Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archevêques de Mayence et la présence espagnole dans le Saint-Empire

 | 
Étienne Bourdeu

Première partie. Deux acteurs sur la scène impériale : la principauté électorale de mayence et la monarchie catholique

Chapitre premier

En quête d’un cadre : la principauté électorale de Mayence

Texte intégral

  • 1 « Moguntia celebris Germaniae ciuitas, ad ripam Rheni amoeno ac salubri loco sita, pauculis ante Do (...)

Mayence, célèbre cité de Germanie située sur la rive de l’agréable Rhin et en un lieu sain, a été fondée quelques années à peine avant la naissance de notre Seigneur et Sauveur, sous les auspices de Claudius Drusus Germanicus, pense-t-on, beau-fils d’Auguste, qui a fait victorieusement la guerre en Germanie en diverses circonstances. Convertie à la foi chrétienne durant le siècle qui suit immédiatement l’Ascension du Seigneur, et non pas longtemps après, par les œuvres de saint Crescent, disciple de l’Apôtre Paul qui a été le premier évêque de Mayence pendant vingt-deux années consécutives et qui est mort en martyr, elle est demeurée fidèlement attachée à cette foi1.

1Comme dans tout récit des origines, l’image de Mayence est ici altérée. En évoquant l’antiquité de sa fondation romaine et la sainteté du premier de ses prédécesseurs, l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg cherche à s’associer à la grandeur de l’Empire augustéen et à la ferveur du christianisme naissant. Si elle n’est pas fondamentalement fausse, cette image est néanmoins parcellaire et la réalité plus complexe. Les éléments qu’il faut prendre en compte pour essayer de l’appréhender combinent des données géographiques, économiques, sociales, politiques, institutionnelles et religieuses.

  • 2 Koenigsberger, 1986, pp. 1-25 ; Greengrass (éd.), 1991 ; Elliott, 1992a.
  • 3 « Nos Ioannes Suicardus Dei Gratia Sanctae Moguntinae Sedis Archiep[iscopu]s Sacri Romani Imperÿ pe (...)

2La principauté électorale de Mayence est tout d’abord une entité territoriale complexe, « composée », pour reprendre une expression propre à l’histoire moderne, qui impose des conditions particulières de gouvernement et ouvre d’autres perspectives de présence politique2. À cette réalité géographique s’ajoutent d’autres données factuelles : d’un point de vue économique, la principauté de Mayence est une entité certes aisée mais elle reste en retrait par rapport aux places de Francfort ou de Hambourg. L’apparition de la Réforme crée également des disparités entre les territoires puisque si la région rhénane est demeurée catholique, l’Eichsfeld devient une terre de mission catholique et Erfurt semble perdue pour l’ancienne foi. C’est par des aspects politiques et institutionnels, en rapport avec le fonctionnement du Saint-Empire, que l’électorat de Mayence révèle toute son importance : l’archevêque de Mayence est l’un des sept électeurs impériaux et l’archichancelier pour la Germanie, comme en attestent les en-têtes des courriers expédiés à la papauté3. Pour autant, cette prééminence n’est pas figée de manière définitive et nous verrons les efforts continuels faits pour la maintenir et l’accroître.

3Deux questions se posent alors : d’une part, que représente la principauté électorale de Mayence pour et dans le Saint-Empire romain germanique ? D’autre part, parmi les caractéristiques qui définissent l’État de Mayence et les princes qui sont à sa tête, lesquelles font l’objet d’une plus grande considération de la part de la Monarchie Catholique et de ses agents dans l’Empire ? Dit d’une autre façon, pour quelles raisons les Espagnols entrent-ils en contact avec les archevêques de Mayence ?

I. — LES ESPACES D’UNE PRINCIPAUTÉ ET LES FONCTIONS D’UN PRINCE

4Comme nombre d’États de la période moderne, la principauté de Mayence est un État composite : les territoires qui la composent ne sont pas régis d’une manière identique et il n’existe pas nécessairement de continuité territoriale entre eux bien qu’ils fassent partie d’un même ensemble politique. Résultat de l’intégration d’espaces distincts à différents moments, le caractère composite d’un État détermine en partie les conditions de l’exercice du pouvoir du prince puisque les anciennes structures de gouvernement, notamment les assemblées d’États, sont maintenues, partiellement ou totalement. Pourtant, cet assemblage hétérogène de régions ne doit pas être envisagé comme une faiblesse intrinsèque : dans la mesure où les régions regroupées sous l’autorité d’un même prince sont différentes, elles peuvent également être complémentaires et permettre à l’État ainsi constitué de bénéficier des avantages d’une relative diversification. C’est le cas, notamment, de la principauté électorale de Mayence.

Carte 1 — La principauté de Mayence et les Pays-Bas espagnols vers 1550

Carte 1 — La principauté de Mayence et les Pays-Bas espagnols vers 1550
  • 4 « Ordinariae residentiae huius sedis loci duo sunt: alter aestiuus Moguntiae, hybernus alter Aschaf (...)

5Elle est ainsi constituée de quatre pôles principaux séparés les uns des autres par d’autres territoires du Saint-Empire. Le premier de ces pôles correspond à la région rhénane de la principauté : il comprend la cité de Mayence proprement dite ainsi que ses environs immédiats en aval sur le Rhin et à la confluence avec le Main ; un peu plus en amont se trouve une autre parcelle, à la hauteur de Worms, sur la rive droite du Rhin. Ce premier ensemble constitue l’Unterstift. Par opposition, l’Oberstift est lui formé d’un seul territoire qui s’étire perpendiculairement au Main dans le dernier tiers de son cours, dont Aschaffenbourg est le centre géographique et politique et auquel le massif du Spessart confère une unité de paysage. Il s’agit de la partie la plus étendue et la plus massive de la principauté de Mayence et les archevêques résident régulièrement dans le château qui domine la rivière durant la période estivale4. Vient ensuite l’Eichsfeld, plus à l’est, tributaire non plus du système rhénan mais de la Weser et donc davantage orienté vers la zone économique de la mer du Nord. Enfin, également en Thuringe, Erfurt et ses alentours forment la dernière partie d’un État qui s’étend par conséquent du Rhin jusqu’à la Saale.

  • 5 Braudel, 1990, t. I, pp. 185-197.
  • 6 Schubert, 1997, p. 79.

6La proximité géographique et les similitudes entre l’Unterstift et l’Oberstift rendent possibles une présentation conjointe de ces deux régions, le cœur véritable de la principauté électorale de Mayence. Ces territoires, disposés le long du Rhin et du Main, sont en relation immédiate avec un des espaces européens les plus parcourus, ce que Fernand Braudel nomme l’« isthme allemand5 ». Cet axe de communication méridien met en contact deux zones opulentes et fortement urbanisées de l’Europe de la première modernité, l’Italie du Nord et les Pays-Bas. La ville de Mayence dispose d’une position géographique intéressante : située suffisamment loin des Alpes, elle bénéficie de la réunion des routes provenant des cols alpins du Saint-Gothard, du San Bernardino et du Splügen, de la Maloja enfin, qui mettent en contact le Milanais avec l’espace germanique par l’intermédiaire du Rhin alpin et du lac de Constance. Par ailleurs, bien plus en aval sur le cours du Rhin, Mayence est établie à l’entrée de la « trouée héroïque » ou, dit de manière plus prosaïque, du massif schisteux rhénan qui concentre et canalise les flux de circulation du Rhin. De ce fait, les droits perçus sur les douanes qui ponctuent le cours du fleuve constituent une source importante de richesse pour les archevêques de Mayence6.

  • 7 Brück, 1953a ; Rödel, 1998, p. 227.

