Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archevêques de Mayence et la présence espagnole dans le Saint-Empire

 | 
Étienne Bourdeu

Deuxième partie. Une lente entrée en relation

Chapitre iv

Le Saint-Empire dans la Pax Hispánica (1598-1616)

Texte intégral

  • 1 Tomás y Valiente, 1990 ; Sánchez, 1998 ; Feros, 2000 ; Williams, 2006 ; Salas Almela, 2010.
  • 2 Sánchez, inédite ; García García , 1996 ; Allen, 2000 ; García García, Herrero Sánchez, Hugon (dir. (...)

1À l’inverse de Philippe II, son prédécesseur, et de Philippe IV, son successeur, Philippe III n’a pas cherché à placer sa politique de projection européenne sous le signe d’une reputación agressive ; son règne n’a pas non plus présenté les anomalies de gouvernement que sont les régences en présence du monarque consécutives à l’infirmité de Charles II, « l’Ensorcelé ». Pour ces raisons, la période qui l’a vu au sommet de la monarchie espagnole (1598-1621) a longtemps été dépréciée. Pourtant, depuis les années 1980, une progressive révision historiographique des deux premières décennies du xviie siècle espagnol est en cours. Le rôle et la fonction du duc de Lerma, le valido du roi, sont attentivement scrutés et plus seulement décrits en des termes où la corruption le dispute à la manipulation1. La projection hispanique en Europe fait également l’objet d’une évaluation plus mesurée : la Pax Hispanica n’est plus seulement vue comme le résultat empirique et fortuit d’une politique déterminée par les faiblesses d’une monarchie déclinante mais bien comme un projet réfléchi dont l’un des objectifs était de permettre le désendettement d’une Couronne grevée par les emprunts et les conflits hérités de Philippe II2. Cette pacification de la projection espagnole s’opère durant les premières années du xviie siècle et atteint une forme d’apogée à partir de 1609 et de la trêve de Douze Ans qui met temporairement un terme au conflit avec les Provinces-Unies.

  • 3 González Cuerva, 2012 ; à notre connaissance, il n’existe pas d’étude exhaustive sur la longue amba (...)
  • 4 Ibid., 2012, pp. 319-321.

2La présence hispanique dans le Saint-Empire bénéficie de cette pacification générale mais selon des modalités particulières. En effet, à l’inverse des relations avec certains territoires qui passent alors au second plan (l’Angleterre, par exemple), celles avec l’Empire acquièrent alors une sorte de centralité pour la monarchie espagnole. Le règlement toujours retardé de la succession de l’empereur Rodolphe II devient l’un des principaux problèmes qui agitent les diplomates de Philippe III. À cela s’ajoute une nouvelle forme de gestion des relations avec les monarchies étrangères, gestion moins directive et moins centralisée qu’à l’époque de Philippe II. Les ambassadeurs espagnols présents à Vienne et à Prague, Guillén de San Clemente en poste de 1581 à 1608 et, à sa suite, Baltasar de Zúñiga jusqu’en 1617, sont en outre des diplomates expérimentés et de fins connaisseurs du fonctionnement de l’Empire3. Confrontés à la lente désagrégation du pouvoir de l’empereur Rodolphe II, ces deux ambassadeurs jettent les bases d’un réseau renouvelé et fondé non plus seulement sur des officiers impériaux et des nobles capables de lever des troupes mercenaires pour le Roi Catholique mais sur des princes territoriaux de l’Empire4.

  • 5 Duhamelle, 1995 ; Id., 1998, pp. 22-28.

3Dans cet ensemble, les archevêques de Mayence acquièrent progressivement un rôle de premier plan. Mais au-delà de ce simple constat, il convient de s’interroger sur les raisons et les modalités de ce rapprochement, qui n’a rien d’évident a priori puisque l’importance de ces archevêques est liée en premier lieu à l’autorité impériale. D’une part, ils sont issus de la chevalerie immédiate d’Empire dont l’indépendance est garantie par l’empereur et d’autre part, l’office d’archichancelier impérial s’exerce en collaboration avec l’empereur5. Dans une conjoncture d’affaiblissement impérial, se tourner vers les Espagnols peut être perçu comme une aggravation de la crise que traverse l’Empire. Pour parvenir à bien cerner le problème du rapprochement entre le prince-archevêque de Mayence et la monarchie hispanique, il est donc nécessaire de s’intéresser autant aux enjeux de cette collaboration — qui concerne essentiellement les questions de la succession impériale — qu’aux formes qu’elle peut prendre et aux discours qu’elle suscite. De cette façon, la singularité de ce rapprochement pourra être mieux mise en évidence.

I. — LE SAINT-EMPIRE, POINT NODAL DES TENSIONS EUROPÉENNES

  • 6 García García, 1996, pp. 25-81 ; Allen, 2000, pp. 55-98.
  • 7 Sallmann, 2003, pp. 255-260 ; García García, 2012.

4L’effort entrepris depuis le milieu des années 1990 pour réévaluer la politique extérieure de la monarchie hispanique élaborée par le duc de Lerma a notamment mis l’accent sur la reprise des opérations militaires de grande envergure au début du règne de Philippe III. Ce renouveau d’une politique belliqueuse visait un double objectif : affirmer la réputation du nouveau souverain et mettre ensuite en place une série de traités de paix, plus favorables au Roi Catholique, la Pax Hispanica6. Dans cette perspective, il est souvent question de la reprise des tensions avec le royaume de France désormais pacifié, de la continuation des guerres contre les provinces flamandes révoltées (siège d’Ostende en 1604, par exemple) et contre l’Angleterre (expédition de Kinsale en 1601). Les paix qui suivent ce regain d’activité militaire (paix de Londres en 1604, trêve de Douze Ans en 1609) établissent une situation dans laquelle la Monarchie Catholique voit sa prééminence à l’échelle européenne confirmée7.

5Le Saint-Empire est le plus souvent absent de ce tableau, alors même que l’intérêt des Espagnols pour cet espace ne faiblit pas et que les enjeux demeurent pour eux sensiblement identiques. Il est toujours question de maintenir la couronne impériale dans le giron des Habsbourg, et la poursuite du conflit avec les Provinces-Unies rend possible, si ce n’est nécessaire, la prise en compte de l’Empire dans le règlement de cette question. Avec le processus de pacification qui s’ébauche dans les premières années du xviie siècle, l’espace impérial acquiert une nouvelle centralité pour la projection hispanique à l’échelle européenne : la Pax Hispanica offre la possibilité aux Espagnols de maintenir et de renforcer leur présence dans le Saint-Empire, tout en lui donnant une forme nouvelle adaptée à un contexte lui aussi nouveau.

La succession de Rodolphe II

6Le premier élément de ce contexte renouvelé est la volonté espagnole de parvenir à un règlement rapide de la succession de l’empereur Rodolphe II. Celui-ci, à la tête de l'Empire depuis la mort de Maximilien II en 1576, n'est toujours pas résolu lorsque Philippe III monte sur le trône en 1598, à organiser une élection d’un roi des Romains pour se donner un successeur. L’exacerbation des tensions confessionnelles, du fait des calvinistes dont le culte n’est pas reconnu par la paix d’Augsbourg de 1555, rend le règlement de cette question encore plus pressant : le collège électoral tend à se polariser en fonction des affinités religieuses et si les électeurs ecclésiastiques restent acquis à une candidature catholique, le comte palatin du Rhin semble avoir été rejoint par l’électeur de Brandebourg dans son opposition aux Habsbourg ; le duc de Saxe, Christian II, reste quant à lui sur une prudente réserve.

  • 8 « En la materia de Rey de Romanos » et « Pero cada día se va dificultando mas este neg[oci]o » (let (...)

7Cette situation crée un sentiment d’urgence partagé par l’ensemble des Espagnols qui ont à traiter des affaires du Saint-Empire. Ainsi, en 1601, l’ambassadeur Guillén de San Clemente informe Philippe III que, « dans la question du roi des Romains », « chaque jour voit se compliquer cette affaire »8. Cinq années plus tard, alors qu’une diète se prépare à Ratisbonne et que le Roi Catholique a dépêché un ambassadeur extraordinaire, le duc de Feria, pour exhorter l’empereur à procéder à une élection d’un roi des Romains, Rodolphe II hésite toujours à prendre part à l’assemblée impériale. Guillén de San Clemente rapporte qu’

  • 9 « Han procurado encaminarle hazia Ratisbona pero no ha sido possible y ha d[ic]ho claramente que no (...)

on a essayé de lui faire prendre le chemin pour Ratisbonne mais cela n’a pas été possible et il a clairement dit qu’il ne veut pas aller à la Diète ; un de ses favoris a dit qu’il n’a pas osé lui parler de la venue du Duc de Feria pour ne pas l’inquiéter et de la même façon, je crois que les ministres n’ont pas osé le lui dire9.

  • 10 Evans, 1973, pp. 50-51 et 55-57.

8L’un des ressorts qui pousse l’empereur à ne pas organiser sa propre succession est ici évoqué de manière discrète : c’est une façon de se soustraire aux injonctions venues de la péninsule Ibérique et à une tutelle hispanique qu’il estime trop pesante10.

9S’ils décrivent la situation avec moins de précision que Guillén de San Clemente, les archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs généraux des Pays-Bas, n’en partagent pas moins la même inquiétude. Dans un courrier de janvier 1601 adressé au duc de Lerma, l’archiduc Albert estime que

  • 11 « Las materias de Alemania pueden dar cuidado con razón, según el estado en que están, y será bien (...)

les affaires d’Allemagne peuvent donner du souci avec raison, vu l’état où elles sont, et il sera bien nécessaire que Dieu y mette sa main pour que, avec l’assistance du pape et de Sa Majesté, cela prenne la tournure la plus convenable11.

  • 12 « El peligroso estado en que están las cosas de Alemaña » (lettre de l’archiduc Albert au duc de Le (...)
  • 13 Duerloo, 2010.
  • 14 « Como no nos faltaban cuidados, se nos acrecientan ahora con esto de Alemaña, que en verdad, a mi (...)

10Il ne diverge pas non plus de l’avis de l’ambassadeur espagnol quand, en 1606, à peine deux semaines après Guillén de San Clemente, il qualifie « l’état dans lequel sont les choses en Allemagne » de « dangereux »12. Il n’est pas possible de minimiser la portée de ces appréciations, même si elles émanent d’un des frères de Rodolphe II, de surcroît l’un des candidats les plus solides à la succession impériale13. Sa cousine et épouse, Isabelle, tient le même langage au valido de Philippe III : « Comme les soucis ne nous font pas défaut, ils s’accroissent désormais avec ce qui se passe en Allemagne qui, en vérité, se dispose très mal14 ». Face à un tel constat, tous jugent nécessaire d’agir pour donner à l’empereur un successeur issu de la branche autrichienne des Habsbourg.

11L’ambassadeur espagnol Guillén de San Clemente est sans doute l’un de ceux qui agit le plus énergiquement pour tenter d’arracher à Rodolphe II l’organisation de sa succession. Il intervient ainsi de son propre chef pour rencontrer des princes protestants et calvinistes, traditionnellement hostiles au Roi Catholique et à la dynastie des Habsbourg. Lorsqu’il apprend que l’électeur palatin Frédéric IV et le duc de Saxe Christian II doivent se rendre à la cour impériale, à Prague, il envisage de les rencontrer pour aborder la question de la succession :

  • 15 « A todos ellos pienso visitar porque aunque los antepasados del Palatino offendieron al Rey n[uest(...)

Je pense leur rendre visite à tous les deux parce que, même si les prédécesseurs du Palatin ont offensé le Roi, notre seigneur de glorieuse mémoire, sa Majesté n’a jamais voulu s’en ressentir et ainsi j’estime de la même façon que Votre Majesté fera bien en oubliant tout ce qui est passé et en voulant bien que j’aborde cela discrètement avec les Princes de l’Empire, même si beaucoup parmi eux ne méritent pas de Votre Majesté ; mais je le ferai avec la décence qu’il convient parce qu’il n’est désormais plus temps de faire montre de ses dégoûts15.

12La question successorale apparaît ainsi d’une importance telle qu’elle autorise à essayer de surmonter les inimitiés traditionnelles, voire les clivages confessionnels. Cette attitude est néanmoins rendue possible par une particularité des relations internationales à l’époque de systèmes politiques fondés sur le principe dynastique : la disparition de Philippe II et l’accession au pouvoir de son fils permettent d’envisager une réorientation radicale des relations extérieures de la Monarchie Catholique sans laisser craindre qu’il ne s’agisse d’un subterfuge. Néanmoins, conscient de l’inflexion importante qu’il s’apprête à donner à son action diplomatique, l’ambassadeur espagnol juge d’abord plus prudent d’en informer son souverain pour obtenir son aval : il n’est plus question d’envoyer des lettres de créance ou de rendre une visite ponctuelle pour se présenter lors d’une prise de fonction, mais bien d’établir des contacts en vue d’une action politique conjointe. Dans le cours diplomatique habituel, il s’agit là d’une innovation qui n’a rien d’anodin.

13Guillén de San Clemente tente également d’agir sur l’empereur en personne et renoue à cette occasion avec les modes d’action habituels aux ambassadeurs espagnols dans le Saint-Empire. À la veille d’une diète, il remet ainsi à Rodolphe II un mémoire où la question de sa succession est évoquée sans détour. Si le mémoire en question n’est pas daté, on peut toutefois estimer qu’il a été produit dans la perspective de la diète de 1603 qui s’est tenue à Ratisbonne. Le point de vue hispanique sur l’élection d’un roi des Romains est le suivant :

  • 16 « El señalar succesor en el ymperio pide lo Dios el çielo la tierra y los hombres y ha esto no es y (...)

Ce sont Dieu, le ciel, la terre et les hommes qui demandent la désignation d’un successeur pour l’empire et à cela n’importe lequel des frères [de Rodolphe II] n’est pas un inconvénient et si Votre Majesté envisage de se marier, ce que nous lui souhaitons tous, quel que soit celui qui sera élu, il lui plaira d’obéir à Votre Majesté et d’être son obligé, en faisant une renonciation au profit d’un des fils de Votre Majesté ; s’il devenait César, l’Élu ne se marierait jamais si Votre Majesté l’ordonnait, ce qu’elle doit déclarer d’ici une année. Et ainsi nous supplions humblement Votre Majesté, au nom de Dieu, de la religion, de la maison d’Autriche, qu’elle veuille bien se délivrer, ainsi que nous-mêmes, d’une crainte dont elle ne souffrira jamais de s’être débarrassée16.

14Aux éléments peut-être convenus d’une rhétorique politique chrétienne s’ajoutent ceux, plus concrets, d’un ordre dynastique à maintenir et à organiser de telle sorte que Rodolphe II consente à préparer une élection d’un roi des Romains. Les Espagnols tentent ici de représenter à l’empereur que ses descendants directs, s’il venait à en avoir des légitimes, pourraient lui succéder, même s’il désignait un successeur de son vivant. Pour emporter son adhésion, Philippe III comme Guillén de San Clemente l’assurent du caractère réversible de l’élection, quitte à faire redouter à juste titre aux électeurs une tentative d’accaparement de la charge impériale par les Habsbourg et quitte, également, à vider l’élection de sa substance.

  • 17 CODOIN, t. XLII, p. 382.

15Si les Espagnols, et singulièrement l’ambassadeur du Roi Catholique, sont les premiers à essayer d’intervenir pour régler le problème de la succession impériale, ils ne sont pas pour autant les seuls. L’importance de la question successorale se mesure à l’ingérence d’acteurs qui ne s’étaient plus, ou peu, manifestés dans le Saint-Empire depuis une génération. C’est le cas par exemple de la papauté : alors que des problèmes impériaux et notamment les investitures de Ferdinand Ier et de Maximilien II avaient été une source de tensions entre les papes et Philippe II, la succession de Rodolphe II est désormais un motif de rapprochement ou, au moins, d’action conjointe avec les Espagnols. Dans sa lettre au duc de Lerma du 12 janvier 1601 précédemment citée, l’archiduc Albert écrivait déjà qu’il espérait qu’« avec l’assistance du pape et de Sa Majesté, cela prenne la tournure la plus convenable17 ». Un tel point de vue est également développé par Guillén de San Clemente dans le mémoire qu’il remet à l’empereur avant la diète de Ratisbonne de 1603 :

  • 18 « Nay de duda que es necess[ari]o para hazer guerra a los enemigos la ayuda del Papa la qual sabemo (...)

Il n’y a pas lieu de douter que, pour faire la guerre aux ennemis, l’aide du Pape est nécessaire, laquelle nous savons qu’il la donnera de manière tout à fait libérale et sans que Votre Majesté ait à faire preuve de beaucoup d’empressement et de démonstration d’affection ; si la dignité, la victoire et le salut de Votre Majesté en dépendent, avec son aide elle vaincra ses ennemis et elle sera Caesar Maximus […] et nous ne voyons pas de danger que Votre Majesté ne puisse vaincre facilement si trois personnes s’unissent en toute amitié. Votre Majesté, le Pape et le Roi d’Espagne feront taire les hérétiques, les Turcs et les rebelles18.

  • 19 Niederkorn, 1993, pp. 214-255.

