Version classiqueVersion mobile

Ambassadeur de deux couronnes

 | 
Guillaume Hanotin

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens tout d’abord à remercier Lucien Bély qui a dirigé cette recherche et n’a cessé de m’encourager — avec empressement — à la publier. Il m’a accordé toute l’attention nécessaire et n’a jamais été avare de conseils. Le Centre Roland Mousnier de l’université Paris-Sorbonne et ses directeurs, Jean-Pierre Poussou et Denis Crouzet, m’ont accordé leur confiance et la possibilité de travailler dans un cadre très enviable lorsque j’étais allocataire-moniteur puis ATER.

2Durant deux années, l’École des hautes études hispaniques et ibériques de la Casa de Velázquez m’a accueilli. Ses directeurs successifs, Gérard Chastagnaret puis Jean-Pierre Etienvre, m’ont accueilli comme boursier puis comme membre (2008-2010). Ce séjour m’a été très profitable et je suis redevable à cette institution de m’avoir épaulé durant cette recherche. Elle m’a ouvert les portes de nombreux centres d’archives, de séminaires et du Consejo Superior de Investigaciones Científicas de la calle Albasanz à Madrid. L’actuel directeur, Michel Bertrand, a permis cette publication, qu’il en soit chaleureusement remercié comme l’ensemble du service de publication. Lors de ce séjour en Espagne, j’ai eu le plaisir de me rendre à plusieurs reprises à Cordoue, où José Manuel de Bernardo Ares m’a chaleureusement reçu. Je n’oublie pas les échanges fructueux que j’ai pu avoir avec lui et ses doctorants. J’ai assisté à plusieurs séminaires et rencontré lors de colloques et de journées d’études des professeurs qui ont — sans l’avoir voulu — contribué à donner forme à ce livre par les interrogations qu’ils ont suscitées : Antonio Álvarez-Ossorio, Francisco Andújar Castillo, Concepción de Castro, Jean-Pierre Dedieu, José Bernardo García García, Didier Ozanam, Carmen Sanz Ayán.

3Dans les archives et les bibliothèques espagnoles, j’ai pu compter sur les indications et l’assistance de nombreux chercheurs ou archivistes : Concepción de Castro, Manuel González Fuertes, qui m’a livré de nombreux secrets pour affronter la série Estado des Archives nationales de Madrid, Miguel Gómez Vozmediano de la Sección Nobleza à Tolède, ou encore Juan Larios de la Rosa qui m’a reçu à la Casa de Pilatos à Séville et m’a permis de consulter les archives de la famille Medinaceli. Les bibliothécaires de la Casa de Velázquez, Charo Moreno et Axelle Gagnard, ont également été d’une grande indulgence avec mes nombreuses demandes.

4Je tiens également à remercier Anne Dubet, professeur à l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Elle m’a toujours fait part de ses nombreux travaux (articles, ouvrages, actes de colloques) ou des références qui pouvaient m’être utiles. Je reste touché par cette générosité. Ses critiques et ses suggestions s’ajoutent à celles des membres du jury de thèse qui m’ont été très utiles. Je ne saurais oublier : Bernard Hours, Alain Hugon, Maria Victoria López-Cordón et Géraud Poumarède.

5À Madrid, j’ai également bénéficié de l’aide précieuse d’un camarade doctorant de l’Universidad Complutense : Antonio López Anguita. Je le remercie chaleureusement d’avoir vérifié, à plusieurs reprises, des citations dont je n’étais pas sûr. La sociabilité propre à la Biblioteca Nacional de España ou à l’Archivo Histórico Nacional a contribué à enchanter mes périodes de dépouillements d’archives.

6Je suis également très reconnaissant envers mes amis et compagnons à la Bibliothèque nationale de France ou aux Archives du ministère des Affaires étrangères. Plusieurs d’entre eux ont patiemment relu ma thèse, je leur sais gré de leurs critiques et leurs conseils avisés : Daniel Aznar, Anna Blum, Marion Brétéché, Vanessa Lebrun, Niels Fabian May et Matthieu Osmont. Parmi mes camarades de la Casa de Velázquez, je tiens à mentionner plus particulièrement Étienne Bourdeu et Roland Béhar. Nos discussions furent souvent stimulantes. Les doctorants du Centre Roland Mousnier sont trop nombreux pour être cités. C’est pourtant avec eux et les membres de la Casa de Velázquez que cet ouvrage a été en partie élaboré. Trop souvent, les plaintes concernant l’enseignement supérieur supplantent toutes les satisfactions intellectuelles et amicales qu’il peut procurer. Pour ma part, la République des Lettres est demeurée bien vivante.

7Je remercie également Isabelle Robin-Romero qui a guidé mes premiers pas comme allocataire-moniteur, après avoir été mon enseignante il y a quelques années, et m’a apporté une aide précieuse en relisant plusieurs chapitres de ce livre. J’ai depuis rejoint l’université Bordeaux-Montaigne dont l’enseignement a répondu à nombre de mes attentes professionnelles et personnelles.

8Je tiens à saluer tous les amis et membres de ma famille qui m’ont encouragé. Ils sont trop nombreux pour être cités mais ils se reconnaîtront. Enfin, je remercie mon épouse, Cécile, qui m’a soutenu et partagé avec moi les joies de l’expatriation en Espagne avant de rentrer en France. Nous avons connu ensemble le sentiment d’être européen et nous l’avons apprécié. Entre la soutenance de ma thèse et sa publication, Thibault et Ariane sont venus nous rejoindre. C’est à eux que je pense en achevant ces lignes.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search