Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Deuxième partie. Faire carrière et négocier : mobiliser ses réseaux

Chapitre IV

Les réseaux d’une carrière

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet l’introduction de Dedieu et Moutoukias dans Castellano, Dedieu (dir.), 1998, pp. 7- (...)

1L’histoire politique, un temps critiquée, a retrouvé sa place dans l’historiographie. Mêlant les approches de l’anthropologie, l’histoire sociale ou encore le développement de concepts comme celui de réseaux1, elle a été profondément renouvelée au point que l’on parle aujourd’hui d’histoire sociale ou culturelle du politique. Dès lors que l’on s’intéresse à un individu, le besoin de reconstituer son tissu de relations, d’amitiés et de clientèles se fait sentir.

  • 2 Andújar Castillo, 1996 ; Fayard, 1979 ; Glesener, inédite ; Goncalvès, 2008.

2Les relations entre l’individu et la société ont été davantage pensées en termes de réseaux et de patronage. Ces concepts ont utilement fécondé à la fois la biographie et l’étude des groupes. L’étude des réseaux permet en outre de réconcilier des approches centrées sur l’homme et celles focalisées sur les institutions2. Aux études sur les institutions, comme les cours de justice, les conseils, et l’ensemble des appareils administratifs, ont succédé des analyses insistant davantage sur les hommes qui les peuplaient. Lié à l’essor de la prosopographie, ce courant voulait dépasser les limites d’une histoire strictement normative des institutions.

  • 3 Durand, 1981.
  • 4 Rey (dir.), 1998, s. v. « Clientèle », p. 777.

3Dans le même temps, les travaux sur le patronage ont renouvelé les approches de la fidélité et du concept de clientèles. En étudiant le rapport patron-client, Roland Mousnier a développé le concept de fidélité3. La réciprocité fondait les relations de patronage en les inscrivant dans une hiérarchie très stricte. Le patron offrait protection, faveurs et soutiens à un client, qui, en retour, se montrait attaché à son service. Pour Roland Mousnier, les relations personnelles marquées par l’amitié, les sentiments ou l’affection caractérisaient le clientélisme de l’époque. Il faut comprendre ce terme dans un sens différent de celui d’aujourd’hui et bien moins péjoratif. Aux origines du mot clientélisme, il y a clientela4, terme latin qui désigne un état, celui de client, envers le patronus, c’est-à-dire le patron. À l’époque médiévale, clientela était synonyme de vassalité et désignait l’ensemble des vassaux et des domestiques d’un seigneur. C’est au xixe siècle qu’il acquit le sens commercial qui lui vaut d’être aujourd’hui marqué négativement.

  • 5 Kettering, 1986, p. 18.
  • 6 Ibid., p. 235.
  • 7 Ibid., p. 3.
  • 8 Ibid., p. 9.

4Sharon Kettering a développé l’analyse de Roland Mousnier en la nuançant5. Elle approfondit notamment ce concept en soulignant des évolutions. Au cours des xvie et xviie siècles, les clientèles administratives se développèrent aux dépens des clientèles des grands seigneurs. Le roi récupéra et concentra à son profit une grande partie des clientèles. La nature des relations changea, elles devinrent plus pragmatiques, utilitaristes, et moins émotionnelles ou personnelles6. Le patronage renvoyait nécessairement aux réalités du pouvoir puisqu’il en était une forme indirecte7. Il aurait permis l’éclosion du premier État moderne et de la première bureaucratie en Europe8 tout en étant le révélateur des limites de la centralisation.

5L’étude des réseaux d’Amelot et de ses relations de patronage — en tant que client ou patron — permet ainsi d’éclairer son parcours, son travail et une partie de ses décisions. Dévoiler les motifs de son action nécessite d’établir les relations qui le liaient avec les ministres de Louis XIV et ceux de Philippe V, mais également avec la cour ou les milieux marchands et financiers. Or, la manière dont un individu usait de son réseau, de ses connaissances, de ses patrons et de ses amis dépendait de la nature des liens qui le reliaient à eux. Un lien d’amitié est peu comparable à un lien familial, et celui-ci l’est encore moins avec un lien de patronage tel que le décrit Sharon Kettering. Pour comprendre la nombreuse correspondance qu’Amelot a laissée de ses multiples rapports avec des ministres, des courtisans, des officiers, des espions, des hommes de guerre ou des membres de sa famille, il convient de retrouver la nature des liens qui l’unissaient avec ses destinataires.

I. — Les réseaux d’Amelot : quelle approche ?

  • 9 Dedieu, Moutoukias, 1998, p. 252.

6Les réseaux d’un courtisan de l’Ancien Régime pouvaient être de nature familiale, religieuse, professionnelle ou amicale9. Ils ne fonctionnaient pas tous de la même manière : à chaque réseau son usage en quelque sorte. Il ne s’agit pas ici de dresser seulement un tableau de ceux dont Amelot disposait mais plutôt de voir leurs usages et comment ils s’articulaient. La présentation vise ainsi à montrer comment ils pouvaient même entrer en concurrence.

  • 10 Aguesseau, Discours sur la vie et la mort, p. 222 ; Storez, 1996, p. 75.
  • 11 BnF, Ms. fr., NAF, no 1991 ; Storez, 1996, p. 78.
  • 12 Ibid., p. 148.

7Enfin, certains personnages comme Pontchartrain, pouvaient appartenir à des réseaux différents. Chamillart était à la fois un patron au sens où il appuya la nomination d’Amelot au conseil de Commerce, mais également un ami comme on le verra plus loin. Le premier des réseaux d’Amelot, c’est celui de sa famille. On l’a vu, son mariage avec Catherine Le Pelletier lui ouvrit une clientèle prestigieuse bien intégrée au Parlement mais aussi à la cour. On a peu d’informations sur ce que sa propre famille lui a permis d’obtenir. Comme tous les rejetons du monde de la judicature, c’est à ses parents qu’il devait ses places au Parlement de Paris avant même l’âge requis. La documentation disponible laisse cependant l’impression qu’il s’appuya davantage sur la parenté de sa femme. Il semble s’être lié d’amitié avec d’Aguesseau, le père du futur chancelier. C’est ce qui transparaît dans le mémoire que d’Aguesseau écrivit pour l’éducation de son fils, et que ses amis lui demandèrent pour leurs propres enfants10 : la Bibliothèque nationale en conserve une copie adressée à « M. Amelot, ambassadeur en Suisse pour Monsieur son fils11 ». Les liens entre les familles perdurèrent puisqu'en 1709, Henri-François, le futur chancelier, confiait l’éducation de sa fille Marie-Anne aux sœurs de la Visitation-Sainte-Marie dont la mère supérieure n’était autre que la sœur d’Amelot12.

  • 13 Famille originaire de Touraine où se trouvait la seigneurie de Noiraye. Le premier Voysin connu, pr (...)
  • 14 L’oncle paternel de Daniel-François Voysin était le mari de Marie Talon et cousin de la mère de Lou (...)
  • 15 Dans une lettre du 10 juin 1709, Mme de Maintenon écrivait à la princesse des Ursins qu’elle le com (...)

8Parmi les amis, il faut également compter Daniel-François Voysin de la Noiraye13, dont l’oncle a signé le contrat de mariage d’Amelot, comme nous l’avons vu. Apparenté aux Talon14, Voysin avait commencé sa carrière au Parlement de Paris, avant d’être maître des requêtes et intendant du Hainaut (1688). En 1694, Mme de Maintenon le chargea de l’administration de Saint-Cyr, son école pour jeunes filles nobles. La même année il entra au Conseil d’État. Elle le poussa ensuite contre Chamillart en 1709 au secrétariat d’État de la guerre15.

  • 16 « La seule discrétion, Monsieur, m’a retenue d’avoir l’honneur de vous écrire dans le commencement (...)

9Lorsqu’il fut nommé secrétaire d’État, la princesse des Ursins lui envoya un compliment. Les courtisans et les principaux officiers envoyaient de nombreux billets pour féliciter le nouveau titulaire d’un département ministériel, c’était un usage courtisan très répandu. Dans la lettre qu’elle adressa à Voysin, la princesse prit le soin de qualifier Amelot comme leur « ami commun16 ». Elle soulignait les éloges que l’ambassadeur avait prononcés à son égard. À des liens de parenté relativement éloignés, pouvaient ainsi s’ajouter des relations d’amitié connues de tous. Si l’usage de formules polies et déférentes était répandu à l’époque baroque, il ne faut pas pour autant y voir seulement hypocrisie ou futilité. S’il est difficile de distinguer la formule de politesse de l’évocation d’une liaison sincère, l’historien doit pourtant prendre garde de ne pas les amalgamer. Dans le cas de Voysin, la franchise l’emporte sans doute sur la politesse. Il paraît peu probable que la princesse évoque de faux sentiments pour un homme qu’elle ne connaissait pas.

  • 17 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 12 février 1671, Sévigné, Correspondance, t. I, p. 157.
  • 18 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 18 février 1671, ibid., p. 161.
  • 19 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 17 mai 1671, ibid., p. 255.
  • 20 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 18 mai 1671, ibid., p. 257.
  • 21 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 22 juillet 1676, ibid., t. II, p. 345.
  • 22 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 17 décembre 1688, ibid., t. III, p. 430.
  • 23 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 30 mars 1689, ibid., t. III, p. 565.

10Des liens plus nets sont attestés avec Mme de Sévigné (1626-1696). Les lettres que Mme de Sévigné envoyait à sa fille Mme de Grignan l’illustrent. Ainsi, lorsque Charles Amelot, le père de l’ambassadeur, mourut en 1671, la célèbre épistolière s’intéressa à sa veuve à plusieurs reprises dans sa correspondance. Elle conseillait à Mme de Grignan d’écrire à la famille Amelot alors « dans une affliction extrême17 ». Mme de Sévigné prenait le soin de donner des nouvelles de Mme Amelot à sa fille, rendant compte de la vive douleur de la veuve18. Elle lui recommandait sa fille19 et se félicitait lorsque des visites leur permettaient de se rencontrer20. Elle se plaisait également à aller « dîner », c’est-à-dire déjeuner, chez la veuve du président Charles Amelot, qui vivait dans une maison où elle avait passé une partie de sa jeunesse21. C’était encore à l’occasion de repas qu’elle rencontra Michel-Jean Amelot, tout juste rentré de son ambassade et avant qu’il ne parte en Suisse22. Plus tard, elle se félicita du succès d’Amelot dans cette ambassade23. Les sources semblent ainsi bien indiquer des liens d’amitié entre la famille d’Amelot et celle de Mme de Sévigné.

11Il peut paraître vain de vouloir cerner les réseaux d’amitié tant cette notion recouvrait une réalité difficile à percevoir dans les sources, y compris dans les correspondances personnelles.

  • 24 Rey (dir.), 1998, s. v. « Amitié », p. 111.
  • 25 Kettering, 1986, p. 12.
  • 26 Imízcoz Beunza, 1998, pp. 53-56 ; Cardim, 1999, pp. 21-57.

12Le mot « ami » est souvent employé dans des formules de politesse pour marquer simplement son attachement. À partir du xiiie et du xive siècle, il désigne davantage des personnes liées par un intérêt ou qui s’entraident. Son sens est affaibli par rapport aux époques antérieures où il avait un sens beaucoup plus fort24. Dans son analyse du patronage, Sharon Kettering a montré comment le mot « amitié », à l’exemple de « loyauté », « zèle », « estime » ou « affection » caractérisaient des liens de patron à client et l’inverse25. On retrouve un usage identique du mot « ami » en Espagne et en Amérique à la même époque26. Il faut donc veiller à ne pas confondre un usage qui peut être celui de la politesse et un emploi attestant de liens plus forts. Si le mot « ami » pouvait être employé dans le cadre d’une relation de patronage, cela ne signifie pas que clientélisme et amitié se confondaient systématiquement.

  • 27 Rey (dir.), 1998, s. v. « Amitié », p. 111.
  • 28 Voir à ce sujet le De amicitia de Cicéron dans lequel ce dernier évoquait son amitié avec Atticus. (...)

13Dans le cas d’Amelot, les seules correspondances connues à ce jour sont celles qu’il entretenait avec des ministres, des officiers et des hommes de guerre. Or, elles sont toutes marquées par leur caractère administratif ou officiel. Cela dit, on peut tenter de mieux comprendre ce que signifiait « l’amitié » à travers les différents emplois qu’il faisait du mot. « Ami » est issu du latin amicus qui vient lui-même du verbe amare. « Amitié » est un terme issu d’un dérivé tardif non attesté de amicus27. Dans les œuvres de Cicéron, modèle de rhétorique à l’âge classique, amicitia signifiait l’amitié, les bons rapports voire l’alliance28. Les dépêches d’Amelot, sa correspondance avec Torcy, Chamillart et Pontchartrain, mais aussi les exemples que l’on peut recueillir de manière générale confirment cette dichotomie entre l’emploi du mot « ami » et celui de « amitié ». L’amitié pouvait exprimer plusieurs sentiments différents selon le type de correspondance et selon l’auteur et le destinataire. Le terme n’a pas exactement le même sens si l’auteur et le destinataire sont des parents ou si l’échange a lieu entre un ministre et un officier, ou un patron et son client. La référence à l’amitié peut donc être employée pour marquer une forme de politesse, un souci de franchise avec l’interlocuteur, ou encore une affection marquée. Dans le cas d’une relation de patron à client ou d’une relation que l’on peut qualifier de politique, l’usage du terme renvoie à la fois à la concorde ou à l’amitié politique faite de fidélité et de loyauté.

  • 29 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, Saint-Cyr, 11 juillet 1706, dans Maintenon, U (...)
  • 30 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Pontchartrain à Amelot, 13 septembre 1705, Versailles, fo  (...)
  • 31 Tessé remerciait ainsi Daubenton de Villebois de lui écrire : « J’ai receu Monsieur les deux lettre (...)

14Dans une formule de politesse, on le trouve souvent au début ou à la fin d’une lettre. Mme de Maintenon demandait ainsi à la princesse des Ursins de transmettre « mille compliments et mille amitiés » à Amelot29. Il marque également un remerciement ou une forme de reconnaissance. Pontchartrain remerciait par exemple Amelot ou le marquis de Puyzieulx, ambassadeur en Suisse, de lui avoir fait « l’amitié de [lui] écrire »30. L’écriture comme signe « d’amitié » était courante31.

  • 32 AMAE, Acquisitions extraordinaires, t. 19, lettre d’Amelot à Jacques Bazin de Bezons, 15 août 1708.
  • 33 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 152, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 28 janvier 1705, fo 43  (...)
  • 34 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 44.
  • 35 Le mot amitié revient à plusieurs reprises sous sa plume pour décrire ses liens avec la seconde épo (...)
  • 36 Baudrillart, 1889, p. 36.
  • 37 Ibid., p. 35.
  • 38 Haan, 2011.
  • 39 Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, p. 200.

15L’amitié apparaît parfois comme un surcroît de franchise ou une affection renforcée entre deux parents. Le mot était alors employé au singulier. Lorsque Amelot écrivait au maréchal Bazin de Bezons, il évoquait leur parenté mais également l’amitié qui les unissait. Il lui écrivait ainsi « Je vous parle Monsieur avec la confiance que me donne la parenté qui est entre nous, et l’ancienne amitié dont vous m’honorez32 ». Dans les lettres qu’ils échangèrent, Philippe V et Louis XIV mentionnèrent à plusieurs reprises l’amitié tendre qu’ils avaient l’un pour l’autre33. Louis XIV qualifiait ainsi l’affection qu’il nourrissait à l’égard de son petit-fils et de son épouse34. Philippe V usait du même terme pour décrire ses liens avec Mme de Maintenon35. Lorsqu’en 1713 le roi d’Espagne souhaita qu’Amelot redevînt ambassadeur auprès de lui, il justifia sa demande au nom de « l’amitié » qu’il nourrissait à son égard36. Marie-Louise-Gabrielle de Savoie avait argumenté de la même manière pour solliciter une grandesse pour celui qui devait devenir le gendre d’Amelot37. Le terme était ausi employé entre des époux. Dans le champ des relations internationales, le mot amitié était utilisé depuis longtemps : il servait à désigner les bonnes relations entre deux princes38. Abraham Wicquefort définissait l’ambassadeur comme le garant de l’amitié entre deux souverains : « Il [l’ambassadeur] sçait, que son emploi doit avoir pour objet la conservation de l’amitié entre les deux Princes39 ».

16Le troisième usage du mot renvoie au rapport du patron et du client dans le cas où il y a un net rapport de dépendance ou bien une différence de statut notable, comme entre un membre de la famille royale et un ministre. Il s’agit alors d’une amitié qui engage et qui contraint. Elle apparaît dans les lettres que le duc d’Orléans envoyait à Desmarets ou dans certaines lettres de Pontchartrain à Amelot. Dans le premier cas, son emploi permettait au neveu de Louis XIV d’exiger le paiement régulier de ses troupes lorsqu’il commandait l’armée des deux couronnes en 1708. Il demandait ainsi à Desmarets d’acquitter ponctuellement les lettres de change tirées sur Lyon. Sa demande était faite au nom d’une amitié, mais correspondait à la formulation polie d’un ordre. Il écrivait ainsi :

  • 40 AN, G7 1093, lettre du duc d’Orléans à Desmarets, 19 avril 1708, à Saragosse.

Car tant qu’elles [les lettres de change] ne seront point acquittées, c’est toujours un prétexte pour mal servir, vous estes trop éclairé pour ne pas voir de quelle conséquence cela est pour la subsistance de l’armée et j’espère de vostre amitié que vous apporterez à cette affaire toute l’attention qu’elle mérite40.

  • 41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 10 novembre 1706.
  • 42 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 194, lettre de Pontchartrain à Amelot, 4 avril 1709).

17Le ministre Pontchartrain, pour sa part, exigeait d’Amelot que ce dernier mette en valeur les initiatives qu’il prenait pour la cause de Philippe V41. Au nom de leur amitié, il demandait en quelque sorte à l’ambassadeur, de faire sa cour à Philippe V et sa femme42.

  • 43 Heyking, Avramenko (dir.), 2008.

18Enfin, il y a une autre amitié que l’on peut qualifier d’amitié politique43. Elle ne se distingue pas obligatoirement de la précédente, c’est-à-dire celle qui caractérise des relations de patrons et clients. Toutefois, à l’inverse de celle-ci, elle peut lier des personnes qui sont sur un pied d’égalité, deux ministres par exemple. Dans une relation de ce type, l’amitié renvoie davantage à l’idée de bonne entente, de concorde voire d’alliance entre deux personnes. On pourrait alors parler de relation de confiance.

  • 44 Lettre de Beauvillier à Louville, 25 septembre 1703, citée dans Lizerand, 1933, p. 530.

19Ainsi, en 1703, lorsque les querelles allaient croissant dans l’entourage français de Philippe V, le duc de Beauvillier conseillait au chef de la maison française du roi d’Espagne, Louville, de « demeur[er] unis et [de]cultiver avec soin et une application sans relâche l’amitié de madame des Ursins44 ».

  • 45 Pénicaut, inédite, t. II, pp. 100-153.
  • 46 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 540.
  • 47 SHD, A1 1696, lettre de Chamillart à Torcy, 21 septembre 1703, Fontainebleau, fo 48.

