Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

III.2. — Une enveloppe littéraire

La poésie dans son enveloppe

Vincent Debiais

Texte intégral

  • 1 Cet article n’a pas pour objectif de proposer une synthèse sur la question des poèmes dans les lett (...)

1L’envoi de pièce poétique au sein d’une lettre est un phénomène littéraire courant dans l’Antiquité tardive, puis au haut Moyen Âge1. Plus rare à partir du ixe siècle, il cohabite au Moyen Âge central avec d’autres manifestations épistolaires faisant intervenir la poésie telle que la lettre en vers qui connaît un vif succès parmi les poètes latins des xie-xiie siècles. L’inclusion de poèmes dans la correspondance d’un auteur est, pour les périodes hautes, le moyen — parfois le seul — de connaître sa production poétique et de lui en attribuer la paternité, qu’il s’agisse de poèmes d’éloge, de recommandations morales versifiées, d’épitaphes ou d’oraisons funèbres.

2L’insertion des pièces poétiques dans la lettre tardo-antique et du haut Moyen Âge ne se caractérise pas seulement par une interruption de la prose par le vers, certaines lettres en prose pouvant être considérées dans leur globalité comme de véritables carmina. Il se produit également un phénomène d’intra-textualité et un texte dans le texte se fait jour. Le poème est par ailleurs l’objet de tout ou partie de la lettre, le rédacteur évoquant dans son texte le carmen qu’il contient ; il l’introduit, le justifie, le commente, l’évalue parfois, en indique la destination. Le poème ainsi façonné possède une autonomie fonctionnelle et stylistique ; il peut être extrait, reproduit et compris indépendamment du texte épistolaire qui l’accompagne.

  • 2 La définition de la dimension épigraphique pour le Moyen Âge reste encore à établir. Si les études (...)
  • 3 La notion de contextualisation appliquée à l’écriture est empruntée à Biay, en ligne, pp. 179-190.
  • 4 Sur la place des formules dans les inscriptions médiévales, voir Favreau, 1995b, pp. 141-163 ; Ingr (...)

3Le nombre de ces pièces est très important même si leur recensement reste encore largement à produire. De plus, le champ même de ce que les arts littéraires définissent par « poésie » évolue considérablement entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, entre genre noble, technicisme, degré zéro de l’écriture et moyen de la louange divine. C’est pourquoi il sera ici seulement question des textes poétiques possédant des connexions formelles aussi bien avec le genre épistolaire qu’avec la documentation épigraphique, en analysant quelques-unes des « inscriptions » connues à travers les lettres d’auteurs de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Aucune inscription conservée pour le Moyen Âge n’est simultanément connue par l’original et par la copie d’une lettre qui la contenait. La dimension « épigraphique » est donc attribuée à ces poèmes exclusivement à partir du contenu du texte et des indications fournies par l’auteur dans le cœur de la lettre. Dans le genre épistolaire comme dans la narration, ce métadiscours de type épigraphique (ou « monumental », de façon plus large) est un recours rhétorique permettant de donner une consistance archéologique aux descriptions en prose ; il n’en reste pas moins que la pièce poétique produite à cet effet reste « épigraphique » dans son intention littéraire2. Une telle restriction au domaine épigraphique est certes méthodologiquement discutable, mais elle permet de mettre en relief l’opposition qui existe de facto entre le caractère statique, figé ou du moins contextualisé de l’inscription3, avec la mobilité et l’itinérance de la lettre d’une part ; d’autre part de mettre en perspective de nombreux points communs lexicaux induits par l’objectif de communication et de diffusion des deux médias4 (on retrouve ainsi des formules d’appel au lecteur, des exhortations, des demandes de prières, etc.).

Auteur et formulaire

  • 5 Sur les auteurs en épigraphie, voir Favreau, 1995b, pp. 113 sqq. et García Lobo, Martín López, 1995 (...)
  • 6 La question de l’auteur est abordée depuis quelques années de façon originale à travers l’étude de (...)

4Avant d’entrer au cœur des lettres, il convient de fournir quelques données factuelles quant à la relation entre le statut d’auteur au Moyen Âge et l’objet épigraphique5. La conception et la réalisation matérielle d’une inscription font intervenir de très nombreux acteurs, des procédés techniques divers et des savoir-faire distincts ; tant et si bien que l’autorité de l’objet épigraphique est la plupart du temps très difficile à établir, à moins de considérer — par convention plus qu’en s’appuyant sur la réalité documentaire — que l’émetteur du message inscrit dans la pierre ou le métal est le seul « auteur » du texte6.

