Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archevêques de Mayence et la présence espagnole dans le Saint-Empire

 | 
Étienne Bourdeu

Troisième partie. La présence espagnole dans le Saint-Empire à l’épreuve de la guerre de Trente Ans

Chapitre vi

La Monarchie Catholique face à la reconstruction de l’autorité impériale (1624-1648)

Texte intégral

1Retracer et analyser la projection espagnole dans le Saint-Empire durant les vingt-cinq dernières années de la guerre de Trente Ans, ainsi que les relations avec les archevêques de Mayence, est une tâche des plus ardues. D’une part, l’historien doit essayer de prendre en compte deux évolutions qui semblent contradictoires. La première voit l’exacerbation de la concurrence entre les différentes puissances engagées dans la guerre ; la seconde correspond à un accroissement des tensions à l’intérieur de ces mêmes puissances. Les révoltes de la Catalogne ou du Portugal en 1640 en constituent de bons exemples pour la Monarchie Catholique. D’une manière générale, ces deux évolutions ont favorisé l’étude de l’articulation entre les facteurs extérieurs et intérieurs pour rendre compte de l’attitude et des positions des différents belligérants. De façon plus ponctuelle, cela explique en partie pourquoi il y a eu encore peu d’études sur la projection hispanique durant cette période.

  • 1 Lettre de Ferdinand III au comte de Grana, 28 septembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 8, fos 56 (...)
  • 2 Müller, 1979 ; Kessel, 1979, pp. 350-355 ; Rieck, 2005.
  • 3 Rieck, 2005, p. 121.
  • 4 Kessel, 1979, p. 350 ; Rieck, 2005, p. 121.

2D’autre part, la période qui court de 1624 à 1648 correspond à un moment où l’histoire de la principauté de Mayence est particulièrement agitée : elle subit deux occupations, la première par les Suédois de 1631 à 1636 et la seconde par les Français en 1644. Anselm Casimir Wambold von Umstadt, archevêque de 1629 à 1647, se réfugie la première fois à Cologne et la seconde dans une de ses forteresses, à Löwenstein1. Ces occupations, sans avoir reçu un traitement exhaustif, ont néanmoins été abordées, essentiellement en ce qui concerne la période suédoise2. D’un point de vue plus concret, ces deux épisodes posent la question de la capacité réelle de l’archevêque de Mayence à agir dans le Saint-Empire alors que les fondements de sa puissance de prince territorial et de son influence d’archichancelier impérial sont considérablement affaiblis. Comme le montre son exhortation à la ville de Francfort pour résister à l’avancée suédoise, ses appels à l’unité à l’intérieur de l’Empire ne trouvent plus guère d’écho3. L’archevêque de Mayence rencontre ces difficultés au moment même où la Monarchie Catholique n’est pas en mesure de lui procurer une aide appropriée : les 400 soldats fournis par la gouvernante Isabelle ne parviennent pas à cacher le fait que la principale préoccupation pour Bruxelles comme pour Madrid reste les Français et les Hollandais4.

3En définitive, un des enjeux de l’étude de ce quart de siècle est de parvenir à analyser comment la projection hispanique dans le Saint-Empire évolue au moment où les outils de cette dernière sont en voie de désagrégation et où les équilibres entre les princes territoriaux de l’Empire entrent dans une phase de recomposition radicale.

I. — LA RECONSTRUCTION DE L’AUTORITÉ IMPÉRIALE

4À l’image de la plupart des conflits qui ont cours dans les sociétés pré-industrialisées, la guerre de Trente Ans n’est pas une suite ininterrompue d’affrontements : de nombreuses périodes de calme relatif, tacites ou officialisées par des trêves, émaillent ces trente années de lutte. Dans ces moments, d’autres mouvements et d’autres tendances, reléguées au second plan par la guerre, deviennent alors plus visibles.

Une volonté espagnole de retour à la normale ?

5Ainsi les années 1624 à 1630, c’est-à-dire du règlement militaire de la révolte du comte palatin du Rhin Frédéric V à la résurgence du conflit avec l’intervention suédoise, correspondent-elles à la réapparition de problèmes laissés jusqu’alors en suspens. Il faut ici distinguer ce qui ressortit à des relations ponctuelles de la Monarchie Catholique avec des membres de l’espace impérial et ce qui relève d’une stratégie plus générale de la part des Espagnols, stratégie qui s’impose à ces relations ponctuelles.

  • 5 Elliott, 1992b, p. 422.
  • 6 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 208-215, 236-242 et 267-276.

6Du point de vue hispanique, une fois le Palatinat et la Bohême réduits à l’obéissance et le sillon rhénan mieux contrôlé, les préoccupations se portent de nouveau sur les Provinces-Unies. Au lendemain du siège victorieux de Breda et malgré l’entrée en guerre des Danois, les Espagnols envisagent une nouvelle stratégie : établir un blocus autour des provinces rebelles aussi bien sur terre que sur mer. Pour ce faire, les troupes impériales et bavaroises, respectivement commandées par Wallenstein et Tilly, présentes sur les bords de la Baltique sont sollicitées, de même que le royaume de Pologne ou certaines cités hanséatiques, pour servir de ports d’attache à une flotte hispanique. Mais les difficultés rencontrées font que « le projet tout entier finit par mourir d’inertie5 » : il faut le financer, parvenir à inspirer confiance aux cités portuaires germaniques, vaincre les réticences du roi de Pologne à s’engager dans un projet dont les tenants et les aboutissants dépassent son seul royaume. En 1629, ce plan est abandonné6.

  • 7 « Tratar del acomodamiento de las cossas de Italia » et « que también se pacifiquen conmigo al mism (...)

7D’un autre côté, le royaume de France n’est pas oublié comme le laissent deviner les instructions données à Carlo Doria, duc de Tursi, envoyé comme ambassadeur extraordinaire dans le Saint-Empire à la fin de l’année 1630. Alors que le traité de Suse, ratifié peu de temps auparavant par le gouverneur de Milan Gonzalo de Córdoba, met en place une paix désavantageuse pour les Espagnols dans le Nord de l’Italie au profit des Français, Philippe IV envoie à l’empereur cet ambassadeur pour « traiter de l’accommodement des affaires d’Italie » et « également pour pacifier en même temps les Provinces et États Unis de Hollande et de Zélande »7. La référence aux « affaires d’Italie » est ici une allusion au rôle joué par les Français dans la succession mantouane et, plus généralement, en Italie septentrionale depuis le retour en grâce de Richelieu auprès de Louis XIII en 1624.

8Dans cet exemple, la référence au royaume de France est tacite. Mais dans une lettre faisant office d’instructions secrètes au duc de Tursi, Philippe IV explique pourquoi il lie la paix en Italie avec la paix dans les Provinces-Unies :

  • 8 « Se ha considerado que pues Franceses aprietan en la paz de Italia podría ser conv[enien]te para m (...)

On a considéré que, puisque les Français poussent à la paix en Italie, il pourrait être utile pour mes intérêts que l’Empereur leur réponde qu’il veut traiter de l’Italie et des Flandres et que l’un et l’autre soient réglés en même temps dans l’Empire et que le Roi de France se dispose à cela rapidement puisque c’est un moyen pour parvenir à la Paix universelle8.

9La pacification définitive de l’espace impérial, « la Paix universelle », est soumise à l’impératif d’un accord avec les deux ennemis les plus acharnés de la monarchie espagnole, le royaume de France et les Provinces-Unies. La justification de cette position qui revient à subordonner le Saint-Empire aux intérêts hispaniques est expliquée par le fait que, pour Philippe IV et ses conseillers, il ne serait pas

  • 9 « No siendo justo q[ue] quando aquel Rey la consigue y queda sin guerra ninguna quedemos nosotros c (...)

juste que, quand ce Roi [de France] y parvienne [à une paix en Italie] et demeure sans aucune guerre, nous restions avec une guerre qui a été, grâce aux aides qu’il a fournies, si longue et si cruelle9.

10La relative pacification que connaît le Saint-Empire dans les années 1624-1630 offre ainsi la possibilité aux Espagnols de reprendre le cours habituel de leurs relations extérieures tel qu’il est depuis le début du xvie siècle.

  • 10 « Estas cedulas están secretas y que por aora no conviene bolverlas asta que quella Provincia esté (...)

11Ce retour aux orientations traditionnelles des relations extérieures de la monarchie espagnole caractérise donc les liens plus ponctuels de la monarchie espagnole dans le Saint-Empire et se concrétise le plus souvent par la volonté de maintien d’un statu quo favorable aux Espagnols. Par exemple, lorsque Ferdinand II réclame les cédules qui ont permis de transférer la possession de l’Alsace à Philippe III pour prix de son soutien à l’élection impériale de 1619, le Roi Catholique fait répondre à l’ambassadeur impérial à Madrid que « ces cédules sont secrètes et que, pour le moment, il ne convient pas de les rendre jusqu’à ce que cette Province soit en possession de sa Majesté Impériale et réunie à ses États10 ». L’atermoiement espagnol est ici évident et s’explique par la volonté de conserver le contrôle du camino español qui n’a jamais été aussi direct depuis qu’il passe par l’Alsace et le Palatinat inférieur. Dans ce cas précis et une fois dissipé le danger immédiat d’une remise en cause de la domination des Habsbourg dans le Saint-Empire, l’alliance dynastique fonctionne de manière plus complexe et moins automatique.

  • 11 « El daño q[ue] recibe el Imperio y los mismos electores en que se ponga impedimento en los tratos (...)

12Une question différente appelle une réponse similaire de la part des Hispaniques : en 1628, l’archevêque de Mayence Georg Friedrich von Greiffenclau et le duc Jean Georges Ier de Saxe adressent une lettre à Philippe IV pour se plaindre « des dommages que reçoivent l’Empire et les Électeurs eux-mêmes en raison des obstacles opposés aux relations et aux commerces publics ». De la sorte, ils dénoncent les taxes indûment prélevées par les soldats dans l’Empire et demandent que, « puisque les États de Hollande ont assoupli l’interdiction desdits commerces, il soit fait de même de la part de Votre Majesté sur le Rhin et les autres fleuves comme pour les autres terres et eaux »11. La réponse des conseillers du Roi Catholique est d’une prudence extrême puisqu’ils s’en remettent à l’ambassadeur espagnol à Vienne, Francisco de Moncada, ancien comte d’Osona devenu marquis d’Aytona, pour qu’il fasse savoir aux électeurs

  • 12 « El desseo q[ue] V[uestra] M[ajesda]d siempre ha tenido y tendrá de dalles en todo satisfación y q (...)

le désir que Votre Majesté a toujours eu et aura toujours de leur donner satisfaction en toute chose et que l’intention de Votre Majesté n’a jamais été que d’empêcher le commerce des Hollandais par ses terres et le long de ses rives mais que dans les terres de l’Empire Votre Majesté aura toujours avec eux la bonne correspondance qu’il a eue par le passé12.

13Aucune décision immédiate n’est prise, sans doute parce qu’un tel système de prélèvements allège d’autant les finances royales et permet l’entretien de l’Armée des Flandres à moindres frais. S’il est ici difficile de parler de retour à la normale, la tentative de maintenir le plus longtemps possible un mode de fonctionnement avantageux pour la Monarchie Catholique est patente, dût-elle s’exercer au détriment de ses alliés dans le Saint-Empire. De ce point de vue, il s’agit donc bien de la résurgence de problèmes laissés en suspens face aux urgences de la guerre, ce qui laisse la possibilité à d’autres acteurs de revenir au premier plan dans l’espace impérial.

L’autorité retrouvée de l’empereur

14De manière concrète, le souhait des Espagnols de maintenir un statu quo qui leur soit favorable et leur moindre intérêt pour le cours des événements propres au Saint-Empire coïncident avec la reconstitution de l’autorité impériale dans la seconde moitié des années 1620 et les premières années de la décennie suivante. Celle-ci est d’ailleurs un phénomène complexe dont les causes et les raisons sont multiples.

15Comme cela vient d’être dit, un premier facteur d’explication est extérieur à l’Empire et il a directement à voir avec l’attitude des Espagnols. À plusieurs reprises et alors que leurs positions ne sont plus menacées par le conflit, ces derniers laissent toute liberté à Ferdinand II pour arbitrer les disputes de commandement à l’intérieur du camp catholique. Au cours du mois de juin 1630, la nouvelle parvient au Conseil d’État espagnol que l’empereur, inquiet de la puissance de son général Wallenstein, envisage de transférer le commandement de ses troupes à son fils, l’archiduc et roi de Hongrie Ferdinand. Les conseillers, parmi lesquels on compte le confesseur de Philippe IV, le marquis de Gelves, et les comtes d’Oñate et de Castrillo, parviennent à grand-peine à définir la position de la Monarchie Catholique sur un tel problème :

  • 13 « En el darlas al d[ic]ho Rey se considera que si ha de mantener tan grande exercito como el que ti (...)

En les donnant [ces armées] audit Roi [de Hongrie], il faut prendre en considération que si l’on doit maintenir une armée aussi importante que celle du duc de Friedland, force sera alors qu’elle soit entretenue aux frais de l’Empire, ce qui amènera au Roi de Hongrie les mêmes plaintes et le même sentiment que suscite aujourd’hui le Duc. Si cette armée devait être diminuée et ramenée à ce que l’Empereur seul peut maintenir, elle resterait très faible, la Ligue catholique très puissante et par conséquent l’autorité de sa Majesté Impériale déclinerait nécessairement, et celle du Duc de Bavière augmenterait13.

  • 14 « Resolución derechamente tocará al Emp[erad]or y V[uestra] M[ajesda]d queda más libre no haviéndos (...)

16Après avoir envisagé plusieurs combinaisons, notamment sur la façon de faire connaître l’avis du Roi Catholique, les conseillers se décident finalement à ne pas faire intervenir Philippe IV car cette « résolution concernera directement l’Empereur et Votre Majesté restera plus libre si elle n’y a pas été impliquée14 ». Si la méfiance des Habsbourg à l’égard de la maison de Bavière et la préférence pour une solution dynastique se laissent aisément percevoir dans cette position, celle-ci reste néanmoins très prudente. Les Espagnols semblent conscients qu’il ne convient pas de brusquer les alliés catholiques de l’empereur.

  • 15 Consulta du consejo de Estado sur une lettre de Jacques Bruneau, 29 septembre 1630, AGS, Estado, Al (...)

17Il s’agit là d’une attitude nouvelle et appelée à se répéter de la part des hommes de la monarchie hispanique. Trois mois plus tard, la question refait surface après avoir trouvé un début de solution par l’intermédiaire de Ferdinand II. Celui-ci a accepté de transférer le commandement des troupes impériales au duc de Bavière en échange de l’élection de son fils comme roi des Romains, assurant ainsi la succession impériale15. L’ingérence espagnole dans les questions de politique dynastique du Saint-Empire n’est plus nécessaire dans la mesure où l’empereur est désormais à même de garantir sa succession par ses propres moyens ; cette nouvelle situation permet à l’autorité impériale de retrouver une grande partie de la légitimité qu’elle avait perdue dans la première moitié du xviie siècle puisqu’elle tend à limiter les interventions étrangères dans l’espace germanique.

18De manière attendue, la question successorale est le deuxième moyen par lequel Ferdinand II parvient à asseoir sa légitimité. Vraisemblablement échaudé par ce qui lui était arrivé en 1619, lorsque Frédéric V du Palatinat avait réussi à le déposséder de la couronne du royaume de Bohême, l’empereur n’attend pas la dernière extrémité pour commencer à régler sa propre succession. Il profite même des premiers apaisements qui font suite à la guerre du Palatinat et à l’intervention danoise de 1625 pour mettre en place le processus électoral : en 1627, il obtient que son fils Ferdinand soit élu roi de Bohême, ce qui est traditionnellement considéré comme la première étape dans la succession impériale. Au mois de décembre 1627, l’empereur peut alors annoncer la nouvelle à Philippe IV :

  • 16 « Para establecer la sucesión en los Reynos hereditarios de nuestra Augusta Casa no ya como antes s (...)