16Une telle présentation du problème ne vise pas seulement à ménager la susceptibilité de l’empereur et donc à le rendre plus disposé à organiser l’élection d’un roi des Romains. En liant la question de la succession à une éventuelle aide pontificale pour lutter contre les ennemis de Rodolphe II, Guillén de San Clemente montre également que le Roi Catholique comme le pape Clément VIII sont disposés à le soutenir dans son grand projet, la guerre contre les Turcs entamée en 159319. Mais l’ambassadeur hispanique estime que Rodolphe II continue à y voir une manœuvre espagnole pour lui imposer un choix ; selon lui, l’empereur

  • 20 « Se recate mucho de los socorros q[ue] el Papa y V[uestra] M[ajesda]d le imbian por que aunque pro (...)

se méfie beaucoup des secours que le Pape et Votre Majesté lui envoient parce que même si je proteste que l’envoi est pour la guerre en Hongrie, son objectif principal est de le forcer avec cette armée à ce qu’il fasse un Roi des Romains qui satisferait à sa Sainteté et à Votre Majesté ; on m’a assuré que l’Empereur avait eu cette pensée ces jours-ci20.

17Ainsi, même une initiative commune de Philippe III et du pape se heurte à la méfiance d’un empereur particulièrement soucieux de ses prérogatives et de son indépendance.

  • 21 « Mis hermanos y el archiduque Ferdinando se han acordado en pedir al elector de Colonia, que vaya (...)
  • 22 « S[acri] R[omani] Imperÿ auctoritatem tranquillitatem tum vero maxime dictae Regiae Cath[olicae] M (...)

18Est-ce pour détourner toute suspicion que les Espagnols et le souverain pontife cherchent à recourir aux services d’un grand prélat germanique ? L’idée est envisagée dès janvier 1601 par l’archiduc Albert et ses frères : elle consiste à sonder l’archevêque-électeur de Cologne, Ernest de Bavière, pour savoir s’il accepterait de jouer les intermédiaires auprès de Rodolphe II21. Il est à noter que cette démarche émane de la proche famille de l’empereur, concernée au premier chef par la question de la succession, et ne semble pas avoir eu de suite. Quelques mois plus tard, Guillén de San Clemente reçoit les manifestations de la bonne disposition du nouvel archevêque de Mayence, Johann Adam von Bicken, à l’égard de Philippe III. L’électeur déclare vouloir « conserver et accroître l’autorité et la paix du Saint Empire Romain, ainsi que la bienveillance et l’amitié de ladite Majesté Royale Catholique22 ». Il est sans doute exagéré d’y voir une offre de service pour régler la question successorale dans le Saint-Empire mais c’est néanmoins à partir de ce moment que les Espagnols et la papauté envisagent d’avoir recours à l’archevêque de Mayence pour essayer de résoudre ce problème.

19La mention de l’archevêque de Mayence pour accomplir cette mission est relevée pour la première fois en 1603 dans une consulta du Conseil d’État espagnol, à l’initiative de Guillén de San Clemente :

  • 23 « V[uestra] M[ajesda]d fue servido mandar q[ue] se viese en el cons[ej]o una carta entre otras de D (...)

Votre Majesté a jugé utile que le conseil examine une lettre en particulier de Don Guillén de San Clemente du 19 avril dernier dans laquelle il rapporte les spéculations de certains de là-bas qui souhaitent que l’empereur nomme un roi des Romains ; ils pensent que le moyen que l’on pourrait mettre à profit pour l’inciter à cela est que sa Sainteté fasse adroitement et discrètement en sorte qu’un électeur ecclésiastique se rende à cette cour pour dire à l’empereur qu’il importe à la religion catholique que sa Majesté désigne un successeur pour l’Empire […]. Que cet électeur devrait être celui de Mayence car ce dernier, du fait de sa charge d’Archichancelier de l’Empire, est celui qui fait les propositions pour tout ce qui touche à l’Empire et qui peut réunir l’Empire sans aucune consultation mais motu proprio toutes les fois qu’il le juge nécessaire23.

20Un peu plus loin, le Conseil d’État approuve les recommandations faites par l’ambassadeur sans y apporter de modification. La décision de s’aider de Johann Adam von Bicken tient non à ce qu’il est un des électeurs ou un prélat important mais bien à ses fonctions institutionnelles dans l’administration impériale. On peut également estimer que la relation privilégiée du primat de Germanie avec la papauté a en outre l’avantage d’être acceptable pour Clément VIII qui ne voit pas en lui une créature hispanique. Dans tous les cas, il y a de la part des Espagnols un changement dans la façon de tenter d’infléchir des décisions impériales : il n’est plus fait recours à des clients proches de l’empereur et reconnus comme tels mais à des personnes dont la position est intimement liée au fonctionnement du Saint-Empire. Il s’agit là d’une conséquence non négligeable de la difficulté d’organiser la succession de Rodolphe II.

L’alternative hollandaise

  • 24 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 137-141 ; Parker, 1979, pp. 164-175 ; García García, 199 (...)

21La pacification de la révolte hollandaise constitue un aspect décisif de la mise en place de la Pax Hispanica à l’échelle européenne, notamment parce qu’elle met un terme au plus ancien conflit dans lequel est impliquée la monarchie espagnole. C’est à ce titre que le cessez-le-feu de 1607 puis la trêve de Douze Ans en 1609 ont été dûment analysés, tant dans leurs préparatifs que dans leurs effets24. Pourtant, les études sur la trêve en elle-même ou sur les discussions à l’intérieur de la monarchie hispanique sur l’intérêt de prolonger la paix après 1621 tendent à minimiser le fait que, durant tout le premier quart du xviie siècle, les relations hispano-hollandaises continuent à être définies par des problèmes en définitive identiques, indépendamment des relations diplomatiques. À l’exception du débat sur les possessions ultramarines et leur statut, la plupart de ces questions touchent également à l’Empire.

  • 25 Weis, 2003, pp. 23-29.

22La première d’entre elles concerne la position des Pays-Bas à l’égard du Saint-Empire. Depuis 1548, les relations entre ce dernier et les provinces issues de l’héritage bourguignon des Habsbourg sont définies par la Transaction d’Augsbourg : si les Pays-Bas sont formellement rattachés à l’espace impérial, par le biais d’impôts et de levées de troupes, ils voient en réalité leur autonomie renforcée grâce à leur exemption de la justice impériale25. Après avoir en vain essayé de faire participer les empereurs au règlement de la révolte, Philippe II avait finalement renoncé à une solution négociée après 1578. L’avènement de Philippe III vingt ans plus tard, quelques succès militaires qui laissent espérer pour les Espagnols une position de force dans les négociations et la nécessité de conclure une trêve pour ménager les finances royales incitent le Roi Catholique à impliquer de nouveau l’Empire dans la recherche pacifique d’un compromis avec les provinces rebelles.

  • 26 Mémoire remis à l’empereur Rodolphe II par Guillén de San Clemente, sans date, AGS, Estado, Alemani (...)
  • 27 Mémoire de Guillén de San Clemente, 28 décembre 1602, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 204.
  • 28 Rivero Rodríguez, 1989.

23Pour éclairer ce changement de la stratégie espagnole dans le règlement de la question flamande, nous disposons de deux documents vraisemblablement produits en 1603 en vue de la diète de Ratisbonne. Le premier, déjà évoqué, est le mémoire remis par l’ambassadeur Guillén de San Clemente à Rodolphe II26. Le second est un autre mémoire, une fois de plus produit par l’ambassadeur espagnol à Prague et destiné au Conseil d’État, au duc de Lerma ou à Philippe III, dans lequel le diplomate rappelle l’attitude passée des membres du Saint-Empire à l’égard de la révolte hollandaise et l’appui qu’ils ont pu fournir ou refuser à la Monarchie Catholique ; en découle l’intérêt en définitive réduit que cette dernière a à collaborer avec l’Empire27. Plus qu’un réquisitoire contre celui-ci, c’est un texte qui énumère les différents arguments à faire valoir dans la négociation pour amener l’empereur à intervenir. Non seulement ces deux documents se répondent mais ils permettent également de prendre la mesure de l’autonomie dévolue au diplomate : un certain nombre d’idées énoncées par l’ambassadeur sont reprises par le pouvoir central. D’une certaine façon, cela permet d’évaluer la part d’initiative accordée à un agent de la monarchie hispanique et de voir dans quel sens sont effectués les arbitrages liés à la conduite des relations extérieures de la monarchie espagnole28.

24À destination des institutions de gouvernement espagnoles, San Clemente développe une argumentation de type juridique sur les intérêts de Philippe III et de la « Maison de Bourgogne » à continuer de maintenir les Pays-Bas dans le cadre légal de l’Empire :

  • 29 « Dize el Reçesso de la Dieta tenida en Augusta el año 1530 quando los vasallos de algún Estado sea (...)

Le Recès de la Diète tenue à Augsbourg en l’année 1530 dit que, lorsque les vassaux de quelque État, qu’il soit Ecclésiastique ou séculier, font une ligue pour se rebeller ou s’opposer à son Supérieur, les voisins les plus proches sont obligés, à la demande de l’État offensé et mis en danger, de venir l’aider et l’assister jusqu’à ce que lesdits vassaux soient réduits à obéissance […]. De même, durant la Diète tenue à Augsbourg en 1555, un recès a été publié stipulant que personne, de quelque état ou condition qu’il soit, ne soit employé contre d’autres États de l’Empire ni ne procède à une levée secrète ou publique de soldats, pas plus qu’il n’accorde de faveur ou d’aide contre ceux-ci ni qu’un Prince ne permette, sous peine de confiscation de ses biens, que ses vassaux aillent servir contre un autre prince ou État de l’Empire. Tout cela a également été continuellement répété et de nouveau ordonné dans tous les Recès des Diètes suivantes et principalement à celle de Spire en 1544 et ladite Maison de Bourgogne, malgré cela, se retrouve aujourd’hui abandonnée et sans aucune consolation ni assistance29.

  • 30 « Tenerse unida con el Imperio » (ibid.).

25Après ce rappel des différents édits impériaux, l’ambassadeur tire la conclusion logique que la « Maison de Bourgogne » ne peut plus « rester unie à l’Empire » c’est-à-dire qu’elle doit en rejeter la tutelle pour les Pays-Bas30. De ce développement, il faut retenir deux points : d’une part, étant donné la connaissance précise des diètes impériales, Guillén de San Clemente semble avoir accès à la mémoire administrative du Saint-Empire, sous une forme ou sous une autre. D’autre part, toute l’argumentation qu’il expose n’envisage que le point de vue et que les intérêts de la Monarchie Catholique.

26Une fois filtré et reformulé par les institutions centrales du gouvernement de la monarchie espagnole, cet argumentaire semble se faire plus conciliant, en déployant une rhétorique davantage susceptible d’être acceptée par l’empereur :

  • 31 « Los mayores enemigos que V[uestra] Mag[esda]d y el ymperio tienen y mas perniciossos que los Turc (...)

Les plus grands ennemis de Votre Majesté et de l’Empire et plus pernicieux que les Turcs sont ceux de Hollande et il se dit même qu’ils ont soustrait à l’Empire Emden et ils pensent faire de même avec la Frise orientale et s’ils y parviennent, ils ne se tiendront pas tranquilles jusqu’à avoir soumis tout l’Empire ; avec leur aide, les Électeurs et princes calvinistes envisagent d’ôter l’Empire à Votre Majesté et à la maison d’Autriche et de le donner à des étrangers. Une preuve très claire en est le testament du Palatin31.

27Si la forme diverge de celle du premier mémoire, le fond demeure assez semblable puisque l’accent est mis sur des sujets révoltés, les Hollandais, contre leur seigneur, le duc de Bourgogne c’est-à-dire le Roi Catholique ; cette révolte menace in fine l’empereur puisque les rebelles s’allient avec des « princes calvinistes » pour le détrôner. À bien des égards, il ne s’agit là que d’éléments auparavant formulés par San Clemente mais contextualisés et précisément définis. L’objectif poursuivi par les Espagnols est simple : il s’agit de faire pression, ou d’exercer un chantage, sur l’empereur pour mettre un terme à la rébellion hollandaise. La ligne qui avait été suivie jusqu’en 1578 est ainsi de nouveau en vigueur.

28La deuxième question, qui concerne les relations entre la monarchie hispanique et les Provinces-Unies et qui intéresse également le Saint-Empire, est la forme même de ces négociations, une fois que le principe en a été accepté. L’idée d’une implication de membres de l’Empire pour pacifier les Flandres semble ainsi resurgir à partir de 1604, à la suite de la diète de Ratisbonne, et reprend dans ses grandes lignes un modèle qui avait été élaboré en 1594. San Clemente se montre d’ailleurs quelque peu sceptique à l’égard d’un projet de discussion qui lui paraît échapper aux Espagnols et il insiste sur la possible mauvaise foi des Hollandais. Mais il n’en appuie pas moins cette nouvelle tentative de « pacification des Flandres » :

  • 32 « Remitiese este negoçio el año pasado a la Dieta de Ratisbona a donde se decretó q[ue] se pusiese (...)

Cette affaire a de nouveau été évoquée l’année dernière à la Diète de Ratisbonne où il a été décrété que l’ambassade qu’il avait été décidé d’envoyer aux États il y a dix ans lors de ladite diète de Ratisbonne soit mise à exécution […]. Ils ont toujours répondu avec retard et dernièrement en disant que comme l’administrateur de Saxe, une des personnes nommées pour cette ambassade, est mort, il fallait s’employer à ce que le nouvel Électeur de Saxe soit nommé à son tour et après cela, ils ont pris prétexte de la mort de l’Électeur de Mayence, également désigné ; à présent, ils ont écrit à [l’Électeur] de Saxe qui a accepté et ils disent aussi qu’ils vont écrire à [celui] de Mayence. J’essaierai du mieux que je peux que cette ambassade voie le jour mais je n’en promets à Votre Majesté aucun effet32.

29Au-delà des péripéties d’une négociation avec des États généraux apparemment réticents, cette ambassade laisse voir les modalités nouvelles d’implication de l’Empire dans le règlement de la rébellion hollandaise : ce n’est plus l’empereur qui est sollicité comme médiateur mais des princes impériaux dont la neutralité et l’impartialité à l’égard des parties en présence sont ainsi affirmées. Le choix du duc de Saxe Christian II tient au fait que son luthéranisme paraît le prémunir contre de trop grandes sympathies vis-à-vis des calvinistes des Provinces-Unies ou de la Monarchie Catholique. Quant aux archevêques Johann Adam von Bicken puis Johann Schweikard von Cronberg, leur titre d’archichancelier impérial et leur attachement supposé aux institutions d’Empire en font des intermédiaires incontournables dans cette délicate question juridique. Se dessine ainsi une nouvelle possibilité de règlement du conflit, en impliquant non pas directement les protagonistes ou des personnes qui leur sont immédiatement liées mais en ayant recours à des médiateurs.

30Une fois l’accord trouvé sur les personnes qui peuvent prendre part à la médiation, il reste à savoir ce qu’il convient de négocier. Cette fois-ci, c’est l’archiduc Albert qui présente l’alternative dans laquelle se trouve la monarchie hispanique à l’égard du conflit hollandais :

  • 33 « Está este negocio reducido a términos que es necesario que S[u] M[ajesdad] se resuelva a una de d (...)

Cette question peut être ramenée à deux termes et il est nécessaire que Sa Majesté se décide à l’un des deux : ou poursuivre cette discussion de paix, à la condition que ceux de Hollande le veuillent, ou bien poursuivre la guerre, fournissant ce qui lui est nécessaire dans les quantités et dans les délais que j’ai constamment présentés à Sa Majesté comme indispensables33.

  • 34 Duerloo, 2010.

31Dans le cas où la décision de continuer la guerre serait prise, le gouverneur général des Pays-Bas espagnols estime les besoins mensuels en argent à 30 000 ducados au minimum. Toutefois, si le roi n’était pas en mesure de débourser ces sommes ni de les payer avec régularité, il juge que la paix doit être privilégiée. Dans cet exemple, il n’est fait nulle mention de l’empereur ; quant à la médiation de membres de l’Empire, elle semble avoir tourné court puisqu’elle n’est pas évoquée non plus. De nouveau, Espagnols et Hollandais se font face dans les négociations et seule la présence de l’archiduc Albert, proche parent de l’empereur et prétendant possible à la couronne impériale, paraît maintenir la fiction d’une implication de l’Empire34. De ce point de vue, l’empereur et les instances impériales se sont révélés incapables de s’imposer comme des médiateurs incontournables dans un conflit et un espace qui semblent désormais leur échapper.

  • 35 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 148-161.
  • 36 HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fos 44, 46 et 48, lettres de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Z (...)
  • 37 « El de Anspach está a Cleves negociando con los Ingleses y Olandeses el tratado de Zanten » (lettr (...)

32Enfin, un dernier problème laisse envisager une troisième forme d’implication possible de l’espace impérial dans les relations hispano-hollandaises durant la Pax Hispanica : la sortie de la trêve de Douze Ans. Une fois de plus, celle-ci ne se résume pas à un simple face-à-face entre les deux anciens belligérants et les discussions qui ont cours dans la péninsule Ibérique et dans les Flandres embrassent des espaces beaucoup plus larges, comme cela a déjà été mis en valeur à propos des possessions hispaniques d’outre-mer35. En une décennie, une mutation d’importance s’est toutefois opérée : le Saint-Empire n’est plus perçu comme un médiateur éventuel, mais il est au contraire devenu une base arrière d’un conflit larvé et participe à cet égard indirectement à la reprise des tensions. Ainsi, au cours de l’année 1616, un conseiller de l’archevêque de Mayence, Ferdinand von Efferen, informe à trois reprises l’ambassadeur espagnol à Vienne, Baltasar de Zúñiga, de la levée de soldats hollandais à destination de l’espace impérial36. Ce recrutement est important puisqu’il porte sur 6 000 fantassins et 2 000 cavaliers et il est effectué par le margrave de Brandebourg-Ansbach Joachim Ernest, général des troupes de l’Union évangélique, pour le compte de cette alliance confessionnelle calviniste mise sur pied en 1609. Il s’inscrit également dans le cadre du regain de tensions confessionnelles dans le Saint-Empire entre catholiques et calvinistes. Tout cela peut expliquer pourquoi le conseiller Efferen informe rapidement et en détail Baltasar de Zúñiga : la situation s’est inversée et c’est désormais le Saint-Empire qui semble être appelé à devenir l’espace où doivent se vider les querelles religieuses européennes. Cette crainte est notamment confirmée par le fait que le margrave d’Ansbach « se trouve à Clèves et négocie avec les Anglais et les Hollandais le traité de Xanten37 ». La formalisation de ces discussions dans le cadre d’un traité officiel est susceptible de rendre durables ces contacts et d’inscrire l’aide de la Hollande aux calvinistes de l’Empire dans le long terme. Le conflit menace donc de se déplacer des domaines des Habsbourg d’Espagne à l’espace impérial.