  • 7 Flodoard, Historia, I, 21, pp. 437-438.
  • 8 Favreau, 1995a, pp. 531 sqq.
  • 9 Id., 1995b, pp. 150 sqq.
  • 10 Alcuin, Carmina, t. I, p. 316, n° 17 et p. 322, n° 108-1 ; voir aussi Treffort, 2007, pp. 187-214.

5Les poèmes épigraphiques composés par de grands auteurs échappent à cette règle, ou bien parce qu’ils sont conservés par la tradition manuscrite parmi les œuvres de ces mêmes auteurs (c’est le cas de Venance Fortunat, par exemple), ou bien parce que leur écriture est documentée par des lettres ou des textes narratifs (les inscriptions composées par Hincmar de Reims sont ainsi rapportées avec la mention de leur auteur par Flodoard7), ou bien parce que l’auteur est mentionné directement au cœur de l’inscription. Les liens forts entre la poésie médiolatine d’auteur — soit les pièces poétiques dont l’autorité est affichée et revendiquée — et le « genre » épigraphique ne se limitent cependant pas aux inscriptions explicitement composées par ces mêmes auteurs. Ils concernent également la circulation, d’une inscription à l’autre, de formules qui leur sont attribuées. Venance Fortunat est sans doute l’un des plus repris, cité textuellement par vers ou distiques entiers, ou évoqué plus discrètement au détour d’une expression tumulaire ou d’un vœu pieux8. Les inscriptions composées par Eugène de Tolède sont à leur tour démembrées pour intégrer d’autres épitaphes, parfois deux ou trois siècles après leur écriture initiale9. L’expression regna beata (« royaume bienheureux ») forgée, ou du moins très largement diffusée par Alcuin, se retrouve quant à elle systématiquement employée dans les épitaphes métriques des ixe-xe siècles10.

6De tels phénomènes d’intertextualité sont, en partie au moins, à l’origine de la dévalorisation de la poésie épigraphique de la part des éditeurs du début du xxe siècle. Ils font pourtant résonner les inscriptions au sein d’une tradition littéraire ancienne, riche et variée. Ils permettent de tisser des liens ou de produire des échos entre des textes destinés à être ancrés, au moins virtuellement, dans un lieu donné. Si les nombreux emprunts et les citations fréquentes caractérisent la construction formulaire des inscriptions métriques, ils construisent également un paysage littéraire paradoxal dans lequel la figure de l’auteur disparaît dans le poème, conçu comme une entité, pour mieux se faire jour derrière des expressions « signatures » — produit et signe d’une individualité d’écriture.

7L’envoi de ces mêmes inscriptions par une lettre résout cette contradiction apparente dans la mesure où elle institue le lien entre le texte et son auteur, même si celui-ci doit se dissoudre ensuite dans la réalisation matérielle de l’objet épigraphique.

Exercice de style : Sidoine Apollinaire

  • 11 La lettre de Sidoine à Desideratus présente ainsi l’éloge funèbre de Philomathia ; Sidoine Apollina (...)
  • 12 Sed ne quid in posterum casibus liceat, quos ab exemplo vitare debemus, posco ut actutum me quoque (...)

8Avec son style très particulier, Sidoine Apollinaire intègre dans ses missives un certain nombre de pièces poétiques funéraires. Elles ne possèdent pas toutes un caractère épigraphique et certaines s’apparentent plus à des poèmes de circonstance (oraisons, déplorations funèbres, éloges) qu’à de véritables épitaphes destinées à être réalisées matériellement sur le tombeau ou dans le lieu d’inhumation du défunt mentionné dans le texte11. Quelques exceptions permettent cependant d’entrevoir la conception de l’auteur quant aux spécificités épigraphiques des poèmes qu’il compose avec plus ou moins de fortune. L’épitaphe ainsi écrite pour son oncle au retour de son voyage entre Lyon et Clermont doit permettre de repérer la sépulture, de reconnaître le défunt et de prévenir la violation volontaire ou fortuite de la tombe12.

  • 13 Ibid., IV, 11.
  • 14 At tu, quisque doles, amice lector, De tanto quasi nil viro supersit, Udis parce genis rigare marmo (...)

