Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Deuxième partie. Faire carrière et négocier : mobiliser ses réseaux

Chapitre III

La famille Amelot : entre le Parlement et la cour

Texte intégral

  • 1 Bluche, Solnon, 1983, p. 49.

1La société française d’Ancien Régime demeure une société d’ordres, chrétienne dans son écrasante majorité. Cette définition schématique a été fortement nuancée par les historiens qui se sont davantage intéressés aux minorités et à ce que l’on nomme les « marges » de la société mais elle reste un repère ou une généralité utile1. Ainsi, on était noble, ecclésiastique ou membre du tiers-état, et catholique ou protestant, très rarement d’une autre religion. La confession religieuse et le profil social et professionnel permettaient donc de définir ou de caractériser une famille dans la France moderne, et par là même l’individu.

  • 2 Frostin, 2006, p. 109.
  • 3 Lorsqu’il fallut choisir un successeur au cardinal Janson, on hésita entre les ducs de Saint-Simon (...)

2On pouvait être catholique ou protestant, avec de profondes différences de sensibilités religieuses au sein des deux principales confessions, comme le jansénisme ou le quiétisme pour les catholiques et le calvinisme ou le luthéranisme pour les Églises réformées. Ces nuances étaient très importantes car elles avaient de fortes répercussions sociales. Dans la France du Roi Soleil, une accusation de jansénisme pouvait ainsi ruiner bien des ambitions. Le jansénisme de Simon Arnauld de Pomponne, par exemple, ne fut pas étranger à sa disgrâce en 16792. De même pour d’Antin, un temps pressenti pour devenir ambassadeur à Rome à la suite du cardinal Janson en 1706, mais jugé trop proche des jansénistes3. En 1709, les ambitions d’Amelot furent brisées, selon Saint-Simon, sur des rumeurs d’une proximité trop grande avec les héritiers de Jansénius.

3Le profil social et professionnel permettait également de caractériser une famille ou de la situer dans l’ordre social. Là encore, ce trait était important et lourd d’implications pour le futur des individus. Dans une société d’ordres, les fils de la noblesse étaient naturellement destinés à la carrière des armes, ceux des famille de robe à l’exercice des charges de judicature. L’appartenance aux différentes catégories de la noblesse préjugeait souvent de l’avenir d’un jeune gentilhomme. Ainsi, la noblesse aux origines anciennes et versée dans le service des armes ne destinait pas ses enfants aux mêmes professions que la noblesse plus récente attachée à la possession d’une charge ou d’un office. La richesse et l’insertion plus ou moins grande dans les milieux de cour conféraient également des distinctions notables entre les lignages.

  • 4 Delacroix, 2010, s. v. « Histoire sociale », t. I, p. 429.

4Chercher à comprendre les décisions d’un ambassadeur du roi de France comme Amelot de Gournay invite donc à se pencher sur ses origines et sur ce que l’on peut appeler sa culture familiale, c’est-à-dire non seulement ce qu’on lui a transmis sur le plan matériel, mais aussi l’ensemble des valeurs et des codes qui lui ont été inculqués. Il s’agit ainsi d’opérer un va-et-vient constant entre ce qui lui a été donné et ce qu’il a acquis, c’est-à-dire trouver un point d’équilibre entre une détermination sociale, fondée sur un capital culturel et économique assuré par sa famille, et un acteur autonome qui agit dans un contexte donné. L’histoire recentrée sur ses « acteurs » qui ne sont plus les marionnettes d’un déterminisme socioéconomique tout-puissant correspond aux ultimes recompositions d’une histoire sociale4 qui accorde plus d’importance à la centralité de l’action et à l’intentionnalité des acteurs.

  • 5 Ruggiu, 2007, pp. 25 sqq.

5Michel-Jean Amelot de Gournay, né en janvier 1655, était l’héritier d’une dynastie parlementaire déjà bien implantée au Parlement de Paris. Les liens entre sa famille et celles plus connues d’autres parlementaires , comme les Bignon, les Maupeou ou encore les Talon, étaient déjà nombreux au milieu du xviie siècle. L’histoire sociale récente a montré comment l’étude d’un lignage ou d’une famille sur plusieurs générations, avec la méthode du « suivi longitudinal des familles », était fondamentale pour comprendre l’insertion, l’assise et donc l’intégration d’un individu dans sa société5.

I. — La famille Amelot : valeurs familiales et savoirs classiques

  • 6 BnF, Dossiers bleus, no 16.

6La famille Amelot semble d’autant plus intégrée au monde parlementaire et judiciaire que cette appartenance était ancienne. L’ambassadeur de Louis XIV représentait déjà la cinquième génération exerçant une charge de judicature. Le premier membre dont l’affectation soit sûre, Jacques Amelot, avait servi comme avocat durant le règne de François Ier. Il était, d’après les informations contenues dans les dossiers bleus de la Bibliothèque nationale, le fils d’un échevin de la ville d’Orléans6. Son union avec la fille d’un président de parlement et des alliances renouvelées à chaque génération avaient ouvert à sa famille les voies de la magistrature. Au milieu du xviie siècle, la famille Amelot était déjà apparentée avec plusieurs familles importantes du Parlement.

  • 7 BnF, Pièces originales, no 52, fo 277. Il s’agit de Jean Amelot qui était par ailleurs conseiller l (...)
  • 8 BnF, Pièces originales, no 52, fo 277vo.
  • 9 Etchechoury, 1991, p. 199.

7L’arrière-grand-père d’Amelot était déjà maître des requêtes. Marié à Marie de Saint-Germain, laquelle épousa en secondes noces le chancelier de Marillac, il appartenait donc au monde des officiers diplômés en droit7. Avocat au Parlement de Paris en 1571, il devint maître des requêtes de l’Hôtel du Roi deux ans plus tard (12 août 15738). Il cumula cette charge avec celle de conseiller et président aux enquêtes du Parlement de Paris. Il termina sa vie comme conseiller d’État9.

  • 10 BnF, Dossiers bleus, no 22.067, fo 92. Voir également, AN, MCN, LXX, no 56, inventaire après décès (...)
  • 11 Balteau, Barroux, Prevost, 1933-1994, t. II, p. 596.
  • 12 Bluche, 2004, p. 89.
  • 13 Etchechoury, 1991, p. 200.

8Cet arrière-grand-père n’était pas le premier à posséder un office. Son père, Jacques Amelot, seigneur de Carnetin, était déjà avocat au parlement sous le règne de François Ier et marié à Jeanne Vialart, fille du président du parlement de Rouen10. Il quitta Orléans pour venir s’établir à Paris11. La famille Amelot, anoblie en 158012, comptait donc déjà à la fin du xvie siècle plusieurs membres du Parlement. La famille avait des origines modestes mais riches. C’est le mariage avec la fille de Jean Vialart qui permit à Jacques Amelot, l’arrière-arrière-grand-père de l’ambassadeur, d’acquérir un office13.

  • 14 BnF, Pièces originales, no 52, fo 279. Il fut ensuite président aux enquêtes du Parlement de Paris. (...)
  • 15 Barbiche, 2001, p. 121.

9En 1598, Jean Amelot, le grand-père de l’ambassadeur de Louis XIV, faisait son entrée au Parlement de Paris. Il devint maître des requêtes en 160514. Lorsque Michel-Jean le devint à son tour en 1677, il comptait déjà dans sa famille plusieurs maîtres des requêtes ou membres du Parlement. Apparus au xiiie siècle, les maîtres des requêtes ordinaires de l’Hôtel du Roi étaient chargés de recevoir et d’instruire les plaintes et les requêtes présentées au souverain. Ils assistaient le roi dans l’exercice de la justice. Leur nombre ne cessa d’augmenter ; de 20 en 1553 il passa à 88 en 1689. Bernard Barbiche a comparé les maîtres des requêtes à « une élite judiciaire, administrative, et politique15 » dont les membres pouvaient facilement devenir intendants de province. Ils furent choisis également pour être ambassadeurs — comme Amelot — ou encore présidents et procureurs généraux dans les cours supérieures. Les carrières ministérielles constituaient un horizon pour nombre d’entre eux, ce qui fit dire au chancelier d’Aguesseau :

  • 16 Ibid., p. 123.

Les maîtres des requêtes ressemblent aux désirs du cœur humain. Ils aspirent à n’être plus. C’est un état qu’on n’embrasse que pour le quitter, un corps où l’on entre que pour en sortir, et quiconque y vieillit se sent tous les jours dépérir et tomber dans l’oubli16.

  • 17 Ribera, 2007, p. 49.

10Le choix de maître des requêtes pour aller en mission constitue une tendance durable de la « diplomatie » du roi de France. Cet emploi des maîtres des requêtes apparaît simultanément avec le développement des ambassades permanentes au xvie siècle17. Ces spécialistes de l’administration et de la justice se révélèrent de parfaits auxiliaires pour les missions de contrôle et d’information, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du royaume.

11Reconstituer les différentes alliances nouées à l’occasion des mariages permet de donner un aperçu des réseaux de parentèle de la famille Amelot. Ils apparaissent comme le miroir de l’intégration d’un lignage dans la société.

  • 18 Jean Amelot († 1600), seigneur de Carnetin, était le fils de Jacques Amelot et Jeanne Vialart. Avoc (...)
  • 19 El Annabi, 1989, pp. 93 et 106.

12Comme nous l’avons vu, l’ancêtre d’Amelot, Jacques, épousa la fille du président du parlement de Rouen. Son fils, Jean Amelot18, épousa Marie de Saint-Germain. En 1601, cette dernière épousa en secondes noces Michel de Marillac (1563-1632), alors maître des requêtes. Ces alliances illustrent l’intégration de la famille Amelot dans le monde de l’office et des parlements. Elles rappellent en outre l’endogamie très forte qui existait alors dans les familles parlementaires, et que le roi avait essayé de limiter en août 1669 par un édit interdisant les mariages sous certains degrés de parenté. Un magistrat, par exemple, ne pouvait pas épouser la fille d’un autre magistrat. Toutefois, cette disposition n’était pas neuve. Elle ne faisait que reprendre des interdictions plus anciennes, datant de 1597. Ces mesures restèrent sans effet19.

  • 20 Pour l’ensemble de ces données généalogiques, outre les manuscrits de la Bibliothèque nationale de (...)
  • 21 Ibid., p. 74.
  • 22 Ibid., p. 573.

13À la génération suivante, le fils cadet de Jean Amelot, qui portait le même prénom que son père, épousa Catherine de Créil, fille de Jean de Créil, seigneur de Gournay et secrétaire du roi. Catherine avait deux sœurs, Marguerite et Anne. Les deux furent mariées à des membres du Parlement issus d’une maison déjà fort influente : les Maupeou20. La première épousa en 160821 René de Maupeou, président à la Cour des aides et la seconde, fut mariée à Gilles de Maupeou, conseiller au Parlement. Il n’y avait pas de liens directs entre les Amelot et les Maupeou mais le double mariage des sœurs de la femme de Jean Amelot avec deux rejetons de cette famille atteste des liens étroits que les Créil et les Maupeou entretenaient. Or, ces Maupeou se lièrent par la suite aux Pontchartrain : la petite-nièce de René Maupeou, Marie, épousa en 1668 le futur chancelier Louis de Pontchartrain22.

  • 23 Même si son nom est orthographié « Lionne » dans les documents de la Bibliothèque nationale et par (...)
  • 24 BnF, Pièces originales, no 52, dossier Amelot, fo 33 ; Bluche, 2004, p. 61.
  • 25 Barbiche, 2001, p. 164.
  • 26 Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 253.

14Le père de Michel-Jean Amelot, Charles, avait épousé Marie de Lyonne23. Cette dernière était la fille de Jacques de Lyonne24, grand audiencier, c’est-à-dire ordonnateur de l’audience du sceau et comptable des droits perçus sur le scellage des lettres dans la Grande Chancellerie25. Marie de Lyonne se trouvait être la belle-sœur de François de Rohan, prince de Soubise. Ce fils d’Hercule de Rohan, duc de Montbazon, et de Marie d’Avaugour avait épousé le 27 avril 1660 Catherine de Lyonne (1633-1660)26. Selon le prince de Soubise lui-même, elle lui apporta une immense fortune.

  • 27 Catherine de Lyonne avait été mariée en premières noces à Pomponne-François Le Conte, marquis de No (...)
  • 28 Duplessis, Œuvres, t. I, p. 893.

15Le testament que Catherine fit en faveur de son mari fut à l’origine d’un procès entre les familles Rohan-Soubise et Amelot. Marie de Lyonne intenta un procès au second mari27 de sa sœur, l’accusant d’avoir falsifié un document afin de capter dans son intégralité la succession de Catherine28. Marie de Lyonne, épouse de Charles Amelot, se sentait donc suffisamment puissante pour attaquer François de Rohan, issu d’un illustre lignage du royaume.

  • 29 Louis-Jean-Charles de Talleyrand-Périgord était né vers 1680. D’abord comte de Chalais, il servit d (...)
  • 30 Ibid., t. XVIII, pp. 100-101.
  • 31 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 21 octobre 1709, dans Maintenon, Ursins, Lett (...)

16La société considérait le mariage comme le temps fort d’une existence. La mémoire d’une union restait vivace dans les esprits bien au-delà des seuls enfants issus d’un couple. La généalogie des familles fondait les prétentions pour obtenir des grâces ou des faveurs, ou tout simplement pour tenir son rang. L’alliance nouée par Catherine de Lyonne avec le prince de Soubise marqua les esprits, comme une lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon le souligne. En 1709, soit quarante-neuf ans après la mort de Catherine de Lyonne, la princesse des Ursins et Amelot envisagèrent de marier la fille de ce dernier avec le prince de Chalais29, neveu de la première et fils de son premier mari30. La princesse souhaitait faire récompenser Amelot par l’obtention d’une grandesse pour son futur gendre. Comme Amelot était l’ambassadeur de Louis XIV, il fallait l’assentiment du roi de France pour lui octroyer cette faveur. Pour l’obtenir, la princesse écrivit à Mme de Maintenon et justifia sa demande par le fait que la tante d’Amelot avait été l’épouse du prince de Soubise31. Longtemps après, et bien que ce ne fût que l’alliance d’une tante, la prétention à une grâce pouvait être fondée sur cette parenté. Dans une société d’ordres, le lignage constituait le principal argument pour l’obtention d’une faveur ou d’une grâce.