  • 38 « Ha buscado de contentar a Saxonia quanto mas possibile en los estados de Juliers y esta es una de (...)
  • 39 AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 42, lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 mai 16 (...)

33L’exacerbation des tensions confessionnelles et la rapide mutation des relations qui en découlent transparaissent dans le changement d’attitude du duc Jean Georges Ier de Saxe. Alors que cinq ans auparavant, son prédécesseur était encore vu comme une personnalité relativement neutre, capable de satisfaire catholiques comme calvinistes, Efferen semble redouter que le nouvel électeur ne soutienne l’Union évangélique. Au cours de son ambassade, le margrave d’Ansbach « a cherché à contenter [le duc de] Saxe autant que possible à propos des États de Juliers et c’est là une des conditions posées par [le duc de] Saxe pour entrer dans la correspondance38 ». La possibilité qu’un accord, même partiel, soit trouvé dans l’affaire de l’héritage des duchés de Clèves et de Juliers entre les électeurs de Saxe et de Brandebourg qui se disputent l’héritage d’une part, les Hollandais qui occupent le duché de Juliers d’autre part et, enfin, l’Union évangélique, fait courir le risque aux Espagnols d’être marginalisés dans cette région du Saint-Empire nécessaire pour le maintien de leur système de domination territoriale. Cela montre une fois de plus la forte intrication des problèmes impériaux et de la question hollandaise du point de vue hispanique, ainsi que la nécessité de disposer de relais dans le Saint-Empire pour essayer de résoudre ces tensions. Mais dans la mesure où les institutions de ce dernier sont paralysées et cristallisent les luttes confessionnelles39, la recherche de recours ne peut plus se porter sur les seules figures détentrices d’autorité comme l’empereur ou la diète. Une question cruciale est ainsi posée aux Espagnols qui continuent à avoir besoin de l’espace impérial : comment faire face aux problèmes d’envergure européenne qui s’y déploient sans le secours de l’appui dynastique ?

Les contradictions internes de la relation hispano-impériale

34Aussi longtemps que les Espagnols ne peuvent avoir recours au soutien d’un empereur devenu méfiant à leur endroit pour régler les problèmes auxquels ils se heurtent dans le Saint-Empire, la relation entre les deux souverains est mise sous pression. Cette situation se prolonge tant que la succession impériale demeure incertaine et que le pouvoir de l’empereur n’est pas assuré. De plus, à ce problème et à celui posé par l’impossible paix avec les Provinces-Unies s’ajoutent ceux, plus spécifiques, induits par la dépendance espagnole vis-à-vis de l’espace impérial.

  • 40 Edelmayer, 2002, pp. 225-264.

35Ainsi, malgré un contexte général de pacification, la monarchie hispanique ne cesse d’avoir besoin de recruter des soldats. Le règne de Philippe II avait vu la mise en place d’un réseau de clients dans le Saint-Empire afin de pourvoir à ces levées40. Les modalités pratiques de recrutement se maintiennent d’un règne à l’autre, comme le fait remarquer Guillén de San Clemente en 1603 :

  • 41 « En quanta gente sea levantado en Alemaña para el servi[ci]o de V[uestra] M[ajesda]d en tanto que (...)

Pour ce qui est de la levée de gens de guerre en Allemagne pour le service de Votre Majesté et pour autant que je sache, on ne sollicite de licence auprès d’aucun Prince pour l’effectuer, sauf auprès de l’Empereur ; c’est parce que le Roi notre seigneur de glorieuse mémoire a voulu lui conserver cette forme de respect que même les Princes d’Allemagne ne lui ont pas gardé, même si tous le lui doivent41.

36Un système articulé à un double niveau reste donc en place : d’une part, l’octroi d’une licence par l’empereur et, d’autre part, la levée effective de soldats dans le cadre des circonscriptions politiques de l’Empire. Pourtant, en dépit des apparences de continuité données par San Clemente, le cadre concret de l’enrôlement de soldats pour la monarchie hispanique évolue. De nouvelles principautés participent ainsi à l’effort militaire du Roi Catholique, comme l’indique l’ambassadeur espagnol dans ce même courrier : un certain colonel Varbanson recrute des soldats pour Philippe III dans la principauté de Mayence alors que cette dernière ne figurait pas dans l’aire de recrutement à l’époque du Roi Prudent. D’une certaine manière, c’est aussi un signe de l’évolution de la présence hispanique dans le Saint-Empire.

37Une autre forme de dépendance de la Monarchie Catholique à l’égard des princes du Saint-Empire tient aux relations que ces derniers entretiennent avec des espaces qui sont au cœur des préoccupations espagnoles. Il s’agit d’aspects plus difficiles à mesurer dans la documentation espagnole car les agents de Philippe III ne les évoquent pas de manière systématique et si une mention apparaît, cela ne préjuge pas pour autant de son efficacité : bien souvent, ces offres de médiation relèvent davantage de gages donnés d’une bonne correspondance que d’une médiation qui trouve une issue concrète. Les exemples déjà donnés du rôle d’intermédiaire joué par le duc de Saxe et l’archevêque de Mayence avec les Provinces-Unies en sont une illustration tout comme ils témoignent du fait que cela permet aux Espagnols de disposer d’informations et de contacts dans des régions où ils sont peu présents. Ce dernier point est confirmé par une offre de service du duc de Brunswick-Lunebourg-Wolfenbüttel Henri Jules, relayée par Guillén de San Clemente :

  • 42 « Un agente del Duque de Branzuic q[ue] está en esta corte y es el que me insto mucho la instançia (...)

Un agent du duc de Brunswick qui se trouve dans cette cour [d’Angleterre] et qui est celui qui m’a le plus vivement recommandé la requête qu’il faisait auprès de Votre Majesté et du seigneur Archiduc Albert pour qu’ils oublient les choses faites par le Duc contre l’Armée de Votre Majesté m’a non seulement assuré que le Duc souhaite être serviteur de Votre Majesté et du seigneur Archiduc mais qu’il souhaite faire tout ce qu’il peut pour que le Roi d’Angleterre, qui est son beau-frère puisqu’il est marié avec la sœur de son épouse, fasse la paix avec Votre Majesté42.

38Cette offre de service intervient effectivement au moment où Jacques Ier d’Angleterre et Philippe III tentent de rétablir la paix entre leurs royaumes, après plusieurs années d’une guerre héritée de leurs prédécesseurs. Il n’a toutefois été trouvé aucune autre mention de cette médiation dans la documentation. S’il n’y a pas lieu d’en contester la réalité, c’est sans doute parce qu’elle vise moins à rétablir la paix entre la péninsule Ibérique et l’Angleterre (dont les négociations sont déjà amorcées) qu’à fournir des gages de bonne volonté après un incident militaire. En faisant valoir ses liens matrimoniaux, le duc Henri Jules offre ainsi la possibilité à Philippe III de renforcer sa présence dans le Nord-Ouest européen.

  • 43 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 mai 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo  (...)

39Si les relations entre les Espagnols et certains princes du Saint-Empire sont fondées sur la nécessité et l’utilité réciproque, les évolutions qui ont cours dans le Saint-Empire durant les deux premières décennies du xviie siècle sont dans l’ensemble peu favorables à un renforcement de la présence hispanique dans l’espace impérial. Lorsque des ambassadeurs de princes protestants font savoir à Rodolphe II qu’ils ne reconnaîtront plus l’autorité des tribunaux impériaux aussi longtemps qu’il n’y aura pas autant de juges protestants que de catholiques, il est évident que cela contribue à une paralysie institutionnelle de l’Empire, notamment des instances dépendant de l’autorité impériale et les plus susceptibles de rendre des décisions en faveur des Habsbourg d’Espagne43.

  • 44 « Est verisimile hereticos tantum ausuros ut contra ciuitate illam […] aliquid attentare praesumere (...)
  • 45 Lettre de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Zúñiga, 8 octobre 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. (...)
  • 46 Cooper (éd.), 1989, p. 269.

40Ces tensions s’exacerbent durant la deuxième décennie du xviie siècle et fragilisent d’autant plus la présence espagnole dans l’Empire. En 1610, Baltasar de Zúñiga s’inquiète de savoir auprès de l’évêque coadjuteur de Spire « s’il est vraisemblable que des hérétiques si audacieux envisagent d’attaquer cette cité44 ». Six années plus tard, le même ambassadeur apprend que l’Union évangélique recrute des soldats dans les Provinces-Unies et dans le duché de Wurtemberg45. À la paralysie institutionnelle s’ajoute ici la militarisation des factions confessionnelles. C’est le signe que la Pax Hispanica, en dépit de la pacification à laquelle elle a contribué en Europe, est relative et précaire. Elle n’a pas mis un terme aux tensions dans le Saint-Empire et à bien des égards, il est possible d’y déceler les germes d’un conflit possible46.

41Les deux premières décennies du règne de Philippe III placent donc la monarchie espagnole face à une contradiction quant à ses liens avec le Saint-Empire : c’est un espace qui lui est toujours nécessaire mais en raison de sa fragmentation, il lui est toujours plus difficile d’en tirer les ressources dont elle a besoin. La consolidation des clivages confessionnels ferme des possibilités de recrutement de soldats, la mise à mal de l’autorité impériale rend plus délicat le maintien d’un système territorial en grande partie fondé sur des liens dynastiques. Pour surmonter ces difficultés, les Hispaniques doivent alors élaborer de nouvelles formes de présence et d’action, tenant compte à la fois de la multiplicité des acteurs pouvant intervenir dans l’espace ouvert de l’Empire et des intérêts multiples de la Monarchie Catholique.

II. — LE REDÉPLOIEMENT DU RÉSEAU DE CLIENTÈLE HISPANIQUE

42L’élaboration de ces nouvelles formes de présence et d’action passe en particulier par l’évolution des réseaux de clientèle mis en place durant le règne de Philippe II. Pour l’essentiel, ces réseaux étaient jusqu’alors composés d’officiers impériaux résidant à Vienne ou à Prague et de princes dont les territoires fournissaient des mercenaires au Roi Catholique. Avec l’avènement de Philippe III, ces réseaux prennent une forme différente afin de s’adapter aux nouveaux besoins de la monarchie. Il est en revanche plus difficile de savoir si l’initiative de cette transformation revient au duc de Lerma c’est-à-dire, plus largement, au centre de la monarchie espagnole, ou si elle doit être attribuée à la seule action des ambassadeurs de ce début du xviie siècle, Guillén de San Clemente et Baltasar de Zúñiga.

La remise en adéquation du réseau clientélaire espagnol

  • 47 « Aquella corte no se puede negociar sin din[er]o especialm[en]te agora q[ue] faltan dos personajes (...)
  • 48 Krones, 1894, p. 523 ; Edelmayer, 2002, pp. 91-94 et 97 ; Id., 1996.

43L’émergence d’une nouvelle forme de réseau est renseignée par deux documents produits l’un par le Conseil d’État espagnol et l’autre par un ambassadeur du Roi Catholique. Le premier date de 1603 et expose les difficultés qu’il y a à « négocier sans argent, particulièrement maintenant qu’il manque deux personnes dans le conseil47 » impérial. Le texte fait référence à la disgrâce qui frappe les deux principaux pensionnaires espagnols dans le Saint-Empire, Wolf Rumpf zum Wielroß et Paul Sixt von Trautson, éloignés de la cour impériale à partir de 160048. En l’absence de ces deux hommes qui avaient accès à la fois à la personne de l’empereur et aux instances de gouvernement de l’Empire, Guillén de San Clemente n’est plus en mesure ni de fournir des informations à Madrid ni d’influencer les décisions de l’empereur.

  • 49 Lettre de Guillén de San Clemente au duc de Lerma, sans date, BNE, ms. 687, fos 183-184. Voir annex (...)

44Le deuxième de ces documents est une lettre non datée adressée au duc de Lerma et très vraisemblablement écrite par Guillén de San Clemente ; dans ce courrier, l’ambassadeur espagnol envisage la possibilité de la mort prochaine de Rodolphe II sans qu’un successeur ait pu être désigné49. Le vicariat du Saint-Empire serait alors assuré par l’électeur de Saxe et le comte palatin du Rhin, ce qui pose nombre de problèmes aux Espagnols puisqu’il s’agit de princes respectivement luthérien et calviniste, donc suspects d’être peu favorables à la cause catholique. Face au risque encouru, la solution passe par l’organisation le plus rapidement possible d’une élection d’un roi des Romains et, pour ce faire, par la prise de contact avec les trois électeurs ecclésiastiques. Il apparaît à cette occasion qu’il existe déjà des contacts avec les archevêques de Cologne et de Trèves et que la collaboration de Mayence est également recherchée. Se manifeste ici la logique territoriale qui a incité jusqu’à présent les Espagnols à entretenir de bonnes relations avec les voisins des Pays-Bas, c’est-à-dire Cologne et Trèves. Mais ce document montre également la première tentative de mise en place de contacts durables avec des princes dans le but d’infléchir les décisions collégiales prises dans le Saint-Empire. En raison des difficultés rencontrées à la cour impériale de nouveaux liens sont créés dans l’espace allemand proprement dit.

  • 50 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 4 août 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc (...)

45La réorganisation du réseau clientélaire espagnol poursuit deux objectifs : assurer la succession de l’Empire au profit des Habsbourg et aider au maintien de la religion catholique dans l’espace impérial. Le maintien de la maison d’Autriche à la tête du Saint-Empire est sans doute la priorité du Roi Catholique et de ses agents. C’est dans cette perspective que Guillén de San Clemente rencontre le duc de Saxe Christian II et le comte palatin du Rhin Frédéric IV en 1601 : malgré les différends religieux, l’ambassadeur estime nécessaire de préparer la succession de Rodolphe II avec tous les acteurs impliqués dans l’élection d’un roi des Romains50. Les enjeux de la succession impériale ne sont toutefois pas formulés de manière systématique en des termes confessionnels ; de même, ils ne semblent pas non plus exacerber d’éventuels clivages entre catholiques et membres d’une confession réformée.

46Si la question de la succession de Rodolphe II reste en suspens durant tout son règne et ne cesse de préoccuper les Espagnols, la perspective de la mort prochaine de l’empereur lui confère un caractère d’urgence absolue. Alors qu’une lettre vient de lui parvenir de Prague détaillant ce qui va se révéler être l’agonie de l’empereur, Baltasar de Zúñiga prie Philippe III de lui envoyer des lettres de remerciement et de recommandation pour les électeurs :

  • 51 « Será neçess[ari]o que V[uestra] M[ajeada]d se sirva de embiar cartas para todos los Eletores dánd (...)

Il sera nécessaire que Votre Majesté veuille bien m’envoyer des lettres pour tous les Électeurs afin de leur rendre grâce du bon accueil qu’ils m’ont fait à Nuremberg et de la bonne volonté avec laquelle ils m’ont écouté et traité à propos des affaires courantes, afin d’approuver la résolution qu’ils ont prise d’arrêter un jour pour l’Élection du Roi des Romains car il s’agit d’une chose très importante pour le bien de la Chrétienté et afin de leur demander d’en finir avec cette affaire et qu’ils m’accordent crédit pour ce que je leur dirai ou écrirai de la part de Votre Majesté51.

47Cette démarche est un signe qu’il devient impératif de régler la succession impériale et que les Espagnols ne disposent pas encore d’interlocuteurs habituels ou privilégiés au sein du collège électoral. Tous les électeurs sont traités sur un pied d’égalité, tous sont également nécessaires à la désignation d’un Habsbourg à la tête de l’Empire en l’absence d’une stratégie clairement définie pour parvenir à ce résultat. Cette attitude est confirmée une fois la mort de Rodolphe II survenue : le frère de ce dernier, Matthias, le mieux placé des frères du défunt empereur pour recueillir sa succession, entreprend de se débarrasser d’une partie de l’entourage de Rodolphe II. Zúñiga essaie de l’en empêcher car

  • 52 « Podría servir sino de q[ue] resultasen desconfiançias entre el Rey y algunos Príncipes del Imp[er (...)

cela ne servirait à rien si ce n’est à susciter des méfiances entre le Roi [de Hongrie Matthias] et certains Princes de l’Empire et, bien qu’ils soient pour la plupart hérétiques, maintenant que nous sommes à la veille d’une élection, ce n’est pas le moment de mécontenter qui que ce soit52.

  • 53 « Q[ue] está mas en el corazón del Imp[e]rio y podrá darme mayor luz de lo q[ue] fue entendiendo » (...)

