Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Epistola 1. Écriture et genre épistolaires

 | 
Thomas Deswarte
, 
Klaus Herbers
, 
Hélène Sirantoine

II.1. — Les stratégies littéraires : intertextualité et innovation

Une satire politique

La lettre de Paul à Wamba (672)

Thomas Deswarte

Testo integrale

  • 1 Deswarte, 2015.
  • 2 In nomine Domini. Incipit liber de Historia Galliae, quae tempore divae memoriae principis Wambae (...)
  • 3 Deswarte, 2010b.
  • 4 Id., 2014.

1Peu de temps après le sacre de Wamba le 1er septembre 672, éclata une révolte en Narbonnaise, contre laquelle le souverain envoya une armée dirigée par le duc Paul  ; mais ce dernier passa à l’ennemi et se fit même couronner roi, avant que l’usurpateur et son armée ne fussent définitivement battus à Nîmes et faits prisonniers. Quatre pièces nous permettent de connaître précisément ces événements. L’Histoire du roi Wamba, rédigée par Julien de Tolède entre 683 et 6901, décrit l’élection (1er septembre 672) puis l’onction du nouveau souverain, la révolte, la trahison de Paul, la répression de Wamba et la condamnation des vaincus (4 septembre 673)2 : il s’agit d’une histoire exemplaire, qui dresse un portrait du roi idéal, légitime, sacré, victorieux et miséricordieux, et qui stigmatise les parjures3. Suit l’Insulte d’un historien indigne contre la tyrannie de la Gaule (Incipit insultatio vilis storici in tyrannidem Galliae), en fait une invective lancée contre la province de Narbonnaise lui enjoignant de se soumettre à Wamba et appelant de ses vœux une nouvelle union entre la Gallia et le roi4. Enfin, le Jugement promulgué contre la perfidie des tyrans (Judicium in tyrannorum perfidia promulgatum) par Wamba détaille la condamnation des parjures, capturés au fur et à mesure des prises de villes et de forteresses par le roi.

  • 5 C’est l’opinion de Levison [éd.] (Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p. 492) et de Martín (2 (...)
  • 6 The Story of Wamba, trad. et com. de Martínez Pizarro, pp. 78 sqq.
  • 7 Martin, 2008.
  • 8 The Story of Wamba, pp. 78 sqq.
  • 9 Martín, Elfassi, 2008, pp. 422-431.
  • 10 Deswarte, 2015.

2En tête de ces trois œuvres figure une lettre envoyée par le « perfide Paul » au souverain : Incipit epistola Pauli perfidi, qui tyrannice rebellionem in Gallias fecit Wambani principis magni. Considérée par les uns comme une composition de Julien en raison de son haut niveau stylistique5, par les autres comme une lettre s’inspirant d’un document originel perdu6 ou bien encore comme un document authentique ancré dans une incontestable réalité historique7, cette missive, dans laquelle Paul invite Wamba à venir aux Cluses pour se mesurer à lui, mérite d’être analysée à nouveaux frais per se et dans son contexte documentaire. En effet, elle participe d’un dossier, comme le prouvent sa tradition manuscrite qui remonte à deux archétypes contenant les quatre œuvres, ainsi que les nombreuses similitudes textuelles, thématiques8 et stylistiques entre les quatre pièces9 : les clausules accentuelles sont ainsi présentes à la fin de chacune des phrases de l’Epistola (deux cursus planus — trois avec le titre — et un cursus velox), comme dans 98,56 % des fins de phrase de l’Historia, 95,31 % de celles de l’Insultatio et 89,47 % de celles du Judicium10. L’importance de l’Epistola tient donc tant à sa position initiale au sein du dossier, dont l’auteur ne saurait être que Julien de Tolède, qu’à sa grande originalité littéraire : son vocabulaire et son ton satirique lui confèrent une incontestable cohérence, utilisée ici à des fins politiques.

Une satire de Wamba ?

