Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archevêques de Mayence et la présence espagnole dans le Saint-Empire

 | 
Étienne Bourdeu

Première partie. Deux acteurs sur la scène impériale : la principauté électorale de mayence et la monarchie catholique

Chapitre II

Tropismes et entropies des relations espagnoles dans le Saint-Empire

Texte intégral

  • 1 « Zu kriegerischen Auseinandersetzungen regional begrentzen Ausmaßes kam es mit den Türken sowie in (...)
  • 2 Christin, 1997.
  • 3 Rodríguez salgado, 1988, pp. 137-168 ; Fantoni (dir.), 2000.
  • 4 Haan, 2010 ; Id., 2011.

1Si les Espagnols ont connaissance de manière assez nette de l’existence des archevêques de Mayence et de leurs fonctions au sein de l’Empire, leur intérêt pour ces derniers dépend en grande partie de la conjoncture et de leurs besoins propres. Ainsi, durant les années 1550, « aux conflits militaires de portée régionale limitée succèdent ceux avec les Turcs puis la révolte des Pays-Bas et les luttes internes à la France entre confessions et factions1 ». Comme le relève Heinz Schilling, une série de traités permet de pacifier des territoires sous la domination des Habsbourg ou de ramener la paix avec des royaumes jusqu’ici en guerre contre la Monarchie Catholique : en 1555, la paix de religion d’Augsbourg met un terme aux rivalités entre catholiques et luthériens dans le Saint-Empire2 ; en 1557, la guerre entre Philippe II et le pape Paul IV s’achève tout en créant un équilibre favorable au premier dans la péninsule italienne3 ; le traité du Cateau-Cambrésis met l’amitié à l’ordre du jour entre le Roi Catholique et le Roi Très Chrétien4. Mais si pacification il y a, celle-ci peut paraître des plus relatives à Philippe II : ses domaines continuent à subir des menaces. Certaines sont nouvelles, comme la révolte des Pays-Bas, d’autres reviennent au premier plan, comme la pression ottomane en Méditerranée. D’autres encore semblent prolonger sous des formes nouvelles et avec des acteurs différents des conflits passés. C’est le cas, par exemple, des troubles de religion français qui débordent sur les territoires hispaniques et dans le Saint-Empire.

  • 5 Edelmayer, 2002 ; Schnettger, 2004 ; Id., 2006.

2Dans la mesure où ces conflits se déroulent à la périphérie du Saint-Empire, ils tendent à modifier le sens de la présence hispanique dans l’espace impérial de deux façons. D’une part, les Espagnols sont rapidement confrontés à l’impossibilité d’empêcher ces affrontements de déborder sur les territoires de l’Empire. Ce dernier n’est dès lors plus seulement considéré comme un acteur à part entière des relations entre entités territoriales mais comme un possible espace de risques qu’il faut prendre en compte. D’autre part, en raison de l’urgence à faire face à ces conflits, Philippe II maintient les formes traditionnelles de la présence hispanique dans le Saint-Empire, sans chercher dans un premier temps à les modifier pour en faire les instruments d’une diplomatie renouvelée. Comme cela a déjà été montré, l’intérêt hispanique pour le Saint-Empire tient essentiellement à la conservation de la couronne impériale dans la famille Habsbourg et au maintien de bonnes relations avec l’empereur puisqu’il appartient à ce dernier d’autoriser ou non la levée de mercenaires dans l’Empire, de renouveler ou non l’investiture concédée pour des fiefs d’Empire5… La relation avec le Saint-Empire vise pour l’essentiel au maintien du « système espagnol » et la perpétuation de conflits rend difficile la mise en place de nouvelles formes de la présence hispanique.

  • 6 À titre d’exemple, voir les analyses faites sur le basculement qu’opère Philippe II de la Méditerra (...)

3C’est maintenant à ces facteurs en partie extérieurs au Saint-Empire, à tout le moins à la sphère d’influence immédiate de l’empereur, qu’il convient de s’intéresser, tout en essayant de les mettre en regard avec les problèmes spécifiques qui concernent les archevêques de Mayence. La tâche est aussi nécessaire qu’elle est ardue : nécessaire car elle permet d’appréhender avec plus de finesse les formes et les motivations exactes de la présence espagnole dans l’Empire, notamment avec des princes comme les archevêques de Mayence ; ardue car les relations dites internationales à l’époque moderne portent le plus souvent sur les liens directs entre deux ensembles territoriaux ou, à la limite, sur les conséquences purement mécaniques d’une modification ponctuelle d’une relation donnée sur une autre relation6. Dans notre cas, il s’agit davantage de mettre en évidence et d’analyser une série de phénomènes qui ne sont pas du ressort des archevêques de Mayence et qui modifient néanmoins la nature et la raison de la relation avec ces archevêques. Enfin, dans une perspective plus globale, ces mêmes phénomènes tendent à faire évoluer la signification de la présence hispanique dans le Saint-Empire, sans que sa forme extérieure connaisse de grands changements. C’est donc à une contextualisation plus vaste des liens hispaniques avec l’Empire et avec Mayence qu’il convient maintenant de procéder, en montrant notamment que la monarchie espagnole comme les archevêques de Mayence ont des intérêts divergents qui sont tout aussi importants que ceux pouvant les amener à entrer en relation dans cette seconde moitié du xvie siècle.

I. — LES ESPAGNOLS ET LES ÉLECTORATS ECCLÉSIASTIQUES

4Si Philippe II et ses diplomates essaient d’établir des liens privilégiés avec l’archevêché de Mayence, en raison de l’importance institutionnelle de son titulaire dans le Saint-Empire, il ne s’agit pourtant pas là d’une option exclusive : le recours aux autres électeurs ecclésiastiques, de Trèves et de Cologne, est également indispensable. Il est donc nécessaire de prendre en compte ces aspects de la présence hispanique dans l’espace impérial pour bien en saisir l’ampleur.

Le voisinage comme facteur d’intérêt

5Des sept principautés électorales, les seules contiguës de terres faisant partie de la Monarchie Catholique sont celles de Trèves et de Cologne. Qui plus est, elles touchent des territoires qui acquièrent dans le dernier tiers du xvie siècle une importance accrue pour les Espagnols : l’archevêché de Trèves est ainsi limitrophe du duché de Luxembourg, un des points de passage du « chemin espagnol » mis en place par le duc d’Albe en 1567, et Cologne touche au Limbourg, la partie orientale des Pays-Bas. La simple nécessité d’entretenir des rapports de voisinage pousse donc les Espagnols à nouer des contacts avec ces deux principautés ecclésiastiques. Ces contacts prennent plusieurs formes.

  • 7 Lettre du comte de Mansfeld au duc d’Alburquerque, 15 août 1568, AGS, Estado, Alemania, leg. 659, f(...)
  • 8 « Era obligado de hazerlo, por [h]aver recevido su M[ajesda]d y sus antecessores como Protectores c (...)
  • 9 Conzemius, 1956, pp. 111-133.

6En premier lieu, il peut s’agir de liens politiques et matériels formels qui unissent l’espace sous domination hispanique et un de ces électorats. Peu étudiés jusqu’à présent, ils sont néanmoins visibles de manière ponctuelle dans la documentation historique. Ainsi, en août 1568, le gouverneur du Luxembourg, le comte Peter Ernst von Mansfeld, s’ouvre au gouverneur du Milanais, le duc d’Alburquerque, du risque pour Philippe II de la mise sous séquestre de la ville de Trèves par Maximilien II : pour régler un différend entre l’archevêque Jakob von Eltz et la cité métropolitaine, l’empereur fait entrer une garnison dirigée par le comte de Rochefort dans la ville7. Mansfeld ne craint alors pas tant la présence de l’oncle de Guillaume d’Orange comme chef de la garnison impériale que les conséquences de la non-intervention de Philippe II dans la querelle entre l’archevêque et sa ville. Selon le gouverneur, le roi « était obligé de le faire parce que sa Majesté et ses prédécesseurs ont reçu un Tribut chaque année comme Protecteurs8 ». Au-delà de la seule « ouverture sur l’Allemagne », c’est donc un lien formel et institutionnel qui existe entre le Roi Catholique et la principauté de Trèves puisque les ducs du Luxembourg, c’est-à-dire les Habsbourg d’Espagne, en sont les protecteurs et qu’ils en perçoivent chaque année un tribut9.

  • 10 Mémoire du comte de Monteagudo à l’empereur Maximilien II, 12 août 1572, AGS, Estado, Alemania, leg (...)

7La révolte flamande est un motif supplémentaire de nouer ou de renforcer des liens avec les principautés ecclésiastiques électorales. Un mémoire que le comte de Monteagudo fait remettre à Maximilien II dresse une liste de princes germaniques en précisant le nombre de soldats que chacun d’eux a levés pour le service de Philippe II et pour faire respecter un édit impérial interdisant aux rebelles hollandais de recruter des hommes dans le Saint-Empire. Outre les entrepreneurs de guerre allemands qui sont déjà des clients de la monarchie espagnole, comme le duc Adolphe de Schleswig-Holstein-Gottorf ou les maîtres de cavalerie Hans Brempt, Roden et Hans Ubalart, on y trouve les archevêques de Trèves et de Cologne, respectivement Jakob von Eltz et Salentin von Isenburg, qui ont recruté 3 600 cavaliers à eux deux10. Quoique indirecte, cette intervention des deux électeurs rhénans contre les partisans de la maison d’Orange s’explique selon toute vraisemblance au moins autant par le souhait des deux ecclésiastiques de faire respecter une décision impériale que par leur volonté de ne pas voir les troubles s’étendre sur leurs territoires. Il s’agit ici d’une convergence d’intérêts entre Philippe II et deux de ses voisins. En comparaison des liens noués avec Mayence, ceux qui unissent le Roi Catholique et les archevêques de Trèves et de Cologne sont plus concrets et se matérialisent plus rapidement. Cela est certes possible en raison de la situation qui a cours dans les Pays-Bas mais aussi parce qu’il s’agit de territoires limitrophes sans doute mieux connus des Espagnols.

  • 11 Kamen, 1997, pp. 253-255 ; Weis, 2003, pp. 341-363.
  • 12 « No sólo lo muestra con palabras más con obras de muy verdadero amigo » (lettre de Ramiro Núñez de (...)

8Toutefois, à l’instar de ce qui se passe avec la principauté de Mayence, la fin des années 1570 voit un approfondissement de ces relations. Plus particulièrement, l’année 1578 correspond à une intensification des liens avec Trèves, au moment où se prépare la conférence de Cologne qui doit faire de l’empereur le médiateur entre les rebelles flamands et le Roi Catholique11. En 1578, la mission de Ramiro Núñez de Guzmán pour faire connaître les positions de Philippe II sur la question flamande l’amène par exemple à rencontrer Jakob von Eltz. L’envoyé espagnol écrit même au secrétaire Gabriel de Zayas que le prélat de Trèves est un « véritable serviteur de sa Majesté » et qu’il « le montre non seulement en paroles mais par des actes qui sont ceux d’un véritable ami »12. L’archevêque accepte en effet que les soldats espagnols passent par ses terres alors même que ses sujets doivent subir les vexations des militaires.

9Cet enthousiasme de Núñez de Guzmán est nuancé par l’appréciation du duc de Terranova qui est reçu quelque temps plus tard par ce même archevêque :

  • 13 « Vine a passar por Cobalencia donde a la sazón se hallava el Elector de Treveres, a cuya instancia (...)

Je suis venu à passer par Coblence où se trouvait alors l’Électeur de Trèves ; sur ses instances, j’ai passé la nuit dans sa demeure et pour le peu que j’ai eu affaire à lui çà et là, je lui crois une bonne intention et du zèle même s’il n’est pas homme d’expérience ou d’action, comme le nécessiterait le traitement de ces affaires13.

  • 14 Conzemius, 1974 ; Id., 1956, pp. 156-169.
  • 15 Id., 1956, pp. 49-66.

10Alors que Daniel Brendel von Homburg, soucieux de maintenir une apparence de neutralité vis-à-vis des princes protestants de l’Empire, refuse toute rencontre avec l’ambassadeur extraordinaire chargé de sonder les possibles commissaires impériaux pour la conférence de Cologne, Jakob von Eltz, non content de donner audience au représentant de Philippe II , lui offre l’hospitalité de manière ostensible. De toute évidence, la nécessité de rester neutre lui paraît moins pressante qu’à l’archichancelier de l’Empire. Déjà, une dizaine d’années auparavant, le prélat mosellan avait proposé, sans succès, la constitution d’une ligue catholique rhénane que les Espagnols auraient pu intégrer14. D’une manière générale, cette attitude a sans doute à voir avec les débuts d’une réforme énergique du catholicisme dans les territoires de l’archevêché qui fait de Jakob von Eltz un fer de lance de la Contre-Réforme dans le Saint-Empire15. Cela ne semble toutefois pas suffire, aux yeux des Espagnols, à faire de lui l’intermédiaire souhaité pour régler les problèmes posés par la révolte flamande.

11De ce point de vue, Philippe II et ses conseillers continuent à ne s’engager dans l’espace impérial que dans la mesure où ils peuvent être certains de conserver l’initiative politique. C’est d’ailleurs une des raisons qui incite l’ambassadeur espagnol en poste à Prague, Juan de Borja, à prendre contact avec Spire et Cologne pour obtenir rapidement des informations fiables sur les Pays-Bas et la partie occidentale du Saint-Empire :

  • 16 « Que se tenía en aquella corte muy de tarde en tarde nuevas del señor Don Juan aunque los no affic (...)

Dans cette cour [de Prague], on ne prenait connaissance des nouvelles du seigneur Don Juan [d’Autriche] que de plus en plus tard, même si les personnes qui ne sont pas au service de sa Majesté les rendaient d’ordinaire publiques en faveur des rebelles ; ainsi, un accord a été conclu avec deux personnes de Cologne et de Spire pour qu’elles l’informent chaque semaine de ce que l’on savait là-bas16.

  • 17 Christ, 1990.

12Cet exemple est également significatif des tentatives espagnoles de mettre en place un réseau d’informateurs dans le Saint-Empire. L’évêque de Spire, Marquard von Hattstein, entreprend d’introduire le catholicisme tridentin dans son diocèse et entretient dans le même temps des relations d’amitié aussi bien avec Daniel Brendel von Homburg qu’avec le comte palatin Louis VI17. Cela permet donc à Juan de Borja de savoir ce que trame un des principaux alliés des rebelles hollandais et d’obtenir des renseignements en provenance de l’archevêque de Mayence sans contact direct. Quant à l’ouverture d’un canal d’information en provenance de Cologne, il répond à la nécessité de savoir ce qui se passe à la frontière orientale des territoires flamands et illustre l’étroite collaboration avec la Monarchie Catholique, collaboration à laquelle aspire l’archevêque Salentin von Isenburg. Dans le cas de Spire comme dans celui de Cologne, l’objectif espagnol est donc d’obtenir les informations le plus tôt possible pour prendre la meilleure décision dans un contexte où la question du soulèvement des Pays-Bas se pose avec une acuité toujours plus grande.

  • 18 Hansen, 1894 ; Arndt, 1998, pp. 63-66.
  • 19 Instructions au duc de Terranova, 30 août 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 2844, doc. 1, et lettre (...)
  • 20 Instructions et avertissement au duc de Terranova, 30 août 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 2844, (...)

