres de Louis XIV. Ils donnaient ainsi corps à la volonté de rapprochement des deux monarchies. Durant un temps, l’information constitua donc un support de l’union des couronnes. Elle lui donna une réalité : éphémère et largement immatérielle, mais effective durant une grande partie du conflit. Les circuits se mélangeaient, allant jusqu’à se confondre dans le cas de l’information diplomatique.

108Certains, comme le vice-roi de Nouvelle-Espagne, le duc d’Albuquerque, invoquaient le contexte pour se justifier voire dans le dessein de servir leurs intérêts ou d’obtenir une faveur. Ils étaient peut-être seulement conscients que toutes les attentions se portaient sur l’Amérique espagnole : s’ils ne profitaient pas de l’occasion, d’autres le feraient à leur place. L’espace américain se trouvait effectivement au cœur des correspondances échangées. Loin d’être un espace périphérique ou le seul débouché d’un commerce, il apparaît comme central dans les priorités d’Amelot et de Pontchartrain. Si le commerce avait constitué le seul mobile de l’intérêt porté à l’empire espagnol, il aurait suffi aux deux ministres du roi de France de fermer les yeux sur le trafic interlope et de concentrer leurs attentions sur les possessions européennes du roi d’Espagne Or, l’Amérique espagnole se trouve au cœur des enjeux d’information du conflit, une attention de tous les instants que le seul intérêt du commerce ne suffit pas à justifier.

  • 209 González Cruz, 2009.

109Pontchartrain surveillait et informait donc Amelot, en lui apportant des éléments utiles pour ses négociations, notamment pour établir un rapport de force. En échange, l’ambassadeur traquait toutes les informations concernant des négociations qui intéressaient le ministre. L’attention portée à l’Amérique espagnole, la volonté de la défendre et de la conserver dans le giron des deux couronnes soulignent combien, dans l’entourage du roi, la question américaine se trouvait indéfectiblement liée à la succession de Charles II. La correspondance d’Amelot confirme ici les analyses développées par David González Cruz209. L’Amérique fut un théâtre de la compétition de l’information entre les deux candidats à la succession de Charles II, car le contrôle de cet espace n’intéressait pas seulement les deux compétiteurs mais aussi la cour de Versailles. En cela, Louis XIV poursuivait une politique déjà menée au temps de la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

Notes

1 Formule employée à plusieurs reprises par Amelot. Voir AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 juin 1705, Madrid, fo 143vo ; t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 avril 1706, fos 192-196 ; t. 184, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 26 mars 1708, Madrid, fos 205-206.

2 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 2 février 1707, fo 158.

3 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 mars 1707, fo 78.

4 Monségur, Mémoires du Mexique, p. 13. Sur sa biographie, on se reportera également à Id., Las nuevas memorias.

5 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, 17 juillet 1706, fos 29-31.

6 AN, BI 770, « Lettre circulaire pour les officiers des Indes pour obéir aux ordres venant uniquement de Philippe V », août 1706.

7 Voir AGI, Indiferente General, leg. 512, fo 29vo, cédule royale de Philippe V, 7 juillet 1706, camp d’Atienza, éditée dans Muro Orejón, Cedulario americano del siglo xviii, p. 167.

8 AGI, Indiferente General, leg. 432, lib. 46, fo 9vo, Real cédula à los virreyes, audiencias y gobernadores del Perú y Nueva España, participándoles los motivos que precisaron a V. M. a dejar la Corte, lo acaecido en ella y lo que V. M. ha resuelto tocante a los ministros que concurrieron a formar Consejo, contra sus reales órdenes, 15 octobre 1706, éditée dans Muro Orejón, Cedulario americano del siglo xviii, pp. 168-171.

9 AGI, Contratación, leg. 1478, Registros de ida a Nueva España, no 6, 1707.

10 AN, Marine, B7 505, lettre de Monségur, 8 mai 1707, fo 235.

11 Monségur, Mémoires du Mexique, p. 15.

12 Ibid., p. 29.

13 Ibid., p. 330.

14 Ibid., p. 228.

15 Ibid., p. 195.

16 Le seul écrit que l’on ait pu retrouver est un manuscrit intitulé Mémoria que parece puede servir para formar una buena Armada en España [1713], BNE, ms. 12055, fo 186-208vo.

