Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Deuxième partie. Faire carrière et négocier : mobiliser ses réseaux

Chapitre V

Les méthodes de travail de l’ambassadeur Amelot

Texte intégral

1Reconstituer l’action menée par un négociateur ou un envoyé s’avère une tâche difficile tant les renseignements sont dispersés dans la correspondance. Pourtant, la durée de sa mission, son emploi du temps quotidien, les lieux où il réside, la rédaction de ses dépêches ou les conversations qu’il pouvait avoir avec les membres de la cour sont des éléments qui contribuent à mieux comprendre comment il menait son action. Ils permettent de singulariser ou au contraire de repérer les points communs entre les différentes manières de travailler des négociateurs. Conduire une action diplomatique impliquait-elle les mêmes efforts, les mêmes initiatives et les mêmes actions pour tous les ambassadeurs envoyés à Madrid au début du xviiie siècle ? Soulever cette question revient à s’interroger sur une forme de professionnalisation de ces représentants du roi et sur la volonté du souverain de choisir des hommes jugés habiles ou aux compétences techniques reconnues.

2Il s’agit maintenant de se pencher sur les pratiques de la négociation, y compris lorsque celles-ci semblent impénétrables, notamment lors du recours à l’oral. L’étude de ces pratiques est utile à l’histoire des négociations en général ; elle permet de surcroît de mieux singulariser la place et le rôle joué par les ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Madrid au temps de l’« union des couronnes », et d’apercevoir ainsi les modifications que les nouvelles relations imposèrent au travail des négociateurs.

3Il convient ainsi de replacer l’action d’Amelot parmi la succession des différents ambassadeurs ou envoyés qui résidèrent à Madrid depuis le début du règne de Philippe V, mais aussi de saisir le temps quotidien, c’est-à-dire celui du travail d’un négociateur. Celui-ci s’organisait autour de plusieurs tâches, comme aller aux audiences, surveiller la cour et, surtout, rédiger ses dépêches. L’écrit constitue un indicateur de l’activité d’un négociateur mais cet aspect vers lequel les sources nous entraînent inéluctablement ne doit pas conduire l’historien à omettre le rôle fondamental joué par les discussions et les conversations. Ce sont ces différentes facettes du travail de l’ambassadeur, replacées dans le contexte de l’union des couronnes, qui sont présentées ici.

I. — Apprécier le temps qui passe : une mission

4La question de la temporalité a plusieurs fois bouleversé le champ de la recherche historique. Le temps long promu par l’école des Annales et aujourd’hui par les défenseurs de la global history, et le temps court mis en valeur par la micro-histoire ont fait figure de positions irréconciliables. Plus complémentaires qu’antagonistes, ils correspondent à des échelles différentes.

  • 1 Chartier, 2009, pp. 362-363.
  • 2 Ibid., p. 298.

5Si l’école des Annales a apporté de nombreux fruits dans les champs de l’histoire économique et sociale, la global history s’inscrit plus souvent dans le cadre d’études sur les traites négrières, l’espace atlantique ou encore la naissance de la « mondialisation ». Elle transcende les études « nationales » pour s’attacher à analyser des phénomènes plus larges, concernant plusieurs continents à la fois. Elle refuse le cadre de l’État-nation, si présent dans l’historiographie du xixe siècle, les découpages traditionnels propres aux monographies et les approches de la micro-histoire1. Celle-ci doit beaucoup aux chercheurs italiens, comme Carlo Ginzburg, et à la revue Quaderni Storici. Elle a souvent permis de mettre en évidence des chronologies plus fines, davantage respectueuses des évolutions internes à chaque période. Elle a parfois contribué à sortir de l’implacable linéarité du temps long, en se définissant comme une « science du vécu2 ».

6Aussi, l’ambassade d’Amelot peut être analysée dans une double perspective, celle d’un temps court, c’est-à-dire du quotidien et des quatre années de sa mission, mais également dans un continuum plus large, celui du règne de Louis XIV, en comparant son action avec celle de ses prédécesseurs. La complémentarité des échelles du temps doit permettre de mettre en évidence les spécificités de son action, non dans une perspective biographique, mais pour la resituer dans l’évolution générale des pratiques diplomatiques.

7Si l’étude d’une ambassade peut paraître réductrice ou limitée, il n’en est rien si l’on prête attention à ce qui la caractérisait : durée, objectifs, négociations. La mesure du temps, c’est-à-dire de sa durée, est l’un des éléments qui permet de la caractériser et d’en saisir l’originalité par rapport aux autres missions. Parmi les ambassadeurs qui représentèrent Louis XIV auprès du Roi Catholique, Amelot de Gournay exerça cette charge le plus longtemps. Il resta à Madrid de mai 1705 à septembre 1709, soit presque quatre années et demie. À l’exception de l’archevêque d’Embrun, qui fut ambassadeur dans un contexte complètement différent, celui du rétablissement des relations après la paix des Pyrénées (1659), Amelot eut une longévité remarquable dans son ambassade à Madrid.

  • 3 « Mémoire sur les projets des ennemis, et relation d’un homme bien informé et bien intentionné, que (...)

8Si l’on considère seulement les missions à partir du moment où le duc d’Anjou régna en Espagne, la longévité du marquis de Gournay constitue aussi un record. Marsin, qui succéda à d’Harcourt en 1701, resta dix-sept mois à Madrid. Le cardinal d’Estrées, puis l’abbé son neveu et Gramont occupèrent tous les trois cette fonction moins d’une année. La brièveté de leur mission montre combien Louis XIV et le marquis de Torcy peinaient à trouver l’homme adéquat. Le maréchal de Tessé souligna d’ailleurs les difficultés que provoquait le changement régulier des ambassadeurs à la cour de Madrid3.

9La durée d’une ambassade n’est pas l’indicateur infaillible de son importance ni de son caractère stratégique, mais elle révèle l’inscription plus ou moins longue de l’action d’un envoyé dans le temps. Un ambassadeur qui séjournait seulement douze mois ne pouvait pas avoir la même connaissance des affaires, le même crédit ni la même expérience que celui qui séjournait plus de quatre années. L’action d’Amelot doit donc être envisagée dans cette temporalité particulière qui le distinguait de la plupart de ses prédécesseurs.

  • 4 Les lettres que Louis XIV lui adressa lorsqu’il était ambassadeur au Portugal ont été éditées au xi (...)
  • 5 Pour s’en convaincre, il suffit simplement de consulter le premier volume de l’ouvrage dirigé par B (...)
  • 6 Bély, 1990, p. 294.

10En outre, comparativement aux autres diplomates, Louis XIV lui confia de nombreuses missions puisqu’il en cumula cinq au cours de sa carrière. Ambassadeur à Venise (1682-1685), puis au Portugal4, il resta également dix années dans les Cantons suisses (1688-1698), autre record de longévité5. Les séjours longs étaient plutôt rares à l’exception des ambassades auprès de la Sublime Porte, où Des Alleurs resta par exemple dix-sept ans6. Après sa quatrième mission, en Espagne, Amelot fut aussi envoyé à Rome en 1714 pour négocier l’obtention de la bulle Unigenitus.

  • 7 Ibid., p. 294.
  • 8 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fo 19.

11Sur une centaine de diplomates de Louis XIV, seuls Jean-Louis d’Usson, marquis de Bonnac et Jean-Gabriel de La Porte, sieur du Theil, effectuèrent plus de missions qu’Amelot. Le premier fut envoyé à l’étranger à huit reprises, et de La Porte sept fois7. Avec près de quinze années d’ambassades au service du roi, Michel-Jean Amelot de Gournay était donc un homme expérimenté quand il partit pour Madrid au printemps 1705. Peu après son arrivée en Espagne, le marquis de Torcy reconnaissait d’ailleurs au style de ses dépêches et à leur exactitude un « ministre consommé dans les ambassades8 ».

Graph. 2. — Durée des missions des ambassadeurs de Louis XIV auprès du Roi Catholique

Graph. 2. — Durée des missions des ambassadeurs de Louis XIV auprès du Roi Catholique

12Les données du graphique 2 ont été établies à partir du Recueil des instructions données aux ambassadeurs. Les dates retenues sont celles de la remise des lettres de créance ou des instructions lorsque ces dernières sont données peu de temps avant l’accréditation d’un envoyé. La date de départ correspond à celle de l’audience de congé. Par sa durée, l’ambassade d’Amelot constitua une exception ou un moment singulier des relations entre les couronnes de France et d’Espagne, à partir de la montée du duc d’Anjou sur le trône du Roi Catholique.

13Le choix d’Amelot s’inscrivait également dans une démarche d’apaisement à l’égard de la cour de Madrid. Louis XIV ne souhaitait pas envoyer un diplomate dont le rang aurait pu faire ombrage aux Grands d’Espagne. Il faut donc replacer la nomination d’Amelot dans la succession des profils des ambassadeurs afin de mieux saisir son originalité.

  • 9 Maquart, inédite.
  • 10 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, pp. 3-4.
  • 11 Béchu, 1998, p. 333.
  • 12 Ribera, 2007, p. 43.

14Depuis l’accession du duc d’Anjou au trône d’Espagne en 1700, cinq ambassadeurs s’étaient succédé à Madrid. Le premier, le marquis d’Harcourt, avait œuvré, dans les dernières années du règne de Charles II, à obtenir un testament favorable aux Bourbons9. Il quitta rapidement l’Espagne pour être remplacé par un homme de guerre, le comte de Marsin10. Né en 1656, ce gentilhomme du pays de Liège réalisa la majeure partie de sa carrière dans les armées de Louis XIV. Il prit part aux combats durant la guerre de Hollande comme capitaine lieutenant. Le roi le fit brigadier en 1688, maréchal de camp en 1693, et chevalier de l’ordre de Saint-Louis en 1694. Au début de la guerre de Succession, il était lieutenant général. C’est dans la perspective des combats à mener en Italie du Nord que Louis XIV le nomma ambassadeur auprès de son petit-fils, qu’il servit lors de la bataille de Luzzara. À son retour en France, à la fin de l’année 1702, Louis XIV l’éleva à la prestigieuse dignité de chevalier du Saint-Esprit. La prééminence de l’épée, c’est-à-dire des hommes de guerre, dans le choix des négociateurs se vérifia tout au long du règne, même si elle n’interdisait pas de recourir aux hommes d’Église ou issus du monde de la robe, comme Amelot par exemple11. Brantôme avait pourtant vanté au xvie siècle les mérites de l’homme de guerre et sa supériorité sur l’homme de robe incapable, selon lui, de « donner la moindre terreur », ni d’imposer la « peur dans l’âme12 ». Le recours à des profils plus divers marque ici une évolution dans le recrutement des négociateurs, moins exclusivement choisis dans la noblesse d’épée ou les milieux ecclésiastiques même s’ils continuaient de dominer.

  • 13 Cermakian, 1969, pp. 274-292.

15Pour succéder à Marsin, Louis XIV désigne alors un homme d’expérience, le cardinal d’Estrées. Évêque, duc de Laon et pair de France, il était cardinal depuis 1688. Son séjour à la cour d’Espagne fut rapidement hypothéqué par son hostilité ouverte envers la princesse des Ursins et Orry, lesquels jouissaient de la confiance entière de Philippe V et de son épouse. Les querelles devenant incessantes, Louis XIV consentit à le rappeler dès juin 170313, soit douze mois après son arrivée.

  • 14 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, pp. 86-87.

16Le neveu du cardinal, l’abbé Jean d’Estrées, qui avait accompagné son oncle durant son ambassade, le remplaça. Si les rivalités avaient eu raison du premier d’Estrées, le second obtint le rappel de la princesse des Ursins. Mais en juillet 1704, l’abbé d’Estrées rentra lui aussi en France14.

  • 15 Antoine-Charles de Gramont, IVe duc de Gramont, fut connu sous le nom de comte de Louvigny. Il devi (...)
  • 16 Antoine III, duc de Gramont, souverain de Bidache, comte de Guiche et de Louvigny, né en 1604 et mo (...)
  • 17 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, pp. 91-92.

17Pour tenter de ramener le calme à la cour de Madrid, Louis XIV choisit un courtisan de rang élevé : Antoine-Charles de Gramont15. Son frère aîné avait été ambassadeur dans la même cour quatre décennies auparavant16. L’hostilité de Marie-Louise-Gabrielle, qui désirait plus que tout le retour de la princesse des Ursins, eut raison de la présence de Gramont à Madrid. Fin mai 1705, il prit congé des Rois Catholiques17.

  • 18 Álvarez-Ossorio Alvariño, 1997, p. 292.

18Aucun des prédécesseurs d’Amelot ne sut habilement s’intégrer à la cour d’Espagne, c’est-à-dire sans froisser le roi, la reine ou la princesse des Ursins. L’ascendant de la princesse, camarera mayor, sur les souverains faisait d’elle un personnage incontournable. Elle avait su se rendre indispensable et gagner suffisamment la confiance de la jeune reine pour être inattaquable. L’étiquette de la cour d’Espagne plaçait la camarera mayor et le sommelier de corps (sumiller de corps) comme des intermédiaires obligés pour accéder aux souverains. Sans leur accord, il était ainsi impossible de rencontrer le roi ou la reine18. Seul Amelot réussit véritablement à s’entendre avec la princesse des Ursins.

19L’ambassade d’Amelot constitue ainsi une forme d’exception tant par la durée de la mission du diplomate que par son profil de négociateur chevronné. Pourtant, l’historiographie, de Baudrillart à aujourd’hui, ne lui a pas accordé une attention à la hauteur de cette singularité. Au cours de ses quatre années et demie de négociations, le marquis de Gournay a laissé une abondante correspondance répartie dans plusieurs centres d’archives, qui foisonne de références à son travail, ses rendez-vous, ses réunions, ses activités, laissant apparaître ce que l’on appelle aujourd’hui son rythme de travail.

  • 19 Si l’action concrète et quotidienne des négociateurs mériterait encore d’amples recherches et ces d (...)
  • 20 Voir son chapitre xix, « Des dépesches et de ce qu’il y faut observer », dans Callières, L’art de n (...)

20Par de brèves allusions ou incises, l’ambassadeur dévoilait son emploi du temps. Il est ainsi possible de retrouver son quotidien ou pour le moins, d’en donner un aperçu. Retracer le vécu ou décrire une journée type de l’ambassadeur aident à mieux comprendre en quoi consistait son travail mais également à en saisir l’unicité ou la particularité. Si la codification des journées de Louis XIV par l’étiquette permet de connaître jour après jour l’ensemble de ses activités, le quotidien d’un ambassadeur reste souvent mystérieux. Celui-ci ne manquait pas de rendre compte au roi du cours des négociations mais les détails concrets qui donnent une connaissance profonde de son travail, de ses interlocuteurs, de ses rendez-vous, de la rédaction de ses lettres, sont encore largement méconnus19. Les dépêches qu’un envoyé adressait au roi devaient l’informer de la situation de la cour où il était accrédité. Toutefois, la concision était une qualité attendue chez les diplomates20.

21Si l’on peut résumer la mission d’un négociateur à représenter son souverain, l’informer et négocier en son nom, quels aspects pratiques recouvre son travail ?

II. — Le temps du quotidien

22Une ambassade est encadrée par deux entrevues avec le souverain auprès de qui le négociateur est accrédité : la première audience, au cours de laquelle le diplomate présente ses lettres de créance, également appelée « audience de créance », et l’audience de congé, qui marque la fin officielle d’une mission. Ces audiences publiques faisaient intervenir des enjeux de cérémonial importants, qui seront analysés plus tard.

  • 21 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, f o 42.
  • 22 Rodríguez Villa, 1913.
  • 23 AGP, Sección Histórica, Embajadas, caja 43.
  • 24 Les listes de comptabilité sont disponibles à l’AGP. On offrait ainsi des confitures, des fruits et (...)
  • 25 Río Barredo, 2000, p. 167.
  • 26 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre de Brancas à Louis XIV, 21 novembre 1707, fo 118.
  • 27 Un Holandés en la España de Felipe IV, p. 171.

23Michel-Jean Amelot de Gournay traversa la frontière au cours du mois de mars 1705 et arriva dans la soirée du mardi 19 mai 1705 à Madrid. Accueilli par son prédécesseur, le duc de Gramont, il rencontra Philippe V et sa femme dès le lendemain21. Son introduction au palais fut donc extrêmement rapide. Cette célérité s’explique par les liens particuliers qui unissaient Louis XIV et Philippe V. Amelot put ainsi se dispenser de la visite des conseillers d’État, préalable pourtant nécessaire à tout nouvel ambassadeur22. C’est ainsi la première différence de taille avec la règle générale, qui voulait que le roi d’Espagne défrayât tout nouvel ambassadeur pendant ses neufs premiers jours, en lui attribuant une résidence — c’est l’hospedaje23 — et en lui offrant les vivres nécessaires pour cette période24. Cet usage était devenu régulier durant le règne de Philippe III25. La maison qui accueillait les ambassadeurs du Roi Très Chrétien était en si mauvais état lorsque le marquis de Brancas fut chargé d’aller complimenter Philippe V et sa femme à l’occasion de la naissance du prince des Asturies en 1707, qu’il n’y logea pas26. Déjà en 1660, Lodewijck Huygens, qui accompagnait trois ambassadeurs hollandais, relevait que ce logement était d’un inconfort absolu27. Peu avant eux, Antoine de Gramont, venu demander la main de Marie-Thérèse, avait logé dans cet hôtel mais il ne semble pas qu’Amelot y ait résidé.

  • 28 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 février 1706, fo 165vo.
  • 29 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 juin 1705, Madrid, fo 143 ; Cor. pol (...)
  • 30 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 171 ; Cor. pol (...)
  • 31 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1705, Madrid, fo 184vo.
  • 32 Picavet, 1930, p. 108.
  • 33 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 251-252.
  • 34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fo 258.

24La fréquentation du palais, la venue régulière ou non d’un négociateur dans la cour du prince, est un indice des relations entre les souverains. Chargé de coordonner les efforts militaires des deux couronnes, Amelot se rendait tous les jours à l’Alcázar ou au Buen Retiro, les deux principales résidences du roi d’Espagne28. Il y allait d’abord le matin, puis une seconde fois, l’après-midi lorsque les affaires l’exigeaient29 ou pour les séances au despacho, ce cabinet restreint formé autour de Philippe V, qui se réunissait le matin ou l’après-midi30. S’il recevait des courriers de Louis XIV, Amelot pouvait encore retourner au palais dans la soirée31. Cette proximité avec le souverain était une nouveauté. En effet, traditionnellement un ambassadeur en Espagne se voyait attribuer un commissaire, souvent conseiller d’État, par le truchement duquel il devait obtenir ses audiences et entretiens. Il fallait parfois beaucoup de temps avant que le commissaire ne soit nommé, ce qui provoquait des pertes de temps32. Amelot n’avait pas besoin de remplir cette formalité. Il rencontrait le roi quand il le souhaitait et se rendait au palais lorsqu’il l’estimait nécessaire. À aucun moment, dans sa correspondance, il n’évoque un commissaire ni des difficultés quelconques à rencontrer le roi. Les nombreuses mentions de sa présence au palais, quelle que soit l’heure du jour, voire de la nuit, afin de porter des nouvelles importantes, attestent de sa facilité à accéder aux souverains. Dans une cour réputée pour le hiératisme des souverains et la rigidité des règles, cet exemple montre que les normes pouvaient s’assouplir quand les circonstances l’exigeaient. De même, lorsque Louis XIV ordonna au maréchal de Tessé de rester en Aragon en février 1706 plutôt que de rejoindre Philippe V parti assiéger Tortose33, Amelot porta la dépêche tardivement chez la reine afin qu’elle puisse dépêcher un courrier à son mari au plus vite34.

25La désorganisation du secretario del despacho, liée à la réforme de celui-ci en juillet 1705, accentua pour Amelot la nécessité de rester au palais. Par le décret royal du 11 juillet, Philippe V modifia profondément l’organisation de sa secrétairerie. El secretario del despacho était une charge créée par Charles Quint. Le secrétaire assistait le souverain dans la gestion de sa correspondance avec les conseils. C’est lui par exemple, qui préparait ses réponses aux nombreuses consultes que les conseils lui adressaient. Véritable assistant ou collaborateur du souverain, il pouvait susciter des jalousies. Au temps des favoris (validos), comme Lerma ou Olivares, il n’était jamais choisi sans leur accord. Le premier secretario de Philippe V, Ubilla, avait été renvoyé. Ensuite, la secrétairerie fut divisée en deux, ce qui avait déjà été le cas sous Philippe II. Désormais, il y aurait deux secretarios, l’un chargé des affaires de justice et des grâces, l’autre des questions financières et militaires.

  • 35 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juillet 1705, Madrid, fo 216.

26Dans une dépêche à Louis XIV, Amelot souligne l’importance de nommer un nouveau secretario del despacho conformément à ce qui avait été prévu par le décret royal, se plaignant de devoir rester « quatre ou cinq heures au Palais par jour35 ». Il assistait sans doute le jeune prince dans sa correspondance avec les conseils tant que les deux secretarios n’étaient pas définitivement choisis et installés dans leurs fonctions.

  • 36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 février 1706, fo 228vo.

27Il devait en outre, assister au despacho, où on lisait les dépêches des gouverneurs, des vice-rois et des commandants de l’armée. Ce « Conseil de cabinet », comme l’appelait Amelot, servait à conseiller Philippe V dans ses décisions. Amelot passait ainsi de longs moments au palais. La coordination des opérations militaires et la présence des armées de Louis XIV en Espagne impliquaient une assiduité de l’ambassadeur auprès du gouvernement du roi d’Espagne. Il servait d’intermédiaire, ce qui était la mission normale d’un ambassadeur, mais devenait encore plus nécessaire quand les deux monarchies se trouvaient aux côtés l’une de l’autre durant la guerre. Amelot était dorénavant un rouage essentiel de l’alliance. D’ailleurs, en février 1706, il se défendait d’avoir tenu le maréchal de Tessé à l’écart des affaires en soulignant qu’ils étaient « tous les soirs encemble au palais chés le Roy, leurs Majestés Catholiques parlant, et raisonnant de tout […] avec la princesse des Ursins, et avec moy dans une confiance entière36 ».