13À bien des égards, la conférence de Cologne, qui se déroule de mai à novembre 1579, illustre les premières tentatives réelles de la part des Espagnols de se rapprocher de manière systématique de certains princes ecclésiastiques de l’Empire. L’objectif de cette conférence est de parvenir à trouver un compromis satisfaisant pour les Hispaniques, les révoltés des Pays-Bas et les sujets flamands qui sont restés loyaux envers Philippe II ; elle se déroule sous la médiation de commissaires impériaux de Rodolphe II, aussi soucieux de ramener la paix dans la partie nord-ouest de l’Empire que de maintenir une tutelle Habsbourg sur l’ensemble du cercle de Bourgogne18. À cette occasion, Philippe II espère que l’archevêque de Mayence sera nommé parmi les commissaires impériaux, c’est même la raison pour laquelle le duc de Terranova tente de lui rendre visite en 157919. En lieu et place de Daniel Brendel von Homburg, désireux de conserver une position de neutralité confessionnelle, c’est l’électeur ecclésiastique de Trèves qui rejoint son homologue de Cologne. Il s’agit là d’une première ébauche d’un réseau espagnol de clients puisque le Roi Catholique a prévu de verser en totalité plus de 100 000 florins aux commissaires impériaux20. Le voisinage immédiat des Pays-Bas permet aux électeurs de Trèves et de Cologne de passer outre une éventuelle tentation de neutralité et offre ainsi à la Monarchie Catholique la possibilité d’influer sur l’arbitrage qui est sur le point d’être rendu. Mais, dans le cas de la conférence de Cologne, ce qui est le mode d’organisation habituel d’un réseau hispanique se révèle inadéquat et inefficace face à l’Union d’Utrecht née en janvier 1579. La conférence de Cologne s’achève sans qu’un arbitrage ait pu être accepté par les parties en présence et sans qu’une quelconque pacification ait pu être mise en place, mais elle est la preuve que les Espagnols s’appuient dans un premier temps sur des princes avant tout connus pour leur situation de voisinage.

Cologne au tournant des années 1570, une préoccupation espagnole ?

14L’intérêt des Espagnols pour les principautés électorales de Trèves et de Cologne et les relations qui en découlent sont essentiellement motivés par le voisinage avec les Pays-Bas. Même s’il a parfois pu s’agir d’un choix par défaut, comme le montre ponctuellement l’envoi de Jakob von Eltz comme commissaire impérial à Cologne à la place de l’archevêque de Mayence, cela n’en prouve pas moins que ce dernier est dans l’incapacité, voulue ou forcée, d’accaparer la totalité des liens entre la Monarchie Catholique et les électeurs ecclésiastiques.

15Dans ce cadre rapidement esquissé, le cas de Cologne doit néanmoins susciter davantage d’intérêt. En plus d’être contiguë du Limbourg, la principauté de Cologne a connu à plusieurs reprises des situations où le risque de basculer dans le camp de la Réforme était réel. Ainsi, ce n’est plus seulement la question de la révolte des Pays-Bas qui est en jeu mais celle, plus vaste, de la défense du catholicisme dans le Saint-Empire et du maintien du titre impérial dans le giron des Habsbourg, puisque l’archevêque de Cologne est un des sept électeurs impériaux. Un enjeu d’une telle importance amène Philippe II et la Monarchie Catholique à suivre de près les événements qui se déroulent dans la principauté rhénane et à s’y impliquer de manière plus ou moins directe.

  • 21 Lojewski, 1962 ; Hsia, 1989, pp. 80-82 ; Chaix, inédite.

16D’un point de vue historiographique, il ne s’agit pas à proprement parler d’un territoire inconnu. Depuis bientôt un demi-siècle, plusieurs travaux ont mis en évidence l’intrication des enjeux politiques et confessionnels dans la principauté de Cologne et leur importance aussi bien à l’échelle urbaine qu’à celle du Saint-Empire21. Même si, in fine, la ville et l’électorat de Cologne demeurent catholiques et deviennent à partir de la fin du xvie siècle des bastions de la Contre-Réforme dans le Saint-Empire, ce nouveau statut n’est acquis qu’au prix d’une homogénéisation confessionnelle radicale et de la mise en place d’une tutelle bavaroise sur cet État ecclésiastique. Malgré l’existence de ces études qui inscrivent les luttes religieuses et politiques de Cologne dans des contextes de portées différentes, peu de travaux ont réellement insisté sur le rôle et l’intérêt des Espagnols dans ces événements. La documentation montre pourtant à plusieurs reprises l’attention portée par Philippe II et ses diplomates à ce qui se passe dans la principauté électorale.

  • 22 Sigüenza, Historia de la orden de San Jerónimo, t. II, pp. 532-533.

17L’intérêt du Roi Catholique pour Cologne est tout d’abord de nature religieuse. Au cours de son voyage dans la région rhénane à la fin des années 1540, Philippe avait été fasciné par le très grand nombre des reliques conservées dans la cathédrale. Cette fascination est telle que près de cinquante ans plus tard, il fait venir quatre caisses remplies de ces restes sacrés, selon le premier chroniqueur du monastère de San Lorenzo del Escorial, fray José de Sigüenza22. En 1597, Philippe II fait ainsi envoyer à Cologne cinq personnes, fray Baltasar Delgado, le docteur en droit Christian Laubenberch, Georg Braun, Gabriel de Roy et Roland Weierstras, pour choisir et authentifier les reliques. Le 30 décembre de cette même année,

  • 23 « Partieron de Colonia, ciudad asentada en las riberas del Rhin, patria de la infeliz madre de Neró (...)

ils quittèrent Cologne, ville située sur les bords du Rhin, patrie de la malheureuse mère de Néron […], emportant les reliques cachées dans un chariot et feignant qu’il s’agissait de certain bien d’un parent du docteur Christian parce que les hérétiques et d’autres personnes mal intentionnées prétendaient mettre en difficulté un tel saint voyage23.

18Malgré ces difficultés, le convoi finit par arriver au palais de l’Escorial le 8 mai 1598. Si ce récit et les faits qu’il relate ne sont peut-être pas d’une importance décisive pour notre sujet, ils n’en prouvent pas moins que le Roi Catholique comme certains de ses conseillers connaissaient Cologne et que des échanges existaient entre la principauté ecclésiastique et la péninsule Ibérique.

  • 24 Copie sans date d’une lettre chiffrée, datant probablement de 1563, AGS, Estado, Alemania, leg. 652 (...)

19D’un point de vue politique, l’intérêt espagnol pour Cologne semble remonter au début des années 1560, ce qui marque une fois encore l’antériorité de ces relations sur celles entretenues avec Mayence. L’archevêque de Cologne Friedrich von Wied dépêche auprès de Viglius, membre du Conseil d’État dans les Pays-Bas, et d’Urbain Scharenberger, secrétaire flamand, un représentant, Juan [Hans] Brempt, peut-être le même mercenaire qui lèvera des soldats pour le compte de Philippe II moins de dix ans plus tard. L’envoyé allemand aborde avec les ministres flamands la question de la résignation de l’archevêque : bien qu’élu en 1562, celui-ci n’a toujours pas reçu la confirmation pontificale un an plus tard et il se plaint de ce que les Espagnols songent déjà à lui trouver un remplaçant, en l’occurrence l’un des fils d'Albert V de Bavière. Les conditions d’une éventuelle résignation sont par la suite négociées, Friedrich réclamant que 1 000 cavaliers assurent sa protection s'il devait quitter sa charge. De leur côté, les conseillers flamands exigent que l’archevêque s’engage de manière claire à résigner et qu’il le fasse au profit d’un candidat qui aurait l’assentiment espagnol24.

  • 25 Franzen, 1961 ; Lojewski, 1962, pp. 43-45.

20Dans l’immédiat, cette question n’évolue guère : la résignation de Friedrich von Wied n’intervient que quatre années plus tard, en 1567, au profit d’un membre d’une famille de comtes d’Empire, Salentin von Isenburg, et non à celui d’un Wittelsbach de Bavière25. Avec cette nouvelle élection épiscopale, certains éléments qui servent de cadre aux relations entre Cologne et la monarchie hispanique s’affirment de manière nette : tout d’abord, l’orthodoxie des archevêques semble suspecte aux tenants d’un catholicisme tridentin militant (Friedrich von Wied réclame ainsi la communion sous les deux espèces pour les laïcs et se voit accusé de vouloir mettre en place une Mischreligion). Ensuite, les Espagnols, par l’intermédiaire des Flandres, paraissent des interlocuteurs sinon légitimes du moins suffisamment importants pour que les princes-électeurs de Cologne cherchent à négocier des solutions avec eux et, enfin, les Bavarois sont déjà mentionnés pour une éventuelle combinaison qui permettrait à un cadet de cette maison d’être élu à la tête de l’archidiocèse et d’assurer son ancrage dans le camp catholique.

21L’intérêt des Espagnols pour la principauté électorale de Cologne s’accroît au fur et à mesure que les risques politiques et confessionnels se multiplient. En prévision de la diète qui doit se tenir en 1578 à Worms, Philippe II fait rédiger un avertissement pour l’assemblée impériale dans lequel il déplore que

  • 26 « Si llegassen los protestantes por virtud de lo q[ue] agora aquí cre[e]n entablar a ser electores (...)

si les protestants arrivaient, en vertu de ce que l’on pense engager ici et maintenant, à devenir électeurs ecclésiastiques, il n’y aurait plus d’espoir que quelqu’un de la maison d’Autriche soit élu empereur26.

  • 27 « Pretende por todas vías ser Arçob[is]po de Colonia o de Munster para excluyr al hijo del duque de (...)

22Fait rare, le Roi Catholique désigne l’objet précis de ses craintes ; il s’agit de l’archevêque luthérien de Brême Henri de Saxe-Lauenburg qui « aspire à devenir archevêque de Cologne ou de Münster par tous les moyens pour en exclure le fils du duc de Bavière27 ». Une fois de plus, voilà mis en évidence le lien entre Cologne et la monarchie hispanique, d’une part, et la prise en compte par les Espagnols des intérêts bavarois pour maintenir la principauté dans le camp catholique et garantir l’élection d’un Habsbourg à la tête de l’Empire, d’autre part. De ce point de vue, la position de Philippe II a le mérite de la clarté : s’il redoute que la principauté de Cologne ne bascule dans le luthéranisme et s’il y appelle de ses vœux l’installation d’un cadet de Bavière, c’est

  • 28 « Para tener un buen vezino por la buena amistad y vezindad q[ue] ha [h]avido siempre entre las pro (...)

afin d’avoir un bon voisin en raison de la bonne amitié et du voisinage qu’il y a toujours eu entre les provinces de Cologne et Münster et les États de sa Majesté ; on a beaucoup porté préjudice à celles-ci, ce qui portera préjudice à de nombreux vassaux de sa Majesté qui ont à faire avec elles chaque jour28.

23En définitive, cette attitude envers Cologne diverge peu de celle qui est tenue à l’égard du reste du Saint-Empire et c’est sans doute la raison pour laquelle le point de vue de Philippe II est exprimé aussi explicitement au cours d’une diète impériale. Le Roi Catholique ne cherche à s’immiscer de manière directe dans les affaires impériales que dans la mesure où les intérêts dynastiques et territoriaux des Habsbourg, et plus particulièrement ceux d’Espagne, sont menacés. À cet égard, Cologne attire l’attention hispanique par sa proximité avec les Pays-Bas et sert de pierre de touche à la présence espagnole dans le Saint-Empire.

  • 29 Franzen, 1964, p. 113 ; Lojewski, 1962, pp. 256-263.
  • 30 Lettre de Gilbert de Zomere à Gabriel de Zayas, 5 juin 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 686, doc.  (...)
  • 31 Franzen, 1964, p. 113.

24Une preuve que l’attitude espagnole à l’égard de Cologne est conditionnée par des considérations plus territoriales que politiques ou confessionnelles est donnée par une série de plaintes qu’émet le duc de Bavière Albert V peu de temps après l’élection de Gebhard Truchseß von Waldburg comme archevêque de Cologne, en décembre 1577. Celui-ci a la préférence du chapitre cathédral face à Ernest de Bavière, appuyé par la curie romaine et l’empereur29. Par la suite et au moins à deux reprises, Albert V fait savoir à des représentants espagnols, Gilbert de Zomere et Ramiro Núñez de Guzmán, sa déception que la candidature de son fils n’ait pas été suffisamment appuyée par les Espagnols30. Sur ce point précis, les diplomates de Philippe II semblent bien en peine de pouvoir donner une réponse qui l’exonère du soupçon de duplicité. La raison en est pourtant simple : outre le fait que Gebhard von Waldburg fasse encore figure de catholique aux yeux d’une grande partie du chapitre de Cologne (il fait solennellement profession de foi tridentine lors de son investiture et prend par la suite des mesures visant à introduire la Contre-Réforme31), il est le neveu d’un des plus anciens clients de Charles Quint et de Philippe, le cardinal-évêque d’Augsbourg Otto von Truchseß. Il y a là pour les Espagnols deux facteurs qui peuvent les incliner à penser que le nouvel archevêque ne prendra pas position contre eux dans le conflit aux Pays-Bas.

25Les relations entre Cologne et la Monarchie Catholique sont donc fondées sur un compromis délicat entre, d’un côté, la nécessité d’entretenir de bonnes relations, une bonne correspondance, avec les voisins immédiats des territoires de la couronne et, d’un autre côté, la volonté de s’en tenir à une ligne politique et confessionnelle, idéologique si l’on veut, claire. De ces tendances divergentes et du désir de concilier les deux positions découlent des ambiguïtés dans le comportement espagnol. Ainsi, quand le duc de Terranova rencontre Gebhard von Waldburg en 1579, la façon dont il traite l’archevêque rend compte des contradictions de Philippe II à son égard et à celui des Bavarois. L’ambassadeur écrit au roi :

  • 32 « Visto al de Colonia […] me ha offrescido grandes cosas, diziéndome que toda su casa ha sido siemp (...)

[J’ai] vu [l’archevêque] de Cologne […] et il m’a entretenu de grandes choses, me disant que toute sa maison a toujours été dévouée au service de Votre Majesté ; je n’ai pas osé en obtenir des assurances puisque j’ai appris qu’il était offensé de ce que Votre Majesté, après son élection, ne lui a pas envoyé faire de compliment pour cela, favorisant au contraire le fils du duc de Bavière32.

  • 33 Franzen, 1964, p. 114.

26L’ambiguïté est ici réelle et ne cesse que lorsque l’archevêque fait ouvertement le choix de la Réforme : à partir de 1580, il épouse la chanoinesse Agnes von Mansfeld, prétend faire de l’archevêché une principauté laïque et accorde l’égalité juridique au catholicisme et au luthéranisme, y compris pour le chapitre cathédral. Une telle attitude entraîne sa déposition, l’élection d’Ernest de Bavière et l’intervention de troupes hispano-bavaroises au cours de la guerre dite de Cologne (1583-1588)33. En plus d’être l’une des premières collaborations militaires entre Habsbourg d’Espagne et Wittelsbach de Bavière, ce conflit apporte la preuve que les Espagnols peuvent intervenir de manière directe dans le Saint-Empire depuis les Pays-Bas lorsqu’ils s’estiment menacés. À la suite de la guerre de Cologne, un nouveau cadre définit les relations avec la principauté électorale puisqu’elle est désormais gouvernée par une dynastie dont l’attachement à la Contre-Réforme est inébranlable.