Pour établir la succession des Royaumes héréditaires dans notre Auguste Maison, il n’a pas fallu comme auparavant s’en remettre à des traités et à des diètes pleines d’embarras ; au contraire, la prompte obéissance de nos sujets s’en est remise, comme cela était juste, à notre unique volonté16.

  • 17 Bérenger, 1990, pp. 174-183.

19Au-delà du problème dynastique qui trouve ici un début de solution, il convient de constater que cette désignation à la couronne de Bohême est moins une élection, comme le voulait jusqu’alors la tradition, qu’une nomination due à l’« unique volonté » de l’empereur. Elle s’inscrit dans une reprise en main du royaume de Bohême, à la suite de sa rébellion, qui vise à en faire un royaume héréditaire au profit des Habsbourg, à l’instar de la Hongrie depuis 152617. Ce faisant, les prémices de l’élection du roi des Romains se trouvent simplifiées et le pouvoir des Habsbourg d’Autriche est accru, aussi bien matériellement que symboliquement.

  • 18 Textes et documents d’histoire moderne, pp. 199-202.

20Enfin, le troisième facteur qui permet de rendre compte de la restauration de l’autorité impériale est le fait que l’empereur redevient une figure qui incarne l’unité du Saint-Empire, ce qu’il avait cessé d’être depuis deux générations déjà. Cela se fait en plusieurs étapes. Dans un premier temps, Ferdinand II s’attache à prendre la tête du camp catholique dans l’Empire, position que lui disputent le duc de Bavière Maximilien Ier et, dans une moindre mesure, Philippe IV. L’empereur y parvient notamment en interdisant les confessions autres que le catholicisme à la Bohême qui s’était révoltée contre lui. Dans une patente de 1627, il force ainsi à l’exil les dissidents religieux et procède à la redistribution de leurs biens auprès des autres seigneurs catholiques18. Puis, assez rapidement, il parvient à étendre ce rôle de protecteur aux princes catholiques allemands qui ont maille à partir avec les armées étrangères au Saint-Empire, notamment françaises. Un bref texte anonyme espagnol, rédigé après l’entrée en guerre des Suédois en 1630 mais avant l’intervention française de 1635, rend compte de cette nouvelle situation : alors que les Français étaient entrés en contact avec le duc Maximilien Ier de Bavière et lui avaient promis leur protection et leur soutien pour conserver la dignité électorale reçue en 1623, ce dernier s’aperçoit rapidement qu’ils ont également pris langue avec les Hollandais et le roi Charles Ier d’Angleterre pour réintégrer le comte palatin du Rhin dans ses droits, aux dépens de la Bavière. Après avoir considéré cette manœuvre comme « une insidieuse séparation des Princes Catholiques de leur tête », c’est-à-dire de l’empereur,

  • 19 « Una incidiosa separación de los Príncipes Católicos de su caveça » et « Viendo estas cosas el Duq (...)

le Duc de Bavière, l’Électeur de Cologne son frère et les autres Princes de la Ligue catholique voyant cela, ainsi que le danger dans lequel ils se trouvaient et le fait que le Suédois voulait leur imposer un joug aussi pesant, […] on se résolut au meilleur avis, celui de prendre les armes, de procéder à des levées, de se réunir et de se rassembler avec l’Empereur et la Maison d’Autriche19.

21Profitant ainsi du dépit engendré par la diplomatie de Richelieu et parvenant à surmonter la méfiance des Habsbourg à l’égard de la maison de Bavière et de ce qui aurait pu être une trahison, Ferdinand II fait désormais figure de principal garant des équilibres au sein de l’Empire.

Une conséquence imprévue : le renversement des relations hispano-impériales

22À moyen terme, c’est-à-dire à la suite de la paix de Prague de 1635, l’autorité incontestée de l’empereur au sein de l’espace germanique entraîne une modification notable du fonctionnement de l’alliance entre l’empereur et le Roi Catholique. En effet, depuis le règne de Rodolphe II, les Espagnols présents dans l’Empire et à la cour de Vienne ou de Prague avaient pris l’habitude d’entrer directement en contact avec les princes ou les conseillers impériaux. Cette attitude était motivée par un souci d’efficacité : il s’agissait d’agir le plus rapidement possible en contournant l’empereur dont on n’était pas certain de la réponse ni même de la date à laquelle il accepterait de recevoir les représentants de son cousin espagnol. Toutefois, les dernières années du règne de Ferdinand II (qui meurt en 1637) et les premières de celui de son fils Ferdinand III voient ce système s’effacer progressivement à mesure que l’empereur retrouve un rôle plus actif et plus central dans l’ensemble des relations tissées entre la Monarchie Catholique et le Saint-Empire.

23À première vue cependant, peu de choses semblent avoir changé. À l’extrême fin des années 1630, les Espagnols continuent à affirmer leur soutien indéfectible à l’empereur et à lui proposer leur aide, maintenant ainsi les formes de la relation ancienne. En 1639, le comte-duc d’Olivares peut ainsi écrire à l’ambassadeur impérial à Madrid, le comte de Schönburg, que

  • 20 « Siempre ha tenido y tendrá su Mag[esda]d por proprios y como tales sentirá y que en su affecto nu (...)

Sa Majesté a eu et aura toujours le sentiment qu’il considère comme naturel et qui ne cessera jamais dans son affection de devoir assister, dans la mesure où il en sera capable, avec une volonté et des effets que jusqu’à présent l’expérience a montrés et Votre Seigneurie Illustrissime voudra bien croire que mes fonctions ne l’éloigneront pas de cette bonne disposition20.

24Plus tard, c’est le secrétaire royal Andres de Rozas qui tient des propos semblables à l’ambassadeur impérial :

  • 21 « Da seguro el Rey mi s[eñor] a S[u] M[ajesdad] Cess[are]a que en ning[un]a ocasión dejará de dar a (...)

Le Roi mon seigneur assure Sa Majesté Impériale qu’elle ne manquera jamais une occasion de faire comprendre […] combien sont inséparables ses intérêts de ceux de sa Majesté Impériale21.

25Malgré tout, ces protestations de solidarité parviennent de moins en moins à cacher le fait que la relation de dépendance entre la Monarchie Catholique et le Saint-Empire tend à s’estomper, voire que l’empereur commence à participer au maintien de son cousin hispanique.

  • 22 « Quatro mil Alemanes que se pidieron para España » (lettre d’Andres de Rozas au comte de Schönburg (...)
  • 23 Parker, 1972, pp. 25-35.

26Le soutien impérial aux Espagnols prend alors plusieurs formes. La première est encore une fois traditionnelle : il s’agit du recrutement de soldats germaniques employés par la Monarchie Catholique. Ainsi, à la fin de l’année 1638, le secrétaire Rozas fait-il parvenir les remerciements de Philippe IV à Ferdinand III par l’intermédiaire du comte de Schönburg pour l’autorisation de lever « quatre mille Allemands qui ont été demandés pour l’Espagne22 ». On retrouve ici à la fois l’un des fondements de la relation entre les espaces espagnol et impérial, à savoir le besoin récurrent de soldats de la part de la Monarchie Catholique, mais aussi une règle tacite de cette dernière qui limite le plus possible l’emploi de soldats recrutés localement pour circonscrire les risques de désertion23. Toutefois, les révoltes qui se produisent en Catalogne et au Portugal à partir de 1640 donnent un nouveau sens à ces troupes germaniques envoyées dans la péninsule Ibérique. Il s’agit désormais moins de défendre les territoires hispaniques contre des attaques françaises que de venir à bout de ces soulèvements.

  • 24 Sur des informations transmises à l’empereur et concernant les révoltes en cours dans la péninsule (...)

27Alors que Ferdinand III demande à son ambassadeur à Madrid de fréquentes informations sur le cours de événements en Catalogne et au Portugal24, Philippe IV de son côté rappelle à son nouvel ambassadeur à Vienne, Diego de Aragón, duc de Terranova, son besoin pressant de soldats en provenance du Saint-Empire :

  • 25 « Os encargo con sumo aprieto procuréis con el Emperador mi hermano los socorros de gente que le he (...)

Je vous enjoins avec la plus grande vivacité d’obtenir de l’Empereur mon frère les secours en troupes pour l’Espagne, les Flandres et l’Italie. Vous devez vous occuper de cette démarche avec la plus grande sollicitude25.

28Au moment où la guerre de Trente Ans semble prendre les allures d’un conflit sans répit entre le royaume de France et la monarchie hispanique, au moment où celle-ci se voit engagée sur plusieurs fronts et notamment à l’intérieur même de ses frontières, l’appui du Saint-Empire devient crucial pour le Roi Catholique. Sans la possibilité de recruter des soldats dans l’Empire, mener le combat sur ces différents théâtres relèverait de la gageure. Du point de vue militaire, il y a donc un début de renversement de l’alliance entre les Habsbourg d’Autriche et ceux d’Espagne puisque depuis le règne de Philippe II, si ce n’est celui de Charles Quint, ce sont ces derniers qui ont aidé leurs cousins de l’Empire. C’est désormais l’empereur qui permet au Roi Catholique de soutenir la guerre contre ses ennemis.

29Cette inversion des rapports se manifeste aussi dans tout ce qui concerne l’animation du réseau des clients hispaniques dans l’espace impérial. Avec la multiplication des difficultés militaires, l’entretien de ce réseau passe au second plan pour les Espagnols. Il ne s’agit pas d’une renonciation au maintien et au renforcement d’une politique fondée sur la construction d’une vaste clientèle capable d’apporter au Roi Catholique un supplément de réputation et de lui fournir conseils et services en échange d’une rétribution. Il s’agit au contraire d’une adaptation aux exigences du temps : le réseau ne disparaît pas mais il semble que l’empereur en soit désormais le principal promoteur et joue le rôle d’intermédiaire entre les clients, dont il est le chef théorique puisqu’ils sont membres de l’Empire, et le patron du réseau, Philippe IV, qui ne dispose plus des fonds nécessaires pour l’irriguer.

  • 26 Lettre du marquis de Grana à Ferdinand III, 27 novembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 15, fos 9 (...)

30Le rôle endossé par Ferdinand III entre Anselm Casimir Wambold, archevêque de Mayence, et Philippe IV est à cet égard exemplaire. Depuis 1631, les Suédois occupent les États du prélat et celui-ci est réfugié à Cologne. Alors que la guerre semble s’enliser et que plusieurs tentatives sont faites par l’archevêque pour réclamer le paiement de ses pensions (comme la mission du père Bergaigne en 1634, sur laquelle nous reviendrons), l’empereur intercède en faveur de son archichancelier auprès du Roi Catholique. En 1644, Ferdinand III réclame une aide financière pour Anselm Casimir Wambold ; une trace en a été conservée dans la réponse envoyée par l’ambassadeur de Madrid à l’empereur26. Deux ans plus tard, en 1646, l’empereur s’adresse directement au Roi Catholique et lui présente l’archevêque de Mayence comme une victime des troupes suédoises, françaises et hessoises à cause de sa fidélité aux Habsbourg. Pour cette raison,

  • 27 « Beneuole et enixe requirimus, operam impensam dare uelitis, ut non modo statuta pensio siue subsi (...)

nous réclamons avec bienveillance et de toutes nos forces que vous acceptiez de faire cette dépense afin que non seulement une pension déterminée ou un subside déterminé soient garantis à sa Seigneurie mais qu’il soit également possible de lui ajouter une augmentation ; cela pour que vous ne souffriez qu’il puisse vous faire de reproche sur le zèle ou l’affection sur ce point27.

  • 28 Kettering, 1986.

31Ici, Ferdinand III ne se contente pas de réclamer les arrérages d’une pension que les Espagnols ont sans doute trop facilement oublié de verser. Il faut une compensation sous forme d’une « augmentation » afin que la réputation du Roi Catholique n’en souffre pas. En agissant de la sorte, l’empereur ne se comporte pas seulement en intermédiaire qui transmet les souhaits d’une personne à l’autre ; il agit en broker, en courtier de la faveur royale, ce qui lui permet également de tirer un bénéfice de cette position28. En l’occurrence, il peut faire démonstration de sa sollicitude envers un des membres du collège électoral et, plus généralement, envers toutes les victimes des armées françaises et suédoises. Par ailleurs, l’emploi du latin dans ce courrier n’est pas habituel dans la correspondance entre Vienne et Madrid, qui se fait le plus souvent en castillan. Il vise sans doute à renforcer le caractère officiel de cette demande et fournit, a posteriori, un indice sur l’évolution des relations entre les deux cours : celles-ci se développent maintenant en dehors du seul plan familial et commencent à ressortir au domaine de la politique ou, peut-être plus précisément, au domaine des relations d’État à État. Mais il ne s’agit encore que d’un processus naissant.

32Ferdinand III ne se contente pas de jouer un rôle d’intermédiaire ou de broker entre Philippe IV et les princes du Saint-Empire. Lorsque Philippe IV envoie Virgilio Malvezzi dans les Pays-Bas en 1644, c’est l’ambassadeur impérial, le marquis de Grana, qui conseille de faire en sorte que Malvezzi en profite pour rencontrer les princes de l’Empire :

  • 29 « Il Malvezzi dovendo passare da Monaco a i Paesi Bassi era necessitato vedersi con li sig[nori] El (...)

Puisque Malvezzi doit se rendre aux Pays-Bas en passant par Munich, il lui serait nécessaire de voir les seigneurs Électeurs de Mayence et de Cologne pour lesquels il serait bien qu’il apporte des lettres de compliments et l’assignation effective de la pension ecclésiastique29.

33Dans ce cas, c’est l’ambassadeur impérial qui semble se faire le conseiller du Roi Catholique. Le marquis de Grana ne se borne pas à dispenser des avis sur la façon de procéder dans l’Empire, il vérifie également auprès des membres des différents conseils de la monarchie que les assurances que lui donne Philippe IV sont bien traduites dans les faits. Il se renseigne auprès du « nouveau Président [du conseil] des Finances » et apprend ainsi

  • 30 « Che si son già conclusi gli assienti per li Paesi Bassi et Germania di quatro millioni e mezzo pa (...)

que les asientos de quatre millions et demi pour les Pays-Bas et l’Allemagne sont déjà conclus et payables en douze mensualités, que d’ici à deux mois les lettres de change d’un montant de sept cent mille escudos seront envoyées tout en essayant d’en envoyer une autre de deux cent mille escudos par ce courrier. Ces ministres m’ont assuré que les fonds ou l’assignation de ces asientos sont effectifs et déjà entre les mains des marchands ; par conséquent, les mensualités seront versées ponctuellement30.

34Une vingtaine d’années auparavant, seuls les ambassadeurs espagnols dans le Saint-Empire, tels Zúñiga ou Oñate, se permettaient d’entrer en contact de manière aussi franche avec des membres du conseil impérial. Le rapport s’est inversé et c’est le représentant de l’empereur qui agit désormais de la sorte auprès des conseillers espagnols afin de s’assurer de l’application pratique des modalités de transfert d’argent de la péninsule Ibérique vers l’espace germanique.