48Dans ce cas également la nécessité de ménager les princes, particulièrement les électeurs « hérétiques », et donc d’assurer la succession, s’impose et relègue au second plan la prise en considération des différences religieuses. À cette occasion, une forme nouvelle du réseau hispanique s’ébauche puisque l’ambassadeur espagnol reçoit un conseiller du duc de Bavière Maximilien Ier et attend surtout des informations précises de l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg « qui se trouve davantage au centre de l’Empire et qui pourra me donner de plus grands éclaircissements sur ce que l’on a appris53 ». On voit ici cohabiter deux formes différentes de relations vis-à-vis du réseau de clientèle : d’une part, une pratique héritée de l’époque de Philippe II où le duché de Bavière continue à jouer un rôle encore non négligeable ; d’autre part, l’intervention de nouveaux acteurs, ici l’archevêque de Mayence.

  • 54 « Dezir q[ue] el Emp[erad]or y los electores eclesiásticos tienen ya hecho Rey de Romanos y que ass (...)
  • 55 « Cierto que se conformarán los electores eclesiásticos con mi parezer » (ibid.).
  • 56 Consulta du consejo de Estado sur des lettres de Baltasar de Zúñiga et d’Ambrogio Spinola, 28 janvi (...)
  • 57 González Cuerva, 2012, pp. 324-331.

49L’élection de Matthias comme empereur en 1612 ne met pas un terme aux inquiétudes espagnoles pour la succession impériale : le nouvel empereur est lui aussi sans enfant et le collège électoral est divisé sur un possible successeur. Dans ces circonstances, on peut à nouveau voir fonctionner le réseau espagnol, désormais mieux implanté dans l’espace allemand qu’à la cour impériale. Les liens entre Baltasar de Zúñiga et les clients de Philippe III ou les princes qui, sans l’être, sont prêts à choisir un Habsbourg pour éviter une vacance impériale apparaissent alors en pleine lumière. En 1613, alors que Matthias a été élu empereur il y a un peu plus d’un an et demi, les discussions reprennent sur son possible successeur : l’ambassadeur espagnol, le légat pontifical Giovanni Battista Salvago, les archiducs Albert et Maximilien, frères cadets de Matthias, se pressent auprès de l’empereur et de son ministre, l’évêque de Vienne Melchior Klesl, pour le décider à choisir un roi des Romains et éviter une division au sein de la maison d’Autriche. À rebours de ce que souhaitent certains princes catholiques du Saint-Empire ou l’archiduc Maximilien, les Espagnols ne poussent pas la candidature de l’archiduc Ferdinand de Styrie, cousin de Matthias et promoteur d’une Contre-Réforme militante. Zúñiga estime en effet que choisir dès à présent un successeur à l’empereur sans qu’une diète électorale soit convoquée permettrait aux électeurs palatin, de Saxe et de Brandebourg de « dire que l’Empereur et les électeurs ecclésiastiques ont déjà choisi le Roi des Romains et qu’ainsi ils n’ont pas à venir à la diète électorale54 ». Malgré les moyens mis en œuvre par les princes catholiques pour décider l’empereur, l’ambassadeur espagnol est confiant puisqu’il croit « certain que les électeurs ecclésiastiques se conformeront à [s]on opinion55 ». Si Zúñiga présume alors de sa force de conviction (en janvier 1616, les électeurs ecclésiastiques font par exemple savoir à Matthias qu’ils appuient la candidature de l’archiduc Ferdinand de Styrie56), cette brève phrase laisse voir la nouvelle centralité acquise par les Espagnols dans les institutions de l’Empire : ils ne se sentent plus marginalisés dans le déroulement des diètes impériales et estiment être enfin en mesure de peser sur le processus de décision, à l’inverse de ce qu’il se passait durant le règne de Rodolphe II. Cela est rendu possible par le redéploiement des relations en direction de l’espace allemand, plus précisément en direction des trois archevêques-électeurs de Mayence, Trèves et Cologne57.

  • 58 « A quien ellos aborrecen mucho assí por la religión » (lettre de Guillén de San Clemente à Philipp (...)
  • 59 « Los electores seculares dessean q[ue] el Imperio vaque por q[ue] ellos le puedan governar por sus (...)

50Le deuxième objectif poursuivi par la réorganisation du réseau de clients espagnols dans le Saint-Empire est la sauvegarde de la religion catholique et de l’Église d’Empire. Mais à considérer la question de manière attentive, il apparaît que la prise en compte de cet aspect qui relève de la confessionnalisation ne vient qu’en deuxième position après le problème successoral. Cette prise de position confessionnelle des Espagnols dans le Saint-Empire n’apparaît que progressivement à partir de 1606. Jusqu’à cette date, il s’agit d’un mode d’implication de la Monarchie Catholique peu abordé dans les correspondances de Guillén de San Clemente. Ainsi, quand ce dernier évoque les difficultés à organiser la succession de Rodolphe II dans un courrier déjà cité, il emploie des expressions claires quant au rejet par les électeurs ecclésiastiques de la candidature de Matthias qui bénéficie de l’appui espagnol : « ils l’abhorrent en raison de sa religion58 » qui n’est pas celle d’un catholique zélé ; de même, les menées des électeurs réformés contre la maison des Habsbourg sont exprimées en des termes uniquement politiques et non confessionnels : « les électeurs séculiers souhaitent que l’Empire soit vacant pour qu’ils puissent le gouverner par l’intermédiaire de leurs cercles59 » impériaux.

51La documentation espagnole ne semble faire mention de la défense des intérêts catholiques dans l’Empire que lorsque celle-ci vient en appui de la légitimité des Habsbourg, dans le cadre de l’élection impériale notamment. Dans un tel contexte, Baltasar de Zúñiga envisage de recourir aux électeurs ecclésiastiques. Par exemple, alors qu’une Ligue catholique a été mise sur pied par le duc de Bavière Maximilien Ier en 1609 et qu’elle pourrait être un moyen d’action privilégié pour venir en aide à l’Église d’Empire, l’ambassadeur de Philippe III préfère avoir recours aux trois électeurs de Mayence, Trèves et Cologne :

  • 60 « Quandoquidem Rex D[omi]nus meus tam singularis Cath[oli]cae Religionis est fautor atq[ue] defenso (...)

Puisque le Roi mon Seigneur est l’unique soutien et défenseur de la Religion Catholique, je pense que les Sérénissimes Électeurs Ecclésiastiques doivent entrer en relation [communicare] avec Sa Majesté et ses ministres en toute franchise et ouvertement60.

  • 61 « Ut Ill[ustrissi]ma D[ominatio] V[est]ra sedulo instet apud reverendissimos Electores ut sors cada (...)
  • 62 « Bonem unionem et intelligentiam inter Principes domus Austriacae » (ibid.).

52Cette ouverture en direction des électeurs ecclésiastiques mais par l’intermédiaire de l’évêque de Spire Philipp Christoph von Sötern est renouvelée à plusieurs reprises dans les années suivantes, particulièrement quand la succession de Rodolphe doit être tranchée. Zúñiga demande alors à Sötern « d’insister franchement auprès des très révérends Électeurs pour que le sort désigne Matthias61 » ; l’argument confessionnel n’est pas utilisé ici de manière ouverte puisque ce qui importe est « la bonne union et l’intelligence entre les Princes de la maison d’Autriche62 ». Il s’agit pourtant là d’une des premières occurrences où la défense des intérêts dynastiques et le recours exclusif à des catholiques pour assurer la succession sont étroitement corrélés.

53Alors que l’ambassadeur espagnol affectait jusqu’à présent de servir les intérêts des électeurs ecclésiastiques et, plus largement, des catholiques du Saint-Empire, le rôle de pivot joué par Zúñiga dans l’animation d’un parti catholique impérial émerge peu à peu après l’élection de Matthias en 1612. Le diplomate espagnol est ainsi consulté par des envoyés de l’archevêque de Mayence, en 1613, sur la possibilité de nommer l’archiduc Albert à la tête de la Ligue catholique ; c’est également lui qui doit juger de

  • 63 « La nezesidad de esfuerzar la liga cath[oli]ca respecto a las machinas que los contrarios traen pa (...)

la nécessité de renforcer la ligue catholique face aux machinations que trament les adversaires de l’Empereur pour l’attaquer lors de la prochaine Diète, en [lui] demandant de faire en sorte que Votre Majesté (comme l’ont fait les Princes de la ligue) donne l’ordre de déposer une forte somme d’argent63.

54C’est donc la monarchie hispanique qui se trouve en situation d’organiser la Ligue catholique puisqu’on lui demande une contribution financière à l’instar d’un autre membre de l’alliance en échange de la nomination d’un de ses agents, l’archiduc Albert gouverneur général des Pays-Bas, à sa tête. Cette nouvelle position amène Zúñiga à maintenir des contacts plus fréquents non seulement avec les membres de la Ligue catholique mais aussi avec les électeurs ecclésiastiques.

  • 64 « Se sirva de dar su assistencia a la Unión cathólica de Alemaña para su conservación pues sin ella (...)

55Pour autant, les Espagnols refusent toujours de jouer un rôle visible et officiel dans l’animation de ce parti catholique. En 1617, l’archiduc Albert est à son tour sollicité par des envoyés de l’archevêque de Mayence pour que Philippe III « veuille bien prêter assistance à l’Union catholique en Allemagne en vue de son maintien puisque sans elle ils ne peuvent continuer64 ». Sur ce point, Baltasar de Zúñiga, qui a également été consulté, estime que ce qu’il convient,

  • 65 « Es que V[uestra] M[ajesda]d ayude, como lo ha offrecido, a la liga, pero q[ue] se govierne por su (...)

c’est que Votre Majesté aide la ligue comme elle l’a proposé mais que celle-ci se gouverne par l’intermédiaire de ses propres directeurs comme avant et que tous ensemble ils nomment un chef pour commander l’armée65.

56Cette position est le signe que les intérêts du catholicisme dans l’Empire ne coïncident pas parfaitement avec ceux des Habsbourg d’Espagne puisque les premiers peuvent mettre en péril les seconds. Mais un des objectifs initiaux est néanmoins atteint puisque les Espagnols sont devenus des acteurs incontournables du catholicisme germanique. Pour parvenir à ce résultat, il a été nécessaire de déplacer le centre du réseau de la clientèle de la cour de l’empereur à l’espace spécifiquement allemand en se tournant vers la Ligue catholique et les électeurs ecclésiastiques. Il reste maintenant à voir et à comprendre comment fonctionne ce réseau redéployé.

Articulation et modalités de fonctionnement du réseau redéployé

57Comprendre de manière fine le fonctionnement du réseau espagnol dans l’espace impérial conduit également à mieux discerner les intérêts hispaniques et les individus qui appartiennent à ce réseau. De ce point de vue, il est même difficile et artificiel de séparer les buts poursuivis et les logiques de fonctionnement mises en œuvre par une organisation réticulaire ; l’étude des liens formels qui la composent et de ses modes de fonctionnement permet donc aussi de définir le réseau des clients espagnols dans l’Empire.

  • 66 Ibid.
  • 67 Lettre de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 21 août 1607, CODOIN, t. XLIII, p. 68.

58Il n’est pas besoin de revenir sur la hiérarchie des pensions, gratifications et cadeaux déjà exposée dans un chapitre précédent : elle se maintient durant le premier xviie siècle. Plus que jamais la régularité du don contribue à formaliser le lien de clientèle et à lui donner de l’importance. En revanche, dans le contexte de recrudescence des tensions confessionnelles, une nouvelle modalité d’entretien du réseau de clientèle fait son apparition : avec la création d’alliances confessionnelles comme la Ligue catholique, il est désormais possible pour la monarchie hispanique de maintenir des liens avec un groupe de princes relativement cohérent. En 1617, l’offre espagnole à la Ligue atteint les 30 000 ducats par mois selon Baltasar de Zúñiga66 ; une telle somme permet au parti catholique impérial de recruter une armée et de s’organiser de manière formelle. Même s’il n’y a sans doute pas lieu d’extrapoler, ce montant est à rapprocher de celui préconisé par l’archiduc Albert une dizaine d’années plus tôt pour continuer la guerre contre les Provinces-Unies : le gouverneur général des Pays-Bas espagnols faisait alors remarquer que la somme mensuelle de 30 000 ducats était le minimum à envisager pour maintenir un effort militaire fructueux67. Au-delà de l’ordre de grandeur similaire, cela tend à indiquer que l’implication des Espagnols dans la Ligue catholique n’est pas seulement une question de maintien ou d’accroissement de l’influence hispanique dans le Saint-Empire mais plutôt une autre façon de lutter contre ses ennemis. En ce sens, l’entretien d’une clientèle par le Roi Catholique dans les premières années du xviie siècle est le signe d’une politique réfléchie.

  • 68 Michon, 2003, p. 39.

59Une autre particularité déjà étudiée du réseau hispanique dans le Saint-Empire est son caractère médiatisé, en ce sens que les relations entre les clients et Philippe III passent toujours par un intermédiaire, le plus souvent l’ambassadeur à Vienne ou à Prague ou l’archiduc Albert à Bruxelles. Si Guillén de San Clemente semble être le premier ambassadeur espagnol dans l’Empire à se préoccuper de réorienter le réseau hispanique en direction des princes électeurs, il revient à Baltasar de Zúñiga de procéder à cette transformation durant les années 1608-1617, alors que les problèmes successoraux à la tête de l’Empire rendent précaires les stratégies fondées sur le lien dynastique. Cette mutation continue celle entamée au tournant des xvie et xviie siècles qui visait à faire passer le réseau hispanique, entendu comme un ensemble de clients du Roi Catholique structuré de manière assez lâche, à un parti ou une faction espagnole véritable, définie comme « une association d’individus, généralement groupés autour d’un leader et dont l’objectif est d’accéder à la plus grande influence politique […]. Le chef de faction s’efforce d’imposer ses protégés (ou clients) dans les différents rouages de l’administration, de la diplomatie ou du pouvoir68 ». Entre le réseau et la faction, il y a donc une différence qualitative qui concerne la coordination de l’activité des clients et le rôle d’organisateur joué par l’ambassadeur.

  • 69 « Eficaz instrumento » (González Cuerva, 2012, pp. 73-79, p. 76 pour la citation).
  • 70 Sur le rôle et le fonctionnement du parti espagnol à l’intérieur de la curie romaine, voir Dandelet(...)

60Une fois de plus, il y aurait sans doute lieu de s’interroger, comme le fait Rubén González Cuerva, sur la formation et l’expérience acquises par Zúñiga dans d’autres postes pour organiser une faction hispanique. On peut ainsi penser que son implication auprès d’Enrique de Guzmán, comte d’Olivares et ambassadeur à Rome de 1582 à 1590, a été significative pour la prise de conscience du rôle joué dans l’élection pontificale par un parti espagnol intelligemment constitué et bien structuré. Baltasar de Zúñiga, qui n’est alors que caballero de embajada au service de son beau-frère le comte d’Olivares, s’est néanmoins révélé un « instrument efficace » pour l’élection du pape Sixte Quint, réputé proche du Roi Catholique69. Le séjour de Zúñiga à Rome peut ainsi expliquer les similitudes de structuration et de fonctionnement entre le nouveau parti espagnol dans le Saint-Empire — organisé autour des électeur, et dans lequel l’ambassadeur joue un rôle essentiel d’animateur — et celui de la curie romaine70.

  • 71 Lettre de Guillén de San Clemente au duc de Lerma, sans date, BNE, ms. 687, fos 183-184. Voir annex (...)

61Si certaines des modalités de fonctionnement du réseau hispanique dans l’Empire se maintiennent du règne de Philippe II à celui de Philippe III, d’autres caractéristiques sont en revanche des nouveautés. La profondeur acquise par ce réseau est sans doute l’innovation la plus remarquable du début du xviie siècle. Par profondeur, il faut entendre l’aptitude du réseau et de ses organisateurs à inclure des individus qui n’ont pas de position de pouvoir au moment de leur intégration dans les relations avec la Monarchie Catholique. Autrement dit, les Espagnols sont en mesure de mobiliser dans le Saint-Empire au-delà du cercle étroit et visible des seuls princes territoriaux et des officiers impériaux. C’est par exemple le cas lorsque Guillén de San Clemente évoque la possibilité de prendre contact avec Caspar von Fürstenberg, « frère de l’évêque de Paderborn » pour entrer en relation avec l’archevêque de Mayence71. Il est d’ailleurs à remarquer que le versement d’une pension ou d’une récompense quelconque n’est pas évoqué par l’ambassadeur dans ce cas-là. Autre exemple, en 1613, Zúñiga propose à Philippe III que

  • 72 « Para todos los neg[oci]os que se han de tratar con el s[eño]r Archiduq[ue] Fer[dinan]do […] vendr (...)

pour toutes les affaires à traiter avec le seigneur Archiduc Ferdinand [de Styrie], il serait tout à fait à propos d’accorder une gratification au Baron d’Eggenberg qui est son grand favori et un homme très discret et de grand bien72.

  • 73 HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, 28 lettres.

62La récompense ici envisagée est une encomienda « de faible valeur » qui satisferait toutefois pleinement son récipiendaire. Un dernier exemple de cette capacité espagnole à attirer des clients au-delà des seuls princes est donné par l’intense correspondance échangée durant l’année 1616 entre Zúñiga et Ferdinand von Efferen, conseiller de l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg73. Nous reviendrons plus tard sur cet ensemble de lettres mais il montre bien que les diplomates espagnols dans le Saint-Empire cherchent à recruter des clients pouvant compléter le réseau des princes d’Empire.

