Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

II.3. —  La lettre, lieu d’une individualité

Identité royale et individualité culturelle dans les Variae de Cassiodore

La rhétorique de la diplomatie

Ida Gilda Mastrorosa

Texte intégral

  • 1 Cet aspect a été bien souligné notamment par Garzya, 1983, pp. 144-146 ; dernièrement par Desmulli (...)
  • 2 Cassiodore, Variae, Praefatio, § 1. Tous les passages cités dans le texte et dans les notes de cet (...)
  • 3 Cassiodore, Variae, Praefatio 10.

1Les Variae sont composées entre 507 et 537 par Cassiodore, qui fut successivement durant ces trente années questeur du Palais, maître des Offices et enfin préfet du Prétoire dans la chancellerie ostrogothe au service de Théodoric et ensuite d’Amalasonthe, de son petit-fils Athalaric, de Théodat et Vitigès. Cette œuvre nous permet de mieux comprendre l’efficacité pratique et la valeur publique que le genre épistolaire avait acquises dans l’Antiquité tardive1. À ce propos, le rédacteur fit référence, dans un passage de la Préface de la collection, aux sollicitations de ceux qui l’avaient incité à laisser à la postérité un témoignage des travaux qu’il avait accomplis pour le bien commun et, en même temps, pour rendre compte de la conduite incorruptible des souverains amaliens2. D’autre part, il y avait à la base de l’activité de Cassiodore à la cour ostrogothe, le devoir, entre autres, d’éliminer les mauvaises mœurs, l’audace des transgresseurs et la crainte des lois3.

  • 4 Sur les buts du recueil, voir aussi les discussions par Jouanaud, 1993 ; Gillett, 1998, pp. 38 et (...)
  • 5 Cassiodore, Variae, Praefatio 15-16.
  • 6 Sur les diverses finalités implicites dans le projet des Variae, voir Giardina, 2006, pp. 29-31.

2Au-delà des déclarations formulées au début du recueil et bonnes pour en montrer l’origine pragmatique et la finalité éthique poursuivies par l’auteur4, la préface contient d’autres affirmations à propos de l’exigence de recourir à des modules stylistiques divers en considération des différentes catégories de destinataires des épîtres, d’où serait d’ailleurs dérivé le titre choisi pour la collection5 ; or, ces dernières sont révélatrices des finalités des Variae6 et prouvent leur utilité afin de reconstruire l’histoire des premières décennies du vie siècle apr. J.-C. Malgré une certaine homogénéisation de ce recueil officiel, les documents qui y figurent, parfois formulés au nom de l’auteur, d’autres fois directement attribués aux souverains ostrogoths, permettent d’étudier chez Cassiodore les modalités et les techniques de représentation de la conduite royale à l’égard des peuples étrangers et de comprendre les mécanismes opératoires de la diplomatie au sein du royaume ostrogoth.

  • 7 Pour des approfondissements à ce propos, voir Wolfram, 1988, pp. 306-324 ; Moorhead, 1992, pp. 173 (...)
  • 8 Pour la mise en valeur de Variae, I, 45 ; I, 46 à propos des liens de Théodoric avec Gondebaud, vo (...)
  • 9 Voir Cassiodore, Variae, III, 1 ; sur le contenu et la signifiance de cette lettre, outre les obse (...)
  • 10 Desideri, 2011, pp. 103-104 , a attiré dernièrement l’attention sur la capacité de Théodoric de sou (...)
  • 11 Burgundionum itaque dominus a nobis magnopere postulavit, ut horologium, quod aquis sub modulo flu (...)
  • 12 Frequenter enim quod arma explere nequeunt, oblectamenta suavitatis imponunt. Sit ergo pro re publi (...)

3À cet égard, deux lettres du premier livre nous intéressent tout particulièrement, à savoir Variae I, 45 et I, 46, car elles permettent de bien évaluer la politique de Théodoric7. Bien que dépourvues de détails précis à propos de la date et du déroulement effectif de l’ambassade8, elles sont utiles avant tout comme preuve de la conviction du roi que les chemins de la conciliation étaient préférables aux accrochages destinés à ruiner tout espoir de relations équilibrées entre les États. Il s’agit, en fait, d’un aspect qu’on note aussi dans une lettre du livre III des Variae adressée à Alaric II avant son accrochage avec Clovis (qui se termina par une défaite pour les Visigoths dans la plaine de Vouillé) et visant à lui rappeler de ne pas compter sur ses succès de guerre passés9. D’autre part, les deux lettres I, 45 et I, 46 dénotent l’application de Cassiodore à souligner sur plusieurs plans l’adhésion du souverain goth à une ligne pacifiste dans les relations internationales10. Ainsi, derrière l’invitation de Théodoric au patricien Boèce afin qu’il mette à sa disposition toutes ses connaissances pour lui procurer à ses frais une clepsydre et un cadran solaire à donner au roi des Burgondes Gondebaud, il y avait — outre l’exigence de répondre aux requêtes de ce dernier11 — l’idée que la douceur et le plaisir pouvaient se substituer aux armes, en consentant la réalisation de ce que la guerre n’aurait pas pu garantir — ce que le rédacteur souligne dès les premières lignes de la lettre — : « Souvent en effet, de doux amusements réussissent à obtenir ce que les armes ne peuvent pas assurer. Soyons donc utiles à l’état même à travers des plaisirs. De fait nous cherchons les choses qui peuvent délecter afin d’obtenir grâce à elles des résultats sérieux12. »

  • 13 Sur ce sujet, voir aussi Lamma, 1968, pp. 161-171, notamment pp. 162-168 ; Cracco Ruggini, 2000-20 (...)
  • 14 Spernenda non sunt quae a vicinis regibus praesumptionis gratia postulantur, dum plerumque res parv (...)
  • 15 La conception du don supposée dans ce passage peut être rattachée à celle liée à la notion de créd (...)
  • 16 Sur l’importance des dons dans les relations diplomatiques de l’Antiquité tardive, voir dernièreme (...)
  • 17 … quatenus impetratis delectationibus perfruendo, quod nobis cottidianum, illis videatur esse mira (...)