27Les exemples de Trèves et de Cologne montrent l’intérêt de la Monarchie Catholique pour les électorats ecclésiastiques du Saint-Empire. Toutefois, à la différence des liens espagnols avec l’archevêché de Mayence, davantage fondés sur un supposé bénéfice institutionnel, c’est plutôt la perspective du voisinage qui l’emporte ici. Si les Espagnols voient une menace poindre dans un des électorats voisins, ils n’hésitent pas à intervenir d’une façon ou d’une autre. Potentiellement, il y a donc là un tropisme qui éloigne Philippe II et ses hommes des archevêques de Mayence. Surtout, on constate que les Espagnols ne sont pas encore en mesure de se saisir pleinement de l’ensemble des relations tissées dans ces régions et de les utiliser à leur plus grand profit, soit qu’ils n’en aient pas les moyens soit qu’ils n’en éprouvent pas l’intérêt.

II. — DEUX GRANDES PRÉOCCUPATIONS ESPAGNOLES : LA BAVIÈRE ET LA FRANCE

  • 34 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 44-48.

28Les atermoiements espagnols pour mettre en place des relations stables et durables avec les électorats ecclésiastiques du Saint-Empire ne doivent pas être interprétés comme un manque d’intérêt pour la région. Comme l’avait déjà fait remarquer José Alcalá-Zamora, l’importance du Nord de l’Europe pour la péninsule Ibérique est perceptible dès le règne de Philippe II34. Toutefois, qu’il s’agisse de Mayence, de Cologne ou de Trèves, aucune de ces principautés électorales n’est encore le point de focalisation exclusif ou, au moins, permanent de l’attention hispanique. Durant la seconde moitié du xvie siècle, celle-ci se porte davantage sur la Bavière et, paradoxalement, sur le royaume de France.

La Monarchie Catholique et la Bavière, « une coopération d’intérêt mutuel »

  • 35 Edelmayer, 1998, p. 179.

29Une des raisons essentielles de l’intérêt que portent Philippe II et ses conseillers au duché de Bavière tient à l’ancienneté de relations fondées sur une alliance matrimoniale et des liens d’amitié, ce qui a permis à Friedrich Edelmayer de parler d’une « coopération d’intérêt mutuel35 ». Ainsi, en 1546, l’archiduchesse Anne, fille de Ferdinand et donc nièce de Charles Quint, a épousé Albert de Bavière, héritier présomptif du duché. Cette alliance est confirmée un quart de siècle plus tard lorsque Charles de Styrie, un autre fils de Ferdinand, prend pour femme la fille issue de l’union entre Albert V et Anne, Marie, sa propre nièce. Nous avons là le redoublement d’alliance caractéristique des stratégies matrimoniales des dynasties régnantes, et plus particulièrement des Habsbourg. Il confirme l’importance des liens entre Wittelsbach bavarois et Habsbourg, liens qui impliquent également la composante espagnole de cette maison.

  • 36 « Que vaya por su casa » (lettre du prince Philippe à Charles Quint, 20 janvier 1549, Corpus Docume (...)

30Ces liens se donnent à voir notamment lors du voyage du prince Philippe aux Pays-Bas à la fin des années 1540. Alors qu’il est encore dans le Milanais, le prince espagnol apprend que le duc de Bavière Guillaume IV a envoyé son fils au devant de lui pour lui demander « qu’il aille dans sa demeure36 ». L’entourage de Philippe, et plus précisément le duc d’Albe et le cardinal de Trente Cristoforo Madruzzo, l’incitent à accepter l’invitation. L’avis de l’empereur ne se fait pas attendre :

  • 37 « En lo de vuestra venida en Baviera ya os escriví que me parescía que devíades pasar por allí, y t (...)

En ce qui concerne votre venue en Bavière, je vous ai déjà écrit qu’il me semblait que vous deviez passer par là, et cela d’autant plus que le Duc aura envoyé son fils pour vous le demander parce qu’il est juste de lui donner cette satisfaction37.

31De l’empereur aux conseillers du jeune prince, tous sont conscients qu’il sied et est nécessaire de cultiver les relations avec la Bavière.

  • 38 « Amor y benevolencia, como a la calidad de su persona y grandeza de su estado y linage convenía, y (...)
  • 39 « Al quarto del Duque » (ibid., p. 111).

32Le séjour de Philippe à Munich met en scène avec précision l’étroitesse des liens que les Bavarois comme les Espagnols s’attachent à entretenir. Le duc Guillaume vient ainsi au devant du prince, accompagné d’un grand nombre de cavaliers et de serviteurs, et lui témoigne sa soumission. À son tour, Philippe s’attache à lui montrer « amour et bienveillance, comme il convenait à la qualité de la personne et à la grandeur de son état et de son lignage et parce qu’il était un si grand serviteur de l’Empereur son père38 ». La hiérarchie qui se donne à voir au cours de cette réception — Guillaume IV dans une position de déférence et Philippe dans celle d’un supérieur libéral et généreux — met en avant l’étroitesse des liens entre les deux princes. Elle est confirmée par le banquet donné en faveur du fils de Charles Quint qui prend place « dans la chambre du Duc39 ». On assiste ici à l’ostentation de l’intimité politique de deux souverains qui tiennent à échanger et à montrer les marques d’une amitié réciproque.

  • 40 Edelmayer, 1998, pp. 170-173 ; Pastoureau, 1996.
  • 41 Jedin, 1957 ; Schilling, 1988, pp. 16-24 ; Soergel, 1993, pp. 8-9.

33Cette amitié politique se perpétue une fois que Philippe II et Albert V ont succédé à leurs pères respectifs. Le mariage de 1571 entre l’archiduc Charles de Styrie et Marie de Bavière a renforcé l’alliance dynastique initiale de 1546 et si cette dernière est un objectif politique à part entière et une raison suffisante pour le maintien de relations entre Habsbourg d’Espagne et Wittelsbach, elle n’est pas la seule forme que prend la collaboration entre les deux lignages. Nommé membre de l’ordre de la Toison d’or en 1546 par Charles Quint, Albert V est à ce titre assimilé à un conseiller du Roi Catholique avec qui il doit maintenir une bonne correspondance40. Surtout, le début de la reconquête confessionnelle initiée par les ducs de Bavière au profit du catholicisme crée les bases d’une confiance réciproque avec les Espagnols. Si la nomination en 1549 du jésuite Pierre Canisius à la tête de l’université d’Ingolstadt peut marquer le début de cette confessionnalisation catholique, cette dernière n’atteint un caractère décisif qu’à compter des années 1570 avec l’application systématique des décrets du concile de Trente, la généralisation d’un clergé correctement formé et, plus largement, l’uniformisation confessionnelle41. Ce processus prend place à un moment critique de l’histoire du Saint-Empire, quand les confessions issues des différentes réformes s’organisent elles aussi et polarisent peu à peu les relations politiques impériales. Avant même nombre de principautés ecclésiastiques catholiques, la Bavière s’affirme comme le champion du catholicisme tridentin dans l’espace impérial. Pour la Monarchie Catholique, il y a là une possibilité d’alliance unique par la clarté de l’engagement affirmé.

  • 42 Edelmayer, 1998, pp. 170 et 174.

34Qu’il s’agisse des liens matrimoniaux ou d’amitié, ou d’une même préoccupation pour le fait confessionnel, les fondements du tropisme espagnol vers la Bavière sont donc nombreux et solides. Pourtant, cette inclination ne peut prendre appui sur une relation diplomatique permanente puisque la Monarchie Catholique ne dispose pas d’ambassadeur auprès des ducs de Bavière42. Il y a là un paradoxe dont on pourrait rendre compte aisément : la Bavière n’est pas un État souverain et les relations entre monarques durant la première modernité passent avant tout par le canal des liens interpersonnels. D’une certaine façon, cette absence de représentation diplomatique est même mise à profit pour renforcer les liens déjà existants. En effet, lorsqu’un ambassadeur espagnol prend son poste à Vienne, il arrive fréquemment que Philippe II lui enjoigne de passer par Munich pour s’y présenter et y apporter ses courriers. En 1570, le Roi Catholique ordonne ainsi au comte de Monteagudo de rendre visite à Albert V en ces termes :

  • 43 « Habéis de ir a Munich, o donde se hallare el Duque de Baviera, con el cual tengo mucha amistad y (...)

Vous devez allez à Munich, ou là où se trouvera le Duc de Bavière, avec qui j’ai une grande amitié et parenté car il est catholique et marié avec la sœur de l’Empereur comme vous le savez ; et il est si dévoué à mes affaires, les considère et les traite de manière si favorable et de si bon gré que je lui dois sur ce point toute la correspondance et j’entends la lui conserver43.

  • 44 « Dos cartas mías en Alemán para el Duque de Baviera y para la duquesa su muger mi prima » (instruc (...)
  • 45 Edelmayer, 1998, p. 173.
  • 46 « Gran servidor de su Mag[esda]d » (« Los Electores y Príncipes amigos y servidores de su Mag[esda](...)

35Dans un registre différent mais qui n’en est pas moins fort, la visite d’un ambassadeur peut également être l'occasion de remettre une lettre du Roi Catholique. C’est ainsi qu’en 1564 le comte de Monteagudo est le porteur de « deux lettres de moi en allemand pour le Duc de Bavière et pour la Duchesse son épouse, ma cousine44 ». L’absence de représentation diplomatique permanente n’est donc pas un obstacle aux bonnes relations hispano-bavaroises, d’autant plus qu’à partir de 1578 les visites d’ambassadeurs espagnols suivent un rythme annuel45. Pour toutes ces raisons, le duc de Bavière Albert V est qualifié de « grand serviteur de sa Majesté » et l’ensemble de la famille ducale, aussi bien les enfants du duc que sa mère ou sa bru, sont les destinataires de lettres en allemand de la part de Philippe II ou de la main même de son épouse, la reine Anne d’Autriche46.

  • 47 « Una persona digna de fe y crédito y consejero del Duque de Baviera » et « Otro del consejo del d[(...)
  • 48 « Se entendía muy de veras que el Duque de Saxonia no podía socorrer a Mathías como se publica en e (...)

36Il reste maintenant à élucider de quelle façon ce lien privilégié entre la maison des ducs de Bavière et celle des Habsbourg d’Espagne a été mis à profit de part et d’autre. La modalité la plus évidente de cette collaboration est le rôle d’informateurs, directs ou non, que jouent les ducs de Bavière auprès des Espagnols. Un exemple parmi d’autres en est la rencontre précédemment évoquée entre l’envoyé Gilbert de Zomere et des conseillers d’Albert V en juin 1578. Si l’amertume du duc est bien signalée et motivée au représentant hispanique, d’autres informations d’une portée plus vaste sont également échangées à cette occasion. C’est ainsi qu’« une personne digne de foi et de crédit, conseiller du Duc de Bavière » et une « autre du conseil dudit Duc de Bavière et qui a sa confiance et se trouve dans son secret » informent Zomere de l’attitude des princes allemands sur la situation des Pays-Bas47. Il en ressort d’une part que le duc de Saxe Auguste, contrairement « à ce qui se dit dans l’Empire »48, ne peut ou ne veut apporter un soutien effectif à l’archiduc Matthias qui vient d’être choisi comme lieutenant général par les États généraux des provinces flamandes rebelles. D’autre part, l’ensemble des électeurs impériaux est d’avis que la pacification des Pays-Bas passe par la reconnaissance de Matthias comme lieutenant général par Philippe II. Dans les deux cas, le duc de Bavière et ses conseillers servent d’intermédiaires entre le Roi Catholique et un espace germanique dans lequel ce dernier et ses agents sont encore faiblement implantés. C’est l’une des rares possibilités d’obtenir des informations en provenance de princes qui font montre d’un comportement potentiellement hostile à l’égard des intérêts espagnols, même si cela n’est pas suivi d’effets, comme le prouve l’attitude équivoque du duc de Saxe.

  • 49 Edelmayer, 1998, p. 171.
  • 50 Ibid., p. 182, n. 18 ; Parker, 1979, pp. 25-27.

37Mais ce système de renseignements et d’informations fonctionne aussi dans l’autre sens, du Roi Catholique vers le Saint-Empire, toujours par l’intermédiaire du duc de Bavière. Comme cela a déjà été démontré à l’aide d’archives conservées en Bavière, Philippe II sait recourir aux services d’Albert V pour tenter d’améliorer son image dans le Saint-Empire et essayer de créer un consensus autour de son action auprès des princes impériaux. Ainsi, en 1565, il fait parvenir au duc de Bavière une relation de l’attaque turque contre Malte ; ce faisant, son objectif est aussi, et peut-être surtout, de mettre en valeur les efforts espagnols pour venir au secours de l’île49. Il est intéressant de constater que cet effort de publicité fait autour de Malte par l’intermédiaire de la Bavière intervient au même moment que le choix de la répression de l’hérésie aux Pays-Bas : la lettre de Philippe II à Albert V est datée du 16 octobre 1565, la première des lettres dites du Bois de Ségovie, traditionnellement retenues comme le choix de l’option répressive, est rédigée le lendemain50. Même s’il n’existe pas de lien formel entre ces deux questions, il n’en demeure pas moins qu’il faut prendre en considération la simultanéité entre cette tentative de se poser en « paladin de la Chrétienté », même dans le Saint-Empire, et celle de mettre fin à une dissension religieuse que de nombreux nobles impériaux approuvent ou soutiennent. La Bavière est ici utilisée comme interface pour promouvoir l’image du Roi Catholique dans l’Empire.

  • 51 « In bedrohten Teilen der Germania sacra dem Vordringen des Protestantismus Einhalt zu gebieten » ((...)

38Enfin, un dernier exemple de la façon dont la relation entre le duché de Bavière et la monarchie hispanique est mise à profit tient dans la carrière épiscopale d’Ernest de Bavière, le fils cadet d’Albert. Si l’on peut encore considérer son élection à la tête de l’évêché de Freising en 1566, à l’âge de douze ans seulement, comme le résultat logique de l’influence bavaroise dans la région, sa nomination comme évêque de Hildesheim sept ans plus tard révèle de manière évidente la proximité qui existe entre la Curie romaine, la Monarchie Catholique et le duc de Bavière : si ce dernier cherche à accroître l’influence de sa maison dans le Saint-Empire, tous tentent également « de mettre un coup d’arrêt à la poussée du protestantisme dans les régions menacées de la Germania sacra51 ». Les premières tentatives pour le faire élire archevêque et électeur de Cologne échouent en revanche, ce dont Albert V se plaint à Philippe II, nous l’avons vu. Dans l’attente de se frayer « un chemin vers le Rhin », Ernest parvient à se faire élire archevêque de Liège en 1581 grâce à l’appui d’Alexandre Farnèse, gouverneur général des Pays-Bas. Enfin, en 1583, son élection comme nouvel archevêque de Cologne, une fois le luthéranisme de Gebhard Truchseß von Waldburg avéré, et surtout l’intervention conjointe de troupes espagnoles et bavaroises pour installer le nouveau prélat confirment de nouveau l’alliance objective entre Wittelsbach et Habsbourg. De la sorte, ces derniers parviennent à s’assurer de voisins bien disposés à leur égard dans les Pays-Bas tout en se donnant les bases futures d’une plus ample collaboration avec les Bavarois. Une fois de plus, l’exemple des relations avec la Bavière tend à montrer que la monarchie hispanique cherche à s’affirmer dans le Saint-Empire mais que, faute de relais suffisamment nombreux, elle dépend en grande partie d’un seul allié en cette fin de xvie siècle.