  • 37 AN, KK 1332, Registre des lettres du duc d’Orléans, lettre du duc d’Orléans à Philippe V, 25 mai 17 (...)

28Lorsque le duc d’Orléans vint en Espagne en 1707-1708 pour prendre le commandement de l’armée des deux couronnes, Amelot se trouva de nouveau au premier plan pour l’organisation de la campagne. Dans la correspondance du duc avec Philippe V, l’ambassadeur apparaît ainsi comme un intermédiaire obligé37. Il devait veiller, entre autres, à la subsistance de l’armée.

  • 38 « Le Président d’Hazienda vient chés moy deux fois la semaine, pour concerter toutes les mesures, q (...)
  • 39 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 77.
  • 40 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fos 160-163.

29Outre ses entretiens au palais, l’ambassadeur recevait chez lui lorsque les circonstances l’exigeaient ou de manière plus régulière les grands officiers de la couronne espagnole. Ainsi, le président du Consejo de Hacienda venait deux fois par semaine travailler avec l’ambassadeur directement chez lui38. Il l’entretenait du cours des affaires et prenait avec Amelot les dispositions nécessaires pour les finances. L’efficacité militaire dépendant en premier lieu des fonds, l’ambassadeur devait veiller à tout. Il travaillait ainsi avec Orry parfois jusqu’à minuit39. Après le rappel de ce dernier en 1706, son absence accrut le travail de l’ambassadeur qui avertit le roi de ses difficultés à trouver l’argent nécessaire pour la campagne et à s’occuper de toutes les questions financières40. Débordé, il se plaignait des ministres espagnols qui ne lui apportaient pas le soutien qu’il désirait.

  • 41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 avril 1706, fos 239-245.

30En avril 1706, lorsque la situation militaire des deux couronnes s’aggrava au point qu’il fallut organiser la sortie de la reine de Madrid, celle-ci ordonna au président du Conseil de Castille, Francisco Ronquillo, au duc de Veragua et à Amelot de préparer sa fuite. Comme le précisa l’ambassadeur dans une lettre à Louis XIV, leur conférence dura jusqu’à dix heures du soir, et ils retournèrent encore au palais pour informer la reine de leurs décisions afin d’expédier les ordres durant la nuit41.

31La situation devenant chaque jour plus critique, Amelot rassemblait chez lui les lieutenants généraux :

  • 42 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, fos 128-135.

Le soir, j’assemblay chés moy par ordre de la Reyne Mrs d’Aguilar, & de Popoli, lieutenants généraux des armées du Roy votre petit-fils, Mrs de l’Abadie, et d’Hessu, que V. M. a envoyés icy pour servir en la même qualité ; & Mr le duc d’Hauré [Havré], maréchal de camp arrivé la veille de Barcelone42.

  • 43 Le comte d’Aguilar (fils) avait été promu directeur général de l’infanterie à la fin de l’année 170 (...)
  • 44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 90.

32Il s’agissait de savoir par quel chemin Philippe V devait regagner la capitale après avoir levé le siège de Barcelone. À l’automne 1706, lorsque les Rois Catholiques eurent regagné leur capitale, Amelot dut à nouveau participer à de longues conférences concernant l’infanterie. Le duc de Berwick venait d’arriver en Espagne, et Philippe V exigea qu’Amelot travaillât directement avec le duc de San Juan et le comte d’Aguilar (fils), alors directeur général de l’infanterie43. Ces assemblées aux objets très divers perdurèrent durant toute sa mission. En 1707, après Almansa, il dut participer à toutes les discussions portant sur l’organisation qu’il fallait donner aux territoires de la couronne d’Aragon qui avaient été récupérés par les armées des deux couronnes44.

  • 45 AN, Marine, B7 248, Consulat, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 16 août 1707, fos 71-75.
  • 46 AN, Marine, B7 248, Consulat, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 27 août 1707, fo 118.
  • 47 « Mr Mesnager, Monsieur, a continué de travailler, avec les deux secrétaires du Conseil des Indes, (...)

33Il devait aussi superviser le travail des autres Français présents à la cour. Ambroise Daubenton, intendant général de la marine, Orry et ses successeurs, Le Bartz et Quenneville, mais aussi Mesnager. À de nombreuses reprises, Daubenton allait rendre compte à l’ambassadeur des travaux de la junte de commerce, chargée de réformer l’organisation du commerce avec l’Amérique. Il le tenait régulièrement informé des travaux de cette commission45. D’ailleurs, il travaillait directement chez Amelot qui lui confiait l’étude de nombreux mémoires sur le commerce. Il écrivait ainsi à Pontchartrain qu’à l’occasion de la préparation d’un mémoire sur le commerce des Indes : « M. Amelot a souhaitté que je rédige ce mémoire après avoir veu et discuté luy-mesme très attentivement avec M. Tinajero et moy toutes les raisons qui y sont expliquées46 ». L’ambassadeur surveillait de près la préparation des mémoires et des projets concernant la réforme du commerce des Indes. Ainsi, en 1708, lorsque Mesnager prépara un second projet, Amelot prit le temps de « repasser » et en d’« examiner tous les articles »47.

  • 48 Louis XIV lui accorda la croix de Saint-Michel en 1708. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de To (...)
  • 49 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, 17 mars 1706, fos 247-248.
  • 50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, 24 novembre 1706, Versailles, fo 305  (...)
  • 51 SHD, A1 2048, no 77, lettre de Quenneville à Chamillart, 25 janvier 1707.

34Chargé de veiller aux finances, Orry avait été rappelé en France. Quenneville48 et Le Bartz furent envoyés à Madrid afin de seconder l’ambassadeur pour les questions financières49. Ils remplaçaient Orry, dont ils touchaient les appointements, soit 12 000 livres tournois50. Ils étaient notamment chargés de veiller aux dépenses militaires et à tout ce qui concernait les troupes de Louis XIV. Dans une lettre à Chamillart, Quenneville révélait leur manière de travailler : « M. l’ambassadeur [Amelot] […] nous a reglé deux jours dans la semaine pour luy […] rendre conte en particulier. Et l’intervalle sert à disposer les choses à mesure qu’on les descouvre ou qu’il les renvoye51 ». Leurs rendez-vous étaient réguliers et parallèles à un échange de courriers qui devaient assurer un bon suivi des affaires. Si l’ambassadeur déléguait volontiers des tâches, il gardait néanmoins un contrôle étroit sur toutes les affaires financières.

35Si l’on ajoute à ces réunions, conférences et assemblées diverses, les rendez-vous et entretiens que l’ambassadeur donnait directement chez lui aux Grands, au nonce, aux officiers, à des courtisans, voire à des espions, son emploi du temps était chargé. Il ne lui restait que peu de temps pour rédiger ses dépêches.

  • 52 BnF, Ms. fr., NAF, 20272-20273, Correspondances du maréchal de Tessé pendant la guerre de Successio (...)

36Pourtant, la première mission d’un envoyé consistait à informer son souverain des nouvelles de la cour, de la situation militaire et du cours de ses négociations. La rédaction de ces dépêches impliquait que le négociateur sache bien écrire et soit assisté d’un secrétaire. Il ne devait pas seulement écrire au roi mais aussi au secrétaire d’État des affaires étrangères et à tous ceux avec qui il lui avait été ordonné de correspondre, comme le duc de Noailles qui commandait en Roussillon, Tessé52, ou Puyzieulx, ambassadeur auprès des Cantons. Le temps lui manquait souvent. Il devait écrire au roi, mais la rédaction des dépêches lui imposait de s’informer sur le pays, les institutions, l’administration des finances et l’armée. Devant veiller à tout, il lui fallait apprendre à connaître la Monarchie Catholique dans son ensemble.

  • 53 Lettre de Louis XIV à Amelot, 1er août 1706, dans Louis XVI, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, (...)
  • 54 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 août 1706, fo 197.
  • 55 Le 1er janvier 1706, Philippe V avait nommé Fernando de Aragón Moncada de Luna y Cardona, gentilhom (...)

37Lorsqu’on adressa à Amelot une critique sur les nominations du gouverneur de Carthagène et du corrégidor (corregidor) de Murcie53, l’ambassadeur répondit par une longue dépêche justifiant sa décision. Les donneurs d’avis avaient répandu la rumeur que ces nominations avaient été faites à la suite d’intrigues et par des « voies souterraines54 » ; Amelot expliqua simplement qu’elles avaient été imposées par l’urgence. La ville de Carthagène, du fait de sa situation de port sur la côte, était administrée par un homme de guerre, un gouverneur, alors que la ville de Murcie avait un corrégidor. Carlos Saint-Gilles occupait les fonctions de gouverneur de Carthagène et de corrégidor de Murcie mais il n’avait convaincu personne à ce poste. Philippe V avait alors décidé de nommer le marquis de Cabrega55 gouverneur de Carthagène, et Don Manuel de Luna corrégidor de Murcie. Amelot conclut son explication par une mise au point sur son travail :

  • 56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 août 1706, fo 197.

Je n’avois pas cru dans le temps que je dusse rendre compte de tous ces détails à V. M. si cependant elle l’ordonne je le feray à l’avenir ; mais je dois l’avertir que cela m’ostera le temps de travailler à d’autres choses que je tiens plus importantes. V. M. peut au reste estre asseurée, qu’il ne se fait rien de ce genre, dont je n’aye connoissance, et que je n’examine autant que je le puis, ne pouvant pas avoir par moy-même depuis quinze mois que je suis en Espagne, la connoissance de tous les sujets d’une aussi vaste monarchie56.

  • 57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 25 février 1706, fo 268.
  • 58 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 avril 1707, à 11 heures du matin, fo (...)
  • 59 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 mai 1706, fo 113.
  • 60 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Torcy, [19 ou 20] mai 1706, fo 58.
  • 61 Berwick, Mémoires, t. I, p. 322 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 ma (...)

38Dans quelques lettres, l’ambassadeur prenait soin de mentionner l’heure de la rédaction : peut-être pour manifester son zèle, ou s’excuser de ne pas répondre plus tôt ou plus vite. Une lettre à Torcy était ainsi apostillée de la main de l’ambassadeur « à minuit57 ». De même, il indiqua avoir rédigé le courrier par lequel il annonçait la victoire d’Almansa le 28 avril, c’est-à-dire le lendemain de la bataille, à 11 heure du matin58. Cette précision était une manière d’attirer l’attention du roi sur le soin qu’il prenait à l’informer des nouvelles capitales, mais aussi sur le moment où il en prenait connaissance. Ainsi de la levée du siège de Barcelone, qu’il apprit par un courrier du duc d’Havré59. Il recevait en outre les courriers à des heures avancées60. Il apprit par exemple d’une lettre de Berwick le 26 mai entre 23 h 30 et minuit que Ciudad Rodrigo avait capitulé devant l’armée portugaise61.

39L’emploi du temps d’Amelot souligne à quel point la relation entre les deux couronnes avait modifié le rôle et la fonction d’un ambassadeur. Le représentant du roi de France ne patientait pas des heures durant dans les antichambres de l’Alcázar pour solliciter une audience ou discourir sur les affaires avec les autres ambassadeurs. Il devait dorénavant superviser, organiser, et veiller aux décisions soumises aux ministres du Roi Catholique. Le temps de rédaction de ses dépêches se trouvait d’autant plus réduit qu’il lui incombait de participer à de nombreuses conférences sur la situation miliaire, les finances, ainsi que de recevoir les principaux personnages de la cour. Il lui appartenait de coordonner les efforts militaires des deux monarchies. Tant sa mission de quatre années que le quotidien de ses journées révèlent une implication très forte d’Amelot dans le gouvernement de Philippe V, comparativement aux autres ambassadeurs. Cette situation singulière se justifiait à la fois par les rapports étroits entre les deux couronnes nés de la montée du petit-fils de Louis XIV sur le trône espagnol, mais aussi par les nécessités de la guerre.

40Si la conduite de négociations mérite d’être replacée dans un contexte historique, elle s’inscrivait également dans un cadre géographique, presque toujours dans une ville et souvent dans un ou des palais. Ces ambassadeurs, négociateurs et envoyés marquaient la ville de leur empreinte par leur train de vie et la suite qui les accompagnait généralement, sauf quand ils venaient seuls en toute discrétion.

III. — L’ambassadeur en ville : le diplomate observé

  • 62 Adair, 1929.
  • 63 González Dávila, Teatro de las grandezas de la villa de Madrid, p. 2, cité dans Río Barredo, 2000, (...)
  • 64 Bély, 2009, pp. 96-97.
  • 65 Vauban, Les oisivetés ; voir également Martin, Virol, 2008, et Salzmann, 2008.

41Quand un négociateur partait en mission, la capitale ou le siège de la cour dans laquelle il se rendait constituait son espace de travail. Depuis le xvie siècle, l’installation et la sédentarisation progressives des cours dans une cité, le développement du cérémonial et la croissance des embryons de bureaucratie avaient contribué à fixer davantage l’activité d’un négociateur dans un lieu déterminé. Ce processus avait affecté différemment et selon une chronologie particulière la plupart des cours européennes62. La centralité d’une cour, le ressort de son autorité, c’est-à-dire la zone sur laquelle son pouvoir s’étendait, et son organisation plus moins codifiée conditionnaient une bonne part du travail d’un diplomate. Ainsi, qu’y avait-il de commun entre un négociateur envoyé à Constantinople, terre musulmane, un autre à La Haye, refuge du protestantisme, et un ambassadeur à Versailles ou Madrid, capitales de monarchies catholiques ? Si la confession catholique rapprochait les deux dernières, leurs caractères propres les distinguaient toutefois fortement. Madrid était la « la tête de l’empire le plus étendu63 » (cabeza del más extendido Imperio), selon l’expression d’un chroniqueur du xviie siècle. Elle était à la tête d’un empire éclaté sur plusieurs continents, quand Versailles tendait à diriger un royaume de plus en plus unifié territorialement ou, pour le moins, plus cohérent d’un point de vue géographique64. Le patient travail de Vauban pour rendre les « frontières », c’est-à-dire les marges encore peu définies, plus linéaires l’illustre pleinement65.

  • 66 Bély, 2009, p. 686.

42Madrid, capitale du Roi Catholique, existait bien avant l’installation de la cour de Philippe II, alors que Versailles fut créé presque ex nihilo : le grand château avait remplacé un modeste pavillon de chasse. Le choix de Versailles, au détriment de Paris, fut tardif. C’est seulement en 1677, que Louis XIV annonça vouloir en faire sa principale résidence, ce qui advint réellement en 168266.

43La naissance des capitales fut un processus lent et irrégulier. Avant d’être des capitales, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, elles furent des villes de cour, c’est-à-dire là où se trouvaient le souverain, son gouvernement et l’ensemble des courtisans et des membres de sa Maison.

  • 67 Río Barredo, 2000, pp. 37-38.

44Philippe II avait décidé de transférer sa capitale de Tolède à Madrid en 1561. Très attentif aux questions d’étiquette, il assura à Madrid sa postérité comme ville de cour par excellence. Dès son règne, on jouait ainsi, par exemple, avec l’espace urbain pour marquer une déférence à l’égard des représentants d’autres souverains. Pour accueillir le cardinal Alessandrino en 1571, Philippe II l’attendit à la sortie de Madrid et ils se rendirent ensemble au couvent d’Atocha. À l’inverse en 1565, il refusa de recevoir en public Ugo Boncompagni, futur Grégoire XIII. En 1591, pour marquer son estime au duc de Savoie, Philippe II sortit également de Madrid pour l’attendre, comme il le fit encore en 1593 pour recevoir l’archiduc Albert67.

  • 68 Ibid., pp. 39-42.
  • 69 Ibid., p. 47.

45L’entrée de la reine Isabelle de Valois, sa seconde épouse, marqua une étape importante dans la codification des entrées royales dans Madrid. Les salutations, les repas publics et l’entrée de la nouvelle reine dans les villes qu’elle traversa au cours de son voyage firent l’objet d’une bien plus grande attention que lors de l’arrivée en 1543 de la première épouse de Philippe II, Marie de Portugal68. Par la suite, Philippe II se retira des cérémonies publiques — à l’exception des festivités données pour la victoire de Lépante en 1571. L’absence et l’invisibilité du Roi Catholique visaient à renforcer le caractère immortel de la monarchie incarnée dans la personne du roi69.

  • 70 Ibid., p. 81.

46Les entrées royales comme celle d’Isabelle de Valois en 1560, celle d’Anne d’Autriche en 1570, la translation de reliques, comme celles de sainte Léocadie en 1565, la première sortie en public du futur Philippe III en 1593, minutieusement préparée par son père70, contribuèrent à faire de Madrid la capitale de los Austrias, c’est-à-dire l’espace où la monarchie et le souverain se donnaient à voir, parfois par leur absence. En dépit du transfert de la cour à Valladolid entre 1601 et 1606, la prééminence de Madrid comme capital ceremonial de la monarchie ne fut jamais véritablement remise en cause. La dimension publique du cérémonial, à travers les entrées royales, les fêtes, les cérémonies liées au serment (juramento) envers le prince héritier, les obsèques des souverains, contribuait à confondre les représentations du pouvoir royal et le lieu où il prenait place, c’est-à-dire la capitale de la monarchie.

  • 71 Andrés, 1976, pp. 15-31.
  • 72 Río Barredo, 2000, p. 147.

47Après l’élan impulsé par Philippe II71, Madrid connut, à la fin des années 1620, d’autres transformations urbaines, avec l’aménagement de nouveaux espaces récréatifs du côté de l’Alcázar ou encore par l’édification du Buen Retiro. L’architecte de ces ouvrages, Juan Gómez de Mora, défendait l’idée selon laquelle le prestige du pouvoir politique dépendait de l’aspect physique de la ville72.

48La présence continue de Philippe IV dans la ville accentua son caractère de cité royale par excellence. La noblesse étroitement associée aux rituels courtisans accrut son emprise sur la ville sur le plan symbolique et matériel. D’un point de vue symbolique, elle apparaissait dans les grandes cérémonies de la monarchie. Elle était ainsi toujours étroitement associée aux sorties du roi dans la ville et plus largement à tous les grands événements qui scandaient la vie de la cour : les baptêmes des infants, les cérémonies du serment (juramento) au prince des Asturies et les fêtes religieuses.

  • 73 Pinto Crespo, Madrazo Madrazo (dir.), 1995, p. 185.

49L’enracinement de la noblesse dans la ville se manifestait non seulement lors des jours de fêtes mais aussi par l’acquisition du sol. La décennie 1630 fut marquée par une augmentation massive du nombre de nobles présents dans la capitale. Les cartes de la répartition de la propriété foncière des familles nobiliaires l’illustrent parfaitement73.

  • 74 Ibid., p. 51.

50En dehors de l’achèvement de la construction de l’Hôtel de ville (Casa del Ayuntamiento) et de quelques couvents, Madrid ne fit pas l’objet de nombreuses constructions sous le règne de Charles II : sa physionomie resta largement inchangée74. C’est donc dans le Madrid baroque du xviie siècle, finalement peu altéré, qu’Amelot exerça sa fonction d’ambassadeur. La ville connut à nouveau de profondes transformations après 1725, comme la reconstruction de l’Alcázar après son incendie en 1734, mais ces modifications ne commencèrent réellement que dans la seconde partie du règne de Philippe V après la guerre de Succession.

  • 75 Elliott, 2007, pp. 222-223. Voir aussi Brown, Elliott, 2003.

51Ville de cour et de cérémonial, Madrid était aussi le centre de l’administration et du gouvernement. Si le cérémonial, les fêtes palatines et la présence du roi donnaient de l’éclat à la ville, l’organisation politique de la monarchie (polysynodie) imprimait également sa marque sur le paysage urbain. De plus, Madrid se déployait entre deux résidences royales : l’Alcázar à l’ouest et le Buen Retiro, la demeure emblématique de Philippe IV75.

  • 76 Barrios, 1988a, p. 42.
  • 77 Ibid., p. 49.

52Capitale de la Monarchie Catholique, Madrid concentrait les différents conseils ou consejos. La polysynodie espagnole marquait la ville par la présence de ces nombreux conseils, tribunaux et de tout le personnel, pour une bonne part des juristes (letrados), qui en étaient les officiers. L’administration de la monarchie fut ainsi consubstantielle à l’évolution de la ville qui n’avait alors ni université et ni siège épiscopal76. Les conseils étaient nombreux. Le premier d’entre eux était le Consejo de Estado ; venaient ensuite le Conseil de Castille, celui de guerre, celui de l’Inquisition, celui d’Aragon, celui des Indes, celui d’Italie, celui de Portugal, celui des Flandres, celui des finances (Consejo de Hacienda), et enfin le Conseil des ordres militaires. Ils avaient tous leur siège physique dans l’Alcázar. Le roi pouvait se rendre dans toutes les salles des conseils par des galeries secrètes ou observer le travail des conseillers par de petites fenêtres77.

  • 78 Sur cet auteur et ses nombreuses publications, voir Barrios, 1988a, pp. 26-27.
  • 79 González Dávila, Teatro de las grandezas de la villa de Madrid.