4Élaborée avec une richesse de détails techniques correspondant certainement aux intérêts de Cassiodore13, cette épître révèle à la fois son goût pour le savoir et son exigence de révéler, sous un jour favorable, la motivation fondamentale politico-diplomatique implicite de la générosité de Théodoric. Pour cela, elle fait émerger, d’une part, la froide générosité du roi goth capable de qualifier de présomptueuse la requête du souverain burgonde et, de l’autre, son pragmatisme, lorsqu’il l’accueille après avoir rapidement évalué l’avantage qu’il en retirerait — un avantage probablement bien supérieur à la modeste valeur de l’objet requis — : « Il ne faut pas repousser les requêtes que des souverains voisins expriment par hardiesse, puisque la plupart du temps, avec de petits dons, on peut obtenir ce que de grosses sommes d’argent ne réussissent pas à procurer 14. » Cassiodore dévoile aussi l’intention du roi d’accorder un don pour obtenir un crédit15, à savoir de bonnes relations avec le bénéficiaire (selon les usages propres à la diplomatie internationale dans l’Antiquité tardive16), et pour en tirer l’appréciation des Burgondes pour les Goths qui peuvent revendiquer l’utilisation quotidienne d’objets merveilleux et stupéfiants : « Ainsi, jouissant des objets agréables qu’ils avaient demandés, apparaîtra extraordinaire ce qui pour nous est d’un usage quotidien. Par conséquent, ils désirent regarder ce qui selon des récits de leurs ambassadeurs les laisse stupéfaits17. » En ce sens, l’argumentation choisie par le rédacteur présente en fait un Théodoric occupé à gérer les relations diplomatiques en affichant une primauté entendue comme la possession, avant tout, de biens utiles pour exprimer des conditions de vie quotidienne plus évoluée.

  • 18 Hoc te multa eruditione saginatum ita nosse didicimus, ut artes, quas exercent vulgariter nescient (...)
  • 19 Haec quia te studiosius legisse cognovimus, praedicta nobis horologia quantocius transmittere matu (...)
  • 20 Agnoscant per te exterae gentes tales nos habere nobiles, quales leguntur auctores. Quotiens non s (...)
  • 21 Dans ce sens, le passage de Cassiodore peut être interprété en tenant compte de Petitat, 1995, pp. (...)

5Évoqué au début de la lettre, avant la longue digression sur les mécanismes de fonctionnement des deux horloges, cet aspect revient au premier plan à la fin, où l’éloge de Boèce, déjà commencé dans les premières lignes18, se traduit par l’invitation qui lui est adressée de donner suite à la requête du roi goth, de sorte qu’il acquiert une grande notoriété dans des lieux lointains19. Nous trouvons aussi à la fin de la lettre une déclaration permettant de comprendre que, derrière le désir de Théodoric de se vanter des services d’un scientifique aussi compétent, il y avait une fois encore la volonté d’en tirer un élément de distinction à exhiber à l’égard des autres peuples comme expression de supériorité capable d’en provoquer l’émerveillement. En témoigne ainsi la série d’affirmations et interrogations utilisées dans la conclusion : « Que, grâce à toi, les peuples étrangers sachent que nous avons de nobles esprits égaux en mérite aux auteurs les plus célèbres. Combien de fois ne croiront-ils pas à ce qu’ils verront ? Combien de fois ne penseront-ils pas que ces vérités sont l’illusion d’un songe ? Mais quand ils seront revenus de leur stupeur, ils n’oseront pas se croire égaux à nous chez qui ils savent que les savants ont inventé des objets aussi extraordinaires20. » Dans l’ensemble, on doit remarquer la double intention de Cassiodore, d’un côté intéressé à donner preuve de son talent descriptif et de son appréciation des mérites techniques de Boèce et, de l’autre, occupé à exprimer les ambitions de Théodoric. Le rédacteur souligne l’habileté de ce dernier à convertir la concession (non spontanée) d’un don en une occasion utile pour promouvoir une ligne pacifiste, ainsi que la suprématie des Goths en possession d’instruments qui prouvent leur niveau technologique avancé21.

  • 22 Amplectenda sunt munera quae probantur omnimodis expetita : quando non est abiectum, quod potest e (...)
  • 23 Ibid., I, 46, 2.
  • 24 Distinguat spatia diei actibus suis, horarum aptissime momenta constituat. Ordo vitae confusus agi (...)
  • 25 Significative à ce propos la référence à l’adfinitas dans : Dignum est, ut bonis nostris vestra gr (...)
  • 26 Ibid., I, 45, 1.