17Reconstituer le panorama professionnel et social d’un individu permet d’éclairer l’environnement dans lequel il a grandi, été formé et ce à quoi on le destinait. Il permet également de préciser l’univers familial et par là, culturel, de Michel-Jean Amelot.

18Il convient en effet de s’interroger sur le contexte politique dans lequel la famille Amelot vécut au milieu du xviie siècle. Appartenir à une lignée de magistrats du Parlement de Paris ou d’officiers suppose qu’il en ait reçu les valeurs et les idées. Son environnement familial l’a nécessairement rendu familier des débats et des controverses du temps, ceux de la Fronde ou de l’époque immédiatement postérieure. En d’autres termes, que signifiait l’appartenance au monde parlementaire parisien dans la seconde moitié du xviie siècle ?

  • 32 Febvre, 1988, pp. 327-328 ; Chartier, 2009, pp. 36-41.
  • 33 Jouanna, 1989.

19Lucien Febvre a démontré la pertinence d’analyser ce qu’il appelait « l’outillage mental32 », c’est-à-dire l’ensemble des images, des valeurs, des idées mais aussi des notions que chacun véhiculait. Il s’est intéressé à l’incroyance au xvie siècle en cherchant à démontrer que l’incroyance de Rabelais ne pouvait être assimilée à de l’athéisme puisqu’un monde sans Dieu, sans transcendance, était impensable pour ses contemporains. De manière similaire, Arlette Jouanna a mis en évidence « le devoir de révolte » de la noblesse dans la France du xvie siècle33. Le sens de l’honneur et des conceptions politiques du pouvoir fondées sur la puissance de la noblesse étaient profondément ancrés dans la conscience nobiliaire. Ces valeurs justifiaient pour certains nobles le droit ou plutôt le devoir de prendre les armes et de se rebeller contre le souverain. Au xviie siècle, cet imaginaire d’une noblesse assistant le souverain et prête à le corriger si nécessaire restait encore profondément vivace. La Fronde atteste qu’après le règne de Louis XIII marqué par un renforcement de l’autorité royale, la conscience d’un « devoir de révolte » n’avait pas disparu.

  • 34 Barbiche, 2001, pp. 107-108.

20Lors de la Fronde dite parlementaire (1648-1649), les officiers du Parlement s’étaient rebellés contre le ministère de Mazarin en proclamant le 13 mai 1648 l’arrêt d’union des cours souveraines. Les parlements du royaume, celui de Paris en tête, s’estimaient également dans le devoir de corriger la concentration du pouvoir aux mains d’un Premier ministre ; c’est-à-dire de garantir les libertés ou privilèges contre un renforcement trop grand de l’autorité royale. Chargés de l’enregistrement et de la publication des lois, les parlements réclamaient depuis le xvie siècle la possibilité de modifier les actes législatifs du souverain lorsqu’ils ne les jugeaient pas conformes aux lois antérieures. Les cours parlementaires s’estimaient être une émanation dans la curia regis capétienne et des assemblées des guerriers francs appelées plaids. S’ils ne revendiquaient pas ces origines, ils affirmaient remplacer les états généraux du royaume dès lors que ces derniers n’étaient pas réunis. L’opposition des parlements du royaume devint un phénomène récurrent, avec l’opposition au concordat de Bologne, aux mesures fiscales du début du règne d’Henri IV et enfin aux décisions de Mazarin durant la régence d’Anne d’Autriche. La monarchie triompha de la Fronde, mais le Parlement ne renonça jamais à l’idée selon laquelle il devait conseiller le roi, puisque ce dernier devait gouverner par « grand conseil34 ».

  • 35 Jouhaud, 1985 ; Carrier, 1989-1991 ; Id., 2004.
  • 36 Il fut publié sous le titre Harangue faicte au Roy et à la Reyne par M. Talon, advocat général, à l (...)
  • 37 Carrier, 1989-1991, t. I, p. 157.
  • 38 Ibid., t. I, p. 160.
  • 39 Ibid., t. I, p. 99-101.

21Ces oppositions, et surtout durant la Fronde, prirent aussi la forme de guerre de libelles et de pamphlets comme les Mazarinades35. Depuis les guerres de religion et plus particulièrement la Ligue, on assistait à de véritables guerres de l’imprimé. Chaque camp défendait ses prétentions en publiant des libelles ou des opuscules. Ces écrits se répondaient les uns aux autres et servaient à mettre en valeur les arguments historiques ou juridiques de chaque position. On publiait également les discours, comme celui qu’Omer Talon prononça lors du lit de justice du 15 janvier 164836 : il revendiquait alors pour les Français de vivre libres sans tyrannie. La cour répondit et utilisa les mêmes procédés comme l’illustrent « les billets du chevalier de La Valette », comme Lis et fais37 ou À qui ayme la vérité38. On faisait appel à la fidélité des Parisiens pour leur roi et aux désirs sincères de paix avec l’Espagne contre laquelle la guerre durait toujours. Cette période se caractérisa par un niveau de controverse jamais atteint depuis la Ligue et les guerres de religion. Selon l’avocat Nicolas Du Portail, auteur d’un Discours sur la députation du Parlement à Monsieur le prince de Condé39, le Parlement était un élément chargé de tempérer la « puissance royale ». Dans le libelle Les véritables maximes du gouvernement de la France, qui eut un très grand retentissement, Louis Machon défendait l’idée selon laquelle l’autorité du Parlement était aussi ancienne que celle de la monarchie. Les parlementaires revendiquaient donc pour leur institution une puissance politique indépendante du souverain.

  • 40 Carrier, 2004, p. 77.

22Cet argumentaire propre aux frondeurs n’était sans doute pas partagé par tous les magistrats et conseillers du Parlement, mais il constitue néanmoins une toile de fond ou un arrière-plan culturel et politique que tous ont plus ou moins partagés. Le rôle fondamental joué par le Parlement de Paris durant la Fronde a durablement marqué son identité. Il a été le premier opposant à la politique financière de Mazarin. Il a défendu les intérêts de l’individu face à ceux de l’État. Jacques Amelot, frère du grand-père de l’ambassadeur de Louis XIV et président de la Cour des aides, s’illustra par exemple lors de la véhémente défense qu’il fit de sa compagnie, qui avait refusé d’enregistrer des édits préparés par Mazarin40. Si être le fils d’un parlementaire au milieu du xviie siècle ne signifiait pas automatiquement être frondeur ou rebelle à l’autorité royale, les arguments, les débats et les idées propres à ce milieu social lui furent transmis et connus.

  • 41 Barbiche, 2001, p. 107.

23Michel-Jean Amelot a donc grandi dans une famille de parlementaires liée au Parlement de Paris mais aussi au Grand Conseil. Si le premier fut rebelle à l’autorité royale, le second était alors considéré comme son allié41. Plusieurs membres d’une même famille pouvaient ainsi appartenir à des institutions très différentes. Cet exemple rappelle qu’un corps politique comme celui du Parlement se composait d’individus aux parcours différents et relevant de lignages ou de parentèles tiraillées entre les différentes positions lors d’affrontements religieux ou politiques. Il donne ainsi une vision nuancée des familles parlementaires : appartenir à l’une de ces lignées n’impliquait pas d’être systématiquement opposé à la politique royale. Amelot n’a pas échappé aux valeurs, opinions ou convictions politiques que véhiculait sa famille. C’était un bagage culturel dont il ne partageait peut-être pas toutes les vues mais qu’il avait toutefois reçu.

  • 42 Bluche, 1960, p. 243 ; Acerra, 1982.
  • 43 Exemples cités dans Gazzaniga, 2000, p. 262.
  • 44 C’est le secrétaire d’État Torcy qui créa en 1712 la première académie chargée de former les futurs (...)

24Concernant son éducation, sa formation ou les collèges et facultés dans lesquelles il fit ses études, on ne sait que très peu de choses. Mais les historiens de la société parlementaire insistent tous sur le rôle alors primordial joué par la famille dans l’éducation42. Souvent les héritiers apprenaient d’abord auprès de leur père lorsque celui-ci était homme de loi. Le célèbre Jérôme Bignon, avocat puis magistrat, suivit ainsi les leçons de son père Roland Bignon, comme le futur chancelier Henri-François d’Aguesseau les reçut du sien43. Avant 1712, il n’existait aucune formation particulière pour les futurs diplomates, ce qui était logique puisque les négociations correspondaient le plus souvent à des missions ponctuelles confiées par le souverain, et non à une carrière comme cela apparut plus tard. Né dans une famille de parlementaires, Amelot reçut donc la formation d’un futur magistrat44.

  • 45 Jolivet, 1902, p. 55.

25On ne sait quasiment rien de l’éducation d’Amelot, si ce n’est qu’il eut Roger de Piles comme précepteur à partir de l’âge de 7 ans. Ce type d’éducation n’était pas rare en 1662 mais réservé aux familles aisées et soucieuses de donner un enseignement savant et raffiné à leur progéniture. C’est Ménage, le littérateur, qui conseilla Roger de Piles à Charles Amelot45. À la mort de ce dernier, sa veuve le garda au service de son fils et lui octroya une pension constituée de rentes sur l’Hôtel de ville.

  • 46 Lettre de La Teulière à Villacerf, 9 mai 1694, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à R (...)
  • 47 Callières, Letters (1694-1700), pp. 151, 177, 223 et 276 ; Puttfarken, 1985.

26La relation nouée durant ces années marqua profondément Amelot qui sollicita Roger de Piles pour être son secrétaire d’ambassade à Venise. En 1682, le coloriste l’accompagna ainsi dans sa première mission. De Piles fut un temps pressenti pour encadrer les jeunes de l’Académie de France à Rome, envoyés chez les peintres, les architectes et les sculpteurs, mais il semble que ce soit le surintendant des Bâtiments, Louvois, qui, ayant d’autres projets pour le coloriste, renonça à l’envoyer à Rome et le laissa auprès d’Amelot46. Roger de Piles fut en effet par la suite chargé par ce ministre d’une mission en Allemagne et en Autriche, puis il alla retrouver Amelot, nommé entre-temps ambassadeur au Portugal (1685-1688). En 1693, il fut arrêté au cours d’une mission en Hollande et dut son salut à l’activisme de plusieurs membres de la famille d’Amelot47. Il accompagna également son ancien élève lors de son ambassade en Suisse (1688-1698) et enfin en Espagne en 1705. Les liens entre Michel-Jean et son précepteur ne s’interrompirent pas avec la fin de son préceptorat mais perdurèrent durant une bonne partie de sa carrière, soulignant ainsi la fécondité de ces années de formation.

  • 48 Gaucheron, 1913.

27Roger de Piles emmena Amelot en Italie : c’est sans doute là que le futur diplomate acquit de solides connaissances en peinture48. Il lui transmit ainsi le goût des voyages et de la peinture, dans la droite ligne de la culture humaniste qui faisait du séjour en Italie le passage obligé de l’éducation d’un gentilhomme.

  • 49 Bluche, 1960, p. 246.
  • 50 Antoine, 1978, p. 6.
  • 51 Sur ce sujet, voir Ceyssens, 1992. Les archives du ministère des Affaires étrangères contiennent la (...)

28Le voyage constituait un élément à part entière de l’éducation des enfants les plus favorisés. Réservée aux familles aisées, cette pratique se diffusa tout au long des xviie et xviiie siècles49. Michel-Jean Amelot parcourut ainsi avec son précepteur une partie de l’Italie durant l’année 1673. Ils visitèrent les palais, monuments et collections d’une péninsule qui ne cessait de fasciner depuis la Renaissance. À leur retour, Amelot entra au Parlement de Paris50 et entama sa carrière de magistrat. Cette éducation artistique marqua profondément Amelot. Lorsqu’il fut nommé pour une mission à Rome à l’occasion de la bulle Unigenitus en 1714-171551, il fréquenta à de nombreuses reprises l’Académie. La correspondance du directeur l’atteste. Placé sous la tutelle du surintendant des Bâtiments, le directeur lui adressait de nombreuses lettres dans lesquelles on retrouve une foule d’informations sur les travaux des élèves à l’Académie, mais également sur la vie artistique romaine et les acquisitions en cours pour le roi de France. C’est à ce titre que la correspondance de Charles-François Poërson, directeur de l’Académie de France à Rome de 1704 à 1724, nous renseigne avec exactitude sur les faits et gestes d’Amelot à Rome.

  • 52 Lettre de Poërson à d’Antin, 29 janvier 1715, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Ro (...)
  • 53 Livio Odescalchi, duc de Bracciano et neveu du pape Innocent XI, possédait une magnifique collectio (...)
  • 54 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 555, fo 95, journal de l’abbé de Targny qui suivit Amelot pendant son voy (...)
  • 55 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 555, fo 47, cité dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, (...)
  • 56 Lettres de Poërson à d’Antin, 12 et 19 février 1715, 23 avril 1715, dans Correspondance des directe (...)
  • 57 Lettre de Poërson à d’Antin, 26 mars 1715, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, (...)

29Amelot profitait des temps libres pour visiter des palais romains52. Il visita le cabinet de Livio Odescalchi53 et y retourna voir afin d’examiner avec attention cinq ou six peintures du Corrège qu’il affectionnait particulièrement54. Le cabinet de Livio était le nom donné à un palais romain riche en meubles, tableaux, tapisseries et médailles. On pouvait y voir des toiles du Corrège, de Paul Véronèse, du Titien ou encore de Poussin55. Amelot se rendit à plusieurs reprises à l’Académie, où il suscita l’admiration et le respect par ses connaissances en peinture56. Il collectionnait également. Il acheta ainsi trois figures de marbre que le directeur eut soin d’expédier en France avec les commandes destinées au roi57.

  • 58 Bluche, 1960, p. 55.
  • 59 Ibid., p. 59.

30À partir des quelques bribes d’informations que l’on peut trouver sur son éducation, il paraît clair que celle-ci fut l’objet d’une attention soignée. Du maître choisi avec soin dans les milieux savants de la capitale au voyage en Italie, Amelot reçut une éducation et une formation qui devaient le rendre capable de se comporter comme le digne fils d’un parlementaire. Il fit sans aucun doute des études de droit pour pouvoir entrer au Parlement en 1674. Il avait alors 19 ans. Or, on ne pouvait devenir conseiller avant 25 ans58. Amelot dut donc avoir une dispense. Pour exercer une charge, il fallait avoir fait ses études de droit, au minimum trois ans. S’il a accompli les études nécessaires, cela signifie donc qu’il a commencé d’étudier le droit à 16 ans. Or, pour entrer à cet âge à la faculté, il dut sans doute obtenir aussi une dispense59.