63Quelle signification faut-il donner à cette saisie approfondie de l’espace social germanique ? Dans la mesure où elle vient redoubler des liens existants, elle n’a que peu à voir avec une certaine discrétion liée aux nécessités de l’action diplomatique : Efferen et Eggenberg deviennent des correspondants réguliers et des clients espagnols alors que les princes pour lesquels ils travaillent, respectivement l’archevêque de Mayence et l’archiduc Ferdinand, ont déjà intégré le réseau hispanique. Il faut sans doute davantage y voir la volonté d’institutionnaliser, de pérenniser la relation de clientèle déjà créée : ce n’est plus un individu (Ferdinand, Johann Schweikard von Cronberg) mais une partie d’une principauté territoriale qui travaille avec les Espagnols. La collaboration peut alors s’inscrire dans la durée et ne pas être remise en cause avec la mort du prince client.

  • 74 Eder, 1959, p. 331.
  • 75 « Es uno de los sujectos mas calificados que [h]ay en Alemaña que puede ser elector y es afiçionado (...)
  • 76 « Este coadjutor viene a ser Elector y duque de Baviera todo junto » (consulta du consejo de Estado(...)
  • 77 Lettres de Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 27 novembre 1610 et 18 juin 1611, HHS (...)
  • 78 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 22 janvier 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 116. Baltas (...)

64Toutefois, le parcours ultérieur d’Eggenberg laisse envisager une hypothèse supplémentaire pour expliquer l’approfondissement des liens de clientèle : avec l’accession de Ferdinand de Styrie à la tête du Saint-Empire, en 1619, Johann Ulrich von Eggenberg devient à son tour président du Conseil secret de l’empereur et grand chambellan de ce dernier, fournissant ainsi aux Espagnols un client connu de longue date et installé à des postes d’importance dans la nouvelle cour74. Il y a là un usage que l’on peut qualifier de prospectif de la pension : une sorte de pari est effectuée sur la trajectoire sociale à venir du client ou du futur client et une pension peut être accordée lorsque l’ambassadeur ou le Conseil d’État espagnol estiment que le récipiendaire peut être appelé à de hautes fonctions dans un avenir plus ou moins proche. C’est ainsi que l’évêque de Wurtzbourg, Julius Echter von Mespelbrunn, est évoqué à au moins deux reprises par Guillén de San Clemente comme susceptible de devenir un jour électeur ecclésiastique. Comme « il est l’un des sujets les plus qualifiés d’Allemagne, qu’il peut devenir électeur et qu’il est dévoué au service de Votre Majesté », San Clemente envisage de lui faire obtenir quelque « enrichissement » de la part du Roi Catholique75. La situation est assez semblable avec la proposition d’accorder une pension au coadjuteur et neveu de l’archevêque de Cologne, Ernest de Bavière : il est ainsi envisagé par Zúñiga et par le Conseil d’État espagnol de lui accorder entre 6 000 et 8 000 ducats de pension car il n’est absolument pas impossible que « ce coadjuteur devienne Électeur et duc de Bavière tout ensemble76 ». L’appartenance aux Wittelsbach bavarois, et donc une logique dynastique plus ancienne, vient renforcer l’argument de la pension à titre prospectif. L’un des cas les plus intéressants d’un tel usage du lien de clientèle est fourni par Philipp Christoph von Sötern, successivement coadjuteur puis évêque de Spire et archevêque de Trèves. Baltasar de Zúñiga le repère, et ne se limite pas à entrer en relation avec lui pour obtenir des informations, pas plus qu’il ne se contente de lui faire accorder des gratifications77 : alors qu’il revient de Bruxelles où il s’est marié avec une dame de la suite de l’archiduchesse Isabelle, Odile Françoise de Claerhout dite aussi Francisca de Clarut dans la documentation espagnole, fille du baron de Maldeghem, Zúñiga s’arrête chez l’évêque de Spire pour y fêter son mariage78. Ce fait, unique à notre connaissance, révèle l’étroitesse des liens existant entre l’ambassadeur et le client, étroitesse qui rendra la trahison de Sötern en 1635 d’autant plus cuisante.

65Le fonctionnement et l’articulation de ce réseau espagnol dans le Saint-Empire tendent à montrer un renforcement de la présence hispanique dans l’espace impérial ; ce renforcement est possible en partie grâce au redéploiement des ressources financières jusqu’alors immobilisées dans le conflit contre les Provinces-Unies et redistribuées grâce à l’établissement de la Pax Hispanica. Une telle consolidation des réseaux de clientèle est devenue nécessaire en raison du contexte impérial : l’absence de successeur désigné durant le règne de Rodolphe II et la plus grande partie de celui de Matthias rend incontournables une série de mesures destinées à limiter l’incertitude d’une élection. L’extension et l’approfondissement des relations nouées au sein de l’Empire poursuivent en partie cet objectif. Cette évolution d’importance est mise en œuvre par des ambassadeurs, Guillén de San Clemente et Baltasar de Zúñiga, qui sont capables de mettre à profit le contexte incertain de l’Empire grâce à leur connaissance fine du monde germanique et à leur expérience diplomatique de premier ordre.

Concurrence et tensions dans le réseau espagnol

66Même si les organisateurs et animateurs du réseau espagnol dans le Saint-Empire, c’est-à-dire essentiellement les ambassadeurs du Roi Catholique, font preuve d’expérience et d’efficacité, même si la Pax Hispanica permet à la monarchie espagnole de se consacrer davantage aux affaires impériales, le fonctionnement du réseau rencontre des limites qui mettent en évidence sa fragilité et la difficulté à maintenir une telle structure en territoire étranger.

  • 79 « Muy afiçionado servidor de la casa de Austria » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III (...)
  • 80 « Para los tiempos que corren se tiene por buena electión » (lettre de Guillén de San Clemente à Ph (...)

67Un premier type de difficulté tient au maintien et au renouvellement du réseau. Le problème se pose en termes humains et matériels. Ainsi, lorsqu’un membre du réseau espagnol ou un correspondant dévoué d’un diplomate meurt, se pose la question de son remplacement. L’importance conservée par le processus électoral pour un certain nombre de charges, dans l’Église d’Empire notamment, accroît d’autant plus l’incertitude sur la forme du réseau. Cette constatation permet de mieux comprendre les remarques faites par Guillén de San Clemente lors des morts des archevêques de Mayence Wolfgang Kämmerer von Dalberg et Johann Adam von Bicken en 1601 et 1604. Alors qu’aucun des deux n’est formellement client du Roi Catholique, c’est-à-dire qu’aucun ne reçoit de pension régulière, l’ambassadeur de Philippe III affirme que le premier était un « serviteur dévoué de la maison d’Autriche » et que le second était « très dévoué au service de Votre Majesté »79. La déception provoquée par la disparition des deux archevêques tient sans doute moins aux services qu’ils ont effectivement pu rendre à l’ambassadeur hispanique qu’à la crainte qu’ils ne soient remplacés par des personnes moins conciliantes. C’est le sens qu’il faut donner au premier jugement porté sur Johann Adam von Bicken après son élection en 1601 : « par les temps qui courent, on peut considérer que c’est une bonne élection80 ». La disparition de personnes qui sont susceptibles de travailler avec les Espagnols ou qui font partie de leur réseau n’est donc pas seulement perçue comme une mise en danger de ce réseau mais bien comme une fragilisation plus générale de la présence hispanique dans l’espace impérial.

  • 81 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 20 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 260 ; lettr (...)
  • 82 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 8 août 1615, AGS, Estado, Alemania, leg. 2501, fo 10 ; (...)
  • 83 « Piensen que tengo dineros y q[ue] no quiero darlos que confesar la verdad y dezir q[ue] no lo ten (...)
  • 84 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Ferdinand von Efferen, 22 août 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C (...)

68Le problème du maintien du réseau espagnol se pose aussi en des termes matériels, notamment d’un point de vue financier : l’entretien d’une clientèle et, plus largement, l’action des ambassadeurs supposent de grandes quantités d’argent. Même si la Pax Hispanica permet de dégager des fonds, ceux-ci n’en restent pas moins limités. Ainsi Zúñiga doit-il réclamer des sommes d’argent supplémentaires, particulièrement en prévision des diètes : en janvier 1612, après la mort de Rodolphe II, et en septembre de la même année, au moment des préparatifs d’une diète impériale, il demande à ce que 100 000 ducats lui soient envoyés81. Plus fréquemment, il arrive que les clients du Roi Catholique, comme l’archevêque de Mayence ou celui de Cologne, rappellent que leurs pensions n’ont pas été versées et exigent les arriérés82. Ces situations placent les ambassadeurs dans des positions plus délicates que celle de la seule insolvabilité : il en va du prestige de Philippe III, de la capacité des Espagnols à récompenser des individus qui acceptent de se mettre volontairement au service du Roi Catholique. C’est sans doute pour cette raison que Zúñiga a recours à des stratagèmes afin qu’ils « pensent que j’ai l’argent et que je ne veux pas le leur donner plutôt que d’avouer la vérité et dire que je ne le possède pas parce que ce serait une grande perte de crédit83 ». Cette remarque montre bien la relation étroite entre crédit financier et réputation ; l’ambassadeur apparaît également comme l’ordonnateur de la réputation royale et endosse la responsabilité du non-versement des pensions pour préserver l’image du souverain. Ce n’est que dans des cas extrêmes que le diplomate accepte de reconnaître qu’il ne dispose pas de l’argent des pensions, comme lorsqu’en 1616 Zúñiga admet qu’une grande partie des sommes à sa disposition sont envoyées à l’archiduc Ferdinand de Styrie, engagé dans un conflit contre la république vénitienne84. Même si le réseau clientélaire hispanique continue à fonctionner (ce qui laisse penser que les pensions finissent par être versées), il est ainsi soumis à de fortes tensions qui en révèlent la fragilité.

  • 85 Thiessen, Windler, 2005 ; Thiessen, 2005.
  • 86 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 janvier 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, (...)

69Si le maintien du réseau et sa perpétuation humaine et matérielle constituent les premières difficultés à surmonter, elles ne sont pas les seules. D’autres problèmes se posent qui relèvent eux aussi de la logique des réseaux. Comme l’a remarqué Hillard von Thiessen, dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler la politique à l’époque moderne, la tentation est grande pour le membre d’un réseau de se servir de ce dernier pour satisfaire des fins personnelles. La logique personnelle entre ainsi en concurrence avec la logique de plus grande portée du réseau qui est censé être au service d’un puissant85. En plus de cette concurrence, il en est une deuxième à prendre compte, spécifique des réseaux qui fonctionnent en territoire étranger : la présence ou la tentative de construire d’autres organisations semblables de la part d’autres monarchies. Les deux cas de figure peuvent être observés pour le réseau espagnol dans le Saint-Empire. Lorsque Johann Adam von Bicken meurt en 1604, Guillén de San Clemente en est informé par un capitaine de la garde de l’empereur que ce dernier envoie à Mayence pour surveiller l’élection et, si possible, peser sur elle86. Le refus de Rodolphe II d’organiser sa succession rend le résultat de l’élection à Mayence apparemment décisif : en fonction de la personne élue, l’archichancelier acceptera ou non de convoquer un collège électoral pour procéder au choix d’un roi des Romains. Cela explique la décision de San Clemente d’envoyer un de ses hommes surveiller la désignation du nouvel archevêque. Malgré l’étroit degré de parenté entre l’empereur et Philippe III, la lutte d’influence pour la désignation d’un électeur impérial est vive. Il est de la sorte aussi rappelé aux Espagnols qu’avant même de construire leur propre réseau de fidèles, ils ont à prendre en compte l’autorité impériale.

  • 87 « Su hermano que aunque está fuera del mundo entre y sale algunas vezes en el » (ibid.).

70Une autre forme de concurrence, plus complexe, s’observe autour de Cologne qui met aux prises la Monarchie Catholique avec le royaume de France. Les Espagnols semblent s’apercevoir au début de l’année 1610 que l’électeur de Cologne, Ernest de Bavière, reçoit également une pension du roi de France Henri IV. Le contexte est alors celui de la guerre de succession des duchés de Clèves et de Juliers : les Espagnols en sont partie prenante et les Français ne manquent pas de faire savoir qu’ils pourraient également intervenir. Pensionner l’archevêque de Cologne, voisin immédiat des duchés litigieux, est donc un acte de méfiance, si ce n’est d’hostilité, envers la Monarchie Catholique. La concurrence à laquelle est confronté le réseau espagnol ne se limite pas à ce seul point et il semble rapidement évident que l’archevêque de Cologne ne doit cette pension qu’à l’activité du duc de Bavière Guillaume, « son frère qui, bien qu’il se soit retiré du monde, y rentre et en sort quelquefois87 ». Cette interférence d’un homme qui a abdiqué son titre ducal et s’est retiré dans un monastère complique de fait l’action du réseau hispanique. Ce cas se rapproche davantage des exemples abordés par Hillard von Thiessen puisque les Espagnols sont ici en butte aux ambitions particulières d’une personne, le duc Guillaume, qui travaille certes à la richesse de sa maison ducale mais qui affaiblit également la cohésion du réseau hispanique. La question de la concurrence à l’intérieur du réseau ou à l’extérieur de celui-ci vient rappeler que le Saint-Empire n’est pas un espace vide ou uniformément pro-espagnol.

III. — L’INTÉGRATION DES ARCHEVÊQUES DE MAYENCE AU RÉSEAU ESPAGNOL

71Durant la seconde moitié du xvie siècle, si la monarchie hispanique et la principauté électorale de Mayence sont en relation, ces liens collectifs et médiatisés n’ont que peu à voir avec ceux qui unissent la péninsule Ibérique et le duché de Bavière. À partir de la fin des années 1570, cette situation commence à changer lentement avec la prise de conscience progressive de la part des Espagnols de l’importance institutionnelle de l’archevêque de Mayence au sein de l’Empire. Au fur et mesure de l’aggravation de la crise de l’autorité impériale, avec le refus de Rodolphe II de désigner un successeur et son inaptitude de plus en plus patente à gouverner, le « deuxième homme de l’Empire » commence à apparaître comme un des recours possibles pour maintenir la continuité dynastique à la tête du Saint-Empire. Néanmoins, pour que cela soit possible, il faut que l’archevêque de Mayence soit au préalable approché puis intégré dans les réseaux espagnols.

Pourquoi et comment les archevêques de Mayence ont-ils intégré le réseau hispanique ?

  • 88 « Por ser persona de ciencia y de mucha conciencia y vassallo del Eletor de Maguncia » (lettre de B (...)

72Du point de vue hispanique, l’intégration du prince-électeur de Mayence aux réseaux de clientèle existant dans le Saint-Empire est souhaitable pour deux raisons au moins. D’une part, en tant que prince territorial doté de la Landeshoheit, c’est-à-dire d’une forme de souveraineté territoriale, l’archevêque de Mayence est un suzerain qui dispose donc de vassaux. Ce lien de vassalité peut ponctuellement s’avérer utile pour contrôler des personnes présentes à la cour impériale. Ainsi, en 1614, puisqu’il est « une personne de science et de grande conscience et vassal de l’Électeur de Mayence » Johann Schweikard von Cronberg, le membre du conseil aulique impérial Peter Heinrich Stralendorf a pu être mis au courant d’une réunion des archiducs dont le but était de régler entre eux l’ordre successoral pour la couronne impériale et il a pu superviser ce qui s’y est dit à la place de l’envoyé espagnol, Jacques Bruneau, prévenu trop tardivement88. Tout à fait ponctuel dans les sources, ce type d’usage de relations sociales anciennes laisse néanmoins apparaître que les relations internationales sont encore fondées sur la force du lien vassalique, même à l’époque de la construction des États modernes.

73Une seconde caractéristique des archevêques de Mayence qui intéresse les Espagnols est leur rôle institutionnel au sein de l’Empire. Leur fonction d’archichancelier, particulièrement avec l’affaiblissement de l’autorité de Rodolphe II, en fait des personnes qu’il est difficile de négliger. Les ambassadeurs espagnols en sont particulièrement conscients comme San Clemente qui en détaille les attributions, dans cette phrase déjà citée :

  • 89 « Esto elector es el directorio de todas las cosas del Imp[eri]o y cançiller del y el que en sede v (...)

cet électeur est le directeur de toutes les choses de l’Empire et en est le chancelier ; il est celui qui réunit tous les électeurs pour une élection en période de sede vacante et il est le premier qui doit y consentir89.

74L’importance de l’archevêque de Mayence dans le processus de désignation d’un nouvel empereur est donc connue et reconnue ; elle incite d’autant plus les Espagnols à se rapprocher de lui qu’ils constatent un même souci d’écarter une candidature protestante pour la succession impériale :

  • 90 « Han pasado dos Embajadores del Ele[c]tor de Maguncia con carta para el Rey llamándole para aquel (...)

Deux Ambassadeurs de l’Électeur de Mayence sont passés [à Prague] avec une lettre pour le Roi [de Hongrie Matthias] le convoquant pour cette cérémonie ; j’ai reçu par leur intermédiaire une lettre de l’Électeur dans laquelle il montre qu’il fait attention aux machinations ourdies par les hérétiques pour porter atteinte à l’Élection90.

75Cette première conjonction d’intérêts crée donc un terrain favorable pour que l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg soit approché par les Espagnols pour intégrer leur réseau de clientèle dans le Saint-Empire.

  • 91 « Vino aquí a [h]ablarme un cons[eje]ro de Mogunçia y a darme qu[en]ta de que el de Saxonia les hav (...)
  • 92 Avis de Juan de Idiáquez sur une lettre de l’archiduc Albert, non daté mais probablement du début d (...)