6Cette perspective, subtilement autolaudative, trouve une autre confirmation dans la seconde des deux lettres mentionnées, Variae I, 46. Adressé par le même souverain à Gondebaud avec les deux horloges demandées, ce document, qui souligne les diverses caractéristiques des deux objets, met en valeur le don comme moyen utile pour permettre au donateur de satisfaire le désir du bénéficiaire22. D’une manière plus générale, il exprime aussi l’idée qu’il pourra pousser les Burgondes à apprécier les produits fabriqués grâce à la sagesse des anciens et à alimenter en eux à la fois l’admiration pour la prudentia de leur souverain et le désir d’obtenir des biens qui expriment en fait la maîtrise des artisans qui les ont construits23. Dans sa partie finale, cette lettre est enrichie par des considérations sur l’utilité d’instruments qui permettent à l’homme de mesurer le temps avec précision et de régler avec ordre son existence24. En définitive, elle semble vouloir présenter Théodoric, une fois encore, comme un amateur adepte d’une romanitas, à savoir d’une romanité qu’il souhaite partager avec un peuple auquel il est uni par des liens de parenté25 et, de plus, pratiquant une « éthique du don » différente de celle exprimée dans Variae I, 45. En effet, dans cette dernière lettre, Cassiodore tente d’y préciser l’intention qui figure implicitement dans la demande adressée par le souverain à Boèce26. À l’inverse, nous pouvons identifier dans Variae I, 46 le noyau de l’épître réellement adressée par Théodoric à Gondebaud et conçue comme un éloge grandiloquent du savoir romain.

  • 27 Ibid., II, 40, 1, l. 2-5 ; 17, l. 31-32.
  • 28 Sur ce sujet, outre Luiselli Fadda, 1988-1989, pp. 229-231, voir Pizzani, 1993.
  • 29 Cassiodore, Variae, II, 40, 17, l. 32-33.
  • 30 Ibid., II, 41, 1-2.
  • 31 … Accipe in talibus causis frequenter expertum: illa mihi feliciter bella provenerunt, quae modera (...)
  • 32 Gloriosa quidem vestrae virtutis affinitate gratulamur, quod gentem Francorum prisca aetate reside (...)

7Deux lettres du livre II, datables en 507, sont assez similaires. La première contient un nouvel appel de Théodoric au même Boèce pour qu’il lui procure un habile citharède à envoyer à Clovis. La seconde est une missive adressée par le souverain goth au roi des Francs et qui accompagne l’envoi du don. Il s’agit — bien sûr — encore une fois d’un diptyque articulé sur un double plan. Le premier document, Variae II, 40, permet à Cassiodore de renouveler ses compliments au docte Boèce27 et, en outre, de montrer ses propres talents d’écriture et ses compétences musicales28. Il exprime à travers une agréable digression (voluptuosa digressio) son individualité d’auteur, selon des modalités probablement éloignées des connaissances effectives du souverain goth : il assimile ainsi le citharède à un Orphée, qui, avec ses doux sons, devait calmer les peuples aux cœurs féroces29. La seconde de ces lettres, Variae II, 41, se signale plus spécifiquement comme une chaude exhortation de Théodoric à abandonner la politique d’opposition à outrance contre les Germaniques et à opter pour une conduite modérée, préférable à un bellicisme trop risqué30. Suggérée par le roi au nom d’une prudence présentée comme le fruit d’une expérience directe31, cette position est de plus inspirée par son lien de parenté avec Clovis (frère de la femme de Théodoric), à savoir par l’adfinitas (parenté d’alliance) rappelée significativement au début de la lettre parmi les mots d’éloge adressés au roi franc pour ses succès32.

  • 33 Ibid., III, 2 ; 3 ; 4 et sur l’importance de ce dossier des lettres Claude, 1993, p. 43.
  • 34 Pour d’utiles précisions sur l’adfinitas par rapport aux liens diplomatiques, voir Kohlhas-Müller, (...)
  • 35 Grave malum est inter caras regiasque personas voluntates sibimet videre contrarias et dissimuland (...)
  • 36 Recolite namque Eurici senioris affectum, quantis vos iuvit saepe muneribus, quotiens a vobis prox (...)

8Évoqués ici en termes concis, les liens familiaux assument, de fait, une valeur argumentative bien plus nette dans le cours des trois lettres à contenu diplomatique du livre III, adressées respectivement à Gondebaud, aux rois des Hérules, des Warnes et des Thuringiens, et à Clovis33. Conçues pour envoyer le même avertissement sur divers fronts, c’est-à-dire pour inviter à abandonner des campagnes militaires porteuses de divisions et d’iniquité, ces épîtres présentent Théodoric comme un médiateur tenace et occupé à intervenir auprès des différentes parties selon des techniques de communication différentes, mais toutes centrées sur l’adfinitas34 — selon l’argumentation de leur rédacteur, à savoir Cassiodore. Dans la première, c’est au nom de la parenté que le roi goth pousse Gondebaud à renoncer à la guerre et à préférer la concordia35, tandis que, dans la seconde, les trois rois sont invités à réagir avec ténacité contre l’impérialisme franc en se montrant solidaires d’Alaric II au nom de cette adfinitas, mais aussi en retour du soutien qu’ils avaient reçu de son père36.

9Quant à la troisième épître, l’adfinitas y acquiert une valeur encore plus forte, puisqu’elle se transforme en une loi divine, rappelée pour inciter les souverains à la concorde afin d’assurer la paix à leurs peuples ; il s’agit presque d’un principe sacré au nom duquel Théodoric exhorte avec fermeté Clovis à abandonner toute détermination d’engagement contre Alaric II et à agir avec prudence en recourant à la voie diplomatique :

  • 37 Ideo inter reges affinitatis iura divina coalescere voluerunt, ut per eorum placabilem animum prove (...)