Carte 3 — Les possessions bavaroises dans le Saint-Empire (seconde moitié du xvie siècle)

Carte 3 — Les possessions bavaroises dans le Saint-Empire (seconde moitié du xvie siècle)

Concurrence symbolique et menace réelle des Français dans le Saint-Empire

39À certains égards, on peut donc considérer que le duché de Bavière parvient à accaparer à son bénéfice les liens que les Espagnols cherchent à mettre en place avec des princes territoriaux du Saint-Empire. De ce fait, dans la seconde moitié du xvie siècle, le Roi Catholique et ses représentants ne parviennent pas encore à dépasser le cadre de relations nouées pour l’essentiel à la cour de Vienne et en Bavière. Il est un autre facteur qui empêche la Monarchie Catholique de s’investir pleinement dans le Saint-Empire ou, au moins, dans les espaces impériaux qui sont cruciaux pour le maintien de son système territorial, c’est la menace constituée par le royaume de France, menace différemment ressentie et appréciée par ces multiples acteurs.

  • 52 Rodríguez Salgado, 2003a et 2003b ; Édouard, 2009 ; Haan, 2011. Plus classiques du fait d’une appro (...)

40Il s’agit là d’une modalité originale des relations entre les deux monarchies, par ailleurs relativement bien connues et analysées. Depuis un peu plus d’une décennie, on assiste d’ailleurs à un regain d’intérêt pour ces relations, plus particulièrement pour la période courant du traité du Cateau-Cambrésis à la mort du roi de France Henri III : la perspective univoque de l’affrontement séculaire entre les maisons de France et d’Espagne est en voie d’être dépassée pour aboutir à une analyse plus fine des formes de ces relations dans un contexte de recherche d’un apaisement entre les deux familles royales52. Le détour par le Saint-Empire permet de mieux comprendre la dynamique de cette relation en offrant un nouvel angle d’analyse, tout en soulignant pourquoi la monarchie espagnole hésite à s’impliquer entièrement dans les territoires impériaux.

41Du point de vue espagnol, la présence française dans le Saint-Empire revêt deux formes principales : la querelle protocolaire, avec notamment la question des préséances entre ambassadeurs, et la menace militaire, envers les Flandres ou par le biais d’interventions plus ou moins directes dans l’Empire.

  • 53 Dandelet, 2001, pp. 62-65 ; Haan, 2011, pp. 252-255.

42Il faut voir dans les querelles de préséance plus que la simple expression d’un désir royal de gloire ou de prestige ; il s’agit au contraire d’une manifestation de la concurrence symbolique entre deux souverains et entre deux monarchies en vue d’acquérir une position de légitimité face à un concurrent et de dominer la hiérarchie des souverains européens. De ce point de vue, le Saint-Empire d’une manière générale et la cour impériale en particulier ont une importance décisive puisque l’autorité traditionnellement reconnue à l’empereur en fait une source importante de légitimité pour les monarques, l’autre source de cette légitimité étant la Rome pontificale. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Vienne soit le théâtre des efforts espagnols pour essayer de revenir sur la position récemment acquise par le roi de France auprès du pape : en 1564, Pie IV accorde la préséance à l’ambassadeur de France à Rome sur l’ambassadeur espagnol53. Si le souverain pontife entend par là confirmer l’ancienneté de la conversion du royaume de France au christianisme et l’antériorité du titre de « Très Chrétien » sur celui de « Roi Catholique », Philippe II ne peut que contester une décision qui le place en situation d’infériorité face à Charles IX. En attendant de pouvoir faire annuler cette initiative, le monarque espagnol enjoint à son ambassadeur de quitter Rome pour éviter de se retrouver dans une situation d’infériorité.

43C’est à partir de Vienne que Philippe II entreprend de reconquérir un rang conforme à ses ambitions. Quand Chantonnay prend son nouveau poste d’ambassadeur auprès de Maximilien II, ses instructions lui rappellent les usages diplomatiques à Vienne et la nécessité de continuer à faire observer le traitement différencié entre les représentants du monarque hispanique et du roi de France :

  • 54 « El Emp[erad]or mi tío que está en gloria estando ally el conde de Luna [h]avia tomado un buen med (...)

L’Empereur mon oncle, que Dieu ait son âme, et alors que le comte de Luna était là-bas, avait pris une bonne mesure : il ne les appelait jamais ensemble mais successivement et quand l’un venait, l’autre ne venait pas, même s’il faisait davantage preuve d’amour et de bon traitement envers le comte, de la même façon qu’à mes affaires et je suis certain que l’Empereur mon frère fera ainsi et vous vous y efforcerez avec habileté par l’intermédiaire de l’Impératrice ma sœur s’il est nécessaire d’en user ainsi. Toutefois, vous devez vous maintenir informé pour ne jamais en arriver avec ledit Ambassadeur à cette concurrence54.

  • 55 Haan, 2011.

44Si la volonté de maintenir les pratiques diplomatiques de l’époque de Ferdinand Ier vise en premier lieu à conserver le prestige espagnol dans le Saint-Empire, il faut aussi souligner le désir du Roi Catholique de ménager le diplomate français : il n’est pas encore question d’humilier l’ambassadeur de Charles IX. Cela peut notamment s’expliquer par le fait que les relations entre les cours française et hispanique continuent d’être marquées par l’effort de construire et d’entretenir des liens d’amitié entre les deux couronnes55. Cette tentative ne prend pas seulement place dans les relations bilatérales, directes, mais également sur les autres scènes où se déploie le prestige des monarques. Le Saint-Empire est ainsi l’un des lieux où se donne à voir cette volonté de pacification des relations hispano-françaises.

45La position espagnole devient en revanche beaucoup plus tranchée quand ce lien d’amitié se distend. De la même façon que Chantonnay avait été mis au courant de l’état des relations entre les ambassadeurs de France et d’Espagne à Vienne, Monteagudo se voit rappeler la situation en 1570 : Charles IX ne dispose plus d’ambassadeur à Vienne depuis le rappel en 1569 de Bernardin Bochetel, évêque de Rennes. La question de la préséance semble ne plus se poser mais le Roi Prudent envisage cette possibilité :

  • 56 « Porque podría ser que agora con ocasión de su casamiento le quisiere enviar, si así fuere, vos ha (...)

Il se pourrait que maintenant, à l’occasion de son mariage [avec Élisabeth d’Autriche fille de Maximilien II], il ne veuille en envoyer un ; s’il en était ainsi, vous devez avertir l’Empereur et lui rappeler ce qui se passait alors et nous ne doutons pas qu’il aura à votre égard le respect et la considération que requiert notre fraternité et la raison pour vous honorer comme mon Ministre ; en cela, vous devez être ferme mais si l’Empereur était d’un autre avis […], vous n’iriez pas au palais, si ce n’est pour affaires, et vous m’informeriez ensuite de cela pour que je vous donne les ordres sur ce que vous devriez faire, l’Empereur faisant en cela une innovation par rapport à ce que l’on dit ici56.

  • 57 « Y juntamente con esto habéis de estar advertido de saber si en la cancillería del Emperador se ob (...)

46Il n’est plus ici question du seul maintien du statu quo diplomatique à Vienne mais davantage de la conservation de la prééminence symbolique acquise à la cour de l’empereur. Un autre passage des instructions confirme ce point lorsque Philippe II recommande à Monteagudo de s’assurer que les officiers de la chancellerie impériale continuent à nommer le roi de France en second après le Roi Catholique57. La position diplomatique ici exposée est bien plus offensive et occupe une place non négligeable dans des instructions qui restent, par ailleurs, davantage focalisées sur la résolution de problèmes proprement hispaniques par l’intermédiaire de l’empereur. De la sorte, le règlement de la hiérarchie symbolique par rapport au royaume de France devient une des préoccupations essentielles de Philippe II dans le sens à donner à la présence hispanique dans le Saint-Empire.

47Cette préoccupation est d’autant plus importante que la deuxième forme que recouvre la présence française dans le Saint-Empire est bien plus agressive et même, à plus d’une reprise, militaire. À l’inverse de ce qui vient d’être observé, cette menace s’inscrit dans l’affrontement entre les deux couronnes et si elle connaît des inflexions, voire des atténuations, elle n’en reste pas mois réelle. Une lettre de la gouvernante des Pays-Bas, Marie de Hongrie, témoigne de manière précoce de l’agressivité du roi de France à l’encontre des territoires hispaniques :

  • 58 « Las pláticas de Francia no cessan, y estando sus fuerças tan grandes desta parte, yo tendré harto (...)

Les actions de la France ne cessent pas, et comme leurs forces sont si grandes dans cette région, j’aurai bien du mal à faire défendre vos dites terres puisqu’il m’est impossible de pouvoir résister comme il le conviendrait aux forces dudit Marquis [Albert Alcibiade de Brandebourg]. Et ce qui serait pire, si le roi de France venait à occuper quelque ville dans ladite terre du Hainaut, cela serait cause qu’il puisse après s’en prendre au Brabant, au territoire de Liège. Et il se dit que c’est bien son intention58.

48On voit ici de quelle façon la crainte de la France peut détourner les projets espagnols du Saint-Empire : d’une part, il y a une alliance entre le roi de France Henri II et un prince allemand, mercenaire patenté, pour s’en prendre aux territoires flamands de la couronne hispanique. D’autre part, cette intervention se déroule au moment où le roi de France s’approprie les trois évêchés lorrains de Metz, Toul et Verdun, diminuant d’autant la superficie de l’Empire. L’action contre les pays flamands, si elle n’est pas une simple diversion, place néanmoins les Espagnols face à une alternative appelée à se répéter : soit travailler au maintien de l’intégrité territoriale du Saint-Empire sans que cela profite immédiatement aux Habsbourg, soit défendre leurs propres terres.

  • 59 « Tuvo Su Majestad aviso de una espía secreta y que tiene buenas inteligencias, que luego que se hi (...)
  • 60 « Los eclesiásticos están acobardados y temerosos, porque les parece que por una parte están en boc (...)
  • 61 Beiderbeck, 2005, pp. 334-357.

49C’est toutefois à partir des années 1560 que cette menace française dans le Saint-Empire se fait plus prégnante. À ce sujet, il faut constater que si la forme qu’elle recouvre tend à se modifier insensiblement, elle n’en met pas moins en cause, au moins partiellement, le caractère amical de la relation entre les deux monarchies. À plusieurs reprises, le comte de Luna informe Philippe II des contacts que des agents français cherchent à établir avec des princes allemands. Il est ainsi question en 1560 d’un espion dépêché auprès de l’électeur palatin Frédéric III, du duc Christophe de Wurtemberg ou du landgrave Philippe de Hesse afin de leur rappeler que la prise des trois évêchés s’est faite avec leur accord pour « récupérer leur antique liberté », ce qui est un « frein à l’ambition et au désir qu’avaient les Empereurs de les assujettir, tout spécialement ceux de la Maison d’Autriche »59. Deux ans plus tard, Luna estime que ces deux derniers princes sont des créatures françaises, chargées d’intimider les électeurs ecclésiastiques60. Ces contacts français avec de grands nobles allemands se font sans doute sur la base d’affinités confessionnelles puisque la plupart des princes mentionnés sont de confession luthérienne ou calviniste ; néanmoins il ne s’agit pas là d’une préférence exclusive puisque l’archevêque de Mayence Daniel Brendel von Homburg fait partie des personnes approchées. D’une manière beaucoup plus générale, on retrouve ici le projet français de créer une vaste ligue tournée contre les Habsbourg, caractéristique de la politique extérieure de la France jusqu’au tout début du xviie siècle61.

  • 62 « El Príncipe de Condé ha enviado a los Electores y a otros Príncipes protestantes, a pedilles que (...)
  • 63 Le Roux, 2009, pp. 62-63.
  • 64 Vogler, 1965.
  • 65 Lettre du comte de Monteagudo à Philippe II, 19 janvier 1572, CODOIN, t. CX, p. 351.

50Avec l’accroissement des troubles confessionnels en France, cette menace française ne disparaît pas mais prend une autre forme. À mesure que l’autorité royale diminue, l’aristocratie française prend le relais de l’agitation anti-espagnole dans le Saint-Empire. En 1562 par exemple, le prince de Condé écrit aux électeurs et à d’autres princes protestants pour qu’ils lui apportent un soutien militaire62. Cette même année, le duc François de Guise rencontre Christophe de Wurtemberg et Philippe de Hesse pour tenter de les convaincre de ne pas intervenir dans les querelles confessionnelles françaises63. Se dessine à cette occasion un renversement des interventions qui ne rassure pas pour autant les Espagnols : ce sont désormais les Allemands qui parcourent le territoire français et qui y interviennent militairement64. L’inquiétude des Espagnols demeure car ils sont à la fois informés des préparatifs de recrutement de reîtres dans le Saint-Empire tout en ignorant si ceux-ci sont destinés à la France ou aux Pays-Bas, les comtes palatins du Rhin appuyant les factions confessionnelles calvinistes dans les deux régions65. Par conséquent, même si le déclin temporaire de l’autorité royale française met fin à une forme de présence menaçante pour la monarchie hispanique dans le Saint-Empire, les grands nobles calvinistes prennent le relais et continuent à faire courir un risque sur le système territorial espagnol. L’espace germanique demeure à la fois le cadre géographique de concurrences entre différents acteurs internationaux et l’enjeu de cette concurrence entre Hispaniques et Français. Toutefois, il faut se garder de faire de ce même espace un objet purement passif puisqu’il continue à faire preuve d’une relative cohérence politique : la majorité des électeurs fait toujours bloc autour de l’empereur, comme le montre l’échec de Condé à emporter l’adhésion du collège électoral. Cette cohérence reste même un des empêchements majeurs à ce que la Monarchie Catholique puisse établir des relations stables et durables avec des acteurs impériaux ; en cette seconde moitié du xvie siècle, elle ne peut le faire qu’avec des principautés suffisamment autonomes vis-à-vis du pouvoir impérial ou dont les intérêts coïncident avec ceux des Espagnols.

III. — LES ARCHEVÊQUES DE MAYENCE ENTRE ROME ET VIENNE

51La monarchie hispanique n’est donc pas encore en mesure d’affirmer une présence systématique dans le Saint-Empire, ou ne souhaite pas le faire. La plupart de ses interventions concernent avant tout le maintien de la couronne impériale chez les Habsbourg et la défense de ses territoires contigus au Saint-Empire. De leur côté, les archevêques de Mayence n’ont pas de véritable tropisme espagnol, c’est-à-dire que rien ne peut les attirer de manière durable du côté de la Monarchie Catholique. Une preuve empirique parmi d’autres en est que les documents hispaniques ne mentionnent les archevêques que de manière ponctuelle, sans aucune référence à une relation suivie ni à un intérêt particulier pour cet acteur qui continue à être mal identifié.

  • 66 May, 1997 ; Schubert, 1997.

52Parmi les raisons les plus évidentes pour expliquer ce fait, il faut souligner que les archevêques de Mayence participent à d’autres réseaux qui leur permettent de construire et de renforcer leur légitimité à l’intérieur du Saint-Empire. Ces sources de légitimité correspondent pour l’essentiel à l’empereur et au pape, c’est-à-dire aux fonctions d’archichancelier et d’électeur, d’une part, et de primat de Germanie, d’autre part, des archevêques de Mayence66. On retrouve ici la volonté de maintenir et de conforter au sein de l’espace impérial une position qui n’a rien de définitivement acquise.