  • 60 Gazzaniga, 2000, p. 262.
  • 61 Ibid., p. 265. En 1679, la réforme de l’enseignement instaura l’apprentissage du droit français con (...)

31La formation initiale qu’il reçut de sa famille dut pallier en partie la médiocrité de la formation délivrée par les facultés de droit60. Les dispenses d’études, que Michel-Jean Amelot obtint pour entrer à l’université, puis pour devenir conseiller au Parlement, ne sont que l’illustration du relâchement des exigences intellectuelles dans la plupart des universités du royaume de France. Jusqu’en 1679, date d’une réforme de l’enseignement universitaire, les jeunes juristes apprenaient seulement le droit romain et le droit canonique. Ils ignoraient donc tout des coutumes, des ordonnances royales ou des procédures judiciaires61.

32L’appartenance au monde des parlementaires le familiarisa avec le droit et les débats de la Fronde sur l’autorité royale ou les droits du Parlement. Dans la société française du xviie siècle, les parlementaires passaient pour être les plus grands collectionneurs ou possesseurs de livres. Amelot ne fut qu’un court moment membre du Parlement mais là encore, il faut tenter de discerner ce qu’il reçut de sa famille et de savoir si elle lui transmit le goût des livres.

  • 62 Rioux, Sirinelli (dir.), 2005, t. II, p. 361.
  • 63 Marceteau-Paul, 2008, pp. 554-555.
  • 64 Jolly (dir.), 2008.
  • 65 Chartier, Martin (dir.), 1984, t. II, p. 175.
  • 66 Ibid., p. 186.

33Les bibliothèques permettent de connaître les curiosités du temps, les préoccupations des contemporains selon leur profession et leur niveau de fortune. L’histoire des livres et de l’édition a connu des développements spectaculaires grâce à Henri-Jean Martin, Roger Chartier ou encore Bruno Neveu. Sous les règnes de Louis XIII puis de Louis XIV, les bibliothèques des parlementaires rassemblaient les plus grandes collections d’ouvrages. Ce goût pour les livres s’explique par la vieille tradition humaniste qui imprégnait ces familles et par une lente accumulation réalisée au cours des générations62. Les hommes de loi en général constituent le deuxième groupe qui conservait le plus grand nombre de livres après les ecclésiastiques63. Dans l’Histoire des bibliothèques françaises publiée sous la direction de Claude Jolly, de nombreux conseils méthodologiques sont présentés à qui s’interroge sur le sens et la pratique d’une collection d’ouvrages dans le royaume de France à l’époque moderne64. Le nombre de volumes, leur date d’édition et leur titre sont à manier avec précaution. Si les livres de religion, les traités de dévotion, les histoires des saints et de l’Église, conservent une suprématie dans les collections65, ils cédaient de plus en plus la place aux ouvrages d’histoire et aux dictionnaires emblématiques de l’âge baroque et dont l’édition se développa à la fin du xviie siècle66.

34À l’évidence, les livres contenus dans une bibliothèque ne permettent pas de connaître précisément les idées, les convictions et les préoccupations intellectuelles de leur propriétaire. Toutefois, lorsque l’on peut en retrouver la trace dans un catalogue ou dans un inventaire après décès, ils donnent un aperçu utile sur l’environnement culturel de celui qui les possédait. Si l’accès au livre ne se limite pas aux bibliothèques privées — avec la multiplication des institutions qui permettaient l’usage collectif du livre comme les bibliothèques publiques ou le cabinet de lecture —, la connaissance des livres possédés par un homme du xviiie siècle fournit des informations quant à ses goûts et ses préoccupations.

  • 67 Ibid., p. 403.

35La possession de livres se diffusa plus ou moins rapidement selon les milieux sociaux, les provinces et le niveau de fortune, invitant à s’interroger sur ce que les historiens comme Roger Chartier et Daniel Roche ont appelé « la pratique culturelle et sociale » du livre ; c’est-à-dire l’usage qu’en faisait celui qui le manipulait67. La lecture est ainsi un geste, produit d’une sociabilité, d’une représentation du savoir et d’une conception de l’individualité très différentes selon les cas, les familles, la profession ou la sensibilité religieuse.

  • 68 AN, MCN, LXVII/ 389, inventaire après décès de Michel-Jean Amelot de Gournay, 26 juin 1724.
  • 69 Roche, 1969, p. 48.
  • 70 Chartier, Martin (dir.), 1984, t. II, p. 403.

36L’inventaire après décès d’Amelot permet de retrouver une partie des livres qui constituaient sa bibliothèque68. Ses collections s’élevaient à 700 ouvrages en 1724, date de sa mort et de la rédaction de l’inventaire. La manipulation de cette source reste problématique et périlleuse car, outre que le chiffre global donné n’est qu’une estimation, seuls moins de 200 volumes sont décrits par le nom de leur auteur, leur titre ou leur sujet. Ce sont donc moins de 30 % des ouvrages qui sont identifiables. Un livre possédé n’est pas forcément un livre lu69 : la possession d’un ouvrage n’implique donc pas l’adhésion de son propriétaire aux thèses de l’auteur. Ensuite, dans un inventaire après décès, les livres les plus détaillés étaient bien évidemment les plus luxueux. Les petits ouvrages de peu de valeur faisaient l’objet d’une estimation sous forme de lot. De plus, ce type de source ne renseigne pas sur l’utilisation effective de l’ouvrage : instrument de travail au livre jamais ouvert70 ?

  • 71 Martin, 1999, t. II, p. 927.

37Henri-Jean Martin s’est intéressé à la diffusion du livre à Paris à la fin du xviie siècle. Il s’est ainsi concentré sur l’univers des propriétaires de bibliothèques privées et détenteurs de livre, largement dominé par le monde de la robe et la société parlementaire. Sur les 200 inventaires après décès couvrant la période 1665-1702 analysés par Henri-Jean Martin, 28 % font référence à une bibliothèque de plus de 500 volumes et 12 % en contenaient plus de 1 00071. Amelot laissa donc une bibliothèque bien fournie, représentative du milieu parlementaire dans sa quantité sans être remarquable par sa taille.

  • 72 Pour mener à bien l’identification des différents ouvrages, le catalogue d’Alexandre Cioranescu res (...)

38L’appréciation qualitative de sa bibliothèque s’avère encore plus difficile que l’estimation chiffrée du nombre de volumes pour des raisons qui tiennent à la source disponible — l’inventaire après décès — et que nous avons évoquées plus haut. Dans ce cas précis, une centaine d’ouvrages seulement sont décrits avec suffisamment de précision pour que l’on puisse les identifier. Cela représente environ 15 % du total. On ne peut donc avoir qu’un aperçu limité72.

  • 73 Martin, 1999, t. II, pp. 776-786.

39Toutefois, l’image lacunaire qui se dégage de l’inventaire après décès permet d’éclairer et retrouver certaines préoccupations intellectuelles d’Amelot. Comme dans la plupart des bibliothèques du début du xviiie siècle, la littérature religieuse devrait représenter une part importante du total. Or, dans ce cas précis, les volumes ayant trait à cette catégorie sont peu nombreux. La littérature de spiritualité, les grands textes de la Réforme catholique mais aussi les biographies des pères de l’Église ou des saints sont ainsi étrangement absents de l’inventaire. Le xviie siècle connut pourtant une forte expansion de l’imprimerie d’ouvrages religieux. Ils étaient caractéristiques du Grand Siècle et leur absence est sans doute liée au faible coût de ce type de livres73. Il est donc vraisemblable que ce type de littérature, sans être absent de la bibliothèque, appartient aux 85 % de livres que le notaire n’a pas jugé utile de décrire.

  • 74 Les lettres de saint Augustin, traduites en françois, par Philippe Goibaud Du Bois, Paris, 1684, 2  (...)
  • 75 Martin, 1999, t. II, p. 830.
  • 76 Chartier, Martin (dir.), 1984, t. II, p. 175.

40Dans la part qui nous est connue, on trouve une histoire de l’Église, onze volumes sur l’Église gallicane, sept volumes de procès-verbaux de l’Assemblée générale du clergé ou encore les lettres de saint Augustin traduites par l’académicien Du Bois74. Les collections d’Amelot sont surprenantes par l’absence de l’histoire ecclésiastique et des travaux d’érudition dont les bénédictins de Saint-Maur avaient pourtant lancé la mode75. La fin du xviie siècle avait été celle d’un apogée de l’érudition religieuse française. Aucun ouvrage de Luc d’Achery, auteur des treize volumes célèbres du Spicilegium76, de Mabillon ou de Montfaucon ne semble figurer dans la bibliothèque de l’ancien ambassadeur.

  • 77 Martin, 1999, t. II, p. 812.

41Viennent ensuite les classiques de la littérature ancienne comme Tite-Live, Plutarque et Flavius Joseph, mais également onze volumes en latin. La culture gréco-latine, héritée de l’humanisme et qui semble sur le déclin, conserve donc une place importante77.

  • 78 François Du Chesne, Histoire des chanceliers et gardes des sceaux de France, distingués par les règ (...)
  • 79 Les mémoires de messire Michel de Castelnau […] auxquels sont traitées les choses plus remarquables (...)
  • 80 Guillaume Ribier, Lettres et mémoires d’Estat des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres s (...)
  • 81 Jacques-Auguste de Thou, Histoire de monsieur de Thou, des choses arrivées de son temps, mise en fr (...)

42La troisième catégorie est celle des ouvrages d’histoire. Ceux qui sont mentionnés dans l’inventaire sont révélateurs de la pensée du siècle. Les historiographes du milieu du siècle sont présents avec L’histoire des chanceliers et gardes des sceaux de Du Chesne78. Il ne s’agit pas de son œuvre la plus connue mais il faut voir ici la trace de la carrière d’Amelot, celle d’un ancien parlementaire. Les histoires de la famille royale ou du royaume de France ont nourri, semble-t-il, la curiosité d’Amelot. Il possédait ainsi les Mémoires de Castelnau79, celles de Ribier80 et une généalogie de la maison royale de France. Avec les livres, le notaire prit soin de noter qu’il conservait dans ses collections une histoire du roi de France en médailles. L’histoire métallique intitulée Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, avec des explications historiques par l’Académie royale des médailles et inscriptions fut présentée une première fois au roi en 1702. Il en exigea plusieurs modifications. Cette histoire métallique devait servir la gloire du roi et le travail avait été entamé sous la férule de Colbert, qui avait confié cette tâche à la « petite académie ». Il faut encore noter la présence de L’histoire de monsieur de Thou81, œuvre célèbre, dont l’auteur, Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), fils de magistrat, fut comme son père parlementaire puis devint l’homme de confiance d’Henri III et un fidèle d’Henri IV ; inconditionnel du roi, il ne considéra pas la Ligue avec bienveillance. Ces ouvrages dataient de la première moitié du xviie siècle, il est donc fort probable qu’ils faisaient partie d’une collection familiale qu’Amelot avait reçue de ses parents.

43Richelieu et Sully avaient également leur place dans sa bibliothèque. Amelot possédait une histoire du cardinal. Ce pourrait être l’un des livres de Charles Vialart (1592-1644), peut-être L’histoire du ministère d’Armand-Jean du Plessis, cardinal duc de Richelieu, sous le règne de Louys le Juste. Avec des réflexions politiques et diverses lettres contenant les négociations des affaires en Piedmont et de Montferrat, divisée en 4 tomes et publiée à Leyde en 1652. Il est cependant plus vraisemblable que ce soit la biographie, rééditée en 1667, d’Antoine Aubery (1616-1695) intitulée Histoire du cardinal duc de Richelieu. L’auteur était historien et avocat au Parlement de Paris. De Sully, Amelot lisait vraisemblablement ses Mémoires, publiés à de multiples reprises au cours du xviie siècle : en 1662, 1663, 1664 et 1683. Sully et Richelieu n’étaient pas les seuls premiers ministres dont il possédait des ouvrages. Il avait également une collection de dix volumes sur l’histoire de l’Europe contenant des lettres de Mazarin.

44La bibliothèque d’Amelot rappelle que nombre de parlementaires se firent écrivains, à moins que ce ne soit un goût prononcé de l’ambassadeur ou le déterminisme social et familial qui expliquent la forte présence de livres écrits par des magistrats dans ses collections.

  • 82 Trois histoires étaient alors en vogue : celle de Louis Cousin, Histoire de Constantinople depuis l (...)
  • 83 Martin, 1999, t. II, p. 853.

45Outre les ouvrages d’histoire du royaume de France, il faut également noter l’attrait d’Amelot pour les histoires des pays étrangers. Il ne s’agit pas de la littérature géographique qui connut un essor certain mais d’ouvrages sur l’histoire de peuples ou d’empires : une Histoire des Juifs, une Histoire de Gênes, une Histoire de Constantinople82, une Histoire du Portugal et une Histoire naturelle des Indes. Les vingt-deux volumes sur l’Histoire de l’Empire ottoman illustrent le goût de l’époque pour les ouvrages sur la Turquie, Constantinople et la cour ottomane83.

  • 84 Il s’agit vraisemblablement de L’histoire des négociations de Nimègue publiée par Saint-Didier en 1 (...)
  • 85 Abraham Wicquefort, L’ambassade de D. Garcia de Silva Figueroa en Perse, Paris, L. Billaine, 1667 ; (...)

46Cette curiosité pour les pays étrangers n’était pas sans lien avec sa carrière de diplomate parti à cinq reprises en mission pour le roi de France. Il s’intéressait à ce que l’on appelle depuis les relations internationales, comme l’attestent ses quatre volumes de Traités de paix publiés à Amsterdam en 1700, l’Histoire des négociations de Nimègue84 ou encore ses trois volumes « sur l’ambassade de Wicquefort85 » selon les termes inscrits par le notaire dans son inventaire.

47Ces livres d’histoire étaient pour la plupart des publications récentes ou au moins largement postérieures aux ouvrages évoqués précédemment, ceux des parlementaires par exemple. Ils reflètent plus un goût personnel que la culture familiale, davantage visible dans les autres groupes.

  • 86 Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce.