Par conséquent les lois divines de la parenté voulurent qu’ils valent parmi les rois afin que, grâce à leur âme qui peut être apaisée, survienne la paix désirée par les peuples. Cela est en fait un principe sacré qu’il n’est pas permis de violer en générant le trouble. Par quelles garanties serait en vérité assurée la confiance si l’on ne croyait aux sentiments ? Les souverains sont unis par des liens de parenté afin que des nations séparées se vantent d’une volonté commune et que rassemblés à travers des rivières de concorde puissent se joindre les désirs des gens37.

  • 38 Dicam libere, dicam affectuose quod sentio: impatiens sensus est ad primam legationem arma protinu (...)
  • 39 Abicite ferrum, qui in meum pugnare vultis opprobrium. Iure patris vobis interminor et amantis [.. (...)
  • 40 Parmi la riche bibliographie dédiée à cet épisode, voir Saitta, 1988 ; Pricoco, 1997 ; et dernière (...)

10Par ailleurs, cette lettre exprime une vision mûre du rôle et de la signification centrale de la médiation diplomatique38 et offre l’image d’un souverain prêt à suggérer à son interlocuteur l’abandon de la ligne offensive comme une récompense due, encore une fois, au nom des relations étroites qui se nourrissent de loyauté et de bons conseils : « Jetez vos épées, vous qui voulez combattre pour l’opprobre de mon nom. Je vous l’ordonne en qualité de père et de personne qui vous veut du bien […] Vous devez en fait avoir confiance en qui, vous savez, se réjouit de vos intérêts puisque qui veut mettre en danger la vie d’autrui, c’est certain qu’il le ne conseille pas loyalement39. » Bien que les interventions diplomatiques de Théodoric ne parviennent pas à éviter l’attaque de Clovis à la bataille de Vouillé en 507 et la mort d’Alaric II40 (alors que le roi ostrogoth, engagé contre les Byzantins sur le front oriental, ne pouvait pas secourir son gendre), les épîtres écrites en son nom par Cassiodore témoignent de l’importance primordiale accordée à l’adfinitas dans la rhétorique argumentative du rédacteur.

  • 41 Pour des approfondissements à ce propos, voir La Rocca, 2012, pp. 130-135.
  • 42 Il convient de rappeler tout de suite que cette tendance n’était pas exclusivement typique du roya (...)
  • 43 Anonymi Valesiani pars posterior, XII, 63, 68 et 70 (éd. de Mommsen, dans MGH, AA, t. IX-1, pp. 32 (...)
  • 44 Desiderantes vos nostris aggregare parentibus neptis caro pignori propitia divinitate sociamus, ut (...)
  • 45 Pour d’autres approfondissements sur ces aspects, voir Mastrorosa, 2015.
  • 46 Quapropter salutantes gratia competenti indicamus nos venientibus legatis vestris inpretiabilis qu (...)
  • 47 Cassiodore, Variae, I, 4, 17 ; sur la représentation des chevaux dans les Variae, voir aussi Proves (...)

11En outre, certains passages des Variae suggèrent son intérêt à confirmer l’importance de valeurs comme la loyauté et le respect dû aux plus vieux par les plus jeunes, c’est-à-dire des fondements de l’éthique romaine classique. De tels aspects se trouvent dans deux lettres du livre IV du recueil, que nous pouvons dater de 507-511 et qui sont adressées respectivement au roi des Thuringiens Herminafrid (Variae IV, 1), pour sceller ses noces avec Amalaberge (fille de sa sœur Amalafride, donc nièce de Théodoric), et au roi des Hérules (Variae IV, 2), afin de ratifier son adoption par le souverain ostrogoth. Dans le premier document, Théodoric conçoit toujours les liens familiaux et le mariage41 comme des instruments permettant de construire des alliances, afin d’assurer des relations pacifiques entre des groupes ethniques différents42 — ce qui est bien perçu par l’historiographie43. D’autre part, l’argumentation de Cassiodore dans Variae IV, 1 insiste sur les qualités et les mérites de l’épouse, qui devient le paradigme de la gens (famille) des Amaliens44 et est louée selon des canons de la romanité classique, à savoir une féminité conçue en vue de la procréation, respectueuse de la fidélité et des bonnes mores (coutumes)45. L’auteur s’attarde sur certains détails physiques des chevaux reçus en cadeau par Théodoric en échange de la concession de la main de sa nièce. Appréciés pour leur force, mansuétude et vitesse, ces splendides quadrupèdes de couleur argent46 sont quasiment les héros d’un monde aristocratique ; mais Cassiodore les apprécie aussi, car ils constituaient un élément de la gloire familiale — ils étaient présents dans le domaine calabrais des Cassiodore déjà du temps de son arrière-grand-père47.

12Ces animaux, ainsi que les armes, assument aussi un rôle symboliquement important dans la lettre Variae IV, 2, puisqu’ils sont donnés pour sanctionner solennellement l’adoption du destinataire, un acte dont les obligations et les implications sont comparables à celles de la condition filiale de type naturel :

  • 48 Per arma fieri posse filium grande inter gentes constat esse praeconium, quia non est dignus adopta (...)

Pouvoir devenir fils en vertu des armes est un grand honneur parmi les peuples, car est digne d’être adopté seulement celui qui mérite d’être reconnu comme très valeureux. Nos enfants nous déçoivent souvent, par contre ceux que notre discernement conscient a engendrés ne savent pas être lâches. De fait, ces derniers n’ont pas notre faveur par descendance naturelle, mais pour leurs seuls mérites du moment où, quoique étrangers, ils sont liés par un lien spirituel, et il y a une force si grande dans ce rapport qu’ils voudraient mourir avant que soit infligé le moindre mal à leurs pères […] Nous te donnons donc des chevaux, des épées, des boucliers et les autres instruments de guerre, mais surtout nous te fournissons nos conseils qui sont plus forts que toute autre aide48.