Le contenu des relations des archevêques de Mayence avec la papauté

  • 67 Repgen, 1996 ; Caccamo, 1982.

53Entre 1560 et 1571, les différentes missions du cardinal Commendone dans le Saint-Empire semblent avoir été le moment de refondation décisif des relations entre l’archevêché de Mayence et les souverains pontifes67. La lecture de la correspondance entre Daniel Brendel von Homburg et la papauté laisse penser que les différentes missions du légat dans l’espace impérial ont permis à ce dernier de tisser un réseau de correspondants dont fait partie l’archevêque de Mayence et qui est entretenu de part et d’autre tout au long des années 1570. C’est une fois de plus le signe que les relations dites internationales durant la première modernité passent avant tout par le canal des liens interpersonnels. Par ailleurs, à partir des années 1580, les lettres écrites par l’archevêque sont directement adressées à Grégoire XIII et non plus au cardinal protecteur de la Curie.

54L’ensemble de ces relations entre Rome et Mayence met en relief le rôle d’un archevêque dont les fonctions s’exercent dans trois cadres différents, à trois échelles distinctes. Le premier de ces cadres concerne l’Église de Mayence, c’est-à-dire l’ensemble des territoires qui sont sous l’autorité ecclésiastique immédiate de l’évêque. Par exemple en juin 1571, Daniel Brendel von Homburg annonce le décès du prévôt du chapitre cathédral de Mayence, Johann Mospach von Lindenfels, et l’élection de Wolfgang Kämmerer von Dalberg pour le remplacer. Il sollicite à ce titre la confirmation du nouvel élu par le pape :

  • 68 « Pro cuius Electionis confirmatione seu prouisione, supradicti Decanus et Capitulum apud Sanctitat (...)

Lesdits Doyen et Chapitre prient humblement Sa Sainteté, avec l’obéissance requise et par des supplications, de confirmer ou de pourvoir à son Élection. Et ils ont obtenu satisfaction de nous pour que nous présentions à Sa Sainteté ces lettres de recommandation qui sont les nôtres en faveur du Prévôt nouvellement Élu68.

55Le rôle de l’archevêque est ici moins passif qu’il ne le dit : en sollicitant Commendone et, à travers lui, le pape Pie V, Daniel Brendel von Homburg exerce les fonctions de broker et d’intermédiaire entre le chapitre de la cathédrale Saint-Martin et la papauté. C’est pour lui une forme de reconnaissance de son importance vis-à-vis de son milieu d’origine, la chevalerie rhénane.

  • 69 « Huius Electi persona, vitae praestantia, morum gravitas et doctrina ita cognita et perspecta est  (...)
  • 70 Lettre de Wolfgang Kämmerer von Dalberg à Grégoire XIII, 18 décembre 1582, ASV, Segretaria di Stato (...)

56Pour ce qui est de la démonstration développée en vue d’obtenir la confirmation demandée, l’archevêque de Mayence fait usage d’arguments relativement attendus : d’une part, « la personne de l’Élu est connue et reconnue pour la supériorité de la vie, la gravité des mœurs ainsi que pour la doctrine » ; d’autre part, il a été élu « par consensus unanime, conformément à l’antique coutume confirmée par des lettres apostoliques du souverain Pontife Pie IV »69. Ce faisant, Daniel Brendel von Homburg a recours à une argumentation fondée à la fois sur la tradition et sur le respect des décrets, notamment disciplinaires, du concile de Trente, soit deux sources essentielles du catholicisme de la seconde moitié du xvie siècle. C’est une façon d’affirmer son orthodoxie religieuse, ainsi que celle du nouveau prévôt et du chapitre tout entier. Une fois de plus, le rôle de l’archevêque est bien de servir d’interface entre les chanoines de son Église et Rome : il assure cette dernière de sa fidélité et de celle du chapitre, auquel il permet de perpétuer son propre ordre social. Un tel schéma se reproduit lorsque Wolfgang Kämmerer von Dalberg, qui vient d’être élu archevêque en 1582, demande à Grégoire XIII la confirmation de l’élection de l’évêque de Worms, Georg von Schönenberg, comme prévôt du chapitre cathédral de Mayence. La procédure est à peu de choses près identique à la précédente et la question du cumul de charges à Worms et à Mayence n’est pas évoquée de manière explicite, non que cela puisse faire obstacle à la confirmation : il semblerait plutôt que cela ne pose pas de problème de principe70. Une fois de plus, la relation entre Mayence et Rome permet de conforter un ordre social et religieux.

57La situation est en revanche différente lorsque Daniel Brendel von Homburg sollicite Commendone afin que le pape reconnaisse deux nouveaux vicaires pour la Thuringe et la région rhénane. Pour l’archevêque, privé de ses adjoints « une fois que Dieu les a appelés à une autre vie »,

  • 71 « Deo illos ad vitam aliam evocante privatus sum » et « Necessarÿ ÿ provincÿs nostris semper fuerin (...)

ils ont toujours été nécessaires à nos provinces, surtout en cette période où la vigilance, l’assiduité et le travail sont plus grands qu’auparavant, d’autant que ces temps sont plus troublés71.

58Il n’est ici pas seulement question de faire confirmer un ordre social mais d’obtenir les moyens de pouvoir gouverner un territoire composite qui requiert attention et compétence : en ces années 1560, la Thuringe est touchée par la réforme luthérienne qui est sur le point de devenir la confession majoritaire dans cette région et la partie rhénane de la principauté de Mayence voisine avec des territoires ouvertement passés au calvinisme, comme le Palatinat ou la Hesse. Dans cette perspective, la relation avec le pape, par l’intermédiaire de Commendone et du cardinal d’Augsbourg Otto Truchseß von Waldburg, également sollicité, vise à assurer les fondements de la puissance temporelle d’un prince ecclésiastique et l’intégrité territoriale d’un État qui se sent menacé.

  • 72 May, 1997, notamment pp. 63-68.

59Le deuxième cadre dans lequel s’inscrivent les relations entre Mayence et la papauté touche à la fonction primatiale de l’archevêque de Mayence. Comme cela a déjà été souligné par l’historiographie de langue allemande, il s’agit d’une question essentielle pour les archevêques de Mayence : son enjeu n’est pas seulement d’obtenir une prééminence morale sur leurs homologues allemands mais de faire en sorte que cette autorité spirituelle soit mise au service d’un projet politique pour assurer leur position de deuxième homme du Saint-Empire72. Ainsi, en 1577,

  • 73 « Cum superioribus elapsis mensibus R[everen]dus in Chr[ist]o pater D[omi]n[u]s Vitus Ep[iscop]us B (...)

puisque, dans les mois précédemment écoulés le Révérend père dans le Christ, le Seigneur Veit Évêque de Bamberg, mon ami très cher, est mort, le Révérend Seigneur dans le Christ Johann Georg, issu d’une vieille et noble famille de Francs orientaux, les Zobel, a été élu à sa place73 ;

  • 74 Lettre de Daniel Brendel von Homburg à Grégoire XIII, 23 décembre 1581, ASV, Segretaria di Stato, V (...)

60on presse alors Daniel Brendel von Homburg de solliciter Grégoire XIII afin d’obtenir la confirmation du nouvel évêque élu. Si l’archevêque ne précise pas dans cette lettre de recommandation qui lui a demandé de jouer le rôle d’intermédiaire auprès de la papauté, on peut toutefois penser qu’il s’agit du chapitre cathédral de Bamberg. La requête de l’archevêque de Mayence est par ailleurs légitime dans la mesure où l’évêché de Bamberg fait partie de ses diocèses suffragants : il est possible que Daniel Brendel von Homburg joue ici le rôle d’un patron, à la fois dans le sens de personne influente usant de ses relations pour favoriser des nominations et dans celui de supérieur hiérarchique du diocèse de Bamberg. Dans les deux cas, il s’agit d’une reconnaissance de sa position éminente au sein de l’Église impériale. Une demande de confirmation similaire est faite pour Eberhard von Dienheim, évêque élu de Spire, en 158174.

61La lettre de recommandation en faveur de l’archevêque de Trèves nouvellement élu Johann von Schönenberg permet de mieux définir le rôle qu’essaie de tenir l’archevêque de Mayence au sein de l’Église impériale :

  • 75 « Praedictum confratrem in D[OMI]NO meum JOHANNEM, Electum Treviren[sis] pro debita avitaq[ue] anti (...)

Je n’ai pu m’empêcher d’envoyer à Votre Sainteté une lettre humble et suppliante pour intercéder en toute humilité en faveur dudit frère dans le Seigneur Johann, [évêque] élu de Trèves, conformément à l’ancestrale et antique obéissance due par l’Église de Trèves au Saint Siège Apostolique et au respect envers Votre Sainteté75.

62Cette fois-ci, c’est envers une Église d’une dignité égale à celle de Mayence que Daniel Brendel von Homburg joue le rôle de patron. Est-ce forcer le trait que de penser que le service ainsi rendu vise à faire du nouvel archevêque de Trèves un obligé, même sur le registre symbolique, de son « frère dans le Seigneur » de Mayence ? Dans un tel cas, cet exemple fournit un argument supplémentaire en faveur des efforts déployés par ce dernier pour occuper une position centrale à l’intérieur de l’Église impériale.

  • 76 Lettre de Daniel Brendel von Homburg au cardinal Commendone, 14 mars 1573, ASV, Segretaria di Stato (...)
  • 77 « Ysdem nostris legatis negotium non nulla cum D[ominatione] V[ostra] ex parte n[ost]ra communicare(...)

63Enfin, un troisième aspect des relations entre la papauté et les archevêques de Mayence montre que le rôle de ces derniers n’est pas seulement circonscrit au monde germanique mais peut s’inscrire dans un cadre territorial plus vaste. Il convient pourtant d’en limiter d’emblée la portée, en faisant remarquer que ces relations n’ont rien de systématique, contrairement à celles qui viennent d’être passées en revue : seuls deux documents permettant d’identifier une activité de l’archichancelier hors du cadre du Saint-Empire ont été trouvés dans les archives vaticanes. Ce sont toutefois deux tentatives particulièrement intéressantes, toutes deux ayant lieu en 1573. La première concerne un État voisin du Saint-Empire, la Pologne. Apprenant que le cardinal Commendone s’y rend pour assister à la diète qui doit élire un nouveau roi, Daniel Brendel von Homburg le fait saluer par ses deux représentants, Melchior von Braidenbach, gouverneur d’Erfurt, et Georg Olant, membre de son conseil, envoyés également à Varsovie76. Plus que la présence d’émissaires de Mayence en Pologne (celle-ci est traditionnellement comprise dans la sphère d’influence du Saint-Empire), le fait intéressant est ici la conjonction entre les liens d’amitié et les relations politiques. La présence de son « ami très cher » à Varsovie n’est pas seulement l’occasion de le saluer par courrier et par représentants interposés, c’est aussi la possibilité « de communiquer de notre part par ces mêmes légats quelque affaire à Votre Domination77 ». La lettre ne précise pas davantage la nature de cette affaire et il est donc impossible d’en mesurer l’importance réelle. Tout au plus peut-on envisager qu’elle concerne l’Empire puisque Commendone avait été envoyé dans le Saint-Empire avant de se rendre en Pologne. Mais il y a là, une fois de plus, une relation interpersonnelle entre le légat pontifical et l’archevêque de Mayence, relation qui rapproche ce dernier de la Rome papale et dépasse le simple cadre du lien institutionnel.

  • 78 Lettre de Daniel Brendel von Homburg à Grégoire XIII, 1er décembre 1573, ASV, Segretaria di Stato, (...)

64Le deuxième document qui permet de penser que les relations entre Mayence et Rome peuvent ponctuellement s’inscrire dans un cadre plus vaste que le seul Saint-Empire est plus étonnant. Il s’agit d’une intercession de Daniel Brendel von Homburg auprès de Grégoire XIII et de l’empereur Maximilien II pour réclamer la libération de la reine d’Écosse Marie Stuart et la restitution en sa faveur du gouvernement de son royaume78. Si les faits mentionnés ici sont connus, il est néanmoins difficile de donner un sens précis à cette démarche : il s’agit bien d’un épisode de la lutte entre la reine d’Angleterre Élisabeth Ire et sa cousine Marie d’Écosse qui entremêle enjeux de succession à la tête du royaume anglais et querelle religieuse (Marie Stuart professant le catholicisme et sa cousine soutenant l’Église d’Angleterre instituée par Henri VIII) mais il reste difficile de comprendre pourquoi l’archevêque de Mayence est ici précisément sollicité. Tout au plus la lettre nous apprend-elle qu’il a été contacté par un messager (nuncius) de la reine d’Écosse, William Seres. Daniel Brendel von Homburg n’en demande pas moins au pape

  • 79 « Ut dicta Regina Scotae personam, causamq[ue] non gravetur habere commendatam eamq[ue] rebus suis (...)

qu’il ne souffre pas de tenir la personne et la cause de ladite Reine d’Écosse pour recommandée et de faire montre à son égard d’un soin et d’une diligence paternelle pour ses affaires tout à fait malheureuses […]. En cela, Votre Sainteté fera la preuve de son insigne devoir de piété paternelle et de la grande nécessité de la conservation de la tranquillité publique79.

  • 80 Kamen, 1997, pp. 132-134 et 159-160.

65Quelque surprenante que puisse paraître la démarche de Marie Stuart auprès de l’archevêque de Mayence, la réponse donnée par ce dernier souligne néanmoins une profonde divergence dans la projection internationale entre l’archevêque et la Monarchie Catholique. Si le premier n’hésite pas à jouer les intermédiaires, il s’inscrit néanmoins à rebours des tentatives de Philippe II de ne pas s’aliéner de manière définitive Élisabeth Ire en soutenant sa cousine Stuart80. Loin d’être la raison profonde qui expliquerait le peu de liens existant entre Mayence et la péninsule Ibérique, cette tentative de médiation auprès de la papauté doit davantage être vue comme le reflet des faibles intérêts communs partagés par Philippe II et Daniel Brendel von Homburg et la reconnaissance d’une relation efficace entre ce dernier et le pape.

La construction d’une légitimité auprès de Rome

66Ce cadre des relations entre les archevêques de Mayence et la papauté est globalement confirmé par les relations ad limina adressées à Rome à partir de 1609. Destinés à montrer le bon accomplissement des fonctions pastorales de l’archevêque, ces rapports sont l’occasion pour les princes-archevêques d’obtenir de Rome un surcroît de légitimité, spirituelle comme temporelle. Pour ce faire, plusieurs stratégies sont déployées qu’il convient d’analyser maintenant.

67La première de ces stratégies consiste, pour les archevêques, à justifier leur pouvoir temporel par le juste exercice de leur mission spirituelle. De ce fait, leur action est mise en scène dans le contexte de l’installation de la Contre-Réforme et de la confessionnalisation qui l’accompagne.

  • 81 « Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 67v(...)
  • 82 « De visitandis porro Ecclesÿs et Monasterÿs, nullus apud hunc Principem diligentiae finis » (ibid. (...)

