Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

Conclusion

La lettre du haut Moyen Âge et ses multiples fonctions

Résumé et perspectives

Klaus Herbers

Texte intégral

  • 1 Reproduction sur la première page de couverture.
  • 2 Hack, 2012, pp. 56-59.
  • 3 Grégoire Ier, Registrum epistularum, p. 257.

1Un tableau du pape Grégoire le Grand remettant à Léandre de Séville un exemplaire de ses Moralia in Iob est représenté au recto du folio 5 du manuscrit 168 de la bibliothèque municipale de Dijon1. On y reconnaît le début de sa lettre dédicatoire, Dudum te frater, à la fin de laquelle le pape Grégoire aborde un aspect de sa vie personnelle, récemment étudié par Achim Hack : il y raconte l’histoire de ses maladies et souligne que les sermons que Léandre trouvera dans ce livre ont été rédigés par quelqu’un de souffrant. Maux d’estomac, fièvre persistante et autres désagréments l’auraient accompagné toute sa vie2. En ce sens, Grégoire est devenu un nouveau Job3.

2La lettre constitue ainsi un bon exemple de la manière dont naît la communication entre l’auteur, le destinataire et le contenu. Une lettre de dédicace, comme celle que nous venons de citer, permet à son auteur d’entrer en contact avec ses lecteurs. Comme nombre de contributions de ce recueil le soulignent, l’epistola reste un moyen de liaison entre deux ou plusieurs personnes. Le titre de notre ouvrage met clairement en lumière le fait que nous ne devons plus parler seulement d’épître ou d’epistola, mais bien de genres épistolaires — à l’instar des lettres dédicatoires ou des lettres-préfaces, dont de nombreuses variantes ont été présentées par Salvador Iranzo et Ruth Miguel Franco. L’acte d’écriture et les évolutions des lettres écrites ont été abordés dans ce volume, tout comme la pluralité des genres qui se confondent et se refusent à une délimitation stricte. Ont été discutés les nombreux modes et formes d’expression écrite et les multiples approches permettant d’entrer en contact par voie épistolaire. Cette diversité est due aux spécificités de l’Histoire et à son évolution. Ainsi, les grands thèmes du présent ouvrage avaient pour objectif de répondre à cette question : quel rôle joue l’individualité dans la lettre et ses déclinaisons  ? Il faut en outre tenir compte de la tradition. Ainsi, la lettre a eu recours à plusieurs procédés, non seulement ceux développés durant l’Antiquité, mais aussi ceux de la littérature classique, bien évidemment en les modifiant et en les adaptant. L’invective, la satire et d’autres formes sont surtout étudiées dans les articles de la deuxième partie. Je pense notamment à la citation, à la polémique, aux questions rhétoriques et aux figures de style.

3Mais où et comment débute une lettre, et où finit-elle  ? En cela, le contexte est important. « La lettre est la forme socialement organisée de la parole, régie par des conventions énonciatives, stylistiques, littéraires. » C’est par cette phrase que Florence Close et Christiane Veyrard-Cosme commencent leur article. Thomas Deswarte, en revanche, en citant Érasme, l’a comparée à un poulpe, faisant référence à sa « ductilité ». La forme épistolaire semble en effet omniprésente et se manifeste sous de nombreux aspects : Vincent Debiais l’a d’ailleurs désignée comme une « enveloppe », qui peut englober non seulement de la poésie et de l’épigraphie, mais aussi des traités et des pièces juridiques. La lettre ainsi considérée renvoie à une approche qui n’a absolument rien à voir avec nos courriels et leurs pièces jointes. De plus, il ne faut pas perdre de vue la situation pragmatique. Pour une définition pertinente, il peut être utile de distinguer la lettre des autres genres qui lui sont associés, comme la décrétale, le Rescriptum ou le Constitutum. Il importe de différencier les formes spécifiques telles que les lettres d’exhortation ou d’admonition, la lettre de menace, la lettre d’amour, la lettre-poème, le carmen, l’éloge, la lettre de recommandation, l’invitation, la lettre polémique et même le sermon, le traité et le miroir des princes, pour ne citer que quelques exemples abordés dans ce volume. Cette grande diversité est surtout débattue dans la troisième partie.

  • 4 Christine Radtki n’a malheureusement pas pu contribuer à ce volume.

