Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archevêques de Mayence et la présence espagnole dans le Saint-Empire

 | 
Étienne Bourdeu

Troisième partie. La présence espagnole dans le Saint-Empire à l’épreuve de la guerre de Trente Ans

Conclusion

Texte intégral

1Loin d’être une évidence, les relations de la Monarchie Catholique avec les archevêques de Mayence ou, à une autre échelle, avec les empereurs ne connaissent pas un développement linéaire. Elles sont au contraire le résultat de négociations permanentes entre les différents acteurs impliqués et subissent l’influence constante d’une conjoncture et d’un contexte plus vastes. Elles se développent néanmoins selon une trame chronologique que l’on peut aisément discerner.

2La césure principale dans ces relations est constituée par le long règne de l’empereur Rodolphe II (1576-1612). Ce dernier repousse non seulement toute organisation de sa propre succession mais il refuse également de prendre en compte les attentes espagnoles à l’égard de l’Empire. Auparavant, et même si la préparation de la succession de Charles Quint avait pu susciter un certain ressentiment entre Philippe II d’une part et Ferdinand Ier et Maximilien II d’autre part, l’empereur et le Roi Catholique sont parvenus à maintenir des relations de bonne intelligence fondées sur une relative complémentarité. En témoignent les nombreuses pensions espagnoles versées à des fidèles de l’empereur qui sont autant d’exemples que les réseaux hispaniques en place dans l’espace impérial sont hérités du règne de Charles Quint. Dans ce cadre, la mise en place de liens stables avec les archevêques de Mayence est de peu d’utilité pour les Espagnols : bien qu’il soit archichancelier impérial et directeur du collège électoral, le prélat ne semble pas offrir de meilleurs gages d’efficacité que l’empereur. De la même façon, l’archevêque de Mayence, petit prince territorial qui s’efforce de cultiver une neutralité de bon aloi à l’égard de ses voisins immédiats, ne peut intéresser un souverain étranger surtout soucieux de lever des mercenaires dans le Saint-Empire et de mettre fin à la révolte de ses États flamands.

3À partir de la seconde moitié des années 1570, l’ensemble de ces rapports commence à changer sous l’effet de la nouvelle politique impériale et de la volonté espagnole d’essayer de trouver une issue négociée à la guerre dans les Flandres. Le refus répété de Rodolphe II d’organiser sa propre succession fait ainsi redouter à Philippe II que la couronne impériale puisse sortir de la famille des Habsbourg. C’est pour éviter une telle éventualité qu’un rapprochement avec certains membres du collège électoral est alors amorcé par les Espagnols : leur objectif est de dégager parmi les électeurs une majorité capable d’assurer la transmission du titre impérial au sein de la dynastie habsbourgeoise. De manière simultanée, certains de ces électeurs sont impliqués dans la tentative de pacification avec les Flamands qui a lieu à Cologne en 1579. Cette tentative doit d’ailleurs être vue comme une inflexion importante dans la morphologie des réseaux espagnols dans le Saint-Empire puisqu’ils se développent désormais davantage parmi les princes territoriaux qu’à la cour impériale. Dans un cas comme dans l’autre, la rencontre entre l’archevêque de Mayence et les Espagnols ne se produit pas, malgré les efforts de ces derniers, mais des processus de mise en relation sont initiés, notamment avec l’archevêque Daniel Brendel von Homburg. Plus tard, au fur et à mesure de l’aggravation de la crise de l’autorité impériale qui se poursuit également sous le règne de Matthias (1612-1619), les liens d’abord lâches établis entre la Monarchie Catholique et l’archevêché de Mayence se consolident lentement et s’inscrivent dans le cadre d’une véritable faction espagnole.

