Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

Contrepoint

Les temps nouveaux (xiie-xiiie siècles)

Dire par escriptures : la pratique épistolaire vernaculaire, entre la lettre et la voix

Fanny Oudin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Senes breu de parguaminatramet lo vers que chantamen plana lengua romana N. Ugo bru per Filhol1.
Jaufré Rudel, Les chansons

Quelle douleur ! Les Chrétiens ont oublié jusqu’à leur langue, et sur mille d’entre nous, vous trouverez à peine un seul qui sache écrire convenablement une lettre latine à un ami. Mais s’il s’agit d’écrire en arabe, vous trouverez une foule de personnes qui s’expriment dans cette langue avec la plus grande élégance, et vous verrez qu’elles composent des poèmes préférables, sous le point de vue de l’art, à ceux des Arabes eux-mêmes2.
Alvare de Cordoue, Indiculus luminosus, § 35, pp. 314-315.

D’Alvare de Cordoue à Jaufré Rudel, se fait entendre, à l’aube du Moyen Âge, une même association. La lettre, tracée sur le parchemin, se lie au latin, tandis qu’en contrepoint le chant s’attache aux parlers vernaculaires, arabe ou « langues romanes ordinaires » (plana lengua roman). De fait, la première littérature romane est largement placée sous le signe de la chanson — de g...

Auteur

Université Paris 4-Sorbonne

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540