20La même année, un différent opposa le marquis de Torcy et Michel Chamillart au sujet de leurs attributions respectives45. Cette querelle, dont Saint-Simon se fit l’écho, est révélatrice des tensions qui existaient entre les ministres de Louis XIV46. Le secrétaire d’État écrivit à son collègue des affaires étrangères afin de lui manifester « son désir sincère » de « continuer à vivre dans des liaisons d’amitié et d’honnêteté47 ». Il s’agit ici de l’amitié politique au sens de la bonne correspondance : une forme de concorde entre les deux hommes. Cette amitié n’est pas le fruit de rapports personnels étroits mais une contrainte imposée par la nature même du gouvernement de Louis XIV, restreint et fondé sur des relations directes avec le roi. Les archives livrent d’autres exemples de ces « amitiés » imposées aux serviteurs du roi. Ces liens naissaient d’une nécessité, ce qui, toutefois, n’empêchait pas qu’une amitié plus forte se développe par la suite.

  • 48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 120, lettre d’Orry à Torcy, 25 septembre 1703, Madrid, fos 135-138.

21Souligner l’existence d’une telle amitié permettait également d’éviter les accusations d’intrigues ou de mauvaises dispositions. Dans une structure de pouvoir fondée sur des rapports personnels, les officiers ou commissaires devaient sans cesse rassurer les ministres de Louis XIV pour ne pas donner l’impression que des querelles risquaient de compromettre « le service ». Les débuts du règne de Philippe V furent marqués par les disputes incessantes entre les Français envoyés à Madrid, comme entre les ambassadeurs d’Estrées et la princesse des Ursins, ou Louville et Orry. Ce dernier, dont la position semblait plus fragile, accusait ainsi le cardinal d’Estrées de « vouloir le brouiller avec M. de Chamillart ». Fort heureusement pour lui, le neveu du cardinal, l’abbé d’Estrées « reconnai[ssait] son amitié et son attachement48 ». L’amitié lui permettait ici de faire valoir ses bonnes dispositions face aux manœuvres du cardinal.

  • 49 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Tessé à Torcy, 21 février 1706, fo 170.

22Une justification semblable apparaît dans une lettre du maréchal de Tessé à Torcy. Pour le rassurer, il lui écrivait qu’il vivait « dans une entière confiance et amitié49 » avec Amelot. Il allait jusqu’à évoquer une « union parfaite » et qualifiait la princesse des Ursins de « femme adorable ». Il nourrissait à leur égard un « véritable attachement ». Tessé forçait sans doute un peu le trait mais c’était pour mieux désarmer les craintes du roi et de Torcy de voir renaître les incessantes querelles qui avaient émaillé les années 1703 et 1704.

  • 50 Voir Serrão (dir.), 1992, s. v. « Nuno Álvares Pereira de Melo, duc de Cadaval, 1638-1727 », t. I, (...)
  • 51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, copie de la lettre d’Amelot au duc de Cadaval, 5 mars 1707, fo 141.

23En 1707, après la bataille d’Almansa au cours de laquelle l’armée alliée avait été défaite, Louis XIV tenta de se rapprocher du Portugal. Son ancien allié lui avait fait faux bond par le traité de Methuen mais le roi de France ne désespérait pas de le rapprocher de ses intérêts. Il demanda donc à Amelot de prendre contact avec un puissant personnage de la cour de Lisbonne : le duc de Cadaval50. Amelot avait été quelques années auparavant en poste auprès du roi Pierre II et à cette occasion, il semble qu’il avait lié amitié avec le duc. Il tenta donc de l’approcher au nom de cette ancienne relation. Dans une lettre du 5 mars 1707, il évoquait tout d’abord « l’honneur de son amitié », la probité du duc et la confiance qui régnait entre eux51. Leur « ancienne amitié » autorisait cette démarche pour lui proposer ce que Louis XIV désirait.

  • 52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre de Torcy à Bedmar, 7 janvier 1709, fo 16.
  • 53 AN, G7 1093, lettre du duc de Gramont à Desmarets, 26 mai 1708, Bayonne.

24Pour entretenir ces liaisons amicales, on renouvelait ses vœux, comme le fit Torcy au marquis de Bedmar52, ou l’on faisait des petits cadeaux comme ce paquet de tabac que le duc de Gramont, ancien ambassadeur et gouverneur en Navarre et en Béarn, envoya à Desmarets pour cultiver son amitié53.

25Ces amitiés plus politiques qu’affectives engageaient des hommes obligés de s’entendre. Certaines relations pouvaient devenir plus personnelles et prendre le pas sur des liens familiaux et de patronages. Amelot était lié avec la famille Pontchartrain par sa femme mais la lecture de sa correspondance, y compris la plus formelle et la plus officielle, semble révéler des liens plus étroits avec Chamillart.

  • 54 Rey (dir.), 1998, s. v. « Amitié », p. 111.

26On peut approcher le monde de l’amitié par le biais des amis. Ce mot revient à plusieurs reprises mais dans des contextes différents. Son sens est multiple selon qu’il renvoie à un ou des amis, qu’il fait référence à une personne connue ou non. À travers ses différents emplois, les réalités cachées derrière les diverses protestations d’amitié se révèlent. Dans le cadre de l’écriture diplomatique, le terme « ami » pouvait servir à masquer l’identité d’un intermédiaire. Le mot pouvait également être employé dans un sens positif ou négatif. L’expression « ami de cour54 » (1666) avait un sens particulièrement péjoratif. Dans le monde de la sociabilité courtisane, elle matérialisait la formalité de ce type de relation. L’ami de cour correspond à celui qui ne donne que de fausses apparences d’amitié. C’est une amitié de pure forme, ostentatoire et superficielle, que Molière a raillée dans Le Misanthrope (1666).

  • 55 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1705, Madrid, fo 189vo.

27De même, on accusait la reine Marie-Louise-Gabrielle de Savoie d’avoir une « amitié insatiable d’affaires » pour dénoncer son goût pour le pouvoir et son ascendant sur son époux. Amelot prit sa défense en notant, de manière codée, qu’elle témoignait une « déférence entière » à tout ce que souhaitait Louis XIV, ce qui lui semblait « bien opposé à cet esprit de domination et d’indépendance, à cette amitié insatiable d’affaires dont on l’accuse55 ».

  • 56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fos 80 sqq.
  • 57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 88vo.

28On peut distinguer plusieurs utilisations du mot « ami » et par là même plusieurs sens. L’usage le plus fréquent dans l’écriture diplomatique est la mention vague et plurielle des « amis », qui englobe ceux que l’on peut appeler les alliés, c’est-à-dire ceux qui soutiennent ou se réclament de l’amitié d’une personne. Cela pouvait être le cas de parents ou, dans un monde de cour partagé entre factions rivales, de courtisans. Amelot emploie ce terme pour qualifier les soutiens de la princesse des Ursins à la cour de Madrid. Quelque temps après son arrivée, il détailla avec précision les différents clans de la cour en présentant les « amis de Madame des Ursins56 » : le duc de Veragua, le comte d’Aguilar et le duc de Medinaceli. Il écrivait ainsi au roi en codant certains passages : « Ce sont ces derniers qui ont été les principaux amis de Madame des Ursins et il ne faut pas douter qu’ils n’espèrent de son retour57 ».

  • 58 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 26 mars 1708, fo 174.

29Chamillart évoquait lui aussi des amis, mais ceux d’Amelot. En 1708, lorsque le maréchal de Berwick retourna en France, il fut remplacé par le duc d’Orléans. Amelot se plaignit amèrement de ce retour prolongé du vainqueur d’Almansa. Il aurait préféré que ce dernier restât en Espagne et le fit savoir très clairement au secrétaire d’État de la guerre. Dans sa réponse à l’ambassadeur, Chamillart mit en avant qu’il s’agissait d’une décision du roi de France prise peu après l’arrivée du maréchal. Amelot s’attira en outre une remarque peu amène du ministre : « Je vous conseille de ne point fatiguer vos amis58 ». Cette expression n’est pas suffisamment explicite pour savoir de qui le ministre parlait précisément. S’agissait-il de personnes influentes à la cour auprès de qui Amelot se serait plaint ? Ou du ministre lui-même qui se plaçait ainsi dans le camp de ses soutiens à Versailles ?

  • 59 Aguilar confirma cette possibilité à Chamillart, comme l’atteste une lettre qu’il envoya à Philippe (...)
  • 60 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, 17 février 1706, fo 111.
  • 61 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, 9 février 1707, fos 61-63.

30Lorsque Chamillart souhaitait s’informer avec discrétion, il s’adressait directement à Amelot. Ce ministre n’avait pas réellement de réseaux, il n’était pas membre d’un puissant clan comme l’avaient été Colbert, Le Tellier ou encore Pontchartrain. Il n’est donc pas surprenant de constater qu’il rechercha et entretint l’amitié d’Amelot avec une vigilance toute particulière. Quand le comte d’Aguilar (fils) vint à Versailles entre novembre 1705 et janvier 1706 avec la mission de supplier Louis XIV d’envoyer des secours à Philippe V, Chamillart eut la sensation que se tramait en coulisse et sans qu’il en soit informé, le projet d’envoyer le duc de La Feuillade, son gendre, ou le maréchal de Catinat, pour prendre le commandement des armées en Espagne59. Il chercha donc à s’informer auprès d’Amelot. Il l’assurait qu’il garderait l’information secrète mais ne put s’empêcher d’ajouter que l’ambassadeur lui devait cette confidence comme à « un ami qui compt[ait] sur [lui] et sur lequel [il] dev[ait] compter60 ». Le secrétaire d’État de la guerre se définissait ainsi comme l’un des amis d’Amelot, c’est-à-dire l’un de ses partisans. Cette impression laissée par la lecture de ses dépêches se trouve confirmée par la promesse qu’il lui fit, un peu plus tard, de veiller personnellement à tout ce qui concernait son fils, notamment son avancement61.

  • 62 Saint-Simon, Mémoires, t. XV, pp. 254-255.
  • 63 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 256. Voir également la lettre de la princesse (...)

31Le 6 septembre 1707, l’un des fils d’Amelot, Ours-Victor, fut tué à la chasse par le fils de Clermont-Tonnerre62. Cet accident mortel mit la cour en émoi. La famille de Tonnerre défendait la thèse de l’accident tandis qu’une sœur d’Amelot réclamait justice pour sa famille. Par respect pour son ambassadeur à Madrid, Louis XIV différa son pardon au jeune Clermont-Tonnerre jusqu’à ce que son ambassadeur le lui demande63. Dans le conflit entre les Clermont-Tonnerre et Amelot, la princesse des Ursins prit la défense du second.

  • 64 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 13 novembre 1707, ibid., p. 111.

… Il a perdu un fils qui lui était infiniment cher, d’une manière cruelle, et, pour comble de disgrâce, des personnes qui se disent de ses meilleurs amis lui écrivent comme s’il avait tous les torts du monde64.

32Elle critiquait ceux qui lui avaient adressé des reproches à cette occasion. Elle attaquait ainsi ses « amis » ou ceux qui se définissaient comme tels. Là encore, ce sont des personnes difficilement identifiables mais on peut faire l’hypothèse qu’il s’agissait très vraisemblablement de patrons et de clients d’Amelot, ou encore certains de ses soutiens à la cour.

  • 65 Le Roy Ladurie, 1997.

33La question des relais d’un ambassadeur envoyé à l’étranger dans sa cour d’origine est encore entourée de nombreuses zones d’ombre pour les historiens. En effet, retrouver les amis et plus largement ceux qui défendaient l’action d’un ambassadeur s’avère souvent une recherche vaine. Pourtant, les liens qu’un diplomate conservait avec sa cour d’origine soulèvent d’importantes interrogations. La défense d’une action diplomatique faisait-elle l’objet d’une stratégie de la part des diplomates en poste à l’étranger ? Comment s’appuyait-elle sur les différents clans65 présents à la cour ?

  • 66 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Torcy, 28 janvier 1709, Madrid fo 98.
  • 67 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 11 février 1708, Versailles, fo 224.

34Dans une société où les relations se caractérisaient par le patronage et les clientèles, ces dernières influaient obligatoirement sur le cours d’une ambassade. Un passage de la correspondance d’Amelot avec le marquis de Torcy en apporte un exemple. En janvier 1708, Torcy se plaignait de ne plus trouver la même exactitude ou la même précision dans les dépêches d’Amelot. Celui-ci répondit avec un agacement non dissimulé qu’il trouvait ces reproches injustes et infondés66. Le secrétaire d’État dans un souci de clarté tenta de s’expliquer : lui qui avait tant admiré les dépêches d’Amelot durant ses ambassades précédentes regrettait que celles qu’il envoyait depuis Madrid soient moins précises. Il ajoutait toutefois une phrase sur le ton du conseil autant que sur celui de l’avertissement : « Je n’ay pas même été le seul du Conseil, et j’oserois dire de vos amys qui ait fait cette observation67 ». Le secrétaire d’État se réclamait ainsi des amis de l’ambassadeur. Il donnait également du poids à ses propos en soulignant qu’il ne s’agissait pas d’une critique gratuite mais d’une impression ressentie par ceux qui lui étaient favorables. On peut ici penser à Chamillart ou peut-être au chancelier de Pontchartrain, Amelot ayant des liens réguliers et nombreux avec le secrétaire d’État de la guerre, alors que le chef né des conseils lui était surtout lié par sa parenté. Il ne pouvait s’agir en aucun cas de Jérôme de Pontchartrain, fils du chancelier et secrétaire d’État de la marine, car il n’eut jamais accès au conseil d’En haut où l’on lisait les dépêches des ambassadeurs.

  • 68 Ce personnage joua un rôle de premier plan durant les premières années du règne. Rapidement, il dev (...)
  • 69 Le marquis de Leganés était réputé partisan de la maison d’Autriche et ne s’en cachait d’ailleurs p (...)
  • 70 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 165.
  • 71 Sur ses liens avec Orry voir Castro, 2000 ; Hanotin, 2009, pp. 100-102 et 151-153.
  • 72 Son titre lui fut définitivement retiré en septembre 1706. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’ (...)

35Il y a d’autres exemples où l’ami renvoie à celui qui soutient. Il en allait ainsi de Canales68, « ami » d’Orry. Lorsque le marquis de Leganés, soupçonné d’intelligence avec les alliés, fut arrêté en juin 170569, il fallut le remplacer dans la charge de capitaine général d’artillerie. Orry, qui « entr[ait] avec un zèle et une application infatigable dans tout ce qui regarde le détail de la guerre70 », proposa « son amy le marquis de Canales71 ». Si cette proposition fut dans un premier temps entérinée, le marquis n’eut que le titre correspondant à la charge, l’essentiel des pouvoirs ayant été donné au duc de San Juan72. Dans ce cas, c’est précisément l’amitié d’Orry pour Canales qui fut sanctionnée. Le premier était accusé de vouloir agir comme un Premier ministre et le second de n’être que sa créature.

  • 73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 20 juin 1707, fos 26-27.

36Chamillart lui-même employa le mot « ami » pour désigner son rôle d’intermédiaire en faveur d’un officier espagnol. Le marquis de Monteleón avait sollicité l’appui de Chamillart. Il craignait d’être envoyé à Gênes, sans doute comme représentant du roi d’Espagne. Or, il souhaitait entrer au Conseil des Indes. Le secrétaire d’État de la guerre l’appuya auprès d’Amelot afin que ce dernier lui obtienne le poste convoité et lui évite d’aller à Gênes. Le ministre achevait sa lettre par ces mots : « je fais office d’amy dans cette ocasion73 ».

  • 74 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709, Madrid, fo 41.
  • 75 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1707, fos 2-6.

37À la cour de Philippe V, plusieurs courtisans se déclaraient des « amis » d’Amelot. Dans le contexte des liens privilégiés qui unissaient les couronnes de France et d’Espagne, se réclamer de l’ambassadeur de Louis XIV revenait à faire sa cour au roi de France. L’ambassadeur n’en était toutefois pas dupe. Le duc de Montellano, qui avait accès au despacho, critiqua l’abolition des fueros en Aragon et dans le royaume de Valence dès 1707. Il préconisait de ménager les peuples aragonais et valenciens. Deux ans plus tard, en 1709, il réitéra ses critiques. À cette occasion, le Roi Catholique chargea Amelot de manifester son mécontentement à l’égard du duc qu’il avait pourtant couvert d’honneurs et de grâces. En rendant un compte précis de cette discussion à Louis XIV, l’ambassadeur coda le passage dans lequel il notait que le duc de Montellano s’était toujours proclamé de ses « amys74 ». Il était totalement convaincu du contraire mais il soulignait ainsi la position paradoxale du duc critiquant la décision royale. Se dire l’ami de l’ambassadeur revenait à se placer dans son camp, ou dans son parti pour employer un terme de l’époque. À ce titre, l’emploi du pluriel est le plus fréquent pour désigner des liens de fidélité. Cela permettait de manifester une proximité sans que celle-ci fût sincère. Sur le même ton, Amelot se défendit quelque temps plus tard de faire partie des « amis » du duc de Medinaceli. Le Grand d’Espagne paraissait moins attaché au service de Philippe V. Son comportement faisait naître des soupçons ou à défaut des critiques au sein de la cour. Il voulut s’en expliquer seul à seul avec l’ambassadeur de Louis XIV. Sa justification lui attira l’assurance d’Amelot d’avoir toujours voulu être de ses amis75. Ici, c’était donc l’ambassadeur qui manifestait sa bonne disposition à l’égard du duc de Medinaceli. Il souhaitait lui dire qu’il nuançait les critiques que l’on pouvait faire à son sujet.

  • 76 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Villaroche, 10 août 1707, fo 811.
  • 77 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 2 juin 1706, fo 211 ; AN, Marine, (...)
  • 78 Qualifié « d’évêque du royaume de Terre Ferme », Joseph de la Rañeta reste très difficile à identif (...)
  • 79 Orthographié « Cristoval de Zevallos » par Pontchartrain. Né au Pérou, Cristóbal de Ceballos Morale (...)
  • 80 On peut retrouver deux documents concernant cette affaire à l’Archivo General de Indias, l’un prend (...)
  • 81 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Villaroche, 10 août 1707.

38Évoquer les amis d’un personnage constituait un moyen pour parler de ses clients. Les liens de patronage décrits par Sharon Kettering n’étaient pas exempts d’affection ou d’amitié mais sans que l’on puisse évaluer avec certitude la force des relations. Lorsque Fernando Dávila Bravo de Laguna, président de l’audience de Panamá76, dut se défendre de soupçons d’infidélité portés contre lui77, il accusa les hommes de Francisco Velasco d’être à l’origine de la calomnie. Don Joseph de la Rañeta78et Don Cristóbal de Ceballos79 furent ainsi mis en accusation par le président de l’audience80, au motif qu’ils avaient tenus des « assemblées secrètes » avec Velasco mais surtout parce qu’ils étaient ses « amis81 ». Ils sont ici dénoncés comme des conspirateurs : les amis d’un calomniateur.

  • 82 Philippe Masson était banquier à Paris. Lüthy, 1959, p. 394.
  • 83 AN, G7 1093, lettre de Philippe Masson à Desmarets, 18 mai 1708.
  • 84 AN, G7 1093, lettre de Masson à Desmarets, 16 avril 1708.