4L’apogée de ces liens correspond, à peu de choses près, au règne de l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg (1604-1626). Cette proximité coïncide également avec l’extension maximale des réseaux hispaniques dans le Saint-Empire, laquelle est aussi à mettre en relation avec l’affaiblissement du pouvoir impérial sous les règnes de Rodolphe II et de Matthias. Approché durant le règne de Rodolphe II, Johann Schweikard von Cronberg intègre le réseau des clients hispaniques durant les années 1610 ; sa longue présence à la tête de l’archevêché lui permet de créer un climat de confiance indéniable avec les Espagnols, mis à profit par chacun. Ces derniers disposent de la sorte d’un informateur de première importance sur les affaires en cours dans l’Empire, au moment où l’empereur ou ses officiers ne sont plus accessibles, et d’un relais d’influence considérable au sein du collège électoral. De son côté, Johann Schweikard von Cronberg parvient à faire augmenter de manière substantielle sa pension, à doter son neveu Adam Philipp d’une seigneurie dans le Luxembourg et à obtenir pour ses États un supplément de sécurité grâce à la réputation et à l’appui militaire des Espagnols. Il s’agit bien là d’un profit personnel et familial tiré d’une participation à un réseau plus vaste.

5C’est moins l’exacerbation de la guerre de Trente Ans que la reconstruction progressive de l’autorité impériale qui éloigne les archevêques de Mayence de la Monarchie Catholique. Si l’incapacité des Espagnols à protéger Mayence des Suédois et l’impécuniosité de Philippe IV ne sont pas sans effet sur la distanciation qui s’opère alors, ils n’en sont pas toutefois les éléments décisifs. Durant les années 1640, la possibilité de restaurer à l’intérieur du Saint-Empire un ordre politique et social sous l’autorité de l’empereur dans lequel l’archevêque de Mayence puisse trouver une place symbolique éminente, s’est avérée bien plus concluante. Replacé dans cette perspective, l’échec espagnol à maintenir des liens étroits avec Mayence ou à entretenir un vaste réseau de clients dans l’Empire est en grande partie dû à l’incapacité de trouver une issue durable au conflit et de préserver un ordre qui dépasse les seuls intérêts des Habsbourg pour prendre en compte ceux de la majorité des membres de l’Empire.

6À plus long terme toutefois, le nouvel équilibre instauré par les traités de Westphalie amène les Espagnols à renouer avec ce qui avait constitué les grandes lignes de leur présence dans le Saint-Empire dans la seconde moitié du xvie siècle : des relations beaucoup plus ponctuelles et orientées de manière quasi exclusive vers la seule conservation des territoires qui dépendent directement de la Monarchie Catholique. Ainsi, si des relations de bon voisinage sont maintenues avec les princes dont les territoires sont contigus de ceux de Philippe IV, elles deviennent plus distantes avec les autres membres du Saint-Empire, à commencer par l’archevêque de Mayence.

  • 1 « Dar ocassión de disgusto al elector de Colonia » (lettre de Philippe IV au marquis de Castel Rodr (...)
  • 2 Thompson, 1973, pp. 15-16.

7Deux exemples éclairent de façon significative la distanciation qui s’est ainsi opérée entre le Roi Catholique et Johann Philipp von Schönborn. En 1653, une querelle oppose l’archevêque de Mayence à celui de Cologne et de Liège, Maximilien Henri de Bavière, pour savoir qui doit couronner le roi des Romains. L’empereur prend un décret confirmant les prétentions de Johann Philipp von Schönborn ; on retrouve ici la proximité institutionnelle entre l’empereur et son archichancelier. En revanche, il est plus étonnant de constater qu’à la même occasion Philippe IV enjoint à son ambassadeur de renouveler son amitié à l’archevêque de Cologne. Dans ce cas, domine la volonté d’éviter « de donner une occasion de déception à l’électeur de Cologne1 » dont les possessions sont si proches des Pays-Bas espagnols. Le second exemple de cette distanciation est fourni par la mise en place, en 1658, de la ligue du Rhin (Rheinbund). Celle-ci réunit, entre autres, les trois électeurs ecclésiastiques ; elle s’assigne comme mission de faire respecter les clauses des traités de Westphalie et de donner plus de poids aux membres du collège électoral face à l’empereur. L’entrée du royaume de France dans cette ligue est révélatrice de l’effacement progressif de la Monarchie Catholique dans cette région et, surtout, montre combien les intérêts dynastiques des Habsbourg sont désormais contradictoires avec ceux des princes territoriaux2. À un autre niveau, la manifestation de l’intérêt des Français pour l’espace impérial semble créer, pour nombre de princes territoriaux, une alternative politique aux liens avec les Espagnols. Dans ce nouveau contexte, les conditions d’une présence hispanique au-delà de la cour impériale ne sont plus réunies et conduisent petit à petit les Espagnols à s’isoler d’une région pourtant nécessaire au maintien de leur système territorial.