9La rédaction d’un poème peut également être dictée par l’émotion du poète, dans un hommage ultime au défunt, au cours d’une exaltation poétique de ses qualités et des relations entretenues avec l’auteur. C’est le cas de l’épitaphe pour Claudien Mamert rédigée vers 472-475 et insérée dans une lettre à Petreius13. Dans ce texte long de vingt-cinq vers s’ouvrant par une mention tumulaire (Hoc dat caespite membra Claudianus), Sidoine reprend par le mètre le contenu de la description en prose du défunt, elle-même fondée sur le principe de la récapitulation. La formulation choisie par l’auteur à la fin du texte entretient l’ambiguïté quant à la gravure effective des vers sur le tombeau de l’évêque Mamert : « Quant à toi, ami lecteur, qui t’affliges comme s’il ne restait rien d’un si grand homme, dispense tes joues humides de larmes d’arroser ce marbre14. » La partie la plus originale de cette lettre, celle qui en dit le plus long sur l’efficacité présentielle de l’écriture épigraphique, est celle qui conclut le texte de Sidoine et dans laquelle il déclare, à la suite de l’épitaphe :

  • 15 Ecce quod carmen, cum primum affui, super unanimi fratris ossa conscripsi. Namque tunc afui, cum fu (...)

Voilà les vers que j’ai composés sur la tombe d’un frère qui vivait avec moi en harmonie parfaite, dès que j’ai pu me rendre auprès de lui. Car j’étais absent lors de ses funérailles, mais je n’ai pas, pour autant, perdu entièrement l’occasion si désirée de pleurer. Tout en méditant, je donnai en effet libre cours à mes larmes, tandis que mon esprit était au travail, et je fis devant l’épitaphe ce que d’autres firent près du tombeau15.

10Le texte est ici un substitut du défunt et de son monument funéraire ; la description en vers fait apparaître devant le poète et son lecteur celui que la prose ne faisait que décrire dans les lignes précédant l’inscription.

  • 16 Voir par exemple la lettre à Lampridus : Cum primum Burdigalam veni, litteras mihi tabellarius tuus (...)
  • 17 Hic adhuc adde, quod materiam, cui non auditor potius sed lector obtigerit, nihil absentis auctoris (...)

11Avec Sidoine se pose la question de la chronologie, du scénario de la lettre dans son rapport à la pièce poétique. Quel est l’événement littéraire premier ? Le poème donne-t-il naissance à la lettre dans laquelle il s’insère ? Est-ce au contraire l’intention épistolaire qui déclenche la composition poétique ? L’œuf ou la poule… Dans l’espace littéraire fictif des livres de lettres de Sidoine, la question est insoluble même si l’auteur place souvent la rédaction des vers en amont de la lettre16. La poésie serait, dans ce cas, un prétexte (dans les deux sens du terme) à la lettre. Dans d’autres cas, l’envoi d’une lettre est complété, après coup, par l’ajout d’une pièce poétique destinée à enrichir l’objet littéraire ainsi produit. Cette insertion se fait au cœur d’une rhétorique complexe sur la pertinence de la poésie pour un clerc d’abord, sur sa qualité ensuite (avec des commentaires grammaticaux complexes, des considérations sur le mètre et la technique, des jugements de valeurs), enfin sur la possibilité même de l’existence de la poésie par l’écriture. Dans la lettre adressée en 476 à Lampridus, Sidoine déclare ainsi : « Ajoute encore à ces considérations qu’une pièce qui n’a pas l’avantage de trouver un auditeur mais seulement un lecteur, ne bénéficie en rien de la déclamation de l’auteur absent ; car, une fois l’ouvrage envoyé, il ne reste au poète, même doué de la plus belle voix, aucun moyen d’agir17. »

12La lettre est, pour Sidoine, le lieu de l’ingenium ; si l’on peut discuter la virtuosité littéraire qui lui fait parfois défaut, l’auteur se prête en revanche dans les règles à l’exercice de style qu’il s’impose. L’écriture des inscriptions qu’il propose dans quelque vingt-cinq lettres répond à la même exigence littéraire. Dans les introductions pétries de captatio benevolentiae qu’il ménage pour ces textes, Sidoine n’établit pas de différence qualitative entre la lettre et le poème ; seule la métrique et ses particularités sont évoquées, comme pour mieux mettre en avant l’ambition technique de l’usage poétique, conformément au contenu des arts poétiques de l’Antiquité tardive.

13Le poème n’est donc pas inséré au cœur de la lettre uniquement pour l’embellir, ou encore pour exprimer ce que la prose serait dans l’incapacité de dire ou de faire sentir. Le recours, même fictif, à l’écriture épigraphique est donc pour Sidoine l’accomplissement d’un projet littéraire fondé sur le respect du style, avec une dimension réflexive quant à la place de l’auteur, en particulier du clerc, face à l’usage de ses voix (c’est bien un discours sur la voix qui se noue dans les lettres de Sidoine) : la voix suppliante, la voix qui enseigne, la voix qui chante les vers de louange ou de douleur.

Morceau d’architecture : Paulin de Nole

  • 18 Voir à ce sujet les réflexions d’André Loyen dans son introduction à l’édition des lettres de Sidoi (...)