53Cette importance de la cour à Madrid a inspiré la formule célèbre « Le seul Madrid est une cour » (Sólo Madrid es Corte) au chroniqueur Alonso Núñez de Castro (1627-1711) qui en a fait le titre d’un livre en 165878. González Dávila (1578-1658) a également laissé une œuvre dans laquelle on peut lire l’importance de la présence des conseils à Madrid au xviie siècle79. Situés dans l’Alcázar de los Austrias, ils émettaient des avis consultatifs au roi sous forme écrite, des consultes. La fonction des conseils était primordiale dans le gouvernement de la monarchie car ils en constituaient l’armature. Ils assuraient une cohérence dans une monarchie dont les possessions territoriales s’étiraient entre l’Amérique et les Philippines.

  • 80 Également appelée Fête-Dieu, elle a lieu soixante jours après Pâques.
  • 81 Río Barredo, 2000, pp. 146-147.
  • 82 Gea, 2006, p. 158.
  • 83 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 31 août 1705, Madrid, fos 76-83.

54Outre la présence de la cour et de l’administration des conseils, les couvents, les sanctuaires et les églises balisaient la ville du Roi Catholique. Comme dans la plupart des capitales des princes européens, les édifices religieux assuraient un maillage serré du tissu urbain. Le calendrier liturgique catholique, les processions, les fêtes données en l’honneur des victoires, les grands événements de la monarchie comme les entrées, les baptêmes et les cérémonies funéraires inscrivaient profondément les représentations et la mise en scène du pouvoir dans un univers confessionnel marqué par le catholicisme tridentin. La Couronne et l’Église se trouvaient intimement mêlées dans chaque manifestation publique. Il faut souligner ici l’importance de la fête du Corpus80, très populaire dans la société espagnole du xviie siècle par les processions auxquelles elle donnait lieu, et le rôle de certaines églises ou monastères, comme décors de la vie de cour. Le couvent de las Descalzas Reales, par exemple, était un véritable sanctuaire ou servait de lieu de retraite pour la maison d’Autriche qui lui confiait les infantes. Le couvent de l’Incarnation était aussi un lieu de prédilection pour les membres de la famille royale qui aimait s’y retirer81. Ce monastère de sœurs augustines était relié à l’Alcázar par un passage que les princesses employaient pour aller écouter la messe82. La jeune épouse de Philippe V le fréquentait avec une telle assiduité que Louis XIV finit par demander à Amelot si cette dévotion ne cachait pas une mésentente entre Marie-Louise-Gabrielle et la princesse des Ursins. L’ambassadeur le rassura rapidement. Très pieuse, la reine allait souvent au couvent de l’Incarnation où elle visitait une religieuse83.

55L’église de San Jerónimo et le sanctuaire d’Atocha représentaient deux centres majeurs dans la vie de la cour. Les rois étaient par exemple intronisés à San Jerónimo. À chaque début de règne, le roi y était acclamé. Saint Jérôme était par ailleurs l’un des saints privilégiés de la maison d’Autriche qui lui rendait des dévotions appuyées. L’ordre des Hiéronymites se trouvait ainsi choyé et protégé par l’ensemble des rois depuis Charles Quint, qui se retira dans un monastère de l’ordre à Yuste, jusqu’à Charles II. L’église d’Atocha jouait aussi le rôle de sanctuaire de la dynastie. À chaque victoire, naissance ou pour tous les événements importants de la monarchie, la cour s’y rendait afin d’écouter un Te Deum et de participer à la messe. Les processions à Atocha fournissaient au roi les rares occasions de traverser la capitale en public et de se montrer ainsi à ses sujets.

  • 84 Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, p. 93.
  • 85 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 31 août 1705, Madrid, fos 76-83.
  • 86 BNE, ms. 13654, Al preñado de la reyna y fiesta de su publicación día 12 de febrero 1707, fo 72. AM (...)
  • 87 AHN, Consejo, libr. 2010, fo 24.
  • 88 Cortés Echánove, 1958, p. 95.
  • 89 Noticias verdaderas de todo lo sucedido en Madrid.

56Les victoires des armées de Louis XIV donnaient l’occasion de se rendre à Atocha pour fêter ses succès militaires et souligner ainsi les liens qui unissaient les couronnes. Le 16 août 1705, les troupes du duc de Vendôme remportèrent une victoire sur celles du prince Eugène près de Cassano, en Italie du Nord84. Dès que la nouvelle fut connue à Madrid, on chanta un Te Deum. Philippe V et sa femme se rendirent à Notre-Dame d’Atocha pour rendre grâce de cet heureux succès85. Lorsque sa grossesse fut confirmée en février, Marie-Louise-Gabrielle s’y rendit une nouvelle fois pour fêter religieusement la nouvelle86. Le sanctuaire ne fut pas le seul à être marqué par les initiatives prévues pour fêter l’événement, l’illumination de la ville et du trajet fut aussi organisée, comme l’attestent les frais engagés pour cela87 et les relations qui la mentionnent88. Le soir même de la naissance du prince, le 25 août 1707, Philippe V sortit remercier Notre-Dame d’Atocha89.

57L’espace urbain de Madrid se trouvait ainsi étroitement associé aux grandes fêtes ou événements importants de la monarchie. L’installation précoce de la cour en 1561 avait contribué à inscrire le quotidien de la cour dans le paysage madrilène. Ville de cour, siège de l’administration et capitale d’une monarchie aux possessions disséminées sur la majeure partie du globe, Madrid était une scène ou un théâtre pour la vie de monarchie.

  • 90 AHN, Estado, leg. 1919, Consultas originales del Consejo, sobre asuntos relativos a la negociación (...)

58Dans Madrid, se mêlaient ainsi à la fois l’espace et l’histoire d’une dynastie. C’est dans le Madrid de los Austrias que les ambassadeurs du Roi Très Chrétien s’installaient pour mener leur mission, à l’exception de la courte période 1601-1606. L’envoyé était à la fois un personnage public et secret, curieux de toutes les nouvelles mais mystérieux de ses informations, attaché à pénétrer les secrets sans dévoiler les siens, à profiter des intrigues sans se compromettre. Sa résidence même était marquée par la dignité de sa mission : les armes du souverain y étaient apposées90. En 1707, un différend entre la cour de Madrid et la République de Venise fut l’occasion d’une mise au point sur la question de la présence ou non des armes du souverain. En effet, à l’occasion de la mort de l’ambassadeur Duodo, l’introducteur des ambassadeurs fut consulté, à la demande du Consejo de Estado, afin de savoir si les armes pouvaient rester en place après sa mort jusqu’à l’arrivée de son successeur. Le Consejo de Estado ordonna, par la consulte du 8 janvier 1707, que l’on recherche dans les papiers de la secrétairerie tous les cas similaires. À Madrid, les armes des souverains restaient accrochées les neuf jours suivant le départ d’un envoyé ou d’un ambassadeur. Le Consejo de Estado jugea donc que la règle pouvait être employée à l’occasion du décès d’un ambassadeur. Philippe V approuva.

  • 91 Callières, L’art de négocier, p. 215.
  • 92 « Un prince ou une république ne doit pas aussi permettre que ses officiers de justice ny aucun de (...)

59Cet exemple montre quelle portée symbolique la résidence de l’ambassadeur avait dans la représentation d’un prince à l’étranger. À ce titre, elle jouissait également de franchises. François de Callières les évoquait dans son ouvrage L’art de négocier sous Louis XIV, lorsqu’il abordait la question des privilèges des ministres étrangers au chapitre ix91. Il considérait que les franchises étaient une forme d’extension du droit des gens au lieu de résidence d’un envoyé, lui permettant notamment d’exercer son culte librement, si celui-ci n’était pas celui du souverain auprès de qui il était accrédité92. La maison d’un ambassadeur devait être regardée comme celle du souverain dont le diplomate était le ministre. Elle constituait pour lui une forme d’asile.

  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid., p. 216. Sur cette question on se reportera aussi à Matilla Tascón, 1981, pp. 61-63.

60Toutefois, Callières notait que de nombreux ambassadeurs avaient abusé de ce droit de franchise en accueillant des criminels et, de manière plus générale, en fraudant les droits de douane par l’importation de marchandises et de denrées interdites ou frappées d’une taxe. Il invitait ainsi les ministres à jouir des franchises qu’il trouvait établies dans un pays où il était envoyé, « sans jamais en abuser pour son profit particulier par des extensions injustes, ou en participant à des fraudes qui se font sous son nom93 ».Il citait le cas de l’Espagne où le Consejo de Estado avait été obligé de définir précisément les droits que devaient payer les ministres étrangers qui résidaient à Madrid94.

  • 95 Ces franchises avaient fait l’objet de nombreuses contestations judiciaires dont on retrouve la tra (...)
  • 96 Sánchez Gómez, inédite, pp. 168 sqq. Il s’agissait de trafics de boissons ou d’aliments, et parfois (...)
  • 97 « Embajada española », p. 38.

61Les privilèges des ambassadeurs en poste à Madrid furent peu à peu limités au cours du xviie siècle en raison du grand nombre de conflits auxquels ils donnèrent lieu95. La ville de Madrid renouvela ainsi dès le règne de Philippe IV de nombreuses critiques contre les pratiques délictuelles commises dans les environs ou à l’intérieur des demeures des ambassadeurs96. Dans une relation manuscrite de la fin du xviie siècle, l’auteur anonyme, membre de la suite de l’ambassadeur Pedro Ronquillo à Londres, jugeait les juridictions exorbitantes puisqu’elles s’étendaient aux rues adjacentes, devenant ainsi un véritable refuge pour les brigands et les voleurs97.

  • 98 Sánchez Gómez, inédite, p. 173.
  • 99 AHN, Consejo, leg. 7107, no 116, consulte du Conseil de Castille, 30 septembre 1668. On trouve égal (...)
  • 100 AHN, Consejo, leg. 10.113, décret royal, septembre 1684. Sánchez Gómez, inédite, pp. 174-175 et 199 (...)

62En 1672, des domestiques de l’ambassadeur de Louis XIV avaient violenté des passants dont deux moururent quelques jours plus tard98. Le Conseil de Castille comme le Consejo de Estado représentèrent au roi et à la reine mère, régente au début du règne, que reconnaître une immunité au quartier où se trouvaient les différentes résidences des ambassadeurs poserait de sérieux problèmes en interdisant les procédures judiciaires dans de nombreuses parties de la ville99. En 1684, Charles II publia un décret royal par lequel il précisait que les immunités des ambassades commençaient à la porte de la résidence, les rues adjacentes devant relever de la justice ordinaire100.

  • 101 Matilla Tascón, 1981, pp. 61-63.
  • 102 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII bis, vol. 3, p. 168 ; Villars, Mémoires d (...)
  • 103 Sánchez Gómez, inédite, p. 171.

63De plus, on peut rappeler que jusqu’à la fin du xviie siècle, les ambassadeurs et ministres étrangers en poste auprès du roi d’Espagne jouissaient de l’immunité de quartier (inmunidad del barrio)101. En vertu de ce privilège, il était interdit aux officiers de justice de procéder à un acte de justice, arrestation ou autre, dans un périmètre autour de chaque ambassade, sans l’accord du ministre étranger102. Toutefois, cet usage donnait lieu à de nombreux abus. L’ambassadeur du roi de France exigea ainsi en 1670 qu’aucun alcalde ne passât devant sa porte le jour de la Saint-Marc103.

  • 104 Lorsqu’il était ambassadeur au Portugal, par exemple, Amelot logeait dans le palais des descendants (...)

64La localisation de la résidence d’Amelot durant son séjour à Madrid demeure à ce jour inconnue. Les archives restent muettes à ce sujet. On peut penser que, selon l’usage encore en vigueur au début du xviiie siècle104, il louait un hôtel particulier non loin du palais royal, mais il n’y a rien de certain. Sa facilité à se rendre à l’Alcázar pour porter des documents à des heures parfois tardives semble indiquer qu’il habitait à proximité.

65L’impossibilité — à ce jour — de situer la résidence d’Amelot à Madrid ne signifie nullement que ses contemporains madrilènes l’ignoraient autant que nous. En effet, une allusion de l’ambassadeur aux préparatifs de sa sortie de Madrid à l’occasion de la prise de la ville par les Portugais en 1706 atteste qu’elle était connue de tous, voire observée, particulièrement dans les moments critiques.

  • 105 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 mai 1706, fos 49-55.

66Se sachant surveillé et observé par les Madrilènes, Amelot prenait garde aux mouvements qu’il pouvait y avoir autour de sa résidence. Le gouvernement espagnol redoutait l’explosion d’émeutes ou d’émotions populaires lorsque la reine devrait quitter la capitale. On craignait les réactions que pourrait susciter cette fuite considérée parfois comme un abandon. Aussi, on décida que la reine ne devrait quitter la ville qu’à la dernière extrémité. Durant les jours précédant l’évacuation de Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, l’épouse de Philippe V, l’ambassadeur de Louis XIV veilla tout particulièrement à ce que les préparatifs du départ dans sa maison restent cachés et indécelables105. La sortie de l’ambassadeur pouvant apparaître comme une fuite, il importait rester aussi discret que possible.

  • 106 Ribera, 2007, p. 111.

67Il devait aussi s'attacher à la tenue ou la bonne conduite de ses domestiques106. À travers sa demeure, le diplomate soutenait la réputation de son maître et son rang dans la hiérarchie des princes européens. Elle devait donc être splendide. Par sa résidence, un envoyé inscrivait sa présence dans le tissu urbain. Il lui appartenait de lui donner de l’éclat par des réjouissances, de tenir table ouverte et fêter les victoires, les mariages et les naissances de son souverain. Dans le même temps, et c’était là toute la contradiction de sa mission, l’ambassadeur devait garder ses secrets. Il oscillait ainsi entre la publicité et le faste à donner à sa présence, et la discrétion nécessaire à son action. Sa résidence reflétait la magnificence du prince et servait de temple à ses activités de diplomates.

IV. — Écrire : première mission de l’ambassadeur

  • 107 Gracián, El Criticón, p. 506, cité dans Castillo Gómez, 2001, p. 821.

J’ai dit qu’il n’y a pas de plus grande science au monde que celle de savoir écrire des lettres ; et que celui qui voudrait commander, pratique cet important aphorisme : Qui vult regnare, scribat – Qui veut régner écrive107.

  • 108 Roosen, 1970, p. 313.
  • 109 Bioteau, inédite.

68Un ambassadeur était un homme de l’écrit. À une époque où la majeure partie des populations ne savait ni lire, ni écrire, les diplomates appartenaient, par leur pratique de l’écriture et leurs nombreuses correspondances, au cercle restreint de la République des lettres. L’écriture représentait une part prépondérante de leur travail. Elle leur permettait d’informer toute une série de correspondants. Wicquefort et Callières, qui ont laissé des traités sur les fonctions des ambassadeurs, insistent tous les deux sur l’importance de l’écriture des dépêches dans la mission d’un négociateur108. L’écriture se trouve intimement liée à ses missions et à sa fonction. Les talents littéraires chez les négociateurs étaient courants. Juan Antonio de Vera y Figueroa Ávila y Zúñiga, comte de la Roca, dit Vera y Zúñiga, auteur du célèbre El Enbaxador, alliait ainsi des ambitions littéraires à l’exercice de la diplomatie qui se retrouve dans la plupart de ses écrits. El Enbaxador n’illustre pas à lui seul le souci de bien écrire du diplomate109, ses nombreuses dépêches étaient pour lui un moment d’écriture qui devait être particulièrement soigné.

  • 110 Cardim, 2005, p. 96.
  • 111 Picavet, 1930, p. 112.

69Outre le roi, un ambassadeur ou un envoyé écrivait à de nombreuses personnes, comme ses pairs en poste dans d’autres pays, des hommes de guerre, des correspondants à la cour et sa famille. Pedro Cardim souligne que lorsque Vasco Luís da Gama, comte de Vidigueira, fut choisi pour représenter le roi de Portugal à la cour de France en 1642, Cristóvão Soares de Abreu, un juriste, lui adressa une longue lettre. Il lui faisait un certain nombre de recommandations, parmi lesquelles il lui conseillait vivement d’écrire aux autres ambassadeurs en poste à Rome, en Angleterre, en Suède ou au Danemark, aussi souvent que possible110. Cette insistance se retrouve d’ailleurs dans de nombreuses instructions envoyées par un souverain à ses représentants111.

  • 112 Blockmans, 2000, p. 165.
  • 113 Cité dans Ochoa Brun, 1995, p. 376.

70On considère même que les ambassadeurs et les correspondances qu’ils échangeaient constituaient des piliers sur lesquels Charles V avait appuyé son empire112. Philippe II insista également afin que ses ambassadeurs correspondent entre eux113. Ils ne furent donc pas seulement liés à l’émergence de l’État dit « moderne » mais constituent l’un de ses fondements, c’est-à-dire un élément de son renforcement.

71Les archives des négociateurs qui sont aujourd’hui conservées au ministère des Affaires étrangères, à celui de la Défense ou aux Archives nationales constituent souvent l’écrasante majorité des documents que l’on possède sur eux. Toutefois, il faut garder à l’esprit qu’elles ne représentent qu’une partie de ce qu’ils avaient écrit. En somme, seules des bribes de correspondances bien plus riches sont parvenues jusqu’à nos jours. C’est un biais avec lequel il faut compter.

  • 114 Sur les lettres d’instructions, voir Bély, 1990, pp. 481-505 et sur l’écriture du diplomate ibid., (...)
  • 115 Bouza Álvarez, 2001, p. 140, cité dans Cardim, 2005, p. 99.
  • 116 Castillo Gómez, 2001, p. 813.

72L’écrit recouvre plusieurs dimensions. De la même manière que l’ambassadeur rendait présent le souverain dont il était l’envoyé par procuration, ses dépêches rendaient présentes la cour où il résidait aux ministres de son pays114. Les dépêches du diplomate constituaient bien souvent le seul canal d’information de la cour. Les gazettes et les nouvelles circulaient déjà beaucoup, mais elles ne pouvaient avoir la même régularité ni la même valeur informative que le courrier d’un ambassadeur. Leur lecture était complémentaire de celle des écrits d’un envoyé. Si la correspondance politique peut paraître réductrice, incomplète ou largement insatisfaisante pour la description d’un pays, c’était l’un des rares moyens dont le roi disposait pour s’informer. Comme l’ont déjà relevé les historiens, les lettres étaient un substitut à la voix. Elles permettaient de parler avec l’absent115. Les réponses du roi aux dépêches de son ambassadeur constituaient en retour une forme de représentation du pouvoir parce qu’elles portaient une part de l’autorité du souverain à travers ses ordres116.

73L’analyse critique que suppose la lecture de tels écrits constitue le deuxième aspect à mettre en valeur. Au xviie siècle la maîtrise de l’écrit concernait seulement une petite minorité. Toutefois, parmi les hommes de plume, les ambassadeurs font figure de maîtres dans l’art d’écrire. Pour rédiger ses dépêches, Amelot profitait de son héritage culturel familial, de ses connaissances en droit et de près de quinze années passées à pratiquer cet exercice. La lecture des auteurs grecs et latins, le prestige de l’Antiquité classique et le soin apporté à la rhétorique assuraient une maîtrise de l’écriture à des officiers qui, comme Amelot, avaient reçu les soins d’un précepteur particulier.

  • 117 Cardim, 2005, p. 97.
  • 118 Vera y Zúñiga, El Enbaxador, Discurso tercero, pp. 26-27.

74L’écriture et le genre épistolaire en général constituaient une activité quotidienne. Tous les auteurs qui ont laissé des traités sur la diplomatie et l’idée d’un « parfait ambassadeur », de Machiavel à Abraham Wicquefort, en passant par Vera y Zúñiga, Benavente y Benavides ou le Portugais António da Silva e Sousa et Callières, ont insisté sur le rôle fondamental de la lettre dans la pratique diplomatique117. Pour Vera y Zúñiga, les correspondances que les négociateurs échangeaient entre eux étaient un moyen pour le prince de contrôler les informations qui venaient d’un pays et surtout de multiplier ce qu’il pouvait apprendre d’un pays118. L’intérêt d’une dépêche diplomatique tient à sa valeur informative mais également aux liens qu’elle établit entre le souverain et son négociateur, en plaçant le second sous le regard du premier. La dépêche constitue un instrument de pouvoir pour les deux, en permettant au roi de transmettre ses ordres et recommandations, et au diplomate de rendre compte, mais aussi de souligner son action. Elle ne peut donc être comprise et analysée sans la prise en compte des enjeux et des stratégies inhérentes à sa rédaction, comme la volonté du négociateur de se maintenir en poste ou de faire valoir ses mérites auprès de son maître.

75Dans ses dépêches, après avoir accusé réception, Amelot commençait toujours par faire le point sur la situation militaire et politique de Philippe V. Il en venait ensuite naturellement aux négociations en cours, à l’actualité des affaires internes de la monarchie et à la chronique de la vie de cour, à laquelle l’écrit des diplomates a trop longtemps été réduit. Il répondait en outre aux questions du roi, expliquait les décisions prises et demandait son avis ou ses instructions. Le dernier point de la dépêche était souvent le plus important : l’ambassadeur y revenait parfois sur celle des questions abordées dans la lettre qu’il jugeait capitale ; c’est aussi souvent là qu’il se justifiait si nécessaire.

76C’est pour mieux tenir compte de ces caractéristiques de l’écriture d’un diplomate et d’Amelot en particulier, que parallèlement à sa correspondance adressée au roi et à Torcy, l’ensemble de ses écrits destinés à Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État de la marine, à Michel Chamillart, chargé du département de la guerre, et à Nicolas Desmarets, contrôleur général des finances, ont été dépouillés. Ces documents s’éclairent tour à tour. À l’évidence, l’ambassadeur jouait des rivalités entre les ministres et se gardait bien d’adresser des courriers identiques à chacun d’eux. Incontestablement, ses lettres à Louis XIV sont les plus complètes : ce sont celles dans lesquelles il donnait un aperçu général de son travail. Dans celles qu’il adressait aux ministres, il détaillait les points susceptibles de les intéresser, souvent en relation avec le département dont ils avaient la charge. L’écriture d’un ambassadeur s’inscrit donc également dans une stratégie face aux ministres de la cour à Versailles.