17 Dahlgren, 1909, p. 41.

18 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 novembre 1705, Madrid, fos 149-158.

19 Une copie d’une des lettres de Rafael Cortada à Ubilla, marquis de Rivas, est conservée aux archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 117).

20 Bély, 2005, s. v. « Colbert de Torcy », pp. 91-103.

21 Sanz Ayán, 1988, p. 328.

22 Dans son ouvrage, Carmen Sanz Ayán orthographie l’épouse de Jacome, Teresa Cortada y Cavaníes, alors que dans les archives de la couronne d’Aragon, on la retrouve sous la forme Teresa Cortada y Cabañes. La similitude des orthographes laisse penser qu’il s’agit très vraisemblablement de la même personne. Voir ACA, Real Audiencia, Pleitos civiles, no 14 155.

23 Peña Izquierdo, inédite, t. III, p. 72.

24 Voir l’édition de cette chronique dans Alabrús Iglesias (éd.), 2006, p. 103. Cet imprimé est reproduit dans Castellví, Narraciones históricas, t. II, pp. 231-232.

25 Alabrús Iglesias, 2007, p. 120.

26 Blesa Duet, 2005, p. 432.

27 Albareda Salvadó, 2005, p. 107.

28 García Cárcel, 2002a, p. 104.

29 Sur la difficulté à trouver des Catalans pour donner des nouvelles, voir AN, Marine, B2 185, lettre de Pontchartrain à Basville, 21 septembre 1705, fo 930.

30 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre du duc de Noailles à Amelot, 3 janvier 1706, Perpignan, fo 93.

31 C’est le cas des lettres suivantes : AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, fos 55-58, fo 87, fos 88-91, fos 98-104, fos 16-126, fos 127-128, fos 129-130, fos 151-153.

32 Labourdette, 1988, p. 280.

33 BnF, Cinq-Cent Colbert, no 204, fo 2, « Mémoire du Roy », cité dans Labourdette, 1988, p. 241.

34 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fos 51-54.

35 On sait seulement qu’il était génois (AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 52).

36 Pierre-Antoine Du Verger avait été expulsé du Portugal avant même de pouvoir prendre ses fonctions comme consul en mars 1704. La raison de cette expulsion est difficile à connaître. Pour Châteauneuf, c’est parce qu’il était un « trop bon sujet du roi » et pour ne pas attirer d’ennuis à sa sœur qu’il a été chassé. La jalousie d’un autre marchand convoitant sa place, le sieur Peyrelongue, est un autre motif invoqué. En tout cas, il ne put retourner à Lisbonne qu’en février 1713. Labourdette, 1988, pp. 281-282.

37 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 52vo.

38 « Quant à lui [à Mme d’Elvas] faire tenir des instructions, personne ne le peut mieux faire que Rogliani. J’ay toute la confiance possible en luy, et en son adresse » (AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 53).

39 AMAE, Mém. et doc., France, t. 1134, « Naturalité pour Guillaume Obrien, Irlandois du Comté de Limerick, mois de juin 1705 à Versailles », fos 331-333.

40 Durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, la France tenta un débarquement en Irlande d’où le prétendant Stuart, Jacques II, devait organiser la reconquête. Les échecs militaires devant Londonderry et la défaite de La Boyne (1690) compromirent la fin de l’opération. Bély, 2001, pp. 360-361.

41 Sur les catholiques irlandais passés ensuite au service de la France, on se reportera à Téllez Alarcia, 2002. Comme le chevalier O’Brien, de nombreux Irlandais s’engagèrent dans les armées des Bourbons durant la guerre. Arthur Dillon s’illustra ainsi lors de la bataille du Faron à l’occasion de la levée du siège de Toulon par les alliés en juillet 1707. Voir Martin, 2010.

42 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fos 52vo-53.

43 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fos 279-289, ici fo 287vo.

44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 novembre 1705, Madrid, fos 169-177.

45 Les réfugiés jacobites furent accueillis à bras ouverts dans les armées de Louis XIV et de Philippe V. Téllez Alarcia, 2002, p. 27. Toby Bourke, l’envoyé de Jacques III auprès du roi d’Espagne, fit tout pour favoriser l’intégration de ses compatriotes dans les armées espagnoles. Deux régiments irlandais furent ainsi composés et les soldats irlandais ayant servi la cause des Bourbons obtinrent automatiquement les droits de citoyenneté en Espagne à partir de 1709.