35Cette évolution place les deux souverains Habsbourg dans une situation difficile l’un par rapport à l’autre. Si dans l’Empire on s’inquiète des atermoiements hispaniques, les Espagnols de leur côté considèrent avec méfiance le nouveau rôle joué par l’empereur et le suspectent, sinon de duplicité, du moins d’agir avec un peu trop de liberté. La situation atteint un point critique lorsque Ferdinand III accepte de faire sa paix avec les Français en 1648, ce que son cousin refuse. La réaction de Philippe IV est alors telle, que l’empereur doit expliquer avec précision les raisons qui l’ont amené à faire ce choix :

  • 31 « La resolución que he tomado de convenir con los estados del Imperio en la materia de la paz ([…] (...)

La résolution que j’ai arrêtée de m’accorder avec les États de l’Empire au sujet de la paix ([…] en danger de perdre l’Empire et tous mes pays héréditaires) ne me sépare pas de Votre Majesté ni ne m’ôte les moyens de la secourir à partir de maintenant. Et pour cette raison, elle ne justifie pas une démonstration si publique d’un sentiment et d’une méfiance si grande31.

36Cette explication est le point d’aboutissement de l’évolution divergente de deux logiques, l’une familiale, l’autre territoriale pour ne pas dire politique. Alors que Philippe IV ne semble pas les distinguer, l’empereur a été contraint de le faire de manière plus précoce pour maintenir sa position. C’est là le résultat de l’inversion des relations entre la Monarchie Catholique et le Saint-Empire, relations dans lesquelles la première ne dispose plus des outils suffisants pour contrôler l’espace impérial comme elle le faisait une génération plus tôt alors que l’empereur cesse d’agir selon une logique purement dynastique.

II. — L’ENTRÉE EN CRISE DU RÉSEAU ESPAGNOL DANS LE SAINT-EMPIRE

  • 32 Chaunu, 1960 ; Bethell, 1984, pp. 361-370.

37Patiemment mis en place à partir du règne de Philippe II puis développé de manière cruciale sous celui de Philippe III, le réseau espagnol de clientèle connaît une crise sans précédent à partir de la fin des années 1620. Il s’agit d’un phénomène complexe à décrire et à expliquer : les causes en sont multiples et il suffit d’évoquer la capture du convoi ramenant l’argent américain en 1629 par la flotte du Hollandais Piet Heyn puis la baisse continue des arrivages du métal précieux pour trouver une explication qui dépasse le simple cadre des relations hispano-impériales32. De la même façon, les manifestations de cette crise prennent des formes diverses qu’il convient ici d’analyser.

La multiplication des défauts de paiement des pensions

  • 33 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 10 novembre 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 175.

38Les retards dans le paiement des pensions aux clients du Roi Catholique dans le Saint-Empire semblent avoir toujours existé. Les efforts déjà évoqués de Baltasar de Zúñiga pour cacher qu’il n’a pas encore reçu l’argent envoyé par Philippe III pourraient aisément en témoigner33. Néanmoins, durant la seconde moitié des années 1620, la transformation de ces retards en incapacité durable à verser leur dû aux clients du Roi Catholique devient un sujet d’inquiétude pour les Espagnols. Alors que le nom du comte de Castro est évoqué pour une ambassade extraordinaire dans le Saint-Empire, le futur ambassadeur,

  • 34 « Porque tiene entendido que algunos ministros del Emp[erad]or se quejan que no se les pagan sus pe (...)

parce qu’il a appris que quelques ministres de l’Empereur se plaignent que leurs pensions ne leur sont pas payées, ce qui fait qu’ils ne sont pas bien dévoués au service de Votre Majesté, supplie Votre Majesté de bien vouloir ordonner comment il faut procéder pour donner satisfaction à de tels ministres34.

39En plus de compromettre la réputation du souverain, le non-paiement de ces pensions a des conséquences concrètes et met en danger l’influence espagnole dans le Saint-Empire dont les ministres de l’empereur constituent les principaux relais. Toutefois, en 1630, un rapport de Carlo Doria laisse penser que si les pensions ne sont pas versées, cela tient davantage à un problème d’organisation propre à la monarchie hispanique qu’à une banqueroute générale. Le duc de Tursi, après avoir rencontré l’archevêque de Cologne qui l’a informé de ce qu’il attendait encore sa pension, insiste auprès du Conseil d’État

  • 35 « Apunte el Duque no se halla con orden de V[uestra] M[ajesda]d en estos particulares cossa que le (...)

qu’il se trouve sans ordre de Votre Majesté sur ces points particuliers ce qui lui cause de la confusion […] ; même s’il y a là-bas de l’argent, il n’y a pas recours, ne sachant si c’est la volonté de Votre Majesté35.

40Il semble que les caisses de l’ambassade espagnole à Vienne soient encore pleines et en mesure de verser au moins une partie des subsides attendus par les clients. Le problème, de nature plus politique qu’économique, tiendrait donc au manque de clarté des instructions fournies aux ambassadeurs. Le constat qui est alors fait par Carlo Doria est le même que celui établi par le comte de Castro : une telle situation nuit avant tout au crédit du Roi Catholique, crédit entendu dans ses deux acceptions, à la fois comme confiance que l’on est capable d’inspirer et comme solvabilité financière.

  • 36 Lettres du marquis d’Aytona au comte-duc d’Olivares et à Philippe IV, 22 mai 1634, AGS, Estado, Ale (...)

41Confrontés à une baisse sensible de leurs revenus, certains des clients de la Monarchie Catholique s’organisent et n’hésitent pas à rappeler leurs droits auprès de leur protecteur ou de son représentant à Vienne. En 1634, les électeurs de Cologne et de Mayence, ainsi que d’autres princes ecclésiastiques réfugiés à Cologne, envoient en Espagne le père Joseph Bergaigne, provincial de l’ordre franciscain pour les Flandres et la Germanie, avec pour mission d’obtenir une aide militaire contre les Suédois et le paiement des pensions36. Si Philippe IV se montre conciliant sur l’aide militaire qu’il peut leur apporter, sa réponse sur les pensions, sans être un refus net, n’est pas positive non plus :

  • 37 « Dessea también su M[ajesda]d como cossa tan conveniente y necessaria que hallándose sus Estados e (...)

Sa Majesté désire également, chose convenable et nécessaire puisque ses États se trouvent dans leur situation critique actuelle à cause des importantes aides qu’il envoie de toute part, que ces vassaux et les autres de sa Majesté dont le sang se consume dans ces aides soient consolés en en voyant le bénéfice, en conformité avec Votre Paternité Révérendissime ; sa Majesté juge qu’il est de son obligation de négocier de ce que ces Princes devront faire pour sa Majesté, ensemble ou séparément, de forme publique ou secrète avec l’approbation Impériale ou selon ce qu’ils demanderont. C’est pourquoi, sa Majesté ayant souhaité conclure cela ici, elle a ordonné de demander à Votre Paternité Révérendissime si elle avait pouvoir pour cela et vu que Votre Paternité Révérendissime a dit qu’elle ne l’avait pas, il a semblé à sa Majesté indispensable de s’en remettre au seigneur Marquis d’Aytona pour toute cette affaire37.

42Le roi renvoie l’affaire à son gouverneur général des Pays-Bas, le marquis d’Aytona, et tente ainsi de gagner du temps sans avoir à donner une réponse négative à ces demandes fondées. À la différence de cette démarche, d’autres clients espagnols préfèrent traiter directement avec l’ambassadeur en poste à Vienne. Le comte de Trauttmansdorff, conseiller impérial, fait ainsi remarquer au marquis de Castel Rodrigo que

  • 38 « El marques de Castañeda y demás embax[ador]es de V[uestra] Mag[esda]d en Alemania pagassen puntua (...)

le marquis de Castañeda et les autres ambassadeurs de Votre Majesté payaient avec ponctualité audit comte lesdits deux mille ducados en argent sur les caisses de l’ambassade en raison des mérites de son père et de ce qu’il pouvait servir à cette monarchie dans l’avenir38.

  • 39 Parker (dir.), 1987, p. 376, n. 1. La source citée est AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, 3a época, (...)

43Toutefois, même si le constat de non-paiement des pensions semble identique en 1634 et en 1643, la situation tend à s’aggraver durant cet intervalle de temps. Comme l’a fait remarquer Geoffrey Parker, avec l’implication militaire croissante de la Monarchie Catholique sur plusieurs fronts (dans le Saint-Empire, dans les Flandres, en Italie, contre le royaume de France) et le début des soulèvements en Catalogne et au Portugal, le maintien de la présence espagnole dans l’espace impérial passe au second plan : de la période 1635-1640 à la période 1640-1643, les dépenses hispaniques dans le Saint-Empire ont quasiment été divisées par deux, passant de 3,5 millions à 1,8 million de florins39.

  • 40 Lettre de Ferdinand III au marquis de Grana, 28 septembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 8, fos  (...)
  • 41 À titre d’exemple : lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 30 janvier 1612, AHN, Estado, lib. (...)
  • 42 Reçus établis par Nicolas Vizente Scorza, 1er février, 16 mars et 23 mars 1647, HHSA, Spanien, Vari (...)

44Il ne s’agit donc plus seulement de retard dans le paiement mais davantage d’une incapacité pour la Monarchie Catholique à verser les subsides promis. D’une certaine façon, les demandes réitérées de l’archevêque de Mayence Anselm Casimir Wambold par l’intermédiaire de Ferdinand III, précédemment évoquées, en sont un exemple40 : que les recommandations impériales ne soient pas honorées par le Roi Catholique indique moins une certaine lenteur ou une mauvaise disposition à payer qu’une réelle insolvabilité. Confrontée à une telle situation, la Monarchie Catholique se voit contrainte de modifier le mode de financement de sa projection dans le Saint-Empire et notamment celui de son ambassade à Vienne. Traditionnellement, son approvisionnement en argent s’effectuait depuis Madrid où les conseils de la monarchie transmettaient à un agent espagnol dans l’un des territoires de la monarchie l’ordre d’envoyer une lettre de change à l’ambassadeur à Vienne, lettre qui était le plus souvent tirée sur des marchands d’une des grandes places financières germaniques ou à Vienne même41. À la fin des années 1640, à l’exception d’un envoi d’argent effectué par le vice-roi de Naples, le duc d’Arcos, la plupart des autres lettres de paiement adressées à Vienne le sont par des membres des grandes familles italiennes de la finance : Spinola, Lumaga, Oldoino… Les sommes versées sont également moins importantes. Alors que 100 000 escudos étaient remis en une seule fois à Oñate ou à Zúñiga, un seul des cinq versements effectués au duc de Terranova en 1647 dépasse 10 000 thalers, le total se montant à un peu plus de 32 500 thalers42. Le circuit de financement de l’ambassade de Vienne apparaît ainsi profondément changé et des acteurs étrangers aux institutions du gouvernement monarchique hispanique y participent de manière plus importante pour un résultat moindre. Ces procédés de cavalerie financière ne permettent pas de mobiliser des sommes importantes alors que le besoin s’en fait plus pressant et ils se doublent d’un accroissement de la dépendance financière de la Monarchie Catholique à l’égard des financiers génois.

L’effacement du réseau de clientèle espagnol

45Dans un courrier adressé au comte-duc d’Olivares à la mi-juillet 1631, Pedro de Villanueva informe le valido de Philippe IV de la méfiance qu’éprouvent Ferdinand II et sa cour à l’encontre des Espagnols :

  • 43 « Hase apoderado s[eño]r ex[celentísi]mo de los ánimos del emp[erad]or y sus ministros una tan tena (...)

Seigneur excellentissime, une obstination si tenace à croire que l’on a agi avec eux avec dissimulation et avec des intentions cachées à propos des accords avec le duc de Friedland et dans les affaires d’Italie s’est emparé des esprits de l’empereur et de ses ministres […] que je n’envisage de les en tirer qu’avec de très grandes difficultés43.

  • 44 Parker (dir.), 1987, p. 171.
  • 45 Bireley, 1981, p. 151.

46La suspicion impériale à l’endroit des Espagnols a donc deux motifs : d’une part, alors que le nombre de soldats (près de 150 000, selon Geoffrey Parker44) rassemblés par le général impérial Wallenstein, duc de Friedland, et l’autonomie croissante dont il fait preuve inquiètent Ferdinand II, les Espagnols continuent à fonder sur lui de grands espoirs pour attaquer les Provinces-Unies à revers depuis la région baltique de l’Allemagne. D’autre part, le refus par les Espagnols du traité de Cherasco — très favorable aux Français qui peuvent ainsi accéder à l’Italie du Nord, mais qui permet aux Impériaux de refermer un front et de se concentrer sur l’espace germanique — donne l’impression à l’empereur et à son entourage que Philippe IV est prêt à sacrifier l’Empire dans sa lutte contre le royaume de France45. Mais comme le fait remarquer un peu plus loin Pedro de Villanueva, les griefs impériaux ne se limitent pas à ces deux points :

  • 46 « El sentimiento es de dos maneras, el general q[ue] toca a lo común de las resoluciones y interese (...)

Ce sentiment prend deux formes, une générale qui concerne l’ensemble des résolutions et des intérêts et le fait de les voir mis en échec ou retardés et une particulière, propre à l’empereur qui, au fait de penser qu’on le trompe et qu’il se trouve dans des mains étrangères qui lui font faire et l’amènent là où on veut, ajoute la croyance qu’on le trompe en action et en parole et que les motifs de schismes et de zizanies doivent être grands et continus46.

47D’une façon détournée, il s’agit de faire comprendre à Madrid que ses alliés impériaux sont las de voir leurs propres intérêts toujours relégués au second plan par les Espagnols. Parce qu’il est exprimé sans détours et de manière lucide, le constat dressé par Villanueva est exceptionnel, mais il n’est pas unique pour autant. De tels reproches peuvent être repérés à plusieurs reprises durant les années 1630-1640.

  • 47 « Conqueruntur Hispani, quod a Catholicis Unitis statibus Imperÿ iam a duobus annis nulla auxilia o (...)
  • 48 « Status Uniti e contra causas denegati auxilÿ afferunt […] Maiestatem Caesarem directe teneri ad a (...)

48Ainsi, au même moment, alors que les Espagnols reprennent dans un document vraisemblablement produit pour la diète impériale de 1631 pourquoi ils « se sont plaints de ce que les États alliés catholiques de l’Empire ne pourront maintenir aucune aide pour leur cause durant deux années47 » et exposent huit raisons de faire valoir leurs droits à cette aide (parmi lesquels le fait que le cercle de Bourgogne détenu par les Habsbourg d’Espagne fait partie de l’Empire), huit nouveaux reproches leur sont adressés par les États et princes membres de la diète. Pour une grande part, ceux-ci détaillent de manière plus précise les motifs de défiance de l’empereur et des princes catholiques de l’Empire à l’égard des Hispaniques et sont repris de manière synthétique par Villanueva. Il est par exemple affirmé que l’aide espagnole s’adresse davantage à l’empereur qu’aux États de l’Empire48. Les motifs de méfiance sont donc réciproques mais il apparaît surtout que la présence de la Monarchie Catholique dans l’espace impérial soulève désormais des questions, même dans le camp catholique. Ce qui n’était pas envisageable il y a encore cinq ans le devient, à la fois parce que des arrière-pensées sont prêtées aux hommes de la Monarchie Catholique et parce qu’une alternative au soutien espagnol devient possible en la personne de l’empereur Ferdinand II.

  • 49 « Siempre havían procurado toda revelión y inquietud contra los Príncipes cathólicos del Imperio » (...)
  • 50 « El mayor nerbio de lo que allí se pone son las tropas de Babiera de quien no fía que obre más que (...)