  • 119 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 avril 1707, fo 190.
  • 120 AGI, Indiferente General, Pérou, leg. 25, Minutas de consultas, Nueva España, 1706-1712, lettre de (...)
  • 121 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 7 juillet 1709, Madrid.

77Les récits d’un même événement ou de la prise d’une même décision peuvent être sensiblement différents d’une lettre à une autre. Un officier récemment revenu du Pérou en 1707 alerta le Conseil des Indes sur le commerce des Français dans la mer du Sud. Ce commerce était strictement interdit par les lois des Indes et suscitait des critiques virulentes chez les officiers espagnols, particulièrement ceux du Conseil des Indes. L’un des secrétaires, Bernardo de Tinajero, avertit immédiatement Amelot afin qu’il puisse prévenir les critiques. Dans un passage entièrement crypté du récit qu’il fit au roi, Amelot présentait le secrétaire en ces termes : « Dn Bernardo de Tinajero, secrétaire du Conseil des Indes, homme habile très bien intentionné et qui croit m’avoir obligation de son avancement119 ». En employant la formule « croit m’avoir obligation », l’ambassadeur laissait entendre que Tinajero pensait lui devoir sa place au Conseil des Indes. Toutefois, Amelot ne confirme nullement et la formule est quelque peu sibylline. L’emploi du verbe « croire » donne le sentiment que diplomate le laissait croire à cette faveur afin de mieux l’utiliser pour sa mission. Pourtant, dans sa lettre au secrétaire d’État de la marine, son ton était nettement plus affirmatif lorsqu’il évoquait Bernardo Tinajero. Au sujet des deux secrétaires du Conseil, il soutenait : « Je crois pouvoir être sûr des deux secrétaires Dn Gaspar de Pinedo120, & Dn Bernardo Tinaxero [Tinajero] qui ont été mis de ma main, et vous savez que rien ne peut s’expédier dans le conseil que par leur canal121 ».

78Dans la lettre au roi, il donnait l’impression qu’il se jouait habilement de la crédulité du secrétaire, alors qu’il assurait le secrétaire d’État de la marine qu’il était effectivement à l’origine de la faveur. Écrire au roi ou à l’un de ses ministres relevait donc de deux registres différents. Si la différence entre les deux versions peut sembler minime, il faut toutefois souligner que pour Louis XIV, Jérôme de Pontchartrain et Michel-Jean Amelot, le commerce américain comme la fidélité politique du Conseil des Indes n’étaient pas des enjeux accessoires ou secondaires. La nomination d’un secrétaire dans ce conseil n’avait rien d’anodin. Bien au contraire, si Bernardo de Tinajero pensait devoir sa place à l’ambassadeur, ce dernier pouvait espérer en retour une fidélité.

  • 122 Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. IV, pp. 142-143.

79On pourrait qualifier Amelot de « diplomate professionnel » tant le style de ses courriers est ferme, sans digressions, sans récits interminables d’intrigues de cour ni défense passionnée de son action. Le contraste avec ses prédécesseurs est saisissant pour qui a lu les dépêches du cardinal d’Estrées ou du duc de Gramont par exemple. Amelot n’évoquait jamais les tensions qui pouvaient naître entre les Français de Madrid. Il ne révéla ainsi la mauvaise humeur du maréchal de Tessé que lorsque Louis XIV l’interrogea. À une question posée par Mme de Maintenon, la princesse des Ursins répondit qu’il n’y avait pas de confiance ni d’estime entre Amelot et Berwick122. Cette assertion est d’autant plus étonnante que rien dans la correspondance de l’ambassadeur ne laisse percevoir la moindre mésentente entre les deux hommes. À aucun moment n’apparaissent les moindres indices d’une difficulté de ces derniers à travailler ensemble.

80Pourtant, si la princesse des Ursins prit soin de calmer les inquiétudes de Mme de Maintenon, c’est que les échos de dissensions entre les deux hommes étaient réels. La princesse démentait l’idée de « divisions » entre le maréchal et Amelot et préférait parler d’un manque de confiance.

81Cette discrétion de l’ambassadeur à rendre compte de son travail dans le détail, ses réticences à livrer des réflexions personnelles — sauf ordre exprès du roi — et son silence sur la vie de cour — à de rares exceptions — méritent de retenir notre attention. Comment les expliquer ? Étaient-ils l’indice d’un réel détachement à l’égard des contingences courtisanes, l’effet d’une stratégie de dissimulation ou l’indice du bon climat qui pouvait régner à la cour ? Ils apparaissent en réalité comme une stratégie délibérée pour ne pas révéler l’ampleur de son pouvoir et s’attirer en retour des reproches.

82Amelot dressait pourtant des tableaux très détaillés de la situation de la cour, des initiatives et des décisions en cours. Ses lettres ne sont pas plus courtes ou réduites que celles de ses prédécesseurs, mais il n’insiste pas sur les mêmes choses. Il avait peut-être compris que les querelles entre l’ambassadeur et la princesse des Ursins avaient profondément agacé Louis XIV et cherchait sans doute à laisser une autre image. Torcy reconnut cette forme de professionnalisme de l’ambassadeur sachant informer le roi de ce qui était nécessaire sans discours fleuves ou inutiles. Comme à son habitude, le secrétaire d’État se chargea de manifester satisfaction du souverain à son négociateur. Il lui écrivait en ces termes :

  • 123 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fo 19-19vo.

Le Roy a reconnu Monsieur avec plaisir dans votre première lettre le style véritable d’un Ministre consommé dans les ambassades, et votre sagesse dans la retenuë que vous avez à porter un jugement avant que d’avoir bien examiné les choses par vous-même. Vous deviez vous attendre à ces louanges qui vous sont duës mais je vous assure Monsieur que je vous les ay données avec beaucoup de plaisir et que je souhaiterois plus que personne de pouvoir contribuer à la satisfaction dont vous avez besoin pour soutenir toutes les peines que vous voÿez en arrivant à Madrid123.

  • 124 Bély, 1990, p. 504.
  • 125 Jusserand, 1892, p. 199, cité dans Picavet, 1930, p. 111.
  • 126 Ibid., p. 111.

83Sobriété et simplicité étaient les qualités attendues chez un négociateur dans sa manière de rendre compte des affaires124. Le roi exigeait précision et exactitude, ce qui n’interdisait pas à l’ambassadeur de faire part de ses avis. Comme il l’écrivit à Comminges, son ambassadeur auprès de Charles II d’Angleterre : « rien de ce qui se passe dans le monde n’est hors de la portée et de la politique d’un bon ambassadeur125 ». Plus tard, Louis XIV demanda au marquis de Béthune, son ambassadeur, de veiller « à marquer les termes126 » dont les souverains se servaient eux-mêmes. Il souhaitait donc avoir des comptes rendus aussi fidèles que possible. La vie de la cour, les oppositions ou les luttes de factions, la santé du souverain, les autres diplomates constituaient les différents aspects qu’un envoyé devait décrire dans ses dépêches. Ces dernières ont longtemps été délaissées par les historiens. Considérées comme des chroniques de la vie courtisane, elles furent largement discréditées. Aujourd’hui, elles sont davantage utilisées dans une perspective anthropologique et sociale, ou dans les recherches centrées sur les mécanismes de prise de décision.

84Les dépêches diplomatiques attirent ainsi de nouveau les historiens. Pourtant l’expérience d’Amelot, comme les compliments que Torcy lui adressa, invite à la plus grande prudence quand il s’agit de fonder une analyse sur ce type de document : leurs qualités littéraires et rhétoriques peuvent induire en erreur. Professionnels de la politique en leur temps, hommes du discours et de l’écrit, les ambassadeurs maîtrisaient les arcanes de l’expression, que l’on dénomme aujourd’hui la communication. Pour mieux appréhender leurs écrits, il convient de tenter d’en saisir les enjeux comme, par exemple, ce qu’ils impliquaient pour l’expéditeur et le destinataire. Si la tentative apparaît particulièrement périlleuse, on peut néanmoins souligner plusieurs aspects qu’il convient de garder à l’esprit lorsqu’on utilise ces sources. Il y a tout d’abord le caractère formel de la lettre : les salutations, les formules de politesse mais aussi le recours — ou non — à la main d’un secrétaire. Abordant des questions touchant aux intérêts des princes et à la sécurité de leurs États, les correspondances diplomatiques étaient marquées du sceau du secret. L’utilisation d’un chiffre souligne la confidentialité donnée à l’écriture diplomatique. Prêter attention aux parties codées et non codées permet de retrouver ce qui était considéré comme important aux yeux du souverain et de ses envoyés.

  • 127 Cardim, 2005, p. 99.
  • 128 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 30 janvier 1706, fo 163 ; t. 168, lettre d’ (...)
  • 129 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 157, lettre de Torcy à Amelot, s. d., fo 164 ; t. 168, lettre de Torcy à (...)

85D’un point de vue formel, les dépêches diplomatiques, comme toutes lettres en général, obéissaient à des règles de présentation et usaient de formules de politesse très précises127. Il existait ainsi des formulaires indiquant comment s’adresser aux différents membres de la famille royale, du gouvernement ou de la cour. Signe de cette codification, lorsque le duc d’Anjou devint roi, il ignorait quelle formule il devrait dorénavant employer pour s’adresser aux princes et princesses de la famille royale et aux princes et princesses du sang. Amelot réclama à plusieurs reprises un cérémonial pour écrire128. Torcy tarda à répondre car il recherchait des documents afin de pouvoir comprendre lui-même sur quels usages il devait s’appuyer129. Qu’il cherche ainsi des documents pour étayer sa réponse à Amelot ne signifie pas que Torcy ignorait comment le roi d’Espagne s’adressait à un membre de la famille royale de France, mais les relations personnelles et familiales entre Philippe V et la maison de Louis XIV imposaient de facto de nouveaux usages qu’il convenait de rendre cohérents avec ceux qui existaient déjà.

  • 130 AN, Marine, B2 182, Pontchartrain à Daubenton, 26 août 1705, fo 396.

86Les formules de politesse pouvaient parfois être supprimées à la demande d’un ministre, vraisemblablement pour accélérer la lecture des dépêches. Pontchartrain exigea ainsi de Daubenton de « retrancher le cérémonial du début et de la fin » de ses lettres et de les rédiger en « billets »130. Cette demande illustre l’évolution de la correspondance administrative de plus en plus codifiée et rationnalisée.

87L’emploi d’un secrétaire pour écrire avait également une signification particulière. Ainsi, lorsqu’on adressait un compliment, présentait ses condoléances ou formulait des vœux, on écrivait directement de sa main, sans recourir à un secrétaire. Comme Chamillart écrivait de très nombreuses lettres de recommandations pour l’avancement d’un officier, le paiement d’une dette à un marchand, ou l’obtention d’une grâce pour un particulier, il mit en place une règle précise : il demanda à Amelot de tenir compte seulement de celles qu’il aurait écrites de sa main. Il aidait ainsi l’ambassadeur à trier les nombreuses demandes qu’il se chargeait de transmettre. Chamillart lui-même envoyait, par obligation, des lettres de recommandation.

  • 131 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, 16 octobre 1707, fo 10.

Je ne puis souvent me dispenser de vous escrire en faveur des officiers des troupes d’Espagne, mais à l’avenir à commencer par la recommandation de don Tiberio Caraffa vous devez regarder toutes celles que je vous feray de cette nature comme des lettres officieuses, lorsque je prendray quelque intérêt particulier à des officiers de distinction, je vous feray des recommandations de ma main, et vous prieray de les faire valoir en tout ce que croirez juste131

  • 132 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, s. d., fo 142.

88Des ministres qui écrivaient à Amelot, Chamillart était le plus empressé à se soucier des difficultés d’Amelot et à ajouter de sa main un petit mot, ou une incise chaleureuse. Lorsque Amelot fit part de sa complète soumission aux volontés du roi à l’occasion de la mort de son fils en 1707, Chamillart lui écrivit, sans recourir à son secrétaire : « Je n’ai point été surpris de votre réponse, elle est remplie de tous les sentiments que je vous ai connu132 ». Écrire de sa main ce court compliment lui donnait plus de valeur en établissant un lien direct sans intermédiaire.

  • 133 Mateo López Dicastillo, fonctionnaire chargé du maintien de l’ordre (alcalde de corte) et membre du (...)
  • 134 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Chamillart Amelot, 9 mars 1706, fos 194-196.

89Le secrétaire d’État de la guerre alla jusqu’à s’en remettre à Amelot pour certaines correspondances. Souhaitant écrire au président de la junte pour le commerce, Mateo López de Dicastillo133, Chamillart laissa un blanc à la place de la formule de politesse et confia à l’ambassadeur le soin d’ajouter « obéissant » ou « affectionné », deux termes souvent employés avant de signer134. Choisir l’un ou l’autre terme n’indiquait pas la même déférence ou politesse. Il revenait à Amelot de décider lequel conviendrait le mieux.

90Cet exemple montre qu’en dépit d’usages courtisans ritualisés, une utilisation subtile des formules de politesse permettait d’introduire des nuances ou des hiérarchies en fonction du destinataire, de la confiance qu’on lui accordait, du lien de fidélité ou de la relation qu’on entretenait avec lui.

  • 135 Mattingly, 1955, p. 241.
  • 136 Anderson, 1993, pp. 2-11.
  • 137 Ibid., p. 21.
  • 138 Álvarez Pinedo, Rodríguez de Diego, 1993, pp. 11-36. Si c’est à Charles Quint et à Philippe II que (...)
  • 139 Plaza Bores, 1992, p. 23.
  • 140 Hugon, 2004, p. 128.
  • 141 Ossat, Letres [sic], t. I, p. 75.

91Les dépêches et les papiers diplomatiques en général ont très tôt fait l’objet de nombreuses attentions. Cette production écrite contenait souvent la volonté ou les objectifs d’un prince ; il n’est donc pas surprenant que les États aient veillé assez tôt à leur protection. Venise eut une avance dans ce domaine. Dès le xve siècle, le secrétaire officiel d’un ambassadeur avait la responsabilité, au nom du gouvernement, des archives de l’ambassade. Il devait notamment assurer la transition avec le successeur135. Venise, comme de nombreux États italiens, initia ainsi certaines pratiques diplomatiques136. Milan, le duché de Mantoue ou encore Florence conservent de nombreuses archives diplomatiques datant du xve siècle137. Dans la Monarchie Catholique, la création d’un dépôt d’archives date de Charles Quint. La forteresse de Simancas138 avait reçu la mission de conserver la documentation officielle du royaume de Castille de manière régulière depuis 1540 et 1545. En Aragon, l’initiative avait été prise près de deux siècles plus tôt, sous le règne de Pierre IV139. La diplomatie de Charles Quint puis celle de Philippe II avaient dans ce domaine une avance indiscutable puisque les correspondances n’appartenaient pas aux officiers mais à la Couronne140. En France, ce fut Colbert de Croissy qui se soucia le premier de recueillir et de collationner les papiers des diplomates. L’idée que les papiers n’appartenaient pas aux envoyés mais à la Couronne ne s’imposa qu’au cours du xviie siècle141.

  • 142 Picavet, 1930, pp. 263-279.
  • 143 Edelmayer, 1989, p. 41.

92Dans les rapports entre un ambassadeur et la cour où il était en poste intervenait rapidement la question de la langue142. Si le latin fut de moins en moins employé au xviie siècle, il était encore largement connu et maîtrisé. Au xvie siècle, les ambassadeurs impériaux auprès du Roi Catholique connaissaient tous la langue de Cervantes, mais ils prétextaient parfois des difficultés de langue pour obtenir des concessions143.

  • 144 Ibid., p. 44.
  • 145 AMAE, Mém. et doc., Esp., t. 51, « Sur la langue dont les ambassadeurs de France en Espagne usent e (...)

93La cour de Madrid exigea avec constance que les documents adressés aux ambassadeurs ou aux ministres du Roi Catholique le soient en castillan. À la mort de l’empereur Maximilien en 1576, Rodolphe proposa de rédiger ses courriers en allemand. L’ambassadeur espagnol Monteagudo protesta vivement et obtint que le castillan restât la langue employée144. Dans une continuité remarquable, et malgré le changement dynastique, on imposait aux ambassadeurs de France qu’ils écrivent en castillan. Le Dran, chef du dépôt des affaires étrangères au début du xviiie siècle, laissa un mémoire sur le sujet145. Il semblerait que les ambassadeurs du roi de France s’adressaient aux ministres de Philippe V en castillan. Le marquis de Brancas, qui en 1715 eut la légèreté d’écrire en français au marquis de Grimaldo, suscita les plaintes officielles de Philippe V à son grand-père pour cette innovation.

  • 146 La plupart des documents où l’on retrouve l’écriture d’Amelot sont dans la série Estado de l’Archiv (...)
  • 147 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 33.

94Amelot parlait et écrivait le castillan. On retrouve de nombreuses annotations en espagnol sur les lettres que lui adressaient les ministres espagnols comme Grimaldo ou Mejorada146. Il usait également de l’argument de la langue dans son travail. Ainsi, lorsque le duc de Medinaceli vint lui faire de vives protestations de fidélité à Philippe V, l’ambassadeur répondit qu’il avait très bien compris « quoique [qu’il] ne susse alors la langue espagnole, que très imparfaitement147 », ce qui semble surtout être une formule, pour lui signifier qu’il avait bien compris.

95Les correspondances diplomatiques entre les princes ou entre les ambassadeurs et ces derniers obéissaient à des règles strictes. Ces usages réglaient avec précision et détail les écrits diplomatiques, répondant donc à des normes de rédaction ritualisées.

96Des normes ou des codifications encadraient de même les relations épistolaires entre un ambassadeur et son souverain. Écrire au roi revenait à avoir un rapport privilégié avec lui. Dans une monarchie où les relations personnelles avec le souverain comptaient beaucoup pour les dynamiques sociales, une lettre adressée à Louis XIV plaçait directement son auteur sous le regard et le jugement du roi. Dès lors, l’ambassadeur était par nature invité à réfléchir minutieusement à ce qu’il lui écrivait. Ce rapport direct avec la source de toutes les grâces et faveurs conditionnait explicitement l’écrit des diplomates.

97Un ambassadeur doublait souvent sa dépêche au roi d’une seconde lettre adressée au secrétaire d’État des affaires étrangères. C’était ce dernier qui préparait les réponses, l’une relue par le roi et envoyée en son nom, tandis que la seconde tenait lieu de correspondance personnelle entre le ministre et le diplomate.

  • 148 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 22 juin 1705, Versailles, fo 33.
  • 149 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 4 octobre 1705, Fontainebleau, fo 125 ; le (...)

98Les liens entre Amelot et Torcy ne contiennent aucune chaleur particulière. L’ambassadeur semblait être plus proche de Chamillart. Les courriers échangés entre le diplomate et le secrétaire d’État chargé des affaires étrangères se réduisaient parfois à « marquer l’ordinaire », c’est-à-dire à accuser réception du courrier sans donner d’autres nouvelles ou instructions. Torcy employait des formules comme « je ne vous peux rien apprendre de particulier par cet ordinaire148 », ou « cette lettre […] n’est que pour marquer l’ordinaire149 ».

  • 150 Anderson, 1993, p. 21.

99Il existait deux types de courriers : les ordinaires et les extraordinaires. Les premiers étaient envoyés selon une périodicité fixée à l’avance, souvent hebdomadaire. Les extraordinaires, beaucoup plus coûteux mais plus rapides, étaient expédiés lorsqu’une nouvelle jugée décisive devait être portée à la connaissance du roi rapidement. La fréquence des courriers ne fut pas croissante au cours de l’époque moderne mais dépendait davantage des situations et des missions. Dès le xvie siècle, les envoyés pouvaient écrire jusqu’à une lettre tous les trois jours150.

  • 151 Picavet, 1930, p. 115.

100La lettre d’un ambassadeur à son souverain était celle d’un étranger dans une cour. Les diplomates étaient certes admis à la cour pour les audiences, les cérémonies et les réceptions données par le souverain, mais leurs déplacements et leurs visiteurs étaient observés, de même que leurs courriers étaient parfois ouverts. Soupçonnés d’être des espions, ils étaient étroitement surveillés. À Venise, par exemple, leur fréquentation de la noblesse était strictement encadrée. En temps de guerre, la situation d’un envoyé devenait difficile, il devait souvent quitter la cour, comme Phélypeaux, envoyé auprès du duc de Savoie, qui fut mis au secret151, ou comme le marquis de Rouillé, qui quitta le Portugal en 1704 à la suite du rapprochement de cette couronne avec la Grande Alliance. En temps de paix, les tensions, les rapprochements, c’est-à-dire toutes les évolutions des rapports entre les princes, se manifestaient dans l’accueil donné à l’ambassadeur. Sa plus ou moins grande entremise dans les affaires d’un souverain allait finalement de pair avec les relations que les princes entretenaient entre eux.

101La situation d’Amelot — Français à la cour de Madrid, ambassadeur du grand-père et principal allié du roi dans la guerre — était nouvelle et faisait de lui un interlocuteur recherché. Sa position, son entrée au despacho et sa proximité avec les souverains lui permettaient, comme à ses prédécesseurs immédiats, d’avoir une connaissance des affaires nettement plus profonde que celles des envoyés de Louis XIV auprès des Rois Catholiques issus de la maison d’Autriche.