76Il faut ajouter également le fait que l’archichancelier se doit de maintenir des relations avec l’ensemble des princes du Saint-Empire, fussent-ils protestants. Cela peut intéresser les représentants d’une Monarchie Catholique qui ne peut ni ne veut maintenir des contacts avec des luthériens ou des calvinistes, contacts pourtant nécessaires au bon déroulement des affaires impériales. C’est ainsi par l’intermédiaire de Johann Schweikard von Cronberg que Zúñiga apprend que l’électeur de Saxe accepte de voter pour l’archiduc Matthias mais qu’il accepterait aussi bien une élection de l’archiduc Albert91. De la même façon, les tentatives incertaines pour gagner un prince dont l’hostilité à Philippe III est reconnue et profondément ancrée ne peuvent se mener directement et ouvertement. Le projet de gagner le comte palatin du Rhin Frédéric IV en 1608 est ainsi porté par l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg qui a la possibilité de faire d’une pierre deux coups : en proposant ses services, il se signale comme un client potentiel des Espagnols et s’il réussit, les inimitiés entre le Palatinat électoral et la couronne ibérique pourront être apaisées92. Du point de vue hispanique, une telle médiation offre l’avantage de ne pas exposer la monarchie à un échec et de préserver la réputation du Roi Catholique. Se mettre en relation avec l’archevêque de Mayence peut donc s’avérer utile pour les Espagnols, surtout dans un contexte d’exacerbation des tensions confessionnelles et de crises successorales répétées à la tête du Saint-Empire.

  • 93 Lettres de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 12 novembre 1610 et 2 février 1611, CODOIN, t. XLIII, (...)
  • 94 Duerloo, 2010, pp. 103-139.
  • 95 « El Eletor de Magunçia que es todo de V[uestra] M[ajesda]d y del s[eñor] Archiduque Alberto goza s (...)

77Découlant du constat de leur utilité pour le réseau hispanique, l’intégration des archevêques de Mayence s’effectue de manière progressive et revêt plusieurs formes. La forme la plus évidente, celle qui marque avec le plus de netteté l’appartenance à ce réseau, reste la pension versée régulièrement à l’archevêque. Cette option est évoquée dès la fin de l’année 1610 par l’archiduc Albert en raison du rôle de médiateur joué par Johann Schweikard von Cronberg dans le Bruderzwist, c’est-à-dire l’affrontement entre Rodolphe II et son frère Mathias pour procéder ou non à la désignation d’un roi des Romains93. Mais il convient de souligner qu’à cette même époque, Albert essaie lui aussi de se positionner comme un prétendant à la succession impériale94 : faire pensionner l’archevêque de Mayence serait ainsi un atout supplémentaire en sa faveur, pour appuyer une candidature selon une logique convenue de don et de contre-don. Hormis ces deux premières mentions, l’entrée effective de Mayence dans le réseau espagnol n’est pas connue avec précision. Elle doit avoir lieu entre 1612 et 1615 : alors que Johann Schweikard von Cronberg s’affaire pour régler le problème de la succession de l’empereur après la mort de Rodolphe II et qu’il est par conséquent en contacts fréquents avec Baltasar de Zúñiga, aucune mention n’est faite d’une possible pension. En revanche, trois ans plus tard, Zúñiga mentionne le fait que « l’Électeur de Mayence qui est entièrement au service de Votre Majesté et du seigneur Archiduc Albert jouit de six mille ducats de pension de la part de Votre Majesté95 ». À cette date, il est donc un client de Philippe III. Il est d’ailleurs possible de penser que l’octroi d’une telle pension vient en récompense du travail effectué aussi bien lors du Bruderzwist qu’à la suite de la mort de Rodolphe II, selon un calendrier mis en place par les Espagnols et non par l’archiduc Albert.

  • 96 Pour les lettres chiffrées, voir la lettre de Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 18 (...)
  • 97 « Escriviéndome un privado de Magun[ci]a de su parte un villete » (lettre de Baltasar de Zúñiga à P (...)
  • 98 Lettres de Baltasar de Zúñiga à Johann Schweikard von Cronberg, 2 janvier et 9 juillet 1616, HHSA, (...)
  • 99 Lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Philippe III, 29 juin 1615, AGS, Estado, leg. 2501, doc. (...)

78En plus du versement d’une pension, un deuxième marqueur de l’appartenance de l’archevêque de Mayence au réseau espagnol est l’entretien d’une correspondance régulière avec des agents hispaniques. L’archevêque peut aussi transmettre par ce biais des informations à l’ambassadeur espagnol : il lui fait ainsi remettre des lettres chiffrées qu’il semble avoir interceptées ou lui envoie la copie d’un avis sur les projets hollandais pendant la Pax Hispanica96. S’il peut ponctuellement revêtir une forme assez informelle, l’échange épistolaire entre l’ambassadeur espagnol et l’archevêque de Mayence est le plus souvent assez formel et codifié97 ; ces lettres sont en latin et chacun des deux correspondants s’adresse à l’autre en le désignant comme « maître » ou « seigneur » (Domine). Seul Johann Schweikard von Cronberg ajoute à ce qualificatif celui de « très cher ami » (Amice Charissime)98. Enfin, dans l’unique lettre que nous avons trouvée adressée directement à Philippe III, l’archevêque désigne son destinataire comme « Roi Catholique très puissant, maître très respectable » (Rex Catholice Potentissime Domine obseruandissime)99. Il est à remarquer que toutes ces lettres, échangées en latin et très formalisées, ont trait à la pension que reçoit l’archevêque : il s’agit tantôt de remercier le Roi Catholique du don qu’il consent, tantôt d’en faire profiter le neveu du prélat, Adam Philipp von Cronberg.

  • 100 Voir les lettres échangées entre Baltasar de Zúñiga et Ferdinand von Efferen, entre le 2 janvier et (...)
  • 101 « La he encaminado por manos del secret[ari]o Suarez en Flandes. Y sé que S[u] A[ltez]a lo haverá p (...)
  • 102 Lettres échangées entre Ferdinand von Efferen ou Johann Schweikard von Cronberg et Baltasar de Zúñi (...)

79L’essentiel de la correspondance échangée entre Mayence et l’ambassade de Vienne est néanmoins constitué de lettres envoyées par ou à destination d’un des conseillers de l’archevêque. Hormis pour un ensemble documentaire relativement cohérent sur lequel nous allons nous attarder, il n’est le plus souvent pas possible de savoir de quel conseiller il s’agit, de telle sorte qu’il est difficile de dire si ces courriers transitent par un canal particulier au sein de la principauté ecclésiastique. La seule exception est formée par des lettres échangées au cours de l’année 1616 entre Zúñiga et le conseiller de l’archevêque Ferdinand von Efferen100. Hormis la première d’entre elles, les vingt-quatre suivantes sont toutes rédigées en castillan. Loin d’être la preuve du caractère informel de la relation entre Mayence et la monarchie hispanique, cette correspondance est au contraire la marque d’un approfondissement des liens entre les deux parties : un tel échange de lettres est agréé par Johann Schweikard von Cronberg qui en a connaissance puisque Efferen lui transmet les lettres de l’ambassadeur hispanique101. Par ailleurs, confier cet échange épistolaire à l’un de ses ministres permet à l’archevêque de Mayence d’être insistant dans ses demandes sans courir le risque de s’aliéner personnellement son correspondant, comme dans le cas de la demande du transfert d’une partie de sa pension à son neveu102. Surtout, cela permet à l’archichancelier de transmettre de nombreuses informations concernant le Saint-Empire à Baltasar de Zúñiga dans une plus grande discrétion, sans mettre en péril la neutralité qu’il est censé observer à l’égard des affaires impériales.

  • 103 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 12 juin 1612, AHN, Estado, lib. 865, fos 170-171.
  • 104 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 22 janvier 1613, AHN, Estado, lib. 865, fos 116-121.

80La dernière forme de relation qui marque l’intégration des archevêques de Mayence dans le réseau hispanique est également la plus caractéristique des méthodes employées par l’ambassadeur Baltasar de Zúñiga : il s’agit de rencontres soit avec l’archevêque en personne soit avec certains de ses conseillers. Alors que durant la seconde moitié du xvie siècle, la plupart des rencontres avaient un caractère essentiellement protocolaire et servaient à introduire un nouvel ambassadeur dans le Saint-Empire, cette pratique change avec l’installation de Baltasar de Zúñiga en 1608. Les rencontres et les visites deviennent plus fréquentes, parfois plus familières, et permettent une meilleure récolte des informations et une meilleure direction des affaires. Lors du règlement de la succession de Rodolphe II en 1612 et en vue de celle de Matthias en 1613, par exemple, Zúñiga rencontre à deux reprises au moins des conseillers de l’archevêque de Mayence : il s’agit dans le premier cas de s’informer de la crainte que suscite chez les électeurs catholiques la candidature de l’archiduc Matthias à l’élection impériale étant donné les doutes quant à son catholicisme103 ; dans le second cas, il est question de l’organisation de la Ligue catholique fondée par le duc de Bavière Maximilien Ier et du risque de division que la désignation d’un roi des Romains fait peser sur les Habsbourg d’Autriche104. Alors que Johann Schweikard von Cronberg n’est pas encore formellement client du Roi Catholique, il y a là les signes d’une prise de conscience quant à l’utilité de l’archichancelier pour les intérêts espagnols dans le Saint-Empire.

  • 105 « P[ar]a el bien pú[bli]co de la christiandad y del imperio » (consulta du consejo de Estado sur un (...)
  • 106 « A Hust casa de campo suya a una legua de Francaforte » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe, (...)

81Les rencontres entre l’ambassadeur espagnol et les conseillers de Mayence s’accompagnent de réunions avec l’archevêque en personne ; elles donnent même fréquemment l’impression d’une certaine familiarité entre ces deux personnages. En 1610, une discussion sur la préparation de la succession de Rodolphe II est l’occasion d’un repas et d’une tentative de la part du diplomate de convaincre l’archevêque que Matthias serait le meilleur candidat à la succession et le meilleur choix possible « pour le bien public de la chrétienté et de l’empire105 ». Zúñiga semble alors vouloir tirer parti de l’apparente étroitesse des liens avec son interlocuteur pour mieux le persuader. Les relations cordiales se poursuivent ensuite, comme lorsque Johann Schweikard von Cronberg invite Zúñiga « à Höchst, dans sa maison de campagne à une lieue de Francfort106 ». Il y est de nouveau question de l’élévation de Matthias à la couronne impériale et des suspicions soulevées par son orthodoxie religieuse. Si l’ambassadeur reste ferme sur le fond, à savoir le maintien de la candidature du roi de Hongrie, son tour est néanmoins venu de s’engager à quelques concessions :

  • 107 « Si a V[uestra] M[ajesda]d le constará o a mi q[ue] trato en su R[ea]l nombre deste negocio de que (...)

Si Votre Majesté ou moi-même qui traite cette affaire en son Royal nom venions à constater que les doutes que l’on a sur le Roi [de Hongrie] avaient un fondement substantiel, non seulement Votre Majesté n’intercéderait pas pour son Élection mais au contraire elle s’engagerait en faveur de quelqu’un d’autre de sa Maison d’Autriche et même pour un autre Prince Catholique en dehors de celle-ci107.

82L’intimité de ces réunions n’exclut donc pas, voire rend possibles, des négociations serrées qui doivent rester discrètes. Ces rencontres permettent également à leurs deux protagonistes de faire le constat d’une communauté de vues sur la hiérarchie des problèmes auxquels est confronté le Saint-Empire. Parmi ces questions, la principale est sans conteste celle de la stabilité et de la succession impériales.

Le service au prisme des mots

83Si l’analyse des modalités de la relation entre la monarchie hispanique et les archevêques de Mayence a déjà permis de mettre partiellement en évidence les raisons pour lesquelles tous deux entraient en contact, l’étude du discours tenu par les Espagnols à propos de Mayence permet également de mieux définir les raisons de cette relation. Elle permet enfin de montrer les différences, voire les méfiances, qui existent entre les deux protagonistes mieux que ne le ferait le simple examen de leurs actions communes.

84Il faut en premier lieu remarquer que l’archevêque de Mayence est lui-même en partie à l’origine de l’opinion que les Espagnols ont de lui. Dans sa correspondance avec Guillén de San Clemente ou avec Baltasar de Zúñiga plus que dans ses actions, il donne aux destinataires de ses lettres une image qui est partiellement reprise au sein de la monarchie ibérique. Ainsi, une fois élu, Johann Adam von Bicken entre en contact avec Philippe III par l’intermédiaire de San Clemente et décrit ses intentions à l’égard du Roi Catholique de la sorte :

  • 108 « Regiae M[ajesta]tis Cath[oli]cae amorem et beneuolentiam luculenter et amanter intelleximus et qu (...)

C’est avec un fort sentiment d’amitié que nous avons apprécié l’amour et la bienveillance de sa Majesté Catholique Royale et puisque nous avons été élevés à ce lieu de dignité […] par la Divine providence disposant ainsi des choses, nous aurons de cette manière extrêmement à cœur de conserver et de faire progresser l’autorité et la tranquillité du Saint Empire Romain de même que la bienveillance et l’amitié de ladite Majesté Royale Catholique108.

85Il s’agit ici d’un courrier de forme tout à fait classique et relativement neutre qui se contente de rappeler la qualité des relations entre Mayence et la monarchie espagnole ; ces relations sont certes bonnes mais il n’est pas fait état d’un quelconque lien de service ou de clientèle. Johann Adam von Bicken tâche seulement de se présenter comme un homme de bonne volonté vis-à-vis des Habsbourg tant d’Espagne que d’Autriche.

86C’est avec son successeur, Johann Schweikard von Cronberg, que ce discours évolue. Cette mutation intervient d’ailleurs alors que l’archevêque a intégré le réseau de clientèle hispanique. À la bonne volonté de son prédécesseur, il ajoute son désir de servir du mieux qu’il peut la « maison d’Autriche » et s’efforce de le prouver en insistant sur les services déjà rendus aux Habsbourg par lui-même ou par sa parentèle. Quand il demande si son neveu Adam Philipp von Cronberg peut percevoir une partie de sa pension, il insiste par exemple sur son désir

  • 109 « Serenissimae Domui Austriacae se totum deuoueret; ante aliquot annos Serenissimis Belgÿ Principib (...)

qu’il se consacre totalement à la Sérénissime Maison d’Autriche ; quelques années auparavant, je l’ai mis au service des Sérénissimes Princes de Belgique, ayant comme unique objectif qu’il se maintienne dans la dévotion à sa Majesté Royale109.

  • 110 Sur ce point, voir aussi la lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Baltasar de Zúñiga, 11 janvi (...)

87En se mettant habilement en scène comme celui qui est à l’origine de l’entrée de son neveu au service des archiducs Albert et Isabelle, Johann Schweikard von Cronberg se place dans une relation fondée non plus seulement sur une bienveillance au contenu un peu vide, mais sur un rapport de protection et de service mutuel110. Dans un même mouvement, il fixe également les termes de son service auprès des Espagnols et met en place une stratégie familiale pour essayer de capter les bienfaits qui pourraient découler de cette relation. C’est d’ailleurs une des caractéristiques de la relation entre la Monarchie Catholique et Johann Schweikard von Cronberg : elle dépasse le seul cadre de la politique impériale pour s’inscrire dans un projet d’ascension sociale au bénéfice d’un groupe, ici la parentèle de l’archevêque.

88De leur côté, les Espagnols définissent également leurs attentes à l’égard de l’archevêque de Mayence lorsqu’ils évoquent ce dernier. Sans grande surprise, les jugements du début du xviie siècle sur ce personnage se contentent de prendre note du bon accueil qui est réservé aux agents de Philippe III et demeurent dans l’ensemble relativement neutres. L’élection de Johann Adam von Bicken suscite le portrait suivant de la part de Guillén de San Clemente :

  • 111 « Es [h]ombre de menos de quarenta años muy católico criado con los Jesuitas y muy afiçionado a la (...)

C’est un homme de moins de quarante ans, très catholique, élevé par les Jésuites et très dévoué à la maison d’Autriche ce qui, par les temps qui courent, peut être considéré comme une bonne élection. Je lui écrirai une lettre de félicitations de la part de Votre Majesté parce que c’est la coutume111.

89Quant à Johann Schweikard von Cronberg, il s’attire cette description trois ans plus tard :

  • 112 « Es buen hombre y buen catt[ólic]o y afiçionado al serv[ici]o de la ser[enísi]ma Casa de Austria p (...)

C’est un homme bon et un bon catholique et très dévoué au service de la sérénissime Maison d’Autriche mais de plus de soixante ans et de peu de bien et dont on ne peut attendre qu’il œuvre activement pour prendre les résolutions qui s’imposent. Il conviendra bien à l’Empereur parce que je pense qu’il ne le pressera pas plus que ce qu’il ne souhaite pour choisir un Roi des Romains, se contentant de s’être élevé du rang de pauvre chevalier à la dignité électorale112.

90Une nouvelle fois, il s’agit d’un discours a minima sur un individu qui semble bien disposé mais dont les relations avec les Espagnols sont limitées : son orthodoxie confessionnelle est relevée, de même que son inclination en faveur des Habsbourg d’Autriche pour la succession impériale.

91Ce discours évolue à mesure que l’archevêque de Mayence se montre désireux d’intégrer le réseau des clients hispaniques et qu’il fait la preuve de l’intérêt de son attitude pour les Espagnols. Quand le grand commandeur de León Juan de Idiáquez doit se prononcer sur l’utilité d’accorder une pension à Johann Schweikard von Cronberg en 1608 pour avoir essayé de rapprocher le comte palatin du Rhin et Philippe III, il qualifie l’« Archevêque Électeur de Mayence » de

  • 113 « El Arçobispo Elector de Maguncia ques principe poderoso y pr[imer]am[en]te entre los catt[óli]cos (...)

prince puissant, particulièrement parmi les catholiques de l’Empire et en très grand crédit et de très grande autorité dans celui-ci, qui montre beaucoup de zèle envers la religion catholique et les affaires de sa Majesté et de la sérénissime maison [d’Autriche]113.