  • 11 In nomine Domini Flavius Paulus unctus rex orientalis Wambani regi austro (Julien de Tolède, Histor (...)
  • 12 Wolfram, 1973, pp. 70 sqq.
  • 13 Voir par exemple le tomus de Réceswinthe à Tolède VIII (653) et ceux d’Ervige à Tolède XII (681) e (...)
  • 14 Isidore de Séville, De natura rerum, pp. 328-335.
  • 15 Miscellanea Wisigothica, nº VIII, pp. 19-27.

3Son vocabulaire politique détonne à bien des égards comme en témoigne la suscription : « Au nom du Seigneur, Flavius Paul, roi oint de l’Orient, à Wamba, roi du Midi11. » L’expression rex unctus (roi oint) est absente du reste de la documentation royale12, qu’il s’agisse des lettres, des lois ou des actes conciliaires. De même, le qualificatif de Flavius, utilisé dans les lois royales et, parfois, dans le tomus13 (volume remis par le roi à l’assemblée conciliaire et fixant son programme), est ignoré des suscriptions des rares epistolae royales conservées : dans la lettre de Sisebut à Isidore (au sujet du « livre des roues »)14 ou dans celle au roi des Lombards Adaloald et à sa mère Théodelinde (616-621)15, le souverain est simplement qualifié de « roi des Wisigoths ». Enfin, les expressions rex orientalis (roi de l’Orient) et rex auster (roi du Midi) sont inusitées dans le monde wisigothique, où la partition du royaume n’est plus pratiquée depuis longtemps — elle ne le fut qu’à une seule occasion, entre les deux frères Liuva (568-573 ?) et Léovigilde (569-586).

4La suite du texte semble toujours aussi favorable à Paul. En effet, l’écriture est empreinte d’une emphase qui tourne au ridicule, car si la missive évoque les exploits de chasse de Wamba, c’est sur un mode burlesque :

  • 16 Voir n. 39.

Si tu as déjà parcouru les rudes et inhospitaliers défilés des montagnes, / Si tu as déjà abattu tel un lion au cœur courageux les fougueux arbres des forêts, / Si tu as déjà parfaitement dompté la course des chèvres et le saut des cerfs, la voracité des sangliers et des ours, / Si tu as déjà vomi le venin des serpents et des vipères, / Indique[-le]-nous, écuyer, indique[-le]-nous, seigneur, / Ami des forêts et des pierres16

  • 17 Quae enim remissio tibi nisi lustrare saltus, excutere cubilibus feras, superare immensa montium j (...)
  • 18 … tribus hunc tremuere sagittis anguis, cervus, aper (Sidoine Apollinaire, Panégyrique de Majorien, (...)
  • 19 L’hypothèse d’un vocabulaire directement repris à l’Ancien Testament est ici à exclure, tant les m (...)

5Cette évocation très lointaine de certains thèmes des panégyriques impériaux — sans qu’il soit possible d’établir de lien textuel direct — est effectuée sur un mode résolument moqueur. Quand Pline décrit Trajan arpentant la campagne pour sa chasse (« Quelle autre relâche as-tu que de fouiller les forêts, faire lever les bêtes de leurs repaires, franchir les hautes cimes des montagnes, porter tes pas sur les rochers escarpés…17  ? »), lorsque Sidoine Apollinaire dépeint Majorien faisant « trembler devant lui un serpent, un cerf, un sanglier18 », le « seigneur » Wamba est ici présenté comme un « écuyer » et un « ami des forêts et des pierres », qui aurait effectué de fort cocasses exploits, notamment dompter (et non pas tuer) cerfs, sangliers, ours et (curieusement) chèvres, et vomir le « venin des serpents et des vipères » afin de (logiquement) survivre à leur morsure19.

Une satire de Paul

6Cependant, cette parodie se retourne contre Paul, lorsqu’il demande à Wamba de descendre « jusqu’aux Cluses » pour combattre un opopumpeum grandem :

  • 20 Levison retient la leçon retexeas présente dans les manuscrits 1a et 1c, alors qu’un tel verbe n’e (...)
  • 21 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p.  500.

Nam si haec omnia ista accubuerunt et tu festinas ad nos venire, ut nobis abundanter filomelae vocem retexas20, et ideo, magnifice vir, ascendit cor tuum ad confortationem, descende usque ad Clausuras, nam ibi invenies opopumpeum grandem, cum quo possis legitime concertare21.