102Ce qu’il donnait à voir de la cour de Madrid en livrant des informations autrefois inconnues ou inaccessibles dans ses dépêches revêt donc une dimension particulière. Ses informations sur les personnages de la cour comme les Grands ou les ministres, sur les négociations en cours, et ses connaissances de l’appareil administratif étaient par nature plus importantes que celles qu’avaient pu avoir l’archevêque d’Embrun ou le marquis de Villars dans la deuxième moitié du xviie siècle. Ses lettres n’évoquaient pas seulement la vie d’une cour étrangère, la politique d’un souverain parmi tant d’autres, mais elles racontaient comment un membre de la famille de Louis XIV tentait de gouverner la Monarchie Catholique. Cette différence fondamentale par rapport à la majeure partie des dépêches diplomatiques donne à la correspondance d’Amelot une tonalité particulière. Il se trouvait soumis à deux exigences paradoxales : renseigner son prince comme tout ambassadeur, et parler d’un souverain de la même Maison. Sa mission comportait une contradiction — servir le Roi Très Chrétien sans nuire aux intérêts du Roi Catholique —, qui se posa à plusieurs reprises dans le cours de ses négociations.

  • 152 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 130 sqq. ; Cermakian, 1969, pp. 294-296.

103Écrire sur la cour de Madrid supposait donc encore plus d’habileté que pour n’importe quelle autre ambassade. Amelot le savait parfaitement. Il succédait à Gramont mais surtout aux d’Estrées, dont les lettres avaient été au cœur des luttes de pouvoir à la cour de Madrid en 1704152.

  • 153 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fos 80-99.
  • 154 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 170 ; t. 158, (...)
  • 155 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 septembre 1707, fos 123-127.

104Ces circonstances marquèrent l’écriture diplomatique d’Amelot durant toute son ambassade. Dès lors qu’il évoquait le roi d’Espagne, son intimité avec lui ou avec son épouse153, les secrets du gouvernement ou les sacrifices que la couronne espagnole devrait consentir pour arriver à la paix154, l’ambassadeur utilisait son chiffre. Les tentatives de négociations en 1706, les privilèges commerciaux ou la personnalité des souverains étaient ainsi largement codés. Il arrive parfois que les archives contiennent des lettres qui n’ont pas été déchiffrées. Sans la clé du chiffre, il est impossible de savoir ce qu’elles cachent. Une lettre d’Amelot à Louis XIV, dans laquelle l’ambassadeur évoquait les ordres donnés par le duc d’Orléans au chevalier d’Asfeld, reste ainsi mystérieuse faute d’avoir été déchiffrée155.

  • 156 On peut voir la table du chiffre employé par Berwick durant la guerre aux archives du Palacio de Li (...)
  • 157 Allen, 1973, p. 93.
  • 158 Anderson, 1993, p. 22.
  • 159 Ibid., p. 22.
  • 160 Hugon, 2004, pp. 370-372.
  • 161 Ibid., p. 372.
  • 162 Bély, 1990, p. 156.
  • 163 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 18 février 1706, fo 248.

105L’usage du chiffre garantissait le secret. Les ambassadeurs n’étaient pas les seuls à l’utiliser, les hommes de guerre y avaient également recours156. Le risque qu’un courrier soit intercepté incitait à chiffrer les lettres. Le transit par des espaces ennemis renforçait cette nécessité : si la lettre venait à être prise par des autorités hostiles, il ne fallait pas qu’elle puisse être comprise. Outre l’emploi du chiffre, on envoyait des duplicatas ou triplicatas157. Les premiers documents chiffrés connus à l’heure actuelle sont des lettres vénitiennes de 1411. Trois ans plus tard, Florence avait les siens158. Le chiffre fut utilisé en France à la fin du xve siècle159. Les premiers traités sur le sujet parurent au xvie siècle : Polygraphiae libri sex, de Johannes Trithemius (J. Haselberg, 1518), De furtivis litterarum notis, de Giambattista Della Porta (s. n., 1653) et le Traité des chiffres de Blaise de Vigenère (Paris, L’Angelier, 1586). La cryptographie est l’un des indices de la spécialisation croissante des services diplomatiques. Connu d’abord sous le nom de stéganographie, le cryptage des lettres visait à garantir le secret des correspondances160. Le recours à des mathématiciens célèbres comme Luis Valle de la Cerda161 en Espagne ou Viète (1540-1603) et Rossignol162 en France ne garantissait pas que la clé du chiffre ne soit pas cassée. Rossignol s’était fait une réputation de déchiffreur averti. Amelot ne manquait pas de joindre les lettres interceptées à ses dépêches qu’il envoyait à Versailles, pensant que Torcy aurait quelqu’un « à la place de Mr Rossignol qui en viendrait aisément à bout ». Il expédia ainsi plusieurs lettres du marquis de Leganés, qu’il soupçonnait de trahison163.

  • 164 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Torcy, 12 août 1705, Madrid, fos 152-154.

106Il n’était pas rare également qu’un envoyé laisse son chiffre à son successeur — ce qui n’améliorait pas l’assurance d’une confidentialité des écrits. Changer de chiffre était le plus sûr moyen de garantir le secret mais la commodité de la routine l’emportait souvent. Amelot utilisa ainsi le même chiffre que le duc de Gramont employait avec Torcy. Le duc le lui avait personnellement transmis164.

  • 165 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre d’Amelot à Torcy, 19 novembre 1705, fos 237-238.
  • 166 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Chamillart à Amelot, 27 novembre 1705, fo 231.
  • 167 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Tessé à Amelot, 19 janvier 1706, fos 101-102.
  • 168 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre d’Amelot à Torcy, 8 mai 1706, fos 160-161.
  • 169 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 novembre 1707, fo 41.

107La formalisation de l’écriture diplomatique se lit aussi à travers la rédaction de plusieurs lettres pour la même personne. Comme cela a déjà été précisé, la lettre au roi était souvent doublée d’une lettre au secrétaire d’État des affaires étrangères. De plus, lorsque l’ambassadeur voulait évoquer une affaire personnelle, il rédigeait de sa main une autre lettre. Il s’agit là d’une forme d’égard pour le destinataire, ou du signe d’un désir de confidentialité. Pour évoquer ses gratifications, Amelot rédigeait toujours directement de sa main. Dans un billet, l’ambassadeur supplia ainsi Torcy de lui faire obtenir 10 000 livres tournois afin de financer son équipage pour suivre Philippe V à l’armée en 1705165. Chamillart, contrôleur général des finances, s’excusa de ne pas pouvoir l’aider en rédigeant également un billet de sa main166. Voulant louer une maison à Amelot, le maréchal de Tessé lui écrivit une missive167. Lorsqu’il dénonça à Torcy les calomnies que le chevalier d’Epennes répandait sur la princesse des Ursins, Amelot rédigea une longue lettre pour le secrétaire d’État. Elle était particulièrement soignée et, là encore, de sa main168. À l’occasion de la mort de son fils, Amelot avait réclamé justice et le pardon de sa main169, quoique cette lettre fût jointe à une dépêche rédigée par son secrétaire et datée du même jour.

108Si les correspondances entre les princes supposaient que le roi leur adresse ses vœux, ses compliments ou des condoléances de sa main, cet usage était moins répandu dans la diplomatie. Au xviie siècle, un ambassadeur ou un envoyé recourait souvent à un secrétaire. Il rédigeait uniquement de sa main des lettres très personnelles. L’emploi d’un secrétaire pour rédiger ses dépêches souligne l’organisation croissante de la pratique diplomatique. Dans le cas d’Amelot, on peut repérer deux écritures différentes : il avait donc au moins deux secrétaires. De plus, il semble que ces secrétaires aient été spécialisés dans un domaine, puisque à une écriture correspondait généralement un domaine d’affaires ou un destinataire précis. Les lettres envoyées à Louis XIV et à Torcy ont toujours la même graphie, qui diffère de celle des courriers adressés à Pontchartrain. Les secrétaires semblaient donc être spécialisés même si, à l’occasion, ils pouvaient rédiger les dépêches de leur collègue.

  • 170 AMV, Instrumentos, 1707, lettre de la ville de Valence à Amelot, 13 septembre 1707, fo 122 ; ARV, G (...)
  • 171 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 21 septembre 1707, fo 142.
  • 172 Albareda Salvadó, 2010, pp. 210 et 236.
  • 173 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 2 novembre 1707, fo 164 ; lettre d’ (...)
  • 174 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 5 octobre 1707, fo 155.
  • 175 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 7 décembre 1707, fo 185.

109Lorsqu’Amelot s’adressait à des sujets du Roi Catholique, il écrivait en castillan. Il recourait sans doute à un traducteur ou employait un secrétaire hispanophone pour rédiger sa correspondance, comme on peut le déceler dans son échange de lettres avec plusieurs notables valenciens et les autorités de Valence (syndic, jurats et municipalité [ayuntamiento])170. Amelot apparaît ici, comme nous le verrons aussi plus loin, comme un intermédiaire utile pour accéder à Philippe V171, et ces lettres révèlent combien le soutien de l’ambassadeur était recherché. Après l’abolition des fueros valenciens en 1707, les autorités du royaume et de la ville adressèrent ainsi à l’ambassadeur des demandes afin qu’il intervienne pour adoucir le sort réservé à cette province. Josep Ortí et Luis Blanquer172 furent chargés de transmettre un mémoire sur ce sujet à Philippe V. Loin d’attirer la clémence du souverain, ils furent arrêtés et emprisonnés. Amelot fut alors de nouveau sollicité pour obtenir leur libération, qui advint en novembre 1707173. L’emploi de formules et d’expressions parfois très apprêtées masque mal un jeu de pressions déguisées. Les Valenciens tentèrent de s’attirer les bonnes grâces d’Amelot en recourant à sa médiation, ce qui revenait à lui reconnaître un rôle non négligeable à la cour, ou en lui adressant des condoléances à l’occasion de la mort de son fils, Ours-Victor174. Ce geste permettait d’établir un lien de nature politique en s’appuyant sur des sentiments personnels. Toutefois, l’ambassadeur cherchait toujours à dissimuler ou à minorer son rôle. Ainsi, lorsque Josep Ortí et Luis Blanquer furent libérés, Amelot feignit de n’être pour rien dans cette faveur royale. Il insista par écrit auprès de la municipalité afin que les Valenciens attribuent uniquement cette clémence à Philippe V175. Il ne souhaitait pas capter à son bénéfice le capital de sympathie liée à cette décision. Cette attitude peut s’expliquer par un désir de ne pas apparaître sur le devant de la scène, précisément pour éviter les critiques contre les conseillers d’origine française parfois jugés trop présents.

110Pour un ambassadeur comme Amelot, la rédaction des dépêches était un exercice à la fois régulier et maîtrisé, mais toujours délicat. C’est par ce moyen qu’il justifiait son action, défendait ses initiatives, voire prévenait d’éventuelles critiques susceptibles de surgir à Versailles. En revanche, lorsqu’elles étaient destinées à des sujets du Roi Catholique, ses dépêches lui permettaient de tisser des liens, d’entretenir des fidélités au bénéfice de Philippe V et ainsi de renforcer son autorité. L’écriture n’avait pas, pour un diplomate, une seule dimension informative. Elle constituait un outil pour conduire ses négociations tant à l’égard de son souverain que des officiers du pays où il était envoyé. Les correspondances diplomatiques, et plus précisément les dépêches à Louis XIV, doivent ainsi être réintégrées dans un ensemble documentaire beaucoup plus vaste quoique souvent moins visible pour les historiens, celui des correspondances adressées à des Grands d’Espagne, à des officiers, des espions, des consuls et à toute une série de personnes aux profils divers. Une analyse renouvelée de ces documents et de la conduite d’une négociation implique d’y recourir à chaque fois que c’est possible et si les documents ont été conservés.

  • 176 Frigo, 1990, pp. 121-145.

111Si l’écrit constituait l’une des tâches fondamentales d’un ambassadeur, l’historien se trouve démuni face à un aspect non moins important de son travail : ses négociations orales. Dans le contexte d’une sociabilité courtisane et aulique dont l’oral était aussi une des manifestations176, la prise de parole d’un diplomate pouvait parfois compter autant que ses écrits.

V. — L’oral insaisissable : un instrument politique

  • 177 Callières, De l’art de négocier, p. 235.

112Comme François de Callières le reconnaissait au début du xviiie siècle : « On négocie de vive voix ou par écrit177 ». Un discours pouvait être par la suite imprimé, l’agitation suscitée autour de la harangue d’Amelot aux Grands, que sa sœur dénonça à Torcy, le souligne. Discuter, échanger des confidences avec les ministres et courtisans, rencontrer les uns et les autres permettaient d’obtenir des informations, d’entretenir des relations, de percer les secrets ; l’art de la conversation était ainsi l’une des ressources d’un ambassadeur pour connaître les arcana imperii.

113Il faut aujourd’hui recourir aux écrits des diplomates pour tenter d’appréhender l’importance de ces discussions. Avant de partir en mission, un ambassadeur était reçu par le roi. La plupart du temps, ces conversations sont restées secrètes et donc largement inconnues des historiens. Il ne faut pas néanmoins sous-estimer leur importance, qu’Amelot lui-même, au détour d’une phrase, soulignait. Au cours de sa première entrevue avec la jeune reine d’Espagne, le marquis de Gournay lui avait expliqué toutes les mesures prises pour assurer une bonne entente entre sa camarera mayor, la princesse des Ursins, et lui-même.

  • 178 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 68vo.

La Reyne [Marie-Louise-Gabrielle de Savoie] me parut informée de tout ce qui s’étoit passé entre Madame des Ursins et moi, et de l’audience que Votre Majesté [Louis XIV] avoit bien voulu donner à l’un et à l’autre à Marly peu de jours avant mon départ178.

114Ainsi, peu de jours avant le départ de l’ambassadeur à Madrid, Louis XIV l’avait reçu à Marly avec Mme des Ursins. Ils avaient très vraisemblablement pris des engagements oraux devant le roi afin de lui garantir une « union parfaite » et de ne pas retomber dans les querelles qui avaient agité la cour d’Espagne en 1704.

  • 179 Cardim, 2005, p. 97.
  • 180 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, copie d’une lettre écrite par Amelot à Tessé, 11 avril 1706, Madrid, (...)
  • 181 AN, G7 1093, Comptes de la guerre de Succession d’Espagne, copie de la lettre de Ducasse à La Havan (...)
  • 182 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 23 avril 1708.
  • 183 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Torcy, 21 novembre 1707, fos 69-77.

115Cette importance de l’oralité se retrouve dans la plupart des correspondances diplomatiques. Dans un article, Pedro Cardim a approché la frontière ténue entre l’écrit et l’oral. Il relève ce conseil donné par le juriste Cristóvão Soares de Abreu à Vasco Luís da Gama, comte de Vidigueira, choisi pour être ambassadeur du roi de Portugal à Paris au début du xviie siècle : « Tout ne peut pas s’écrire » (Nem tudo se pode escrever)179. Certains sujets étaient si délicats qu’on ne pouvait pas les écrire ; ils étaient de facto réservés à l’oral. Les choses trop compromettantes ne devaient pas être écrites, même sous forme codée. Pour les secrets les plus importants ou les plus inavouables, écrire une dépêche constituait toujours un risque pour le diplomate. La confidence est forcément plus secrète qu’un écrit, car il est plus facile de démentir une parole. Éloigné de son maître, l’ambassadeur était toutefois bien obligé de recourir à l’écriture pour lui transmettre des propositions. Le soin porté au chiffrage et à l’acheminement de la lettre trouve ici son explication. En 1706, Amelot renonça à rendre compte à Philippe V d’une question épineuse, faute de pouvoir le faire en chiffre. Le roi d’Espagne était alors à la tête de ses troupes en Catalogne pour assiéger Barcelone. Une amnistie avait été préparée mais il s’agissait de savoir dans quelle mesure elle devait être appliquée. Amelot ne cachait pas son souhait de voir les murailles détruites et certains privilèges abolis. Il se confia ainsi à Tessé mais l’avertit qu’il n’écrirait rien à Philippe V puisqu’il n’avait pas de chiffre180. Jean-Baptiste Ducasse, chargé d’escorter les convois de métaux précieux depuis l’Amérique, renonça aussi à écrire à Amelot faute d’avoir un chiffre. Il s’en remettait à ce que le secrétaire d’État de la marine pouvait lui écrire181. Il est vrai qu’il évoquait une question particulièrement délicate, celle du commerce américain. Les passages concernant ce sujet sont très souvent chiffrés dans les dépêches, preuve de leur caractère stratégique. Comme Ducasse, qui chiffrait ses lettres sur le commerce américain182, Amelot allait parfois jusqu’à coder entièrement une lettre lorsqu’il abordait ces questions. En 1707, Torcy reçut de Hollande quelques avis selon lesquels les États-Généraux seraient disposés à la paix si la question du commerce américain pouvait faire l’objet d’un accord : les autorités hollandaies craignaient surtout que la présence du duc d’Anjou comme roi à Madrid ne conduise à exclure toutes les nations, à l’exception de la France, du commerce avec l’Amérique espagnole. Torcy consulta Amelot afin de savoir s’il était possible de faire des propositions à ce sujet. Cette question donna lieu à un échange de courriers entre le secrétaire d’État et l’ambassadeur qui étaient tous entièrement chiffrés183.

  • 184 Le chiffre de Das Minas fut cassé, ainsi que celui du duc de Savoie avec le prince Eugène. AMAE, Co (...)

116En dépit d’une autonomie des diplomates toujours plus réduite au cours du règne de Louis XIV, exercer les fonctions d’ambassadeurs s’avérait une mission délicate puisque le seul envoi d’une dépêche pouvait être risqué. L’emploi d’un chiffre ne garantissait pas toujours la confidentialité, il pouvait à toute heure être cassé184.

  • 185 Cardim, 2005, p. 110.
  • 186 Ibid., p. 113.

117Il ne restait plus que l’oral pour garantir une confidentialité plus grande. Dans l’univers de l’écrit, la discussion, l’échange oral ou la confidence confiée à une oreille attentive permettaient de faire connaître ses intérêts ou ses intentions avec la plus grande discrétion possible sans se compromettre par la rédaction d’un billet ou d’une lettre même anonyme. L’inaccessibilité apparente de l’oral aux historiens est sans doute responsable de l’intérêt limité qu’ils lui ont porté. Il souffre de sa difficulté à être approché dans les sources et ce, d’autant plus dans les archives diplomatiques dans lesquelles l’écrit apparaît tant codifié, presque ritualisé. Pourtant, le recours à l’oral n’était pas anodin. Les dépêches d’ambassadeurs qui relataient des conversations, allant parfois jusqu’à citer de longs échanges, attestent de leur importance dans le cours des affaires. L’ambassadeur de Charles II au Portugal, Juan Domingo Maserati, n’hésitait pas à transcrire dans ses dépêches les dialogues qu’il avait avec les ministres portugais du régent Don Pedro, futur Pierre II de Portugal185. Ces conversations étaient cruciales pour Maserati, elles lui permettaient de prendre le pouls de la situation politique portugaise186.

  • 187 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 décembre 1707, fos 235-235vo.

118Amelot évoqua lui aussi ses discussions dans sa correspondance. Les allusions sont rares, souvent succinctes ou brèves, mais jamais sans intérêt. À l’occasion d’une incise, on apprend comment des confidences ou des discussions à « bâtons rompus » permettaient à l’ambassadeur de se renseigner ou d’avoir une indication sur l’état de la cour. En 1707, Louis XIV envoya la croix et le cordon du Saint-Esprit pour le prince des Asturies né quelques mois plus tôt. Cette distinction, jusqu’alors réservée aux seuls aînés de la maison royale, marqua profondément la cour de Madrid selon Amelot, qui écrivit au roi : « J’en puis juger par ceux auxquels j’en ay parlé187 ». La distinction offerte par Louis XIV à son arrière-petit-fils soulignait les liens familiaux qui unissaient dorénavant le Roi Catholique et sa propre Maison. Amelot avait pu prendre la mesure du bénéfice que cette décision apportait au crédit du roi en sondant rapidement l’effet de la nouvelle auprès de quelques courtisans.

119Dans les passages de sa correspondance où Amelot rend compte de ses discussions, deux types d’oralité, à la frontière parfois poreuse, se distinguent : ce qui est de l’ordre de la conversation, voire du débat, et ce qui ressortit à la confidence. Dans les deux cas, le délicat travail de l’ambassadeur consiste à savoir écouter et entretenir la parole de l’informateur sans trop en dire, préoccupation constante qui transparaît de manière flagrante dans ses lettres.

  • 188 Francisco de Velasco, comte de Fuensalida, né vers le milieu du xviie siècle d’une ancienne famille (...)
  • 189 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1706, fos 45-52.
  • 190 Voir Albareda Salvadó, 1999 ; Bartrolí i Orpí, 1979, p. 70.
  • 191 Segura García, 2006, p. 8.
  • 192 Albareda Salvadó, 2010, p. 82.
  • 193 Segura García, 2006, p. 9.

120Amelot recevait à dîner ou à déjeuner afin de discuter plus amplement avec certains membres de la cour. À la suite de l’échec du siège de Barcelone par les armées bourboniennes, Francisco de Velasco188, vice-roi de Catalogne, rendit visite à Amelot afin de se disculper des soupçons que la défaite avait fait naître sur sa conduite189. Au cours du déjeuner qu’il prit avec l’ambassadeur, Francisco Velasco attribua la perte de la Catalogne aux trop nombreux privilèges que le roi avait accordés lors de son passage en 1702190. Philippe V (IV en Aragon) avait en effet rempli ses devoirs envers le principat de Catalogne en réunissant fin 1701 et début 1702 les Cortes, qui ne l’avaient pas été depuis 1599191. Si les décisions prises lors de ces Cortes avaient été, de l’avis même du chroniqueur austraciste Feliu de la Peña, les plus favorables jamais accordées à la province192, le jeune roi s’était toutefois montré intransigeant en refusant que le privilège la nomination par insaculación du Conseil des Cent et de la Generalitat, dont ils avaient été privés en 1652 à la suite de la rébellion contre Philippe IV (III en Aragon), leur fût rendu. Il avait seulement accepté des aménagements au logement des troupes et surtout, la création d’un Tribunal de Contrafaccions, véritable tribunal constitutionnel sur lequel il ne pouvait avoir qu’un contrôle limité193.