49Si les membres de l’Empire éprouvent des réticences à l’endroit des Hispaniques, ces derniers ne sont en reste vis-à-vis de leurs partenaires dans l’espace germanique. En 1630, le duc de Tursi Carlo Doria s’était interrogé sur l’appui réel qu’apportaient les électeurs ecclésiastiques à l’action du Roi Catholique et s’était étonné d’une proposition qu’ils avaient faite pour éviter que le Saint-Empire ne devienne un champ de bataille entre les Hollandais et les Espagnols : si Philippe IV s’engageait à restituer les terres impériales qu’il occupait, les Hollandais feraient de même. L’ambassadeur extraordinaire avait beau mettre en valeur le fait que les Hollandais « ont toujours suscité toute rébellion et inquiétude contre les Princes catholiques de l’Empire », un tel langage ne laissait pas de l’alarmer49. En réalité, les archevêques de Mayence, de Trèves et de Cologne ne faisaient qu’exprimer un désir de pacification qui n’était pas encore à l’ordre du jour à Madrid. Toutefois, du point de vue hispanique, cette façon d’envisager les choses et de considérer tout projet différent de celui arrêté par le Conseil d’État espagnol comme une marque de défiance devient désormais un fait récurrent, si ce n’est durable. En 1642, le Conseil d’État partage le constat du marquis de la Fuente sur le rôle de la Bavière et sur le fait que « le nerf principal de ce qui passe là-bas sont les troupes de la Bavière dont il ne faut pas attendre qu’elle travaille à autre chose qu’à défendre Cologne et Bonn et à protéger son État50 ».

50L’empereur lui-même suscite des réserves parmi les Espagnols alors qu’il donne des signes de vouloir assigner à la guerre des fins et des recours distincts de ce qui est envisagé à Madrid :

  • 51 « Pareze a su Mag[esda]d Ces[are]a que pues la Francia es la fuente de donde manan todos los daños (...)

Il semble à sa Majesté Impériale que, puisque la France est la source d’où coulent tous les dommages dont souffre ladite Augustissime Maison, il convient de mettre absolument tout en œuvre pour trouver une paix avec elle, en ne négligeant aucun recours possible pour y parvenir51.

  • 52 Ruppert, 1979, pp. 19-22.

51C’est là un plan qui s’oppose directement à la stratégie mise en œuvre par la Monarchie Catholique, puisqu’une paix avec le royaume de France est le dernier recours alors envisagé. Cette tentative de Ferdinand III pour essayer d’infléchir la position de guerre à tout prix contre Louis XIII doit cependant être davantage considérée comme le résultat des évolutions intérieures du Saint-Empire que comme l’affirmation de l’indépendance de l’empereur à l’égard de Philippe IV. En effet, par crainte de perdre le soutien des États de la diète impériale et plus encore des princes-électeurs, soutien durement acquis puis confirmé par la paix de Prague de 1635, Ferdinand III est contraint de faire passer au second plan les liens dynastiques qui l’unissent au Roi Catholique et de promouvoir les intérêts spécifiques du Saint-Empire52.

  • 53 Ruppert, 1979, pp. 98-99 ; Parker (dir.), 1987, pp. 271-275.

52Cette prise de distance entre la Monarchie Catholique d’une part et les États catholiques du Saint-Empire et l’empereur d’autre part est un fait nouveau dans les relations hispano-impériales. Elle traduit notamment l’incapacité des Espagnols à faire fonctionner leurs relais d’influence dans l’Empire. Le renforcement de l’autorité impériale à partir du règne de Ferdinand II n’est sans doute pas étranger à un tel phénomène mais l’incapacité des Espagnols à maintenir leur propre réseau de clientèle joue également. En ce sens, l’accumulation des retards de paiement des pensions dans les années 1640 pousse un nombre non négligeable de leurs clients à se tourner vers l’empereur et à ne plus attendre d’aide en provenance de la péninsule Ibérique. En 1644, les négociations de paix qui s’ouvrent en Westphalie confirment ces repositionnements. Les Espagnols, présents dans ces négociations au titre de représentants du cercle de Bourgogne, ne parviennent à regrouper autour d’eux qu’un petit nombre de représentants d’États, une quinzaine environ. On y trouve l’archiduc Léopold Guillaume, mais aussi l’évêque d’Osnabrück Franz Wilhelm von Wartenberg, le prieur Adami von Murrhart et Leuchselring, aucun d’eux n’étant alors connu pour être des clients espagnols. Ce groupe refusant toute concession, notamment sur la question confessionnelle, il devient cependant davantage un poids qu’une aide pour l’empereur dans les négociations. Pour pouvoir établir une paix durable, ce dernier doit plutôt s’appuyer sur le collège des princes-électeurs et accepter que les décisions concernant l’ensemble de l’Empire soient prises conjointement par l’empereur et le collège électoral53. De ce point de vue, l’échec du réseau espagnol dans le Saint-Empire empêche toute mise en place d’une paix favorable à la Monarchie Catholique.

Un échec du réseau espagnol : l’archevêque de Trèves Philipp Christoph von Sötern

53La trajectoire de Philipp Christoph von Sötern de 1623 à 1635 constitue un cas exemplaire de la lente désagrégation du réseau clientélaire espagnol dans le Saint-Empire. Elle met non seulement en évidence la dissolution du lien de clientèle comme système de gestion des conflits mis en place par la Monarchie Catholique mais elle révèle également l’incapacité des Espagnols à s’imposer à leurs clients.

  • 54 Relation sommaire de ce que contiennent les dépêches d’Allemagne du 14 janvier 1622, AHN, Estado, l (...)
  • 55 Kessel, 1979, p. 145.
  • 56 « Para que a lo menos por su parte no contradiga » (consulta du consejo de Estado, 6 juillet 1630, (...)

54En 1622, alors qu’il n’est encore qu’évêque de Spire, Sötern participe déjà au réseau clientélaire de la Monarchie Catholique depuis une douzaine d’années et a pu rendre à ses protecteurs des services signalés au point qu’une pension de 6 000 florins est alors évoquée en récompense de son dévouement54. Jürgen Kessel voit en lui un homo hispanicus, parangon du client espagnol dans le Saint-Empire55 : Sötern s’est en effet comporté comme un soutien affirmé des intérêts espagnols lors de la guerre de succession de Juliers ou au moment de la succession de Rodolphe II. En 1623, son élection à la tête de l’archevêché et électorat de Trèves lui confère un nouveau statut : il est désormais membre du collège électoral chargé de procéder à l’élection du successeur de l’empereur et, à ce titre, il participe de manière directe au maintien et à la continuité de l’institution impériale. Sötern fait ainsi partie des princes que les Espagnols cherchent à se concilier en vue de la diète de 1630 « pour qu’au moins il n’y ait pas de contradiction de sa part » aux intérêts des Habsbourg56. À cette occasion, le nouvel archevêque de Trèves apparaît comme un des relais de l’influence hispanique dans le Saint-Empire, non plus dans l’ombre en jouant les intermédiaires ou les informateurs, mais de manière éclatante. Quelques mois plus tard, en vue d’une réunion des électeurs qui doit désigner le nouveau roi des Romains, le duc de Tursi rapporte au Conseil d’État espagnol que Sötern, 

  • 57 « Con su gran industria le havía superado dos passos el prim[er]o que los Electores que están en el (...)

avec sa grande habileté, lui a permis de franchir deux étapes : la première, que les Électeurs qui se trouvent dans le collège ont accepté d’un commun accord de procéder à l’élection ; la deuxième, de ne pas sortir [le titre impérial] de la maison d’Autriche à l’exclusion de quelque autre personne57.

55Davantage qu’Anselm Casimir Wambold, récemment élu archevêque de Mayence, Philipp Christoph von Sötern fait alors figure de principal agent hispanique dans le Saint-Empire et dans le collège électoral en raison de l’ancienneté de son appartenance à la clientèle du Roi Catholique.

Tableau 2 — Les pensionnaires espagnols en 1629

Montant annuel des pensions (en florins)
Électeur de Cologne 20 000
Électeur de Trèves 4 000
Duc de Neubourg 6 000
Comte de Meggau, membre du Conseil d’État et grand majordome 2 250
Comte de Mansfeld, membre du Conseil d’État 1 500
Juan Gaspar Rambolt, facteur à Augsbourg 572
Paulo Cornasani*, majordome de la duchesse de Friedland 272
Le comte de Fürstenberg, membre du Conseil d’État et président du conseil aulique 1 500
Le cardinal Dietrichstein, membre du Conseil d’État 10 000
Le comte de Trauttmansdorff membre du Conseil d’État 1 500
Le baron de Bemelberg, serviteur de l’archiduc Léopold 3 000
Le duc Albert de Bavière, frère et héritier de l’électeur 9 000
L’archevêque d’Esztergom, Péter Pázmány 4 500
Le baron de Cromumburg, neveu du défunt électeur de Mayence Johann Schweikard 2 250
Don Antonio Landy 360
Ana Lergenfildrin, veuve de Guillermo Landerboye 180
Le colonel Grifino Markand 2 700
Cesar Rubin 360
Baltasar Marradas 1 500
Wilhelm von Metternich neveu de l’électeur décédé de Trèves 2 250
Pedro Guz de Vlierte 440
Le baron de Pernstein 3 666
Doña Ana Maria Roiz et doña Ines, sa sœur 180
Juan Ambrosio Rens, résident de l’infante Isabelle 720
Gabriel Gerardo 600
Juan de Aviles 360
TOTAL 79 660

Sources
D’après la lettre au comte de Castro, 29 août 1629, AGS, Estado, Alemania, leg. 2510, doc. 81. Le tableau se trouve également dans Günter, Die Habsburger-Liga, pp. 231-233.

*Les noms propres en italiques respectent la graphie donnée par le document en espagnol. Ils n’ont pu être trouvés ailleurs.

  • 58 Kessel, 1979, pp. 159-171 et 278-283.

56Néanmoins, un certain nombre de problèmes intérieurs de la principauté de Trèves entrent alors en interférence avec les liens établis avec la Monarchie Catholique. Les deux questions principales tiennent aux relations du prince-archevêque avec la ville de Trèves et avec l’abbaye de Saint-Maximin. Sötern souhaite devenir abbé commendataire de cette dernière depuis son élection à Trèves : outre la commende qui lui serait ainsi attribuée, ce serait également le moyen de faire revenir sous la protection de Trèves un territoire qui avait été rattaché au Luxembourg espagnol au début de la guerre de Trente Ans par Guillermo Verdugo. Alors que Sötern considère l’appui de Philippe IV et de la gouvernante des Pays-Bas, Isabelle, comme une forme de récompense pour ses services, les Espagnols envisagent la question sous un autre aspect : ils préfèrent éviter de mécontenter les moines de Saint-Maximin et la noblesse du Luxembourg qui voient tous d’un mauvais œil la possible nomination d’un prélat germanique58.

  • 59 Ibid., pp. 283-301.

57La deuxième difficulté intérieure à laquelle Sötern se heurte et qui a des répercussions sur ses relations avec les Espagnols concerne une querelle avec la ville de Trèves. L’archevêque prétend faire peser une partie des dépenses effectuées durant les premières années de la guerre de Trente Ans, et notamment celles liées à la mise en place de la Ligue catholique, sur la cité alors que celle-ci aspire toujours à s’émanciper de la tutelle épiscopale. En raison de la protection que le duc du Luxembourg, c’est-à-dire le Roi Catholique, doit à la ville de Trèves, les instances municipales se tournent vers Philippe IV et la gouvernante des Pays-Bas et finissent par obtenir leur appui sur cette question59. Sur ces deux points, la capacité des Espagnols à arbitrer entre leurs différents protégés est ici mise en cause et, en dernière instance, ce sont les avantages pour les territoires dépendant directement de la Monarchie Catholique qui sont pris en compte, au détriment de l’équilibre général du système.

  • 60 « Acavaron la plática con que se devía acudir al serv[ici]o de V[uestra] M[ajesda]d » (consulta du (...)

58Si, à elles seules, ces affaires ne suffisent pas à expliquer pourquoi Philipp Christoph von Sötern a quitté la clientèle espagnole, elles constituent toutefois l’arrière-plan dans lequel cet abandon a lieu. Par ailleurs, la concomitance de ces problèmes avec la réaffirmation d’une présence française dans l’espace impérial offre à Sötern de nouveaux recours. Les premiers signes d’une méfiance des Espagnols à l’endroit de l’archevêque de Trèves s’expriment en 1630 par l’intermédiaire de Carlo Doria : l’ambassadeur extraordinaire constate que Sötern soutient, de même que les deux autres électeurs ecclésiastiques, un projet visant à amener les Espagnols à faire des concessions aux Hollandais pour rétablir la paix dans la région du bas Rhin. Pour le duc de Tursi, cette offre signifie que les prélats « en ont fini avec les communications dues au service de Votre Majesté » ; le Conseil d’État espagnol, cependant, ne débat pas sur cette question60. A posteriori, il s’agit néanmoins d’un des premiers signes indiquant que la Monarchie Catholique n’est plus en mesure d’avoir une position indiscutée parmi ses clients.

59La prise de distance entre Sötern et les Espagnols se confirme quelques années plus tard, à mesure que la politique française en direction du Saint-Empire devient plus affirmée. En août 1633, l’archevêque de Trèves est le relais d’une proposition française de conciliation avec l’archevêque de Cologne Ferdinand de Bavière, proposition connue des Espagnols : une armée suédoise de 40 000 hommes présente dans l’évêché de Spire prétend ainsi

  • 61 « Echarse en el Arçobispado de Colonia y apoderarse con viva violençia de la misma Villa de Colonia (...)

se jeter contre l’Archevêché de Cologne et s’emparer de vive force de la Ville de Cologne elle-même. […] Par conséquent, sa Majesté Très Chrétienne, en raison de la grande affection qu’elle éprouve pour les Seigneurs Électeurs, Princes et États de l’Empire et leurs Membres, mue par son esprit Très Chrétien, a estimé bon et très nécessaire d’en avertir le Sérénissime Électeur de Cologne, les Seigneurs de l’Église Métropolitaine et la Ville Impériale de Cologne par l’intermédiaire du Prince de Trèves61.

  • 62 « Luçir çiertas esperanças del acomodamiento » (ibid., fo 350).
  • 63 « Si sucediese que Tréveris hiziese alguna abertura de reducirse como se governará. En este punto p (...)
  • 64 Abmeier, 2001, p. 387.

60En informant l’archevêque de Cologne de ce risque et en faisant « briller les espérances certaines d’un accommodement », les Français pensent gagner les faveurs de Ferdinand de Bavière62. Surtout, il s’agit là de la preuve que l’archevêque de Trèves a cessé d’être un client espagnol et a basculé dans le camp de la monarchie française. Dès lors, Sötern apparaît comme le principal agent français dans le Saint-Empire, au point que le Conseil d’État considère qu’il convient de s’en méfier systématiquement, même s’il venait à se repentir de cet engagement63. La rupture devient irrémédiable lorsqu’il accorde aux Français le droit de placer des garnisons à Philippsbourg, Ehrenbreitstein et Trèves64 : cette décision, prise pour s’assurer la neutralité des Suédois qui occupent alors Mayence, est la fois le signe que les Espagnols ne paraissent plus en mesure de protéger leurs clients face à une importante armée ennemie et une menace directe contre le camino español, c’est-à-dire contre le système territorial mis en place par la Monarchie Catholique à l’échelle du continent européen.

61L’exemple de Philipp Christoph von Sötern tend donc à montrer que le réseau de clientèle hispanique dans le Saint-Empire se délite progressivement du fait de l’incapacité des Espagnols à concilier leurs intérêts et ceux de leurs clients et du fait également de la concurrence incarnée par le royaume de France à partir des années 1630 : celui-ci offre une nouvelle possibilité de protection et de revenus à des princes qui se sentent menacés par le cours des événements. De ce point de vue, les deux dernières décennies de la guerre de Trente Ans correspondent à la remise en question de la présence espagnole dans le Saint-Empire.