  • 22 Martin, 2003, p. 295 et Martínez Pizarro (The Story of Wamba, p. 176) traduisent ce terme par « ch (...)
  • 23 Cet archétype, qui n’était pas l’exemplaire de l’auteur, contenait de nombreuses fautes : Martín, (...)
  • 24 Je remercie vivement Christiane Veyrard-Cosme (université Sorbonne nouvelle-Paris 3) pour cette su (...)
  • 25 Il ne faut donc pas le rapprocher du rossignol tel qu’il est décrit par Eugène II de Tolède (et au (...)
  • 26 Ovide, Métamorphoses, lib. VI, v. 424-674, pp. 16-24, v. 577, p. 21 et v. 674, p. 24.
  • 27 « Sanguis » ait, solidae postquam data copia fandi, / Vulnera siccabat circum praecordia, « sangui (...)

7Qui est cet opopumpeus22  ? Ce mot, inconnu, est assurément le résultat d’une erreur de copie présente dans l’archétype23. Le plus probable est que ce terme soit la déformation du groupe upupaepops, constitué par l’accolement de deux synonymes désignant la « huppe »24. Avec Philomèle25, ils sont deux acteurs essentiels d’un mythe grec : après avoir été emprisonnée et violée par son beau-frère Térée, roi de Thrace, Philomèle est délivrée par sa sœur Progné, qu’elle avait prévenue grâce à une inscription tissée sur une étoffe  ; toutes deux se vengent ensuite en tuant le fils de Térée et de Progné, avant que Philomèle, changée en « rossignol », parvienne à échapper à la colère de son beau-frère, qui lui se transforme en « huppe ». Julien connaît ici ce mythe par Ovide, qui, dans ses Métamorphoses, mentionne le tissage de l’étoffe (intexuit) et l’epops (huppe)26. Mais il s’inspire aussi de l’Anthologie latine  ; ce recueil de poèmes latins réalisé en Afrique au vie siècle parle en effet de l’appel au meurtre de Philomèle contre son beau-frère en utilisant l’expression vocem sanguis : « “Reçois la voix du sang”, dit-elle27. » À l’origine, Julien de Tolède compara donc probablement Wamba et Paul respectivement à « Philomèle » et à la « huppe » Térée :

  • 28 Céline Martin traduit : « Car si toutes ces choses se sont abattues devant toi et que tu t’apprête (...)

Car si toutes ces choses ont eu lieu, dépêche-toi de venir à nous, afin que tu tisses de nouveau pour nous et avec prolixité le chant de Philomèle28, et que ton cœur, ô homme magnifique, accède à cause de cela au réconfort : descends jusqu’aux Cluses, car tu trouveras là une grande huppe, avec laquelle tu pourras combattre de manière légale.

  • 29 Septuaginta, p. 186.
  • 30 Corpus glossariorum Latinorum, t. V, p. 520, l. 10 et p. 561, l. 23. Sur ces manuscrits, voir : Ph (...)
  • 31 Il est donc difficile de suivre Céline Martin et de voir dans cet affrontement une « référence voi (...)

8Cependant, c’est la forme opopumpeus, bien éloignée du upupaepops originel, qui s’est imposée dans les copies. Il reste donc à reconstituer les étapes qui expliquent la transformation d’upupaepops en opopumpeus. Une hypothèse est que le terme opopumpeus est la copie fautive d’apoponpeus, qui dérive d’apopompaius, c’est-à-dire la latinisation du terme scripturaire άποπομπαîος mentionné dans la Septante (Lev. 16, 8 et 10)29 et correspondant au caper emissarius (« bouc émissaire ») de la Vulgate. D’ailleurs, apoponpeus est glosé par le mot emissarius dans deux manuscrits de gloses de 908 (Bibliotheca Apostolica Vaticana, latin 1469) et du xisiècle (Montecassino, Biblioteca dell’Abbadia, 90)30. En clair, le terme original d’upupaepops, difficilement compréhensible pour un copiste, fut peut-être transformé dans l’archétype en apoponpeus / opopumpeus, qui désignait de manière péjorative l’usurpateur, puisqu’il laissait entendre aux doctes que ce « bouc émissaire » portait tous les péchés, à l’instar du bouc envoyé dans le désert pour emporter « tous les péchés des fils d’Israël » (Lev. 16, 20-21) lors de la fête de l’Expiation31. Voici donc une autre traduction de ce passage tel qu’il apparaît dans les manuscrits, c’est-à-dire avec la forme opopumpeus / apoponpeus :