39Dans le monde des affaires, un marchand ou un banquier puissant parlait au nom de ses amis. Il était un interlocuteur entre un représentant du pouvoir royal et les milieux économiques. Le patron le plus en vue était ainsi sollicité pour transmettre une requête en lui donnant plus de poids. Il agissait alors comme un intermédiaire entre un grand officier, l’intendant ou un ministre, et un milieu d’affaires. Le banquier Masson82 écrivait ainsi à Desmarets pour obtenir le remboursement des fonds avancés à l’Extraordinaire des guerres83. Il se plaignait au « nom de ses amis » de ces retards de paiement qui obligeaient les traitants à faire de grandes avances de fonds. Pourtant, Amelot avait lui-même demandé plus d’exactitude sur le paiement des lettres de change destinées à envoyer de l’argent en Espagne. Sur les conseils de Desmarets, Masson avait écrit à « ses amis » pour les informer que le contrôleur général s’était engagé à les acquitter rapidement84. Les amis sont ici les autres marchands, traitants, fournisseurs, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui travaillent avec le banquier. Au sens large, ce sont ses relations dans les milieux d’affaires.

  • 85 Louis Boyer était un marchand marseillais qui participa à plusieurs entreprises pour les fourniture (...)
  • 86 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Louis Boyer (à Marseille), 8 juillet 1708.

40Cette expression employée par Masson ne se réduit pas à ses seuls contacts. La correspondance d’Amelot ou celle de La Chipaudière Magon fournissent aussi des exemples de situations où « ami » est employé dans un sens similaire. En 1708, le marchand marseillais Louis Boyer85 écrivit à l’ambassadeur du roi de France en Espagne pour se plaindre du non-paiement d’une lettre de change. Il avait en effet fourni 4 650 livres tournois au trésorier des troupes de France en Espagne et aurait dû recouvrer sa mise auprès d’Ollivier, célèbre banquier de Lyon. Amelot se contenta de lui répondre que le contrôleur général des finances s’était engagé à les acquitter86. Vraisemblablement conscient du caractère peu convaincant de sa réponse, l’ambassadeur ajoutait : « Vous n’avez qu’à commettre comme les autres [débiteurs], un ami à Paris pour en suivre le recouvrement, et je suis persuadé que vous aurez la satisfaction que vous souhaitez ». Amelot utilisait ici le mot « ami » dans un sens semblable à celui employé par Philippe Masson, c’est-à-dire celui d’une connaissance, d’un intermédiaire ou d’un associé dans le monde des affaires.

  • 87 AN, G7 765, résumé d’une lettre de La Chipaudière Magon au [contrôleur général des finances], 22 ma (...)

41De même, le négociant malouin Nicolas de La Chipaudière Magon intervenait en faveur de ses « amis espagnols » auprès d’Antoine-François Ferrand, intendant de Bretagne ; il sollicitait pour eux le droit de faire voiturer de Brest à Paris des métaux précieux afin de les faire monnayer, la monnaie de Rennes n’allant pas assez vite selon eux. Dans le résumé de la lettre qui fut transmis au contrôleur général des finances, le mot « ami » est à nouveau employé87, et toujours pour désigner ceux qu’il recommandait ou en faveur desquels il sollicitait une autorisation de l’intendant.

42Dans des correspondances confidentielles, comme les dépêches des ambassadeurs, des secrétaires d’État ou des agents en poste à l’étranger, le mot « ami » apparaît également, mais dans un sens légèrement différent des cas précédents. Ce terme est largement polysémique.

  • 88 Hugon, 2004, p. 360.

43Dans les dépêches des diplomates, il s’agit davantage d’une personne dont on veut taire le nom, garantie du secret, mais à qui on accorde du crédit. Son message est jugé digne de foi et d’attention. Toutefois, il peut être également question d’une personne dont l’expéditeur ne juge pas digne de donner le nom. L’utilisation du mot « ami » pour désigner des espions a déjà été soulignée par Alain Hugon dans sa thèse sur les « honorables ambassadeurs88 ».

  • 89 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Torcy à Amelot, 31 janvier 1706, fos 99-100.

44En 1706, le marquis de Torcy mit au courant Amelot d’une proposition qu’on lui avait faite. Il s’agissait d’ouvrir le commerce entre la Hollande et les Pays-Bas espagnols durant le conflit. Cette proposition surprenante en temps de guerre avait été transmise à Torcy par « un Hollandais, amy du pensionnaire Heinsius89 ». Le secrétaire d’État sollicitait l’ambassadeur afin de savoir ce qu’il pensait de cette initiative, tout en exigeant de lui le secret le plus absolu. Il ne fallait d’aucune manière que « les Espagnols » fussent mis au courant. L’identité de l’émissaire se réduisait ainsi à son lien d’amitié avec le pensionnaire de Hollande. Même si Torcy ne cachait pas qu’il éconduirait le mystérieux personnage, il demandait l’avis d’Amelot. Il cherchait à gagner du temps tout en insistant sur la confidentialité de cette affaire. « L’amy » apparaît ici comme le porteur d’un message auquel on accorde du crédit. L’attention donnée ne tenait pas à l’identité du messager mais à sa relation avec le pensionnaire de Hollande.

  • 90 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 janvier 1706, fos 149-152.

45L’image de l’ami discret et porteur de message apparaît également sous la plume d’Amelot lorsque ce dernier cherchait à résoudre le problème de l’investiture du royaume de Naples. En 1706, le pape n’avait toujours pas accordé l’investiture de ce royaume pour Philippe V. Cela avait entraîné des difficultés entre les cours de Rome et de Madrid. Pour les deux couronnes, il fallait obtenir au plus vite la reconnaissance de Philippe V comme roi de Naples. Devant les difficultés qui surgissaient notamment entre le vice-roi, les évêques et les représentants du roi, Amelot devait essayer d’aplanir les différends. Il travaillait à cela avec le nonce Acquaviva. Dans une dépêche au roi de France, Amelot écrivait qu’il lui était revenu que le nonce avait confié « à l’un de ses amis90 » que la meilleure solution était d’envoyer à Rome le cardinal Médicis pour trouver un accommodement. Apparaît encore ici l’ami porteur de message. L’intermédiaire dont le nom n’est pas cité mais dont les propos sont de conséquences.

46Quel était l’objectif du nonce lorsqu’il fit cette confidence à son ami ? Il s’agissait soit d’une fuite soit, et c’est plus vraisemblable, de suggérer une solution ou un moyen de trouver un compromis. Le nonce Acquaviva cherchait sans doute à adresser un message à Amelot sans avoir l’air de faire le premier pas, estimant qu’il revenait à l’ambassadeur du roi de France de proposer une solution.

47À la lecture des documents, il est difficile d’arrêter un sens ou une définition unique aux mots « amitié » et « ami » ; ils diffèrent selon les contextes, les personnes qui écrivent, la nature du document où ils sont employés et des liens qu’ils qualifient, souvent difficiles à caractériser avec précision. Le sens et l’intensité que Philippe V et Louis XIV donnaient à ces termes quand ils les employaient dans le cadre de leurs relations filiales ne sont pas les mêmes que l’acception dans laquelle Torcy les utilise avec Amelot, ou que celle qu’ils ont dans les lettres des négociants avec Philippe Masson.

48Il apparaît néanmoins que le mot semble toujours être révélateur d’une affection ou d’un intérêt particulier pour quelqu’un. Il peut s’agir d’une attention désintéressée ou intéressée, comme dans le cas d’un patron qui soutient l’octroi d’un bénéfice ou d’une faveur à l’un de ses protégés dont il attend en retour fidélité et loyauté. Toutefois, ces deux dimensions peuvent également se mêler. Lorsque la princesse des Ursins défendait Amelot devant Mme de Maintenon, elle soutenait un protégé ; mais lorsqu’elle s’offusquait du traitement qu’on lui réserva à l’occasion de la mort de son fils, la sympathie pour son « ami » est flagrante.

49Dans tous les cas, se dire « l’ami » ou vouloir entretenir « des liens d’amitié » constituaient une marque de confiance et indiquaient le désir d’établir de bons rapports. On disait « parler à son ami » ou « comme à un ami » pour introduire un bon conseil, insister sur la véracité ou l’authenticité d’un propos.

50Dans le cadre de négociations diplomatiques et de descriptions d’une cour, le mot « ami » avait deux sens principaux. Le premier marquait l’appartenance à un groupe, une clientèle, voire une faction. Il servait à se positionner : être l’ami de quelqu’un revenait à le soutenir. Dans sa seconde acception, l’ami renvoyait davantage à l’intermédiaire ou au porteur d’un message. Que l’on soit négociant ou négociateur, être qualifié d’ami donnait du poids et du crédit au message qu’on délivrait. Ces deux sens constituent donc les principales acceptions du terme dans les écrits des négociateurs. Si ces documents permettent de cerner une grande partie des réseaux des diplomates, ils laissent dans l’ombre une part non négligeable de parents ou de familiers. Parmi ceux-ci, il faut mentionner les commis et les domestiques.

II. — Commis et domestiques : les réseaux invisibles

51Les réseaux d’Amelot ne se limitaient pas aux seuls ministres ou membres de la cour. Ces derniers, comme sa famille, sont les plus évidents car on les repère aisément dans les sources. Les lettres, les dépêches et plus largement l’ensemble des traces écrites conservées, dont une grande partie est constituée par ce qu’Amelot a été amené à rédiger dans le cadre de ses missions, font mention de ces liens importants. Toutefois, il ne faut pas surestimer ces réseaux ni oublier d’autres liens sous le prétexte qu’ils sont moins repérables dans la documentation. En l’absence d’archives privées, on peut tenter d’apercevoir ces autres liens par les mentions indirectes dont ils font l’objet dans des actes notariés, des chroniques du temps ou des lettres des ministres eux-mêmes.

52Les réseaux d’Amelot ne sont pas seulement constitués des personnes qui le patronnaient ou le soutenaient. Ses familiers, comme ses domestiques et ses commis, en faisaient également partie. Le réseau des familiers et des domestiques apparaît souvent insaisissable à l’historien. Absents de la documentation officielle, comme la correspondance politique ou les archives consulaires, ils émergent seulement dans la documentation notariale. On retrouve ici le rôle fondamental des archives notariales pour l’étude des liens sociaux.

  • 91 Da Vinha, 2004.
  • 92 Gutton, 1981, p. 17.

53S’ils sont peu présents dans les sources, les valets conditionnaient pourtant la vie quotidienne des princes, comme cela a été montré pour les valets de chambre de Louis XIV91. Dans une moindre mesure, un ambassadeur ne se déplaçait, lui aussi, jamais seul. Il emmenait avec lui des commis pour rédiger ses dépêches, des secrétaires, mais également les valets, cuisiniers et maître d’hôtel chargés du fonctionnement de sa « maison », qui constituaient une partie de sa suite. La maison regroupait autour du père de famille l’épouse, les enfants, les serviteurs et, quelquefois, des parents dont il avait la charge92. Tous devaient au chef de famille une obéissance sans limite. En échange, ce dernier leur accordait sa protection.

  • 93 Ibid., p. 9.
  • 94 Fils aîné du duc de Bourgogne, le duc de Bretagne naquit le 25 juin 1704 à Versailles. Selon Saint- (...)
  • 95 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 152, lettre d’Amelot à Torcy, 15 avril 1705, fo 222. Saint-Simon préci (...)

54Malgré son importance dans la société d’Ancien Régime — tenir son rang supposait d’entretenir pages, valets et laquais portant livrée —, l’univers de la domesticité est difficilement accessible dans les sources disponibles, il touche, comme l’écrit Jean-Pierre Gutton, au « clandestin quotidien93 ». Dans le cas d’Amelot, ses domestiques nous sont surtout connus grâce à son testament. La seule évocation qu’il en faisait dans sa correspondance se réduit à la question qu’il posa à Torcy concernant leur livrée en 1705 : Amelot se demandait s’il devait porter le deuil du petit duc de Bretagne94 récemment décédé, ou si seule sa suite devait se vêtir en noir et donc changer de livrée95.

55Pour mieux apprécier la réalité de la « maison » d’Amelot, il convient d’introduire des distinctions. Elles sont nécessaires, comme Jean-Pierre Gutton l’a montré dans son étude de la domesticité. Le mot eut tout au long de l’époque moderne une définition très large. Toutefois, son sens tendit à se restreindre au xviiie siècle. On peut en effet souligner que les commis d’Amelot, qui faisaient partie de sa maison, ne constituaient pas pour autant des domestiques au sens où l’étaient ses valets. Parmi les familiers, il faut distinguer ceux qui servaient Amelot dans son quotidien, comme le cuisinier, l’intendant, les valets, et ceux qui travaillaient plus dans le cadre de sa mission d’ambassadeur, les commis par exemple.

  • 96 AN, MCN, LXVII/389, testament de Michel-Jean Amelot de Gournay, 20 juillet 1712, Issy-les-Moulineau (...)

56Le testament d’Amelot permet de retrouver certains de ces familiers96. Comme dans tout document de ce type, l’ambassadeur prévoyait, outre sa succession proprement dite, c’est-à-dire le partage de ses biens entre ses enfants, des dispositions concernant ses obsèques et son inhumation, mais également ce qu’il souhaitait laisser aux domestiques alors à son service. Il voulait un enterrement « sans cérémonie, ni tenture » et ce tant à la messe de ses funérailles qu’à l’inhumation. Il avait prévu de reposer comme le reste de sa famille à Saint-Nicolas-des-Champs. Il demandait seulement vingt-quatre pauvres pour porter des flambeaux et mille messes pour le repos de son âme.

  • 97 Selon Furetière, dans les maisons particulières, les officiers sont les domestiques qui ont soin de (...)

57Après avoir énoncé ses volontés d’ordre spirituel, Amelot pensait à ses domestiques. Le premier cité était François Seval de Grandval, son intendant, dont l’ambassadeur notait qu’il était à son service depuis 1679. Les trente-trois années — à la date du testament — passées à servir Amelot lui permirent d’obtenir 6 720 livres tournois de rentes sur l’Hôtel de ville. À ses deux valets de chambre, La Baume et Guichard, Amelot léguait ses vêtements au premier et son bassin d’argent au second. À Du Sault, qui apparaît sans que sa fonction soit précisée, il laissait une année de gages ; le cuisinier, Poitier, en obtenait deux, car il était sans doute entré plus tôt à son service. Il donnait un diamant d’une valeur de 1 000 livres tournois à « Guéant le fils », sans que l’on sache non plus la raison de cette faveur. Une seule femme apparaît dans son testament, il s’agissait de « La Violette » à qui il offrait deux années de gages. Elle était peut-être sa lavandière ou blanchisseuse. En 1724, d’autres personnes sont mentionnées dans l’inventaire après décès alors qu’elles ne l’étaient pas dans le testament. Il s’agit de Jean-Baptiste Du Casse, qualifié de « chef d’office97 » et de Nicolas-Louis Laroche, maître d’hôtel.

  • 98 Gutton, 1981, p. 45.
  • 99 Picavet, 1930, pp. 104-105.

58En 1712, date de rédaction du testament, ils étaient donc neuf à servir Amelot dans sa maison. Ce nombre assez réduit n’a rien de surprenant : la domesticité dans la noblesse de robe passait pour être plus modeste que celle de la noblesse d’épée, indépendamment de la richesse des uns et des autres, et tendit à se réduire au xviiie siècle98. L’entourage limité d’Amelot peut donc être expliqué à la fois par ses origines parlementaires, marquées par de petites domesticités, et peut-être par le choix de l’ancien ambassadeur, au soir de sa vie, de diminuer le train de sa maison. Quoi qu’il en soit, il devait certainement être plus étoffé lors de ses ambassades, mais nous n’avons pas retrouvé de données à ce sujet. Sa domesticité en Espagne reste largement inconnue. Aucune liste de comptes ou livre de raison ne nous renseigne sur les personnes qui l’accompagnèrent. Pourtant, un ambassadeur devait être fastueux et généreux : offrir des banquets aux courtisans, organiser des fêtes à l’occasion d’événements heureux comme le rétablissement de la paix ou la naissance d’un prince99.

59Toutefois, sa suite ne se composait pas seulement de personnes attachées à ses cuisines, ses écuries, c’est-à-dire aux affaires domestiques. Elle comptait également des commis chargés de l’assister dans la rédaction des dépêches et de l’assister dans son travail d’ambassadeur. Son précepteur, Roger de Piles, l’accompagna à plusieurs reprises et eut le titre de secrétaire d’ambassade. S’il voyagea avec Amelot en 1705 à Madrid, il ne resta pas durant le temps de sa mission. Il regagna rapidement la France pour des raisons de santé.

  • 100 « Arrêt commettant le Sr Guéau de Pouancey pour remplir la fonction de secrétaire du conseil de Com (...)
  • 101 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre de Gueau à Pequet, sur la différence entre le duc de Priego e (...)

60Outre Roger de Piles, Guy Gueau de Pouancey semble avoir été un proche collaborateur d’Amelot. Mentionné dans son inventaire après décès, il reçut « ses papiers ». Avocat au Parlement de Paris, il assista Amelot au conseil de Commerce sous la Régence100, puis il devint son secrétaire. La lecture de la correspondance politique du ministère des Affaires étrangères invite à penser qu’il a secondé Amelot en Espagne. En effet, elle contient une lettre adressée par un certain Gueau à Pecquet, le commis de Torcy. Gueau précisait quelle était la différence entre le duc de Priego et le comte du même nom101. Il attirait l’attention sur le fait qu’ils n’étaient pas de la même famille malgré leur homonymie parfaite. Cette lettre atteste d’une connaissance aiguë de la cour d’Espagne comme pouvait l’avoir un proche de l’ambassadeur. De plus, l’écriture est parfaitement identique aux nombreuses dépêches envoyées au roi et à Torcy. Il est donc tout à fait probable que le Gueau qui rédigeait des notes précises pour le commis de Torcy soit le même que celui qui accompagna Amelot au conseil de Commerce à son retour.

  • 102 Schaeper, 1983, p. 157 ; Lyon-Caen, 2008, p. 54.
  • 103 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Ligny à Amelot, 24 octobre 1706, Versailles, fo 229.
  • 104 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Ligny à Amelot, 27 avril 1706, fo 98.
  • 105 AGS, Estado, Negociación de Francia, leg. 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, 30 janvier 1709.

61On trouve dans les archives la trace d’un autre secrétaire d’Amelot : un certain La Vigne. Il travaillait déjà auprès d’Amelot lorsque celui-ci était maître des requêtes et membre du conseil de Commerce entre 1700 et 1705102. Dans la documentation, il semble être chargé des finances d’Amelot et du règlement des petites dépenses faites pour la reine d’Espagne. Pour le remboursement des frais de postes liés à l’envoi des dépêches, le secrétariat d’État utilisait La Vigne comme intermédiaire. C’est à lui qu’un commis de Torcy expédia une ordonnance pour le remboursement de 3 315 livres tournois103 : l’ambassadeur avait payé l’envoi de lettres sur ses fonds propres. C’est encore à La Vigne que l’on notifiait le versement des appointements de l’ambassadeur104. Quand Amelot réglait une menue dépense pour la jeune reine d’Espagne, La Vigne était chargé de transmettre l’argent à José de Grimaldo, le secretario del despacho, chargé des finances105.

62Toutefois, le recours à ces secrétaires n’était pas systématique. Amelot se réservait parfois les réponses à écrire pour davantage de secret. Ainsi, dans une lettre à Chamillart il écrivait :

  • 106 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 4 février 1707, fo 100. Cette lettre est entièrement éc (...)

Monsieur le mal de Berwick, Monsieur, m’a fait part de la dépêche du roy. Je ne vous en dis rien parce qu’il faudrait le faire en chiffre et que je crois qu’il vaut mieux que mon secrétaire ne sache rien de ce qu’elle contient, jusqu’à ce qu’il soit tems d’en parler106.

63Il s’agissait sans doute de la préparation de la campagne de 1707, dont la stratégie devait rester confidentielle le plus longtemps possible. L’ambassadeur devait ainsi se protéger d’éventuelles indiscrétions de son secrétaire.