14Si les lettres de Sidoine Apollinaire n’ont jamais été adressées à leur destinataire18, il en est autrement pour la correspondance de Paulin de Nole, autre auteur très prolixe dans la rédaction de pièces à caractère épigraphique.

15De façon générale, la poésie occupe une place importante dans l’œuvre épistolaire de Paulin de Nole, tellement importante parfois qu’il est bien difficile de distinguer l’une de l’autre. On sait que les Natalicia, ces longs textes en vers rédigés à l’occasion de la fête de saint Félix, étaient envoyés par Paulin à Nole afin d’y être lus, déclamés peut-être, lors des célébrations. Le rôle de Paulin auteur d’inscriptions est particulièrement présent dans sa correspondance qui fait état de nombreuses demandes de poèmes de la part de ses amis — Paulin se plaint parfois discrètement de ces sollicitations constantes — et des réponses, positives ou négatives, qu’il leur adresse en retour.

  • 19 Herbert de La Portbarré-Viard, 2006, pp. 55-69 notamment.
  • 20 Paulin de Nole, Epistolae, col. 332 sqq., § 5, II.
  • 21 Engemann, 1974, pp. 21-46.

16L’importance de l’œuvre de Paulin de Nole dans l’écriture épigraphique de l’Antiquité tardive n’est plus à démontrer ; l’étude remarquable de Gaëlle Viard sur la lettre 32 et le carmen 28 accorde une place conséquente à l’analyse des inscriptions composées par l’évêque à l’intention de son ami Sulpice Sévère19. Dans la lettre 32, Paulin ne se contente pas de répondre à une commande par la composition de nouvelles inscriptions ; il recopie également des textes qu’il a déjà composés et fait inscrire dans le complexe dédié à saint Félix20. Il les localise précisément et donne même une description matérielle de certaines d’entre elles. Les témoignages archéologiques, aussi minces soient-ils, montrent que lesdites inscriptions pouvaient effectivement être destinées aux mosaïques à l’abside de l’église21.

  • 22 Herbert de La Portbarré-Viard, 2006, pp. 55-69.

17Là où Sidoine évoquait la qualité littéraire des textes qu’il insère dans ses lettres, plus par convenance que dans un réel élan de critique littéraire, Paulin de Nole propose des réflexions d’une autre teneur sur la fonction des inscriptions dans la création et le sens de l’œuvre d’art à laquelle elles sont destinées, et sur la nature même du décor élaboré dans le complexe de saint Félix à Cimitila, ou dans le sanctuaire de saint Martin à Primuliacum. C’est pourquoi Paulin se permet de guider le destinataire de la lettre dans ses choix épigraphiques. Il encourage ainsi vivement Sulpice Sévère à utiliser les vers de la première inscription pour accompagner la représentation de saint Martin et de l’évêque de Nole. En revanche, pour le titulus destiné à être inscrit près de l’image du saint prêtre Clair, Paulin laisse le choix à son destinataire entre plusieurs pièces de vers. En ce sens les poèmes s’intègrent non seulement dans la structure de la lettre (elles sont précédées d’une introduction, commentées et glosées dans le corps du texte), mais elles jouent également un rôle dans l’élaboration du discours général de Paulin de Nole sur l’esthétique et les images religieuses. Comme l’a montré Gaëlle Viard, la lettre 32 n’est pas un « simple catalogue d’inscriptions » ; celles-ci sont au contraire le « liant 22 » du discours spirituel de Paulin. La lettre n’est pas un emballage ou un prétexte donnant lieu à un exercice littéraire. La lettre 32 dispose au contraire d’une organicité comparable à celle des édifices qu’elle décrit et dont elle propose une véritable exégèse formelle.

  • 23 Sur les inscriptions d’Orderic Vital, voir leur édition dans le Corpus des inscriptions de la Franc (...)
  • 24 Les inscriptions composées par Paul Diacre ont été remarquablement étudiées par Lambert, 2009, pp.  (...)

18L’insertion des inscriptions dans la lettre de Paulin de Nole à Sulpice se rapproche des textes narratifs présentant également des inscriptions dans le cours d’un récit ou d’une argumentation. Elles n’y sont pas rapportées au titre de curiositas, mais la plupart du temps au titre d’instrumentum, de preuve attestant la réalité matérielle, physique, historique d’un événement. L’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital est, pour le Moyen Âge latin, l’une des œuvres narratives les plus riches en inscriptions23, mais l’Histoire des Lombards de Paul Diacre avait déjà posé les fondements de l’emploi, à intervalles irréguliers, d’inscriptions (métriques ou non) dans le flux d’un texte en prose24. La dimension épigraphique permet d’inscrire matériellement le contenu du texte qui enveloppe le poème dans un lieu précis. L’inscription fabrique ainsi un environnement littéraire, une ambiance de lecture qui n’est plus seulement celle qu’expérimente le destinataire de la lettre ou le lecteur du récit. La mention d’une inscription dans la lettre façonne un « lieu dans le texte » et c’est ce lieu qui s’institue comme contexte de réception.