7Contrairement à d’autres villes d’une taille sensiblement égale, Mayence ne bénéficie plus du statut de ville libre depuis 1462. À cette date en effet, le nouvel archevêque Adolphe II de Nassau avait dû conquérir la ville par la force et lui avait enlevé sa justice, son administration et son droit de lever des impôts7. Au moment d’entrer dans l’époque moderne, les archevêques de Mayence voient donc leur pouvoir territorial s’accroître comme nombre d’autres princes germaniques. Toutefois, cette augmentation des prérogatives des archevêques de Mayence ne peut aller beaucoup plus loin : les princes voisins, qu’il s’agisse des comtes de Nassau, des landgraves de Hesse ou des comtes palatins du Rhin, sont de puissants seigneurs qui restreignent les possibilités d’expansion ou d’unification territoriale.

8Quoiqu’en retrait par rapport au cours du Rhin, l’Oberstift ne souffre pas d’une situation géographique inférieure. Située sur le Main, plus long affluent du Rhin sur la rive droite de ce fleuve, cette circonscription est en contact avec la Franconie et la Souabe qui se distinguent à la fin du xve et au début du xvie siècle par leur dynamisme économique. De même que la région de Mayence est un territoire viticole, les coteaux de calcaire et de schiste du Spessart permettent la mise en culture de la vigne et la production de vin blanc exporté vers les Pays-Bas. Par ailleurs, la proximité de Francfort-sur-le Main, à une cinquantaine de kilomètres, permet à Aschaffenbourg de tirer profit de l’activité générée par les foires marchandes, puis à partir de 1585 par les foires de change qui s’y établissent. L’Oberstift et l’Unterstift apparaissent ainsi comme des zones relativement prospères, vraisemblablement moins riches ou productives que celles du cours inférieur du Rhin (Cologne ou l’ensemble des cités des Pays-Bas) et des plateaux franconien et souabe, mais relativement bien situées sur les grandes routes commerciales européennes.

  • 8 Kellenbenz, 1977, pp. 143-144.
  • 9 Ibid., p. 95 ; Vogler, 1981, t. I, p. 218.
  • 10 Kellenbenz (éd.), 1986, p. 870.
  • 11 Braudel, 1990, t. I, p. 186.

9Erfurt correspond également à une zone de relative aisance économique. Rattachée au bassin de l’Elbe grâce à la Gera, cette cité du Sud de la Thuringe est connectée à Hambourg et, d’une manière plus générale, à l’espace hanséatique. C’est aussi une étape de la route reliant Nuremberg, pôle économique de premier ordre dans l’espace germanique du premier xvie siècle, à la Baltique et à la mer du Nord8. Cette partie de la Thuringe est également un des trois grands centres européens de production de pastel, au même titre que le Lauragais ou les environs de Cologne, et une petite industrie textile et métallurgique (notamment grâce au cuivre extrait des mines saxonnes de Mansfeld) s’y développe au commencement du xvie siècle9. Sa prospérité est néanmoins surtout due aux foires qui s’y multiplient et dont le privilège a été renouvelé par l’empereur Frédéric III en 1477. Mais cette importance commerciale décroît avec la création de la foire de Leipzig et la concession à cette dernière d’un droit d’étape très étendu à la fin du xve siècle10. Pour autant, cette création n’élimine pas totalement la vieille route commerciale qui va de Hambourg à Nuremberg en passant par Erfurt et qui demeure un nœud routier important dans l’espace germanique oriental11.

  • 12 Vogler, 2003, pp. 50 et 325-326.
  • 13 Wendehorst, 1974 ; Pelizaeus, 2005, p. 49.

10La prospérité d’Erfurt ne contribue toutefois que médiocrement à la richesse de la principauté de Mayence. En effet, la fin du xve siècle voit la multiplication des tensions entre la ville de Thuringe, d’une part, et Mayence qui revendique sa souveraineté (Oberhoheit) sur la cité et l’électeur de Saxe qui fait également valoir ses prétentions, d’autre part. Avec l’entrée dans le xvie siècle, le conflit se durcit : alors que le conseil de la ville prétend imposer de nouveaux impôts, les quartiers et les corporations des métiers les plus modestes élisent en 1509 un comité qui exige de participer au gouvernement de la ville. Pendant que le conseil de ville se rapproche de Frédéric III de Saxe, les éléments les plus radicaux pactisent avec l’archevêque de Mayence Uriel von Gemmingen. Finalement, en 1510, un conseil nouvellement élu refuse toute concession à l’archevêque de Mayence12. Pendant un peu plus d’un siècle et demi, Erfurt est quasiment indépendante ; ce n’est qu’en 1664 que Johann Philipp von Schonbörn parvient à y rétablir la souveraineté (Landeshoheit) de Mayence13.

  • 14 Duhamelle, 2004, pp. 175-192 ; Brück, 1957.

11À première vue, l’Eichsfeld semble moins remarquable que Mayence ou Erfurt. Située plus au nord que cette dernière et également en Thuringe, c’est une région formée de plateaux et structurée par deux villes de moyenne importance, Heiligenstadt et Duderstadt. Essentiellement rural, l’Eichsfeld est administré par un gouverneur nommé par l’archevêque de Mayence et résidant à Heiligenstadt. Si cette région est touchée précocement par la réforme luthérienne, une entreprise de recatholicisation vigoureuse est menée à partir de 1575 par Daniel Brendel von Homburg qui fait de l’Eichsfeld une « frontière de catholicité »14.

  • 15 Grimm, 1953 ; Febvre, 1988, pp. 9-10.
  • 16 « Magno numero Iuuentus tam ex Gallÿs et Polonia, quam ex Belgio atq[ue] ipsa Germania vicinisq[ue] (...)

12D’une manière plus générale, le cas de l’Eichsfeld soulève le problème de l’adhésion à la Réforme dans les territoires de la principauté de Mayence. Si Albert de Brandebourg est en partie responsable de la protestation de Luther contre les indulgences (l’archevêque en avait généralisé la vente afin de se rembourser des sommes avancées pour son élection à Mayence15), ses successeurs s’engagent par la suite dans un travail de réforme catholique en profondeur. En 1561, Daniel Brendel von Homburg fait venir des jésuites à Mayence afin de diriger l’université. En 1564, les membres de cette congrégation fondent un collège dans la cité rhénane et en 1575, ils en ouvrent un nouveau à Heiligenstadt. À l’exception d’Erfurt qui reste gagnée au luthéranisme, ce travail de recatholicisation permet aux archevêques de Mayence de consolider leur autorité confessionnelle et de donner un semblant d’unité à des territoires épars et disparates. En 1609, Johann Schweikard von Cronberg s’enorgueillit de ce que « la jeunesse afflue en grand nombre aussi bien des Gaules et de Pologne que de Belgique, de la Germanie et des contrées voisines » vers ses collèges tenus par les jésuites16. Ainsi, à une autre échelle, le redressement de l’université et l’établissement de Gymnasia permettent sans doute à Mayence d’élargir son rayonnement.

13Par ses seules caractéristiques géographiques et économiques, la principauté électorale de Mayence n’est donc pas un État de première importance à l’échelle du Saint-Empire romain germanique. Il ne s’agit pas d’un ensemble territorial compact et ramassé dont l’exploitation des qualités puisse se faire de manière immédiate. Elle est en définitive à l’image de cette Allemagne rhénane du xvie siècle, relativement prospère mais pas aux avant-postes du développement économique, bien reliée aux territoires environnants et donc bien intégrée à un espace européen plus vaste. Mais l’importance réelle de Mayence tient avant tout à une position institutionnelle et à un statut unique dans le Saint-Empire.

Carte 2 — La principauté de Mayence, la Monarchie Catholique et les États héréditaires des Habsbourg

Carte 2 — La principauté de Mayence, la Monarchie Catholique et les États héréditaires des Habsbourg
  • 17 Hartmann (dir.), 1997 ; Id. (dir.), 1998 ; Hartmann, Pelizaeus (éd.), 2005.