4Dans cette conclusion-ouverture à un ouvrage très riche et structuré autour de deux axes, l’écriture et le genre, je voudrais plutôt me concentrer sur quelques points communs à diverses contributions, parmi un matériau très vaste qui s’étend de l’Antiquité tardive au xiie siècle. Certains auteurs de lettres ont été étudiés plus en détail sous des perspectives différentes, comme Cassiodore analysé sous l’angle panégyrique et poétique par Ida Gilda Mastrorosa et Christine Radtki4, ou encore Venance Fortunat par Lionel Mary et Franca Ela Consolino. Cette grande diversité d’approches répond aussi à la grande variété du ou des genres épistolaires, de sorte qu’il semble difficile de déterminer les frontières de l’epistola. Les lettres dédicatoires ressemblent aux lettres-préfaces, comme le montrent les articles de Salvador Iranzo et Ruth Miguel Franco. Nous avons parlé de la lettre-sermon et de la lettre-poème, mais aussi de concepts latins comme formulae, epistola, rescriptum, praeceptum, decretum et epistola decretalis, de traités sous forme de lettres tel le manuel de Dhuoda, qu’Ursula Vones-Liebenstein présente comme un corpus de textes. La grande diversité des formes et des termes techniques n’en facilite pas vraiment l’accès. Comment comparer  ? Par exemple, comment chercher des indices sur la pratique épistolaire dans des sources historiographiques  ? Cette diversité ne concerne pas seulement la comparaison et les questions de délimitation, mais aussi l’interprétation. Des traités interprétés comme des lettres ouvrent de ce point de vue de nouvelles perspectives de compréhension, entre autres parce que l’aspect pragmatique — « der Sitz im Leben » — s’en déduit mieux ainsi. C’est ce que montrent les explications de Philippe Blaudeau sur le Constitutum de Virgile ou l’article de Pierre Descotes sur les traités de Saint Augustin. Ces conclusions valent aussi pour les genres apparentés. Si l’on songe aux épithètes de l’ère carolingienne, on peut très facilement en rapprocher ou différencier l’usage dans les documents et les lettres tel que Shigeti Kikuchi l’explique dans son étude.

  • 5 Deswarte, Herbers, Scherer, 2017.
  • 6 Böhmer, Herbers, 2012, n° 822, avec toutes les éditions et la littérature la plus importante. Voir (...)

5Le contexte de la communication et de la transmission, autrement dit les actes performatifs, annoncent déjà d’une certaine manière nos travaux sur la « transmission et tradition épistolaires5 ». D’après Shigeto Kikuchi, les différentes formes d’adresse et d’autocaractérisation et l’épithète reflètent une évolution politique. En tout cas, la communication se renforce par une lecture viva voce, comme l’attestent les lettres de Loup de Ferrières dont Michael Allen prépare une nouvelle édition. Pourtant, dans sa contribution Enimie Rouquette a pu constater un déséquilibre entre l’émetteur et le destinataire. Doit-on par conséquent parler de communication équilibrée ou déséquilibrée  ? Mais sous quelle forme apparaît le dialogue entre les amants, auquel Egbert Türk se consacre  ? Quelles conditions et quels contextes doivent être pris en considération  ? Ces questions restent à approfondir. Le dialogue est peut-être encore plus explicite si nous analysons les lettres désignées par rescripta ou responsa, comme la célèbre lettre de trente pages du pape Nicolas Ier adressée aux Bulgares en 866, qui joue pour ainsi dire avec les mots consulta et responsa6.

6Si nous considérons la lettre comme un dialogue entre absents, pour reprendre une expression utilisée par Shigeto Kikuchi, ou comme un substitut de la personne, alors les particularités de la communication vont plus loin. Vincent Debiais souligne l’idée du substitut en citant Sidoine Apollinaire, pour qui l’épitaphe devient le substitut de l’acte funéraire. Micol Long nous présente quelques exemples instructifs du xie siècle, issus du corpus de sources de Pierre Damien et Bauduin de Bourgueil, qui montrent comment les personnes sont remplacées par la lettre. À cela s’ajoute la substitution de la conversation orale telle que Fanny Oudin l’explicite. Lionel Mary a mis en avant, à travers l’analyse des lettres de Venance Fortunat à Grégoire de Tours, dans quelle mesure ces procédés représentaient une véritable prise de contact. Mais cela va encore plus loin : si nous nous tournons vers le xiie siècle, l’histoire de la lettre peut même devenir une histoire du corps et de la corporéité. La lettre, comme le livre peut-être, ne constitue pas seulement le substitut de la personne, mais son incarnatio même au sens strict de l’Évangile — ce que Christiane Veyrard-Cosme développe en soulignant que la lettre pouvait peut-être « donner chair » à une ou plusieurs idées.

  • 7 Pour les recueils de lettres du xie siècle, voir Erdmann, 1952 ainsi que les remarques controversée (...)