  • 49 Ibid., IV, 2, 3 ; sur l’importance de cet aspect dans l’Antiquité tardive et notamment dans les Var (...)
  • 50 Et ideo more gentium et condicione virili filium te praesenti munere procreamus, ut competenter pe (...)

13Au-delà de sa fonction formelle, à savoir la demande de Théodoric au roi des Hérules de ne pas se soustraire à la devotio49, le texte des Variae IV, 2 prouve de nouveau la tendance de Cassiodore à prendre comme modèle les liens propres au noyau familial ; d’ailleurs, de manière significative, le roi goth, qui adopte le roi des Hérules parce qu’il apprécie ses vertus guerrières, présente cette adoption comme un acte de procréation volontaire : « Par conséquent, selon la coutume de nos peuples et ta condition d’homme adulte, avec le présent bénéfice nous t’engendrons comme notre fils parce que toi qui es connu pour ton caractère belliqueux, naisse comme il convient, en vertu des armes50. »

  • 51 Illo et illo legatis vestris venientibus grande vos studium notitiae nostrae habuisse cognovimus, (...)
  • 52 Pour des approfondissements à ce propos, voir Spekke, 1957, pp. 94-97 ; Saks, 1960, pp. 94-97 ; Ko (...)
  • 53 Tacite, Germania, 45, 2 et à ce propos, outre l’édition de Lund (P. Cornelius Tacitus. Germania, p (...)

14Enfin, la lettre Variae V, 2 confirme la capacité du rédacteur de ne pas renoncer à son usus scribendi ni à sa propre doctrine dans l’élaboration des épîtres à contenu diplomatique écrites au nom de Théodoric, au travers de la réponse envoyée à l’ambassade des Estoniens par le roi, favorable à l’instauration de relations avec ce peuple situé sur les rives extrêmes de l’océan et qui avait éprouvé le désir de le connaître et de lui offrir de l’ambre51. Ce document prouve l’arrivée en Italie de cette matière venue du nord dans les premières décennies du vie siècle — que confirment plusieurs objets réalisés à la même époque avec ce matériau dans la région de Ravenne52. En revanche, il ne permet pas d’identifier avec certitude la population de la région baltique à laquelle il était destiné, bien qu’il s’agisse probablement des Aestii situés par Tacite sur la rive droite de la mare Suebicum, c’est-à-dire de la mer Baltique53.

  • 54 Proinde requirite nos saepius per vias, quas amor vester aperuit, quia semper prodest divitum regum (...)
  • 55 À ce propos, voir surtout Hellegouarc’h, 1972, pp. 125 sqq.
  • 56 Par exemple Cassiodore, Variae, III, 4, 1 ; V, 43, 1 ; VIII, 8, 3 ; sur l’importance de cet aspect (...)
  • 57 Haec quodam Cornelio describente legitur in interioribus insulis Oceani ex arboris suco defluens, (...)

15Cette lettre Variae V, 2 permet alors une fois encore de bien distinguer l’identité du souverain et l’individualité culturelle du rédacteur de ses lettres. Les premières lignes du document nous dressent le portrait d’un Théodoric satisfait de susciter l’intérêt d’un peuple inconnu et lointain, et prêt à l’exhorter d’intensifier les relations diplomatiques en lui donnant l’assurance d’avantages qui en dériveront54. La concordia, reprise au lexique romain des relations politiques (dès l’époque républicaine)55, est par ailleurs souvent mise en valeur dans le recueil de Cassiodore à propos des relations entre les différentes communautés56. Mais la lettre aux Aestii nous offre aussi un excellent exemple de la doctrine de Cassiodore, capable d’utiliser des données de provenance hétérogène57 pour ciseler un excursus techniconaturaliste évidemment conçu à l’usage des lecteurs : il cherche à les informer sur l’état liquide de l’ambre reçu en cadeau par le roi, sur sa localisation le long des littoraux, sur son transport par les courants marins et sur l’hypothèse de sa probable dérivation de l’humeur d’un arbre.

  • 58 Par exemple Cassiodore, Variae, II, 6, 2, de laquelle émerge une indication valable sur la valeur (...)
  • 59 Sur ce sujet, d’utiles précisions se trouvent dans Claude, 1978, pp. 25-34 ; quant à la valorisati (...)
  • 60 Nam si oratoris est proprium graviter et ornate dicere, ut possit animos iudicum commovere, quanto (...)

16En conclusion, les épîtres que nous venons d’examiner, auxquelles pourraient s’en ajouter d’autres58, permettent de remarquer sur le plan historique l’importance primordiale attribuée par Théodoric aux relations diplomatiques, souvent soutenues par une politique d’alliances matrimoniales avisée59, et qu’il intègre dans un projet plus général visant à établir une coexistence pacifique entre les différents peuples — sans renoncer à jouer un rôle de guide à cette fin. Quant à Cassiodore, occupé à faire émerger ces aspects spécifiques de l’identité royale, il ne renonce pas à exprimer aussi sa spécificité d’auteur par le biais de digressions : en apparence fonctionnelles (elles décrivent les dons échangés), elles permettent en fait au rédacteur d’exhiber ses compétences techniques et littéraires. Ce choix fait écho à cette épître du livre VI, qui glose sur la facundia (éloquence) demandée à quiconque devant exhorter les sujets au nom du prince60. En outre, il nous aide à comprendre l’immense dette de Théodoric et de ses successeurs envers un fonctionnaire de chancellerie comme Cassiodore : il consacra tous ses efforts à la légitimation de l’autorité ostrogothe, vouée à la défense des rapports pacifiques avec les Romains et les autres peuples, et cela grâce à une technique narrative très particulière et personnelle, que nous pouvons qualifier de « rhétorique de la diplomatie ».