64Ces informations sont maigres et ne permettent pas de décrire avec précision l’entourage le plus familier de l’ambassadeur. Pourtant, ces personnes faisaient partie des proches d’Amelot. Gueau de Pouancey, Roger de Piles et La Vigne, qui l’accompagnèrent durant ses missions, travaillèrent avec lui pour les négociations dont il était chargé. Le profil d’un Roger de Piles, connu par ailleurs pour ses publications sur l’art et les coloris, ou d’un Gueau de Pouancey, membre du conseil de Commerce, montre qu’un diplomate s’entourait avec soin pour mener à bien ses missions. Il ne s’agissait pas seulement de secrétaire au sens premier du mot, c’est-à-dire ceux qui écrivent, mais de véritables collaborateurs qui participaient à son travail. Roger de Piles, La Vigne et Gueau de Pouancey sont les seuls qui nous sont connus comme les secrétaires ou commis d’Amelot. D’ailleurs, c’est à l’un d’eux qu’Amelot souhaita, dans son testament, laisser une partie de ses papiers.

65Après avoir ainsi mis en évidence les réseaux dont Amelot jouissait à la cour parmi les ministres et avoir tenté de retrouver ses commis et domestiques, il est nécessaire de s’intéresser aux réseaux qu’il a pu établir au cours de ses missions. On pourrait les appeler ses réseaux diplomatiques.

III. — Les réseaux diplomatiques

Le plaisir de se retrouver, de vieilles connaissances

66On peut qualifier de membre du réseau diplomatique d’Amelot, toute personne qui a travaillé avec lui, l’a informé ou a agi sous ses ordres dans le cadre de l’une de ses missions : un informateur, un courtisan ou un marchand. Reconstituer le réseau d’un diplomate ne permet pas seulement d’envisager les relations sur lesquelles il s’appuya pour mener son action, mais également de saisir une dimension temporelle qui allait au-delà de la seule période d’une ambassade. En d’autres termes, même après avoir quitté un pays, un ambassadeur pouvait y garder des contacts et les utiliser — donc réactiver ce réseau — dans un autre contexte ou une autre mission.

  • 107 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 151, lettre de Torcy à Amelot, 7 septembre 1705, Versailles.
  • 108 Cusani était né à Milan en 1655. Il fut président de la Chambre apostolique, nonce à Venise, puis a (...)
  • 109 Antoine, 1978, p. 6.

67Lors de son ambassade à Madrid, Amelot sollicita ainsi l’aide ou le concours de personnes qu’il avait rencontrées durant ses missions précédentes. En 1705, par exemple, Torcy demanda à Amelot d’intervenir afin d’appuyer le nouveau nonce envoyé à Venise107, Cusani108. Cette requête du secrétaire d’État des affaires étrangères montre qu’un diplomate, comme Amelot, pouvait garder des contacts dans un pays où il avait été en poste. Amelot avait été ambassadeur extraordinaire de Louis XIV auprès de la République de février 1682 au 2 janvier 1685109.

68À Madrid, le recours à ses anciens réseaux portugais fut bien plus important que la sollicitation circonstanciée de Torcy pour appuyer Cusani. Amelot utilisa en effet les liens qu’il avait noués avec plusieurs Français de Lisbonne lorsqu’il était ambassadeur auprès du roi Pierre II de mai 1685 à juillet 1688. Mme d’Elvas et son frère Du Verger, deux Français installés au Portugal, apparaissent ainsi à de nombreuses reprises dans la correspondance. Tant que dura son ambassade à Madrid, Amelot ne cessa jamais de se renseigner sur la situation de la cour portugaise. Il est vrai que Louis XIV chercha toujours à arracher le Portugal de la Grande Alliance que Pierre II avait rejointe par le traité de Methuen en 1703. Sa situation géographique, sa proximité avec Madrid et son rôle de pont d’entrée pour les armées anglo-hollandaises confortaient le besoin de l’ambassadeur du roi de France de connaître la situation de ce voisin.

  • 110 Labourdette, 1988, p. 280.
  • 111 Quelques documents de cette correspondance sont conservés aux archives du ministère des Affaires ét (...)
  • 112 La mère de Mme d’Elvas et de Pierre-Antoine Du Verger avait suivi Marie-Françoise Isabelle de Savoi (...)
  • 113 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)
  • 114 Oliveira Marques,1978, p. 301.
  • 115 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadi (...)

69Amelot entretint ainsi une correspondance avec Mme d’Elvas, grâce à son frère Pierre-Antoine Du Verger110, qui était alors à Cadix par où transitaient les messages111. Mme d’Elvas avait longtemps été la maîtresse de Pierre II et lui donna un fils à l’origine de la lignée des ducs de Lafões112. Pierre-Antoine Du Verger disposait de solides relais au sein de la cour de Lisbonne. Il assurait ainsi pouvoir demander de l’aide à des nobles portugais dont certains étaient « des amis »113. Parmi ceux-ci, il comptait le duc de Cadaval, le marquis d’Alegrete et son fils, le comte de Taroc, ou encore Manuel Galvaon, l’ancien favori et petit-écuyer du roi. Le premier d’entre eux, le duc de Cadaval, était l’un des plus éminents membres de la cour portugaise. Même s’il avait clairement affiché ses convictions francophiles114, il restait l’un des personnages les plus craints et les plus redoutés des ministres. Il était lié à Mme d’Elvas puisqu’il était le parrain de son fils115. Le marquis d’Alegrete, artisan du traité de Methuen, ne craignait pas non plus d’entretenir des liens avec le consul de France.

70Cette relation d’Amelot avec Mme d’Elvas et Pierre-Antoine Du Verger lui permit de tenter à plusieurs reprises, en 1705 puis en 1707 après Almansa, d’inviter le roi de Portugal à entrer en négociation pour une paix séparée. Ce fut un échec, nous le verrons plus loin, mais ce qui retient l’attention c’est la vigueur de liens parfois anciens qu’Amelot put solliciter pour mener ses négociations.

  • 116 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, lettre de Diego de Mendoça à Amelot, 10 juin 1708, Lisbonne, fo 12.

71Autre exemple de la pérennité des liens formés au cours d’une ambassade : celui de Diego de Mendoça. Ce marchand portugais sollicita d’Amelot un passeport pour des mules destinées à la cavalerie du roi de Portugal116. Flairant l’occasion tant attendue de pouvoir se rendre agréable à la cour portugaise, Amelot demanda au Roi Catholique l’autorisation nécessaire. Dans sa réponse à Diego de Mendoça rendant compte de cette démarche, il ajoute :

  • 117 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, copie de la lettre d’Amelot à Diego de Mendoça, 5 juillet 1708, fo 1 (...)

Vous me faites justice de compter sur l’inclination que je conserve depuis de longues années à faire plaisir à la nation portugaise, et si par la suitte vous aviez des affaires d’une autre espèce à traiter en cette cour, je me flatte que vous vous adresseriez à moy préférablement à tout autre117.

72En se présentant comme l’interlocuteur unique pour tout ce qui regarderait la cour portugaise, Amelot comptait trouver une occasion pour entrer en négociation avec le Portugal. Toutefois, les réseaux diplomatiques d’Amelot ne se limitaient pas à ces anciens contacts chargés de l’appuyer quand le besoin s’en faisait sentir.

  • 118 BnF, Ms. fr., NAF, nos 20271 à 20273, Lettres et mémoires du maréchal de Tessé.
  • 119 BnF, Ms. fr., no 6923, « Correspondance entre Mr le Duc de Noailles et M. Amelot, 1706-1709 », 189  (...)

73Amelot devait aussi entretenir des correspondances écrites afin d’informer des hommes de guerre, comme le duc de Noailles et le maréchal de Tessé118, ou des ambassadeurs en poste dans d’autres pays, par exemple le marquis de Puyzieulx, alors dans les Cantons suisses. Il écrivait ainsi très régulièrement au duc de Noailles119. Sa correspondance portait uniquement sur la situation militaire. Ce sont des comptes rendus des coups d’éclats, prises de ville ou encore de mouvements de troupes. L’envoyé de Louis XIV à Madrid insistait surtout sur la situation en Aragon et en Catalogne, car le duc de Noailles était alors dans le Roussillon. Ces rapports précis et détaillés des événements militaires apparaissent comme des obligations du moment imposées par la guerre dans le nord-est de la péninsule. Le ton distant et sans chaleur particulière renforce le caractère austère et fastidieux de ces documents officiels.

  • 120 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XXX, vol. 2, p. 677.
  • 121 Hocquet, 1985 ; Blanchard, 1960 ; Le Goff, 1968.
  • 122 Baillou, 1984, p. 177.

74Avec le marquis de Puyzieulx, ambassadeur de Louis XIV auprès des Cantons, Amelot entretint également une correspondance régulière. Les ligues des Grisons, auprès desquelles le marquis de Puyzieulx était accrédité, fournissaient au roi de France des soldats dont la réputation n’était plus à faire120. Deux raisons expliquent cette correspondance d’Amelot avec de Puyzieulx. Tout d’abord, Amelot avait été ambassadeur auprès des Cantons pendant dix ans, de 1688 à 1698. Il pouvait donc apporter à son successeur une aide d’autant plus précieuse que les Cantons n’avaient pas de cour mais une diète, dont il valait mieux connaître les usages et les membres influents. L’ambassadeur devait maintenir une entente entre les Cantons, assurer le paiement de pensions et garantir la bonne exécution des accords signés, concernant le sel notamment121. Un diplomate envoyé en Suisse devait ainsi avoir de solides connaissances administratives122. Ce motif constitue une raison suffisante pour justifier la correspondance entre les deux ambassadeurs.

  • 123 Stelling-Michaud, 1935.
  • 124 On trouve de nombreuses lettres envoyées par Amelot au marquis de Puyzieulx dans les archives du mi (...)

75La seconde raison est d’ordre géopolitique. L’espace suisse était coincé entre les possessions du roi de France, celles de l’empereur et celles, très disputées, de l’Italie du Nord, comme le duché de Milan. Assurer le contrôle des routes menant vers la Savoie et les possessions italiennes du roi d’Espagne devenait une priorité stratégique pour les représentants des deux camps123. Il est donc logique qu’Amelot ait tenu Puyzieulx au courant de la situation militaire de la péninsule124, car le Milanais constituait l’une des principales voies de passage de l’Italie du Nord vers les Pays-Bas espagnols.

  • 125 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 24 février 1706, fo 136. AHN, Consejo, (...)
  • 126 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 22 juillet 1705, fos 107-109.

76Amelot l’informait des affaires de la cour de Madrid et justifiait les mesures prises comme lorsqu’on choisit de former une régence et de confier le pouvoir à la reine d’Espagne en 1706 lors de la fuite de la capitale devant l’armée ennemie125. Il ne manquait pas de se tenir informé des dernières nouvelles de la Diète126. Il continuait ainsi à s’intéresser à la situation des Cantons.

  • 127 AMAE, Cor. pol., Milanais, Supplément, t. 7, lettre de Vaudémont à Chamillart, 20 février 1706, fos(...)
  • 128 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre d’Amelot à Torcy, 26 septembre 1707, fo 327.

77Outre ces correspondances avec Puyzieulx et Noailles, il existe quelques documents qui attestent d’échanges réguliers avec d’autres personnages comme le prince de Vaudémont127, gouverneur du duché de Milan, ou encore le marquis de Beretti-Landi128, ambassadeur de Philippe V auprès des Cantons.

  • 129 AN, G7 1092-1093, comptes de la succession d’Espagne.
  • 130 C’est surtout dans la correspondance avec Jérôme de Pontchartrain que l’on trouve ces mentions aux (...)
  • 131 Pelus-Kaplan, 2006, p. 408.

78Amelot écrivait également aux marchands et aux consuls. Dans le cadre de son ambassade à Madrid, où les questions commerciales dominaient les négociations, ces correspondances sont nombreuses quoique conservées de manière très lacunaire. En réalité, il en reste des traces et des évocations plutôt que les documents eux-mêmes. Dans les archives du contrôle général des finances129, on trouve de nombreuses mentions de lettres qu’Amelot devait envoyer aux munitionnaires, aux marchands, aux banquiers de Madrid, mais aussi aux différents consuls alors en Espagne, comme Du Verger, dont nous avons parlé, ou Mirasol, consul à Madrid130. C’est par des biais indirects que l’on peut attester de liens étroits entre Amelot et les milieux marchands. Christophe Brosseau, représentant des Hanséates auprès de Louis XIV, se flattait par exemple de bien connaître Amelot quand il était au conseil de Commerce131. Il est vrai que cette fonction avait fait de lui un interlocuteur des envoyés des cités-États marchandes.

Au service de l’ambassadeur et de Michel-Jean

  • 132 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 juillet 1706, Atienza, fos 121-125.

79Il est très difficile de connaître les collaborateurs espagnols d’Amelot. Pour conduire sa mission, il devait recourir à des juristes, officiers et secrétaires espagnols qui lui fournissaient les mémoires nécessaires pour prendre ses décisions. Dans le contexte d’une union étroite entre les deux couronnes, c’est à lui que revenait de conseiller Philippe V en lui proposant des arbitrages ou des choix qui devaient être compatibles avec les intérêts de Louis XIV son grand-père. L’ambassadeur devait donc s’instruire de la situation du pays, apprendre le fonctionnement des institutions et se familiariser avec les usages du pouvoir espagnol. Cette préoccupation de l’information se retrouve à plusieurs reprises dans sa correspondance. En 1706, lorsque Philippe V et la reine durent quitter Madrid devant l’avancée d’une armée anglo-portugaise, Amelot chargea lui-même un officier — dont il ne donne pas le nom — d’espionner la situation militaire du royaume de Valence et de le renseigner sur l’état des troupes132.

  • 133 Le mémoire est contenu dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, fos 68-69, cité dans Iñúrritegui, 2008, (...)
  • 134 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre de Toby Bourke à Torcy, Madrid, 11 juillet 1707, fo 37vo.
  • 135 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 1, cédule de Philippe V en faveur de Don Melchor Rafa (...)
  • 136 « J’ai vu et reconnu l’état des rentes de cette ville, et de celles que le royaumes paie en général (...)
  • 137 Martín Gaite, 1997, p. 345.

80Quelques-uns des sujets du Roi Catholique travaillèrent ainsi directement avec Amelot. Ils rédigeaient des mémoires, comme Rafael Melchor Macanaz. C’est ce dernier qui lui conseilla d’abolir les fueros puis le Conseil d’Aragon à la suite de la bataille d’Almansa133. Après la chute du royaume de Valence en 1707, Macanaz fut envoyé par Amelot dans ce royaume pour prendre connaissance de l’état des rentes et des finances134. Il fut nommé juge des confiscations135. Il dressa un mémoire destiné à l’ambassadeur, au président du Conseil de Castille et à José Grimaldo136. Plus tard, lorsqu’il fut emprisonné dans les geôles de l’Inquisition, il put compter sur l’amitié d’Amelot, qui aurait tenté de le faire passer en France137.

  • 138 Les deux deux frères sont parfois difficiles à distinguer dans la documentation. Je remercie Jean-P (...)
  • 139 AGS, Estado, Milán, leg. 3357 (2), leg. 3366 (56), 3368 (33) ; Pulido Bueno, 1998, p. 14.
  • 140 Béthencourt Massieu, 1954, p. 13.
  • 141 Pulido Bueno, 1998, pp. 18-21.
  • 142 Pérez Fernández-Turégano, 2006, p. 31.
  • 143 Pérez Fernández-Turégano, 2006, pp. 33-34.
  • 144 « Amelot […] intervenait dans la provision de tous les emplois distribués par S. M. et en peu de jo (...)
  • 145 AGS, Gracia y Justicia, leg. 225-228 ; Pulido Bueno, 1998, p. 64. Antonio Rodríguez Villa pensait q (...)
  • 146 AHN, órdenes, Alcántara, exp. 1148, exp. Santiago 6291, admission dans l’ordre d’Alcántara, 13 août (...)
  • 147 Pulido Bueno, 1998, p. 32.
  • 148 Béthencourt Massieu, 1954, p. 14.
  • 149 Barrios, 1984, p. 415.
  • 150 AHN, Consejo, lib. 2753, no 24, Inventario de decretos de la clase de gracia de la secretaria de cá (...)

81Les frères Patiño, Baltasar et José, furent aussi de ceux sur qui l’ambassadeur s’appuya pour conduire sa mission138. José était né en 1670 dans le Milanais. Son père avait été élevé au rang de marquis de Castelar par Philippe IV pour services rendus à la couronne139. Sa famille était originaire de Galice140. José Patiño, destiné dans un premier temps à entrer dans les ordres141, passa deux années chez les Jésuites avant de renoncer au noviciat. Il devint capitán de justicia du marquisat de Finale142. Le prince de Vaudémont le chargea de plusieurs levées de soldats en 1694. Il vint dans la péninsule au début de la guerre de Succession d’Espagne. Amelot et le maréchal de Tessé l’appuyèrent afin de lui obtenir une place parmi les six du Conseil des ordres143. Un document manuscrit du Palais royal de Madrid confirme le rôle décisif joué par Amelot pour lui procurer une place dans ce Conseil144, où il fut nommé par Philippe V en 1707145. En 1708, il intégra l’ordre d’Alcántara146. L’historiographie espagnole a jugé José Patiño comme emblématique des générations nées dans les années 1670, conscientes des difficultés de la Monarchie Catholique à la fin du xviie siècle, et désireuses d’introduire de profonds changements147. Il devint intendant de l’armée en Estrémadure (1711) et fut par la suite l’un des principaux ministres du règne de Philippe V148, comme secretario del despacho de marina y hacienda (1726-1730). Il fut également ambassadeur à Venise et membre du Consejo de Estado149. Il obtint la grandesse en 1736150.

  • 151 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, [juin] 1706, du camp de Sopetrán, fo 26 (...)
  • 152 Plusieurs lettres d’Amelot au duc d’Orléans et leurs réponses font mention de Patiño, sous le nom d (...)
  • 153 AN, KK 1321, registre des lettres écrites par le duc d’Orléans (1707-1708) : lettre du duc d’Orléan (...)
  • 154 AHN, Estado, leg. 812, série de lettres du marquis de Castelar sur l’installation d’un hôpital en A (...)
  • 155 AN, KK 1322, registre des lettres écrites par le duc d’Orléans (1707-1708), lettre du duc d’Orléans (...)

82On retrouve également la trace de son frère Baltasar Patiño lorsque l’ambassadeur évoquait les officiers espagnols sur lesquels il s’appuyait pour organiser le ravitaillement et la fourniture des armées. En 1706, Amelot se félicitait du travail de ce dernier151. Durant la campagne du duc d’Orléans en 1708, Baltasar Patiño servit aussi d’intermédiaire entre les deux Français152. Il s’occupait toujours des vivres et de l’approvisionnement des troupes153 mais aussi des hôpitaux154. Rapidement, le duc d’Orléans ne put se passer de lui et soutint auprès d’Amelot ses demandes de faveur, comme lorsqu’il perdit tous ses biens dans le Milanais en 1707155.