68Ainsi les visites pastorales, dont la nécessité a été rappelée par le concile de Trente, sont-elles des moments obligés pour montrer le zèle catholique des prélats. Toutefois, les relations ad limina, si elles se font l’écho de ces visites, n’insistent pas particulièrement sur cet aspect : seules huit visites sont mentionnées dans la relation de 1609, deux concernant des monastères et six autres des églises paroissiales81. Elles sont donc peu nombreuses, surtout si l’on tient compte du fait que cet archevêque exerce ses fonctions depuis 1604. Ce bilan au premier abord faible prend une autre signification lorsque le rapport précise que chacune de ces visites paroissiales a été effectuée avec un zèle et une minutie qui, jusqu’alors, ne semblaient pas être la règle : « en ce qui concerne ensuite les visites des Églises et des Monastères, le zèle de ce Prince n’a connu aucune limite82 ». De la même façon, en 1629, l’archevêque Anselm Casimir ne spécifie pas avec exactitude le nombre de paroisses visitées, ni le résultat de ces enquêtes de terrain, il se contente de rappeler que le retour à la paix qui a eu lieu après l’intervention danoise a permis de renouer avec l’institution des visites pastorales. Paradoxalement, ce n’est donc pas par l’intermédiaire de cette institution de la visite pastorale que les archevêques de Mayence cherchent à apparaître comme des ordinaires exemplaires du catholicisme tridentin.

69Cet objectif est atteint de manière plus convaincante avec la description de leurs efforts pour regagner à l’Église romaine des territoires passés à la Réforme ou suspects d’hérésie. C’est d’ailleurs l’un des points répétés avec le plus de régularité dans les quatre relations ad limina. Face à la diffusion de la Réforme dans l’Eichsfeld et au rôle de relais des idées luthériennes que jouent les territoires voisins, à savoir le Brunswick, la Hesse et la Saxe, Schweikard von Cronberg insiste dans la relation de 1609 sur le fait qu’un collège jésuite a été installé dans ce territoire coupé du noyau rhénan de la principauté. D’une façon assez similaire dans la relation de 1621, l’archevêque évoque la réintroduction du catholicisme dans les territoires de Lohr-sur-le-Main et de Königstein. De ce point de vue, on peut aussi constater que jamais la cité de Mayence n’est mentionnée comme territoire de reconquête religieuse : elle a été préservée des idées réformées et son prince-archevêque n’a pas à y déployer les mêmes stratégies de contre-offensive spirituelle.

70Le combat pour la réimplantation de la foi romaine dans certaines régions de la principauté n’en finit pas moins par devenir un élément qui définit le pouvoir de l’archevêque de Mayence, du moins à en croire la relation de 1615 :

  • 83 « Adhaec in Imperio omnibus notum esse, quod nisi a Moguntino Electore, uti Directore in rebus Impe (...)

Il est connu de tous dans l’Empire que l’Électeur de Mayence, comme Directeur des affaires de l’Empire et comme Électeur principal, a combattu virilement, sans peur et constamment les dangereuses machinations de ses ennemis83.

71C’est donc en partie par la défense et la réimplantation du catholicisme que l’archevêque de Mayence compte obtenir de la papauté une confirmation de son pouvoir. Mais il apparaît dans le même temps que cette entreprise de sauvegarde confessionnelle se double d’un volet temporel, ces deux aspects se renforçant mutuellement. De ce point de vue, le maintien de son autorité sur Mayence se gagne au moins partiellement hors de Mayence même.

72Une autre stratégie déployée par les archevêques de Mayence dans ces relations ad limina pour obtenir leur confirmation de la papauté consiste, de manière bien plus directe, à dresser d’eux-mêmes un portrait favorable, en partie détaché de leur fonction épiscopale. À cette occasion, les limites censées exister entre les différentes fonctions exercées par ces personnages (prince territorial, archevêque, électeur, directeur de cercle impérial, archichancelier) s’estompent jusqu’à disparaître complètement. Enfin, sans grande surprise, ces portraits d’archevêques sont particulièrement détaillés dans les premières relations envoyées par un nouvel archevêque, soit celles de 1609 et de 1629.

  • 84 « Praenobili & antiqua Cronbergiorum familia procreatus, dudum Presbyter atq[ue] olim quidem Metrop(...)

73L’origine sociale et le parcours du prince-archevêque sont des données fréquemment rappelées : Schweikard von Cronberg met ainsi en évidence le fait d’être « né dans la célèbre et ancienne famille des Cronberg, alors prêtre et ancien écolâtre de l’Église Métropolitaine de Mayence, bientôt doyen84 ». Vingt ans plus tard, Anselm Casimir se présente de manière similaire :

  • 85 « Ex scholastico in Archiepiscopum electus sexto Augusti huius anni a Canonicis Capitularibus, quos (...)

jusqu’alors écolâtre, [il est] élu Archevêque le six août de cette année [1629] par les Chanoines du Chapitre qui doivent tous provenir d’une famille issue de la noblesse libre des chevaliers Impériaux et faire la preuve que leur lignage n’a été souillé par aucun autre ordre, depuis huit générations du côté du père et autant du côté de la mère85.

74Ainsi, au-delà du mode de désignation électif, l’appartenance à ce milieu et à cet espace fonde, au moins pour les archevêques, leur légitimité à exercer les fonctions de prince-archevêque de Mayence.

  • 86 « Archiepiscopatui huic quia porro primarius Imperÿ Electoratus et Archicancellariatus per Germania (...)
  • 87 « Electus capituli suffragÿs Electorali authoritate gaudet, eiq[ue] officium Archicancellarÿ Imperÿ (...)
  • 88 « Moguntina sedes cui Ioannes Suicardus a Cronberg nunc presidet dignitatis electoralis, et Archica (...)

75Un deuxième élément est également souvent rappelé dans ces relations ad limina pour préciser le portrait des archevêques. Il s’agit des fonctions exercées dans le cadre du Saint-Empire et traditionnellement rattachées au siège épiscopal de Mayence. La première, la plus importante d’entre elles, est la charge d’archichancelier impérial ; toutefois, elle ne fonde pas l’autorité de l’archevêque, elle est une conséquence de son élection. De cette façon, Cronberg rappelle qu’« en outre, à l’Archiépiscopat est attaché l’Électorat de premier rang dans l’Empire et l’Archichancellerie pour la Germanie86 ». Plus qu’une justification pour expliquer un travail pastoral parfois mince, une telle évocation vise en premier lieu à apporter la preuve que les affaires de l’Empire, et notamment les questions religieuses, sont étroitement surveillées et correctement gérées par l’archevêque. De façon sans doute moins emphatique, Anselm Casimir Wambold von Umstadt rappelle que l’archevêque « élu par les suffrages du chapitre jouit de l’autorité Électorale, à laquelle incombe l’office d’Archichancelier de l’Empire pour la Germanie87 ». Dans cette insistance sur l’inclusion des fonctions princière, épiscopale et électorale, on peut sans doute déceler une tentative d’explication du fait que des personnages à l’origine somme toute obscure finissent par exercer des charges qui les placent au deuxième rang du Saint-Empire. Leur légitimité à les exercer provient alors moins de leurs compétences administratives ou de leur appartenance à une illustre dynastie aristocratique que d’un processus électif et d’une assise régionale dont Mayence est le pivot. Les efforts déployés dans les relations ad limina semblent avoir rencontré un certain succès auprès de la congrégation du concile puisqu’un mémoire synthétisant les principales caractéristiques de l’archevêché de Mayence commence par : « le siège de Mayence, que dirige maintenant Johann Schweikard von Cronberg, possède la dignité électorale, l’archichancellerie impériale ainsi que les prérogatives de Métropole de Germanie88 ».

  • 89 Bizzochi, 2010.

76La dernière stratégie déployée par les archevêques de Mayence dans ces relations ad limina pour obtenir une légitimité de Rome est le recours au discours historique. Conçu comme un élément de rhétorique, ce dernier vise avant tout à emporter la conviction de son destinataire. Toutefois, on n’en trouve la présence que dans la première relation de 1609, de telle sorte que le dossier des relations ad limina de Mayence s’ouvre sur une de ces « généalogies fabuleuses89 » propres à la période moderne.

  • 90 « S[ancti] Crescentis opera, qui D[omini] Pauli Apostoli discipulus, ex XXII continuis annis primus (...)
  • 91 « S[anctum] Marinum et S[anctum] Crescentium duos proximos successores, complures alÿ, ex sanctitat (...)

77Ce discours historique est à mettre en parallèle avec la structure générale des relations : il se déploie autour de deux pôles, l’histoire religieuse et l’histoire politique — temporelle serait sans doute un terme plus exact. En ce qui concerne l’histoire religieuse, la relation parvient à rattacher Mayence à l’un des membres les plus éminents de l’Église chrétienne primitive puisque le document affirme que la ville a été convertie à la foi nouvelle « par les œuvres de saint Crescent, disciple de l’Apôtre Paul, qui a été le premier évêque pendant vingt-deux années90 ». Avec l’action de Crescent démarre également le cycle des évêques martyrs qui prouve leur zèle religieux et celui de la cité : après Crescent donc, on trouve « saint Martin et saint Crescentius ses deux successeurs immédiats, parmi beaucoup d’autres, ont également obtenu la gloire de la sainteté par leur martyre91 ». Enfin, ce cycle des évêques fondateurs se clôt par la mention de Boniface et Willigis, moins pour rappeler la date de l’érection de la cité en archevêché que pour illustrer la succession d’ordinaires hors pair qui sont parvenus à maintenir et ancrer la foi catholique dans la ville.

  • 92 Ibid.
  • 93 « Carolimanni et Pipini tempore Archiepiscoporum ordinem auspicatus est » (ibid.).

78Quant à l’aspect politique, s’il est plus succinct, il n’est pas moins significatif puisque trois grands moments de l’histoire germanique sont évoqués dans ce bref récit historique. En premier lieu, la fondation de la ville de Mayence « sous les auspices de Claudius Drusus Germanicus, pense-t-on, beau-fils d’Auguste, qui a fait victorieusement la guerre en Germanie92 » est rattachée à la naissance de l’Empire romain. Destiné à montrer l’antiquité digne d’éloge de la cité, ce passage, déjà cité, fonde tout autant le destin impérial de la ville et de son prince. Par une construction parallèle tacite, le deuxième moment historique associe Mayence aux premiers Carolingiens : « c’est à l’époque de Charlemagne et de Pépin que commence la succession des Archevêques93 ». Une nouvelle fois, le sort de Mayence est lié à une dynastie impériale, source de légitimité. Enfin, le troisième moment de ce discours historique met en scène la nouvelle dignité acquise en 977 par les archevêques de Mayence qui deviennent alors, d’après la relation, électeurs. S’il n’est fait aucune mention de souverains à cette occasion, la date correspond néanmoins aux premières années de l’Empire des Ottoniens.

79Une fois de plus, donc, Mayence est associée à un moment important de la vie de l’idée impériale. Dans ces trois exemples, il est intéressant de constater que la légitimité politique de Mayence et de ses princes-archevêques est étroitement liée à l’idée d’Empire. Si ce dernier est traditionnellement perçu comme une des sources de la légitimité juridique dans la Chrétienté, son rapprochement avec Mayence tend à exacerber cette relation. La cité rhénane est ainsi étroitement associée à la permanence de l’idée d’Empire de même qu’à la défense du christianisme catholique. Tout ce discours historique aboutit au règne de Johann Schweikard von Cronberg qui constitue le dernier maillon de cette chaîne ; il en a hérité les qualités et les dignités. Enfin, ce développement inaugural sur les origines de Mayence semble contenir toute la ligne argumentative des relations à venir, qui s’efforcent d’étayer une légitimité à partir d’éléments spirituels et temporels.

80Ainsi, quel que soit le cadre envisagé, la relation entre la papauté et les archevêques de Mayence est essentielle à ces derniers pour leur permettre de construire et de renforcer leur légitimité à l’intérieur du Saint-Empire. Cela est d’autant plus important que la deuxième moitié du xvie siècle et la première moitié du xviie siècle sont des périodes où la cohésion interne de l’Empire est mise à l’épreuve, notamment par la question confessionnelle, et où son rayonnement international, c’est-à-dire sa capacité à servir de modèle hors de ses frontières et son poids dans le règlement des questions entre les monarchies européennes, est relativement faible. Dans ce contexte, la relation avec Rome permet aux archevêques de Mayence de remédier partiellement à ce dernier inconvénient tout en confirmant leur importance institutionnelle dans le Saint-Empire.

La nécessaire proximité avec le pouvoir impérial

81La relation des archevêques de Mayence avec l’empereur répond également à des nécessités ayant trait à la cohérence interne du Saint-Empire. Toutefois, contrairement aux liens noués avec la papauté, elle s’inscrit de manière presque exclusive dans le cadre géographique de l’Empire, ce qui ne la rend pas moins importante pour autant.

  • 94 Lettre du comte de Luna à Philippe II, 19 février 1562, CODOIN, t. XCVIII, p. 291.

82L’exemple précédemment évoqué d’une tentative d’intimidation des électeurs ecclésiastiques par des princes calvinistes de l’Empire et, en sous-main, par les Français, peut faire douter de l’imperméabilité de ces électeurs en général et de celui de Mayence en particulier à l’égard des tentatives d’influence visant à distendre le lien existant avec la famille impériale régnante94. Néanmoins, une semaine après avoir rapporté ces faits à Philippe II, le comte de Luna lui fait parvenir les suites de cette affaire qui se conclut à l’inverse de la façon dont elle avait débuté :

  • 95 « Se resolvió que S[u] M[ajestad] tornase a enviar sus Embaxadores a los Electores para concertar e (...)

Il a été décidé que Sa Majesté envoie des Ambassadeurs aux Électeurs pour arrêter une date pour la rencontre et que le Roi [de Hongrie, Maximilien] envoie avec ceux de son père des hommes à moi pour qu’ils leur rendent grâce de la bonne volonté dont ils ont fait preuve et qu’il leur offre de sa part toute récompense et qu’il les rassure sur les doutes qu’ils ont pu concevoir à son sujet95.

  • 96 « Servir a S[u] M[ajestad] y a las cosas de su casa » (ibid., p. 296).

83Malgré les tentatives de diviser les électeurs ecclésiastiques et les Habsbourg d’Autriche en insinuant que Maximilien pourrait être un mauvais catholique, ce dernier a pu apporter les preuves de sa loyauté confessionnelle et a su renouer le lien avec les électeurs de telle sorte qu’ils se déclarent désormais prêts à « servir Sa Majesté et les affaires de sa maison96 ». Cet épisode n’est pas le simple récit des négociations entre l’empereur et les électeurs pour obtenir de ces derniers l’assurance que son fils soit bien désigné comme son successeur à la tête de l’Empire. Il s’agit davantage d’un exemple du besoin réciproque qui lie le chef du Saint-Empire au collège électoral : ce dernier doit être certain qu’il va choisir quelqu’un qui ménagera ses intérêts et maintiendra sa position institutionnelle ; quant à l’empereur, il souhaite maintenir une continuité dynastique à la tête de l’Empire. C’est ce besoin réciproque qui fonde en grande partie la stabilité et la cohérence impériales.

84Cette cohérence et la proximité entre l’empereur et les électeurs, parmi lesquels l’archevêque de Mayence occupe une position décisive, trouvent une nouvelle confirmation avec un projet de ligue défensive, ébauché environ un an plus tard. Une fois de plus, le comte de Luna en a informé Philippe II et celui-ci réagit favorablement à cette nouvelle :

  • 97 « He visto lo que decís que pasó el Emperador con el Duque de Baviera y los tres Electores eclesiás (...)