Car si toutes ces choses ont eu lieu, dépêche-toi de venir à nous, afin que tu tisses de nouveau pour nous et avec prolixité le chant du rossignol, et que ton cœur, ô homme magnifique, accède à cause de cela au réconfort : descends jusqu’aux Cluses, car tu trouveras là un grand bouc émissaire, avec lequel tu pourras combattre de manière légale.

  • 32 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p. 492.
  • 33 Gaudemet, 1965. Quelques rares et antiques duels sont cependant signalés dans le monde romain : ai (...)
  • 34 La seule ordalie permise par une loi d’Egica est celle de l’eau chaude (Liber Judicum VI, I, 3) : (...)
  • 35 Id., 2015.
  • 36 Sans trop y croire, Céline Martin propose de dater le sacre de Paul du printemps 673, avant celui (...)

9Selon notre hypothèse, Paul fut, dans le texte original, comparé par Julien à la huppe du mythe de Philomèle, avant que l’archétype ne l’assimile au bouc émissaire de l’Ancien Testament. Dans les deux cas, il se trouve déconsidéré puisque implicitement comparé soit à un roi cruel et injuste, soit à un fanfaron faisant preuve d’une « vaine gloire » — pour reprendre l’expression de Levison32. De la sorte, tous les propos parodiques de Paul se retournent contre lui-même, lui qui fait montre aussi de son ignorance du droit quand il propose un duel, alors même que cette pratique n’a rien de « légal » tant elle est ignorée des droits romain33 et wisigothique34. La lettre de Paul à Wamba est donc bien le résultat d’une écriture que tout incite à attribuer à Julien de Tolède, probablement après 681 lors de la rédaction de l’Historia Wambae35 : son vocabulaire, qui ne peut être que celui d’un fin lettré  ; son style, proche de celui des deux autres œuvres du dossier sûrement attribuées à l’évêque  ; son ton, satirique et mordant comme celui de l’Insultatio  ; sa ligne politique, qui ridiculise l’usurpateur Paul, présenté ici comme le seul Flavius et unctus — ce qui ne signifie pas que Paul ne fut pas sacré, bien au contraire36.

Une satura de vers et de prose

  • 37 Gaffiot, 2000, p. 1024.
  • 38 Ce terme désigne au sens propre un « détroit » et au sens figuré la « fougue de l’âge » (ibid., pp (...)
  • 39 Il s’agit de cette poésie plus simple qui se développe depuis Augustin, soucieux de communication (...)
  • 40 Pour l’Historia Wambae, voir Deswarte, 2015.

10Cette lettre témoigne aussi d’une recherche stylistique, où la poésie laisse ensuite la place à la prose. Dans la première partie, Julien use ainsi d’un vocabulaire poétique : nemora, qui désigne habituellement la forêt, le bois, doit ici être traduit selon son sens poétique d’« arbres »37. Il forge même des néologismes, comme percircuere (formé au moyen du verbe circu(m)ere et du préfixe intensif per-) et fretosus (à partir du substantif fretum38). Par ailleurs, le prélat innove en reprenant plusieurs procédés stylistiques de la poésie rythmique tardo-antique39 (que nous retrouvons par ailleurs dans le prologue et la conclusion de l’Historia40), à savoir l’allitération, l’assonance (en gras) et la comparaison (leo fortissimus)  ; nous pouvons même parler de vers libres, puisque la structure syntaxique est rythmée par des anaphores (en italiques) et des rimes (soulignées) :

Si jam asperas et inhabitabiles montium rupes percircuisti, / si jam fretosa silvarum nemora ut leo fortissimus pectore confregisti, / si jam caprearum cursum cervorumque saltum, aprorum ursorumque edacitates radicitus edomuisti, / si jam serpentium vel viperarum venena evomuisti, / indica nobis, armiger, indica nobis, domine, / silvarum et petrarum amice.