46 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 53vo.

47 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 novembre 1705, Madrid, fo 169vo.

48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 149, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 novembre 1705, fos 192-193.

49 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 54.

50 Louis XIV avait fait part de son désir à Amelot le 11 août 1705 en lui écrivant : « Je serois cependant bien aises que vous puissiés trouver les moyens d’avoir des nouvelles de Lisbonne le plus souvent qu’il sera possible » (Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 75).

51 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 43vo.

52 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 53vo.

53 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Torcy, 7 octobre 1705, Madrid, fo 243.

54 AN, Marine, B2 203, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 novembre 1707, fos 878-881.

55 Le comte Francesco Maria Ottieri laisse entendre dans une chronique que la noblesse était majoritairement acquise à l’archiduc. Voir Francesco Maria Ottieri, Istoria delle guerre avvenute in Europa e particolarmente in Italia per la successione alla Monarchia delle Spagna dall’anno 1696 all’anno 1725, Rome, 1753, t. II, p. 451, cité dans Messina, 1986, p. 39.

56 Sur la guerre de Succession en Sicile, on se reportera à Messina, 1986, pp. 15-63.

57 Mack Smith, 1968, pp. 124-125.

58 Ibid., p. 130.

59 AN, Marine, B2 203, lettre de Pontchartrain à Amelot, 23 novembre 1707, fos 882-883.

60 Scelle, 1906, t. I, p. 315.

61 AN, Marine, B2 182, lettre de Pontchartrain à Amelot, 21 septembre 1705, fo 622vo.

62 Céspedes del Castillo, 1952, p. 238.

63 Pérez-Mallaína, 1982, pp. 18, 387, 391, 399, 428-429 ; Céspedes del Castillo, 1952, pp. 245-246.

64 AN, Marine, B7 250, lettre de Vassoigne à Pontchartrain, 16 novembre 1708, fos 68-71.

65 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 1er décembre 1706, Versailles, fo 322 ; copie de la lettre de Vassoigne, fo 326.

66 AGI, Gobierno, Lima, leg. 408, lettre de Castelldosrius à Philippe V, 25 mai 1706.

67 AN, Marine, B2 209, lettre de Pontchartrain à Amelot, 5 décembre 1708, Versailles, fo 820.

68 AN, Marine, B7 250, lettre de Vassoigne à Pontchartrain, 14 novembre 1708, fos 66-67.

69 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 4 février 1709, Madrid.

70 AN, Marine, B7 250, lettre de Vassoigne à Pontchartrain, 16 novembre 1708, fos 68-71.

71 AN, Marine, B2 197, lettre Pontchartrain à Daubenton, 5 juin 1707, fo 1151.

72 AN, Marine, B247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 10 juillet 1707, fo 66 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Pontchartrain à Amelot, [juillet] 1707.

73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 90.

74 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fos 89vo-90vo.

75 Cette place avait été continuellement disputée au xvie siècle. Située à l’ouest des Pyrénées, elle était placée, comme le port de Pasajes et Saint-Sébastien, sur une voie stratégique majeure pour les échanges. Les Français tentèrent de s’en emparer en 1476 puis en 1521. Elle fut définitivement recouvrée par Charles Quint en 1524 et protégée par une garnison. Pour un aperçu général et une bibliographie récente sur ce sujet, on se reportera à Chavarría Múgica, 2006.

76 Sesé Alegre, 1988, p. 197.

77 « Mémoire du comte de Rebenac sur son ambassade d’Espagne », 20 mai 1689, dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, p. 430.

78 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juillet 1705, Madrid fo 210.

79 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 6 juillet 1706, fo 11.

80 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juillet 1705, Madrid, fo 215.

81 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Dupont à Chamillart, 12 novembre 1706, Pampelune, fo 302.

82 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, 22 novembre 1706, Versailles, fo 301.

83 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Chamillart à Amelot, 26 avril 1706, fos 93-94.

