Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

III. — Aux limites du genre épistolaire

Préambule III

Texte intégral

1Avant 1100, le genre épistolaire reste caractérisé par sa grande ductilité, puisque seuls quelques éléments langagiers permettent de le définir. Est-ce à dire qu’il ne constitue pas un genre littéraire en soi ? Assurément, certaines œuvres, pourtant dotées d’une forme épistolaire, ne peuvent être considérées comme des lettres, tant la lettre exprime une pensée en mouvement ; d’ailleurs, leur statut peut changer sous la plume même de leurs auteurs ou, plus tard, de leurs copistes, et il n’est pas rare qu’une lettre soit considérée comme un traité, ou qu’une lettre-préface soit classée avec les autres missives du même auteur. Mais il n’en demeure pas moins que le choix de la forme épistolaire n’est jamais gratuit, même — et paradoxalement surtout — lorsqu’il ne correspond pas à une réalité épistolaire : un simple contenant épistolaire permet de brouiller les frontières entre les genres littéraires et d’utiliser les écarts stylistiques ainsi produits pour interpeller le lecteur, renforcer la dimension personnelle, affective, intime de l’œuvre, ou bien encore sa puissance satirique ou laudative.

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540