11Cependant, la poésie cède ensuite la place à la prose :

Nam si haec omnia ista accubuerunt et tu festinas ad nos venire, ut nobis abundanter filomelae vocem retexas, et ideo, magnifice vir, ascendit cor tuum ad confortationem, descende usque ad Clausuras, nam ibi invenies opopumpeum grandem, cum quo possis legitime concertare.

  • 41 Varron, Satires Ménippées, p. 11.

12Or, si ce mélange de styles s’inscrit dans la tradition épistolaire tardo-antique, il participe ici surtout de la satura classique et permet d’accentuer l’effet parodique en passant du registre pompeux à celui familier comme dans les Satires Ménippées de Varron († 27 av. J.-C.)41. Même la position initiale de cette epistola parodie la pratique des lettres dédicatoires, que Julien connaît bien pour en avoir inséré en tête de son Prognosticum (lettre à Idalius de Barcelone) et de son De comprobatione sextae aetatis (lettre au roi Ervige) : mais, alors que ces lettres-préfaces émanent de l’auteur de l’œuvre, l’Epistola Pauli est attribuée au vaincu.

Une lettre fictive

  • 42 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p.  500.

13Cette Epistola Pauli est bien la première pièce d’un dossier élaboré par Julien de Tolède au service d’une ambition essentielle : la défense du souverain légitime, alors même que les révoltes et les usurpations étaient fréquentes depuis le renversement de Liuva II en 603 par Wittéric et la fin de la dynastie de Léovigilde. La lettre permet alors de présenter les deux principaux protagonistes de la révolte de 672-673, dont l’histoire se trouve ensuite détaillée dans l’Historia : Paul, dépeint ici comme « perfide » (incipit de la lettre), devient l’archétype du tyran, dont l’« histoire » s’achève avec la victoire du religiosus Wamba, modèle du souverain légitime — l’histoire de Paul s’achève ici (Finit de Paulo storia), précise l’explicit de l’Historia Wambae42. Certes, cette lettre n’est pas fausse dans sa substance historique, car Julien ne pouvait tout inventer dans une Epistola qu’il écrivit peu de temps après les événements, entre 683 et 690. Cependant, si Paul envoya peut-être une missive à Wamba — ainsi qu’une autre à l’évêque Amator de Gérone et dont un extrait figure dans l’Historia Wambae (chap. xi) —, la lettre originelle et authentique n’est plus pour nous qu’un palimpseste textuel, définitivement oublié.

  • 43 « Que ton âge déjà grave […] ou bien s’attache à une vigoureuse éloquence en prose, ou bien qu’il (...)

14L’Epistola Pauli doit donc être considérée comme une lettre fictive, intégralement écrite par Julien et placée en tête de l’Historia Wambae, afin de parodier la pratique des lettres dédicatoires. Le vocabulaire et le style de cette lettre (alternance de poésie rythmique et de prose) prouvent à la fois la fidélité du prélat à un héritage littéraire classique et sa capacité à innover : Julien n’hésite pas à reprendre le mythe de Philomèle ainsi que les procédés stylistiques de la poésie rythmique tardo-antique, alors même que ses Versus ad Modoenum — poème constitué de trente vers (des dimètres iambiques et des tétramètres trochaïques) et enchassé dans une lettre — réprouvent la versification rythmique d’un certain Modoenus43  ; mais en mêlant sa poésie rythmique à la prose, le prélat fait de sa lettre une satire de Paul, nouvelle huppe / nouveau Térée, et renoue ainsi avec un genre disparu depuis Juvénal († 127). Ce faisant, il s’inscrit dans cette tradition antique bien établie depuis Thucydide, qui, dans la recherche de la vérité, dissocie la forme (littéraire) du fond (historique) : l’invention de ce récit fictif d’un point de vue littéraire est une manière d’énoncer et de dénoncer une vérité politique, à savoir l’orgueil du rebelle, sans pour autant contrevenir à la vérité historique. Ainsi, l’art littéraire de Julien, qui puise dans les traditions classiques et tardo-antiques, se trouve intégralement placé au service du politique.