7La « vie » de la lettre après sa rédaction ne semble pas seulement intéressante, mais aussi variée. Ce que signifiaient la transformation en décrétale ou l’inclusion dans les collections canoniques ou recueils de lettres (changements de genre compris), a été explicité par Cornelia Scherer et Philippe Blaudeau. Les réflexions se compliquent quand on prend en considération la perméabilité et le fait qu’on puisse considérer la lettre comme un traité et inversement, comme dans les œuvres de Saint Augustin. Ces considérations montrent en même temps l’évolution du genre épistolaire. Il suffit ici d’attirer l’attention sur l’article de Ruth Miguel Franco sur l’évolution manuscrite de la lettre En tibi dans les Étymologies d’Isidore de Séville qui indique plusieurs variantes. Il est généralement courant que les lettres s’éloignent de leur contexte original comme c’est le cas pour le En tibi. Mais le chemin inverse peut être suivi : parfois, certaines lettres sont rassemblées et intégrées dans un dossier thématique. Ainsi, comment évolue le genre  ? Si l’on a cru discerner une évolution continue de Sidoine à Alcuin dans leur manière de manier les tournures poétiques, on doit aussi confronter l’individualité de chaque auteur à de tels axes de développement. Cela est très net chez Théodulf d’Orléans comme l’explique Enimie Rouquette. À l’avenir, faut-il classer les lettres chronologiquement, en groupes ou individuellement  ? La vie de la lettre après sa rédaction renvoie en tout cas à plusieurs aspects, y compris didactiques. Elena Marey a expliqué cet aspect chez Braulion de Saragosse, auquel on pourrait ajouter le Codex Carolinus, le manuel de Dhuoda étudié par Ursula Vones-Liebenstein, les recueils de lettres, les Stilübungen (exercices de style) du xie siècle étudiés à plusieurs reprises dans les années 1930, ou les artes dictaminis dont Fanny Oudin souligne l’importance pour la composition d’une lettre7.

8Les fonctions de la lettre s’avèrent nombreuses. La lettre ne se réduisait pas au seul domaine de l’érudition ou de la prise de contact, mais offrait aussi la possibilité d’expérimenter, comme Franca Ela Consolino le souligne. « Lettre envoyée ou texte littéraire », interroge Ruth Miguel Franco en analysant la lettre En tibi ? Les zones frontalières entre les genres incitaient à ces essais et à des incursions fréquentes dans la politique, comme en témoignent Braulion, Cassiodore et Loup de Ferrières. Ludwig Vones souligne ces aspects politiques en plaçant sa lettre-sermon dans un vaste ensemble de sources et de mesures politiques, et montre qu’Oliba de Ripoll cherchait à tout prix à établir un « État monastique » (Klosterstaat). Quant au miroir des princes de Dhuoda, qu’analyse Ursula Vones-Liebenstein, il est à la fois privé et politique. Même les lettres proches de la poésie comme celles de Théodulf se font politiques par leur caractère ironique, polémique et satirique. Les rois, les hommes d’Église et les synodes peuvent mettre en relief ces aspects, pas seulement Cassiodore dans ses lettres panégyriques étudiées par Christine Radtki.

  • 8 Böhmer, Herbers, 2012, p. xii.
  • 9 Corpus scriptorum muzarabicorum, pp. 497-503.

9Un dernier point concerne les conditions d’écriture de la lettre et l’application des procédés épistolaires. Plusieurs contributions se penchent sur la formation des auteurs, comme Elena Marey pour Braulion. La technique littéraire ou la citation, qu’elle a aussi abordée, renvoyaient parfois indirectement aux manuels, florilèges et anthologies qui étaient à la disposition de ces auteurs. Tous ces outils s’opposent en partie à la spontanéité étudiée par Michaël Cousin dans les lettres d’Alvare. Vincent Debiais cite Sidoine Apollinaire avec son officia litteratorum. Je voudrais compléter mon propos par un autre exemple, celui d’Anastase le Bibliothécaire, auteur de nombreuses lettres papales au ixe siècle et qui avait accès à la bibliothèque et aux archives8. Pouvons-nous en déduire que les bibliothécaires étaient les auteurs parfaits pour ce genre  ? Souvenons-nous d’un autre exemple en la personne de Loup de Ferrières, qui disposait d’une importante bibliothèque, et aspirait à acquérir et à prêter des livres — un désir qu’il partageait avec beaucoup d’autres comme Alvare de Cordoue au ixe siècle9. Par conséquent, l’analyse des outils et des conditions de travail des auteurs nous permet de connaître leur formation et l’arrière-plan culturel d’une époque : les citations, les stratégies littéraires et les modèles, comme celui de Jérôme pour Alvare de Cordoue, nous entraînent vers de nouveaux champs de recherche.