92L’appartenance confessionnelle et les bonnes dispositions, désormais étendues aux Habsbourg d’Espagne, envers la maison d’Autriche sont reprises mais les Espagnols sont maintenant en mesure d’évaluer l’importance de l’archevêque dans son contexte impérial. Surtout, cet avis venant après un courrier de l’archiduc Albert rapportant les tentatives faites pour gagner Frédéric IV du Palatinat, l’utilité concrète de Mayence se précise. Il ne s’agit plus d’un partenaire potentiel de bonne volonté mais d’un prince qui agit objectivement en faveur de la Monarchie Catholique.

  • 114 « Cuidado de las machinas q[ue] van haziendo los hereges » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe (...)
  • 115 « Aguardo con cuidado cartas del Eletor de Maguncia q[ue] está más en el corazón del Imp[e]rio y po (...)
  • 116 « El Elector de Maguncia como tan vigilante en las cosas del Imperio » (consulta du consejo de Esta (...)

93Avec l’intensification de la collaboration entre Johann Schweikard von Cronberg et Baltasar de Zúñiga, le discours espagnol sur l’archevêque se fait le reflet du travail conjoint mené par le prélat et par le diplomate. Ce dernier décrit l’archichancelier comme « soucieux des machinations fomentées par les hérétiques » et en communication permanente avec l’ambassadeur pour tâcher de régler la succession impériale durant les années qui encadrent le mort de Rodolphe II114. Il transparaît même une sorte de division du travail entre ces deux personnages dans laquelle l’archevêque de Mayence est loin d’être en reste dans le service rendu au Roi Catholique. Comme le reconnaît Zúñiga, il lui est désormais difficile de se passer de l’aide du prince ecclésiastique : il attend « avec impatience des lettres de l’Électeur de Mayence qui se trouve davantage au centre de l’Empire et qui pourra donner de plus grands éclaircissements sur ce que j’ai appris115 ». Si l’expression « au centre de l’Empire » n’explique pas si l’ambassadeur entend par là le centre géographique (la région rhénane) ou institutionnel (la diète et le collège électoral), la teneur de la phrase est néanmoins claire : l’expertise de l’archichancelier est désormais indispensable aux Espagnols pour avoir accès à des informations et prendre des décisions. Il s’agit bien là de la reconnaissance de son importance pour la présence espagnole dans le Saint-Empire. À la fin de la Pax Hispanica, la confiance entre Johann Schweikard von Cronberg et Zúñiga semble telle que ce dernier n’éprouve plus le besoin de contrôler a priori l’action de l’archevêque. En 1616, il le laisse négocier avec le ministre de Matthias Melchior Klesl la préparation de l’élection d’un roi des Romains sans s’entremettre dans ces discussions, l’archevêque de Mayence étant « si vigilant pour les affaires de l’Empire116 ». Plus que d’un jugement ou d’une appréciation, il est bien ici question d’une communauté de vues et d’intérêts sur la direction du Saint-Empire.

  • 117 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 20 mars 1604, AGS, Estado, leg. 708, n. f.
  • 118 Duhamelle, 1998, pp. 34-38.
  • 119 « Artificio de querer usar de toda cortesía sin obligarse del todo » (lettre de Baltasar de Zúñiga (...)

94Ces discours globalement positifs sont néanmoins fréquemment nuancés par les ambassadeurs eux-mêmes. Non que les archevêques de Mayence, et pour l’essentiel Johann Schweikard von Cronberg, aient agi de manière à mériter un semblant de méfiance, mais les Espagnols paraissent avoir un avis mitigé sur les origines sociales du « deuxième homme de l’Empire ». Deux défauts, aux yeux des diplomates hispaniques, sont particulièrement relevés : la pauvreté et la basse extraction sociale des archevêques selon les critères de l’aristocratie castillane. Il a déjà été relevé qu’au moment de son élection, Johann Schweikard von Cronberg était considéré comme un « pauvre chevalier » élevé à la « dignité électorale »117. Il semble qu’il y ait là une réelle méconnaissance du processus électoral propre aux chapitres des églises cathédrales rhénanes et des règles de prise en compte des quartiers de noblesse, qui s’apparentent pourtant à bien des égards aux critères de la limpieza de sangre118. Mais du point de vue espagnol, cette origine relativement modeste est une limite à l’action de l’archichancelier : dans une affaire aussi pressante que la succession de Rodolphe II après la mort de l’empereur, Zúñiga croit voir dans la position du prélat, qui soutient la candidature de Matthias mais s’en remet en dernière instance à l’inspiration du « Saint-Esprit et de la bonté divine » pour convaincre les autres électeurs, un « artifice pour vouloir user de toute la politesse possible sans s’obliger en quoi que ce soit119 ». C’est dire d’une autre façon que les électeurs, aussi catholiques soient-ils, veulent voir leur liberté de vote respectée même si elle n’est que formelle et que l’électeur de Mayence ne dispose pas d’autres moyens que la rhétorique et la conscience partagée d’appartenir à un même ensemble politique et territorial pour convaincre ses collègues du collège électoral. Ces nuances, fondées sur l’origine sociale de l’archevêque de Mayence, n’en rendent pas moins étroite la collaboration, à la fois inattendue et fructueuse pour les deux parties, qui se met en place entre la principauté de Mayence et la monarchie hispanique dans la seconde moitié des années 1610.

95Qu’il s’agisse de régler la succession de Rodolphe II et, dans une moindre mesure, celle de Matthias ou des tensions confessionnelles ayant eu cours dans la guerre des Flandres et transférées dans l’espace impérial, la Pax Hispanica remet le Saint-Empire au centre des préoccupations espagnoles. La relative disponibilité retrouvée par la monarchie hispanique lui permet de se consacrer à la résolution de problèmes dont la confessionnalisation et l’organisation d’un parti calviniste ne sont pas les moindres. Dans ce contexte, le redéploiement du réseau des clients espagnols, mené par les ambassadeurs Guillén de San Clemente et Baltasar de Zúñiga, est un outil essentiel du maintien de la présence hispanique dans l’espace impérial. Ce réseau est progressivement mis en adéquation avec les nouveaux objectifs hispaniques qui sont désormais moins la communication des initiatives prises par une autorité impériale fragilisée que la maîtrise du processus de désignation d’un successeur de l’empereur.

96Ce cadre explique en grande partie le fait que l’attention portée par les diplomates espagnols aux archevêques de Mayence se soit accrue avec l’entrée dans le xviie siècle. Par les relations qu’ils maintiennent constamment avec l’ensemble du collège électoral et par la possibilité qui leur est officiellement reconnue de convoquer la diète ou l’ensemble des électeurs, les archevêques de Mayence sont des intermédiaires de grande importance pour qui veut être informé de l’évolution institutionnelle de l’Empire ou pour qui veut la maîtriser. Pour cette raison, ils sont progressivement intégrés dans le réseau des clients espagnols jusqu’à en devenir une des pièces maîtresses. Il s’agit là d’un fait nouveau puisqu’un Johann Schweikard von Cronberg jouit auprès des Espagnols d’une importance au moins aussi grande que les ducs de Bavière.

97Les formes de ce rapprochement laissent voir qu’il s’agit là d’un processus plus profond qu’une simple alliance ponctuelle : les liens ne sont pas seulement individuels entre un ambassadeur et un prince, mais ils engagent au contraire la Monarchie Catholique et l’archevêché de Mayence dans toute leur épaisseur institutionnelle. Le Conseil d’État espagnol débat des initiatives prises par l’archevêque et des conseillers de ce dernier sont également impliqués dans les relations. Aux rencontres régulières entre les ambassadeurs hispaniques et les archevêques répond une convergence de vues concernant le projet impérial : tous se retrouvent sur la nécessité de maintenir un Habsbourg à la tête de l’Empire et sur le besoin de préserver l’équilibre politique et confessionnel établi plus d’un demi-siècle auparavant. Les Espagnols ou les archevêques de Mayence trouvent dans leur nouvel interlocuteur un recours à la défaillance impériale. La question est de savoir si ce lien peut se maintenir quand éclatent les tensions.

Notes

1 Tomás y Valiente, 1990 ; Sánchez, 1998 ; Feros, 2000 ; Williams, 2006 ; Salas Almela, 2010.

2 Sánchez, inédite ; García García , 1996 ; Allen, 2000 ; García García, Herrero Sánchez, Hugon (dir.), 2012.

3 González Cuerva, 2012 ; à notre connaissance, il n’existe pas d’étude exhaustive sur la longue ambassade de Guillén de San Clemente.

4 Ibid., 2012, pp. 319-321.

5 Duhamelle, 1995 ; Id., 1998, pp. 22-28.

6 García García, 1996, pp. 25-81 ; Allen, 2000, pp. 55-98.

7 Sallmann, 2003, pp. 255-260 ; García García, 2012.

8 « En la materia de Rey de Romanos » et « Pero cada día se va dificultando mas este neg[oci]o » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 mai 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 42).

9 « Han procurado encaminarle hazia Ratisbona pero no ha sido possible y ha d[ic]ho claramente que no quiere yr a la Dieta dize un su privado que no ha ossado dezirle la venida del Duque de Feria por no alterarle y por lo mismo creo yo que han dexado de dezírselo los ministros » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 21 septembre 1606, AGS, Estado, leg. 709, doc. 3). Sur la mission du duc de Feria, voir la copie de ses instructions, 24 juillet 1606, BNE, ms. 3207, pp. 108-113.

10 Evans, 1973, pp. 50-51 et 55-57.

11 « Las materias de Alemania pueden dar cuidado con razón, según el estado en que están, y será bien necesario que Dios ponga su mano para que con la asistencia del papa y de S[u] M[ajestad] se encamine lo que más convenga » (lettre de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 12 janvier 1601, CODOIN, t. XLII, p. 382).

12 « El peligroso estado en que están las cosas de Alemaña » (lettre de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 9 juin 1606, CODOIN, t. XLIII, p. 567).

13 Duerloo, 2010.

14 « Como no nos faltaban cuidados, se nos acrecientan ahora con esto de Alemaña, que en verdad, a mi parescer, se va poniendo en muy mal estado » (lettre de l’archiduchesse Isabelle au duc de Lerma, 29 avril 1608, CODOIN, t. XLIII, p. 95).

15 « A todos ellos pienso visitar porque aunque los antepasados del Palatino offendieron al Rey n[uest]ro s[eño]r de gloriosa mem[ori]a, nunca su M[ajesta]d se quiso ressentir dello y assi juzgo también que V[uestra] M[ajesda]d terná por bien que se olvide todo lo pasado y quedará servido de que yo me [h]aya blandam[en]te con esta Prínçipes del Imperio aunque muchos dellos no lo meresçen a V[uestra] M[ajesda]d mas yo lo haré con la deçençia que conviene porque no es agora tiempo de mostrar disgustos » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 4 août 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 54).

16 « El señalar succesor en el ymperio pide lo Dios el çielo la tierra y los hombres y ha esto no es ympedimento qualquiera de los hermanos y si V[uestra] Mag[esda]d piensa casarse que lo deseamos todos qualquiera que sea elejido ha de complazer obedezer y ser criado de V[uestra] Mag[esda]d y hará cesió[n] en los hijos de V[uestra] Mag[esda]d y se fuere por Cessar el Elejido nunca se casará si no mandadolo V[uestra] Mag[esda]d que lo ha de declarar dentro de un año y assí suplicamos humilm[ente] a V[uestra] Mag[esda]d por Dios por la religión por la cassa de Austria que se libre assí y a nosotros de tanto miedo que nunca le pesará de haverlo he[cho] » (mémoire remis à l’empereur Rodolphe II par Guillén de San Clemente, sans date, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 224).

17 CODOIN, t. XLII, p. 382.

18 « Nay de duda que es necess[ari]o para hazer guerra a los enemigos la ayuda del Papa la qual sabemos que la dará liberalm[ente] con muy pocas diligençias y carizias q[ue] V[uestra] M[agesda]d le haga y se aquí pende la dignidad la vitoria y la salud de V[uestra] M[agesda]d con su ayuda venzerá sus enemigos y sera Cessar Maximo […] y no vemos que se ofrezca peligro que facilm[ente] V[uestra] M[agesda]d no le venza si tres personas se juntan con amistad V[uestra] M[agesda]d el Papa y el Rey de España los herejes los Turcos los rebeldes callarán » (mémoire remis à l’empereur Rodolphe II par Guillén de San Clemente, sans date, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 224).

19 Niederkorn, 1993, pp. 214-255.

20 « Se recate mucho de los socorros q[ue] el Papa y V[uestra] M[ajesda]d le imbian por que aunque protesto es el imbialla para la guerra de Ungria q[ue] la fin principal es forçalle con este ex[erci]to a que haga un Rey de Romanos qual su S[antida]d y V[uestra] M[ajesda]d quisieren este pensamiento me aseguran la tenido al Emp[erad]or estos días » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 mai 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 42).

21 « Mis hermanos y el archiduque Ferdinando se han acordado en pedir al elector de Colonia, que vaya a la corte del emperador a persuadirle a que quiera tomar resolución en esta materia » (lettre de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 12 janvier 1601, CODOIN, t. XLII, p. 383).

22 « S[acri] R[omani] Imperÿ auctoritatem tranquillitatem tum vero maxime dictae Regiae Cath[olicae] Ma[jesta]tis benevolentiam et amicitiam conservemus et promoveamus » (lettre de l’archevêque de Mayence Johann Adam von Bicken à Guillén de San Clemente, 6 juin 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 55).

23 « V[uestra] M[ajesda]d fue servido mandar q[ue] se viese en el cons[ej]o una carta entre otras de Don Guillen de S[an] Clemente de 19 de abril proximo passado en que refiere que algunos especulativos de allá que desean que el emperador nombre un rey de Romanos piensan que el medio que podría aprovechar para moverle es que su S[antida]d con destreza y sin ruydo procure con un elector eclesiástico que vaya a aquella corte a representar al emperador lo que conviene a la religion cattólica que su M[a]g[esdad] declare un sucesor en el ymperio […]. Q[ue] el elector havría de ser el de Maguncia porque este por su offi[ci]o de Archicanciller del Imperio es el que propone todas las cosas que tocan a el y el que sin consulta Ning[un]a sino de su motu propio puede juntar el Imperio todas las vezes q[ue] le pareciere que [h]ay necesidad dello » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Guillén de San Clemente, 14 juin 1603, AGS, Estado, Alemania, leg. 2323, doc. 185).

24 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 137-141 ; Parker, 1979, pp. 164-175 ; García García, 1996, pp. 62-74 ; Echevarría Bacigalupe, 1998, pp. 182-193 ; Feros, 2000 ; García García, 2002.

25 Weis, 2003, pp. 23-29.

26 Mémoire remis à l’empereur Rodolphe II par Guillén de San Clemente, sans date, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 224.

27 Mémoire de Guillén de San Clemente, 28 décembre 1602, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 204.

28 Rivero Rodríguez, 1989.

29 « Dize el Reçesso de la Dieta tenida en Augusta el año 1530 quando los vasallos de algún Estado sea Ecclesiástico o segular se juntan para rebelar o oponerse contra su Superior que entonces los mas vezinos sean obligados a requisiçión del Estado agraviado o molestado de acudir luego para ayudar y assistirle hasta que d[ic]hos vasallos sean reduzidos a su obediençia […] también en la Dieta tenida en Augusta en 1555 fue reçessado que ninguno de qualquier estado o condiçión fuesse se dexe emplear contra otros Estados del Imperio ny haga lleva de gente de guerra sea secreta o públicamente ny tanpoco de algún favor o assistençia contra los mismos y mas que ningún Príncipe permita so pena de confiscaçión de sus bienes que sus vasallos vayan a servir contra otro Príncipe o Estado del Imperio todo lo qual también ha sido siempre repetido y de nuevo ordenado en todos los Reçessos de las otras Dietas seguientes y principalmente en la tenida en Spira en el año 1544 y d[ic]ha Casa de Borgoña no embargante esto se halla hasta [h]oy en dia abandonada sin algún consuelo o asistencia » (mémoire de Guillén de San Clemente, 28 décembre 1602, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 204).

30 « Tenerse unida con el Imperio » (ibid.).

31 « Los mayores enemigos que V[uestra] Mag[esda]d y el ymperio tienen y mas perniciossos que los Turcos son los de Olanda y esto ello proprio se lo dize quitaron al ymperio a Embdari y lo proprio pensan de Ostfuria y si succede no estarán quietos hasta sujuzgar todo el ymperio ellos son con cuya ayuda los Electores y príncipes calbinistas piensan quitar el ymperio a V[uestra] Mag[esda]d y a la casa de Austria y pasarlo a extraños y es muestra clarísima estar en el testamento Palatino » (mémoire remis à l’empereur Rodolphe II par Guillén de San Clemente, sans date, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 224).

32 « Remitiese este negoçio el año pasado a la Dieta de Ratisbona a donde se decretó q[ue] se pusiese en execuçión la embaxada q[ue] diez años ha se determinó en la d[ic]ha dieta de Ratisbona de embiar a los Estados […]. Siempre han respondido con dilaçiones y penúltimamente con dezir q[ue] por ser muerto el administrator de Saxonia q[ue] era uno de los nombrados para la embaxada era necessario hazer diligençia q[ue] lo fuese el nuevo Elector de Saxonia y después se escusaron con la muerte del Elector de Magunçia q[ue] también era de los nombrados agora [h]an scrito al de Saxonia y [h]a açetado y también dizen q[ue] escrivirán al de Magunçia, yo procuraré con toda la destreza q[ue] pudiere q[ue] camine adelante esta embaxada mas no prometo a V[uestra] M[ajesda]d ningún effecto » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 20 mars 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.).