8Durant tout le court siècle qui va de 1556 à 1648, les Espagnols ont développé des formes multiples de présence dans le Saint-Empire pour défendre et promouvoir les intérêts spécifiques de la Monarchie Catholique et pour porter assistance à la branche autrichienne des Habsbourg. Ces différentes formes de présence constituent l’armature de la projection hispanique dans l’Empire. À cet égard, il convient de remarquer l’importance du rôle joué par les ambassadeurs à Vienne ou à Prague : bien qu’ils soient relativement dépendants de la cour madrilène — et en ce sens, il n’est pas possible de parler de ces ambassadeurs comme de proconsuls ou de vice-rois de l’extérieur —, certains de ces diplomates ont su faire preuve d’une grande efficacité, indissociable de leur connaissance et de leur compréhension du Saint-Empire, de ses acteurs et de ses mécanismes institutionnels. Entrent dans cette catégorie les trois ambassadeurs qui ont officié durant le règne de Philippe III (1598-1621) : Guillén de San Clemente, Baltasar de Zúñiga et Íñigo Vélez de Guevara y Tassis, cinquième comte d’Oñate. Cette connaissance fine des équilibres impériaux leur a permis de nouer des relations personnelles, quand elles n’étaient pas amicales, avec des membres importants de l’Empire et de mettre en place un réseau de clients au service du Roi Catholique d’une ampleur considérable.

  • 3 Windler, 2002, pp. 347-348.

9De ce point de vue, le règne de Philippe III correspond à un changement notable dans les pratiques de la projection hispanique puisqu’il voit la généralisation et l’extension de ces réseaux, qui sont l’une des caractéristiques de la Pax Hispanica, dans les différents royaumes européens. Intervenant durant une longue période de paix, ce redéploiement invite à s’interroger sur la nature des relations mises en place par les Espagnols dans le Saint-Empire : qu’il s’agisse des règnes de Philippe II (1556-1598) ou, surtout, de Philippe IV (1621-1665), les Rois Catholiques et leurs agents n’ont alors pas été mesure de donner une nouvelle orientation à leur présence dans l’espace impérial. Centrée sur l’empereur et son entourage de conseillers, cette présence est contrainte et en grande partie déterminée par le poids des guerres qui réduit les marges de manœuvre financières, ainsi que les initiatives novatrices. On peut donc considérer qu’un tel contexte renforce la tendance des agents diplomatiques à ne « pas apporter de réponse innovante » aux problèmes les plus pressants par crainte de s’exposer à une plus grande prise de risque3. Des exemples a contrario sont fournis par les dix premières années de règne de Philippe II et par celui de son successeur : le premier met à profit la pacification initiée par la trêve de Vaucelles et confirmée par la paix du Cateau-Cambrésis pour inventer un nouveau mode de relation avec le Saint-Empire. La clef de voûte de cette nouvelle relation est constituée par l’empereur, sa famille et ses proches conseillers. Avec le début du xviie siècle, la pacification relative qui s’opère sous Philippe III et le duc de Lerma permet de redéployer les réseaux espagnols dans d’autres directions, en les élargissant à des princes territoriaux qui jouent désormais le rôle d’agents d’influence hispanique. Dans le cadre des relations internationales de la première modernité, dans lesquelles il n’y a pas encore de distinction nette opérée entre la sphère publique et la sphère privée, les pensions sont un des instruments essentiels de la projection espagnole : en permettant de constituer des réseaux de clients et de fidèles, elles sont des outils de construction de la réputation du monarque, objet de toute politique durant la période moderne.