Notes

1 Cet aspect a été bien souligné notamment par Garzya, 1983, pp. 144-146 ; dernièrement par Desmulliez, Hoët-Van Cauwenberghe, Jolivet, 2010, pp. 530-532 ; à propos des Variae voir aussi Zelzer, 1997, pp. 349-350.

2 Cassiodore, Variae, Praefatio, § 1. Tous les passages cités dans le texte et dans les notes de cette contribution sont tirés de l’édition de Th. Mommsen (coll. « Monumenta Germaniae Historica. Scriptores. Auctores Antiquissimi » [MGH AA], t. XII). Aujourd’hui est aussi disponible une nouvelle édition critique intégrale de l’œuvre, avec traduction italienne et commentaire, à laquelle on peut se référer pour d’autres observations sur les questions abordées dans cette contribution : voir Cassiodore, Variae, éd. de Giardina.

3 Cassiodore, Variae, Praefatio 10.

4 Sur les buts du recueil, voir aussi les discussions par Jouanaud, 1993 ; Gillett, 1998, pp. 38 et 43-45.

5 Cassiodore, Variae, Praefatio 15-16.

6 Sur les diverses finalités implicites dans le projet des Variae, voir Giardina, 2006, pp. 29-31.

7 Pour des approfondissements à ce propos, voir Wolfram, 1988, pp. 306-324 ; Moorhead, 1992, pp. 173-211 ; Claude, 1993 ; sur l’importance attribuée à la diplomatie par Théodoric documentée dans les Variae, voir Gillett, 2003, pp. 174-190.

8 Pour la mise en valeur de Variae, I, 45 ; I, 46 à propos des liens de Théodoric avec Gondebaud, voir surtout Pizzani, 1978, pp. 203 sqq. ; Shanzer, 1996-1997, pp. 232 sqq. ; Kaiser, 2004, p. 65 ; Saitta, 2006, pp. 31-32.

9 Voir Cassiodore, Variae, III, 1 ; sur le contenu et la signifiance de cette lettre, outre les observations encore utiles par Dahn, 1911, pp. 138-139, voir Saitta, 1993, p. 46 et n° 105 avec d’autres précisions bibliographiques.

10 Desideri, 2011, pp. 103-104 , a attiré dernièrement l’attention sur la capacité de Théodoric de souligner l’opportunité de la paix pour toutes les populations installées sur le territoire de l’Empire ; pour d’autres observations, voir aussi Paradisi, 1974, pp. 234-235.

11 Burgundionum itaque dominus a nobis magnopere postulavit, ut horologium, quod aquis sub modulo fluentibus temperatur et quod solis immensi comprehensa illuminatione distinguitur, cum magistris rerum ei transmittere deberemus (Cassiodore, Variae, I, 45, 2).

12 Frequenter enim quod arma explere nequeunt, oblectamenta suavitatis imponunt. Sit ergo pro re publica et cum ludere videmur. Nam ideo voluptuosa quaerimus, ut per ipsa seria compleamus (ibid., I, 45, 1, 4-6).

13 Sur ce sujet, voir aussi Lamma, 1968, pp. 161-171, notamment pp. 162-168 ; Cracco Ruggini, 2000-2001, pp. 84 sqq. ; Ead., 2008, pp. 34 sqq.

14 Spernenda non sunt quae a vicinis regibus praesumptionis gratia postulantur, dum plerumque res parvae plus praevalent praestare quam magnae possunt optinere divitiae (Cassiodore, Variae, I, 45, 1, 2-4).

15 La conception du don supposée dans ce passage peut être rattachée à celle liée à la notion de crédit proposé par Mauss, 1923-1924, p. 92 : « Il est, dans toute société possible, de la nature du don d’obliger à terme » ; p. 93 : « le don entraîne nécessairement la notion de crédit ».

16 Sur l’importance des dons dans les relations diplomatiques de l’Antiquité tardive, voir dernièrement Nelson, 2011, p. 228 ; il faut, d’autre part, rappeler la signification importante qu’il avait déjà pour les Romains : voir par exemple le cas d’Hadrien et Pharasman cité dans Histoire Auguste, Vie d’Hadrien 17, 10-12 et à ce propos Giardina, 1996, pp. 108-119, notamment p. 113. Plus généralement, sur le rôle des dons dans la construction des liens sociaux, voir Wickham, 2010, p. 246.

17 … quatenus impetratis delectationibus perfruendo, quod nobis cottidianum, illis videatur esse miraculum. Merito siquidem respicere cupiunt, quod legatorum suorum relationibus obstupescunt (Cassiodore, Variae, I, 45, 1) ; et à ce propos les observations sur la rhétorique du mirum par Pizzani, 1998, pp. 152-153.

18 Hoc te multa eruditione saginatum ita nosse didicimus, ut artes, quas exercent vulgariter nescientes, in ipso disciplinarum fonte potaveris… (ibid., I, 45, 3).

19 Haec quia te studiosius legisse cognovimus, praedicta nobis horologia quantocius transmittere maturabis, ut te notum in illa mundi parte facias, ubi aliter pervenire non poteras (ibid., I, 45, 11).

20 Agnoscant per te exterae gentes tales nos habere nobiles, quales leguntur auctores. Quotiens non sunt credituri quae viderint ? Quotiens hanc veritatem lusoria somnia putabunt ? Et quando fuerint ab stupore conversi, non audebunt se aequales nobis dicere, apud quos sciunt sapientes talia cogitasse (ibid., I, 45, 12).