J’ai vu ce que vous disiez que l’Empereur a traité avec le Duc de Bavière et les trois Électeurs ecclésiastiques à propos de faire une ligue entre eux pour leur défense et ensuite d’en informer les Évêques et les autres catholiques97.

85À ceci près que le duc Albert V de Bavière est partie prenante de ce projet, on retrouve une fois de plus l’association entre l’empereur et les électeurs, particulièrement ecclésiastiques : la confessionnalisation dans le Saint-Empire s’accélère et une alliance entre catholiques semble nécessaire pour défendre la religion romaine. Les princes à l’initiative de cette ligue se considèrent comme les têtes du corpus catholicorum en devenir et manifestent ainsi une communauté d’intérêts les unissant. Outre cette dimension confessionnelle, il faut aussi y voir un aveu implicite d’impuissance militaire des trois archevêques rhénans pour qui les recours les plus évidents sont la Bavière et l’empereur, et non le Roi Catholique pourtant plus proche. Cela n’en souligne que davantage la proximité entre l’électeur de Mayence et le détenteur du titre impérial.

  • 98 « Electores protestas para entrar en la Liga de Lansperg » (lettre du comte de Monteagudo à Philipp (...)
  • 99 Schubert, 1997, pp. 95-97.

86Il y a donc des données qui poussent indiscutablement, et logiquement, les archevêques de Mayence vers l’empereur. La réciproque est également vérifiée, et plus d’une fois on peut constater que Ferdinand Ier ou Maximilien II ont besoin des services de Daniel Brendel von Homburg. Ainsi, en juillet 1572, il est question des « Électeurs protestants pour entrer dans la Ligue de Landsberg98 ». Mais ce projet, esquissé par l’ambassadeur espagnol, est présenté aux électeurs de Trèves et de Mayence par l’empereur Maximilien II et non par le comte de Monteagudo. Par ailleurs, qu’un tel dessein suive ce cheminement tend à mettre en évidence le rôle d’interface que peuvent jouer certains princes (ici ceux de Trèves et de Mayence) entre l’empereur et les autres électeurs et donc la nécessité d’une articulation efficace entre ces différents éléments. En ce qui concerne l’archevêque de Mayence lui-même, on voit ici que l’empereur le considère comme légitime, à la fois par sa position institutionnelle et par ses propres compétences, à travailler à un projet d’intégration plus poussée du Saint-Empire. Il y a là un peu plus que le souvenir de la Reichsreform de 1495 et de 1500, menée par Berthold von Henneberg et l’empereur Maximilien Ier : c’est d’une certaine façon la reconnaissance qu’un tel projet est avant tout du ressort de l’archichancelier impérial99.

87On pourrait arguer de ce même exemple qu’un tel projet participe également à un rapprochement entre les électeurs catholiques, parmi lesquels Mayence, et la monarchie hispanique, puisque c’est l’ambassadeur de cette dernière qui sollicite les archevêques de Mayence et de Trèves pour approcher les autres électeurs protestants. Ce serait néanmoins méconnaître les limites de la convergence entre les raisons de la présence espagnole dans le Saint-Empire et le projet impérial appuyé par Daniel Brendel von Homburg. En effet, à mesure que croît, ou semble croître, l’intégration politique au sein de l’Empire, les Espagnols se retrouvent marginalisés ou craignent de l’être. Une telle situation est nettement visible au début du règne de Rodolphe II quand une affaire concernant le duché de Florence nécessite un accord entre l’empereur, le pape Grégoire XIII et Philippe II. Ce dernier s’adresse alors au comte de Monteagudo :

  • 100 « He holgado mucho de que esté tan conforme con el mío en lo que toca al Papa y no menos de que vay (...)

Je me suis beaucoup réjoui de ce qu’il [l’avis de Rodolphe II sur cette question] soit conforme au mien en ce qui concerne le Pape et non moins qu’il s’apprête à disposer cette affaire de manière à ce que (même s’il n’a pu s’empêcher de la communiquer aux Électeurs et de leur demander leur avis) il ait comme objectif qu’on la lui remette et la confie de sorte qu’il n’y ait que lui et moi seuls qui ayons à prendre la décision de ce qui doit se faire100.

  • 101 « Ad unitatem inter Electores vouendam, & electionem unanimem inducendam » (HHSA, MEA, Reichstagsak (...)

88Le Roi Catholique reproche ici à l’empereur d’associer trop étroitement les électeurs à l’exercice du pouvoir impérial et fait explicitement part à son ambassadeur de son souhait de voir Rodolphe II prendre seul une décision qui ne semble appartenir qu’à lui. Si Philippe II se méfie de cette association dans la prise de décision, il ne perçoit pas que c’est une volonté de retour à la tradition de gouvernement esquissée notamment dans la Bulle d’or de 1356, décrétée afin que « les Électeurs prêtent serment d’unité et de les inciter à une élection unanime101 ». La proximité entre l’empereur et l’archevêque de Mayence ainsi que, plus largement, les autres électeurs est donc une nécessité de l’exercice du pouvoir impérial traditionnel.

89À l’ensemble de ces éléments de nature institutionnelle et qui ont trait à l’exercice du pouvoir, d’autres s’ajoutent, plus ponctuels, pour expliquer le tropisme qui pousse l’archevêque de Mayence à se rapprocher du pouvoir impérial. Les affinités personnelles, par exemple, peuvent jouer même si elles sont plus difficilement perceptibles dans les sources espagnoles. On en recense toutefois au moins une occurrence pour la deuxième moitié du xvie siècle. Dans son récit de la diète de Spire en 1570, le comte de Monteagudo rapporte ainsi les différentes rencontres faites par l’empereur Maximilien II à cette occasion :

  • 102 « Sábado 15 salieron a caza Sus Magestades el Emperador y Emperatriz y Reina nuestra señora, Prince (...)

Le samedi 15 Leurs Majestés l’Empereur et l’Impératrice et Reine, notre maîtresse, la princesse Isabelle et l’Électeur de Mayence, qui allait dans la voiture de l’Empereur, sont allés à la chasse102.

90De toute évidence, on a là la mise en scène voulue d’une proximité entre la famille impériale et l’archevêque de Mayence dont les spectateurs sont les participants de la diète impériale et plus particulièrement le comte palatin du Rhin qui a organisé cette partie de chasse. Au-delà de la simple appréciation réciproque, la présence de Daniel Brendel von Homburg dans la voiture impériale symbolise la proximité entre la tête de l’Empire, l’empereur, et son corps, ici représenté par l’archichancelier et directeur du collège impérial. Ainsi, malgré la distance géographique entre Mayence et Vienne, les possibilités de liens étroits sont réelles et mises à profit quand l’occasion s’en présente. C’est encore une fois la preuve qu’il existe une réelle convergence entre l’empereur et les archevêques de Mayence.

91Qu’il s’agisse de Philippe II ou des archevêques de Mayence, tous deux ont donc à faire face à nombre de sollicitations ou de possibilités susceptibles d’infléchir la nature des relations qu’ils cherchent séparément à mettre en place. Ainsi les archevêques sont-ils placés dans la nécessité de maintenir des liens forts aussi bien avec l’institution impériale qu’avec la papauté pour consolider leur position institutionnelle à l’intérieur du Saint-Empire ; du contact régulier avec l’un et l’autre de ces pôles de légitimité dépend la position de supériorité de l’archichancelier et primat de Germanie vis-à-vis des autres princes de l’Empire. Envisagées du point de vue espagnol, ces raisons font des archevêques de Mayence des acteurs moins saisissables car moins tournés vers la Monarchie Catholique.

92Pour cette dernière, la seconde moitié du xvie siècle correspond à un intérêt plus affirmé pour les deux principautés électorales de Trèves et de Cologne que pour celle de Mayence. Cette situation s’explique tout d’abord par le besoin de maintenir de bonnes relations avec les territoires voisins des provinces dépendant de la Couronne hispanique ; à ce titre, l’importance des Pays-Bas et de la révolte qui y a cours à partir des années 1560 est primordiale pour comprendre le sens de la présence espagnole dans le Saint-Empire. Ensuite, la monarchie espagnole n’a ni les moyens ni vraisemblablement la volonté de saisir l’espace impérial dans sa totalité. Celui-ci n’est envisagé que dans ce qu’il peut effectivement apporter au Roi Catholique. Enfin, ce qui se passe dans le royaume de France, par exemple, tend également à modifier les motifs poussant les Espagnols à tenter de nouer des liens avec des princes de l’Empire.

93Pour toutes ces raisons, les Espagnols ne cherchent pas particulièrement à mettre en place des relations avec les archevêques de Mayence. Ceux-ci ne sont pas encore identifiés comme des acteurs institutionnels de premier ordre. Surtout, ils ont les uns et les autres des visions et des projets qui s’inscrivent de manière différente dans l’espace impérial. En l’absence de points de convergence approfondis, les accords et les contacts ponctuels ne permettent pas l’instauration d’une alliance durable. Après avoir esquissé à grands traits le cadre général dans lequel peuvent se déployer les liens entre la monarchie hispanique et les archevêques de Mayence, il est à présent possible d’envisager l’évolution de ces relations.

Notes

1 « Zu kriegerischen Auseinandersetzungen regional begrentzen Ausmaßes kam es mit den Türken sowie infolge des niederländischen Aufstandes und der innerfranzösischen Konfessions- und Faktionskämpfe » (Schilling, 2007, p. 424).

2 Christin, 1997.

3 Rodríguez salgado, 1988, pp. 137-168 ; Fantoni (dir.), 2000.

4 Haan, 2010 ; Id., 2011.

5 Edelmayer, 2002 ; Schnettger, 2004 ; Id., 2006.

6 À titre d’exemple, voir les analyses faites sur le basculement qu’opère Philippe II de la Méditerranée (affrontement avec les Ottomans) à l’Atlantique (soulèvement des Pays-Bas puis guerre avec l’Angleterre) et la connexion ainsi établie entre deux fronts dans lesquels la monarchie hispanique est directement impliquée. Braudel, 1990, t. II, pp. 330-354 ; Parker, 1977, pp. 84-90.

7 Lettre du comte de Mansfeld au duc d’Alburquerque, 15 août 1568, AGS, Estado, Alemania, leg. 659, fo 62.

8 « Era obligado de hazerlo, por [h]aver recevido su M[ajesda]d y sus antecessores como Protectores cada año Tributo » (ibid.).

9 Conzemius, 1956, pp. 111-133.

10 Mémoire du comte de Monteagudo à l’empereur Maximilien II, 12 août 1572, AGS, Estado, Alemania, leg. 668, doc. 19.

11 Kamen, 1997, pp. 253-255 ; Weis, 2003, pp. 341-363.

12 « No sólo lo muestra con palabras más con obras de muy verdadero amigo » (lettre de Ramiro Núñez de Guzmán à Gabriel de Zayas, 20 octobre 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 686, doc. 135).

13 « Vine a passar por Cobalencia donde a la sazón se hallava el Elector de Treveres, a cuya instancia hize noche en su casa y en lo poco que allí y aquí le he tratado, le tengo por de buena intención y zelo, aunque no por hombre de experientia ni activo, como el trato destos negocios lo requiriera » (lettre du duc de Terranova à Philippe II, 15 avril 1579, AGS, Estado, Alemania, leg. 2844, doc. 46).

14 Conzemius, 1974 ; Id., 1956, pp. 156-169.

15 Id., 1956, pp. 49-66.

16 « Que se tenía en aquella corte muy de tarde en tarde nuevas del señor Don Juan aunque los no afficionados al servicio de su Mag[esda]d las publicavan muy de ordinario en favor de los rebeldes y assí [h]avia concertado con dos personas de Colonia y Espira que le avisasen cada semana de lo que allí se entendiesse » (relation de lettres de Juan de Borja, décembre 1577/janvier-février 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 685, n. f.).

17 Christ, 1990.

18 Hansen, 1894 ; Arndt, 1998, pp. 63-66.

19 Instructions au duc de Terranova, 30 août 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 2844, doc. 1, et lettre du duc de Terranova à Philippe II, 15 avril 1579, ibid., doc. 46.

20 Instructions et avertissement au duc de Terranova, 30 août 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 2844, doc. 4.

21 Lojewski, 1962 ; Hsia, 1989, pp. 80-82 ; Chaix, inédite.

22 Sigüenza, Historia de la orden de San Jerónimo, t. II, pp. 532-533.

23 « Partieron de Colonia, ciudad asentada en las riberas del Rhin, patria de la infeliz madre de Nerón […], sacando las reliquias en un carro escondidamente, fingiendo que era cierta hacienda de un pariente del doctor Christian, porque los herejes y otras personas malintencionadas pretendían estorbar esta tan santa jornada » (ibid., p. 533).

24 Copie sans date d’une lettre chiffrée, datant probablement de 1563, AGS, Estado, Alemania, leg. 652, doc. 144.

25 Franzen, 1961 ; Lojewski, 1962, pp. 43-45.

26 « Si llegassen los protestantes por virtud de lo q[ue] agora aquí cre[e]n entablar a ser electores ecclesíasticos no havría mas esperança que alguno de la casa de Austria fuesse elegido emp[erad]or » (« Advertimiento para la dieta imperial », sans auteur ni date, AGS, Estado, Alemania, leg. 680, doc. 45).

27 « Pretende por todas vías ser Arçob[is]po de Colonia o de Munster para excluyr al hijo del duque de Baviera » (ibid.).

28 « Para tener un buen vezino por la buena amistad y vezindad q[ue] ha [h]avido siempre entre las provin[ci]as de Colonia Munster y los Estados de su M[ajesda]d las quales siendo muy dañadas dañaran muchos vassallos de su M[ajesda]d que cada día tratan en ellas » (ibid.).

29 Franzen, 1964, p. 113 ; Lojewski, 1962, pp. 256-263.

30 Lettre de Gilbert de Zomere à Gabriel de Zayas, 5 juin 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 686, doc. 117 ; lettre de Ramiro Núñez de Guzmán à Gabriel de Zayas, 20 octobre 1578, ibid., doc. 135.

31 Franzen, 1964, p. 113.

32 « Visto al de Colonia […] me ha offrescido grandes cosas, diziéndome que toda su casa ha sido siempre muy afficionada al servicio de V[uestra] M[ajesda]d, no me oso assegurar del por [h]aver entendido que está sentido de que V[uestra] M[ajesda]d después de su electión no ha mandado hazer ningún cumplimiento con el por favorescer a su contrario hijo del duque de Baviera » (lettre du duc de Terranova à Philippe II, 15 avril 1579, AGS, Estado, Alemania, leg. 2844, doc. 46).

33 Franzen, 1964, p. 114.

34 Alcalá-Zamora y Queipo de Llano, 2001, pp. 44-48.

35 Edelmayer, 1998, p. 179.

36 « Que vaya por su casa » (lettre du prince Philippe à Charles Quint, 20 janvier 1549, Corpus Documental de Carlos Quinto, t. III, p. 64).

37 « En lo de vuestra venida en Baviera ya os escriví que me parescía que devíades pasar por allí, y tanto más agora que el Duque havrá embiado a pedíroslo con su hijo, porque es justo darle este contentamiento » (lettre de Charles Quint au prince Philippe, 1er février 1549, ibid., p. 83).

38 « Amor y benevolencia, como a la calidad de su persona y grandeza de su estado y linage convenía, y siendo, como era, tan gran servidor del Emperador su padre » (Calvete de Estrella, El felicíssimo viaje, pp. 110-111).

39 « Al quarto del Duque » (ibid., p. 111).