14Les fonctions institutionnelles exercées par les archevêques de Mayence dans le Saint-Empire sont assez bien connues. Depuis une quinzaine d’années, on assiste même à un renouvellement des thématiques d’études puisque ces fonctions ne sont plus envisagées comme des données invariables dans le temps mais au contraire comme des processus dont l’issue et la permanence n’ont jamais rien eu d’acquis par avance17. C’est même l’activité continue des archevêques qui leur permet de maintenir leur importance institutionnelle et de demeurer les « deuxièmes hommes dans l’Empire », pour reprendre une expression de Peter Hartmann.

  • 18 Schubert, 1997, p. 78.

15Le Saint-Empire romain germanique des xvie et xviie siècles est une construction historique qui s’inscrit dans une durée particulièrement longue ; par ailleurs, comme toute institution de l’époque moderne, il rend possible une accumulation de titres et de statuts qui sont le reflet de cette évolution. La position institutionnelle de l’archevêque de Mayence à l’intérieur du Saint-Empire en est un exemple puisqu’il est, entre autres, le directeur du collège électoral chargé de désigner le nouvel empereur ou roi des Romains et l’archichancelier de l’Empire. Bien qu’en théorie séparées l’une de l’autre, ces deux fonctions ne sont pas toujours bien distinguées par des personnes extérieures à l’espace germanique. Survivance des époques carolingienne et ottonienne, le titre d’archichancelier n’a pas de véritable contenu pendant longtemps et il faut attendre la capitulation électorale de Charles Quint, en 1519, pour que soient consignées de manière officielle les attributions de l’archichancelier impérial18. Pour l’essentiel, cette fonction consiste à contresigner avec l’empereur les recès des diètes impériales et à nommer un vice-chancelier qui participe à la rédaction des lois impériales et qui y appose son sceau.

  • 19 « Diese Geschichte [des Mainzer Erzstifts] ist […] auf das Engste mit der Ausbildung des kurfürstli (...)
  • 20 Reichstag zu Augsburg, 4 février 1548, Haus-. Hof- und Staatsarchiv (HHSA), Mainzer Erzkanzler Arch (...)
  • 21 « Porque con el Elector de Maguncia como Director del Colegio Electoral es fuerça tener más ordinar (...)

16Comme le fait remarquer Ernst Schubert, l’histoire de l’archevêché de Mayence « est étroitement liée à la formation du droit de vote des princes électoraux19 ». C’est une autre façon de dire que l’importance des archevêques de Mayence tient davantage encore à leur rang de prince-électeur qu’à celui d’archichancelier. Ce droit de vote est formellement entériné par la Bulle d’or que l’empereur Charles IV fait promulguer en 1356 et il est également accordé aux archevêques de Trèves et de Cologne, au comte palatin du Rhin, au duc de Saxe, au roi de Bohême et au margrave de Brandebourg. Ce texte, régulièrement confirmé par les diètes impériales comme celle d’Augsbourg en 154820, tient lieu de constitution pour le Saint-Empire puisque au-delà de la question électorale, il règle également la question du rang entre les princes du Saint-Empire (titre VI), celle de la frappe monétaire (titre X) ou celle de l’immunité des princes-électeurs (titre XI). Cette même Bulle d’or reconnaît à l’archevêque de Mayence un rôle d’organisateur au sein du collège électoral qui se transforme progressivement en celui de directeur. C’est d’ailleurs ce titre qui fait de lui un personnage courtisé par les monarques et les ambassadeurs étrangers, notamment espagnols21.

  • 22 Roll, 1998, pp. 16-17.
  • 23 Vogler, 1981, t. I, pp. 11-12 ; Bock, 1955.

17Par ailleurs, depuis la fin du xve siècle, l’essor des principautés territoriales laïques, plus étendues que les domaines ecclésiastiques, se confirme et menace la position institutionnelle des princes-archevêques. En effet, contrairement à leurs collègues temporels, les seigneurs spirituels ne peuvent compter sur des unions dynastiques pour accroître leurs domaines, et le recours à la guerre privée devient de plus en plus difficile du fait du renforcement de l’autorité impériale. Si l’archevêque de Mayence Adolphe II de Nassau parvient à reprendre par la force la cité rhénane et à étendre ses droits sur elle, il ne s’agit là que d’un événement ponctuel qui n’annule en rien le processus de déclin relatif que connaît alors la principauté22. C’est notamment pour essayer de préserver une position institutionnelle sans rapport avec la médiocre puissance territoriale dont il dispose que l’archevêque Berthold von Henneberg mène avec l’empereur Maximilien Ier une importante réforme de l’Empire entre 1495 et 1500. Lors de la diète de Worms, en 1495, une paix publique perpétuelle est établie (Ewiger Landfriede), ainsi qu’un tribunal impérial qui doit siéger à Spire (le Reichskammergericht). Cinq ans plus tard, lors de la diète d’Augsbourg, les cercles d’Empire sont créés : en regroupant un certain nombre d’États du Saint-Empire, ils ont pour objectif de faciliter la collecte des taxes et la mise sur pied de troupes23. Un gouvernement collégial à l’échelle de l’Empire est envisagé mais ce Reichsregiment se heurte à la mauvaise volonté de l’empereur qui refuse de soumettre ses ambitions dynastiques à une quelconque tutelle. Le Reichsregiment est définitivement supprimé en 1530. À bien des égards, si cette dernière réforme échoue, c’est en grande partie parce que les archevêques de Mayence n’ont pas disposé de la puissance suffisante pour s’imposer à l’empereur et aux autres princes-électeurs. À défaut de pouvoir s’imposer seul au reste des membres du Saint-Empire, l’électeur de Mayence peut néanmoins parvenir à occuper une position centrale dans les institutions impériales à condition de bénéficier de l’appui d’une fraction importante des autres princes et de l’empereur. C’est là un point essentiel pour comprendre les agissements des archevêques de Mayence.

II. — MAYENCE AU MIROIR DES RELATIONS AD LIMINA

18L’une des particularités de la principauté de Mayence est sa nature ecclésiastique : ses princes sont également les archevêques de la plus vaste métropole du Saint-Empire et les ordinaires du plus ancien diocèse de langue allemande. À ce titre, ils sont en relations étroites avec la papauté, d’autant plus qu’avec le concile de Trente, l’institution de la visite ou relation ad limina est réactivée. Ces rapports envoyés par un évêque au pape et à la congrégation du concile mise en place en 1587 permettent d’apprécier le travail des archevêques de Mayence comme pasteurs de leur Église et de saisir les stratégies qu’ils essaient de déployer en direction du Saint-Siège, un acteur lointain mais décisif dans l’acquisition d’une prééminence symbolique à l’intérieur du Saint-Empire. Dans un tel cadre, s’il semble logique que les relations ad limina se fassent avant tout l’écho de la dimension religieuse du pouvoir des princes-archevêques, elles laissent néanmoins transparaître leur action séculière ou, du moins, une action qui déborde le seul cadre des prérogatives archiépiscopales. Ce lien maintenu jusque dans des documents destinés à la bonne administration de l’Église montre à quel point ces deux aspects du pouvoir restent indissociables.

  • 24 « Ordinariae residentiae huius sedis loci duo sunt: alter aestiuus Moguntiae, hybernus alter Aschaf (...)