  • 25 Insertis his versiculis patens pagina sollicitavit linguam et manum ut occuparet vacantia, et sucur (...)

19Les mots qui ouvrent la lettre 32 ne manquent pas d’intérêt pour qui s’intéresse à la relation entre les pièces de vers et le corps de la lettre. L’évêque de Nole signale en effet que c’est l’espace de la page — donc l’espace de l’objet physique, de la missive proprement dite — qui lui inspire la nature, l’ampleur et, sans doute, le contenu des réflexions qu’il propose au sujet de la représentation des images dans le lieu de culte, et de l’édification spirituelle dont la construction matérielle est la trace dans ce monde25. Il s’instaure une consubstantialité entre la poésie épigraphique, l’objet épistolaire et le monument évoqué par l’écriture. La mention des inscriptions participe à la monumentalisation du discours de Paulin de Nole sur l’édification ; elle permet également de renforcer la dimension ekphrasique de son discours, à l’image de ce que l’on trouve dans plusieurs des Natalicia.

La lettre absente : Alcuin

  • 26 Sur ces questions, voir Tilliette, 2000, p. 178 ; Webb, 1999, pp. 54-58 ; Debiais, 2012, pp. 46-47.
  • 27 Treffort, 2004, pp. 353-354.

20Le caractère ekphrasique de la poésie de Paulin de Nole se retrouve dans les textes postérieurs, notamment à l’époque carolingienne, même si le rapport entre l’inscription et l’œuvre d’art, entre la poésie et le visuel, a considérablement évolué26. Là où le parallèle des arts façonnait des liens indéfectibles entre l’œuvre et sa description dans l’Antiquité tardive, le monde carolingien accorde à l’un et l’autre procédés — en ce qu’ils sont créateurs d’imagines — une autonomie forte. Le rapprochement de la poésie et de l’objet tel qu’il se produit dans la composition épigraphique prend alors un autre sens que nous envisagerons à travers la figure d’Alcuin, épistolier et grand compositeur d’inscriptions. Au sein du vaste corpus des poèmes à caractère épigraphique de l’époque carolingienne, les textes composés par Alcuin sont en effet parmi les plus nombreux et les plus intéressants27. Une étude d’ensemble manque encore à ce jour et les chercheurs sont trop tributaires de l’édition Dümmler qui offre une suite de textes sans doute assez peu conformes à la conception médiévale de ce véritable corpus, au sens étymologique du terme.

  • 28 Dans la Clavis des auteurs latins, voir les poèmes compris entre les numéros ALC 61.88 et ALC 61.90
  • 29 Alcuin, Epistolae, col. 215 (ALC 61.89-90).

21On connaît aujourd’hui en revanche assez bien la destination de la plupart des inscriptions d’Alcuin, composées majoritairement pour l’abbaye Saint-Vaast d’Arras, l’abbaye de Nouaillé en Poitou et pour des églises de Salzbourg28. Décrivant des éléments d’architecture (portes, murs), des meubles, des lieux, des autels abritant les reliques de saints dont elles vantent les mérites, ces inscriptions sont, d’un point de vue strictement littéraire, hyper-contextualisées : les descriptions en vers devaient être inscrites dans un lieu précis, même si celui-ci est souvent difficile à déterminer à partir du seul contenu de l’inscription. Par ailleurs, ces poèmes ont été envoyés aux dirigeants des communautés vivant dans le lieu de réalisation des inscriptions. Certains éléments de la correspondance d’Alcuin font état de commande ; d’autres mentionnent un tel envoi. On lit ainsi dans une lettre adressée aux moines de Saint-Vaast d’Arras vers 80029 : Carissimis in Christo fratribus humilis levita Albinus salutem. Sicut domni abbatis vestraque suavissima caritas demandavit, versus per singulos titulos aecclesiarum et altaria singula dictavimus.

22Cette lettre ne contient pourtant aucune inscription. Il faut donc s’interroger sur la forme qu’a pu prendre un tel envoi. Alcuin a-t-il joint à sa lettre des feuillets contenant les pièces ? Étaient-elles copiées à l’intérieur d’une autre lettre, aujourd’hui perdue, qui aurait indiqué leur destination ? Ont-elles été dictées par l’auteur ? Malgré leur intérêt pour la connaissance de ce que fait l’auteur au Moyen Âge, il est difficile de répondre à de telles questions dans la mesure où les témoins les plus anciens de l’œuvre poétique d’Alcuin proposent déjà une mise en ordre de ses pièces au sein de recueils qui n’ont certainement que peu à voir avec la version initiale des inscriptions.