III. — ENTRE TENTATION DE LA NEUTRALITÉ ET BESOIN DE PROTECTION IMPÉRIALE

  • 65 Günter, Die Habsburger-Liga, pp. 231-233. Voir également tableau 2.
  • 66 Brück, 1953b, p. 310.

62À partir des années 1630, l’incapacité des Espagnols à satisfaire les attentes de leurs clients ne se traduit pas de manière systématique chez ces derniers par le rejet des Espagnols ni l’abandon du lien. Les archevêques de Mayence en offrent un bon exemple pour cette période. Entre 1626 et 1629, trois archevêques se succèdent à la tête de la principauté électorale : Johann Schweikard von Cronberg meurt en 1626 ; son successeur, Georg Friedrich von Greiffenclau, n’occupe la charge que trois ans et décède à son tour en 1629. Ce n’est qu’avec l’élection d’Anselm Casimir Wambold, en 1629, qu’une relative continuité s’installe dans l’électorat. S’il s’agit d’un fait normal dans le gouvernement d’un État, cette rapide succession de trois archevêques perturbe les relations nouées avec la Monarchie Catholique : la mort de Johann Schweikard von Cronberg prive les Espagnols d’un allié influent dont ils connaissent les attentes et les façons de procéder. Le bref règne de Greiffenclau a laissé trop peu de traces documentaires pour que l’on puisse en déduire quoi que ce soit sur la nature des liens entre la principauté de Mayence et la péninsule Ibérique. Ce n’est donc qu’avec Anselm Casimir Wambold que des relations stables peuvent être tissées de nouveau. Mais ces successions rapides ont affecté les liens avec la monarchie espagnole comme le prouve l’absence d’Anselm Casismir Wambold von Umstadt de la liste des pensionnaires ibériques dans le Saint-Empire en 162965. Par ailleurs, la ville de Mayence est occupée par les Suédois de décembre 1631 à 1636 et par les Français en 1644, ce qui amène le prince-électeur Anselm Casimir Wambold à se réfugier d’abord à Cologne puis à Francfort66. La position de l’archichancelier, coupé de ses bases territoriales et d’une partie non négligeable de ses revenus, est ainsi fragilisée. Enfin, Anselm Casimir Wambold n’est mentionné par aucun courrier diplomatique hispanique et ne fait partie d’aucune liste de pensionnaires espagnols avant 1629. Il n’appartenait pas aux clients du Roi Catholique au moment de son élection et les agents de ce dernier doivent construire avec lui une nouvelle relation à partir de rien, ce qui explique sans doute qu’ils aient préféré miser sur Sötern pour relayer leur influence dans le Saint-Empire. Ces raisons, ainsi que l’exil forcé dans la première moitié des années 1630 et en 1644, amènent donc à une modification et à une redéfinition des liens unissant l’archevêque de Mayence et Philippe IV.

Volonté de retour à la normale ou aspiration à la neutralité ?

  • 67 « Monedades de aduanas y cobranzas que la gente de guerra ha introducido en las tierras y estados d (...)
  • 68 Consulta du consejo de Estado sur une lettre de Carlo Doria, duc de Tursi, 14 août 1630, AGS, Estad (...)

63Avant l’occupation de Mayence par les troupes de Gustave Adolphe en décembre 1631, les archevêques manifestent leur volonté de retour à des conditions normales de fonctionnement du Saint-Empire. Dans cette perspective, ils tâchent de mettre à profit la relative pacification que connaît l’espace germanique entre la fin de la guerre pour le Palatinat et l’échec de l’intervention danoise d’une part, et le début de l’intervention suédoise en 1630 d’autre part. Cette volonté de retour à la normale s’exprime notamment dans les tentatives menées pour renouer des liens commerciaux et économiques avec les Provinces-Unies ou le long du cours inférieur du Rhin. Georg Friedrich von Greiffenclau réclame ainsi la fin des « droits de douanes et des recouvrements que les soldats [espagnols] ont introduit dans les terres et les États de l’Empire67 ». Deux ans plus tard, son successeur, Anselm Casimir Wambold, manifeste quant à lui le souhait que les Espagnols restituent au Saint-Empire des territoires qu’ils occupent au fur et à mesure que les Hollandais font de même68. Cette proposition, menée conjointement avec les archevêques de Cologne et de Trèves, vise à fonder une paix durable permettant aux membres de l’Empire de se réapproprier la majeure partie des territoires disputés par des puissances étrangères.

  • 69 Parker (dir.), 1987, pp. 172-173.

64Contrairement à ce que pense alors le duc de Tursi, cette attitude ne doit pas être comprise comme une prise de distance vis-à-vis de la Monarchie Catholique et de ses intérêts. Ces deux initiatives s’inscrivent davantage dans la volonté de pacification exprimée par l’archevêque de Mayence lors de la réunion de la Ligue catholique à Mergentheim en 1629 : à cette occasion, il demande le renvoi de Wallenstein, général des troupes impériales, pour rétablir la paix dans le Saint-Empire69. Il n’est donc pas seulement question de restaurer les routes commerciales au profit des princes mais bien d’étendre à l’ensemble de l’espace germanique le processus de pacification initié en 1629 avec la défaite de Christian IV du Danemark. Toutefois, ce projet est rendu caduc par l’intervention suédoise en 1630 et l’occupation de Mayence l’année suivante.

  • 70 « El que no se declara por ninguna de las partes » (Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castell (...)
  • 71 BNE, ms. 432, fos 1-73vo, 1640.
  • 72 Ruppert, 1979, p. 22 ; Parker (dir.), 1987, pp. 255-256.

65De manière significative, cette aspiration à la neutralité, conçue comme le caractère de « celui qui ne se déclare pour aucune des parties70 » en présence, est violemment combattue par les Espagnols au fur et à mesure que leur position dans le Saint-Empire se dégrade, c’est-à-dire après les manifestations qu’en ont données Johann Schweikard von Cronberg et Anselm Casimir Wambold. En 1640, un arbitrista anonyme, un de ces donneurs d’avis écrivant des mémoires sur des points précis à destination des puissants, rédige à l’intention du comte-duc d’Olivares un traité dans lequel sont exposées vingt-quatre propositions démontrant que la neutralité est une position impossible à tenir dans le Saint-Empire71. De manière classique, les deux premières propositions insistent sur le fait que « la neutralité répugne aux lois divines ». Les propositions 3 à 7 portent sur l’incompatibilité de la neutralité avec le droit et les dix-sept dernières sur son incompatibilité avec le fonctionnement du Saint-Empire. Ce mémoire est produit au moment où l’empereur Ferdinand III réunit à Ratisbonne une diète pour tenter d’élargir l’amnistie aux princes protestants qui s’étaient jusqu’alors montrés rebelles à son autorité. L’objectif impérial est de rassembler autour de lui l’ensemble des princes territoriaux de l’Empire pour peser face aux royaumes de France et de Suède, quitte à accorder davantage de concessions sur la possession de biens ecclésiastiques sécularisés72. Dans ce contexte, le mémoire semble aller dans la même direction que l’empereur. Néanmoins, il montre de manière assez nette que la neutralité n’est pas une option envisageable pour les Espagnols : tout prince amené à entrer en relation avec la Monarchie Catholique lui est hostile s’il n’établit pas avec elle une « bonne correspondance ».

« Des gages si nombreux de bonne et réciproque correspondance » ?

  • 73 « Traduction d’une lettre au Sérénissime Électeur de Mayence de la part du Maréchal de Camp Général (...)
  • 74 Sur la bataille de Fribourg-en-Brisgau qui a eu lieu le 7 août 1644, voir Parker (dir.), 1987, pp.  (...)
  • 75 Schilling, 2007, pp. 175-190 ; Arndt, 1998 ; Hermant, 2012.

66En 1644, la veuve de Pedro Tazo fait imprimer à Madrid la traduction d’une lettre du général impérial Franz von Mercy et du duc de Bavière Maximilien Ier adressée à l’archevêque de Mayence Anselm Casimir Wambold. Elle l’informe de la victoire remportée à Fribourg par les Impériaux et les Bavarois sur les troupes du duc d’Enghien, du maréchal de Turenne et des « Weimariens », anciens soldats de Bernard de Saxe-Weimar entrés au service du roi de France73. Au lieu de s’interroger sur l’authenticité de ce document et sur le parcours de cette lettre qui finit par être éditée pour le public hispanophone, il convient plutôt de se demander quelle est la signification de cette mise en scène du lien entre les généraux impériaux et l’archichancelier dans la perspective de la Monarchie Catholique. L’archevêque de Mayence y apparaît alors comme un allié potentiel de Philippe IV et semble entretenir de bonnes relations avec d’autres membres de la famille Habsbourg et avec la maison de Bavière. Ses ennemis sont les mêmes que ceux du Roi Catholique : tout au long de ce courrier, les supposés rédacteurs insistent sur l’hostilité des Français et mettent en exergue les pertes qu’ils ont subies74. À bien des égards, ce document s’inscrit dans la lignée des pamphlets et lettres volantes qui visent moins à informer qu’à mobiliser les forces internes des États75. Mais du point de vue espagnol, cette mise en scène pose problème : même si les points communs existent et permettent d’établir les fondements d’une bonne correspondance, comment orienter celle-ci vers une collaboration efficace ?

  • 76 « Se ordene a los ministros de Alemaña se procure ganar a los Electores de Tréveris y Maguncia » (c (...)

67En effet, les Espagnols sont demandeurs d’un lien avec Mayence qui débouche sur des actions concrètes ainsi que le montre une consulta du Conseil d’État enjoignant « aux ministres d’Allemagne d’essayer de gagner les Électeurs de Trèves et de Mayence » en vue de la préparation d’une réunion électorale qui aurait dû aboutir à l’élection de l’archiduc Ferdinand comme roi des Romains76. À l’égard de Mayence, cette injonction intervient peu de temps après l’élection d’Anselm Casimir Wambold et fait figure de prise de contact avec le nouvel archevêque. Un peu plus tard, au printemps 1634, l’envoi du marquis de Leganés comme « gouverneur des armes » en Allemagne confirme ces intentions sans leur assigner de contenu plus précis. Lors de la discussion de son instruction secrète, le Conseil d’État espagnol déclare que le marquis,

en se rapprochant du Rhin, présentera ses respects aux Électeurs de Mayence et de Cologne, ainsi qu’à l’évêque de Wurtzbourg et à l’abbé de Fulda qui se trouvent à Cologne pour les encourager et les maintenir dans leur persévérance.

  • 77 « Acercándose al Rhin hará cumplimiento con los Electores de Moguncia y Colonia con el obispo de He (...)

68Plus loin, il ajoute qu’« il conviendra toujours et par tous les moyens de porter assistance aux serviteurs » du Roi Catholique77. Il ne faut pas voir dans ces manifestations de simples démonstrations formelles. Leur réitération montre combien les Espagnols entendent maintenir des liens étroits avec l’archevêque de Mayence et, au-delà, avec les princes catholiques de la mouvance impériale. Un mois après ces premières discussions, le Conseil d’État réaffirme qu’

  • 78 « Con el Elector de Moguncia pareze se deben hazer todos los officios posibles para asegurarle del (...)

avec l’Électeur de Mayence, il semble qu’il faille mettre tout en œuvre pour l’assurer de l’amour que lui porte Votre Majesté et qu’elle désire lui voir restituer ses États et pour l’assurer de ce que Votre Majesté ne lui fera pas défaut ; il conviendra que cet Électeur et l’abbé de Fulda et tous ces Princes demeurent sous la protection de Votre Majesté et pour y parvenir, il faut veiller sur eux78.

69Si aucune mesure concrète n’est alors prise à Madrid, c’est parce que l’exécution de cette recommandation échoit au marquis d’Aytona, alors gouverneur des Pays-Bas. La Monarchie Catholique montre alors qu’elle désire non seulement maintenir une présence dans l’espace impérial mais qu’elle compte pour ce faire s’appuyer sur un réseau constitué pour l’essentiel des prélats catholiques en exil à Cologne.

70Après le pillage des États de l’archevêque de Mayence par les « Weimariens » à l’automne 1639, Philippe IV fait envoyer une lettre de consolation à Anselm Casimir Wambold :

  • 79 « El Car[dina]l Infante mi her[ma]no me ha dado quenta de lo que de nuebo ha padecido V[uestra] D[o (...)

Le Cardinal Infant, mon frère, m’a informé que Votre Domination a de nouveau souffert dans sa personne et dans ses États lorsque les troupes de Weimar y sont passées pour aller dans le Palatinat. Je l’ai durement ressenti, comme qui aime et estime Votre Domination avec des gages si nombreux de bonne et réciproque correspondance et je lui souhaite toute la quiétude et la prospérité qu’elle mérite. Je place en Dieu l’espoir de voir des temps plus apaisés et en toute chose Votre Domination reconnaîtra ma bonne volonté de le consoler et de le satisfaire ; l’Infant, mon frère, qui sait ce qu’il en est, travaillera autant qu’il le pourra à cette fin, conformément aux ordres dont il dispose79.

71Une fois de plus, on constate que la mise en pratique de cette « bonne correspondance » est du ressort du gouverneur des Pays-Bas, en l’occurrence le cardinal-infant Ferdinand, et non plus de l’ambassadeur en poste en Vienne. Par ailleurs, aucune mesure concrète n’est spécifiée et il serait facile de voir dans ce courrier le désir d’entretenir à moindres frais une relation que les Espagnols ne savent ou ne peuvent exploiter.

  • 80 « Bueno y seguro ánimo » et « buena voluntad » (lettre de Philippe IV aux électeurs ecclésiastiques (...)
  • 81 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 402-410 ; Vermeir, 2006, pp. 157-162.
  • 82 Ruppert, 1979, pp. 22-24.

72Cette impression est confirmée par une autre lettre, également rédigée en 1639 et destinée aux électeurs ecclésiastiques, dans laquelle le Roi Catholique tient à les assurer de sa « disposition bienveillante et assurée » et de sa « bonne volonté ». Rien de plus précis n’est indiqué alors que la diète de Ratisbonne se prépare80. Le contexte est alors difficile pour la Monarchie Catholique : engagée sur plusieurs fronts, elle doit lutter contre les Français et contre les Hollandais. De plus, en raison des difficultés dans l’approvisionnement en argent américain et de l’échec de l’armada d’Oquendo en 1639, la stratégie du cardinal-infant en est réduite à une défense incertaine qui l’empêche de se projeter au-delà des frontières des Pays-Bas espagnols81. C’est aussi le moment où certains alliés de l’empereur Ferdinand III, notamment Maximilien Ier de Bavière, songent à signer des paix séparées, soit avec la France soit avec la Suède82. L’envoi de ces courriers apparaît alors comme l’un des rares moyens disponibles pour éviter que le parti impérial et catholique ne se disloque. Ce qui prime une fois de plus pour la Monarchie Catholique est moins la principauté de Mayence considérée dans sa dimension territoriale que le rôle de l’archevêque au sein du collège électoral. Cet aspect oriente de manière presque exclusive la nature des relations entre les deux partenaires, comme le montrent les instructions au duc de Terranova :

  • 83 « Porque con el Elector de Maguncia como Director del Colegio Electoral es fuerça tener más ordinar (...)

Parce qu’avec l’Électeur de Mayence en tant que Directeur du Collège Électoral il est nécessaire d’entretenir la plus ordinaire des correspondances, vous tâcherez avec le plus grand soin de le maintenir content et satisfait comme il le mérite83.