Note

1 Deswarte, 2015.

2 In nomine Domini. Incipit liber de Historia Galliae, quae tempore divae memoriae principis Wambae a domino Juliano Toletanae sedis episcopo edita est (premier titre)  ; In nomine sanctae Trinitatis. Incipit historia excellentissimi Wambae regis de expeditione et victoria, qua revellantem contra se provinciam Galliae celebri triumpho perdomuit (second titre). Nous renvoyons à l’édition de Wilhelm Levison publiée en 1910, préférable à sa réimpression en 1976 par Jocelyn N. Hillgarth, car cette dernière est « corrompue par quelques coquilles et même l’oubli de certains mots » (Martín, Cardelle de Hartmann, Elfassi, 2010, p. 138, n° 1550).

3 Deswarte, 2010b.

4 Id., 2014.

5 C’est l’opinion de Levison [éd.] (Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p. 492) et de Martín (2010b, p. 161).

6 The Story of Wamba, trad. et com. de Martínez Pizarro, pp. 78 sqq.

7 Martin, 2008.

8 The Story of Wamba, pp. 78 sqq.

9 Martín, Elfassi, 2008, pp. 422-431.

10 Deswarte, 2015.

11 In nomine Domini Flavius Paulus unctus rex orientalis Wambani regi austro (Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p. 500).

12 Wolfram, 1973, pp. 70 sqq.

13 Voir par exemple le tomus de Réceswinthe à Tolède VIII (653) et ceux d’Ervige à Tolède XII (681) et Tolède XIII (683) : Concilios visigóticos, pp. 261, 381 et 412. En revanche, Wolfram considère ici ce titre comme authentique (ibid.).

14 Isidore de Séville, De natura rerum, pp. 328-335.

15 Miscellanea Wisigothica, nº VIII, pp. 19-27.

16 Voir n. 39.

17 Quae enim remissio tibi nisi lustrare saltus, excutere cubilibus feras, superare immensa montium juga et horrentibus scopulis gradum inferre… (Pline le Jeune, Panégyrique de Trajan, 81, 1, p. 81).

18 … tribus hunc tremuere sagittis anguis, cervus, aper (Sidoine Apollinaire, Panégyrique de Majorien, v. 153-154)  ; voir aussi Carm. 13 à l’empereur Majorien, v. 15-18, pp. 34 et 106.

19 L’hypothèse d’un vocabulaire directement repris à l’Ancien Testament est ici à exclure, tant les mots ou expressions sont isolés et repris dans un contexte bien différent de celui de la Bible : ainsi le « lion » (2 Sam. 17, 10), les « chèvres » et les « cerfs » (Cantique des cantiques 2, 7) et le « venin des serpents » (Ps. 139, 4).

20 Levison retient la leçon retexeas présente dans les manuscrits 1a et 1c, alors qu’un tel verbe n’existe pas. Il faut en fait suivre les leçons 2a et 2b. Ces manuscrits portent respectivement les sigles G, M, O et Γ dans Martín, Elfassi, 2008, pp. 423 sqq.

21 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p.  500.

22 Martin, 2003, p. 295 et Martínez Pizarro (The Story of Wamba, p. 176) traduisent ce terme par « champion ».

23 Cet archétype, qui n’était pas l’exemplaire de l’auteur, contenait de nombreuses fautes : Martín, Elfassi, 2008, p. 426. Plusieurs de ces erreurs sont relevées par Levison dans son édition (Julien de Tolède, Historia Wambae regis, pp. 492-493).

24 Je remercie vivement Christiane Veyrard-Cosme (université Sorbonne nouvelle-Paris 3) pour cette suggestion.

25 Il ne faut donc pas le rapprocher du rossignol tel qu’il est décrit par Eugène II de Tolède (et au-delà Ovide) dans plusieurs de ses carmina, et qui chante pendant la nuit afin de protéger ses œufs des ennemis  ; Carmen [désormais carm.] n° 32 : Dic, philomela, velis cur noctem vincere cantu ? « Ne noceat ovis vis inimica meis » (éd. d’Alberto, p. 247). Martínez Pizarro se demande si Wamba n’a pas adopté un ton plaintif afin de dénoncer l’usurpation (The Story of Wamba, p. 176, n° 5).