48Enfin, il faut noter la présence de deux œuvres importantes. La première était le dictionnaire de Jacques Savary Des Bruslons sur le commerce86. Ce dictionnaire, nous l’avons vu, était dédié à Amelot. La seconde concernait également le commerce : il s’agit du Parfait négociant de Jacques Savary (1622-1690). En 1721, Le parfait négociant avait déjà été publié à huit reprises. Son premier titre était : Le parfait négociant, ou instruction générale pour ce qui regarde le commerce de toute sorte de marchandises, tant de France que des pays étrangers (Paris, 1675, in-4o).

49La bibliothèque d’un parlementaire devenu ambassadeur illustre à la fois les modes d’une époque, les goûts de la société française, mais plus encore ceux d’un milieu professionnel et ceux dictés par la carrière de son possesseur. Dans le cas d’Amelot, nous avons vu à côté des ouvrages relatifs à l’histoire du royaume et des souverains, ceux liés au monde parlementaire avec une volumineuse histoire de l’Église gallicane, et enfin, ceux liés aux préoccupations de l’ambassadeur à savoir la diplomatie et le commerce.

50L’inventaire après décès d’une bibliothèque donne certes un aperçu limité de la collection possédée et plus encore des pratiques de lecture et des opinions de son possesseur, mais il reste un bon indice d’une partie de ses goûts personnels et de sa culture familiale.

II. — Le mariage d’Amelot, révélateur de parentés

  • 87 Burguière et alii (dir.), 1986, p. 7.
  • 88 Ibid., p. 104.
  • 89 Poumarède, 2003, s. v. « Mariage », p. 797 ; Burguière et alii (dir.), 1986, p. 105.
  • 90 L’article 41 de l’ordonnance de Blois (1579) confirma la nécessité d’une majorité matrimoniale élev (...)

51La famille constituait la première cellule de vie sous l’Ancien Régime87. Elle était fondée par le mariage. Celui-ci était à la fois un sacrement de l’Église catholique et un contrat civil. Furetière, dans son Dictionnaire universel (1690), le définissait ainsi : « Contrat civil par lequel un homme est joint à une femme pour la procréation des enfants légitimes ; le mariage est du droit des gens et est en usage chez tous les peuples88 ». En cela, il intéressait à la fois l’Église et l’État. Ce double caractère suscita des contradictions entre le droit canon et la législation royale. En effet, depuis le Moyen Âge, l’Église avait réussi à imposer ses critères de validité du mariage, réaffirmés et complétés lors du concile de Trente. Il devait être fondé sur le libre consentement des époux et celui-ci devait être donné au cours d’une cérémonie in facie Ecclesie après avoir fait l’objet d’une publication (les bans). Un mariage secret ou clandestin pouvait ainsi être valide aux yeux de l’Église. Or, dans une société d’ordres, le mariage représentait aussi bien une possibilité d’ascension sociale qu’une mésalliance. Un mariage consenti sans l’accord des parents faisait courir le risque de voir toute une famille déshonorée par une alliance honteuse. Dès lors, le mariage intéressait l’État ou plutôt le souverain, garant d’un ordre social. L’édit de février 1556 renforça les dispositions de l’Église sur la publicité des unions89. Ces dispositions furent rappelées à plusieurs reprises90.

  • 91 AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel Amelot et Catherine Le Peletier de la Houssaye, (...)
  • 92 Cornette, 1998. L’avocat Omer Talon qui laissa des mémoires et une réputation de grand juriste étai (...)
  • 93 Frostin, 2006, p. 552.
  • 94 Ibid., pp. 147-148.

52Le 3 juin 1679, Michel-Jean Amelot de Gournay épousait Catherine Le Pelletier de la Houssaye91. Cette union faite devant de nombreux témoins lia deux familles parlementaires de premier plan. Si l’on regarde de près la parenté de Catherine Le Pelletier, on constate que sa grand-mère Catherine Talon était la petite-fille de Jacques Talon, avocat général au Parlement. Cette famille compta d’illustres avocats et avocats généraux du Parlement de Paris, comme Omer Talon92. Cette grand-mère de l’épouse d’Amelot, Catherine Talon, était la sœur de Marie-Suzanne Talon qui épousa Louis de Pontchartrain, le père du futur chancelier de France93. La parenté de la femme d’Amelot avec le « clan » Pontchartrain, selon l’expression de Charles Frostin, permettait à celui-ci de se rapprocher de cette famille de bonne bourgeoisie passée dans la robe. Les liens entre les Pontchartrain et les Talon gardèrent toute leur vivacité au cours du xviie siècle. Dans son testament en 1698, Denis Talon, fils d’Omer II, remit ainsi le soin de préparer le mariage de son fils à « M. de Lamoignon, Verthamon, Phélypeaux et d’Aguesseau, père et fils », faute d’avoir pu confier cette mission à son autre grand ami, Louis de Pontchartrain. Celui-ci venait d’être nommé contrôleur général des finances, ministre et secrétaire d’État94. Catherine Talon, grand-mère paternelle de l’épouse d’Amelot, était donc à la fois la tante du futur chancelier Louis de Pontchartrain et la grand-mère d’Henri-François d’Aguesseau qui assuma la même fonction au xviiie siècle.

  • 95 Le mémorialiste du règne de Louis XIV fit un portrait flatteur d’Henri d’Aguesseau tout en relatant (...)
  • 96 Frostin, 2006, p. 95.
  • 97 Antoine, 2003, p. 356. Voir Dangeau, Journal, t. VII, pp. 155-156.

53De plus, la sœur de Catherine Le Pelletier, Claire-Eugénie, était depuis 1663 la femme d’Henri d’Aguesseau (1636-1716). Ce beau-frère d’Amelot avait été intendant de Limoges en 1667, de Bordeaux en 1669 et du Languedoc. Conseiller d’État semestre en 1683, il obtint par la suite une place au conseil royal des Finances. En 1699, la chancellerie et le contrôle général lui échappèrent peut-être sur « un soupçon de jansénisme95 » aux dires de Saint-Simon. Il fut membre du conseil de Commerce avant d’en devenir le président sous la Régence. C’était également un homme du « réseau Pontchartrain96 ». Il avait été l’un des plus importants collaborateurs de Louis de Pontchartrain, comme « chargé des affaires du Commerce et des Manufactures » au contrôle général, puis comme conseiller au conseil royal des Finances à partir de 1695. Henri d’Aguesseau abandonna à Amelot le soin de suivre les questions commerciales97.

54Lorsque Amelot épousa Catherine Le Pelletier de la Houssaye en 1679, il s’alliait donc avec la famille Le Pelletier ce qui lui permettait de faire entrer dans sa parentèle élargie les familles qui étaient liées à celle de sa femme, c’est-à-dire les Talon, les Maupeou, les d’Aguesseau et les Pontchartrain.

  • 98 D’après François Bluche, la famille Le Pelletier de la Houssaye s’agrégea à la noblesse par le biai (...)
  • 99 Le Mao, 2007, p. 289.
  • 100 Ibid., pp. 290-291, 293-294.

55Cette alliance réactivait en partie des liens qui avaient déjà été noués. En effet, les Amelot et les Maupeou étaient liés par les Créil. Comme nous l’avons déjà souligné, la grand-tante d’Amelot, Marguerite de Créil, avait épousé René Maupeou. La sœur de celle-ci, Anne, épousa le frère de René. Plus qu’une nouvelle alliance de deux clans étrangers, le mariage d’Amelot avec une Le Pelletier de la Houssaye98 renouvela des alliances anciennes puisqu’un lignage, celui des Maupeou, est parent avec les deux futurs mariés. Cette multiplication des alliances entre les mêmes lignages n’est pas surprenante. L’endogamie est un phénomène bien connu dans la société française d’Ancien Régime. Elle semble même avoir été particulièrement vivace dans le milieu parlementaire. Cette tendance qui est démontrée pour le xviiie siècle semble être vérifiable pour le xviie siècle99. Dans le cas de Bordeaux, l’étude des successions familiales, des dispenses de parentés et des patronymes atteste de l’existence de réseaux familiaux au sein du parlement. Toutefois, la domination de quelques réseaux de parenté n’est pas continue et soumise elle-même à des évolutions marquées par des périodes de fermeture et des périodes d’ouverture à d’autres lignages. En gardant quelques distances avec la notion de « dynastie parlementaire », Caroline Le Mao conclut que les groupes familiaux — de son corpus —, c’est-à-dire ceux ayant donné plus de trois magistrats, fournirent 37 % des parlementaires bordelais100.

56Le milieu parlementaire, à l’image de l’ancienne France, était largement endogame. Dans le cas d’Amelot, son mariage apparaît légèrement hypergamique, puisqu’il a pris une épouse issue d’une famille plus implantée au Parlement. En effet, si sa famille était déjà bien intégrée au monde parlementaire au milieu du xviie siècle, elle ne possédait pas de nombreuses alliances avec les plus importantes familles comme les Bignon ou les Talon. Sa parenté la plus illustre était finalement celle des Maupeou. Le mariage d’Amelot avec Catherine Le Pelletier de la Houssaye permettait d’élargir sa parenté en s’alliant avec des réseaux sur lesquels il pourrait dorénavant compter.

  • 101 Chatelain, 2008, p. 208 ; Nassiet, 2000.

57Cette tendance à l’hypogamie des filles dans le milieu parlementaire était courante. Elle constituait déjà une pratique que l’on décèle dès le xvie siècle. En réalité, les unions des filles servaient plus à conserver un patrimoine qu’à favoriser une ascension sociale101. Dans un mariage, on monnayait l’entrée dans un lignage illustre ou une parentèle jugée capable d’apporter des bénéfices en termes de notoriété, d’office et de charge par des apports financiers ou fonciers conséquents. Le contrat de mariage se révèle alors une source primordiale pour évaluer les termes de l’échange.

  • 102 Duby, Perrot (dir.), 1991, t. III, pp. 38-41.

58Toutefois, il convient de nuancer ce caractère hypergamique du mariage d’Amelot (et donc hypogamique de celui de son épouse) principalement pour deux raisons. Tout d’abord, Amelot appartenait au même milieu social que Catherine Le Pelletier, dont les alliances étaient seulement plus prestigieuses que celles de son mari. En second lieu, cette tendance légère à l’hypogamie des filles ne se vérifie pas de manière générale, uniforme et sans exceptions. Des historiens, comme Olwen Hufton par exemple, l’ont parfois contestée102. On peut en conclure qu’effectivement il n’existait pas de mariage hypogamique ou hypergamique entre deux milieux sociaux très différents mais qu’au sein de deux milieux proches ils étaient possibles. Ce qui est le cas de Michel-Jean Amelot et de Catherine Le Pelletier de la Houssaye.

  • 103 Ferrière, La science parfaite des notaires, cité dans Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, 1998, p. 551.
  • 104 Ibid., p. 552.
  • 105 Pour l’exemple de Lyon, voir l’étude de Garden, 1965, p. 55, citée dans Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, (...)
  • 106 Les acquêts étaient constitués par les biens meubles acquis en communauté de biens. Chatelain, 2008 (...)

59À la première lecture, le contrat de mariage d’Amelot ne laisse apparaître aucune surprise. Comme la plupart des contrats de mariage réalisés dans la coutume de Paris, il reprenait le modèle qu’en avait laissé Claude Ferrière, ancien avocat au Parlement, dans La science parfaite des notaires103. Le contrat commençait par un protocole, suivi du dispositif et enfin des clauses finales. Le protocole présentait le notaire, son étude et les deux parties contractantes. Ces données ne figurent pas de manière homogènes dans les actes : il peut manquer l’âge, la profession ou la qualité de l’épouse, et les données concernant les parents sont souvent lacunaires104. Enfin, les informations sur les témoins, dont la mobilisation vise tant à authentifier l’acte qu’à donner de la solennité à la cérémonie, varient selon les régions : à Paris, elles sont plus riches qu’à Lyon et à Poitiers, où les noms et professions des témoins font souvent défaut105. Après le protocole, le contrat se poursuivait par le dispositif, c’est-à-dire l’énumération des biens des parties, puis les clauses organisant les rapports pécuniaires. À Paris, la coutume prônait la communauté des biens et des acquêts106.

  • 107 François Olivier-Martin, Histoire de la coutume de la prévôté et vicomté de Paris, Paris, Cujas, 19 (...)
  • 108 Kettering, 1989, p. 822.
  • 109 Poumarède, 2003, s. v. « Mariage », p. 799 ; Chatelain, 2008, pp. 153 et 397.
  • 110 Poumarède, 2003, s. v. « Mariage », p. 800.
  • 111 « Outre lequel douaire et sans diminution d’iceluy ladite damoiselle futur épouze demeurant en […] (...)

60Dans le ressort de la coutume de Paris, les femmes étaient relativement protégées107. De manière générale, elles conservaient le contrôle de leur fortune après leur mariage108. Les doter ne les excluait pas de la succession de leur père, au contraire, la dot constituait une forme d’avance sur la future succession. En échange, le futur mari concédait un douaire, c’est-à-dire l’assurance que la belle-famille verserait un capital, sous forme de rente par exemple, si le mari venait à décéder avant l’épousée. Le douaire fut vraisemblablement à l’origine un privilège réservé aux nobles : une veuve ne pouvant hériter de fiefs, il fallait néanmoins lui garantir son rang109. Cette pratique se généralisa au point que les trois quarts des contrats parisiens stipulaient un douaire au xviiie siècle110. Le douaire prévu pour Catherine Le Pelletier était de 6 000 livres tournois au cas où le mariage ne donnerait pas d’enfant et de 5 000 livres tournois si les époux avaient une progéniture. En outre, si Amelot décédait avant son épouse, sa veuve jouirait d’une maison111.

  • 112 Dousset, 2009, pp. 477-491.

61Le contrat prévoyait que Michel-Jean et Catherine seraient « communs en biens ». Le régime de la communauté était le plus répandu dans le nord du royaume de France. Il caractérise ce que les anthropologues et les ethnologues appellent le « système à parentèle » pour le distinguer du « système à maison », répandu dans le sud du pays, et le « système à lignage », que l’on retrouve plutôt en Normandie112.

  • 113 Chatelain, 2008, p. 159.
  • 114 Ibid., p. 160.
  • 115 Mousnier, 1976, p. 68.