19Soumis depuis le concile de Trente au devoir de résidence, les évêques catholiques sont tenus d’apporter la preuve qu’ils demeurent parmi leurs ouailles, sauf cas de force majeure ou dispense en théorie exceptionnelle. Les archevêques de Mayence ne dérogent pas à cette ligne et les relations ad limina abordent ouvertement cette question. L’originalité de leur situation tient sans doute au fait que leur lieu de résidence est double. Comme l’indique la relation de 1609, « les sièges de sa résidence ordinaire sont au nombre de deux : l’une, pour l’été, se trouve à Mayence, l’autre, pour l’hiver, se situe à Aschaffenbourg24 ». Au premier abord, si le choix d’un lieu de résidence dédoublé semble distendre les liens entre l’archevêque et la ville de Mayence, il a néanmoins des raisons profondes : la ville d’Aschaffenbourg est sans doute moins excentrée par rapport au reste du diocèse, et surtout de la principauté, que Mayence même.

20Mais l’interprétation propre du devoir de résidence par les archevêques ne les exonère nullement de leur obligation de veiller au sort de Mayence dans ses aspects les plus matériels. À ce titre, ils ont soin d’apparaître comme des bâtisseurs ou des restaurateurs. Ainsi, en 1609 Johann Schweikard von Cronberg mentionne le fait qu’

  • 25 « Hic grassatione Brandeburgica iam pridem exustus ac aequatus […] ex ipsis ruderibus excitari iter (...)

après le brigandage brandebourgeois qui l’a [la résidence d’Aschaffenbourg] laissée détruite et comme rasée […], il a relancé et a fait entreprendre à partir de ces mêmes décombres et au prix de grandes dépenses des travaux dignes de mémoire, qui ne sont pourtant pas encore arrivés à leur terme, tout cela pour l’honneur et l’usage de l’Église25.

  • 26 « Nouam residentiam Archiepiscopalem in ciuitate Aschaffenburgi a Marchione Brandenburgico exustam (...)

21Les travaux semblent être achevés lors de la relation suivante de 1615 et le même archevêque peut alors se flatter en affirmant : « j’ai construit […] une nouvelle résidence archiépiscopale dans la ville d’Aschaffenbourg à la place de celle détruite par le marquis de Brandebourg26 ». Il est intéressant de noter que ces travaux dans la capitale de l’Oberstift n’éloignent nullement les archevêques de la ville de Mayence et que cette dernière constitue un des chantiers architecturaux les plus importants du diocèse à en croire les relations ad limina.

22En effet, dès la relation de 1609, Schweikard von Cronberg insiste particulièrement sur les restaurations qu’il a « généreusement » fait entreprendre à Mayence même et qui concernent

  • 27 « Scholas, ecclesias, monasteria, hospitalia atq[ue] alia pia et religiosa loca vel vetustate colla (...)

des écoles, des églises, des monastères, des hospices et d’autres lieux pieux et religieux, menaçant ruine à cause de leur vétusté ou bien détruits et désolés en raison de l’injure du temps27.

  • 28 « In quo dilatando atq[ue] exornando, pluribusq[ue] structuris aptando etiamnum laboratur in praese (...)
  • 29 « In ciuitate Moguntia erigendo et amplificando esse in opere » (« Moguntin[a] relatio quadriennÿ e (...)

23Cette œuvre de reconstruction ne se cantonne pas à la simple restauration mais touche également à la construction et à l’agrandissement de nouveaux bâtiments, comme le collège des jésuites « auquel on travaille encore maintenant à l’agrandir, l’orner et le munir de nombreuses constructions28 ». Dans les relations suivantes, les travaux semblent suivre leur cours et, en 1615, des hôpitaux continuent à être « érigés et agrandis dans la ville de Mayence29 ». Les débuts de la guerre ne paraissent pas affecter la ville dont la cathédrale continue d’être « ornée de façon exceptionnelle » selon la relation de 1629.

24Cette description des travaux entrepris et aboutis, sur lesquels insiste davantage Schweikard von Cronberg que son successeur Anselm Casimir von Wambold, a une double finalité. D’une part et conformément aux décisions du concile tridentin, il s’agit de maintenir des structures ecclésiastiques dignes d’inspirer le respect de la religion catholique dans cette région de frontière confessionnelle qu’est le sillon rhénan. L’activité bâtisseuse des archevêques ressortit donc à leurs fonctions archiépiscopales stricto sensu. D’autre part, complétant cette dimension pastorale, il s’agit également d’édifier des structures d’encadrement de la population mayençaise. Les églises, les collèges, les académies et les hospices ne sont pas seulement des bâtiments répondant à des besoins précis et déterminés (spirituels, intellectuels, corporels…), ils marquent aussi l’emprise des archevêques sur leur ville en montrant qu’ils sont capables de projeter et de financer de tels travaux. Ainsi, dans ses aspects les plus concrets, le lien entre la cité de Mayence et les princes-archevêques illustre les nécessités d’un encadrement pastoral rénové de la population qui fonde et renforce la légitimité politique des princes.

25Les relations ad limina sont également le moment pour l’archevêque de rappeler les charges et bénéfices ecclésiastiques qui existent dans son diocèse. À cette occasion, il ne manque jamais de mentionner le nombre, l’origine et les fonctions des chanoines de la cathédrale Saint-Martin de Mayence :

  • 30 « Ecc[lesi]a Metrop[olita]na 5 dignitatibus et 42 Canonicis constat quos ab antiquo et prenobili st (...)

L’église métropolitaine est constituée de cinq dignités et de quarante-deux chanoines qui doivent provenir par leurs deux parents de lignages anciens et nobles. Le nombre de vicaires est équivalent30.

26Il s’agit d’ailleurs d’un des points qui revient avec le plus de régularité puisque ce rappel du nombre de chanoines se constate dans toutes les relations qui nous intéressent ici à l’exception de celle de 1615.

27Toutefois, seule la composition du chapitre cathédral semble digne d’intérêt dans les relations ad limina : alors que le nombre de bénéfices canoniaux est simplement mentionné pour les autres chapitres du diocèse, celui de la cathédrale Saint-Martin est précisément détaillé, tant par ses fonctions que par ses qualités. Ses quarante-deux chanoines sont donc

  • 31 « Canonicos habet quadraginta duos, omnes Nobiles ac Catholicae fidei veros assertores […], uniuers (...)

tous nobles et véritables défenseurs de la foi Catholique […], tous prêtres remarquables en tout point. Ils accomplissent quotidiennement et avec dévotion les offices divins dus selon leur ministère et la règle prescrite de telle sorte qu’il n’y a rien qui puisse y manquer. L’Illustre et Très Révérend Seigneur Georg Friedrich Greiffenclau von Volrath exerce la charge de Prévôt ; le Très Révérend et Noble Seigneur Johann Conrad Kotwik von Aulnbach, celle de Doyen ; le Très Révérend et Noble Seigneur Philipp Christoph von Sötern, celle d’Écolâtre ; le Très Révérend et Noble Seigneur Anton Wambold von Bassenheim, celle de Chantre, tous hommes remarquables par le zèle religieux et l’intégrité des mœurs et de la vie31.

  • 32 « Nobilium Canonicatus quadraginta duo sunt, cum Dignitate praepositurae, Decanatus, Custodiae, Sch (...)

28Quant à la relation de 1629, si elle ne fait pas mention expresse du nom des titulaires des dignités du chapitre, elle en rappelle brièvement le contenu et insiste une nouvelle fois sur le fait que ces charges sont exercées conformément aux obligations32.

  • 33 Duhamelle, 1998.