33 « Está este negocio reducido a términos que es necesario que S[u] M[ajesdad] se resuelva a una de dos; o de proseguir esta plática de la paz, con la condición que los de Holanda quieren, o bien proseguir la guerra, proveyendo lo necesario para ella, en la cuantidad y con la puntualidad que siempre he representado a S[u] M[ajesdad] que convenía » (lettre de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 21 août 1607, CODOIN, t. XLIII, p. 68).

34 Duerloo, 2010.

35 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 148-161.

36 HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fos 44, 46 et 48, lettres de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Zúñiga, 8, 11 et 31 octobre 1616.

37 « El de Anspach está a Cleves negociando con los Ingleses y Olandeses el tratado de Zanten » (lettre de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Zúñiga, 11 octobre 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fo 46).

38 « Ha buscado de contentar a Saxonia quanto mas possibile en los estados de Juliers y esta es una de las condiciones que ha pedido Saxonia para entrar en la correspondencia » (lettre de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Zúñiga, 8 octobre 1616, ibid., fo 44).

39 AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 42, lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 mai 1601.

40 Edelmayer, 2002, pp. 225-264.

41 « En quanta gente sea levantado en Alemaña para el servi[ci]o de V[uestra] M[ajesda]d en tanto que yo estoy en ella no sea pedido liçençia a ningún Prínçipe para hazerla sino es al Emp[erad]or y esto es porque siempre el Rey n[uest]ro s[eño]r de gloriosa memoria [h]a querido guardarle este respecto que aun los mismos Prínçipes de Alemaña no se le guardan aunque todos se le deven » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 3 mai 1603, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 299).

42 « Un agente del Duque de Branzuic q[ue] está en esta corte y es el que me insto mucho la instançia q[ue] hize con V[uestra] M[ajesda]d y el s[eño]r Archid[uque] Alb[erto] para q[ue] olvidasen las cossas hechas por el Duq[ue] contra el Ex[erci]to de V[uestra] M[ajesda]d me assegura no solo de q[ue] el Duq[ue] ha de ser servidor de V[uestra] M[ajesda]d y del s[eño]r Archid[uque] mas q[ue] ha de hazer quanto pudiere para q[ue] el Rey de Inglaterra q[ue] es su cuñado pues es cassado con hermana de su muger se pacifique con V[uestra] M[ajesda]d » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 janvier 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.).

43 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 mai 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 42.

44 « Est verisimile hereticos tantum ausuros ut contra ciuitate illam […] aliquid attentare praesumerent » (lettre de don Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 13 mars 1610, HHSA, Spanien, Diplomatische Korrespondenz [DK] 13, Karton 14, fo 1).

45 Lettre de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Zúñiga, 8 octobre 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fo 44.

46 Cooper (éd.), 1989, p. 269.

47 « Aquella corte no se puede negociar sin din[er]o especialm[en]te agora q[ue] faltan dos personajes en el cons[ej]o » (consulta du consejo de Estado sur des lettres de Guillén de San Clemente, 11 décembre 1603, AGS, Estado, Alemania, leg. 2323, doc. 178).

48 Krones, 1894, p. 523 ; Edelmayer, 2002, pp. 91-94 et 97 ; Id., 1996.

49 Lettre de Guillén de San Clemente au duc de Lerma, sans date, BNE, ms. 687, fos 183-184. Voir annexe I.

50 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 4 août 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 54.

51 « Será neçess[ari]o que V[uestra] M[ajeada]d se sirva de embiar cartas para todos los Eletores dándoles las graçias de la buena acogida que me hizieron en Nomberga y de quan gratamente me oyeron y trataron conmigo sobre los negocios corrientes aprovándoles mucho la resolución que tomaron en señalar día para la Eleción de Rey de Romanos por ser cosa tan importante al bien de toda la Christiandad y pidiéndoles la conclusión y effeto del negocio y q[ue] me den credito en lo que les dixere o escriviere de p[ar]te de V[uestra] M[ajesda]d » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 20 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 260).

52 « Podría servir sino de q[ue] resultasen desconfiançias entre el Rey y algunos Príncipes del Imp[eri]o q[ue] aunq[ue] los mas deven de ser hereges a[h]ora q[ue] estamos en víspera de electión no es tiempo de descontentar a nadie » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 30 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 258).

53 « Q[ue] está mas en el corazón del Imp[e]rio y podrá darme mayor luz de lo q[ue] fue entendiendo » (ibid., fo 258vo).

54 « Dezir q[ue] el Emp[erad]or y los electores eclesiásticos tienen ya hecho Rey de Romanos y que assí no tienen ellos para que venir al convento » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 17 septembre 1613, AHN, Estado, lib. 865, fos 146-147).

55 « Cierto que se conformarán los electores eclesiásticos con mi parezer » (ibid.).

56 Consulta du consejo de Estado sur des lettres de Baltasar de Zúñiga et d’Ambrogio Spinola, 28 janvier 1616, AGS, Estado, Alemania, leg. 2326, doc. 18.

57 González Cuerva, 2012, pp. 324-331.

58 « A quien ellos aborrecen mucho assí por la religión » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 21 septembre 1606, AGS, Estado, Alemania, leg. 709, doc. 3).

59 « Los electores seculares dessean q[ue] el Imperio vaque por q[ue] ellos le puedan governar por sus círculos » (ibid.).

60 « Quandoquidem Rex D[omi]nus meus tam singularis Cath[oli]cae Religionis est fautor atq[ue] defensor, existimo Ser[enissi]mos Electores Ecclesiasticos debere cum Sua Ma[jesta]te eiusq[ue] ministris libere et aperte hanc materiam communicare » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 27 novembre 1610, HHSA, Spanien, DK 13, Konv. 14, fo 3vo).

61 « Ut Ill[ustrissi]ma D[ominatio] V[est]ra sedulo instet apud reverendissimos Electores ut sors cadat super Matiam » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 11 février 1612, ibid., fo 7vo).

62 « Bonem unionem et intelligentiam inter Principes domus Austriacae » (ibid.).

63 « La nezesidad de esfuerzar la liga cath[oli]ca respecto a las machinas que los contrarios traen para apretar al Emp[erad]or en la Dieta venidera pidiendo que yo hiziese officio para que V[uestra] M[ajesda]d (como lo hazían los Príncipes de la liga) mandase depositar alguna buena suma » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 22 janvier 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 116).

64 « Se sirva de dar su assistencia a la Unión cathólica de Alemaña para su conservación pues sin ella no se pueden mantener » (consulta du consejo de Estado sur des lettres de l’archiduc Albert et de Baltasar de Zúñiga, 15 janvier 1617, AGS, Estado, Alemania, leg. 2326, doc. 24).

65 « Es que V[uestra] M[ajesda]d ayude, como lo ha offrecido, a la liga, pero q[ue] se govierne por sus directores como antes y todos juntos nombrasen una caveça para governar el ex[erci]to » (ibid.).

66 Ibid.

67 Lettre de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 21 août 1607, CODOIN, t. XLIII, p. 68.

68 Michon, 2003, p. 39.

69 « Eficaz instrumento » (González Cuerva, 2012, pp. 73-79, p. 76 pour la citation).

70 Sur le rôle et le fonctionnement du parti espagnol à l’intérieur de la curie romaine, voir Dandelet, 2001, pp. 132-140.

71 Lettre de Guillén de San Clemente au duc de Lerma, sans date, BNE, ms. 687, fos 183-184. Voir annexe I.

72 « Para todos los neg[oci]os que se han de tratar con el s[eño]r Archiduq[ue] Fer[dinan]do […] vendría muy a quento tener gratificado al Baron de Equemberg que es gran privado suyo y cavallero muy discreto y muy de bien » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 17 septembre 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 147).

73 HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, 28 lettres.

74 Eder, 1959, p. 331.

75 « Es uno de los sujectos mas calificados que [h]ay en Alemaña que puede ser elector y es afiçionado al servi[cio] de V[uestra] M[ajesda]d » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 4 août 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 54). Voir aussi la lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 23 avril 1601, ibid., doc. 37.

76 « Este coadjutor viene a ser Elector y duque de Baviera todo junto » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Baltasar de Zúñiga, 12 janvier 1610, AGS, Estado, Alemania, leg. 709, doc. 107).

77 Lettres de Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 27 novembre 1610 et 18 juin 1611, HHSA, Spanien, DK 13, fos 3 et 5.

78 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 22 janvier 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 116. Baltasar de Zúñiga n’oublie pas de demander au roi l’autorisation de se marier : lettre de Baltasar de Zuñiga à Philippe, 30 avril 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 284. Pour plus de détails sur la portée et l’originalité de ce mariage hispano-flamand, voir González Cuerva, 2012, pp. 303-306.

79 « Muy afiçionado servidor de la casa de Austria » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 23 avril 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 37) ; « Muy afiçionado al ser[vici]o de V[uestra] M[ajesda]d » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 janvier 1604, AGS, Estado, leg. 708, n. f.).

80 « Para los tiempos que corren se tiene por buena electión » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 21 mai 1601, AGS, Estado, leg. 707, doc. 40).

81 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 20 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 260 ; lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 13 septembre 1612, ibid., fo 37vo.

82 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 8 août 1615, AGS, Estado, Alemania, leg. 2501, fo 10 ; lettre de Baltasar de Zúñiga à Ferdinand von Efferen, 22 août 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fo 38vo.

83 « Piensen que tengo dineros y q[ue] no quiero darlos que confesar la verdad y dezir q[ue] no lo tengo porq[ue] sería perder mucho crédito » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 10 novembre 1613, AHN, Estado, lib. 865, fo 175).

84 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Ferdinand von Efferen, 22 août 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fo 38vo.

85 Thiessen, Windler, 2005 ; Thiessen, 2005.

86 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 janvier 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.

87 « Su hermano que aunque está fuera del mundo entre y sale algunas vezes en el » (ibid.).

88 « Por ser persona de ciencia y de mucha conciencia y vassallo del Eletor de Maguncia » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 1er septembre 1614, AGS, Estado, Alemania, leg. 2326, doc. 6).

89 « Esto elector es el directorio de todas las cosas del Imp[eri]o y cançiller del y el que en sede vacante junta todos los electores para la electión y es el primero que a de consentir en ella » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 janvier 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.). Voir aussi la lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 2 septembre 1613, AHN, Estado, lib. 865, fos 151-152.

90 « Han pasado dos Embajadores del Ele[c]tor de Maguncia con carta para el Rey llamándole para aquel acto con los quales tuve carta del Eletor en que muestra tener cuidado de las machinas q[ue] van haziendo los hereges para estorvar la Electión » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 20 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 260vo).

91 « Vino aquí a [h]ablarme un cons[eje]ro de Mogunçia y a darme qu[en]ta de que el de Saxonia les havía mostrado que tenía inclinaçión al Rey pero puestoles en su mano que eligiesen al Rey o al s[eño]r Archiduque Alberto que en qualquiera dellos se conformaría con sus pareceres » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 12 juin 1612, AHN, Estado, lib. 865, fos 170-171).

92 Avis de Juan de Idiáquez sur une lettre de l’archiduc Albert, non daté mais probablement du début de 1608, AGS, Estado, Alemania, leg. 2323, doc. 47.

93 Lettres de l’archiduc Albert au duc de Lerma, 12 novembre 1610 et 2 février 1611, CODOIN, t. XLIII, pp. 199-200 et 206-209.

94 Duerloo, 2010, pp. 103-139.

95 « El Eletor de Magunçia que es todo de V[uestra] M[ajesda]d y del s[eñor] Archiduque Alberto goza seis mill ducados de pensión de V[uestra] M[ajesda]d » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 12 juin 1615, AGS, Estado, Alemania, leg. 2501, doc. 59).

96 Pour les lettres chiffrées, voir la lettre de Baltasar de Zúñiga à Philipp Christoph von Sötern, 18 juin 1611, HHSA, Spanien, DK 13, Konv. 14, fo 5 ; pour l’avis sur les projets hollandais, voir la lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 30 mars 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 11.

97 « Escriviéndome un privado de Magun[ci]a de su parte un villete » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 30 mai 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 272vo).

98 Lettres de Baltasar de Zúñiga à Johann Schweikard von Cronberg, 2 janvier et 9 juillet 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, fos 7 et 32 ; lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Baltasar de Zúñiga, 11 janvier 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, f11.

99 Lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Philippe III, 29 juin 1615, AGS, Estado, leg. 2501, doc. 36.

100 Voir les lettres échangées entre Baltasar de Zúñiga et Ferdinand von Efferen, entre le 2 janvier et le 16 décembre 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, fos 6, 8, 14, 16, 17, 19, 21, 22, 25, 26, 28, 30, 33, 35, 36, 38, 40, 42, 44, 46, 48, 52, 54, 55.

101 « La he encaminado por manos del secret[ari]o Suarez en Flandes. Y sé que S[u] A[ltez]a lo haverá por grato » (lettre de Ferdinand von Efferen à Baltasar de Zúñiga, 29 août 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, fo 40).

102 Lettres échangées entre Ferdinand von Efferen ou Johann Schweikard von Cronberg et Baltasar de Zúñiga, entre le 11 janvier et le 14 février 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, fos 11, 14, 17, 19.

103 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 12 juin 1612, AHN, Estado, lib. 865, fos 170-171.

104 Lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 22 janvier 1613, AHN, Estado, lib. 865, fos 116-121.

105 « P[ar]a el bien pú[bli]co de la christiandad y del imperio » (consulta du consejo de Estado sur une lettre de Baltasar de Zúñiga, 13 novembre 1610, AGS, Estado, Alemania, leg. 709, doc. 123).

106 « A Hust casa de campo suya a una legua de Francaforte » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe, 20 mai 1612, AHN, Estado, lib. 865, fos 278-279).

107 « Si a V[uestra] M[ajesda]d le constará o a mi q[ue] trato en su R[ea]l nombre deste negocio de que havía fundam[en]to sustancial en las sospechas que tienen del Rey que no solo no intercediera V[uestra] M[ajesda]d para su Eleción pero q[ue] antes hiziera offi[ci]o por qualq[uie]ra otro de su Casa de Austria y aun por qualquiera otro Prin[cip]e Catt[óli]co de fuera della » (ibid.).

108 « Regiae M[ajesta]tis Cath[oli]cae amorem et beneuolentiam luculenter et amanter intelleximus et quoniam Diuina sic disponente prouidentia ad hunc dignitatis locum […] euecti sumus id unum ac summopere cura cordiq[ue] erit quo pacto S[acri] R[omani] Imperÿ auctoritatem tranquillitatem tum uero maxime dictae Regiae Cath[olicae] Ma[jesta]tis beneuolentiam et amicitiam conseruemus et promueamus » (lettre de Johann Adam von Bicken à Philippe III, 6 juin 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 55).

109 « Serenissimae Domui Austriacae se totum deuoueret; ante aliquot annos Serenissimis Belgÿ Principibus seruitio addixi, id spectans unicum, ut in Regiae Maiestatis deuotione perpetuo perseueret » (lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Philippe III, 29 juin 1615, AGS, Estado, leg. 2501, doc. 36).

110 Sur ce point, voir aussi la lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Baltasar de Zúñiga, 11 janvier 1616, HHSA, Spanien, Varia 4, Konv. C, fo 11. Sur la notion de service à l’époque moderne, définie notamment comme « paradigme de la relation politique », voir Esteban Estríngana (dir.), 2012, pp. 11-45.

111 « Es [h]ombre de menos de quarenta años muy católico criado con los Jesuitas y muy afiçionado a la casa de Austria que para los tiempos que corren se tiene por buena electión. Yo le escriviré la [e]norabuena de parte de V[uestra] M[ajesda]d por que assí es el estilo » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 21 mai 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, fo 40).

112 « Es buen hombre y buen catt[ólic]o y afiçionado al serv[ici]o de la ser[enísi]ma Casa de Austria pero de más de 60 años de hedad y de poco bueno y que no se puede esperar del que apriete las resoluciones que se pretenden. Sera bien apropósito para el Emp[erad]or por q[ue] tengo por cierto q[ue] no le hará mas instançia de la q[ue] el querrá a que haga Rey de Romanos contentándose de aver subido de un pobre cavallero a la dignidad electoral » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 20 mars 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.).

113 « El Arçobispo Elector de Maguncia ques principe poderoso y pr[imer]am[en]te entre los catt[óli]cos del Imperio y en el de muy grande credito y autoridad y quien tiene mucho zelo a la religion catt[óli]ca y a las cossas de su M[ajesda]d y desta ser[enísi]ma cassa » (avis de Juan de Idiáquez, non daté, mais vraisemblablement du début de 1608, AGS, Estado, Alemania, leg. 2323, doc. 47).

114 « Cuidado de las machinas q[ue] van haziendo los hereges » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 20 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 260vo).

115 « Aguardo con cuidado cartas del Eletor de Maguncia q[ue] está más en el corazón del Imp[e]rio y podrá darme mayor luz de lo q[ue] fue entendiendo » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 30 janvier 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 258vo).

116 « El Elector de Maguncia como tan vigilante en las cosas del Imperio » (consulta du consejo de Estado sur lettres de l’archiduc Albert et de Baltasar de Zúñiga, 28 janvier 1616, AGS, Estado, leg. 2326, doc. 18).

117 Lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 20 mars 1604, AGS, Estado, leg. 708, n. f.

118 Duhamelle, 1998, pp. 34-38.

119 « Artificio de querer usar de toda cortesía sin obligarse del todo » (lettre de Baltasar de Zúñiga à Philippe III, 28 avril 1612, AHN, Estado, lib. 865, fo 132).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540