  • 194 AHN, Estado, leg. 2947, Correspondance de Velasco avec la cour en 1705. Il y a notamment les lettre (...)
  • 195 Albareda Salvadó, 2010, pp. 140, 143, 148 et 166.
  • 196 Feliu de la Penya, Anales de Cataluña, t. III, p. 25. La répression de la conspiration par Velasco (...)
  • 197 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1706, fos 45-52.

121Pour sa défense, Velasco ajoutait en outre que les décisions du « Conseil de Madrid194 », sans donner plus de précision, l’avaient empêché de punir avec sévérité les auteurs de la conspiration de 1704195. Fomentée par le prince Darmstadt et un noyau de pro-autrichiens, celle-ci avait été éventée à la fin du mois de mai 1704. La répression du vice-roi avait été particulièrement dure dans la capitale catalane et avait nourri la propagande des adversaires de Philippe V, notamment celle de Feliu de la Peña, célèbre chroniqueur de l’histoire catalane196. L’argumentation et le ton du vice-roi déplurent fortement à Amelot pour qui Velasco « parut extrêmement entesté de toutes les manières espagnoles ». Le long plaidoyer que lui fit le vice-roi fut finalement contre-productif. Velasco alla jusqu’à confier à l’ambassadeur les discours scandaleux qui circulaient ouvertement à Madrid contre Philippe V, suggérant qu’un courant séditieux se diffusait dans « les esprits à Madrid197 ».

122Si les discours de Francisco Velasco n’impressionnèrent nullement Amelot, ils soulignent néanmoins l’importance de l’oral dans la circulation des informations tout comme dans le jeu courtisan. Dans la position très délicate où il se trouvait après sa défaite, le vice-roi de Catalogue choisit de parler directement à Amelot des erreurs commises par les ministres de Philippe pour mieux se défendre. Se justifier auprès de l’ambassadeur de Louis XIV constituait le plus sûr moyen de passer le temps des critiques ; c’est aussi le signe évident du crédit d’Amelot à la cour de Madrid.

  • 198 Un bourgeois de Saint-Malo avait confié à Pontchartrain que Villadarias aurait entretenu des corres (...)

123L’ambassadeur rendait parfois compte de discussions seulement pour en donner la tonalité ou mettre en évidence une tension. Lorsque le marquis de Villadarias arriva à la cour en novembre 1706 pour expliquer la chute de Barcelone, son entretien avec Amelot fut des plus tendus. En effet, des soupçons, qui se révélèrent faux par la suite, pesaient alors sur lui198.

124Sans expliquer les reproches ni le motif de l’emportement de Villadarias, l’ambassadeur se contentait de noter :

  • 199 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fos 91-92.

Il parle en homme fort seur de luy-mesme. […] C’est ainsi qu’il s’expliqua hier dans une conversation, qu’il avoit souhaité d’avoir avec moy. J’eus besoin de toute la retenue, qu’un ambassadeur de V. M. doit avoir pourqu’il n’y eut pas un peu plus de chaleur que de raison, dans notre entretien199.

125Amelot se cantonnait à rendre compte d’un échange vif qui, selon lui, aurait pu devenir une dispute. S’en tenir au ton de la conversation, sans préciser son motif précis, revient à mettre en évidence l’importance de l’oralité dans ses fonctions d’ambassadeur.

126Toutefois, les exemples donnés par le marquis de Gournay dans sa correspondance ne se limitaient pas aux échanges un peu vifs qu’il pouvait avoir. Les discussions les plus banales sont également évoquées. Celles échangées avec les autres envoyés sont nombreuses. Son rôle prééminent à la cour de Madrid faisait de lui un interlocuteur recherché. Les nonces Acquaviva, puis Zondadari, l’envoyé du grand-duc de Toscane, Rinuccini, ou encore l’ambassadeur de Venise venaient directement le voir pour traiter de certaines affaires. Amelot n’était pas seulement consulté, il servait aussi d’intermédiaire.

  • 200 Le pape lui adressa une chaleureuse lettre de félicitations le 6 février 1701. Citée dans Martín Ma (...)
  • 201 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 janvier 1706, fos 103-111.
  • 202 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 mars 1706, fos 36-43.
  • 203 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juin 1706, fos 152-155.

127Ainsi, le nonce Acquaviva le visitait souvent, notamment pour s’entretenir avec lui du contentieux napolitain. Philippe V avait été rapidement reconnu par le pape Clément XI200 mais celui-ci se refusa toujours à lui donner l’investiture pour le royaume de Naples. Rapidement le conflit s’envenima entre la cour de Rome et celle de Madrid. L’ambassadeur tenta de trouver une solution directement avec le nonce. À ce titre, Acquaviva venait le voir dès qu’il recevait un ordinaire de Rome pour lui parler de cette affaire201. Le nonce le visita ainsi à plusieurs reprises pour trouver un accommodement, ce qui sembla se profiler au cours du mois de mars 1706202. Les « conférences » avec le nonce se multiplièrent dans les mois qui suivirent mais finalement sans résultat203. Il est vrai qu’à la question de l’investiture s’étaient ajoutées d’autres difficultés : le vice-roi et plusieurs officiers espagnols avaient outrepassé leur pouvoir et provoqué un autre conflit avec la cour de Rome.

  • 204 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 juin 1706, fos 202-205.

128Amelot sollicitait également le nonce. En 1706, lorsqu’il projeta de faire saisir une partie de l’argent des églises en échange d’assignations sur le fonds de la croisade (cruxada), il préféra d’abord consulter Acquaviva plutôt que le cardinal Portocarrero. Au cours de leur conversation, le nonce promit à l’ambassadeur de Louis XIV de se rendre le lendemain au palais afin d’évoquer cette affaire avec l’archevêque de Tolède204. Le nonce se chargea donc de convaincre personnellement le cardinal Portocarrero. Le clergé consentit finalement à ce prêt forcé.

  • 205 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 juillet 1706, fos 22-26.

129Le pape ne cacha pas son désaccord profond à l’agent du chapitre de Tolède alors présent à Rome, qui informa son chapitre de l’agacement de Clément XI. Les moines rédigèrent alors un mémoire pour répondre au pape. Des députés du chapitre vinrent voir Amelot afin de s’entretenir avec lui de cette question205. Ainsi, l’un des chapitres les plus puissants de Castille, puisqu’il était celui de la cathédrale du Primat, jugea utile de rencontrer l’ambassadeur du Roi Très Chrétien, qui apparaît ici comme un arbitre.

130Amelot ne détaille pas les échanges auxquels cette entrevue donna lieu, mais il indique néanmoins qu’ils portaient parfois sur des questions cruciales.

  • 206 Hermann, 1985.

131Ses conversations avec le nonce apparaissent régulières et fréquentes. Elles portaient souvent sur la question napolitaine ou sur des affaires financières. En 1707, Clément XI consentit deux brefs à Philippe V : le premier permettait au roi d’Espagne de jouir de la moitié de tous les revenus des commanderies et ordres militaires pendant un an ; par le second, il devait pouvoir retenir la moitié des pensions déjà assignées sur des évêchés ou des bénéfices. Le Roi Catholique pourrait également récupérer l’ensemble des pensions qui n’étaient pas assignées. Il avait en effet la possibilité d’assigner un certain nombre de pensions sur les bénéfices ecclésiastiques ou directement sur les revenus d’un évêché206.

  • 207 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 avril 1707, fo 188.
  • 208 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 195.

132Or, le pape renonça finalement à donner le deuxième bref afin de ne pas froisser l’empereur. Au cours d’une conversation très franche207, le nonce informa Amelot que le pape donnait l’autorisation sans le bref car il ne souhaitait pas « sortir des termes de l’impartialité d’un père commun ». Le pape accordait une faveur mais voulait absolument que cette disposition restât secrète208.

133Cet engagement uniquement oral sur une question financière capitale en temps de guerre témoigne de la valeur accordée à la parole d’un ministre public représentant un souverain et parlant en son nom.

  • 209 Voir chapitre iv.

134Toutefois, Amelot ne cacha pas sa méfiance envers un tel procédé. Il souligna l’ambiguïté ou le double jeu du pape qui accordait une faveur en refusant de la rendre publique. Cette situation faisait écho à sa propre expérience, quand Louis XIV lui avait promis une place au conseil royal des Finances, tout en exigeant que cette faveur reste cachée209.

  • 210 AHN, Estado, leg. 2873, consulte du Consejo de Estado, 20 décembre 1707. Le marquis de Casali succé (...)
  • 211 Kerney Walsh, 1995, pp. 143-153.

135Les rares envoyés encore présents à Madrid durant la guerre recouraient souvent à Amelot pour faire avancer les négociations de leurs princes. En dépit du conflit, le marquis de Gournay n’était pas le seul ministre étranger accrédité auprès de la cour de Philippe V. Il y avait aussi le nonce du pape, Acquaviva puis Zondadari, l’ambassadeur de Venise, Duodo, l’envoyé du grand-duc de Toscane, le marquis Carlo Rinuccini, l’envoyé du duc de Parme, le marquis de Casali210, et enfin le représentant du Prétendant Jacques III, le chevalier Toby Bourke211. Les représentants étaient très peu nombreux mais d’autant plus nécessaires pour légitimer Philippe V.

  • 212 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 octobre 1706, fos 173-181.

136Amelot semble avoir eu des relations avec chacun d’entre eux, y compris lorsque des difficultés surgissaient. Le représentant de la République de Venise continua à le voir alors qu’au même moment il ne pouvait pas faire son audience publique en raison d’une querelle de cérémonial. Amelot apparaît comme un intermédiaire que l’on consulte pour régler des différends. À son retour à Madrid en 1706, après la sortie de la capitale durant l’été, il note dans une dépêche la fréquence des visites de l’envoyé de la Sérénissime pour régler le problème qui l’empêchait de faire son audience publique212.

  • 213 Waquet, 1990.
  • 214 AGP, Sección Histórica, Fondos Embajadas, caja 41, exp. 2, Relación de órdenes sobre asistencias de (...)

137L’envoyé du grand-duc de Toscane visitait lui aussi régulièrement l’ambassadeur de Louis XIV. Le marquis de Rinuccini213 avait fait son audience publique en juillet 1701. Comme l’imposait l’usage, ordre avait été donné qu’il ait un carrosse du roi d’Espagne pendant neuf jours, ce qui montre l’attention portée aux envoyés, y compris ceux des princes italiens214. La continuité des pratiques et des usages servait à inscrire les actions du nouveau monarque dans la suite de celle de ses prédécesseurs.

138Rinuccini s’entretint avec Amelot à plusieurs reprises. Il fut souvent question des places que le Roi Catholique possédait en Toscane, appelées présides toscans. Ces possessions espagnoles situées sur la côte toscane constituaient autant de portes d’entrée pour pénétrer dans la péninsule italienne. Or, les territoires italiens n’avaient jamais cessé, depuis les expéditions de Charles VIII et François Ier, d’être des enjeux de conflits entre le royaume de France et l’Empire. D’ailleurs, l’Italie du Nord, notamment l’État de Milan, avait été l’un des premiers théâtres d’affrontements de la guerre de Succession d’Espagne. S’accorder les bonnes grâces des princes italiens était donc rapidement devenu un objectif des belligérants.

  • 215 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 avril 1706, fos 201-206.
  • 216 La bibliographie disponible sur l’avant-dernier Médicis se réduit principalement au rôle artistique (...)
  • 217 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, Lettre de Louis XIV à Amelot, 23 mai 1706, fos 37-39 ; AMAE, Cor. po (...)

139En 1706, Rinuccini vint trouver Amelot afin de lui transmettre une proposition de son prince215. Le grand-duc, Côme III (1642-1673)216, cherchait à profiter des colossaux besoins financiers de Philippe V pour continuer la guerre. Il proposa donc d’acheter les présides. Amelot éconduit le représentant et ne donna pas de suite à cette affaire. Louis XIV confirma son ambassadeur dans sa position et ce dernier se garda bien d’en parler à nouveau au marquis de Rinuccini217.

  • 218 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 septembre 1707, fos 34-37.

140Néanmoins, cette réponse négative n’empêcha pas d’autres discussions sur les présides toscans : Amelot et Rinuccini les évoquèrent à nouveau, notamment lorsque le cardinal Médicis, frère du grand-duc de Toscane, offrit discrètement quelques secours pour ces places. Il paya en effet les soldes des garnisons à l’été 1707218.

  • 219 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 227.
  • 220 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 septembre 1707, fos 76-84.
  • 221 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 décembre 1707, fos 165-168.

141Ce fut également sur le mode de la confidence qu’Amelot transmit à Rinuccini une proposition de Louis XIV sur ces mêmes présides : sans penser avoir une réponse favorable, le roi de France suggérait qu’ils soient confiés au grand-duc pour une période de quarante à cinquante ans au terme de laquelle Philippe V le rembourserait des frais engagés pour leur conservation219. Amelot parla donc au marquis afin qu’il transmette au grand-duc la proposition de Louis XIV220. Finalement, sans rejeter la proposition de Louis XIV, le grand-duc fit savoir qu’il redoutait la réaction de l’empereur dont les troupes dominaient de plus en plus l’Italie après la cession de l’État de Milan en mars 1707221.

142Si les discussions avec l’envoyé de Florence ne débouchèrent pas sur un accord ni un changement dans les rapports entre l’Espagne de Philippe V et le grand-duc, elles participaient des relations régulières et courtoises que des diplomates entretenaient entre eux. Fragiles par nature mais souvent audacieuses, ces discussions éphémères n’étaient pas pour autant des échanges anodins ou sans valeur. En garantissant une plus grande confidentialité et en permettant de suggérer sans faire une proposition trop précise, l’oral et le truchement d’un envoyé évitaient aux princes de trop s’engager ou de se compromettre.

143L’oralité permettait de donner de la simplicité à certaines négociations. Elle autorisait les échanges directs, naturellement plus francs que des missives ou des billets. Elle servait surtout à livrer des informations ou faire des propositions que l’on ne pouvait pas écrire. Le recours à l’oralité favorisait finalement les confidences. Dans un monde de cour, où l’intrigue régnait, c’était le moyen le plus utilisé pour faire passer discrètement une nouvelle ou donner un avis afin d’augmenter son crédit ou de nuire aux membres d’une faction adverse.

  • 222 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 70vo.
  • 223 Peña Izquierdo, inédite, t. III, pp. 271-272.
  • 224 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 février 1706, fo 202.
  • 225 Francisco Miguel Guerra était un ancien grand chancelier de l’État de Milan. Il passa à Versailles, (...)

144Amelot ne manquait jamais de rendre compte au roi des informations importantes qu’il pouvait obtenir par ce biais. Depuis son arrivée à Madrid, il observait une certaine réserve à l’égard du cardinal Portocarrero. Il nota d’abord seulement la froideur ou la rancœur des souverains à son égard222. Le cardinal était profondément vexé de ne plus être au cœur du gouvernement de Philippe V. Depuis la fin de l’année 1703, il restait plus souvent dans son archevêché à Tolède223. Amelot dressa un portrait à charge contre le cardinal en janvier 1706224. Il l’accusait d’être un homme dur et d’entretenir des « haines particulières ». Comme le lui avait dit Francisco Miguel Guerra, ancien président du Conseil des finances225, le comportement très dur de Portocarrero avait poussé l’almirante de Castille à la rébellion et le comte de Corzana, « un des meilleurs officiers », à se retirer.

  • 226 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 février 1706, fo 202.

145On apprend ainsi que c’est au cours d’une discussion, vraisemblablement informelle, que Francisco Miguel de Guerra confia à Amelot son sentiment sur les affaires. L’ambassadeur considérant cet ancien président comme « un homme de bien226 », on peut juger du crédit qu’il apporta à son propos, lequel servait ici à justifier dans une lettre au roi la mise à l’écart d’un des principaux promoteurs de la succession française à la couronne espagnole.

146Signe du caractère incontournable de l’ambassadeur du roi de France à la cour de Madrid, c’est à lui que les officiers et ministres espagnols s’adressaient lorsqu’ils souhaitaient se retirer ou faire passer un message. Outre Villadarias venu se justifier, le marquis de Mancera puis le duc d’Uceda intervinrent directement auprès d’Amelot afin d’obtenir leur congé. Le premier s’adressa à Amelot afin d’obtenir du roi le droit de se retirer pour devenir prêtre. Le second, ambassadeur de Philippe V auprès de la cour de Rome, lui envoya l’un de ses commis.

  • 227 Artola (dir.), 1991, p. 518.
  • 228 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 janvier 1707, fos 2-13, ici fo 8.

147En 1707, Antonio Sebastián de Toledo, marquis de Mancera, était l’un des courtisans les plus âgés. Selon Amelot, il avait atteint les 92 ans ; il approchait plus vraisemblablement les 99 ans. Il serait né en 1608227. Il avait rempli de nombreuses fonctions comme ambassadeur auprès de la République de Venise, ou de l’empereur. Il avait ensuite occupé la charge de vice-roi de Nouvelle-Espagne entre 1663 et 1673. Il avait été également l’un des personnages les plus influents de la cour de Marie-Anne d’Autriche puis de celle de Charles II, dont il avait favorisé le mariage avec Marie-Anne de Neubourg. Conseiller d’État, il préférait une succession autrichienne mais s’était finalement rangé au choix du souverain. Philippe V l’avait fait président du Conseil d’Italie et Mancera avait montré une inaltérable fidélité à la cause des Bourbons. Lorsqu’il songea à se retirer pour entrer dans les ordres, il vint voir Amelot. Il souhaitait obtenir des pensions sur l’évêché de Cordoue et devenir prêtre. Il lui demanda « d’y contribuer par [ses] offices228 ». Amelot déconseilla à Philippe V d’accepter car il se retrouverait dans l’embarras de lui trouver un successeur.

  • 229 Juan Francisco Pacheco Téllez-Girón, IVe duc consort de Uceda, né en 1649, fut gouverneur et capita (...)
  • 230 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, fos 285-292.
  • 231 Martín Velasco, 2006, p. 142.
  • 232 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, fo 288.

148En octobre 1707, Uceda229 envoya son secrétaire d’ambassade à Madrid230. Don Felix de la Cruz arriva ainsi à la cour pour demander le rappel du duc. Il resta ensuite à Madrid, vraisemblablement chargé de veiller aux intérêts d’Uceda qui était également un ami231. Comme dans les exemples précédents, il recourut à Amelot. L’ambassadeur notait dans sa dépêche qu’il l’avait « entretenu fort au long232 ». Les relations difficiles avec la cour de Rome, au sujet de Naples et des brefs, rendaient difficile le rappel. Amelot répondit négativement à la demande du vice-roi.

149Dans le cas de Mancera, comme dans celui du duc d’Uceda, l’ambassadeur de Louis XIV apparaît comme un intermédiaire obligé. Son truchement est nécessaire pour obtenir la grâce ou la faveur convoitée. Le recours systématique à un entretien direct, quitte à envoyer personnellement son secrétaire, souligne le caractère incontournable d’Amelot à la cour de Madrid, y compris pour les plus grands officiers. Que ce soit pour les hommes de guerre en difficulté, comme Villadarias après la chute de Barcelone et l’échec du siège en 1706, les représentants des princes étrangers, les officiers ou les ministres du roi d’Espagne, rien ne semblait plus efficace que de parler, discuter ou s’entretenir avec l’ambassadeur du Roi Très Chrétien pour obtenir l’accord de Philippe V. Indice du rôle prééminent de ceux qui occupèrent la fonction d’ambassadeur de Louis XIV, ou crédit personnel d’Amelot de Gournay qui réussit à « s’insinuer », pour employer un terme de l’époque, dans les arcanes de la cour ? Il serait bien difficile de trancher entre l’une ou l’autre possibilité.

150Conversations, entretiens ou confidences étaient le meilleur moyen de garantir le secret. Alternative à l’écrit qui laisse des traces, l’oral permettait d’aviser l’ambassadeur d’une nouvelle, de l’informer discrètement ou encore de faire des propositions. Si le procédé était particulièrement approprié pour les relations diplomatiques et les négociations entre les princes, il ne l’était pas moins pour un ambassadeur principal conseiller de Philippe V. Ainsi, outre les rares envoyés des autres puissances, des hommes de guerre qui venaient prévenir une mise à l’écart, et des courtisans souhaitant se retirer, la correspondance d’Amelot présente plusieurs exemples significatifs du recours à l’oral.

  • 233 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fos 141-142.
  • 234 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fos 149-150.

151Dans le cadre de sa mission, il y avait bien sûr les révélations faites à l’ambassadeur de Louis XIV. Il s’agissait d’informations militaires ou de nature diplomatique, dont l’auteur reste, la plupart du temps, anonyme sous la plume d’Amelot. En 1706, un officier portugais commissaire général de la cavalerie, qui avait été fait prisonnier, vint trouver Amelot. Il lui confia qu’il souhaitait avertir le roi de Portugal que les alliés se souciaient seulement de leurs propres intérêts et qu’il serait donc bien avisé de faire la paix233. Habitué sans doute aux aventuriers et aux manœuvres d’un officier désirant rentrer au pays, Amelot ne se laissa pas duper et resta méfiant234. Toutefois, envisager une paix séparée avec le Portugal avait alors tant d’attraits qu’il parut opportun de le laisser partir. L’officier put rentrer au Portugal.