29Il faut voir dans cette discrète insistance sur le corps canonial de Mayence l’une des particularités sociales et politiques de cette principauté spirituelle : cette quarantaine d’ecclésiastiques n’est pas seulement chargée de certains aspects du culte divin ou de l’entretien du bâtiment de la cathédrale, elle forme également le corps électoral qui désigne le nouvel archevêque en cas de vacance du siège épiscopal et, d’un point de vue social, constitue le milieu dans lequel se recrutent les archevêques. Comme l’a montré Christophe Duhamelle dans son travail consacré à la chevalerie rhénane, cette dernière a réussi à se réserver la totalité des charges canoniales et épiscopales dans un grand nombre de diocèses rhénans, souabes et franconiens au moyen, notamment, d’une endogamie assez stricte33. Pour ces raisons mais aussi parce qu’ils sont étroitement associés au gouvernement de Mayence, les chanoines sont donc mentionnés de manière précise dans les relations ad limina. Ces mentions ont pour effet supplémentaire de faire connaître au souverain pontife, si ce n’est nommément, du moins ès qualités, des personnes qui seront appelées à exercer des charges épiscopales, soit à Mayence même, soit dans un autre diocèse électif de la région, de telle sorte que la confirmation de l’élection peut s’en trouver facilitée, notamment au moment de l’enquête sur les qualités du nouvel évêque. La relation ad limina participe donc d’une certaine façon à la reconnaissance d’un ordre social par la papauté et à son maintien comme forme collective de gouvernement de la principauté et de la cité de Mayence.

III. — CE QUE REPRÉSENTENT LES ARCHEVÊQUES DE MAYENCE POUR LA MONARCHIE CATHOLIQUE

  • 34 Consulta du consejo de Estado sur des lettres du comte d’Oñate, 8 août 1617, Archivo General de Sim (...)

30Pour décider ou non de demander la dissolution de toutes les ligues, catholiques ou protestantes, existant dans le Saint-Empire, les conseillers d’État se rapportent à l’avis de Baltasar de Zúñiga qui leur paraît capital « pour être une personne si bien informée de toutes ces choses » relatives à l’Empire ; l’ancien ambassadeur à Vienne déclare alors qu’« il est bon de toujours s’en remettre à l’opinion de l’Électeur de Mayence »34. Au-delà de ce qui pourrait apparaître comme une maxime trompeuse pour la direction des affaires espagnoles dans l’Empire, quel intérêt représentent véritablement les archevêques de Mayence pour les Espagnols ? Autrement dit, quelles sont les raisons qui poussent les hommes du Roi Catholique à entrer en contact avec les successeurs de Crescent et de Boniface ?

  • 35 Parker, 1972, pp. 51 et 84.
  • 36 Lettre de Ramiro Núñez de Guzmán à Gabriel de Zayas, 20 octobre 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 6 (...)

31En temps normal, ce n’est pas la proximité géographique de la principauté de Mayence qui semble lui attirer la bienveillance espagnole. En effet, davantage formulée à l’époque moderne en termes de voisinage, cette notion a plus à voir avec une proximité territoriale immédiate. Même si l’on prend en considération la « route espagnole » étudiée par Geoffrey Parker, Mayence ne se situe pas au contact de cette voie primordiale pour l’approvisionnement des Pays-Bas depuis le Milanais espagnol : cette route passe plus à l’ouest et ne suit le Rhin que du Vorarlberg aux environs de Bâle pour passer par la Lorraine en évitant le Palatinat rhénan35. Si les archevêques de Mayence sont parfois mentionnés dans les courriers espagnols en raison de leur proximité, ils sont le plus souvent évoqués en compagnie des archevêques de Trèves et de Cologne, ce qui a pour effet d’annuler en grande partie les qualités et spécificités propres à Mayence36.

  • 37 Druffel, 1891, p. 674 ; Goetz, 1898, pp. 707-708.
  • 38 Ruppert, 1979, p. 31.
  • 39 Lettre du marquis de Caretto à Ferdinand III, 7 janvier 1645, HHSA, Staatenabteilung, Spanische Kor (...)

32C’est en fait moins la proximité géographique de Mayence qui intéresse les Espagnols que la proximité institutionnelle du prince-archevêque avec l’empereur et son administration. Cette situation pourrait s’exprimer tout d’abord dans la nomination du vice-chancelier impérial pour laquelle l’archichancelier doit confirmer le choix fait par l’empereur. Les archevêques Sebastian von Heusenstamm et Daniel Brendel von Homburg semblent n’avoir joué qu’un rôle des plus minimes dans ces confirmations puisque les deux vice-chanceliers nommés, Georg Sigmund Seld et Johann Ulrich von Zasius, sont davantage liés aux ducs de Bavière37. Sur ce point précis, il faut attendre la fin de guerre de Trente Ans pour que l’archevêque de Mayence, Anselm Casimir von Wambold, élu en 1629, joue de nouveau un rôle important grâce à sa proximité avec le pouvoir impérial et son droit de confirmation. D’une part, le secrétaire pour la correspondance allemande de la chancellerie impériale, Wilhelm Schröder, qui passe pour « un homme de confiance de l’archichancelier de Mayence », accompagne Maximilian von Trauttmansdorff aux négociations de paix en Westphalie en 164538. D’autre part, toujours au moment des négociations de Westphalie, Wambold peut se faire le relais de l’influence impériale auprès des États (Stände) de la diète grâce aux subsides que lui versent les Espagnols39. Dans ce cas précis, l’archevêque de Mayence joue un rôle central entre une maison d’Autriche unie face aux exigences de la guerre et de la paix et une diète impériale qui, si elle se méfie de toute influence étrangère, accorde plus de crédit à un personnage qui a le plus souvent essayé de faire prévaloir les intérêts du Saint-Empire.

33Enfin, au moment où les relations entre le Roi Catholique et Rodolphe II deviennent plus difficiles, à la fin du xvie et au début du xviie siècle, les ambassadeurs espagnols semblent attendre davantage de l’archevêque de Mayence qu’une influence somme toute marginale dans le processus de nomination d’un vice-chancelier. La mort de Johann Adam von Bicken permet à l’ambassadeur Guillén de San Clemente de rappeler l’importante fonction de l’archichancelier et les espoirs que la Monarchie Catholique peut fonder sur lui :

  • 40 « Llegó aviso como era muerto el elector de Magunçia, que quando fue elejido quatro años [h]a escri (...)

La nouvelle de la mort de l’électeur de Mayence est arrivée ; quand il a été élu il y a quatre ans, j’ai écrit à Votre Majesté que c’était un grand serviteur de la maison d’Autriche. Cela a été une grande perte parce que cet électeur est le directeur de toutes les affaires de l’Empire et son chancelier et c’est lui qui, en période de sede vacante, réunit tous les autres électeurs pour l’élection et c’est le premier qui doit y consentir40.

34Ces lignes montrent bien quelles sont les attentes espagnoles vis-à-vis du « deuxième homme de l’Empire » : au moment où l’empereur vieillissant refuse d’organiser sa succession et où se profile la menace d’un interrègne qui pourrait se révéler défavorable à l’ordre mis en place par les Habsbourg, l’archevêque de Mayence est la personne la plus à même de limiter ces dangers. Malheureusement pour San Clemente et sans doute aussi pour Philippe III, le successeur de Bicken ne se révèle pas à la hauteur des enjeux. Un peu moins de trois mois plus tard, l’ambassadeur espagnol écrit au sujet de Johann Schweikard von Cronberg :

  • 41 « No se puede esperar del que apriete las resoluciones que se pretenden. Será bien a propósito para (...)

On ne peut attendre de lui qu’il travaille avec vigueur aux résolutions nécessaires. Il conviendra tout à fait à l’Empereur parce que je suis certain qu’il ne le pressera pas au-delà de ce qu’il souhaite pour ce qui est de faire un Roi des Romains41.

35Ces quelques exemples tendent à montrer que, tout au long de la période, les Espagnols ont une connaissance assez fine du rôle que joue ou peut jouer l’archevêque de Mayence dans le Saint-Empire. À bien des égards, ils ont conscience de son importance institutionnelle et privilégient une stratégie qui s’appuie sur ses fonctions officielles pour construire un ensemble de relations efficaces avec le reste de l’Empire.