  • 30 Herbert de La Portbarré-Viard, 2006, p. 26.

23La lettre 32 de Paulin de Nole à Sulpice Sévère mentionne dès le prologue « l’insertion des vers » (insertis his versiculis) ; cette expression a d’abord été interprétée, par analogie avec la lettre 28, comme deux petits ouvrages envoyés au destinataire en même temps que la missive les mentionnant30. Or, comme le signale une nouvelle fois Gaëlle Viard, seules les inscriptions destinées aux images de Martin et Paulin à Prumiliacum peuvent, dans la lettre 32, correspondre à ces versiculos insertos. Chez le même auteur, les usages diffèrent ainsi d’une lettre à l’autre en fonction de la longueur des pièces métriques, mais surtout en fonction du rôle que joue le poème dans la construction du texte épistolaire. Le fait qu’Alcuin n’introduit pas directement les inscriptions qu’il compose pour Nouaillé ou Arras au cœur des lettres qu’il adresse pourtant à cet effet aux communautés religieuses montre que les textes doivent être lus plutôt avec les autres poèmes qu’avec la lettre qui les mentionne. Ils forment ainsi un ensemble, un macro-poème ekphrasique décrivant les lieux les plus importants des monastères. À la différence du texte de Paulin, la lettre d’Alcuin et les inscriptions ne partagent ni le support, ni le discours épistolaire, ni la forme de la lettre. Alcuin est pourtant coutumier du fait d’instaurer un rapport dialogique entre la prose de la lettre et des vers placés dans le cours du texte ou en conclusion, et qui pénètrent la structure de la lettre au titre d’argument ou d’objet rhétorique. Les relations entre la lettre et le poème telles que les imposent les modalités de la cohabitation entre les deux textes témoignent ainsi du statut et du rôle des inscriptions pour leur auteur.

  • 31 Debiais, 2013.
  • 32 Walafrid Strabon, Carmina, c. 23, pp. 370 sqq., par exemple.

24Alcuin est peu bavard quant à son rapport à la poésie, et à l’écriture en général, peut-être parce qu’il a rédigé suffisamment de traités de grammaire et de rhétorique, à lire aujourd’hui comme son testament littéraire. On ignore tout de sa conception des inscriptions, de la façon dont il appréhendait la composition de pièces destinées à être inscrites sur des livres ou des autels. Au Moyen Âge central, les textes de Suger sur Saint-Denis, le poème à la comtesse Adèle de Baudri de Bourgueil ou les épitaphes de Marbode de Rennes dévoilent un métalangage sur les inscriptions31. Rien de semblable en revanche pour la période carolingienne, pourtant particulièrement productive dans le domaine de la poésie épigraphique. On aimerait disposer pour les textes fabuleux composés par Walafrid Strabon pour des objets d’orfèvrerie32, par exemple, d’une introduction comme celle que donne Sidoine Apollinaire à l’inscription qu’il destine à un grand vase ouvragé :

  • 33 Ilicet, ut as epistulae vestare tenorem jam revertamur, post verba, quae primum salue ferebant, hoc (...)

Tu me demandes de t’adresser un petit poème limité à douze vers, susceptible de convenir à un grand vase en forme de coquilles dont les flancs extérieurs qui portent les anses sont creusés de six rainures chacun, depuis la circonférence du fond jusqu’au sommet arrondi de l’ouverture. J’imagine que tu as l’intention de faire graver chacun de ces vers soit dans la courbe des creux soit — ce qui serait plus avisé, si la chose est possible — sur le relief des cannelures ; puis, cette coupe ornée d’un tel raffinement, tu te proposes de l’offrir à la reine Ragnahilde, avec l’espoir sans doute d’assurer ainsi à tes projets comme à tes actes un patronage invincible. Je me soumets tant bien que mal à tes ordres, non cependant comme je l’aurais voulu. Mais ne t’en prends qu’à toi-même, toi qui as accordé plus de temps à l’ouvrier qu’au poète, quand tu n’ignores certainement pas que, dans l’atelier des gens de lettres, tous les vers forgés sur l’enclume métrique sont polis avec une lime non moins forte et non moins mordante33.

25L’œuvre épigraphique d’Alcuin nous apparaît donc aujourd’hui dans une version tout à fait statique, dans une tradition manuscrite qui la coupe du contexte d’exposition des pièces et du dynamisme de l’échange épistolaire.