84 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Chamillart à Amelot, 9 novembre 1705, Marly, fos 105-106 ; lettre de Chamillart à Amelot, Marly, 13 novembre 1705, fo 152 ; t. 155, lettres de Chamillart à Amelot, 5 juillet 1705, Versailles, fo 44 ; t. 185, lettre de Chamillart à Amelot, 19 juin 1708, Versailles, fo 11.

85 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, copie d’un billet de Dupont à Chamillart, s. d., codée, fo 23.

86 Il s’agissait du marquis de Góngora que Dupont surveillait et dénonça également. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, 21 octobre 1707, fo 30.

87 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 19 janvier 1706, fo 22.

88 Luis Francisco Benavides y Aragón, marquis de Solera, avait été nommé vice-roi de Navarre le 27 février 1702.

89 Sesé Alegre, Martínez Arce, 1994, p. 560.

90 Francisco de Berrotarán, marquis del Valle de Santiago depuis 1703. Il fut nommé gouverneur et capitaine général de la province du Venezuela en 1693. Voir AGI, Titulos de Castilla, 12, R. 10 ; AGI, Casa de Contratación, leg. 5455, N. 1, R. 37. Sucre, 1964, p. 188.

91 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 8 juin 1707, Versailles, fo 358.

92 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, « Extrait d’un mémoire espagnol de Dn Joseph de Melo, capitaine de guerre et juge de la contrebande sur la coste de la Province de Caracas », fos 234 sqq.

93 Don Bartolomé de Capocelato, comte d’Antería, né en 1671 d’un père autrichien maître de camp dans l’armée du roi d’Espagne. Chargé avec Miguel Alexo Shabel d’organiser le soulèvement des partisans de l’archiduc dans l’Amérique espagnole, il fut la cheville ouvrière du camp autrichien au Venezuela. Il reçut de l’empereur Léopold un passeport qui le commissionnait comme ambassadeur au Venezuela. Voir González Cruz, 2006, p. 208 ; Borges, 1963, p. 78.

94 AN, Marine, B2 197, lettre de Pontchartrain à Amelot, 8 juillet 1707, Versailles, fo 1283.

95 Kaiser, Buti, 2007.

96 Priotti, 2007.

97 « … les mauvaises nouvelles volent, et souvent on les apprend plus tôt par des marchands que par les courriers qui viennent toutes les semaines » (lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 11 septembre 1705, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. III, p. 215).

98 Saint-Germain, 1960, p. 78.

99 Ibid., pp. 68-69.

100 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Hubrecht à Torcy, 18 juin 1706, Madrid, fo 216.

101 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Hubrecht à Torcy, 28 mars 1707, fo 135.

102 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre de Torcy à Hubrecht, 11 avril 1707, fo 125.

103 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Hubrecht à Torcy, 9 mai 1707, fo 72.

104 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre de Torcy à Amelot, 17 avril 1707, fo 175.

105 Sanz Ayán, 2002, p. 565.

106 Sur cette famille, on pourra se reporter à López Belinchón, 2001.

107 Sur les difficultés de sa nomination, voir Scelle, 1906, t. II, p. 222.

108 Ibid., p. 571.

109 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Hubrecht à Torcy, 14 février 1707, fo 209 ; t. 168, lettre d’Hubrecht à Torcy, 9 mai 1707, fo 72 ; t. 173, lettre d’Hubrecht à Torcy, 6 juin 1707, fo 17.

110 Scelle, 1906, t. II, p. 218 ; Malamud Rikles, 1987.

111 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 8 juillet 1708, lettre d’Amelot à Desmarets, 2 octobre 1708, Madrid.

112 Lespagnol, 1996.

113 AN, G7 765, lettre de La Chipaudière Magon au contrôleur général des finances, 22 mai 1707.

114 AN, G7 12, lettre de Chamillart à Lépine-Danycan, La Lande Magon et La Chipaudière Magon, 9 mars 1707.

115 AN, Marine, B2 183, Pontchartrain à Amelot, 21 décembre 1705, fos 784-786.

116 Lespagnol, 1995, p. 269.

117 Saint-Germain, 1960, p. 84.

118 AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 4 juillet 1707, fos 31-32.

119 AN, G1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 23 avril 1708 ; lettre d’Amelot à Desmarets, 7 mai 1708.

120 Cité dans Picavet, 1930, p. 293.

121 Hugon, 2001, p. 44.

122 Poumarède, 2006, pp. 27-29.

123 Ulbert, 2006, p. 14.

124 Poumarède, 2006, p. 29.

125 D’origine béarnaise, Pierre Catalan commença sa carrière comme fabricant de peignes avant de travailler avec la compagnie Vignaux de Madrid. Il s’intégra rapidement à l’élite urbaine des grands marchands. Il s’installa à Cadix en 1662 lorsque le commerce colonial se développait au détriment de celui des laines. Ramos Medina, 2004, pp. 119-126.