62Les biens apportés à la communauté allaient au survivant lors de la dissolution du mariage, à l’occasion du décès de l’un des époux le plus souvent. La communauté de biens était une fusion d’une partie de l’apport de chaque conjoint, le reste constituant les biens propres. À la mort de l’un des deux parents, les biens propres étaient partagés entre les enfants ou retournaient au lignage d’origine si le mariage n’avait pas été fécond. C’est sur les biens propres du mari qu’était prélevé le douaire. La communauté de biens rappelle que le mariage était une association économique conjugale qu’il revenait aux époux de faire fructifier113. Au cours du xviie siècle, la part mise dans la communauté ne cessa de diminuer au profit d’une part de plus en plus grande des biens propres. La fécondité du futur couple n’étant pas garantie, les familles se réservaient ainsi la possibilité de recouvrer l’avance faite sur la succession sous la forme de dot, car seuls les biens propres pouvaient alors être récupérés114. Le contrat de mariage d’Amelot prévoyait une communauté de biens de 80 000 livres tournois. La coutume de Paris n’imposait pas de dot à l’inverse des pays de droit écrit. En pays coutumier, elle était néanmoins considérée comme une « dette naturelle des pères et des mères ». Il s’agissait plutôt d’une obligation morale115.

  • 116 AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel-Jean Amelot et Catherine Le Peletier de la Houss (...)

63Le mariage d’Amelot et de Catherine Le Pelletier se singularisait de la norme générale car, outre que Catherine était mineure, son père était décédé depuis 1675 ; les héritiers devaient donc procéder à un partage provisionnel. La veuve de Nicolas Le Pelletier de la Houssaye, Catherine Le Picart, avait géré la fortune familiale jusqu’au mariage de sa fille. Lors de la rédaction du contrat de mariage, on prit soin de noter que Catherine Le Pelletier devait rapidement recevoir un tiers de la fortune de son père116 (les deux autres tiers étant destinés à ses frères cadets : Félix et Claude-Henry). C’est sur cette part que devaient être prélevés les 80 000 livres tournois destinées à la communauté des biens.

64Le 30 septembre 1680, le partage fut ratifié devant le notaire. L’ensemble des biens des Nicolas Le Pelletier de la Houssaye et du Sr de Chateaupoisy, son père décédé quelque temps auparavant, avaient été évalués par des experts. Les sieurs Lambert et Goujon, chargés de cette mission le 2 juin 1680, avaient rassemblé durant plus de trois mois les pièces nécessaires à l’évaluation des biens. À sa mort, Nicolas Le Pelletier de la Houssaye laissait une fortune personnelle s’élevant à plus de 800 000 livres tournois. En 1680, cette somme constituait un patrimoine très important et classait Nicolas Le Pelletier parmi les grandes fortunes du monde judiciaire du royaume. Toutefois, il faut nuancer ce chiffre. En effet, les patrimoines, tels qu’ils étaient inventoriés dans les actes, tenaient compte de toutes les reconnaissances de dettes de particuliers ou titres de rentes sur l’Hôtel de ville ou le clergé. Or, ces derniers subissaient régulièrement des retranchements voire n’étaient jamais complètement acquittés. Cette évaporation d’une partie des biens sous forme de titres ou de biens était courante et les partages en tenaient compte. Chaque enfant de Nicolas Le Pelletier recevant un tiers de la succession paternelle, devait hériter d’environ 267 000 livres tournois. En réalité, ils reçurent entre 220 000 et 240 000 livres tournois, sans doute pour tenir compte des placements hasardeux ou considérés comme définitivement perdus. La composition de cette fortune montre sa solidité mais également son usage en termes de réseaux ou de relations sociales.

65La richesse foncière constituait le fondement de tout patrimoine. Dans le cas de Nicolas Le Pelletier, les terres, maisons et seigneuries représentaient 47 % du total de la succession, 392 523 livres tournois sur un total de 818 000 livres tournois. Cette part importante des biens fonciers met en évidence le souci d’asseoir la fortune familiale. Le monde de la robe cherchait ainsi à se rapprocher de la haute noblesse dont les usages se diffusaient dans l’ensemble de la société par un processus d’imitation. La possession de terres et plus encore de seigneuries, comme celles de Chateaupoisy ou Montfort-l’Amaury dans cet exemple, conférait à leur propriétaire un trait nobiliaire.

Graph. 1. — Composition de la fortune de Nicolas Le Pelletier

Graph. 1. — Composition de la fortune de Nicolas Le Pelletier

Sources : Chiffres contenus dans le partage de la succession de Nicolas Le Pelletier de la Houssaye en 1680 (AN, MCN, LXXV/202).

  • 117 François-Emmanuel de Bonne de Créquy (1645-1681), IVe duc de Lesdiguières, ou son père François de  (...)
  • 118 Antoine de Gramont-Touloujon (1604-1678), comte puis duc de Gramont (1648). Maréchal de France en 1 (...)
  • 119 Il s’agit peut-être du célèbre ministre d’Henri IV plus connu sous le nom de duc de Sully.
  • 120 François VI duc de La Rochefoucauld (1613-1680), prince de Marcillac, duc et pair de France. Fronde (...)
  • 121 Jean Du Bouchet ou son fils François-Louis Du Bouchet (1645-1716), tous deux marquis de Sourches et (...)
  • 122 Distingué de M. de Béthune par ce titre, il s’agit sans doute de son descendant.

66Outre cette assise foncière, la composition de la fortune de Nicolas Le Pelletier révèle les connexions qu’il entretenait dans la société de cour. En effet, il avait prêté beaucoup d’argent à des particuliers. La somme de ces crédits s’élevait à plus de 298 000 livres tournois et représentait près de 37 % de l’ensemble de sa fortune (graph. 1). Que ce soit en valeur absolue ou par sa part dans la succession, l’argent prêté par Nicolas Le Pelletier était considérable. Si l’on s’attache à analyser de plus près ses débiteurs, on retrouve la haute société de cour ou des parents de la famille royale. César, duc de Vendôme, lui devait 44 000 livres tournois, une créance qui ne pouvait être recouvrée qu’auprès des ayants droit du duc depuis sa mort en 1655. Le duc de Lesdiguières117 était débiteur envers le beau-père d’Amelot de 27 000 livres tournois. Le duc de Gramont118, maréchal et pair de France, était redevable de 20 000 livres tournois, tout comme M. de Béthune119. Nicolas Le Pelletier avait également fait crédit de 8 640 livres tournois à François de La Rochefoucauld120, et de 12 000 au marquis de Sourches121, grand prévôt des marchands, pour ne citer que les plus connus. Par comparaison, le duc de Sully122 lui devait peu d’argent : 1 000 livres tournois.

67Ces dettes, dont certaines ne furent vraisemblablement jamais honorées, créaient un lien entre Nicolas Le Pelletier et ses débiteurs. Ceux-ci devenaient en quelque sorte les obligés de Nicolas Le Pelletier qui attendait d’eux, plus que le remboursement, un soutien, une faveur ou une quelconque grâce. Par ces prêts à des personnalités choisies dans la haute aristocratie de cour, il se ménageait des soutiens et des appuis.

68Cette fortune fut divisée en trois lots, pour chacun des enfants. Du partage des biens de son père, Catherine Le Pelletier obtint le lot numéro 3 dont le montant s’élevait exactement à 191 260 livres tournois. S’y ajoutait, comme cela est notifié dans l’acte notarié du partage, une donation de 35 000 livres tournois que sa mère avait déjà faite. En juin 1680, Catherine Le Pelletier se retrouva ainsi détentrice d’une fortune personnelle conséquente s’élevant à 226 260 livres tournois, composée de maisons, terres et rentes. Comme le partage prévisionnel était prévu dès la signature du contrat de mariage, il n’y eut pas de dot au sens strict du terme. L’importance du patrimoine à hériter se suffisait à lui-même.

  • 123 Beauvalet-Boutouyrie, 2001, p. 245.

69On ne dispose pas d’éléments de comparaison avec lesquels ce montant pourrait être rapproché. L’historiographie a seulement mis en évidence le rôle joué par la dot dans les patrimoines féminins. Elle était un indice du niveau socioéconomique d’une famille. Comme Catherine Le Pelletier n’eut pas de dot à proprement parler, il est plus difficile de resituer son patrimoine dans une échelle de valeurs. Toutefois, on peut rappeler que dans les années 1660-1670, les patrimoines dotaux apportés par les femmes au jour de leur noce s’échelonnaient entre 62 et 300 000 livres tournois123. La richesse de Catherine Le Pelletier apparaît donc substantielle si l’on considère que son héritage à venir au jour de son mariage remplaça la dot habituellement prévue.

  • 124 Chatelain, 2008, p. 399.
  • 125 Beauvalet-Boutouyrie, 2001, p. 246.

70Cette analyse est confortée par l’importance du préciput, dont le contrat prévoyait qu’il devait s’élever à 24 000 livres tournois. Le préciput représentait la somme que l’un des deux époux pouvait prélever à la mort du premier conjoint sur les biens mobiliers de la communauté de biens avant même la prisée de celle-ci124. Il était ici particulièrement important puisque pour cette période, il variait généralement entre 20 et 20 000 livres tournois125.

  • 126 AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel-Jean Amelot et Catherine Le Peletier de la Houss (...)

71La fortune d’Amelot telle qu’elle apparaît dans le contrat de mariage était également conséquente. Elle confirme l’hypothèse selon laquelle le futur époux a monnayé une richesse financière contre le capital symbolique de sa future épouse que serait le caractère illustre de ses alliances ou des obligés de son père. En effet, outre les biens versées dans la communauté, Amelot alignait une fortune acquise ou à venir d’au moins 370 000 livres tournois. Elle se décompose comme suit : 200 000 livres tournois comme avance sur la succession future de ses parents, 120 000 pour les terres et la seigneurie de Gournay en Picardie et 50 000 de rente126.

72La part la plus importante était donc constituée d’une avance sur la future succession. Son père était mort depuis plus d’un an au moment de l’établissement du contrat de mariage et sa mère, encore vivante, passait pour être très riche. Les 200 000 livres tournois se composaient ainsi : 100 000 aux parties casuelles pour le prix de la fixation de la charge de conseiller au Parlement de Paris, dont Amelot était pourvu à son mariage, 20 000 pour les augmentations et les gages, et 80 000 pour parfaire le prix de la fixation de la charge de maître des requêtes.

73Le patrimoine que possédait Amelot à son mariage était conséquent. Ce contrat de mariage apparaît ainsi comme une convention matrimoniale aux fondements patrimoniaux solides. Toutefois, l’acte notarié ne doit pas être seulement considéré comme un marché entre deux lignages. Les données financières ne sont qu’une part de ce qu’implique une union. L’alliance avec une parentèle recherchée en est une autre. Pour la mesurer avec précision et l’évaluer, il faut analyser en détail les témoins et les parents dont se prévalent les futurs époux le jour de leurs noces. Le mariage n’engageait pas seulement les parents et leurs enfants mais toute la parenté ou le lignage. Dans une société de fidélité et de lignages, il concernait la parenté au sens large. À travers les témoins présents lors de la signature du contrat, apparaît toute la parentèle concernée par l’union. Le mariage était en quelque sorte une cérémonie au cours de laquelle chacun mettait en évidence ses parents.

III. — Les témoins : parents et familiers

  • 127 Vogler, 1979 ; Devos et alii, 1978 ; Beauvalet-Boutouyrie, Gourdon, Ruggiu (dir.), 2004.

74Les actes notariés offrent de grandes possibilités afin d’étudier les réseaux de parentés et de sociabilités. Les inventaires après décès, les testaments ou les contrats de mariage constituent des sources privilégiées pour l’histoire quantitative, sociale, démographique et économique, comme l’attestent les nombreux travaux à ce sujet127.

  • 128 Ferrière, La science parfaite des notaires.
  • 129 Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, 1998, p. 550.
  • 130 Ibid.

75Un contrat de mariage permet de restituer un univers social à partir des informations qu’il contient sur la dot, le douaire, le trousseau, la nature et la part de la mise en commun des biens, mais également les témoins. À l’époque moderne, il était déjà considéré comme l’un des actes notariés les plus importants. Claude Ferrière, ancien avocat au Parlement, lui consacra une large part de son ouvrage, La science parfaite des notaires128, qui connut plusieurs rééditions jusqu’à la fin du xviiie siècle129. Un arrêt du Conseil du Roi de 1695 tenta de le rendre obligatoire, mais en vain130.

  • 131 Ibid., p. 548.
  • 132 Jahan, 2004, p. 187.

76On peut ajouter que l’étude des actes notariés est d’autant plus indispensable à l’histoire sociale que dans le cas de Paris, l’absence de registres fiscaux et la destruction de la collection de registres paroissiaux pendant l’incendie des Tuileries en 1871 ont considérablement complexifié — voire rendu impossible — ce type de recherches131. L’étude des contrats de mariage pour appréhender les stratifications sociales a toutefois fait l’objet de mises en garde, notamment sur leur caractère nécessairement incomplet ou lacunaire132.

  • 133 Ibid.
  • 134 Ibid.
  • 135 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 587.
  • 136 Ibid., p. 592.
  • 137 Jahan, 2004, p. 197.

77En présentant les témoins, les contrats de mariage permettent d’éclairer la parenté et les ramifications des deux lignages133. L’étude du réseau de parents dans un contrat de mariage est qualitative et par là même subjective, puisque le futur conjoint invite à signer tous ceux dont il se flatte d’être le parent ou l’ami. Ceux qui sont choisis le sont pour leur prestige social selon les critères du temps. La liste des témoins permet ainsi de mesurer la « solidité de l’ancrage familial dans un milieu134 ». Les témoins étaient porteurs d’une valeur symbolique, celle d’une parenté, et du rang ou de l’honneur qui lui étaient liés135. C’est pourquoi les témoins étaient nettement plus nombreux dans les mariages de la noblesse que dans ceux des autres groupes sociaux, sans pour autant que ce critère quantitatif varie systématiquement en fonction du niveau de richesse136. On explique le grand nombre de témoins dans les unions de la noblesse par des conceptions propres à l’ethos de l’aristocratie, fondé sur la mise en scène des parents prestigieux. Ils participent comme la dot à une forme d’ostentation sociale137.

  • 138 Beauvalet, Gourdon, 1998, pp. 583-612. Cet article est fondé sur le dépouillement d’une recherche c (...)
  • 139 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 584.
  • 140 Jahan, 2004, p. 199.
  • 141 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 585.
  • 142 La célébration du mariage devait être solennelle (c’est-à-dire in facie Ecclesiae) en présence d’un (...)