  • 156 Pour un aperçu général sur ce personnage voir Castro, 2008, pp. 98-99. On trouve également quelques (...)
  • 157 AHN, Consejo, lib. 2753, Inventaire des décrets de faveurs et de grâces, no 103, titre [marqués de (...)
  • 158 Juan de Orcasitas, comte de Moriana, fut le premier à assumer la charge de trésorier de la guerre, (...)
  • 159 AHN, Estado, leg. 364, correspondance avec Grimaldo, 1709.
  • 160 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 20 août 1705.
  • 161 « Se pudiera comunicar al marqués de Campoflorido para que quede en esta intelligencia » (AHN, Esta (...)
  • 162 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 31 juillet 1707.
  • 163 AHN, Estado, leg. 772, lettre de Grimaldo à Amelot, 15 [septembre] 1707 ; leg. 3205, lettre de Cast (...)
  • 164 AHN, Estado, leg. 812, exp. 32, lettre de Campoflorido à Grimaldo, 24 janvier 1708.
  • 165 AHN, Estado, leg. 3205, lettre d’Amelot à Grimaldo, 20 novembre 1708.
  • 166 Andújar Castillo, 2008, p. 199.

83Dans la documentation espagnole, un autre nom apparaît souvent dans les lettres annotées par Amelot. Il s’agit du marquis de Campoflorido. Juan del Río González était un homme d’affaires qui assurait des fournitures pour les armées du Roi Catholique en 1703156. Il reçut un titre de Castille157 en 1707 et assuma la fonction de trésorier général de la guerre dès cette année. Il remplaça alors le comte de Moriana158 en effectuant les paiements décidés par Grimaldo, notamment pour l’approvisionnement de l’armée. Sa correspondance avec ce dernier passait souvent par les mains de l’ambassadeur de Louis XIV. Le marquis de Campoflorido ne s’occupait pas seulement des paiements et des transferts de fonds, mais aussi de la fourniture des vivres159. Dès 1705, il gravitait dans l’entourage de Grimaldo, sans doute alors comme simple fournisseur, puisque Amelot travaillait déjà avec lui. Il demandait par exemple au secretario del despacho de lui transmettre des documents concernant des fonds disponibles160. Amelot porta l’annotation suivante sur la lettre de Grimaldo : « On pourrait le transmettre au marquis de Campoflorido afin qu’il en soit informé161 ». Dans une autre missive de Grimaldo, où ce dernier demandait à l’ambassadeur ce qu’il fallait faire des sommes initialement destinées à des milices, Amelot répondait de remettre les fonds à la Trésorerie (vraisemblablement de la guerre) et d’avertir Campoflorido162. On voit ainsi ce dernier procéder régulièrement à des remises de fonds pour les troupes163 après un avis de l’ambassadeur, comme les 10 000 doublons qu’il fallait envoyer à Saragosse et les 8 000 autres pour Valence en 1708164, ou encore les sommes pour l’hôtel des Monnaies165. En 1709, il obtint le poste de gouverneur du Consejo de Hacienda166.

  • 167 Je remercie Anne Dubet qui m’a transmis cette référence. Voir AMAE, Cor. pol., Esp., t. 237, lettre (...)
  • 168 AN, Marine, B7 248, Consulat, correspondance reçue, août-octobre 1707, lettre de Daubenton à Pontch (...)

84Parmi les sujets espagnols de Philippe V qui assistèrent Amelot, il faut aussi compter Miraval. Luis Félix de Miraval y Spínola (v. 1655-1729) devint procureur (fiscal) en 1697 puis juge (oidor) en 1700 à la chancellerie de Valladolid après avoir étudié et enseigné le droit à Salamanque. Il devint officier chargé du maintien de l’ordre (alcalde de Casa y Corte) en 1705 avant d’être promu conseiller de Castille le 17 mars 1707. Par la suite, il fut ambassadeur ordinaire aux Provinces-Unies en 1715 et gouverneur du Conseil de Castille. Il travailla auprès d’Amelot pour régler les affaires du consulat de Séville et s’occuper du commerce167. C’est vraisemblablement sur une décision de l’ambassadeur qu’il intégra en 1707 la junte de commerce (junta de comercio), laquelle avait été établie en 1705 pour réorganiser le commerce des Indes168. Miraval n’est jamais évoqué par l’ambassadeur dans sa correspondance, c’est Jean Orry et Daubenton de Villebois, intendant de la marine et chargé du commerce auprès d’Amelot, qui nous apprennent que l’homme de loi travaillait pour lui.

85Rafael Macanaz, les frères Patiño et Luis Félix de Miraval travaillèrent directement avec Amelot afin de l’aider dans sa tâche, notamment par la rédaction de mémoires préconisant telle ou telle décision. Toutefois, ils n’étaient certainement pas les seuls. L’activité de l’ambassadeur de Louis XIV auprès du petit-fils de ce dernier supposait une connaissance du pays, des rouages de l’administration espagnole et de l’organisation des royaumes. Pour être informé et conseillé, Amelot s’appuyait sur des membres du Conseil de Castille comme Miraval et Patiño, mais également sur bien d’autres dont les noms ne nous sont pas parvenus. Néanmoins, Miraval, Patiño et Macanaz ont en commun d’avoir servi Amelot mais aussi d’avoir connu une ascension notable par la suite, comme si le travail avec l’ambassadeur avait été une école pour de nombreux serviteurs de Philippe V.

86Dresser une typologie des réseaux d’un ambassadeur est utile pour saisir la diversité des liens qu’il pouvait entretenir. Les relations professionnelles ou de carrière, familiales ou personnelles constituaient un univers d’autant plus important à éclairer que l’emprise de la société sur l’individu était très forte à l’époque moderne. Pour autant, les décrire ne suffit pas à expliquer comment elles s’articulent avec le travail d’un ambassadeur en poste dans une cour étrangère. Il importe d’analyser plus en détail comment ces relations étaient sollicitées pour appuyer une action, soutenir la demande d’une faveur, ou encore protéger de la rumeur ou d’un bruit qui pouvait desservir. C’était particulièrement le cas des envoyés auprès des souverains ou des hommes de guerre sur le champ de bataille, dont le sort — fortune ou disgrâce — dépendait également des comptes rendus des ministres. La proximité avec la personne du roi était un ressort prééminent de la monarchie de Louis XIV. Le plus sûr moyen d’obtenir une faveur consistait à résider à la cour. Être éloigné du souverain représentait à la fois un obstacle à l’avancement, et le risque d’être oublié, ou pire encore, pris dans une cabale. Les ambassadeurs, comme les maréchaux ou les généraux, devaient donc entretenir des relais à la cour pour les défendre, surveiller ce que l’on disait sur eux et les prévenir des toutes les intrigues.

87Au fil des correspondances d’Amelot, ses questions, ses justifications et ses craintes apparaissent. Il cherchait à déminer les oppositions, prévenir les rumeurs et se garantir d’éventuelles récriminations. Il s’agit donc de voir dorénavant comment il utilisait « ses réseaux », mobilisait parents, amis et patrons pour mettre en valeur son travail ou se tirer d’un mauvais pas. L’analyse des pratiques et des usages des réseaux, bien plus que la seule description, permet de mieux comprendre l’action d’un diplomate non seulement dans la cour où il était envoyé mais également au sein de celle qu’il avait quittée.

IV. — Usages et pratiques des réseaux

88À différents moments, Amelot utilisa ses réseaux durant son ambassade. Il ne s’agit pas ici de les analyser tous mais de présenter ceux qui sont les plus significatifs d'un usage. En effet, nous avons retenu plusieurs cas : celui de la demande d’une faveur, un second qui souligne les protections dont il jouissait, un troisième portant sur la défense de son action, et enfin deux exemples illustrant comment l’emprise d’un réseau pouvait devenir une contrainte.

89La première faveur demandée par Amelot, et pour laquelle il sollicita « ses réseaux », était d’obtenir une place au conseil royal des Finances. Ce désir fut formulé avant même son départ en 1705 en Espagne, mais en vain. Il tenta également d’obtenir une grandesse à l’occasion du mariage de sa fille que l’on projetait d’unir au prince de Chalais en 1709. Là encore, et malgré le soutien de la princesse des Ursins, il n’obtint rien. Le troisième exemple où l’on peut suivre le fonctionnement de ses relations concernait son activité d’ambassadeur. À l’occasion de l’échec du siège de Barcelone en 1705, un imprimé circula : il était présenté comme une harangue que l’ambassadeur de Louis XIV aurait faite aux Grands d’Espagne. Ce texte risquant de desservir Amelot, un de ses proches écrivit au secrétaire d’État des affaires étrangères pour le disculper d’en être l’auteur. Enfin, les deux derniers cas présentés font apparaître le réseau comme une contrainte, à l’occasion de la mort de son fils en 1707, puis lorsqu’il alla à Rome en mission en 1714.

90Afin d’éviter une présentation événement par événement, l’étude s’organise autour deux axes. Le premier est celui du rôle des femmes et le second porte sur les obligations créées par les liens de fidélité.

Appuis féminins et pouvoir des femmes

  • 169 Kettering, 1986 ; Ead., 1989 ; Ead., 1993, pp. 69-87 ; Chapman, 2001.
  • 170 Kelly-Gadol, 1977, p. 148.
  • 171 Il semble que la période n’ait pas non plus été favorable à l’indépendance des veuves ; voir Beauva (...)
  • 172 Le courant humaniste et le retour au droit romain avaient favorisé le développement d’écrits, comme (...)

91L’historiographie a déjà mis en évidence le rôle des femmes dans l’obtention de grâces ou d’avancement. Les travaux de Sharon Kettering sur le patronage169 et ceux plus récents de Sara Chapman insistent tous sur le pouvoir des femmes. Pourtant, depuis la Renaissance, la domination des hommes aurait été croissante. Le déclin du féodalisme, la montée en puissance de l’autorité royale et le renforcement de la centralisation ou de la bureaucratisation auraient eu pour effet d’amoindrir le pouvoir des femmes dans la société170. Il est vrai que l’évolution des cadres juridiques, en faisant de la femme une éternelle mineure — sauf exception (veuves171 et négociantes) — qui contrôle moins ses biens par rapport aux derniers siècles du Moyen Âge, donne du crédit à cette vision172.

  • 173 Davis, 1975, p. 72.
  • 174 Sur ce sujet, on pourra se reporter au numéro consacré par la revue Dix-septième siècle à La femme (...)
  • 175 López-Cordón Cortezo, 1997 ; Redondo (dir.), 1995 ; Garrido González (dir.), 1997 ; et Morant (dir. (...)
  • 176 Kettering, 1989, pp. 817-818.
  • 177 Kettering, 1993, p. 78.

92Toutefois, l’emprise quotidienne des femmes sur la sphère domestique et leur influence sur les cercles du pouvoir n’ont pas décliné. La pratique semble ici s’écarter des cadres normatifs qui renforcèrent toujours plus l’autorité masculine à l’époque moderne. Ainsi, le pouvoir des femmes dans les domaines politiques et économiques devint plus informel et indirect qu’aux époques antérieures, mais il ne disparut pas173. La rigidité des systèmes juridiques accentuant le déséquilibre en faveur des hommes dans les rapports de genre était nuancée voire contournée dans la pratique174. Par exemple, le rôle des femmes dans l’économie domestique ou familiale fut déterminant, non seulement en France mais aussi en Espagne175. Selon Sharon Kettering, le pouvoir des femmes issues de la noblesse aurait eu une influence déterminante sur le patronage aux xvie et xviie siècles176. Elle définit le patronage en le distinguant du brokerage. Le premier suppose des liens personnels de fidélité entre le patron et son client, tandis que le brokerage n’impose pas l’existence de ce type de liens a priori177. Montesquieu donne du crédit à cette image lorsqu’il prête, au début du xviiie siècle, les propos suivants à Rica, personnage fictif de ses Lettres persanes (1721) :

  • 178 Rica à Ibben, lettre CVII (Montesquieu, Lettres persanes, p. 241).

… il n’y a personne qui ait quelque emploi à la cour, dans Paris, ou dans les provinces, qui n’ait une femme par les mains de laquelle passent toutes les grâces et quelquefois les injustices qu’il peut faire178.

  • 179 Marie-Anne Claude Brulart avait épousé Henri d’Harcourt en 1687. Aubert de La Chesnaye Des Bois, Di (...)
  • 180 Álvarez López, 2008, p. 127.

93Dans la vie diplomatique, les épouses d’ambassadeurs apportaient parfois un précieux et subtil concours à la mission de leurs maris. Dans le monde de cour, l’ambassadrice pouvait jouer des sociabilités courtisanes pour gagner l’amitié ou, à défaut, le respect des Grands et des principaux ministres. La marquise d’Harcourt179 fut ainsi la coqueluche de la cour de Madrid en gagnant la confiance de reine Marie-Anne de Neubourg et des dames de la cour qui lui rendaient visite. Elle accentua ainsi l’opposition entre la bienveillance dont jouissait l’ambassadeur de Louis XIV, son mari, et la mésestime dans laquelle était tenu le représentant impérial, le comte d’Harrach, dont l’épouse n’était pas appréciée180.

  • 181 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 442-444 ; Dangeau, Journal, t. X, p. 290.

94Durant son ambassade à Madrid, Amelot de Gournay put compter sur le soutien de deux personnalités de poids : l’épouse du roi, Mme de Maintenon, et la camarera mayor de la reine d’Espagne, la princesse des Ursins. Il faut ici revenir sur les circonstances de la nomination d’Amelot. Le duc de Saint-Simon, comme Dangeau dans son Journal, laisse entendre dans ses Mémoires que ce fut la princesse qui le choisit181. Aucun autre élément n’infirme ni ne confirme cette vision. Le marquis de Gournay aurait accepté la mission sur la promesse d’obtenir un siège au conseil royal des Finances, dès qu’une place viendrait à vaquer.

  • 182 Voir annexe I.
  • 183 Kettering, 1993, p. 72. Voir également Ranum, 1980 ; Mettam, 1988, pp. 197-204 ; Giesey, 1985.

95Cet engagement royal est connu par une lettre qu’Amelot adressa au souverain trois mois après son arrivée à Madrid, soit vers la fin du mois d’août ou le début de septembre 1705. L’ambassadeur rappelait au roi la faveur qu’il lui avait demandée avant de partir lors d’un séjour à Marly et l’assurait de son zèle pour mériter cette grâce. Il justifiait son insistance à obtenir ce poste par le désir de pouvoir ainsi approcher régulièrement son souverain182. Cette soif de proximité n’a rien de surprenant dans une monarchie où le roi était l’origine des toutes les faveurs et les grâces, et plus particulièrement sous le règne de Louis XIV183.

96La princesse des Ursins appuya cette demande. Elle confia à sa puissante confidente, Mme de Maintenon, qu’Amelot désirait une place. Comme l’illustre le passage qui suit tiré de sa correspondance, la princesse utilisait la seconde épouse de Louis XIV comme truchement pour atteindre le souverain.

  • 184 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, novembre 1706, dans Ursins, Lettres inédites,(...)

Permettez-moi, madame de vous supplier très humblement d’avoir quelque attention à lui [Amelot] ; il mérite assurément quelques preuves de la générosité du Roi qui le consolent et qui fassent voir que Sa Majesté est contente de lui. Le public a besoin de connoitre par des effets la bonne volonté du maître pour son ministre pour l’estimer et le respecter. M. Amelot avoit désiré avant de partir de France pour venir à Madrid, où vous savez, madame, qu’il ne vint que par pure obéissance, que le Roi lui fit la grâce de lui promettre de lui donner la première des deux places qui viendrait à vaquer de conseiller au Conseil Royal. Seroit-ce une chose qui pût se faire présentement184 ?

  • 185 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 11 décembre 1706, dans Ursins, Lettres inédit (...)
  • 186 AMAE, Acquisitions extraordinaires, no 19, lettre d’Amelot à Mme des Ursins, Madrid, 10 décembre 17 (...)

97Cette demande faisait valoir les services qu’Amelot rendait à Madrid, son mérite en quelque sorte. Elle s’adressait indirectement au roi en soulignant qu’il était nécessaire qu’il manifestât son soutien à l’action de son diplomate. Quelque temps plus tard, Mme des Ursins apprit qu’Amelot n’obtiendrait rien. Cette nouvelle, transmise par Mme de Maintenon, inspira une réponse à la princesse dans laquelle elle insistait de nouveau sur le zèle et la fidélité sans faille de l’ambassadeur de Louis XIV185. Cette insistance traduit bien le rôle que la princesse des Ursins entendait jouer. Elle souhaitait profiter de son accès ou de son intimité avec l’épouse du roi afin de procurer à son protégé la place qu’il espérait tant. Elle mettait en évidence l’importance pour le service du roi que ce dernier accordât cette reconnaissance à son fidèle sujet. La lettre de Mme de Maintenon est datée du 28 novembre 1706 et peu après Amelot adressa une longue missive à la princesse des Ursins, où il laissait éclater sa frustration. Dans ce document186, il faisait de la place au conseil royal des Finances une contrepartie à sa carrière au service en rappelant que d’autres, comme ses prédécesseurs dans l’ambassade à Madrid ou encore Orry, avaient obtenu des grâces et des faveurs du roi. Il rappelait qu’il avait servi Louis XIV de nombreuses années dans des postes à l’étranger. Une ambassade était en effet souvent coûteuse et écartait un courtisan de la cour où il pouvait défendre ses intérêts. Elle était néanmoins l’occasion de s’illustrer auprès du roi. Amelot remarquait ainsi que son éloignement ne lui avait pas servi, bien au contraire.

98Deux mois après ce refus, Amelot crut obtenir gain de cause. Le roi finit par céder. En février 1707, Chamillart, en tant que contrôleur général des finances, assura l’ambassadeur qu’il obtiendrait une place au conseil royal des Finances, comme Louis XIV le lui avait promis peu avant son départ à Madrid. Amelot remercia Chamillart. Toutefois, la faveur était assortie d’une restriction : Amelot devait garder la nouvelle secrète. Cette disposition amoindrissait beaucoup la faveur accordée. En effet, le prix de la récompense ne tenait pas seulement à sa valeur intrinsèque mais à ce qu’elle manifestait publiquement la reconnaissance du maître pour son serviteur. Louis XIV ne consentit pas à la rendre publique peut-être pour ne pas s’engager. De fait, Amelot n’obtint jamais la place de conseiller au conseil royal des Finances malgré le jeu d’appuis que représentaient Mme de Maintenon, la princesse des Ursins et Chamillart. La décision appartenait en dernier ressort au roi et à lui seul.

  • 187 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, 5 mars 1707, Marly, dans Maintenon, Lettres à (...)

99La princesse des Ursins et Mme de Maintenon apparaissent ici comme des protectrices. Aussi Amelot, au temps de ses espérances, avait-il écrit une lettre à l’épouse du roi pour la remercier ; introuvable, elle est mentionnée dans la lettre que cette dernière envoya à la princesse par l’ordinaire suivant. L’épouse morganatique de Louis XIV, comme Amelot, passait par la princesse des Ursins pour ses conversations187.

  • 188 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, 10 octobre 1707, Fontainebleau, et lettre de (...)
  • 189 AGS, Estado, Francia, leg. 4301, lettre du comte d’Aguilar, 26 novembre 1705.
  • 190 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 16 mai 1707, dans Maintenon, Ursins, Lettres (...)

100Mme de Maintenon ne manquait jamais une occasion de faire un compliment par l’intermédiaire de la princesse des Ursins. À plusieurs reprises, elle insistait auprès de sa correspondante à Madrid pour lui transmettre un compliment ou des encouragements188. En novembre 1705, lorsque le comte d’Aguilar (fils) vint à la cour de Versailles afin de faire le point sur la situation de la monarchie espagnole à Louis XIV, Mme de Maintenon renouvela ses compliments. Durant cette ambassade, le comte d’Aguilar rencontra plusieurs membres de la cour. Dans les rapports qu’il adressa au Consejo de Estado, il rapporta l’un de ses entretiens avec la seconde épouse de Louis XIV : elle soulignait les bons « rapports » (informes) qu’elle avait de la conduite d’Amelot189, ce à quoi Aguilar ne put répondre autrement qu’en assurant que l’ambassadeur manifestait un grand zèle pour le service des deux couronnes. La princesse des Ursins finit par reprocher à Mme de Maintenon d’avoir « gâté [Amelot] par toutes les louanges qu’[elle] lui donn[ait]190 ». Elle le trouvait présentement quelque peu vaniteux.