  • 10 Concile de Tribur, dans Die Konzilien der karolingischen Teilreiche 875-911, t. V, pp. 358 sqq.

10Il conviendrait ainsi de mieux comprendre le passage de l’Antiquité tardive aux royaumes barbares, en particulier les similitudes et les différences entre l’épistolaire de Cassiodore et celui d’Isidore, leur maîtrise respective des procédés littéraires dans des contextes politiques très différents. De même, afin de mieux saisir l’extraordinaire ductilité de la lettre, qui peut transmettre des canons de concile, des traités, des préfaces ou des sermons — pour citer seulement quelques exemples issus des études de ce volume —, nous devons dorénavant explorer tous les matériaux en tenant compte des différents contextes dans lesquels la lettre a joué un rôle. Il faudrait aussi étudier l’évolution et la conception des lettres dans l’historiographie et les œuvres littéraires, qui permettent de saisir le contexte et les aspects performatifs de la lettre au haut Moyen Âge. Enfin, s’il a beaucoup été question dans ce volume de procédés littéraires, de genres épistolaires, de style — y compris dans la contribution de Fanny Oudin de la langue vernaculaire aux xiie et xiiie siècles, c’est-à-dire de la dictée et la lecture d’une lettre —, ce volume ne traite guère des faux, bien que le problème ait été abordé par Florence Close et Christiane Veyrard-Cosme à propos de l’adoptianisme. Or, la falsification était à tout moment implicitement présente. Dans le plus récent volume des Concilia carolingiens, on trouve le dossier du concile de Tribur de 895. Ainsi, on lit dans la version Vulgata (c. 30) et également dans la version Diessensis-Colonensis (c. 29) qu’il y avait bien souvent des lettres falsifiées : De eo, si quis ab apostolico falsam detulerit epistolam (« De celui qui apporte une fausse lettre du successeur de l’apôtre »). Le canon décerne aux évêques le droit d’emprisonner le faussaire. La décision définitive incomberait au pontife romain qui seul jugerait selon la lex Romana, qui serait ( ?) la lex Romana Visigothorum10. Ce canon pourrait prouver l’autorité des lettres — dans ce cas des lettres papales — qui jouissaient d’une telle importance qu’on trouvait même parmi elles des falsifications !

11Dans la perspective de travaux futurs, je voudrais terminer ma conclusion en combinant lettre d’adieu, lettre de remerciement et lettre d’invitation : « Avec cette lettre, je voudrais remercier tous les contributeurs de ce volume. Soyez sûrs que la récompense céleste et éternelle sera immense ! Mais, chers amis, les larmes se joignent à ma gratitude et à ma joie, parce que nous avons quitté les rivages du Clain, sans oublier saint Hilaire, sainte Radegonde, Guillaume d’Aquitaine ou les pèlerins de Saint-Jacques qui traversaient Poitiers avec leurs lettres de recommandation. Tristis est anima mea, pour parler selon l’évangéliste. La consolation viendra de la poursuite de la recherche qui donnera, comme prévu, un autre livre sur la tradition et la transmission épistolaires. Benevalete ! »

Notes

1 Reproduction sur la première page de couverture.

2 Hack, 2012, pp. 56-59.

3 Grégoire Ier, Registrum epistularum, p. 257.

4 Christine Radtki n’a malheureusement pas pu contribuer à ce volume.

5 Deswarte, Herbers, Scherer, 2017.

6 Böhmer, Herbers, 2012, n° 822, avec toutes les éditions et la littérature la plus importante. Voir aussi pour l’interprétation du Responsum : Herbers, 2014, particulièrement pp. 178-185 ; et pour le Responsum en général : Hornung, 2010, pp. 20-80.

7 Pour les recueils de lettres du xie siècle, voir Erdmann, 1952 ainsi que les remarques controversées de Schmeidler, 1927. Pour la discussion, voir Herbers, 2000, particulièrement pp. 86 sqq. De manière synthétique, Constable, 1976. Pour l’édition des recueils de lettres des xie et xiie siècles, voir entre autres les comptes rendus des MGH dans les archives allemandes. Il manque une étude récapitulative plus récente de ces recueils. Pour les artes dictaminis, à présent Hartmann, 2013.

8 Böhmer, Herbers, 2012, p. xii.

9 Corpus scriptorum muzarabicorum, pp. 497-503.

10 Concile de Tribur, dans Die Konzilien der karolingischen Teilreiche 875-911, t. V, pp. 358 sqq.

Auteur

Friedrich-Alexander-Universität, Erlangen-Nuremberg

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540