21 Dans ce sens, le passage de Cassiodore peut être interprété en tenant compte de Petitat, 1995, pp. 17-18, selon lequel : « L’objet offert oscille entre l’objet doué d’une valeur d’usage et d’échange et l’objet signe de sentiment et de pouvoir/hiérarchie. »

22 Amplectenda sunt munera quae probantur omnimodis expetita : quando non est abiectum, quod potest explere desiderium. Nam per quaslibet pretiosas res ad illud tantum tenditur, ut cupientis animus expleatur (Cassiodore, Variae, I, 46, 1).

23 Ibid., I, 46, 2.

24 Distinguat spatia diei actibus suis, horarum aptissime momenta constituat. Ordo vitae confusus agitur, si talis discretio sub veritate nescitur… (ibid., I, 46, 3).

25 Significative à ce propos la référence à l’adfinitas dans : Dignum est, ut bonis nostris vestra gratia perfruatur, quae nobis etiam affinitate coniungitur (ibid., I, 46, 2).

26 Ibid., I, 45, 1.

27 Ibid., II, 40, 1, l. 2-5 ; 17, l. 31-32.

28 Sur ce sujet, outre Luiselli Fadda, 1988-1989, pp. 229-231, voir Pizzani, 1993.

29 Cassiodore, Variae, II, 40, 17, l. 32-33.

30 Ibid., II, 41, 1-2.

31 … Accipe in talibus causis frequenter expertum: illa mihi feliciter bella provenerunt, quae moderato fine peracta sunt… (ibid., II, 41, 2).

32 Gloriosa quidem vestrae virtutis affinitate gratulamur, quod gentem Francorum prisca aetate residem feliciter in nova proelia concitastis et Alamannicos populos caesis fortioribus inclinatos victrici dextera subdidistis (ibid., II, 41, 1).

33 Ibid., III, 2 ; 3 ; 4 et sur l’importance de ce dossier des lettres Claude, 1993, p. 43.

34 Pour d’utiles précisions sur l’adfinitas par rapport aux liens diplomatiques, voir Kohlhas-Müller, 1993, pp. 331-353.

35 Grave malum est inter caras regiasque personas voluntates sibimet videre contrarias et dissimulando spectare, ut de uno aliquid dolendum possit emergere. Non sine invidia nostra geritur, si nobis patientibus affinium clade dimicetur... Decet enim nos aspera verba dicere, ne affines nostri ad extremum debeant pervenire […]. Quapropter fraternitas vestra adhibito mecum studio eorum nitatur reparare concordiam… (Cassiodore, Variae, III, 2, 1-4).

36 Recolite namque Eurici senioris affectum, quantis vos iuvit saepe muneribus, quotiens a vobis proximarum gentium imminentia bella suspendit. Reddite filio eius gratiam, quam tamen agnoscitis vestris utilitatibus attributam… (ibid., III, 3, 3).

37 Ideo inter reges affinitatis iura divina coalescere voluerunt, ut per eorum placabilem animum proveniat quies optata populorum. Hoc enim sacrum est, quod nulla permittitur commotione violari. Nam quibus obsidibus habeatur fides, si non credatur affectibus? Sociantur proximitate domini, ut nationes divisae simili debeant voluntate gloriari et quasi per alveos quosdam concordiae adunata se possint gentium vota coniungere (ibid., III, 4, 1).

38 Dicam libere, dicam affectuose quod sentio: impatiens sensus est ad primam legationem arma protinus commovere. A parentibus quod quaeritur, electis iudicibus expetatur. Nam inter tales viros et illis gratum est dare, quos medios volueritis efficere (ibid., III, 4, 3).

39 Abicite ferrum, qui in meum pugnare vultis opprobrium. Iure patris vobis interminor et amantis [...]. Illi enim credere debetis, quem vestris utilitatibus arridere cognoscitis, quoniam qui vult alterum in praecipites casus mittere, eum certum est fideliter non monere (ibid., III, 4, 3-4 ; 5).

40 Parmi la riche bibliographie dédiée à cet épisode, voir Saitta, 1988 ; Pricoco, 1997 ; et dernièrement les contributions dans Mathisen, Shanzer, 2012.

41 Pour des approfondissements à ce propos, voir La Rocca, 2012, pp. 130-135.

42 Il convient de rappeler tout de suite que cette tendance n’était pas exclusivement typique du royaume ostrogoth ; pour quelques précisions à ce propos, voir Le Jan, 2011, pp. 197-204.

43 Anonymi Valesiani pars posterior, XII, 63, 68 et 70 (éd. de Mommsen, dans MGH, AA, t. IX-1, pp. 322-324) ; Jordanès, Romana et Getica, LVIII (éd. de Mommsen, dans MGH, AA, t. V-1, pp. 134-135).

44 Desiderantes vos nostris aggregare parentibus neptis caro pignori propitia divinitate sociamus, ut qui de regia stirpe descenditis, nunc etiam longius claritate Hamali sanguinis fulgeatis. Mittimus ad vos ornatum aulicae domus, augmenta generis, solacia fidelis consilii, dulcedinem suavissimam coniugalem: quae et dominatum vobiscum iure compleat et nationem vestram meliore institutione componat. Habebit felix Thoringia quod nutrivit Italia, litteris doctam, moribus eruditam, decoram non solum genere, quantum et feminea dignitate, ut non minus patria vestra istius splendeat moribus quam suis triumphis (Cassiodore, Variae, IV, 1, 1-2).