26 Ovide, Métamorphoses, lib. VI, v. 424-674, pp. 16-24, v. 577, p. 21 et v. 674, p. 24.

27 « Sanguis » ait, solidae postquam data copia fandi, / Vulnera siccabat circum praecordia, « sanguis, accipe » [ait] « vocem », at saevo sic pectore fatur (carm. n° 13, dans Anthologia Latina, pp. 36-37). Sur la « voix du sang », voir : Paolucci, 2003.

28 Céline Martin traduit : « Car si toutes ces choses se sont abattues devant toi et que tu t’apprêtes à venir à nous pour que ta prolixité couvre notre voix de rossignol » (Martin, 2003, p. 295)  ; Joaquín Martínez Pizarro propose : « For if all these have collapsed before you and you are now hastening towards us in order to repeat for us at length the song of the nightingale » (The Story of Wamba, p. 176).

29 Septuaginta, p. 186.

30 Corpus glossariorum Latinorum, t. V, p. 520, l. 10 et p. 561, l. 23. Sur ces manuscrits, voir : Pheifer, 1995, p. 299, n° 34.

31 Il est donc difficile de suivre Céline Martin et de voir dans cet affrontement une « référence voilée au combat de David et Goliath » dévalorisant Wamba (voir Martin, 2003, p. 363).

32 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p. 492.

33 Gaudemet, 1965. Quelques rares et antiques duels sont cependant signalés dans le monde romain : ainsi celui entre les trois Horaces et les trois Curiaces, qui, selon Tite-Live (Histoire romaine, lib. I, c. 25), représentaient les villes de Rome et d’Albe alors en conflit au viie siècle av. J.-C. Voir à ce sujet : Dumézil, 1942.

34 La seule ordalie permise par une loi d’Egica est celle de l’eau chaude (Liber Judicum VI, I, 3) : Deswarte, 2007.

35 Id., 2015.

36 Sans trop y croire, Céline Martin propose de dater le sacre de Paul du printemps 673, avant celui de Wamba qui l’imiterait après sa victoire (« L’innovation politique »). Cependant, cette hypothèse, qui ne repose sur aucune preuve tangible, ne résiste pas au témoignage de l’Historia Wambae, où l’onction de Paul est bien fixée au 19 septembre 672.

37 Gaffiot, 2000, p. 1024.

38 Ce terme désigne au sens propre un « détroit » et au sens figuré la « fougue de l’âge » (ibid., pp. 687-688).

39 Il s’agit de cette poésie plus simple qui se développe depuis Augustin, soucieux de communication pastorale (Psaume abécédaire contre les donatistes) : Fontaine, 1992, pp. 3 sqq.

40 Pour l’Historia Wambae, voir Deswarte, 2015.

41 Varron, Satires Ménippées, p. 11.

42 Julien de Tolède, Historia Wambae regis, p.  500.

43 « Que ton âge déjà grave […] ou bien s’attache à une vigoureuse éloquence en prose, ou bien qu’il donne libre cours à des Camènes qui s’expriment en poésie métrique, qu’elle se garde absolument d’user des rythmes qui sont de tradition populaire » (Julien de Tolède, Versus ad Modoenum, texte latin pp. 259-260, trad. de Fontaine, 1992, p. 8). Selon Martín, qui continue de considérer cette œuvre comme authentique, des soupçons de falsification planent pourtant sur ce document, en raison de son style et de son destinataire Modoenus, inconnu à l’époque wisigothique mais attesté comme évêque d’Autun au ixe siècle carolingien (Martín, 2010b, p. 163). Il est aussi l’auteur d’un Liber carminum diversorum (perdu), en fait un recueil de poèmes vraisemblablement métriques. Item librum carminum diversorum, in quo sunt hymni, epitaphia, atque de diversis causis epigrammata numerosa (Félix de Tolède, Vita sancti Juliani, chap. ix, dans Patrologia Latina, t. XCVI, col. 449).

© Casa de Velázquez, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540