73Adaptée à la situation à laquelle sont confrontées la Monarchie Catholique et la principauté de Mayence, cette attitude espagnole dissimule toutefois assez mal le fait que l’ancien lien fondé sur un échange de services s’est dégradé et consiste désormais pour l’essentiel en une attitude positive l’un à l’égard de l’autre, sans contenu supplémentaire.

74D’une façon somme toute assez similaire, les archevêques de Mayence, et au premier chef Anselm Casimir Wambold, préfèrent alors cultiver la relation avec les Espagnols pour affronter les difficultés immédiates qui les assaillent plutôt que de mettre en œuvre un projet plus vaste de consolidation des institutions impériales. Ainsi, une fois l’archevêché de Mayence occupé par les Suédois, le prince-électeur se réfugie à Cologne et continue d’entretenir des relations avec les Pays-Bas espagnols avec des intentions bien arrêtées : en novembre 1633, il envoie au marquis d’Aytona, gouverneur des Pays-Bas, un émissaire, Christoph Weer. Celui-ci doit tout d’abord apporter au gouverneur espagnol l’assurance

  • 84 « La buena volontad q[ue] queda al señor Pr[íncip]e de serville con desseo n[uest]ro señor continue (...)

de la bonne volonté du seigneur Prince de le servir, avec le souhait que Notre Seigneur maintienne Son Excellence dans une santé parfaite, comme le requiert le Service de la très Auguste Maison d’Autriche et le bien commun84.

  • 85 « La recuperación de su Arçobispado de Moguncia » (ibid.).

75Le registre est ici celui de la bonne correspondance, à l’identique de la position espagnole. Un contenu plus concret est pourtant assigné à la relation puisque la mission de Weer est d’obtenir d’Aytona que le corps d’armée qu’il doit envoyer au duc de Feria et qui doit franchir la Moselle pour reprendre possession du Palatinat inférieur combatte également pour « la récupération de son Archevêché de Mayence85 ». Le gouverneur espagnol doit aussi autoriser le général Bunickhausen, qui commande un contingent enrôlé par l’archevêque de Mayence, de se joindre aux troupes espagnoles. Enfin, cette mission a un objectif financier :

  • 86 « Por quanto muy necessitada, y desnuda, la soldadesca a cargo de dicho Buniqhausen, y también no l (...)

Dans la mesure où elle est très nécessiteuse et dénudée, la soldatesque à la charge de Bunickhausen, qui n’est pas non plus la mieux armée, requiert en tout cas ce qui est de première nécessité. C’est pourquoi il faut demander que soit donné un mois de paie pour qu’avec cela on lui porte soin, on la conforte et l’anime. Ledit député devra s’employer ni plus ni moins pour que Son Excellence veuille bien ordonner de remettre cette paie comme de subvenir aux autres nécessités survenant en de telles expéditions86.

76La Monarchie Catholique est vue comme un soutien financier et militaire pour un archevêque qui doit reconquérir ses territoires et qui est coupé des revenus qui y sont liés. Un contenu très précis mais aussi relativement restreint, puisqu’il ne vise pas autre chose que les intérêts particuliers du prince-électeur de Mayence, est assigné à la relation avec Philippe IV. Toutefois, dans la mesure où la principauté n’a pas été reconquise en 1634 par l’intermédiaire des Espagnols, cet objectif n’est pas atteint. Surtout, cette demande ne semble pas avoir été réitérée de la part d’Anselm Casimir Wambold.

77Les relations entre le Roi Catholique et l’archevêque de Mayence en restent-elles à ces protestations de « bonne correspondance » ou trouvent-elles un contenu commun concret ? Quelques éléments permettent d’établir que, pour la première moitié de la décennie 1630, le soutien à l’empereur permet à ces deux acteurs de se retrouver sur une ligne d’action commune. Lorsque l’archevêque de Trèves, Philip Christoph von Sötern, informe l’électeur de Cologne et, au-delà, les autres princes de l’Empire d’une possible incursion suédoise contre leurs territoires et qu’il propose pour l’éviter de se rallier à une médiation française, il suscite de la part de la Ligue catholique, et donc de l’archevêque de Mayence qui en est un des directeurs, une réaction homogène :

  • 87 « Viendo estas cosas el Duque de Baviera, el Elector de Colonia su hermano y los demás Príncipes de (...)

Le Duc de Bavière, l’Électeur de Cologne son frère et les autres Princes de la ligue catholique voyant cela, ainsi que le danger dans lequel ils se trouvaient et le fait que le Suédois voulait leur imposer un joug aussi pesant, […] on se résolut au meilleur avis, celui de prendre les armes, de procéder à des levées, de se réunir et de se rassembler avec l’Empereur et la Maison d’Autriche, d’œuvrer au relèvement de la chose commune et de la Religion et de dénoncer le Tyran87.

78En butte aux manœuvres françaises dans l’espace impérial, le parti catholique impérial décide donc de soutenir l’empereur Ferdinand II qui lui semble le plus à même de maintenir l’intégrité du Saint-Empire et d’établir une paix durable. De son côté et presque au même moment, le Conseil d’État espagnol établit une ligne de conduite symétrique pour le marquis de Leganés. Il lui est recommandé de donner

  • 88 « Mayor satisfación del Emp[erad]or de los Príncipes Cath[óli]cos y de la caussa cath[óli]ca y siem (...)

la plus grande satisfaction à l’Empereur, aux Princes Catholiques et à la cause catholique et à chaque fois qu’il rencontrera des Français à l’intérieur de l’Empire qu’il agisse au nom de l’Empereur et qu’il laisse des garnisons de l’Empereur ou en son nom88.

79Dans cette corrélation, qui n’est pas une nouveauté en soi, entre la cause impériale et la cause catholique, les Espagnols affirment clairement qu’ils sont prêts à agir comme des soutiens de Ferdinand II. Mais cet objectif est indissociable des moyens pour y parvenir. Dans cette perspective, soutenir l’archevêque de Mayence, un des directeurs de la Ligue catholique qui s’est rangée derrière l’empereur, est une façon de travailler pour ce dernier. C’est donc sur la figure impériale que se rencontrent les Espagnols et Anselm Casimir Wambold.

L’archevêque de Mayence à l’heure des choix

80Démêler l’écheveau que constitue la dernière décennie de la guerre de Trente Ans est une tâche des plus ardues. En mettant un terme à la plupart des guerres européennes ouvertes pour certaines au milieu du xvie siècle, les traités de Westphalie leur confèrent une unité a posteriori qui n’est pas évidente sur le moment. De ce fait, il est parfois difficile voire impossible d’assigner aux acteurs engagés dans ces événements une attitude univoque et linéaire. D’une manière assez similaire, les conférences de Münster et d’Osnabrück consacrent un système dans lequel les différents États territoriaux du Saint-Empire s’acheminent vers une quasi-souveraineté : avec le jus foedorum et le jus armorum notamment, ils se voient reconnaître le droit de passer des alliances et de lever des troupes. Pourtant, il ne s’agit là que de la confirmation d’un nouvel ordre qui travaillait les structures impériales depuis le début du siècle. Ainsi, au moment d’analyser l’évolution de la projection hispanique dans le Saint-Empire durant la décennie 1640 et d’étudier son articulation avec l’archevêque de Mayence, il faut démêler ces différentes évolutions, quitte à établir des distinctions qui peuvent paraître arbitraires.

  • 89 Parker (dir.), 1987, pp. 254-259 ; Schilling, 2007, pp. 537-538.

81Avec la fin des années 1630 et le début de la décennie suivante, on assiste à un mouvement général et assez désordonné de la part des princes du Saint-Empire pour conclure des paix séparées avec les monarchies étrangères qui interviennent contre l’empereur Ferdinand III. Par exemple, au début de l’année 1640, Maximilien Ier de Bavière entreprend des négociations avec Richelieu, l’électeur de Brandebourg fait sa paix avec les Suédois en 1641 et, en 1646, celui de Saxe suit le même exemple89. L’objectif de ces princes est de sauver par ces paix séparées ce qui peut encore l’être de leurs États et de leur autorité. Mais en agissant de la sorte, ils remettent indirectement en cause le pouvoir que l’empereur a récemment retrouvé lors de la paix de Prague de 1635 : Ferdinand III court de nouveau le risque d’être marginalisé par les princes territoriaux et de voir son influence sur le Saint-Empire diminuer. L’archevêque de Mayence Anselm Casimir Wambold n’échappe pas à ce mouvement généralisé et il tend également à mettre en avant ses intérêts de prince territorial au détriment de ceux de la cause impériale ou catholique. Il en arrive donc à prendre des positions qui vont à l’encontre du lien qui l’unit toujours à la Monarchie Catholique.

  • 90 « La poca satisfactión a los Príncipes Electores del Imp[eri]o en quanto a la suspensión de las arm (...)
  • 91 Consulta du consejo de Estado sur une lettre du duc de Tursi, 29 septembre 1630, AGS, Estado, Alema (...)
  • 92 « En conformidad de las ordenes que por estas credenciales constará a V[uestra] M[ajesdad] que yo t (...)

82À l’automne 1639, Philippe IV est informé du « peu de satisfaction des Princes Électeurs en ce qui concerne la suspension des armes en Italie90 ». Ces électeurs, c’est-à-dire les archevêques de Mayence et de Cologne, les ducs de Bavière et de Saxe et le margrave de Brandebourg, se plaignent en effet de ce que les Espagnols préfèrent pacifier le Nord de la péninsule italienne plutôt que l’espace germanique où leur existence même de princes territoriaux semble être menacée par les incursions françaises et suédoises régulières. Mettre en relation la guerre en Italie avec les combats du Saint-Empire n’est pas nouveau : en 1630, les électeurs avaient déjà voulu envoyer le général impérial Wallenstein combattre dans les plaines padanes pour pouvoir ramener la paix en Allemagne septentrionale91. Mais dix ans plus tard, placer la Monarchie Catholique devant cette alternative, c’est l’amener à affronter un cruel dilemme. Soit elle travaille au maintien de son hégémonie en Italie en y ramenant la paix parmi les princes des petits États du Nord mais abandonne l’empereur et la « cause commune de la Très Auguste Maison » des Habsbourg ; soit elle appuie Ferdinand III, mais court le risque de voir le pape Urbain VIII et les Vénitiens jouer le rôle de médiateurs en Italie et les Français profiter de ces divisions pour reprendre pied dans la péninsule. L’affaire semble suffisamment importante pour que l’empereur ordonne de manière expresse à son ambassadeur à Madrid de traiter cette affaire avec le Roi Catholique92. Dans ce jeu de pressions, Anselm Casimir Wambold ne se désolidarise à aucun moment de ses collègues électeurs, pas plus qu’il ne revendique une action particulière en tant que directeur du collège électoral comme auraient pu l’escompter les Espagnols. En agissant ainsi, il fait clairement le choix de lier ses intérêts à ceux des électeurs et, plus largement, des autres princes territoriaux du Saint-Empire.

  • 93 « Aconsejando siempre que no se le pierda si es possible » (lettre du secrétaire royal Andrés de Ro (...)

83L’archevêque de Mayence donne une nouvelle preuve de ce choix de l’union avec les autres princes du collège électoral en soutenant la maison de Bavière contre l’empereur lorsque le duc Maximilien Ier envisage de négocier une paix séparée avec les Français. Face à ce risque, Philippe IV fait connaître à l’empereur, lui-même désemparé sur la conduite à tenir, sa position, « lui conseillant toujours de ne pas le [le duc de Bavière] perdre si cela est possible93 ». Dans le cas contraire, il convient

  • 94 « Ocuparle o opprimirle con que se le quitaran las alas […] espera su Mag[esda]d Catt[óli]ca que an (...)

de l’occuper ou de l’opprimer, ce qui lui coupera les ailes […]. Sa Majesté Catholique espère qu’avant de se lancer à la conclure [la ligue avec la France], il réfléchira bien à ses propres intérêts et en cas de certitude, sa Majesté Impériale s’alliera avec le Roi d’Angleterre ce qui, si ce Roi le veut bien ou ne se trouve pas empêché, ferait se repentir bien vite l’Électeur, ainsi que le méritent de tels procédés94.

84L’enjeu est ici les territoires ou la dignité électorale du comte palatin dont Maximilien Ier de Bavière avait profité en 1623. Le fils et héritier théorique du comte Frédéric V est Charles Louis, qui est également le neveu de Charles Ier d’Angleterre. L’intervention de ce dernier auprès de Ferdinand III doit permettre à Charles Louis de recouvrir tout ou partie de ses anciens titres et dignités. Face à la manœuvre conseillée par les Espagnols et mise en œuvre par l’empereur, les Wittelsbach de Munich et de Cologne ne sont pas les seuls à réagir et Anselm Casimir Wambold proteste également contre ce procédé qui porte atteinte à un membre du collège électoral, par ailleurs cheville ouvrière du parti catholique dans l’espace germanique. L’ambassadeur espagnol à Vienne, le marquis de Castel Rodrigo, relate que l’envoyé anglais auprès de Ferdinand III

  • 95 « Iba muy satisfecho de su Mag[esda]d y sus ministros como al contrario de Baviera y Maguncia que n (...)

s’en est allé très satisfait de sa Majesté [impériale] et de ses ministres, à l’inverse [du duc] de Bavière et [de l’archevêque] de Mayence qui n’a jamais voulu s’engager à restituer ce qu’il possède95.

85Non seulement l’archevêque de Mayence soutient le duc de Bavière pour maintenir une cohésion dans le collège électoral mais il est aussi menacé par une possible restitution de territoires au comte palatin. De ce point de vue, les intérêts d’Anselm Casimir Wambold et ceux de la Monarchie Catholique divergent au point que cette dernière doit envisager de perdre ses clients les plus anciens dans le seul but de maintenir les positions des Habsbourg.

  • 96 Lettre de Ferdinand III au comte de Grana, 28 septembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 8, fos 56 (...)
  • 97 « All seinen wirtschaftlichen und militärischen Mitteln, dem Prestige seines Hauses und seinem Char (...)
  • 98 « Non modo statuta pensio siue subsidium statutum » et « Augmentum» (lettre de Ferdinand III à Phil (...)

86Est-ce pour éviter l’aggravation de ce désaccord que Ferdinand III intervient ensuite à plusieurs reprises auprès de Philippe IV afin que l’archevêque de Mayence reçoive ses subsides espagnols ? Toujours est-il qu’entre 1644 et 1646, l’empereur joue les intermédiaires entre le Roi Catholique et l’archichancelier à plusieurs reprises96. Mais dans le contexte de la deuxième moitié des années 1640, cette médiation prend également un autre sens. En effet, avec le passage à l’offensive des Suédois en 1644 et leur coordination plus étroite avec les armées françaises, l’urgence de la paix n’a sans doute jamais été aussi pressante. La défaite de Jankov le 5 mars 1645 décide l’empereur et l’ensemble des princes du Saint-Empire à ouvrir des négociations générales à Münster et à Osnabrück. Alors que Ferdinand III semble avoir perdu au cours de cette bataille « tous ses moyens économiques et militaires, le prestige de sa maison et son charisme97 », l’ouverture des négociations et l’appui de la Monarchie Catholique lui permettent de regagner une grande partie de son autorité perdue. Pour l’empereur, rappeler au Roi Catholique qu’il doit verser à Anselm Casimir Wambold « non seulement la pension ou le subside dus à son rang » mais aussi une « augmentation » vise à réconcilier l’archevêque avec la Monarchie Catholique et à se ménager un contrôle plus étroit sur les travaux du collège électoral dirigé par l’archichancelier98.

  • 99 Pour Wilhelm Schröder, voir Ruppert, 1979, p. 31 ; pour Raigersperger, voir ibid., p. 99.