  • 191 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 30 octobre 1680, dans Sévigné, Correspondance, t. III, p (...)
  • 192 Mme de Sévigné emmena le fils de Mme de Grignan chez la comtesse de Vaubécourt afin de le lui prése (...)
  • 193 Saint-Simon, Mémoires, t. XIX, pp. 49-50.
  • 194 Ibid., t. XIII, p. 42.

101Outre Mme de Maintenon et la princesse des Ursins, Amelot disposait d’un autre relais féminin. Sa sœur, Mme de Vaubécourt, intervenait pour lui. Catherine Amelot de Gournay était la sœur cadette de l’ambassadeur. Elle avait épousé Louis-Charles de Nettencourt de Haussonville, comte de Vaubécourt en 1680191. Elle connaissait personnellement, comme d’autres membres de sa famille, Mme de Sévigné192. Le duc de Saint-Simon disait d’elle à sa mort qu’elle « avait fait du bruit, et était encore fort du grand monde, mais jamais de la cour193 ». Son mari, lieutenant général, avait été tué au cours d’un combat à Lodi en 1705194.

  • 195 Lettre d’Amelot à Chamillart, 22 février 1707, Madrid, éditée dans Esnault (éd.), Michel Chamillart(...)
  • 196 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, s. d., très abîmée, fos 117-118.
  • 197 SHD, A1 2048, janvier-avril 1707, lettre d’Amelot à Chamillart, 25 avril 1707, fo 282.

102À l’occasion des préparatifs du mariage du fils d’Amelot avec la fille de l’armateur malouin Lépine-Danycan, des tensions apparurent entre les deux familles. Avant même qu’Amelot l’eût sollicité, Chamillart prit la défense de l’ambassadeur face au riche armateur. L’ambassadeur pria alors le ministre de laisser sa sœur l’entretenir sur cette affaire tout en le remerciant de la protection qu’il avait donnée à sa famille195. Le ministre souhaitait écrire à Lépine-Danycan mais la sœur d’Amelot le dissuada de presser son envoi196, ce que fit Chamillart197.

  • 198 Il s’agit du « Discours tenu par M Amelot, ambassadeur de France, aux Grands d’Espagne lors de la l (...)
  • 199 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de la comtesse de Vaubécourt à Torcy, 24 juin 1706, fos 291-2 (...)
  • 200 Dans ce discours, Amelot aurait mis en garde les Grands contre le risque qu’ils couraient de condui (...)

103Mme de Vaubécourt prit également la défense de son frère dans sa mission à Madrid. En juin 1706, elle dénonça au marquis de Torcy la circulation d’un imprimé. Il s’agissait d’une harangue que l’ambassadeur aurait prononcée devant les Grands d’Espagne à la suite de l’échec du siège de Barcelone. Ce discours198 est présenté par Mme de Vaubécourt comme attentatoire à la réputation de son frère199. Elle s’inquiétait du crédit que le secrétaire d’État aux affaires étrangères pouvait apporter à un tel document et préféra le dénoncer dans les termes les plus vifs. Selon elle, les paroles présentées dans l’imprimé comme celles d’Amelot s’exprimant au nom du roi étaient indignes de Louis XIV200. Elle suppliait donc Torcy de ne pas accorder la moindre attention à ce document en objectant que jamais son frère n’aurait pu écrire pareille chose. L’ambassadeur de Louis XIV à Madrid pouvait donc compter sur sa sœur, à la fois pour l’avertir mais également pour prévenir les ministres de ne pas accorder foi aux imprimés qui circulaient. La comtesse de Vaubécourt constituait un relais pour Amelot en l’informant et en défendant son action. Son initiative révèle en quelque sorte une communauté familiale d’intérêts : l’un des membres de la famille prend la défense d’un autre puisqu’une condamnation du roi ou une mise à l’écart porterait préjudice à tous.

  • 201 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, Saint-Cyr, 1er août 1706, dans Maintenon, Urs (...)

104En cela, elle pouvait compter sur le soutien de la princesse des Ursins et sur le sens politique de Mme de Maintenon, peu encline à croire ce qui pouvait circuler à la cour. À l’occasion de la diffusion de la harangue, cette dernière écrivit à la camarera mayor afin de l’assurer de son soutien le plus complet. Sans donner de noms, elle fustigeait les « ennemis » de la princesse et d’Amelot, accusés de faire courir le bruit que le roi n’était pas satisfait de leur action et d’insinuer « que M. Amelot [était] un fou qui écri[vait] des lettres, et fai[sait] des harangues ridicules qui sont entre les mains de tout le monde201 ».

  • 202 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, 29 août 1706, Meudon, ibid., t. I, p. 34.

105Les initiatives d’Amelot et de la princesse des Ursins pouvaient ainsi être contestées jusqu’au sein de la cour de France. Les réactions de Mme de Maintenon et de Mme de Vaubécourt soulignent l’importance pour un ambassadeur de disposer de relais en France afin d’être informé et éventuellement de prévenir les attaques ou les intrigues. Il est très vraisemblable que Louis XIV n’accordait aucun crédit aux rumeurs et aux bruits circulant à la cour et à Paris, néanmoins, il était toujours au courant. Il importait donc d’apporter un démenti ou des explications lorsque cela s’avérait nécessaire. D’ailleurs, Mme de Maintenon éprouva le besoin de signifier à la princesse des Ursins que ses ennemis ne pouvaient lui nuire. Elle suivait les affaires de la cour de Madrid et garantissait la princesse, et l’ambassadeur en même temps, de la confiance de Louis XIV202 : « Il revient peu de chose ici des discours de vos ennemis […]. Je vous conjure, et votre ambassadeur, de vous fier à moi ; car quelque dupe que je sois, il n’est pas possible que j’ignore ce que le roi pense sur vous ». La seconde épouse du souverain veillait ainsi sur leurs intérêts et épiait les discours qui pouvaient circuler à Versailles à leur sujet.

106À l’exception de Chamillart, les plus fervents soutiens d’Amelot étaient donc tous des femmes. L’ambassadeur devait disposer d’autres relais parmi les ministres ou les personnages influents de la cour mais il apparaît ici que les femmes pouvaient jouer un rôle primordial dans la conduite d’une mission. Mme de Maintenon le soutenait publiquement, la princesse des Ursins réclamait pour lui l’obtention de faveurs et Mme de Vaubécourt constituait son œil à la cour et à Paris.

107On ne peut sans doute pas parler d’un pouvoir féminin mais il est incontestable que les femmes pouvaient jouer leur propre jeu dans le monde de cour. Il n’y a là rien de contradictoire avec le renforcement de l’autorité masculine, déjà évoqué précédemment. Comme l’a mis en évidence Sharon Kettering, les femmes semblent avoir contourné les interdits juridiques ou les carcans moraux, pour investir l’univers des relations informelles, celui d’une sociabilité féminine.

  • 203 SHD, A1 1787, lettre de Chamillart à Orry, 24 avril 1704, fo 270.

108Les femmes jouaient le rôle d’émissaire. Elles transmettaient des courriers, comme le fit l’épouse de Jean Orry en 1704 lors de sa disgrâce203, donnaient des explications, comme lors des tensions entre les familles Amelot et Lépine-Danycan en 1707, et intervenaient auprès des ministres ou du roi. Ce fut également Mme de Vaubécourt qui se jeta aux pieds du roi pour réclamer justice lors de la mort de son neveu, en 1707, au cours d’une partie de chasse.

  • 204 Kettering, 1989, pp. 829-830.
  • 205 Ibid., p. 832.
  • 206 Chapman, 2001, p. 11-35 ; Frostin, 2006.
  • 207 Durant l’année 2008, un séminaire de recherches animé par Lucien Bély et Géraud Poumarède a porté s (...)
  • 208 Bély, 1990, pp. 174-182.

109Le rôle des femmes dans le patronage, notamment des carrières ecclésiastiques204 ou musicales205, est désormais bien connu. À l’époque d’Amelot, celui de Marie Maupeou, l’épouse du chancelier de Pontchartrain, et de sa belle-fille, Éléonore de Pontchartrain, a fait l’objet de plusieurs études206. À l’évidence, le champ des relations internationales n’était pas exempt d’influences féminines207. Si l’étude des espionnes a connu de nets progrès208, celle des relais officiels des ambassadeurs dans leur cour d’origine reste encore largement à faire. Pourtant, comme l’illustre l’exemple de l’ambassadeur Amelot, les femmes pouvaient participer à la défense de l’action d’un diplomate, en l’informant, le patronnant et en le défendant le cas échéant contre des intrigues qui ne manquaient pas de se développer dans le monde de la cour.

  • 209 SHD, A1 2048, janvier-avril 1707, lettre d’Amelot à Chamillart, 25 avril 1707, fo 282.

110Amelot pouvait disposer du soutien de Mme de Maintenon, de l’appui sans réserve de la princesse des Ursins, de la vigilance de sa sœur, la comtesse de Vaubécourt, et de l’amitié de Chamillart. À deux reprises, le ministre de la guerre se fit son protecteur : pour le défendre face à Lépine-Danycan et pour obtenir des faveurs pour son fils. Amelot lui avait, par exemple, confié le soin de trouver pour son fils une place dans les bureaux des finances209.

111Ces trois personnes n’étaient pas les seules à faire partie de son maillage relationnel ou de ceux avec qui il entretenait des liens de fidélité ou de clientèle, mais elles sont celles dont les liens se manifestent le plus visiblement. Le réseau de sociabilité, de connaissances ou de fidélités ne supposait pas seulement l’octroi de faveurs, de grâces ou de bienfaits. Il pouvait aussi devenir facteur de contraintes. L’individu ne doit ainsi pas être envisagé comme le membre d’une nébuleuse de relations humaines sur laquelle il s’appuierait pour favoriser son ascension. Des liens de fidélité supposaient aussi obéissance et sacrifice de ses intérêts à ceux de son patron. Dès lors, comment ces contraintes s’imposaient-elles ? L’activité d’un ambassadeur pouvait-elle être sujette à celles-ci ?

Réduire au silence ou le réseau qui contraint

112Deux épisodes permettent d’éclairer plus particulièrement le caractère contraignant du réseau. Lorsque son fils Ours-Victor fut tué, Amelot était ambassadeur à Madrid. C’est au chancelier de Pontchartrain que revint la tâche de suggérer au diplomate de ne pas exiger un procès et d’accepter une forme d’accord à l’amiable avec la famille de Clermont-Tonnerre. À cette occasion, Amelot fut contraint de se taire et de modérer ses exigences de justice. Le second épisode au cours duquel on peut voir la force du réseau qui s’impose est plus tardif : en 1714, Amelot dut accepter de partir en mission à Rome afin d’obtenir du pape la réunion d’un concile qui prononcerait une nouvelle condamnation du jansénisme. Dans ces deux exemple, le réseau de relations devint contrainte et obligation. Pour éviter l’affrontement, les intérêts individuels devaient être soumis à ceux du groupe ou du clan et, en dernier ressort, à ceux du souverain, placé au sommet de cette pyramide des clientèles.

  • 210 Lettre du chancelier de Pontchartrain à Amelot, 18 septembre 1707 (AN, Archives privées, 257 AP 1, (...)

113Ce fut au cours d’une partie de chasse à Saint-Denis que le fils d’Amelot périt. Une dispute l’aurait opposé au fils aîné du comte de Clermont. Les circonstances sont mal connues et l’on est obligé de suivre ce qu’en rapporte Saint-Simon. Le chancelier de Pontchartrain adressa, sur les ordres du roi, une lettre à Amelot210. Ce n’est pas seulement comme chancelier qu’il intervint mais aussi en tant que parent.

114À plusieurs reprises, Mme de Gournay, la mère de l’ambassadeur, Mme de Vaubécourt, sa sœur, et Amelot de Chaillou, son cousin, avaient eu la possibilité de s’entretenir avec le roi. Ils avaient fait part, au nom de leur famille, de leur désir de voir la justice suivre son cours. La présence de sa sœur et de son cousin dans ce moment difficile atteste des liens étroits qu’ils entretenaient. De son côté, la famille du comte de Clermont sollicita la grâce du roi. Une vie était en jeu, mais également l’honneur de cette famille, car la condamnation à mort du jeune assassin aurait déshonoré le clan de Clermont-Tonnerre.

115Le chancelier expliqua en détail comment le roi trancha cette épineuse question. Il se fit porter toutes les pièces de l’instruction dans son Conseil et écouta attentivement leur lecture. Louis XIV décida ensuite d’accorder la grâce demandée par les Clermont-Tonnerre, mais se refusa à la donner avant d’avoir eu l’avis de son ambassadeur à Madrid sur le sujet. Il ne faut pas s’y méprendre, il ne s’agissait en rien d’un égard pour Amelot mais seulement de gagner du temps : donner l’impression d’attendre son accord constituait un moyen d’obtenir plus facilement son assentiment. Cette ruse visait à permettre un règlement à l’amiable où les deux parties évitaient de perdre la face.

  • 211 Lettre du chancelier de Pontchartrain à Amelot, 18 septembre 1707, citée dans Frostin, 2006, p. 264

116Dans sa lettre à Amelot, le chancelier donnait lui-même des exemples de compensations à demander211. Cela pouvait être une peine d’emprisonnement à la Bastille ou l’obligation de quitter un lieu où un membre de la famille Amelot serait présent. À l’évidence, il apparaît que le chancelier n’a pas écrit cette lettre pour savoir si Amelot consentait réellement à ce que le roi accorde la grâce réclamée, mais plutôt afin de l’inviter à ne pas refuser cette solution. L’ambassadeur n’eut pas le choix et dut accepter ce moyen terme. Pour la tranquillité de la cour et pour ne pas déshonorer une famille de la vieille noblesse d’épée, Amelot le robin accepta le silence imposé. Refuser, c’eût été défier son souverain. Cette attitude mêlait les principes d’obéissance au roi, de déférence à ses parents et un respect des convenances sociales communes à son milieu et à la société dans son ensemble.

  • 212 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 novembre 1707, fo 41.
  • 213 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre de Louis XIV à Amelot, 28 novembre 1707, fos 45-48, éditée da (...)

117Aussi, Amelot adressa une lettre de sa main, pleine de soumission, pour demander la grâce du jeune Clermont-Tonnerre. Il marquait son entière résignation aux décisions du souverain et considérait « l’affaire absolument finie212 ». On lui imposa ainsi une solution apparemment « négociée » mais contre laquelle il ne pouvait s’opposer. Comment aller contre la volonté du roi, du chancelier de Pontchartrain et de tous « ses amis », qui lui adressaient des reproches comme le soulignait la princesse des Ursins ? Il était impossible pour Amelot de bousculer la hiérarchie et les convenances sociales. Il accepta sans dire un mot. À ma connaissance, il n’évoqua plus jamais la mort de son fils. Le roi le remercia et différa l’octroi de son pardon afin de manifester la satisfaction qu’il avait du travail d’Amelot213. Quelques mois plus tard, il consentit aussi à lui donner son agrément pour la charge de président à mortier au Parlement de Paris qu’Amelot désirait pour un autre de ses fils. Comme il l’écrivit à son ambassadeur, il manifestait ainsi la confiance qu’il lui accordait :

  • 214 Lettre de Louis XIV à Amelot, 21 mai 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, (...)

Quoique je n’accorde point de grâce pareille à celle que vous me demandez en faveur de votre fils, je veux bien cependant faire pour vous ce que je n’ai fait encore pour personne, et vous donner par avance, mon agrément pour lui d’une charge de président à mortier, en mon parlement de Paris, lorsque vous trouverez occasion d’en traiter.
Je ne puis faire connoistre la satisfaction que j’ai des services importants que vous me rendez, et je suis persuadé que votre fils, suivant votre exemple et profitant de vos instructions, remplira très exactement les devoirs de son état214.

118Sept ans plus tard, Amelot dut encore se conformer à un ordre du roi. Il n’était en rien plus facile à accepter que le précédent. D’ordre personnel et intime, il exigeait d’Amelot qu’il prît publiquement parti contre le jansénisme. En 1709, lorsque Amelot rentra en France, il retrouva sa place au conseil de Commerce. Le royaume était alors pris dans la querelle janséniste. Loin d’avoir anéanti le jansénisme, la destruction de Port-Royal et la dispersion des religieuses étaient apparues aux yeux de nombreux fidèles comme un véritable martyre. Au lieu de discréditer ce courant spirituel, cette décision ne fit qu’accroître son audience. Par ailleurs, la publication des Réflexions morales du père Quesnel dès 1708 avait ravivé ces tensions. L’ouvrage fut condamné mais les opposants à cette censure se regroupèrent autour du cardinal de Noailles, qui devint ainsi le chef du « parti janséniste ». Aussi Louis XIV, sans doute poussé par Mme de Maintenon et son confesseur, le père Le Tellier, demanda lui-même une bulle pour condamner l’ouvrage du père Quesnel. La bulle fut octroyée par Clément XI le 8 septembre 1713. Devant la résistance opiniâtre du cardinal de Noailles et l’opposition du Parlement de Paris à la recevoir, le roi chercha à obtenir l’assentiment du pape pour organiser un concile national au cours duquel on condamnerait définitivement l’ouvrage du père Quesnel et le jansénisme.

  • 215 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 540, Instructions d’Amelot, 2 décembre 1714. On a conservé les dépêches d (...)
  • 216 Geffroy, Madame de Maintenon d’après sa correspondance, t. II, p. 375, cité dans Ceyssens, 1992, p. (...)

119Pour mener cette mission délicate, le roi avait besoin d’un sujet dévoué et passé maître dans l’art de négocier. Il choisit Amelot sans doute parce que ce dernier avait déjà été maintes fois ambassadeur. Son instruction précisait qu’il s’agissait d’obtenir « les moyens de réduire, par le droit et la rigueur, ceux que des voies plus douces et plus convenables n’ont pu engager à rentrer dans leur devoir215 ». Cette mission fut un échec et Amelot rentra en France en août 1715216.

  • 217 Le Roy, 1892, p. 613.
  • 218 Ceyssens, 1992, p. 48.

120Durant son ambassade à Madrid, Amelot était apparu pour beaucoup comme le protégé de Mme de Maintenon. Le choisir pour aller à Rome en 1714 confirmait la proximité qu’il avait avec la seconde épouse du roi. Les contemporains ne manquèrent pas de le souligner217. D’ailleurs, les historiens ont souvent vu la main de Mme de Maintenon derrière la négociation de la bulle218. L’épouse morganatique aurait été une farouche opposante aux jansénistes. Or, la réputation d’Amelot semble à plusieurs reprises avoir été entachée de l’accusation d’hétérodoxie.

  • 219 La fille d’Amelot fut plus tard un cas de refus de sacrement. Marie-Séraphine Amelot de Gournay éta (...)
  • 220 Bibliothèque de la Sorbonne, manuscrits et autographes de Victor Cousin, t. II, pièce no 51, lettre (...)