  • 235 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 juin 1707, fos 250-257.

152Après Almansa, un autre prisonnier évoqua à Amelot, toujours par oral, des possibilités de paix séparée que la victoire semblait autoriser. Un maréchal de camp, frère du comte d’Atalaya, obtint ainsi le droit de rentrer chez lui. Amelot assurait qu’il l’avait rencontré à plusieurs reprises sans jamais évoquer la paix, afin de ne pas laisser croire que Louis XIV la recherchait235. En effet, après une bataille, il appartenait au vaincu de faire des propositions.

153Il faut ici souligner les caractéristiques du travail d’Amelot. Il recevait directement et se rendait accessible, y compris aux personnages sans doute les plus originaux. Il n’hésitait pas à discuter avec eux, et à les écouter. Enfin, il en rendait compte au roi de France, ce qui constitue le meilleur indice de l’attention qu’il pouvait porter à des initiatives surprenantes. S’il appartenait à un ambassadeur de ne pas se laisser tromper, il ne devait pas néanmoins laisser s’échapper la moindre opportunité.

  • 236 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 82vo.

154Surveiller le Portugal constituait une des principales missions d’Amelot. Il y envoyait donc des espions. En janvier 1707, il attendait des nouvelles de Lisbonne par « un homme que j’y ay envoyé236 ». Il s’agissait sans doute de celui qu’il le renseignait sur la situation militaire. Il veillait de près à ces questions comme le souligne ce passage écrit au roi :

  • 237 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 décembre 1706, fos 170-175.

Un homme auquel j’ay parlé ce matin, qui est parti il y a un mois de Lisbonne, m’asseure que le nombre de troupes débarquées, ne passe pas six mille hommes. […] Pour pouvoir s’assurer du dessein des ennemis j’ay envoyé un homme à Lisbonne que j’espère qui sera de retour dans quinze jours237.

  • 238 Le comte de Dohna était un général au service de la Hollande. Il fut fait prisonnier à Almansa en 1 (...)

155La paix était souvent au centre des conversations. L’ambassadeur jugeait souvent utile de rendre compte au roi de ces échanges dans le détail. Il allait parfois jusqu’à restituer un dialogue ou au moins à retracer les étapes d’une discussion en présentant les propos de chacun. Au cours de son ambassade à Madrid, il reçut chez lui à déjeuner le comte de Dohna, qui avait été fait prisonnier à Almansa. Pour l’occasion, Amelot invita également le fils du comte d’Aguilar. La lettre qu’il adressa au roi pour en rendre compte est particulièrement longue, plus de huit folios. Elle retrace la discussion engagée avec le comte de Dohna238 au cours du repas, mais aussi les échanges qui suivirent entre ce dernier et le comte d’Aguilar, conseillé par l’ambassadeur de Louis XIV.

156Le « dîné », c’est-à-dire le déjeuner, se déroula dans les premiers jours de juin. La bataille d’Almansa ayant eu lieu le 25 avril précédent, le temps écoulé entre la victoire du maréchal de Berwick et la discussion rapportée dans la dépêche permettait d’éclaircir la situation.

  • 239 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1707, fo 188.

157Amelot commença la discussion en interrogeant le comte de Dohna sur ce qui avait bien pu pousser les alliés à engager une bataille où leur infériorité était manifeste et alors même que rien ne les y obligeait. Dohna répondit que les instructions de la reine de Grande-Bretagne leur avaient enjoint de rechercher l’affrontement. Il ajouta aussi que dans le camp allié, les espérances de voir les troupes de Philippe V déserter en masse étaient très grandes. Cette assertion sur la fidélité des sujets espagnols attira l’attention d’Amelot qui la transcrivit ainsi : « … ils [les alliés] devoient être présentement bien désabusés des fausses idées qu’on leur avoit données des dispositions des Espagnols pour leur Roy [Philippe V]239 ».

158À la suite de cette invitation chez l’ambassadeur, il semble que le comte de Dohna ait à plusieurs reprises rencontré le comte d’Aguilar (fils). Ce dernier en informa immédiatement le roi d’Espagne mais aussi Amelot, qui lui conseilla de faire connaître à son interlocuteur hollandais l’avantage de la situation de Philippe V en ce milieu de l’année 1707. Le jeune comte souligna ainsi :

  • 240 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 189vo.

l’impossibilité aux alliés de pouvoir désormais entamer ce royaume par ce que le principal objet des Anglois, & des Hollandois, estant de s’établir aux Indes espagnoles, en mettant un roy à leur gré sur les trône de Castille, ils seroient forcés de renoncer à cette espérance dès qu’ils perdroient celle de conquérir l’Espagne240.

159L’argument présenté par d’Aguilar sur les conseils d’Amelot associait étroitement la question de l’accès aux Indes, c’est-à-dire l’ouverture commerciale, à celle du roi présent à Madrid. Le sort de l’Amérique espagnole se trouvait ainsi indéfectiblement lié à celui des possessions péninsulaires de la Monarchie Catholique.

  • 241 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 190.

160Le comte de Dohna répondit avec les arguments classiques de la rhétorique alliée contre Louis XIV. « L’apréhension de l’agrandissement de la France », sa tendance à vouloir gouverner « despotiquement » l’Espagne, la volonté de « donner des loix à toute l’Europe » constituaient l’un des principaux mobiles de la guerre. Il conclut que « si l’on pouvoit se persuader que le roy Philippe V gouvernât sa monarchie par luy-mesme, et par des ministres espagnols, les Estats-Généraux seroient fort contents qu’il conservast tous les Estats que Charles Second luy avoit laissés241 ».

  • 242 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 191vo.
  • 243 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 193.

161Selon la propre expression d’Amelot, Aguilar « répliqua » qu’il ne fallait pas craindre la monarchie universelle et que le roi d’Espagne n’avait que des Espagnols comme ministre. Finalement, le comte de Dohna offrit d’écrire en Hollande, « où il avoit de bons correspondants242 ». Il exigea le secret et qu’Amelot ne soit pas mis au courant. Aguilar se garda bien de ne pas prévenir l’ambassadeur de Louis XIV. Il l’informa chaque jour de la nature des trois conversations qu’il avait eues avec le comte de Dohna243.

162Il est intéressant dans cet exemple de voir que l’ambassadeur ne se contentait pas de résumer au roi la teneur de ses conversations mais en décrivait aussi les modalités. L’utilisation des verbes « répondit », « a donné à connaître », « répliqua », « reprit », « ayant dit » et « parloit » rend fidèlement la dimension orale de cet échange.

163Ce soin apporté à transcrire l’oralité au cœur d’une dépêche témoigne du rôle fondamental joué par « la conversation » dans la vie diplomatique du temps. Si les sources ont, par nature, laissé s’imposer l’idée que les négociations existaient lorsqu’elles débouchaient sur un traité, un accord, et que les dépêches constituaient les seuls indices matériels attestant de leur existence, l’analyse minutieuse de la correspondance d’un ambassadeur met au jour toute l’épaisseur, les modalités, les méthodes, les usages et les manières d’agir d’un négociateur. Immanquablement, des conversations, des discussions, des confidences ou des secrets échangés apparaissent. Ces exemples rappellent l’importance de l’oral dans les usages et pratiques de la diplomatie, et plus largement, au sein de la vie des cours.

164Dans le contexte des nouvelles relations entre les couronnes de France et d’Espagne, les ambassadeurs jouaient le rôle d’intermédiaire voire d’interlocuteur. Les liens nouveaux créés entre les deux monarchies et, plus encore, la guerre contre la quasi-totalité de l’Europe imposaient des intérêts communs. Toutes les ambitions devaient tenir compte de ce contexte qui créait une communauté d’intérêts entre les deux monarchies. Il s’imposait à tous, du douanier chargé de visiter les navires à l’entrée au port de la Veracruz au Grand d’Espagne à la cour de Madrid.

165Le crédit de l’ambassadeur de Louis XIV décuplait depuis la montée sur le trône du duc d’Anjou. Sa correspondance en témoigne. On recourait à lui, par écrit ou oralement, pour obtenir une faveur, des bons offices. Solliciter Amelot par oral obéissait parfois aussi à des impératifs de confidentialité absolue, comme lorsque le duc de Medinaceli voulut faire des offres de service à Louis XIV et à Philippe V.

  • 244 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, fo 87vo.
  • 245 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 juillet 1705, fo 253.
  • 246 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 mai 1706, fo 50.

166Le duc de Medinaceli était vice-roi de Naples lors du changement dynastique. IXe duc de Medinaceli, il était issu de l’un des lignages les plus anciens et les plus puissants. Amelot, qui le jugeait hautain et trouvait qu’il parlait « avec fièreté244 », le soupçonna dès le début de sa mission245. On lui avait promis la présidence d’Italie dès que Mancera viendrait à quitter cette charge. En 1706, il pensa devenir le Premier ministre de Philippe V et ne s’en cacha pas au président de Castille qui informa immédiatement Amelot246. Finalement, il n’intégra jamais le gouvernement comme il le souhaitait.

  • 247 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 31vo.

167Pour faire face aux difficultés financières, l’idée de saisir les biens aliénés de la couronne s’imposa. Fervent défenseur de la mesure, Amelot veilla à la rédaction du décret dit « des biens aliénés » par lequel la couronne s’exonérait de payer les intérêts aux propriétaires de ces titres. Il s’agissait d’une mesure certes impopulaire, mais à laquelle les souverains avaient souvent recours en cas de guerre. Medinaceli prétendit s’exempter des dispositions de ce décret. Il faisait valoir les droits de la maison de La Cerda, à laquelle il appartenait, sur la couronne de Castille. Son ancêtre le prince Don Alphonse avait obtenu des biens en échange de ses droits247.

  • 248 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 32.
  • 249 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 33.

168Pour obtenir gain de cause, il vint voir Amelot directement et multiplia les protestations de fidélité à l’égard de Philippe V. L’ambassadeur répondit qu’il n’ignorait rien de la grandeur de sa maison mais que l’éloignement du duc du palais ne lui avait pas donné la possibilité de « prendre avec luy toutes les liaisons » qu’il aurait souhaitées248. La présence au palais était l’un des indices de la fidélité des courtisans aux yeux d’Amelot. L’ambassadeur ajouta que « le reste de la conversation se passa gayement, et [il] l’assuray qu’[il] enverroit son mémoire à [Louis XIV] par le premier courrier249… ».

  • 250 Cette question empoisonnait les relations entre les cours de Rome et de Madrid depuis le début du r (...)

169Conscient de la situation délicate dans laquelle il se trouvait, le duc de Medinaceli tenta de se rapprocher d’Amelot. Là encore, tout commença par une confidence. Invité à assister à l’accouchement de la reine en août 1707, il offrit à l’ambassadeur ses services pour l’aider à dénouer le contentieux napolitain que la cour de Rome continuait de faire durer250. Amelot rendit compte de la conversation cinq jours après les couches de la reine.

  • 251 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 août 1707, fo 210.

Je ne dois pas oublier d’informer V. M. que me trouvant dans l’appartement de la reyne avec le duc de Medinaceli lors de l’accouchement, il me dit à propos des affaires de Naples, dont nous parlions, que si on le jugeoit bon à quelque chose pour le service du roy votre petit-fils, il s’offroit de bon cœur à travailler dans les matières dont on pouvoit croire qu’il avoit quelque connoissance, et de telle manière qui paroitroit plus convenable, me priant d’en assurer le roy son maître, et d’en rendre compte à V. M.251.

  • 252 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1707, fo 5.

170Quelques jours plus tard, le duc de Medinaceli vint de nouveau trouver Amelot pour discuter252. Il lui signifia qu’il souhaitait avoir une « conversation particulière » avec lui, pour lui parler « à cœur ouvert ». L’ambassadeur répondit poliment en l’assurant qu’il serait ravi de pouvoir « s’entretenir avec luy ».

  • 253 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 octobre 1707, fo 152.
  • 254 Lettre de Louis XIV à Amelot, 19 septembre 1707, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t (...)

171Le duc de Medinaceli visitait donc régulièrement Amelot. Les relations entre les deux hommes étaient d’abord des conversations, ou plutôt des confidences au cours desquelles le Grand d’Espagne cherchait à se placer et à défendre ses intérêts. Ce type de procédé montre encore une fois l’importance de ces échanges discrets, dans des circonstances peu propices, qui soulignent aussi leur fragilité. Amelot n’était pas dupe et exprima ses plus vives réserves dans sa dépêche au roi253, qui lui avait conseillé de se montrer ouvert tout en restant méfiant254.

  • 255 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, mémoire imprimé de Medinaceli, fos 258-276.
  • 256 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, fo 63.
  • 257 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 février 1709, fos 110-111vo.

172En janvier 1709, Medinaceli renouvela ses instances auprès d’Amelot. Il souhaitait s’entretenir avec lui du mémoire qu’il avait finalement fait imprimer en 1707255. Privilégiant toujours les rapports directs et les discussions, il se rendit lui-même à trois reprises chez l’ambassadeur256. À la troisième tentative, il trouva Amelot chez lui et lui témoigna son désir de lui « parl[er] avec confiance257 ».

173L’oral était prééminent dans le travail quotidien d’un ambassadeur. À travers les exemples présentés ci-dessus, une typologie des usages de l’oralité se dégage. Il y a tout d’abord les usages connus et traditionnels, celui du discours ou de la harangue, objet parfois de récupération ou de manipulation comme ce fut le cas pour celle qu’Amelot aurait prononcée et dont sa sœur Mme de Vaubecourt dénonça l’existence auprès de Torcy. Viennent ensuite les discussions ou plutôt les justifications des hommes de guerre, comme Villadarias qui préférait expliquer directement à Amelot les raisons de la chute de Barcelone à l’automne 1705.

174Dans le cadre d’une cour étrangère, et en dépit des conflits qui rendaient difficile la présence d’envoyés de princes étrangers, les relations entre les ambassadeurs étaient courantes. Des discussions, des « conférences », pour reprendre un terme de l’époque, pouvaient avoir lieu. Il s’agissait de trouver des solutions à des querelles ou à des difficultés qui pouvaient s’aggraver. Formuler oralement des propositions était alors un moyen de ne pas trop s’engager.

175Enfin, dans le contexte d’une union des couronnes, venir discuter avec l’ambassadeur constituait certes une forme de sociabilité inhérente à la vie de cour, mais aussi un moyen pour un courtisan de faire avancer ses intérêts.

 

176Le travail d’un ambassadeur comme Amelot s’inscrivait dans un contexte si particulier et différent de celui des autres envoyés, qu’il en fut profondément modifié. Sa présence assidue au palais, son suivi si précis et continu des affaires, ses relations avec les principaux personnages de la cour contribuèrent à singulariser sa mission.

177Certes, la fonction d’Amelot consistait d’abord en tout ce que la charge d’ambassadeur du Roi Très Chrétien supposait, c’est-à-dire informer son souverain, défendre ses intérêts et favoriser les relations entre les deux couronnes. En cela, sa correspondance ressemble à tous les documents diplomatiques contemporains. Elle obéissait aux mêmes règles.

178Toutefois, la lecture de ses dépêches invite à éclairer la position nouvelle dont jouissaient les ambassadeurs de Louis XIV à la cour d’Espagne depuis la montée sur le trône du duc d’Anjou. Le rapprochement évident des deux couronnes modifia le travail des envoyés du roi de France. Leur place était dorénavant celle d’un « ambassadeur de famille », un envoyé représentant un souverain uni par des liens familiaux étroits au souverain auprès duquel il était accrédité.

179À cette fonction, Amelot sut s’employer habilement à gagner les faveurs de Philippe V, de sa femme et de la princesse des Ursins, mais également à s’immiscer suffisamment pour devenir un interlocuteur, un arbitre ou un confident incontournable.

Notes

1 Chartier, 2009, pp. 362-363.

2 Ibid., p. 298.

3 « Mémoire sur les projets des ennemis, et relation d’un homme bien informé et bien intentionné, que j’entretiens auprès de Milord Gallowai [Galloway] », 15 avril 1705, dans Tessé, Mémoires et lettres, t. II, pp. 169-173, précisément voir p. 173.

4 Les lettres que Louis XIV lui adressa lorsqu’il était ambassadeur au Portugal ont été éditées au xixe siècle : Louis XIV, Amelot, Correspondance… Portugal.

5 Pour s’en convaincre, il suffit simplement de consulter le premier volume de l’ouvrage dirigé par Bittner, Gross, 1936.

6 Bély, 1990, p. 294.

7 Ibid., p. 294.

8 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fo 19.

9 Maquart, inédite.

10 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, pp. 3-4.

11 Béchu, 1998, p. 333.

12 Ribera, 2007, p. 43.

13 Cermakian, 1969, pp. 274-292.

14 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XI, vol. 1, pp. 86-87.

15 Antoine-Charles de Gramont, IVe duc de Gramont, fut connu sous le nom de comte de Louvigny. Il devint duc de Gramont et pair de France à la mort de son père en 1678. Il mourut en 1720 après avoir reçu la Toison d’or. Saint-Simon, Mémoires, t. III, p. 20.

16 Antoine III, duc de Gramont, souverain de Bidache, comte de Guiche et de Louvigny, né en 1604 et mort en 1678. Il suivit une carrière dans les armes avant d’être nommé ambassadeur extraordinaire en 1657 et en 1659. Saint-Simon, Mémoires, t. I, p. 216.

17 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII, vol. 2, pp. 91-92.

18 Álvarez-Ossorio Alvariño, 1997, p. 292.

19 Si l’action concrète et quotidienne des négociateurs mériterait encore d’amples recherches et ces dernières d’être systématisées, on trouvera néanmoins des informations à ce sujet dans Russell, 1992 ; Mattingly, 1955 ; Edelmayer, 1989 ; Babel, 2005.

20 Voir son chapitre xix, « Des dépesches et de ce qu’il y faut observer », dans Callières, L’art de négocier, pp. 244-245.

21 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 mai 1705, Madrid, f o 42.

22 Rodríguez Villa, 1913.

23 AGP, Sección Histórica, Embajadas, caja 43.

24 Les listes de comptabilité sont disponibles à l’AGP. On offrait ainsi des confitures, des fruits et diverses autres denrées.

25 Río Barredo, 2000, p. 167.

26 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre de Brancas à Louis XIV, 21 novembre 1707, fo 118.

27 Un Holandés en la España de Felipe IV, p. 171.

28 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 février 1706, fo 165vo.

29 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 juin 1705, Madrid, fo 143 ; Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 85.

30 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 171 ; Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 septembre 1706, fos 10-11.

31 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1705, Madrid, fo 184vo.

32 Picavet, 1930, p. 108.

33 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 251-252.

34 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 25 février 1706, fo 258.

35 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juillet 1705, Madrid, fo 216.

36 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 février 1706, fo 228vo.

37 AN, KK 1332, Registre des lettres du duc d’Orléans, lettre du duc d’Orléans à Philippe V, 25 mai 1707, Saragosse, fo 12.

38 « Le Président d’Hazienda vient chés moy deux fois la semaine, pour concerter toutes les mesures, qu’il convient de prendre d’un jour à l’autre, et pour m’informer des pas qui ont esté faits » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 juin 1707, fo 2).

39 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 77.

40 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fos 160-163.

41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 avril 1706, fos 239-245.

42 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, fos 128-135.

43 Le comte d’Aguilar (fils) avait été promu directeur général de l’infanterie à la fin de l’année 1704. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 décembre 1706, fo 136 ; Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 135-136.

44 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 16 mai 1707, fo 90.

45 AN, Marine, B7 248, Consulat, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 16 août 1707, fos 71-75.

46 AN, Marine, B7 248, Consulat, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 27 août 1707, fo 118.

47 « Mr Mesnager, Monsieur, a continué de travailler, avec les deux secrétaires du Conseil des Indes, a dresser le projet de règlement de commerce dont il s’agit. Il m’assure qu’il sera achevé ce soir. J’ay pris ce jour, après demain, pour le repasser, et en examiner tous les articles, avec ceux qui y ont travaillé, & quelques autres personnes intelligentes, et qui sont le plus au fait de la matière, que j’y appeleray, après quoy, on en rendra compte au Roy d’Espagne » (AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 25 juin 1708).

48 Louis XIV lui accorda la croix de Saint-Michel en 1708. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 4 mai 1708, fo 75.

49 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, 17 mars 1706, fos 247-248.

50 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Chamillart à Amelot, 24 novembre 1706, Versailles, fo 305 ; AN, G7 1093, Comptes de la succession d’Espagne, lettre d’Amelot à Chamillart, 24 janvier 1707, Madrid.

51 SHD, A1 2048, no 77, lettre de Quenneville à Chamillart, 25 janvier 1707.

52 BnF, Ms. fr., NAF, 20272-20273, Correspondances du maréchal de Tessé pendant la guerre de Succession d’Espagne.

53 Lettre de Louis XIV à Amelot, 1er août 1706, dans Louis XVI, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 141.

54 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 août 1706, fo 197.

55 Le 1er janvier 1706, Philippe V avait nommé Fernando de Aragón Moncada de Luna y Cardona, gentilhomme de la chambre, duc de Montalto, marquis de Los Velez, gouverneur militaire de Carthagène. C’était un parent du duc de Villahermosa et jugé « très honneste homme » par Amelot. Gómez Vizcaíno, 2001, pp. 79-104.

56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 8 août 1706, fo 197.

57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 25 février 1706, fo 268.

58 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 28 avril 1707, à 11 heures du matin, fos 235-236.

59 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 mai 1706, fo 113.