87Cet intérêt de l’empereur ne se limite pas à la seule personne de son archichancelier mais s’étend également à ses hommes de confiance qui doivent participer aux discussions de Münster ou qui ont un rôle de premier plan au sein de la chancellerie de langue allemande. Le représentant impérial en Westphalie, le comte de Trauttmansdorff choisit ainsi comme secrétaire personnel Wilhelm Schröder, homme de confiance de l’archevêque de Mayence à la chancellerie impériale de langue allemande. Même le représentant d’Anselm Casimir Wambold à Münster, Raigersperger, reçoit une pension espagnole grâce à la médiation impériale99. Au moment où les Espagnols font la preuve de leur inflexibilité sur les points concernant la préservation de l’Église catholique dans le Saint-Empire, s’aliénant de la sorte une grande partie des princes, l’empereur parvient à recréer autour de lui un semblant d’unité, en grande partie grâce à l’argent hispanique. Les manœuvres qui ont lieu lors de ces négociations et la mort d’Anselm Casimir Wambold en 1647 finissent d’isoler la Monarchie Catholique de l’archevêché de Mayence.

88En décembre 1648, une fois achevé le congrès de Westphalie, Philippe IV envoie le conseiller Antoine Brinin auprès du nouvel archevêque de Mayence, Johann Philipp von Schönborn. Brinin est ainsi

  • 100 Lettre de créance d’Antoine Brinin pour Johann Philipp von Schönborn, 13 décembre 1648, Staatsarchi (...)

chargé particulièrement de tousjours assister et contribuer à la bonne direction de tout ce qui pourra regarder vos plus grandes convenences et satisfactions comme nous le désirons et la conservation convenable de notre commune amitié et bonne correspondence100.

89Le nouvel ordre politique inauguré à Münster et à Osnabrück se fait ici sentir : il faut désormais une lettre de créance de Philippe IV en bonne et due forme pour qu’un « ministre » puisse négocier avec le nouvel archevêque de Mayence, quasi-souverain en sa principauté. La nécessité de donner un cadre formel à cette négociation montre de manière claire qu’aux relations de « bonne correspondance » régulièrement entretenues ont succédé des contacts ponctuels et peu approfondis qu’il faut à présent justifier. Pourtant, l’essentiel n’est pas là. Il est sans doute davantage dans la volonté des deux parties de définir ensemble des « satisfactions », ce qui signifie qu’elles ne vont plus de soi et qu’il faut désormais essayer de les formuler de manière explicite pour parvenir à un accord même minimal. Surtout, le Roi Catholique s’adresse pour la première fois en français à l’archevêque de Mayence, signe que l’influence hispanique n’est plus indiscutable dans l’espace germanique.

90À bien des égards, la dernière partie de la guerre de Trente Ans voit la présence hispanique dans le Saint-Empire s’affaiblir. Cela n’est pas tant dû à des défaites ni à l’incapacité de la Monarchie Catholique à trouver de nouvelles formes de gestion de ses territoires qu’à l’impossibilité de mener de front des campagnes militaires et de continuer, dans le même temps, à animer les réseaux de clients mis en place durant le règne de Philippe III. Tous les projets hispaniques ne se soldent pas pour autant par des échecs puisque l’un de leurs principaux objectifs, œuvrer à la consolidation d’une autorité impériale solidement ancrée dans le giron des Habsbourg, est atteint dans le courant des années 1630. Pourtant, cette restauration de l’autorité impériale semble accélérer le recul de la projection hispanique dans le Saint-Empire : l’empereur redevient un pôle d’organisation pour nombre de princes territoriaux, bénéficiant de surcroît d’une légitimité que n’ont jamais réellement possédée les Espagnols.

91Concomitante de cette reconstruction du pouvoir impérial, l’érosion du réseau de clientèle espagnol favorise les basculements de fidélité : Philipp Christoph von Sötern fait par exemple le choix de la monarchie française dans la première moitié des années 1630. Le rapprochement qui s’opère au même moment entre Anselm Casimir Wambold et Ferdinand III met en jeu des mécanismes assez semblables. Confronté à l’incapacité de Philippe IV d’assumer sa fonction de protecteur, l’archevêque de Mayence se place de nouveau dans le sillage impérial parce que l’empereur est le mieux à même de défendre la position institutionnelle du directeur du collège électoral et de l’archichancelier. Dans ce contexte, l’articulation entre la Monarchie Catholique, l’archevêque de Mayence et l’empereur fonctionne selon un nouveau schéma. De relais de l’influence espagnole dans l’Empire au début du xviie siècle, l’archevêque de Mayence devient en quelque sorte un indicateur de l’étroitesse des liens entre les deux souverains Habsbourg. L’empereur soumet de nouveau des recommandations à Philippe IV afin de créer et de développer autour de lui un parti impérial. La rupture, au sens de dissolution du lien, est néanmoins consommée entre Mayence et la Monarchie Catholique avec la mort d’Anselm Casimir Wambold : son successeur, l’évêque de Wurtzbourg Johann Philipp von Schönborn, qui n’a pas été un client de Philippe IV, n’a désormais plus aucune raison de se sentir lié aux Espagnols : une fois l’autorité impériale restaurée et la défense du catholicisme garantie par le nouvel ordre né des traités de Westphalie, la présence hispanique dans l’espace impérial est superflue.

Notes

1 Lettre de Ferdinand III au comte de Grana, 28 septembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 8, fos 56-58vo.

2 Müller, 1979 ; Kessel, 1979, pp. 350-355 ; Rieck, 2005.

3 Rieck, 2005, p. 121.

4 Kessel, 1979, p. 350 ; Rieck, 2005, p. 121.

5 Elliott, 1992b, p. 422.

6 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 208-215, 236-242 et 267-276.

7 « Tratar del acomodamiento de las cossas de Italia » et « que también se pacifiquen conmigo al mismo tiempo las Provincias y Estados Unidos de Olanda y Zelanda » (instructions de Philippe à Carlo Doria duc de Tursi, non datées mais probablement de la fin de l’année 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 31). Sur la guerre de succession de Mantoue et le traité de Suse, voir Ródenas Vilar, 1967 et Elliott, 1992b, pp. 392-403 et 430-432.

8 « Se ha considerado que pues Franceses aprietan en la paz de Italia podría ser conv[enien]te para mis intereses que el Emperador les respondiese que quiere asentar lo de Italia y lo de Flandes y que se ajuste lo uno y lo otro a un mis[m]o tiempo en el Imp[eri]o y que el Rey de Francia se disponga a ello promptam[en]te pues es medio para q[ue] se consiga Paz unibersal » (lettre de Philippe IV à Carlo Doria duc de Tursi, non datée mais probablement de la fin de l’année 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2337, doc. 32).

9 « No siendo justo q[ue] quando aquel Rey la consigue y queda sin guerra ninguna quedemos nosotros con la que por sus asistencias ha sido tan larga y sangrienta » (ibid.).

10 « Estas cedulas están secretas y que por aora no conviene bolverlas asta que quella Provincia esté en poder de su Mag[esda]d Ces[area]a y unida con sus estados » (lettre de Juan de Ciriza à Franz Christoph Khevenhüller, 20 mars 1624, HHSA, Spanien, DK 18, Konv. 7, fo 14).

11 « El daño q[ue] recibe el Imperio y los mismos electores en que se ponga impedimento en los tratos y comercios publicos » et « Q[ue] pues por parte de los estados de Olanda se ha relaxado esta inibición de los d[ic]hos comercios también por la de V[uestra] M[ajesda]d se haga lo mismo assi por la parte del Rin y otros ríos como por las demas tierras y aguas » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de l’archevêque de Mayence et du duc de Saxe, 14 février 1628, AGS, Estado, Alemania, leg. 2328, doc. 166).

12 « El desseo q[ue] V[uestra] M[ajesda]d siempre ha tenido y tendrá de dalles en todo satisfación y que la intención de V[uestra] M[ajesda]d nunca ha sido sino por sus tierras y riberas quitar el comercio a los Olandeses pero que en las tierras del Imp[eri]o siempre V[uestra] M[ajesda]d tendrá con ellos la buena correspondencia q[ue] ha tenido por lo passado » (ibid.).

13 « En el darlas al d[ic]ho Rey se considera que si ha de mantener tan grande exercito como el que tiene el Duque de Fridlant será fuerza q[ue] lo haga a costa del Imperio con que necessariamente se vendrá a tener el Rey de Ungria las mesmas quejas y sentimiento que se tiene oy el Duq[ue] si este exercito se huviese de desminuir ajustandole a solo lo que el Emp[erad]or puede mantener quedaría muy devil, la liga catt[óli]ca muy poderosa y por consequencia necessariamente declinaría la autoridad de su Mag[esda]d Cess[are]a y se aumentaría la del Duque de Baviera » (consulta du consejo de Estado sur deux lettres de Jacques Bruneau, 11 juin 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 29).

14 « Resolución derechamente tocará al Emp[erad]or y V[uestra] M[ajesda]d queda más libre no haviéndose empeñado en ella » (ibid.).

15 Consulta du consejo de Estado sur une lettre de Jacques Bruneau, 29 septembre 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 1.

16 « Para establecer la sucesión en los Reynos hereditarios de nuestra Augusta Casa no ya como antes se aya de hazer por tratados i juntas embarazosas sino que la promta obediencia de n[uest]ros subditos lo ha dejado como era justo en n[uest]ra sola voluntad » (lettre de Ferdinand à Philippe, 6 décembre 1627, AGS, Estado, Alemania, leg. 2328, doc. 181).

17 Bérenger, 1990, pp. 174-183.

18 Textes et documents d’histoire moderne, pp. 199-202.

19 « Una incidiosa separación de los Príncipes Católicos de su caveça » et « Viendo estas cosas el Duque de Baviera, el Elector de Colonia su hermano y los demás Príncipes de la liga católica y el peligro exissente en que se allavan y que el sueco les quería poner tan duro yugo […] se resolvió con mejor consejo de acudir a las armas, hazer levas, reunirse y consolidarse con el Emperador y Casa de Austria » (relation anonyme, sans date ni lieu, BNE, ms. 2364, fo 35vo).

20 « Siempre ha tenido y tendrá su Mag[esda]d por proprios y como tales sentirá y que en su affecto nunca cessarán los desseos de acudir en quanto se pudiera su reparo con la voluntad y effectos que hasta aora ha mostrado la experiencia y bien creerá V[uestra] S[enoría] Ill[ustrísi]ma que mis officios no desaductarán esta buena disposición » (lettre du comte-duc d’Olivares au comte de Schönburg, 29 octobre 1639, HHSA, Spanien, DK 24, Konv. 2, fo 98).

21 « Da seguro el Rey mi s[eñor] a S[u] M[ajesdad] Cess[are]a que en ning[un]a ocasión dejará de dar a entender […] quan inseparables son sus intereses y los de su M[ajesdad] Cess[are]a » (lettre d’Andres de Rozas au comte de Schönburg, 13 mars 1640, ibid., fo 110vo).

22 « Quatro mil Alemanes que se pidieron para España » (lettre d’Andres de Rozas au comte de Schönburg, 5 décembre 1638, ibid., fo 45).

23 Parker, 1972, pp. 25-35.

24 Sur des informations transmises à l’empereur et concernant les révoltes en cours dans la péninsule Ibérique, voir HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. A.

25 « Os encargo con sumo aprieto procuréis con el Emperador mi hermano los socorros de gente que le he pedido para Esp[aña]a, Flandes y Italia, esta diligencia la havréis de hazer con muy bibas instancias » (instructions à Diego de Aragón duc de Terranova, 24 avril 1644, BNE, ms. 913, fo 11).

26 Lettre du marquis de Grana à Ferdinand III, 27 novembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 15, fos 91-95.

27 « Beneuole et enixe requirimus, operam impensam dare uelitis, ut non modo statuta pensio siue subsidium statutum D[ominatio]ni suae sine more praestetq[ue] sed eidem quantum poterit, augmentum superaddatq[ue] neue vos hac in parte studium uel affectum uestrum ullatenus desiderari patiamini » (lettre de Ferdinand III à Philippe IV, 19 septembre 1646, HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. B, fo 204).

28 Kettering, 1986.

29 « Il Malvezzi dovendo passare da Monaco a i Paesi Bassi era necessitato vedersi con li sig[nori] Electori de Mogunza e Cologna per i quali era bene portasse lettere di complimento et assignazione effetiva della pensione ecclesiastica » (lettre du marquis de Grana à Ferdinand III, 27 novembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 15, fos 93vo-94).

30 « Che si son già conclusi gli assienti per li Paesi Bassi et Germania di quatro millioni e mezzo pagabili in dodici mesate ed a due mesi in quà si son mandate lettere di cambio, per sette cento mila scudi, procurandosi di mandarne un altra con questo ordinario per due cento mila scudi e mi assicurano questi ministri che li fondi o siano assignazione di questi assienti sono effetivi e già in mano delli mercanti e per consequenza saranno pagate li mesate puntualm[en]te » (ibid., fo 94vo).

31 « La resolución que he tomado de convenir con los estados del Imperio en la materia de la paz ([…] con peligro de perder el Imperio y todos mys payses hereditarios) ny me separa de V[uestra] M[ajesdad], ny me quita los medios de socorrella tanbién de aquí adelante. Y por esso no mereze una demostración tan pública de un sentimiento y desconfiança tan grande » (lettre holographe de Ferdinand III à Philippe IV, 2 novembre 1648, AHN, lib. 712, n. f.).

32 Chaunu, 1960 ; Bethell, 1984, pp. 361-370.

33 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 10 novembre 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 175.

34 « Porque tiene entendido que algunos ministros del Emp[erad]or se quejan que no se les pagan sus pensiones con lo que no están bien afectos al servicio de V[uestra] Mag[esda]d supp[li]ca a V[uestra] Mag[esda]d se sirva de mandar que se le dé orden de como se ha de proceder a dar satisfación a los tales ministros » (consulta du consejo de Estado sur un mémoire du comte de Castro, 17 octobre 1628, AGS, Estado, Alemania, leg. 2328, doc. 251).

35 « Apunte el Duque no se halla con orden de V[uestra] M[ajesda]d en estos particulares cossa que le causa confussión […] aunque ay allí dinero, no acude a ello por no saver si es volunt[a]d de V[uestra] M[ajesda]d » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Carlo Doria, duc de Tursi, 14 août 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 7).

36 Lettres du marquis d’Aytona au comte-duc d’Olivares et à Philippe IV, 22 mai 1634, AGS, Estado, Alemania, leg. 2335, doc. 98-1 et 98-2.

37 « Dessea también su M[ajesda]d como cossa tan conveniente y necessaria que hallándose sus Estados en el aprieto que se hallan por los gruessos socorros que a todas partes imbia, que estos vassallos y los otros de su M[ajesda]d cuya sangre se consume en estas ayudas sean consolados con ver algún fructo dellas en la conformidad que V[uestra] P[aternidad] R[everendísi]ma dió intención y su M[ajesda]d juzga por de su obligación que se trate de lo que aquellos Príncipes habrán de hazer por su M[ajesda]d juntos o separados en esta o en aquella forma en público o en secreto con aprovación Imperial o conforme los cassos lo pidieren para lo qual haviendo desseado su M[ajesda]d concluirlo aquí luego mando preguntar a V[uestra] P[aternidad] R[everendísi]ma si traía poder y visto que V[uestra] P[aternidad] R[everendísi]ma ha d[ic]ho que no le trae, ha parecido a su M[ajesda]d inescusable remitir toda esta materia al s[eño]r Marques de Aytona » (lettre d’Andres de Rozas au père Joseph Bergaigne, 9 août 1634, AGS, Estado, Alemania, leg. 2335, doc. 102).