  • 42 « Cordiq[ue] erit quo pacto S[acro] R[omano] Imperÿ auctoritatem tranquillitatem tum uero maxime di (...)
  • 43 Lettre du comte de Monteagudo à Philippe II, 26 juin 1571, Colección de documentos ineditos para la (...)

36Pour les Espagnols, la possibilité de se saisir des ressources ainsi offertes par les archevêques de Mayence est moins évidente qu’il n’y paraît. Les offres de services directes sont rares et il est souvent difficile de savoir si elles ne sont pas pure rhétorique, à l’exemple de Johann Adam von Bicken qui déclare à San Clemente qu’il « aura à cœur de conserver et de développer l’autorité et la tranquillité du Saint-Empire romain, ainsi que la bienveillance et l’amitié avec ladite Majesté du Roi Catholique42 ». Une autre façon de s’assurer définitivement de la collaboration de l’archevêché de Mayence et de mettre la main sur ses richesses serait de placer un Habsbourg à sa tête. Ce projet est formulé à au moins trois reprises. La première fois, il semble émaner du comte de Monteagudo, ambassadeur à Vienne en 1571 : il propose à Philippe II de placer les deux fils les plus catholiques de l’empereur Maximilien II à la tête d’électorats ecclésiastiques43. Les noms des deux archiducs ne sont pas donnés dans le courrier mais cette idée coïncide au moins en partie avec l’envoi et l’éducation des archiducs Rodolphe et Ernest en Espagne entre 1573 et 1575 et avec celle, plus tard, d’octroyer une importante charge ecclésiastique aux neveux autrichiens de Philippe II : Albert sera archevêque de Tolède, Maximilien grand maître de l’ordre teutonique, Wenceslas grand-prieur de l’ordre de Malte en Castille.

  • 44 « La coadyutoria de su Electorato para el s[eño]r Archiduq[ue] Carlos » (lettre du comte d’Oñate à (...)
  • 45 Sutter, 1977.

37Une autre mention d’une tentative pour placer un Habsbourg dans un électorat ecclésiastique date de 1623. Dans les sources espagnoles, le projet est loin d’être détaillé et reste très lacunaire, mais il semble tout à fait concret : en août 1623, au moment de la plus étroite collaboration entre Mayence et les Espagnols, le comte d’Oñate informe Philippe IV d’une rencontre entre la gouvernante des Pays-Bas Isabelle et l’archevêque de Mayence Johann Schweikard von Cronberg. Elle a pour objet « la charge de coadjuteur de son Électorat pour le seigneur Archiduc Charles44 », c’est-à-dire le frère de l’empereur Ferdinand II, déjà évêque de Breslau et de Bressanone, ainsi que grand maître de l’ordre teutonique. Une fois de plus, de plus amples détails n’ont pu être trouvés. Cette nouvelle tentative n’aboutit cependant pas puisque l’année suivante, l’archiduc et évêque Charles est appelé dans la péninsule Ibérique pour gouverner le Portugal au nom de son royal oncle et cousin, Philippe IV45.

  • 46 Olivares, Memoriales y cartas, « Documento VIII: El problema de los infantes (1625) », t. I, pp. 16 (...)
  • 47 Ibid., p. 169.

38Le problème de la dotation financière des cadets de la maison des Habsbourg se retrouve aussi dans le mémoire que le comte-duc d’Olivares adresse à Philippe IV, vraisemblablement en 162546. Envisageant le sort des plus jeunes frères du roi, le valido estime que pour l’infant Ferdinand, déjà à la tête du diocèse de Tolède, c’est la charge pontificale qui semble le mieux convenir. Au vu du jeune âge de l’infant qui n’a alors que seize ans, cela n’est pas encore envisageable et deux solutions d’attente s’offrent alors : soit il établit sa résidence à Oran, qui dépend de son archidiocèse, et il entreprend des conquêtes en Afrique, sur le modèle du cardinal Cisneros47 ; soit on engage

  • 48 « Hacer diligencia extraordinaria en el Imperio para negociarle la coadjutoría de Treveris o Magunc (...)

une démarche extraordinaire dans l’Empire pour lui obtenir la charge de coadjuteur de Trèves ou de Mayence […]. Pour cela, il conviendrait de l’envoyer en Allemagne pour qu’il se fasse aux coutumes et au mode de vie, en l’éduquant dans la maison de l’empereur, son oncle48.

  • 49 Altmann, 1985, p. 291.

39Le modèle suivi semble ici être celui de l’archiduc Léopold, toujours en vie au moment où Olivares écrit son mémoire : d’abord nommé coadjuteur des évêchés de Passau puis de Strasbourg, ce frère de l’empereur Ferdinand II finit par succéder aux deux évêques titulaires après leur mort49. Dans le cas de l’infant Ferdinand, une telle solution aurait eu pour avantage d’assurer une voix supplémentaire en faveur des Habsbourg lors d’une élection impériale, de capter les profits d’un riche diocèse, d’initier un profond mouvement de Contre-Réforme catholique dans des régions de frontières confessionnelles et, dans le cas de Mayence, de donner la direction du collège électoral à un membre de la maison d’Autriche.

  • 50 Duhamelle, 1998, pp. 29-54.

40Si ces trois projets n’ont eu aucune suite concrète, cela tient en partie à ce que la désignation des archevêques de Mayence est restée une élection dépendant du chapitre cathédral, lui-même essentiellement peuplé de membres de la chevalerie immédiate d’Empire. Comme l’a fait remarquer Christophe Duhamelle, celle-ci exerce une véritable « mainmise sur l’Église d’Empire », particulièrement dans la région comprise entre la Moselle, le Rhin et le Main50 : au terme d’un processus de fermeture sociale qui n’est pas sans rappeler le phénomène de limpieza de sangre dans la péninsule Ibérique, le chapitre cathédral de Mayence finit par ne recruter que des individus pouvant prouver leur noblesse sur quatre quartiers c’est-à-dire pour leurs quatre grands-parents. À cela s’ajoute la coutume de n’élire que des membres de la chevalerie immédiate à la tête de l’archevêché ; la dernière exception à ce régime est Albert de Brandebourg, cadet de la maison électorale des Hohenzollern. Ces raisons d’origine sociale peuvent expliquer la difficulté à placer un Habsbourg sur le siège épiscopal de Mayence.

  • 51 « Contentándose de [h]aver subido de un pobre cavallero a la dignidad electoral q[ue] el de Magunçi (...)
  • 52 « Es tan prudente y tan affecto al serv[ici]o de la casa de Austria y [h]ay tanta apariencia de q[u (...)

41Mais d’autres difficultés existent qui empêchent ou rendent difficiles toute forme de rapprochement entre Mayence et les Espagnols. D’après Guillén de San Clemente le choix de l’archevêque dans la classe des chevaliers, en plus de fermer le recrutement archiépiscopal, tend à propulser à une fonction capitale pour le Saint-Empire des individus qui y sont peu préparés. Pour l’ambassadeur espagnol, le nouvel archevêque élu Johann Schweikard von Cronberg ne tentera pas de forcer Rodolphe II à organiser une élection de roi des Romains, « se contentant d’être passé de pauvre chevalier à la dignité électorale car [les archevêques] de Mayence et de Trèves sont le plus souvent de simples chevaliers51 ». Ainsi, ne pas appartenir à un grand lignage empêcherait de conduire les affaires impériales de manière décidée. Mais on peut aussi émettre l’hypothèse que cette position espagnole recouvre l’incapacité d’un système diplomatique à saisir en profondeur la société impériale et à prévoir le nom d’un des personnages clés d’un espace politique qui les intéresse au premier chef. Pour limiter les aléas d’une élection au résultat par avance incertain, certains ambassadeurs s’essaient toutefois au difficile exercice du pronostic électoral afin de compter dans la clientèle espagnole le futur archevêque de Mayence. Ainsi, en 1618, le comte d’Oñate recommande vivement d’octroyer une pension à Philipp Christoph von Sötern, alors évêque de Spire52. D’une certaine façon, il s’agit encore ici de l’opposition entre deux logiques politiques, l’une dynastique représentée par les Espagnols et l’autre électorale incarnée par les archevêques de Mayence. L’incompatibilité entre ces deux logiques est redoublée par l’impossibilité d’inclure les archevêques, par essence des ecclésiastiques astreints au célibat, dans des combinaisons dynastiques classiques telles que le mariage. De ce fait, il n’y a aucun moyen pour les Rois Catholiques comme pour d’autres souverains étrangers de s’allier sur le long terme avec l’électorat de Mayence. Il s’agit certes d’un État, mais pas d’une maison.