26Le poème dans la lettre forme une entité sémantique autonome ; il peut être extrait de son enveloppe, être lu et compris pour lui-même. Ce fonctionnement autonome est mis en relief dans l’écriture par le passage de la prose au vers (qui, sans être systématique, est le procédé le plus fréquent pour l’enchâssement du poème dans un environnement épistolaire), mais aussi par un changement générique des procédés d’écriture et des outils employés pour l’expression du langage. Si la distinction entre le genre épistolaire et le genre poétique est inopérante pour le haut Moyen Âge, les auteurs en question, de Paulin de Nole à Alcuin en passant par Venance Fortunat, mettent en place des écarts, des ruptures ou des accents esthétiques chargés d’exposer le poème. Cependant, si certains éditeurs ont extrait ces poèmes des lettres qui les enveloppaient pour créer a posteriori une œuvre poétique uniforme et cohérente (alors qu’elle était initialement dispersée dans des textes de plus grande envergure), on ne peut séparer, sous prétexte d’un changement de forme ou de contenu, le poème de la lettre qui l’introduit, l’explique, lui donne son sens ou son statut. Il ne s’agit pas simplement de prendre en compte les phrases qui introduisent ou commentent le texte poétique, mais plutôt de considérer l’environnement littéraire construit par la lettre et dans lequel évolue le poème. Dans un fonctionnement de nature symbiotique, poème et lettre participent à la création d’un paysage de langage complexe où se dessinent en creux les enjeux de la pratique épistolaire.

27Que retenir dès lors de l’examen de cette documentation riche, encore largement à recenser ? Premièrement, les inscriptions contenues dans les lettres du haut Moyen Âge correspondent à une production de haut niveau littéraire dont on connaît des exemples dans la documentation épigraphique contemporaine. Pour dire les choses plus simplement, les auteurs ont envoyé des inscriptions parce qu’ils avaient la capacité technique de composer ces textes rares et distinctifs. Qu’ils aient été pour cela sollicités, comme Paulin de Nole ou Alcuin, ou qu’ils se laissent aller à l’écriture en prise à l’émotion générée par la disparition d’un proche ou par une expérience esthétique, comme Sidoine Apollinaire, les épistoliers sont avant tout des poètes et s’affichent en l’état dans l’écriture des vers. Deuxième point à retenir : un jeu complexe s’instaure entre l’auteur et le lecteur de la lettre d’abord, le poète et l’auditeur du poème ensuite, l’artiste et le spectateur de l’inscription enfin. Par les appels au lecteur, les descriptions ekphrasiques, les références aux objets grâce à l’hypotypose, le poète crée un lien direct entre l’émetteur et le destinataire et réduit ainsi la distance ontologique du genre épistolaire. Enfin, l’insertion des inscriptions crée une double intertextualité : entre la lettre et le poème d’abord, avec souvent une structure incrémentielle ; entre l’inscription proposée dans la lettre et le reste de la production épigraphique contemporaine ou antérieure, entre tradition, reprise formulaire et personnalisation des façons poétiques.

Notes

1 Cet article n’a pas pour objectif de proposer une synthèse sur la question des poèmes dans les lettres ; le format ne s’y prête guère et d’autres seraient bien plus compétents pour la réaliser que l’auteur de la présente contribution, qui a bénéficié des remarques suggestives et amicales de Christiane Cosme et de Thomas Deswarte.

2 La définition de la dimension épigraphique pour le Moyen Âge reste encore à établir. Si les études de Robert Favreau ont permis de placer la fonction publicitaire de l’inscription au cœur des réflexions aux dépens de la nature des supports, la documentation médiévale invite à envisager la publicité épigraphique comme une possibilité et non comme une nécessité. Favreau, 1995b, p. 5 ; voir également la proposition d’Armando Petrucci en faveur du concept d’écriture exposée : Petrucci, 1985, p. 87.

3 La notion de contextualisation appliquée à l’écriture est empruntée à Biay, en ligne, pp. 179-190.

4 Sur la place des formules dans les inscriptions médiévales, voir Favreau, 1995b, pp. 141-163 ; Ingrand-Varenne, 2012.

5 Sur les auteurs en épigraphie, voir Favreau, 1995b, pp. 113 sqq. et García Lobo, Martín López, 1995, pp. 23-30.

6 La question de l’auteur est abordée depuis quelques années de façon originale à travers l’étude de la signature épigraphique ; on verra à ce sujet Dietl, 2009, pp. 51-95.