78Scarlett Beauvalet et Vincent Gourdon se sont intéressés aux liens sociaux repérables à travers les contrats de mariage138. Ils ont étudié les témoins au mariage à partir d’un échantillon de 1 385 contrats portant sur les années 1660, 1665 et 1670. L’analyse d’un contrat de mariage permet de décrire l’entourage d’un individu et de préciser les stratégies d’entraide, de mobilité ou de reproduction sociale139. Si le contrat de mariage ne peut renseigner sur l’ensemble du réseau de parenté, de familiers ou d’amis d’un individu, il offre un aperçu précis sur son entourage au début de sa vie d’adulte. Les témoins, lors d’un premier mariage, étaient encore largement ceux de la famille des mariés140. Un arrêt du Parlement de Paris de 1632 recommandait la présence de deux témoins lors de la signature du contrat141 et à l’inverse de la cérémonie religieuse du mariage, les femmes pouvaient témoigner devant le notaire142.

  • 143 AN, MCN, LI, no 365, 23 mars 1665, cité dans Beauvalet, Gourdon, 1998, pp. 592-593.

79Le nombre de témoins présents lors de la signature du contrat de mariage d’Amelot place d’emblée ce mariage parmi les plus remarquables. Il ne manque que la signature d’un membre de la famille royale. Sur le contrat de mariage, on peut dénombrer avec certitude près de 80 signatures. À titre de comparaison, lors de l’union entre Just Joseph de Tournon de Cadar d’Ancezune et Claire Bénédicte de Guénégaud le 23 mars 1665, il y avait 60 témoins (soit 20 de moins), parmi lesquels le roi, la reine, la reine-mère, le duc et la duchesse d’Orléans, les Condé, les Rohan, les Choiseul-Praslin, les Génégaud, etc.143.

  • 144 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 597.
  • 145 Ibid., pp. 597-598.

80Le premier trait qui caractérise le contrat de mariage d’Amelot, c’est la forte présence de témoins du côté de Catherine Le Pelletier. Si l’on excepte les Maupeou, qui étaient apparentés aux deux lignages mais dont la plupart signèrent pour l’épouse d’Amelot, la proportion de parents de Catherine Le Pelletier était nettement plus élevée que celle des parents de son futur époux. Les Bignon, les Talon et les Phélypeaux de Pontchartrain étaient les plus nombreux. Au total, sur environ 80 signatures, 48 correspondaient aux parents de la mariée, soit environ 60 % des autographes apposés au bas du contrat. Il n’y a là rien de surprenant puisque au xviie siècle, dans les contrats de mariage parisiens étudiés par Scarlett Beauvalet et Vincent Gourdon, 52 % des témoins le sont pour la femme et 44 % pour le futur mari144. Cette tendance est difficilement explicable. Les femmes seraient, dans la famille européenne, chargées de maintenir les liens familiaux tandis que les hommes constitueraient une part importante de l’immigration à Paris. Leur autonomie vis-à-vis de leur famille serait donc plus grande145. Par ailleurs, les proportions de femmes et d’hommes qui signent le contrat sont équivalentes à quelques unités près.

  • 146 Ibid., p. 600.
  • 147 Ibid., p. 605.

81Outre les familles, les amis signaient souvent le contrat de mariage. Si les témoins des femmes sont plus souvent des membres de leur famille, les amis ne sont pas pour autant inexistants. En ce qui concerne les hommes, la proportion entre la famille et les amis est plus équilibrée146. La noblesse convoquait peu les amis à signer le contrat de mariage, cette pratique était celle du troisième ordre. Le second mettait d’abord en avant ses liens de parenté147. Le mariage de Michel-Jean et de Catherine répond à ce critère : beaucoup de parents dont les liens de famille sont aisément identifiables et peu d’amis, tant du côté Amelot que Le Pelletier.

  • 148 Ibid., pp. 603-604.
  • 149 Jahan, 2004, p. 188.
  • 150 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 604.

82Sans entrer dans les méandres de la répartition des témoins familiaux selon leur parenté avec l’un des deux conjoints, on peut noter que les collatéraux sont très nombreux lors de la signature du contrat de mariage. Le mariage est donc bien l’occasion de manifester des liens de famille, y compris si ces derniers sont lointains, c’est-à-dire trois ou quatre degrés. Cette tendance se retrouve tant dans l’étude de Scarlett Beauvalet et Vincent Gourdon148, que dans celle de Sébastien Jahan sur les notaires149. Elle confirme le rôle primordial des collatéraux dans la sociabilité des sociétés anciennes150. La parenté, même éloignée, était prise dans les jeux de solidarité du lignage établis le jour du mariage. Elle devait apporter son appui dans les difficultés, tandis qu’en retour, celui qui obtenait une faveur importante ou jouissait d’une ascension certaine devait redistribuer une part de sa « réussite » à son lignage par le biais de recommandations et de soutiens.

83Dans le contrat de mariage d’Amelot, la plupart de ces caractéristiques se vérifient. On peut s’attarder sur quelques cas.

  • 151 Michel Le Tellier, né en 1603 à Paris fut successivement conseiller au Grand Conseil (1624), procur (...)
  • 152 Ibid. ; Tellier, 1987, p. 131.

84Le premier témoin mentionné dans l’acte, qui retient l’attention par sa notoriété, est le « Très haut et puissant seigneur Messire Michel Le Tellier, marquis de Barbezieux, chancelier de France et de Très haute et puissante dame Elizabeth Turpin ». En 1679, date de rédaction de l’acte, Michel Le Tellier (1603-1685) était alors secrétaire d’État depuis 1645 et chancelier depuis 1677151. Sa femme, Elizabeth Turpin, était la fille d’un conseiller d’État et petite-nièce du chancelier Éienne Ier d’Aligre. Leur présence le jour des noces de Catherine Le Pelletier et d’Amelot est difficile à expliquer. La seule hypothèse à laquelle on est réduit faute d’informations complémentaires tient à la fonction du chancelier. Grand officier de la Couronne, il était le chef-né de tous les conseils royaux, au titre de la prééminence de la justice parmi les pouvoirs régaliens du souverain. Chargé du scellement des actes et ainsi de l’authentification des décisions royales pour leur donner une force exécutoire, il pouvait faire valoir son autorité dans la Grande Chancellerie de France, mais aussi auprès de toutes les chancelleries établies auprès des différents parlements. Sa dimension de plus haut magistrat du royaume permet donc vraisemblablement d’expliquer sa présence lors du mariage d’Amelot avec Catherine Le Pelletier. Les deux futurs époux étaient les rejetons de deux familles parlementaires de premier plan dans la deuxième moitié du xviie siècle. Le seul élément qui permet d’indiquer qu’il aurait été le témoin d’Amelot est son ordre d’apparition dans l’acte. Premier à signer, il fut placé dans le groupe de la famille d’Amelot. On peut donc penser qu’il témoignait pour lui. Un certain « Charles Le Tellier » est également mentionné dans l’acte sans que l’on puisse faire une hypothèse exacte sur sa parenté avec le chancelier. Il s’agit peut-être de son frère Charles, auteur de la branche des Morsan152.

  • 153 Charles Amelot, né entre 1654 et 1671, est mort à Paris en 1694. Voir Aubert de La Chesnaye Des Boi (...)
  • 154 Antoine de Nicolaï de Goussainville et d’Ivort fut conseiller au parlement de Bretagne avant de rej (...)

85Vient ensuite le frère d’Amelot, Charles, abbé et baron d’Evron, aumônier du roi153. Du côté d’Amelot, il y avait également, dans l’ordre, Nicolaï de Goussainville, Jacques Amelot, Elizabeth Amelot, veuve de Jacques Amelot marquis de Mauregard, Jean Amelot, seigneur de Bisseuil et Charlotte Brulart son épouse. La tante de Michel-Jean Amelot, Marie, était la veuve d’Antoine Nicolaï de Goussainville, parent du précédent et ancien premier président de la chambre des comptes154.

  • 155 Jacques Amelot de Mauregard, premier président de la Cour des aides, fit partie des premiers magist (...)

86Elizabeth Amelot, la veuve de Jacques, marquis de Mauregard, était la fille de Barthélémy du Pré. Elle était la belle-fille de Jacques Amelot, seigneur de Carnetin, Mauregard-Amelot et du Mesnil (à l’origine de la branche Amelot de Mauregard) et donc cousine germaine par alliance du père du marié. Son mari, Jacques Amelot, avait été conseiller au Parlement de Paris, maître des requêtes et président au Grand Conseil155. Son fils, Jacques Amelot apposa également sa signature au bas du contrat de mariage de son cousin issu de germains.

  • 156 Veuve du premier président au parlement du Dauphiné Louis Frère ; Aubert de La Chesnaye Des Bois, D (...)
  • 157 Ibid.

87Le « Jean Amelot, seigneur de Bisseuil » qui figure dans le contrat était le fils de Denis Amelot de Chaillou, un grand-oncle de Michel-Jean. Il avait épousé Charlotte Brulart156 comme cela est indiqué dans l’acte. Jacques Amelot, qui est également mentionné, était peut-être son frère, second fils de Denis Amelot de Chaillou. Les trois exercèrent comme maîtres des requêtes157.

  • 158 Mort en 1674 ; Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. IV, p. 110.

88Du Parlement de Paris, il y avait un Briçonnet. Cela n’est pas étonnant puisque l’une des tantes de Michel-Jean Amelot, Marguerite, avait épousé Guillaume Briçonnet. Dans l’acte, le prénom n’est pas indiqué, seule sa fonction est mentionnée : « Président au Grand Conseil ». Or, l’oncle d’Amelot, Guillaume Briçonnet, était déjà mort lors de la rédaction du contrat158. De plus, aucun de ses enfants ou petits-enfants ne fut président au Grand Conseil. Il s’agit donc sûrement d’une erreur lors de la rédaction de l’acte ou plutôt d’une confusion avec son fils François ou son petit-fils Guillaume, tous deux présidents en la troisième chambre des enquêtes. L’identification des personnages reste parfois problématique, y compris lorsqu’il s’agit de parlementaires pourtant bien connus. De plus, les Briçonnet étaient aussi liés à la famille Le Pelletier, puisque plusieurs d’entre eux apparaissent avec la mention « cousins et cousines » de Catherine. Fut également présent, Balthazar Lionne, sans doute parent d’Amelot par sa mère Marie de Lionne.

  • 159 Claude Le Peletier (1630-1711), conseiller au Parlement (1652), prévôt des marchands de Paris en 16 (...)
  • 160 Il s’agit sans doute de la sœur de Marie-Suzanne, l’épouse de Louis Ier de Pontchartrain (1613-1685 (...)
  • 161 Ibid., p. 543.
  • 162 Il s’agit de Thierry Bignon, fils de Jérôme Ier Bignon, avocat général au Parlement de Paris, premi (...)
  • 163 Frostin, 2006, p. 93.

89Du côté de sa femme, les Talon, les Bignon et les Pontchartrain étaient les plus nombreux. On peut souligner la présence, dans l’ordre de leur apparition, de Claude Houssin, chancelier du duc d’Orléans et époux de Marie d’Aguesseau, de Dominique de Ligny, évêque de Meaux, « cousin paternel de ladite dame [Catherine Le Pelletier] », de Fromont, de Lamoignon, et de Claude Le Peletier, conseiller d’État au sein du conseil privé du roi159. De la famille Talon, il y avait Catherine Talon160, Magdeleine Talon161 et son époux Jean-François Joly de Fleury, et Françoise Talon, l’épouse de Thierry Bignon, président au Grand Conseil162. Les Talon étaient à la fois des proches parents des Pontchartrain et des Bignon163.

  • 164 « Jean Phélypeaux, conseiller au Grand Conseil en 1682, marié en 1683 à Marie-Anne de Beauharnais ( (...)
  • 165 Le grand-père de Catherine Le Pelletier avait épousé Catherine Vialart, fille d’un président au Par (...)

90Jean Phélypeaux de Pontchartrain164, Chrétien François de Lamoignon et Anne Voisin son épouse, Félix et Marie Vialart165 étaient également présents, vraisemblablement pour signer au titre de leurs liens avec la famille Le Pelletier de la Houssaye.

  • 166 Kerviler, 1872, p. 275-283, 300-302. Voir également Pérau, Vie de Jérôme Bignon.
  • 167 Jérôme Bignon, De l’excellence des rois et du royaume de France. Traitant de la préséance, premier (...)
  • 168 L’auteur s’appelle Diego Valdés, mais on le retrouve dans les catalogues sous la forme latine un pe (...)
  • 169 Frostin, 2006, p. 119.

91Un autre nom ne passe pas inaperçu lorsqu’on lit le contrat de mariage. C’est celui de Bignon. En effet, Thierry Bignon apposa lui aussi sa signature au bas de l’acte notarié. Thierry Bignon (1632-1697) était le fils de Jérôme Bignon (1590-1656) avocat général au Parlement, appelé Jérôme Ier afin de le distinguer de son fils. Cette famille était composée de magistrats, bibliothécaires et érudits166. Le père du témoin d’Amelot se fit connaître par la publication d’un traité De l’excellence des rois et du royaume de France167, dans lequel il répondait à Diego Valdés qui avait tenté de démontrer la préséance des rois espagnols168. Il joua un rôle important lors des négociations du traité de Münster. Il eut deux fils : Jérôme et Thierry. Jérôme II Bignon (1626-1697), avocat général au Parlement, épousa Suzanne Phélypeaux, la sœur du chancelier de Pontchartrain. Thierry Bignon, celui qui signa le contrat de mariage, était le frère cadet de Jérôme II Bignon. Il fut premier président au Grand Conseil et épousa Françoise Talon, la sœur de l’avocat général Denis Talon (1628-1698). Les Bignon étaient très liés aux Phélypeaux. Au-delà de la seule alliance initiée par le mariage entre Suzanne et Jérôme II, ce dernier et son beau-frère Louis de Pontchartrain entretenaient une amitié très forte, sans doute en partie renforcée par leur attachement commun à Port-Royal169.

92Enfin, il reste les inclassables, c’est-à-dire ceux dont des liens sont attestés avec les deux familles comme les Maupeou, ou ceux dont les liens de famille mériteraient de longues recherches pour découvrir leur nature. Toutefois, la plupart signèrent comme témoins de Catherine.

  • 170 René de Maupeou († 1694) était président au Parlement et le mari de Marie Doujat († 1698). Voir Ibi (...)
  • 171 Daniel Voysin, conseiller d’État ordinaire ; mort en 1693. Il était l’oncle de Daniel-François Voys (...)
  • 172 Claude Le Peletier (1630-1711) était issu d’une famille de robe. Conseiller au Parlement (1652), pr (...)