42Enfin, une dernière difficulté pour les Espagnols à entrer en relation durable avec les archevêques de Mayence et à prévoir l’issue des élections tient à ce qu’un favori refuse le résultat du vote. Concernant Mayence, il ne semble pas que le cas se soit jamais produit ; en revanche, les ambassadeurs espagnols prennent au sérieux ce facteur dans leur volonté de jauger les candidatures et les résultats possibles. Ainsi en 1604, Guillén de San Clemente soupèse les chances de l’évêque de Wurtzbourg, Julius Echter von Mespelbrunn, qui est également chanoine de la cathédrale de Mayence. Selon l’ambassadeur

  • 53 « Podría ser elegido el ob[is]po de [H]erbipuli porque es canónigo de aquella Iglesia aunque no sé (...)

l’évêque de Wurtzbourg pourrait être élu parce qu’il est chanoine de cette Église, même si je ne sais pas si lui l’accepterait car il devrait abandonner l’évêché qu’il possède et qui est très grand et riche ; c’est un grand seigneur en Allemagne et un homme de tant de zèle et de tant de valeur que s’il y avait quatre ecclésiastiques comme lui dans toute l’Allemagne, les affaires de la Religion se passeraient bien mieux53.

43De même que le placement d’infants ou d’archiducs comme coadjuteurs, cette hypothèse de l’élection de Julius Echter von Mespelbrunn relève moins de la probabilité que du vœu politique. Une telle supposition laisse deviner où vont les préférences espagnoles pour l’attribution des archevêchés les plus importants et quels sont les personnages, déjà connus par ailleurs, qui conviendraient le mieux aux intérêts hispaniques dans le Saint-Empire.

44Quand Charles Quint abdique ses différents titres, l’archevêché de Mayence est une principauté sinon de premier ordre, du moins relativement prospère à l’image du Saint-Empire. Il s’agit d’un État composite formé de différents noyaux situés en bordure du Rhin et dans cette région de l’Allemagne centrale marquée par des reliefs moyens et émoussés. En revanche, à la différence d’États séculiers plus vastes, l’électorat de Mayence ne dispose pas de possibilité d’accroissement territorial, notamment en raison de son caractère ecclésiastique qui lui interdit toute alliance dynastique. C’est essentiellement par leur activité institutionnelle à l’intérieur du Saint-Empire que les archevêques de Mayence acquièrent une importance et un rayonnement sans commune mesure avec la réalité de leur pouvoir territorial.

45Ce sont surtout ces fonctions institutionnelles qui intéressent les Espagnols. À la fois archichancelier de l’Empire, électeur et directeur du collège électoral, l’archevêque de Mayence dispose, a priori, d’une influence non négligeable dans le maintien et le dynamisme des structures impériales de gouvernement. Le rôle essentiel qu’il peut être amené à jouer dans la désignation d’un nouvel empereur en fait un partenaire potentiel important. Pour institutionnelle qu’elle soit, cette influence n’est pourtant pas un fait acquis de manière définitive et elle n’est assurée que parce que les différents archevêques de Mayence jouent un rôle actif.

46Au regard des intérêts espagnols, la fonction électorale de Mayence est celle qui revêt la plus grande signification : c’est un moyen supplémentaire pour eux de maintenir la couronne impériale dans le giron des Habsbourg. Mais savoir utiliser les services de l’archevêque n’est pas pour autant évident, notamment du fait des règles électorales qui président à sa désignation : elles portent à la deuxième place de l’Empire de « pauvres chevaliers » jusque-là invisibles aux diplomates hispaniques qui ont du mal, dans un premier temps, à prendre en compte sur le long terme ces acteurs impossibles à enserrer dans des trames dynastiques. Il convient dès lors de configurer et d’inventer de nouvelles structures capables de saisir l’ensemble des acteurs de l’espace germanique.

Notes

1 « Moguntia celebris Germaniae ciuitas, ad ripam Rheni amoeno ac salubri loco sita, pauculis ante Domini et Saluatoris nostri natiuitatem annis Claudÿ Drusi Germanici, ut putatur, Augusti Priuigni, qui variatum temporis in Germania Victor bella gessit, auspicÿs condita: nec multo post primo statim post gloriosam Domini Ascensionem saeculo, S[ancti] Crescentis opera, qui D[omini] Pauli Apostoli discipulus, ex XXII continuis annis primus Moguntinorum episcopus fuit, tandemq[ue] Martyr obÿt, ad fidem Christi conuersa, fideliter huiusq[ue] in eadem perstitit » (relation ad limina des orateurs de Mayence, 1609, Archivo Segreto Vaticano [ASV], Congregazione del Concilio, Relatio Diœcesum 479, fo 66).

2 Koenigsberger, 1986, pp. 1-25 ; Greengrass (éd.), 1991 ; Elliott, 1992a.

3 « Nos Ioannes Suicardus Dei Gratia Sanctae Moguntinae Sedis Archiep[iscopu]s Sacri Romani Imperÿ per Germaniam Archicancellarius ac Princeps Elector » (lettre de Johann Schweikard von Cronberg à Paul V, 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Diœc. 479, fo 60).

4 « Ordinariae residentiae huius sedis loci duo sunt: alter aestiuus Moguntiae, hybernus alter Aschaffenburgi » (relation ad limina des orateurs de Mayence, 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Diœc. 479, fo 68vo).

5 Braudel, 1990, t. I, pp. 185-197.

6 Schubert, 1997, p. 79.

7 Brück, 1953a ; Rödel, 1998, p. 227.

8 Kellenbenz, 1977, pp. 143-144.

9 Ibid., p. 95 ; Vogler, 1981, t. I, p. 218.

10 Kellenbenz (éd.), 1986, p. 870.

11 Braudel, 1990, t. I, p. 186.

12 Vogler, 2003, pp. 50 et 325-326.

13 Wendehorst, 1974 ; Pelizaeus, 2005, p. 49.

14 Duhamelle, 2004, pp. 175-192 ; Brück, 1957.

15 Grimm, 1953 ; Febvre, 1988, pp. 9-10.

16 « Magno numero Iuuentus tam ex Gallÿs et Polonia, quam ex Belgio atq[ue] ipsa Germania vicinisq[ue] partibus confluit » (relation ad limina des orateurs de Mayence, 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Diœc. 479, fo 22).

17 Hartmann (dir.), 1997 ; Id. (dir.), 1998 ; Hartmann, Pelizaeus (éd.), 2005.

18 Schubert, 1997, p. 78.

19 « Diese Geschichte [des Mainzer Erzstifts] ist […] auf das Engste mit der Ausbildung des kurfürstlichen Wahlrechtes verbunden » (ibid., p. 96).

20 Reichstag zu Augsburg, 4 février 1548, Haus-. Hof- und Staatsarchiv (HHSA), Mainzer Erzkanzler Archiv (MEA), Reichstagsakten, vol. 23, fos 158-183vo.