121Peu avare de commentaires ou d’allusions contre Mme de Maintenon, le duc de Saint-Simon laisse entendre que c’est la rumeur d’une proximité d’Amelot avec le jansénisme qui lui aurait valu d’être écarté du ministère à son retour d’Espagne en 1709. En effet, issu d’une famille de parlementaires parisiens, Amelot aurait pu entretenir une fascination, ou à défaut une indifférence bienveillante, à l’égard du jansénisme, d’autant plus que plusieurs membres de sa famille semblent y avoir été clairement favorables219. Un seul document nous a permis de mieux comprendre combien l’accusation de jansénisme pouvait être grave à la fin du règne. Il s’agit d’une lettre autographe que Mme de Maintenon adressa à Amelot en septembre 1714220. La seconde femme de Louis XIV présentait ses excuses à l’ancien ambassadeur pour l’avoir suspecté d’être un défenseur du père Quesnel. Elle se reprochait de lui avoir attiré « un moment de chagrin du Roy », elle qui se flattait de « n’avoir jamais fait de mal à personne ». Heureusement pour Amelot et Mme de Maintenon, « tout est bien effacé grâce à Dieu ». Elle ajoutait qu’il leur revenait de tous côtés que « le parti était ravi de son voyage à Rome », malgré ses liens avec le cardinal de Noailles et les « préventions que pouvaient lui faire sa famille ». En effet, le cardinal de Noailles défendait alors les jansénistes et la famille d’Amelot était connue pour être de leur côté. Enfin, elle terminait par ses mots sa lettre : « tout cela n’a fait aucune impression sur le Roy, et pour moy Monsieur, je suis persuadé que si vous aviez d’autres sentiments que les siens, vous refuseriez cette négociation plutôt que de la faire de mauvaise foy… ». En d’autres termes, Mme de Maintenon révèle qu’elle restait persuadée de l’obéissance d’Amelot. C’était également le plus sûr moyen de l’empêcher de refuser. En réalité, comme en 1707, Amelot n’avait pas d’autre choix que d’accepter et de se plier aux ordres du roi. Ici, il s’agit d’une mission, mais le procédé est finalement le même : un patron fait comprendre qu’il ne faut pas refuser. Il accepta de partir à Rome sinon contre son gré, du moins contre celui de sa famille.

 

122Ainsi, les réseaux de Michel-Jean Amelot font de lui un personnage emblématique des milieux parlementaires de la seconde moitié du xviie siècle. Issu d’une famille déjà profondément intégrée à l’univers du Parlement de Paris, Amelot reçut une éducation soignée qui lui ouvrit rapidement les voies d’une carrière de magistrat puis d’officier au service du roi.

123Son lignage puis son mariage, lui permirent d’unir deux mondes que l’on a peut-être trop opposés. Le Parlement de Paris et le gouvernement de Louis XIV n’étaient pas des cercles fermés l’un à l’autre.

124L’étude des réseaux d’Amelot, considérés au sens large, c’est-à-dire avec ses parents, ses patrons, ses familiers voire ses domestiques, permet de montrer combien ils étaient diversifiés, tant dans les liens verticaux (c’est-à-dire au sein de la hiérarchie de la société) qu’horizontaux (au milieu de ses pairs). Les études sur les groupes sociaux mettent en évidence l’homogénéité, les traits communs et les particularités de chacun d’eux, mais n’illustrent pas comment les réseaux d’une même personne pouvaient entrer en concurrence. La fidélité à sa famille, son clan ou son lignage ne s’imposait pas systématiquement. En 1707 lors de la mort de son fils, puis en 1714, lors de sa mission à Rome, Michel-Jean Amelot alla contre la volonté ou les souhaits de sa famille. Plutôt que de défendre l’honneur de son lignage en réclamant justice ou de plaire à sa famille en refusant une mission du souverain, il choisit d’obéir à Louis XIV. Il honora ici une autre fidélité : celle qu’il devait à son roi. Plus que des liens familiaux ou de clans, fondés sur les intérêts d’un groupe, c’était la notion de « service » qui triomphait alors. Elle permettait au roi de disposer de serviteurs fidèles et à ces derniers d’asseoir leur ambition.

Notes

1 Voir à ce sujet l’introduction de Dedieu et Moutoukias dans Castellano, Dedieu (dir.), 1998, pp. 7-30.

2 Andújar Castillo, 1996 ; Fayard, 1979 ; Glesener, inédite ; Goncalvès, 2008.

3 Durand, 1981.

4 Rey (dir.), 1998, s. v. « Clientèle », p. 777.

5 Kettering, 1986, p. 18.

6 Ibid., p. 235.

7 Ibid., p. 3.

8 Ibid., p. 9.

9 Dedieu, Moutoukias, 1998, p. 252.

10 Aguesseau, Discours sur la vie et la mort, p. 222 ; Storez, 1996, p. 75.

11 BnF, Ms. fr., NAF, no 1991 ; Storez, 1996, p. 78.

12 Ibid., p. 148.

13 Famille originaire de Touraine où se trouvait la seigneurie de Noiraye. Le premier Voysin connu, presque un siècle avant l’époque qui nous occupe, fut Daniel Voysin, secrétaire du roi en 1593, commis du greffier civil du Parlement en 1599. Saint-Simon, Mémoires, t. IV, pp. 450-451.

14 L’oncle paternel de Daniel-François Voysin était le mari de Marie Talon et cousin de la mère de Louis de Pontchartrain, Marie-Suzanne Talon. Voir Chapman, 2001, p. 21.

15 Dans une lettre du 10 juin 1709, Mme de Maintenon écrivait à la princesse des Ursins qu’elle le comptait comme l’un de ses amis. Voir Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. I, pp. 425, 428 et 434.

16 « La seule discrétion, Monsieur, m’a retenue d’avoir l’honneur de vous écrire dans le commencement de votre ministère, de crainte de vous dérober des moments qui sont sans doute mieux employés qu’ils ne l’eussent été à lire la part que j’ai prise à votre satisfaction, quoiqu’elle soit très sincère. J’ai été fort aise que le choix que le Roi a fait de vous, Monsieur, ait eu une approbation générale et conforme à votre mérite ; il y a longtemps que j’en ai l’idée que je dois et que je vous estime infiniment. M. Amelot, notre ami commun et bon connoisseur, m’a souvent parlé de vous avec toute sorte d’éloges ; j’ai déjà vu une preuve de votre politesse par le soin que vous avez bien voulu prendre de m’informer des ordres que Sa Majesté avoit donnés pour retirer ses troupes d’Espagne et qu’elle a révoqués, […] de lui refuser les vingt-cinq bataillons qu’il lui demandoit » (lettre de la princesse des Ursins à Voysin, 5 juillet 1709, Madrid, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. II, p. 368).

17 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 12 février 1671, Sévigné, Correspondance, t. I, p. 157.

18 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 18 février 1671, ibid., p. 161.

19 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 17 mai 1671, ibid., p. 255.

20 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 18 mai 1671, ibid., p. 257.

21 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 22 juillet 1676, ibid., t. II, p. 345.

22 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 17 décembre 1688, ibid., t. III, p. 430.

23 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 30 mars 1689, ibid., t. III, p. 565.

24 Rey (dir.), 1998, s. v. « Amitié », p. 111.

25 Kettering, 1986, p. 12.

26 Imízcoz Beunza, 1998, pp. 53-56 ; Cardim, 1999, pp. 21-57.

27 Rey (dir.), 1998, s. v. « Amitié », p. 111.

28 Voir à ce sujet le De amicitia de Cicéron dans lequel ce dernier évoquait son amitié avec Atticus. Cicéron, L’amitié.

29 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, Saint-Cyr, 11 juillet 1706, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. I, p. 15.

30 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 155, lettre de Pontchartrain à Amelot, 13 septembre 1705, Versailles, fo 111 ; AN, B7 74, lettres de Pontchartrain à Puyzieulx du 17 mars 1706, fo 54 ; du 24 mars 1706, fos 60-61.

31 Tessé remerciait ainsi Daubenton de Villebois de lui écrire : « J’ai receu Monsieur les deux lettres que vous aves pris la peine de m’escrire dans la dernière desquelles outre la relation de l’arrivée de l’archiduc à Denia les lettres qui me sont venües de Paris y étoient jointes, je vous supplie de vouloir bien me continüer vos soins et vostre amitié… » (AMAE, CADN, Madrid, Ambassade, série A, no 4, Tessé à Daubenton de Villebois, 25 août 1705). Voir aussi AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, fo 16, lettre de Torcy à Bedmar, 7 janvier 1709.

32 AMAE, Acquisitions extraordinaires, t. 19, lettre d’Amelot à Jacques Bazin de Bezons, 15 août 1708.

33 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 152, lettre de Philippe V à Louis XIV, Madrid, 28 janvier 1705, fo 43 et t. 195, lettre de Louis XIV à Philippe V, 10 mars 1709, fo 207. Lettre de Louis XIV à Philippe V, 6 septembre 1705, dans Noailles, Mémoires, t. 72, p. 357.

34 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 44.

35 Le mot amitié revient à plusieurs reprises sous sa plume pour décrire ses liens avec la seconde épouse de Louis XIV, comme les mots confiance, estime et affection. Baudrillart, 1890b, p. 114.

36 Baudrillart, 1889, p. 36.

37 Ibid., p. 35.

38 Haan, 2011.

39 Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, p. 200.

40 AN, G7 1093, lettre du duc d’Orléans à Desmarets, 19 avril 1708, à Saragosse.

41 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Pontchartrain à Amelot, 10 novembre 1706.

42 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 194, lettre de Pontchartrain à Amelot, 4 avril 1709).

43 Heyking, Avramenko (dir.), 2008.

44 Lettre de Beauvillier à Louville, 25 septembre 1703, citée dans Lizerand, 1933, p. 530.

45 Pénicaut, inédite, t. II, pp. 100-153.

46 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, p. 540.

47 SHD, A1 1696, lettre de Chamillart à Torcy, 21 septembre 1703, Fontainebleau, fo 48.

48 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 120, lettre d’Orry à Torcy, 25 septembre 1703, Madrid, fos 135-138.

49 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre de Tessé à Torcy, 21 février 1706, fo 170.

50 Voir Serrão (dir.), 1992, s. v. « Nuno Álvares Pereira de Melo, duc de Cadaval, 1638-1727 », t. I, p. 426.

51 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, copie de la lettre d’Amelot au duc de Cadaval, 5 mars 1707, fo 141.

52 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre de Torcy à Bedmar, 7 janvier 1709, fo 16.

53 AN, G7 1093, lettre du duc de Gramont à Desmarets, 26 mai 1708, Bayonne.

54 Rey (dir.), 1998, s. v. « Amitié », p. 111.

55 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 22 juin 1705, Madrid, fo 189vo.

56 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fos 80 sqq.

57 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 7 juin 1705, Madrid, fo 88vo.

58 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 184, lettre de Chamillart à Amelot, Versailles, 26 mars 1708, fo 174.

59 Aguilar confirma cette possibilité à Chamillart, comme l’atteste une lettre qu’il envoya à Philippe V. AGS, Estado, Francia, leg. 4301, lettre du comte d’Aguilar à Philippe V, 22 novembre 1705, Paris.

60 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 163, lettre de Chamillart à Amelot, 17 février 1706, fo 111.

61 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, 9 février 1707, fos 61-63.

62 Saint-Simon, Mémoires, t. XV, pp. 254-255.

63 Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, p. 256. Voir également la lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 12 octobre 1707, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. IV, p. 90.

64 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 13 novembre 1707, ibid., p. 111.

65 Le Roy Ladurie, 1997.

66 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Torcy, 28 janvier 1709, Madrid fo 98.

67 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 188, lettre de Torcy à Amelot, 11 février 1708, Versailles, fo 224.

68 Ce personnage joua un rôle de premier plan durant les premières années du règne. Rapidement, il devint l’objet des critiques que l’on adressait à son mentor, Orry. Ce dernier lui avait obtenu de s’occuper des affaires de la guerre au despacho en 1703. Il était qualifié de secrétaire d’État de la guerre dans les documents français, traduction de secretario del despacho universal de guerra, charge qu’il reçut en 1703 (SHD, A1 1696, lettre d’Orry à Chamillart, 11 septembre 1703, fos 34-35, lettre de Chamillart à Orry, 19 novembre 1703, fo 86 ; AMAE, Cor. pol., Esp., t. 120, lettre d’Orry à Torcy du 1er septembre 1703, fos 45-49, lettre d’Orry à Torcy, 11 septembre 1703, fos 62-80). On trouve sa correspondance des années 1703-1705 à l’Archivo Histórico Nacional à Madrid (AHN, Estado, leg. 259). Voir aussi Castro, 2004, p. 71.

69 Le marquis de Leganés était réputé partisan de la maison d’Autriche et ne s’en cachait d’ailleurs pas. En 1702, il avait refusé de prêter le serment de fidélité que l’on exigeait de tous les Grands et des principaux personnages de la cour. Ce refus l’avait obligé à venir s’expliquer en personne auprès Louis XIV. En septembre 1702, il fit ainsi le voyage à Versailles, et Dangeau nota que le roi fut content des justifications qu’il avança. Il semble bien pourtant que Louis XIV conserva sa méfiance à l’égard du marquis, sans doute parce qu’au même moment, l’Amirante de Castille trahissait la cause de son petit-fils. L’un des dix-neuf articles de la lettre d’instructions remise à Amelot évoquait la question de la fidélité de Leganés et en concluait qu’il était « nécessaire de s’assurer de sa personne ».

70 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 17 juin 1705, Madrid, fo 165.

71 Sur ses liens avec Orry voir Castro, 2000 ; Hanotin, 2009, pp. 100-102 et 151-153.

72 Son titre lui fut définitivement retiré en septembre 1706. AMAE, Cor. pol., Esp., t. 147, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1706, camp de Ciempozuelos, fos 3-8.

73 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre de Chamillart à Amelot, 20 juin 1707, fos 26-27.

74 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 189, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 janvier 1709, Madrid, fo 41.

75 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre d’Amelot à Louis XIV, 5 septembre 1707, fos 2-6.

76 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Villaroche, 10 août 1707, fo 811.

77 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Pontchartrain à Amelot, 2 juin 1706, fo 211 ; AN, Marine, B7 468, extrait d’une lettre de Fernando Dávila. Il remercie Ducasse de l’avoir défendu à l’occasion des calomnies répandues contre lui par Francisco Velasco.

78 Qualifié « d’évêque du royaume de Terre Ferme », Joseph de la Rañeta reste très difficile à identifier car il n’y eut aucun évêque de ce nom ou à la consonance proche.

79 Orthographié « Cristoval de Zevallos » par Pontchartrain. Né au Pérou, Cristóbal de Ceballos Morales y Borja (1637-?) fut juge (oidor) à l’audience de Quito (1690) qu’il dut quitter en raison d’un scandale. Burkholder, Chandler, 1982, pp. 84-85 ; Torres Ramírez, Gil-Bermejo García, Vila Vilar, 1978, p. 150.

80 On peut retrouver deux documents concernant cette affaire à l’Archivo General de Indias, l’un prend la défense de l’accusé, Fernando Dávila Bravo de Laguna, et le second de l’accusateur, Francisco Velasco. Ce dernier n’était pas oidor de l’audience de Panamá mais de celle de Quito. La confusion faite par le secrétaire de la marine tenait sans doute à ce qu’il avait servi pendant un temps à Panamá, à partir de 1701. AGI, Audiencia de Panamá, 139 : « Los vecinos de la ciudad informan a S. M. de su fidelidad y de la falsa maquinación de D. Francisco de Velasco contra S. M. y el presidente gobernador y capitán general Fernando Dávila Bravo de Lagunas », 10 janvier 1706, fo 2 ; « Informan a S. M. que dada la falsa noticia de traición, y para rectificarla, D. Francisco de Velasco muestra su lealtad a S. M. y también al presidente gobernador D. Fernando Dávila Bravo de Lagunas ». Cités dans Torres Ramírez, Gil-Bermejo García, Vila Vilar, 1978, pp. 151-152.

81 AN, Marine, B2 198, lettre de Pontchartrain à Villaroche, 10 août 1707.

82 Philippe Masson était banquier à Paris. Lüthy, 1959, p. 394.

83 AN, G7 1093, lettre de Philippe Masson à Desmarets, 18 mai 1708.

84 AN, G7 1093, lettre de Masson à Desmarets, 16 avril 1708.

85 Louis Boyer était un marchand marseillais qui participa à plusieurs entreprises pour les fournitures de l’armée du roi de France en Espagne. Il fournit du blé en 1708 dans le convoi pour Peníscola qui s’abîma en mer. Il possédait des biens dans le royaume de Valence comme l’atteste une lettre d’Amelot qui lui promettait d’obtenir une compensation sur les biens confisqués (AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Louis Boyer, 30 juillet 1708). Il faisait partie de ces marchands qui entretenaient des échanges réguliers avec l’ambassadeur pour fournir les armées mais sur lesquels on ne dispose que de très peu d’informations. On trouve plusieurs Boyer dans l’Histoire du commerce de Marseille publiée sous la direction de Gaston Rambert en 1954 ; mais rien n’atteste qu’il s’agit de celui-ci ni qu’ils soient de la même famille. Toutefois, son profil — le commerce des grains et les biens possédés dans le royaume de Valence — font de lui un marchand typique du commerce marseillais avec l’Espagne au xviie siècle. Les échanges de blé entre Marseille et la péninsule Ibérique restent importants tout au long du siècle et l’on compte de nombreux marchands français à Valence. Rambert (dir.), 1954, pp. 111-119 ; Romano, 1956, pp. 31-37.

86 AN, G7 1093, lettre d’Amelot à Louis Boyer (à Marseille), 8 juillet 1708.

87 AN, G7 765, résumé d’une lettre de La Chipaudière Magon au [contrôleur général des finances], 22 mai 1707.

88 Hugon, 2004, p. 360.

89 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre de Torcy à Amelot, 31 janvier 1706, fos 99-100.

90 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 157, lettre d’Amelot à Louis XIV, 30 janvier 1706, fos 149-152.

91 Da Vinha, 2004.

92 Gutton, 1981, p. 17.

93 Ibid., p. 9.

94 Fils aîné du duc de Bourgogne, le duc de Bretagne naquit le 25 juin 1704 à Versailles. Selon Saint-Simon, sa naissance provoqua l’enthousiasme. Il y eut de nombreuses fêtes et le roi en profita pour écrire à Victor-Amédée, duc de Savoie et grand-père maternel du petit duc. Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 163-164.

95 AMAE, Cor. pol., Espagne, t. 152, lettre d’Amelot à Torcy, 15 avril 1705, fo 222. Saint-Simon précisa que « le roi, Monseigneur, M. et Mme la duchesse de Bourgogne ne prirent point le deuil pour le petit duc » (Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 460-461). En 1671, à l’occasion de la mort du premier duc d’Anjou, Louis XIV avait décidé qu’il n’y aurait plus de grandes cérémonies pour les enfants de France morts avant leur septième année mais seulement un convoi pour porter le corps à Saint-Denis et le cœur au Val-de-Grâce.

96 AN, MCN, LXVII/389, testament de Michel-Jean Amelot de Gournay, 20 juillet 1712, Issy-les-Moulineaux. Le testament d’Amelot est joint à son inventaire après décès.

97 Selon Furetière, dans les maisons particulières, les officiers sont les domestiques qui ont soin de la table, comme le maître d’hôtel, le cuisinier ou le sommelier. Le chef d’office serait le premier d’entre eux.