126 Pierre Catalan avait été nommé le 26 juin 1669 consul de Cadix, de San Lucar de Barrameda et du port Sainte-Marie. Voir Colbert, Lettres, instructions et mémoires, t. IV, p. 274.

127 AN, AE, BIII 374, Consulat de Cadix, « Mémoire des droits et prérogatives du consulat de Cadix », 9 janvier 1701. Voir annexe VII.

128 Girard, 1932, p. 580.

129 Villars, Mémoires de la cour d’Espagne de 1679 à 1681, p. 140.

130 Picavet, 1930, p. 102.

131 Labourdette, 1988, p. 170.

132 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 8 octobre 1708.

133 Bély, 1990, p. 253.

134 Article 9 de l’ordonnance de la marine de 1681, cité dans Ricard, 1993, pp. 38-39.

135 Labourdette, 1988, p. 281.

136 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Pontchartrain à Amelot, novembre 1705, Versailles, fos 184-185.

137 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 octobre 1705, Madrid, fo 278.

138 AHN, Estado, leg. 802, « Copie du brevet du roy [Louis XIV] a faveur deu Sr Nieulon pour le consulat de Denia seur l’original », 30 janvier 1707, Versailles.

139 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 195, lettre de Nieulon Amelot, 16 février 1709, fos 151-153.

140 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 21 janvier 1709.

141 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 17 août 1707, fo 959.

142 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 29 juillet 1709.

143 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 21 mai 1707.

144 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, fos 243-244.

145 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 mai 1707, fos 272-273.

146 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 28 septembre 1705.

147 AN, Marine, B2 188, lettre de Pontchartrain à Amelot, 7 avril 1706, fo 156.

148 On trouve d’ailleurs un écho à ces lettres dans la correspondance consulaire d’Alger. Dès l’union des monarchies française et espagnole, le courrier consulaire passa par Oran et Madrid. AN, AE, BI 119, lettre de Durand à Pontchartrain, 25 juillet 1705, fos 51-52. Voir Archives nationales, Correspondance des consuls de France à Alger.

149 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Torcy à Amelot, 19 septembre 1706, fo 158 ; lettre de Pontchartrain à Amelot, 17 novembre 1706, Versailles, fo 271.

150 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, Versailles, 24 juillet 1705, fo 62.

151 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Torcy à Amelot, 21 novembre 1706, Versailles, fos 295-296 ; lettre de Torcy à Amelot, 28 novembre 1706, Versailles, fos 315-316. Sur le même sujet, voir les lettres de Carafa (aussi orthographié Caraffa) dans le volume 163.

152 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 mars 1707, fos 60-65.

153 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 juillet 1707, fos 22-26.

154 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, mémoire de Carlos Carafa sur Oran, [octobre-novembre 1707], fo 52. Copie de celui qu’il a envoyé à l’ambassadeur.

155 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 22 juillet 1708, Fontainebleau, fo 124.

156 ARV, Libro del Real Acuerdo, lib. 2 (1708), Cédula de Dn Carlos Carafa en bienes confiscados, 17 avril 1708, fo 80.

157 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 24 octobre 1706, Versailles, fos 227-228.

158 AN, Marine, B7 248, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 31 octobre 1707, fos 408-409.

159 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 186, lettre de Pontchartrain à Amelot, 7 novembre 1708, Marly fos 171-181.

160 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 1er juillet 1709, Madrid.