10Dans ce dispositif, les archevêques de Mayence parviennent à trouver une place jusqu’à devenir dans cette première moitié du xviie siècle les principaux clients des Espagnols dans le Saint-Empire par le montant des pensions qu’ils perçoivent. Il faut voir dans ce fait la reconnaissance de leur rôle institutionnel au sein de l’Empire. Il s’agit également sans doute d’une façon de surmonter l’impossibilité d’enserrer le prélat dans les liens d’une politique matrimoniale, fondement en même temps que justification de toute action d’un monarque à l’extérieur de ses royaumes. En ce sens, la pension constitue une tentative pour essayer d’établir un lien social durable.

  • 4 Mousnier, 1972 ; Martínez Millán, 1996 ; Boltanski, 2006, pp. 171-325.

11Malgré l’emploi du terme « client », il ne faut toutefois pas en conclure que ce dernier, l’archevêque de Mayence en l’occurrence, se retrouve placé dans une position de stricte dépendance. Dans les relations nouées et le vocabulaire employé pour les décrire, on constate que la nature du lien unissant les archevêques de Mayence aux espagnols relève davantage de la clientèle que de la fidélité4. Toutefois, les bénéfices que les princes-archevêques ont pu retirer de leurs relations avec la Monarchie Catholique sont non seulement matériels et donc sociaux, comme cela a été dit plus haut, mais également institutionnels et, d’une certaine façon, politiques. En effet, le rapprochement de Mayence avec les Espagnols intervient à un moment où l’archevêque n’est plus en mesure de compter sur sa relation privilégiée avec l’empereur pour peser sur les équilibres impériaux. Les Espagnols lui fournissent alors un appui subsidiaire qui permet aussi plus largement de structurer le camp catholique impérial ; l’archevêque de Mayence, à l’instar d’autres prélats et d’autres princes catholiques, trouve dans ce lien un moyen de faire face à l’ascension du duché de Bavière sans avoir à rompre avec celui-ci. L’ensemble des liens engagés entre la Monarchie Catholique et l’archevêché de Mayence à l’apogée de leurs relations est donc fondé non seulement sur des échanges de services réciproques mais aussi sur le partage d’intérêts et d’objectifs communs dans le cadre du Saint-Empire.

12Au terme de ce travail, il convient enfin d’insister sur deux points supplémentaires. En premier lieu, le caractère durable de la présence des Espagnols dans le Saint-Empire, leur implication directe ou indirecte dans de nombreux processus qui concernent des aspects à la fois sociaux, culturels, politiques et économiques font de la Monarchie Catholique un acteur décisif de l’évolution de l’espace impérial durant toute la première modernité. En second lieu, toute relation entre deux éléments a un caractère relatif : elle ne peut prendre son sens véritable qu’en comparaison avec l’ensemble des autres relations qui engagent chacun des deux éléments. Ainsi, les relations espagnoles avec l’archevêché de Mayence ou, à une autre échelle, avec le Saint-Empire ne pourront être appréciées à leur juste valeur que lorsque la totalité des liens hispaniques passés avec les autres territoires et les autres espaces seront à leur tour pris en considération.

Notes

1 « Dar ocassión de disgusto al elector de Colonia » (lettre de Philippe IV au marquis de Castel Rodrigo, 19 septembre 1653, AHN, Estado, leg. 1145, n. f.).

2 Thompson, 1973, pp. 15-16.

3 Windler, 2002, pp. 347-348.

4 Mousnier, 1972 ; Martínez Millán, 1996 ; Boltanski, 2006, pp. 171-325.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540