98 Gutton, 1981, p. 45.

99 Picavet, 1930, pp. 104-105.

100 « Arrêt commettant le Sr Guéau de Pouancey pour remplir la fonction de secrétaire du conseil de Commerce, dès que le Sr de Valossière, actuel titulaire de la place, ne pourra plus l’exercer », jeudi 29 septembre 1718 (AN, 2000, fos 284-285), cité dans Inventaire des arrêts du conseil du roi, règne de Louis XV, t. 1, p. 177. Il fut prolongé dans ses fonctions en 1722. Voir Bonnassieux, Conseil de Commerce, p. 118.

101 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 170, lettre de Gueau à Pequet, sur la différence entre le duc de Priego et le comte de Priego, fos 144-145.

102 Schaeper, 1983, p. 157 ; Lyon-Caen, 2008, p. 54.

103 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 156, lettre de Ligny à Amelot, 24 octobre 1706, Versailles, fo 229.

104 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de Ligny à Amelot, 27 avril 1706, fo 98.

105 AGS, Estado, Negociación de Francia, leg. 4302, lettre d’Amelot à Grimaldo, 30 janvier 1709.

106 SHD, A1 2048, lettre d’Amelot à Chamillart, 4 février 1707, fo 100. Cette lettre est entièrement écrite de la main d’Amelot

107 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 151, lettre de Torcy à Amelot, 7 septembre 1705, Versailles.

108 Cusani était né à Milan en 1655. Il fut président de la Chambre apostolique, nonce à Venise, puis archevêque d’Amasie en février 1696. Nonce en France en 1706, il fit son entrée à Paris en 1708. Il prit congé en 1711 et devint évêque de Pavie la même année. Élevé au cardinalat le 18 mai 1712, il devint légat à Bologne en 1714. Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XXVI, p. 147.

109 Antoine, 1978, p. 6.

110 Labourdette, 1988, p. 280.

111 Quelques documents de cette correspondance sont conservés aux archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45), mais c’est le plus souvent Amelot qui les évoque dans ses dépêches.

112 La mère de Mme d’Elvas et de Pierre-Antoine Du Verger avait suivi Marie-Françoise Isabelle de Savoie lorsque celle-ci épousa le roi de Portugal et servit ensuite l’infante Isabelle. C’est par ce biais que la future Mme d’Elvas put s’introduire à la cour de Portugal. Labourdette, 1988, p. 279.

113 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 53vo.

114 Oliveira Marques,1978, p. 301.

115 AMAE, Cor. pol., Portugal, t. 45, « Extrait d’une lettre écrite à M. Amelot par M. Du Verger à Cadix, le 22 novembre 1705, reçue avec la dépêche de M. Amelot du 28 novembre », fo 53vo.

116 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, lettre de Diego de Mendoça à Amelot, 10 juin 1708, Lisbonne, fo 12.

117 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 185, copie de la lettre d’Amelot à Diego de Mendoça, 5 juillet 1708, fo 195.

118 BnF, Ms. fr., NAF, nos 20271 à 20273, Lettres et mémoires du maréchal de Tessé.

119 BnF, Ms. fr., no 6923, « Correspondance entre Mr le Duc de Noailles et M. Amelot, 1706-1709 », 189 feuillets.

120 Recueil des instructions données aux ambassadeurs, t. XXX, vol. 2, p. 677.

121 Hocquet, 1985 ; Blanchard, 1960 ; Le Goff, 1968.

122 Baillou, 1984, p. 177.

123 Stelling-Michaud, 1935.

124 On trouve de nombreuses lettres envoyées par Amelot au marquis de Puyzieulx dans les archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE, Cor. pol., Esp.). Elles sont réparties inégalement dans les volumes couvrant l’ambassade d’Amelot.

125 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 163, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 24 février 1706, fo 136. AHN, Consejo, lib. 1475, exp. 70, « Real decreto de 25 de febrero de 1706 por el que se fían à la Reyna el Gobierno de toda la monarquía, y el curso de los negocios, con la forma, que se ha observada en consultas, decretos, despachos durante la partida del Rey ».

126 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 153, lettre d’Amelot à Puyzieulx, 22 juillet 1705, fos 107-109.

127 AMAE, Cor. pol., Milanais, Supplément, t. 7, lettre de Vaudémont à Chamillart, 20 février 1706, fos 4-5 ; BnF, Ms. Lorraine, no 811, lettre de Vaudémont à Amelot, 31 juillet 1707, fo 281. Voir également Álvarez-Ossorio Alvariño, 2007, p. 61-91.

128 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 173, lettre d’Amelot à Torcy, 26 septembre 1707, fo 327.

129 AN, G7 1092-1093, comptes de la succession d’Espagne.

130 C’est surtout dans la correspondance avec Jérôme de Pontchartrain que l’on trouve ces mentions aux consuls. Voir AN, AE, B1 770 et Marine, B2 173-210.

131 Pelus-Kaplan, 2006, p. 408.

132 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 160, lettre d’Amelot à Louis XIV, 27 juillet 1706, Atienza, fos 121-125.

133 Le mémoire est contenu dans AMAE, Cor. pol., Esp., t. 168, fos 68-69, cité dans Iñúrritegui, 2008, p. 23.

134 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, lettre de Toby Bourke à Torcy, Madrid, 11 juillet 1707, fo 37vo.

135 ARV, Libro del Real Acuerdo (1707-1750), lib. 1, cédule de Philippe V en faveur de Don Melchor Rafael Macanaz, 5 octobre 1707, fo 109. Le Real Acuerdo est le nom donné à la réunion et l’assemblée formées sur ordre du vice-roi qui réunissait ainsi les juges (oidores) d’une audience. Le modèle du Real Acuerdo, typiquement américain à son origine, fut étendu aux territoires de la couronne d’Aragon à partir de 1707. Il fut, dans ces territoires, l’organe du gouvernement qui marquait la supériorité du pouvoir militaire sur le civil.

136 « J’ai vu et reconnu l’état des rentes de cette ville, et de celles que le royaumes paie en général, et j’ai formé la relation ci-joint qui est la copie de celle que j’ai remise à l’ambassadeur, à Don Francisco Ronquillo et à Don Joseph Grimaldo » (AMAE, Cor. pol., Esp., t. 169, fo 38, lettre de Macanaz à Toby Bourke, [juillet] 1707).

137 Martín Gaite, 1997, p. 345.

138 Les deux deux frères sont parfois difficiles à distinguer dans la documentation. Je remercie Jean-Pierre Dedieu de m’avoir donné accès à la base FICHOZ pour les identifier.

139 AGS, Estado, Milán, leg. 3357 (2), leg. 3366 (56), 3368 (33) ; Pulido Bueno, 1998, p. 14.

140 Béthencourt Massieu, 1954, p. 13.

141 Pulido Bueno, 1998, pp. 18-21.

142 Pérez Fernández-Turégano, 2006, p. 31.

143 Pérez Fernández-Turégano, 2006, pp. 33-34.

144 « Amelot […] intervenait dans la provision de tous les emplois distribués par S. M. et en peu de jours il [Patiño] fut nommé ministre au sein du Conseil des ordres » (Memorias de el Yllmo. Señor D. Joseph de Patiño, primer Ministro del rey de las Españas D. Felipe V escritas por Dn. A. Ra Pte. de A. con. a un Yntimo Amigo suyo en virtud de su encargo, s. d., Biblioteca del Palacio Real, II/ 3148, fos 29-30, cité dans Álvarez-Ossorio Alvariño, 2004c, p. 832).

145 AGS, Gracia y Justicia, leg. 225-228 ; Pulido Bueno, 1998, p. 64. Antonio Rodríguez Villa pensait que cette nomination avait eu lieu un an plus tard ; Rodríguez Villa, 1882, p. 12.

146 AHN, órdenes, Alcántara, exp. 1148, exp. Santiago 6291, admission dans l’ordre d’Alcántara, 13 août 1708.

147 Pulido Bueno, 1998, p. 32.

148 Béthencourt Massieu, 1954, p. 14.

149 Barrios, 1984, p. 415.

150 AHN, Consejo, lib. 2753, no 24, Inventario de decretos de la clase de gracia de la secretaria de cámara de gracia y justicia y estado de Castilla, 1701-1818, « Dn José Patiño, merced de Grandeza de España pa si y sus sucesores y recayó en el año siguiente en el marqués de Castelar », fo 176. Le décret octroyant la grandesse à Patiño est introuvable dans AHN, Consejo, leg. 13233. À l’inverse, il existe une Mención de haber sido declarado el marqués de Castelar grande de España en 8 de diciembre de 1737 dans AHN, Consejo, leg. 5240, no 1.

151 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 159, lettre d’Amelot à Louis XIV, [juin] 1706, du camp de Sopetrán, fo 266.

152 Plusieurs lettres d’Amelot au duc d’Orléans et leurs réponses font mention de Patiño, sous le nom de marquis de Castelar. Voir AMAE, Cor. pol., Esp., t. 187 : lettre de Castelar au duc d’Orléans, 25 avril 1708, fos 79-80 ; lettre d’Amelot au duc d’Orléans, 25 avril 1708, fo 85 ; lettre du même au même, 20 mai 1708, fos 158-160 ; lettre du même au même, 23 mai 1708, fos 164-165 ; lettre du même au même, 4 juillet 1708, fo 265 ; lettre du même au même, 24 juillet 1708, fos 325-331 ; lettre du même au même, 26 septembre 1708, fos 451-455.

153 AN, KK 1321, registre des lettres écrites par le duc d’Orléans (1707-1708) : lettre du duc d’Orléans à Amelot, 6 mai 1708, Saragosse, fo 9vo ; lettre du même au même, 28 mai 1708, fo 23 ; lettre du même au même, 30 juin 1708, fo 24. Lorsqu’il reçut le titre de secrétaire d’État en 1721, on insistait dans sa lettre de nomination sur l’activité qu’il avait déployée comme intendant de l’armée et par la suite dans le royaume d’Aragon (Escudero, 1969, t. III, p. 673). Sur la difficulté à distinguer les deux frères Patiño, voir Dubet, 2008, pp. 285-286.

154 AHN, Estado, leg. 812, série de lettres du marquis de Castelar sur l’installation d’un hôpital en Aragon, 1708.

155 AN, KK 1322, registre des lettres écrites par le duc d’Orléans (1707-1708), lettre du duc d’Orléans à Amelot, 7 juin 1707, fo 21 ; lettre du même au même, 23 juin 1707, fo 27.

156 Pour un aperçu général sur ce personnage voir Castro, 2008, pp. 98-99. On trouve également quelques indications biographiques dans Barrio Moya, 1994, pp. 447-512.

157 AHN, Consejo, lib. 2753, Inventaire des décrets de faveurs et de grâces, no 103, titre [marqués de Campoflorido], fo 40vo.

158 Juan de Orcasitas, comte de Moriana, fut le premier à assumer la charge de trésorier de la guerre, créée en 1703. Sa famille était originaire de Biscaye et son frère s’était enrichi dans le commerce, notamment celui de la laine. Castro, 2004, p. 74 ; Bravo Lozano, 1986.

159 AHN, Estado, leg. 364, correspondance avec Grimaldo, 1709.

160 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 20 août 1705.

161 « Se pudiera comunicar al marqués de Campoflorido para que quede en esta intelligencia » (AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 20 août 1705).

162 AHN, Estado, leg. 509, lettre de Grimaldo à Amelot, 31 juillet 1707.

163 AHN, Estado, leg. 772, lettre de Grimaldo à Amelot, 15 [septembre] 1707 ; leg. 3205, lettre de Castaing à Philippe V, 19 août 1708.

164 AHN, Estado, leg. 812, exp. 32, lettre de Campoflorido à Grimaldo, 24 janvier 1708.

165 AHN, Estado, leg. 3205, lettre d’Amelot à Grimaldo, 20 novembre 1708.

166 Andújar Castillo, 2008, p. 199.

167 Je remercie Anne Dubet qui m’a transmis cette référence. Voir AMAE, Cor. pol., Esp., t. 237, lettre d’Orry à Torcy, 9 décembre 1714, fos 158-165.

168 AN, Marine, B7 248, Consulat, correspondance reçue, août-octobre 1707, lettre de Daubenton à Pontchartrain, 8 octobre 1707, fos 270-271.

169 Kettering, 1986 ; Ead., 1989 ; Ead., 1993, pp. 69-87 ; Chapman, 2001.

170 Kelly-Gadol, 1977, p. 148.

171 Il semble que la période n’ait pas non plus été favorable à l’indépendance des veuves ; voir Beauvalet-Boutouyrie, 2001.

172 Le courant humaniste et le retour au droit romain avaient favorisé le développement d’écrits, comme ceux des juristes Tiraqueau et Du Moulin, qui étaient hostiles aux femmes. Dousset, 2009, p. 478 ; Portemer, 1962.

173 Davis, 1975, p. 72.

174 Sur ce sujet, on pourra se reporter au numéro consacré par la revue Dix-septième siècle à La femme et son statut en Europe au xviie siècle. Voir Le Mao, Trévisi (dir.), 2009, spécialement pp. 387-391.

175 López-Cordón Cortezo, 1997 ; Redondo (dir.), 1995 ; Garrido González (dir.), 1997 ; et Morant (dir.), 2005.

176 Kettering, 1989, pp. 817-818.

177 Kettering, 1993, p. 78.

178 Rica à Ibben, lettre CVII (Montesquieu, Lettres persanes, p. 241).

179 Marie-Anne Claude Brulart avait épousé Henri d’Harcourt en 1687. Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. VII, p. 665. Maquart, 2000, pp. 144-145.

180 Álvarez López, 2008, p. 127.

181 Saint-Simon, Mémoires, t. XII, pp. 442-444 ; Dangeau, Journal, t. X, p. 290.

182 Voir annexe I.

183 Kettering, 1993, p. 72. Voir également Ranum, 1980 ; Mettam, 1988, pp. 197-204 ; Giesey, 1985.

184 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, novembre 1706, dans Ursins, Lettres inédites, p. 253.

185 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 11 décembre 1706, dans Ursins, Lettres inédites, pp. 272-273.

186 AMAE, Acquisitions extraordinaires, no 19, lettre d’Amelot à Mme des Ursins, Madrid, 10 décembre 1706, reproduite en annexe II.

187 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, 5 mars 1707, Marly, dans Maintenon, Lettres à d’Aubigné et à Mme des Ursins, p. 134.

188 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, 10 octobre 1707, Fontainebleau, et lettre de la même à la même, 22 avril 1708, Saint-Cyr, dans Maintenon, Lettres à d’Aubigné et à Mme des Ursins, pp. 153 et 165. Voir également les lettres de la même à la même dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. I, pp. 15, 22, 34, 67, 110, 118-119 et 130.

189 AGS, Estado, Francia, leg. 4301, lettre du comte d’Aguilar, 26 novembre 1705.

190 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 16 mai 1707, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. III, pp. 478-479.

191 Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 30 octobre 1680, dans Sévigné, Correspondance, t. III, p. 51.

192 Mme de Sévigné emmena le fils de Mme de Grignan chez la comtesse de Vaubécourt afin de le lui présenter. Voir Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan, 5 janvier 1689, dans Sévigné, Correspondance, t. III, p. 458.

193 Saint-Simon, Mémoires, t. XIX, pp. 49-50.

194 Ibid., t. XIII, p. 42.

195 Lettre d’Amelot à Chamillart, 22 février 1707, Madrid, éditée dans Esnault (éd.), Michel Chamillart, t. II, pp. 147-148.

196 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 172, lettre de Chamillart à Amelot, s. d., très abîmée, fos 117-118.

197 SHD, A1 2048, janvier-avril 1707, lettre d’Amelot à Chamillart, 25 avril 1707, fo 282.

198 Il s’agit du « Discours tenu par M Amelot, ambassadeur de France, aux Grands d’Espagne lors de la levée du siège de Barcelone et de la perte de la bataille de Flandres », dont deux copies sont contenues aux archives du ministère des Affaires étrangères : AMAE, Mém. et doc., France, t. 448, fos 260-261 et Cor. pol., Esp., t. 159, fos 207-208. Il parut aussi dans la Gazette d’Amsterdam du 29 juin 1706 (voir annexe III). Francisco de Castellví le publia dans ses Narraciones históricas (t. II, pp. 294-295).

199 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 164, lettre de la comtesse de Vaubécourt à Torcy, 24 juin 1706, fos 291-292. Voir annexe IV.

200 Dans ce discours, Amelot aurait mis en garde les Grands contre le risque qu’ils couraient de conduire Louis XIV à renoncer à maintenir Philippe V sur le trône s’ils ne lui témoignaient pas un soutien plus ferme. Or, si l’idée d’un renoncement était envisageable dans le secret d’une négociation, il ne pouvait pas en être fait mention en public. Cela revenait à faire croire que le roi de France était prêt à céder.

201 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, Saint-Cyr, 1er août 1706, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. I, p. 21.

202 Lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, 29 août 1706, Meudon, ibid., t. I, p. 34.

203 SHD, A1 1787, lettre de Chamillart à Orry, 24 avril 1704, fo 270.

204 Kettering, 1989, pp. 829-830.

205 Ibid., p. 832.

206 Chapman, 2001, p. 11-35 ; Frostin, 2006.

207 Durant l’année 2008, un séminaire de recherches animé par Lucien Bély et Géraud Poumarède a porté sur « Les femmes dans la diplomatie ».

208 Bély, 1990, pp. 174-182.

209 SHD, A1 2048, janvier-avril 1707, lettre d’Amelot à Chamillart, 25 avril 1707, fo 282.

210 Lettre du chancelier de Pontchartrain à Amelot, 18 septembre 1707 (AN, Archives privées, 257 AP 1, dossier 5, minutier du chancelier Pontchartrain), éditée dans Frostin, 2006, p. 263.

211 Lettre du chancelier de Pontchartrain à Amelot, 18 septembre 1707, citée dans Frostin, 2006, p. 264.

212 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre d’Amelot à Louis XIV, 14 novembre 1707, fo 41.

213 AMAE, Cor. pol., Esp., t. 171, lettre de Louis XIV à Amelot, 28 novembre 1707, fos 45-48, éditée dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. I, pp. 255-256.

214 Lettre de Louis XIV à Amelot, 21 mai 1708, dans Louis XIV, Amelot, Correspondance… Espagne, t. II, p. 42.

215 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 540, Instructions d’Amelot, 2 décembre 1714. On a conservé les dépêches d’Amelot dans cette série mais aussi aux Archives nationales (MM 1201). Son secrétaire, l’abbé de Targny, a laissé un journal. Voir Le Roy, 1892, p. 612.

216 Geffroy, Madame de Maintenon d’après sa correspondance, t. II, p. 375, cité dans Ceyssens, 1992, p. 44.

217 Le Roy, 1892, p. 613.

218 Ceyssens, 1992, p. 48.

219 La fille d’Amelot fut plus tard un cas de refus de sacrement. Marie-Séraphine Amelot de Gournay était visitandine. Comme six autres religieuses, elle refusa de choisir un confesseur parmi ceux que conseillait l’archevêque de Paris. En 1757, à l’occasion d’une visite de l’archevêque, elle refusa encore de signer une soumission à la bulle qu’elle ne considérait pas comme une règle de foi. Elle mourut en 1758, sans avoir reçu les derniers sacrements. Balteau, Barroux, Prevost, 1933-1994, t. II, p. 615. Voir également Luynes, Mémoires, t. XV, pp. 290-292 ; Argenson, Journal, t. IX, pp. 355-357.

220 Bibliothèque de la Sorbonne, manuscrits et autographes de Victor Cousin, t. II, pièce no 51, lettre de Mme de Maintenon à Amelot, 20 novembre 1714, voir annexe V.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search