38 « El marques de Castañeda y demás embax[ador]es de V[uestra] Mag[esda]d en Alemania pagassen puntualm[en]te al d[ic]ho conde los d[ic]hos dos mil ducados en plata del dinero de la embajada por los meritos de su padre y por lo que podía servir a esta monarquía en adelante » (lettre du comte de Trauttmansdorff à Philippe IV, 21 septembre 1643, HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. B, fo 93).

39 Parker (dir.), 1987, p. 376, n. 1. La source citée est AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, 3a época, 949.

40 Lettre de Ferdinand III au marquis de Grana, 28 septembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 8, fos 56-58vo ; lettre de Ferdinand III à Philippe IV, 19 septembre 1646, HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. B, fo 204.

41 À titre d’exemple : lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 30 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 247 ; reçu d’un paiement effectué par Juan de Vivas, 3 octobre 1619, AHN, Estado, leg. 1638, n. f.

42 Reçus établis par Nicolas Vizente Scorza, 1er février, 16 mars et 23 mars 1647, HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. 12, fos 243-244, 247-248 et 251 ; reçu établi par Miguel de Salamanca, 28 février 1647, ibid., fos 245-246 ; et reçu établi par Miguel Garces, 16 mars 1647, ibid., fo 249.

43 « Hase apoderado s[eño]r ex[celentísi]mo de los ánimos del emp[erad]or y sus ministros una tan tenaz pertinacia en creer q[ue] se ha procedido con ellos con simulación y segunda intención en los tratados con el duque de Fridland y en las cosas de Italia […] q[ue] veo grandíssima dificultad en sacarlos della » (lettre de Pedro de Villanueva au comte-duc d’Olivares, 16 juillet 1631, AHN, Estado, lib. 712, n. f.).

44 Parker (dir.), 1987, p. 171.

45 Bireley, 1981, p. 151.

46 « El sentimiento es de dos maneras, el general q[ue] toca a lo común de las resoluciones y intereses y a verlos frustrados o diferidos y el part[icula]r es del emp[erad]or que sobre el pensar q[ue] le engañan y q[ue] está en mano agena el hazerlo y traerle a la parte q[ue] se quiera añade el creer q[ue] se burlan del con obras y palabras y deven de ser grandes y continuos los motibos de chismes y zizanas » (lettre de Pedro de Villanueva au comte-duc d’Olivares, 16 juillet 1631, AHN, Estado, lib. 712, n. f.).

47 « Conqueruntur Hispani, quod a Catholicis Unitis statibus Imperÿ iam a duobus annis nulla auxilia obtinere potuerit causas » (« Razones de quexas reziprocas entre la España y estados del Imperio », sans date, AHN, Estado, lib. 712, n. f.).

48 « Status Uniti e contra causas denegati auxilÿ afferunt […] Maiestatem Caesarem directe teneri ad auxilia non quoslibet status Imperÿ » (lettre de Pedro de Villanueva au comte-duc d’Olivares, 16 juillet 1631, AHN, Estado, lib. 712, n. f.).

49 « Siempre havían procurado toda revelión y inquietud contra los Príncipes cathólicos del Imperio » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Carlo Doria, duc de Tursi, 14 août 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 7).

50 « El mayor nerbio de lo que allí se pone son las tropas de Babiera de quien no fía que obre más que defender a Colonia y Bona y cubrir su estado » (consulta du consejo de Estado sur des lettres des marquis de Castel Rodrigo et de la Fuente et de Juan de Necolalde, 21 juin 1642, AGS, Estado, Alemania, leg. 2343, doc. 15).

51 « Pareze a su Mag[esda]d Ces[are]a que pues la Francia es la fuente de donde manan todos los daños que padece la dicha Aug[ustísi]ma Casa conviene en todo caso hazer el sumo de los extremos para ajustar las paz con ella no escusando medio ninguno possible para conseguirla » (lettre du comte de Schönburg à Philippe IV, 8 mars 1640, HHSA, Spanien, DK 24, Konv. 3, fo 46vo).

52 Ruppert, 1979, pp. 19-22.

53 Ruppert, 1979, pp. 98-99 ; Parker (dir.), 1987, pp. 271-275.

54 Relation sommaire de ce que contiennent les dépêches d’Allemagne du 14 janvier 1622, AHN, Estado, lib. 740, fo 7.

55 Kessel, 1979, p. 145.

56 « Para que a lo menos por su parte no contradiga » (consulta du consejo de Estado, 6 juillet 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 42).

57 « Con su gran industria le havía superado dos passos el prim[er]o que los Electores que están en el convento havían condecendido de común acuerdo en hazer la elección, el segundo de no salir de la cassa de Austria con exclusión de qualesquier otro » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Carlo Doria, 10 novembre 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 30).

58 Kessel, 1979, pp. 159-171 et 278-283.

59 Ibid., pp. 283-301.

60 « Acavaron la plática con que se devía acudir al serv[ici]o de V[uestra] M[ajesda]d » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Carlo Doria, duc de Tursi, 14 août 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 7).

61 « Echarse en el Arçobispado de Colonia y apoderarse con viva violençia de la misma Villa de Colonia. […] Assí su Magestad Christianíssima por el principal afecto que tiene a los Señores Electores, Príncipes y Estados del Imperio, y sus Miembros, en general movido de su ánimo Christianíssimo a tenido por bien y muy neçessario de advertirlo al Sereníssimo Elector de Colonia, los Señores de la Iglesia Metropolitana, y la Villa Imperial de Colonia por el Príncipe de Tréveris » (copie de la proposition faite par le roi de France à l’archevêque de Cologne par l’intermédiaire de l’archevêque de Trèves, 14 août 1633, BNE, ms. 2364, fo 349vo).

62 « Luçir çiertas esperanças del acomodamiento » (ibid., fo 350).

63 « Si sucediese que Tréveris hiziese alguna abertura de reducirse como se governará. En este punto parece al Conss[ej]o que si el arrepentimiento fuere de calidad que le entregue las plazas que tiene que sean a propositión para hechar a Franceses de todo lo demás los admita y remita lo individual de la propuesta al Emp[erad]or y a V[uestra] M[ajesda]d y sino fueren más que palabras le responda con las mismas remitiéndole al Emp[erad]or » (consulta du consejo de Estado, 21 mars 1634, AGS, Estado, leg. 2335, doc. 12).

64 Abmeier, 2001, p. 387.

65 Günter, Die Habsburger-Liga, pp. 231-233. Voir également tableau 2.

66 Brück, 1953b, p. 310.

67 « Monedades de aduanas y cobranzas que la gente de guerra ha introducido en las tierras y estados del Imperio » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de l’archevêque de Mayence et du duc de Saxe, 14 février 1628, AGS, Estado, Alemania, leg. 2328, doc. 166).

68 Consulta du consejo de Estado sur une lettre de Carlo Doria, duc de Tursi, 14 août 1630, AGS, Estado, leg. 2331, doc. 7.

69 Parker (dir.), 1987, pp. 172-173.

70 « El que no se declara por ninguna de las partes » (Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castellana o española, s. v. « Neutral », fo 121ro).

71 BNE, ms. 432, fos 1-73vo, 1640.

72 Ruppert, 1979, p. 22 ; Parker (dir.), 1987, pp. 255-256.

73 « Traduction d’une lettre au Sérénissime Électeur de Mayence de la part du Maréchal de Camp Général Merci », 1644, BNE, ms. 2376, fo 264 bis.

74 Sur la bataille de Fribourg-en-Brisgau qui a eu lieu le 7 août 1644, voir Parker (dir.), 1987, pp. 265-266.

75 Schilling, 2007, pp. 175-190 ; Arndt, 1998 ; Hermant, 2012.

76 « Se ordene a los ministros de Alemaña se procure ganar a los Electores de Tréveris y Maguncia » (consulta du consejo de Estado, 6 juillet 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 42).

77 « Acercándose al Rhin hará cumplimiento con los Electores de Moguncia y Colonia con el obispo de Herbipoli y abbad de Fulda que están en Colonia para animarlos y mantenerlos en su perseverencia » et « Siempre convendrá por todas partes asistir a los aficionados » (consulta du consejo de Estado, 21 mars 1634, AGS, Estado, Alemania, leg. 2335, doc. 12).

78 « Con el Elector de Moguncia pareze se deben hazer todos los officios posibles para asegurarle del amor que V[uestra] M[ajesda]d le tiene y de lo que desea verle restituido en sus stados y confiarle mucho de que V[uestra] M[ajesda]d no le ha de faltar y conbendrá que este Elector y el abbad de Fulda y todos aquellos Príncipes se mantengan debajo de la protección de V[uestra] M[ajesda]d y en satisfación de que se ha de mirar por ellos » (consulta du consejo de Estado, 30 avril 1634, AGS, Estado, Alemania, leg. 2335, doc. 120).

79 « El Car[dina]l Infante mi her[ma]no me ha dado quenta de lo que de nuebo ha padecido V[uestra] D[ominaci]ón en su persona y Stados quando las tropas de Weymar pasaron por ellos al Palatinato. He lo sentido gravemente como qui ama y estima a V[uestra] D[ominaci]ón con tantas prendas de buena y reciproca corresponden[ci]a y le dessea la quietud y prosper[ida]d que mereze. Spero en Dios hemos de ver t[iem]pos mas descansados y en todo conocerá V[uestra] D[ominaci]ón mi buen ánimo a su consuelo y satisfa[ci]ón, y el Infante mi hermano que sabe el que es, obrarà quanto pudiera a este fin en confor[mida]d de las ordenes que tiene para ello » (« Consolatoria » à l’archevêque de Mayence, 5 novembre 1639, AHN, Estado, leg. 2661, fo 100).

80 « Bueno y seguro ánimo » et « buena voluntad » (lettre de Philippe IV aux électeurs ecclésiastiques, 1639, AHN, Estado, leg. 2661, fo 98).

81 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 402-410 ; Vermeir, 2006, pp. 157-162.

82 Ruppert, 1979, pp. 22-24.

83 « Porque con el Elector de Maguncia como Director del Colegio Electoral es fuerça tener más ordinaria correspondencia procuraréis con mayor atención conservarle muy contento y satisfecho como lo merece » (instructions à Diego de Aragón, duc de Terranova, 24 avril 1644, BNE, ms. 913, fo 9).

84 « La buena volontad q[ue] queda al señor Pr[íncip]e de serville con desseo n[uest]ro señor continue a S[u] E[xcelencia] tan perfeta salud, como lo requiere el Serv[ici]o de la muy Augusta Casa de Austria, y el bien común » (copie des instructions de Cristóbal Weer, 30 novembre 1633, BNE, ms. 2364, fo 393).

85 « La recuperación de su Arçobispado de Moguncia » (ibid.).

86 « Por quanto muy necessitada, y desnuda, la soldadesca a cargo de dicho Buniqhausen, y también no lo mejor armada, requiere en todo casso la summa necessidad, de q[ue] se le mande dar un mes de pago para con ella se remedie, conforte y anime por la qual dicho deputado aura ny mas ny menos de hazer instançia para con S[u] Ex[celenci]a q[ue] sea servido mandar remitir tanto esta paga como subvenir a otras necessidades, sobrevenientes en semejante expedición » (ibid., fo 394).

87 « Viendo estas cosas el Duque de Baviera, el Elector de Colonia su hermano y los demás Príncipes de la liga católica y el peligro exissente en que se allavan y que el sueco les quería poner tan duro yugo […] se resolvió con mejor consejo de acudir a las armas, hazer levas, reunirse y consolidarse con el Emperador y Casa de Austria, tratar del reparo de la causa común y de la Religión y desbelar al Tirano » (relation anonyme, sans date ni lieu, BNE, ms. 2364, fo 35vo).

88 « Mayor satisfación del Emp[erad]or de los Príncipes Cath[óli]cos y de la caussa cath[óli]ca y siempre que se encontrará con Franceses estando dentro del Imperio en el nombre Imperial vaya obrando y dejando guarniciones del Emp[erad]or o en su nombre » (consulta du consejo de Estado, 21 février 1634, AGS, Estado, Alemania, leg. 2335, doc. 10).

89 Parker (dir.), 1987, pp. 254-259 ; Schilling, 2007, pp. 537-538.

90 « La poca satisfactión a los Príncipes Electores del Imp[eri]o en quanto a la suspensión de las armas de Italia » (lettre du comte-duc Olivares au comte de Schönburg, 29 octobre 1639, HHSA, Spanien, DK 24, Konv. 2, fo 98).

91 Consulta du consejo de Estado sur une lettre du duc de Tursi, 29 septembre 1630, AGS, Estado, Alemania, leg. 2331, doc. 1.

92 « En conformidad de las ordenes que por estas credenciales constará a V[uestra] M[ajesdad] que yo tengo del Emperador mi s[eñor] presento a V[uestra] M[ajesdad] copia de la carta que su Mag[esda]d Ces[are]a ha escrito al marq[ues] de Leganés tocante una paz o larga suspensión de armas en Italia solicitada de los Príncipes della y la liga que se presume entre su Santidad y Venecianos para alcançarla y tocante también lo que en tal caso pide la necessidad de la causa commun de la Aug[ustísi]ma Casa » (lettre du comte de Schönburg à Philippe IV, 8 mars 1640, HHSA, Spanien, DK 24, Konv. 3, fo 46).

93 « Aconsejando siempre que no se le pierda si es possible » (lettre du secrétaire royal Andrés de Rozas au comte de Schönburg, 13 mars 1640, HHSA, Spanien, DK 24, Konv. 2, fo 112).

94 « Ocuparle o opprimirle con que se le quitaran las alas […] espera su Mag[esda]d Catt[óli]ca que antes de arrojarse a hazerla lo pensaría bien per sus proprios intereses y en caso de certidumbre entraría en ligarse su Mag[esda]d Ces[are]a con el Rey de Inglaterra con que si aquel Rey quisiese o no se hallase embarazado, se haría bien presto arrepentir al Elettor como lo merecieran tales procedimientos si bien no son creybles » (ibid.).

95 « Iba muy satisfecho de su Mag[esda]d y sus ministros como al contrario de Baviera y Maguncia que nunca ha querido declararse a restituir lo que tiene » (consulta du consejo de Estado sur une lettre du marquis de Castel Rodrigo, 18 novembre 1642, AGS, Estado, Alemania, leg. 2343, doc. 5).

96 Lettre de Ferdinand III au comte de Grana, 28 septembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 8, fos 56-58vo ; lettre du marquis de Grana à Ferdinand III, 27 novembre 1644, HHSA, Spanien, DK 30, Konv. 15, fos 91-95 ; lettre de Ferdinand III à Philippe IV, 19 septembre 1646, HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. B, fo 204.

97 « All seinen wirtschaftlichen und militärischen Mitteln, dem Prestige seines Hauses und seinem Charisma » (Ruppert, 1979, p. 82). Plus largement, sur les conséquences de la bataille de Jankov, pp. 72-85.

98 « Non modo statuta pensio siue subsidium statutum » et « Augmentum» (lettre de Ferdinand III à Philippe IV, 19 septembre 1646, HHSA, Spanien, Varia 12, Konv. B, fo 204). Voir aussi Ruppert, 1979, pp. 98-99.

99 Pour Wilhelm Schröder, voir Ruppert, 1979, p. 31 ; pour Raigersperger, voir ibid., p. 99.

100 Lettre de créance d’Antoine Brinin pour Johann Philipp von Schönborn, 13 décembre 1648, Staatsarchiv (Wurtzbourg), Schönborn-Archiv, Korrespondenzarchiv Johann Philipp, 403.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540