161 Né à Bilbao, Juan Antonio Hurtado de Amezaga était chevalier de Saint-Jacques depuis 1689. Homme de guerre ayant servi dans les Flandres, il fut envoyé sur le front de Málaga en 1706. Soutenu par Tessé, il fut aussi recommandé par le duc d’Arcos. Ce maréchal de camp et officier des gardes du corps royales fut nommé gouverneur de Málaga en octobre 1706. Sa correspondance comme gouverneur de Málaga se trouve à Madrid : AHN, Estado, leg. 288, lettre de Juan Antonio Hurtado de Amezaga à Manuel Vadillo y Velasco, 23 novembre 1706, Málaga ; lettre de Juan Antonio Hurtado de Amezaga à don José de Grimaldo, 31 octobre 1706. Pour les lettres de recommandations et sa demande de promotion, on se reportera à : AHN, Estado, leg. 296, lettre du duc d’Arcos à Grimaldo, 30 janvier 1706 ; lettre de Juan Antonio Hurtado de Amezaga au duc d’Arcos, 29 janvier 1706. Pour sa nomination comme gouverneur : AHN, Estado, leg. 300, exp. 98. Pour son dossier de chevalier de Saint-Jacques : AHN, Órdenes, Santiago, exp. 3974. Voir également Dubet, 2009, pp. 269, 302 et 304.

162 AHN, Consejo, Registro de Sello de Corte, leg. 8976, exp. 198, Real despacho de la concession du titre de marquis del Riscal de Alegre à Baltasar Hurtado de Amezaga [1708] ; AHN, Consejo, leg. 5240, rel. 3 bis, mention de la création du titre de marquis del Riscal de Alegre, 28 juin 1708.

163 AN, AE, BIII 361, « Décret du roi d’Espagne qui ordonne au Conseil de guerre et au gouverneur de Málaga de ne point se mêler des prises faites par les corsaires français et de laisser agir le consul de la nation », 29 novembre 1708.

164 La ville de Salé et plus précisément son rôle dans la course barbaresque ont fait l’objet d’une récente et très belle étude. L’auteur souligne que Salé était le plus important port corsaire du littoral atlantique marocain, situé à quelques kilomètres de Gibraltar. Maziane, 2007, p. 14.

165 « Le consul de Salé m’escrit Monsieur qu’il a appris par des capitaines de bastiments anglois venus de Gibraltar dans ce port que les Espagnols y portent eux mesmes les bleds et autres denrées qui peuvent y manquer et qu’on s’y seroit trouvé souvent en disette sans cette ressource. Sur le compte que j’en ay rendu au Roy, Sa Ma m’a commandée de vous en informer affin que vous engagiez le Roy d’Espagne à donner les ordres nécessaires pour en priver les Anglois. Il faut que les officiers qui commandent au blocus n’apportent pas toute l’attention nécessaire pour l’empescher ne voulant pas présumer qu’ils retirent quelque rétribution de la liberté de passer, qu’ils laissent aux paysans » (AN, Marine, B2 202, lettre de Pontchartrain à Amelot, 13 juillet 1707, fos 118-119).

166 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 avril 1708, Versailles, fos 228-230.

167 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 avril 1708, Versailles, fo 229.

168 AN, Marine, B7 247, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 4 juillet 1707, fos 31-32.

169 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 20 octobre 1706, fos 219-220.

170 AN, AE, BI 770, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 9 novembre 1706.

171 Il s’agit de Juan Agustín I de Arpe, consul d’Espagne à Gênes de 1670 à sa mort en 1712. Il obtint en 1685, la garantie que son poste de consul serait pour son fils Cayetano (futura). Ozanam, 1998, p. 163.

172 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.

173 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.

174 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre de Louis XIV à Amelot, 11 avril 1706, fos 134-139.

175 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 avril 1706, fos 259-260.

176 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre de Pontchartrain à Amelot, 10 août 1705, fos 137-139, ici fo 138.

177 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Marly, 18 août 1706, fo 103vo.

178 Hugon, 2004, p. 513.

179 AN, Marine, B7 250, « Mémoire pour servir d’instruction au Sieur Bigodet, consul de la nation françoise à La Corogne et royaume de Galice », 18 janvier 1708, fos 3-4.

180 Andrés de Silva, marquis de la Banditela, né en 1647 et mort en 1717. Issu d’une famille d’origine portugaise, il fut nommé consul d’Espagne à Livourne en 1667. Possessionné dans le royaume de Naples, il fut dépouillé de son patrimoine en 1709 après que les Autrichiens se furent emparés du royaume. L’ambassadeur Santo-Buono le recommanda à Philippe V lorsqu’il perdit son feude. Ozanam, 1998, p. 433. Voir aussi, AGS, Estado, Venecia, leg. 5668, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 11 février 1708.