60 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Torcy, [19 ou 20] mai 1706, fo 58.

61 Berwick, Mémoires, t. I, p. 322 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 mai 1706, fos 117-119.

62 Adair, 1929.

63 González Dávila, Teatro de las grandezas de la villa de Madrid, p. 2, cité dans Río Barredo, 2000, p. 8.

64 Bély, 2009, pp. 96-97.

65 Vauban, Les oisivetés ; voir également Martin, Virol, 2008, et Salzmann, 2008.

66 Bély, 2009, p. 686.

67 Río Barredo, 2000, pp. 37-38.

68 Ibid., pp. 39-42.

69 Ibid., p. 47.

70 Ibid., p. 81.

71 Andrés, 1976, pp. 15-31.

72 Río Barredo, 2000, p. 147.

73 Pinto Crespo, Madrazo Madrazo (dir.), 1995, p. 185.

74 Ibid., p. 51.

75 Elliott, 2007, pp. 222-223. Voir aussi Brown, Elliott, 2003.

76 Barrios, 1988a, p. 42.

77 Ibid., p. 49.

78 Sur cet auteur et ses nombreuses publications, voir Barrios, 1988a, pp. 26-27.

79 González Dávila, Teatro de las grandezas de la villa de Madrid.

80 Également appelée Fête-Dieu, elle a lieu soixante jours après Pâques.

81 Río Barredo, 2000, pp. 146-147.

82 Gea, 2006, p. 158.

83 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 31 août 1705, Madrid, fos 76-83.

84 Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, p. 93.

85 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 148, lettre d’Amelot à Louis XIV, 31 août 1705, Madrid, fos 76-83.

86 BNE, ms. 13654, Al preñado de la reyna y fiesta de su publicación día 12 de febrero 1707, fo 72. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 février 1707, fo 157vo.

87 AHN, Consejo, libr. 2010, fo 24.

88 Cortés Echánove, 1958, p. 95.

89 Noticias verdaderas de todo lo sucedido en Madrid.

90 AHN, Estado, leg. 1919, Consultas originales del Consejo, sobre asuntos relativos a la negociación de Venecia, consulte du Consejo de Estado, 8 janvier 1707.

91 Callières, L’art de négocier, p. 215.

92 « Un prince ou une république ne doit pas aussi permettre que ses officiers de justice ny aucun de ses sujets sans distinction de qualitez violent le droit des gens en la personne des ministres étrangers qui sont reconnus pour tels dans son État, et s’il y a des sujets assez téméraires pour y contrevenir, le prince est obligé de faire réparer promptement les insultes qui ont été faites à ces ministres de la même manière qu’il voudroit qu’on en usât en pareil cas à l’égard des ministres de qu’il tient dans les autres États » (ibid.).

93 Ibid.

94 Ibid., p. 216. Sur cette question on se reportera aussi à Matilla Tascón, 1981, pp. 61-63.

95 Ces franchises avaient fait l’objet de nombreuses contestations judiciaires dont on retrouve la trace aujourd’hui dans les archives de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte. Les alcaldes étaient des juges chargés de recevoir les plaintes portées chaque jour à la cour, d’enquêter sur les délits, de surveiller et de veiller à l’ordre public dans les villes où la cour résidait (Artola, 1999, pp. 132-133, 311 ; Desdevises du Dézert, 1899, pp. 88-91). À ce titre, ils surveillaient donc les résidences des envoyés et veillaient à ce qu’ils n’abusent pas de leurs franchises. Les envoyés du roi de France furent ainsi plusieurs fois attaqués devant ce tribunal pour s’expliquer au sujet de l’introduction et de la fabrication frauduleuse de saucissons et de fromages dans la deuxième moitié du xviie siècle. Les pièces de ces procédures sont aujourd’hui consultables à l’Archivo Histórico Nacional (AHN, Consejos, Registro de libros de la Sección de Consejos, Sala de Alcaldes de Casa y Corte, lib. 724-741, 11906-1409, 1170-1175, 1420-1422, 1781-1782 et 2777-2794). Voir aussi Pelletier-Pech, 2010, pp. 343-358.

96 Sánchez Gómez, inédite, pp. 168 sqq. Il s’agissait de trafics de boissons ou d’aliments, et parfois de fausse monnaie. Les scandales, querelles et tentatives de se soustraire à la justice se multiplièrent durant le règne de Charles II.

97 « Embajada española », p. 38.

98 Sánchez Gómez, inédite, p. 173.

99 AHN, Consejo, leg. 7107, no 116, consulte du Conseil de Castille, 30 septembre 1668. On trouve également une abondante documentation dans ce legajo sur les délits commis par les membres des suites des ambassadeurs. Sánchez Gómez, inédite, p. 199.

100 AHN, Consejo, leg. 10.113, décret royal, septembre 1684. Sánchez Gómez, inédite, pp. 174-175 et 199. Voir également Adair, 1929, p. 223.

101 Matilla Tascón, 1981, pp. 61-63.

102 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XII bis, vol. 3, p. 168 ; Villars, Mémoires de la cour d’Espagne de 1679 à 1681, p. 140.

103 Sánchez Gómez, inédite, p. 171.

104 Lorsqu’il était ambassadeur au Portugal, par exemple, Amelot logeait dans le palais des descendants de Vasco de Gama, comtes da Vidigueira, près de l’église Saint-Roch de Lisbonne (Sequeira, 1939, t. II, pp. 184-185 ; Rau, p. 73).

105 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 mai 1706, fos 49-55.

106 Ribera, 2007, p. 111.

107 Gracián, El Criticón, p. 506, cité dans Castillo Gómez, 2001, p. 821.

108 Roosen, 1970, p. 313.

109 Bioteau, inédite.

110 Cardim, 2005, p. 96.

111 Picavet, 1930, p. 112.

112 Blockmans, 2000, p. 165.

113 Cité dans Ochoa Brun, 1995, p. 376.

114 Sur les lettres d’instructions, voir Bély, 1990, pp. 481-505 et sur l’écriture du diplomate ibid., p. 504. Pour un aperçu plus général des conditions de travail du diplomate, voir Bély, 1992, p. 349.

115 Bouza Álvarez, 2001, p. 140, cité dans Cardim, 2005, p. 99.

116 Castillo Gómez, 2001, p. 813.

117 Cardim, 2005, p. 97.

118 Vera y Zúñiga, El Enbaxador, Discurso tercero, pp. 26-27.

119 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 avril 1707, fo 190.

120 AGI, Indiferente General, Pérou, leg. 25, Minutas de consultas, Nueva España, 1706-1712, lettre de Felipe V à Albuquerque, 19 janvier 1706. Gaspard de Pinedo était chevalier de Saint-Jacques. Il travaillait auprès du secretario del despacho universal de guerra. Il participa au projet de réorganisation du commerce américain en 1707. AN, Marine, B7 248, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 12 août 1707, fos 44-51.

121 AN, AE, BI 771, lettre d’Amelot à Pontchartrain, 7 juillet 1709, Madrid.

122 Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. IV, pp. 142-143.

123 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 7 juin 1705, Versailles, fo 19-19vo.

124 Bély, 1990, p. 504.

125 Jusserand, 1892, p. 199, cité dans Picavet, 1930, p. 111.

126 Ibid., p. 111.

127 Cardim, 2005, p. 99.

128 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 30 janvier 1706, fo 163 ; t. 168, lettre d’Amelot à Torcy, 16 mai 1707, fo 99.

129 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 157, lettre de Torcy à Amelot, s. d., fo 164 ; t. 168, lettre de Torcy à Amelot, 30 mai 1707, fo 95.

130 AN, Marine, B2 182, Pontchartrain à Daubenton, 26 août 1705, fo 396.

131 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, 16 octobre 1707, fo 10.

132 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 174, lettre de Chamillart à Amelot, s. d., fo 142.

133 Mateo López Dicastillo, fonctionnaire chargé du maintien de l’ordre (alcalde de corte) et membre du Conseil de Castille, participa à plusieurs juntes dans lesquelles il se révéla un fidèle partisan de Philippe V. En 1705, il appartenait à celle du don gratuit (donativo général) et en 1706, il intégra celle du commerce. Il bénéficia du soutien de Pontchartrain qui le recommanda pour être juge conservateur de la nation. Sa fidélité fut récompensée en 1705 par le titre de comte de la Vega del Pozo (Navarre). La même année, il fut nommé conseiller surnuméraire de la Cámara de Castille. Il était entré au Conseil de Castille sous le règne de Charles II (1693). ADM, Archivo Histórico, leg. 6, ramo 8, lettre de Vaudémont à Medinaceli, 7 janvier 1705, Milan, fo 1 ; AHN, Estado, leg. 772, « Copía de decreto expedido en tres de henero de 1705 en razon del donativo général » ; AHN, Estado, lib. 2753, no 93, fo 22vo ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, Versailles, fos 233-234, lettre de Pontchartrain à Amelot, 3 novembre 1706, fo 245-248 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Chamillart à Mesnager, 28 mars 1706, fos 291-292. Voir Fayard, 1979, pp. 128, 174 et 558 ; Molas Ribalta, 1978, p. 27.

134 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Chamillart Amelot, 9 mars 1706, fos 194-196.

135 Mattingly, 1955, p. 241.

136 Anderson, 1993, pp. 2-11.

137 Ibid., p. 21.

138 Álvarez Pinedo, Rodríguez de Diego, 1993, pp. 11-36. Si c’est à Charles Quint et à Philippe II que revient la paternité de la création définitive du dépôt des archives de Simancas, la première trace d’une volonté de conserver les archives royales remonte à Alphonse XI, notamment par l’ordonnance d’Alcalá en 1348. Tous les pays européens innovèrent à la fin du Moyen Âge (xive et xve siècles) en matière d’archivage, mais seule la monarchie espagnole alla jusqu’à l’organiser de manière aussi exclusive et rationnelle dans le château de Simancas, transformé à cet effet. Voir Bautier, 1968.

139 Plaza Bores, 1992, p. 23.

140 Hugon, 2004, p. 128.

141 Ossat, Letres [sic], t. I, p. 75.

142 Picavet, 1930, pp. 263-279.

143 Edelmayer, 1989, p. 41.

144 Ibid., p. 44.

145 AMAE, Mém. et doc., Esp., t. 51, « Sur la langue dont les ambassadeurs de France en Espagne usent en écrivant aux secrétaires d’État du Roy Catholique », 1721, fo 215.

146 La plupart des documents où l’on retrouve l’écriture d’Amelot sont dans la série Estado de l’Archivo Histórico Nacional ou à l’Archivo General de Simancas.

147 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 33.

148 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 22 juin 1705, Versailles, fo 33.

149 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Torcy à Amelot, 4 octobre 1705, Fontainebleau, fo 125 ; lettre de Torcy à Amelot, 11 octobre 1705, fo 133.

150 Anderson, 1993, p. 21.

151 Picavet, 1930, p. 115.

152 Baudrillart, 1890a, t. I, pp. 130 sqq. ; Cermakian, 1969, pp. 294-296.

153 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fos 80-99.

154 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 juin 1705, Madrid, fo 170 ; t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 23 avril 1706, fos 226-234 ; t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 mai 1706, fos 2-13 ; t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 novembre 1706, fos 22-28.

155 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 septembre 1707, fos 123-127.

156 On peut voir la table du chiffre employé par Berwick durant la guerre aux archives du Palacio de Liria (Madrid).

157 Allen, 1973, p. 93.

158 Anderson, 1993, p. 22.

159 Ibid., p. 22.

160 Hugon, 2004, pp. 370-372.

161 Ibid., p. 372.

162 Bély, 1990, p. 156.

163 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Torcy, 18 février 1706, fo 248.

164 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Torcy, 12 août 1705, Madrid, fos 152-154.

165 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre d’Amelot à Torcy, 19 novembre 1705, fos 237-238.

166 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 154, lettre de Chamillart à Amelot, 27 novembre 1705, fo 231.

167 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Tessé à Amelot, 19 janvier 1706, fos 101-102.

168 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre d’Amelot à Torcy, 8 mai 1706, fos 160-161.

169 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 novembre 1707, fo 41.

170 AMV, Instrumentos, 1707, lettre de la ville de Valence à Amelot, 13 septembre 1707, fo 122 ; ARV, Generalitat, no 1961, Lletres misives de la Generalitat, lettre de la Generalitat à Amelot, 7 septembre 1707, fo 4.

171 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 21 septembre 1707, fo 142.

172 Albareda Salvadó, 2010, pp. 210 et 236.

173 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 2 novembre 1707, fo 164 ; lettre d’Amelot à la ville de Valence, 7 décembre 1707, fo 185.

174 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 5 octobre 1707, fo 155.

175 AMV, Instrumentos, 1707, lettre d’Amelot à la ville de Valence, 7 décembre 1707, fo 185.

176 Frigo, 1990, pp. 121-145.

177 Callières, De l’art de négocier, p. 235.

178 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 68vo.

179 Cardim, 2005, p. 97.

180 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, copie d’une lettre écrite par Amelot à Tessé, 11 avril 1706, Madrid, fos 189-190.

181 AN, G7 1093, Comptes de la guerre de Succession d’Espagne, copie de la lettre de Ducasse à La Havane à Amelot, 12 février 1708.

182 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Desmarets, 23 avril 1708.

183 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Torcy, 21 novembre 1707, fos 69-77.

184 Le chiffre de Das Minas fut cassé, ainsi que celui du duc de Savoie avec le prince Eugène. AMAE, Cor. pol., Milanais, Supplément, t. 7.

185 Cardim, 2005, p. 110.

186 Ibid., p. 113.

187 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 26 décembre 1707, fos 235-235vo.

188 Francisco de Velasco, comte de Fuensalida, né vers le milieu du xviie siècle d’une ancienne famille castillane, fut nommé vice-roi de Catalogne sous le règne de Charles II. Il fut chargé du commandement de l’armée que la cour de Madrid envoya contre le duc de Vendôme pour faire lever le siège de Barcelone en 1697, et échoua dans cette entreprise. À l’avènement de Philippe V au trône d’Espagne, Velasco se déclara franchement pour ce prince ; et il défendit sa cause avec beaucoup de volonté, en 1704, lorsqu’il fut sommé de rendre Barcelone à l’archiduc Charles. Il soutint un long siège devant les flottes et les armées réunies des Anglais et des Impériaux que commandaient le prince Darmstadt et Peterborough. Il ne rendit la place qu’en 1706. Il fut ensuite gouverneur de Ceuta et de Cadix. Il mourut en 1716 (Michaud [éd.], 1811-1828, t. 48). Il fut aussi gouverneur de Milan pendant la guerre de Neuf Ans (Bromley [dir.], 1970, p. 241).

189 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1706, fos 45-52.

190 Voir Albareda Salvadó, 1999 ; Bartrolí i Orpí, 1979, p. 70.

191 Segura García, 2006, p. 8.

192 Albareda Salvadó, 2010, p. 82.

193 Segura García, 2006, p. 9.

194 AHN, Estado, leg. 2947, Correspondance de Velasco avec la cour en 1705. Il y a notamment les lettres qui annoncent l’arrivée de l’escadre anglaise avec l’archiduc Charles à son bord.

195 Albareda Salvadó, 2010, pp. 140, 143, 148 et 166.

196 Feliu de la Penya, Anales de Cataluña, t. III, p. 25. La répression de la conspiration par Velasco a fait basculer dans le camp de l’archiduc de nombreux Catalans jusqu’alors attentistes ou prudents, notamment les membres du Consell de Cent. Torras i Ribé, 1999, pp. 101-104.

197 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 6 janvier 1706, fos 45-52.

198 Un bourgeois de Saint-Malo avait confié à Pontchartrain que Villadarias aurait entretenu des correspondances avec le prince Darmstadt. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 19 mai 1706, fos 160-161.

199 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 162, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 novembre 1706, fos 91-92.

200 Le pape lui adressa une chaleureuse lettre de félicitations le 6 février 1701. Citée dans Martín Marcos, 2008.

201 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 janvier 1706, fos 103-111.

202 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 mars 1706, fos 36-43.

203 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juin 1706, fos 152-155.

204 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 juin 1706, fos 202-205.

205 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 juillet 1706, fos 22-26.

206 Hermann, 1985.

207 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 167, lettre d’Amelot à Louis XIV, 11 avril 1707, fo 188.

208 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 195.

209 Voir chapitre iv.

210 AHN, Estado, leg. 2873, consulte du Consejo de Estado, 20 décembre 1707. Le marquis de Casali succéda en 1707 au comte de Baldini, rappelé à Parme.

211 Kerney Walsh, 1995, pp. 143-153.

212 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 octobre 1706, fos 173-181.

213 Waquet, 1990.

214 AGP, Sección Histórica, Fondos Embajadas, caja 41, exp. 2, Relación de órdenes sobre asistencias de las Reales Caballerizas a embajadores con motivo de audiencias públicas, con antecedentes desde 1692 (1744). Ce carton contient de nombreux documents sur la réception des ambassadeurs à Madrid. Ils concernent le règne de Philippe V mais on trouve des documents des périodes antérieures.

215 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 158, lettre d’Amelot à Louis XIV, 18 avril 1706, fos 201-206.

216 La bibliographie disponible sur l’avant-dernier Médicis se réduit principalement au rôle artistique et culturel de sa cour dans la première moitié du xviiie siècle. Hale, 1977, p. 202.

217 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, Lettre de Louis XIV à Amelot, 23 mai 1706, fos 37-39 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 juin 1706, Madrid, fos 152-155.

218 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 septembre 1707, fos 34-37.

219 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 227.

220 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 septembre 1707, fos 76-84.

221 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 décembre 1707, fos 165-168.

222 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 mai 1705, Madrid, fo 70vo.

223 Peña Izquierdo, inédite, t. III, pp. 271-272.

224 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 février 1706, fo 202.

225 Francisco Miguel Guerra était un ancien grand chancelier de l’État de Milan. Il passa à Versailles, où il fit une très bonne impression, ce qui lui valut de devenir président du Consejo de Hacienda. Sa charge lui fut retirée à la fin de l’année 1705, il entra alors au Conseil de Castille. Amelot le soupçonna fortement d’avoir été attentiste lors de la prise de Madrid par les Portugais en 1706. Persuadé de bonnes intentions de Guerra, Louis XIV réclama l’indulgence de Philippe V à son égard. Il retrouva les faveurs de son roi au point de devenir président du Conseil de Castille en 1714. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 152, lettre de Philippe V à Louis XIV, 2 janvier 1705, Madrid, fos 3-4 ; t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 janvier 1706, fos 36-42 ; t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 juin 1707, fos 250-257 ; lettre de Louis XIV à Amelot, 6 juin 1707, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 207 ; Fayard, 1979, pp. 71, 91, 132, 135-136, 143, 160-161 ; Saint Simon, Mémoires, t. XXXIX, pp. 281-286.

226 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 10 février 1706, fo 202.

227 Artola (dir.), 1991, p. 518.

228 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 janvier 1707, fos 2-13, ici fo 8.

229 Juan Francisco Pacheco Téllez-Girón, IVe duc consort de Uceda, né en 1649, fut gouverneur et capitaine général de Galice, vice-roi de Sicile, conseiller d’État et ambassadeur à Rome (1699-1709). Lors de la rupture des relations entre Philippe V et le Saint-Siège, il quitta Rome pour Gênes. Après le débarquement de l’archiduc Charles à Gênes, il se rallia à lui et le suivit à Vienne où il fut trésorier du Conseil suprême d’Espagne. Il avait épousé en 1667 Isabel María Francisca Téllez-Girón de Sandoval, IVe duchesse de Uceda, fille du Ve duc d’Osuna. Ozanam, 1998, pp. 382-383.

230 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, fos 285-292.

231 Martín Velasco, 2006, p. 142.

232 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 octobre 1707, fo 288.

233 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fos 141-142.

234 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fos 149-150.

235 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 juin 1707, fos 250-257.

236 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 janvier 1707, fo 82vo.

237 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 166, lettre d’Amelot à Louis XIV, 20 décembre 1706, fos 170-175.

238 Le comte de Dohna était un général au service de la Hollande. Il fut fait prisonnier à Almansa en 1707. Par la suite il devint gouverneur de Mons et il accompagna les plénipotentiaires d’Huxelles et Polignac jusqu’à Bruxelles lors de leur voyage vers Utrecht en 1712 (Bély, 1990, p. 379).

239 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1707, fo 188.

240 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 189vo.

241 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 190.

242 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 191vo.

243 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 161, lettre d’Amelot à Louis XIV, 12 octobre 1706, fo 193.

244 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, fo 87vo.

245 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 15 juillet 1705, fo 253.

246 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, 19 mai 1706, fo 50.

247 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 31vo.

248 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 32.

249 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, lettre d’Amelot à Louis XIV, 9 mai 1707, fo 33.

250 Cette question empoisonnait les relations entre les cours de Rome et de Madrid depuis le début du règne de Philippe V. Le pape se refusait à concéder l’investiture du royaume de Naples, feude pontifical. Dans les archives du duc de Medinaceli, on peut consulter de nombreux mémoires sur cette question. ADM, Archivo Histórico, ramo 27, nos 1-19, 1701-1702 ; papiers et documents sur l’investiture du royaume de Naples.

251 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre d’Amelot à Louis XIV, 29 août 1707, fo 210.

252 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1707, fo 5.

253 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 3 octobre 1707, fo 152.

254 Lettre de Louis XIV à Amelot, 19 septembre 1707, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 236.

255 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, mémoire imprimé de Medinaceli, fos 258-276.

256 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 21 janvier 1709, fo 63.

257 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 4 février 1709, fos 110-111vo.

Table des illustrations

Titre Graph. 2. — Durée des missions des ambassadeurs de Louis XIV auprès du Roi Catholique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/5192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search