93Dans la famille Maupeou, René de Maupeou et Marie Doujat170, Pierre et Augustin de Maupeou étaient présents. Parmi les inclassables, on peut aussi citer entre autres : Gaspard de Montmorin, gouverneur de Fontainebleau, Claude de Bezons, Daniel Voysin171 ou Claude Le Peletier, conseiller d’État au sein du conseil privé du roi172. Le Claude Le Peletier mentionné était alors conseiller d’État. Il succéda à Colbert en 1683 au contrôle général des finances. Marie Talon, l’épouse de Daniel Voysin, sa sœur Magdeleine, mariée à Jean-François Joly de Fleury, conseiller au Parlement, furent également présents.

  • 173 Il est orthographié ainsi dans l’acte mais il peut aussi apparaître sous la forme Lebret.
  • 174 Marchand, 1889, pp. 1-4.

94Pierre Cardin Le Bret173, alors « maître des requêtes », et sa parente Marie Le Bret manifestèrent aussi leurs liens avec les nouveaux mariés. Pierre Cardin Le Bret, né à Paris en 1639, était lié aux Le Pelletier par sa mère Marguerite Le Pelletier174. Il était maître des requêtes depuis 1676 et fut ensuite intendant de Provence.

  • 175 Burguière et alii (dir.), 1986, p. 86.

95L’union de Catherine Le Pelletier de la Houssaye et de Michel-Jean Amelot fut dont sanctionnée ou honorée par la présence de nombreux magistrats, membres du Parlement de Paris mais encore par celle d’un ministre de Louis XIV. Cette marque de confiance donnée par plusieurs membres de différentes dynasties parlementaires souligne l’intégration profonde de la famille Amelot dans le monde de la judicature parisienne. Ce mariage correspondait aux unions caractérisées par l’hypergamie des garçons, largement répandue dans la société d’Ancien Régime175.

  • 176 Frostin, 2006, pp. 119-120 et le tableau 19, p. 539.

96En s’alliant avec une fille Le Pelletier de la Houssaye, Michel-Jean élargissait sa parenté aux d’Aguesseau, aux Pontchartrain, aux Talon et aux Bignon, et pouvait ainsi bénéficier de la protection de leur puissant patron Michel Le Tellier, chancelier de France176, et plus largement du capital d’honneur dont sa femme jouissait par les prestigieuses alliances de sa famille. Pour Catherine Le Pelletier de la Houssaye, il s’agissait d’un mariage hypogamique. Issue d’une famille dont la parentèle était l’atout, elle épousa un homme moins bien pourvu qu’elle dans ce domaine. Toutefois, la fortune d’Amelot à son mariage (370 000 livres tournois) était conséquente et le classait parmi les familles les plus fortunées du Parlement de Paris.

97Présenter la parenté d’Amelot et les lignages qui devinrent ses parents par son mariage permet de souligner la profonde intégration de sa famille au sein du monde parlementaire parisien. Cet arrière-plan social était de première importance à une époque où ne pas pouvoir se réclamer d’une famille condamnait aux marges de la société voire à l’exclusion.

Notes

1 Bluche, Solnon, 1983, p. 49.

2 Frostin, 2006, p. 109.

3 Lorsqu’il fallut choisir un successeur au cardinal Janson, on hésita entre les ducs de Saint-Simon et d’Antin. Le premier fut écarté car soutenu par les Jésuites, le second parce que la rumeur en faisait un janséniste, à la surprise de Saint-Simon lui-même. Dans ses Mémoires, le duc donnait souvent l’accusation de jansénisme comme explication d’une disgrâce ou de la mise à l’écart de quelqu’un. Voir à ce sujet : Saint-Simon, Mémoires, t. XIII, pp. 246-251 et 273 ; lettre de Mme de Maintenon au duc de Noailles, 22 février 1706, dans Geffroy, Madame de Maintenon d’après sa correspondance, t. II, p. 76 ; lettre de Mme de Maintenon à la princesse des Ursins, Saint-Cyr, 17 octobre 1706, dans Maintenon, Lettres à d’Aubigné et à Mme des Ursins, p. 127.

4 Delacroix, 2010, s. v. « Histoire sociale », t. I, p. 429.

5 Ruggiu, 2007, pp. 25 sqq.

6 BnF, Dossiers bleus, no 16.

7 BnF, Pièces originales, no 52, fo 277. Il s’agit de Jean Amelot qui était par ailleurs conseiller lai et président des enquêtes au Parlement de Paris. Voir AN, X1A 8641 (1594-1595), déclaration du 22 avril 1594 confirmant ou réintégrant en leurs états et offices les gens du Parlement de Paris et des requêtes de l’Hôtel du Roi (fo 126).

8 BnF, Pièces originales, no 52, fo 277vo.

9 Etchechoury, 1991, p. 199.

10 BnF, Dossiers bleus, no 22.067, fo 92. Voir également, AN, MCN, LXX, no 56, inventaire après décès de Jean Vialart, 10 février 1550.

11 Balteau, Barroux, Prevost, 1933-1994, t. II, p. 596.

12 Bluche, 2004, p. 89.

13 Etchechoury, 1991, p. 200.

14 BnF, Pièces originales, no 52, fo 279. Il fut ensuite président aux enquêtes du Parlement de Paris. Il avait épousé Marie Girard, dont le frère, Henry, siégeait à la chambre des comptes.

15 Barbiche, 2001, p. 121.

16 Ibid., p. 123.

17 Ribera, 2007, p. 49.

18 Jean Amelot († 1600), seigneur de Carnetin, était le fils de Jacques Amelot et Jeanne Vialart. Avocat au barreau de Paris, il devint le défenseur de la ville de Paris devant le Parlement. Nommé maître des requêtes en 1573, il fut reçu au Parlement et au Grand Conseil avant de devenir président aux enquêtes en 1580. Il fut victime de la Ligue en 1589. Arrêté puis emprisonné à la Bastille, il fut exilé à la sollicitation du conseil des Seize. Félibien, Histoire de la ville de Paris, pp. 1181 et 1201, pièces justificatives, t. II, pp. 39, 387, 455 ; Maugis, 1913-1916, t. II, pp. 143, 183, 392, t. III, p. 299 ; Blanchard, Catalogue de tous les conseillers, pp. 111, 123 ; Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. IX, pp. 394, 428, t. XI, pp. 77, 300, 542, 543 ; L’Estoile, Mémoires-Journaux, t. I, pp. 128-129, t. III, pp. 257-258, t. V, p. 80. Voir Balteau, Barroux, Prevost, 1933-1994, t. II, p. 600.

19 El Annabi, 1989, pp. 93 et 106.

20 Pour l’ensemble de ces données généalogiques, outre les manuscrits de la Bibliothèque nationale de France déjà cités, voir les tableaux généalogiques dans Frostin, 2006, p. 577.

21 Ibid., p. 74.

22 Ibid., p. 573.

23 Même si son nom est orthographié « Lionne » dans les documents de la Bibliothèque nationale et par le duc de Saint-Simon dans ses Mémoires, je choisis d’adopter l’orthographe utilisée par Charles Frostin et François Bluche.

24 BnF, Pièces originales, no 52, dossier Amelot, fo 33 ; Bluche, 2004, p. 61.

25 Barbiche, 2001, p. 164.

26 Saint-Simon, Mémoires, t. V, p. 253.

27 Catherine de Lyonne avait été mariée en premières noces à Pomponne-François Le Conte, marquis de Nonant, lieutenant général au gouvernement de Normandie. Vérel, 1903, p. 169-184.

28 Duplessis, Œuvres, t. I, p. 893.

29 Louis-Jean-Charles de Talleyrand-Périgord était né vers 1680. D’abord comte de Chalais, il servit dans la marine royale de 1692 à 1702, date à laquelle il rejoignit sa tante, Mme des Ursins, en Espagne. Elle lui obtint le grade d’exempt dans les gardes wallonnes. Il obtint la grandesse en 1714 et suivit la princesse des Ursins en exil. En 1722, il épousa finalement la veuve du fils de Chamillart et mourut en 1757. Pour sa biographie voir Saint-Simon, Mémoires, t. IX, p. 199.

30 Ibid., t. XVIII, pp. 100-101.

31 Lettre de la princesse des Ursins à Mme de Maintenon, 21 octobre 1709, dans Maintenon, Ursins, Lettres inédites, t. IV, p. 356.

32 Febvre, 1988, pp. 327-328 ; Chartier, 2009, pp. 36-41.

33 Jouanna, 1989.

34 Barbiche, 2001, pp. 107-108.

35 Jouhaud, 1985 ; Carrier, 1989-1991 ; Id., 2004.

36 Il fut publié sous le titre Harangue faicte au Roy et à la Reyne par M. Talon, advocat général, à l’entrée du Parlement après la S. Martin, l’an 1648 (Lyon, Justet, 1648). Grand-Mesnil, 1967, p. 64.

37 Carrier, 1989-1991, t. I, p. 157.

38 Ibid., t. I, p. 160.

39 Ibid., t. I, p. 99-101.

40 Carrier, 2004, p. 77.

41 Barbiche, 2001, p. 107.

42 Bluche, 1960, p. 243 ; Acerra, 1982.

43 Exemples cités dans Gazzaniga, 2000, p. 262.

44 C’est le secrétaire d’État Torcy qui créa en 1712 la première académie chargée de former les futurs diplomates. L’expérience ne dura pas et l’institution ferma en 1720. François de Callières pensait que les diplomates ne disposaient pas d’une formation suffisante, à l’inverse des autres officiers. Il écrivait ainsi : « Les bons négociateurs sont plus rares chez nous que les bons officiers, parce qu’on n’y a point encore établi de discipline et de règles certaines pour instruire de bons sujets dans les connaissances nécessaires dans ces sortes d’emplois » (cité dans Picavet, 1930, p. 78). Voir également Callières, L’art de négocier, pp. 181-182.

45 Jolivet, 1902, p. 55.

46 Lettre de La Teulière à Villacerf, 9 mai 1694, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, t. II, p. 15.

47 Callières, Letters (1694-1700), pp. 151, 177, 223 et 276 ; Puttfarken, 1985.

48 Gaucheron, 1913.

49 Bluche, 1960, p. 246.

50 Antoine, 1978, p. 6.

51 Sur ce sujet, voir Ceyssens, 1992. Les archives du ministère des Affaires étrangères contiennent la correspondance d’Amelot avec Torcy : voir AMAE, Cor. pol., Rome, t. 555. On trouve également des lettres aux Archives nationales : AN, série MM, no 1201, Correspondance de M. Amelot, envoyé de France à Rome au sujet de la bulle Unigenitus.

52 Lettre de Poërson à d’Antin, 29 janvier 1715, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, t. IV, p. 361.

53 Livio Odescalchi, duc de Bracciano et neveu du pape Innocent XI, possédait une magnifique collection de peintures, très réputée, dont certaines pièces provenaient des collections de la reine Christine de Suède. Voir Ancel, 1905, p. 223.

54 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 555, fo 95, journal de l’abbé de Targny qui suivit Amelot pendant son voyage à Rome. Targny était docteur en théologie de la faculté de Paris, abbé commendataire de l’abbaye de Saint-Lô et l’un des gardes de la bibliothèque du roi. Cité dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, t. IV, p. 367.

55 AMAE, Cor. pol., Rome, t. 555, fo 47, cité dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, t. IV, p. 360.

56 Lettres de Poërson à d’Antin, 12 et 19 février 1715, 23 avril 1715, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, t. IV, pp. 368, 370 et 392.

57 Lettre de Poërson à d’Antin, 26 mars 1715, dans Correspondance des directeurs de l’Académie à Rome, t. IV, p. 380.

58 Bluche, 1960, p. 55.

59 Ibid., p. 59.

60 Gazzaniga, 2000, p. 262.

61 Ibid., p. 265. En 1679, la réforme de l’enseignement instaura l’apprentissage du droit français contenu dans les ordonnances et les coutumes. Voir Brockliss, 1987, pp. 278-279.

62 Rioux, Sirinelli (dir.), 2005, t. II, p. 361.

63 Marceteau-Paul, 2008, pp. 554-555.

64 Jolly (dir.), 2008.

65 Chartier, Martin (dir.), 1984, t. II, p. 175.

66 Ibid., p. 186.

67 Ibid., p. 403.

68 AN, MCN, LXVII/ 389, inventaire après décès de Michel-Jean Amelot de Gournay, 26 juin 1724.

69 Roche, 1969, p. 48.

70 Chartier, Martin (dir.), 1984, t. II, p. 403.

71 Martin, 1999, t. II, p. 927.

72 Pour mener à bien l’identification des différents ouvrages, le catalogue d’Alexandre Cioranescu reste irremplaçable ; Cioranescu, 1966.

73 Martin, 1999, t. II, pp. 776-786.

74 Les lettres de saint Augustin, traduites en françois, par Philippe Goibaud Du Bois, Paris, 1684, 2 vol.

75 Martin, 1999, t. II, p. 830.

76 Chartier, Martin (dir.), 1984, t. II, p. 175.

77 Martin, 1999, t. II, p. 812.

78 François Du Chesne, Histoire des chanceliers et gardes des sceaux de France, distingués par les règnes de nos monarques, Paris, chez l’auteur, 1680, in-fol. Du Chesne (1616-1693) était avocat au Parlement et historiographe du roi.

79 Les mémoires de messire Michel de Castelnau […] auxquels sont traitées les choses plus remarquables qu’il a vues et négociées en France, Angleterre et Écosse, sous les rois François II et Charles IX, tant en temps de paix qu’en temps de guerre, publiés par Jacques de Castelnau, Paris, S. Chappelet, 1621, in-4o.

80 Guillaume Ribier, Lettres et mémoires d’Estat des roys, princes, ambassadeurs et autres ministres sous les règnes de François Ier, Henry II et François II, contenant les intelligences de ces roys avec les princes de l’Europe contre les menées de Charles Quint […] les intrigues de quatre conclaves et le pouvoir qu’y avoient nos roys, avec diverses pratiques sur Naples, Gennes et Sienne ; les causes de la guerre de Parme et autres particularitez inconnues dans nos histoires, ouvrage composé de pièces originales […] rangées selon l’ordre des temps […], Paris, F. Clousier, 1666, 2 vol., in-fol.