181 AN, Marine, B7 471, « Sonnet sur la naissance du prince des Asturies adressé à Dn André de Silva, marquis de la Banditela et consul général pour Sa Majesté Catholique en Toscane », fo 68.

182 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 16 avril 1708.

183 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 6 août 1708, Madrid.

184 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 167vo.

185 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 24 mars 1706, fos 95-99.

186 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 3 octobre 1707, fos 427-430 ; AN, Marine, B7 470, lettre d’Albuquerque à Pontchartrain, 22 juillet 1707, fos 642-643.

187 AN, Marine, B2 199, lettre de Pontchartrain à Daubenton, 3 octobre 1707, fo 431.

188 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Torcy, 28 mars 1707, fo 117.

189 Sur Bernardo Tinajero de la Escalera, voir Perona Tomás, 1999, pp. 339-354 et 389.

190 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 avril 1707, fos 190vo.

191 AGI, Indiferente General, leg. 512, cédule royale nommant Tinajero de la Escalera secrétaire du Conseil des Indes, chargé de la négociation du Pérou (secretario del Consejo [de Indias], de la négociación del Péru), 5 octobre 1706, fo 40.

192 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 28 novembre 1706, Versailles, fo 299.

193 AHN, Consejo, lib. 2753, no 37, « Dn Bernardo Tinajero de la Escalera, nombrado Srio de Yndias de la parte del Peru », 1706, fo 25.

194 AHN, Estado, leg. 3455, lettres d’instructions de Santo-Buono, ambassadeur de Philippe V à Venise, 1703.

195 AGS, Estado, Venecia, leg. 5668, lettre de Santo-Buono à Philippe V, 8 septembre 1707.

196 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 2, cédule en faveur du prince de Santo-Buono pour des biens confisqués, 25 juillet 1708, fo 114 ; AHN, Estado, leg. 1616, lettre de Melchor Rafael Macanaz au duc de Giovenazzo, 28 août 1708, Valence.

197 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 151, lettre de Torcy à Amelot, 27 décembre 1705, fo 276 ; t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 21 décembre 1705, Versailles, fo 186 ; t. 156, lettre de Torcy à Amelot, 5 décembre 1706, fo 336 ; t. 162, lettre de Torcy à Amelot, 5 décembre 1706, fos 69-70 ; t. 168, lettre de Louis XIV à Amelot, 16 mai 1707, fos 18-22.

198 Lettre de Tessé à la princesse des Ursins, 24 septembre 1704, dans Tessé, Lettres du maréchal, p. 287.

199 AHN, Estado, leg. 1894, consulte du Consejo de Estado, 9 octobre 1708.

200 BnF, Ms. fr., NAF, 20273, lettre de Tessé à Amelot, 24 septembre 1708, Gênes, fo 49.

201 BnF, Ms. fr., NAF, 20273, lettre de Tessé à Amelot, 12 janvier 1709, Rome, fos 228-234 ; lettre de Louis XIV à Amelot, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 85.

202 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 janvier 1706, fos 103-111.

203 AN, Marine, B2 190, lettre de Pontchartrain à Amelot, 28 juillet 1706, fo 625.

204 AN, Marine, B2 185, lettre de Pontchartrain à Amelot, 4 juillet 1705, fo 73 ; B2 206, lettre de Pontchartrain à Amelot, 11 mars 1708, Versailles, fo 805 ; B2 207, lettre de Pontchartrain à Amelot, [avril] 1708, fo 282. 

205 AN, Marine, B2 208, lettre de Pontchartrain à Amelot, 9 septembre 1708, fos 1128-1134.

206 L’ensemble de son dossier se trouve dans les papiers de Pontchartrain, voir AN, Marine, B7 243, fos 253-280.

207 AN, Marine, B7 470, lettre de Monségur du 26 août 1707, fo 239, sur la joie provoquée par la victoire d’Almansa et la naissance du prince des Asturies ; situation générale du commerce ; état d’esprit des populations.

208 AN, Marine, B7 248, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 31 octobre 1707, fos 407-409.

209 González Cruz, 2009.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540