21 « Porque con el Elector de Maguncia como Director del Colegio Electoral es fuerça tener más ordinaria correspondencia procuraréis con mayor atención conservarle muy contento y satisfecho como lo merece » (instructions à Diego de Aragón duc de Terranova, 24 avril 1644, Biblioteca Nacional de España [BNE], ms. 913, fo 9).

22 Roll, 1998, pp. 16-17.

23 Vogler, 1981, t. I, pp. 11-12 ; Bock, 1955.

24 « Ordinariae residentiae huius sedis loci duo sunt: alter aestiuus Moguntiae, hybernus alter Aschaffenburgi » (« Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 68vo).

25 « Hic grassatione Brandeburgica iam pridem exustus ac aequatus […] ex ipsis ruderibus excitari iterum ac magna impensa, memorabiliq[ue] opere, quod tamen ad exitum suum nondum peruenit, pro honore atq[ue] usu ipsius Ecclesiae reaedificari coeptus est » (ibid.).

26 « Nouam residentiam Archiepiscopalem in ciuitate Aschaffenburgi a Marchione Brandenburgico exustam […] construxisse » (« Moguntin[a] relatio quadriennÿ exhibita », 5 juillet 1615, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 58).

27 « Scholas, ecclesias, monasteria, hospitalia atq[ue] alia pia et religiosa loca vel vetustate collapsa, vel alicqui temporum iniuria disiecta ac desolata […] liberaliter restaurat » (« Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 68vo).

28 « In quo dilatando atq[ue] exornando, pluribusq[ue] structuris aptando etiamnum laboratur in praesens » (ibid., fo 71).

29 « In ciuitate Moguntia erigendo et amplificando esse in opere » (« Moguntin[a] relatio quadriennÿ exhibita », 5 juillet 1615, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 56).

30 « Ecc[lesi]a Metrop[olita]na 5 dignitatibus et 42 Canonicis constat quos ab antiquo et prenobili stemmate ex utroq[ue] parente oriundos necesse est. Vicarios par est numerus » (« Status Archiepiscopatus Moguntini », sans date, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 4).

31 « Canonicos habet quadraginta duos, omnes Nobiles ac Catholicae fidei veros assertores […], uniuersos Presbyteratus ordine insignitos. Quorum utrorunq[ue] ministerio diuina officia quotidie debita cum deuotione ex praescripta regula ita peraguntur, ut nihil omnino iuste desiderari queat. Praepositum agit Illustris et Perreuerendus D[ominus] Georgius Friderico Greiffenclaw a Volraths: Decanum Perr[everen]dus ac Nobilis D[omi]nus Ioannes Conradus Kotwik ab Aulnbach: Scholasticum Perr[everen]dus ac Nobilis D[ominus] Philippus Christophorus a Soetern: Cantorem deniq[ue] Perr[everen]dus ac Nobilis D[omi]nus Antonius Waldbodt a Bassenheim, viri omnes et religionis zelo et vitae morumq- innocentia adeo conspicui » (« Relatio oratorum Moguntinorum », 10 octobre 1609, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 69vo).

32 « Nobilium Canonicatus quadraginta duo sunt, cum Dignitate praepositurae, Decanatus, Custodiae, Scholasteriae Cantoniae: Canonici in diuino cultu operam praestant » (« Status Ecclesiae Moguntinae Anno Christi mdcxxix », 7 novembre 1629, ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec. 479, fo 165).

33 Duhamelle, 1998.

34 Consulta du consejo de Estado sur des lettres du comte d’Oñate, 8 août 1617, Archivo General de Simancas (AGS), Estado, Alemania, leg. 2326, doc. 60.

35 Parker, 1972, pp. 51 et 84.

36 Lettre de Ramiro Núñez de Guzmán à Gabriel de Zayas, 20 octobre 1578, AGS, Estado, Alemania, leg. 686, doc. 135.

37 Druffel, 1891, p. 674 ; Goetz, 1898, pp. 707-708.

38 Ruppert, 1979, p. 31.

39 Lettre du marquis de Caretto à Ferdinand III, 7 janvier 1645, HHSA, Staatenabteilung, Spanische Korrespondenz 36, fo 16, citée dans Ruppert, 1979, p. 98, n. 165.

40 « Llegó aviso como era muerto el elector de Magunçia, que quando fue elejido quatro años [h]a escrivi a V[uestra] M[ajesda]d que era gran serv[id]or de la casa de Austria, [h]a sido gran perdida porque esto elector es el directorio de todas las cosas del Imp[eri]o y cançiller del y el que en sede vacante junta todos los electores para la electión y es el primero que a de consentir en ella » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 26 janvier 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.).

41 « No se puede esperar del que apriete las resoluciones que se pretenden. Será bien a propósito para el Emp[erad]or porq[ue] tengo por cierto q[ue] no le hará mas instançia de la q[ue] el querrá a que haga Rey de Romanos » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 20 mars 1604, AGS, Alemania, Estado, leg. 708, n. f.).

42 « Cordiq[ue] erit quo pacto S[acro] R[omano] Imperÿ auctoritatem tranquillitatem tum uero maxime dictae Regiae Cath[olicae] Ma[aiesta]tis benevolentiam et amicitiam conseruemus et promueamus » (lettre de Johann Adam von Bicken à Guillén de San Clemente, 6 juin 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 55).

43 Lettre du comte de Monteagudo à Philippe II, 26 juin 1571, Colección de documentos ineditos para la historia de España (CODOIN), t. CX, p. 264.

44 « La coadyutoria de su Electorato para el s[eño]r Archiduq[ue] Carlos » (lettre du comte d’Oñate à Philippe IV, 3 octobre 1623, AGS, Estado, Alemania, leg. 2507, n. f.).

45 Sutter, 1977.

46 Olivares, Memoriales y cartas, « Documento VIII: El problema de los infantes (1625) », t. I, pp. 165-170.

47 Ibid., p. 169.

48 « Hacer diligencia extraordinaria en el Imperio para negociarle la coadjutoría de Treveris o Maguncia […]. Para esto convendría enviarle a Alemania, para que se hiciese a aquellas costumbres y modo de vida, criándose en la casa del emperador su tío » (ibid., p. 170).

49 Altmann, 1985, p. 291.

50 Duhamelle, 1998, pp. 29-54.

51 « Contentándose de [h]aver subido de un pobre cavallero a la dignidad electoral q[ue] el de Magunçia y Treveris son las m[a]s vezes simples cavalleros » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 20 mars 1604, AGS, Estado, Alemania, leg. 708, n. f.).

52 « Es tan prudente y tan affecto al serv[ici]o de la casa de Austria y [h]ay tanta apariencia de q[ue] se succederá en unos de los Ele[c]toratos de Moguncia o Treveris q[ue] tengo por conveniente al serv[ici]o de V[uestra] M[ajesda]d hazerle m[e]r[ce]d y tenerle grato » (lettre du comte d’Oñate, 13 juillet 1618, Archivo Histórico Nacional [AHN], Estado, leg. 1638, n. f.).

53 « Podría ser elegido el ob[is]po de [H]erbipuli porque es canónigo de aquella Iglesia aunque no sé yo si el lo açetaría, haviendo de dexar el obispado que tiene que es muy grande y rico y gran señor en Alemaña y [h]ombre de tanto zelo y valor que si huviesse quatro hombres eclesiásticos como el en Alemaña passarían mejor las cosas de la Religión » (lettre de Guillén de San Clemente à Philippe III, 23 avril 1601, AGS, Estado, Alemania, leg. 707, doc. 37).

Table des illustrations

Titre Carte 1 — La principauté de Mayence et les Pays-Bas espagnols vers 1550
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/494/img-1.png
Fichier image/, 237k
Titre Carte 2 — La principauté de Mayence, la Monarchie Catholique et les États héréditaires des Habsbourg
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/494/img-2.png
Fichier image/, 216k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540