81 Jacques-Auguste de Thou, Histoire de monsieur de Thou, des choses arrivées de son temps, mise en français par P. Du Ryer, Paris, A. Courbé, 1659, 3 vol.

82 Trois histoires étaient alors en vogue : celle de Louis Cousin, Histoire de Constantinople depuis le règne de l’Ancien Justin jusqu’à la fin de l’Empire, Paris, chez D. Foucault, 1672-1674, 8 vol., in-4o ; celle de Geoffroy de Villehardouin, Histoire de l’Empire de Constantinople sous les empereurs françois […] avec la suite de cette histoire, jusqu’en l’an MCCXL tirée de l’histoire de France […], Paris, Imprimerie royale, 1657 ; et enfin celle de Charles Du Fresne (seigneur Du Cange), Histoire de l’empire de Constantinople sous les empereurs françois, divisée en deux parties, dont la première contient l’histoire de la conquête de Constantinople par les François et les Vénitiens, écrite par G. de Ville-Hardouin, avec la suite de cette histoire jusques en l’an 1240, tirée de l’histoire des France manuscrite de Ph. Mouskes. La seconde contient une histoire générale de ce que les François et les Latins ont fait de plus mémorables dans l’empire de Constantinople, Paris, Imprimerie royale, 1657.

83 Martin, 1999, t. II, p. 853.

84 Il s’agit vraisemblablement de L’histoire des négociations de Nimègue publiée par Saint-Didier en 1680 à Paris et reprise ensuite par Alexandre-Toussaint de Limojon.

85 Abraham Wicquefort, L’ambassade de D. Garcia de Silva Figueroa en Perse, Paris, L. Billaine, 1667 ; Mémoires touchant les ambassadeurs et les ministres publics, Cologne, P. Du Marteau, 1676 ; L’ambassadeur et ses fonctions, La Haye, J. & D. Steucker, 1680.

86 Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce.

87 Burguière et alii (dir.), 1986, p. 7.

88 Ibid., p. 104.

89 Poumarède, 2003, s. v. « Mariage », p. 797 ; Burguière et alii (dir.), 1986, p. 105.

90 L’article 41 de l’ordonnance de Blois (1579) confirma la nécessité d’une majorité matrimoniale élevé (30 ans pour les garçons, 25 pour les filles) et rappela les peines encourues sien cas de mariage sans le consentement des parents. En 1639, Louis XIII renforça ces dispositions.

91 AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel Amelot et Catherine Le Peletier de la Houssaye, 3 juin 1679.

92 Cornette, 1998. L’avocat Omer Talon qui laissa des mémoires et une réputation de grand juriste était le frère de Jacques Talon dont il recueillit la charge d’avocat général au Parlement en 1631.

93 Frostin, 2006, p. 552.

94 Ibid., pp. 147-148.

95 Le mémorialiste du règne de Louis XIV fit un portrait flatteur d’Henri d’Aguesseau tout en relatant des rumeurs de jansénisme : « Lui [d’Aguesseau] et sa femme [Claire-Eugénie Le Picart de Périgny], aussi vertueuse que lui et de plus d’esprit encore […] étoient soupçonnés de jansénisme : avec cette tare, c’étoit merveilles comme ces vertus et ses talents l’avoient porté sans autre secours où il étoit arrivé ; mais c’eût été un vrai miracle, si elle l’eussent conduit plus loin » (Saint-Simon, Mémoires, VI, pp. 259-261).

96 Frostin, 2006, p. 95.

97 Antoine, 2003, p. 356. Voir Dangeau, Journal, t. VII, pp. 155-156.

98 D’après François Bluche, la famille Le Pelletier de la Houssaye s’agrégea à la noblesse par le biais des charges de judicature au xviie siècle. Voir Bluche, 1960, p. 91.

99 Le Mao, 2007, p. 289.

100 Ibid., pp. 290-291, 293-294.

101 Chatelain, 2008, p. 208 ; Nassiet, 2000.

102 Duby, Perrot (dir.), 1991, t. III, pp. 38-41.

103 Ferrière, La science parfaite des notaires, cité dans Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, 1998, p. 551.

104 Ibid., p. 552.

105 Pour l’exemple de Lyon, voir l’étude de Garden, 1965, p. 55, citée dans Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, 1998, p. 552. Pour le cas de Poitiers, on se reportera à Jahan, 1999, p. 18.

106 Les acquêts étaient constitués par les biens meubles acquis en communauté de biens. Chatelain, 2008, p. 397.

107 François Olivier-Martin, Histoire de la coutume de la prévôté et vicomté de Paris, Paris, Cujas, 1972, 2 vol., cité dans Chatelain, 2008, p. 153.

108 Kettering, 1989, p. 822.

109 Poumarède, 2003, s. v. « Mariage », p. 799 ; Chatelain, 2008, pp. 153 et 397.

110 Poumarède, 2003, s. v. « Mariage », p. 800.

111 « Outre lequel douaire et sans diminution d’iceluy ladite damoiselle futur épouze demeurant en […] aura son habitation dans l’une des demeures dudit Sr futur époux quel [sic] aura aujourd’huy… » (AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel-Jean Amelot et Catherine Le Peletier de la Houssaye, 3 juin 1679).

112 Dousset, 2009, pp. 477-491.

113 Chatelain, 2008, p. 159.

114 Ibid., p. 160.

115 Mousnier, 1976, p. 68.

116 AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel-Jean Amelot et Catherine Le Peletier de la Houssaye, 3 juin 1679.

117 François-Emmanuel de Bonne de Créquy (1645-1681), IVe duc de Lesdiguières, ou son père François de Bonne de Créquy-Blanchefort (1596-1677), IIIe duc de Lesdiguières.

118 Antoine de Gramont-Touloujon (1604-1678), comte puis duc de Gramont (1648). Maréchal de France en 1641 et élevé à la pairie en 1648.

119 Il s’agit peut-être du célèbre ministre d’Henri IV plus connu sous le nom de duc de Sully.

120 François VI duc de La Rochefoucauld (1613-1680), prince de Marcillac, duc et pair de France. Frondeur, il passa la seconde partie de son existence à l’écriture de ses Mémoires et à fréquenter des salons savants comme celui de Mme de La Fayette.

121 Jean Du Bouchet ou son fils François-Louis Du Bouchet (1645-1716), tous deux marquis de Sourches et grands prévôts.

122 Distingué de M. de Béthune par ce titre, il s’agit sans doute de son descendant.

123 Beauvalet-Boutouyrie, 2001, p. 245.

124 Chatelain, 2008, p. 399.

125 Beauvalet-Boutouyrie, 2001, p. 246.

126 AN, MCN, LXXV/195, contrat de mariage entre Michel-Jean Amelot et Catherine Le Peletier de la Houssaye, 3 juin 1679.

127 Vogler, 1979 ; Devos et alii, 1978 ; Beauvalet-Boutouyrie, Gourdon, Ruggiu (dir.), 2004.

128 Ferrière, La science parfaite des notaires.

129 Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, 1998, p. 550.

130 Ibid.

131 Ibid., p. 548.

132 Jahan, 2004, p. 187.

133 Ibid.

134 Ibid.

135 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 587.

136 Ibid., p. 592.

137 Jahan, 2004, p. 197.

138 Beauvalet, Gourdon, 1998, pp. 583-612. Cet article est fondé sur le dépouillement d’une recherche collective sur la société parisienne dirigée par Roland Mousnier dans les années 1960 et dont les analyses sur les réseaux et les relations entre les individus au sein des groupes sociaux ont renouvelé l’approche. Sur la méthodologie employée pour mener cette enquête, voir Beauvalet, Gourdon, Ruggiu, 1998, pp. 547-549.

139 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 584.

140 Jahan, 2004, p. 199.

141 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 585.

142 La célébration du mariage devait être solennelle (c’est-à-dire in facie Ecclesiae) en présence d’un prêtre et de deux ou trois témoins. Des ordonnances royales du 26 novembre 1639 puis du 7 avril 1736 imposèrent le nombre de quatre témoins.

143 AN, MCN, LI, no 365, 23 mars 1665, cité dans Beauvalet, Gourdon, 1998, pp. 592-593.

144 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 597.

145 Ibid., pp. 597-598.

146 Ibid., p. 600.

147 Ibid., p. 605.

148 Ibid., pp. 603-604.

149 Jahan, 2004, p. 188.

150 Beauvalet, Gourdon, 1998, p. 604.

151 Michel Le Tellier, né en 1603 à Paris fut successivement conseiller au Grand Conseil (1624), procureur du roi au Châtelet (1631), maître des requêtes (1639), secrétaire d’État de la guerre (1643) et chancelier en 1677. Voir Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. XVIII, p. 821.

152 Ibid. ; Tellier, 1987, p. 131.

153 Charles Amelot, né entre 1654 et 1671, est mort à Paris en 1694. Voir Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. I, p. 432.

154 Antoine de Nicolaï de Goussainville et d’Ivort fut conseiller au parlement de Bretagne avant de rejoindre celui de Paris en 1615. Premier président à la chambre des comptes, il mourut en 1656. Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. I, p. 433, t. XIV, p. 951.

155 Jacques Amelot de Mauregard, premier président de la Cour des aides, fit partie des premiers magistrats, avec Broussel, Charton, Viole et Loisel, à demander à Anne d’Autriche le renvoi du cardinal Mazarin en janvier 1649. Voir Retz, Mémoires, pp. 199-200.

156 Veuve du premier président au parlement du Dauphiné Louis Frère ; Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. I, p. 434.

157 Ibid.

158 Mort en 1674 ; Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. IV, p. 110.

159 Claude Le Peletier (1630-1711), conseiller au Parlement (1652), prévôt des marchands de Paris en 1668, devint conseiller d’État en 1673. Il fut appelé plus tard au contrôle général des finances à la mort de Colbert (1683). Il était apparenté à Michel Le Tellier.

160 Il s’agit sans doute de la sœur de Marie-Suzanne, l’épouse de Louis Ier de Pontchartrain (1613-1685). Catherine Talon épousa en 1640 Jean-Baptiste Le Picart de Périgny de qui elle eut Claire-Eugénie, qui épousa en 1663, Henri d’Aguesseau, maîtres des requêtes. Voir Frostin, 2006, p. 537.

161 Ibid., p. 543.

162 Il s’agit de Thierry Bignon, fils de Jérôme Ier Bignon, avocat général au Parlement de Paris, premier président du Grand Conseil. Il avait épousé Françoise Talon, fille d’Omer Talon. Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, t. III, p. 221.

163 Frostin, 2006, p. 93.

164 « Jean Phélypeaux, conseiller au Grand Conseil en 1682, marié en 1683 à Marie-Anne de Beauharnais (sa cousine), maître des requêtes en 1686, était le frère cadet et unique de [Louis] de Pontchartrain, qui en 1690, lui obtiendra le poste très convoité d’intendant de la généralité de Paris, puis en 1693, une place de conseiller d’État » (Frostin, 2006, p. 148). Voir aussi Chapman, 2004, p. 82.

165 Le grand-père de Catherine Le Pelletier avait épousé Catherine Vialart, fille d’un président au Parlement de Paris. Bayard, Félix, Hamon, 2000, p. 128.

166 Kerviler, 1872, p. 275-283, 300-302. Voir également Pérau, Vie de Jérôme Bignon.

167 Jérôme Bignon, De l’excellence des rois et du royaume de France. Traitant de la préséance, premier rang et prérogatives des rois de France par-dessus les autres, et des causes d’icelles, Paris, H. Drouart, 1610. En 1610, Jérôme Bignon avait présenté à Henri IV un ouvrage sur les prérogatives de la couronne de France. Il entendait ainsi critiquer l’argumentation de Diego Valdés, conseiller de la Chambre royale de Grenade, qui avait défendu la prééminence du roi d’Espagne. Il soutenait que les rois de France ont toujours eu cette préséance notamment lors des conciles de Latran sous Jules II et Léon X, puis lors de la conférence de Calais en 1511, où les ambassadeurs impériaux représentaient le roi d’Espagne. Il ajoutait que lorsque Philippe II voulut contester cet avantage, la République de Venise le condamna par un arrêt du Sénat et par le concile de Trente en 1563. Voir Pérau, Vie de Jérôme Bignon, pp. 55-58.

168 L’auteur s’appelle Diego Valdés, mais on le retrouve dans les catalogues sous la forme latine un peu différente de Jacobo Valdesio. Il est parfois même confondu avec Juan de Valdés (vers 1509-1542). L’ouvrage s’intitule De dignitate regum regnorumque Hispaniae & honoratiori loco eis, seu corum legatis a conciliis ac romana sede iure debito (Grenade, F. Diaz a Montoya, 1602). C’est une dissertation en latin composée en 22 chapitres dans laquelle l’auteur justifie la prééminence des rois d’Espagne, et plus particulièrement ceux de Castille, par les services qu’ils ont rendus à l’Église. Point que contesta Jérôme Bignon.

169 Frostin, 2006, p. 119.

170 René de Maupeou († 1694) était président au Parlement et le mari de Marie Doujat († 1698). Voir Ibid., p. 528.

171 Daniel Voysin, conseiller d’État ordinaire ; mort en 1693. Il était l’oncle de Daniel-François Voysin, secrétaire d’État et chancelier. Il avait épousé Marie Talon, l’une des filles d’Omer Talon († 1652) et cousine germaine de Marie-Suzanne Talon, la femme du chancelier de Pontchartrain. Voir Bluche, 1986, pp. 466, 1031 et Frostin, 2006, p. 537.

172 Claude Le Peletier (1630-1711) était issu d’une famille de robe. Conseiller au Parlement (1652), prévôt des marchands de Paris en 1668, il devint conseiller d’État en 1673. Il fut appelé plus tard au contrôle général des finances à la mort de Colbert (1683). Il était apparenté à Michel Le Tellier, à qui il devait une partie de sa carrière. Pour sa biographie, voir Bayard, Félix, Hamon, 2000, pp. 95-98.

173 Il est orthographié ainsi dans l’acte mais il peut aussi apparaître sous la forme Lebret.

174 Marchand, 1889, pp. 1-4.

175 Burguière et alii (dir.), 1986, p. 86.

176 Frostin, 2006, pp. 119-120 et le tableau 19, p. 539.

Table des illustrations

Titre Graph. 1. — Composition de la fortune de Nicolas Le Pelletier
Crédits Sources : Chiffres contenus dans le partage de la succession de Nicolas Le Pelletier de la Houssaye en 1680 (AN, MCN, LXXV/202).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/5186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search