40 Edelmayer, 1998, pp. 170-173 ; Pastoureau, 1996.

41 Jedin, 1957 ; Schilling, 1988, pp. 16-24 ; Soergel, 1993, pp. 8-9.

42 Edelmayer, 1998, pp. 170 et 174.

43 « Habéis de ir a Munich, o donde se hallare el Duque de Baviera, con el cual tengo mucha amistad y deudo por ser católico, y casado con la hermana del Emperador como lo lleváis entendido, y el es tan aficionado a mis cosas, y las mira y trata con tan buenos ojos y voluntad, que yo le debo en esta parte toda correspondencia, y entiendo conservársela » (instructions au comte de Monteagudo, 12 janvier 1570, CODOIN, t. CX, pp. 1-14).

44 « Dos cartas mías en Alemán para el Duque de Baviera y para la duquesa su muger mi prima » (instructions au comte de Fuensalida, 7 septembre 1564, AGS, Estado, Alemania, leg. 652, fo 198).

45 Edelmayer, 1998, p. 173.

46 « Gran servidor de su Mag[esda]d » (« Los Electores y Príncipes amigos y servidores de su Mag[esda]d son los siguientes », sans date, AGS, Estado, Alemania, leg. 659, n. f.) ; mémoire des lettres de créance à écrire en allemand pour Ramiro Núñez de Guzmán, sans date, ibid., leg. 686, fo 97.

47 « Una persona digna de fe y crédito y consejero del Duque de Baviera » et « Otro del consejo del d[ic]ho Duque de Baviera y q[ue] es su entera privança y secreto » (lettre de Gilbert de Zomere à Gabriel de Zayas, 5 juin 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 686, doc. 117).

48 « Se entendía muy de veras que el Duque de Saxonia no podía socorrer a Mathías como se publica en el Imperio » (ibid.).

49 Edelmayer, 1998, p. 171.

50 Ibid., p. 182, n. 18 ; Parker, 1979, pp. 25-27.

51 « In bedrohten Teilen der Germania sacra dem Vordringen des Protestantismus Einhalt zu gebieten » (Braubach, 1959, p. 614). Sur les efforts bavarois pour faire d’Ernest un évêque ou un archevêque, voir Lojewski, 1962, pp. 22-36.

52 Rodríguez Salgado, 2003a et 2003b ; Édouard, 2009 ; Haan, 2011. Plus classiques du fait d’une approche diplomatique traditionnelle : Vázquez de Prada, 2004 ; Ribera, 2007.

53 Dandelet, 2001, pp. 62-65 ; Haan, 2011, pp. 252-255.

54 « El Emp[erad]or mi tío que está en gloria estando ally el conde de Luna [h]avia tomado un buen medio q[ue] nunca los llamava juntos sino a vezes y quando yva el uno no yva el otro aunq[ue] con el conde hazía mas demostración de amor y buen tratamiento como a cosa mía y assí tengo por cierto que lo hará el Emp[erad]or mi hermano y vos lo procuraréis diestramente por medio de la Emperatriz mi her[ma]na si fuere menester usar del. Todavía [h]avéis de estar sobre aviso para no concurrir jamás con el dicho Embax[ad]or en lugar que se pueda venir a esta competencia » (instructions à Thomas Perrenot de Chantonnay, 6 septembre 1564, AGS, Estado, Alemania, leg. 652, doc. 205).

55 Haan, 2011.

56 « Porque podría ser que agora con ocasión de su casamiento le quisiere enviar, si así fuere, vos habéis de prevenir al Emperador acordándole lo que entonces pasó, que no dudamos terná con vos la cuenta y respeto que requiere nuestra hermandad y la razón para os honrar como a Ministro mío; y en esto habéis de estar firme, mas si el Emperador estuviere en otra cosa […], no iréis à palacio si no fuese a negocios, y avisaréisme luego dello para que yo os ordene lo que habréis de hacer, haciendo el Emperador novedad de lo que aquí dice » (instructions au comte de Monteagudo, 12 janvier 1570, CODOIN, t. CX, pp. 13-14).

57 « Y juntamente con esto habéis de estar advertido de saber si en la cancillería del Emperador se observa la orden que entonces tuvo por bien de dar a sus Oficiales, es a saber, que en todos los despachos que me hubiesen de nombrar a mi y al Rey de Francia, siempre me pusiesen a mi en primer lugar, que aunque no es derecho tan fuerte que pueda servir para salir por sólo él con esta pretensión, todavía paresce que es de momento para la corroboración de mi razón y justicia » (ibid., p. 14).

58 « Las pláticas de Francia no cessan, y estando sus fuerças tan grandes desta parte, yo tendré harto que hazer de defender contra ellos vuestras dichas tierras, no me siendo possible de poder resistir, como convendría contra la fuerça del dicho Marqués […]. Y lo que peor sería, si el Rey de Françia viniesse a ocupar alguna villa en la dicha tierra de Henao, que sería causa que facílmente pudiesse después dar consigo en Brabante, en tierra de Lieja. Y assí se dize que ésta es su yntención » (lettre de Marie de Hongrie à Charles Quint, 14 juillet 1552, Corpus Documental de Carlos Quinto, t. III, pp. 461-462).

59 « Tuvo Su Majestad aviso de una espía secreta y que tiene buenas inteligencias, que luego que se hizo la proposición, despachó el Rey de Francia un aleman, hombre plático de las cosas de acá, y que tiene conocimiento con todos estos Príncipes, con cartas y creencia para el Elector de Maguncia y el Palatino del Rin y Langrave y Duque de Victamberg y para los Duques de Hasa Augusto, el Elector y el otro que estaba en su servicio, las cuales contenían que aquella proposición se le había hecho, de la cual se había espantado y maravillado mucho, y no podía creer que fuese con su voluntad y parescer, pues debrían tener en la memoria que aquello debía ser la causa de recuperar su antigua libertad, y lo sería de conservalla, porque era un freno para detener la ambición deseo de señoreallos y sujetallos que los Emperadores tenían, especialmente los de la Casa de Austria » (lettre du comte de Luna à Philippe II, 28 février 1560, CODOIN, t. XCVIII, p. 133).

60 « Los eclesiásticos están acobardados y temerosos, porque les parece que por una parte están en boca de franceses, que tiene gran inteligencia con éste [le comte palatin du Rhin] y con Butin Bergue y Langrave, que también los tiene de la otra parte » (lettre du comte de Luna à Philippe II, 19 février 1562, ibid., p. 291).

61 Beiderbeck, 2005, pp. 334-357.

62 « El Príncipe de Condé ha enviado a los Electores y a otros Príncipes protestantes, a pedilles que abracen su causa » (lettre du comte de Luna à Philippe, 21 mai 1562, CODOIN, t. XCVIII, p. 330).

63 Le Roux, 2009, pp. 62-63.

64 Vogler, 1965.

65 Lettre du comte de Monteagudo à Philippe II, 19 janvier 1572, CODOIN, t. CX, p. 351.

66 May, 1997 ; Schubert, 1997.

67 Repgen, 1996 ; Caccamo, 1982.

68 « Pro cuius Electionis confirmatione seu prouisione, supradicti Decanus et Capitulum apud Sanctitatem Suam precibus debita cum obedientia fusis suppliciter orant. Atq[ue] a nobis impetrarunt, ut ad Sanctitatem Suam in favorem noviter Electi Prepositi, nostras quo[ue] literas commendatitias eis impartiti simus » (lettre de Daniel Brendel von Homburg au cardinal Commendone, 29 juin 1571, ASV, Segretaria di Stato, Principi e titolati, vol. 27, fo 399vo).

69 « Huius Electi persona, vitae praestantia, morum gravitas et doctrina ita cognita et perspecta est » ; « Juxta antiquam consuetudinem a Pio Quarto summo Pontefice literis apostolicis roboratam unanimi consensu aeque » (ibid.).

70 Lettre de Wolfgang Kämmerer von Dalberg à Grégoire XIII, 18 décembre 1582, ASV, Segretaria di Stato, Vescovi e prelati, vol. 10, fo 405vo.

71 « Deo illos ad vitam aliam evocante privatus sum » et « Necessarÿ ÿ provincÿs nostris semper fuerint, presertim hoc tempore, ubi tanto maiori quam antehac vigilantia, industria, atq[ue] labore opus est, quanto tempora ipsa magis turbulenta » (lettre de Daniel Brendel von Homburg au cardinal Commendone, 20 août 1569, ASV, Segretaria di Stato, Principi e titolati, vol. 27, fo 358vo).

72 May, 1997, notamment pp. 63-68.

73 « Cum superioribus elapsis mensibus R[everen]dus in Chr[ist]o pater D[omi]n[u]s Vitus Ep[iscop]us Bambergensis amicus meus charissimus vita functus, eiusq[ue] in locum ibidem R[everen]dus in Chr[ist]o D[omi]n[u]s Joannes Georgius ex nobili Francorum orientalium prosapia zobellorum oriunctus esset electus » (lettre de Daniel Brendel von Homburg à Grégoire XIII, 30 août 1577, ASV, Segretaria di Stato, Vescovi e prelati, vol. 10, fo 322vo).

74 Lettre de Daniel Brendel von Homburg à Grégoire XIII, 23 décembre 1581, ASV, Segretaria di Stato, Vescovi e prelati, vol. 10, fo 416.

75 « Praedictum confratrem in D[OMI]NO meum JOHANNEM, Electum Treviren[sis] pro debita avitaq[ue] antiquissima illius Treviren[sis] Ecclesia in S[anctam] Sedem Apostolicam obedientia ac reverentia a V[estra] S[anctitate] humiliter petiturum facere non potui quin et S[anctitate] V[estra] ego […] libellum humilem supplicemq[ue] mitterem » (lettre de Daniel Brendel von Homburg à Grégoire XIII, 31 octobre 1581, ASV, Segretaria di Stato, Vescovi e prelati, vol. 10, fos 409-410).

76 Lettre de Daniel Brendel von Homburg au cardinal Commendone, 14 mars 1573, ASV, Segretaria di Stato, Principi e titolati, vol. 27, fo 410.

77 « Ysdem nostris legatis negotium non nulla cum D[ominatione] V[ostra] ex parte n[ost]ra communicare » (ibid.).

78 Lettre de Daniel Brendel von Homburg à Grégoire XIII, 1er décembre 1573, ASV, Segretaria di Stato, Vescovi e prelati, vol. 10, fo 451vo.

79 « Ut dicta Regina Scotae personam, causamq[ue] non gravetur habere commendatam eamq[ue] rebus suis afflictissimis paternam adhibere curam, et diligentiam […]. Qua in re S[ancti]tas V[estra] insigne paterna pietatis officium et ad tranquillitatis publicae conservationem magnopere necessarium prastiterit » (ibid.).

80 Kamen, 1997, pp. 132-134 et 159-160.

81 « Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 67vo.

82 « De visitandis porro Ecclesÿs et Monasterÿs, nullus apud hunc Principem diligentiae finis » (ibid.).

83 « Adhaec in Imperio omnibus notum esse, quod nisi a Moguntino Electore, uti Directore in rebus Imperÿ ac praecipuo Electore, aduersariorum periculosis machinationibus, uiriliter, imperterrite et constanter obuiam itum fuisset » (« Moguntin[a] relatio quadriennÿ exhibita », 5 juillet 1615, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 55vo).

84 « Praenobili & antiqua Cronbergiorum familia procreatus, dudum Presbyter atq[ue] olim quidem Metrop[o]lae Eccl[esi]ae Mogu[ntin]ae scholasticus, mox decanus » (« Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fos 66vo-67).

85 « Ex scholastico in Archiepiscopum electus sexto Augusti huius anni a Canonicis Capitularibus, quos omnes necesse est ex libera Imperiali equestri nobilitate genus ducere, et stemmata sua nulli alteri ordini permixta, octonis a parte patris et totidem a parte matris generationibus demonstrare » (« Status Ecclesiae Moguntinae Anno Christi mdcxxix », 7 novembre 1629, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 165).

86 « Archiepiscopatui huic quia porro primarius Imperÿ Electoratus et Archicancellariatus per Germaniam adnexo » (« Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 69).

87 « Electus capituli suffragÿs Electorali authoritate gaudet, eiq[ue] officium Archicancellarÿ Imperÿ per Germaniam incumbet » (« Status Ecclesiae Moguntinae Anno Christi mdcxxix », 7 novembre 1629, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 165).

88 « Moguntina sedes cui Ioannes Suicardus a Cronberg nunc presidet dignitatis electoralis, et Archicancellariatus Imperÿ prerogatiua Metropolitanas Germanie est » (« Status Archiepiscopatus Moguntini », sans date, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 56).

89 Bizzochi, 2010.

90 « S[ancti] Crescentis opera, qui D[omini] Pauli Apostoli discipulus, ex XXII continuis annis primus Moguntinorum episcopus fuit » (« Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 66).

91 « S[anctum] Marinum et S[anctum] Crescentium duos proximos successores, complures alÿ, ex sanctitate eo Martyrÿ etiam gloria » (ibid.).

92 Ibid.

93 « Carolimanni et Pipini tempore Archiepiscoporum ordinem auspicatus est » (ibid.).

94 Lettre du comte de Luna à Philippe II, 19 février 1562, CODOIN, t. XCVIII, p. 291.

95 « Se resolvió que S[u] M[ajestad] tornase a enviar sus Embaxadores a los Electores para concertar el tiempo del coloquio, y que el Rey enviase con los de su padre criados míos para que les diesen las gracias de la buena voluntad que había mostrado, y les ofreciese de su parte toda gratificación y les asegurase de cualesquiera sospechas que del hubiesen tenido » (lettre du comte de Luna à Philippe II, 25 février 1562, ibid., p. 297).

96 « Servir a S[u] M[ajestad] y a las cosas de su casa » (ibid., p. 296).

97 « He visto lo que decís que pasó el Emperador con el Duque de Baviera y los tres Electores eclesiásticos, sobre hacer una liga entre sí para su defensión, y después avisar a los Obispos y a los otros católicos » (lettre de Philippe II au comte de Luna, 12 mai 1563, ibid., p. 438).

98 « Electores protestas para entrar en la Liga de Lansperg » (lettre du comte de Monteagudo à Philippe II, 5 juillet 1571, CODOIN, t. CX, p. 471).

99 Schubert, 1997, pp. 95-97.

100 « He holgado mucho de que esté tan conforme con el mío en lo que toca al Papa y no menos de que vaya endereçando el negocio de manera que (ya que no se pudo excusar de communicarlo a los Electores y pedirles sus pareceres) [h]aya sido con fin de que se le remita y cometa de manera que entre el y mi solos [h]ayamos de tomar la resolución de lo que se huviese de hazer » (lettre de Philippe au comte de Monteagudo, sans date, AGS, Estado, Alemania, leg. 680, fo 51).

101 « Ad unitatem inter Electores vouendam, & electionem unanimem inducendam » (HHSA, MEA, Reichstagsakten, vol. 23, fo 158).

102 « Sábado 15 salieron a caza Sus Magestades el Emperador y Emperatriz y Reina nuestra señora, Princesa Isabel y el Elector de Maguncia, que iba en el coche del Emperador » (lettre du comte de Monteagudo à Philippe II, 22 juillet 1570, CODOIN, t. CX, p. 38).

Table des illustrations

Titre Carte 3 — Les possessions bavaroises dans le Saint-Empire (seconde moitié du xvie siècle)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/495/img-1.png
Fichier image/png, 232k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540