45 Pour d’autres approfondissements sur ces aspects, voir Mastrorosa, 2015.

46 Quapropter salutantes gratia competenti indicamus nos venientibus legatis vestris inpretiabilis quidem rei, sed more gentium suscepisse pretia destinata, equos argenteo colore vestitos, quales decuit esse nuptiales. Quorum pectora vel crura sphaeris carneis decenter ornantur : costae in quandam latitudinem porriguntur […] caput cervinam reddit effigiem, imitantes velocitatem cuius videntur habere similitudinem. Hi sunt sub pinguedine nimia mansueti, magna mole celerrimi, aspectibus iucundi, usibus gratiores… (Cassiodore, Variae, IV, 1, 3).

47 Cassiodore, Variae, I, 4, 17 ; sur la représentation des chevaux dans les Variae, voir aussi Provesi, 2010, pp. 105-108.

48 Per arma fieri posse filium grande inter gentes constat esse praeconium, quia non est dignus adoptari, nisi qui fortissimus meretur agnosci. In subole frequenter fallimur : ignavi autem esse nesciunt, quos iudicia pepererunt. Hi enim gratiam non de natura, sed de solis meritis habent, quando vinculo animi obligantur extranei, et tanta in hoc actu vis est, ut prius se velint mori quam aliquid asperum patribus videatur infligi. […] Damus tibi quidem equos enses clipeos et reliqua instrumenta bellorum : sed quae sunt omnimodis fortiora, largimur tibi nostra iudicia (ibid., IV, 2, 1-2).

49 Ibid., IV, 2, 3 ; sur l’importance de cet aspect dans l’Antiquité tardive et notamment dans les Variae, est encore utile Conti, 1971, pp. 83-122.

50 Et ideo more gentium et condicione virili filium te praesenti munere procreamus, ut competenter per arma nascaris, qui bellicosus esse dinosceris (ibid., IV, 2, 2, 6-7).

51 Illo et illo legatis vestris venientibus grande vos studium notitiae nostrae habuisse cognovimus, ut in Oceani litoribus constituti cum nostra mente iungamini : suavis nobis admodum et grata petitio, ut ad vos perveniret fama nostra, ad quos nulla potuimus destinare mandata […]. Et ideo salutatione vos affectuosa requirentes indicamus sucina, quae a vobis per harum portitores directa sunt, grato animo fuisse suscepta… (ibid., V, 1-2).

52 Pour des approfondissements à ce propos, voir Spekke, 1957, pp. 94-97 ; Saks, 1960, pp. 94-97 ; Kolendo, 1993, pp. 65-66. Sur la valeur sociale de l’ambre comme moyen d’échange entre des communautés au haut Moyen Âge, voir Curta, 2007, pp. 61-79 ; p. 69 pour le passage de Cassiodore.

53 Tacite, Germania, 45, 2 et à ce propos, outre l’édition de Lund (P. Cornelius Tacitus. Germania, pp. 234 sqq.), les précisions par Nowakowski, 1990, pp. 385-386 ; Sallmann, 1998, pp. 206-207.

54 Proinde requirite nos saepius per vias, quas amor vester aperuit, quia semper prodest divitum regum adquisita concordia, qui, dum parvo munere leniuntur, maiore semper compensatione prospiciunt (Cassiodore, Variae, V, 2, 3, l. 17-19).

55 À ce propos, voir surtout Hellegouarc’h, 1972, pp. 125 sqq.

56 Par exemple Cassiodore, Variae, III, 4, 1 ; V, 43, 1 ; VIII, 8, 3 ; sur l’importance de cet aspect dans le Variae, voir Paradisi, 1974, pp. 51-55.

57 Haec quodam Cornelio describente legitur in interioribus insulis Oceani ex arboris suco defluens, unde et sucinum dicitur, paulatim solis ardore coalescere (Cassiodore, Variae, V, 2, 2, l. 11-13), où se signale la référence à un certain Cornelius dans lequel il faut reconnaître Tacite et l’utilisation des données probablement tirées de Pline l’Ancien (éd. et trad. de de Saint-Denis, L’Histoire naturelle, vol. 37, chap. xlii) selon Gasti, 2000-2001, p. 142.

58 Par exemple Cassiodore, Variae, II, 6, 2, de laquelle émerge une indication valable sur la valeur reconnue par Cassiodore à l’activité diplomatique et sur sa position à propos des qualités requises aux sujets engagés dans ce domaine : Sed licet omnis legatio virum sapientem requirat, cui provinciarum utilitas totiusque regni status committitur vindicandus, nunc tamen necesse est prudentissimum eligere, qui possit contra subtilissimos disputare et in conventu doctorum sic agere, ne susceptam causam tot erudita possint ingenia superare. Magna ars est contra artifices loqui et apud illos aliquid agere, qui se putant omnia praevidere.

59 Sur ce sujet, d’utiles précisions se trouvent dans Claude, 1978, pp. 25-34 ; quant à la valorisation instrumentale des femmes comme moyen d’échange voir, entre autres, Becker-Piriou, 2008 ; La Rocca, 2011, pp. 73-76.

60 Nam si oratoris est proprium graviter et ornate dicere, ut possit animos iudicum commovere, quanto facundior debet esse, qui ore principis populos noscitur ammonere, ut recta diligant, perversa contemnant, bonos sine fine laudent, pessimos vehementer accusent ? (Cassiodore, Variae, VI, 5, 3, l. 16-19).

Auteur

Università degli Studi di Firenze

© Casa de Velázquez, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540