7 Flodoard, Historia, I, 21, pp. 437-438.

8 Favreau, 1995a, pp. 531 sqq.

9 Id., 1995b, pp. 150 sqq.

10 Alcuin, Carmina, t. I, p. 316, n° 17 et p. 322, n° 108-1 ; voir aussi Treffort, 2007, pp. 187-214.

11 La lettre de Sidoine à Desideratus présente ainsi l’éloge funèbre de Philomathia ; Sidoine Apollinaire, Lettres, II, 8, pp. 61 sqq.

12 Sed ne quid in posterum casibus liceat, quos ab exemplo vitare debemus, posco ut actutum me quoque absente tua cura sed meo sumpta resurgat in molem sparsa congeries, quam levigata pagina tegat. Ego venerabili Gaudentio reliqui pretium lapidis operisque mercedem. Carmen hoc sane, quod consequetur, nocte proxima feci, non expolitum, credo, quod viae non parum intentus (ibid., III, 12, 4, pp. 101-103).

13 Ibid., IV, 11.

14 At tu, quisque doles, amice lector, De tanto quasi nil viro supersit, Udis parce genis rigare marmor : Mens et gloria non queunt humari (ibid.).

15 Ecce quod carmen, cum primum affui, super unanimi fratris ossa conscripsi. Namque tunc afui, cum funerarentur ; nec ob hoc tamen perdidi in totum desideratissimam flendi occasionem. Nam dum forte meditarer, lacrimis habenas anima parturiente laxavi fecique ad epitaphium quod alii fecerunt ad sepulchrum (ibid.).

16 Voir par exemple la lettre à Lampridus : Cum primum Burdigalam veni, litteras mihi tabellarius tuus obtulit plenas nectaris, florum, margaritarum, quibus silentium meum culpas et aliquos versuum meorum versibus poscis, qui tibi solent per musicum palati concavum tinnientes voce variata quasi tibiis multiforatilibus (ibid., VIII, 9, 1, p. 103).

17 Hic adhuc adde, quod materiam, cui non auditor potius sed lector obtigerit, nihil absentis auctoris pronuntiatio juvat. Neque enim post opus missum superest quod poeta vel vocalissimus agat (ibid.).

18 Voir à ce sujet les réflexions d’André Loyen dans son introduction à l’édition des lettres de Sidoine : Sidoine Apollinaire, Lettres, pp. viii sqq.

19 Herbert de La Portbarré-Viard, 2006, pp. 55-69 notamment.

20 Paulin de Nole, Epistolae, col. 332 sqq., § 5, II.

21 Engemann, 1974, pp. 21-46.

22 Herbert de La Portbarré-Viard, 2006, pp. 55-69.

23 Sur les inscriptions d’Orderic Vital, voir leur édition dans le Corpus des inscriptions de la France médiévale consacré à la Normandie : Corpus, t. XXII, éd de Favreau, Michaud.

24 Les inscriptions composées par Paul Diacre ont été remarquablement étudiées par Lambert, 2009, pp. 41-74.

25 Insertis his versiculis patens pagina sollicitavit linguam et manum ut occuparet vacantia, et sucurrit animo esse quod scriberem (Paulin de Nole, Epistolae, col. 330, § 1).

26 Sur ces questions, voir Tilliette, 2000, p. 178 ; Webb, 1999, pp. 54-58 ; Debiais, 2012, pp. 46-47.

27 Treffort, 2004, pp. 353-354.

28 Dans la Clavis des auteurs latins, voir les poèmes compris entre les numéros ALC 61.88 et ALC 61.90.

29 Alcuin, Epistolae, col. 215 (ALC 61.89-90).

30 Herbert de La Portbarré-Viard, 2006, p. 26.

31 Debiais, 2013.

32 Walafrid Strabon, Carmina, c. 23, pp. 370 sqq., par exemple.

33 Ilicet, ut as epistulae vestare tenorem jam revertamur, post verba, quae primum salue ferebant, hoc poposcisti, ut epigramma transmitterem duodecim versibus terminatum, quod posset aptari conchae capaci, quae per ansarum latus utrumque in extimum gyri a rota fundi senis cavatur striaturis. Quarum puto destinas vel ventribus pandis singulos versus vel curvis meliore consilio, si id magis deceat, capitibus inscribere ; istoque cultu expolitam reginae Ragnahildae disponis offerre, votis nimirum tuis pariter atque actibus patrocinium inuictum preparaturus. Famulor injunctis quomodocumque, non tu volebam ; sed tuae culpae primus ignosce, qui spatii plus praestitisti argentario quam poetae, cum procul dubio non te lateret intra officinam litteratorum carminis si quid incus metrica produxerit non minus forti et asprata lima poliri (Sidoine Apollinaire, Lettres, IV, 8, p. 129).

Auteur

CNRS-CESCM – Poitiers

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540